Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Première partie. Identité sociale et expression de l’économie

Les commerçants du Proche-Orient : désignation et vocabulaire

Jean-Baptiste Yon

Testo integrale

Je remercie Isabelle Pernin et Pierre-Louis Gatier de leurs conseils et de leur aide.

  • 1 “Jusqu’à aujourd’hui persiste chez les Syriens un amour inné du commerce, qui fait qu’ils parcoure (...)

Usque hodie autem permanet in Syris ingenitus negotiationis ardor, qui per totum mundum lucri cupiditate discurrunt, et tantam mercandi habent vesaniam, ut, occupato nunc orbe Romano, inter gladios, et miserorum neces quaerant divitias, et paupertatem periculis fugiant. Jer., Comm. Ez., 8.27 (PL XXV, 255, # 313) [à propos d’Ezechiel 17.15-16].
Καὶ εἰσῆλθεν Ἰησοῦς εἰς τὸ ἱερòν καὶ ἐξέβαλεν πάντας τοὺς πωλοῦντας καὶ ἀγοράζοντας ἐν τῷ ἱερῷ, καὶ τὰς τραπέζας τῶν κολλυβιστῶν κατέστρεψεν καὶ τὰς καθέδρας τῶν πωλούντων τὰς περιστεράς (Ev. Matt. 21.12)1

1Dans l’épigraphie et la littérature grecques et latines, le vocabulaire qui désigne les marchands et les commerçants orientaux montre un contraste frappant entre une image bien ancrée dans l’imaginaire (le commerçant oriental, d’Homère à l’époque moderne) et une relative pauvreté documentaire (rareté des mentions, rareté du vocabulaire spécifique et précis). De plus, les deux textes cités en tête de cette étude sont caractéristiques : quand il s’agit de commerçants orientaux, le point de vue de la littérature (au sens large) est assez souvent dépréciatif. Dans le cas précis de l’étude des désignations, on notera également l’absence de vocabulaire technique, avec des exceptions (pour les affaires d’argent), et la fréquence des généralisations : on connaît bien souvent les marchands et non un tel ou un tel, marchand.

  • 2 En effet, quand il apparaît, le vocabulaire est relativement imprécis (périphrases) et peu varié ( (...)
  • 3 Le Roux 2002, 197-199.
  • 4 Ou bien encore des dépendants (esclaves ou employés) d’un temple comme cela est possible à Doura-E (...)

2Si les commerçants orientaux sont assez présents dans les inscriptions externes, comme dans les sources littéraires, les sources proche-orientales donnent assez peu d’informations. Surtout, la rareté du vocabulaire spécifique2 (au moins avant la période byzantine) permet difficilement de mettre en lumière la place réelle du commerçant dans ces sociétés. On rappellera aussi que la distinction entre commerce et artisanat est illusoire. Les petits artisans sont aussi des marchands de leur production, et cela est vrai pour les boulangers comme pour les artisans du métal (qu’on pense même à la fabrique de boucliers de Lysias) ou du textile (pourpre). Par ailleurs, comme pour tous les métiers en général, il est difficile d’identifier avec précision les tâches effectuées3 : on sait ce qu’est un boulanger, mais ceux qui sont attestés dans les inscriptions du Proche-Orient sont-ils des patrons d’une entreprise avec de nombreux employés, des esclaves, de simples revendeurs ou bien de petits artisans fabriquant du pain4 ? On ne peut bien sûr assurer que les mêmes mots désignent les mêmes réalités tout au long de la période. De plus, les métiers qui sont le mieux mis en lumière sont ceux qui font appel de manière privilégiée à l’écriture (ce qui équivaut en quelque sorte à une déclaration de statut) et eux seuls permettent de tirer quelques conclusions, laissant dans l’ombre tout un pan de la réalité. Même dans le cas particulier de Palmyre et de sa région, synonyme parfois de commerce syrien, on est contraint, paradoxalement, de mesurer l’imprécision de l’information. Les activités des Palmyréniens, commerçants par excellence, ne sont pas connues dans le détail.

  • 5 Veyne 1993, 756.

3Comme pour d’autres lieux et d’autres époques, on ne s’étonnera pas que, même dans la littérature, apparaissent plus les riches que les pauvres, et les notables plus que le reste de la population, ce qui peut expliquer la fréquence des désignations collectives pour des gens qui ne sont pas dignes d’être individualisés. D’autre part, le type même du document épigraphique le plus courant (les épitaphes) doit inciter à la prudence. Comme le remarquait P. Veyne, bien souvent on peut expliquer la précision lexicale de certaines inscriptions comme un souci de mettre en valeur le métier exercé, dans un but de publicité, pour se distinguer par rapport à ses collègues5. Le but recherché par une épitaphe est autre, elle emploie surtout un vocabulaire valorisant et révélateur de ce que le défunt veut montrer de lui, le métier n’en faisant apparemment pas partie à l’époque romaine. Il faut attendre, à la période proto-byzantine, que le métier devienne partie intégrante de l’identité sociale, pour qu’il apparaisse plus fréquemment dans les inscriptions de certaines cités de la partie orientale de l’Empire romain.

4Du point de vue géographique, cette étude concerne principalement la Syrie et les Syriens, termes pris dans un sens assez large : pour apporter des éléments de comparaison, on ne s’est pas interdit non plus d’élargir la recherche à la province d’Arabie (au sens romain), ainsi qu’à la Palestine, et à leurs habitants (en particulier pour les exemples externes). Le caractère disparate et assez peu abondant de la documentation m’a conduit à étendre les limites chronologiques, au moins de l’époque classique jusqu’aux débuts de la période proto-byzantine qui fournit d’assez nombreux exemples. De même, si l’on s’est surtout appuyé sur les inscriptions, le recours aux sources littéraires a permis de suppléer l’absence des données épigraphiques. Les sources orientales (juives ou araméennes) ont été utilisées principalement quand elles pouvaient éclairer le vocabulaire employé dans les textes grecs et latins.

5Dans un domaine aussi vaste du point de vue géographique et chronologique, quelques axes de recherches, délimités de manière plus étroite, ont été privilégiés. On trouvera donc plusieurs dossiers principaux, sans nécessairement de cohérence entre eux. Le premier concerne l’image couramment transmise par la littérature grecque d’époques hellénistique et romaine (mais en fait depuis Homère) de l’Oriental (phénicien) commerçant, et les réalités contemporaines, telles qu’elles sont reflétées dans l’épigraphie ou d’autres sources, à Athènes ou à Délos. Le deuxième dossier (époque romaine) utilise les inscriptions externes (Orientaux en Occident), ainsi que l’épigraphie proche-orientale : la rareté du vocabulaire désignant les métiers (commerce ou autre) y est la même, ainsi que la difficulté à mettre en rapport des groupes avec les individus qui apparaissent dans les inscriptions. Le dernier dossier concerne Palmyre : la documentation est spécialement fournie pour la grande ville de la steppe syrienne, mais on ne négligera pas les données qui proviennent de la zone de l’Euphrate et de la Haute-Mésopotamie (de Doura Europos à Édesse). Elles donnent un éclairage sur la situation palmyrénienne, où sont attestés individuellement surtout les grands commerçants et chefs de caravanes, laissant dans l’ombre ceux qui composaient les caravanes.

I. Les marchands orientaux depuis l’époque hellénistique

L’image du commerçant oriental

  • 6 Au Proche-Orient, on pourrait seulement citer les archives de Zénon, qui relatent des activités co (...)
  • 7 Déjà dans Homère (Od., 15.418 ἀγλαὰ ἔργ’ εἰδυȋα ; 425 ἐκ Σιδῶνος πολυχάλκου) ; voir Briquel-Chaton (...)
  • 8 Achille Tatius 2.17-18 (piraterie pure et dure par des pêcheurs des environs de Tyr) et Éphèsiaque (...)
  • 9 Là encore depuis Homère. Τὴν μὲν δίδωμι χειρί, τῇ δὲ λαμβάνω dit le Phénicien dans un fragment de (...)

6La rareté des documents proche-orientaux à l’époque hellénistique invite à débuter par la Grèce elle-même, à partir de la fin de l’époque classique6. Depuis Homère, c’est sur le Phénicien, plus que sur l’Oriental en général que se focalise l’attention : on peut distinguer deux images connexes, celle de l’artisan habile (pourpre, textile) et celle du commerçant retord. À l’image plutôt valorisante de l’artisanat phénicien7, s’oppose une image plus caractéristique des commerçants phéniciens dans la littérature : il existe une tendance nette à en faire un intermédiaire convoyeur (donc un pirate, volontiers profiteur ou escroc8), ou bien un petit commerçant de détail, sédentaire, mais toujours capable d’escroquer son client9. L’image est donc clairement dévalorisée.

  • 10 Lucien, Toxaris, 4 : τοὺς ἐμπόρους, καὶ μάλιστα τοὺς Φοίνικας αὐτῶν [...] πανταχοῦ […] ναυτιλλομέν (...)
  • 11 Rougé 1966, 271 interprète le kapèlos maritime comme spécialisé dans le commerce de luxe : cela co (...)
  • 12 Dans Lucien (Le professeur de rhétorique 5), l’histoire d’un Σιδώνιος ἔμπορος ; Ps.-Scylax, dans G (...)

7Quelques exemples (surtout plus tardifs, époque impériale) montrent la fixité de l’image littéraire du commerçant phénicien. Il sert d’exemple, avec parfois une intention polémique, comme chez Lucien : “les commerçants (emporoi) et principalement les Phéniciens” et plus loin “petits commerçants et vendeurs de poissons salés”10. Le rapport avec la mer est sans doute souligné par cette allusion d’un caractère dépréciatif affirmé. Kapèlos désigne généralement le petit commerce sédentaire de détail, mais ce terme sert à désigner parfois (comme emporos) les commerçants prenant la mer11 On peut citer facilement d’autres exemples dans lesquels le mot emporos semble préféré12. Se pose bien évidemment le problème de la réalité de cette image qui correspond à la tradition littéraire ancienne des marchands vagabonds.

  • 13 Syr., 8 : ’Aρίστωνας δ’ ἔμπορον Τύριον ἐπι προφάσεὶ τῆς ἐμπορίας (Ηannibal) ἔπεμπε πρὸς τοὺς φίλου (...)
  • 14 Anth. pal., 7.286 (Nicanor, Tyrien à qui les richesses n’ont servi à rien au moment de la mort) ; (...)

8Or dans les exemples qui proviennent de récits plus réalistes, le Phénicien est un commerçant de plus grande ampleur, auquel se rattache plutôt une image de richesse, qui va de pair avec la réputation de l’artisanat de la région : on citera ici Appien13 ; d’autres exemples le confirment14. C’est que depuis le ive siècle a. C. au moins, l’image des Phéniciens change : ils apparaissent aussi comme des hommes d’affaires ou des marchands voués au commerce maritime lointain. Ils se présentent d’ailleurs eux-mêmes plutôt comme des marins (cf. infra). Ainsi, si la première image (due au prestige d’Homère) survit tout au long de la période, cet ancrage dans un passé mythique n’empêche pourtant pas la référence à la réalité contemporaine, comme dans le texte d’Héliodore (cité en note), où est soulignée l’intégration des Phéniciens dans le monde grec (concours pythiques) et la richesse du marchand tyrien. La Phénicie, jusqu’à l’époque romaine, a une réalité artisanale et commerciale, même si son prestige politique a disparu.

Athènes

  • 15 CIS, I, 115-118 ; cette dernière est une dédicace par un fils de magistrat, mais il n’est pas clai (...)
  • 16 Baslez 1987, 26 qui identifie certains métiers exercés de préférence par des Orientaux, comme les (...)
  • 17 IG, II2, 141 ; IG, II2, 2946 : Τὸ κοινὸν τῶν Σιδωνίων Διοπείθην Σιδώνιον ; IG, II2, 343 (un Sidoni (...)
  • 18 Démosthène (34.6) : παρὰ Θεοδώρου τοῦ Φοινίκος. Isocrate cite également un autre Phénicien, Pythod (...)

9La présence d’Orientaux est bien attestée par l’épigraphie dans certaines villes de Grèce et en particulier à Athènes : des inscriptions bilingues (grec-phénicien) et sémitiques (phénicien) sont connues dès le ive siècle15. Il est plus difficile de savoir quelles sont les professions et les fonctions exercées. On imagine qu’il existe des marchands de petit niveau, venus d’une immigration d’origine servile16. Quoi qu’il en soit, les Phéniciens qu’on peut véritablement identifier correspondent plus à une autre image, celle de la richesse et de la prospérité. Les témoignages épigraphiques montrent un fort enracinement local, avec dès le ive siècle des installations durables : constructions de sanctuaires, honneurs civiques17. En effet, outre les gens de passage, les textes montrent l’existence de Phéniciens installés à demeure à Athènes, où ils remplissent les fonctions de prêteurs : selon Démosthène, un certain Théodôros est capable de faire un prêt de 4500 drachmes18.

Délos

  • 19 IG, XI 2, 164 B 4 ; 199 B 25 ; 287 B 55. Concours : IG, XI 2, 203 A 68 vers 269 a. C.

10Toutefois le lieu où la présence orientale est la mieux attestée et la plus variée à l’époque hellénistique est bien évidemment Délos. La population y est très mêlée, en particulier avec des Romains, qui parfois patronnent les cultes orientaux et les associations. La documentation est d’une nature particulière puisqu’elle concerne principalement les sanctuaires. Un argument de vraisemblance, la présence d’associations de marchands bérytains et tyriens, fait qu’on considère généralement, non sans raison, que les Arabes, les Phéniciens, les Nabatéens qui apparaissent dans les textes sont des commerçants. Néanmoins, tout étranger n’est pas forcément un commerçant : dès le iiie siècle a. C., l’attestation de hiéronautes de Tyr (ID, 50 = CIS, I, 114 : οἱ ἐκ Τύρου ἱεροναῦται) présuppose peut-être l’existence de relations commerciales, mais leur fonction est une fonction sacrée. Une autre inscription signale plusieurs dons faits par des Bybliens. À la même époque d’ailleurs, un Sidonien et un Byblien sont présents à des concours à Délos19.

  • 20 Ravaudeur de voile sidonien : ID, 1416 B I 93 ; ibid., B I 97 pour un certain Pythôn, Sidonien lui (...)

11Comme à Athènes, des petits métiers sont pratiqués par des gens dont l’origine orientale est envisageable : ainsi une boulangère porte un nom peut-être phénicien (Αβιττιδι : IG, XI 2, 158 A40). Plusieurs ateliers (celui d’un ravaudeur de voile sidonien, celui d’un autre Sidonien20) apparaissent aussi dans les comptes et inventaires déliens. Ceux-ci renseignent sur les difficultés financières de ces gens qui ne payent pas régulièrement leurs loyers.

  • 21 IG, XI 2, 203 A71 (270 a. C.) : ἐλέφαντος ὀδόντες δύο παρὰ Ἡρακλείδου Βασιλε(ίδου) Τυρίου. Sur le (...)
  • 22 Athénée 4.173b-c : “nauclère phénicien à la bourse bien garnie” possédant deux navires (Φοίνικα με (...)
  • 23 Baslez 1987, 275, n. 56.
  • 24 Ead., 87.
  • 25 ID, 400, l. 11 : ἔγγυος ’Απολλώνιος Φοȋνιξ. Sur l’ethnique sans précision, voir Bull. ép., 1963, 1 (...)

12Les associations les mieux connues sont celles de Bérytains et de Tyriens. Cependant, on connaît souvent mal leurs membres : s’agissait-il des petits et des grands commerçants ou seulement d’une élite parmi eux ? Y avait-il différents niveaux dans les associations, dans lesquelles les mêmes noms reviennent souvent. On a souvent beaucoup de difficultés pour passer de ces désignations collectives à des cas précis. On connaît ainsi un marchand d’ivoire tyrien à Délos qui fournit l’ivoire au sanctuaire21, ou bien un commerçant anonyme chez Athénée22. Straton, Aradien, est propriétaire ou exploitant d’une flottille de bateaux. Il apparaît dans un contrat de transport en 274 (IG, XI 2, 199 A78). On a pensé en faire le fils ou au moins un parent de Jason, prêteur à la cité (IG, XI 4, 776)23. Il est très difficile ensuite d’identifier leurs liens avec les associations, et cela, quel que soit leur niveau social. Philostratos d’Ascalon bien connu pour sa richesse24 tout comme le personnage nommé “Apollônios Phénicien”, garant d’un bail, n’ont pas de liens explicites avec elles25.

  • 26 Baslez 1988, 140. L’existence du phénomène associatif en Orient, avant la conquête d’Alexandre, es (...)

13Comme pour beaucoup d’autres associations du même type, il n’y a pas grand sens à essayer de déterminer le fondement réel du groupe (association funéraire, religieuse, d’entraide), sans que les différentes explications soient exclusives. Les solidarités religieuses, ethniques et professionnelles se recoupent évidemment, comme les énoncés complexes des titres d’associations le montrent. Ces décrets souvent détaillés permettent de saisir et de préciser “l’image que ces étrangers tiennent à donner d’eux-mêmes à la cité”26. Le vocabulaire désignant les associations elles-mêmes est parfois difficile à démêler.

  • 27 Pour le sens du mot koinon, Ameling 1990, 195-199 avec des exemples (dont ceux de Délos) du rappor (...)
  • 28 Synodos : association de cotisants ne recoupant sans doute pas entièrement le koinon ; thiase : as (...)

14Ainsi, ID, 1519 est un décret de la corporation des Héracléistes de Tyr (τὸ κοινὸν τῶν Τυρίων Ἡρακλειστῶν ἐμπóρων καὶ ναυκλήρων) qui mentionne des commerçants et des nauclères de passage (τῶν πλοιζομέ[νων] ἐμπóρων καὶ ναυκλήρων) favorisés par le personnage honoré. Il s’agit donc d’une communauté regroupant des gens de même origine, et par là même caractéristique de non-Grecs ; c’est un usage courant du mot κοινόν27. Les σύνοδος, θίασος désignent d’autres niveaux d’associations28. Parmi les commerçants et les nauclères favorisés figurent donc des gens de passages, différents du koinon, ainsi que des sous-ensembles de ce dernier, regroupant des gens plus concernés par un aspect ou un autre de l’association (culte d’une divinité). On mesure aussi la difficulté à identifier les différents niveaux d’associations, et leurs relations ; il s’agit de groupes précisément définis (par leurs activités), mais qui sont également ouverts, aux compatriotes de passage en particulier.

