Version classiqueVersion mobile

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Chapitre VII. Les beneficiarii dans la société

Texte intégral

1L’exploitation du vaste dossier épigraphique et papyrologique des beneficiarii livre une importante somme de renseignements illustrant sous divers aspects leur statut socioéconomique et linguistique. Sans prétendre qu’ils représentaient un groupe social totalement distinct et homogène, nous verrons au cours de ce chapitre qu’il est néanmoins possible de faire ressortir certains traits marquants de ces militaires qui vivaient souvent en contact avec la population civile, en dehors du camp de leur unité.

1. Les relations familiales des bénéficiaires

  • 1 Saller & Shaw 1984, part. 125-133 pour une description de la méthode et p. 133 pour les explicatio (...)

2Les bénéficiaires ont d’une manière générale maintenu de solides attaches avec leur famille, aussi bien durant leur service qu’au moment de leur retraite. Une analyse chiffrée des textes funéraires du dossier et la confrontation des résultats avec ceux d’une enquête à large spectre sur les relations familiales des civils, militaires et esclaves dans les provinces occidentales de l’Empire à l’époque du principat (à partir des inscriptions funéraires) révèle que leur comportement social et familial les rapproche davantage de la population civile que de l’ensemble des militaires1.

  • 2 96 % sont en service comme bénéficiaires lorsqu’ils consacrent leur monument votif, sur lesquels p (...)
  • 3 CBI, p. 825 (index).
  • 4 Voir par ex. à Charax CBI, 659 : pro salute sua et suorum, et dans le même lieu CBI, 661 : pro sal (...)
  • 5 CBI, 514 : le dédicant C. Iulius Frontonianus était un vétéran ancien bf cos au moment où il érige (...)
  • 6 CBI, 647, lors du détachement du bf cos Iulius Mucazenus dans une station du district de Montana, (...)
  • 7 I 10. Dans sa dédicace, le bf cos a associé son épouse.
  • 8 En Germanie : CBI, 51, en 205 p.C. et CBI, 125, en 210 p.C., à Bonn (camp lég.) et à Mayence (capi (...)
  • 9 Sur le mariage des soldats : Campbell 1978, 159, Campbell 1994, 151-160 ; voir aussi Wells 1998, s (...)
  • 10 CBI, 347.

3Les documents votifs du dossier, le plus souvent consacrés par les bénéficiaires d’un gouverneur, lors d’un détachement dans une station, soit dans un contexte officiel, montrent que près d’un bénéficiaire sur cinq associe sa famille dans ses voeux. Rappelons que le pourcentage des vétérans associant leur famille dans un geste votif atteint près d’un cas sur deux (42,8 %)2. Les membres de la famille, lorsqu’ils apparaissent, figurent soit associés dans l’énoncé des vœux, soit mentionnés comme co-dédicants aux côtés du bénéficiaire. Dans le premier cas, la mention de la famille se révèle par l’emploi d’une formule générale telle que pro se et suis, pro salute sua et suorum3, ou d’une manière plus explicite, comme le montrent par exemple les expressions telles pro salute sua et filiorum4, pro se et... coniuge et... filia5, pro salute sua et... coniugi eius6, ou encore pro salute (sua) et... patris sui et suorum7. Cela n’implique pas forcément leur présence aux côtés du dédicant au moment de la consécration, ce qui devait en revanche être le cas lorsque le bénéficiaire consacrait son monument cum suis, soit en compagnie des siens. Dans plusieurs cas, dans les deux Germanies ainsi que dans des stations établies en Pannonie Supérieure et en Mésie Inférieure, l’épouse d’un bénéficiaire en service apparaît comme co-dédicante, tantôt sous son nom, avec ou sans eius, tantôt de manière anonyme, comme coniunx8. Le terme d’uxor, qui s’emploie pour désigner l’épouse légitime dans la cadre d’un mariage légal, et ceux d’amica ou d’hospita, qui se rencontrent avec coniunx (ou coniux) pour désigner la femme ou la concubine, dans les inscriptions funéraires, n’apparaissent jamais à notre connaissance sur leurs autels votifs, même après les mesures de Septime Sévère autorisant et légalisant le mariage des soldats pendant leur service9. Lors de son stationnement à Trebnje-Praetorium Latobicorum en Pannonie en 225 p.C., c’est avec son fils C. Baebius Marcellus Junior que le bénéficiaire G. Baebius Marcellinus consacre un autel10.

  • 11 La datation des autels du bf cos P. Aelius Clemens et de son épouse Aurelia Rufina, ainsi que celu (...)
  • 12 Annexe 15.

4Toutes les inscriptions votives datées par les consuls où l’on voit un bénéficiaire encore en service mentionner son épouse ou sa famille se situent vers la fin du iie ou le début du iiie s. p.C. Les autels datés par approximation ne semblent pas remonter au delà de cette période11. La participation active comme co-dédicants des membres de la famille d’un bénéficiaire en service pourrait coïncider avec les réformes de Septime Sévère sur le mariage des militaires. Lorsqu’ils consacrent leur monument avec leur famille, les dédicants préfèrent s’adresser à des divinités répondant à un choix plus personnel, ou vénérées localement. Certains même assument à titre privé, avec les leurs, la construction ou la restauration d’un sanctuaire consacré à des divinités telles que Mercure, les Matres Aufaniae, Némésis, Diane, Apollon, Hygie, ou Liber Pater, plutôt qu’aux divinités militaires traditionnelles et officielles12.

  • 13 Voir Annexe 7 et pour d’autres situations Annexe 10.
  • 14 CBI, 132.
  • 15 Par ex. CBI, 911 et I 150a.

5Même si les documents votifs des bénéficiaires ont tendance, vu leur caractère officiel, à ne pas mettre l’accent sur les aspects de leur vie privée et familiale, on observe qu’en dehors des dédicaces collectives, les relations militaires chez les bénéficiaires n’ont jamais remplacé la famille domestique. Dans les dédicaces privées, l’association d’un bénéficiaire avec un autre militaire demeure relativement peu commune (moins de 6 %), la situation la plus habituelle étant celle de deux bf cos en poste ensemble dans une station qui s’associent pour y consacrer un autel13. L’autel qu’un tribun de la légion de Mayence a dédié à Epona par les soins de son bénéficiaire, qu’il a chargé de l’organisation et de la mise en place du monument, curante Valer(io) Tertio bf eius, représente un cas isolé dans le dossier, mais reflète bien le type de relations personnelles entretenues entre un bénéficiaire et son supérieur14. Il rappelle en outre les exemples de certains bénéficiaires chargés de représenter officiellement leur supérieur lors d’une consécration collective15.

  • 16 Certains textes sont en effet incomplets et dans d’autres, la relation demeure indéterminée ou inc (...)
  • 17 Les autres, les vétérans et les cas indéterminés mis à part, ont été promus à une position supérie (...)

6Dans les documents funéraires, les membres de la famille des bénéficiaires apparaissent généralement de façon très soutenue, avec un peu plus de vigueur lorsque le bénéficiaire n’est plus en service actif. Plus de 70 % des épitaphes du dossier mentionnent une ou plusieurs relations de type familial, au sens large du terme, le pourcentage s’élevant à 80 % environ lorsque l’on ne tient compte que des inscriptions complètes où la mention d’une relation sociale (familiale ou militaire) est entièrement conservée et absolument certaine16. Chez les vétérans, la famille apparaît dans 83 % des cas, et chez ceux qui sont en service, dans près de 70 % des cas, la différence observée entre les deux états étant trop faible pour autoriser à conclure à un changement du comportement familial au moment de la retraite. Elle est en outre toute relative si l’on tient compte du fait que les vétérans ne représentent qu’un cinquième des bénéficiaires connus dans les documents funéraires. En effet, comme nous l’avons vu précédemment, la majorité des bénéficiaires connus dans les inscriptions funéraires n’avaient pas achevé leur temps de service, qu’ils soient ceux qui commémorent un défunt ou ceux qui sont commémorés. Les textes révèlent que les 2/3 des bénéficiaires décédés étaient encore en service comme tels lorsque la mort les a surpris17.

  • 18 Sur l’ensemble des inscriptions avec mention d’une relation conjugale, les bénéficiaires décédés p (...)
  • 19 Type a : 58,6 % de bf décédés pendant le service ; 29,3 % de bf décédés comme vétérans. Type b : 6 (...)

7Comme dans les inscriptions votives, c’est l’épouse ou la compagne du bénéficiaire qui reste la relation familiale la mieux représentée, aussi bien lorsqu’elle se charge d’honorer la mémoire de son mari ou compagnon (relation de type a) que lorsqu’elle est la défunte commémorée par son époux ou compagnon (relation de type b). Les époux ou concubins apparaissent sous des désignations diverses, parfois même sous plusieurs appellations différentes dans le même document ; ils figurent tantôt seuls tantôt avec d’autres membres de la famille, les enfants, parents, frères et sœurs, belle-famille etc.18. Les liens conjugaux, tels qu’ils s’expriment à travers les documents funéraires, ne révèlent pas de grande différence entre la période de service actif et le moment de la retraite19.

Relations conjugales (époux ou concubins)

Proportion des épitaphes avec relation conjugale : 28 % de l’ensemble des épitaphes.
a) Relations de type a : de femme à mari : 55,2 % des documents avec mention de relation conjugale : 58 (dont 11+) : (34 en service ; 17 vétérans ; 3 promus ; 4 indét.)
coniunx 32 (18 en service, 11 vétérans, 2 promus, 1 ind.) maritus 14 (8 en service, 6 vétérans) uxor 11 (4 en service, 6 vétérans, 1 promu) (3 à coniux ; 6 à maritus) hospes 2 (2 en service) patronus 3 (3 en service ; le bf a épousé ou s’est lié à son affranchie) eius ou nom 5 (4 en service ; 1 promu)
b) Relations de type b : de mari à femme : 44,8 % des documents avec mention de relation conjugale : 47 (dont 18+) : (31 en service, 14 vétérans, 1 promu, 1 indét.)
coniux 36 (27 en service, 8 vétérans, 1 promu) uxor 4 (1 avec coniunx) (1 en service, 3 vétérans) eius ou nom 3 (2 en service, 1 vétéran) liberta 2 (1 liberta et coniux ; 2 vétérans ; l’affranchie a épousé ou s’est liée à son patron bf) maritus 1 (en service)
c) mari et femme associés (épitaphe pour eux, sibi, pour un enfant ou un parent) : 5,3 % 6 (4 en service, 2 vétérans)
d) indéterminés : 5,7 %

  • 20 Voir à ce sujet les remarques critiques de Mann 1985 sur l’étude de Saller & Shaw citée plus haut.
  • 21 Relations conjugales : 36,3 % de l’ensemble des relations familiales et 41,2 % des relations de la (...)
  • 22 Saller & Shaw 1984, 147-155.
  • 23 Saller & Shaw 1984, 155 : entre 34 et 40 % (dans les deux Germanies et en Bretagne) et 71 % et 76  (...)

8L’interprétation de chiffres issus de la documentation épigraphique appelle d’une manière générale une certaine prudence puisqu’ils dépendent directement des pratiques et coutumes épigraphiques et de ce fait, des variations qui s’observent selon les usages régionaux ou provinciaux20. Le dossier des bénéficiaires présente toutefois un certain degré d’homogénéité par rapport à une enquête générale portant sur l’ensemble des épitaphes romaines publiées. Cela s’explique à la fois par le caractère relativement uniformisé des pratiques épigraphiques chez les militaires, et par le fait que le dossier rassemble dans la majorité des cas des légionnaires et des soldats des cohortes de Rome, qui jouissent d’une manière générale de la citoyenneté et de moyens financiers plus ou moins comparables. La confrontation des résultats globaux obtenus par l’analyse du dossier (sans distinction chronologique ni classification selon les différents types de bénéficiaires) avec ceux qui ressortent de la vaste enquête évoquée plus haut autorise quelques observations. Si l’on prend en compte la totalité des relations familiales – au sens large du terme – évoquées dans les inscriptions funéraires du dossier, plus du tiers correspond aux relations de type conjugal, ces dernières représentant près de 40 % de l’ensemble des relations de la famille proche ou nucléaire21. Les chiffres montrent que les relations conjugales sont mieux attestées chez les bénéficiaires que dans la population militaire en général22. Les résultats obtenus se révèlent tout à fait comparables à ceux qui s’observent dans la population civile ; il en va de même lorsque l’on considère la place de la famille nucléaire par rapport à l’ensemble des relations familiales. Chez les bénéficiaires, la famille nucléaire représente 88 % de la totalité des relations familiales, ce qui correspond une fois encore à la moyenne des résultats obtenus au sein de la population civile (ils fluctuent selon les provinces entre 80 et 91 %), alors que les résultats d’une enquête comparable auprès de la population militaire sont généralement inférieurs23.

  • 24 Saller & Shaw 1984, 140.
  • 25 Ibid. Dans la population militaire, le rapport b – a est de 1 pour 2 en Germanie Supérieure et dan (...)

9Un peu plus de la moitié des épitaphes du dossier mentionnant une relation de type conjugal (voir tableau) se révèlent être du type a, soit une commémoration adressée par une épouse à un bénéficiaire décédé. Les inscriptions érigées par les bénéficiaires à leur épouse ou compagne décédée (relations de type b) sont légèrement moins nombreuses, ce qui est caractéristique de la population militaire, où la prédominance des commémorations de type a est très fortement marquée par rapport à celles du type b24. Mais sur ce point, alors que les résultats observés chez les bénéficiaires vont globalement dans la même direction que ceux de la population militaire, ils s’en distinguent tout de même par l’équilibre entre les deux types de commémorations. Dans le dossier des bénéficiaires, le rapport des commémorations de types b – a correspond approximativement à l’ordre de 1 pour 1 (plus exactement 1 pour 1,2), un résultat qui ne trouve aucune comparaison dans la population militaire des provinces analysées, mais qui correspond en revanche grossièrement à celui qui s’observe auprès de la population civile de l’Espagne (1 pour 1)25.

  • 26 Roxan 1991.
  • 27 Le pourcentage concernant les auxiliaires est calculé à partir des données publiées dans l’étude d (...)
  • 28 Saller & Shaw 1984, 140.

10La confrontation des résultats chiffrés concernant les relations conjugales des bénéficiaires, à partir des inscriptions funéraires du dossier, avec ceux d’une enquête comparable menée auprès des soldats des troupes auxiliaires, tous titres confondus26, montre que les termes employés pour décrire la relation de couple sont généralement les mêmes dans les deux catégories, le mieux attesté étant celui de coniunx, qui s’applique aussi bien au mari qu’à la femme. On observe également que chez les auxiliaires, la proportion des inscriptions funéraires avec mention d’une relation conjugale est moins importante que chez les bénéficiaires27. Elle révèle en outre que le rapport des commémorations de type b – a est de l’ordre de 1 à 2 (plus exactement 1 à 1,8), un résultat qui s’inscrit dans les normes observées au sein de la population militaire de Germanie Supérieure et des deux Pannonies (1 à 2)28. Chez les bénéficiaires, comme nous l’avons vu plus haut, l’épouse ou la compagne est toujours très présente, et cela aussi bien comme responsable de la dédicace que comme défunte commémorée par son mari, que le bénéficiaire soit encore en service ou qu’il ait déjà atteint la retraite.

  • 29 Les enfants d’un bénéficiaire apparaissent dans 18,8 % des inscriptions funéraires, ou 22,7 % de l (...)
  • 30 Le père et la mère d’un bénéficiaire apparaissent chacun dans près de 6 % des documents funéraires (...)
  • 31 La mention d’un frère apparaît dans un peu plus de 10 % des inscriptions funéraires ou 15 % de l’e (...)
  • 32 Par ex. une grand-mère (ou tante ?) : CBI, 809 à Lambèse ; un oncle : CBI, 328, un cousin : CBI, 8 (...)
  • 33 Beaux-parents : CBI, 245. L’épouse du bf cos et ses parents étaient probablement originaires de Ce (...)

11Les enfants des bénéficiaires sont eux aussi bien représentés dans les inscriptions funéraires du dossier (près d’une fois sur cinq), seuls ou associés à d’autres membres de la famille, le plus souvent à leur mère29. Dans un peu moins de la moitié des cas, le bénéficiaire érige un monument funéraire pour un enfant décédé ou, de son vivant, pour toute sa famille, lui-même, sa femme et leurs enfants. D’autres membres de la famille des bénéficiaires apparaissent ensemble ou individuellement dans les inscriptions funéraires : leurs parents, responsables dans un peu plus de la moitié des cas de l’élévation du monument funéraire de leur fils, décédé pendant son service30, leurs frères et sœurs, avec lesquels certains gardent le contact malgré leur éloignement de la terre d’origine et de la famille31, occasionnellement un cousin, un neveu ou un autre parent32. Comme nous le verrons plus loin, dans un peu plus de 40 % des cas, le père ou un autre membre de la famille est également engagé dans la carrière militaire. La belle-famille est également bien représentée, beaux-parents, gendres, beaux-frères, et plusieurs documents révèlent l’existence d’un milieu militaire, parfois au sein d’un même officium, dans lequel les bénéficiaires nouaient leurs relations personnelles33.

  • 34 – Affranchie comme épouse ou concubine : CBI, 34 à Lyon (ancien bf proc. ; liberta) ; CBI, 476 à S (...)
  • 35 CBI, 217 (voir Chap. IV p. 207) et I 114 : sur les bf des préfets du prétoire hors de Rome, voir p (...)
  • 36 CBI, 320. L’absence de gentilice pourrait peut-être suggérer que l’enfant serait né de l’union du (...)
  • 37 CBI, 836. Le titre de du supérieur n’est pas exprimé dans le texte. Mais comme il est certain que (...)

12Les relations des militaires et en particulier des bénéficiaires, en service ou à la retraite, avec leurs affranchis – épouse, concubine, parfois même famille d’affranchis – s’observent dans de nombreuses provinces de l’Empire34. Rappelons à titre d’exemple l’affranchi qui consacre un autel pour le salut de ses patrons, un bénéficiaire du gouverneur en service en Norique, et son épouse, ou celui qui s’est associé avec un militaire, à Philippes, vers le milieu du iie s., pour commémorer la mémoire de son patron, un bénéficiaire des préfets du prétoire, originaire de Naples, décédé pendant son service à l’âge de 34 ans. Dans les deux cas, l’affranchi avait accompagné son patron bénéficiaire dans ses déplacements, l’assistant vraisemblablement aussi bien dans ses fonctions que dans l’organisation de sa vie privée35. Le dossier contient en outre plusieurs exemples de bénéficiaires qui ont épousé une affranchie ou l’ont choisie comme concubine ou compagne. C’était le cas vraisemblablement d’Aurelius Heuticinus, par exemple, ancien bénéficiaire d’un légat de la légion qui érige à Brigetio une stèle pour son affranchie et pour l’alumnus Hermetio. La représentation du bénéficiaire posant sa main droite sur l’épaule d’un garçon pourrait suggérer dans ce contexte une relation de père à fils. L’inscription ne dit rien de la quatrième personne, une jeune fille, représentée sur la stèle36. Dans la région de Tarragone, Sulpicia Celeriana, qui érige un autel funéraire pour le bénéficiaire Sulpicius Sabinus, était vraisemblablement son affranchie avant de devenir son épouse. L’alumnus Sulpicius Fuscinus, qui s’associe à elle et porte le même gentilice que le couple, devait être leur fils. Le monument du iiie s. a été découvert à Cambrils, soit à quelques dizaines de kilomètres au sud de la capitale de l’Espagne Citérieure, non loin de l’antique Via Augusta qui menait à Valence. La mort du bénéficiaire l’a surpris juste avant sa retraite (il avait accompli 25 ans de service), alors qu’il était employé, sans doute au service du gouverneur, dans la capitale ou dans une station établie à Cambrils, ou dans les environs. Sa famille a préféré ériger le monument funéraire à l’endroit où elle s’est installée avec le bénéficiaire plutôt que dans la région de Bracaraugusta au nord de l’Hispanie Citérieure, d’où il était originaire. Une telle pratique semble largement répandue ailleurs37.

  • 38 Voir Chap. III p. 89 n. 20 et 91.
  • 39 CBI, 945.
  • 40 Voir Annexes 11 et 13. Voir aussi le corniculaire promu décurion : AE, 1917/1918, 74 et 75, l’adiu (...)
  • 41 Par ex. Annexe 11, avec CBI, 27 et CBI, 704.

13Il peut aussi arriver, même si cela demeure relativement exceptionnel, que le bénéficiaire soit lui-même un affranchi. C’est le cas par exemple de L. Liburnius Roma, bénéficiaire d’un tribun des vigiles, à Rome, à la fin du ier ou au début du iie s. Son statut d’affranchi n’est pas sans relation avec son intégration dans les vigiles38. Ce militaire, décédé à l’âge de 30 ans, est commémoré par son patron, une femme nommée Liburnia Procula39. Il est possible qu’elle ait elle-même affranchi l’un de ses esclaves, à moins que l’affranchissement n’ait été décidé par le père de celle-ci, Lucius, dont le prénom apparaît comme patronyme. Certains bénéficiaires qualifient leur supérieur (et les membres de sa famille) de patronus /–i, mettant ainsi l’accent sur le caractère personnel de leur relation, sans qu’il y ait lieu de penser à un lien à proprement parler de patron à client. Nous connaissons un certain nombre de témoignages de relations de ce type en Afrique du Nord par exemple, à tous les niveaux sociaux, et notamment parmi les beneficiarii et autres officiales d’un gouverneur. Ils érigent une inscription en son honneur, parfois avec une statue, pour le remercier personnellement de sa protection, d’un beneficium, d’une promotion, et pour faire état publiquement de la confiance qu’il leur a témoignée ou de liens étroits dont ils retirent un prestige social indéniable40. Une personne autre que le supérieur hiérarchique – une personnalité locale ou de même origine, parfois en fonction dans un contexte proche – peut aussi être remerciée de cette manière du soutien moral ou autre apporté au bénéficiaire41.

  • 42 Par ex. CBI, 703 et 711 en Syrie : voir aussi CBI, 922 à Rome, où une relation familiale entre les (...)
  • 43 Annexe 10. Le nombre se limite à 17 documents, si l’on tient compte des limitations mentionnées ci (...)
  • 44 Par ex. CBI, 271 (beau-père et beau-frère), 252 (père), 213 (beau-frère ?), 32 (beau-frère).

14Les relations des bénéficiaires avec leurs collègues militaires, bénéficiaires ou autres, ainsi qu’avec leur supérieur, apparaissent ici et là, dans une dédicace collective par exemple, ou dans les inscription funéraires, en particulier lorsque les militaires étaient éloignés de leur province d’origine ou de celle dans laquelle ils avaient été recrutés42. Le pourcentage des bénéficiaires associés dans la dédicace d’un monument votif avec un ou avec plusieurs autres militaires est même extrêmement limité ; il n’atteint pas 3 % de l’ensemble de la documentation votive, si l’on écarte les dédicaces collectives et officielles rassemblant l’ensemble des militaires d’une même unité ou d’un même officium, ainsi que les inscriptions votives des bénéficiaires associés dans la gestion d’une station43. Les mêmes constatations ressortent de l’étude des inscriptions funéraires, en particulier de celles qui sont dues à des militaires commémorant des bénéficiaires ; elles atteignent à peine 13 % des cas, la proportion s’abaissant à 10 % lorsque le militaire dédicant est en fait un membre de la famille du bénéficiaire décédé44.

  • 45 Sur l’origine ethnique des equites singulares : Speidel 1994b, 83 et le tableau p. 135 ; sur la pl (...)
  • 46 CBI, 934 : l’inscription funéraire figure sur le revers d’une table en calcaire, avec celle de T. (...)
  • 47 CBI, 954 (iie s.).
  • 48 I 146.

