Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Deuxième partie. La manifestation des hiérarchies sociales dans le vocabulaire et ses enjeux idéologiques

Le plebiscitum Claudianum

André Tchernia

Texte intégral

  • 1 Liv. 21.53.3-4 : [Flaminius] inuisus etiam patribus ob nouam legem quam Q. Claudius tribunus plebis (...)
  • 2 Je ne rappelle ici que les récentes. Càssola 1962, 216-217 a passé en revue les plus anciennes.
  • 3 Nicolet [1980, 879] 2000, 27-28.
  • 4 Nicolet [1980, 882] 2000, 31.
  • 5 Yavetz 1962 ; Càssola 1962, 217-8.
  • 6 Gabba [1981] 1988 ; Clemente 1983 ; Zevi 1994.

1Le plebiscitum Claudianum, qui, en 219/218 a.C., interdit aux sénateurs et à leurs fils de posséder des bateaux de mer d’une capacité supérieure à 300 amphores1, a fait l’objet de discussions nombreuses et d’interprétations variées2. On a longtemps admis qu’il avait pour effet d’interdire aux sénateurs de pratiquer le commerce, “comme d’ailleurs, ainsi que l’a dit Claude Nicolet, tout quaestus, c’est-à-dire toute recherche de profit, au premier chef par les voies de l’économie”3. On s’est demandé quels principes, ou quels intérêts, animaient le tribun de la plèbe Q. Claudius qui l’a proposé, et Flaminius, le seul sénateur qui l’ait appuyé, encourant pour cela la haine de ses collègues. En l’absence d’éléments permettant de régler les réponses à cette question, les opinions les plus diverses ont été émises. Pour certains, on voulait rappeler les sénateurs au mos maiorum4. Pour Yavetz, Flaminius cherchait à se concilier les chevaliers en leur réservant les possibilités d’enrichissement par les affaires. Càssola au contraire pense qu’en les empêchant d’accéder au Sénat, il manifestait de l’hostilité envers les financiers5. Gabba a soutenu qu’il s’agissait de protéger les sénateurs des risques du commerce maritime à grande échelle. Guido Clemente a laissé entendre, après Mommsen, que la loi devait concerner des problèmes d’activité commerciale en liaison avec l’administration des provinces et la passation des marchés, et Fausto Zevi y a vu précisément un moyen d’écarter les sénateurs des transports de blé fiscal6. C’est une hypothèse que je tenterai d’étayer, en la complétant et en l’insérant dans un tableau plus vaste.

  • 7 Shatzman 1975, 100.
  • 8 Gabba [1981, 256] 1988, 32.
  • 9 Clemente 1983, 255.

2Depuis 1975, l’idée que les restrictions du plebiscitum Claudianum aboutissaient à interdire le commerce aux sénateurs a été à juste titre mise en cause, en particulier par Israël Shatzman7, Emilio Gabba8 et Guido Clemente9. De fait, il n’y a pas besoin d’être propriétaire de navires pour faire du commerce, et tous les commerçants, même quand ils font du trafic maritime, ne possèdent pas de bateaux. C’est de tout temps une pratique courante que de louer de l’espace sur le bateau d’un autre ou de l’affréter entièrement. Les exemples abondent dans l’Antiquité, et les archéologues sous-marins n’ont pas manqué de découvrir des épaves qui abritaient ensemble les marchandises de plusieurs négociants. Aucune loi n’a jamais empêché qui que ce soit de passer des contrats mercium uehendarum et d’utiliser l’espace de navires appartenant à autrui.

3Ceux qui ont interprété la loi dans le sens d’une interdiction de faire du commerce, et même plus largement des affaires, l’ont manifestement comprise à la lumière des deux attendus emboîtés que Tite-Live indique aussitôt après : Id satis habitum ad fructus ex agris uectandos ; quaestus omnis patribus indecorus uisus. Le texte comprend en effet une première phrase, qui cite l’injonction de la loi, et deux phrases au style direct qui sont de Tite-Live. Je les appellerai l’exposé des motifs. On peut penser (mais cela a été contesté et nous y reviendrons) que Tite-Live les a écrites à partir de ce qu’il pouvait connaître de la suasio de Flaminius, ou de la contio du rogator Q. Claudius.

4Mon parti ici sera de commencer par examiner séparément le contenu de la loi et celui de l’exposé des motifs. Bien souvent, l’exposé des motifs d’une loi invoque des principes qu’elle ne prétend pas mettre entièrement en œuvre ; il n’indique pas non plus les raisons d’opportunité plus concrètes qui en expliquent l’adoption. Ce sont bien elles du reste que l’on cherche à découvrir derrière le texte de 218.

Ne pas posséder de bateaux de mer de plus de 300 amphores

5Si la limitation du tonnage des bateaux qu’ils pouvaient posséder ne suffisait pas à interdire aux sénateurs de faire des affaires commerciales, quelles conséquences exactes pouvait-elle avoir sur leurs activités ? La réponse dépend de deux choses : d’abord des possibilités d’exploitation qu’offre en général la possession d’un bateau ; ensuite de celles qu’autorise ou non la possession d’un navire de 300 amphores au iiie s. a.C.

  • 10 Gaius, Inst., 5.71 : Exercitor nauis is est ad quem quotidianus quaestus nauis peruenit. On peut se (...)

6Un propriétaire de navire (dominus nauis) a trois façons de l’utiliser. Soit pour son propre usage, en y transportant des biens qui lui appartiennent, qu’il les ait produits lui-même ou qu’il les ait achetés. Soit en exploitant le navire, selon deux modalités principales. Ou il conserve l’exploitation commerciale du navire et cherche des négociants désireux d’y charger leur marchandise moyennant un fret (merces, naulum). Ou il se contente de louer pour un certain temps, ou même définitivement, le navire à un tiers, qui prendra à son compte l’exploitation commerciale et sera l’exercitor nauis. C’est à lui que reviendront tous les profits tirés de l’exploitation du navire, et, pour Gaius, c’est cela précisément le quaestus nauis10. Nous appelons naviculaires ceux qui exercent ces activités, sauf s’il s’agit du transport de ses propres récoltes.

  • 11 Wallinga 1964.
  • 12 Benoit 1961, 165, n. 3.
  • 13 Le système de chargement imbriqué des amphores Dr. 1 fait gagner une place notable, qui, dans leur (...)

7Le volume des opérations dépend bien évidemment du tonnage du navire. Qu’est-ce au juste qu’un navire capable de transporter 300 amphores ? Il y a quarante ans que Wallinga, dans un article fondamental, a ajouté notre texte à beaucoup d’autres sources grâce auxquelles il a démontré qu’une indication de tonnage en amphores ne renvoyait pas au sens d’amphora comme mesure de capacité (le quadrantal d’environ 26 litres), mais à un nombre d’amphores réelles11. En 218, ces amphores ne peuvent être que les “gréco-italiques”, amphores à vin bien connues, en particulier par quelques épaves. L’exemple le plus utilisé, sur lequel Wallinga s’est étendu, est celui des amphores de l’épave du Grand-Congloué I, disparue au large de Marseille au tout début du iie s. a.C. Elles avaient une capacité tournant autour du quadrantal, et le contenant pesait 10 à 13 kg12. Admettons qu’une amphore pleine pesait en moyenne 38 kg. Sur cette base, le port en lourd autorisé par le plebiscitum Claudianum est un peu inférieur à 11,5 tonnes. Mais les amphores gréco-italiques, avec leur forme en toupie, sont encombrantes, bien plus que ne le seront les Dr. 1 au ier s. Wallinga avait justement calculé que chacune occupait au Grand-Congloué un volume de 115 litres. Les 300 amphores du plebiscitum Claudianum font ainsi un bateau de 24 tonneaux d’ordonnance de 1,44 m313.

  • 14 Nieto et al. 1989 ; Carreras et al. 2003.
  • 15 Charlin et al. 1978 (le rapprochement avec la lex Claudia a été fait par les auteurs p. 88-89) ; Gu (...)
  • 16 Heilporn 2000.
  • 17 Cabantous 2005, 267 ; Buti 2005, 13.

8Un bateau de cette taille n’est pas grand, mais il est parfaitement capable d’affronter la haute mer et s’il le faut de traverser la Méditerranée. Les épaves fouillées par Javier Nieto dans l’anse de Cala Culip au Cap de Creux, qui sont les témoins d’un commerce de redistribution et d’une navigation côtière sur 80 milles marins entre Narbonne et Ampurias au ier s. p.C., ne dépassent pas 8 t de chargement14. L’épave de Cavalière, coulée au début du ier s. a.C. près des côtes du Var, avait été construite en Italie du sud et avait fréquenté l’Afrique : elle atteignait à peine 28 tonneaux15. Un papyrus récemment publié donne une liste de navires arrivés à Alexandrie au iie s. p.C. : le plus petit d’entre eux a une capacité de 1000 artabes, soit entre 20 et 28 tonneaux selon l’équivalent que l’on choisit pour l’artabe16. À Marseille au xviiie s. la tartane de négoce faisait entre 30 et 60 tonneaux, et partaient même “en caravane”, autrement dit pour les côtes turques afin d’assurer le commerce de cabotage de l’Empire ottoman, quelques rares bateaux qui, à côté de beaucoup plus gros, prétendaient ne faire que 15 tonneaux17. Un navire de 300 amphores est petit, mais il n’est pas forcément inutilisable pour le commerce : il est à la limite.

  • 18 Cibecchini & Principal 2002.
  • 19 Benoit 1961, 29 et 36.

9Les tonnages varient énormément selon les époques et l’importance des trafics qu’on veut assurer. Il faut les examiner dans leur contexte. Dans la seconde moitié du iiie s. a.C., nous nous trouvons au moment des premières exportations maritimes de vin d’Italie centrale. La plus ancienne épave chargée de ces amphores, naufragée près de l’île de Monte-Cristo, peut remonter à 250. Après quoi, quatre épaves semblent s’inscrire entre 240 et 220, dont deux transportaient des cargaisons mixtes et étaient probablement réservées au trafic local en Gaule méridionale ou dans la région des îles Baléares et de la Catalogne ; seulement deux en Toscane et en Catalogne, n’étaient chargées que d’amphores italiennes. Enfin, dans le dernier quart du siècle, on compte cinq épaves, trois en Corse, une en Sicile et une en Gaule à l’île de Porquerolles18. Malheureusement, aucune des épaves exclusivement chargées d’amphores italiennes n’a été véritablement fouillée, et on ne connaît pas leurs dimensions exactes. Il est toutefois certain qu’aucune ne transportait les milliers d’amphores qu’on trouvera plus tard, au moment des grands transports de vin de la fin du iie s. et du ier s. La première estimation approximative repose sur l’épave du Grand-Congloué I ; il semble qu’elle ait transporté au moins 450 amphores et 7000 pièces de vaisselle à vernis noir19. Au milieu du iie s. a.C., l’épave de La Chrétienne C, qui est une des plus anciennement connues, passe pour avoir contenu 500 amphores. Avec ces exemples, nous ne sommes pas dans un ordre de grandeur radicalement différent du chiffre du plebiscitum Claudianum.

