Version classiqueVersion mobile

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Première partie. Les faits

Auguste et les Uchitani

Samir Aounallah

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier Le Glay 1990, 17-74.
  • 2 En Afrique, il est le fondateur de plusieurs colonies et municipes. Sur l’action de ce prince en A (...)
  • 3 Le Glay 1990, 51.
  • 4 Carthage mérite toutefois une précision. Dans différents travaux, D. Fischwick (en particulier, 19 (...)

1L’action d’Auguste dans l’Empire romain1, et plus particulièrement dans les provinces africaines2, n’est pas à démontrer. En effet, dans ses RGDA (16-17), Auguste s’est vanté d’avoir acheté à grands frais des terres en Italie et dans les provinces qui avaient servi à lotir les vétérans. Le testament du fondateur de l’Empire insiste sur le fait qu’il a été “de mémoire d’homme, le premier et le seul parmi ceux qui ont établi des colonies militaires en Italie ou dans les provinces” à procéder ainsi, par achat de terres, et non par expropriation autoritaire3. L’épigraphie africaine livre quelques témoignages éclairant cet aspect de la politique du prince en matière de colonisation et d’attribution des terres aux anciens soldats de l’armée romaine4.

2D’abord au pagus Fortunalis où on le voit doter ses vétérans de terres dans le territoire de Sutunurca :

  • 5 On doit observer que les développements ueter(anorum)-ueter(ani) sont possibles à la lumière du do (...)
  • 6 Maurin 1995, 111-113 (sans avoir pu revoir le texte) préfère restituer ciu(itate), mais A. Beschao (...)

3ILAfr, 301 ; Maurin 1995, 111-112 ; Beschaouch 1997, 102 : — Imp(eratori) Caes(ari), diui M(arci) Antonin[i] / Pii Germ(anici) Sarm(atici) f(ilio), diui Commod[i) / fratri, diui Pii nep(oti), diui Hadriani / pro(nepoti), diui Traiani Part(hici) abn(epoti), diui Neruae adn(epoti) / L. Septimio Seuero pio Pertinaci Aug(usto), Arab(ico), Adiab(enico), / Part(hico) max(imo), pont(ifici) max(imo), trib(unicia) pot(estate) IIII, imp(eratori) XI, / co(n)s(uli) III, proco(n)s(uli), p(atri) p(atriae), / ciues Romani pagani ueter.(5) pagi Fortunalis / quorum parentes beneficio diui Aug(usti) / [[--- 6]] Sutunurca agros acceperunt p(ecunia) p(ublica) f(aciendum) c(urauerunt).

“À l’empereur César fils de Marc Antonin le Pieux divinisé vainqueur des Germains et des Sarmates, frère de Commode divinisé, petit-fils du Pieux divinisé, arrière-petit-fils d’Hadrien divinisé, descendant de Trajan le Parthique divinisé, descendant de Nerva divinisé, Lucius Septimius Severus Pieux, Pertinax, Auguste, vainqueur des Arabes et des Adiabènes, vainqueur suprême des Parthes, souverain pontife, en sa 4e puissance tribunicienne, acclamé 11 fois imperator, consul 3 fois, proconsul, père de la patrie. Les citoyens romains et paysans (descendants) des vétérans du pagus de la Fortune dont les ancêtres ont reçu par un bienfait d’Auguste divinisé des terres à Sutunurca ont pris soin d’élever (cette base) aux frais publics”.

  • 7 Sur ces deux pagi voir en dernier lieu Maurin 1995, en particulier les pages 131 sq. où l’auteur n (...)
  • 8 AE, 1955, 202 = ILAlg. II, 4226 : Imp(eratore) Caesare Augusto dei[ui f(ilio)] VII[I], / T(ito) St (...)

4Cette dédicace à Septime Sévère, érigée par les membres du pagus Fortunalis, nous apprend surtout que ce pagus était d’origine augustéenne et qu’il fut taillé dans le territoire primitif de la cité pérégrine de Sutunurca, dont le chef-lieu est localisé par l’épigraphie à peu de distance au sud-est, environ 5-6 km à vol d’oiseau. Dans la même région, dans la vallée de l’oued Miliane, on trouve un autre pagus, le pagus Mercurialis ueteranorum Medelitanorum, qui doit aussi avoir les mêmes origines augustéennes que le pagus Fortunalis7. C’est aussi une opération semblable qui eut lieu, en 26 a.C., dans le pays de Cirta, au lieu dit Ksar Mhijiba8.

