Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Annexe 1

Texte intégral

Supplément épigraphiqhe

1Les documents figurant dans cette liste sont classés selon la distribution géographique des provinces qui correspond à celle du CBI. Il ne nous a pas semblé judicieux en revanche de suivre le sous-classement selon le type de support, tel qu’il apparaît dans le CBI, auquel nous avons préféré le regroupement selon les sites de provenance des textes, qui facilite l’exploitation et l’analyse du matériel.

Toutes les références citées dans l’Annexe ne figurent pas systématiquement dans la bibliographie.

2Cette liste se compose de plusieurs parties qui se présentent de la manière suivante :

1. Liste des suppléments épigraphiques au CBI1

  • 1 Voir aussi le compte rendu de Haensch 1995b, part. p. 806-819, avec de nombreux compléments épigra (...)

1. a (1 à 153b) :

Les documents publiés, à caractère certain (176 documents)

p. 342-364

1. b. (154 à 160) :

Les documents encore inédits (9 documents)

p. 364-366

1. c. (161-198) :

Les documents incerti et incertissimi (41 documents)

p. 366-373

Il s’agit des documents qui peuvent être retenus comme ceux de beneficiarii, mais qui présentent divers degrés d’incertitude (restitution partielle ou totale du titre de bénéficiaire, problèmes d’établissement du texte et d’interprétation). Dans la mesure où les éditeurs du CBI ont intégré dans leur corpus certaines inscriptions où le titre BF était restitué ou douteux (e. g. 188, 189, 246, 307 etc.), il aurait été légitime de discuter des cas similaires qui n’ont pas été retenus, ou de présenter les critères de sélection des documents.
Les références précédées d’un astérisque signalent les documents incertains.
Les textes ne sont pas donnés en entier. Seuls sont mentionnés pour les documents sûrs (1. a et 1. b) le nom et le titre du bénéficiaire et de son supérieur, lorsqu’ils sont connus, ainsi que le type d’inscription, avec un commentaire, lorsqu’il a paru utile.
Les numéros soulignés correspondent aux publications postérieures à celle du CBI. Dans les notes, les renvois aux documents se présentent sous la forme suivante : I xx.
Les renvois aux sections 2 et 3 se présentent sous la forme suivante : CBI, xx : Annexe 1.2 ou CBI, xx : Annexe 1.3.

2. Inscriptions du CBI de caractère incertain (*) ou à éliminer (**)

p. 373-375

3. Précisions, commentaires, compléments ou corrections apportés au CBI

p. 375-395

1. a Les documents publiés, a caractère certain

BRITANNIA

  • 2 Les éditeurs proposent la lecture [D(is) M(anibus)]/[.] [ ?Matu]rius M(arci)/[f(ilius) Cl(audia) ? (...)

31. Isca (Caerleon)
M. W. C. Hassall - R. S. O. Tomlin, Britannia, 19, 1988, p. 490 no 4 (photo Pl. 31) (fin ier-iie s. p. C.)
Fragment droit d’inscription funéraire d’un soldat originaire de Cimiez (près de Nice), [---] rius [M(arci) f(ilius)---]cus Cem(eneli) [---] II (h)eres / [---] VI bf2 leg(ati).

  • 3 Mis au jour dans le même lieu : CBI, 18.
  • 4 -B-, alors que l’exemple de Brough-under-Stainmore (CBI, 6) présente l’abréviation BF. Dans les de (...)

42. Piercebridge3
M. W. C. Hassall - R. S. O. Tomlin, Britannia, 22, 1991, p. 302-303 no 33 (fac. -sim. fig. 8 p. 303) ; AE, 1991, 1143.
Sceau en plomb ; avers, dans un cadre ovale : BF4 c(onsularis) ; revers, dans un cadre rectangulaire : EX vraisemblablement pour ex(pediuit).

  • 5 Voir CBI, 11 (iiie s. p. C.). Pour une 3e mention d’un bénéficiaire dans une tablette de Vindoland (...)
  • 6 Les 6 modii (l’ensemble de la livraison s’élève à 320,5 modii) correspondent à 40 kg de blé. La ra (...)
  • 7 Le titre beneficiarius, incomplètement conservé, n’est pas abrégé ici ; celui de son supérieur n’e (...)

53a Vindolanda (Chesterholm)5
Tab. Vindol., II, 180 l. 18 ; Bowman 1994, no 6 (c. 104-120 p. C.)
Tablette datant du 6/11 au 26 septembre des années entre 104 et 120 p. C. Elle a été retrouvée dans la zone de l’ancien praetorium, occupée durant cette période par les barraquements dans lesquels se trouvaient les quartiers des centurions ou options. Elle contient une comptabilité de blé (ratio frumenti). On y apprend notamment que 6 modii6 ont été remis à un bénéficiaire dont le nom commence par LV[---]7.

  • 8 Le texte de cette pétition adressée probablement au gouverneur est incomplet. Il fait allusion à d (...)

63b Vindolanda (Chesterholm)
Tab. Vind., II, 344 I l. 10 - Bowman 1994, no 33 - AE, 1994, 1133a (c. 104-120 p. C.)
Tablette sur laquelle est conservé le brouillon d’une pétition adressée probablement au gouverneur, peut-être suite à une première tentative (vaine ?) auprès d’un beneficiarius, le préfet de la garnison étant indisposé, et auprès de centurions8.

73c Luguvalium (Carlisle)
Tomlin 1998, 53 no 6.
Fragment de tablette inscrite à l’encre sur laquelle sont conservées les lettres ficiar, soit probablement [bene]ficiar[i---].

  • 9 Du même site, CBI, 7 : Annexe 1.3, en 191 p. C.
  • 10 S’agit-il d’un bénéficiaire du gouverneur, la présence d’une station étant confirmée dans l’épigra (...)

84 Cataractonium (Thornbrough-on-Swale près de Catterick)9
CIL, VII, 272 ; JRS, 12, 1922, p. 279 no 3 (dessin Pl. X, 1) ; RIB 2 , 726 ; cité par Birley 1953, 84 n. 70.
Autel votif dédié à la dea Suria par un BF. L’écriture est proche de la cursive. Le nom ressemble à quelque chose comme Gaio ou Saio, qui semble préférable à des tria nomina sous une forme abrégée, G(aius) N(---) O(---). Le titre du supérieur n’est pas précisé10.

LUGDUNENSIS

  • 11 Voir CBI, 27-37.
  • 12 Pour des représentations de cette hasta : Espérandieu 1910, 1785 (photo) ; Ritterling 1919, 17-18 (...)

95. Lugdunum (Lyon)11
CIL, XIII, 1909 (dessin)12
Relief (iie -iiie s. p. C.) avec lance à deux yeux et à l’intérieur de chacun d’eux les lettres B et F.

  • 13 Découvert à 5 km à l’est de Chalon-sur-Saône et à 4 km au sud de Sassenay.

106. (Chatenoy le Royal13 près de Chalon-sur-Saône)
CIL, XIII, 2612b ; RIB, II. 1, 2404.72b
Lingots de plomb en deux parties de 86,3 kg chacune, sur une partie desquelles des lettres sont produites en relief lors de la fonte, au moyen de matrices gravées dans le moule, alors que sur l’autre, des lettres sont imprimées à froid avec une estampille : LEG XX BFLIDOC, caractères inversés, soit probablement b(ene)f(iciarius) l(egionis) I Doc(cius ?).

ALPES POENINAE

  • 14 Découvert en 1893 lors des fouilles de la mansio destinée à abriter les voyageurs franchissant le (...)

117a. Summus Poeninus (Grand St-Bernard)14
I. Ital., XI. 1, 70 ; Howald & Meyer 1941, 79 ; Walser 1984, 98, 16
Inscription votive (iie-iiie s. p. C.) conservée au Musée de l’Hospice du Grand St-Bernard. Elle se présente sous la forme d’une plaquette votive dédiée à I(oui) Peonino ( !) par Iul(ius) Fortunatus, bf cos.

ALPES GRAIAE ET POENINAE

  • 15 L’hypothèse selon laquelle le militaire pourrait être un vétéran a été discutée par les auteurs (p (...)

127b. Forum Claudii Vallensium (Martigny)
Nelis-Clément & Wiblé 1996 - AE, 1996, 98515
Stèle avec inscription funéraire du iiie s., découverte en 1992, érigée de son vivant pour son épouse et pour lui-même par Aurelius Maximianus, un ancien bénéficiaire (ex beneficio ou ex benefici<ari>o) de la légion VIII Augusta, nommé Représentation du défunt et de son épouse (avec deux enfants ou esclaves ?) et décor d’armes avec lance ou étendard à deux yeux du type de Flobecq.

GERMANIA INFERIOR

  • 16 Voir CBI, 60-72 ; 74.
  • 17 Découvert à St-Géréon comme CBI, 60 et 70 (Atrium pilier 36). Voir aussi (atrium aile nord) l’aute (...)

138. Colonia Claudia Ara Agrippinensium (Cologne)16
Galsterer 1987, 99 no 25 (photo fig. 24) (iie-iiie s. p. C.)
Fragment d’inscription votive17 élevée par deux bénéficiaires du gouverneur, Q. Iul(ius) Prisc[us] / [et. ] Sera[nius] / [---] us BBF[F COS]

148a. Provenance inconnue. Retrouvé hors contexte à Zennewijnen près de Tiel, en Hollande, et conservé à Leyde, au Rijksmuseum van Oudheden Inv. Nr. 1930/12.1.
A. Oxé, Oudheidkund. Mededeel., 1931, 5 - AE, 1933, 157 ; Nesselhauf 1938, 256 (révision) ; Birley 1988, 428 n. 55 (révision) ; P. Stuart, Provincie van un Imperium, Leyde 1986, 39-40. Autel votif consacré à l’époque de Sévère Alexandre à une Diane locale par un bénéficiaire d’un tribun de la légion XXX V. V stationnée à Xanten-Vetera. Un examen de la photo permet de confirmer la proposition de Birley selon lequel le dédicant est bien un -B-F tribuni, et non pas un tribun comme le pensait encore Stuart 1986. Nous reviendrons plus en détail sur ce document ailleurs.

GERMANIA SUPERIOR

  • 18 Voir CBI, 118-135.
  • 19 Base avec des traces de clous servant à fixer la statue de Mercure découvert en 1940 à Mayence sur (...)

159. Mogontiacum (Mayence)18
G. Behrens, MZ, 35, 1940, p. 82 no 5 (dessin fig. 7 et photo Pl. 12. 2) - AE, 1941, 110 ; H. Nesselhauf & H. Lieb, Ber. RGK, 40, 1959, 163 (fin iie -iiie s. p. C., 1er août) :
Base de statue de Mercure en l’honneur de la Domus Diuina avec donation de 1 000 deniers19 par Amatorius Peregrinus en faveur des bénéficiaires du légat de la légion, BBF. F lega(ti).

  • 20 Signalé par B. Stümpel, Mainzer Zeitschrift, 77-78, 1982-1983, p. 202.

16En provenance de Mayence : un bloc de calcaire anépigraphique avec représentation d’une gravure décorative représentant une lance stylisée du type dit lance de bénéficiaires (voir supra le relief de Lyon) : G. Rupprecht, Mainzer Zeitschrift, 83, 1988, p. 273 ; photos fig. 4-520 - AE, 1990, 744.

  • 21 Inscription citée par P. Herz, ZPE, 22, 1976, p. 196 n. 21 et R. Wiegels, Fundber. Baden-Württembe (...)
  • 22 Tous les autels de bénéficiaires datés du 15 juillet, entre 182 et 212 p. C. proviennent de German (...)

1710. Ad Fines (Vinxtbach) ?21
Wiegels 1992 ; Wiegels 1995, 539.
Autel découvert en remploi à Neustadt an der Wied (15 juillet22 207 p. C.)
Inscription votive d’Ar[c] ius Seuerus, bf cos, rattaché à la légion XXII Primigenia, et de son épouse Vervicia Candida, pro salute (sua) et.... patris sui et suorum.

RAETIA

  • 23 Pour l’inscription funéraire d’un vétéran ancien bf cos, dans la capitale de la Rhétie, voir CBI, (...)
  • 24 La même année, à Mayence, Terentinius Senecio, bénéficiaire du gouverneur de Germanie Supérieure, (...)

1810b. Augusta Vindelicum (Augsbourg)23
L. Bakker, Figürliche Bronzen und Beneficiarier-Inschrift : Neufunde aus Augusta Vindelicum, Das archäologische Jahr im Bayern 1996, part. 116-119 ; AE, 1996, 1181.
Autel votif, daté des ides de décembre 194 p. C., découvert en 1996 en remploi dans un édifice d’époque tardive (milieu ou fin du IVe s.) du sud d’Augsburg. L’inscription présente plusieurs éléments originaux et intéressants (l’épithète de Minerve, la date des ides de décembre, l’expression du contexte de la célébration) : [IOM] / Junoni Reginae Mi/neruae Doctrici / Marti et Victoriae24 / M. Montan(ius) Celer / missus honesta / missione ex b(ene)f(iciario) co(n)s(ularis) / quod mil(es) susceperam / uotum s(oluit) l(ibens) lae(tus) m(erito) / d(edicauitque) id(ibus) Dec(embribus) imp(eratore) Seue/ro et [[Albini Caes(are)]] II co(n)s(ulibus).

NORICUM

  • 25 Voir aussi CBI, 270. Nous devons cette référence à Rudolf Haensch.

1910c. Santicum (St. Martin, Villach)25
M. Fuchs et E. Weber, Fundberichte aus Österreich, 35, 1996, 492 (photo ; dessin).
Inscription funéraire (2 fragments d’une plaque avec vestiges de représentation d’un génie funéraire ?), découverte en 1992, au cours de la réorganisation de la cour paroissiale de St-Martin (iiie s. p. C.).
C. Finit[ius - c. 5 - ] ex b(ene)f(iciario) co(n)[s(ularis)---] Satur[ninus] et Finit[us filii]eius pa[tri pos(uerunt)].

2011. Lentia (Linz)
CIL, III, 5689 (début-milieu iie s. p. C.) :
Fragment d’inscription funéraire d’un vétéran [e] x BF proc(uratoris).

PANNONIA SUPERIOR

2111a Carnuntum (Bad Deutsch - Altenburg)
Noll 1977, 289-294 (non uidi) ; signalé par Clauss 1992, 157.
Inscription votive à Mithra (iie-iiie s.) de Val(erius) Syrianus, bf.

  • 26 Une telle datation est suggérée par l’absence du cognomen (voir par ex. CBI, 430 en Dalmatie : L. (...)
  • 27 A Ampelum en Dacie, CBI, 565, le bf proc. Satrius Felix, en poste dans cette région minière, consa (...)
  • 28 Le M et le B se superposent ; selon les éditrices, le B de b(eneficiarius) aurait été rajouté pour (...)
  • 29 Pour un bf proc. en Norique nommé L. Messius Frontinus, voir CBI, 223. Lucius peut également être (...)

2211b Carnuntum (Petronell)
Kremer & Römer-Martijnse 1987, 105-114 (photo et dessin) ; Jobst 1992, 444-445 n. 80 - AE, 1992, 1429.
Inscription votive sur un socle en bronze (chapiteau de candélabre ?) surmonté d’une coupe votive ornée de quatre dauphins dans la partie supérieure et de quatre aigles dans la partie inférieure (fin ier -début-milieu du iie s. ?26 ; Inv. n. 21306/84) découvert en 1984 dans le contexte des fouilles de Carnuntum. Sur ses 4 faces figure, marquée au poinçon, l’inscription parfois difficilement lisible qui serait la suivante : Do/mi[n]o27 f[ier]i ut pactus / ius<s> it uisu L(ucium) Mes(s)ium / m(ilitem ?)28 b(eneficiarium) cos legio(nis) ---29.

  • 30 Pour un titre comparable, voir CBI, 895 et CBI, 600, avec CBI, 21 : Annexe 1.3 ; sur cette questio (...)

2311c. Carnuntum (Bad Deutsch - Altenburg)
W. Jobst, Carnuntum Jahrbuch 1986, p. 231-232 (photo) – AE, 1992, 1402.
Inscription funéraire (prov. de la région des canabae) (iie moitié du ier s. après 68 p. C., selon l’auteur ; peut-être début du iie s.) de Q. Varius Q. f. Cl(audia) Sabinus Sau(aria), soldat de la légion I Ad(iutrix), originaire de Sauaria, b(eneficiarius) leg(ati) co(n)s(ularis)30 décédé en service, à l’âge de 35 ans, après 17 années de service.

PANNONIA INFERIOR

  • 31 Au sud de Brigetio et de Crumerum, sur le tracé de la voie reliant Brigetio et Gorsium, et à l’oue (...)
  • 32 Le style de grands tombeaux tels que celui-ci, souvent élevés par des Orientaux, fait penser à la (...)

2412. (Mor)31
E. Toth, Alba Regia 14, 1972, no 3 p. 268 (dessin fig. 3 p. 269 et photo fig. 3 p. 272 ; E. Toth, Annales Musei Agriensis, 8-9, 1971-1972, no 3 p. 49 ; AE, 1972, 440 (1ère moitié du iiie s. p. C.).
Fragments de l’inscription funéraire de M(arcus) Aurelius Do[---], ueter(anus) ex benef(iciario) co(n)[s(ularis)]32.

  • 33 Découvert en 1934 en remploi dans un des piliers de de la tour de garde. Sur ce site, légèrement a (...)
  • 34 Connu par les notes de L. Nagy, Budapest Története (“Histoire de Budapest”), 1, Budapest 1942, p.  (...)

2513. (Budakalasz)33
RIU, 3, 933 (225 p. C.)
Inscription votive d’un bf anonyme de la légion II Adiutrix, aujourd’hui détruite34.

  • 35 Voir CBI, 366-391.
  • 36 Ce bénéficiaire d’un préfet de la légion II Adiutrix aurait accompli dix-neuf stipendia, ce qui mo (...)

2614. Aquincum (Budapest)35
V. Kuzsinszki, Aquincum. Ausgrabungen und Funde, Budapest 1964, p. 177 no 327 (non uidi)36.
Inscription funéraire de P(ublius) Ael(ius) Victorinus, bénéficiaire d’un préfet de la légion II Adiutrix.

  • 37 Pour un homonyme C. Iulius Candidianus, bf leg leg I Adiutrix (peut-être s’agit-il du même personn (...)

2715a. Aquincum (Budapest)
V. Kuzsinszki, op. cit., p. 201 no 284 (non uidi) ; Dobó 1975, 156.
Inscription funéraire de [Iul(ius) C]andidianus, uet. e[x] bf cos décédé à l’âge de 52 ans37.

  • 38 Au même endroit : CBI, 417-419.

2815b. Sopianae (Pécs)38
C. Pozsárkó, Specimina nova, 6, 1990, 109-118 (non uidi) – AE, 1996, 1258.
Autel en calcaire découvert en 1990-1991 lors de travaux dans un temple, daté de 237 p. C. et consacré à IOM, pour le salut de l’empereur Maximin et de son fils Maxime (érasures), par Ter(entius) Candidianus, bf cos leg. II Ad(iutricis).

  • 39 Voir CBI, 413-416.
  • 40 C’est peut-être ce même bénéficiaire (ou un homonyme ? voir aussi l’inscription funéraire d’Aquinc (...)

2916. Mursa (Osijek)39
M. Bulat - D. Pinteroviç, Osjecki Zbornik 11, 1967, no 8 p. 90 (photo Pl. 8) ; AE, 1974, 536 ; Sasel & Sasel 1978, 1058.
Autel votif de C(aius) Iul(ius) Iulianus, bf cos de la légion IV Flavia40.

  • 41 Voir CBI, 424.
  • 42 Popoviç 1989, 116-122 ; Mirkoviç 1991, 252-256.

3017-95. Sirmium (Sremska Mitrovica)41
AE, 1989, 62542 ; Mirkoviç 1994a ; AE, 1994, 1400-1478.
Les 79 inscriptions votives, dont certaines sont datées par les consuls, entre 157 et 231 p. C. – plusieurs sont antérieures à cette fourchette : 25, 37, 46, 49 – font connaître 77 bénéficiaires au service d’un gouverneur consulaire de la province. Pour l’année 230 p. C., les noms de quatre bénéficiaires différents sont attestés à Sirmium (S. 21 et 22). Il est possible qu’ils y aient séjourné par équipes de deux, pour une durée de 6 mois.

3117. S. 1 (157 p. C.) M(arcus) Ulpius Valens, bf cos, miss(us) honest(a) mission(e).

3218. S. 2 (23.8.185 p. C.) Acestius (ou A. Cestius) Victor, bf cos.

3319. S. 3 (187 p. C.) C(aius) Aemilius Titianus, bf cos de la légion II Adiutrix, ex leg(ione).

3420. S. 4 (189 p. C.) Ti(berius) Cl(audius) Apollinaris, bf cos de la légion II Adiutrix, ex leg(ione).

3521. S. 5 (191 p. C.) M(arcus) Ulp(ius) Frequentinus, bf cos.

3622. S. 6 (195 p. C.) M(arcus) Ulp(ius) Frequentinus, bf cos de la légion II Adiutrix, iterata station (e).

  • 43 Pour la dédicace au Génie du collège, voir Chap. VI.

3723. S. 65 - 1993, 1297b (196-197 p. C.) M(arcus) Ulp(ius) Frequentinus, bf cos de la légion II Adiutrix43.

3824. S. 7 (199 p. C.) T(itus) Ael(ius) Secundus, bf cos, iterata statione sub Claudio Claudiano, co(n)s(ulare).

3925. S. 8 (202 p. C.) Ti(berius) Cl(audius) Aeternalis, agens in stat(ione) sub Baebio Caeciliano, leg(ato) Augg(ustorum) pr(o) pr(aetore), bf cos in patria sua.

4026. S. 9 (203 p. C.) C(aius) Marc(ius) Lupianus, bf cos de la légion II Adiutrix.

4127. S. 10 (204 p. C.) P(ublius) Ael(ius) Augurinianus, bf cos de la légion II Adiutrix.

4228. S. 11 (205 p. C.) A(ulus) Cass(ius) Clemens, bf cos de la légion II Adiutrix.

4329. S. 12 (206 p. C.) M(arcus) Valer(ius) Reburrus, bf cos de la légion II Adiutrix.

4430. S. 13 (207 p. C.) M(arcus) Va(lerius) Reburrus, bf cos, iterata statione in patria sua.

  • 44 Le titre cos du supérieur n’est pas précisé, mais il y a tout lieu de penser que comme ses collègu (...)

4531. S. 14 (208 p. C.) T(itus) Aurel(ius) Valentinus, bf (cos) de la légion II Adiutrix44.

4632. S. 15 (209 p. C.) P(ublius) Ael(ius) Frequentianus, bf cos de la légion II Adiutrix.

  • 45 Un homonyme (peut-être le même personnage) est attesté parmi les speculatores qui ont restauré leu (...)

4733. S. 16 (221 p. C.) Ulp(ius) Vitalis et Iul(ius) Secundianus, bf cos45.

4834. S. 17 (223 p. C.) [---]lv(ius) Vitalis et Iulius Secundianus, bf cos de la légion II Adiutrix.

4935. S. 18 (224 p. C.) Octavius Auitus, bf cos de la légion I Adiutrix et Iul(ius) Secundianus, bf cos de la légion II Adiutrix.

5036. S. 19 (228 p. C.) Cl(audius) Aurelius et Val(erius) Caesianus, bf cos.

  • 46 Pour une discussion sur l’identification hypothétique avec CBI, 888, voir Annexe 4.

5137. S. 20 (229 p. C.) Aur(elius) Domitianus46 et Iul(ius) Potentinus, bf cos.

  • 47 Peut-être le même homme que CBI, 384 (mort à 33 ans ; inscription funéraire à Aquincum).

5238. S. 21 (230 p. C.) [Aur(elius)] Domitianus et [Aur(elius)] Florentinus47, bf cos.

  • 48 Voir CBI, 376 (le même dédicant, à Budapest) et l’inscription suivante.

5339. S. 22 (230 p. C.) Ael(ius) Dignianus et Titi(us) Faustinus48, bf cos.

5440. S. 23 (231 p. C.) Titius Faustinus et Lautius Emeritus, bf cos.

5541. S. 24 (157 - 185 p. C.) T(itus) Aconius Karus, bf cos.

5642. S. 25 (1ère moitié du iie s. p. C.) G(aius) Annius Quietus, benef(iciarius) cos de la légion X Gemina Pia Fidelis, agri(mensor).

5743. S. 26.(185-202 p. C.) P(ublius) Ael(ius) Porcius, bf cos.

5844. S. 27. (185-202 p. C.) P(ublius) Ael(ius) Sextilianus, bf cos de la légion II Adiutrix.

5945. S. 28. (185-202 p. C.) P(ublius) Ael(ius) Valen[s], bf cos de la légion II Adiutrix.

6046. S. 29. (185-202 p. C.) P(ublius) Ae(lius) Vegetus, bf cos.

  • 49 Ce bf cos dédie son autel à IOM, au Génie de l’empereur et au Génie du collège. Pour un autre aute (...)

6147. S. 30. (200-231 p. C.) S(e)x(tus) Aemil(ius) Victor, bf cos49.

  • 50 Il nous paraît peu probable que ce bénéficiaire soit identifiable comme l’a proposé Mirkoviç avec (...)

6248. S. 31. (203-209 p. C.) M(arcus) Auf(idius) Victor, bf cos de la légion II Adiutrix50.

6349. S. 32. (221-231 p. C.) Aur(elius) [Sep]timus, bf cos.

6450. S. 33. (221-231 p. C.) M(arcus) Aur(elius) Titullus, bf cos de la légion II Adiutrix.

6551. S. 34. (185-202 p. C.) A(ulus) Bar(bius) Sa[b]inus, bf cos.

6652. S. 35. (157-185 p. C.) P(ublius) Bassius Pietas, bf cos de la légion II Adiutrix.

6753. S. 36. (157-185 p. C.) Sex(tus) Calavius Maximus, bf cos de la légion II Adiutrix.

  • 51 AE, 1994, 1436 propose la datation approximative de c. 157-185 p. C. Le titre de leg Aug pr pr et (...)

6854. S. 37. (1ère moitié du iie s. p. C. ?51) L(ucius) Cassius Praesens, benef(iciarius) de Caecilius Faustinus, légat d’Auguste pro préteur.

  • 52 Le style du monument et du formulaire rappelle plutôt à notre avis la fourchette de datation 157-1 (...)

6955. S. 38.(c. 157-185 p. C. ?52) Ti(berius) Cl(audius) Dius, bf cos.

7056. S. 39. (c. 157-185 p. C.) Ti(berius) Claud(ius) Fortis, bf cos.

7157. S. 40. (c. 157-185 p. C.) Ti(berius) Claud(ius) Fortis, bf cos.

7258. S. 41.(c. 185-202) Ti(berius) Cl(audius) Maximinus, bf cos de la légion II Adiutrix.

7359. S. 42. (c. 157-185 p. C.) Ti(berius) Cl(audius) Postuminus, bf cos.

7460. S. 43. (c. 157-185 p. C.) Ti(berius) Cl(audius) Postuminus, bf cos.

7561. S. 44. (164-166 p. C. ?) Ti(berius) Cl(audius) Valentinus, bf cos de la légion IV Flavia (ex leg(ione), promu du numerus des frumentarii.

7662. S. 45. (c. 185-202 p. C.) P(ublius) Dindius Latinus, bf cos.

7763. S. 46 (1ère moitié du iie s. p. C.) M(arcus) Egna(tius) Magnus, bf consu(laris).

7864. S. 47 (157-185 p. C. ou 164-166 p. C. ?) T(itus) Fl(auius) Aulus, bf cos, promu du numerus des frumentarii.

7965. S. 48 (185-202 p. C.) T(itus) Flavius Claudian(us), bf cos.

  • 53 Si l’identification avec l’homonyme bf cos d’Aquincum est correcte (CBI, 374), nous aurions un exe (...)

8066. S. 49. (100-157 p. C. ?) Fl(auius) Romanus, bf cos53.

8167. S. 50 - AE, 1993, 1297b (185-202 p. C.) T(itus) Fl(auius) Tranquillus, bf cos.

8268. S. 51 - AE, 1993, 1297b (221-231 p. C. ?) C(aius) Galloni(us) Iustus, bf cos.

8369. S. 52 (185-202 p. C.) C(aius) Iul(ius) Aquila, bf cos.

  • 54 Pour un autre bf cos homonyme, voir supra à Mursa (I 16).

8470. S. 53 (185-230 p. C. ?) Iul(ius) Iulianus54 et Aelius Viator, bf cos.

8571. S. 54 (milieu du iie s. p. C.) Ti(berius) Iulius Paulin(us), bf cos.

8672. S. 55 (185-202 p. C.) C(aius) Iul(ius) Valens, bf cos.

8773. S. 56 (185-202 p. C.) C(aius) Iul(ius) Valens, bf cos.

8874. S. 57 (157-185 p. C.) G(aius) Licinius Sparsus, bf cos.

8975. S. 58 (164-166 p. C. ?) L(ucius) Licinius Valens, bf cos de la légion IV Flavia.

9076. S. 59 (iie-iiie s. p. C., 13 décembre) L(ucius) Magius Proculus, uet. ex bf cos missus honesta missione Id. dec.

9177. S. 60 (157-185 p. C.) M(arcus) Popilius Bassus, bf cos.

9278. S. 61 (164-166 p. C. ?) T(itus) Publ[i]cius Flauia Martinus Sirmio, bf cos de la légion IV Flavia (ex leg(ione)).

9379. S. 62 (185-202 p. C.) T(itus) Quintius Augustalis, bf cos.

9480. S. 63 (185-202 p. C.) L(ucius) Rubrius Macedo, bf cos.

9581. S. 64 (157-185 p. C.) M(arcus) Ulpius Claudianus, bf cos.

9682. S. 66 (157-185 p. C.) M(arcus) Ulp(ius) Iulianus, bf cos.

9783. S. 67 (185-202 p. C.) M(arcus) Ulpius Ulp(ia) Lucius Ratiaris, bf cos.

9884. S. 68 (185-202 p. C.) G(aius) Vaberius Urbanu[s], bf cos de la légion II Adiutrix.

9985. S. 69 (185-202 p. C.) C(aius) Valerius Iulianus, bf cos de la légion II Adiutrix.

10086. S. 70 (157-185 p. C.) L(ucius) Veturius Maximus, bf cos.

10187. S. 71 (157-202 p. C.) Vibidius Priscu[s], bf cos de la légion II Adiutrix.

10288. S. 72 (157-202 p. C.) [Ae ?]l(ius) Martinus, bf cos de la légion II Adiutrix.

10389. S. 73 (157-202 p. C.) M(arcus) Aurel(ius ?) Ius[tu]s, bf cos.

10490. S. 74 (221-231 p. C.) [A]el(ius) ? Attici[lian] us et M[---]CE[---], bf [cos].

10591. S. 75 (157-202 p. C.) T(itus) Caluinius Frontonianus, bf cos.

10692. S. 76 (185-202 p. C.) [---] V[al]erian(us) et I[ul(ius) ?] Valentinus, bf cos.

10793. S. 77 (157-202 p. C.) [---] REL [---], bf cos de la légion II Adiutrix (ex leg(ione)).

10894. S. 78 (iie -iiie s. p. C.) [---], [bf cos].

10995. S. 79 (iie -iiie s. p. C.) [---], bf [cos].

DALMATIA

  • 55 Découvert à Krusevo (au nord de Corinium-Karin), en remploi dans le pavement de l’église. La pierr (...)
  • 56 Le bénéficiaire est un prétorien originaire d’Ansium, au nord-est de Corinium.

11096. (Krusevo, prov. de Zvijna Gradina ?) Clambetae ?55
CIL, III, 2887 – ILS, 9067 ; Wilkes 1969, 211 (début du iie s. p. C.).
Inscription funéraire de A(ulus) Saufeius P(ublii) f(ilius) Ca[m(ilia)---] MAX ? Ansio, [bene]ficiarius t[rib(uni) tes]serarius... o[ptio]...56.

11197. Burnum ?

  • 57 Le lieu exact de la découverte de ce petit fragment d’inscription conservé selon le CIL au Musée d (...)

