Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Première partie. Les faits

Les modalités de la diffusion et de la réception de l’image et de l’idéologie impériale en Occident sous le Haut-Empire

Frédéric Hurlet

Texte intégral

  • 1 Cf. Le Roux 1995, 128 ; Id. 1998, 288 et Id. 2004, 287-311. Sur le concept même de communication e (...)
  • 2 Cf., entre autres, Zanker 1991, 193-220 et Id. 2000, 211-245 (= Zanker 2002, 9-37). Sur la notion (...)

1Étudier les modalités de la diffusion et de la réception de l’image et de l’idéologie impériale revient à s’intéresser de manière plus générale à la nature et au mode de relations que le pouvoir central entretenait avec les communautés italiennes et provinciales. À l’échelle d’un Empire aussi vaste que l’Empire romain, une des questions centrales est celle de l’origine des décisions qui ont conduit à transformer les cités de l’Occident et de l’Orient romain en espaces urbains où l’image du pouvoir impérial et son idéologie étaient fortement présentes. Pour apporter un début de solution à ce problème de fond, il faut en tout cas dépasser l’alternative qui consisterait à interroger les sources pour simplement chercher à savoir qui du pouvoir central ou des communautés locales prenait l’initiative pour doter les cités de monuments ou de statues représentant sous une forme ou une autre le pouvoir impérial et y transplanter les principales valeurs en vogue à Rome. Une telle démarche serait en contradiction avec un des apports de la recherche historiographique de ces dernières années, à savoir que les rapports entre le pouvoir impérial et les provinciaux étaient régis par un dialogue à distance entre le centre du pouvoir et la périphérie. Ce concept a été utilisé en particulier par P. Le Roux comme un moyen de conserver le terme de “romanisation”, qui est aujourd’hui discuté et auquel il donne un nouveau souffle en le définissant comme un dialogue permanent entre Romains et pérégrins marqué par une réciprocité des échanges et des emprunts1. Il est en outre bien connu de manière plus ponctuelle que P. Zanker analyse l’image, en particulier celle qui représente d’une manière ou d’une autre le pouvoir impérial, comme une forme de communication entre le prince et les Romains, mais aussi entre le prince et tous ceux qui vivaient en dehors de Rome2. Il s’agit là d’une avancée scientifique d’autant plus intéressante que loin d’épuiser toutes les questions, elle conduit à étudier le phénomène de diffusion de l’image du pouvoir impérial et de son idéologie sous un angle nouveau et à réinterroger notre documentation de manière à essayer de mieux comprendre les règles et usages en vigueur pour un tel échange dialectique entre le centre et la périphérie.

  • 3 Cf. à ce sujet Eck 1992, 915-939 (= Eck 1995, 55-79).

2La notion de dialogue dynamique présente de multiples implications pour le sujet qui nous intéresse. Elle suppose tout d’abord que l’image du pouvoir impérial et son idéologie ne furent jamais imposées en Italie et dans les provinces par et depuis Rome, ce qui n’étonnera à vrai dire personne et a déjà été bien souligné. Point plus intéressant, elle vient souligner dans le même temps qu’il serait déraisonnable de dénier au pouvoir central la moindre initiative en ce domaine. Quel que soit le degré de leur autonomie, les cités ne vivaient pas en vase clos et restaient sensibles au modèle que représentait le pouvoir impérial. Il faut ajouter que le prince avait à sa disposition une machine administrative qui lui permettait de diffuser où il le voulait des informations, des ordres ou des recommandations et d’être tenu au courant de ce qui se passait dans l’Empire, à un rythme lent comparé à la rapidité des moyens techniques actuels, mais avec efficacité si l’on en juge par la longue durée d’une structure qui fut capable de mener à bien ce qu’on attendait d’elle pendant plusieurs siècles3.

  • 4 Le texte se borne à préciser que les trois prisonniers furent envoyés à Rome auprès d’Auguste par (...)
  • 5 L. 50.51-55 : Aὖλον δὲ Στλάκκιον / Μάξιμον, ὃν Κυρηναίων οἱ πρέσβεις αἰτιῶνται ἀνδριάντας ἐκ τῶν / (...)
  • 6 Cf. sur cette question P. Veyne, dans Annuaire du Collège de France, 1993-1994, 794 qui a tiré du (...)

3Une affaire exemplaire qui se déroula à Cyrène dans le courant de la dernière décennie a.C. montre bien dans quelle mesure la question de la diffusion de l’image du pouvoir impérial, de sa conservation et de son utilisation faisait partie des sujets à propos desquels Auguste – alors à Rome – pouvait être amené à être consulté et à prendre à distance une décision. Elle est connue par le IIe édit de Cyrène, pris en 7/6 a.C. par Auguste en relation avec l’envoi à Rome de prisonniers – A. Stlaccius Maximus, L. Stlaccius Macedo et P. Lacutanius Philero – par les soins de P. Sextius Scaeva très vraisemblablement en sa qualité de proconsul de Crète-Cyrénaïque. À l’arrière-plan de cet édit se trouvent des rumeurs de conspiration dirigée contre le prince, mais toute cette affaire reste à vrai dire mystérieuse4. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’Auguste libéra deux des trois prisonniers après les avoir interrogés et s’être rendu compte que leurs propos étaient mensongers. Mais il ajoute à propos du troisième qu’“en ce qui concerne Aulus Stlaccius Maximus, que les légats des Cyrénéens accusent d’avoir ôté des places publiques des statues, parmi lesquelles celle sur laquelle la cité avait inscrit mon nom, je défends qu’il s’éloigne (de Rome) sans mon ordre, avant que j’aie fait une enquête sur cette affaire”5. Il en ressort que le simple fait de retirer d’un endroit public toute image du pouvoir impérial était assimilé à un acte grave de lèse-majesté qui dépassait les compétences purement locales des autorités de Cyrène et dont Auguste fut directement informé par des légats de cette cité6. Même s’il faut soupçonner que des rivalités internes entre Romains et Hellènes de la cité de Cyrène étaient à l’origine d’une accusation qui avait pour objet de renforcer les soupçons de conspiration contre la personne du prince, l’enquête qui fut diligentée montre à quel point le prince prenait cette affaire au sérieux. On ne connaît malheureusement rien des résultats de cette enquête et du sort qui fut réservé à Aulus Stlaccius Maximus, mais on retiendra malgré tout dans la perspective qui est la nôtre que l’information circulait alors suffisamment bien pour qu’Auguste fût mis au courant d’une accusation liée à la question de son image dans une cité provinciale et fût en mesure de chercher à savoir ce qui s’était réellement passé. Les propos qui suivent ont pour objet de prolonger ces réflexions liminaires sur le mode de communication et les échanges d’information entre le centre et la périphérie en réexaminant plus spécifiquement la documentation qui fournit pour l’Occident romain des renseignements sur les modalités de la diffusion de l’image et de l’idéologie impériale.

1. La diffusion depuis Rome de l’image et de l’idéologie impériale : les règles

  • 7 Sur la question de la diffusion de l’image du pouvoir impérial, cf. pour une première synthèse Pek (...)
  • 8 Cf. à ce sujet P. Veyne, dans Annuaire du Collège de France, 1993-1994, 797 qui précise à partir d (...)
  • 9 Cf. à titre d’exemple les deux arcs élevés en vertu d’un sénatus-consulte en Pannonie en 9 p.C. en (...)
  • 10 Je reviendrai infra plus en détail sur la condamnation de Pison. Pour ce qui est de l’exécution de (...)
  • 11 Sur l’idée que les fêtes impériales étaient imposées à l’échelon municipal depuis Rome, cf. Scheid (...)
  • 12 Sur cette question, cf. l’étude de Mastino 1978-79, 47-81 à propos de la damnatio memoriae de Géta
  • 13 CIL, II, 172 = ILS, 190 = IRCP, 647.
  • 14 Cf. Millar 1977.
  • 15 Comme l’a déjà souligné Eck 1992, 915 (= Eck 1995, 57).
  • 16 Cf. dans ce sens Bleicken 1982, 183-215 ; cf. aussi plus récemment Potter 1996, 50-56 qui a soulig (...)

4Nombreux étaient les événements ponctuels qui pouvaient donner lieu à une transmission depuis Rome de consignes qui conduisaient à renforcer la place de l’image du pouvoir impérial ou de son idéologie dans les cités de l’Italie ou des différentes provinces7. A titre indicatif, on peut en dresser la liste suivante – qui n’a pas vocation à être exhaustive : l’avènement du prince (à partir de Tibère étant entendu qu’Auguste fut investi de ses pouvoirs non pas en une seule fois, mais de manière progressive)8 ; les victoires militaires et les expéditions aux frontières de l’Empire9 ; des faits marquants de l’actualité politique et dynastique qui renforçaient la position du prince comme la condamnation de Pison ou l’exécution de Séjan par exemple10 ; le décès du prince et d’un membre de la famille impériale avec la possibilité d’une divinisation officielle (consecratio) et l’institution d’un nouveau culte public en l’honneur de la personne décédée et divinisée ; les différents anniversaires rappelant les jours importants comme celui de la naissance de l’empereur, de la prise de la toga uirilis...11 ; dans un contexte extra-urbain, la construction de routes, qui comprenaient l’érection de milliaires au nom et à la gloire de l’empereur. Il faut ajouter qu’en sens inverse, la damnatio memoriae votée par le Sénat conduisait à supprimer le nom et les images des princes dont la mémoire avait été officiellement condamnée, procédure bien connue qui nous intéresse directement dans la mesure où elle contribuait à modifier le cadre urbain des cités de l’Empire12. La célébration de ces différents événements à l’échelle de l’Empire signifiait que les Italiens et les provinciaux avaient été informés de ce qui avait été décidé à Rome, rapidement dans certaines circonstances. Il était par exemple important que l’avènement fût porté à la connaissance des populations de l’Empire afin que celles-ci puissent prêter serment au nouvel empereur et à la famille impériale telle qu’elle avait été redéfinie. La date à laquelle les citoyens de la petite cité d’Aritium en Lusitanie prêtèrent serment à Caligula, en l’occurrence le 11 mai 37, montre précisément que la nouvelle de la mort de Tibère et de l’avènement de son neveu avait circulé très rapidement pour arriver à l’extrémité occidentale de l’Empire moins de deux mois après les événements en question13. On voit donc que le caractère “réactif” ou “passif” du pouvoir impérial cher à F. Millar14 ne constitue qu’un aspect du gouvernement de l’Empire15. Il fallait aussi compter à certaines occasions avec une vision plus pro-active de l’administration romaine16.

  • 17 Millar 1966, 156-166 (= Millar 2002, 271-291).

