Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Deuxième partie. La manifestation des hiérarchies sociales dans le vocabulaire et ses enjeux idéologiques

Remarques sur le Quaestus

Jean Andreau

Texte intégral

  • 1 Une première version de cette étude a été présentée le 20 novembre 2004, au cours de la Journée de (...)

1Les mots et expressions les plus difficiles à traduire sont souvent les plus intéressants pour comprendre les sociétés passées (dans les stratégies qui y étaient développées, aussi bien que dans leurs “mentalités”). Car cette difficulté de traduction révèle précisément que ces “façons de parler” correspondent à une spécificité de la société étudiée. Dans le monde romain, quant à l’activité économique et à la gestion des patrimoines, c’est le cas du mot quaestus. Certes, il exprime le gain, le profit, mais, dans beaucoup de textes, il est impossible de le traduire par “gain” ou “profit” ; ou bien, si on le traduit ainsi, on se rend compte que le sens de la phrase latine n’est pas correctement rendu1.

  • 2 Nadjo 1989, 397-399 ; Crampon 1985.
  • 3 Lire notamment Mratschek-Halfmann 1993, Nicolet 1966, Nicolet 2000, surtout p. 19-43, Pavis d’Escu (...)

2Curieusement, malgré l’importance d’un tel mot, il n’a pas été étudié de façon précise. Les livres sur le vocabulaire du gain ou du patrimoine le commentent, mais de façon trop rapide. L. Nadjo lui consacre trois pages, et M. Crampon, sauf erreur, n’en parle pas du tout2. C’est dans les ouvrages relatifs à la richesse et aux patrimoines des membres de l’élite qu’on trouve les remarques les plus intéressantes sur quaestus3 ; mais l’étude du vocabulaire n’est pas leur sujet principal. Dans le présent article, je ne discuterai pas le contenu de cette bibliographie.

  • 4 Liv. 21.63.3-4 ; Cato, Agr., Pr., 4 ; Cic., Off., 1.150-151.

3Quand on pense à quaestus, on renvoie le plus souvent aux trois ou quatre mêmes textes : les quelques lignes de Tite-Live sur la lex Claudia de 218 a.C. ; le Prologue du De agricultura de Caton l’Ancien ; le passage de Cicéron sur les activités et métiers, dans le De officiis4. L’article de A. Tchernia, dans le présent volume, montre qu’on peut encore dire beaucoup de choses nouvelles sur la lex Claudia, sur ses objectifs et ses effets, et sur le passage de Tite-Live qui la concerne. Mais, si le propos est de comprendre le mot quaestus, l’examen des deux ou trois textes mentionnés ci-dessus ne suffit pas, alors qu’il s’agit d’un mot fréquemment employé, aussi bien à la fin de la République que sous l’Empire, et dans divers genres de textes. Je ne parlerai pas de toutes les occurrences de quaestus, mais j’ai essayé de les dépouiller toutes ou presque, et d’en étudier un bon nombre. Ce que je vais dire suffit-il à expliquer tous les textes où figure le mot quaestus ? Il serait fort présomptueux, et probablement erroné, de le prétendre ; mais je m’efforce d’expliquer la plupart d’entre eux.

4Je ne cherche ni à explorer tout le champ lexical du gain et de l’enrichissement, ni à dresser des tableaux et des schémas. Je continue à croire à la vertu de l’empirisme et des méthodes les plus courantes et les plus classiques de la philologie. L’étude d’un mot ou d’une expression, qui conduit à d’autres mots ou expressions et permet de les différencier les uns des autres, continue à me paraître légitime. Mais ce choix ne signifie pas que je critique ceux qui ont emprunté, ou qui empruntent, d’autres voies.

5Dès cette introduction, et afin d’annoncer l’organisation du plan de ma contribution, je dis en quelques phrases quelles vont être mes conclusions. Je présente brièvement les sens du mot quaestus tels qu’ils m’apparaissent après avoir étudié les textes dont nous parlerons plus en détail dans le reste du chapitre.

6Il arrive que quaestus ait un sens très général de gain, sans nuances très perceptibles. Cependant, cet emploi général du mot est rare à la fin de la République et même au début de l’Empire (il se répand davantage par la suite) ; je n’en dirai que quelques mots. Dans la plupart des textes, quaestus se différencie assez nettement des autres mots exprimant le gain ou la rétribution, et offre trois sens distincts.

7Deux de ces sens sont bien attestés à l’époque républicaine, et ils continuent à être très présents sous l’Empire ; à l’inverse, le troisième n’apparaît qu’au ier siècle p.C. Les deux premiers ont en commun d’exprimer à la fois le gain et l’activité qui le permet, et de mettre en outre ce gain en relation avec la condition sociale du bénéficiaire. Ils ne désignent donc pas le gain pris en lui-même, dans l’absolu, sans considération de l’homme ou de la femme. Au contraire, pour bien les comprendre, il faut faire acception des personnes. D’où la difficulté de traduction. Dans ces deux sens (qui perdurent pendant toute l’époque romaine), quaestus est donc un mot plus “social” qu’“économique”.

8À l’inverse, sous le Haut Empire, et surtout dans des écrits plus techniques ou juridiques (mais pas seulement), est attesté un troisième sens de quaestus, celui-ci plus “économique” et lié à la technique gestionnaire. Quaestus désigne alors l’argent qui rentre par suite de la vente des produits, par exemple des produits agricoles. Il peut donc se traduire par “chiffre d’affaires”, “rentrées d’argent” ou “produit de la vente”. Ce troisième sens ne se rencontre pas dans les textes d’époque républicaine ; j’en parlerai dans la dernière partie de mon article.

  • 5 Sur la définition et les limites de cette élite de notables, voir Andreau 2001, 29-32.

9Les deux autres sens, qui sont plus “sociaux”, sont apparentés ; ce qui les distingue, c’est le milieu social concerné. Car il y a, dans les idées des Romains, deux grandes manières de gagner sa vie et de maintenir sa famille. La majeure partie de la population libre doit travailler pour vivre. Mais, pendant toute son histoire, la société romaine a été politiquement et socialement dominée par une minorité à patrimoine foncier, et qui était animée d’une mentalité aristocratique. À la fin de la République et par la suite, cette minorité se composait des deux grands ordres privilégiés, les sénateurs et l’ordre équestre. Mais à côté d’elle, d’autres hommes, citoyens romains ou non, possédaient des patrimoines de nature analogue, et parfois presque aussi importants, et, avec leurs familles et leur parenté, s’inspiraient des modes de vie des sénateurs et chevaliers. Beaucoup d’entre eux constituaient la partie la plus distinguée des aristocraties des diverses cités de l’Empire, quel que fût le statut juridique de ces cités et de leurs habitants. Au sommet de la pyramide sociale romaine, il y avait donc une élite relativement homogène, et qui formait une véritable classe sociale dirigeante. Pour la différencier du Sénat et de l’ordre équestre, qui en faisaient partie mais n’en constituaient que la fraction la plus prestigieuse, la plus riche et la plus cultivée, j’emploie à son propos le mot “élite” ou les mots “notables” et “notabilités”5.

10Je désire montrer dans cette contribution que les emplois du mot quaestus confirment encore davantage, s’il en est besoin, l’existence d’un très fort clivage entre cette élite et le reste de la population libre, romaine ou non. Le premier sens du mot, c’est le revenu supplémentaire, occasionnel ou non, du notable, le moyen qu’il a de faire de l’argent et de s’enrichir davantage encore. Le notable a, par définition, un patrimoine foncier et immobilier, et son activité de base, à part la politique, est de le gérer. Il vit d’abord des revenus de ce patrimoine. Quaestus désigne les gains qu’il peut faire en dehors de cette habituelle gestion patrimoniale, tout ce qui s’ajoute à ces revenus de base. Le mot peut donc, dans le cas des élites, désigner soit des opérations ponctuelles, soit des activités plus permanentes. Il s’agit de gains et de profits s’ajoutant aux revenus normaux du patrimoine, de “moyens de faire de l’argent”, de “revenus annexes” ; la traduction peut varier d’un texte à l’autre, il faut réfléchir à la nuance dans chaque cas.

