Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Deuxième partie. La manifestation des hiérarchies sociales dans le vocabulaire et ses enjeux idéologiques

Les hektémores

Jean-Manuel Roubineau

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier l’ensemble des participants de la journée d’étude du 27 juin 2005 durant laqu (...)
  • 2 Andrewes 1982, 378 ; les fragments des Élégies de Solon transmis par la tradition littéraire ne la (...)
  • 3 van Effenterre 1977, 94.
  • 4 Il en résulte que toute publication relative aux soloniana est, par définition, incomplète du poin (...)
  • 5 L’ensemble des témoignages relatifs à Solon a été rassemblé par Martina 1968. Pour les passages re (...)

1L’hektémorat constitue depuis près de deux siècles l’un des dossiers historiographiques les plus controversés de l’histoire archaïque d’Athènes1. Le problème sur lequel les historiens butent est avant tout un problème de mot. En effet, le nombre très limité d’occurrences du terme d’hektémore parvenues jusqu’à nous et le caractère allusif de celles-ci compliquent considérablement les tentatives d’explication et de définition. La documentation relative à l’hektémorat est par ailleurs tardive : la plus ancienne occurrence du terme, due à Aristote, est postérieure de plus de deux siècles au phénomène, et apparaît dans une Athènes classique où le terme ἑκτήμορος est “complètement obsolète”2. Les commentateurs s’accordent sur un point : ce terme désigne une catégorie paysanne, peut-être un statut, en vigueur dans l’Athènes archaïque avant que ne soient appliquées, autour de 594 a.C., les réformes soloniennes qui conduisent à sa disparition. Sur cette base, de très nombreuses tentatives d’explication ont été proposées par les historiens, dans un véritable “feu d’artifice” historiographique (H. van Effenterre), sans qu’une interprétation parvienne à s’imposer durablement3. La bibliographie de la question est pléthorique et l’on ne peut prétendre exposer un panorama exhaustif de celle-ci4. Quelques grands courants d’interprétation se dégagent cependant : ainsi, au fil des exégèses, les hektémores ont pu successivement être métayers, hilotes, serfs, débiteurs, dépendants tributaires ou encore colons partiaires. La difficulté d’interprétation est amplifiée par le fait que l’hektémorat, quelle que soit sa nature, prend sens dans un contexte agraire qui ne se laisse pas définir aisément. Sur la situation d’Athènes avant l’archontat de Solon, et sur les réformes mises en place par celui-ci, la documentation est en effet assez maigre : quelques fragments des poèmes élégiaques écrits par le législateur Solon lui-même pour expliquer son œuvre et cités par Aristote ou Plutarque, les premiers paragraphes de la Constitution des Athéniens du même Aristote, l’essentiel de la Vie de Solon de Plutarque, à quoi il faut ajouter de très brèves allusions à Solon ou à ses réformes parsemées chez de nombreux auteurs anciens (Héraclide du Pont, Diodore, Denys d’Halicarnasse, Diogène Laërce, Cicéron, Dion Chrysostome, etc.), ainsi que des notices lexicographiques d’époque impériale et byzantine (Hésychios, Pollux, Photios, Eusthate)5.

I. La documentation

  • 6 Les deux auteurs ont d’ailleurs été à plus d’une reprise opposés l’un à l’autre par les commentate (...)
  • 7 Je n’ai relevé que deux véritables exceptions à cette règle : Sakellariou 1979 et Andrewes 1982.

2Si l’on prend en compte les deux orthographes sous lesquelles on rencontre le terme d’hektémore – ἑκτήμοροι (Aristote, Photios, Hésychios) ou ἑκτημορίοι (Plutarque, Eusthate, Pollux). – le total de ses occurrences se monte à neuf, dont trois occurrences redondantes (cf. infra document 7). De fait, l’histoire de l’hektémorat a été principalement écrite à partir de deux textes : d’une part, la description de la situation sociale de l’Athènes pré-solonienne fournie par Aristote dans les premières lignes de sa Constitution des Athéniens, d’autre part un passage de la Vie de Solon de Plutarque6. L’ensemble des occurrences restantes provient de notices lexicographiques qui n’ont suscité qu’un intérêt très réduit chez les commentateurs des soloniana7. Elles se regroupent autour de trois termes ou ensemble de termes :

  • deux notices lexicographiques d’Hésychios et Pollux portent sur le terme hektémor(i)oi.
  • deux notices lexicographiques d’Hésychios et Eusthate définissent les termes de mortè et épimortos.
  • une notice lexicographique de Photios définit le terme de pélatai.

1. Aristote, Constitution des Athéniens, 2 :

3Μετὰ δὲ ταῦτα συνέβη στασιάσαι τούς τε γνωρίμους καὶ τò πλῆθος πολὺν χρόνον [[τòν δῆμον]]. Ἦν γὰρ αὐτῶν ἡ πολιτεία τοȋς τε ἄλλοις ὀλιγαρχικὴ πᾶσι, καὶ δὴ καὶ ἐδούλευον οἱ πένητες τοȋς πλουσίοις καὶ αὐτοι καὶ τὰ τέκνα καὶ γυναȋκες. Kαὶ ἐκαλοῦντο πελάται καὶ ἑκτήμοροι · κατὰ ταύτην γὰρ τὴν μίσθωσιν ἠργάζοντο τῶν πλουσίων τοὺς ἐγρούς. Ἡ δὲ πᾶσα γῆ δι ’ ὀλίγων ἦν · καί, εἰ μὴ τὰς μισθώσεις ἀποδιδοȋεν, ἀγώγιμοι καὶ αὐτοὶ καὶ οἱ παȋδες ἐγίγνοντο · καὶ οἱ δανεισμοὶ πᾶσιν ἐπὶ τοȋς σώμασιν ἦσαν μέχρι Σόλωνος · οὗτος δὲ πρῶτος ἐγένετο τοῦ δήμου προστάτης. Χαλεπώτατον μὲν οὖν καὶ πικρότατον ἦν τοȋς πολλοȋς τῶν κατὰ τήν πολιτείαν τò δουλεύειν · οὐ μὴν ἀλλὰ καὶ ἐπὶ τοȋς ἄλλοις ἐδυσχέραινον · οὐδενòς γάρ, ὡς είπεȋν, ἐτύγχανον μετέχοντες.

4Après cela, les notables et la foule furent en conflit pendant longtemps. En effet, le régime était oligarchique en tout : et notamment, les pauvres étaient les esclaves des riches, eux, leurs femmes et leurs enfants. Ils étaient appelés pélates et hektémores : en effet, contre le paiement de cette misthôsis, ils travaillaient les terres des riches. Toute la terre était dans un petit nombre de mains : et s’ils ne payaient pas la misthôsis, ils pouvaient être emmenés, eux et leurs enfants ; et les prêts étaient pour tous gagés sur la personne jusqu’à Solon, qui fut le premier protecteur du peuple. Donc le plus pénible et le plus amer des maux du régime était cet esclavage ; pourtant ils (les pauvres) avaient de tout autres sujets de mécontentement ; car, pour ainsi dire, ils se trouvaient n’avoir part à aucun privilège.

2. Plutarque, Solon, 13, 3-6 :

5Τότε δὲ τῆς τῶν πενήτων πρòς τοὺς πλουσίους ἀνωμαλίας ὥσπερ ἀκμὴν λαβούσης, παντάπασιν ἐπισφαλῶς ἡ πόλις διέκειτο, καὶ μόνως ἂν ἐδόκει καταστῆναι καὶ παύσασθαι ταραττομένη τυραννίδος γενομένης. Ἅπας μὲν γὰρ ὁ δῆμος ἦν ὑπόχρεως τῶν πλουσίων. Ἢ γὰρ ἐγεώργουν ἐκείνοις ἕκτα τῶν γινομένων τελοῦντες, ἑκτημόριοι προσαγορευόμενοι καὶ θῆτες, ἢ χρέα λαμβάνοντες ἐπὶ τοȋς σώμασιν ἀγώγιμοι τοȋς δανείζουσιν ἦσαν, οἱ μὲν αὐτοῦ δουλεύοντες, οἱ δ’ἐπὶ τὴν ξένην πιπρασκόμενοι. Πολλοὶ δὲ καὶ παȋδας ἰδίους ἠναγκάζοντο πωλεȋν - οὐδεὶς γὰρ νόμος ἐκώλυε - καὶ τὴν πόλιν φεύγειν διὰ τὴν χαλεπότητα τῶν δανειστῶν. Οἱ δὲ πλεȋστοι καὶ ῥωμαλεώτατοι συνίσταντο καὶ παρεκάλουν ἀλλήλους μὴ περιορᾶν, ἀλλ’ ἑλομένους ἕνα προστάτην ἄνδρα πιστòν ἀφελέσθαι τοὺς ὑπερημέρους καὶ τὴν γῆν ἀναδάσασθαι καὶ ὅλως μεταστῆσαι τὴν πολιτείαν.

6À cette époque, l’inégalité entre pauvres et riches atteignait une sorte de sommet, et la cité était dans une situation absolument critique ; on avait l’impression que le seul moyen de la stabiliser et de mettre fin aux troubles serait d’instaurer une tyrannie. Le peuple tout entier s’était endetté auprès des riches. En effet, certains travaillaient la terre (pour eux), leur versant le(s) sixième(s) des ginoména, c’est eux qu’on nommait hektémores et thètes, d’autres engageaient leur personne pour garantir le remboursement de leurs dettes, et leurs créanciers pouvaient s’emparer d’eux, les uns étant esclaves sur place, les autres étant vendus à l’étranger. Beaucoup étaient même obligés de vendre leurs propres enfants (aucune loi ne l’interdisait) et de fuir la cité pour échapper à la dureté de leurs créanciers. Mais les plus nombreux et les plus forts se rassemblaient ; ils s’encourageaient mutuellement à ne pas se laisser faire, à prendre pour chef un homme de confiance, à libérer les débiteurs retardataires, à faire un nouveau partage des terres, et à changer entièrement le régime politique.

3. Hésychios, Lexique, ἑκτήμοροι :

7ἑκτήμοροι · οἱ ἕκτῳ μέρει τὴν γῆν γεωργοῦντες.

8Hektémores : ceux cultivant la terre pour une part du sixième.

4. Pollux, Onomasticon, 4, 165 :

9ἑκτημορίοι δὲ οι πελάται παρὰ τοȋς Ἀττικοȋς.

10Les hektémores sont les pélates, pour les habitants de l’Attique.

5. Hésychios, Lexique, ἐπίμορτος :

11ἐπίμορτος · σπόριμος γῆ [ἣ] ἐπιμεριστή · λέγεται οὕτω καὶ ό ἐπὶ μέρει ἐργαζόμενος · μορτὴ γὰρ τò μέρος ἐκαλεȋτο καὶ ἑκτήμοροι οἱ τò ἕκτον τελοῦντες.

12Epimortos : terre arable distribuée en parts. On appelle ainsi également celui qui travaille pour une part (sur une part ?). Car mortè signifiait “part” et hectémores était un terme désignant “ceux qui payaient le sixième”.

6. Eusthate, Commentaire de l’Odyssée d’Homère, 19 (t), 28 :

13ἐθνικὴ δὲ λέξις καὶ ἡ μορτή, τò ἕκτον, φασὶ, μέρος τῶν καρπῶν, ἥ ἐδίδοτο τοȋς ἑκτημορίοις, ὡς ἐν ἀνωνύμῳ κεȋται λεξικῷ ῥητορικῷ.

14Et la mortè (est) également un mot dialectal, à savoir une part d’un sixième des fruits, elle était donnée aux hektémores, comme on le trouve dans un lexique anonyme.

7. Photios, Lexique, πελάται = Pausanias le Grammairien, Attikôn Onomatôn Synagôgè, πελάται = Scholie à Platon, Euthyphron, 4c

  • 8 La notice donnée ici est celle de Photios. Les notices de Pausanias et du scholiaste sont, à peu d (...)

15πελάται · οἱ παρὰ τοȋς πλησίον ἐργαζόμενοι καὶ θῆτες · οἱ αὐτοὶ καὶ ἑκτήμοροι, ἐπειδὴ τῷ ἕκτῳ μέρει τῶν καρπῶν εἰργάζοντο τὴν γῆν 8.

16Les pélates : ceux qui travaillent pour leurs voisins, et les thètes ; ceux-ci sont aussi des hektémores, attendu qu’ils travaillaient la terre pour une part d’un sixième des fruits.