5Pour ce qui concerne plus spécifiquement la diffusion de l’image et de l’idéologie impériale, il est incontestable que l’initiative venait dans certaines circonstances de Rome même, mais il reste à déterminer qui y prenait de telles décisions et sous quelle forme. Tout attribuer au prince et à sa chancellerie est une réponse simpliste qui ne correspond pas aux pratiques en vigueur à Rome sous le Haut-Empire, du moins au début de la période envisagée. Il est bien établi que le pouvoir impérial se partageait l’administration de toutes les provinces – publiques et impériales – avec le Sénat et, d’une manière purement théorique, avec le peuple. Comme l’a bien montré F. Millar17, la répartition des tâches ne se faisait ni dans un esprit de concurrence ni selon une ligne de partage qui aurait réservé aux sénateurs le gouvernement des provinces publiques et au prince celui des provinces impériales, mais le principe dominant en la matière était celui d’une étroite collaboration. Le prince prenait des mesures qui concernaient l’ensemble des provinces (y compris les provinces publiques et les communautés situées au sein de celles-ci) et adressait des instructions aux proconsuls, tandis que le Sénat votait des sénatus-consultes applicables à tout l’Empire – provinces impériales incluses. Il en résulte qu’il faut définir l’administration romaine et son système de transmission d’informations notamment pour tout ce qui est lié à la diffusion de l’image et de l’idéologie impériale non pas comme un système statique compartimenté, mais comme une structure plus dynamique incluant la participation du Sénat à tous les échelons pourvu qu’elle soit placée sous le contrôle du prince. Que le pouvoir impérial était responsable de la diffusion de sa propre image et de sa propre idéologie est vrai sur le fond, mais la réalité institutionnelle est plus complexe d’un point de vue formel. La découverte en Andalousie de nombreuses tables de bronze dans les années 1980 est venue apporter à ce sujet des précisions d’autant plus intéressantes qu’elles étaient inédites.

  • 18 Avant la découverte de la Tabula Siarensis, plusieurs petits fragments du sénatus-consulte de 19 s (...)
  • 19 Sur le Senatus consultum de Cn. Pisone patre, l’édition de référence est celle de Eck et al. 1996.

6Les nouveaux documents épigraphiques mis au jour dans la province romaine de Bétique nous font connaître le contenu de décisions officielles qui avaient été votées à Rome en 19 et 20 p.C. Ce qu’on appelle la Tabula Siarensis livre une partie importante du sénatus-consulte de 19 sur les honneurs funéraires à rendre à la mémoire de Germanicus ainsi qu’un infime fragment de la lex Valeria Aurelia qui avait ratifié ce sénatus-consulte18 ; quant au document qui est connu sous le nom de Senatus consultum de Pisone patre et dont huit copies ont été à ce jour identifiées, il reproduit le sénatus-consulte qui condamna Pison à son retour de Syrie dans le courant de l’année 2019. Ces inscriptions de Bétique sont directement liées à la question qui nous retient ici pour trois raisons principales.

  1. La Tabula Siarensis livre tout d’abord des informations précises sur le phénomène de diffusion de l’image du pouvoir impérial en rappelant que la construction d’arcs honorifiques à la mémoire de Germanicus fut prévue non seulement à Rome (à l’entrée du circus Flaminius), mais aussi en Syrie (col du mont Amanus) ou “en tout autre lieu que notre princeps Tibère César Auguste [jugerait] plus adapté, [situé dans les régions dont il avait confié] l’administration et la protection à Germanicus César en vertu de l’auctoritas [du Sénat]” et en Germanie (Mayence)20. Ce passage est intéressant à plus d’un titre : il confirme tout d’abord que dans des circonstances bien déterminées, en l’occurrence le décès d’un membre de la famille impériale, la décision d’élever en son honneur de tels monuments dans différentes provinces de l’Empire (dans un contexte supra-municipal, faut-il ajouter) était prise à Rome ; il témoigne ensuite de la complexité de la procédure qui y fut suivie en soulignant que les honneurs conférés à Germanicus, et en particulier l’érection de ces arcs, furent décrétés dans le cadre d’un consensus civique qui était censé régner à Rome et qui s’exprimait à cette occasion par les interventions successives des principales forces politiques en présence, la domus Augusta, le Sénat par le biais d’un sénatus-consulte et le peuple Romain par une loi comitiale21.
  2. Le simple fait d’afficher à Siarum et à Heba – et peut-être aussi à Tuder – le sénatus-consulte sur les honneurs funéraires à rendre à la mémoire de Germanicus et (ou) sa ratification comitiale est un phénomène significatif dans le sens où il atteste que des décisions ponctuelles prises à Rome par le Sénat et le peuple avaient été portées à la connaissance d’habitants de cités d’Italie et de Bétique – en tout cas ceux qui pouvaient lire ; la même remarque vaut à plus forte raison pour le Senatus consultum de Cn. Pisone patre si l’on rappelle que cette décision du Sénat de Rome avait été recopiée dans au moins huit cités de la province de Bétique. Les raisons profondes d’une telle “publicité” sont à chercher dans le message de fond délivré par ces deux documents. La Tabula Siarensis voulait exprimer l’idée selon laquelle le respect dû à un prince décédé qui avait mérité de la Res publica n’était qu’un des aspects de la pietas que tous les habitants de l’Empire devaient témoigner de manière plus générale à l’égard de la domus Augusta, les Italiens et les provinciaux aussi bien que les Romains de Rome22. Quant au Senatus consultum de Cn. Pisone patre, il est maintenant bien établi qu’il doit être analysé comme l’expression d’une pietas à l’égard de la dynastie julienne, mais aussi d’un consensus autour de cette dernière : il s’agissait de souligner que les groupes les plus influents de la société romaine s’étaient unis pour condamner Pison et exprimer leur piété à l’égard de Germanicus et de la domus Augusta23. Retrouver de tels messages gravés sur du bronze en Bétique témoigne d’une volonté certaine de diffusion de ce qu’il faut sans aucun doute regrouper sous le vocable d’idéologie impériale. Je reviendrai sur la question des modalités de la réception par les cités de l’image et de l’idéologie impériale.
  3. Un des domaines pour lesquels les bronzes espagnols fournissent des renseignements inédits concerne précisément les modalités de la diffusion de l’image et de l’idéologie impériale. La Tabula Siarensis précise à ce propos que “le Sénat souhaitait et estimait juste... que les consuls publient ce sénatus-consulte sous l’autorité de leur édit et ordonnent que les magistrats et les légats des municipes et des colonies en transmettent une copie aux municipes et aux colonies d’Italie ainsi qu’à celles des colonies qui étaient dans les provinces ; qu’en outre ceux qui étaient à la tête des provinces agiraient justement et selon les règles s’ils mettaient tous leurs soins à ce que le sénatus-consulte fût affiché dans le lieu le plus fréquenté possible”24. Ce passage a déjà fait l’objet de nombreux commentaires qui portaient notamment sur le statut de Siarum (lieu de la découverte) et la question de l’intégration ou non des municipes de citoyens romains situés dans les provinces dans les dispositions relatives à la publicité du sénatus-consulte sur les honneurs funéraires à rendre à la mémoire de Germanicus25. Quelles que soient les réponses à ces difficiles problèmes, il ressort en tout cas des précisions données par la Tabula Siarensis en matière de diffusion des décisions prises à Rome que les règles établies à ce sujet pour les cités d’Italie et les colonies romaines provinciales étaient différentes de celles qui valaient pour tous les autres types de cités localisées dans les provinces (mis à part le cas problématique des municipes de droit romain situés dans les provinces). Alors que les premières avaient le devoir de s’informer par le biais de leurs magistrats et de leurs légats présents à Rome qui recopiaient le texte du SC reproduit en bas de l’édit des consuls pour en transmettre une copie dans leur cité, les secondes attendaient que le gouverneur de province les mît au courant de ce qui avait été décidé à Rome et les poussât à afficher à leur tour ce SC26. Dans les deux cas, l’initiative venait de Rome et était plus ou moins contraignante selon l’aire de diffusion du message délivré par le régime impérial : l’affichage du sénatus-consulte était obligatoire dans les cités d’Italie et les colonies romaines situées dans les provinces (uti consules ... iuberentque) ; il était recommandé pour les autres cités des provinces et passait par une intervention du gouverneur auquel un conseil pressant était adressé à travers une formule utilisée d’ordinaire par le Sénat pour donner ses instructions aux magistrats et promagistrats27.
  • 28 L. 170-172 : item hoc s(enatus) c(onsultum) {hic} in cuiusque prouinciae celeberruma{e} / urbe eiu (...)
  • 29 Comme l’ont souligné Eck et al. 1996, 269.
  • 30 Cf. pour cette explication Eck et al. 1996, 266-267.
  • 31 Cf. les lignes 168-170 qui opposent l’oratio principis et les senatus consulta votés à l’occasion (...)
  • 32 Cf. sur cette question Eck et al. 1996, 254-264 et Eck 2000, 190-206 et en particulier p. 195-196 (...)
  • 33 Giua 2000, 253-275 et Id. 2002, 95-138 et en particulier p. 127-138.

7Sans être aussi précis que la Tabula Siarensis, le Senatus consultum de Cn. Pisone patre prévoyait également à la fin des dispositions de manière à garantir sa propre diffusion. Le passage en question est le suivant : “Que ce sénatus-consulte soit affiché, gravé sur le bronze, dans la ville la plus fréquentée de chaque province et dans le lieu le plus fréquenté de cette ville ; de même, que ce sénatus-consulte soit affiché dans les quartiers d’hiver de chaque légion auprès des enseignes”28. À la différence de la Tabula Siarensis, l’intervention du gouverneur de province n’était pas explicitement mentionnée pour la diffusion du Senatus consultum de Cn. Pisone patre, mais elle était nécessaire et allait de soi29. Une autre différence était que l’Italie n’était pas concernée, sans doute parce qu’il n’apparaissait pas indispensable que tous les citoyens Romains en tant que tels soient mis au courant de tous les détails de cette affaire ; dans le même ordre d’idée, la publication dans les quartiers d’hiver s’explique par des raisons d’opportunité politique, la mort de Germanicus et les agissements de Pison ayant pu contribuer à détériorer les relations de Tibère avec des légions – surtout celles de Syrie – auxquelles il fallait faire connaître la version officielle ce qui s’était passé30. Dernière remarque sur les règles de diffusion de décisions prises à Rome, le texte du Senatus consultum de Cn. Pisone patre rappelle que si plusieurs sénatus-consultes furent adoptés au cours du procès, un seul fut destiné à être gravé dans la ville la plus fréquentée de chaque province et les quartiers d’hiver de chaque légion31. Cette discordance signifie qu’il fut nécessaire de regrouper – et peut-être de recomposer en partie – tous les sénatus-consultes votés à ce sujet, au moins sept-huit selon W. Eck, en un seul amené à être publié en dehors de Rome et destiné à devenir en Italie et dans les provinces pour la postérité la version officielle32. Selon une hypothèse récemment développée par M. A. Giua, la complexité d’un tel travail de synthèse a dû exiger une grande prudence et une lente maturation qui explique le décalage chronologique entre un procès situé par Tacite avant la célébration par Drusus le Jeune le 28 mai 20 et la décision prise en décembre de cette année de faire connaître dans l’Empire le contenu du Senatus consultum de Cn. Pisone patre33.