11Quant au deuxième sens, c’est le métier, le “gagne-pain” de l’homme ou de la femme du commun, qui n’appartient pas aux élites. Précisons d’ailleurs qu’aucun des deux sens ne me paraît antérieur à l’autre, ni logiquement, ni chronologiquement. Je ne parle du premier et du deuxième que pour les distinguer.

  • 6 Cic., Par. Stoic., 6.43 ; Cic., Part. or., 90 ; Liv. 21.63.3-4
  • 7 Cic., Rosc. Am., 88.

12Dans les deux cas, le mot quaestus est souvent péjoratif. Quand il s’applique aux gens du commun, il peut être péjoratif parce qu’il n’est pas socialement glorieux d’avoir un gagne-pain permanent, un métier fournissant une rétribution qui permette de vivre. Quand il s’applique à un notable, il peut aussi être péjoratif, parce qu’un membre de l’élite ne doit pas avoir besoin de gains ou de profits extérieurs à la bonne gestion de son patrimoine ; de tels gains ou profits sont donc suspects, même s’ils sont habituels ; ils sont censés révéler une excessive cupidité6. Dans la logique oratoire des plaidoiries, on peut opposer le notable courageux et frugal qui vit du fruit de son travail de gestionnaire à celui qui cherche des profits complémentaires7.

  • 8 Cic., Div., 1.88, 1.132 et 2.85 ; Off., 1.92 et 2.77 ; Phil., 2.44 ; Liv. 4.30.9 ; Dig. 23.2.41 pr (...)
  • 9 Par exemple Caes., B Civ., 3.60.1 et B Alex., 49.2. Les textes traitant de crimes et de délits lié (...)

13Qu’il s’agisse d’un homme du commun ou d’un notable, le mot est évidemment péjoratif si le gain procède de pratiques immorales ou illégales. La femme ou l’homme qui se prostituent, le délinquant, le parasite, le faux devin, pratiquent des quaestus condamnables8. De même pour les sénateurs qui détournent des fonds publics ou extorquent de l’argent aux provinciaux dont ils sont les gouverneurs9. Dans de tels cas aussi, le mot est péjoratif.

14Mais il n’en est pas toujours ainsi, parce qu’on peut présenter sous un angle favorable l’homme ou la femme simple qui travaille dur pour nourrir sa famille, et parce que chacun sait que beaucoup de notables ont d’autres revenus que ceux de leurs patrimoines fonciers.

15À l’inverse, le troisième sens de quaestus, celui qui apparaît à l’époque impériale, n’a pas de raison d’être péjoratif, puisqu’il désigne tout simplement le chiffre d’affaires, le montant de la vente des produits. C’est alors une notion technique, davantage indépendante des connotations sociales ou idéologiques.

16Comme je viens de le dire, quaestus, aux iie et ier siècles a.C., a deux sens principaux, apparentés l’un à l’autre. Ils sont très fréquemment attestés, l’un et l’autre, dans les œuvres de Cicéron. Tous deux se perpétuent à l’époque impériale.

  • 10 Plin., Nat., 29.7.

17Ils ont en commun de mettre le gain en rapport avec l’activité qui le permet et avec la condition sociale du bénéficiaire. Ils ont aussi en commun de désigner n’importe quel type de rémunération. Le mot merces, mercedis, loyer, redevance, salaire, s’applique, dans la plupart des cas, à un versement résultant d’un contrat de location (locatio conductio). S’il s’agit de la location d’un immeuble (locatio rei), la merces est un loyer ; s’il s’agit d’un contrat de travail (locatio operarum), c’est un salaire. Pour quaestus, une telle typologie n’est pas de mise ; le mot, selon les cas, s’applique aussi bien à un salaire qu’à un pourcentage de commission ou d’intérêt, à des loyers ou à une somme fixe pour une opération ponctuelle. Que le bénéficiaire soit un notable ou un homme du commun, il n’y a à cet égard aucune différence. Dans le passage que Pline consacre aux honoraires des médecins, on lit les mots merces et quaestus. C’est le premier qui désigne le type de rémunération. Quaestus, lui, met le gain en relation avec l’activité qui le produit, ici la médecine, et avec l’homme qui en bénéficie, le médecin Q. Stertinius, qui exerçait son art dans la ville de Rome10.

  • 11 Cic., Off., 1.150.
  • 12 Cic., Off., 1.150.

18Certains m’objecteront peut-être que, dans le célèbre passage du De officiis, Cicéron considère comme “sordides” les gains de tous ceux qui louent leur travail (quaestus mercennariorum omnium)11. Le mode de rémunération, en vertu d’une locatio operarum, y détermine donc l’opinion que Cicéron (ou les philosophes dont il s’inspire) se fait des activités en question. Mais le passage ne signifie évidemment pas que quaestus ne soit employé que pour les salariés louant leur travail. La preuve en est qu’on lit au début du § 150, la formule de artificiis et quaestibus : les deux mots artificia et quaestus suffisent à désigner toutes les activités dont il va être question. Le travail des salariés est “sordide” parce qu’ils ont contracté une locatio operarum ; mais ce n’est pas quaestus qui exprime le mode de rémunération, c’est mercennarius (le salarié louant son travail), puis, aussitôt après, le membre de phrase : “on achète leur travail, et non leur compétence (operae, non (…) artes emuntur)12.

19Par ailleurs, comme les deux sens de quaestus (le gagne-pain du plébéien ; le revenu supplémentaire et la source d’enrichissement du notable) concernent des milieux sociaux différents, le gain en question n’occupe pas la même place dans le total des revenus du bénéficiaire. Le quaestus constitue l’essentiel des gains de l’homme ou de la femme du commun, ou parfois même l’intégralité de ces gains. Au contraire, pour le notable, c’est toujours un complément s’ajoutant aux revenus habituels de son patrimoine foncier et immobilier, un profit additionnel qui peut lui donner le moyen d’accroître son patrimoine, au lieu de se contenter de ce qu’il a déjà. Pour cette raison, les revenus habituels de ce patrimoine, au moins sous la République, ne sont jamais qualifiés de quaestus. Il y a cependant un texte qui semble faire exception à cette règle, la Préface du De agricultura de Caton ; nous y reviendrons.

20Dans une étude antérieure, j’ai montré que les notables avaient diverses sources d’enrichissement et de revenus possibles, et que ces sources de gains pouvaient être commodément classées en cinq catégories :

  • leur patrimoine de terres, consacrées à l’agriculture et à l’élevage ;
  • les autres activités économiques, non agricoles (prêt d’argent ; location d’immeubles, qu’il s’agisse de logements, d’entrepôts ou de boutiques ; activités de fabrication ; activités commerciales ; revenus tirés du travail d’esclaves employés dans de tels secteurs) ;
  • la vie politique, qui rapporte beaucoup à ceux qui arrivent très haut dans la carrière, et sans doute peu aux autres ; à ces revenus tirés de la vie politique, il faut ajouter (par exemple pour certains chevaliers), les revenus provenant des fermes publiques ;
  • les activités en rapport avec la culture et le divertissement (conférences ; écoles d’éloquence ; édition ; dons et indemnités, légaux ou non, provenant de l’exercice d’une activité d’avocat ; l’éloquence et les affaires judiciaires peuvent relever de plusieurs de ces cinq catégories, et notamment de celle-ci et de la précédente) ;
  • enfin, la gestion de la parenté et des amitiés (qui fournit par exemple d’importants héritages ; il faut songer aussi aux stratégies matrimoniales).
  • 13 Andreau 2004.
  • 14 Cic., Par. Stoic., 6.46.

