Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Chapitre VI. L’esprit de corps chez les bénéficiaires

Texte intégral

1Nous avons longuement évoqué précédemment l’importance de la religion chez les bénéficiaires. Chacun d’eux manifestait par ses pratiques cultuelles sa fidélité et sa loyauté face aux dieux, à l’empereur et à ses supérieurs, partout dans la province. Isolé de ses collègues, loin du camp de l’unité et des autres officiales en poste dans la capitale, le bénéficiaire, malgré le réseau structuré que formaient les stations, cherchait à manifester son appartenance, à chaque occasion, à l’officium du gouverneur. Ce sentiment s’exprimait habituellement par la mention de son corps ou dans certains cas par celle de son affiliation à un collège militaire, notamment à partir de la fin du iie et au début du iiie s., avec la mise en place sous Septime Sévère d’une politique favorable aux collèges militaires. L’esprit de corps qui unissait les bénéficiaires d’un officium s’observe surtout dans leurs dédicaces votives, érigées dans le sanctuaire d’une station ou dans la schola de leur collège. L’expression de leur religio et le choix de leurs cultes mettent l’accent sur l’unité de gradés travaillant dans un même but, malgré leur dispersion dans la province.

1. Scholae et collèges des bénéficiaires : les exemples de Vazaivi, Sirmium, York et Potaissa

  • 1 CBI, 755. Pour un exemple comparable en Dacie, voir infra CBI, 552 (l’abréviation BB marque le plu (...)

2Plusieurs ex-voto laissent entrevoir ici et là les traces d’une organisation ou d’une structure associative. En Numidie par exemple, les bénéficiaires du gouverneur avaient leur propre schola comme le révèle un monument consacré au Génie de la schola et à Mars par Paconius Castus, bénéficiaire cons(ularis), pour célébrer avec les siens la fin de son séjour dans la station de Vazaiui, probablement au début du iiie s., ou vers la fin du iie s.1 Même si le titre du supérieur fait défaut dans certaines de leurs inscriptions, les bénéficiaires détachés dans cette station faisaient partie de l’officium du gouverneur de Numidie. Dans cette province, aucun document ne nous éclaire sur la durée d’un détachement ni ne révèle un stationnement simultané de plusieurs bénéficiaires dans le même poste. A Vazaiui, les bénéficiaires se sont succédé dans la station, comme dans la plupart des autres stations de l’Empire. Cela met en doute l’existence à cet endroit d’un bâtiment ou schola destiné à abriter les réunions d’un collège de bénéficiaires.

  • 2 En revanche, l’ensemble des principales en poste dans une garnison pouvaient se réunir dans leur s (...)
  • 3 Par ex. CBI, 63 : bf cos, emerita statione{m}, à Cologne, après un détachement (voir supra p. 161)
  • 4 I 21, I 22 et I 23. Pour d’autres exemples de bénéficiaires qui ont dédié plusieurs autels votifs, (...)
  • 5 I 47 (avec les mêmes dédicaces, dans le même ordre) ; sur le soutien de Septime Sévère face aux co (...)

3Employé dans le contexte d’une station, le terme schola des bénéficiaires n’évoque pas l’édifice en soi, mais plutôt l’organisation ou l’association des membres d’un collège dont le lieu de réunion était la schola2. L’existence d’un tel collège à Lambèse est confirmée par l’épigraphie comme nous le verrons plus loin, et le secteur dans lequel devait se trouver la schola semble avoir été localisé au cours des fouilles menées sur le site. Dans une capitale provinciale, la schola des beneficiarii offrait la possibilité à l’ensemble des bénéficiaires du gouverneur de se réunir et de se rencontrer lorsqu’ils étaient en service dans les bureaux du gouverneur ou lorsqu’ils y revenaient, à la fin d’un séjour dans une station, ou dans l’attente d’un nouveau détachement ou éventuellement d’une promotion3. L’emploi de schola dans le sens d’association se rencontre par exemple à Sirmium en relation avec un collège de centurions. Le sanctuaire de la station des bénéficiaires sur le même site a livré deux autels votifs dont la dédicace au Génie du collège évoque l’existence d’un collège des bénéficiaires du gouverneur de Pannonie Inférieure. Le premier de ces autels est consacré à IOM, au Génie de l’empereur et à celui du collège par M. Ulpius Frequentinus, un bénéficiaire du gouverneur qui a offert dans le même sanctuaire une colonne votive en 191 p.C. et un autre autel dédié à IOM et au Génie de l’empereur en 195 p.C., pour célébrer son deuxième séjour dans le poste, iterata statione4. Le second autel consacré au génie du collège à Sirmium a été offert par le bénéficiaire Sextus Aemilius Victor. Ce monument, non daté, pourrait également célébrer Septime Sévère (ou Sévère Alexandre ?) et évoquer sa politique en faveur des collèges5.

  • 6 CBI, 22 : [Genio] collegi / [---] BPBF Gordian(i). L’idée selon laquelle l’inscription célébrerait (...)
  • 7 RIB, 1049, 1279, 590 et Birley 1981, 181-182.
  • 8 Sur les remaniements vers 215 p.C. : Mann 1997a ; pour une liste d’attente, voir les candidati et (...)

4Une autre dédicace au Génie ( ?) d’un collège, celui des bénéficiaires vraisemblablement, figure sur un fragment d’inscription découvert en remploi dans les fondations de la cathédrale d’York-Eburacum, en Bretagne. Ce site, qui a abrité la résidence de la cour impériale de Septime Sévère et de Caracalla (208-211 p.C.), était le siège de la légion VI Victrix et la capitale de la Britannia Inferior depuis la division de la province. La dédicace, peut-être exposée dans les bureaux des officiales du gouverneur ou dans une chapelle ou schola située dans le complexe du praetorium, célèbrerait apparemment (son caractère fragmentaire nous invite à la prudence) la promotion d’un ou de plusieurs bénéficiaires6. Le nom placé après l’abréviation BF doit être celui d’un Gordianus, le supérieur du ou des bénéficiaires nouvellement promus, peut-être le gouverneur de la nouvelle province de Britannia Inferior, qui ne serait autre que le futur empereur Gordien7. Nous ne connaissons pas de parallèle où il serait question de la promotion simultanée d’un groupe d’officiales, mais l’existence de listes d’attente avec les noms de candidati et d’ex frumentariis pour une promotion au poste de bénéficiaire est bien attestée, notamment à Lambèse. La promotion d’un groupe de bénéficiaires à York pourrait peut-être s’expliquer dans le contexte des réaménagements administratifs et de la nouvelle répartition des légions, vers 215 p.C., suite à la division de la province8.

  • 9 CBI, 552. Cette formulation trouve plusieurs parallèles ailleurs, par ex. dans l’inscription de T. (...)
  • 10 CBI, 854 : Annexe 1. 3 ; AE, 1901, 154 - Sasel 1961, 6 n. 4.
  • 11 III, 3524 - ILS, 2375. Le nom du frumentarius suit les 20 noms des speculatores qui ont contribué (...)

5Un second exemple d’une dédicace au Génie de la schola des bénéficiaires, comparable à celle de Vazaiui, provient de Potaissa en Dacie, où était installé depuis 167-168 p.C. le camp de la légion V Macedonica. Il date de 201-202 p.C. comme l’indique l’expression BB sub Oc[t(auio)] Iulian(o), qui renvoie au gouvernement d’Octavius Iulianus, à la tête des trois Dacies. Cette expression suggère en outre que la schola ou l’association en question concernait les bénéficiaires du gouverneur de Dacie, plutôt que l’ensemble des différents types de bénéficiaires connus dans l’épigraphie de Potaissa. Le dédicant était probablement l’un des bénéficiaires du gouverneur, même si le caractère incertain de la fin du texte ne permet de s’assurer ni de son nom, ni de son titre exact9. Une schola ou un collège n’était toutefois pas systématiquement réservé à un seul type de sous-officiers. Dans les capitales en particulier, nous connaissons des exemples de collèges mixtes rassemblant différents types d’officiales employés dans les bureaux du gouverneur, parmi lesquels des beneficiarii et certains autres collègues du même officium. A Tarragone, c’est un bénéficiaire qui semble avoir dédié un autel à la triade capitoline pro salut(e) collegi strato(rum), et à Apulum, capitale des Trois Dacies, des centurions et des cornicularii s’associent pour financer la construction de la schola des speculatores, sous l’autorité du gouverneur Mevius Surus entre 205 et 207 p.C.10. A Aquincum en 228 p.C., la surveillance des travaux de réfection de la scola ( !) des speculatores des légions I et II Adiutrix est assumée (curante) par un frumentarius11.

  • 12 A Micia : CBI, 563 (fin du iie-iiie s.). Pour les règlements des collèges militaire et l’emploi de(...)
  • 13 Wollmann 1985-1986, 267, 7 (fig. 10), 268 n. 25 et 295, songe à l’existence d’une association prof (...)

6L’existence d’un collège des bénéficiaires du gouverneur de Dacie pourrait trouver un second indice avec l’expression bf cos pro se et Priscino col(lega) qui figure sur l’autel de l’un d’eux, en poste dans la station de Micia. L’emploi du terme collega dans ce contexte implique non seulement le détachement simultané de deux beneficiarii dans la station, mais peut-être aussi leur affiliation commune au collège des beneficiarii du gouverneur de la Dacie. Dans les inscriptions militaires, ce terme s’applique en effet d’une manière générale (nous y reviendrons plus loin) à des soldats de même rang et de même unité ; il sert en outre à désigner les membres d’un collège militaire comme l’atteste son emploi dans les règlements de tels collèges12. La dédicace collegio sur un autel consacré à Liber Pater par un dédicant resté anonyme et découvert parmi les monuments des bénéficiaires du gouverneur et des indigènes du lucus d’Alburnus Maior mérite aussi d’être signalée dans ce contexte, même s’il n’est pas certain qu’elle concerne le collège des bénéficiaires13.

  • 14 III, 993 - ILS, 3923, avec Lepelley 1992 ; sur les liens entre les deux provinces : Sanie 1979 et (...)
  • 15 CBI, 757 ; CBI, 783 : Annexe 1.3.
  • 16 Sur le recrutement local, voir par ex. CBI, 783, 780, I 192, 775, 776 ; Forni 1953, 221, compte 22 (...)
  • 17 CBI, 556. Il s’agit de la première attestation épigraphique d’un Saturne qualifié de Rex et de Pat (...)

7Les dédicaces au Génie de la schola des bénéficiaires qui nous sont parvenues se limitent aux deux provinces de Numidie et de Dacie. L’organisation des beneficiarii des gouverneurs étant vraisemblablement comparable dans des provinces impériales de même statut, on ne saurait y voir le signe de particularités réservées à ces deux provinces. Les liens créés entre ces deux provinces, en particulier par les échanges de forces militaires, méritent néanmoins notre attention. L’épigraphie en a conservé de nombreux témoignages, notamment dans le domaine des cultes des militaires. La dédicace au Genius Carthaginis et Genius Daciarum, à Apulum, en est une illustration14. Un soldat d’origine dace, C. Iulius Martinus, bf cos leg III Aug. prouinciae Daciae [---], figure parmi les bénéficiaires du gouverneur de Numidie en poste à Vazaiui. Ce dace enrôlé dans la légion africaine sans doute vers la fin du iie s. ou le début du iiie ne représente pas un cas d’exception, comme le montre l’exemple de C. Aelius Iulianus, un militaire originaire de Sarmizegetusa qui, recruté dans la légion africaine, devient l’un des bénéficiaires du gouverneur de Numidie, à Lambèse, à l’époque d’Élagabal ou de Sévère Alexandre15. Bien que les listes de soldats de la légion III Augusta retrouvées à Lambèse attestent un large recrutement local, les recrues étrangères ne font pas défaut parmi ces légionnaires ; les Daces y sont pour leur part très bien représentés16. L’épigraphie révèle par ailleurs qu’un certain nombre de ressortissants d’Afrique du Nord ont été recrutés dans les armées de Dacie et dans l’administration de la province. L’un d’eux, enrôlé dans la légion V Macedonica, devient bénéficiaire du légat de cette légion, sans doute vers la fin du iie s. Il est resté fidèle aux dieux de sa patrie comme le montre la base de statue qu’il dédie dans le camp de Potaissa à Saturne, rex et pater deorum, dont le culte est fortement implanté en Afrique, et à Latone17.

