Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Deuxième partie. La manifestation des hiérarchies sociales dans le vocabulaire et ses enjeux idéologiques

Mercennarius dans les sources littéraires

Clara Berrendonner

Texte intégral

  • 1 Pl., Poen., 503 ; Vid., 28 et 44.
  • 2 Macqueron 1959, 610.
  • 3 À côté des passages de Plaute précédemment cités, Cato, Agr., 5.4 et Cato, Orig., 4.3 = 4.5 Chassi (...)
  • 4 Nep., Ham., 2.2 ; Timol., 1.3 ; Liv. 5.4.8, 22.43.3, 24.27.7, 24.31.7, 24.32.7, 24.49.8, 25.27.5, (...)
  • 5 Nep., Eum., 5.1.
  • 6 Fest. p. 312.
  • 7 Petr. 108.
  • 8 Cic., Phil., 1.22.
  • 9 Quint., Decl., 382.3.
  • 10 Ps. Aur. Vict. 40.10.
  • 11 Cic., II Verr. 5, 54 ; Mil., 45 ; Liv. 38.45.9 ; Asc., Mil., 49. On ajoutera Cic., II Verr. 1, 111 (...)
  • 12 [Cic.], Sal., 3 ; [Sal.], Cic., 3.
  • 13 Cic., Clu., 163 ; Font., 32 ; Fam., 1.13.3.
  • 14 Certains emplois génériques de mercennarius ne sont a priori pas éclairés par le contexte dans leq (...)
  • 15 Ter., Ad., 541-542 ; Var., R., 1.17.2 ; Cic., Caec., 58, 63 ; Col. praef. 12 ; sur le mercennarius(...)
  • 16 Petr. 94, 99, 103, 117, 125.
  • 17 Mercennarius au sens de mercenaire : Caes., BCiv., 3.4.6 ; Liv. 23.29.4, 24.18.15, 24.24.6, 24.29. (...)

1Mercennarius est un mot rare – en gros une centaine d’occurrences – qui apparaît dans les textes latins classiques à la fois comme adjectif qualificatif et comme substantif. Il est difficile de déterminer quel fut l’emploi originel du terme : chez Plaute, mercennarius semble être plutôt un nom commun1. Toutefois, l’utilisation comme adjectif est de loin la plus fréquente, et un processus de substantivation paraît vraisemblable2. Dans la première moitié du iie siècle a.C., mercennarius, qu’il soit substantif ou adjectif, désigne soit des soldats, soit des travailleurs agricoles3. À partir du milieu du ier siècle a.C., les usages comme qualificatif s’étendent : si mercennarius est le plus fréquemment associé à miles ou à ses synonymes4, il est également employé pour caractériser des activités très diverses – scriba5, mulio6, tonsor7 ; des termes abstraits tels qu’operae8, opera9 ou opus10, et, dans l’invective politique, pour dénigrer des magistrats accusés de corruption11, des patrons indignes12, ou les acteurs d’un procès13. L’évolution de mercennarius comme substantif paraît suivre un mouvement inverse de spécification14. Dans un certain nombre d’oeuvres qui se répartissent chronologiquement entre Térence et Columelle15, le mercennarius est encore une variété de travailleur agricole ; chez Pétrone, il s’agit d’un domestique16 ; à partir du iie siècle p.C., le terme n’est plus utilisé que dans un contexte militaire17.

  • 18 Fest. p. 111.
  • 19 On retrouve chez Cic., Off., 1.150 et Leg., 1.48, ainsi que chez Quint., Decl., 382.3, le lien ent (...)
  • 20 Var., L., 5.44.
  • 21 mercedes scaenicorum (Suet., Tib., 34.1) ; merces dialecticorum (Cic., Acad., 1.98) ; merces (gram (...)
  • 22 Mercede parati milites (Liv. 28.44.5, 29.2.13) ; labor mercede (Ov., Fast., 6.655 : joueur de flût (...)
  • 23 Mercede facere (Cato, ap. Plin., Nat., 29.14 : médecine ; Var., L, 5.44 : velatura ; Liv. 29.6.4 : (...)
  • 24 Liv. 10.10.8, 24.49.7 ; Just. 7.5.1 ; Amm. 14.10.7 (soldats) ; Pl., Bac., XVII (prostituée) ; Apul (...)
  • 25 Cic., Fam., 16.41.1 ; Sen., Ben., 5.8.2 (médecin) ; Pl., Mer., 769-770 (cuisinier) ; Quint., Inst. (...)
  • 26 Sen., Ben., 6.15.1 (médecin) ; Plin., Nat., 21.144 (herboriste) ; Pl., Poen., 15 (praeco) ; Cic., (...)
  • 27 Liv. 4.53.1 (soldats) ; Hor., Sat., 1.6.86-87 (praeco/ coactor) ; Apul., Met., 2.13 (devin).
  • 28 Liv. 27.5.11, 27.20.7, 27.36.1, 29.5.8, 31.43.5, 33.4.4, 34.17.4, 37.18.6, 37.48.4, 38.38.10 ; Cur (...)
  • 29 Apul., Met., 10.26 (médecin) ; Gel. 5.10.5 (rhéteur).
  • 30 Liv. 26.12.15 (soldats).
  • 31 Plin., Nat., 36.10 (sculpteur).
  • 32 Liv. 28.30.1 ; Fron., Str., 2.2.11 ; Just. 42.1.2 (soldats).
  • 33 Amm. 16.12.26 (soldats).
  • 34 Pl., Bac., XVI (proxénète) ; Ter., Ph., 414 (prostituée) ; Pl., Mer., 769-770 (cuisinier) ; Fron.,(...)
  • 35 Juv. 7.157 ; Apul., Fl., 18.24 (rhéteur) ; Apul., Fl., 18.33 (philosophe) ; Macr. 1.12.7 (magistri(...)
  • 36 Apul., Fl., 18.33 (philosophe).
  • 37 Tac., Ann., 13.5.1 (avocats).
  • 38 Voir dans ce sens Dig. 8.6.20, cité par Martini 1958, 57.
  • 39 Apul., Apol., 3.6.
  • 40 Quint., Inst., 12.1.25.
  • 41 Amm. 30.4.13. Martini 1958, 56, à propos de Dig. 50.13.1.4, suggère que l’expression opera mercenn (...)

2Le lexicographe Festus18, définissant mercedituus, propose une équivalence avec mercennarius, qu’il justifie par l’explication quod mercede se tueatur19. Le mercennarius est donc celui qui fait quelque chose pour une merces. Varron, à son tour, définit merces dans le De Lingua Latina, lorsqu’il s’intéresse au mot velatura20 : velaturam facere etiam nunc dicuntur qui id mercede faciunt. Merces dicitur a merendo et aere faciunt. Merces dicitur a merendo et aere. La merces est pour lui une rétribution en argent. Il apparaîtrait alors possible de compléter le corpus sur les mercennarii en recensant différentes périphrases qui incluraient merces : merces et un substantif au génitif qualifiant une activité21 ; un substantif qui ferait référence à une activité, et qui serait complété par mercede22 ; un verbe d’action précisé par mercede23 ; une expression du type de mercede recepta, capta, accepta, pacta, certa24 ; des formules comprenant mercedem postulare, poscere, exigere, petere, appellare25 ; mercedem ferre26 ; mercedem sequi ou consequi27 ; mercede conductus ou un équivalent28 ; promissa mercede29 ; proposita mercede30 ; impetrare mercede31 ; sollicitare mercede32 ; quaerere mercede33 ; mercedem dare34 ; mercedem (ex) solvere35 ; mercedem rependere36 ; mercede emere37 … On constate cependant que les expressions qui comportent le mot merces ne renvoient pas exactement aux mêmes domaines d’activité que ceux où les mercennarii apparaissent : un médecin ou un acteur reçoivent une merces, mais ne sont pas des mercennarii38. Quant aux avocats, ils peuvent se voir appliquer l’adjectif mercennarius, mais celui-ci ne les désigne jamais directement. Le qualificatif se rapporte alors à loquacitas39, vox40 ou os41. On se limitera, par conséquent, aux attestations qui correspondent aux contextes où l’on a trouvé des mercennarii à proprement parler ; les autres occurrences ne seront mobilisées qu’en contrepoint.

  • 42 Cic., Off., 1.150-151. Les deux paragraphes ont fait l’objet de multiples commentaires : Brunt 197 (...)
  • 43 Pour les sources stoïciennes de Cicéron, Brunt 1973, 9 et 23, avec la référence à Chrysippe et à P (...)
  • 44 Brunt 1973, 28.
  • 45 Pollack 1895, col. 2272-2274 ; Girard [1895] 2003, 142-143.
  • 46 Amirante 1949, 375-390, notamment p. 385 ; Biscardi 1956, 108-129, notamment p. 110-113 ; Albanese (...)
  • 47 Plin., Nat., 14.1.10.
  • 48 V. Max. 6.9.8.
  • 49 Voir entre autres Kunkel 1956, 215-216 ; De Robertis 1961, 36 ; De Robertis 1963, 133 n. 46 ; De M (...)
  • 50 De Robertis 1963, 78, 108, 117-119, 172-174, suivi par Mrozek 1989, 127.
  • 51 Paul, Sent., 2.18.1 ; Marcianus Dig. 48.19.11.1 ; Paul Dig. 47.2.90.
  • 52 Nörr 1965, 98-102. Petr. 117 montre d’ailleurs un mercennarius s’exclamer à l’adresse de ses emplo (...)
  • 53 Martini 1958, 8-9.
  • 54 Nicolet 2000, 332-333.