11257 (Knin ?)
CIL, III, 14989 (iie-iiie s. p. C.)
Fragment d’autel votif [---] BF. [---] S.

  • 58 Voir CBI, 476-483.
  • 59 Inscription connue uniquement par Betz no 192, qui cite l’inscription sans tenir compte de la disp (...)

11398. Salona (Solin)58
Betz 1939, 192 (iie-iiie s. p. C.)
Inscription funéraire d’Ulp(ius) Iustinus, benef(iciarius) cons(ularis)59 de la légion I Italica, décédé pendant son service, à l’âge de 30 ans.

  • 60 Du même endroit : CBI, 431 ; de Ljesce près de Skelani CBI, 455, 456, 458 et 471-475. Sur le poste (...)
  • 61 Ce bénéficiaire pourrait être le même homme que le bf cos connu comme [.] Billian[ius/.] f(ilius) (...)

11499. (Bajina Basta60, non loin de Ljesce près de Skelani)
J. Bucic - P. Petrovic, Uzicki zbornik, 15,1986, p. 26-27 ; photo fig. 3 ; AE, 1989, 611.
Inscription votive de C(aius) Billianius61 Seuerus, bf cos.

DACIA

  • 62 Le lieu de provenance n’est pas certain, mais il est fort probable qu’il s’agisse de Samum d’où pr (...)
  • 63 Isac lit Maximo et Aeli[ano], soit 223 p. C., et non plus Maximo et Albi[no], 227 p. C.

115100. Samum ? (Casei ?)62
Kerenyi 1941, 2317 ; Russu 1956, 126 n. 2 ; Dobó 1978, 61 ; Isac 1994, 212, 5 (223 p. C.)63
Inscription votive de Aur(elius) Ru[f]inus, be(n)f(iciarius) cos de la légion XIII Gemina Severiana.

  • 64 Voir CBI, 551-557.

116101. Potaissa (Turda)64
CIL, III, 893 (180-250 p. C.)
Inscription votive de Aur(elius) Vic[t]or, bf (le titre du supérieur n’est pas précisé).

  • 65 Voir CBI, 501-522.
  • 66 Fragment inférieur d’un relief en marbre avec représentation de la partie antérieure du corps d’un (...)

117102. Apulum (Alba Iulia)65
CIMRM, 1982 (photo fig. 517) (iie-iiie s. p. C.)
Fragment d’inscription votive66 [---] imus, bf cos.

  • 67 Était-il encore en service (voir par ex. CBI, 21) ou déjà vétéran ? La lacune précédant l’abréviat (...)

118103a. Apulum (Alba Iulia)
H. Ciugudean - C. L. Baluta, Apulum, 26, 1989, 209-211 no 4 ; dessin p. 210 fig. 4 ; C. C. Petolescu, “Cronica X 1990”, SCIVA, 42, 1991, 266 no 536 - AE, 1991, 1341.
Fragment droit du monument funéraire découvert en 1987 en remploi dans le cimetière orthodoxe de Dealul Furcilor de [---]on(ius)[---] bf [---] décédé à l’âge de 53 ans67.

119103b. Apulum (Alba Iulia)
V. Moga, Apulum, 32, 1995, 201-204, no 3 ; photo et dessin p. 202 et 203 - AE, 1995, 1291.
Autel ou base votive (iie-iiie s.) consacrée à Apollon Domesticus (APOLNNI DOMESTIC, lig. T et I) par P. Ael(ius) Proc[u]l(inus ou us ?), bf pr(aefecti) leg(ionis). Il s’agit de la première attestation de l’épithète en question pour Apollon.

  • 68 Voir CBI, 565-567.
  • 69 Ce même personnage est déjà connu pour avoir élevé un autel au même endroit, dans la même fonction (...)

120104. Ampelum (Zlatna)68
I. T. Lipovan, SCIVA, 41, 1990, 67-69 no 1 (photo et dessin fig. 1) ; C. C. Petolescu, “Cronica X 1990”, SCIVA, 42, 1991, 266 no 540 ; AE, 1991, 1344.
Inscription votive de T. Aurelius Diocles69, bf proc.

MOESIA SUPERIOR

121105. Ratiaria (Arcar)
JÖAI, 31, 1938/39, Beiblatt, 106 no 9 ; B. Gerov, Romanisation II, 357 no 13 ; R. Ivanov,
Arheologia, 3, 1993, p. 28 no 1 ; cf. comm. à AE, 1993, 1370.
Inscription funéraire de C. At[ius] Ara[tor] bf co[s].

MOESIA INFERIOR

  • 70 Ce lieu se situe dans le Com. Cogealac (District de Constanta), à mi-chemin sur la voie Nouiodunum (...)
  • 71 Pour un homonyme dans la même province et vraisemblablement de la même légion, voir CBI, 636. S’il (...)

122106. Vicus V. (Rimnicu de Jos)70
V. Parvan, Descopereri nova in Scythia Minor. Analele Academiei Române. Memoriile sectiuniii Istorice, Bucarest, s. 2, t. 35, 1913, p. 523 ; Aricescu 1980, 207, 40 ; Hampartumian 1979, 111 (photo pl. 73) ; Schleiermacher 1984, 114 (dessin) (1ère moitié du iiie s. p. C.)
Autel funéraire décoré d’un relief représentant un cavalier triomphant, avec l’inscription funéraire d’Ael(ius) Ingenuus, bf cos, de la légion XI Claudia, mort peut-être à l’âge de 40 ans71.

  • 72 Voir CBI, 653.
  • 73 Le piédestal a été trouvé en 1979 in situ en bordure du Danube (secteur VIII A) près de l’entrée d (...)

123107. Novae (Svistov)72
ILNovae, 47 (photo) ; IGLNovae, 68 (entre 222 et 229 p. C.)
Piédestal (avec inscription honorifique très fragmentaire) érigé notamment par les bénéficiaires d’un officium (celui du légat de la légion, si l’on considère le contexte des fouilles, ou celui du gouverneur ?) bene[fi]ci[arii] officii e[ius]73 pe[r] Ulp(ium) Marcianu[m---].

  • 74 Le lieu de découverte se trouve au nord-est de Razgrad et légèrement au nord-ouest de Isperih. Les (...)
  • 75 Fragment inférieur droit d’une statuette en marbre du cavalier thrace. De cette représentation (qu (...)

124108. (Svestari)74
M. Tacheva-Hitova, MPK (Musée de Sofia), 10, 1970, 2, p. 13-14 (dessin 1 et sur la couverture du cahier) ; Goceva & Oppermann 1984, 613 p. 94 (carte) (iiie s. p. C.) ; cf. comm. ad AE, 1993, 1370.
Fragment d’inscription votive75 [---]ianus, bf cos / [---uot]um posu[it].

  • 76 Voir III, 7463. Abrittus est situé entre Nicopolis ad Istrum et Marcianopolis, au nord des deux si (...)

125109. ABRITTUS (à 1 km à l’est de Razgrad dans la région “Hisarlâka”)76
Ivanov 1993, 26-30 part. p. 26-27 (photo fig. 1 et dessin fig. 2 p. 27 ; en bulgare avec résumé en français p. 30) ; Ivanov 1994, 1 (photo pl. XXVIII c) (après 212 p. C.) ; AE, 1993, 1369.
Inscription funéraire d’Aurelia Stratoclia Tomitana, la jeune femme de Fl(auius) Maximinus, bf cos, décédée à l’âge de 20 ans.

126110. ABRITTUS (près de Razgrad dans la région “Hisarlâka”)
Ivanov 1993, 26-30 part. p. 29 (photo fig. 3 p. 29 ; en bulgare avec résumé en français p. 30) ;
Ivanov 1994, 2 (photo pl. XXVIII d) ; AE, 1993, 1370 (215 p. C.)
Inscription votive consacrée à Epona pour le salut de Caracalla par Val(erius) Ruf(us, inus, ianus), bf cos de la légion XI Claudia.

  • 77 Lieu situé entre Nicopolis ad Istrum et Marcianopolis, au sud d’Abrittus : carte IGB, II.
  • 78 Le soldat avait été incorporé dans la légion I Italica Alexandriana.

127111. (Preslav)77
Sarnowski 1991, 137-144 (dessin p. 138) - AE, 1991, 1378
Fragment de colonne de marbre avec dédicace (222-235 p. C.) Le militaire a été promu de bf cos à corniculaire d’un procurateur. Il s’agit du seul exemple connu qui révèle une telle promotion.
[---] leg(ionis) I Ital(icae) [[Al]]ex[[andrianae]] militauit78 b(ene)f(iciarius) co(n)s(ularis) et cornicul(arius) proc(uratoris), quot ( !) tiro proficiscens in bello Bosporano uouerat et adiuuante numene ( !) [e]ius multis periculis in barbarico liberatus sit merito uotum posuit.

  • 79 Voir CBI, 643-647. Le fragment d’autel à Diane mentionné par Alexandrov p. 71, selon lequel le déd (...)

128112a. Montana (Mihailovgrad)79
G. Alexandrov, “Résultats des fouilles de la forteresse Montana (1971-1982)”, Montana, V. 1, Sofia 1987, p. 70 (en bulgare)
Fragment de monument votif (partie centrale) érigé selon nous par un certain [---] HILI---, b] f co[s] de la légion XI Claudia, avec la formule incomplète [conse]ruatu[s ab] eis [---], s. l. m.

  • 80 D’après la photo, l’inscription de deux lignes est incomplète à droite et à gauche. Les lettres VS(...)

129112b. Montana (Mihailovgrad)
G. Alexandrov, Arheologija, 1, 1990, p. 35 no 12 (photo fig. 11 ; en bulgare avec résumé en français p. 37) - AE, 1991, 1368
Fragment de monument votif avec relief et inscription sur deux lignes [---] atianus bf cos80.

  • 81 Sur le site et la présence d’un vétéran ancien bénéficiaire : Zahariade 1991, part. p. 314. Une ve (...)

130113a. Salmorus-Halmyris (Independenta)81
M. Zahariade, Dacia n. s., 34, 1990, 262-263, 5 (photo de qualité médiocre fig. 7) - AE, 1991, 1386.
Fragment d’inscription funéraire (iie s. p. C.) dont le dédicant est
C(aius) Val(erius) Longinus uet(eranus) l[e]g(ionis) V Mac(edonicae) ex b(eneficiario) [---]

131113b Provenance exacte inconnue (Moesia aut Thracia ?)

132Weiss 1997, part. 261-264.
Diplôme militaire daté de 221 p. C. mentionnant un ancien bénéficiaire de la Classis praetoria Antoniniana de Ravenne.

THRACIA

  • 82 Voir aussi au même endroit CBI, 667.

133113c Philippopolis82
IGB, V, 5462 (iie-iiie s.)
Inscription funéraire en grec (avec DM en latin) érigée par le bénéficiaire (sans précision du titre du supérieur) Ael(ius) Polemôn pour ses parents.

MOESIA INFERIOR AUT THRACIA

  • 83 Le contexte de provenance de cet autel est celui du sanctuaire du Cavalier thrace et d’Asklépios L (...)

134113d Slivnica83 près de Serdica (Sofia)
IGB, V, 5740 (iie-iiie s. p. C)
Inscription votive en grec d’un bénéficiaire (bf, sans précision du titre du supérieur) anonyme, [---] sos.

  • 84 Voir CBI, 637 et CBI, 623-627.
  • 85 La présence de nombreux documents de bénéficiaires dans ce secteur fait penser qu’il s’agissait pl (...)

135113e et f. Karas près de Vicus Trullensium et Glava Panegra84
IGB, II, 498 et 499
Deux autels votifs comparables découverts ensemble, avec inscription en grec, consacrés l’un à Zeus Olympios, l’autre à Héra Olympia, par un certain Martialis Beithuos, B85.

  • 86 Une autre inscription découverte au même endroit permet de penser que la région était rattachée à (...)

136113 g Mezdra86 près de Karas et de Vicus Trullensium
IGB, II, 492
Autel votif, avec inscription en grec, consacré à Agathè Tuchè par un certain Heraclianus fils de Dèmophilos, B.

MACEDONIA

  • 87 La présence de DM, le nom du défunt au génitif, la mention de la tribu, de l’origine, de l’âge, l’ (...)

137114. Philippi (Philippes)
CIL, III, 645 ; Sarikakis 1977, 151 ; Kanatsoulis 1984, 638.
Inscription funéraire (140-160 p. C.)87 de L(ucius) Iunius Maximus M(a)e(cia) Neapol(i), benef(iciarius) pr(a)efectorum pr(aetorio) mort à l’âge de 34 ans, érigée conjointement par un soldat, Albius Verus, et par un affranchi.

  • 88 Macédonien recruté comme soldat dans la cohorte IV du prétoire – la tribu Voltinia indique une ori (...)

138115. Philippi (Philippes)
P. Collart, BCH, 56, 1932, p. 214-220 (photo fig. 12 et 13 p. 214 et 215) ; (cf. BCH, 62, 1938, p. 420-421) ; 1933, 87 ; Collard 1937, 352-353 ; Freis 1967, 137 ; Sarikakis 1977, 188 ; Kanatsoulis 1984, 1347 ; voir aussi Breeze 1974a, 247.
Inscription funéraire (84-88 p. C.) de L(ucius) Tatinius L(ucii) f(ilius) Vol(tinia) Cnosus88.

  • 89 Pour la localisation, voir la carte de Papazoglou 1988, ainsi que carte 8. Le lieu de provenance s (...)

139116. Bylazova Paeoninae (près de Titov Veles)89
Sarikakis 1977, 233 ; Kanatsoulis 1984, 1217.
Inscription funéraire en grec du vétéran légionnaire [---] us Posidonius, qui accomplit son service comme bénéficiaire (le titre du supérieur n’est pas précisé).

LYCIA- PAMPHYLIA

  • 90 Cette inscription, trouvée avec la statue in situ dans le temple du culte impérial permet de local (...)

140117. Panemoteichos90 (Bogazköy)
Mitchell 1994, 139-40 (Pl. XXVI a et b) - AE, 1994, 1743 – SEG, 44, 1110 – I. Pisid. Cen., 105 (IK, 57) ; Pl. 70.
Dédicace en grec du milieu du iiie s. p. C. (cf. le style de portrait statuaire) en l’honneur de C. Iulius Sempronius Visellius, un vétéran ex bf – le titre du supérieur n’est pas précisé – qui était un important notable originaire de la région, parent de consulaires et de sénateurs, porteur de nombreux titres : prêtre du culte impérial, fils de la cité, décaprote (responsable envers les autorités romaines de la collecte et du payement des taxes). Il est probable qu’il ait accompli ses fonctions de bénéficiaire dans les bureaux d’un gouverneur. Cet homme qui affectionne sa cité et lui manifeste sa générosité en organisant des jeux est honoré par le peuple des Panemoteichètes, en signe de leur reconnaissance.

PONTUS AUT CAPPADOCIA

  • 91 Nous remercions Dr. French de nous avoir communiqué avant publication (cf. lettre du 13 octobre 19 (...)
  • 92 Voir aussi CBI, 631 : Annexe 1.3. Selon French, Tib. Claudius Crescens serait le bénéficiaire d’un (...)

141118. Amasia (Amasya)91
French 1990, 2 - AE, 1991, 1473 ; Haensch 1997a, 598.
Inscription funéraire en grec (iie-iiie s. p. C.) de Tib. Claudius Crescens, bénéficiaire hègemonos, de la légion V Macedonica, mort pendant son service, à l’âge de 28 ans, après 11 ans de service (l’inscription est érigée par le frère du bénéficiaire). Le bénéficiaire fut probablement employé dans l’officium d’un gouverneur, comme son collègue mentionné dans l’inscription suivante, plutôt que dans celui d’un légat de légion92.

  • 93 Pour d’autres inscriptions de bénéficiaires dans la région, voir aussi I 156 et I 157.

142119. Amasia (Amasya)93
French 1992, p. 63-4 no 1 (photo pl. 3) - AE, 1992, 1670 ; Haensch 1997a, 598.
Inscription funéraire (iie-iiie s. p. C.) de C. Val(erius) Secundus bf cos, de la légion V Macedonica.

  • 94 Nous devons cette référence à R. Haensch. Sur l’abréviation B (en grec), voir supra et I 121.

143119a. Amasia (Amasya)
Studia Pontica III, p. 137 no 112 ; mentionné par Haensch 1997a, 598.
Inscription funéraire (iie-iiie s. p. C.) en grec érigée par un certain Longus, bénéficiaire (LÒggow B94) pour son épouse et ses enfants.

CILICIA

  • 95 Plusieurs inscriptions funéraires d’equites singulares (parfois avec la précision “Augusti”) provi (...)
  • 96 Les noms des deux héritiers se retrouvent réunis dans une inscription de Rome (VI, 3216 - Speidel (...)

144120. Anazarbos (Dilekkaya)
Sayar 1991, p. 31-33 no 4 (photo pl. 3, 6) - AE, 1991, 1553 ; Speidel 1994a, 688c (197-202 p. C. ou 217-8 p. C. ?95)
Inscription funéraire d’un eques singularis dont les héritiers sont Iul(ius) Valens, bf, et Aurel(ius) Mucianus96.

  • 97 L’abréviation B en grec peut marquer le δευτερος pour un “fils d’un père du même nom” (voir infra (...)

145121. Artanadae (Gök Su)
Sitlington Sterrett 1888, 73 ; IGR, III, 812 ; mentionné par Rankov 1994, 228 n. 97 et par Haensch 1995b, 814.
Inscription en grec (iie-iiie s. p. C.) érigée par la cité d’Artanada en l’honneur de C. Iulius Valens, b(eneficiarius)97 stationarius. Le bénéficiaire était encore en service au moment où l’inscription fut érigée.

SYRIA-SYRIA COELE

  • 98 Nous remercions Maurice Sartre d’avoir bien voulu nous communiquer (lettre du 25 mars 1994) la lec (...)

146122. Seia (Si’a)
M. Dunand, Syria, 7, 1926, p. 328 ; photo pl. LXIX ; Dunand 1934, 20-21 no 15 (photo pl. IX) ; AE, 1936, 14298
Inscription votive en grec (iiie s. p. C. ?), conservée en deux fragments, de Luci[us---] onius, beneficiarius rattaché à la légion X Fretensis. Il n’est pas clairement établi s’il était employé au service d’un légat de cette légion ou auprès d’un gouverneur, comme nous serions tentée de le penser. Dans le premier cas, un détachement local serait difficile à soutenir.

  • 99 Dunand 1933, 524-525, rapportant sa mission dans la région en 1927 : “... à gauche de la chaussée (...)
  • 100 La lettre incomplète qui suit le B pourrait être la courbe d’un F. Dunant restitue un hypothétique (...)
  • 101 Thomasson 1972-1990, 312-313, 60.

147123 près de Phaena (au lieu-dit manâra Henou, au Xe mille au sud de Mismiyeh)99
Dunand 1933, 539-40 no 5 - AE, 1930, 140 - SEG, 7, 1934, 982
Fragment d’inscription votive en grec d’un bf100 d’Avidius Cassius (ou d’un bf en fonction à l’époque d’Avidius Cassius ?), gouverneur consulaire (hypatikos) de la province (169-175 p. C, peut-être dès 166 p. C.)101.

  • 102 La pierre se trouve dans les caves du Musée d’Alep. Elle provient sans doute du site antique de Be (...)
  • 103 Voici le développement proposé par Jarry :--- / [specu] latori ( ?) eq[uiti coh(ortis) ( ?) eius]- (...)

148124. Beroea102 (Alep)
J. Jarry, ZPE, 60, 1985, 115 no 18 (photo Pl. 4, no 18).
Fragment d’une inscription funéraire (iie s. ?) d’un speculator dont l’héritier est un bf praefecti (peut-être d’un préfet du prétoire103 ?).

  • 104 On ne saurait reprocher aux éditeurs du CBI dont l’intention était de rassembler les inscriptions (...)
  • 105 Le titre de beneficiarius est transcrit en palmyrénien. Le bénéficiaire porte le même nom que son (...)

149125. Palmyra (Palmyre)
Inscription en palmyrénien104
Kokovcev 1908, 278-280, no 1 (en russe ; photo pl. 9) ; CIS, II, III, 2, 4292 (photo pl. 52). Inscription funéraire en palmyrénien (189 p. C.) de Hairan (fils de) Bôrrephâ, beneficiarius (bnfqyr’)105.

  • 106 Voir CBI, 712-720.
  • 107 βενεφικειαριος τριβουνου. Le même personnage a mentionné son nom à plusieurs reprises (CBI, 713, 7 (...)

150126. Dura Europos (Salihiyeh)106
Rostovtzeff 1929 –, 33, R3107.
(première moitié du iiie s. p. C.)
graffite en grec : (Aurelius) Antoninus, beneficiarius tribuni.

JUDAEA

  • 108 On a découvert au même endroit une autre inscription d’un soldat de la légion V Macedonica (III, 1 (...)

151127. Nicopolis (Emmaus - Amwäs)
CIL, III, 14155.12 (début iie s. p. C. ?)
Inscription funéraire de C(aius) Vibius Firmus, beneficiarius (le titre du supérieur n’est pas précisé), de la légion V Macedonica108. Il est mort pendant son service.

ARABIA

  • 109 Sur la localisation de cette région non plus rattachée à l’époque du document à la province de Syr (...)
  • 110 Βασιλισκος βενεφικιαριος υπατικου : voir CBI, 706. Dans la mesure où il s’agit de deux supports et (...)

152128. Hama109
M Dunand, Revue biblique 41, 1932, p. 578, no 131 ; AE, 1933, 173 (iiie s. p. C.)
Inscription en tabula ansata de Basiliscus, bénéficiaire du gouverneur110.

  • 111 Nous devons cette référence à Rudolf Haensch.

153128a. (Khirbet es-Samra près de Rihab)111
Khirbet es-Samra 1 Jordanie. La voie romaine, le cimetière, les documents épigraphiques, sous la dir. de J. -B. Humbert et A. Desreumaux. École biblique et archéologique française. Centre d’études des religions du Livre (CNRS), 1998, no 84 (iie s. p. C., peut-être début du iiie s.)
Inscription votive à IOM H (eliopolitanus) de L. Porcius Dexter, bf cos.

AEGYPTUS

  • 112 Le bénéficiaire dépendait probablement du préfet de la cohorte. Le nom de cette cohorte est la coh (...)

154129. Diospolis Magna (Thèbes)
CIL, III, 12074 (iie moitié du iie s. p. C.112). L’inscription est actuellement conservée à Paris au Musée du Louvre (cf. S. Ducroux, Catalogue analytique des inscriptions latines sur pierre conservées au Musée du Louvre, Paris 1975, 49, 145).
Inscription funéraire de C(aius) Petronius Valens, m(iles, ilitauit) benef(iciarius) coh(ortis) II Thrac(um) (centuria) Caecili.

NUMIDIA

  • 113 Voir CBI, 762-819.
  • 114 Le B est surmonté d’une barre horizontale.

155130. Lambaesis (Tazzoult-Lambèse)113
MEFR, 18, 1898, p. 466 no 31 ; Le Bohec 1989a, 218 (iiie s. p. C. ?)
Inscription funéraire de C(aius) Amatio ( !) Felix, b(eneficiarius)114 tribuni.

  • 115 B. Le même personnage (ou un homonyme ?) apparaît parmi les beneficiari(i) co(n)s(ularis) de CBI, (...)

156131. Lambaesis (Tazzoult-Lambèse)
MEFR, 18, 1898, p. 469 no 40 ; Le Bohec 1989a, 241 n. 382 (iiie s. p. C.)
Inscription funéraire de la mère de M(arcus) Iulius Proculus, b(eneficiarius)115.

  • 116 L’inscription est faite de lettres pointillées ou punctim. La taille de ce collier est plus grande (...)

157132. Lambaesis (Tazzoult-Lambèse)
BACTH, 1941/42, p. 273-274 ; AE, 1942, 36 ; Thurmond 1994, 474, 6116 (ive s. p. C. ?)
Inscription sur le collier en cuivre d’un esclave du bénéficiaire Deuterius : Fugitiuum Deuteri beneficiari tene.

  • 117 Découvert “près du petit sanctuaire anomyme”, non loin de l’Asclépieium (BACTH). L’Asclépieium ser (...)
  • 118 Pour un homonyme sans doute identifiable avec lui, voir CBI, 760. L’un de ses deux fils entrés dan (...)

158133. Lambaesis (Tazzoult-Lambèse)
BACTH, 1954 (paru en 1956), 166-167 ; AE, 1957, 84 ; Le Bohec 1989a, 208-209117 (iiie s. p. C.)
Hostilius Felix, ex b(ene)f(iciario) col(legio ?)118.

159134. Lambaesis (Tazzoult-Lambèse)
BACTH, 1954 (paru en 1956), p. 166-167 ; AE, 1957, 84 ; Le Bohec 1989a, 197 n. 126 (iiie s. p. C.)
Arrius Fortunatus, ex b(ene)f(iciario) col(legio ?).

  • 119 Selon Le Glay, le nom martelé serait celui de Carus (282-283 p. C.), ce qui contraste avec la prés (...)

160135. Lambaesis (Tazzoult-Lambèse)
BACTH, 1955/1956 (paru en 1958), p. 123 ; AE, 1960, 106 ; Le Bohec 1989a, 219-220 n. 313 (iiie s. p. C.)119
Inscription votive de C(aius) Iul(ius) Lucianus, bf (le titre du supérieur n’est pas précisé).

  • 120 AE, 1989, 882 donne par erreur Q(uintus) Modius Septimius b(eneficiarius) Lamb(aese) r(etentus) ; (...)
  • 121 Si la datation proposée est correcte, [. Iu] lius Dexter peut difficilement être identifié avec so (...)

161136. Lambaesis (Tazzoult-Lambèse)
Le Bohec 1989a, 209 et 211 ; Le Bohec 1989b, 216-221, 22 (photo p. 217) ; AE, 1989, 882 (AE, 1987, 1063) ; Dupuis 1992, 124-127 ; AE, 1992, 1876a (3e quart du iie s. p. C.). Liste fragmentaire.
l. 1 : Q(uintus) Modius Septimus120 b(ene)f(iciarius) Lamb(aese) reten(tus)
l. 33 : [. Iu]lius Dexter bf t[r(ibuni) Mad(auros)]121.

  • 122 La dédicace à Deus Sol suggère un rapprochement, déjà établi par Carcopino, entre cette inscriptio (...)

162137. Calceus Herculis (El Kantara)122
Carcopino 1925, 50 ; AE, 1925, 125 ; Le Bohec 1989a, 198 (iie-iiie s. p. C.)
Inscription votive de [A]ufus(t)ius Adiutor, b(ene)f(iciarius co(n)s(ularis).

  • 123 Le même personnage est connu ailleurs : CBI, 784 et Chap. III.

163138. Diana Veteranorum (Aïn Zana)
Gsell 1893, 192-193, no 199 ; Le Bohec 1989a, 237 n. 373 ; cf. Haensch 1995b, 817.
Inscription votive pour le salut de l’empereur, dont voici le texte :---pro salute d(omini) [n(ostri)] [S]euer[i Alexandri] Pii Felicis Aug(usti) Magni Antonini D[iui f(ili)] patris eius can[d]idatus Hostilius Iulianus ex frumentario b(ene)f(iciarius) co(n)s(ularis) u(otum) s(oluit) l(ibens) a(nimo)123.

  • 124 Ce lieu se trouve au nord de Timgad-Thamugadi, à l’est de Casae. Sur le site, S. Gsell, Atlas arch (...)
  • 125 Le bénéficiaire était au service d’un préfet, celui de la légion probablement. Pour des exemples e (...)

164139. Henchir Zerdan124
MEFR, 14, 1894, p. 22 no 73 ; Le Bohec 1989a, 210 (fin iie-début iiie s. p. C.)
Inscription funéraire de C(aius) Iul(ius) Stertinius, benef(iciarius) praef(ecti)125.

  • 126 Selon Le Bohec 1989a, 207, le nom du bénéficiaire (l. 8) serait C(aius) De[nti]lius Rogatus, alors (...)

165140. Lambaesis ? (Tazzoult-Lambèse, mais conservé à Timgad)
Le Bohec 1989a, 207 ; Le Bohec 1989b, no 8 p. 197-200 (photo p. 198) ; AE, 1989, 893 (iie-début du iiie s. p. C.) ; Dupuis 1992a, 123-124 ; AE, 1992, 1876b. Liste fragmentaire, appartenant peut-être selon Dupuis à la même inscription que I 136 (ci-dessus).
l. 8 : [---] lius Rogatus dupl(icarius) OIS126 bf Utica
l. 24 : [---] Co[---] bf lat(iclaui) T(h)ub(ursicu) Num(idarum).

MAURETANIA SITIFIENSIS

  • 127 De même provenance, voir CBI, 826 (iiie s.), où il est question du bf d’un procurateur sexsagenari (...)

166140a. Sitifis (Sétif)127
N. Benseddik, BCTH, 23, 1990-1992, 177-180 - AE, 1993, 1777.
Inscription votive (201-204 p. C.) pour le salut des empereurs et de P. Aelius Peregri{ni}nus, praeses n(oster), de la part de Messius Priscus, bf.

HISPANIA CITERIOR

167140b. Saetabis (Játiva)
AE, 1994, 1068, avec la révision de R. Cebrián Fernández, Saguntum, 28, 1995, 275-277 (photo et dessin p. 276) - AE, 1995, 961 - AE, 1997, 959.
Fragment inf. de l’inscription funéraire (2e moitié du iie s. p. C. ?) de la mère de Val(erius) Paternus, bf cos.

REGIONES ITALIAE

168141. Regio I Misenum (Misène)
CIL, X, 3411 (iie s. p. C.)
Inscription funéraire de Q(uintus) Naeuius Marcianus, beneficiar(ius) décédé à l’âge de 22 ans 2 mois et 22 jours.

  • 128 Dans la flotte, la façon de marquer son rattachement militaire pouvait se faire aussi bien en fonc (...)

169142. Regio I Misenum (Misène)
CIL, X, 3412 ; Sander (1957), 355 n. 5 (iie-iiie s. p. C.)
Inscription funéraire érigée par son épouse Ortesia Celerina en mémoire de Valerius Siluanus nat(ione) Italicus, beneficiarius âgé de 37 ans, un membre de la liburne Neptune qui a été en service pendant 15 ans128.

170143. Regio I Misenum (Misène)
CIL, X, 3413 - ILS, 2894 ; Chapot (1896), 116 (iie s. p. C.)
Inscription funéraire érigée par sa mère Gracilia Ga[---] en mémoire de son fils C (aius) Atinius Eutyc[hes], bf stolarch(i), décédé à l’âge de 22 ans et demi.

ROMA

  • 129 Le texte est connu par une copie manuscrite. Le monument a été mis au jour dans une vigne à l’exté (...)

171144. CIL, VI, 716 (208 p. C.)
Fragment d’inscription votive de Ael[ius] Victorinu[s], uet(eranus) Aug(ustorum) n (ostrorum duorum) ex BE129.

  • 130 BBF ou BNF, comme on a cru bon de corriger. La première abréviation est étonnante puisqu’il n’est (...)

172145. CIL, VI, 2633 (iiie s. p. C.)
Inscription funéraire de Aur(elius) Marcus, b(e)n(e)f(iciarius)130 tribuni c(o)hortis VII praet(oriae).

  • 131 BEF.E.Q.S.

173146. CIL, VI, 3312 (193-iiie s. p. C.) ; Speidel 1994a, 660
Inscription funéraire de Umbrius Valerianus be(ne)f(iciarius) eq(uitum) s(ingularium) Umbri f(ilius) ex prouin(cia) Maur(etania) Caesarense décédé à l’âge de 36 ans après 17 années de service. La table de marbre avec son inscription funéraire est due à ses deux frères, dont l’un porte le titre de signifer, l’autre étant désigné comme curator131.

  • 132 EX.B.N.F ; pour une abréviation semblable, CBI, 483 (voir I. 3 ci-dessous). Le soldat a accompli 2 (...)

174147. CIL, VI, 3419 ; cf. Breeze 1974a, 252 ; Dobó 1975, 644 (fin iie-iiie s. p. C.)
Inscription funéraire de Aur(elius) Iulianus, d’origine dace, euok(atus) ex b(e)n(e)f(iciario)132.