2. Les collèges militaires

  • 18 Digeste, 47.22.1 : Mandatis principalibus praecipitur praesidibus prouinciarum, ne patiantur esse (...)
  • 19 Domaszewski 1895, 78-95 ; Speidel 1984, 359. Pour les troupes auxiliaires, voir par ex. à Osterbur (...)

8Si l’on en croit une affirmation de Marcien, dont l’oeuvre est postérieure à la mort de Caracalla, la constitution de collèges à l’intérieur des camps serait interdite aux soldats par des mandata principalia. Cette interdiction ne semble pas avoir eu les effets attendus, à moins qu’elle n’ait concerné que les simples soldats et non pas les principales employés au service du gouverneur ou des officiers, qui pour leur part auraient joui du privilège leur donnant le droit de s’associer. La localisation de scholae dans le secteur des principia, comme l’ont montré les découvertes archéologiques dans plusieurs sites (Brigetio, Aquincum, Vindonissa, Misène etc.) pourrait appuyer une telle hypothèse18. De telles associations s’observent dans la plupart des corps de troupe, à Rome, dans les cohortes prétoriennes et les autres cohortes de Rome ainsi que chez les equites singulares, et dans les provinces, dans les troupes légionnaires et auxiliaires. Elles apparaissent de façon certaine à la fin du iie s. et sont très bien attestées dans les sources entre 200 et 250 p.C.19

  • 20 Besnier 1899, Le Bohec 1989a, 235 et 586-587 et Ausbüttel 1982, 78-84 ; pour des ex. de règlements (...)
  • 21 Speidel 1994b, 75-76. Sur la schola notariorum et la schola agentium in rebus : Sinnigen 1959.

9Les seuls règlements de collèges militaires qui nous soient parvenus proviennent tous de Lambèse, où l’on connaît en outre de nombreuses dédicaces collectives derrière lesquelles se profile l’existence d’associations d’officiales20. Sans vouloir entrer ici dans les détails d’organisation (précisés dans leurs statuts) propres à chacun de ces collèges, il ne paraît pas inutile de rappeler le contexte général dans lequel s’inscrivaient ces associations. Tous les règlements des collèges militaires commencent par une dédicace à l’empereur, le maître de l’armée, auquel des statues étaient offertes, grâce aux cotisations des membres des collèges. Ceux-ci trouvaient dans leur association une possibilité de partager et d’échanger avec leurs collègues et compagnons de service les expériences communes de la vie militaire. Ils se donnaient aussi les moyens de s’entraider en s’offrant un soutien mutuel pour faire face à toutes sortes de situations ou problèmes, financiers et autres, rencontrés dans la vie de chaque jour. Ces divers aspects (religieux, professionnels, financiers, sociaux) s’entremêlaient, sans qu’il soit possible d’en privilégier un par rapport aux autres, et sans que l’on puisse même songer à les isoler les uns des autres. L’évolution de ces collèges ou scholae aboutit à la formation de véritables unités militaires, dans l’armée du Bas-Empire, telles que la schola notariorum et la schola agentium in rebus21.

  • 22 Le soldat promu et qui devait voyager pour assumer ses nouvelles fonctions recevait du collège le (...)
  • 23 VIII, 2557 - 18050 ; sur le caractère religieux de la fonction de magister : Ausbüttel 1982, 46, 5 (...)
  • 24 I 150a et Annexe 10, avec Chap. V p. 212 ; sur le tribun et le centurion : VI, 224 ; pour un autre (...)

10Chaque collège avait sa caisse ou arca que ses membres alimentaient par leurs cotisations, en plus d’une somme de base versée à l’entrée dans leur collège. Cet argent géré par un trésorier ou quaestor servait à couvrir aussi bien les dépenses communes (dédicaces et monments votifs, statues, entretien de la schola, etc.) que les versements effectués à titre individuel aux collegae ou à leurs héritiers, lors d’une promotion susceptible d’occasionner des frais de déplacement, de la mise en retraite, ou à l’occasion du décès d’un membre du collège22. Ces collèges militaires avaient à leur tête un président ou optio, un titre qui semble correspondre à celui de magister, dans les collèges civils, et qui se rencontre aussi comme titre militaire, à plusieurs échelons de la hiérarchie (optio de la centurie, optio spei, etc.). Dans le règlement du collège des cor(nicines) de la légion III Augusta par exemple, l’optio figure en tête de la liste des membres, en sa qualité de président du collège23. On retrouve une situation comparable dans une inscription de Rome datée de 197 p.C. avec l’optio du collège des curatores des equites singulares. Cette inscription provient de la basilique du Latran sous la nef de laquelle a été mise au jour la schola de ce collège situé dans les casernes ou castra nova Seueriana. Sous les noms des empereurs apparaissent ceux du tribun des equites singulares et du centurio exercitator, tous deux connus ailleurs dans une autre inscription de Rome, ainsi que celui du princeps, sub cura Trebi Germani trib(uni) et Ael(ii) Sabiniani © ex(ercitatoris) et Iul(ii) Martiniani principis. Les 16 curatores rassemblés en un collège – on en compte un par turme – ont à leur tête un président, C. Aelius Respectus, qui porte le titre d’optio. A la fin de l’inscription figure le nom du bénéficiaire Apollonius Apollodorus, cura(m) agente Apollonio Apollodoro b(ene)f(iciario), vraisemblablement chargé par le tribun de veiller aux travaux et à la consécration de la schola. L’année suivante, en 198 p.C., le même bénéficiaire apparaît avec des collègues, parmi les héritiers d’un de leurs compagnons, un signifer originaire de Ulpia Serdica et recruté comme eques singularis24.

  • 25 III, 14137.1 - ILS, 8997 ; sur la question de l’existence de collèges déjà à l’époque d’Hadrien : (...)

11Si l’on admet que c’est en sa qualité de président du collège des speculatores qu’A. Rutilius Cilo porte le titre d’optio speculatorum, sur le monument honorifique qu’il érige à Alexandrie pour le préfet d’Égypte Q. Rammius Martialis, il convient d’envisager l’existence de telles organisations de principales dès l’époque d’Hadrien. Cela renforce l’idée selon laquelle la création des collèges ne serait pas liée aux réformes militaires de Septime Sévère25. Il est possible que cet empereur ait en fait légitimé pour mieux la contrôler une situation déjà existante ici et là, née de la volonté des militaires de former des associations d’entr’aide.

12En autorisant les militaires à s’associer dans des structures établies selon des règles précises, il les encourageait à défendre ensemble et dans l’esprit du collège les vertus militaires, la disciplina et la pietas, et à manifester leur fidélité et soumission aux empereurs en adressant leurs dédicaces au culte impérial.

  • 26 Domaszewski & Dobson 1981, 43 ; AE, 1975, 691 (17 juin 246 p.C.) ; pour un optio signifer(um) à Ap (...)
  • 27 P 49 (voir n. suivante) ; voir aussi Rankov 1994, 226 et Ott 1995, 81.
  • 28 Ευπορησεις δε ραδιως των εις Αλεξανδρειαν απο του κομιτατου εισιοντων εαν Αμμωνιανωι τωι οπτιωνι τ (...)
  • 29 Sur Theodorus : Thomasson 1972-1990, 358.114 ; Pflaum 1982, 133 ; Carrié 1998b, 106 ; l’épithète δ (...)
  • 30 Une telle signification est également attestée parmi les différents emplois du terme : OCD, s. v.
  • 31 CBI, 749 : Annexe 1.3.
  • 32 Selon le contexte, Lollianus s’adressant à la cour impériale, la signification de comitatus serait (...)

13L’épigraphie atteste l’existence de plusieurs options de principales, celui des signiferi par exemple, connu dans plusieurs documents, ou celui des écuyers du gouverneur, l’opt(io) stra[t]orum co(n)s(ularis), au iiie s. à Aquincum26. La mention d’un optio des bénéficiaires dans un papyrus de la seconde moitié du iiie s. suggère que les beneficiarii du préfet d’Égypte étaient également organisés en une association ou collège, comme les speculatores dans cette province, et comme leurs collègues bénéficiaires de Numidie, Dacie, Pannonie Inférieure, Bretagne ou des autres provinces27. Après plusieurs tentatives d’appel auprès des autorités locales, Lollianus, un écrivain public établi à Oxyrhynchos, qui réclame en vain le versement de la totalité de son salaire, décide de se plaindre directement auprès de la cour impériale. Il s’adresse donc à l’une de ses relations, lui demandant d’appuyer sa requête auprès de personnes influentes, de sorte qu’elle parvienne dans les mains des empereurs. C’est dans cette intention qu’il confie le transport de son dossier au canaliclarius Heraclammon. Lollianus propose à son correspondant de lui répondre par l’intermédiaire de ceux “qui, du comitatus, viennent à Alexandrie”28, ou par le frère du canaliclarius Heraclammon, son ami Ammonianus, l’option des bénéficiaires Αμμωνιανωι τωι οπτιωνιτων βενεφικιαριων. Selon Lollianus, ce dernier est un parent ou une relation proche (συγγενικος ων) d’un certain Theodorus, une personnalité influente de l’administration provinciale d’Égypte. Il pourrait s’agir de Claudius Theodorus, qui succéda à Ulpius Pasion comme corrector associé au préfet L. Mussius Aemilianus, vers la fin janvier ou le début février 258 p.C.29. Il semble de ce fait peu probable que cet option des bénéficiaires, qui jouit de relations sociales appréciables, ne soit qu’un simple assistant ou subordonné au service d’un des bénéficiaires, comme on en connaît ici et là dans les documents papyrologiques30. Il devait plutôt s’agir dans ce contexte d’un bénéficiaire bien placé parmi ses collègues, comme ce bénéficiaire du praeses de Bretagne, désigné comme optio praetorii puis promu princeps avec rang de centurion à la tête des bureaux du gouverneur, ou du représentant de l’ensemble des bénéficiaires du préfet répartis dans la province, choisi comme président de leur collège, tel l’optio des speculatores connu à Alexandrie31. Lollianus est intéressé par le fait que l’optio des bénéficiaires puisse servir de courrier entre son correspondant, les membres du comitatus impérial, la capitale Alexandrie et les diverses régions de la province, en particulier Oxyrhynchos où il se trouvait lui-même. Les déplacements des officiales du gouverneur dans la province étaient fréquents, et l’on peut comprendre pourquoi Lollianus a pensé à proposer les services du bénéficiaire Ammonianus à celui dont il attendait impatiemment une réponse32.

  • 33 CBI, 861 : Annexe 1.3 ; voir infra p. 277.

14Une dédicace d’Ostie sur laquelle nous allons revenir pourrait livrer une seconde attestation d’un optio des bénéficiaires, si l’on admet que c’est le titre d’[--- o] ptio-B-F que portait vers 212-214 p.C. l’un des bénéficiaires du préfet des vigiles Q. Marcius Moga33.

3. Les bénéficiaires du procurateur de lannone et du préfet des vigiles a ostie

  • 34 CBI, 859 : Annexe 1.3. La datation du début du iie s. est suggérée à la fois par l’onomatique et l (...)
  • 35 XIV, 4452 (1er mars 249 p.C.) ; voir aussi AE, 1973, 471 - IMS, II, 40 (252 p.C. ?) à Viminacium :(...)
  • 36 CBI, 859 : Annexe 1.3 ; d’un avis différent : Ott 1995, 81 et les éd. du CBI.
  • 37 XIV, 160 - ILS, 1428 ; Clauss 1973, 18 ; Pavis d’Escuriac 1976, 123 ; Meiggs 1973, 301 et 326 ; Ri (...)
  • 38 CBI, 879.