3Un texte portant sur les mercennarii a plus particulièrement retenu l’attention des commentateurs. Le passage, qui clôt la section du livre I du De Officiis consacrée au quod decet, est la fameuse classification cicéronienne des artificia et des quaestus42 en sordidi et liberales. Dans la première catégorie sont rangées les activités des mercennarii : Illiberales autem et sordidi quaestus mercennariorum omnium, quorum operae, non quorum artes emuntur ; est enim in illis ipsa merces auctoramentum servitutis. La perspective cicéronienne diffère légèrement de celle de ses sources43, puisque Cicéron s’adresse au citoyen qui sera amené à exercer des responsabilités publiques, et qu’il se focalise sur la notion de quaestus44. Le rejet des operae mercennariae se fonde sur le rapport établi, a priori de façon assez surprenante, entre rétribution monnayée et état servile. Cicéron recourt au terme technique d’auctoramentum pour faire le lien entre les deux notions. Auctoramentum renvoie le plus souvent, dans les textes latins, à l’engagement du gladiateur, qui prêtait serment d’admettre les coups et blessures commis sur sa personne, éventuellement jusqu’à ce que mort s’ensuive45. La nature de l’auctoramentum a suscité une vaste bibliographie46, et certains juristes et historiens de l’économie ont considéré, sur la foi de passages de Pline47 et de Valère Maxime48, que cette forme d’engagement existait dans le domaine des relations économiques49. De Robertis50, s’appuyant sur différents extraits des Sentences de Paul et du Digeste51, a en particulier défendu l’idée que l’auctoramentum était un contrat qui modifiait le statut personnel et faisait entrer dans une familia. Ce point de vue a été vivement critiqué, car aucun document n’indique que le mercennarius subissait une capitis deminutio52. R. Martini53 et Cl. Nicolet54 ont ainsi souligné que le terme d’auctoramentum était également utilisé au sens métaphorique, et que cet emploi devait apparaître précisément à la fin du premier livre du De Officiis, chez Pline et chez Valère Maxime. La notion a priori purement économique de merces pouvait donc faire naître une image, dont il s’agira de dégager les présupposés : en quoi les mercennarii étaient-ils susceptibles de rappeler les esclaves ? Après avoir commenté l’extrait du De Officiis, on s’efforcera de le mettre en perspective en le comparant aux autres textes d’époque républicaine sur les mercennarii.

Merces auctoramentum servitutis

1) non quorum artes emuntur

  • 55 Sur le lien entre ars liberalis et ingenuitas, par exemple Cic., de Orat., 3.127 ; Fin., 3.1.3 et (...)
  • 56 Cf. Cic., Planc., 62 : faber ; de Orat., 2.38 : agricola, medicus, pictor ; ND, 2.35 : agricultura (...)
  • 57 Cic., Rosc. Am., 134. Cf., pour une énumération plus ample, les artes ad usus vitae du ND, 2.148-1 (...)
  • 58 Cic., de Orat., 3.26 ; ND, 2.148-150 (artes… ob oblectationem necessarias). Sur leur séparation d’ (...)
  • 59 Cic., Fin., 2.115 ; de Orat., 3.87 (philosophie).
  • 60 Cic., Fin., 3.49. Cf. Gavoille 2003, 58.
  • 61 Cic., Planc., 62 ; Fin., 1.72 ; 3.1.4 ; Brut., 26, 48, 155 ; de Orat., 1.65, 1.236, 3.36, 3.75 ; I (...)
  • 62 Sur laquelle voir Stückelberger 1965.
  • 63 Sen., Ep., 88.21.
  • 64 Sen., Ep., 90.25-26 et 30.

4Une première hypothèse qui permettrait d’expliquer que Cicéron ait associé mercennarius et esclave semble émerger de la relative non quorum artes emuntur. Cicéron s’appuierait sur l’idée que les arts libéraux, seuls dignes d’un homme libre55, étaient incompatibles avec les activités des mercennarii. Dans le De Finibus, 3.1.3, l’ars est définie comme un domaine d’activité qui se caractérise par l’usage d’un vocabulaire spécifique : les artisans et les paysans possèdent donc une ars56. Toutefois, le corpus cicéronien montre qu’il existait différentes variétés d’artes, qualifiées par des adjectifs – vulgares57 / mutae58 / maximae59 – qui posent l’existence d’une échelle de valeurs. Artes, chez Cicéron, en vient ainsi à désigner le plus souvent un ensemble ouvert et mouvant de disciplines intellectuelles60, qui comprennent l’éloquence, la jurisprudence, la musique, la géométrie, l’arithmétique, l’astronomie, la physique, la grammaire et la philosophie61. L’origine des catégories cicéroniennes peut être identifiée en particulier à partir de la lettre 88 de Sénèque62. On y retrouve la liste des activités libérales établie par Cicéron, mais celles-ci rentrent désormais dans la catégorie des artes pueriles, propédeutiques à la philosophie, seul art libéral à proprement parler63. Les artes pueriles, qui se proposent pour but la vertu, sont distinguées d’une part de toutes les activités, peinture, sculpture, spectacles, qui auraient un rapport avec la luxuria, d’autre part des activités manuelles. Cette classification est rapportée à Posidonius, qui aurait défini quatre genera d’artes : vulgares, quae manu constant ; ludicrae, liées à la voluptas ; pueriles et liberales. La lettre 90 de Sénèque reprend la question des artes, pour polémiquer cette fois avec Posidonius et réfuter la possibilité que les artes quibus in cotidiano vita utitur – donc vulgares et ludicrae – aient été inventés par les philosophes. Le fossé entre les différentes activités s’en trouve encore creusé : il n’y aurait pas eu, dans l’évolution des sociétés, progressive délégation de certaines tâches aux gens de peu, mais, de tout temps, séparation entre les activités des sapientes et celles des autres individus64. Cicéron ne paraît pas être allé aussi loin, mais le De Officiis témoignerait d’un mépris du travail manuel, théorisé notamment à l’aide des notions stoïciennes.

  • 65 DVI 40.3. Un second texte éventuellement mobilisable serait, chez Sénèque (Sen., Ben., 6.15.7), l’ (...)
  • 66 Vitr. 10.16.3.
  • 67 Sen., Ben., 6.16.1.
  • 68 Sen., Ben., 6.16.1 ; Quint., Inst., 2.3.3.
  • 69 Veget. 2.24.1.

5Toutefois, Cicéron ne recourt même pas à l’expression d’artes vulgares pour qualifier les occupations des mercennarii, mais semble aller jusqu’à récuser complètement l’usage du mot ars à leur propos. Dans cette perspective, il faudrait comprendre mercennarius comme “main d’œuvre non spécialisée”, n’ayant même pas un vocabulaire propre à son métier. De fait, les textes montrent une forte réticence à associer ars et mercennarius. Les deux termes ne sont réunis qu’une seule fois, lorsqu’il est question des qualités de stratège du Spartiate Xanthippe65. En revanche, ars est régulièrement utilisé pour d’autres individus qui touchent une merces. Dans ce cas-là, les activités – architecture66, médecine67, enseignement, notamment de la musique68, sport69 – diffèrent en effet de celles des mercennarii purs et simples. C’est ce qui éclairerait le balancement de la relative en 1.150 : les mercennarii n’ont pas de compétences particulières, ils n’offrent que des operae, des journées de travail.

2) quorum operae emuntur

  • 70 Voir également l’association d’operae et de mercennarius en Sen., Ben., 3.22.1 ; Petr. 117 ; Quint (...)
  • 71 Pl., Poen., 503 (homme de main) ; Cato, Agr., 5.4 (travailleur agricole) ; Sal., Hist., 1.55 (gard (...)
  • 72 Pl., Bac., XVII (prostituée) ; Plin., Nat., 28.7 (médecin) ; Suet., Gram., 3.5 (précepteurs) ; Fro (...)
  • 73 Sur l’attente imposée à l’employé : Pl., Mer., 769-770 (cuisinier). Alors que la locatio-conductio(...)
  • 74 Pl., Vid., 42. On trouve des allusions aux cibaria chez Frontin et Pline : Fron., Aq., 100 ; Plin. (...)
  • 75 Macqueron 1964, 202-203, à partir de l’exemple des contrats de travail de Dacie.
  • 76 Sur le rapprochement, [Sal.], Cic., 3.
  • 77 Per. 18 ; V. Max. 4.4.6 ; Sen., Consol. ad Helv., 12.5. Sur le sujet, Aubert 1994, 122 et 132 ; Ca (...)
  • 78 Hor., Sat., 1.7.67.
  • 79 Lucil. 954-955 (praefica) ; Juv. 8.245-246 (travailleur agricole) ; Quint., Inst., 12.7.10 (philos (...)

6L’expression quorum operae… emuntur70 fait référence chez Cicéron au contrat de travail du mercennarius, et vise à souligner l’état de dépendance dans lequel le travailleur se trouvait placé. En effet, Cicéron choisit de lier la personne des mercennarii au type de contrat que les juristes modernes nomment la locatio operarum, mise à la disposition de l’employé, et non à la locatio operis faciendi, contrat en vue de fournir un résultat précis. La référence aux operae mettrait l’accent sur le fait que le travailleur ait été engagé pour toute tâche assignée par l’employeur, et ait été en cela comparable à l’esclave. Les textes font allusion à certains caractères du contrat de travail romain qui pouvaient justifier le rapprochement, en premier lieu le versement de la rémunération. Les contrats prévoyaient en effet un engagement à la journée71 ou à l’année72, avec un paiement au terme, ou éventuellement un règlement par tranches. L’employé était donc soumis au bon vouloir de l’employeur tant qu’il n’avait pas touché son dû, et cette dépendance était accrue par la possibilité que l’employeur tarde à verser la somme73. Le règlement différé de l’employé obligeait en outre l’employeur à pourvoir dans l’intervalle à sa subsistance. La Vidularia de Plaute montre le jeune Nicodème s’engager comme mercennarius et promettre à son employeur Dinia d’être cibi […] minimi maxumaque industria74. Enfin, les clauses des contrats de travail n’offraient pas à l’employé la possibilité de rompre l’accord avant terme75. La seule solution était donc la fuite, également seul recours des esclaves76. L’anecdote du consul Regulus, qui aurait, durant la première Guerre punique, supplié le Sénat de ne pas le proroger, car le mercennarius qui cultivait son domaine en Italie venait de disparaître en emportant l’instrumentum, semble l’expression d’un topos sur les mercennarii77. En pratique donc, les modalités de son engagement offraient au travailleur des conditions de vie comparables à celles des esclaves. Le travail contre rémunération est, du coup, métaphoriquement associé par les textes à l’image des liens78 et à l’appartenance à autrui79.

  • 80 Macqueron 1964, 13.
  • 81 Martini 1958, 24, 38-39, 45.
  • 82 De Robertis 1963, 155 et 171.
  • 83 Macqueron 1959, 601 et 607 ; 1964, 24.
  • 84 Behrends 1999, 143, rapporte à Ser. Sulpicius la séparation des notions de travailleur et de trava (...)

7Par ailleurs, la présentation du contrat de travail comme achat des operae apparaît surprenante, puisqu’elle suggère que ce contrat n’était pas clairement distingué d’un contrat de vente. Il est vrai qu’une partie des sources juridiques romaines avait développé une conception matérielle des operae, en les définissant comme des res80. R. Martini81, F. De Robertis82 et J. Macqueron83 expliquent ce point à partir de l’idée que la locatio ne pouvait avoir pour objet qu’une chose matérielle, et qu’il s’agissait de la personne même du travailleur, car, au départ, les contrats de travail devaient concerner des esclaves loués à l’extérieur par leur maître. Le travail, dans cette perspective, n’était pas dissocié de celui qui l’accomplissait. Toutefois, on comprend mal comment Cicéron, s’il partageait cette manière de voir, pouvait rapprocher le louage temporaire d’un travailleur et son achat définitif. Y. Thomas a souligné que la pensée juridique romaine était parvenue à isoler la notion de travail, dans le cas où un esclave était transmis par testament à un propriétaire tandis que les fruits de son activité revenaient à un autre légataire. Le travail pouvait donc être pensé comme une marchandise84 susceptible d’être l’objet d’une transaction, et c’est cette option que paraît privilégier le De Officiis. Or, la notion de vente des operae revêt une importance particulière chez Cicéron, dans la mesure où la classification des activités des mercennarii du côté du sordidum semble précisément motivée par l’existence d’une rétribution.

