Version classiqueVersion mobile

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Première partie. Les faits

La diffusion du thème de la victoire dans l’Occident Romain

Jean-Michel Roddaz

Texte intégral

  • 1 Voir sur ces aspects, en dernier lieu, Ando 1992, 284 ; Brunt 1990, 433 sq. ; Weinstock 1957, 220- (...)

1À Rome, l’information et la propagande passent par l’image aussi bien et même plus que par l’écrit ; parmi les thèmes développés dans l’idéologie augustéenne, celui de la victoire occupe une place essentielle dans les messages que le Prince a voulu transmettre, et quand Auguste affirme avoir fermé les portes du temple de Janus plus souvent pendant son règne qu’on ne le fit pendant tout le reste de l’Histoire de Rome, il se présente comme l’égal des plus grands généraux de la République. Peu importe, d’ailleurs, la réalité, c’est-à-dire qu’il fut en fait un bien piètre chef d’armée : le contraste entre sa propagande et sa médiocrité militaire n’existe pas pour Rome, parce que la victoire est pour les Romains l’expression de la solidité du lien entre le magistrat qui détient l’imperium et les dieux, et la défaite, la conséquence de la rupture ou de l’inexistence de ce lien1. Peu importe aussi de savoir si l’image diffusée à Rome correspondait à la réalité : la volonté d’Auguste était de promouvoir une représentation de lui-même comme conquérant du monde. Le souci fut constant d’affirmer le dynamisme, le succès ou le contrôle, et le pouvoir présenta en permanence une vision positive de l’échec ou du demi-succès ; il en fut ainsi du bilan de la campagne contre les Cantabres, en 25 a.C., quand on ferma les portes du temple de Janus, et de l’interprétation que la propagande donna, quelques années plus tard, du retour des enseignes de Crassus.

  • 2 Verg., Aen., 8.851-853 ; voir aussi Verg., G., 3.30-34.
  • 3 RGDA, 3. 1 ; 25.3 ; 26.5 ; 30.2.
  • 4 D.C. 54.12.
  • 5 Fears 1981, 804 sq.

2Le nom d’Auguste incarnait à lui seul la reconnaissance de sa stature unique, de son charisme, de sa Felicitas, et le Prince devait accomplir la mission de Rome définie par Virgile : ‘Tu regere imperio populos, Romane, memento2. On comprend d’autant mieux, dans ce contexte, le monopole qu’il exerça dans ce domaine, exclusivité du triomphe qui lui permit de mettre à son crédit les victoires de ses légats, même s’il utilisa avec une certaine retenue3 le système inauguré par Agrippa au lendemain de son succès contre les Cantabres4, mais aussi accaparement de l’espace public par l’omniprésence des symboles de victoire qui exaltaient sa virtus. Le Principat était une monarchie militaire ; c’est du moins l’affirmation abrupte d’un certain nombre d’historiens modernes. Il est vrai que le nouvel ordre avait trouvé sa justification sur les champs de bataille des guerres civiles et le fait est qu’il était né du ‘miracle d’Actium’. Bien sûr, après quarante ans de règne, Auguste aurait pu le dissimuler, mais il ne l’a pas fait, et, dans les Res Gestae par exemple, il a clairement choisi de donner la prééminence à ses victoires militaires et aux honneurs qui lui furent rendus, les détaillant en longueur avant de faire référence à ses pouvoirs civils et à ses réformes. L’explication de cette présentation paraît évidente : la victoire d’Auguste était le support et la justification de l’instauration du nouvel ordre. Mais c’était encore bien plus que cela ; le pouvoir d’Auguste reposait davantage sur la victoire que sur la force militaire, et dans la représentation qu’il voulait en donner, cette victoire n’était pas simplement conquête : elle ouvrait une nouvelle ère de paix et de prospérité et c’est en cela qu’elle était acceptable par tous les habitants de l’Empire5.

  • 6 Voir Gruen 1996, 189-192 ; Fears 1981, 806 ; RGDA, 13.
  • 7 BMC n ° 656, 691 ; Hölscher 1967, 6-12 ; Gurval 1995, 60 et 62 ; Weinstock 1960, 47 ; voir, en der (...)
  • 8 D.C. 53.16.4.
  • 9 Vel. Pat., 2.89.6 : Pacatus uictoriis terrarum orbis.

3La Pax reposait donc sur la victoire et la propagande impériale sut habilement lier les vertus impériales de la Pax et de la Victoria : la promesse d’une paix permanente prenait appui sur la garantie d’une victoire perpétuelle et celle-ci était un pré-requis à la Pax6. Cette hiérarchie trouve sa première expression dans les émissions de tétradrachmes de 28/27 qui associaient sur les revers Victoria et Pax7, mais aussi dans le décret du Sénat qui accordait, parmi les honneurs conférés au Prince, la possibilité de placer une couronne de laurier sur la porte de sa résidence8. Et si Auguste, tout au long de son règne, exalta beaucoup la paix, sa proclamation de l’avoir instaurée sous-entendait toujours ses succès militaires9.

4Ces préalables étant posés, on peut se demander comment Auguste s’est approprié le culte de la victoire et quels pouvaient être les vecteurs de cette idéologie et son impact sur les habitants de l’Empire.

  • 10 Suet., Aug., 35.3 ; D.C. 54.30.1.
  • 11 Herodien 5.5.7 ; Weinstock 1957, 219-240.
  • 12 D.C. 51.22.1-2.
  • 13 Weinstock 1971, 111.
  • 14 Et notamment de montrer qu’il agissait conformément aux voeux du Peuple et du Sénat.
  • 15 Diod. 40.4.
  • 16 Voir, sur ce point, Coarelli 1994, 202.