  • 133 Le mot depositio abrégé sous la forme DEP et l’expression in pace (l. 3) pourraient suggérer qu’il (...)

175148. CIL, VI, 32971 ; Diehl, 409 ; Durry 1938, 354 (iiie s. p. C.)
Inscription funéraire de l’épouse de Antoninus, bf133.

  • 134 Clauss 1973b, 95.

176149. AE, 1921, 83 ; Breeze 1974, 255 (150-190 p. C.)134
Inscription funéraire de C(aius) Marius C(ai) f(ilius) Aemilianus Calag(urri), bf trib(uni) c(o)ho(rtis) VIIII pr(aetoriae) élevée par son ami et collega C. Manlius Gratus. Le bénéficiaire est décédé à l’âge de 30 ans après 7 ans et 8 mois de service.

  • 135 Découvert en 1934 dans la basilique constantinienne au Latran. L’inscription provient vraisemblabl (...)

177150a. E. Josi, Rivista di archeologia cristiana, 11, 1934, p. 347-350 (photo fig. 8 p. 348) ; AE, 1935,
156 ; Ferrua 1951, 137-138, 117 ; AE, 1954, 83 ; Speidel 1965, 14 et 53-54 ; AE, 1968, 86 ;
Speidel 1994a, 54.
Inscription dédiée le 1.1.197 p. C. pour le salut des empereurs par un collegium curatorum, cura agente Apollonio Apollodoro b(ene)f(iciario)135.

  • 136 Une partie de la barre du B et la partie inférieure de la haste verticale sont conservées. Selon S (...)

178150b. VI, 32869 h, k et m ; Speidel 1994a, 232
Inscription funéraire incomplète composée de 4 fragments (iie s. p. C.) de T. Aur(elius) Iu[ng] atus, b[f] trib(uni) eq(uitum) [sing.]136.

  • 137 BF, le F est inversé et lié au B.

179151. AE, 1916, 51.
Inscription funéraire (iie s. p. C.) d’un prétorien élevée par son municeps Caspo(nius ?) Iustus b(ene)f(iciarius)137 trib(uni) de la même cohorte IX prétorienne.

  • 138 L’indication des mois et des jours fait penser à une inscription du iiie s.
  • 139 l. 3 : dans la première édition du texte (AJPh, 1927, p. 19 - AE, 1928, 6), A. W. van Buren avait (...)

180152. AE, 1955, 18 (ad AE, 1928, 6) (1ère moitié du iiie s. p. C.138)
Inscription funéraire érigée par le bénéficiaire Fl(auius) Victor mil(es) c(o)ho(rtis) VIII pre(toriae) be(neficiarius)139 tri(buni), avec sa compagne (ou épouse ?) Marcellina, pour leur fils Victor décédé quelques mois avant ses deux ans.

181153. Speidel & Scardigli 1990, 203, 2 (photo pl. 25) - Speidel 1992, 160 2 (photo pl. 25 p.) ; AE,
1990, 753 (révision de CIL, VI, 32806 - ILS, 2198) ; Speidel 1994a, 559 (iiie s. p. C.) ;
Inscription funéraire de Verecundinius Verus, bf equi(tum) sing(ularium) imp(eratoris) n(ostri), commémoré par un P[a]catus, dupli(carius).

provenance inconnue

  • 140 Sur le contexte historique et politique : Roxan 1996 (nous remercions M. Roxan de nous avoir commu (...)

182153b. Roxan 1996.
Diplôme militaire de 70 p. C. d’un certain Dernaius Derpili f(ilius) Dacus, l’un des bénéficiaires de la flotte de Ravenne. Comme ses collègues, il a reçu son diplôme et les avantages qui y étaient liés alors qu’ils étaient encore en service, beneficiari(i) qui militant in classe Rauennate sub Sex. Lucilio Basso140.

1. b Les inscriptions inédites / a paraître

BRITANNIA

  • 141 p. 148 : beneficiarius... dari fide promissit. Sur ce texte encore inédit, voir Rankov 1994, 222. (...)

183154. Luguvalium (Carlisle)
R. S. O. Tomlin, Britannia, 23, 1992, 148 et 152 n. 57 (cf. AE, 1992, 1140b).
Mention d’une tablette sur laquelle est conservée une promesse de remboursement par un beneficiarius141.

  • 142 Voir CBI, 11 (iiie s. p. C.) et I 3a et 3b (supra). Nous devons la connaissance de ce document enc (...)

184154a. Vindolanda (Chesterholm)
Tablette encore inédite (no 1575) avec mention d’un bénéficiaire anonyme. Il est question du transport d’une petite boîte ( ?) qui doit être remise au bénéficiaire contre sa signature officielle, marquée par l’empreinte de sa bague142.

MOESIA INFERIOR AUT THRACIA

  • 143 Un sanctuaire thrace semble avoir été établi sur ce lieu, peut-être en association avec le sanctua (...)
  • 144 La photo de ce gobelet est publiée dans Istorija na Bâlgarija, vol. I, Sofia 1979, 316. Nous devon (...)

185155. Zidovec (ou Zidjuvec) près de Goljama Brestnica et de Glava Panegra143
Gobelet en argent conservé au Musée de Pleven (mentionné par Gerov 1988, 111144) dédié au Héros thrace par le bénéficiaire Fl(auius) Mestrianus, comme le précise l’inscription en grec qui figure sur la poignée.

CAPPADOCIA

  • 145 Demirseyh se trouve au sud de Iskilip à environ 15 km au nord-est de Sungurlu et 50 km au sud-oues (...)

186156. (Demirseyh)145
Fragment d’inscription funéraire en grec (iie s. p. C.) d’un certain L(ucius) Iulianus Akylas, beneficiar[---]

  • 146 Cette inscription devrait faire l’objet d’une publication dans EA par Dr French. On notera que c’e (...)

187157. Provenance exacte inconnue, actuellement au Musée de Kirsehir-Aquae Aravenae ?146 Inscription mentionnant un beneficiarius nommé Iulius Diogenianus.

SYRIA

  • 147 Voir CBI, 705 : Annexe : 1.3. Nous remercions M. Balty de nous avoir communiqué (lettre du 10 juin (...)

188158. Apamea (Qalaat-al-Mudik)
Inscription funéraire d’un deuxième147 bf du tribun de la légion II Parthica, découverte en septembre 1986 dans l’une des tours de l’enceinte d’Apamée dénommée la tour XV.

NUMIDIA

189159a et b Lambaesis (Tazzoult-Lambèse)
Deux inscriptions funéraires de bénéficiaires, qui seront publiées prochainement par N. Benseddik.

provenance inconnue (province et lieu)

  • 148 Nous remercions Dr. Casey (Univ. de Durham) de nous avoir signalé l’existence de ce document récem (...)

190160. Petite tablette de bronze de provenance inconnue dédiée par un bénéficiaire nommé P. Aelius Iulius dont ni le titre du supérieur, ni le nom de la troupe ne sont précisés148.

1. c. Les documents incerti et incertissimi (*)

191Vu l’état souvent fragmentaire des inscriptions, le nom et le titre restitué du bénéficiaire ne sont pas systématiquement reportés ici. L’astérisque signale les inscriptions où nous considérons la lecture d’un bénéficiaire comme douteuse.

BELGICA

  • 149 L’identification du personnage Tib. Iustinius Titianus avec le bénéficiaire homonyme de CBI, 125 e (...)

192161. Nasium (Naix)
CIL, XIII, 4630149.

GERMANIA INFERIOR

  • 150 Voir CBI, 84-90. Sur son appartenance aux inscriptions des bénéficiaires de Remagen, voir aussi Wi (...)

193162. Rigomagus (Remagen)150
CIL, XIII, 7788 ; Lehner 1918, 192 ; Wiegels 1995, 534 n. 49.

  • 151 Ce fragment d’autel (205 ou 208 p. C.) a été découvert avec d’autres inscriptions de bénéficiaires (...)

194163. (Nettersheim)151
CIL, XIII, 11985 ; Lehner 1918, 279.

195*164 Duromagus (Dormagen)
Finke 1927, 370

  • 152 Fragment d’autel votif érigé par un ---] per, [bf ?] cos, découvert en 1924 dans la cave à charbon (...)

196152.

  • 153 Dans ce fragment de stèle, la restitution de l’abréviation BF de beneficiarius devant les lettres (...)

197165. Colonia Claudia ara Agrippinensium (Cologne)
Il est possible que les inscriptions suivantes, fragmentaires, concernent elles aussi des beneficiarii.
CIL, XIII, 8297 ; P. Wuilleumier, REL, 20, 1942, 47-49 - AE, 1945, 101 ; RSK, 237 (photo Pl. 52)153.

  • 154 La dédicace à IOM et au Génie du lieu conservée sur ce fragment d’autel fait penser à un autel de (...)

198166. CIL, XIII, 12051 ; RSK, 66 (photo Pl. 15)154.
AE, 1929, 108 ; Nesselhauf 1937, 219 ; RSK, 69.
D’autres fragments de Cologne pourraient être ajoutés à cette liste : RSK, 62 et 65, ainsi que peut-être * RSK, 238 (photo Pl. 52) et Finke 1927, 292.

GERMANIA SUPERIOR

  • 155 Inscription funéraire. Le jeune âge du défunt (21 ans) rend incertaine la restitution de l’abrévia (...)

199*167. Mogontiacum (Mayence)
CIL XIII, 7001155.

  • 156 Les lettres BF (ou BE ?) conservées au début de la l. 5 de cette inscription par ailleurs presque (...)

200168a. (Stockstadt)
CIL, XIII, 6631a156.

  • 157 Ces fragments pourraient être ceux d’un autel élevé en 183 p. C., par un bf cos en poste à Stockta (...)

201168b. (Stockstadt)
CIL, XIII, 6656a et 11792 ; RSO, II, 34157.

  • 158 Voir CBI, 138-144 et infra.

202169. (Obernburg)158
CIL, XIII, 6624 ; ORL, B 35 no 3 p. 27 (photo Pl. 4 no 4) RSO, I, 90.

NORICUM

  • 159 Découvert en 1893 à proximité de Thörl, l’autel pourrait provenir du site antique de Meclaria Sur (...)

203170. Meclaria159
CIL, III, 13518 ; W. Kubitschek, JZK, 3, 1905 p. 129-131 (dessin p. 130) ; cf. Alföldy 1974, 252 et Piccottini 1985, 12 no 10. Fragment supérieur d’un autel votif.

204*171. Matucaium

  • 160 Découvert en 1895 à Deinsberg sur la colline Rosenberg. La Table de Peutinger signale l’existence (...)
  • 161 l. 3 : la restitution de BF devant COS non retenue par Alföldi ; d’un avis contraire, Piccottini.

205160 ( ?)
CIL, III, 14366.1 ; Alföldy 1974, 253161 ; Piccottini 1985, 12 no 9 et p. 15-16.

  • 162 Voir CBI, 218-245. Le gouverneur Caecilius Iuventianus serait probablement identifié avec celui qu (...)

206172. Celeia (Celje)162
CIL, III, 5182 et p. 1830 ; Alföldy 1974, 245 et 253.

  • 163 l. 4/5 : peut-être l. 4 : [u] eter(ano)/[ex b(ene)f(iciario)] co(n)s(ularis) ? Mais la restitution (...)

207*173. Ovilava (Wels)163
CIL, III, 11787 ; Alföldy 1974, 252.

RAETIA

  • 164 La dédicace de XIII, 5255 - ILS, 9267 au Rhin pour le salut du gouverneur Q. Spicius Cerialis, leg (...)

208*174. Tasgaetium (Stein am Rhein - Eschenz)
Lieb 1993, 2 - AE, 1993, 1227164.

PANNONIA SUPERIOR

  • 165 Thomasson 1972-1990, 108.59 : “nomina male lecta videntur : posse fuisse Iallius Bassus”, dont le (...)

209175. Poetovio (Ptuj)
CIL, III, 4078 ; révision de J. Fitz, Alba Regia, 24, 1990, p. 165.
[---bf] Iulii Bas[s]icos165.

210*176. Carnuntum (Bad Deutsch-Altenburg)
JÖAI, 29, 1935, Beibl. Sp. 317, 376 ; E. Vorbeck, Militärinschriften aus Carnuntum, no 264 p. 97 (avec les références aux éditions antérieures).
Plusieurs fragments de la stèle funéraire d’un anonyme [---] cus domo [---], [bf c]os, décédé à l’âge de 50 ans après plus de 30 ans (33 ?) de service.

PANNONIA INFERIOR

  • 166 Voir CBI, 366-391. Cette inscription funéraire n’est connue que par des copies. La lecture (l. 3) (...)

211*177. Aquincum (Budapest)166
CIL, III, 3553 ; Barkoczi 1964, no 105/66.

DALMATIA

  • 167 Voir CBI, 446-450. Inscription funéraire d’un soldat de la légion XI Claudia, peut-être promu comm (...)

212*178. Burnum (Knin)167
CIL, III, 9908 ; Betz 1939, 101 ; Domaszewski & Dobson 1981, 213.

  • 168 Il s’agit ici d’un autel votif dédié à IOM par un certain C(aius) [I]ul[i]us [Io]uinu[s], un vétér (...)
  • 169 l. 5-6 : e[x] / [b(ene)f(iciario) c]o(n)[s(ularis)] sacru[m] ou e[x] / [uot]o sacru[m] ? La premiè (...)

213179. Salona (Solin)168
BD, 30, 1907, no 3784 A ; Betz 1939, 235169.

  • 170 l. 4 : [b(ene)f(iciarius) c(on)]s(ularis) leg(ionis) [---] ?

214180a. Salona (Solin)
BD, 30, 1907, no 3778 A170.

  • 171 L’abréviation BENIF pour benef(iciarius) n’est pas attestée ailleurs, mais peut se concevoir, en p (...)

215180b. Salona (Solin)
CIL, III, 1956
Inscription votive dédiée par C. Cassius Valens, benif.171.

  • 172 Voici le texte conservé I(oui) O(ptimo) M(aximo) [e]t G(enio) [m(unicipii) N(ouensium)] Sat[urninu (...)

216181. Novae (Runoviç près de Imotski)
Patsch 1902, 2172.

  • 173 Voir CBI, 488 et 461. Fragment d’inscription funéraire. La restitution de l’abréviation BF devant (...)

217*182. Doclea (Dukljia près de Titograd)
CIL, III, 13828173.

  • 174 Voir supra. La restitution de l’abréviation BF devant les lettres COS, malgré la disposition sur d (...)

218183a. (Skelani - Ljesce)
CIL, III, 14219.6 ; Betz 1939, 291174.

  • 175 Ce lieu se situe à l’est du secteur minier de Municipium Domauianum et de Skelani, non loin du cou (...)

219183b. Gradina - Jelica près de Cacak (territoire de Municipium Malvesiatum)175.
S. Ferjancic, Balcanica, 26, 1995, 175-194 (non uidi) - AE, 1996, 1199.
Fragment inférieur d’un autel votif découvert en 1988, en remploi dans le mur de la basilique chrétienne (iie -iiie s.), [b]f co[s l]eg(ionis) XI [Cl(audiae) u.] s. [l. m.]. Le nom du dédicant n’a pas été conservé.

DACIA

  • 176 Voir supra. La pierre est perdue. C. Daicoviciu a le premier considéré cette inscription comme cel (...)

220184. Samum (Casei)
CIL, III, 822 et p. 1376 ; C. Daicoviciu, AMN, 3, 1966, p. 166 ; Id., Dacica, Cluj, 1969, p. 397 ; Dobó 1978, 61 ; Isac 1994, 212, 2176.
Inscription votive de M. Aurelius Moenenus, [bf] cos de la légion V Macedonica.

  • 177 Il s’agit vraisemblablement du même homme que l’homonyme bénéficiaire du gouverneur (CBI, 527 - Is (...)

221*185. Samum (Casei)
CIL, III, 7632 - 824 ; Isac 1994, 212, 9.
Inscription votive à IOM et aux autres dieux (le texte n’est conservé que partiellement) de P. Aelius Sextilianus177.

  • 178 Voir CBI, 565-567 et supra.
  • 179 La restitution [bf] paraît probable dans le contexte d’Ampelum où l’on connaît plusieurs autels ér (...)

222186. Ampelum (Zlatna)178
I. T. Lipovan, SCIVA, 41, 1990, p. 69 no 2 ; photo et dessin fig. 2, 1 ; C. C. Petolescu, “Cronica X 1990”, SCIVA, 42, 1991, p. 266 no 541.
Fragment d’inscription votive d’un [bf] proc.( ?)179 anonyme.

MOESIA SUPERIOR

  • 180 Voir CBI, 594 et 578. La restitution du titre de beneficiarius ou de celui de strator est possible (...)

223187. Naissus (Nis)180.
N. Vulic, Spomenik, 71, 1931, p. 103 no 246 et Spomenik, 77, 1934, p. 46 s. no 37 ; AE, 1934,
208 ; IMS, IV, 13 (photo) (245 p. C.).

MOESIA INFERIOR

  • 181 Selon Parvan, il serait possible de distinguer un un B barré (-B-) après le nom de M. Iulius Mosch (...)

224188. Histria (Istria)
V. Parvan, Histria, IV, Analele Academiei Române. Memoriile sectiunii istorice, Bucarest s.
2, t. 38, 1916, no 20 p. 597 sv. (en roumain ; résumé en français p. 718-721 ; photo pl. X-XI) ;
SEG, I, 330 ; ISM, I, 193.
Liste des 157 membres de la gérusie d’Histria (rédigée entre le 25 février et 10 juillet 138 p. C.) parmi lesquels M. Iulius Moschos (l’un des 29 citoyens romains membres actifs de la gérousie) pourrait être un bénéficiaire comme l’avait proposé Parvan181.

CILICIA

  • 182 Ce lieu se situe en Isaurie, région dont les frontières ont souvent été modifiées, qui fut rattach (...)

225*188a. Akkise182
JRS, 14, 1924, p. 74-6 no 109 (dessin et photo Pl. 17/3 ; AE, 1926, 74 ; JRS, 18, 1928, p. 39 ;
SEG, 6, 541 ; Ramsay 1967, 203-207 ; G. Laminger-Pascher, WS, N. F. 7, 1973, p. 257-263 (dessin) ; AE, 1973, 538.
Inscription funéraire en grec du fils d’un corniculaire (d’un préfet de l’ala Atectorum ?) qui fut auparavant librarius, beneficiarus ( ? ce titre est restitué par Ramsay puis retenu par Laminger-Pascher) et actarius.

SYRIA

  • 183 Voir infra CBI, 708. Ce lieu ultérieurement dénommé Philippolis, en l’honneur de l’empereur Philip (...)
  • 184 En grec : B suivi du nom de Avidius Cassius ; en latin, en revanche (tel qu’il est rapporté) le te (...)

226189 Shahba183 (la future P hilippopolis)
AE, 1938, 123 (169-175 p. C.)
Inscription votive bilingue d’un certain Marcellus, B (bénéficiaire ?)184 d’Avidius Cassius.

ARABIA

  • 185 Voir CBI, 727 et 728.

227190. Adraha (Dera’a)185
Pflaum 1981, 211 no 2 ; AE, 1953, 231 (le texte n’est pas cité).
Fragment d’inscription (259-260 p. C.). La restitution du nom Flauianus et de son titre de bénéficiaire est fort probable en relation avec les documents comparables CBI, 727-728 issus du même contexte.

AFRICA PROCONSULARIS

  • 186 L’établissement du texte n’est pas sûr, mais le développement proposé avec le titre de bénéficiair (...)

228* 191. Sufetula (Sbeitla)
ILAfr, 138.
Base découverte “dans l’enceinte des temples”, érigée par le populus universus curiarum en l’honneur du flamen perpetuus L(ucius) Pompeius L(ucii) f(ilius) Quirina [---] ianus,... innocentissimus ciuis, qui fut peut-être au cours de sa carrière militaire un b(ene)f(iciarius) ( ?) d’un tribun sexmestris promu lib(rarius) du légat de la légion II Adiutrix avant de devenir centurion186.

NUMIDIA

  • 187 Dans la deuxième liste (CBI, 780), on connaît un bénéficiaire de plus : le nom de [. M]ummius Atti (...)

229192. Lambaesis (Tazzoult-Lambèse)
R. Cagnat, Le Musée de Lambèse, Paris 1895, p. 65-67.
Fagment de base comprenant une liste semblable – à quelques exceptions près – à celle qui figure sur une autre base (VIII, 2567 = 18054 - CBI, 780. Dans cette liste sont conservés187 les noms des deux bénéficiaires suivants : C(aius) Licinius Iulian(us) Theu(este), b(eneficiarius) la(ticlaui) (Le Bohec 1989a, 244) et C(aius) Marius Decian(us) Sic(ca) b(ene)f(iciarius) co(n)s(ularis) (Le Bohec 1989a, 245).

  • 188 Voir CBI, 752-757. CBI, 758 : Annexe 1.2. Sur la station : Chap. IV.

230*193. Vazaivi (Zoui)188
VIII, 17635 - 10724 ; Le Bohec 1989a, 419 n. 382.
Fragment droit d’une inscription votive.
---[bf c] os ex/[pl(eto ?) temp ?] ore / [corn]iculari(us)

REGIONES ITALIAE

231194. Classis (Ravenne)
CIL, XI, 62 ; G. A. Mansuelli, Le stele romane del Territorio Ravennate e del Basso Po, Ravenne 1967, no 108 p. 173 (photo fig. 115).
Fragment inférieur d’une stèle funéraire (iie s. p. C.). L’héritier qui s’est chargé d’ériger la stèle est un bénéficiaire, C. Iul(ius) Apolin(aris) ( !) b(eneficiarius) IIII Vesta h(eres) huius b(ene) p(onendum) c(urauit).

232195. Bononia (Bologne)
CIL, XI, 710 ; Breeze 1974a, 249 ; Dobson 1978, 243.
Fragment d’inscription funéraire (iie s. p. C. ?) incomplète à gauche et en haut à droite, où Hilara Cyrilla l’épouse d’un soldat décédé, retrace les étapes de la carrière de son mari [.] Amblasius C(ai) f(ilius) M[---] CN Secundus au cours de laquelle il a été [be]nef(iciarius) du préfet du prétoire avant d’être promu comme centurion dans les cohortes de Rome puis centurion légionnaire, ce dernier poste étant peut-être suivi d’une promotion au primipilat.

  • 189 L’inscription incomplète et conservée sous la forme de deux fragments a été restituée avec beaucou (...)

233196. Firmum (Fermo)
CIL, IX, 5359.
Fragment d’inscription honorifique dédiée au préfet du prétoire M. Gavius Maximus (157 p. C.) peut-être par son ou par ses bénéficiaire(s), à l’occasion de la célébration de ses “ornements consulaires”189.

ROMA

  • 190 Deux fragments d’une même table. l. 2 : BF : le développement b(ene)f(ecit) ne convenant guère ici (...)
  • 191 Elle daterait du consulat de Rufius Postumius Festus (439 p. C.) et serait l’exemple le plus tardi (...)

234197. CIL, VI, 32972 ; Diehl, 89 ; Silvagni 1922, 735190.
Inscription funéraire chrétienne (439 p. C. ou 472 p. C. ?)191 d’un [---] beneficiarius.

235198. Speidel 1994a, 214
Inscription funéraire (plusieurs fragments) du iie s. p. C., peut-être d’un bénéficiaire du tribun des equites singulares, par son héritier, un [bf] trib(uni) anonyme.

2. inscriptions du cbi de caractère incertain (*) ou a éliminer (**)

236** CBI, 119 : il s’agit d’un primipile, voir XIII, 6749 et Haensch 1995b, 807 - AE, 1996, 1175.

237** CBI, 211 : problèmes d’établissement du texte (absence de dédicant ?) qui rendent très improbable la restitution du titre de bénéficiaire du procurateur, proposée par Mayr. Celui-ci avait vraisemblablement été guidé dans son interprétation par la lecture erronée du texte de Mayence XIII, 11816 - 6731 c(um) uil(ico) p(osuit), corrigé par les éditeurs de CBI, 126 : Annexe 1.3 (voir infra). La dédicace au Génie d’une statio uectig[alium] ne trouve à l’heure actuelle aucun parallèle de la part d’un beneficiarius.

  • 192 Nous devons cette référence à Patrick Le Roux, que nous remercions amicalement.

238** CBI, 401 : Les lettres BB ne doivent pas être comprises comme une abréviation insolite (malgré CBI, 451) du titre de bénéficiaire, qui serait la seule attestation d’un tel sous-officier rattaché à un numerus de cavaliers ; il s’agit en réalité d’un b(ar)b(aricatus) n(umeri) eqq(uitum) Scut(ariorum), revêtu de sa cape, comme l’a montré Speidel 1997, 234192.

  • 193 L’abréviation-BE- est attestée pour le titre de beneficiarius (voir CBI, p. 813), mais la préposit (...)

239** CBI, 448 : protec(tor) co(n)s(ularis) pro be(neficio) (ILIug, 831) semble préférable à protec(tor) co(n)s(ularis) pro(uinciae), be(ne)f(iciarius) ou à protec(tor) co(n)s(ularis) pro be(ne)f(iciario) que proposent, non sans hésitation, les éditeurs du CBI. Voir aussi XIII, 6888 : pro benef[ic(io)] pos(uit), et VI, 33770 – ILS, 9030 (cité Chap. II), où l’abréviation -B-, caractéristique du titre beneficiarius, est employée pour beneficium, dans le titre bien connu de adiutor a commentariis beneficiorum193.

240* CBI, 457 : La promotion directe de bf cos à centurion n’étant pas habituelle, il n’est pas indiqué de restituer le titre de bf cos. cf. Speidel 1992b et Haensch 1995b, 810.

241** CBI, 506 : il n’est pas question d’un bénéficiaire ici comme l’ont montré les révisions de Piso 1994, qui propose aux l. 6-7 :... Iul(ius) Gracilis / [mi(les) n(umeri)] M(aurorum) Tib(iscensium) ex sing(ulari), et de Speidel 1994d :... Iul(ius) Gracilis / [© n(umeri)] Pal] m(yrenorum) Tib(iscensium) ex sing(ularibus) / [co(n)s(ularis)---]. Sa proposition d’une promotion justifie mieux la présence du ex devant SING, dans une inscription votive.

242* CBI, 523.

243** CBI, 536 : la restitution du titre de bénéficiaire dans l’inscription funéraire de ce vétéran est sérieusement compromise par le manque de parallèles de vétérans anciens bf cos qui seraient restés au moment de leur retraite dans le lieu de leur dernier poste, en dehors des grands centres urbains et des lieux d’intérêts économiques marqués, et a fortiori dans une région de frontières au nord de la Dacie, où les dangers n’étaient pas inexistants si l’on en croit le bénéficiaire Lucius Scantius (CBI, 528). Nous partageons à ce propos l’opinion émise par Haensch 1995b, 810.

244** CBI, 564 : à rejeter, en l’absence d’une attestation marquant la promotion d’un singularis à bénéficiaire (à ce propos voir ci-dessus le commentaire concernant CBI, 506).

245** CBI, 585 : problèmes d’établissement de texte dans cette inscription votive qui nous semble devoir être écartée du corpus, en particulier dans les deux dernières lignes. L’ordre dans lequels seraient énoncés les titres ne correspond pas à une ordre hiérarchique : il ne peut pas s’agir de la description du cursus d’un librarius. Par ailleurs, l’association des quelques officiales dans l’inscription votive semble aussi surprenante que l’ordre dans lequel ils apparaîtraient : un librarius de la légion avec des exacti cos (ils ne peuvent pas appartenir à l’état-major de la légion contrairement à ce que suggèrent les éd. du CBI), auxquels seraient associés, sans et, des bénéficiaires et des frumentarii, selon les éditeurs qui développent BF par le pluriel b(ene)f(iciarii), et FRUM par frum(entarii). Voir à ce sujet également les remarques et de Haensch 1995b, 811-812, qui retient l. 6 : fact(us) ab eo (déjà proposé parmi d’autres possibilités par Mirkoviç dans son commentaire des IMS, II, 44) puis songe à la l. 7 à une expression comme exacta statione (H. renvoie à CBI, 755), suivie par la mention d’une promotion à frum(entarius).

246** CBI, 677 : les lectures Celer mil(es) c[oh(ortis)---] pr(aetoriae) cornic[l] ar(ius) [bene]fici(o) trib(uni) (Domaszewski & Dobson 1981, 203) ou Celer mil(itauit) c[oh(orte)---] pr(aetoria) cornic[l] ar(ius) [bene]fici(o) trib(uni), semblent plus convaincantes que celle de [bene]fic(iarius) trib(uni) (CIL, puis CBI) qui paraît surprenante si l’on considère l’ordre dans lequel serait énoncée la carrière (miles, corniculaire, bénéficiaire d’un tribun). L’autre hypothèse proposée dans leur commentaire par les éd. du CBI nous paraît également envisageable : cornic[l]ar(ius) [of]fici(i) trib(uni).

247** CBI, 700 : l’interprétation du B pour bénéficiaire n’est pas sûre, la carrière esquissée dans le texte étant très surprenante pour un bénéficiaire ; voir aussi Speidel 1992b, 232 n. 15.

248** CBI, 701 : il ne s’agit pas d’un bénéficiaire ; voir désormais Speidel (1992b) - AE, 1992, 1687.

249** CBI, 707 : le développement des lettres GF en b(ene)f(iciarius) est incertain et la suite du texte, avec les lettres CYVTI, n’est pas attribuable sans difficulté à C. Antistius Vetus. Comme le relève Haensch 1995b, 814, ce dernier n’est pas connu comme gouverneur de la Syrie, malgré ce qu’avancent les éd. du CBI qui à ce sujet renvoient étonnamment à Thomasson 1972-1990, 310.

250* CBI, 729 : selon Graf 1988, 193, 2 et 174-146, 7 (repr. dans Graf 1998) qui a revu les graffites sur place (entre Mada’in Salih et Al Ula) il est peu probable qu’il s’agisse de bénéficiaires, une telle interprétation étant exclue en ce qui concerne le texte grec. Sur la présence de bf dans ce lieu : Seyrig 1940, Speidel 1977, 703-704, d’où Bowersock 1983, 157, puis CBI. Cela ne remet pas en cause la présence militaire romaine dans la région. A ce propos, voir Bowersock 1983, 94-100 et Sartre 1991, 334, et pour le contexte, Millar 1993, 129 et 403-406.

  • 194 LE pour le(gati) surprend, de même que tempore seul (sans expleto), qui n’a pas de sens. On peut to (...)

251** CBI, 758 : dec(urio) coh(ortis) Hispanor(um) exple(to) tempore soluit (CIL, commentaire, Domaszewski & Dobson 1981, 247 ; Le Bohec 1989a, 424 ; AE, 1992, 1857) est préférable à... ex b(eneficiario) le(gati) tempore soluit194.

252** CBI, 863 citer AE, 1980, 262 ; il ne s’agit pas d’un bénéficiaire ; voir à ce propos Le Roux 1983, 65-73, 1 et Lambin 1992, 121-124.

253* CBI, 869 : le texte évoque un enrôlement dans les cohortes prétoriennes suite à un beneficium de Drusus, Drusi Caesaris benefici(o) militauit coh(orte) VI pr(aetoria) ; ce militaire était un protégé de Drusus Caesar, comparable aux beneficiarii de César (cf. Chap. II), plutôt qu’un bénéficiaire dans le sens technique du terme. Le dossier ne livre aucune attestation du titre de bénéficiaire d’un César.

3. Commentaires - compléments corrections aux textes du cbi

254Le but de cette liste est avant tout d’alléger le texte de la synthèse et de faciliter l’accès aux documents du CBI sur lesquels nous présentons un commentaire susceptible, dans certains cas, d’avoir une incidence sur l’interprétation proposée. Il ne nous pas paru utile en revanche, de nous arrêter de façon systématique à des détails de langue ou autres tels que b(ene)f(iciario) au lieu de b(ene)f(iciarius) à propos de CBI, 250, ou [mil(iti) le]g(ionis) au lieu de [mil(es) le]g(ionis) à propos de CBI, 406.

2551 RIB, II. 1, 2411.247.

  • 195 Le frumentarius promu comme bf cos (CBI, 841) après son transfert dans la légion établie dans sa p (...)

