Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Deuxième partie. La manifestation des hiérarchies sociales dans le vocabulaire et ses enjeux idéologiques

La place de l’économie dans l’expression épigraphique des notables des trois gaules

Monique Dondin-Payre

Texte intégral

1Le sujet est ambigu, ou plus exactement complexe, car les notions de “notables” et d’“économie” sont solidaires, la seconde contribuant à la définition de la première.

  • 1 Dondin-Payre 2004, 357. Voir les variations d’intitulés sur le sujet, par ex. Cébeillac-Gervasoni (...)
  • 2 C’est le raisonnement implicite de tous les bilans qui interprètent systématiquement les demeures (...)
  • 3 Savalli-Lestrade 2003, 63.

2Parmi les critères retenus pour déterminer le groupe des notables (terme qui doit être préféré à celui d’élites1), figure, en effet, la richesse, parfois aux côtés d’autres déterminants, parfois seule. Certains n’ont-ils pas imaginé qu’en Gaule il n’y avait de notables que les riches exploitants agricoles ou commerçants, et que les notables s’étant désintéressés de l’action politique et administrative pour ne se consacrer qu’à l’économie et à l’enrichissement ? La richesse serait alors l’unique facteur qui justifierait la notabilité2. Cette théorie sera discutée, mais, sans aller jusqu’à ces extrémités, des ressources financières ou des activités économiques d’un niveau minimal (niveau qu’on aurait d’ailleurs le plus grand mal à déterminer hors du cercle des administrateurs de l’empire pour lesquels nous connaissons les impératifs) sont considérées comme nécessairement associées à une position éminente. Si on entend par notables ceux qui exercent des responsabilités et qui sont riches, on valide le postulat selon lequel richesse implique systématiquement pouvoir ; si on se montre plus rigoureux et qu’on n’accepte que les attestations explicites dans les deux registres, on n’a plus personne, ou presque plus personne. Pourtant, un notable, même riche, n’est pas nécessairement un possédant : Athénagoras, médecin du préteur Cn. Octauius à Larisa, au milieu du iie s, fait partie des notables politiques puisqu’il joue un rôle diplomatique ; il est probable qu’il jouit d’une certaine aisance, il ne figure pas pour autant parmi les possédants3.

  • 4 Mrozek 2000, 344, sur l’interprétation économique de la pauvreté en témoignages.
  • 5 Pour cette analyse, France 2004. L’interprétation de la représentation des personnages en toge com (...)

3Ces considérations sont suggérées par une analyse fondée sur le recensement des notables ; on verra plus bas qu’une enquête menée par Koen Verboven à partir du recensement des negotiatores et du recoupement avec les critères de notabilité donne des résultats similaires, mais pas exactement semblables. J’ai envisagé les informations exprimées dans les inscriptions, donc ni les apports archéologiques, ni d’éventuels témoignages littéraires. Certes, les manifestations de richesse sont diverses et concordent rarement : chez les Médiomatriques les monuments sont spectaculaires, mais les nécropoles sont pauvres ; l’Aquitaine, globalement riche en inscriptions, est démunie en informations socio-économiques4. Mais les interprétations des témoignages non explicites, pour être valables, demandent un traitement très précis, qui ne peut être fait en une première phase que dans un cadre restreint : selon que l’on estime que les monuments du musée de Trèves viennent de la campagne des environs de Neumagen ou de Trèves même, on jugera que les negotiatores qui ont fait représenter des scènes domestiques quotidiennes ont investi ou non les profits du commerce dans les domaines agricoles ; l’interprétation tient à une précision historiographique5. Ont été pris en compte les témoignages de participation à une activité économique, mais aussi aux opérations financières, même si ce dernier aspect ne se manifeste que sous la forme de dépenses, jamais à travers les ressources, puisque dépenser implique qu’en amont on a amassé des moyens.

L’origine des ressources

  • 6 Sartre-Fauriat 2003, 522.
  • 7 CIL, XII, 3313, Nîmes ; voir Kisch de 1979, 272. Ma gratitude va à Julien Dubouloz, qui, avec une (...)

4On dispose, en général, de très peu d’attestations sur l’origine de la richesse, comme sur la composition de la fortune, et les coutumes épigraphiques de Gaule accentuent ce phénomène. En Syrie du sud on précise le mode de financement des tombeaux, revenus de la terre, troupeaux, responsabilités administratives ou militaires6. La seule inscription qui donne, pour les Gaules, une idée, peut-être tronquée puisque le texte est lacunaire, de la composition d’un patrimoine, vient de Narbonnaise. Il s’agit du don testamentaire fait par un particulier à la cité de Nîmes. Il se répartit en deux éléments (itemque), d’une part 2 millions de sesterces, d’autre part des domaines, et un port sur le Rhône (identifié hypothétiquement avec Chamme) :... post] mortem su[am...] HS uicies (centena milia) itemque praedia fundos portum Crindauinum ad ripam fluminis Rhodani dedit. Cette grande fortune est donc adossée à des propriétés foncières, mais aussi à des activités commerciales, cependant rien ne dit d’où vient la somme en numéraire, rien n’empêche que le défunt ait aussi exercé des activités financières, auquel cas il aurait couvert la palette des modes d’enrichissement, démentant la classification qu’on a tendance à établir. On ne sait exactement non plus ce que recouvre la mention du port : des infrastructures, sans doute des entrepôts ou des installations, sous forme d’embarcadères ou d’appontements, prolongeant jusqu’à l’eau celles qui permettaient les activités à terre. Le Rhône étant certainement un flumen publicum, personne ne peut s’approprier ses rives, mais la cité peut autoriser un particulier à y mettre des équipements, et lui concéder un droit d’usage. Héritant du tout, elle en devient propriétaire et peut alors le louer à un particulier. Cette précision n’est pas anodine pour notre sujet. Peut-être cette cession était-elle prévue dans l’accord initial, et l’a-t-elle facilité puisqu’il a permis l’aménagement des rives sans investissement de la cité, même si celle-ci en a tiré bénéfice ensuite ; peut-être relève-t-elle de la volonté du concessionnaire, auquel cas il s’agit d’une évergésie. Il est d’autant moins possible d’être affirmatif que le texte est lacunaire, mais la globalité de l’héritage, qui ne prévoit pas de différence entre le numéraire, les propriétés et les installations fluviales, laisse penser que le second terme de l’alternative est plus probable7. Selon qu’on estime qu’en faisant ce geste l’anonyme se conduit en bienfaiteur désintéressé, ou qu’il respecte un marché conclu avec la cité précédemment, on le classera plus volontiers soit dans le groupe des notables, auquel on intègre d’ordinaire les évergètes, soit dans celui des investisseurs.