3) Illiberales… quaestus

  • 85 Cicéron reprend dans Amic., 31 (cité ensuite par Gel. 17.5.2) et Leg., 1.48, l’antithèse entre lib (...)
  • 86 Giardina 1991, 291, sur le passage de la dikè à l’adikia qui coïncide avec la transformation d’une (...)
  • 87 Cic., Font., 32 (témoins de la partie adverse) ; Luc. 10.407-408 (soldats de Pompée) ; Laus Pis., (...)
  • 88 Pour les mercenaires : Curt. 3.8.3 ; Liv. 28.44.5, 29.2.13, 30.35.7 ; Luc. 10.407-408 ; fluxa fide (...)
  • 89 En général, Cic., Inv., 2.115 ; Leg., 1.48 ; Sen., Ben., 2.33.3 ; Plin., Nat., 35.59 (peintre) ; A (...)
  • 90 Cic., Off., 2.21.
  • 91 Sur ces lois, Rotondi 1962, 261-263 et 374.
  • 92 Sen., Ben., 6.14.3-4.
  • 93 Michel 1962, 525.
  • 94 Dans le même sens, voir les réflexions de Pani 1985, 146, sur la lettre 90 de Sénèque, et le refus (...)
  • 95 Griffin 2003, 111.

8Dans la phrase du De Officiis, on a en effet un système d’échos entre illiberalis et auctoramentum servitutis d’une part, merces et quaestus de l’autre85. C’est par conséquent le fait de toucher de l’argent pour un travail qui semble heurter la conscience cicéronienne86. De fait, on observe, dans la plupart des textes, une nette antinomie entre rétribution et valeurs civiques, comme si les relations entre les hommes libres par excellence qu’étaient les citoyens ne pouvaient qu’être détachées des échanges pécuniaires. Merces s’oppose à pietas87, à fides88, et au couple beneficiumgratia89, c’est-à-dire à tous les termes qui servent à traduire les relations clientélaires et les rapports honorables entre les citoyens. Lorsque Cicéron classe, au début du livre II du De Officiis90, les motivations qui peuvent être à l’origine d’un geste favorable à un concitoyen, il place au sommet la benivolentia, et tout en bas la merces. La cité romaine semble, en effet, avoir périodiquement veillé à ôter à l’échange de services entre citoyens toute dimension monétaire, par exemple avec la loi Cincia de 204 a.C., qui interdisait aux patrons de se faire rémunérer pour leurs prestations judiciaires, ou avec la loi Calpurnia de 67 a.C., qui prohibait la rétribution d’accompagnateurs destinés à faire masse autour des candidats aux élections91. Un passage de Sénèque92 sur les rapports du marchand et de son client éclaire peut-être les motifs du discrédit qui pesait sur la relation monétaire : Vendit mihi aliquis frumentum ; vivere non possum nisi emero ; sed non debeo vitam, quia emi. Nec quam necessarium fuerit, aestimo, sine quo victurus non fui, sed quam ingratum, quod non habuissem, nisi emissem ; in quo invehendo mercator non cogitavit, quantum auxilii adlaturus esset mihi, sed quantum lucri sibi. Quod emi, non debeo. L’introduction d’un rapport monétaire ne suscite aucune réciprocité sur le long terme93, n’entretient aucun lien social, au contraire même, le rompt94, car elle est incompatible avec la gratia95. L’opposition des relations civiques et de la rétribution monétaire peut, dans une certaine mesure, expliquer que le mercennarius ait été mis comme en marge du groupe des citoyens, et ainsi placé du côté des esclaves.

  • 96 Cic., Off., 1.151 : Quibus autem artibus aut prudentia maior inest aut non medioris utilitas quaer (...)
  • 97 Cic., Off., 1.150 : Opificesque omnes in sordida arte versantur ; nec enim quicquam ingenuum haber (...)
  • 98 Hor., Ep., 1.18.35-36 : ad imum.
  • 99 Pl., Vid. ; Scribon. Larg., Composit., 171.
  • 100 Cic., Clu., 163 ; Sal., Cat., 37.7 ; Liv. 1.30.7, 6.13.7 ; Curt. 5.12.2 ; Aur. Vict., Caes., 39.20 (...)

9La merces exclut du monde de la cité non seulement parce qu’elle repousse vers ses périphéries, mais parce qu’elle fait tomber dans ses profondeurs. La lecture du paragraphe 1.151 du De Officiis suggère que chez Cicéron, la distinction entre quaestus sordidi et liberales repose sur l’idée qu’il doit y avoir, idéalement, un rapport de concordance entre l’ordo auquel appartient celui qui exerce une activité et cette dernière96. Dans le champ du sordidum, cet état d’équilibre se trouve brisé par l’introduction d’une rémunération et celui qui reçoit le paiement tombe dans la hiérarchie des ordres97. Les textes lient volontiers le fait de toucher une merces à une déchéance, à un glissement vers les tréfonds de la société98. Les individus montrés comme recevant une merces ont, dans les fictions, été victimes d’un naufrage qui leur a fait perdre leur identité et leur position sociale, les contraignant à gagner leur vie99 : après avoir coulé une première fois, ils recommencent, symboliquement cette fois. La rétribution déclasse au sens où elle implique que l’on est parvenu si bas dans la hiérarchie censitaire que l’on rejoint pratiquement ceux qui en sont exclus. De fait, les textes lient volontiers l’exercice d’une activité rémunérée à l’appartenance à la plebs (donc à l’infra-classem), à un état de pauvreté100 (inopia, paupertas, egestas), à l’absence de domicile fixe.

  • 101 Contra, Thébert 1980, 907 ; Valencia-Hernandez 1993, 92, pour la seconde option.

10Ainsi, la figure du mercennarius, dans le De Officiis, paraît correspondre à celle d’un travailleur manuel, sans qualification particulière, qui par la conclusion d’un contrat de travail s’est exclu de la sphère des rapports civiques. La conception cicéronienne – dont il est délicat pour l’instant de déterminer si elle résumait l’opinion de l’ensemble des aristocrates romains tardo-républicains101 – tendrait ainsi à proposer une vision éthique des rapports économiques, dont la conséquence paradoxale serait d’atténuer l’importance des distinctions juridiques. Trouve-t-on chez d’autres auteurs une même tendance à gommer les différenciations entre travailleurs libres et serviles ? Le corpus des agronomes républicains permet d’apporter quelques éléments de réponse.

Vision éthique et vision économique du mercennarius

1) Les agronomes, second exemple de l’assimilation des travailleurs rémunérés et des esclaves ?

  • 102 Macqueron 1964, 63. Il est suivi par Kolendo 1979, 201 et 203.
  • 103 Hörle 1929, 260 n’exclut pas que ces operarii soient à identifier avec les servi compediti du chap (...)
  • 104 Var., R, 1.18.1 ; Hörle 1929, 258 ; Kolendo 1979, 205.
  • 105 Cato, Agr., 1.3, 4, 5.4, 23.2, 145.1.
  • 106 Seeck 1895, 509 ; Kaltenstadler 1978, 12 ; Brockmeyer 1986, 78.
  • 107 Garnsey 1999, 110. Il me semble toutefois que la fin du chapitre 4 interdit d’exclure tout à fait (...)
  • 108 Kolendo 1979, 200-201. Cato, Agr., 1.3 : operariorum copia siet : parmi les données à prendre en c (...)
  • 109 Var., R, 1.17.6, 1.18.4 et 1.18.6 ; sans doute idem en 1.54.3 : Dumont 1986, 83-84 : lora… pro vin (...)
  • 110 De iis, cuius modi esse oporteat, Cassius scribit haec : operarios parandos esse, qui laborem ferr (...)
  • 111 La traduction Loeb (Hooper 1934, 224), choisit cette solution : De iis, cuius modi esse oporteat, (...)
  • 112 Brockmeyer 1986, 111.
  • 113 Heurgon 1978, 140 ; Flach 1996, 272.
  • 114 Dumont 1986, 87.
  • 115 Kolendo 1979, 200 ; Dumont 1986, 87.

11J. Macqueron102 remarque que les agronomes latins ne semblent éprouver pratiquement pas d’intérêt pour la condition juridique des travailleurs agricoles. Ils utilisent en particulier les mêmes termes pour désigner des individus qui peuvent être soit des travailleurs libres rémunérés, soit des membres de la familia servile. L’exemple le plus patent en serait operarius. Dans le De Agricultura de Caton, les operarii apparaissent à sept reprises. En 10.1 et 11.1, les operarii sont très clairement des esclaves103 : ils sont compris dans la liste des membres de la familia, et, Varron, lorsqu’il reproduit le passage de Caton dans son propre traité, comprend qu’il s’agit là des mancipia104. Pour les cinq autres occurrences du terme105, il est en revanche possible d’hésiter. O. Seeck, W. Kaltenstadler et N. Brockmeyer106 avaient pris en compte l’hypothèse d’esclaves loués en 1.3 et 4, mais P. Garnsey107 considère que ces derniers étaient rarement utilisés dans l’agriculture. La majorité des commentateurs interprète donc plutôt ces operarii comme des libres108. Chez Varron, les operarii apparaissent aussi à l’intérieur de sections consacrées à la familia109. Toutefois, en 1.17.3110, l’interprétation est plus délicate. Comme en 1.17.2, Varron a consacré l’essentiel de son développement aux travailleurs libres, il est a priori difficile de déterminer s’il poursuit sur le même thème111, ou s’il est passé aux esclaves. La seconde option a été préférée pour trois motifs : l’ensemble des chapitres 17 et 18 porte sur les esclaves, et les travailleurs libres ne sont évoqués qu’en incise112 ; la source de Varron, Cassius Dionysius, se réfère à des passages d’Aristote qui évoquent les esclaves113 ; en 1.17.3, Varron utilise le verbe parare, qui doit signifier acheter, ce qui ne peut s’appliquer qu’à des non libres114. Comme le soulignent J. Kolendo et J.-C. Dumont115, les agronomes identifient la main d’œuvre en fonction des tâches qui lui sont confiées, pas du statut personnel des travailleurs.

