Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Troisième partie. Le vocabulaire fiscal : terminologie et classifications

L’expression de la fiscalité chez Flavius Josèphe

Laurianne Martinez-Sève

Texte intégral

  • 1 À l’exception bien entendu de traités comme les Poroi de Xénophon ou l’Économique du Pseudo-Aristo (...)

1Les sources littéraires, bien que souvent imprécises et d’exploitation difficile lorsqu’il s’agit d’étudier les modes d’organisation et de fonctionnement de l’économie antique1, sont en revanche plus intéressantes lorsque l’on se place sur le terrain des représentations. Mon propos sera ici d’analyser, non pas ce que Flavius Josèphe nous apprend de la fiscalité antique, mais la façon dont lui-même la concevait, en tant qu’individu, en prenant en compte l’ensemble des paragraphes dans lesquels il évoque des questions fiscales.

  • 2 À la fin des Antiquités Juives, il fit même part de son désir d’écrire quatre autres ouvrages sur (...)
  • 3 Pour une biographie détaillée voir Hadas-Lebel 1989.

2Flavius Josèphe est né à Jérusalem en 37/38, au moment de l’avènement de Caligula, dans une grande famille de l’aristocratie sacerdotale juive, apparentée à la dynastie Hasmonéenne par sa mère. Il reçut une formation religieuse complète, qui le prédestinait à devenir lui-même un important rabbin, fréquenta dès son adolescence des représentants des trois grandes sectes juives (des Pharisiens, des Esséniens et des Sadducéens) et vécut même pendant près de 3 ans dans le désert, auprès d’un ermite. Il était donc particulièrement informé sur le judaïsme2. Le destin lui réserva un sort différent : il fut un acteur majeur de la guerre que le peuple juif mena contre Rome entre 66 et 70. Il semble avoir été convaincu de l’invincibilité de la puissance romaine dès 64, alors qu’il faisait partie d’une ambassade envoyée à Rome pour demander à Néron la libération de prêtres juifs. Au moment de la guerre, chargé d’une importante mission en Galilée, dont il devait peut-être assurer la défense, il fut vaincu à Yotapata (près d’Acre) en 67, et choisit de se rendre. Il aurait annoncé l’empire à Vespasien qui le libéra lorsque la prédiction se réalisa (en 69), en fit l’un de ses proches et lui octroya la citoyenneté romaine. Flavius Josèphe fut aux côtés de Titus lors du siège de Jérusalem, tenta de raisonner les extrémistes juifs, et partit pour Rome à la fin de la guerre. Il s’y installa et passa les vingt cinq dernières années de sa vie à écrire, jusqu’à sa mort survenue peu après 95. Flavius Josèphe était donc un notable juif, fin connaisseur des questions religieuses, citoyen romain protégé par la dynastie des Flaviens3. Il est évident que cela ne fut pas sans conséquence sur la façon dont il concevait la fiscalité.

  • 4 Pelletier 1993, xi-xx.

3Il a laissé quatre ouvrages, entièrement conservés : la Guerre des Juifs, les Antiquités Juives, l’Autobiographie et le Contre Apion, d’intérêt inégal pour le sujet qui nous occupe : il est surtout question de fiscalité dans la Guerre des Juifs et dans les Antiquités Juives. La Guerre des Juifs aurait été publiée en grec vers 75-79, peu de temps après la victoire de Titus. Préalablement rédigé en araméen (mais cette première version n’est pas connue), l’ouvrage relatait les évènements et le déroulement du conflit, après avoir résumé dans les deux premiers livres l’histoire juive depuis le règne d’Antiochos IV. Les Antiquités Juives, beaucoup plus ambitieuses, visent à retracer toute l’histoire juive en vingt livres, jusqu’aux événements qui ont précipité la guerre contre Rome. Les onze premiers livres sont un résumé de la Bible et vont jusqu’à la mort d’Alexandre ; les livres XII et XIII évoquent l’époque hellénistique ; les suivants l’histoire de la Judée sous influence ou sous domination romaine. Les deux autres ouvrages sont de nature différente. L’Autobiographie est conçue comme une riposte aux attaques de Juste de Tibériade, qui avait participé à la guerre contre Rome et critiquait violemment la présentation que Flavius Josèphe avait donnée de son rôle dans la Guerre des Juifs4. Premier récit autobiographique conservé de l’Antiquité, il est centré sur l’activité de son auteur pendant la guerre. Le Contre Apion, ou si l’on garde son titre original le De l’antiquité du peuple juif, est le dernier ouvrage de Flavius Josèphe. C’est une réponse à des détracteurs qui contestaient l’ancienneté du peuple juif, au prétexte notamment que les sources grecques n’en parlaient pas.

  • 5 Sur la façon de travailler de Flavius Josèphe, voir notamment Thackeray 2000, 15-32 et 33-47
  • 6 On considère habituellement, à la suite de H. Thackeray, que Flavius Josèphe, qui ne maîtrisait pa (...)
  • 7 Notamment AJ, 12.138-153, 13.48-57, 13.126-128, 14.186-267, 14.306-322, 16.160-173. La question de (...)

4L’œuvre de Flavius Josèphe est importante, mais pas dans des proportions telles qu’on ne puisse l’appréhender. Comme beaucoup de ses sources sont en outre connues et conservées, il est possible de les comparer précisément avec son texte. Cela permet de déterminer la part de son apport personnel, s’il se contentait de recopier ses sources ou s’il les transformait5. Le risque était en effet de travailler, non pas sur la manière dont Flavius Josèphe concevait la fiscalité, mais plutôt sur celle dont ses sources la concevaient. Compte tenu de leur grand nombre, cela revenait à s’intéresser aux représentations propres à de très nombreux auteurs gréco-romains ou aux différents rédacteurs de la Bible, ce qui n’avait pas vraiment de sens. En fait, il est très rare que Flavius Josèphe ait littéralement recopié les écrits qu’il utilisait. Il avait plutôt l’habitude de les réécrire, en utilisant son propre vocabulaire, sans les transformer pour autant. Ce n’est pas surprenant compte tenu de ce que l’on sait des méthodes de travail des auteurs et des historiens de l’antiquité. Cette façon de procéder est pour nous très intéressante car elle rend possible une réflexion sur les conceptions propres à Flavius Josèphe, dont la personnalité apparaît ainsi réellement au travers des écrits qu’il nous a laissés6. Il rapporte d’autre part les mêmes faits en différents endroits de ses œuvres, l’Autobiographie reprenant certains passages de la Guerre des Juifs et surtout les livres XII à XX des Antiquités Juives développant largement les deux premiers de la Guerre des Juifs. La comparaison de ces passages entre eux est également instructive car les Antiquités juives sont en général plus détaillées. Il est certain que Flavius Josèphe a eu connaissance ou a utilisé d’autres sources pour les Antiquités Juives, par exemple un nombre important de documents officiels émanant des rois hellénistiques ou des autorités romaines, documents qu’il cite à l’appui de ce qu’il avance et qui sont absents de la Guerre des Juifs7. Mais parfois la structure narrative reste la même, comme si les mêmes sources avaient été résumées dans la Guerre des Juifs et davantage exploitées dans les Antiquités Juives. On peut donc observer ce que Flavius Josèphe a choisi de conserver et ce qui lui paraissait important.

5Les informations qu’il nous donne sur la fiscalité antique se rapportent à trois grandes périodes historiques, que l’on peut distinguer autant pour des raisons chronologiques que pour des questions de sources.