  • 9 Beschaouch 2004 (à paraître).

5L’action d’Auguste, en matière de distribution des terres en Afrique est, semble-t-il, évoquée par une autre inscription provenant d’Uchi Maius, dans le Nord-Ouest tunisien. L’inscription, connue depuis longtemps, mais incomplètement publiée, a été récemment relue par A. Beschaouch. En voici le nouveau contenu tel qu’il a été relevé récemment par notre collègue tunisien9 :

6CIL, VIII, 26274 ; ILTun, 1370 : Ex Aequitate Imp(eratoris) / Caes(aris) Aug(usti), Phileros / castellum diuisit / inter colonos / et Uchitanos termin(os) / que constituit.

“De par l’Équité de l’empereur César Auguste, Phileros a divisé le castellum entre les colons et les Uchitains et a fixé les limites (entre les deux collectivités).”

  • 10 Id. 1997, 104.
  • 11 Broughton 1929, 64.
  • 12 Gascou 1984, particulièrement la page 106.
  • 13 CIL, X, 6104 ; ILS, 1945 : M(arcus) Caelius M(arci) l(ibertus) Phileros, accens(us) / T(iti) Sexti (...)
  • 14 Voir nos remarques dans Aounallah 2003, 258-260.

7Malgré l’autorité de A. Beschaouch, cette nouvelle lecture pose des difficultés. Les corrections proposées portent sur les deux premières lignes dont on ne voyait auparavant que la fin de la seconde [---]ae[---]ileros ; la première ligne, très effacée, n’avait pas été lue. La pierre est dans l’ensemble très usée et la photo publiée par l’auteur10 ne permet toujours pas de trancher. En fait, la difficulté vient surtout de l’identité de Phileros et de la nouvelle lecture proposée pour la deuxième ligne. Car, depuis T. R. S. Broughton11 et J. Gascou12, on a souvent tendance à considérer comme une seule personne les deux Phileros attestés par notre inscription et par la célèbre inscription de Formiae qui donne l’ensemble de sa carrière13. Cette inscription détaille minutieusement la carrière africaine de Phileros ainsi que son statut social d’affranchi : M. Caelius M. l Phileros. Or la nouvelle lecture de Beschaouch, si elle est exacte, n’en donne que le cognomen, ce qui nous incite à croire que le Phileros d’Uchi Maius n’est peut-être pas le même que celui de Formiae14.

  • 15 L’Aequitas est très probable. Elle figure à Dougga sur CIL, VIII, 26487 : Mercurio [et] / Aequitat (...)
  • 16 CIL, VIII, 15450, 15455, 26270.
  • 17 Sur cette titulature, voir nos remarques dans Aounallah 1996, 1508-1510 et 2003, 259-260 ; divers (...)

8Peu importe, en définitive, l’identité du commanditaire de l’opération de la diuisio comme celle de la personne qui l’a exécutée. Peu importe aussi l’identité de la vertu invoquée pour la diuisio : l’aequitas, l’auctoritas, l’indulgentia ou la largitas, car là aussi la relecture de Beschaouch est peu assurée à cause de la forte usure de la pierre15. Le plus important pour notre propos est le rôle d’Auguste chez les Uchitani, clairement affiché par diverses inscriptions16 qui le désignent comme un des bienfaiteurs de la communauté, aux côtés de Marius et de Sévère Alexandre : Colonia Mariana Augusta Alexandriana Uchitanorum Maiorum. Placée ainsi, entre Mariana et Alexandriana, l’épithète Augusta constitue une référence manifeste à Auguste lui-même17.

9Cette constatation est désormais admise par les spécialistes, mais des hésitations subsistent encore sur deux questions essentielles : qui sont les coloni et les Uchitani ? Et quelles sont les conséquences du partage des terres du castellum sur l’une et l’autre communauté ? On le verra, les deux questions sont intimement liées.

