Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Chapitre V. Les fonctions des bénéficiaires

Texto completo

  • 1 P 19 et infra. La proximité ou similitude de certaines des fonctions exercées par les différents t (...)
  • 2 CBI, 877 : Annexe 1.3. Il ne s’agit vraisemblablement pas d’une promotion à un nouveau poste mais (...)
  • 3 CBI, 426 et 379, avec Chap. IV p. 208 ; le développement agens c(uram) c(ustodiarum) proposé par S (...)
  • 4 CBI, 738 et peut-être dans un contexte comparable CBI, 737 ( ?) : voir infra p. 239 ; P 3 ; CBI, 1 (...)
  • 5 P 37.
  • 6 CBI, 772 à 774 et Chap. III p. 122 ; le titre domicurius ou domicurator rappelle en quelque sorte (...)
  • 7 La topographie du site était telle qu’il fallait faire le tour de la citadelle pour pouvoir y accé (...)

1Chercher à définir quelle serait la fonction type exercée par les bénéficiaires au sein de chacun des différents officia apparaît comme une entreprise vaine, pour la bonne raison qu’ils n’en assumaient aucune en particulier. Ce qu’avaient en commun les divers types de beneficiarii, c’est qu’ils étaient tous susceptibles de représenter et d’assister leur supérieur dans l’ensemble de ses fonctions. Ainsi les bénéficiaires du préfet d’Égypte étaient occupés, comme celui de l’idiologue, au contrôle d’affaires fiscales, et le bénéficiaire d’un tribun pouvait être appelé à participer, comme ses collègues bénéficiaires de l’officium du préfet d’Égypte, au maintien de l’ordre et de la paix, dans le secteur où il était en poste avec son unité, dans la seconde moitié du iiie s. p.C.1 L’un des bénéficiaires du préfet du prétoire Géta (48-51 p.C.) assumait la garde de personnes emprisonnées ou peut-être rédigeait le procès-verbal de leur jugement, comme semble le suggérer l’expression d’ab commentariis custodiarum qui accompagne son titre2. Celui d’un légat de légion agens c(uram) c(arceris) ( ?) était employé dans des fonctions comparables, à Aquincum en 228 p.C., au maintien de la discipline et à la supervision des prisons, son secteur se limitant à la sphère du camp et à la garde des soldats incarcérés dans les prisons militaires. Au même endroit, une vingtaine d’années plus tôt, les compétences des deux bénéficiaires du gouverneur employés dans le maintien de l’ordre dans la légion s’étendaient aussi à la colonie d’Aquincum, à la fois siège du camp légionnaire et capitale de la province, agentes curam leg(ione) et colonia Aq(uincensi)3. La variété des situations dans lesquelles interviennent des beneficiarii s’explique en grande partie par la proximité des relations qu’ils entretiennent avec leur supérieur. Signalons à ce titre, parmi d’autres, l’exemple du bénéficiaire qui accompagne son supérieur lors d’un déplacement, d’une tournée conventuelle ou d’un voyage d’inspection, celui qui fut chargé d’une mission spéciale dans les archives de l’administration du service des d’impôts, celui qui, en l’absence de son supérieur, organise en son nom la consécration d’un monument votif, celui qui érige le monument funéraire de son supérieur, celui qui représente son supérieur dans des cérémonies officielles, ou encore celui qui manifeste sa reconnaissance envers son supérieur ou un membre de sa famille, à titre personnel, ou avec ses collègues4. Rappelons à ce titre la lettre que l’un d’eux adresse à un tribun, son dominus, pour lui recommander l’un de ses compagnons, lui demandant de le considérer comme lui-même, peto domine ut eum ant<e> oculos habeas tanquam me5. Les bénéficiaires qui se présentent sous le titre de domicurator ou de domicurius, sur les bases qu’ils érigent en l’honneur du gouverneur et de son épouse, leurs patroni, vers le milieu du iiie s. p.C., à Lambèse, soulignent ainsi qu’au moment de la dédicace, ils étaient employés à son service, dans la capitale, et plus précisément dans la domus ou les bureaux du gouverneur, et non pas dans une station. Étaient-ils occupés à des travaux administratifs en relation avec la correspondance officielle ou la supervision des dossiers traités par la chancellerie du gouverneur ? Ces bénéficiaires domicuratores ont peut-être chargés de la surveillance des allées et venues à l’entrée de la résidence du gouverneur et du contrôle des personnes souhaitant accéder pour une audience ou un jugement6. Ces titres évoquent aussi, dans un contexte certes différent, les fonctions des bénéficiaires installés à l’entrée des castella ou des cités, comme nous l’avons vu dans de nombreux exemples dans le chapitre précédent, ainsi que celle des bénéficiaires du tribun à l’entrée de Dura Europos. Ces militaires employés dans l’officium du commandant de la garnison locale étaient en effet postés à la Porte de Palmyre, sur les murs de laquelle ils ont inscrit leurs graffiti7.

  • 8 Voir par ex. le préfet d’aile à Sala en Maurétanie Tingitane, qui s’est rendu indispendable aux ye (...)

2Ce qui variait en revanche, c’était le secteur dans lesquels les différents types de beneficiarii intervenaient. Alors que les bénéficiaires au service des officiers militaires (tribuns, préfets, légats, préfets du camp) se chargeaient principalement, mais pas exclusivement8, de tâches administratives en relation avec l’organisation et la gestion des troupes militaires, ceux des préfets du prétoire et surtout ceux des gouverneurs opéraient généralement dans un champ d’activités plus large. Ces derniers étaient appelés à agir dans l’ensemble des domaines placés sous la responsabilité du gouverneur, soit dans les affaires militaires, dans le domaine de la police et de la justice, des finances ou de l’édilité.

  • 9 A ce propos : CBI, 199 : Annexe 1.3.

3Vu les motifs mis en relief ci-dessus, il nous a paru préférable d’aborder l’étude des fonctions des beneficiarii dans leur ensemble plutôt qu’en suivant un classement typologique, en insistant, lorsqu’il y a lieu, sur les responsabilités confiées de manière plus spécifique à l’un ou l’autre type de beneficiarii. On rappellera à ce propos que la gestion d’une station de bénéficiaires et les diverses fonctions qu’ils assument localement concernent seulement les bénéficiaires d’un gouverneur9.

  • 10 Parmi les récentes études qui ont abordé la question des fonctions des beneficiarii, voir par ex.  (...)
  • 11 Chap. VII p. 305-309.
  • 12 Sur les quelque 700 documents épigraphiques répertoriés où il est question d’un bf cos, de la fin (...)

4Les bénéficiaires ne livrent eux-mêmes qu’exceptionnellement des informations en relation avec le type de fonctions qu’ils étaient chargés d’assumer. Ils n’en ressentaient pas le besoin, leur titulature suffisant à rendre explicites leur rang, leur rôle et les raisons de leur présence auprès de leurs collègues et de la population locale10. Dans les quelques allusions qu’à l’occasion ils font figurer sur leurs monuments votifs, ils se contentent de préciser les circonstances et le contexte dans lesquelles ils choisissent de s’adresser aux dieux, un geste s’inscrivant habituellement, pour les bénéficiaires d’un gouverneur, au cours d’un de leurs détachements dans une station. Leurs fonctions et responsabilités dans l’administration d’une troupe ou dans celle d’une province, selon leur type, nécessitent une soumission directe à leur supérieur, en plus d’aptitudes personnelles telles que la maîtrise de la lecture, de l’écriture et de l’arithmétique. Que les bénéficiaires constituent numériquement l’élément principal d’un officium explique en partie que leur supérieur puisse les utiliser avec davantage de liberté et de souplesse que d’autres principales employés à des fonctions mieux définies, dans un espace fixe et bien délimité, le plus souvent auprès du supérieur ou dans le siège de sa troupe. Outre leur nombre élevé, ce qui caractérise les bénéficiaires par rapport à leurs collègues officiales, et les bénéficiaires d’un gouverneur par rapport aux autres bénéficiaires, c’est leur organisation particulière, leur polyvalence, leur mobilité géographique dans la province et de ce fait, faculté d’agir de manière relativement indépendante. C’est à travers ces sous-officiers, assez souvent issus de familles de militaires, parfois même de l’élite municipale11, que les gouverneurs assurent leur représentation dans les zones d’occupation militaire et dans les cités et leur territoire, auprès de la population civile et des autorités locales. Alors que les gouverneurs ne restent dans le même poste que pour une durée limitée, leurs bénéficiaires, qui conservent leurs fonctions au sein de l’officium, sous plusieurs gouverneurs successifs, et dont les chances de promotion sont limitées, constituent un élément de stabilité dans l’administration provinciale12.

  • 13 Voir Épilogue. En général, sur le statut des fonctionnaires de la militia officialis au ive s., qu (...)

5Plus indiscrète que les inscriptions, la documentation papyrologique donne des indications plus précises sur les activités remplies par des beneficiarii, livrant un regard complémentaire à l’enseignement des sources littéraires contemporaines. L’utilisation de ce dossier nous invite toutefois à un double questionnement. Cette source d’information, liée presque essentiellement à la province d’Égypte, offre-t-elle un enseignement applicable aux autres provinces de l’Empire ? Par ailleurs, les documents postérieurs aux réformes de Dioclétien et de Constantin – ils constituent la moitié du dossier papyrologique – sont-ils susceptibles d’éclairer les fonctions assumées par les militaires qui portent le titre de beneficiarius durant les siècles précédents ? En d’autres termes, est-il possible d’observer, à travers la documentation papyrologique, une évolution des fonctions assumées par les beneficiarii employés dans l’administration provinciale du Haut-Empire et celles des beneficiarii devenus des fonctionnaires civils de l’administration provinciale du Bas-Empire ? Nous discuterons la première de ces questions, avant de passer en revue les diverses fonctions des beneficiarii, et nous reviendrons ultérieurement sur la seconde13.

  • 14 Garnsey & Saller 1987, 31, y voient des explications d’ordre politique et fiscal.
  • 15 Sur les expériences des personnalités chargées de l’administration de l’Égypte : Brunt 1975, part. (...)

