Version classiqueVersion mobile

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Première partie. Les faits

L’image du prince et sa petite patrie dans le cadre des provinces occidentales sous le Haut-Empire

Sabine Lefebvre

Texte intégral

Je remercie vivement A. Caballos Rufino (Université de Séville) et G. Di Vita-Évrard (CNRS) qui ont eu la gentillesse de relire ce travail, et qui m’ont permis de nuancer certains propos concernant Italica et Lepcis Magna qu’ils connaissent si bien ; les erreurs qui pourraient subsister ne leur sont bien entendu pas imputables.

  • 1 Je n’ai bien évidemment pas retenu le cas de Claude, né à Lyon, mais dont la patria est Rome, même (...)

1La transmission de l’image du prince est mise en scène à Rome où la propagande est élaborée dans le cadre du consilium impérial. Mais comment ce discours est-il reçu dans la cité ou la province d’origine du prince, dans sa “petite patrie”, quand celui-ci est un provincial d’Occident ? le discours est-il amplifié ? différent ? Sur quels supports s’exprime-t-il ? Les provinces occidentales comportent au Haut-Empire, principalement au iie s., les patriae de quatre empereurs1, deux en Bétique – Trajan et Hadrien à Italica –, un en Narbonnaise – Antonin à Nîmes – et le dernier, Septime Sévère, en Africa, à Lepcis Magna. Les attitudes des compatriotes de ces princes – co-citoyens et co-provinciaux – en fonction des relations établies d’une part avant l’accession au trône de ces derniers, d’autre part pendant leur règne, et enfin après leur mort peuvent être une indication de la diffusion et de la construction de l’image impériale.

Les princes avant leur règne et leur cité d’origine

2Les quatre princes retenus ne sont pas nés dans la pourpre, et ce n’est qu’à l’âge adulte, alors que leur carrière avait été bien engagée, qu’ils sont devenus empereur. Avant leur accession au trône, ils ont donc eu une vie de simple particulier, même si leur statut social – ils sont membres de l’ordre sénatoral – les place parmi les élites impériales. Et c’est au cours de ces années que les relations des princes et de leur patria ont eu l’occasion de se construire.

  • 2 Hérodien 2.9.2 : Σεβῆρος, ἄνὴρ τò μὲν γένος Λίβυς ; Aurelius Victor 20.19 : Quin etiam Tripoli, cu (...)
  • 3 Aurelius Victor 13.1 : Namque Vlpium Traianum Italica, urbe Hispaniae, ortum ; Eutrope 8.6.1 : nat (...)
  • 4 Caballos Rufino 1989, 14.

3Parmi les quatre princes, rares sont ceux qui sont nés dans leur patria, le lieu de naissance étant souvent lié aux aléas de la carrière du père. On peut bien évidemment évoquer le cas de Septime Sévère, dont plusieurs auteurs mentionnent la ville natale, Lepcis Magna, en Africa2. Mais Trajan également semble être né dans sa patria3, où ses familles paternelle et maternelle sont solidement implantées4.

  • 5 SHA, Vita Hadr., 1.3 : Natus est Romae ; cf. Kornemann 1905, 8 ; Syme 1964, 142 ; Canto 1981, 148, (...)
  • 6 Eutrope 8.6.1 : Natus et ipse Italicae in Hispania. Cf. Weber 1907, 14 ; Orgeval 1950, 17 ; Bejara (...)
  • 7 SHA, Vita Ant., 1.8 : Ipse Antoninus Pius natus est… in uilla Lanuuina.

4Mais, pour d’autres, la naissance et la petite enfance ont eu lieu ailleurs ; c’est ainsi qu’Hadrien est né à Rome5, bien que certains auteurs aient estimé pendant longtemps qu’il était né à Italica6. Antonin quant à lui est né à Lanuvium7.

5Les liens noués ne datent donc pas forcément de la petite enfance, mais ils peuvent être liés à une présence familiale forte et durable.

  • 8 Ibid., 1.1 : Tito Aurelio Fuluo Boionio Antonino Pio paternum genus e Gallia Transalpina, Nemausen (...)
  • 9 Arrius Antoninus (PIR2, A, 1086).
  • 10 SHA, Vita Ant., 1.1 : auus Titus Aurelius Fuluus… ad secundum consulatum.. peruenit.
  • 11 SHA, Vita Ant., 1.4 : auia materna Boionia Procilla. Cf. PIR2, B, 142 ; FOS, 148.
  • 12 Chastagnol 1994, 85, note 2.

6Les situations sont très variées quant à l’ancienneté de la famille des princes retenus dans leur patria, mais aussi quant à la permanence de ces relations. Antonin entretient des liens plutôt lointains avec la patria familiale, Nîmes. En effet, son origine provinciale est bien connue8, mais son grand-père maternel9 a sans doute quitté la province de Narbonnaise depuis déjà longtemps pour faire carrière à Rome : ayant accédé au Sénat avant 62, il est consul bis en 8510, quelques mois avant la naissance du futur Antonin. Les Boionii, famille de sa grand-mère maternelle11 pourraient également être d’origine celtique12.

  • 13 Cf. Annexe 1 : “Stemma simplifié des Aelii et des Vlpii”.
  • 14 Blanco Freijero 1982, 293 ; Barnes 1967, 87 ; Castillo 1982, 475 ; Ead. 1990, 136 ; Ead. 1993a, 36
  • 15 Pseudo Aurelius Victor 13.1 : Vlpius Traianus ex urbe Tudertina, Vlpius ab auo dictus, Traianus a (...)
  • 16 Aurelius Victor 13.1 : amplissimi ordinis tamen, atque etiam consulari loco ; Eutrope 8.2.1 : fami (...)
  • 17 ILS, 8970 Milet : […. M(arcum) Vlp]ium Traianum co(n)s(ulem), lega[tum imp(eratori) Titi C]aes[ari (...)
  • 18 CIL, II, 1157 (ILER, 4089) = ERIT, 154 = CILA, II, 488 : M. Vlpius Heuretus ; ILER, 6105 = ERIT, 1 (...)
  • 19 Castillo 1993a, 36. Pour Caballos 1989, de Trea.
  • 20 Gil 1986 (AE, 1987, 494) ; Amores Carredano et Rodríguez Hidalgo 1986 ; Caballos Rufino 1987, en p (...)
  • 21 Castillo 1993, 85.
  • 22 AE, 1978, 402 = ERIT, 49 = CILA, II, 383 Italica, orchestre du théâtre. Cf. Canto 1981, mais avec (...)
  • 23 FOS, 521.
  • 24 Castillo 1993a, 39 ne retient pas cette hypothèse. Cf. FOS, 521.
  • 25 PIR2, B, 55.
  • 26 Par exemple, CIL, II, 1133 Italica : C. Marcius Apilus, magister larum Augustorum et genii Caesari (...)

7Les princes hispaniques sont quant à eux tous deux issus de familles originaires d’Italie13 : la gens Vlpia est issue d’une émigration italienne ancienne14, plus précisément de Tuder en Ombrie15, et a, entre autres, donné les empereurs Trajan et Hadrien, petit-fils d’Vlpia Plotina. Mais, avant eux, plusieurs membres de la famille étaient entrés dans l’ordre sénatorial, comme M. Vlpius Traianus, père du futur prince et premier consulaire de la famille16 ; il géra entre autres sa province de Bétique avant 7017. D’autres Vlpii sont connus18 à Italica. L’autre gens ascendante du côté paternel de Trajan est la Traia qui est également originaire d’Italie19, du Picenum, et qui s’est installée très tôt en Hispania Vlterior. En effet, est connue une inscription provenant d’Italica et datée de l’époque augustéenne qui mentionne M. Trahius C. f.20, un magistrat local. Peu après21, peut être placé C. T[itius] C. f. Pollio, duumuir, sans doute le parent de son collègue, L. Blattius L. f. Traianus Pollio22. Quant à la mère de Trajan, Marcia ( ?)23 son origine n’est pas connue, même si certains la rattachent24 au consul de 52, Q. Marcius Barea Soranus25. Il paraît cependant plus raisonnable de faire de sa famille une famille hispanique, d’autant plus que des Marcii sont connus en Bétique26.

  • 27 Gel., Noctes Atticae, 16.13.4. Cf. Birley 1997, 12
  • 28 SHA, Vita Hadr., 1.1 : Origo imperatoris Hadriani uetustior a Picentibus… manat si quidem ortos (...)
  • 29 SHA, Vita Hadr., 1.1 : posterior ab Hispaniensibus manat… maiores suos apud Italicam Scipionum tem (...)
  • 30 Il est dit compatriote de Trajan : Aurelius Victor 13.11 : ascito prius ad imperium Hadriano ciui (...)
  • 31 CIL, III, 550 = IG, II2, 3286 (ILS, 308) Athènes : P(ublio) Aelio P(ublii) f(ilio) Serg(ia) Hadria (...)
  • 32 PIR2, A, 185 ; Castillo 1982, 488-489, no 4 ; Caballos Rufino 1988, 16-17, no 1 ; Id. 1990, 44-45, (...)
  • 33 Syme 1964, 144.
  • 34 Comme le rappelle Di Vita-Évrard 1999, 27.
  • 35 Étienne 1965, en particulier 60-61, no 5 ; 67, no 19 ; Castillo 1982, 487 mentionne au moins quatr (...)
  • 36 PIR2, D, 185 ; FOS, 330 ; Raepsaet-Charlier 1993, 263-264, avec les nouvelles propositions.
  • 37 Selon la SHA, Vita Hadr., 1.2.
  • 38 SHA, Vita Hadr., 1.2 : mater Domitia Paulina Gadibus orta. Cf. Birley 1997, 10-11 ; Caballos Rufin (...)
  • 39 Selon Di Vita-Évrard, 1999.
  • 40 Syme 1964, 145 ; Castillo 1982, 467 ; 474 ; 501-503, no 47, 47a, 48, 49 ; Castillo 1990, 143-146 ; (...)
  • 41 Mais pas avant les mariages des enfants d’Annius Verus, cos III selon Di Vita-Évrard 1999, 32 ; so (...)

8Quant à la gens Aelia, famille paternelle d’Hadrien27, elle est originaire d’Italie28, comme les Vlpii, et est venue s’installer en Hispania Vlterior à l’époque républicaine29. L’implantation est ancienne et cela explique sans doute qu’Hadrien considère Italica comme sa patria30. Les Aelii sont en effet bien implantés localement et sont inscrits dans la tribu Sergia31, qui est celle du municipe d’Italica. Le père du futur empereur, P. Aelius Hadrianus Afer32, est donc issu de l’alliance de deux familles bien connues en Bétique, les gentes Aelia et Vlpia. Ces deux familles d’Italica semblaient être les seules ayant fourni des sénateurs selon R. Syme33 – selon les sources, quatre générations de sénateurs34 auraient précédé le jeune Hadrien –, alors que R. Étienne en a identifié d’autres35. La mère d’Hadrien, Domitia Lucilla36 ou Paulina37 est également originaire de Bétique, plus précisément de Gadès38 ou tout simplement née à Gadès39. La famille semble être alliée aux Dasumii de Corduba40, que l’on retrouve parmi les ascendants de la mère de P. Aelius Hadrianus, et, peut-être aux Annii d’Ucubi41.

  • 42 Cf. Annexe 2 : “Stemma simplifié des Septimii et des Fuluii”.
  • 43 SHA, Vita Seu., 1.2 : pater Geta, maiores equites Romani ante ciuitatem omnibus datam ;… patrui Ap (...)
  • 44 Birley 1970, 63-65 ; Letta 1987, 531 : “la probabilità di un’origine italica della famiglia”.
  • 45 Grant 1996, 7 ; Chausson 1998, 391 ; Daguet-Gagey 2000, 38.
  • 46 SHA, Vita Seu., 1.2 : mater Fuluia Pia… auus maternus Macer, paternus Fuluius Pius fuere. Cf. Barn (...)
  • 47 Grant 1996, 7 ; Chausson 1998, 395 ; Daguet-Gagey 2000, 43.
  • 48 Chausson 1998, 396-398 ; Daguet-Gagey 2000, 43-44.

9La situation de Septime Sévère est légèrement différente42. Les familles paternelle et maternelle de ce dernier sont bien attestées à Lepcis Magna, et son origine locale ne fait donc aucun doute. La famille paternelle des Septimii est connue sur deux générations antérieures au prince43, attestées à Lepcis Magna. Si la discussion n’est pas totalement close en ce qui concerne une possible origine italienne44 et donc émigrée de cette gens, la plupart des auteurs estime aujourd’hui que les Septimii sont des puniques romanisés45. Quant à la famille maternelle des Fuluii46, elle est attestée à Lepcis Magna depuis l’époque augustéenne47, mais pourrait être d’origine italienne. Son implantation est solide et la trace d’alliances avec d’autres grandes familles locales est tout à fait attestée48.

10Les situations familiales face à la “petite patrie” sont donc diverses, mais la formation de ces quatre princes leur a parfois permis de reprendre contact avec cette cité.

  • 49 SHA, Vita Ant., 1.8 : Educatus Lori in Aurelia.
  • 50 Son père mène une carrière sénatoriale qui a conduit la famille à s’installer à Rome ; néanmoins C (...)
  • 51 Même si aux yeux de Nerva, selon Dion Cassius, Trajan est un Ibère plus qu’un Italien (D.C. 68.4.1 (...)

11Il est cependant clair que ce n’est pas lors de son enfance ou de son adolescence que le jeune T. Aurelius Fuluus Boionius Antoninus a fait connaissance avec sa patria ; il est en effet éduqué en Italie49 où sa famille possède des biens fonciers dans le Latium en particulier. Sans être aussi distendus, les liens de Trajan avec sa cité pendant les années de formation sont lâches50 : ce dernier doit être davantage considéré comme un Romain que comme un “provincial”51.

  • 52 SHA, Vita Hadr., 1.4 : Vlpium Traianum praetorium tunc, consobrinum suum…. tutores habuit. Cf. Cas (...)
  • 53 D.C. 69.1.2 : ὅ τε ’αττιανòς πολίτης ; Castillo 1982, 488, no 3 ; Caballos Rufino 1984, 238 ; Id. (...)
  • 54 Il aurait pu s’y rendre dans sa petite enfance sans que ce séjour soit mentionné par les biographe (...)
  • 55 SHA, Vita Hadr., 2.1 : Quinto decimo anno ad patriam redit. Cf. Caballos Rufino 1994, 103 ; Birley (...)
  • 56 SHA, Vita Hadr., 2.1 : ac statim militiam iniit. Pour certains (Thouvenot 1940, 178), il aurait ét (...)
  • 57 SHA, Vita Hadr., 2.2 : Quare a Traiano abductus a patria.
  • 58 Caballos Rufino & Rodríguez Hidalgo 1999, 19-20 ; Caballos Rufino 2003.
  • 59 Syme 1964, 144 dit même : “the consequences ara far from negligible”.
  • 60 Syme 1964, 144 : “Hadrian did not become a ‘Graeculus’ at Italica”.
  • 61 SHA, Vita Hadr., 3.1 (en 101) : in qua cum orationem imperatoris in senatu agrestius pronuntians r (...)

