Version classiqueVersion mobile

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Annexe 14

Texte intégral

titulature des bf et de leurs collègues dans les listes de soldats, avec ou sans titre de supérieur

1Ici comme ailleurs nos renvois sont faits au CBI, même si ces textes n’y sont généralement pas repris intégralement.

1. Bf : seuls soldats avec mention du titre du supérieur

1a) Le titre du bf (ou de l’ensemble des bf de la liste) est suivi d’un titre de supérieur

2CBI, 551 (à Potaissa, probablement après à 212 p.C., liste de soldats de la légion V Macedonica). Sur l’abréviation ex IMLB, qui ne concerne pas un bénéficiaire : Annexe 1.3.

3CBI, 502 (à Apulum, iie-iiie s.) : fragment avec plusieurs candidati ; un bf cos ; peut-être aussi un bf tr ( ?).

4CBI, 732 (à Nicopolis, en 194 p.C.) : les noms et titres de six militaires sont suivis du grade ou de la fonction militaire : 1 tubicen, 1 signifer ; 1 -B-PR CAS, 1 tesserarius et un optio. Contrairement à la majorité des autres militaires mentionnés, ceux qui ont un titre particulier n’ont pas d’indication d’origine. Le bénéficiaire était employé au service du préfet du camp. Cette inscription fournirait la mention épigraphique la plus tardive d’un praefectus castrorum, comme l’a souligné Gilliam 1986, 157 note 52, selon lequel le praefectus castrorum a remplacé le praefectus legionis à l’époque d’Hadrien – et même vraisemblablement avant cette époque –, lorsque la garnison légionnaire d’Égypte a été réduite à la légion II Traiana. Ses activités concernaient principalement les questions administratives de toutes les troupes cantonnées en Égypte. Il assistait ainsi le général en chef des troupes d’Égypte, à savoir le Préfet d’Égypte en personne, et assumait par conséquent, en toute vraisemblance, des fonctions administratives au sein des troupes militaires.

5CBI, 779 : Annexe 1.3 (Lambèse, fin iie-iiie s.) : petit fragment avec noms et titres de soldats de la Ière cohorte de la légion III Augusta, parmi lesquels figurent un me(n)s(or) frum(entarius), des candidati, un marsus (vraisemblablement un spécialiste d’herpétologie), un tesserarius et C. Cassius Primus, un B F T, un b(ene)f(iciarius) t(ribuni), originaire de Carthage.

6CBI, 780 et I 192 (Lambèse, fin iie-iiie s.) : deux versions de la même liste (incomplète) avec noms et titres de soldats de la Ière cohorte de la légion III Augusta comprenant plusieurs bf de supérieurs différents. Le titre de b(eneficiarius) la(ticlaui) de l’un d’eux figure sur une des listes (I 192), mais semble omis ( ?) dans l’autre liste.

7CBI, 776 et 777 (Lambèse, iie-iiie s. ; 166 p.C.) : fragments de liste – le texte est très incomplet, notamment là où devraient figurer les titres des militaires – avec des bénéficiaires du légat (bf leg, bf l.).

8I 136 (Lambèse, 3e quart du iie s. p.C.) : liste fragmentaire mentionnant deux bénéficiaires, l’un avec titre de supérieur, l’autre, Q. Modius Septimus, sans titre de supérieur si l’on en croit Dupuis 1992a qui lit BF LAMB RETEN là où Le Bohec 1989a lisait B C... Ce bénéficiaire est reten(tus), ce qui signifie qu’il serait resté en service plus longtemps que ne l’exigeait la règle, peut-être dans l’espoir d’une promotion (voir CBI, 630 cité ci-dessous). Quant à [..]lius Dexter, BF t[r(ibuni)], de Madaure, il peut difficilement être identifié avec l’homonyme de CBI, 782 (219 p.C.). Aucun des autres soldats porteurs d’un titre particulier (un duplarius, un candidatus, un signifer, plusieurs discentes signiferorum, un tubicen, un arma(tura), deux armorum custodes ( ?) et un pollio) ne porte un titre de supérieur.

