Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Deuxième partie. La manifestation des hiérarchies sociales dans le vocabulaire et ses enjeux idéologiques

L’invisible hiérarchie censitaire romaine

Sylvie Pittia

Texte intégral

Je remercie Jean Andreau pour ses suggestions ; je lui ai emprunté, dans la conclusion, l’expression “machinerie censitaire”, que je crois très appropriée pour désigner la réalité antique du census. Véronique Chankowski a relu avec acribie les passages où je m’aventurais sur le territoire des historiens du monde grec. Ses critiques m’ont permis de nuancer certains propos, je lui en suis très redevable mais reste seule comptable des conclusions que j’ai risquées.

1L’interrogation porte ici sur les subdivisions voulues et conscientes du populus Romanus, sur les discriminations affichées par la cité, celles qui segmentent officiellement le corps civique en une hiérarchie fondée sur la richesse patrimoniale. Dans un régime où l’échelle des droits et des devoirs est institutionnellement censitaire, je voudrais comprendre comment et quand on revendique ou bien comment et quand on occulte l’appartenance à telle ou telle strate de la division fondée sur les critères ploutocratiques. Je laisse volontairement de côté d’autres éléments dont l’importance est bien connue, comme l’ingénuité, la dignitas, l’appartenance à un ordo… J’évoque ici le populus Romanus, ce qui est juridiquement restrictif. Cette recherche ne prétend pas contribuer à l’histoire sociale des couches populaires en général : en étudiant les partes populi Romani, on élimine sciemment toute une partie du peuple, pour se concentrer sur les composantes que viennent circonscrire une définition et des critères civiques.

  • 1 Je laisse provisoirement de côté la question de savoir pour quelle période serait applicable la di (...)
  • 2 Voir particulièrement Nicolet 1976 et 19792 ; Rich 1983 ; Lo Cascio 1988 et 2001 ; Rathbone 1993.

2Je ne m’arrêterai guère sur les extrémités de cette classification censitaire, qui ont été les mieux étudiées, tout spécialement le haut de l’échelle, les dix-huit centuries équestres et la première classe dans son ensemble. Je veux plutôt revenir sur les limites internes. Cette classification, qui prend, dans les sources de l’âge classique1, la forme d’une division en cinq classes censitaires elles-mêmes divisées en centuries, a très officiellement introduit des catégories assez fines, entre très riches, plutôt riches, classes moyennes supérieures, classes moyennes inférieures, pauvres. Ces limites ne relèvent pas d’une approche sociale imputable aux Modernes, ce sont les Anciens qui ont institué et codifié une hiérarchie. Bien évidemment, il n’est pas question de reprendre les dimensions d’ores et déjà les plus souvent analysées : le nombre exact des centuries ; la philosophie qui préside à cette organisation ; la conception de l’égalité géométrique qui lui est associée ; la traduction de cette hiérarchie dans un contexte électoral ou bien encore sa transposition militaire...2 Tout cela est loin d’être clair certes. Nous avons grande difficulté à expliquer qui sont les citoyens des classes censitaires les plus basses, et à définir ceux qui sont aux marges de la division censitaire, à savoir les infra classem, pourtant ce n’est pas une difficulté que connaissent les seuls Modernes parce qu’ils manqueraient de sources. Les Anciens aussi donnaient des définitions contradictoires : plutôt que de nier cette complexité, de chercher une définition univoque, il vaut mieux, à mon sens, l’appréhender pour ce qu’elle est vraiment et comparer prudemment les définitions successives que les Anciens ont proposées quand ils cherchaient à comprendre des réalités dont le sens, l’origine, la fonctionnalité avaient fini par leur échapper.

  • 3 Cic., Leg., 3.7 : Censoris populi aeuitates suboles familias pecuniasque censento, urbis templa ui (...)
  • 4 Servius, Schol. ad Æn., 7.716 : Ortinae classes. Ortini equites classes dicuntur, unde et eorum tu (...)
  • 5 Plus haut dans le texte de Virgile, figurent agmen ou cohors, substantifs renvoyant bien à l’organ (...)

3L’enquête naît d’une interrogation sur les partes populi Romani. L’expression même, partes populi, n’est pas un anachronisme : les historiens antiques mentionnent ces catégories, que les institutions romaines ont formalisées. Ainsi trouve-t-on les termes de discriptio, distributio ou diuisio pour évoquer une hiérarchie officielle. Deux exemples au moins peuvent être rappelés. Un passage de Cicéron3 laisse entendre qu’on parle des partes populi pour la division en tribus mais le verbe partiri, “séparer en composantes”, est utilisé aussi pour les pecuniae. Un deuxième document confirme l’usage officiel de l’expression, et vient rapprocher cette subdivision de la hiérarchie censitaire. Il s’agit d’une scholie de Servius, à propos d’un passage où Virgile évoquait la prise de l’Italie et le catalogue des peuples qui allaient s’engager contre les Troyens. Virgile mentionnait l’agmen des Sabins, avec, à sa tête, un Clausus ancêtre de la gens Claudia, puis la cohors d’Amiterne, enfin les classes Ortinae populique Latini (les contingents d’Orta et du peuple latin). Le scholiaste s’arrête lui sur classes et définit le terme comme des composantes du peuple4. Dans ce contexte, il s’agit bien d’évoquer les différentes sortes de citoyens susceptibles d’être appelés sous les armes en fonction d’une hiérarchie censitaire. Pourtant, les classes ne sont pas expliquées par un synonyme emprunté au vocabulaire militaire5. Force est de constater la récurrence d’une assimilation entre partes populi et classes. Le mot classis est par certains côtés encore perçu comme une subdivision du peuple, mais il est remarquable que le sens du terme ait besoin d’être expliqué vers 400 p.C.

4Mon intention est dès lors triple : d’abord, reprendre la collation des sources. Je ne prétends pas verser au dossier des éléments inconnus jusque là mais relire ces textes pour eux-mêmes sans chercher à les concilier à tout prix. Ensuite, j’esquisserai quelques comparaisons du côté des cités grecques, pour y puiser des rapprochements et surtout des contradictions par rapport au modèle romain. Ces comparaisons ne prétendent pas à l’exhaustivité : tout juste s’agit-il de points de repère pour recadrer notre propre questionnement. Enfin, je risquerai quelques hypothèses, au risque de buter sur le silence de la documentation. Je n’étudie pas les classes pour leur taxinomie, ni même finalement pour rechercher comment elles ont peut-être authentiquement fonctionné, mais pour leur symbolique, pour la représentation du peuple qu’elles offrent.

5Qui reprend à son compte la hiérarchie censitaire et y définit sa propre place ou celle d’autres citoyens ? Que vaut cet indicateur de rang pour les Romains eux-mêmes ? Si l’on n’en parle pas, peut-on interpréter cette absence autrement qu’en invoquant la perte fortuite et malencontreuse de toute la documentation correspondante ? En clair, la division en classes est-elle autre chose qu’un instrument pour le fonctionnement de l’État, son organisation militaire et fiscale, le fonctionnement de la prise de décision politique ?

6Explorant systématiquement les textes où étaient mentionnées des classes, je me suis concentrée sur ceux qui comportaient des adjectifs numéraux, ceux où l’on voyait exister non seulement la première mais aussi la deuxième ou la troisième classe etc. J’ai donc repris les sources qui évoquent la discrimination entre les classes et surtout celles qui tentent d’expliquer l’organisation des “basses classes”, en bref, les textes qui présentent les “classes autres que la première”. Il semble expédient d’esquisser une typologie en fonction des usages, qui peut se décliner ainsi : textes institutionnels ; textes d’intérêt lexical ; usages métaphoriques des classes populi Romani.

  • 6 La liste des sources et une comparaison succincte sont jointes dans les annexes 1 et 2, p. 170-173 (...)

7Trois documents sont toujours cités quand on aborde la question sous un angle strictement institutionnel : Cicéron et son éloge de la constitution servienne ; Tite-Live, dans une évocation du règne de Servius Tullius ; enfin, Denys d’Halicarnasse, dans un tableau des réformes attribuée au même roi6. Deux autres textes dionysiens sont complémentaires et celui du livre 5.75.4 vaudrait d’être approfondi : mais cette division originale en quatre classes est liée peut-être à la difficulté de mobilisation et à la dictature de Larcius. En tout état de cause, la seule exception apparente est liée à un contexte militaire et non politique. Le passage du livre 7.59.3 laisse bien entendre un fonctionnement du système en cinq classes pour l’époque haute (contexte du procès de Marcius Coriolan) et ne contredit pas formellement le livre 4.

  • 7 Sur la question des seuils entre chaque classe et de la conversion des unités monétaires entre les (...)

8Tite-Live et Denys ont en commun de mentionner finement les cinq classes serviennes avec les adjectifs numéraux. Parmi les points communs entre ces textes, se détache une division en cinq/six classes censitaires avec des chiffres de séparation légèrement variables, mais globalement cohérents7. Le plus remarquable, c’est que dans toute la littérature de langue latine, la tertia et la quarta classis se réduisent à la mention qu’en offre Tite-Live au livre 1. Et si les énumérations de Denys n’étaient pas conservées, le texte livien ne trouverait aucune autre confirmation antique, sauf celle du total de cinq classes. L’historien grec reflète la polysémie de la classis : tantôt division à finalité militaire, tantôt groupe soumis à une situation fiscale comparable, tantôt groupe d’appel pour voter. Cette variété du vocabulaire grec est pour nous moins une source de confusion qu’une aide à la compréhension de réalités que le mot latin synthétise : les traductions sont autant de déclinaisons du sens que revêt la classis.

  • 8 Cic., Phil., 2.32 : Prima classis uocatur, deinde ita ut adsolet suffragia, tum secunda classis, q (...)
  • 9 Dion. H. 4.18.2 : ἐγένοντο δὴ συμμορίαι μὲν ἕξ, ἃς Ῥωμαȋοι καλοῦσι, κατὰ τὰς Ἑλληνικὰς κλήσεις παρ (...)
  • 10 Mommsen 1889, 61, 323, n. 5 et 324, n. 2.
  • 11 Montesquieu, Esprits des Lois, 2, chap. 2 ; Rousseau, Du contrat social, 4, chap. 4.

9Le premier trait notable est que la discrimination détaillée entre les cinq classes est presque toujours évoquée dans des contextes purement politiques et électoraux, spécialement dans le cadre comitial8. Il est également frappant que Denys mentionne six classes9, assimilant les prolétaires à une sixième classe : il raisonne en termes de catégories d’appel pour le vote. Tite-Live admet lui aussi la possibilité de six appels10. Signalons que cette interprétation a frappé les modernes, qui l’ont adoptée : Montesquieu ou Rousseau n’analysent pas autrement les classes serviennes11.

  • 12 Cic., Rep., 2.40.
  • 13 Sources rassemblées dans Richard 1978, 438-439. Sur l’aberration de cette étymologie, Pagliaro 196 (...)
  • 14 Dion. H. 4.18.12.
  • 15 Chantraine 19992, s. u. κλῆσις.
  • 16 Sur l’étymologie de calasis, voir Mommsen 1889, 61, 297 n. 2, qui reprend Willamovitz : κλᾶσις est (...)

10L’autre caractéristique est que les Anciens ont cherché à expliquer le vocabulaire au plan étymologique : Cicéron12, par exemple, le fait pour adsiduus ab asse dando ou proletarius réputé venir de proles13. J’y vois au moins autant le signe d’un intérêt pour l’histoire de la langue, que la trace d’une incapacité à comprendre, au moment où sont écrits ces textes, l’origine des notions que les auteurs anciens sont réputés expliquer. Si le lien était évident, pourquoi le rappeler ? On rencontrera plus loin cette difficulté dans les textes lexicaux : si une définition, une paraphrase sont nécessaires, c’est que le sens des mots n’était plus compris. Sous cet angle étymologique, Denys14 est le plus précis pour la κλῆσις, sans être forcément le plus juste. La classe est bien présentée comme une classe d’appel, ce que confirment les linguistes. P. Chantraine15 rappelait que la forme κλῆσις se rapporte au verbe καλεȋν. Cette forme κλῆσις traduit donc bien le sens de classis, tandis que la transposition κλάσις ne peut dériver du verbe καλεȋν. La dérivation ne s’expliquerait pas. L’étymologie proposée par Denys en 4.18 est donc populaire et incontestablement fausse16.

  • 17 Var., L., 5.91 : classicos a classe, qui item cornu <aut litu>o canu<n>t, ut tum cum classes comitiis ad comiti</n></aut> (...)
  • 18 Quint., Inst., 1.6.33 : classis a calando (convoquer, appeler).
  • 19 Isid., Etym., 18.5 : classica sunt cornua quae conuocandi causa erant facta, et a calando classica (...)
  • 20 Ernout & Meillet 19674, s. u. classis.

11Quant à la forme latine, elle se rattache au radical * cla ou * cala que l’on retrouve dans calare (sonner) ou clamare, mais ces verbes ont une formation différente de celle du grec καλεȋν. Le rapprochement entre calare et classis est fait par les anciens eux-mêmes, comme en attestent de façon concordante Varron17, Quintilien18 et Isidore de Séville19. A. Ernout et A. Meillet confirment cette étymologie qui rattache la classis à calare et au sens premier d’appel20.