12Le jeune P. Aelius Hadrianus est lui, confié, à la mort de son père, vers 85/86, à deux tuteurs originaires d’Italica, M. Vlpius Traianus52, le futur empereur, et P. Acilius Attianus53 ; il réside alors à Rome, et n’effectue son premier séjour54 dans sa patria qu’à l’âge de quinze ans55, soit pour prendre contact au moins une fois dans sa vie avec sa cité, soit parce que la situation à Rome en 91 n’est pas très saine pour le jeune sénateur, la peste se propageant. Sur place le jeune homme est un citoyen comme les autres : il appartient au collegium iuuenum56, comme tous les jeunes fils de notables locaux. Il réside sans doute dans les propriétés familiales en ville et à la campagne, achevant son éducation sportive et pré-militaire. Rappelé à Rome57, après quelques années, par Trajan, il y débute sa carrière politique. À une période déterminante de sa formation, il a donc eu l’occasion de rencontrer les membres de l’élite d’Italica, dont les fils ont été éduqués avec lui et ainsi de se faire des relations, de renforcer la clientèle familiale58, d’arpenter les rues du municipe d’Italica, ce qui n’a pu manquer de lui laisser des souvenirs59, même si la plus grande part de son éducation a été marquée par l’hellénisme, ce qui lui vaut son surnom de Graeculus60. Il ne faut pas oublier que son accent a été vivement critiqué à Rome quelques années plus tard61 et que cela témoignerait sans doute de son enracinement local. Il en faut cependant pas oublier que ces jeunes années, les plus formatrices, se sont déroulées à Rome, et que l’influence hispanique ne peut être que mineure.

  • 62 SHA, Vita Seu., 1.4. Cf. Birley 1988, x ; 1 ; Daguet-Gagey 2000, 49-50.
  • 63 Daguet-Gagey 2000, 101-120 ; 128-135.
  • 64 PIR, S, 102 ; Thomasson 1996, 68, no 85.
  • 65 PIR2, D, 77 ; Thomasson 1996, 112, no 41.
  • 66 SHA, Vita Seu., 2.2 : Adulterii causam dixit absolutusque est a Iuliano proconsule. Cf. Birley 198 (...)
  • 67 Ibid., 2.3 : atque inde Africam petit, ut mortuo patre rem domesticam conponeret. Cf. Barnes 1967, (...)
  • 68 SHA, Vita Seu., 2.5 : legationem proconsulis Africae accepit. Cf. Barnes 1967, 88 ; 90 ; 92 ; Birl (...)
  • 69 Di Vita-Évrard 1963 (AE, 1967, 536) ; Thomasson 1996, 71, no 89.
  • 70 On peut penser que la mention du jeune légat sur cette inscription de Lepcis Magna est liée à son (...)
  • 71 Birley 1988, 51 : “The proconsul himself may not have presided at the dedication”.
  • 72 IRT, 410 ; 411 : Pacciae Marcianae / quondam uxoris domini / nostri imperatoris Caesaris / Luci Se (...)

13Tout au contraire le jeune L. Septimius Seuerus est éduqué à Lepcis Magna62 ; il ne quitte l’Africa que vers 161/163, à l’âge de dix-huit ans, pour se rendre en Italie et y poursuivre son instruction puis en y commençant sa carrière63. Il revient néanmoins dans sa province natale au cours des années suivantes en 167/168, sous le proconsulat de L. Octauius Cornelius P. Saluius Iulianus Aemilianus64, assisté de son légat M. Didius Seuerus Iulianus65, devant lesquels il est accusé d’adultère66 – il est acquitté –, mais aussi lors du décès de son père en 17167. Mais surtout, son séjour en tant que legatus68 du proconsul C. Septimius Severus69, son parent, en 173/174 ou 174/175, lui a permis de retourner à Lepcis Magna70 où il inaugure, peut-être71 en compagnie du proconsul, l’arc quadrifons dédié à Marc Aurèle. Peut-être est-il retourné, vers 175, en Africa pour son mariage avec une compatriote, Paccia Marciana, vraisemblablement une Lepcitaine d’origine punique72 rencontrée lors de son séjour comme légat ; mais ce séjour n’est pas attesté avec sécurité.

L’accession au trône du provincial

14Éduqués, formés, Trajan, Hadrien, Antonin et Septime Sévère vont accéder au trône, mais dans des contextes politiques très différents, ce qui conduit les patriae à ne pas réagir de la même façon, on peut le penser.

  • 73 Il est gouverneur de Germanie Supérieure depuis l’automne 96.
  • 74 L’adoption a lieu le 27 octobre 97.
  • 75 À Nîmes, aucun document ne mentionne Antonin comme prince héritier.

15Il ne semble pas que le choix de Trajan, d’Hadrien puis d’Antonin comme successeur par les princes de cette dynastie ait suscité un quelconque enthousiasme dans leurs patriae respectives. Aucune source littéraire, aucun document épigraphique ne signalent, à ma connaissance, une allusion aux réactions locales. Il faut dire que dans chacun de ces cas, les princes ont quitté leur patria depuis fort longtemps : Trajan a derrière lui une belle carrière au service de l’État73 quand Nerva le choisit74, Hadrien est revenu depuis longtemps à Rome, nous l’avons vu. Quant à Antonin, ses liens avec Nîmes et la Narbonnaise de façon générale étaient déjà bien distendus quand Hadrien en fait son héritier adopté75.

  • 76 Daguet-Gagey 2000, 375.
  • 77 IRT, 387 Lepcis Magna.
  • 78 Par exemple pour Maximin (IRT, 452 Lepcis Magna.) et pour Aurélien : CIL, V, 4319 (ILS, 579) Brixi (...)
  • 79 Je ne suis pas totalement d’accord avec l’affirmation suivante de Birley 1988, 149 : “The process (...)
  • 80 IRT, 418 Lepcis Magna.
  • 81 Barnes 1967, 99 ; Chausson 1998, 399-403 ; Daguet-Gagey 2000, 44.
  • 82 IRT, 388 Lepcis Magna.
  • 83 IRT, 440 Lepcis Magna.

16Il est alors d’autant plus intéressant de voir ce qui s’est passé à Lepcis Magna lorsque son citoyen, L. Septimius Seuerus, accède au pouvoir, alors qu’il n’était pas destiné à la pourpre. Pendant quatre ans, son sort est loin d’être assuré, et la cité africaine a dû tenir compte des aléas politiques. Aussi, elle a dû attendre “pour exalter la nouvelle dynastie et clamer sa loyauté et sa reconnaissance”76 ; on constate en effet que les premières inscriptions connues, dédiées à la famille impériale datent de 197. On y fait allusion à la victoire du prince, conseruator orbis77, formule que l’on trouve ailleurs pour honorer les princes78 ; nous sommes en effet ici dans le cadre des échos venus de Rome, échos qui proposent ou imposent certaines formules à l'ensemble des provinces, afin de célébrer victoires, anniversaires, moments importants de la vie politique. Lepcis Magna ne fait donc pas preuve d’originalité, après avoir fait preuve de prudence79. C’est également en 197 que les habitants jugent utile de présenter le futur héritier, dont la titulature n’a pas encore été officiellement fixée80. On peut ainsi noter que le dernier rival du Lepcitain, Clodius Albinus n’est mentionné dans aucun des documents retrouvés en Tripolitaine. Et de même, Plautien, un parent du prince81 n’est pas mentionné si précocement dans le règne alors qu’il est aujourd’hui avéré que C. Fuluius Plautianus doive être rattaché à la gens Fuluia, famille maternelle de Septime Sévère à qui il a été d’une grande utilité lors de la conquête du pouvoir. Les agents du pouvoir se rallient au nouveau prince et à leur tour manifestent leur loyauté, comme en témoignent les bases offertes sur le Forum Vetus par M. Vlpius Cerealis, procurateur, à Septime Sévère82, à Géta83 en 198 ; devait exister une base dédiée à Caracalla, aujourd’hui disparue.

17Mais le pouvoir des quatre princes se consolide, et désormais seuls au pouvoir, ils ont les loisirs de reprendre contact avec leur patria. Bien entendu, les relations ne peuvent plus être les mêmes ; entre le prince et sa patria, les liens vont devenir très complexes, et vont se modifier au cours du règne, en fonction des crises politiques entre autres. On constate tout de suite que l’un d’entre eux, Antonin, n’a pas manifesté un intérêt particulier pour Nîmes, avec qui il n’avait entretenu aucune relation spécifique depuis sa naissance. Alors que deux autres princes en particulier vont jouer un rôle essentiel pour leur cité d’origine, dans le cadre de divers épisodes de leur règne respectif.

18Il est tout d’abord utile de savoir si ces princes, Hadrien et Septime Sévère, tous deux grands voyageurs, sont retournés dans leur cité.

  • 84 Hartmann 1986, 190 ; rien dans Thornton 1975. Sur la situation hispanique à cette époque, cf. Bláz (...)
  • 85 SHA, Vita Hadr., 12.3 : Post haec Hispanias petit et Taracone hiemauit. Cf. Kornemann 1905, 44-45  (...)
  • 86 D.C. 69.10.1 : τὴν δὲ πατρίδα καίπερ μεγάλα τιμήσας καὶ πολλὰ καὶ ὑπερήφανα αὐτῇ δούς, ὅμως οὐκ εἶ (...)
  • 87 Cf. ci-dessous, l’octroi du statut de colonie à Italica.
  • 88 SHA, Vita Hadr., 12.4 : Omnibus Hispanis Tarraconem in conuentum uocatis. Gagé 1969, 68 pense que (...)
  • 89 Ibid. 12.4 : dilectumque.
  • 90 Syme 1964, 145-146 ; Syme 1965, 244, note 2.
  • 91 SHA, Vita Hadr., 12.4 : uehementissime ceteris.
  • 92 Ibid., 12.4 : ioculariter. Cf. Gagé 1969, 66 qui va jusqu’à parler de “plaisanteries de la part de (...)
  • 93 On peut ainsi supposer que ces délégués ont connu le jeune Hadrien adolescent.
  • 94 Syme 1964, 145.
  • 95 Birley 1997, 149. Cette opinion n’est pas admise par tous, cf. par exemple Garzón Blanco 1993, 451 (...)
  • 96 Syme 1964, 145, suivant Weber 1907, 116.
  • 97 Syme 1964, 146 dit même qu’“Hadrian was ‘exeedingly wroth’ with the Italicenses, his fellowtownsme (...)
  • 98 D.C. 69.10.1.

19S’il est avéré qu’Hadrien se rendit en Hispania en 121/12284, la seule ville mentionnée pour le séjour du prince est Tarraco85 ; il n’a donc pas dû se rendre jusqu’à Italica86. C’est à l’occasion d’une réunion extraordinaire des concilia de l’Hispania que le prince entre à nouveau en relation avec sa patria, envers qui il s’est déjà montré très généreux quelques mois auparavant87 : en effet sont réunis à Tarraco les délégués des trois provinces hispaniques88, et cela dans un but précis, un dilectus89. La réaction des différents délégués90 à cette demande du prince est assez significative des liens qui pouvaient unir Hadrien et la population d’Italica : si les autres délégués refusent sur un ton très sérieux91, les Italici adoptent un ton plus familier92, marque de liens personnels établis avec le prince93. R. Syme94 pensait que c’était pour cette raison que le prince a choisi de ne pas se rendre dans sa patria95 ; la familiarité de ses compatriotes a pu le gêner, et comme le mentionne R. Syme96, “Hadrian felt not altogether at ease with the Italicenses”. Mais pour cet auteur, Hadrien aurait échoué dans l’obtention de leur affection97. Je crois, qu’au contraire, les Italicenses, trop heureux de voir l’un des leurs monter sur le trône pour la seconde fois, étaient trop familiers envers le prince qui avait partagé leur existence quelques mois, et que pour cette raison, Hadrien a souhaité garder une distance aussi bien géographique qu’affective avec eux98.

  • 99 Mais doit-on toutes les dater de cette période très courte du voyage ? Kotula 1985, 158 pense que (...)
  • 100 Philostrate, Vies des sophistes, 2.20.2.
  • 101 Kotula 1985.
  • 102 Birley 1988, 146-154 ; Di Vita 1982, 535 : Christol 1997, 32 ; Di Vita-Évrard et al. 1998, 108 ; D (...)

20En est-il de même avec Septime Sévère, dont nous avons vu que les liens avec sa patria étaient très forts dans ses jeunes années ? Plusieurs éléments contribuent à rendre la visite du prince dans la province d’Africa crédible : d’une part les multiples promotions dont les cités africaines ont bénéficié99, relayées par les hommages rendus au prince et à sa famille, d’autre part le monnayage des années 203/204, mais surtout le texte de Philostrate100, sans oublier les bas-reliefs de l’arc de triomphe de Lepcis Magna. Néanmoins si cette opinion, et ces indices, ont été pendant très longtemps repoussés101, il faut aujourd’hui à la suite d’A. R. Birley102, les retenir.

  • 103 Il a longtemps été placé en 203-204 ; cf. Miller 1961, 20-21 ; Kotula 1985, 151-152 qui rappelle l (...)
  • 104 Il pourrait s’agir de son désir de lutter contre les tribus belliqueuses du sud de la province ; c (...)
  • 105 Une inscription pourrait évoquer sa venue à Lepcis : IRT, 292 Lepcis Magna : I(oui) O(ptimo) M(axi (...)
  • 106 Chausson 1998, 401 en fait un cousin germain de Septime Sévère. Sur sa présence lors de ce voyage, (...)

21Ce séjour est désormais à placer à la fin de l’année 202 et au début de 203103, sans que nous entrions ici dans les raisons qui ont poussé le prince à venir en Afrique104. Mais il est difficile d’en rétablir l’itinéraire – en particulier d’établir le lieu du débarquement – et de savoir si le prince est venu à Lepcis Magna105, ou, si comme Hadrien, il s’est contenté d’un passage dans la capitale provinciale, Carthage. À cette occasion, Septime Sévère s’est entouré de sa famille au sens large du temps : Iulia Domna son épouse et ses deux fils, Caracalla et Geta, l’accompagne, ainsi que l’épouse du fils aîné, Fuluia Plautilla et le père de cette dernière, Plautien, ami, parent106 et compatriote du prince ; P. Septimius Geta, frère du prince accompagnait peut-être la famille impériale.

22Quoiqu’il en soit, ces voyages ont été pour les deux princes l’occasion de retrouver des concitoyens dans des cadres divers, de renouer des relations anciennes et sans aucun doute de mettre sur pied un généreux programme destiné tout spécialement à leur patria.

23C’est en effet par le biais de l’évergétisme que les princes auraient pu manifester leur affection envers leur patria. L’attention des princes pour leur cité s’est en effet traduit d’une part par des promotions ou des concessions prestigieuses. Ces dernières ne sont pas toujours à l’initiative du prince, mais celui-ci se rend parfois aux arguments avancés par ces concitoyens.