6Chaque province, quel que soit son statut, avait ses caractéristiques et ses habitudes – et personne ne contestera le caractère particulier de l’Égypte, une province dont la gestion était fermée aux sénateurs. Le Préfet, aidé de collaborateurs particuliers (idiologue, épistratège, stratèges, iuridicus etc.), rassemblait sous son autorité l’ensemble des fonctions habituellement réparties, dans les provinces impériales, entre un gouverneur et un procurateur financier, ou dans les provinces proconsulaires, entre un proconsul, un questeur et un procurateur. Les institutions de l’Égypte sont restées fortement imprégnées d’un passé aux traditions ptolémaïques et hellénistiques et la place de la bureaucratie dans la gestion de cette province ne manque pas de s’imposer à la lueur des témoignages qui nous sont parvenus. Par ailleurs, l’organisation municipale de type romain est peu présente en Égypte durant les premiers siècles de l’Empire, par contraste avec l’ensemble des provinces occidentales. Ce n’est par exemple que vers 200/201 p.C., lors de son séjour local, que Septime Sévère accorda à Alexandrie le droit de se doter d’une boulè, jusqu’ici inexistante dans la capitale provinciale14. Auparavant, seules Antinooupolis, Naukratis et Ptolemaïs avaient un conseil municipal. L’administration et la gestion financière de cette province grande productrice de richesses agricoles nécessitaient des structures aptes à mettre en valeur ses ressources économiques sur lesquelles s’appuyaient directement d’autres régions de l’Empire, en particulier Rome et l’Italie, vers lesquelles étaient acheminés les blés et autres productions d’Égypte. Ce n’est probablement pas un hasard si un bon nombre des préfets d’Égypte ont assumé, avant ce poste, la préfecture de l’annone15. Si les problèmes de protection militaire et de résistance aux pressions de l’extérieur n’étaient certes pas les mêmes en Égypte que dans les provinces militaires aux frontières du Rhin ou du Danube par exemple, la situation de cette province au cœur des échanges commerciaux entre l’Empire et le monde oriental nécessitaient un contrôle constant de la part du préfet.

  • 16 Pline 10.20 : Trajan, en réponse à Pline : perseueremus in ea consuetudine quae isti prouinciae es (...)
  • 17 Sur les ambassadeurs des cités auprès de l’empereur et les réponses de ce dernier aux pétitions : (...)

7Comme les autres provinces, l’Égypte devait être administrée, la justice y être rendue, la paix maintenue, les ressources exploitées, les impôts encaissés, les finances tenues équilibrées, l’empereur et les dieux, vénérés. Le rôle du gouverneur consistait ici comme ailleurs à gérer au mieux sa province et ses armées, en collaboration avec les cités et les autorités locales, tout en tenant compte des besoins particuliers, des habitudes provinciales, et des moyens à disposition16. L’intervention impériale dans la gestion des provinces ne saurait cependant être négligée. En temps ordinaire, l’empereur s’appuyait principalement sur ses représentants, ses légats et ses procurateurs qu’il détachait dans ses provinces. Ces derniers étaient assistés de leurs collaborateurs personnels, qui les suivaient dans leurs diverses affectations, et de leur officium, ou “bureau”, composé de militaires recrutés le plus souvent localement, véritable élément de stabilité dans la province. L’empereur les chargeait de veiller au bon déroulement des affaires, les invitant à le consulter s’ils le jugeaient utile ou lorsque la nécessité l’exigeait. Il lui arrivait aussi d’intervenir de manière directe dans les affaires provinciales et dans celles des cités, ou parfois à travers les préfets du prétoire ou des curateurs, en particulier dans le secteur des finances. C’était le cas également lorsqu’il jugeait que le gouverneur n’était pas en mesure de défendre les intérêts de l’État, économiques, militaires ou autres, en particulier face à des dangers extérieurs susceptibles de troubler la sécurité de la province et de l’Empire, ou lorsqu’une province inermis avait besoin de forces légionnaires. Il veillait à ce que la solidarité entre les provinces soit renforcée. L’empereur intervenait aussi de manière directe et régulière dans le domaine de la justice, souvent en réponse aux plaintes de la population locale et de ses ambassadeurs venus demander au juge suprême de les défendre. Dans certains cas il s’en prenait même à ses représentants locaux, gouverneurs, procurateurs, agents de l’État ou militaires détachés localement17. Ceux-ci participaient à l’organisation des célébrations du culte impérial à travers tout l’Empire, et en particulier dans les capitales, les étapes du conuentus, les métropoles ou cités les plus importantes, ainsi que dans les secteurs militaires.

  • 18 Millar 1982, 2 et 8, souligne l’absence de témoignages directs de correspondance entre les empereu (...)
  • 19 Voir aussi Dise 1997b.

8En entrant en charge, les gouverneurs, quel que soit le type de province dont ils avaient la charge, recevaient des instructions militaires et légales sous forme de mandats. La nature relativement formelle et la portée générale de ces mandats permettent de penser que les décisions des gouverneurs devaient s’adapter dans les grandes lignes à la politique impériale18. Les mêmes schémas se répètent de province en province, dans la mesure où les besoins, les problèmes rencontrés et les moyens à disposition étaient du même ordre, en particulier lorsqu’elles jouissent de statuts identiques, d’un degré de romanisation comparable et qu’elles appartiennent à une même unité régionale et culturelle. Nous avons vu par exemple que l’installation des stations de bénéficiaires s’est faite simultanément dans plusieurs régions de l’Empire, dès l’époque de Trajan ou d’Hadrien. On ne peut manquer d’y voir une relation possible et directe avec la politique impérialiste de ces empereurs et avec le déploiement de leurs armées. Mais les différences observées dans l’organisation des stations et dans leur répartition géographique au sein de chacune des provinces témoignent de l’absence d’une structure centrale et mettent en relief la responsabilité directe de chacun des gouverneurs dans ces questions d’administration et d’organisation interne, en fonction des habitudes et des spécificités de la province19. Cela se remarque par exemple dans la localisation des stations non seulement dans les zones de frontières extérieures de l’Empire mais aussi aux frontières intérieures entre deux provinces.

  • 20 Voir à ce sujet l’analyse synthétique de Bowman 1976, part. 161 : “If Egypt is in some respects at (...)
  • 21 P 80 - P. Bostra, 1, mai 260 p.C. Plusieurs types de bénéficiaires sont attestés à Bostra même, ca (...)

9La recherche moderne a désormais clairement montré que, en dépit de ses particularités, l’Égypte n’était pas un monde à part, totalement distinct des autres régions de l’Empire20. Cela s’impose avec d’autant plus de vigueur, dans les domaines qui nous concernent, que les diversités provinciales et régionales sont partiellement estompées par le caractère relativement uniforme des structures militaires déployées. Le seul papyrus qui ne provienne pas d’Égypte en donne une confirmation. Cette pétition adressée en 260 p.C. à un bénéficiaire en poste dans la région de Bostra, ou peut-être à son assistant, est en effet comparable aux “libelles” égyptiens conservés sur papyrus sur lesquels nous allons revenir plus loin, ainsi qu’aux autres pétitions du Moyen-Euphrate récemment présentées au monde scientifique21.

10Les documents papyrologiques, en particulier lorsqu’ils sont contemporains des sources épigraphiques, révèlent dans leur multiplicité l’éventail des fonctions qu’ont pu exercer les bénéficiaires non seulement en Égypte, mais aussi dans les autres lieux, régions ou provinces de l’Empire où leur présence est attestée uniquement par les inscriptions. Afin de présenter de façon synthétique les différentes facettes des fonctions des bénéficiaires, même si dans la réalité il n’existait pas une nette séparation entre elles, nous nous proposons de les aborder dans les sections suivantes : les fonctions militaires (participation à la gestion et à l’administration des troupes ; communications et échanges d’informations entre la capitale et les provinces) ; les fonctions de police, de maintien de l’ordre, de la sécurité et de la justice (poursuite des fauteurs de troubles et des ennemis du pouvoir, notamment des chrétiens ; réception et transmission des pétitions, rédaction de rapports, arbitrages, intervention en cas d’abus des autorités locales) ; les fonctions de contrôle exercées en relation avec les affaires financières des provinces (supervision de l’encaissement des taxes et impôts, du prélèvement des réquisitions destinées aux troupes, de l’acheminement du ravitaillement militaire) ; la présence de bénéficiaires non loin des postes de douane, ainsi que dans les secteurs miniers, les carrières et les lieux de production militaire ; la supervision des travaux publics.

1. Les bénéficiaires et leurs fonctions militaires

  • 22 Arrien, Ordre de bataille contre les Alains, 1-10 ; voir aussi nos remarques Chap. I p. 21.

11Les bénéficiaires dans leur ensemble n’étaient pas en premier lieu et d’une manière régulière des soldats de combat, et ils n’ont certainement pas été employés aux premières lignes de bataille, pas plus qu’au commandement militaire22. Ils réservaient leurs compétences à des domaines tels que l’administration, le contrôle, la coordination et la communication entre les diverses troupes et les commandants ou les gouverneur ainsi qu’entre ces derniers et la population locale, cela de manière particulièrement accentuée dans les secteurs démunis de structures politiques de type romain. La proximité entre les stations de bénéficiaires et les castella, qui s’observe nous l’avons vu en particulier dans les régions de frontières, confirme s’il le faut que c’était avant tout les troupes installées dans ces camps qui assuraient la protection ou la défense des frontières. Les opérations militaires menées dans ces zones étaient dirigées par les officiers, en relation avec le gouverneur. Ses beneficiarii détachés sur place se chargeaient avec d’autres principales ou membres de son officium (singulares, frumentarii, speculatores, interpretes etc.), de la circulation des informations entre les secteurs frontaliers, la capitale et les diverses régions de la province, les frumentarii et les speculatores fonctionnant principalement comme des agents de liaison entre les provinces et Rome. Nous avons montré dans le chapitre précédent que les stations des beneficiarii étaient établies aux frontières ou en decà, mais pas à l’extérieur. L’exemple de la statio de Risingham-Habitancum ne saurait être vu comme un cas d’exception puisque le mur d’Hadrien n’était pas en soi une frontière provinciale, mais plutôt une barrière mise en place pour contrôler les entrées et sorties entre le Nord et le secteur sud de la province. Ce sont les exploratores, plus tard organisés en numeri, qui se rendaient au delà des frontières, dans les zones occupées par les tribus échappant à l’administration et aux lois de Rome, mais avec lesquelles l’Empire entretenait des contacts. Il est probable que les renseignements recueillis par ces soldats au cours de leurs interventions ponctuelles soient livrés aux officiers militaires, ainsi qu’au bénéficiaire détaché dans la région, qui les transmettait au gouverneur.