5Le meilleur symbole du lien entre l’instauration du nouvel ordre et la victoire est l’installation dans la Curia Iulia de la statue de la Victoire de Tarente. Dès 29 a.C., la statue tarentine prit en effet place sur l’estrade présidentielle de la Curie. Elle devint, à partir de ce moment-là, la divinité protectrice du lieu. On sait que les sénateurs devaient offrir encens et vin à l’autel du dieu dans chaque endroit où le Sénat se réunissait10 : cette pratique était encore en usage au iiie siècle11. Le témoignage de Dion Cassius est très explicite sur le sens de la décision de celui qui s’apprêtait à faire la dédicace de l’édifice : ‘Octavien fit dresser dans la Curia Iulia la statue de la Victoire qui existe encore maintenant, montrant à ce qu’il semble qu’il détenait d’elle son pouvoir’12. La Victoire était ainsi insérée dans le panthéon des dieux de l’état romain : Octavien présenta sans aucun doute son initiative comme l’accomplissement des plans de César13, mais il est significatif qu’à partir de cette date on ne célébra pas la Victoria Caesaris, mais très vite la Victoria Augusta. Il y eut donc accaparement du thème et du symbole, et l’exaltation de la Victoire devint dès le début du Principat un des slogans favoris de la propagande monétaire, en liaison d’ailleurs avec celui de la Felicitas qui plongeait ses racines dans la célébration des imperatores de la fin de la République, Sylla d’abord, mais aussi et surtout Pompée. Ce sont, en effet, le souvenir et l’empreinte de Pompée, plus encore que ceux de César que l’on retrouve dans toute cette démarche ; l’imperator fut sans conteste, sur ce point comme sur bien d’autres14, le modèle d’Auguste. En témoignent le texte de Diodore de Sicile15 à propos du monument que le vainqueur de Mithridate éleva pour commémorer les actions accomplies en Asie, mais aussi les nombreux trophées et statues le représentant en héros cosmocrator. Quant au portique des Nations qu’il installa dans son complexe du Champ de Mars16, il inspira sans doute la décoration du forum d’Auguste. Il est d’ailleurs probable que les inscriptions triomphales de Pompée avaient reçu la caution officielle du Sénat, par le biais du senatus-consulte qui lui avait accordé le triomphe et c’est un autre exemple qu’Auguste se fit un devoir de suivre.

  • 17 Sur la nécessité de prendre en considération ce qui se passe dans les provinces et la manière dont (...)

6La question demeure alors de savoir comment cette image a été diffusée dans les provinces, où le public n’était pas le même et où le message ne pouvait être reçu de la même manière17. À Rome, on ne risquait de choquer personne et le Prince pouvait mettre ce qu’il voulait dans le portique de son forum ; on peut douter qu’il ait pu faire preuve de la même arrogance dans les provinces, mais cela impliquait une adaptation du message idéologique aux préoccupations des provinciaux.

  • 18 Voir Ando 1992, 296-297.

7La thématique construite autour du lien entre pouvoir impérial et victoire devint vite familière aux populations locales et celles-ci honorèrent la Victoire parce qu’elle assurait la paix et la sécurité. Les statues de la Victoire étaient seulement la façon la plus abstraite pour les Romains de matérialiser le succès militaire ; en revanche, la présence de captifs représentait un moyen plus réaliste et plus évocateur18. On peut d’ailleurs s’interroger sur les réactions que cela pouvait provoquer auprès des populations indigènes, mais aussi sur l’impact auprès de celles qui pouvaient ne pas se considérer comme directement concernées. On aura, en effet, toujours du mal à mesurer l’influence qu’a pu avoir la restitution par le parthe des enseignes de Crassus sur un habitant de Lugdunum Convenarum, et on aura tout autant de mal à discerner le degré de satisfaction et de fierté d’un habitant de la Grèce à la nouvelle de la soumission des Cantabres.

8Trois types de monuments ont servi en quelque sorte de vecteurs à l’idéologie de la victoire dans les provinces de l’Occident romain ; il existe une étroite parenté entre les trophées, les autels et les arcs de triomphe, qui provient de la même intention de commémorer les succès du Prince.

1. Trophées et autels

  • 19 Sur les trophées, voir toujours Picard 1957, 185 sq.
  • 20 Plin., Nat., 3.8 ; Servius, Ad Aen., 11.6 ; Picard 1957, 183-186 ; en dernier lieu, Castellvi 1984 (...)
  • 21 Sur le trophée de La Turbie, voir encore l’étude de Formigé 1949 ; Picard 1957, 291-301.
  • 22 Plin., Nat., 3.136-137.
  • 23 Formigé 1959, 101-103 ; Sasel 1972, 135-140.
  • 24 Sur la décoration de ces trophées et les captifs agenouillés, voir Mierse 1990, 318-322 ; Ostrowsk (...)

9Le trophée représente surtout la Felicitas, élément essentiel du charisme19. Il demeure sous l’empire Romain le symbole essentiel du pouvoir fondé sur la victoire. Jamais les trophées n’ont été aussi nombreux à Rome qu’à l’époque augustéenne : le trophée augustéen est essentiellement le symbole de la Fortune du vainqueur, puisque seul le général qui dispose des auspices peut dédier un trophée. Dans ce domaine, les exemples pompéiens s’imposèrent et, en particulier, le monument érigé aux confins des Pyrénées orientales énumérant les 876 communautés qu’il avait soumises20. Le parallèle augustéen le plus tentant à établir est le trophée de La Turbie destiné à rappeler les succès remportés sur les tribus alpestres et à annoncer la pacification totale de la chaîne montagneuse depuis les rives de l’Adriatique. Comme dans le précédent pompéien, ce sont le Sénat et le Peuple romain qui ordonnèrent la construction du monument rappelant la soumission de quarante-cinq peuples21 : les auteurs anciens n’ont certainement pas eu besoin de se rendre sur place pour lire cette liste, car il leur suffisait de consulter dans les archives le texte du décret du Sénat qui avait autorisé l’édification du monument22. Le trophée de La Turbie porte sur la face principale, à l’ouest, l’inscription, entourée de victoires et encadrée de trophées23. La composition comprend des captifs, hommes et femmes agenouillés dans la position traditionnelle ; elle s’inspire sans doute de cartons venus de Rome, dont le soin de l’exécution a certainement été laissé à des artistes locaux24.

  • 25 Sur les trophées de Germanie, Picard 1957, 317-319.
  • 26 Tac., Ann., 2.18.
  • 27 Tac., Ann., 2.22.