2565 RIB 2, 773. L’établissement du texte, en particulier de la l. 6, est problématique. Nous ne connaissons pas de parallèle dans le dossier des bf cos de la leçon retenue : promotus bf cos leg VI Vic[t]r(icis) ex leg(ione) [[III A]]ug(usta) ex Africa, où il serait question comme ici d’un bf cos qui, lors de sa promotion à ce titre, aurait été transféré d’une légion dans une autre195. En outre, que le rattachement à la nouvelle légion soit exprimé sans autre précision que par la formule concise de bf cos leg VI Vic[t]r(icis) paraît surprenante. Les leçons proposées par Davies ou Alföldy, pour qui il s’agirait d’une promotion à centurion entraînant un transfert de troupe, semblent plus satisfaisantes de ce point de vue (voir apparat critique de CBI). Cela dit, des transferts d’une légion à une autre sont possibles, en particulier pour les militaires détachés dans une autre province dans le cadre par exemple d’une vexillation, qui ensuite restent dans cette province et sont transférés dans la légion (ou une des légions) qui y stationne. Voir par ex. Di Vita-Evrard 1994, 98-99.

2576 RIB, II. 1, 2411.246 : BFC et non pas BE comme dit dans CBI.

2587 RIB 2, 725, p. 772 (addenda et corrigenda ad RIB, 725), où la lecture d’un incertain T(itius) Irdas suivi de l’abréviation du titre SC, pour s(ingularis) c(onsularis) (CIL) ou s(ummus) c(urator) (Speidel), a été révisée en T. Aur(elius) Dasso (voir Chap. IV). Ce monument étant aujourd’hui perdu, les éditeurs ont étudié deux copies indépendantes, l’une d’elles étant conservée dans la bibliothèque de la Cathédrale de York (Britannia, 14, 1983, 349). Pour la relecture du nom, ils reprennent une proposition de Rankov 1986. L’abréviation des titres de bénéficiaires n’avait été comprise ni à la ligne 4 ni à la ligne 6 : l. 4 : à la place de l’abréviation BF,-B-, ou B inversé lié à F, les copistes lisaient un F devant VLLM, ce qui demeure insolite si on la comprend comme un f(ecit) ; l. 6 : après Vitalis, Camden copie un E suivi de TE (en ligature) COS et le copiste d’York, EF. COS, au lieu de BF COS. Les deux militaires étaient à notre avis tous deux des bénéficiaires qui se sont succédés à Catterick-Cattaractonium (cf. Chap. IV). Pour un T. Aur. Dosso (et non pas Dasso), voir XIII, 7732 (ce légionnaire de Germanie Inférieure a érigé, avec un collègue, un autel à Vinxtbach. Ce monument fut retrouvé avec celui d’un bf cos en poste ici : CBI, 207) ; pour un auxiliaire du nom de Dassius : Roxan 1978, 32.3, et un soldat chrétien nommé Dasius : Musurillo 1972, no 21. Ni Dasso ni Dosso ne figurent dans la répertoire de Solin & Salomies 1994, 321-322, où apparaissent toutefois Dasio et Dassiolus. Du même endroit provient aussi l’autel I 4.

25921 Tomlin 1992, 141-146 - AE, 1992, 1131 préfère avec raison la lecture ben(eficiarius) leg(ati) pr(aetorii) à leg(ati) pr(aefecti) (CBI) ou à leg(ati) pr(ouinciae) et aux autres propositions antérieures (p. 141), suivant en cela une suggestion émise par Burn (cité p. 143, n. 14). Il s’agirait d’un bénéficiaire du légat de la légion XX qui était en poste, comme on peut s’y attendre, dans le camp de sa troupe établie à Wrocester. On ajoutera à la démonstration de Tomlin le parallèle direct que présente peut-être un texte d’Apulum en Dacie, bf [leg(ati)] praetor[ii] (CBI, 518 : voir infra) que les indices du CBI où il a été lu différemment (voir infra) ne pouvaient faire connaître. Ce bénéficiaire d’un légat prétorien se distingue par son titre et son statut du bénéficiaire de celui du gouverneur de Pannonie (ou de Dacie ?), L. Cominius Pollio,... beneficiarius legati consularis, qui élève un autel à Mercure à Arcisate (CBI, 895). On connaît un autre parallèle à cette expression du titre dans une inscription votive de Trebnje-Praetorium Latobicorum en Pannonie également CBI, 342 où l’expression bf leg(ati) cos permet de distinguer les bénéficiaires du gouverneur de la province de ceux du légat de rang prétorien. Voir aussi à Carnuntum I 11c. Ces exemples datent de la première partie du IIe s., avant que la titulature BF COS ne se fixe de façon plus rigoureuse. Voir aussi peut-être CBI, 600 à Scupi en Mésie Supérieure, où le titre aurait été porté vers le milieu du IIe s. : b(eneficiarius) M(arci) V(alerii) E(trusci) leg(ati) consula(ris).

26025 Pour l’édition du texte, voir ILB, 33 (à ce propos, Raepset-Charlier 1993).

26126 Les deux bénéficiaires étaient-ils employés dans au service du gouverneur de la Germanie Supérieure, ou du procurateur installé à Trèves ? Cette dernière hypothèse, pour laquelle on connaît un parallèle avec l’exemple de Maximinus, détaché, lui aussi, de la légion VIII (CBI, 23 ; pour un autre bf de cet officium, voir aussi à Athènes CBI, 673), est la seule qui ait été envisagée par les éditeurs du CBI. Si elle est retenue, ce serait le seul exemple d’un autel votif élevé conjointement par deux bénéficiaires d’un procurateur financier. On peut aussi envisager qu’ils aient été détachés de l’officium du gouverneur dans une station établie à Trèves, dans le but, parmi d’autres, de veiller au bon acheminement des convois, notamment des convois monétaires, ainsi qu’à la sécurité du trafic en général, cette région étant placée sous la surveillance et la protection militaires des légions de Germanie. Trèves, une ville opulente était un centre de ravitaillement des armées du Rhin, et cela encore au ive s. p. C. si l’on en croit Ausone, Classement des villes célèbres, 6 (éd. Peiper p. 146). Enfin, l’incertitude dans la formulation pourrait s’expliquer par la position particulière dans laquelle se trouvaient ces deux bénéficiaires ainsi que certains de leurs collègues, détachés comme eux dans une province voisine. Voir CBI, 43 à Vevey, ainsi que I 7b à Martigny, avec la discussion dans Nelis-Clément & Wiblé 1997 ; voir aussi CBI, 27 et CBI, 735 et 736 : infra p. 389.

26237 La lecture de ce document “scellé dans un mur de la salle Dor de la Souchère, au premier étage” du Musée Picasso à Antibes, a été révisée par Chastagnol 1986 qui à la l. 4 lit les lettres EQR, soit eq(uitis) R(omani), et de ce fait rejette la lecture For(oiuliensis). Le fils du bénéficiaire a reçu le titre le chevalier romain très jeune, puisqu’il le portait lors de son décès, à l’âge de 5 ans. Jusqu’à la majorité civique, il aurait été dispensé des charges et des devoirs propres à son rang. Son père, un ressortissant d’origine locale sans doute établi à Antibes a été recruté dans la légion VIII de Strasbourg puis a intégré l’officium d’un gouverneur consulaire de Germanie Supérieure. Notons l’abréviation con(sularis) au lieu de l’habituel cos. Son fils qui avait reçu l’honneur d’entrer très jeune dans l’ordre équestre était probablement resté avec sa mère dans la région. Pour d’autres exemples de fils de bénéficiaires devenus chevaliers ou aspirant à entrer dans cet ordre, voir par ex. CBI, 760 (voir infra) et CBI, 609. La pierre pourrait dater de la 1ère moitié du iiie s. p. C. Sur les jeunes chevaliers romains, voir Demougin 1980.

26344 La lecture b(eneficiarius) P(ublii) Memmi Clementis proc. Aug. s’impose (voir la photo) devant celle des éd. du CBI. Pourquoi Memm{m} i (i) ? Voir aussi Haensch 1995a, 806.

26459 La pierre n’est pas perdue comme dit dans le CBI, mais se trouve à Bonn au Rheinisches Landesmuseum Inv. 33.20 ; cf. Wiegels 1995, 537 n. 68.

26586 Wiegels 1995, 534-537, restitue le nom de Silvanus.

26690 L’absence surprenante de coordination entre les noms des deux codédicants, la rareté du gentilice Isaurius, la forme en – o du cognomen Calendino, au nominatif (voir néanmoins CBI, 117 : Luc(ilius) Auento, au nominatif ; dans l’index CBI, p. 781, Calendinus prend la place de Calendino), ainsi que les interponctuations avant et après le S de la l. 5 ont suscité la récente révision de Wiegels 1995, 537 (désormais AE, 1995, 1110) qui propose de lire T. Farfenna Ianuar(ius) bf cos G (emaniae) I(nferioris) s(ub) Aur(elio) Calendino © leg(ionis) XXX U(lpiae).... au lieu de T. Farfenna Ianuar(inus) bf cos C(aius) Isaur(icius) Calendino ( !) © leg(ionis) XXX U(lpiae). Pour une discussion : Chap. IV.

267100 AE, 1996, 1149.

268103 et 104 : la lecture Inuictus imperator, choisie par les éditeurs de préférence à (ex) imperio, devrait être supportée par un commentaire sinon des parallèles. Selon Cagnat 1914, 160 n. 1, on ne rencontrerait qu’une seule fois Inuictus pour Commode, en XIV, 3449, alors que pour Septime Sévère, cette dénomination se limiterait aux monnaies. La datation du règne de Commode concorderait bien avec celle de l’autel retrouvé in situ que le même bénéficiaire a érigé à Osterburken (CBI, 154).

269110 L’autel est certainement du iie s., mais les critères paléographiques ne sont pas suffisants pour prouver – ni exclure – sa datation dans la première moitié du iie s. (cf. aussi Raepset-Charlier 1993).

270112 AE, 1996, 1151.

271115 AE, 1989, 573 ; Haensch 1995b : Datation : 13 mars 166 p. C. Bien qu’ils citent l’article de Clauss 1976, 225-226 (photo pl. 55 ; dessin fig. 1 p. 226), les éditeurs du CBI ont omis d’en tenir compte. Clauss avait en effet déchiffré la datation consulaire aux l. 7-8 de l’autel : Pud[ent] e [et Pollio]n[e/c]o(n)s(ulibus). Toutefois, travaillant sur une photographie du texte, Clauss n’était pas en mesure de voir la date au jour précis figurant sur le côté gauche de l’autel, et qui est mentionnée dans le CBI : III id(ibus) Mar(tiis). Les monuments CBI, 115, 114, 113 ont été découverts en remploi dans l’église de Olnhausen, à 2 km et demi à l’ouest du castellum de Jagsthausen où ont été mis à jour deux autres autels (CBI, 111, découvert en 1886 dans les thermes du castellum, et CBI, 112, découvert en 1953 sur l’emplacement d’un hypocauste). Il est vraisemblable que tous ces autels proviennent de la même station, dans le contexte du castellum de Jagsthausen, au sud d’Osterburken. A ce propos : Chap. IV.

272116 Datation : à la restitution [kal(endas)] Iul(ias) proposée par les éditeurs sans aucun commentaire on préférera celle de [idib(us)] Iul(iis) ; voir Annexe 6.

273117 AE, 1996, 1150.

274126 Les éditeurs du CBI ont rejeté avec raison la leçon c(um) uil(ico) p(osuit) et proposent be(neficiarius) co(n)s(ularis) <q>(ui ?) u(oto) l(ibens) p(osuit), en citant CBI, 349 comme parallèle. Serait-il possible d’envisager, dans les lettres -B-E COS C (ou G ?) S (petit caractère ou interponctuation ?) V L P, l’énoncé du titre de be(ne) f(iciarius) co(n)s(ularis) G(ermaniae ?) S(uperioris ?), suivi de la formule votive u(otum) l(ibens) p(osuit) ? La question reste ouverte. Sur les associations des bf cos de Germanie Supérieure : CBI, 96 et 98 et Chap. VI.

275129 Les éd. du CBI datent l’autel du iie -iiie s. alors que Frenz 1984 a déchiffré sur le bandeau de la corniche une première ligne [M]aximo et Condiano (cos) renvoyant au consulat de Sex. Quintilius Condianus et Sex. Quintilius Valerius Maximus (les noms sont inversés sur l’autel), soit en 151 p. C. Sur les variations dans l’ordre et dans l’énoncé des noms des consuls, voir Salomies 1996. Cet autel daté est le plus ancien qui soit connu à Mayence. Les seules autres invocations à la Domus Diuina du iie s. que nous connaissons parmi les bénéficiaires dans la province datent de 181 p. C. (CBI, 96 et CBI, 117), tous les autres exemples connus étant du iiie s.

276131 Datation : le début du iiie s. plutôt que la seconde partie du iie s. p. C. (voir aussi Raepset-Charlier 1993).

277158 Les éditeurs restituent id(ibus) [Iul(iis)] sans aucun commentaire, alors que dans le contexte des stations de la province, à cette époque, id(ibus) [Ian(uariis)] serait tout aussi possible.

278157-169 AE, 1996, 1152-1163 ; voir aussi 1164-1166 et Chap. IV.

279159 La datation proposée selon les éd., en fonction de la place des fragments sur le sanctuaire, se situerait vers 185-190 p. C. Mais les fragments ont été déplacés (cf. Schallmayer & Preuss 1994, 53 n. 24 et 25). Le décor et le fait qu’il s’agit d’un bf cos recruté dans la légion de Rhétie permettent de se demander si une datation plus proche de CBI, 152, en 174 p. C. ne conviendrait pas mieux à cet autel fragmentaire. La torsade qui entoure le champ épigraphique, par exemple, est semblable à celle de CBI, 152, et elle est également comparable à celles des autels CBI, 146 et 148, datés de “um 180 p. C.”. Il en va de même pour les puluini décorés d’un masque, qui une fois encore se retrouvent sur les autels CBI, 146 “um 180 p. C.)” et CBI, 149 “vermutlich 178 p. C.”. Ainsi, le détachement à Osterburken de ces deux bf cos rattachés à la légion III Italica de Rhétie s’inscrirait dans des circonstances comparables, vers 174 p. C. Il est possible que durant cette période de crise, les deux provinces aient été réunies sous le gouvernement d’un seul homme, P. Cornelius Anullinus : Alföldy 1987b, 312-315 et Chap. II ; sur ce gouverneur, voir Thomasson 1972-1990, 154.34.

280169 IX idibus Ian(uariis), 5 janvier 201 p. C. doit être corrigé comme le propose Lieb (voir chap. I) en ex idibus Jan. in seq(uentes), soit des ides de janvier 200 aux ides de janvier suivantes de 201 p. C.

281170 La restitution de l. 12 [Maximo et Co]ndiano en 151 p. C. (comme ci-dessus CBI, 129 : Annexe 1.3) devrait aussi être envisagée avec celle de [Praesente II et Co] ndiano en 180 p. C., ou du moins discutée, puisque les premiers éléments datés du site remontent à 156 p. C. (Huther 1994, 86 n. 42). L’autel a été retrouvé en remploi et non pas, comme la plupart, in situ dans le sanctuaire. Ce qui reste de la formule onomastique (filiation et origo) n’irait pas a priori à l’encontre d’une telle datation, mais il est vrai que le nombre de dédicaces correspondrait mieux dans le contexte à la datation plus tardive.

282171 La lacune de la l. 11 contenait probablement la mention des ides de janvier ou de juillet. Quant à la datation proposée, 232 p. C., elle ne nous paraît pas être la seule possible. On signalera que dans les inscriptions des bf datées de 232 p. C., aussi bien en GeI (CBI, 65) qu’en PaS (CBI, 354 et 359), les noms des consuls s’expriment toujours sous la forme Lupo (pour L. Virius Lupus (Iulianus ?) et Maximo. Par ailleurs, l’absence de II après Iuliano est fréquente, ce qui fait de l’année 224 p. C. avec la restitution [Iul]iano et [Crispino] une possibilité à envisager (cf. I 35 avec Salomies 1996, 280-281 ; CBI, 352 en PaS et CBI, 528 en Dacie). La date de 223 p. C. conviendrait aussi, même si l’on constate que tous les exemples connus dans la documentation épigraphique des bénéficiaires, et surtout les deux textes de GeS, mentionnent pour cette année les consuls dans l’ordre Maximo et Aeliano cos (CBI, 203, 106, 94, I 100, I 34, en GeS, GeI, Dac, PaI). Sur ces questions de variations dans l’expression des dates consulaires : Salomies 1996.

283182 Si l’identification du gouverneur de la province avec L. Iunius Victorinus Flauius Caelius, légat de la légion VI Victrix en Bretagne, consul en 158 p. C. est correcte, ce document daterait du règne de Marc Aurèle. Toutefois, vu le caractère incertain de l’identification, on préférera proposer ici une fourchette plus large, soit entre le règne de Marc Aurèle et celui de Septime Sévère, selon Eck 1985, 70, 35, ce qui s’inscrit bien dans le contexte du site où les documents datés des bénéficiaires se situent entre 166 et 208 p. C. (CBI, 184 et 190). Le caractère original des invocations de cet autel mérite d’être souligné. Les lettres IOM sont inscrites au-dessus de la niche où figurent les reliefs d’Isis et de Sara(p)is, dont les noms sont inscrits de part et d’autre de la niche. La dédicace au Génie du gouverneur de la province est unique parmi les bénéficiaires.

284196 AE, 1996, 1169.

285199 La restitution BB. FF LE[G LEG VIII EX]PLETA S[TATIONE---] ferait de ce document le seul exemple d’un bénéficiaires d’un légat de légion avec une formule de stationnement (expleta statione) ; une telle expression se rencontre en effet toujours en relation avec des bénéficiaires d’un gouverneur, en service détaché dans une station (voir Annexe 5). Le gouverneur de la province était représenté à Bonn par un certain nombre de ses bénéficiaires, dont l’un au moins avait été recruté dans la légion XXX : CBI, 58. On en compte près d’une dizaine qui côtoient ceux du légat de la légion ou même du préfet. Ils assumaient peut-être la charge d’une station établie sous la cathédrale, si l’on en croit Lehner 1929 et 1930 et les fouilles de la crypte. Le bf leg leg qui consacre un autel aux divinités des Quadriuiae (CBI, 54) comme l’on fait certains bf cos dans des stations était employé par le légat de la légion dans le camp. Ses fonctions se limitaient sans doute au cadre du camp et à la partie civile qui l’entourait (cf. Rüger 1968, 74-75 ; toutefois, sur la juridiction civile dont jouirait le légat de légion de Germanie Supérieure, voir Wilmanns 1981, 71-72 à propos d’une tablette de Rottweil). Comme son collègue de Germanie Inférieure, le gouverneur de la Germanie Supérieure avait pu détacher ses bénéficiaires dans la région de Strasbourg, peut-être à proximité du camp légionnaire, intégrant ce poste au réseau des stations réparties dans sa province, même à proximité d’un camp légionnaire.

286C’est la raison pour laquelle on proposera la restitution b(ene)f(iciarii) le[g(ionis) VIII Aug. ou XXII Pr. P. F. ex]pleta s[tatione---] en considérant que les bénéficiaires ont omis de spécifier le titre de leur supérieur, comme cela se rencontre ailleurs, notamment dans la série de Sirmium et dans la capitale de Tarragone (Chap. II), ou éventuellement b(ene)f(iciarii) le[g(ati) co(n)s/ularis) ex]pleta s[tatione---] (voir aussi Schallmayer 1994, 187 n. 89). Signalons toutefois que la datation haute d’un tel titre, au lieu de l’habituel cos, contraste avec celle des documents suggérant le détachement simultané de deux bénéficiaires dans une station, dont le premier exemple connu daté par les consuls ne remonte pas au-delà de 181 p. C. en Germanie (Annexe 7). Quant au développement b(ene)f(iciarii) le[g. Aug. pr pr ex]pleta s[tatione---], il paraît peu probable : tous les bénéficiaires du gouverneur de Germanie Supérieure qui nous sont connus ont en effet porté le titre de bf cos plutôt que celui de bf leg Aug pr pr. Voir à ce sujet parmi d’autres CBI, 118 (218-219 p. C.) où dans le même texte le gouverneur porte le titre de légat d’Auguste pro préteur alors que ses bénéficiaires se disent bf cos.

287214 Ce document doit faire partie des inscriptions de Norique (et non pas de Rhétie comme dit dans CBI) ; il devait appartenir à la même station que CBI, 257, Bedaium, comme le suggère la dédicace toponymique. Les deux autels, tous deux datés aux ides de mai – en 219 p. C. (CBI, 257), et en 226 p. C. – et consacrés par des bf cos rattachés à la légion du Norique II Italica ont été déplacés par la suite et réutilisés dans la région située au nord-ouest du Chiemsee, l’un dans le mur extérieur de l’église de Pittenhart et l’autre, dans la chapelle St-Jean à Stöttham. La station de Bedaium se trouvait sur le tracé de la route romaine reliant Salzburg-Iuuauum et Augsburg-Augusta Vindelicum, capitale de la Rhétie, par Rosenheim-Pons Aeni.

288254 Le B de bénéficiaire est surmonté d’une barre horizontale. S’agit-il d’un T ( ?), signifiant qu’il aurait servi dans l’état-major d’un tribun, ou de l’abréviation BF comme le pensent les éditeurs du CBI ? Pour des exemples de bénéficiaires au service d’un tribun de cohorte auxiliaire, voir CBI, 402, 558, 712, 713 etc., 825, 887.

289262 AE, 1982, 758. Il faut souligner la jeunesse de cet adiutor [pri]n(cipis) cos décédé à l’âge de 22 ans. Il appartenait à une famille locale et était le frère d’un hypothétique [bf c]os. L’expression adiutor [pri]nc(ipis) cos (voir aussi RIT, 62, AE, 1967, 364, en 229 p. C. et III, 3510 ; pour un adiutor officii corniculariorum cos, fils d’un bf cos, voir CBI, 427) recouvre-t-elle ici un titre technique ou décrit-elle plutôt une fonction, comme cela pourrait être le cas pour certains beneficiarii d’un gouverneur ? (voir ci-dessous CBI, 488 et 759). Le défunt avait-il réellement accompli 7 ans de service, ce qui ramènerait son recrutement à l’âge de 15 ans (ceci n’est pas impossible, voir par ex. CBI, 159, bien que relativement rare) ? A moins que la restitution [mens(ium)] soit préférable à celle de [stip(endiorum)] devant le chiffre VII, en dépit de l’absence d’une mention des jours (voir par ex. CBI, 557, 882, 159 etc.) ? Pour un bf cos âgé de 25 ans avec 7 années de service, voir CBI, 620, au iie s. p. C., à Tomis.

290275, 278, 279, 281-282, 358-361 : Tous ces documents – 8 autels et un monument funéraire – proviennent vraisemblablement de la même station, établie à Municipium Neuiodunum. Voir Sasel-Kos 1995b et Nelis-Clément 1990, 195-199 ; autrement : Ott 1995, 92.

291275 ILS l , 1, 12.

292278 ILS l , 1, 8.

293279 ILS l , 1, 11.

294290 AE, 1996, 1241. Le nom du premier des bf cos, C. [Ati] lius Brin[cai] us, a été restitué par G. Alföldy, Specimina Nova, 6, 1990, 96-97, no 9 en rapprochement avec RIU, 2, 333. La datation est postérieure au 13 mars 222 p. C.

295281 ILS l , 1, 7.

296282 ILS l , 1, 27.

297283 ILS l , 1, 6.

298301 Le monument en question, selon G. Alföldy, Specimina Nova, 6, 1990, 99-102, no 11 (AE, 1996, 1243) serait de type funéraire et non votif, et c’est le nom d’un second dédicant qui serait indiqué, et non celui d’une c (ohors) I Ulp(ia).

299319 Vu le lieu de provenance, Brigetio, camp de la légion I Adiutrix, la lecture bf pr(aefecti) paraît préférable à bf pr(aesidis) (CBI) et à celle de bf pr(ocuratoris). Voir aussi Haensch 1985b, 809 qui propose comme seconde hypothèse le rattachement possible du bf auprès d’un préfet du prétoire.

300338-355 : Sur les autels de bf provenant de Praetorium Latobicorum : Sasel-Kos 1995a, 271-278 et Sasel-Kos 1997, 152-169.

301338 ILS l, 1, 122 ; Sasel-Kos 1997, 158.

302339 ILS l, 1, 130 ; Sasel-Kos 1997, 168.

303340 ILS l, 1, 117 ; Sasel-Kos 1997, 153.

304341 ILS l, 1, 118 ; Sasel-Kos 1997, 154.

305342 ILS l, 1, 119 ; le titre bf leg cos, antérieur à la forme figée bf cos, suggère une datation vers le début ou la première partie du iie s. p. C. (voir ci-dessus notre commentaire à CBI, 21, ainsi qu’à CBI, 895 ; voir aussi I 11c) plutôt que vers la fin du iie ou dans le premier tiers du iiie (CBI).

306343 ILS l, 1, 127 ; Sasel-Kos 1997, 164.

307344 ILS l, 1, 120 ; Sasel-Kos 1997, 156.

308345 ILS l, 1, 128 ; Sasel-Kos 1997, 165.

309346 ILS l, 1, 131 ; Sasel-Kos 1997, 167.

310347 ILS l, 1, 123 ; Sasel-Kos 1997, 160.

311348 ILS l, 1, 125 ; Sasel-Kos 1997, 162.

312349 ILS l, 1, 129 ; Sasel-Kos 1997, 166.

313350 ILS l, 1, 126 ; Sasel-Kos 1997, 163.

314351 ILS l, 1, 133 ; Sasel-Kos 1997, 159.

315352 ILS l, 1, 124 ; Sasel-Kos 1997, 161.

316353 ILS l, 1, 116 ; Sasel-Kos 1997, 152.

317354 ILS l, 1, 132 ; Sasel-Kos 1997, 169.

318355 ILS l, 1, 121 ; Sasel-Kos 1997, 157.

319358-360 Sasel-Kos 1997, 121-124.

320359 ILS l, 1, 1 ; Sasel-Kos 1997, 121.

321360 ILS l, 1, 10 ; ; Sasel-Kos 1997, 124 et Sasel-Kos 1995b, part. 274-278, corrige la l. 6. A son avis, le stationnement à Praetorium Latobicorum de ce bénéficiaire rattaché à une légion de Mésie Inférieure s’expliquerait par des circonstances particulières de l’arrivée au pouvoir de l’empereur Maximin, d’origine thrace comme le bf cos en question. Recruté dans une légion de Mésie Inférieure, Zenas aurait été promu comme bf cos puis déplacé en Pannonie Supérieure en compagnie de son gouverneur, nouvellement nommé par l’empereur Maximin, arrivé au pouvoir en mars 235 p. C.

322361 ILS l, 1, 5 ; Sasel-Kos 1997, 122.

323362 Le corniculaire et les bénéficiaires seraient ceux d’un tribun laticlave : Domaszewski & Dobson 1981, 207. l. 7 : cornicul (arius) la [tic (lauii)]. Sur le côté droit l. 1-2 : nom (ina) b(ene)f(iciariorum) la[ti]c[lauii]. Voir CBI, 767 et 769 avec Annexe 11. Voir aussi Haensch 1995b, 809.

324364 On soulignera le caractère incertain de la restitution du titre de bf dans ce fragment d’inscription ; voir aussi O. Harl, Vindobona. Das römische Wien, Vienne-Hambourg, 1979, 130.

325358 ILS l, 1, 9 ; Sasel-Kos 1997, 123.

326394 RIU, 5, 1075.

327395 RIU, 5, 1087.

328396 RIU, 5, 1074.

329397 RIU, 5, 1076.

330398 RIU, 5, 1072.

331400 l. 2-3 : le texte champ épigraphique est incomplet à droite : uet(eranus) [ex] / benef(iciario) trib(uni) nous paraît plus justifié que uet(eranus) / benef(iciarius) trib(uni) (CBI).

332402 RIU, 5, 1193.

333405 RIU, 5, 1236.

334406 D’après son âge, si la lecture de q (ui) u (ixit) annis L [---] est correcte, le défunt pouvait être un vétéran. On s’étonne toutefois de l’absence de ex devant l’abréviation bf, ce qui est attesté dans les épitaphes, mais demeure exceptionnel : voir CBI, 672, dans l’énoncé de la carrière, et 690 ainsi que 688, où la restitution [uetera] ni devant -B-COS est probabe. La restitution de [uet(erano) le]g(ionis) serait donc préférable à [mil(iti) le]g(ionis). Peut-être est-il également possible de restituer [m(ilitauit) in le]g(ione) I Adi. bf..., ce qui justifierait l’emploi du relatif q(ui) par la suite ? Voir infra CBI, 609 et 611. Comme le bénéficiaire dépend de la légion I Adiutrix et que l’inscription provient de la Pannonie Inférieure, on peut se demander s’il n’a pas été recruté dans cette unité après son rattachement à cette province, soit après 214/215 p. C. Si tel est le cas, le praeses mentionné serait celui de Pannonie Inférieure.

335421 AE, 1996, 1245 ; RIU, 4, 956.

336427 Le vétéran L. Cassius Regulianus avait été un bf d’un gouverneur de la province, non pas celui d’un légat de légion comme le pensaient les éd. du CBI.

337443 A la leçon be(ne)f(iciarius) cos leg XI Cla(udiae) uet(eranus) C. Iul. Rogatus... adoptée par le CBI qui prive le texte d’un et entre les noms des deux dédicants, nous préférons celle qui a été proposée jusqu’ici, soit be(ne)f(iciarius) cos leg XI Clau(diae) et C. Iul. Rogatus, malgré le petit espace vide laissé entre le A et le V. En effet, l’expression du titre vétéran implique généralement soit la forme ex bf ou une formulation comparable, soit une expression telle que militauit bf. En outre, c’est l’abréviation CL qui attestée pour le nom de la légion Claudia, dans toutes les inscriptions du dossier. Voir aussi infra CBI, 454, 672 et 690.

338451 La dédicace est adressée au Genius municipi(i) h(uius) l(oci), les lettres H et L étant liées, comme à Sirmium : I 21 et I 31 : IOM et G(enio) h(uius) l(oci) patr(iae) suae, confirmé par I 36 : IOM et Genio huius loci.

339454 l. 3 : uet(eranus) [ex b] f, avec l’abréviation-B- pour le titre de bénéficiaire, pourrait être une restitution plus avisée que uet(eranus) [b] f, qui existe mais qui demeure exceptionnelle (voir supra notre commentaire à propos de CBI, 443 et CBI 454, ainsi que CBI, 672 et 690).

340455 et 493 : pour une discussion sur l’expression bf cos ex leg(ione)... au lieu de bf cos leg(ionis)..., avec des exemples d’autels érigés lors de la mise en retraite : Chap. I et Chap. IV.

341483 Le texte présente de nombreuses erreurs : l. 2 : VLBVS pour vivus. l. 4 : IUSIT pour iussit. l. 5 : RONI pour poni, et des interponctuations coupant les mots : l. 1-2 : B. N./[F], à la l. 2 : NIS. X. I CLAUDI. E, à la l. 4 : TESTA. MENTO, AR. CAM). En dépit des deux inscriptions de Sirmium récemment publiées (I 61 et I 64) confirmant que des bf cos promus de la position de frumentarius étaient issus du numerus des frumentarii, la restitution b(eneficiarius) n(umero) [f(rumentariorum legio]nis proposée sans discussion par les éd. du CBI demeure incertaine. Le développement des lettres B. N.[F] par b(e)n(e)[f (iciarius) legio]nis proposé antérieurement par Sasel et l’éventuelle restitution d’un [COS] dans la lacune entre [F] et [legio]nis nous paraissent préférables. Pour l’emploi de l’abréviation BNF pour un bénéficiaire, voir I 147.

342484 Le nombre d’années de service s’élève à 14 et non pas à 19 : Nelis-Clément 1989 - AE, 1989, 607. Ce document confirme que même pour ceux qui n’étaient pas des officiers et qui n’appartenaient pas à l’ordre équestre, les carrières civile et militaire n’étaient pas incompatibles. Sur la question, voir Chap. VII.