17Le problème posé par l’hektémorat ne peut être examiné isolément mais nécessite une étude des aspects principaux de la réforme agraire engagée à l’initiative de Solon. Les hektémores sont en effet au centre d’une crise agraire de grande ampleur caractérisée d’une part, selon Aristote, par une forte concentration foncière – à l’origine du slogan populaire de la redistribution des terres (gès anadasmos) –, et d’autre part, par un lourd endettement d’une large partie de la petite paysannerie – à l’origine du slogan de l’annulation des dettes (chréôn apokopè). Il est dès lors nécessaire de préciser l’interprétation que l’on peut avoir des questions de la terre (II) et de la dette (III). On doit leur ajouter une troisième question, celle des bornes (horoi) que Solon se prévaut dans ses Élégies d’avoir fait arracher et dans lesquelles Plutarque voit des bornes hypothécaires (IV).

18Seul un réexamen préalable de l’ensemble des aspects du contexte économique de l’hektémorat peut autoriser à proposer une nouvelle définition de l’hektémorat et de l’hektè (V).

19Il importe, au préalable, de mettre en évidence les impasses de la vision traditionnelle de l’hektémorat (I).

Un sixième ou cinq sixièmes ? Les impasses de l’analyse

  • 9 Will 1969, 105 ; de même, opinion commune résumée par Descat 1990, 93 : “les hektémores sont des a (...)
  • 10 Plut., Solon, 13, 4. Parmi les partisans de cette interprétation : French 1956, 16 ; Finley 1965, (...)
  • 11 Murray 1978, 205 ; Descat 1990, 93 ; dans une même perspective H. van Effenterre : “le nom évoque (...)
  • 12 Parmi les partisans, rares, de cette seconde interprétation : Woodhouse 1938 ; Biscardi 1984.
  • 13 On pourra remarquer que, à lire les notices lexicographiques du dossier solonien, l’impression qui (...)

20Si les hypothèses se juxtaposent aux hypothèses, une communis opinio s’est cependant dégagée, il y a déjà longtemps, résumée comme suit par E. Will : “les hectémores sont des paysans que l’évolution économique a, par suite de processus encore soumis à discussion, privés de leurs droits de propriété et réduits à la situation de tenanciers locataires, versant au nouveau propriétaire une redevance de 1/6e de leur récolte”9. Les hektémores versent au propriétaire de la terre sur laquelle ils travaillent 1/6e du total de la récolte, et conservent les 5/6e restants. C’est ce que dit Plutarque, et sans détour : “certains travaillaient la terre pour eux (les riches) et leur versaient le sixième des ginoména10. Cette interprétation fait pourtant difficulté : en effet, les hektémores sont présentés par les sources comme étant dans une situation très précaire, assimilable à une forme de servitude. Cela est difficilement compatible avec un taux de prélèvement de 1/6e, lequel est très léger. Cela constituerait “un loyer tellement bas qu’il est impossible de l’envisager dans le cadre d’un système de métayage” (O. Murray), “une exceptionnelle protection sociale pour les débiteurs” que sont les hektémores (R. Descat)11. Pour sortir de cette difficulté, la question a pu être posée et reposée régulièrement de savoir si l’hektè n’était pas plutôt conservée par l’hektémore, lequel reverserait alors les cinq autres sixièmes12 : à l’appui de cette idée, la notice pélatai donnée à l’identique par Pausanias le Grammairien, Photios et le Scholiaste de l’Euthyphron, notice qui affirme à propos des hektémores qu’ils “travaillaient la terre pour une part d’un sixième des fruits” (τῷ ἕκτῳ μέρει τῶν καρπών εἰργάζοντο τὴν γῆν). Si l’on tient pour exacte la définition citée ci-dessus, il n’y est pas explicitement dit que le sixième pour lequel les hektémores travaillent n’est pas justement celui qu’ils vont devoir verser ensuite : il faudrait alors comprendre le texte comme disant que les hektémores travaillent afin de réunir le nécessaire pour s’acquitter du sixième dû. Autrement dit, leur condition d’hektémore, d’hommes versant l’hektè, les conduisait à travailler la terre pour être en mesure de verser la part à l’origine de leur nom13. La notice lexicographique de Pollux consacrée au terme épimortos, semble soutenir une telle interprétation :

  • 14 Pollux, Onomasticon, 7.151.
  • 15 La définition de tétrachizein proposée par Pollux se retrouve à l’identique chez Zonaras, Photios, (...)

ἐπίμορτος δὲ γῆ παρὰ Σόλωνι ἡ ἐπὶ μέρει γεωργουμένη, καὶ μορτὴ τό μέρος τò ἀπò τῶν γεωργῶν · τò δ’ἐπὶ τετάρτῳ μέρει νέμεσθαι τετραχίζειν.14
Epimortos désigne la terre chez Solon, celle travaillée pour une part, et la part, celle provenant des cultivateurs. Et le fait d’être partagé en vue d’une part du quart se dit tétrachizein15.

21Pollux affirme ainsi qu’épimortos désigne la terre travaillée par les cultivateurs, en même temps que la mortè est la part versée par ces mêmes cultivateurs. Autrement dit, quand Photios affirme que les hektémores travaillaient la terre “pour une part du sixième”, on peut, sans forcer le sens de la notice, comprendre que la part en question est la part qu’ils devront verser, cette même part qui est à l’origine de leur désignation comme hektémores.

  • 16 Sur ce point, voir e. g. Audisio 1993, 145-146.

22L’hypothèse d’une hektè versée par l’hektémore est improbable : elle entre en contradiction avec la situation économique des hektémores, unanimement présentée comme difficile. L’hypothèse d’une hektè conservée par l’hektémore est impossible : aucun système agraire non productiviste et non mécanisé ne peut faire vivre un paysan s’il ne conserve qu’1/6e des récoltes produites. Le métayage, qui est historiquement une des formes de location de la terre les plus défavorables au locataire, implique de ne reverser que la moitié (laquelle moitié est à l’origine du mot de métayage/moitoyage) de la récolte au propriétaire du champ16.

23Pour sortir de cette aporie, certains ont envisagé différentes possibilités, notamment en proposant un autre statut pour les hektémores ou un autre statut pour la terre concernée par le prélèvement. Dès lors que le prélèvement opéré ne porte pas sur l’ensemble de la récolte de l’hektémore, tout redevient possible. De fait, comprendre l’hektè qui fonde le terme d’hektémore implique de répondre à deux grandes questions : quels sont le taux et l’assiette du prélèvement impliquant l’hektè ? Quelle est la nature du prélèvement en question ? Ces questions ne peuvent être examinées isolément mais nécessitent une étude des aspects principaux de la réforme agraire engagée à l’initiative de Solon.

II. La concentration foncière et la question de la redistribution des terres

  • 17 Arist., Constitution des Athéniens, 2.2. Une expression quasiment identique est employée en 4.5.
  • 18 French 1956 ; Will 1962.
  • 19 Murray 1978, 205 ; de même van Effenterre 1977, 100-101.
  • 20 Rihll 1991.

24Au départ se trouve l’affirmation d’Aristote : “toute la terre était dans un petit nombre de mains”17. La majorité des Modernes y voit l’indice d’un processus de longue durée de concentration foncière. Ainsi A. French ou E. Will proposent la chaîne logique suivante18 : l’évolution démographique dans le courant de l’époque archaïque impose de passer de l’élevage à l’agriculture. Très rapidement l’over-cropping conduit à l’épuisement des terres, à l’importation massive de grain étranger et à la crise agraire. C’est le début, pour la petite paysannerie attique, d’une spirale de l’endettement, de l’hypothèque et de la concentration des terres entre les mains de quelques grands propriétaires opportunistes. Quelques commentateurs ont pu remettre en doute l’historicité de l’affirmation d’Aristote. O. Murray tient pour évident que “rien ne prouve que l’Attique ait jamais été un pays de grandes propriétés, ni que Solon ait été responsable de leur morcellement”19. Par ailleurs, une critique en règle de l’idée de concentration foncière a été conduite récemment par T. E. Rihll20. Les principaux arguments des opposants à l’idée de concentration foncière sont les suivants :

251. S’il y a concentration foncière, alors tout le monde perd dans la réforme, riches propriétaires fonciers et hektémores. Les riches perdent la main d’œuvre dont ils ont besoin et le bénéfice de l’hektè. Les hektémores, quant à eux, perdent l’accès à la terre et la partie de la production qui leur revenait jusqu’alors.

26On ne peut souscrire à une telle critique : les anciens hektémores peuvent continuer de travailler la terre sur laquelle ils travaillaient, mais sous d’autres conditions. Les propriétaires de leur côté conservent leurs terres et probablement, sous une autre forme, la main d’œuvre employée jusque-là.

272. On ne dispose pas de preuve archéologique ou textuelle de l’existence de grandes propriétés en Attique.

  • 21 Lohmann 1993.
  • 22 Foxhall 1992.
  • 23 Will 1967, 422. Cet élément affaiblit considérablement la position de ceux qui ne voient dans le s (...)

28Là encore, l’objection est faible. Le peu d’informations archéologiques dont on dispose sur la situation de la terre en Attique, ne contredit pas ce qu’on a écrit d’Aristote : pour l’époque classique, l’étude de H. Lohmann, fondée sur un survey du dème d’Aténè, aboutit aux constatations suivantes : trente-trois fermes ont été fouillées dans l’aire de prospection. Huit ou neuf d’entre elles, soit un quart, appartiennent à des fermiers ayant des propriétés d’une superficie proche de 25 ha. La zone, pourtant peu arable, est mise en culture à peu près complètement. H. Lohmann conclut à une tendance à la concentration des terres21. L. Foxhall avance de son côté qu’environ neuf pour cent des oikoi contrôlent ou possèdent près de la moitié de la terre productive, à la même époque22. Cela ne nous dit rien pour l’époque archaïque. Mais cela interdit l’argument de ceux qui réfutent toute idée de concentration foncière à l’époque archaïque en se demandant où ces grandes propriétés auraient pu passer à l’époque classique. De même l’argument de ceux qui affirment que la terre est inaliénable à l’époque archaïque se heurte à un fait incontestable : on n’a aucune trace d’une loi interdisant la vente ni d’une loi révoquant cette interdiction dans la documentation à notre disposition pour les époques archaïque et classique23.

293. Si quelques grands propriétaires possédaient l’essentiel des terres, comment peuvent-ils avoir capitulé sans un combat sanglant ?

30Dans la mesure où toute redistribution foncière a été exclue par Solon, on ne voit pas ce qui aurait pu pousser les grands propriétaires, placés qui plus est dans un rapport de force numérique défavorable avec la petite paysannerie, à vouloir noyer les revendications des plus pauvres dans le sang. On ne sait que peu de choses des rapports sociaux du moment. On sait, quoi qu’il en soit, que la déception a été égale des deux côtés.

31Au total, et jusqu’à plus ample informé, on doit donc considérer qu’Aristote dit vrai et que l’Attique connaît une situation de concentration foncière au début du vie siècle a.C.

III. L’endettement, son annulation ou sa diminution

32La question de l’endettement est centrale dans le problème posé par l’hektémorat. Aristote et Plutarque évoquent tous deux ces dettes qui pèsent lourd sur les choix des paysans démunis.

33Plusieurs questions se posent : l’échelle de l’endettement, l’identité des créanciers, les garanties de la dette, ainsi que l’ampleur de la réforme solonienne en matière d’endettement.

1. Quelle est l’échelle de l’endettement ?

34Plutarque affirme que l’ensemble du peuple était hypochréôs à l’égard des riches, ce que les traducteurs des Belles Lettres traduisent par ‘était débiteur des riches’, conformément au sens connu du mot. Gênés par les implications d’une telle traduction, M. I. Finley puis M. Sakellariou ont jugé nécessaire de proposer des traductions alternatives :

  • M. I. Finley propose de traduire hypochréôs par ‘être tenu de’, ‘être tributaire de’, considérant que Plutarque, dans son texte, distingue nettement les hektémores des débiteurs, ce qui contraint à envisager une traduction évitant de présenter explicitement les hektémores comme endettés24.
  • Sur le même principe, M. Sakellariou propose de traduire hypochréôs par ‘avoir des obligations’, afin d’englober à la fois les débiteurs (chréa lambanontes), et un autre type de population, quant à elle non endettée25.

35Le raisonnement a ses limites car, en dehors de la sous-traduction du terme hypochréôs à laquelle les deux historiens se résolvent, il n’existe pas dans le texte de Plutarque de catégorie de chréa lambanontes opposables aux hektémores, mais de chréa lambanontes épi tois sômasin, i. e. de débiteurs gagés sur la personne, par opposition aux hektémores qui, pour leur part, à lire Plutarque, semblent avoir fait un choix leur permettant d’éviter une telle mise en gage.

36Au total, Plutarque affirme ceci :

  1. Le peuple dans son ensemble était débiteur des riches.
  2. Certains, les hektémores, appelés aussi thètes, cultivaient la terre contre le paiement de l’hektè, sous-entendu, dans le cadre de leur dette.
  3. D’autres gageaient leur prêt sur la personne, au risque de tomber en esclavage.
  • 26 Finley 1965, 168 ; A. Andrewes souligne que l’emploi d’edouleuon dans un tel contexte “cannot mean (...)