21Il s’agit d’une typologie rapide, que l’on ne trouve pas, telle quelle, dans les textes antiques. J’ai conscience qu’elle peut être critiquée, mais elle vise surtout à montrer que les notables avaient de multiples possibilités, et qu’il leur était difficile de s’engager dans toutes les voies à la fois13. Même ceux qui cherchaient à augmenter leur patrimoine et étaient les plus ardents au gain ne pouvaient pas se consacrer avec autant de constance aux cinq grandes directions ainsi indiquées. Même un homme comme Crassus, dont Cicéron stigmatisait, dans le sixième Paradoxe des Stoïciens, la cupidité acharnée, et qu’il présentait comme un cas extrême, n’était pas également concerné par ces cinq directions14. Son patrimoine de terres n’était pas ce qui comptait le plus à ses yeux. Atticus, qui était infiniment moins cupide que Crassus, avait plusieurs sources de revenus, mais il ne s’intéressait pas, ou ne s’intéressait pas également, à ces cinq catégories de gains : après son retour en Italie, il ne s’occupait pas de très près de son patrimoine de terres, et il s’est toujours tenu à l’écart des gains de la politique (y compris sous la forme des adjudications de fermes publiques). Inévitablement, les notables devaient procéder à des arbitrages : il était impossible de tout faire à la fois.

  • 15 Plin., Nat., 10.45.

22Le mot quaestus peut désigner n’importe quel gain relevant de ces cinq catégories, – excepté les revenus issus de la gestion du patrimoine foncier. Sous la République, jamais les gains issus de l’agriculture ou de l’élevage ne sont qualifiés de quaestus, sauf dans la Préface du traité de Caton. Même sous le Haut Empire, en dehors des textes où le mot signifie “chiffre d’affaires”, il est très rare qu’une partie des revenus fonciers soit qualifiée de quaestus. Cela peut se faire s’il s’agit d’un effort spécifique pour promouvoir une branche particulière de l’agriculture ou de l’élevage, ou bien d’une opération ponctuelle et très rentable. Ainsi, Pline l’Ancien, écrivant que M. Aufidius Lurco a été le premier à avoir engraissé des paons, ajoute qu’il a tiré de cette activité (ex eo quaestu) un revenu (reditus) de 60 000 sesterces15. En ce cas, en dépit de l’opposition quaestus / reditus, sur laquelle je reviendrai dans la troisième partie, il ne me paraît pas possible de traduire quaestus par “chiffre d’affaires”. C’est le revenu additionnel d’un notable.

  • 16 Par exemple Cic., II Verr. 2, 170.
  • 17 Sen., Ep., 17.10.
  • 18 Cic., Flac., 55 ; Leg. Man., 37 ; Pis., 86. Pour quaestus désignant les profits du prêt à intérêt, (...)
  • 19 Cic., Quinct., 12-13.
  • 20 Cic., Leg. agr., 2.65 et 2.67.
  • 21 Cic., Leg. agr., 2.95 ; Cic., II Verr. 2, 6 ; Liv. 21.63.3-4.
  • 22 Sen., Ep., 101.4.

23Le mot quaestus désigne souvent les activités économiques non agricoles des notables. Le prêt à intérêt, par exemple16. Sénèque emploie l’expression fenoris quaestus, le gain provenant des prêts17. Placer de l’argent à intérêt se dit parfois transferre (pecuniam) in quaestum, et avoir de l’argent placé, in quaestu relinquere18. Les affaires des negotiatores italiens dans les provinces19, – les “affaires” en général, les ventes et achats spéculatifs20, le commerce et tout ce qui touche aux transports maritimes et aux navires21 sont également appelés quaestus. Par exemple, le chevalier Cornélius Senecio, auquel Sénèque consacre une lettre au moment de son décès, brassait l’argent sur terre et sur mer et ne reculait devant aucune source de profit22.

  • 23 Plin., Nat., 33.83. Pour les intrigues et trafics liés à des procès, voir par exemple Cic., Clu., (...)
  • 24 Rhet. Her., 1.1.
  • 25 Pour un exemple de quaestus à propos des captations d’héritages, voir Plin., Nat., 14.5.

24Les gains dus à des activités culturelles et artistiques sont aussi qualifiés de quaestus, ainsi que tous ceux que permettaient l’éloquence et le fonctionnement de la justice et des procès, légalement ou non, moralement ou non23. Dans la Rhétorique à Hérennius, il est question de ceux qui écrivent avec l’espoir de gagner de l’argent ou d’acquérir la gloire24. C’est également le cas des avantages résultant de la gestion des relations sociales, et par exemple des testaments, dont on sait qu’ils faisaient l’objet de stratégies complexes, souvent dénoncées par les moralistes et les satiriques25.

  • 26 V. Max. 7.8.6.
  • 27 Caes., B Civ., 3.60.1 et B Alex., 49.2.
  • 28 Par exemple Cic., Prov. cons., 5 ; Phil., 2.111 et 5.11.
  • 29 Cic., II. Verr. 5, 130 et 138.

25Quant aux gains liés à l’exercice des charges politiques, administratives et militaires, ils donnent très souvent lieu à l’emploi de quaestus, notamment dans l’œuvre de Cicéron, – surtout s’ils sont considérés comme illicites. Le mot peut désigner, certes, des gains de ce type qui ne soient pas du tout condamnables ; un excellent exemple en est fourni par Titus Marius d’Urbinum, qui fut enrichi par les gains résultant de sa carrière militaire, sous le règne d’Auguste (uberrimis quaestibus locuples factus)26. Mais l’emploi péjoratif est à coup sûr plus fréquent. J’ai déjà cité deux passages de César qui ont trait à des gains politiques condamnables27. Qu’il s’agisse des forfaits de L. Calpurnius Pison Caesoninus, gouverneur de Macédoine, de ceux d’Antoine ou d’autres, l’œuvre de Cicéron abonde en passages de ce type28. Le sommet est évidemment atteint par les Verrines. Le mot quaestus y figure une cinquantaine de fois, la plupart du temps à propos de Verrès lui-même. Les occurrences les plus nombreuses se trouvent dans le De frumento et le De suppliciis. Avant de revenir sur un aspect des emplois du mot dans le De frumento, signalons deux passages particulièrement illustratifs et virulents du De suppliciis, dans lesquels Cicéron dénonce tous les abus, et même tous les meurtres, dont les magistrats romains se sont rendus coupables, par esprit de quaestus, aux dépens des provinciaux29.

  • 30 Cato, Agr., Pr., 4.

26J’ai dit que jamais, à l’époque républicaine, quaestus n’était employé en parlant d’agriculture et d’élevage, – sauf dans un texte unique : la Préface du De agricultura de Caton l’Ancien. Il y écrit en effet que les gains obtenus par les cultivateurs sont les plus justes et les plus assurés (maxime pius quaestus stabilissimusque)30. Comme on rencontre, dans les œuvres de Cicéron, plus de cent occurrences de quaestus et quelques occurrences de quaestuosus, je considère que, si Cicéron n’emploie pas ces mots à propos de l’agriculture, ce n’est pas par hasard. L’argument ex silentio est parfois très faible, mais pas dans le cas présent.

27Le texte de Caton est donc un cas exceptionnel. Expliquer les difficultés que soulève le traité de Caton par des remaniements postérieurs, comme certains ont tendance à le faire, est de mauvaise méthode, parce que c’est une solution de facilité, – à moins qu’il n’existe de très forts indices de tels remaniements. Il y a, selon moi, deux façons différentes d’expliquer ce passage de Caton. Je préfère peut-être la seconde, mais elles me paraissent intéressantes l’une et l’autre, et ne sont pas exclusives l’une de l’autre. Première de ces deux explications : Caton, dans la Préface, ne parle pas du notable, il parle de l’ensemble de la population. Il parle du fenerator, du mercator, de l’agricola. À l’inverse du reste du traité, ce n’est pas un passage centré sur les intérêts des notables et la gestion de leur patrimoine, mais une comparaison de trois ou quatre grands types d’activités auxquels tout le monde peut se livrer. Contrairement à l’idée généralement exprimée, le mot quaestus, dans ces conditions, serait employé ici dans son deuxième sens, de “gagne-pain” des hommes et femmes du commun ; l’agriculture, en effet, est un gagne-pain comme les autres. Il signifierait “métier”, “gagne-pain” plutôt que “gain”. Le seul argument qui aille contre cette explication, c’est que, même dans ce deuxième sens, quaestus est tout à fait exceptionnel pour parler de l’agriculture et de l’élevage (et même sous le Haut Empire).

