Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique

 | 
Jean Andreau
, 
Véronique Chankowski

Première partie. Identité sociale et expression de l’économie

Le vocabulaire des installations commerciales en Grèce aux époques classique et hellénistique

Pavlos Karvonis

Texte intégral

  • 1 Outre les deux œuvres majeures de Hasebroek 1928 et de Rostovtzeff [1941] 1989, mentionnons Bresso (...)
  • 2 On peut signaler l’article de Bravo 1977, qui porte sur le commerce maritime et son organisation à (...)
  • 3 Vélissaropoulos 1977, 61 ; Vélissaropoulos 1980, 29-30 ; Casevitz 1993, 20.
  • 4 Bresson 1993, 222-224.

1Le rôle du commerce dans l’Antiquité grecque a déjà donné lieu à une bibliographie abondante1, mais certains aspects de cette activité commerciale ont été privilégiés, tandis que d’autres ont été négligés : c’est ainsi que le commerce entre les cités est mieux étudié que le commerce de proximité, à l’intérieur d’une même ville2. La notion d’emporion, terme qui est employé pour désigner les lieux où se tenait le commerce à grande échelle, est la seule à avoir été suffisamment étudiée ; plusieurs interprétations ont été proposées3, mais il n’est pas possible de donner une définition simple de ce concept4. Au contraire, le commerce de proximité dans les cités grecques n’a pas fait l’objet d’une étude systématique, l’agora n’a pas été vraiment étudiée en tant que place de marché et les installations qui servaient aux échanges commerciaux ne sont pas bien connues.

  • 5 Harris 2002.
  • 6 Ruffing 2002.
  • 7 Finkelstein 1935.
  • 8 Vélissaropoulos 1977, 65-66 ; Vélissaropoulos 1980, 37, 42, 49-53.
  • 9 Knorringa 1961, 50-52.
  • 10 Orlandos & Travlos 1986.
  • 11 Ginouvès 1998.

2E. M. Harris a étudié le rapport entre la spécialisation de la production et le développement du marché5 et fourni une liste de métiers relatifs à l’artisanat et au commerce, une évaluation du nombre de personnes qui travaillaient dans ces domaines, un commentaire sur l’organisation de l’Agora d’Athènes et sur les produits qu’on pouvait y acheter, ainsi qu’une partie consacrée à la production artisanale au sein de la maison. D’autre part, K. Ruffing a relevé les noms de métiers en – πώλης et – πράτης qui apparaissent dans les inscriptions, et en a tiré des conclusions concernant la spécialisation de la vente et l’organisation du marché6. En fait, les études dont nous disposons sur les personnes engagées dans le commerce visent surtout à établir une distinction entre les commerçants qui pratiquaient le commerce à grande échelle et les marchands de détail et à éclaircir quelques questions de vocabulaire les concernant. C’est dans cette perspective que M. I. Finley avait examiné les termes emporos, nauklèros et kapèlos7 et que J. Vélissaropoulos a défini les termes d’emporos, nauklèros et phortègos8. H. Knorringa avait fait lui aussi la distinction entre emporos et kapèlos et a rassemblé les noms de certains métiers de commerce de proximité, mais il s’est limité aux œuvres d’Aristophane et sa liste est incomplète9. Les dictionnaires d’architecture de A. K. Orlandos et I. N. Travlos10 et de R. Ginouvès11 constituent un point de départ incontournable, puisqu’ils comprennent l’essentiel du vocabulaire utilisé pour décrire les installations artisanales et commerciales, mais le recensement est loin d’être complet, surtout en ce qui concerne le vocabulaire des installations commerciales.

3Notre objectif est de présenter le vocabulaire que les Anciens employaient pour désigner les installations commerciales et d’examiner l’organisation du commerce telle qu’elle apparaît à travers cette étude de vocabulaire. Nous essaierons plus précisément de voir si ce vocabulaire révèle une spécialisation technique de la production et de la vente, puisque cela a des conséquences immédiates sur l’organisation du commerce et le développement des échanges.

  • 12 Les exemples sont très nombreux, mais nous mentionnerons seulement l’édifice commercial athénien d (...)
  • 13 Infra, p. 41-42.
  • 14 Infra, p. 42-44 et p. 46.

4Les installations commerciales servaient à la fois au commerce extérieur, surtout dans le cas où elles faisaient partie de l’emporion, et au commerce de proximité, aux achats quotidiens des habitants des villes grecques. Nous pouvons distinguer deux catégories d’installations commerciales, qui seront toutes deux étudiées ici : les installations temporaires et les installations permanentes. La première catégorie comprend des constructions temporaires et mobiles, en matériaux périssables, qui servaient au commerce ; la seconde comprend des édifices consacrés à la vente des marchandises. Dans les deux cas, les marchandises vendues pouvaient être fabriquées sur place. Cela semble être confirmé aussi bien par l’archéologie12 que par les textes, comme on le verra plus loin13, et nous amène à examiner le vocabulaire des installations artisanales au même titre que celui des installations commerciales. Nous allons également étudier le vocabulaire des bâtiments de stockage qui, eux aussi, pouvaient servir de locaux de vente14.

  • 15 Cet article reprend certaines conclusions de ma thèse, intitulée “Lieux et locaux de vente dans la (...)

5Notre recherche15 porte sur l’époque classique et l’époque hellénistique, puisque la majeure partie des termes qui nous intéressent apparaissent pour la première fois dans un contexte commercial à l’époque classique et ne changent pas de signification à l’époque hellénistique. Nos sources proviennent donc essentiellement de ces deux périodes, mais nous avons retenu les œuvres des lexicographes et des scholiastes, qui sont très riches en informations.

6Précisons enfin que c’est seulement le vocabulaire relatif à ces installations qui sera traité ici, même si les textes littéraires et les documents épigraphiques nous fournissent de nombreuses informations sur les institutions et les questions juridiques concernant notre sujet.

7La documentation disponible est assez riche et comprend des textes épigraphiques et littéraires. Si les premiers se réfèrent à l’époque où ils ont été gravés, les seconds peuvent se référer non seulement à la réalité contemporaine, mais aussi à une époque antérieure à celle de leur rédaction. Ces documents peuvent être classés en trois catégories. La première comprend les textes qui se réfèrent au lieu où se faisaient les échanges commerciaux. La deuxième est constituée de documents qui nomment les installations commerciales, soit en termes généraux, qui révèlent une activité commerciale sans la préciser, soit en termes précis qui caractérisent cette activité. La troisième catégorie concerne l’équipement de ces installations, qui peut, soit être indépendant et constituer un lieu de vente temporaire, soit appartenir à une construction permanente.

