Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Première partie. Les faits

Famille impériale et dynasties locales : un modèle idéologique reproduit dans les cités hispaniques sous l’Empire

Milagros Navarro Caballero

Texte intégral

O quisquis uolet impias caedis et rabiem tollere ciuicam, si quaeret Pater urbium suscribi statuis, indomitam audeat refrenare licentiam, clarus postgenitis ; quatenus, heu nefas ! uirtutem incolumen odimus, sublatam ex oculis quaerimus inuidi.
Horace, Carm., 3.24.25-32.

  • 1 On parlait d’honestas ou de mores. Le concept grec d’éthique arrive à Rome avec les théories stoïc (...)

1Ce travail s’intéresse à un moyen subtil mais efficace de faire passer les idées lors de la transmission et de l’adaptation des images et de l'idéologie impériale par les cités provinciales : il s’agit de la morale, considérée comme l’ensemble des règles de conduite qui géraient les relations dans une société. Bien que ce concept n’existe pas à l’époque augustéenne1, le régime du Prince met en avant la reconnaissance publique du bon comportement individuel, des bonnes mœurs et de la vertu traditionnelle, à l’intérieur d’un système de valeurs sociales, politiques et religieuses, susceptibles de soutenir le pouvoir. La propagande impériale s’est donc chargée de diffuser ces codes de conduite personnelle, créant ainsi ce que l’on appellera plus tard une morale qui, destinée à être suivie par tous, se trouvait officialisée.

  • 2 Roddaz sous presse.
  • 3 Hor., Carm., 3.24.35.
  • 4 Il s’agit de la Lex Iulia de maritandis ordinibus et de la Lex Iulia de adulteris, toutes les deux (...)
  • 5 Lacey 1996, 169-189.

2Ces aspects éthiques du régime augustéen ont leur soutien dans le concept de restitutio, un des principaux slogans politiques du Prince2 : le nouvel ordre instauré par Auguste représentait la fin du désordre et le début d’une nouvelle ère de paix qui devait amener la restitutio Rei Publicae. À côté des réformes institutionnelles, cette restauration marqua tous les aspects de la vie collective, notamment les mœurs (“quid leges sine moribus3), avec le retour au mos maiorum, exprimé, entre autres, par une législation au caractère traditionnel qui invitait au mariage et à la procréation4. Ces valeurs morales étaient directement associées aux valeurs religieuses dont Auguste se faisait le propagateur par sa relation privilégiée avec la divinité5.

  • 6 Southern 1998, 145. Il s’agit d’un principe proposé par Cicéron tout au long de son de officiis.
  • 7Erga deos patriamque” dit la copie d’Arles, Seston 1954 ; sur cette formule, voir aussi Hesberg (...)
  • 8 RGDA, 34.
  • 9 Hesberg & Panciera 1994, 113-118.
  • 10 Pour Arles : Seston 1954 ; AE, 1952, 165 = 1955, 82 ; pour Ostia : Floriani Squarciapino 1982, 45- (...)

3L’affichage public des valeurs personnelles issues de la tradition se situe dans ce même contexte de renouveau. Il ne suffit plus d’être un bon citoyen, il faut être aussi un homme de bien6 et le manifester. Et Auguste donnait l’exemple : en 27 a.C., après l’avoir honoré du titre d’Auguste, le Sénat dédia au premier empereur un bouclier qui célébrait ses mérites les plus éclatants : uirtus, clementia, iustitia et pietas. En devenant publics, et derrière la référence obligée aux dieux et à la patrie7, ils étaient élevés au rang de modèle. En effet, ce clipeus fut ensuite placé dans la curie Iulia8, mais aussi reproduit sur le mausolée9 et dans différents monuments provinciaux10 et figuré sur les monnaies. Il s’agissait d’un symbole moral qui s’insérait dans la restitutio publique à travers les vertus du Prince.

4Le bon comportement, c’est-à-dire, le retour aux mores ancestraux, était donc devenu une idée du pouvoir et, de ce fait, une idée politique. Par conséquent, l’adhésion au nouveau régime passait aussi par l’acceptation de ces normes morales dont on encourageait la manifestation publique. Les principes de l’exercice du pouvoir définis par Auguste et poursuivis par ses successeurs ont déterminé dans la conscience collective des codes moraux de comportement qui n’étaient pas nouveaux mais qui ont reçu de cet exemple une impulsion décisive. Pour cela, nous nous proposons ici de suivre la diffusion du modèle éthique à travers une des formes du dialogue que le pouvoir impérial entretenait avec les élites provinciales, celles des images : il s’agit des représentations dynastiques locales exposées dans les lieux publics, assez fréquemment attestées dans les cités hispaniques entre le milieu du ier et la fin du iie siècle p.C.

La représentation in loco publico de dynasties locales hispaniques

  • 11 Plin., Nat., 34.9.17.
  • 12 Les exemples existent en dehors de la péninsule Ibérique, mais ils ne sont pas très nombreux. Sign (...)

5Nos remarques sur la diffusion politique des principes moraux trouvent leur source dans une observation d’ordre épigraphique : les études sur les femmes de l’élite hispanique nous ont en effet permis de remarquer qu’elles étaient souvent honorées d’une statue sur piédestal inscrit avec leur elogium. Ces monuments, élevés dans un endroit public et érigés aux frais collectifs ou particuliers, étaient rarement isolés ; au contraire, ils faisaient généralement partie d'une galerie de portraits qui représentaient une famille locale. L'exposition publique des honneurs, perpétuation, selon Pline, des souvenirs des grands hommes11, de même que leurs grands tombeaux, avaient pour objet de célébrer la gloire des dynasties locales et c’est dans ce cadre que les femmes trouvaient une place. On affichait sa domus devant la communauté, et on le faisait selon certains critères. Il faut donc imaginer le paysage urbain décoré de séries de sculptures honorifiques accompagnées d’un texte épigraphique, mettant en valeur, parfois jusqu'à la troisième génération, les notables dans leur course au prestige. Ces modes de représentations ont connu une particulière faveur dans toute la péninsule Ibérique12.

  • 13 Habernas 1978, 20.