37Aristote affirme pour sa part que les pauvres nourrissaient une relation de douleia à l’égard des riches : “et les pauvres, eux, leurs enfants et leurs femmes, étaient les esclaves (édouleuon) des riches”. On conviendra avec M. I. Finley que le terme peut être employé pour désigner toutes les formes de sujétion, qu’il y ait ou non esclavage26. Il s’agit d’une forme de dépendance économique qui est décrite ici, sans que sa définition juridique se laisse aisément saisir. Aristote revient à plusieurs reprises sur cette image d’une foule esclave des riches :

  • 2.3 : “pour la foule, le plus pénible et le plus amer des maux issus de la politeia était cet esclavage (to douleuein)”.
  • 5.1 : “comme la politeia était organisée ainsi, et que la foule était l’esclave (edouleuontôn) de quelques-uns, le peuple se révolta contre les notables”.

38Au total, Aristote affirme ceci :

  1. Les pauvres sont appelés pélates et hektémores.
  2. Contre le paiement d’une misthôsis, ils peuvent travailler sur les terres des riches.
  3. À défaut de payer la misthôsis, les hektémores risquent d’être emmenés en esclavage, les prêts étant pour tous, gagés sur la personne.

39À lire Aristote, on peut faire plusieurs remarques :

  • La misthôsis semble entretenir un lien causal avec la situation d’hektémore (le démonstratif tautèn tèn misthôsin renvoie à hektémores).
  • Si l’hektémore est celui qui paie l’hektè, alors tout se passe comme si hektè et misthôsis ne faisaient qu’une27.
  • La misthôsis est une forme de remboursement de la dette puisqu’un défaut de paiement de celle-ci entraîne une saisie personnelle. Elle ne peut donc pas être un loyer à proprement parler, ce qui doit conduire à déconsidérer l’hypothèse d’hektémores-fermiers ou d’hektémores-métayers.
  • Une contradiction semble émerger entre Aristote et Plutarque : en effet, ce dernier affirmait que seuls les chréa lambanontes épi tois somasin étaient susceptibles d’être saisis. Autrement dit, pour Plutarque, les hektémores ne semblent pas être saisissables.

2. Quels sont les gages pris par les créanciers ?

40Est-ce que la terre peut servir de gage ? Cela implique qu’elle soit cessible, aliénable, idée que beaucoup d’historiens s’efforcent de réfuter, ce qui implique par voie de conséquence de refuser le phénomène de concentration foncière.

  • 28 Un résumé utile de la thèse de Woodhouse 1938 dans Lewis 1941, 144-146 (voir aussi la mise au poin (...)
  • 29 Woodhouse 1938, 150.
  • 30 Woodhouse 1938, 160.

41W. J. Woodhouse, dans le cadre de son étude sur Solon the Liberator, propose une interprétation générale articulant la question de la dette à celle du statut de la terre28. Son postulat est le suivant : dans les premiers temps de l’histoire d’Athènes, la terre attique a été divisée en lots confiés aux familles de citoyens. Ces lots sont alors déclarés héréditaires et inaliénables. Le développement économique du viie siècle ayant conduit à l’extension de l’agriculture spéculative en Attique, met les petits paysans, dépourvus des capitaux nécessaires à une telle agriculture, dans une situation financière délicate. Alors que ceux-ci peinent à conserver leur parcelle et s’endettent, les aristocrates, à l’affût de toute nouvelle terre pour investir, exploitent cet endettement. Parce que la terre est inaliénable, se développe une forme de transfert de propriété complexe : la vente à réméré (prasis épi lusei), c’est-à-dire une vente ménageant au vendeur la possibilité d’un rachat futur. De tels contrats sont connus par les baux de terre d’époque classique. Ils serviraient ici à maintenir la fiction du maintien de la propriété vendue dans le patrimoine du vendeur endetté. L’option de rachat permettrait de conserver artificiellement le titre de propriété dans la famille du débiteur-vendeur et de demeurer en conformité avec le principe d’inaliénabilité de la terre. W. J. Woodhouse fait alors une distinction entre l’ownership, conservée par le vendeur, et la possession, acquise par l’acheteur29, que l’on peut considérer comme une variation de la distinction entre propriété éminente et propriété utile. Le débiteur continue de travailler sur son ancienne terre, mais en qualité de tenancier. Il paie un loyer qui constitue l’intérêt de l’emprunt contracté. Cette interest-rent est indifférente au montant de l’emprunt, et représente 1/6e de la production annuelle de la tenure. En cas d’incident dans le paiement de cette interest-rent, le débiteur est mis dans l’obligation de contracter un second emprunt, gagé sur sa personne. S’il fait à nouveau défaut, il peut être saisi et vendu comme esclave. Au viie siècle, alors que de telles situations individuelles se multiplient, l’aristocratie foncière, entre paternalisme et intérêt bien compris, offre aux paysans surendettés une alternative à l’asservissement : ils peuvent travailler, eux et leur famille, comme serfs sur la terre aliénée. Ce sont les hektémores, “a class of hereditary villeins bound to their lord’s estate”30. Au moment des réformes soloniennes, l’aristocratie athénienne contrôle ainsi simultanément l’essentiel de la terre attique et une grande partie de la main d’œuvre agricole athénienne.

42L’interprétation de W. J. Woodhouse fait difficulté à plusieurs titres :

  1. Sur les hektémores comme débiteurs en défaut : quand W. J. Woodhouse présente les hektémores comme des Athéniens ayant fait défaut au remboursement de leur deuxième emprunt, gagé sur la personne, il se met en contradiction complète avec la principale source sur le sujet : Aristote. Celui-ci distingue en effet clairement les hektémores, qui font le choix de payer la misthôsis et qui s’y tiennent, de ceux qui ne la paient pas, et qui courent alors le lourd risque d’être asservis. En aucun cas, l’hektémorat ne constitue, sous la plume d’Aristote, le dernier stade de l’endettement31.
  2. Sur le loyer-intérêt (interest-rent) : un loyer d’un sixième de la production constituerait, en lui-même, une obligation très légère au regard de la situation très défavorable des hektémores. La couleuvre est encore plus grosse à avaler ici qui consiste à dire que l’endetté peut continuer de cultiver son ancienne terre en reversant, au titre de l’intérêt de l’emprunt, un sixième de sa production. Ce qui était déjà léger pour un loyer, devient infime pour un loyer doublé d’une créance.
  3. Sur l’inaliénabilité de la terre et la vente à réméré : il serait trop long, dans le cadre de cette étude, de reprendre l’ensemble du débat sur le statut de la terre, mais le principe de son inaliénabilité, que W. J. Woodhouse semble tenir pour une vérité historique indiscutable, ne va pas de soi, loin s’en faut. La foi en ce principe conduit quoi qu’il en soit l’auteur à construire une bien curieuse hypothèse : alors que la possibilité de vendre sa terre n’existe pas, on invente un contrat conduisant à la vendre malgré tout, mais avec une option permettant au débiteur de la racheter si sa situation économique trouve à s’améliorer. Par ce contrat, le paysan propriétaire pourrait ainsi aliéner la propriété utile de sa terre, c’est-à-dire sa production, son usufruit, mais pas la propriété éminente, le titre de propriété. On comprend mal comment une telle distinction contractuelle peut avoir été élaborée en amont de la naissance de contrats de vente simples32. Selon la formule heureuse d’E. Will, “on ne saurait en effet concevoir une fiction que si l’on conçoit la réalité”33. On comprend mal par ailleurs que le droit ait pris la peine de protéger les titres de propriété foncière alors qu’il ne protégeait pas même les propriétaires contre un éventuel asservissement. Et si l’on considère que ce droit est un outil aux mains des puissants, destiné à servir leurs seuls intérêts, alors pourquoi auraient-ils eu l’intelligence et le pouvoir d’imposer une telle pratique, sans avoir celui de procéder à des transactions foncières sans option de rachat ? Ce que l’on connaît des rapports sociaux dans l’Athènes archaïque ne semble pas venir corroborer une telle vision. Dans un viie siècle où le corps civique athénien n’est pas encore fermement défini, et où le droit lui-même semble bien balbutiant, les contrats envisagés par W. J. Woodhouse semblent postuler un raffinement du droit que les Grecs du moment ne connaissent pas. Pour résoudre l’aporie relevée entre inaliénabilité de la terre et situation de concentration foncière, W. J. Woodhouse en vient à dessiner la figure d’un petit paysan schizophrène, conciliant une double identité de chef de famille, propriétaire de la parcelle héritée de ses ancêtres, sûr de ses droits et garanti dans ses prérogatives, et de petit fermier endetté, ayant été conduit à aliéner cette même terre tout en continuant de la travailler au bénéfice de son créancier.

3. À quoi correspondent les dettes publiques et privées annulées par Solon ?

  • 34 Arist., Constitution des Athéniens, 6.1.

43Dans sa présentation des réformes soloniennes, Aristote affirme que Solon “abolit les dettes tant privées que publiques (chréôn apokopas époiêsè kai tôn idiôn kai tôn démosiôn), par la mesure qu’on appela seisachtheia, parce qu’on rejeta alors le fardeau”34. Peu de commentateurs se sont intéressés à cette distinction faite par le Stagirite entre chréa idia et chréa démosia. R. Descat propose une interprétation originale en la matière fondée sur deux distinctions :

  • il n’y a pas une mais deux dettes, ou une double dette : une première dette, dite publique, payée au travers de l’hektè, une seconde dette, dite privée, payée par ceux ne réussissant pas à payer l’hektè et mis dans l’obligation d’emprunter pour y parvenir35.
  • il n’y a pas un groupe homogène d’endettés, mais deux types d’endettés, ceux qui parviennent à payer l’hektè et ceux qui n’y parviennent pas. L’auteur oppose ainsi une minorité d’Athéniens “qui n’avait pas de problèmes financiers et qui arrivait à la payer (l’hektè)”, à une majorité, le groupe des pauvres décrits par Aristote, “ceux-là qui risquaient de ne pas pouvoir payer l’hektè et d’être emmenés comme gages”.

44Au fondement de cette hypothèse, l’idée qu’Aristote distingue l’hektè de la dette quand il écrit (2.2) – je décompose la phrase – :

45“Toute la terre était dans un petit nombre de mains :

46et (kai) s’ils ne payaient pas la misthôsis, ils pouvaient être emmenés en esclavage, eux et leurs enfants ;

47et (kai) les prêts étaient pour tous gagés sur la personne jusqu’à Solon, qui fut le premier protecteur du peuple”.

  • 36 Descat 1990, 91 ; une remarque similaire dans Will 1967, 423 n. 1.
  • 37 Descat 1990, 92.

48R. Descat défend ici l’interprétation suivante : si Aristote avait employé gar en lieu et place du second kai, “cela aurait voulu tout simplement dire que la dette était l’hektè36. Au vu de la structure de la phrase, R. Descat considère que “les hektémores doivent l’hektè mais la dette vient en plus de cette obligation, tout en étant liée à elle, sinon la phrase n’aurait plus de sens. On doit comprendre que les pénètes, les pauvres (puisque c’est d’eux dont il s’agit au début du paragraphe), s’endettent à cause de l’hektè à verser”37.

  • 38 Descat 1990, 95-97.

49L’hektè serait, dans cette perspective, l’indice d’une forme d’exploitation tributaire de la terre, un groupe de notables athéniens conservant la propriété éminente des terres et imposant au peuple le versement d’un droit d’accès aux champs. Selon cette reconstitution, la communauté serait, dans l’Athènes pré-solonienne, divisée entre “ceux qui versent un tribut et ceux qui le perçoivent”, le grand mérite de Solon résidant dans sa capacité à faire basculer la cité d’un système d’économie tributaire vers un système d’économie civique, d’un prélèvement tributaire, l’hektè, vers un impôt foncier, la dékatè, connue sous Pisistrate mais susceptible d’avoir été créée par Solon38.