  • 23 Chap IV p. 152-153 ; sur l’existence d’un service de renseignement, déjà mise en évidence par Birl (...)
  • 24 Chap. VII p. 305-309.

12L’étude systématique des stations de bénéficiaires le long des frontières de la Germanie Supérieure a montré qu’aucune d’elles n’est antérieure à l’installation d’un camp ou castellum. En revanche, on a pu observer à plusieurs endroits, en particulier sur la ligne défensive en deçà du limes avancé, que l’activité de plusieurs stations de bénéficiaires n’a pas été interrompue lors du déplacement des troupes et de la ligne de frontières vers l’est, même lorsque le castellum à l’entrée duquel la station avaient été installée avait cessé d’être occupé23. Ces observations confirment que les beneficiarii n’ont pas été détachés par le gouverneur avant l’envoi des troupes aux frontières, pour y accomplir des missions de prospection. En fait, pour une partie de ceux qui étaient employés dans l’officium d’un gouverneur ou d’un procurateur financier, la durée de l’expérience de la vie dans le camp militaire, au sein de leur troupe, a pu s’avérer relativement limitée. Plusieurs ont en effet commencé à assumer leurs fonctions de bénéficiaire auprès de leur supérieur peu de temps après leur recrutement comme légionnaires. Il n’est pas rare, en particulier à partir du iiie s., que de telles fonctions soient confiées de préférence à des membres de familles de militaires ou d’officiales, ou même dans certains cas à des ressortissants des élites locales24.

  • 25 Pour des exemples de bénéficiaires d’un tribun légionnaire engagés dans des expéditions avec leur (...)
  • 26 CBI, 881 : Annexe 1.3.
  • 27 CBI, 820 : Annexe 1.3.
  • 28 CBI, 742 ; la formule [curante] proposée comme restitution par les éditeurs rappellerait celle que (...)
  • 29 CBI, 631 : Annexe 1.3.
  • 30 I 111, avec Chap. III p. 125.
  • 31 CBI, 589 ; son épouse n’a pas jugé bon de préciser les circonstances dans lesquelles la mort l’a f (...)

13Le dossier épigraphique fait néanmoins connaître un certain nombre de documents où il est question de bénéficiaires légionnaires, prétoriens ou equites singulares qui ont pris part avec leur troupe à une expédition militaire, ou à une uexillatio. Ils célèbrent habituellement un retour victorieux, remerciant les dieux d’avoir répondu à leurs vœux25. Leur rôle consistait avant tout à accompagner et à assister leur supérieur durant ses déplacements, dans l’exercice de ses fonctions administratives en particulier, dans des tâches d’intendance et de chancellerie, comme dans ses besoins privés. L’un d’eux, un prétorien de Rimini, a reçu des décorations militaires lors de sa participation à la campagne de Bretagne sous Claude (43-44 p.C.), alors qu’il se trouvait aux côtés de son supérieur le préfet du prétoire Rufrius Pollio26. Un autre bénéficiaire avait participé avec plusieurs commandants militaires à une expédition qui pourrait aussi bien faire penser à une chasse aux lions qu’à une campagne militaire, dans le Sud du limes de la Maurétanie Césarienne27. Un bénéficiaire anonyme de la légion III Augusta décédé pendant son service à Tolmeita-Ptolemaïs en Cyrénaïque (le titre de son supérieur n’a pas été conservé) avait peut-être fait partie d’une vexillation détachée dans cette province inermis, à moins que sa mort ne soit survenue lors de son passage dans la région dans le cadre d’une expédition à laquelle il participait avec un détachement de sa légion28. T. Valerius Marcianus participa avec sa troupe à l’expédition parthique de Lucius Verus et passa une grande partie de sa carrière en Cappadoce comme bénéficiaire dans l’officium de plusieurs gouverneurs successifs29. Ce n’était pas en sa qualité de bénéficiaire que le militaire proficiscens in bello bosporano ( !) déjà évoqué plus haut participa au iiie s. au bellum en question. Sa promotion comme bénéficiaire du gouverneur de Mésie Inférieure constitue en fait une étape postérieure dans sa carrière. Il sera ensuite nommé corniculaire à la tête de l’officium du procurateur, une promotion qui demeure unique dans le dossier des bénéficiaires30. Quant à M. Valerius Speratus, il avait déjà quitté ses fonctions de bénéficiaire à Viminacium lorsqu’il s’est rendu en Bretagne comme préfet de cohorte31.

  • 32 Cela n’exclut pas bien sûr que le détachement d’un bénéficiaire dans une station ait pu comporter (...)
  • 33 A Dertona : CBI, 884 : Annexe 1.3 ; pour un autre soldat peut-être décédé dans des circonstances c (...)
  • 34 Mócsy 1966, 323 = Mócsy 1992, 117.

14Les bénéficiaires paraissent n’avoir été qu’exceptionnellement employés à affronter directement l’ennemi, dans des combats ou au cours d’opérations militaires32. L’ensemble des inscriptions funéraires du dossier n’a livré qu’un seul témoignage d’un bénéficiaire décédé sur un champ de bataille, aciae (pour acie) desideratus. Il s’agit d’Aurelius Veteranus, le bénéficiaire d’un tribun laticlave de la légion XIII Gemina. Son monument funéraire a été érigé à Tortona-Dertona par son cousin et compagnon d’armes, un imaginifer de la même légion. Les deux légionnaires ont pu participer ensemble à un détachement de leur troupe dans la région située au nord de Gênes, au cœur des voies de communications reliant Rome et la Gaule Narbonnaise d’un côté, la Germanie de l’autre. Leur gentilice pourrait faire penser au contexte des guerres marcomaniques, lorsque la légion se trouvait en Pannonie et que fut créée la praetentura Italiae et Alpium, ou peut-être au iiie s. lorsqu’elle fut déplacée en Dacie. D’autres bénéficiaires et soldats des troupes pannoniennes (ou de Dacie ?) apparaissent dans l’épigraphie du nord de l’Italie jusqu’à Aquilée, tel ce bénéficiaire de l’officium du praeses de Pannonie Inférieure, en service détaché, en compagnie d’un centurion de la même troupe. Un bénéficiaire rattaché à la légion XIII Gemina était en poste à Arcisate à une époque relativement haute si l’on en croit l’énoncé de son titre, beneficiarius legati consularis, et un princeps de la même troupe a été tué par des latrones au passage des Alpes Iuliae. Non loin de là, un bénéficiaire consul(aris) de la légion I (ou II ?) Adiutrix a consacré un monument votif à IOM cortali ( !), probablement dans la première moitié ou vers le milieu du iie s.33 Ces militaires et membres de l’officium des gouverneurs de Pannonie ou Dacie ont pu être chargés dans cette région de missions en relation avec l’organisation et la surveillance de l’acheminement des transports vers les troupes stationnées dans ces provinces (approvisionnement, informations et autres)34.

2. Les bénéficiaires dans les fonctions de police et de maintien de lordre et de la justice

  • 35 Sur la police en Égypte d’époque romaine impériale d’après les papyrus et la police de sécurité de (...)

15Rome n’a jamais ressenti la nécessité de créer une police professionnelle et rémunérée, comparable à celle des états modernes, pas plus qu’elle n’a établi un service spécial de renseignement à proprement parler. Il est révélateur à ce titre que le latin n’offre aucun terme spécifique susceptible d’exprimer le concept même de police, ou les métiers de policiers ou de gendarmes. Comme les forces employées à de telles fonctions, la terminologie est principalement tirée de l’armée, avec à l’occasion des titres civils portés par des magistrats ou citoyens chargés de participer au niveau local au maintien de l’ordre et de la sécurité. L’autorité d’un gouverneur s’étend sur l’ensemble des troupes placées sous ses ordres ; il est responsable du maintien de la sécurité, de la paix et de la justice partout dans la province. En Égypte, alors qu’il existait à l’époque des pharaons et des Ptolémées une organisation de professionnels chargés de fonctions policières, les Romains ont abandonné le système en place à leur arrivée, confiant les fonctions de police aux soldats installés dans des postes militaires et à des gardes civils ou ϕύλακες de divers types, issus de la population locale. Les emplois de ce type, rémunérés de façon très modeste, lorsque c’était le cas, vont peu à peu se transformer et devenir des liturgies à part entière, assumées pour une période limitée35.

16Avant de passer à l’étude des documents papyrologiques susceptibles de préciser la place des beneficiarii dans les rouages de la justice et leur position d’intermédiaires dans le maintien de l’ordre et de la justice parmi les civils, nous allons étudier les quelques récits ou textes littéraires où on les voit à l’œuvre, notamment dans leur rôle de policiers chargés de poursuivre les ennemis de l’ordre et en particulier les chrétiens.

2.1. Les bénéficiaires et les chrétiens

  • 36 Apulée, Métamorphoses, 3 et 4 ; Achille Tatios, Le Roman de Leucippé et Clitophon, 4.12.2-8 ; sur (...)
  • 37 Exactions des stationarii : Robert 1943, 111-119 = OMS, I, p. 364-372 ; réponses des gouverneurs a (...)
  • 38 En Dalmatie à Salone : CBI, 480 - Diehl 396 ; à Rome : CBI, 940 - Diehl 1585 (iiie s.) :… unice ca (...)
  • 39 Voir par ex. Millar 1981, 192.