15Seuls, les bénéficiaires employés dans les equites singulares se distinguent de l’ensemble des beneficiarii. C’est un fait bien établi que chez ces soldats recrutés dans les provinces situées le long du Rhin et du Danube pour être envoyés à Rome auprès de l’empereur, et tout particulièrement dès 193 p.C. en Thrace, Dacie et dans les Pannonies, les compagnons militaires avaient en quelque sorte remplacé la famille proche45. Dans les inscriptions des bénéficiaires de cette troupe, les épouses, compagnes ou enfants n’apparaissent jamais, et la famille au sens large, très rarement. Sur l’ensemble des inscriptions funéraires relevées (nous ne leur connaissons pas de monuments votifs à caractère privé ou personnel), nous n’en comptons que trois qui fassent mention d’une relation familiale (au sens large du terme) et le contexte militaire n’est jamais totalement absent. Dans le premier, le dédicant est l’affranchi du bénéficiaire Aurelius Victorinus décédé à Rome au iiie s., à l’âge de 29 ans. Il vivait aux côtés de son patronus, employé à son service personnel, sans doute en charge de son cheval46. Dans le second cas, le dédicant est le frère et l’héritier du bénéficiaire T. Aurelius Gaius, un eques singularis originaire de Scupi en Mésie Supérieure, décédé au iie s. pendant son service à Rome. Il a chargé le second héritier du bénéficiaire, un ami, sans doute son compagnon d’armes, malgré l’absence de titre militaire, de la mise en place du monument funéraire, cur(ante) Iulio Felice sec(undo) her(ede) a(mico) o(ptimo)47. Quant au bénéficiaire Umbrius Valerianus, fils d’un citoyen romain originaire de Maurétanie Césarienne, décédé à Rome au iiie s. à l’âge de 36 ans, il est commémoré par ses deux frères, tous deux militaires48.

  • 49 I 120 avec VI, 3216 - Speidel 1994b, 62-63 ; voir à ce propos notre commentaire à I 120 (Annexe 1)

16Dans les inscriptions funéraires des equites singulares, ce sont surtout des compagnons militaires qui apparaissent comme dédicants, que le soldat soit en poste à Rome ou qu’il ait accompagné un empereur dans ses déplacements dans l’Empire. Ainsi par exemple le bénéficiaire Iul(ius) Valens et son collègue Aurel(ius) Mucianus sont-il les héritiers d’un de leurs compagnons décédés en Cilicie, non loin d’Anazarbos, dans le Sud-Est de l’actuelle Turquie. Les equites singulares y séjournèrent comme gardes du corps d’un empereur, Septime Sévère probablement, dont le séjour prolongé dans la région se situe entre 197 et 202 p.C., ou peut-être Macrin, qui y passa l’hiver 217-218 p.C. Si l’identification de Valens et Mucianus avec les deux homonymes amis et compatriotes mentionnés ensemble dans une inscription funéraire de Rome est correcte, elle révèle un exemple de promotion d’un bénéficiaire d’un tribun des equites singulares au rang de centurion, au début du iiie s.49 Une telle promotion paraît tout à fait vraisemblable : aucun des equites singulares n’est connu pour avoir achevé son temps de service avec le titre de bénéficiaire, ce qui suggère que cette voie ouvrait des perspectives de promotion.

  • 50 Shaw 1984.

17Pour conclure, si l’on écarte les equites singulares qui représentent un cas à part dans la société militaire, l’ensemble des résultats chiffrés montre que par leur comportement social et familial, les bénéficiaires se distinguent de l’ensemble des militaires et se rapprochent de la population civile50. De telles observations trouvent leur explication, en partie du moins, dans le caractère singulier de leur statut, de leur organisation et des fonctions qu’ils assument. Par la nature même de leurs activités, ces militaires, et en particulier ceux qui sont employés au service d’un gouverneur ou d’un procurateur, dans les échelons inférieurs de l’administration des provinces, se trouvent en contact étroit et quotidien avec la population civile, à la différence de l’ensemble des soldats. Cela explique sans doute que l’armée ait pu attirer des membres des classes privilégiées de la société provinciale et locale, souvent issues de familles de militaires ou d’anciens militaires. Certains ont même trouvé, dans la position de militaire et de bénéficiaire, un moyen de concilier le rôle attendu d’eux dans leur cité d’origine en assumant parallèlement, au sein de la province et parfois même localement, une activité stable et bien rémunérée, doublée d’une certaine dignitas grâce au contact direct et personnel avec le gouverneur et avec les autorités provinciales. Certains y voyaient peut-être un moyen d’échapper aux charges municipales, d’autres, une voie d’accès vers une position sociale meilleure, pour eux ou pour leur descendance. Les avantages financiers que procurait le titre de bénéficiaire, en particulier lorsque le supérieur était un gouverneur ou un préfet du prétoire, rendaient fort attractives les perspectives de cette fonction accomplie dans la province d’origine, ou à Rome.

2. Le milieu militaire

  • 51 Voir par ex. CBI, 399 : le jeune Aurelius Cassianus décédé à Intercisa à l’âge de 4 ans est le fil (...)
  • 52 CBI, 404 (avec CBI, 403, après 214 p.C., la légion I Adiutrix, à Brigetio, étant depuis cette date (...)

18Un certain nombre de bénéficiaires étaient issus du milieu militaire. L’épigraphie d’Intercisa révèle par exemple des familles dont plusieurs membres sont parvenus à un grade de sous-officier ; elle permet en outre de comprendre les mécanismes de constitution de telles familles de militaires. Ce castellum de Pannonie Inférieure occupé par la cohorte milliaire des Hémésiens compte en effet plusieurs exemples de vétérans de cette cohorte, notamment un ancien bénéficiaire d’un tribun, ou un ancien duplicarius, dont les fils sont également des militaires. Ces anciens auxiliaires syriens qui avaient atteint des fonctions de sous-officiers dans leur cohorte sont restés à leur retraite dans les canabae d’Intercisa. Leurs fils, qui ont vécu et grandi dans ce contexte militaire, y ont formé une seconde génération de militaires51. Ils ont réussi à être recrutés comme légionnaires, puis à se faire sélectionner pour entrer comme bénéficiaires dans l’officium du gouverneur, vers la fin du iie ou le début du iiie s.52

  • 53 Cousins : CBI, 884 : Annexe 1.3 ; CBI, 133 (cousin et non neveu comme dit dans le CBI). Oncle : CB (...)
  • 54 Sur les 39 inscriptions où il est question d’une relation familiale (ou davantage) dans l’armée, n (...)
  • 55 La moitié des frères mentionnés sont des militaires ; en plus des cas déjà cités ci-dessus, voir p (...)
  • 56 Par ex. CBI, 670 vers 120 et 121 p.C. en Macédoine ; pour un autre militaire de cette famille dans (...)

19Les militaires se rencontrent dans un peu plus du cinquième de la totalité des relations familiales (les relations conjugales mises à part) évoquées dans les inscriptions des bénéficiaires. Comme la famille directe (père, frères, fils etc.), la famille par alliance (beaupère, beau-frère, gendre) appartient souvent à au milieu militaire ; elle apparaît une fois sur dix dans les inscriptions où il est question d’une relation à la fois familiale et militaire, ce qui montre bien l’ampleur des relations sociales créées au sein même de la société militaire. En dehors de quelques cas particuliers (une relation entre cousins militaires, avec un oncle ou un neveu, entre parents plus ou moins éloignés)53, les relations familiales au sein de l’armée se répartissent d’une manière plus ou moins égale entre celles qui répondent au type père/fils ou beau-père/gendre, et vice-versa, d’une part54, et celle qui relient de frères ou beaux-frères, de l’autre55. Parmi les rares documents où il est question de relations familiales étendues à la troisième génération, nous n’en connaissons aucun qui montrerait un signe de continuité dans la tradition militaire. Cela ne saurait toutefois mettre en doute l’existence d’une telle tradition, l’absence de témoignages de ce type s’expliquant par le jeune âge des petits-enfants mentionnés, encore inaptes au service militaire56

  • 57 CBI, 890. L’absence d’abréviation du titre consularis suggère une datation relativement haute, de (...)
  • 58 CBI, 609. Sur la promotion du fils comme tribun et d’autres enfants de bf devenus chevaliers : Dev (...)
  • 59 CBI, 252. Le gentilice du père des petits-enfants était sans doute Marius.
  • 60 I 121 ; dans l’inscription qu’elle érige en son honneur, la cité le présente comme stationarius.

20L’un des premiers témoignages du dossier où apparaît une famille de militaires remonte à la première partie du iie s. et fait connaître le vétéran Sextus Palpellius Regulus, un ancien bénéficiaire dont le fils, un légionnaire, s’est chargé d’ériger le monument funéraire de son père à Pula, où la famille avait ses racines et où son père était probablement revenu au moment de sa retraite. Il n’est pas exclu que les deux hommes, bien que recrutés dans des légions différentes, le père dans la VII Claudia, le fils dans la IV Flavia, aient pu accomplir leurs fonctions en Mésie Supérieure, où le père fut bénéficiaire du gouverneur consulaire au début du iie s.57 Une inscription de cette même province révèle un autre exemple intéressant d’une famille de militaires, avec la promotion exceptionnelle de Valerius Paulinus, l’aîné des trois fils de l’ancien bénéficiaire Aurelius Pistus, comme tribun légionnaire. Une promotion de ce genre est généralement attestée pour les fils d’officiers équestres, les centurions ou primipilares58. Le fait que tous les enfants du bénéficiaire portent le gentilice de leur mère Valeria Faventina fait penser qu’ils sont nés pendant le service de leur père, qui dura 27 ans, et avant les réformes de Septime Sévère. Il en allait peut-être de même pour Iulius Apricius, jeune bénéficiaire d’un préfet (sans doute de la légion II Adiutrix) décédé à l’âge de 25 ans, dont le père était un vétéran de la légion II Italica, seule troupe légionnaire stationnée dans la province59. Ses parents érigent de leur vivant un monument funéraire à Enns-Lauriacum en Norique, à la fin iie ou au iiie s., pour eux et pour leur famille, c’est-à-dire leur fils Apricius, leur fille, ainsi que pour deux petits-enfants. Contrairement à sa sœur, le jeune bénéficiaire ne porte pas le gentilice de son père, mais celui de sa mère. Signalons encore l’exemple d’un bénéficiaire stationné à Artanada en Cilicie, qui était le fils d’un centurion60.

  • 61 CBI, 427 à Vác non loin d’Aquincum (iiie s.).

21Dans certaines familles, plusieurs militaires ont assumé des fonctions administratives dans le même officium. Le vétéran L. Cassius Regulianus et son fils, tous deux recrutés dans la même légion, ont intégré l’officium du gouverneur de Pannonie Inférieure, à Aquincum, où le père a exercé ses fonctions de bénéficiaire jusqu’à sa retraite. Son fils était chargé d’assister les corniculaires du gouverneur en sa qualité d’adiutor offici(i) corniculariorum co(n)s(ularis, un titre qu’il portait encore après 13 années de service, au moment de son décès, à l’âge de 32 ans61.

  • 62 CBI, 548. L’appartenance à la tribu Papiria confirme la possibilité d’une origine locale. Précison (...)
  • 63 Voir p. 66 et 326.
  • 64 Cette fonction pouvait déboucher sur le poste d’ostiarius et dans certains cas sur celui de centur (...)
  • 65 CBI, 504.
  • 66 CBI, 542 ; cette inscription connue par des copies du xvie et du xviie s., attribuée selon certain (...)

22En Dacie à l’époque de Sévère Alexandre, nous connaissons l’exemple d’un père et de son fils qui furent employés dans l’officium du gouverneur, à Apulum. Les détails sont révélés par une inscription honorifique érigée à Sarmizegetusa en l’honneur du père, C. Iulius Valerius, par ses cinq enfants. La famille jouit d’une certaine influence dans cette colonie, centre économique de la Dacia Apulensis et lieu de rassemblement du concilium des Trois Dacies. Le procurateur y avait son siège, et l’un des gouverneurs possédait même des domaines ou praedia dans cette région62. La base honorifique fut érigée sur le forum pour célébrer la nomination au duumvirat du père de famille, ancien bf cos et décurion. Ses trois fils ont tous abordé la carrière militaire, l’aîné comme bénéficiaire dans l’officium d’un gouverneur de la province, à l’image de son père, quelques années plus tôt. La famille a donc collaboré pendant plusieurs années auprès des gouverneurs qui se sont succédé à la tête de la province. Le père a pu intervenir auprès du gouverneur pour que son fils obtienne sa nomination. C’était une pratique courante, à tous les niveaux. Les documents papyrologiques ont conservé plusieurs témoignages de lettres de recommandation, dont deux dans lesquelles interviennent des bénéficiaires63. Comme leur père et leur frère aîné, les deux autres frères sont des principales, l’un recruté dans une légion et employé comme frumentarius, l’autre, en poste comme un scriniarius dans les bureaux des préfets du prétoire64. Les trois fils, qui ont suivi leur père dans la carrière militaire, y ont tous accompli des fonctions à caractère administratif. Les deux derniers, qui portent le titre de décurion de Sarmizegetusa alors qu’ils sont encore en service, l’ont également suivi dans les honneurs civils. Le fait qu’ils exercent leurs fonctions à Rome, où se trouvaient les prétoriens et la caserne des frumentarii (castra Peregrina), ou en déplacement entre Rome et les provinces, pour le frumentarius, leur permettait difficilement d’assumer des fonctions municipales à Sarmizegetusa. C’est précisément pour cette raison que les charges municipales ne pouvaient pas légalement être imposées aux militaires. Ceux-ci en revanche pouvaient accepter, sur la demande des autorités locales, les munera et honores civils, s’ils en avaient les moyens. Il pouvaient aussi se contenter de jouir des honneurs publics, en qualité d’immunes, en échange de services ou d’évergésies envers la communauté. A la différence de ses frères, le bénéficiaire, l’aîné de la famille, n’appartient pas à l’ordre des décurions, bien qu’il soit le seul des trois militaires en poste dans la province. Il lui aurait été possible d’assumer une charge municipale à Sarmizegetusa, parallèlement à ses fonctions de bénéficiaire dans l’officium du gouverneur. Ce fut le cas, nous le verrons plus loin, de l’un de ses collègues bénéficiaires dans la même province, et peut-être même de son père. Sa naissance, contrairement à celle de ses frères, serait-elle antérieure à l’entrée de son père dans l’ordre, ce qui expliquerait qu’il n’ait pas été considéré comme le fils d’un décurion ? L’autel que son père a consacré à Diane Auguste dans la capitale des Trois Dacies célébrait sa mise en retraite et ses adieux à l’officium et à Apulum, si l’on préfère la lecture uet(eranus) leg(ionis) XIII G (eminae), dec(urio) col(oniae) Sar(mizegetusae), mis(sus) ex bf cos, à uet(eranus)... dec(urio) col(oniae) Sarmis(egetusae) ex bf cos. Peut-être commémorait-il en outre son entrée dans l’ordre des décurions de Sarmizegetusa, à moins qu’il ait été reçu comme décurion pendant son service, comme pourrait le suggérer la place du titre de décurion, avant le formule de mise en retraite, mis(sus) ex bf cos65 ? Nous connaissons un autre ancien bénéficiaire du gouverneur qui fut lui aussi décurion de la colonie de Sarmizegetusa, avant de devenir questeur et duumvir. Au moment de son décès, ses deux fils font graver son inscription funéraire sur le monument qu’il avait lui-même érigé auparavant à la mémoire de sa jeune épouse. On ignore si L. Valerius Rufus est entré dans la carrière municipale au moment de sa retraite ou si, issu de l’élite locale, il avait assumé ses responsabilités civiles à côté de ses fonctions de bénéficiaire. Ses deux fils Rufinus et Proculeianus ne portent aucun titre, ni militaire ni civil. Peut-être n’avaient-ils pas encore atteint un âge suffisamment élevé pour entrer dans l’armée au moment du décès de leur père ? Leur mère, Ulpia Procilla, une citoyenne romaine, n’avait que 26 ans lors de son décès, alors que son époux, déjà vétéran à ce moment, a vécu jusqu’à l’âge de 65 ans66.

  • 67 CBI, 325 ; sur l’énoncé de leurs titres respectifs : Chap. II p. 79 n. 108.

23Un troisième exemple d’une famille de militaires employés dans l’officium d’un gouverneur est connu en Pannonie Inférieure, au début du iiie s.67 Les détails nous sont parvenus par l’inscription funéraire que les deux frères L. Antistius Bellicus et L. Antistius Bellicianus (le second porte les tria nomina du père) ont fait graver sur le sarcophage de leurs parents. Leur père, un militaire originaire du Norique ou du nord de l’Italie si l’on en croit son nom, avait accompli son service militaire dans la légion I Adiutrix installée à Brigetio, où il est resté pendant sa retraite et jusqu’à sa mort. Ses deux fils, tous deux recrutés dans la légion II Adiutrix, ont passé la majeure partie de leur carrière à Aquincum, siège de leur légion et de l’officium du gouverneur dans lequel l’aîné était employé comme bf cos, le second, comme exactus.

  • 68 P 28 et P 49 : voir infra p. 320-321 et p. 308.
  • 69 CBI, 428 (iie-iiie s. p.C.).
  • 70 Voir I 9 et I 133.

24A ces témoignages de familles d’officiales s’ajoutent au moins deux autres, connus par la documentation papyrologique, où il est question de frères officiales. L’un des papyrus date de 368 p.C. et concerne l’officium du praeses de Thébaïde68. Nous connaissons par ailleurs plusieurs exemples de membres de familles par alliance qui furent employés dans le même officium d’un gouverneur provincial. L’inscription funéraire qui figure sur le sarcophage d’Aelia Secundina, à Val, non loin de la capitale de la Pannonie Inférieure, est particulièrement bien représentative de la vie sociale des bénéficiaires, au sein de l’officium69. Le dédicant et mari de la jeune femme décédée à 34 ans, Aelius Cesianus, bénéficiaire du gouverneur de Pannonie Inférieure, souligne que sa femme était la fille d’un certain Aelius Secundinus, un ancien bénéficiaire du gouverneur. Cette précision attire l’attention sur les contacts personnels et vraisemblablement amicaux noués entre les deux bénéficiaires, alors que le plus âgé, le beau-père, était encore en service. Leurs liens avaient peut-être même été renforcés par une affiliation commune au collège des bénéficiaires, dont l’existence dans la province est désormais clairement confirmée, grâce à la découverte des inscriptions de Sirmium. Les bénéficiaires devaient certainement avoir leur schola dans la capitale Aquincum où ils pouvaient côtoyer leurs collègues ou anciens collègues70.

  • 71 CBI, 271 ; Alföldy 1974, 161.

25Le second exemple d’officiales parents par alliance se rencontre en Norique, vers la fin du iie ou la première moitié du iiie s. Le beau-frère et le beau-père de Secundinius Candidianus, un bénéficiaire d’un gouverneur consulaire, étaient tous deux des militaires. Iulius Exoratus, décédé à l’âge de 20 ans, assumait la fonction de librarius dans le même officium que le bénéficiaire, vraisemblablement à la même période et au service du ou des mêmes gouverneurs. Leur monument funéraire a été érigé par les soins du beau-père du bénéficiaire, lui-même vétéran, et de son épouse, à Wels-Ouilaua, où la famille était sans doute établie, non loin du camp légionnaire de Lauriacum. Malgré l’importance de ce site comme centre administratif, il n’est pas possible d’affirmer sur la base de ce document qu’une station de bénéficiaires y était établie. Les deux jeunes hommes ont pu se rencontrer lors de leur service à Virunum. Les beaux-parents du bénéficiaire ne font aucune mention dans l’inscription de l’existence d’une fille, qui aurait été l’épouse du jeune militaire. Peut-être était-elle décédée avant lui ? Leur fils porte le nom et le surnom maternels ; il a pu naître pendant le service de son père, comme les autres militaires mentionnés plus haut71.

  • 72 CBI, 571.
  • 73 CBI, 480 - Diehl, 396, qui propose l. 4 le développement redd(idit spiritum). Sur le titre bf cos (...)

26L’affiliation dans une même troupe, de même que l’appartenance à un même officium de parents par alliance, permet de se faire une idée des relations sociales endogènes créées par l’armée. Ainsi, un fragment de la stèle funéraire de M. Aurelius Papia, à Singidunum en Mésie Supérieure, révèle que cet ancien bénéficiaire d’un légat de la légion IV Flavia, d’origine orientale vraisemblablement, avait marié sa fille à un custos armorum rattaché à la même légion72. Mentionnons aussi dans ce contexte le cas du bénéficiaire Flavius Valens, recruté au iiie s. dans une légion de Pannonie Supérieure et détaché à Salone, capitale de la Dalmatie, où il épousa la fille d’un primipilaris. Cette stolata femina décédée à l’âge de 30 ans, qui semble avoir été une adepte du christianisme73.

  • 74 CBI, 609 (cité supra p. 300 n. 54).
  • 75 CBI, 760, dont le texte est incomplet et où seul apparaît le titre du premier fils eq(uo) pub[lic] (...)
  • 76 CBI, 37 avec Annexe 1.3 pour une révision du texte.
  • 77 CBI, 877 avec Annexe 1.3.

27Il peut arriver, au iiie s., que le fils d’un bénéficiaire ou d’un ancien bénéficiaire accède à l’ordre équestre. Nous en avons vu plus haut un exemple en Mésie Supérieure, avec le fils du bénéficiaire Aurelius Pistus, devenu tribun d’une légion74. A la même époque en Numidie, les deux fils d’Hostilius Felix sont présentés comme des equites romani. Leur père, un ressortissant de Carthage qui avait épousé la fille d’un vétéran, est un ancien bénéficiaire du légat gouverneur, vraisemblablement membre du collège des bénéficiaires. A Lambèse, où il a rempli ses fonctions d’officialis, il assume les charges de duumuir et de pontifex du municipe, avant de recevoir les honneurs du flaminat. Sa fierté et celle de son épouse face à la promotion de leurs fils s’expriment par la volonté de se présenter, sur les monuments votifs qu’ils érigent séparément à Lamsortum, d’où cette dernière était probablement originaire, comme le père et la mère des deux nouveaux chevaliers romains75. A Antibes en Gaule Narbonnaise, au iiie s., le jeune fils de T. Aelius Macrobius, un bf cos employé dans l’officium du gouverneur de Germanie Supérieure, et d’une citoyenne romaine nommée Numisia Lucilla, avait déjà été reçu comme chevalier romain au moment de son décès, à l’âge de 5 ans76. Un dernier exemple s’ajoute peut-être aux précédents si l’on considère que c’est le fils du bénéficiaire Sex. Cetrius Severus, et non pas le bénéficiaire en personne, qui apparaît chez Tacite comme le tribun d’une cohorte prétorienne77.

  • 78 Voir Chap. III p. 94-101. La situation se présentait différemment dans les cohortes prétoriennes.

28Les exemples que nous venons de citer montrent que les ambitions de certains bénéficiaires avaient plus de chance de se réaliser de manière indirecte, en rejaillissant sur la génération suivante. Le nombre limité des promotions directes ou indirectes à l’ordre équestre, réservées aux familles qui en avaient les moyens financiers, reflète leur caractère d’exception. Les bénéficiaires eux-mêmes n’obtiennent en effet que rarement une promotion comme centurion et n’accèdent qu’exceptionnellement à l’ordre équestre, les prétoriens, rappelés au service ou euocati, mis à part78. Si le fils, beau-fils, ou à l’occasion le frère d’un bénéficiaire a pu profiter des contacts personnels de ce dernier au sein de la même troupe ou du même officium, ses chances de promotion au delà du rang de sous-officier ne sont pas pour autant gagnées d’avance. Dans le dossier, nous ne connaissons aucun fils d’un bénéficiaire qui aurait été nommé centurion. Cela ne permet pas de déduire qu’une telle situation ne s’est jamais réalisée, le titre du père n’apparaissant pas de manière régulière dans les inscriptions des militaires. Mais si l’on en croit l’ensemble de la documentation, les fils des bénéficiaires semblent généralement plus intéressés par le service dans l’administration provinciale que par une promotion comme commandant de corps, qui les obligerait à se déplacer dans plusieurs provinces ou à quitter leur province. Un poste d’officialis auprès du gouverneur leur garantissait les avantages financiers des militaires de ce rang, soit un salaire régulier et un emploi stable, des récompenses ou donatiua, une retraite sûre, ainsi que le prestige social lié à la position de ceux qui gravitent autour du gouverneur. Ce phénomène que l’on voit se mettre en place aux iie-iiie s., renforcé par l’esprit de corps et d’unité des officiales, en particulier à partir des Sévères, va progressivement se développer pour aboutir, après les réformes de Dioclétien et de Constantin, au service civil héréditaire.

3. Situation sociale et insertion dans la vie municipale

  • 79 Par ex. CBI, 334, 454 : Annexe 1.3, 589 (voir chap. III p. 130 et infra p. 312), 504 et 548 (voir (...)
  • 80 Par ex. CBI, 671 (voir infra p. 311 n. 105), 672, 865, 872, 875, 876, 881. Nous connaissons plusie (...)
  • 81 Sur la faible représentation des vétérans dans les sénats municipaux de Dacie : Ardevan 1989 et Ar (...)