6Cette manifestation d’auto-exaltation des notables hispaniques dans le décor urbain reflétait des phénomènes de société que l’on a essayé de comprendre à partir de leurs caractéristiques communes. Comme l’a bien démontré J. Habermas, toute représentation humaine dans un espace public est liée à un code strict, qui se manifeste par les objets dont sont pourvus les individus, par leur attitude, ainsi que par la rhétorique employée dans les textes commémoratifs qui les accompagnent13. Ces repaires visuels et linguistiques mettent en évidence des formes bien définies du comportement social, connues des spectateurs de l’époque, et que nous devons aujourd’hui décrypter.

  • 14 Navarro 2000.
  • 15 CIL, II, 5490 ; ILER, 6021 ; IRAl, p. 85-86, 44. Numéro PETRAE 14/4/700/2.

7À notre avis, les inscriptions honorifiques dynastiques de la péninsule Ibérique donnaient des messages clairs : on honorait les hommes en fonction de leur position civique, passée, présente ou à venir car, il est évident que c’était leur carrière qui était à l’origine du monument. À leur côté, les femmes étaient représentées en tant que mères, épouses et filles, donc avec le rôle social qui leur était attribué dans la sphère publique par la mentalité collective romaine : piliers de leurs familles, piliers de la pietas et de la deuotio romaine, en somme, garantes de la romanité14. Les passants pouvaient voir la statue d’une femme dans un lieu public tout simplement parce qu’elle était une excellente épouse et une mère pieuse mais, surtout, parce qu’elle appartenait à une grande famille, comme dans le cas de Porcia Maura à Murga (El Ejido, Almería)15.

Porciae / Maurae, / L. Pedanius / Venustus, / uxori op/timae, et / L. Ped(anius) Clarus e[t] / L. Ped(anius) Lupus f(ilii), / matri piissi(mae) / posuerun[t], / editis circ(ensibus) / dedicaueru[nt], / l(ocum) a(cceperunt) a R(e) P(ublica).

  • 16 Kleiner 1991.
  • 17 Sur la représentation des impératrices en déesses, Mikocki 1990 et 1995. Kleiner releva les mêmes (...)

8Pour des raisons de restriction méthodologique, les études épigraphiques omettent souvent de considérer que le message écrit était accompagné et complété par les statues qui surmontaient les piédestaux : hommes montrés comme des citoyens en toge16, femmes pudiques et vertueuses, comme le voulait leur rôle familial ; ces représentations féminines imitaient les modèles des impératrices qui, à leur tour, étaient représentées selon des modèles grecs issus de l'iconographie des déesses17.

Fig. 1 : a. Dédicace à Etrilia Afra, épouse de Valerius Vegetus, CIL, II, 2077 = CIL, II2/5, 625 = CILA, IV, 8. Dessin manuscrit de J. de Flores Oddouz, Monumentos descubiertos en la antigua Iliberia, Illipula o Granata, ouvrage ms. s. XVIII, 1, 63, 2, tab. 6 (archivo diocesano de Salamanque). b. Fragments de la dédicace à Cornelia Severina, mère de Valerius Vegetus, CIL, II, 2074 = CIL, II2/5, 624 = CILA, IV, 7. D’après CILA, IV.

  • 18 Navarro 2000 et Ead. 2003, avec toutes les données.
  • 19 Sur les statues équestres des notables hispaniques, Stylow 2001, 149.
  • 20 CIL, II, 2130 ; ILS, 5497 ; ILER, 1713 ; CILA, VI, p. 346-347, 300. Disparue, on en conserve un de (...)

9Sans vouloir faire un développement complet du dossier concernant les effigies sur piédestal des dynasties locales, étudiées par ailleurs de façon détaillée18, il est important de rappeler certains exemples, illustrant ainsi les nuances de cette auto-exaltation des élites, si fréquente dans la péninsule Ibérique. Les exemples les plus anciens semblent dater de l’époque flavienne et leur érection continue tout au long du iie siècle. La forme la plus commune est celle d’une série de piédestaux surmontés de statues19, généralement en pied, mais il y avait aussi des statues équestres pour les notables locaux, comme le montre une inscription d’Obulco, particulièrement explicite20 :

[.] Cornelius [L(uci) f(ilius) L(uci) n(epos)] / [.] pron(epos) Gal(eria) [---], / aedil(is), post mortem, / sibi et patri equestres, / matri pedestrem, poni iussit, / Cornelia L(uci) f(ilia) Anus, soror, / p(oni) c(urauit).

  • 21 Il reste la dédicace aux parents pérégrins du magistrat (CIL, II, 834) in situ et celle de sa femm (...)
  • 22 Alföldy 1987, 81-84.

10On trouve aussi des monuments plus originaux, comme le tetrapylon de la lusitanienne Caparra (Oliva de Plasencia, Cáceres), érigé par le magistrat M. Fidius Macer pour lui et sa famille sur le forum de la cité21 (fig. 2). Différent est le cadre choisi par les Flauii et les Octauii à Segobriga22 : après avoir offert la scène du théâtre à la cité, ils y ont placé leurs effigies et celles de leurs femmes à côté des statues des empereurs, face à la communauté civique réunie.

Fig. 2 : Restitution idéale du tetrapylon de Caparra, d’après García y Bellido 1972-1974.

  • 23 À ce propos, voir nos conclusions dans Navarro 2004, 397-400.
  • 24 CIL, II, 2076
  • 25 Cornelia Severina, CIL, II, 2074 ; CIL, II2/5, 624 = CILA, IV, 7.
  • 26 Etrilia Afra, CIL, II, 2077 ; CIL, II2/5, 625 = CILA, IV, 8.
  • 27 CIL, II, 1956 = ILER, 2054. N° PETRAE 14/29/570/1.

