Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Première partie. Identité sociale et expression de l’économie

La mention épigraphique des métiers artisanaux et commerciaux dans l’épigraphie de l’Italie centro-méridionale

Nicolas Tran

Texte intégral

  • 1 Andreau 2004, 120-121.
  • 2 Veyne 1991-1992, 756.

1Les noms de métier, cités par les inscriptions, ont suscité l’intérêt des historiens de la société romaine, mais aussi leur perplexité. Le vocabulaire latin des métiers donne l’image d’une profusion à la fois impressionnante et difficilement explicable. Ainsi, des activités qui semblent parfois très proches sont distinguées les unes des autres par l’usage de noms et d’adjectifs qualificatifs spécifiques. Le phénomène, souvent souligné, place le lecteur des inscriptions devant une énigme sans solution satisfaisante. On le sait1, la richesse lexicale observée n’est pas le reflet d’une hypothétique “division du travail”. Elle ne peut être le résultat que d’une éventuelle “division des métiers”. Et celle-ci est étrangère à la recherche d’une efficacité, fondée sur la décomposition des opérations nécessaires à la réalisation d’un produit ou à la prestation d’un service. D’autres tentatives d’explication livrent des éléments de compréhension partielle, sans résoudre l’ensemble du problème. Il semble en être ainsi quand Paul Veyne2 comprend la variété des noms de métiers comme le résultat d’une multiplication “d’appellations publicitaires”, dont des artisans produisant pour une élite attachée au luxe seraient les auteurs.

  • 3 Andreau 1987, 25-33 et Andreau 2001, 128-130.
  • 4 Andreau 1992, 232.

2L’énigme demeure, mais il n’est sans doute pas inutile de l’avoir vite évoquée, car elle montre à quel point la connaissance de l’économie romaine doit se fonder sur l’analyse de la manière de désigner, de nommer, les réalités économiques. Qui lit les textes épigraphiques doit aller des mots aux choses. Or, ces mots n’apparaissent pas de manière isolée. Ils s’insèrent dans des phrases qui, mises bout à bout, donnent corps à un propos. Aussi, l’étude des mots peut-elle ne pas se restreindre à la définition, par ailleurs tout à fait nécessaire, de leur contenu sémantique. L’étude des noms de métier mérite sans doute de ne pas se limiter à celle des différentes professions signalées. De fait, il paraît souhaitable d’observer des articulations entre la mention épigraphique des métiers, la construction de textes épigraphiques et l’élaboration de discours épigraphiques. Quelles sont, d’une part, les relations entre ces trois éléments articulés et les pratiques économiques romaines ? Quelles sont, d’autre part, les relations entre ces trois éléments et l’identité sociale des acteurs de l’économie romaine ? Ces deux questions sont complémentaires, car toutes deux contribuent à la définition de statuts de travail. Par cette notion élaborée par Jean Andreau3, il faut entendre la manière dont est conçu le travail par rapport à l’ensemble de la vie. “Le statut de travail, c’est le rapport au travail au sens le plus large du mot, à la fois au plan des institutions et à celui des représentations. C’est l’organisation matérielle de la vie de travail ; le mode de rémunération et l’influence qu’il exerce sur la mentalité de l’agent ; la manière dont est conçu le travail par rapport à l’ensemble de la vie”4. Poser le statut de travail comme une notion englobante invite à s’interroger sur la formation de ce tout, sur l’équilibre entre les multiples composantes dont il est formé. Ainsi, les deux questions posées doivent être associées l’une à l’autre. Lorsque des inscriptions mentionnent des métiers commerciaux ou artisanaux, quelles sont les relations décelables entre l’évocation de l’identité professionnelle des acteurs économiques et leurs activités économiques concrètes ?

  • 5 Andreau 1987, 25-27.

3Les perspectives ouvertes par ces questions et ce projet peuvent paraître démesurées. Pour le moins, le corpus pris en compte doit être assez restreint pour être interrogé de manière assez approfondie. Par ailleurs, une étude fondée sur le vocabulaire et son emploi gagne en pertinence si elle s’appuie sur la mise en série de données qui tendent vers une certaine exhaustivité. Afin de concilier ces deux nécessités, une petite zone d’étude a été délimitée. Regroupant les 1ère, 4e et 5e régions italiennes, elle prend l’Italie centro-méridionale en écharpe, de la Tyrrhénienne à l’Adriatique. Le Latium, la Campanie, le Samnium (au sens large) et le Picenum sont compris dans l’étude. La Ville de Rome n’a pas été prise en considération. L’étude portant sur le monde de la boutique, de l’atelier ou encore des marchés ou des autres lieux du commerce, les métiers du spectacle, de l’enseignement ou encore de la médecine n’ont pas été pris en compte. De même, les activités exercées par des dépendants au sein de la maison du maître et les fonctions exercées au sein de la domesticité impériale ont été écartées. En réalité, l’étude consiste en l’observation de milieux sociaux formés d’hommes de métier. Le profil socio-économique que recouvre cette expression a été explicité par Jean Andreau. Les hommes de métier sont, le plus souvent, des “spécialistes, non salariés, travaillant habituellement dans les centres urbains, pour les besoins du public, tirant en général de ce métier la totalité ou la plus grande partie de leurs revenus, travaillant dans une boutique en suivant des horaires fixes, ayant été en apprentissage, devant respecter les règlements propres à leur métier”5. Cette définition peut être mise en regard avec la manière dont les individus, concernés par elle, sont cités par les textes épigraphiques.

L’occurrence des noms de métier

  • 6 CIL, IX, 2986, 5279 ; X, 1443, 6126, 6339.

4La manière d’évoquer les professions, et les contextes épigraphiques dans lesquels ces évocations s’intègrent, apportent un éclairage indirect sur la vie et les structures économiques. Les inscriptions qui présentent les acteurs économiques dans l’exercice de leur profession sont très rares. Quelques architectes, dont les noms et la profession apparaissent sur les bâtiments qu’ils ont construits, font certes exception6. Néanmoins, l’écrasante majorité des sources recensées est de nature funéraire. Pourquoi donc, sur leurs épitaphes, certains Romains se présentent-ils en accolant un nom de métier à leur état civil ?

Le choix de mentionner un métier

  • 7 Joshel 1992.
  • 8 Carrié 1995, 1107.

5Les épitaphes de simples particuliers qui ne se réfèrent en rien à une quelconque activité économique sont bien plus nombreuses que les épitaphes d’hommes de métier. Aussi, sur leurs inscriptions funéraires, les Italiens choisissaient-ils, dans leur majorité, de ne pas révéler à la postérité leur profession. Pourtant, ils devaient bien en avoir exercé une, voire plusieurs. Une minorité a choisi une autre façon d’agir. De nos jours, à l’heure de l’histoire des identités, les observateurs des sociétés antiques cherchent à débusquer toute forme d’auto-représentation ou d’auto-célébration. Sandra R. Joshel7, par ses travaux sur les métiers de la Ville de Rome, s’est inscrite dans cette tendance. C’est à ce titre qu’elle a été critiquée, avec une certaine véhémence8. On a fait remarquer qu’il n’allait pas de soi que toute mention d’un métier ait forcément correspondu à un acte de revendication de soi, en tant que professionnel fier de son métier. Il est vrai que le caractère très laconique des sources, conjugué au désir des historiens de connaître des catégories sociales en grande partie “silencieuses”, crée un risque de sur-interprétation des documents.

  • 9 CIL, X, 6493 : L(ucius) Papius L(ucii) l(ibertus) Phaselus, mercator uinarius, / M(arcus) Perperna (...)
  • 10 CIL, X, 3729 : Anicia mater, / P(ublius) Anicius P(ublii) l(ibertus) Eros, / tegularius, / Anicia (...)
  • 11 CIL, X, 557.
  • 12 CIL, X, 3965 : C(aius) Epillius C(aii) l(ibertus) / Alexander, / materiarius, / Staia (Caiae) l(ib (...)
  • 13 CIL, X, 3960 : P(ublius) Cer[uiu]s P(ublii) l(ibertus) Diogenes, / [uest] iarius, / Ca[esia] (Caia (...)

6Tout de même, certaines inscriptions semblent établir que la mention du métier pouvait résulter du choix de mettre en avant une qualité individuelle, distinctive. Sans doute n’est-il pas fortuit que des défunts nommés par des épitaphes collectives aient choisi, pour les uns de faire état d’une profession, et pour les autres de ne pas en faire mention. Ainsi, une liste d’époque impériale, mise au jour à proximité de la uia Appia, sur le territoire d’Ulubrae, comporte les noms de seize personnages, dont quinze affranchis9. L’un se dit mercator uinarius, un autre nummularius (changeur), un troisième lanio (boucher), un quatrième medicus iumentarius (vétérinaire pour bêtes de somme). Un des personnages est décrit non pas par sa profession, mais par une boutade. Il s’agit de T. Curtius Heliades “in quo nunquam indormiuit timor”, “en qui jamais la crainte ne s’endormit” ! Dès lors, que penser du fait que douze des défunts n’évoquent pas de spécialités professionnelles ? Ils appartiennent vraisemblablement au même milieu social que les hommes avec qui ils partagent une dernière demeure. Dans ce milieu plébéien, tout le monde devait travailler pour vivre. Une inscription trouvée près de l’embouchure du Volturne suscite une interrogation semblable10. Trois femmes et deux hommes, deux affranchis, sont cités. Le premier, P. Anicius Eros, est défini comme un tegularius, un couvreur ou un fabricant de tuiles. Aucune indication professionnelle n’est donnée pour le second, Cn. Domitius Hermia. À Salerne, une liste fragmentaire répertorie les noms d’une cinquantaine de Lucii Apuleii, affranchis11. Deux se démarquent par rapport aux autres, en qualité de possible uil(icus) pour le premier, en tant que salarius (marchand de salaisons) pour le second. Deux inscriptions de Capoue, dont l’une porte la mention d’un materiarius12 (d’un spécialiste des matériaux de construction), pourraient être versées au dossier13.