  • 29 Sur le sens de ἐνδοχεȋς (“entrepositaires”), voir Robert 1974, 473-479 qui commente l’inscription (...)
  • 30 Pour la date, voir Robert 1973, 488 : 153 a. C.
  • 31 Autres attestations du koinon : ID, 1772-1774 (ce dernier avec le terme Poséidôniastes) ; en 1777, (...)

15On peut se poser la question du sens précis des désignations des membres de l’association, ainsi que celle de leurs rapports mutuels. De quelle manière pouvait-on acquérir ce statut ; qui pouvait le conférer : la cité d’origine, Délos ? De même, il n’est pas possible de savoir si les trois catégories (naukleroi, emporoi et endocheis) sont étanches entre elles et si on pouvait passer de l’une à l’autre. Ce n’est pas plus clair dans le cas de l’autre grande association d’Orientaux, celles des Bérytains. Les commerçants bérytains apparaissent d’abord sous la forme suivante : οἱ ἐν Λα[οδικείαι] (Laodicée de Phénicie est un autre nom de Beyrouth) τῆι ἐν Φοινίκηι ἐνδοχεῖς καὶ να[ύκληροι] (IG, XI 4, 1114 [OGIS, 247]29). Il est possible que ce groupement soit seulement de circonstance, comme le prouverait l’absence de dénomination spécifique. Il est peut-être à l’origine du κοινὸν Βηρυτ[ί]ων Ποσειδωνιαστῶν ἐμπόρων καὶ ναυκλήρων καὶ ἐνδοχέων (ID, 1520, l. 27)30, association attestée par un grand nombre d’inscriptions avec, là encore, des variations dans le formulaire31. Notre connaissance des personnalités qui la composaient est presque nulle. Ce rapport entre la rareté des mentions individuelles et la fréquence (relative) des désignations collectives est confirmé par d’autres cas. Ou bien on connaît les marchands collectivement (avec, dans ce cas, une désignation explicite), ou bien on doit déduire du contexte (lieu, type d’inscription) qu’un personnage est marchand (sans désignation explicite).

Les Orientaux dans le monde méditerranéen

  • 32 Hackl et al. 2003, 125 (Délos, ID, 2315 interprétée par Milik 1976, 146, n. 11) et 127-128 (Milet (...)

16Si l’on ne connaît pas ailleurs d’autres associations d’Orientaux à l’époque hellénistique, d’autres Orientaux apparaissent ça et là. Certains cas prouvent, s’il en était besoin, que tous les Orientaux ne sont pas des commerçants : ainsi, au ier siècle p.C., la présence de Syllaios, ministre nabatéen, est attestée à Délos et Milet : il peut s’agir d’étapes commodes et normales pour son voyage, mais la présence de Nabatéens sur place pouvait aussi favoriser ces visites et leur commémoration par des inscriptions32.

  • 33 Sillios de Tyr à Kios de Bithynie (Masson 1969, 682 : Σίλλιος Νέωνος Τύριος ναύκληρος). On citera (...)
  • 34 IG, VII, 4262 l. 2-3 : Aristôn (de Tyr, l. 6) et Héliodôros (de Sidon, l. 6) εισαγάγοντες σȋτον.
  • 35 Forrest 1987, 93.

17Les exemples ne sont pas suffisamment nombreux et précis à notre goût, mais ils donnent une petite idée du vocabulaire. L’absence du mot emporos lui-même est ainsi révélatrice. Ce qui apparaît plutôt est le lien des Orientaux avec le domaine maritime33 : la fonction marchande semble secondaire (dans les désignations du moins), même si elle n’est pas absente, comme le prouve un texte d’Oropos sur le commerce du blé34. De même, une inscription de Samos (IG, XII 6, 81) montre qu’on accorde la proxénie à un certain Métrodôros de Sidon, vers 275 a. C. : il est sans doute commerçant, toutefois, le décret met l’accent également sur les privilèges liés à la navigation, en particulier l’asylie en temps de guerre et de paix pour une navigation sans saisie35. L’image donnée par les inscriptions reflète sans doute ce que les personnages honorés voulaient montrer d’eux-mêmes, alors que les textes littéraires cités plus haut sont le reflet du regard porté sur les Orientaux. Pour les associations de Délos, le cas est différent, puisqu’il s’agit collectivement de se réunir autour d’un statut, celui de marchand et nauclère, dans un but cultuel, et sans doute d’entraide professionnelle.

  • 36 SEG, 36, 970. Voir récemment Ameling 2004, 71-76, no 14 (où on trouvera par ailleurs l’ensemble de (...)
  • 37 Robert 1946, 43-50.
  • 38 Nabatéens : CIS, II, 1, no 157-158 (Hackl et al. 2003, 116-119) ; Sarepta : OGIS, II, 594 (IGR, I, (...)
  • 39 CIL, X, 1797 : L. Calpurnio L. F. Capitolino (…) mercatores qui Alexandr. Asiai. Syriai. negotiant (...)
  • 40 OGIS, 595 (IG, XIV, 830) de 174 p.C. ; voir également Ameling 1990, 193-194.
  • 41 Les Tyriens de Pouzzoles s’appellent dans leur lettre οἱ ἐν Ποτιόλοις κατοικοῦντες (l. 3-4), mais (...)

18À l’époque romaine, la documentation épigraphique devient un peu plus abondante, principalement en Occident, mais les exemples ne sont pas absents en Asie Mineure (surtout des Juifs) ; on trouvera ainsi une belle liste de métiers dans la fameuse inscription d’Aphrodisias donnant les noms de Juifs et de “craignant Dieu”36. Toutefois, comme à l’époque hellénistique, la présence d’Orientaux ne signifie pas qu’ils sont tous commerçants : on connaît ainsi à Thasos (iiie siècle p.C.) un Arabe, qui était devin, observateur d’oiseaux37. De même, à Pouzzoles, les inscriptions nabatéennes sont nombreuses, mais sont pour la plupart de simples dédicaces religieuses avec référence à un sanctuaire. Il en est de même de la présence de gens de Sarepta38. D’autre part, les commerçants ne sont pas tous orientaux, même quand ils ont fréquenté ces régions. On connaît une dédicace latine faite par des mercatores qui ont commercé en Orient, mais rien ne prouve qu’ils en soient originaires, bien au contraire39. Néanmoins, à Pouzzoles, un document donne quelques renseignements sur l’organisation du commerce, et sur l’installation d’une statio de Tyriens (le terme est d’ailleurs translittéré en grec) dans cette ville (et à Rome)40. Si on apprend peu de choses sur les pratiques commerciales, apparaissent néanmoins parmi les protagonistes deux catégories bien connues : les nauclères et les emporoi (l. 16-17 et 29-30). À plus de trois siècles de distance, le même vocabulaire qu’à Délos est employé et on a affaire à deux catégories bien définies et indépendantes. Le manque de détails ne permet pas de savoir si les pratiques ont changé et il est difficile de dire si la romanisation du vocabulaire (στατίων et oἰ στατιωνάριοι, l. 5-6 et 22) correspond aussi à un changement des pratiques commerciales41.

  • 42 Solin 1983, 673 (banquiers τραπεζῖται dont l’un vient d’Antioche) ; un fabricant de soieries (σιρι (...)
  • 43 Ulpius Nikephoros d’Antioche ἔμπορος (Messine, IG, XIV, 419-20) ; κοινύν de Syriens sans doute com (...)
  • 44 Decourt 2004, no 141 : ἐς πρᾶσιν ἔχων ἐνπόριον ἀγορασμῶν μεστὸν ἐκ ’Aκουιτανῆς. Les entrepôts de c (...)
  • 45 Decourt 2004, no 143, l. 10-12 : “il s’est livré continûment aux flots et à la mer, apportant […] (...)
  • 46 Cf. Rey-Coquais 2002, 254 sur le terme qui signifie “broderies de soie et d’or”.
  • 47 Un commerçant (CIL, III, 2006), ainsi qu’un naukleros de Beyrouth (Μ(ᾶρκος) Αὐρ(ήλιος) Πρȋμος Βηρύ (...)
  • 48 Λυθυυργός (joailler) à Serdica (Bull. ép., 2004, 375 d’après Bečevliev 1964, no 8). Pour un πραγμα (...)
  • 49 Par exemple Salvien de Marseille (De gubernatione Dei 4.69) ou encore un peu plus tard Grégoire de (...)

19La relative abondance des documents pourrait être une autre preuve de romanisation : elle est sans doute trompeuse, car elle correspond à une donnée statistique, la plus grande abondance, en général, des documents épigraphiques à l’époque impériale. H. Solin avait fait, il y a une vingtaine d’années, la liste des Orientaux connus dans la partie occidentale de l’Empire : Rome42, l’Italie du Sud, l’Espagne sont ainsi représentées43. En Rhétie, à Augusta Vindelicum (CIL, III, 5824), Tib. Cl. Euphrates était négociant en pourpre (negot(iator) artis purpurariae), et son nom porte à croire qu’il s’agit d’un Oriental. En Gaule, à Lyon, Thaïm, fils de Saad, est appelé negotiator en latin. En grec (l. 8-9), on apprend qu’il vint à Lyon “pour faire commerce ; il avait un entrepôt empli de denrées d’Aquitaine”44. Un certain Iulianos Euteknos était sans doute également commerçant, mais le caractère poétique du texte, sans vocabulaire spécifique, ne permet pas plus de précision45. À Lyon toujours, l’inscription CIL, XIII, 1945 est l’épitaphe d’un Commagénien (de Germanicia) expert en artis barbaricariae46. Pour finir ce rapide tour d’horizon, on mentionnera des exemples connus en Dalmatie47, ainsi qu’en Thrace48. Pour les siècles qui suivent la documentation est littéraire, mais les commerçants d’origine syrienne sont toujours bien attestés en Gaule au moins : c’est sans doute de cette époque (à partir du ve siècle) que date vraiment leur importance dans l’économie, ainsi que la spécialisation commerciale des Juifs, en Occident49.

  • 50 Est-ce que cette fréquence est typique de la période ou bien de l’origine ? Pour un fondeur phénic (...)

20Curieusement, la documentation syrienne n’est pas beaucoup plus riche, et il peut être intéressant de comparer les données fournies par les inscriptions externes et internes. Le plus frappant, comme on le verra, est la grande concordance entre les deux ensembles, c’est-à-dire la fréquence des métiers du textile, et la présence de désignations collectives50.

II. Commerçants en Syrie romaine et proto-byzantine

  • 51 P. Rylands 554 = Durand 1997, no 41.
  • 52 Respectivement Jos., AJ, 15.333 et 9.209.
  • 53 Vélissaropoulos 1980, 310 (d’après un papyrus P. Vindob. 19792 = SB, VI, 9571).
  • 54 Pour les naviculaires, voir Virlouvet 2004. L’objet est sans doute arrivé à Beyrouth pendant l’épo (...)
  • 55 Voir liste dans Liebeschuetz 1972, 52 avec la n. 3 : boulangers, maraîchers, vendeurs de vin, d’hu (...)

21Comme on le sait, pour l’époque hellénistique, les sources, en particulier épigraphiques, sont très rares. Cela ne signifie pas une totale absence de commerce, on s’en doute : le petit commerce devait exister, de même que de grands marchands, mais la documentation est très décevante. Dans les archives de Zénon, il est difficile d’identifier des commerçants à proprement parler, les transactions sont d’un type différent. La seule référence précise est à un certain Abdemoun installé à Sidon et qui a pour frère Zénon, nauclère à Rhodes51. Dans la littérature, quelques exemples concernent les relations commerciales entre l’Orient et l’Occident, en particulier en Judée (ce ne sont pas toujours des Juifs), ainsi quelques marchands à l’ancre dans le port de Césarée ou bien, à propos de Jonas, la mention d’un nauclère et de marins52. Dans la période qui suit, le bilan n’est guère plus riche. Ainsi, les voyages de saint Paul (Act. Ap., 27.11) mettent en scène un nauclère et un gubernator sur un bateau, mais leur origine n’est pas précisée. Des nauclères d’Ascalon sont également présents en Égypte, à l’époque romaine53. Les marchands devaient pourtant être plus nombreux, la présence de la plaque de bronze des naviculaires d’Arles à Beyrouth pourrait être une autre preuve de relations commerciales avec l’Occident, relations assez bien attestées, on l’a vu, en Occident même54. La documentation est plus riche pour ce qui concerne l’Antiquité tardive. Dans la Vie de Porphyre de Marc le Diacre (58), on signale la présence de commerçants égyptiens de vin de Gaza. Surtout, Libanius donne pour Antioche de nombreuses attestations de petits métiers du commerce55. Il s’agit néanmoins surtout d’allusions brèves. Ce n’est que sur les boulangers (voir infra) qu’on en apprend un peu plus, en particulier sur le rôle de la corporation, mais il y a peu de détails sur le métier lui-même.

  • 56 Rey-Coquais 2002 (périodes romaine et proto-byzantine principalement) ; voir également Mentzou 197 (...)
  • 57 Sur le Tarif de Palmyre, voir infra ; pour Beyrouth et les προπινάριοι (transcription grecque des (...)
  • 58 Feissel 1991, 299 (Bečevliev 1964, no 97).

22J.-P. Rey-Coquais a réuni récemment un asez grand nombre de références épigraphiques sur les métiers en Syrie56. Au-delà de la présence attendue de petits commerçants, on notera la fréquence des désignations collectives avant l’époque protobyzantine, et surtout celle (dans les inscriptions…) de certains types de métiers, en particulier ceux qui sont liés aux textiles et aux métaux (artisanat et commerce ne faisant qu’un là encore). Les particularismes locaux sont bien marqués en Phénicie où les métiers du textile sont plus fréquemment attestés, et où, également, la documentation est la plus riche. De même que dans les sources littéraires (Libanios par exemple), des documents épigraphiques révèlent l’existence de métiers de manière indirecte : Tarif de Palmyre ou tarif des impôts sur les ventes dans la Beyrouth byzantine. Ce second document nous apprend l’existence d’une taxe levée sur les cabaretiers et par là-même celle des cabaretiers eux-mêmes57. De même, une inscription chrétienne d’Odessos en Thrace est l’épitaphe d’un Apaméen, originaire du village de Ταρουτία Ἐμπορων. On reconnaît là sans difficulté le village moderne de Tārūtīn at-Tuǧǧar dont le nom en arabe signifie “Tārūtīn des marchands”. Le nom grec devait donc traduire le nom araméen conservé en arabe58. La vocation commerçante de ce village en bordure de la steppe s’est donc maintenue. Les métiers du commerce existent, personne n’en doute, mais ils apparaissent moins souvent qu’on le voudrait pour comprendre leur fonctionnement.

Le petit commerce

  • 59 ’Aρτοκόπος : Lucas & Oppenheim 1905, 61, no 96 (Viransehir) ; voir aussi CIJud, 902 et 940 à Jaffa (...)
  • 60 Rey-Coquais 1977, no 33b, ἐτράριος (pour ἰτράριος) : voir Bull. ép., 1966, 99 et 1993, 774.
  • 61 Fruits : à Hammat Gader, ὀπωροπώλης : Bull. ép., 1998, 516 reprenant le no 44 de la publication (D (...)
  • 62 Rey-Coquais 1977, no 31 (κραμβιτάριος).
  • 63 Murray 1895, 128 pour un ταρειχοπώλης à Tripolis ; marchand de saucisses de Tyr (Rey-Coquais 1977, (...)
  • 64 Vin (οἰνοπράτης) : Rey-Coquais 1977, no 103 à Tyr ; Lehmann & Holum 2000, no 205-206 et 261 à Césa (...)
  • 65 La multiplication des cas de personnes indiquant deux métiers pourrait être un indice d’un changem (...)
  • 66 Veyne 2005, 136-138.
  • 67 Rey-Coquais 2002, 260-261.

23L’abondance des petits métiers (que pratiquent ceux qu’on pourrait donc définir comme des petits commerçants) est un caractère typique de la période proto-byzantine. Le cas de Tyr est le mieux documenté, mais hors de cette cité, le bilan est finalement assez réduit. Apparaissent de manière privilégiée les métiers de bouche, que ce soient les boulangers59, les pâtissiers ou plutôt marchands de pâtisserie60, marchands de fruits ou de fèves61, maraîchers62. Les salaisons et les charcuteries sont aussi objets de ce petit commerce63, comme l’encens, le vin ainsi que divers produits, l’orge à Bostra ou Tyr, le cumin ou le garum64. Deux points apparaissent nettement. Les exemples qui ne datent pas de l’époque proto-byzantine sont rares, en raison de la prépondérance de la documentation tyrienne65. Ce constat vaut aussi pour les autres métiers (cf. infra pour le métal ou le textile). Les exceptions sont principalement les mentions collectives (corporations à Sidon, Palmyre, etc.). Beyrouth, colonie romaine est un cas particulier, car les mentions de métiers sont un peu plus nombreuses qu’ailleurs à l’époque romaine. On remarquera pourtant qu’à Césarée Maritime, autre colonie romaine du ier siècle, les seuls noms de métiers attestés datent de l’époque proto-byzantine. Comme ailleurs, les habitudes régionales font que le métier n’est ou n’est pas inscrit sur les épitaphes, et Korykos, ou Tyr, sont des cas particuliers66. Le rôle de Rome apparaît aussi avec la diffusion dans le monde méditerranéen de noms de métier d’étymologie latine67, mais ils sont finalement assez peu nombreux pour la catégorie qui nous intéresse ici, les métiers du commerce.

  • 68 Orfèvres (infra n. 76). Parfumeurs (Schwabe & Lifshitz 1967, no 79 et 168 à Beth Shearim) ; le mét (...)