  • 16 Orlandos & Travlos 1986, 3 ; Ginouvès 1998, 185.
  • 17 Orlandos & Travlos 1986, 3 ; Ginouvès 1998, 183 ; Marc 1998, 3.

8Les textes de la première catégorie emploient le terme ἀγορά pour désigner l’espace consacré au commerce. Ce terme peut être traduit par marché, dans le sens d’un “espace aménagé pour la vente des biens commerciaux”16. Le mot ἀγορά est parfois utilisé seul et sans autre précision ; dans ce cas, c’est le contexte qui nous permet de comprendre son sens. L’inscription des Mystères d’Andania (IG, V, 1, 1390 A), qui date de la première décennie du ier siècle a.C., illustre bien cette utilisation du mot : ’γορᾶς. οἱ ἱεροί τόπον ἀποδειξάντω ἐν ὧι πραθήσεται πάντα (“En ce qui concerne le marché. Que les hieroi désignent un lieu où tout sera vendu”). Ce sens du mot ἀγορά se retrouve dans un passage de Polybe sur Thermos d’Étolie (Histoires, 5.8.8). Il s’agit ici, comme à Andania, d’un marché provisoire lié à la panégyrie. Une inscription athénienne du milieu du ive siècle a.C., trouvée à Sounion (IG, II2, 2832), mentionne une ἀγορά, qui a certainement une vocation commerciale, puisque le texte parle d’un espace qui sera utilisé pour les transactions commerciales, mais son caractère permanent ne nous permet pas d’exclure les fonctions politique, religieuse ou culturelle, propres à l’agora grecque17.

  • 18 Maiuri 1925, 147, n. 440.

9Pour pallier l’ambiguité du terme ἀγορά et désigner clairement le marché, ἀγορά est souvent suivi d’un adjectif qui révèle l’activité commerciale qui s’y tenait. C’est ainsi que l’on trouve une γυναικεία ἀγορά, marché réservé aux femmes, où l’on pouvait acheter des articles féminins (Poll., Onomasticon, s. v. γυναικεία ἀγορά 10.18.11). Le plus souvent, l’adjectif qui accompagne ἀγορά est formé par le mot de la marchandise et le suffixe -πωλις, qui dérive du verbe πωλέω et introduit la notion de vente. Une ἀγορά ἰχθυόπωλις, marché au poisson, existait à Cos au ive ou au iiie siècle a.C.18 et une autre est attestée à Athènes, par la vie d’Hypéride, attribuée à Plutarque (849 E, 1). Une ἀγορά σιτόπωλις, marché au blé, est mentionnée à Priène vers 200 a.C. (I von Priene, 81, l. 6). Une citation de Pollux sur Athènes nous fait connaître une ἀγορά ἱματιόπωλις ou σπειρόπωλις, marché aux vêtements (Onomasticon, s. v. ἱματιόπωλις 7.78.1). Eustathe signale l’ἀγορά Κερκώπων, le marché des Cercopes, situé près de l’Héliée, où étaient vendus les objets volés (Odyssée, 1.77.22). Ce marché était nommé d’après les Cercopes, qui étaient des voleurs mythiques. Faut-il en conclure que ces marchés athéniens étaient réservés à ces produits ? Sans doute, puisque cette organisation est par ailleurs bien attestée à Athènes par deux témoignages explicites. L’un est de Pollux (Onomasticon, s. v. μύρα 10.19.2) : ὥσπερ οἱ ’Αττικοί άπὸ τῶν πιπρασκομένων καὶ τὰ χωρία ὠνόμαζον (“exactement comme les Attiques nommaient les endroits d’après les produits qui y étaient vendus”) et l’autre une scholie à Eschine (Contre Timarque, 1.65) : ’Από γάρ τῶν πιπρασκομένων ἔν τινι τόπῳ ἐκάλουν οἱ ’Αθηναῖοι τὸν τόπον (“Car les Athéniens appelaient un endroit d’après les produits qui y étaient vendus”). Cette manière de faire était donc apparemment proprement athénienne.

10Nombreux sont les textes qui nous donnent les noms de ces espaces commerciaux. On trouve un grand nombre de marchés alimentaires, parmi lesquels le marché au poisson (ὄψoν) est le mieux représenté, puisqu’on le rencontre chez Eschine (Contre Timarque, 1.65), chez Strabon (Géographie, 14.2.21) et chez Pollux (Onomasticon, s. v. βιβλιοθῆκαι 9.47.1 et s. v. μύρα 10.19.2). On remarque cependant que le mot ὄψoν peut aussi désigner le marché des produits alimentaires, comme il résulte de la scholie au passage du discours d’Eschine Contre Timarque que l’on a cité plus haut (Toὔψoν : ὅ ἐστιν ἐν τῇ ἀγορᾷ, ἔνθα τὰ ὄψα, οἱονεὶ πάντα τὰ ἐδέσματα πιπράσκεται). Lysias (Contre Pancléon, 23.6) et Pollux (Onomasticon, s. v. μύρα 10.19.2) mentionnent un marché au fromage frais (εἰς τὸν χλωρὸν τυρὸν). Aristophane parle d’un marché aux légumes (κἀν… τοῖς λαχάνοισιν ) (Lysistrata, 557) et d’un marché à la farine (ἐπ’ ἄλφιτα) (Assemblée des femmes, 819). Il y avait encore un marché de viande de boucherie appelé κενέβρεια, suivant Erotianos (Glossarium Hippocraticum, s. v. κενέβρεια 82, 9) et un marché à la viande d’âne (μεμνόνεια) selon Pollux (Onomasticon, s. v. μεμνόνεια 9.48.7). On trouve un marché aux olives (ταῖς ἐλαίαις) chez Plutarque (De la tranquillité de l’âme, 470 E, 10) et un marché à l’huile (ἐς τοὔλαιον) chez Pollux (Onomasticon, s. v. βιβλιοθῆκαι 9.47.1). Théophraste (Caractères, L’incongru, 9.4.1) mentionne un marché aux noix, aux baies de myrte et aux fruits (κάρυα, μύρτα, ἀκρόδρυα). D’autres marchés sont attestés par Pollux, comme celui au vin (ἐς τὸν οἶνον), à l’ail (εἰς τὰ σκόροδα) et aux oignons (εἰς τὰ κρόμμυα), (Onomasticon, s. v. βιβλιοθῆκαι 9.47.1).