  • 21 DE 2, 271 s. u. classis.
  • 22 Mommsen 1889, 61, 297-298 : classis désigne la ligne de bataille, qu’il s’agisse d’affrontements s (...)

12Notons que le mot qui désigne la flotte est bien le même : partant du sens d’appel, classis a désigné les citoyens susceptibles d’être appelés ensemble sous les armes (d’où les expressions classis clipeata, “troupe armée de boucliers” ou classis procincta, “équipée pour le combat”). Pour De Ruggiero21, la classis est la ligne de combat. Puis les sens se spécialisent entre l’exercitus qui renvoie à l’armée de terre et la classis qui signifie la flotte22.

  • 23 À l’exception du contexte de mobilisation militaire qui figure dans Dion. H. 5.75.4.
  • 24 Rappelons sur ce point qu’une déclaration censoriale conservée sur un papyrus d’Égypte pour 62 p.C (...)

13Qu’apporte dès lors la collation des textes institutionnels ? Presque rien, sauf un point : c’est seulement dans ce contexte, celui de la procédure électorale ou judiciaire23, qu’on trouve exprimée une appartenance aux classes, donc pour des groupes et jamais pour des individus, rien ne vient distinguer ou identifier singulièrement des personnages précis comme appartenant à une classe24. Il est vrai que cette appartenance est purement conjoncturelle. On est appelé à voter ou on est mobilisé, l’appartenance à une classe n’est pas constitutive de l’identité du citoyen et elle est par définition sujette à changement, selon les revers de fortune ou les succès de la vie. Force est de constater que la division des classes n’est guère présente dans les textes historiques, sauf, de façon très statique, quand il faut dresser le tableau des institutions attribuées à Servius Tullius.

14Les textes d’intérêt lexical sont de loin les plus compliqués, ils soulèvent la question des infra classem¸ la définition de classicus, adsiduus, proletarius, capite census. Parmi ces mots, certains peuvent-ils être des antonymes ? Je voudrais ici, à partir de trois exemples, montrer combien les contradictions des textes anciens sont irréductibles à des oppositions entre auteurs ou entre des familles de sources cohérentes.

15Mon premier exemple porte sur la notion qui s’oppose aux infra classem. On trouve dans les sources deux réponses totalement opposées : soit la classis – en fait, la première classe – soit les classes dans leur ensemble – les cinq classes.

  • 25 Il faut se rappeler qu’à l’origine, ces textes sont probablement ceux du grammairien du ier siècle (...)
  • 26 La loi Voconia (= fgt 160 Malcovati) est une loi testamentaire proposée en 169 par le tribun Q. Vo (...)

16Deux auteurs retiennent l’attention, Aulu Gelle et Festus25. Le premier, qui n’est pas avare de définitions dans les Nuits Attiques, laisse entendre que, pour les Romains du deuxième siècle p.C., certaines de ces divisions censitaires pouvaient n’être plus très claires, au point que l’antiquaire doit expliciter le vocabulaire que Caton l’Ancien employait. Ainsi en va-t-il de la notice consacrée au discours que le censeur prononça pour la défense de la loi Voconia en 16926 :

  • 27 Gel., NA, 6.13 : “On appelait classicus (de la classe) non pas tous ceux qui figuraient dans les c (...)

Quem ‘classicum’dicat M. Cato, quem ‘infra classem’.
1. ‘Classici’ dicebantur non omnes qui in quinque classibus erant, sed primae tantum classis homines, qui centum et uiginti quinque milia aeris ampliusue censi erant. 2. ‘Infra classem’autem appellabantur secundae classis ceterarumque omnium classium, qui minore summa aeris, <quam> quod supra dixi, censebantur. 3. Hoc eo strictim notaui, quoniam in M. Catonis oratione, qua Voconiam legem suasit, quaeri solet quid sit ‘classicus’, quid ‘infra classem’27.

17La définition de Festus est, par nature, très condensée :

  • 28 Festus p. 100, 22-23 L s. u. infra classem, [= p. 113 M]. L’établissement du texte offre une diffi (...)

Infra classem significantur, qui minore summa quam centum et uiginti milium aeris, censi sunt28.

  • 29 Quinque est une correction de Caspar Schoppe (in ed. Gronouiana 1706). Les manuscrits présentent l (...)
  • 30 Rathbone 1993, 135.
  • 31 Plin., Nat., 33.43.

18Aulu Gelle mentionne la division en classes, encore que le nombre cinq relève d’une correction29. Mais il fait passer la barre entre la première classe et toutes les autres, pas entre les classes et les prolétaires. L’antiquaire présente une lecture qui compose avec la dimension binaire – la classe et ce qui est en dessous de la classe – tout en préservant les divisions les plus fines. Le lemme de Festus pourrait bien dériver d’une source commune aux deux auteurs : Verrius Flaccus ? L’hypothèse est tentante à cause de Festus. Rathbone30 a suggéré une autre piste, à savoir qu’il puisse s’agir de Pline l’Ancien31. L’encyclopédiste avait attribué à Servius Tullius les premières monnaies de bronze, il plaçait sous son règne le niveau le plus élevé du census à 120 000 asses, ce qui revenait à définir le seuil censitaire de la prima classis. Sans doute Pline pensait-il plutôt à des as onciaux, alors que Festus et Aulu Gelle auraient raisonné en termes d’as sextantaires. Les uns comme les autres attribuaient à Servius Tullius un rôle déterminant dans l’élaboration du système timocratique et, surtout, s’accordaient sur l’existence d’une seule classe, qui était donc l’équivalent de la future prima classis. L’hypothèse de Rathbone se heurte toutefois à une critique : en admettant que le seuil censitaire des 120 000 ou 125 000 asses soit commun et en faisant abstraction des variantes dans les manuscrits, il n’en demeure pas moins que la logique de Pline est de définir la prima classis, non la classis tout court, en quelque sorte la classis “englobante”.

  • 32 Momigliano [1938] 1989, 312-314 assimilait les infra classem à la plèbe et leur opposait une class (...)
  • 33 Richard 1977, 230-231.
  • 34 Rathbone 1993, 127. Il est vraisemblable qu’Aulu Gelle cite textuellement le texte de la loi. Rath (...)
  • 35 Richard 1977, 230-231.
  • 36 Un témoignage de Gaius vient de toute façon confirmer la citation d’Aulu Gelle, une loi interdisai (...)

19La critique a beaucoup débattu sur l’époque à laquelle fait référence le texte d’Aulu Gelle32. Comme le remarque J. -Cl. Richard33, l’opposition définie par l’antiquaire semble liée à l’époque de la loi Voconia (169 a.C.), et les classici qu’il mentionne ne sont pas forcément le reflet de ce que fut l’état premier de l’organisation centuriate. Aulu Gelle expose, dans la définition de classicus et d’infra classem, une tradition dont rien ne dit qu’elle remontait à une date haute. D’ailleurs, la forme chiffrée qui l’accompagne, si l’on admet qu’elle est exprimée en as sextantaires34, ne peut pas être assignée à une époque antérieure à la deuxième guerre punique. Pour J.-Cl. Richard35, il n’est pas démontré que Caton ait ici décrit un état ancien en faisant un usage inexact d’une terminologie périmée au moment où il soutient la rogatio du tribun Voconius36. Malgré les objections sur l’expression en as, J.-Cl. Richard, comme les autres historiens et historiens du droit, accorde pourtant quelque crédit au témoignage d’Aulu Gelle et de Festus. Soit les deux disent la même chose parce qu’ils ont raison tout en dérivant de sources différentes mais fiables. Soit ils remontent à une même source dont ils peuvent reproduire l’erreur.

  • 37 Mommsen 1889, 61, 279-280 ; 297-298.
  • 38 En particulier Momigliano 1967, spéc. 219. Dans cet article, Momigliano considère que la distincti (...)
  • 39 Heurgon 1969, 252 et 312.
  • 40 Cic., Rep., 2.39-40. Le texte oppose les adsidui (les locupletes) aux proletarii. La même logique (...)

20L’interprétation dichotomique classis/ infra classem avait été reprise par Mommsen37 : la classis était formée des centuries obligées au service complet et les autres centuries étaient affectées au service inférieur, avec un armement variable. Et Mommsen présentait une sorte de tableau où il assimilait la classis à la première classe et les infra classem aux quatre autres. Cette lecture fut suivie par Momigliano dans la série d’articles qu’il a consacrés à la question38. Pourtant, une autre lecture est possible, qu’illustre par exemple J. Heurgon39 : faire des infra classem les prolétaires et considérer qu’on a divisé la classis en cinq classes, quatre étant ajoutées à la classis initiale, ce qui expliquerait alors la logique de l’opposition adsidui-infra classem, implicite chez Cicéron40. Cette deuxième logique est celle qui se fonde sur adsiduus opposé à infra classem tandis que la première oppose classicus à infra classem.

  • 41 Tabula 1.4 (Crawford 1996, 2, 588-590) : le garant de l’adsiduus ne peut être qu’un adsiduus, peu (...)

21On peut bien sûr, pour dépasser la contradiction, faire l’hypothèse de deux états successifs. Rappelons que la codification des XII Tables mentionne les assidui41. Or ceux-ci ne se comprennent que par rapport aux proletarii, ce qui veut bien dire de toute façon qu’au milieu du ve siècle au plus tard, il existait une division en classes (peu importe qu’elles soient ou non cinq) ou une partition classis/ infra classem. La barre n’est pas dans cette hypothèse entre les très riches de la première classe et les autres mais entre ceux qui possèdent quelque chose de substantiel ou du moins une propriété matérialisée (une terre sans doute) et ceux qui ne possèdent rien ou presque.

22Conséquemment, selon que l’on privilégie la notion d’adsiduus ou celle de classicus, on offre deux lectures opposées du nombre de classes et de l’ordre dans lequel ou aurait ou bien fusionné ou bien éclaté les classes. De plus, dans une hypothèse, la composition des infra classem se réduit aux proletarii et capite censi, tandis que dans l’autre hypothèse, elle s’étend à toutes les classes autres que la première.

23Je prendrai un deuxième exemple de contradiction insoluble entre les sources antiques, à propos de la distinction entre proletarius et capite censi, en restant dans la perspective des textes lexicaux. Sur ce point, Aulu Gelle, contre Cicéron et Festus, invite nettement à différencier les deux catégories :

  • 42 Gel., NA, 16.10.12-13 : “Les prolétaires cependant avaient un rang quelque peu plus honorable que (...)

Proletariorum tamen ordo honestior aliquanto et re et nomine quam capite censorum fuit: XIII. nam et asperis reipublicae temporibus, cum iuuentutis inopia esset, in militiam tumultuariam legebantur, armaque is sumptu publico praebebantur, et non capitis censione, sed prosperiore uocabulo a munere officioque prolis edendae appellati sunt, quod, cum re familiari parua minus possent rempublicam iuuare, subolis tamen gignendae copia ciuitatem frequentarent42.

  • 43 Cic., Rep., 2.40 : “Dans cette organisation, <Servius Tullius> choisit avec soin même les termes et les noms à empl</Servius> (...)

In quo etiam uerbis ac nominibus ipsis fuit diligens; qui cum locupletis assiduos appellasset ab asse dando, eos, qui aut non plus mille quingentos aeris aut omnino nihil in suum censum praeter caput attulissent, proletarios nominauit, ut ex iis quasi proles, id est quasi progenies ciuitatis, expectari uideretur43.

  • 44 Festus p. 253 L s. u. proletarium [p. 226 M].

Proletarium capite censum44.

  • 45 Si les prolétaires sont mobilisables en cas de besoin, les capite censi ne le sont en principe jam (...)
  • 46 Festus p. 308 L s. u. quintanam classem [p. 257 M].
  • 47 Mommsen 1889, 61, 323, n. 5.
  • 48 Fraccaro 1927.

24Cicéron et Festus paraissent assimiler les deux catégories (proletariiet capite censi), là où Aulu Gelle hiérarchisait entre les plus pauvres. Et la contradiction ne s’arrête pas là. Cela me conduit à un dernier exemple, celui des textes mentionnant l’appartenance ou non des proletarii et des capite censi aux classes. En effet, si les recensés par tête sont moins riches que les prolétaires (les proletarii ayant un cens compris entre 11 000 et 375 as, les capite censi disposant de moins de 375 as45), alors on ne comprend plus un autre texte de Festus sur la quintana classis46. Ce texte est très mutilé et la lecture qu’en donne Mommsen repose sur des restitutions hardies47 : la cinquième classe serait, selon Mommsen, celle des accensi48 (réservistes), c’est-à-dire qu’elle inclut pour le vote les capite censi.

  • 49 Festus p. 257, 23 M s. u. quintanam classem.

<Quin>tanam classem [dicebant adcensos, quia Seruius] rex distribut[is centuriis] in classes quas quinque] fecit, cum eas ord[inaret, quintae ob eam cau] sam de capite [censis adcensos adiecit ut qui] nihil praeter se h [abebant armatos sequerentur. Lu]cilius sic meminit: “quod… adeptus”49.

  • 50 Lucilius H 46 Charpin [= fr. 1287 Marx]. L’hexamètre manquant est recomposé différemment par Marx (...)