15La première manifestation d’un esprit associatif chez des bénéficiaires remonte au début du iie s. p.C., soit bien avant que n’apparaissent les premières mentions explicites et officielles de collèges de sous-officiers. A Ostie, les bénéficiaires du procurateur de l’annone se rassemblaient sous le patronage d’une personnalité locale pour former une sorte d’association comparable aux diverses corporations professionnelles connues dans le port, avec lesquelles ils étaient appelés à collaborer. Parmi les nombreux titres qui figurent dans l’inscription érigée en l’honneur de Cn. Sentius Felix par son fils, celui de patron des bénéficiaires du procurateur d’Auguste, patronus... beneficiarior(um) proc(uratoris) Aug(usti) mérite notre attention34. Sentius Felix était le patron de plusieurs associations ou corporations de métiers et de négociants dans le port d’Ostie attachés à l’approvisionnement de Rome. Parmi ces associations, soulignons celle des mensores frumentariorum Cereris Augustae qui apparaît au milieu du iiie s. sous la forme d’une corporation, sous le patronage d’un patron de la colonie d’Ostie35. Rien dans l’inscription ne laisse entendre que ces beneficiarii étaient des vétérans ; ils se distinguent en effet de l’association des ueterani Augusti dont Felix était aussi le patron36. Le procurator Augusti en question était sans doute le procurateur équestre responsable de l’annone à Ostie, comme le suggère le lieu de provenance du document. Si cela est correct, il s’agit du seul témoignage de bénéficiaires employés dans cet officium ; nous ignorons leur nombre, ainsi que le nom de l’unité de laquelle ils étaient détachés. Il est probable qu’ils aient été impliqués dans des tâches d’organisation, de gestion et de contrôle dans le port d’Ostie, sous la supervision du corniculaire responsable de l’officium37. L’officium du préfet de l’annone était lui aussi dirigé par un cornicularius, le seul membre de cet officium qui nous soit connu. Il devait être assisté de beneficiarii. Auparavant employé comme bénéficiaire des préfets du prétoire, ce corniculaire acheva sa carrière comme centurion38.

  • 39 Rotation : XIV, 4499 ; ILS, 2164 ; ILS, 9078 ; vexillation : XIV, 4380 ; Meiggs 1973, 307-308 ; Sa (...)
  • 40 CBI, 860 et 861 ; à Ostie, voir aussi CBI, 862 ; Garnsey 1983, 63.
  • 41 CBI, 860 ; sur le contexte : Meiggs 1973, 305-306 ; sur la caserne : Sablayrolles 1996, 289-310.
  • 42 CBI, 861 : Annexes 1.3 et 15, et Chap. III p. 93 ; Meiggs 1973, 306 ; Cébeillac-Gervasoni & Zevi 1 (...)
  • 43 A l’exemple d’Anatellon s’ajoute peut-être un document de Nouae, dont l’interprétation a suscité p (...)
  • 44 Sur ces corporations à Ostie : Meiggs 1973, 311-336, Pavis d’Escurac 1976, 190 et 235 ; Rickman 19 (...)

16Trois fois par an, aux ides d’avril, d’août et de décembre, un nouveau détachement de soldats des cohortes des vigiles était envoyé à Ostie pour une durée de 4 mois au terme de laquelle s’opérait la rotation. Il était placé sous la responsabilité d’un tribun et d’un praepositus uexillationis, dès 194/195 p.C.39 La caserne des vigiles, localisée et fouillée, fut construite sur le plan de la caserne des vigiles de Rome, à l’époque d’Hadrien, soit dans la période qui suit la fin des transformations du port d’Ostie40. Le préfet des vigiles était représenté localement par l’un de ses bénéficiaires comme le révèle le monument consacré par C. Valerius Myron à la Fortuna Sancta, au iie-iiie s.41 Une autre inscription provenant de la caserne, constituée de fragments dispersés aujourd’hui rassemblés, nous apprend que Q. Silvius Anatellon, un [---o] ptio-B-F, a construit sur ses fonds personnels une aedes pour le salut de Caracalla. Anatellon prend soin de citer dans son inscription les noms du préfet et du sous-préfet des vigiles, ainsi que ceux des militaires responsables du détachement ou uexillatio, parmi lesquels figurent un tribun et son corniculaire ainsi que des centurions. La petite taille des caractères de l’expression [a]edem d(e) s(uo) fecit, à la dernière ligne de l’inscription, contraste avec celle de l’ensemble du texte. Le bénéficiaire (ou option des bénéficiaires) a mis en évidence la dédicace à l’empereur et les noms et titres des militaires qu’il associe aux voeux émis, plutôt que l’aedes en soi. Il est possible qu’il s’agisse d’une construction aux dimensions relativement réduites, peut-être en relation avec la chapelle du culte impérial située à l’extrémité occidentale de la cour, devant les cinq pièces réservées sans doute aux officiers, où cinq petites bases dédiées à des empereurs ont été mises au jour42. L’épigraphie d’Ostie livre plusieurs exemples d’options côtoyant des centurions dans les détachements des cohortes des vigiles. Comme l’Égyptien Ammonianus, Anatellon fut peut-être désigné comme président ou optio des beneficiarii associés en un collège, ou comme le premier des bénéficiaires du préfet des vigiles, sur une liste d’attente en vue d’une promotion43. Dans les deux cas, ce titre semble impliquer l’existence d’une certaine forme d’association au sein des bénéficiaires de cet officium. Le choix d’un patron civil local (autre que leur supérieur hiérarchique) par les beneficiarii du procurateur de l’annone, à Ostie, et leur volonté de s’associer, n’étaient pas étrangers aux pratiques des corporations civiles avec lesquelles ils entretenaient de manière suivie des contacts professionnels44.

4. Les bénéficiaires du gouverneur de Germanie Supérieure : association et esprit de corps

  • 45 CBI, 118.
  • 46 Rappelons à ce propos la découverte dans la partie civile de Mayence de trois autels de bf consacr (...)

17La base de statue érigée dans la capitale de la Germanie Supérieure par les bénéficiaires du gouverneur Claudius Aelius Pollio (218-219 p.C.), en son honneur, révèle bien l’esprit associatif qui unissait ces militaires au sein de l’officium45. Cette manifestation collective devait rassembler sous le titre de-BB-FF- COS G(ermaniae) S(uperioris) ceux d’entre eux qui étaient restés en fonction dans la capitale et ceux qui étaient temporairement en service détaché dans la provice. La confrontation de ce document avec d’autres dédicaces collectives comparables, celles de Lambèse notamment, pose la question de l’existence d’une association de type collégial derrière la mise en place de tels monuments et l’offrande de statues, les dépenses occasionnées étant assumées par des fonds communs. En dépit de l’absence de témoignages explicites, il n’est pas exclu qu’à Mayence, comme à Lambèse ou ailleurs, les bénéficiaires du gouverneur, seuls ou associés à d’autres officiales, aient eu l’occasion de se rassembler en un collège, dans une schola46.

  • 47 CBI, 96 (181 p.C.) ; sur les questions relatives à la localisation de ce poste, voir Chap. IV p. 1 (...)
  • 48 CBI, 98 ; la triade en question est invoquée dans un quart des inscriptions votives des bf de Germ (...)

18Deux autres monuments votifs, offerts en 181 p.C. et en 231 p.C. dans des stations différentes, en Germanie Supérieure, évoquent également l’esprit de corps des bénéficiaires de l’officium du gouverneur. Le premier commémore la restauration d’un temple, vraisemblablement sur l’espace sacré d’une station située sur la route fortifiée du Rhin, dans la région d’Altrip, au sud de Mayence47. Il est consacré à la Domus Diuina, au Génie des bénéficiaires du gouverneur, ainsi qu’au Génie du lieu et à la Concorde des stations. Le second est dédié le 23 décembre 231 p.C. à IOM, Junon Reine et au Génie du lieu, la triade ordinairement invoquée par les bf cos de la province, ainsi qu’à la Concorde des bénéficiaires de Germanie Supérieure, représentée sous la forme évocatrice de deux personnages en toge se serrant la main doite48. La mention d’une concorde ou “bonne entente” entre les diverses stations de bénéficiaires formant un réseau de contacts au sein de la province rejoint directement les observations que nous avons tenté de mettre en lumière précédemment.

  • 49 I 9.
  • 50 CBI, 125, en 210 p.C., Tib. Iustinius Titianus, bf leg leg. C’est peut-être le même homme, origina (...)
  • 51 CBI, 131.
  • 52 I 9. D’autres autels de bénéficiaires ont été dédiés un 1er août, date de l’anniversaire de Claude (...)
  • 53 I 107.

19A Mayence, capitale provinciale et siège de la légion XXII Primigenia, une base de la fin du iie ou de la première moitié du iiie s. dédiée à la Domus Diuina et à Mercure commémore une fondation privée instaurée par un certain Amatorius Peregrinus en faveur des bénéficiaires de l’officium du légat de légion49. Le culte de Mercure est bien attesté à Mayence en général, en particulier chez les bénéficiaires50. L’un des bénéficiaires du gouverneur l’associe à la Domus Diuina, sur son autel commémorant la restauration d’un sanctuaire51. Le montant de 1 000 deniers (ou 4 000 sesterces) donné par le vétéran Amatorius Peregrinus afin que le 1er août de chaque année, sur les intérêts, des sportules soient versées aux bénéficiaires du légat de la légion, représente une somme relativement importante pour un sous-officier. Si l’on admet l’existence de classes salariales parmi les militaires de rang inférieur au centurionat, et si l’on en croit les estimations de salaires récemment proposées, cette somme correspondrait approximativement, à l’époque de Septime Sévère, à une moyenne entre le salaire annuel d’un soldat légionnaire sesquiplicarius (3 600 sesterces) et celui d’un duplicarius (4 800 sesterces). Sous Caracalla, elle équivaudrait à un peu plus plus de moitié du salaire annuel d’un légionnaire recevant une double solde (7 200 sesterces)52. Peregrinus ne précise pas dans le texte de son inscription les détails de l’organisation ; il ne cite pas les noms des personnes impliquées dans la gestion de la fondation. On n’y décèle aucune allusion à une éventuelle affiliation à un collège et rien n’autorise a priori à penser que la somme en question proviendrait de la contribution qu’un collège devait verser à ses membres au moment de la retraite, et de montant fixé par son règlement. Il n’en demeure pas moins que son geste envers ceux qui vraisemblablement furent ses anciens collègues bénéficiaires, au moment où il prend sa retraite ou pendant celle-ci, illustre les liens privilégiés de camaraderie et l’esprit qui rassemblaient les bénéficiaires d’un même officium – celui du légat de la légion dans le cas précis –, et qui se prolongent même au delà du temps de service, comme le montrent les inscriptions des deux ex beneficiariis s’adressant à leur collège à Lambèse53.

5. Les bénéficiaires de Numidie : associations et collèges militaires

  • 54 CBI, 783 et 784 : Annexes 1.3 ; voir aussi Annexe 10.
  • 55 VIII, 2554 et 18048 : optio (sur ce terme, voir supra n. 23) paraît être employé dans ce contexte (...)
  • 56 AE, 1899, 60 - ILS, 9099 - Le Bohec 1989, 133.
  • 57 CBI, 784 : Annexe 1.3 (cf. aussi Annexe 4) ; le dernier des bf cos cités dans la liste semble iden (...)
  • 58 I 133 avec CBI, 760 et Annexe 4, ainsi que I 134 ; sur le contexte : Janon 1977, part. 709 et 711. (...)