  • 8 Côme : Plin., Ep., 1.19.2. Pour la péninsule ibérique, Le Roux 1995, 98 ; outre Urso, estimation d (...)
  • 9 CIL, XIII, 5708. Sur la fortune du personnage, Le Bohec 1991, 50-51, et Buisson 1991, 63-69.

5Il est statutaire qu’une partie des notables, ceux qui exercent des responsabilités municipales, possèdent des terres, sur lesquelles est fondé le calcul du cens. On n’a aucune attestation pour les Gaules, et il est difficile de faire des suppositions puisque les cens connus pour l’Occident au Haut-Empire varient considérablement selon l’importance des cités : alors que Pline se fait l’écho de 100 000 sesterces pour Côme, dans la péninsule ibérique, à Urso, un investissement minimal de 20 000 sesterces dans les jeux et les représentations théâtrales est exigé8. La question reste que, une fois dit qu’un investissement minimal dans la terre est exigé, on n’a guère progressé, puisque, à moins de supposer que la terre est toujours héritée, donc qu’il y a un immobilisme social et économique depuis la conquête, on doit se demander d’où vient l’argent investi dans la terre, le cas de l’anonyme nîmois le démontre. Le très fortuné Lingon détaille les aménagements de son tombeau et de l’enclos funéraire, sans, au moins dans la partie restante de son testament, faire mention ni de son implication dans la vie municipale, ni de l’origine des fonds qui serviront à payer l’entretien, le personnel et les célébrations ; sa richesse foncière est cependant indiscutable, comme le fait que, puisqu’il est citoyen romain, un ancêtre ou lui-même a participé à la gestion de la cité, et en a tiré sa promotion civique9. Outre que les magistrats ne constituent pas à eux seuls les notables, la terre ne peut être le seul investissement ; elle n’en exclut pas d’autres, qui la complètent mais aussi l’alimentent ; les profits dégagés par l’exploitation d’ateliers, de compagnies commerciales, financières..., sont très probablement investis partiellement dans la propriété foncière.

  • 10 Mrozek 2000, 345 : la production est surtout céramique.
  • 11 CIL, XIII, 4132 ; Kisch de 1979, 272, sur la faiblesse de l’intérêt annuel. Sur la correction du g (...)

6Bien évidemment, on est sûr que de multiples sources de richesse existent : on connaît toutes sortes de productions, de commerces, de transactions financières10 ; on a de nombreuses preuves de circulation monétaire, or qui dit circulation d’argent dit richesse, et cette richesse concerne les notables, comme le prouve la formulation des fondations ou des sportules en espèces monétaires (leur signification est considérée plus bas) : dans la cité des Trévires, à Bitburg, en 198, L. Ammia[tius] Gamburio, qui ne dit rien sur un éventuel rôle public, fait une fondation de 50 000 deniers, pour l’entretien du proscaenium (tutela prosceni) qu’il offre, et pour la célébration de jeux annuels qu’il confie à des curatores (qui ne sont pas des magistrats)11. La cité est donc capable de gérer, de percevoir des intérêts et de les investir ; cette familiarité avec les opérations financières est confortée par l’abondance des sources numismatiques dans la région. Au fond, que richesse soit associée à monnaie et à prestige social n’a rien pour étonner, et cela ne répond pas à l’interrogation : d’où vient cette richesse ?

  • 12 L’interprétation de CIL, IV, 429 peut être discutée : Caium Iulium Polybium aedilem oro uos faciat (...)
  • 13 Reddé 1978 ; Chevallier 1995.
  • 14 Frézouls 1991, surtout 35, 56-59, 66-69. Voir aussi Pavis d’Escurac 1990.
  • 15 Je remercie K. Verboven, de l’université de Gand, pour sa grande générosité ; il a extrait de sa b (...)
  • 16 Trente-neuf peuvent être considérés comme des notables en Occident (hors de l’Italie), dont presqu (...)
  • 17 Andreau 1992, 22-23 sur la difficulté d’admettre à Rome le phénomène général de la mobilité social (...)
  • 18 Reddé 1978, 50-51, qui cite Drexel 1920.
  • 19 Pour les diverses interprétations des activités lucratives des Secundinii, Demarolle 2001, 63-82 ; (...)
  • 20 Schwinden 1989, 279-318, 288.
  • 21 CIL, X, 875 ; Marcone 2000, surtout 488 ; Drinkwater 20012 ; France 2004.
  • 22 Drinkwater 1977-78, surtout 115 ; 2001, surtout 302.
  • 23 CIL, V, 6899, torrent Grand’Eyvia, dans le val d’Aoste : Imp. Caesare Augusto XIII cos. desig. [3 (...)
  • 24 Liste des ateliers dans Notitia Dignitatum, IX, 30-39 : Argentomagensis (Argenton-sur-Creuse), Mal (...)
  • 25 France 2003.
  • 26 CIL, XIII, 1057, Saintes ; peut-être 529 ; Lyonnaise : Lyon, CIL, XIII, 1986 et 1963 ; voir Andrea (...)