28Autre explication : dans cette Préface, l’auteur se situe par rapport aux débats de son temps (fin du IIIe siècle a.C. et première moitié du IIe) et à ses idées personnelles. Faute de textes, nous ne sommes pas en mesure de comprendre très précisément ces débats ; mais des passages comme la Préface suggèrent qu’ils se distinguaient nettement de ceux de l’époque de Cicéron ou des siècles postérieurs. Dans cette optique, il n’est pas légitime de tenir Caton l’Ancien, dans tout ce qu’il dit, pour le représentant de valeurs romaines éternelles qu’on constaterait tout au long des siècles de l’histoire de Rome. Cette remarque va dans le même sens, me semble-t-il, que ce que conclut A. Tchernia dans son article du présent volume.

29Il y a un autre indice en faveur de l’une ou l’autre de ces deux explications : c’est ce qu’il écrit sur le commerce. Il ne condamne nullement le commerce d’un point de vue moral ; c’est le prêt d’argent qu’il condamne. Le commerce lui paraît trop risqué, mais non point condamnable, – chose un peu étrange que les commentateurs ne soulignent pas assez. Ou il parle ici de l’ensemble de la population, et non pas des notables. Ou bien il se situe par rapport à des débats spécifiques de son époque, débats que l’on ne perçoit plus de la même façon à celle de Cicéron ou à celle de Sénèque.

30Les deux emplois de quaestus que nous constatons à l’époque républicaine expliquent de quelle manière ce mot se distingue de lucrum. On écrit parfois que quaestus désigne un gain recherché, tandis que lucrum s’applique à une aubaine, dont le bénéficiaire lui-même est surpris. C’est vrai dans certains textes, mais peu nombreux ; l’exemple des Verrines, notamment, va contre une telle explication. Lucrum désigne le gain en lui-même, indépendamment de l’activité qui le fournit, et indépendamment de la personne qui en bénéficie. C’est un mot beaucoup moins “social” que quaestus. Mais, dans la plupart des cas, cette différence doit être évaluée en fonction des intentions de l’auteur, et non pas en fonction de l’épisode lui-même ou de la nature objective du gain. L’auteur peut nommer le bénéficiaire du gain, le situer socialement, indiquer son activité ; s’il désire ne pas mettre l’accent sur ces aspects, il a davantage tendance à employer lucrum. L’usage est d’ailleurs très souple, et il dépend en partie des auteurs.

  • 31 II Verr. 3, 190, 192 et 195.
  • 32 II Verr. 3, 128 et 177.
  • 33 II Verr. 3, 38, 93, 100 et 106.
  • 34 II Verr. 3, 109.

31Dans les Verrines, il y a une cinquantaine d’occurrences de quaestus et une vingtaine de lucrum. C’est dans le De frumento que les deux mots sont les plus nombreux (sauf erreur, lucrum n’est employé que dans un seul discours des Verrines, le De frumento). Presque toujours, quaestus y désigne les gains de Verrès. Le même mot désigne aussi les profits illicites des gouverneurs de provinces en général31. Lucrum s’applique à ceux d’autres personnes, par exemple aux gains des dîmeurs (Apronius, Diognetus, Aulus Valentius et Baricbal). Il y a quelques “exceptions” : dans deux passages, lucrum est employé pour les gains de Verrès32, et, dans trois ou quatre autres, quaestus pour ceux des dîmeurs33 ou pour ceux d’une cité (Léontini)34. Je n’essaie pas ici d’expliquer ces exceptions. Mais quelles sont les raisons de l’usage le plus courant ? Est-ce parce qu’un Apronius ne cherchait pas ces profits, qu’il en profitait sans les vouloir ? Evidemment non. La raison est, à mon avis, que les dîmeurs n’étaient pas directement en cause dans le procès. C’est l’intention de Cicéron qui guide le choix des mots. Quaestus s’applique aux gains de l’accusé, à celui que combat Cicéron. Il s’agit d’insister sur le fait qu’il est un notable de haut rang, et qu’il ne recule devant aucun méfait pour multiplier ses profits. Quaestus met sans cesse ces profits en rapport avec sa psychologie, ses activités et sa condition sociale. Les gains des dîmeurs sont également voulus par eux, et, dans la mesure où ils constituaient pour Verrès des espèces d’alliés, Cicéron, le plus souvent, les montre aussi sous un très mauvais jour, surtout Apronius. Mais leurs gains et leurs forfaits ne sont pas au centre du procès ; ils le sont d’autant moins que, selon Cicéron, ils ont reversé à Verrès une bonne partie de ce qu’ils étaient censés avoir gagné. Lucrum exprime le constat qu’ils ont gagné de l’argent, sans plus. C’est un mot beaucoup moins connoté que quaestus.

  • 35 Plaut., Rud., 291, 294 et 989.
  • 36 Cic., Acad., 2.72.
  • 37 Cic., Q Rosc., 23 (bis) ; Plin., Nat., 10.142.
  • 38 Cic., Quinct., 11 ; Plin., Nat., 29.4 et 29.16 ; Sen., Ben., 4.13.3 et 6.38.3.
  • 39 Cic., Tusc., 5.86 ; Sen., Ben., 4.13.3.
  • 40 Caes., B Gall., 6.17.1.

32Le deuxième sens concerne la rétribution d’un homme ou d’une femme “du commun” qui a un métier, une activité permanente lui permettant de vivre. Ici non plus, le type de rétribution (salaire ? rétribution d’un travailleur “libéral” ?) n’a pas d’importance. Le quaestus est le “gagne-pain” de celui ou de celle qui ne vit pas du revenu de son patrimoine, mais doit travailler pour “gagner sa vie”. Cette activité peut être plus ou moins honorable socialement. Par quaestus, Plaute désigne le revenu d’un pêcheur35. Cicéron désigne les gains d’un crieur public et ceux des marins et bateliers36. Cicéron et Pline l’Ancien, ceux d’un acteur37. Cicéron, Sénèque et Pline l’Ancien, ceux des médecins38. Les gains des commerçants, et même ceux des marchands d’esclaves, sont, eux aussi, assez souvent qualifiés de quaestus, par exemple par Cicéron et Sénèque39. Dans César, le dieu gaulois qu’il appelle Mercure est particulièrement puissant à la fois pour faire gagner de l’argent (quaestus pecuniae) et pour protéger le commerce40.

  • 41 Dig. 38.1.19 (Gaius).

33Ce sens de gagne-pain, pour des hommes ou femmes extérieurs à l’élite, se retrouve dans certains passages de textes juridiques, par exemple dans un fragment de Gaius qui traite du travail dû par les affranchis à leurs anciens maîtres (les operae). Gaius écrit que, même les jours où l’affranchi doit fournir les operae, il faut qu’il ait aussi le temps de travailler pour lui-même, de quaestum facere, afin de pouvoir se nourrir41.

  • 42 Plaut., Rud., 749 et 989.

34Dans les deux sens de quaestus que j’ai distingués (celui du notable et celui du plébéien), le mot renvoie à la fois au gain réalisé et à l’activité qui le permet ; c’est une des difficultés qu’il soulève, surtout quand on cherche à le traduire. Dans certains textes qui ne concernent pas l’élite, il désigne l’activité bien plutôt que le gain, et il arrive même qu’on puisse le traduire simplement par “métier”. C’est le cas dans le Rudens de Plaute42.