11En ce qui concerne les autres produits, un marché aux marmites (κἀν ταῖσι χύτραις) se trouve dans Aristophane (Lysistrata, 557) et Pollux (ἐς τὰς χύτρας) (Onomasticon, s. v. βιβλιοθῆκαι 9.47.1). Aristophane nous parle encore d’un marché aux fleurs (ἐν ταῖς μυρρίναις) (Thesmophories, 448), alors qu’un marché aux lampes (ἐν τοἰς λύχνοισι) se trouve dans une scholie à Aristophane (Paix, 692). Athénée mentionne un marché aux couronnes (ἐν τοῖς στεφάνοις) (Deipnosophistes, 9.380 f). Un marché aux tuniques (ταῖς ἐξωμίσι) est attesté par Plutarque (De la tranquillité de l’âme, 470 E. 10). Pollux mentionne un marché aux livres (βιβλιοθῆκαι, βιβλία) (Onomasticon, s. v. βιβλιοθῆκαι 9.47.1), aux objets sans valeur (περὶ τὰ γέλγη) (Onomasticon, s. v. βιβλιοθῆκαι 9.47.1), à l’encens (εἰς τὸν λιβανωτόν) (Onomasticon, s. v. βιβλιοθῆκαι 9.47.1), aux parfums (εἰς τῶν ἀρωμάτων) (Onomasticon, s. v. βιβλιοθῆκαι 9.47.1) et (εἰς τὰ μύρα) (Onomasticon, s. v. μύρα 10.19.2) ainsi qu’un marché aux esclaves (εἰς τὰ ἀνδράποδα) (Onomasticon, s. v. μύρα 10.19.2).

12Ces textes constituent pour nous des témoignages précieux, non seulement pour apprécier la diversité des produits disponibles à Athènes, mais aussi parce qu’ils nous renseignent sur l’organisation du commerce de la cité. On peut se demander si tous ces produits étaient disponibles à l’Agora ou s’il y avait d’autres points dans la ville où les marchands pouvaient se regrouper. Les éléments dont on dispose ne permettent pas de répondre à cette question. La tendance des Athéniens à appeler un lieu de vente d’après les produits qui y étaient vendus signifie en tout cas que les lieux réservés au commerce étaient organisés de manière rationnelle. Ceci est confirmé par un passage de Xénophon (Économique, 8.22.1), qui dit que chaque chose se trouve à un emplacement fixé (ἐν χώρᾳ κεῖται τεταγμένῃ) et par un passage d’Athénée (Deipnosophistes, 14.640b), qui dit que tous les produits étaient vendus à un seul endroit à Athènes (ἐν τῷ γὰρ αὐτῷ πάνθ’ ὁμοῦ πωλήσεται ἐν ταῖς ’Aθήναις).

  • 19 De Ruyt 1983, 263-264.

13Le mot κύκλοι est aussi employé pour désigner le marché. Nos sources parlent de marché aux esclaves (Harp., Lexique, s. v. κύκλοι 186.3 ; Poll., Onomasticon, s. v. πωλητήριον 7.11.1), mais aussi d’autres produits (Poll., Onomasticon, s. v. πωλητήριον 7.11.1 et s. v. κύκλοι 10.18.1 ; Hsch., Lexique, s. v. κύκλος 4478.1). Le mot κύκλοι, cercles, suppose un aménagement circulaire du marché, ce qui est confirmé par les textes évoqués ci-dessus. Ce qui pose problème est l’origine de cet aménagement : Harpocrate l’attribue au fait que les esclaves à vendre se tenaient en formant un cercle (κύκλοι ἐκαλοῦντο οἱ τόποι ἐν οἷς ἐπωλοῦντό τινες · ὠνομάσθησαν δὲ ἀπὸ τοῦ κύκλῳ περιεστάναι τοὺς πωλουμένους) et une scholie aux Cavaliers d’Aristophane suggère que cet aménagement provient de la tholos macelli (ὁ δὲ κύκλος ’Aθήνησίν ἐστι καθάπερ μάκελλος ἐκ τής κατασκευῆς τὴν προσηγορίαν λαβών). Un passage de Pollux (Onomasticon, s. v. πωλητήριον 7.11.1) oblige cependant à se demander si cette dernière interprétation n’est pas due à une erreur de la part du scholiaste, puisqu’il nous apprend que le nom était employé dans la Comédie Nouvelle, ce qui signifie qu’il était déjà en usage au ive siècle a.C., bien avant l’apparition des premiers macella en Grèce, qui se situe à la fin du ier siècle a.C. ou au tout début du ier siècle de notre ère19. Nous pouvons donc accepter l’interprétation d’Harpocrate, puisque les sources ne la contredisent pas, mais il est également possible que l’explication de cette appellation nous échappe, car nous avons peu de textes de la Comédie Nouvelle.

  • 20 Ginouvès 1998, 188, n. 133.

14Il convient enfin de mentionner le mot de δεȋγμα, qui apparaît chez Lysias (fr. 6.1.6.4), Xénophon (Helléniques, 7.1.21) et Démosthène (Contre Lacritos, 35.29), mais dont le sens est expliqué par Pollux (Onomasticon, s. v. 9.34.3) : Τὰ δὲ περὶ τοὺς λιμένας μέρη, δεȋγμα, χώμα, ἐμπόριον, καὶ ὡς ̔Υπερείδης φησίν, ἐξαίρεσις, ὅπου τὰ φορτία ἐξαιρεῖται, ὥσπερ καὶ τὸ δεῖγμα, τοὔνομα ἀπὸ τοῦ δεȋγματα τῶν ἀγωγίμων τοῖς ὠνητιῶσι δίδοσθαι (“Les endroits autour des ports (s’appellent) deigma, chôma, emporion, et, comme dit Hypéride, exairesis, où les cargaisons se font débarquer, de même que le deigma, dont le nom (provient) du fait que des spécimens des cargaisons sont présentés aux acheteurs”). Il s’agit donc d’un lieu d’exposition de marchandises, situé sur le port20, mais qui, dans la pratique, pouvait aussi fonctionner comme un marché.

15Parmi les termes qui désignent les installations commerciales, temporaires ou permanentes, on distingue les termes généraux, qui indiquent seulement une activité commerciale, et les termes précis, qui nous apprennent de quelle activité il s’agissait. Les termes généraux comprennent deux catégories de mots : ceux qui indiquent une activité artisanale ou commerciale et ceux dont le sens est donné par le contexte. La première catégorie comprend des mots comme ἐργαστήριον, πωλητήριον, πρατήριον, καπηλεȋον, et ἀποθήκη, alors que la seconde catégorie est composée de mots comme οἴκημα, στοά, σκηνή, οἰκία.

  • 21 Orlandos & Travlos 1986, 115 ; Ginouvès 1998, 111, 118.
  • 22 Malay 1983, 1-20, no 3, l. 135.