25Il n’est pas d’un grand secours de se reporter au fragment de Lucilius, car il s’agit d’un passage non rattaché à une œuvre et qui n’est pas autrement connu50. Il faut également citer, à l’encontre de cette restitution du texte de Festus, un passage d’Arnobe qui paraît affirmer que les prolétaires ne constituaient pas une classis :

  • 51 Arnobe, PL, 2.29 : “Cessez d’inscrire un homme dans les classes, alors qu’il est prolétaire, et s’ (...)

Desinite hominem, proletarius cum sit, classibus, et capite cum censeatur, adscribere ordinibus primis51.

  • 52 Un autre passage d’Arnobe vient de toute façon rappeler la péremption du système des classes. PL 2 (...)

26Peu importe qu’Arnobe fasse un usage de l’expression dans un contexte polémique et non politique, il reste que dans ce texte, le citoyen inscrit dans la classis s’oppose au proletarius52. En cela, Arnobe s’inscrit dans la tradition des grands textes institutionnels, où la centurie des prolétaires se place en dessous des classes. Ce troisième exemple est le plus compliqué, d’abord pour des raisons philologiques, qui tiennent à l’état du texte de Festus. Mais on voit aussi que mettre en rapport le premier exemple et le dernier est impossible. Or un même auteur, Festus, lexicographe de surcroît, aurait sur ce point donné des explications totalement incompatibles ou emprunté ses définitions à des sources différentes, sans plus chercher la moindre cohérence entre les lemmes.

27Au total les textes d’intérêt lexical sont les plus contradictoires des sources que nous possédions sur le sujet. Ils s’opposent parfois deux à deux ou s’accordent deux à deux sans qu’on puisse toujours opposer ou rapprocher les mêmes auteurs. Pour résumer :

  • Aulu Gelle fait du classicus un membre de la première classe et comprend dans les infra classem tous les membres des classes à partir de la deuxième. Il en est de même chez Festus.
  • Cette lecture est contradictoire avec la traditionnelle opposition entre adsidui et infra classem, suggérée par Cicéron.
  • Aulu Gelle distingue les capite censi des proletarii. Cicéron et Festus en font un synonyme.
  • Les prolétaires sont infra classem dans tous les textes, y compris dans Arnobe, mais il subsiste les audacieuses restitutions de Mommsen sur Festus. On pourrait rapprocher ce Festus recomposé d’Aulu Gelle 16.10.11, où ni les prolétaires, ni les recensés par tête n’étaient inscrits comme soldats, sauf en cas de maximus tumultus.
  • Enfin et surtout, quelle que soit l’interprétation qu’on suit, la discrimination fine qui va de la deuxième à la cinquième classe ne sert jamais à rien. Soit la barre passe entre la première et la deuxième, soit elle passe après la cinquième, mais on ne voit pas les auteurs se servir des catégories intermédiaires, ni les législateurs avoir vraiment utilisé la palette des distinctions censitaires. D’un strict point de vue logique, une discrimination binaire aurait suffi, même si on ne met pas à toutes les époques les mêmes contenus dans chacune des deux composantes. Une logique de conscription, pour une armée antérieure à la réforme manipulaire, pouvait en revanche justifier la répartition en cinq classes de mobilisation.

28Il me reste à examiner les usages métaphoriques qui sont assez peu nombreux et de sens convergent : les divisions censitaires servaient aussi de repère pour hiérarchiser des compétences, des talents accordés ou refusés à tel ou tel auteur par exemple. Un passage du Lucullus de Cicéron porte ainsi un jugement de valeur sur les philosophes, d’abord Anaxagore, puis Démocrite, enfin les stoïciens Cléanthe et Chrysippe :

  • 53 Cic., Ac., 2 (Lucullus) 23.73 : “Qui ne met ce philosophe (Démocrite) avant Cléanthe, avant Chrysi (...)

Quis hunc philosophum (D) non anteponit Cleanthi, Chrysippo, reliquis inferioris aetatis, qui mihi cum illo collocati quintae classis uidentur ?53

29De la même façon, un passage d’Horace, à propos du monde des femmes et des plaisirs, rappelle qu’il est dangereux de fréquenter des femmes mariées, qu’il faut leur préférer celles des lupanars, tant est périlleuse la répression de l’adultère pour celui qui a conquis une femme de citoyen :

  • 54 Hor., Sat., 1.2.47 : “Comme il est plus prudent de prendre la marchandise dans la seconde classe, (...)

Tutior at quanto mers est classe secunda
Libertinarum dico54.

30Il y aurait évidemment grande hardiesse à interpréter ce texte comme le signe que les plus riches des affranchis auraient connu une inscription systématique dans la seconde classe (et se seraient vu interdire la première donc), en référence à leur situation dans les tribus – leur inscription dans les tribus était réalisée obligatoirement dans le cadre des tribus urbaines. Il se peut tout simplement que Horace veuille ici signifier une marchandise de seconde zone, d’où l’allusion à la deuxième classe. Je ne crois pas qu’il laisse entendre qu’il y ait seulement deux classes, on aurait alors un comparatif (inferiore classe par exemple). Il s’agit de signifier qu’on choisit la femme hors de l’élite, mais peut-être pas non plus dans le bas de gamme.

31D’autres textes renvoient à l’usage métaphorique de classicus. Citons d’abord un autre passage d’Aulu Gelle, où il est question de Cornelius Fronton, qui fut son maître. Dans une discussion grammaticale sur le genre des mots et les impropriétés qui en découlent, Fronton rappelle quelques exemples de mots qui s’utilisent toujours au singulier (harena, le sable) ou toujours au pluriel (quadrigae, l’attelage à quatre chevaux).

  • 55 Gel., NA, 19.8.15 : “Allez et si un jour vous avez du temps, cherchez si ‘quadrige’et ‘sable’ont é (...)

Ite ergo nunc et quando forte erit otium, quaerite an ‘quadrigam’et ‘harenas’dixerit e cohorte illa dum taxat antiquiore uel oratorum aliquis uel pœtarum ; id est classicus adsiduusque aliquis scriptor, non proletarius55.

32Le texte d’Aulu Gelle peut-il servir à résoudre la difficulté sur la définition du proletarius et des infra classem ? Dans ce contexte, le mot s’oppose à la fois à classicus et à adsiduus, qui sont eux coordonnés. Si l’on se rappelle que le classicus dont Aulu Gelle transmettait la définition catonienne était le citoyen de première classe et que l’adsiduus appartient à l’une des cinq catégories constituées de locupletes, alors on peine à rendre compte des contradictions : l’opposition avec le proletarius reste vérifiée dans les deux cas, mais classicus et adsiduus ne peuvent passer pour synonymes si on en reste à la définition du livre 16, à moins qu’ici, Aulu Gelle n’assimile le classicus au membre de l’une quelconque des cinq premières classes.

33Enfin, une définition de Festus parle des témoins en précisant :

  • 56 Festus p. 49, 14-15 L s. u. classici testes [p. 56 M] : “On parlait de témoins de première classe, (...)

Classici testes dicebantur, qui signandis testamentis adhibebantur56.

  • 57 Béranger 1970, 241-242.

34Je ne sais s’il faut vraiment accorder une valeur juridique à cette expression ou même considérer qu’elle renvoie à un usage juridique du terme classicus. J’ai préféré la classer dans les usages métaphoriques du mot classicus, en l’absence de points de comparaison. En tout état de cause, les usages métaphoriques du terme classis existent. Sur ce point, je me séparerais volontiers de la conclusion à laquelle aboutissait Jean Béranger, qui considérait que classis, “inséparable d’une réalité quotidienne, les classes censitaires, ne sortait pas de son emploi technique”57. Certes, les emplois métaphoriques que nous avons repérés sont peu nombreux, mais le mot peut parfaitement s’employer hors d’un contexte technique ; et surtout, rien dans notre enquête ne conduit à penser que les classes auraient pu constituer pour les Romains une “réalité quotidienne”. Si tel était le cas, comment pourrait-on échapper dans les sources à la mention récurrente de toutes leurs composantes ?

35Si l’on tente de synthétiser les renseignements apportés par les usages métaphoriques, on constate que ces documents ont le mérite d’être à peu près les seuls révélateurs d’un usage des classes non institutionnel, rapporté à des jugements de valeur dans une échelle sociale, pour des actes ou des activités qui échappent à la sphère du politique. La collation des textes tend à montrer que la division fine du populus Romanus en classes trouve peu de traductions autres que celles de la conscription militaire et en tout cas, cela laisse l’impression d’un effacement de la conscience d’appartenir aux classes. Nous n’avons trouvé aucun texte où un citoyen se revendique comme appartenant individuellement à telle ou telle classe.

36Pourtant, il demeure assez étonnant de voir combien, à une époque assez tardive, la conscience de la division censitaire demeure ancrée dans les mentalités romaines. En témoigne un extrait de l’Aide-Mémoire de Lucius Ampelius. Dans cette suite de notices à finalité pédagogique, un professeur très ordinaire, originaire de Césarée de Maurétanie, écrit, vers la fin du règne de Marc-Aurèle, pour un élève encore inconnu, mais qui devient ensuite l’empereur Macrin. Chaque notice est la récapitulation fictive de ce qui a été appris dans la leçon et l’information du professeur paraît toujours remonter à des documents plus anciens, rédigés avant la fin du règne d’Auguste.

  • 58 L. Ampelius Aide-Mémoire 49 : “La plus ancienne répartition du peuple romain est la répartition en (...)

1. Antiquissima populi Romani distributio triplex est quam Romulus fecit in regem, in senatum, in populum ; qui populus in tres tribus diuidebatur, Titiensem, Lucerem, Ramnetem 2. Secutus populi Romani distributio sub Seruio Sulpicio rege, qui eum in tribus, classes, centurias diuisit ab iteratione census, ut optimus et locupletissimus quisque in suffragiis, id est in populo Romano plurimum ualeret ; 3. Et tertia diuisio est in patronos et clientelas, qui inferiores superiorum se fidei committebant58.

37Bien après que les comices ne sont plus réunis, bien après que les classes et sans doute les tribus ont cessé de représenter un cadre structurant pour le peuple romain, il est frappant de voir que dans la conscience identitaire du citoyen, fût-il fort éloigné du centre du pouvoir, les divisions du peuple – dont les classes – représentent encore un élément essentiel, ancré dans une histoire multi-séculaire. Les divisions du peuple civique ne fonctionnent plus mais on continue de les apprendre.

38De même on peut citer un texte d’Ausone, le Discours d’action de grâces pour le consulat (379), remerciement adressé par le professeur à son ancien élève devenu l’empereur Gratien – là encore prévaut un rapport de maître à disciple.

  • 59 Aus., Grat. Act., 3.13 : “Je n’ai point subi les enclos, le Champ de Mars, les suffrages, les poin (...)

Non passus saepta, neque campum, non suffragia, non puncta, non loculos; qui non prensauerim manus;… qui tribus non circumiui, centurias non adulaui, iure uocatis classibus non intremui, nihil cum sequestre deposui, cum diribitore nil pepigi. Romanus populus, Martius campus, equester ordo, rostra, ouilia, senatus, curia, unus mihi omnia Gratianus59.

39De façon fictive, dans un texte d’éloge, Ausone intègre l’idée qu’un consul est toujours le résultat d’un populus votant selon les classes des comices. La réalité des divisions du peuple a disparu mais la représentation que les Romains en avaient reste vivace dans le discours des élites. Tous ces textes confortent l’idée que la division en classes ne fonctionne que dans des références collectives et jamais dans des références individuelles. Le citoyen romain affiche sa gens, sa tribu, son ordre, il revendique son intégration dans le corps civique s’il a été affranchi ou s’il fait partie des pérégrins ayant reçu un privilège personnel de citoyenneté. Il peut aussi revendiquer son appartenance à telle ou telle catégorie de la plèbe, bénéficiaire d’avantages liés à la citoyenneté (plebs frumentaria par exemple). Mais il ne revendique pas l’appartenance aux classes, fussent-elles supérieures.

40Et pourtant, était-il aberrant de penser la hiérarchie censitaire comme le révélateur de la mobilité sociale ? Sans atteindre les degrés supérieurs que constitue l’inscription dans un ordre, le passage de la cinquième à la deuxième classe censitaire serait dans l’absolu le signe tangible d’une ascension. Le mouvement inverse ne serait pas moins un objet d’étude, en tant que révélateur d’une déchéance individuelle. Il n’est pas non plus vain d’étudier les usages métaphoriques de la division censitaire : si l’on voit bien qui est classé comme un citoyen de “premier rang”, où trouvons-nous la reprise de la division censitaire dans la polémique ? Qui est dit “de cinquième classe” ? Qui est classé parmi les “moyens” ? Et surtout, il est des situations où il faut déterminer des ayant-droits ou des astreints, discriminer les citoyens selon des critères sociaux-économiques : sans nier le rôle de la sortitio, ni la prédominance de la distribution par tête dans toute une série de situations (legs, congiaires…), ni amoindrir le facteur du mérite militaire dans le partage du butin par exemple, il n’en demeure pas moins qu’il faut bien supposer un usage concret des classes censitaires dans la mise en œuvre administrative de certaines actions de l’État.

  • 60 Peu d’études sur les classes romaines effectuent ces comparaisons et elles restent allusives. Voir (...)
  • 61 Raaflaub 1996 et sur la signification des classes censitaires, Spahn 1977, 144-147. Voir note 83. (...)
  • 62 Arist., Ath. Pol., 26.2 en 457/456.
  • 63 Arist., Ath. Pol., 7.4, pour la définition de θητίκος : ceux qui n’ont accès à aucune charge (οὐδε (...)
  • 64 Christ 2001, et spécialement 404-407 sur l’exemption du service militaire motivée par la pauvreté.