  • 107 Gel., Noctes Atticae, 16.13.4.
  • 108 D.C. 69.10.1. Cf. Syme 1965, 244, note 2 ; Galsterer 1997, 61-62.
  • 109 Gel., Noctes Atticae, 16.13.4 : Quae tamen condicio, cum sit magis obnoxia et minus libera.
  • 110 App., Hisp., 38 : ὀλίγην στρατιὰν ὡς ἐπὶ εἰρήνῃ καταλιπών, συνώκισε τοὺς πραυματίας ἐς πόλιν, ἦν ἀ (...)
  • 111 Caballos Rufino & Rodríguez Hidalgo 1999, 21.
  • 112 Gel., Noctes Atticae, 16.13.4 : potior tamen et praestabilior existimatur, propter amplitudinem ma (...)
  • 113 Syme 1964, 145 ; Caballos Rufino 1994, 113-115.

24C’est ainsi qu’Hadrien accorde le statut de colonie à sa cité d’Italica, entre 118 et 121. Le dossier est bien connu grâce au témoignage d’Aulu-Gelle107 mais aussi à celui de Dion Cassius108. C’est une délégation d’Italica qui lui fait cette demande ; Hadrien est surpris et assez critique face à celle-ci, car elle ne correspond pas aux avantages liés au statut antérieur d’Italica, municipe, avantages bien supérieurs selon le prince à ceux liés au statut demandé, celui de colonie109. Mais il l’accorde néanmoins à sa patria, prenant en compte les arguments des Italicenses, liés à l’histoire de leur cité : cette dernière est tout d’abord la première fondation romaine en Hispania110, elle est ensuite la patria et le lieu de naissance de Trajan ainsi que la patria d’Hadrien lui-même. On comprend que les habitants d’Italica aient ressenti quelque orgueil à être le berceau de deux empereurs111 ! Cela signifiait pour eux aligner leur statut sur celui de Rome112. Italica devient ainsi la colonia Aelia Augusta Italicensium113.

  • 114 Dupuis 1996, 60-61 : “cette ville, patrie de l’empereur et du préfet du prétoire… ait su tirer pro (...)
  • 115 Dig., 50.15.8.11 : In Africa Carthago, Vtica, Lepcis Magna a diuis Seuero et Antonino iuris Italic (...)
  • 116 Sur la reconnaissance des Lepcitani, cf. Di Vita-Évrard 1983, 157-158, n. 77 ; les Lepcitains aura (...)

25On constate que Septime Sévère a opéré de façon similaire sans que l’on puisse savoir si les Lepcitani ont, comme les Italicenses, réclamé à leur compatriote une promotion, ou si cette initiative relève uniquement du prince114. Quoi qu’il en soit, Lepcis Magna, colonie de droit romain depuis Trajan, obtient en 202 le ius Italicum115, ce qui correspond à une perte de revenus pour Rome116.

26Mais l’évergétisme du prince s’exprime également dans l’amélioration du cadre urbain de sa cité, qui va servir de laboratoire de réflexion sur différentes formes d’expression urbanistique.

  • 117 Sise à quelques kilomètres d’Hispalis et entourée de nombreuses autres cités comme Ilipa, Osset, I (...)
  • 118 D.C. 69.10.1 ; Syme 1964, 144 ; Rodríguez Hidalgo 1997, en particulier le plan p. 109.
  • 119 Le théâtre existe depuis l’époque augustéenne au moins. Cf. Jiménez 1982 ; Corzo Sánchez 1993 ; Ke (...)
  • 120 Nierhaus 1966 ; Luzón Nogué 1975 ; Blázquez 1982, 309 ; León Alonso 1982.
  • 121 CILA, II, 579 Italica : C(oloniae) A(eliae) A(ugustae) I(talicensium) sur une fistule de plomb.
  • 122 Elle peut être datée du milieu du iie s., et il difficile de savoir à qui l’attribuer : Hadrien, d (...)
  • 123 Cette désignation n’est attestée ni par les sources littéraires, ni par les sources épigraphqiues, (...)
  • 124 SHA, Vita Hadr., 19.9 : numquam ipse… nomen suum scripsit. Néanmoins, les tuyaux de plomb découver (...)
  • 125 Caballos Rufino 1994, 97 : “expresión feliz en su momento, hoy obsoleta” ; Caballos Rufino & Rodrí (...)
  • 126 Rodríguez Hidalgo 1987-1988, 585.
  • 127 CILA, II, 367 Italica, aux environs du théâtre : XXV. / Hadrianus / Aug(ustus) / fecit. La titulat (...)

27Italica est là encore à citer. En effet, Hadrien fait de la petite ville d’Italica117, une ville impériale118, tant par sa dimension, que par son équipement119 ou son décor. Après des travaux d’aménagement120, le plan conçu est orthonormé en respectant le relief, et les rues dessinées avec une largeur de 6 à 8 m, complétées par des portiques de 4 m de large, et doublées par un réseau d’égouts et d’adduction d’eau121. La ville possède désormais une enceinte122, des thermes alimentés par un nouvel aqueduc, un amphithéâtre, un Traianeum123 ; les maisons sont somptueuses et spacieuses. Mais, il reste difficile d’attribuer de façon sure tel ou tel bâtiment à Hadrien car les sources épigraphiques y sont rares124. Cela a valu à la nouvelle zone ainsi mise en valeur le surnom, donné par A. García y Bellido125 de Noua Vrbs, en opposition avec le site initial de la ville, Vetus Vrbs, aujourd’hui recouvert par la ville de Santiponce126. Le réseau routier a également été complété vers le nord-ouest et Tejada, comme en témoigne en particulier un milliaire, particulièrement bien réalisé127.

  • 128 CIL, XIV, 4235 (ILS, 318) Tibur : [… ob libe] ralitates publ[lic. …..] / [imp. Caes. T]raiani Hadr (...)
  • 129 Beaujeu 1955, 424. L’association entre liberalitas et distributions existait déjà avant ; cf. Plin (...)
  • 130 Rodríguez Neila 1987-1988, 419-420.
  • 131 Plin., Ep., 7.31.4 : a Corellio nostro ex liberalitate imperatoris Neruae emendis diui dendisque a (...)
  • 132 Plin., Ep., 1.8.9 : nos contra multum ac diu pensitatus amor liberalitatis communibus auaritiae ui (...)
  • 133 SHA, Vita Hadr., 19.2 : In omnibus paene urbibus et aliquid aedificauit et ludos edidit. Cf. Boatw (...)

28On peut également signaler que le prince ne se contente pas d’honorer sa patria ; en effet, Hadrien dont la famille paternelle est d’Italica, mais dont la famille maternelle est de Gadès, va faire preuve de bienveillance envers l’ensemble de la province de Bétique le premier jour de son règne, sans que le détail des bienfaits soit connu128 ; il en est remercié en 135 par la province de Bétique. La liberalitas alors mentionnée renvoie à un thème iconographique cher à Hadrien, puisque ce dernier, dès son arrivée au pouvoir, utilise cette personnification pour illustrer une scène de distribution classique129. Mais il est significatif qu’il soit employé dans un contexte hispanique, et bétique, car la liberalitas traduit la conduite du notable envers le populus, d’un personnage de rang supérieur qui accorde des beneficia130, qu’il s’agisse du prince131 ou d’un autre personnage132. Ce témoignage nous permet de préciser et de nuancer la politique d’Hadrien envers Italica ; il a certes peut-être un peu privilégié sa ville, mais il a fait également preuve de générosité envers de nombreuses autres cités133.

  • 134 Barnes 1967, 105 ; Daguet-Gagey 2000, 376-380. On peut d’ailleurs noter que la cité de Tyr honore (...)
  • 135 Birley 1988, 150-151.
  • 136 Pouvant abriter 155 navires.

29L’un de ses successeurs, Septime Sévère, a lui aussi voulu embellir sa cité natale : Lepcis Magna reçoit de son compatriote un complexe formé d’un nouveau forum, d’une basilique, d’un temple, ainsi que de la Via Colonnata longeant le wadi Lebdah, animée d’un nymphée monumental et débouchant sur un port totalement réaménagé. Il s’agissait pour le prince de faire de sa patria, une cité équivalente à Rome134 en finançant des travaux de grande envergure. Programmée sans doute lors du séjour du prince en 202/203, la construction a demandé, avant d’être réellement entreprise, de nombreux travaux d’arasement, assèchement et aménagement, ce qui explique l’achèvement tardif de la basilique en 216135. Le port est agrandi par deux môles enserrant un vaste bassin136, le wadi Lebdah ne suffisant plus à abriter les navires faisant escale à Lepcis Magna, grand port exportateur d’huile d’olive ; des entrepôts complètent ce dispositif. Du port, se dirigeant vers la ville, part la Via Colonnata longue de 400 m et large de 40 m environ. Un effort particulier a été fait dans sa mise en place tant par le choix du marbre – cipolin –, que par les effets architecturaux recherchés. Au niveau de la bifurcation a été placé un nymphée monumental, haut de 15 m. Mais, c’est surtout le dernier élément dû à la générosité du prince qui attire l’attention : le complexe forum-basilique est tout particulièrement somptueux, même si le projet initial des deux forums encadrant la basilique n’a pas été achevé. La basilique, qui couvre 3 400 m2, est décorée de symboles rappelant les dieux tutélaires de Lepcis Magna et de Septime Sévère, Milk’astart-Hercule et Shadrapa-Liber Pater. Le forum, fermé et entouré d’un portique est dominé par un temple.

30Bien entendu, les compatriotes des princes n’ont pu qu’apprécier la manne impériale ainsi distribuée. Ils en ont été reconnaissants, et on doit supposer que les gestes de remerciement ont été particulièrement nombreux et de qualité.

  • 137 Le Roux 2002, 144 : “L’amor patriae… parle d’abord des liens entre la politique et l’affectivité, (...)
  • 138 Lefebvre 1998.
  • 139 Caballos Rufino 1994, 96 : “Epigráficamente el emperador Trajano se halla muy escasamente represen (...)
  • 140 Neuf inscriptions concernant Trajan en Hispania ; cf. Navarro 2001, 46. Cf. CILA, II, 365 Italica.
  • 141 Dix-huit textes en Hispania ; cf. Navarro 2001, 46.
  • 142 Navarro 2001, 47 évoque en particulier l’expression optimus maximusque princeps. Cf. Lefebvre 1994 (...)
  • 143 CILA, II, 369 Italica : Pro salute Hadriani Aug(usti) / et Sabinae Augustae n(ostrorum), / Siluano (...)

31En témoignage de reconnaissance pour ces actes d’évergétisme, témoignages de l’indulgentia impériale, mais aussi de l’amor patriae137, les cités ont donc honoré les princes par des hommages publics138. Les patriae des princes ont-elle été plus particulièrement empressées, louangeuses dans ces textes publics ? La réponse est difficile à donner ; en effet, les hommages rendus ne sont pas forcément très nombreux139, que ce soit pour Trajan140 ou pour Hadrien141, même si les textes comportent des formules témoignant des relations affectives existant entre les princes et les provinces hispaniques142. Ainsi à Italica, Hadrien est honoré par un affranchi impérial,143 pour qui le rappel des liens l’unissant à la domus Augusta est une façon de prendre place au sein de la population.

  • 144 IRT, 387 Lepcis Magna (en 197) : ob publicam et in se priuatam pietatem. Cf. Birley 1988, 149 trad (...)
  • 145 Lefebvre 1994a, 284-287.
  • 146 Birley 1988, 149.
  • 147 IRT, 393 Lepcis Magna : ob eximiam ac diuinam in se indulgentiam ; 423 ; 441 ; 395 : ob caelestem (...)
  • 148 Romanelli 1959, 419 ; Barnes 1967, 105.
  • 149 Corbier 1977, 223.
  • 150 Plin., Ep, 8.11.1 : Cum adfectum tuum erga fratris filiam cogito etiam materna indulgentia mollior (...)
  • 151 Plin., Ep, 5.19.1 : Video quam molliter tuos habeas quo simplicius tibi confitebor qua indulgentia (...)
  • 152 Jacques 1984, 262.
  • 153 Christol 1983, 339.
  • 154 Jacques 1982, 116.
  • 155 Corbier 1977, 223.

32C’est encore dans le cadre de Lepcis Magna que nous trouvons les exemples les plus intéressants : dès 197 les hommages témoignent des qualités que la population reconnaît à son prince et concitoyen ; on peut en particulier mentionner la pietas144, qui relève de la sphère locale145. Elle permet de rappeler l’appartenance du prince à la communauté civique des Lepcitains et de magnifier la relation particulière qui existe entre le prince et sa patria146. Mais, les Lepcitains emploient également l’indulgentia147, dans deux formules datées de deux moments différents. La première, ob eximiam ac diuinam in se indulgentiam date de 202 et est utilisée pour le prince et son fils sur des bases découvertes dans les Bains d’Hadrien et dédiées par les Lepcitani Septimiani148 ; il est très tentant de la mettre en relation avec le don du ius Italicum à Lepcis Magna. La seconde expression, ob caelestem in se indulgentiam eius, date de 204 et a été découverte dans le porticus post scaenam du théâtre sur deux bases dédiées à Septime Sévère et à Caracalla par D. Clodius Galba, procurator regionis Theuestinae et Hipponensis. En effet, l’indulgentia est une des qualités principales du prince bienveillant, et comme on le constate dans les lettres de Pline le Jeune, la marque d'une relation paternaliste. Elle peut indiquer des rapports inférieur-supérieur dans la hiérarchie sociale, mais des rapports affectueux et respectueux149. Aussi, peut-on trouver quelques exemples d'utilisation du terme dans un contexte privé, familial, où elle prend le sens d'amitié, d'amour150. Le terme peut aussi indiquer les liens existant entre un patron et son client, reproduisant le schéma empereur-subordonné151. Mais il signale surtout la qualité fondamentale des empereurs152, réservée à des cas concrets, précis, et généralement personnels ou communautaires, liés au domaine financier, comme les exemptions fiscales ; il s’agit rarement de faire preuve d’indulgentia pour toute la population de l’Empire romain. Cette qualité, qui dans le langage est devenue un acte législatif, permet donc de mentionner la philanthropie du prince153. Comme le rappelle Fr. Jacques154, l’indulgentia ne peut s'exercer que de façon extraordinaire. Ce n'est en aucune façon une obligation pour l’empereur, donc l’exercice de l'indulgentia relève de la spontanéité155, comme le montre les écrits de Pline le Jeune : le prince est libre, pour chaque requête, de refuser.

  • 156 SHA, Vita Hadr., 19.1 : in patria sua quinquennalis. Cf. Caballos Rufino 1994, 111 ; Boatwright 19 (...)
  • 157 Comme, par exemple, à Béziers, CIL, XII, 4230 ; cf. Clavel 1970, 163-164 ; 600-603.
  • 158 Il est également magistrat d’Hadria, origo originelle de sa famille, à Athènes, sa patrie de cœur, (...)

33Afin de témoigner de façon plus permanente de leur reconnaissance, d’autres honneurs peuvent être octroyés aux princes par leur cité ; c’est ainsi qu’Hadrien est magistrat quinquennal dans sa patria d’Italica156 ; bien entendu, il a été remplacé localement par un préfet157, mais il est assez significatif que cette pratique, très fréquente à l’époque augusto-tibérienne, soit ici remise en honneur pour intégrer le prince à la communauté civique158.

  • 159 Birley 1988, 150 ; Daguet-Gagey 2000, 375-376.