50La proposition appelle plusieurs objections :

  1. Sur les deux types d’endettés : la distinction entre endettés sans difficulté et endettés en difficulté, est problématique. Le groupe des endettés, tel qu’il est présenté par Aristote et Plutarque, semble dans une situation économique très précaire, et on ne distingue à aucun moment le groupe des endettés sans difficultés financières sur lequel l’argumentation de R. Descat se fonde. À l’appui de cette hypothèse, R. Descat fait référence à l’anecdote des amis de Solon, enrichis en spéculant sur la réforme39. Mais, que certains amis de Solon aient pu anticiper sur la législation à venir, en empruntant pour investir juste avant la décision d’annulation des dettes, ne fait pas d’eux des endettés chroniques et encore moins des “esclaves des riches”, pour reprendre l’expression d’Aristote. En outre, on ne voit pas bien à quoi peut correspondre, économiquement et sociologiquement, cette catégorie d’endettés aux ressources moyennes, alors que l’endettement semble vécu systématiquement comme une forme de sujétion, d’aliénation consécutive à un processus d’appauvrissement inéluctable.
  2. Sur la distinction entre hektè et dette : elle pose les mêmes problèmes. R. Descat se fonde principalement sur l’analyse de la structure de la phrase citée plus haut. À résumer l’auteur, la mention des prêts gagés sur la personne, immédiatement après la mention du risque de chute en esclavage en cas de non paiement de la misthôsis, ne constituerait pas une explication de ce risque à proprement parler. On ne pourrait donc pas considérer que la chute en esclavage soit liée directement au fait que les prêts étaient gagés sur la personne. Cependant, R. Descat considère que l’évocation des prêts est, malgré tout, “une glose explicative”, et que la dette est liée à l’hektè, sans quoi la phrase n’aurait aucun sens40. Autrement dit, Aristote aurait précisé que les prêts sont gagés sur la personne afin d’expliciter le fait que ceux qui étaient incapables de payer leur misthôsis devaient emprunter puis, dans l’hypothèse d’un non remboursement, devenaient esclaves. Mais alors, pourquoi ne pas recourir à gar en lieu et place de kai, puisque Aristote, selon l’explication proposée par R. Descat, précise les conditions du prêt, pour mieux faire comprendre le lien entre non paiement de la misthôsis et chute en esclavage ? Que l’on considère qu’il n’y a qu’une dette, la misthôsis/hektè, ou qu’il y en a deux, la misthôsis/hektè d’une part, et la dette privée d’autre part, l’explication d’Aristote n’en est pas moins une. Dans un cas, la chute en esclavage est immédiatement consécutive au non paiement de la misthôsis, dans l’autre cas, elle n’est empêchée que par le prêt si son remboursement est honoré, ou retardée par celui-ci, si cette dette n’est pas remboursée. Dans un cas comme dans l’autre, la deuxième partie de la phrase explique la première. Dans un cas comme dans l’autre, on attendrait gar au lieu de kai. La phrase d’Aristote est incontestablement mal construite. Dès lors la syntaxe n’est pas en soi un élément pouvant appuyer très solidement l’une ou l’autre des hypothèses.
  3. Sur l’hektè définie comme une dette publique : si la misthôsis est une forme de prélèvement tributaire imposé à tous les paysans n’ayant pas la propriété éminente de la terre sur laquelle ils travaillent, on ne voit pas bien ce qui conduit cette misthôsis à être regardée comme une dette. Il s’agit d’une chose due, mais au même titre qu’un loyer, une taxe, ou un salaire. Elle ne résulte pas, en tous les cas, d’un emprunt au sens strict. On ne voit pas bien non plus en quoi elle est démosia, sauf à considérer qu’il s’agit de signifier qu’elle s’applique à l’ensemble du démos, alors que R. Descat affirme, par ailleurs, que ce sont les réformes soloniennes qui consacrent la naissance de celui-ci (idée à laquelle je souscris pleinement)41. Si certaines dettes sont définies comme publiques ( chréa démosia) et d’autres comme privées ( chréa idia), l’explication doit probablement être recherchée dans la nature de la chose empruntée, ou plus exactement dans le statut du créancier : si l’emprunt est contracté auprès d’un particulier, alors la dette est privée, s’il est réalisé auprès d’un établissement public, alors la dette est dite publique.

51Au total, l’hypothèse d’une hektè tributaire ne permet pas de rendre compte d’une manière satisfaisante de la situation sociale dans l’Athènes pré-solonienne.

4. La réforme solonienne consiste-t-elle en une annulation ou une diminution des dettes ?

52Sur l’annulation des dettes par Solon, les sources ne semblent pas unanimes. Plutarque relaie ainsi une position, présentée comme minoritaire, consistant à comprendre la décision de Solon non pas comme une annulation des dettes mais plutôt comme une diminution de celles-ci :

  • 42 Plut., Solon, 15.3-5 (traduction modifiée de R. Flacelière, E. Chambry et M. Juneaux) = FGrHist 32 (...)

“Certains auteurs, dont Androtion, ont écrit que les dettes ne furent pas annulées, mais que les intérêts en furent réduits et que les pauvres, soulagés, se tinrent pour satisfaits et donnèrent le nom de seisachtheia à cette décision pleine d’humanité, ainsi qu’à l’opération concomitante qui consista dans l’augmentation des poids et mesures et l’ajustement de la monnaie. Il fixa en effet à cent drachmes la valeur de la mine, qui jusque-là était de soixante-treize drachmes, de sorte que les débiteurs, en s’acquittant, rendaient numériquement la même valeur, mais donnaient moins en réalité et gagnaient ainsi beaucoup sans léser en rien leurs créanciers. Mais la plupart des auteurs conviennent que la seisachtheia fut l’annulation complète des dettes et les poèmes de Solon sont mieux en accord avec cette opinion.”42.

  • 43 Harding 1974, 282-289.
  • 44 Cf. e. g. Andrewes 1982, 379 ; un état et une bibliographie de la question dans Harding 1974.

53Parmi les auteurs ayant défendu l’hypothèse d’une diminution des dettes, Androtion est le seul que Plutarque sorte de l’anonymat. Pour cette raison, l’usage s’est répandu chez les Modernes de lui faire porter la responsabilité de cette interprétation. La question de la validité d’une telle hypothèse a donné lieu à un débat historiographique nourri, et sans doute un peu démesuré eu égard à la fragilité de la position d’Androtion, débat dont on trouvera un bilan sous la plume de Ph. Harding43. Tout a été dit, ou peu s’en faut, sur le caractère absurde du raisonnement économique en cause, et sur la référence anachronique à une monnaie athénienne dont on sait que, d’une part, sa date de création est postérieure à l’archontat de Solon, et que, d’autre part, ce n’est pas avant le ve siècle que sa production atteint un niveau suffisant pour pouvoir servir aux transactions économiques du démos athénien44. Il importe de souligner que les principales sources sur la question, à savoir Aristote et Plutarque, n’évoquent pas (Aristote), ou tiennent pour anecdotique (Plutarque) une telle hypothèse. Je me rangerai brièvement à la position de Ph. Harding qui met en évidence deux points :

  • on doit renoncer à faire d’Androtion un idéologue conservateur, ayant délibérément déformé la vérité des faits pour en offrir une version plus conforme aux intérêts économiques des conservateurs athéniens du ive siècle a.C.45
  • l’hypothèse rendant le mieux compte de la tentative de révision historique d’Androtion doit être située sur un plan plus strictement intellectuel : “Androtion, like some modern scholars, was dissatisfied with the tradition of a complete cancellation of debts and tried to understand the seisachtheia in an original manner, his only mistake being that he applied fourth-century economic conditions to sixth-century affairs”46. La principale motivation de l’Atthidographe gagnerait à être recherchée dans son souci d’une scholarly originality47, motivation que les réformes soloniennes semblent n’avoir pas cessé d’éveiller depuis lors chez les chercheurs.

54Au total, la situation de la petite paysannerie athénienne au début du vie siècle semble être caractérisée par un endettement généralisé, au travers de prêts gagés sur la terre comme sur la personne.

IV. Le bornage et la libération des terres

  • 48 Arist., Constitution des Athéniens, 12.4. La citation est reprise à l’identique par Plut., Solon, (...)
  • 49 Plut., Solon, 15.2-6.
  • 50 On traduit souvent la chréôn apokopè par ‘abolition des dettes’ (e. g. Finley 1984 [1953], 121 et (...)
  • 51 Cf. notamment Fine 1951, Finley 1951, Millett 1982.

55Dans ses Élégies, Solon, cité à l’identique par Aristote et Plutarque, évoque la terre dont il a “arraché les bornes (horoi) enfoncées en tout lieu ; esclave autrefois, maintenant elle est libre”48. Plutarque voit dans les vers cités la preuve que Solon a bien annulé complètement les dettes, et non pas simplement diminué celles-ci, contrairement à l’avis de certains historiens de l’Attique49. Les bornes étaient donc, dans cette perspective, une marque destinée à signifier l’endettement des propriétaires de la terre dans laquelle elles étaient enfoncées, leur arrachage devenant synonyme d’annulation (et non d’abolition50) de la dette signalée. Il s’agirait, autrement dit, de bornes hypothécaires, plantées par les créanciers de petits paysans pris à la gorge et mis dans l’obligation d’engager leur capital foncier pour garantir un emprunt nécessaire à leur survie. On connaît l’existence de telles bornes pour le ive siècle51. On a dit plus haut que le réexamen de la nature des terres concernées par l’hektè a été souvent vu par les Modernes comme la seule porte de sortie aux contradictions habituelles de l’interprétation de l’hektémorat. De nombreuses hypothèses différentes ont été élaborées, que l’on peut ranger dans deux catégories, selon qu’elles proposent de voir dans les terres libérées des terres communes ou des terres privées.

1. Des terres privées

56En la matière, on compte deux propositions principales :

  1. W. J. Woodhouse voit dans ces horoi, des bornes de réméré, i. e. signalant que la terre en question est sous le coup d’un contrat de prasis épi lusei, de vente avec clause de rachat (cf. infra)52.
  2. A. French, voit dans ces horoi des bornes seigneuriales. Développant une lecture littérale de la douleia d’Aristote et de l’hektè de Plutarque, A. French avance que les hektémores sont des serfs, travaillant sur la terre de leur seigneur (landlord), et lui reversant un sixième de la production agricole obtenue53. Ce sont des paysans dépossédés de leur terre et qui restent travailler en tant que serfs sur leur terre perdue, sous condition de reverser un sixième de la récolte à leur seigneur, et bénéficiant, en échange, de la protection de celui-ci, de son patronage féodal (feudal patronage). Les bornes sont, dans cette perspective, destinées à protéger les droits du seigneur sur la récolte54. Elles ne peuvent être, toujours selon A. French, des bornes hypothécaires, parce qu’elles pourraient être facilement arrachées par le débiteur d’une part, parce qu’elles ne seraient d’aucune utilité d’autre part puisqu’il s’agirait dans ce cas d’une hypothèque déjà saisie par le créancier (foreclosed mortgage), laquelle n’appelle aucune publicité.

57Je formulerai les objections suivantes :

  1. Sur l’hypothèse d’un arrachage des bornes : on ne voit pas bien pourquoi des bornes hypothécaires seraient plus susceptibles d’être arrachées que des bornes destinées à manifester les droits du seigneur sur une partie des récoltes. On ne voit pas, surtout, comment tout cela a pu fonctionner. En quoi un serf est-il moins tenté d’arracher de telles bornes que de vendre frauduleusement sa récolte ?
  2. Sur l’objectif poursuivi par ces bornes seigneuriales : les droits du seigneur se limitant à un sixième de la récolte, les cinq sixièmes restants sont à disposition du serf. Dès lors, quel intérêt y a-t-il à poser une borne qui s’adresserait à des acheteurs potentiels d’une partie de la récolte, dans la mesure où la vente est toujours possible, jusqu’à hauteur des cinq sixièmes ? Sauf à croire que les ventes se font toujours sur la terre ayant produit la récolte, que les ventes concernent systématiquement l’ensemble de la récolte, et que les acheteurs se mueraient en missi dominici des seigneurs.
  3. Sur la condition de serf : la relation de servage implique un pouvoir de coercition très élevé des seigneurs, leur assurant un contrôle sans faille de la production de l’ensemble des terres du domaine. Les cités grecques, telles qu’elles apparaissent dans la documentation, semblent pourtant très loin d’une telle situation, les membres les plus éminents de la communauté ne semblant pas entourés d’une garde rapprochée, à quelques rares exceptions près55.

2. Des terres communes

58Certains Modernes ont pu envisager que les terres impliquées dans le conflit soient des terres communes, qu’il s’agisse de terres de confins, de terres du domaine public, ou de terres de conquête.

  • 56 La même idée revient à plusieurs reprises sous la plume de F. Càssola : Càssola 1964, Càssola 1965 (...)
  • 57 Gallant 1982, 124.
  • 58 Andrewes 1982, 380 : “it is not hard to imagine that powerful and enterprising families found it p (...)

59F. Cassola, T. W. Gallant et A. Andrewes voient dans les terres libérées par Solon, d’anciennes terres communes, laissées en friche, et indûment accaparées par l’aristocratie : il s’agit pour F. Cassola de terres de confins occupées abusivement jusqu’alors par une partie de l’aristocratie athénienne, et que le législateur confisque afin de les distribuer au peuple56. L’hypothèse présente l’inconvénient non négligeable d’être en contradiction avec l’ensemble de la documentation qui est unanime à dire que Solon n’a pas procédé à la moindre distribution des terres. Dans le prolongement de F. Cassola, T. W. Gallant voit dans les horoi des bornes de limites, des “boundary markers of this land”, limites visibles de tous de la (prétendue) propriété des usurpateurs57. S’inscrivant dans une perspective assez proche, A. Andrewes fait de ces terres des terres de l’Attique vacantes durant les Âges Obscurs, puis colonisées à l’initiative et sous le contrôle de l’aristocratie athénienne, qui se serait réservée le droit d’en attribuer la propriété, lot par lot, à un peuple athénien de plus en plus en manque de terres du fait de sa croissance démographique, en échange du versement d’un sixième de la production58.