11Un autre élément à signaler est la source de financement, en général les fonds privés, issus de la famille et souvent gérés par des femmes veuves, garantes de la mémoire familiale et de la transmission du patrimoine, car on a remarqué que ces hommages étaient souvent réalisés dans un contexte de commémoration post-mortem23. Cependant, on trouve aussi des dédicaces érigées par les cités à leurs plus éminents concitoyens, comme celle qu’Illiberris, en Bétique, consacra à Valerius Vegetus en 92 ou 112 (années possibles de son consulat24), au moins avec sa mère25 et son épouse26, dont on connaît les piédestaux ronds (fig. 1). Autre cas très significatif à Cartima (Cartama, Málaga), dans la même province, qui honora avec une statue la flaminique et évergète Iunia Rustica, accompagnée dans l’honneur par son fils avec une effigie sur piédestal. Elle accepta l’honneur et remis les frais en ajoutant la représentation de son époux, le père de son fils, très probablement défunt27. Les faits sont racontés sur le piédestal de la statue de Iunia Rustica, le seul conservé de nos jours :

Iunia D. f. Rustica, sacerdos / perpetua et prima in municipio Cartimitan[o], / porticus public[as], uetustate corruptas refecit, solum / balinei dedit, uectigalia publica uindicauit, signum / aereum Martis in foro posuit, porticus ad balineum / solo cum piscina et signo Cupidinis, epulo dato / et spectaculis editis, d(e) p(ecunia) s(ua) d(edit) d(edicauit), statuas sibi et C. Fabio / Iuniano f(ilio) suo ab ordine Cartimitanorum decretas / remissa impensa item statuam C. Fabio Fabiano uiro suo / d(e) p(ecunia) s(ua) f(actas) d(edit).

12Évidemment, chaque exemple est le résultat d'une situation locale et sociale particulière et la conséquence monumentale publique est spécifique, mais l’on peut cependant relever des éléments communs parmi lesquels la présentation familiale, qui semble avoir une importance exceptionnelle dans les cités hispaniques. On remarque donc que la famille faisait partie intégrante des phénomènes d'auto-exaltation de l'élite devant la communauté civique puisque l’analyse épigraphique montre l’existence de séries honorifiques parfois jusqu’à la troisième génération, dans lesquelles les femmes et les enfants ont un rôle important.

Les modèles : de la dynastie d’Empire à la dynastie locale

  • 28 Sur la représentation des membres de la domus Augusta, voir Fullerton 1985.
  • 29 Voir une excellente synthèse de la question dans la communication de J.-Ch. Balty dans ce même vol (...)
  • 30 Brian Rose 1997 et Boschung 2002.
  • 31 De Maria 1988.
  • 32 Gros 1990.

13Les modèles des effigies et des supports utilisés pour représenter ces dynasties locales, très fréquentes dans la péninsule Ibérique, se trouvent, bien évidemment, dans les galeries des portraits de la domus Augusta représentées sur les monnaies28, et dans les statues qui, dès l’époque augustéenne, ont décoré l’Urbs et les cités provinciales sur les modèles des portraits officiels diffusés depuis Rome29. On connaît bien la place qu’occupaient ces représentations dans différents mais toujours importants lieux publics des ciuitates30, surtout sur les forums et à l’intérieur des basiliques, mais aussi sur les arcs31 et les scènes des théâtres32.

  • 33 Bieber 1962, 111-134.
  • 34 Flory 1993, 287-308 ; Corbier 1994 ; Hurlet 1997a, 535-559.
  • 35 Balty 1988.
  • 36 Sehlmeyer 1999.
  • 37 Tuchelt 1979.
  • 38 Sur son monument à Samos et sur une possible copie privée en Italie, voir Böhm 2000, 9-22.

14Certains travaux ont bien mis en évidence la signification de la position des différents membres de l’ensemble familial impérial, notamment celle des femmes dont l’iconographie suivait les modèles de divinités grecques classiques ou hellénistiques bien connus33 : il s’agissait de marquer la position de chacun dans la ligne de succession qui était destinée aux hommes. Les femmes apparaissaient cependant comme source de légitimité du pouvoir34. J.-Ch. Balty a aussi démontré que l’utilisation des groupes statuaires avec, entre autres, des éléments féminins, est liée à l’idée dynastique et que les modèles remontent à ceux des monarchies hellénistiques35. Les représentations dynastiques étaient, en principe, opposées à la mentalité romaine par leur association avec la royauté. C’est pour cela que, si à partir de la seconde moitié du iie siècle a.C., on voit apparaître à Rome certains monuments portant les effigies associées de plusieurs grands magistrats d’une même famille36 dans les sanctuaires ou espaces publics, les ensembles dynastiques publics n’apparaissent qu’à partir de l’époque augustéenne, sur le modèle des représentations de la domus Augusta. Cependant, ces modèles iconographiques de propagande familiale étaient bien connus car les pro-magistrats en charge dans les provinces orientales n’hésitaient pas à se laisser représenter avec tous les membres de leur famille, mères, épouses et filles incluses, dans les exèdres des places hellénistiques37 et même Cicéron ne fait pas exception38.

  • 39 AE, 1947, 53 = AE, 1976, 144. Le travail principal est celui de Schulacher 1976, 165-184, qui corr (...)
  • 40 Kähler 1939, 408-409 ; Traversari 1971 ; De Maria 1988, 251-252. Il s’agit d’un arc de l’époque au (...)
  • 41 Tetrapylon construit sous Tibère près d’une porte de la ville mais en dehors du poemerium. Il supp (...)
  • 42 Voir supra note 12.

15Ces éléments dynastiques ont été repris dans la représentation de la famille du Prince. Peu après, on commence à constater l’apparition d’ensembles iconographiques familiaux de membres de l’élite dans des lieux publics des villes d’Italie, ainsi sur la scène du théâtre d’Herculanum, avec la famille du sénateur M. Nonius Balbus39 ou sur les arcs des Sergii à Pola40 ou des Gabii à Vérone41. Et ce type de monument est reproduit plus tard dans les cités hispaniques (nos données les plus anciennes semblent dater de l’époque flavienne) avec une fréquence plus importante que dans les autres provinces42.

  • 43 CIL, II, 1721 = ILS, 5492 = ILER, 1711 = CIL, II2/5, 232 : Q(uintus) Valerius Optatus, / Augustali (...)
  • 44 Rappelons la découverte sur la place, dans l’angle d’un portique, d’un piédestal double où l’on po (...)
  • 45 Magallón et al. 1995.
  • 46 Navarro 2003, 124-125.