  • 116 Var., R, 1.17.2.
  • 117 Var., R, 1.27.3, 1.31.4, 1.32.1, 1.33, 1.34.2.
  • 118 La ponctuation à insérer dans la phrase operarium mercenarium politorem diutius eundem ne habeat [ (...)

12Du coup, il faut en déduire que la main d’œuvre libre et les membres de la familia étaient également confondus parce qu’on leur assignait des occupations identiques. Chez Varron116, il est indiqué que les mercennarii sont utilisés pour les gros travaux, c’est-à-dire la vendange, les foins et les moissons. Dans le calendrier des travaux qui débute en 1.27, et qui doit faire cette fois référence aux activités du personnel permanent de la villa, on trouve les mêmes éléments117, si bien qu’en 1.49.2, par exemple, on ne peut déterminer à quelle catégorie appartiennent les faenisices qui sont évoqués. Chez Caton, le mercennarius mentionné en 5.4 semble être une variété d’operarius118. Les operarii identifiés comme des libres par les commentateurs modernes sont en 23.2 des vendangeurs, et en 145.1 du personnel embauché pour la cueillette des olives. Ils ne sont donc pas spécialisés, tout comme les operarii de la familia, qui se distinguent par le caractère indéterminé et variable de leurs fonctions. Mercennarii et esclaves se confondraient tant par leur dénomination que par leurs activités.

2) Une manière de voir appuyée sur des présupposés différents de ceux de Cicéron : la villa, système de gestion et de contrôle

  • 119 On ne trouve aucune attestation de sordidus ou illiberalis dans les traités de Caton et Varron.
  • 120 Bortuzzo 1994, 208. Cf. Cato, Agr., 1.5, 4, 5.6 ; Var., R., 1.1.2, 1.2.21, 1.2.23, 1.3.1, 1.4.2-3, (...)
  • 121 Cato, Agr., 1.5-6, 2.7, 39.2 ; Var., R., 1.22.2.
  • 122 Cato, Agr., 1.7, cité par Var., R., 1.7.9 ; Var., R., 1.7.4.
  • 123 Cato, Agr., 3.2-4, 25, 64.1-2, 66.1, 67.1 ; Var., R, 1.7.7.
  • 124 Cato, Agr., 2.7 ; 3.2.
  • 125 Cato, Agr., 1.5 ; Var., R, 1.16.4, sur la proportion des investissements de départ par rapport à l (...)
  • 126 Cato, Agr., 5.6-7, 54.5, 71-72, pour les animaux ; Var., R, 1.4.3, 1.17.3, sur la nécessité d’épar (...)
  • 127 Cato, Agr., 2.3-4, 23.1, 37.3, 39, sur la manière d’occuper les esclaves les soirées, les jours de (...)
  • 128 Cato, Agr., 2.7 ; Var., R, 1.22.1.
  • 129 Cato, Agr., 5.3. Je ne crois donc pas, comme le propose Goujard 1975, 126, que les tournées d’insp (...)
  • 130 Keil 1894, 12 ; Thilo 1980, 112. Le texte de Caton suggère fortement que le bilan séparait l’argen (...)
  • 131 Cato, Agr., 2.6 : quae opus sint locato locentur ; quae opera fieri velit et quae locari velit, ut (...)
  • 132 Cato, Agr., 2.2. Voir également en 22.3. Pour operae appliqué à des travailleurs extérieurs, Var.,(...)
  • 133 Cato, Agr., 2.1 ; 2.2. On retrouve cette préoccupation en 5.7, 32.1, 33.5, 40.1, 41.1, 53, et chez (...)
  • 134 Cato, Agr., 2.2-3.
  • 135 Var., R, 1.18.2. Saserna scribit satis esse ad iugera VIII hominem unum ; ea debere eum confodere (...)
  • 136 Kolendo 1980, 36.
  • 137 L’abstraction des rapports comptables doit avoir été accrue par le recours à la locatio operis pou (...)

13Toutefois, la manière de raisonner des agronomes semble bien différente de celle de Cicéron. Dans le vocabulaire qu’ils utilisent, on ne décèle pas de classification éthique des activités qui conduirait à assimiler travailleurs libres et serviles119. Comment expliquer, alors, que Caton ou Varron parviennent à un résultat en apparence équivalent à celui de Cicéron ? L’absence d’intérêt pour le statut juridique de la main d’œuvre semble résulter de la nature même du système de la villa, structure de production et de contrôle. Les traités agronomiques se proposent d’expliquer au propriétaire d’un domaine esclavagiste comment en tirer le meilleur parti : en d’autres termes, ils ont en vue le fructus120. Atteindre ce but implique de maintenir le sumptus en-deçà du quaestus121. Pour ce faire, les agronomes indiquent qu’il faut d’une part produire le plus possible122 de denrées de la meilleure qualité123, et les vendre au prix le plus avantageux124 ; d’autre part limiter au maximum l’investissement de départ, autrement dit l’instrumentum125, puis l’entretenir soigneusement126 et le rentabiliser127, et, surtout, éviter de nouvelles dépenses par la suite128. Un outil est destiné à favoriser l’accomplissement de ces objectifs, la tenue d’une comptabilité. Le passage le plus intéressant sur le sujet est le chapitre 2 du De Agricultura de Caton, qui montre le dominus faire sa tournée d’inspection et apurer les comptes avec son intendant. La structure du texte indique que les comptes ont pour finalité l’établissement d’un bilan qui correspond en fait au recensement de tout ce qu’a rapporté le domaine. Un premier état du fonds est dressé par le dominus lors de sa tournée, puis il confronte ses observations au compte-rendu de l’intendant, qui porte sur deux points, les productions agricoles et les travaux réalisés par les esclaves. Le texte ne précise pas combien de fois par an cette opération doit avoir lieu : souvent, d’après la section consacrée aux devoirs du vilicus129. Le passage s’achève de manière à laisser supposer la rédaction d’un document récapitulatif130. Ce dernier, de toute évidence, constitue un outil de décision pour engager les sumptus. On en a un premier écho en 2.1 (quid restet… possitne quae reliqua sient conficere), et la liste d’instructions laissée au final par le dominus tourne en bonne part autour des dépenses indispensables. Or, parmi elles, il y a l’embauche des mercennarii131. Respecter le principe d’une limitation à l’extrême du sumptus demandait donc d’être capable d’évaluer au plus juste les besoins en main d’œuvre extérieure. Ce sont, apparemment, les modalités de ce dernier calcul qui conduisaient à passer sous silence le statut des travailleurs agricoles. Le chapitre 2 du De Agricultura montre que trois données étaient relevées pour évaluer, dans un premier temps, le travail de la familia : les mêmes facteurs devaient très probablement être examinés pour prévoir le coût des ouvriers supplémentaires. Ces trois éléments sont, respectivement, le nombre des journées de travail nécessaires pour accomplir telle tâche (operae)132 ; le laps de temps disponible, ce qui s’explique par les contraintes météorologiques par exemple133 ; la possibilité que tous les jours de travail ne soient pas mis à profit134. Varron témoigne des mêmes préoccupations en plusieurs endroits135. Visiblement, des tentatives avaient été faites pour établir un rapport théorique entre type de travail, nombre de journées requises, et superficie traitée (parfois envisagée en fonction du caractère du terrain)136. Or, prendre comme unité de compte une donnée abstraite comme les operae avait pour effet d’effacer la personne du travailleur et son statut juridique, au profit d’une distinction entre operae “internes” au domaine et operae “extérieures”137.

  • 138 Cato, Agr., 5.2.
  • 139 Cato, Agr., 144.2, 145.3.
  • 140 Cato, Agr., 12.1 et 12.2. Au chapitre 68, après les gros travaux, le rangement des outils peut aus (...)
  • 141 Cato, Agr., 13, 144.
  • 142 Cato, Agr., 144.1.
  • 143 Cato, Agr., 13.
  • 144 Cato, Agr., 66, 67.2.
  • 145 Cato, Agr., 145.1.
  • 146 Cato, Agr., 146.

14À côté de cela, les impératifs liés au quaestus et au sumptus avaient également pour effet de faire de la villa un système de contrôle qui nivelait la position des travailleurs libres et serviles. Chez Caton, on trouve une série de témoignages qui montrent un souci très net d’assurer la qualité du travail et d’empêcher les vols. Ceci concerne au premier chef la familia138, mais aussi les operarii occupés à la récolte des olives et à la fabrication de l’huile. Plusieurs moyens sont mis en œuvre pour éviter les détournements, qui tous tendent à rapprocher libres et esclaves : la menace de ne pas verser le salaire139, le maintien sous clé des locaux auxquels pourraient accéder les ouvriers140, l’imposition d’un système de surveillance141. Celui-ci vise à insérer les mercennarii dans la structure hiérarchique de la villa, par deux procédés complémentaires. D’une part, une sorte de duplicata du système du vilicus est mis en place à destination des travailleurs libres. Le chapitre 13 indique que des gardiens (custodes) sont préposés au local où l’on presse les olives ; l’un d’eux, de statut servile, appartient très vraisemblablement au personnel permanent du domaine. Les devoirs du custos consistent à indiquer le début des travaux142, à surveiller les ouvriers même de nuit143, à éviter qu’on n’entre dans la salle où est fabriquée l’huile et donc qu’on y dérobe quelque chose144. D’autre part, alors que, pour la plupart des gros travaux, le dominus recourt à la locatio operis, donc passe par l’intermédiaire d’un redemptor qui est censé gérer les apports de main d’œuvre, la supervision des travaux demeure de son propre ressort, ce qui tend à faire glisser les ouvriers libres sous son autorité. Le propriétaire a un droit de regard sur l’embauche145, et, paradoxalement, peut régler directement les operarii146. Chez les agronomes, ce sont donc des causes différentes de celles que l’on a observées chez Cicéron qui produisent les mêmes effets. La nécessité de gérer et de contrôler la main d’œuvre amène à ramener les libres du côté des esclaves, non le discrédit qui pèse sur leurs occupations.

3) La réapparition des catégories juridiques

  • 147 Kolendo 1979, 199 pour l’œuvre de Caton, et 206 pour celle de Varron.
  • 148 Var., R, 1.2.17, 1.18.1, 1.18.5, 1.19.3, 3.3.4, 3.17.8.