29Nous connaissons un certain nombre de bénéficiaires qui ont exercé une fonction civile ou qui porté les honneurs municipaux. Ce phénomène s’observe en particulier dans les provinces danubiennes, en Pannonie, Dacie, Mésie notamment, ainsi que d’une manière plus discrète, en Arabie et en Afrique79. En Italie, où une telle situation est également apparente dans les sources, les militaires recrutés localement ont habituellement accompli leur carrière à Rome, dans les cohortes urbaines ou prétoriennes80. L’analyse des documents porte à penser que, dans une grande partie des cas, c’est au moment de leur retraite que ces anciens sous-officiers, employés auparavant dans l’administration de leur province, ont mis leur savoir-faire, leurs expériences et leurs relations au profit des cités dans lesquelles ils vivaient ou dans celles dont ils étaient originaires. On se gardera toutefois de surestimer, sur la base de ces observations, la participation et l’intégration des vétérans parmi les notables exerçant des responsabilités municipales, ainsi que, d’une manière plus générale, l’effet de promotion sociale directe et personnelle par le métier militaire. On ne peut en effet ignorer qu’une partie des légionnaires principales étaient issus des classes moyennes voire privilégiées de la société locale et provinciale81.

  • 82 CBI, 484 : Annexe 1.3 ; sur sa carrière et les membres de l’officium du consulaire de Dalmatie, pr (...)
  • 83 Chez les légionnaires, la fourchette de l’âge du recrutement allait de 13 à 36 ans : Forni 1953, 1 (...)
  • 84 Digeste, 50.1.21.
  • 85 Digeste, 50.4.3 : His, qui castris operam per militiam dant, nullum municipale munus iniugi potest (...)
  • 86 Code Théodosien, 12.1.22 (22 août 336 p.C.) : Idem A. (= Imp. Constantinus) ad Euagrium (praefectu (...)
  • 87 Nelis-Clément 1989 et dans le même sens, Dusaniç 1996b, part. 41-51 ; sur l’interdiction légale po (...)

30Comme l’atteste l’exemple des fils du bénéficiaire C. Iulius Valerius, un officialis pouvait mener une carrière militaire et assumer en même temps des responsabilités municipales, ou les recevoir à titre honorique. L’inscription funéraire du bénéficiaire L. Granius Proclinus, au iie s., en montre un autre témoignage évident. Ce jeune décurion et flamine d’Aequum en Dalmatie, recruté dans la légion de Carnuntum en Pannonie, et promu bénéficiaire, a réussi à se faire dans sa province, plus précisément à Salone, dans l’officium du gouverneur82. La proximité entre Salone et Aequum lui permettait sans doute de rester en contact étroit avec sa famille ainsi qu’avec la communauté civile de la colonie dont il était décurion. Il est possible qu’au moment du décès de son père (seul le nom de sa mère apparaît dans son inscription funéraire), il ait été reçu dans l’ordre, peut-être simplement à titre honorifique. Son recrutement relativement tardif dans l’armée (il avait 25 ans) coïncide avec l’âge habituellement requis par la loi pour entrer dans l’ordo comme membre actif et en assumer les charges83. Sa décision d’entrer dans la carrière militaire n’est peut-être pas totalement indépendante du fait qu’un orphelin fils d’un décurion, devenu lui-même décurion après la mort de son père, était légalement responsable, face à sa cité, d’assumer les munera paternels84. Proclinus aurait-il cherché à échapper aux munera de son père décédé ? La loi précise clairement qu’un militaire ne pouvait pas être astreint au munus municipale, soit aux obligations financières exigées des magistrats85. Considéré comme in absentia (rei publicae causa abest), il jouissait du statut d’immunis et d’une exemption des munera de la cité. Les mesures prises contre les décurions et fils de décurions entrant dans l’armée ou dans les fonctions de l’administration, ad diuersas militias, en vue d’échapper à leurs devoirs municipaux et aux liturgies qui leur étaient imposées, comme le rappelle notamment plusieurs textes de loi du ive s.86, montrent que le phénomène était bien réel. En revanche, rien n’interdisait aux militaires, s’ils le souhaitaient et dans la mesure où les autorités locales et eux-mêmes y trouvaient leur compte, d’assumer des responsabilités municipales parallèlement à leurs obligations militaires, ou du moins d’en porter les honneurs87. Le fait que Granius Proclinus porte en outre le titre de flamine nous incite à nous demander s’il n’a pas trouvé dans la militia, en particulier grâce à sa fonction de bénéficiaire et à son détachement non loin de chez lui, les moyens d’assumer ses responsabilités ou munera municipales, non pas seulement à titre honorifique, mais financièrement, et par un engagement personnel. La colonie d’Aequum pouvait de son côté trouver quelque intérêt à ce que l’un de ses magistrats soit employé dans l’officium du gouverneur de la province.

  • 88 CBI, 524. Buciumi se trouve au sud-ouest de Porolissum et de Largiana, près de la frontière nord-o (...)
  • 89 CBI, 537 ; CBI, 524 ; CBI, 540 et 541 ; CBI, 551-557 et I 101.
  • 90 CBI, 530 et 531. Voir aussi CBI, 525-535, avec I 184 et * I 185, ainsi que l’inscription funéraire (...)
  • 91 CBI, 530.

31La mobilité géographique dont faisaient preuve les bénéficiaires, dans leur province, le type de fonctions qu’ils exerçaient, leurs contacts réguliers avec le gouverneur, les autorités locales et militaires, ainsi que les avantages financiers dont ils jouissaient expliquent qu’ils soient bien représentés parmi les quelques militaires connus pour avoir assumé des responsabilités municipales pendant leur service. Pendant son stationnement en 239 p.C. à Càhei-Samum, près du limes nord de la Dacie, le bénéficiaire M. Valerius Valentinus assumait la fonction d’édile dans la colonie romaine de Cluj-Napoca, centre administratif de la Dacia Porolissensis et siège du procurateur. La présence d’un autre bénéficiaire du gouverneur est attestée à Napoca, de même qu’à Buciumi, en 211-212 p.C.88, à Moigrad-Porolissum à la frontière nord-ouest de la Dacie, et dans les environs du camp légionnaire de Turda-Potaissa89. Le bénéficiaire Valerius Valentinus et son collègue P. Aelius Marcellinus, détaché à Samum en 243 p.C., ont pris soin de préciser sur leur autel, à la différence de leurs prédécesseurs dans le poste, qu’ils étaient en charge non seulement de la station, mais de la regio avoisinante90. Le uicus Samum faisait-il partie du territoire de Napoca, les deux sites étant éloignés seulement de 50-60 km à vol d’oiseau ? Grâce au détachement à Samum de l’un de ses bénéficiaires et de l’un de leurs magistrats, le gouverneur et les autorités de Napoca pouvaient être informés de la situation sur la frontière nord de la province, une région soumise aux pressions constantes des populations établies au delà des frontières91. L’importance des missions et l’étendue du secteur sur lesquels les bénéficiaires devaient exercer leur autorité expliquent que le gouverneur ait détaché en 239 p.C. l’un de ses beneficiarii, spécialement choisi pour sa connaissance de la région et pour ses contacts personnels et étroits avec les autorités locales et celles de la colonie la plus proche. On retrouve une situation comparable à Sirmium où à plus d’une reprise le gouverneur avait détaché dans la station des bénéficiaires originaires du lieu, dont plusieurs en fin de carrière.

  • 92 Sur le privilège que représentait le service à proximité de son lieu de résidence ou dans sa propr (...)
  • 93 P 49, avec Chap. VI p. 275 ; sur les canalicularii : Clauss 1973a, 41-4 5 et 141-142, même si nous (...)
  • 94 I 117 ; sur la localisation précise de ce site antique, sur l’emplacement de l’actuel village de B (...)
  • 95 Sur les fonctions administratives des militaires : Breeze 1974a et 1974b ; sur les militaires d’ad (...)

32Des témoignages contemporains confirment les observations mises en relief ici, révélant clairement que des hommes issus des couches moyennes et supérieures de la société provinciale ne négligeaient pas les perspectives offertes par la carrière militaire, en particulier lorsqu’ils pouvaient trouver un emploi stable et bien rémunéré dans l’administration provinciale, non loin de chez eux92. Rappelons par exemple le papyrus d’Oxyrhynchos dans lequel apparaît Ammonianus, l’option des bénéficiaires, qui serait le parent d’un personnage important, un perfectissime nommé Theodorus, συγγενικος ων του διασημοτατου Θεοδωρου. Il pourrait bien s’agir de Claudius Theodorus, l’un des deux correctores associés au préfet L. Mussius Aemilianus vers 258 p.C. Ammonius était en outre le frère, ou peut-être un proche, d’un canaliclarius, un autre militaire également employé dans une fonction administrative93. Une inscription contemporaine récemment mise au jour en Lycie-Pamphylie livre également le témoignage d’un homme issu de l’élite provinciale, qui avait servi comme bénéficiaire. Découverte in situ dans un temple du culte impérial, avec les fragments d’une statue du personnage honoré, cette inscription en grec permet de localiser avec précision le toponyme antique de Panemoteichos. Les titres et qualificatifs attribués à C. Iulius Sempronius Visellius, prêtre du culte impérial et bénéficiaire à la retraite, permettent de se faire une idée de son milieu social, même s’il convient de souligner le langage convenu de ce type de document : fils de la cité, décaprote, de souche ancienne, parent de consulaires et de sénateurs, συνγενη υπατικων και συνκλητικων, homme affectionné envers son pays, φιλοπατρις, et agônothète. Le texte ne précise pas le titre du supérieur dont il fut le bénéficiaire, mais le contexte invite à penser, comme pour Ammonianus, qu’il avait dû accomplir ses fonctions dans l’officium d’un gouverneur de province94. L’expérience de la vie militaire, pour des beneficiarii tels qu’Ammonius ou Sempronius Visellius, au iiie s., s’est peut-être limitée à l’accomplissement d’activités administratives. Aucune mention de troupe n’apparaît dans les documents qui nous les font connaître. A cette époque, comme dans les temps qui suivront, ces officiales ont peut-être été promus directement à de telles fonctions, sans avoir auparavant exercé des activités strictement militaires au sein d’une unité95.

  • 96 CBI, 666 : Annexe 1.3. Le texte n’est pas reproduit intégralement dans le CBI.
  • 97 CBI, 641 : Annexe 1.3.

33Les inscriptions montrent plusieurs autres exemples de bénéficiaires ou de membres de leur famille qui ont fait partie d’associations religieuses ou autres, ou qui ont occupé des positions particulières dans le cadre des communautés civiles dans lesquelles ils ont évolué. A Cillae en Thrace, à l’époque de Gordien, le bénéficiaire Aurelius Mucianus semble être issu de l’élite locale. De tous les membres de l’association dionysiaque dont il fait partie, il est le seul à porter un titre militaire. Présidée par son frère Aurelius Cladudianus fils de Dionysos – le titre de σπειραρχης dans ce contexte ne recouvre pas une signification militaire –, cette association compte dans ses rangs plusieurs homonymes du bénéficiaire, dont l’un, Aurelius Mucianus Dorza, était un prêtre, et un autre, un bouleute96. A la même époque, à Mangalia-Callatis, en Mésie Inférieure, le nom d’Herennius Apollinarius, bénéficiaire du gouverneur, apparaît dans une liste des membres d’une association d’amis ou d’amateurs de la chasse, les φιλοκυνηγοι. Ces derniers se chargeaient vraisemblablement d’organiser des chasses dans l’amphithéâtre, en collaboration avec les magistrats locaux. L’inscription, qui fait mention d’un acte d’évergétisme de la part du bénéficiaire, ne permet pas de dire s’il faisait lui-même partie de l’association des amateurs de chasse, ou si ses relations avec elle s’arrêtaient à son acte de générosité. Dans les deux cas se pose la question d’une origine locale ou d’un détachement local97.

  • 98 CBI, 633 : Annexe 1.3.
  • 99 I 188, avec n. 181 p. 370, et Chap. IV p. 189.

34A Histria dans la même province, vers le milieu du iie s. p.C, le bénéficiaire Iulius Bassus faisait partie d’une association religieuse, en compagnie de son supérieur, le gouverneur L. Iulius T. Statilius Severus. Leurs noms figurent parmi d’autres dans l’album des membres de fondation du premier temple consacré sur ce site à Mithra98. Au même endroit, en 138 p.C., un certain M. Iulius Moschos a pu assumer des responsabilités civiles parallèlement à ses fonctions de bénéficiaire, à moins qu’il n’en ait seulement porté les honneurs. Il fait partie des 29 citoyens romains connus sur les 157 membres de la gérousie dont les noms ont été conservés. Bien qu’elle ait été mise en doute, la présence du titre de bénéficiaire (sous la forme d’une abréviation) à la suite de son nom est très probable99. Aelius Victor, un troisième bénéficiaire connu à Histria – il y est décédé pendant son service, sans doute au cours d’un détachement local – appartenait lui aussi à une famille de magistrats, issue de l’élite provinciale. Son frère Severianus était décurion à Durostorum, où la famille était peut-être établie.

  • 100 CBI, 696. Sur le contexte de découverte de l’inscription, en remploi dans le mur d’une maison : Be (...)
  • 101 CBI, 692. Sur le titre de θεραπευθις : Robert, CRAI, 1975, 319, à propos d’une inscription de Sard (...)
  • 102 CBI, 631 : Annexe 1.3
  • 103 CBI, 653 : Annexe 1.3. La présence possible des tria nomina et la proposition du cognomen Oratius (...)

35Les provinces orientales en particulier offrent plusieurs exemples de bénéficiaires ou de membres de leur famille qui ont obtenu une prêtrise ou assumé une responsabilité religieuse dans leur communauté. Ainsi le frère du bénéficiaire Conon fils de Blandus, détaché vraisemblablement de l’officium d’un gouverneur de Lycie-Pamphylie ou de Cilicie, dans la région de l’antique Cibyra Minor, où il est décédé pendant son service vers la fin du iie s., était pour sa part un prêtre à vie des dieux de Samothrace. Quant à leur mère, elle était prêtresse à vie de Déméter, à Sidè100. Rappelons aussi l’exemple du bénéficiaire Phamainos, en Cappadoce, qui se présente comme un θεραπευθις sur son monument votif consacré à Asklépios et Hygie101. A Troesmis, en Mésie Inférieure, c’est l’épouse d’un ancien bénéficiaire, une mater Dendrophororum, qui était membre d’une communauté religieuse. Le vétéran T. Valerius Marcianus, lui-même issu d’une famille de militaires et né dans les environs du camp légionnaire, a passé une partie de sa carrière en Cappadoce, au milieu du iie s., en qualité de bénéficiaire dans l’officium de plusieurs gouverneurs successifs102. Dans la même province, à Nouae, à l’époque sévérienne, le bénéficiaire C. Staboratius (ou C. Staberius Oratius ?) célèbre son entrée dans la communauté des Consacrani Iouanorum alors qu’il est déjà vétéran, ou peut-être au moment de sa mise en retraite103.

  • 104 CBI, 614. Selon P. Le Roux (communication orale), il n’est pas exclu que Pompeius Lucius ait été u (...)

36Le dossier des beneficiarii révèle en outre quelques exemples de bénéficiaires qui ont pu être honorés d’un titre municipal pour leur collaboration avec les communautés locales. Ainsi au début du iiie s. M. Pompeius Lucius a-il été doté du titre de bouleute dans trois différentes cités de Mésie Inférieure, pendant son service comme bénéficiaire du gouverneur : à Dionysopolis, au bord de la mer Noire, où il consacre un autel sur le forum, comme le suggère le lieu de sa découverte, ainsi que dans les cités de Callatis, plus au nord, également en bordure de la mer, et de Marcianopolis, sur le tracé de la voie reliant Odessos, Nicopolis ad Istrum et Nouae. Ce triple honneur, accordé vraisemblablement à titre honorifique, sans les charges, ne saurait s’expliquer dans chacun des cas par l’appartenance de Lucius à l’élite locale des trois communautés. Il pourrait s’agir d’une manifestation de la reconnaissance de ces trois cités à l’égard du représentant du gouverneur104.

37Des témoignages comparables, notamment deux inscriptions d’Oescus, dans la même province, nous incitent à penser que comme d’autres personnalités ou fonctionnaires honorés par les communautés locales, le bénéficiaire était peut-être intervenu personnellement auprès de son supérieur pour défendre les intérêts des cités concernées, dans le cadre d’une mission spéciale dans la région, ou au cours d’un ou de plusieurs détachements locaux.

38Dans le premier cas, il est question d’un bouleute de la cité de Tyras qui célèbre publiquement son ami et collègue comme bouleute de la cité des Tyrani, le primipile T. Aurelius Flavinus, princeps ordinis col(oniae) Oesc(ensium) et patron du collège des fabri. Flavinus a reçu la somme de 50 000 sesterces ainsi qu’une promotion, comme récompense impériale. Ces honneurs lui ont été accordés en remerciement de son engagement et de son courage face aux ennemis de Rome, et de son intervention en faveur de la prospérité de la cité en question, [ob] alacritatem uirtu[tis adu] ersus hostes C[arpos e]t res prospere Ty[rae ? ges]tas, ainsi que des autres cités, dans différentes provinces, qui lui ont également accordé le titre de bouleute. Parmi ces cités figurent celles de Dionysopolis et de Marcianopolis, en Mésie Inférieure, qui ont précisément honoré le bénéficiaire Lucius, peut-être dans un contexte comparable. On ne peut s’empêcher, à la lecture de ces inscriptions, de songer à la lettre adressée par Septime Sévère et Caracalla au procurateur des douanes de l’Illyricum ou de la Mésie Inférieure et des Dacies, dont la copie fut envoyée au gouverneur de Mésie Inférieure. Il y est question de l’immunité des taxes du portorium accordée comme privilège à la cité des Tyrani.

  • 105 III, 14416 - ILS, 7178 - ILBR, 18, avec ILBR, 19 comme parallèle pour la restitution ; III, 781 - (...)

39La seconde inscription concerne les honneurs sacerdotaux et ceux du duumvirat accordés, par l’ordre de la colonie d’Oescus, au fonctionnaire responsable des douanes de l’Illyricum et de la ripa Thracia, c(onductor) p(ublici) p(ortorii) Illyric(i) [e]t r(ipae) T(hraciae), pour le remercier de son engagement envers la colonie, ob eius erga se merita. Elle fait connaître en outre les noms d’un certain nombre de colonies, réparties le long des voies de communication dans plusieurs des provinces du portorium de l’Illyricum et le long de la côte thrace, qui lui ont également accordé les honneurs du décurionat, d’un duumvirat ou le titre de bouleute : Sirmium, Oescus, Poetouio, Ratiaria, Sarmizegetusa, Romula et Tomis105.

  • 106 Dusaniç 1996b, 47, citant IMS, VI, 31 (primipile et préfet du camp, duumuir de Scupi) et 42.
  • 107 CBI, 611 avec Nelis-Clément 1989, 147 et Dusaniç 1996b, 50.
  • 108 I 121 ; III, 466 et 469 avec III, 1908 et Patsch 1902 : Chap. IV p. 187 n. 320.
  • 109 CBI, 602 : La lecture retenue ci-dessus qui fait allusion au m(unicipium) Dard(anorum) et qui trou (...)
  • 110 Voir Chap. I p. 33 et IV p. 207-208, avec les dédicaces au Génie de la colonie de Sirmium (I 75 et (...)

40A Scupi en Mésie Supérieure, plusieurs militaires sont entrés dans l’ordre municipal ou ont reçu les honneurs municipaux, pendant leur service ou lors de leur retraite106. Le bénéficiaire C. Cornelius Magnus, un Syrien de Berytus recruté dans la légion VII Claudia, sans doute au cours du détachement de cette troupe en Judée en 70 p.C., a été nommé décurion de cette colonie, à titre honorifique comme le fait penser son titre d’inmunis decurio, sans qu’il soit forcé d’en assumer les charges ou munera. Son appartenance effective à l’ordre n’est pas pour autant remise en cause comme le montre la suite de sa carrière civile et sa nomination comme duumuir de la colonie de Scupi. Le manque d’informations chronologiques sur le déroulement de sa double carrière municipale et militaire, et l’absence du titre de vétéran dans son inscription funéraire, alors qu’il est décédé à 85 ans après 21 ans de service, ne nous permettent toutefois pas d’établir avec certitude s’il a exercé ses fonctions municipales pendant son service militaire, ou seulement au moment de sa retraite. Il n’est pas impossible que ce bénéficiaire, comme son collègue Pompeius Lucius et comme d’autres militaires et magistrats de Scupi, le primipile préfet du camp T. Turranius Proculus par exemple, nommé duumuir quinquennalis, ou encore M. Octavius Valens, soldat, décurion et pontife de la colonie, ait reçu les honneurs du décurionat à Scupi, avant même la fin de son service107. Parmi les témoignages révélant l’existence d’une collaboration ou du moins de relations harmonieuses entre les bénéficiaires et les autorités des lieux dans lesquels ils étaient en poste, rappelons l’inscription déjà mentionnée plus haut érigée par la cité d’Artanada en Cilicie en l’honneur du bénéficiaire stationarius C. Iulius Valens, ainsi que les dédicaces au Génie du municipe, sur les autels de deux bénéficiaires en poste à Runoviç-Nouae en Dalmatie, à la fin du iie s., mis au jour parmi d’autres monuments votifs de bénéficiaires et celui d’un civil108. La dédicace au Génie de la station du municipe sur l’autel d’un bf cos détaché à Socanica-Municipium Dardanorum, dans une région minière de Mésie Supérieure, évoque l’intégration du bénéficiaire dans la région dans laquelle il était en service détaché109. A ces témoignages s’ajoutent les exemples de bénéficiaires en poste à Sirmium, Sauaria, Neuiodunum et ailleurs, qui dédient leur autel non seulement au Génie du lieu, mais également à celui de la colonie ou du municipe dans lequel ils sont en poste, ainsi que l’exemple des deux bf cos agentes curam leg(ione) et colonia à Aquincum en 210 p.C.110.

41Les quelques exemples passés en revue précédemment mettent en évidence la position sociale de certains beneficiarii et les responsabilités civiles qu’ils ont pu assumer dans la vie municipale. Comme d’autres militaires, en particulier lorqu’ils sont issus de l’élite municipale provinciale, une partie de ces soldats vont rester ou se mettre au service de leur communauté civile, une fois leur service militaire accompli et leur retraite encaissée, assumant les charges et les honneurs qui leur reviennent. Ils montrent ainsi à la population locale les signes de leur réussite et de leur générosité et aux dieux ceux de leur pietas.

4. Situation économique et image sociale

  • 111 Sur les rémunérations pour les services rendus et les éventuelles extorsions : Chap. V p. 248-249.
  • 112 CBI, 589. Sur l’élite municipale comme “réservoir des milices équestres” : Devijver 1989, 410 ; su (...)
  • 113 CBI, 881 : Annexe 1.3 ; voir Chap. III p. 99.
  • 114 CBI, 871.
  • 115 CBI, 876 et Chap. III ; CBI, 672 : Annexe 1.3.