  • La première couvre la période qui va des origines de l’humanité, de la Création divine, jusqu’au début de la période hellénistique ; c’est le sujet des onze premiers livres des Antiquités Juives. L’objectif de Flavius Josèphe, comme il l’explique lui-même dans le préambule8, était de relater l’histoire ancienne du peuple Juif et de traduire la Bible pour la faire connaître au public gréco-romain, entreprise finalement similaire à celle qui avait abouti, plusieurs décennies auparavant, à la traduction de la Septante à Alexandrie. Ce faisant, il procéda à une rationalisation et à une réorganisation du récit biblique, de manière à le rendre plus intelligible, et utilisa des éléments de la tradition rabbinique pour compléter certains points. On ne sait pas vraiment à partir de quels exemplaires de la Bible il a travaillé, même s’il nous dit que Titus lui avait offert des livres sacrés après la prise de Jérusalem9 : s’agissait-il d’une bible hébraïque ou de la Septante, déjà traduite, ce qui aurait facilité son travail ? A-t-il combiné plusieurs types de récits bibliques ? Il est d’autant moins aisé de répondre que nous ne savons pas réellement quelle forme avaient ces écrits au moment où Flavius Josèphe pouvait les utiliser et qu’il a pu travailler différemment en fonction des parties qu’il rédigeait10.
  • La deuxième correspond à l’époque hellénistique, évoquée par les livres XII et XIII des Antiquités Juives, qui procèdent de la même entreprise que les onze premiers. Mais ils s’inspirent principalement des livres I et II des Maccabées, écrits par des auteurs, certes juifs, mais influencés par la tradition historique gréco-romaine : la tonalité du récit change donc quelque peu. Cette période est aussi couverte par le livre I de la Guerre des Juifs.
  • La troisième correspond enfin à l’époque romaine, qui débute par la conquête de la Judée par Pompée. Elle comprend les décennies durant lesquelles la Judée, gouvernée par le roi Hérode, devint un État client de Rome, puis celles où elle passa sous sa domination directe, malgré la renaissance de l’éphémère royaume d’Agrippa I. Elle est traitée dans les livres XIV à XX des Antiquités Juives, dans les livres II à VII de la Guerre des Juifs et dans l’Autobiographie. Les sources de Flavius Josèphe sont ici des auteurs gréco-romains, dont les œuvres ne se sont en général pas conservées, par exemple Nicolas de Damas qui vécut dans l’entourage du roi Hérode11. Mais il fait appel également à ses propres souvenirs.

6La valeur historique des témoignages de Flavius Josèphe n’est donc pas constante. Elle varie selon les époques qu’il étudie et les sources qu’il utilise. Mais cela importe peu puisque ce sont moins les réalités que les façons dont il se les représentait qui font l’objet de cette étude.

L’intérêt de Flavius Josèphe pour les questions fiscales

  • 12 L’apport de Flavius Josèphe à notre connaissance de la fiscalité antique est important. Il est res (...)
  • 13 AJ, 12.138-153, AJ, 13.48-57, 13.126-128.
  • 14 AJ, 12.160-186.

7L’historien de l’époque hellénistique aura spontanément tendance à penser que Flavius Josèphe accordait beaucoup de place à la fiscalité, qui constitue à plusieurs reprises un élément important des phénomènes historiques qu’il relate. Les livres XII et XIII des Antiquités Juives recèlent ainsi plusieurs passages fondamentaux sur la fiscalité lagide et séleucide12 : l’ensemble des documents officiels séleucides qu’il recopie et qui sont autant d’exemptions fiscales accordées aux Juifs par les rois séleucides13, ou le fameux passage tiré du roman des Tobiades qui narre comment Joseph, fils de Tobit, réussit à obtenir du roi Ptolémée la ferme des impôts de Syrie14. De la lecture de ces passages, il ressort que le statut des Juifs sous domination lagide et séleucide était principalement défini par leur situation fiscale. L’évolution vers l’indépendance fut donc scandée et concrétisée par des exemptions d’impôts qui jouent un rôle essentiel dans la progression du récit.

  • 15 Vit., 63 et 80.
  • 16 Vit., 429.
  • 17 Les causes de la guerre sont néanmoins beaucoup plus complexes et s’expliquent autant par la situa (...)

8L’impression change quelque peu lorsque l’on prend en compte la totalité des écrits. J’ai relevé environ 160 passages qui traitent de fiscalité (cf. tableau 1), très inégalement répartis entre les différents ouvrages : quatre dans le Contre Apion et trois dans l’Autobiographie ; une vingtaine dans la Guerre des Juifs et le reste dans les Antiquités Juives. Leur petit nombre dans le Contre Apion n’est pas surprenant compte tenu de la nature de cet opuscule. Il est peut-être plus significatif pour l’Autobiographie, récit qui ne dépend d’aucune source extérieure et qui est tout entier de la main de Flavius Josèphe. Les trois passages relevés sont en rapport avec des sujets qui le concernent directement : à deux reprises, il mentionne les dîmes versées aux prêtres par le peuple juif, auxquelles lui-même avait droit du fait de son appartenance à l’aristocratie sacerdotale15, le premier pour nous apprendre que les collègues qui l’avaient accompagné en Galilée étaient bien pourvus du fait de ces dîmes, le second pour préciser que lui les avait refusées ; le troisième passage évoque des exemptions accordées par Domitien pour son domaine de Judée16. On aurait pu s’attendre à plus de précisions sur la situation fiscale de la Galilée, où il avait été affecté. Mais la tonalité du récit, très factuel et centré sur les opérations militaires, ne le permettait pas vraiment. Son propos n’est pas d’analyser les raisons de la guerre. C’est davantage le cas dans la Guerre des Juifs, même si l’on ne peut comparer Flavius Josèphe à Thucydide. Or, les questions fiscales n’y reçoivent aucun traitement particulier, même si l’on a parfois considéré que la lourdeur de la pression fiscale romaine avait été l’un des facteurs déclenchants de la révolte17. Dans ce livre, il n’évoque que de manière succincte le fameux recensement effectué, à la mort d’Hérode, par P. Sulpicius Quirinius, gouverneur de la province de Syrie à laquelle la Judée venait d’être annexée

9 BJ, 2.118 (Ἐπὶ τούτου τις ἀνὴρ Γαλιλαȋος Ἰούδας ὄνομα εἰς ἀπόστασιν ἐνῆγε τοὺς ἐπιχωρίους, κακίζων εἰ φόρον τε Ῥωμαίοις τελεȋν ὑπομενοῦσιν καὶ μετὰ τὸν θεὸν οἴσουσι θνητοὺς δεσπότας. Ἦν δ’ οὗτος σοφιστὴς ἰδίας αἱρέσεως οὐδὲν τοȋς ἄλλοις προσεοικώς).

Antiquités Juives,1819 Antiquités Juives,20 Guerre des Juifs.21 Guerre des Juifs, Antiquités Juiveskakourgiaeisphorai2223 stasis24 Guerre des Juifs,25
  • 26 Ces exemptions figuraient dans les documents officiels séleucides qui sont cités par Flavius Josèp (...)
  • 27 BJ, 1.89 / AJ, 13.374.
  • 28 AJ, 7.293 et 8.220.
  • 29 AJ, 19.28.
  • 30 AJ, 18.159, 259 ; 19.276 ; 20.100. Il est aussi cité dans la Il est aussi cité dans la Guerre des (...)
  • 31 AJ, 17.307 (Καὶ τῶν δούλων, οἳ ἐπ’ ἐκπράξει τῶν φόρων ἀξιοȋεν).
  • 32 BJ, 2.405-407
  • 33 AJ, 12.174-185.

10Le peu d’importance accordé aux questions fiscales dans la Guerre des Juifs s’observe aussi nettement lorsque l’on compare cet ouvrage aux Antiquités juives pour les passages qui traitent de l’époque hellénistique. Les exemptions fiscales accordées aux Juifs par les Séleucides n’y sont jamais mentionnées malgré le rôle qu’elles jouèrent dans l’acquisition de leur indépendance26. Le seul événement rapporté à la fois dans les deux ouvrages est le prélèvement d’un tribut (phoros) par Alexandre Jannée après sa victoire sur la Galaaditide et la Moabitide27, évènement au demeurant mineur. Il faut donc veiller à ne pas surestimer l’intérêt de Flavius Josèphe pour la fiscalité, même dans les Antiquités Juives. L’ampleur de la matière traitée dans cet ouvrage de vingt livres suffit à expliquer le nombre élevé des références. On note aussi que Flavius Josèphe ne semble pas avoir été particulièrement sensible aux aspects concrets de la fiscalité. Les références au personnel chargé de prélever les impôts sont par exemple très rares. On connaît surtout quelques responsables fiscaux dont il se contente de donner les noms, sans guère préciser le contenu de leurs activités, Adoram, le préposé aux tributs du roi David (epi tôn phorôn)28, Chéréa, affecté par Caligula à la perception des impôts (phoroi) et de ce qui devait être versé au trésor impérial29, et Alexandre, alabarque à Alexandrie30. Des ambassadeurs juifs, envoyés à Rome pour demander la suppression de la royauté juive, mentionnent aussi des esclaves chargés de la répartition des impôts dans leur réquisitoire contre le roi Hérode, qui venait de mourir31. On a enfin des détails sur la façon dont furent prélevés des arriérés de tribut après que le roi Agrippa II eut persuadé les Juifs, grâce au discours évoqué précédemment, de reprendre les versements à Rome : des magistrats et des membres du conseil se répartirent les villages des environs de Jérusalem et réussirent à y prélever les 40 talents qui manquaient. Puis le procurateur Florus désigna parmi les notables et les magistrats de Judée des hommes chargés de lever le tribut32. Cette procédure rappelle ce que Flavius Josèphe décrit lors de l’affermage des taxes de la Syrie hellénistique à Joseph fils de Tobit33. Ces détails restent néanmoins très rares.