343488 l. 6-7 : l’expression adiu[t(or)] princ(ipis) (voir aussi ci-dessus CBI, 262 : un adiutor [pri]n(ipis) cos décédé à l’âge de 22 ans) précède sans coordination le titre de bf cos dans cette inscription votive. Les avis des spécialistes sont divisés sur l’existence éventuelle d’une promotion célébrée par l’offrande de l’autel ou sur l’emploi du second titre pour décrire l’une des fonctions exercées par le bénéficiaire. Selon Domaszewski (Domaszewski & Dobson 1981, 34 et 50), qui distingue cet adiutor des adiutores du tabularium du princeps de la légion (voir à ce propos CBI, 74 et, par ex., VIII, 4332 - ILS, 2448), Bennius Egregius aurait d’abord été bf cos, avant d’être promu comme adiutor principis. Les éditeurs du CBI, suivent cette interprétation. Breeze 1974a, 282 et 1974b, 446 considère au contraire qu’il s’agit d’un avancement d’adiutor principis à bf cos, de même que Speidel 1984, 190 n. 4 selon qui Bennius aurait été employé dans un premier temps dans les bureaux de sa cohorte, la VIII Vol. comme adiutor principis, avant d’être incorporé comme bf cos dans ceux du gouverneur et détaché à ce titre dans la station de Doclea. L’incertitude qui demeure sur cette question et sur le déroulement de la carrière de Bennius transparaît chez Ott 1995, qui place la fonction d’adiutor avant celle de bf cos dans ses tables de progression (p. 170 et 177) alors que dans son texte p. 37 n. 8, s’appuyant (n. 8) sur l’observation de Domaszewski mentionnée ci-dessus (voir aussi infra à propos de CBI, 759) il décrit le parcours d’Egregius comme une “... verblüffende Aufsteig zum adiutor principis”. Il localise en outre le service de Bennius comme bf cos auprès du gouverneur de Dalmatie à Salona, capitale de la province, tout en indiquant dans ses listes (p. 94, 216 ; carte 6 24a) l’existence d’une station de bénéficiaires à Doclea, le lieu dans lequel Bennius Egregius a élevé son autel. A notre avis, c’est en qualité de bf cos dans la station de Doclea que Bennius élève son autel. L’expression d’adiutor principis lui permet de préciser d’une manière générale ses activités administratives de bénéficiaire au sein de l’officium. Il a pu porter ce titre d’aide du princeps soit lors de son détachement dans la station de Doclea, le long de la voie qui relie la capitale de la Dalmatie aux provinces de Mésies, de Thrace et de Macédoine, ou peut-être à la fin son séjour à Doclea, juste avant son retour à Salone, dans les bureaux du gouverneur. Nous connaissons d’autres documents où un bénéficiaire décrit sa fonction ou du moins l’une des ses fonctions par l’emploi d’un second terme, par exemple à Lambèse au iiie s. p. C. (domicurius ou domicurator : CBI, 772-774) ou à Sirmium, à une date haute (agrimensor : I 42 ; voir ci-dessous CBI, 759). Plusieurs arguments rendent préférable cette interprétation à celle d’une promotion de beneficiarius à adiutor. Dans une inscription votive, l’énoncé d’une carrière ou simplement d’une promotion se traduit habituellement par une coordination des titres avec la préposition et, ou avec l’emploi d’ex devant l’ancien titre (voir à ce propos l’Annexe 8 ; pour une exception, voir l’inscription honorifique en grec CBI, 687, où une promotion apparaît derrière la juxtaposition des deux titres de bf et de corniculaire). La promotion de bf cos à adiutor principis dans l’officium d’un gouverneur de Dalmatie se comprendrait mieux si l’autel avait été érigé à Salone dans la capitale provinciale plutôt qu’à Doclea où l’existence d’une station est confirmée par un autre autel de bénéficiaire daté de 187 p. C. (CBI, 461 ; carte 24b). Ce bénéficiaire recruté dans la légion pannonienne de Brigetio a vraisemblablement érigé son autel dans le même sanctuaire, sans doute celui de la station, si l’on considère qu’il l’a consacré aux mêmes divinités que celles auxquelles s’adresse Bennius Egregius, IOM, Epona Regina, Genius loci. Au même endroit, voir aussi peut-être ( ?) I 182.

344493 Voir ci-dessus ad CBI, 455.

345496 CIN, I, 10.

346497 CIN, I, 31. Le bénéficiaire mentionné dans cette inscription funéraire avait été employé dans l’officium du préfet de la cohorte (voir CBI, 491 et le Glay 1972), et non pas du tribun, comme le pensent les éditeurs du CBI.

347504 Les exemples de vétérans qui célèbrent leur mise en retraite (Chap. I) viennent appuyer la lecture uet(eranus) leg(ionis) XIII G(eminae) dec(urio) col(oniae) Sar(mizegethusae) mis(sus) ex bf cos proposée par I. Piso, AMN, 18, 1981, 448, 5 et également préférée pour d’autres motifs par Haensch 1995a, 810, à celle de dec(urio) col(oniae) Sarmis(egethusae) ex bf cos. En l’absence de mis(sus), la place du titre de bf, loin de celui de vétéran, semblerait étonnante. Signalons l’emploi de l’abréviation SARMIZ avec un Z et non un S dans CBI, 548, en relation avec le même personnage.

348517 Cette base de statue aujourd’hui au Musée d’Alba Iulia (inv. no 370) provient du même contexte que le document suivant, soit le praetorium du gouverneur. Elle indique la présence d’un sanctuaire de Némésis dans le complexe désormais identifié à Apulum comme le prétoire du gouverneur des Trois Dacies (Diaconescu & Piso 1993, 73).

349518 Le texte provient de la pièce IX, l’une des salles octogonales (scholae ?) du prétoire du gouverneur de Dacie à Apulum : Diaconescu & Piso 1993, 73 et 75, selon lesquels en plus de CBI, 517 cité ci-dessus un troisième monument consacré par un bénéficiaire du gouverneur – un autel à IOM – proviendrait du même contexte. La provenance de CBI, 518 fait penser qu’il pourrait s’agir d’une inscription honorifique à l’adresse du supérieur du bf gouverneur ou peutêtre d’un membre de sa famille (voir par ex. CBI, 684). Si le titre du bf est le suivant, bf [leg(ati)] praetor[ii], on retiendra qu’il n’était pas au service du gouverneur de Dacie, mais d’un légat prétorien (cf. Diaconescu & Piso), peut-être du légat de la légion XIII Gemina stationnée à Apulum dont le praetorium est également mentionné dans un texte du site de l’époque de Septime Sévère, et qui devait se trouver non loin du praetorium du gouverneur (III, 1019 : Genio praetorii huius...). Ce bénéficiaire se distingue par son titre des bf cos en général, ainsi que de L. Cominius Pollio,... beneficiarius legati consularis, qui élève un autel à Mercure à Arcisate (CBI, 895), insistant par son titre qu’il était employé dans l’officium d’un gouverneur, en l’occurence celui de Pannonie Supérieure ou peut-être celui de Dacie, la légion XIII étant stationnée à Apulum depuis la fin du règne de Trajan. La promotion d’un bénéficiaire d’un légat non gouverneur à la position de bf cos est attestée, comme le prouve un texte de (CBI, 584). Peut-être le bénéficiaire d’Apulum cherchait-il par ce moyen à se faire connaître par le gouverneur et à s’attirer ses faveurs en vue d’une promotion dans son officium ? A moins qu’il n’ait voulu remercier le gouverneur d’une faveur déjà reçue ? On connaît à Apulum un fragment de liste avec les noms de candidati en attente d’une promotion, peut-être au titre de bf cos comme pourraient le laisser entendre le nom et le titre de celui qui les suit dans la liste, Claudius Alexander, bf cos (CBI, 502 ; voir aussi les candidati de CBI, 784 à Lambèse).

350526 Isac 1994, 212, n. 14 selon lequel il s’agit du troisième autel érigé à Samum par Scantius Lucius, dédié comme CBI, 529 à IOM D (olichenus), CBI, 528 étant consacré à dea Nemesis. Voir Annexe 3.

351551 L’abréviation qui suit le nom d’Aurelius Sedatus dans ce registre militaire se présente sous la forme suivante : EX IMLB, les lettres IML liées. Ceci, en relation avec un autre document, Aur. Sedatus imm(unis) lib(rarius) (III, 885), incite à préférer la lecture ex im(muni) l(i)b(rario) déjà adoptée par les éd. du CIL et par Watson 1966, 51, à celle de ex mil(iti) ( !) b(eneficiarius) retenue par les éd. du CBI. La promotion de librarius à celle de bénéficiaire, bien qu’elle soit confirmée, notamment dans l’officium d’un légat (XIII, 7003 - ILS, 9092a avec CBI, 135), ne s’observe pas dans le cas précis de Sedatus, contrairement à ce que pense Ott 1995, 45 n. 20. Pour nos doutes sur l’étude de la “Rangordnung” basée sur des identifications d’homonymes connus par des inscriptions différentes : Chap. III et Annexe 4.

352576 L’abréviation ex IMLB à côté du nom Aur. Sedatus doit se comprendre comme ex imm(uni) l(i)b(rario) plutôt que comme l’étonnant ex mil(iti) b(eneficiarius) que proposent les éditeurs du CBI. Voir à ce sujet l’homonyme de Potaissa, imm. lib., III, 885 et l’étude de Watson 1966, 45 et 51-52.

353599 Le nom de la légion est incertain, le texte n’étant connu que par une “édition incomplète et fautive” (IMS, IV, 101), un fac-similé et une mauvaise photo. La correction du nom de la légion s’impose si l’identification s’avère correcte avec l’homonyme bf cos qui consacre un autre autel à tous les dieux, qui est rattaché à la légion VII dont les surnoms érasés étaient Severiana Alexandriana, et qui était présent à la même époque (en 230 p. C.) dans la même région minière, à Vucitrn à l’ouest de Naissus.

354601 La provenance de la pierre demeure incertaine puisqu’il s’agit d’un remploi dans une tour de la fortesse. Peut-être avait-elle été érigée à Viminacium, ou dans l’antique Vinceia si ce toponyme antique cité dans des itinéraires anciens sur la route allant de Singidunum à Viminacium (voir IMS, II, p. 22) est à juste titre localisé à Smederevo, où la pierre a été retrouvée.

355630 On soulignera la particularité que représente l’absence de ex devant le B de b (eneficiarius) dans cette liste où tous les titres conservés sont précédés de ex, à la seule exception du titre d’opt(io) rete(ntus) ad spem du soldat au nom incomplet terminé en [---] alis.

356631 ILS, 2311. La formule pro salute sua suorumque atteste qu’il s’agit bien ici d’une inscription votive. Cela explique l’absence de l’âge du vétéran, que l’on s’attendrait à trouver dans son inscription funéraire. Célébrant sa mise en retraite et son retour chez lui après une carrière bien remplie dont il se plaît à rappeler les étapes principales, l’ancien bénéficiaire consacre une plaque votive aux dieux dont la dédicace est perdue. L’épouse du bénéficiaire, une prêtresse du culte de Cybèle, et sa sœur, toutes deux des citoyennes, se sont jointes à lui dans la consécration. L’ablatif Valeria Longa sorore ne se comprend que s’il est introduit par un cum, sous-entendu ou omis. Sur les gouvernements successifs de M. Statius Priscus, C. Iulius Severus et P. Martius Verus en Cappadoce, en relation avec l’expeditio orientalis ou la guerre parthique de Marc Aurèle et Lucius Verus, voir Rémy 1989, 222-227. Marcianus a pris part en 162 p. C. à la campagne d’Arménie de Lucius Verus, au cours de laquelle ce sont les deux généraux Avidius Cassius et Statius Priscus qui mènent les opérations, l’un sur le front parthe, l’autre sur le front arménien. Pour un bf d’Avidius Cassius à Phaena en Syrie, voir I 123. Le texte ne dit pas explicitement à quel moment de sa carrière ce militaire originaire de Troesmis en Mésie Inférieure est devenu bf. Aurait-t-il participé à l’expédition orientale à titre de simple soldat, comme celui qui y trouva la mort (III, 6189), et reçu son titre de bénéficiaire au retour de Cappadoce, lors du séjour de la légion en Dacie ? Bien que le texte de donne pas de réponse certaine à une telle question, plusieurs arguments nous font penser qu’il fut employé comme bénéficiaire des trois gouverneurs de Cappadoce, qu’il ait atteint ce rang en Cappadoce, ou déjà avant son déplacement dans cette province. Marcianus avait accompli 17 stipendia lors du départ de la légion en Cappadoce – il a été recruté en 145 p. C. –, et pouvait par conséquent aisément avoir atteint ce rang avant son départ. Citons à ce titre l’exemple d’un militaire de cette même légion, décédé comme bf cos à l’âge de 25 ans (CBI, 620, iie s.), ou ceux de militaires promus à ce rang après 6 à 7 ans de service (Breeze 1974a, 277). Marcianus conserve son poste sous les successeurs de Statius Priscus, soit C. Iulius Severus (163/164-165/166) et P. Martius Verus (c. 166/167-174/175). Ce dernier avait déjà auparavant pu être en contact avec Marcianus, lorsqu’il était légat de la légion V Macedonica à Troesmis en 162 p. C., le détachement de cette troupe lors de l’expédition parthique étant effectué sous ses ordres (III, 6169 ; Rémy p. 226-227). Serait-ce peut-être lui qui aurait recommandé Marcianus à Statius Priscus ? Que Marcianus ait été l’un des bénéficiaires des gouverneurs de Cappadoce issu de la légion V Macédonica de Mésie trouve du renforcement par l’attestation d’autres bénéficiaires choisis dans cette légion en Cappadoce (I 119 et peut-être I 118). Nous connaissons en outre un autre bf employé dans l’officium du gouverneur Iulius Severus, mais qui n’a pas précisé le nom de sa troupe (CBI, 695). Pour revenir à Marcianus, on notera qu’il n’est pas resté longtemps sous le gouvernement de Martius Verus, et qu’il n’a pas terminé sa carrière en Cappadoce comme officialis de l’officium du gouverneur. Il a suivi sa troupe, à laquelle il reste rattaché, et il a même participé avant sa mise en retraite à l’expédition contre les Marcomans et contre les Sarmates, sous le commandement de Calpurnius Agricola et de Claudius Fronto. Cet épisode de sa carrière coïncide avec le déplacement de la légion V Macedonica à Potaissa en Dacie. En 167 p. C., Sex. Calpurnius Agricola était encore à la tête de la Mésie Supérieure, avant de gouverner les trois Dacies, poste dans lequel le suivra Claudius Fronto. C’est en Dacie que Marcianus a été mis en retraite, en 170 p. C., et c’est de là qu’il partira pour rejoindre ses Lares, à Troesmis.

357632 On ignore la provenance exacte de cette inscription datée de 218 p. C. et découverte dans les ruines du monastère de Taitza. Elle proviendrait de Tulcea (Aricescu 1980, 208, 56) ou des environs de Nifon dans le département de Tulcea (Dorutiu-Boilà, ISM, V), une région où sont attestés d’autres monuments épigraphiques dédiés à Diane, parmi lesquelles précisément celui d’un bénéficiaire, CBI, 650 ; voir aussi ISM, V, 246. Il est possible qu’un sanctuaire dédié à Diane ait été établi dans cette région, d’où provient une troisième inscription dédiée à Diane, adressée par un civil (Aricescu 1980, 105).

358633 Contrairement à ce que pourrait faire penser l’apparat critique de CBI, Pippidi 1978, après Stein 1940, avait déjà rejeté la restitution de Pârvan (βενεφικιαριου υπατικου et proposé de lire Επι ιερεω Ιουλιου Σεουηρου vacat υπατικου. Ce gouverneur est identifié avec L. Statilius Iulius Severus, consul en 155 p. C. et gouverneur de la Mésie en 160 p. C. Selon Pippidi p. 970, “... le sacerdoce... n’est pas celui de la communauté mythriaque... mais celui du dieu patron d’Histria, Apollon Iètros, dont les prêtres furents investis de l’éponymat d’Histria depuis la fondation de la cité jusqu’à une période avancée de l’époque romaine”. Ce document livrerait selon lui la première attestation d’un gouverneur impérial de la Mésie Inférieure comme éponyme d’une des cités du Pont.

359635 ILBR, 152.

360636 ILBR, 444, où la pierre est dite actuellement être déposée au Musée de Sofia, Inv. 2140. Pour un quaestionarius, voir infra ad CBI, 821.

361641 Ce texte fait preuve d’incohérences et de gaucheries (cf. Pippidi 1975, 264) et laisse planer certains doutes sur plusieurs points. Il ne permet pas de définir avec certitude si le bénéficiaire évergète était en même temps l’un des membres de l’association ou non. Selon les éditeurs du CBI, qui se démarquent en cela de toutes les interprétations propopées précédemment, il conviendrait de lire à la l. 6 φιλοκυνηγος au nominatif plutôt que φιλοκυνηγοις au datif et de considérer que le bénéficiaire était l’un des membres de l’association, ce qui en dépit du rejet catégorique de Pippidi p. 266 n’est pas impossible pour un militaire durant son service actif, et en particulier pour un bénéficiaire. La nature du type de don n’est pas déterminée avec certitude. Il pourrait s’agir d’un filet de chasse, réel ou sous la forme d’emblème (Pippidi : l. 5 : τον ταλαμωνα συν τη αρκυ), de la stèle gravée avec l’album, avec un coffre, ou un buste (J. et L. Robert, Bull. Epigr. 1970, 399 : τον τε ταλαμωνα συν τη αρκη). On connaît à Kunino-Vicus Trullensium dans la même province l’inscription funéraire du beau-père d’un bénéficiaire, qui était un φιλοκυνηγος : CBI, 637 (iie-iiie s. p. C.).

362642 On ignore les circonstances exactes de la découverte de ce fragment d’inscription, “das schon vor längerer Zeit in Mihai Bravu (Norddobrudscha) entdeckt wurde”, (Dorutiu-Boilà 1985, 198), et qui fut envoyé en 1947 au Musée National des Antiquités de Bucarest. La localisation de Mihai Bravu en Valachie comme le font les éd. du CBI (carte 13), certainement erronée, semble avoir induit en erreur Sarnowski 1991, 142 n. 21. Il n’est en aucun cas question de déduire de cette inscription qu’une station de bénéficiaires était établie à l’époque sévérienne (191-194 p. C.) comme un poste avancé au nord du Danube, même s’il ne fait pas de doute que la frontière danubienne n’est pas une ligne entre deux mondes fermés l’un à l’autre. Ce fragment de plaque votive qui a pu avoir été un remploi. provient donc d’une région située au sud-ouest de la région de Nifon, comme l’autel d’un autre bénéficiaire du gouverneur (CBI, 650, en 176-177 p. C. ; Aricescu 1980, 209 SE 68) qui porte le même type de formule dédicatoire pour la salut du gouverneur (voir Annexe 11).

363648 ILBR, 432. La pierre est perdue.

364649 ILBR, 430.

365650 Voir aussi Radulescu 1964, 179-181 et Aricescu 1980, 209, 68.

366651 ILBR, 425 (photo).

367652 Voir Annexe 12.

368653 l. 5-6 : [do]/num dedit (CBI) ; DC /num(mum) dedit (ILNovae, 12) ; donum dedit (IGLNovae, 24). Cette dernière lecture déjà proposée par Haensch 1995, 812 est à retenir, les lettres DO ou DC étant partiellement conservées sur le support. Le monument date probablement des années 205-211 p. C. (IGLNovae, 24), comme le suggère Kolendo sur la base de la coiffure de Junon qui rappelle celle des princesses syriennes, ainsi qu’en ce qui concerne le thème de la Concorde, qui se situe dans la seconde moitié du règne de Septime Sévère.

369656 ILBR, 312. Musée de Bucarest Inv. N. L 342.

370660 Provient de Chersonnèse en Crimée du sud (Solomonik 1964, part. 121-132) et non pas de Charax comme indiqué à tort dans CBI. Voir aussi Sarnowski 1991, 142 n. 21 et Sarnowski et al. 1998, 340.

371666 Sur le titre de σπειραρχης porté par Αυρηλιος Κλαυδιανος Διονυσιου, – le frère du bénéficiaire ?– qui ne correspond pas dans ce contexte à un grade militaire, mais à un titre de responsable ou président de l’association liée au culte de Dionysos, voir Haensch 1986, 813.

372672 L’absence de ex devant l’abréviation du titre du vétéran ancien bénéficiaire pourrait s’expliquer ici par la succession des divers titres militaires et civils portés par le défunt. Voir aussi CBI, 690 et notre commentaire à propos de CBI, 443 et CBI, 454.

373680 Grâce à la récente découverte d’un diplôme militaire, on sait maintenant que la cohorte I Musulamiorum faisait partie de la garnison militaire de la province de Lycie-Pamphylie vers le milieu du iie s. p. C. : Russel 1991, 469-488 - SEG, 1991, 1331. Cette troupe auxiliaire fut transférée dans la province entre 113 et 138 p. C., ce qui incite à revoir à la baisse la fourchette de datation proposée par les éditeurs du CBI (entre 70-130 p. C.). Cette nouvelle découverte confirme que le bénéficiaire en question faisait partie de l’officium du gouverneur de Lycie-Pamphylie, comme le soutenait déjà Domaszewski (cf. Domaszewski & Dobson 1981, 65).

374686 Se démarquant des propositions situant le gouvernement de C. Iulius Senecio en Galatie sous les Sévères (Sherk 1951, 101-102 ; Thomasson 1972-1990, 261.53 : 198-211 p. C. ?) sur lequelles s’appuient les éd. du CBI : 198-211 p. C., Rémy 1989, 176, s’inspirant des recherches de Christol et de Loriot, rabaisse la datation au règne des trois empereurs Valérien, Gallien et Salonin, soit dans les années 256-260 p. C. Ce gouverneur, qui fut d’abord un procurateur financier de la Galatie, reçut ensuite en interim le gouvernement de cette province (voir III, 251).

375687 Ajouter aux références AE, 1981, 788 et Pflaum 1982, pour un commentaire détaillé sur les étapes de la carrière de C. Claudius Firmus. Le bénéficiaire Alfius Domitianus, promu corniculaire, a travaillé dans les bureaux du procurateur C. Claudius Firmus alors que ce dernier remplissait un poste centenaire en Galatie. L’identification de ce personnage avec le préfet d’Égypte du même nom connu en 264-265 p. C. est fort probable (P. Oxy., 2568, l. 19-22 ; Stein 1950, 146). On peut par conséquent dater sa procuratèle de Galatie vers les années 244-260 p. C., comme le suggère Mitchell 1977, 70, ce qui permet de dater notre inscription de façon plus précise.

376690 Le lieu de provenance de cette inscription funéraire, Kavak, se situe en Isaurie, au nord-est de Perge (CBI, 683) et au sud-ouest de Lystra (CBI, 688), et non pas au nord de la Cappadoce comme le pensent les éditeurs du CBI (carte 10 ; cf. carte de Kiepert CIL, III Hm ; Atlas de Turquie, Ankara 1977 : 342-C.). Cette région fut rattachée temporairement à la province de Cilicie, voir Rémy 1986. Le vétéran ancien bénéficiaire était vraisemblablement originaire d’Isaurie : cf. Laminger-Pascher 1985, 381-382 no 1. Signalons l’absence du ex devant le titre de bénéficiaire, après celui de vétéran. Voir aussi supra CBI, 672 et notre commentaire à propos de CBI, 406, 443, 454 et 672.

377691 I. Tyana, 56 (IK, 55, 1-2) ; la stèle se trouve actuellement au Musée Nigde (Inv. 1-18-40). la datation du gouvernement de M. Cassius Apollinaris en Cappadoce entre 151 et 154 p. C. : Rémy 1989, 219.

378699 Le texte n’est connu que par des copies. Le titre de bénéficiaire (l. 2) et celui d’évocat (l. 5) sont séparés par deux lignes dont l’établissement de la seconde (l. 4) demeure incertain. Il semble peu probable que le titre d’évocat s’applique à Q. Minicius Honoratus en personne, même si une telle hypothèse n’est pas totalement exclue. Le texte ne contient aucune allusion ou expression telle que pecunia sua etc. indiquant qu’il aurait érigé cette construction à ses frais. Vu le caractère imposant et vraisemblablement coûteux de la construction, une dépense à titre privé semble difficile à soutenir, et cela même si elle est assumée par un prétorien rémunéré d’un double salaire.

379705 La promotion de bénéficiaire du tribun au poste de centurion, comme le pensent les éditeurs du CBI, doit être écartée. C’est bien son appartenance à la centurie qui est ainsi précisée : bf trib. leg. II P.S.A.P.F.F.A. (centuria) VIIII pil(i) post(erioris). A ce propos, voir Balty 1987, 220 et Speidel 1992b, 231-2 - AE, 1992, 1686, avec Raepset-Charlier 1993 sur les publications de cette inscription.

380708 ILS, 8847.

381712 La plaque de bois a été découverte dans la pièce H de la tour nord de la Porte de Palmyre, lors de la seconde saison de fouilles. L’inscription peinte en blanc a disparu par endroit sans laisser de trace sur la plaque colorée d’un rouge épais, à travers laquel le grain du bois est clairement visible. On soulignera la simplicité du support : des encoches étaient taillées dans les angles de la mince planche et de petits trous de cinq mm de diamètre ont été percés à cinq cm des extrémités, pour que des chevilles puissent être fixées. Une autre inscription en tabella ansata, comparable à celle-ci, a été peinte dans l’une des fresques du Temple des Divinités Palmyréniennes : Cumont 1926, no 6. Cette inscription et la fresque à laquelle elle était probablement rattachée doivent être comparées à la fresque mentionnée plus haut représentant un tribun romain. D’un côté serait célébré le gouverneur civil de Dura par des militaires en poste sur place, de l’autre, le chef militaire, le supérieur hiérarchique des dédicants était probablement le tribun de la cohorte des Palmyréniens. Celle-ci remplaçait la vexillation qui s’y trouvait auparavant et qui était composée d’un détachement de cavaliers de la cohorte II Ulpia Paphlagonum equitata et d’un groupe de légionnaires détachés de la IV Scythica auxquels venaient s’ajouter vraisemblablement des soldats issus d’autres unités. cf. Rostovtzeff 1929 -, 54-59 ; sur l’armée romaine à Dura, Gilliam 1986, 207-212 et Pollard 1996.

382724 Nous partageons l’avis de Haensch 1995b, 814 selon lequel ce document non daté ne permet pas de déduire à lui seul que dans les provinces prétoriennes à une seule légion, le gouverneur, qui est en même temps légat de légion, aurait eu deux officia différents pour l’assister, d’une part dans ses fonctions de légat de légion, de l’autre, dans celles de gouverneur ; cf. Chap. III, p. 114. Comme le précise Haensch, nous ne connaissons à ce jour aucun document attestant la présence simultanée d’un beneficiarius d’un légat de légion aux côtés d’un beneficiarius d’un gouverneur, qui livrerait la preuve de l’existence conjointe des deux types d’officia. Cette formulation singulière trouverait son explication si l’on en replace l’inscription dans un contexte historique particulier, à un moment précis où la légion aurait quitté la province. Le bénéficiaire a pu remplir ses fonctions auprès d’un légat différent du gouverneur. Une telle occasion a pu se présenter entre 166 et 175 p. C., après le triomphe sur les Arméniens, les Parthes et les Mèdes (si l’on en croit les surnoms portés par les empereurs victorieux), lorsque Marc Aurèle confia à Avidius Cassius un imperium maius sur tout l’Orient. Voir aussi Speidel 1977, 697. Pour d’autres bénéficiaires dans la région, voir aussi I 123 et I 189.

383728 L’année de Bostra 157 de l’ère de Bostra correspond à la période allant du 22 mars 262 au 21 mars 263 p. C. et non pas à notre sens à la fourchette au 1er janvier au 21 mars 262 p. C. proposée par les éd. du CBI, qui précisent pourtant avec raison sous 727 : “Die Ära von Bostra begann am 22. März 106”. Cf. Thomasson 1972-1990, 333. 32 pour le gouvernement de Iunius Olympus en 262/263 p. C.

384734 La formule filius et eredes ( !) per procuratores eius n’a rien à voir avec un rattachement du défunt à l’officium de plusieurs procurateurs comme l’ont pensé les éditeurs du CBI. Voir aussi Eibl 1994, 276 et Haensch 1995b, 81.

385731 Désormais : IGLS, XXI, 20 (Inscriptions de la Jordanie 4), où il est précisé que la pierre se trouve actuellement au musée.

386735-736 Bagnall 1996b, 145 n. 6 et 150-151 n. 23 (se fier à sa photo p. 147, et non pas au dessin reproduit dans CBI, 735), souligne que dans CBI, 735 - Bernand 1984, 87, le nom de l’επιτροπος ορους est bien Claudius Apolinarius, une combinaison de gentilice et cognomen relativement commune parmi les équestres, et non pas Valerius Apolinarius, plus rare, mais attesté en revanche avec certitude (voir photo) dans CBI, 736 - Bernand 1984, 86, en 219 p. C. Dans cette dernière inscription, la rénovation signalée a porté une reconstruction et la peinture du κηπος, dans l’autre, fragmentaire, il est question de la construction ou reconstruction et de la peinture du ναος. Selon B., qui s’intéresse de près aux verbes ανοικοδομεω et ζωγραφεω, le bénéficiaire a reconstruit la petite cour de la chapelle et il y a vraisemblablement planté des arbres fruitiers, συν τοις φυτοις, des dattiers sans doute comme cela devait se faire. Il l’a également décorée de peintures, comme l’était la chapelle sur laquelle elle débouchait. Le bénéficiaire M. Aurelius Apollonis ne précise pas de manière claire s’il appartenait à l’officium du préfet d’Égypte Geminius Chrestos ou à celui de l’administrateur de la Montagne Bérénice. Il semble probable qu’il ait été détaché par le préfet, comme ses collègues, dans un poste ou station où il devait collaborer avec le procurateur ou le statège en poste (voir P 13). Pour une observation comparable à propos d’un centurion et d’un triérarque dans une dédicace au nom du préfet d’Égypte et d’un épitratège, voir Thomas 1982, 161. La restauration à laquelle il est fait allusion révèle que le bénéficiaire était en fonction ici. La présence de bénéficiaires dans l’officium de l’επιτροπος de la Montagne, dont le district s’étendait de Coptos à Bérénikè, serait attestée par un document papyrologique très fragmentaire (P 9) de la fin du iie ou du début du IIIe s., approximativement contemporain à ce document. Voir Chap. V.

387747 Ce document révèle le rôle joué par les beneficiarii dans les questions relatives au munus primipili et au transport de l’approvisionnement des troupes. Voir à ce sujet Épilogue, avec Mócsy 1966, puis Haensch 1995b, 815.

388749 L’établissement et la restitution du texte ne sont pas évidents. La lecture proposée par Alföldy (désormais AE, 1989, 830) est séduisante et a le mérite d’expliquer la fortune dont jouissait le défunt, si l’on considère le prix de son mausolée (30 000 sesterces). Le militaire trace dans son inscription funéraire faite de son vivant les dernières étapes de sa carrière en Bretagne, où il a accédé au poste de princeps de l’officium du praeses, après avoir été désigné, vraisemblablement en qualité de bénéficiaire dans le même officium, comme optio praetorii.

389752 Sur la présence insolite et unique dans le dossier d’exceptores aux côtés d’un bénéficiaire dans une station : Chap. IV p. 208-209. Haensch 1995b, 815 mettait en doute l’établissement de ce texte, alors qu’il conserve cette lecture par la suite : Haensch 1997a, 502.

390753 Sur les restitutions des deux titres et la question de la promotion directe de Saturninus du rang de bf cos à celui de centurion, qui est rare, à la différence par exemple de celle d’un corniculaire du gouverneur, voir Chap. III. La seule autre dédicace du site adressée au Genius stat(ionis) Vazaiui(tanae) émane non pas de l’un des bénéficiaires mais d’un corniculaire prae(fecti) leg(ionis) III Aug(ustae) (VIII, 17625). La promotion hors du commun de Saturninus révèle que ses compétences comme responsable de la station de Vazaiui ont été reconnues et récompensées. Dans ce sens, Speidel 1992a, 127 (Speidel 1992b). Quant au corniculaire du préfet de la légion mentionné ci-dessus qui dédie son autel au Génie de la station, il est possible qu’il s’agisse en fait d’un bénéficiaire promu corniculaire. Une telle promotion à corniculaire semble attestée dans la même station sur un autel fragmentaire élevé pour célébrer l’événement (voir ci-dessus I 193). Pour l’exemple d’un bf leg(ati) promu optio ad spem avant de devenir centurion, dans la première moitié du iie s. : CBI, 648, et celui d’un bf promu à divers postes dans l’officium du gouverneur, a commentariis et corniculaire, avant d’être nommé centurion à la tête des bureaux : CBI, 730.