42Plusieurs documents reflètent une certaine aisance financière de bénéficiaires connus, dont la fortune ne pouvait tenir uniquement à leurs revenus militaires. A côté de leur solde, les bénéficiaires, ou du moins une partie d’entre eux, ont pu se constituer des appoints financiers, par l’encaissement d’émoluments en échange de leurs services, en particulier lors de leurs détachements, ou éventuellement par le rendement de leurs biens fonciers, acquis par eux-mêmes ou reçus en héritage111. Les exemples les plus frappants d’une telle situation d’aisance sont ceux des bénéficiaires ou de leurs fils qui sont parvenus à entrer dans l’ordre équestre, ou qui aspirent à y entrer. Ils sont certes peu nombreux et font davantage penser à des cas d’exception qu’à une norme représentant la masse des bénéficiaires. Il s’agit généralement de bénéficiaires employés soit dans l’administration provinciale, dans l’officium du gouverneur, soit au service du responsable de l’une ou l’autre des hautes préfectures de Rome. Rappelons, à ce sujet, les deux anciens bénéficiaires désignés au iiie s. comme petitores ou aspirants à la carrière équestre, C. Tauricius Verus, un ancien légionnaire et bénéficiaire d’un gouverneur de Germanie Inférieure, et Cassius Timotheus, bénéficiaire dans l’officium de C. Iulius Priscus, préfet de Mésopotamie et frère de Philippe l’Arabe. La promotion de M. Valerius Speratus, un ancien bénéficiaire d’un gouverneur de Mésie Supérieure rappelé au service pendant sa retraite et nommé préfet de la cohorte I Aquitanorum, vers la fin du iie ou le début du iiie s. mérite elle aussi d’être signalée dans ce contexte. Son appartenance à l’élite municipale – il a pu être décurion avant sa nomination comme bénéficiaire, ou après, une fois son service achevé – n’est probablement pas sans relation avec sa nomination comme officier équestre112. Signalons en outre les deux anciens bénéficiaires d’un préfet du prétoire, l’un au ier s., l’autre au iiie s., qui ont réussi à entrer dans la carrière équestre et à atteindre un poste de procurateur, à condition de prolonger leur service, comme rappelés ou euocati, au delà des 16 années requises. Le premier, M. Vettius Valens, un soldat originaire de Rimini, est nommé procurateur financier de la Lusitanie, sous Néron, après une longue carrière militaire. Par sa promotion dans l’ordre équestre, il ouvre la voie d’accès à l’ordre sénatorial à sa descendance, et plus précisément à son petit-fils homonyme113. Le second exemple est celui de L. Cominius Maximus dont la carrière s’achève plus d’un siècle plus tard de manière sensiblement comparable puisqu’après sa nomination comme préfet de la légion II Traiana Fortis en Égypte, il obtient un poste de procurateur114. A ces noms s’ajoutent ceux de l’ancien bénéficiaire du préfet du prétoire C. Caesius Silvester, devenu préfet du camp de la légion IV Flavia en Mésie Supérieure vers le milieu du iie s., et de C. Valerius Valens, dont la nomination comme praefectus fabrum s’inscrit en dehors d’un contexte militaire115.

  • 116 Sur les conditions de l’appartenance à l’ordre équestre : Demougin 1993, 236.
  • 117 La summa honoria est fixée à 12 000 sesterces à Lambèse ; cf. Duncan-Jones 1962, 67.

43La possession d’une fortune minimale de 400 000 sesterces était l’une des conditions requises pour être admis dans l’ordre équestre116. Les possibilités financières des deux bénéficiaires petitores et de l’ancien bénéficiaire et magistrat de Lambèse Hostilius Felix devaient par conséquent avoir été très importantes, en particulier celles de ce dernier si l’on songe que ses deux fils ont pu entrer dans l’ordre équestre presque simultanément, ou du moins dans un laps de temps relativement serré. Cette double nomination a dû occasionner une dépense totale de 800 000 sesterces à laquelle s’ajoutent encore les sommes qu’il a versées lui-même à Lambèse pour ses propres contributions, le duumvirat, le pontificat et les honneurs du flaminat117. Malgré les avantages financiers de ces militaires promus au rang de sous-officiers, qui voyaient doubler leur salaire de base, une telle fortune ne pouvait pas avoir été accumulée uniquement à partir des salaires reçus au cours de la carrière de l’ancien bénéficiaire. Sa famille et sa belle-famille (son beau-père est un vétéran) avaient sans doute participé au soutien financier de l’opération, certes coûteuse, mais dont la fierté allait retomber sur eux-mêmes et sur leurs descendants.

  • 118 CBI, 39 avec Speidel jun. 1995a, 376-377, photo (détail fig. 2 p. 376). Pour une représentation co (...)
  • 119 Speidel jun. 1995a, 373-375, qui obtient ce montant en additionnant toutes les estimations des som (...)
  • 120 Il ne fait pas de doute que tous ceux qui ont réussi à atteindre une position supérieure dans l’ar (...)

44Un détail récemment mis en relief sur le monument funéraire du centurion M. Carantius Macrinus, dans la seconde partie du ier s., a été interprété comme la représentation de la parma equestris, symbole des chevaliers. Si cette interprétation renforcée par l’emploi de l’expression equestribus stipendiis s’avère correcte, cela pourrait suggérer que ce militaire, recruté dans la première cohorte urbaine de Lyon, promu comme bénéficiaire puis corniculaire du gouverneur de Gaule Lyonnaise avant d’être rappelé comme évocat, avant même la fin de son temps de service, et d’être nommé comme centurion, jouissait peut-être lui aussi du montant requis, soit de 400 000 sesterces, pour aspirer à entrer dans l’ordre équestre118. La fortune qu’il a pu amasser tout au long de sa carrière et qui serait évaluée à un total imposant de 240 000 sesterces ne suffisait pas à permettre l’entrée dans l’ordre équestre119. Il devait donc avoir joui d’autres ressources financières personnelles pour atteindre le cens minimal requis. Le jeune homme d’origine indigène serait-il issu d’une famille de notables locaux lui qui entra dans la carrière militaire et en particulier fut affecté au service du gouverneur de sa province ? Quelle que soit l’interprétation qu’il convient d’accorder à cette parme, il ne fait pas de doute, comme l’ont du reste confirmé plusieurs des exemples vus plus haut, que certains des bénéficiaires étaient issus des classes sociales favorisées ou du groupe des notables provinciaux, dont l’origine de la fortune n’était pas toujours étrangère au métier de militaire accompli par un parent, une ou plusieurs générations auparavant. Même si ces exemples d’anciens bénéficiaires qui ont réussi, au terme de leur carrière militaire, à atteindre une situation privilégiée sont peut-être des cas d’exceptions120, il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de bénéficiaires devait jouir de ressources financières non négligeables.

  • 121 Voir Chap. IV p. 194-202, avec Annexe 15.
  • 122 Annexe 15.
  • 123 Selon les estimations de Duncan-Jones 1990, 177, la construction d’un temple de taille moyenne peu (...)
  • 124 Voir par ex. à titre de comparaison VIII, 2554 - 18048, où les vétérans du collège des options reç (...)

45Nous avons déjà évoqué les constructions ou les travaux de restauration effectués par des bénéficiaires, pendant leur service et au cours de leur retraite, en nous arrêtant en particulier sur les monuments à caractère religieux érigés dans le cadre d’une statio121. Dans une grande partie des textes où il est question de tels travaux, il est précisé qu’il s’agit de gestes privés, les constructions étant le plus souvent financées par les bénéficiaires eux-mêmes. Dans d’autres, cela semble aller de soi si l’on en croit l’absence du nom d’un autre dédicant, ou d’une collectivité. Même s’il est difficilement possible de mettre un prix sur les travaux évoqués, ces documents permettent de se faire une idée des capacités financières des bénéficiaires et de la manière dont ils en jouissent. Rappelons à ce titre les exemples de bénéficiaires qui ont restauré ou construit a nouo un temple, dans une capitale ou une station122. Même si le même terme – templum, aedes, etc. – peut s’employer pour définir des monuments de dimensions et d’aspect parfois fort différents, impliquant des dépenses variant considérablement selon les cas, l’entreprise répond néanmoins à un choix et à un acte de générosité qui ne peut exister sans la jouissance certaine de moyens financiers123. Les mêmes observations peuvent être soulignées à propos des actes d’évergésie qu’on leur connaît ici et là, telle la fondation instituée par Amatorius Peregrinus à Mayence, lors de sa retraite ou pour en célébrer le commencement, et sa donation de 1 000 deniers124. Ces actes de générosité rappellent d’une certaine manière les liturgies imposées ou attendues de l’élite locale, ou les munera ou sommes versées lors de l’accès aux magistratures municipale ou aux prêtrises.

  • 125 CBI, 273 ; la restitution de sacellum ou sacrarium est affaiblie par la présence de templum à la l (...)

46Un fragment de table votive provenant d’Ács en Pannonie Supérieure, où se trouvait le castellum Ad Statuas (ou Ad Mures ?) sur le limes, à l’ouest de Brigetio, révèle un bénéficiaire anonyme (son nom n’a pas été intégralement conservé) qui se serait chargé, probablement avec une autre personne, de la restauration d’un temple consacré à la triade capitoline, pour le salut et la victoire de Caracalla et de sa mère Iulia Domna. Son geste correspond au passage de Caracalla en Pannonie en 213 p.C., au cours duquel il aurait visité les diverses villes et castella du limes, après sa victoire contre les Alamans. Si la lecture [---] nus bf sac(erdos) [---] ou [---] nus bf sac[cerdos] est correcte, le titre de prêtre, après celui de bénéficiaire, pourrait suggérer que le bénéficiaire a présidé la cérémonie religieuse et qu’il était peut-être directement impliqué dans la célébration du culte impérial, comme l’était Sempronius Visellius. Le caractère officiel des pratiques cultuelles des bénéficiaires et la présence de dédicaces en relation avec le culte impérial sur leurs monuments votifs rendent le fait probable, à plus forte raison si l’empereur en personne était de passage en ces lieux125.

  • 126 CBI, 706 et I 128 (avec Chap. V p. 265) ; sur ce type de constructions, en particulier dans cette (...)
  • 127 CBI, 580, avec Mirdita 1978 - AE, 1978, 702 : inscription du même site érigée par un décurion, P. (...)

47Les possibilités financières dont disposaient certains bénéficiaires sont reflétées par la participation à titre privé au financement de diverses constructions publiques. Nous avons évoqué plus haut la construction, par un bénéficiaire et ses deux frères, d’un πυργος qui devait faire partie de l’enceinte de la ville à Hama en Arabie, dans le Hauran, vers le milieu du iiie s. Il s’agissait d’un acte de générosité privée ou d’une évergésie envers la communauté locale, et non pas d’une supervision assurée par le bénéficiaire dans le cadre de ses activités, comme on en connaît un exemple ailleurs dans la même province. Vu le statut d’officialis des frères (au moins des deux aînés) et leur position sociale et économique, il est possible qu’ils aient participé aux affaires de la communauté en y assumant, au titre des liturgies, une responsabilité financière. La construction sur fonds privés de tours ou d’autres édifices comparables, à cette époque et au cours du ive s., est bien attestée dans les sources épigraphiques et archéologiques des campagnes de Syrie et d’Arabie126. On ignore la nature des liens que C. Domitius Licinianus, bénéficiaire d’un gouverneur de Mésie Supérieure, entretenait avec Gracanica-Ulpianum où fut mis au jour un fragment d’architrave d’un édifice qu’il a érigé sur le forum, foro posuit. Peut-être s’agissait d’un notable local entré dans l’armée et employé comme bénéficiaire du gouverneur, ou d’un bf cos en poste ici, les deux situations n’étant du reste pas inconciliables127.

  • 128 I 11b et par ex. pour les statues : CBI, 763 et 769 ; CBI, 646 et 645 ; objet votif en or : CBI, 3 (...)

48Nous pouvons aussi nous faire une idée des moyens financiers dont disposaient les bénéficiaires à partir d’indices concernant des offrandes privées, la mention d’un prix, ici ou là, celle d’une statue ou d’un bas-relief dédié avec le monument votif, aram cum sigillo, ou le type d’objets votifs, en or ou en argent, dont la qualité de la facture suggère indirectement l’importance de la dépense. Signalons par exemple à Carnuntum cette coupe en bronze, sans parallèle direct connu, peut-être un thymiaterion, ornée de quatre dauphins dans la partie supérieure et de quatre aigles dans la partie inférieure, sur un socle128.

  • 129 CBI, 761.
  • 130 CBI, 35, 36, 69-71, 134, 136, 137, 313, 321, 322, 325, 384, 385, 387, 403-404, 412, 427, 428, 480, (...)
  • 131 CBI, 621.
  • 132 CBI, 749 : Annexe 1.3. Sur sa promotion : Chap. III p. 127. Sur le prix du mausolée : Duncan-Jones (...)
  • 133 Speidel jun. 1992, 102 ; autrement Alston 1994. Le salaire présumé du centurion paraît très élevé (...)
  • 134 CBI, 819 (voir CBI, 784 et Annexe 4) ; CBI, 818 ; Duncan-Jones 1960, 90-91.
  • 135 CBI, 212.

49Les monuments funéraires érigés par les soins de bénéficiaires offrent également une indication des moyens dont ils disposaient, ou plus précisément de ceux qu’ils consacraient à ce type de dépenses. Tous les monuments ne se réduisaient pas à une simple pierre funéraire inscrite ou titulum mortis, selon les termes de l’épouse d’un bénéficiaire africain129. Un dixième des inscriptions funéraires du dossier (36 sur 374) ont été gravées sur un sarcophage construit pour un bénéficiaire et sa famille, ou par ses soins. Ces sarcophages proviennent en général des régions bien romanisées, principalement des capitales ou des camps militaires130. L’autel en calcaire à profil double que le vétéran ancien bénéficiaire C. Antonius Fronto a fait ériger de son vivant à Constanta-Tomis en Mésie Inférieure, et le contexte dans lequel il s’inscrivait, lucum et sepulchrum ui(u)us sibi et suis exornauit, devaient sans doute avoir occasionné des dépenses supérieures à la moyenne ou à celles d’une simple titulum mortis131. Quant au mausolée de Saturninus, un Africain rentré chez lui à Madaure au terme de sa carrière en Bretagne, au iiie s., il révèle l’aisance des militaires qui comme lui réussissaient à atteindre une promotion au rang de centurion. Cet ancien bénéficiaire promu comme centurion à la direction des bureaux ou de l’officium du gouverneur de la Bretagne est décédé à l’âge de 85 ans, sans famille ni héritiers connus si l’on en croit l’inscription funéraire qu’il a fait graver de son vivant sur son mausolée ou monymentum, à Madaure en Afrique Proconsulaire. Ce monument représente une dépense d’une certaine importance pour un militaire, et cela même si l’on songe au salaire d’un centurion et aux augmentations de la solde militaire depuis Septime Sévère. Le prix de 30 000 sesterces qu’il tient à préciser dans l’inscription, selon une pratique relativement commune en Afrique, se révèle largement supérieur à la moyenne132. Si l’on se fonde sur les estimations et calculs récemment établis, le salaire annuel de base d’un centurion légionnaire pourrait s’élever à 36 000 sesterces sous Septime Sévère, 54 000 sous Caracalla et 108 000 sous Maximin le Thrace. En comparaison, si l’on admet que les beneficiarii d’un gouverneur jouissaient d’une double solde, ils devaient recevoir respectivement, selon les mêmes estimations, 4 800, 7 200 et 14 400 sesterces par an, alors que le salaire d’un primipile atteindrait les sommes de 144 000, 216 000 et 432 000 sesterces133. A la même époque (iiie s.), le monument funéraire du bénéficiaire Aurelius Hermias, décédé pendant son service à l’âge de 44 ans, à Lambèse, a coûté 1 500 sesterces à son épouse et héritière, et au même endroit, le bénéficiaire Aufidius Amarantus a versé 2 000 sesterces, avec sa mère et son frère, pour ériger l’autel funéraire de son frère, un signifer de la légion III Augusta. Ces montants s’inscrivent dans la moyenne locale, les prix des monuments funéraires variant en 96 et 4 000 sesterces134. Ils correspondent aux 2 000 sesterces versés par l’héritier d’un bénéficiaire d’un tribun de la légion III Italica, selon sa volonté, ex uolunt(ate) test(amenti), pour payer le monument funéraire de ce dernier, dans la camp légionnaire de Regensburg-Castra Regina, en Rhétie135.

  • 136 CBI, 827 et Chap. VI p. 287.
  • 137 Veyne 1982, 189-190.
  • 138 Sur cette question, voir par ex. Meyer 1990, 78-79 et sur les épitaphes d’Afrique du Nord en parti (...)

50A Sour Rozlan-Auzia en Maurétanie Césarienne, Geminius Saturninus, le bénéficiaire du préfet de la garnison locale (il s’agissait du préfet de la cohors I Aelia singularium ou peut-être de celui de l’aile Gemina Pia Sebastena) s’est lui aussi fait faire de son vivant, l’année qui précédait ses 20 ans de service, une stèle aux dimensions imposantes. Bien que sa position soit relativement peu élevée dans la hiérarchie militaire (il n’était qu’un sous-officier au service d’un officier local), il a choisi de mettre en évidence les attributs de sa dignitas, la fustis et les tablettes à écrire136. Enrôlé dans une aile de cavalerie, Saturninus était un citoyen romain, de même que son épouse (uxor). Leurs enfants, qui portent son nom, naquirent probablement après les réformes de Septime Sévère. Le bénéficiaire et son épouse, dont les gentilices Geminius et Aufidia sont attestés ailleurs en Afrique, étaient issus de familles bien romanisées, et la représentation de la famille sur le relief évoque le raffinement d’un milieu privilégié. Un détail attire notre attention. L’espace réservé à l’âge du défunt est resté vide et la fin de la dernière ligne de l’inscription, après le mot filis, n’a pas été gravée, alors que le nombre des années de service (19) a été indiqué. Le contraste entre ces détails étonne. La stèle commandée avant la retraite et le décès du bénéficiaire (uiuos !) et des siens aurait-elle été dressée, puis laissée telle quelle, l’inscription incomplète, peut-être à cause d’un déplacement du père et de sa famille ? Un monument funéraire pouvait en effet être considéré comme une res religiosa, même avant qu’un corps n’y soit déposé137. Ces observations pourraient suggérer qu’en érigeant cette stèle de son vivant, le bénéficiaire cherchait avant tout à mettre en évidence son statut de citoyen romain138 et la dignité conférée par le service militaire, aux yeux de la population locale au sein de laquelle il vivait et exerçait ses fonctions.

  • 139 CBI, 937. Sa belle-sœur qui vivait probablement à Rome avait pu elle aussi épouser un prétorien, d (...)

51A Rome, à la même époque, le bénéficiaire Aurelius Herodes a versé avec sa belle-sœur – co(n)iux eius ; soror ipseius ( !) – la somme de 6 000 deniers ou 24 000 sesterces pour l’achat d’un caveau ou cupula dans lequel il fit déposer le corps de son épouse Aurelia Marcia, une thrace originaire de Promesiana décédée à l’âge de 35 ans. Nous ne connaissons pas le montant exact des salaires des prétoriens mais ils devaint certainement dépasser ceux des légionnaires de même rang. La somme versée pour le caveau représentait sans doute une part non négligeable des revenus du militaire, même si d’autres apports financiers, des récompenses militaires par exemple, ont pu s’ajouter à son salaire, et si l’on envisage une contribution financière de la part de sa belle-sœur139.

  • 140 I 132 ; le patron de Timgad : VIII, 2403.1.6 Si l’on en croit Thurmond 1994, les chrétiens préféra (...)

52Plusieurs des bénéficiaires que nous connaissons avaient des esclaves ou des affranchis. Leur existence s’observe dans leurs inscriptions funéraires, comme nous l’avons vu plus haut, ainsi que dans les papyrus et parfois même dans les inscriptions votives, bien que cela soit plus rare. A Lambèse, le collier de cuivre porté par l’esclave du bénéficiaire Deuterius, pour le dissuader de s’enfuir, daterait selon les spécialistes d’une époque tardive, peut-être du ive s. Le nom du bénéficiaire qui y est inscrit (le titre de son supérieur est omis) n’est pas attesté à Lambèse mais il apparaît à Timgad comme celui d’un patronus140.

  • 141 Six papyrus mentionnant onze bénéficiaires : Arsinoïte - Fayoum, P 2 (177 p.C.) : bf en service ; (...)
  • 142 Digeste, 49.16.9 (i. e. Marcianus).

53Les sources papyrologiques confirment l’idée d’un certain confort économique et social des bénéficiaires dans la province d’Égypte. Plusieurs documents du iie s. p.C. au ive s. les montrent établis comme propriétaires fonciers, durant leur service ou pendant leur retraite, dans le Fayoum et plus au sud, à Hermoupolis, soit dans des lieux où la présence officielle de bénéficiaires en fonction est attestée141. Les textes des juristes, témoignages des controverses existant sur ces questions, soulignent qu’il était interdit aux militaires d’acheter des terrains dans la province de service (cela non sans qu’il y ait des exceptions), mais pas d’y posséder des terres reçues en héritage142. De telles mesures visaient à éviter qu’ils ne s’adonnent à l’agriculture privée.

  • 143 P 2 avec Lesquier 1918, 84-85 sur la cohorte en question.
  • 144 P 69 ; selon les estimations, la production nette de 2 aroures permettait à une personne de vivre  (...)
  • 145 P 35 ; pour des homonymes (identifiables avec lui ?) : Bernand 1975, 92 ; voir aussi le centurion (...)
  • 146 Bowman & Rathbone 1992, 125-126.

54Un papyrus du Fayoum daté de 177 p.C. évoque indirectement un certain Sempronius, un bénéficiaire en service, mentionné comme propriétaire foncier dans le contexte d’un héritage concernant des tiers. Il y est question de terrains agricoles répartis entre un imaginifer de la cohors I Ulpia Afrorum et son frère, et dont la localisation est précisée en fonction de leur orientation par rapport à l’aqueduc et à celle d’autres terrains, notamment celui de Sempronius143. Un papyrus du iiie s., de provenance inconnue, fait mention d’un vétéran, un ancien bénéficiaire, propriétaire d’un peu plus de 8 aroures de vignes, soit d’une superficie de 22 048 m2. Il ne s’agit certes pas d’une grande propriété, mais sa taille n’est pas non plus négligeable. A titre de comparaison, le registre du ive s. mentionné ci-dessous atteste que plus de la moitié des propriétaires d’Hermoupolis possèdent un terrain de moins de 10 aroures144. La situation financière de l’ancien bénéficiaire s’avère donc relativement bonne si l’on songe que le rendement de ces biens fonciers s’ajoutait aux économies qu’il avait pu faire sur son salaire de bénéficiaire, ainsi qu’au montant de sa retraite. Un autre document du iiie s., daté de 246 p.C., a conservé la requête de l’un des bénéficiaires du préfet d’Égypte désireux d’acquérir 12 aroures de terrain public non cultivable, dans l’Hermopolite. Le prix d’achat est fixé à 20 drachmes l’aroure, ce qui correspond à un montant de 240 drachmes (ou sesterces) pour le lot145. Ce document montre clairement qu’Aurelius Apollodorus, habitué aux documents officiels en sa qualité de bénéficiaire dans l’administration du préfet d’Égypte C. Valerius Firmus, connaît parfaitement la procédure à suivre. Il adresse sa demande officielle d’achat au stratège de l’Hermopolite, le responsable dans le nome de la collecte des taxes foncières et de la justice locale – ailleurs dans les autres provinces de l’Empire ce sont principalement des magistrats locaux qui assument ces fonctions et responsabilités146 –, au prytane, ainsi qu’aux décaprotes de la toparchie. Il prend soin d’y annexer une copie de sa demande préalable auprès du catholicus et du procurateur d’Auguste, avec leur réponse ou subscriptio autorisant les responsables locaux à accorder la vente. La décision a été prise par le catholicus, mais chacun des deux (le catholicus et le procurateur) ordonne l’affichage public de la demande.

  • 147 P 17 : Δωροθεος βενεφικιαριος Κοπρευς Ερμειου βενεφικιαριος Βαρβαριος απο βενεφικιαριου Βη[---] τυ (...)
  • 148 P 59 ; ce nom est relativement commun en Égypte ; voir n. suivante ainsi que l’exemple du bf Aurel (...)
  • 149 P 55. Sur les impôts fonciers des soldats et des vétérans au ive s. : Chastagnol 1977.
  • 150 P 61 (306 p.C.).
  • 151 P 56 (341-400 p.C.). Selon l’Édit de Dioclétien, 29, le prix d’un esclave non qualifié, âgé de 16 (...)

