Version classiqueVersion mobile

Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne

 | 
Marie-Laurence Haack

Introduction

Marie-Laurence Haack

Texte intégral

1L’idée du programme “jeunes chercheurs” de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) qui a présidé à cette table-ronde de mi-parcours du groupe “épigraphie et nécropoles d’Italie d’époque orientalisante, archaïque et hellénistique” est de rassembler des historiens, des historiens d’art et des linguistes, qui, tout en étudiant tous sur une même zone géographique, l’Italie, et pour une même période historique : l’Italie d’avant notre ère, de l’époque orientalisante (viiie-viie siècle a. C.), à la période archaïque, classique, hellénistique et républicaine, travaillent d’ordinaire séparés par les divisions inhérentes au monde académique.

2Depuis 2005, le groupe a entamé une réflexion sur ce qu’est une nécropole dans le monde antique de ces périodes en partant de deux constatations simples : l’Italie de cette période offre une énorme quantité d’inscriptions funéraires d’Italie et les situations diffèrent du tout au tout selon la zone géographique d’Italie étudiée. Pour recenser ces situations et pour les comparer de manière systématique et raisonnée, le groupe a élaboré grâce à un ingénieur informaticien une base de données informatisée des inscriptions des nécropoles d’Italie. Nous avons accompagné la constitution de cette base de données d’une réflexion interdisciplinaire qui s’est nourrie de séminaires réguliers où des archéologues, des historiens et des linguistes sont venus se livrer à une interrogation sur la pratique de l’épigraphie funéraire ou, quand les tombes qu’ils présentaient étaient dépourvues d’inscriptions, sur la définition de ce qu’est une nécropole. Je voudrais rappeler leurs noms de tous ceux qui ont accepté d’intervenir (L. Jehasse, S. Crouzet, E. Benelli, G. Bagnasco Gianni, M. Torelli, A. Naso, L. Haumesser, A. Zifferero, V. Belfiore). À tous nous avons posé la question qui a constitué le fil rouge de nos recherches, à savoir si les nécropoles étaient le miroir des sociétés qui les avaient produites.

3Un travail même inachevé comme le nôtre confirme ce que l’on savait déjà, les quantités d’inscriptions funéraires produites en Italie de l’époque orientalisante à la République sont énormes. Rien que pour l’Étrurie qui occupe bon nombre d’entre nous, on recense plus de 10 000 documents épigraphiques étrusques, dont la très grande majorité sont funéraires, à tel point qu’on peut se demander avec J.-P. Vallat et M. Frederiksen, si les Étrusques n’ont pas finalement vécu dans des tombes plutôt que dans des maisons et s’il leur est arrivé de soulever le couvercle de leurs tombes de temps en temps.

  • 1 Cf. Cl. Berrendonner, “Les cultes épigraphiques de l’Italie républicaine. Les territoires de langu (...)

4Pourtant, il ne faut pas s’arrêter à ce nombre considérable d’inscriptions funéraires. L’existence d’épitaphes ne va pas de soi. Un examen, même rapide, de la situation de l’Italie jusqu’à notre ère, montre que la rédaction d’inscriptions en général, et qui plus est funéraires, n’est pas un phénomène universel. L’Italie d’avant et pendant la romanisation ne se présente pas comme un bloc. Entre le viie siècle a. C. et la période augustéenne, pour 10 000 documents épigraphiques étrusques recensés, on ne trouve que 4 000 textes latins et 900 documents osques, et que dire des Péligniens et des Vestins ? À Rome, entre la fin du vie siècle a. C. et le début du ier siècle a. C., on ne compte à Rome qu’une vingtaine d’épitaphes. D’un peuple à l’autre, d’une zone géographique à l’autre, la part de textes funéraires varie. Par exemple, à l’époque hellénistique, comme l’a souligné Cl. Berrendonner1, en pays osque, les épitaphes et les marques d’appartenance funéraire constituent 3,6 % du corpus contre 90 % en Étrurie et au même moment où, en Étrurie, la documentation devient presque exclusivement funéraire, le Sud de la péninsule cesse pratiquement de produire des inscriptions dans le cadre des nécropoles. En Étrurie même, on peut différencier le cas des cités côtières qui ne font jamais une place conséquente aux épitaphes ou de Véies où les inscriptions abondent dans le sanctuaire de Portonaccio mais sont presque absentes des espaces funéraires, comme le montre J. Hadas-Lebel, des nécropoles comme Chiusi, étudiée par E. Benelli, et comme celle de Pérouse, qui connaissent durant la période une véritable explosion du nombre de leurs inscriptions funéraires.

  • 2 G. Van Heems, Les inscriptions funéraires étrusques. Élaboration, fixation et diffusion des formul (...)