7Par exemple, trouve-t-on dans les Gaules des traces explicites d’association entre notabilité et activités artisanales et commerciales comme on les perçoit, semble-t-il, à Pompéi12 ? Le paradoxe veut que, quand on a très peu de sources textuelles sur les ressources économiques dans les Gaules, une exceptionnelle abondance de représentations d’exercice de métiers les caractérise, sans qu’on sache quelles catégories sociales exactes sont concernées. Les représentations figurées nous font voir des artisans modestes13 ; du moins le pense-t-on car aucun n’indique des revenus. Il est probable que le simple coût de ces monuments, qui ne mettent pas en scène les activités les moins prestigieuses (manœuvres, portefaix...), mais des artisans ou des commerçants spécialisés constitue une barrière financière, qui les réserve à ceux qui ont un niveau de ressources raisonnable. Ce n’est qu’une déduction de bon sens, et, puisque que les travaux agricoles n’y figurent jamais, contrairement à ce qui se passe en Afrique, on doit en conclure que, en dépit de leur aspect réaliste, il ne faut pas en attendre une reproduction fidèle de la réalité économique, pas plus que de la réalité sociale, ni les interpréter à l’excès. Sinon on déduirait de la répartition des témoignages explicites qu’en Gaule les métiers de production sont en faveur en Aquitaine, alors que ceux de commerce et d’argent sont concentrés à Lyon14. Koen Verboven aborde la question sous l’angle des negotiatores : d’un recensement, pour tout l’Occident, des negotiatores, attestés en écrasante majorité par l’épigraphie (237 sur 244), il a, pour s’inscrire dans l’optique de cette étude, isolé ceux qui présentent des marques de notabilité. Il a retenu des “marques de notabilité” larges, l’appartenance à des ordines, y compris au collège des augustaux, ou à une corporation, ou la concession par la cité d’une parcelle de terrain public ou une évergésie15. 11 negotiatores peuvent alors être considérés comme notables pour les Gaules (9 à Lyon), dont 6 augustaux16. De ces effectifs très faibles à la répartition très déséquilibrée, on tire des enseignements qui ne sont pas surprenants : le commerce peut conduire à l’exercice de responsabilités publiques, au sein des corporations, et, de là, à une visibilité officielle (les deux sphères ne sont pas équivalentes), dans les collèges augustaux, mais aucun négociant ne dit être allé au-delà du décurionat. On dispose donc de rares, et d’autant plus précieux, témoignages sur l’enrichissement et l’amorce de l’accession à la notabilité, deux facteurs de cette mobilité sociale qu’on perçoit, et donc imagine, mal dans le monde romain17. On ne doit pas en déduire nécessairement qu’ils se sont arrêtés là, mais que, une fois magistrats, ils ont acquis une notoriété telle, dans un registre différent, que la mention de leur réussite économique n’est plus pertinente, d’autant qu’ils ont dû satisfaire aux exigences légales et convertir une partie de leur fortune en terres. Est-on fondé à parler quand on se trouve face à une richesse incontestable, de “grands négociants enrichis, sortes de Trimalcion”, ou de “culture de parvenus”18 ? Ces expressions dénotent un mépris qu’on imagine, sans preuve, être partagé par les contemporains, envers des formes d’enrichissement jugées peu dignes d’estime. “Enrichissement”, car on n’imagine pas que des individus établis dans la société, qui y occuperaient une position affirmée depuis plusieurs générations, en un mot des notables, pourraient faire montre d’une fierté qui ne serait pas associée officiellement à, ou due à, des accomplissements dans le domaine municipal. Pour retomber dans un poncif, mais qu’on ne peut éviter, le mausolée d’Igel apporte la preuve qu’on peut atteindre ou entretenir la richesse, par la fabrication ou le commerce ou la banque ou plusieurs de ces activités, et ne pas exprimer par l’épigraphie une position particulière19. Même dans cette circonstance exceptionnelle où l’écrit et l’image se complètent, des avis opposés s’affrontent : les Secundinii sont-ils d’extraction modeste, récemment issus d’affranchis, et ont-ils représenté les étapes de leur travail là où d’autres auraient représenté leur cursus, faute d’en avoir un ? ou les affranchis, Saccius Modestus et son fils, sont-ils mentionnés pour manifester leurs liens personnels avec la famille et par là sa richesse20 ? Les Secundinii ont-ils fait leur la devise lucrum gaudium, “le profit c’est la joie” proclamée sur un mur pompéien, sans implication dans l’administration ou la religion publique, et sans s’autoriser aucune distraction21 ? Sont-ils des nouveaux riches ? Occupent-ils une place de choix dans la cité ? Rien ne le dit, et l’absence d’autres documents sur la même famille n’est pas une preuve. Ils ont montré par leur tombeau à la fois l’étendue et l’origine de leur richesse, et n’ont manifesté dans l’inscription aucune préoccupation publique, non plus, d’ailleurs, qu’aucune richesse particulière ; on connaît bien d’autres épitaphes des Gaules plus informatives et plus développées. Faut-il en imputer la raison à la nature de la fortune des Secundinii ? C’est l’opinion de J. Drinkwater qui y voit la confirmation de son tableau d’une société gauloise peu susceptible d’évoluer, dans laquelle les marchands et fabricants comme les Secundinii ne peuvent s’impliquer dans les affaires municipales, leurs préoccupations économiques étant incompatibles avec la gestion publique22. On peut s’interroger sur ce qu’on entend par “implication dans les affaires publiques”, qu’on égale systématiquement à fonctions officielles : quand C. Avillius et C. Aimus Patavinus font construire un pont en pierres à Ponte dans le Val d’Aoste, ils précisent qu’ils agissent à titre privé, par auto-célébration, diton23, alors que ces personnages, vraisemblablement propriétaires ou exploitants des mines de fer de la vallée de Cogne, se sont chargés de créer une infrastructure qui leur était indispensable pour écouler leur production et que la communauté, pour une raison ignorée (parce qu’elle n’y voyait pas son intérêt ?), n’a pas financée ; c’est la nécessité, et non le désir de paraître, qui a poussé les deux citoyens à cette réalisation. Pourtant, ils auraient pu, tant qu’à la financer, le faire au bénéfice de la communauté, en évergètes, et se targuer de leur générosité ; au contraire, ils mettent en évidence (par des caractères plus grands) le caractère privé de leur réalisation ; ce pont est donc emprunté par le public, sinon l’information n’aurait pas de sens (c’est exactement l’équivalent de notre actuelle “voie privée”, à ne pas confondre avec “propriété privée”). Deux citoyens font connaître à la collectivité les sources de financement d’un ouvrage qu’ils ont réalisé grâce à leur enrichissement, mais aussi pour se mettre en position de poursuivre celui-ci, tout en rendant au public un service dont ils ne se vantent pas car il ne constituait pas leur but principal ; la richesse industrielle et la notabilité se conjuguent, en retrait par rapport à la sphère municipale, mais pas par rapport à la sphère publique ; elles ne sont toutefois expressément mentionnées ni l’une ni l’autre. Il est rare qu’on puisse ainsi mettre en évidence l’implication d’entrepreneurs, même si certains documents confirment l’existence d’activités de production susceptibles de générer des fortunes. Les fabriques d’armes destinées aux soldats et aux fonctionnaires placées sous l’autorité de magistri officiorum, qu’énumère la Notitia Dignitatum, constituent des pôles de production qui alimentent la richesse, mais leur implantation dépend aussi du dynamisme du contexte de leur localisation ; c’est pourquoi elles furent, quand les pôles économiques changèrent, déplacées vers le nord24 ; par ailleurs, on ignore tout de leurs responsables. Nous nous en étonnons, mais le fait apparaît sans surprise quand on constate que les socii ou les conductores qui, par un engagement financier privé et non public, afferment les impôts en Gaule jusqu’au IIe s., sont inconnus, que seuls leurs employés subalternes, esclaves ou affranchis, ont laissé des traces25. Cela ne correspond pas à l’image que nous nous formons de l’association entre écrit, c’est-à-dire visibilité par rapport à la communauté, et position sociale, mais les travaux de la terre, théoriquement nobles à la différence des métiers urbains, ne sont d’aucune manière, ni figurative ni textuelle, montrés sur les monuments présentés à la collectivité. De même, les métiers d’argent, en principe mieux considérés, ne sont que très peu attestés dans les inscriptions funéraires banales, et ceci dans tout l’empire26.