10Le trophée de la Turbie rassemblait deux fonctions essentielles, différentes mais complémentaires, de ce type de monument ; celui-ci rappelait d’abord la victoire universelle d’Auguste : on retrouve, en effet, sur les trophées les symboles cosmocratiques et la dédicace au détenteur de l’imperium. Mais, en même temps, il servait à marquer une limite, celle d’une province ou d’un territoire, à moins que ce ne fut tout simplement celui de la conquête, comme en Germanie. Dans ce dernier cas, il s’agissait de bornes frontières, protectrices de l’Empire, installées au bord de l’Elbe. En 9 a.C., Drusus avait signalé le point extrême de son avancée par un monument destiné à fixer à cet endroit la divinité protectrice. Vingt-cinq ans plus tard, en 16 p.C., son fils, Germanicus, avait fait de même à deux reprises pour célébrer sa victoire sur les Chérusques25. Ces monuments érigés par des centaines d’hommes, soucieux de commémorer leurs hauts faits et les difficultés d’une campagne victorieuse, devaient être imposants. Tacite26 rappelle qu’à cette occasion les soldats acclamèrent Tibère comme imperator sur le champ de bataille et construisirent un tertre que surmontaient, en manière de trophée, des armes, et au-dessus duquel on inscrivit le nom des nations vaincues. Un peu plus tard, après un autre succès, Germanicus fit élever un second trophée d’armes dont il supervisa lui-même la construction ; il portait une inscription qui niait sa propre victoire puisque le texte parle de ‘l’armée de Tibère’27, ce qui traduisait son souci de respecter les prérogatives du détenteur de l’imperium.

  • 28 D.C. 55.10.2-3.

11Le trophée put cependant prendre des formes différentes ; ainsi, en 1 a.C., Domitius Ahenobarbus érigea un autel sur l’Elbe28, mais on ignore tout de sa forme et de sa fonction. La péninsule Ibérique offre d’autres exemples, plus explicites encore.

  • 29 La question du gouvernement de L. Sestius Quirinalis a récemment rebondi avec la découverte d’un d (...)
  • 30 Ce point est contesté par Fernández Nieto 2003, 58-59 qui insiste sur le rôle des trophées pour ma (...)
  • 31 Fischwick 1987, 141-144 ; Roddaz 2002, 212-213.
  • 32 Mela 3.13.
  • 33 Hor., Od., 4.14.1.
  • 34 Mela 3.11.

12Les Arae Sestianae furent installées aux confins de la Galice, aux limites des terres pacifiées par le légat L. Sestius Quirinalis, consul suffect en 23 et détenteur d’un commandement dans une prouincia qu’on a autant de mal à définir qu’à identifier, probablement entre 22 et 19 a.C.29 Ce monument était destiné à rassembler autour d’un ensemble d’autels les peuples du nord-ouest de la péninsule Ibérique dans la célébration de la victoire impériale30 ; le rôle du légat dans l’exaltation de l’image du Prince paraît d’autant plus décisif qu’il s’agissait d’une région demeurée longtemps rétive à l’influence de Rome. Les Arae Sestianae regroupaient sans doute autour d’autels consacrés à Auguste les trois peuples des régions nord occidentales (Braccari, Lucenses et Astures) et devaient comporter une inscription à la gloire du Prince31. Lorsque Pomponius Mela32 évoque la mission d’éclairer des terres autrefois obscures, la formule fait probablement référence à un texte officiel qui lui-même fait écho au vers d’Horace évoquant la conquête sans fin entreprise par Auguste : ‘O qua sol habitabilis inlustrat33. Dans la même zone géographique et datant de la même époque, érigée de l’autre côté de la rivière Sambre, non loin des Arae Sestianae et qui peut-être leur répond, la turris Augusti,‘Augusti titulo memorabilem’ selon la formule de Mela34, portait une inscription à la gloire du Prince et se présentait comme une tour ou un trophée des confins. Les dédicaces à Auguste du nord-ouest de la péninsule Ibérique comptèrent dans le contexte de la victoire militaire parmi les toute premières manifestations du culte impérial en Hispania : son instauration était destinée à renforcer la cohésion des provinces ibériques et de leurs habitants autour de l’Empereur et de l’Empire sur lesquels était appelée la bienveillance des dieux.

  • 35 CIL, III, 14147 ; Mazzarino 1982, 332.

13Cette double fonction du trophée rappelant la victoire militaire, mais marquant aussi la limite atteinte par les armées de Rome se retrouve dans l’inscription trilingue de Cornelius Gallus à Philae ; celle-ci est aussi un signal aux limites de l’oikoumène, une pierre installée aux confins, face à l’inconnu35. En Espagne, l’inconnu est l’océan, en Égypte, c’est le désert.

  • 36 Voir toujours Picard 1957, 257-258 ; 270-274 ; Boube 1996, 40-46.
  • 37 Sur les allusions à la domination terrae marique, voir Cresci Marrone 1993, 87-125.
  • 38 Voir Boube 1996 ; il n’est pas impossible que la Victoire ait fait partie d’un autre ensemble, com (...)
  • 39 Sablayrolles 1994, 114.

14Le trophée de Saint-Bertrand-de-Comminges, au coeur des Pyrénées, nous invite à revenir sur le lien entre le culte de l’Empereur et la thématique de la victoire ; sa reconstitution comme son interprétation ont fait couler beaucoup d’encre et on peut penser que la discussion se poursuivra encore longtemps parce qu’un certain nombre d’incertitudes demeurent, concernant l’un et l’autre de ces sujets36. Le monument se présentait comme le symbole de la victoire de Rome et de la domination imposée aux habitants des vallées pyrénéennes après la révolte des tribus aquitaines et des peuples cantabres, et devait rappeler à tous la puissance et de la Fortune d’Auguste. Au centre de la composition tripartite, le trophée nautique est composé d’une proue de vaisseau, surmontée d’une tritonesse, avec globe et aigle aux ailes déployées, guidée par un dauphin et accompagnée par un crocodile du Nil, allusion à la bataille d’Actium. La tritonesse et le dauphin évoquent la souveraineté d’Auguste sur les mers, et le globe que la divinité supporte rappelle qu’il est aussi le maître de la terre37. De part et d’autre, les allégories de la Gaule et de l’Hispania pacifiées encadrent l’élément central. Le trophée de Saint-Bertrand-de-Comminges s’inscrit dans le contexte de la mise en place du culte impérial dans cette partie reculée de l’Empire et doit certainement être mis en rapport avec un autel consacré, sur le forum de la colonie, à Rome et à Auguste. Toutes les interrogations le concernant ne sont cependant pas levées : on ignore toujours sa localisation précise dans l’organisation du nouveau centre public mis en en place à l’époque augustéenne tardive et on ne peut être complètement assuré de l’association dans le même monument du trophée et d’une victoire, telle qu’elle est proposée par la dernière publication sur le sujet38. Quoi qu’il en soit, l’ensemble de Saint-Bertrand-de Comminges témoigne du rapport étroit entre la symbolique de la victoire et le culte impérial naissant dont elle est un des fondements39 ; c’est ainsi que les Convènes l’ont reçu et il y a tout lieu de croire qu’il constituait pour eux le meilleur indice de la sincérité de leur attachement à l’Empire.