  • 20 Pl., Mer., 76-79, trad. A. Ernout.
  • 21 Hill 1958. La question se complique parce que métrètès en grec n’est qu’une unité de mesure alors q (...)
  • 22 Thc. 4.118.5.

10Dans le Mercator de Plaute, Charinus raconte comment son père Démiphon s’est enrichi : après avoir été élevé à la dure dans les travaux des champs, il a vendu ses terres dès qu’il a hérité, et acheté un navire d’une capacité de trois cents métrètes “sur lequel il avait porté en tous lieux sa marchandise, n’ayant point de cesse qu’il eût amassé le bien qu’il avait maintenant”20. La métrète est une mesure grecque de capacité : environ 39 litres, une fois et demie l’amphora. À s’en tenir à la lettre du texte de Plaute, c’est un tonnage bien suffisant pour s’enrichir en faisant commerce avec son propre navire. Ce texte serait fort important pour notre propos si, depuis longtemps, certains n’y avaient précisément vu un souvenir du plebiscitum Claudianum. H. Hill en particulier, trouvant le tonnage trop faible, a pensé que, si Plaute a recopié l’unité de jauge de sa source (l’Emporos de Philémon qui vécut à cheval entre le ive et le iiie s.), il a modifié le chiffre pour en faire une allusion humoristique à notre loi21. Mais, en dehors du passage très controversé de Thucydide sur la limitation de tonnage acceptée par les Lacédémoniens en 42322, les références de taille invoquées par Hill sont largement anachroniques : il oppose les 300 métrètes aux gros tonnages des navires de la fin de la République et du ier s. p.C. dans un contexte économique et naval totalement différent. En 300 a.C., l’épave de Kyrénia, une des mieux étudiées qui soient, a sombré au nord de Chypre avec une cargaison, composée principalement d’amphores de Rhodes, qui ne dépassait pas 20 tonnes de port en lourd. Je n’exclurais pas que Philémon ait voulu désigner le petit bateau que pouvait acquérir un modeste paysan après avoir vendu son bien pour se lancer dans le commerce.

  • 23 Je rejoins à peu près ici Andreau 1980, 914 : “elle les empêchait surtout d’être des entrepreneurs (...)

11Le navire de 300 amphores du plebiscitum Claudianum présente au total toutes les difficultés d’interprétation d’un chiffre limite. Il n’est pas impossible qu’avec un tel tonnage on ait pu, au iiie s. a.C., se livrer à des activités commerciales et même à des activités de transporteur. Mais tout cela, et surtout pour le second cas, au très petit pied. C’est une règle générale que l’activité de transporteur est beaucoup moins lucrative que l’activité de négociant, et un naviculaire disposant d’une unité de 300 amphores ne se serait certainement pas beaucoup enrichi. Si un sénateur avait voulu exercer une activité de transporteur ou en général d’exploitant de navire, la loi ne l’en aurait pas empêché dans son principe, mais elle l’aurait étroitement limité, au point de rendre cette activité peu profitable, et probablement sans intérêt pour lui23. Enfin, ne l’oublions pas, la limite de 300 amphores pouvait gêner aussi le propriétaire d’un grand vignoble, comme nous allons le voir.

Un tonnage considéré comme suffisant pour transporter ses propres récoltes

  • 24 Wallinga 1964, 21-22, n. 2.
  • 25 Agr., 11.
  • 26 Agr., 11.1 ; Tchernia 1995, 383-384 et 393.

12Le contenu total des 300 amphores est de 78 hl. Bien entendu, il n’est pas impossible pour un propriétaire de transporter son vin en plusieurs fois24, mais, s’il y a un marché sur lequel il puisse le vendre en bloc, cela le désavantage. L’inconvénient est d’autant plus sensible que le trajet à parcourir jusqu’au point de vente est plus long. On peut partir de l’hypothèse que la capacité autorisée était censée égaler la production d’un domaine. Les rendements de l’Italie péninsulaire au iiie s. a.C. n’étaient pas très élevés. Caton pourtant recommande d’avoir assez de dolia pour stocker cinq vendanges ayant fourni en moyenne 33 hl/ha par an25. C’est un maximum. Si nous fixons une fourchette de rendement entre 15 et 30 hl/ha, le vignoble visé par le plebiscitum Claudianum aurait une superficie comprise entre 2,6 et 5,2 ha, soit environ 10 à 20 jugères. Nous sommes loin du vignoble type envisagé par Caton dans son De agricultura : 100 jugères26. À tous égards, pour la navigation comme pour le volume de la production, le seuil des 300 amphores paraît avoir été fixé aussi bas qu’il était possible de le faire sans tomber manifestement dans le déraisonnable.

Le quaestvs et l’organisation de l’exposé des motifs

13L’interdiction et les deux phrases de l’exposé des motifs ont la forme d’un syllogisme rétrograde. Mis dans l’ordre, il comporte majeure, mineure et conclusion. La majeure dit que tout quaestus est déshonorant pour les sénateurs. La mineure que le transport des produits de son domaine ne requiert pas un navire de plus de 300 amphores. La conclusion que les sénateurs n’ont pas lieu de posséder de navire de plus de 300 amphores. Si l’on veut expliciter la logique du syllogisme, il faut développer tout ce qu’il y a d’implicite dans la mineure : transporter sa récolte, et la vendre, ne constitue pas un quaestus ; en revanche, tous les autres usages d’un navire – nous les avons passés en revue plus haut – font partie du quaestus. La conclusion s’impose alors : un navire de plus de 300 amphores étant superflu pour transporter sa récolte, on ne peut en posséder que pour l’exploiter in quaestum ; ce serait donc un déshonneur pour un sénateur. La limite des 300 amphores apparaît dans ce système comme un opérateur commode de définition, une façon matérielle d’empêcher d’utiliser un navire en vue du quaestus, sans avoir à s’interroger sur l’origine de la cargaison. Une faille de la loi laisse le droit à un sénateur d’exploiter commercialement un petit bateau. Tentation considérée sans doute comme une hypothèse d’école plus que comme une réalité.

14La difficulté de l’interprétation vient du rapport entre l’interdiction et la majeure. Le syllogisme fait de celle-ci une idée générale justifiant une interdiction d’ambition plus limitée. Or, il y a bien des façons de faire du quaestus sans posséder un navire, et, en conséquence, un hiatus entre le principe énoncé dans la majeure et l’interdit de la conclusion, qui n’en impose pas l’exécution entière. Si l’on prête au principe général une volonté normative, le hiatus devient contradiction.

15Cette discordance explique la plupart des discussions autour du plebiscitum Claudianum et fonde les questions qu’on se pose. Pourquoi s’en être tenu là ? Quelle était la véritable intention du législateur ? Quel sens doit-on donner au mot quaestus ? Comment doit-on relier le contexte historique à chacun des termes discordants du texte ? Comment enfin s’explique la haine des sénateurs contre le seul d’entre eux qui ait défendu la loi, Flaminius ?

16Commençons, pour répondre à ces questions, par examiner les parallèles que nous trouvons ultérieurement au plebiscitum Claudianum.

Le devenir du plebiscitvm Clavdianvm : les Verrines et la lex Ivlia repetvndarum

17De la lex Iulia repetundarum de 59, le point qui nous concerne est bien connu depuis qu’en 1955 a été publié un parchemin acquis l’année précédente par l’Université de Leyde. Il contient vingt-trois lignes des Sententiae de Paul ; les lignes 7 à 11 rappellent ceci : senatores parentesue eorum, in quorum potestate sunt, uectigalia publica conducere, nauem in quaestum habere, equosue curules praebendos suscipere prohibentur ; idque factum repetundarum lege uindicatur.

18Nous venons de voir que les attendus du plebiscitum Claudianum obligent à comprendre la limite des 300 amphores comme une façon, plus ou moins rigoureuse, d’empêcher de tirer des profits directs de la possession d’un bateau. Les choses sont dites ici plus explicitement : l’interdiction n’est plus définie par un moyen matériel de reconnaissance, la taille du navire, mais par l’usage qu’en fait son propriétaire. La loi y gagne en ce sens que le tonnage de 300 amphores limitait les activités de quaestus, mais ne les empêchait pas totalement. Elle y perd en efficacité des moyens de contrôle, puisque la possession d’un plus gros navire, facile à constater, n’est plus interdite, et qu’il faut aller vérifier l’usage qui en est fait.

19La raison du changement ne paraît pas très difficile à trouver. En 218, la limite des 300 amphores laissait en principe (j’y reviendrai) la possibilité de posséder un bateau de taille suffisante pour transporter les amphores de ses vendanges. Ce bateau aurait déjà été bien trop petit pour transporter le produit du vignoble type de Caton, dont la superficie est de 100 jugères, et qui pouvait produire 3 000 à 4 000 amphores de vin. Un siècle plus tard, à l’époque du développement maximal de la grande propriété viticole, cette limite n’avait plus de sens. Il n’y avait plus d’autre solution que d’expliciter l’objectif de la loi : interdire un usage commercial du navire.

  • 27 Cic., II Verr. 5, 44-46.
  • 28 La seule exception à ma connaissance est celle de Aubert 2004, 167.

20Cette remarque invite à revoir le passage des Verrines concernant la trirème que Verrès s’était fait offrir par les Mamertins27. Comme Cicéron dit liminairement que l’avocat de Verrès n’a pas à craindre qu’il invoque contre son client les lois interdisant la possession d’un navire aux sénateurs, car ces lois sont archaïques et mortes (antiquae et mortuae), on en a très généralement déduit que le plebiscitum Claudianum ne s’appliquait plus en 7028. Un examen plus global du texte conduit en fait à une conclusion presque inverse.

  • 29 Quid eos loqui qui uidebant, quid existimare eos qui audiebant, arbitrabare ? Inanem te nauem esse (...)