  • 43 Cic., Cat., 4.17.

35Un des passages le plus parlants sur ce deuxième sens de quaestus se trouve dans les Catilinaires de Cicéron. L’orateur veut montrer que les boutiquiers et artisans de Rome n’avaient aucune envie de détruire le lieu de leur travail et qu’ils ne pouvaient donc pas, au moment de la Conjuration de Catilina, prêter main forte à des agitateurs qui auraient cherché à les appeler à la révolte43. Un tel texte confirme complètement le sens de “gagne-pain” des hommes et femmes du peuple, puisque Cicéron y emploie même, pour parler des boutiques, l’expression quaestus cotidiani locus. Il confirme aussi que quaestus désigne à la fois le gain et l’activité qui le produit. Dans ce passage, il y a trois occurrences du mot en quelques lignes. Dans la traduction de la collection des Universités de France, due à É. Bailly, il est rendu la première fois par “gain” et les deux autres fois par “commerce” (ce qui n’est pas tout à fait exact, car il y a autant d’artisans que de commerçants, dans ces boutiques). Mais en vérité, il est possible, à chaque occurrence, de le traduire par “gain”, par “gagne-pain”, aussi bien que par “travail” ou “activité” ; les trois fois, quaestus y signifie en même temps le gain et l’activité.

  • 44 Plaut., Pers., 53 et 61.
  • 45 Sur le quaestus lié au vol, voir aussi Dig. 47.2.67.4 (Celse).
  • 46 Cic., Div., 1.88 et 132 ; 2.85 ; Liv. 39.8.4.
  • 47 Voir par exemple Plaut., Cist., 41 et 121. Dans le cas des prostituées aussi, le mot insiste tantô (...)
  • 48 Plaut., Cist., 41 et Phèdre 107 (= A3), 4. Voir aussi Plaut., Rud., 56 et 541 (quaestus meretricib (...)
  • 49 Plaut., Mil., 785.
  • 50 Dig. 22.5.3.5 (Callistrate) ; 23.2.47 (Paul) ; 38.1.38 pr. (Callistrate) ; 48.5.30(29). 3 et 4 (Ul (...)
  • 51 Liv. 26.33.8 (quae quondam quaestum corpore fecisset).

36Certains des hommes et femmes du commun s’adonnent à des activités extrêmement peu glorieuses, ou même délictueuses, et ces activités sont appelées, elles aussi, quaestus, de même que les gains qu’ils en tirent. C’est le cas des parasites ; le gagne-pain du parasite Saturion, dans Plaute, c’est son quaestus, comme il le dit lui-même44. C’est aussi celui des voleurs et des escrocs : l’homme qui gagne sa vie en agressant les passants pour les voler a un quaestus45. Les faux devins et les charlatans aussi46. Quant aux prostituées, il est très fréquent que le revenu de leurs activités soit qualifié de quaestus47. C’est le quaestus meretricius48. Une femme quaestuosa, c’est une prostituée49. Dans un certain nombre de fragments du Digeste, par exemple dus à la plume de Paul, de Callistrate et d’Ulpien, le quaestus désigne le fait de faire commerce de son corps ou de tirer parti des adultères de son épouse50. Plusieurs de ces textes contiennent l’expression quaestum corpore facere, “faire commerce de son corps”, – ou simplement quaestum facere, qui, quand il s’agit d’une femme, suffit à faire comprendre l’idée. La même expression était employée par Tite Live51.

37Ce qui fait l’unité de tous ces emplois, c’est le rang social modeste ou moyen des bénéficiaires, qui consacrent en permanence une partie de leur temps à un travail (légal ou non, moralement honorable ou non) et qui vivent du produit de ce travail (et non point des revenus de leur patrimoine).

38Avant de passer au troisième sens de quaestus, “chiffre d’affaires”, je désire faire encore deux remarques.

  • 52 Liv. 40.51.9. Voir par exemple Nicolet 1966, 23 ; Treggiari 1969, 44-45.
  • 53 Sur la difficulté du texte, voir par exemple De Martino 1964, 152 ; pour un exposé commode et rapi (...)
  • 54 Nicolet 1961 ; Ross Taylor 1960, 139-140 ; Treggiari 1969, 44-45.

39L’une concerne trois textes où il est question des effets légaux de la pratique du quaestus. Tite-Live rapporte que les censeurs de 179 a.C. ont introduit un changement important dans le mode des suffrages : ils répartirent les tribus en fonction du rang et du “métier” (quaestibus) des hommes qui les composaient52. Ce n’est pas ici le lieu d’étudier le détail de ces dispositions, très mal connues, et qui ont suscité de nombreux commentaires. Disons seulement qu’il existe deux thèses principales53. Ou bien les mesures en question concernaient l’ensemble des citoyens et visaient à mettre en rapport, en les réorganisant, le système des centuries et le système des tribus, comme l’a pensé Cl. Nicolet ; ou bien elles concernaient avant tout les affranchis, comme l’ont conclu L. Ross Taylor et S. Treggiari54. Dans le premier cas, quaestus a probablement ses deux premiers sens à la fois ; car, si les censeurs ne pouvaient pas classer les membres de l’élite en fonction de leurs gains additionnels, certains de ces gains étaient susceptibles de disqualifier les notables qui s’y livraient. Au contraire, si L. Ross Taylor et S. Treggiari ont raison, quaestus n’a, dans ce passage, que son deuxième sens, celui de métier, de gagne-pain, – beaucoup plus adapté à la condition des affranchis.

  • 55 II Verr. 2, 122.
  • 56 II Verr. 2, 123.

40Les Verrines fournissent des informations sur les règles concernant le recrutement des sénateurs d’Halèse et d’Agrigente. Celles d’Halèse avaient été fixées en 95 a.C. par C. Claudius Pulcher, avec l’accord du Sénat romain et de la cité d’Halèse. Elles stipulaient notamment que ceux qui avaient pratiqué le quaestus ne puissent pas faire partie du sénat55. Celles d’Agrigente étaient beaucoup plus anciennes ; elles dataient du consulat de Scipion l’Africain, en 205 ; il y était question aussi du quaestus. Verrès bouleversa tout cela, évidemment56. Cicéron prend comme exemple le cas de crieurs publics (praecones) qui, en payant, ont pu entrer dans le sénat d’Halèse, sous la préture de Verrès. Ici aussi, le quaestus, c’est donc le métier, – même si celui de crieur public a un certain relief dans la cité.

  • 57 Par exemple Cic., Fam., 2.17.7 et Plaut., Mil., 674.
  • 58 Hor., Sat., 2.6.19 ; Phèdre 1.15.18 ; Plin., Nat., 11.30.89 et 12.32.58 ; Sen., De Ira, 2.8.2.
  • 59 Amm. Marc. 19.12.1 ; 22.4.4 ; 28.6.19 ; 29.1.21 ; 30.4.20 ; 30.8.8 ; 31.5.14.
  • 60 Plin., Nat., 11.89.

41Enfin, dans quelques textes, le mot quaestus a un sens très général, de gain, de profit, d’encaissement, sans référence particulière à une condition sociale, ni à une activité précise. Parfois, il est permis d’hésiter entre ce sens très général et ce que j’ai appelé le premier sens de quaestus ; car, en énonçant une maxime ou une réflexion générale, l’auteur peut penser, en même temps, aux membres de l’élite, à laquelle lui-même appartient. Mais ces textes dans lesquels le mot a un sens général, s’ils existent à la fin de l’époque républicaine, sont alors très rares57. Ils deviennent un peu plus fréquents sous le Haut Empire, me semble-t-il, et encore plus courants aux iiie et ive siècles p.C.58 Chez Ammien Marcellin, par exemple, quaestus a le sens général de gain, profit, sans connotation marquée59. Le mot ne désigne plus ni le gagne-pain du plébéien, ni le gain additionnel, le revenu complémentaire du notable. Cet affadissement du mot quaestus s’explique peut-être en partie par l’apparition de son troisième sens, celui de “chiffre d’affaires”. Du chiffre d’affaires (par exemple dans le domaine agricole), on passe facilement à l’expression de toute rentrée d’argent. Quand Pline l’Ancien parle du désir que les Psylles avaient de vendre leurs produits, il s’agit à la fois d’un chiffre d’affaires commercial et d’un encaissement, au sens le plus général du mot60.