55Parmi les officiales du ive s. portant le titre de bénéficiaire (ou d’ancien bénéficiaire), on en compte plusieurs qui apparaissent dans les papyrus comme des propriétaires fonciers. Signalons par exemple les six bénéficiaires dont les noms figurent dans un registre foncier datant de c. 350 p.C., sur la base duquel se calcule la taxation des propriétaires établis à Antinooupolis et dans l’un des quartiers d’Hermoupolis. Parmi les propriétaires cités dans cette liste figurent plusieurs officiales, militaires ou fonctionnaires (leur statut précis n’est pas toujours aisé à déterminer), en service ou à la retraite (quaestionarius, speculator, primipilaris, librarius, ducenarius)147. Un autre papyrus, daté de 323-324 p.C., a conservé le nom de l’ancien bénéficiaire Ammonius parmi ceux de propriétaires fonciers du Fayoum taxés d’un impôt en nature, en relation avec la collecte de vin pour l’annone militaire148. Signalons aussi l’exemple d’un bénéficiaire homonyme, impliqué en 325 p.C. dans un litige où il est question d’une déclaration fiscale de biens fonciers, dans un lieu qui demeure inconnu149. Les détails de l’affaire nous sont parvenus par le discours de l’avocat d’Ammonius et de celui qui est accusé avec lui, Dionysius, un ancien protector. Les deux hommes, qui ont hérité de terrains, rejettent l’accusation selon laquelle ils n’auraient pas payé les taxes dues sur l’ensemble de leurs propriétés, celles qui proviennent d’un héritage et celles qu’ils ont acquises par la suite. Ce document montre l’exemple d’un bénéficiaire propriétaire foncier alors qu’il était encore en service ; son père, qui ne porte pas de titre militaire, était également un propriétaire foncier. A ces témoignages s’ajoutent d’autres exemples révélant des bénéficiaires comme propriétaires. Un papyrus daté de 306 p.C. fait mention d’un bénéficiaire qui possède des animaux, en copropriété avec un autre officialis150. Un autre, du ive s., a conservé un contrat de location, à l’année, des esclaves de deux frères, dont l’un au moins est un ancien bénéficiaire. Ils sont représentés par leur agent. Les clauses du contrat précisent les conditions en cas de décès ou de naissance d’esclaves et fixent le montant de la location, dont le versement devait se faire en nature151.

  • 152 Isidorus porte vraisemblablement le titre d’officialis en 368 p.C. lorsqu’il apparaît aux côtés de (...)
  • 153 P 24 ; Pestman 1990, 253 ; sur les prix en Égypte romaine, voir par ex. Rathbone 1997 (avec la bib (...)
  • 154 P 25 ; Pestman 1990, 49.
  • 155 P 26 (382 p.C.).
  • 156 P 27 (388 p.C.) ; P 30 (389 p.C.).

56Le bénéficiaire Flavius Isidorus qui apparaît dans plusieurs papyrus comme un officialis de l’officium du gouverneur de Thébaïde semble avoir joui d’une certaine fortune ; il prenait soin de la faire fructifier comme l’attestent plusieurs contrats de location de ses biens152. En 377 p.C., il loue avec un bail de 2 ans une partie de sa maison d’Hermoupolis à un certain Aurelius Phibaleon, à un prix annuel de 2 500 talents ou 3 750 000 deniers, un chiffre qui serait particulièrement impressionnant si l’on omettait de tenir compte de l’inflation du ive s. Ainsi, le blé acheté en 305 p.C. pour un cinquième de talent va coûter 1 367 talents en 359 p.C.153. Cela explique sans doute que dans un contrat de 381 p.C. où il loue une aroure d’un champ d’orge qu’il possède dans le village de Monyris, le même Isidore demande à recevoir la location non pas en espèces, mais en nature. Il en fixe le prix à 4 artabes d’orge, soit environ 160 litres, qui doivent lui être remis le 25 juin ou premier jour du mois d’Epiph de chaque année, soit au moment où la période des moissons et celle du battage sont terminées. Sans être immense, la rentrée n’est pas négligeable puisque les besoins annuels en blé pour une personne sont estimés à une dizaine d’artabes154. Dans un autre contrat de 382 p.C., il loue à un certain Aurelius Pollon le sixième des 4 aroures et demie qu’il possède en copropriété dans le village de Thynis, toujours dans le nome d’Hermopolite. Le rendement en nature qui doit être versé à la même date est fixé à 4 artabes d’orge et à une corbeille de paille155. Une fois à la retraite, l’ancien bénéficiaire Flavius Isidorus va continuer à tirer profit de ses propriétés qu’il loue en partie, ou dont il confie l’exploitation à son personnel. En effet, en 389 p.C., cet ancien bénéficiaire adresse une pétition au propoliteuomène d’Hermoupolis et au riparius du nome au sujet d’une agression dont a été victime l’un de ses employés156.

5. Famille et vie privée dans les documents papyrologiques

57Dans la plupart des documents papyrologiques où apparaît un membre de la famille d’un bénéficiaire, il est question de problèmes familiaux, le plus souvent issus de conflits liés à des problèmes d’argent (héritages, impôts, ou loyers de biens communs). Ces documents qui correspondent approximativement à un tiers du dossier papyrologique sont généralement d’époque tardive (ive au vie s.). Souvent fragmentaires, ils ne livrent que des informations limitées sur les relations familiales ou sociales des bénéficiaires de cette époque.

  • 157 P 28 ; sur ce texte lacunaire, voir ci-dessus et Annexe 2. Pour les détails de l’affaire, dont les (...)

58L’un d’eux, daté de 368 p.C., a conservé les traces de la querelle familiale opposant pour la quatrième fois les deux frères Flavius Heracleon et Flavius Isidorus à leur tante, dans une affaire d’héritage, à Hermoupolis. Les deux hommes sont employés comme officiales dans l’administration du praeses de la Thébaïde, Flavius Heracleius. Au moment des faits, le premier porte le titre de bénéficiaire du praeses, le second, probablement celui d’officialis ; mais Isidorus apparaît aussi comme bénéficiaire dans plusieurs autres papyrus, comme nous venons de le voir157. La dispute dans laquelle les deux frères sont engagés est portée devant le gouverneur, soit devant leur propre supérieur, qui doit juger l’affaire.

  • 158 P 6.
  • 159 P 20. Sur les bénéficiaires qui ont été appelés à participer à des fonctions comparables à celles (...)
  • 160 P 20.
  • 161 P 41.

59Le titre de bénéficiaire associé à une mention patronymique se rencontre à deux autres reprises dans un document officiel. Le premier, qui provient du Fayoum, est un contrat de vente de 342 p.C. mentionnant la fille d’un ancien bénéficiaire dénommé Agathus158. Le second, daté de 359 p.C., a conservé la déclaration d’impôts d’une certaine Philadelphia, à Oxyrhynchos. La précision du titre à côté du patronyme devait permettre une identification précise des personnes en question. Peut-être Philadelphia cherchait-elle en outre à donner quelque poids ou autorité à sa déclaration officielle, à moins que la fonction exercée jadis par ce dernier ait une incidence sur la taxation fiscale de sa fille et héritière159 ? Deux documents au moins font mention d’héritiers de bénéficiaires. Dans l’un d’eux il est question de l’héritier d’un bénéficiaire dénommé Melas, qui fut propriétaire d’une maison qu’une dénommée Demetria cherche à louer160. Le second, une comptabilité qui daterait du début du vie s., évoque les héritiers d’Ausone, un ancien bénéficiaire161. Il s’agirait si l’on en croit les éditeurs du papyrus de l’une des plus récentes mentions d’un bénéficiaire. Son statut de retraité porte à penser qu’Ausone était en fonction comme bénéficiaire à la fin du siècle précédent.

6. Formation et niveau d’instruction

  • 162 Par ex. sur la culture de la plèbe en général : Horsfall 1996. Voir aussi Harris 1989 et Horsfall (...)
  • 163 Harris 1989, 253-255 et Bagnall 1996, 244 avec n. 71, s’appuyant sur les travaux de Bowman et d’Ho (...)
  • 164 Végèce 2.19.

60La recherche moderne a récemment reconsidéré l’idée reçue qui avait tendance à déprécier le degré de connaissance des personnes n’appartenant pas aux classes sociales privilégiées, à l’élite sénatoriale ou équestre162. Certes, l’imposant nombre d’illettrés dans les documents papyrologiques, spécialement parmi les simples soldats des troupes auxiliaires, laisse entendre que le degré d’alphabétisation demeurait relativement faible dans ces troupes163. Il était certainement plus élevé chez les légionnaires et en particulier parmi les commandants et les militaires employés comme officiales à des fonctions administratives, pour lesquels la connaissance de la lecture et de l’écriture ainsi que des notions d’arithmétique étaient requises164. Cela pourrait peut-être en partie expliquer la volonté des gouverneurs de sélectionner des légionnaires plutôt que des auxiliaires pour les employer dans leur état-major. Cela s’ajoute au fait que les premiers présentaient l’avantage, avant 212 p.C., d’être des citoyens romains. Cet atout se révélait dans toute sa force pour les militaires qui assumaient des fonctions administratives et en particulier pour ceux d’entre eux qui étaient en contact direct avec des civils dans le maintien de l’ordre et de la justice, tels les centurions, décurions ou bénéficiaires.

  • 165 Balty & van Rengen 1993, 41 ; voir l’exemple de P. Aelius Crescentianus, un notarius legati in off (...)
  • 166 I 117 (supra p. 308) ; Jones 1964, 564.
  • 167 Daris 1964, 9 1 l. 17-18 - BGU, 696 - CPL, 118 - Select Pap., II, 401 (voir p. 122 n. 213) ; pour (...)

61La rapidité avec laquelle certains soldats ont été promus à un poste administratif, comme bénéficiaires ou librarii par exemple, pourrait s’expliquer par le degré d’instruction dont faisaient preuve ces litterati milites. L’exemple d’un certain Aurelius Hermodorus à Apamée, au iiie s., en est une illustration. La nomination de ce jeune soldat comme exactus d’un librarius du légat de la légion II Parthica, dès sa première année de service, à l’âge de 18 ans, n’est certainement pas sans rapport avec sa situation personnelle et avec le fait qu’il savait lire et écrire165. Hermodorus se trouvait en effet à Apamée en compagnie de son père, un militaire engagé dans la légion II Parthica. Au iiie s., des militaires fils de soldats de métier ou de l’élite provinciale ont pu être employés à des fonctions administratives dès leur recrutement, comme le suggère l’exemple, nous l’avons vu précédemment, de l’ancien bénéficiaire Sempronius Visellius166. Les membres de l’ordre équestre pouvaient même envisager une promotion directe à un poste de commandant militaire. Un telle promotion avait plus de chance d’aboutir si elle était appuyée par le soutien d’une personnalité, comme le montre l’exemple d’un civil ou paganus directement nommé centurion par un préfet d’Égypte en 156 p.C., factus ex pagano a Sempronio Liberale, praef. Aegupt(i) ( !)167.

  • 168 Voir Chap. V par ex. p. 224-225, 231, 238.
  • 169 Par ex. à Salone en Dalmatie CBI, 476, où de part et d’autre de la face principale de l’autel funé (...)

62Les bénéficiaires, comme l’ensemble des sous-officiers employés dans l’officium d’un officier ou d’un gouverneur, devaient savoir lire et écrire pour être capable de recevoir et de contrôler des pétitions officielles, de le transmettre aux autorités compétentes et de rédiger des rapports168. L’écrit donc jouait un rôle important dans la vie des soldats de ce type, dans le cadre de leurs fonctions, et le décor de tablettes et de stylets sur plusieurs monuments représentant des bénéficiaires évoquent leurs capacités dans ce domaine169.

63Dans plusieurs provinces de la partie orientale de l’Empire, les membres de l’officium des gouverneurs devaient avoir des connaissances à la fois en latin et en grec. Il maîtrisaient vraisemblablement l’une de ces deux langues et avaient au moins des notions de l’autre. Les textes du dossier épigraphique des provinces balkaniques et orientales (Mésie Inférieure, Macédoine, Asie, Galatie, Cappadoce, Syrie, Mésopotamie, Arabie) et d’Égypte sont rédigés en latin ou en grec. En Thrace, ils sont tous en grec. Dans certains cas, notamment pour une partie des bénéficiaires recrutés et employés dans les régions les plus orientales de l’Empire (Syrie, Arabie et Mésopotamie par exemple), ainsi qu’en Égypte, une troisième langue, locale, venait s’ajouter au latin et au grec. En Égypte par exemple, même s’ils rédigeaient habituellement leurs rapports officiels en grec et s’ils devaient être capables de comprendre le latin, la plupart des beneficiarii et autres officiales devaient continuer à parler leur langue maternelle au cours de leurs contacts avec la population civile ou avec leur famille.

  • 170 CBI, 678, 634, et 621. Pour d’autres attestations de βενεφικιαρις, par ex. : CBI, 683, 714, 715 (l (...)

64Les quelques textes bilingues (latin-grec) du dossier ne sauraient être les indicateurs systématiques des connaissances linguistiques des bénéficiaires, ni les preuves d’un bilinguisme généralisé. Ils révèlent toutefois, malgré leur nombre restreint, le climat linguistique d’une partie de ces militaires et de leur famille, dans la province où ils se trouvaient, et mettent en relief le choix de ces langues dans leurs inscriptions. Les documents épigraphiques bilingues se divisent en deux catégories. D’un côté se rassemblent les inscriptions où le même texte est traduit dans les deux langues. C’est le cas notamment des deux documents bilingues connus qui n’ont pas été mis en place par un bénéficiaire. Dans l’inscription de M. Iulius Capito, vraisemblablement de nature funéraire, en provenance d’Ortaköy-Dionysopolis en Asie Mineure, on peut observer la désinence en – is du titre de bénéficiaire, et cela non seulement en grec comme cela se rencontre parfois ailleurs, mais aussi en latin. Soulignons aussi l’absence inhabituelle de la mention de l’unité militaire après le terme mile(s) et son équivalent grec [στρ]ατιω(της) ; l’intention était de souligner le statut officiel du militaire romain, et non pas de préciser dans les détails son affectation. La disposition des langues est révélatrice des mêmes intentions : c’est le latin, la langue de l’empereur et de ses représentants civils et militaires qui figure en premier. Le même phénomène s’observe aussi dans la seconde inscription. Elle provient d’Histria, en Mésie Inférieure, et a été commandée par le frère d’un bénéficiaire du gouverneur de la province. En choisissant de faire inscrire le même texte en latin puis en grec, ce magistrat de Durostorum voulait s’assurer que la mémoire de son frère Aelius Victor soit préservée aussi bien auprès de la population locale d’Histria, où ce bénéficiaire est décédé à l’âge de 38 ans, sans doute au cours d’un détachement local, que des autorités romaines établies dans cette région. Il faisait aussi état, aux yeux de tous, de son propre statut de citoyen et de magistrat romain, montrant publiquement qu’il avait bien rempli ses obligations morales et familiales. A Tomis, capitale de la même province, c’est aussi en latin (sur la face principale) et en grec (sur le dos) que C. Antonius Fronto a choisi de faire inscrire son épitaphe, sur le monument funéraire qu’il a érigé de son vivant, pour lui et les siens, dans un emplacement arborisé selon ses goûts, lucum et sepulchrum uiu(u)s sibi et suis exornauit, το συνδενδρον και το μνημιον ζων εαυτω και τοις ιδιοις εζηρτισεν. Recruté dans la légion XIII Gemina, en Dacie, il devait probablement avoir accompli ses fonctions de bénéficiaire auprès du gouverneur de cette province jusqu’au moment de sa retraite et de son retour dans sa patrie, sur la côte de la mer Noire. Si la mention de ses titres de vétéran et d’ancien bénéficiaire du gouverneur apparaissent dans la version latine, au caractère officiel plus marqué, ce dernier titre ainsi que l’équivalent grec du latin salue ne figurent pas en revanche dans la traduction grecque170.

  • 171 CBI, 655 ; des menaces de ce type sont bien connues dans la région et en Asie en général ; pour d’ (...)
  • 172 CBI, 641. Pour un autre document de Kunino-Vicus Trullensium, dans la même province où le beau-pèr (...)

65Dans les autres documents bilingues qui nous sont parvenus, chacune des deux langues s’applique à une différente section du texte. L’un d’eux présente un exemple intéressant de l’emploi des langues en Mésie Inférieure. Malius Secundus, un militaire d’origine occidentale, si l’on en croit son gentilice, en poste dans la province comme bénéficiaire du gouverneur, fait graver en latin (le texte présente quelques irrégularités morphologiques et syntaxiques) l’épitaphe de son épouse Antistia Firmina, à Varna-Odessus. Mais c’est en grec, afin d’être bien compris par la population locale à laquelle il s’adressait, qu’il termine l’inscription avec une interdiction funéraire et la menace d’une amende de 2 500 deniers, précisant qu’elle devait être versée au procurateur financier ainsi qu’à la caisse de la communauté locale par celui ou celle qui souillerait le tombeau. L’interdiction funéraire en grec s’étend sur 4 lignes, comme le texte latin ; elle occupe la moitié du champ épigraphique, prenant autant de place que l’inscription funéraire elle-même171. Dans une autre inscription de la même province, à Mangalia-Callatis, l’emploi du latin se résume à la dédicace officielle pour le salut de Gordien et de son épouse. La suite du texte, où il est question de la générosité d’un bénéficiaire du gouverneur envers une association d’amateurs de chasse ou φιλοκυνηγοι, est rédigée en grec, la langue de la population locale et des membres de l’association dont les noms sont cités dans le texte172.

  • 173 Bagnall 1996a, 231-260, analyse la question de l’emploi des langues en Égypte, montrant la place p (...)
  • 174 P 37, avec Cotton 198, 15-23 ; voir Chap. II p. 66.

66En Égypte, il ne fait pas de doute que les bénéficiaires du gouverneur devaient avoir des connaissances de latin. C’était la langue des autorités de Rome chargées de diriger la province et au service desquelles (ou en collaboration avec lesquelles) les officiales dans leur ensemble étaient appelés à travailler. Si c’est le latin qui est utilisé en premier lieu par les hauts responsables de l’administration impériale et des affaires militaires, comme le montrent les documents administratifs officiels de première importance, sa position n’en demeure pas moins marginale dans l’Égypte romaine, et cela même au ive s., à une époque où les papyrus permettent de penser qu’il était pourtant davantage employé qu’auparavant. Le grec occupe la place prépondérante dans l’administration égyptienne. Ainsi, dans leurs relations privées et certainement aussi dans l’accomplissement de leurs fonctions, les bénéficiaires s’expriment habituellement en grec ou même à l’occasion en égyptien, la troisième des langues attestées en Égypte, avec certains des habitants des villages où ils étaient en poste. Leur connaissance du latin, sans être forcément très bonne, devait néanmoins leur permettre de lire, d’annoter ou de remplir les détails laissés en blanc dans les formulaires administratifs. Comme les autres employés de l’administration, ceux qui ne savaient pas la latin étaient tenus d’en étudier les bases s’ils souhaitent obtenir un poste plus élevé que celui de simple soldat173. Certains de ces officiales font preuve d’une bonne connaissance du latin. Ainsi le bénéficiaire Aurelius Archelaus se montre capable, dans la seconde moitié du iie s. p.C., de rédiger une lettre en latin, et cela dans un style soigné, malgré les nombreux hellénismes indiquant qu’il ne s’agissait pas de sa langue maternelle. Cela s’observe dans la lettre qu’il adresse au tribun Iulius Domitius pour lui présenter et lui recommander un ami174. Même si l’on considère que les deux hommes se connaissaient personnellement, le rapport hiérarchique établi entre le tribun et son bénéficiaire exigeait une certaine distance qui s’observe bien dans le caractère officiel de la lettre. Cela justifiait en outre l’emploi du latin par le bénéficiaire, plutôt que celui de sa propre langue. Le ton de la lettre révèle le respect avec lequel le subordonné s’adresse à l’officier romain, dont il prend bien soin de placer le nom avant le sien, dans l’adresse de la lettre. Si le bénéficiaire d’un simple tribun était capable de s’exprimer d’une telle manière en latin, on peut penser que ceux qui avaient été promus dans l’officium du préfet d’Égypte et qui étaient employés dans l’administration de la province, à des fonctions plus élevées, devaient vraisemblablement avoir eux aussi de bonnes connaissances de cette langue.

  • 175 CBI, 737 ; Bernand 1969, 300 ; CBI, 738 : l’emploi du latin pourrait s’expliquer dans ce contexte (...)
  • 176 CBI, 713-720. Le caractère peu vraisemblable du titre de bénéficiaire dans un graffite de la provi (...)
  • 177 Lorsque l’on arrivait par voie fluviale, il fallait faire le tour de la citadelle pour entrer dans (...)
  • 178 Au iiie s., le commandant militaire était le tribun de la cohorte XX des Palmyréniens stationnée à(...)

67Plusieurs documents ont conservé les traces d’écriture de la main même de bénéficiaires, tel cet acte d’adoration (προσκυνημα) de G. Iulius Secundinus, présent parmi les signatures de fonctionnaires et de militaires gravées sur la colonnade ouest à Philae près d’Éléphantine, ou la signature en demi-cursives latines de Flavius Origenes, en visite à Thèbes avec le préfet M. Ulpius Primianus, inscrite sur une jambe du Colosse de Memnon, avec ses voeux de santé pour le préfet. Trois autres bénéficiaires, Pathermouthis, Hèras et Athènodôros ont laissé leur nom, en cursives ou demi-cursives grecques, sur le tombeau de Memnon à Thèbes175. D’autres graffites de bénéficiaires sont connus en Mésopotamie, plus précisément à Dura Europos. Ils datent du iiie s. et sont antérieurs de quelques années ou de quelques dizaines d’années au siège et à la prise de la ville par les Sassanides, en 256-257 p.C.176. L’écriture grecque des bénéficiaires dans l’ensemble paraît relativement régulière, surtout si l’on considère qu’il s’agit de graffites. Les signatures des bénéficiaires du tribun de la garnison de Dura sont visibles sur les murs intérieurs de la Porte de Palmyre177. C’est là, à la seule entrée connue de Dura sur la steppe environnante, qu’ils montaient la garde avec des statores, contrôlant les allées et venues dans la cité. Leur stationnement à l’entrée de la ville rappelle d’une certaine manière la localisation des stations de bénéficiaires, souvent établies à l’extérieur des cités ou des castella, non loin de la porte principale. Leur statut, leur position hirérarchique et la portée de leurs fonctions étaient certes différentes dans la mesure où ces bénéficiaires n’étaient pas les représentants locaux d’un gouverneur. Ils faisaient partie de la garnison de Dura et étaient rattachés au service d’un tribun ou commandant en chef de la garnison178. Ils partageaient la vie des autres militaires de la garnison et d’une certaine manière celle de la population civile, dans un environnement linguistique et culturel très diversifié. Leurs graffites nous montrent que dans un contexte privé, ils écrivaient en grec, comme la majorité des autres soldats de Dura.

  • 179 Μνησθη suivi d’un nom au nominatif est très fréquent à Dura. Il s’agit d’un aoriste du subjonctif (...)
  • 180 Noms sémitiques : par ex. CBI, 719 ; voir aussi le graffite sur enduit de stuc, en lettres noires (...)
  • 181 Sur les différentes ethniques et sur les langues parlées par les soldats romains à Dura : Millar 1 (...)
  • 182 Par ex. CBI, 713 : βενεφικιαριος τριβουνου et CBI, 718 et 719 : βενεφικιαρις τριβουνι ; I 126 : βε (...)

68Les graffites y commencent habituellement par le terme μνησθη, qui rappelle une formule de commémoration de type sémitique179. Plusieurs bénéficiaires portent des noms d’origine sémitique, Θημαρσας Νιαχου par exemple, ou formés à partir de toponymes régionaux comme Αυρηλιος Ευφρατας, grecs ou parfois latins transcrits en grec, tel cet Αυρηλιος Αντωνεινος. Dans certains cas, seul le gentilice Aurelius est latin180. Que leurs noms soient d’origine latine ou sémitique, les bénéficiaires tracent leur signature en caractères grecs, et la population locale ne semble pas se comporter différemment. La répartition numérique des documents d’époque romaine en fonction des différentes langues attestées à Dura est un indicateur des connaissances linguistiques écrites de l’ensemble de la population. Le grec vient en tête, avec une forte majorité : on compte 439 documents en grec, auxquels s’ajoutent 68 en latin, 7 en palmyrénien, 3 en syriaque et un seul en araméen181. On soulignera toutefois que seule une partie relativement restreinte du site a été fouillée. Par ailleurs, la population civile devait être constituée d’une grande partie d’analphabètes comme l’était sans doute, nous l’avons vu pour l’Égypte, une proportion non négligeable des simples soldats ou gregales recrutés pour la plupart dans les troupes auxiliaires. Pour conclure, il paraît donc raisonnable d’admettre qu’en Égypte et dans l’ensemble des provinces orientales, le grec était la première langue écrite et officielle de la population civile et militaire. Il n’est en revanche peut-être pas aussi sûr qu’il dominait les autres langues comme moyen d’expression orale dans l’usage quotidien. Dans les graffites des bénéficiaires de Dura, les hésitations observées dans l’énoncé de leur propre titre – le génitif latin tribuni transcrit en caractères grecs côtoie la forme à désinence grecque τριβουνου182 – sont un signe des interactions culturelles et linguistiques du milieu dans lequel ils évoluent, le latin et la culture romaine coexistant d’une part avec le grec et les traces de la culture gréco-macédonienne, transmis par les descendants des premiers habitants du site, et de l’autre, avec l’araméen et le syrien des Sémitico-Mésopotamiens. A Dura, en dépit du nombre restreint de graffites en palmyrénien, syriaque et araméen, ces langues n’ont pas cessé d’être parlées par les ressortissants locaux, même lorsqu’ils étaient entrés dans l’armée et qu’ils se servaient du grec comme langue écrite. A côté du grec, employé comme langue de communication entre des soldats de diverses ethnies, ces langues devaient également être utilisées entre des militaires d’une même ethnie, ou avec une partie de la population locale.