9CBI, 909 (Rome, 209 p.C.) : liste fragmentaire de soldats d’une cohorte prétorienne, avec 3 bénéficiaires du tribun, les seuls avec le titre d’un supérieur conservé : L(ucius) [---], T(itus) F[la]vius Maxim[---] et C(aius) Flavius Atilian[us].

1b) Seuls certains des bf portent le titre du supérieur

10CBI, 630 (à Troesmis, en 132-135 p.C.) : latercule de la légion V Macedonica avec 14 attestations de bénéficiaires (certains sont anonymes), dont 6 cas où le titre du supérieur n’est pas précisé, auxquels s’ajoutent 2 ex beneficiariis proc(uratoris), 1 ex beneficiario p(raefecti) ou p(rocuratoris), 5 ex beneficiariis du légat de la légion, l(egati) ou leg(ati) selon les cas ; ces derniers étaient par conséquent sous les ordres de Plotius Iulianus au moment de leur mise en retraite. Aucune attestation d’un BF COS n’apparaît dans cette liste, mais il n’est pas exclu que ce titre ait été perdu, vu l’état de conservation de la pierre, qui présente plusieurs lacunes à différents endroits. Signalons parmi les vétérans la présence de deux cornicularii, sans titre de supérieur, et celle d’un opt(io) rete(ntus) ad spem. Pour un bénéficiaire retentus : I 136 à Lambèse.

11CBI, 775 (à Lambèse, fin iie-iiie s.) : latercule de la légion III Augusta sur les 4 bénéficiaires mentionnés, on compte un anonyme bénéficiaire du légat, un bénéficiaire nommé L. Nonius Martialis dont le titre du supérieur est perdu, un autre P. Baebius Fortunatian(u)s dont le titre du supérieur n’est pas précisé – on connaît un homonyme (mais sans prénom) qui est bénéficiaire du tribun sexmestris dans l’inscription CBI, 784, l. 56) ; il est possible qu’il s’agisse du même personnage –, et un bénéficiaire du préfet (du camp de la légion), C. Iulius Severus.

12I 140 (à Lambèse, iie-iiie s.) : fragment de liste de noms de principales, généralement suivis du grade ou de la fonction, et de l’origine. Il est possible qu’il s’agisse de vétérans recevant leur honesta missio. Deux bénéficiaires figurent dans cette liste, l’un dont le titre du supérieur n’est pas précisé (l. 8 : [Dentil] ius Rogatus dupl(icarius) OIS BF ou dup(licarius) LOIS BF ; le gentilice de ce bénéficiaire n’est pas certain), l’autre étant un bénéficiaire (tribuni) lat(iclaui).

13CBI, 899 et 900 (à Rome, vers 205 et en 210 p.C.) : deux dédicaces de la Ve cohorte des vigiles. Les divers types de bénéficiaires ne sont pas les seuls avec un titre de supérieur. Parmi d’autres, citons les secutores d’un tribun et des cornicularii du préfet et du sous-préfet des vigiles. L’abréviation -Str(ibuni) est parfaitement visible sur l’inscription du côté droit de CBI, 899. Dans CBI, 901, l’abréviation -S-PR s’emploie en revanche pour désigner le subpraefectus (des vigiles). Plusieurs des secutores du tribun de la première liste ont été promus bénéficiaires du tribun, comme le montre la seconde liste.