34Cependant, l’acte de reconnaissance le plus visible est sans nul doute l’arc de triomphe tétrapyle érigé à Lepcis Magna par la cité, au débouché de l’axe principal, où il était destiné à impressionner les visiteurs, ce qu’il fait encore aujourd’hui159 ! Le décor est très symbolique et renvoie principalement au vocabulaire iconographique de la Victoire, Septime Sévère étant vainqueur aussi bien dans l’Empire qu’à l’extérieur de celui-ci. Les éléments les plus significatifs sont les bas-reliefs historiés, conservés aujourd’hui au Musée de Tripoli, dont l’un présente une entrée triomphale de la famille impériale dans une ville qui pourrait être Lepcis Magna.

  • 160 En 202 : IRT, 393 ; 423 ; post. à 198 : IRT, 410 ; 415 ; entre 202 ? et 209 : IRT, 435 ; en 209 : (...)
  • 161 IRT, 283 ; 284 Lepcis Magna.
  • 162 Par exemple IRT, 420 : curia Pia Seueriana ; 416. Cf. Birley 1988, 150.

35Enfin, on peut signaler la modification du nom des habitants de Lepcis Magna, qui après leur promotion au ius Italicum, deviennent les Lepcitani Septimiani160, la ville devenant la colonia Vlpia Traiana Augusta Fidelis Septimia Lepcis Magna161. Deux curies sont rebaptisées avec l’ajout de Seuera (ou Seueriana)162.

  • 163 Cogitore 1992 ; Cogitore 2000.

36Mais les princes et les cités ont encore un autre moyen de visualiser les liens de loyauté qui les unissent ; permettant d’affirmer la pérennité de la dynastie, des groupes statuaires, accompagnés d’inscriptions, jalonnent les espaces publics les plus prestigieux. Alors que les groupes dynastiques constitués de statues accompagnées d’inscriptions mettant en scène les membres les plus éminents de la domus Augusta sont relativement nombreux au début du ier s. p.C.163, cette façon de présenter en quelque sorte les héritiers aux provinciaux va avoir tendance à s’atténuer à partir du règne de Caligula et de Claude. Mais dans le cas particulier des princes issus de cités provinciales, on peut se demander si la pratique n’a pas été rétablie.

  • 164 PIR2, C, 605 ; Kienast 1996, 131-132.
  • 165 RIC, II, 375, no 305.
  • 166 Yoynbee 1934, 104.
  • 167 Tomasi 1971, 104-106, en particulier p. 106 “Si ricordiamo che Adriano era uno spagnolo .. e che E (...)

37Si l’épigraphie d’Italica est trop lacunaire dans l’état actuel de nos connaissances, une monnaie pourrait évoquer les liens qu’Hadrien souhaite voir entretenus par son premier héritier L. Aelius Caesar164. Il s’agit d’un sesterce, dont le revers porte comme légende HISPANIA165, que l’on peut dater de l’adoption166 de L. Ceionius Commodus. La mention de l’Hispania pourrait évoquer la région d’origine d’Hadrien, et présenter ainsi le jeune César, issu lui d’une famille italienne, sans doute étrusque, les Ceionii, comme son digne successeur167.

  • 168 Chausson 1998, 395-398, avec p. 399 un stemma des Fuluii contemporains de Septime Sévère.
  • 169 Daguet-Gagey 2000, 47.
  • 170 Il est mort entre 203 et 205.
  • 171 IRT, 417 Lepcis Magna (à partir de 198) ; SHA, Vita Seu., 15.7 : Cum soror sua Leptitana ad eum ue (...)
  • 172 Daguet-Gagey 2000, 49.
  • 173 Birley 1988, 149.
  • 174 IRT, 390 Lepcis Magna.
  • 175 IRT, 402 Lepcis Magna.
  • 176 IRT, 419 Lepcis Magna.
  • 177 IRT, 433 Lepcis Magna.
  • 178 AE, 1967, 537 Lepcis Magna, en réemploi ; cf. Di Vita 1965, 133-134 ; Di Vita 1966, 83-84 (AE, 196 (...)
  • 179 PIR2, I, 802.
  • 180 IRT, 392 Lepcis Magna.
  • 181 IRT, 403 Lepcis Magna.
  • 182 IRT, 422 Lepcis Magna.
  • 183 IRT, 434 Lepcis Magna.
  • 184 Cf. Lefebvre 1994.
  • 185 IRT, 391 Lepcis Magna (en 201).
  • 186 IRT, 420 Lepcis Magna (en 201) ; 421.
  • 187 IRT, 436 Lepcis Magna (entre 198 et 209).
  • 188 IRT, 405 Lepcis Magna (post. à 198) ; 406.
  • 189 IRT, 411 Lepcis Magna.
  • 190 IRT, 413 Lepcis Magna (en 203)
  • 191 IRT, 416 Lepcis Magna (post. à 198).
  • 192 IRT, 414 lepcis Magna (en 201).
  • 193 IRT, 417 Lepcis Magna (post. à 198).
  • 194 Je n’inclue donc pas dans cet ensemble IRT, 541, honorant P. Septimius Geta, frère du prince, et h (...)
  • 195 En particulier par le biais de Fuluia Plautilla, honorée par un affranchi impérial comme fiancée d (...)
  • 196 IRT, 412 Lepcis Magna (en 202).
  • 197 IRT, 410 Lepcis Magna.
  • 198 IRT, 415 Lepcis Magna.
  • 199 IRT, 425 Lepcis Magna.
  • 200 IRT, 435 Lepcis Magna.
  • 201 Pour IRT, 410 et 415, le marbre est couleur crème, ce qui est rare à Lepcis Magna ; IRT, 425 est é (...)
  • 202 C’est ainsi qu’il faut comprendre la présence de Paccia Marciana, première épouse du prince et san (...)

38A contrario, le cas de Lepcis Magna est lui tout à fait remarquable. Dans la cité vivaient encore des membres des familles paternelle et maternelle168 du prince : on sait que ce dernier avait un frère, P. Septimius Geta169 dont la carrière sénatoriale est bien connue170, et qui a quitté la cité africaine de bonne heure, et une sœur, Septimia Octauilla171 qui a, semble-t-il, vécu une grande partie de sa vie, si ce n’est la totalité, à Lepcis Magna. Son mari pourrait être membre de l’élite lepcitaine, la famille perpétuant ainsi les alliances locales172. On conçoit que ce groupe familial ait été actif dans la cité, poussant ses concitoyens à manifester leur fidélité au prince, surtout lorsque celui-ci a définitivement conquis le pouvoir. En effet, on constate qu’à partir de 198, des hommages rendus aux membres de la gens Septimia fleurissent, mis en place aussi bien par la cité, les curies ou des individus à titre individuel173. Quelques exemples sont particulièrement significatifs : ainsi M. Calpurnius Geta Attianus et M. Calpurnius Attianus filius, deux notables, érigent en 200 sur le Forum Vetus, dans une éxèdre, plusieurs bases à Septime Sévère174, à Iulia Domna175, à Caracalla176 et à Geta177, et à Plautien178. L’année suivante, c’est un procurateur, M. Iunius Punicus179 qui, dans le cadre du théâtre, rend hommage au prince180, à Iulia Domna181, à Caracalla182 et encore à Geta183. Plus intéressante est la série de dédicaces publiques votées par les curies, installées au théâtre184 et comprenant Septime Sévère185, Caracalla186, Géta187, Iulia Domna188, Paccia Marciana, la première épouse de l’empereur189, L. Septimius Seuerus, grand-père du prince190, Fuluia Pia, sa mère191, P. Septimius Geta192, son père, et Septimia Octauilla, sa sœur193. L’ensemble, placé entre 198 et 203 pour la majorité des bases194 devait comprendre d’autres membres de la famille, permettant ainsi d’exalter aussi bien la famille impériale et sa permanence195, certains membres étant toujours à Lepcis Magna, que la fierté de la ville, berceau d’une nouvelle dynastie. Le rappel de la carrière du grand-père du prince à qui une autre base a été dédiée sur le Forum Vetus196, est en particulier significative, car elle replace la gens Septimia dans l’histoire récente de la ville – L. Septimius Seuerus est celui qui a géré le passage de la cité au statut de colonie romaine. À ses côtés, d’autres bases forment un autre groupe familial constitué par la cité, qui comprend Paccia Marciana197 et Fuluia Pia198. Les hommages rendus dans le même espace à Caracalla199 et Géta200, s’ils datent de la même période, ne font pas partie du même groupe, les matéraiux employés étant différents201. C’est donc ici dans un but légèrement différent que les groupes sont constitués ; il s’agit avant tout de rappeler l’ancrage local du prince, fierté de sa cité, et non pas de présenter uniquement les héritiers de Septime Sévère, les ascendants et collatéraux du prince, qui n’ont pourtant aucun lien avec la pourpre, mais qui sont Lepcitains202, étant autant mis en avant que ses descendants et héritiers.

  • 203 Navarro 2001, 52.
  • 204 CIL, II, 5369 = ERIT, 32 = CILA, II, 368 Italica : […] / […]II[..] / [… T]ra[iani Hadriani… pont(i (...)
  • 205 Sur les portraits des deux empereurs, cf. Bergmann 1997.

39Les autres princes retenus n’ont semble-t-il pas donné naissance à de tels groupes statuaires, alors qu’on aurait pu attendre, en Bétique en particulier, l’apparition d’ensembles dynastiques. Plusieurs raisons peuvent être évoquées : d’une part, les aléas des découvertes doivent être pris en compte, et, d’autre part, on peut supposer que “los foros hispanos no estaban en condiciones de asumir grandes representaciones del emperador o de sus familiares, o lo que es lo mismo, grandes acumulaciones de estatuas, porque las superficies disponibles no lo permitían”203. Cependant, le forum de la nouvelle Italica n’était pas encore saturé – alors que le Forum vetus de Lepcis Magna devait être très encombré –, et on peut espérer que de futures fouilles nous révèleront de tels ensembles dynastiques ; de plus, il ne faut pas oublier les autres espaces publics où les statues de la famille impériale pouvaient être disposées comme le théâtre. Néanmoins, on peut mentionner une inscription mentionnant Trajan ou Hadrien et provenant d’Italica204. On a d’ailleurs déjà découvert quelques statues qui pourraient être mises en relation avec la valorisation de la famille impériale ; malheureusement le contexte archéologique n’est pas bien connu, et il est alors difficile de rétablir la place occupée par ces statues dans le paysage urbain. Ont été ci-dessous répertoriées ces statues205 :

  • 206 Certains y voient plutôt Matidia, fille de Marciana et mère de Sabine.
  • 207 Selon García y Bellido 1960, 143.

Note 206206
Note 207207
Les statues des princes de la dynastie découvertes à Italica

40Le prince, pendant son règne, et sa cité natale et patria gardent donc dans la majorité des cas, à l’exception d’Antonin, des relations privilégiées mais qui restent prudentes. Il ne s’agit en effet pas, pour le prince de changer le siège du pouvoir et de transformer sa ville en capitale de l’empire, mais néanmoins à travers un certain nombre d’actes, celle-ci va devenir une vitrine institutionnelle, architecturale, économique.

Le prince mort : y-a-t-il respect de sa mémoire ?

41On peut alors se demander si cette relation se maintient quand d’autres princes arrivent au pouvoir.

42Les héritiers des Antonins, nous le savons, ne sont pas choisis en raison de liens de filiation, mais des liens matrimoniaux renforcent par la suite le choix du prince régnant. Cela signifie donc qu’Italica en particulier n’est pas la patria des successeurs de Trajan, et Hadrien : comme nous l’avons vu la famille d’Antonin est originaire de Narbonnaise. Les relations ne peuvent donc plus être identiques entre l’héritier pressenti et la cité, celle-ci n’ayant plus la fierté d’avoir un compatriote sur le trône, celui-là ne voyant pas pourquoi il privilégierait une cité qui ne lui est rien.

  • 208 IRT, 442 Lepcis Magna.

43Pour les Sévères, la situation est, bien entendu, différente ; Caracalla et Geta sont Lepcitains par leur père et nous avons vu que leurs statut d’héritier était bien connu à Lepcis Magna, aussi bien par le biais des inscriptions et des statues les surmontant, que par les bas-reliefs de l’arc de Septime Sévère. Les documents sont d’ailleurs répartis tout au long du règne ; on peut ainsi signaler un hommage rendu à Geta en 210 dans un lieu inconnu, puis déplacé et découvert sur le Forum sévérien208. Ce dernier lieu a dû être particulièrement utile pour la mise en scène de la triade impériale dans les dernières années du règne, mais la réutilisation des bases ne permet pas d’en rendre la lisibilité parfaite.

44Enfin, le prince mort, sa patria pourrait l’oublier ou tout au contraire exalter tout particulièrement sa mémoire, surtout lorsque ce dernier a été divinisé.

  • 209 Il s’agit d’une désignation contemporaine ; cf. Léon 1988 ; Caballos Rufino 1994, 117-119.
  • 210 Rodríguez Hidalgo 1987-1988, 586-587.
  • 211 Antinoe ou Antinoopolis. Cf. Aurelius Victor 14.7 : neque alia de causa urbem conditam eius nomine
  • 212 Plotinopolis.
  • 213 CILA, II, 343 Italica : M (arcus) Cassius Serg(ia tribu) Caecilia[nus], / flamen perpetuus diui Tr (...)

45On trouverait la trace la plus visible de la prise en compte de la divinisation du prince mort à Italica, où Hadrien a particulièrement mis en scène la gloire de Trajan, à travers ce que l’on considère comme le “Traianeum209”. Mais ce monument doit-il être simplement évoqué comme un temple destiné à la patria du prince défunt, ou doit-il être replacé dans un contexte plus large de bienfaits accordés à des cités ayant un lien avec les êtres aimés par Hadrien ? Cette hypothèse210 s’appuie sur la création d’une Traianopolis, mais également de cités dédiées à Antinoüs211 et Plotine212. Il est significatif que ce temple ait été construit à Italica, et non pas à Hispalis ou à Corduba, capitale de la province ; a d’ailleurs été découverte dans le théâtre d’Italica une inscription mentionnant un flamen perpetuus diui Traiani213. Mais cette réflexion dépend de l’attribution du monument et ne peut donc être qu’une hypothèse.

  • 214 IRT, 400 venant de la basilique sévérienne ; 401 Lepcis Magna.

46Septime Sévère n’a pas été oublié par sa cité : deux inscriptions le mentionnent comme diuus214 ; il est intéressant de voir que dans l’une d’entre elles, il est honoré pour lui même par le préfet de l’annone Q. Marcius Dioga, alors que dans l’autre, Caracalla, prince alors régnant – nous sommes en 216 –, y mentionne sa filiation avec le Lepcitain, ce qui est une façon de renforcer la fidélité des habitants de Lepcis Magna dans un contexte de politique générale difficile. À la même date, l’ensemble sévérien est inauguré, et un groupe homogène comprenant des statues et des inscriptions mentionnant Septime Sévère diuus, Iulia Domna et Caracalla n’a pu manqué d’être mis en place.

  • 215 Canto 1981, 148 : “Realmente, por lo que sabemos, la vinculación de Trajano con Itálica fue mucho (...)
  • 216 Blanco Freijeiro 1982, 296 dit “sus vínculos con la patria fueron mucho más efectivos de lo que pu (...)
  • 217 Rodríguez Hidalgo 1987-1988.