16Les séries de portraits des dynasties locales hispaniques se situent sur un emplacement public, comme l’indique l’inscription d’un sévir de Sosontigi (fig. 3)43. Ce peut être sur des arcs, comme à Caparra, sur les scènes des théâtres ou sur la place du forum, comme à Segobriga, où l’on a trouvé in situ la statue de Calventia Titulla à côté de celle de son frère et dédicant44, et même à l’intérieur de la curie, comme à Labitolosa, où étaient placées les statues sur piédestal avec dédicace érigées par disposition testamentaire de Cornelia Neila (fig. 4)45. Il est également possible de remarquer que, dans ces séries, l’association des femmes transmettait très souvent la légitimité locale, notamment dans le cas des affranchis et des étrangers, très nombreux dans notre documentation46.

Fig. 3 : Deux versions d'une inscription disparue, CIL, II, 1721 = CIL, II2/5, 232, Sosontigi. a. J. Fernández Franco dans le Codex Valentinus, feuillé du XVIe siècle, f. 207, n. 718, ms. 3610, Biblioteca Nacional de Madrid. b. M. de Jimena Jurado, Antigüedades del reino de Jaén, ouvrage manuscrit de 1639, Biblioteca Nacional de Madrid, ms. 1180, f. 37. D’après CIL, II2/5.

17Des portraits impériaux, les notables hispaniques recevaient un message idéologique et leur réponse passait par l’imitatio : ils ont, en effet, suivi l’exemple impérial dans ses formes publiques d’auto-exaltation puisqu’il s’agissait du modèle “officiel”. En imitant les monuments honorifiques de la domus impériale, ils se plaçaient près de l’empereur et de sa famille, au-dessus du reste des habitants de la cité. Mais, de plus ils manifestaient par là leur adhésion aux valeurs familiales que ces hommages véhiculaient.

Fig. 4 : La curie de Labitolosa avec ses socles et ses piédestaux, vue du sud. Cliché P. Sillières.

La propagande de la famille et les conséquences hispaniques

  • 47 Sur cette question, voir la participation de J.-M. Roddaz dans ce même volume.
  • 48 Une bonne synthèse dans Fraschetti 2000.
  • 49 En effet, grâce, entre autres, à W. Trillmich, nous commençons à comprendre l'importance idéologiq (...)
  • 50 À ce propos, voir la contribution de E. Rosso dans ce même colloque.

18L’étude des valeurs trasmises par les représentations familiales amène à réfléchir sur les conditions politiques et idéologiques qui encourageaient leur diffusion, et donc sur les principes qui ont soutenu le Principat. À côté de la victoire militaire47, une des grandes justifications du pouvoir du premier empereur se trouve dans le passé familial d'Auguste : il était fils du Divin (César) et descendant d'Énée et de Vénus, proche donc de la divinité comme l’ont chanté les poètes48, représenté les monnaies et, pour les moins lettrés, les monuments iconographiques49. Ainsi, pour une part, la consolidation idéologique du régime passait par la consécration de sa famille, soutien de la légalité passée et future, car la perduration du principat dépendait de la continuité de sa domus, qui incarnait la prospérité de l’Empire. Ces bases idéologiques ont été maintenues par les empereurs flaviens qui ont fait de la continuité de la gens Flauia un des principaux aspects de leurs programme idéologique50.

  • 51 Suet., Aug., 89.5.
  • 52 Syme 1952 [1967], 417-424.

19Mais la famille n’était pas qu’un soutien politique voyant ; on voulait qu’elle apparaisse comme un élément essentiel du renouveau de la moralité politique. Le pouvoir du Prince, qui prétendait représenter le renouveau des mœurs selon la tradition, faisait d’elle un modèle de comportement. Nombreuses ont été les dispositions prises pour transmettre l’importance de la famille traditionnelle comme cadre idéal de vie dans tous les organes de diffusion impériale : la littérature officielle s’en faisait l'écho, de même que certains discours de l’empereur (rappelons, entre autres, celui de prole augenda lu par Auguste devant le Sénat)51. La défense de la tradition passait entre autres par celle de la fidélité conjugale et de la procréation. Déjà R. Syme définissait ce phénomène dans sa Révolution Romaine et parlait du programme national d'Auguste dont la famille était un des premiers objectifs comme moyen de revenir au mos maiorum, de réprimer la licence, d'instituer la moralité et d'encourager la natalité52.

  • 53 Hesberg & Panciera 1994 ; Suet., Aug., 101.5.
  • 54 Davies 2000.

20Le modèle de la morale régénérée devait être tout d'abord la famille impériale affichée par Auguste sur les monuments honorifiques de sa domus, mais aussi sur son Mausolée53 et, surtout, dans le monument qui symbolise son règne : l'Ara Pacis. On y voyait une famille, la maison julio-claudienne, unie devant la cité, devant la mort54, devant les dieux. Cet affichage publicitaire de la domus Augusta, repris par ses successeurs, était, en tant que tel, susceptible de créer des adeptes parmi les spectateurs.

  • 55 RGDA, 34.
  • 56 Suet., Aug., 61.1-2.
  • 57 Millar 2002, 321-349.
  • 58 Galinsky 1996, 80-121.
  • 59 Carm., 3.24.25-35.
  • 60 Suet., Aug., 58.

21La pietas, l’une des vertus exaltées par le clipeus aureus en 27 a.C.55, a besoin de la famille pour se manifester. Suétone a bien décrit le comportement respectueux d’Auguste envers sa mère et sa sœur56, il était un bon pater familias et son épouse était un modèle de vertu57. Et puisque les vertus d’Auguste58 sont erga deos patriamque, il était normal qu’il devînt le pater Urbium dont Horace parlait déjà en 23 a.C., celui qui mettait un frein à la licence et à l'impiété et faisait renaître la vertu59. Ce titre lui fut attribué en 2 a.C. sous la forme de Pater Patriae. Décerné, d’abord par la plèbe, ensuite par le Sénat60 selon Suétone, il fit partie désormais de sa titulature officielle.

  • 61 Suet., Dom., 8.1.

22La défense du bon comportement en famille a été continuée par d’autres empereurs, notamment Domitien qui veilla à la correctio morum : il renouvela la lex Iulia en 89 et promut de nouvelles dispositions visant à diriger le comportement sexuel des habitants de l’Empire selon les règles de la morale traditionnelle et donc familiale61.