2. Les arcs triomphaux

15Les arcs honorifiques se sont multipliés à l’époque augustéenne d’autant que ce type de construction passa dès le début du Principat sous le contrôle du pouvoir central. Il devint alors un monument à caractère strictement officiel dont la finalité était l’exaltation de la personne d’Auguste et des membres de la famille impériale. Lorsque les communautés locales, c’est-à-dire à cette époque essentiellement les colonies et les municipes, prirent l’initiative, à la demande de Rome ou en accord avec le Prince, d’ériger de tels édifices, elles contribuaient en réalité à la diffusion de l’idéologie impériale.

  • 40 Tac., Ann., 2.64.
  • 41 Maurin 1978, 79-81.
  • 42 Sur la Tabula Sirensis, voir González et Arce 1988.

16L’arc triomphal apparaît, en effet, comme représentatif du nouvel ordre, notamment quand il était construit aux frais de Rome ou sur l’initiative du Sénat : on songe, à cet égard, au décret de l’assemblée ordonnant, en 19 a.C., l’érection d’arcs en l’honneur de Drusus et de Germanicus à Rome40. Cette décision reçut très vite un écho dans les provinces, comme en témoigne le monument de Saintes41. Quelques temps plus tard, la Tabula Siarensis rend compte des hommages rendus à Germanicus après sa mort et notamment de la construction d’arcs honorifiques, avec des précisions étonnantes du Senatus Consulte qui vont jusqu’à la prescription du décor du relief et des groupes statuaires, ce qui montre que rien n’était laissé au hasard dans le décor figuré, lui aussi porteur d’un message42. Il est vrai aussi que par leur décoration, les arcs pouvaient susciter la rancœur ou la méfiance des indigènes, mais ils ne rappelaient pas seulement la victoire de Rome et de l’Empereur : ils évoquaient la protection apportée par le conquérant et son souci de les associer à sa propre gloire. C’est du moins l’une des interprétations que l’on peut donner des arcs de Narbonnaise, province, il est vrai, très vite rendue à l’administration du Peuple et du Sénat et considérée comme plus italienne que l’Italie elle-même ; de plus, dans cette province frontalière de la péninsule, ces monuments s’inscrivaient dans un contexte colonial et dynastique très particulier.

  • 43 Gros 1979, 82-83.
  • 44 Sur l’arc d’Orange, voir Gros 1986 ; Kleiner 1989, 204.
  • 45 On retrouve une partie des vétérans de cette légion à Cartenna en Afrique, voir Roddaz 2003, 197.
  • 46 Amy & Gros 1979, 193-194.
  • 47 Tac., Ann., 2.16-21.

17Leur chronologie a été fixée par les études de P. Gros43, de manière quasi-définitive, dans le courant du premier quart du ier siècle a.C., ce qui correspond à la phase d’intense développement urbain de la province. L’ensemble est d’ailleurs unique en Europe occidentale et porte témoignage de la réception précoce des principaux thèmes de l’imagerie officielle. Le message qu’ils délivraient était simple : il s’agissait de rappeler la puissance militaire de Rome, d’exalter le rôle de l’armée et la fidélité à la dynastie, thèmes qui trouvaient un terrain particulièrement favorable dans un milieu colonial où la présence des vétérans était prédominante. Il n’est cependant pas toujours évident pour les modernes de reconstituer le contexte de l’initiative, d’où encore quelques incertitudes concernant la datation de ces édifices : l’arc d’Orange44 offre à cet égard un bon exemple de cette difficulté. Sa construction s’inscrivait dans une série de fondations suscitées par le Sénat après la mort de Germanicus. Nulle part mieux qu’à Orange, la décision de construire un arc pouvait paraître plus justifiée : il existait tout d’abord des liens étroits entre les vétérans de la IIa legio Augusta qui formaient l’essentiel de la population de la colonie, et un chef d’armée dont la popularité portait ombrage à Tibère. Par ailleurs, le souci de maintenir la fiction d’une continuité avec les fondateurs de la colonie de l’époque triumvirale semble avoir été aussi déterminant. Or, cette continuité trouve aussi son fondement dans l’hommage rendu à Germanicus. En effet, la IIa legio Augusta, créée en 27 a.C., était l’héritière d’une IIa legio Gallica, légion antonienne installée à Orange au lendemain de la bataille d’Actium et non, comme on l’a souvent pensé, au lendemain de Nauloque, en 36-35 a.C., ce qui implique que ces troupes demeurèrent fidèles jusqu’au bout au grand-père de Germanicus45. L’arc d’Orange proposait donc un double rappel, celui de Germanicus, mais aussi, par son intermédiaire, celui des premiers colons qui avaient fidèlement servi son ancêtre. En revanche, il s’affichait comme un acte d’opposition à l’empereur régnant, ce qui n’était d’ailleurs pas exceptionnel dans une province qui avait témoigné dans le passé sa fidélité aux Iulii46. De plus, si les arcs étaient d’époque tibérienne, la thématique idéologique qu’ils voulaient transmettre demeurait augustéenne : il s’agissait toujours d’exalter la maîtrise du monde, thème sous jacent du décret de 19 p.C. qui rappelait que la carrière de Germanicus avait contribué à l’unification de l’univers sous l’égide de Rome. Ainsi, les habitants d’Orange montraient qu’ils demeuraient attachés à celui qui venait de conduire leur ancienne unité dans l’une des campagnes les plus difficiles et les plus glorieuses47 : les légionnaires de la IIa legio Augusta, libérés après leur temps de service, rejoignaient une colonie peuplée de vétérans de leur propre légion et de celle qui les avait précédés, celle qui avait précisément porté le même numéro et surtout servi sous les ordres du grand-père de leur général avant de s’en remettre à la clémence du vainqueur d’Actium.