41Le détour par les cités grecques60 m’avait encouragée à poser ces questions, au vu de quelques exemples, empruntés certes à des cités diverses et à des époques variables. S’il est une classification de type censitaire qui vienne immédiatement à l’esprit, c’est bien celle que constituent à Athènes les classes soloniennes61. Nous savons qu’elles perdurent par delà les réformes de Clisthène et donc dans une organisation où la tribu joue le rôle majeur. Nous n’entendons pas réouvrir les dossiers sur la dimension politique de ces classes (l’accès de telle ou telle classe à plus de responsabilité politique, avec par exemple l’ouverture de l’archontat aux zeugites peu après la mort d’Ephialte62 ou la mise à l’écart des thètes63) ou sur leur dimension militaire (la réalité concrète de la conscription64 ou encore la place des thètes dans la marine de guerre). Mais un témoignage emprunté à Aristote, vient rappeler qu’on trouve pour un citoyen la manifestation individuelle d’appartenance à une classe déterminée. L’auteur de la Constitution (ou sa source ?) dit avoir vu sur une statue de l’Acropole cette dédicace :

  • 65 Arist., Ath. Pol., 7.4 : “Anthémion, fils de Diphilos, a consacré cette offrande aux dieux quand i (...)

Διφίλου Ἀνθεμίων τήνδ’ (s.e. εἰκόνα) ἀνέθηκε θεοȋς
θητικοῦ ἀντὶ τέλους ἱππάδ’ (s.e. τάξιν) ἀμειψάμενος 65.

  • 66 Rhodes 1981, 144 propose de dater la statue du personnage après le sac d’Athènes par les Perses en (...)
  • 67 Par ex. à propos de C. Terentius Varron, dont le père était boucher et qui atteignit la préture pu (...)
  • 68 Sur le critère des classes d’âge et son rôle prédominant, Arist., Ath. Pol., 53.4-7 (l’inscription (...)

42Certes, ce chevalier66 revendique d’abord et surtout son appartenance aux ippeiς mais il ne manque pas de rappeler son origine en terme de classe et son parcours de promotion. À Rome, on aurait dans le meilleur des cas, la revendication de l’appartenance à un ordre et pas le rappel de la condition inférieure, y compris dans le contexte polémique : par exemple, le document rappellera que untel a exercé tel métier vil ou que son père avait telle origine67, mais jamais on n’associe un individu à une classe moyenne ou basse, même dans la formulation du mépris. On m’objectera que la Constitution des Athéniens présente l’institution des classes soloniennes en même temps qu’elle renvoie à leur devenir historique, y compris au IVe siècle, ce qui complique encore l’interprétation du traité. La disparition du rôle politique des classes censitaires à l’époque où est écrite la Constitution des Athéniens, l’affadissement de leur rôle militaire ne sont pas contestables68. On aimerait bien sûr pouvoir citer plutôt une inscription d’époque archaïque où un citoyen se proclamerait chevalier ou thète ! On ne peut pas exclure que les classes aient joué un rôle identitaire dans les décennies qui ont suivi leur mise en place ; on ne peut pas le prouver non plus. L’anecdote que comporte le traité aristotélicien constitue un hapax. Elle n’en demeure pas moins un précieux point de comparaison pour étudier la représentation des classes dans le monde antique.

  • 69 La localisation de la colonie de Bréa est disputée. Certains l’ont située en Chalcidique, entre Th (...)
  • 70 Meiggs & Lewis 19882 [1969], no 49 (IG, 12, 45), 128-133.

43Un autre témoignage, toujours athénien, mais proprement épigraphique cette fois, conduit vers une autre question, celle des colonies. Sans revenir sur la finalité des colonies et sur le débat entre les colonies à vocation militaire et les colonies à vocation économique et sociale, on est bien confronté dans tous les cas à la même question : pour les colonies d’époque haute, quand on envoie des colons pour contrôler un territoire, ils doivent militairement être en mesure de le faire, donc pouvoir s’équiper et, s’ils sont pauvres, il faut leur fournir ledit équipement ou l’allocation correspondante. Donc il faut bien les identifier selon des classes censitaires dans leur double aspect de fortune et de cadre du recrutement militaire. Prenons l’exemple d’une fondation athénienne, la colonie de Bréa69. Nous possédons le décret proposé par un certain Démokleidès, dont on ne sait pas grand chose par ailleurs. Le texte est composé sur la face principale de la stèle de la proposition du décret de fondation et des pouvoirs autocratiques que Démokleidès envisageait pour lui-même. Sur le côté droit de la stèle, nous lisons le texte d’un amendement défendu par Phantoklès : il prévoit expressément que les colons seront pris parmi les deux classes inférieures70.

face B

39

ἐς δὲ

40

[Β]ρέαν ἐκ θετõν καὶ Ζε
[υ]γιτõν ἰέναι τòς ἀπο
[ί]κος

  • 71 Gauthier 1966, 64-88.
  • 72 Thc. 3.50 (année 427).
  • 73 Thc. 3.16.1 et 3.18.4 : des hoplites sont utilisés comme rameurs.
  • 74 Gauthier 1966 à propos de Thc. 3.50.2 : les soldats désignés par le sort ne peuvent avoir été des (...)

44Les commentateurs considèrent que deux hypothèses expliquent cette mention. Soit la proposition de Démokleidès ne comportait aucune restriction, soit elle portait seulement sur les zeugites ou bien sur les thètes et l’amendement étend la possibilité de départ pour les deux classes. Le fait qu’à la ligne 27 de l’inscription, on parle de στρατιõται laisse supposer que les thètes auraient pu être exclus. En tout état de cause, on trouve bien mention de la référence à des classes dans le contexte colonial. Et, plus largement, les historiens du monde grec ne dissocient pas leur réflexion sur les colonies de la référence censitaire : ainsi Ph. Gauthier71, à propos de la fondation de Chalcis d’Eubée en 506, doute que les clérouques aient été des citoyens pauvres. Mentionnons aussi ses réflexions sur l’utilisation du tirage au sort pour la désignation des clérouques à propos cette fois de Mytilène72 : la colonisation de 427 ne peut être interprétée comme une ponction opérée sur les classes inférieures des citoyens (année de la reprise de l’épidémie, année de détresse financière après le siège de Potidée, levée de l’ εἰσφορά, révolte de Mytilène…). Les Athéniens avaient besoin de toutes leurs forces et manquaient même de rameurs73. Les clérouquies sont à tort interprétées comme étant toujours le moyen d’absorber un trop plein démographique. De tels épisodes invitent à une réflexion sur la sortitio, il peut y avoir tirage au sort au sein d’une même classe, et pas forcément la plus pauvre. Le cas des colonies grecques est évidemment à nuancer fortement selon que l’on parle des clérouquies ou des ἀποικίαι, mais il ne faut pas imaginer que le sort mette à égalité toutes les classes de citoyens dans un groupe – qu’il soit soumis à une obligation ou bénéficiaire de droits74.

  • 75 SEG, 42, 1992, no 513 (= AE, 1930, 104, no 2).

45Il est un autre domaine pour lequel les cités grecques nous offrent d’utiles points de comparaison, c’est celui de la dimension religieuse de la vie associative. Ainsi connaissons-nous pour le territoire de Larissa en Thessalie (iiie siècle) la dédicace d’une inscription cultuelle à Poséidon Impsios (conducteur d’attelage, autrement dit zeugite)75 :

[τ]ò κοινòν ΖεImage [γιτᾶν Ἰμψίου ?]
ὀνέθεικε κουμάImage [ν ἐόν]
τουν Παναίροι Ἀγεισιαίοι Image [ὶ]
ΚImageεοπτολέμοι Ἀντανδρείοι

  • 76 En Thessalie, le participe ἴμψας est l’équivalent de ζεύξας en Attique.

46Plusieurs inscriptions voisines permettent de restituer Impsios76. L’inscription montre que les zeugites locaux se désignent eux-mêmes comme ceux de Poséidon Impsios. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un contexte institutionnel, mais d’une association cultuelle. Les zeugites mentionnés ici sont les membres de cette association et la signification censitaire n’est pas du tout sûre. Le document pose plus largement la question de savoir si la terminologie censitaire a eu une existence dans les autres cités du monde grec, en dehors d’Athènes. Si tel n’est pas le cas, le document de Larissa ne peut plus passer comme la manifestation, voire l’affichage de l’identité censitaire.

  • 77 Avec la difficulté due au fait que tantôt, il s’agit de la forme du verbe τίθημι (et le sens est a (...)
  • 78 SEG, 41, 1991, no 1001. Années 480-450.
  • 79 Graham 1991, 176-178, spéc. 176 col. B. Θητός en ce sens se rattache à tiqhmi et signifie “fabriqu (...)
  • 80 MAMA, 10 no 155. Il s’agit d’une stèle en hommage à des parents (c. 260 p.C.), les panneaux représ (...)

47Il vaudrait également de vérifier attentivement les inscriptions qui mentionnent le terme θητός (ε/η77. Mais l’inscription de Téos78 qui contient des formules d’imprécations concerne vraisemblablement des Téens adoptés79, c’est-à-dire des Téens devenus récemment citoyens après la refondation de la cité par sa propre colonie Abdère, juste après la révolte de l’Ionie (vers 493). L’inscription reflète la peur de discriminations qu’auraient supportées les citoyens de vieille date de la part des nouveaux venus. Le contexte est celui d’un risque d’atteinte à la cohésion du corps civique. Enfin, les inscriptions de la cité d’Appia (Phrygie), souvent funéraires, valent d’être vérifiées80. Mais il s’agit là d’une période nettement plus tardive (iie s. p.C.). Et surtout, le contexte pourrait être plus familial que politique.

48Le détour par les cités grecques paraissait moins désespérant que l’examen de la documentation romaine. Il ne faut pas en exagérer la portée, d’autant que ces quelques exemples ne présentent aucun lien entre eux. Du moins, reflètent-ils l’existence de la mention des classes dans d’autres contextes que ceux des textes institutionnels.

  • 81 Le tributum est réputé avoir été créé lors du siège de Véies (406-398), pour faire face à une camp (...)
  • 82 Sur l’obsolescence des classes, voir en particulier Wiseman 1969, 60.

49D’où la perplexité devant les sources concernant le monde romain. Pourquoi supposer un état archaïque avec une division binaire simpliste, précédant une sophistication lente du système censitaire, alors même qu’on ne voit presque pas la trace de ces divisions censitaires aux époques classiques, sauf dans quelques rares reconstitutions institutionnelles destinées à montrer l’excellence de la “constitution romaine” dans son essence, sans en étudier les composantes en détail ? Rien ne dit dans les sources sur Rome que l’opposition binaire entre une seule classis et des infra classem soit archaïque. Peut-on même supposer décemment qu’elle l’ait été ? Quand a-t-on le plus besoin d’une division fine si on raisonne en termes d’organisation de l’armée ou de perception fiscale81 ? Sans doute à l’époque archaïque précisément, ou même à l’époque moyenne de la République, quand l’imposition directe que constitue le tributum touche encore régulièrement tous les citoyens. La réforme de la légion et l’organisation manipulaire rendaient ensuite inopérantes les classes dites serviennes82. La suspension de la perception du tributum pouvait aussi contribuer à affaiblir la conscience d’appartenir à une classe.

  • 83 Le débat concernant cette datation divise l’érudition moderne, autant que celui concernant la “con (...)
  • 84 Momigliano 1963, 120-121 considérait comme vraisemblable l’hypothèse que Servius ait connu la légi (...)
  • 85 C’est par exemple la conclusion à laquelle aboutissait Nicolet 1961, 358. L’auteur lisait dans le (...)

50La cité romaine aurait-elle été à ce point marquée par l’archaïsme dans ses institutions primitives qu’elle ait connu seulement une classe et des infra classem ? Si les quatre classes soloniennes sont possibles pour le début du vie siècle83, les cinq classes serviennes sont-elles aberrantes quelques décennies plus tard ? La législation solonienne aurait été en gros contemporaine du milieu de règne de Tarquin l’Ancien et Servius Tullius vécut au temps de Pisistrate84. Peu importe les incohérences de la datation traditionnelle des règnes romains ou le caractère partiellement légendaire de certains rois. Les Romains situaient dans un passé contemporain de Pisistrate une classification censitaire aux discriminations fines. Quant aux difficultés liées à l’expression des divisions selon un cens calculé en unités monétaires tardives, il s’agit de pures conversions (cela ne suffit pas à discréditer l’existence à une époque haute de subdivisions censitaires multiples). On sait, sur un autre sujet, à savoir l’introduction de la monnaie dans ses divers usages, que l’on est aujourd’hui revenu à une datation bien plus haute que celle soutenue pendant longtemps et qui faisait de Rome une cité sans étalon monétaire : comment comprendre ce qui fonde le droit romain, la procédure per aes et libram, si l’on ne suppose pas une monnaie “étalon de la valeur” à une époque haute ? Pareille révision paraît possible pour la division en cinq classes, même si, nous ne l’ignorons pas, les savants ont plutôt argumenté en faveur d’un “faux” historique, élaboré vraisemblablement dans les premières années du iie siècle a.C.85 L’hypothèse du “faux” historique, pour légitime que soit la question, a l’inconvénient de superposer plusieurs interrogations : l’époque à laquelle une organisation censitaire est mise en place à Rome ; le degré de sophistication des divisions qu’elle comporte ; la persistance de cette hiérarchisation jusqu’à la phase tardive du régime républicain ; les modifications, y compris temporaires, qu’elle a pu connaître.