  • 14 On peut imaginer que ces non-spécialistes pouvaient être employés dans tous les secteurs économiqu (...)

7Quelle interprétation donner à ces textes ? Ne peut-on pas conjecturer que ce type d’épitaphes cite, d’une part des spécialistes, dotés d’un savoir-faire et souvent d’une “affaire”, et d’autre part des non-spécialistes ? Ces documents pourraient alors refléter l’existence d’une diversité de statut de travail au sein même des plèbes italiennes. Des individus auraient vécu d’une force de travail affectée à divers emplois14, au gré de leurs existences. D’autres auraient vécu d’une spécialité professionnelle, de commerçants ou de maîtres-artisans. Doit-on, au contraire, ne pas quitter le plan des représentations ? Les différences entre les défunts ne seraient alors qu’affaire de goût personnel en matière d’épigraphie, et d’attachement sentimental au métier. Quoi qu’il en soit, sur la pierre, la mention du métier semble être conçue comme un signe distinctif.

  • 15 CIL, X, 3956 : P(ublius) Ateius P(ublii) l(ibertus) Regillus fecit / sibi et / P(ublio) Ateio P(ub (...)
  • 16 CIL, X, 5718 : [C(aio)] Naeuio C(aii) l(iberto) Antioch[o], / patrono, uestiario, / [C(aio) Nae] u (...)
  • 17 CIL, X, 5211.

8Or, si l’on s’intéresse à qui mentionne son métier et à qui ne le mentionne pas, il est parfois remarquable que ce clivage recoupe des distinctions de statut social. Un patron peut être défini par sa profession, tandis que son ou ses affranchis ne mettent aucun métier en avant. À Capoue, par exemple, P. Ateius Regillus rédige une épitaphe, pour lui, son patron, sa fille et la fille de son patron15. L’affranchi n’évoque pas son métier, mais présente P. Ateius Salvius, son patron, comme un pomarius, un marchand de fruits. Rien dans la structure de la phrase épigraphique ne peut expliquer pourquoi le métier de Regillus est omis, ni pourquoi celui de Salvius, qui n’est ni le dédicant ni le dédicataire principal du texte, est cité. L’indication d’une activité commerciale pourrait, sans doute, être liée aux gestes de piété effectués par Salvius. Celui-ci s’est acquitté à trois reprises de la dîme d’Hercule, versant au dieu le dixième de gains effectués. Mais ce n’est pas la seule explication possible, d’autant que l’inscription peut être rapprochée d’autres documents. Ainsi, à Sora, un fragment d’épitaphe éclaire la personnalité de C. Naevius Antiochus, en qualité de patron et de uestiarius16. Celui-ci est défini comme un fabricant et un commerçant de vêtements à la différence des autres personnages cités. Le texte n’est pas complet : il manque en particulier le nom d’un dédicant au nominatif. Il faut donc comprendre que C. Naevius Diogenes, conlib(ertus), est le co-affranchi de ce dédicant, et donc un affranchi d’Antiochus, cité sans indication d’une spécialité professionnelle. Le même déséquilibre apparaît à Casinum, sur l’épitaphe du cuisinier L. Clodius Antioc(hus)17. Le document énumère une dizaine d’affranchis. Le premier de la liste, Nicephor, est explicitement désigné comme le libertus d’Antiochus.

  • 18 Veyne 1990-1991, 722.

9Sur ces épitaphes, l’évocation du patronat et celle d’un métier semblent toutes deux contribuer à mettre en valeur un défunt, par rapport à ses proches et ses dépendants. Un tel procédé suppose que le métier et les conditions de son exercice soient conçus comme valorisants. Ce constat, et le profil de ces commerçants ou artisans qui ont possédé des esclaves pendant leur vie, mérite sans doute d’être mis en relation avec une citation de Paul Veyne18. “Être boulanger, forgeron ou boucher, c’était appartenir à la plèbe moyenne ; car il ne fallait pas vivre au jour le jour, mais disposer de capitaux, pour acquérir trois esclaves, une meule, un four ou pour pouvoir acheter un bœuf sur pieds ou du vin par tonneaux entiers”. En réalité, il paraît bien probable que des individus comme P. Ateius Salvius, C. Naevius Antiochus ou L. Clodius Antiochus ont exercé leurs professions en dirigeant le travail d’esclaves qui, pour certains, ont acquis la liberté. Par conséquent, le fait de distinguer des patrons de leurs dépendants, par l’indication d’un métier ou par son absence, traduirait-il une différence de statut de travail ? Les anciens avaient sans doute tendance à réserver l’indication de titres professionnels aux responsables des commerces ou des ateliers. L’épigraphie des milieux plébéiens, elle aussi, n’éclairerait que “le haut du panier”. Elle aurait tendance à ne livrer à la postérité que le souvenir des “employeurs”, et non celui des “employés”.

  • 19 CIL, IX, 4721/2 : Fonteia (Caiae) [l(iberta)] / Gnome, / Fonteia (Caiae) [l(iberta)] / Fausta, fur (...)
  • 20 CIL, X, 1965 : D(is) M (anibus), / Liciniae Primigeniae, / unguentariae, / Licamonus f(ilius) matr (...)
  • 21 CIL, IX, 3190 : Sex(tus) Bittius / Sex(ti) l(ibertus) Eleuther, pistor, / ui<u>us sibi et Fortu/natae</u> (...)
  • 22 SI, III, Co, 22 (AE, 1983, 319) : Accae (Caiae) l(ibertae) / Myrin(a)e, // Accae (Caiae) l(ibertae (...)
  • 23 Zimmer 1985, 205-228.

10La manière dont les femmes sont présentées par les épitaphes est sans doute révélatrice de cette tendance. De manière générale, les activités professionnelles féminines sont le plus souvent ignorées. Certes, des métiers spécifiquement féminins, comme celui d’obstetrix (de sage-femme), sont parfois cités. Certes, par exemple, une concession funéraire de Reate est réservée à une furnaria (une boulangère) et à l’une de ses proches19. Une unguentaria, une parfumeuse, est connue à Pouzzoles20. Cependant, ces documents sont assez exceptionnels. Il n’est pas impossible qu’ils mettent en scène des veuves. La norme veut plutôt que les maris soient éventuellement désignés comme des professionnels, à la différence de leurs épouses. Ainsi, l’inscription de la boulangère de Reate peut être mise en regard avec un document de Corfinium dont la structure est très courante. L’époux Sex. Bittius Eleuther est pistor, sa fille Fortuna est piissima, sa compagne Cervia Hymnis n’est jamais que sa compagne21. Une autre épitaphe de Corfinium cite un homme et deux femmes22. On peut présumer que l’une d’elles était l’épouse du défunt. Seul ce dernier est qualifié de poma[rius]. Pourtant, la réalité du travail féminin dans les milieux artisanaux et commerciaux de l’Italie romaine est bien attestée. Ainsi, des femmes sont représentées sur des reliefs funéraires, dans des ateliers et des boutiques, au travail23. Au total, les titres professionnels semblent réservés au paterfamilias, au dominus, au patron aux sens latin et français du terme, si bien qu’ils semblent constituer des signes distinctifs au sein de groupes familiaux.

  • 24 CIL, X, 6113 : Cn(aeus) [Me]uius Anteros, August(alis), / Cn(aeus) [Me]uius Cn(aei) l(ibertus) Fel (...)

11La composition d’une épitaphe de Formiae présente une mention de métier qui, sans doute, procède aussi d’une pratique socialement distinctive24. Quatre Cn. Mevii sont recensés les uns à la suite des autres. Le premier Anteros a pu se targuer du titre civique d’Augustalis. Quant au troisième, Felix, celui-ci met en avant sa profession de magnarius, de marchand en gros. Le texte ne livre que le nom des deux autres défunts, Amaranthus et un second Felix. Anteros a tenu à définir sa position sociale par l’obtention d’une dignité. Des quatre, il est le seul à ne pas indiquer son statut juridique, alors que son cognomen grec, associé à l’augustalité, semble trahir une origine servile. Les autres personnages se définissent comme Cn(aei) l(iberti). Il n’est pas impossible qu’Anteros soit à la fois un ancien esclave et le patron des trois autres, des affranchis d’affranchi. Au sein de ce groupe servile, le magnarius a choisi une manière personnelle de se présenter. Ses motivations sont sans doute à rechercher dans la nature de son activité : elle suppose le brassage d’affaires assez amples. Ses compagnons ne pouvaient sans doute pas agir de même, car ils n’en trouvaient pas le moyen dans leur rapport à l’économie. La mention du métier pourrait donc avoir la même fonction que celle de la dignité d’Augustalis : une fonction distinctive.

12Cette hypothèse conduit à s’interroger sur l’articulation, dans les textes épigraphiques, entre l’évocation de titres civiques, d’une part, et de métiers, d’autre part. Cette articulation semble éclairer, de manière fugace et indirecte, le rapport à l’économie de certains commerçants et artisans.

Professions et titulatures

13La fraction supérieure des commerçants et des maîtres-artisans se distingue par l’affichage de titres civiques. Sur les inscriptions, les noms de métier se trouvent donc accolés à des dignités. Des indications de nature différente semblent former un tout, des titulatures qui mettent en valeur des individus dont l’identité repose sur plusieurs facettes.

  • 25 CIL, X, 3877 : C(aius) Papius C(aii) l(ibertus) / Saluius, // C(aius) Papius C(aii) l(ibertus) / A (...)
  • 26 C’est par le truchement de titres collégiaux que deux appariteurs municipaux signalent leur appart (...)
  • 27 CIL, XIV, 2793 : Veneri uerae felici Gabinae, / A(ulus) Plutius Epaphroditus, accens(us) uelat(us) (...)
  • 28 CIL, XIV, 2812.
  • 29 CIL, IX, 4680.