  • 61 Varro, Rust., 2.11.1.
  • 62 Varro, Rust., 3.2.13.
  • 63 Par exemple Varro, Rust., 1.4.2-3 ; 3.2.14-16 ; 3.7.2.

42Pour mettre en évidence l’apparition du troisième sens de quaestus, il faut comparer les textes de Caton et de Varron à ceux de Columelle et de Pline l’Ancien. Caton et Varron tenaient, certes, à vendre leur vin et d’autres de leurs productions ; ils avaient évidemment conscience qu’un vin stocké n’apporte de l’argent que s’il est vendu. Et ils n’ignoraient pas non plus que le prix du vin pouvait varier, ni que la prospérité du domaine était d’autant plus grande que le montant de la vente était plus élevé. Tout cela est sûr. Et pourtant ni l’un ni l’autre n’expriment la différence existant entre l’importance de la récolte et le montant du produit vendu. Au livre 2 de son traité, Varron explique que la “science qui consiste à acquérir et à nourrir le bétail” permet d’obtenir des résultats aussi bons que possible61. Par ces résultats, il veut parler d’un montant en argent ; le contexte est évident, puisqu’on y lit pecunia. Et pourtant il emploie le mot fructus, qui figure aussi, dans son traité, pour désigner les récoltes (avant qu’elles ne soient vendues). Quand il fait allusion aux revenus que Seius tire du petit élevage, c’est la même chose : il s’agit d’argent, et le mot fructus est utilisé62. Dans plusieurs autres passages, on observe cette confusion, dans le vocabulaire, entre la récolte et le produit de sa vente, le chiffre d’affaires63. Il ne dispose pas de mots qui lui permettent de distinguer l’une de l’autre. Il n’en a pas non plus pour distinguer le chiffre d’affaires du bénéfice.

  • 64 Cic., II Verr. 3, 227.

43Il y a, à la fin du De frumento, un passage très intéressant, dans lequel Cicéron établit une nette différence entre l’abondance de la récolte et le montant de sa vente. La différence est d’autant plus nette qu’il les oppose même : quand la récolte est abondante, les prix baissent et le montant de la vente diminue ; quand elle est mauvaise, les prix montent, mais le montant de la vente est encore faible, parce que la quantité fait défaut64. La récolte et la vente y sont exprimées par des verbes, percipere fructus, vendere, et Cicéron emploie fructus pour les récoltes, et non pas pour le montant de leur vente. Un nom abstrait sert à exprimer ce montant qui revient à l’agriculteur : emolumentum, – mot très général, absolument pas technique, qui signifie notamment “avantage”. Ce passage montre donc bien qu’à la fin de la République il manque un mot pour désigner la somme d’argent totale produite par la vente de la récolte. Ce mot apparaît dans Columelle et Pline l’Ancien, et c’est quaestus.

  • 65 Plin., Nat., 8.170.
  • 66 Plin., Nat., 19.47, 19.79 et 19.152.
  • 67 Plin., Nat., 16.141.
  • 68 Plin., Nat., 21.70.

44Dans Pline l’Ancien, le mot quaestus prend les sens que nous avons déjà signalés, mais il y a en outre une demi-douzaine de passages où il désigne des rentrées d’argent résultant de la commercialisation des produits, le chiffre d’affaires obtenu grâce à la vente des récoltes. Par exemple, le gain résultant, en Celtibérie, de la vente des mules nées d’ânesses ; le contexte montre bien qu’il s’agit de la somme d’argent qu’a touchée l’éleveur65. Ou celui qu’on tire de la garance, ou des cardons, ou encore du raifort, – que les Égyptiens apprécient beaucoup quoiqu’il se digère mal, parce qu’il rapporte plus de quaestus que le blé66. Les cyprès sont d’un tel rapport qu’on les appelle parfois “la dot de la fille”67. Ainsi compris, le mot quaestus peut faire l’objet de comparaisons ; le quaestus de telle culture est-il plus élevé que celui de telle autre ? Il peut aussi être comparé aux dépenses engagées dans la culture, c’est-à-dire à l’impensa, ou à l’impendium, ou encore au sumptus. Par exemple, l’apiculture est d’un remarquable quaestus, et elle est en même temps d’un notable compendium, c’est-à-dire qu’elle est très économique, qu’elle ne demande pas beaucoup de dépenses68. Le compendium, c’est ce qui permet d’éviter de dépenser. Cet exemple montre que quaestus ne désigne pas le bénéfice, mais le chiffre d’affaires.

  • 69 Columella, Rust., 8.4.6.
  • 70 Columella, Rust., 8.8.9.
  • 71 Columella, Rust., 8.16.6.

45Il y a des exemples encore plus éclairants dans le traité de Columelle. Il écrit qu’il faut protéger soigneusement les oiseaux et les volailles, pour qu’ils ne subissent pas les attaques des aigles. Mais ajoute-t-il, ces précautions ne valent la peine que si les prix de ces volatiles sont élevés. Plus loin, il ajoute que si l’homme chargé de la basse-cour n’est pas très digne de confiance, le chiffre d’affaires ne dépassera jamais les dépenses engagées (nullus ornithonis quaestus vincet impensas)69. Dans le même livre, il remarque que les pigeons procurent plus de quaestus que les poules, parce qu’une paire de pigeons, même à l’époque de Varron, qui connaissait des mœurs plus austères que la sienne, pouvait se vendre 1 000 sesterces70. Plus loin, quand il est question des poissons, le mot quaestus est joint à fructus et à reditus. Quand un domaine proche de la mer ne fournit pas, ou pas assez, de récoltes agricoles (fructus), alors le père de famille peut tirer un gain de la mer (quaestus), ce qui lui assure un revenu (reditus). Ici, à mon avis, reditus désigne le bénéfice, la différence entre les rentrées tirées de la vente et l’ensemble des dépenses engagées. Le mot reditus n’a pas toujours ce sens de bénéfice, mais, dans le présent passage, il l’a. Quant à quaestus, c’est ici le montant que le père de famille obtiendra pour ses ventes de poissons71.

  • 72 Columella, Rust., 2.2.5-6.
  • 73 Columella, Rust., 3.3.12.
  • 74 CIL, IX, 60.

46Dans un autre passage, Columelle compare le labeur et la dépense que nécessite un sol riche et bien travaillé aux rentrées qu’il permet (quaestus) ; on y lit, de nouveau, avec quaestus, les mots impensa et reditus72. La comparaison entre la dépense et les rentrées reparaît de nouveau dans le fameux texte du livre 3 où Columelle recommande la viticulture73. À chaque fois qu’il y a cette comparaison, il est sûr que quaestus ne signifie ni le métier, ni le gain en général, ni le bénéfice, mais le chiffre d’affaires, les rentrées d’argent permises par la vente des récoltes. Cette comparaison figure aussi dans une inscription trouvée à Brindes et datant du ier siècle p.C., l’inscription funéraire d’un négociant dont le nom ne nous est pas connu. Désormais, écrit-il, “je ne redoute plus que mes frais puissent dépasser mes gains”, nec metuo sumptus ni (= ne) quaestum vincere possit74.

  • 75 Col., Rust., 1.3.2, 1.3.10, 1.8.14 et 11.1.28.