  • 48 Voir, sur ce point, Roddaz 2004.

18En Gaule, le seul arc remontant au début de l’Empire est celui de Saintes qui s’inscrivait dans le même contexte historique, mais dont la valeur était plus sacrale que triomphale. Une autre région d’Occident, la péninsule Ibérique, offre un domaine d’investigation intéressant notre recherche sur la diffusion de l’idéologie de la victoire au travers de la quête des confins48. Là, l’arc honorifique jouait pleinement sa fonction dans la transmission de la nouvelle idéologie impériale et devint un monument emblématique de la présence de Rome.

  • 49 Sillières 1990, 300 ; Sheckler 1991, 93-97.
  • 50 CIL, II, 4701, 4703, 4716 : a Baete et Iano Augusto ad Oceanum ; CIL, II, 4712, 4715 : ab Iano Aug (...)

19Dans l’Hispania, l’arc honorifique fut introduit à l’époque augustéenne et il est logique qu’il fut très tôt associé par les habitants de ces provinces au nouvel ordre instauré par le vainqueur d’Actium. Un ensemble de milliaires installés sur la via Iulia Augusta fait allusion à un arc (Ianus) situé sur cette route, à un endroit où celle-ci franchissait la limite entre la province de Citérieure et celle de Bétique. La trace du Ianus Augustus est perdue, mais on connaît son emplacement précis grâce à la préservation à Mengíbar du toponyme Venta del’Arco. L’arc faisait office de caput uiae et était probablement associé à un pont, au point de franchissement d’une rivière. L’édifice devait porter une dédicace à Auguste et être couronné par un groupe de sculptures le représentant ; il présentait une double fonction, religieuse et territoriale. L’empereur était honoré comme dieu de passage et de commencement, mais cet hommage s’inscrivait dans le cadre de la promotion du culte impérial au cours des années qui suivirent la nouvelle organisation des provinces49. Les textes de ces milliaires sont par ailleurs tout empreints de l’idéologie impériale dans la mesure où ils ne mentionnaient pas la distance jusqu’à Gades, mais celle qui séparait de l’Océan50. Il s’agissait par ce biais et ce type de formule de rappeler que la quête des confins demeurait l’un des objectifs de la politique impériale et le succès de l’entreprise un des acquis de la victoire d’Auguste.

  • 51 Sur le pont de Martorell, voir Fabre et al. 1984, 282-284 ; Sheckler 1991, 42-51.
  • 52 IRC, I, 164.
  • 53 En revanche, il semble que l’on doive écarter de la liste celui de Medinacelli, situé sans la prov (...)

20L’ensemble formé par l’arc et le pont de Martorell, au nord de Barcelone, se situait sur la route entre Barcelone et Lérida, branchement de cette même Via Augusta. Ce monument à une seule baie est partiellement conservé et l’on ignore si le pont qui le supportait était couronné par un ou deux arcs51. Des marques préservées sur les deux faces de la culée occidentale du pont52 mentionnent l’intervention des légions IVa Macedonica, VIa Victrix et Xa Gemina, c’est-à-dire des mêmes légions qui furent à l’origine de la colonie de Caesaraugusta. La mention de ces trois unités rappelle le rôle de l’armée dans la politique d’aménagement et d’équipement du réseau routier décidé par Auguste lors de son séjour hispanique en 15-13 a.C., et la construction du pont et de l’arc doit être mise en relation avec les fondations de Caesaraugusta et de Barcino, mais aussi avec l’aménagement de la Via Augusta et de son tracé côtier. On peut replacer dans ce contexte la construction de l’arc de Sádaba qui n’est malheureusement plus connu que par un document du début du xviiie siècle53.

  • 54 Dupré i Raventós 1994.
  • 55 Quint., Inst., 6.3.77 ; Fishwick 1987, 154-155.
  • 56 Dupré i Raventós 1994, 263 ; Koppel 1990, 331.
  • 57 RIT, 58.
  • 58 RIC I, 315 ; II, 140-145.
  • 59 On peut faire la même remarque à propos de Saint-Bertrand-de-Comminges. Voir supra note 54.
  • 60 La Via Iulia Augusta reprenait le tracé de la voie herculéenne. Le Prince mettait symboliquement s (...)

21Un autre exemple de la diffusion des arcs dans l’Hispania augustéenne est l’érection de celui de Barà, situé, lui aussi, sur la via Augusta, à 13 ou 14 milles romains au nord est de Tarragone54 ; il a été édifié à l’initiative d’un L. Licinius Sura dont l’ancêtre est connu par ailleurs par une monnaie de la colonia Victrix Iulia Lepida Celsa, datée de 39 a.C. et sur le revers de laquelle ce personnage est dit praefectus. La mention de la tribu Sergia dans l’inscription conforte l’hypothèse de cette origine ; Sura se serait ensuite installé à Tarragone où il aurait poursuivi sa carrière. L’édification de l’arc relève donc d’une initiative privée, en relation avec la construction ou la réparation de la voie, sans qu’il marque, cependant, la limite d’un territoire ou d’un conventus : tout au plus peut-il être mis en relation avec un domaine des Licinii qui s’étendait dans cette zone. L’indication consacrauit ou consacrauerunt dans l’inscription suggère un monument dédié à une divinité, et dans la mesure où la grande majorité des arcs construits à cette époque fut consacrée à Auguste, on peut se douter que ce fut aussi le cas ici, tout au moins à son numen ou à son genius à défaut de l’être à sa propre personne : l’inscription disparue de l’attique aurait sans doute permis de répondre à cette interrogation. La date de la construction est liée à celle de la modification du tracé de la voie, c’est-à-dire la dernière décennie du ier siècle a.C., ce qui fait de l’arc de Barà le contemporain de ceux de Mengíbar et de Martorell. Par ailleurs, une telle initiative doit être mise en relation avec l’instauration du culte impérial dont l’initiative partit de Tarragone au moment du premier séjour d’Auguste dans la péninsule et de l’entreprise de conquête du nord-ouest55. C’est pourquoi, il paraît utile de prendre en compte dans ce bilan un autre arc de Tarragone dont peu de vestiges ont été retrouvés, sinon quatre blocs de pierre en calcaire local et différents éléments de sculpture représentant des captifs qui peuvent évoquer les guerres cantabres56. Tout aussi important pour notre approche est l’inscription du forum de la colonie portant une dédicace à la Victoria Augusta57. On retrouve enfin toute la panoplie de l’idéologie de la victoire sur le revers des monnaies frappées par la Colonia Patricia de Cordoue dans les années 18-16 a.C. avec la légende ‘Quod uiae munitae sunt’ entourant deux arcs à une seule baie à l’extrémité d’un pont avec, au-dessus de l’attique, une statue équestre et un trophée, ou encore, dans une variante, un arc à deux baies au milieu d’un pont, surmonté d’un quadrige, et, à côté de cet arc, des rostres de navires et Auguste couronné par la Victoire58. C’est dans la péninsule Ibérique que s’exprime le mieux l’étroite relation entre le thème de la victoire et la naissance du culte impérial ; les monnaies l’attestent, mais aussi la présence de la dédicace à la Victoire Auguste sur les lieux mêmes du culte59. Là et mieux qu’ailleurs, la construction ou la reconstruction du réseau viaire à l’initiative du Prince et d’Agrippa allait offrir un moyen privilégié pour exprimer à la fois les bienfaits apportés par Rome, mais aussi la course engagée pour atteindre les confins et assurer la domination terra marique promise à Rome60.