15Toutefois, autant chez Caton que chez Varron, des précisions touchant au statut juridique des travailleurs réapparaissent à intervalles périodiques. J. Kolendo147 estimait que le terme servus, chez Caton, introduisait une nuance péjorative respectivement à familia : on trouve en effet ce mot dans le chapitre 2, quand est évoquée l’hypothèse d’une maladie ou d’une fuite des esclaves, et quand est affirmée la nécessité de vendre les esclaves âgés ou malades. Il me semble qu’il faut distinguer, chez les agronomes, l’emploi isolé de termes qui font allusion à des catégories juridiques, et la mention, dans un même passage, de libres et d’esclaves. Dans le premier cas, le vocabulaire est peu signifiant. Servus, chez Caton, paraît être simplement le mot utilisé pour désigner une unité à l’intérieur de la familia ; chez Varron148, servi et mancipia servent de synonymes à familia.

  • 149 Cato, Agr., 13 et 83 ; Var., R, 1.17.2.
  • 150 Keil 1894, 110.
  • 151 Kolendo 1994, 268, 273-274.
  • 152 L’exemple des domaines égyptiens montre que pour réduire les coûts de production, certains proprié (...)
  • 153 Cato, Agr., 144.2-3, 145.1 et 3, 146.3.
  • 154 Marcone 1997, 137.
  • 155 Gaius, Inst., 1.9 : et quidem summa divisio de iure personarum haec est, quod omnes homines aut li (...)

16En revanche, à trois reprises149, les agronomes éprouvent le besoin d’indiquer le statut juridique de qui doit remplir telle tâche. Cette précision apparaît quand des libres et des esclaves sont susceptibles d’occuper, de manière concomitante, des fonctions similaires. Dans les trois cas, l’objectif visé semble être d’organiser la répartition des activités à l’intérieur du domaine au profit du dominus. Le chapitre 83 de Caton, qui fait écho au chapitre 141150, prévoit la délégation de rites originellement effectués par le propriétaire. J. Kolendo relève que l’hypothèse d’une offrande effectuée par un esclave est envisagée en premier lieu. Le représentant habituel du dominus était donc l’intendant, et l’association des esclaves aux pratiques religieuses favorisait leur intégration dans la vie du domaine151. Toutefois, il n’est pas exclu que le rite concernant les bœufs ait été confié directement au responsable de ces animaux. S’il s’agissait d’un employé loué152, la délégation des rites permettait de mettre les personnels extérieurs sur le même plan que les membres de la familia. Le chapitre 13 du De Agricultura réserve pour sa part aux custodes libres la garde du pressoir, autrement dit confie aux hommes du redemptor la plus lourde responsabilité. Or, les clauses des contrats153 soulignaient bien que le redemptor devait répondre aux exigences de qualité posées par le propriétaire, et qu’il devait le dédommager pour toute erreur dans la réalisation du travail. Utiliser des libres permettait alors au propriétaire d’amortir les risques liés à la fabrication. Chez Varron, la classification des types de main d’oeuvre permet également de parvenir à un calcul des risques et à la conclusion qu’il faut utiliser les libres là où l’investissement à long terme que sont les esclaves pourrait subir des dommages154. Ainsi, l’apparente indifférence des sources agronomiques pour les statuts juridiques dissimule-t-elle une conscience fort claire de l’existence de ces statuts. En général, point n’est besoin d’en faire état, puisqu’il est bien entendu que tout ce qui est à l’intérieur de la villa est servile, et que l’opposition essentielle se fait entre intérieur et extérieur ; mais quand l’impératif du fructus ou les nécessités de l’organisation du domaine rendent avantageux de recourir à des libres, le propriétaire sait parfaitement se souvenir que “la principale distinction afférente au droit des personnes est que les hommes sont libres ou esclaves”155.

  • 156 Cic., Caec., 58 et 63.

17Le rapprochement effectué par les sources tardo-républicaines entre mercennarii et esclaves pouvait donc s’appuyer sur au moins deux manières différentes de raisonner. La première, présente chez Cicéron, proposait un idéal aristocratique archaïsant : la cité devait être un espace détaché des échanges monétaires, et ses membres ne pouvaient être unis que par des relations de devoir, de bienfait et de reconnaissance. La seconde manière de voir, perceptible chez les agronomes, admettait au contraire parfaitement les rapports d’ordre économique, mais justifiait par l’impératif du fructus le traitement indifférencié de toutes les catégories de main d’œuvre, désormais conçues comme de façon abstraite. Le brouillage des statuts juridiques dut, au ier siècle a.C., être accentué par l’apparition progressive des esclaves dans les domaines d’activité traditionnels des mercennarii. Dans le Pro Caecina156, on trouve, pour la première fois, un mercennarius qui semble être un esclave loué. La logique du domaine esclavagiste était ainsi en quelque sorte poussée à son terme, conjuguant les avantages d’une main d’œuvre servile et ceux d’une saine limitation des risques.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Albanese, B. (1979) : Le persone nel diritto privato romano, Palerme.

Amirante, L. (1949) : “Il concetto unitario dell’‘auctoritas’”, Studi in onore di Siro Solazzi, Naples, 375-390.

Andreau, J., J. France et S. Pittia, éd. (2004) : Mentalités et choix économiques des Romains, Ausonius Scripta Antiqua 7, Bordeaux.

Annequin, J. et M. Garrido-Hory, éd. (1994) : Religion et anthropologie de l’esclavage, Paris.

Annequin, J., É. Geny et É. Smadja (1999) : Le travail. Recherches historiques, Paris.

Aubert, J.-J. (1994) : Business Managers in Ancient Rome, Leyde - Cologne - New York.

Behrends, Okk. (1999) : “Die Arbeit im römischen Recht”, in : Annequin et al. 1999, 115-162.

Bingen, J. (1951) : “Les comptes dans les archives d’Heroninos”, CE, 26, 378-385.

Biscardi, A. (1956) : “Nozione classica ed origini dell’auctoramentum”, Studi in onore di Pietro De Francisci, IV, Milan, 108-129.

Bortuzzo, N. (1994) : “Osservazioni su alcuni frammenti del trattato agronomico di Saserna pater et filius”, RIL, 128, 187-214.

Brockmeyer, N. (1986) : Arbeitsorganisation und ökonomisches Denken in der Gutswirtschaft des römischen Reiches, Bochum.

Brunt, P. (1973) : “Aspects of the Social Thought of Dio Chrysostom and of the Stoics”, PCPhS, 19, 9-34.

Carlsen, J. (1995) : Vilici and Roman Estate Managers, Rome.

Codoñer, C. (1998) : “La gramática y las artes liberales”, Morfologie sociali e culturali in Europa fra tarda antichità e alto medioevo, Spolète, 1015-1056.

De Martino, Fr. (1980) : Storia economica di Roma antica, I, Florence.

De Robertis, Fr. (1961) : “Locatio operarum e status del lavoratore”, SDHI, 27, 19-45.

— (1963) : Lavoro e lavoratori nel mondo romano, Bari.

De Vivo, A. et E. Lo Cascio, éd. (2003) : Seneca uomo politico, Bari.

Diliberto, Ol. (1981) : Ricerche sull’“auctoramentum” e sulla condizione degli “auctorati”, Milan.

Dumont, J.-Chr. (1986) : “Les operarii de Varron”, RPh, 60, 81-88.

Flach, D. (1996) : Marcus Terentius Varro Gespräche über die Landwirtschaft, I, Darmstadt.

Garnsey, P. (1998) : Cities, Paesants and Food in Classical Antiquity, Cambridge.

— (1999) : “Retour sur Non-Slave Labour. À propos du choix des travailleurs agricoles dans le monde antique”, in : Annequin et al. 1999, 101-114.

Gavoille, É. (2003) : “Ars et technè”, in : Lévy et al. 2003, 49-60.

Giardina, A. (1991) : “Il tramonto dei valori ciceroniani (ponos ed emporia tra paganesimo e cristianesimo)”, in : Pani 1991, 275-295.

Girard, P. Fr. [1895] (2003) : Manuel élémentaire de droit romain, Paris.

Glautier, M. E. W. (1972) : “A Study in the Development of Accounting in Roman Times”, RIDA, 19, 311-343.

Goujard, R. (1975) : Caton, De l’agriculture, Paris.

Griffin, M. (2003) : “Seneca as a Sociologist : De Beneficiis”, in : De Vivo & Lo Cascio 2003, 89-122.

Guarino, A. (1983) : “I gladiatores e l’auctoramentum”, Labeo, 29, 7-24.

Gummerus, H. (1906) : Die römische Gutsbetrieb als wirtschaftlicher Organismus, Leipzig.

Heurgon, J. (1978) : Varron, Économie rurale, I, Paris.

Hörle, J. (1929) : Catos Hausbücher, Padeborn.

Hooper, W. D. (1934) : Marcus Porcius Cato, On Agriculture. Marcus Terentius Varro, On Agriculture, Cambridge Mass.

Jouanique, P. (1968) : “Le codex accepti et expensi chez Cicéron”, RD, 46, 5-31.

— (1980) : “Compte-rendu de R. M. Thilo, Der codex accepti et expensi im römischen Recht”, RHDFE, 58, 644-647.

Kaltenstadler, W. (1978) : Arbeitsorganisation und Führungssystem bei den römischen Agrarschriftstellern, Stuttgart - New York.

Keil, H. (1894) : Commentarius in Catonis De agri cultura librum, Leipzig.

Kolendo, J. (1979) : “Le vocabulaire concernant la main d’œuvre dans les traités de Caton, des Saserna et de Varron”, in : Actes du colloque de 1975 sur l’esclavage, Varsovie, 197-215.

— (1980) : L’agricoltura nell’Italia romana, Rome.

— (1994) : “La religion des esclaves dans le De Agricultura de Caton”, in : Annequin et al. 1994, 267-274.

Kunkel, W. (1956) : “Auctoratus”, Eos, 48, 207-226.

Lana, It. (1984) : L’idea del lavoro a Roma, Turin.

Lefèvre, Eck. (2001) : Panaitios’und Ciceros Pflichtenlehre, Stuttgart.

Lévy, C., B. Besnier et A. Gigandet (2003) : Ars et ratio, Bruxelles.

von Lübtow, Ulr. (1956) : “Catos leges”, Eos, 48, 227-441.

Macqueron, J. (1959) : “Réflexions sur la locatio operarum et le mercenarius”, RD, 37, 600-616.

— (1964) : Le travail des hommes libres dans l’Antiquité romaine, Aix-en-Provence.

Marcone, Arn. (1997) : Storia dell’agricoltura romana, Florence.

Martini, R. (1958) : Mercennarius, Milan.

Michel, A. (1978) : “Sapientia moderatrix artium”, Recherches sur les artes à Rome, Paris, 140-151.

Michel, J. (1962) : La gratuité en droit romain, Bruxelles.

Mrozek, St. (1989) : Lohnarbeit im klassischen Altertum, Bonn.