14Ainsi, C. Papius Apelles, affranchi originaire de Capoue a été à la fois argentarius (banquier) et accensus d’un consul répondant au nom de P. Silius25. Il aurait exercé cette fonction d’appariteur romain en 3 ou en 28 p.C. Il semble être le patron de Papia Cleopatra, tandis que la relation qui l’unit à C. Papius Salvius, cité en premier sur l’épitaphe, n’est pas explicitée. Il n’est pas impossible que les deux hommes soient d’anciens compagnons d’esclavage. Quoi qu’il en soit, ceux-ci se présentent à la postérité de manière très différente. Salvius, pour sa part, n’est connu que par son nom. L’épitaphe nous conduit ainsi à un nouveau constat de pratiques de différenciation. En outre, dans la région examinée, plusieurs autres appariteurs signalent leur appartenance au monde du négoce26. À Gabii, deux inscriptions de longueur très inégale mettent en scène A. Plutius Epaphroditus, accensus uelatus et negotiator sericarius, c’est-à-dire négociant en soierie. Daté de l’année 169 p.C., le premier texte correspond à l’acte de dédicace d’un templum, qui organise notamment une distribution de sportules27. Quant au second texte, il correspond à l’hommage épigraphique que les affranchis d’Epaphroditus rendent à leur patron28. Enfin, A. Herennuleius Cestus fait mention de sa qualité de licteur29. Il ne précise pas s’il a assumé ce rôle à Reate, où ses restes ont été enterrés, ou bien à Rome. Il est sûr cependant qu’il a exercé ses activités de negotiator uinarius a septem Caesaribus, et de mercator omnis generis mercium transmarinarum, dans la capitale de l’Empire. En effet, le lieu-dit a septem Caesaribus se trouve dans la partie méridionale de l’agglomération romaine.

  • 30 CIL, X, 540.
  • 31 CIL, X, 1872.
  • 32 CIL, X, 1873.
  • 33 CIL, X, 5346.
  • 34 AE, 1909, 80.
  • 35 AE, 1974, 123 bis ; AE, 1988, 204 ; CIL, XIV, 397 et 405.

15Ces appariteurs peuvent être rapprochés des prêtres municipaux du culte impérial, d’Augustales qui signalent leur ancrage dans le monde des métiers. Ainsi, C. Haius Doryphorus a été Augustalis de Salerne et purpurarius, teinturier en pourpre30. Négociant en sayons, negotiator sagarius, M. Antonius Trophimus a été Augustalis à la fois à Naples et à Pouzzoles31. Le marbrier A. Arrius Chrysanthus ne l’a été qu’à Pouzzoles32. Un boulanger (pistor) d’Interamna Lirenas affiche son rang de seuir Augustalis33. À Aquinum, un coactor argentarius dont le nom n’est pas conservé se présente comme un seuir iter(um) Augustalis34. Enfin, à Ostie, quatre personnages se disent titulaires de l’augustalité tout en faisant référence à des artes priuatae35.

16Dans le cadre du sujet traité, la recension de ces personnages peut être utile si l’on tente d’établir que la structure des textes, la juxtaposition de noms de métier et de titres civiques, éclaire un rapport particulier à l’économie. De fait, ces appariteurs et Augustales ne renoncent pas à se présenter comme des hommes de négoce ou de manufacture. Cet ancrage dans la vie économique, leur réussite commerciale probable ou évidente, leur a permis d’atteindre des dignités onéreuses. C. Haius Doryphorus et A. Arrius Chrysanthus se définissent comme des Augustales duplicarii. Ils reçoivent une double part lors des distributions : on se doute que pour avoir droit à un tel honneur, il fallait avoir donné au préalable. Les Augustales s’acquittaient de sommes honoraires. Le coactor argentarius d’Aquinum a dû payer deux fois une telle somme. L’adjectif “duplicarius”, en tout cas, renvoie aux assemblées qui, dans les cités, réunissaient les corps d’Augustales. Augustales ou appariteurs, les personnages évoqués ont eu la capacité d’élargir leur espace de vie sociale au-delà des lieux d’exercice des professions commerciales et manufacturières.

17La qualité d’évergète d’A. Plutius Epaphroditus livre une information que l’analyse des autres textes laisse pressentir. Epaphroditus a dépensé des milliers de sesterces, pour construire et décorer un temple de Vénus. Il en a dépensé 10 000 autres pour financer la célébration annuelle de l’anniversaire de sa fille. En affichant une dignité civique, un homme de négoce ou de manufacture témoigne d’une capacité à s’investir, en puisant dans son patrimoine et dans son temps, en dehors de la vie économique. Certes, en se présentant comme negotiator, marmorarius ou pistor, par exemple, il ne renonce pas à apparaître comme un homo economicus. Évoquant une charge civique, il prouve cependant qu’il ne se réduit pas à cette condition, grâce à sa capacité de se distancier en partie de l’activité économique concrète. Il peut paraître douteux, en effet, qu’un Augustalis, marmorarius ou pistor, ait taillé la pierre ou pétri le pain de ses propres mains. Si un tel point de vue n’était pas erroné, il faudrait conclure encore à l’existence d’une hiérarchie de statuts de travail, au sein des milieux plébéiens. Or, A. Plutius Epaphroditus tend à signaler sa supériorité au sein du milieu commercial de Gabii. La dédicace à Vénus mentionne non seulement un negotiator sericarius, mais aussi des tabernarii intra murum negotiantes. Le terme employé traduit l’ancrage de ces commerçants dans l’univers de la boutique. Épaphroditus distribue une sportule d’un denier à chaque tabernarius. Un geste de type patronal semble traduire un état de supériorité économique.

18Les sources ménagent une plus grande visibilité à la fraction supérieure du monde commercial et manufacturier. Cette supériorité repose sur un rapport à l’économie qui tend à identifier les commerçants et les artisans en titre, non seulement à des spécialistes, mais surtout aux détenteurs d’une affaire. Leur statut de travail les autorise à construire et à afficher une identité professionnelle conçue comme valorisante. Or, la désignation précise et la qualification de certaines activités procèdent de cette identité positive.

Désignations professionnelles et statut de travail

19Sur la plupart des inscriptions, la vie professionnelle des artisans et des commerçants est exprimée de la manière la plus concise : par un mot. Toutefois, par chance, quelques documents sont deux fois plus prolixes ! La profession est alors désignée par un groupe nominal composé d’un substantif et d’un adjectif qualificatif. L’équilibre prévalant entre les deux termes semble parfois lié à l’exercice concret du métier et à la manière dont celui-ci est conçu.

Cadre juridique de l’activité et statut de travail

20Il est très rare que les mentions de métiers fassent référence au cadre juridique dans lequel le travail d’un artisan ou d’un commerçant a été exercé. Cela n’est pas très étonnant au regard du caractère funéraire de la plupart de nos sources. Les épitaphes n’ont pas vocation à décrire les modalités précises de l’exercice d’un métier. Trois textes attirent néanmoins l’attention, car des termes professionnels y sont utilisés comme adjectifs qualifiant une position juridique.

  • 36 CIL, IX, 3027 (D. 7546) : Dionysio, / Cn(aei) Mamili / Primi (seruo), / sutori, / institori / cali (...)
  • 37 Aubert 1994

21Une épitaphe de Teate Marrucinorum, dans la Regio IV, a été rédigée pour entretenir le souvenir d’un esclave36. Le monument funéraire de Dionysius, esclave de Cn. Mamilius Primus, est l’œuvre de Q. Avidius Bassus. La nature des liens qui unissaient Dionysius et Bassus n’est pas décelable. Par les soins de Bassus, et non par lui-même ou grâce à son maître, Dionysius accède à une forme de postérité épigraphique. Les épitaphes d’esclaves dans les Regiones IV et V sont rares. L’épigraphie locale ne met pas en scène d’autres artisans ou commerçants de rang servile. En réalité, le commun des esclaves n’avait pas accès au médium épigraphique, si bien qu’il est possible de présumer que Dionysius ne faisait pas, lui-même, partie du commun. Son identité professionnelle, celle d’un cordonnier, est précisée par trois mots : “sutor” (cordonnier), “institor” (préposé) et “caligarius” (fabricant de sandales). La conjonction de “sutor” et de “caligarius” est à mettre au compte de la spécialisation des métiers romains, évoquée en introduction. “Institor” indique comment Cn. Mamilius Primus a tiré profit du travail de son esclave. Il l’a préposé à la gestion d’une échoppe de cordonnier, commercialisant des caligae. Ainsi, l’inscription est à rapprocher du dossier jurisprudentiel traitant de l’actio institoria, des règles qui régissent les rapports entre celui qui prépose, le préposé et les tiers37. Les clients de l’échoppe de Dionysius avaient connaissance de son statut d’institor. L’affichage de la lex praepositionis était obligatoire.

22Mais quel intérêt Q. Avidius Bassus avait-il à faire état de la qualité d’institor de Dionysius, sur l’épitaphe de celui-ci ? Le caractère exceptionnel du document révèle que, la plupart du temps, personne n’en ressentait ni le besoin, ni l’intérêt. L’évocation du cadre juridique dans lequel Dionysius a exercé son métier résulte de la volonté de signaler un aspect particulier de l’identité du défunt. Dans le texte, la définition de l’identité professionnelle peut sembler balancer en partie la mention de la dépendance servile. Dionysius fut esclave, mais il fit surtout partie d’une minorité d’esclaves qui maîtrisaient une spécialité professionnelle. Il fut en outre institor. Or, les institores, le plus souvent des esclaves, pouvaient jouir d’une réelle autonomie dans leur vie quotidienne, en général, et dans l’exercice de leur métier, en particulier. L’évocation d’une réalité juridique et pratique sous-tend, peut-être, un discours. Ce discours serait lié à la construction de l’identité sociale positive d’un esclave, fondée sur le métier tel qu’il était exercé et conçu : sur un statut de travail particulier.

  • 38 CIL, X, 1549 : C(aius) Auilius December, / redemptor marmorarius, / Bonae Deae, / cum Vellia Cinna (...)
  • 39 CIL, s. n.
  • 40 CIL, XIV, 3530.
  • 41 Cic., Q Fr., 2.4.2.