16Le terme le plus fréquent est ἐργαστήριον, qui signifie atelier21. Les mentions de ce terme dans ce sens sont très nombreuses et nous nous contenterons de signaler un passage de Démosthène (Contre Aphobos, I, 27.9.4), ainsi qu’une inscription d’Athènes (IG, III, 3 App. 68 a, l. 7) où nous avons ce mot sans autre précision. On a vu que les ateliers n’avaient pas seulement une vocation artisanale, mais pouvaient aussi fonctionner comme locaux de diffusion des produits fabriqués ; ceci est confirmé par une inscription athénienne de la fin du iie siècle a.C. (IG, II², 1013, l. 9) : [τοὺ]ς πωλοῦν[τ]άς τι ἐν τῆι ἀγορᾶι ἢν ἐν τοȋς έργαστηρίοις ἢ τοȋς καπηλείοις ἢ οἰνῶσιν ἢ ἀπο[θήκαις] (“ceux qui vendent quelque chose dans l’Agora ou dans les ateliers ou dans les boutiques ou dans les celliers ou dans les entrepôts”). D’une manière générale, le mot ἐργαστήριον pouvait être utilisé pour décrire les locaux à vocation exclusivement artisanale, les locaux qui avaient une double fonction, artisanale et commerciale, ainsi que les installations uniquement commerciales. Un passage de Diodore de Sicile (Bibliothèque Historique, 13.84.2), se référant aux préparatifs pour l’éclairage de la ville pendant la fête du mariage de la fille d’Antisthène d’Agrigente, le confirme. Étant donné que ces préparatifs concernent toute la ville, le terme ἐργαστήριον comprend l’ensemble des installations artisanales et commerciales. Une inscription de Kymè22, qui se réfère aux pièces d’un portique en les appelant ἐργαστήρια, apporte une preuve supplémentaire de l’utilisation de ce mot pour désigner les ateliers et les boutiques ; en effet, ces pièces, qui s’appellent habituellement οἰκήματα, comme on le verra plus loin, n’avaient pas une fonction précise et elles pouvaient servir d’ateliers ou de boutiques, selon le métier du locataire. Ceci est également vrai pour les pièces qui bordaient les rues des villes, comme le montre un passage d’Eschine (Contre Timarque, 1.124.1) : ’Eὰν δ’ εἰς ἓν δήπου τούτων τῶν ἐπι ταῖς όδοῖς ἐργαστηρίων ἰατρός εἰσοικίσηται, ἰατρεȋον καλεȋται ἐὰν δ’ ὁ μὲν ἐξοικίσηται, εἰς δὲ τὸ αὐτὸ τοῦτο ἐργαστήριον χαλκεὺς εἰσοικήσηται, χαλκεȋον ἐκλήθη, ἐὰν δὲ κναφεύς, κναφεȋον, ἐὰν δὲ τέκτων, τεκτονεῖον ἐὰν δὲ πορνοβοσκός καὶ πόρναι, ἀπὸ τῆς ἐργασίας εὐθύς ἐκλήθη πορνεȋον (“Qu’un médecin vienne s’établir dans une de ces pièces qui bordent nos rues, celle-ci prend le nom de cabinet médical. Et si, dans ce même endroit, le médecin étant parti, s’établit un forgeron, le local s’appelle alors forge, ou atelier de foulon si c’est un foulon qui l’occupe ou atelier de charpentier si c’est un charpentier ; enfin, quand des prostituées viennent s’y installer avec leur patron, la maison en prend aussitôt le nom de bordel”). Le mot ἐργαστήριον prend dans ce passage un sens encore plus large et désigne tout local où des produits ou des services pouvaient être échangés contre de l’argent.

17Il est cependant possible de préciser l’activité qui se déroulait dans l’atelier, tout en utilisant le mot ἐργαστήριον, si l’on ajoute à ce dernier le nom des artisans qui y travaillaient, comme dans un passage de Plutarque (Pélopidas, 12.1.4) : ἐργαστήρια δορυξόων καὶ μαχαιροποιῶν (“ateliers de fabricants de lances et d’épées”).

  • 23 IK 28.1-Iasos, 1, l. 44 : Εὔδνκος [Σα]μίο ἐπρίατο καπηλεȋον τῶν Πολεμάρχο παίδων [στα]τήρων δεκαέξ (...)
  • 24 IG, II², 1013, l. 9 : [τοὺ]ς πωλοῦν[τ]άς τι ἐν τῆι ἀγορᾶν ἢ ἐν τοȋς ἐργαστηρίονς ή τοȋς καπηλείοις (...)

18Un autre terme très fréquent est καπηλεȋον. Il peut avoir le sens de taverne (Isoc., Aréopagitique, 7.49.1), de boutique de marchand de vin (Poll., Onomasticon, s. v. καπηλεȋον 7.193.6) ou de boutique (IG, II², 1013, l. 9). Il est le plus souvent difficile de retrouver son sens exact, quand il apparaît seul et sans autre précision (SEG, 29 [1979], 159, l. 1-2 ; IK, 28.1-Iasos, 1, l. 44 ; IG, XI, 2, 156 Α, l. 15)23, mais l’inscription IG, II², 1013, l’inscription IG, XII, 6, 169 de l’Héraion de Samos, ainsi qu’un passage de Pollux (Onomasticon, s. v. οἰκήματα 9.34.40) le mettent clairement en rapport avec le commerce24. Il faut noter que tous ces textes ne mettent jamais καπηλεῖον en rapport avec un local de production et que ce terme semble être lié uniquement à la vente.

19Même chose pour πωλητήριον et πρατήριον qui signifient boutique, comme on le voit chez Pollux (Onomasticon, s. v. πωλητήριον 7.11.1) : καὶ ὁ μὲν τόπος ὅπου πιπράσκουσι, πωλητήριον ἄν καλοῖτο, καὶ ὡς παρ’ Ήροδότῳ πρατήριον (“et le lieu où l’on vend pourrait s’appeler pôlétérion, et suivant Hérodote pratérion”), mais leur usage est rare, peut-être parce que leur sens est trop précis pour la réalité antique : la variété des fonctions des pièces consacrées au commerce était sans doute mieux exprimée par des termes comme ἐργαστήριον et καπηλεȋον, qui avaient un sens plus large.

  • 25 Supra, p. 41.

20Le mot ἀποθήκη signifie entrepôt, comme l’indique Pollux (Onomasticon, s. v. οινών 1.79.5). L’inscription IG, II², 1013, citée plus haut25, montre pourtant que les entrepôts n’étaient pas seulement des locaux de stockage, mais qu’ils pouvaient aussi fonctionner comme locaux de vente, ce qui confirme la polyvalence de ces installations. Inversement, il est très probable que les ateliers et les boutiques fonctionnaient comme locaux de stockage des marchandises qui y étaient mises en vente.