24Par ailleurs, on soulignera ici le nombre élevé de Juifs dans certains de ces métiers ; le commerce du luxe est ainsi bien représenté (orfèvres, parfumeurs)68. Plus qu’un hasard de notre documentation, il faut sans doute y voir une spécialisation dans le petit commerce, ainsi que (surtout ?) une tendance plus forte que dans les autres parties de la population à faire état de ces activités. Là encore, les inscriptions postérieures au iiie siècle p.C. sont largement plus nombreuses.

  • 69 Renan 1864-1874, 349 (CIJud, 881) ; autre exemple dans Lucas & Oppenheim 1905, 61, no 95 (CIJud, 1 (...)
  • 70 Rey-Coquais 1977, no 71a et 202 pour Tyr et Lehmann & Holum 2000, no 260 pour Césarée (kapèlos) ; (...)
  • 71 Welles 1938, no 80 et 81 : “notaires” ; Rey-Coquais (2002, 248), selon une interprétation plus pro (...)
  • 72 Voir Robert 1975, 53, avec référence à Act. Ap., 17.5 et Choricios de Gaza (Laud. Marciani 2.60). (...)
  • 73 Si à Magnésie du Méandre, il s’agit clairement d’un terme générique (I. Magnesia, 98, l. 63 : παρά (...)
  • 74 Cité par Rey-Coquais 1977, 109, au no 202 : Philon, De specialibus legibus 4.193-4 (οἱ σταθμία καὶ (...)

25Nombreux sont aussi les petits marchands sans qualification précise, soit qu’ils apparaissent au sein de désignations collectives, comme agoraioi et épiciers, soit qu’il s’agisse de brocanteurs qui vendent de tout ; le terme même d’emporos est absent, alors qu’on connaît un παντοπώλης nommé Malchos en un endroit indéterminé de Phénicie69. À Tyr comme à Césarée Maritime, kapèlos a sans nul doute le sens premier de petit marchand, sédentaire (par opposition aux emporoi). Apparaissent aussi un changeur, ainsi qu’un brocanteur70. Les désignations collectives font souvent des marchands des agoraioi, comme à Gérasa71, désignation aussi présente dans les textes littéraires72. Ce terme générique semble donc utilisé à Gérasa comme la désignation d’un groupe bien délimité. On peut se demander si ce terme est une désignation officielle ou bien une manière d’auto-désignation (l’un n’excluant pas nécessairement l’autre). D’autres exemples dans l’épigraphie grecque ne permettent pas de trancher73. La plupart du temps, dans la littérature au moins, le terme est générique comme le prouve un passage de Philon, “les manieurs de poids, de balances et de mesures – négociants, boutiquiers, forains”74.

  • 75 Gladiarius (Rey-Coquais 2002, n. 51) ; κλɛιδοποιός (Rey-Coquais 1977, no 67 et 124) ; Χαλκεύς (ibi (...)

26Un statut social plus élevé semble conféré par les métiers du métal, métiers organisés souvent en corporations. Cela explique sans doute que la liste est assez longue, du fabricant de glaive de Beyrouth (gladiarius) au κλειδοποιός à Tyr, sans compter les χαλκεύς à Tyr, χαλκουργός à Beyrouth, σιδηρουργοί à Sidon. Les χαλκοτύποι sont attestés à Baalbek, où l’on rencontre aussi des plumbarii, ainsi qu’à Bostra et à Palmyre75.

  • 76 À Smêd dans le Hauran, χρυ[σοχ(όος)] : PPAES 1904-1905 III A (7), 786(2) (Sartre, in IGLS, XIII, p (...)
  • 77 Les deux textes sont IGLS, XIII, 9129 (corrections Bull. ép., 2001, 513) et 9133.

27Leur métier même devait également conférer un certain prestige aux orfèvres, même si on peut supposer qu’il n’y avait rien de commun entre le δακτυλιδάριος de Tyr (vendeur de bagues) et les chefs des χρυσοχοοί de Palmyre, Bostra ou Tyr organisés en guilde, qui eux-mêmes devaient être différents de ceux d’une petite localité du Hauran, à Smêd76. À Bostra, sous Justinien, on connaît même le nom de deux orfèvres “nommés” ; les mêmes personnages apparaissent dans un autre texte, mais cette fois sans leur métier77. Comme on le voit, même à l’époque de Justinien, on ne juge pas toujours utile de préciser.

  • 78 Beyrouth, Renan 1864-1874, 349 ; Tyr, Rey-Coquais 1977, no 134 et 137 où le personnage est égaleme (...)
  • 79 Zimmermann 2002, 137 citant Roueché 1995, 41.

28On peut émettre l’hypothèse que ces activités commerciales avaient des liens avec des opérations de banques : on connaît plusieurs τραπεζῖται, ainsi que des nummularii78. Au cours de l’époque proto-byzantine, les métiers du métal furent de plus en plus confondus avec ceux de la banque, mais le cas n’est pas toujours clair et on verra plus loin ce qu’il en est à Palmyre79.

  • 80 Palmyre et l’Euphrate sur lesquels on reviendra fournissent très peu d’exemples, même si de nombre (...)
  • 81 Rey-Coquais 1977, no 118B, 119 et 120 : πορφύρᾶς marchand de pourpre ou teinturier en pourpre (Bul (...)
  • 82 Rey-Coquais 1977, no 122-123 et 133. Voir ibid., 176 et l’inscription citée supra CIL, XIII, 1945.
  • 83 Soie : à Beyrouth (Samuel σιρικάριος), Waddington 1870, no 1854c ; μεταξάριος à Tyr (Rey-Coquais 1 (...)

29Toutefois, s’il est un domaine qui illustre particulièrement la prospérité du Proche-Orient romano-byzantin, c’est bien l’artisanat textile et le commerce qui lui est lié. Les exemples viennent surtout de Phénicie, ce qui semble significatif, si ce n’est des réalités locales, au moins de la nature de la documentation80. Les marchands et fabricants de pourpre sont en majorité attestés dans les villes phéniciennes (principalement Tyr), pour la vente des tissus en pourpre (à Tyr), πορφυροπῶλαι ou pour tous les métiers en rapport avec ces productions81. D’autres métiers du textile apparaissent, comme les βαρβαρικάριοι (fabricants de brocarts), les παρατουρᾶς (fabricant et vendeur de tissus d’ameublement, de tenture, de rideaux)82 ou bien encore des spécialistes d’autres tissus, soie, coton ou lin83. Il est bien évident que même si elles portent des noms connus ailleurs, les pratiques peuvent être différentes. Apparemment, ces marchands et artisans n’ont jamais de hautes fonctions ; il s’agit de métiers principalement urbains, comme l’est l’essentiel de notre documentation.

  • 84 Surtout à l’époque romaine. Rey-Coquais 2002, 263 : “c’est collectivement que le métier est social (...)
  • 85 Bull. ép., 2004, 375, p. 677. Voir aussi des κεραμεȋς à Gérasa (Welles 1938, no 79).
  • 86 À Ascalon (Eck & Zissu 2001 : voir Bull. ép., 2002, 475 et AE, 2001, 1969), un Occidental est nauc (...)
  • 87 Ψεχλῶτοα (οἱ ἀπὸ τῆς τέχνης ψειλώτων) : diverses hypothèses ont été émises à leur sujet : pour Stu (...)
  • 88 À Bostra ou Gérasa ; à Bostra, on citera également les ἀσκοποιοί, fabricants d’outres (IGLS, XIII (...)
  • 89 Lifshitz 1967, no 73. Leur don prouve en tout cas une certaine aisance.
  • 90 Clermont-Ganneau 1895, 100 (Waltzing 1899, 22, no 94 ; Wachter 2005, 321, no 1). Dans la publicati (...)
  • 91 Welles 1938, no 190 : ἡ ἱερὰ τέχνη λινύφων. Voir également une ἱερὰ πλατεȋα à Canatha (IGR, III, 1 (...)
  • 92 À Deir el-Qalaa, le seul koinon connu regroupe des publicains associés pour la levée du trentième (...)

30De plus, les métiers apparaissent souvent collectivement84. Outre les agoraioi et les forgerons cités plus haut, certains métiers, sans être à proprement parler présentés comme des corporations, montrent l’existence de groupements. À ce type de groupement non défini appartiennent les κεραμοπῶλαι à Hiérapolis-Membidj85, des ναύκληροι à Ascalon ou Sidon86 ou les ψειλῶται de la même ville87, comme plusieurs des noms de métiers du textile ou du métal cités plus haut88. Le pluriel n’indique pas toujours l’appartenance à un groupement : à Gaza, deux marchands de bois qui dédient une mosaïque dans une synagogue sont frères (ξυλέμποροι)89. À Sidon, comme ailleurs, existent aussi des groupements plus strictement définis, comme le κοινὸν μαχαιροποιῶν daté de 47 a. C.90. Les noms sont divers, sans qu’on sache exactement à quelles réalités ils correspondaient : quelle est la différence entre le koinon de Sidon et la hiéra technè de Gérasa91 ? Comme souvent, le rôle précis des associations, leur hiérarchie interne n’apparaissent pratiquement pas dans les sources et on connaît seulement quelques noms de dignitaires (archonte du koinon des machairopoioi à Sidon). Par ailleurs, Beyrouth, malgré son statut de colonie, ne donne pas d’exemple de collegium de commerçants92. Faute de sources peut-être, son cas apparaît moins spécifique qu’on aurait pu le croire.

  • 93 Associations à Délos, Pouzzoles, en Égypte (voir infra). Voir l’exemple cité supra (n. 86) à Ascal (...)
  • 94 Respectivement CIJud, 931 (supra n. 83), CIJud, 928 (supra n. 70) et CIJud, 902 (supra n. 59). Pou (...)

31La rareté des associations de marchands en Syrie même est frappante : les nauclères d’Ascalon sont aussi bien connus en Égypte que sur place, et ceux de Palmyre ne sont attestés qu’en Égypte. Ce phénomène semble confirmé depuis l’époque classique, et toujours à l’époque impériale93. Inversement, plusieurs des Juifs qui indiquent leur métier à Jaffa sont originaires d’autres provinces : le marchand de lin est originaire de Tarse ; le brocanteur et le boulanger sont d’origine égyptienne94. La mention du métier devait être plus importante hors du sol natal pour indiquer le statut social du défunt et son identité.

  • 95 Par exemple Pieri 2005.

32Seules quelques associations professionnelles d’artisans-commerçants font exception. Il est patent que c’est hors de la mère-patrie que ces associations étaient le plus nécessaires, et qu’elles avaient le plus besoin de remercier des bienfaiteurs. L’absence de témoignages sur les marchands ainsi que la rareté générale des sources sur le monde professionnel en Orient s’expliquent peut-être ainsi. Faut-il y voir aussi une conséquence de l’absence de commerçants occidentaux en Syrie à l’époque romaine, le trafic étant aux mains des Orientaux ? Ou bien l’habitude de ne pas faire d’inscriptions de ce type rejaillissait-elle sur les Occidentaux installés en Orient ? En tout état de cause, le témoignage des importations céramiques prouve, s’il en était besoin, l’existence d’un commerce important, dans les deux sens, entre l’Orient et l’Occident95.

  • 96 Voir Millar 1993, 309, n. 39 : le chameau arrive probablement du sud, par l’ancien royaume nabatée (...)

33Une des questions les plus irritantes quand on étudie le grand commerce au Proche-Orient est l’absence presque complète de sources sur les échanges entre la côte méditerranéenne et la région de l’Euphrate et de Palmyre. Un des seuls documents sur des caravanes à l’ouest de Palmyre est un passage de Galien qui, en Syrie-Palestine, se félicite de l’arrivée d’un produit exotique διὰ τῶν καμήλων96. On citera également la location de chameaux par un dénommé Worod pour le trajet de Béroia (Alep) à Zeugma (P. Euphr. 16). On ignore ce qu’il advint ensuite de l’expédition : son trajet s’achevait-il à Zeugma, suivait-elle ensuite l’Euphrate ou bien allait-elle à travers la Mésopotamie vers l’Est ? Qu’en était-il également du trajet retour ? La présence de chameaux ne signifiait pas forcément qu’il s’agissait d’une caravane, et ces animaux servaient également aux transports locaux.

III. De l’Euphrate à Palmyre

  • 97 Je renvoie également à un article sous presse dans les actes du colloque sur l’économie de la Syri (...)
  • 98 14.3.3 “Batnae municipium in Anthemusia conditum Macedonum manu priscorum, ab Euphrate flumine bre (...)

34On a en réalité très peu de témoignages antiques explicites sur le commerce dans cette zone97. Pline pour Palmyre, Strabon pour les rives de l’Euphrate donnent quelques renseignements, mais dans d’autres textes sur la région, comme l’itinéraire d’Isidore de Charax (Stathmoi parthikoi), le commerce n’est même pas évoqué. Quand il l’est, les commerçants sont souvent anonymes : Strabon (16.1.27) fait référence à des καμελȋται et à ceux qui font commerce de la Syrie jusqu’à Séleucie et Babylone (τοȋς ἐμπορευομένοις ἐκ τῆς Συρίας εἰς Σελευκείαν καὶ Βαβυλῶνα) ; de même, Pline signale, sans plus de précision, nostri negotiatores venus de Mésène (Nat., 6.31) ; plus tard Ammien Marcellin renseigne sur la foire de Batnae où se rassemblent en septembre les commerçants venus vendre les produits de Chine et d’Inde98.

  • 99 Spasinou Charax : Jos., AJ, 20.34 : Ἰουδαȋός τις ἔμπορος ’Aνανίας ὄνομα. “Hymne de la Perle”, voir (...)
  • 100 Voir Tubach 1995 citant le Kölner Mani Codex. Ces témoignages sont à compléter par les sources tal (...)

35Quand il s’agit de l’étude des commerçants eux-mêmes et de leurs activités, de leur niveau social, seuls de rares textes sont plus explicites : ainsi, au moment où Izatès d’Adiabène est à Spasinou Charax, un marchand juif convertit les femmes de son entourage ; quelques commerçants apparaissent également dans l’“Hymne de la Perle” des Actes (apocryphes) de Thomas (v. 16-20 et 63-71)99. Au milieu du iiie siècle, Mani rencontre à Charax un homme dont le nom commence par OG[…] et qui pourrait être un Palmyrénien installé là100. Cette restitution possible sans être sûre est fondée sur la fréquence des noms Ogâ ou Ogeîlû à Palmyre. Si ce témoignage est fiable, cela fournirait un nouvel exemple de grand commerçant : il commerçait peut-être avec l’Inde ou même au-delà la Chine, tout comme un certain Maes Titianos (ἐκ παχρὸς ἔμπορος) dont Ptolémée (1.11.7) rapporte qu’il avait voyagé dans ces régions éloignées.

Doura et la Mésopotamie romaine : un commerce sans commerçants

  • 101 L’article cité précédemment (n. 97) sur les commerçants de l’Euphrate permet de ne pas entrer dans (...)

36Les sources épigraphiques et papyrologiques sur la même région (nombreuses en particulier à Doura-Europos et Palmyre) ont la particularité de ne pas faire apparaître le mot même de commerce. On a de nombreux exemples de commerce, d’une précision enviable par certains aspects, mais les mots qui permettraient de définir ce commerce tel qu’il apparaissait aux contemporains ne sont pas utilisés. Au iiie siècle, en particulier, on est bien renseigné sur un commerce de petite importance entre des localités situées au bord de l’Euphrate, grâce aux documents découverts à Doura-Europos, ainsi que grâce à l’ensemble des papyri et des parchemins de l’Euphrate publiés dans les années 1990. L’apport de ces derniers est remarquable en ce qu’il renseigne sur des transactions commerciales entre particuliers. Le statut des parties en présence est souvent peu clair, même si le rôle éminent des militaires, notables dans ce monde en cours de “romanisation”, apparaît clairement101.

  • 102 P. Euphr., 6-7, 8 et 9. À Doura Europos, un parchemin syriaque est le contrat de vente d’une escla (...)
  • 103 Voir Yon (sous presse). Absalmas fils d’Abidrôdakos du village de Beth-Phouraia qui a acheté l’esc (...)
  • 104 Autre source sur ces marchands, sans vocabulaire spécifique pour les désigner, Jos., AJ, 12.209 (ἔ (...)
  • 105 Les textes sont publiés dans Baur et al. 1933, 79-105 ; voir également Ruffing 2000 et Yon (sous p (...)

37La majorité des documents légaux (parchemins de l’Euphrate ou de Doura-Europos) est constituée de contrats de prêts ou d’affaires de dettes. Parmi les affaires plus strictement commerciales, outre les ventes d’animaux ou de terrains, la vente d’esclave est spécialement bien attestée102. Dans ce dernier cas, on peut soupçonner que, malgré l’absence de désignation spécifique dans les textes eux-mêmes, certains des personnages cités sont des marchands d’esclaves, et peut-être même de grands marchands103. Ces ventes se pratiquaient couramment d’où leur mention au début du Tarif de Palmyre qui est consacré aux taxes prélevées sur les ventes d’esclaves (lignes 2-6 et 80-86 du palmyrénien ; 1-8 du grec)104. À Doura-Europos, l’exemple clair de commerçant est bien sûr le fameux Nebuchelos, dont on possède des comptes, grâce aux graffitis découverts dans sa boutique105. Là encore, le statut du personnage n’est nulle part précisé, ni même celui de ses clients, comme si cela ne faisait pas vraiment partie de leur réalité sociale.

  • 106 Klhwn wmn nrḥwn hww ḥnwthwn mn lwt nhr’ (les termes désignant artisans et boutiques se retrouven (...)
  • 107 Doctrine d’Addaï 68 et 92 ; traduction française dans Desreumaux 1993 et 1997 ; texte syriaque et (...)
  • 108 Par exemple Aggoula 1991, no 77 et 190 ; commerçants, ibid. no 65 (comme à Palmyre, il s’agit de q (...)