23En 62 p.C., à Pouzzoles, C. Avilius December se présente comme un redemptor marmorarius au moment de s’acquitter d’un vœu à Bona Dea38. Ce personnage est-il un marmorarius qui aurait choisi de mettre l’accent sur un aspect de son activité ? Th. Mommsen39 signale que la base de marbre a été découverte dans la boutique d’un marbrier : “in cuiusdam marmorarii taberna”. La notice de Mommsen invite à imaginer le quotidien de December comme celui d’un marbrier de métier. Redemptor, celui-ci a exercé son métier en concluant des contrats. L’adjudication éventuelle de travaux publics, par la colonie de Pouzzoles, vient d’emblée à l’esprit. Ainsi, le redemptor marmorarius de Pouzzoles mérite sans doute d’être rapproché d’un redemptor operum Caesaris et publicorum, attesté à Tibur40. Toutefois, le mot redemptor était utilisé dans d’autres contextes, étrangers aux relations avec la puissance publique. Cicéron, par exemple, désigne comme un redemptor l’entrepreneur chargé de construire la maison de son frère Quintus41. Rien n’empêchait, sans doute, un marbrier de conclure plusieurs types de contrats, dont certains faisaient de lui un concessionnaire en affaire avec une cité. En définitive, la dédicace à Bona Dea est l’œuvre d’un professionnel qui semble choisir de mettre en relief un aspect de son statut de travail. Cet aspect juridique, commercial au sens large du terme, équilibre l’aspect technique contenu dans le terme marmorarius. December se présente comme un entrepreneur. La recherche et la signature de contrats occupaient sans doute l’essentiel de ses journées. L’exécution technique de ces contrats ne reposait, sans doute, que sur le travail d’employés. Le statut de travail du redemptor marmorarius, de l’entrepreneur en travaux publics, tendrait ainsi à se distinguer du statut de l’artisan-marbrier.

  • 42 CIL, XIV, 405 : Memoriae, / L(ucius) Publicius Eutyches, seuir August(alis) / idem q(uin) q(uennal (...)
  • 43 Andreau 1987, 169-176.

24L’interprétation d’un troisième document de portée juridique est délicate. Il n’est pas sûr que cette épitaphe, évoquant L. Publicius Eutyches42, stipulator argentarius à Ostie, mérite d’être versée à notre dossier43. Littéralement, le stipulator (“celui qui stipule”) se trouve créancier en vertu d’une stipulation, à la suite d’une promesse solennelle exprimée par le débiteur. Lors des ventes aux enchères, les argentarii et les coactores argentarii stipulaient de l’acheteur le prix de la chose adjugée. Ils procédaient à la stipulatio argentaria, pratiquaient (en somme) le crédit d’enchères. Dans sa thèse d’État, Jean Andreau n’estimait pas vraisemblable qu’Eutyches ait exercé le métier d’argentarius ou de coactor argentarius, et qu’il se présente à la postérité comme stipulator argentarius. À l’expression stipulator argentarius correspondrait donc une seule activité professionnelle, unitaire et bien délimitée. Afin de définir celle-ci, Jean Andreau avance deux hypothèses ; la seconde lui semble préférable. Eutyches aurait pu prendre à ferme la taxe du centième sur les ventes aux enchères, ce que d’ordinaire les banquiers ne faisaient pas. La deuxième solution consiste à considérer Eutyches comme un personnage ayant vécu à une époque, dans le cours du iiie siècle, où les argentarii étaient de moins en moins nombreux. Les cités auraient alors fait face à une défaillance des argentarii. Elles auraient chargé des agents de collecter la taxe sur les ventes. En l’absence de parallèles clairs, il est sans doute prudent de n’écarter aucune hypothèse. De fait, il ne nous semble pas tout à fait illégitime d’imaginer Eutyches en argentarius qui, par choix personnel, aurait mis l’accent sur un aspect particulier de son travail, le plaçant dans une position (valorisante à ses yeux) de créancier.

25En somme, ces trois inscriptions ont en commun l’emploi d’un terme professionnel comme adjectif qualificatif. Les deux premières traduisent sans doute la volonté d’apparaître de manière avantageuse, en se référant à une activité économique particulière. Dans d’autres textes, les noms de métiers sont utilisés comme des substantifs qualifiés, avantageusement, par des adjectifs.

Qualification des noms de métiers, réputation professionnelle et statut de travail

  • 44 De Robertis 1963, 21-49.

26Quelques textes laissent percevoir le sentiment de fierté qui animait parfois les hommes de métier. L’usage d’adjectifs qualificatifs sert parfois la manifestation de ces dispositions d’esprit. Celles-ci procèdent d’une conception “populaire” et positive du travail que Francesco Maria De Robertis44 a été l’un des premiers à mettre au jour. De prime abord, l’analyse de la fierté professionnelle semble s’inscrire sur le terrain d’une histoire des représentations. Cependant, encore une fois, l’expression identitaire et l’exercice concret des activités économiques paraissent indissociables. Le tissu artisanal des cités italiennes était structuré par la réputation individuelle des acteurs économiques.

  • 45 CIL, IX, 3938 (D. 7470) : sur les deux côtés de la base : coco optimo ; sur la face principale : H (...)

27À Alba Fucens, un dénommé Halicius chante les louanges de l’affranchi Marcius Faustus, qui fut cocus optimus, le meilleur des cuisiniers45. La part du métier dans l’hommage est néanmoins plus ambiguë qu’il n’y paraît. L’expression “coco optimo” a été gravée à deux reprises, sur les côtés d’une base. En réalité, le métier est placé à l’écart d’une titulature fondée sur d’autres aspects de l’existence sociale. Une fois la liberté acquise, Marcius Faustus est devenu un citoyen respectable en recevant les titres de seuir Augustalis et de dendrophore, en évoluant sur un terrain civique et associatif. Cette trajectoire a dû s’appuyer sur des gains et une réussite professionnelle qui ne sont, d’une certaine manière, qu’accessoires. D’où le caractère concrètement marginal de leur évocation. La réussite véritable est ailleurs, même si elle résulte du métier. La mention de celui-ci trouve sa raison d’être dans l’adjectif qualificatif qui lui est accolé. Mais, s’il traduit un sentiment très personnel, le superlatif “optimus” n’est pas sans lien avec la pratique concrète du métier. “Cocus optimus” sonne presque comme une interpellation publicitaire. L’expression traduit sans doute la fierté d’avoir maîtrisé, et fait apprécier à une clientèle, un tour de main. Le métier est évoqué par le biais de la compétence et du savoir-faire professionnel, censés reconnus par une clientèle. Leur maîtrise et l’idée de leur maîtrise semblent caractéristiques du statut de travail des hommes de métier.

  • 46 AE, 1974, 123 bis :---] / orna[mentis --- seuir Aug(ustalis) et] / q(uin)q(uennalis), item [q(uin) (...)

28Sur une inscription d’Ostie, deux adjectifs qualificatifs sont accolés à des noms de métiers46. Ils semblent complémentaires, dans la manière de mettre en valeur le rapport d’un individu à son activité professionnelle. Malheureusement, le personnage honoré est pour nous un anonyme. En effet, la pierre qui évoque sa destinée est très endommagée. Néanmoins, la lecture des expressions “uetus negotia(n)s” et “num(m)ularius celeber[rim(us)]” est sûre. Le profil social de ce riche affranchi est décrit par le biais d’une accumulation de titres divers. L’adjectif “uetus” est le seul élément qui introduit une dimension temporelle dans la biographie. Les titres civiques et collégiaux ressemblent à des honneurs, reçus progressivement. Sans doute leur obtention a-t-elle correspondu aux paliers successifs de l’ascension du personnage. “Vetus negotia(n)s” évoque autre chose. De manière générale, l’adjectif “uetus” renvoie non seulement à la vieillesse, mais aussi à l’ancienneté dans une même condition. Du texte de l’inscription, il peut ressortir que le negotium, la fréquentation longue et assidue d’un milieu d’affaires, a constitué la toile de fond d’une réussite personnelle. L’adjectif, parce qu’il introduit une réalité plus sensible dans l’énoncé, paraît renvoyer à un quotidien économique, essentiel dans la construction d’une identité, mais assez secondaire dans la construction du prestige civique.

  • 47 CIL, VI, 33887 (D. 7481) : D(is) M(anibus), / M(arco) Antonio M(arci) filio / Claudia (tribu) Tere (...)

29Pourtant, la réussite économique sous-tend la réussite sociale. Le personnage est aussi décrit comme un nummularius celeberrimus. L’emploi épigraphique de ce superlatif n’est pas un unicum. Une incursion dans l’épigraphie de la ville de Rome conduit à signaler l’épitaphe d’un citoyen de Misène. Elle décrit M. Antonius comme un negotiator celeberrimus suariae et pecuariae, un négociant de porcs et de moutons47. Comment comprendre ici l’adjectif “celeber” ? Bien souvent, c’est d’un lieu dont parlent les textes, pour signaler sa “célébrité”. Une cité, une route, un forum ou un bâtiment, présentent cette caractéristique, lorsqu’ils sont très fréquentés par le public. Le nummularius celeberrimus d’Ostie fut donc le propriétaire d’un établissement bancaire fréquenté par une clientèle abondante. Toutefois, la seconde acception de “celeber” fait de ce mot un synonyme de “clarus” (“illustre”) ou, simplement, de “notus” (connu). La réussite professionnelle des deux hommes d’affaires est intrinsèquement liée à leur immersion dans des milieux économiques soudés par la réputation, la renommée de chacun.

  • 48 CIL, XIV, 3709 (CLE, II, 603) : Dulcis, / [cara uiro, l]atet hoc Amemone sepulchro / [fama ultra f (...)
  • 49 CLE, s. n.