21Verrès a reçu, illégalement, en cadeau des Mamertins une grande trirème qui a abordé à Vélia, où bien des gens ont pu la voir. L’objectif de Cicéron est double : répondre à une contestation du fait, qui prétendrait que Verrès a financé de ses deniers la construction de la trirème ; démontrer que Verrès ne pouvait utiliser ce bateau que pour une chose, transporter en Italie le fruit de ses pillages en Sicile. Il passe pour cela en revue tous les autres usages que Verrès aurait pu faire de la trirème et montre qu’aucun n’est possible ou vraisemblable. En Sicile, Verrès n’avait pas besoin de bateau, puisque l’État en mettait à sa disposition pour tous ses déplacements officiels, et que sa fonction lui interdisait les déplacements privés. Transporter les produits de ses terres de Sicile en Italie ? Il n’avait pas le droit d’avoir un domaine dans sa province. Ramener le navire vide en Italie ? Mais pour quel usage ? L’exploiter commercialement, nauiculariam, cum Romam uenisses, esse facturum ? L’interrogation est purement rhétorique. Cicéron n’a pas besoin de prendre la peine de répondre à cette hypothèse : elle est manifestement absurde et du dernier comique. Reste une ultime possibilité : que Verrès ait possédé en Italie un domaine maritime, et que ce bateau ait pu lui servir ad fructus deportandos. Mais chacun sait qu’il n’en a pas. Voilà pourquoi il est sûr que la construction de la trirème ne se justifiait que par le besoin qu’avait Verrès de transporter ses pillages en Italie29.

22Les deux dernières hypothèses envisagées renvoient à la fois au plebiscitum Claudianum et à la lex Iulia repetundarum. On peut avoir en 70 un navire pour transporter le produit de ses récoltes si l’on possède un domaine au bord de la mer. C’est ce qu’explicitait le plebiscitum Claudianum dans des termes très voisins : ad fructus ex agris uectandos. Mais un sénateur ne saurait avoir des activités de naviculaire, autrement dit tirer des bénéfices de l’exploitation d’un navire, le posséder in quaestum : c’est ce que dit la lex Iulia repetundarum. Plus précisément, pour un sénateur, l’activité de naviculaire est non seulement illégale, elle est proprement impensable. L’interdit de 218 a été totalement intégré dans les pratiques et les mentalités. En revanche, Cicéron n’invoque pas la taille du navire de Verrès. C’est bien là en effet la part, la seule part, “archaïque et morte” de la loi de 218, et c’est cela, et cela seulement, qu’il a dit à Hortensius en commençant son développement. Le glissement vers la définition de la lex Iulia repetundarum, une interdiction de nauem in quaestum habere, et non plus de posséder un navire dépassant un certain tonnage, est fait dans la pratique, et il serait inopportun et malhabile d’évoquer la limite des 300 amphores, même si ce glissement ne semble pas avoir été encore sanctionné par la loi. Les propriétaires de domaines maritimes transgressent sans vergogne la lettre, mais non l’intention du plebiscitum Claudianum. La limite du tonnage à 300 amphores était évidemment devenue inapplicable en face de l’accroissement de la dimension des domaines.

L’impossibilité de participer aux adjudications des transports de blé fiscal

  • 30 Clemente 1983, 257-258.
  • 31 Histoire romaine, trad. française, Paris, 1985, I, 630. Il a corrigé son opinion dans SR, III, 1, 5 (...)
  • 32 Zevi 1994, 64.

23Le fragment de Leyde propose un autre enseignement. Paul y met en série l’interdiction de posséder un navire in quaestum avec deux autres interdits portant sur les contrats publics : celui de participer aux adjudications du recouvrement des impôts, et celui de fournir les chevaux requis par l’État pour ses cérémonies. Dans les deux cas, il s’agit d’interdire aux sénateurs d’arbitrer dans des affaires où ils seraient eux-mêmes partie. Il serait satisfaisant que la limitation de l’usage des navires eût eu un objectif du même ordre. Or Guido Clemente30, à la suite de Mommsen (qui avait un moment pensé que le plebiscitum Claudianum incluait l’interdiction de participer aux adjudications31), a déjà suggéré que le plebiscitum Claudianum touchait au rôle des sénateurs dans l’administration des provinces, particulièrement dans le transport de blé de Sicile et de Sardaigne et dans le ravitaillement des armées. Fausto Zevi de son côté32, au cours de ses réflexions sur la taille des navires frumentaires au iiie s. a.C., l’a plus précisément encore associé aux problèmes des transports de blé, notamment de blé fiscal. Arrêtons-nous plus longuement sur cette idée.

24Claude Nicolet a expliqué le mécanisme du transport du blé fiscal. Il doit être livré à un port par les décimateurs. Après quoi, il est de la responsabilité du préteur de le faire parvenir à Rome ou à la destination fixée. Pour cela, on a recours à une autre adjudication, pour laquelle enchérissent des mancipes qui assureront le transport maritime. Ces mancipes sont des naviculaires, qui, moyennant rétribution, vont mettre des navires au service de l’État. Quels navires ?

  • 33 Virlouvet 1985, 91-9696 ; Garnsey 1988, 183-185.

25Fausto Zevi insiste depuis longtemps sur la taille des navires frumentaires au iiie s. a.C. Avant même de faire construire l’exceptionnelle Syrakosia, Hiéron II s’intéressait aux grands navires de transport de blé. Et c’était bien nécessaire. En 237, lors de sa visite à Rome, il était accompagné d’un don de 200 000 modii de blé. Deux ans après la date du plebiscitum Claudianum, en 216, il enverra à Rome 500 000 modii de blé et d’orge. Un peu plus tard, en 190 et 170, Massinissa promettra des dons de un million et un million et demi de modii de blé. La vraisemblance de ces chiffres est prouvée par une inscription de Larissa datant du milieu du iie s. a.C., où il est question d’un transport de 482 000 modii33.

  • 34 Garnsey 1988, 183.
  • 35 Pinzone 1999, 7-37 ; l’idée avait été acceptée par Clemente 1980-1981, 247. Voir ultérieurement Ser (...)
  • 36 Rowland 1994, 257-258.
  • 37 En volume, les 24 tonneaux que nous avons assignés au bateau de 300 amphores pourraient contenir 4  (...)
  • 38 Feig 1996, 34-43.
  • 39 Cette interprétation implique presque forcément que l’interdiction de participer aux adjudications (...)

26Il n’y a pas de source pour évaluer les quantités de blé apportées de Sicile et de Sardaigne à Rome ou aux armées avant la seconde guerre punique, mais il est difficile de donner raison à Peter Garnsey34 qui les juge négligeables jusqu’aux dernières années du iiie s. Antonino Pinzone a tenté de montrer que la lex Hieronica a été appliquée, dans la partie de la Sicile conquise, à partir de la préture de Flaminius en 22735. Quoi qu’il en soit, les Romains devaient en exiger du blé. En Sardaigne, dès 215, la révolte d’Hampsicoras a été provoquée par l’excès des réquisitions de blé36. Les quantités ne pouvaient pas être d’un ordre de grandeur tout différent des chiffres que nous venons de citer. Quand il s’agit de transporter des centaines de milliers de modii, on ne peut, comme l’a souligné Fausto Zevi, utiliser des navires de 300 amphores, qui auraient pu au grand maximum contenir 4000 modii, et probablement pas plus de 300037. Il faudrait beaucoup trop de rotations. On en dirait autant des transports militaires, qui faisaient eux aussi l’objet d’adjudications, et requéraient des tonnages importants. Rachel Feig Vishnia l’a souligné à juste titre et en a fait le cœur de son interprétation du plebiscitum Claudianum38. Les adjudicataires des transports de blé fiscal et des contrats militaires avaient donc à leur disposition des bateaux beaucoup plus gros que ceux qui, à la même époque, embarquaient les amphores d’un commerce d’exportation du vin encore balbutiant. Un effet assuré du plebiscitum Claudianum a été, grâce à cette différence, d’empêcher les sénateurs de participer, même par exercitor nauis interposé, à l’adjudication de ces transports, et cela était au moins un de ses objectifs principaux39.

La colère des sénateurs

  • 40 Dig., 50.5.3 ; Sirks 1991, 71-72.

27S’agissait-il de mettre fin à des comportements isolés, ou doit-on penser qu’auparavant les sénateurs enchérissaient à l’envi pour participer à ces transports, et qu’ils y trouvaient une source de revenus dont la perte les a beaucoup chagrinés ? À distance d’un siècle et demi (les repères sont trop rares en histoire ancienne pour qu’on refuse toujours ceux que trop de temps sépare), les Verrines nous ont montré que le plebiscitum Claudianum était respecté en ce qui concerne l’usage des navires, et non en ce qui concerne leur taille. La façon qu’a Cicéron de présenter les choses laisse penser que les sénateurs se privaient alors sans trop de peine de la possibilité d’être naviculaires. L’interdit était passé dans les mœurs ; il subsistera jusqu’au ive s. p.C.40

  • 41 Col., I, préf., 14.
  • 42 Van der Mersch 2001. Sur la possibilité que des membres de la classe sénatoriale aient été propriét (...)

28Sauf à user de violence, une loi de coercition des usages d’un corps social en position de pouvoir n’a aucune chance d’être appliquée si elle ne rencontre pas le consensus d’au moins une portion significative de ce corps. Il me paraît improbable que, même en 218, tant de sénateurs aient été armateurs, qu’ils aient été presque unanimement soutenus par leurs pairs, puis que, la loi votée, ils aient paisiblement renoncé à cette activité. En revanche, nous avons vu que les 300 amphores représentent la récolte d’un vignoble de 10 à 20 jugères, cinq ou dix fois moins grand que celui que Caton prendra en exemple à peu près un demi-siècle plus tard. Nous ne sommes pas tellement au-dessus des sept jugères emblématiques et mythiques des propriétés de Cincinnatus, Regulus et M’ Curius Dentatus, qui, déduisant une colonie sur le territoire des Sabins après ses victoires, aurait refusé le lot de cinquante jugères proposé par le Sénat pour se contenter de l’assignation normale de sept jugères41. La comparaison est certes boiteuse, puisque les vignes ne peuvent occuper qu’une part de l’ensemble du domaine. Mais le développement de la grande propriété avant la seconde guerre punique n’est plus mis en doute. Christian Van der Mersch42 a récemment rassemblé toutes les données pour démontrer l’existence de vignobles importants au iiie s. et l’intérêt qu’y portaient de grandes familles. On est au début des exportations outre-mer de vin d’Italie centrale. La limite des 300 amphores pouvait convenir à des vignobles petits ou moyens. Même si l’on suppose que le vin d’une vendange faisait l’objet de plusieurs voyages, elle constituait un obstacle sérieux pour les plus grands propriétaires.

  • 43 Càssola, 1962, 93 n. 11 ; 137 et 218.
  • 44 On doit à Claude Nicolet 1977, 746, une indication qui allait dans ce sens, et qu’il n’a pas repris (...)
  • 45 On ne sait pas si la loi prévoyait des sanctions ou si c’était une lex imperfecta, comme le pensent (...)
  • 46 Liv. 40.51.2. Voir D’Arms 1981, 36.