2. La réception de l’image et de l’idéologie impériale dans les cités : la pratique

  • 34 Comme l’a fait remarquer Galsterer 2000, 180-181.
  • 35 Cf. l. 5 où la référence à “l’accroissement des honneurs” (de augendis honoribus) ne se comprend q (...)

8Il faut désormais s’interroger, dans une perspective plus concrète, dans quelle mesure et comment les décisions prises à Rome et destinées à être diffusées en dehors de l’Vrbs parvenaient à la connaissance des cités d’Italie et des provinces et y étaient le cas échéant reproduites avec un mimétisme plus ou moins prononcé. Il faut tenir compte dans la pratique d’une incontestable souplesse par rapport aux règles connues qui viennent d’être énumérées. Il pouvait tout d’abord arriver qu’un événement dont on a vu à quel point il influait sur la diffusion de l’image et de l’idéologie impériale fût connu par les Italiens ou les provinciaux avant même de parvenir à la connaissance des Romains et de faire l’objet d’un SC, d’une loi et (ou) d’une décision impériale. C’est exactement ce qui se produisit à la mort de Lucius César à Marseille le 20 août 2 p.C., lorsque la colonie de Pise fut avertie du décès du prince de la jeunesse avant Rome pour de simples motifs d’ordre géographique – Pise étant située sur l’itinéraire parcouru depuis Marseille par ceux qui avaient été chargés de faire parvenir à Rome l’annonce de la triste nouvelle34. L’initiative de faire voter des honneurs funéraires à la mémoire de Lucius César fut prise dans un premier temps à l’échelon local par les citoyens de Pise avec le vote d’un premier décret, sans doute dès qu’ils surent que le fils d’Auguste était décédé (fin août - début septembre). Mais il est significatif que ces premières dispositions honorifiques ne parurent pas suffisantes et furent complétées par un second décret, voté le 19 septembre, qui avait pour objet d’“accroître” les honneurs à rendre à Lucius César et qui s’inspirait visiblement du sénatus-consulte voté précédemment à Rome35. On voit à quel point l’information circulait rapidement, puisqu’il avait fallu à peine un mois entre le décès de Lucius César et le moment où les dispositions prises à Rome furent connues par les citoyens de Pise et imitées dans une mesure qui reste à déterminer. On peut penser que les événements importants qui étaient liés au pouvoir impérial et qui avaient lieu dans les provinces comme les victoires militaires ou certains avènements impériaux (celui de Vespasien ou de Trajan par exemple, puis à partir des Sévères) étaient célébrés par les communautés situées à proximité des opérations (cités ou camps militaires) par des réalisations qui mettaient en valeur l’image et l’idéologie impériale.

  • 36 La Tabula Siarensis, frg. IIb, l. 20-21 spécifie en effet à propos de l’affichage que ce sénatus-c (...)
  • 37 A plus forte raison si l’on pense que le gouverneur de la Bétique qui veilla à diffuser le contenu (...)

9Le cas le plus fréquent restait tout de même la réception d’un message depuis Rome, surtout au ier siècle, lorsque le pouvoir impérial restait malgré tout peu mobile comparé à la pratique itinérante qui était en vigueur à partir du iie siècle avec des empereurs comme Trajan, Hadrien et Marc Aurèle à la fin de son règne et qui devint la règle générale avec l’ensemble des empereurs à partir des Sévères. Il faut ajouter que l’Vrbs ne cessa malgré tout de rester tout au long du Haut-Empire le lieu où le Sénat et le peuple Romain devaient obligatoirement se réunir et d’où continuaient à être diffusées celles de leurs décisions qui étaient destinées à être connues dans l’ensemble de l’Empire. Pour le début du ier siècle, il est assuré que le sénatus-consulte sur les honneurs funéraires à rendre à la mémoire de Germanicus et (ou) la loi de ratification fu(ren) t affiché(s) non seulement à Rome, mais aussi à Heba, peut-être à Tuder, et à Siarum. Dans les deux premier cas, il est vraisemblable que l’ordo et les magistrats d’Heba et de Tuder furent informés d’une manière ou d’une autre du contenu de l’édit des consuls dont il a été question supra et qui ordonnait aux cités d’Italie et aux colonies romaines provinciales de reproduire les décisions votées à Rome par le Sénat et le peuple, ordre dont on voit qu’il fut exécuté et pérennisé à travers une gravure sur bronze ; on peut ajouter qu’en affichant le texte de la rogatio sur un tel métal, ces cités d’Italie allèrent au-delà de ce qui leur avait été prescrit par le Sénat et le peuple Romain, sans doute par volonté d’imiter ce qui avait été décidé pour la ville de Rome36. Pour ce qui est de Siarum, il ne fait guère de doute non plus que conformément aux dispositions prévues par la Tabula Siarensis pour les cités provinciales autres que les colonies romaines, la décision de faire graver le SC et la lex Valeria Aurelia fut prise par les autorités locales à l’instigation du gouverneur de province37.

  • 38 Sur le nombre de copies, cf. Eck et al. 1996, 1-37 où sont présentées les six copies assurées de c (...)
  • 39 Cf. Eck et al. 1996, 279-287 qui a analysé ce document comme une marque de dévouement à l'égard de (...)
  • 40 Pour une publication des documents épigraphiques reproduisant de façon très fragmentaire le sénatu (...)
  • 41 Hurlet & Roddaz 2001, 153-166. Sur l’influence exercée par le gouverneur de province dans la diffu (...)

10L’intervention du proconsul de Bétique transparaît de façon encore plus marquée pour la diffusion du Senatus consultum de Cn. Pisone patre. On se souvient que d’après les termes mêmes de ce document, la décision avait été prise de le faire graver sur une table de bronze “dans la ville la plus fréquentée de chaque province et dans le lieu le plus fréquenté de cette ville”. Or on sait qu’à ce jour, il en existe huit copies, disséminées dans autant de cités de Bétique38. On voit donc que les administrés de cette province allèrent au-delà de ce que le Sénat leur avait demandé, excès de zèle qui présuppose une participation active du gouverneur à la fois pour informer les cités de ce qui avait été décidé à Rome et éventuellement faire pression sur ces dernières, notamment lors de sa visite des différents sièges de conuentus39. Il faut ajouter que le sénatus-consulte et la loi qui accordaient en 23 toute une série d’honneurs funéraires à rendre à la mémoire de Drusus le Jeune furent reproduits à Rome et à Ilici (Elche)40, mais les copies conservées sont trop fragmentaires pour nous permettre de tirer des conclusions assurées sur les modalités de réception d’un document qui avait été incontestablement transmis depuis Rome jusqu’en Hispanie Citérieure (au moins à Tarragone). Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute qu’en tant que courroie de transmission entre le centre du pouvoir et les provinciaux, le gouverneur occupait dans la pratique une position centrale dans la diffusion des messages qui émanaient du pouvoir central. C’est là une réalité que j’ai déjà eu l’occasion d’étudier plus en détail en collaboration avec J.-M. Roddaz pour la période du ier siècle p.C. et sur laquelle il est inutile de s’appesantir41. Il faut simplement rappeler qu’une analyse plus dynamique de la place tenue par le gouverneur de province dans la transmission d’informations en provenance de Rome a nécessairement des implications concrètes sur le processus et les modalités de la diffusion de l’idéologie et de l’image impériale.

  • 42 Suet., Cl., 1.3 et D.C. 55.2.3. L'arc est localisé par les Catalogues Régionaires dans la région I (...)
  • 43 Cf. supra, n. 20.
  • 44 Cf. Hurlet 1997, 401-405.
  • 45 Cf. CIL, XI, 1421 qui décrit la décoration de cet arc : Utique [ arc ou ian]us celeberrimo colonia (...)
  • 46 Sur l’arc de Spolète, cf. De Maria 1988, 328 (cf. aussi en dernier lieu von Hesberg 1990, 109-116 (...)

11Les cités d’Italie et des provinces ne se contentaient pas toujours de recopier sur du bronze des sénatus-consultes et lois qui contribuaient à donner du pouvoir impérial une image idéalisée. Il arrivait également qu’elles s’inspirent des mesures prises à Rome pour ce qui est de la typologie des images qui représentaient matériellement d’une manière ou d’une autre le prince et les membres de sa famille et qu’elles inséraient dans leur cadre urbain. Un exemple particulièrement significatif est celui de la multiplication des arcs honorifiques consacrés à un prince de la famille impériale à sa disparition. Ce type de monument est attesté pour la première fois en relation avec un décès avec Drusus l’Ancien, auquel fut consacré en 9 a.C. un arc localisé sur la Via Appia par décision du Sénat42. Il est également bien connu qu’à la mort de Germanicus et de Drusus le Jeune, l’érection de plusieurs arcs fut décrétée par le Sénat en leur mémoire à Rome et dans plusieurs provinces43. C’était devenu un honneur traditionnel décerné par le Sénat à tout membre de la domus Augusta décédé – et ratifié par le peuple44. Qu’un tel monument fut promis à une plus large diffusion à la seule initiative de cités qui étaient incontestablement au courant des décisions prises à Rome et qui pouvaient être amenées à les reproduire à l’échelon local ne fait aucun doute si l’on rappelle que le décret de Pise voté à la mort de Caius César prévoyait précisément la construction d’un arc dans le locus celeberrimus de cette colonie45. On peut ajouter en ce sens que les arcs honorifiques élevés à Spolète et à Orange ont pu être analysés comme des manifestations honorifiques votées par ces cités à la mort de l’un ou l’autre prince de la famille impériale46, mais il s’agit là de possibilités qui doivent en rester à l’état d’hypothèse.

  • 47 Cf. Scheid 1993, 188-201 et Id. 2000, 131-140.
  • 48 Le texte du premier décret de Pise en l’honneur de la mémoire de Lucius César ne laisse aucun dout (...)
  • 49 L. 31-33 : ut[ique] eo die quodannis publice Manibus eius per magistratus eosue, / qu[i Pi]sis iur (...)
  • 50 Cf. dans ce sens Vassileiou 1982, 119-130 et Gros 1991, 181-182.
  • 51 Elle a été reprise récemment, et avec prudence, par Van Andringa 2002, 50-51.
  • 52 Cf. à ce sujet le témoignage de la Tabula Siarensis, frg. II, col. a, l. 1-8.