51Quelle que soit la datation qu’on assigne au système dit servien, cela n’enlève rien aux contradictions des sources sur la coupure entre la ou les classes et ce qui est en dessous du système de classification. On peut résumer la situation ainsi : les échelons intermédiaires ne comptent jamais. Soit on insiste sur le point de contact entre la limite censitaire supérieure et toutes les autres plus bas, soit on insiste sur le point de contact qui sépare la dernière composante de tous les niveaux inclassables. On ne voit pas à Rome exister les classes moyennes, dans la définition censitaire du terme. Quant aux classes plus pauvres, elles n’existent pas : seuls les moins que rien sont mentionnés.

  • 86 Salmon 1969, 115 et 199.
  • 87 Keppie 1983, 92-96 évoque la prise en compte du mérite et du grade des vétérans et cite les source (...)
  • 88 Plut., CG, 9.3 (Drusus) τρισχιλίους εἰς ἑκάστην ἀποικίαν ἀποστέλλοντι τῶν ἀπόρων et 4 (Caius) : χώ (...)
  • 89 Les commentateurs ont davantage porté leur attention sur la superficie des lots reçus que sur les (...)

52Des pans entiers de commentaires reposent sur l’idée qu’on disposait non seulement des déclarations de fortune mais que les citoyens modérément pauvres étaient identifiables et classés comme tels. À reprendre, par exemple, les grands livres sur la colonisation romaine86, qui a évidemment ses originalités, entre lesquelles l’existence de colonies de vétérans n’est pas la moindre (avec une répartition pro merito et aussi liée aux grades87), on est frappé du ton péremptoire avec lequel les auteurs évoquent pour les colonies de peuplement des bénéficiaires “pauvres”. Mais si l’on a envoyé des “pauvres” dans les colonies, comment pourrait-on les avoir discriminés autrement que par le biais des classes ? Nulle part nous ne trouvons la moindre précision à ce sujet. Les sources littéraires ne sont pas d’un grand secours en ce qui concerne l’origine même des colons. Certes Plutarque88 prétend que les distributions de terres de Caius Gracchus étaient destinées aux pauvres et que Livius Drusus rivalisa de démagogie. Mais comment sélectionnait-on ces pauvres ? La réalité de la désignation des colons échappe largement89. Sauf à supposer qu’on ne faisait pas le plein des candidatures et qu’il n’y avait pas concurrence, ce qui est difficile à admettre.

  • 90 Crawford 1996, 1, no 2, 117, l. 36-37. Le texte est corrompu quant au nombre de récupérateurs, mai (...)
  • 91 Lintott 1990, 6. À noter qu’il y a désaccord entre les savants sur une partie de la restitution (e (...)
  • 92 Cic., Agr., 2.32. Cf. Nicolet 1970a, 70-103.
  • 93 CIL, X, 3894 (Capoue).
  • 94 Keppie 1983, 96-97.

53Si l’on se tourne vers la documentation épigraphique, le désespoir ne fait que croître. Ainsi pour les procès : la lex agraria épigraphique de 111, qui contient des prescriptions sur la procédure, comporte une précision de caractère censitaire90, mais elle évoque seulement la première classe et pour fixer les conditions de désignation des récupérateurs91. La classification censitaire mentionnée reste la barre de la première classe pour les responsables d’une mise en œuvre judiciaire. Il en est de même pour les finitores que prévoyait la rogatio Seruilia de 63 a.C., ex equestri loco92 : on ne raisonne pas en classes mais en ordres. Quant aux colonies de vétérans, la mention class qu’on peut trouver dans certaines inscriptions ne renvoie bien sûr qu’au soldat de l’infanterie marine, le classicus93. Les colonies, plutôt que des “pauvres”, ont-elles accueilli des classes moyennes, au moins au début, capables de s’équiper militairement ? La sortitio pouvait être celle des lots sur le territoire94. Mais au départ, il fallait bien sélectionner des colons. Comment le faire de façon fine sans les classes ?

  • 95 Cornell 1983, 104-105 souligne que, dans la plupart des cas, ces binômes ne recouvrent pas les mêm (...)

54Cet effacement des divisions censitaires dans les sources anciennes contribue aussi à renforcer le primat des oppositions binaires : peu importent les éléments internes à la classis, puisque finalement, les institutions et la société romaines sont présentées dans des schémas duels. Les sources et les commentateurs n’ont pas manqué de présenter des dyarchies senatus/ populus, ou de mettre en valeur les couples d’antonymes comme patres/ conscripti, tribules/ aerarii, assidui/ proletarii, patriciens/plébéiens, patrons/ clients etc. Il serait assurément hâtif de considérer ces oppositions binaires comme caractéristiques de la cité primitive et bientôt abandonnées quand celle-ci aurait acquis un degré de sophistication plus marqué. Pour ne citer qu’un contre-exemple, concernant l’époque impériale, mentionnons le binôme concernant les catégories de justiciables, honestiores et humiliores. La marque de la dualité paraît une constante de l’histoire romaine. On ne peut pas soutenir qu’il y ait eu une tendance à la simplification ou à l’inverse une évolution vers la complexité des discriminations institutionnelles. L’univers institutionnel ou juridique romain est souvent réductible à deux catégories. Les classes auraient par certains côtés échappé à cette dichotomie omniprésente puisque elles sont subdivisées, mais l’effacement de leur décomposition ou de leur hiérarchie interne – soulignant a contrario l’opposition classis/ infra classem – en fait une sorte d’exception qui confirme la règle95.

  • 96 Pour nous limiter à l’époque républicaine, rappelons deux ouvrages essentiels : Nicolet 1970b et 1 (...)
  • 97 Van Effenterre (1979, 28-30) met en avant une dichotomie comparable dans ses réflexions sur le τέλ (...)

55L’enquête n’a guère permis de préciser à quoi servaient vraiment de façon concrète les divisions entre classes, en dehors de leur vocation à être une structure d’appel dans le contexte comitial centuriate. Les divisions qui les traversent ne paraissent pas avoir beaucoup de résonances pour l’histoire sociale et, en cela, la cité romaine semble se distinguer des cités grecques. Le monde romain est celui d’une société d’ordres, d’illustres savants y ont insisté96. D’autres structures, d’autres divisions que les classes censitaires devaient donc à l’évidence servir de cadre pour la mise en œuvre administrative de certaines mesures économiques et évidemment, on pourrait bien se tourner vers les tribus. Pour autant, il reste que la lecture traditionnelle d’une évolution du système (qui serait passé d’un dualisme primitif à une division plus fine) laisse perplexe. Ne faut-il pas plutôt penser à un système assez sophistiqué tôt dans l’organisation institutionnelle, quand il est indispensable à la conscription et à la perception fiscale du tributum ? La distinction classis/infra classem n’a pas forcément précédé une division fine. Elles peuvent avoir coexisté si on admet que dans la représentation que les citoyens avaient de leur divisions censitaires, il y a ceux qui comptent, les classici, et ceux qui font nombre, les infra classem97. Mais surtout, par delà la réalité de cette division, on est frappé de sa permanence dans les représentations que les Romains eux-mêmes avaient de leur identité civique, de la hiérarchie du populus. Il n’est évidemment pas exclu que la division en classes ait pu exister encore tardivement, qu’elle ait eu une utilité dont nous ne connaissons plus la traduction. Le silence des sources ne permet pas de conclure à la suppression formelle des subdivisions.

56J’ai cru pouvoir tenter l’enquête sur ce qui apparaissait comme la plus visible des hiérarchies du populus, le cadre censitaire. Mais les niveaux de rupture et de classement échappent à l’enquête. Pourtant, la cité romaine a indéniablement – et ce à toutes les époques – porté intérêt à la richesse ou à la pauvreté des membres de la communauté, à la discrimination entre les membres des ordres et les citoyens ordinaires. Cela n’impliquait pas qu’elle accordât beaucoup d’attention à la “machinerie censitaire”. Dans la division sans doute la plus identitaire de la citoyenneté romaine, la division censitaire, la hiérarchie authentique reste invisible, nous ne parvenons pas à la reconstituer. Nous ne pouvons guère saisir qu’un autre de ses rôles, celui qu’elle a joué dans les représentations que les élites romaines avaient du populus et des partes populi : la hiérarchie concrète se dérobe à nos regards, elle est à l’historien de la république romaine ce que le dieu caché est aux jansénistes, “présent partout et visible nulle part”.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Béranger, J. (1970) : “Ordres et classes d’après Cicéron”, in : Nicolet 1970b, 225-242.

Chantraine, P. (19992) : Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris.

Christ, M. R. (2001) : “Conscription of Hoplites in Classical Athens”, CQ, 51/2, 398-422.

Cornell, T. J. (1983) : “The Failure of the Plebs”, Tria corda, Scritti in onore di Arnaldo Momigliano, Côme, 101-120.

Crawford, M. H. (1976) : “The Early Roman Economy, 753-280 BC”, LItalie préromaine et la Rome républicaine : Mélanges offerts à J. Heurgon, 1, Rome, 196-207.

—, éd. (1996) : Roman Statutes, I-II, Londres.

Fraccaro, P. (1927) : “Accensi”, Athenaeum, 5, 133-146.

— (1975) : “La falange e l’ordinamento del re Servio Tullio”, Opuscula, 4, Della guerra presso i Romani, Pavie, 29-40.

Gauthier, Ph. (1966) : “Les clérouques de Lesbos et la colonisation athénienne au ve siècle”, REG, 79, 64-88.

Graham, A. J. (1991) : “‘Adopted Teians’ : a Passage in the New Inscription of Public Imprecations from Teos”, JHS, 111, 176-178.

Heurgon, J. (1969) : Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques, Paris, rééd. 19802.

Keppie, L. (1983) : Colonisation and Veteran Settlement in Italy 47-14 BC, Londres.

Lintott, A. W. (1990) : “Le procès devant les recuperatores d’après les données épigraphiques jusqu’au règne d’Auguste”, RD, 68, 1-11.

Lo Cascio, E. (1988) : “Ancora sui censi minimi delle cinque classi serviane”, Athenaeum, 76, 273-302.

— (2001) : “Il census a Roma e la sua evoluzione dall’età ‘severiana’alla prima età imperiale”, MEFRA, 113/2, 565-603.

Meiggs, R. et D. Lewis (19882) : A Selection of Greek Historical Inscriptions, Oxford [1969].

Momigliano, A. (1938) : “Studi sugli ordinamenti centuriati”, Stud. Doc. Hist. 4, 509-520, repris dans Momigliano 1989, 311-320.

— (1963) : “An Interim Report on the Origins of Rome”, JRS, 53, 95-121.

— (1967) : Osservazioni sulla distinzione fra patrizi e plebei, in : Les origines de la plèbe romaine, Entretiens de la Fondation Hardt, 13, Vandœuvres-Genève, 199-221.

— (1989) : Roma arcaica, Florence.

Mommsen, Th. (1889) : Le droit public romain, 7 vol. en 8 tomes, Paris, 1889-1896.

Nicolet, Cl. (1961) : “La réforme des comices de 179 av. J.-C.”, RD, 39, 341-358.

— (1967) : L’Ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J. C.), t. 1, Définitions juridiques et structures sociales, Paris.

— (1970a) : “Les finitores ex equestri loco de la loi Servilia de 63 av. J. C.”, Latomus, 29, 70-103.

—, éd. (1970b) : Recherches sur les structures sociales de l’Antiquité classique, Colloque de Caen 25-26 avril 1969, Colloques nationaux du CNRS, Paris.

— (1976) : “L’idéologie du système centuriate et l’influence de la philosophie grecque” in : La Filosofia greca e il diritto romano, Accad. Naz. dei Lincei, Quaderno no 221, Rome, 111-137.

— (19792) : Le Métier de citoyen dans la république romaine, Paris, 71-121.

—, éd. (1984) : Des ordres à Rome, Publications de la Sorbonne, Série Histoire ancienne et médiévale no 13, Paris.

Pagliaro, A. (1967) : “Proletarius”, Helikon, 7, 395-401.

Raaflaub, K. A (1996) : “Solone, la nuova Atene e l’emergere della politica” in : Settis 1996, 1035-1081.

Rathbone, D. (1993) : “The Census Qualifications of the Adsidui and the Prima Classis” in : Sancisi-Weerdenburg et al. 1993, 121-152.

Rhodes, P. J. (1981) : A Commentary on the Aristotelian athenaion politeia, Oxford.

Rich, J. W. (1983) : “The Supposed Roman Manpower Shortage of the Later Second Century B. C.”, Historia, fasc. 3, 287-331.

Richard, J.-Cl. (1977) : “Classis-Infra classem”, RPh, 51/2, 229-236.

— (1978) : “Proletarius : quelques remarques sur l’organisation servienne”, AC, 47/2, 438-447.

— (1985) : “Sur trois problèmes du premier âge républicain”, MEFRA, 97/2, 751-784.