20Le phénomène associatif que nous venons d’observer à la lumière des pratiques cultuelles des bénéficiaires de Numidie, Dacie, Pannonie Inférieure, Germanie Supérieure et peut-être de Bretagne se rencontre aussi chez d’autres sous-officiers (cornicularii, speculatores, optiones, mensores, signiferi, uexillarii etc.). Plusieurs d’entre eux étaient également organisés en collèges militaires. A Lambèse, où l’existence de tels collèges est clairement confirmée, nous venons de le voir, par la découverte de leurs règlements et par la mention du terme collegium dans l’épigraphie locale, il a même été possible de localiser le quartier des scholae à quelque 150 m à l’est du temple d’Esculape, situé contre le mur sud du camp primitif, et à proximité duquel a été dégagé un complexe thermal. Les fouilles ont en effet fait connaître sur cet emplacement une série de petits chapelles à absides ou scholae des collèges des sous-officiers employés dans l’officium du gouverneur, qui se distinguent des scholae établies dans les principia du Grand Camp. Les dédicants des inscriptions trouvées dans ce secteur sont essentiellement des gouverneurs et des militaires, en activité ou à la retraite. C’est du même secteur que proviennent les deux longues listes des officiales qui s’étaient associés à l’époque des Sévères pour dédier des statues en or, qui imagines sacras aureas fecerunt, comme il est précisé dans celle qui est intégralement préservée54. L’évocation de telles statues rappelle le début du règlement du collège des options où il est question des dépenses très importantes occasionnées par l’achat de statues et de sculptures ou imagines de la Domus Diuina, susceptibles d’être déposées dans leur schola à Lambèse55. La mention d’un trésorier – le titre de quaestor figure à côté du nom de l’un des 30 bf cos, Q. Iulius Catulus – fait penser que les officiales en question, comme les officiales du préfet Aelius Saturninus56, sous Septime Sévère, formaient une association structurée de type collégial. Parmi les 50 dédicants figurent, en plus du trésorier déjà cité, un prêtre ou haruspex ainsi qu’un centurion, responsable de l’organisation et de la mise en place de la dédicace, cura(m) agente C. Memmio Victore © leg(ionis) III Aug(ustae). Il s’agissait peut-être du princeps à la tête de l’officium. Les autres officiales sont classés par ordre hiérarchique décroissant : 2 cornicularii, 2 commentarienses (l’un d’eux est rattaché à l’officium d’un tribun et non du gouverneur), 4 speculatores, 30 beneficiarii du gouverneur, 5 quaestionarii, et, au bas de la liste, 5 bénéficiaires du tribun sexmestris, juste avant l’haruspex et le centurio. Plusieurs types d’officiales rattachés à l’officium du gouverneur ne figurent pas dans cette liste mais apparaissent dans la seconde, comparable à celle-ci. Incomplète dans sa partie supérieure, elle débute par la mention de 4 speculatores et des 30 bénéficiaires du gouverneur. Suivent les titres et noms de militaires absents dans la première liste, 6 candidati en attente d’une uacatio et 5 ex frumentariis, également en attente d’une promotion, ou peut-être d’une nouvelle affectation. Viennent enfin, comme dans la liste précédente, les 5 quaestionarii puis les 5 bf du tribun sexmestris et un haruspex chargé d’assister le sacrifiant dans son acte de divination. Soulignons l’absence du quaestor et du centurion cités à la fin de l’autre inscription. Peut-être figuraient-il en tête du texte, dans la partie perdue ?57 C’est également de ce secteur que proviennent deux inscriptions de publication (en 1954) restée relativement confidentielle érigées à l’adresse de leur collège par deux bénéficiaires à la retraite ou peut-être au moment de leur mise en congé. L’un d’eux, Hostilius Felix, pourrait bien être le même personnage que l’homonyme ancien bf leg(ati) entré dans la carrière municipale à Lambèse. Ce père de deux chevaliers, comme il le souligne lui-même, consacre au moment de sa retraite un autel à la Fortuna Redux des Augustes, à Henchir Mafouna-Lamsortum, d’où son épouse est originaire58.

  • 59 CBI, 770 avec Annexe 11. Sur la restitution : AE, 1905, 241 : Mineruae et/ Genio imm(unium) / sacr (...)
  • 60 AE, 1898, 108-109 - ILS, 9100 - Le Bohec 1989a, 76, 52 et 235 n. 369 - Campbell 1994, 138-139 n ° (...)
  • 61 CBI, 762 et 768 ; CBI, 764 (vers 217) ; pour un exemple de quaestionarius promu bf : CBI, 821 en M (...)

21L’existence d’un collège de bénéficiaires apparaît aussi dans une dédicace aux empereurs célébrant la désignation au consulat du gouverneur Q. Anicius Faustus, en 198 p.C. Si la restitution col(legium) i [mmunium et] bf est correcte, les dédicants appartenaient à un collège mixte composé d’immunes et de bénéficiaires. La forme de la pierre en arc de cercle, ou plus précisément des trois blocs de pierre qui composent l’inscription, rappelle celle de l’abside des scholae dans laquelle la dédicace était placée59. L’épigraphie locale fait connaître d’autres exemples de principales associés sous la forme d’un collège mixte, tel celui des employés du tabularium de la légion (cornicularius, actarius, avec des librarii et des exacti), dont le règlement a été conservé. La même association des soldats du tabularium (avec peut-être un bénéficiaire ?) se retrouve sur un monument érigé pour célébrer le retour d’une expeditio felicissima Mesopotamica60. La mention d’un trésorier (quaestor) ou d’une caisse commune (arca) dans les deux dédicaces collectives offertes par l’ensemble des bénéficiaires du gouverneur en l’honneur de leur supérieur, M. Aurelius Cominius Cassianus (246-247 p.C.), ou par l’ensemble des speculatores, beneficiarii et quaestionarii, suggère l’existence d’une organisation de type collégial61.

  • 62 VIII, 2601 (il fait un don à la schola) ; voir aussi VIII, 2636 : Marti et Mineruae Aug(ustis) sac (...)
  • 63 A Lambèse : CRAI, 1954, 273 ; pour des dédicaces privées de stratores pour le gouverneur ou sa fam (...)
  • 64 A Lambèse, voir par ex. CBI, 763 à 766. Pour une dédicace privée : CBI, 851 ; Annexe 11. Voir auss (...)
  • 65 Les speculatores et frumentarii en relation avec des stations : Clauss 1973a, 63-65, 71-73 et 98-1 (...)
  • 66 Domaszewski 1902, passim ; on s’étonne toutefois que dans de telles conditions, ils se présentent (...)
  • 67 Austin & Rankov 1995 ; Ezov 1996.
  • 68 Associations de speculatores, cornicularii et commentarienses : Carnuntum (212 p.C.) : III, 4452 - (...)
  • 69 A Apulum : Diaconescu & Piso 1993, 72-73 ; monument funéraire du speculator, à Viminacium : III, 1 (...)
  • 70 CBI, 517 et 518 : Annexe 1.3. Le second document provient de l’une des salles octogonales de l’édi (...)
  • 71 CBI, 130.

22Les speculatores avaient leur schola à Lambèse comme l’atteste la dédicace de l’un d’eux au Genius scholae suae62, et les stratores se regroupaient eux aussi vraisemblablement en un collège, ici comme dans d’autres capitales provinciales. Si le monument votif de Tarragone consacré à la triade capitoline pro salute collegio ( !) stratorum a effectivement été offert, comme nous le pensons, par l’un des bénéficiaires de la légion VII Gemina en poste dans la capitale, il met en évidence les relations qui existaient entre le gouverneur et les divers membres de son officium63. Les speculatores étaient souvent en contact avec des beneficiarii du gouverneur, dans l’exercice de leurs fonctions, et leur association dans des dédicaces collective est directement attestée à Lambèse64. Avec les frumentarii et les bénéficiaires des gouverneurs, les speculatores partageaient la haste dite des bénéficiaires, symbole de leur pouvoir de représentation, qu’ils emportaient avec eux dans leurs voyages. Les speculatores étaient amenés à séjourner dans des stations au cours de leurs déplacements, dans la province ou dans l’Empire65. Les rares monuments qu’ils dédient au Génie d’une station ou qu’ils érigent dans un site connu pour avoir abrité une station de bénéficiaire pourraient aussi s’expliquer par une volonté de célébrer une récente promotion de bénéficiaire à speculator, au terme d’un stationnement66. Dans les provinces et dans l’Empire en général, les communications et la circulation de l’information entre Rome et les gouverneurs d’une part, entre ces derniers, les commandants militaires et les autorités des cités, de l’autre, nécessitaient les déplacements de courriers et d’officiales (frumentarii ou centuriones frumentarii, stratores, singulares, beneficiarii, exploratores67, speculatores), entre les stations, cités, camps et capitales. La présence de speculatores est attestée dans un certain nombre de capitales provinciales (Cologne, Mayence, Lyon, Salone, Carnuntum, Aquincum, Viminacium, Apulum, Tomis, Alexandrie, Tarragone et Lambèse) ; il arrive qu’ils y consacrent des dédicaces collectives avec d’autres officiales, les cornicularii et les commentarienses par exemple, comme le montrent des documents de Carnuntum, d’Apulum et de Tarragone68. A Apulum, la schola des speculatores serait localisée, selon les spécialistes, dans le contexte du praetorium du gouverneur, non loin des écuries occupées par les chevaux de ses divers courriers, stratores ou equites. Les speculatores utilisaient des chevaux dans leurs déplacements ; cela s’observe dans la représentation du speculator L. Blassius Nigellio, en voyage dans sa voiture tirée par trois chevaux, avec sa haste à deux yeux69. La schola du collège des bénéficiaires du gouverneur devait se situer dans ce même secteur d’Apulum, capitale des Trois Dacies, comme le suggère la découverte en ce lieu d’inscriptions de ses bénéficiaires et peut-être d’un bénéficiaire d’un legatus praetor(ius)70. D’autres officiales ont érigé des monuments dans ce secteur, notamment un librarius du gouverneur, un superiumentarius, et non loin de là, des exceptores du gouverneur. Les écuyers du gouverneur entretenaient des relations étroites, dans l’exercice de leurs fonctions, avec les autres soldats de l’officium également appelés à se déplacer, dans la province et ailleurs (speculatores, frumentarii et beneficiarii), et dont les quartiers et lieux de rassemblement étaient situés à Apulum dans un secteur commun, à proximité des écuries et des bureaux du gouverneur. Il en allait probablement de même dans les autres capitales. Rappelons à ce propos la dédicace au Genius catabuli cos, unique en son genre, qui figure sur l’autel d’un bénéficiaire de Germanie Supérieure, retrouvé in situ avec deux autres autels de bénéficiaires71.

  • 72 Officium du tribun laticlave, à Lambèse : CBI, 769 : Annexe 1.3 ; CBI, 767 : Annexe 1.3 ; pour l’a (...)

23Les associations d’officiales, qu’elles aient ou non la forme officielle d’un collège, sont habituellement constituées de militaires employés dans le même officium, même s’il arrive, nous l’avons vu dans l’une des listes de Lambèse, que d’autres militaires également chargés de fonctions administratives, tels les cinq bénéficiaires du tribun sexmestris et sans doute son commentariensis, se joignent à eux. Les bénéficiaires et les autres officiales des gouverneurs n’étaient pas les seuls à manifester une volonté associative. A Lambèse en 198 p.C., les 12 bénéficiaires et le corniculaire d’un tribun laticlave s’associent au gouverneur de la province Q. Anicius Faustus pour célébrer sa nomination au consulat et pour honorer les empereurs. Leur dédicace s’inscrit dans des circonstances identiques à celle du collège des immunes et des bénéficiaires mentionnée ci-dessus. La mention d’une caisse commune (ex arca sua) suggère l’existence d’une organisation de type collégial. La dédicace inscrite sur la base d’une statue de bronze offerte en l’honneur du tribun laticlave Taurus, par les membres de son officium, c’est-à-dire ses bénéficiaires et son corniculaire, révèle un autre exemple de leur esprit associatif. A Vienne-Vindobona, en 249 p.C., les bénéficiaires et le corniculaire de l’officium d’un tribun légionnaire se sont aussi associés pour ériger un monument votif à la Fortuna Conseruatrix et au Génie du lieu, en l’honneur de leur supérieur. L’inscription, partiellement conservée, n’apporte aucune précision sur leur type d’association, ni sur un éventuel collège des membres de l’officium d’un tribun72.

  • 73 Tite Live 8.6.15 : milites militibus, centurionibus centuriones, tribuni tribunis compares collega (...)
  • 74 Sur le collège des stratores à Tarragone : supra p. 282 ; II, 4143 - ILS, 2373 - RIT, 205 (cité su (...)
  • 75 I 149 ; CBI, 711.
  • 76 CBI, 703 ; les autres bf décédés à Apamée : CBI, 705 et I 157 : Annexe 1. Sur les activités funéra (...)