391759 AE, 1916, 29. C’est en qualité de bénéficiaire du gouverneur dont il célèbre la désignation au consulat que le dédicant élève l’autel. En l’absence de ex devant bf cos ou de coordination entre bf cos et adiutor (voir notre commentaire ci-dessus à propos de CBI, 488), l’expression adiutor principis praetori(i) fait davantage penser à un titre décrivant les activités et responsabilités du bf cos qu’à l’expression d’un rang précis auquel le bf cos aurait été promu. Pour un avis différent, voir CBI et peut-être Ott 1995, 47 n. 29 et p. 171, alors que p. 31 il considère l’expression adiutor principis praetorii non plus comme un rang, mais comme une fonction particulière exercée par le bf cos (voir aussi ci-dessus à propos de CBI, 488).

392767 et 770 : Pour la datation en 198 p. C., voir Thomasson 1972-1990, 402.56.

393769 Pour la datation aux iie-iiie s., plus vraisemblable que celle de 90-110 p. C. proposée par les éd. du CBI, voir Le Bohec 1989a, 75 et 129 et Haensch 1995b, 816.

394772-773 Le fait que le gouverneur porte le titre de leg leg III dans CBI, 772 ne permet pas de fixer la date de 262 comme terminus ante quem pour cette inscription, et encore moins pour la suivante CBI, 773. L’édit de Gallien selon lequel les légats de légion sont remplacés par des préfets de légions, vers 262 p. C., n’enlève en effet pas le pouvoir militaire au gouverneur de Numidie (cf. Le Bohec 1989a, 474-475 n. 228 et 230 ; 588). Pour la datation de ces deux inscriptions, il nous paraît préférable de proposer la fourchette 261 et 267 qui correspond au gouvernement de Iulius Fortunatianus (voir aussi Thomasson 1972-1990, 406, 77).

395774 Dupuis 1992, 150, propose une révision du texte sur la base d’une copie du texte par Marcillet-Jaubert qui a revu la pierre, ainsi que d’autres datations possibles du gouvernement de C. Pomponius Magnus au milieu du iiie s. p. C., entre 244-249 (CBI), 251-3 ou 253-256 p. C. Si l’on en croit les notes de Marcillet-Jaubert sur lesquel D. appuie ses conclusions, à l. l. 1, le prénom et le gentilice étaient complets, à la l. 3, le second G de AUGG n’était pas martelé, à la l. 4, il faut lire consulari et non pas consuli.

396778 Voir Dupuis 1992b, 158-169.

397779 Voir Dupuis 1992b, 155-157. Dans la suite de ce texte fragmentaire apparaissent plusieurs cand(idati), dont l’un, Furius Marcianus, serait peut-être un candidat speculator, à moins que les lettres CAND SPECIV n’indiquent une origine.

398780 Cette liste est semblable à celle de I 192, en dépit de quelques variantes. Dans I 192, seuls les deux bénéficiaires suivants sont cités : l. 6 : C. Licinius Iulian(us), de Theueste, bénéficiaire du tribun laticlave ; l. 21 : C. Marius Decian(us), de Sicca, bénéficiaire du gouverneur. Ces deux noms se retrouvent dans la liste CBI, 780, mais le titre de bénéficiaire laticlave est omis après le nom de C. Licinius Iulian(us). D’autre part, la liste CBI, 780 fait connaître, à la fin des noms de la cohorte II, celui de [M] ummius Atticus,-B-TR, bénéficiaire du tribun. Ce nom ne se retrouve pas dans la liste I 192 puisqu’elle s’arrête au soldat précédent, dont le nom a déjà presque totalement disparu et a été restitué.

399781 Un deuxième fragment de cette inscription (VIII, 18352) viendrait en compléter le premier, notamment les termes lex porto[rii] qui seraient ainsi suivis de maximi, ce qui rappelle le tarif de Zraïa, où on lit lex portus m[a]xim[i] ; voir Le Bohec 1989a, 536 et 537 n. 52.

400783 La datation de la seconde moitié du iie s. proposée par les éd. du CBI doit être rabaissée jusqu’au iiie s., vraisemblablement à l’époque d’Élagabal ou de Sévère Alexandre. Le second corniculaire cité, C. Calventius Ianuarius est connu par la dédicace qu’il adressa en qualité de centurion au gouverneur P. Iunius Iunianus Martialianus (VIII, 2742 : l’épithète Alexandriana de la légion, érasée, date le monument ; voir aussi dans le même sens Speidel 1978, 120 (220 p. C.) et Le Bohec 1989a, 181 et 230 : Élagabal ou Sévère Alexandre). Il est vraisemblable qu’il ait ainsi souhaité remercier le gouverneur d’avoir soutenu sa promotion. Le premier corniculaire, L. Considius Paulus, serait également attesté – le nom est corrompu : L. Con[sidius Pau] lus cor[nicular(ius)] – dans une dédicace qu’il élève en l’honneur de de M. Valerius Senecio, gouverneur de la Germanie Inférieure (VIII, 2750 ; Le Bohec 1989a, 232 ; voir aussi CBI, 764 et, dans les mêmes cironstances que clles qui furent célébrées par Paulus, AE, 1917/1918, 77 ; Eck 198, 203 situe son gouvernement de la Germanie Inférieure sous Caracalla ou peu après ce règne). En outre, si l’on admet que le second speculator, C. Caecilius Felix de Bisica est le même homme que le bf cos Caecilius Felix de CBI, 784, on en concluera que le CBI, 783 est postérieur à CBI, 784.

401784 Voir les corrections de Dupuis 1992b, 152-155 (photo fig. 2 p. 153) : le premier bénéficiaire cos cité serait Caelius Rogatinus, et non pas C. Aelius Rogatia(nus), puis Laronius Quintian(us), et non pas L. Aponius Quintian(us), M. Sallustius Flavian(us) C ( ?), Calvent(ius) Acutian(us) et non pas Calvinius Cutian(us), Iunius Gallus et non pas Iunius Saliu[---], Postumius Paculus et non pas Postumius Pacuius, l’un des ex frumentariis se nomme Aufidius Successus et non pas Avedius Successus. Le nombre et les noms des quaestionarii sont révisés : ils sont 5 (comme dans CBI, 783) : il faut lire Aemilius Crescens, puis Iulius Martialis, au lieu du seul et fautif Aemilius Martialis. La datation proposée par Le Bohec 1989a, 77 n. 64 (Sept. Sévère-début de Sévère Alexandre) est préférable à celle du CBI (seconde moitié du iie s.). Il en va de même pour CBI, 801, 805 et 806 (voir à ce propos Annexe 4 et I 138.

402789 BF LEG : bf leg(ati) et non pas bf leg(ionis), les lettres LEG n’étant suivies ni du numéro ni du nom de la légion (cf. CBI, 791).

403820 Pour une localisation du site entre entre El Bayadh et Aflou, voir Salama 1951, carte “Inscription d’Agueneb”, soit à l’ouest et bien au sud de la localisation proposée dans le CBI, carte 13. Si l’on en croit Picard 1944, 60, cette troupe n’aurait pu arriver à El Agueneb que depuis la Numidie, en suivant l’Atlas. C’est au terme de l’expédition de 174 p. C. que le légat M. Aemilius Macer Saturninus, qui termine son mandat, récompense Catulus par la promotion au poste de centurion de la légion.

404821 Soulignons l’absence du nom de la troupe et du titre du supérieur. Sallustius Saturninus est un ancien quaestionarius qui a été promu comme bf sans doute dans l’officium du gouverneur procurateur de la Maurétanie Césarienne. Peut-être était-il déjà employé comme quaestionarius dans ce même officium, où il a pu profiter d’une promotion interne ? D’un avis différent, CBI et Ott 1995, 28 le considèrent comme le quaestionarius d’un légat de légion. Le fait que le quaestionarius de la légion XI Claudia en Mésie Inférieure ait été commémoré par un bf leg leg, son héritier (CBI, 636 : le titre du supérieur du quaestionarius n’est pas précisé à la différence de celui du bénéficiaire) ne prouve pas qu’il était lui-même un quaestionarius du légat de la légion. Le lien entre les deux hommes n’implique pas a priori une appartenance à un même officium. Il peut être amical ou familial, les deux hommes portant le même gentilice.

405822 Révision de Haensch 1998, qui rassemble deux fragments de Caesarea (VIII, 21056 - CBI, 822 et VIII, 20994). Le monument devait être une base de statue érigée par l’ancien bf cos Avidius Valens pour remercier son supérieur et municeps de son soutien, lors de sa promotion comme centurion : Sex(to) Cornelio Sex(ti) f(ilio) Pal(atina) Clementi co(n)s(ulari) et duci trium Daciarum Auidius Valens © [l]eg(ionis) XIII Gem(inae) ex b(ene)f(iciario) co(n)s(ularis) municipi suo candidatus eius. Sur la place de ce gouverneur dans les Fastes de la Dacie, entre 170 et 172 p. C. ( ?) : Piso 1993, 103-105.

406824 Carcopino 1925, 49 (dessin) a revu la pierre et en présente une lecture sensiblement différente de celle de Cagnat, qui n’avait vu que l’estampage ; voir aussi le Bohec 1989a, 176 n. 217, ainsi que Haensch 1995b, 817. l. 1-2 : Carcopino rejette la restitution [deo] devant Soli Inuicto ; le Y de Mythra serait certain selon lui. l. 3 et l. 5 : les gentilices sont incomplets, et la restitution [Iu]lius avec celle, dans la lacune de la l. 4, de l’abréviation © permet d’identifier la personnage, comme le propose Le Bohec, avec le centurion Iulius Florus (VIII, 2554 - 18048 ; l. 6 : la restitution du nom [C. Iuli]us Pastor, et celle du titre de [de] c(urio) al(ae) I Pa[nn(oniorum)] (Domaszewski & Dobson 1981, 247 ; Carcopino ; Le Bohec) qui est préférable à [si]g(nifer) (CIL, CBI), sont désormais confirmées par l’inscription funéraire de ce personnage. Sur ce type de détachements mixtes (légionnaires et auxiliaires) et sur leurs responsables, voir Saxer 1967, 128-129. Ce document appartient à la Numidie et non pas à la Maurétanie comme le pensent les éd. du CBI.

407833 Voir Le Roux 1992a, part. 264-268, et Le Roux 1992b, 255.

408834 Voir AE, 1992, 1036 où J. Gomez Pantoja, Gerion 10, 1992, p. 259-273 (photo), propose comme restitution de la dédicace : [IOM Iun(oni) Regin]a [e et Genio] sta(tionis).

409837 Voir désormais IRC, III, 184 pl. LII et LIII, fig. 5.

410854 Le Roux 1982, 214, 152, non cité dans CBI, propose B(arcinonensis ?), rejoignant dans le doute Alföldy, qui lui non plus ne considère pas cette abréviation comme celle d’un bénéficiaire, et propose B(racarus). Il n’est toutefois pas exclu d’envisager la mention d’un bénéficiaire dans ce document, rejoignant en cela les éd. du CBI. L’expression beneficiarius, miles legionis, uniquement attestée ici il est vrai, trouve un parallèle dans le doc. CBI, 836 provenant également de Tarragone, où les éléments de l’énoncé sont les mêmes, benef.... mil. leg. VII G. P. Fel. mais entrecoupés par la mention d’origine. Dans les deux cas, il s’agit d’un bénéficiaire dont le titre du supérieur n’est pas indiqué, mais dont la troupe d’appartenance, en revanche, est mentionnée. Les deux expressions peuvent se traduire ainsi : “bénéficiaire, soldat de la légion VII Gemina”, le mot soldat étant en quelque sorte sous-entendu dans CBI, 836. Dans le même ordre d’idées, on trouve en Lusitanie la formulation inversée mil(es) leg(ionis) VII G(eminae), bf (CBI, 832).

411859 Pourquoi “vermutlich handelte es sich um ein Kollegien von ehemaligen Beneficiariern” ? L’emploi de item dans le texte (il apparaît 4 fois) sert à introduire de nouveaux compléments du nom patronus ; beneficiarior(um) proc. Aug. est complément de patronus, au même titre que ueteranor(um) Aug. et ceux qui précèdent. On ne saurait conclure de ce texte, comme c’est le cas dans CBI, puis chez Ott 1995, 81, qu’il s’agit ici d’un corps des anciens bénéficiaires du procurateur de l’annone. Le pluriel se justifie ici puisque l’ensemble de l’officium de ce procurateur devait se trouver sur les lieux, et qu’il ne s’agit pas ici d’un détachement successif d’un seul bénéficiaire.

412861 l. 7 : le développement... o] ptio b(ene)f(iciariorum) pr(aefecti) n(ostri ?) paraît indiqué dans ce contexte ; il nous paraît préférable à l’idée d’une promotion d’optio à bf du préfet des vigiles, ou à un double titre d’optio et de beneficiarius, comme le proposent Cébeillac-Gervasoni & Zevi 1976, 634. La restitution d’un ex suivi d’un titre porté antérieurement, dans la lacune qui précède, n’est toutefois pas absolument exclue. La longueur limitée de la lacune pourrait aussi suggérer celle d’une origo. L’inscription votive serait donc dédiée par l’optio des bénéficiaires du préfet des vigiles Q. Silvius Anatellon, pour la salut de Caracalla. Ce personnage était déjà connu comme ac(tarius) dans la liste des vigiles de 200-205 p. C. (CBI, 899 et non pas dans CBI, 900 comme dit par erreur dans CBI, p. 663 puis par Ott 1995, 169). Son nom n’apparaît pas dans la liste de 210 p. C. Voir Chap. III et VI.

413877 Le bénéficiaire a été identifié avec le tribun d’une cohorte prétorienne (en 68 p. C.) mentionné chez Tacite, Histoires, 1.31.4-5 (PIR, 2 C 703 ; Clauss 1973a, 55 ; CBI ; Demougin 1992, 545 ; Ott 1995, 19 et 167 etc.). Si cette identification est possible du point de vue du déroulement de la carrière (cf. Clauss, avec CBI, 881), il faut reconnaître avec Haensch 1995b, 818, qu’il serait surprenant que le titre de tribun n’apparaisse pas dans son inscription funéraire, sur la petite feuille en bronze quadrata ansata (8 x 6,5) fixée sur une urne en bois. Cette observation incite à se demander avec H. si le tribun ne pourrait pas être plutôt le fils du bf.

414880 Voir aussi la littérature parue avant Susini 1968, avec 1961, 257. Pour la datation, nous préférons conserver la fourchette large iie -iiie s. p. C. proposée par Susini, qui a édité le texte (non repris intégralement dans CBI). En fonction de la longueur des lacunes du texte, Susini a évalué le nombre approximatif de soldats pour chacun des titres cités. Il y aurait au moins 7 gubernatores ou optiones, dans la partie supérieure de la liste, qui a été perdue, puis 7 fabri, 18 bénéficiaires, peut-être au service du préfet de la flotte ? (seuls 16 noms ont été conservés), 3 porteurs d’un grade indéterminé, qui se termine, au pluriel, par – es, 5 uexillari, 2 cornicines, 3 tubicines, 6 bucinatores, 11 suboptiones et en fin de liste un nombre indéfini de munifices, de soldats sans qualification, astreints aux corvées. Il semble en effet probable que dans la lacune inférieure du texte, ce soient des noms de munifices qui aient été perdus.

415881 Les éditeurs du CBI ont raison de ne pas restituer un © entre le titre de princeps praetori et le génitif legionis, comme cela a été proposé (cf. par ex. Domaszewski & Dobson 1981, 262), le rang de ce centurion étant évident et déjà clairement explicité au cours des étapes antérieures de la carrière. Cela dit, le fait que Valens soit un centurion inciterait à penser qu’il était plutôt employé comme chef du bureau (praetorium pour officium) du gouverneur que comme celui du légat de la légion, l’officium de ce dernier étant dirigé par un corniculaire (cf. Domaszewski & Dobson 1981, 38 et XIII). Si tel est le cas, le génitif legionis XIII Gem(inae) servirait à marquer simplement l’incorporation militaire de ce prétorien après son transfert dans la légion, de même que l’expression du type bf cos leg(ionis) VIII Aug(ustae) marque le rattachement du bf cos à la légion VIII (cf. par ex. CBI, 142 et Chap. II). A la lecture speculator(es) X H(ispaniae) C(iterioris) proposée par Clauss 1973a, 59-60, nous préférons celle du CIL, h(onoris) c(ausa), reprise par Dessau puis par les éd. du CBI. En revanche, les dix speculatores qui ont dédié l’inscription ne faisaient certainement pas partie de l’officium du procurateur de Lusitanie, la présence de speculatores dans l’officium d’un procurateur financier étant fort peu vraisemblable. Par ailleurs, la position du procurateur financier de Lusitanie était d’un point de vue administratif totalement indépendante de la province voisine, en dépit du caractère des relations existant entre l’Hispania Citerior, province munie d’une légion, et la Lusitanie, sans légion (voir CBI, 832 et 833 et Le Roux 1982, 268-269), la première fournissant la majeure partie si ce n’est l’intégralité des officiales employés dans la seconde. Les speculatores en question étaient vraisemblablement ceux que M. Vettius Valens avait connus en Italie lorsqu’il était leur exercitator (l. 8). Ils ont tenu à honorer leur ancien supérieur, peut-être à l’occasion de sa nomination comme patron de la colonie, ou comme procurateur. Dans le même sens, voir aussi Haensch 1995b, 818.

416884 ILS, 2406 ; Haensch 1995b, 818 s’étonne avec raison que les éd. du CBI songent à une origine locale des deux militaires mentionnés dans l’inscription. L’expression aciae (pour acie) desideratus (TLL, V, 703, 39 ; voir aussi en Italie V, 6998, et les exemples rassemblés par Sasel 1961, 4-5) indique que le bénéficiaire du tribun laticlave de la légion XIII Gemina est mort sur la ligne de bataille. Le fait que sa pierre funéraire se trouve à Dertona, alors que sa troupe est stationnée en Pannonie, au début du iie s., puis en Dacie, s’explique peut-être par une participation de cette troupe ou plus précisément d’un détachement de celle-ci à la protection militaire de cette région d’Italie.

417886 IAquileiae, 2834.

418887 IAquileiae, 2802.

419888 IAquileiae, 2734. IAquileiae, 2736.

420891 Suppl. Ital., 6, p. 218-219 no 9.

421893 Pourquoi “Nach der Beendigung seiner Dienstzeit...” ? Le soldat est vraisemblablement encore en service lorsqu’il consacre son autel. Sur un éventuel service local, en relation sans doute avec la défense de cette région, voir ci-dessus. La datation pourrait remonter au début du iie s. si l’on songe au contexte dans lequel se situe CBI, 895 (voir ci-dessous) et des exemples cités dans notre commentaire. L’abréviation consul. au lieu de cos irait également dans le sens d’une datation plus haute que celle de la seconde moitié du iie-iiie proposée dans CBI.

422895 L’expression du titre de L. Cominius Pollio miles leg(ionis) XIII Gem(inae) beneficiarius legati consularis, bénéficiaire du gouverneur consulaire de Pannonie Supérieure (ou de Dacie ? voir infra) suggère une datation plus haute que celle des éditeurs du CBI (seconde moitié du iie ou iiie s.), peut-être déjà vers 100-130 p. C. ou du moins dans la première partie du iie s. : cf. Nelis-Clément 1990, 953 p. 617 et supra I 11c, avec notre commentaire à 21). S’il n’est pas impossible que l’autel qu’il consacre à Arcisate, à une dizaine de km environ au nord de Varese, au sud du lac de Lugano, soit à mettre en relation avec une origine locale, sa présence dans les lieux et pendant son temps de service pourrait aussi s’expliquer par des fonctions exercées dans la région. La légion XIII Gemina, stationnée jusqu’à Trajan en Pannonie, à Poetouio, puis à Vindobona, est ensuite déplacée à Apulum en Dacie (Ritterling 1925, 1710 et 1716). Pour d’autres soldats de la légion XIII Gemina dans la région au cours d’une expédition contre des latrones, voir ci-dessus le commentaire à 884 et 893. Le bénéficiaire a dédié son autel à un dieu dont le culte est bien répandu dans la région. On en connaît à Arcisate (V, 5452), à Côme (V, 5255-5257 ; la dernière inscription citée est une dédicace d’un décurion de Comum), à Ligornetto, dans le triangle Como-Varèse-lac de Lugano (V, 5442), à Angleriae (V, 5478), à Lentate (V, 5491).

423916 Un examen de la pierre, actuellement au Musée du Capitole à Rome (Inv. CE 5559 = NCE 497 ; voir photo) révèle que l’abréviation bf tr(ibuni) correspond à la l. 25 et au nom L. F[lauiu]s Dominian(us), Gadar(a), et non pas comme le pensaient les éditeurs du CIL (puis ceux du CBI) à la l. 24 et à celui de M. [---] dius Serenus Traiana.

424917 La dédicace s’arrête avec le nom de Plautien dont le cognomen occupe seul la dernière ligne : voir la photo dans Speidel 1994a, 56 p. 80.

425927 Le temps de service (brisure de la partie inférieure de la ligne) semble être plutôt XI que VI (CBI) ; cf. Breeze 1974a, 255.

426937 Le prix du caveau ou cupula de l’épouse du bénéficiaire ne correspond pas à 100 mais à 6 000 deniers ou 24 000 sesterces. Comme on le distingue nettement du reste nettement sur la photo dans CBI, le signe qui suit le symbole du denier est employé surtout dans les inscriptions d’époque tardive pour représenter le chiffre 6 ; surmonté d’une barre horizontale, il équivaut à 6 000. cf. Cagnat 1914, 30-32.

427939 Selon Sablayrolles 1995, 131, la lecture de la ligne 4 ne correspond pas à TABB ; voir aussi Haensch 1995b, 819, qui propose de lire l. 4. fact. tab. pr. et de comprendre qu’après sa promotion comme bf du préfet (l. 3), le militaire a été promu comme tabularius du préfet, ce qui révise la lecture généralement retenue jusqu’ici : Domaszewski & Dobson 1981, 8 ; Durry 1938, 112, 8-10, qui en outre le tient pour un prétorien ; CBI ; Ott 1995, 21-22 et 169.

428941 Il est possible que le bénéficiaire du tribun des equites singulares dont la pierre funéraire est érigée par un protector des préfets du prétoire soit le même militaire que l’homonyme Aurelius Vitalis qui commémore un protector : cf. Speidel 1994a, 543, avec VI, 3261 - Speidel 1994a, 580.

Notes

1 Voir aussi le compte rendu de Haensch 1995b, part. p. 806-819, avec de nombreux compléments épigraphiques et commentaires très fouillés.

2 Les éditeurs proposent la lecture [D(is) M(anibus)]/[.] [ ?Matu]rius M(arci)/[f(ilius) Cl(audia) ? Fus] cus Cem(eneli)/[---] II (h)eres/[---] VI b(ene) f(iciarius) leg(ati), suggérant de combler les lacunes des l. 4 et 5 par l’indication de l’âge du défunt, puis par celle de ses années de service en qualité de bénéficiaire, en soulignant l’étonnante disposition de ces indications, coupées par le mot (h)eres. Malgré l’aspect séduisant des comparaisons, nous préférons nous garder d’intégrer ces restitutions au texte. Selon les éditeurs, le bénéficiaire du légat serait le défunt et non pas l’heres, sous prétexte que ce terme est précédé d’un chiffre (la lecture du II n’est toutefois pas totalement certaine), et que généralement les heredes ne mentionnent pas leur titre. Nous préférons laisser cette question ouverte, en citant cinq exemples de bénéficiaires héritiers qui mentionnent leur titre, à Rome, la plupart parmi les equites singulares : CBI, 926, 931, 935, 943, 944, 953.

3 Mis au jour dans le même lieu : CBI, 18.

4 -B-, alors que l’exemple de Brough-under-Stainmore (CBI, 6) présente l’abréviation BF. Dans les deux cas figure l’abréviation EX pour ex(pediuit) ; voir aussi RIB, II. 1, 2411.44-50 : leg II exp(ediuit).

5 Voir CBI, 11 (iiie s. p. C.). Pour une 3e mention d’un bénéficiaire dans une tablette de Vindolanda encore inédite, voir infra.

6 Les 6 modii (l’ensemble de la livraison s’élève à 320,5 modii) correspondent à 40 kg de blé. La ration moyenne en blé par personne et par mois s’élèverait à environ 4 ou 5 modii (4 : Tomlin 1998, 49 ; 5 : Garnsey & Saller 1987, 84). Dans le même document, il est précisé dans un cas que le blé est destiné à la consommation personnelle de celui qui le reçoit, un certain Lucco (l. 30 : in ussus suos). Parmi les autres personnes qui reçoivent du blé dans le castellum d’auxiliaires figure un groupe de légionnaires (l. 22 : militibus legionaribus).

7 Le titre beneficiarius, incomplètement conservé, n’est pas abrégé ici ; celui de son supérieur n’est pas précisé. Il pourrait s’agir du préfet de la cohorte, comme le proposent les éditeurs. Selon ces derniers (p. 122), il est possible que la comptabilité en question soit celle du marchand civil approvisionnant le personnel militaire, dont la pétition est conservée de l’autre côté de la tablette (voir le document suivant I 3b de la même main). Le Palmyrénien Baratès dont la jeune affranchie et épouse Regina est décédée à l’âge de 30 ans à South Shields, où son monument funéraire au décor remarquable a été retrouvé (RIB, 1065 : inscription bilingue latin palmyrénéen) était peut-être aussi un marchand, comme cet homo transmarinus qui faisait du commerce avec les soldats, à moins qu’il ne s’agisse d’un soldat lui-même (voir RIB, 1171 à Corbridge).

8 Le texte de cette pétition adressée probablement au gouverneur est incomplet. Il fait allusion à des actes violents dont aurait souffert le plaignant de la part d’un militaire et de sa plainte à ce sujet auprès d’un bénéficiaire, le préfet de cohorte étant malade (i 7-10 :...prae/[fe] cto non potui queri quia ua/[let] udini detinebatur/ques[tu] s sum beneficiario/---). Vu l’indisposition du préfet, responsable du maintien de l’ordre dans le camp et les environs, le civil s’était adressé dans un premier temps au bénéficiaire de ce dernier, comme le pensent les éditeurs (voir par ex. CBI, 15 à Housesteads, avec CBI, 14), ou peut-être au bénéficiaire du gouverneur détaché sur les lieux. Cette seconde hypothèse, qui n’est pas exclue par les éditeurs (cf. Tab. Vind., II, p. 332) même s’ils lui préfèrent la première, rappellerait les nombreuses plaintes de civils adressées au préfet d’Égypte par l’intermédiaires de ses bénéficiaires stationnés localement. L’épigraphie locale confirme la présence à Vindolanda de l’un des bénéficiaires du gouverneur de la Bretagne Supérieure, à une époque certes plus tardive, après la division de la Bretagne en deux provinces, soit pas avant 197 p. C. (CBI, 11). Cela n’exclut pas la possibilité qu’un tel poste ait été installé dans cette région dès le second siècle, de telles stations étant attestées dans l’empire dès l’époque de Trajan (voir Chap. IV). Les deux tablettes inédites I 154 et 154a, l’une de Vindolanda, l’autre de Carlisle, pourraient concerner l’un des bénéficiaires d’un gouverneur. Sur la venue du gouverneur en personne à Vindolanda, voir Tab. Vindol., II, 248 ; Bowman 1994, 18, et sur la présence des deux types de bénéficiaires (du préfet de la cohorte et du gouverneur) dans le contexte d’un castellum, en général ainsi qu’en Bretagne et plus précisément à Housesteads près de Vindolanda, voir Chap. IV.

9 Du même site, CBI, 7 : Annexe 1.3, en 191 p. C.

10 S’agit-il d’un bénéficiaire du gouverneur, la présence d’une station étant confirmée dans l’épigraphie locale, ou d’un bénéficiaire employé dans l’officium de l’officier en charge des troupes auxiliaires établies dans le castellum ? (voir par ex. à Housesteadt CBI, 14 et 15, et Chap. IV). Les cultes syriens sont bien attestés en Bretagne, notamment dans les sites où se trouvaient un castellum et des troupes auxiliaires, à Carvoran, Lanchester, Birdoswald, Corbridge ; sur celui de la déesse Syria, voir Breeze & Dobson 1987, 264 ; sur la romanisation de la religio des auxilia, voir Haynes 1993, qui souligne avec raison l’absence dans ce document d’un indice suggérant une origine orientale du bénéficiaire (p. 149, n. 62).

11 Voir CBI, 27-37.

12 Pour des représentations de cette hasta : Espérandieu 1910, 1785 (photo) ; Ritterling 1919, 17-18 (photo fig. 109) ; Alföldi 1959a, 26 et fig. 12 ; Faider-Feytmans 1980, 34 ; Eibl 1994, 292, dessin pl. Ia, où les deux lettres ne figurent toutefois pas à l’intérieur des deux yeux.

13 Découvert à 5 km à l’est de Chalon-sur-Saône et à 4 km au sud de Sassenay.

14 Découvert en 1893 lors des fouilles de la mansio destinée à abriter les voyageurs franchissant le col dans les Alpes Pennines, située à proximité d’un petit sanctuaire. Sur cette mansio, voir I. Ital., XI, 11, 27 (plan) ; sur la circulation routière entre Rome et le Rhin, à travers les Alpes, voir Van Berchem 1982, 185-217, et Walser 1984 et 1986, avec Chap. IV. D’autres tablettes votives ont été trouvées dans les ruines, près de l’Hospice (rive opposée au lac).

15 L’hypothèse selon laquelle le militaire pourrait être un vétéran a été discutée par les auteurs (p. 286-287), en dépit de ce qui pourrait peut-être ressortir du commentaire des rédateurs de l’AE.

16 Voir CBI, 60-72 ; 74.

17 Découvert à St-Géréon comme CBI, 60 et 70 (Atrium pilier 36). Voir aussi (atrium aile nord) l’autel d’un ost(iarius) cos, portier du gouverneur, p. 94 no 17 (photo fig. 17 p. 95).

18 Voir CBI, 118-135.

19 Base avec des traces de clous servant à fixer la statue de Mercure découvert en 1940 à Mayence sur le Flachsmarkt, en remploi dans une construction du Bas-Empire, conservée désormais au Altertumsmuseum de Mayence (N. & L.). Le texte complet est le suivant : In h(nonorem) D(omus) D(iuinae) signum Mercuri et nume(ro) (denarios) (mille) ut b(ene)f(iciarii) lega(ti) de ussur(is) eorum omnib(us) ann(is) sportul(as) accipiant die kal(endis) Aug(ustis) Amatorinus Peregrinus ueter(anus) utrumque d(ono) d(edit). Le culte de Mercure est attesté parmi les bénéficiaires de Germanie Supérieure sur d’autres autels élevés à Mayence et à Stockstadt.

20 Signalé par B. Stümpel, Mainzer Zeitschrift, 77-78, 1982-1983, p. 202.

21 Inscription citée par P. Herz, ZPE, 22, 1976, p. 196 n. 21 et R. Wiegels, Fundber. Baden-Württemberg 14, 1989, p. 462-463 n. 20. Découverte en 1974 en remploi dans l’église paroissiale catholique St Margarita à Neustadt/Wied, avec un autre autel dont l’inscription n’a pas été conservée. Les deux monuments ont certainement été déplacés à Neustadt an der Wied, qui se situe à l’est du Rhin, entre Koblenz et Bonn. La mention du nom de la légion XXII indique que la province dans laquelle le bénéficiaire exerçait ses services était la Germanie Supérieure, et non la Germanie Inférieure ; l’autel provenait sans doute de la station de Vinxtbach (CBI, 207). Il est exclu qu’il ait été déplacé de la station de Rigomagus (voir CBI, 84-90 et infra) qui se situe en face de Neustadt an der Wied, de l’autre côté du Rhin, mais en Germanie Inférieure.