17Si les voleurs et brigands thessaliens et égyptiens ont inspiré des romanciers tels qu’Apulée ou Achille Tatios, vers le milieu ou la seconde moitié du iie s. p.C., la violence et les abus des soldats romains employés dans le rôle des gendarmes ou des policiers apparaissent de manière soutenue dans l’ensemble des sources, et en particulier dans les sources chrétiennes. Celles-ci montrent à plusieurs reprises des beneficiarii occupés, dans l’exercice de leurs activités policières, à poursuivre les chrétiens et autres malfaiteurs, dans plusieurs provinces de l’Empire36. Nous avons déjà eu l’occasion au cours des chapitres précédents d’évoquer l’amertume de la population locale, en Asie Mineure, Numidie, Judée, Égypte ou ailleurs, face aux abus de pouvoir, financiers et autres, des soldats en service détaché ou stationarii. Les communautés civiles adressaient leurs plaintes au gouverneur ou même directement à l’empereur, n’hésitant pas à envoyer dans la capitale ou à la cour un ou plusieurs ambassadeurs chargés de défendre leur cause. La population était pour sa part informée de leurs réponses et décisions par les copies de ces dernières, exposées dans les endroits publics de leur cité. Les mesures qui répondent à de telles plaintes apparaissent régulièrement dans les textes juridiques, en particulier dans ceux d’époque tardive où leur répétition incessante montre bien les difficultés des gouverneurs et du pouvoir central à résoudre ce genre de problèmes37. Les témoignages des auteurs chrétiens offrent un intéressant contraste avec les quelques documents épigraphiques du dossier où l’un ou l’autre détail suggère l’appartenance possible du bénéficiaire ou d’un membre de sa famille au milieu chrétien, à Rome, Salone ou Lambèse. L’un d’eux, daté du ve s., est le témoignage épigraphique le plus tardif du dossier, mais certains remontent à la fin du iiie s. A Rome par exemple, un bénéficiaire du préfet du prétoire et son épouse appartenaient probablement à un milieu aisé proche du christianisme, si l’on en croit le décor du monument funéraire et l’énoncé de l’inscription38. L’Égypte pour sa part n’a pas livré à notre connaissance de témoignages papyrologiques de soldats chrétiens ni d’inscriptions chrétiennes de soldats qui seraient antérieures à Dioclétien. Mais l’exemple d’Origène né d’un milieu chrétien d’Alexandrie vers 185 p.C. et les descriptions d’Eusèbe attestent l’existence d’une communauté chrétienne bien établie en Égypte dès le fin du iie et le milieu du iiie s.39

  • 40 Tertullien, Sur la fuite pendant la persécution, 13.5.38 : Nescio dolendum an erubescendum sit cum (...)
  • 41 Selon Hirschfeld 1913, 582-583, il s’agirait du Préfet de la Ville ; sur les attributions judiciai (...)
  • 42 A ce sujet : Chap. III p. 106. Pour un bf probablement en poste à Carthage : CBI, 744. Dans le Dig (...)
  • 43 Ailleurs, Tertullien, Apologétique, 2.1-8, s’insurge à nouveau contre le fait que les chrétiens so (...)
  • 44 Rien dans le texte de Tertullien ne dit que les chrétiens refuseraient de payer leurs impôts et qu (...)
  • 45 Sur les beneficiarii et l’encaissement de taxes : infra p. 243-252.
  • 46 Texte du Sifré cité et discuté Chap. II p. 73-74.
  • 47 III, 13750 – IGR, I, 860, l. 36 : de capitulo lenocini. Les différents types de militaires – tribu (...)
  • 48 Charax : CBI, 658, 659, 661 ; Chersonesos : CBI, 660 : Annexe 1.3 ; voir Chap. IV p. 188-190.

18Tertullien décrit des beneficiarii – le titre du supérieur n’est pas précisé – à l’œuvre, en collaboration avec des curiosi, dans un lieu qui n’est pas clairement défini, à l’époque de Septime Sévère40. Il pourrait s’agir de Rome, de Carthage où il réside, ou de toute autre ville de l’Empire. Si la scène se passe à Rome, les bénéficiaires en question seraient ceux du préfet de la Ville, plutôt que ceux du préfet des vigiles, dont les cohortes étaient pourtant employées au maintien de l’ordre et de la sécurité dans la capitale41. Si elle se situe à Carthage, les bénéficiaires en question devaient probablement dépendre du proconsul de l’Afrique Proconsulaire ou peut-être du procurateur chargé des affaires financières et fiscales de la province. On rappellera toutefois que si l’existence d’un officium militaire du proconsul n’est pas contestable, l’épigraphie de l’Afrique Proconsulaire n’a livré aucun témoignage explicite de beneficiarii proconsulis ou de beneficiarii procuratoris42. Selon Tertullien, les beneficiarii doivent élaborer un registre, une sorte de liste noire où figurent les noms des personnes recherchées ou surveillées par la police et contraintes à verser des taxes, commerçants, voleurs, joueurs, entremetteurs etc., ainsi que ceux des chrétiens43. Le contexte laisse entendre qu’une partie des chrétiens poursuivis tentaient d’échapper à la dénonciation et aux persécutions en achetant le silence des bénéficiaires44. Si l’on s’inscrit dans le raisonnement de Tertullien, écœuré par la situation ambiante qui poussait certains chrétiens à la corruption, et si ce témoignage est digne de foi, on retiendra que les bénéficiaires ne s’occupaient pas seulement de la mise à jour du registre des personnes recherchées et poursuivies, mais qu’ils étaient également chargés d’encaisser auprès de certaines des personnes recherchées l’impôt auquel elles étaient soumises45. Ceci explique en partie le climat de corruption, de fraude et d’exactions dans lequel sont ressentis les agissements des bénéficiaires par la population civile, ainsi que leur réputation dans les sources hébraïques de ceux qui “... ôtent même le pain de la bouche”46. On sait par des témoignages épigraphiques, notamment par une inscription de la fin du iie s. p.C. qui provient de Chersonnèse en Crimée, que le prélèvement d’un impôt sur la prostitution – de capitulo lenocini – était effectué par des militaires en détachement (uexillatio) dans la région, sous le commandement d’un tribun47. Ils dépendaient du gouverneur de la Mésie Inférieure comme le montre clairement une longue inscription bilingue qui a conservé plusieurs parties des lettres échangées sur ce sujet entre le gouverneur et les autorités locales. C’est dans cette même région de la Crimée que, dès le début du iie s. p.C. et dans les années suivantes, le gouverneur de Mésie se faisait représenter par ses bénéficiaires, dont les autels ont été mis au jour à Aï-Todor-Charax et Sébastopol-Chersonesos48.

  • 49 Passion de Fructuosus, 1.2 éd. Musurillo 1972, 176-185 : Reposito autem Fructuoso episcopo in cubi (...)
  • 50 Certes Pline 10.27 fait mention de dix beneficiarii chargés d’escorter un procurateur d’Auguste, l (...)
  • 51 Sur la question de la valeur historique de ce type de sources : Barnes 1982, 176-191, avec la list (...)
  • 52 Passion de Fructuosus, 1.4 : ex officio beneficiariis ; sur ce gouverneur : Thomasson 1972-1990, 1 (...)
  • 53 CBI, 839-854.

19En 259 p.C., ce ne sont pas moins de six bénéficiaires qui se seraient rendus chez l’évêque de Tarragone Fructuosus pour l’arrêter49. La façon dont ils sont désignés, certains par leur seul gentilice et d’autres par leur cognomen, et surtout leur nombre dans le cadre de cette mission contrastent avec l’enseignement des documents épigraphiques. Nous ne connaissons aucun document épigraphique où autant de bénéficiaires seraient employés ou détachés ensemble dans le cadre d’une même mission50. Ce nombre se justifie-t-il par le fait que la scène se passe dans la capitale où se trouvent les bureaux du gouverneur et la plupart des membres de son officium, parmi lesquels les bénéficiaires qui ne sont pas en service détaché dans la province ? Ou par le fait qu’il s’agit de l’arrestation d’un évêque ? Il est possible que, dans le cas de l’arrestation de Fructuosus comme dans celle de Marien et de Jacques par exemple, le nombre des soldats ait été exagéré à dessein afin d’accentuer le caractère dramatique de l’épisode au sein du récit51. Ces beneficiarii – dans la suite du récit, ils sont simplement désignés comme milites – sont employés dans l’officium d’Aemilianus, un gouverneur inconnu par ailleurs52. Il devait s’agir de légionnaires détachés de la légion VII Gemina, comme l’étaient leurs collègues bénéficiaires connus dans l’épigraphie de Tarragone53.

  • 54 Passion de Fructuosus, 2.2 : ex officio dictum est : Adstant. La suite du récit (ex officio benefi (...)
  • 55 Passion de Fructuosus, 4.4 : Igitur in fore amphitheatri constitutus, prope iam cum esset ut ingre (...)

20L’expression praeses te arcessit est importante puisque c’est au nom et sur les ordres d’Aemilianus le gouverneur de la province que ses bénéficiaires arrêtent l’évêque et ses diacres, et les mettent en prison. Vu leur statut et leur rôle de gardiens de la paix ou d’arbitres auprès de la population civile, les beneficiarii interviennent directement et de manière autonome dans des affaires mineures, auprès des personnes en cause et des autorités locales, comme le suggèrent certains textes papyrologiques sur lesquels nous reviendrons plus loin. Mais pour les questions d’une certaine importance – c’est le cas par exemple ici de la lutte contre les chrétiens – leurs actes dépendent directement des ordres du gouverneur, qu’ils sont chargés d’informer de la suite des événements. En sa qualité de responsable de la justice dans la province, le gouverneur va interroger les accusés au cours du procès au terme duquel il prononcera son jugement. Selon le récit, ce sont les bénéficiaires qui sont chargés d’amener Fructuosus et ses compagnons devant le gouverneur, après leur arrestation, le jour du procès et de leur audition54. Ils sont encore présents à l’issue du procès puisque c’est à eux, ex officio beneficiariis, que s’adresse Fructuosus lorsque, refusant une dernière fois de renier sa foi, il entre dans l’amphithéâtre pour y être brûlé vif55.

  • 56 Passion de Julius le Vétéran, 1-2, éd. Musurillo 1972, 261 n. 1. La même année en Égypte : P 42 (v (...)
  • 57 Passion des Saintes Agapê, Irênê et Chionê, 2-4 éd. Musurillo 1972, 280-293, part. 282-283. Sur ce(...)
  • 58 P 75.

21Les fonctions de ces bénéficiaires de Tarragone sont comparables à celles de leurs collègues en poste dans d’autres provinces de l’Empire comme le montre par exemple le récit du procès d’Agapê, d’Irênê et de Chionê, qui prit place en 304 p.C. à Thessalonique, la capitale de la Macédoine désormais rattachée au Diocèse de Mésie. La même année eurent lieu à Durostorum en Mésie Inférieure le procès et le martyre du vétéran Iulius56. Le jour même du procès des trois femmes, le greffier du tribunal Artemisius – le titre grec komentarÆsiow est la transcription du latin commentariensis – fait la lecture de la plainte accablant les trois chrétiennes devant le praeses Dulcitius, le président du tribunal57. L’accusation a été envoyée, dit-il, par le stationarius présent ici même. La suite du texte montre que le terme général de stationarius s’applique dans ce cas au militaire qui avait interrogé les trois chrétiennes peu après leur arrestation, soit au bénéficiaire Cassandre, tel qu’il se présente lui-même dans le stype protocolaire, au début de son rapport ou notaria destiné au gouverneur, Σοί τω έμω δεσπότ Κάσσανδρος βενεφικιάριος. C’était d’une manière comparable qu’avait dû procéder par exemple une quinzaine d’années plus tard le bénéficiaire Hèrôn, lorsqu’il rédigea à Hermoupolis son rapport de police dans une affaire impliquant une certaine Aurelia Demetria58.