  • 59 Rihll 1991, 115 sq.
  • 60 Rihll 1991, 116 n. 101.
  • 61 Rihll 1991, 125.

60À rebours de cette hypothèse, T. E. Rihll fait des terres libérées des terres publiques louées à des particuliers dans le cadre d’une politique égalitariste : T. E. Rihll attribue à Dracon une législation agraire destinée à assurer simultanément à tous l’accès à la terre non mise en culture et à chacun la quantité suffisante pour vivre de terre cultivable59. Grâce à la législation draconienne, les Athéniens peuvent obtenir des droits exclusifs sur une parcelle de terre publique, en échange du versement d’un sixième de la production à la communauté. Ce sixième ne serait pas un véritable taux mais un fixed amount, sans quoi les cas de fraude seraient difficiles à établir60. La terre continuerait à être détenue par la communauté, son statut étant garanti par les horoi, qui deviennent alors la marque d’une propriété de la cité. L’auteur attribue à Solon le mérite d’avoir concédé ces terres en pleine propriété à ceux qui n’en étaient jusqu’alors que les usufruitiers, une telle mesure ne pouvant être assimilée à une redistribution des terres, puisque “no-one lost his land, and no-one gained what he had not already been using”61. Le problème posé par cette proposition de Rihll est qu’elle ne repose sur aucun fondement documentaire !

  • 62 van Effenterre 1977, suivi prudemment par Baurain 1997, 461 et 489, et moins prudemment par L’homm (...)
  • 63 van Effenterre 1977, 107.
  • 64 van Effenterre 1977, 103.
  • 65 van Effenterre 1977, 104-105.
  • 66 van Effenterre 1977, 121.

61En décalage par rapport à toutes les interprétations précédentes, H. van Effenterre part de l’idée que la terre dont il est question ne dit pas son nom : il s’agirait de la terre d’Éleusis62. Le contexte de la crise évoquée par Aristote et Plutarque serait celui de la guerre athéno-mégarienne, conflit qui semble récurrent à l’époque archaïque, mais dont il est impossible, dans l’état actuel de la documentation, de maîtriser la chronologie ou les grandes lignes. Le silence des sources en la matière résulterait de la propagande athénienne qui voudrait, au ive siècle a.C., faire d’Eleusis une terre athénienne de toujours, et dont on tairait la reconquête pour mieux masquer la dépossession préalable qu’elle implique63. Dans cette logique, l’échelle de la crise décrite par Aristote et Plutarque gagnerait à être réévaluée, ne concernant pas la situation économique et sociale de l’Attique toute entière, mais une “région bien délimitée de la cité”, la plaine thriasienne, la plus fertile de l’Attique, cette Gê mélaina dont Solon célébre la libération64. Lors de la conquête ou du ralliement d’Éleusis par les Mégariens, les Éleusiniens auraient, pour certains, été réduits en esclavage, pour certains été vendus à l’étranger, pour certains pris le chemin de l’exil, les mêmes dont Solon assure après la reprise supposée d’Éleusis le rachat ou le rapatriement. Les bornes arrachées ne signaleraient pas le statut foncier de la terre, mais constitueraient des bornes-frontières, plantées aux limites du territoire d’Éleusis à l’issue de la conquête supposée de la plaine thriasienne par les Mégariens65. La distribution des terres ne serait pas réclamée par les seuls Athéniens pauvres, mais simultanément par les pauvres et les riches, prêts à piller les terres d’Éleusis, et en conflit sur les modalités du partage. Durant l’ensemble de sa démonstration, H. van Effenterre choisit de s’appuyer sur les fragments soloniens tout en rejetant les commentaires de ceux qui les ont transmis, et ce jusqu’à considérer que “pour la seisachtheia et les hectémores, les explications des sources antiques ne valent (donc) pas mieux que les nôtres”66. L’auteur en vient à proposer une explication de la seisachtheia et de l’hektémorat complètement déconnectée de cet épisode éleusinien dont il soutient l’existence :

  • la seisachtheia est définie comme “une mesure générale d’allègement des charges qui pesaient sur la population ou sur les plus défavorisés”, sans que l’on puisse déterminer avec certitude si la mesure concernait ou non toutes les dettes, et si elle a ou non profité aussi aux riches.
  • l’hektémore est défini comme “celui qui vient au partage, pour obtenir un lot de terre à cultiver, καθ’ ἑκάστην ἕκτην φοράν, à chaque sixième récolte, autrement dit tous les cinq ans (…) S’agit-il de fermage, de métayage, de location d’ouvrage, de servage même ? Y a-t-il acquisition par le travailleur d’une partie de la terre mise en valeur en fin de terme ? Nous n’en savons rien. Une seule chose serait sûre, c’est que les contrats correspondants auraient traditionnellement été de cinq ans, ce qui est une durée bien attestée ailleurs qu’en Attique”67. Dans une cité où l’arboriculture prend une place grandissante, des baux de cinq ans ne permettent pas d’amener les terres à leur plein rendement, d’où la difficile situation des hektémores et peut-être la modification, à l’initiative de Solon, de la durée moyenne des baux, devenant décennaux, ainsi que l’on peut le constater dans la documentation d’époque classique. Le mot d’hektémore tomberait en désuétude en même temps que les baux ayant fondé son principe.

62Au centre de l’hypothèse de H. van Effenterre, se trouve le fragment 36 des Élégies de Solon, rapporté par Aristote (Ath. Pol., 12.1) :

  • 68 van Effenterre 1977, 111.

“Oui, le but pour lequel j’ai rassemblé le peuple, me suis-je arrêté avant de l’avoir atteint ? Elle peut mieux que tout autre m’en rendre témoignage au tribunal du temps, la très grande mère des divinités olympiennes, la Terre noire (Gê mélaina), dont j’ai alors arraché les bornes enfoncées en maints endroits. Esclave auparavant, elle est libre aujourd’hui. J’ai ramené à Athènes, dans leur patrie fondée par les dieux, bien des gens qui avaient été vendus, l’un justement, l’autre injustement, et ceux qui étaient partis en exil, sous la pression de la nécessité, et ne parlaient plus la langue attique tant ils avaient erré en maints endroits ; et ceux qui, ici même, subissaient une servitude indigne et tremblaient devant l’humeur de leurs maîtres, je les ai rendu libres.”68

63Je ferai trois remarques :

641. Sur l’identification de la Gê mélaina à Éleusis : l’auteur ne met en avant aucun parallèle probant.

652. Sur l’identité athénienne des Éleusiniens au moment de la supposée reconquête athénienne :

66Au moment de la supposée conquête par Mégare, les Éleusiniens qui évitent d’être faits prisonniers, préfèrent l’exil lointain à un transfert vers Athènes toute proche et censée être très hospitalière dans de telles circonstances. Au moment de la supposée reconquête par Athènes, les Athéniens se ruent sur les terres des Éleusiniens et ne semblent en rien les considérer comme des concitoyens. Les Éleusiniens, à suivre H. van Effenterre, les accueilleraient pourtant comme des sauveurs. Mais combien d’années se sont écoulées entre les deux conquêtes supposées ? Les Éleusiniens en place ne peuvent être que les esclaves des Mégariens, prises de guerre légitimes. L’impression laissée par la documentation n’est pas du tout celle d’une Athènes désireuse de ramener en son sein un territoire et surtout une communauté vécus comme siens. Les Athéniens sont venus, selon les propres mots de Solon, “au pillage avec de folles espérances et chacun d’eux s’attendait à trouver la fortune” (fragment 34, lignes 1-2). Il s’agit même de la cause principale du conflit entre riches et pauvres. Avouons que l’on est assez loin de tout sentiment de fraternité athénienne, ou, à défaut, de la simple reconnaissance d’un passé commun avec la communauté dominée.

673. Sur le silence des sources à l’égard de l’épisode éleusinien : à suivre H. van Effenterre, Aristote aurait fait le choix délibéré – au nom d’un patriotisme athénien qu’on ne lui connaissait pas jusqu’ici – de passer sous silence le supposé épisode éleusinien. Cela implique tout d’abord qu’il en ait eu connaissance, c’est-à-dire que certaines de ses sources en aient fait état mais que l’ensemble de celles-ci aient disparu. C’est pourtant le même Aristote qui transmet le fragment 36 qui constitue la principale pièce à conviction de l’hypothèse éleusinienne. Comment croire qu’Aristote soit simultanément informé de l’épisode éleusinien, désireux de le passer sous silence pour cause de propagande pro-athénienne, et incapable de voir dans l’extrait qu’il cite une référence au dit épisode, et ce alors même que H. van Effenterre voit dans la Terre noire évoquée par Solon une allusion évidente à Éleusis, et dans la suite du texte solonien, une confirmation de cette allusion ? Aristote aurait ainsi le souci de dissimuler un épisode entachant l’histoire de la construction d’Athènes, tout en citant scrupuleusement un texte qui, à en croire H. van Effenterre, ne peut se comprendre que comme une référence à l’événement dont le philosophe est censé chercher à toute force à dissimuler l’existence ! Au total, une lecture éleusinienne de la libération des terres ne semble être assise que sur un dossier bien fragile.

68On le voit, l’historiographie solonienne n’est pas en manque d’imagination, et les horoi sont à l’image de cette vitalité, devenant successivement sous la plume des exégètes des bornes de réméré, des bornes seigneuriales, des limites de propriété privée ou publique, ou encore des bornes frontières. J’en resterai pour ma part à l’hypothèse classique qui ne voit dans ces bornes que des bornes hypothécaires, telles qu’on en connaît dans l’Athènes classique.

69Sur la question de la concentration foncière, de l’endettement paysan ou de la nature des horoi, il n’est pas de raison étayée de réfuter les informations fournies par Aristote et Plutarque. Les lectures à charge des sources tombent en général à plat. Il importe maintenant de revenir aux termes du débat, tels qu’ils sont définis par les Anciens.

V. Les termes du problème : Hektémores, pélates et thètes

  • 69 Pollux Onomasticon, 4.165 : ἑκτημορίοι δὲ οἱ πελάται παρά τοȋς Ἀττικοȋς ; Et 3.82 : πελάται δὲ καὶ (...)

70Aristote affirme que les hektémores sont aussi désignés sous le terme de pélates. Plutarque précise pour sa part qu’on les nomme par ailleurs thètes. Cette association entre hektémores, pélates et thètes est reprise par Pollux dans ses articles hektémorioi et pélatai69, dont on peut penser qu’ils sont directement inspirés des textes d’Aristote et Plutarque. Si l’on accepte les indications lexicales fournies ici, il faut donc proposer une définition des hektémores compatible avec leur condition de pélates et de thètes.

1. Qu’est-ce qu’un pélate ?

  • 70 Sur les pélates, cf. notamment l’étude récente de Bravo 1996, 268-289. Je remercie Andryzej Chanko (...)
  • 71 Eschyle, Les Perses, 49 ; Sophocle, Philoctète, 677 et 1164.

71Le terme de πελάτης dérive du verbe πελάζω qui signifie “approcher, s’approcher”70. Le pélate est donc “celui qui vient à proximité”, et par extension, “celui qui se trouve à côté”, en un mot le “voisin”. C’est dans ce sens qu’on le trouve employé dans les textes tragiques71. C’est à un sens un peu différent que semble recourir Platon dans l’Euthyphron, qui fournit à cette occasion la seule autre occurrence du mot dans un texte en prose d’époque classique : Euthyphron, jeune Athénien ami de Socrate, poursuit en justice son père pour homicide (phonos). Il explique à Socrate les circonstances du crime :

  • 72 Platon, Euthyphron, 4c-d.

“La victime était un pélate à mon service ; et, comme nous exploitions une terre à Naxos, nous l’employions là comme journalier (éthéteuen). Un jour, pris de vin, il eut une rixe avec un de nos serviteurs (oikétai) ; il l’égorge. Là-dessus, mon père lui fait lier les pieds et les mains, le fait jeter dans une fosse ; puis il envoie quelqu’un ici, pour demander à l’exégète ce qu’il devait faire. En attendant, il se désintéressait de l’homme ainsi lié, l’abandonnait comme un meurtrier qu’il était, se souciant peu qu’il mourût. Or, c’est ce qui arriva. La faim, le froid, les liens firent qu’il succomba, avant que l’envoyé ne revînt de chez l’exégète.”72.

  • 73 Andrewes 1982, 380-381.