38Si le vocabulaire désignant les commerçants apparaît peu en grec en Mésopotamie et le long de l’Euphrate, on peut en revanche se tourner vers quelques textes syriaques (non épigraphiques) provenant d’Édesse. Le mot employé (’wmn) peut se traduire indifféremment par “commerçant” ou par “artisan”. Dans la Chronique d’Édesse106, après une inondation en 201, “tous les artisans déménagent leur boutique des bords du fleuve” et l’on comprend bien que la différence entre les deux catégories est mince. De même, dans la Doctrine d’Addaï, récit plus tardif (sans doute du ive siècle) de la conversion de l’Osrhoène au christianisme, apparaissent des artisans, principalement dans le domaine du luxe (bijoux et soie pour la cour royale)107. À Hatra, en Mésopotamie, apparaissent également des forgerons (ou orfèvres) dans quelques graffiti, ainsi qu’une référence à des marchands qui ont fait faire des enseignes sacrées108. On n’en sait guère plus.

Les métiers à Palmyre

  • 109 On a découvert de nombreuses boutiques le long des rues principales de Palmyre. L’épigraphie fourn (...)
  • 110 CIS, II, 4258, 4261, 4261bis et Cussini & Hillers 1996, no 5. On traduit généralement “artisan”, m (...)
  • 111 On peut aussi supposer que ces mots désignent en fait une fonction religieuse, exercée au sein d’u (...)
  • 112 Voir Cussini & Hillers 1996, 389.
  • 113 En effet, ils apparaissent la plupart du temps à la fin de généalogies. Ce fait associé à la raret (...)

39La situation ne devait guère être différente à Palmyre, et les caravanes ne concernaient pas directement tous les commerçants. Beaucoup d’entre eux avaient des affaires plus modestes et d’un caractère plus local, comme le prouvent entre autres l’archéologie et l’épigraphie109. Les artisans en général sont désignés par le terme ’mn’ (comme à Édesse)110, mais les désignations sont parfois plus précises : ḥyṭ’ (tailleur, CIS, II, 3913 [Tarif], l. 139) ; ṭbḥ’ et qṣb’ (boucher111), CIS, II, 4069 et CIS, II, 3913, l. 102 ; nḥtwm’ (boulanger), Teixidor 1965, no 32112. Toutefois, la rareté des mentions de métiers permet une autre hypothèse : il est possible que, dans les épitaphes en particulier, certains de ces noms de métiers soient en fait à considérer comme de véritables noms de famille113, ce qui réduirait d’autant le corpus. Le cas du Tarif est différent, puisque les marchands qui sont nommés sont de vrais marchands, mais les expressions sont souvent périphrastiques : ainsi “vendeurs d’huile” (CIS, II, 3913, l. 46 du palmyrénien) traduit l’expression araméenne, mn dy yhw’ mzbn mšḥ’ (littéralement “quiconque vend de l’huile”). Il ne s’agirait donc pas d’une catégorie particulière, mais la législation s’applique à tout le monde. Toutefois l’exemple des vendeurs de vêtements ambulants (ibid., l. 86 du grec : ίματιοπῶλαι et 57 du palmyrénien : mzbny nḥty’ “ceux qui vendent des vêtements”) montre que l’absence d’un terme précis en araméen ne signifie pas son inexistence en grec.

  • 114 Matthews 1984, 158.

40Le mot “marchand” lui-même (ἔμποροι et tgr’) n’apparaît qu’une ou deux fois dans un contexte non-caravanier, dans le Tarif (l. 7 des deux versions ; voir aussi 1. 115 de l’araméen), à propos des disputes entre marchands et collecteurs de taxes. Le collectif (“les marchands”) désigne donc ici un groupe qui semble bien défini, celui des marchands qui importent à Palmyre des produits venus de l’extérieur. Comme on le sait, le Tarif concerne les produits du commerce local114, le terme d’emporos est donc employé dans ce cas précis en un sens un peu différent de celui qu’il a originellement, mais toujours proche : sans doute, ne s’applique-t-il pas à celui qui pratique le grand commerce international, mais au moins à celui qui a des relations commerciales hors de la ville même de Palmyre, et qui est plus qu’un petit détaillant.

  • 115 Seyrig 1963, 161, no 1 : τὸ συμπόσιον σκυτ(έ)ων καὶ ἀσκοναυτοποιῶν ; les asconautes sont sans dout (...)
  • 116 CIS, II, 3945 : συντέ[χνια τῶν χρυσοχ]όων καὶ ἀργυ[ροκóπων] et en araméen tgm’ dy qyny’ ‘bd’ dhb’ (...)

41Dans un autre contexte, celui des associations (connues au iiie siècle), apparaissent des artisans, bien qu’on n’identifie pas toujours leurs activités. Quatre exemples sont connus à Palmyre, pour lesquels le particularisme des désignations est notable. Le premier est celui des “corroyeurs et fabricants d’asconautes”115. Cette association a été mise en rapport par H. Seyrig avec le commerce caravanier qui aurait descendu l’Euphrate par la voie fluviale. Une deuxième regroupe les fondeurs d’or et orfèvres d’argent116. De manière intéressante, ce même regroupement est attesté à Smyrne (IK, 23-Smyrna, 721), alors qu’en général les regroupements de métiers au sein d’une association sont plutôt rares. Cette dénomination est expliquée de manière peut-être plus claire dans le texte araméen qui dit exactement “association des forgerons, qui travaillent l’or et l’argent” : les deux métiers n’en font qu’un, celui de forgeron en métaux précieux.

  • 117 Bounni & Teixidor, 1975, no 37 : [τὸ] συμπόσιον [τῶν] ου(α)ννων ; Dunant 1971, no 52 : τὸ συμπόσιο (...)
  • 118 Est-ce que l’association d’orfèvres avait un rapport avec le commerce caravanier (financement ?) : (...)
  • 119 Parmi les interprétations proposées, outre un ethnique, un rapport avec vannus latin. Le mot konet (...)

42Les deux dernières associations sont plus mystérieuses. Que ce soit la corporation des ου(α)ννων ou celle des κονετων, l’interprétation exacte n’a sans doute pas encore été proposée117. L’association des corroyeurs et fabricants d’asconautes est en rapport avec le commerce caravanier ; ce n’est pas sûr pour celle des orfèvres118, néanmoins la tentation est grande de considérer que les deux dernières associations regroupent également des artisans, éventuellement en lien avec le commerce119.

  • 120 Seyrig 1963, 162-163 : “sociétés auxquelles le banquet semble une façon naturelle de se réunir” (a (...)
  • 121 Yon 2002, 40-43 sur cette fonction.
  • 122 Restitution écartée par Poland (Poland 1909, 122, n. 5). Συντέχνία est le seul terme bien attesté (...)
  • 123 Le mot est en particulier utilisé pour désigner l’ordre équestre à Rome, ou bien un corps de troup (...)
  • 124 Il est pourtant difficile d’en tirer des conclusions, si ce n’est que cette simultanéité est peut- (...)

43Les noms mêmes des groupes sont remarquables. Ainsi le terme (συμπόσιον), n’est utilisé qu’à Palmyre dans le sens d’association professionnelle120. Il apparaît également dans l’épigraphie de la ville pour désigner une partie d’un bâtiment (salle de banquet), dans un contexte religieux (ainsi Starcky 1949, no 144). On rappellera aussi que le chef des prêtres de Bel est en même temps toujours symposiarque (συμποσιάρχης), chef du symposion121. Comme cela est le cas à Délos, ces associations ont donc clairement des liens avec des groupements à fondement cultuel. Un autre terme apparaît, συντέχνια (ou συντέλεια 122), avec une traduction en araméen tgm’ qui est en fait la transcription du grec τάγμα. Ce mot (tagma) n’est pas non plus utilisé ailleurs dans ce contexte d’association, même si son sens se prête bien à cet usage123. Du point de vue chronologique, on ne manquera pas de faire le rapport entre la date des textes qui renseignent sur les groupes professionnels (tous entre 257-258) et la domination sur Palmyre d’Odeinath124.

44On a pu établir quelques liens entre certains de ces groupes et le commerce caravanier, mais, bien qu’il soit la première activité à laquelle on pense quand on s’intéresse à Palmyre, celui-ci est finalement assez mal connu. Mêmes les marchandises transportées sont pour une grande part inconnues. On a bien sûr fait quelques suppositions très probables, mais sauf pour les textiles (soie) découverts dans les fouilles, seuls de rares documents viennent confirmer de manière explicite ces hypothèses.

Le grand commerce

  • 125 Ἠ ἀπὸ Ὀλογασίας ἀναβᾶσα συνοδία πάντων Παλμυρηνῶν et [šyrt’ dy] tdmr klh dy slqt mn ’lgšy (Drijver (...)
  • 126 Starcky 1949, no 90 : ή ἀναβᾶσα ἀπὸ Σπασινου Χαρακος συνοδία et šyrt’ dy slqt mn krk’, “la caravan (...)
  • 127 Il s’agit donc de participants à la caravane, et non de la caravane en son entier.
  • 128 Starcky 1949, no 87-88 daté de mars 157. Sur la restitution incertaine du nom de lieu, voir derniè (...)
  • 129 Cantineau 1933b, no 6 de 19 p.C., Starcky 1949, no 114 de 138 ou CIS, II, 3949 de 211.
  • 130 Starcky 1949, no 29 (161) : οἱ ἀναβάντες ἀπό Σπασινου Χαρακος ἔμποροι et tgry’dy slq mn krk’, “les (...)
  • 131 Et que ces derniers ne sont peut-être pas tous marchands ! Dunant 1971, no 45 : Soados a donné ass (...)

45Dans la désignation elle-même des caravanes, il existe un vocabulaire varié. Les caravanes peuvent être caravane “de tous les Palmyréniens”125 ou bien de simples caravanes126. La complexité du problème de ces désignations est encore accrue par le fait que les deux langues utilisées ne concordent pas toujours : ainsi la dédicace CIS, II, 3916 (142 p.C.) faite pour un synodiarque (συνοδιάρχης), par oἱ συναναβάντες μετ’ αὐτοῦ ἔμποροι, laisserait croire qu’on n’a pas affaire à une caravane. Mais le texte araméen est plus précis, et l’expression bny šyrt’ dy slq ‘mh signifie “membres de la caravane qui sont remontés avec lui”127. Le terme de synodia (ou šyrt’en araméen) n’est d’ailleurs pas attesté avant la fin du premier tiers du iie siècle (Starcky 1949, no 81 de 135 p.C.). Avant, et encore assez souvent après, il ne s’agit que de marchands : οἱ ἀναβάν[τε]ς [ἀπ]ὸ [Χ]ου[μα]νων ἔνποροι et tgry’ dy slq ‘mhwn128. Y aurait-il alors des différences dans l’organisation des expéditions ? Ou bien la différence entre les désignations viendrait de ce que l’inscription CIS, II, 3916 n’est pas faite au nom de la caravane, mais par un groupe en son sein. Le terme “marchands” désigne aussi bien des gens qui sont sur place dans les comptoirs palmyréniens129, que ceux qui ont effectué le trajet depuis la Haute-Mésopotamie130. Un texte du sanctuaire de Baalshamîn prend soin de bien distinguer, parmi les gens à qui Soados a prêté assistance, les marchands et les caravanes. Il ajoute ensuite une troisième catégorie, “les (con)citoyens à Vologésias”, prouvant par là que les marchands en question ne sont pas seulement les Palmyréniens résidents dans les fondouqs palmyréniens131. Sans être systématiques, ces différences peuvent recevoir plusieurs explications, comme la nature des rapports entre les divers participants au commerce.

  • 132 Cantineau 1933a, 187, no 10 et Starcky 1949, no 96 : [ἔ]μποροι οἱ ἀν[αχ]θέντες ἀπὸ Σκυθ[ίας ἐν] πλ (...)
  • 133 SEG, 34, 1593 : deux personnages font partie des Ἁδριανῶν Παλμυρηνῶν ναύκλήρων ’Eρυθραικῶν et plus (...)

46Il existe enfin un autre type de commerce à longue distance, celui par bateaux : on a vu ce qu’il pouvait en être pour la navigation sur l’Euphrate, mais les sources sont rares. On a également deux textes sur des bateaux palmyréniens, en route vers l’Inde (Scythie). Ce qui est le plus frappant est sans doute l’absence de terme technique : ni nauclères, ni synodia, etc… On notera aussi que le nom du propriétaire sert de nom au bateau132. Or des exemples contemporains ou presque, qui concernent d’autres marins palmyréniens (nauclères de la mer Érythrée), prouvent l’existence d’associations constituées sans doute sur le modèle des associations égyptiennes contemporaines. Le mieux conservé est un texte de Coptos qui prouve formellement la présence d’associations palmyréniennes de commerçants de la mer Rouge133.

  • 134 CIS, II, 3924 : [οἱ ἐν Σελεύκείᾳ ἔμπ]οροι Παλ[μυρηνοὶ καὶ Ἕλλην]ες, restitué grâce à l’araméen tdm (...)
  • 135 Voir ainsi un texte d’une station caravanière à quelques kilomètres de Palmyre pour Soados, grand (...)

47On aimerait pouvoir établir un rapport direct avec la situation palmyrénienne, où aucune association de commerçants n’apparaît en tant que telle. Toutefois, même si aucun nom d’association n’est utilisé dans les inscriptions connues, comme dans les associations d’époque hellénistique constituées autour d’un culte (à Délos…), des marchands se rassemblent à Séleucie-du-Tigre ou à Babylone, apparemment en raison d’un intérêt commun pour un sanctuaire de Bel134. Il n’est pas clair si ces différentes constructions dans un sanctuaire se font à Palmyre même (comme c’est le plus probable) et que les marchands expatriés, ainsi que leurs partenaires en affaire (les “Grecs”), trouvent un intérêt à la construction d’un sanctuaire ‘national’ dans la mère patrie, ou s’il s’agit de constructions de sanctuaires dans les comptoirs palmyréniens de Séleucie et Babylone135.

  • 136 Starcky 1949, no 38 (131 p.C.).

48L’installation de Palmyréniens dans les différents royaumes et cités de Basse-Mésopotamie n’avait pas uniquement des raisons commerciales, et on sait qu’un Palmyrénien, Iarhai, était satrape de Bahrein pour le compte du roi de Mésène. Or il est honoré à Palmyre même, par des marchands, parce qu’il les a aidés136.

  • 137 Voir Will 1957, avec les remarques de Yon 1998.

49Dans l’étude du vocabulaire désignant les commerçants à Palmyre, le point le plus clair est la différence existant entre les patrons et les chefs de caravane (synodiarques)137. Professionnels chargés de mener les expéditions à bon port, tout en s’occupant aussi des tâches d’organisation, les synodiarques sont subordonnés à des patrons (voir infra sur ces derniers). Ils dépendent d’eux pour le bon déroulement des caravanes et ont un rôle surtout technique. Les connaissances nécessaires pour ce genre de tâche, et sans doute les relations qu’il fallait avoir, expliquent qu’on retrouve les mêmes individus à ce poste à plusieurs reprises.

  • 138 L’inscription Cantineau 1933b, no 30 est ainsi un décret du Conseil et du Peuple en faveur d’un sy (...)
  • 139 Dunant 1971, no 45 : Αγεγου Ιαριβωλεους καὶ Θαιμαρσου τοῦ Θαιμαρσου συνοδιάρχων et [brb]nwt šyrt’ (...)

50La fonction de synodiarque, une tâche de professionnel, ne devait pas pouvoir être tenue par n’importe qui, et qui plus est, il s’agit sans nul doute d’une fonction reconnue par les autorités civiques, comme le prouvent certains décrets138. Les lignes 22-23 du texte déjà cité du sanctuaire de Baalshamîn (et la fin d’un texte du sanctuaire d’Allât) qui mentionnent les deux synodiarques en poste à ce moment au génitif absolu (comme pour une magistrature) en sont une autre preuve139. L’expression utilisée en araméen (brbnwt šyrt’, “dans ses fonctions de chef de caravane”) est construite sur le même modèle que celle qui est employée pour décrire les fonctions du symposiarque ou du chargé de la source Efqa, fonctions officielles s’il en est. Si l’on en croit les textes cités ci-dessus, il devait normalement y avoir deux synodiarques ; or, curieusement, dans la plupart des textes, il ne s’agit que d’un seul, sans doute celui qui avait rendu particulièrement service aux membres de la caravane. On peut également l’expliquer par le poids de son influence personnelle qui serait plus importante que sa fonction officielle.

  • 140 Synodiarque : Cantineau 1933b, no 30 postérieur à 214, mais la dernière date précise est 199 p.C. (...)
  • 141 Poland 1909, 114 qui pose la question de la réalité de la corporation (Vereine).

51Le terme synodiarque a d’ailleurs un concurrent, archemporos, qui, quoique plus rare, est bien attesté (CIS, II, 3936 et 3942 datés de la seconde moitié du iiie siècle). Le premier mot est attesté pour la dernière fois dans la première partie du iiie siècle et la dernière date précise qu’on peut donner est 199 p.C. Il y a donc un espace d’incertitude avant qu’archemporos ne prenne la relève140. Le terme peut permettre de supposer que les marchands sont parfois réunis en corporation141, même si l’hypothèse d’association de circonstance semble probable.

  • 142 Voir le texte Starcky 1949, no 90 à l’énoncé extrêmement laconique.
  • 143 Cf. Yon 2002, 112-118.

52Au contraire, on nomme patrons ou grands caravaniers (faute d’un terme explicite dans les inscriptions), les commanditaires qui permettaient l’existence même des caravanes par leur richesse et leur pouvoir dans les tribus nomades de la région. Ils n’ont pas de titre particulier dans les textes, mais sont néanmoins remerciés comme des bienfaiteurs sans lesquels les caravanes n’auraient pu fonctionner142. On ne dit rien sur leurs fonctions, ni sur leur participation effective aux caravanes, car les raisons de ces remerciements étaient tellement évidentes que tout détail était inutile. Il faut les considérer comme des financiers, des entrepreneurs : c’est le seul moyen d’expliquer leur place dans le commerce, alors qu’ils n’ont pas de fonctions officielles. Les inscriptions plus détaillées sont révélatrices d’une autre facette de l’activité de ces grands caravaniers. Leur rôle n’est pas seulement financier et ils devaient également assurer la protection des marchands contre les nomades. Leurs relations dans le désert et dans les villes de Mésopotamie et d’ailleurs étaient reconnues implicitement par les membres des caravanes quand ils remercient ces grands notables. Ils étaient en fait sous leur protection, et ce fait est tellement évident qu’on a à peine besoin de le préciser. L’annonce de cette protection pouvait parfois suffire et dispenser la caravane d’autres formes plus réelles de défense. Leur pouvoir dans les tribus pouvait donc jouer un grand rôle143.