Rosenstein, N. (2002) : “Marriage and Manpower in the Hannibalic War”, Historia, 51, 163-191.

Salmon, E. T. (1969) : Roman Colonization under the Republic, Londres.

Sancisi-Weerdenburg, H. et alii (1993) : De agricultura. In Memoriam Pieter Willem de Neeve, Amsterdam.

Settis, S., éd. (1996) : I Greci. Storia, Cultura, Arte, Società, 2, Una storia greca, 1, Formazione, Turin.

Spahn, P. (1977) : Mittelschicht und Polisbildung, Francfort-sur-le-Main.

Van Effenterre, H. (1979) : “Réflexions sur la fiscalité dans la Grèce des cités archaïques”, in : H. Van Effenterre, éd., Points de vue sur la fiscalité antique, Publications de la Sorbonne, Études 14, Paris, 19-30.

Van Soesbergen, P. G. (1982-1983) : “Colonisation as a Solution to Social-Economic Problems in fourth Century Greece. A Confrontation of Isocrates with Xenophon”, AncSoc, 13/14, 131-145.

Wiseman, T. P. (1969) : “The Census in the First Century B. C.”, JRS, 59, 59-75.

Annexes

Annexe 1 : sources relevant d’une approche institutionnelle

Cicéron, De Republica, 2.39-40

[39] Deinde equitum magno numero ex omni populi summa separato relicuum populum distribuit in quinque classis senioresque a iunioribus diuisit easque ita disparauit, ut suffragia non in multitudinis, sed in locupletium potestate essent, curauitque, quod semper in re publica tenendum est, ne plurimum ualeant plurimi. Quae discriptio si esset ignota uobis, explicaretur a me ; nunc rationem uidetis esse talem, ut equitum centuriae cum sex suffragiis et prima classis addita centuria, quae ad summum usum urbis fabris tignariis est data, lxxxviiii centurias habeat ; quibus ex centum quattuor centuriis (tot enim reliquae sunt) octo solae si accesserunt, confecta est uis populi uniuersa, relicuaque multo maior multitudo sex et nonaginta centuriarum neque excluderetur suffragiis, ne superbum esset, nec ualeret nimis, ne esset periculosum. [40] In quo etiam uerbis ac nominibus ipsis fuit diligens ; qui cum locupletis assiduos appellasset ab asse dando, eos, qui aut non plus mille quingentos aeris aut omnino nihil in suum censum praeter caput attulissent, proletarios nominauit, ut ex iis quasi proles, id est quasi progenies ciuitatis, expectari uideretur. Illarum autem sex et nonaginta centuriarum in una centuria tum quidem plures censebantur quam paene in prima classe tota. Ita nec prohibebatur quisquam iure suffragii, et is ualebat in suffragio plurimum, cuius plurimum intererat esse in optimo statu ciuitatem. Quin etiam accensis uelatis, liticinibus, cornicinibus, proletariis…

Tite-Live, Ab Vrbe condita libri, 1.43

[43] Ex iis qui centum milium aeris aut maiorem censum haberent octoginta confecit centurias, quadragenas seniorum ac iuniorum ; prima classis omnes appellati ; seniores ad urbis custodiam ut praesto essent, iuvenes ut foris bella gererent ; arma his imperata galea, clipeum, ocreae, lorica, omnia ex aere ; haec ut tegumenta corporis essent : tela in hostem hastaque et gladius. Additae huic classi duae fabrum centuriae quae sine armis stipendia facerent ; datum munus ut machinas in bello ferrent. Secunda classis intra centum usque ad quinque et septuaginta milium censum instituta, et ex iis, senioribus iunioribusque, viginti conscriptae centuriae ; arma imperata scutum pro clipeo et praeter loricam omnia eadem. Tertiae classis in quinquaginta milium censum esse voluit ; totidem centuriae et hae eodemque discrimine aetatium factae ; nec de armis quicquam mutatum, ocreae tantum ademptae. In quarta classe census quinque et uiginti milium, totidem centuriae factae, arma mutata : nihil praeter hastam et uerutum datum. Quinta classis aucta ; centuriae triginta factae ; fundas lapidesque missiles hi secum gerebant ; in his accensi cornicines tubicinesque in duas centurias distributi ; undecim milibus haec classis censebatur. Hoc minor census reliquam multitudinem habuit ; inde una centuria facta est, immunis militia. Ita pedestri exercitu ornato distributoque, equitum ex primoribus civitatis duodecim scripsit centurias ; sex item alias centurias, tribus ab Romulo institutis, sub iisdem quibus inauguratae erant nominibus fecit. Ad equos emendos dena milia aeris ex publico data, et, quibus equos alerent, viduae attributae quae bina milia aeris in annos singulos penderent. Haec omnia in dites a pauperibus inclinata onera.

Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines

4.16.2 <Servius Tullius> μίαν ἀφεȋλεν ἐξ ἁπάντων μοȋραν, ἧς τò μέγιστον ἦν τίμημα τῆς οὐσίας οὐκ ἔλαττον ἑκατòν μνών ... αὕτη πρώτη σύνταξις ἦν · 16.3 ... ἔπειτ’ ἐκ τῶν ὑπολειπομένων ἑτέραν ἀφῄρει μοȋραν, οἷς ἦν ἐντòς μὲν μυρίων δραχμῶν, οὐ μεȋον δὲ πέντε καὶ ἑβδομήκοντα μνῶν τò τίμημα ... αὕτη σευτέρα σύνταξις ἦν. 16.4.... τὴν δὲ τρίτην ἐποίει σύνταξιν ...

417.1... τετάρτην ἐποίησε μοȋραν... 17.2... τὴν πέμπτην μοȋραν... 17.3 προσέκειντο δ’οἱ μὲν χειροτέχναι τοȋς τò δεύτερον ἔχουσι τίμημα ... 17.4. Oἱ δὲ σαλπισταί τε καὶ οἱ βυκανισταὶ τῇ τετάρτῃ συνετάττοντο μοίρᾳ.

419.1 Ταύτῃ τῇ διακοσμήσει χρησάμενος τὰς μὲν τῶν στρατκοτῶν καταγραφὰς κατὰ τὴν διαίρεσιν ἐποιεȋτο τὴν τῶν λόχων, τὰς δὲ τῶν εἰσφορῶν ἐπιταγὰς τὰ τιμήματα τῶν βίων.

4-20 (contexte du vote aux comices centuriates, en cas de désaccord au sein de la première classe)... εἰ δὲ μὴ γένοιντο ἐπὶ τῆς αὐτῆς προαιρέσεως ἅπαντες οὗτοι, τότε τοὺς άπο τοῦ δευτέρου τιμήματος εἵκοσι καὶ δύο λόχους ἐκάλει. Μερισθεισῶν δὲ καὶ τότε τῶν ψήφιον τοὺς ἀπò τοῦ τρίτου τιμήματος ἐκάλει καὶ τετάρτους τοὺς άπò τοῦ τετάρτου τιμήματος. ... εἰ δὲ μέχρι τῆς πέμπτης κλήσεως μὴ τύχοι τοῦτο (le choix) γενύμενον, ἀλλ ’εἰς ἴσα μέρη σχισθεȋεν αἱ τῶν ἑκατòν ἐνενήκοντα δύο λόχων γνῶμαι, τότε τòν ἔσχατον ἐκάλει λόχον, ἐν ᾧ τò τῶν απόρων καὶ διὰ τοῦτ’ ἁφειμένων ἁπάσης στρατείας τε καὶ εἰσφορᾶς πολιτῶν πλῆθος ἦν · ... τὰ πολλὰ μὲν γὰρ ἐπὶ τῆς πρώτης κλήσεως τέλος ἐλάμβανεν, ὀλίγα δὲ μέχρι τῆς τετάρτης προὔβαινεν·· ἡ · δὲ πέμπτη κλῆσις καὶ ἡ τελευταία παρείλκοντο.

5.75.4 (épisode de dictature ; séparation en classes d’âge, puis constitution de centuries, et formation de quatre classes où sont répartis fantassins et cavaliers) <Larcius> μετὰ τοῦτο διακρίνας τοὺς ἔχοντας τὴν στρατεύσιμον ἡλικίαν ἀπò τῶν πρεσβυτέρων καὶ καταχωρίσας εἰς λόχους, διένειμε πεζούς τε καὶ ἱππεȋς εἰς τέτταρας μοίρας.

7.59.3 (procès de Marcius Coriolan, 491, retour sur le fonctionnement des comices centuriates) ὄντων δὲ τῶν συμπάντων τριῶν καὶ ἐνενήκοντα καὶ ἑκατòν λόχων καὶ τούτων εἰς ἓξ διῃρημένων συμμορίας πρώτη μὲν ἐκαλεȋτο συμμορία καὶ τήν ψήφον ἐπέφερεν ἦ τῶν έχόντων τό μέγιστον τίμημα τῆς ουσίας καὶ τὴν πρώτην λαμβανόντων τάξιν ἐν πολέμοις· ἐν οἷς ἦσαν ιππέων μὲν ὀκτωκαίδεκα λόχοι, πεζῶν δ’ὀγδοήκοντα. 59.4 Δευτέρα δ’ἐψηφοφόρει συμμορία τῶν ὑποδεεστέρων τοȋς βίοις ... οἱ δ’ἐν τῇ τρίτῃ συμμορίᾳ .. 59.5 οἱ δὲ μετὰ τούτους καλούμενοι τίμημά τ’οὐσίας ἔλαττον εἶχον ... πέμπτη δ’ἐκαλεȋτο συμμορία τῶν ὀλίγου πάνυ τετιμημένων ἀργυρίου... 59.6 οἱ δ’ἀπορώτατοι τῶν πολιτῶν ἑλάττους τῶν ἅλλων ἁπάντων ὄντες ἔχαστοι τὴν ψῆφον ἀνελάμβανον, ἕνα μόνον ἔχοντες λόχον.

(si le vote n’est pas acquis après que la première classe a voté) ...59.7 εἰ δὲ μὴ τοῦτο γένοιτο, ἡ δευτέρα συμμορία τῶν δύο καὶ εἴκοσι λόχων ἐκαλεȋτο, καὶ ἡ τρίτη ...

59.8 καὶ τὰ μὲν πολλὰ τῶν ἀγωνιαμάτων ἐπὶ τῶν πρώτων κλήσεων τέλος ἐλάμβανεν, ὥστε μηδὲν ἔτι δεȋν τῶν ἐσχάτων

...les partisans de Coriolan espèrent qu’on acquittera l’accusé grâce aux suffrages de la 1ère classe (ἐπὶ τῆς πρώτης κλήσεως) ou à défaut grâce à la 2e ou la 3e (ἐπὶ τῆς δευτέρας ἢ τρίτης).

10.17.3 καὶ ὁ κῆρυξ τὴν πρώτην τάξιν ἐκάλεσεν (le vote est acquis grâce à la première classe et on n’en appelle aucune autre) οὐδεμιᾶς ἔτι κληθείσης ἐπὶ τὴν ψηφοφορίαν τάξεως.

Annexe 2 : comparaison des sources mentionnant des divisions en classes

Auteur

Divisions

Terminologie

Remarques

Cic., Rep., 2.39-40

5 classes

quinque classes discriptio prima classis locupletes = adsidui

* explication sur la hiérarchie des votes
* le détail des quinque classes n’est pas exposé
* seule la prima classis est mentionnée comme telle
* les assidui (contribuables) sont définis comme des locupletes
* les assidui sont opposés aux proletarii (moins de 1 500 as)

Cic., Phil., 2.82

non précisé

prima classis
secunda classis

* procédure du vote pour les élections consulaires.
* obnuntiatio d’Antoine quand le vote de la deuxième classe a eu lieu et report de l’élection (1er janvier 44)
* pas une description de toutes les classes mais du rôle exceptionnellement joué par la 2e lors du vote comitial

Liv. 1.43

5 classes

Classes prima, secunda, tertia, quarta, quinta classis

* discrimination entre cinq classes, divisées elles-mêmes en centuries, finalité militaire et politique
* description fine des implications militaires du système attribué à Servius Tullius
* une centurie de cens inférieur à 11 000 as centuria…immunis militia (donc en dehors de toute classis)
* seul texte latin où on trouve la mention des adjectifs numéraux pour les cinq classes

Dion.H. 4.16-20

6 classes

σύνταξις (1-3) et μοȋρα (4-5) ; λόχοι pour les centuries ; συμμορία et κλῆσις ; τίμημα (census)

* une même division voit ses éléments désignés par deux mots différents (σύνταξις et μοȋρα) aux § 16 et 17 ; συμμορία est synonyme de σύνταξις, la classe ; μοȋρα peut être traduit par subdivision
* pour les six classes, Dion. Hal. emploie tantôt σύνταξις et tantôt μοȋρα (§ 16 et 17)* κλῆσις est nettement la classe d’appel pour le vote ; étymologie classis/ κλῆσις.* en 4.18.3, quand on reprend les μοίραι, la dernière est celle qui compte l’unique centurie des sans ressources et elle forme la sixième des subdivisions.
* en 4.19, double finalité militaire et fiscale
* en 4.20 : mécanisme théorique du vote classe par classe ; en réalité, seule la première est consultée ; τίμημα et κλῆσις employés de façon synonyme

Dion.H. 5.75.4

4 classes

διένειμε πεζούς τε καὶ ἱππεȋς εἰς τέτταρας μοίρας

* division assez originale en quatre classes ; contexte de mobilisation face à une coalition de Sabins et d’Étrusques ;
* pas un contexte civil
* 498 a.C. ( ?), date controversée
* sous la dictature de Larcius (Titus Largius chez Liv. 2.18 sq., et date de 501), avec Sp. Maelius comme maître de cavalerie
* les autres sources ne disent rien sur cette mobilisation

Dion.H. 7.59.3

6 (5+1) classes

λόχοι pour centuries συμμορία et κλῆσις

* Cf. Liv. 2.35
* procès de Marcius Coriolan en 491
* longue parenthèse sur le fonctionnement des comices centuriates pour leur rôle judiciaire
* classe d’appel pour le vote

Dion.H. 10.17.3

non précisé

Τάξις

* deux emplois pour la première classe dans une élection consulaire en 461 (Cincinnatus consul suffect)
* aucune autre classe n’est appelée à voter

Notes

1 Je laisse provisoirement de côté la question de savoir pour quelle période serait applicable la division censitaire dite de Servius Tullius.