  • 59 Passion de Fructuosus, 4.3 éd. Musurillo 1972, 286. Les relations entre des beneficiarii et des ma (...)

22Le texte (fictif ou non) de la brève notaria, insérée dans le dossier des accusées, lue au cours du procès puis reprise dans le récit de leur martyre, montre en quoi consistait l’accusation contre les jeunes chrétiennes, notamment leur refus de manger la nourriture sacrificielle, et illustre bien le rôle du bénéficiaire Cassandre. Celui-ci n’était pas en service dans la capitale lorsqu’il rédigea son accusation, mais en détachement, comme stationarius, dans la région montagneuse où les jeunes femmes s’étaient réfugiées. Sur place, c’est lui qui s’est chargé de les interroger, de rédiger le procès-verbal et de le transmettre au gouverneur, mettant ainsi en route la procédure judiciaire à leur encontre. C’est lui encore qui les a amenées ou fait amener à Thessalonique pour le jugement devant le gouverneur. Mais son devoir ne semble pas s’être arrêté là : comme ses collègues de Tarragone59 quelques années plus tôt, il assiste au procès qui se tient devant le gouverneur – l’adverbe ο ενθαδε ne laisse pas de doute sur la question de sa présence au procès –, tentant même une dernière fois à cette occasion, avec les autres soldats et les magistrats de la ville, υπο τε των στατιωνιζοντων και των πρωτευοντων, de convaincre les chrétiennes de renier leur foi.

  • 60 Passion de Marien et Jacques, 4-5, et 2.2, éd. Musurillo 1972, 198-199, avec Lane Fox 1986, 552.
  • 61 Chap. III p. 103-106.

23A Cirta, au milieu du iiie s. p.C., les chrétiens Marien et Jacques furent mis en cause par un ou deux stationarii (unus hoc aut alius stationarius miles agebat) auxquels se joignirent des centurions ainsi que des magistrats locaux. Le texte fait mention de officia militaria60. Il est possible ici aussi que le soldat désigné communément comme stationarius, dont le rôle est comparable à celui des beneficiarii, souvent employés avec des centurions dans la poursuite des chrétiens, soit en fait un beneficiarius en poste dans une station. Mais il pourrait aussi s’agir de prétoriens ou de soldats des cohortes urbaines comme ceux que l’on connaît comme stationarii dans la région et ailleurs, en particulier dans les provinces proconsulaires, en Afrique et en Asie61.

  • 62 Augustin, Coll. contre les Donatistes, 17.32. Le bénéficiaire apparaît à deux reprises, dans la co (...)
  • 63 En faveur de l’hypothèse : Lopuszanski 1951, 24-25, qui ne fait aucune allusion à la variante entr (...)
  • 64 Lepelley 1979-1982, 1, 192. Sur les curatores rei publicae, voir supra p. 215 n. 17.

24En Numidie, au IVe s., si l’on en croit le récit que saint Augustin rédigea un peu plus d’un siècle plus tard, ce sont une fois encore un bénéficiaire et un centurion qui se rendent chez l’évêque Secundus, à Tigisis, à une soixantaine de km au sud de Cirta, la capitale provinciale, à cette époque, pour y perquisitionner les Livres Saints. Ils sont en outre chargés de faire subir un interrogatoire à l’évêque qui présida le concile de Cirta en 305 p.C., de rédiger un procès-verbal, et de le transmettre aux autorités. Augustin ne précise pas dans son récit que les deux hommes agissaient sur les ordres du gouverneur ou comme ses représentants, comme les bénéficiaires de Tarragone et de Thessalonique. Selon le récit du troisième jour de la conférence, ce furent le curateur et les autorités locales qui envoyèrent les deux militaires perquisitionner chez l’évêque et qui seraient responsables de son incarcération. Ce détail n’apparaît pas dans le récit du premier jour où l’on voit les autorités municipales et les bénéficiaires ou autres militaires agir en collaboration, sans qu’une hiérarchie ne soit signalée dans leurs rapports62. Cette version du texte autorise-t-elle à conclure comme cela a été proposé que les stationarii, dans lesquels sont inclus les beneficiarii, seraient désormais subordonnés aux autorités civiles locales, alors qu’au contraire en Égypte, vers la fin du iiie s. ou le début du ive siècle, les bénéficiaires exercent encore une certaine pression sur ces dernières63 ? Ne serait-elle pas plutôt le signe que l’élite locale commença, durant le ive s., à assumer une partie des fonctions des beneficiarii, en particulier dans le domaine de la police ou de la justice comme nous le verrons plus loin, ou que le pouvoir central s’imposait avec de plus en plus de force dans les affaires des provinces ? Le curator en question, bien que choisi parmi les magistrats locaux, pouvait être le représentant du gouvernement central chargé parmi d’autres fonctions de superviser le dossier des chrétiens et la politique à suivre à leur encontre, dans la province ou dans le diocèse. C’est en effet un curator rei publicae qui interroge l’évêque Felix et qui, devant son refus d’obtempérer, l’envoie devant le tribunal du proconsul64.

  • 65 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 9.9a. 7. Sur la datation : Mitchell 1988, part. 114-115 et infra.
  • 66 Le terme σεισμος ou exaction se retrouve dans l’édit de tolérance de Maximin où il s’applique de f (...)
  • 67 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 9.2 ; Lactance, Des morts des persécuteurs, 36.3.
  • 68 Mitchell 1988, part. 106-115, et en général Millar 1993, 200-204. L’Asie sur laquelle il exerce so (...)

25Les martyres de Thessalonique et de Durostorum ne sont antérieurs que de quelques années à la lettre que l’empereur Maximin adresse en 312 p.C. au préfet du prétoire Sabinus, et dont la copie en grec nous a été transmise par Eusèbe65. L’empereur y dénonce l’arrogance et les exactions des beneficiarii et autres officiales contre les chrétiens : ινα μητε υπο των βενεφικιαριων μητε υπ αλλων των τυχοντων υβρεις μητεβ σεισμους υπομενοιειν. Il ordonne à Sabinus d’exiger des gouverneurs qu’ils restaurent la politique de tolérance face aux chrétiens66. Le changement d’attitude manifesté ici par Maximin à l’encontre des chrétiens est radical, puisqu’à la mort de Galère et malgré l’édit de tolérance de Nicomédie (30 avril 311 p.C.), Maximin continua à pratiquer une politique oppressive à leur égard. Il répondit notamment de manière favorable aux pétitions contre les chrétiens – il les aurait même suscitées selon Eusèbe et Lactance67 – que lui adressèrent plusieurs cités d’Orient, en particulier Nicomédie et Antioche. Sa politique à ce sujet est une fois encore mise en relief par une inscription récemment découverte à Kusbaba non loin de l’antique Colbasa en Lycie-Pamphylie. Elle n’est autre que la version latine – vraisemblablement l’original – du rescrit de Maximin daté du 6 avril 312 p.C. en réponse aux pétitions des habitants de Colbasa, par lequel il les autorise et les encourage même à rejeter les chrétiens de leur territoire. Cette inscription permet de resserrer la datation de son changement d’attitude par rapport aux chrétiens – et aux activités des beneficiarii – entre le début avril et la fin de l’année 312 p.C., date de sa lettre à Sabinus dans laquelle il dénonce précisément les bénéficiaires et leurs collègues, jusqu’ici employés à rechercher et à poursuivre les chrétiens ainsi que l’ensemble des ennemis de l’ordre. Entre les deux épisodes, il a été informé manifestement de la victoire de Constantin au pont Milvius, le 28 octobre 31268. L’installation progressive du christianisme comme religion officielle va mettre un terme aux activités des bénéficiaires dans la poursuite des chrétiens.

2.2. Les bénéficiaires et les rouages de la justice

2.2.1. Les pétitions adressées aux beneficiarii

  • 69 En 28-29 p.C., c’est à un magistrat civil qui semble avoir joui d’un certain pouvoir judiciaire, u (...)
  • 70 Pétitions à un bf : P 14 et 15 ; 23 ; 36 ; 39 (sur la demande de transmettre la pétition au gouver (...)

26Une dizaine de documents papyrologiques ont conservé le texte d’une pétition à l’adresse d’un bénéficiaire, sous une forme intégrale ou fragmentaire. Il s’agit dans tous les cas d’un bénéficiaire du préfet d’Égypte ou de l’un de ses successeurs. Ces pétitions représentent approximativement le sixième de l’ensemble des pétitions connues qui sont adressées par des civils à des militaires, centurions ou décurions. Comme les autres pétitions adressées aux instances locales, aux autorités supérieures ou au préfet, celles qui parviennent à l’un des bénéficiaires du préfet offrent un large éventail des motifs ou situations qui ont conduit à la plainte (conflits d’ordre privé, coups et blessures, vols, problèmes d’héritage, etc.). Ainsi, l’une des deux pétitions connues, adressées au bénéficiaire Aurelius Gordianus lors de son stationnement dans le nome Arsinoïte, provient d’un homme attaqué par plusieurs personnes étrangères au village ; l’autre, d’une certaine Aurelia Taesis qui, dès sa majorité et à plusieurs reprises, a attaqué sa famille en justice pour des affaires d’héritage et pour d’autres conflits personnels. Mentionnons aussi la pétition d’un boucher d’Oxyrhynchos, suite à l’attaque de malfaiteurs s’en prenant à son enclos à cochons, ou encore celle d’un homme qui se plaint d’un vol dont il fut la victime et prend soin d’établir l’inventaire complet de tout ce qui a disparu. C’est encore d’un vol et d’une agression dont se plaint une femme, citant les noms des responsables dont elle réclame la punition et précisant dans les détails les circonstances dans lesquelles s’est déroulé l’assaut. A ces exemples s’ajoute la plainte d’un habitant de Socnopaiou Nèsos, lésé dans une affaire d’héritage au cours de laquelle on lui aurait soustrait de l’argent et des vêtements. Datée de 167 p.C., elle représente la première pétition à un bénéficiaire qui nous soit parvenue69. Le plaignant peut aussi faire appel à un bénéficiaire lors de démêlés avec les autorités locales : dans sa pétition au bénéficiaire Aurelius Philantinous, en service à Oxyrhynchos en 280 p.C., un certain Aurelius Heraklès conteste son arrestation et son emprisonnement par les décaprotes locaux pour une affaire d’impôts fonciers exigés sur des terres qu’il ne possède pas. Il arrive aussi que les mobiles de la plainte ne soient pas toujours clairs, en particulier lorsque le texte est fragmentaire70.