  • 183 I 125 ; à Intercisa : CBI, 402. Pour des parallèles, par ex. Tanabe 1986, 308, 309 etc. ; pour le (...)

69Rappelons à ce propos à Palmyre l’inscription funéraire d’un bénéficiaire d’origine locale, Hairan, fils de Bôrrephâ, lui-même fils d’Hairan descendant de Taibbol. Cette inscription en palmyrénien rédigée par le défunt lui-même et par son père offre un contraste intéressant et unique dans le dossier des bénéficiaires. A côté de son nom, de son patronyme et de celui de son père figure son titre, sous la forme d’une translittération en palmyrénien, b (e) n (e) f (i) q (i) j (a) ra. Dans cette région où le latin et surtout le grec représentaient les langues de la classe dominante, mais où la masse de la population locale continuait à s’exprimer dans différents dialectes sémitiques, les termes militaires et administratifs apparaissaient fréquemment sous la forme de translittérations dans ces dialectes des formes hellénisées des titres latins (plutôt que du latin directement). L’inscription datée selon le système palmyrénien remonte au mois de janvier 189 p.C. Le champ épigraphique n’occupe qu’une part restreinte du monument, l’inscription se trouvant en retrait face à la représentation figurée du défunt. Son buste, un bas-relief sculpté qui occupe la partie principale du monument, révèle les traits d’un soldat palmyrénien barbu, avec une moustache redressée sur les côtés. Le bénéficiaire Hairan, revêtu d’un manteau à longues manches retenu par une chlamyde sur l’épaule droite, est représenté de face, selon la manière orientale qui s’observe aussi à Dura. Ce portrait rappelle ceux des bénéficiaires et autres soldats syriens de la cohorte des Hémésiens que nous connaissons à Intercisa en Pannonie Inférieure. Hairan tient dans sa main gauche un objet qui fait penser à un rouleau et qui à Palmyre semble lié au contexte funéraire. Le stylet qu’il paraît tenir dans la main droite pourrait être mis en relation avec les fonctions officielles du défunt. La découverte de sa stèle à Palmyre ne permet certes pas de tirer des conclusions absolument certaines sur un service local à Palmyre, mais une telle hypothèse semble fort probable183.

  • 184 Fishwick 1988.
  • 185 CBI, 712, avec Cumont 1926, 6 et Fishwick 1988, 351 (avec la bibliographie), qui retient cette sec (...)
  • 186 CBI, 704 et P 13, avec Chap. V p. 241 et 266 ; voir aussi Annexes 11 et 13.
  • 187 P 8, avec Chap. V p. 241 ; le texte est partiellement restitué.
  • 188 Sur la culture littéraire et la formation des centurions : Adams 1999 (cité supra n. 162).
  • 189 CBI, 702 ; voir aussi à Si’â-Seia, I 122 et à Mismiyeh-Phaena, I 123.
  • 190 L’expression ποθε devant le titre du défunt ηγεμονος βενεφικιαριος est un parallèle du quondam lat (...)
  • 191 CBI, 412 - Bücheler 1964, 555. Une datation postérieure à 212 p.C. paraît envisageable.
  • 192 CBI, 577 - Bücheler 1964, 859 ; Virgile, Énéide, 3.493 ; sur l’existence d’anthologies : Courtney (...)

70Les soldats en poste au début du iiie s. à Dura, ailleurs en Syrie et dans ces régions orientales de l’Empire, en particulier ceux qui assumaient des fonctions spéciales, dans le commandement ou au service d’un officier, devaient nécessairement avoir quelques connaissances du latin, la langue officielle de l’armée. A Dura, les rares inscriptions à caractère privé rédigées en latin sont en relation avec de tels militaires ou officiales. C’est en latin que sont rédigés les documents officiels d’archives militaires découverts sur le site, ainsi que le fameux Feriale Duranum, calendrier officiel des événements et anniversaires que les militaires devaient célébrer partout dans l’Empire. Ce document a été retrouvé dans le temple d’Artemis Azzanathkona dans lequel étaient vraisemblablement déposées les archives de la cohorte184. C’est en latin encore que les bénéficiaires et les décurions de la cohorte se sont exprimés pour honorer Septimius Lusianias, le stratège de Dura, ainsi que son épouse Nathis et leurs quatre enfants. La tablette de bois sur laquelle a été conservée leur inscription peinte en tabella ansata était peut-être fixée à l’origine à la fresque dont la tour sud de la Porte de Palmyre a conservé les traces. Tombée, elle a pu être transportée dans la tour nord, moins fréquentée, où elle a été découverte. L’inscription et sa relation possible avec la fresque ont été mises en parallèle avec la représentation du tribun romain Iulius Terentius qui se trouve dans le Temple de Bel. Le responsable de la garnison de Dura dont le nom et le titre sont inscrits en latin à sa droite, est représenté en train d’offrir un sacrifice devant des statues. Il pourrait s’agir de représentations de trois divinités palmyréniennes ou plutôt de statues impériales, si la scène se passe comme on l’a récemment proposé pendant une cérémonie du culte impérial185. D’un côté serait célébré le chef militaire du poste et de l’autre le stratège, un dignitaire local dont le gentilice évoque celui de Septime Sévère, mais dont le nom et ceux des siens, Nathis, Lusianias, Mecannaeas, Apollofanes et Thiridates, révèlent une origine sémitique et grecque. L’emploi du latin ou de l’écriture latine dans l’inscription des bénéficiaires, comme dans la fresque du tribun, s’explique par le caractère officiel de la cérémonie religieuse, le contexte militaire s’exprimant par la présence des signa et par les vêtements militaires des personnages. Le stratège n’était pas le supérieur hiérarchique des bénéficiaires, mais l’une des personnalités locales avec lesquelles ils devaient collaborer. Les relations que les bénéficiaires du tribun entretenaient avec lui pourraient en quelque sorte rappeler celles du bénéficiaire Q. Munatius Marinus et de L. Iulius Agrippa, un personnage bien connu à Apamée vers 116/117 p.C., ou celles qui ont été établies entre le stratège de l’Heptakomie et le bénéficiaire Ulpius Malchus, détaché de l’officium du préfet d’Égypte dans cette région, au début du iie s. p.C.186 L’agenda du stratège conservé sur un papyrus d’Éléphantine daté de 232 p.C. montre un autre exemple de collaboration entre un bénéficiaire et un stratège en Égypte. Le contexte dans lequel se situe ce document égyptien n’est peut-être pas si éloigné de celui que nous venons d’évoquer à Dura, dont il est plus ou moins contemporain. Rappelons qu’il y est question d’une célébration du culte impérial en l’honneur de Sévère Alexandre dans l’organisation de laquelle s’associaient les autorités civiles et les militaires en poste dans la région, un tribun de cohorte, des centurions ( ?), un bénéficiaire et des énarques ou magistrats locaux187. Si les connaissances linguistiques des bénéficiaires comme celles de l’ensemble des autres soldats au service des bureaux sont généralement plus développées que celles de la moyenne des simples soldats, la poésie, elle, n’a guère laissé de traces dans leurs inscriptions. Les rares textes versifiés dus à bénéficiaire révèlent une métrique peu académique et ne permettent guère de tirer de réelles conclusions sur la culture littéraire de ces officiales188. Une inscription en hexamètres dactyliques grecs provenant du Djebel Druze en Syrie, une région qui a livré plusieurs témoignages de bénéficiaires, célèbre la mémoire d’un bénéficiaire décédé pendant son service dans l’officium d’un gouverneur de Syrie-Phénicie. Ce détail situe le document après 194 p.C., date de la création de la province189. Le défunt est présenté comme le petit-fils d’un certain Tiro, peut-être un militaire comme pourrait le suggérer son nom. Les exigences du mètre expliquent que dans l’expression ηγεμονος βενεφικιαριος le titre du supérieur soit placé avant celui de bénéficiaire190. Dans une inscription où il commémore sa jeune épouse Aurelia Marcellina décédée lors d’un accouchement, Iulius Victorinus, bénéficiaire du gouverneur de Pannonie Inférieure, laisse épancher sa tristesse avec le père de la défunte, un homme d’origine thrace dont le nom figure sur l’un des côtés du sarcophage. Le texte, versifié partiellement seulement, a pu être recopié et adapté à partir d’un modèle191. L’inscription métrique aux lontaines résonances vergiliennes – elle comprend deux hexamètres débutant par la formule uiuite felices – que le bénéficiaire Aurelius Marinus érige à Viminacium, où il devait être en service, ne permet pas de dire qu’il était un lecteur de l’Énéide ou des classiques de la littérature latine. La formule est en effet relativement commune, et plusieurs imperfections dans le texte permettent même de penser que ce militaire vraisemblablement d’origine orientale ne connaissait qu’imparfaitement le latin192.

71Alphabétisés et au bénéfice d’une certaine instruction, les bénéficiaires étaient en majeure partie des citoyens romains, souvent issus de familles de militaires ou d’un milieu d’anciens militaires intégrés à l’occasion dans l’élite municipale. Pour autant que l’on puisse se fier à l’enseignement de leurs monuments inscrits et des papyrus, ils jouissaient dans l’ensemble d’une situation socio-économique relativement confortable. Recrutés le plus souvent localement, dès le milieu du iie s. p.C., la plupart d’entre eux restait durant leur temps de service dans la même province et dans les mêmes fonctions (ou du moins dans des fonctions d’officiales). Bien que l’on en connaisse quelques exemples ici ou là, une promotion au centurionat ou l’entrée dans l’ordre équestre devait représenter des ambitions peu réalistes pour les bénéficiaires en poste dans les provinces. Ces militaires bureaucrates qui vivaient pour la plupart en dehors des camps semblent avoir toujours maintenu de solides attaches avec leur famille, ainsi qu’avec les autorités et la population locales, dans les cités ou capitales où ils se trouvaient. Un nombre non négligeable de ceux qui nous sont connus ont assumé des responsabilités municipales ou religieuses dans leur cité d’origine ou dans les communautés où ils s’étaient établis, généralement au moment de leur retraite, parfois même pendant leur service, parallèlement à leurs activités de bénéficiaires. Les bénéficiaires prenaient plaisir à rappeler publiquement, sur leurs monuments, qu’ils gravitaient dans les cercle des sénateurs et des équestres, associant leur propre nom au titre du supérieur. Certains soulignaient même la familiarité qui les unissait à leur supérieur (parfois qualifié de patronus, en Afrique du Nord par exemple), en mentionnant son nom, ou même celui de son épouse. Leurs inscriptions semblent montrer que les bénéficiaires des gouverneurs (et des procurateurs) restaient relativement distants de la vie du camp et des soldats de combat, mais qu’ils entretenaient des contacts personnels et souvent amicaux avec leurs collègues bénéficiaires et les autres officiales, avec lesquels certains avaient noué des liens familiaux. Le sentiment associatif et collégial qui se développe chez eux ainsi qu’au sein des officiales permet de comprendre comment ces employés subalternes, parfois proches des notables locaux, ont progressivement constitué un élément de stabilité de plus en plus marqué dans l’administration provinciale.

Notes

1 Saller & Shaw 1984, part. 125-133 pour une description de la méthode et p. 133 pour les explications concernant les calculs des pourcentages. Une même inscription pouvant livrer une ou plusieurs relations, les calculs sont faits sur l’ensemble des différents types de relations familiales mentionnées dans les inscriptions, et non pas sur la totalité des inscriptions. Pour une étude consacrée aux épitaphes et à leur enseignement sur l’‘epigraphic habit’ dans l’Empire romain : Meyer 1990.

2 96 % sont en service comme bénéficiaires lorsqu’ils consacrent leur monument votif, sur lesquels près de 84 % sont employés au service d’un gouverneur ; les vétérans correspondent à 3 % des dédicants, le 1 % restant correspondant aux bf promus et aux cas indéterminés. Selon nos estimations, 16,4 % des dédicants en service associent un ou plusieurs membres de leur famille, que ce soit dans leurs voeux ou comme co-dédicants.

3 CBI, p. 825 (index).

4 Voir par ex. à Charax CBI, 659 : pro salute sua et suorum, et dans le même lieu CBI, 661 : pro salute sua et filiorum ; le même dédicant élève un second autel dans la région, à Chersonnèse (et non pas à Charax comme dit dans le CBI, 660 : Annexe 1.3) : pro salute sua et filiorum.

5 CBI, 514 : le dédicant C. Iulius Frontonianus était un vétéran ancien bf cos au moment où il érige cet autel votif à Apulum. On sait grâce à un autre document d’Apulum (CBI, 515) que ce vétéran était en outre décurion de cette colonie.

6 CBI, 647, lors du détachement du bf cos Iulius Mucazenus dans une station du district de Montana, ag(ens) t(erritorio) M(ontanensium).

7 I 10. Dans sa dédicace, le bf cos a associé son épouse.

8 En Germanie : CBI, 51, en 205 p.C. et CBI, 125, en 210 p.C., à Bonn (camp lég.) et à Mayence (capitale) ; I 10, à Neustadt an der Wied, en 207 p.C. En Pannonie Supérieure : CBI, 356 à Tüskevar-Mogentiana au iiie s. (édification d’un templum). En Mésie Inférieure : CBI, 645-646 à Mihajlovgrad-Montana, fin du iie s.( ?)-début iiie s. ; voir aussi au même endroit CBI, 647 où le nom de l’épouse figure dans l’expression pro salute sua et Iuliae coniugis. Les vétérans anciens bénéficiaires : en Dacie à Apulum, capitale provinciale : CBI, 513 et 514 (avec sa femme et leur fille), à la fin du iie ou au début du iiie. En Syrie, à Baalbek-Heliopolis (capitale ?) : CBI, 698 (avec sa femme et leurs enfants), au début du iiie s.

9 Sur le mariage des soldats : Campbell 1978, 159, Campbell 1994, 151-160 ; voir aussi Wells 1998, sur les mesures prises par Auguste à ce sujet, ainsi que Wells 1997. L’emploi d’hospes pour un bénéficiaire se rencontre dans deux inscriptions funéraires de Tarragone (CBI, 842 et 843). Les termes d’hospes ou d’hospita s’emploient aussi bien par une femme pour son hospes décédé (V, 5963 ; IX, 1961 ; II, 489 - Le Roux 1982, 201 où l’hospes est un vétéran de la légion VII Gemina) que dans le cas inverse (II, 18 ; III, 2013 : le dédicant est un légionnaire, l’hospita, une jeune femme de 25 ans ; IMS, I, 52). Ces termes évoquent dans ce contexte une relation de type personnel et privé et peuvent se traduire par “concubin, concubine” (TLL, s. v., 3024, 23 et Roxan 1991, 462 à propos des compagnes des auxiliaires ; voir aussi l’exemple à Amasya en Cappadoce d’un strator du légat de la légion V Macedonica, L. Petronius Herculanus, dont l’inscription funéraire est due aux soins de sa compagne, une citoyenne au nom bien romain Ulp(ia) Secundina, hosp(ita) eius, et de leurs héritiers communs, hered(es) eorum : French 1990, 3). Dans certains cas (cf. Le Roux 1982, 346), hospes indiquerait que “le soldat jouissait de l’hospitalité, c’est-à-dire du gîte et de la pension”, et aurait “un sens technique qui souligne que le contrat incluait les frais de sépulture”.

10 CBI, 347.

11 La datation des autels du bf cos P. Aelius Clemens et de son épouse Aurelia Rufina, ainsi que celui du bf cos Iulius Mucazenus et de son épouse Iulia, qui proviennent tous du sanctuaire de Diane et d’Apollon à Montana en Mésie Inférieure, se situent sans doute vers la fin du iie ou au début du iiie (voir par ex. du même contexte Bozilova 1987, 24 (198-209 p.C.) et 19 (222-235 p.C.)) que vers le milieu du iie, même si la présence d’un bénéficiaire du gouverneur est déjà attestée à Montana en 155 p.C. : CBI, 643 (sans prénom).

12 Annexe 15.

13 Voir Annexe 7 et pour d’autres situations Annexe 10.

14 CBI, 132.

15 Par ex. CBI, 911 et I 150a.

16 Certains textes sont en effet incomplets et dans d’autres, la relation demeure indéterminée ou incertaine.

17 Les autres, les vétérans et les cas indéterminés mis à part, ont été promus à une position supérieure.

18 Sur l’ensemble des inscriptions avec mention d’une relation conjugale, les bénéficiaires décédés pendant le service correspondent à 62 %, les vétérans à 29,5 % et les soldats promus à un rang supérieur 3,8 %, les cas incertains ou indéterminés, 4,7 %. Il arrive que plusieurs désignations soient appliquées à une même personne, ce qui explique les différences entre les totaux des titres et des personnes. Les chiffres suivis d’un + indiquent les documents où une ou plusieurs autres relations familiales (enfants, parents, frère ou sœur) apparaissent à côté de la relation de type conjugal. Nous n’avons pas classé les documents en différentes sections chronologiques, considérant que la majorité du matériel du dossier se situe entre le milieu du iie et le début du iiie s. (94 %), même si ce sont dans des inscriptions funéraires qu’apparaissent les plus anciennes attestations épigraphiques de bénéficiaires.

19 Type a : 58,6 % de bf décédés pendant le service ; 29,3 % de bf décédés comme vétérans. Type b : 66 % de bf en service ; 29,8 % de bf vétérans. La proportion des bénéficiaires en service qui honorent la mémoire de leur épouse décédée l’emporte sur celle des bénéficiaires morts pendant leur service dont l’inscription funéraire a été érigée par l’épouse. Dans cette dernière situation, il faut tenir compte du fait que le bénéficiaire peut être décédé jeune, avant même d’avoir contracté une union de type conjugal. Son monument funéraire a donc été élevé par un membre de sa famille proche (parents, frère ou sœur), ou, dans des cas plus limités, par un compagnon militaire, sans lien direct avec sa famille, qui s’est chargé de la commémoration ou qui en fut chargé, par voie testamentaire ou par ses obligations d’héritier.

20 Voir à ce sujet les remarques critiques de Mann 1985 sur l’étude de Saller & Shaw citée plus haut.

21 Relations conjugales : 36,3 % de l’ensemble des relations familiales et 41,2 % des relations de la famille proche ou nucléaire, qui comprennent (cf. Saller & Shaw 1984, 132) : 1. les relations conjugales ; 2. la famille nucléaire descendante (parents envers enfants) ; 3. la famille nucléaire ascendante (enfants envers parents) ; 4. les frères et sœurs.

22 Saller & Shaw 1984, 147-155.

23 Saller & Shaw 1984, 155 : entre 34 et 40 % (dans les deux Germanies et en Bretagne) et 71 % et 76 % (en Espagne et dans la province de Norique), les résultats extrêmes mis à part : chez les equites singulares, la famille proche n’apparaît que rarement (29 %) ; les bénéficiaires de cette troupe ne se distinguent pas des autres militaires sur ce point ; en contraste, les relations familiales sont très fréquemment évoquées parmi les vétérans et l’ensemble des légionnaires de Lambèse (respectivement 86 % et 82 %).

24 Saller & Shaw 1984, 140.

25 Ibid. Dans la population militaire, le rapport b – a est de 1 pour 2 en Germanie Supérieure et dans les deux Pannonies, et de 0 pour 3 et 0 pour 7 dans les autres provinces ou régions analysées par Saller & Shaw. Parmi les soldats en service à Lambèse, le rapport observé est de 1 pour 8 (p. 141).

26 Roxan 1991.

27 Le pourcentage concernant les auxiliaires est calculé à partir des données publiées dans l’étude de Roxan mentionnée ci-dessus. Sur les 904 documents relevés et sur les 787 retenus dans son étude, R. en compte 157 avec mention d’une relation conjugale, soit 20 % (28 % chez les bénéficiaires), dont 102 de type a (65 %) et 55 seulement de type b (35 %).

28 Saller & Shaw 1984, 140.

29 Les enfants d’un bénéficiaire apparaissent dans 18,8 % des inscriptions funéraires, ou 22,7 % de la totalité des relations familiales et 26,5 % des relations nucléaires. Dans un peu plus de 40 % des inscriptions funéraires, ils sont associés à leur mère.

30 Le père et la mère d’un bénéficiaire apparaissent chacun dans près de 6 % des documents funéraires, ou dans 8,3 % de la totalité des relations familiales. Il arrive qu’ils figurent ensemble (par ex. CBI, 245 ; 252 ; 325 ; 405), parfois avec d’autres membres de la famille.

31 La mention d’un frère apparaît dans un peu plus de 10 % des inscriptions funéraires ou 15 % de l’ensemble des relations familiales. Dans la moitié des cas, le frère est aussi un militaire. Les sœurs sont moins bien représentées (respectivement 3,2 %, ou 4,5 % de la totalité des relations familiales). On les trouve parfois comme seules commémoratrices d’un frère bf décédé (par ex. CBI, 579 à Viminacium : le frère est mort pendant son service comme bf cos, à 28 ans ; CBI, 693 à Satala en Cappadoce) ou comme défunte commémorée par un frère bénéficiaire (par ex. CBI, 803 à Lambèse ; CBI, 745 : il avait organisé les funérailles de sa sœur en Afrique Proconsulaire alors qu’il se trouvait vraisemblablement en Bretagne Supérieure où il avait été recruté comme légionnaire puis promu comme bénéficiaire d’un légat ou d’un gouverneur au iiie s. ; pour trois autres bf cos d’Afrique en Bretagne : CBI, 749, 787 et peut-être 5 : Annexe 1.3). Dans 2/3 des cas, la sœur est associée à une ou plusieurs autres relations familiales : CBI, 252 et 335 ; CBI, 83 à Neuss-Nouaesium (le bf commémore le souvenir de sa sœur et de son épouse). Voir aussi CBI, 801 à Lambèse, 879 à Ravenne et CBI, 32 à Lyon.

32 Par ex. une grand-mère (ou tante ?) : CBI, 809 à Lambèse ; un oncle : CBI, 328, un cousin : CBI, 884 ; un neveu : CBI, 887. Le bénéficiaire était engagé dans l’officium d’un tribun de cohorte auxiliaire avant d’être transféré dans une légion.

33 Beaux-parents : CBI, 245. L’épouse du bf cos et ses parents étaient probablement originaires de Celeia, où il est possible, même si cela demeure incertain, qu’il l’ait rencontrée lors d’un séjour en ce lieu ; CBI, 271 à Ouilaua en Norique (voir infra n. 71 p. 303) : beaux-parents et beau-frère, décédé à 20 ans, librarius sans doute dans le même officium que le bf cos.

34 – Affranchie comme épouse ou concubine : CBI, 34 à Lyon (ancien bf proc. ; liberta) ; CBI, 476 à Salone (bf cos décédé pendant le service) ; CBI, 320 à Brigetio (ancien bf d’un légat de légion ; voir infra n. 36 p. 296) ; CBI, 952 à Rome (bf d’un préfet de cohorte des vigiles, décédé en service). – Affranchis et absence d’autre relation familiale : CBI, 600 : 2 affr. d’un ancien bf d’un gouverneur, originaire de Salone en Dalmatie, décédé à Scupi en Mésie Supérieure, où il était duumvir local ; ce vétéran n’avait semble-t-il pas d’autre famille à Scupi ; CBI, 723 à Bostra : bf du tribun semestris de la légion III Cyrenaica établie localement, décédé en service après 25 ans de service) ; CBI, 846 à Tarragone : bf, au service du gouverneur sans doute, décédé à l’âge de 62 ans ; il devait être à la retraite mais ne porte pas le titre de vétéran, ni celui de ex bf ; CBI, 840 et 841 à Tarragone : 2 bf cos décédés en service. – Couple ou famille d’affranchis : CBI, 497 à Narona en Dalmatie : couple d’affr. pour un bf, décédé pendant son service ; CBI, 831 à Mérida-Emerita Augusta : 3 affr. pour un ancien bf cos décédé ; CBI, 934 à Rome : un bf eques singularis, en service, pour son affranchi âgé de 29 ans. – Affranchis avec la famille du bf : CBI, 69 à Cologne (affranchi avec la fille d’un ancien bf cos décédé) ; CBI, 459 à Prijedor en Dalmatie : 5 affranchis avec un ancien bf cos et ses 2 fils, pour sa femme ; CBI, 334 à Sauaria en Pannonie Supérieure : ancien bf cos, uiuus fecit ; CBI, 425 près d’Aquincum : affr. pour bf cos mort en service, son père et sa fille ; CBI, 601 : Annexe 1.3 à Vinceia près de Viminacium, en Mésie Supérieure : peut-être la fille des affranchis du bf cos, décédée à l’âge de 14 ans, ou une très jeune affranchie, concubine du bf ?