  • 34 AJ, 2.189-193.
  • 35 Gn 47.24-26.
  • 36 AJ, 7.109.
  • 37 2 S 8.14 (cf. aussi 1 Ch 18.13).

11Pourtant, même si Flavius Josèphe s’intéresse en définitive assez peu à la fiscalité, il raisonne et réagit en fonction des structures institutionnelles et étatiques de son temps, structures au sein desquelles la pratique fiscale joue un rôle de premier plan. On le voit nettement lorsqu’il traite des premiers moments de l’histoire juive. Il raconte ainsi comment Joseph, fils de Jacob, devenu l’homme de confiance du pharaon, aida les Égyptiens alors que la famine et la sècheresse régnaient dans leur pays34. Il leur vendit du blé puis, quand ils furent à court d’argent, échangea du blé contre leurs troupeaux et leurs esclaves puis contre leurs terres. Celles-ci devinrent alors la propriété du pharaon. Après le retour de la prospérité, il réattribua les terres à perpétuité aux paysans, qui devaient donner en échange le cinquième de leurs revenus (καὶ κτῆμα ἴδιον ἡγουμένους φιλεργεȋν παρεκάλει τὴν πέμπτην τῶν καρπῶν τῷ βασιλεȋ τελοῦντας ὑπὲρ τῆς χώρας, ἣν δίδωσιν αὐτοȋς οὖσαν αὐτοῦ). Il institutionnalisa ensuite ceci par une loi qui fixait l’impôt au cinquième des revenus (ὅ τε τοῦ τελεȋν τὴν πέμπτην τῶν καρπῶν νόμος ἔμεινε καὶ μέχρι τῶν ὑστέρων βασιλέων). Flavius Josèphe emploie le verbe telein et considère que ce cinquième est un impôt que doivent les paysans, redevenus pleinement propriétaires de leurs terres. La Bible donne une version différente35 : Joseph ne restitua pas les terres aux paysans une fois la prospérité revenue. Elles restèrent la propriété du pharaon, à l’exception de celles des prêtres. Les paysans furent ainsi transformés en fermiers royaux car Joseph précisa : “sur les récoltes, vous verserez un cinquième à pharaon” (καὶ ἔσται τὰ γενήματα αὐτῆς δώσετε τὸ πέμπτον μέρος τῶ Φαραω), les quatre autres servant pour les semences et la nourriture des paysans. Le verbe utilisé est didonai (exécuter un paiement), moins connoté que telein (payer une taxe). Il est probable que Flavius Josèphe ait pensé plus logique de considérer que le pharaon percevait des impôts sur la production agricole, ce qui correspondait aux usages de son temps, plutôt que des fermages sur la totalité des terres de son royaume, ce qui en revanche correspond à l’idéologie royale pharaonique qui veut que le pharaon soit propriétaire des terres de son royaume. On peut donner un autre exemple : Flavius Josèphe rapporte qu’après sa victoire contre l’Idumée, le roi David établit des garnisons dans toute l’Idumée et fixa des impôts sur le territoire et sur chaque habitant (καὶ τὴν Ἰδουμαίαν ἅπασαν φρουραȋς διαλαβὼν ὁ βασιλεὺς φόρους ὑπέρ τε τῆς χώρας καὶ τῆς ἑκαστοῦ κεφαλῆς παρ’ αὐτῶν ἐδέχετο)36. Selon la Bible, il occupa toute l’Idumée et tous les Iduméens devinrent ses esclaves (καὶ ἔθετο ἐν τῇ Ίδουμαίᾳ φρουράν, ἐν πάσῃ τῇ Ίδουμαία καὶ ἐγένοντο πάντες οἱ Ίδουμαȋοι δοῦλοι τῷ βασιλεȋ)37. Il n’est rien dit des impôts. Flavius Josèphe pense certainement au tributum soli et au tributum capitis, la taxe foncière et la capitation, et transpose donc en fonction du système fiscal qui était en vigueur à son époque.

Les catégories fiscales de Flavius Josèphe

12Comme l’histoire du peuple juif s’étend sur une très longue durée et qu’elle ne fut pas toujours heureuse, Flavius Josèphe est amené à évoquer des impôts que percevaient les Juifs, sur eux-mêmes ou sur des populations qui leur étaient soumises, mais également des impôts qu’ils versaient à des puissances supérieures, aux rois assyriens, babyloniens ou achéménides, aux rois lagides et séleucides et enfin à l’État romain. On peut distinguer trois principales catégories dont les limites, comme on le verra, ne sont pas toujours précisément fixées.

Les taxes de nature religieuse

  • 38 Pour un aperçu des divers problèmes que ces prélèvements posent, cf. le commentaire que donne E. N (...)
  • 39 AJ, 4.194-308.
  • 40 C’est aussi ce que dit la Bible. Dans les faits, les prêtres pouvaient la recevoir directement (No (...)
  • 41 Par exemple AJ, 4.68 ou 240.
  • 42 AJ, 4.68-74.
  • 43 Nb 18.8-32.

13Flavius Josèphe nous donne des informations relativement détaillées sur des taxes religieuses qui étaient spécifiques au peuple juif. Leur nombre et la façon dont elles étaient prélevées ne sont toujours pas précisément connus, surtout que l’organisation de ces prélèvements a évolué au cours de l’histoire juive et que, dès l’antiquité, ces questions faisaient l’objet de discussions38. La formation de Flavius Josèphe et son intérêt pour tout ce qui concernait la religion juive expliquent aisément qu’il se soit intéressé à ce genre de sujet. Il leur accorde beaucoup de place dans le livre IV des Antiquités Juives où il évoque l’œuvre de Moïse et donne une version de sa Loi (politeia)39. Les Juifs étaient dans l’obligation de verser des prémices végétales et animales, ainsi que plusieurs dîmes. Une première était destinée aux Lévites qui pouvaient la recevoir n’importe où, mais devaient ensuite en prélever une part pour les prêtres40. Une deuxième au moins pesait chaque année sur les produits de la terre et devait être consommée devant Yahvé, en un lieu choisi. Le vocabulaire de Flavius Josèphe est ici précisément fixé : il emploie toujours les termes d’aparchè pour les prémices et de dekatè pour les dîmes. Il en fait des impôts comme le montre l’emploi du verbe telein41 et la présentation qu’il en donne. Il en établit la liste et les désigne en se plaçant du point de vue des fidèles, dont il fixe les obligations42. Il s’inspire ici d’un passage des Nombres, mais en le transformant43 : dans la Bible, c’est Yahvé qui parle à Aaron, frère de Moïse et grand-prêtre, pour lui annoncer qu’il donnera à lui et à ses descendants une part des offrandes qu’il recevait. De la même façon, il déclare aux Lévites qu’ils obtiendront une part de ce qui est produit dans le pays. Ce renversement des perspectives (ce ne sont plus les Juifs qui donnent mais Yahvé) atténue fortement le caractère fiscal de ces contributions, même s’il est bien question des dîmes et des prémices.