72Le pélate est ici distingué des oikétai, des esclaves domestiques avec lesquels il a maille à partir : il s’agit donc très probablement d’un homme libre qui, ainsi que Platon l’indique, travaille comme thète (étheteuen) sur la propriété naxienne du père d’Euthyphron73. La fonction d’ouvrier agricole semble fréquemment endossée par ceux que l’on appelle pélates, ainsi qu’en atteste la scholie relative à ce passage (cf. document 6 : πελάται εἰσὶν οἱ παρὰ τοȋς πλησίον ἐργαζόμενοι καὶ θῆτες). La rareté du mot rend toute tentative de définition ardue, et ce d’autant plus que ses contextes d’apparition (poésie tragique/prose philosophique ; époque archaïque/époque classique) pourraient générer ou justifier de nombreuses acceptions différentes. Mais les quelques informations claires à notre disposition semblent cohérentes :

  • le pélate est (chez Aristote et Platon) quelqu’un qui travaille pour quelqu’un d’autre.
  • il est (chez Aristote et Platon) un homme dans une situation économique défavorable.
  • il est (chez les Tragiques) quelqu’un qui vit dans le voisinage.
  • il est (chez Platon) un homme de condition libre.
  • 74 Finley 1965, 169 ; Sakellariou 1979, 89 ; Andrewes 1982, 381. On a pu voir dans les pélates l’équi (...)

73La somme de ces indications pousse à dessiner un portrait du pélate comme d’un pauvre du voisinage, du village, de condition libre, qui assure sa subsistance en louant ses bras à un ou plusieurs propriétaires fonciers. Sa situation économique est fragile, et sa condition sociale peu enviable. Il gravite dans l’entourage d’un propriétaire foncier. Tous ces éléments contribuent à expliquer l’usage, dans les textes tardifs, du terme pélatès comme équivalent du latin cliens74.

74Pour Aristote, les hektémores sont aussi des pélates. Pour Platon, les pélates peuvent être des thètes. La boucle est bouclée par Plutarque qui affirme que les hektémores sont aussi des thètes. Les trois conditions semblent donc très entremêlées, ainsi qu’en attestent les lexicographes qui les définissent les unes par les autres.

2. Qu’est-ce qu’un thète ?

75Les hektémores sont donc des thètes, aux dires de Plutarque. M. Sakellariou propose pour expliquer cette conjonction de distinguer deux sens au mot thète :

  • un sens large désignant tous ceux n’ayant pas des ressources suffisantes.
  • un sens étroit désignant ceux qui louent leur travail pour vivre, qui sont salariés.
  • 75 Sakellariou 1979, 102.

76Les hektémores relèveraient du premier sens du mot, ce qui ferait d’eux un type de thètes parmi d’autres75. M. Sakellariou voit dans les hektémores des fermiers. La définition du terme de thètes qu’il offre, distinguant un sens étroit de manouvrier d’un sens plus large de nécessiteux, lui permet de rendre compatible la condition d’hektémore-fermier et celle de thète. On peine cependant à retrouver dans la documentation d’époque archaïque ces deux sens du terme thète. Les thètes apparaissent explicitement à quatre reprises dans les poèmes homériques, et à une occasion dans les Travaux et les Jours d’Hésiode :

  • Homère, Iliade, 21.442-60 : Poséidon et Apollon ont été thètes (théteusamen) au service de Laomédon le Troyen, durant une année, en échange d’un misthos convenu par les parties. Poséidon a, dans le cadre de sa fonction, bâti autour de Troie une muraille, Apollon a fait paître les bœufs de Laomédon. À l’issue de l’année de travail, Laomédon les prive de leur salaire et les chasse sous la menace76.
  • Homère, Odyssée, 4.642-7 : le prétendant Antinoos cherche à obtenir des informations sur le départ inopiné de Télémaque d’Ithaque, et notamment sur l’équipage qui l’a accompagné, envisageant qu’il soit parti avec des exairétoi d’Ithaque, c’est-à-dire des gens choisis à Ithaque par ses soins, des thètes, ou des esclaves (dmôès).
  • Homère, Odyssée, 11.488-91 : Achille, qu’Ulysse rencontre lors de sa descente aux Enfers, affirme qu’il préfèrerait être thète (théteuémen) au service d’un homme peu fortuné, pour qui il travaillerait la terre (éparouros), que de régner sur les morts.
  • Homère, Odyssée, 18.346-61 : le prétendant Eurymaque propose à Ulysse déguisé en mendiant de travailler comme thète pour lui (théteuémen) : il l’enverrait sur ses champs à l’autre bout d’Ithaque, afin de les dépierrer et d’y planter des arbres, en échange de quoi il recevrait le pain de tous les jours, le vêtement et les chaussures.
  • Hésiode, Les Travaux et les Jours, 602 : Hésiode invite son frère Persès à se munir, dès après la moisson, d’un thète sans oikos, d’une servante (érithon) sans enfant, et de nourrir un chien aux dents aiguës. Après que le fourrage et la litière auront été engrangés, les esclaves (dmôai) et les bœufs pourront se reposer.
  • 77 On peut considérer le cas de Poséidon comme relevant d’une activité agricole : en effet, transféré (...)
  • 78 M. I. Finley présentait déjà les thètes comme des “ouvriers indépendants, qui ne possédaient rien, (...)
  • 79 Ainsi que le relève M. N’Doye, le mot misthos est employé à neuf reprises dans l’épopée homérique, (...)

77Dans chacun des cinq cas, le ou les thètes concernés sont présentés, implicitement ou explicitement, comme des salariés, des misthôtoi. Ils sont explicitement occupés à des activités agricoles dans quatre des cinq cas77. On voit au travers de la mésaventure d’Apollon et Poséidon combien leur situation est précaire, et, au travers du vœu d’Achille, à quel point la condition de thète devait être peu enviée dans le monde des vivants. Mais, si dans les faits les thètes sont des miséreux confrontés à une précarité permanente, il ne semble pas que le mot renvoie en lui-même à cette précarité. Le thète est avant toute chose un manouvrier, quelqu’un qui travaille pour autrui. Le patron du thète est une figure omniprésente, commune à toutes les occurrences, qu’il s’agisse de Laomédon, Télémaque, d’un paysan anonyme (pour Achille), d’Eurymaque ou de Persès78. Chacun des contextes d’apparition des thètes dans les sources littéraires d’époque archaïque renvoie ainsi à l’employeur du thète, à celui qui lui verse salaire. La première condition du thète à l’époque archaïque est bien d’être un salarié, et on doit tenir pour infondée la définition de M. Sakellariou conduisant à s’affranchir de ce critère79. Un deuxième élément caractérise le thète : du fait de ce misthos, le thète est, quoi que libre, regardé comme en état de dépendance. S’il n’est pas un doulos au sens strict, n’appartenant pas corps et biens à un maître, le thète est cependant dans la douleia de son patron, dont il dépend pour sa survie quotidienne. Ainsi que l’a souligné M. N’Doye, on retrouve très explicitement cette double dimension de la condition de thète – salaire et dépendance – dans les scholies et notices lexicographiques éclairant le terme :

  • Scholie à l’Odyssée, 4.644 : οἱ ἐλεύθεροι μὲν μισθῷ δὲ δουλεύοντες.
  • Hésychios : θητεύει δουλεύει μισθῷ.
  • Souda : θῆτες, οἱ τροφῆς ἕνεκα δουλεύοντες.
  • Etymologicum Magnum : θής, ὁ ἐπὶ μισθῷ δουλεύων.

78Si l’on accepte les informations fournies par Aristote et Plutarque, et confirmées par les lexicographes, les hektémores sont donc simultanément des pélates et des thètes. Il s’agit donc d’hommes de condition libre mais dans une situation économique plutôt difficile, contraints de louer leurs bras au service d’un patron, ouvriers agricoles travaillant pour un propriétaire foncier dans le voisinage duquel ils vivent.

79Leur profil socio-économique étant précisé, il est nécessaire de revenir maintenant sur l’hektè qui fonde leur nom.

3. Que représente l’hektè ?

  • 80 Cataudella 1966.
  • 81 Will 1969, 104-116.
  • 82 Will 1969, 109-110.
  • 83 L’énorme majorité des commentateurs tient pour acquis que les ginoména désignent la récolte du bie (...)
  • 84 Will 1969, 109.
  • 85 Will 1969, 109.

80On a pu remarquer précédemment qu’Aristote suggère une identité de l’hektè et de la misthôsis, et présente cette dernière comme une échéance de la dette des hektémores. L’hektè serait donc, à le suivre, une forme de remboursement de la dette qui a conduit les hektémores à perdre leur terre et à être réduits à la condition de thètes. Dans le prolongement de l’idée d’une hektè destinée à rembourser la dette, M. Cataudella propose de voir dans l’hektè tôn ginoménôn, la sixième partie de la dette80. Les hektémores seraient dans cette perspective des individus endettés et remboursant leur dette en six échéances successives. Le terme de ginoména fait ici difficulté et a donné lieu à une critique en règle de l’hypothèse de M. Cataudella par E. Will81 : examinant dans le détail les textes où ginoménos/ on/ a apparaît dans un contexte impliquant une dette ou un dû, E. Will en vient à la conclusion que le vocable ta ginoména ne signifie jamais, de façon absolue, ‘la dette’, ce qui doit conduire à rejeter la lecture proposée par M. Cataudella et à revenir in fine “à ce que tout le monde a toujours entendu dans ces mots : ‘ils payaient la sixième partie des produits (sc. de leur fonds)’”82. Si on ne peut que se joindre à E. Will pour dénoncer la définition fautive des ginoména proposée par M. Cataudella, en revanche, le retour à la traduction de ‘produits’ne va pas de soi83. Parmi les occurrences sur lesquelles E. Will s’appuie pour mener à bien l’analyse sémantique de gignomai, plusieurs cas mettent en évidence l’emploi du mot pour désigner la part, “la quote-part à fournir ou à percevoir”84 : ta ginoména peut désigner une quote-part, le résultat d’une répartition, la part réclamée aux contributeurs ou distribuée aux ayant droit. Les hektémores sont des thètes. L’hektè versée au titre de leur dette pourrait être constituée du sixième de leur salaire, de la part qui leur échoit de la récolte à laquelle ils ont participé. Une autre hypothèse est cependant envisageable : ta ginoména peut désigner les intérêts d’un emprunt, le tokos qui s’ajoute au capital (archaion)85. Sur cette base, l’hektè pourrait désigner un sixième du total des intérêts dus pour l’année, ce qui constituerait un simple amendement de l’hypothèse de M. Cataudella, les ginomena ne désignant pas l’ensemble de la dette, mais le seul intérêt de la dette. Une telle traduction pose cependant une difficulté : elle conduit à tenir pour quantité négligeable les gloses lexicographiques et les scholies. En effet, Photios, Eusthate et un scholiaste de l’Euthyphron de Platon s’accordent pour voir dans le prélèvement en question une hektè tôn karpôn, un sixième des fruits : quels que soient les fruits dont il est question ici, ils désignent plus probablement les fruits de la terre que les intérêts de la dette.

81L’hypothèse rendant compte au mieux des informations contenues dans la documentation est donc la suivante : les hektémores sont des ouvriers agricoles endettés. Ils sont tenus de travailler au service de leur créancier, lequel opère, au titre de la dette, une retenue sur salaire. Ce salaire est, comme il se doit dans une économie non monétarisée, versé en nature, sous la forme d’une partie de la récolte : ce sont les ginoména ou les karpoi dont la documentation fait état. De ce salaire en nature, un sixième est rendu par l’hektémore, ou conservé par le propriétaire, en guise de remboursement de la dette.

4. De l’hypothèque sur la terre à la garantie sur la personne : deux étapes dans l’endettement

  • 86 Will 1962 et 1969 ; Hopper 1966, 139-146 ; Hammond 1966 et 1973. Will 1962 et 1969 ; Hopper 1966, (...)

82De nombreux commentateurs assimilent les hektémores à des paysans dont les terres sont hypothéquées : autrement dit, les hektémores seraient des petits propriétaires endettés, ayant gagé leur emprunt sur leur terre ou sur leur récolte86.

  • 87 Cf. notice épimortos.

83L’hypothèse n’est pas recevable dans la mesure où elle fait fi des informations fournies par Aristote et Plutarque : Aristote est on ne peut plus explicite quand il affirme que les hektémores travaillaient les terres des riches (ἠργάζοντο τῶν πλουσίων τοὺς ἀγρούς). Aristote, Plutarque et les lexicographes s’accordent, on vient de le voir, pour définir les hektémores comme des ouvriers agricoles. À moins d’entrer en contradiction avec l’ensemble de la documentation, on ne peut donc soutenir l’idée d’hektémores propriétaires de la terre sur laquelle ils travaillent. Les hektémores sont des manouvriers et il importe de les distinguer d’un autre type d’endettés : le type des petits paysans qui, en difficulté financièrement, ont dû hypothéquer leur terre, mais n’en sont pas encore venus à la perdre ou à aliéner leur force de travail. Ce sont deux phases successives et distinctes du processus d’endettement. Si les hektémores ont pu être des propriétaires fonciers, ils ne le sont pas ou plus quand ils vivent sous la condition d’hektémores, laquelle implique de travailler sur la terre d’autrui87.