29Dans ce chiffre, on doit voir non seulement un moyen de retirer aux sénateurs la possibilité de participer aux adjudications et de se procurer un quaestus par l’exploitation d’un navire, mais aussi l’irruption d’une idéologie de la petite propriété. Rien de surprenant à cela de la part de Flaminius, qui apparaît comme un continuateur de la politique de M’ Curius Dentatus43. Le plebiscitum Claudianum est d’une certaine façon une loi de modo agrorum44. Le tribun de la plèbe Q. Claudius et Flaminius ont tenté de faire d’une pierre deux coups : moraliser les relations de l’État et des entrepreneurs privés – l’idée ne choquait pas outre mesure, et a été suivie d’effet ; endiguer le développement de la grande propriété, à un moment où les vins italiens commençaient à trouver outre-mer des débouchés intéressants – cela était inadmissible, et n’a pas été appliqué, ou pas longtemps45. En 179, la jetée que fera construire M. Aemilius Lepidus au bord de ses praedia de Terracine46 était certainement faite pour abriter des bateaux de plus de 300 amphores.

Quaestvs omnis senatoribvs indecorvs : état de la question au iiie s.

30Une fois passés en revue les effets prévisibles de la limitation à 300 amphores, on est ramené au hiatus qui sépare ces effets de que j’ai appelé la majeure du syllogisme (quaestus omnis senatoribus indecorus visus) : le plebiscitum Claudianum était bien loin d’interdire aux sénateurs la totalité des quaestus possibles, au sens que Jean Andreau définit dans ce même volume : tout métier servant à gagner sa vie et tout profit ne venant pas de l’agriculture.

31Qu’une loi fasse appel dans l’exposé des motifs à des principes généraux, relevant d’une idéologie diffuse, qui la légitiment sans qu’elle prétende pour autant les réaliser dans leur totalité, il n’y a rien de plus fréquent. L’interrogation sur cette partie du texte ne porte donc plus sur les résultats de la loi, ni même sur les pratiques effectives, mais sur les représentations.

  • 47 Gabba [1981] 1988, 32-33 ; Guarino [1982] 1994, 291 ; Clemente 1983, 255-256 ; 1984, 172-173 ; Nard (...)

32Un aspect liminaire du problème a été posé par Guido Clemente, qui, après avoir présenté la remarque que je viens de faire, l’a écartée comme anachronique. Pour lui, comme pour Emilio Gabba, le quaestus, à la fin du iiie s., n’est en rien considéré comme répréhensible pour les sénateurs. Ce serait ici une référence à une idéologie qui ne s’est développée que dans le courant du iie s. Elle ne pouvait inspirer l’exposé des motifs de la loi de 218 ; ce dernier aurait donc été introduit par Tite-Live lui-même et refléterait les idées de son temps47.

  • 48 Liv. 23.3-4.

33C’est une hypothèse qui, si on l’accepte, devrait être étendue à deux autres passages, l’un de Tite-Live, l’autre de Cicéron. En 217, après Trasimène, la plèbe de Capoue s’apprête à massacrer les sénateurs pour livrer la ville à Hannibal. Le meddix Pacuvius Calavius invente un stratagème. Il persuade le sénat de lui faire confiance et de se laisser enfermer dans la curie. Puis il convoque la plèbe et déclare qu’il lui offre l’occasion de condamner et d’exécuter tous les mauvais sénateurs, à condition de les remplacer par de meilleurs. Naturellement, les candidats proposés sont jugés pires encore que les titulaires, et le sénat est sauvé. À ces nouveaux candidats, on reprochait, entre autres, pudendae artis aut quaestus genus48. Intervient ici une distinction entre les différents types de quaestus, sur laquelle nous reviendrons.

  • 49 On peut hésiter entre Scipion l’Africain, qui aurait donné cette loi pendant son consulat de 205, e (...)
  • 50 Cic., II Verr. 2, 122-123.

34Les lois des sénats d’Agrigente et d’Halèse répondent plus rigoureusement au principe de la majeure du plebiscitum Claudianum. On apprend dans les Verrines que Scipion49 a établi les règles pour le recrutement du sénat d’Agrigente. Ce sont, dit Cicéron, à une adjonction près, les mêmes que celles données au sénat d’Halèse en 95 ; il les a énumérées un peu plus haut : l’une concerne le quaestus : de quaestu, quem qui fecisset ne legeretur50. Ce serait bien, à la fin du iiie s. ou au début du IIe, un parallèle au plebiscitum Claudianum.

  • 51 Gabba [1981] 1988, 32 ; Clemente 1990, 51-52.

35On peut certes mettre ces textes aussi en cause. Celui sur Pacuvius Calavius est une anecdote forcément en partie reconstituée ; l’identité complète des règles données en 95 à Halèse et en 205 ou 193 à Agrigente n’est pas assurée, quoique Cicéron soit en général attentif à ces choses. Mais les doutes ne constituent pas des preuves. Ces textes invitent à reprendre brièvement les arguments concernant l’idéologie du quaestus au iiie s., d’autant plus que la contradiction que représenterait, comme l’ont justement souligné Gabba et Clemente51, l’hostilité des sénateurs à une loi appliquant un principe largement accepté disparaît si l’on admet qu’elle ne portait que sur la taille des navires.

  • 52 Plin., Nat., 7.139.
  • 53 Gabba [1981] 1988, 28.

36Le texte le plus commenté est l’éloge funèbre de son père prononcé en 221 par Q. Caecilius Metellus, connu par la citation qu’en a faite Pline l’Ancien52. À l’actif de L. Caecilius Metellus, son fils énumère dix réalisations éminentes, qui correspondent à autant d’affirmations de valeurs et d’exemples à suivre pour un citoyen de son rang. Parmi elles, pecuniam magnam bono modo inuenire. Cette formule a été interprétée comme la preuve d’une recherche déclarée d’enrichissement, et cela est vrai53. La légitimité du quaestus des sénateurs ne serait pas mise en cause avant le iie s. On peut toutefois être plus sensible au bono modo. Accumuler une grande fortune est le seul des dix accomplissements de L. Caecilius Metellus qui ait besoin d’un déterminant. On aurait pu préciser la bonne façon pour auspicio suo maximas res geri, voire pour multos liberos relinquere. Non ; la façon de s’enrichir est la seule qui fasse problème. Quelles que soient les mauvaises façons sous-entendues par le bono modo, il y a là le reflet d’un débat sur les règles à suivre pour parvenir à ce but désirable et noble qu’est récolter une grande fortune.

  • 54 Nicolet [1980, 880-881] 2000, 30 ; Arist., Pol., 1316 b.
  • 55 Nicolet [1980, 879] 2000, 28.

37Claude Nicolet a opportunément rappelé qu’Aristote avait déjà observé que, dans beaucoup d’oligarchies, les magistrats n’avaient pas le droit de chrèmatizesthai, de gagner de l’argent en faisant des affaires ; à Carthage en revanche cela se pratiquait “et il n’y a pas encore eu de révolution”54. À l’issue de la première guerre punique, le débat s’est forcément introduit dans la politique romaine. Savoir quels types de profits convenaient aux classes dirigeantes a fait partie de la question du bono modo. L’interprétation la plus juste de la phrase de Tite-Live est celle de Claude Nicolet : uisus se rapporte aux auteurs de la loi55. On pourrait dire : “ils estimaient que toute recherche d’un profit était inconvenante pour un sénateur”. Pour le sens comme pour le temps, habitum et uisus sont parallèles ; il est difficile de les délier. Le premier renvoie, sur la taille des navires, à une opinion manifestement dépassée depuis longtemps à l’époque de Tite-Live. Tout porte à penser que Tite-Live a respecté l’esprit des discours de 218. Le principe du quaestus omnis senatoribus indecorus a bien été avancé par Q. Claudius ou Flaminius. Il ne va pas à contre-courant de l’opinion générale. Il peut toutefois représenter une position maximaliste sur une échelle susceptible de comporter plus de nuances.

Les sens de quaestvs

  • 56 Que l’on trouve quelquefois chez Plaute, où il y a même un exemple du sens de rentrée d’argent, opp (...)
  • 57 Pl., Asin., 186 ; Truc., 416.
  • 58 L’unique exception est dans la préface du De agricultura de Caton. Les deux explications qu’en donn (...)

38À ce point, il faut s’appuyer sur la pénétrante analyse du sens de quaestus par Jean Andreau, publiée à quelques pages d’ici. À l’époque républicaine, quaestus exprime “à la fois le gain et l’activité qui le permet”. Ce sens général56 se distribue souvent en deux acceptions plus précises. Dans la première, quaestus veut dire “métier permettant de gagner sa vie”, et Jean Andreau propose de traduire par “gagne-pain”. Dans ce cas, il est question de gens qui n’appartiennent pas aux ordres supérieurs. C’est un sens très fréquent chez Plaute ; il finit même par approcher le sens de “rôle” dans les passages ironiques où les courtisanes parlent du “métier” d’amant57. Dans la seconde, il désigne un revenu non agricole58, et il s’applique alors aux “revenus supplémentaires du notable”, comme le dit Jean Andreau, puisque, par état, le notable, particulièrement le sénateur, est un propriétaire foncier dont la richesse repose en principe sur l’agriculture – étant entendu que l’agriculture à ce niveau n’est pas considérée comme un métier.

  • 59 Voir sur ces questions Andreau 1992.
  • 60 Cf. Pl., Rud., 292 : quibus nec quaestus est nec didicere artem.
  • 61 Cic., Off., 42.150-151.
  • 62 Voir Andreau 2001, 34-37.
  • 63 Veyne 1985, 133. Sur toute la question, Paul Veyne [1979] 2001, 131-162. La correction apportée à l (...)

39Dans l’espace qui sépare, et relie, ces deux sens, se déploie le jeu des interdits du quaestus aux sénateurs et des tabous sociaux en général. Plus on va vers le sens de métier, plus la condamnation du quaestus de l’élite est forte. Les métiers sont eux-mêmes divisés en liberales et sordidi59, le métier sordidus définissant la position sociale et personnelle la plus méprisable, indépendamment du niveau de fortune de celui qui l’exerce. Quaestus est souvent couplé avec ars : ars demande un savoir-faire, une technique, ce qui n’est pas nécessaire pour quaestus60. Il vaut donc mieux pratiquer une ars liberalis qu’un quaestus sordidus, mais c’est toujours un métier. Dans un célèbre passage du De officiis61, Cicéron se livre à une réflexion de philosophie morale sur les artificia et les quaestus. Ses jugements valent pour les petites gens, iis quorum ordini conueniunt, comme il dit. L’idée qu’un membre des ordres supérieurs pourrait exercer un de ces métiers ne lui viendrait pas à l’esprit. Et le jugement porté sur la valeur morale des activités en tant que métiers (elle se fonde sur l’utilité publique) n’est pas celui qu’il porterait sur elles en tant que “gain supplémentaire” : les feneratores, dit-il, sont les plus odieux des hommes, mais lui-même et ses amis prêtaient de l’argent, et tous les sénateurs le feront sous l’Empire62. Pour employer les termes de Paul Veyne, l’important est de ne pas être, mais on peut faire63.