  • 62 McDonnel 2003.
  • 63 McInerney 2003.

23Toute cette action en faveur de la famille a été aidée et même influencée par un changement des mentalités. L’essor philosophique que connut Rome dès la fin du ier s. a.C., surtout provoqué par l’influence de la doctrine stoïcienne dont Cicéron fut le premier porte-parole, a été à la fois la cause et le résultat de cette modification de la pensée. Ce n’est que plus tard que la recherche du bonheur individuel inspira le pouvoir avec Sénèque, puis l’empereur Marc Aurèle lui-même. Dans ce contexte philosophique, l’influence de l’éthique grecque sur les mœurs romaines paraît transformer le concept traditionnel de uirtus comme courage typiquement masculin en une conception morale62, uirtus comme vertu, selon une conception proche de la nôtre et, pourtant, applicable aux femmes63 et aux enfants.

  • 64 Veyne 1978, 35-66 ; voir aussi Saller 1989, 523-534 et Cantarella 1989, 575-584.

24La propagande augustéenne s’est faite donc le porte-parole du renouveau des mœurs qui, théoriquement, partait de la tradition. En voie de transformation et sous l’influence du pouvoir, la conscience collective ne pouvait qu’évoluer dans ce sens. La pensée sociale romaine manifesta tout au long du ier et du iie siècles un changement de mentalités qui participait à l'évolution des conceptions sociales, évolution que P. Veyne a relié à l'essor de la famille nucléaire et de l'amour conjugal64.

  • 65 Rawson 2003.
  • 66 Plin., Nat., 34.25 : quod adiectum non minus honoris habet quam feminae esse decretam.
  • 67 Curchin 1982.
  • 68 Forbis 1990, 506.

25Dans ce contexte, la présence de la femme et des enfants65, de plus en plus fréquente sur les reliefs sculptés, les monuments funéraires et surtout dans les elogia publics, n'était pas simplement un symbole de l’émancipation de celles-là, car selon Pline, les honneurs publics féminins restaient exceptionnels66. Elle était surtout la marque ostentatoire d'un comportement public moral, donc familial. D’ailleurs, les adjectifs des valeurs familiales, telles que la pietas et l'amour, sont de plus en plus abondants dans les épitaphes67, presque au même moment où l'on voit se répandre les hommages en famille dans les cités hispaniques. Et ces hommages dynastiques présentent très souvent les mêmes types d'adjectifs, car il est fréquent qu’ils soient érigés dans un contexte funéraire où l’hommage familial prend tout son sens dans le souvenir68.

26Au moment de conclure, il faut revenir à notre point de départ : la morale comme moyen de transmission idéologique. Auguste a compris le pouvoir de contrôle de la moralité et il a fait de l’exposition des règles de conduite personnelles une des bases de sa propagande et, parmi celles-ci, les règles familiales, avec toutes leurs considérations éthiques. Le Prince utilisa sa domus comme soutien politique mais aussi comme moyen d’afficher publiquement la morale et la tradition, justification ultime de son pouvoir. Et cette pratique continua avec ses successeurs pendant au moins deux siècles, avec plus ou moins d’intensité.

27Dans le processus de diffusion de la propagande impériale, les notables locaux hispaniques ont été des récepteurs privilégiés et, à leur tour, ont répandu les nouvelles conceptions culturelles à l’échelle locale, entre autres, celle de la moralité familiale. Une des preuves matérielles de cette action en est conservée à travers leur auto-représentation en famille dans les espaces publics des cités hispaniques dès la fin du ier siècle. Copie plus ou moins modeste des portraits de la domus impériale, ces monuments de l’élite hispanique véhiculaient des notions de pouvoir : il s’agissait de manifester et de justifier une position privilégiée en l’associant à celle de l’empereur. Mais, avec la représentation des femmes et des enfants, ces galeries de notables dans les lieux publics exprimaient aussi des valeurs familiales dont le pouvoir impérial romain était le défenseur.

28Ainsi, la diffusion des modèles impériaux a été plus qu’un dialogue entre le centre de l’Empire et la périphérie : elle fut un moteur et, en même temps, un reflet des transformations culturelles, car elle était toujours en constante évolution. Dans ce processus, la réception de l’information et l’adaptation des mentalités passaient tout naturellement par les milieux dirigeants des cités provinciales, qui adaptaient les formes et les images à leur propre situation locale : c’est cela qui montre parfaitement dans la péninsule Ibérique les galeries des portraits in loco publico.

Bibliographie

Bibliographie

Alföldy, G. (1987) : Römisches Städtewesen auf der Neukastilischen Hochebene. Ein Testfall für die Romanisierung, AHAW 3, Heidelberg.

Alföldy, G., J. M. Abascal et R. Cebrián (2003) : “Nuevos monumentos epigráficos del foro de Segobriga. Parte segunda : inscripciones de dignatarios municipales, fragmentos de naturaleza desconocida, hallazgos recientes”, ZPE, 144, 217-234.

Allroggen-Bedel A. (1974) : “Das sogenannte Forum von Herculaneum und die borbonischen Grabungenvon 1739”, CErc, 4, 102.

Ando, C. (2000) : Imperial ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Berkeley.

Armani, S., B. Hurlet-Martineau et A. U. Stylow, éd. (2003) : Epigrafía y sociedad en Hispania durante el Alto Imperio : estructuras y relaciones sociales, (Madrid-Alcalá de Henares, 2000), Acta Antiqua Complutensia 4, Alcalá de Henares.

Baena del Alcazar, L. (2000) : “Tipología y funcionalidad de las esculturas femeninas vestidas de Hispania”, in : León & Nogales 2000, 1-13.

Balty, J.-Ch. (1988) : “Groupes statuaires impériaux et privés e l’époque julio-claudienne”, in : Quaderni de la Ricerca scientifica. Ritrato ufficiale e ritratto privato. Atti della II Conferenza Internazionale sul Ritratto Romano (Roma, 1984), Rome, 31-46.

Bieber, M. (1962) : “The copies of the Herculanum Women”, PAPhs, 106/3, 111-134.