24Ces observations sur l’esprit collégial des bénéficiaires et des autres principales nous invitent à revenir sur l’emploi de collega et sur sa signification, en particulier dans les dédicaces collectives ou dans les inscriptions funéraires de militaires, lorsque l’on songe aux règles de solidarité entre les membres d’un collège. Le terme collega exprime-t-il simplement la similitude de grade ou de rang entre deux soldats, ou peut-il aussi signaler dans certains contextes une appartenance à un collège, funéraire ou militaire, comme lorsqu’il figure dans les règlements des collèges de Lambèse73 ? Cette question a déjà été évoquée plus haut en relation avec l’inscription votive d’un bénéficiaire du gouverneur en poste à Micia, dans une province où l’existence d’un collège des bénéficiaires du gouverneur est attestée de manière explicite. A Tarragone, où l’organisation collégiale d’officiales du gouverneur (en particulier de ses stratores) est clairement attestée, l’expression collegae eius dans une inscription funéraire érigée par un ensemble de speculatores pour l’un des leurs pourrait suggérer une affiliation à un collège74. Le terme de collega apparaît aussi à plusieurs reprises en relation avec les bénéficiaires d’un tribun. A Rome, par exemple, dans la seconde moitié du iie s., l’héritier d’un bénéficiaire d’un tribun de la ixe cohorte prétorienne érige un monument à la mémoire de son ami et collega, un soldat d’origine espagnole, et en Syrie, en 243 p.C., le bénéficiaire Aelius Valerianus, mort en service alors qu’il participait avec sa troupe à la campagne parthique de Gordien, est commémoré par son secundus heres et collega, bénéficiaire comme lui dans l’officium d’un tribun de la légion I Adiutrix75. L’emploi de collega dans ce contexte révèlerait-t-il, au delà de liens amicaux entre soldats, une relation formelle régie par les lois d’un collège ? Une telle question se pose également pour une autre inscription funéraire de Syrie. Le défunt, dont ni le nom ni le titre n’ont été conservés, était originaire de Sauaria en Pannonie Supérieure, comme son collega, municeps et domi contubernalis, qu’il avait désigné comme exécuteur testamentaire. L’emploi de collega implique qu’il s’agissait dans le cas précis de deux militaires employés comme bénéficiaires d’un tribun légionnaire. Ils étaient rattachés sans doute à la légion II Parthica, comme deux autres bénéficiaires connus au même endroit, à Apamée. Cette troupe engagée dans la guerre contre les Parthes y tint ses quartiers d’hiver dans la première moitié du iiie s. Le terme collega marquerait-il en outre leur appartenance à un même collège militaire, les beneficiarii constituant à eux seuls la presque totalité d’un tel officium ? Les arrangements testamentaires évoqués dans le texte de l’inscription, facere curauit ex fide sibi testamento mandatum, semblent faire écho à un engagement privé entre amis plutôt qu’à des règles d’un collège76. En l’absence d’une allusion explicite à un collegium ou à ses structures – mention de l’arca, d’un trésorier ou d’un président de collège par exemple –, la question d’un emploi systématique de collega dans le sens de membre d’un même collège militaire reste donc ouverte.

6. Les lances dites de bénéficiaires

  • 77 Des hastes miniatures de forme comparable (insignes des officiales ?) proviennent de Cannstadt et (...)
  • 78 III, 5579 (en Norique) ; Ritterling 1919, 13 (photo fig. 5) ; pour les autres principales avec une (...)
  • 79 Une de ces hastes est représentée sur la stèle funéraire du speculator L. Blassius Nigellio (voir (...)
  • 80 Speidel 1986.

25La lance découverte in situ dans le sanctuaire de la station d’Osterburken rappelle par sa forme à deux yeux les représentations qui figurent sur plusieurs monuments de beneficiarii, notamment sur un relief de Lyon où les lettres B et F ont pris place au centre de chacun des yeux, de part et d’autre de l’hasta. D’autres lances du type à deux yeux, de taille réelle ou miniaturisées, ont été mises au jour dans des castella militaires ou des sites susceptibles d’avoir abrité une station de bénéficiaire77. Des lances ou des signes de représentation d’un type tout à fait comparable sont également associés à d’autres types d’officiales, comme le montre le décor de plusieurs monuments de frumentarii78, de speculatores79, d’immunes et peut-être aussi de protectores des equites singulares Augusti80.

  • 81 Mayence : AE, 1990, 744 (supra), avec I 9 (commentaire) ; Ostie : Eibl 1994, 285 fig. 16 : la form (...)

26Rappelons aussi la représentation stylisée d’une telle lance sur un bloc de calcaire anépigraphe récemment découvert à Mayence, non loin d’un secteur qui a livré plusieurs autels de bénéficiaires du gouverneur, ainsi que la petite boîte en forme de pointe d’haste à deux yeux, à Ostie. L’objet en question qui contenait la cire servant à sceller des documents ou colis officiels a pu appartenir à l’un des beneficiarii du procurateur de l’annone ou du préfet des vigiles, comme ceux que nous avons passés en revue ci-dessus, ou à d’autres types d’officiales en service à Ostie81.

  • 82 Obsequens 72, où il est question d’une praefixa lancea (cf. Tite Live, 14, éd. Loeb). Ce type de d (...)
  • 83 Rebuffat 1997, 412 ; Bowman & Thomas 1996, 323-326, 3 - AE, 1996, 959.
  • 84 Sur les étendards des légions et des collèges ou scholae, et sur leur place dans les cérémonies re (...)
  • 85 Künzl 1993, I, 89-93, I 17 Kat. C1 ; photos III pl. 18-20.
  • 86 I 7b. Sur les lances et les petits chapiteaux qui devaient appartenir à des enseignes comparables, (...)
  • 87 Chap. IV p. 161.

27Les lances à deux yeux qui ornent les monuments (votifs ou funéraires) de certains bénéficiaires révèlent des formes diverses, simples dans certains cas, plus sophistiquées dans d’autres. Certaines sont munies d’un dispositif d’arrêt qui se présente sous la forme d’un crochet permettant un ancrage dans la terre82. Comme les enseignes, les lances de ce type pouvaient donc être plantées dans le sol, sur un espace sacré comme c’est le cas dans la station d’Osterburken. Cet objet symbolique et religieux représente en quelque sorte la puissance de Rome, de ses dieux et de ses autorités partout où elle est transportée. Dans les provinces, les hastae à deux yeux étaient habituellement portées comme signe distinctif de l’auctoritas du gouverneur (ou d’une personne en charge d’une institution) par ses officiales, en particulier par lorsqu’ils étaient en service détaché ou appelés à se déplacer. De la même manière, les détachements militaires emportaient les enseignes ou étendards, symbole de la personne même de l’empereur83. A l’image des enseignes de Flobecq et d’Éphèse au décor relativement sophistiqué, considérées par certains spécialistes comme la marque d’une affiliation à une organisation de type collégial, les hastae à deux yeux portées par des beneficiarii, frumentarii ou speculatores pourraient aussi être le signe de l’appartenance de ces officiales à un même officium, ou à un même ensemble ou collège d’officiales84. Après la découverte d’une enseigne à deux yeux du type de Flobecq dans un contexte civil, on a voulu différencier les hastes militaires des enseignes sacrales à deux yeux85. Une telle distinction vient d’être sérieusement compromise par la présence d’une enseigne du type de Flobecq, parmi plusieurs armes, sur le monument funéraire d’un légionnaire et plus précisément d’un ancien bénéficiaire récemment découvert à Martigny-Forum Claudii Vallensium en Suisse. Ce type d’enseigne, d’abord associé aux hastes de bénéficiaires avant d’en être distingué pour être interprété comme un objet purement civil se retrouve donc ici dans un contexte militaire86. De petits chapiteaux appartenant vraisemblablement au décor d’enseignes comparables ont été découverts à Martigny et dans le contexte du temple de Jupiter au Grand St-Bernard, où plusieurs officiales de gouverneurs consulaires, dont au moins un beneficiarius et un commentariensis, ont laissé la preuve de leur passage87.

  • 88 CBI, 734 ; le type de lance (ici représentée de façon stylisée) ne fait pas de doute en dépit de l (...)

28Nous connaissons un second exemple d’une lance de ce type associée à un bénéficiaire, sur le monument funéraire d’un certain Damianus, à Alexandrie. Le titre du supérieur de ce bénéficiaire n’est pas précisé dans l’inscription, mais la provenance du monument incite à penser que Damianus était au service du préfet d’Égypte, dans la capitale de la province. Le relief est intéressant puisqu’on y distingue une haste de la forme des lances à deux yeux munie d’un dispositif d’arrêt, sur le bord du monument, à la droite du bénéficiaire. Ce dernier tient en outre de sa main gauche un rouleau, un attribut aux multiples interprétations et significations qui se rencontre chez des militaires et des civils, et dans la droite, une fustis88.

  • 89 Sur la fustis et sa signification : Speidel 1993a. Il est possible que ce soit une fustis et non p (...)
  • 90 CBI, 827. Le bénéficiaire Geminius Saturninus, au service du commandant de la garnison locale, a v (...)
  • 91 CBI, 946.
  • 92 Sasel-Kos 1978 (pl. I) : La présence à Corinthe de C. Valerius Valens, décédé à l’âge de 35 ans, p (...)
  • 93 Franzoni 1987, 80-84 (pl. XXVII, 1).
  • 94 Par ex. Digeste, 1.15.2-4, lorsque les soldats des vigiles avaient mis la main sur des incendiaire (...)
  • 95 Chap. V p. 222 et Speidel 1993a.

29La lance dite des bénéficiaires se distingue non seulement de la uitis des centurions, mais aussi de la fustis qui apparaît, parfois avec une boîte à tablettes, sur plusieurs monuments de bénéficiaires et d’autres soldats89. Ce sont précisément ces deux attributs que porte le bénéficiaire d’un préfet de cohorte à Sour Rozlan-Auzia, en Maurétanie Césarienne, la fustis dans sa main droite, la boîte à tablettes, dans la gauche90. On les retrouve ensemble, disposés de la même manière, sur le monument funéraire d’un bénéficiaire du tribun des vigiles, à Rome. Sa promotion de bénéficiaire à uexillarius, titre qu’il porte depuis quelques années au moment de son décès, permet toutefois de penser que ces attributs ne sont pas réservés aux seuls bénéficiaires91. Ils se rencontrent en effet sur les représentations d’autres militaires, par exemple sur la stèle d’un légionnaire italien recruté dans la légion VIII Augusta, décédé à Corinthe, pendant son service92, ou sur celle d’un armorum custos, à Bergame93. Sur certains monuments, ceux de prétoriens notamment, la fustis est représentée avec une lance droite, ce qui rappelle le relief du bénéficiaire Damianus. Les différents types de soldats représentés avec la fustis pouvaient assumer des fonctions comparables à celles des beneficiarii, à Rome et dans les provinces. La fustis devait servir en cas de besoin à convaincre par la force les récalcitrants à se plier aux ordres des soldats. Les textes juridiques confirment en effet que les soldats étaient autorisés à donner la bastonnade ou des coups de fouet aux civils qui menaçaient l’ordre public94. Cela rappelle le passage de Tertullien évoqué plus haut où les beneficiarii apparaissent comme des gendarmes ou policiers chargés de faire régner l’ordre, d’inscrire sur des listes les noms des personnes indésirables nécessitant un contrôle renforcé, et de s’assurer que les taxes et autres impôts étaient versés et encaissés95. Comme la fustis, la lance à deux yeux dite “lance des bénéficiaires” n’était pas un attribut propre aux bénéficiaires. Représentée sous des formes variées, la haste était portée nous l’avons vu par différents officiales, en général employés au service d’un gouverneur. Ceux-ci avaient en commun le fait qu’ils étaient généralement appelés par leurs fonctions à stationner ou à se déplacer pour représenter auprès de la population civile leur supérieur et, à travers lui, la souveraineté de Rome.

30L’étude des cultes des bénéficiaires se montre étonnamment riche d’enseignement dans notre tentative de saisir la vraie nature et le mode de fonctionnement de ce corps de soldats. Elle met en relief ses relations avec les autres militaires et avec les autres membres de l’officium du gouverneur, et elle permet de mieux comprendre son organisation. Elle illustre de surcroît les contacts des bénéficiaires avec les traditions religieuses de la population provinciale et des autorités locales. Enfin, elle révèle des aspects importants du rôle joué par les beneficiarii comme les représentants officiels du pouvoir, de l’empereur et des dieux romains, à travers l’Empire.