  • 26 Orlandos & Travlos 1986, 187 ; Ginouvès 1998, 117, 118.
  • 27 IG, XI, 2, 158 A, l. 21 ; IG, XI, 2, 161 A, l. 16 ; IG, XI, 2, 162 A, l. 13 ; IG, XI, 2, 203 A, l. (...)
  • 28 Béquignon 1935, 514-519 ; Decourt 1995, 64-68.
  • 29 IG, XII, 2, 14 ; Labarre 1996, 259-260 ; Hellmann 1999, 58.

21Les Grecs anciens employaient très largement des mots neutres pour désigner les locaux de production et de vente. C’est le cas du mot οἴκημα, local, qui peut signifier boutique ou atelier selon le contexte26. Un texte attribué à Aristote (Mirabilia, 832b. 21) nous donne une attestation de ce mot dans le sens de boutique, mais ce sont surtout les inscriptions qui nous aident à mieux saisir son sens. Les inscriptions de Délos mentionnent à plusieurs reprises27 les boutiques du commerçant Éphésos, appelées οἰκήματα. Dans la dédicace d’un portique, à Pharsale28, et dans le cahier des charges pour la construction d’un portique à Lesbos29, le mot οἴκημα désigne les pièces ouvrant sur la galerie du portique, qui étaient sans doute des locaux artisanaux ou commerciaux. Ces pièces sont ici décrites avec un nom neutre, qui convient mieux à leur fonction que le mot ἐργαστήριον utilisé dans l’inscription de Kymè. Ces οἰκήματα loués constituaient une source de revenus pour le propriétaire du portique, mais l’activité exacte n’est pas précisée et ne pouvait pas l’être, puisqu’elle pouvait changer fréquemment. C’est pourquoi l’on a employé un terme neutre pour les décrire.

22Le mot στοά, portique, est aussi employé pour désigner une installation commerciale, accompagné d’un adjectif formé par le nom de la marchandise qui y était vendue et le suffixe -πωλις. Nos sources témoignent de l’existence d’un portique où l’on vend la farine, στοά ἀλᵠιτόπωλις (Aristoph., Assemblée de femmes, l. 686) à Athènes ; d’un portique où l’on vend des plats ou de la farine, στοά ἀλεκανόπωλις ou ἀλευρόπωλις à Lesbos (IG, XII, 2, 14, l. 12-13), et d’un portique où l’on vend des parfums, στοά μυρόπωλις, à Mégalopolis (Paus. 8.30.7). Ces portiques, dont la configuration architecturale nous est inconnue, devaient fonctionner comme des marchés : ils abritaient les commerçants et devaient rassembler une grande partie du commerce des produits dont le nom a fini par caractériser le bâtiment entier. Cependant, il ne faut pas enlever à ces portiques leur polyvalence, car ils pouvaient très bien avoir d’autres fonctions, mais il faut les comprendre comme des points de vente par excellence de certains produits. Leur emplacement privilégié et le fait qu’ils constituaient des points de rencontre a naturellement attiré les commerçants.

  • 30 Orlandos & Travlos 1986, 231 ; Ginouvès 1998, 139.
  • 31 Ginouvès 1998, 154.

23Le mot σκηνή, tente, mais aussi bâtiment de scène30 et cabane31, est parfois utilisé dans un contexte commercial, comme le montrent des passages de Théophraste (Caractères, 23.8.28), Harpocrate (s. v. σκηνίτης, 275.14) et Pausanias (10.32.14) sur la fête d’Isis à Tithorée. Les matériaux de construction de la tente, le bois, les claies de roseaux et le tissu, font penser à des installations temporaires, ce qui est confirmé par le texte de Pausanias cité ci-dessus, puisque les tentes étaient utilisées pour la foire d’une panégyrie qui se tenait deux fois par an. Mais l’utilisation des matériaux périssables n’est pas incompatible avec le caractère permanent de certaines installations : de telles constructions devaient aussi abriter les commerçants ou les artisans qui vendaient leurs produits dans les marchés, tels que nous les avons présentés plus haut.

  • 32 Les mentions étant très nombreuses, on se contente de signaler les inscriptions les plus complètes (...)
  • 33 Molinier 1914, 19-34 ; Hennig 1983, 424, 439, 460 ; Hellmann 1992, 293.
  • 34 Molinier 1914, 34.
  • 35 Molinier 1914, 22, 29, 30.
  • 36 Hennig 1983, 418.

24Le mot οἰκία, qui signifie maison, a un emploi particulier à Délos ; les inscriptions déliennes mentionnent un ensemble de bâtiments appartenant à Apollon, appelés ἱɛραί οἰκίαι 32, dont certains ont été considérés comme des édifices commerciaux, composés de locaux de production, de vente et de stockage33. S. Molinier a identifié six édifices ou ensembles de bâtiments voués au commerce et à l’industrie34. À l’exception des cas comme la maison où Parménion travaille le bronze (IG, XI, 2, 287 A, l. 38) ou la maison d’Éphésos (ID, 442, A, l. 141), où les inscriptions fournissent la preuve de la vocation artisanale ou commerciale de l’édifice, ces identifications reposent essentiellement sur la personnalité de leurs locataires35. La personnalité du locataire, surtout quand il s’agit d’un riche délien qui loue plusieurs locaux à la fois, et le loyer élevé, sont les critères selon lesquels D. Hennig identifie les maisons sacrées à destination artisanale ou commerciale36.

25Les termes précis peuvent être divisés en trois catégories, selon l’activité à laquelle ils se réfèrent : certains désignent une activité artisanale, d’autres une activité commerciale et d’autres encore des locaux de stockage.