Bielmann, A. et M. Blanc (1994) : “Le forum d’Avenches : inscriptions et monuments”, Études de Lettres, 2, 83-92.

Böhm W. H. (2000) : “Heerkunft geklärt ? Die Bronzen von Cartocet und die Exedra der Ciceronen auf Samos”, AW, 9-23.

Boschung, D. (1990) : “Die Präsenz des Kaiserhauses in öffentlichen Bereich”, in : Stadtbild und Ideologie. Die Monumentalisierung hispanicher Städte zwischen Republick und Kaiserzeit (Madrid, 1987), Munich, 391-400.

——— (2002) : Gens Augusta : Untersuchungen zu Aufstellung, Wirkung und Bedeutung der Statuengruppen des julisch-claudischen Kaiserhauses, Cologne.

Brian Rose, Ch. (1997) : Dynastic Commemoration and Imperial Portraiture in the Julio-Claudian Period, Cambridge.

Cantarella, E. (1989) : “La vita delle donne”, in : Schiavone 1989, 557-608.

Consolino, F. E., éd. (2000) : Letteratura e propaganda nell’Occidente latino da Augusto ai regni romanobarbarici. Atti del Convegno Internazionale (Arcavacata di Rende, 1998), Rome.

Corbier, M. (1994) : “La Maison des Césars”, in : Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, 243-291.

Curchin, L. A. (1982) : “Familial Epithets in the Epigraphy of Roman Spain”, CEA, 14, 179-182.

Darwall-Smith, R. H. (1996) : Emperors and Architecture : a Study of Flavian Rome, Latomus 231, Bruxelles.

Davies, P. J. E. (2000) : Death the Emperor. Romain Imperial Funerary Monuments from Augustus to Marcus Aurelius, Cambridge.

De Angeli, S. (1992) : Templum Divi Vespasiani, Lavori e studi di archeologia pubblicati dalla Soprintendenza archeologica di Roma 18, Rome.

De Maria, S. (1988) : Gli Archi Onorari di Roma e dell’Italia romana, Bibliotheca Archaeologica 7, Rome.

Floriani Squarciapino, M. (1982) : “Corona civica e clupeus virtualis de Ostia”, in : Miscelanea Archeologica Tobias Dohrn Dedicata, Rome, 45-52.

Flory, M. B. (1993) : “Livia and the History of Public Honorific Statues Women in Rome”, TAPhA, 123, 287-308.

Forbis, E. P. (1988) : Municipal Virtues in the Roman Empire, Stuttgart-Leipzig.

——— (1990) : “Women's public image in Italian inscriptions”, AJPh, 3, 493-512.

Frachetti, A. (2000) : “Poesia per i grandi, poesia per la comunità : il compromesso augusteo”, in : Consolino 2000, 9-44.

Fullerton, M. D. (1985) : “The Domus Augusti in Imperial Iconography of 13-12 B. C.”, AJA, 89, 478-483.

Galinsky, K. (1998) : Augustan Culture : An Interpretive Introduction, Princeton.

García y Bellido, A. (1972-1974) : “El tetrapylon de Capera (Cáparra, Cáceres)”, AEspA, 45-47, 45-90.

Garriguet, J. A. (2001) : La imagen del poder imperial en Hispania. Tipos estatuarios, Corpus signorum Imperii Romani 1, Murcie.

Gros, P. (1900) : “Théâtre et culte impérial en Gaule Narbonnaise et dans la Péninsule Ibérique,”, in : Stadtbild und Ideologie. Die Monumentalisierung hispanicher Städte zwischen Republick und Kaiserzeit (Madrid, 1987), Munich, 381-390.

Habermas, J. (1978) : L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris (trad. fr. de Strukturwandel der Öffentlichkeit, Neuwied-Berlin, 1962).

Hesberg, von H. et S. Panciera (1994) : Das Mausoleum des Augustus. Der Bau und seine Inschrifften, Munich.

Hintzen-Bohlen, B. (1990) : “Die Familiengruppe ein Mittel zur Selbstdarstellung Herrscher”, JDAI, 105, 129-154.

Hurlet, F. (1997) : Les collègues du prince sous Auguste et Tibère, Coll. EFR 227, Rome.

——— (1997a) : “La Domus Augusta et Claude avant son avènement : la place du prince Claudien dans l’image urbaine et les stratégies matrimoniales”, REA, 99, 535-559.

Kleiner, D. E. E. (1987) : “Women and family life on funerary altars”, Latomus, 46, 545-554.

Lacey, W. K. (1996) : Augustus and the Principate. The Evolution of the System, Leeds.

Lefebvre, S. (1992) : “Hommages publics et histoire sociale : les Caecilii Caeciliani et la vie municipale de Volubilis (Mauritanie tingitane)”, MCV, 28-1, 19-36.

León Alonso, P. et T. Nogales Basarrate, éd. (2000) : Actas de la III Reunión sobre escultura romana en Hispania (Córdoba, 1997), Madrid.

Magallón Botaya M. A., P. Sillières et M. Navarro Caballero (1995) : “El municipium de Labitolosa y sus notables : novedades arqueológicas y epigráficas”, AEspA, 68, 107-130.

McDonnell, M. (2003) : “Roman men and Greek virtue”, in : Rosen & Sluiter 2003.

McInerney, J. (2003) : “Plutarch's manly women”, in : Rosen & Sluiter 2003.

Mikocki, T. (1990) : “Les impératrices et les princesses en déesses dans l’art romain”, EOS, 78, 209-218.

——— (1995) : Sub specie deae : Les impératrices et princesses romaines assimilées à des déesses. Étude iconographique, Rome.

Millar, F. (2002) : The Roman Republic and the Augustan Revolution, H. M. Cotton et G. M. Rogers, éd., Rome, the Greek World and the East, I, Chapel Hill-Londres.

Navarro Caballero, M. (2001) : “Les femmes de l’élite hispano-romaine, entre la famille et la vie publique”, in : Navarro Caballero & Demougin 2001, 191-201.

——— (2003) : “Mujer de notable : representación y poder en las ciudades de la Hispania imperial”, in : Armani et al. 2003, 119-127.