Narducci, Em. (1989) : Modelli etici e società. Un idea di Cicerone, Pise.

Nicolet, Cl. (1988) : Rendre à César, Paris.

— (1996) : “Introduction. Les littératures techniques dans le monde romain”, Les littératures techniques dans l’Antiquité romaine, Vandoeuvres-Genève, 1-17.

— (2000) : Censeurs et Publicains, Paris.

Nörr, D. (1965) : “Zur sozialen und rechtlichen Bewertung der freien Arbeit in Rom”, ZRG, 82, 67-105.

Pani, M. (1985) : “La polemica di Seneca contro le artes (Ep. 90). Un caso di sconcerto”, Xenia. Scritti in onore di Piero Treves, Rome, 141-150.

— (1991) : Continuità e trasformazioni fra Repubblica e Principato, Bari.

Pollack, E. (1895) : RE, 2, s. v. Auctoramentum, col. 2272-2274.

Rathbone, D. (1991) : Economic Rationalism and Rural Society in Third-Century AD Egypt, Cambridge.

Rosafio, P. (1999) : “Sur quelques aspects du travail en Italie rurale”, in : Annequin et al. 1999, 77-86.

Rotondi, G. (1962) : Leges Publicae Populi Romani, Hildesheim.

Sanfilippo, C. (1982) : “Gli ‘auctorati’”, Studi in onore di Arnaldo Biscardi, I, Milan, 181-192.

Seeck, Ott. (1895) : Geschichte des Untergangs der antiken Welt, I, Berlin.

Stückelberger, A. (1965) : Senecas 88. Brief, Heidelberg.

Thébert, Y. (1980) : “Économie, société et politique aux deux derniers siècles de la République romaine”, Annales (ESC), 35, 895-911.

Thilo, R. (1980) : Der Codex accepti et expensi im römischen Recht, Göttingen.

Thomas, Y. (2004) : “Travail incorporé dans une matière première, travail d’usage et travail comme marchandise. Le droit comme matrice des catégories économiques à Rome”, in : Andreau et al. 2004, 201-225.

Traglia, A. (1974) : Opere di Marco Terenzio Varrone, Turin.

Valencia-Hernandez, M. (1993) : “Ética y economía en De Officiis 1.150”, Veleia, 10, 85-94.

White, K. (1973) : “Roman Agricultural Writers I”, ANRW, I/4, Berlin - New York, 439-497.

Notes

1 Pl., Poen., 503 ; Vid., 28 et 44.

2 Macqueron 1959, 610.

3 À côté des passages de Plaute précédemment cités, Cato, Agr., 5.4 et Cato, Orig., 4.3 = 4.5 Chassignet.

4 Nep., Ham., 2.2 ; Timol., 1.3 ; Liv. 5.4.8, 22.43.3, 24.27.7, 24.31.7, 24.32.7, 24.49.8, 25.27.5, 25.29.8, 33.4.2, 33.15.5, 33.15.13, 34.27.2, 34.28.8, 34.29.14, 34.35.8, 34.36.7, 35.5.8-9, 35.27.15, 42.12.9 ; Per., 24 ; Curt. 5.3.3, 5.1.40 ; Tac., Ann., 6.34.3 ; Just. 8.1.9 ; DVI 40.3. Mercennarius pour qualifier eques : Curt. 4.12.22 ; exercitus : Just. 25.2.9, 27.2.9, 38.8.11 ; manus : Just. 25.3.7 ; arma : Liv. 30.8.8.

5 Nep., Eum., 5.1.

6 Fest. p. 312.

7 Petr. 108.

8 Cic., Phil., 1.22.

9 Quint., Decl., 382.3.

10 Ps. Aur. Vict. 40.10.

11 Cic., II Verr. 5, 54 ; Mil., 45 ; Liv. 38.45.9 ; Asc., Mil., 49. On ajoutera Cic., II Verr. 1, 111, qui se rapporte à l’édit de Verrès.

12 [Cic.], Sal., 3 ; [Sal.], Cic., 3.

13 Cic., Clu., 163 ; Font., 32 ; Fam., 1.13.3.

14 Certains emplois génériques de mercennarius ne sont a priori pas éclairés par le contexte dans lequel ils s’insèrent : Cic., Off., 1.41 ; 1.150 ; Flac., 74 ; Sest., 82 ; Sen., Ben., 3.22.1, 7.5.3 ; Flor., Epit., 1.30.3.

15 Ter., Ad., 541-542 ; Var., R., 1.17.2 ; Cic., Caec., 58, 63 ; Col. praef. 12 ; sur le mercennarius qui s’occupait des terres de Regulus, V. Max. 4.4.6 ; Sen., Consol. ad Helv., 12.5 et 7 ; Per., 18.

16 Petr. 94, 99, 103, 117, 125.

17 Mercennarius au sens de mercenaire : Caes., BCiv., 3.4.6 ; Liv. 23.29.4, 24.18.15, 24.24.6, 24.29.2, 33.15.3 ; Curt. 5.1.45, 8.1.24 ; Fron., Str., 3.16.3 ; Just. 27.2.12 ; Fest. p. 132 ; Or. 4.13.5.

18 Fest. p. 111.

19 On retrouve chez Cic., Off., 1.150 et Leg., 1.48, ainsi que chez Quint., Decl., 382.3, le lien entre mercennarius et merces.

20 Var., L., 5.44.

21 mercedes scaenicorum (Suet., Tib., 34.1) ; merces dialecticorum (Cic., Acad., 1.98) ; merces (grammaticorum) (Suet., Gram., 3.5) ; merces divinationis (Apul., Met., 2.14).

22 Mercede parati milites (Liv. 28.44.5, 29.2.13) ; labor mercede (Ov., Fast., 6.655 : joueur de flûte ; Non. p. 545 : prostituée) ; servus in mercede (Plaut., Vid., 25 : ouvrier agricole).

23 Mercede facere (Cato, ap. Plin., Nat., 29.14 : médecine ; Var., L, 5.44 : velatura ; Liv. 29.6.4 : travaux publics ; Tac., Ann., 6.33.2 : auxilia) ; mercede militare (Liv. 6.13.7, 31.24.6, 33.7.11, 38.34.1 ; Curt. 6.5.7, 7.10.11) ; mercede exercere (Aur. Vict., Caes., 39.20 : conduite d’un navire) ; mercede docere (Cic., de Orat., 1.126 ; Phil., 2.8 : rhéteur) ; mercede transire (Plin., Ep., 2.14.4 : claque des avocats) ; mercede caballum agere (Hor., Ep., 1.18.36) ; mercede pingere (Plin., Nat., 35.59).

24 Liv. 10.10.8, 24.49.7 ; Just. 7.5.1 ; Amm. 14.10.7 (soldats) ; Pl., Bac., XVII (prostituée) ; Apul., Met., 10.23 (proxénète) ; Scrib. Larg., Compos., 171 (médecin) ; Phaedr. 4.22/23.5, 4.26.11-12 ; Quint., Inst., 11.2.11 (poète) ; Gel. 11.9.2 ; Macr. 3.14.13 (acteur) ; Hor., Carm., 3.3.21-22 ; Minuc. Fel., Octav., 23.5 (travailleur du bâtiment) ; Vitr. 10.16.3 (architecte) ; Sen., Con., 9.3.13 ; Gel. 5.10.4 ; Quint., Inst., 12.1.10 (rhéteur) ; Suet., Gram., 7.1 (grammairien) ; Quint., Inst., 12.1.25 (philosophe) ; Amm. 30.4.5 (avocat) ; Cic., II Verr., 4, 77 (ouvrier) ; Fest. p. 478 (garde du corps) ; Quint., Decl., 382 (tueur à gages).

25 Cic., Fam., 16.41.1 ; Sen., Ben., 5.8.2 (médecin) ; Pl., Mer., 769-770 (cuisinier) ; Quint., Inst., 2.3.3 (joueur de flûte) ; Cic., Tusc., 1.114 (architecte) ; Gel. 5.10.8 ; Juv. 7.158 ; Apul., Fl., 18.20 (rhéteur) ; Quint., Inst., 12.11.14 (précepteur) ; Fron., Amic., 1.12.2 (avocat) ; Juv. 8.245-246 (travailleur agricole).

26 Sen., Ben., 6.15.1 (médecin) ; Plin., Nat., 21.144 (herboriste) ; Pl., Poen., 15 (praeco) ; Cic., II Verr., 1, 147 (travailleur du bâtiment) ; Pl., Asin., 441 (esclave aux activités non précisées).

27 Liv. 4.53.1 (soldats) ; Hor., Sat., 1.6.86-87 (praeco/ coactor) ; Apul., Met., 2.13 (devin).

28 Liv. 27.5.11, 27.20.7, 27.36.1, 29.5.8, 31.43.5, 33.4.4, 34.17.4, 37.18.6, 37.48.4, 38.38.10 ; Curt. 3.2.9, 3.9.2, 4.5.18, 4.13.31, 5.1.43, 5.3.6 ; Just. 8.1.9, 25.3.7 ; SHA, Did. Iul., 5.9 ; Veget. 1.28.10 (soldats) ; Nep. praef. 4 (prostituée) ; Cic., II Verr., 3, 182 (appariteur) ; Caecil., Chrysion, frg. 18 Script. Roman. (cuisinier) ; Lucil. 954-955 (pleureuse) ; Var., L, 7.52 (garde du corps) ; Cic., Mur., 67 (accompagnateur des candidats aux élections) ; Quint., Decl., 345 (tueur à gages) ; Pl., Aul., 445-447 (cuisinier) ; Hor., S., 2.7.12-15 (ramasseur de dés).

29 Apul., Met., 10.26 (médecin) ; Gel. 5.10.5 (rhéteur).

30 Liv. 26.12.15 (soldats).

31 Plin., Nat., 36.10 (sculpteur).

32 Liv. 28.30.1 ; Fron., Str., 2.2.11 ; Just. 42.1.2 (soldats).

33 Amm. 16.12.26 (soldats).

34 Pl., Bac., XVI (proxénète) ; Ter., Ph., 414 (prostituée) ; Pl., Mer., 769-770 (cuisinier) ; Fron., Aq., 100 (appariteurs) ; Gel. 5.10.7 (rhéteur) ; Suet., Nero, 17 (avocats) ; Plin., Nat., 35.76 (peintre) ; Liv. 25.33.4 (soldats).