  • 44 AJ, 18.312, pour ceux de Babylonie.
  • 45 AJ, 16.160-173.
  • 46 AJ, 3.194 (évocation de la création de cette redevance par Moïse).
  • 47 AJ, 16.28 ; 16.45 ; 16.160-173 (problèmes rencontrés par les Juifs d’Asie Mineure et de Cyrénaïque (...)
  • 48 BJ, 5.187 (utilisation des sommes recueillies pour construire un rempart autour de la colline du T (...)
  • 49 AJ, 18.312 (redevances rassemblées par les Juifs de Babylonie).
  • 50 BJ, 7.218 ; Thompson 1982.
  • 51 On verra cependant que le mot n’a pas toujours cette connotation chez Flavius Josèphe, qui l’emplo (...)

14En sus de ces taxes, les Juifs versaient au Temple de Jérusalem une contribution d’un demi-sicle d’argent ou, selon les époques, de deux drachmes. Elle ne fut pas supprimée aux époques hellénistique et romaine, et même les Juifs de la Diaspora y étaient soumis44. Flavius Josèphe a d’ailleurs gardé le texte intégral de plusieurs décisions de gouverneurs romains qui réaffirmaient le droit des Juifs habitant les cités d’Asie Mineure et de Cyrénaïque à réunir ces fonds, pour les expédier à Jérusalem45. Le vocabulaire qui sert à les désigner est davantage fluctuant : il est question d’eisphora46, d’argent ou d’argent sacré (hiera chrèmata)47, de dasmos (dasmologein)48 ou de didrachme49. Après la défaite des Juifs en 70, cette contribution fut transformée par Vespasien en une “taxe juive” ou “ fiscus Judaicus”, d’un montant identique, qui devait être apportée au temple de Jupiter Capitolin par tous les Juifs, quel que soit leur lieu de résidence50. Flavius Josèphe se contente de noter de manière neutre son institution et le détournement des contributions traditionnelles vers le temple de Jupiter. Il n’ajoute aucun commentaire comme on s’y attendrait de la part d’un Juif pieux, mais la désigne sous le terme de phoros, connoté négativement51.

Des telè

  • 52 BJ, 2.4.
  • 53 AJ, 17.204 (Οἱ μὲν εἰσφορὰς ἃς ἐνιαυσίους φέροιεν ἐπικουφίζειν βοῇ χρώμενοι, ... εἰσὶ δὲ οἳ ἄρσεις (...)
  • 54 AJ, 19.25. Cet épisode se place au début de la crise qui aboutit au renversement de Caligula. On p (...)

15Cette deuxième catégorie rassemble des taxes et des impôts divers, principalement mentionnés dans les Antiquités Juives, et plus particulièrement dans les livres qui traitent des périodes hellénistique et romaine (tableau 1). Il s’agit surtout de taxes qui pesaient sur le commerce ou le déplacement des biens et des marchandises, des droits de douane ou des péages. Flavius Josèphe emploie précisément ce terme pour les taxes prélevées sur les ventes. Dans un passage de la Guerre des Juifs52, le jeune Archélaos s’apprête à prendre la succession de son père Hérode et la foule lui demande d’alléger les impôts (eisphora) et de supprimer les taxes (telè). Le texte des Antiquités Juives, plus explicite, nous apprend que ces taxes sont celles qui pesaient sur les ventes et les achats publics53. Elles sont donc clairement différenciées de tous les autres impôts. Flavius Josèphe songe peut-être à une distinction du même genre quand il mentionne les phoroi et les telè dont le peuple romain demanda un jour remise à Caligula54.

  • 55 AJ, 12.169, 175-178, 184, 224.
  • 56 AJ, 12.201.

16Mais le terme de telè peut prendre sous la plume de Flavius Josèphe un sens nettement plus général. Il l’utilise de manière systématique quand il narre la façon dont Joseph, fils de Tobias, obtient du roi lagide la ferme des impôts de Syrie55. Le mot désigne ici toutes les contributions fiscales versées par la Syrie et non une catégorie particulière d’impôts. Dans un autre passage, c’est le terme de phoroi qui est d’ailleurs utilisé pour les désigner56.

  • 57 Dans AJ, 14.74, le mot est utilisé avec phoros (ὑποτελῆ φόρου) ; ce n’est pas le cas dans les deux (...)
  • 58 AJ, 18.313.
  • 59 AJ, 17.355.

17On observe donc que Flavius Josèphe utilise relativement peu ce terme de telè. En revanche, il emploie très fréquemment le verbe telein ou ses composés. Outre des exemptions diverses (ateleia), le mot peut aussi clairement désigner le tribut que verse un peuple soumis57, ainsi des Babyloniens qui doivent le tribut aux Parthes58, ou un territoire tributaire, ainsi la Judée rattachée à la Syrie à la fin du règne d’Archélaos I59. Le sens du verbe telein est néanmoins plus large que celui de tele, qui ne renvoie jamais lui-même au tribut.

  • 60 BJ, 2.385.
  • 61 AJ, 12.142.
  • 62 AJ, 19.299.

18Outre les emplois relevés ci-dessus, il mentionne des taxes que l’on aurait envie de classer dans cette rubrique, mais les désigne de manière précise (tableau 1, rubrique “Autres”). La capitation apparaît dans le discours d’Agrippa II, celle que les Égyptiens payaient aux Romains60, ou parmi les exemptions accordées aux prêtres de Jérusalem par Antiochos III61. Flavius Josèphe nous apprend aussi l’existence d’un impôt que les Juifs versaient pour chaque maison de Jérusalem et dont ils furent exemptés par le roi Agrippa I (τὰ ὑπὲρ ἑκάστης οἰκίας)62. Il s’agit souvent de taxes qui étaient mentionnées dans des documents officiels que Flavius Josèphe retranscrit et dont il reproduit la nomenclature. C’est sans doute ce qui explique le choix d’un vocabulaire inhabituellement précis.

Le tribut

  • 63 AJ, 3.194.
  • 64 AJ, 17.25 (ἀτελῆ τε τὴν χώραν ἐπηγγέλλετο, καὶ αὐτοὺς εἰσφορῶν ἀπηλλαγμένους ἁπασῶν αἳ εἰωθυȋαι ** (...)
  • 65 BJ, 2.383 (χωρὶς δὲ τῶν ἐτησίων καρπῶν, οἳ μησὶν ὀκτώ τὸ κατὰ τὴν Ῥώμην πλῆθος τρέφουσιν, καὶ ἔξωθ (...)
  • 66 BJ, 2.403-404 (Πρὸς τοῦτο βασιλεὺς Ἀγρίππας “ἀλλὰ τὰ ἔργα”, ἔφη “῾Ρωμαίοις ἤδη πολεμούντων ἐστὶν ο (...)

19Dans la plupart des passages où il est question de fiscalité, c’est le mot phoros qui est employé, au singulier ou au pluriel. On trouve aussi, mais plus rarement, son composé eisphora, terme qui paraît très peu précis dans le vocabulaire de Flavius Josèphe. Comme on l’a vu, il peut désigner les impôts de manière générale, mais aussi les contributions religieuses envoyées au Temple de Jérusalem63. Il renvoie parfois à des réalités romaines : Flavius Josèphe raconte ainsi qu’Hérode, désireux de protéger la Trachonitide contre les incursions des Arabes, installa non loin un chef militaire du nom de Zamaris, lui promit de l’exempter des impôts qui pesaient sur le territoire et de le délivrer de toutes les contributions (eisphora) habituelles64. On est tenté de reconnaître dans la première catégorie des droits fonciers et des taxes prélevées sur les récoltes. L’emploi du verbe ἀπαλλάσσω suggère que la deuxième catégorie recouvre plutôt des taxes qui pesaient sur les individus. Cette distinction est usuelle dans la fiscalité romaine et caractérise le tributum, la première catégorie correspondant au tributum soli, la seconde au tributum capitis. Mais dans le discours qu’Agrippa II prononça pour inciter les Juifs à ne pas se révolter contre Rome, le terme d’eisphora ne renvoie pas systématiquement au tribut romain. Le roi distingue en effet trois catégories quand il évoque les Africains : ces derniers versent une part de leur récolte, dans le cadre de l’annone, pour nourrir Rome, paient divers tributs (phorologein) et fournissent les contributions relatives aux besoins de l’empire (eisphorai)65. Dans le même discours, Agrippa emploie pourtant aussi les termes d’eisphora et de phoros pour désigner la même réalité : le tribut que les Juifs doivent, selon lui, continuer de verser à Rome66. Comme on l’avait déjà observé pour le terme de telè, celui d’eisphora peut donc prendre des sens différents et plus ou moins précis. Il en est de même pour celui de phoros.