  • 71 Documents où les bénéficiaires apparaissent dans leurs fonctions de police judiciaire de manière p (...)
  • 72 I 3b - AE, 1994, 1133a ; voir aussi I 3a (peut-être écrite par le même homme) et I 154a ; sur le c (...)

27Certains documents papyrologiques ne livrent qu’une allusion plus ou moins directe à l’implication d’un bénéficiaire dans une activité policière ou dans le déroulement d’une affaire judiciaire. Il peut s’agir par exemple d’une information transmise au bénéficiaire détaché sur les lieux, au sujet d’un acte criminel faisant l’objet d’une pétition aux autorités supérieures, d’un ordre envoyé par un bénéficiaire à des magistrats locaux à propos d’une arrestation ou d’une accusation contestée, d’une demande de protection ou d’aide à un bénéficiaire par un civil mis en accusation, d’une convocation à comparaître issue par un bénéficiaire, d’une attestation officielle établie par un autre, de la conduite d’une enquête en relation avec un crime, ou encore de la transmission aux personnes concernées, par les soins du bénéficiaire en service dans la région, de décisions judiciaires du préfet ou de ses collaborateurs71. C’est peut-être également par le biais d’une pétition à un bénéficiaire qu’au début du iie s., en Bretagne, un homo transmarinus se serait plaint des coups reçus injustement. Ce marchand civil se trouvait dans le secteur du mur d’Hadrien, plus précisément à Vindolanda, pour y faire du commerce avec les soldats, et sans doute aussi avec les civils établis dans les environs du castellum. L’allusion ques[tus] sum beneficiario – le titre du supérieur du bénéficiaire n’est pas précisé ; l’indisposition du préfet, à l’hôpital, est en revanche évoquée dans le texte – constitue le seul cas qui nous soit connu, dans tout le dossier des bénéficiaires, où l’accusé dénoncé à un bénéficiaire serait vraisemblablement un militaire et non pas un civil. Faut-il en déduire que le bénéficiaire en question, dans cette affaire de justice militaire, était au service du préfet en charge du castellum, et non pas au service du gouverneur ? La question reste ouverte. Soulignons simplement que sa première démarche étant demeurée sans effet, le marchand s’adresse par la suite à une personne d’influence, au gouverneur probablement, si l’on songe à l’expression tuam maies[t]atem imploro, plutôt qu’au préfet ou commandant du castellum72.

  • 73 L’absence du bénéficiaire pourrait peut-être aussi s’expliquer par un congé (sur les congés des mi (...)

28Aux nombreuses interogations que l’on se pose sur les conditions de détachement des bénéficiaires, le dossier papyrologique répond partiellement, grâce à quatre documents qui montrent clairement que les bénéficiaires, comme le personnel des douanes, ne restent en service détaché dans la même région ou le même poste que pour une durée limitée. Ces documents ne sauraient prouver l’existence d’un système unique et homogène, prévalant dans tout l’Empire et à toutes les époques, ce qui irait à l’encontre des témoignages épigraphiques rassemblés ; ils n’en révèlent pas moins qu’en Égypte aussi, où l’existence de stations comparables à celles d’Osterburken ou de Sirmium demeure mal établie, les bénéficiaires du préfet, comme ceux des gouverneurs des provinces du Rhin et du Danube, se déplaçaient à l’intérieur de la province73. Les rotations du personnel étaient censées réduire les cas de fraude et de corruption ; elles devaient aussi permettre d’assurer une transmission directe et un contrôle régulier des informations entre la capitale et les différentes régions de la province, en particulier aux frontières des provinces militaires, où le rythme des rotations se révèle très soutenu. Outre le fait que ces quatre cas nous renseignent sur les conditions dans lesquelles opéraient les bénéficiaires en Égypte, ils mettent en lumière leurs activités dans le maintien de l’ordre et dans l’exercice de la justice. Nous nous proposons donc de les passer brièvement en revue.

  • 74 P 10 ; de Laet 1975, 416-420, évoque la connivence des épitérètes ; sur le personnel des postes de (...)

291. Le premier exemple connu où s’observe le déplacement d’un bénéficiaire se rencontre dans la pétition qu’un certain Pabous, prêtre et arabotoxe dans le poste de douane de Socnopaiou Nèsos, dans le nome Arsinoïte, adresse en 139 p.C. à l’épistratège Iulius Petronianus. Il s’agit du premier témoignage papyrologique où il est question d’un bénéficiaire en service détaché mentionné dans le contexte d’un pétition, en relation avec un acte criminel commis dans son secteur. La pétition de Pabous concerne une affaire de fraude fiscale et de coups et blessures dans laquelle sont impliqués les deux responsables locaux du poste de douane chargés d’encaisser les taxes et de tenir les registres de comptabilité. Pabous accuse Polydeuces et Harpagathès non seulement d’avoir fraudé le fisc en falsifiant les comptes et en détournant de l’argent, mais aussi de l’avoir frappé et maltraité afin de lui reprendre de force le registre de comptes qu’il avait entre les mains, et qui constituait la preuve évidente de leur fraude. Il précise qu’il en a informé les contrôleurs ou επιτηρηται de la nomarchie, ainsi que le bénéficiaire en place dans la région au moment des faits. La présence du bénéficiaire à proximité ou dans les environs d’une station de douane mérite d’être soulignée. On lui connaît des parallèles dans d’autres lieux et d’autres provinces. A côté de ses fonctions habituelles, le bénéficiaire pouvait ainsi aisément contrôler le travail des agents des douanes, veiller à la sécurité et à la légalité des opérations effectuées dans ce poste du limèn de Memphis et intervenir s’il le fallait en qualité d’arbitre, en cas de troubles entre les agents du fisc et les marchands ou leurs convoyeurs. Le texte ne dit pas clairement si Pabous avait dans un premier temps adressé une pétition au bénéficiaire, en vain, avant de se tourner vers l’épistratège, la personnalité jouissant dans le nome des compétences judiciaires et policières les plus élevées. Il rappelle en celui de la tablette de Vindolanda que nous venons d’évoquer. Il est possible que, compte tenu du statut des personnalités impliquées, il ait décidé de s’adresser directement à l’épistratège, se contentant d’informer de sa décision le bénéficiaire en service local. Avait-il des raisons de soupçonner une situation de corruption, de craindre qu’envoyée au bénéficiaire ou même au stratège en place dans le nome, sa plainte contre deux personnalités locales n’ait pas beaucoup de chances d’aboutir74 ?

  • 75 P 77 ; SB, X, 10308 ; Daris 1964, 164-167 et Alston 1995, 88-90 ; sur le détachement de cavaliers (...)
  • 76 Annexe 5, avec P 13.

30L’emploi de l’adverbe τοτε en relation avec le bénéficiaire, φανερον τουτο εγενετ[o] τοις τε της νομαρχιας επιτηρητ[αις] και τω ε[πι] των τοπων τοτε οντι βενεφ[ι] κιαριωι [---] confirme qu’au moment où il adresse sa plainte à l’épistratège, le bénéficiaire informé de la fraude avait déjà quitté les lieux, sans doute remplacé par l’un de ses collègues bénéficiaires, ou peut-être par un centurion ou un décurion. D’autres papyrus de Socnopaiou Nèsos montrent qu’en 11 p.C. déjà, un centurion était posté à cet endroit où la présence d’un détachement de cavaliers semble par ailleurs confirmée en 179 et 191 p.C.75 La pétition d’un certain Pakysis, à propos d’une affaire d’héritage, confirme par ailleurs la présence d’un bénéficiaire au même endroit en 167 p.C., soit une trentaine d’années plus tard, Ηρωνι των τοπων βενεφικιαριω του λαμ[π]ροτα[του] η[γε]μονος. Soulignons l’absence dans ces deux papyrus de Socnopaiou Nèsos du participe στατιζων ou στατιωνιζων, habituellement employé en relation avec les bénéficiaires en service détaché, peut-être dans une station ? La même observation s’applique au premier témoignage papyrologique où il est question d’un bénéficiaire détaché loin de la capitale, entre 117 et 119 p.C. L’expression Ουλπιον Μαλχον βενεφικιαριον Ραμμιου του κτατιστου ηγεμονος ημων επιμελομενον της υπο σε περιμετρου ανδρα, sans parallèle direct connu dans le dossier, décrit le secteur placé sous la responsabilité du bénéficiaire, dans la région d’Apollonopolis. Dans les inscriptions des bénéficiaires, le concept de station apparaît dès le iie s., sous le terme latin de statio ou dans sa transcription grecque, alors que dans les papyrus, le premier emploi connu du participe στατιζων pour un bénéficiaire n’est pas antérieur à 232 p.C.76

  • 77 Le participe επισταθμος se retrouve dans la fameuse inscription où il est question de la fondation (...)
  • 78 P 42 (304 p.C.), avec Bagnall 1996a, 169 n. 112 ; pour l’exemple le plus tardif d’une pétition à u (...)

312. L’adverbe τοτε se retrouve, sur un papyrus daté de 304 p.C., en relation avec un bénéficiaire en service détaché. C’est par l’intermédiaire de son bénéficiaire alors en poste à Oxyrhynchos δια Μαρκελλινου τοτε επισταθμου que le préfet d’Égypte Clodius Culcianus avait assigné un homme et sa belle-sœur, en litige pour une question d’héritage, à se présenter devant les λογοθεται, c’est-à-dire devant son bénéficiaire stationné sur place, Marcellinus, et deux anciens archontes de la cité. La suite de ce papyrus nous apprend que Marcellinus a ensuite quitté Oxyrhynchos (απηλλαγη). On ignore s’il a été déplacé au cours de l’affaire dans un autre poste, s’il est retourné dans la capitale, dans les bureaux du gouverneur, ou s’il a pris sa retraite. Elle montre en outre que les participes στατιζων et επισταθνος sont employés en relation avec le même bénéficiaire et se révèlent donc parfaitement interchangeables77. Ce papyrus représente l’exemple daté le plus tardif qui nous soit parvenu d’une pétition datée adressée à un bénéficiaire στατιζων78.