  • 18 Ainsi CIL, VIII, 26252.
  • 19 État de la question dans Aounallah 2003, 259-260.
  • 20 Plin., Nat., 5.29.
  • 21 Desanges 1980, 26.
  • 22 Sur la vie municipale à Thugga, voir Aounallah 2003.
  • 23 Sur les oppida ciuium Romanorum, voir nos remarques dans les Actes du colloque de l’Africa Romana, (...)

10On croit généralement que les premiers sont les descendants des colons installés par Marius auxquels se sont peut-être ajoutés d’autres colons établis par César ou par Auguste lui-même. Ceux-ci formèrent le pagus des Uchitani Maiores connu par de nombreuses inscriptions18. À l’opposé, les Uchitani sont les pérégrins constitués, en même temps ou plus tard en ciuitas ou en castellum de statut pérégrin19. Or, en l’état des connaissances, le corpus uchitain ne contient aucune référence à une communauté pérégrine organisée et, peut-être, convient-il de renoncer définitivement à la rechercher. Notre hypothèse est confortée par Pline l’Ancien qui range Uchi Maius dans ce qu’il appelle les villes de citoyens Romains (oppida ciuium Romanorum20), terme qui, à notre avis, s’applique aux seules agglomérations de statut romain (pagi, municipes et colonies) et donc exclusivement peuplées de ciues Romani, même si à leur côté pouvaient cohabiter des pérégrins, qui auraient eu un statut inférieur, peut-être celui d’incolae ( ?). De cette liste officielle des oppida ciuium Romanorum, datant, comme on sait, du principat d’Auguste21, sont évidemment exclues les “communes doubles”, comme Thugga22, opposant pagi de citoyens Romains et ciuitates (ou castella ?) pérégrines23.

11Si donc on suit ce raisonnement, les Uchitani, au lendemain du partage des terres, ne pouvaient former la future ciuitas ou le futur castellum pérégrin relevant des Uchitani Maiores. Ils constituèrent uniquement le pagus Uchitanorum Maiorum, seule communauté attestée jusqu’ici par l’épigraphie locale. Son passé marien, comme le montre indéniablement sa titulature (colonia Mariana…), aurait incité Auguste à accorder la cité romaine à l’ensemble des Uchitani, pérégrins et descendants des colons de Marius, vivant ensemble depuis presque 80 ans. Le fondateur de l’Empire prenait ainsi acte d’une romanisation qui avait démarré dès 105 a.C., au lendemain de la victoire de Marius sur Jugurtha.

12Une preuve supplémentaire, décisive à notre avis, doit être versée à ce dossier et permet de conclure qu’Uchi Maius n’a été qu’une seule commune appelée tantôt pagus, tantôt respublica. En effet, la majorité des hommages publics, dédicaces impériales, religieuses ou autres, émanant de la collectivité uchitaine sont signés ainsi :

  • D(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) (CIL, VIII, 26241, sous Nerva, en 96-98)24.
  • Respub(lica) Uchit(anorum) Maior(um) (CIL, VIII, 26260..., sous Commode, en 180)25.
  • Uchitani Maiores, tout simplement (M. Khanoussi dans Uchi Maius, I, p. 105-107)26.
  • 27 Sur l’emploi du terme respublica dans l’épigraphie latine d’Afrique, voir Gascou 1979.
  • 28 Sur le statut de Dougga, voir Aounallah 2003.
  • 29 Beschaouch 2002.

13Les mentions neutres et datées d’avant la promotion coloniale d’un decretum decurionum, d’une pecunia publica, d’une respublica des Uchitani Maiores, ne laissent à notre avis aucun doute sur le fait que nous sommes en présence d’une seule communauté relevant de l’ensemble des Uchitani Maiores, c’est-à-dire le pagus, seule collectivité attestée jusqu’ici par l’épigraphie locale27. Il ne peut y avoir de confusion, comme le montre indéniablement l’exemple du pagus et de la ciuitas de Thugga : ici, et bien avant la constitution du municipe en 205, les hommages publics sont signés soit par le pagus, soit par la ciuitas. Mais lorsque les deux collectivités sont impliquées, on rencontre les expressions comme pagus et ciuitas dedicauerunt..., uterque ordo, decuriones utriusque ordinis..., mais jamais la respublica des Thuggenses28. Ces précisions ruinent donc la thèse de A. Beschaouch qui continue obstinément à faire d’Uchi Maius un cas de double communauté, un pagus de citoyens romains et un castellum indigène, et qui vient de surcroît de nous proposer un schéma absolument inacceptable de la titulature coloniale de la ville : colonia Mariana Augusta Alexandriana qui serait le résultat de la fusion de la colonie Alexandriana (ancien castellum) et du pagus (Marianus Augustus) détaché définitivement et complètement de Carthage sous Gordien III29.