47Dans aucun passage de Columelle, quaestus n’a l’un des deux sens “sociaux” que nous avons rencontrés à l’époque républicaine. Dans trois ou quatre autres, on pourrait hésiter, me semble-t-il, entre “rentrées”, “chiffre d’affaires” et “bénéfice”75. Mais, en fonction de la logique des passages que je viens de mentionner et d’analyser, je penserais que quaestus, dans Columelle, a toujours le sens de rentrées d’argent liées à la vente, de chiffre d’affaires. En tout cas, il n’a jamais l’un des deux sens déjà attestés à l’époque républicaine.

  • 76 Dig. 14.3.16 (Paul).
  • 77 Dig. 33.7.22 pr et Paulus, Sent., 3.6.45.
  • 78 Gai., Inst., 4.71.

48Plusieurs textes juridiques présentent ce même sens de quaestus, rentrées d’argent résultant de la vente des produits. Deux fragments de Paul, dans le Digeste, concernent l’agriculture ou les activités rurales, comme les passages de Columelle. Le premier distingue deux prépositions possibles du vilicus : ou bien il n’est chargé que de procéder aux récoltes et n’est pas préposé au quaestus, ou bien il a reçu aussi une préposition pour la vente ; on voit donc clairement que le quaestus est ici le produit de la vente des récoltes76. Le second, ainsi qu’un passage des Pauli Sententiae, a trait au legs d’un fonds de terre ; le matériel nécessaire à la chasse au sanglier fait-il partie de l’instrumentum de ce fonds ? Oui, si la majeure partie des rentrées d’argent du fonds (quaestus) est issue des produits de la chasse77. Enfin, dans les Institutes de Gaius, il est question du produit que rapporte quotidiennement un navire, et c’est encore quaestus qui est employé (cottidianus navis quaestus)78.

  • 79 Tac., Ann., 13.50.3.

49Il faudrait aussi ajouter au dossier une phrase de Tacite dans laquelle il oppose les rentrées fiscales (ratio quaestuum) aux dépenses indispensables (necessitas erogationum)79. Ce ne sont sûrement pas des expressions techniques du vocabulaire fiscal ; d’ailleurs, comme chacun sait, Tacite ne cherche pas à fournir le mot technique exact et habituel, bien au contraire. Et c’est le seul texte que j’aie repéré où quaestus soit appliqué aux ressources fiscales de l’Empire. Il faut, à mon sens, y voir un développement du sens de “chiffre d’affaires”, qui, dans les autres occurrences, concerne le domaine privé.

  • 80 Plin., Nat., 18.28-31.
  • 81 Cato, Agr., 1.7.

50Dans un passage des Histoires Naturelles dont je n’ai pas encore parlé, Pline l’Ancien cite et discute un paragraphe du traité de Caton l’Ancien80. Caton établit, en quelques lignes, une hiérarchie des cultures ; il considère que la viticulture est la première des cultures, surtout si la vigne en question produit beaucoup de vin. Il fait ainsi allusion à la récolte, et ne dit rien de l’argent obtenu de la vente du vin81. Pline renvoie explicitement au texte de Caton, mais il ajoute le mot quaestus, et raisonne, lui, sur l’équilibre entre les dépenses et le montant retiré de la vente du vin. Ce passage situe bien le problème posé par le troisième sens du mot quaestus : que signifie cette évolution, à la fin du ier siècle a.C. ou dans la première partie du ier p.C. ?

51Voici l’explication que je propose, à titre de conclusion de cette étude. Il existait un décalage entre la conscience que Caton et Varron avaient de cette notion économique (le chiffre d’affaires) et la possibilité de l’exprimer par un vocabulaire spécifique. À l’époque de Columelle et de Pline l’Ancien, une évolution s’est produite dans la manière de l’énoncer, et le passage de Pline dont je viens de parler montre qu’il en avait conscience. La différence entre la récolte et le montant que le propriétaire retire de sa vente est nettement énoncée par lui (grâce au mot quaestus, dans son troisième sens). Noter que Pline et Columelle ne tiennent compte ni de tous les frais ni de toutes les entrées ; ils ne tiennent compte que des entrées en argent et des sorties en argent. Par exemple, Columelle néglige de considérer le vin et les autres produits qui sont consommés par les esclaves du domaine ou par sa propre famille et lui-même. Mais quaestus lui permet d’exprimer la notion de chiffre d’affaires, même s’il ne la définit pas explicitement, et même si cette notion était déjà assimilée, de manière plus intuitive, plus pragmatique, dans la gestion habituelle des domaines.

52Cependant, il ne faut évidemment pas en conclure que le passage de la République à l’Empire marque une coupure fondamentale dans la perception des phénomènes économiques. Une telle conclusion serait erronée, et même proprement stupide. Mais, sur le point précis que j’ai étudié ici, cette époque connaît une évolution, au terme de laquelle la notion de chiffre d’affaires, auparavant sous-entendue en quelque sorte, est désormais pleinement exprimée.

  • 82 Voir par exemple Plin., Nat., 16.141.

53Cette évolution se perçoit aussi si l’on analyse toutes les occurrences de l’adjectif quaestuosus et de son superlatif quaestuosissimus82. Mais les sens de quaestuosus sont plus flous, moins nettement dessinés que ceux du substantif ; c’est pourquoi je m’abstiens d’en parler plus longuement.

54Du point de vue strictement sémantique, l’évolution dont je viens de parler est facile à comprendre. Des “premier” et “deuxième” sens que j’ai analysés dans mes deux premières parties, on passe facilement au troisième, parce que le gain tiré par le notable de ses activités économiques est aussi le chiffre d’affaires issu de la vente de ses produits, – même si, dans ses deux premiers sens, quaestus n’était pratiquement jamais employé en matière agricole, alors qu’au contraire les exemples du troisième sont le plus souvent agricoles.

55En même temps, le troisième représente une nouveauté importante, puisqu’auparavant le produit en argent résultant de la vente n’était pas exprimé au moyen d’un mot abstrait. Mais, on l’a vu, Caton et Varron avaient tout de même conscience de la différence existant entre la récolte et la rentrée d’argent. Voici un exemple précis de cas où l’absence du mot ne signifie pas la méconnaissance du fait. Mais l’absence du mot, puis son apparition ont, malgré cela, une importance historique, parce qu’il n’est pas indifférent qu’un fait économique puisse, ou ne puisse pas, être désigné précisément par un mot. Quant au premier et au deuxième sens de quaestus, ils montrent combien, dans le monde romain, les très fortes différences entre l’élite des notables et le tout venant de la population libre exerçaient d’influence sur l’activité économique, et encore davantage sur la manière dont les Latins se la représentaient.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Andreau, J. (2001) : Banque et affaires dans le monde romain (ive siècle av. J.-C.- iiie siècle ap. J.-C.), Paris. — (2004) : “Sur les choix économiques des notables romains”, in : Andreau et al. 2004, 71-85.

Andreau, J., J. France et S. Pittia, éd. (2004) : Mentalités et choix économiques des Romains, Ausonius Scripta Antiqua 7, Bordeaux.

Crampon, M. (1985) : Salve Lucrum, ou L’Expression de la richesse et de la pauvreté chez Plaute, Paris.

De Martino, Fr. (1964) : Storia della costituzione romana, 2, Naples.

Gouillart, Chr. (1986) : Tite-Live, Livre 40, texte établi et traduit par Chr. Gouillart, Paris.

Mratschek-Halfmann, S. (1993) : Divites et praepotentes, Reichtum und soziale Stellung in der Literatur der Prinzipatszeit, Stuttgart.

Nadjo, L. (1989) : L’Argent et les affaires à Rome des origines au iie siècle avant J.-C., Étude d’un vocabulaire technique, Louvain - Paris.

Nicolet, Cl. (1961) : “La Réforme des comices en 179 av. J.-C.”, RD, 39, 341-358.

— (1966) : L’Ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.), I, Paris.

— (2000) : Censeurs et publicains, Économie et fiscalité dans la Rome antique, Paris.

Pavis d’Escurac, H. (1977) : “Aristocratie sénatoriale et profits commerciaux”, Ktèma, 2, 339-355.