5. L’hektémorat : une forme possible de remboursement

84La distinction entre deux types d’endettés faite par Plutarque trouve ainsi une explication. Pour tous ceux ayant hypothéqué et perdu leurs biens, leur terre, une alternative se présente :

  • soit l’endetté travaille comme thète au service de son créancier et rembourse sa dette par le biais de l’hektè. Chacun de ses salaires est donc grevé d’une retenue d’un sixième. Sa condition peut être vécue et regardée comme une douleia, une forme de dépendance, et est décrite ainsi par Aristote.
  • soit l’endetté cherche une solution extérieure à son créancier, et s’engage à respecter un échéancier de remboursement différent. Ceux qui font ce choix évitent d’entrer trop loin dans la dépendance du créancier, mais courent le risque de ne pas parvenir à réunir le nécessaire pour chaque échéance, et, par voie de conséquence, d’être saisis en gage et vendus comme esclaves.

85Il serait imprudent de considérer que les paysans endettés peuvent choisir librement l’une ou l’autre des possibilités. Le rapport de force avec le créancier, les recours extérieurs, les perspectives de travail à court terme, doivent peser lourdement dans la balance, et l’endetté n’agit probablement jamais comme un agent économique. Dans un cas le remboursement de la dette est pour l’essentiel contrôlé par le créancier, quand dans l’autre il est laissé à l’entière discrétion du débiteur. Cette dernière solution semble générer davantage d’incidents de remboursement, ce qui explique le léger décalage des versions d’Aristote et Plutarque :

  • Aristote affirme de son côté que les prêts étaient pour tous gagés sur la personne et que les hektémores étaient susceptibles d’être saisis comme esclaves.
  • Plutarque distingue les hektémores de ceux qui gageaient leurs prêts sur la personne et encouraient le risque de l’esclavage.
  • 88 Contra M. Austin qui considère que les hektémores ne sont pas endettés : il distingue, en effet, l (...)

86L’un et l’autre ont raison : de jure, les deux catégories d’endettés sont également saisissables en cas de défaut de remboursement, hektémores ou non, ainsi que l’affirme Aristote ; de facto, la deuxième catégorie s’expose beaucoup plus que la première à des saisies sur corps, contraste que souligne à sa manière Plutarque88. Ceux qui deviennent hektémores bénéficient d’une position plus sûre, en ce qu’elle garantit mieux un remboursement régulier et permet de se prémunir de l’asservissement, mais aussi probablement plus coûteuse en intérêts. Ceux qui ne deviennent pas hektémores doivent réunir par eux-mêmes et dans les délais requis les montants exigés. Les intérêts sont sans doute plus bas, mais les risques de non-paiement et d’asservissement beaucoup plus élevés.

87Pour ce qui concerne les seuls hektémores, il est difficile d’affirmer catégoriquement que le recouvrement complet de l’emprunt conduisait à l’interruption de l’hektè. On imagine plus aisément l’hektè fonctionnant comme une forme de loyer perpétuel de la dette dont le capital resterait dû (sauf à être remboursé en une fois, ce qui semble complètement irréalisable pour les pauvres hères que sont les hektémores), garantissant par là même au créancier le maintien à sa disposition d’une main d’œuvre corvéable. Une telle pratique expliquerait d’autant mieux le sentiment de servitude du démos relayé par Aristote, mais aussi le refus de certains de devenir hektémores. L’assimilation aristotélicienne de l’hektè à la misthôsis peut se comprendre en ce sens : le sixième devait faire figure de véritable loyer, non pas de la terre, mais de la dette en cours.

  • 89 Kahrstedt 1922, 57 ; de même Busolt & Swoboda 1926, 779-781.
  • 90 L’idée avait déjà été pressentie par Finley 1965.

88U. Kahrstedt avait proposé d’assimiler les hektémores à des hilotes89. L’hypothèse est sans doute abusive du point de vue statutaire comme du point de vue ethnique, mais elle a le mérite de poser le problème en termes de main d’œuvre agricole. Le développement de l’esclavage-marchandise à Athènes, qui existe déjà bien avant les réformes soloniennes, peut avoir partie liée avec la disparition de l’hektémorat et donc de l’alternative que les hektémores constituaient à une main d’œuvre servile90.

Conclusion : Solon et les dettes

89In fine, la seisachtheia solonienne doit se comprendre avant tout comme une réponse au problème de l’endettement de la petite paysannerie athénienne au viie siècle a.C. Les différentes mesures de Solon participent toutes, chacune à son niveau, de la volonté de Solon de résoudre cette question, qu’il s’agisse de libérer les terres hypothéquées, d’effacer les dettes – quelle que soit la garantie sur laquelle elles sont appuyées –, de mettre fin à la pratique des gages sur la personne – qui va perdurer dans d’autres cités à l’époque classique, ainsi qu’en atteste le code de Gortyne –, ou de ramener au sein de la communauté athénienne les victimes les plus touchées par cette spirale de l’endettement, à savoir les Athéniens asservis et dispersés autour de l’Égée.

90L’hektémorat n’apparaît plus ensuite, il semble avoir disparu. Mais aucune mesure solonienne, alors que l’on dispose d’une liste très longue en la matière, ne rapporte cette suppression. À cela une raison : la disparition de l’hektémorat est une disparition de fait, consécutive à l’annulation des dettes et à l’interdiction des prêts gagés sur la personne. On peut ajouter que le silence assourdissant du poète Solon sur la question de l’hektémorat ne doit pas étonner davantage : si le réformateur est intervenu pour mettre fin à cette forme raffinée d’exploitation, le poète n’a pas jugé bon de préciser les détails de la situation dans le texte de ses poèmes. Les grandes causes ont leur place dans les Élégies, bien plus que les retards de paiement ou les saisies sur gage.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Andrewes, A. (1982) : “The Growth of the Athenian State. IV. Solon”, Cambridge Ancient History, III, 3, Cambridge, 377-382.

Ausidio, G. (1993) : Les Français d’hier. I. Des paysans xve- xixe siècles, Paris.

Austin, M. et P. Vidal-Naquet (1992 [1972]) : Économies et sociétés en Grèce ancienne, Paris.

Baurain, Cl. (1997) : Les Grecs et la Méditerranée orientale. Des “siècles obscurs” à la fin de l’époque archaïque, Paris.

Biscardi, E. (1984) : “Nota minima sugli ‘ectemori’”, Aux origines de l’hellénisme. La Crète et la Grèce. Hommages à Henri van Effenterre, Paris, 193-197.

Bravo, B. (1996) : “Pelates. Storia di una parola e di una nozione”, PP, 51, 268-289.

Busolt, G. et H. Swoboda (1926) : Griechische Staatskunde, Münich.

Càssola, F. (1964) : “Solone, la terra, e gli ectemori”, PP, 19, 27-68.

— (1965) : “Sull’alienabilità del suolo nel mondo greco”, Labeo, 11, 206-219.

— (1973) : “La proprietà del suolo in Attica fino a Pisistrate”, PP, 28, 75-87.

Cataudella, M. (1966) : Atene fra il VII e il VI secolo. Aspetti economici e sociali dell’Attica arcaica, Catane.

Descat, R. (1990) : “De l’économie tributaire à l’économie civique : le rôle de Solon”, Mélanges P. Lévêque, vol. V, Paris, 85-100.

Ferrara, G. (1960) : “Su un’interpretazione delle riforme di Solone”, PP, 15, 20-39.

— (1964) : La politica di Solone, Naples.

Fine, J. V. A. (1951) : Horoi. Studies in Mortgage, Real Security and Land Tenure in Ancient Athens, Hesperia, Suppl. 9.

Finley, M. I. (1951) : Land and Credit in Ancient Athens, 500-200 B. C., The Horos-Inscriptions, New-Brunswick.

— (1983 [1954]) : Le Monde d’Ulysse, Paris (trad. fr.).

— (1984 [1953]) : “La terre, les dettes et le propriétaire foncier dans l’Athènes classique”, Économie et société en Grèce ancienne, Paris, 120-142 = “Land, Debt and the Man of Property in Classical Athens”, Political Science Quarterly, 68, 1953, 249-268.

— (1965) : “La servitude pour dettes”, RHDFE, 43, 159-184.

— (1970) : “L’aliénabilité de la terre en Grèce ancienne : un point de vue”, AESC, 25, 1271-1277.

— (1975 [1973]) : L’économie antique, Paris.

Foxhall, L. (1992) : “The Control of the Attic Landscape”, in : Wells 1992, 155-159.

French, A. (1956) : “The Economic Background to Solon’s Reforms”, CQ, 6, 11-25.

Fritz, K. von (1940) : “The Meaning of the Hektemoros”, AJP, 61, 54-61.

— (1943) : “Once More the Hektemoroi”, AJP, 64, 24-43.

Gallant, T. W. (1982) : “Agricultural systems, land tenure and the reforms of Solon”, ABSA, 77, 111-124.

Hammond, N. G. L. (1961) : “Land tenure in Attica and Solon’s seisachtheia”, JHS, 81, 76-98.

— (1973) : “Land and Society in the Athens of Solon”, Studies in Greek History, Oxford, 104-144.

Harding, Ph. (1974) : “Androtion’sview and Solon’s seisachtheia”, Phoenix, 28, 282-289.

— (1994) : Androtion and the Atthis, Oxford.

Harris, E. M. (2002) : “Did Solon abolish debt-bondage”, CQ, 52, 2, 415-430.

Hopper, J. R. (1966) : “The Solonian ‘Crisis’”, Ancient Society and Institutions, Studies V. Ehrenberg, 139-146.

Kahrstedt, U. (1922) : Griechische Staatsrecht, I, Göttingen.

Lévy, E. (1973) : “Réformes et dates de Solon. Réponse à F. Cassola”, PP, 28, 88-91.

Lewis, N. (1941) : “Solon’s Agrarian Legislation”, AJP, 62, 144-156.

L’homme-Wéry, L.-M. (1996) : La perspective éleusinienne dans la politique de Solon, Genève.

Lohmann, H. (1993) : Atene. Forschungen zur Siedlungsgeschichte und Wirtschaftsstruktur des klassischen Attika, Cologne - Weimar - Vienne - Bölhau.

Martina, A. (1968) : Solon. Testimonia veterum, Rome.

Millett, P. (1982) : “The Attic Horoi Reconsidered in the Light of Recent Discoveries”, Opus, I, 219-249.

Mossé, Cl. (1979) : “Les dépendants paysans dans le monde grec à l’époque archaïque et classique”, in : Terre et paysans dépendants dans les sociétés antiques. Colloque international, Besançon, 2/3 mai 1974, Paris, 85-97.

Murray, O (1995 [1978]) : La Grèce à l’époque archaïque, Toulouse.

N’Doye, M. (1993) : “Hôtes, thètes et mendiants dans la société homérique”, in : Mélanges P. Lévêque, vol. VII, Paris, 261-271.

Rihll, T. E. (1991) : “Eκτήµοροι : partners in crime ?”, JHS, 111, 101-127.

Rosivach, V. J. (1992) : “Redistribution of land in Solon, fragment 34 West”, JHS, 112, 153-157.

Ruschenbusch, E. (1966) : Ʃόλωνος νόµοι. Die Fragmente des solonischen Gestzeswerkes mit einer Text-unt Überlieferungsgeschichte, Historia Einzelschriften, Heft 9, Wiesbaden.

Sakellariou, M. (1979) : “Les hektémores”, in : Mossé 1979, 99-113.

van Effenterre, H. (1977) : “Solon et la terre d’Eleusis”, RIDA, 24, 91-130.

Wells, B. éd. (1992) : Agriculture in Ancient Greece. Proceedings of the Seventh International Symposium at the Swedish Institute at Athens, 16-17 May 1990, Stockholm.

Will, E. (1962) : “La Grèce archaïque”, in : Actes de la Deuxième Conférence Internationale d’Histoire Économique, Aix-en-Provence, 41-90.

— (1967) : “Bulletin historique”, RH, 238, 377-452.

— (1969) : “Soloniana. Notes critiques sur des hypothèses récentes”, REG, 82, 104-116.

Woodhouse, W. J. (1938) : Solon the Liberator. A Study of the Agrarian Problem in Attika in the Seventh Century, Oxford.

Notes

1 Je tiens à remercier l’ensemble des participants de la journée d’étude du 27 juin 2005 durant laquelle cette communication a été présentée pour la première fois et plus particulièrement Jacques Oulhen, Florian Mazel et Francis Prost, qui ont accepté de relire une première version de ce texte. Leurs remarques et réactions m’ont été précieuses.