  • 144 Young 2001, 151. L’un de ces ‘grands caravaniers’“does not appear to have had any other involvemen (...)

53Récemment, on a voulu voir dans les synodiarques les vrais patrons de caravanes, alors que les grands caravaniers d’Ernest Will n’auraient eu qu’un rôle de protection des marchands et des expéditions commerciales144. Néanmoins, le nombre d’attestations fait qu’on ne peut regarder les seconds comme des sauveteurs occasionnels. Les exemples les plus probants sont ceux de Marcus Ulpius Iarhai (milieu iie siècle p.C.) et de Soados quelques années auparavant. La fréquence des attestations, leur présence à différents endroits sur le trajet (Soados à Vologésias par exemple) permettent de penser qu’ils avaient plus qu’un intérêt passager dans le commerce. Peut-être sont-ils plus à proprement parler des grands patrons que des grands caravaniers, mais leur rôle pour le commerce semble primordial, dans le domaine militaire, mais aussi sans doute dans le succès des expéditions et de leur organisation.

  • 145 Ibid., 171. L’inscription en question est CIS, II, 3942 : il est rappelé que Worod a fait revenir (...)
  • 146 Le terme d’origine perse signifie “commandant de forteresse” (CIS, II, 3940-1 et 3943). Voir Will (...)
  • 147 Sartre 1996, 389, à propos des inscriptions funéraires, mais cela est vrai pour l’ensemble de la d (...)

54L’implication de grands personnages de la cité dans le commerce est un trait particulier à Palmyre. Ainsi, la présence du commerce dans le cursus de Septimius Worod, personnage important de l’entourage d’Odeinath, ne serait pas possible pour un grand notable ailleurs dans l’Empire145. Il faut ajouter que Worod n’est pas un notable comme les autres, car peu d’entre eux se feraient appeler argapet, comme c’est le cas dans une autre inscription146. Reste que l’implication des grands notables de Palmyre dans le commerce est un fait propre à l’oasis. L’absence de vocabulaire décrivant les activités pratiquées est courante dans l’épigraphie de Syrie, et à Palmyre même, on rappellera la rareté des fonctions officielles ou autres dans les inscriptions du site147. Comme on l’a souvent rappelé, le point crucial était plus la généalogie et les relations familiales et claniques qu’elle indiquait que les fonctions et métiers exercés par les Palmyréniens.

  • 148 IG, VII, 4262 l. 2-3 (à Oropos dans un contexte officiel) : εἰσαγάγοντες σȋτον. Ev. Matt., 21.12 : (...)

55Que conclure alors de cette documentation extrêmement disparate ? Des points sont communs à plusieurs des dossiers, et d’abord la relative rareté des mentions de métier avant l’époque proto-byzantine. La fréquence des périphrases est également à souligner148 : certes, l’emploi du participe à valeur de nom est conforme à l’usage habituel de la langue grecque. Toutefois, on a l’impression que parfois les désignations précises ne semblent pas toujours nécessaires, parce qu’il ne s’agit que de marchands d’occasion, ayant par ailleurs une autre activité ou préférant se montrer sous un autre jour (nauclères, marins par exemple). L’emploi des termes précis est souvent la marque d’une intention particulière, venant parfois du groupe lui-même (auto-désignation), souvent d’ailleurs pour désigner le groupe dans ses relations avec l’extérieur.

  • 149 MAMA, 3, Denkmäler aus dem rauhen Kilikien.

56Ce qui ressort donc n’est pas le fait que les commerçants n’aient pas d’importance dans la société de la Syrie romaine, mais que mentionner cet état (comme tout autre métier) ne semble pas indispensable à la définition de l’identité, avant l’époque proto-byzantine. Même à cette époque, à part à Tyr, et dans une moindre mesure à Jaffa, les exemples ne sont pas très nombreux. De même en Asie Mineure, on ne trouve nulle part d’aussi riches listes de noms de métier qu’à Korykos149. Il faut donc aussi faire la part des particularismes locaux, qui expliquent, par exemple, qu’à Palmyre les emporoi apparaissent plus qu’ailleurs, sans doute parce qu’ils appartenaient à un des groupes les plus influents dans la clientèle des grands notables de la ville. Ceux-ci n’hésitaient pas dans leurs inscriptions à faire état de leur rôle dans la défense de cette catégorie si importante pour la prospérité de la ville.

57L’opposition théoriquement claire entre grands commerçants et artisans qui sont aussi petits commerçants est parfois floue, car les documents ne donnent pas toujours les renseignements désirés. Les premiers tenaient certainement le haut du pavé à Délos, Beyrouth, Tyr ou Palmyre, aussi bien que dans les communautés orientales en Occident, mais la structure de la documentation (prédominance des épitaphes) fait que d’autres catégories de la population, plus modestes, ont par endroits laissé plus de traces (Tyr, Jaffa). Les grands marchands n’apparaissent pas en tant que tels dans les épitaphes, sans doute parce qu’ils avaient d’autres titres à faire valoir (leur généalogie à Palmyre, leurs fonctions politiques ou religieuses ailleurs) et seuls les textes littéraires ou les inscriptions honorifiques apportent quelques renseignements. La rareté des inscriptions de commerçants en Syrie fait qu’une grande partie d’entre eux restent des inconnus. L’étude du vocabulaire qui les désignaient doit donc aussi tenir compte de cette absence.

Bibliografia

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aggoula, B. (1991) : Inventaire des inscriptions hatréennes, BAH, 139, Paris.

Ameling, W. (1990) : “Κοινὸν τῶν Σιδωνίων”, ZPE, 81, 189-199.

— (2004) : Inscriptiones Judaicae Orientis II, Kleinasien, Texte und Studien zum Antiken Judentum, 99, Tübingen.

Baslez, M.-Fr. (1987) : “Le rôle et la place des Phéniciens dans la vie économique des ports de l’Égée”, in : Lipiński 1987, 267-285.

— (1988) : “Les communautés d’Orientaux dans la cité grecque : formes de sociabilité et modèles asociatifs”, in : Lonis 1988, 139-158.

— (1992) : “Un marchand d’ivoire tyrien à Délos”, in : Hackens & Moucharte 1992, 311-320.

Baslez, M.-Fr., Ph. Hoffmann et M. Tredé, éd. (1992) : Le monde du roman grec, Actes du Colloque international, Études de littérature ancienne 4, Paris.

Baur, P. V. C., M. I. Rostovtzeff et A. R. Bellinger, éd. (1933) : Excavations at Dura-Europos : Preliminary Report of Fourth Season of Work, New Haven.

Berthiaume, G. (1982) : Les rôles du Mageiros : étude sur la boucherie, la cuisine et le sacrifice dans la Grèce ancienne, Mnemosyne, Suppl., 70, Leyde - Montréal.

Bečevliev, V. (1964) : Spätgriechische und Spätlateinische Inschriften aus Bulgarien, Berliner Byzantinistische Arbeiten, 30, Berlin.

Biezunska-Malowist, I. (1977) : L’esclavage dans l’Égypte gréco-romaine. II. Période romaine, Wroclaw - Varsovie - Cracovie.

Bounni, A. et J. Teixidor (1975) : Inventaire des Inscriptions de Palmyre, XII, Damas.

Bovon, Fr. et P. Geoltrain (1997) : Écrits apocryphes chrétiens, I, Bibliothèque de la Pléiade, Paris.

Bréhier, L. (1903) : “Les colonies d’Orientaux en Occident au commencement du moyen âge”, Byzantinische Zeitschrift, 12, 1-39.

Briquel-Chatonnet, Fr. (1992) : “L’image des Phéniciens dans les romans grecs”, in : Baslez et al. 1992, 189-197.

Brock, S. (2005) : “Greek and Latin Words in Palmyrene Inscriptions : A Comparison with Syriac”, in : Cussini 2005, 11-25.

Cantineau, J. (1933a) : “Tadmorea”, Syria, 14, 169-202.

— (1933b) : Inventaire des Inscriptions de Palmyre, IX, Le sanctuaire de Bel, Beyrouth.

Chéhab, M. (1957) : Mosaïques du Liban (texte), Bulletin du Musée de Beyrouth, 14.

Cumont, Fr. (1926) : Fouilles de Doura-Europos (1922-1923), BAH, 9, Paris.

Clermont-Ganneau, Ch. (1895) : Études d’archéologie orientale I, Paris.

Cussini, E., éd. (2005) : A Journey to Palmyra. Collected Essays to Remember Delbert R. Hillers, Leyde - Boston.

Cussini, E. et D. R. Hillers (1996) : Palmyrene Aramaic Texts, Baltimore.

Decourt, J.-C. (2004) : Inscriptions grecques de la France, TMO, 38, Paris - Lyon.

De Romanis F. (2004) : “Misura della Tetarte a Palmira”, La Parola del Passato, 339, 460-471.

Desreumaux, A., trad. (1993) : Histoire du roi Abgar et de Jésus, Turnhout.

— (1997) : “Doctrine de l’apôtre Addaï”, in : Bovon & Geoltrain 1997, 1471-1525.

Di Segni, L. (1997) : “The Greek Inscriptions of Hammat Gader”, in : Hirschfeld 1997, 185-266.

Diehl, E [1925] (1961) : Inscriptiones latinae christianae veteres, II, éd. revue de l’éd. de 1925, Dublin - Zürich.

Drijvers, H. J. W. (1995) : “Greek and Aramaic in Palmyrene Inscriptions”, in : Geller et al. 1995, 31-42.

Dunant, Chr. (1971) : Le sanctuaire de Baalshamin à Palmyre, III : Les inscriptions, Neuchâtel.

Durand, X. (1997) : Des Grecs en Palestine au iiie siècle avant Jésus-Christ : le dossier syrien des archives de Zénon de Caunos (261-252), Cahiers de la Revue biblique, 38, Paris.

Eck, W. et B. Zissu (2001) : “A Nauclerus de oeco poreuticorum in a New Inscription from Ashkelon/Ascalon”, Scripta Classica Israelica, 20, 89-96.

Egger, R. et E. Dyggve (1939) : Forschungen in Salona, III, Der Altchristliche Friedhof Marusinac, Vienne.

Feissel, D. (1982) : “Remarques de toponymie syrienne d’après des inscriptions grecques chrétiennes trouvées hors de Syrie”, Syria, 59, 319-343.

— (1991) : “Noms de villages de Syrie du Nord. Éléments grecs et sémitiques”, in : Ο Ελληνισμός στην Ανατολή, International Meeting of History and Archaeology (Delphes, 1989), Athènes, 287-302.

Feissel, D. et J. Gascou (avec la collaboration de J. Teixidor) (1997) : “Documents d’archives romains inédits du Moyen-Euphrate, II, les actes de vente-achat (P. Euphr. 6 à 10)”, Journal des Savants, 3-57.

Ferrua, A. (1941) : “Addenda et corrigenda al Corpus Inscriptionum Iudaicarum”, Epigraphica, 3, 30-46.

Forrest, W. G. (1987) : “A Samian Proxeny Decree”, Horos 5, 91-93.

Gatier, P. -L. (1985) : “Nouvelles inscriptions de Gérasa”, Syria, 62, 297-312.

Gawlikowski, M. (1985) : “Les princes de Palmyre”, Syria, 62, 251-261.

— (1986) : “Les comptes d’un homme d’affaires dans une tour funéraire à Palmyre”, Semitica, 36, 87-99.

Geller, M., J. Greenfield et M. Weitzmann, éd. (1995) : Studia Aramaica, Journal of Semitic Studies Supplement, Oxford.

Guidi, I., éd. et trad. (1903-1907) : Chronica Minora, Scriptores Syri 1 et 2, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Paris (réédition Louvain, 1960).

Hackens, T. et Gh. Moucharte, éd. (1992) : Studia Phoenicia IX : Numismatique et histoire économique phénicienne et punique, Louvain.

Hackl, U., H. Jenni et Chr. Schneider (2003) : Quellen zur Geschichte der Nabätaer : Textsammlung mit Übersetzung und Kommentar, Novum Testamentum et Orbis Antiquus, 51, Göttingen - Fribourg.

Hirschfeld, Y., éd. (1997) : The Roman Baths of Hammat Gader. Final Report, Jérusalem.

Howard, G. (1981) : The Teaching of Addai, Early Christian Literature Series, 4, Chico, Calif.

Jarry, J. (1982) : “Nouvelles inscriptions de la Syrie du Nord”, ZPE, 47, 73-103.

Kaizer, T. (2002) : “The Symposium of the Konetoi in an Inscription set up in Honour of Odaenathus at Palmyra”, Studi epigrafici e linguistici, 19, 149-156.

Kawerau, G. et A. Rehm (1914) : Milet : Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen seit dem Jahre 1899, I 3, Das Delphinion in Milet, Berlin.

Kloppenborg, J. S. (1996) : “Collegia and Thiasoi : Issues in function, taxonomy and membership” in : Kloppenborg & Wilson 1996, 16-30.

Kloppenborg, J. S. et S. G. Wilson (1996) : Voluntary Associations in the Graeco-Roman World, Londres - New York.

Kraeling, C. H., éd. (1938) : Gerasa, City of the Decapolis, New Haven.

Le Dinahet-Couilloud, M. -Th. (1997) : “Une famille de notables tyriens à Délos”, BCH, 121, 617-666.

Le Roux, P. (2002) : “Les métiers du monde romain : approches épigraphiques. Présentation”, Cahiers Glotz, 13, 197-199.

Lehmann, C. M. et K. G. Holum (2000) : The Greek and Latin Inscriptions of Caesarea Maritima, American School of Oriental Research. The Joint Expedition to Caesarea Maritima. Excavations Reports, Series Nr. V, Boston.

Liebeschuetz, J. H. W. G. (1972) : Antioch : City and Imperial Administration in the Later Roman Empire, Oxford.

Lifshitz, B. (1967) : Donateurs et fondateurs dans les synagogues juives : répertoire des dédicaces grecques relatives à la construction et à la réfection des synagogues, Cahiers de la Revue biblique, 7, Paris.

Lipiński, Ed., éd. (1987) : Studia Phoenicia V : Phoenicia and the East Mediterranean in the first Millenium BC, Orientalia Lovanensia Analecta 22, Louvain.

— (2004) : Studia Phoenicia XVIII : Itineraria phoenicia, Orientalia Lovanensia Analecta, 127, Louvain.

Lonis, R., éd. (1988) : L’étranger dans le monde grec. Actes du colloque organisé par l’Institut d’Études Anciennes, Série Études anciennes 4, Nancy.

Lucas, H. et M. von Oppenheim (1905) : “Griechische und lateinische Inschriften aus Syrien, Mesopotamien und Kleinasien”, Byzantinische Zeitschrift, 14, 1-72.

Masson, O. (1969) : “Recherches sur les Phéniciens dans le monde hellénistique”, BCH, 93, 679-700.

Matthews, J. F. (1984) : “The Tax-Law of Palmyra”, JRS, 74, 157-180.

Mentzou, K. P. (1975) : Συμβολαί εις την μελέτην του οικονομικού βίου της πρωιμου βυζαντινής περιόδου (η προσφορά τςν εκ Μ. Ασιας και Συρίας επιγραφών και αγιολογικών κειμένων), Athènes.

Merkelbach, R. et J. Stauber (1998) : Steinepigramme aus dem griechischen Osten. I. Die Westküste Kleinasiens von Knidos bis Ilion, Stuttgart - Leipzig.

Milik, J. T. (1972) : Dédicaces faites par des dieux (Palmyre, Hatra, Tyr) et des thiases sémitiques à l’époque romaine. Recherches d’épigraphie proche-orientale I, BAH, 92, Paris.

— (1976) : “Une inscription bilingue nabatéenne et grecque à Pétra”, Annual of the Department of Antiquities of Jordan, 21, 143-152.

Millar, F. (1993) : The Roman Near East (31 BC-AD 337), Cambridge (Mass.) - Londres.

Murray, A. S. (1895) : “Greek Inscription from Near Tripoli, forwarded by Dr. Harris”, Palestine Exploration Fund Quarterly Statement, 128-129.

Nijf, O. M. van (1997) : The Civic World of Professional Associations in the Roman East, Amsterdam.

Noy, D. (1995) : Jewish inscriptions of Western Europe, II, The City of Rome, Cambridge - New York.

Noy, D. et H. Bloedhorn (2004) : Inscriptiones Judaicae Orientis III, Syria and Cyprus, Texte und Studien zum antiken Judentum, 102, Tübingen.

Olávarri, E. (1986) : “Excavaciones en el edificio publico romano junto al Cardo Maximus, Gerasa, 1983”, in : Zayadine 1986, 461-492.

Perdrizet, P. (1901) : “[Note relative à la douane de Beyrouth sous l’Empire romain]”, Bulletin de la société nationale des Antiquaires de France, 109-112.

Pieri, D. (2005) : Le commerce du vin oriental à l’époque byzantine ( ve-viie siècles). Le témoignage des amphores en Gaule, BAH 174, Beyrouth.

Poirier, P.-H. et Y. Tissot (1997) : “Actes de Thomas”, in : Bovon & Geoltrain 1997, 1321-1470.

Poland, Fr. (1909) : Geschichte des griechischen Vereinswesen, Leipzig.

Renan, E. (1864-1874) : Mission de Phénicie, Paris.

Rey-Coquais, J.-P. (1960-1961) : “Une prétendue ‘ dynastie’syrienne dans la Délos hellénistique”, Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 37, 249-254.

— (1977) : Inscriptions grecques et latines découvertes dans les fouilles de Tyr (1963-1974), I, Inscriptions de la nécropole, Bulletin du Musée de Beyrouth, 29.

— (1999) : “Deir el Qalaa”, Topoi, 9/2, 607-628.

— (2002) : “Noms de métiers dans les inscriptions de la Syrie antique”, Cahiers Glotz, 13, 247-264.

Robert, L. (1946) : Hellenica. Recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques, 2, Paris.