Notes

1 CBI, 755. Pour un exemple comparable en Dacie, voir infra CBI, 552 (l’abréviation BB marque le pluriel)

2 En revanche, l’ensemble des principales en poste dans une garnison pouvaient se réunir dans leur schola ; voir par exemple à Chersonesos : AE, 1996, 1358 (schola principalium).

3 Par ex. CBI, 63 : bf cos, emerita statione{m}, à Cologne, après un détachement (voir supra p. 161).

4 I 21, I 22 et I 23. Pour d’autres exemples de bénéficiaires qui ont dédié plusieurs autels votifs, sur le même lieu ou dans des lieux différents, voir Annexe 3. Sur les divers emplois de schola : Sasel 1961, 4 et 24 ; Sasel dresse p. 6-8 un inventaire de 22 attestations épigraphiques du terme schola ; voir aussi Speidel 1984, 353-363, part. 360. Sur la schola des collèges militaires : Waltzing 1968, IV, 135-152, et part. 147-149, pour la schola du collège, et plus récemment Ausbüttel 1982 et Ausbüttel 1985.

5 I 47 (avec les mêmes dédicaces, dans le même ordre) ; sur le soutien de Septime Sévère face aux collèges militaires : Fishwick 1991 à propos de Lambèse.

6 CBI, 22 : [Genio] collegi / [---] BPBF Gordian(i). L’idée selon laquelle l’inscription célébrerait une promotion [---o]b p[romotionem], comme l’ont proposé les éditeurs, donnerait un sens aux deux lettres [---] BP qui précèdent l’abréviation B(inversé) F. L’étonnante concision du texte pourrait s’expliquer par le fait que dans son contexte d’origine, peut-être la schola des bénéficiaires ou des officiales, dans le complexe du praetorium, la signification devait aller de soi. Ce fragment, utilisé en remploi à l’époque normande dans les fondations de la cathédrale, est emmuré dans le transept sud, qui se situe précisément au centre du camp légionnaire, soit dans le secteur des principia abritant les bureaux du personnel administratif et le sanctuaire. Il est possible que la pierre provienne des bureaux de l’état-major du légat de légion ou de ceux du gouverneur, ou peut-être de la partie cultuelle de ce complexe, d’une chapelle ou schola des officiales ou des beneficiarii. L’existence de scholae à l’intérieur d’un camp est bien attestée par les fouilles et par les sources épigraphiques dans plusieurs sites : Petrikovits 1970 et 1975, 73, 78-80, 145-146 ; Trousset 1977, 561. Sur la division de la province dès 197 p.C. : Mann 1997a, et pour une discussion sur la place d’York et de Londres comme capitales provinciales, déjà avant la division : Haensch 1997a, 120-129, et Mann 1998. L’identification et la localisation à Londres du complexe considéré par Marsden 1989, 94 comme la résidence du gouverneur, au nord de la Cannon Street, ont été sérieusement contestées par Milne 1995, part. 93.

7 RIB, 1049, 1279, 590 et Birley 1981, 181-182.

8 Sur les remaniements vers 215 p.C. : Mann 1997a ; pour une liste d’attente, voir les candidati et les ex frumentariis dans CBI, 784 (infra p. 280).

9 CBI, 552. Cette formulation trouve plusieurs parallèles ailleurs, par ex. dans l’inscription de T. Ael. Secundus, bénéficiaire détaché à Sirmium de l’officium du gouverneur de Pannonie, où iterata statione sub Claudio Claudiano co(n)s(ulare) est doublé par la date consulaire Anullino II cos : I 24 (199 p.C.) ; voir aussi I 54 et Annexes 12 et 13. En contraste, CBI, 743 : -B-anno Acili(i) Glabrionis proco(n) sulis c(larissimi) u(iri)..., où il n’est question que de l’expression de la datation, sans mention d’une relation hiérarchique. Voir aussi Ott 1995, 84-85. Pour d’autres types de bénéficiaires dans le camp de Potaissa, voir par ex. CBI, 551 : Annexe 1.3, 555, 556.

10 CBI, 854 : Annexe 1. 3 ; AE, 1901, 154 - Sasel 1961, 6 n. 4.

11 III, 3524 - ILS, 2375. Le nom du frumentarius suit les 20 noms des speculatores qui ont contribué personnellement aux frais de la restauration, scola speculatorum... refecta per eosdem, quorum nomina infra scripta sunt. Pour un bénéficiaire dans un rôle comparable à Rome, en 197 p.C. : I 150a.

12 A Micia : CBI, 563 (fin du iie-iiie s.). Pour les règlements des collèges militaire et l’emploi de collega, voir infra p. 273 et 280-284 ; pour une discussion sur le personnel en poste dans la station : Chap. IV p. 207-210.

13 Wollmann 1985-1986, 267, 7 (fig. 10), 268 n. 25 et 295, songe à l’existence d’une association professionnelle parmi les employés des mines ou à un collegium funeraticium local ; voir à ce propos la dédicace Genio collegi K(astelli) Baridusta(rum) qu’il cite p. 293 n. 78, et Ausbüttel 1982, 30 n. 98, avec III, p. 924-927.

14 III, 993 - ILS, 3923, avec Lepelley 1992 ; sur les liens entre les deux provinces : Sanie 1979 et Paki 1995.

15 CBI, 757 ; CBI, 783 : Annexe 1.3.

16 Sur le recrutement local, voir par ex. CBI, 783, 780, I 192, 775, 776 ; Forni 1953, 221, compte 22 attestations de soldats originaires de Dacie recrutés dans cette légion, entre Hadrien et la fin du iiie s. p.C. ; voir aussi Le Bohec 1989a, 494-502.

17 CBI, 556. Il s’agit de la première attestation épigraphique d’un Saturne qualifié de Rex et de Pater deorum, et de l’association Saturne - Latone où cette dernière remplace l’habituelle Caelestis ou Ops. Sur le culte de Saturne en Afrique en général : Le Glay 1966, suivi de ses études plus récentes (cf. notamment AE 1995, 1286, à propos de ce document). Le lieu d’origine du dédicant (domo Zigali) demeure incertain ; il pourrait peut-être s’agir de Ziqua-Zaghouan, en Afrique Proconsulaire, à 25 km à l’est de Thuburbo Maius (cf. Lepelley 1978-1981, II, 248) ou du castellum Zugal (AE, 1930, 55) comme nous l’a suggéré J. Desanges (lettre du 5 février 1988). Précisons que dans la seconde moitié du iie s., la dénomination Afer sous laquelle se présente Recius Primus peut s’appliquer aux ressortissants de la future Numidie et de la future Byzacène.

18 Digeste, 47.22.1 : Mandatis principalibus praecipitur praesidibus prouinciarum, ne patiantur esse collegia sodalicia neue milites collegia in castris habeant ; sur les collèges militaires : Besnier 1899, Waltzing 1968 [1895], IV, 135-152, de Ruggiero, 1886 –, s. v., 367-369, Ausbüttel 1982 et Ausbüttel 1985, avec la bibliographie, ainsi que Campbell 1994, 136-139 ; sur les découvertes archéologiques : von Petrikovits (cité supra n. 6 p. 270).

19 Domaszewski 1895, 78-95 ; Speidel 1984, 359. Pour les troupes auxiliaires, voir par ex. à Osterburken au début du iiie s. p.C. : AE, 1981, 693 – AE, 1978, 531 : Genio p[raep]ositorum et Genio conlegi s(ancti ?) secutorum eorum..., avec Speidel 1982, 161-166.

20 Besnier 1899, Le Bohec 1989a, 235 et 586-587 et Ausbüttel 1982, 78-84 ; pour des ex. de règlements de collèges non militaires : VI, 10234, III, p. 924-927, XIV, 2112 et AE, 1929, 161 ; sur les leges collegiorum en général : Ausbüttel 1982, part. 15, 30 n. 98, 41, 46, 51-52, 107.

21 Speidel 1994b, 75-76. Sur la schola notariorum et la schola agentium in rebus : Sinnigen 1959.

22 Le soldat promu et qui devait voyager pour assumer ses nouvelles fonctions recevait du collège le uiaticum : VIII, 2554 - 18048 - ILS, 2445 :... uti collega proficiscens ad spem suam confirmandam accipiat sestertium VIII mil(ia) n(ummum) ; voir aussi VIII, 2557 - 18050, avec les révisions suivantes (AE, 1983, 977), et Ausbüttel 1982, 80-82 : si qui d(e) col(legis) tram(are) pro(fecerit), cum pr[a]es(cripto) acc(ipiet) uia(ticum) pro m(erito) denarios CC, eq(ue) a(rca) D.

23 VIII, 2557 - 18050 ; sur le caractère religieux de la fonction de magister : Ausbüttel 1982, 46, 52, 56. Pour un collège de militaires portant le titre d’option : VIII, 2554 (cf. n. préc.). Sur les divers emplois d’optio, parmi lesquels figure celui d’optio comme secrétaire d’une schola : Breeze 1976, 127 (repr. Breeze & Dobson 1993).

24 I 150a et Annexe 10, avec Chap. V p. 212 ; sur le tribun et le centurion : VI, 224 ; pour un autre document où apparaît ce même bénéficiaire : CBI, 935 - Speidel 1994a, 542. L’inscription votive CBI, 917 (200 p.C.) a été découverte non loin de là, au sud de la basilique.

25 III, 14137.1 - ILS, 8997 ; sur la question de l’existence de collèges déjà à l’époque d’Hadrien : Domaszewski 1895, 84 n. 341 ; Ausbüttel 1982, 29-30 et Ausbüttel 1985, 503 ; Rüpke 1990, 192 (avec la bibliographie) ; Campbell 1994, 136-139.

26 Domaszewski & Dobson 1981, 43 ; AE, 1975, 691 (17 juin 246 p.C.) ; pour un optio signifer(um) à Apulum : AE, 1995, 1290 ; voir aussi RIB, 451 à Chester : Genio signi[f(erorum)] leg(ionis) XX V(aleriae) V(ictricis) T. Fl(auius) Valerianus collegis d(ono) d(edit).

27 P 49 (voir n. suivante) ; voir aussi Rankov 1994, 226 et Ott 1995, 81.

28 Ευπορησεις δε ραδιως των εις Αλεξανδρειαν απο του κομιτατου εισιοντων εαν Αμμωνιανωι τωι οπτιωνι των βενεφικιαριων πεμψπηις εταιρωι μου οντι εις τα μαλιστα ος διαπεμψεται μοι ενθαδε και γαρ και εστιν δε ο ανηρ [---] ωτος συγγενικος ων του διασημοτατου Θεοδωρου.

29 Sur Theodorus : Thomasson 1972-1990, 358.114 ; Pflaum 1982, 133 ; Carrié 1998b, 106 ; l’épithète διασημοτατος s’applique aussi au milieu du iiie s., dès 240 p.C., à un gouverneur d’Égypte : Lallemand 1964, 61.

30 Une telle signification est également attestée parmi les différents emplois du terme : OCD, s. v.

31 CBI, 749 : Annexe 1.3.

32 Selon le contexte, Lollianus s’adressant à la cour impériale, la signification de comitatus serait applicable ici au comitatus impérial (cf. Hanson 1976, 66 ; voir à ce sujet Chap. V p. 245) plutôt qu’à l’officium du gouverneur, dont il est question dans le fameux édit cité Chap. II p. 74.

33 CBI, 861 : Annexe 1.3 ; voir infra p. 277.

34 CBI, 859 : Annexe 1.3. La datation du début du iie s. est suggérée à la fois par l’onomatique et le style du monument, de l’écriture et de l’ordinatio. C’est bien Cn. Sentius Felix (l. 9) et non le procurateur qui est le patron des bénéficiaires du procurateur (cf. Pavis d’Escurac 1976, 123 n. 226, et non pas p. 416 : “dans une inscription d’Ostie est mentionné un proc(urator) Aug(usti) qui est patronus des beneficiarii”).