  • 61 Kleiner 1939, 403 ; en dernier lieu, Gros 2002, 61-62.
  • 62 Nous maintenons la datation traditionnelle, augustéenne, déjà présentée par Lugli 1966, 1047, et d (...)

22Dans cet ensemble cohérent remontant au dernier quart du ier siècle a.C., s’inscrivent également les arcs de Suse et d’Aoste61 qui expriment le loyalisme et l’identification culturelle de la part du nouveau praefectus adoubé par le pouvoir romain, ou encore les deux arcs du pont de Saint-Chamas, construits par disposition testamentaire d’un flamen Romae et Augusti dans les années 10-5 a.C.62

Conclusion

23Le thème de la victoire du Prince et de la conquête du monde constitue l’un des fondements de l’idéologie augustéenne. La question demeure de savoir comment Rome l’a diffusé et quel type de vecteur elle a pu utiliser pour le faire ; les monnaies ont constitué un élément essentiel de propagande et ce n’est pas un hasard si le pouvoir a autorisé le maintien des frappes coloniales et municipales destinées à promouvoir les thèmes de cette idéologie. Arcs, autels et trophées ont constitué d’autres symboles visibles d’autant que leur construction coïncidait souvent avec la naissance du culte impérial qui trouvait en grande partie sa justification dans l’exaltation de l’empereur victorieux et conquérant ; il n’est donc pas étonnant que les monuments évoquant la victoire soient caractéristiques d’une période bien délimitée dans le temps (dernier quart du ier siècle a.C. - premier quart du ier siècle a.C.).

  • 63 Ando 1992, 313.

24Une autre interrogation concerne la manière dont les provinciaux reçurent cette propagande. Une chose était de contempler Auguste sur un quadrige ou couronné par la Victoire et une autre de voir des barbares enchaînés, censés représenter les populations concernées. La diffusion de la tradition hellénistique ne saurait, à elle seule, expliquer l’acceptation quasi générale des habitants de l’Empire, ce qui pose la vaste question des mentalités dans ces régions éloignées. En fait, cette iconographie s’adressait d’abord aux élites. La décision d’élever un autel et de célébrer un culte au génie d’Auguste à Lyon, par exemple, était pour les élites une manière de signifier leur allégeance au pouvoir romain et leur loyauté à l’égard du Prince : l’expression de cette fidélité se fit aussi au travers de l’art triomphal. La construction d’un arc ou d’un autel révélait la capacité des provinciaux à utiliser et à transformer une représentation directement inspirée par l’iconographie de la défaite en une autre célébrant l’unification ; ce constat montre la profondeur avec laquelle l’idéalisme romain concernant les relations entre groupes politiques indigènes et imperium romanum avait déjà pénétré63. La diffusion de cette idéologie n’était pas le fait du seul pouvoir ou de l’armée, mais relevait aussi des élites. En ce sens, le barbare n’était pas l’ennemi du seul empereur et de l’ordre, il devenait aussi celui de tous ceux qui avaient accepté la domination de Rome parce qu’elle était garante de paix et de prospérité, mais aussi promesse de promotion sociale. La représentation du barbare enchaîné ne pouvait choquer ceux qui avaient déjà adhéré à l’ordre de Rome, parce qu’il représentait celui qui habitait les terres des confins, inhospitalières, et qui devait être soumis avant d’être, à son tour, intégré.

  • 64 CRAI, 1913, no 680 ; Zanker 1990, 315.

25L’Occident tout entier fut concerné par cette démarche et l’Afrique dont on n’a pas parlé pourrait offrir quelques exemples. Dans cette province depuis longtemps conquise, il n’y eut aucune entrave à l’érection sur le modèle de l’Ara Pacis d’une série d’autels, voués au culte local de la gens Augusta, à l’initiative d’un affranchi impérial, P. Perulius Hedulus, sacerdos perpetuus de ce culte64. Le décor de l’un de ces autels est un résumé de l’iconographie officielle, avec notamment une représentation de Roma tenant dans sa main une victoire et un bouclier, allusion au clipeus uirtutis et à la statue de la curie de Rome. L’ensemble de la composition est une version simplifiée de deux scènes contemporaines de Pax et de Roma sur l’Ara Pacis. Le personnage est un homme d’affaires qui célèbre aussi, à sa manière, la paix générale et la prospérité nées de la victoire de Rome. C’est en quelque sorte la reconnaissance du résultat tangible du règne d’Auguste et c’est peut-être la meilleure façon d’exprimer cette reconnaissance que d’utiliser les marqueurs de l’idéologie que le nouvel ordre avait proposés.

Bibliographie

Bibliographie

Abascal, J.-M. et G. Alföldy, éd. (2002) : El arco romano de Medinacelli, Madrid.

Alföldy, G. (2000) : “Das neue Edikt des Augustus aus El Bierzo in Hispanien”, ZPE, 131, 177-205.

Amy, R. et P. Gros (1979) : La Maison Carrée de Nimes, 38e Suppl. à Gallia, Paris.