35 Juv. 7.157 ; Apul., Fl., 18.24 (rhéteur) ; Apul., Fl., 18.33 (philosophe) ; Macr. 1.12.7 (magistri).

36 Apul., Fl., 18.33 (philosophe).

37 Tac., Ann., 13.5.1 (avocats).

38 Voir dans ce sens Dig. 8.6.20, cité par Martini 1958, 57.

39 Apul., Apol., 3.6.

40 Quint., Inst., 12.1.25.

41 Amm. 30.4.13. Martini 1958, 56, à propos de Dig. 50.13.1.4, suggère que l’expression opera mercennaria s’y trouve utilisée pour qualifier les philosophes.

42 Cic., Off., 1.150-151. Les deux paragraphes ont fait l’objet de multiples commentaires : Brunt 1973, 9 et 21-33 ; Michel 1978, 148 ; Lana 1984, 84-86 ; Nicolet 1988, 174-179 ; Narducci 1989, 257-260 ; Valencia-Hernandez 1993, 85-94 ; Nicolet 1996, 6-7 ; Codoñer 1998, 1022 ; Lefèvre 2001, 73-74.

43 Pour les sources stoïciennes de Cicéron, Brunt 1973, 9 et 23, avec la référence à Chrysippe et à Panétius.

44 Brunt 1973, 28.

45 Pollack 1895, col. 2272-2274 ; Girard [1895] 2003, 142-143.

46 Amirante 1949, 375-390, notamment p. 385 ; Biscardi 1956, 108-129, notamment p. 110-113 ; Albanese 1979, 399-406 ; Diliberto 1981, 51-67 ; Sanfilippo 1982, 181-192 ; Guarino 1983, 7-12.

47 Plin., Nat., 14.1.10.

48 V. Max. 6.9.8.

49 Voir entre autres Kunkel 1956, 215-216 ; De Robertis 1961, 36 ; De Robertis 1963, 133 n. 46 ; De Martino 1980, 166.

50 De Robertis 1963, 78, 108, 117-119, 172-174, suivi par Mrozek 1989, 127.

51 Paul, Sent., 2.18.1 ; Marcianus Dig. 48.19.11.1 ; Paul Dig. 47.2.90.

52 Nörr 1965, 98-102. Petr. 117 montre d’ailleurs un mercennarius s’exclamer à l’adresse de ses employeurs : nec minus liber sum quam vos. Martini 1958, 66, relevait de son côté que l’utilisation du Dig. 48.19.11.1 pour assimiler juridiquement mercennarius et esclave pose un problème considérable, car le libertus est mis sur le même plan que le mercennarius dans le passage. Il faudrait alors considérer qu’esclaves et affranchis avaient le même statut.

53 Martini 1958, 8-9.

54 Nicolet 2000, 332-333.

55 Sur le lien entre ars liberalis et ingenuitas, par exemple Cic., de Orat., 3.127 ; Fin., 3.1.3 et 3.57 ; Rep., 1.30 ; Sen., Ep., 88.2.

56 Cf. Cic., Planc., 62 : faber ; de Orat., 2.38 : agricola, medicus, pictor ; ND, 2.35 : agricultura, pictura, fabrica.

57 Cic., Rosc. Am., 134. Cf., pour une énumération plus ample, les artes ad usus vitae du ND, 2.148-150.

58 Cic., de Orat., 3.26 ; ND, 2.148-150 (artes… ob oblectationem necessarias). Sur leur séparation d’avec les artes maximae : Cic., Fin., 2.115.

59 Cic., Fin., 2.115 ; de Orat., 3.87 (philosophie).

60 Cic., Fin., 3.49. Cf. Gavoille 2003, 58.

61 Cic., Planc., 62 ; Fin., 1.72 ; 3.1.4 ; Brut., 26, 48, 155 ; de Orat., 1.65, 1.236, 3.36, 3.75 ; Inv., 2.3.8 ; Off., 1.19.

62 Sur laquelle voir Stückelberger 1965.

63 Sen., Ep., 88.21.

64 Sen., Ep., 90.25-26 et 30.

65 DVI 40.3. Un second texte éventuellement mobilisable serait, chez Sénèque (Sen., Ben., 6.15.7), l’association du terme ars, à propos d’un travailleur du bâtiment capable de monter des échaffaudages, avec la périphrase pretio… conductus.

66 Vitr. 10.16.3.

67 Sen., Ben., 6.16.1.

68 Sen., Ben., 6.16.1 ; Quint., Inst., 2.3.3.

69 Veget. 2.24.1.

70 Voir également l’association d’operae et de mercennarius en Sen., Ben., 3.22.1 ; Petr. 117 ; Quint., Decl., 382.3.

71 Pl., Poen., 503 (homme de main) ; Cato, Agr., 5.4 (travailleur agricole) ; Sal., Hist., 1.55 (gardes du corps) ; Hor., Sat., 2.7.15-20 (ramasseur de dés) ; Sen., Ben., 6.15.7 (faber), 6.17.1 (timonier, artisan) ; Plin., Ep., 2.14.4 (claque des avocats).

72 Pl., Bac., XVII (prostituée) ; Plin., Nat., 28.7 (médecin) ; Suet., Gram., 3.5 (précepteurs) ; Fron., Aq., 100 (appariteurs) ; Macr. 1.12.7 (magistri).

73 Sur l’attente imposée à l’employé : Pl., Mer., 769-770 (cuisinier). Alors que la locatio-conductio semble avoir impliqué une entente préalable sur le montant de la rémunération (Gaius, Inst., 3.142), les textes évoquent l’existence de gratifications : Pl., Poen., 15 (praeco) ; Sen., Ben., 6.17.1 (timonier ou artisan).

74 Pl., Vid., 42. On trouve des allusions aux cibaria chez Frontin et Pline : Fron., Aq., 100 ; Plin., Ep., 2.14.4.

75 Macqueron 1964, 202-203, à partir de l’exemple des contrats de travail de Dacie.

76 Sur le rapprochement, [Sal.], Cic., 3.

77 Per. 18 ; V. Max. 4.4.6 ; Sen., Consol. ad Helv., 12.5. Sur le sujet, Aubert 1994, 122 et 132 ; Carlsen 1995, 29-30 ; Rosafio 1999, 79-80.

78 Hor., Sat., 1.7.67.

79 Lucil. 954-955 (praefica) ; Juv. 8.245-246 (travailleur agricole) ; Quint., Inst., 12.7.10 (philosophe) ; Apul., Apol., 3.6 (avocat).

80 Macqueron 1964, 13.

81 Martini 1958, 24, 38-39, 45.

82 De Robertis 1963, 155 et 171.

83 Macqueron 1959, 601 et 607 ; 1964, 24.

84 Behrends 1999, 143, rapporte à Ser. Sulpicius la séparation des notions de travailleur et de travail ; Thomas 2004, 209-212.

85 Cicéron reprend dans Amic., 31 (cité ensuite par Gel. 17.5.2) et Leg., 1.48, l’antithèse entre liberalitas et merces ou fructus. Le même point de vue apparaît chez Suet., Gram., 7.1, qui met en valeur la figure du rhéteur M. Antonius Gnipho, qui ne faisait pas payer ses leçons, et dont Suétone commence bien par préciser qu’il était ingenuus.

86 Giardina 1991, 291, sur le passage de la dikè à l’adikia qui coïncide avec la transformation d’une production en rémunération.

87 Cic., Font., 32 (témoins de la partie adverse) ; Luc. 10.407-408 (soldats de Pompée) ; Laus Pis., 122-123. Dans Cic., Div., 1.92 et II Verr., 4, 77, on trouve l’antithèse merces-religio.

88 Pour les mercenaires : Curt. 3.8.3 ; Liv. 28.44.5, 29.2.13, 30.35.7 ; Luc. 10.407-408 ; fluxa fides : Tac., Hist., 3.48.2 ; Amm. 15.5.30. L’idée à l’arrière-plan est que les soldats stipendiés sont susceptibles de faire défection si l’ennemi est en mesure de leur verser une rétribution supérieure. On trouve le même raisonnement à propos des avocats ([Sal.], Cic., 3 ; Tac., Ann., 11.6.1), et, de façon assez contournée, pour les médecins (Cato, ap. Plin., Nat., 29.14 : les médecins grecs se font payer une merces pour susciter la fides de leurs patients qu’ils trompent ensuite). De même, on relève très régulièrement le rapprochement entre merces, fraus (Just. 42.1.2), proditio (pour les mercenaires : Liv. 24.27.7 ; Curt. 3.8.3 ; Luc. 4.220-221 ; Fron., Str., 1.11.2 ; pour un domestique : Petr. 125) et mensonge (Col. praef. 9).

89 En général, Cic., Inv., 2.115 ; Leg., 1.48 ; Sen., Ben., 2.33.3 ; Plin., Nat., 35.59 (peintre) ; Amm. 20.8.1 (soldats) ; Cic., Font., 31 (témoins dans un procès). On a la même opposition, exprimée par un jeu de mots de Pline sur l’activité d’avocat (Ep., 6.23.1).

90 Cic., Off., 2.21.

91 Sur ces lois, Rotondi 1962, 261-263 et 374.

92 Sen., Ben., 6.14.3-4.

93 Michel 1962, 525.

94 Dans le même sens, voir les réflexions de Pani 1985, 146, sur la lettre 90 de Sénèque, et le refus que le luxe puisse constituer un lien social entre les grands qui font travailler le peuple et ce dernier.

95 Griffin 2003, 111.

96 Cic., Off., 1.151 : Quibus autem artibus aut prudentia maior inest aut non medioris utilitas quaeritur, ut medicina, ut architectura, ut doctrina rerum honestarum, eae sunt iis, quorum ordini conveniunt, honestae. Comme le fait remarquer Narducci 1989, 261, dans le domaine de la mercatura, c’est la notion de degré dans l’activité qui permet de revenir à une situation d’équilibre.

97 Cic., Off., 1.150 : Opificesque omnes in sordida arte versantur ; nec enim quicquam ingenuum habere potest officina. Voir Nicolet 1988, 178.

98 Hor., Ep., 1.18.35-36 : ad imum.

99 Pl., Vid. ; Scribon. Larg., Composit., 171.

100 Cic., Clu., 163 ; Sal., Cat., 37.7 ; Liv. 1.30.7, 6.13.7 ; Curt. 5.12.2 ; Aur. Vict., Caes., 39.20 ; Apul., Met., 9.5 ; Phaedr. 4.22/23.3. On y ajoutera Cic., Dom., 89, à propos des hommes à gages de Clodius.