30Le rôle de la réputation, et plus précisément de la celebritas, dans l’exercice de métier apparaît dans un texte provenant de Tibur, où un participe est accolé à un métier. Il s’agit d’un poème épigraphique servant d’épitaphe à une femme nommée Amemone, sans doute pour Amymone48. Les vers visent à entretenir le souvenir d’une popinaria nota, d’une tenancière de bistro réputée. La pierre est très mutilée à gauche. Or, les restitutions de Buecheler49, si on les accepte, n’autorisent pas à considérer “nota” comme un participe adjectivé. Il faudrait alors comprendre que la défunte était “par sa réputation, une cabaretière connue au-delà des frontières de sa patrie”. Le superlatif “celeberrimus” revient à l’esprit à la lecture du vers suivant. “Beaucoup, à Tibur, avaient l’habitude de fréquenter (celebrare)” son établissement. Toutefois, les restitutions de Buecheler, orientées par le respect de la métrique et présentées avec prudence, peuvent paraître audacieuses.

  • 50 CIL, IX, 4796 (CLE, I, 437 ; D. 7542) : D(is) M(anibus), / is cuius per capita versorum nomen decl (...)

31Quoi qu’il en soit, l’expression “popinaria nota” peut ici sembler établir une passerelle entre des désignations professionnelles précises, tel “negotiator celeberrimus”, et le discours des poèmes gravés à l’instigation d’hommes de métier. Le corpus documentaire étudié comporte plusieurs de ces poèmes. L’un des plus riches correspond à une petite autobiographie rédigée par L. Nerusius Mithres, un marchand de peaux de chèvre inhumé à Forum Nouum50. Le défunt insiste sur le fait d’avoir été “notus”, ce qui est indispensable dans l’exercice d’un négoce consistant à proposer un service au public. “Notus in Vrbe sacra uendenda pelle caprina, exhibui merces popularibus usibus aptas”. Mithres revendique l’utilité publique de son métier, ce qui exprime un sentiment de fierté professionnelle. La notion de fama apparaît plus loin, dans la dernière partie du texte. “Me fama loquetur” : “ma renommée parlera pour moi”. Le souci de la fama est commun à l’expression épigraphique de Mithres et d’Amemone. Il est sous-jacent dans les textes citant Marcius Faustus, le uetus negotians d’Ostie et M. Antonius Terens.

  • 51 Veyne 1990-1991, 721-728 ; Veyne 2000, 1187-1194.

32Or, la fréquence des allusions à la fama, sur les inscriptions des artisans et commerçants de Rome et d’Italie, a été soulignée. Paul Veyne en fait un trait caractéristique de la “morale sapientale” de la “plèbe moyenne”, au même titre que l’évocation de la fides51. Son interprétation du phénomène est très précise, peut-être un peu trop. Sous la plume de Paul Veyne, les références au renom découlent des structures du crédit. Il affirme ainsi : “les artisans et les commerçants se prêtaient de l’argent les uns aux autres et leur morale sapientale leur ordonnait de le faire ; en d’autres termes, l’amicitia jouait, pour la plèbe moyenne, le rôle que jouait la clientèle dans l’aristocratie… ou le cousinage dans maintes sociétés méditerranéennes actuelles. C’est une amitié de ‘ convivialité’, je veux dire de festins, et une amitié d’affaires”. Au-delà de la question très précise du prêt, à Rome comme ailleurs, la vie des affaires repose sur la confiance, donc sur la réputation et sur des réseaux de connaissances.

  • 52 CIL, XIV, 2886.
  • 53 CIL, XIV, 2433.
  • 54 CIL, X, 6492.
  • 55 CIL, XIV, 3958.
  • 56 Coarelli 1996, 105-113.
  • 57 CIL, IX, 5438 (D. 5368 ; AE, 2001, 857) : Imp(eratore) Caesare / Traiano Hadriano / Aug(usto) III (...)

33La nécessité pour les boutiquiers et les commerçants, non seulement d’être connus de leurs confrères, mais aussi d’être bien identifiés par la clientèle, apparaît sans doute en creux à travers quelques inscriptions de notre dossier. Il s’agit d’épitaphes de commerçants et d’artisans enterrés dans des petites cités italiennes, mais qui ont exercé leur métier dans la capitale. Or, ces personnages ne se présentent pas comme des professionnels de Rome. Ils sont plus précis dans la qualification topographique de leur activité. Nous avons évoqué A. Herennuleius Cestus, negotiator uinarius a septem Caesaribus. Il a exercé son métier dans le même quartier commercial que L. Domitius Agathemerus52. Cet ancien esclave de Paris, l’affranchi de Néron, a été coactor argentarius ad septem Caesares, avant de recevoir un hommage, dans le sanctuaire prénestin de Fortuna Primigenia. Un purpurarius de uico Tusco53 a choisi de reposer dans l’ager Albanus, un margaritarius de sacra uia54 (un marchand de perles) à Ulubrae, un uestiarius de horreis Agrippinianis55 (un marchand de vêtement) à Nomentum. En dehors de Rome, dans la région étudiée, le besoin personnel de préciser l’ancrage topographique d’un métier n’apparaît que dans la cité exceptionnelle d’Ostie. On connaît plusieurs negotiantes fori uinari, des négociants du forum uinarium que F. Coarelli a tenté de localiser dans l’espace portuaire56. Ce forum “spécialisé” peut être rapproché du forum pecuarium de Falerio et de ses negotiantes, attestés par un texte de 119 p.C.57

  • 58 CIL, X, 4660 :---A]/ugustalis, h[on(oratus) decurionalibus] / ornamentis, / uiam ab Angiporto aed[ (...)
  • 59 CIL, X, 1064 : L(ucius) Auianius L(ucii) f(ilius) Men(enia tribu) / Flaccus Pontianus, / Q(uintus) (...)
  • 60 CIL, XIV, 2655 : D(is) M(anibus), / L(ucio) Nouio Sabino, / margaritario, / fec(it) Nouia Tyche, / (...)

34Ailleurs, allusion est faite à deux zones d’artisanat groupé, à travers l’emploi toponymique d’un nom de métier. Ainsi, à Cales58 et à Pompéi59, l’expression “ad cisiarios” sert à désigner un espace périurbain. Dans les deux territoires civiques, des fabricants de cabriolets se sont installés là où la place était suffisante pour pratiquer leur activité. Peut-être existait-il dans les cités d’Italie centro-méridionale, comme ailleurs, des quartiers d’artisanat et de commerce groupés. Cependant, les artisans et les commerçants de ces cités évoluaient dans un univers suffisamment restreint pour ne pas ressentir le besoin d’y faire référence sur leurs épitaphes. L’espace de la cité était l’équivalent d’un petit quartier romain, un petit monde où tout le monde se connaissait. À Tusculum, pour prendre un exemple parmi cent, L. Novius Sabinus était moins un margaritarius, que L. Novius Sabinus, le margaritarius que tout le monde connaissait60. La relation avec le public, et donc le fait d’être connu de lui, sont bien inhérents au statut de travail des artisans et commerçants. La structure des épitaphes transcrit une vie de relations où quelques-uns étaient connus par le biais d’une spécialité professionnelle. Cependant, certains hommes de métier entendaient être connus, en premier lieu, par leur appartenance à un collège professionnel.

Noms de métier et collèges professionnels

35Une partie significative de la documentation rassemblée est constituée de textes où les noms de métiers sont employés comme déterminants. Dans la phrase épigraphique, ils apparaissent au génitif, pour préciser la composition de collectivités associatives, de collèges professionnels. Dans le Picenum, par exemple, la moitié de la recension est formée d’inscriptions collégiales. Dans la Regio IV, où la part de l’épigraphie collégiale est plus faible, celle-ci avoisine tout de même le cinquième du total. À Ostie, la mention de collèges professionnels est bien plus courante que la mention “d’artes priuatae”. Quels éléments, s’il en existe, relient l’épigraphie collégiale aux structures économiques de l’Italie romaine ?

Des mentions de métiers extérieures au champ de l’économie

  • 61 Tran 2003.
  • 62 CIL, IX, 3837 : Q(uinto) Nouio Q(uinti) f(ilio) Serg(ia tribu) / Felici, patrono / municipi Antino (...)
  • 63 CIL, X, 4855 : Cultorib(us) / fabrorum, / locus d(atus) / a M(arco) Fuluio / Marcello.

36Les collèges professionnels étaient, non pas des structures d’organisation de l’économie, mais des structures qui permettaient aux collegiati de s’abstraire des réalités matérielles de l’activité économique61. Des éléments de démonstration sont perceptibles à travers l’articulation des mots servant à désigner les associations, d’une part, et ceux évoquant le recrutement professionnel de ces communautés, d’autre part. Ainsi, à Antinum, chez les Marses, les cultores centonari et dendrofori élèvent un autel et une statue, en l’honneur d’un patron du municipe62. Le mot “centonarius”, en admettant qu’il se réfère bien à une profession du secteur textile, est employé pour qualifier une communauté cultuelle et non un groupe économique. L’ancrage dans le champ cultuel est encore renforcé par l’association, courante dans les cités italiennes, des centonarii à des dendrophores. Les centonarii agissent de concert avec un groupe défini par une fonction rituelle, inhérente au culte de Cybèle. De la même manière, à Venafrum, le génitif pluriel fabrorum précise l’identité de cultores qui reçoivent la jouissance d’un lieu particulier63.

  • 64 CIL, IX, 5847 : Dis Manib(us) / N(umerii) Fresidi Suc / cessi, decret(o) / fabr(um), u(ixit) a(nni (...)

37À Auximum, de tels fabri sont mis en scène dans une activité caractéristique de la vie collégiale, alors même que la communauté qu’ils constituent n’est pas explicitement désignée comme un collège64. Les fabri sont en effet les détenteurs d’une concession funéraire collective. Ils acceptent dans leur sépulture la dépouille d’un jeune homme de quatorze ans. Le père du défunt, N. Fresidius Florentinus, devait être faber, artisan. Dans ce contexte épigraphique, le mot faber se trouve associé, non pas à une activité artisanale, mais à une procédure de vote, de type collégial. Le génitif pluriel fabr(um) se rapporte au mot “decret(um)”, qui suppose la tenue de réunions associatives. Ces assemblées se sont inscrites dans un quotidien qui ne se réduisait pas à l’exercice concret de l’activité économique.