35 CBI, 217 (voir Chap. IV p. 207) et I 114 : sur les bf des préfets du prétoire hors de Rome, voir par ex. CBI, 74 (IIIe s.) et Chap. III p. 101-106 ; sur les serviteurs (esclaves et affranchis) des soldats : Speidel 1992a, 342352 ; à ce propos, le décor du monument funéraire (récemment publié) d’un centurion frumentarius d’origine dace décédé à Apamée, au début du iiie s., suggère que celui-ci avait affranchi 6 esclaves durant sa vie, ou peut-être au moment de son décès : Balty & Van Rengen 1992, 28-29. L’un d’eux au moins, qui se charge d’ériger le monument, se trouvait à ses côtés.

36 CBI, 320. L’absence de gentilice pourrait peut-être suggérer que l’enfant serait né de l’union du bénéficiaire avec son affranchie, avant les réformes de Septime Sévère, alors que son père était encore en service. La mère et le fils n’étant pas forcément décédés en même temps, le monument peut être postérieur à 212 p.C. Pour le décalage entre les personnes représentées sur le relief et celles qui sont citées dans l’inscription, voir par ex. I 7b : le texte ne mentionne que le bf et sa femme, alors que deux enfants (ou esclaves ?) sont représentés sur la stèle. Il arrive aussi que les personnages représentés soient moins nombreux que ceux qui sont cités (voir par ex. la stèle de Geminius Saturninus et des siens, à Auzia : CBI, 827, et infra p. 317).

37 CBI, 836. Le titre de du supérieur n’est pas exprimé dans le texte. Mais comme il est certain que le bénéficiaire n’est pas enterré dans son lieu d’origine, il est probable qu’il ait accompli son service dans la région, soit à Tarragone dans l’officium du gouverneur, où l’on connaît d’autres bénéficiaires avec des titres comparables, sans titre du supérieur (par ex. CBI, 843, 846, 853 et 854 ; Le Roux 1982, 269-270), soit peut-être dans une station établie à Cambrils, si l’on tient compte du fait que le soldat est décédé pendant son service, même s’il s’agissait de la dernière année requise. Pour des exemples de monuments funéraires de bf érigés sur leur lieu de service ou de résidence, et non dans la région d’origine, voir parmi d’autres CBI, 681, 801, 804, I 146 etc. Sur l’emploi d’alumnus pour qualifier des enfants naturels : Rawson 1989, 178-179.

38 Voir Chap. III p. 89 n. 20 et 91.

39 CBI, 945.

40 Voir Annexes 11 et 13. Voir aussi le corniculaire promu décurion : AE, 1917/1918, 74 et 75, l’adiutor et strator eius, avec son frère a militiis, VIII, 9002, le centurion candidatus eius AE, 1917/1918, 50 etc. A ce propos : Saller 1982, passim.

41 Par ex. Annexe 11, avec CBI, 27 et CBI, 704.

42 Par ex. CBI, 703 et 711 en Syrie : voir aussi CBI, 922 à Rome, où une relation familiale entre les deux sous-officiers de la légion de Bonn n’est pas exclue, si l’on songe à une confusion entre Placidinus cognomen et Placidinius gentilice. Si la présence à Rome d’un frumentarius est tout à fait habituelle, celle d’un bénéficiaire d’un légat de la légion I, de Germanie Inférieure, décédé à Rome pendant son service, paraît plus étonnante.

43 Annexe 10. Le nombre se limite à 17 documents, si l’on tient compte des limitations mentionnées ci-dessus, soit à moins de 3 % de l’ensemble de la documentation votive.

44 Par ex. CBI, 271 (beau-père et beau-frère), 252 (père), 213 (beau-frère ?), 32 (beau-frère).

45 Sur l’origine ethnique des equites singulares : Speidel 1994b, 83 et le tableau p. 135 ; sur la place de la famille dans leurs inscriptions funéraires, en comparaison avec celle des épitaphes des camps légionnaires de Mayence, Carnuntum et Lambèse, voir les chiffres de Speidel repris par Roxan 1991, 466.

46 CBI, 934 : l’inscription funéraire figure sur le revers d’une table en calcaire, avec celle de T. Cassius Secundus, frumentarius de la légion britannique VI Victrix. Pour un homonyme également bénéficiaire du tribun des equites singulares, CBI, 942 : il s’agit de T. Aurelius Vict[orinus], originaire de Mursa en Pannonie Inférieure et décédé durant le iie s. à Rome à l’âge de 30 ans ; voir Annexe 4 et Speidel 1994a, 707 et 334.

47 CBI, 954 (iie s.).

48 I 146.

49 I 120 avec VI, 3216 - Speidel 1994b, 62-63 ; voir à ce propos notre commentaire à I 120 (Annexe 1).

50 Shaw 1984.

51 Voir par ex. CBI, 399 : le jeune Aurelius Cassianus décédé à Intercisa à l’âge de 4 ans est le fils d’Aurelius Silvanus, bf du tribun de la cohorte, et le frère de l’homonyme futur bf cos (CBI, 403 et 404 ; voir n. suivante).

52 CBI, 404 (avec CBI, 403, après 214 p.C., la légion I Adiutrix, à Brigetio, étant depuis cette date sous les ordres du gouverneur de Pannonie Inférieure) ; CBI, 405.

53 Cousins : CBI, 884 : Annexe 1.3 ; CBI, 133 (cousin et non neveu comme dit dans le CBI). Oncle : CBI, 328 à Brigetio, où était en service le bénéficiaire du légat commémorant son oncle, un ancien décurion de l’aile des Thraces. Neveu : CBI, 797 à Lambèse. Parents plus ou moins éloignés : CBI, 788 à Lambèse où un signifer commémore un parens, bf d’un tribun, décédé à l’âge de 35 ans, et CBI, 786, où un soldat commémore un compatruelis, un parent qui descend du même oncle paternel, qui était bf du préfet de la légion.

54 Sur les 39 inscriptions où il est question d’une relation familiale (ou davantage) dans l’armée, nous en relevons 9 qui mentionnent une relation de père à fils : CBI, 68 (même légion), 250, 252 (même légion, la seule dans la province), 325, 405 (fils bf cos, père ancien duplicarius de l’aile milliaire des Hémésiens), 548 (voir p. 301-302), 654 (même légion ; père resté simple soldat, fils bf du légat de la légion), 806, I 121 (père centurion). Dans la moitié des cas figure, en plus du père, un frère militaire (ou de plusieurs) : CBI, 250, 325, 548 et 640. Plusieurs documents montrent l’exemple d’un fils de bf entré dans la carrière militaire : CBI, 823 à Cherchel (eques dans l’aile des Thraces, fils d’un ancien bf du gouverneur), 427 (adiutor officii corniculariorum consularis), 548 (3 fils et frères principales), 890 (légionnaire ; voir infra n. 57), ainsi que CBI, 609, où l’un des fils est tribun. Pour des exemples de militaires dans la belle-famille : CBI, 213 (beau-frère librarius), 271 (beau-père et beau-frère), 428 (beau-père et gendre sont bf cos), 480 (beau-père primipilaris), 571 (gendre, même légion), 816 (gendre). Plusieurs de ces cas sont présentés ci-dessous.

55 La moitié des frères mentionnés sont des militaires ; en plus des cas déjà cités ci-dessus, voir par ex. : CBI, 262 (adiutor principis cos et bf cos), 568, 616, 640 (bf proc. avec frère décurion d’aile), 649, 688 (4 frères dans l’armée, un bf cos, un centurion, et deux missi honesta missione), 789, 801 (l’inscription funéraire est érigée à Lambèse, capitale provinciale et camp légionnaire, où les deux frères originaires d’Ammaedara accomplissaient leurs fonctions), 818 (3 frères militaires, l’un signifer et les 2 autres, peut-être ? (-B-), bénéficiaires d’un tribun de légion), 802 avec VIII, 3187, 808, 830 (frère décurion d’aile), 931 (bf du préfet de la Ville, avec frère soldat du prétoire), I 146 (bf de Maurétanie Césarienne en service dans les equites singulares, décédé à Rome, commémoré par ses deux frères militaires).

56 Par ex. CBI, 670 vers 120 et 121 p.C. en Macédoine ; pour un autre militaire de cette famille dans la région : IGB, IV, 2250 ; CBI, 557, iie-iiie s., à Potaissa en Dacie. L’ancien bénéficiaire et sa femme, parents d’une jeune femme morte à l’âge de 29 ans, se sont associés dans la commémoration avec leur gendre, un vétéran ancien décurion militaire, et avec leurs petits-enfants, encore trop jeunes pour entrer dans l’armée si l’on tient compte de l’âge de leur mère ; CBI, 252 ; CBI, 42 : le bf recruté dans une légion de Germanie Inférieure érige à Vienne, en Gaule, le monument funéraire de son petit-fils (nepos) décédé à l’âge de 3 ans et demi.

57 CBI, 890. L’absence d’abréviation du titre consularis suggère une datation relativement haute, de même que le recrutement de légionnaires italiens. La mention de la légion IV Flavia permet de fixer le terminus post quem en 70 p.C. Cette troupe avait probablement son siège à Singidunum en Mésie ; plusieurs bf enrôlés dans cette légion sont connus en Pannonie Inférieure, l’un d’eux vers 164 p.C. (Mirkoviç 1994a, 55). La légion VII Claudia à laquelle était rattaché le bénéficiaire a d’abord stationné en Dalmatie, puis en Mésie Supérieure, à partir de 86 p.C. environ (Wilkes 1969, 104).

58 CBI, 609. Sur la promotion du fils comme tribun et d’autres enfants de bf devenus chevaliers : Devijver 1989, 410. Pour deux fils d’un vétéran ancien bf leg. et magistrat devenus chevaliers, voir CBI, 760 (infra p. 304). L’absence du titre de vétéran chez ce bf décédé à l’âge de 72 ans après 27 ans de service s’explique par le type de formulation militauit annis XXVII b(ene)f(iciarius), qui se retrouve ailleurs dans la province, par ex. CBI, 611 (le défunt avait 75 ans et avait servi pendant 21 ans). L’expression du type ueteranus militauit.... beneficiarius est également attestée, par ex. CBI, 882 ou 831. Signalons en outre l’exemple d’un bénéficiaire qui, bien qu’à la retraite, ne porte pas le titre de vétéran : CBI, 888.

59 CBI, 252. Le gentilice du père des petits-enfants était sans doute Marius.

60 I 121 ; dans l’inscription qu’elle érige en son honneur, la cité le présente comme stationarius.

61 CBI, 427 à Vác non loin d’Aquincum (iiie s.).

62 CBI, 548. L’appartenance à la tribu Papiria confirme la possibilité d’une origine locale. Précisons toutefois que les citoyens d’Apulum étaient également inscrits dans cette tribu. Sur la place de Sarmizegetusa en Dacie : Haensch 1997a, 338 et 345-6 ; sur les praedia du consularis : III, 1633.15 - 8075 - AE, 1996, 1283.

63 Voir p. 66 et 326.

64 Cette fonction pouvait déboucher sur le poste d’ostiarius et dans certains cas sur celui de centurion : AE, 1949, 108 et Domaszewski & Dobson 19813, X.

65 CBI, 504.

66 CBI, 542 ; cette inscription connue par des copies du xvie et du xviie s., attribuée selon certains au site d’Apulum, proviendrait plus vraisemblablement du territoire de l’antique Sarmizegetusa.

67 CBI, 325 ; sur l’énoncé de leurs titres respectifs : Chap. II p. 79 n. 108.

68 P 28 et P 49 : voir infra p. 320-321 et p. 308.

69 CBI, 428 (iie-iiie s. p.C.).

70 Voir I 9 et I 133.

71 CBI, 271 ; Alföldy 1974, 161.

72 CBI, 571.

73 CBI, 480 - Diehl, 396, qui propose l. 4 le développement redd(idit spiritum). Sur le titre bf cos Pannon(iae) Super(ioris) et le détachement de bénéficiaires de Pannonie Supérieure auprès du gouverneur consulaire de Dalmatie, voir Chap. II p. 84-85.

74 CBI, 609 (cité supra p. 300 n. 54).

75 CBI, 760, dont le texte est incomplet et où seul apparaît le titre du premier fils eq(uo) pub[lic]o exorna[tus] ; VIII, 18596 : on soulignera que la mère et épouse omet de préciser le titre de vétéran et d’ancien bénéficiaire de son mari, mais indique en revanche celui de pontifex municipii Lambaesitanorum, précisant qu’elle dédie l’autel au Génie de Lamsortum pour célébrer le flaminat perpétuel de ce dernier. Sur le même personnage, voir aussi I 133.

76 CBI, 37 avec Annexe 1.3 pour une révision du texte.

77 CBI, 877 avec Annexe 1.3.

78 Voir Chap. III p. 94-101. La situation se présentait différemment dans les cohortes prétoriennes.

79 Par ex. CBI, 334, 454 : Annexe 1.3, 589 (voir chap. III p. 130 et infra p. 312), 504 et 548 (voir p. 301-302), 514 et 515, 542, 600, 603, 611, 726, 760, * I 191, Voir aussi CBI, 484, 530, 614.

80 Par ex. CBI, 671 (voir infra p. 311 n. 105), 672, 865, 872, 875, 876, 881. Nous connaissons plusieurs exemples de prétoriens issus de familles de magistrats municipaux : IX, 2772 ; V, 2079 ; III, 5606.

81 Sur la faible représentation des vétérans dans les sénats municipaux de Dacie : Ardevan 1989 et Ardevan 1994 ; en Numidie : Dupuis 1991, selon lequel seuls les 7 % de l’ensemble des vétérans connus ont assumé des charges municipales ou plus précisément le flaminat perpétuel ; Dupuis met en outre l’accent (part. p. 351-353) sur l’appartenance par la naissance de certains d’entre eux au milieu décurional ; sur les élites locales engagées dans l’armée, en particulier pour servir dans l’administration de leur province, voir déjà Nelis-Clément 1989.

82 CBI, 484 : Annexe 1.3 ; sur sa carrière et les membres de l’officium du consulaire de Dalmatie, province inermis : Nelis-Clément 1989.

83 Chez les légionnaires, la fourchette de l’âge du recrutement allait de 13 à 36 ans : Forni 1953, 135-141, si l’on est tenu en principe d’avoir 25 ans pour entrer dans l’ordo, les exceptions à ce principe sont nombreuses : de Ruggiero 1886 - II, 1526, s. v. decuriones.

84 Digeste, 50.1.21.

85 Digeste, 50.4.3 : His, qui castris operam per militiam dant, nullum municipale munus iniugi potest. Voir aussi Digeste, 3.2.2.

86 Code Théodosien, 12.1.22 (22 août 336 p.C.) : Idem A. (= Imp. Constantinus) ad Euagrium (praefectum) p (raetorio). Cum decuriones decurionumque filii deque his geniti ad diuersas militias confugiant, iubemus eos in quibuscumque officiis militantes exemptos militia restitui curiae exceptis his, qui in palatii nostri iam habentur officiis. A ce sujet, voir Épilogue.

87 Nelis-Clément 1989 et dans le même sens, Dusaniç 1996b, part. 41-51 ; sur l’interdiction légale pour les vétérans d’accéder aux honneurs sans renoncer à l’immunité des charges, avec toutefois un certain nombre d’exemples contraires : Jacques 1984, 624-635.

88 CBI, 524. Buciumi se trouve au sud-ouest de Porolissum et de Largiana, près de la frontière nord-ouest de la Dacie. On y a découvert le camp de la cohorte II Aug. Nervia Pacensis milliaria Brittonum, ainsi qu’un établissement civil, des traces de voie romaine et deux tours en pierre érigées sur le Mont Meses. La TIR, L34, 41-42, signale enfin une inscription inédite en l’honneur de Caracalla.

89 CBI, 537 ; CBI, 524 ; CBI, 540 et 541 ; CBI, 551-557 et I 101.

90 CBI, 530 et 531. Voir aussi CBI, 525-535, avec I 184 et * I 185, ainsi que l’inscription funéraire d’un vétéran (il est peu probable qu’il s’agisse d’un ancien bf cos), sur une stèle en calcaire avec représentation d’une scène de banquet funèbre : CBI, 536 : Annexe 1.2. Certains des bénéficiaires ont consacré plusieurs autels sur le même lieu, ce qui permet de penser qu’ils ont renouvelé leur séjour : voir Annexe 3.

91 CBI, 530.

92 Sur le privilège que représentait le service à proximité de son lieu de résidence ou dans sa propre province, voir par ex. P. Abinn., 19.

93 P 49, avec Chap. VI p. 275 ; sur les canalicularii : Clauss 1973a, 41-4 5 et 141-142, même si nous ne le suivons pas dans toutes ses conclusions, Gilliam 1986, 373-376 et ILS, 9074 pour un exemple de carrière ; si l’identification est correcte, le canalicularius Aurelius Alexander a été promu © fr(umentarius) à Rome : VI, 231 - ILS, 2215 et AE, 1991, 270 et 271.

94 I 117 ; sur la localisation précise de ce site antique, sur l’emplacement de l’actuel village de Bogazköy, à 1 km à l’est de la route E24 en direction d’Antalya : Mitchell 1994, 138.

95 Sur les fonctions administratives des militaires : Breeze 1974a et 1974b ; sur les militaires d’administration qui n’ont presque rien vu de l’armée : Carrié & Rousselle 1999, 664-665.

96 CBI, 666 : Annexe 1.3. Le texte n’est pas reproduit intégralement dans le CBI.

97 CBI, 641 : Annexe 1.3.

98 CBI, 633 : Annexe 1.3.

99 I 188, avec n. 181 p. 370, et Chap. IV p. 189.

100 CBI, 696. Sur le contexte de découverte de l’inscription, en remploi dans le mur d’une maison : Bean & Mitford 1970, 68-69. Le village de Kobuhlar se situe au nord-ouest de Alanya, directement sur la piste moderne qui mène de Sarapsa à Güzelbag en passant par Güney. A un ou deux km au nord du village de Kobuhlar, la route passe à travers les ruines d’un ancien établissement. Les murs de quelques maisons ont survécu à la hauteur de deux étages. On distingue une porte de ville et les restes de la partie inférieure d’un mur d’enceinte. Bien que les trois inscriptions découvertes sur ce lieu ne fournissent pas d’indication à ce sujet, Kobuhlar pourrait être mise en rapport avec Cibyra Minor. Cette région a subi beaucoup de changements administratifs, et les limites des provinces de Lycie-Pamphylie et de Cilicie ont constamment varié. Compte tenu du fait qu’il s’agit d’une épitaphe, et que le document épigraphique n’est pas daté avec précision – l’emploi de lamprotãth pour la ville de Sidè permet de dater l’inscription vers la fin du iie s. p.C., avant la constitutio Antoniniana : cf. Bean & Mitford 1970, 39 – la question du rattachement administratif de Conon à l’une ou l’autre province reste ouverte.

101 CBI, 692. Sur le titre de θεραπευθις : Robert, CRAI, 1975, 319, à propos d’une inscription de Sardes, s’appuie sur le commentaire de Habicht à propos des thérapeutes d’Asklépios à Pergame (n. 41) : “la mention des “thérapeutes” indique un groupe ou, si le mot est au singulier, l’appartenance à un groupe cultuel, que l’on pourrait appeler une association de dévots qui se mettent au service de telle ou telle divinité.” Nous devons cette référence à P. Debord. Phamainos a-t-il été θεραπευθις du culte d’Asklépios et d’Hygie dans la région où il était en service détaché ? Sur la question de l’existence possible d’une station dans cette région : Chap. IV p. 191.

102 CBI, 631 : Annexe 1.3

103 CBI, 653 : Annexe 1.3. La présence possible des tria nomina et la proposition du cognomen Oratius sont dus à une suggestion orale de P. Le Roux ; cf. aussi AE, 1991, 1370.

104 CBI, 614. Selon P. Le Roux (communication orale), il n’est pas exclu que Pompeius Lucius ait été un notable de sa cité connu dans les autres. Pour des exemples de personnages exerçant des magistratures dans plusieurs cités : Jacques 1984, 656-659.

105 III, 14416 - ILS, 7178 - ILBR, 18, avec ILBR, 19 comme parallèle pour la restitution ; III, 781 - ILS, 423 ; III, 753 - ILS, 1465 - ILBR, 20. Certaines de ces colonies ont honoré de manière comparable d’autres personnalités ou hauts fonctionnaires, leur accordant les titres honorifiques de l’ordre, sans les charger des munera. Ainsi à Ratiaria, un affranchi d’Auguste : III, 6294 - ILS, 7175 :... ornato ornamentis decurionalib(us), immunitate muner(is) public(is) concessa ab ordine col(oniae) eiusd(em)... Vers le milieu du iie s., Octavius Secundus, un primipile de la légion I Italica, autrefois bénéficiaire d’un tribun des cohortes prétoriennes, a été reçu comme décurion de plusieurs colonies, et décoré des ornements du duumvirat : CBI, 671. Sur le privilège que représentait aux yeux des autorités romaines le détachement d’un centurion ou d’un autre militaire : Chap. IV p. 177.

106 Dusaniç 1996b, 47, citant IMS, VI, 31 (primipile et préfet du camp, duumuir de Scupi) et 42.

107 CBI, 611 avec Nelis-Clément 1989, 147 et Dusaniç 1996b, 50.

108 I 121 ; III, 466 et 469 avec III, 1908 et Patsch 1902 : Chap. IV p. 187 n. 320.

109 CBI, 602 : La lecture retenue ci-dessus qui fait allusion au m(unicipium) Dard(anorum) et qui trouve un parallèle dans l’inscription de Nouae citée précédemment paraît préférable à celle de m(ontis) Dard. ou peut-être m(etallorum) Dard., même si la présence de bénéficiaires dans toute cette région autour de Novi Pazar s’explique en partie par la présence de mines : CBI, 595, 596, 569 ( ?), 605-610 ; sur les mines : Mirkoviç 1971b.

110 Voir Chap. I p. 33 et IV p. 207-208, avec les dédicaces au Génie de la colonie de Sirmium (I 75 et, en 205 p.C., I 28) et à ceux de la colonie de Sauaria (CBI, 329) ou du municipe de Neuiodunum (CBI, 279) ; voir aussi les autres dédicaces à des Génies locaux : le Génie Ciniaemus à Transaquincum (CBI, 420 au iiie s.) ; en Maurétanie Césarienne (CBI, 821 au iiie) : Geniis Satafis ; en Numidie à Vazaiui : CBI, 754 avec CBI, 753 ; CBI, 379.

111 Sur les rémunérations pour les services rendus et les éventuelles extorsions : Chap. V p. 248-249.

112 CBI, 589. Sur l’élite municipale comme “réservoir des milices équestres” : Devijver 1989, 410 ; sur les notables chevaliers : Jacques 1984, 154-157, qui souligne la difficulté de situer la promotion à l’ordre équestre.

113 CBI, 881 : Annexe 1.3 ; voir Chap. III p. 99.

114 CBI, 871.

115 CBI, 876 et Chap. III ; CBI, 672 : Annexe 1.3.

116 Sur les conditions de l’appartenance à l’ordre équestre : Demougin 1993, 236.

117 La summa honoria est fixée à 12 000 sesterces à Lambèse ; cf. Duncan-Jones 1962, 67.

118 CBI, 39 avec Speidel jun. 1995a, 376-377, photo (détail fig. 2 p. 376). Pour une représentation comparable (parme avec deux lances) par ex. sur la stèle funéraire contemporaine d’un prétorien : Franzoni 1987, 27 p. 48 Pl. XIV, 2.