2. Les bf ne sont pas les seuls soldats avec un titre de supérieur

14CBI, 576 (à Viminacium, en 195 p.C., latercule de la légion VII Claudia) : sur les 177 noms conservés des soldats mis en retraite – fragmentaires pour certains –, 33 étaient employés dans l’officium d’un officier, dont 8 ont été mis en retraite avec le titre de bénéficiaire : 3 bf c(onsularis), un bf s(emestris) ou s(ubpraefecti), un bf p(raefecti) ou p(rocuratoris), un bf tr(ibuni) et un bf dont le titre du supérieur n’est pas précisé. On trouve aussi un corniculaire du préfet ( ?) p(raefecti) dans la Ière cohorte, deux stratores cos dans la IIe cohorte (par la suite, d’autres stratores apparaissent sans titre de supérieur), un corniculaire du légat l(egati) dans la IVe cohorte.

15CBI, 733 (à Nicopolis, en 157 p.C.) : longue liste de mise en retraite de soldats de la légion II Traiana ne comptant que 4 principales cités : le premier cité est le corniculaire C. Vitulasius Crescens qui, comme le centurion et l’évocat, est mentionné en tête de l’inscription, avant les noms des militaires répartis par cohorte. Soulignons que le titre et le nom de du supérieur de ce corniculaire du préfet d’Égypte (et non du préfet du camp) sont exprimés dans l’énoncé de son titre, selon la pratique observée à plusieurs reprises chez les bénéficiaires. A celui-ci s’ajoute un cas particulier, un speculator pr(aefecti), qui doit être un speculator employé dans l’officium du gouverneur, et non pas dans celui du préfet du camp, où on n’en connaît aucun (Clauss 1973a, 65), puis 2 bénéficiaires du préfet rattachés à la VIIe cohorte et à la centurie de Flavius Severus pour le premier, à celle d’Aelius Sabinus pour le second. Il n’est pas clair s’il s’agit du préfet d’Égypte, dans l’officium duquel sont employés le corniculaire et le speculator, ou du préfet du camp, comme cela semble être le cas dans le document cité précédemment. L. Popilius Felix, le second de la VIIIe cohorte et de la centurie de Minicius Serenus, originaire de Carthage, est un homonyme d’un personnage connu à Lambèse comme bénéficiaire du préfet (CBI, 795).

16CBI, 778 : Annexe 1.3 (à Lambèse, en 198 p.C.) : fragment de latercule des soldats recrutés en 173 p.C. et mis en retraite en 198 par le gouverneur Q. Anicius Faustus ; ne mentionne que 4 soldats avec un titre particulier : deux corniculaires, dont l’un est dit au service d’un tribun, et deux bénéficiaires d’un tribun.

17CBI, 908 (à Rome, en 204 p.C.) : 2 fragments de latercules où les titres conservés sont rares : un optio dans la centurie, un corniculaire du tribun, un scriniarius, et un bénéficiaire du préfet. Le corniculaire et le bénéficiaire sont les seuls militaires à porter dans leur titulature un titre de supérieur.

3. Aucun des soldats ne porte le titre d’un supérieur

18CBI, 880 (à Ravenne, iie-iiie s. p.C.) : liste fragmentaire contenant les noms de soldats de la flotte (l’équipage d’un bateau ?), classés par grades et cités en colonnes. Aucune mention ne précise le titre du supérieur des bénéficiaires ni de leurs collègues. Il y aurait au moins 7 gubernatores ou optiones, dans la partie perdue au début de la liste ; viennent ensuite les 7 fabri, 18 bénéficiaires (dont seuls 16 noms ont été conservés), puis 3 militaires porteurs d’un grade indéterminé se terminant au pluriel par – es, 5 uexillari, 2 cornicines, 3 tubicines, 6 bucinatores, 11 suboptiones et un nombre indéfini de munifices. Le contexte dans laquel cette liste a été dressée demeure incertain. Les bénéficiaires étaient-ils employés au service du préfet de la flotte ? Le bénéficiaire C. Titius [---] nus est peut-être un homonyme, comme le note Susini, de C. Titius Caelianus, originaire de Corsica, vétéran et option de la flotte de Ravenne (XI, 6741). L’identification demeure toutefois hypothétique.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search