  • 64 Liv. 22.25.18-26, 1 ; V. Max. 3.4.4. Je remercie Sylvie Pittia qui, au cours du séminaire de Paris, (...)
  • 65 Gell. 15.4 ; Cic., Fam., 10.18.3.
  • 66 Voir Coarelli 1996, 201, qui s’appuie sur Plutarque, Cic., 1.1-2 et D. C. 46.1.28.
  • 67 Suet., Aug., 2.6 et 3.1 ; Vit., 2.1.

40Avoir pratiqué un métier, avoir eu des ancêtres qui ont pratiqué un métier pour gagner leur vie, est l’insulte la plus forte que l’on puisse lancer contre un personnage de haut rang, et la plus susceptible de lui aliéner la faveur du peuple. Les ennemis politiques ne s’en privent pas. On choisit le nom du métier le plus vil possible parmi ceux qui touchent à l’activité envisagée, ou on précise qu’il s’agissait bien de ne pas mourir de faim. La victime la plus proche de l’époque qui nous intéresse est Terentius Varro, défait à Cannes et noirci dans nos sources par la tradition aristocratique : son père aurait été boucher (lanius), boucher au détail ; lui-même a “été nourri grâce aux gains de ce commerce particulièrement sordide”64. Ventidius Bassus, lui, “a eu de la peine à gagner de quoi vivre” en fournissant à l’armée des mulets et des voitures. Cela ne faisait sûrement pas de lui un misérable, mais a autorisé Plancus, dans une lettre à Cicéron, à l’appeler beaucoup plus tard mulio, mot qui veut dire à la fois entrepreneur de transports, marchand de mules et palefrenier65. Dans un discours où il répondait aux Philippiques, le partisan d’Antoine Fufius Calenus a dévoilé que le père de Cicéron était knapheus, peigneur de laine66. Suétone cite des griefs de ce genre attribués aux ennemis d’Auguste ou de Vitellius67.

  • 68 Suet., Vesp., 1.2 : coactiones argentarias factitauit. Je partage l’analyse de Jean Andreau 1987, 1 (...)
  • 69 Ibid., 1.4.
  • 70 Ibid., 4.6. Dans le même sens on peut encore citer un passage laudatif du De uiris illustribus, 3.7 (...)

41En revanche, même Cicéron n’a pas voulu formuler l’hypothèse que Verrès aurait pu être naviculaire : il a dit, forgeant un hapax, nauiculariam facere, faire du naviculariat. Quand, dans un contexte laudatif, Suétone parle de Vespasien et de sa famille, il se garde d’employer des noms de métier : le grand-père de Vespasien n’a pas été coactor argentarius, il a eu l’habitude de faire des encaissements68 ; son père n’a pas été fenerator, il a fait du prêt à gages (faenus exercuit)69 ; Vespasien lui-même fut dans la province d’Afrique un proconsul si honnête qu’il en revint ruiné, et “par nécessité dut s’abaisser, pour soutenir sa dignité, à faire rentrer de l’argent en faisant du maquignonnage” (necessarioque ad mangonicos quaestus sustinendae dignitatis causa descenderit). L’oxymoron sustinere – descendere recouvre un paradoxe difficile à faire passer. Suétone s’en sort grâce aux mangonici quaestus ; ce n’est pas être mango ; ainsi présenté, cela peut relever du sens “bénéfices supplémentaires”. L’adjectif est rarissime ; Suétone est le seul à l’avoir utilisé en ce sens. Le public, moins bienveillant, appelait Vespasien mulio70.

  • 71 Dig., 3.2.

42Ces observations aident à clarifier l’interprétation de quaestus dans le plebiscitum Claudianum et dans les textes que nous avons cités. À Capoue, ville artisanale et marchande, la plèbe reproche au candidat au sénat d’avoir un type infamant de quaestus ou d’ars. Il s’agit évidemment de métiers. On est proche des interdits des lignes 122-123 de la table d’Héraclée, qui empêchent ceux qui se sont prostitués, ont été entraîneurs de gladiateurs ou comédiens d’être décurions. Ces activités notent d’infamie71, et on ne sait si les Capouans ont étendu davantage la liste de celles qui justifiaient une exclusion du sénat. Le texte en tout cas sous-entend qu’il y avait une hiérarchie des métiers et que tous n’auraient pas été exclus.

  • 72 Celle-ci exclut aussi (l. 94-95) ceux qui exercent une activité liée à la municipalité, comme les c (...)
  • 73 Pl., Poen., 1140 (prostitution) ; Capt., 129 : aegre est mihi facere hunc quaestum carcerarium, qu’ (...)

43La lex data d’Agrigente et d’Halèse est différente : elle reflète une position romaine. L’interdit est plus général qu’à Capoue et dans la Table d’Héraclée72 : qui quaestum fecisset sans autre spécification. On a pu hésiter sur l’interprétation de quaestus dans ce passage. Gabba, il y a longtemps, voyait deux interprétations possibles : ou sous-entendre corpore (on aurait un des interdits pour infamie de la table d’Héraclée), ou donner à quaestus le sens de “trafic commercial”. Aucune des deux solutions n’est satisfaisante : la première est beaucoup trop restrictive, puisque le texte omettrait alors de mentionner les autres professions infamantes ; la seconde donne à quaestus un sens qu’il n’a pas, sauf si le contexte l’impose clairement. Au vu de ce que nous avons dit un peu plus haut, la bonne interprétation est celle de La Ville de Mirmont dans son édition : “les professions lucratives, pour empêcher la nomination de ceux qui les auraient exercées”. Il s’agit bien de métiers constituant la source principale de revenu. C’est le sens le mieux attesté de quaestum facere73. Cet interdit-là reflète parfaitement l’opprobre pour un sénateur d’avoir pratiqué, ou même d’avoir un ancêtre ayant pratiqué, un métier qui le définit socialement.

44Le quaestus du plebiscitum Claudianum ne se laisse pas enfermer dans une catégorie aussi nette. Il concerne évidemment les gains de l’élite et subsume tous ceux qu’on tire de l’exploitation commerciale d’un navire. Le terme ne peut être interprété ici que dans son extension maximale ; il désigne tous les gains non-agricoles.

45Les trois textes que nous venons d’examiner couvrent donc la gamme des sens de quaestus : le quaestus infamant, le métier, le gain en général, avec application particulière aux bénéfices “inessentiels” de l’élite. Les promoteurs du plebiscitum Claudianum avaient une conception exigeante du code de conduite financier des sénateurs.

Le discours et les conduites

  • 74 Cic., Par. Stoic., 43.
  • 75 L’argument de Narducci 1989, 248, n. 44, pour qui la synonymie cicéronienne decorus-honestus serait (...)

46Je ne connais à la vérité qu’un seul autre passage présentant le principe du plebiscitum Claudianum dans toute sa généralité. Il se trouve dans le texte des Paradoxa Stoicorum de Cicéron, tout aussi souvent cité, et précisément pour cela, que celui du De officiis74. Cicéron, au moment de broder sur le paradoxe “Seul le sage est riche”, interpelle un interlocuteur derrière qui se dessine la figure de Crassus. Sa cupidité insatiable l’entraîne à une série de pratiques que Cicéron ne réprouve pas comme quaestus illiberales ou sordidi, mais comme quaestus turpes, malhonnêtes, ce qu’ils sont en effet dans les exemples qu’il donne : une série de comportements délictueux. Dans une concessive, à titre adventice, il ajoute, avec une formule proche de celle du plebiscitum Claudianum, cum isti ordini ne honestus quidem possit esse ullus [quaestus]75.

  • 76 Att., 12.32 ; 15.17.1.
  • 77 Att., 14.9.1. Pour quaestuosus, voir Tusc., 5.86 : nam, ut quaestuosa mercatura, fructuosa aratio d (...)
  • 78 Plut., Crass., 5-7. Voir encore Veyne [1979] 2001, 151-152.

47Le Cicéron qui trouve ainsi l’occasion de réaffirmer le caractère déshonorant de tout quaestus pour les sénateurs est aussi celui qui louait des maisons dans l’Argilète et sur l’Aventin, d’où il disait tirer une merces, qui est une catégorie du quaestus76. Il avait également hérité de boutiques à Pouzzoles, dont deux étaient tombées en ruine peu après ; les autres étaient fissurées, les locataires avaient déguerpi. Il prit conseil pour les faire restaurer, si bien que ce dommage finira par être un quaestus, ut hoc damnum quaestuosum sit77. Il n’y a là rien de secret ou de caché. Cicéron n’a pas non plus reproché à Crassus de faire de la spéculation immobilière en profitant des incendies, de mettre en location quantité d’immeubles à Rome et de posséder à des fins lucratives une troupe d’esclaves spécialisés78.

  • 79 Var., R, 1.2.23.
  • 80 Il est vrai que Varron la considère comme fructuosa, mot qui convient au revenu agricole, et non qu (...)

48À son époque, si l’occasion rhétorique s’en présentait, on parlait donc avec une grande révérence du principe énoncé par Q. Claudius et Flaminius. On ne le mettait pas en pratique pour autant. Un sénateur ne se sentait pas tenu à l’écart de quantités d’activités relevant du quaestus, au sens de moyen supplémentaire de s’enrichir. On ne les condamnait vraiment que si elles étaient malhonnêtes, criminelles, ou infamantes. On pratiquait ouvertement le prêt à intérêt, la location d’immeubles, de maisons, de boutiques, et Varron conseillait d’ouvrir sur son domaine, au bord de la route si elle était passante, des tabernae deuersoriae, quae tamen, quamuis sint fructuosae, nihilo magis sunt agri culturae partes79 : une activité à la fois d’hôtelier et de tavernier, que pas même les auteurs modernes n’ont trouvée choquante80.

  • 81 Sur la mention possible par Ennius (Ann., 2.94-95) d’armateurs à Ostie et la qualification de leur (...)

49Nous n’avons pas assez de sources pour montrer que ce décalage entre le discours et les conduites existait de la même façon entre la première et la seconde guerre punique. Mais y prendre garde est une règle élémentaire de la sociologie historique, et il n’y a aucune raison d’en exempter le iiie s. a.C. Reste toutefois une véritable énigme : comprendre pourquoi, au temps de Cicéron, un sénateur tirait sans vergogne profit de la location de bâtiments divers, alors qu’on n’envisageait même pas qu’il pût en faire autant avec un bateau. Autrement dit, comprendre pourquoi le plebiscitum Claudianum a été accepté en ce qui concernait l’interdiction d’avoir des activités d’armateur81, et repris plus tard, pour cinq siècles, par la lex Iulia repetundarum, alors que, par exemple, la loi également julienne de modo credendi possidendique intra Italiam est rapidement tombée en désuétude, et qu’une tentative en 33 p.C. pour la remettre en vigueur sera, après une crise financière, abandonnée au bout de quelques mois.