14Revenons aux coloni. En face des Uchitani, les colons (coloni), citoyens romains, ont aussi reçu des terres dans le territoire du castellum Uchitanorum. Leur territoire doit donc se trouver dans les environs immédiats de celui des Uchitani. Dans cette région, nous ne voyons que le site d’Uchi Minus qu’une nouvelle inscription latine, récemment publiée par M. Khanoussi, permet de localiser au lieu-dit Henchir el Khima, à environ quatre kilomètres au sud-ouest d’Uchi Maius.

15Le texte est gravé sur une plaque calcaire (59 x 83 x 8,5) incomplète en haut et à droite, mais sa restitution ne pose aucune difficulté majeure, sauf pour le chiffre des puissances tribuniciennes, ce qui empêche donc de dater ce texte avec précision :

16Khanoussi 2002, texte aux pages 326-328 — Frugifero Au[g. sac.] / Pro salute Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli S[eueri Alexandri] / Pii, Felicis, Augusti, pont(ificis) max(imi), tr[ib(unicia) pot(estate) ? cos. ? p. p. et] / Iuliae Mammaea Aug(usta) matri[s Augusti] / et senatus et castror[um --- ?], / respublica / Uchiminensi[s vel –um, aedem] / uetustate dilapsam rest[ituit--- ?].

“Consacré à Frugifer Auguste, pour le salut de l’empereur... la respublica d’Uchi Minus a restauré ce temple dégradée par la vétusté”.

  • 30 Nous avons consacré une mise au point sur le statut des oppida ciuium Romanorum dans les Actes du (...)

17Nous apprenons par cette dédicace religieuse pour le salut de Sévère Alexandre et de sa mère que la ville d’Uchi Minus a restauré à ses frais le temple (ou un de ses compartiments) vieilli de Frugifer. Le statut de la ville n’est pas précisé, mais nous savons que Pline l’Ancien dans sa description de l’Afrique (5.29) qui constitue notre unique source littéraire sur cette localité, la range dans la catégorie des quinze villes de citoyens Romains au même titre que son aînée et voisine Uchi Maius : oppida ciuium Romanorum XV… Uchitana duo, Minus et Maius. Cette précision plinienne autorise, en l’état actuel des connaissances que nous livre pour l’essentiel la documentation épigraphique, de classer Uchi Minus soit parmi les pagi de citoyens Romains, soit parmi les municipes de citoyens Romains, soit enfin parmi les colonies romaines. Or nous devons observer, et cela a été remarqué par Serge Lancel dans son intervention à la suite de la communication de M. Khanoussi, qu’à la différence d’Uchi Maius, Uchi Minus est absente sur les listes épiscopales : “Il n’y avait évidemment pas place pour une autre chaire épiscopale à si peu de distance”. Détail qui, de notre point de vue, semble indiquer l’importance d’Uchi Maius par rapport à sa cadette qui n’a vraisemblablement jamais été une ciuitas romaine : il est donc fort probable que l’oppidum ciuium Romanorum des Uchitani minores ait toujours été un pagus (ou un vicus ?) qui n’a jamais accédé au rang de municipe ou de colonie30.

18Revenons à notre propos et à la synonymie coloni = Uchitani minores que nous voudrions proposer. Celle-ci, on le sait, ne repose sur aucune preuve. Mais on doit noter qu’au moment du partage, Uchi Minus n’existait pas, car seuls les Uchitani sont évoqués par la borne de Phileros. Ce qui veut dire, qu’au même moment, les Uchitani formaient une seule communauté, une seule respublica et un seul populus : si Uchi Minus avait existé, on aurait évité la confusion en précisant que le partage a lieu chez les Uchitani Maiores.