26Le procédé le plus fréquent pour préciser la nature de l’atelier est d’utiliser le suffixe -εȋον ou -ποιεȋον précédé du mot qui désigne l’activité. Les termes ainsi formés sont nombreux : ἀλφιτεῖον, atelier où l’on travaille la farine (Poll., Onomasticon, s. v. ἀλφιτεȋον 7.9.1) ; ἀλφιτεȋον, boulangerie (Poll., Onomasticon, s. v. ἀρτοπτεȋον 10.112.4) ; βαφεȋον ou πορφυροβαφεȋον teinturerie (Str., Géographie, 17.3.18.3) ; γναφεȋον ou κναφεȋον, atelier de foulon (Lys., Contre Pancléon, 23.2.1 ; Esch., Contre Timarque, 1.124.1 ; Poll., Onomasticon, s. v. κναφεȋον 7372). ; ἐλαιουργεȋον, huilerie (D. L., Vies des philosophes, Thalès, 1.26.7) ; ἐριουργεȋον, atelier de tissage (Poll., Onomasticon, s. v. ἱστῶν 7.28.8) ; ἡνιοποιεȋον, sellerie (Xen., Mémorables, 4.2.1.10) ; κεραμεȋον, atelier de potier (Esch., Contre Ctésiphon, 3.119.3 ; ID, 98 Ba, l. 33 ; Hsch., Lexique, s. v. κεραμεȋα 2262.1) ; πλινθεȋον ou πλινθουργεȋον, briqueterie (Etym. Magnum, s. v. πλίνθος 677.30) ; σιδηρεȋον, forge (IG, XI, 2, 156 A, l. 3 ; IG, XI, 2, 161 A, l. 19 ; IG, XI, 2, 287 A, l. 37 ; ID, 290, l. 129) ; σκυτοτομεȋον ou σκυτεȋον, cordonnerie (Lys., Pour l’invalide, 24.19.3 ; Poll., Onomasticon, s. v. σκυτεȋα 7.80.5) ; τεκτονεȋον, charpenterie (Esch., Contre Timarque, 1.124.1 ; ID, 1417 B II, l. 163) ; χαλκεȋον, atelier de bronzier (And., Sur les mystères, 1.40 ; Esch., Contre Timarque, 1.124.1 ; Hdt., Histoire, Cleio, 1.68.1 ; ID, 98 Ba, l. 35) ; χρυσοχοεȋον, orfèvrerie (Dem., Contre Midias, 21.22.1 ; Zeno Stoic., Fragments, 246.9).

27Les sources nous donnent encore quelques noms d’ateliers, comme ἱστεών ou ἱστῶν (Men., Samienne, 234 ; Poll., Onomasticon, s. v. ἱστῶν 7.28.8 ; Hsch., Lexique, s. v. ἱστῶν 1011.1) ; ἰστιορράφιον, atelier de rapiéceur de toiles à voile (ID, 1416 B I, l. 92) ; μυλών, meunerie (SEG, 35 [1985], 136) et πισύγγιον, cordonnerie (Poll., Onomasticon, s. v. πισύγγους, 7.82.1).

  • 37 Orlandos & Travlos 1986, 21 ; Ginouvès 1998, 158-159 ; Gatier 2001, 11.
  • 38 Orlandos & Travlos 1986, 63 ; Ginouvès 1998, 161.
  • 39 Hellmann 1992, 48-51, avec un inventaire de l’apparition du mot dans les inscriptions de Délos ; H (...)

28Signalons enfin l’usage exceptionnel et propre à Délos des mots ἀνδρών, ἀνδρωνȋτις et γυναικωνȋτις pour désigner des ateliers. Le mot ἀνδρών désigne habituellement la salle de banquet37 (Plut., Alcibiade, 4.5.4) ou l’appartement des hommes (Xen., Économique, 9.5.1), alors que γυναικωνȋτις signifie l’appartement des femmes38 (Xen., Économique, 9.5.1), mais M.-Chr. Hellmann a montré qu’ils peuvent avoir respectivement le sens d’ateliers réservés aux hommes et d’ateliers réservés aux femmes dans les inscriptions de Délos39.

29Pour décrire avec précision un lieu de vente, le grec ancien emploie le suffixe -πώλιον ou -πωλεȋον, précédé d’un mot qui précise l’activité. Il en résulte une grande variété de termes, comme ἀλεκτρυοπώλιον, la boutique de marchand de volailles (Poll., Onomasticon, s. v. ἀλεκτρυοπώλιον 7.136.1) ; ἀρτοπώλιον, la boulangerie (Aristoph., Grenouilles, 111 ; Poll., Onomasticon, s. v. ἀρτοπώλιον 7.21.1) ; βιβλιοπωλεȋον, la librairie (Ath., Deipnosophistes, 1.1d. 13) ; ἐριοπώλιον, la boutique de marchand de tissus (Zeno Stoic., Fragments, 246.9) ; ἐφθοπώλιον, la boutique d’aliments cuits (Ath., Deipnosophistes, 3.94c. 1) ; ἰχθυοπώλιον, la poissonnerie (Thphr., Caractères, Le cynique, 7.9.1) ; κεραμοπωλεȋον, la boutique de marchand de céramique (Poll., Onomasticon, s. v. κεραμοπωλεȋον 7.161.5) ; κρεωπώλιον ou κρεοπώλιον, la boucherie (Poll., Onomasticon, s. v. κρεωπώλιον 7.25.2) ; λαχανοπώλιον, la boutique de marchand de légumes (Schol. Aristoph., Lysistrata, 556) ; λιβανωτοπώλιον, la boutique de marchand d’encens (IK, 17-Ephesus, 2. l. 2-4) ; μαχαιροπώλιον, la boutique de coutelier (Poll., Onomasticon, s. v. μαχαιροπωλεȋον 7.156.1) ; μυροπώλιον, la parfumerie (Lys., Pour l’invalide, 24.19.3 ; Hyp., Contre Athénogènes A, 5.3.5 ; Hyp., Contre Athénogènes A, 5.9.3 ; Plut., Timoléon, 14.3 ; Zeno Stoic., Fragments, 246.9) ; ὀρνιθοπωλεȋον, la boutique de marchand d’oiseaux (Poll., Onomasticon, s. v. ὀρνιθοπωλεȋον 7.197.8) ; παντοπωλεȋον, le bazar (Poll., Onomasticon, s. v. πανδοκεȋον 7.16.1) ; ταριχοπώλιον, la boutique de marchand de salaison (ID 104-18, l. 15 ; Thphr., Caractères, Le cynique, 6.9.1) ; χυτροπώλιον, la boutique de marchand de marmites (Schol. Aristoph., Lysistrata, 556).

30Mais -πώλιον ou -πωλεȋον pouvait aussi signifier l’atelier et -εȋον ou -ποιεȋον incluait la notion de vente. C’est ainsi qu’une parfumerie est appelée μυροπώλιον et un peu plus loin ἐργαστήριον dans un texte d’Hypéride (Contre Athénogènes A, 5.3.5) et que les parfumeries et les boutiques de marchands de tissus sont mentionnées parmi des ateliers dans un passage de Zénon (Fragments, 246.9). Le vocabulaire ne fait que reproduire cet état de choses, puisque nous avons vu que les locaux de production fonctionnaient en même temps comme des locaux de vente.

31Les termes employés pour préciser les locaux de stockage sont πἰθών, cellier, et πιθών, magasin à jarres. L’usage de ce premier est rare, mais il est attesté par Xénophon (Helléniques, 6.2.6) et on le trouve aussi dans l’inscription athénienne IG II², 1013, l. 9. Le terme πιθών se rencontre chez Pollux (Onomasticon, s. v. πιθών, 7.163.6) et il est aussi attesté dans les inscriptions de Délos (ID 104-8 B, l. 33). Une citation de Pollux (Onomasticon, s. v. oἰνών 1.79.5) met en relation les termes πἰθών, πιθών et ἀποθήκη et souligne leur fonction de stockage.