Navarro Caballero, M. et S. Demougin, éd. (2001) : Élites hispaniques, Ausonius Études 6, Bordeaux.

Nünnerich-Asmus, A. (1996) : El arco cuadrifronte de Cáparra (Cáceres). Un estudio sobre la arquitectura flavia en la Península Ibérica, Anejos de AEspA, 16, Madrid.

Rawson, B. (2003) : Children and Childhood in Roman Italy, Oxford.

Roddaz, J.-M. (sous presse) : “Augusto o el arte de lo posible”, Seminario de Estudios romanos, Santiago du Chili.

Rosen, R. M. et I. Sluiter, éd. (2003) : Andreia. Studies in Manliness and courage in Classical Antiquity, Leyde.

Saller, R. (1989) : “I rapporti di parentela e l’organizzazione familiare”, in : Schiavone 1989, 515-555.

Schiavone, A., éd. (1989) : Storia di Roma. 4. Caratteri e morfologie, Turin.

Schulacher, L. (1976) : “Das Ehrendekret für M. Nonius Balbus aus Herculaneum (AE, 1947, 53)”, Chiron, 6, 165-184.

Sehlmeyer, M. (1999) : Stadtrömische Ehrenstatuen der republikanischen Zeit, Historizität und Kontext von Symbolen nobilitären Standesbewußtseins, Historia Einzelschriften 130, Stuttgart.

Seston, W. (1954) : “Le clipeus virtutis d’Arles et la composition des Res gestae divi Augusti”, CRAI, 286-297.

Stylow, A. U. (2001) : “Las estatuas honoríficas como medio de autorrepresentación de las élites locales de Hispania”, in : Navarro Caballero & Demougin 2001, 141-153.

Syme, R. (1939) : The Roman Revolution, Oxford (consulté dans la traduction française La révolution romaine, Paris, 1967).

Tosi, G. (1977) : L’Arco dei Gavi, Venise.

Traversari, G. (1971) : L’arco dei Sergi, Padoue.

Trillmich, W. (1995) : “Gestalt und Ausstattung des ‘Marmorforums’ in Mérida”, MDAI(M), 36, 269-291.

Tuchelt, Kl. (1979) : Frühe Denkmäler Roms in Kleinasien. I. Roma und Promagistrate, Tübingen.

Veyne, P. (1978) : “La famille et l’amour sous le Haut-Empire romain”, AESC, 33, 35-66.

Wallace-Hadrill, A. (1981) : “The emperor and his virtues”, Historia, 30, 298-323.

Weber, G. et M. Zimmermann (2003) : “Propaganda, Selbstdarstellung und Repräsentation. Die Leitbegriffe des Kolloquiums in der Forschung zur frühen Kaiserzeit”, in : Weber & Zimmermann 2003, 11-40.

———, éd. (2003) : Propaganda - Selbstdarstellung - Repräsentation im römischen Kaiserreich des I. Jhs. n. Chr., Historia Einzelschriften 164, Stuttgart.

Zanker, P. (1983) : “Zur Bildnisrepräsentation führender Männer in mittelitalischen und campanischen Städten zur Zeit der späten Republik und der julisch-claudischen Kaiser”, in : Les “bourgeoisies” municipales italiennes aux iie et ier siècles av. J.-C., (Naples, 1981), Paris-Naples, 251-266.

——— (1987) : Augustus und die Macht der Bilder, Munich (consulté dans l’édition espagnole Augusto y el poder de las imágenes, Madrid, 1992).

——— (1994) : “Veränderungen im öffenttichen Raum der italischen Städte”, in : L’Italie d’Auguste à Diocletien. Actes du colloque international (Rome, 1992), Coll. EFR 198, Rome, 259-284.

Notes

1 On parlait d’honestas ou de mores. Le concept grec d’éthique arrive à Rome avec les théories stoïciennes. Cicéron l’a traduit par philosophia moralis (fat. 1), avec un adjectif issu de mores, mœurs, mais lui-même a utilisé très peu cette expression et préféré le terme honestas. Philosophia moralis a été repris par Sénèque (Ep., 89.9).

2 Roddaz sous presse.

3 Hor., Carm., 3.24.35.

4 Il s’agit de la Lex Iulia de maritandis ordinibus et de la Lex Iulia de adulteris, toutes les deux de l’année 18 a. C. et de leur principal complément de l’année 9 p.C., la Lex Papia Poppae.

5 Lacey 1996, 169-189.

6 Southern 1998, 145. Il s’agit d’un principe proposé par Cicéron tout au long de son de officiis.

7Erga deos patriamque” dit la copie d’Arles, Seston 1954 ; sur cette formule, voir aussi Hesberg & Panciera 1994, 113-118.

8 RGDA, 34.

9 Hesberg & Panciera 1994, 113-118.

10 Pour Arles : Seston 1954 ; AE, 1952, 165 = 1955, 82 ; pour Ostia : Floriani Squarciapino 1982, 45-52.

11 Plin., Nat., 34.9.17.

12 Les exemples existent en dehors de la péninsule Ibérique, mais ils ne sont pas très nombreux. Signalons cependant l’hommage aux Caecili Caeciliani à Volubilis (Lefebvre 1992, 19-36) ou encore celui des Otacilii et des Macrii à Avenches (Bielmann & Blanc 1994, 83-92).

13 Habernas 1978, 20.

14 Navarro 2000.

15 CIL, II, 5490 ; ILER, 6021 ; IRAl, p. 85-86, 44. Numéro PETRAE 14/4/700/2.

16 Kleiner 1991.

17 Sur la représentation des impératrices en déesses, Mikocki 1990 et 1995. Kleiner releva les mêmes connotations idéologiques dans les représentations iconographiques des femmes sur un autre type de monuments funéraires, l’autel (Kleiner 1987, 545-554). Pour la péninsule Ibérique, Baena 2000. Puisque les statues des notables locaux copient les modèles impériaux, certains auteurs considèrent à tort toutes les statuae des togati et des femmes découvertes en Hispania comme impériales, Garriguet 2001.