47Les relations qui s’établissent entre le prince, une fois que celui-ci est arrivé au pouvoir, et sa cité d’origine, sont donc très variables et nuancées et dépendent, nous l’avons vu, de l’importance du lien avant l’arrivée sur le trône ; en effet, les sénateurs, quels qu’ils soient, entretiennent des relations de plus en plus distantes avec leur patria, au fur et à mesure de l’élévation de leur famille. Les alliances matrimoniales et politiques les conduisent à privilégier les familles sénatoriales italiennes, au détriment des alliances locales. Ainsi, les relations d’Antonin avec sa patria sont plus que distendues et il est alors compréhensible que cette dernière n’ait pas ressentie la promotion du prince comme un honneur particulier. Trajan215 et Hadrien216 sont plus ancrés dans la vie de la Bétique et en particulier dans leur cité d’Italica, que l’on continue à appeler l’“Italica d’Hadrien217 ”. Il n’est donc pas étonnant que les relations soient restées plus importantes lors de l’accession au trône de ces deux hommes, d’autant plus qu’ils se sont succédés ; cependant, il semble que leur lien avec la patria évolue vers des relations moins affectives. Comme pour tous les sénateurs, les liens se distendent peu à peu, et, devenus princes, ils mettent avant tout en avant leur rôle politique, militaire, économique à travers une propagande destinée à l’ensemble de l’empire. Les liens familiaux qui les ont reliés à leur patria ne sont pas destinés à être mis en avant dans le cadre d’une politique plus générale : qu’Hadrien soit d’Italica importe peu à un habitant d’Éphèse ! Revendiquer une patria provinciale n’est donc pas un élément du discours politique. Localement, les compatriotes préfèrent sans doute voir le prince jouer son rôle, manifester son indulgentia, teintée d’un peu d’adfectio certes, plutôt que d’avoir un prince ne sachant pas s’élever au niveau de l’empire. Un bon prince est bien plus valorisant pour eux qu’un bon concitoyen.

  • 218 Néanmoins, il faut noter que de façon générale la politique de Septime Sévère envers la province d (...)
  • 219 Amer & Gawlikowski 1985.

48Mais, bien sûr, c’est Septime Sévère et Lepcis Magna qui forment le couple le plus fusionnel : originaire, né et marié dans cette ville, le sénateur provincial a bénéficié de l’aide et du soutien de ces concitoyens lors de son arrivée au pouvoir. Il revendique son origine africaine, plus exactement lecpitaine, et Lepcis Magna ne peut qu’être fière de son fils218. Cette présence impériale lui a permis de consolider sa position dans le sud de la province d’Africa et a sans doute joué un rôle dans son choix comme capitale provinciale lors de la réforme de Dioclétien, aux dépenxs de Sabratha. On constate donc une évolution dans le temps, la situation n’étant pas exactement la même au début du iie siècle pour les Antonins, et à la fin de ce siècle, avec Septime Sévère, plus proche des situations postérieures – on peut en particulier penser à Philippe l’Arabe et à ses liens avec sa patria syrienne, Philippopolis219.

49Quoi qu’il en soit, l’image du prince dans sa petite patrie est une version légèrement plus affective que celle que l’on peut trouver dans les autres cités de l’empire, mais une version qui reste respectueuse de la nouvelle place du compatriote élevé à la pourpre. Ce dernier utilise sa patria comme vitrine politique, n’oubliant pas une certaine retenue dans son comportement : il fait preuve d’une grande générosité, mais en se plaçant en dehors du cadre civique comme en témoigne l’absence de termes affectifs dans les hommages qui lui sont rendu. Nous sommes donc bien là dans le cadre de la propagande, construite sur un dialogue dynamique entre le prince et la cité, visant à faire accepter l’idéologie impériale dans tout l’empire romain.

Annexe 1 : Stemma simplifié des Aelii et des Vlpii.

Annexe 2 : Stemma simplifié des Septimii et des Fuluii.

Bibliographie

Bibliographie

Amer, G. et M. Gawlikowski (1985) : “Le sanctuaire impérial de Philippopolis”, MDAI(D), 2, 1-15.

Amores Carredano, F. de et J. M. Rodríguez Hidalgo (1986) : “Pavimientos de opus signinum en Itálica”, Habis, 17, 549-564.

Armani, S., B. Hurlet-Martineau et A. U. Stylow, éd. (2003) : Epigrafía y sociedad en Hispania durante el alto imperio : estructuras y relaciones sociales (Madrid-Alcalá de Henares, 2000), Acta Antiqua Complutensia 4, Alcalá de Henares [2005].

Barnes, T. D. (1967) : “The Family and career of Septimius Severus”, Historia, 16, 87-107.

Beaujeu, J. (1955) : La religion romaine à l'apogée de l'Empire, I, Paris.

Bejarano, V. (1975) : “El emperador Adriano ante la tradición romana”, Pyrenae, 11, 81-98.

Bennett, J. (1997) : Trajan optimus princeps. A life and times, Londres-New-York.

Bergmann, M. (1997) : “Zu den Porträts des Trajan und Hadrian”, in : Caballos & León 1997, 137-153.

Birley, A. R. (1970) : “Some notes on HA Severus”, 1-4, Bonner Historia-Augusta-Colloquium (1968-1969), Bonn, 59-77.

——— (1999) : Septimius Severus, The African Emperor, Londres-New York (1ère éd. 1971).

——— (1997) : Hadrian. The Restless Emperor, Londres-New-York.

Blanco, A. (1977) : “Epigrafía en torno al acueducto de Segovia”, in : Segovia y la arqueología romana (Segovia, 1974), Barcelone, 131-146.

Blanco Freijeiro, A. (1982) : “La Italica de Trajano y Adriano”, in : Ier Jornadas sobre Excavaciones Arqueológicas en Italica (Santiponce, Sevilla), EAE 121, Madrid, 293-298.

Blázquez, J. M. (1982) : “La Hispania de Hadriano”, in : En homenaje a C. Fernández Chicarro, Madrid, 302-317.

Boatwright, M. T. (1997) : “Italica and Hadrian’s Urban Benefactions”, in : Caballos & León 1997, 115-135.

Bonamente, L., éd. (2000) : Historiae Augustae Colloquium Perusinum, VIII, Bari, 149-170.

Broughton, T. R. S. (1929) : The Romanisation of Africa Proconsularis, Baltimore.

Burnand Y., Y. Le Bohec et J.-P. Martin, éd. (1998) : Claude de Lyon, empereur romain, Actes du colloque (Paris-Nancy-Lyon, 1992), Paris.

Caballos Rufino, A. (1984) : “P. Acilius Attianus”, Habis, 15, 237-251.

——— (1987) : “M. Trahius C. f. magistrado de la Italica tardorrepublicana”, Habis, 18-19, 299-317.

——— (1988) : “Los miembros del senado de época de Vespasiano originarios de la provincia Hispania Ulterior Baetica”, in : Actas del I coloquio de Historia Antigua de Andalucía (Córdoba, 1988), II, Cordoue, 7-24.

——— (1989) : “M. Vlpius Traianus pater”, Archivo Hispalense, 219, 9-28.

——— (1990) : Los senadores hispanorromanos y la romanización de Hispania (siglos I-III), I : Prosopografía, Ecija.

——— (1993) : “Los miembros del senado de época de Vespasiano originarios de la provincia Hispania Vlterior Baetica”, in : Actas del I coloquio de Historia Antigua de Andalucía (Córdoba, 1988), Cordoue, 8-24.

——— (1994) : Italica y los Italicenses. Aproximación a su historia, Séville.

——— (1998) : “Trajano emperador de Roma. A los 1900 años de una efemérides”, El siglo que viene, 35-36, Séville, 13-21.

——— (à parâitre) : “Raíces hispanas de la familia imperial. De Trajano a Adriano”, in : Cortés Copete & Muñiz à paraître.

——— (2003) : “Aportaciones epigráficas al estudio del papel de los precedentes familiares en la promoción de los Vlpii Traiani”, in : Armani et al. 2003, 241-267 ;

Caballos Rufino, A. et P. León, éd. (1997) : ITALICA MMCC. Actas del 2200 aniversario de la fundación de Itálica, Séville.

Caballos Rufino, A. et J. M. Rodríguez Hidalgo (1999) : “Hadrien et sa patrie d’Italica”, in : Hadrien, Trésors d’une villa impériale, exposition à Paris du 22 septembre au 19 décembre 1999, Paris, 17-26.

Caballos Rufino, A., J. Marín Fatuarte et J. M. Rodríguez Hidalgo (1999) : Itálica Arqueológica, Séville.

Canto, A. M. (1979) : “El acueducto romano de Itálica”, MDAI(M), 20, 282-338.

——— (1981) : “Notas sobre los pontificados coloniales y el origen del culto imperial en la Bética”, La religión romana en Hispania (Madrid, 1979), Madrid, 143-153.

Castillo, C. (1975) : “Städte und Personen der Baetica”, ANRW, II. 3, Berlin, 601-653.

——— (1982) : “Los senadores béticos. Relaciones familiares y sociales”, EOS, 465-519.

——— (1990) : “Personas y familias notables en la Bética romana”, in : De la Graecia arcaica a la Roma imperial. El Escorial, curso de verano 1989, Madrid, 135-147.

——— (1993) : “Los pontífices de la Bética”, in : Religio deorum, Actas del Coloquio internacional de epigrafía Culto y Sociedad en Occidente, (Tarragone 1988), Barcelone, 83-93.

——— (1993a) : “El emperador Trajano : familia y entorno social”, in : González 1993, 35-47.

Cortès Copete, J. M. et E. Muñiz Grijalvo, éd. (à paraître) : Adriano Augusto. Actas de las Jornadas celebradas en Sevilla, 2002, Séville.

Chastagnol, A. (1994) : Histoire Auguste. Les empereurs romains des iie et iiie siècles, Paris.

Chausson, Fr. (1995) : “L’autobiographie de Septime Sévère”, REL, 73, 183-198.

——— (1998) : “Une hypothèse sur la grand-mère maternelle de Septime Sévère”, Latomus, 57, 391-414.

——— (2000) : “Transmissions de patrimoines dans la famille maternelle d’Antonin le pieux”, CCG, 11, 361-364.

——— (2002) : “Variétés généalogiques. II – Macer auus maternus de Septime Sévère”, in : Bonamente 2002, 149-170.

Christol, M. (1983) : “Hommages publics à Lepcis Magna à l'époque de Dioclétien : choix du vocabulaire et qualité du destinataire”, RD, 61, 331-342.

——— (1997) : L’empire romain du iiie siècle. Histoire politique 192-325 ap. J.-C., Paris.

——— (1997a) : “L’épigraphie de Dougga et la carrière de Plautien”, in : Khanoussi & Maurin 1997, 127-140.

Clavel, M. (1970) : Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris.

Cogitore, I. (1992) : “Séries de dédicaces italiennes à la dynasties julio-claudiennes”, MEFRA, 104, 2, 817-870.

——— (2000) : “Les honneurs italiens aux femmes de la famille impériale de la mort de César à Domitien”, in : Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien, Coll. EFR 271, Rome, 237-266.

Corbier, M. (1974) : “Plautien, comes de Septime Sévère”, in : Mélanges Boyancé, Coll. EFR 22, Paris, 213-217.

——— (1977) : “Le discours du prince d'après une inscription de Banasa”, Ktema, 2, 211-232.

Corzo Sánchez, R. (1993) : “El teatro de Itálica”, Teatros romanos de Hispania, Cuadernos de arquitectura romana 2, 157-171.

Daguet-Gagey, A. (2000) : Septime Sévère. Rome, l’Afrique, l’Orient, Paris.

Di Vita, A. (1982) : “Gli emporiae di Tripolitania dall’età di Massinissa a Diocleziano : un profilo storico-istituzionale”, ANRW, II. 10-2, 515-595.

Di Vita-Évrard, G. (1963) : “Un nouveau proconsul d’Afrique, parent de Septime Sévère”, MEFRA, 75, 2, 339-414.

——— (1965) : “Nuova dedica a C. Fulvio Plauziano”, Libya Antiqua, 2, 133-134.

——— (1966) : “Nuova dedica a Caio Fulvio Plauziano”, Suppl. to Libya Antiqua, 2, 83-84.

——— (1983) : “Note sur quelques timbres d’amphores de Tripolitaine : l’huile de Lepcis”, BCTH, 19, B, 147-159.

——— [1989], (1984-1985) : “L. Septimius Seuereus et L. Septimius Geta”, BCTH, 20-21, B, 129-130.

——— (1999) : “La famille de l’empereur : pour de nouveaux Mémoires d’Hadrien”, in : Hadrien, Trésors d’une villa impériale, exposition à Paris du 22 septembre au 19 décembre 1999, Paris, 27-36.

Di Vita-Évrard, G., Di Vita, A. et Bachielli, G. (1998) : La Libye antique. Cités perdues de l’Empire romain, Paris.

Dupuis, X. (1996) : “La concession du ius Italicum à Carthage, Utique et Lepcis Magna : mesure d’ensemble ou décisions ponctuelles ?” in : Splendidissima ciuitas. Hommages Fr. Jacques, Paris, 57-65.

Durry, M. (1965) : “Sur Trajan père”, in : Les empereurs romains d’Espagne. Actes du colloque international (Madrid-Italica, 1964), Paris, 45-54.

Étienne, R. (1965) : “Les sénateurs espagnols sous Trajan et Hadrien”, in : Les empereurs romains d’Espagne. Actes du colloque international (Madrid-Italica, 1964), Paris, 55-85.

Gagé, J. (1969) : “Italica adlectio. À propos de certaines formes du ius Italicum en Espagne au temps de Trajan”, REA, 71, 65-84.

Galsterer, H. (1997) : “Die Stadt Italica : status und Verwaltung”, in : Caballos & León 1997, 49-64.

García y Bellido, A. (1949) : Esculturas romanas de España y Portugal, Madrid.

——— (1951) : Catálogo de los retratos romanos, Madrid.

——— (1960) : Colonia Aelia Augusta Italica, Madrid.

——— (1965) : “La Italica de Hadriano”, in : Les empereurs romains d’Espagne. Actes du colloque international (Madrid-Italica, 1964), Paris, 1965, 7-26.

Garzón Blanco, J. A. (1993) : “La visita de Adriano a Hispania : los sucesos acaecidos en la Bética”, in : Actas I coloquio de Historia Antigua de Andalucía (Córdoba, 1988), Cordoue, I, 443-454.

Gascou, J. (1972) : La politique municipale de l’empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Coll. EFR 8, Rome.

——— (1982) : “La politique municipale de Rome en Afrique du Nord. I, De la mort d’Auguste au début du iiie siècle”, ANRW, II. 10-2, 136-229.

Gil, J. (1986) : “La inscripción italicense de Trahius”, Gerión, 4, 325-327.

González, J., éd. (1993) : Imp. Caes. Nerva Traianus Aug., Séville.

Grant, M. (1996) : The Severans. The Changed Roman Empire, Londres-New York.

Guey, J. (1950) : “Lepcitana Septimiana, VI”, 1, Revue africaine, 94, 51-84.