8En fin de compte, on ne sait exactement ni comment on devient riche, ni par quels liens les sources de richesse sont associées, ni de quelle façon elles évoluent, mais on sait que les riches existent et que certains d’entre eux dirigent la société.

Richesse et notabilité : inévitable dichotomie ? ou inévitable association ?

9D’un côté la richesse semble faire partie des critères nécessaires à la notabilité, de l’autre jamais les notables magistrats gaulois ne font état de leur richesse en tant que telle, donc la richesse ne serait pas un critère de notabilité. Entre richesse et notabilité y a-t-il inévitable dichotomie, ou inévitable association ? Nous avons tendance à trancher en faveur de la dernière possibilité.

  • 27 Berrendonner 2003, 169.
  • 28 Drinkwater 1979.

10En témoigne le raisonnement selon lequel certaines activités professionnelles, comme les transports fluviaux ou le grand commerce, sont attestées parce qu’elles conduisent aux honneurs municipaux, ou, suppose-t-on puisqu’on n’a guère de preuves, génèrent une dignitas qui pourrait y conduire. Ce second terme de l’alternative montre qu’il s’agit d’une reconstitution qui satisfait aux critères que nous avons élaborés. Pas plus qu’en Italie ou à Rome on n’indiquait en Gaule de titulature dans les inscriptions funéraires27, et la glorification du rôle public, pratiquée en Italie ou dans d’autres provinces, n’y est pas familière, ce qui a conduit certains à conclure à l’absence de vie municipale28.

  • 29 Christol 2003, 328.
  • 30 Andreau 1992, 25-32.
  • 31 ILGN, 423 ; voir Christol 203, 332-333.
  • 32 Cracco Ruggini 1978, surtout 84-85.
  • 33 D’Arms 1974, 104-122.
  • 34 Lyapustina 1997, 60 reprend la théorie de J. J. Hatt selon lequel les élites gallo-romaines sont c (...)
  • 35 Trément & Dousteyssier 2003, 662, 670.

11Parallèlement, la scission entre rôle public politique et activités économiques a souvent été affirmée : “l’authentique notabilité n’a pas à afficher l’exercice d’une activité économique”29. Il est admis que ceux qui participent à la gestion publique ne sont plus impliqués dans des fonctions artisanales, financières, de service. Ils ne peuvent que les avoir assumées, en amont, comme marchepied à la constitution d’une fortune qu’ils ont investie partiellement en terres30. On en veut pour preuve les attestations explicites de participation à la vie économique au niveau le plus élaboré, celui des collèges qui ne recoupent jamais, dit-on, le niveau municipal, sinon en fin de parcours, c’est-à-dire en fin de vie, par exemple pour un sévir augustal à Lyon et à Nîmes, devenu ici decurio ornamentarius31. On peut en fait penser que la rareté des superpositions vient de ce que le cumul n’est exprimé que lorsqu’il correspond au bilan du rôle d’un personnage au moment de sa mort, mais que, de son vivant, il fait le tri entre les informations qu’il diffuse. Les nautes assurent le commerce du grain, or le lien entre possessions foncières et commerce des produits agricoles est bien connu, et la carrière municipale implique une fortune terrienne ; pourquoi ces chaînons seraient-ils dissociés en Gaule ? La scission apparente entre vie politique et activités rémunératrices y reflète-t-elle la réalité ou plutôt une image symbolique de la société ? L. Cracco Ruggini a remarqué qu’à Lyon, d’où proviennent plus de la moitié des attestations gauloises de collèges, les bienfaiteurs ne sont pas honorés comme ils le sont ailleurs, où ils assument aussi le rôle de magistrats32. De la même constatation faite pour Pouzzoles, J. d’Arms avait conclu à un investissement plus grand dans les affaires que dans la politique33. Cette interprétation, valable pour un grand port italien, a été reprise pour toutes les Gaules, et adossée à un argument historique, celui du désengagement politique à la suite de la révolte de 70 des notables des Gaules, uniquement accaparés désormais par des préoccupations économiques34. C’est très paradoxal puisqu’on a déjà mentionné le déficit d’informations dans les deux domaines ; il faudrait en conclure que les Gaulois ne font rien, ni politique ni travail, qu’ils se livrent à l’otium sans limite. Inversement, certains brodent sur une complémentarité contraignante entre otium et negotium, exercice des honneurs et gestion du patrimoine, qui aurait des conséquences sur l’organisation du territoire, sans éviter les contradictions : le luxe des villae disséminées autour de la capitale de la cité arverne témoignerait à la fois du désir symbolique d’impressionner la population rurale par une transposition du “modèle urbain”, se manifestant par un luxe sans utilité concrète, mais aussi de la nécessité matérielle de satisfaire aux besoins des propriétaires en tournée sur leurs domaines “tout en s’accordant régulièrement d’agréables moments de villégiature”, les reposant des magistratures35.

  • 36 Frézouls 1984, 33-34.
  • 37 Andreau 1977.
  • 38 Frézouls 1984, 49.
  • 39 Listes dans Duncan Jones 1974 et de Kisch 1979.
  • 40 CIL, XIII, 596-600 ; Drinkwater 1979 oublie de dire qu’il est préteur.
  • 41 Duncan Jones 1962 et 1965 ; de Kisch 1979, 270-271 ; Mrozek 2000.
  • 42 Liste dans de Kisch 1979, 274-280 ; chez les Trévires, outre le texte de Gamburio cité note 11, un (...)
  • 43 CIL, XIII, 5233 ; de Kisch 1979, 271.