  • 65 CIL, IX, 2213 : Q(uinto) Herennio Siluio / Maximo, c(larissimo) u(iro), legat(o) leg(ionis) / II I (...)
  • 66 CIL, IX, 5450 (D. 7248 ; AE, 1999, 599) : D(is) M(anibus), / T(ito) Silio T(iti) lib(erto) / Prisc (...)
  • 67 CIL, XIV, 407 : Dis / Manibus / L(uci) Renni L(ucii) Lib(erti) / Philodoxi, / mag(istri) quinq(uen (...)

38L’existence de collèges professionnels et la vie de ces collectivités assurent aux acteurs de l’artisanat et du commerce une visibilité épigraphique, mais cette visibilité de l’économie est parfois très indirecte. Ainsi, les hommages rendus à des notables peuvent aboutir à la mention d’une communauté dont le nom fait référence à la vie économique. À Telesia, par exemple, le collège des charpentiers élève, dans l’espace public, un monument à la gloire d’un administrateur sénatorial de haut rang65. De fait, l’organisation en collèges, placés sous la protection de grands personnages, permet à des hommes de métier d’accéder à une expression épigraphique. L’appartenance à un collège professionnel permet la construction d’une identité, sociale et épigraphique, valorisante. Cette identité s’appuie sur une identité professionnelle, tout en la dépassant, en la déplaçant hors du champ économique. Sur le plan individuel, l’obtention de dignités collégiales favorise l’affichage indirect, médiatisé, de la qualité d’homme de métier. Par exemple, l’épitaphe de T. Silius Priscus traduit l’ancrage de toute une famille dans le milieu artisanal de Falerio66. La référence au monde économique, aux métiers de foulons et d’artisans en général, est indirecte. Elle passe par la mention des titres de magister, de quaestor et de mater d’un sodalicium fullonum et d’un collegium fabrum. La respectabilité qui s’attache à ces fonctions tient à l’exercice de responsabilités au sein de communautés associatives organisées selon le modèle de la cité. De ce fait, sur les pierres, il paraissait naturel de juxtaposer des titres décernés par des collèges professionnels et des titres décernés par les instances civiques. Par la conjonction “idem”, la syntaxe épigraphique tend parfois à mettre sur le même plan des titres qui recouvrent pourtant des réalités juridiques différentes. Ainsi, à la fin du ier siècle p.C., le charpentier L. Rennius Philodoxus est décrit comme un mag(ister) quinq(uennalis) coll(egii) fab(rum) tig(nuariorum) Ostiensium, idem Aug(ustalis)67. L’ambiguïté du rapport des Romains au travail artisanal et commercial est ici perceptible. L’artisanat et le commerce sont des vecteurs de respectabilité d’autant plus efficaces, qu’ils ouvrent sur des activités et des identités étrangères au travail. Cependant, le champ économique et le champ collégial ne sont pas sans lien, car le second procède du premier.

Les structures amicales et la structuration des milieux économiques

  • 68 Cf. n. 48.

39En réalité, l’existence de collèges professionnels semble transcrire, de manière très indirecte, des formes d’organisation de la vie économique. Reprenons l’analyse, déjà citée, de Paul Veyne. “L’amicitia jouait, pour la plèbe moyenne, le rôle que jouait la clientèle dans l’aristocratie… ou le cousinage dans maintes sociétés méditerranéennes actuelles. C’est une amitié de ‘ convivialité’, je veux dire de festins, et une amitié d’affaires”. À Rome comme ailleurs, la vie des affaires repose sur la confiance. Elle s’appuie sur des solidarités dont la nature propre est étrangère à l’économie. Or, le collège est une structure conviviale qui enrichit la vie de relations d’individus qui se côtoient dans la vie professionnelle. La vie au sein du collège transpose dans un cadre amical, et par là enrichit, des solidarités professionnelles. Cette existence communautaire offre aussi des occasions d’éprouver la confiance que mérite un confrère. C’est en cela, sans doute, que le discours de L. Nerusius Mithres68 sur le négoce est d’un intérêt capital. Ce discours peut être rapproché de la forte proportion de noms de métier cités par le truchement d’un collège. “Semper communis amicis” affirme Mithres. Celui-ci insiste sur sa fidélité en amitié, quand de nombreux professionnels soulignent leur appartenance à des communautés fondées sur des liens de mutuelle amitié. L. Nerusius Mithres insiste aussi sur le sentiment qu’il inspire aux autres, à ses proches. Il se présente comme “semper honorificus”, quand l’organisation des collèges professionnels assure un accès à l’honneur, à des honneurs. Les collèges professionnels prodiguent donc, par l’amitié confraternelle, des éléments essentiels à l’exercice des métiers artisanaux et commerciaux : le fait d’être connu et la bonne réputation. Or, l’amicitia n’exclut pas la hiérarchie, bien au contraire.

  • 69 CIL, XIV, 3009 : P(ublius) Valerius P(ubli) l(ibertus) / Mahes, magíster / quinquennal(is) / colle (...)
  • 70 AE, 1912, 92 (AE, 1991, 382) : Diis Manib(us) / L(ucio) Antonio Ionico, / sodali iuuenum / Mart(is (...)
  • 71 Dig., 50.6.6.12 (Callistrate) : (…) Sed ne quidem eos qui augeant facultates, et munera ciuitatum (...)
  • 72 Tran 2003.

40Des noms de métiers apparaissent, de manière courante, comme les déterminants de responsabilités associatives. Il en est ainsi, entre bien d’autres exemples, sur les pierres évoquant P. Valerius Mahes, magister collegii fabrorum tignuariorum à Préneste69, ou encore L. Antonius Ionicus quinquennalis d’un collège de teinturiers d’Aricia70. Dans l’optique de cette étude, il faut s’interroger sur les relations possibles entre les structures hiérarchiques des collèges et la fragmentation des catégories sociales intermédiaires et inférieures. Le recrutement des collèges professionnels était hétérogène. L’impression générale laissée par les sources épigraphiques est confirmée par une documentation juridique qui signale, explicitement, que les collèges comptaient des riches et des pauvres71. Or, les honneurs collégiaux imposaient à leurs détenteurs des dépenses coûteuses, si on les rapporte aux critères de richesse des catégories inférieures aux élites. Aussi n’est-il guère douteux que la richesse et la réussite professionnelle aient constitué la condition première de l’accès aux dignités collégiales. Certes, les sources ostiennes permettent de montrer que l’ancienneté dans le collège, individuelle et familiale, jouait aussi72. Néanmoins, les hiérarchies collégiales reflétaient en grande partie l’organisation des milieux économiques, dans le sens où elles tendaient à consacrer la supériorité économique et professionnelle d’un petit nombre. Parmi les collegiati, cette minorité, affichant ses titres, accède à la plus grande visibilité épigraphique.

  • 73 Tran 2003.
  • 74 CIL, XIV, 374 (D. 6165) : Marco Licinio / Priuato, / decurionatus ornamentis honorato et / biselli (...)

41Le statut de travail de l’élite collégiale était-il identique à celui de la masse des collegiati ? Une lecture fine de la documentation semble établir que les collegiati les plus riches, à Ostie en particulier, avaient tendance à se distancier de l’exercice concret des métiers. Ayant tenté ailleurs de démontrer ce point73, nous ne traiterons ici que d’un exemple, qui repose sur la mention épigraphique des métiers de charpentier et de boulanger à Ostie, au début du iiie siècle p.C. C’est entre 200 et 204 que M. Licinius Privatus a été magister quinquennalis des fabri tignuarii (des charpentiers) d’Ostie74. En outre, la base gravée à sa gloire signale ses responsabilités au sein du corps des boulangers d’Ostie et de Portus. Le document laisse entrevoir une chronologie. À la septième ligne du texte, les mots “quaestori et q(uin)q(uennali) corporis pistorum Ostiens(ium) et Port(ensium)” correspondent à un ajout, postérieur à la dédicace du monument. Plus bas sur le titulus, il est en de même pour les indications “patri equitum romanorum” et “patri et auo decurionum”. Ainsi, Privatus était déjà un riche collegiatus parmi les fabri tignuarii, et un personnage bien en vue à Ostie, quand le corpus pistorum Ostiensium et Portensium en a fait son dignitaire. Privatus était assez fortuné pour donner 50 000 sesterces à la cité d’Ostie, avant de devenir quaestor puis quinquennalis des boulangers. De fait, il paraît probable que ces deux titres résultent de l’engagement tardif de Privatus dans une activité nouvelle. Privatus devrait être considéré non pas comme un véritable boulanger, mais comme l’acquéreur d’une ou plusieurs boulangeries, soucieux de diversifier ses investissements et son patrimoine. Son statut de travail n’est pas (ou n’est plus) celui d’un homme de métier, comparable à celui des quelque 300 membres ordinaires du collège des charpentiers.

42En définitive, l’ensemble de l’étude tend à montrer à quel point les plèbes urbaines de l’Italie romaine étaient hétérogènes, finement stratifiées. La manière d’envisager le travail et de lui donner une visibilité épigraphique est liée à la fragmentation des groupes sociaux inférieurs aux élites. Dans ces groupes, le travail et le métier, que certains ont choisi d’évoquer sur les pierres, constituent un critère fondamental de différenciation. Un groupe d’hommes de métier, lui-même hétérogène, peut être isolé. Il est formé d’individus qui semblent évoluer au contact d’autres catégories, inférieures (de non-spécialistes) ou supérieures (d’individus encore plus distants de l’exercice concret des métiers). Le statut de travail est discriminant, dans le sens où il conditionne la position de chacun dans les hiérarchies sociales. Ces positions sont affaire de niveaux de richesse, mais pas seulement. Elles dépendaient, certes, de la nature du commerce ou de l’artisanat pratiqués. Ce n’était pas la même chose que d’être négociant en soierie ou barbier. Laissant de côté le contenu sémantique des mots, il ne nous appartenait pas, ici, de souligner ce point. En nous concentrant sur l’usage des mots, et non sur le contenu, nous avons seulement tenté d’atteindre par des documents non-économiques, par la mention d’identités professionnelles étrangères aux pratiques économiques, des fragments modestes d’histoire économique.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Andreau, J. (1987) : La vie financière dans le monde romain : les métiers de manieurs d’argent ( ive siècle av. J.-C. - iiie siècle ap. J. -C.), Rome.