  • 67 Martinez-Sève 2004, 87.
  • 68 Voir la contribution de J. France.
  • 69 AJ, 5.275.
  • 70 Jg 13.1.
  • 71 AJ, 10.87.
  • 72 2 R 24.1.
  • 73 BJ, 2.345-404.

20En contexte grec, deux exemples de phoros sont particulièrement bien connus : le tribut athénien qui permettait le financement de la ligue de Délos et celui qui était dû aux rois achéménides et que l’on connaît grâce à Hérodote. On considère traditionnellement qu’il consistait en une contribution unique, versée collectivement, et synonyme de soumission même si le phoros athénien ne l’impliquait pas à l’origine. Cette forme de tribut aurait été également versée aux rois hellénistiques par les communautés qui leur étaient soumises, vision sans doute trop schématique et rarement confirmée par la documentation épigraphique67. En contexte romain, il faut au moins distinguer les deux tributs versés par les provinces mentionnés précédemment : le tributum soli qui était l’impôt foncier et le tributum capitis, capitation ou plutôt impôt pesant sur l’ensemble des biens non fonciers. Ces deux tributs constituaient la fiscalité directe68. On retrouve ces différentes acceptions dans les emplois de Flavius Josèphe. En de nombreux endroits de son œuvre, il associe de manière explicite le phoros à des situations de domination politique et d’assujettissement. C’est particulièrement vrai dans la première partie des Antiquités Juives, le peuple juif étant en position de dominé ou de dominant. Nombreuses sont les expressions du type : “il vainquit un tel et le soumit au tribut”. La victoire militaire s’accompagne systématiquement de l’imposition d’un tribut, alors même que les passages de la Bible dont Flavius Josèphe s’inspire ne le précisent pas toujours ou utilisent d’autres images. Il raconte ainsi qu’après la mort du roi Abdon, les Philistins l’emportèrent sur les Israélites et perçurent d’eux des tributs pendant quarante ans69. La Bible se contente d’une expression imagée70 – le Seigneur les livra à la main (ἐν χειρί) des Philistins –, que Flavius Josèphe traduit en termes davantage compréhensibles pour un lecteur gréco-romain. De la même manière, il nous apprend que le roi Nabuchodonosor exigea des tributs de Joakim, qui les lui paya pendant trois ans71. Le deuxième livre des Rois ne mentionne pas de tributs mais précise que Joakim fut son esclave (doulos) pendant trois ans72. Ces exemples montrent clairement que l’imposition d’un tribut est rendue strictement équivalente à l’assujettissement. On pourrait les multiplier. C’est la même conception qui fonde le long discours du roi Agrippa II : les populations de la plus grande partie de l’œkoumène acceptent sans discuter la domination romaine et, par conséquent, versent le tribut ; ne pas le faire équivaut de facto à une déclaration de guerre73. Dans la Bible, les situations d’assujettissement se dissimulent aussi parfois sous un vocabulaire qui privilégie d’autres types de relations, fondées sur la notion de don. Les populations vaincues apportent des présents d’hospitalité (xenia) aux vainqueurs, ainsi les Syriens au roi David après que ce dernier eut occupé la Syrie

21 2 S 8.6 (καὶ ἔθετο Δαυιδ φρουρὰν ἐν Συρίᾳ τῇ κατὰ Δαμασκόν, καὶ ἐγένετο ὁ Σύρος τῷ Δαυιδ εἰς δούλους φέροντας ξένια).

phoros74 xenia dora75 manaa7677
  • 78 AJ, 15.303.
  • 79 AJ, 15.365.
  • 80 AJ, 16.64. On peut néanmoins se demander si les droits de douane et les péages faisaient partie de (...)
  • 81 BJ, 2.404 et 405.
  • 82 AJ, 8.39-40. Il est frappant de noter que Salomon est décrit tel un Grand Roi achéménide, image dé (...)
  • 83 AJ, 14.206 (Φόρους τε τελεȋν ὑπὲρ ταύτης τῆς πόλεως Ύρκανὸν Ἀλεξάνδρου υἱὸν καὶ παȋδας αὐτοῦ παρὰ (...)

22Comme on l’a déjà observé dans l’emploi des termes de tele et d’eisphora, celui de phoros prend également sous la plume de Flavius Josèphe des sens plus variés. Il peut désigner des impôts qui pesaient sur la production agricole : alors que la famine régnait et qu’il était impossible de cultiver, le roi Hérode ne touchait plus les tributs qu’il recevait sur les produits de la terre78. Il peut aussi désigner la totalité des impôts. C’est le cas dans deux épisodes qui mettent en scène le roi Hérode, dont le règne fut marqué par un alourdissement des prélèvements qui provoqua le mécontentement de ses sujets. Il fit donc remise du tiers des phoroi79 et à nouveau, à son retour d’une tournée en Asie au cours de laquelle il s’était distingué, du quart des phoroi de l’année en train de s’achever80. On a en fait le sentiment qu’il s’agit pour Flavius Josèphe du mot le plus apte à désigner l’impôt, quel que soit son objet. Il l’emploie pour désigner des prélèvements effectués en argent, par exemple dans le discours d’Agrippa81, aussi bien qu’en nature. Il évoque ainsi le roi Salomon dont la table était approvisionnée par les produits qu’il recevait des peuples de son royaume à titre de phoroi82. Cette conception large du mot phoros découle peut-être du fait que celui qui était versé aux rois hellénistiques ou aux Romains était lui-même la somme de plusieurs prélèvements distincts, effectués par les communautés ou par les dynastes soumis pour se procurer les sommes nécessaires. Dans une décision officielle rendue par César et retranscrite par Flavius Josèphe, il est ainsi stipulé que le roi Hyrcan et ses enfants devaient payer des tributs pour la possession de Joppé, tributs qui se montaient à 20675 modii. Le texte précise qu’ils devaient pour cela taxer les terrains, le port et les exportations83. Le mot phoroi désigne bien ici la totalité de la somme qui était versée à Rome, celle-ci étant constituée de l’addition de plusieurs prélèvements effectués dans le cadre de taxes spécifiques, plus particulièrement des droits fonciers et douaniers. Le terme de modius paraît en outre suggérer un versement en nature.

  • 84 BJ, 2.403-405 (Πρὸς τοῦτο βασιλεὺς Ἀγρίππας “ἀλλὰ τὰ ἔργα”, ἔφη ῾Ρωμαίοις ἤδη πολεμούντων ἐστὶν οὔ (...)
  • 85 AJ, 15.106-107 (il s’agit de tributs que le roi Hérode et Malichos d’Arabie devaient à Cléopâtre).
  • 86 On pourrait aussi, pour l’expliquer, faire intervenir l’action des assistants de Flavius Josèphe. (...)

23On observe enfin que Flavius Josèphe utilise le terme de phoros tantôt au pluriel tantôt au singulier, ce qui n’est pas sans poser problème (cf. tableau 1). L’emploi au pluriel pourrait désigner les différents tributs romains, ou quelque chose de similaire, soit les impôts directs. C’est peut-être parfois le cas, mais jamais de manière systématique. Il est très difficile de trouver une règle expliquant l’usage préférentiel du pluriel ou du singulier. On pourrait penser que le terme était plutôt utilisé au singulier dans un contexte abstrait, lorsqu’il désigne la notion de tribut, et au pluriel dans un sens plus concret, par exemple lorsqu’il s’agit de procéder à son prélèvement, ainsi dans le discours d’Agrippa84. Cependant Flavius Josèphe emploie aussi indistinctement le pluriel et le singulier pour désigner la même réalité85. On observe que le terme est plutôt au singulier dans la Guerre des Juifs et presque tout le temps au pluriel dans les Antiquités Juives (cf. tableau 1). C’est peut-être le signe que sa pratique a changé au cours du temps86.