22 Tous les autels de bénéficiaires datés du 15 juillet, entre 182 et 212 p. C. proviennent de Germanie Supérieure. cf. Annexe 6 ; Wiegels 1992 et 1995, 539 (avec erreur sur le jour).

23 Pour l’inscription funéraire d’un vétéran ancien bf cos, dans la capitale de la Rhétie, voir CBI, 209.

24 La même année, à Mayence, Terentinius Senecio, bénéficiaire du gouverneur de Germanie Supérieure, consacre un autel à Mars, à la Victoire et à Fortuna : CBI, 124.

25 Voir aussi CBI, 270. Nous devons cette référence à Rudolf Haensch.

26 Une telle datation est suggérée par l’absence du cognomen (voir par ex. CBI, 430 en Dalmatie : L. C (aleius) L (ucius) pourrait aussi être considéré comme un gentilice abrégé, et Messius, comme un cognomen. Signalons la stèle funéraire d’une Messia Flora, également à Carnuntum : MC Inv. -N. 306, cité par Kremer & Römer-Martijnse 1987, 109 n. 8).

27 A Ampelum en Dacie, CBI, 565, le bf proc. Satrius Felix, en poste dans cette région minière, consacre un autel à Domno et Domnae, ou peut-être comme ici à Dom(i) no et Dom(i)nae.

28 Le M et le B se superposent ; selon les éditrices, le B de b(eneficiarius) aurait été rajouté pour corriger la désignation de m(iles), auquel le titre de bénéficiaire a paru préférable. Le M en question trouverait sa place à notre avis devant les lettres LEGIO pour leg(ionis), qui devaient être suivies par le numéro et le nom de la légion à laquelle était rattaché le bénéficiaire, selon le formulaire habituel b. cos m(iles) legion(is)...

29 Pour un bf proc. en Norique nommé L. Messius Frontinus, voir CBI, 223. Lucius peut également être considéré comme un gentilice, et Messio est attesté comme cognomen : Solin & Salomies 1994, 107 et 363.

30 Pour un titre comparable, voir CBI, 895 et CBI, 600, avec CBI, 21 : Annexe 1.3 ; sur cette question, voir Chap. II.

31 Au sud de Brigetio et de Crumerum, sur le tracé de la voie reliant Brigetio et Gorsium, et à l’ouest de Val, où fut découvert CBI, 428. Sur le site, voir TIR, L 34 p. 81.

32 Le style de grands tombeaux tels que celui-ci, souvent élevés par des Orientaux, fait penser à la première moitié (et même au premier tiers selon Toth) du iiie s. p. C. On connaît un Aur. Domitianus bf cos qui a élevé deux autels à Sirmium, en 229 et 230 p. C. : voir infra I 37 et 38.

33 Découvert en 1934 en remploi dans un des piliers de de la tour de garde. Sur ce site, légèrement au nord de Üröm (CBI, 425), traces d’un établissement romain, de fortifications ; tour de garde, milliaire et tronçon de voie romaine (TIR, L 34 p. 42).

34 Connu par les notes de L. Nagy, Budapest Története (“Histoire de Budapest”), 1, Budapest 1942, p. 756 (RIU) signalant simplement la découverte d’un autel votif élevé par un beneficiarius de la légion II Adiutrix, daté par les consuls (Fusco II et Dextro). Ce fragment rappelle celui de CBI, 421, déplacé de Budapest au Musée Balaton. Il est fort possible qu’il s’agisse du même document.

35 Voir CBI, 366-391.

36 Ce bénéficiaire d’un préfet de la légion II Adiutrix aurait accompli dix-neuf stipendia, ce qui montre qu’il était encore en service au moment de son décès. Nous avons recherché en vain cette publication citée par Barkóczi. Pour un autre exemple de bénéficiaire du préfet de la légion II Adiutrix, voir CBI, 388.

37 Pour un homonyme C. Iulius Candidianus, bf leg leg I Adiutrix (peut-être s’agit-il du même personnage ? voir Annexe 4), qui élève une inscription funéraire pour son oncle, à Brigetio : CBI, 328. Nous remercions R. Haensch de nous avoir transmis une copie du texte complet dont l’existence nous était connue seulement à travers la mention de Dobó, l’ouvrage de Kuzsinszki nous étant inaccessible, malgré nos tentatives.

38 Au même endroit : CBI, 417-419.

39 Voir CBI, 413-416.

40 C’est peut-être ce même bénéficiaire (ou un homonyme ? voir aussi l’inscription funéraire d’Aquincum III, 13373) qui a dédié un autel à IOM et au Génie du lieu lors de son stationnement à Sirmium, voir infra I 70 (où n’apparaît aucune mention de légion). Un bf leg(ati) du même nom est attesté comme codédicant d’un autel, avec un optio spei, à Leanyfalu en Pannonie en 217 p. C. (CBI, 410). Voir Annexe 3.

41 Voir CBI, 424.

42 Popoviç 1989, 116-122 ; Mirkoviç 1991, 252-256.

43 Pour la dédicace au Génie du collège, voir Chap. VI.

44 Le titre cos du supérieur n’est pas précisé, mais il y a tout lieu de penser que comme ses collègues, il fait partie de l’officium du gouverneur.

45 Un homonyme (peut-être le même personnage) est attesté parmi les speculatores qui ont restauré leur schola en 228 p. C. à Aquincum : III, 3524.

46 Pour une discussion sur l’identification hypothétique avec CBI, 888, voir Annexe 4.

47 Peut-être le même homme que CBI, 384 (mort à 33 ans ; inscription funéraire à Aquincum).

48 Voir CBI, 376 (le même dédicant, à Budapest) et l’inscription suivante.

49 Ce bf cos dédie son autel à IOM, au Génie de l’empereur et au Génie du collège. Pour un autre autel avec exactement les mêmes dédicaces, voir I 23 ci-dessus, dédié par le bénéficiaire M. Ulpius Frequentinus, qui a élevé deux autres monuments votifs à Sirmium, une colonne en marbre en 191 p. C. (I 21) et un autel dédié à IOM et au Génie de l’empereur, lors de son renouvellement de séjour, iterata statione (I 22). Il s’agit dans ce cas du Génie de l’empereur Septime Sévère, l’autel étant daté de 195 p. C. On notera, outre les différents supports, les variations du formulaire dans les trois textes, dus à un même dédicant, provenant du même contexte : deux sont datés à l’année (I 21 et 22), et deux ont une mention de la troupe (I 22 : leg II Adiutr. ; I 23 : leg II Adi. P. F.). La formule ex uoto posuit figure dans deux des textes (I 21 et 22), alors que dans le texte I 23 n’apparaît aucune formule, ni complète ni abrégée. Ces obervations de détail montrent bien avec quelle prudence il convient de manier de tels éléments lorsqu’on cherche à les utiliser comme des indices de datation.

50 Il nous paraît peu probable que ce bénéficiaire soit identifiable comme l’a proposé Mirkoviç avec le primipile de la légion VII Claudia de Mésie qui se nomme Aufidinius Victor (IMS, II, 11).

51 AE, 1994, 1436 propose la datation approximative de c. 157-185 p. C. Le titre de leg Aug pr pr et non pas celui de cos dans la titulature du bf et au sein de cette série autorise toutefois à penser à une datation plus haute.

52 Le style du monument et du formulaire rappelle plutôt à notre avis la fourchette de datation 157-185 p. C. que celle de 185-202 proposée par Mirkoviç 1994a, 348 n. 6.

53 Si l’identification avec l’homonyme bf cos d’Aquincum est correcte (CBI, 374), nous aurions un exemple de promotion de bf proc à bf cos. Dans ce cas, la datation de CBI, 374 doit être antérieure à celle de cet autel (formule onomastique avec tribu et origine, mais aussi abréviation du gentilice), soit à la fourchette proposée par Mirkoviç allant de Trajan à 157 p. C.

54 Pour un autre bf cos homonyme, voir supra à Mursa (I 16).

55 Découvert à Krusevo (au nord de Corinium-Karin), en remploi dans le pavement de l’église. La pierre a peut-être été déplacée de Zvijna Gradina, petit établissement situé près du passage de la rivière Tedanius, où l’on a découvert des tuiles et des colonnes, et où serait localisé le Clambetae cité dans la Table de Peutinger.

56 Le bénéficiaire est un prétorien originaire d’Ansium, au nord-est de Corinium.

57 Le lieu exact de la découverte de ce petit fragment d’inscription conservé selon le CIL au Musée de Knin n’est pas connu. Le S de la ligne qui suit l’abréviation BF pourrait se comprendre comme [pro se et sui]s ou comme [CO]S. Pour une disposition comparable de BF/COS, voir par ex. CBI, 376, 462, 474. Pour d’autres bénéficiaires à Burnum, voir CBI, 446-450 et 462 ; voir aussi infra.

58 Voir CBI, 476-483.

59 Inscription connue uniquement par Betz no 192, qui cite l’inscription sans tenir compte de la disposition du texte sur la pierre et qui la mentionne comme inédite. Si l’on en croit sa copie, l’abréviation CONS aurait remplacé l’habituelle abréviation COS. Le jeune âge du défunt indique qu’il est mort pendant son temps de service. On connaît d’autres bénéficiaires de la légion I Italica stationnée à Nouae en Mésie Inférieure détachés auprès du gouverneur de Dalmatie (CBI, 467, 475 – le nom de la province d’origine est précisé dans le texte –, 487, 494, 498). L’un d’eux (CBI, 494), en poste à Narona en 225 p. C., porte également le gentilice Ulpius.

60 Du même endroit : CBI, 431 ; de Ljesce près de Skelani CBI, 455, 456, 458 et 471-475. Sur le poste, voir Chap. IV.

61 Ce bénéficiaire pourrait être le même homme que le bf cos connu comme [.] Billian[ius/.] f(ilius) Verus, en poste à Burnum (CBI, 462) où il élève un autel à IOM, si le F de f(ilius) se lit comme un E. La restitutionde la lettre lacunaire au début de la ligne 3 serait ainsi le S initial de Seuerus.

62 Le lieu de provenance n’est pas certain, mais il est fort probable qu’il s’agisse de Samum d’où proviennent plusieurs inscriptions votives de bénéficiaires (CBI, 525-536, ainsi que I 184 et * I 185. Sur la station de bénéficiaires sur le site du Vicus Samum : Isac 1994, Opreanu 1994 et Chap. IV.

63 Isac lit Maximo et Aeli[ano], soit 223 p. C., et non plus Maximo et Albi[no], 227 p. C.

64 Voir CBI, 551-557.

65 Voir CBI, 501-522.

66 Fragment inférieur d’un relief en marbre avec représentation de la partie antérieure du corps d’un taureau, avec serpent et chien ; une partie de Cautes. La partie supérieure du relief est perdue. Sur la bordure inférieure est gravée l’inscription. La partie inférieure du I du cognomen est tombée dans la brisure. L’inscription débutait peut-être par une dédicace à Mithra, par exemple par Soli Inuicto, comme c’est le cas sur le relief CIMRM, 1980 (= Vermaseren 1956-1960).

67 Était-il encore en service (voir par ex. CBI, 21) ou déjà vétéran ? La lacune précédant l’abréviation-BF- ne nous permet pas de l’affirmer. Le titre du supérieur, sans doute cos, devait être précisé dans la lacune de la l. 4.

68 Voir CBI, 565-567.

69 Ce même personnage est déjà connu pour avoir élevé un autel au même endroit, dans la même fonction (CBI, 566). Pour une autre inscription du même contexte peut-être due également à un bénéficiaire du procurateur, voir infra.

70 Ce lieu se situe dans le Com. Cogealac (District de Constanta), à mi-chemin sur la voie Nouiodunum-Tropaeum Traiani et Castellum Cilicum, et sur la probable voie reliant Histria (CBI, 633-634) à Carsium. Voir à ce propos Aricescu 1980, 87.

71 Pour un homonyme dans la même province et vraisemblablement de la même légion, voir CBI, 636. S’il s’agit du même homme, il faut en déduire une promotion de bf leg leg à bf cos. Mais le nom est commun : pour un homonyme bf cos de la légion VII Claudia en Mésie Supérieure, voir CBI, 598.

72 Voir CBI, 653.

73 Le piédestal a été trouvé en 1979 in situ en bordure du Danube (secteur VIII A) près de l’entrée d’une grande villa située à environ 75 m à l’ouest du rempart de Nouae. Un peu plus loin de l’entrée de la villa fut mis au jour un autre piédestal élevé par les optiones de la légion I Italica, peut-être pour le légat de la légion ? Le sénateur en question va devenir proconsul de Sicile (voir ILNovae 46). Ulpius Marcianus pourrait être l’un des beneficiarii ou l’un des membres de son officium. Le nom et les titres du supérieur devaient figurer dans la lacune initiale de l’inscription érigée en son honneur, ce qui incite à restituer à la l. 3 officii e[ius] de préférence à officii l[eg(ati)---], la trace de haste verticale de la lettre perdue dans la lacune convenant aux deux leçons. A ce propos, voir Annexe 11. Pour un librarius officii d’un légat de légion, Verinius Marinus, mort à 22 ans, qui servit 4 mois : Balty & van Rengen 1993, 40-41 pl. 17 (représenté avec la capsa).

74 Le lieu de découverte se trouve au nord-est de Razgrad et légèrement au nord-ouest de Isperih. Les conditions précises de la découverte ne nous sont pas connues.

75 Fragment inférieur droit d’une statuette en marbre du cavalier thrace. De cette représentation (qualifiée de type B selon les auteurs) n’est conservée que la scène de combat d’animaux avec, à droite en haut, un fragment du pied avant droit du cheval, avec un sabot. On reconnaît à gauche un lion en lutte avec un animal qui serait vraisemblablement un taureau. Sur le dos du lion on distingue les traces du pied d’un cavalier.

76 Voir III, 7463. Abrittus est situé entre Nicopolis ad Istrum et Marcianopolis, au nord des deux sites, en bordure de l’Almus. Sur le site, Velkov 1980, passim. Carte : IGB, II. Ce toponyme antique est attesté dans une inscription en grec découverte dans les environs de Preslav, IGB, II, 773 bis.

77 Lieu situé entre Nicopolis ad Istrum et Marcianopolis, au sud d’Abrittus : carte IGB, II.

78 Le soldat avait été incorporé dans la légion I Italica Alexandriana.

79 Voir CBI, 643-647. Le fragment d’autel à Diane mentionné par Alexandrov p. 71, selon lequel le dédicant serait un certain [S]eleucus [benefici]arius n(umeri) c(iuium) R(omanorum) – pour la résolution de l’abréviation NCR : Speidel 1992a, 144 –, pourrait aussi être celui d’un [uexill]arius, d’un [(centurio) region]arius ou d’un autre type de soldat.

80 D’après la photo, l’inscription de deux lignes est incomplète à droite et à gauche. Les lettres VS visibles au début de la seconde ligne, suivies d’une interponctuation et d’un ex, puis d’un espace vide (ou lacune ? il est difficile de s’en assurer d’après la photo) suivi d’un point et des lettres V. L avant la lacune finale, peut-être [m(erito) ?], pourraient faire penser que le militaire célébrait une promotion à bénéficiaire. A titre purement hypothétique – nous n’avons pas vu la pierre –, nous proposons la lecture suivante :... bf cos, [---fact] us ex [frum(entario) ?] u(otum) l(ibens) m(erito).

81 Sur le site et la présence d’un vétéran ancien bénéficiaire : Zahariade 1991, part. p. 314. Une vexillation des légions I Italica et XI Claudia Pia Fidelis est attestée au début du iie s. dans ce lieu où par ailleurs est révélée la présence d’un port et celle d’une station de la flotte. Un établissement civil (uicus classicorum) est également connu ici (cf. Suceveanu 1997). Pour la localisation : Suceveanu & Zahariade 1987, 89. Une ville portant le même nom est également connue à l’ouest de Galatzi, entre Piscu et Branistea.

82 Voir aussi au même endroit CBI, 667.

83 Le contexte de provenance de cet autel est celui du sanctuaire du Cavalier thrace et d’Asklépios Limenus. Il est possible qu’un second et même un 3e autel dans ce contexte soient également dus à des bénéficiaires, IGB, V, 5729 et peut-être 5717 ? (Skeles, fils de Skeles, BE). Dans le premier cas, seul le B ayant été conservé, on peut se demander s’il s’agit d’une abréviation du titre bénéficiaire (voir à ce sujet les documents suivants, ainsi que I 121) ou du début du titre de bouleute, les deux titres étant représentés dans l’épigraphie locale.

84 Voir CBI, 637 et CBI, 623-627.

85 La présence de nombreux documents de bénéficiaires dans ce secteur fait penser qu’il s’agissait plutôt d’un bénéficiaire que d’une bouleute, ou que d’un deuteron. A ce propos, voir aussi I 119a et I 121 (avec nos remarques sur l’abréviation B). Pour d’autres autels sur lesquels est attesté le nom Beithus, voir par ex. IGB, II, 555 et IGB, II, p. 234.

86 Une autre inscription découverte au même endroit permet de penser que la région était rattachée à la Thrace, à l’époque de Sévère Alexandre (IGB, II, 488). Un sanctuaire devait s’y trouver, où le culte de Zeus semble avoir côtoyé celui d’Artémis (IGB, II, 488 et 491).

87 La présence de DM, le nom du défunt au génitif, la mention de la tribu, de l’origine, de l’âge, l’absence de la centurie, le fait que soient cités les noms des dédicants, peuvent suggérer une datation de la première moitié ou du milieu du iie s. p. C. Voir à ce propos Clauss 1973a.

88 Macédonien recruté comme soldat dans la cohorte IV du prétoire – la tribu Voltinia indique une origine locale – Cnosus devient singularis, puis bénéficiaire du tribun, option, bénéficiaire du préfet du prétoire (benef. pr. pr.) et évocat. Décoré de récompenses militaires par l’empereur Domitien, il est promu centurion de la cohorte IV des vigiles, centurion des statores puis centurion de la cohorte urbaine XI (cf. aussi, en Macédoine, CBI, 672). Avant son avancement au poste de centurion de la cohorte urbaine XI, Tatinius Cnosus avait érigé un autel votif (BCH, 56, 1932, 220-221) dédié à Quieti Aug./ col(oniae) Philippiens(is).

89 Pour la localisation, voir la carte de Papazoglou 1988, ainsi que carte 8. Le lieu de provenance se situe au nord d’Argos de Macédoine, et au nord-est d’Izvor, sur la rive du Vardar, soit à la frontière entre la Macédoine et la Mésie Supérieure.

90 Cette inscription, trouvée avec la statue in situ dans le temple du culte impérial permet de localiser le toponyme antique de Panemoteichos non loin du tracé de la via Sebaste sur le tronçon Cretopolis - Comama - Perge (voir carte Mitchell 1994, 131 fig. 1 et 133 fig. 2. Pour d’autres exemples de bénéficiaires en Lycie-Pamphylie, voir CBI, 680-683 et CBI, 696, vraisemblablement lui aussi bénéficiaire du gouverneur de la province. Le nom de la troupe est précisé pour l’un d’entre eux seulement : CBI, 680 : Annexe 1.3.

91 Nous remercions Dr. French de nous avoir communiqué avant publication (cf. lettre du 13 octobre 1989) le texte exact de cette inscription qu’il mentionne sans en donner le texte (cf. aussi Freeman & Kennedy 1986, 284 puis E. Olshausen (EA, 9, 1987, 91), ainsi que les textes des inscriptions inédites I 156 et I 157 (voir ci-dessous) qu’il nous a autorisée à citer dans le cadre de cette publication (cf. lettre du 12 juillet 1995).

92 Voir aussi CBI, 631 : Annexe 1.3. Selon French, Tib. Claudius Crescens serait le bénéficiaire d’un légat de la légion V Macedonica, βενεφικιαριω ηγεμονος λεγιωνοξ ε Μακεδονικης. Le titre d’ηγεμων correspond occasionnellement au titre latin legatus ou légat de légion, comme le montrent quelques exemples d’inscriptions bilingues (par ex. X, 6569 - ILS, 478) ainsi qu’un passage de Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 3.122. Mais il s’emploie surtout pour un gouverneur (Mason 1974, 52 et 144-151) ; l’expression βενεφικιαριω ηγεμονος λεγιωνοξ ε Μακεδονικης doit se comprendre comme une traduction grecque du latin bf cos leg(ionis) V Macedonica où il ne fait pas de doute que leg(ionis) est complément de bf (sc. miles leg.), et non pas de co(n)s(ularis). Dans la titulature des bénéficiaires, le titre dηγεμων paraît concerner plus souvent un gouverneur qu’un légat de légion. C’est le cas par ex. dans des textes de Lycie-Pamphylie (CBI, 680, milieu du iie s., cf. voir I. 3 ci-dessous, où il ne peut pas être question d’un légat de légion), d’Arabie (CBI, 727 et 728, 260 et 262 p. C.), de Cilicie (CBI, 696, entre 170/180 et 212 p. C.), et de Syrie (CBI, 702, IIIe s. p. C. où pour des raisons métriques, l’inscription étant rédigée en hexamètres, le titre d’ηγεμων est placé avant celui de bénéficiaire). A Amasya, on connaît aussi bien l’inscription funéraire d’un strator du légat de légion (French 1990, 3) que celle d’un bénéficiaire employé dans l’officium d’un gouverneur consulaire (I 119).

93 Pour d’autres inscriptions de bénéficiaires dans la région, voir aussi I 156 et I 157.

94 Nous devons cette référence à R. Haensch. Sur l’abréviation B (en grec), voir supra et I 121.

95 Plusieurs inscriptions funéraires d’equites singulares (parfois avec la précision “Augusti”) proviennent de ce même site, où séjournèrent les gardes du corps d’un empereur, de Septime Sévère probablement, de 197 à 202 p. C., ou peut-être de Macrin, durant l’hiver 217-218 p. C. : cf. Speidel 1994a, 62-63.

96 Les noms des deux héritiers se retrouvent réunis dans une inscription de Rome (VI, 3216 - Speidel 1994a, 732). Il s’agit de l’inscription funéraire d’Aurelius Mucianus, vétéran ancien eques singularis Augusti, due aux soins de Iulius Valens, son héritier, ami et municeps. En dépit de la fréquence des deux noms (e. g. parmi les beneficiarii : Aurelius Mucianus : CBI, 386, 666 (l. 12 et 6), 649 ; Iulius Valens : CBI, 590, 603, I 72, I 73 et I 121 (l’inscription suivante), l’identification de ces deux personnages est probable. Elle livre l’exemple au début du iiie s. p. C. d’une promotion au centurionat légionnaire – les détails concernant cette carrière nous échappent – d’un bénéficiaire employé dans l’officium du tribun des equites singulares Augusti. Nous ne connaissons aucun bénéficiaire employé parmi les equites singulares qui ait achevé son temps de service comme bénéficiaire, ce qui indique que le poste de bénéficiaire offre dans cette troupe des perspectives de promotion (cf. Chap. III).

97 L’abréviation B en grec peut marquer le δευτερος pour un “fils d’un père du même nom” (voir infra à Histria). Cela peut être le cas ici puisque le père, un centurion, s’appelle lui aussi Iulius Valens, comme le précise la suite du texte. Sitlington Sterrett 1888, 73 p. 53 avait toutefois déjà relevé le caractère superflu d’une telle abréviation, sans pour autant proposer un autre développement. Mais la lecture b(eneficiarius) stationarius est également possible, et le fait que nous ne connaissions pas d’autre attestation épigraphique où les deux titres (beneficiarius et stationarius) sont associés ne suffit pas à l’exclure a priori. Soulignons qu’il s’agit d’une inscription en l’honneur du bénéficiaire, érigée par une cité dans laquelle il était peut-être en fonction. Ott 1995, 34-35, qui ignore ce document, tient pour impossible la présence conjointe de stationarius et de beneficiarius, vu son aspect redondant. Il est vrai qu’un bénéficiaire en poste dans une station ne se présente jamais lui-même comme un stationarius. Pour de nombreux exemples (épigraphiques et papyrologiques) où le titre de bénéficiaire apparaît en relation avec le terme statio ou avec le participe στατιζων : Annexe 5. Pour d’autres exemples de l’emploi de l’abréviation B (sans barre transversale) en grec dans ce sens de beneficiarius : CBI, 692 ; 695 ; 735 ; I 113e ; I 119a etc. Quant à CBI, 668, bien que cité dans l’index p. 814 parmi les abréviations sous la forme d’un B simple, il correspond en réalité à un B surmonté d’une barre horizontale. En latin, l’abréviation B est également attestée : voir CBI, p. 813. Sur les stations militaires établies le long de la côte entre les provinces de Lycie-Pamphylie et Cilicie : Russel 1991, 486-7. Pour des homonymes de Iulius Valens : CBI, 590, 603, I 72-73, I 120.

98 Nous remercions Maurice Sartre d’avoir bien voulu nous communiquer (lettre du 25 mars 1994) la lecture révisée du texte avant sa publication dans IGLS, XIII/3, 28 ; il va de soi toutefois que nous assumons seule la responsabilité de la lecture et de l’interprétation de ce texte telles qu’elles sont proposées ici. A l’époque de Trajan, lorsque cette légion était la seule troupe légionnaire en Judée, son commandement était assuré par un seul homme qui portait le double titre de leg(atus) Aug(usti) leg(ionis) X Fretensis et leg(atus) pr(o) pr(aetore) [pr] ouinciae Iudaeae : III, 12117.

99 Dunand 1933, 524-525, rapportant sa mission dans la région en 1927 : “... à gauche de la chaussée également, à une centaine de mètres du sol, on voit les restes d’une construction carrée. Elle est formée de deux enceintes concentriques, ce qui la distingue nettement des autres ruines. Aucun de ses murs n’est conservé sur plus d’un mètre en hauteur, et le peu de pierres écroulées montre qu’ils ne devaient pas s’élever beaucoup plus haut. On y trouve quelques fragments d’inscriptions et plusieurs morceaux de sculptures. Les Bédouins de la tribu des Souloût désignent ces vestiges sous le nom de manâra Henou... (p. 533) Chez les Arabes, manâra est le nom courant des tours utilisées pour la signalisation optique (p. 534). De tout temps le Ledjà a été un repaire de brigands et le refuge des gens mis hors la loi. Dans l’antiquité, aussi bien que de nos jours, le nettoyer a été le grand souci de ceux qui étaient chargés d’assurer l’ordre dans les régions avoisinantes. Les Romains ont pris contre cet état de choses une mesure radicale : la région étant pratiquement inaccessible à une troupe régulière, ils l’ont dotée d’une route la traversant dans toute sa longueur... Mais une route si audacieuse avait besoin d’être gardée en permanence et d’être pourvue d’éléments de défense sur tout son parcours. C’est ce qui a dû nécessiter la construction de ces tours ainsi que l’installation d’une forte garnison à Mismiyé.... (p. 536)... le sanctuaire se distingue de prime abord des tours de guet.... il est construit de plain-pied avec elle [i. e. la route] et son côté oriental coïncide avec le rebord ouest de la chaussée.... L’enceinte extérieure mesure 17 mètres de côté... L’enceinte intérieure, séparée de celle-ci par un large espace, mesure 4m 20 de côté. Elle est bâtie de gros blocs à face soigneusement dressée et à joints très exacts... les deux enceintes sont percées au milieu de leur mur oriental d’une porte de 2 mètres de large, qui établit la communication entre la route et la cour centrale.... (p. 540) Les différents fragments sculptés et les inscriptions (...) attestent bien que nous sommes en présence d’un sanctuaire, Les reliefs présentant des chevaux attelés à un chariot sont précisément en bonne place dans un temple situé au bord du chemin...”. Parmi les inscriptions retrouvées in situ, signalons celle d’un centurion de la légion IV Scythica (no 1) et sans doute une seconde d’un centurion ou militaire de cette troupe (no 4). Dès le iie s., Phaena ou Phaina sur le tracé de la route du “Ledja” de Damas à Bostra (limes), est un centre important justifiant la présence de détachements militaires, de la III Gallica et de la XVI Flavia.

100 La lettre incomplète qui suit le B pourrait être la courbe d’un F. Dunant restitue un hypothétique [επι] devant Αυδιου Κασσιου υπατικου, suivi de l’expression το ξοανον συν [---]. L’énoncé du titre du bénéficiaire selon le schéma connu bf + nom du supérieur + titre du supérieur nous paraît envisageable ici. Voir Annexe 12.

101 Thomasson 1972-1990, 312-313, 60.

102 La pierre se trouve dans les caves du Musée d’Alep. Elle provient sans doute du site antique de Beroea, ou des environs.

103 Voici le développement proposé par Jarry :--- / [specu] latori ( ?) eq[uiti coh(ortis) ( ?) eius]-/dem b (ene) f (iciarius) praefecti heres [---]. Le texte ne laisse pas de place pour l’indication du nom du bénéficiaire, à savoir l’héritier du défunt (le mot heres au nominatif est sûr) et le dédicant de la pierre funéraire. L’expression [.. coh(ortis) ( ?) eius]-/dem pourrait se rattacher à la partie précédente et perdue du texte, où était vraisemblablement déjà mentionné le numéro de la cohorte à laquelle était rattaché le speculator. Il pourrait bien s’agir d’un prétorien (pour des equites speculatores, voir par ex. CBI, 881). Le type de préfet qui était le supérieur du bénéficiaire n’est pas précisé, mais on peut penser qu’il pourrait s’agir d’un préfet du prétoire, tout en soulignant l’absence, surprenante, de la précision praetorio après praefecti, peut-être jugée inutile par l’énoncé du début du texte, perdu comme on l’a vu, et de la mention d’un speculator d’une cohorte du prétoire. (Pour la présence d’un bénéficiaire du préfet du prétoire et d’un évocat près de Laodicea-Lattaquié, dans la même province, voir CBI, 699). Une telle hypothèse semble préférable à l’interprétation qui verrait dans le dédicant le bénéficiaire d’un préfet de cohorte auxiliaire, même si l’une d’elle est attestée dans la région (voir l’inscription no 17 de la même publication, conservée sous la forme de trois fragments au Musée d’Alep, où il est fait allusion à la construction d’un ualetudinarium par une troupe militaire, la cohors IIII Luce[nsium] ?).

104 On ne saurait reprocher aux éditeurs du CBI dont l’intention était de rassembler les inscriptions grecques et latines des bénéficiaires de ne pas avoir tenu compte de cette inscription.

105 Le titre de beneficiarius est transcrit en palmyrénien. Le bénéficiaire porte le même nom que son grand-père paternel. C’est son père qui se chargea d’élever le monument funéraire. Sur le rôle des Palyréniens à Palmyre et à Doura, voir Teixidor 1993.

106 Voir CBI, 712-720.

107 βενεφικειαριος τριβουνου. Le même personnage a mentionné son nom à plusieurs reprises (CBI, 713, 715 et 716), précisant parfois – pas toujours – le titre de son supérieur (le tribun de la cohorte XX Palmyrenorum). Pour la localisation exacte sur la porte de Palmyre, sud section 2, voir fig. 6 p. 31 : R3. Cette inscription est peinte, en rouge, dans l’espace vide de la partie supérieure droite de CBI, 713.

108 On a découvert au même endroit une autre inscription d’un soldat de la légion V Macedonica (III, 14155.11). Le séjour de cette troupe stationnée en Mésie Inférieure puis, dès Marc Aurèle, en Dacie, est attesté au ier s. p. C. en Palestine, à Emmaus plus exactement, près de Nicopolis (cf. Ritterling 1925, 1575). Cette légion a participé à la prise de Jérusalem. Près de Bettir (Palestine), une inscription mentionne une vexillation des légions V Macedonica, XI Claudia et peut-être I Italica (III, 14155.2 (ad 13586)).

109 Sur la localisation de cette région non plus rattachée à l’époque du document à la province de Syrie, mais à celle d’Arabie : Sartre 1982, part. 124 ; autrement CBI et Ott 1995, 220, qui classent ce doc. parmi le matériel de la Syrie.