19Le résultat de ce partage nous semble donc le suivant :

  1. En divisant le castellum Uchitain entre deux collectivités, d’un côté les coloni, de l’autre les Uchitani, Auguste créa deux communautés juridiquement distinctes et séparées.
  2. La première, celle des Uchitani organisés au départ en castellum pérégrin peuplé d’Africains et de descendants des colons de Marius, transformée en pagus relevant de la colonie romaine de Carthage. Il s’agirait, si notre hypothèse est juste, d’une nouvelle forme de promotion juridique jusqu’ici inconnue.
  3. La deuxième, celle des coloni, qui fait suite à une déduction de colons citoyens romains : un oppidum ciuium Romanorum, suivant l’expression de Pline, peut-être un pagus, peut-être un municipe romain, peut-être enfin, une colonie romaine.
  4. Le nouvel oppidum, fixé sur le territoire uchitain, prit le même nom, Uchi. Mais pour des raisons administratives évidentes, il fallait distinguer les deux villes. La plus ancienne, celle des Uchitani, ajouta à son nom l’adjectif Maius : Uchi Maius ; la plus récente, celle des coloni, s’appela Uchi Minus.

20Avec leurs toponymes composés d’un nom africain, Uchi pour les deux, et d’un adjectif latin, Maius et Minus, nos deux agglomérations apparaissent dès leur fondation et donc dès le principat d’Auguste, comme des communautés parfaitement africo-romaines.

Bibliographie

Bibliographie

Aounallah, S. (1996) : “Castella et civitates dans le pays de Carthage romaine”, in : L'Africa Romana, Atti dell XI Convegno di Studio, Carthagine (15-18 décembre 1994), 1505-1512.

——— (2003) : “Notes sur la société et les institutions de Thugga, des origines jusqu’à la formation du municipe” avec en appendice “Colonia Mariana Augusta Uchitanorum Maiorum” : nouvelles remarques sur le statut d’Uchi Maius à la lumière des récentes découvertes épigraphiques, in : Bost et al. 2003, 247-261.

Beschaouch, A. (1997) : “Colonia Mariana “Augusta” Alexandriana Uchitanorum Maiorum, trois siècles et demi d'histoire municipale en abrégé”, in : Khannoussi & Mastino 1997, 97-104.

——— (2004) : “L’histoire municipale d’Uchi Maius, ville africo-romaine à double communauté civique”, CRAI, 2002, 1197-1214.

——— (2004) : “Uthina et l’Équité d’Auguste”, Oudhna (Uthina), colonie de vétérans de la XIII légion. Histoire, urbanisme, fouilles et mise en valeur des monuments, sous la direction de H. ben Hassen et L. Maurin, INP-Ausonius Éditions, 15-22.

Bost, J.-P., J.-M. Roddaz et F. Tassaux, éd. (2003) : Itinéraire de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à Louis Maurin, Ausonius Mémoires 9, Bordeaux.

Broughton, T. R. S. (1929) : The romanization of Africa Proconsularis, Baltimore (réimp. à New York en 1968).

Desanges, J. éd. et trad. (1980) : Pline l'Ancien, Histoire Naturelle. Livre V, 1-46. L'Afrique du Nord, CUF, Belles Lettres, Paris.

Fishwick, D. (1995) : “De la Carthage punique à la Carthage romaine. La levée de l’interdit”, in : L'Afrique du Nord antique et médiévale, 6e colloque internationale (Pau, 1993), 235-245.

Gascou, J. (1979) : “L’emploi du terme respublica dans l’épigraphie latine d’Afrique”, MEFRA, 91, 383-398.

——— (1982a) : “La Politique municipale en Afrique du Nord, I. De la mort d'Auguste au début du iiie siècle”, ANRW, II. 10.2, 139-229.

——— (1982b) : “La politique municipale de Rome en Afrique du Nord II. Après la mort de Septime Sévère”, ANRW, II. 10.2, 230-320.

——— (1984) : “La carrière de Marcus Caelius Phileros”, AntAfr, 20, 105-120.