12L’autel (l’ara) en relation avec lequel était célébré chaque année un culte funéraire destiné à honorer le jour anniversaire de leur décès la mémoire de membres importants de la domus impériale constitue un autre exemple éclairant de l’influence directe exercée de décisions prises à Rome sur l’urbanisme des cités de l’Empire. J. Scheid a bien montré que les rites funéraires à accomplir en la mémoire de Lucius César décrits par le premier décret de Pise devaient être identifiés avec une cérémonie du culte public de Rome, les parentationes47. Une telle équivalence signifie que les citoyens de Pise reproduisaient dans leur cité à la fois la fête officielle qui avait été décrétée à Rome en l’honneur du jeune prince décédé et le monument nécessaire à la célébration de ce culte, en l’occurrence l’autel à proximité duquel étaient immolés et brûlés dans un holocauste un bœuf et une brebis aux pelages sombres48. Une parentatio a été également prévue dans le second décret de Pise en l’honneur de Caius César49, mais elle fait l’objet d’une courte mention, sans doute parce qu’il apparaissait inutile de répéter ce qui avait déjà été décrit longuement dans le premier décret. Les dispositions adoptées par la colonie de Pise ont été rapprochées des inscriptions fragmentaires de Trèves et de Reims qui honorent Caius et Lucius César vraisemblablement à titre posthume et qui ont été analysées comme les restes d’un monument funéraire – un autel ? – consacré aux Mânes des princes de la jeunesse et à ce titre destiné à servir de décor aux parentationes célébrées dans ces deux cités des Gaules50. C’est là une hypothèse qui n’est pas vérifiable dans l’état actuel de nos connaissances, mais qui est suggestive51. Un argument en sa faveur est que le SC sur les honneurs funéraires à rendre à la mémoire de Germanicus, effectivement diffusé au moins jusqu’en Bétique selon des règles qui ont été étudiées, prévoyait en l’honneur du prince décédé la célébration d’une cérémonie funéraire identique à celles qui furent instituées en la mémoire de Caius et Lucius César52. C’est dire qu’il s’agissait là d’une disposition générale prise officiellement à Rome au moins depuis le décès de Lucius César en 2 p.C. et connue des cités de l’Empire auxquelles avait été communiqué ce qui avait été décidé à Rome.

  • 53 Sur le groupe statuaire tibérien de Lepcis Magna, cf. les importantes précisions fournies par Tril (...)
  • 54 Cf. Tabula Siarensis, frg. 1. l. 18-19 : supraque eum ianum statua Ger[manici Caesaris po]/neretur (...)
  • 55 Le terminus ante quem étant l’année 31.
  • 56 Cf. Tac., Ann., 4.9.2.
  • 57 P. Cornelius Dolabella fit élever à Lepcis Magna une statue représentant la Victoria Augusta (AE, (...)
  • 58 Sur le groupe de Ruscino et ses différentes phases, cf. la synthèse de Rosso 2000a, 202-222 ; cf. (...)

13Les derniers indices qui plaident à ma connaissance en faveur d’une imitation voulue d’un modèle iconographique diffusé à partir de décisions prises à Rome sont les imposants groupes statuaires du temple de Rome et d’Auguste de Lepcis Magna et du forum de Ruscino, l’un et l’autre pour leur phase tibérienne. Du premier on sait que les statues de Germanicus et Drusus le Jeune étaient placées sur des quadriges53. Or c’est précisément sous cette forme que Germanicus était représenté sur l’arc de Rome qui était localisé près du Circus Flaminius et avait été construit à la mort de ce prince en 19 en vertu du sénatus-consulte sur les honneurs funéraires à rendre à la mémoire du fils adoptif de Tibère54. Même si l’année 23 ne constitue pour le groupe tibérien de Lepcis Magna qu’un terminus post quem55, on peut malgré tout supposer que le décès de Drusus le Jeune et les décisions officielles prises en relation avec un tel événement – connues pour avoir connu un fort retentissement à Rome même56 – parvinrent à la connaissance de cette importante cité alors pérégrine selon les modalités qui ont été décrites par la Tabula Siarensis pour Germanicus et qui passaient par une information active de la part du gouverneur de la province. Cette hypothèse est d’autant plus plausible que le proconsul d’Afrique de 23-24, P. Cornelius Dolabella, était un amicus principis qui passait pour être particulièrement proche de Tibère et dont on sait qu’il passa par Lepcis Magna en 24 après sa victoire sur Tacfarinas57. Pour Ruscino58, les similitudes entre le groupe statuaire du Circus Flaminius et celui du forum de cette cité pour ce qui est de leur composition – présence des seuls membres consanguins de la famille de Germanicus à l’exclusion de Tibère et Drusus le Jeune – ont pu faire penser non sans raison que les textes officiels sur les honneurs extraordinaires décernés à Rome à ce prince étaient effectivement connus et imités par une cité située sur un important axe de communication (sur la Via Domitia, entre Narbonne et Tarragone). Plus probablement que le gouverneur de Narbonnaise de l’époque, c’était sans doute P. Memmius Regulus, un proche de Germanicus représenté au sein du groupe statuaire, qui avait pu servir de relais entre la capitale de l’Empire et les autorités locales de Ruscino.

  • 59 L. 5 : quod C. Canius C(aii) f(ilius) Saturninus IIuir u(erba) f(ecit) de augendis honoribus / L. (...)
  • 60 L. 11-12 : per uacat / conse<n>sum omnium ordinum ...
  • 61 CIL, XI, 1421, l. 14-16 = ILS, 140 = E-J, 69 = Inscr. It., VII. 1.7 = AE, 1991, 21 = Marotta d'Aga (...)
  • 62 L. 5-6 : quod [u(erba) f(acta)] sunt, cum in colonia nostra propter contentiones candidato/ru[m m] (...)
  • 63 CIL, XI, 1421, l. 14-19 = ILS, 140 = E-J, 69 = Inscr. It., VII. 1.7 = AE, 1991, 21 = Marotta d'Aga (...)
  • 64 Cf. à ce sujet Hurlet 2002, 163-178 où j’ai cherché à montrer que si le pouvoir impérial ne peut b (...)

14Toute enquête sur les modalités de la réception par les cités de l’image et de l’idéologie impériale doit également s’interroger sur la procédure qui était suivie à l’échelon local pour autoriser la reproduction d’une décision du Sénat ou du peuple de Rome et décider dans la foulée d’ériger des statues ou monuments en l’honneur du prince ou de la famille impériale. A ma connaissance, les seuls documents qui permettent de présenter à ce sujet quelques éléments de réponse sont les inscriptions de Pise sur lesquelles étaient reproduits les décrets sur les honneurs funéraires rendus par les citoyens de cette cité à Lucius et Caius César aussitôt après leur décès. Le premier de ces décrets, celui qui concernait le cadet Lucius César, fut voté par le conseil de cette colonie sur proposition du duumvir59 ; il y est également question du consensus omnium ordinum60, mais une cassure de la pierre à cet endroit ne permet pas de savoir comment il faut précisément interpréter cette formule : le consensus qui était censé avoir soudé tous les ordines était-il celui qui régnait à Rome à l’annonce du décès de Lucius César ? ou ne s’agissait-il que d’une référence à la situation locale de Pise ? Le décret en l’honneur de Caius César montre en tout cas que l’idée de consensus était présente à Pise dès la mort de Lucius, puisqu’il était question à ce sujet d’un “deuil que toute la colonie avait assumé”61. C’est incontestablement dans ce second décret que l’idéal d’unanimité s’exprime de la manière la plus nette en relation avec un événement touchant le pouvoir impérial. Le contexte politique à Pise était alors celui d’une colonie privée de magistrats en raison des luttes électorales et incapable à ce titre de voter un décret qui fût pleinement valide62, ce qui conduisit les rédacteurs du décret (des décurions) à souligner que les honneurs funéraires avaient été adoptés dans un esprit de parfait consensus entre l’ensemble des décurions et des colons63. Une telle précision n’était pas justifiée par la seule situation politique. Elle apparaissait aussi sous l’angle du mimétisme avec l’atmosphère qui régnait à Rome à chaque décès de la famille impériale. C’est ce que nous apprend la Tabula Siarensis lorsqu’elle précise que les honneurs rendus à titre posthume à Germanicus avaient été votés avec le consensus de tous les citoyens. Il faut y voir une nouvelle forme de la diffusion en dehors de Rome d’un des idéaux politiques du régime impérial, l’unanimitas64. On touche avec ces documents de Pise à l’ambivalence même de la notion d’autonomie des cités dans leurs relations avec le pouvoir impérial. Si elles votaient elles-mêmes des décrets en l’honneur du prince ou des membres de sa domus, le phénomène de reproduction et d’imitation de ce qui avait été décidé à Rome montre aussi que cette autonomie ne peut se concevoir de manière relative que dans le cadre d’un Empire qui était unifié d’un point de vue administratif et où l’information circulait de la périphérie vers le centre selon le modèle de la pétition-réponse élaboré par F. Millar, mais aussi du centre vers la périphérie.

3. L’autonomie des cités : réalités et limites d’un modèle explicatif

  • 65 Cf. Hurlet 2000, 297-364, en particulier p. 325-350.
  • 66 Cf. Højte 2000, 221-235 qui est arrivé à ce sujet de façon indépendante aux mêmes conclusions que (...)
  • 67 Cf. sur ce point la communication présentée par S. Lefebvre dans le cadre de ce colloque.