12Au-delà de ces spéculations, l’association entre notabilité et fortune se manifeste à travers les évergésies. Ces dons, bénéficiant par définition aux communautés, en écrasante majorité aux communautés publiques, sont pérennes ; ils constituent essentiellement des investissements dans ce que nous appellerions des infrastructures utilitaires. De qui émanent-ils ? La réponse est évidente : “des gens riches” ; mais gens riches est-il équivalent de notables ? non, pas en tant que tels. N’importe qui peut faire une évergésie. Les notables municipaux forment un considérable pourcentage (73 %) des évergètes publics en Aquitaine, en Lyonnaise ; une proportion plus faible (25 %) en Belgique où les collectivités publiques sont beaucoup plus actives ; en Germanie inférieure, les évergésies sont essentiellement le fait d’officiers, et sont modestes, car elles se font au profit des communautés municipales avec lesquelles l’armée, a-t-on supposé, n’entretient pas de liens étroits36. Les évergésies sont d’autant moins synonymes de notabilité que, souvent faites par testament, elles ne peuvent ni nourrir ni conférer une notoriété personnelle ; elles peuvent, cependant, jouer un rôle si on s’inscrit dans une logique familiale. Quand elles sont faites du vivant du donateur, même en relation avec une fonction, la nature de la donation n’a rien à voir avec celleci : un prêtre n’offre pas nécessairement un temple, ou un édile un marché. Pour notre propos, il faut les associer aux fondations, investissements financiers dont les intérêts sont à dépenser dans un but précisé. On laisse une somme en argent, jamais des biens dont le revenu pourrait être substitué aux intérêts des sommes placées, et il n’est jamais fait mention de summa honoraria ; les dons sont donc en principe volontaires, même si, quand ils sont couplés avec l’accession à une magistrature ou à une prêtrise, on peut entretenir un doute37. Il n’en reste pas moins qu’on ne peut accuser les évergésies de provoquer la ruine des notables. Peu d’évergésies sont chiffrées : sur 300 évergésies correspondant à des constructions urbaines, le montant est indiqué pour 16 d’entre elles. Y. de Kisch remarque, ce que ne fait pas Drinkwater, qu’en Gaule on parle en deniers et non en sesterces ; il ne propose pas d’explication à cette pratique ; elle rend les sommes annoncées moins impressionnantes, et reflète peut-être, outre un désir moindre de frapper l’esprit des lecteurs, une aisance supérieure38. En effet, les calculs, faits essentiellement à partir de ces listes des fondations, mettent en évidence la grande prospérité des habitants des Gaules : en dépit d’un nombre d’attestations moindre qu’en Italie ou en Afrique, les sommes apparaissent comme très importantes par rapport à ces autres régions, pourtant riches39. C’est en Gaule, en Aquitaine, qu’est connue la plus coûteuse évergésie de tout le monde romain : le préteur C. Iulius Secundus offre par testament un aqueduc à Bordeaux pour le prix de 2 millions de sesterces40 ; à titre de comparaison, la somme immédiatement inférieure est une fondation d’alimenta de 1 300 000 sesterces en Afrique, et, pour un bâtiment, une donation de 600 000 sesterces pour édifier un temple, à Lambèse41. La plupart des autres attestations chiffrées concernent la Germanie supérieure et renforcent l’image de provinces prospères. On peut alors s’étonner qu’on n’ait pas commenté l’absence de témoignages sur les fondations en Lyonnaise, en dehors de Lyon, en Aquitaine et en Belgique, mis à part le cas que nous avons cité précédemment chez les Trévires42 : ce désert paraîtrait-il naturel parce que ces régions sont considérées, en dépit de tous les indices contraires, comme des zones peu dynamiques, à l’écart des courants ? Un exemple qui n’est pas tout à fait inclus dans les Trois Gaules mais en est très proche, dans le vicus d’Aquae Heluetiorum, chez les Helvètes, est significatif. L. Annusius Magianus fait construire à ses frais, complètement (a solo), un temple d’Isis ; après sa mort, son épouse Alpinia Alpinula et sa fille Peregrina donnent pour l’ornementation une somme de 100 deniers, soit 400 sesterces43 ; on peut légitimement penser que ce montant, modeste, est très inférieur à celui que le père a dépensé pour l’édification du bâtiment ; pourtant cette dernière somme n’est pas précisée ; pourquoi ? La raison qui vient à l’esprit est que le père a fait le temple à l’occasion de l’accession à une charge, non mentionnée, et que le don de sa femme et de sa fille est une ampliatio volontaire.

  • 44 Raepsaet-Charlier 20012, 111-112, à propos des Secundinii.

13Cette proposition d’explication prend en compte les nuances qui rendent délicate toute tentative de rationalisation. Est-on, pour autant, condamné à ne pas “spéculer sur cette inconnue”44 ? L’économie occupe peu de place dans l’expression épigraphique des notables des Gaules. Non parce que l’économie ne fait pas partie des catégories mentales des notables gaulois, ou parce qu’ils s’en désintéressent, mais parce qu’ils ne ressentent pas l’intérêt d’informations directes sur le sujet. On ne peut en déduire ni que ces provinces sont pauvres, ni que les préoccupations de leurs habitants sont strictement cloisonnées. Il faut plutôt penser à des variantes de culture ou de coutume qu’il est difficile de définir, mais possible de cerner. On dit souvent que les Africains, par exemple, ont pénétré les couches supérieures de l’empire, à la différence des Gaulois qui auraient fourni peu de recrues au sénat et à l’ordre équestre. En fait, les Gaulois devenus chevaliers et sénateurs ne devaient, à la différence des Africains ou des Asiates, ni mentionner leur parcours provincial ni se réclamer de leur province d’origine. De même qu’ils n’énoncent pas leur carrière sur leurs épitaphes, une fois entrés dans un autre contexte ils passent sous silence leur histoire antérieure. Le fait que les Gaules manquent aussi de dédicaces où seraient relatées les carrières municipales autorise à penser que, plutôt que d’une résistance idéologique ou d’une réticence envers l’expression de l’opulence ou de la réussite dont on ne comprendrait pas les raisons, on est en présence d’un usage laconique de l’expression épigraphique, peut-être imputable à sa faiblesse avant la conquête, alors que d’autres régions, plus familières de l’écrit, se montrent plus prolixes.