35 XIV, 4452 (1er mars 249 p.C.) ; voir aussi AE, 1973, 471 - IMS, II, 40 (252 p.C. ?) à Viminacium : scholae Genio mensorum et leg. VII Cl. ; sur les mensores : Chap. V p. 255-256 et Arnaud 1995 ; sur la position de Viminacium comme capitale de la Mésie Supérieure : Haensch 1997a, 336-338.

36 CBI, 859 : Annexe 1.3 ; d’un avis différent : Ott 1995, 81 et les éd. du CBI.

37 XIV, 160 - ILS, 1428 ; Clauss 1973, 18 ; Pavis d’Escuriac 1976, 123 ; Meiggs 1973, 301 et 326 ; Rickman 1980, 222, admet à tort que ce cornicularius était “often of ex-centurio status”. C’est le corniculaire du procurateur de l’annone P. Bassilius Crescens qui s’est chargé de distribuer des sportulae aux dédicants d’une statue érigée en l’honneur de son supérieur, à la Place des corporations.

38 CBI, 879.

39 Rotation : XIV, 4499 ; ILS, 2164 ; ILS, 9078 ; vexillation : XIV, 4380 ; Meiggs 1973, 307-308 ; Saxer 1967, 110-115.

40 CBI, 860 et 861 ; à Ostie, voir aussi CBI, 862 ; Garnsey 1983, 63.

41 CBI, 860 ; sur le contexte : Meiggs 1973, 305-306 ; sur la caserne : Sablayrolles 1996, 289-310.

42 CBI, 861 : Annexes 1.3 et 15, et Chap. III p. 93 ; Meiggs 1973, 306 ; Cébeillac-Gervasoni & Zevi 1976, 633 sont d’avis qu’il doit s’agir d’un édifice d’une certaine ampleur qui reste à découvrir.

43 A l’exemple d’Anatellon s’ajoute peut-être un document de Nouae, dont l’interprétation a suscité plusieurs discussions et demeure incertaine : Sarnowski 1996, 289-90 et AE, 1996, 1339 : ex opt(ione) B ? ou ex opt(ione) EQ ?, impositus in ordine<m> legionis I Ital., factus p(rimus)p(ilus) leg(ionis) s. s.... ; pour une promotion d’option à bénéficiaire : CBI, 495 : ex option[e] beneficiar. La signification des abréviations OPTB ou OPB, qui se rencontrent à côté de OPA, OPC, ORPR, OPCA ou OPCO, dans les deux longues listes des vigiles (CBI, 899 et 900), demeure incertaine, même si la seconde apparaît en relation avec Ti. Claudius Speratianus, connu dans la liste de 210 p.C. comme bénéficiaire du sous-préfet. L’optio princeps mentionné dans une inscription en grec de Palmyre, datée de 302 p.C. (AE, 1995, 1566 ; voir aussi AE, 1995, 1778 : tubicen princeps), était-il le premier des options, un option en attente d’une promotion comme princeps, ou un option rattaché à un princeps ? Sur les options côtoyant des centurions dans les détachements des vigiles, à Ostie : Saxer 1967, 114.

44 Sur ces corporations à Ostie : Meiggs 1973, 311-336, Pavis d’Escurac 1976, 190 et 235 ; Rickman 1980, 88-92 et 226-230. Nous avons déjà eu l’occasion de mentionner d’autres exemples ou situations où des bénéficiaires érigent à titre individuel une base avec statue en l’honneur d’une personne en relation avec leur supérieur, ou qualifient de patron ou d’évergète une personnalité locale autre que leur supérieur hiérarchique : voir Annexes 11 et 13 et P 13, avec Chap. II p. 83 n. 130.

45 CBI, 118.

46 Rappelons à ce propos la découverte dans la partie civile de Mayence de trois autels de bf consacrés sur une période de plus d’un demi-siècle, le dernier étant dédié au Génie du catabulum du gouverneur, et dans le même secteur, celle d’un élément architectural en calcaire orné d’une lance du type dit des bénéficiaires, avec une dédicace à la Domus Diuina : CBI, 129 : Annexe 1.3 (151 p.C.), CBI, 128 (ides de juillet 205 p.C.) et CBI, 130 (208 p.C.) du gouverneur, avec Chap. IV p. 156 ; sur l’élément architectural avec lance : voir les remarques sous I 9, et sur la lance dite des bénéficiaires : infra p. 285-288. Pour une discussion sur la localisation du siège du gouverneur à Mayence : Haensch 1997a, 150, part. n. 203 ; sur l’identification éventuelle d’une schola : Schallmayer 1994, 189.

47 CBI, 96 (181 p.C.) ; sur les questions relatives à la localisation de ce poste, voir Chap. IV p. 157.

48 CBI, 98 ; la triade en question est invoquée dans un quart des inscriptions votives des bf de Germanie Supérieure, mais elle n’apparaît pas en dehors de cette province. Pour une discussion sur les uariae stationes ou duae stationes : Chap. IV p. 157.

49 I 9.

50 CBI, 125, en 210 p.C., Tib. Iustinius Titianus, bf leg leg. C’est peut-être le même homme, originaire de Rhétie, qui, une fois promu bf cos ( ?), aurait élevé un autel lors de son stationnement à Naix-Nasium, le dédiant à Épona, dont le culte est également attesté à Mayence (CBI, 132). A ce sujet voir I 161 : Annexes 1.3, 3 et 8. Pour une promotion comparable du poste de bf leg leg à celui de bf cos : CBI, 584.

51 CBI, 131.

52 I 9. D’autres autels de bénéficiaires ont été dédiés un 1er août, date de l’anniversaire de Claude et de Pertinax et jour de célébration officielle (voir Fishwick 1988, 358) : CBI, 464, en 239 p.C., à Runoviç-Nouae en Dalmatie (bf cos), et CBI, 64 à Cologne (bf cos). Comme l’a relevé Nesselhauf (I 9), si l’on considère qu’un légat de légion avait peut-être 20 bénéficiaires dans son officium (un chiffre probable, mais non confirmé par les sources) et que l’argent avait un taux de rendement de 6 %, ce qui semble être une moyenne raisonnable pour l’époque et pour un placement de ce type (cf. Andreau 1997, 115), la somme versée à chacun des bénéficiaires du légat pouvait correspondre à 3 deniers ou 12 sesterces. Sur la situation économique des bénéficiaires : Chap. VII p. 312-321. Pour le rang salarial du bf d’un légat, Breeze 1971, 134. Pour les approximations de salaire : Speidel Jun. 1992, 101 (avec les réserves exprimées par Alston 1994) ; sur le titre de duplicarius pour un légionnaire bf cos : CBI, 618 et Chap. II p. 64-65.

53 I 107.

54 CBI, 783 et 784 : Annexes 1.3 ; voir aussi Annexe 10.

55 VIII, 2554 et 18048 : optio (sur ce terme, voir supra n. 23) paraît être employé dans ce contexte pour désigner les sous-officiers en attente du centurionat, comme le précise la suite du texte ad spem suam confirmandam.

56 AE, 1899, 60 - ILS, 9099 - Le Bohec 1989, 133.

57 CBI, 784 : Annexe 1.3 (cf. aussi Annexe 4) ; le dernier des bf cos cités dans la liste semble identifiable avec l’homonyme mentionné dans une inscription datant du règne de Sévère Alexandre : I 138 (cf. Annexe 4 et Chap. III p. 128 n. 243). Sur le rôle de l’haruspex : Scheid 1998, 103-104 et Beard et al. 1998, 1, 320, 326-327 et 330.

58 I 133 avec CBI, 760 et Annexe 4, ainsi que I 134 ; sur le contexte : Janon 1977, part. 709 et 711. Sur la question de l’officium du gouverneur et du légat de légion dans les provinces proprétoriennes à une seule légion, où la capitale et le camp légionnaire se situent sur le même site : Chap. III p. 114.

59 CBI, 770 avec Annexe 11. Sur la restitution : AE, 1905, 241 : Mineruae et/ Genio imm(unium) / sacrum. Sur le titre d’immunis : Chap. II p. 64-65 ; il peut arriver qu’un gouverneur détache l’un de ses immunes dans un uicus : voir par ex. p. 159 n. 157.

60 AE, 1898, 108-109 - ILS, 9100 - Le Bohec 1989a, 76, 52 et 235 n. 369 - Campbell 1994, 138-139 n ° 232 ; pour une association des mêmes sous-officiers : AE, 1895, 204 et Besnier 1899, 204-205 - ILS, 9098 - Le Bohec 1989a, 235 n. 369, qui propose la restitution [---ben]ef(iciarius) plutôt que [---pra]ef (ILS) entre le cornicularius et l’actarius (ou act(u)arius), ces deux derniers étant les mêmes personnages que ceux qui apparaissent dans le texte précédent. Dessau situe ce document en 222 p.C., alors que le Bohec songe à la campagne contre les Parthes de Septime Sévère. Pour un document comparable, avec les mêmes types de sous-officiers, par ex. XIV, 2255 - ILS, 2398. Sur le caractère incertain de la présence de beneficiarii parmi les membres d’une association de principales à Viminacium, capitale de la Mésie Supérieure : CBI, 585 : Annexe 1.2. Pour d’autres exemples de collèges à Lambèse, mixtes ou non : VIII, 2553 et 18047 ; Besnier 1899, 203-204 et Le Bohec 1989a, 586-587.

61 CBI, 762 et 768 ; CBI, 764 (vers 217) ; pour un exemple de quaestionarius promu bf : CBI, 821 en Maurétanie Césarienne.

62 VIII, 2601 (il fait un don à la schola) ; voir aussi VIII, 2636 : Marti et Mineruae Aug(ustis) sacrum Aurelius Gaius euok(atus) scolae suae u. s. l. a.

63 A Lambèse : CRAI, 1954, 273 ; pour des dédicaces privées de stratores pour le gouverneur ou sa famille : AE, 1915, 27 ; AE, 1917/18, 49 et 78 et Le Bohec 1989, 587-588 ; pour le collège de stratores à Tarragone : CBI, 854 : Annexe 1.3 (cité p. 271 n. 10).

64 A Lambèse, voir par ex. CBI, 763 à 766. Pour une dédicace privée : CBI, 851 ; Annexe 11. Voir aussi CBI, 684 et Annexe 10 où il ne s’agit pas d’un bf cos, mais sans doute d’un bf leg leg.

65 Les speculatores et frumentarii en relation avec des stations : Clauss 1973a, 63-65, 71-73 et 98-100. Les documents ne nous permettent toutefois pas de déterminer si ces speculatores restaient dans une station pour une certaine durée, ou s’ils s’y rendaient dans des circonstances particulières, le temps d’accomplir leur mission. L’absence de traces d’une statio à Cioroiul-Nou-Aquae en Dacie, en dépit des recherches, ne signifie pas qu’aucune station n’avait été établie en ce lieu où fut découvert un autel dédié au Genius stationis par un speculator (AE, 1959, 330 ; sur les fouilles : Tudor 1966, 853). Ainsi par ex. la station de Vazaiui en Numidie, quoique bien attestée par l’épigraphie, n’a pas pu être localisée sur le terrain : Chap. IV p. 170-171. Pour une autre dédicace à IOM, au Génie de la station et pour le salut de Sévère Alexandre par un speculator, à Batus en Albanie près d’Upianum en Mésie Supérieure, en 226 p.C. : ILS, 2377, avec CBI, 580. Pour d’autres exemples de speculatores attestés dans des régions où des bf cos étaient stationnés, voir en Mésie Inférieure à Altimir, dans la regio de Montana (CBI, 617, avec CBI, 645 et 646 avec III, 13719) ; à Rákospalota-Transaquincum : CBI, 420 avec III, 3615, découvert en même temps et dans le même contexte ; en Dalmatie, à Josipdol, près de Munjava-Metulum : CBI, 445 (ex frum. promu bf cos) avec III, 3021 et 10058, à Czarevoplolje, près de Munjava (spec.). Sur la haste dite des beneficiarii : infra p. 285-288.