Ando, C. (2000) : Imperial ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Berkeley.

Bost, J.-P., J.-M. Roddaz et F. Tassaux, éd. (2003) : Itinéraire de Saintes à Dougga, Mélanges offerts à Louis Maurin, Ausonius Mémoires 9, Bordeaux.

Boube, E. (1996) : Le trophée augustéen, Saint-Bertrand de Comminges.

Brunt, P. A. (1990) : Roman Imperial Themes, Oxford.

Castellvi, G. (1991) : Le monument romain de Panissars et le franchissement pyrénéen de la voie domitienne, thèse, Montpellier.

——— (1984) : “Découverte du soubassement d’un important monument romain à la frontière francoespagnole au Perthus”, Bulletin Monumental, 142/4, 441-442.

Coarelli, F. (1994) : Guide archéologique de Rome, Paris.

Cresci Marrone, G. (1993) : Ecumene Augustea, Rome.

Donaldson, T. L. (1966) : Architectura numismatica. Ancient Architecture on Greek and Roman coins and medals, Chicago.

Dupré i Raventós, X. (1994) : L’arc Roma de Bera, Rome.

Fabre, G., M. Mayer et I. Rodà (1984) : “À propos du pont de Martorell : la participation de l’armée à l’aménagement du réseau routier de la Tarraconaise orientale sous Auguste”, in : Epigraphie Hispanique, Bordeaux, 282-288.

Fears, J. Rufus (1981) : “The theology of victory at Rome”, ANRW, II. 17.2, 736-826.

Fernández Nieto, F. J. (2003) : “El trofeo de Augusto en Occidente : la evocacion de Alejandro y la occupacion de la Hispania extrema”, in : Urbs Aeterna, Homenaje a la Profesora Carmen Castillo, Pampelune, 43-63.

Fischwick, D. (1987) : The imperial cult in the latin West. Studies in the ruler cult in the Western Provinces, EPRO 108, I, 1, Leyde.

Formigé, M.-J. (1949) : Le trophée des Alpes, IIe Suppl. Gallia, Paris.

——— (1959) : “La dédicace du trophée des Alpes (La Turbie)”, Gallia, 123.

Galliazzo, V. (1994) : I ponti romani, Trévise.

Gros, P. (1979) : “Pour une chronologie des arcs de triomphe de Gaule Narbonnaise”, Gallia, 37, 56-83.

——— (1986) : “Une hypothèse sur l’arc d’Orange”, Gallia, 44, 191-201.

——— (2002) : L’architecture romaine, I, Paris.

Gruen, E. S. (1996) : Cambridge Ancient History, 10, 147-197.

Gurval, R. A. (1995) : Actium and Augustus : the politics and emotions of civil war, Ann Arbor.

Hickson, F. V. (1991) : “Augustus Triumphator : Manipulation of the triumphal theme in the political program of Augustus”, Latomus, 50, 124-138.

Hölscher, T. (1967) : Victoria Romana, Mayence.

Kähler, H. (1939) : “Triumphbogen”, RE, 7, A1, 373-493.

Kleiner, F. S. (1989) : “The study of Roman triumphal and honorary arches 50 years after Kähler”, JRA, 2, 195-206.

Koppel, E. (1990) : “Relieves arquitectonicos de Tarragona”, in : Stadtbild und Ideologie. Die Monumentalisierung hispanicher Städte zwischen Republik und Kaiserzeit (Madrid, 1987), Munich, 327-340.

Lugli, G. (1966) : “Il Ponte Flavio presso Saint-Chamas in Provenza”, in : Mélanges d’Archéologie et d’Histoire offerts à A. Piganiol, II, Paris, 1047-1061.

Mazzarino, S. (1982) : “L’iscrizione latina nella trilingue di Philae e i carmi di Gallus scoperti a Quasr Ibrîm”, RhM, 125, 312-337.

Mierse, W. (1990) : “Augustus building programs in the western provinces”, Between Republic an Empire (Raaflaub and Toher ed.), Berkeley.

Millar, F. (1966) : “The emperor, the Senate and the provinces”, JRS, 54, 156-166.

Ostroowski, J. A. (1996) : “Personifications of countries and cities as a symbol of victory in Greek and Roman Art”, in Schmidt 1996.

Pezin, A., J. Kotarba, J.-P. Comps et G. Castellvi, éd. (1997) : Voies romaines du Rhône à l’Ebre. Via Domitia et via Augusta, DAF, Paris.

Picard, G. (1957) : Les trophées romains, Paris.

Rich, J. W. et J. H. C. Williams (1999) : “Leges et iura p. R. Restituit. A New Aureus of Octavian and the settlement of 28-27 B. C.”, NC, 159, 169-213.

Roddaz, J.-M. (2003) : “Octavien-Auguste et les soldats perdus de Lépide”, in : Bost et al. 2003, 189-202.

——— (2004) : “Auguste et les confins”, in : Africa Romana, 15, Tozeur-Sassari (sous presse).

Roth-Conges, A. (1981) : Le Pont-Flavien de Saint-Chamas, thèse, Aix-en-Provence.

Sasel, J. (1972) : “Zur Erklärung der Inschrift am Tropaeum Alpium (Pline NH, III, 136-137 ; CIL, V, 7817)”, Ziva Antika, 22, 135-144.

Sheckler, A. (1991) : Roman honorary arches in Iberia, Ann Arbor.

Sillières, P. (1990) : Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, Paris.

Schmidt, E. G., éd. (1996) : Grienchenland und Rom, Jena.

Syme, R. (1979) : “A governor of Tarraconensis”, RP, II, Oxford, 732-745.

Weinstock, S. (1957) : “Victor and invictis”, HThR, 50, 211-247.

——— (1960) : “Pax and Ara Pacis”, JRS, 44-58.

——— (1971) : Divus Iulius, Oxford.

Zanker, P. (1990) : The power of images in the Age of Augustus, Ann Arbor.

Notes

1 Voir sur ces aspects, en dernier lieu, Ando 1992, 284 ; Brunt 1990, 433 sq. ; Weinstock 1957, 220-221 ; Hickson 1991, 124-125.