14Le préteur biturige vivisque Iulius Secundus signale son don d’un aqueduc complet, un des dons les plus coûteux de l’Empire romain, de cette façon : “C. Iulius Secundus, préteur, a donné par testament un aqueduc coûtant 200 000 sesterces”.

  • 45 CIL, XIII, 596-600, Bordeaux, répété quatre fois : C. Iul. Secondus praetor aquas ex HS XX testame (...)

15La ville de Lambèse signale ainsi la réfection d’un de ses aqueducs : “Severinius Apronianus, perfectissime, gouverneur de Numidie, patron de la cité, a fait restaurer complètement, grâce à une nouvelle conduite percée à travers la montagne, l’aqueduc Titulensis que la cité avait abandonné depuis de nombreuses années, la conduite ayant été détournée par la force du torrent. Aelius Rufus, vir egregius, flamine perpétuel, curateur de la cité, a été chargé de la réalisation”45.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Andreau, J. (1977) : “Fondations privées et rapports sociaux en Italie romaine (ier - iiie siècles)”, Ktèma 2, 57-209.

— (1987) : La vie financière dans le monde romain. Les métiers de manieurs d’argent (ive siècle av. J.-C. - iiie siècle ap. J. -C.), BEFAR 265, Rome.

— (1992) : “Mobilité sociale et activités commerciales et financières”, in : Frézouls 1992, 25-32.

— (1994) : “Les élites provinciales entre leurs cités et l’Empire. Conclusions du colloque”, in : Les élites provinciales sous le Haut-Empire romain, Coll. Wroclaw 1994, Acta univ. Wratislaviensis, Antiquitas 22, Wroclaw, 187-199.

Andreau, J., J. France et S. Pittia, éd. (2004) : Mentalités et choix économiques des Romains, Ausonius Scripta antiqua 7, Bordeaux.

Aubert, J., dir. (2003) : Tâches publiques et entreprise privée dans le monde romain, Trav. publ. par la Fac. des lettres et sc. hum. de l’Univ. Neuchâtel, Neuchâtel.

Berrendonner, Cl. (2003) : “L’Étrurie septentrionale entre la conquête et Auguste : des cités sans magistrats ?”, in : Cébeillac-Gervasoni & Lamoine 2003, 149-170.

Buisson A. (1991), “Le tombeau du Lingon. Étude du cadre architectural et archéologique”, in : Le Bohec 1991, 63-69.

Cébeillac-Gervasoni, M. et L. Lamoine, éd. (2003) : Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Coll. EFR 309, Rome.

Cébeillac-Gervasoni, M., éd. (2000) : Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien, entre continuité et rupture : Classes sociales dirigeantes et pouvoir central, Coll. EFR 271, Rome.

— (2003) : “L’écrit et l’art figuratif : privilège d’une élite ?”, in : Cébeillac-Gervasoni & Lamoine 2003, 539-568.

— éd. (1996) : Les élites de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, Coll. EFR 215, Naples-Rome.

Chevallier, R. (1995) : “Les représentations de métiers en Gaule et en Italie du Nord”, BSAF, 306-307.

Christol, M. (2003) : “Activité économique, appartenance à l’élite et notabilité : les collèges dans la Gaule méridionale et la vallée du Rhône”, in : Cébeillac-Gervasoni & Lamoine 2003, 323-337.

Cracco Ruggini, L. (1978) : “Les structures de la société et de l’économie lyonnaises au iie siècle par rapport à la politique locale et impériale”, in : Les Martyrs de Lyon (177), Coll. CNRS 575, Paris, 65-93.

D’Arms, J. (1974) : “Puteoli in the Second Century of the Roman Empire : A Social and Economic Study”, JRS, 64, 104-122.

de Ligt, L., E. A. Hemelrijk, et H. W. Singor, éd. (2004) : Roman rule and civic life : regional perspectives (first to fourth centuries AD), Amsterdam.

Demarolle, J. M. (2001) : “Igel et Metz à propos d’une nouvelle scène d’‘examen du tissu’”, in : France et al. 2001, 63-82.

Dondin-Payre, M. et M. Th. Raepsaet-Charlier, éd. (2001) : Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut Empire, Bruxelles.

Dondin-Payre, M. (2004) : “Notables et élites dans les Trois Gaules”, in : de Ligt et al. 2004, 357-371.

Drexel, F. (1920) : “Die Bilder der Igeler Saüle”, MDAI (R), 35, 83-142.

Drinkwater, J. (1977-78) : “Die Secundinier von Igel und die Woll-und Textilindustrie in Gallia Belgica : Fragen und Hypothesen”, TZ, 40-41, 107-125.

— (1979) : “Gallic personal wealth”, Chiron, 9, 237-242.

— (2001) : “The Gallo-Roman Woollen Industry and the Great Debate. The Igel Column revisited”, in : Mattingly & Salmon 2001, 297-308.

— (20012) : “Sic itur ad astra : Tension émotionnelle et reliefs religieux sur le Pilier d’Igel”, in : France et al. 2001, 141-151.

Dubouloz, J. (2003) : “Territoire et patrimoine urbains des cités romaines d’Occident (ier s. av. J.-C. - iiie s. ap. J. -C.). Essai de configuration juridique”, MEFRA, 115, 2, 921-957.

Duncan Jones, R. (1962) : “Costs, Outlays and Summae Honorariae from Roman Africa”, PBSR, 30, 47-115.

— (1965) : “An Epigraphic Survey of Costs in Roman Italy”, PBSR, 33, 189-310.

— (1974) : The economy of the Roman Empire. Quantitative studies, Cambridge.

France, J. (2003) : “La ferme des douanes dans les provinces occidentales de l’Empire romain”, in : Aubert 2003, 193-213.

— (2004) : “Les monuments funéraires et le “capitalisme” des élites trévires”, in : Andreau et al. 2004, 149-178.

France, J., H. P. Kuhnen et Fr. Richard, éd. (2001) : “La Colonne de Igel. Société et religion au iiie siècle”, Annales de l’Est, 2, 5-151.