Per incerta Maris

  • 82 Sirks 1991, 65, n. 77.

50Boudewijn Sirks pense que l’interdit du plebiscitum Claudianum était fondé sur un ancien tabou religieux : les sénateurs devaient éviter le contact avec la mer, qui signifie la mort82. De cette explication curieuse, retenons le fort sentiment d’éloignement inspiré par les activités maritimes à l’auteur de Food for Rome. La mer est un monde à part, et il n’est pas nécessaire, pour le justifier, de faire intervenir du religieux. Des témoignages explicites dessinent suffisamment un univers tentant, mais dangereux et mauvais, celui du risque, du souci et de la fourberie punique.

  • 83 Gabba [1981] 1988, 30 et 33-34 ; [1985] 1988, 71-75 et 82. Je ne partage pas pour autant l’idée que (...)

51Les risques bien réels de la navigation ont amplement nourri, à toutes les époques de la marine à voile, les représentations qu’on s’en faisait. Au début de l’acte III du Marchand de Venise, un des navires d’Antonio a fait naufrage dans la Manche sur un banc de sable. Ce n’est pas encore trop grave. À la scène suivante, un autre, venant de Tripoli : ses ennemis commencent à espérer qu’il n’échappera pas à la banqueroute. Deux pages plus loin, toutes ses cargaisons ont disparu, six navires, venant de tous les coins du monde. Il est perdu. À la dernière scène de la pièce, heureuse surprise : trois des navires qu’on croyait perdus arrivent à bon port. Les textes anciens sur les dangers (et les espoirs) des activités maritimes sont nombreux et tout aussi éloquents. Emilio Gabba a réuni ceux qui concernent l’époque du plebiscitum Claudianum, en particulier chez Plaute et Térence : la mer est le lieu de l’enrichissement rapide, mais plus encore de la ruine soudaine. Dans une société à ordres, ces risques, comme l’a expliqué Gabba, sont ressentis comme incompatibles avec la stabilité des patrimoines de l’ordre sénatorial. L’interdit du plebiscitum Claudianum, ajoute-t-il, a fini par devenir connaturel à la condition des sénateurs, à leur mentalité, à leurs comportements, et a survécu à cause de cela83.

  • 84 Je traduis ici le coinvolgimento de Clemente 1984, 172, qui a développé les mêmes idées (172-174).
  • 85 Pl., Poen., 210-211 : “Qui veut se donner quantité d’embarras n’a qu’à se procurer deux choses, un (...)

52Intériorisé, le monde du risque est celui de l’inquiétude et des préoccupations : des negotia. Les boutiques de Cicéron à Pouzzoles lui ont donné, avant qu’il ne prenne des mesures pour rentabiliser leur écroulement, l’occasion de montrer son égalité d’âme : grâce à sa culture philosophique, ce n’était pour lui, dit-il, même pas un désagrément. Une fois refaites, les boutiques n’ont pas dû lui fournir de quelque temps d’autre occasion de remercier Socrate. S’il avait armé des navires, il aurait eu plus souvent besoin de ses leçons. Même s’il confie à un exercitor nauis toute la gestion du bâtiment, l’implication84 d’un dominus nauis est plus forte et plus continue que celle d’un propriétaire de maisons. Un personnage de Plaute a fort justement résumé les choses : Negoti sibi qui uolet uim parare / Nauem et mulierem haec duo comparato85. Les sénateurs, par la force des choses, se sont mariés quand même, et ils ont eu des bateaux pour évacuer les produits de leurs domaines. Mais ils n’ont pas, quoi qu’on en dise quelquefois, exercé des activités de naviculaire. Cela ne les a pas empêchés, bien entendu, de financer l’armement naval par des prêts à taux fixe : c’est une autre affaire et un revenu tout différent.

  • 86 Arist., Pol., 1316b. Voir Nicolet [1980, 879-81] 2000, 29-30.
  • 87 Cic., Leg., 2.95 : Carthaginienses fraudulenti et mendaces non genere, sed natura loci, quod propte (...)
  • 88 App., Pun., (8).86-87.
  • 89 Tchernia & Viviers 2000, 786.

53Les Carthaginois avaient fait des choix différents. Les activités maritimes leur étaient naturelles, et, selon Aristote, comme nous l’avons vu, aucun principe ne mettait en cause la participation des magistrats aux différents quaestus, même ceux qui interféraient avec la gestion des affaires publiques. La vénalité n’était pas condamnée86. A posteriori, les Romains verront dans ces choix la cause de la ruine de Carthage. Cicéron, dans le De lege agraria, s’est inspiré de Platon pour théoriser la genèse des défauts carthaginois : la situation géographique de la ville ouverte à la mer et aux marchands fait naître le studium quaestus ; celui-ci le studium fallendi. Voilà pourquoi les Carthaginois sont des gens qui trompent et qui mentent87. Au niveau de la cité, les effets ne sont pas meilleurs. C’est ce qu’au début de la troisième guerre punique explique avec cynisme Censorinus à Bannon pour justifier les conditions des Romains : les Carthaginois évacueront leur cité et s’établiront à au moins 80 stades de la mer ; cela leur est imposé dans leur propre intérêt, puisque, précise le consul romain, les cités maritimes sont fragiles : “il en va de la puissance maritime comme des gains du commerce : un jour de grands profits, le lendemain une ruine complète”88. Didier Viviers voit derrière ce passage (et quelques autres) “une opposition politique fondamentale entre une conception que l’on pourrait appeler ‘ foncière’ou ‘ hoplitique’et une volonté d’ouverture sur la mer, qui caractérise les prises de position sur la cité idéale”89.

  • 90 Voir là-dessus Càssola 1962.

54Avec l’exposé des motifs du plebiscitum Claudianum, Q. Claudius et Flaminius ont rappelé, au moment des prodromes de la seconde guerre punique, que cette opposition fondamentale séparait les mœurs et les institutions de Rome des mœurs et des institutions de Carthage. Le quaestus omnis senatoribus indecorus s’oppose au studium quaestus des Carthaginois. À la base, c’est une orientation terrienne contre une orientation maritime. L’image contrastée des deux politiques devait, depuis la première guerre punique, structurer le débat sur les justes façons de s’enrichir et de tirer parti des îles de Méditerranée tombées dans le domaine romain. Elle sous-tend l’opposition entre deux orientations d’expansion : l’une terrestre et nordique, défendue par Flaminius, qui avait franchi le Pô et triomphé des Insubres, l’autre, méditerranéenne, en rivalité avec Carthage, choisie par les Scipions90. À l’horizon du plebiscitum Claudianum, il y a une mise en garde contre la mer corruptrice.

Récapitulation

55Récapitulons, au terme de ce travail, les conclusions que j’ai tenté de défendre.

56L’interdiction de posséder des navires de plus de 300 amphores ne formait pas obstacle en général à la plupart des activités relevant du quaestus, pas même à beaucoup de formes d’activité commerciale. L’exposé des motifs relève, comme souvent, de l’idéologie et n’a pas valeur d’interdiction. La question de savoir si certains sénateurs se sont enrichis par le commerce, c’est-à-dire en vendant autre chose que les produits de leur terre, doit être affrontée à partir d’autres documents.

57Les effets qu’on peut attendre de la loi proprement dite sont les suivants :

  1. Limiter étroitement le volume d’une activité de naviculaire, ou, si l’on préfère, d’armateur, au point de la rendre impraticable pour un sénateur.

  2. Écarter les sénateurs des adjudications pour les transports de blé fiscal, qui exigeaient de beaucoup plus gros navires.

  3. Handicaper le transport maritime du produit de la vendange des grands domaines viticoles.

58Pris dans son ensemble, le plebiscitum Claudianum est un carrefour des débats sur la fortune des élites politiques et les justes façons de l’acquérir. L’un est déjà dépassé en 219/218 : celui sur la taille des domaines. Sur ce point, le plebiscitum Claudianum est un combat d’arrière-garde contre l’accroissement de leur étendue. C’est pour cela qu’il a soulevé l’hostilité quasi unanime du sénat. Les autres sont au contraire tout à fait actuels. Ils concernent la participation des magistrats aux profits tirés de l’administration des provinces, et, de façon plus générale, leurs rapports avec les activités maritimes. À l’arrière-plan de ces questions précises, on distingue l’opposition de deux modèles : celui d’une cité tournée vers la mer, comme Carthage, et celui d’une cité terrienne et agricole, comme la tradition voulait que fût Rome. En ce qui concerne les modes d’exploitation des navires, suffisamment de sénateurs étaient prêts à accepter les idées de Q. Claudius et de Flaminius pour que leurs intentions fussent respectées. Ce n’était pas le cas pour la limitation du tonnage, et la loi, dans sa lettre, n’a pas été appliquée. Ainsi s’explique le passage à la formulation de la lex Iulia repetundarum : nauem in quaestum au lieu de maritimam nauem, quae plus quam trecentarum amphorarum esset.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Andreau, J. (1980) : “Réponse à Yvon Thébert”, Annales (ESC), 35, 5, 912-919.

— (1987) : La vie financière dans le monde romain : les métiers de manieurs d’argent, BEFAR 265, Rome.

— (1992) : “Mobilité sociale et activités commerciales et financières”, in : Frézouls 1992, 21-32.

— (2001) : Banque et affaires dans le monde romain, Paris.

Ariès, Ph. et G. Duby, éd. (1985) : Histoire de la vie privée, Paris.

Aubert, J. -J. (1999) : “Les institores et le commerce maritime dans l’Empire romain”, Topoi, 9, 1, 145-164.

— (2004) : “The Republican Economy and Roman Law Regulation. Promotion or Reflection ?”, in : Flower 2004, 160-178.

Beltrame, C., éd. (2000) : Boats, ships and shipyards, 9th int. Symposium on boat and ship archaeology (Venice), Oxford.

Benoit, F. (1961) : L’épave du Grand Congloué à Marseille, XIVe suppl. à Gallia, Paris.

Buti, G. (2005) : “Aller en caravane : le cabotage lointain en Méditerranée, xviie et xviiie siècles”, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n ° 52-1, janvier-mars 2005, 7-38.

Cabantous, A., A. Lespagnol et F. Perron, dir. (2005) : Les Français, la terre et la mer, xiiie-xxe siècles, Paris.

Carreras, C. et al. (2003) : Culip VIII i les àmfores Haltern 70, Monografies del CASC, 5, Gérone.

Càssola, F. (1962) : I gruppi politici romani nel iii sec. a.C., Trieste.

Cébeillac-Gervasoni, M., éd. (1996) : Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, Actes de la table-ronde de Clermont-Ferrand (28-30 novembre 1991), Naples - Rome.

Charlin, G., J.-M. Gassend, R. Lequément (1978) : “L’épave antique de la baie de Cavalière (Le Lavandou, Var)”, Archaeonautica, 2, 9-93.