——— (2002) : “Sur la découverte, dans le Nord-ouest tunisien, d’Uchi Minus, oppidum augustéen”, CRAI, 325-332.

Lancel, S. (1990) : “Évêchés et cités dans les provinces africaines (iiie-ve siècles)”, in : L’Afrique dans l’occident romain, ier siècle av. J.-C-ive siècle ap. J.-C., Coll. EFR 134, 273-290.

Lassère, J.-M. (1977) : Ubique Populus. Peuplement et mouvements des populations dans l'Afrique romaine de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères (146 a. C.-235 p. C.), Paris.

Le Glay, M. (1990) : Rome, grandeur et chute de l’Empire, Paris.

Maurin, L. (1995) : “Pagus Mercurialis veteranorum Medelitanorum : Implantations vétéranes dans la vallée de l'oued Miliane. Le dossier épigraphique”, MEFRA, 107, 971-1035.

Saint-Amans, S. (2004) : Topographie religieuse de Thugga (Dougga), ville d’Afrique proconsulaire (Tunisie), Ausonius Scripta Antiqua 9, Bordeaux.

Notes

1 Voir en particulier Le Glay 1990, 17-74.

2 En Afrique, il est le fondateur de plusieurs colonies et municipes. Sur l’action de ce prince en Afrique voir en particulier Lassère 1977, 201-233 et Gascou 1982a, 141.

3 Le Glay 1990, 51.

4 Carthage mérite toutefois une précision. Dans différents travaux, D. Fischwick (en particulier, 1995) a soutenu que le renforcement de la colonie de Carthage, généralement attribué à Octave, en 29 a.C. (D.C. 52.43.1) n’a pu se produire avant 12 a.C., c’est-à-dire lorsqu’il devint pontifex maximus et donc investi de l’autorité religieuse en vertu de laquelle il pouvait annuler l’interdit et la malédiction qui frappaient le sol d’une bonne partie de la ville. On doit cependant constater que l’épigraphie carthaginoise s’oppose à cette thèse puisque la titulature de la colonie, attestée par de nombreuses inscriptions, ne fait aucune référence à Auguste. Cette titulature, souvent abrégée en CCIK, se développe comme on sait en colonia Concordia Iulia Karthago. Un bienfait d’Auguste, s’il a eu lieu, aurait certainement été marqué comme cela s’est produit à Chimtou, dite colonia Iulia Augusta Simitthu.

5 On doit observer que les développements ueter(anorum)-ueter(ani) sont possibles à la lumière du dossier épigraphique du pagus Mercurialis qui se trouve justement au voisinage de notre localité : la dédicace (Maurin 1995, 102-103) à Pertinax est faite par les pagani pagi Mercurial(is) ueterani Medeletan(i) ; mais une autre (C. 885), provenant du même endroit et dédiée à Julia Domna, est signée ex decreto paganor(um) pagi Mercurialis ueteranorum Medelitanor(um).

6 Maurin 1995, 111-113 (sans avoir pu revoir le texte) préfère restituer ciu(itate), mais A. Beschaouch affirme avoir déchiffré les lettres cast(ello). Dans un cas, comme dans l’autre, le martelage devait effacer une erreur relative au statut de Sutunurca commise par le lapicide.

7 Sur ces deux pagi voir en dernier lieu Maurin 1995, en particulier les pages 131 sq. où l’auteur note que ces deux pagi “s’inscrivent dans le cadre d’une active politique de colonisation augustéenne dans le nord-est de l’Africa, qui, dans la moyenne vallée de l’oued Miliane où nous sommes, comprit aussi la fondation de la colonie d’Uthina”.

8 AE, 1955, 202 = ILAlg. II, 4226 : Imp(eratore) Caesare Augusto dei[ui f(ilio)] VII[I], / T(ito) Statilio Tauro iterum co(n)s(ulibus). / L(ucius) Iulius Arrenus, IIuir, / agros ex d(ecreto) d(ecurionum) / coloneis adsign(auit).