Frézouls, Edm. (1984) : “Evergétisme et construction urbaine dans les Trois Gaules et les Germanies”, Revue du Nord, 66, 27-54.

— (1991) : “Les noms de métier dans l’épigraphie de la Gaule et de la Germanie romaines”, Ktèma, 16, 32-72.

— éd. (1992) : La mobilité sociale dans le monde romain, Coll. Strasbourg 1988, Strasbourg.

Kisch de, Y. (1979) : “Tarifs de donation en Gaule romaine d’après les inscriptions”, Ktèma, 4, 259-280.

Kotula, T. et A. Ladomirski, éd. (1997) : Les élites provinciales sous le Haut-Empire romain, Antiquitas 22, Wroclaw.

Le Bohec, Y. et A. Buisson, éd. (1991) : Le testament du Lingon, coll. CERGR 9, Lyon.

Le Bohec, Y., éd. (1991) : Le “testament” du Lingon et le Lingon du “testament””, in : Le Bohec & Buisson 1991, 41-55.

Le Roux, P. (1995) : Romains d’Espagne : cités et politique dans les provinces, iie siècle av. J.-C. - iiie siècle ap. J. -C., Paris.

Lyapustina, E. (1997) : “Élites de la Gaule romaine : les orientations économiques et politiques”, in : Kotula & Ladomirski 1997, 59-60.

Marcone, A. (2000) : “Tra archeologia e storia economica : il mausoleo dei Secundini a Igel”, Athenaeum, 88, 485-497.

Mattingly, D. J. et J. Salmon, éd. (2001) : Economies beyond Agriculture in the Classical World, Londres - New York.

Moreau, Ph. (1993) : Sur les murs de Pompéi. Choix d’inscriptions latines, Paris.

Mrozek, St. (1978) : “Les espèces monétaires dans les inscriptions latines du Haut-Empire romain”, in : Les dévaluations à Rome. Époque républicaine et époque impériale, Rome, 79-87 = Argent, société et épigraphie romaine (1er - 3e siècles). Recueil d’études complétées, Moneta 38, Paris, 2004.

— (2000) : “Fonctionnement des fondations et économie de crédit à l’époque du Haut-Empire romain”, Latomus 591, 327-345.

Navarro Caballero, M. et S. Demougin, éd. (2001) : Élites hispaniques, Ausonius Études 6, Bordeaux.

Pavis d’Escurac, H. (1990) : “Dénominations des associations artisanales dans l’Occident romain”, Ktèma, 15, 109-120.

Raepsaet-Charlier, M. Th. (2001) : “Caractéristiques et particularités de l’onomastique trévire”, in : Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier 2001, 343-398.

— (20012) : “Les Secundinii d’Igel : onomastique et statut social dans la cité des Trévires”, in : France et al. 2001, 93-112.

Reddé, M. (1978) : “Les scènes de métier dans la sculpture funéraire gallo-romaine”, Gallia, 36, 43-63.

Sartre-Fauriat, A. (2003) : “Les élites de la Syrie intérieure et leur image à l’époque romaine”, in : Cébeillac-Gervasoni & Lamoine 2003, 517-538.

Savalli-Lestrade, I. (2003) : “Remarques sur les élites dans les poleis hellénistiques”, in : Cébeillac-Gervasoni & Lamoine 2003, 51-64.

Schwinden, L. (1989) : “Gallo-römisches Textilgewerbe nach Denkmälern aus Trier und dem Trevererland”, Trierer Zeitschrift, 52, 279-318.

— (2001) : “Les scènes dites de ‘paiement de fermage’, ou ‘scènes de comptoir’ de la colonne d’Igel et des monuments de Trèves”, in : France et al. 2001, 55-62.

Trément, F. et B. Dousteyssier (2003) : “Élites et villae dans le territoire de la cité arverne”, in : Cébeillac-Gervasoni & Lamoine 2003, 661-675.

Verboven, K. (2004) : “Mentalité et commerce. Le cas des negotiatores et de ceux qui negotia habent : une enquête préliminaire”, in : Andreau et al. 2004, 179-197.

Notes

1 Dondin-Payre 2004, 357. Voir les variations d’intitulés sur le sujet, par ex. Cébeillac-Gervasoni 1996 ; Kotula & Ladomirski 1997 ; Lyapustina 1997 ; Cébeillac-Gervasoni 2000 ; Navarro Caballero & Demougin 2001 ; Cébeillac-Gervasoni & Lamoine 2003.

2 C’est le raisonnement implicite de tous les bilans qui interprètent systématiquement les demeures urbaines ou rurales d’un certain niveau comme les propriétés de notables ; l’expression qui revient souvent est “demeures aristocratiques”, qui ne prend pas en compte la possibilité pour un affranchi, par exemple, d’amasser une grande fortune.

3 Savalli-Lestrade 2003, 63.

4 Mrozek 2000, 344, sur l’interprétation économique de la pauvreté en témoignages.

5 Pour cette analyse, France 2004. L’interprétation de la représentation des personnages en toge comme la preuve d’une appartenance aux notables de rang élevé me paraît devoir être prise avec précautions ; la toge n’est que l’insigne d’une citoyenneté romaine, naturelle dans une colonie.

6 Sartre-Fauriat 2003, 522.

7 CIL, XII, 3313, Nîmes ; voir Kisch de 1979, 272. Ma gratitude va à Julien Dubouloz, qui, avec une grande générosité, m’a fait part de ses recherches sur le statut juridique des voies d’eau, de ses réflexions sur ce cas particulier, et m’a communiqué une “Note pour la lecture du cippe priuatum ad Tiberim usque ad aquam d’Ostie (CIL, XIV, suppl. 4703)”, encore inédite, où il fait le point sur les connaissances et sur les hypothèses ; pour l’instant on peut se référer à Dubouloz 2003.

8 Côme : Plin., Ep., 1.19.2. Pour la péninsule ibérique, Le Roux 1995, 98 ; outre Urso, estimation de 20 à 25 000 sesterces pour Irni.

9 CIL, XIII, 5708. Sur la fortune du personnage, Le Bohec 1991, 50-51, et Buisson 1991, 63-69.

10 Mrozek 2000, 345 : la production est surtout céramique.

11 CIL, XIII, 4132 ; Kisch de 1979, 272, sur la faiblesse de l’intérêt annuel. Sur la correction du gentilice Ammius en Ammiatius, Raepsaet-Charlier 2001, 395.