15La prise en compte des initiatives prises par le centre du pouvoir en matière de diffusion de l’image et de l’idéologie impériale ne doit pas faire oublier que dans la grande majorité des cas, les cités et leurs élites décidaient de leur propre chef d’élever un monument, une statue ou une inscription liée au pouvoir impérial sans qu’il faille imaginer qu’un événement interne à la famille impériale en était la cause directe ou que des consignes avaient été données depuis Rome. Il est malgré tout remarquable que pour les situations spécifiques – malheureusement peu nombreuses il est vrai – où l’on peut connaître ou déceler la motivation qui a pu conduire tout ou partie de la communauté à ériger un monument, une statue ou une dédicace impériale, le pouvoir impérial restait indirectement à l’origine d’une telle décision. L’exemple de l’Afrique est à cet égard éclairant. L’étude des dédicaces impériales depuis Auguste jusqu’à la mort de Commode – au nombre de quatre cents environ – m’a permis de souligner jusqu’à quel point la diffusion de l’image impériale était loin d’être détachée de toute forme de relation entretenue par la dynastie au pouvoir à Rome avec les communautés provinciales, et en particulier leurs élites65. C’est là la principale conclusion qu’autorise un examen de la liste des événements ponctuels qui étaient de nature à susciter l’érection dans les cités de monuments, statues et inscriptions liés d’une manière ou d’une autre au pouvoir impérial : voyages des empereurs, mais de manière de toute façon ponctuelle et avec une influence sur l’urbanisme des cités qui ne doit pas être exagérée66 ; promotions de statut et privilèges accordés aux cités à titre collectif ou à l’un ou l’autre de ses notables à titre individuel ; intervention et pression des autorités provinciales, notamment au moment de la tournée d’un gouverneur qui passait pour être un proche du prince ; mise en place du culte impérial à l’échelon municipal et provincial et d’un cadre monumental réservé à un tel culte ; évergésies ob honorem liées à l’élection à la prêtrise du culte impérial, le flaminat ; participation du pouvoir impérial au financement de certains édifices et ses bienfaits à l’égard d’une cité, d’une région ou d’une province déterminée (par exemple à la suite de catastrophes comme l’incendie de Carthage sous Antonin ou le tremblement de terre, fréquent en Asie Mineure notamment) ; cas particulier où un empereur était originaire d’une cité provinciale (Lepcis Magna pour Septime Sévère par exemple)67. On voit donc que même si le pouvoir impérial ne pouvait ni ne voulait réglementer l’urbanisme des cités de l’Empire romain, la diffusion de son image restait une des manifestations les plus significatives de la communication qui n’avait pas manqué de s’établir entre le centre et sa périphérie.

Bilan

  • 68 Sur l’opinio communis, cf. toujours récemment Van Andringa 2002, 41 où il avance en particulier l’ (...)
  • 69 On relira toujours avec profit les propos de Fr. Jacques 1984, présentés dans le cadre de l’introd (...)
  • 70 Le rôle joué par le pouvoir impérial dans les progrès de la municipalisation a été récemment bien (...)
  • 71 Comme l’a déjà souligné Galsterer 2000, 185 ; cf. aussi Giua 2002 sur le phénomène de “publicité” (...)

16L’ensemble des considérations qui viennent d’être présentées montrent que contrairement à une opinion toujours répandue68, l’autonomie des cités ne doit pas être surévaluée69. Il s’agit là d’une conclusion qui s’impose si l’on prend en compte le processus bien connu de municipalisation qui toucha les différentes provinces occidentales sous le Haut-Empire70. Une étude des modalités de la diffusion de l’image et de l’idéologie impériale aboutit globalement au même résultat en montrant dans quelle mesure et comment le pouvoir impérial pouvait se montrer directif à ce sujet dans certaines circonstances déterminées. Par ailleurs, il a été également souligné que dans les cas où il ne transmettait aucune consigne, il apparaissait aux yeux des communautés de l’Empire à travers ses bienfaits ponctuels et son statut exceptionnel intermédiaire entre les dieux et les hommes comme la référence suprême à un point tel que son image y était naturellement reproduite dans un contexte local sous une forme ou une autre. L’époque augusto-tibérienne acquiert dans ce cadre une importance considérable. Le contenu des décrets de Pise, de la Tabula Siarensis et du Senatus consultum de Cn. Pisone patre indique que c’est précisément à ce moment-charnière que les incitations et les pressions se firent les plus fortes depuis Rome pour accélérer la diffusion dans l’ensemble de l’Empire de l’idéologie et de l’image impériale71. Une telle concentration chronologique n’est à ce titre pas le fruit du hasard, elle résulte des nécessités liées à la mise en place d’un nouveau régime qui adoptait une nouvelle forme de communication avec les Italiens et les provinciaux et qui avait besoin d’être reconnu par le plus grand nombre. Par la suite, les directives provenant de Rome se firent plus discrètes. Ce n’était pas que les relations entre Rome et les cités de son Empire étaient moins intenses qu’au début de l’Empire, mais elles s’étaient modifiées au fur et à mesure que le régime impérial avait consolidé sa position. Aux iie et iiie siècles, les informations circulaient depuis Rome au moins aussi bien qu’au début de l’époque impériale, sinon mieux, mais il n’apparaissait plus indispensable de prévoir des dispositions particulières pour contribuer à la diffusion de l’image et de l’idéologie impériale. Une telle évolution des rapports entre le centre et la périphérie allait de soi à partir du moment où le prince en vint à représenter et à incarner de plus en plus exclusivement la mainmise de Rome sur les provinces et les provinciaux.

Bibliographie

Bibliographie

Ando, Cl. (2000) : Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, University of California Press.

Aurigemma S. (1940) : “Sculture del Foro Vecchio di Leptis Magna raffiguranti la dea Roma e principi della casa dei Giulio-Claudi”, Africa Italiana, 8, 1-94.

Benner, M. (1975) : The Emperor says. Studies in the Rhetorical Style in Edicts of the Early Empire, Gôteborg.

Bleicken, J. (1982) : “Zum Regierungsstil des römischen Kaisers. Eine Antwort auf Fergus Millar”, in : Sitzungsber. der Wiss. Ges. der Johann-Wolfgang-Goethe-Univ. Frankfurt am Main, 18, 5, 183-215 (= Bleicken 1998, II, 843-875).

——— (1998) : Gesammelte Schriften, t. I et II, Stuttgart.

Boschung, D. (2002) : Gens Augusta. Untersuchungen zur Aufstellung, Wirkung und Bedeutung der Statuengruppen des julisch-claudischen Kaiserhauses, Mayence.

Crawford, M. H. (1994) : “The End of the Rogatio Valeria Aurelia”, Athenaeum, 82, 429-435.

——— éd. (1996) : Roman Statutes, Londres.

De Maria, S. (1988) : Gli archi onorari di Roma e dell'Italia romana, Rome.

De Visscher, F. (1940) : Les édits d’Auguste découverts à Cyrène, Louvain.

Dondin-Payre, M. et M.-Th. Raepsaet-Charlier, éd. (1999) : Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris.

Eck, W. (1992) : “Zur Durchsetzung von Anordnung und Entscheidungen in der hohen Kaiserzeit : die administrative Informationsstruktur”, Akten des FIEC-Kongresses zu Pisa, Florence (= SIFC, 10), 915-939 (= Eck 1995, 55-79). Cet article a fait l’objet d’une version italienne avec quelques modifications bibliographiques : “I sistemi di trasmissione delle communicazioni d’ufficio in età alto imperiale”, in : Pani 1996, 331-352.

——— (1995) : Die Verwaltung des römischen Reiches in der hohen Kaiserzeit. Ausgewählte und erweiterte Beiträge, I, Bâle.

——— (2000) : “Die Täuschung der Öffentlichkeit – oder : Die <Unpartleilichkeit> des Historikers Tacitus”, Antike und Abendland, 46, 190-206.

Eck, W., A. Caballos et F. Fernández (1996) : Das S.C. de Cn. Pisone patre, Munich.

Étienne, R. et M.-Th. Le Dinahet, éd. (1991) : L’espace sacrificiel dans les civilisations méditerranéennes de l’Antiquité, Paris.

Evers, C. et A. Tsingarida, éd. (2001) : Rome et ses provinces. Genèse et diffusion d'une image du pouvoir. Hommages à J.-Ch. Balty, Bruxelles.

Galsterer, H. (2000) : “Die Trauer der Städte um verstorbene Prinzen in der frühen Kaiserzeit”, in : La commemorazione di Germanico nella documentazione epigrafica. Convegno Internazionale di Studi (Cassino, 1991), Rome, 173-187.

Gascou, J. (1986) : “La Tabula Siarensis et le problème des municipes romains hors d’Italie”, Latomus, 45, 541-554.

Giardina, A., éd. (2000) : Storia di Roma dall’antichità ad oggi. Roma antica, Bari.

Giua, M. A. (2000) : “Tra storiografia e comunicazione ufficiale”, Athenaeum, 88, 253-275.

——— (2002) : “Strategie della comunicazione ufficiale. Osservazioni sulla pubblicità dei senatoconsulta in età giulio-claudia”, RAL, s. IX, v. 13, fasc. 1, 95-138.

González, J. et J. Arce, éd. (1988) : Estudios sobre la Tabula Siarensis, Madrid.

Gros, P. (1986) : “Une hypothèse sur l'arc d'Orange”, Gallia, 44, 191-201.

——— (1991) : “Les autels des Caesares et leur signification dans l’espace urbain des villes julioclaudiennes”, in : Étienne & Le Dinahet 1991, 179-186.

Hesberg, H. von (1990) : “Zur Datierung des römischen Ehrenbogens am Forum von Spoleto”, KJ, 23, 109-116.

Højte, J. M. (2000) : “Imperial Visits as Occasion for the Erection of Portrait Statues ?”, ZPE, 133, 221-235.

Hurlet, Fr. (1997) : Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, Rome.

——— (2000) : “Pouvoir des images, images du pouvoir impérial. La province d’Afrique aux deux premiers siècles de notre ère”, MEFRA, 112, 297-364.

——— (2002) : “Le consensus et la concordia en Occident (ier-iiie siècles ap. J.-C.). Réflexions sur la diffusion de l'idéologie impériale”, in : Inglebert 2002, 163-178.

Hurlet, Fr. et J.-M. Roddaz (2001) : “Le gouverneur et l'image du pouvoir impérial. Recherches sur la diffusion de l'idéologie dynastique en Occident au ier siècle ap. J.-C.”, in : Evers & Tsingarida 2001, 153-166.

Inglebert, H., éd. (2002) : Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain. Hommage à Claude Lepelley, Paris.

Jacques, Fr. (1984) : Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Rome.

Kennedy, D. L., éd. (1996) : The Roman Army in the Near East, Supplement of JRA 18, Ann Arbor.

Kleiner, Fr. S. (1985) : “The Arch of Gaius Caesar at Pisa (CIL, XI, 1421)”, Latomus, 44, 156-164.

Laronde, A. (1988) : “La Cyrénaïque romaine, des origines à la fin des Sévères (96 av. J.-C.-235 ap. J.-C.)”, ANRW, X. 1, Berlin-New York, 1006-1064.

Laronde, A. et J.-J. Maffre, éd. (1999) : Karthago, XXIV. Cités, ports et campagnes de la Cyrénaïque gréco-romaine. Actes de la journée d'étude sur la Cyrénaïque le 21/11/1992, Paris.

Le Gall, J. (1985) : “Le serment à l’empereur : une base méconnue de la tyrannie impériale sous le Haut-Empire”, Latomus, 44, 767-783 [reproduit dans les CCG, 1, 1990, 165-180].

Le Roux, P. (1988) : “Siarum et la Tabula Siarensis : statut politique et honneurs religieux en Bétique sous Tibère”, in : González & Arce 1988, 21-33.

——— (1995) : Romains d’Espagne, cités et politique dans les provinces, iie siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C., Paris.

——— (1998) : Le Haut-Empire romain en Occident d’Auguste aux Sévères, Paris.