5C’est que l’écrit n’a pas une seule et même signification à toutes les époques, pour tous ces peuples et dans toutes les cités. En Étrurie, où l’écriture a d’abord constitué à l’époque orientalisante un bien et un instrument de prestige aux mains des principes, l’inscription funéraire est devenue, au moins dans les milieux aristocratiques d’Étrurie méridionale, un véritable medium de l’idéologie aristocratique : elle sert à reconnaître la lignée, à affirmer et à renforcer le corps civique et la tombe semble investie du rôle d’exaltation gentilice. C’est pourquoi beaucoup d’inscriptions funéraires étrusques mentionnent des titres et des titulatures, contrairement à ce qui se passe à Rome où elles apparaissent dans un cadre public. Tout se passe comme si l’oligarchie dirigeante étrusque avait voulu assimiler l’espace public à l’espace privé en subordonnant le premier au second, comme a fait remarquer justement G. Van Heems dans sa thèse2. Dans d’autres zones d’Italie, en revanche, l’écrit est doté d’un rôle différent. En Étrurie padane, à Spina et à Adria, par exemple, où il est difficile de distinguer une aristocratie, la différenciation sociale passe davantage par l’accumulation de vases grecs que par la rédaction d’inscriptions : quand l’écrit est utilisé, il est destiné à indiquer la possession d’un objet, non la mémoire du défunt. La fonction de l’écriture varie aussi en fonction de l’image que l’inscription peut accompagner. Celle-ci peut servir à identifier l’image ou la figure représentée, sous forme d’une légende, qui tantôt fait redondance, tantôt valorise, tantôt complète la composition. Le mode d’interaction entre le registre figuré et le registre écrit n’est bien sûr pas dû au hasard mais il a une signification idéologique liée à la situation politique contemporaine, comme on le voit pour Felsina avec Claire Joncheray ou aux influences culturelles, comme le montre Catherine Cousin.

6Notre réflexion débouche déjà sur plusieurs constatations qui peuvent servir de préalables à cette table-ronde :

  • même si l’on ne peut nier, comme l’exprimait A. E. Raubitschek3 que “Jede Inschrift ist ein geschichtliches Denkmal”, c’est-à-dire que chaque inscription est certes en elle-même un monument historique, l’effet d’accumulation d’inscriptions funéraires ou au contraire la non-accumulation d’inscriptions funéraires est en soi une information. Une inscription se définit aussi par rapport à celles qui l’entourent, qui lui sont antérieures ou qui lui sont contemporaines. Elle s’inscrit donc dans un réseau dont il s’agit de définir les contours, les relations et les enjeux.
  • il faut accorder une dimension symbolique de premier plan à l’inscription funéraire. Dans l’Italie des périodes que nous étudions, on ne rédige pas une inscription dans un but uniquement utilitaire ou du moins on la rédige dans un but qui n’est pas nécessairement utilitaire. L’individu qui la fait rédiger est motivé par des idées et des croyances qu’il revient de découvrir, de décoder sans appliquer de modèle unique pour toute l’Italie et pour toutes les périodes. Nous rejoignons sur ce point les critiques faites par les tenants de la Post-Processual Archaeology à la New Archaeology. Une nécropole ne reflète pas fidèlement la société qui l’a produite. La problématique spéculaire qui avait conduit nos premières enquêtes s’est montrée rapidement insuffisante. Une multitude de prismes, de verres déformants interviennent qui dissimulent au regard de l’historien ou du linguiste l’intention du scripteur ou tout au moins du commanditaire de l’inscription. L’inscription funéraire se comprend et se lit en fonction d’une stratégie de représentation et l’analyse d’une nécropole doit restituer les multiples stratégies des individus, leurs interactions comme la stratégie collective de représentation de la communauté.

7Avant de passer au premier des axes d’étude entre lesquels que nous avons décidé de partager ces demi-journées de table-ronde, transferts de population, transferts de culture, je voudrais remercier les experts de l’Agence Nationale de la Recherche pour la confiance qu’ils ont accordée à notre groupe et pour leur initiative d’attribuer de fonds importants à des “jeunes chercheurs”. Nos disciplines considèrent la jeunesse avec méfiance, quand ce n’est pas avec hostilité. Dominique Briquel, en tant que directeur de l’AOROC (UMR 8546 du CNRS), a toujours manifesté une très grande ouverture d’esprit et beaucoup de bienveillance pour notre groupe de jeunes gens. Certains d’entre nous lui doivent leur première participation à une journée d’étude en 1998, il y a presque dix ans, à l’occasion des journées de Paris à la mémoire de J. Heurgon et de R. Bloch. Nous avons essayé de perpétuer cette tradition française d’études de l’Italie pré-romaine.

Notes

1 Cf. Cl. Berrendonner, “Les cultes épigraphiques de l’Italie républicaine. Les territoires de langue étrusque et les territoires de langue osque”, MEFRA, 114, 2002, p. 817.

2 G. Van Heems, Les inscriptions funéraires étrusques. Élaboration, fixation et diffusion des formulaires dans la production épigraphique funéraire de langue étrusque, Lyon II, 2006.

3 Cf. Gymnasium, 72, 1965, 511-522.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search