——— (1952) : “Lepcitana Septimiana, VI”, 2, Revue africaine, 96, 25.

Halfmann, H. (1986) : Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im römischen Reich, Stuggart.

Henderson, B. W. (1923) : The life and principate of the emperor Hadrian, Londres.

Højte, J. M. (2000) : “Imperial Visits as Occasion for the Erection of Portrait Statutes ?”, ZPE, 133, 221-235.

Jacques, Fr. (1982) : “Les curateurs des cités africaines au iiie siècle”, ANRW, II. 10-2, 62-135.

——— (1984) : Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Coll. EFR 76, Rome.

Jiménez, A. (1982) : “Teatro de Itálica. Primera campaña de obras”, Italica (Santiponce, Sevilla), EAE, 121, Madrid, 279-290.

Khanoussi, M. et L Maurin, éd. (1997) : Dougga (Thugga). Études épigraphiques, Ausonius Études 1, Bordeaux.

Keay, S. (1997) : “Early roman Italica and the romanisation of western Baetica”, in : Caballos & León 1997, 21-48.

Kloft, H. (1970) : Liberalitas Principis, Herkunft und Bedeutung, Kölner historische Abhandlungen 18, Cologne.

Kornemann, E. (1905) : Kaiser Hadrian und der letzte grosse Historiker von Rom, Leipzig.

Kotula, T. (1985) : “Septime Sévère a-t-il visité l’Afrique en tant qu’empereur ?” Eos, 73, 151-165.

Le Roux, P. (2002) : “L’amor patriae dans les cités sous l’empire romain”, in : Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain. Hommage Cl. Lepelley, Paris, 143-161.

Lefebvre, S. (1994) : “Évolution des lieux publics à Lepcis Magna (Tripolitaine)”, in : Actes du XIVe Congresso Internacional de Arqueología clásica. La ciudad en el mundo romano, (Tarragone, 1993), Tarragone, 237-241.

——— (1994a) : Optimus princeps, optimus praeses, optimus ciuis. Les hommages publics en Bétique, Lusitanie et Maurétanie Tingitane, thèse dactilographiée soutenue à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, janvier.

——— (1998) : “Critères de définition des hommages publics dans l'Occident romain”, BSAF, 100-111.

León Alonso, P. (1982) : “La zona monumental de la nova urbs”, Ier Jornadas sobre Excavaciones Arqueológicas en Italica (Santiponce, Sevilla), EAE, 121, Madrid, 98-132.

León, P. (1988) : Traianeum de Italica, Séville.

——— (2001) : Retratos romanos de la Bética, Séville.

Letta, C. (1987) : “La famiglia di Settimio Severo”, L’Africa romana, 4, 531-545.

Levick, B. (2002) : Claude, Gollion.

Longden, R. P. (1965) : “Nerva and Trajan”, The Cambridge Ancient History, 11, (1936), 19653, 188-222.

Luzón Nogué, J. M. (1975) : La Itálica de Adriano, Séville.

Miller, S. N. (1961) : “The army and the impérial house”, The Cambridge Ancient History, 12, (1939), 19613, 1-57.

Navarro, F. J. (2001) : “La presencia del emperador en las ciudades de la Hispania romana”, in : De Augusto a Trajano. Un siglo en la historia de Hispania, Pampelune, 33-55.

Nierhaus, R. (1965) : “Zum wirtschaftlichen Aufschwung der Baetica zur Zeit Trajans und Hadrians”, in : Les empereurs romains d’Espagne. Actes du colloque international (Madrid-Italica, 1964), Paris, 181-194.

——— (1966) : “Die wirtschaftlichen Voraussetzung der Villenstadt von Italica”, MDAI(M), 7, 189-205.

——— (1966a) : “Hadrians Verhältnis zu Italica”, in : Römische Forshungen in niederösterreich. Band 5, Corolla memoriae E. Swoboda dedicata, Graz-Cologne, 151-168.

Orgeval, B. d’ (1950) : L’empereur Hadrien, œuvre législative et administrative, Paris.

Raepsaet-Charlier, M.-Th. (1993) : “Nouvelles recherches sur les femmes de l’ordre sénatorial du Haut-Empire romain”, Klio, 75, 257-271.

Rodríguez Hidalgo, J. M. (1987-1988) : “Reflexiones en torno a la Itálica de Adriano”, Habis, 18-19, 583-589.

——— (1997) : “La nueva imagen de la Itálica de Adriano”, in : Caballos & León 1997, 87-113.

Rodríguez Neila, J. Fr. (1987-1988) : “Elogio público de un magistrado municipal romano”, Habis, 18-19, 407-435.

Romanelli, P. (1959) : Storia delle province romane dell’Africa, Rome.

Syme, R. (1964) : “Hadrian and Italica”, JRS, 54, 142-149 (= RP, II, 1979, 617-628).

——— (1965) : “Hadrian the Intellectual”, in : Les empereurs romains d’Espagne. Actes du colloque international (Madrid-Italica, 1964), Paris, 243-253 (= RP, VI, 1991, 103-114).

——— (1988) : “Journeys of Hadrian”, ZPE, 73, 159-170 (= RP, VI, 1991, 346-357).

Thomasson, B. E. (1996) : Fasti Africani, Seantorische und ritterliche Amsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm.

Thornton, M. R. (1975) : “Hadrian and his reign”, ANRW, II. 2, 432-476.

Thouvenot, R. (1940) : Essai sur la province romaine de Bétique, BEFAR 149, Paris.

Tomasi, T. (1971) : “Lucius Ceionius Commodus Aelius Caesar”, RIN, 73, 101-106.

Weber, W. (1907) : Untersuchungen zur Geschichte des Kaisers Hadrianus, Leipzig.

——— (1965) : “Hadrian”, CAH, 11, (1936), 19653, 294-324.

Yoynbee, J. M. C. (1934) : The Hadrianic School, Cambridge.

Notes

1 Je n’ai bien évidemment pas retenu le cas de Claude, né à Lyon, mais dont la patria est Rome, même si ses liens avec cette cité sont importants ; cf. la Table claudienne (CIL, XIII, 1668 Lyon ; Tac., Ann., 11.23-25) ; Burnand, Le Bohec, Martin 1998 ; Levick 2002.

2 Hérodien 2.9.2 : Σεβῆρος, ἄνὴρ τò μὲν γένος Λίβυς ; Aurelius Victor 20.19 : Quin etiam Tripoli, cuius Lepti oppido oriebatur… ; SHA, Seu., 1.2 : Cui ciuitas Lepti ; 18, 3 : Tripolim, unde oriundus erat ; Eutrope 8.18.1 : oriundus ex Africa, prouincia Tripolitana, oppido Lepti… ex Africa imperator fuit. Cf. Romanelli 1959, 392-435 ; Barnes 1967, 87 ; Birley 1988, IX ; 1 ; Daguet-Gagey 2000, 44-45.

3 Aurelius Victor 13.1 : Namque Vlpium Traianum Italica, urbe Hispaniae, ortum ; Eutrope 8.6.1 : natus Italicae, in Hispania. Cf. Caballos Rufino 1988, 24, no 17 ; Id. 1990, 314-315, no 168 ; Bennett 1997, 1 ; Caballos Rufino 1998, 13 : “Italica, patria de Trajano” ; Caballos Rufino, Marín Fatuarte, Rodríguez Hidalgo 1999, 29 : “Aun cuando resulta indudable que su patria era Itálica, no sabemos si nació precisamente allí, como creemos que sigue siendo lo más verosímil, o ya en la misma Roma” ; Caballos Rufino 2003 : “nada hay que parezca excluir tajantemente un nacimiento de Trajano en Itálica”. Je remercie A. Caballos Rufino de m’avoir permis d’inclure ses conclusions dans cet article.

4 Caballos Rufino 1989, 14.

5 SHA, Vita Hadr., 1.3 : Natus est Romae ; cf. Kornemann 1905, 8 ; Syme 1964, 142 ; Canto 1981, 148, reprenant Syme 1965, 246 et note 15 ; Caballos Rufino 1990, 40-44, no 7 ; Id. 1994, 103 ; Chastagnol 1994, 4 ; Birley 1997, 10 ; Caballos Rufino et al. 1999, 30.

6 Eutrope 8.6.1 : Natus et ipse Italicae in Hispania. Cf. Weber 1907, 14 ; Orgeval 1950, 17 ; Bejarano 1975, 81 : “Adriano, nativo de Itálica” ; PIR2, A, 184 propose les deux localisations. Ils s’appuient en particulier sur le verbe redit employé par la SHA, Vita Hadr., 2.1 ; cf. Syme 1964, 143. Cf. Gel., Noctes Atticae, 16.13.4 : diuus Hadrianus in ortaione, quam “de Italicensibus”, unde ipse ortus fuit ; Jérome, Chron., 16.117 : Hadrianus Italicae in Hispania natus ; App., Hisp., 38 : ἣν ἀπò τῆς ’ιταλίας Ιταλικὴν ἐκάλεσε καὶ πατρίς ἐστι Τραϊανοῦ τε καὶ Ἀδριανοῦ τῶν ὕστερον Ρωμαίοις ἀρξάντων τὴν αὐτοκράτορα ἀρχήν.

7 SHA, Vita Ant., 1.8 : Ipse Antoninus Pius natus est… in uilla Lanuuina.

8 Ibid., 1.1 : Tito Aurelio Fuluo Boionio Antonino Pio paternum genus e Gallia Transalpina, Nemausense scilibet.

9 Arrius Antoninus (PIR2, A, 1086).

10 SHA, Vita Ant., 1.1 : auus Titus Aurelius Fuluus… ad secundum consulatum.. peruenit.

11 SHA, Vita Ant., 1.4 : auia materna Boionia Procilla. Cf. PIR2, B, 142 ; FOS, 148.

12 Chastagnol 1994, 85, note 2.

13 Cf. Annexe 1 : “Stemma simplifié des Aelii et des Vlpii”.

14 Blanco Freijero 1982, 293 ; Barnes 1967, 87 ; Castillo 1982, 475 ; Ead. 1990, 136 ; Ead. 1993a, 36.

15 Pseudo Aurelius Victor 13.1 : Vlpius Traianus ex urbe Tudertina, Vlpius ab auo dictus, Traianus a Traio paterni generis auctore uel de nomine Traiani patris sic apellatus. A été retrouvé à Tuder, une inscription mentionnant un M. Traius (CIL, XI, 4686 : M. Traio M.f.). Il s’agirait donc plutôt de la gens grand maternelle, qu’il faudrait rattacher à cette cité d’Ombrie ; Caballos Rufino 1987, 314 ; Id. 1989, 13 ; Id. 1994, 83.

16 Aurelius Victor 13.1 : amplissimi ordinis tamen, atque etiam consulari loco ; Eutrope 8.2.1 : familia antiqua magis quam clara. Nam pater eius primum consul fuit. Castillo 1982, 468 rappelle que Vespasien lui octroie le patriciat. Cf. Caballos Rufino 1993, 23-24 ; Id. 1994, 81 ; 83-89. Sur les origines des Vlpii Traiani, cf. Caballos Rufino 2003. Je remercie vivement A. Caballos Rufino qui a bien voulu me confier ses conclusions.

17 ILS, 8970 Milet : […. M(arcum) Vlp]ium Traianum co(n)s(ulem), lega[tum imp(eratori) Titi C]aes[aris d]iui Vespas[ia]ni f(ilii) Vespa[siani Aug(usti) pro pra]et(ori) prouinciae Syriae, proco(n)s(ulem) Asiae et Hispaniae B[a]eticae ……

18 CIL, II, 1157 (ILER, 4089) = ERIT, 154 = CILA, II, 488 : M. Vlpius Heuretus ; ILER, 6105 = ERIT, 155 = CILA, II, 489 : L. Vlpius Primius ; CIL, II, 1158 = ERIT, 156 = CILA, II, 490 : L. Vlpius L. lib. Rusticus ; ILER, 6463 = ERIT, 157 = CILA, II, 491 : Vlpia Filete. cf. Caballos Rufino 1994, 84.

19 Castillo 1993a, 36. Pour Caballos 1989, de Trea.

20 Gil 1986 (AE, 1987, 494) ; Amores Carredano et Rodríguez Hidalgo 1986 ; Caballos Rufino 1987, en particulier à partir de la p. 313 ; Caballos Rufino 1989, 10-11 ; Id. 1994, 67 ; Caballos Rufino et al. 1999, 26.

21 Castillo 1993, 85.

22 AE, 1978, 402 = ERIT, 49 = CILA, II, 383 Italica, orchestre du théâtre. Cf. Canto 1981, mais avec la restitution de [Fabius ?] à la place de [Traius], suivant l’inventeur du texte, Blanco 1977, 134-139 et fig. 2. Cf. Caballos Rufino 1989, 14 ; Caballos Rufino 1994, 74-75 ; 84 qui préfère restituer T[itius].

23 FOS, 521.

24 Castillo 1993a, 39 ne retient pas cette hypothèse. Cf. FOS, 521.

25 PIR2, B, 55.

26 Par exemple, CIL, II, 1133 Italica : C. Marcius Apilus, magister larum Augustorum et genii Caesaris Augusti ; CIL, II, 2290 Corduba : C. Marcius Celsus, père de Marcia Celsa ; 2291 : Q. Marcius Q. f. HFVL… ; 2292 : Marcia Antiocis ; 2334 Peñaflor : Marcia Antiocis ; 1978 Abdera : Marcia C. f. Celsa, sacerdos perpetua ; 1988 : G. M (arcius) Proculus ; 1989 : Marcius Callistus, père de Marcia Stratonice ; 1934 Lacippo : C. Marcius December, seuir ; 1935 : C. Marcius Niger, flamen ; 1936 : C. Marcius Cephalo, flamen ; 985 Ceret ? : [L.] M[arci]us L. [fil.] Rufus ; 1286 Salpensa : L. Marcius L. f. n. L. pron. C. abn. Saturninus, fils de [L. Marcius L ; f. Qui]rina ; 1400 Marchena : Marcia ; 1848 Gades : Marcia liberta Iuuenis ; 1849 : Marcia Q. f. Fibulla ; 1850 : Marcia Rogata ; 1375 Basilipo : Marcia L. f. Lucilla…

27 Gel., Noctes Atticae, 16.13.4. Cf. Birley 1997, 12

28 SHA, Vita Hadr., 1.1 : Origo imperatoris Hadriani uetustior a Picentibus… manat si quidem ortos maiores suos ; 19.1 : et item Hadriae quinquennalis, quasi in alia patria ; Pseudo Aurelius Victor 14.1 : Aelius Hadrianus, stirpis Italae, Aelio Hadriano, Traiani principis consobrino, Hadriae orto genitus, quod oppidum agri Piceni etiam mari Hadriatico nomen dedit. Cf. Castillo 1975, 633 ; Ead. 1990, 136 ; Caballos Rufino 1994, 83 ; Id. 2003.

29 SHA, Vita Hadr., 1.1 : posterior ab Hispaniensibus manat… maiores suos apud Italicam Scipionum temporibus resedisse. Cf. Barnes 1967, 87.