101 Contra, Thébert 1980, 907 ; Valencia-Hernandez 1993, 92, pour la seconde option.

102 Macqueron 1964, 63. Il est suivi par Kolendo 1979, 201 et 203.

103 Hörle 1929, 260 n’exclut pas que ces operarii soient à identifier avec les servi compediti du chapitre 56.

104 Var., R, 1.18.1 ; Hörle 1929, 258 ; Kolendo 1979, 205.

105 Cato, Agr., 1.3, 4, 5.4, 23.2, 145.1.

106 Seeck 1895, 509 ; Kaltenstadler 1978, 12 ; Brockmeyer 1986, 78.

107 Garnsey 1999, 110. Il me semble toutefois que la fin du chapitre 4 interdit d’exclure tout à fait l’option de Seeck et de ses successeurs.

108 Kolendo 1979, 200-201. Cato, Agr., 1.3 : operariorum copia siet : parmi les données à prendre en compte dans le choix du domaine, est citée l’abondance d’operarii à proximité. Pour Garnsey 1998, 145, ce point doit être mis en relation avec la recommandation, faite plus bas, de privilégier un domaine situé à proximité d’un bourg : les operarii seraient alors des citadins libres travaillant à la campagne. Je ne suis pas sûre qu’il faille opter pour cette lecture, car la section 1.3, consacrée à la localisation du fonds, semble partagée en trois points, orientation, ressources, débouchés. Cato, Agr., 4 : vicinis bonus esto… opera facilius locabis, operarios facilius conduces. Le dominus se voit recommander d’entretenir de bonnes relations avec ses voisins, ce qui lui permettra d’embaucher plus facilement des operarii. Gummerus 1906, 25, estimait qu’il s’agissait de petits propriétaires libres, car en période de gros travaux les grands propriétaires des environs ne pouvaient pas se permettre de céder leurs esclaves. Il est suivi par Goujard 1975, 133. Brockmeyer 1986, 80 soulève de son côté une objection : les petits propriétaires ne devaient pas non plus être disponibles en période de gros travaux, mais Marcone 1997, 135 juge que ces petits propriétaires pouvaient se trouver sous-occupés même dans ces moments-là. Cato, Agr., 5.4 : operarium mercenarium politorem diutius eundem ne habeat [die] : Pour Hörle 1929, 259, le contexte indiquerait ici qu’il s’agit clairement de libres (idem pour Goujard 1975, 133). Cato, Agr., 23.2 : Vuas miscellas, vinum praeliganum quod operarii bibant, ubi tempus est, legito. Goujard 1975, 188, pense à des libres qui arrondiraient leurs revenus en louant leurs bras : le chapitre 104 montrerait qu’on réserve à la familia une autre boisson. Cato, Agr., 145.1 (Lex oleae faciundae) : si operarii conducti erunt aut facienda locata erit, pro eo resolvito aut deducetur. Il s’agirait de libres en raison du contexte, selon Hörle 1929, 259. Dumont 1986, 84, ajoute que l’éventualité que ces travailleurs aillent rejoindre un travail mieux payé (145.5) va dans le même sens.

109 Var., R, 1.17.6, 1.18.4 et 1.18.6 ; sans doute idem en 1.54.3 : Dumont 1986, 83-84 : lora… pro vino operariis datur hieme, il s’agit vraisemblablement toujours d’esclaves, car on n’emploie a priori pas de travailleurs supplémentaires en hiver et la boisson paraît identique à celle que Caton réserve à sa familia (25).

110 De iis, cuius modi esse oporteat, Cassius scribit haec : operarios parandos esse, qui laborem ferre possint, ne minores annorum XXII et agri culturam dociles.

111 La traduction Loeb (Hooper 1934, 224), choisit cette solution : De iis, cuius modi esse oporteat, rendu par as the character of such hands, alors qu’on avait mention des hired hands plus haut. Une note attachée à e noviciis explique en outre qu’il s’agit des travailleurs pour dettes. Idem dans la traduction UTET (Traglia 1974, 637), et chez Kolendo 1979, 205.

112 Brockmeyer 1986, 111.

113 Heurgon 1978, 140 ; Flach 1996, 272.

114 Dumont 1986, 87.

115 Kolendo 1979, 200 ; Dumont 1986, 87.

116 Var., R, 1.17.2.

117 Var., R, 1.27.3, 1.31.4, 1.32.1, 1.33, 1.34.2.

118 La ponctuation à insérer dans la phrase operarium mercenarium politorem diutius eundem ne habeat [die] est objet de débat : pour Hörle 1929, 259 ; White 1973, 455 ; Goujard 1975, 15, il faut comprendre operarium mercenarium, politorem ; pour Kaltenstadler 1978, 12 et Brockmeyer 1986, 81, operarium, mercenarium, politorem ; pour von Lübtow 1956, 353, operarium, mercenarium politorem. Il me semble que la première option est préférable, car elle permet d’opposer une rémunération en argent à une rémunération en nature, si le politor de 5.4 et celui de 136 présentent les mêmes caractéristiques.

119 On ne trouve aucune attestation de sordidus ou illiberalis dans les traités de Caton et Varron.

120 Bortuzzo 1994, 208. Cf. Cato, Agr., 1.5, 4, 5.6 ; Var., R., 1.1.2, 1.2.21, 1.2.23, 1.3.1, 1.4.2-3, 1.7.2, 1.7.4, 1.8.1, 1.9.4, 1.9.6, 1.11.1, 1.13.6, 1.15, 1.16.2-4, 1.16.6, 1.20.4-5, 1.22.2, 1.23.3-4, 1.32.1, 1.53, 1.65, 1.69.1, pour s’en tenir au livre I.

121 Cato, Agr., 1.5-6, 2.7, 39.2 ; Var., R., 1.22.2.

122 Cato, Agr., 1.7, cité par Var., R., 1.7.9 ; Var., R., 1.7.4.

123 Cato, Agr., 3.2-4, 25, 64.1-2, 66.1, 67.1 ; Var., R, 1.7.7.

124 Cato, Agr., 2.7 ; 3.2.

125 Cato, Agr., 1.5 ; Var., R, 1.16.4, sur la proportion des investissements de départ par rapport à la taille du domaine ; 1.18.7, sur l’importance de comparer son domaine avec celui de ses voisins pour voir si la familia ne peut être réduite ; 1.19.

126 Cato, Agr., 5.6-7, 54.5, 71-72, pour les animaux ; Var., R, 1.4.3, 1.17.3, sur la nécessité d’épargner les esclaves ; on trouve chez Varron 1.17.3 et 1.20.1 l’idée qu’il faut choisir esclaves et animaux pour qu’ils soient les plus rentables possible.

127 Cato, Agr., 2.3-4, 23.1, 37.3, 39, sur la manière d’occuper les esclaves les soirées, les jours de mauvais temps ou les jours de fête ; 54.1, 56-57, pour les variations de la quantité de nourriture accordée aux animaux et aux esclaves suivant l’effort physique qui leur est demandé ; 58, sur la nécessité de réserver à la nourriture des esclaves les olives qui auraient produit le moins d’huile ; 69.2, sur la quantité minimum de poix utile pour assurer l’étanchéité d’un nombre x de jarres.

128 Cato, Agr., 2.7 ; Var., R, 1.22.1.

129 Cato, Agr., 5.3. Je ne crois donc pas, comme le propose Goujard 1975, 126, que les tournées d’inspection aient été rares. Eu égard à ce que l’on trouve chez Cicéron (Cic., Q. Rosc., 7), ou beaucoup plus tard, dans les archives du domaine égyptien d’Aurelius Appianus (Rathbone 1991, 334, 364, 369), on pense a priori à un rythme mensuel.

130 Keil 1894, 12 ; Thilo 1980, 112. Le texte de Caton suggère fortement que le bilan séparait l’argent et les produits agricoles (2.5 : rationes putare argentariam, frumentariam… vinariam, oleariam). Sur le problème des comptabilités privées, Bingen 1951, 379-380 ; Jouanique 1968, 7 et 20-23 ; Glautier 1972, 335 ; Thilo 1980, 112-119 ; Jouanique 1980, 645 ; Rathbone 1991, 334-358.

131 Cato, Agr., 2.6 : quae opus sint locato locentur ; quae opera fieri velit et quae locari velit, uti imperet.

132 Cato, Agr., 2.2. Voir également en 22.3. Pour operae appliqué à des travailleurs extérieurs, Var., R, 1.50.3 et 1.53.

133 Cato, Agr., 2.1 ; 2.2. On retrouve cette préoccupation en 5.7, 32.1, 33.5, 40.1, 41.1, 53, et chez Var., R, en 1.5.2.

134 Cato, Agr., 2.2-3.

135 Var., R, 1.18.2. Saserna scribit satis esse ad iugera VIII hominem unum ; ea debere eum confodere diebus XLV, tametsi quaternis operis singula iugera possit ; sed relinquere se operas XIII valetudini, tempestati, inertiae, indiligentiae ; 1.18.6. Et magis in hoc Saserna probandus, qui ait singula iugera quaternis operis uno operario ad conficiendum satis esse ; 1.50.3. Cum est matura seges, metendum, cum in ea <in> iugerum fere una opera propemodum in facili agro satis esse dicatur.

136 Kolendo 1980, 36.

137 L’abstraction des rapports comptables doit avoir été accrue par le recours à la locatio operis pour les gros travaux (Cato, Agr., 137, 144, 145, 146, 150 ; Saserna, frg. 2 Speranza).

138 Cato, Agr., 5.2.

139 Cato, Agr., 144.2, 145.3.

140 Cato, Agr., 12.1 et 12.2. Au chapitre 68, après les gros travaux, le rangement des outils peut aussi avoir une fonction d’inventaire.

141 Cato, Agr., 13, 144.

142 Cato, Agr., 144.1.

143 Cato, Agr., 13.

144 Cato, Agr., 66, 67.2.

145 Cato, Agr., 145.1.

146 Cato, Agr., 146.

147 Kolendo 1979, 199 pour l’œuvre de Caton, et 206 pour celle de Varron.

148 Var., R, 1.2.17, 1.18.1, 1.18.5, 1.19.3, 3.3.4, 3.17.8.

149 Cato, Agr., 13 et 83 ; Var., R, 1.17.2.

150 Keil 1894, 110.

151 Kolendo 1994, 268, 273-274.

152 L’exemple des domaines égyptiens montre que pour réduire les coûts de production, certains propriétaires pouvaient faire le choix de ne pas posséder d’animaux de trait, et de les louer ponctuellement. Il est également envisageable, en cas de recours à un redemptor pour la vendange, que celui-ci ait été tenu de fournir des attelages.

153 Cato, Agr., 144.2-3, 145.1 et 3, 146.3.

154 Marcone 1997, 137.

155 Gaius, Inst., 1.9 : et quidem summa divisio de iure personarum haec est, quod omnes homines aut liberi sunt aut servi (trad. française J. Reinach, CUF, 1950).

156 Cic., Caec., 58 et 63.

Auteur

UMR 8585, Centre G. Glotz

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540