Cibecchini, F. et J. Principal (2002) : “Alcune considerazioni sulla presenza commerciale romano-italica nella penisola iberica prima della seconda guerra punica”, L’Africa romana, 14, 653-664.

Clemente, G. (1980-1981) : “Considerazioni sulla Sicilia nell’Impero romano (iii sec. a.C. -v sec. d. C.)”, Kokalos, 26-27, 192-219 et 247-248.

— (1983) : “Il plebiscito Claudio e le classi dirigenti romane nell’età dell’imperialismo”, Ktèma, 8, 253-259.

— (1984) : “Lo sviluppo degli atteggiamenti economici della classe dirigente fra il iii e il ii sec. a.C.”, in : Harris 1984, 165-183.

— (1990) : “Basi sociali e assetti istituzionali nell’età della conquista”, in : Schiavone 1990, 39-54.

Coarelli, F (1996) : “Fregellae, Arpinum, Aquinum : lana e fullonicae nel Lazio meridionale”, in : Cébeillac-Gervasoni 1996, 199-205.

D’Arms, J. (1981) : Commerce and Social Standing in Ancient Rome, Harvard Univ. Press.

D’Orta, M. (1976-1978) : “Il divieto per I senatori di possedere navi ex lege Iulia de pecuniis repetundis”, AIIS, 5, Naples, 188-220.

Feig Vishnia, R. (1996) : State, Society and Popular Leaders in Mid-Republican Rome, 241-267 B. C., Londres - New York.

Flower, H. I., éd. (2004) : The Cambridge Companion to the Roman Republic, Cambridge.

Frézouls, E., éd. (1992) : La mobilité sociale dans le monde romain, Strasbourg.

Gabba, E (1988) : Del buon uso della richezza. Saggi di storia economica e sociale del mondo antico, Milan (= 1981 : “Richezza e classe dirigente romana fra iii e i sec. a.C.”, RSI, 93, 551-558 ; 1985 : “Arrichimento e ascesa sociale in Plauto e in Terenzio”, Index, 13, 5-15).

— (1959) : “Sui senati delle città siciliane nell’età di Verres”, Athenaeum, 37, 304-320.

Garnsey, P. (1988) : Famine and food supply in the Graeco-Roman world, Cambridge.

Guarino, A. (1994) : “Quaestus omnis patribus indecorus”, in : Id., Pagine di diritto romano, Naples, III, 280-298 (= 1982 : Labeo, 28, 7-16).

Guibal, F. et P. Pomey (2000) : “Timber Supply and Ancient Naval Architecture”, in : Beltrame 2000, 35-41.

Hesnard, A. et P. A. Gianfrotta (1989) : “Les bouchons d’amphores en pouzzolane”, Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherches, Actes du colloque de Sienne 1986, coll. EFR 114, Rome, 393-441.

Harris, W. V., éd. (1984) : The Imperialism of Mid-Republican Rome, Papers and Monographs of the American Academy in Rome, 29, Rome.

Heilporn, P. (2000) : “Registre de navires marchands”, in : Smet et al. 2000, 339-359.

Hill, H (1958) : “An Unnoticed Roman Allusion in Plautus”, Mnémosyne, s. IV, 11, 3, 254-256.

Narducci, E. (1989) : Modelli etici e società. Un’idea di Cicerone, Pise.

Nicolet, Cl. (1977) : “Les classes dirigeantes romaines sous la République : ordre sénatorial et ordre équestre”, Annales (ESC), 32, 4, 726-755.

— (1994) : “Dîmes de Sicile, d’Asie et d’ailleurs”, in : Ravitaillement en blé…, 215-229.

— (2000) : Censeurs et publicains. Economie et fiscalité dans la Rome antique, Paris (= 1980 : “Économie, société et institutions à Rome au iie siècle av. J. -C. De la lex Claudia à l’ager exceptus”, Annales (ESC), 35, 5, 871-894).

Nicolet, Cl., R. Ilbert et J.-Ch. Depaule, éd. (2000) : Mégapoles méditerranéennes, Paris.

Nieto Prieto, J. et al. (1989) : Excavacions subaquàtiques a Cala Culip, I, Gérone.

Pinzone, A. (1999) : Provincia Sicilia. Ricerche di storia della Sicilia romana da Gaio Flaminio a Gregorio Magno, Catane.

Ravitaillement en blé... (1994) : Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut-Empire, Actes du colloque international organisé par le Centre Jean Bérard et l’URA 994 du CNRS, Naples, 14-16 février 1991, Naples-Rome.

Rowland jr., R. J. (1994) : “Sardinia provincia frumentaria”, in : Ravitaillement en blé..., 255-260.

Schiavone, A., éd. (1990) : Storia di Roma, II, 1, La Repubblica imperiale, Turin.

Serrao, F. (1956) : Il frammento leidense di Paolo, Milan.

Serrati, J. (2000) : “Garrisons and Grain. Sicily between the Punic Wars”, in : Smith & Serrati 2000, 115-133.

Shatzman, I. (1975) : Senatorial Wealth and Roman Politics, coll. Latomus, 142, Bruxelles.

Sirks, B. (1991) : Food for Rome, Amsterdam.

Smet, R., H. Melaers et C. Saerens, éd. (2000) : Papyri in honorem Johannis Bingen octogenarii (PBingen), Louvain.

Smith, Chr. et J. Serrati (2000) : Sicily from Aeneas to Augustus. New Approaches in Archaeology and History, Edimbourg.

Tchernia, A. (1995) : “Les dimensions de quelques vignobles romains”, in : Du latifundium au latifondo, Bordeaux, 383-394.

Tchernia, A. et D. Viviers (2000) : “Athènes, Rome et leurs avant-ports : ‘mégapoles’ antiques et trafics méditerranéens”, in : Nicolet et al. 2000, 761-796.

Van der Mersch, Chr. (2001) : “Aux sources du vin romain dans le Latium et la Campania à l’époque médio-républicaine”, Ostraka, X, 1-2, 157-206.

Veyne, P. (1985) : “L’Empire romain”, in : Ariès & Duby 1985, 13-223.

— (2001) : La société romaine, Paris (= 1979 : “Mythe et réalité de l’autarcie à Rome”, REA, 81, 3-4, 261-280).

Virlouvet, C. (1985) : Famines et émeutes à Rome des origines de la République à la mort de Néron, Coll. EFR 87, Rome.

Wallinga, H. T. (1964) : “Nautika I : The Unit of Capacity for Ancient Ships”, in : Mnémosyne, s. IV, XVIII, 1, 1-39.

Yavetz, Z. (1962) : “The policy of Flaminius and the plebiscitum Claudianum”, Athenaeum, 40, 3-4, 325-344.

Zevi, F. (1994) : “Le grandi navi mercantili. Puteoli e Roma”, in : Ravitaillement en blé..., 61-68.

— (2002) : “Appunti per una storia di Ostia repubblicana”, MEFRA, 114, 1, 13-58.

Notes

1 Liv. 21.53.3-4 : [Flaminius] inuisus etiam patribus ob nouam legem quam Q. Claudius tribunus plebis aduersus senatum atque uno patrum adiuuante C. Flaminio tulerat, ne quis senator cuiue senator pater fuisset maritimam nauem, quae plus quam trecentarum amphorarum esset, haberet.
Je donne ici une traduction de l’ensemble du passage : “[Flaminius] s’était aussi fait détester des sénateurs à cause d’une loi récente qu’avait fait voter, contre le sénat et avec l’appui d’un seul des sénateurs – C. Flaminius – le tribun de la plèbe Q. Claudius. Elle défendait à tout sénateur ou fils de sénateur de posséder un bateau de mer d’une capacité de plus de trois cents amphores. Cette capacité était réputée suffire à transporter les récoltes d’une propriété ; tout quaestus était jugé inconvenant pour un sénateur. L’affaire, menée à terme dans la plus grande tension, valut au défenseur de la loi, Flaminius, la haine de la noblesse, mais la faveur de la plèbe, et, par suite, un deuxième consulat”. Le sens précis de quaestus (gain, profit) sera éclairci au fil de ces pages. Pour “contre le sénat” (aduersus senatum), on peut hésiter, avec Weissenborn et Müller, entre deux sens : soit simplement ‘ en s’opposant aux intérêts du sénat’ ; soit “contre l’autorité du sénat”. J’aurais tendance à préférer le second sens, qui serait explicité par le membre de phrase suivant : la mesure avait fait contre elle l’unanimité moins une voix. Cf Càssola 1962, 243.

2 Je ne rappelle ici que les récentes. Càssola 1962, 216-217 a passé en revue les plus anciennes.

3 Nicolet [1980, 879] 2000, 27-28.

4 Nicolet [1980, 882] 2000, 31.

5 Yavetz 1962 ; Càssola 1962, 217-8.

6 Gabba [1981] 1988 ; Clemente 1983 ; Zevi 1994.

7 Shatzman 1975, 100.

8 Gabba [1981, 256] 1988, 32.

9 Clemente 1983, 255.

10 Gaius, Inst., 5.71 : Exercitor nauis is est ad quem quotidianus quaestus nauis peruenit. On peut se reporter là-dessus à Aubert 1999, avec bibliographie.

11 Wallinga 1964.

12 Benoit 1961, 165, n. 3.

13 Le système de chargement imbriqué des amphores Dr. 1 fait gagner une place notable, qui, dans leur cas, doit entrer en diminution dans le calcul du tonnage. Celle qu’on gagne avec les gréco-italiques du iiie s. est négligeable ; en outre, 300 amphores s’empilent au maximum sur deux couches, ce qui fait qu’une moitié seulement de la cargaison en bénéficie.

14 Nieto et al. 1989 ; Carreras et al. 2003.

15 Charlin et al. 1978 (le rapprochement avec la lex Claudia a été fait par les auteurs p. 88-89) ; Guibal & Pomey 2000, 38.

16 Heilporn 2000.

17 Cabantous 2005, 267 ; Buti 2005, 13.

18 Cibecchini & Principal 2002.

19 Benoit 1961, 29 et 36.

20 Pl., Mer., 76-79, trad. A. Ernout.

21 Hill 1958. La question se complique parce que métrètès en grec n’est qu’une unité de mesure alors qu’en latin metreta peut désigner une amphore réelle. On peut donc se demander s’il faut partir d’un volume abstrait, comme l’a fait Hill (on aurait alors environ 8 tonneaux de jauge et ce serait très petit), on d’un objet concret, comme le préférerait Wallinga sur le modèle de l’amphora, et on aurait alors au moins autour de 16-18 tonnes de port en lourd et une jauge dépassant 25 tonneaux.

22 Thc. 4.118.5.

23 Je rejoins à peu près ici Andreau 1980, 914 : “elle les empêchait surtout d’être des entrepreneurs de transport maritime” et Clemente 1983, 255.