18 Navarro 2000 et Ead. 2003, avec toutes les données.

19 Sur les statues équestres des notables hispaniques, Stylow 2001, 149.

20 CIL, II, 2130 ; ILS, 5497 ; ILER, 1713 ; CILA, VI, p. 346-347, 300. Disparue, on en conserve un dessin.

21 Il reste la dédicace aux parents pérégrins du magistrat (CIL, II, 834) in situ et celle de sa femme (CIL, II, 835), ce qui permet de suggérer la présence de deux couples. La disposition des statues n'est pas définitivement fixée, malgré la récente parution d'une monographie (Nünnerich-Asmus 1996). Les vestiges architecturaux permettent de supposer, à la suite de ce que pensait García y Bellido (1972-1974, 45-90), la présence de deux couples en pied sur la face nord et de statues équestres sur la face sud.

22 Alföldy 1987, 81-84.

23 À ce propos, voir nos conclusions dans Navarro 2004, 397-400.

24 CIL, II, 2076

25 Cornelia Severina, CIL, II, 2074 ; CIL, II2/5, 624 = CILA, IV, 7.

26 Etrilia Afra, CIL, II, 2077 ; CIL, II2/5, 625 = CILA, IV, 8.

27 CIL, II, 1956 = ILER, 2054. N° PETRAE 14/29/570/1.

28 Sur la représentation des membres de la domus Augusta, voir Fullerton 1985.

29 Voir une excellente synthèse de la question dans la communication de J.-Ch. Balty dans ce même volume.

30 Brian Rose 1997 et Boschung 2002.

31 De Maria 1988.

32 Gros 1990.

33 Bieber 1962, 111-134.

34 Flory 1993, 287-308 ; Corbier 1994 ; Hurlet 1997a, 535-559.

35 Balty 1988.

36 Sehlmeyer 1999.

37 Tuchelt 1979.

38 Sur son monument à Samos et sur une possible copie privée en Italie, voir Böhm 2000, 9-22.

39 AE, 1947, 53 = AE, 1976, 144. Le travail principal est celui de Schulacher 1976, 165-184, qui corrige la date flavienne proposée par Allroggen-Bedel 1974, 102. L’ensemble, composé de la statue équestre du sénateur et des statues en pied de ses parents, de son épouse et de sa sœur, date de l’époque augustéenne.

40 Kähler 1939, 408-409 ; Traversari 1971 ; De Maria 1988, 251-252. Il s’agit d’un arc de l’époque augustéenne, construit à l’intérieur de la ville, près d’une porte. Une femme, Salvia Postuma, l’a érigé en l’honneur de son mari et de ses beaux-frères, magistrats de la colonie et membres de l’ordre équestre. Elle a été représentée plus tard, à sa mort.

41 Tetrapylon construit sous Tibère près d’une porte de la ville mais en dehors du poemerium. Il supportait les statues des membres d’une importante famille locale, femmes incluses. Tosi 1977 ; De Maria 1988, 331-333.

42 Voir supra note 12.

43 CIL, II, 1721 = ILS, 5492 = ILER, 1711 = CIL, II2/5, 232 : Q(uintus) Valerius Optatus, / Augustalis perp(etuus), / huic ordo municipii Flaui / Sosongitanorum / cenas publicas decreuit / et locum in quo sta/tuas sibi uxori liberisq[ue] / poneret, loco adsignato / ponendas curauit.

44 Rappelons la découverte sur la place, dans l’angle d’un portique, d’un piédestal double où l’on pouvait lire la dédicace à une femme, Caluentia. C. f. Titulla, par son frère, C. Caluentius Pudens : Cebrián, Alföldy & Abascal 2003, no 16, 223-224.

45 Magallón et al. 1995.

46 Navarro 2003, 124-125.

47 Sur cette question, voir la participation de J.-M. Roddaz dans ce même volume.

48 Une bonne synthèse dans Fraschetti 2000.

49 En effet, grâce, entre autres, à W. Trillmich, nous commençons à comprendre l'importance idéologique du groupe statuaire d'Énée et Jule sur les fora hispaniques (Trillmich 1995).

50 À ce propos, voir la contribution de E. Rosso dans ce même colloque.

51 Suet., Aug., 89.5.

52 Syme 1952 [1967], 417-424.

53 Hesberg & Panciera 1994 ; Suet., Aug., 101.5.

54 Davies 2000.

55 RGDA, 34.

56 Suet., Aug., 61.1-2.

57 Millar 2002, 321-349.

58 Galinsky 1996, 80-121.

59 Carm., 3.24.25-35.

60 Suet., Aug., 58.

61 Suet., Dom., 8.1.

62 McDonnel 2003.

63 McInerney 2003.

64 Veyne 1978, 35-66 ; voir aussi Saller 1989, 523-534 et Cantarella 1989, 575-584.

65 Rawson 2003.

66 Plin., Nat., 34.25 : quod adiectum non minus honoris habet quam feminae esse decretam.

67 Curchin 1982.

68 Forbis 1990, 506.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : a. Dédicace à Etrilia Afra, épouse de Valerius Vegetus, CIL, II, 2077 = CIL, II2/5, 625 = CILA, IV, 8. Dessin manuscrit de J. de Flores Oddouz, Monumentos descubiertos en la antigua Iliberia, Illipula o Granata, ouvrage ms. s. XVIII, 1, 63, 2, tab. 6 (archivo diocesano de Salamanque). b. Fragments de la dédicace à Cornelia Severina, mère de Valerius Vegetus, CIL, II, 2074 = CIL, II2/5, 624 = CILA, IV, 7. D’après CILA, IV.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Fig. 2 : Restitution idéale du tetrapylon de Caparra, d’après García y Bellido 1972-1974.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Fig. 3 : Deux versions d'une inscription disparue, CIL, II, 1721 = CIL, II2/5, 232, Sosontigi. a. J. Fernández Franco dans le Codex Valentinus, feuillé du XVIe siècle, f. 207, n. 718, ms. 3610, Biblioteca Nacional de Madrid. b. M. de Jimena Jurado, Antigüedades del reino de Jaén, ouvrage manuscrit de 1639, Biblioteca Nacional de Madrid, ms. 1180, f. 37. D’après CIL, II2/5.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/417/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig. 4 : La curie de Labitolosa avec ses socles et ses piédestaux, vue du sud. Cliché P. Sillières.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/417/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 314k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540