2 Voir particulièrement Nicolet 1976 et 19792 ; Rich 1983 ; Lo Cascio 1988 et 2001 ; Rathbone 1993.

3 Cic., Leg., 3.7 : Censoris populi aeuitates suboles familias pecuniasque censento, urbis templa uias aquas aerarium uectigalia tuento, populique partis in tribus discribunto, exin pecunias aeuitates ordines partiunto, equitum peditumque prolem describunto.

4 Servius, Schol. ad Æn., 7.716 : Ortinae classes. Ortini equites classes dicuntur, unde et eorum tubas classica dicimus, et partes populi classes uocamus quae quinque fuerunt [Thilo-Hagen 2, 187].

5 Plus haut dans le texte de Virgile, figurent agmen ou cohors, substantifs renvoyant bien à l’organisation de l’armée.

6 La liste des sources et une comparaison succincte sont jointes dans les annexes 1 et 2, p. 170-173. Quelques éléments de contextualisation y sont ajoutés.

7 Sur la question des seuils entre chaque classe et de la conversion des unités monétaires entre les différents systèmes monétaires romains d’une part, entre unités de compte grecques et romaines d’autre part, Rich 1983, 306-316 ; Lo Cascio 1988 (avec la bibliographie afférente).

8 Cic., Phil., 2.32 : Prima classis uocatur, deinde ita ut adsolet suffragia, tum secunda classis, quae omnia sunt citius facta quam dixi.

9 Dion. H. 4.18.2 : ἐγένοντο δὴ συμμορίαι μὲν ἕξ, ἃς Ῥωμαȋοι καλοῦσι, κατὰ τὰς Ἑλληνικὰς κλήσεις παρονομάσαντες (...) 18.3 ... ἐπεȋχον δὲ τὴν μὴν πρώτην συμμορίαν ὀκτὼ καὶ ἐνενήκοντα λόχοι σὺν τοȋς ἱππεῦσι·τὴν δὲ δευτέραν ... τὴν δὲ τρίτην... . τὴν δὲ τετάρτην ... τὴν δὲ πέμπτην... τὴν δ’ἐπὶ πάσαις τεταγμένην εἷς λόχος ὁ τῶν ἀπόρων.

10 Mommsen 1889, 61, 323, n. 5 et 324, n. 2.

11 Montesquieu, Esprits des Lois, 2, chap. 2 ; Rousseau, Du contrat social, 4, chap. 4.

12 Cic., Rep., 2.40.

13 Sources rassemblées dans Richard 1978, 438-439. Sur l’aberration de cette étymologie, Pagliaro 1967, avec l’historique des interprétations. Richard 1978, 441-442 est plus réservé.

14 Dion. H. 4.18.12.

15 Chantraine 19992, s. u. κλῆσις.

16 Sur l’étymologie de calasis, voir Mommsen 1889, 61, 297 n. 2, qui reprend Willamovitz : κλᾶσις est (…) un pseudo-dorisme ; de κλέω (appeler, nommer), il ne peut venir que κλῆσις.

17 Var., L., 5.91 : classicos a classe, qui item cornu <aut litu>o canu<n>t, ut tum cum classes comitiis ad comitiatum uocant ; et 6.92… qui de censoribus classicum ad comitia centuriata redemptum habent.

18 Quint., Inst., 1.6.33 : classis a calando (convoquer, appeler).

19 Isid., Etym., 18.5 : classica sunt cornua quae conuocandi causa erant facta, et a calando classica dicebantur.

20 Ernout & Meillet 19674, s. u. classis.

21 DE 2, 271 s. u. classis.

22 Mommsen 1889, 61, 297-298 : classis désigne la ligne de bataille, qu’il s’agisse d’affrontements sur terre ou sur mer.

23 À l’exception du contexte de mobilisation militaire qui figure dans Dion. H. 5.75.4.

24 Rappelons sur ce point qu’une déclaration censoriale conservée sur un papyrus d’Égypte pour 62 p.C. transcrit les renseignements se rapportant à un certain L. Valerius Crispus, fils de Lucius, de la tribu Pollia, qui a un cens de 357 000 sesterces (FIRA 3, no 2). Dans ce cas-ci, le préfet d’Égypte fait enregistrer une déclaration. Même si le document est d’époque impériale, relevons qu’il mentionne avec précision un chiffre de census, tout en ne donnant aucune correspondance en terme de classis.

25 Il faut se rappeler qu’à l’origine, ces textes sont probablement ceux du grammairien du ier siècle de notre ère, Verrius Flaccus, dont le De uerborum significatione fut abrégé au iie siècle par Sextus Pompeius Festus, et abrégé encore par Paul Diacre au viiie. La dépendance éventuelle d’Aulu Gelle par rapport au texte du grammairien est possible et évoquée infra.

26 La loi Voconia (= fgt 160 Malcovati) est une loi testamentaire proposée en 169 par le tribun Q. Voconius Saxa ; elle limitait les legs faits aux femmes (100 000 HS selon Dion Cassius ou 100 000 as selon Gaius 2.274). Mais le montant de la première classe est de 120 000 as chez Pline (Nat., 33.43) et Festus (p. 100, 22-23 L s. u. infra classem [= p. 113 M]), cf. infra.

27 Gel., NA, 6.13 : “On appelait classicus (de la classe) non pas tous ceux qui figuraient dans les cinq classes, mais seulement les hommes de la première classe qui étaient recensés pour 125 000 as ou plus. Mais on disait infra classem (en dessous de la classe) les gens de la seconde classe et de toutes les autres classes qui étaient recensés pour une somme moindre que celle que je viens d’indiquer. J’ai noté cela brièvement parce que, dans le discours de Caton en faveur de la loi Voconia, on a coutume de se demander ce que veut dire classicus et infra classem” (trad. R. Marache). À noter que l’établissement du texte est difficile : in quinque est une correction de J. Gronove (1706) alors que les manuscrits donnent presque tous inque. De même, quam quod est une correction de F. Skutsch (1903), là où les manuscrits présentent quod ou quam. Signalons que Nicolet 1967, 61 commente le texte inque classibus.

28 Festus p. 100, 22-23 L s. u. infra classem, [= p. 113 M]. L’établissement du texte offre une difficulté quant au chiffre de 120 000, mais cela importe peu au raisonnement ici.

29 Quinque est une correction de Caspar Schoppe (in ed. Gronouiana 1706). Les manuscrits présentent la leçon in ou inque.

30 Rathbone 1993, 135.

31 Plin., Nat., 33.43.

32 Momigliano [1938] 1989, 312-314 assimilait les infra classem à la plèbe et leur opposait une classis constituée du patriciat et de ses clients, composant la force armée romaine des temps archaïques jusqu’en 406. Momigliano 1963, spéc. 120-121, nuance ses analyses antérieures et présente une organisation en trois groupes : equites, classis (infanterie), infra classem. Contra, Richard 1985, 770.

33 Richard 1977, 230-231.

34 Rathbone 1993, 127. Il est vraisemblable qu’Aulu Gelle cite textuellement le texte de la loi. Rathbone toutefois estime que le chiffre lui-même de 125 000 as ne vient pas de la loi ou du discours de Caton mais d’une tradition plus ou moins archaïque concernant la classis servienne.

35 Richard 1977, 230-231.

36 Un témoignage de Gaius vient de toute façon confirmer la citation d’Aulu Gelle, une loi interdisait aux citoyens de la première classe d’instituer pour héritière une femme ou une jeune fille. Cf. Gaius, Inst., 2.274, avec une différence dans l’expression chiffrée (100 000 as) : Item mulier, quae ab eo, qui centum milia aeris census est, per legem Voconiam heres institui non potest, tamen fideicommisso relictam sibi hereditatem capere potest. L’interprétation en as sextantaires n’est pas celle de Mommsen, qui évoque la possibilité d’as lourds.

37 Mommsen 1889, 61, 279-280 ; 297-298.

38 En particulier Momigliano 1967, spéc. 219. Dans cet article, Momigliano considère que la distinction populus-plebs recouvre la distinction classis-infra classem pour l’époque archaïque.

39 Heurgon 1969, 252 et 312.

40 Cic., Rep., 2.39-40. Le texte oppose les adsidui (les locupletes) aux proletarii. La même logique était suivie par Varron De uita populi R. liber primus, fr. 9 Riposati.

41 Tabula 1.4 (Crawford 1996, 2, 588-590) : le garant de l’adsiduus ne peut être qu’un adsiduus, peu importe pour le proletarius. Le texte est connu par Cic., Top., 10 et Gel., NA, 16.10.5.

42 Gel., NA, 16.10.12-13 : “Les prolétaires cependant avaient un rang quelque peu plus honorable que les capite censi et en réalité et en nom : en effet, aussi bien aux temps les plus durs de la République, quand on manquait de jeunesse à mobiliser, ils étaient recrutés pour l’armée en cas d’alerte extrême et les armes leur étaient fournies aux frais de l’État et on les a nommés non du recensement par tête mais d’un nom plus heureux, en raison de leur fonction et leur devoir de donner jour à une descendance (proles), parce que comme leur bien de famille modeste ne leur permettait pas d’aider la république, ils peuplaient cependant la cité par leur faculté de mettre au monde une descendance” (trad. Y. Julien).

43 Cic., Rep., 2.40 : “Dans cette organisation, <Servius Tullius> choisit avec soin même les termes et les noms à employer : il appela les riches assidui (contribuables) d’après l’acte de payer l’impôt en as. Ceux qui possédaient moins de mille cinq cents as ou qui n’avaient comme cens que leur propre personne, il les nomma prolétaires, pour faire comprendre d’eux qu’ils étaient seulement prolifiques, en donnant des enfants à la cité” (trad. E. Bréguet).

44 Festus p. 253 L s. u. proletarium [p. 226 M].

45 Si les prolétaires sont mobilisables en cas de besoin, les capite censi ne le sont en principe jamais. Cela donne toute sa cohérence au texte de Salluste sur les innovations apportées par Marius (Jug., 86.2), qui enrôle spécifiquement des capite censi.

46 Festus p. 308 L s. u. quintanam classem [p. 257 M].

47 Mommsen 1889, 61, 323, n. 5.

48 Fraccaro 1927.

49 Festus p. 257, 23 M s. u. quintanam classem.

50 Lucilius H 46 Charpin [= fr. 1287 Marx]. L’hexamètre manquant est recomposé différemment par Marx 1904 (Quod nunc iura siet quintanae classis adeptus) et Krenkel 1970 (Quod sit nunc classem quintanam prorsus adeptus). Quintanam classem pouvait être complément d’adeptus (il a été intégré dans la cinquième classe), si on compare par ex. avec Cic., Flac., 43 : adeptus est ordinem senatorium. Mommsen 1889, 61, 323-324, n. 5 explicite ses restitutions en avançant que “les accensi peuvent, d’après le sens primitif de classis, parfaitement être conçus comme en étant une, et cette classis votant avec la cinquième classe moderne, avoir été ensuite appelée quintana”.

51 Arnobe, PL, 2.29 : “Cessez d’inscrire un homme dans les classes, alors qu’il est prolétaire, et s’il est recensé par tête, de le mettre dans les premiers ordres”.

52 Un autre passage d’Arnobe vient de toute façon rappeler la péremption du système des classes. PL 2.67 : Numquid enim quinque in classes habetis populum distributum, uestri olim ut habuere maiores ? L’idée générale de ce texte, qu’il ne faut pas interpréter isolément, est que ce n’est pas un crime de changer les institutions ; mais ce qui est condamnable, c’est de pervertir la morale. Il ne faut donc pas surinterpréter cet extrait et en déduire que les classes survivraient. Elles ont bien disparu.

53 Cic., Ac., 2 (Lucullus) 23.73 : “Qui ne met ce philosophe (Démocrite) avant Cléanthe, avant Chrysippe, avant tous ceux de l’époque postérieure ? Comparés à lui, ils sont à mon avis de cinquième classe” (Trad. É. Bréhier retouchée).

54 Hor., Sat., 1.2.47 : “Comme il est plus prudent de prendre la marchandise dans la seconde classe, j’entends par là celle des affranchies…”.