2 Verg., Aen., 8.851-853 ; voir aussi Verg., G., 3.30-34.

3 RGDA, 3. 1 ; 25.3 ; 26.5 ; 30.2.

4 D.C. 54.12.

5 Fears 1981, 804 sq.

6 Voir Gruen 1996, 189-192 ; Fears 1981, 806 ; RGDA, 13.

7 BMC n ° 656, 691 ; Hölscher 1967, 6-12 ; Gurval 1995, 60 et 62 ; Weinstock 1960, 47 ; voir, en dernier lieu, Rich & Williams 1999, 175 sq.

8 D.C. 53.16.4.

9 Vel. Pat., 2.89.6 : Pacatus uictoriis terrarum orbis.

10 Suet., Aug., 35.3 ; D.C. 54.30.1.

11 Herodien 5.5.7 ; Weinstock 1957, 219-240.

12 D.C. 51.22.1-2.

13 Weinstock 1971, 111.

14 Et notamment de montrer qu’il agissait conformément aux voeux du Peuple et du Sénat.

15 Diod. 40.4.

16 Voir, sur ce point, Coarelli 1994, 202.

17 Sur la nécessité de prendre en considération ce qui se passe dans les provinces et la manière dont elles réagissent à la politique de Rome, pour comprendre la nature de l’Empire Romain à partir d’Auguste, voir Millar 1966, 166.

18 Voir Ando 1992, 296-297.

19 Sur les trophées, voir toujours Picard 1957, 185 sq.

20 Plin., Nat., 3.8 ; Servius, Ad Aen., 11.6 ; Picard 1957, 183-186 ; en dernier lieu, Castellvi 1984, 441-442 ; 1991.

21 Sur le trophée de La Turbie, voir encore l’étude de Formigé 1949 ; Picard 1957, 291-301.

22 Plin., Nat., 3.136-137.

23 Formigé 1959, 101-103 ; Sasel 1972, 135-140.

24 Sur la décoration de ces trophées et les captifs agenouillés, voir Mierse 1990, 318-322 ; Ostrowski 1996, 266-267.

25 Sur les trophées de Germanie, Picard 1957, 317-319.

26 Tac., Ann., 2.18.

27 Tac., Ann., 2.22.

28 D.C. 55.10.2-3.

29 La question du gouvernement de L. Sestius Quirinalis a récemment rebondi avec la découverte d’un document épigraphique attestant l’existence d’une province augustéenne jusque-là inconnue et située au nord du Douro. Sur ce document, à propos de l’authenticité duquel tous les doutes ne sont pas levés, on se reportera à Alföldy 2000, et tout récemment à la publication “El edicto del Bierzo” (coord. F.-J. Sánchez-Palencia et J. Mangas), Madrid, 2001. Il est certain que la nature et la date du gouvernement de L. Sestius Quirinalis sont au cœur de la question, même si la période 22-19, proposée par Syme 1979, 735, et par Alföldy 2000, 205, paraît la plus probable.

30 Ce point est contesté par Fernández Nieto 2003, 58-59 qui insiste sur le rôle des trophées pour marquer des limites. Les autels étaient au nombre de trois, sans que l’on sache à quoi correspondait exactement ce chiffre. Il est, par ailleurs, très difficile de savoir sous quelle forme ces autels se présentaient ; certes, Strabon 3.5.6 présente ces autels de frontière comme des tours, mais on on peut douter que cela ait été systématiquement la règle et précisément dans le cas des autels érigés par Sestius Quirinalis.

31 Fischwick 1987, 141-144 ; Roddaz 2002, 212-213.

32 Mela 3.13.

33 Hor., Od., 4.14.1.

34 Mela 3.11.

35 CIL, III, 14147 ; Mazzarino 1982, 332.

36 Voir toujours Picard 1957, 257-258 ; 270-274 ; Boube 1996, 40-46.

37 Sur les allusions à la domination terrae marique, voir Cresci Marrone 1993, 87-125.

38 Voir Boube 1996 ; il n’est pas impossible que la Victoire ait fait partie d’un autre ensemble, comme sur le forum de Tarragone : voir infra.

39 Sablayrolles 1994, 114.

40 Tac., Ann., 2.64.

41 Maurin 1978, 79-81.

42 Sur la Tabula Sirensis, voir González et Arce 1988.

43 Gros 1979, 82-83.

44 Sur l’arc d’Orange, voir Gros 1986 ; Kleiner 1989, 204.

45 On retrouve une partie des vétérans de cette légion à Cartenna en Afrique, voir Roddaz 2003, 197.

46 Amy & Gros 1979, 193-194.

47 Tac., Ann., 2.16-21.

48 Voir, sur ce point, Roddaz 2004.

49 Sillières 1990, 300 ; Sheckler 1991, 93-97.

50 CIL, II, 4701, 4703, 4716 : a Baete et Iano Augusto ad Oceanum ; CIL, II, 4712, 4715 : ab Iano Augusto qui est ad Baetem usque ad Oceanum ; CIL, II, 4697 : Viam Augustam ab Iano ad Oceanum.

51 Sur le pont de Martorell, voir Fabre et al. 1984, 282-284 ; Sheckler 1991, 42-51.

52 IRC, I, 164.

53 En revanche, il semble que l’on doive écarter de la liste celui de Medinacelli, situé sans la province de Soria, et qui doit être daté de la fin du ier siècle p.C. : voir Abascal & Alföldy 2002, 98-102.

54 Dupré i Raventós 1994.

55 Quint., Inst., 6.3.77 ; Fishwick 1987, 154-155.

56 Dupré i Raventós 1994, 263 ; Koppel 1990, 331.

57 RIT, 58.

58 RIC I, 315 ; II, 140-145.

59 On peut faire la même remarque à propos de Saint-Bertrand-de-Comminges. Voir supra note 54.

60 La Via Iulia Augusta reprenait le tracé de la voie herculéenne. Le Prince mettait symboliquement ses pas dans ceux du héros cosmocrator, conquérant de l’univers.

61 Kleiner 1939, 403 ; en dernier lieu, Gros 2002, 61-62.

62 Nous maintenons la datation traditionnelle, augustéenne, déjà présentée par Lugli 1966, 1047, et défendue par Roth-Congès 1981, dans sa thèse inédite, et malgré les propositions récentes d’une chronologie plus tardive : Galliazzo 1994, 247-249.

63 Ando 1992, 313.

64 CRAI, 1913, no 680 ; Zanker 1990, 315.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search