9 Beschaouch 2004 (à paraître).

10 Id. 1997, 104.

11 Broughton 1929, 64.

12 Gascou 1984, particulièrement la page 106.

13 CIL, X, 6104 ; ILS, 1945 : M(arcus) Caelius M(arci) l(ibertus) Phileros, accens(us) / T(iti) Sexti imp(eratoris) in Africa, Carthag(ine) aed(ilis), praef(ectus) / i(ure) dicundo uectig(alibus) quinq(uennalibus) locand(is) in castell(is) LXXXIII, / aedem Tell(uris) s(ua) p(ecunia) fec(it), II uir Clupiae bis, Formis / August(alis), aedem Nept(uni) lapid(ibus) uari(is) s(ua) p(ecunia) ornau(it), Fresidiae, N(umerii) l(ibertae), Florae, uxori uiro opseq(uentissimae), / Q(uinto) Octauio (mulieris) l(iberto) Antimacho, karo amico : “Marcus Caelius Phileros, affranchi de Marcus, appariteur de Titus Sextius imperator en Afrique, édile à Carthage, préfet pour dire le droit, chargé d'affermer les impôts quinquennaux (pour une durée de cinq ans) dans les 83 castella, a fait construire à ses frais un temple de Tellus (à Carthage) ; (il a été) deux fois duumvir à Clipea, Augustal à Formiae (où il) a orné à ses frais le temple de Neptune de pierres différentes. À Fresidia Flora, affranchie de Numerius, épouse très obéissante à son mari (et) à Quintus Octavius Antimachus, affranchi de sa femme (et son) cher ami”.

14 Voir nos remarques dans Aounallah 2003, 258-260.

15 L’Aequitas est très probable. Elle figure à Dougga sur CIL, VIII, 26487 : Mercurio [et] / Aequitati Aug(usti) [sacr(um)], / P(ublius) Selicius [---] (cf. en dernier lieu Saint-Amans 2004, 96-98 et 338) et sur une inscription d’Oudhna, datable des premières décennies de l’empire, publiée par Beschaouch 2004.

16 CIL, VIII, 15450, 15455, 26270.

17 Sur cette titulature, voir nos remarques dans Aounallah 1996, 1508-1510 et 2003, 259-260 ; divers travaux de A. Beschaouch, en particulier 1997, 98-102.

18 Ainsi CIL, VIII, 26252.

19 État de la question dans Aounallah 2003, 259-260.

20 Plin., Nat., 5.29.

21 Desanges 1980, 26.

22 Sur la vie municipale à Thugga, voir Aounallah 2003.

23 Sur les oppida ciuium Romanorum, voir nos remarques dans les Actes du colloque de l’Africa Romana, 16, Rabat, décembre 2004.

24 Saturno Aug. / pro salute Imp. Neruae / Q. Vruinius Q. lib. Callistus / templum a solo d. d. p. p. f.

25 AE, 2002, 1732 : Imp. Caes. L. Aure [lio Com] modo Aug. / Imp. Antonini Aug. filio diui Pii nepoti / diui Hadriani pronepoti diui Traiani Parthici abnepoti diui Neruae atnepoti / Germanico Sarm [a] t [ic] o, trib. pot. IIII, imp. IIII, / cos II, p. p. / res publica Uchitanorum Maiorum sua pecunia / fecit itemque dedicauit d. d. Date 179.

26 L. Tadio L. f. Hor. / Vero Caeciliano / praef. i. d., aedili, q., / eq. pub. et in quinq. / decurias adlec., / sac. ann. CLXXX, / Uchitani Maio/res patrono ob merita. Date entre 137-141.

27 Sur l’emploi du terme respublica dans l’épigraphie latine d’Afrique, voir Gascou 1979.

28 Sur le statut de Dougga, voir Aounallah 2003.

29 Beschaouch 2002.

30 Nous avons consacré une mise au point sur le statut des oppida ciuium Romanorum dans les Actes du colloque de l’Africa Romana qui a eu lieu à Rabat en décembre 2004. Sur le rapport entre cités et évêchés africains, voir Lancel 1990, qui constate à la page 276, que le nombre des cités excède celui des évêchés notamment en Proconsulaire. La naissance des évêchés s’explique, selon lui, par des facteurs complexes, en particulier par la rivalité des deux églises antagonistes, catholique et donatiste.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search