119 Speidel jun. 1995a, 373-375, qui obtient ce montant en additionnant toutes les estimations des sommes perçues, le uiaticum, le salaire comme simple soldat puis comme duplicarius en sa qualité de membre de l’officium du gouverneur d’abord, avec le supplément financier ou equestris militia et les praemia militiae, lors de sa décharge rendue implicite par la mention du rappel ou euocatio, puis le salaire d’évocat et celui de centurion dans les cohortes urbaines (estimé selon Speidel entre Domitien et Septime Sévère, entre 18 000 et 36 000 sesterces).

120 Il ne fait pas de doute que tous ceux qui ont réussi à atteindre une position supérieure dans l’armée ou dans la société n’ont pas toujours insisté dans leurs inscriptions sur chacune des étapes de leur cursus. Il est fort probable par exemple que plusieurs centurions parmi ceux qui sont connus aient été d’anciens bénéficiaires promus à une position supérieure sans que nous ne le sachions, soit parce qu’ils ne l’ont pas précisé, soit parce que ceux qui ont fait faire l’inscription funéraire ou honorifique n’ont pas jugé utile de le souligner. Cela dit, le fait que l’on compte parmi les vétérans une proportion imposante de soldats qui n’ont pas dépassé le rang de bénéficiaire, comme nous l’avons montré plus haut, reflète une situation bien réelle des limites de leurs perspectives de carrière.

121 Voir Chap. IV p. 194-202, avec Annexe 15.

122 Annexe 15.

123 Selon les estimations de Duncan-Jones 1990, 177, la construction d’un temple de taille moyenne peut coûter approximativement 60 000 ou 70 000 sesterces en Afrique au iie s.

124 Voir par ex. à titre de comparaison VIII, 2554 - 18048, où les vétérans du collège des options reçoivent 6 000 sesterces de la caisse du collège le 1er janvier lors de leur retraite ; AE, 1898, 108-109 (avec VIII, 2560 ? cf. Le Bohec 1989, 76, 52 et 235 n. 369) : 3 200 sesterces.

125 CBI, 273 ; la restitution de sacellum ou sacrarium est affaiblie par la présence de templum à la ligne suivante ; peut-être sac(rum) ? Sur le site et le contexte historique : Fitz 1962, 44, 103-104 et sur les reconstructions de temples en Pannonie dans la première partie du iiie s., p. 82 ; sur le voyage de Caracalla et ses visites : Halfmann 1986, 223 et 226 ; sur le limes dans cette région : Lorincz 1980. Le caractère privé du geste n’est pas absolument certain, la formule [impendiis suis extruxerunt et] renoua(uerunt) étant largement restituée.

126 CBI, 706 et I 128 (avec Chap. V p. 265) ; sur ce type de constructions, en particulier dans cette région : Isaac 1992, 185-186. En 245 p.C., soit avant la perte du limes, les iuniores du uicus de Bitburg-Beda, sur la route entre Trèves et Cologne (XIII, 4131 - ILS, 7056), érigent à leurs frais une construction dont le type demeure mal défini : on ignore s’il s’agissait d’un fara[to]r, une sorte de pharus, de tour de guet ou turris speculatoria, comme le proposent les éditeurs du CIL, ou d’un fara[bu]r (cf. Dessau, ILS).

127 CBI, 580, avec Mirdita 1978 - AE, 1978, 702 : inscription du même site érigée par un décurion, P. Licinius Aelianus, qui refit à ses frais avec son épouse un portique détruit dans un incendie ; voir à ce propos Jacques 1990, 38. Sur l’existence possible d’une station sur ce site d’où proviennent deux inscriptions de speculatores (III, 8173 et Spomenik, 71, 513, avec Clauss 1973a, 71), ou dans la région, voir Chap. IV p. 260 et 266.

128 I 11b et par ex. pour les statues : CBI, 763 et 769 ; CBI, 646 et 645 ; objet votif en or : CBI, 318 ; en argent : I 155. Rappelons en outre qu’un certain nombre des bénéficiaires connus ont érigé à titre privé plusieurs monuments inscrits votifs ou honorifiques, en particulier lors de détachements dans une statio. Ceux qui nous sont parvenus ne représentent sans doute qu’une infime partie des autels consacrés. Sur une telle pratique plus souvent observée parmi les centurions que parmi les militaires des rangs inférieurs : Chap. I p. 40.

129 CBI, 761.

130 CBI, 35, 36, 69-71, 134, 136, 137, 313, 321, 322, 325, 384, 385, 387, 403-404, 412, 427, 428, 480, 483, 574, 587, 649, 667, 672, 676, 681, 849, 853, 892, 940, I 167. Nous n’avons relevé que deux sarcophages (les deux derniers cités) en provenance d’Italie et de Rome ; aucun en Numidie, malgré le grand nombre d’inscriptions funéraires, ou en Bretagne.

131 CBI, 621.

132 CBI, 749 : Annexe 1.3. Sur sa promotion : Chap. III p. 127. Sur le prix du mausolée : Duncan-Jones 1962, 90. Pour un autre Africain au parcours comparable : CBI, 5, ainsi qu’un ressortissant de Timgad recruté dans une légion en Bretagne où il devient bf du gouverneur : CBI, 787. On connaît en outre un autre exemple de bf d’un gouverneur de Bretagne (iie s.) rentré dans sa patrie au moment de sa retraite, dans la capitale lusitanienne de Mérida : CBI, 831.

133 Speidel jun. 1992, 102 ; autrement Alston 1994. Le salaire présumé du centurion paraît très élevé en comparaison avec les 50 000 sesterces d’un tribunus sexmenstris, aux environs de 220 p.C. (XIII, 3162 ; à ce sujet Devijver 1989, 408-409). Sur la thèse du doublement de la solde des principales duplicarii : Breeze 1971, part. 134 et Chap. II p. 64-65.

134 CBI, 819 (voir CBI, 784 et Annexe 4) ; CBI, 818 ; Duncan-Jones 1960, 90-91.

135 CBI, 212.

136 CBI, 827 et Chap. VI p. 287.

137 Veyne 1982, 189-190.

138 Sur cette question, voir par ex. Meyer 1990, 78-79 et sur les épitaphes d’Afrique du Nord en particulier, p. 82-90.

139 CBI, 937. Sa belle-sœur qui vivait probablement à Rome avait pu elle aussi épouser un prétorien, de même origine, peut-être décédé. Le port du gentilice Aurelius par toutes les personnes mentionnées dans l’inscription, l’utilisation d’un cupula pour l’inhumation de la défunte et la façon dont le prix est exprimé suggèrent une datation du iiie s. p.C. Pour l’estimation du salaire : Speidel jun. 1992, 101. Rappelons que les cohortes du prétoire à cette époque sont composées d’un grande proportion de thraces.

140 I 132 ; le patron de Timgad : VIII, 2403.1.6 Si l’on en croit Thurmond 1994, les chrétiens préféraient l’usage de colliers pour leurs esclaves, plutôt que le tatouage. Il se fonde (part. 490-493) parmi d’autres critères sur l’onomastique et estime que 22 des 37 colliers (soit près de 60 %) montrent un signe d’appartenance au christianisme ; les inscriptions figurant sur de tels colliers sont parfois identiques à celles qui étaient tatouées directement sur le corps et en particulier sur le front des esclaves fugitifs : Gustafson 1997, 93-94, qui évoque la question du tatouage des chrétiens eux-mêmes, par punition ou par choix personnel. Plusieurs soldats ou officiales sont connus parmi les propriétaires gardant leurs esclaves de cette manière (cf. Thurmond 1994, n ° 16, 19, 20, 21, 30 b7, ainsi que n ° 7 et 10) : un emeritus centurio ex offic(io) presidi[s prou(inciae) Val(eriae) Byzacenae], par exemple, un officialis praefecti annonis, un exceptor, un scriniarius, ou encore un membre de l’officium du préfet de la Ville, ex o(fficio) pr(ae)f(ecti) urb(is). Sur l’attitude des bénéficiaires par rapport aux chrétiens : Chap. V p. 220-227.

141 Six papyrus mentionnant onze bénéficiaires : Arsinoïte - Fayoum, P 2 (177 p.C.) : bf en service ; Hermoupolis, P 20 (ive s.) : bf décédé : il est question de son héritage ; Hermoupolis, P 17 avec P 22 (env. 350 p.C.) : quatre bénéficiaires en service, deux à la retraite ; Hermoupolis, P 18 (ive s.) : ancien bf ? P 69 (iiie s. p.C.) : un vétéran ; P 55 (325 p.C.) : un bénéficiaire en service est accusé avec un ancien protector de ne pas avoir payé les taxes sur ses propriétés, aussi bien sur les terrains reçus en héritage que sur les terrains acquis par la suite.

142 Digeste, 49.16.9 (i. e. Marcianus).

143 P 2 avec Lesquier 1918, 84-85 sur la cohorte en question.

144 P 69 ; selon les estimations, la production nette de 2 aroures permettait à une personne de vivre : Pestman 1990, 49 ; sur l’alimentation de la population égyptienne et la production agricole à l’époque tardive : Bagnall 1996a, 23-32 ; sur les domaines des propriétaires d’Hermoupolis : Duncan-Jones 1990, 138.

145 P 35 ; pour des homonymes (identifiables avec lui ?) : Bernand 1975, 92 ; voir aussi le centurion de légion II Traiana qui a érigé un dromos à ses frais : Musée d’Alexandrie (Inv. 21017A) ; la superficie du nome est évaluée à 413 820 aroures ou 1 140 km2 : Bagnall 1992, 137, qui s’appuie sur une analogie avec l’Oxyrhynchite où la proportion de terres cultivables équivaut à 72 %, ce qui correspondrait dans celui d’Hermopolite à 298 000 aroures ou à 270 000 aroures si l’on soustrait la surface correspondant au territoire d’Antinooupolis (c. 10 %).

146 Bowman & Rathbone 1992, 125-126.

147 P 17 : Δωροθεος βενεφικιαριος Κοπρευς Ερμειου βενεφικιαριος Βαρβαριος απο βενεφικιαριου Βη[---] τυς βενεφικιαριος Γερμανος απο βενεφικιαριου Επωνυχος απο βενεφικιαριου. Dans P 22, Βαρβαριος, figure comme βενεφικιαριος. Les propriétaires sont mentionnés par ordre alphabétique à l’intérieur de chaque entité régionale, leur nom étant suivi s’il y a lieu d’un titre ou d’une profession, de la situation par pagus, de la nature juridique de la possession (la δημοσια γη étant taxée approximativement 3 fois plus que la ιδιωτικη γη) et de la surface de la propriété. Les militaires ou officiales ne constituent qu’un pourcentage très faible de l’ensemble des propriétaires de la liste d’Hermoupolis (1,8 %), alors qu’à Antinooupolis, les officiales encore en service possèdent quelque 7,7 % des terres, les vétérans ou les héritiers d’officiales décédés possédant pour leur part 9,4 % des terres. Ces observations pourraient confirmer l’hypothèse selon laquelle Antinooupolis serait la capitale de la Thébaïde au milieu du ive s. Sur ce registre : Bagnall 1992, part. 129, et Bagnall 1996a, 66-67 et 178. Pour d’autres documents mentionnant des bénéficiaires ou anciens bénéficiaires comme propriétaires, voir aussi par ex. P 18 ou P 69.

148 P 59 ; ce nom est relativement commun en Égypte ; voir n. suivante ainsi que l’exemple du bf Aurelius Ammonius en poste à Oxyrhynchos en 295 p.C. : P 39.

149 P 55. Sur les impôts fonciers des soldats et des vétérans au ive s. : Chastagnol 1977.

150 P 61 (306 p.C.).

151 P 56 (341-400 p.C.). Selon l’Édit de Dioclétien, 29, le prix d’un esclave non qualifié, âgé de 16 à 40 ans, correspondait à 136,24 grammes d’or.

152 Isidorus porte vraisemblablement le titre d’officialis en 368 p.C. lorsqu’il apparaît aux côtés de son frère, bénéficiaire (P 28), ainsi que vers 374 p.C. (P. Lips., 34) et 375 p.C. (P. Lips., 35 : officialis ταξεως Θηβαιδος). En 377 p.C., il pourrait porter le titre de beneficiarius (P 24), titre qu’il porte ailleurs à une date indéterminée entre 375 et 379 p.C (P 32), puis à plusieurs reprises, notamment en 381 p.C. et en 382 p.C. (P 25 et P 26). Il prend sa retraite peu après cette date. A partir de 388 p.C., on le retrouve à deux reprises avec le titre d’ancien bénéficiaire (et non pas comme un ancien officialis) : ex beneficiario (P 27 et P 30). Précisons qu’on ne connaît aucune attestation sûre du titre d’officialis qui soit postérieure à celles du titre de beneficiarius, un titre qu’il porte approximativement depuis 377 p.C. si la lecture bf du P 24 est correcte, et certainement depuis 378 p.C. Sur ce personnage mis en cause à propos du détournement des 238 solidi dont il devait superviser le transport : Chap. V p. 245.

153 P 24 ; Pestman 1990, 253 ; sur les prix en Égypte romaine, voir par ex. Rathbone 1997 (avec la bibliographie), et Duncan-Jones 1990, 143-155.

154 P 25 ; Pestman 1990, 49.

155 P 26 (382 p.C.).

156 P 27 (388 p.C.) ; P 30 (389 p.C.).

157 P 28 ; sur ce texte lacunaire, voir ci-dessus et Annexe 2. Pour les détails de l’affaire, dont les phases précédentes sont évoquées dans le texte, voir le commentaire de l’édition (citée Annexe 2) p. 89-98.

158 P 6.

159 P 20. Sur les bénéficiaires qui ont été appelés à participer à des fonctions comparables à celles du praepositus chargé du dossier de la fille de l’ancien bénéficiaire : Épilogue p. 337.

160 P 20.

161 P 41.

162 Par ex. sur la culture de la plèbe en général : Horsfall 1996. Voir aussi Harris 1989 et Horsfall 1995, 229-255, qui étudie par exemple l’impact de Virgile à Rome à partir de documents non littéraires ; en dernier lieu, sur l’alphabétisation et la culture des centurions et des militaires : Adams 1999, part. 125-134.

163 Harris 1989, 253-255 et Bagnall 1996, 244 avec n. 71, s’appuyant sur les travaux de Bowman et d’Hopkins. Au iie s. dans une unité de cavalerie auxiliaires, la proportion des illettrés s’élevait à 2 sur 3. Sur l’alphabétisation de la population dans l’Empire romain en relation avec la diffusion et l’affichage, dans les provinces (capitales, cités et municipalités), des édits et rescrits impériaux et autres informations écrites : Coriat 1997, 608-109 et 617-618 ; sur la lecture de lettres aux troupes : Valette-Cagnac 1997, 210-223.

164 Végèce 2.19.

165 Balty & van Rengen 1993, 41 ; voir l’exemple de P. Aelius Crescentianus, un notarius legati in officio Iuuenalis praef(ecti) praetori(o), à l’âge de 22 ans (VIII, 2755 - ILS, 2428, iiie s. ; voir supra p. 83 n. 129).

166 I 117 (supra p. 308) ; Jones 1964, 564.

167 Daris 1964, 9 1 l. 17-18 - BGU, 696 - CPL, 118 - Select Pap., II, 401 (voir p. 122 n. 213) ; pour une liste des soldats (avec les noms des centurions) mis en retraite sous ce préfet en 157 p.C. : CBI, 733 ; sur leur origine : Gilliam 1986, 145-161. Sur les nominations de centurions ex equite romano, qui atteignaient approximativement un dixième des postes de centurions à repourvoir chaque année (évalué à environ 90) : Dobson 1972, 195 et Dobson & Breeze 1969, 110. Voir aussi Pline 6.25 et SHA, Pertinax, 1.5-6.

168 Voir Chap. V par ex. p. 224-225, 231, 238.

169 Par ex. à Salone en Dalmatie CBI, 476, où de part et d’autre de la face principale de l’autel funéraire du bf cos Q. Aemilius Rufus figurent une haste de bénéficiaire et une boîte à tablettes avec des stylets ; la signification du uolumen en revanche n’est pas univoque et ne saurait systématiquement être interprétée comme une marque de degré d’instruction. Pour d’autres monuments de bénéficiaires avec représentation d’une capsa, d’une fustis ou d’une lance : Chap. VI p. 288. Sur les portraits de beneficiarii, qui sont relativement rares sur leurs monuments : Eibl 1994, 273 n. 3, à quoi s’ajoutent au moins les trois portraits suivants : celui du bénéficiaire Hairan fils de Bôrrephâ à Palmyre, dont l’inscription funéraire est rédigée en palmyrénéen (I 125), l’inscription et la statue partiellement conservée de Sempronius Visellius cité ci-dessus (I 117) et le portrait d’Aurelius Maximianus sur sa stèle funéraire à Martigny-Forum Claudii Vallensium, avec des armes et un étendard à deux yeux (I 7b).

170 CBI, 678, 634, et 621. Pour d’autres attestations de βενεφικιαρις, par ex. : CBI, 683, 714, 715 (le même personnage écrit aussi βενεφικιαριος : CBI, 716). Voir aussi les observations et conclusions d’Adams 1999, part. 128-129, à propos des centurions. Sur le latin en Asie Mineure d’après les inscriptions : Levick 1995, part. 396-402, et dans les provinces balkaniques : Rizakis 1995, part. 380-388. Sur les épitaphes comme manifestation des obligations morales et familiales des citoyens romains : Meyer 1990, part. 78-83.

171 CBI, 655 ; des menaces de ce type sont bien connues dans la région et en Asie en général ; pour d’autres exemples dans le dossier des bénéficiaires, voir CBI, 681 et 682, avec Robert 1955, 175 n. 5, et CBI, 674, à Dinar-Apameia Kibotos.

172 CBI, 641. Pour un autre document de Kunino-Vicus Trullensium, dans la même province où le beau-père d’un bf est un φιλοκυνηγος : CBI, 637.

173 Bagnall 1996a, 231-260, analyse la question de l’emploi des langues en Égypte, montrant la place prépondérante du grec dans la province et insistant sur la distinction entre les citoyens des métropoles et les habitants des villages ; dans cette province, le grec était la langue de communication au sein de l’armée, même entre les officiers, l’usage du latin étant limité aux documents de haut niveau ; l’égyptien continuait à être parlé parmi les recrues locales. Sur l’enseignement du latin destiné aux hellénophones et sur la question du bilinguisme dans l’Égypte gréco-romaine, voir aussi Rochette 1996.

174 P 37, avec Cotton 198, 15-23 ; voir Chap. II p. 66.

175 CBI, 737 ; Bernand 1969, 300 ; CBI, 738 : l’emploi du latin pourrait s’expliquer dans ce contexte par la présence du préfet d’Égypte à ses côtés ; voir Chap. II p. 77 ; CBI, 739-741.

176 CBI, 713-720. Le caractère peu vraisemblable du titre de bénéficiaire dans un graffite de la province d’Arabie (CBI, 729) et dans celui du soldat Floronius à Pompéi (CBI, 863) nous incitent à ne pas retenir ces documents dans le dossier : Annexe 1.2 p. 374.

177 Lorsque l’on arrivait par voie fluviale, il fallait faire le tour de la citadelle pour entrer dans la ville. A l’époque romaine, Dura n’avait pas l’aspect d’une cité caravanière et ne jouait certainement pas un rôle économique imposant comme lieu de commerce et de passage de marchandises. Il semble toutefois qu’un bureau de taxation était établi à la Porte de Palmyre, où les bénéficiaires étaient postés, si l’on en croit une inscription en grec dans laquelle apparaît le terme latin porta transcrit en grec, par exemple dans l’expression τελος πωρτας (SEG, 7, 570). Sur ce poste : de Laet 1975, 336-337. Plusieurs sanctuaires se situaient le long du mur extérieur de la ville, non loin de la Porte de Palmyre.

178 Au iiie s., le commandant militaire était le tribun de la cohorte XX des Palmyréniens stationnée à Dura ; au iie s. un tribun se trouvait à la tête d’une uexillatio de cavaliers de la cohorte II Ulpia Paphlagonum equitata et d’un groupe composé, parmi d’autres, de légionnaires détachés de la IV Scythica. Sur la cohorte et plus particulièrement sur les bénéficiaires et les statores du tribun stationnés à Dura : Rostovtzeff 1929, 54-59 ; sur l’armée romaine à Dura : Gilliam 1986, 207-212 et récemment Pollart 1996. L’un des tribuns responsable de la garnison de Dura est représenté sur une fresque du iiie s. retrouvée dans le temple de Bel, alors qu’il est occupé à offrir un sacrifice. Son nom est inscrit en caractères latins, Iul. Terentius (voir CRAI, 1922, 240 ; sur ce personnage, les praepositi en charge de la garnison et la représentation figurée : Devijver 1989, 439-444).

179 Μνησθη suivi d’un nom au nominatif est très fréquent à Dura. Il s’agit d’un aoriste du subjonctif passif, à la troisième personne, qui peut se traduire par “qu’on se souvienne de”, “qu’un tel ne soit pas oublié” ou “qu’un tel soit mentionné” : cf. Cumont 1926, 351.

180 Noms sémitiques : par ex. CBI, 719 ; voir aussi le graffite sur enduit de stuc, en lettres noires minuscules et légèrement tracées, sur deux lignes, incomplet : Αυρηλιος Θημαρσας / AM[.] ETH[---] ΙΣΚ / --- : Rostovtzeff 1929, 33, R4. Le nom sémitique Taimarsu (ou Taimarsou) signifie “réconfort, consolation ; toponymes régionaux : CBI, 714 et 717 ; noms grecs : CBI, 720 et 718 ; noms latins transcrits en grec : CBI, 713, 715 et 716 ; seul gentilice en latin : CBI, 717 ; sur ce personnage voir aussi CBI, 714.

181 Sur les différentes ethniques et sur les langues parlées par les soldats romains à Dura : Millar 1993, 467-471 et Pollard 1996, part. 216-219 et pour les chiffres cités, p. 218.

182 Par ex. CBI, 713 : βενεφικιαριος τριβουνου et CBI, 718 et 719 : βενεφικιαρις τριβουνι ; I 126 : βενεφικιαριος τριβουνου.

183 I 125 ; à Intercisa : CBI, 402. Pour des parallèles, par ex. Tanabe 1986, 308, 309 etc. ; pour le stylet : CBI, 476 : supra et Chap. VI p. 286 ; sur l’usage des langues dans ce secteur et sur la mention des titres romains dans les textes sémitiques : Millar 1995, part. 405-409 ; le nom Hairan est bien attesté dans l’épigraphie locale et fut même porté au milieu du iiie s. p.C. par Septimius Hairanes, le fils du sénateur Septimius Odenathus et de sa femme Zénobie (voir par ex. Millar 1995, 414-419).

184 Fishwick 1988.

185 CBI, 712, avec Cumont 1926, 6 et Fishwick 1988, 351 (avec la bibliographie), qui retient cette seconde interprétation. Voir aussi Pollard 1996, 221.

186 CBI, 704 et P 13, avec Chap. V p. 241 et 266 ; voir aussi Annexes 11 et 13.

187 P 8, avec Chap. V p. 241 ; le texte est partiellement restitué.

188 Sur la culture littéraire et la formation des centurions : Adams 1999 (cité supra n. 162).

189 CBI, 702 ; voir aussi à Si’â-Seia, I 122 et à Mismiyeh-Phaena, I 123.

190 L’expression ποθε devant le titre du défunt ηγεμονος βενεφικιαριος est un parallèle du quondam latin qui introduit la situation militaire du soldat au moment de sa mort, et que l’on rencontre dans plusieurs inscriptions, en particulier en Pannonie, par ex. CBI, 386 et 387, 427, I 14 ; voir aussi CBI, 209 en Rhétie où il est question d’un bénéficiaire décédé alors qu’il était déjà vétéran, quondam ueteranus m. h. m. ex bf cos. Pour un autre exemple où le titre du supérieur précède celui de bénéficiaires : CBI, 652 : Annexe 1.3.

191 CBI, 412 - Bücheler 1964, 555. Une datation postérieure à 212 p.C. paraît envisageable.

192 CBI, 577 - Bücheler 1964, 859 ; Virgile, Énéide, 3.493 ; sur l’existence d’anthologies : Courtney 1995, 15.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search