30 Il est dit compatriote de Trajan : Aurelius Victor 13.11 : ascito prius ad imperium Hadriano ciui propinquoque.

31 CIL, III, 550 = IG, II2, 3286 (ILS, 308) Athènes : P(ublio) Aelio P(ublii) f(ilio) Serg(ia) Hadriano.

32 PIR2, A, 185 ; Castillo 1982, 488-489, no 4 ; Caballos Rufino 1988, 16-17, no 1 ; Id. 1990, 44-45, no 8 ; Id. 1993, 16-17 ; Id. 1994, 82 ; 88-89 ; Caballos Rufino et al. 1999, 29.

33 Syme 1964, 144.

34 Comme le rappelle Di Vita-Évrard 1999, 27.

35 Étienne 1965, en particulier 60-61, no 5 ; 67, no 19 ; Castillo 1982, 487 mentionne au moins quatre autres gentes. Cf. également Caballos Rufino 1993.

36 PIR2, D, 185 ; FOS, 330 ; Raepsaet-Charlier 1993, 263-264, avec les nouvelles propositions.

37 Selon la SHA, Vita Hadr., 1.2.

38 SHA, Vita Hadr., 1.2 : mater Domitia Paulina Gadibus orta. Cf. Birley 1997, 10-11 ; Caballos Rufino et al. 1999, 30-31.

39 Selon Di Vita-Évrard, 1999.

40 Syme 1964, 145 ; Castillo 1982, 467 ; 474 ; 501-503, no 47, 47a, 48, 49 ; Castillo 1990, 143-146 ; mais surtout Di Vita-Évrard 1999, 32 ; Caballos Rufino 2003 ; Id. 2004.

41 Mais pas avant les mariages des enfants d’Annius Verus, cos III selon Di Vita-Évrard 1999, 32 ; son fils épouse Domitia Lucilla, la jeune sœur d’Hadrien.

42 Cf. Annexe 2 : “Stemma simplifié des Septimii et des Fuluii”.

43 SHA, Vita Seu., 1.2 : pater Geta, maiores equites Romani ante ciuitatem omnibus datam ;… patrui Aper et Seuerus, consulares ; Vita Geta, 2.1 : Geta autem dictus est uel a patrui nomine uel aui paterni ; Aurelius Victor 20.32 : Ita Geta, cui nomen paterno ab auo erat. Cf. stemma.

44 Birley 1970, 63-65 ; Letta 1987, 531 : “la probabilità di un’origine italica della famiglia”.

45 Grant 1996, 7 ; Chausson 1998, 391 ; Daguet-Gagey 2000, 38.

46 SHA, Vita Seu., 1.2 : mater Fuluia Pia… auus maternus Macer, paternus Fuluius Pius fuere. Cf. Barnes 1967, 94 ; Daguet-Gagey 2000, 43 et note 25 ; 443 ; Chausson 2002.

47 Grant 1996, 7 ; Chausson 1998, 395 ; Daguet-Gagey 2000, 43.

48 Chausson 1998, 396-398 ; Daguet-Gagey 2000, 43-44.

49 SHA, Vita Ant., 1.8 : Educatus Lori in Aurelia.

50 Son père mène une carrière sénatoriale qui a conduit la famille à s’installer à Rome ; néanmoins Caballos Rufino 2003 pense que le futur empereur a pu revenir à Italica en 65, lors du gouvernement de son père en Bétique, ainsi qu’en 87, quand lui-même commande la legio VIIa Gemina.

51 Même si aux yeux de Nerva, selon Dion Cassius, Trajan est un Ibère plus qu’un Italien (D.C. 68.4.1 : οὐδ’ αὖ ὅτι ῎ιβηρ ὁ Τραϊανòς ἀλλ’οὐκ’Ἰταλòς οὐδ’Ἰταλιώτης ἦν.

52 SHA, Vita Hadr., 1.4 : Vlpium Traianum praetorium tunc, consobrinum suum…. tutores habuit. Cf. Castillo 1982, 515, no 94.

53 D.C. 69.1.2 : ὅ τε ’αττιανòς πολίτης ; Castillo 1982, 488, no 3 ; Caballos Rufino 1984, 238 ; Id. 1990, 31-38, no 5 ; Id. 1994, 99-102 ; Birley 1997, 16 ; Caballos Rufino et al. 1999, 30.

54 Il aurait pu s’y rendre dans sa petite enfance sans que ce séjour soit mentionné par les biographes, mais cela semble peu probable ; cf. Chastagnol 1994, 18, note 1 ; Caballos Rufino 2003.

55 SHA, Vita Hadr., 2.1 : Quinto decimo anno ad patriam redit. Cf. Caballos Rufino 1994, 103 ; Birley 1997, 19-20.

56 SHA, Vita Hadr., 2.1 : ac statim militiam iniit. Pour certains (Thouvenot 1940, 178), il aurait été intégré dans la cohors Baetica, mais cette hypothèse est aujourd’hui rejetée au profit de son entrée dans un collège ; cf. Caballos Rufino 1994, 104 ; Caballos Rufino & Rodríguez Hidalgo 1999, 17-18.

57 SHA, Vita Hadr., 2.2 : Quare a Traiano abductus a patria.

58 Caballos Rufino & Rodríguez Hidalgo 1999, 19-20 ; Caballos Rufino 2003.

59 Syme 1964, 144 dit même : “the consequences ara far from negligible”.

60 Syme 1964, 144 : “Hadrian did not become a ‘Graeculus’ at Italica”.

61 SHA, Vita Hadr., 3.1 (en 101) : in qua cum orationem imperatoris in senatu agrestius pronuntians risus esset. Cf. Syme 1964, 144.

62 SHA, Vita Seu., 1.4. Cf. Birley 1988, x ; 1 ; Daguet-Gagey 2000, 49-50.

63 Daguet-Gagey 2000, 101-120 ; 128-135.

64 PIR, S, 102 ; Thomasson 1996, 68, no 85.

65 PIR2, D, 77 ; Thomasson 1996, 112, no 41.

66 SHA, Vita Seu., 2.2 : Adulterii causam dixit absolutusque est a Iuliano proconsule. Cf. Birley 1988, 45.

67 Ibid., 2.3 : atque inde Africam petit, ut mortuo patre rem domesticam conponeret. Cf. Barnes 1967, 92 ; Birley 1988, 49-50 ; Daguet-Gagey 2000, 132.

68 SHA, Vita Seu., 2.5 : legationem proconsulis Africae accepit. Cf. Barnes 1967, 88 ; 90 ; 92 ; Birley 1988, 51 ; Thomasson 1996, 112, no 43 ; Daguet-Gagey 2000, 135-141.

69 Di Vita-Évrard 1963 (AE, 1967, 536) ; Thomasson 1996, 71, no 89.

70 On peut penser que la mention du jeune légat sur cette inscription de Lepcis Magna est liée à son passage dans sa cité natale, ou tout au moins est l’indication du territoire supervisé par L. Septimius Seuerus. Cf. Daguet-Gagey 2000, 139. De plus une anecdote renvoie très certainement à un séjour du Lepcitain dans sa patria : SHA, Vita Seu., 2.6 : In qua legatione cum eum quidam municipum suorum Lepcitanus praecedentibus fascibus ut antiquum contubernalem ipse plebeius amplexus esset… Daguet-Gagey 2000, 140 place l’épisode à Carthage, alors qu’Birley 1988, 51 le place à Lepcis Magna.

71 Birley 1988, 51 : “The proconsul himself may not have presided at the dedication”.

72 IRT, 410 ; 411 : Pacciae Marcianae / quondam uxoris domini / nostri imperatoris Caesaris / Luci Septimi Seueri pii Perti/nacis Augusti….. ; SHA, Vita Seu., 3.2 : Vxorem tunc Marciam duxit… Cui postea in imperio statuas conlocauit. Cf. Birley 1988, 52 ; Daguet-Gagey 2000, 145.

73 Il est gouverneur de Germanie Supérieure depuis l’automne 96.

74 L’adoption a lieu le 27 octobre 97.

75 À Nîmes, aucun document ne mentionne Antonin comme prince héritier.

76 Daguet-Gagey 2000, 375.

77 IRT, 387 Lepcis Magna.

78 Par exemple pour Maximin (IRT, 452 Lepcis Magna.) et pour Aurélien : CIL, V, 4319 (ILS, 579) Brixia : conseruatori orbis / L(ucio) Domitio Aureliano. Associé à d’autres termes, conseruator est présent dans la titulature impériale dès Caligula (CIL, XI, 3872 (ILS, 159) Capena). Cf. Lefebvre 1994a, 102-103.

79 Je ne suis pas totalement d’accord avec l’affirmation suivante de Birley 1988, 149 : “The process (ériger des statues des membres de la famille impériale) had doubtless begun in the summer of 193, althrough the first dated examples belong to 197”.

80 IRT, 418 Lepcis Magna.

81 Barnes 1967, 99 ; Chausson 1998, 399-403 ; Daguet-Gagey 2000, 44.

82 IRT, 388 Lepcis Magna.

83 IRT, 440 Lepcis Magna.

84 Hartmann 1986, 190 ; rien dans Thornton 1975. Sur la situation hispanique à cette époque, cf. Blázquez 1982.

85 SHA, Vita Hadr., 12.3 : Post haec Hispanias petit et Taracone hiemauit. Cf. Kornemann 1905, 44-45 ; Garzón Blanco 1993 ; Galsterer 1997, 61 ; Birley 1997, 146-149.

86 D.C. 69.10.1 : τὴν δὲ πατρίδα καίπερ μεγάλα τιμήσας καὶ πολλὰ καὶ ὑπερήφανα αὐτῇ δούς, ὅμως οὐκ εἶδε. Cf. Henderson 1923, 13 ; 83 ; Syme 1964, 145 ; Syme 1988, 160-161 ; Caballos Rufino 1994, 109 : “No tenemos constancia de que Adriano volviera a su patria italicense desde aquella primera estancia juvenil” ; Boatwright 1997, 119 ; Højte 2000, 229.

87 Cf. ci-dessous, l’octroi du statut de colonie à Italica.

88 SHA, Vita Hadr., 12.4 : Omnibus Hispanis Tarraconem in conuentum uocatis. Gagé 1969, 68 pense que seule la Tarraconaise était concernée ; mais alors pourquoi employer le pluriel ?

89 Ibid. 12.4 : dilectumque.

90 Syme 1964, 145-146 ; Syme 1965, 244, note 2.

91 SHA, Vita Hadr., 12.4 : uehementissime ceteris.

92 Ibid., 12.4 : ioculariter. Cf. Gagé 1969, 66 qui va jusqu’à parler de “plaisanteries de la part des Italici” ; Birley 1997, 148.

93 On peut ainsi supposer que ces délégués ont connu le jeune Hadrien adolescent.

94 Syme 1964, 145.

95 Birley 1997, 149. Cette opinion n’est pas admise par tous, cf. par exemple Garzón Blanco 1993, 451 : “Adriano también visito la tierra que le vió nacer ( !) Itálica”.

96 Syme 1964, 145, suivant Weber 1907, 116.

97 Syme 1964, 146 dit même qu’“Hadrian was ‘exeedingly wroth’ with the Italicenses, his fellowtownsmen, and with them alone”. Mais pour affirmer cela, il amende le texte. La traduction proposée par Chastagnol 1994, 35 me paraît davantage correspondre aux relations qui pouvaient exister entre Hadrien et la population d’Italica. Pour le rappel de la discussion sur ce thème, cf. Caballos Rufino & Rodríguez Hidalgo 1999, 21.

98 D.C. 69.10.1.

99 Mais doit-on toutes les dater de cette période très courte du voyage ? Kotula 1985, 158 pense que non. Daguet-Gagey 2000, 369-370 rappelle que l’ensemble des mesures concernant les provinces africaines doivent être placées entre 198 et 205.

100 Philostrate, Vies des sophistes, 2.20.2.

101 Kotula 1985.

102 Birley 1988, 146-154 ; Di Vita 1982, 535 : Christol 1997, 32 ; Di Vita-Évrard et al. 1998, 108 ; Daguet-Gagey 2000, 374 et note 20 ; 482.

103 Il a longtemps été placé en 203-204 ; cf. Miller 1961, 20-21 ; Kotula 1985, 151-152 qui rappelle les diverses hypothèses et la bibliographie antérieure ; Romanelli 1959, 396 ; Grant 1996, 8. Mais Birley 1988, 146-154 le place plus tôt ; Daguet-Gagey 2000, 373.

104 Il pourrait s’agir de son désir de lutter contre les tribus belliqueuses du sud de la province ; cf. les explications de Kotula 1985, 154 d’après Aurelius Victor 20.19 et SHA, Vita Seu., 18.3. Mais, cela ne semble pas être une raison suffisante pour pousser un prince à se rendre dans une province. En cela, je rejoins Kotula 1985, 157.

105 Une inscription pourrait évoquer sa venue à Lepcis : IRT, 292 Lepcis Magna : I(oui) O(ptimo) M(aximo) / Dolicheno, / pro salute et uictoria domi/norum nostrorum Aug(ustorum trium) et / [[C(ai) Fului Plautiani, pr(aefecti) pr(aetorio), c(larissimi) u(iri) / et necessari Aug(ustorum trium)]] et redi/[tu] Imp(eratorum trium) in urbem [s]uam ; / T(itus) Flauius Marinus, (centurio) leg(ionis) / [III A]ugustae) u(otum) l(ibens) p(osuit). Cf. Guey 1950, 55-67.

106 Chausson 1998, 401 en fait un cousin germain de Septime Sévère. Sur sa présence lors de ce voyage, cf. Corbier 1974.

107 Gel., Noctes Atticae, 16.13.4.

108 D.C. 69.10.1. Cf. Syme 1965, 244, note 2 ; Galsterer 1997, 61-62.

109 Gel., Noctes Atticae, 16.13.4 : Quae tamen condicio, cum sit magis obnoxia et minus libera.

110 App., Hisp., 38 : ὀλίγην στρατιὰν ὡς ἐπὶ εἰρήνῃ καταλιπών, συνώκισε τοὺς πραυματίας ἐς πόλιν, ἦν ἀπò τῆς Ἰταλίας ’ιταλικὴν ἐκάεσε. Cf. en dernier lieu Keay 1997,

111 Caballos Rufino & Rodríguez Hidalgo 1999, 21.

112 Gel., Noctes Atticae, 16.13.4 : potior tamen et praestabilior existimatur, propter amplitudinem maiestatemque populi Romani cuius istae coloniae quasi effigies paruae simulacraque esse quaedam uidentur.

113 Syme 1964, 145 ; Caballos Rufino 1994, 113-115.

114 Dupuis 1996, 60-61 : “cette ville, patrie de l’empereur et du préfet du prétoire… ait su tirer profit des relations privilégiées qu’elle entretenait avec le pouvoir impérial et réussi à obtenir avant Carthage un privilège aussi envié”.

115 Dig., 50.15.8.11 : In Africa Carthago, Vtica, Lepcis Magna a diuis Seuero et Antonino iuris Italici factae sunt. Cf. Romanelli 1959, 418 ; Barnes 1967, 105 ; Gascou 1972, 197 ; 226 ; Id. 1982, 216-217 ; Dupuis 1996, 59 ; Birley 1988, 150 ; Daguet-Gagey 2000, 375.