——— (2004) : “La romanisation en question”, Annales, 59, 287-311.

Lebek, W. D. (1988) : “Consensus uniuersorum civium (Tab. Siar., frg. II, col. b, 21-27)”, ZPE, 72, 235-240.

Levi Della Vida, G. (1935) : “Due iscrizioni imperiali neopuniche di Leptis Magna”, Africa Italiana, 6, 15-27.

Marotta d'Agata, A. R. (1980) : Decreta Pisana (CIL, XI, 1420-1421), Edizione critica, traduzione e commento, Pise.

Mastino, A. (1978-1979) : “L’erasione del nome di Geta dalle iscrizioni nel quadro della propaganda politica alla corte di Caracalla”, AFLC n.s., 2 [1981], 47-81.

Millar, F. (1966) : “The Emperor, the Senate and the Provinces”, JRS, 56, 156-166 [= Millar 2002, 271-291].

——— (1977) : The Emperor in the Roman World (31 BC - AD 337), Londres.

——— (2002) : Rome, the Greek World, and the East, Vol. I. The Roman Republic and the Augustan Revolution, éd. par H. M. Cotton et G. M. Rogers, Chapell-Hill-Londres, The University of North Carolina Press.

Pani, M., éd. (1996) : Epigrafia e territorio, politica e società, Temi di antichità romane IV, Bari.

Pekary, Th. (1985) : Das römische Kaiserbildnis in Staat, Kult und Gesellschaft, Berlin.

Potter, D. (1996) : “Emperors, their Borders and their Neighbours : the Scope of Imperial Mandata”, in : Kennedy 1996, 49-66.

Price, S. R. F. (1984) : Price, Rituals and Power. The Roman Imperial Cult in Asia Minor, Cambridge.

Rémy, B. (1999) : “L'activité des proconsuls et des représentants du prince dans la province de Crète-Cyrénaïque au Haut-Empire d'après les inscriptions”, in : Laronde & Maffre 1999, 165-186.

Rose, Ch. Br. (1997) : Dynastic Commemoration and Imperial Portraiture in the Julio-Claudian Period, Cambridge.

Rosso, E. (2000a) : “La série de dédicaces julio-claudiennes de Ruscino, Château-Roussillon (Perpignan, Pyrénées-Orientales)”, RAN, 33, 202-222.

——— (2000b) : “Présence de la domus impériale julio-claudienne à Saintes : statuaire et épigraphie”, Aquitania, 17, 121-149.

Rowe, G. (2002) : Princes and Political Cultures : The New Tiberian Senatorial Decrees, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Sánchez-Ostiz, A. (1999) : Tabula Siarensis. Edición, traducción y comentario, Pampelune.

Scheid, J. (1993) : “Die Parentalien für die verstorbenen Caesaren als Modell für den römischen Totenkult”, Klio, 75, 188-201.

——— (1999) : “Aspects religieux de la municipalisation. Quelques réflexions générales”, in : Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier 1999, 381-423.

——— (2000) : “Les décrets de Pise et le culte des morts”, in : La commemorazione di Germanico nella documentazione epigrafica. Convegno Internazionale di Studi (Cassino, 1991), Rome, 131-140.

Schiavone, A., éd. (1991) : Storia di Roma, II, 2, Turin.

Stylow, A. U. et S. Corzo Pérez (1999) : “Eine neue Kopie des Senatus consultum de Cn. Pisone patre”, Chiron, 29, 23-28.

Trillmich, W. (1988) : “Der Germanicus-Bogen in Rom und das Monument für Germanicus und Drusus in Leptis Magna. Archäologisches zur Tabula Siarensis (I, 9-21)”, in : González & Arce 1988, 51-60.

Van Andringa, W. (2002) : La religion en Gaule romaine. Piété et politique (ier-iiie siècle apr. J.-C.), Paris.

Vassileiou, A. (1982) : “La dédicace d'un monument de Reims élevé en l'honneur de Caius et Lucius Caesar”, ZPE, 47, 119-130.

Weber, Gr. et M. Zimmermann, éd. (2003) : Propaganda - Selbstdarstellung - Repräsentation im römischen Kaiserreich des I. Jhs. n. Chr., Stuttgart.

Zanker, P. (1991) : “Immagini e valori collettivi”, in : Schiavone 1991, 193-220.

——— (2000) : “Il mondo delle immagini e la comunicazione”, in : Giardina 2000, 211-245 [= Zanker 2002, 9-37].

——— (2002) : Un’arte per l’impero. Funzione e intenzione delle immagini nel mondo romano, Milan.

Notes

1 Cf. Le Roux 1995, 128 ; Id. 1998, 288 et Id. 2004, 287-311. Sur le concept même de communication entre le centre du pouvoir et les provinciaux et ses applications pratiques à l’histoire de l’Empire romain, cf. l’ouvrage récent de Ando 2000, en particulier p. 73-273 où il étudie les mécanismes, buts et effets de ce qu’il appelle les “communicative actions” et qui place le consensus au centre de ce dialogue dynamique entre le centre et la périphérie.

2 Cf., entre autres, Zanker 1991, 193-220 et Id. 2000, 211-245 (= Zanker 2002, 9-37). Sur la notion de dialogue par l’image, cf. Weber & Zimmermann éd. 2003, notamment les articles de Körntgen et Wolters.

3 Cf. à ce sujet Eck 1992, 915-939 (= Eck 1995, 55-79).

4 Le texte se borne à préciser que les trois prisonniers furent envoyés à Rome auprès d’Auguste par les soins de P. Sextius Scaeva “pour le motif que ceux-ci avaient déclaré avoir connaissance de quelque chose intéressant mon salut (i.e. celui du prince) et la chose publique et qu’ils voulaient le révéler” (l. 44-46). Il s’agit certainement de ce que De Visscher 1940, 78-86 appelle “une affaire de haute police”, qui avait dû faire grand bruit en Cyrénaïque et que le savant belge présente de la manière suivante : les faits dont les prisonniers prétendaient avoir connaissance étaient sans doute liés à quelque conspiration qui aurait été dirigée contre le prince et la sûreté de l’État et dont ils accusaient de riches Hellènes dans un contexte de tension entre Romains et Hellènes dans le cadre de la Cyrénaïque (cf. à ce sujet le Ier édit) ; devant la gravité de telles allégations, le proconsul préféra finalement les envoyer directement à Rome sous bonne escorte pour y être entendus par Auguste, décision prudente que ce dernier approuva. Cf. sur cette question Benner 1975, 75-78 et Laronde 1988, 1026 qui adoptent l’interprétation présentée par F. De Visscher en la jugeant convaincante ; cf. aussi pour une présentation synthétique Rémy 1999, 167.

5 L. 50.51-55 : Aὖλον δὲ Στλάκκιον / Μάξιμον, ὃν Κυρηναίων οἱ πρέσβεις αἰτιῶνται ἀνδριάντας ἐκ τῶν / δημοσίων τόπων ἠρκέναι, ἐν οἷς καὶ τòν ὧι ἡ πόλεις τò ἐμòν ὄνομα ὑπέγραψεν, ἕως / {ς} ἂν περì τούτου τοῦ πράγματος διαγνῶ, ἀπελθεῖν ἂνευ τῆς ἐμῆς ἐπιταγῆς κω/λύω.

6 Cf. sur cette question P. Veyne, dans Annuaire du Collège de France, 1993-1994, 794 qui a tiré du contenu de ce passage du IIe édit de Cyrène la constatation selon laquelle “le caractère sacro-saint des images impériales apparaît déjà”. Pour d’autres exemples de ce type, cf. Ando 2000, 236-237.

7 Sur la question de la diffusion de l’image du pouvoir impérial, cf. pour une première synthèse Pekary 1985, 22-28 et 134-142.

8 Cf. à ce sujet P. Veyne, dans Annuaire du Collège de France, 1993-1994, 797 qui précise à partir d’une inscription de Termessos datée du milieu du iiie siècle (ILS, 8870 : ἐν ᾗ [ἡ]/μέρᾳ (= le 9 novembre) ἐκομίσθη [ε]ἰκὼν ἱερὰ / τοῦ κυρίου ἡμῶν OὐαλεImageιανοῦ νέου Σεβαστοῦ) qu’“à chaque avènement, les courriers légers du cursuspublicus parcouraient les cités pour y exhiber à la foule ‘l’image sacrée’ (peinte à l’encaustique sans doute) ‘de notre maître’ le nouveau prince”, sans doute Valérien en 253 (cf. sur cette inscription Pekary 1985, 25 et 112) ; cf. aussi sur ce même document Ando 2000, 250-251. Pour le début de l’époque impériale, les serments prêtés à l’empereur et à sa famille par les cités d’Italie et des provinces, en particulier ceux qui ont été découverts dans la partie occidentale de l’Empire, ont dans leur formulaire une parenté telle qu’il faut supposer l’existence d’un modèle élaboré sans aucun doute à Rome et diffusé notamment au moment de l’avènement à l’échelle de l’Empire jusque dans des petites communautés provinciales comme Aritium en Lusitanie selon des modalités qui restent à déterminer (sur ces serments, cf. Le Gall 1985, 767-783 et en particulier p. 770 pour ce qui est du formulaire) ; sur la distribution des portraits impériaux au début de chaque règne (dès le ier siècle p.C.), on lira avec profit la synthèse présentée à ce propos par Ando 2000, 239-245.

9 Cf. à titre d’exemple les deux arcs élevés en vertu d’un sénatus-consulte en Pannonie en 9 p.C. en l’honneur d’Auguste et de Tibère à la suite des succès militaires remportés par ce dernier pour mettre fin à la révolte d’Illyrie (D.C. 56.17.1-2).

10 Je reviendrai infra plus en détail sur la condamnation de Pison. Pour ce qui est de l’exécution de Séjan, on connaît deux inscriptions qui célébrèrent hors de Rome un tel événement : à Interamna, une dédicace fut élevée à la “Prouidentiae Ti. Caesaris Augusti, nati ad aeternitatem Romani nominis, sublato hoste perniciosissimo p. R.” (CIL, XI, 4170 = ILS, 157 = Suppl. It., à paraître, 19) ; à Gortyne, le proconsul de Crète-Cyrénaïque Viriasius Naso fit élever et “consacra” un monument inconnu au Numen et à la Providence de Tibère et du Sénat pour commémorer le 18 octobre qui était la date de la chute de Séjan (CIL, III, 12036 = ILS, 158 = Inscr. Cret., IV, 272). On peut facilement imaginer qu’un sénatus-consulte exaltant la prouidentia de Tibère fut adopté après la mort de Séjan et diffusé dans toutes les provinces de l’Empire selon des modalités que les découvertes de la Tabula Siarensis et du Senatus consultum de Cn. Pisone patre permettent de mieux comprendre (je reviendrai sur ce point infra).