— (1992) : “L’affranchi”, in : Giardina 1992, 219-246.

— (2001) : La banque et les affaires dans le monde romain. ive siècle - iiie siècle ap. J.-C., Paris.

— (2004) : “Les esclaves et la gestion des ateliers et commerces”, in : Andreau et al. 2004, 111-126.

Andreau, J., J. France et S. Pittia, éd. (2004) : Mentalités et choix économiques des Romains, Ausonius Sripta Antiqua 7, Bordeaux.

Aubert, J. -J. (1994) : Business managers in ancient Rome. A social and economic study of institores. 200 BC-AD 250, Leyde - New York - Cologne.

Carrié, J. -M. (1995) : [compte-rendu de Joshel (1992)], Annales (HSS), 50.5, 1107-1110.

Coarelli, F. (1996) : “Il forum uinarium di Ostia : un ipotesi di localizzazione”, in : Zevi & Claridge 1996, 105-113.

De Robertis, F. M. (1963) : Lavoro e lavoratori nel mondo romano, Bari.

Giardina, A., éd. (1992) : L’homme romain, Paris.

Joshel, S. R. (1992) : Work, Identity and Legal Status at Rome. A study of the Occupational Inscriptions, Norman - Londres.

Tran, N. (2003) : Les collegiati dans la société de l’Occident romain (Italie, Gaules, Germanies). Le rang social des membres d’associations sous le Haut-Empire, Thèse dactylographiée, Paris.

Veyne, P. (1990-1991) : “Histoire de Rome”, Annuaire du collège de France, 91, 721-728.

— (1991-1992) : “Résumé du cours de 1991-1992”, Annuaire du collège de France, 92, 747-761.

— (2000) : “La Plèbe moyenne sous le Haut-Empire romain”, Annales (HSS), 55, 1169-1199.

Zevi, A. G. et A. Claridge, éd. (1996) : Roman Ostia revisited. Archaelogical Papers in Memory of R. Meiggs, Londres.

Zimmer, G. (1985) : “Römische Handwerker”, ANRW, II. 12.3, 205-228.

Notes

1 Andreau 2004, 120-121.

2 Veyne 1991-1992, 756.

3 Andreau 1987, 25-33 et Andreau 2001, 128-130.

4 Andreau 1992, 232.

5 Andreau 1987, 25-27.

6 CIL, IX, 2986, 5279 ; X, 1443, 6126, 6339.

7 Joshel 1992.

8 Carrié 1995, 1107.

9 CIL, X, 6493 : L(ucius) Papius L(ucii) l(ibertus) Phaselus, mercator uinarius, / M(arcus) Perperna M(arci) f(ilius) Sca(ptia tribu) Potitus, / M(arcus) Alfidius M(arci) l(ibertus) Fortunatus, / A(ulus) Tettius A(uli) l(ibertus) Stlatta, numularius, / L(ucius) Flauius L(ucii et) (Caiae) l(ibertus) Alexander, / M(arcus) Thorius M(arci) l(ibertus) Auctus, lanio, / M(arcus) Licinius M(arci et) (Caiae) l(ibertus) Leonida,/[[---]] / C(aius) Autronius C(aii et) C(aii) l(ibertus) Hilarus Ap(pius) Quintius Ap(pii) l(ibertus) Nicephor, medicus iumentarius, / P(ublius) Nummius P(ublii) l(ibertus) Pamphilus, / T(itus) Curuius T(iti) l(ibertus) Heliades in quo nunqam indormiuit timor, / M(arcus) Alfidius M(arci) l(ibertus) Tertius, / L(ucius) Picidius L(ucii) l(ibertus) Albanus, / A(ulus) Ceruius A(uli) l(ibertus) Antilogus, / C(aius) Rennius C(aii) l(ibertus) Laetus, / A(ulus) Sergius A(uli) l(ibertus) Acolutus.

10 CIL, X, 3729 : Anicia mater, / P(ublius) Anicius P(ublii) l(ibertus) Eros, / tegularius, / Anicia P(ublii) l(ibertus) Creste (sic), / Domitia Cn(aei) l(iberta) / Fausta Aniciana, / Cn(aeus) Domitius Cn(aei) l(ibertus) / Hermia.

11 CIL, X, 557.

12 CIL, X, 3965 : C(aius) Epillius C(aii) l(ibertus) / Alexander, / materiarius, / Staia (Caiae) l(iberta) Saluia, / C(aius) Epillius C(aii) l(ibertus) Felix.

13 CIL, X, 3960 : P(ublius) Cer[uiu]s P(ublii) l(ibertus) Diogenes, / [uest] iarius, / Ca[esia] (Caiae) l(iberta) Bule, / Cer[ui]a P(ublii) l(iberta) Irena / sibi et suis, / Agriae M(arci) l(ibertae) Hilarae, / M(arco) Agrio M(arci) l(iberto) Philemoni, / [M(arco) Agrio] M(arci) l(iberto) Hilaro.

14 On peut imaginer que ces non-spécialistes pouvaient être employés dans tous les secteurs économiques, dans le secteur agricole notamment.

15 CIL, X, 3956 : P(ublius) Ateius P(ublii) l(ibertus) Regillus fecit / sibi et / P(ublio) Ateio P(ublii) l(iberto) Saluio, patron(o), / pomario, is ter Herculi decumam fecit, / uixit ann(is) CII, et / Primae, l(ibertae) suae carissimae, et / Ateiae Iollae, patroni filiae.

16 CIL, X, 5718 : [C(aio)] Naeuio C(aii) l(iberto) Antioch[o], / patrono, uestiario, / [C(aio) Nae] uio C(aii) l(iberto) Antiocho l(iberto), / [Is]timiniae P(ublii) l(ibertae) Secundae, / [C(aio) N]aeuio C(aii) l(iberto) Diogeni, conlibe(rto), / Naeuiae C(aii) l(ibertae) Dorchae, / Diogenis libertae.

17 CIL, X, 5211.

18 Veyne 1990-1991, 722.

19 CIL, IX, 4721/2 : Fonteia (Caiae) [l(iberta)] / Gnome, / Fonteia (Caiae) [l(iberta)] / Fausta, furnaria, / in fr(onte) p(edes) XII.

20 CIL, X, 1965 : D(is) M (anibus), / Liciniae Primigeniae, / unguentariae, / Licamonus f(ilius) matri b(ene) m(erenti), / uixit a(nnis) LXXI.

21 CIL, IX, 3190 : Sex(tus) Bittius / Sex(ti) l(ibertus) Eleuther, pistor, / ui<u>us sibi et Fortu/natae, filiae piissim(ae), / uixit an(nis) VIIII dies XVII / et Ceruiae Sex(ti) l(ibertae) H[y]mnidi, / contibernali, uiuae, / [p(osuit)].

22 SI, III, Co, 22 (AE, 1983, 319) : Accae (Caiae) l(ibertae) / Myrin(a)e, // Accae (Caiae) l(ibertae) / Sympherusae, // M(arco) Ant[onio] / M(arci) l(iberto) Ero[s ---], / poma[rio].

23 Zimmer 1985, 205-228.

24 CIL, X, 6113 : Cn(aeus) [Me]uius Anteros, August(alis), / Cn(aeus) [Me]uius Cn(aei) l(ibertus) Felix, / Cn(aeus) Meuius [C]n(aei) l(ibertus) Felix, magnar(ius), / Cn(aeus) Meuius Cn(aei) l(ibertus) Amaranthus.

25 CIL, X, 3877 : C(aius) Papius C(aii) l(ibertus) / Saluius, // C(aius) Papius C(aii) l(ibertus) / Apelles, argent(arius), / accensus P(ublii) Sili co(n)s(ulis), // Papiai C(aii) l(ibertai) / Cleopatrai, / patronus, / dignae posuit.

26 C’est par le truchement de titres collégiaux que deux appariteurs municipaux signalent leur appartenance aux milieux d’affaires ostiens : cf. CIL, XIV, 296 et 4642.

27 CIL, XIV, 2793 : Veneri uerae felici Gabinae, / A(ulus) Plutius Epaphroditus, accens(us) uelat(us), negotiator sericarius, templum cum / signo aereo effigie Veneris item signis aereis n(umero) IIII, dispositis in zothecis et / balbis aereis, et aram aeream et omni cultu a solo sua pecunia fecit. Cuius ob / dedicationem diuisit decurionibus sing(ulis) (denarios) V, item (se)uir(is) Aug(ustalibus) sing(ulis) (denarios) III, item taber / naris intra murum negotiantibus (denarium) I ; et (sestertium) X m(ilia) n(ummum) rei publ(icae) Gabinor(um) intulit ita ut ex / usuris eiusdem summae quod annis (ante diem) IIII k(alendas) octobr(is), die natalis Plutiae Verae, / filiae suae, decur(iones) et (se)uir(i) Aug(ustales) publice in triclinis suis epulentur ; quod si / facere neglexserint, tunc ad municipium Tusculanor(um) (sestertium) X m(ilia) n(ummum) pertineant, / quae confestim exigantur. Loc(o) dato decreto decur(ionum), / dedicata idibus Mais, L(ucio) Venuleio Aproniano II, L(ucio) Sergio Paullo II, co(n)s(ulibus).

28 CIL, XIV, 2812.

29 CIL, IX, 4680.

30 CIL, X, 540.

31 CIL, X, 1872.

32 CIL, X, 1873.

33 CIL, X, 5346.

34 AE, 1909, 80.

35 AE, 1974, 123 bis ; AE, 1988, 204 ; CIL, XIV, 397 et 405.

36 CIL, IX, 3027 (D. 7546) : Dionysio, / Cn(aei) Mamili / Primi (seruo), / sutori, / institori / caligario, / Q(uintus) Auidius / Bassus / p(osuit). 37. Aubert 1994.