116 Sur la reconnaissance des Lepcitani, cf. Di Vita-Évrard 1983, 157-158, n. 77 ; les Lepcitains auraient offert “en manière de compensation… une contribution en huile conséquente”.

117 Sise à quelques kilomètres d’Hispalis et entourée de nombreuses autres cités comme Ilipa, Osset, Italica ne possède qu’un territoire réduit.

118 D.C. 69.10.1 ; Syme 1964, 144 ; Rodríguez Hidalgo 1997, en particulier le plan p. 109.

119 Le théâtre existe depuis l’époque augustéenne au moins. Cf. Jiménez 1982 ; Corzo Sánchez 1993 ; Keay 1997, 42.

120 Nierhaus 1966 ; Luzón Nogué 1975 ; Blázquez 1982, 309 ; León Alonso 1982.

121 CILA, II, 579 Italica : C(oloniae) A(eliae) A(ugustae) I(talicensium) sur une fistule de plomb.

122 Elle peut être datée du milieu du iie s., et il difficile de savoir à qui l’attribuer : Hadrien, dans la suite de son projet urbanistique ou Marc Aurèle, en relation avec les menaces des invasions maures. Cf. Blázquez 1982, 311-312.

123 Cette désignation n’est attestée ni par les sources littéraires, ni par les sources épigraphqiues, ni par le décor ou la statuaire ; il pourrait s’agir d’un Hadrianeum.

124 SHA, Vita Hadr., 19.9 : numquam ipse… nomen suum scripsit. Néanmoins, les tuyaux de plomb découverts dans los baños de la reina mora et dans l’aqueduc portent la marque imp(eratoris) C(aesaris) H(adriani) A(ugusti) (CILA, II, 366). Cf. Canto 1979.

125 Caballos Rufino 1994, 97 : “expresión feliz en su momento, hoy obsoleta” ; Caballos Rufino & Rodríguez Hidalgo 1999, 23 parlent d’une “façon impropre” de désigner l’extension par cet auteur.

126 Rodríguez Hidalgo 1987-1988, 585.

127 CILA, II, 367 Italica, aux environs du théâtre : XXV. / Hadrianus / Aug(ustus) / fecit. La titulature peut paraître inhabituelle ; cf. Caballos Rufino 1994, 117 ; Caballos Rufino & Rodríguez Hidalgo 1999, 23. García y Bellido 1965, 22 dit “Son, pudieramos decir sin hipérbole, ‘de lujo’”.

128 CIL, XIV, 4235 (ILS, 318) Tibur : [… ob libe] ralitates publ[lic. …..] / [imp. Caes. T]raiani Hadria[nii Aug.] / [pont. max., trib. pot. X]X, cos. III, p. p., im[p. II erg]a prou[inciam] Hispaniam Baetica[m], ex a. d.] III id. Aug. Q. A[quilio Nigro M.] Rebilo Aproniano cos., in a [d. X]IIII k. Ian. [L. Tutilio Luperco P. Calpu]rnio Atiliano cos. Cf. Caballos Rufino 1994, 111-112 ; néanmoins, il faut relativiser cette générosité, qui n’a rien d’exceptionnelle ; cf. Nierhaus 1965.

129 Beaujeu 1955, 424. L’association entre liberalitas et distributions existait déjà avant ; cf. Plin., Pan., 25.3 : quantaeque tibi curae fuit ne quis expers liberalitatis tuae fieret ? ; 27.3 : Quocirca nihil magis in tota tua liberalitate laudauerim ; 28.4 : quae liberalitas principis nostri conquisiuit, inuenit, adsciuit … Sur la liberalitas, cf. Kloft 1970, 170 en particulier.

130 Rodríguez Neila 1987-1988, 419-420.

131 Plin., Ep., 7.31.4 : a Corellio nostro ex liberalitate imperatoris Neruae emendis diui dendisque agris adiutor adsumptus ; Pan., 38.2 ; 4 ; 86.5.

132 Plin., Ep., 1.8.9 : nos contra multum ac diu pensitatus amor liberalitatis communibus auaritiae uinculis eximebat ; 5.7.4 ; 11.1 et 3.

133 SHA, Vita Hadr., 19.2 : In omnibus paene urbibus et aliquid aedificauit et ludos edidit. Cf. Boatwright 1997, 117 : “the understanding of Hadrian’s urban benefactions throughout the empire helps resolve the question of Italica’s ‘exceptionality’” ; 119 : “My research has revealed that Hadrian personnally affected over 200 citis during his reign”.

134 Barnes 1967, 105 ; Daguet-Gagey 2000, 376-380. On peut d’ailleurs noter que la cité de Tyr honore le fils de Septime Sévère, Geta, sans doute à Rome, mais surtout à Lepcis Magna, comme si cette dernière était l’un des centres du pouvoir. D’autres membres de la famille devaient également être honorés, l’inscription datant de 198 (IRT, 437 Lepcis Magna : [[P(ublio) Septimio Getae / nobilissimo Caesari]], / Septimia Tyros / colonia metropolis / Phoenices et aliarum / ciuitatium // Curante Septimio / Heraclito).

135 Birley 1988, 150-151.

136 Pouvant abriter 155 navires.

137 Le Roux 2002, 144 : “L’amor patriae… parle d’abord des liens entre la politique et l’affectivité, entre morale et émotions, entre raison et représentations”.

138 Lefebvre 1998.

139 Caballos Rufino 1994, 96 : “Epigráficamente el emperador Trajano se halla muy escasamente representado de forma directa en Itálica, ya que sólo un único texto de los conservados, y éste muy fragmentado, pudo haber sido un homehaje público al emperador”.

140 Neuf inscriptions concernant Trajan en Hispania ; cf. Navarro 2001, 46. Cf. CILA, II, 365 Italica.

141 Dix-huit textes en Hispania ; cf. Navarro 2001, 46.

142 Navarro 2001, 47 évoque en particulier l’expression optimus maximusque princeps. Cf. Lefebvre 1994a, 103-106.

143 CILA, II, 369 Italica : Pro salute Hadriani Aug(usti) / et Sabinae Augustae n(ostrorum), / Siluano Pantheo, Autarces / Sabinae Aug(ustae) n(ostrae) lib(ertus) / ex uoto.

144 IRT, 387 Lepcis Magna (en 197) : ob publicam et in se priuatam pietatem. Cf. Birley 1988, 149 traduit la formule par “because of the loyal affection in his public capacity and towards them in his private capacity”.

145 Lefebvre 1994a, 284-287.

146 Birley 1988, 149.

147 IRT, 393 Lepcis Magna : ob eximiam ac diuinam in se indulgentiam ; 423 ; 441 ; 395 : ob caelestem in se indulgentiam eius ; 424.

148 Romanelli 1959, 419 ; Barnes 1967, 105.

149 Corbier 1977, 223.

150 Plin., Ep, 8.11.1 : Cum adfectum tuum erga fratris filiam cogito etiam materna indulgentia molliorem (relations entre la femme de Pline et sa nièce) ; Tac., Agr., 4.3 : in huius sinu indulgentiae educatus (Tacite parle ici de la mère d'Agricola).

151 Plin., Ep, 5.19.1 : Video quam molliter tuos habeas quo simplicius tibi confitebor qua indulgentia meos tractem ; Ep, 9.21.3 : remitte indulgentiae tuae.

152 Jacques 1984, 262.

153 Christol 1983, 339.

154 Jacques 1982, 116.

155 Corbier 1977, 223.

156 SHA, Vita Hadr., 19.1 : in patria sua quinquennalis. Cf. Caballos Rufino 1994, 111 ; Boatwright 1997, 118.

157 Comme, par exemple, à Béziers, CIL, XII, 4230 ; cf. Clavel 1970, 163-164 ; 600-603.

158 Il est également magistrat d’Hadria, origo originelle de sa famille, à Athènes, sa patrie de cœur, et dans des cités italiennes

159 Birley 1988, 150 ; Daguet-Gagey 2000, 375-376.

160 En 202 : IRT, 393 ; 423 ; post. à 198 : IRT, 410 ; 415 ; entre 202 ? et 209 : IRT, 435 ; en 209 : IRT, 441 ; en 210 : IRT, 442 ; en 216 : IRT, 400 ; 404 (en 216). Cf. Dupuis 1996, 58.

161 IRT, 283 ; 284 Lepcis Magna.

162 Par exemple IRT, 420 : curia Pia Seueriana ; 416. Cf. Birley 1988, 150.

163 Cogitore 1992 ; Cogitore 2000.

164 PIR2, C, 605 ; Kienast 1996, 131-132.

165 RIC, II, 375, no 305.

166 Yoynbee 1934, 104.

167 Tomasi 1971, 104-106, en particulier p. 106 “Si ricordiamo che Adriano era uno spagnolo .. e che Elio proveniva dalla più antica nobiltà italica, il motivo dell’adozione può essere, forse, più ragionevolmente chiarito. Passando d’autorità Lucio Ceionio Commodo nella sua gens Aelia, Adriano veniva a proporre un imparentamento stretto tra l’aristocrazia di una provincia e il vecchio ceppo dell’aristocrazia italica” ; Garzón Blanco 1993, 453.

168 Chausson 1998, 395-398, avec p. 399 un stemma des Fuluii contemporains de Septime Sévère.

169 Daguet-Gagey 2000, 47.

170 Il est mort entre 203 et 205.

171 IRT, 417 Lepcis Magna (à partir de 198) ; SHA, Vita Seu., 15.7 : Cum soror sua Leptitana ad eum uenisset uix Latine loquens ac de illa multum imperator erubesceret… redire mulierem in patriam praecepit.

172 Daguet-Gagey 2000, 49.

173 Birley 1988, 149.

174 IRT, 390 Lepcis Magna.

175 IRT, 402 Lepcis Magna.

176 IRT, 419 Lepcis Magna.

177 IRT, 433 Lepcis Magna.

178 AE, 1967, 537 Lepcis Magna, en réemploi ; cf. Di Vita 1965, 133-134 ; Di Vita 1966, 83-84 (AE, 1967, 537) ; mais Corbier 1974, 216-217 propose de la dater de 202. Cf. en dernier lieu Christol 1997a, 136-137.

179 PIR2, I, 802.

180 IRT, 392 Lepcis Magna.

181 IRT, 403 Lepcis Magna.

182 IRT, 422 Lepcis Magna.

183 IRT, 434 Lepcis Magna.

184 Cf. Lefebvre 1994.

185 IRT, 391 Lepcis Magna (en 201).

186 IRT, 420 Lepcis Magna (en 201) ; 421.

187 IRT, 436 Lepcis Magna (entre 198 et 209).

188 IRT, 405 Lepcis Magna (post. à 198) ; 406.

189 IRT, 411 Lepcis Magna.

190 IRT, 413 Lepcis Magna (en 203)

191 IRT, 416 Lepcis Magna (post. à 198).

192 IRT, 414 lepcis Magna (en 201).

193 IRT, 417 Lepcis Magna (post. à 198).

194 Je n’inclue donc pas dans cet ensemble IRT, 541, honorant P. Septimius Geta, frère du prince, et honoré en 195 comme gouverneur des Dacies, sans qu’aucun lien familial ne le rattache à Septime Sévère ; il est ici honoré pour lui même, en tant que citoyen de Lepcis Magna. Sur l’ordre de naissance des deux frères, cf. Di Vita-Évrard 1985.

195 En particulier par le biais de Fuluia Plautilla, honorée par un affranchi impérial comme fiancée de Caracalla en 201 (IRT, 432).

196 IRT, 412 Lepcis Magna (en 202).

197 IRT, 410 Lepcis Magna.

198 IRT, 415 Lepcis Magna.

199 IRT, 425 Lepcis Magna.

200 IRT, 435 Lepcis Magna.

201 Pour IRT, 410 et 415, le marbre est couleur crème, ce qui est rare à Lepcis Magna ; IRT, 425 est également en marbre, mais IRT, 435 est gravée sur une base de pierre de mauvaise qualité. Ces informations très précises m’ont été communiquées avec sa gentillesse habituelle par G. Di Vita-Évrard (CNRS).

202 C’est ainsi qu’il faut comprendre la présence de Paccia Marciana, première épouse du prince et sans doute lepcitaine. Sa présence a, bien entendu, dû tout particulièrement satisfaire les membres de sa gens, qui ainsi étaient dans la mémoire collective associée au pouvoir central. Cf. SHA, Vita Seu., 3.2 : uxorem tunc Marciam duxit, de qua tacuit in historia uitae priuatae. Cui postea in imperio statuas conlocauit ; Chausson 1995, 188 ; 190-192 (il évoque en particulier note 34, la possible origine cirtéenne de Paccia Marciana).

203 Navarro 2001, 52.

204 CIL, II, 5369 = ERIT, 32 = CILA, II, 368 Italica : […] / […]II[..] / [… T]ra[iani Hadriani… pont(ifici) max(imo)] / [trib(unicia) pot(estate)] II c[o(n)s(uli)….] en 97 ou 117 selon les interprétations.

205 Sur les portraits des deux empereurs, cf. Bergmann 1997.

206 Certains y voient plutôt Matidia, fille de Marciana et mère de Sabine.

207 Selon García y Bellido 1960, 143.

208 IRT, 442 Lepcis Magna.

209 Il s’agit d’une désignation contemporaine ; cf. Léon 1988 ; Caballos Rufino 1994, 117-119.

210 Rodríguez Hidalgo 1987-1988, 586-587.

211 Antinoe ou Antinoopolis. Cf. Aurelius Victor 14.7 : neque alia de causa urbem conditam eius nomine.

212 Plotinopolis.

213 CILA, II, 343 Italica : M (arcus) Cassius Serg(ia tribu) Caecilia[nus], / flamen perpetuus diui Traiani, flaminalis prouin[ciae] / Baeticae, statuas quae sunt in ordinem positae, / n(umero) IIII ex argenti libris centenis ob honorem (duum)uir(atus) / genio coloniae splendidissimae Italicensis posuit.

214 IRT, 400 venant de la basilique sévérienne ; 401 Lepcis Magna.

215 Canto 1981, 148 : “Realmente, por lo que sabemos, la vinculación de Trajano con Itálica fue mucho más fuerte que la de Adriano”.

216 Blanco Freijeiro 1982, 296 dit “sus vínculos con la patria fueron mucho más efectivos de lo que pudieran ser por la simple efemérides de su nacimiento”.

217 Rodríguez Hidalgo 1987-1988.

218 Néanmoins, il faut noter que de façon générale la politique de Septime Sévère envers la province d’Africa n’est pas excessivement généreuse ; cf Barnes 1967, 104 : “In Severus’dealings with the province of Africa it is customary to discern an excessive generosity : ‘it is apparent that Septimius Severus bestowed special favours on his native Africa’ (Broughton 1929, 153-154). Yet evidence hardly warrants the conclusion” ; 107 : “As emperor Severus was little influenced by his African origin – except for a sentimental attachement to Lepcis, his patria”.

219 Amer & Gawlikowski 1985.

Table des illustrations

Légende Note 206206Note 207207Les statues des princes de la dynastie découvertes à Italica
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Annexe 1 : Stemma simplifié des Aelii et des Vlpii.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Annexe 2 : Stemma simplifié des Septimii et des Fuluii.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search