32Enfin, nous connaissons quelques mots désignant l’équipement des installations commerciales. Un passage de Platon (Hippias Mineur, 368a, 8) parle de τράπεζαι, des tables, situées dans l’Agora. Beaucoup plus nombreuses sont les mentions du mot τηλία, planches, disposées en carré (Etym. Magnum, s. v. τηλία, 756, 56) ou en cercle (Etym. Magnum, s. v. τηλία, 757.6). Elles étaient fixées entre elles et servaient à la vente de la farine (Etym. Magnum, s. v. τηλία, 756.56 ; Schol. Aristoph., Ploutos, 1037), mais aussi aux jeux de dés (Etym. Magnum, s. v. τηλία, 757.6) et à l’organisation des batailles de coqs (Etym. Magnum, s. v. τηλία, 756.56 ; Schol. Aristoph., Ploutos, 1037). Ces dispositifs fonctionnaient sur les marchés comme des installations commerciales temporaires, mais on peut penser qu’ils servaient aussi à l’exposition des marchandises dans les installations permanentes.

33Cette revue du vocabulaire antique appelle quelques observations. Il s’agit d’un vocabulaire relativement pauvre, avec peu d’innovations. Les Grecs anciens se sont habituellement contentés d’utiliser des mots ayant initialement un sens sans rapport avec le commerce, comme τράπεζα, τηλία et σκηνή, souvent au sens neutre, comme οἴκημα, pour désigner les installations commerciales. Ils ont introduit les mots ἐργαστήριον, πωλητήριον et πρατήριον, mais seul le premier a été largement employé. Quand il était nécessaire de préciser l’activité artisanale ou commerciale, ils utilisaient des mots composés ou des périphrases. Le nom du produit fabriqué ou vendu était accompagné du suffixe -εȋον ou -ποιεȋον quand il s’agissait d’un atelier, et -πώλιον ou -πωλεȋον quand il s’agissait d’une boutique. Les mots composés étaient utilisés pour désigner les marchés : le mot ἀγορά était accompagné du nom du produit vendu avec le suffixe -πωλις. Il faut noter qu’à Athènes, les marchés pouvaient être désignés simplement par le nom des produits qui y étaient mis en vente, ce qui laisse entrevoir une organisation systématique du marché, confirmée par les auteurs anciens.

34Ce vocabulaire n’était pas utilisé d’une manière rigoureuse ; les mots au sens neutre désignaient à la fois les boutiques et les ateliers et il en allait souvent de même pour les mots au sens précis. Cette pratique a entraîné une imprécision qui est révélatrice de l’organisation du commerce chez les Grecs anciens : l’activité dans les ateliers et les boutiques changeait selon le locataire et les processus de production et de vente étaient étroitement liés, si bien que la distinction entre les deux n’était pas toujours faite dans la vie quotidienne, même si elle était possible dans la langue. Cela explique que le mot πωλητήριον, peut-être trop précis pour décrire l’utilisation réelle de ces pièces, soit resté rare. De même, le mot ἐργαστήριον a pris un sens très large parce que la production et la vente se faisaient primitivement dans le même local ; comme les locaux consacrés exclusivement à la vente ne sont apparus que par la suite, il était naturel d’utiliser le mot ἐργαστήριον pour décrire toutes ces installations. L’imprécision et la plasticité du vocabulaire correspondaient bien à la réalité grecque.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Béquignon Y. (1935) : “Études Thessaliennes : VIII. La stoa de Pharsale et les Leonidaia”, BCH 59, 514-519.

Bravo B. (1977) : “Remarques sur les assises sociales, les formes d’organisation et la terminologie du commerce maritime grec à l’époque archaïque”, DHA, 1-59.

Bresson A. (1993) : “Les cités grecques et leurs emporia”, in : Bresson & Rouillard 1993, 163-226.

— (2000) : La cité marchande, Ausonius Scripta Antiqua 2, Bordeaux.

Bresson A. et P. Rouillard, éd. (1993) : L’emporion, Paris.

Camp J. M. (1996) : “Excavations in the Athenian Agora : 1994 and 1995”, Hesperia, 65, 231-261.

Cartledge P., E. E. Cohen et L. Foxhall, éd. (2002) : Money, Labour and Land. Approaches to the economies of Ancient Greece, Londres.

Casevitz M. (1993) : “Emporion : emplois classiques et histoire du mot”, in : Bresson & Rouillard 1993, 9-20.

Decourt J.-Cl. (1995) : Études Épigraphiques 3. Inscriptions de Thessalie I. Les cités de la vallée de l’Énipeus, Athènes.

De Ruyt Cl. (1983) : Macellum. Marché alimentaire des Romains, Louvain-La-Neuve.

Finkelstein M. I. (1935) : “Ἔμπορος, Ναύκληρος, and Κάπηλος : A Prolegomena to the Study of Athenian Trade”, Classical Philology 30, 320-336.

Gatier P.-L. (2001) : “Installations de sanctuaires du Proche-Orient romain : pour en finir avec l’andrôn”, Topoi (Lyon) 11/1, 9-15.

Ginouvès R. (1998) : Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. Tome III. Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles, Rome.

Harris E. M. (2002) : “Workshop, marketplace and household : the nature of technical specialization in classical Athens and its influence on economy and society” : in : Cartledge et al. 2002, 67-99.

Hasebroek J. (1928) : Staat und Handel im alten Griechenland. Untersuchung zur antiken irtschaftsgeschichte Wirtschaftsgeschichte, Tübingen

Hellmann M.-Chr. (1992) : Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos, Paris.

— (1994) : “La maison grecque : les sources épigraphiques”, Topoi (Lyon) 4, 131-146.

— (1999) : Choix d’inscriptions architecturales grecques traduites et commentées, Lyon.

Hennig D. (1983) : “Die “heiligen Häuser” von Delos”, Chiron 13, 411-495.

Knorringa H. (1961) : Emporos. Data on trade and trader in Greek literature from Homer to Aristotle, Amsterdam.

Labarre G. (1996) : Les cités de Lesbos aux époques hellénistique et impériale, Lyon.

Maiuri A. (1925) : Nuova Silloge Epigrafica di Rodi e Cos, Florence.

Malay H. (1983) : “Three Decrees from Kyme”, EA 2, 1-20.

Marc J.-Y. (1998) : “Les agoras grecques d’après les recherches récentes”, Histoire de l’art 42/43, 3-15.

Molinier S. (1914) : Les “Maisons Sacrées” de Délos au temps de l’Indépendance de l’île 315-166/5 av. J.-C., Paris.