24 Wallinga 1964, 21-22, n. 2.

25 Agr., 11.

26 Agr., 11.1 ; Tchernia 1995, 383-384 et 393.

27 Cic., II Verr. 5, 44-46.

28 La seule exception à ma connaissance est celle de Aubert 2004, 167.

29 Quid eos loqui qui uidebant, quid existimare eos qui audiebant, arbitrabare ? Inanem te nauem esse illam in Italiam adducturum ? Nauiculariam, cum Romam uenisses, esse facturum ? Ne illud quidem quisquam poterat suspicari, te in Italia maritimum habere fundum et ad fructus deportandos onerariam nauem comparare. Eiusmodi uoluisti de te sermonem esse omnium, palam ut loquerentur te illam nauem parare quae praedam ex Sicilia deportaret et ad ea furta quae reliquisses commearet. L’interprétation que je donne ici rejoint celle défendue dans Hesnard & Gianfrotta 1989, 399-400.

30 Clemente 1983, 257-258.

31 Histoire romaine, trad. française, Paris, 1985, I, 630. Il a corrigé son opinion dans SR, III, 1, 510 n. 1 et III, 2, 898-899.

32 Zevi 1994, 64.

33 Virlouvet 1985, 91-9696 ; Garnsey 1988, 183-185.

34 Garnsey 1988, 183.

35 Pinzone 1999, 7-37 ; l’idée avait été acceptée par Clemente 1980-1981, 247. Voir ultérieurement Serrati 2000, 123-126 et Zevi 2002, 44.

36 Rowland 1994, 257-258.

37 En volume, les 24 tonneaux que nous avons assignés au bateau de 300 amphores pourraient contenir 4 000 modii, mais en poids à peine 2000. L’équilibre du navire aurait sans doute interdit de remplir la cale complètement.

38 Feig 1996, 34-43.

39 Cette interprétation implique presque forcément que l’interdiction de participer aux adjudications pour le recouvrement des impôts ait été au moins contemporaine du plebiscitum Claudianum ; c’était l’opinion de Mommsen (SR, III, 1, p. 510, n. 1), et c’est maintenant la position de Nicolet 1977, 748. Je ne m’étendrai pas sur les nombreuses discussions suscitées par la date de cette mesure.

40 Dig., 50.5.3 ; Sirks 1991, 71-72.

41 Col., I, préf., 14.

42 Van der Mersch 2001. Sur la possibilité que des membres de la classe sénatoriale aient été propriétaires de vignobles en Sicile à l’époque de Hiéron II, voir Zevi 2002, 46-47.

43 Càssola, 1962, 93 n. 11 ; 137 et 218.

44 On doit à Claude Nicolet 1977, 746, une indication qui allait dans ce sens, et qu’il n’a pas reprise en [1980] 2000 : “la loi tentait même indirectement de limiter l’étendue ou du moins le rapport de leurs propriétés”.

45 On ne sait pas si la loi prévoyait des sanctions ou si c’était une lex imperfecta, comme le pensent Guarino [1982] 1994 et Clemente 1990, 51. Nicolet [1980, 880 et 893 n. 13] 1990, 28 et 389 n. 13 hésite en faisant observer que la phrase de Cicéron dans les Verrines, fuit ista seueritas in iudiciis, indique peut-être qu’il y eut des cas de recours en justice. Serrao 1956, 20 n. 5, avait aussi émis des doutes. L’opinion la plus répandue est que la loi était tournée. D’Orta 1976-1978, 188-194, défend l’idée qu’elle était vraiment tombée en désuétude. Guarino [1982] 1994 et Clemente 1984, 176, ont noté qu’on n’en entendait plus parler, qu’on n’avait pas d’échos de polémiques ou de notae censoriae auxquelles elle aurait donné lieu.

46 Liv. 40.51.2. Voir D’Arms 1981, 36.

47 Gabba [1981] 1988, 32-33 ; Guarino [1982] 1994, 291 ; Clemente 1983, 255-256 ; 1984, 172-173 ; Narducci 1989, 248, n. 44.

48 Liv. 23.3-4.

49 On peut hésiter entre Scipion l’Africain, qui aurait donné cette loi pendant son consulat de 205, et L. Cornelius Scipio Asiaticus, préteur de Sicile en 193 (Gabba 1959, 310).

50 Cic., II Verr. 2, 122-123.

51 Gabba [1981] 1988, 32 ; Clemente 1990, 51-52.

52 Plin., Nat., 7.139.

53 Gabba [1981] 1988, 28.

54 Nicolet [1980, 880-881] 2000, 30 ; Arist., Pol., 1316 b.

55 Nicolet [1980, 879] 2000, 28.

56 Que l’on trouve quelquefois chez Plaute, où il y a même un exemple du sens de rentrée d’argent, opposée aux dépenses (sumptus), sens qu’autrement Jean Andreau ne trouve pas avant l’Empire : Poen., 286-287.

57 Pl., Asin., 186 ; Truc., 416.

58 L’unique exception est dans la préface du De agricultura de Caton. Les deux explications qu’en donne Jean Andreau dans ce volume ne me paraissent pas s’exclure l’une l’autre. Consacrer la première ligne d’un ouvrage sur l’agriculture à faire l’éloge du commerce est une provocation. Elle convient bien au caractère de Caton. Elle peut aussi, mais on ne le sait pas, refléter un débat qui n’aura plus cours un siècle plus tard. Mais Caton définit aussi, dans cette première ligne, la question qu’il pose : comment rem quaerere (et non rem augere ; qui rem quaerunt est aussi le terme appliqué par Cicéron dans les Paradoxa Stoicorum, 46, aux marchands et aux adjudicataires de contrats publics). Le verbe quaerere est naturellement repris par quaestus un peu plus loin. Quand il parle à cet endroit du bonus agricola bonusque colonus qui fait un bon soldat et a l’esprit le moins tourné vers le mal, il ne pense pas aux propriétaires de plusieurs centaines de jugères à qui s’adresse son livre, mais à des paysans pour qui l’agriculture est un vrai gagne-pain, comme le dit Jean Andreau. En assimilant au quaestus les revenus de ces paysans, il leur donne l’espoir de sortir de l’autarcie et de s’enrichir.

59 Voir sur ces questions Andreau 1992.

60 Cf. Pl., Rud., 292 : quibus nec quaestus est nec didicere artem.

61 Cic., Off., 42.150-151.

62 Voir Andreau 2001, 34-37.

63 Veyne 1985, 133. Sur toute la question, Paul Veyne [1979] 2001, 131-162. La correction apportée à la terminologie p. 157 et dans la n. 51 “entreprises occasionnelles (ou plutôt inessentielles) des nobles” me paraît à retenir.

64 Liv. 22.25.18-26, 1 ; V. Max. 3.4.4. Je remercie Sylvie Pittia qui, au cours du séminaire de Paris, a cité le cas de Terentius Varro et m’en a donné les références.

65 Gell. 15.4 ; Cic., Fam., 10.18.3.

66 Voir Coarelli 1996, 201, qui s’appuie sur Plutarque, Cic., 1.1-2 et D. C. 46.1.28.

67 Suet., Aug., 2.6 et 3.1 ; Vit., 2.1.

68 Suet., Vesp., 1.2 : coactiones argentarias factitauit. Je partage l’analyse de Jean Andreau 1987, 160 ; aux p. 423-426 du même volume, il étudie l’usage de argentariam facere chez Cicéron et aboutit aux mêmes conclusions.

69 Ibid., 1.4.

70 Ibid., 4.6. Dans le même sens on peut encore citer un passage laudatif du De uiris illustribus, 3.72.1, sur M. Aemilius Scaurus : son père quamuis nobilis, ob paupertatem carbonarium negotium exercuit : c’est moins grave que s’il avait été carbonarius.

71 Dig., 3.2.

72 Celle-ci exclut aussi (l. 94-95) ceux qui exercent une activité liée à la municipalité, comme les crieurs publics et les entrepreneurs de pompes funèbres.

73 Pl., Poen., 1140 (prostitution) ; Capt., 129 : aegre est mihi facere hunc quaestum carcerarium, qu’il fasse le métier de geolier ; Dig., 38.1.19, cité ici par Jean Andreau.

74 Cic., Par. Stoic., 43.

75 L’argument de Narducci 1989, 248, n. 44, pour qui la synonymie cicéronienne decorus-honestus serait un indice en faveur d’une adjonction de la phrase à l’exposé des motifs du plebiscitum Claudianum par Tite-Live me paraît faible. Les adjectifs laudatifs ou péjoratifs déterminant quaestus sont en nombre limité, et l’identité du thème suffit à justifier la similitude des expressions.

76 Att., 12.32 ; 15.17.1.

77 Att., 14.9.1. Pour quaestuosus, voir Tusc., 5.86 : nam, ut quaestuosa mercatura, fructuosa aratio dicitur.

78 Plut., Crass., 5-7. Voir encore Veyne [1979] 2001, 151-152.

79 Var., R, 1.2.23.

80 Il est vrai que Varron la considère comme fructuosa, mot qui convient au revenu agricole, et non quaestuosa. Mais c’est qu’il n’utilise jamais quaestus ; le mot lui fait défaut et il est contraint de préciser qu’il s’agit de tout autre chose que de récolter les fruits de son domaine. Voir Jean Andreau, ici même, p. 246-247.

81 Sur la mention possible par Ennius (Ann., 2.94-95) d’armateurs à Ostie et la qualification de leur activité comme un “gagne-pain” (nautisque mari quaesentibus uitam), voir l’interprétation donnée par Zevi 2001, 44.

82 Sirks 1991, 65, n. 77.

83 Gabba [1981] 1988, 30 et 33-34 ; [1985] 1988, 71-75 et 82. Je ne partage pas pour autant l’idée que le plebiscitum Claudianum et les lois somptuaires ont des objectifs du même ordre. Cf Zevi 2002, 43-44.

84 Je traduis ici le coinvolgimento de Clemente 1984, 172, qui a développé les mêmes idées (172-174).

85 Pl., Poen., 210-211 : “Qui veut se donner quantité d’embarras n’a qu’à se procurer deux choses, un vaisseau et une femme” (traduction A. Ernout).

86 Arist., Pol., 1316b. Voir Nicolet [1980, 879-81] 2000, 29-30.

87 Cic., Leg., 2.95 : Carthaginienses fraudulenti et mendaces non genere, sed natura loci, quod propter portus suos multis et uariis mercatorum et aduenarum sermonibus ad studium fallendi studio quaestus uocabantur. Platon, Lg., 4.704d-705c.

88 App., Pun., (8).86-87.

89 Tchernia & Viviers 2000, 786.

90 Voir là-dessus Càssola 1962.

Auteur

EHESS et Centre Camille Jullian-MMSH, Aix-en-Provence

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540