Index du vocabulaire fiscal de Flavius Josèphe.

24Le vocabulaire et les catégories fiscales de Flavius Josèphe sont donc dans l’ensemble relativement peu précis, sauf quand il parle des prémices et des dîmes que devait le peuple juif. Il les emploie en outre dans des usages convenus qui ne surprennent pas. Cela ne l’empêche pas pour autant d’être sensible à certains phénomènes économiques.

Flavius Josèphe et la vie économique

25On a vu que Flavius Josèphe avait été parfois influencé par certaines pratiques de son temps. Certaines de ses remarques montrent aussi qu’il était sensible à certains phénomènes de la vie économique. Il paraît soucieux de l’utilisation des fonds prélevés dans le cadre de la fiscalité. Le discours qu’Agrippa II aurait prononcé à Jérusalem est à nouveau un document précieux pour notre propos. Le roi Agrippa II y distingue plusieurs types de prélèvements, non pas en fonction de leur nature mais en fonction de leur affectation

26 BJ, 2.383 (χωορὶς δὲ τῶν ἐτησίῶν καρπῶν, οἳ μησὶν ὀκτώ τὸ κατὰ τὴν Ῥώμην πλῆθος τρέφουσιν, καὶ ἔξωθεν παντοίως φορολογοῦνται καὶ ταȋς χρείαις τῆς ἡγεμονίας παρέχουσιν ἑτοίμους τὰς εἰσφοράς, οὐδὲν τῶν ἐπιταγμάτων ὥσπερ ὑμεȋς ὕβριν ἡγούμενοι).

eisphorai

27 BJ, 2.372 (ἀνέχονται Ῥωμαίων πρόσοδος ὄντες καὶ ταμιευόμενοι παρ’ αὐτῶν τὴν οἰκείαν Εὐδαιμονίαν). Le phoros n’est pas explicitement nommé dans ce passage, mais le contexte permet d’affirmer que c’est de lui dont il est question.

phorosprosodos phorosprosodoi87888990 eisphorai phoros91 poristes929394phoroi95 logos oikonomikos,ve96 Pseudo-Aristote.

28Au terme de cette analyse, il ne semble donc pas que la conception que Flavius Josèphe se faisait de la fiscalité ait été particulièrement novatrice. Comme beaucoup de ses contemporains, il utilisait un vocabulaire relativement peu fixé et normatif, du moins si on le compare à nos propres façons de procéder – ce qui n’est peut-être pas la meilleure des attitudes. En très bon connaisseur de la culture gréco-romaine, il était d’autre part l’héritier d’une vision traditionnelle de la fiscalité antique, et plus généralement de la vie économique, vision étroitement liée à des réflexions d’ordre politique sur l’art du bon gouvernement. Mais cela n’implique pas pour autant qu’il n’ait pas été sensible aux réalités économiques de son temps.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Baslez, M.-F. (2001) : “Le Temple de Jérusalem comme lieu de mémoire : à propos de la bibliothèque de Néhémie”, Transeuphratène 21, 31-42.

Bickerman, E. (1938) : Institutions des Séleucides, Paris.

Bilde P. (1979) : “The Causes of the Jewish War According to Josephus”, Journal for the Study of Judaism, 10, 179-202.

Bresson, A. (2000) : La cité marchande, Ausonius Scripta Antiqua 2, Bordeaux.

Burkhalter, F. (1999) : “Les fermiers de l’arabarchie : notables et hommes d’affaires à Alexandrie”, Alexandrie : une mégapole cosmopolite, Cahiers de la villa “Kérylos” no 9, Paris, 41-54.

— (2002) : “Le ‘tarif de Coptos’. La douane de Coptos, les fermiers de l’apostolion et le préfet du désert de Bérénice”, Autour de Coptos, Topoi supplément 3, 199-233.

Chankowski, V. et F. Duyrat, éd. (2004) : Le roi et l’économie. Autonomies locales et structures royales dans l’économie de l’empire séleucide, Topoi suppl. 6.

Descat, R. (1994) : “La cité grecque et les échanges. Un retour à Hasebroek”, Économie antique. Les échanges dans l’Antiquité : le rôle de l’État, Entretiens d’Archéologie et d’Histoire, Saint-Bertrand-de-Comminges, 11-30.

— (2003) : “Qu’est-ce que l’économie royale ?”, in : Prost 2003, 149-168.

Gauger, J.-D. (1977) : Beiträge zur jüdischen Apologetik : Untersuchungen zur Authentizität von Urkunden bei Flavius Josephus und im I. Makkabäerbuch, Cologne.

— (1993) : “Formalien und Authentizitätsfrage : noch einmal zum Schreiben Antiochos’III an Zeuxis (Jos. Ant. Jud. 12 : 148-53) und zu den Antiochos-Urkunden bei Josephus”, Hermes, 121, 63-69.

Gauthier, P. (1976) : Un commentaire historique des Poroi de Xénophon, Paris.

Goodman, M. (1987) : The Ruling Class of Judae. The origin of the Jewish revolt against Rome, Cambridge.

Hadas-Lebel, M. (1989) : Flavius Josèphe, le juif de Rome, Paris.

Martinez-Sève, L. (2004) : “La fiscalité séleucide : bilan et perspectives de recherche”, in : Chankowski & Duyrat 2004, 81-104.

Mélèze Modrzejewski, J. (1997) : Les Juifs d’Égypte de Ramsès II à Hadrien, Paris.

Nicolet, C. (1988) : L’inventaire du Monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

Nodet, E. (1992) : Flavius Josèphe, Les Antiquités juives, Livres I à III, Texte, traduction et notes par E. Nodet, Paris (Cerf).

— (1995) : Flavius Josèphe, Les Antiquités juives, Livres IV et V, Établissement du texte, traduction et notes par E. Nodet, Paris (Cerf).

— (1996) : La Bible de Josèphe, I Le Pentateuque, Paris.

— (2001) : Flavius Josèphe, Les Antiquités juives, Livres VI et VII, Établissement du texte, traduction et notes par E. Nodet, Paris (Cerf).

— (2005) : Flavius Josèphe, Les Antiquités juives, Livres VIII et IX, Établissement du texte, traduction et notes par E. Nodet, Paris (Cerf).

Parente, F. et J. Sievers, éd. (1994) : Josephus and the History of the Graeco-Roman Period, Leyde - New York - Cologne.

Parmentier, E. (2003) : L’œuvre historique de Nicolas de Damas : la vie de Nicolas de Damas et la composition de son œuvre historique, la place de Nicolas de Damas dans l’œuvre de Flavius Josèphe, Lille.

Pelletier, A. (1993) : Flavius Josèphe, Autobiographie, texte établi et traduit par A. Pelletier s. j., Paris.

Prost, F. éd (2003) : L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée, Rennes-Toulouse.

Pucci Ben Zeev, M. (1994a) : “Greek and Roman documents from Republican times in the Antiquities : what was Josephus’source ?”, Scripta Classica Israelica, 13, 46-59.

— (1994b) : “Marcus Antonius, Publius Dolabella and the Jews”, Athenaeum, 82, 31-40.

— (1996a) : “Ant. 14.186-267 : a problem of authenticity”, Classical Studies in honor of David Sohlberg, Ramat Gan, 193-221.

— (1996b) : “Caesar’s decrees in the Antiquities : Iosephus’forgeries or authentic Roman senatus consulta ?”, Athenaeum, 84, 71-91.

— (1996c) : “Polybius, Josephus, and the Capitol in Rome”, Journal for the Study of Judaism, 27, 21-30.

— (1996d) : “Who wrote a letter concerning Delian Jews ?”, RBi, 103, 237-243.

Rajak, T. (2002) : Josephus. The Historian and his Society, Londres (réed. de 1983).

Rengstorf, K. H. (1973) : A complete concordance to Flavius Josephus, Leyde.

Sartre, M. (2001) : D’Alexandre à Zénobie, histoire du Levant antique, Paris.