Orlandos A. K. et I. N. Travlos (1986) : Λεξικόν ’Αρχαίων ’Αρχιτεκτονικών ’Όρων, Athènes.

Rostovtzeff, M. I. [1941] 1989 : Histoire économique et sociale du monde hellénistique, trad. fr. (1ère édition anglaise, Oxford, 1941), Paris.

Ruffing K. (2002) : “Die Berufsbezeichnungen -πώλης and -πράτης in der epigraphischen Überlieferung”, MBAH 21, 16-58.

Salliora-Oikonomakou M. (1979) : “Αρχαία Αγορά στο Λιμάνι Πασά Λαυρίου”, AD 34 (1979), I Études, 161-173.

Scheidel W. et S. von Reden, éd. (2002) : The Ancient Economy, New York

Shear T. L. Jr (1984) : “The Athenian Agora : Excavations of 1980-1982”, Hesperia, 53, 1-57.

Vélissaropoulos J. (1977) : “Le monde de l’emporion”, DHA, 61-85.

— (1980) : Les nauclères grecs. Recherches sur les institutions maritimes en Grèce et dans l’Orient hellénisé, Paris.

Notes

1 Outre les deux œuvres majeures de Hasebroek 1928 et de Rostovtzeff [1941] 1989, mentionnons Bresson 2000 et Scheidel & von Reden 2002, qui donnent une bibliographie très développée.

2 On peut signaler l’article de Bravo 1977, qui porte sur le commerce maritime et son organisation à l’époque archaïque.

3 Vélissaropoulos 1977, 61 ; Vélissaropoulos 1980, 29-30 ; Casevitz 1993, 20.

4 Bresson 1993, 222-224.

5 Harris 2002.

6 Ruffing 2002.

7 Finkelstein 1935.

8 Vélissaropoulos 1977, 65-66 ; Vélissaropoulos 1980, 37, 42, 49-53.

9 Knorringa 1961, 50-52.

10 Orlandos & Travlos 1986.

11 Ginouvès 1998.

12 Les exemples sont très nombreux, mais nous mentionnerons seulement l’édifice commercial athénien du ive siècle a.C., situé au nord de la Stoa Poikilè, dans lequel fonctionnaient un atelier de marbrier et une fonderie (Shear 1984, 43-47 ; Camp 1996, 236-241), ainsi que l’agora de Limani Pacha, située près du cap Sounion et datant du ive siècle a.C., dans les pièces de laquelle étaient installés des ateliers métallurgiques (Salliora-Oikonomakou 1979, 161-173).

13 Infra, p. 41-42.

14 Infra, p. 42-44 et p. 46.

15 Cet article reprend certaines conclusions de ma thèse, intitulée “Lieux et locaux de vente dans la Grèce égéenne du ive au début du ier siècle a.C.”, soutenue en décembre 2004 à l’Université de Paris X – Nanterre, et dans laquelle les textes et les vestiges sont présentés en détail. Je tiens à remercier les membres de mon jury, M. M. Sève, M. J.-Ch. Moretti, Mme V. Chankowski et M. B. Holtzmann pour leurs remarques qui ont beaucoup contribué à la rédaction de cet article.

16 Orlandos & Travlos 1986, 3 ; Ginouvès 1998, 185.

17 Orlandos & Travlos 1986, 3 ; Ginouvès 1998, 183 ; Marc 1998, 3.

18 Maiuri 1925, 147, n. 440.

19 De Ruyt 1983, 263-264.

20 Ginouvès 1998, 188, n. 133.

21 Orlandos & Travlos 1986, 115 ; Ginouvès 1998, 111, 118.

22 Malay 1983, 1-20, no 3, l. 135.

23 IK 28.1-Iasos, 1, l. 44 : Εὔδνκος [Σα]μίο ἐπρίατο καπηλεȋον τῶν Πολεμάρχο παίδων [στα]τήρων δεκαέξ (“Eudikos fils de Samios a acheté le kapéleion des enfants de Polémarque contre seize statères”).

24 IG, II², 1013, l. 9 : [τοὺ]ς πωλοῦν[τ]άς τι ἐν τῆι ἀγορᾶν ἢ ἐν τοȋς ἐργαστηρίονς ή τοȋς καπηλείοις (“ceux qui vendent quelque chose dans l’agora ou dans les ateliers ou dans les kapéleia”).

25 Supra, p. 41.

26 Orlandos & Travlos 1986, 187 ; Ginouvès 1998, 117, 118.

27 IG, XI, 2, 158 A, l. 21 ; IG, XI, 2, 161 A, l. 16 ; IG, XI, 2, 162 A, l. 13 ; IG, XI, 2, 203 A, l. 25 ; IG, XI, 2, 204, l. 27 ; ID, 338 A, l. 75 ; ID, 340, l. 18 ; ID, 353 A, l. 18 ; ID, 354 A, l. 31 ; ID, 356bis A, l. 16 ; ID, 366 A, l. 96 ; ID, 368, l. 34 ; ID, 372, l. 23 ; ID, 400, l. 8 ; ID, 402, l. 17 ; ID, 442 A, l. 141 ; ID, 444 B, l. 99.

28 Béquignon 1935, 514-519 ; Decourt 1995, 64-68.

29 IG, XII, 2, 14 ; Labarre 1996, 259-260 ; Hellmann 1999, 58.

30 Orlandos & Travlos 1986, 231 ; Ginouvès 1998, 139.

31 Ginouvès 1998, 154.

32 Les mentions étant très nombreuses, on se contente de signaler les inscriptions les plus complètes : IG, XI, 2, 161 A, l. 16 sq. (281 a.C.) ; IG, XI, 2, 201 A, l. 5, 9 sq. (278-270 a.C.) ; IG, XI, 2, 287 A, l. 34 sq. (250 a.C.) ; ID, 290, l. 119 sq. (246 a.C.). Ces édifices sont énumérés chez Molinier 1914, 16, 19-34 ; Hennig 1983, 420-439 ; Hellmann 1992, 291-292.

33 Molinier 1914, 19-34 ; Hennig 1983, 424, 439, 460 ; Hellmann 1992, 293.

34 Molinier 1914, 34.

35 Molinier 1914, 22, 29, 30.

36 Hennig 1983, 418.

37 Orlandos & Travlos 1986, 21 ; Ginouvès 1998, 158-159 ; Gatier 2001, 11.

38 Orlandos & Travlos 1986, 63 ; Ginouvès 1998, 161.

39 Hellmann 1992, 48-51, avec un inventaire de l’apparition du mot dans les inscriptions de Délos ; Hellmann 1994, 135.

Auteur

Université Paris X - Nanterre

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540