  • 79 P 75. Voir aussi P 30 et Épilogue. Sur les propoliteuomènes, qui sont en quelque sorte les princip (...)
  • 80 Le rapport en question était destiné au bureau du praeses ou des autorités compétentes (de même qu (...)
  • 81 L’expérience acquise dans les bureaux du gouverneur, sous forme de stage ou au fil des années pass (...)
  • 82 Voir Épilogue, où il est question de l’interdiction aux stationarii de recevoir des pétitions.

323. La pétition d’Aurelia Demetria à Aurelius Olympiodorus, προπολιτευομενος d’Hermoupolis et du nome, illustre le rôle du bénéficiaire dans le déroulement du processus judiciaire et révèle la durée limitée de son détachement dans un même poste79. Demetria se plaint du caractère mensonger d’un rapport établi par Hèrôn, un bénéficiaire de l’officium du préfet de Thébaïde en service à Hermoupolis au début de l’affaire, soit avant 330 p.C., εξ ονοματος Ηρωνος βενεφικιαριου μεστα ψευδολοιας80. Elle affirme qu’elle n’était pas convenue avec le bénéficiaire des chiffres cités dans son rapport – il est question d’arrhes versées lors d’une vente de terrains –, précisant qu’au moment où elle était à Hermoupolis, ce dernier se trouvait vers le sud de la Thébaïde ο ων τοτε εν τη ανω Θηβαιδι ενταξας. Elle conteste en outre l’accusation du bénéficiaire selon laquelle elle aurait agi de manière illégale πραγμα παρανομον. Selon ses dires, contrairement à l’affirmation du bénéficiaire, son fils n’aurait pas dû co-signer le contrat puisque l’objet de la vente était un héritage de ses parents. Sans vouloir entrer dans les détails juridiques sur cette question, on pourra se faire une idée, à la lueur de ces quelques informations, du type de connaissances que les bénéficiaires étaient supposés maîtriser pour pouvoir exercer correctement leurs fonctions dans ce domaine81. Le fait que Demetria adresse sa pétition au προπολιτευομενος d’Hermoupolis ne permet pas de conclure qu’aucun bénéficiaire n’a succédé à Hèrôn dans le poste, ou que les bénéficiaires du praeses de Thébaïde ne sont désormais plus habilités à recevoir des pétitions. Il n’en demeure pas moins certain qu’ils se virent progressivement remplacés dans ce rôle par les magistrats ou membres de l’élite locale, de plus en plus régulièrement appelés, au cours du ive s., à exercer des fonctions policières et des responsabilités dans le maintien de l’ordre et de la justice, au titre des liturgies82.

  • 83 P 14 et 15, avec Thomas 1977 qui restitue de manière convaincante la date de la révolte et du P 14 (...)
  • 84 P 79 ; dans les pétitions qui nous sont parvenues, lorsque le participe στατιωνιζων ou στατιζων es (...)

334. Le dernier exemple susceptible de révéler le déplacement d’un bénéficiaire se rencontre dans la pétition d’Aurelia Taesis au bénéficiaire Aurelius Gordianus, Αυρηλιω Γορδιανω βενεφικιαριω στατιζοντω ( !), en poste à Kôm Ousîm, dans le village de Karanis dans le Fayoum. En proie à un conflit de longue date avec des membres de sa famille, Taesis accuse son oncle Chaeremon d’avoir saisi l’héritage légué par son père ; elle se plaint en outre des coups reçus de la femme et des filles de ce dernier. La date de la pétition n’a pas été conservée, mais un ensemble de documents en relation avec l’affaire, qui se situe pendant la période de l’usurpation de Domitius Domitianus, a permis de la restituer avec précision, au 21 décembre 297 p.C. Le même bénéficiaire Gordianus était déjà en poste dans le nome Arsinoïte durant la première année du règne de Domitius Domitianus, qui a pris fin avec celle de l’année égyptienne à la fin du mois d’août 297 p.C.83 La même année 297 p.C., en septembre, Taesis et sa soeur adressent ensemble une pétition à un autre officier de police en poste sur place, στατιζοντι, un certain Aurelius Leontius dit Isidorus, dont le titre exact est perdu. Compte tenu du contexte, il pourrait s’agir d’un bénéficiaire, que l’on restitue ce titre dans la lacune précédant le participe [βενεφικιαριω] στατιζοντι, ou que l’on considère ce participe employé seul comme un substantif, en lieu et place du titre de bénéficiaire. Cela impliquerait la présence de deux bénéficiaires – Aurelius Gordianus et Aurelius Leontius dit Isidorus – en service simultanément à Karanis84.

  • 85 P. Cairo Boak, 21 et 22, avec Boak & Youtie 1971, 322.
  • 86 Boak & Youtie 1951, 323 ; P. Cair. Isid., 63 Introd., p. 255-256.

34L’adresse “au bénéficiaire chargé de la décadarchie”, τω ενπεπιστευμενω την δεκαταρχιαν βενεφικιαριω qui figure dans la pétition de Taesis, est unique. Comme dans les exemples précédents, le bénéficiaire en question devait en fait être le prédécesseur dans le poste du bénéficiaire Gordianus. La pétition de Taesis à Aurelius Gordianus montre que la plaignante était résolue à obtenir gain de cause, même si ses tentatives précédentes étaient restées vaines. Son nom apparaît encore dans deux autres papyrus pour cette même affaire d’héritage. Elle avait en effet déjà adressé plusieurs requêtes avant celle-ci, l’une au prostatès du village, et une autre au stratège du nome, sans obtenir satisfaction85. Le fait qu’elle s’adresse (pour la seconde fois, dit-elle) au bénéficiaire de la décadarchie suggère qu’à la réception de la pétition, le stratège a renvoyé le cas devant le bénéficiaire en service sur les lieux, ou dans la décadarchie, selon ses termes, sous la forme habituelle d’un υπογραφη. Ce serait à la suite de cela que Taesis s’est adressée à ce bénéficiaire, puis, l’affaire traînant, Chaeremon refusant de se plier aux ordres, au successeur de ce bénéficiaire à Karanis, soit à Aurelius Gordianus, βενεφικιαριω στατιζοντω. Rien ne permet de penser que le statut des deux bénéficiaires était différent, l’expression τω ενπεπιστευμενω την δεκαταρχιαν βενεφικιαριω ne signifiant pas à notre avis, contrairement à ce que pensaient les éditeurs du document, que ce bénéficiaire ou que les bénéficiaires en général avaient rang de décurion86. Ce document nous invite toutefois à nous interroger sur le statut et l’étendue des responsabilités et attributions judiciaires des bénéficiaires, des décurions et des centurions.

2.2.2. Centurions, décurions et beneficiarii en service détaché : détenteurs d’un pouvoir judiciaire ?

  • 87 Par exemple à Socnopaiou Nèsos : Annexe 5 ; P 10 et P 77 en 139 et 167 p.C., avec BGU, 52 ; pour l (...)
  • 88 P 38 et P. Oxy., 64.

35Les pétitions que la population civile adresse aux centurions, décurions ou bénéficiaires en service détaché auprès d’elle επι των τοπων ou επισταθμοι révèlent que ces militaires pouvaient accomplir des fonctions de même type pour le maintien ou le rétablissement de l’ordre, de la paix et de la justice, et cela non seulement dans un même nome, mais dans les mêmes régions, cités ou villages87. Cela s’observe aussi dans deux documents de même nature, tous deux envoyés à des kômarques d’un village, l’un par un bénéficiaire en service détaché, l’autre par un décadarque88. L’autorité du bénéficiaire en question, en poste à Oxyrhynchos, s’étendait sur les villages voisins, notamment jusqu’à Terythis, à une vingtaine de km d’Oxyrhynchos, sur l’autre rive du Nil, où il dépêche l’un de ses assistants υπηρετης avec une lettre destinée aux kômarques. Le bénéficiaire leur ordonne le renvoi immédiat d’un certain Pachoumis, un habitant de la métropole, πολιτην οντα, qu’ils ont arrêté le jour même, σημερον. Il leur enjoint de ne pas retenir son assistant, précisant qu’ils peuvent l’accompagner s’ils souhaitent lui faire part de leurs plaintes au sujet de Pachoumis. Le fait que le papyrus provienne d’Oxyrhynchos suggère que l’assistant du bénéficiaire est revenu chez ce dernier avec la lettre en question. Ce document met en évidence l’étendue territoriale (le rayonnement d’une statio ? d’une cité et de son territoire, d’une regio ?) sur laquelle opéraient les bénéficiaires. Il permet en outre de se rendre compte de la rapidité des communications et de l’intervention du bénéficiaire, informé le jour même à Oxyrhynchos de l’arrestation de Pachoumis à Terythis. Enfin, il montre que sa réaction est immédiate, qu’il prend sa décision de manière autonome, et que les kômarques doivent se plier à son autorité.

  • 89 P. Tebt., 304 (167-168 p.C.) : décadarque du nome Arsinoïte ; PSI, 3, 184 (292 p.C.) : décadarque (...)
  • 90 Chap. II p. 74 avec dans le même sens le texte de Pline 10.77 et 78, où il est question d’un centu (...)

36Les centurions ou décurions auraient-ils été responsables d’un district plus vaste, composé de différents secteurs dont chacun serait placé sous l’autorité d’un bénéficiaire επι των τοπων89 ? Serait-ce ainsi qu’il convient de comprendre les expressions telles que “le décadarque du nome Arsinoïte” ou “le décadarque chargé de maintenir la paix dans le nome Hermopolite”, ainsi que le titre de centurio regionarius ? Rappelons, à ce propos, le passage déjà cité de Flavius Josèphe sur le détachement des centurions dans les villes, et celui des décurions dans les campagnes, à une époque où il n’était pas encore question du détachement des bénéficiaires du gouverneur90.

  • 91 Sur les promotions ex equite romano : Dobson 1972, part. 195 ; rappelons à ce propos l’exemple (ci (...)
  • 92 Si l’on en croit les chiffres récemment proposés (Speidel jun. 1992, part. 101 et 105), un centuri (...)