37 Aubert 1994

38 CIL, X, 1549 : C(aius) Auilius December, / redemptor marmorarius, / Bonae Deae, / cum Vellia Cinnamide cont(ubernali) / u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito), / Claudio Aug(usti) l(iberto) / Philades[p]oto, sacerdote, posita, / dedicata (ante diem)VI kal(endas) nouembris, / Q(uinto) Iunio Marullo co(n)s(ule).

39 CIL, s. n.

40 CIL, XIV, 3530.

41 Cic., Q Fr., 2.4.2.

42 CIL, XIV, 405 : Memoriae, / L(ucius) Publicius Eutyches, seuir August(alis) / idem q(uin) q(uennalis), stipulator argentarius, / et Publicia Epictesis fecer(unt).

43 Andreau 1987, 169-176.

44 De Robertis 1963, 21-49.

45 CIL, IX, 3938 (D. 7470) : sur les deux côtés de la base : coco optimo ; sur la face principale : Halicius Marcio Fausto, / liberto, / seuir(o) Aug(ustali), / dendrophoro / Albensi, et / Trophime matri.

46 AE, 1974, 123 bis :---] / orna[mentis --- seuir Aug(ustalis) et] / q(uin)q(uennalis), item [q(uin)q(uennalis) f] abr(um) tign(uariorum) Ost(iensium), [i]tem cor[por(atus)] / et q(uin)q(uennalis) et [biselli] arius in corpore neg(otiatorum) fo[ri] / uinari r[ei publ(icae) O] st(iensium), uetus negotia(n)s, nauic[ul(arius)] lyntra[rius, ite]m num(m) ularius celeber[rim(us)], / in hoc PR[---] VL memoriale M [---] / [---] CON[---] // AI [...] / merit[---] INE[---] paganus [---] / aedicul[---], liberti eius et li[berti] / mei, ex nomine [meo,---] uorum fidem PRO[---] / obseruabunt et ne HS X m(ilia) n(ummum) rei public(ae)[Ost(iensium) pro] / poena inferant curae habe[bunt].

47 CIL, VI, 33887 (D. 7481) : D(is) M(anibus), / M(arco) Antonio M(arci) filio / Claudia (tribu) Terenti, / oriundo ciuitate / Miseni, omnibus / muneribus et / honoribus patriae / suae perfuncto, / negotiatori / celeberrimo suariae / et pecuariae, / MM(arci) Antonii / Teres et Proculus, / fili(i) et heredes, / secundum uoluntatem / ipsius.

48 CIL, XIV, 3709 (CLE, II, 603) : Dulcis, / [cara uiro, l]atet hoc Amemone sepulchro / [fama ultra fines patriae popinaria nota / [quam propter mult]i Tibur celebrare solebant. / [Iam summus fragilem uit] am deus abstulit illi / [aethereisque auris anim] am lux alma recepit. / [Hunc titulum feci Philotech] nus co(n)iugi sanctae, / [nomen enim fas est re]stare semper in aeuom.

49 CLE, s. n.

50 CIL, IX, 4796 (CLE, I, 437 ; D. 7542) : D(is) M(anibus), / is cuius per capita versorum nomen declaratur / fecit se vibus sibi et suis omnibus / libertis libertabusque posterisque eorum :
Liber nunc curis fuerim ; qui respice lector
Notus in urbe sacra uendenda pellecaprina.
Exhibui merces popularibus usibus aptas ;
Rara fides cuius laudata est semper ubique ;
Vita ueata fuit ; struxi mihi marmora (t)ec(t)i,
Secure, solui semper fiscalia manceps ;
In cunctis simplex contractibus, omnibus aequus,
Ut potui, nec non subueni saepe petenti ;
Semper honorificus, semper communis amicis ;
Maior ad(huc) hic laudis honor, potior quoque cunctis,
Ipse meis quod constitui tutamina membris,
Taliaqu(e) feci, non tam mihi prouidus uni,
Heredum quoque cura fuit ; tenet omnia secum
Re propria quicumque iacet ; me fama loquetur ;
Exemplum laudis uixi dum uita manebat ;
Sollicitus multis, requiem feci quoque multis
L(ucius) Nerusius Mithres.

51 Veyne 1990-1991, 721-728 ; Veyne 2000, 1187-1194.

52 CIL, XIV, 2886.

53 CIL, XIV, 2433.

54 CIL, X, 6492.

55 CIL, XIV, 3958.

56 Coarelli 1996, 105-113.

57 CIL, IX, 5438 (D. 5368 ; AE, 2001, 857) : Imp(eratore) Caesare / Traiano Hadriano / Aug(usto) III co(n)s(ule), / uia noua strata lapide / per medium forum pecuar(ium) / a summo uico longo ad / arcum iunctum Capitolio, / ex conlatione manipretii / possessorum circa forum et ne / gotiantium item collegia quae at / tingunt eidem foro, / (duo)uiratu[s] ITALI/[---.

58 CIL, X, 4660 :---A]/ugustalis, h[on(oratus) decurionalibus] / ornamentis, / uiam ab Angiporto aed[is] / Iunonis Lucinae usque [ad] / aedem Matutae et cliuom, / ab ianu ad gisiarios porta[e] / Stellatinae, et uiam patulam / ad portam laeuam et ab foro / ad portam domesticam / sua pecunia strauit.

59 CIL, X, 1064 : L(ucius) Auianius L(ucii) f(ilius) Men(enia tribu) / Flaccus Pontianus, / Q(uintus) Spedius Q(uinti) f(ilius) Men(enia tribu) / Firmus, (duo)uir(i) i(ure) d(icundo), uiam / a milliario ad cisarios / qua territorium est / Pompeianorum sua / pec(unia) munierunt.

60 CIL, XIV, 2655 : D(is) M(anibus), / L(ucio) Nouio Sabino, / margaritario, / fec(it) Nouia Tyche, / lib(erta) et uxor, con(iugi) b(ene) m(erenti).

61 Tran 2003.

62 CIL, IX, 3837 : Q(uinto) Nouio Q(uinti) f(ilio) Serg(ia tribu) / Felici, patrono / municipi Antino, / huic culto[re]s / centonari / [et dendr]of(ori) aram / [et s]tatuam honor(is) / [ca]usa posuerunt, / b(ene) m(erenti).

63 CIL, X, 4855 : Cultorib(us) / fabrorum, / locus d(atus) / a M(arco) Fuluio / Marcello.

64 CIL, IX, 5847 : Dis Manib(us) / N(umerii) Fresidi Suc / cessi, decret(o) / fabr(um), u(ixit) a(nnis) XIIII, / N(umerius) Fresidius Flo/rentinus, pat(er), / et Fresidia Success(a), / mater.

65 CIL, IX, 2213 : Q(uinto) Herennio Siluio / Maximo, c(larissimo) u(iro), legat(o) leg(ionis) / II Italicae et alae Antoni/nianae, iurid(ico) per Calabr(iam), / Lucaniam, Brittios, pr(aetori), aed(ili) / Caer(iali), quaest(ori) urb(ano), curio/ni, seuir(o) Turmae equit(um) Ro/manor(um), ciui et patron(o) col(oniae), / colleg(ium) fabru(m) tignuar(iorum) / quib(us) ex s(enato) c(onsulto) coire permis(sum) est, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum).

66 CIL, IX, 5450 (D. 7248 ; AE, 1999, 599) : D(is) M(anibus), / T(ito) Silio T(iti) lib(erto) / Prisco, / mag(istro) colleg(ii) / fabr(um) II et q(uaestori) II, / mag(istro) et q(uaestori) sodal(icii) / fullonum, / Claudiae Ti(berii) lib(ertae), / uxori eius, matri / sodalic(ii) fullon(um), / T(itus) Silius Karus et / Ti(berius) Claudius Phi/lippus, mag(istri) et / q(uaestores) colleg(ii) fabr(um), / fili parentib(us) / piissimis.

67 CIL, XIV, 407 : Dis / Manibus / L(uci) Renni L(ucii) Lib(erti) / Philodoxi, / mag(istri) quinq(uennalis) / coll(egii) fab(rum) tig(nuariorum) / Ost(iensium), idem Aug(ustalis), / L (ucius) Rennius Proculus / fecit patri suo / carissimo.

68 Cf. n. 48.

69 CIL, XIV, 3009 : P(ublius) Valerius P(ubli) l(ibertus) / Mahes, magíster / quinquennal(is) / collegi(i) fabrorum / tignuariorum / lustr[i] XIII, / P(ublius) Valerius Alcimus, / patronus / indulgentissimus, f[e]c(it) / dis Manibus.

70 AE, 1912, 92 (AE, 1991, 382) : Diis Manib(us) / L(ucio) Antonio Ionico, / sodali iuuenum / Mart(is) Salut(aris) / et quinq(uennali) quinq(uies ?), colleg(ii) lot(orum) / Nemorensium quinq(uennali), / Cornelia Thallusa / coniug(i) suo ben(e) mer(enti) f(ecit) / et sibi, cum quo uix(it) a(nnos) XXX.

71 Dig., 50.6.6.12 (Callistrate) : (…) Sed ne quidem eos qui augeant facultates, et munera ciuitatum sustinere possunt ; priuilegiis quae tenuioribus per collegia distributis concessa sunt, uti posse, plurifariam constitutum est.

72 Tran 2003.

73 Tran 2003.

74 CIL, XIV, 374 (D. 6165) : Marco Licinio / Priuato, / decurionatus ornamentis honorato et / biselliario in primis constituto / inlatis rei publicae sestertis / quinquaginta milibus n(ummum), / quaestori et q(uin)q(uennali) corporis pistorum Ostiens(ium) et Port(ensium), / magistro quinquennal(i) collegi / fabrum tignuariorum lustri / XXVIII et decurioni eiusdem / numeri decur(iae) XVI decuriali, scrib(ae), / patri et auo decurionum / librario, tribuli tribus Claudiae, / patri equitum Romanorum, / patrum et liberorum clientium, / uniuersus numerus / caligatorum / collegi fabrum tignuarior(um) Ostiens(ium) / magistro optimo, ob amorem et merita eius, / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice).

Auteur

Université Rennes 2

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540