66 Domaszewski 1902, passim ; on s’étonne toutefois que dans de telles conditions, ils se présentent uniquement sous leur nouveau titre, sans rappeler leur titre précédent ni même évoquer leur récente promotion. Pour une discussion sur la possibilité d’une promotion de bf cos à speculator : Chap. III p. 126. Pour une dédicace au Génie de la station par un corniculaire du préfet dans la station de Vazaiui : VIII, 17625, et par de simples soldats (il ne peut donc pas être question d’une promotion) en Suisse, à Massongex, à l’époque de Sévère Alexandre : XII, 144 - RIS, III, 258 (cf. Chap. IV p. 160).

67 Austin & Rankov 1995 ; Ezov 1996.

68 Associations de speculatores, cornicularii et commentarienses : Carnuntum (212 p.C.) : III, 4452 - 11093 - ILS, 2382 ; Apulum (195 p.C.) : III, 7794 ; Tarragone : voir l’inscription citée ci-dessous ; scholae de speculatores : Aquincum (228 p.C.) : III, 3524 - ILS, 2375 ; voir aussi AE, 1975, 694, où il serait question d’une schola d’un collège indéterminé : [---sch]olam c[ollegii ?---impendiis s]uis ; Carnuntum : sans doute III, 4402 : spec(ulatores) P(annoniae) S(uperioris), avec III, 4452 (cité ci-dessus) ; Apulum : III, 7741 - 14479 ; Tarragone : II, 4122 - RIT, 140 en 202-205 p.C. ; voir aussi II, 4143 - ILS, 2373 - RIT, 205 : 7 speculatores rassemblés pour commémorer l’un des leurs collègues, ou l’un des membres de leur collège. L’emploi du terme collega dans ce contexte (collegae eius) suggère l’existence d’un collège funéraire ou peut-être d’une association collégiale des speculatores, comme c’était le cas des stratores, dans la même capitale (CBI, 854).

69 A Apulum : Diaconescu & Piso 1993, 72-73 ; monument funéraire du speculator, à Viminacium : III, 1650 - ILS, 2378 - IMS, II, 106 (photo). Ce relief évoque sans doute les déplacements du speculator ; il pourrait aussi s’agir d’une représentation funèbre du militaire (avec ses attributs) ; celui-ci est décédé pendant son service, à l’âge de 35 ans.

70 CBI, 517 et 518 : Annexe 1.3. Le second document provient de l’une des salles octogonales de l’édifice identifié comme le prétoire du gouverneur de Dacie à Apulum, le document CBI, 517 appartenant aussi au contexte du praetorium (un troisième monument dédié par un bénéficiaire du gouverneur à IOM viendrait s’ajouter aux deux premiers selon Diaconescu et Piso). Le légat prétorien de CBI, 518 était peut-être le légat de la légion à laquelle était rattaché le bf dédicant (voir par ex. CBI, 41), à moins qu’il ne s’agisse d’un légat iuridicus, comme ceux qui sont connus par des inscriptions, à Londres (RIB, 8) et à Tarragone (II, 4113 - RIT, 129), au iiie s. Pour le praetorium du légat de la légion XIII à Apulum : III, 1019 - ILS, 3705. Sur le contexte : Diaconescu & Piso 1993, 73-75 et Annexe 1.3 ad CBI, 518 ; sur la question d’Apulum comme capitale des Trois Dacies et de la localisation du praetorium : Haensch 1997a, part. 338-345 ; sur les scholae dans les capitales : Haensch 1997a, 856 (index).

71 CBI, 130.

72 Officium du tribun laticlave, à Lambèse : CBI, 769 : Annexe 1.3 ; CBI, 767 : Annexe 1.3 ; pour l’association des bf et du corniculaire d’un tribun légionnaire, à Vienne : CBI, 362 : Annexe 1.3.

73 Tite Live 8.6.15 : milites militibus, centurionibus centuriones, tribuni tribunis compares collegaeque isdem praesidiis, saepe isdem manipulis permixti fuerant ; voir aussi Speidel 1992a, 130. Le terme apparaît à plusieurs reprises dans les tablettes de Carlisle, un contexte où il n’y a guère de raisons a priori de suspecter la signification de “membres d’un même collège” : Tomlin 1998, n ° 27, 51, 42,72 et peut-être n ° 6, où il est question d’un beneficiarius (= I 3c) et 43.

74 Sur le collège des stratores à Tarragone : supra p. 282 ; II, 4143 - ILS, 2373 - RIT, 205 (cité supra n. 68). Dans ce texte, l’ensemble des speculatores (défunt et collegae eius) s’élève à 8, alors que dans le document cité plus haut, de la même capitale, ils étaient 10 au total, avec les 2 cornicularii et les 2 commentarienses (II, 4122 - RIT, 140).

75 I 149 ; CBI, 711.

76 CBI, 703 ; les autres bf décédés à Apamée : CBI, 705 et I 157 : Annexe 1. Sur les activités funéraires dans le cadre des collèges professionnels, dans l’orient romain : van Nijf 1997, 38-69.

77 Des hastes miniatures de forme comparable (insignes des officiales ?) proviennent de Cannstadt et Stockstadt où la présence de bénéficiaires du gouverneur est attestée dans l’épigraphie, peut-être de Nouae en Dalmatie (cf. Patsch 1902, 97 fig. 34), et d’ailleurs, par ex. à Zugmantel, ou à Saalburg, ainsi qu’en Dacie, à l’extérieur de la frontière orientale (cf. Opreanu 1997, 249 et pour une étude complète de ces miniatures en Dacie : Petulescu 1993 ; voir Chap. IV p. 165). Sur la question : Eibl 1994 (étude très fouillée, avec bibliographie et planches).

78 III, 5579 (en Norique) ; Ritterling 1919, 13 (photo fig. 5) ; pour les autres principales avec une lance de ce type : Eibl 1994, part. 277, 278 et 293 (tab. 1b).

79 Une de ces hastes est représentée sur la stèle funéraire du speculator L. Blassius Nigellio (voir supra n. 69 et Alföldi 1959a, pl. 9 fig. 2) ; pour un autre exemple à Salonae : AE, 1945, 88 et Behrens 1941, 19-20 ; en général sur les speculatores portant une lance de ce type : Clauss 1973a, 157.

80 Speidel 1986.

81 Mayence : AE, 1990, 744 (supra), avec I 9 (commentaire) ; Ostie : Eibl 1994, 285 fig. 16 : la forme du sceau ou la bague cachet était-elle identique à celle de la boîte en question ? Sur l’emploi de sceaux ou de plombs marqués de l’abréviation-B- : Chap. V p. 257-258.

82 Obsequens 72, où il est question d’une praefixa lancea (cf. Tite Live, 14, éd. Loeb). Ce type de dispositif se retrouve sur différents types de lance (cf. Franzoni 1987, 84-5 pl. XXVIII. 2) ; pour des ex. de telles lances de bénéficiaires : CBI, 103, 114, 138 et 207, avec le commentaire de Haensch 1995b, 808. Voir aussi CBI, 476 (avec tablette et stylets) ; CBI, 479 et 484 : Annexe 1.3 ; 734 ; 827 (fustis) ; I 7b. Certains modèles ressemblent à une simple haste droite sans pointe ni élargissement dans sa partie supérieure. Ils figurent sur les monuments de plusieurs types de bénéficiaires et autres soldats : voir par ex. CBI, 705 à Apamée, en relation avec le bf d’un tribun ; cette simple lance droite avec pointe dans sa partie inférieure rappelle celle qui se trouve par exemple sur l’autel du bf cos C. Paulinius Iustus, à Friedberg, CBI, 103 ; cette dernière est toutefois munie d’un dispositif d’arrêt ; voir aussi peut-être, dans la même province, approximativement à la même époque, et également en relation avec le bf d’un tribun : CBI, 711 ; la description des éditeurs du CIL miles stans dextra hastam tenens” rappelle celle d’Apamée. Ces deux hastes se distinguent de celle d’Osterburken ; voir aussi la haste représentée sur le monument funéraire du bénéficiaire d’un légat, originaire de Virunum en Norique, recruté dans une légion de Pannonie Supérieure et décédé lors du séjour de sa troupe à Sadak-Satala en Cappadoce : CBI, 693 ; dessin : Eibl 1994, 292 fig. 1a 11.

83 Rebuffat 1997, 412 ; Bowman & Thomas 1996, 323-326, 3 - AE, 1996, 959.

84 Sur les étendards des légions et des collèges ou scholae, et sur leur place dans les cérémonies religieuses : SHA, Gallien, 8.6 : Hastae auratae altrinsecus quinquenae, uexilla centena praeter ea, quae collegiorum erant, dracones et signa templorum omniumque legionum ibant ; voir aussi van Nijf 1997, 198-203.

85 Künzl 1993, I, 89-93, I 17 Kat. C1 ; photos III pl. 18-20.

86 I 7b. Sur les lances et les petits chapiteaux qui devaient appartenir à des enseignes comparables, découverts à Martigny et au Grand St-Bernard : Nelis-Clément & Wiblé 1996, 283 n. 51 ; sur l’enseigne d’Éphèse, découverte dans un contexte civil : Vetters 1975.

87 Chap. IV p. 161.

88 CBI, 734 ; le type de lance (ici représentée de façon stylisée) ne fait pas de doute en dépit de l’absence des yeux à l’intérieur de la forme arrondie de sa pointe ; sur le port du rouleau chez les civils, voir par ex. CBI, 832 : le rouleau est placé dans la main gauche de la défunte honorée par le bénéficiaire ; sur la chaîne enroulée autour de la haste et son emploi : Chap. IV p. 135-136 et 197.

89 Sur la fustis et sa signification : Speidel 1993a. Il est possible que ce soit une fustis et non pas la uitis du centurion que porte Aurelius Iulianus (I 147) sur la représentation figurée, entre les lettres D et M placées de part et d’autre du champ épigraphique.

90 CBI, 827. Le bénéficiaire Geminius Saturninus, au service du commandant de la garnison locale, a voulu attirer le regard sur son auctoritas au sein de la troupe et auprès de la population civile, qui contraste avec sa position relativement peu élevée dans la hiérarchie militaire. Sur le bas-relief qui occupe la plus grande partie de la stèle funéraire, faite de son vivant, il s’est fait représenter avec sa famille, son épouse à sa droite, et deux de leurs quatre enfants. Il est revêtu de sa tunique militaire et porte ses attributs de soldat et de fonctionnaire, son balteus avec l’épée, une boîte à tablettes à écrire dans la main gauche, la fustis dans la droite. Ces objets, symboles de ses fonctions et du pouvoir qui y est lié, sont bien mis en évidence sur le relief (son coude est plié de sorte que la boîte à tablettes ne soit pas cachée derrière la tête de son fils). Quant à la fustis, il la dirige en la pointant vers l’avant, la faisant passer devant les hanches et les jambes de son épouse sur le devant du décor, ce qui donne un certain effet dynamique à une représentation par ailleurs très figée ; sur l’aile Aelia Singularium : CBI, 829 ainsi que CBI, 828 et 830 sans doute ; selon Lassère 1980, 22 n. 50, il s’agirait de l’aile Gemina Pia Sebastena (il s’appuie notamment pour ce rapprochement sur AE, 1954, 143b, et sur les noms des deux derniers enfants de Saturninus, Sebastenia et Sebastenus). L’aile serait établie dès 210 p.C. à la Kherba des Ouled Hellal, au nord-est de Columnata (Gsell, Atlas F° 23, 35).

91 CBI, 946.

92 Sasel-Kos 1978 (pl. I) : La présence à Corinthe de C. Valerius Valens, décédé à l’âge de 35 ans, peut s’expliquer par un détachement de la province de Mésie où se trouvait alors cette légion, avant son transfert en Germanie Supérieure. Au même endroit, un option de la légion IV Flavia, stationnée en Mésie Supérieure, érige un autel votif à Némésis : West 1931, 10.

93 Franzoni 1987, 80-84 (pl. XXVII, 1).

94 Par ex. Digeste, 1.15.2-4, lorsque les soldats des vigiles avaient mis la main sur des incendiaires.

95 Chap. V p. 222 et Speidel 1993a.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540