55 Gel., NA, 19.8.15 : “Allez et si un jour vous avez du temps, cherchez si ‘quadrige’et ‘sable’ont été prononcés par au moins un orateur ou un poète de cette cohorte tout au moins un peu ancienne, i. e. un écrivain de classe, un homme qui soit installé et non pas un auteur du commun”.

56 Festus p. 49, 14-15 L s. u. classici testes [p. 56 M] : “On parlait de témoins de première classe, ceux qu’on employait pour sceller les testaments”.

57 Béranger 1970, 241-242.

58 L. Ampelius Aide-Mémoire 49 : “La plus ancienne répartition du peuple romain est la répartition en trois que fit Romulus : le roi, le Sénat, le peuple ; et il divisa le peuple en trois tribus, celle des Tities, des Luceres, des Ramnes. Suit la répartition du peuple sous le roi Servius Tullius, qui le divisa en tribus, classes et centuries par la répétition du cens, afin que tous les meilleurs et les plus riches eussent davantage de poids dans les votes, c’est-à-dire au sein du peuple romain. Il y a aussi une troisième répartition entre patrons et clientèles, en vertu de laquelle les inférieurs se confiaient à la protection de leurs supérieurs” (Trad. M.-P. Arnaud-Lindet).

59 Aus., Grat. Act., 3.13 : “Je n’ai point subi les enclos, le Champ de Mars, les suffrages, les points, les pièces de monnaies, je n’ai point pressé les mains du peuple ;… je n’ai point parcouru les tribus, je n’ai point flatté les centuries, je n’ai point tremblé à l’appel de chaque classe, je n’ai rien déposé chez le séquestre, je n’ai fait aucun pacte avec le distributeur. Peuple romain, Champ de Mars, ordre des chevaliers, rostres, enclos, sénat, curie, Gratien fut tout pour moi”. Voir aussi 9.44 : quae doctrina tam diligens propriis comitiorum uerbis loqui nec uocabulis moris antiqui nomina peregrina miscere : ualete modo, classes populi et urbanarum tribuum praerogatiuae et centuriae iure uocatae.

60 Peu d’études sur les classes romaines effectuent ces comparaisons et elles restent allusives. Voir Momigliano 1963, 120-121 ; Richard 1978, 441-442.

61 Raaflaub 1996 et sur la signification des classes censitaires, Spahn 1977, 144-147. Voir note 83. Je laisse ici de côté le débat chronologique sur l’apparition des pentacosiomédimnes, qui pourrait, au vu des objets révélés par l’archéologie funéraire, être même antérieure aux réformes soloniennes. Mon enquête porte sur la visibilité et l’organisation des “basses classes”.

62 Arist., Ath. Pol., 26.2 en 457/456.

63 Arist., Ath. Pol., 7.4, pour la définition de θητίκος : ceux qui n’ont accès à aucune charge (οὐδεμιᾶς μετέχοντας ἀρχῆς).

64 Christ 2001, et spécialement 404-407 sur l’exemption du service militaire motivée par la pauvreté.

65 Arist., Ath. Pol., 7.4 : “Anthémion, fils de Diphilos, a consacré cette offrande aux dieux quand il fut passé de la classe des thètes à celle des chevaliers” (trad. G. Mathieu et B. Aussoulier). Ici, ἡ ἱππὰς <τάξις> ou <τιμή> désigne la classe équestre. Le mot qui désigne le plus souvent la classe dans le traité (τέλος) est le même que celui qui signifie les contributions (7.4 et 55.3). Il est notable que, pour les trois autres classes, ce soit le neutre τέλος qui est employé ou sous-entendu dans le passage ; seule la classe équestre est associée à un substantif féminin : Rhodes 1981, 142-143.

66 Rhodes 1981, 144 propose de dater la statue du personnage après le sac d’Athènes par les Perses en 480-479 et, malgré la fréquence du patronyme Anthémion, il suggère un rapprochement avec Anthémion père d’Anytos, l’homme politique de la fin du ve siècle. Rhodes rappelle que certains commentateurs se sont étonnés qu’un ancien thète ait pu porter un nom plutôt aristocratique comme Diphilos et d’autre part, qu’un chevalier ait pu vouloir attirer l’attention sur sa condition antérieure de thète. Du coup, si Anthémion est bien un ἑταȋρος de Cimon (Plut., Cim., 5.2-3), l’hypothèse a été avancée que le premier vers serait effectivement la dédicace d’Anthémion, tandis que le second vers aurait été ajouté par un contemporain anonyme. Le passage aurait par la suite été lu comme un distique. Rhodes n’exclut pas pour sa part le port, par un thète, d’un nom glorieux.

67 Par ex. à propos de C. Terentius Varron, dont le père était boucher et qui atteignit la préture puis le consulat (Liv. 22.25.18), ou de Ventidius Bassus vendeur de mulets (Gel., NA, 15.4).

68 Sur le critère des classes d’âge et son rôle prédominant, Arist., Ath. Pol., 53.4-7 (l’inscription des éphèbes) et le commentaire de Christ 2001, 409-416.

69 La localisation de la colonie de Bréa est disputée. Certains l’ont située en Chalcidique, entre Thermè et Strepsa, mais la question reste en débat (Meiggs & Lewis 19882 [1969], no 49, 130). Elle serait fondée vers 445 a.C. pour des raisons stratégiques et abandonnée rapidement, vers 437-436, au moment de la fondation d’Amphipolis, précisément plus stratégique.

70 Meiggs & Lewis 19882 [1969], no 49 (IG, 12, 45), 128-133.

71 Gauthier 1966, 64-88.

72 Thc. 3.50 (année 427).

73 Thc. 3.16.1 et 3.18.4 : des hoplites sont utilisés comme rameurs.

74 Gauthier 1966 à propos de Thc. 3.50.2 : les soldats désignés par le sort ne peuvent avoir été des thètes. Pour le ive siècle, à propos de la pauvreté comme facteur d’enrôlement pour des expéditions de conquêtes lointaines, voir les commentaires, sur Isocr., Pan., 168 et Phil., 120-122, de van Soesbergen 1982-1983, 131-145, spéc. 132-134.

75 SEG, 42, 1992, no 513 (= AE, 1930, 104, no 2).

76 En Thessalie, le participe ἴμψας est l’équivalent de ζεύξας en Attique.

77 Avec la difficulté due au fait que tantôt, il s’agit de la forme du verbe τίθημι (et le sens est alors celui d’adopté), tantôt il s’agit bel et bien de la forme θής/θητός (et la quantité de la voyelle est variable suivant les dialectes).

78 SEG, 41, 1991, no 1001. Années 480-450.

79 Graham 1991, 176-178, spéc. 176 col. B. Θητός en ce sens se rattache à tiqhmi et signifie “fabriqué”, par opposition à “né, naturel”. Voir Harpocration s. u. θέτης.

80 MAMA, 10 no 155. Il s’agit d’une stèle en hommage à des parents (c. 260 p.C.), les panneaux représentent respectivement des lions attaquant un taureau ; des corbeilles de pain ; un attelage de bœufs. Le terme θετοί est certes hypothétique (il manque la première lettre et l’ensemble de la ligne est endommagé) mais plausible. La notice des MAMA laisse penser qu’il ne peut s’agir ici d’enfants adoptés, sans le démontrer de manière indiscutable.

81 Le tributum est réputé avoir été créé lors du siège de Véies (406-398), pour faire face à une campagne de longue durée (Liv. 4.59-60).

82 Sur l’obsolescence des classes, voir en particulier Wiseman 1969, 60.

83 Le débat concernant cette datation divise l’érudition moderne, autant que celui concernant la “constitution” de Servius Tullius (Raaflaub 1996, 1052-1053 et 1064-1065). Il ne s’agit pas de s’enfermer dans un raisonnement cyclique et de cautionner une datation fragile par une autre, qui n’est pas moins discutée. Mais globalement, la répartition dite solonienne en classes censitaires, même si on la repousse aux réformes de la fin du vie siècle, reste placée par les savants dans une fourchette chronologique de trois-quarts de siècle environ. Notons aussi, incidemment, que la réforme hoplitique, pour l’essentiel réalisée vers le milieu du viie siècle, précède de toute façon la division censitaire à Athènes. Cette dernière vient compléter une organisation préexistante, parfaire un schéma, fixer des normes qui concernent essentiellement l’accès aux magistratures. En tout état de cause, expliquer la division censitaire romaine par les seuls besoins de l’organisation militaire est probablement imprudent, au vu du contre-exemple athénien. Sur ce point, l’angle sous lequel Tite-Live présente la répartition de Servius Tullius au livre 1 tend à fausser la lecture des modernes, accaparés par les détails de l’armement du citoyen-soldat selon la classe dans laquelle il est affecté. Le facteur militaire de la répartition romaine est placé à égalité avec la finalité politique chez Tite-Live et Denys, tandis que Cicéron en restait à une logique plus politique du système. Pour une lecture de Tite-Live et Denys (et de leurs contradictions) selon une perspective exclusivement orientée vers l’armement et le modèle de la phalange, voir toute la série des travaux de Fraccaro, dont l’article republié en 1975.

84 Momigliano 1963, 120-121 considérait comme vraisemblable l’hypothèse que Servius ait connu la législation solonienne.

85 C’est par exemple la conclusion à laquelle aboutissait Nicolet 1961, 358. L’auteur lisait dans le discours de Nabis (Liv. 34.31.11) une définition a contrario du système servien tel que Cicéron, Denys et Tite-Live le décrivent. Le raisonnement se fondait principalement sur la dimension électorale de l’organisation servienne et voyait en Polybe la source à laquelle Tite-Live aurait pu emprunter le discours de Nabis au livre 34. La perspective est donc forcément autre, puisque Polybe ignore ou, plus exactement, ne mentionne pas le système censitaire dans les détails de son classement.

86 Salmon 1969, 115 et 199.

87 Keppie 1983, 92-96 évoque la prise en compte du mérite et du grade des vétérans et cite les sources, Hygin et Hygin le Gromatique.

88 Plut., CG, 9.3 (Drusus) τρισχιλίους εἰς ἑκάστην <ἀποικίαν> ἀποστέλλοντι τῶν ἀπόρων et 4 (Caius) : χώραν διένειμε τοȋς πένησι......

89 Les commentateurs ont davantage porté leur attention sur la superficie des lots reçus que sur les éventuels statuts économiques des bénéficiaires. Voir, entre autres, la reprise par Crawford 1976, 206 des arguments mommséniens sur la taille des lots, environ deux jugères (cette interprétation reste débattue ; voir par exemple Cornell 1983, 107) ; et, plus récemment, Rosenstein 2002, 190-191.

90 Crawford 1996, 1, no 2, 117, l. 36-37. Le texte est corrompu quant au nombre de récupérateurs, mais leur appartenance à la prima classis n’est pas remise en cause.

91 Lintott 1990, 6. À noter qu’il y a désaccord entre les savants sur une partie de la restitution (e ci]ụibus Mommsen : iudicum nomi]ṇibus Lintott) ; Crawford considère la correction de Lintott comme peu plausible (1996, 1, 132). Lintott commente la référence à un nombre précis de jurés (cinquante ou un autre chiffre, sur cet aspect, le texte est désespéré). Selon lui, cette mention “prouve que le magistrat ne choisissait pas les jurés parmi tous les membres de la première classe, mais à partir d’une liste de jurés. Ou bien il y avait une liste de cinquante noms tirés de la première classe (en ce cas, je ne vois pas la raison du subjonctif), ou bien il y avait cinquante noms de la première classe, mais faisant partie d’une liste plus large, incluant des individus d’autre classe (des cavaliers, peut-être des hommes de la seconde classe) ; ou bien, enfin, la liste entière comprenait au total cinquante hommes et parmi eux, quelques-uns, onze au moins, étaient membres de la première classe (l’ordre des mots à mon avis supporterait cette interprétation)”.

92 Cic., Agr., 2.32. Cf. Nicolet 1970a, 70-103.

93 CIL, X, 3894 (Capoue).

94 Keppie 1983, 96-97.

95 Cornell 1983, 104-105 souligne que, dans la plupart des cas, ces binômes ne recouvrent pas les mêmes groupes et que le citoyen, en réalité, s’inscrit dans une série d’appartenances croisées.

96 Pour nous limiter à l’époque républicaine, rappelons deux ouvrages essentiels : Nicolet 1970b et 1984. En introduction, Nicolet 1984, 17 pose la question “à quoi servait l’ordre l’équestre ?”, au dernier siècle de la république, et répond “il ne servait plus à rien”. On peut sans doute avancer la même interrogation, voire la même réponse, pour les éléments inférieurs de la hiérarchie censitaire, en dehors des deux premières classes.

97 Van Effenterre (1979, 28-30) met en avant une dichotomie comparable dans ses réflexions sur le τέλος. Ceux qui ont le τέλος, ce sont les chefs militaires, les responsables de la cité, ceux qui sont “en état d’accomplir le service public”, et pas les individus quelconques. Et plus loin, Van Effenterre rappelle que ceux qui ont le cens voulu, qui constituent la classe supérieure dans l’État, les hommes qui comptent, supportent seuls le poids de certains impôts (liturgies ; εἰσφορά) : cette fiscalité était pour eux autant un sujet de plainte que de gloire, “c’était le signe même de leur puissance”.

Auteur

Université de Reims - UMR 8585 Centre G. Glotz

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540