Schwartz, S. (1994) : “Josephus in Galilee : rural patronage and social breakdown”, in : Parente & Sievers 1994, 290-306.

Thackeray, H. St. J. (2000) : Flavius Josèphe. L’homme et l’historien, adapté de l’anglais par E. Nodet, Paris.

Thompson, L. A. (1982) : “Domitian and the Jewish Tax”, Historia, 31, 329-342.

Wacholder, B. Z. (1962) : Nicolaus of Damascus, Berkeley.

Notes

1 À l’exception bien entendu de traités comme les Poroi de Xénophon ou l’Économique du Pseudo-Aristote. Mais les documents primaires, épigraphiques et papyrologiques, nous informent en général davantage.

2 À la fin des Antiquités Juives, il fit même part de son désir d’écrire quatre autres ouvrages sur Dieu et sur les Lois juives (20.268). Mais il n’en eut pas le temps.

3 Pour une biographie détaillée voir Hadas-Lebel 1989.

4 Pelletier 1993, xi-xx.

5 Sur la façon de travailler de Flavius Josèphe, voir notamment Thackeray 2000, 15-32 et 33-47

6 On considère habituellement, à la suite de H. Thackeray, que Flavius Josèphe, qui ne maîtrisait pas le grec de manière parfaite, s’est fait aider par des auxiliaires dont c’était la langue maternelle (Thackeray 2000, 65-80). La part de leur intervention varierait selon les passages, mais il est peu probable qu’elle introduise un biais important et qu’elle modifie sensiblement la façon dont Flavius Josèphe exprime ce qui a trait à des questions fiscales. Tous les spécialistes de Flavius Josèphe ne partagent cependant pas les vues de H. Thackeray, ainsi T. Rajak qui ne croit pas à une intervention réellement importante de ces assistants (Rajak 2002, 233-236).

7 Notamment AJ, 12.138-153, 13.48-57, 13.126-128, 14.186-267, 14.306-322, 16.160-173. La question de l’authenticité de ces documents est récurrente. On y répond généralement par l’affirmative (cf. notamment Baslez 2001, Gauger 1977 et 1993, Pucci Ben Zeev 1994a, 1994b, 1996a, 1996b, 1996c, 1996d).

8 AJ, 1.1-17.

9 Vit., 419.

10 Examen très détaillé de ces questions dans Nodet 1992, xxv-xxix, Nodet 1995, x-xvii, Nodet 1996, Nodet 2001, xiv-xliv, Nodet 2005, xvi-lii ; voir aussi Thackeray 2000, 52-59. En ce qui me concerne, j’ai utilisé la Septante, qui seule m’était accessible, pour comparer le récit de Flavius Josèphe avec le récit biblique (Septante Royaumes 1 et 2 = Samuel 1 et 2 ; Septante Royaumes 3 et 4 = Rois 1 et 2 ; Septante Paralipomènes 1 et 2 = Chroniques 1 et 2).

11 Wacholder 1962 ; Parmentier 2003.

12 L’apport de Flavius Josèphe à notre connaissance de la fiscalité antique est important. Il est resté pendant longtemps notre principale source d’information sur la fiscalité du royaume séleucide, comme en témoigne la présentation qu’en donne E. Bickerman dans ses Institutions des Séleucides (1938). La découverte de nombreuses inscriptions provenant des cités d’Asie Mineure a depuis sensiblement modifié nos connaissances. Mais comme cet ouvrage, qui date de 1938, fut longtemps le seul à décrire les structures institutionnelles d’un État hellénistique, il a profondément marqué les conceptions que nous nous faisons du fonctionnement des royaumes et, pour la fiscalité, on a eu tendance à généraliser ce que Flavius Josèphe évoquait pour la seule Judée (Martinez-Sève 2004).

13 AJ, 12.138-153, AJ, 13.48-57, 13.126-128.

14 AJ, 12.160-186.

15 Vit., 63 et 80.

16 Vit., 429.

17 Les causes de la guerre sont néanmoins beaucoup plus complexes et s’expliquent autant par la situation économique et sociale que par la défense du judaïsme, les aspirations du peuple juif à la renaissance d’un État juif indépendant et par le basculement des notables juifs du côté de la sédition (Goodman 1987, Sartre 2001, 529-579 ; Schwartz 1994).

18 AJ, 18.1-10 et 18.26.

19 Sulpicius Quirinius procéda également au recensement en Syrie. Dès le règne d’Auguste, l’État romain s’était efforcé de connaître avec précision l’état de l’empire en procédant à des recensements du même type. L’intégration de la Judée dans l’empire le rendait d’autant plus nécessaire pour cette région. Ce recensement est d’autre part célèbre pour avoir été conduit au moment de la naissance de Jésus Christ (Lc 2.1-2), ce qui pose problème puisque Jésus serait né à l’époque d’Hérode, donc avant la venue de Quirinius (Nicolet 1988, 148-150).

20 AJ, 18.6-8.

21 BJ, 2.119-166, AJ, 18.11-25.

22 BJ, 2.272-273.

23 BJ, 2.277-279 et 293-308.

24 Bilde 1979 ; Rajak 2002, 78-103.

25 BJ, 2.345-404, voir ci-après. Flavius Josèphe a procédé comme les historiens de son temps et certainement réécrit ce discours. Il s’est peut-être inspiré pour cela d’une version réactualisée d’un texte rédigé par l’empereur Auguste, le Breviarium totius imperii, qui comprenait une description détaillée de l’état de l’empire (Nicolet 1988, 192-199). H. Thackeray considère même qu’il est entièrement l’œuvre de l’historien et qu’Agrippa ne l’aurait pas prononcé (Thackeray 2000, 27-28).

26 Ces exemptions figuraient dans les documents officiels séleucides qui sont cités par Flavius Josèphe dans les Antiquités Juives mais qui n’étaient pas présents dans la Guerre des Juifs.

27 BJ, 1.89 / AJ, 13.374.

28 AJ, 7.293 et 8.220.

29 AJ, 19.28.

30 AJ, 18.159, 259 ; 19.276 ; 20.100. Il est aussi cité dans la Il est aussi cité dans la Guerre des Juifs, mais sans son titre (BJ, 5.205). Il s’agit du frère de Philon d’Alexandrie et du père de Tibérius Julius Alexander, qui mena une carrière jusqu’à la préfecture du prétoire ; cf. Mélèze Modrzejewski 1997, 255-262. Les alabarques, ou arabarques, appartenaient au cercle des personnages les plus importants d’Alexandrie et détenaient la ferme des douanes de toute la partie de l’Égypte située à l’est du Nil (Burkhalter 1999 ; id. 2002). Flavius Josèphe cite aussi l’alabarque Démétrios (AJ, 20.147), qui se maria avec une fille d’Agrippa I, Mariamme.

31 AJ, 17.307 (Καὶ τῶν δούλων, οἳ ἐπ’ ἐκπράξει τῶν φόρων ἀξιοȋεν).

32 BJ, 2.405-407

33 AJ, 12.174-185.

34 AJ, 2.189-193.

35 Gn 47.24-26.

36 AJ, 7.109.

37 2 S 8.14 (cf. aussi 1 Ch 18.13).

38 Pour un aperçu des divers problèmes que ces prélèvements posent, cf. le commentaire que donne E. Nodet de AJ, 4.68-71, 205, 226-227, 240-243 (Nodet 1995).

39 AJ, 4.194-308.

40 C’est aussi ce que dit la Bible. Dans les faits, les prêtres pouvaient la recevoir directement (Nodet 1995, 16, n. 7).

41 Par exemple AJ, 4.68 ou 240.

42 AJ, 4.68-74.

43 Nb 18.8-32.

44 AJ, 18.312, pour ceux de Babylonie.

45 AJ, 16.160-173.

46 AJ, 3.194 (évocation de la création de cette redevance par Moïse).

47 AJ, 16.28 ; 16.45 ; 16.160-173 (problèmes rencontrés par les Juifs d’Asie Mineure et de Cyrénaïque pour rassembler les sommes destinées à cette redevance).