12 L’interprétation de CIL, IV, 429 peut être discutée : Caium Iulium Polybium aedilem oro uos faciatis. Panem bonum fert doit-il être compris comme “Faîtes donc de Gaius Julius Polybe notre édile. Il fabrique du bon pain”, Reddé 1978, auquel cas on se propose de faire d’un boulanger un magistrat municipal ? ou comme “Il apporte avec lui du bon pain”, Moreau 1993, ce qui ferait référence soit aux distributions de nourriture de qualité que l’édile est susceptible d’organiser, soit au contrôle qu’il exerce sur les boulangers ?

13 Reddé 1978 ; Chevallier 1995.

14 Frézouls 1991, surtout 35, 56-59, 66-69. Voir aussi Pavis d’Escurac 1990.

15 Je remercie K. Verboven, de l’université de Gand, pour sa grande générosité ; il a extrait de sa base de données et commenté les documents pertinents pour cette étude ; voir Verboven 2004.

16 Trente-neuf peuvent être considérés comme des notables en Occident (hors de l’Italie), dont presque la moitié d’augustaux. Pour les Gaules, liste établie à partir des informations de K. Verboven : négociants décurions, le Trévire C. Apronius Apronii Blandi f. Raptor, à Lyon, CIL, XIII, 1911 ; et AE, 1904, 176 = CIL, XIII, 11179 ; le Syrien Thaemus Iulianus Sati f., CIL, XIII, 2448 = AE, 1975, 616, Genay, Lyonnaise. [----] Martialis, CIL, XIII, 1962 ; C. Primius Secundianus, 1966 ; Cn Danius Minuso, 2121 ; [---] Attalus, AE, 1982, 702 sont sévirs augustaux à Lyon. L’ignotus de AE, 2000, 980 est sévir augustal trévire ; M. Messius Fortunatus, CIL, XIII, 6366 est augustal en Germanie Supérieure. Les autres sont negotiatores, M. Inthatius M. f. Vitalis ; M. Sennius Metilus ; Popillius ; L. Hilarianius Cinnamus, respectivement CIL XIII, 1954 ; 2029 ; 2023 ; 1996, tous à Lyon.

17 Andreau 1992, 22-23 sur la difficulté d’admettre à Rome le phénomène général de la mobilité sociale et d’associer ascension sociale et enrichissement.

18 Reddé 1978, 50-51, qui cite Drexel 1920.

19 Pour les diverses interprétations des activités lucratives des Secundinii, Demarolle 2001, 63-82 ; Drinkwater 20012 ; Schwinden 2001, 55-62.

20 Schwinden 1989, 279-318, 288.

21 CIL, X, 875 ; Marcone 2000, surtout 488 ; Drinkwater 20012 ; France 2004.

22 Drinkwater 1977-78, surtout 115 ; 2001, surtout 302.

23 CIL, V, 6899, torrent Grand’Eyvia, dans le val d’Aoste : Imp. Caesare Augusto XIII cos. desig. [3 a C.] C. Auillius C. f. C. Aimus Patauinus priuatum ; Cébeillac-Gervasoni 2003, 545 ; CIL, V, 6926, sur un tombeau, à Corynè, on trouve les deux mêmes noms : T. Aimus M. Auilliu(s) ; voir ibid. l’étude onomastique.

24 Liste des ateliers dans Notitia Dignitatum, IX, 30-39 : Argentomagensis (Argenton-sur-Creuse), Malisconensis (Mâcon), Augustodunensis (Autun), Suessionensis (Soissons), Remensis (Reims), Triberorum (Trèves), Ambianensis (Amiens) ; Lyon n’apparaît plus.

25 France 2003.

26 CIL, XIII, 1057, Saintes ; peut-être 529 ; Lyonnaise : Lyon, CIL, XIII, 1986 et 1963 ; voir Andreau 1987, 320 ; ils sont nummularii. Sur la rareté de ces métiers hors de Rome, ibid., 322-323.

27 Berrendonner 2003, 169.

28 Drinkwater 1979.

29 Christol 2003, 328.

30 Andreau 1992, 25-32.

31 ILGN, 423 ; voir Christol 203, 332-333.

32 Cracco Ruggini 1978, surtout 84-85.

33 D’Arms 1974, 104-122.

34 Lyapustina 1997, 60 reprend la théorie de J. J. Hatt selon lequel les élites gallo-romaines sont composées d’artisans et de commerçants émergés après la révolte de 70. Cette thèse, selon laquelle une élite artisanale et commerçante a succédé à une élite foncière au ier s. p.C., est définitivement discréditée ; voir Andreau 1994, 197.

35 Trément & Dousteyssier 2003, 662, 670.

36 Frézouls 1984, 33-34.

37 Andreau 1977.

38 Frézouls 1984, 49.

39 Listes dans Duncan Jones 1974 et de Kisch 1979.

40 CIL, XIII, 596-600 ; Drinkwater 1979 oublie de dire qu’il est préteur.

41 Duncan Jones 1962 et 1965 ; de Kisch 1979, 270-271 ; Mrozek 2000.

42 Liste dans de Kisch 1979, 274-280 ; chez les Trévires, outre le texte de Gamburio cité note 11, une autre fondation est peut-être attestée (CIL, XIII, 4021 mais ILB, 115) ; on pense à une inscription funéraire, où serait, fait exceptionnel en Gaule, indiqué le coût du monument.

43 CIL, XIII, 5233 ; de Kisch 1979, 271.

44 Raepsaet-Charlier 20012, 111-112, à propos des Secundinii.

45 CIL, XIII, 596-600, Bordeaux, répété quatre fois : C. Iul. Secondus praetor aquas ex HS XX testamento dedit. CIL, VIII, 2661, Lambèse : Aquam Titulensem, quam ante annos plurimos Lambaesitana ciuitas interuerso ductu ui torrentis amiserat, perforato monte instituto etiam a solo nouo ductu, Seuerinius Apronianus, u(ir) p(erfectissimus), p(raeses) p(rouinciae) N(umidiae), pat(ronus) col(oniae) restituit, cur(ante) Aelio Rufo, u(iro) e(gregio), fl(amini) p(er) p(etuo), cur(atore) r(ei) p(ublicae) (276-282  p.C.).

Auteur

UMR 8585, Centre G. Glotz

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540