11 Sur l’idée que les fêtes impériales étaient imposées à l’échelon municipal depuis Rome, cf. Scheid 1999, 390-393 qui présente à ce sujet un état de la question à partir du témoignage de la lex Irnitana. Il faut ajouter que les calendriers municipaux étaient constamment remodelés en fonction de l’actualité dynastique (naissance, décès d’un prince et consecratio, damnatio memoriae...), ce qui laisse supposer que là aussi l’initiative venait de Rome.

12 Sur cette question, cf. l’étude de Mastino 1978-79, 47-81 à propos de la damnatio memoriae de Géta.

13 CIL, II, 172 = ILS, 190 = IRCP, 647.

14 Cf. Millar 1977.

15 Comme l’a déjà souligné Eck 1992, 915 (= Eck 1995, 57).

16 Cf. dans ce sens Bleicken 1982, 183-215 ; cf. aussi plus récemment Potter 1996, 50-56 qui a souligné que la nécessité pour le pouvoir impérial de rester en contact avec les gouverneurs de province après leur départ et de leur communiquer de nouvelles instructions en liaison avec l’évolution de la situation militaire conduit à défendre une vision plus pro-active de l’administration impériale.

17 Millar 1966, 156-166 (= Millar 2002, 271-291).

18 Avant la découverte de la Tabula Siarensis, plusieurs petits fragments du sénatus-consulte de 19 sur les honneurs funéraires à rendre à la mémoire de Germanicus avaient été retrouvés à Rome et publiés à la fin du xixe siècle ; on connaissait également depuis le milieu du xxe siècle une partie de la lex Valeria Aurelia à la suite d’une découverte faite à Heba en Italie (Toscane) ; récemment Crawford 1994, 429-435 a identifié un fragment épigraphique de Tuder (Todi) connu depuis le xviiie siècle avec la fin de la Rogatio Valeria Aurelia. Pour une publication de la Tabula Siarensis, l’édition de référence est celle des Roman Statutes, éd. par Crawford 1996, I, no 37-38, 507-543 ; cf. aussi l’édition récente de Sánchez-Ostiz 1999. On pourra aussi consulter par commodité la notice de l'AE, 1984, 508 qui insère une traduction française de P. Le Roux ; cf. aussi AE, 1991, 20 qui tient compte à l’époque des dernières propositions de restitution et d'interprétation du texte et qui inclut une nouvelle traduction de J.-L. Ferrary de certains passages.

19 Sur le Senatus consultum de Cn. Pisone patre, l’édition de référence est celle de Eck et al. 1996.

20 Tabula Siarensis, frg. 1.l.9 : placere uti ianus marmoreus extrueretur in circo Flaminio... ; l. 22-24 : alter ianus fieret in montis Amani iugo, quod est in [finibus prouinciae Syriae, siue qui] / alius aptior locus Ti(berio) Caesari Aug(usto) principi nostro [uideretur in iis regionibus quarum] / curam et tutelam Germanico Caesari ex auctori[tate huius ordinis ipse mandasset]... ; l. 26 : tertius ianus uel ap[ud ripam Rheni uel prope eum tumulum fieret] ...

21 Sur la participation de la famille impériale au processus de prise de décision, cf. le début de la Tabula Siarensis qui évoque une délibération ayant rassemblé outre Tibère Livie, Drusus le Jeune et Antonia Minor. Sur la participation du Sénat, cf. les fragments découverts à Rome et surtout les deux premiers fragments de la Tabula Siarensis qui se présentent sans aucun doute comme un sénatus-consulte. Sur la participation du peuple à travers la rogatio Valeria Aurelia, cf. le troisième fragment de la Tabula Siarensis et la Tabula Hebana. Le témoignage le plus clair sur l’expression d’un consensus en liaison avec la mort de Germanicus est le passage de la Tabula Siarensis, frg. IIb, l. 22-23, où il est fait référence au consensus uniuersorum ciuium, mais son établissement reste discuté (faut-il lire quo facilius pietas omnium ordinum erga domum Augustam et consen/su˹s˺ uniuersorum civium memoria honoranda Germanici Caesaris appareret comme cela apparaît dans les Roman Statutes, éd. par Crawford, I, no 37, p. 518 et l’édition récente de Sánchez-Ostiz 1999, 252-254 ? ou quo facilius pietas omnium ordinum erga domum Augustam et consensu{m} uniuersorum civium memoria honoranda Germanici Caesaris appareret comme le soutient Lebek 1988, 235-237 ?).

22 Comme le souligne parfaitement le passage de la Tabula Siarensis, frg. IIb, l. 22-23, dont il a été question à la note précédente et quelle que soit la solution adoptée pour l’établissement du texte.

23 Sur le message politique délivré par le Senatus consultum de Cn. Pisone patre, cf. Eck et al. 1996, 289-303. Sur la place et l’importance du consensus dans le texte de ce sénatus-consulte, cf. l’étude récente de Rowe 2002.

24 Tabula Siarensis, frg. IIb, l. 21-27 : item senatum uel/le atque aequom censere... / ... uti co(n)su(les) hoc / s(enatus) c(onsultum) sub edicto suo proponerent iuberentque mag(istratus) et legatos municipiorum et coloniar/um descriptum mittere in municipia et colonias Italiae et in eas colonias quae essent in/<p> rouinciis ; eos quoque qui in prouinci<i>s praeessent recte atque ordine facturos si hoc s(enatus) c(onsultum) de/disse<n>t operam ut quam celeberrumo loco figeretur.

25 Sur la question de l’intégration ou non des municipes de citoyens romains situés dans les provinces dans les dispositions relatives à la publicité du SC sur les honneurs funéraires à rendre à la mémoire de Germanicus, cf. Gascou 1986, 541-554 pour qui il faut corriger le texte de la table de bronze découverte en Bétique et qui propose à cet effet d’y ajouter la mention des municipia ciuium Romanorum en justifiant cet oubli par le graveur comme la conséquence d’une haplographie (il faudrait donc lire in municipia et colonias Italiae et in ea municipia et in eas colonias quae essent in prouinciis). Mais une telle correction n’est pas absolument nécessaire et on l’on peut supposer que les municipes de citoyens Romains n’étaient pas mentionnés parce qu’ils ne pouvaient être mis dans les provinces sur le même plan que les colonies (cf. Le Roux 1988, 21-33 qui affirme p. 27 que “la dispense originelle concernant les municipes de citoyens Romains tenait sans doute au respect de l’autonomie locale” ; cf. aussi Sánchez-Ostiz 1999, 307-322). Quoi qu’il en soit, l’affichage de ce sénatus-consulte à Siarum ne nous apprend rien en soi sur le statut même de cette cité dans la mesure où le passage précise que si les colonies romaines étaient obligées de faire connaître à leurs citoyens le contenu du sénatus-consulte, rien n’empêchait à tous les autres types de cité – cités pérégrines et municipes de citoyens Romains – d’en faire autant (les l. 26-27 du frg. II de la Tabula Siarensis suggèrent qu’elles y étaient d’ailleurs incitées par le biais du gouverneur de province).

26 Cf. Eck 1992, 919-922 (= Eck 1995, 59-62).

27 Aucun renseignement complémentaire ne nous est parvenu sur les modalités de la diffusion du texte du SC dans les provinces. On ne sait pas en particulier combien de lettres étaient envoyées : y en avait-il une par province ou faut-il penser à un principe d’une lettre circulaire pour une groupe de provinces ? Sur ces questions, cf. Eck 1992, 915-939 [= Eck 1995, 55-79] notamment à propos de la situation en Égypte.

28 L. 170-172 : item hoc s(enatus) c(onsultum) {hic} in cuiusque prouinciae celeberruma{e} / urbe eiusque i<n> urbis ipsius celeberrimo loco in aere incisum figere/tur, itemq(ue) hoc s(enatus) c(onsultum) in hibernis cuiusq(ue) legionis at signa figeretur. Il faut donc en déduire que ce sénatus-consulte fut gravé au moins dans une trentaine de cités qui étaient chacune les plus fréquentées de la province et vingt-cinq camps de légion.

29 Comme l’ont souligné Eck et al. 1996, 269.

30 Cf. pour cette explication Eck et al. 1996, 266-267.

31 Cf. les lignes 168-170 qui opposent l’oratio principis et les senatus consulta votés à l’occasion du procès de Pison au senatus consultum destiné à être publié sur du bronze en dehors de Rome : placere uti oratio, quam recitasset princeps noster, / itemq(ue) haec senatus consulta in {h}aere incisa, quo loco Ti. Caes(ari) Aug(usto) uide/retur, ponere<n>tur, item hoc s(enatus) c(onsultum...

32 Cf. sur cette question Eck et al. 1996, 254-264 et Eck 2000, 190-206 et en particulier p. 195-196 et 204-206.

33 Giua 2000, 253-275 et Id. 2002, 95-138 et en particulier p. 127-138.

34 Comme l’a fait remarquer Galsterer 2000, 180-181.

35 Cf. l. 5 où la référence à “l’accroissement des honneurs” (de augendis honoribus) ne se comprend que si l’on admet qu’avait été voté à ce sujet un précédent décret que celui-ci ne faisait qu’accroître. Sur la dépendance à l’égard du modèle représenté par les décisions prises par le Sénat à Rome, cf. l. 31-33 : nam quod ad cetera / sollemnia, quae eodem illo die uitari caueriue placuissent placerent/que, id sequendum quod de iis senatus P(opuli) R (omani) censuisset.

36 La Tabula Siarensis, frg. IIb, l. 20-21 spécifie en effet à propos de l’affichage que ce sénatus-consulte et celui qui avait été voté le 16 décembre devaient être gravés à Rome sur du bronze (in aere).

37 A plus forte raison si l’on pense que le gouverneur de la Bétique qui veilla à diffuser le contenu de ce SC dans sa province conformément à la vive recommandation exprimée par le Sénat et connue par la Tabula Siarensis (frg. IIb, l. 26-27) était N. Vibius Serenus, celui-là même qui contribua à faire graver à la fin de l’année 20 ou au début de l’année 21 le Senatus consultum de Cn. Pisone patre dans au moins huit cités de sa province et avec d’autant plus de zèle qu’il était un proche de Tibère et qu’il voulait afficher par ce biais son dévouement et son loyalisme à l’égard du prince (selon l’opinion traditionnellement admise que je reprendrai infra). Mais cette conclusion chronologique, si elle est possible, n’est pas absolument sûre.

38 Sur le nombre de copies, cf. Eck et al. 1996, 1-37 où sont présentées les six copies assurées de ce senatus-consulte ainsi qu’une septième très probable ; cf. aussi Stylow & Corzo Pérez 1999, 23-28 (= AE, 1999, 899) qui ajoute à cet ensemble une huitième copie et qui précise que le statut des cités n’a aucune incidence dans le phénomène de diffusion en Bétique de ce sénatus-consulte.