— (1966) : “Un décret d’Ilion et un papyrus concernant des cultes royaux”, Essays in honor of C. Bradford Welles, American Studies in Papyrology, 1, New Haven, 175-211 (= id., Opera Minora Selecta VII, Amsterdam, 1990, 599-635).

— (1973) : “Sur des inscriptions de Délos”, Études déliennes, BCH Suppl. I, 435-489.

— (1974) : “Cours 1972-1973 Collège de France”, Annuaire du Collège de France (73e année), 473-479 (= id., Opera Minora Selecta V, Amsterdam, 1989, 23-29).

— (1975) : “Cours 1973-1974 Collège de France”, Annuaire du Collège de France (74e année), 533-547 (= id., Opera Minora Selecta V, Amsterdam, 1989, 51-64).

Roueché, Ch. (1995) : “Aurarii in the Auditoria”, ZPE, 105, 37-50.

Rougé, J. (1966) : Recherches sur l’organisation du commerce maritime en Méditerranée sous l’empire romain, Paris.

Ruffing, K. (2000) : “Die Geschäfte des Aurelios Nebuchelos”, Laverna, 10, 71-105.

Sartre, M. (1996) : “Palmyre, cité grecque”, Palmyra and the Silk Road, Annales Archéologiques Arabes Syriennes, 42, 385-405.

— (2001) : D’Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique, Paris.

Schmidt-Colinet, A. et al. (2000) : Die Textilien aus Palmyra. Neue und alte Funde, Damaszener Forschungen, 8, Mayence.

Schwabe, M. et B. Lifshitz (1967) : Beth She’arim II, The Greek Inscriptions (en hébreu), Jérusalem.

Seland, T. (1996) : “Philo and the clubs and associations of Alexandria” in : Kloppenborg & Wilson 1996, 110-127.

Seyrig, H. (1963) : “Les fils du roi Odainat”, Annales Archéologiques de Syrie, 13, 159-172 (= id., Scripta Varia, BAH, 125, Paris, 1985, 265-278).

Solin, H. (1983) : “Juden und Syrer im westlichen Teil der römischen Welt. Eine ethnisch-demographische Studie mit besonderer Berücksichtigung der sprachliche Zustände”, ANRW, II 29-2, 587-789.

Starcky, J. (1949) : Inventaire des inscriptions de Palmyre, X, L’agora, Beyrouth.

Stucky, R., éd. (2005) : Das Eschmun-Heiligtum von Sidon. Architektur und Inschriften, Antike Kunst, Beiheft 19, Bâle.

Stucky, R., H.-P. Mathys et R. Wachter (2004) : “ψειλωτής (Psilotes). A New Greek Word from the Sanctuary of Eshmun at Sidon”, Archaeology and History in Lebanon, 20, 75-82.

Sznycer, M. (1985) : “Les noms de métier et de fonction chez les Phéniciens de Kition d’après les témoignages épigraphiques”, Chypre. La vie quotidienne de l’Antiquité à nos jours, Paris, 79-86.

— (1999) : “Retour à Cos : nouvel examen de la partie phénicienne de la bilingue gréco-phénicienne”, Semitica 49, 103-116.

Teixidor, J. (1965) : Inventaire des Inscriptions de Palmyre, XI, Beyrouth.

— (1984) : Un port romain du désert, Palmyre, Semitica, 34.

— (1992) : Bardesane d’Édesse. La première philosophie syriaque, Paris.

Tubach, J. (1995), “Mani und der palmyrenische Kaufman aus Forat”, ZPE, 106, 165-169.

Vélissaropoulos, J. (1980) : Les nauclères grecs, Paris.

Veyne, P. (1993) : “Histoire de Rome [2]”, Annuaire du Collège de France (92e année), 785-814.

— (2005) : L’Empire gréco-romain, Paris.

Virolleaud, Ch. (1922) : “Lettre à M. le Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris”, CRAI, 80-82.

Virlouvet, C. (2004) : “Les naviculaires d’Arles. À propos de l’inscription provenant de Beyrouth”, MEFR(A), 116 (1), 327-370.

Wachter, R. (2005) : “Die griechischen Inschriften”, in : Stucky 2005, 319-331.

Waddington, W. H. (1870) : Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris.

Waltzing, J.-P. (1899) : Étude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains : depuis les origines jusqu’à la chute de l’Empire d’Occident III, Bruxelles.

Welles, C. B. (1938) : “The Inscriptions”, in : Kraeling 1938, 353-494.

Will, Er. (1957) : “Marchands et chefs de caravane à Palmyre”, Syria, 34, 262-277 (= id., De l’Euphrate au Rhin. Aspects de l’hellénisation et de la romanisation du Proche-Orient, BAH, 135, Beyrouth, 1995, 541-556).

— (1996) : “À propos de quelques inscriptions palmyréniennes : le cas de Septimius Vorôd”, Syria, 73, 109-115.

Yon, J.-B. (1998) : “Remarques sur une famille caravanière à Palmyre”, Syria, 75, 153-160.

— (2002) : Les notables de Palmyre, BAH, 163, Beyrouth.

— (à paraître) : “Commerçants et petits commerçants sur les bords de l’Euphrate”, L’économie de la Syrie. Actes du colloque de Tours, 12-13 juin 2003.

Young, G. K. (2001) : Rome’s Eastern Trade. International Commerce and Imperial Policy, 31 BC - AD 305, Londres - New York.

Zayadine, F., éd. (1986) : Jerash Archaeological Project 1981-1983, I, Amman.

Zimmermann, C. (2002) : Handwerkervereine im Griechischen Osten des Imperium Romanum, Monographien des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 57, Mayence - Bonn.

Note

1 “Jusqu’à aujourd’hui persiste chez les Syriens un amour inné du commerce, qui fait qu’ils parcourent le monde par soif du lucre et ils ont une telle soif du négoce que, alors que le monde romain est envahi, entre les épées et les massacres de malheureux, ils cherchent la richesse et fuient la pauvreté parmi les dangers” (Jérôme) ; “Puis Jésus entra dans le Temple et chassa tous ceux qui vendaient et achetaient dans le Temple. Il renversa les tables des changeurs et les sièges des marchands de colombes” (Mathieu).

2 En effet, quand il apparaît, le vocabulaire est relativement imprécis (périphrases) et peu varié (καπήλος, ἔμπορος). Par ailleurs, le recours à des désignations collectives (ἔμποροι) est fréquent.

3 Le Roux 2002, 197-199.

4 Ou bien encore des dépendants (esclaves ou employés) d’un temple comme cela est possible à Doura-Europos (voir infra n. 59). Il est également possible qu’on ait fait à la maison à la période romaine ce qu’on achetait à l’extérieur à la période suivante (pain, vêtements) : cela contribuerait à expliquer la moindre fréquence des métiers dans l’épigraphie.

5 Veyne 1993, 756.

6 Au Proche-Orient, on pourrait seulement citer les archives de Zénon, qui relatent des activités commerciales conduites en Syrie lagide, mais l’absence de toute désignation précise est là encore notable. Cf. infra.

7 Déjà dans Homère (Od., 15.418 ἀγλαὰ ἔργ’ εἰδυȋα ; 425 ἐκ Σιδῶνος πολυχάλκου) ; voir Briquel-Chatonnet (1992, 190-191) qui tire ses exemples des romans grecs, mais on en trouverait facilement d’autres : ainsi, un passage de Clément d’Alexandrie (Paed., 2.10bis. 115.1) où sont vantés les produits de Tyr et de Sidon.

8 Achille Tatius 2.17-18 (piraterie pure et dure par des pêcheurs des environs de Tyr) et Éphèsiaques de Xénophon 1.13.2 : la piraterie semble peu distinguée du commerce. Voir également Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, 3.24 (“La mer était autrefois infestée de pirates phéniciens” τῶν Φοινίκων λῃσταί).

9 Là encore depuis Homère. Τὴν μὲν δίδωμι χειρί, τῇ δὲ λαμβάνω dit le Phénicien dans un fragment de comique (Scholie à Pind., Pyth., 2.67-69) ; voir Baslez 1987, 271. Toutefois, ce mépris n’est pas attaché en propre aux Phéniciens, mais à tous ceux qui pratiquent ce type de commerce. La même double image est également transmise par les romans grecs, à l’époque impériale encore (infra, n. 14).

10 Lucien, Toxaris, 4 : τοὺς ἐμπόρους, καὶ μάλιστα τοὺς Φοίνικας αὐτῶν [...] πανταχοῦ […] ναυτιλλομένους [...] καὶ ταῦτα καπήλους καὶ ταριχοπώλας, εἰ τύχοι, τοὺς πολλοὺς αὐτῶν ὄντας : on retrouve le même terme, mais pour un personnage réel, à Tripoli (Murray 1895, 128 : infra n. 63).

11 Rougé 1966, 271 interprète le kapèlos maritime comme spécialisé dans le commerce de luxe : cela correspond aux produits typiquement phéniciens qui sont des produits de luxe (cf. supra), mais semble en contradiction avec les textes qui concernent Tyr (infra, n. 13 et 14) et surtout avec le texte de Lucien (n. 10), dont l’intention ironique est cependant claire.

12 Dans Lucien (Le professeur de rhétorique 5), l’histoire d’un Σιδώνιος ἔμπορος ; Ps.-Scylax, dans GGM, I, p. 94 : οἱ δὲ ἔμποροι εἰσι μὲν Φοίνικες ; Achille Tatius 5.10.1 : Χενοδάμας ὁ ἔμπορος (sidonien). Voir néanmoins à une période plus ancienne ὡς Φοῖνιξ ἀνὴρ, Σιδώνιος κάπηλος (Sophocle Fr. 909) pour un autre terme. Ce fragment est connu par une scholie (à Pind., Pyth., 2.125) dans laquelle on trouve également le mot παλιγκάπηλοι pour désigner les Phéniciens.

13 Syr., 8 : ’Aρίστωνας δ’ ἔμπορον Τύριον ἐπι προφάσεὶ τῆς ἐμπορίας (Ηannibal) ἔπεμπε πρὸς τοὺς φίλους.

14 Anth. pal., 7.286 (Nicanor, Tyrien à qui les richesses n’ont servi à rien au moment de la mort) ; Athénée 4.173b-c (cf. infra, n. 28) ; Heliod., Aeth. : “ils étaient des Phéniciens de Tyr, négociants de métier (Φοίνικες Τύριοι τέχνην δὲ ἔμποροι) (…), avec un cargo plein de marchandises indiennes, éthiopiennes, et d’autres en provenance de Phénicie. Pour l’instant, ils célébraient ce banquet en l’honneur d’Héraclès Tyrien (4.16.6) ; celui qui, jusqu’ici, n’était qu’un marchand (ὁ τέως ἔμπορος) s’est révélé un champion victorieux” (4.16.7) ; “l’habileté des marins phéniciens (φοινίκιον τὸ φιλοτέχνημα)” (5.18.2) ; “le marchand tyrien qui avait remporté la victoire aux jeux pythiques (ὁ Τύριος ἐκεῖνος ἔμπορος ὁ Πυθιονίκης) (…) disant qu’il était propriétaire du cargo, qu’il possédait également la plupart des marchandises de la cargaison” (5.19.1-2). Pour la réputation de l’artisanat, voir encore à l’époque de Justinien (Procope, Hist. secrète, 25.14-15). Le mot le plus courant est bien évidemment ἔμπορος qui désigne d’abord (dans les sources du ve et du ive siècles) les commerçants qui participent au commerce, maritime généralement, lointain en tout cas. Toutefois, il peut également être employé comme terme générique, en opposition à nauclère (cf. infra n. 22) ou καπήλος, qui désignent des catégories particulières : voir par exemple Vélissaropoulos 1980, 35-37 ; Rougé 1966, 272-274 sur la fixité du sens et les différents emplois. Au témoignage de Diogène Laërce, Zénon de Kition, le philosophe, était à l’origine marchand de pourpre (D. L. 7.2) : Πορφύραν ἐμπεπορευμένος ἀπὸ τῆς Φοινίκης πρὸς τῷ Πειραιεȋ ἐναυάγησεν (“Il fit naufrage alors qu’il venait de Phénicie au Pirée pour le commerce de la pourpre”). On connaît l’origine phénicienne de la population de Kition (voir infra n. 17 à propos des marchands de Kition au Pirée).

15 CIS, I, 115-118 ; cette dernière est une dédicace par un fils de magistrat, mais il n’est pas clair s’il s’agit d’un magistrat de la communauté ou de la cité.

16 Baslez 1987, 26 qui identifie certains métiers exercés de préférence par des Orientaux, comme les métiers de la restauration (IG, II2, 1570, l. 92 et 36 : cuisiniers). Néanmoins, il n’est pas certain que les noms soient phéniciens ou même orientaux (Πάταικος et Ἡρακλεόδωρος). IG, II2, 1672 (comptes d’Éleusis), l. 70 (marchand et quincaillier) ; voir aussi IG, II2, 1673, l. 23 (quincailler), 41 (marchand d’étoupe), 47 (tanneur).

17 IG, II2, 141 ; IG, II2, 2946 : Τὸ κοινὸν τῶν Σιδωνίων Διοπείθην Σιδώνιον ; IG, II2, 343 (un Sidonien honoré à Athènes pour services rendus aux Athéniens à Sidon) ; IG, II2, 342 : Tyriens honorés pour le commerce du blé, sans vocabulaire particulier ; IG, II2, 283 et 360. Voir aussi Syll 3, 337 : des marchands chypriotes (οἱ ἔμποροι οἱ Κιτιεῖς) construisent un sanctuaire pour Aphrodite.

18 Démosthène (34.6) : παρὰ Θεοδώρου τοῦ Φοινίκος. Isocrate cite également un autre Phénicien, Pythodôros (17.4) qui joue un rôle d’intermédiaire dans une grosse transaction.

19 IG, XI 2, 164 B 4 ; 199 B 25 ; 287 B 55. Concours : IG, XI 2, 203 A 68 vers 269 a. C.

20 Ravaudeur de voile sidonien : ID, 1416 B I 93 ; ibid., B I 97 pour un certain Pythôn, Sidonien lui aussi qui a pris en location un autre ergasterion.

21 IG, XI 2, 203 A71 (270 a. C.) : ἐλέφαντος ὀδόντες δύο παρὰ Ἡρακλείδου Βασιλε(ίδου) Τυρίου. Sur le personnage, voir Rey-Coquais 1960-1961 avec les remarques Bull. ép., 1963, 183. Voir Baslez 1992, 311-320. De même la famille de notables tyriens étudiés par M.-Th. Le Dinahet (Le Dinahet-Couilloud 1997) n’a pas de liens explicites avec le commerce.

22 Athénée 4.173b-c : “nauclère phénicien à la bourse bien garnie” possédant deux navires (Φοίνικα μεγάλου κύριον βαλλαντίου ναύκληρον). Le terme ναύκλερος a deux sens différents : simple patron du navire, mais également “technicien de la navigation commerciale”. “Avant tout la personne qui assure la responsabilité du transport, le fait qu’il soit ou non propriétaire étant secondaire” (Vélissaropoulos 1980, 337). Le même auteur poursuit : “Si sur le plan juridique, le nauclère peut ne pas être le propriétaire du navire, dans le contexte socio-économique il en est incontestablement le patron” (p. 338).

23 Baslez 1987, 275, n. 56.

24 Ead., 87.

25 ID, 400, l. 11 : ἔγγυος ’Απολλώνιος Φοȋνιξ. Sur l’ethnique sans précision, voir Bull. ép., 1963, 183 (les ‘Phéniciens’ sont originaires de villages et non des villes, pour lesquelles l’ethnique apparaît).

26 Baslez 1988, 140. L’existence du phénomène associatif en Orient, avant la conquête d’Alexandre, est extrêmement mal attestée, hors du domaine religieux. Pour le caractère religieux des associations antiques, voir par exemple Kloppenborg 1996, 17-19.

27 Pour le sens du mot koinon, Ameling 1990, 195-199 avec des exemples (dont ceux de Délos) du rapport entre koinon et culte. Sur ce mot et les suivants, voir également Seland 1996, 113.

28 Synodos : association de cotisants ne recoupant sans doute pas entièrement le koinon ; thiase : association religieuse vouée à une divinité, sans doute plus réduite que la synodos. Voir Baslez 1988, 140-143.

29 Sur le sens de ἐνδοχεȋς (“entrepositaires”), voir Robert 1974, 473-479 qui commente l’inscription ID, 1520, citée infra (voir également Vélissaropoulos 1980, 108, n. 103). Contra Baslez (1987, 276-278) : “expéditeurs”. Ces entrepôts pouvaient également se trouver à Laodicée même. L’inscription elle-même est faite par l’association en l’honneur d’Héliodôros, ministre de Séleucos IV Philopatôr.

30 Pour la date, voir Robert 1973, 488 : 153 a. C.

31 Autres attestations du koinon : ID, 1772-1774 (ce dernier avec le terme Poséidôniastes) ; en 1777, un ajout : τὸ κοινὸν Βηρυτίων τῶν ἐν Δήλωι ἐμπόρων κτλ. ; 1778-1782 et 1791 (absence du terme Poséidôniastes dans 1779 et 1791). Les textes ID, 2323-2327 ne font pas mention de l’association. Seul leur lieu de découverte (sanctuaire des Poséidôniastes) permettrait d’établir un rapport. Voir aussi ID, 2611 (liste de souscripteurs comprenant des Bérytains).

32 Hackl et al. 2003, 125 (Délos, ID, 2315 interprétée par Milik 1976, 146, n. 11) et 127-128 (Milet et al. 1914, 263, no 165).

33 Sillios de Tyr à Kios de Bithynie (Masson 1969, 682 : Σίλλιος Νέωνος Τύριος ναύκληρος). On citera ici également la fameuse inscription bilingue (grec-phénicien) de Cos : il n’est pas fait mention de marchands, mais de la construction d’un phare pour les marins. Ces marins transportent bien évidemment des marchandises, mais cette fonction, dans ce contexte, n’est pas mise au premier plan. Voir Sznycer 1999 et Lipiński 2004, 154.