Ross Taylor, L. (1960) : The Voting Districts of the Roman Republic, Rome.

Shatzman, I. (1975) : Senatorial Wealth and Roman Politics, Bruxelles.

Treggiari, S. (1969) : Roman Freedmen during the Late Republic, Oxford.

Notes

1 Une première version de cette étude a été présentée le 20 novembre 2004, au cours de la Journée de travail du programme “Notions et comportements économiques”, à Paris. D’autre part, j’ai eu à plusieurs reprises l’occasion de discuter longuement de ces questions avec A. Tchernia et avec G. Minaud ; c’est un plaisir de les remercier ici pour ces discussions très éclairantes. Dans le livre de G. Minaud, La Comptabilité à Rome, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2005, quelques pages sont également consacrées à la notion de quaestus.

2 Nadjo 1989, 397-399 ; Crampon 1985.

3 Lire notamment Mratschek-Halfmann 1993, Nicolet 1966, Nicolet 2000, surtout p. 19-43, Pavis d’Escurac 1977 et Shatzman 1975. Sur l’idéologie de la richesse, voir aussi le t. 13, 1985, de la revue Index.

4 Liv. 21.63.3-4 ; Cato, Agr., Pr., 4 ; Cic., Off., 1.150-151.

5 Sur la définition et les limites de cette élite de notables, voir Andreau 2001, 29-32.

6 Cic., Par. Stoic., 6.43 ; Cic., Part. or., 90 ; Liv. 21.63.3-4

7 Cic., Rosc. Am., 88.

8 Cic., Div., 1.88, 1.132 et 2.85 ; Off., 1.92 et 2.77 ; Phil., 2.44 ; Liv. 4.30.9 ; Dig. 23.2.41 pr., 25.7.3 pr. et 38.1.38 pr. Le niveau social des délinquants, des charlatans et des devins cupides est souvent difficile à préciser ; dans un bon nombre de cas, il est impossible de savoir s’il faut ou non les rattacher à l’élite.

9 Par exemple Caes., B Civ., 3.60.1 et B Alex., 49.2. Les textes traitant de crimes et de délits liés à la politique et à la haute administration sont nombreux ; pensons par exemple aux sept discours contre Verrès.

10 Plin., Nat., 29.7.

11 Cic., Off., 1.150.

12 Cic., Off., 1.150.

13 Andreau 2004.

14 Cic., Par. Stoic., 6.46.

15 Plin., Nat., 10.45.

16 Par exemple Cic., II Verr. 2, 170.

17 Sen., Ep., 17.10.

18 Cic., Flac., 55 ; Leg. Man., 37 ; Pis., 86. Pour quaestus désignant les profits du prêt à intérêt, voir aussi Cic., II Verr. 2, 170.

19 Cic., Quinct., 12-13.

20 Cic., Leg. agr., 2.65 et 2.67.

21 Cic., Leg. agr., 2.95 ; Cic., II Verr. 2, 6 ; Liv. 21.63.3-4.

22 Sen., Ep., 101.4.

23 Plin., Nat., 33.83. Pour les intrigues et trafics liés à des procès, voir par exemple Cic., Clu., 72 et 101.

24 Rhet. Her., 1.1.

25 Pour un exemple de quaestus à propos des captations d’héritages, voir Plin., Nat., 14.5.

26 V. Max. 7.8.6.

27 Caes., B Civ., 3.60.1 et B Alex., 49.2.

28 Par exemple Cic., Prov. cons., 5 ; Phil., 2.111 et 5.11.

29 Cic., II. Verr. 5, 130 et 138.

30 Cato, Agr., Pr., 4.

31 II Verr. 3, 190, 192 et 195.

32 II Verr. 3, 128 et 177.

33 II Verr. 3, 38, 93, 100 et 106.

34 II Verr. 3, 109.

35 Plaut., Rud., 291, 294 et 989.

36 Cic., Acad., 2.72.

37 Cic., Q Rosc., 23 (bis) ; Plin., Nat., 10.142.

38 Cic., Quinct., 11 ; Plin., Nat., 29.4 et 29.16 ; Sen., Ben., 4.13.3 et 6.38.3.

39 Cic., Tusc., 5.86 ; Sen., Ben., 4.13.3.

40 Caes., B Gall., 6.17.1.

41 Dig. 38.1.19 (Gaius).

42 Plaut., Rud., 749 et 989.

43 Cic., Cat., 4.17.

44 Plaut., Pers., 53 et 61.

45 Sur le quaestus lié au vol, voir aussi Dig. 47.2.67.4 (Celse).

46 Cic., Div., 1.88 et 132 ; 2.85 ; Liv. 39.8.4.

47 Voir par exemple Plaut., Cist., 41 et 121. Dans le cas des prostituées aussi, le mot insiste tantôt sur le gain et tantôt sur l’activité, sur le métier. Dans Cist., 376 et dans Asin., 186 et 215, l’accent est mis sur le métier.

48 Plaut., Cist., 41 et Phèdre 107 (= A3), 4. Voir aussi Plaut., Rud., 56 et 541 (quaestus meretricibus, des gains destinés aux courtisanes, de l’argent à gagner pour les courtisanes).

49 Plaut., Mil., 785.

50 Dig. 22.5.3.5 (Callistrate) ; 23.2.47 (Paul) ; 38.1.38 pr. (Callistrate) ; 48.5.30(29). 3 et 4 (Ulpien). Voir aussi Dig. 23.2.24 (Modestin) ; 23.2.41 pr. (Marcellus) ; 25.7.3 pr. (Marcianus) ; 48.5.9(8) (Marcianus) ; etc.

51 Liv. 26.33.8 (quae quondam quaestum corpore fecisset).

52 Liv. 40.51.9. Voir par exemple Nicolet 1966, 23 ; Treggiari 1969, 44-45.

53 Sur la difficulté du texte, voir par exemple De Martino 1964, 152 ; pour un exposé commode et rapide des principales opinions, Gouillart 1986, LXXVIII-LXXXI.

54 Nicolet 1961 ; Ross Taylor 1960, 139-140 ; Treggiari 1969, 44-45.

55 II Verr. 2, 122.

56 II Verr. 2, 123.

57 Par exemple Cic., Fam., 2.17.7 et Plaut., Mil., 674.

58 Hor., Sat., 2.6.19 ; Phèdre 1.15.18 ; Plin., Nat., 11.30.89 et 12.32.58 ; Sen., De Ira, 2.8.2.

59 Amm. Marc. 19.12.1 ; 22.4.4 ; 28.6.19 ; 29.1.21 ; 30.4.20 ; 30.8.8 ; 31.5.14.

60 Plin., Nat., 11.89.

61 Varro, Rust., 2.11.1.

62 Varro, Rust., 3.2.13.

63 Par exemple Varro, Rust., 1.4.2-3 ; 3.2.14-16 ; 3.7.2.

64 Cic., II Verr. 3, 227.

65 Plin., Nat., 8.170.

66 Plin., Nat., 19.47, 19.79 et 19.152.

67 Plin., Nat., 16.141.

68 Plin., Nat., 21.70.

69 Columella, Rust., 8.4.6.

70 Columella, Rust., 8.8.9.

71 Columella, Rust., 8.16.6.

72 Columella, Rust., 2.2.5-6.

73 Columella, Rust., 3.3.12.

74 CIL, IX, 60.

75 Col., Rust., 1.3.2, 1.3.10, 1.8.14 et 11.1.28.

76 Dig. 14.3.16 (Paul).

77 Dig. 33.7.22 pr et Paulus, Sent., 3.6.45.

78 Gai., Inst., 4.71.

79 Tac., Ann., 13.50.3.

80 Plin., Nat., 18.28-31.

81 Cato, Agr., 1.7.

82 Voir par exemple Plin., Nat., 16.141.

Auteur

EHESS, Paris

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540