110 Βασιλισκος βενεφικιαριος υπατικου : voir CBI, 706. Dans la mesure où il s’agit de deux supports et de deux textes dont l’ordination est différente, nous considérons qu’il y a lieu de présenter séparément chacune des deux inscriptions.

111 Nous devons cette référence à Rudolf Haensch.

112 Le bénéficiaire dépendait probablement du préfet de la cohorte. Le nom de cette cohorte est la cohors II Thrac(um) qui diffère de la cohorte du même nom, attestée en Pannonie, en Bretagne et dans la région Rhin-Rhétie ; à ce propos, voir Lesquier 1918, 96 et 410 : la présence de cette cohorte en Égypte est attestée à partir de 157-167 p. C.

113 Voir CBI, 762-819.

114 Le B est surmonté d’une barre horizontale.

115 B. Le même personnage (ou un homonyme ?) apparaît parmi les beneficiari(i) co(n)s(ularis) de CBI, 783.

116 L’inscription est faite de lettres pointillées ou punctim. La taille de ce collier est plus grande que la moyenne, avec une circonférence de 50 cm, soit une dizaine de cm de plus que d’habitude, et une hauteur de 2,7 cm : cf. Thurmond p. 486. On retrouve dans cette inscription des termes souvent attestés dans ce contexte : Fugitiuum, qui fait allusion à la fuite, quia fugi (ILS, 8727), ne fugia (ILS, 8728), ne fugiam (ILS, 8729), quia fugi (ILS, 8730), fugi (ILS, 8731), fugio (ILS, 8732), et tene, l’action du collier qui consiste à retenir l’esclave tenté de s’enfuir (ILS, 8727-8732).

117 Découvert “près du petit sanctuaire anomyme”, non loin de l’Asclépieium (BACTH). L’Asclépieium serait en fait un sanctuaire militaire autour duquel s’est développée toute une série de petits temples à abside (voir Janon 1977) dont celui d’où proviennent cette inscription et la suivante.

118 Pour un homonyme sans doute identifiable avec lui, voir CBI, 760. L’un de ses deux fils entrés dans la carrière équestre porte les mêmes noms que lui (VIII, 18596, où le prénom du père, Lucius, est précisé). La lecture col(legio) ou col(legii) semble préférable à col(locauit), si l’on en croit le contexte archéologique de la découverte (voir Janon 1977, 711 n. 34 et Chap. VI). Le vétéran ancien bénéficiaire avait sans doute dédié cette plaque au collège militaire dans lequel il avait adhéré, ou dans la schola de ce collège, en signe d’attachement à l’association dont il faisait partie. Pour une abréviation identique dans un contexte comparable, à Rome, où il est question du collège des curatores des equites singulares, voir I 150, infra ; voir aussi I 23 et I 47 : Genio coll(egii).

119 Selon Le Glay, le nom martelé serait celui de Carus (282-283 p. C.), ce qui contraste avec la présence du praenomen (cf. Le Bohec). Pour un homonyme : VIII, 2557 - 18058, 18.

120 AE, 1989, 882 donne par erreur Q(uintus) Modius Septimius b(eneficiarius) Lamb(aese) r(etentus) ; la fin du texte (sans le cognomen) est corrigée dans AE, 1992, 1876a d’après Dupuis 1992b. Pour un © ßret(entus) attesté pour la première fois chez les equites singulares : Speidel 1994a, 68.

121 Si la datation proposée est correcte, [. Iu] lius Dexter peut difficilement être identifié avec son homonyme de CBI, 782. Ce nom est fréquemment attesté dans l’onomastique africaine ; voir par ex. l’homonyme originaire de Théveste qui fait partie des speculatores cités dans CBI, 783.

122 La dédicace à Deus Sol suggère un rapprochement, déjà établi par Carcopino, entre cette inscription et celle d’un autre bénéficiaire CBI, 824 : Annexe 1.3 découvert à El Gahra, un poste situé à l’ouest au sud-ouest de là, sur la route fortifiée qui mène à Castellum Dimmidi-Messad. Voici ce que dit Carcopino, p. 50 : “Visiblement, les deux inscriptions appartiennent au premier tiers du iiie siècle et y attestent la présence, aux deux bouts de la chaîne, d’organisations semblables et d’esprit identique”. Sur le culte de Mithra parmi les militaires africains, qui lui ont consacré 14 inscriptions : le Bohec 1989a, 569.

123 Le même personnage est connu ailleurs : CBI, 784 et Chap. III.

124 Ce lieu se trouve au nord de Timgad-Thamugadi, à l’est de Casae. Sur le site, S. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, F ° 27 no 279.

125 Le bénéficiaire était au service d’un préfet, celui de la légion probablement. Pour des exemples en Numidie de bénéficiaires du préfet de la légion, voir CBI, 786 (les lettres mises entre crochets par les éd. du CBI auraient dû figurer en italiques : elles sont connues par une lecture antérieure à la disparition du fragment gauche), 804, 817. Pour des ex. où le type de préfet n’est pas précisé : CBI, 802 et 775, où apparaissent à la fois un bf leg(ati) et un bf pr(aefecti). Il est mort à l’âge de 35 ans, soit en pleine activité. Cependant, le fait que l’on ait retrouvé sur le même site les épitaphes des ses deux frères (MEFR, 14, 1894, p. 22-23, no 74-75) nous fait penser qu’il n’était vraisemblablement pas stationné en ce lieu, mais qu’il en était originaire, ou du moins que sa famille y était établie.

126 Selon Le Bohec 1989a, 207, le nom du bénéficiaire (l. 8) serait C(aius) De[nti]lius Rogatus, alors que Dupuis 1992a lit [---] ius Rogatus ; DUPLOISBF : Le Bohec, considérant le O comme un éventuel point de ponctuation, propose de voir une “carrière” en ordre inverse, dupl(icarius) s(esquiplicarius), b(ene)f(iciarius). A cette interprétation, qui ne paraît pas convaincante, il paraît préférable de lire dupl(icarius) OIS BF ou dup(licarius) LOIS BF. Voir aussi Speidel 1992, 122 n. 19.

127 De même provenance, voir CBI, 826 (iiie s.), où il est question du bf d’un procurateur sexsagenarius ( !).

128 Dans la flotte, la façon de marquer son rattachement militaire pouvait se faire aussi bien en fonction de la centurie que du bateau. Dans le cas précis, le bénéficiaire était un membre de la liburne nommée Neptunus.

129 Le texte est connu par une copie manuscrite. Le monument a été mis au jour dans une vigne à l’extérieur de Porta Pia (CIL). BE a été corrigé en BF, ce qui n’était peut-être pas nécessaire puisque la première abréviation, certes moins courante que l’autre, est toutefois attestée à plusieurs reprises.

130 BBF ou BNF, comme on a cru bon de corriger. La première abréviation est étonnante puisqu’il n’est question ici que d’un seul bénéficiaire (pour plusieurs bénéficiaires, on peut employer BBFF). On ne rencontre cette abréviation nulle part ailleurs. L’abréviation BNF en revanche est attestée, mais reste rare (voir infra VI, 3419). Pour un homonyme, voir CBI, 278.

131 BEF.E.Q.S.

132 EX.B.N.F ; pour une abréviation semblable, CBI, 483 (voir I. 3 ci-dessous). Le soldat a accompli 29 ans de service dont 9 ans comme euocatus. Auparavant, il était un bénéficiaire, probablement du préfet du prétoire, puisque ce sont les prétoriens qui ont été le plus fréquemment promus à ce titre. Il est possible que ce soit une fustis et non pas la uitis du centurion que porte le militaire sur la représentation figurée, entre les lettres D et M, placées de part et d’autre du champ épigraphique.

133 Le mot depositio abrégé sous la forme DEP et l’expression in pace (l. 3) pourraient suggérer qu’il s’agit d’une inscription chrétienne. Pour d’autres exemples, voir à Rome, VI, 32972 - Diehl p. 89 ; CBI, 940 ; Silvagni 1922, 735 avec Diehl p. 89 (infra) ; à Solin-Salona, peut-être CBI, 480 (l. 5 : quae redd(idit spiritum) : cf. Diehl, 396).

134 Clauss 1973b, 95.

135 Découvert en 1934 dans la basilique constantinienne au Latran. L’inscription provient vraisemblablement des castra noua Seueriana des equites singulares à Rome, plus précisément de la schola curatorum, un bâtiment de forme rectangulaire de 7 x 4,6 m. Cette caserne et cette schola se trouvaient sous la nef centrale de la basilique. La porte d’entrée de la schola, qui se terminait en abside, était d’une largeur de 1,8 m. Le doc. CBI, 917 pourrait provenir du même contexte (voir Annexe 10) ; voir aussi CBI, 935 - Speidel 1994a, 542 où apparaît le même bénéficiaire.

136 Une partie de la barre du B et la partie inférieure de la haste verticale sont conservées. Selon Speidel, le titre de d(uplicarius) n’est pas exclu.

137 BF, le F est inversé et lié au B.

138 L’indication des mois et des jours fait penser à une inscription du iiie s.

139 l. 3 : dans la première édition du texte (AJPh, 1927, p. 19 - AE, 1928, 6), A. W. van Buren avait considéré BETRI comme le début de Bedriacum, le nom du centurion sous lequel le prétorien aurait servi, alors que G. Forni (Archeologia classica, 5, 1953, 112-115 (non uidi) - AE, 1955, 18), attirant l’attention sur un point de séparation qui n’avait pas été vu, propose de lire be(neficiarius) tri(buni).

140 Sur le contexte historique et politique : Roxan 1996 (nous remercions M. Roxan de nous avoir communiqué le texte avec son manuscrit et ses commentaires avant la publication).

141 p. 148 : beneficiarius... dari fide promissit. Sur ce texte encore inédit, voir Rankov 1994, 222. Tomlin 1998, 74 n. 151 : “An unpublished stilus-tablet fragment from Carlisle may refer to a beneficiarius Agricolae, but the reading is tentative”.

142 Voir CBI, 11 (iiie s. p. C.) et I 3a et 3b (supra). Nous devons la connaissance de ce document encore inédit à J. D. Thomas (Durham) que nous remercions vivement de nous avoir autorisée, avec l’accord A. K. Bowman (Oxford), à en faire mention ici. Nous assumons toutefois seule la responsabilité des éventuelles erreurs d’interprétation. Rappelons à ce sujet la petite boîte à cire en forme de haste du type dit de bénéficiaire, qui fut découverte à Ostie (Eibl 1994, 285 fig. 16), où la présence de beneficiarii du procurateur de l’annone et d’autres officiales autorisés à porter un tel insigne de reconnaissance est bien attestée : Chap. VI. L’objet en question a pu appartenir à l’un d’eux. Sur les sceaux servant à fermer des messages secrets de l’empereur ou d’autres, et sur les anneaux avec sceau employés comme marque de reconnaissance : Hérodien 7.6.5 (avec 3.5.4 sur les instructions orales), et Pline 10.74 ; en général : Haensch 1996, 450-453. Voir aussi Chap. V.

143 Un sanctuaire thrace semble avoir été établi sur ce lieu, peut-être en association avec le sanctuaire de Glava Panegra (Gerov 1988, 111 n. 139), d’où proviennent les inscriptions CBI, 623-627.

144 La photo de ce gobelet est publiée dans Istorija na Bâlgarija, vol. I, Sofia 1979, 316. Nous devons cette référence à Daisi Dimitrova, que nous remercions bien amicalement. Pour un homonyme connu comme dédicant, dans le même santuaire sans doute, ce qui permet de penser qu’il s’agissait vraisemblablement du même homme : IGB, II, 587. Voir Chap. IV.

145 Demirseyh se trouve au sud de Iskilip à environ 15 km au nord-est de Sungurlu et 50 km au sud-ouest de Corum (Tschorum), soit non loin de Bogazköy. La pierre a pu être déplacée de Tastepe ou de Tasliktepe Mvk. Nous remercions Dr. D. H. French à qui nous devons la connaissance de ce texte – il l’a copié le 21 novembre 1985 – et les précisions sur la localisation de sa découverte. Le cognomen Aquila est bien attesté en Galatie et en Cappadoce, sous des formes diverses : Ακουιλας Ακυιλας Ακυλας (voir IGR, III, index p. 546).

146 Cette inscription devrait faire l’objet d’une publication dans EA par Dr French. On notera que c’est à Kirhehir qu’Oberhummer et Zimmerer (IGR, III, 1443 - CBI, 692) ont copié à la fin du siècle dernier l’inscription votive du bénéficiaire Phamainos, employé au service d’un gouverneur de la province. Pour d’autres nouveaux bénéficiaires dans la même province, voir ci-dessus I 118 et 119.

147 Voir CBI, 705 : Annexe : 1.3. Nous remercions M. Balty de nous avoir communiqué (lettre du 10 juin 1988) les textes des deux nouvelles inscriptions de bénéficiaires d’Apamée, ainsi que ses commentaires. Dans la mesure où ce texte (mentionné dans Balty 1988, 101) n’a à notre connaissance pas encore été publié, nous nous contentons ici d’en mentionner l’existence. Sur ce matériel : Balty 1987, Balty 1988 et Balty & van Rengen 1993, en attendant la publication de l’ensemble des inscriptions d’Apamée, annoncée dans la collection “Fouilles d’Apamée de Syrie”.

148 Nous remercions Dr. Casey (Univ. de Durham) de nous avoir signalé l’existence de ce document récemment arrivé sur le marché londonien des antiquités et qui fera l’objet d’une prochaine publication.

149 L’identification du personnage Tib. Iustinius Titianus avec le bénéficiaire homonyme de CBI, 125 est probable (Annexe 3). Si l’on considère que l’autel de Nasium est érigé non pas dans un camp légionnaire mais dans une station, il doit s’agir d’un bénéficiaire du gouverneur, ce qui implique une promotion de Titianus de l’officium du légat de la légion dans celui du gouverneur, soit de bf leg leg à bf cos. Un telle promotion est clairement attestée à Viminacium au iie s. : CBI, 584. Le texte devrait donc être restitué de la manière suivante : Deae Epona[e] / et Genio Leuc(orum) / Tib(erius) Iustinius Titianus [bf] / [cos l] eg(ionis) XXII [P. P. F.] / Antonin[ian(ae)] / ex uo[to p(osuit)]. A Nasium, un temple sur podium (celui d’une station ?) aurait remplacé un temple de type celtique (Grenier V, 254-256 ; Gilquin 1975). Ce lieu se situe sur le tracé de la voie romaine allant de Metz-Diuodurum Reims-Durocortorum par le sud. Au nord-est de Nasium, à Toul-Tullum, la route croise celle de l’axe nord-sud qui relie la capitale de Germanie Supérieure, Mayence, et la Méditerrannée via Trèves-Augusta Treverorum, Metz-Diuodurum, Chalon-sur-Saône-Cabillonum (voir I 6) et Lyon-Lugdunum. Cette voie importante pour l’approvisionnement des légions du Rhin était placée sous la surveillance des légions de Germanie : voir Chap. IV, avec CBI, 176 à Pontailler.

150 Voir CBI, 84-90. Sur son appartenance aux inscriptions des bénéficiaires de Remagen, voir aussi Wiegels 1995, 534 n. 49.

151 Ce fragment d’autel (205 ou 208 p. C.) a été découvert avec d’autres inscriptions de bénéficiaires dédiées aux déesses Mères (CBI, 76-82) dans le contexte du sanctuaire de Nettersheim.

152 Fragment d’autel votif érigé par un ---] per, [bf ?] cos, découvert en 1924 dans la cave à charbon de l’ancienne école, où il était emmuré. Le castellum de Dormagen a été dégagé à l’endroit où se trouvait autrefois le rivage du Rhin. Sur le site, Römer/NR-W 1987, 394-401, plan 395-6 fig. 334-335. Pour un fragment d’autel découvert en 1975 dans les environs du port romain de Krefeld-Gellep-Gelduba, au nord de Nouaesium, qui fut consacré en 206 p. C. par un---] ranus, qui fut peut-être un [bf co]s : Bogaers, in Fitz 1977, 610 no 5 (photo 631 fig. 9).

153 Dans ce fragment de stèle, la restitution de l’abréviation BF de beneficiarius devant les lettres OS de COS paraît envisageable.

154 La dédicace à IOM et au Génie du lieu conservée sur ce fragment d’autel fait penser à un autel de bénéficiaire (voir par ex. CBI, 62, 67 etc.).

155 Inscription funéraire. Le jeune âge du défunt (21 ans) rend incertaine la restitution de l’abréviation du titre de beneficiarius dans la lacune qui précède les lettres COS. On connaît toutefois l’exemple de deux bénéficiaires décédés à l’âge de 25 ans. L’un (Ier s. p. C.) après avoir accompli 6 ans de service, avait déjà servi dans l’officium de deux légats d’Auguste (CBI, 751) ; l’autre (1ère moitié du iie s. p. C.) était bénéficiaire d’un gouverneur consulaire de Mésie Inférieure (CBI, 620).

156 Les lettres BF (ou BE ?) conservées au début de la l. 5 de cette inscription par ailleurs presque entièrement détruite font penser avec vraisemblance à un bénéficiaire de plus à Stockstadt (voir CBI, 178-198).

157 Ces fragments pourraient être ceux d’un autel élevé en 183 p. C., par un bf cos en poste à Stocktadt, aux ides idi[b]us [---] de janvier ou de juillet vraisemblablement.

158 Voir CBI, 138-144 et infra.

159 Découvert en 1893 à proximité de Thörl, l’autel pourrait provenir du site antique de Meclaria Sur la présence d’une ou de plusieurs stations dans cette région située non loin de la frontière entre l’Italie, la Pannonie Supérieure et le Norique, voir Chap. IV.

160 Découvert en 1895 à Deinsberg sur la colline Rosenberg. La Table de Peutinger signale l’existence d’une mansio ou une mutatio à quatorze milles au nord de Virunum.

161 l. 3 : la restitution de BF devant COS non retenue par Alföldi ; d’un avis contraire, Piccottini.

162 Voir CBI, 218-245. Le gouverneur Caecilius Iuventianus serait probablement identifié avec celui qui reçut un rescript d’Antonin le Pieux (Digeste, 48.18.10), comme le relève Alföldy.

163 l. 4/5 : peut-être l. 4 : [u] eter(ano)/[ex b(ene)f(iciario)] co(n)s(ularis) ? Mais la restitution demeure incertaine. Pour une autre inscription funéraire au même endroit : CBI, 271.

164 La dédicace de XIII, 5255 - ILS, 9267 au Rhin pour le salut du gouverneur Q. Spicius Cerialis, leg Aug pr pr, pourrait être celle d’un bénéficiaire comme l’a proposé Lieb. Pour d’autres dédicaces au Rhin par des bf, voir CBI, 87 et 88 ; voir aussi en Dalmatie la dédicace à Hippius, CBI, 489, avec Chap. I. Pour des exemples de voeux émis pour la santé d’un supérieur par des bf, voir Annexe 13. Sur ce gouverneur de la Rhétie c. 181-185 p. C. : Thomasson 1972-1990, 79.

165 Thomasson 1972-1990, 108.59 : “nomina male lecta videntur : posse fuisse Iallius Bassus”, dont le gouvernement se situerait sous Marc Aurèle et Lucius Verus, dès 166 p. C. (p. 105.38). Pour d’autres documents du même site : CBI, 298-300.

166 Voir CBI, 366-391. Cette inscription funéraire n’est connue que par des copies. La lecture (l. 3) de BF à la place du TR de la copie demeure incertaine. Si la restitution d’un bf devant tribun(i) s’avère correcte, le défunt Iul. Tatulo aurait participé comme bénéficiaire à une expédition au cours de laquelle il aurait trouvé la mort, fuit in exped(itione) bello desider(atus) e(st) qui uix(it) ann(os) XLV. Voir aussi CBI, 884 : Annexe 1.3 (infra).

167 Voir CBI, 446-450. Inscription funéraire d’un soldat de la légion XI Claudia, peut-être promu comme bénéficiaire après un poste de tesserarius et avant sa promotion comme corniculaire du légat d’Auguste, sans doute le légat pro préteur. La restitution de b(ene)f(iciarius) avant corni[cularius] n’est pas certaine, mais elle est envisageable. L’emploi du titre de légat d’Auguste pro préteur, et non pas celui de consulaire comme dans les autres inscriptions de Burnum suggère une datation haute, peut-être du temps du séjour de la légion à Burnum, qui prit fin vers 69 p. C. (cf. CBI, 450 où il est question d’un benef. tribuni de cette légion, à Burnum). Pour un autre exemple de bf d’un gouverneur peut-être promu à cette fonction après l’accomplissement d’un poste dans la centurie, voir CBI, 495 : ex option[e] beneficiar(ius).

168 Il s’agit ici d’un autel votif dédié à IOM par un certain C(aius) [I]ul[i]us [Io]uinu[s], un vétéran de la légion X Gemina e [x bf c] os. Pour d’autres inscriptions de ce lieu, voir supra I 98.

169 l. 5-6 : e[x] / [b(ene)f(iciario) c]o(n)[s(ularis)] sacru[m] ou e[x] / [uot]o sacru[m] ? La première hypothèse paraît préférable dans la mesure où le voeu pouvait être exprimé dans la lacune qui se trouve au début de la l. 7, devant solu[it].

170 l. 4 : [b(ene)f(iciarius) c(on)]s(ularis) leg(ionis) [---] ?

171 L’abréviation BENIF pour benef(iciarius) n’est pas attestée ailleurs, mais peut se concevoir, en particulier dans le contexte de Salone, même en l’absence du titre du supérieur et du nom de la troupe. La confusion entre I et E est en effet relativement commune, en particulier lorsque les cursives sont mal recopiées. La dédicace à Nocturnus est les seul témoignage connu parmi toutes les inscriptions des beneficiarii recensées.

172 Voici le texte conservé I(oui) O(ptimo) M(aximo) [e]t G(enio) [m(unicipii) N(ouensium)] Sat[urninus ?---]. Le contexte de découverte (CBI, 463-469 ; 440-441) et la ressemblance de la dédicace de ce fragment d’autel votif avec le matériel épigraphique des bénéficiaires de Nouae, en particulier avec CBI, 466 et 468 (s’agit-il du même homme ?) rend plausible la restitution [BF].

173 Voir CBI, 488 et 461. Fragment d’inscription funéraire. La restitution de l’abréviation BF devant COS incertaine, mais trouve néanmoins un appui dans les deux autres inscriptions du même lieu mentionnant des bénéficiaires du gouverneur.

174 Voir supra. La restitution de l’abréviation BF devant les lettres COS, malgré la disposition sur deux lignes différentes, se conçoit dans le contexte local où une dizaine d’autres inscriptions de bf cos sont connues. Bajina Basta se situe dans les environs de Skelani ; voir Chap. IV.

175 Ce lieu se situe à l’est du secteur minier de Municipium Domauianum et de Skelani, non loin du cours de la Srbska-Morava, au nord du secteur minier de Novi Pazar. On a mis au jour au même endroit un autel dédié à Diane. Ces découvertes pourraient être relation avec l’exploitation des mines dans ce secteur.

176 Voir supra. La pierre est perdue. C. Daicoviciu a le premier considéré cette inscription comme celle d’un bénéficiaire.

177 Il s’agit vraisemblablement du même homme que l’homonyme bénéficiaire du gouverneur (CBI, 527 - Isac 1994, 212 10), qui éleva un autre autel au même endroit. Voir à ce sujet Annexe 4, avec l’exemple de Scantius Lucius qui en consacra 3.

178 Voir CBI, 565-567 et supra.

179 La restitution [bf] paraît probable dans le contexte d’Ampelum où l’on connaît plusieurs autels érigés par des bénéficiaires du procurateur responsable des mines. On se gardera toutefois de suivre la proposition de l’éditeur de restituer le nom de T. Aurelius Diocles, connu pour avoir élevé deux autels à Ampelum (CBI, 566 et supra).

180 Voir CBI, 594 et 578. La restitution du titre de beneficiarius ou de celui de strator est possible dans la lacune qui précède COS de la l. 4. Sur la présence de stratores cos à Naissus, voir IMS, IV p. 32 et n. 32.

181 Selon Parvan, il serait possible de distinguer un un B barré (-B-) après le nom de M. Iulius Moschos ; selon Pippidi (ISM), il s’agirait d’un B’marquant la filiation, “fils d’un père du même nom”. Trois arguments permettent toutefois de penser qu’il pourrait être question d’un bénéficiaire : 1. l’emploi de l’abréviation B’pour la filiation apparaît quelques lignes plus haut dans le même texte, mais dans une formule onomastique grecque et précédée de l’article Πολεμων Νουμηνιου του β (= δευτερου). 2. l’emploi d’un simple B (en grec) est attesté pour b(eneficiarius). Signalons à ce sujet qu’un B barré semble lisible sur la photo de Parvan ; mais une autopsie de la pierre s’avérerait nécessaire pour trancher la question. 3. la plupart des noms des personnages avec tria nomina (ou gentilice latin) n’ont pas de filiation exprimée, à l’exception de ceux des deux frères M. Ulpii Euxenides et Demetrios, fils d’Artémidore. Comme Iulius Bassus, bf cos bien en vue dans l’élite locale où il fait partie des membres fondateurs d’une grotte dédiée à Mithra, en compagnie de son supérieur le gouverneur de la province (CBI, 633 : Annexe 1.3.), M. Iulius Moschos est le seul membre de l’association dont le titre figure à côté de son nom. L’onomastique fournit de précieux renseignements sur la composition de la gérousie. Les Thraces non romanisés ou hellénisés manquent dans l’assemblée, alors qu’ils sont très nombreux à Histria. Sur les 157 gérousiastes, on compte 29 citoyens romains (ils ont un gentilice romain), 15 d’entre eux portant les tria nomina. A l’exception de M. Iulius Moschus, citoyen romain de plus longue date, tous les Grecs citoyens romains de la liste n’ont obtenu le droit de cité qu’à partir des Flaviens : on y dénombre 2 Flauii, un Cocceius, 5 Ulpii et 8 Aelii. Ces observations permettent d’affirmer que la grande majorité des membres de la gérousie est grecque. Si la lecture du titre de bénéficiaire est correcte, nous avons ici l’attestation de la présence d’un bénéficiaire au sein de l’assemblée. Nous retenons à ce sujet la réflexion de Parvan, qui relève le côté exceptionnel, mais pas irrégulier, de la situation. “Ce personnage était assez en vue pour être admis parmi les membres de la gérousie, d’autant plus que sa qualité de citoyen romain (si rare à cette époque parmi les Histriens) rehaussait encore d’un certain éclat la position qu’il occupait ici.”

182 Ce lieu se situe en Isaurie, région dont les frontières ont souvent été modifiées, qui fut rattachée à la Lycaonie ou à la Cilicie selon les époques : cf. CBI, 690 : Annexe 1.3 et Carte de Kiepert CIL, III, Hn ; Atlas de Turquie, Ankara 1977 : 341-D (37.22-32.10).

183 Voir infra CBI, 708. Ce lieu ultérieurement dénommé Philippolis, en l’honneur de l’empereur Philippe l’Arabe qui y est né, et rattaché à la province d’Arabie, fait encore partie de la Syrie sous Avidius Cassius.

184 En grec : B suivi du nom de Avidius Cassius ; en latin, en revanche (tel qu’il est rapporté) le texte est différent : IOMH / MARC / FIVS / AEBI V S. Pour un bénéficiaire détaché à la même époque à Phaena : voir supra I 123.

185 Voir CBI, 727 et 728.

186 L’établissement du texte n’est pas sûr, mais le développement proposé avec le titre de bénéficiaire est la meilleure explication de la présence des deux lettres P et F, séparées d’une interponctualtion, qui précèdent le titre de sexmenstris, SEXS. MEN. Cet Africain recruté dans la légion II Adiutrix en Pannonie (pour d’autres exemples, voir Ritterling 1925, col. 1455) a pu être nommé comme bénéficiaire d’un tribun, puis comme librarius du légat de la légion (IIB LEG LE[G]), avant d’être promu comme centurion. Pour une autre inscription d’un membre de sa famille, dans le même contexte : ILAfr, 137 : C. Pompeius L. fil. Quirina [F]elix Octauianus, equo publico ornatus...

187 Dans la deuxième liste (CBI, 780), on connaît un bénéficiaire de plus : le nom de [. M]ummius Atticus Cir(ta), b(ene)f(iciarius) tr(ibuni) figure à la fin de la 2e cohorte dans cette liste, mais n’apparaît pas dans la première. Sur l’existence de variantes ou d’erreurs dans les divers exemplaires d’une même liste : Dupuis 1992b, 158.

188 Voir CBI, 752-757. CBI, 758 : Annexe 1.2. Sur la station : Chap. IV.

189 L’inscription incomplète et conservée sous la forme de deux fragments a été restituée avec beaucoup de certitude grâce à l’une des inscriptions trouvées avec elle (CIL, IX, 5358), une dédicace identique, en l’honneur du même personnage (le préfet du prétoire M. Gavius Maximus (PIR, 2, G 104), élevée à la même occasion par son ancien corniculaire devenu primipile. l. 6-7 : la lacune entre les deux fragments est d’une longueur estimée à une ou deux lignes, si l’on compare avec l’autre inscription. Il manque notamment le nom du dédicant. l. 8 : il semble qu’il faille restituer [bene]fic[i]a[rius eius] et non pas [ex bene]fic[i]a[rio].

190 Deux fragments d’une même table. l. 2 : BF : le développement b(ene)f(ecit) ne convenant guère ici, il pourrait s’agir d’un bénéficiaire, dont ni le nom de la troupe ni le titre du supérieur ne sont connus.

191 Elle daterait du consulat de Rufius Postumius Festus (439 p. C.) et serait l’exemple le plus tardif d’une inscription (pour les sources papyrologiques, voir Annexe 2) mentionnant un bénéficiaire (sans titre de supérieur). On peut se demander si dans un tel contexte beneficiarius a encore sa signification habituelle dans l’épigraphie du Haut-Empire.

192 Nous devons cette référence à Patrick Le Roux, que nous remercions amicalement.

193 L’abréviation-BE- est attestée pour le titre de beneficiarius (voir CBI, p. 813), mais la préposition pro devant beneficiarius est surprenante, alors qu’elle est fréquente avec beneficium (TLL, s. v.), ce qui donnerait un sens à l’inscription.

194 LE pour le(gati) surprend, de même que tempore seul (sans expleto), qui n’a pas de sens. On peut toutefois se demander, en présence de l’expression exple[to] tempore et à titre hypothétique, si le militaire en question ne serait pas un décurion de cohorte nouvellement promu à ce poste, au terme de son temps de service comme bénéficiaire dans la station, qui n’aurait pas spécifié son ancien titre de bénéficiaire. Comme parallèles pour la promotion, on citera l’exemple du bénéficiaire de Saturninus, en poste au même endroit, promu comme centurion (CBI, 753 : Annexe 1.3 ci-dessous), ainsi que peut-être celui de M. Valerius Speratus, en Mésie Supérieure (CBI, 589). Mais dans ce dernier cas, l’énoncé du texte ne permet pas d’établir avec précision et certitude le déroulement des étapes successives de la carrrière militaire et civile du vétéran. Quant à CBI, 609 (cité en comparaison avec la carrière du bf de CBI, 589, p. 453), il faut préciser que ce n’est pas le bénéficiaire qui a abordé la carrière équestre, mais l’un de ses fils.

195 Le frumentarius promu comme bf cos (CBI, 841) après son transfert dans la légion établie dans sa province d’origine se situe dans un contexte différent, puisque les frumentarii étaient en partie détachés de leur légion dans leurs quartiers généraux établis dans les castra peregrina sur le Mont Caelius à Rome (Mann 1988a) d’où ils étaient répartis dans diverses régions de l’empire (Mann 1988b ; Clauss 1973a, 94-96). Dans le cas précis, le soldat d’origine hispanique recruté dans la légion VI Ferrata en Syrie-Palestine qui fut promu frumentarius a vraisemblablement souhaité revenir plus près de son lieu d’origine, obtenant comme frumentarius un transfert de légion. L’expression frum. in legione VII précise, comme l’a justement relevé Le Roux 1982, 229, qu’il a accompli cette fonction non pas à Rome mais en Espagne et plus précisément à Tarragone, dans l’officium du gouverneur où sein duquel il été promu bénéficiaire, factus bf cos.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540