2 Andrewes 1982, 378 ; les fragments des Élégies de Solon transmis par la tradition littéraire ne laissent pas apparaître le terme, ce qui a conduit certains commentateurs à lui retirer toute valeur historique.

3 van Effenterre 1977, 94.

4 Il en résulte que toute publication relative aux soloniana est, par définition, incomplète du point de vue historiographique. La communication présente ne fait pas exception à la règle.

5 L’ensemble des témoignages relatifs à Solon a été rassemblé par Martina 1968. Pour les passages relatifs à la seisachtheia, cf. p. 141-147 ; signalons l’ouvrage toujours très utile de Ruschenbusch 1966.

6 Les deux auteurs ont d’ailleurs été à plus d’une reprise opposés l’un à l’autre par les commentateurs, ce que le contenu de leurs développements respectifs n’obligeait pas à faire, on le verra (e. g. Hammond 1961 et 1973 ; Biscardi 1984). Sur les points communs d’Aristote et Plutarque, cf. notamment Sakellariou 1979, 102 sq.

7 Je n’ai relevé que deux véritables exceptions à cette règle : Sakellariou 1979 et Andrewes 1982.

8 La notice donnée ici est celle de Photios. Les notices de Pausanias et du scholiaste sont, à peu de chose près, identiques :
- Pausanias le Grammairien :
Πελάται · οἱ παρὰ τοȋς πλησίον ἐργαζόμενοι καὶ θῆτες · οἱ αὐτοι δὲ καὶ ἑκτήμοροι, ἐπεὶ τῷ ἕκτῳ μέρει τῶν καρπῶν εἰργάζοντο τὴν γῆν.
- Scholie à Platon, Euthyphron, 4c :
πελάται εἱσὶν οἱ παρὰ τοȋς πλησίον ἐργαζόμενοι καὶ θῆτες · οἱ αὐτοὶ καὶ ἑκτήμοροι, ἐπειδή τῷ ἕκτῳ μέρει τῶν καρπῶν εἰργάζοντο τὴν γῆν.

9 Will 1969, 105 ; de même, opinion commune résumée par Descat 1990, 93 : “les hektémores sont des anciens (petits) propriétaires qui, s’étant endettés auprès des riches et ne pouvant les rembourser, ont engagé leurs terres et par étapes se sont retrouvés dans l’obligation de cultiver ces mêmes terres devenues propriétés des créanciers contre une redevance d’une hektè. L’étape finale devient alors pour certains la servitude complète”.

10 Plut., Solon, 13, 4. Parmi les partisans de cette interprétation : French 1956, 16 ; Finley 1965, 169 ; Will 1967, 421.

11 Murray 1978, 205 ; Descat 1990, 93 ; dans une même perspective H. van Effenterre : “le nom évoque une sixième part de la récolte. Cette part est radicalement insuffisante si elle doit faire vivre le cultivateur et sa famille ; elle est trop aisément supportable, même pour de petites propriétés, si elle correspond à une rente foncière, quelle qu’en soit la cause” (van Effenterre 1977, 102) ; de même Andrewes 1982, 379 : “one sixth is an improbably low rate for share-cropping”, et plus loin : “it is hard enough to see why any rich man should lend to the poor for so slight a return, and still harder to see why so many should have adopted an identical rate that their debtors acquired this specific designation”.

12 Parmi les partisans, rares, de cette seconde interprétation : Woodhouse 1938 ; Biscardi 1984.

13 On pourra remarquer que, à lire les notices lexicographiques du dossier solonien, l’impression qui domine est celle d’une tentative par les lexicographes de définir un terme qu’ils ne comprennent pas au départ, et à propos duquel ils ne disposent que d’un très petit nombre d’informations. Les tentatives de définition ont en conséquence un fondement essentiellement étymologique, à défaut de mieux. Au vu de leurs conditions de rédaction, on se gardera donc d’attribuer a priori à ces notices plus de valeur qu’aux pages d’Aristote et Plutarque.

14 Pollux, Onomasticon, 7.151.

15 La définition de tétrachizein proposée par Pollux se retrouve à l’identique chez Zonaras, Photios, Hésychios et dans l’Etymologicum Magnum. L’adverbe tétracha ou tétrachè, ‘en quatre’, est d’emploi fréquent dans les sources littéraires : e. g. Homère, Iliade, 3.63 ; Odyssée, 9.71 ; Platon, Gorgias, 464c ; Xén., Helléniques, 5.2.7.

16 Sur ce point, voir e. g. Audisio 1993, 145-146.

17 Arist., Constitution des Athéniens, 2.2. Une expression quasiment identique est employée en 4.5.

18 French 1956 ; Will 1962.

19 Murray 1978, 205 ; de même van Effenterre 1977, 100-101.

20 Rihll 1991.

21 Lohmann 1993.

22 Foxhall 1992.

23 Will 1967, 422. Cet élément affaiblit considérablement la position de ceux qui ne voient dans le slogan de la redistribution des terres qu’une incise anachronique, caractéristique du climat économique de l’Athènes classique (Rosivach 1992, 153-157).

24 Finley 1965, 169 n. 36.

25 Sakellariou 1979, 100.

26 Finley 1965, 168 ; A. Andrewes souligne que l’emploi d’edouleuon dans un tel contexte “cannot mean literal slavery” (Andrewes 1982, 378).

27 De même Will 1969, 106 : “ἕκτα τῶν γινομένων est la définition théorique (une proportion) de la μίσθωσις dont parle Aristote”.

28 Un résumé utile de la thèse de Woodhouse 1938 dans Lewis 1941, 144-146 (voir aussi la mise au point de méthode de Fritz 1943, 24-43, prolongement de Fritz 1940). Sur la postérité de la thèse de W. J. Woodhouse, cf. Will 1962, 66 et n. 1.

29 Woodhouse 1938, 150.

30 Woodhouse 1938, 160.

31 Cette critique a déjà été formulée par Lewis 1941, 147.

32 De même E. Will souligne que, dans l’hypothèse de l’inaliénabilité de la terre, “d’authentiques pratiques hypothécaires, ou même la ‘vente à réméré’ (prasis épi lusei) seraient inconcevables” (Will 1967, 422).

33 Will 1962, 66.

34 Arist., Constitution des Athéniens, 6.1.

35 Descat 1990, 92.

36 Descat 1990, 91 ; une remarque similaire dans Will 1967, 423 n. 1.

37 Descat 1990, 92.

38 Descat 1990, 95-97.

39 Descat 1990, 92.

40 Descat 1990, 91-92.

41 Descat 1990, 96 évoque ainsi “la transformation des pelatai en un véritable démos ‘libre’”.

42 Plut., Solon, 15.3-5 (traduction modifiée de R. Flacelière, E. Chambry et M. Juneaux) = FGrHist 324 F 34 = Harding F 34 (Harding 1994, 68 et 129-33).

43 Harding 1974, 282-289.

44 Cf. e. g. Andrewes 1982, 379 ; un état et une bibliographie de la question dans Harding 1974.

45 Harding 1974, 287-288 ; de même Harding 1994, 13-28, 51-52, 133. C’est à un type identique d’argument idéologique qu’a recours H. van Effenterre dans son interprétation éleusinienne de la seisachtheia. Cf. infra.

46 Harding 1974, 288.

47 Harding 1974, 289.

48 Arist., Constitution des Athéniens, 12.4. La citation est reprise à l’identique par Plut., Solon, 15.6.

49 Plut., Solon, 15.2-6.

50 On traduit souvent la chréôn apokopè par ‘abolition des dettes’ (e. g. Finley 1984 [1953], 121 et Finley 1970, 147 ; Austin & Vidal-Naquet 1992 [1972], 237 ; Mossé 1979, 90 ; Harris 2002, 415). L’expression est malheureuse dans la mesure où une abolition implique que l’institution ou la pratique abolie ne puisse plus être mise en application, alors qu’il ne s’agit ici que de remettre les compteurs à zéro, sans pour autant que la possibilité d’emprunter et de s’endetter ne disparaisse. Seule la garantie sur la personne de l’emprunteur est abolie. Les dettes, quant à elles, sont annulées.

51 Cf. notamment Fine 1951, Finley 1951, Millett 1982.

52 Cf. infra.

53 French 1956, 16-18 ; contra Ferrara 1960, 20-39 et Ferrara 1964.

54 French 1956, 18.

55 On peut ajouter aux hypothèses de Woodhoouse et French, celle de Will et Hopper qui consiste à faire porter les bornes non sur la récolte mais sur la terre produisant celle-ci. Ce qui revient au même mais permet de réintégrer l’hypothèse de l’inaliénabilité de la terre (Will 1962 et 1967 ; Hopper 1966).

56 La même idée revient à plusieurs reprises sous la plume de F. Càssola : Càssola 1964, Càssola 1965 et Càssola 1973 ; contra Lévy 1973, 88-91.

57 Gallant 1982, 124.

58 Andrewes 1982, 380 : “it is not hard to imagine that powerful and enterprising families found it possible to assign plots of land hitherto untilled to pioneers on the basis that, once established, they should pay a proportion of the crop to the noble who had assigned the plot. One sixth, implausible as interest on a loan, makes more sense if the land previously produced no return at all”.

59 Rihll 1991, 115 sq.

60 Rihll 1991, 116 n. 101.

61 Rihll 1991, 125.

62 van Effenterre 1977, suivi prudemment par Baurain 1997, 461 et 489, et moins prudemment par L’homme-Wéry 1996.

63 van Effenterre 1977, 107.

64 van Effenterre 1977, 103.

65 van Effenterre 1977, 104-105.

66 van Effenterre 1977, 121.

67 van Effenterre 1977, 123-5.

68 van Effenterre 1977, 111.

69 Pollux Onomasticon, 4.165 : ἑκτημορίοι δὲ οἱ πελάται παρά τοȋς Ἀττικοȋς ; Et 3.82 : πελάται δὲ καὶ θῆτες ἐλευθέρων ἐστὶν ὀνόματα διὰ πενίαν ἐπ’ ἀργυρίῳ δουλευόντων.

70 Sur les pélates, cf. notamment l’étude récente de Bravo 1996, 268-289. Je remercie Andryzej Chankowski pour m’avoir signalé cette référence.

71 Eschyle, Les Perses, 49 ; Sophocle, Philoctète, 677 et 1164.

72 Platon, Euthyphron, 4c-d.

73 Andrewes 1982, 380-381.

74 Finley 1965, 169 ; Sakellariou 1979, 89 ; Andrewes 1982, 381. On a pu voir dans les pélates l’équivalent athénien des périèques, gens vivant “à côté”, sur lesquels un tribut aurait été prélevé (Descat 1990, 95).

75 Sakellariou 1979, 102.

76 Une anecdote de même type est racontée par Hérodote, Histoires, 8.137 : trois frères, descendants de Téménos, louèrent leurs services au roi de Lébaia, gardant ses chevaux, ses bœufs et son petit bétail. Le roi leur signifiant leur congé, les trois hommes lui réclament en vain leur misthos.

77 On peut considérer le cas de Poséidon comme relevant d’une activité agricole : en effet, transférée dans un monde non héroïque, la tâche de Poséidon consisterait en un travail d’enclosure des terres, de construction ou de consolidation d’un muret de séparation.

78 M. I. Finley présentait déjà les thètes comme des “ouvriers indépendants, qui ne possédaient rien, travaillaient à gage, et mendiaient ce qu’ils ne pouvaient dérober” (Finley 1983 [1954], 67).

79 Ainsi que le relève M. N’Doye, le mot misthos est employé à neuf reprises dans l’épopée homérique, dont sept sont en relation avec un travail de thète (N’Doye 1993, 269 et n. 68).

80 Cataudella 1966.

81 Will 1969, 104-116.

82 Will 1969, 109-110.

83 L’énorme majorité des commentateurs tient pour acquis que les ginoména désignent la récolte du bien fond sur lequel l’hektémore est fermier : e. g. Mossé 1979, 89.

84 Will 1969, 109.

85 Will 1969, 109.

86 Will 1962 et 1969 ; Hopper 1966, 139-146 ; Hammond 1966 et 1973. Will 1962 et 1969 ; Hopper 1966, 139-146 ; Hammond 1966 et 1973. Contra Sakellariou 1979, 104.

87 Cf. notice épimortos.

88 Contra M. Austin qui considère que les hektémores ne sont pas endettés : il distingue, en effet, la situation des hektémores, “passibles d’être vendus comme esclaves en cas d’insolvabilité”, de la situation de la masse des Athéniens, “esclaves pour dettes” (Austin & Vidal-Naquet 1992 [1972], 77).

89 Kahrstedt 1922, 57 ; de même Busolt & Swoboda 1926, 779-781.

90 L’idée avait déjà été pressentie par Finley 1965.

Auteur

CRESCAM - Université Rennes 2

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540