39 Cf. Eck et al. 1996, 279-287 qui a analysé ce document comme une marque de dévouement à l'égard de l'empereur du proconsul de Bétique de l’époque, N. Vibius Serenus. Cf. aussi les RGDA.

40 Pour une publication des documents épigraphiques reproduisant de façon très fragmentaire le sénatusconsulte et la loi qui accordait en 23 toute une série d’honneurs funéraires à rendre à la mémoire de Drusus le Jeune (la lex Asinia Stertina), l’édition de référence est celle de Crawford 1996, I, no 37-38, en particulier p. 510-511 et 544-547.

41 Hurlet & Roddaz 2001, 153-166. Sur l’influence exercée par le gouverneur de province dans la diffusion de l’image et de l’idéologie impériale, cf. aussi Price 1984, 69-71 à propos de l’Asie Mineure.

42 Suet., Cl., 1.3 et D.C. 55.2.3. L'arc est localisé par les Catalogues Régionaires dans la région I, près de l'endroit où furent érigés par la suite les arcs de Trajan et de Lucius Verus ; cf. en dernier lieu Richardson, art. Arcus Drusi, dans New Topographical Dictionary of Ancient Rome, I, 25 et G. Pisani Sartorio, art. Arcus Drusi (Via Appia), dans LTUR, I, 93.

43 Cf. supra, n. 20.

44 Cf. Hurlet 1997, 401-405.

45 Cf. CIL, XI, 1421 qui décrit la décoration de cet arc : Utique [ arc ou ian]us celeberrimo coloniae nostrae loco constituantur ornatu[s sp]oleis deuictarum aut in fidem receptarum ab eo gentium, super eu[m st]atua pedestris ipsius triumphali ornatu circaque eam duae e[quest]res inauratae Gai et Luci Caesarum statuae ponantur (“qu'un arc soit élevé au lieu le plus fréquenté de notre colonie, orné des dépouilles des peuples qu'il avait vaincus où à qui il a accordé sa protection, qu'au haut de l'arc on place sa statue pédestre en habits de triomphe, et de part et d'autre deux statues équestres dorées de C. et L. César”). Sur cet arc, cf. Kleiner 1985, 156-164 ; cf. aussi en dernier lieu Rose 1997, 99-100 et Boschung 2002, 97-98.

46 Sur l’arc de Spolète, cf. De Maria 1988, 328 (cf. aussi en dernier lieu von Hesberg 1990, 109-116 qui précise que cet arc aurait été érigé bien avant la mort de Drusus le Jeune, probablement aux environs de 25 a.C., mais aurait été dédié aux deux fils de Tibère seulement après 23 p.C. ; cf. dans ce sens Rose 1997, 119 et Boschung 2002, 97). Sur l’arc d’Orange, cf. Gros 1986, 191-201 qui établit un lien entre Arausio et Germanicus par l'intermédiaire de la deuxième légion Auguste et qui tire parti des similitudes dans le programme iconographique entre l'arc du Circus Flaminius et celui d'Orange pour analyser ce dernier comme un monument érigé après et en liaison directe avec la mort de Germanicus (c’est une interprétation qu’autorise le contenu du frg. 1. l. 22-24 de la Tabula Siarensis en vertu duquel les provinciaux avaient reçu la liberté d'ériger d'autres arcs “[dans quelque autre lieu qui] semblera plus appropriée à Tibère César Auguste, notre prince, situé dans les [régions dont il avait confié] l'administration et la protection à Germanicus César en vertu de l'auctoritas [du Sénat]”). Il faut signaler que l’arc de Saintes pourrait faire également partie des honneurs funéraires décernés dans une cité de Gaule à la mémoire de Germanicus, mais ce n’est pas là la seule solution envisageable (cf. l’état de la question présenté par Rosso 2000b, 121-149, 125-128).

47 Cf. Scheid 1993, 188-201 et Id. 2000, 131-140.

48 Le texte du premier décret de Pise en l’honneur de la mémoire de Lucius César ne laisse aucun doute sur le fait que le culte était célébré non pas sur l’autel, mais devant l’autel : ante eam aram (l. 27). Cf. sur cette question Scheid 2000, 137-138 qui identifie de telles arae non pas comme des autels sacrificiels, mais “comme des stèles, des signes de la présence d’un défunt, d’un culte”.

49 L. 31-33 : ut[ique] eo die quodannis publice Manibus eius per magistratus eosue, / qu[i Pi]sis iure dicundo praerunt, eodem loco eodemque modo, quo / L. C[aes]ari parentari institutum est, parentetur.

50 Cf. dans ce sens Vassileiou 1982, 119-130 et Gros 1991, 181-182.

51 Elle a été reprise récemment, et avec prudence, par Van Andringa 2002, 50-51.

52 Cf. à ce sujet le témoignage de la Tabula Siarensis, frg. II, col. a, l. 1-8.

53 Sur le groupe statuaire tibérien de Lepcis Magna, cf. les importantes précisions fournies par Trillmich 1988, 51-60 ; cf. aussi plus récemment et de manière synthétique Rose 1997, 182-184 et Boschung 2002, 8-19. Sur l’inscription néo-punique, qui parle d’un “quadrige pour Germanicus et Drusus César”, cf. Levi Della Vida 1935, 15-27 ; Aurigemma 1940, 20-24.

54 Cf. Tabula Siarensis, frg. 1. l. 18-19 : supraque eum ianum statua Ger[manici Caesaris po]/neretur in curru triumphali ...

55 Le terminus ante quem étant l’année 31.

56 Cf. Tac., Ann., 4.9.2.

57 P. Cornelius Dolabella fit élever à Lepcis Magna une statue représentant la Victoria Augusta (AE, 1961, 107).

58 Sur le groupe de Ruscino et ses différentes phases, cf. la synthèse de Rosso 2000a, 202-222 ; cf. aussi Boschung 2002, 39-42.

59 L. 5 : quod C. Canius C(aii) f(ilius) Saturninus IIuir u(erba) f(ecit) de augendis honoribus / L. Caesaris.

60 L. 11-12 : per uacat / conse<n>sum omnium ordinum ...

61 CIL, XI, 1421, l. 14-16 = ILS, 140 = E-J, 69 = Inscr. It., VII. 1.7 = AE, 1991, 21 = Marotta d'Agata 1980 : eaque res nondum quieto luctu quem ex deces/su [L. C]aesaris fratris eius, consulis designati, auguris, patroni nostri, princ[i]/pis [iu]uentutis colonia uniuersa susceperat ...

62 L. 5-6 : quod [u(erba) f(acta)] sunt, cum in colonia nostra propter contentiones candidato/ru[m m] agistratuus non essent et ea acta essent quae infra scripta sunt.

63 CIL, XI, 1421, l. 14-19 = ILS, 140 = E-J, 69 = Inscr. It., VII. 1.7 = AE, 1991, 21 = Marotta d'Agata 1980 : eaque res... renouasset multiplicassetque/ ma[er]orem omnium singulorum uniuersorumque, ob eas res uniuersi decu/rio[ne]s colonique, quando..., / ..., inter se consenserunt. On remarquera que dans ce court extrait, l'adjectif uniuersus est utilisé à pas moins de trois reprises. On tient avec le décret de Pise la formulation la plus achevée d'un idéal d'unanimité diffusé en dehors de Rome en relation avec un événement touchant le pouvoir impérial.

64 Cf. à ce sujet Hurlet 2002, 163-178 où j’ai cherché à montrer que si le pouvoir impérial ne peut bien sûr être crédité de l’invention même de l’idée de consensus, il entretenait avec les Italiens et les provinciaux des relations multiformes qui donnaient à ces derniers l’occasion d’exprimer à leur tour leur adhésion au prince et à sa famille.

65 Cf. Hurlet 2000, 297-364, en particulier p. 325-350.

66 Cf. Højte 2000, 221-235 qui est arrivé à ce sujet de façon indépendante aux mêmes conclusions que les miennes en précisant en conclusion que “The epigraphic evidence from the statues bases of Trajan, Hadrian and Antoninus Pius show that imperial visits generally did not motivate cities or individuals in the provinces to immediately erect statues of the emperor and basing a chronological sequence of portraits types on portraits found at places visited by an emperor is consequently unjustified. These portraits could statistically have been erected at any time during the reign” (p. 232) ; il ajoute que “we should look for characteristics in the policies of the three emperors towards the provinces and imperial benefactions to the cities of the empire, particularly in the provinces of Achaea, in Asia Minor and in North Africa where the largest fluctuations in the number of statues bases occur”, point de vue qui me semble tout à fait justifié.

67 Cf. sur ce point la communication présentée par S. Lefebvre dans le cadre de ce colloque.

68 Sur l’opinio communis, cf. toujours récemment Van Andringa 2002, 41 où il avance en particulier l’idée que pour la Gaule, les lieux de culte furent institués au Confluent ou sur les bords du Rhin, soit au-dessus des cités, “parce qu’à l’échelon des communautés locales, dans la cité autonome, les autorités impériales n’intervenaient que de façon limitée”. Il ajoute que “ce qui l’emportait, c’était l’organisation de la vie municipale sous la tutelle des notables alors que c’est au niveau provincial ou supra-municipal que s’établissaient principalement les rapports dominants-dominés, le dialogue entre Rome et les provinciaux”.

69 On relira toujours avec profit les propos de Fr. Jacques 1984, présentés dans le cadre de l’introduction de l’opus magnum de celui qui était un des meilleurs spécialistes de l’autonomie municipale : “La cité ne peut être envisagée qu’intégrée à l’Empire, comme l’élément constitutif d’un ensemble ; toute étude passe par la reconnaissance de cette situation, qui implique une dépendance préexistante. L’autonomie n’est pas une réalité en soi, mais relative ; elle ne se définit que par rapport au pouvoir central” (Jacques 1984, XV).

70 Le rôle joué par le pouvoir impérial dans les progrès de la municipalisation a été récemment bien mis en évidence sous différents aspects dans l’ouvrage collectif consacré à une telle question dans le cadre de la Gaule et de la Germanie (Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier 1999 ; cf. à ce sujet le compte rendu de cet ouvrage présenté par J. France, dans AC, 2001, 205-212).

71 Comme l’a déjà souligné Galsterer 2000, 185 ; cf. aussi Giua 2002 sur le phénomène de “publicité” et de diffusion des sénatus-consultes à l’époque julio-claudienne, en particulier p. 103-106 où il est signalé que de tels sénatus-consultes se concentrent à l’époque augustéenne et tibérienne en relation avec “l’evoluzione del senatoconsulto nel contesto istituzionale e politico di questo periodo”.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540