34 IG, VII, 4262 l. 2-3 : Aristôn (de Tyr, l. 6) et Héliodôros (de Sidon, l. 6) εισαγάγοντες σȋτον.

35 Forrest 1987, 93.

36 SEG, 36, 970. Voir récemment Ameling 2004, 71-76, no 14 (où on trouvera par ailleurs l’ensemble de la documentation épigraphique sur les Juifs en Asie Mineure).

37 Robert 1946, 43-50.

38 Nabatéens : CIS, II, 1, no 157-158 (Hackl et al. 2003, 116-119) ; Sarepta : OGIS, II, 594 (IGR, I, 420).

39 CIL, X, 1797 : L. Calpurnio L. F. Capitolino (…) mercatores qui Alexandr. Asiai. Syriai. negotiantu[…].

40 OGIS, 595 (IG, XIV, 830) de 174 p.C. ; voir également Ameling 1990, 193-194.

41 Les Tyriens de Pouzzoles s’appellent dans leur lettre οἱ ἐν Ποτιόλοις κατοικοῦντες (l. 3-4), mais sont appelés οἱ Τύριοι στατιωνάριοι (l. 22) ou bien οἱ ἐν Ποτιόλοις στατιωνάριοι (l. 33-34) dans la réponse de la Boulè de Tyr. S’ils se présentent donc comme l’ensemble de la communauté des expatriés, on répond seulement aux gens de la statio. Curieusement, si de nombreux Syriens sont attestés à Pouzzoles, on n’y connaît aucun Tyrien (voir Solin 1983, 728).

42 Solin 1983, 673 (banquiers τραπεζῖται dont l’un vient d’Antioche) ; un fabricant de soieries (σιρικοποιώς : ICUR, 2896, attribué faussement à Naples IG, XIV, 785) ; un marchand de vin (οἰνοφόρος, ICUR, 19790) ; un cabaretier (popinarius, ICUR, 20608). En ce qui concerne les Juifs, voir Solin 1983, 655, no 7 pour un ἔμπορος. Un certain Alexandre est bubularus de macello (CIIud, I, 210 ; Diehl [1925] 1961, 488, no 4856) : s’agit-il d’un marchand de saucisse ? La lecture butularus est préférée par Ferrua 1941, 35, suivi par Noy 1995, 288-289, no 343 (“food product made from meat”). Les inscriptions juives de Rome (et d’Occident) mentionnent très rarement les activités et les métiers. Plus généralement sur les informations fournies par la présence orientale en Occident, voir Feissel 1982 avec la bibliographie.

43 Ulpius Nikephoros d’Antioche ἔμπορος (Messine, IG, XIV, 419-20) ; κοινύν de Syriens sans doute commerçants (Malaga, IG, XIV, 2540). Juif, fabricant de tissus de lin en Sicile, Bull. ép., 1996, 146.

44 Decourt 2004, no 141 : ἐς πρᾶσιν ἔχων ἐνπόριον ἀγορασμῶν μεστὸν ἐκ ’Aκουιτανῆς. Les entrepôts de ce negotiator font supposer des affaires d’une certaine ampleur, mais rien ne dit que ces affaires le mettaient toujours en contact avec sa mère patrie.

45 Decourt 2004, no 143, l. 10-12 : “il s’est livré continûment aux flots et à la mer, apportant […] tous les dons que la divinité a assigné de porter à la terre d’Orient fertile en toutes productions”. S’il s’agit bien de commerce, comme cela est probable, Julianos faisait de l’import-export, mais le vocabulaire du commerce n’apparaît pas.

46 Cf. Rey-Coquais 2002, 254 sur le terme qui signifie “broderies de soie et d’or”.

47 Un commerçant (CIL, III, 2006), ainsi qu’un naukleros de Beyrouth (Μ(ᾶρκος) Αὐρ(ήλιος) Πρȋμος Βηρύτι[ος ναύ]κληρος : Egger & Dyggve 1939, 151, no 12a) à Salone.

48 Λυθυυργός (joailler) à Serdica (Bull. ép., 2004, 375 d’après Bečevliev 1964, no 8). Pour un πραγματευτής d’origine syrienne à l’époque protobyzantine à Panion, voir Bull. ép., 2000, 814, p. 596 (“le sens de πραγματευτής étant celui de commerçant plutôt que d’intendant”) ; Aurelius Sabinus, Σύρος, prêtre et commerçant (ὐνέμπορος pour οἰνέμπορος), à Augusta Traiana : IGBulg, 3, 1, 1590.

49 Par exemple Salvien de Marseille (De gubernatione Dei 4.69) ou encore un peu plus tard Grégoire de Tours (8.1 et 10.26). Voir Bréhier 1903 et Solin 1983, 759 et 783 ; Pieri 2005, en particulier p. 157-161.

50 Est-ce que cette fréquence est typique de la période ou bien de l’origine ? Pour un fondeur phénicien ( ?) à Athènes à l’époque impériale, voir Baslez 1987, 268, n. 13.

51 P. Rylands 554 = Durand 1997, no 41.

52 Respectivement Jos., AJ, 15.333 et 9.209.

53 Vélissaropoulos 1980, 310 (d’après un papyrus P. Vindob. 19792 = SB, VI, 9571).

54 Pour les naviculaires, voir Virlouvet 2004. L’objet est sans doute arrivé à Beyrouth pendant l’époque moderne, peut-être de Tyr. Pour le commerce entre Beyrouth précisément et l’Italie, voir le Digeste (45.1.122), mais l’exemple est peut-être fictif et aucun nom de profession n’apparaît.

55 Voir liste dans Liebeschuetz 1972, 52 avec la n. 3 : boulangers, maraîchers, vendeurs de vin, d’huile, de fromage ou de poisson, orfèvres, bijoutiers, parfumeurs (avec une attestation épigraphique, un μυρεψός, Bull. ép., 1987, 497 iii).

56 Rey-Coquais 2002 (périodes romaine et proto-byzantine principalement) ; voir également Mentzou 1975 pour la période proto-byzantine exclusivement. Quelques sondages ont été faits pour ce qui concerne la Palestine et l’Arabie, mais, pas plus que pour la Syrie, on ne trouvera ici d’inventaire exhaustif. On pourrait également ajouter les documents fournis par les inscriptions phéniciennes (antérieures à l’ère chrétienne), mais la moisson est assez maigre, même si on prend en compte les textes phéniciens de Chypre : voir Sznycer 1985. Les petits artisans y sont assez bien attestés (par exemple CIS, I, 86 [KAI 37] :’pm “boulangers”, glbm (“barbiers”), ḥršm (“artisans”), plus que les métiers du commerce à proprement parler (voir néanmois KAI 34 : srsrm “agents commerciaux”).

57 Sur le Tarif de Palmyre, voir infra ; pour Beyrouth et les προπινάριοι (transcription grecque des popinarii latins), voir Bull. ép., 1946-1947, 207. Autre exemple en Palestine (Samarie, Bull. ép., 1991, 752 : le personnage est originaire de Césarée).

58 Feissel 1991, 299 (Bečevliev 1964, no 97).

59 ’Aρτοκόπος : Lucas & Oppenheim 1905, 61, no 96 (Viransehir) ; voir aussi CIJud, 902 et 940 à Jaffa ; Rey-Coquais 1977, no 39a et 158 à Tyr. À Doura-Europos, Cumont 1926, 385, no 22 (peut-être attaché à un temple, ce qui l’exclurait de la liste des commerçants : voir Milik 1972, 151-152). Pour un témoignage littéraire sur une corporation de boulangers à Antioche au ive siècle, Libanius, Or., 1.206-210. Une autre corporation de boulangers est aussi signalée dans une inscription inédite de Gérasa (Gatier 1985, 312, n. 49).

60 Rey-Coquais 1977, no 33b, ἐτράριος (pour ἰτράριος) : voir Bull. ép., 1966, 99 et 1993, 774.

61 Fruits : à Hammat Gader, ὀπωροπώλης : Bull. ép., 1998, 516 reprenant le no 44 de la publication (Di Segni 1997) ; marchande de fèves (fabaria) à Beyrouth, CIL, III, 6672 (Waddington 1870, no 1859).

62 Rey-Coquais 1977, no 31 (κραμβιτάριος).

63 Murray 1895, 128 pour un ταρειχοπώλης à Tripolis ; marchand de saucisses de Tyr (Rey-Coquais 1977, no 147) : ἰσσικιάριος. À l’époque hellénistique et romaine, les bouchers (μάγειρος) exercent leur charge dans un contexte religieux : on n’en connaît en Syrie que dans ce contexte, voir Milik 1972, 150-151 (en général pour le monde grec Bull. ép., 1970, 511, p. 438 et Berthiaume 1982, 62-67) ; pas d’attestations de κρεοπώλης (exemple en Bithynie : IK, 27-Prusias ad Hypium, 108) ; après la christianisation, voir à Tyr, Rey-Coquais 2002, n. 5. Pour le fromage (fabricant, peut-être aussi vendeur : τυροποιός), à Tyr, Rey-Coquais 1977, no 43. Enfin peut-être ibid. un marchand de crustacés (καραβιάριος, no 24a).

64 Vin (οἰνοπράτης) : Rey-Coquais 1977, no 103 à Tyr ; Lehmann & Holum 2000, no 205-206 et 261 à Césarée maritime ; orge (s’agit-il vraiment de petit commerce ?) : Rey-Coquais 1977, no 39c (originaire de Bostra) et 178, κριθοπωλίτης ; encens : Rey-Coquais 1977, no 17, ἀσπροπολίσα ; ces métiers sont connus par des inscriptions de Tyr. À Jaffa : cumin (κυμνινᾶς) SEG, 8, 143 (CIJud, 929) ; garum (à nouveau à Tyr), γαροπώλης : Rey-Coquais 1977, 156.

65 La multiplication des cas de personnes indiquant deux métiers pourrait être un indice d’un changement des conditions sociales. Tyr en fournit de bons exemples : un κογχυλευτής et marchand de vin ; un κογχυλεύς et négociant en blé ; un κογχυλοκόπος et brocanteur ; un ἀλειθεινοβάφος et τραπεζίτης (respectivement Rey-Coquais 1977, no 103, no 188, no 95, no 137. Voir également Rey-Coquais 2002, 261). Comme on le voit, un des deux métiers est en lien avec la pourpre : était-il impossible d’abandonner certains métiers de la pourpre auquel on était tenu héréditairement (en ce sens Rey-Coquais 1977, 160), ou bien s’agit-il de métiers saisonniers qu’on complétait avec une autre activité ? À Hammat Gader, on aurait une autre attestation de métiers doubles (sculpteur et jongleur ?) : Di Segni in Hirshfeld 1997, no 25 γλύπτου κὴ (σ)φηροπέκτου. Le cas est sans doute plus anecdotique.

66 Veyne 2005, 136-138.

67 Rey-Coquais 2002, 260-261.

68 Orfèvres (infra n. 76). Parfumeurs (Schwabe & Lifshitz 1967, no 79 et 168 à Beth Shearim) ; le métier apparaît aussi en Cilicie, à Korykos, pour des Juifs (MAMA, 3, no 344 et 448), même s’il ne leur est pas réservé (exemple à Antioche, voir n. 55).

69 Renan 1864-1874, 349 (CIJud, 881) ; autre exemple dans Lucas & Oppenheim 1905, 61, no 95 (CIJud, 1419) à Viransehir. Comme on l’a vu, les activités d’un emporos sont plutôt liées au grand commerce.

70 Rey-Coquais 1977, no 71a et 202 pour Tyr et Lehmann & Holum 2000, no 260 pour Césarée (kapèlos) ; changeur (μεταβολεύς), no 14 ; brocanteur (γρυτοπώλης) : no 95 ; le terme apparaît aussi à Jaffa (CIJud, 928).

71 Welles 1938, no 80 et 81 : “notaires” ; Rey-Coquais (2002, 248), selon une interprétation plus probable, en fait des marchands de l’agora. Voir Van Nijf 1997, 21, n. 83. Les textes, sur des colonnes, délimitant des emplacements réservés ont été repris (Olávarri 1986, 475). Un texte de cette série prouve qu’il s’agit plus vraisemblablement d’artisans que d’hommes de loi (Μαρινου χακσ χαλκέως : ibid., 475-476).

72 Voir Robert 1975, 53, avec référence à Act. Ap., 17.5 et Choricios de Gaza (Laud. Marciani 2.60). Dans les deux cas, il s’agit d’un terme générique. Voir aussi Lib., Or., 1.102.

73 Si à Magnésie du Méandre, il s’agit clairement d’un terme générique (I. Magnesia, 98, l. 63 : παρά τε τῶν σιτοπωλῶν καὶ παρὰ τῶν ἄλλων ἀγοραίων), tout comme à Pergame (I. Pergamon, 183, l. 5 [Merkelbach & Stauber 1998, 588, 06/02/09], mais le texte est abîmé), ce n’est pas le cas à Dionysopolis (IGBulg, I, 15bis et 15ter) où le groupe des agoraioi suit dans une énumération à des noms de groupes constitués (bouleutes, médecins…). À Philippopolis (IGBulg, III, 1, 1416 : ’Αλέξανδρος Φιλίππου ἀγοραῖος τοȋς τέκνοις ἑαυτοῦ), le nom est clairement celui d’une fonction (notaire ?).

74 Cité par Rey-Coquais 1977, 109, au no 202 : Philon, De specialibus legibus 4.193-4 (οἱ σταθμία καὶ ζυγὰ καὶ μέτρα διαχερίζουντες ἔμποροι καὶ κάπηλοι καὶ ἀγοραȋοι). Pour une mention de boutiques à Scythopolis, Robert 1966, 195.

75 Gladiarius (Rey-Coquais 2002, n. 51) ; κλɛιδοποιός (Rey-Coquais 1977, no 67 et 124) ; Χαλκεύς (ibid., no 179) ; χαλκουργός (IGR, III, 1079 ; cf. Milik 1972, 411-412) ; σιδηρουργοί (texte inédit cité Rey-Coquais 2002, n. 50) ; plumbarius (IGLS, VI, 2723) qui a consacré des statues du Soleil et de la Lune ; χαλκοτύποι (IGLS, VI, 2801 et XIII, 9156 ; CIS, II, 3945). Voir aussi à Gérasa, texte cité supra n. 71.

76 À Smêd dans le Hauran, χρυ[σοχ(όος)] : PPAES 1904-1905 III A (7), 786(2) (Sartre, in IGLS, XIII, p. 202 restitue un nom juif [’I]ώσης) ; χρυσοχοοί (Palmyre, CIS, II, 3945 ; Bostra, IGLS, XIII, 9129 et 9161-9162 ; Tyr, Rey-Coquais 1977, no 80). Autres exemples, Waddington 1870, no 2295 à Aïn Mousa (Hauran). Gérasa, Welles 1938, no 335 et 353 ; Beth Shearim : Schwabe & Lifshitz 1967, no 61 : personnage άπὸ χρυσοχοῶν ; à Luzit en Palestine, Bull. ép., 1991, 751. Pour l’argent, ἀργυροπράτης (IGLS, II, 698) ; ἀργυροκόπος à Maaloula (Waddington 1870, no 2563) ; un ἀργυροποιός à Bostra (IGLS, XIII, 9134). Voir infra pour d’autres exemples à Palmyre. Δακτυλιδάριος : Rey-Coquais 1977, no 166. De même, en Asie Mineure, à Sardes, dans la communauté juive sont signalés plusieurs χρυσοχοοί : voir Ameling 2004, 238-239, no 86 et 267-268, no 97-98.

77 Les deux textes sont IGLS, XIII, 9129 (corrections Bull. ép., 2001, 513) et 9133.

78 Beyrouth, Renan 1864-1874, 349 ; Tyr, Rey-Coquais 1977, no 134 et 137 où le personnage est également teinturier en pourpre ; Beth Shearim, CIJud, 1010 = Schwabe & Lifshitz 1967, no 92, il s’agit d’un banquier originaire de Palmyre ; Gérasa, Gatier 1985, 312, no 4 ; nummularii : Beyrouth, Virolleaud 1922, 81, no 3.

79 Zimmermann 2002, 137 citant Roueché 1995, 41.

80 Palmyre et l’Euphrate sur lesquels on reviendra fournissent très peu d’exemples, même si de nombreuses découvertes archéologiques ont permis d’étudier les tissus eux-mêmes (Schmidt-Colinet et al. 2000).

81 Rey-Coquais 1977, no 118B, 119 et 120 : πορφύρᾶς marchand de pourpre ou teinturier en pourpre (Bull. ép., 1970, 625) ; voir également no 137 avec un ἀληθεινοβάφος (teinturier en pourpre). À Deir el-Qalaa, deux purpurarii (CIL, III, 6685 et un inédit Rey-Coquais 1999, 623).

82 Rey-Coquais 1977, no 122-123 et 133. Voir ibid., 176 et l’inscription citée supra CIL, XIII, 1945.

83 Soie : à Beyrouth (Samuel σιρικάριος), Waddington 1870, no 1854c ; μεταξάριος à Tyr (Rey-Coquais 1977, no 22 et 98 : artisan ou commerçant en soie grège) ; en Syrie du nord, Jarry 1982, 76, no 8 (cité Rey-Coquais 1977, 157, n. 2). Coton (ὀθονιακός) dans une inscription inédite de Tyr, Rey-Coquais 2002, 254 ; cité également Rey-Coquais 1977, 156. Lin (λινοπώλης), CIJud, 931 : marchand de lin à Jaffa et λινύφοι en corporation à Gérasa (Welles 1938, no 190). Pour la laine, pas d’exemples syriens, mais une corporation d’eriemporoi palmyréniens en Égypte (SEG, 34, 1593 de Coptos, voir plus loin à propos du commerce de Palmyre). Enfin, signalons un tailleur à Sidon (Noy & Bloedhorn 2004, 26-27, Syr14).

84 Surtout à l’époque romaine. Rey-Coquais 2002, 263 : “c’est collectivement que le métier est socialement reconnu”.

85 Bull. ép., 2004, 375, p. 677. Voir aussi des κεραμεȋς à Gérasa (Welles 1938, no 79).

86 À Ascalon (Eck & Zissu 2001 : voir Bull. ép., 2002, 475 et AE, 2001, 1969), un Occidental est nauclerus de oeco poreuticor(um), appartenant donc à un collegium naviculariorum vraisemblablement installé sur place. On notera, en latin, la décalque du formulaire grec. Sidon : R. Mouterde dans Chéhab 1957, 103, no 5 (SEG, 40, 1791) au ive siècle p. C.