48 BJ, 5.187 (utilisation des sommes recueillies pour construire un rempart autour de la colline du Temple de Jérusalem) ; 6.335 (discours de Titus après la prise du Temple dans lequel il rappelle aux Juifs que les Romains les avaient autorisés à vivre conformément aux lois de leurs ancêtres).

49 AJ, 18.312 (redevances rassemblées par les Juifs de Babylonie).

50 BJ, 7.218 ; Thompson 1982.

51 On verra cependant que le mot n’a pas toujours cette connotation chez Flavius Josèphe, qui l’emploie très fréquemment.

52 BJ, 2.4.

53 AJ, 17.204 (Οἱ μὲν εἰσφορὰς ἃς ἐνιαυσίους φέροιεν ἐπικουφίζειν βοῇ χρώμενοι, ... εἰσὶ δὲ οἳ ἄρσεις τῶν τελῶν, ἃ ἐπὶ πράσεσιν ἢ ὠναȋς δημοσίαις ἐπεβάλλετο πρασσόμενα πικρῶς, ᾐτοῦντο).

54 AJ, 19.25. Cet épisode se place au début de la crise qui aboutit au renversement de Caligula. On peut néanmoins considérer que Flavius Josèphe utilise ici deux mots au sens suffisamment vaste pour englober toutes les catégories d’impôts. Au paragraphe 26, il parle d’argent (chremata), ce qui est encore moins précis.

55 AJ, 12.169, 175-178, 184, 224.

56 AJ, 12.201.

57 Dans AJ, 14.74, le mot est utilisé avec phoros (ὑποτελῆ φόρου) ; ce n’est pas le cas dans les deux exemples qui suivent.

58 AJ, 18.313.

59 AJ, 17.355.

60 BJ, 2.385.

61 AJ, 12.142.

62 AJ, 19.299.

63 AJ, 3.194.

64 AJ, 17.25 (ἀτελῆ τε τὴν χώραν ἐπηγγέλλετο, καὶ αὐτοὺς εἰσφορῶν ἀπηλλαγμένους ἁπασῶν αἳ εἰωθυȋαι ** ἐγκατοικιεȋν, τὴν γῆν ἄπρακτον παρασχόμενος).

65 BJ, 2.383 (χωρὶς δὲ τῶν ἐτησίων καρπῶν, οἳ μησὶν ὀκτώ τὸ κατὰ τὴν Ῥώμην πλῆθος τρέφουσιν, καὶ ἔξωθεν παντοίως φορολογοῦνται καὶ ταȋς χρείαις τῆς ἡγεμονίας παρέχουσιν ἑτοίμους τὰς εἰσφοράς, οὐδὲν τῶν ἐπιταγμάτων ὥσπερ ὑμεȋς ὕβριν ἡγούμενοι).

66 BJ, 2.403-404 (Πρὸς τοῦτο βασιλεὺς Ἀγρίππας “ἀλλὰ τὰ ἔργα”, ἔφη “῾Ρωμαίοις ἤδη πολεμούντων ἐστὶν οὔτε γὰρ Καίσαρι δεδώκατε τὸν φόρον καὶ τὰς στοὰς ἀπεκόψατε τῆς Ἀντωνίας. Ἀποσκευάσαισθε δ’ἂν τὴν αἰτίαν τῆς ἀτιοστάσεως, εἰ ταύτας τε συνάψετε πάλιν καὶ τελέσετε τὴν εἰσφοράν oὐ γὰρ δή γε Φλώρου τὸ φρούριόν ἐστιν ἢ Φλώρῳ τὰ χρήματα δώσετε”).

67 Martinez-Sève 2004, 87.

68 Voir la contribution de J. France.

69 AJ, 5.275.

70 Jg 13.1.

71 AJ, 10.87.

72 2 R 24.1.

73 BJ, 2.345-404.

74 AJ, 7.104 pour le passage correspondant. Ce n’est pas systématique cependant, voir AJ, 7.129 par exemple.

75 Par exemple Jg 3.15-19. Ce passage, repris par Flavius Josèphe (AJ, 5.186-190), rapporte comment le roi de Moab, Églon, soumit les Juifs mais fut assassiné par l’un d’eux, Ehud, qui lui apportait les fameux cadeaux. Dans le livre des Juges, il est clair que ces cadeaux constituent le signe de la soumission des Juifs et Ehud n’est que celui qui les apporte. Flavius Josèphe mentionne lui aussi des cadeaux, mais ne semble pas comprendre leur nature. Il éprouve le besoin de préciser qu’Ehud était un familier d’Églon, et que c’est à ce titre qu’il les lui offre.

76 Par exemple 2 R 17.3. (AJ, 9.259).

77 Il est possible que les couronnes ou les xenia offerts aux rois de l’époque hellénistique, et plus tard aux généraux romains, par les communautés placées sous leur domination aient eu pour origine des pratiques anciennes au Proche Orient, pratiques ensuite traduites dans le langage nouveau et spécifiquement grec de l’évergésie. Mais ce point demanderait une étude spécifique, impossible à réaliser ici.

78 AJ, 15.303.

79 AJ, 15.365.

80 AJ, 16.64. On peut néanmoins se demander si les droits de douane et les péages faisaient partie de ces exemptions.

81 BJ, 2.404 et 405.

82 AJ, 8.39-40. Il est frappant de noter que Salomon est décrit tel un Grand Roi achéménide, image déjà présente dans la Bible, même si le livre des Rois, où se trouve le passage (1 R 5.1-4), aurait été rédigé en plusieurs étapes durant le vie siècle.

83 AJ, 14.206 (Φόρους τε τελεȋν ὑπὲρ ταύτης τῆς πόλεως Ύρκανὸν Ἀλεξάνδρου υἱὸν καὶ παȋδας αὐτοῦ παρὰ τῶν τὴν γῆν νεμομένων χώρας λιμένος ἑξαγωγίου κατ’ ἐνιαυτὸν ἐν Σιδῶνι μοδίους δισμυρίους ἑξακοσίους ἑβδομήκοντα πέντε ὑπεξαιρουμένου τοῦ ἑβδόμου ἔτους, ὃ σαββατικὸν καλοῦσι, καθ’ ὃ οὓτε ἀροῦσιν οὔτε τὸν ἀπὸ τῶν δένδρων καρπὸν λαμβάνουσιν).

84 BJ, 2.403-405 (Πρὸς τοῦτο βασιλεὺς Ἀγρίππας “ἀλλὰ τὰ ἔργα”, ἔφη ῾Ρωμαίοις ἤδη πολεμούντων ἐστὶν οὔτε γὰρ Καίσαρι δεδώκατε τὸν φόρον καὶ τὰς στοὰς ἀπεκόψατε τῆς Ἀντωνίας. Ἀποσκευάσαισθε δ’ ἂν τὴν αἰτίαν τῆς ἀποστάσεως, εἰ ταύτας τε συνάψετε πάλιν καὶ τελέσετε τὴν εἰσφοραν οὐ γὰρ δή γε Φλώρου τὸ φρούριύν ἐστιν ἢ Φλώρω τὰ χρήματα δώσετε.... εἰς δὲ τὰς κοώας οἵ τε ἄρχοντες καὶ βουλευταὶ μερισθέντες τοὺς φόρους συνέλεγον). Mais dans le même passage Agrippa parle aussi d’eisphora.

85 AJ, 15.106-107 (il s’agit de tributs que le roi Hérode et Malichos d’Arabie devaient à Cléopâtre).

86 On pourrait aussi, pour l’expliquer, faire intervenir l’action des assistants de Flavius Josèphe. Mais c’est en général pour une même œuvre que l’on distingue des mains différentes.

87 BJ, 2.93-99 = AJ, 17.318-319.

88 AJ, 18.287.

89 Gauthier 1976.

90 Bresson 2000, 243-261 ; voir aussi Descat 1994.

91 AJ, 16.154-155.

92 AJ, 17.304-314.

93 AJ, 20.212.

94 AJ, 11.16.

95 AJ, 18.108.

96 Sur tout cela cf. Descat 2003.

Table des illustrations

Légende Index du vocabulaire fiscal de Flavius Josèphe.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

Auteur

Université Paris X - Nanterre

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540