87 Ψεχλῶτοα (οἱ ἀπὸ τῆς τέχνης ψειλώτων) : diverses hypothèses ont été émises à leur sujet : pour Stucky et al. 2004 (Wachter 2005, 322, no 3), il s’agirait de tailleurs de pierre, d’après une racine sémitique hellénisée. Pour Rey-Coquais 2002, 254, ce sont des artisans utilisant les plumes pour confectionner des parures. Dernièrement D. Feissel (Bull. ép., 2004, 375, p. 676) a proposé de manière convaincante d’y voir des barbiers (de ψιλόω). Plusieurs textes inédits de Sidon signalent l’existence d’une association de barbiers (κουρεȋς).

88 À Bostra ou Gérasa ; à Bostra, on citera également les ἀσκοποιοί, fabricants d’outres (IGLS, XIII 9158-9160) et à Gérasa, une association de boulangers à Gérasa (inscription inédite, cité n. 59 supra).

89 Lifshitz 1967, no 73. Leur don prouve en tout cas une certaine aisance.

90 Clermont-Ganneau 1895, 100 (Waltzing 1899, 22, no 94 ; Wachter 2005, 321, no 1). Dans la publication récente d’inscriptions de Sidon, Wachter 2005, 322, no 2 : ἡ τέχνη Ε' κλεινοπη(γ)ῶν, interprétée comme “die fünfte Gilde (, die) der Klinenmacher” (voir aussi p. 326, no 14). Voir la liste d’associations professionnelles (noms d’association et simples collectifs) d’époque romaine en Syrie dans Sartre 2001, 806-807, où est soulignée la concentration en quelques sites (Palmyre, Bostra, Gérasa) des mentions.

91 Welles 1938, no 190 : ἡ ἱερὰ τέχνη λινύφων. Voir également une ἱερὰ πλατεȋα à Canatha (IGR, III, 1230). Pour le cas de Palmyre qui pose des problèmes de nature différente en raison du bilinguisme, cf. infra.

92 À Deir el-Qalaa, le seul koinon connu regroupe des publicains associés pour la levée du trentième (IGR, III, 1080 d’après Perdrizet 1901, 109) ; cf. CIL, III, 6671 ibid. pour la même association en latin : communis tricensimae. Autres exemples (inédits) dans Rey-Coquais 1999, 623 (voir Bull. ép., 2001, 485).

93 Associations à Délos, Pouzzoles, en Égypte (voir infra). Voir l’exemple cité supra (n. 86) à Ascalon : l’association est installée en Orient, mais il s’agit visiblement d’Occidentaux.

94 Respectivement CIJud, 931 (supra n. 83), CIJud, 928 (supra n. 70) et CIJud, 902 (supra n. 59). Pour la colonie égyptienne à Jaffa, voir Bull. ép., 2004, 393.

95 Par exemple Pieri 2005.

96 Voir Millar 1993, 309, n. 39 : le chameau arrive probablement du sud, par l’ancien royaume nabatéen.

97 Je renvoie également à un article sous presse dans les actes du colloque sur l’économie de la Syrie (Tours, juin 2003) : Yon à paraître.

98 14.3.3 “Batnae municipium in Anthemusia conditum Macedonum manu priscorum, ab Euphrate flumine breui spatio disparatur, refertum mercatoribus opulentis, ubi annua sollemnitate prope Septembris initium mensis, ad nundinas magna promiscuae fortunae conuenit multitudo, ad commercanda quae Indi mittunt et Seres, aliaque plurima vehi terra marique consueta”. Dans l’inscription de Baetocaecé (Hosn Suleiman : IGLS, VII, 4028), si l’organisation d’une foire, ainsi que les préposés à leur organisation, apparaissent explicitement, les marchands ne sont pas cités.

99 Spasinou Charax : Jos., AJ, 20.34 : Ἰουδαȋός τις ἔμπορος ’Aνανίας ὄνομα. “Hymne de la Perle”, voir Teixidor 1992, 39-40 et Poirier & Tissot 1997, 1418-1425.

100 Voir Tubach 1995 citant le Kölner Mani Codex. Ces témoignages sont à compléter par les sources talmudiques et plus généralement juives de Mésopotamie (ainsi pour des marchands de soie à Nisibe, à une date imprécise).

101 L’article cité précédemment (n. 97) sur les commerçants de l’Euphrate permet de ne pas entrer dans les détails ; on se contentera de dégager certains traits saillants, dans l’optique de la présente étude qui concerne principalement le vocabulaire employé.

102 P. Euphr., 6-7, 8 et 9. À Doura Europos, un parchemin syriaque est le contrat de vente d’une esclave (P. Dura, 28). Il s’agit d’actes officiels dont les copies ont été déposées dans les archives de la cité où a eu lieu la vente : à Marcopolis par exemple pour P. Euphr., 6-7, à Édesse (P. Dura, 28).

103 Voir Yon (sous presse). Absalmas fils d’Abidrôdakos du village de Beth-Phouraia qui a acheté l’esclave Immedabou, la revend neuf mois après, à un co-villageois, Samsaios (P. Euphr., 8). Ce type de transaction rapide est apparemment courant pour les ventes d’esclaves (d’après les exemples égyptiens), et les commentateurs, sans pouvoir l’assurer formellement, émettent parfois l’hypothèse qu’un ou plusieurs des acteurs de la vente sont des professionnels (Biezunska-Malowist 1977, 32-34 et 38-42 ; voir également Feissel & Gascou 1997).

104 Autre source sur ces marchands, sans vocabulaire spécifique pour les désigner, Jos., AJ, 12.209 (ἔποροι) et 299 (emporoi qui vont acheter les prisonniers) ; tous sont en fait marchands d’esclaves (dans le cadre des guerres des Macchabées). On rappellera également le rôle de Délos comme marché aux esclaves.

105 Les textes sont publiés dans Baur et al. 1933, 79-105 ; voir également Ruffing 2000 et Yon (sous presse). Pour un des rares exemples possibles de petit commerce, voir supra (n. 59) à propos des boulangers. Voir aussi un’pwtyqy (transcription du grec άποθηκάριος), Noy & Bloedhorn 2004, 136-139, Syr 83 (inscription de la synagogue).

106 Klhwn wmn nrḥwn hww ḥnwthwn mn lwt nhr’ (les termes désignant artisans et boutiques se retrouvent à Palmyre). Pour le texte syriaque, Guidi 1903, 3 (traduction latine dans Guidi 1907). Traduction française, Teixidor 1992, 45-47.

107 Doctrine d’Addaï 68 et 92 ; traduction française dans Desreumaux 1993 et 1997 ; texte syriaque et traduction anglaise dans Howard 1981. Plus généralement sur les rapports entre les voies commerciales et la christianisation, Teixidor 1992, 41 (avec références).

108 Par exemple Aggoula 1991, no 77 et 190 ; commerçants, ibid. no 65 (comme à Palmyre, il s’agit de qyny’et de tgr’). Pour plusieurs “emplacements” qui désignent sans doute des boutiques, ibid., no 7 ou 284 (dkt’).

109 On a découvert de nombreuses boutiques le long des rues principales de Palmyre. L’épigraphie fournit également le vocabulaire des installations commerciales, malgré la pauvreté générale du vocabulaire spécifique. Comme à Édesse, le mot ḥnwt’est traduit habituellement par “boutique” (Tarif de Palmyre, CIS, II, 3913, l. 55 du palmyrénien), mais le texte grec (l. 80 et 83) donne comme équivalent ἔργαστήριον (le mot apparaît aussi dans Bounni & Teixidor 1975, no 29). J. Teixidor (Teixidor 1984, 87) propose la traduction “échoppe”. Dans le texte grec, on a à la ligne 81 παντοπώλειον (et en palmyrénien, l. 53, la translittération du mot grec : pṭply). Voir aussi CIS, II, 3913, l. 81 du grec (échoppes pour l’artisanat du cuir ?). Sans nul doute, les échoppes servaient aussi de lieu de vente, d’où les taxes qui sont levées d’après le Tarif.

110 CIS, II, 4258, 4261, 4261bis et Cussini & Hillers 1996, no 5. On traduit généralement “artisan”, mais la traduction ne doit pas dissimuler le fait qu’ils étaient aussi commerçants, cas général dans le monde antique, comme nous l’avons déjà indiqué. Le cas des sculpteurs (fréquemment attestés) est différent puisque leur rapport avec le commerce est moins étroit : le mot employé est glwp’ (CIS, II, 3974 ; Cussini & Hillers 1996, no 1113 et 1941 ; Starcky 1949, no 110). On considère souvent qu’il s’agit d’une transcription du grec γλυφεύς, mais voir les doutes de Brock 2005, 11, n. 4.

111 On peut aussi supposer que ces mots désignent en fait une fonction religieuse, exercée au sein d’un sanctuaire.

112 Voir Cussini & Hillers 1996, 389.

113 En effet, ils apparaissent la plupart du temps à la fin de généalogies. Ce fait associé à la rareté générale des désignations professionnelles à Palmyre renforce cette interprétation : peut-être un ancêtre pratiquait-il lui-même le métier qui donne son nom à la famille. On connaît plusieurs cas de familles dans lesquelles le nom (propre) d’un ancêtre a la fonction d’un véritable nom de famille et ponctue toutes les généalogies.

114 Matthews 1984, 158.

115 Seyrig 1963, 161, no 1 : τὸ συμπόσιον σκυτ(έ)ων καὶ ἀσκοναυτοποιῶν ; les asconautes sont sans doute des bateaux flottant sur des outres.

116 CIS, II, 3945 : συντέ[χνια τῶν χρυσοχ]όων καὶ ἀργυ[ροκóπων] et en araméen tgm’ dy qyny’ ‘bd’ dhb’ wksp’. On a vu supra (n. 76) de nombreux exemples syriens de ces métiers.

117 Bounni & Teixidor, 1975, no 37 : [τὸ] συμπόσιον [τῶν] ου(α)ννων ; Dunant 1971, no 52 : τὸ συμπόσιον τῶν κονετων. Voir Kaizer 2002, 149-156 sur les diverses interprétations.

118 Est-ce que l’association d’orfèvres avait un rapport avec le commerce caravanier (financement ?) : il est tentant de le supposer, en particulier en considérant l’évolution ultérieure de ces métiers dans le reste du monde gréco-romain (voir Roueché 1995, supra n. 79). Il n’y a malheureusement aucun élément dans la documentation palmyrénienne pour permettre de l’affirmer. Un seul document renseigne peut-être sur le financement du commerce : il s’agit d’un graffito détaillant les comptes d’un homme d’affaires, et en particulier l’argent qu’il a prêté (pour le commerce, selon l’éditeur). L’interprétation d’ensemble est pourtant difficile : Gawlikowski 1986 (voir maintenant l’interprétation nouvelle de De Romanis 2004 : calcul de la valeur de la taxe payée en un mois sur les produits du commerce caravanier).

119 Parmi les interprétations proposées, outre un ethnique, un rapport avec vannus latin. Le mot konetai pourrait être également un nom de lieu ou un ethnique, mais là encore, par rapprochement avec les autres, plutôt des artisans. Ce seraient des ouvriers du stuc, ou du métal (qyny dans CIS, II, 3945), voire des joueurs de lyre.

120 Seyrig 1963, 162-163 : “sociétés auxquelles le banquet semble une façon naturelle de se réunir” (avec renvoi à Poland 1909, 259 sq. et 392 sq.).

121 Yon 2002, 40-43 sur cette fonction.

122 Restitution écartée par Poland (Poland 1909, 122, n. 5). Συντέχνία est le seul terme bien attesté dans ce contexte d’associations professionnelles.

123 Le mot est en particulier utilisé pour désigner l’ordre équestre à Rome, ou bien un corps de troupe.

124 Il est pourtant difficile d’en tirer des conclusions, si ce n’est que cette simultanéité est peut-être liée à un événement particulier. La documentation est commodément rassemblée dans Gawlikowski 1985.

125 Ἠ ἀπὸ Ὀλογασίας ἀναβᾶσα συνοδία πάντων Παλμυρηνῶν et [šyrt’ dy] tdmr klh dy slqt mn ’lgšy (Drijvers 1995) : “la caravane de tous les Palmyréniens, montée de Vologésias”.

126 Starcky 1949, no 90 : ή ἀναβᾶσα ἀπὸ Σπασινου Χαρακος συνοδία et šyrt’ dy slqt mn krk’, “la caravane montée de Spasinou Charax”.

127 Il s’agit donc de participants à la caravane, et non de la caravane en son entier.

128 Starcky 1949, no 87-88 daté de mars 157. Sur la restitution incertaine du nom de lieu, voir dernièrement P.-L. Gatier dans Bull. ép., 2005, 515.

129 Cantineau 1933b, no 6 de 19 p.C., Starcky 1949, no 114 de 138 ou CIS, II, 3949 de 211.

130 Starcky 1949, no 29 (161) : οἱ ἀναβάντες ἀπό Σπασινου Χαρακος ἔμποροι et tgry’dy slq mn krk’, “les marchands montés de (Spasinou) Charax”.

131 Et que ces derniers ne sont peut-être pas tous marchands ! Dunant 1971, no 45 : Soados a donné assistance à trois catégories, τοȋς ἐμπό[ροις], [ταȋς] συνοδί[α]ις et enfin τοῖς ἐν Οὐολογοσιά[δι] πολείταις.

132 Cantineau 1933a, 187, no 10 et Starcky 1949, no 96 : [ἔ]μποροι οἱ ἀν[αχ]θέντες ἀπὸ Σκυθ[ίας ἐν] πλύῳ Ονα[ιν]ου Αδδουδανου, “les marchands transportés depuis la Scythie dans le navire de Onainos fils de Addoudanos”.

133 SEG, 34, 1593 : deux personnages font partie des Ἁδριανῶν Παλμυρηνῶν ναύκλήρων ’Eρυθραικῶν et plus loin [Ἁ]δριανοὶ Παλμυρηνοὶ ἐριέμποροι. C’est le seul texte qui précise la nature du commerce fait par des marchands palmyréniens (la laine). Voir également à Denderah, SEG, 34, 1620 restitué grâce au précédent.

134 CIS, II, 3924 : [οἱ ἐν Σελεύκείᾳ ἔμπ]οροι Παλ[μυρηνοὶ καὶ Ἕλλην]ες, restitué grâce à l’araméen tdmry’ wywny’ dy bslwky’ : “les Palmyréniens et les Grecs qui sont à Séleucie” (le mot marchand n’apparaît pas dans la partie araméenne de ce texte ancien : août 19 p.C.) font une dédicace à un bienfaiteur du sanctuaire de Bel. Cantineau 1933b, no 11 (t[g]ry’ klhwn dy bmdynt bbl mn dy ‘dr bn[yn]’ dy h [y]kl’ dy bl) : “tous les marchands qui sont dans la ville de Babylone, parce qu’il a contribué à la construction du temple de Bel” ; daté de 24 p.C.

135 Voir ainsi un texte d’une station caravanière à quelques kilomètres de Palmyre pour Soados, grand caravanier, honoré par les caravaniers et dans le cas précis par le Conseil et le Peuple (SEG, 7, 135) : κτίσαντα [ἐν] Ὀλογα[σιαδι ναὸν τῶν Σε]βαστῶν. Un autre bienfaiteur (CIS, II, 3917 en 108) a fait à Vologésias “le hammana tout entier, lui et son emplacement, et il a aussi couvert l’addarona [andrôn ?] tout entier” (ḥmn’ klh hw w’trh w’p ṭll ’drwn’ klh) ; pour cette raison, il est honoré par un groupe tribal.

136 Starcky 1949, no 38 (131 p.C.).

137 Voir Will 1957, avec les remarques de Yon 1998.

138 L’inscription Cantineau 1933b, no 30 est ainsi un décret du Conseil et du Peuple en faveur d’un synodiarque.

139 Dunant 1971, no 45 : Αγεγου Ιαριβωλεους καὶ Θαιμαρσου τοῦ Θαιμαρσου συνοδιάρχων et [brb]nwt šyrt’ ḥ[ggw b]r [yrḥbwl’ wtymr]ṣw br tymrṣw. Voir également Drijvers 1995 (Allat).

140 Synodiarque : Cantineau 1933b, no 30 postérieur à 214, mais la dernière date précise est 199 p.C. (Starcky 1949, no 44). Pour les archemporoi, CIS, II, 3936 de 257 et CIS, II, 3942 vers 265.

141 Poland 1909, 114 qui pose la question de la réalité de la corporation (Vereine).

142 Voir le texte Starcky 1949, no 90 à l’énoncé extrêmement laconique.

143 Cf. Yon 2002, 112-118.

144 Young 2001, 151. L’un de ces ‘grands caravaniers’“does not appear to have had any other involvement in this caravan other than that of providing military help”.

145 Ibid., 171. L’inscription en question est CIS, II, 3942 : il est rappelé que Worod a fait revenir les caravanes à ses frais et a reçu des témoignages des archemporoi (ἀνακομίσαν[τα τ]ὰς συνοδίας ἐξ ἰδίων καὶ μαρτυρηθέντα ὑπὸ τῶν ἀρχεμπόρων).

146 Le terme d’origine perse signifie “commandant de forteresse” (CIS, II, 3940-1 et 3943). Voir Will 1996.

147 Sartre 1996, 389, à propos des inscriptions funéraires, mais cela est vrai pour l’ensemble de la documentation. La rareté des mentions de métiers est la même dans les inscriptions de Syrie à l’époque romaine.

148 IG, VII, 4262 l. 2-3 (à Oropos dans un contexte officiel) : εἰσαγάγοντες σȋτον. Ev. Matt., 21.12 : τοὺς πωλοῦντας καὶ ἀγοράζοντας ἐν τῷ ἱερῷ.

149 MAMA, 3, Denkmäler aus dem rauhen Kilikien.

Autore

Hisoma, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

© Ausonius Éditions, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540