37Les centurions et décurions se distinguent sur plusieurs plans des bénéficiaires du gouverneur, notamment par leur rang dans la hiérarchie et par leur solde, plus élevés, et parce qu’ils étaient chargés du commandement militaire sur leurs troupes. A la différence des beneficiarii, rattachés à l’officium du gouverneur et à une province, les centurions et décurions pouvaient être appelés, au cours de leur carrière, à se rendre dans plusieurs provinces, à la tête de différents corps de troupes91. Le système de détachement de beneficiarii mis en place dès Trajan, comme nous l’avons vu, n’a cessé de se développer par la suite. Lorsque les armées s’employaient à étendre les limites de l’Empire et à les défendre face aux pressions extérieures, les gouverneurs devaient continuer à assurer la gestion interne des provinces, l’exercice de la justice, la sécurité des transports destinés aux troupes, sans pour autant risquer de détourner un trop grand nombre de centurions et de décurions de leurs fonctions de commandants militaires. L’emploi de bénéficiaires dans des fonctions comparables à celles des centurions et décurions auprès des civils, mais sans le commandement de troupes, permettait de délester ces commandants militaires d’une partie de leurs charges administratives en relation avec la population civile. Cela représentait en outre un avantage financier important dans le budget des armées provinciales92.

  • 93 Voir à ce sujet P 80, qui apporte de nouvelles informations sur les relations fonctionnelles dans (...)
  • 94 Il en va de même pour les bénéficiaires qui, dans la capitale, n’ignoraient pas l’autorité du cent (...)

38Le dossier livre plusieurs exemples de contacts et de collaboration entre des bénéficiaires et des centurions. Certains documents pourraient exprimer un rapport de soumission entre le bénéficiaire d’un gouverneur et un centurion en poste dans la même région93. Peut-on y voir de manière explicite et irréfutable la preuve de l’autorité d’un centurion sur l’un des bénéficiaires du gouverneur, en poste au même endroit ? Certes le bénéficiaire appartenait à une centurie et il ne pouvait ignorer la supériorité hiérarchique du centurion au même endroit94. Mais son rattachement direct au gouverneur, qu’il représentait et à qui il rendait personnellement des comptes, porte à croire que ce lien était prioritaire.

  • 95 Bingen et al. 1992, part. 76 et pour des attestations de stationarii sur la route du Porphyritès o (...)
  • 96 IGB, I, 277 où la restitution de υπερ devant le génitif κεντυριωνος semble s’imposer. La présence (...)

39L’autorité hiérarchique d’un centurion sur des stationarii – leur titre précis et leur rang n’est pas précisé – s’observe dans les nombreux ostraca du Mons Claudianus en Égypte, en particulier dans les laissez-passer accordés par des centurions à des stationarii. Mais on ne saurait y voir un parallèle puisque, dans ce contexte, les stationarii sont de simples gregales qui sous les ordres de leurs commandants se relayaient dans des stations le long de la route du Porphyritès pour contrôler le passage et encaisser des péages95. Un fragment d’inscription en grec des environs de l’antique Odessos fait penser qu’un stationarius en poste sur place était employé sous les ordres d’un centurion96.

  • 97 P 21.
  • 98 P 19.
  • 99 Ou le tribun en question serait-il rattaché au consilium du Préfet ? A ce propos : Humbert 1964, 1 (...)

40Les trois types de militaires (bénéficiaire, centurion, décurion) apparaissent ensemble dans une lettre du ive s. qu’un médecin, un certain Eudaïmon, adresse à sa mère. Le texte n’est malheureusement conservé que partiellement sur des fragments de papyrus dont la provenance est inconnue. Évoquant les problèmes judiciaires qui le concernent, sans doute pour un cas d’héritage, il fait allusion à la crainte que l’affaire ne parvienne au préfet et à une punition imposée par un centurion et un décurion εκολαζοντο δεκαδαρχος και εκατονταρχος. La suite du texte a conservé la mention du titre de bénéficiaire dans un contexte dont les détails nous échappent, ---εβληθη δια τουτο βενεφικιαριος [..]ι [---]...97. Un papyrus du Fayoum, de la seconde moitié du iiie s., signale la punition d’un civil et son enfermement par les soins d’un bénéficiaire d’un tribun. Les termes εγκλεισθεντα et κολασαντος ne laissent aucun doute à ce sujet98. Le bénéficiaire avait probablement agi sous les ordres de son supérieur, lui-même à la tête de troupes établies dans le Fayoum, et à ce titre responsable du maintien de la paix99. L’intervention du dikaiodotès ou iuridicus donnant l’ordre qu’on lui ramène sous surveillance militaire l’homme enfermé et puni par le bénéficiaire semble s’inscrire dans la suite normale du processus légal envers la personne arrêtée dont le jugement devait être assuré par une autorité compétente. Rien ne permet de croire a priori dans le cas précis que le bénéficiaire Maximus aurait abusé de son pouvoir.

  • 100 Dans les litiges concernant des héritages : Digeste, 47.19.3 : extra ordinem apud praefectum urbi (...)

41Il est difficile d’établir, à la lueur des sources qui nous sont parvenues, l’étendue du pouvoir des militaires auxquels la population civile locale faisait appel. Les bénéficiaires jouissaient-ils officiellement d’un réel droit d’intervention en vue du maintien de la paix et de l’ordre (arbitrage, conciliation, garde de paix), ou même d’une juridiction sommaire, dans des affaires mineures ? Étaient-ils chargés d’une autorité de facto, en raison de leur statut de représentants du gouverneur, ou seulement de cas en cas, par délégation du gouverneur ou préfet ? L’autonomie dont ils font preuve dans certains papyrus laisse entendre qu’ils intervenaient directement auprès des fauteurs de troubles, en particulier dans les campagnes et les secteurs isolés, où ils étaient les seuls représentants de l’autorité romaine accessibles à la population civile. L’absence de témoignage direct d’une sentence pénale prononcée à l’encontre d’un civil par un bénéficiaire, sous la forme d’une subscriptio, par exemple, ne permet pas a priori de conclure que ces derniers étaient démunis de tout pouvoir d’intervention. Lors d’un vol ou d’un litige à propos d’un héritage, le plaignant se voit habituellement offrir l’alternative entre une action en justice ou uindicatio, à l’adresse de ceux qui possèdent le ius ordinarium, ou un appel au gouverneur (ou préfet de la Ville, si l’affaire se passe à Rome), selon la procédure extra ordinem100. C’était peut-être de cette procédure dont il est question dans la lettre d’Eudaïmon. Mais le papyrus est trop fragmentaire pour s’en assurer, et les évidences manquent pour tirer des conclusions décisives sur la juridiction des militaires qui y sont mentionnés.

  • 101 Duumvirs et justice : cf. La Lex Irnitana, part. Chap. 86-92, avec González & Crawford 1986 ; sur (...)
  • 102 Pline 10.77 et 78 (voir supra n. 90 et Chap. II p. 69 et 75) ; sur les relations fonctionnelles en (...)
  • 103 CBI, 614 ; voir aussi I 121 ainsi que CBI, 530 avec la discussion Chap. VII p. 310-311 sur les lie (...)
  • 104 Chap. IV, passim ; l’immu[n]is cos a[ge]ns uico Salod[ur(o)] à Soleure, en 219 p.C. (XIII, 5170 - (...)

42Dans les municipes ou colonies ainsi que dans les régions dotées d’institutions calquées sur le modèle romain, ce sont les magistrats habilités à exercer la justice locale, ou duumuiri iure dicundo, qui détiennent le ius ordinarium et ont le droit de nommer chaque juge et arbitre (iudex et arbiter). Des gardes, les phylarques ou les irénarques par exemple, attestés en Asie ou en Égypte, ou des magistrats ou anciens magistrats locaux, tels les praefecti arcendis latrociniis (ou arcendo latrocinio), connus dans l’épigraphie de Nyon en Suisse, où ils avaient accompli les fonctions d’édiles, assumaient également des responsabilités dans le maintien de la paix et de l’ordre dans la région, et dans la lutte contre le brigandage101. Lorsque les gouverneur le décidait ou que les communautés locales lui en formulaient la demande, un centurion ou l’un des bénéficiaires du gouverneur pouvait être détaché sur les lieux pour collaborer avec les magistrats de la colonie ou du municipe, en particulier dans le domaine de la police et justice et dans celui de la gestion et du contrôle des finances102. L’intégration du bénéficiaire M. Pompeius Lucius dans l’ordre des décurions de plusieurs cités de Mésie Inférieure pourrait s’expliquer comme une manifestation de reconnaissance de ces cités, peut-être en remerciement de l’aide ou des services qu’il a pu leur rendre103. Dans les campagnes et régions peu urbanisées ou démunies d’institutions locales romaines, dans les villages thraces, égyptiens ou syriens par exemple, mais aussi dans ceux de Germanie Supérieure ou d’ailleurs, ainsi que dans les secteurs en bordure des frontières ou du limes, dans les environs des castella, où la présence de militaires attirait une population civile (familles, artisans, commerçants, prostituées, etc.), les commandants militaires et les représentants du gouverneur en poste sur les lieux devaient en quelque sorte combler l’absence ou la faiblesse des responsables civils locaux104.

  • 105 Pour un exemple d’affichage public : P 48. Sur la place de l’arbitrage en général : Bagnall 1996a, (...)
  • 106 Pour un exemple de souscription latine peut-être due au bénéficiaire à qui la pétition a été adres (...)
  • 107 Par ex. P 38 ; P 42 : την νομην παραδοθηναι δια Μαρκελλινου τοτε επισταθμου ; P 48 ; P 10 ; bf mes (...)

43Pour revenir à leurs fonctions dans le domaine de la justice et du maintien de l’ordre, les beneficiarii, nous l’avons vu plus haut, ne se contentaient pas de réceptionner les pétitions qui leur étaient adressées. Ils jouissaient comme les centurions et décurions d’une autorité sur les magistrats des villages voisins auxquels ils adressaient leurs ordres. Ils étaient officiellement chargés de transmettre aux personnes concernées, par affichage public si nécessaire, les instructions ou sentences émises à leur sujet par le préfet ou par ses subordonnés, et pouvaient être amenés à convoquer les parties opposées à se présenter devant eux. Dans les affaires mineures, ils tentaient avant tout de concilier les parties adverses en jouant un rôle d’arbitre, afin d’éviter que chaque petit litige ne se transforme en une pétition au préfet105. Lorsque les plaignants décidaient, malgré les efforts de conciliation, de faire appel aux instances supérieures, les beneficiarii étaient chargés de contrôler la recevabilité de la pétition, de s’assurer de sa transmission et de la conservation des copies des divers éléments du dossier, pour les archives, et pour les retourner aux personnes concernées, une fois l’affaire classée106. En un mot, ils jouaient sous divers plans un rôle d’intermédiaires entre la population ou les autorités locales et le bureau du gouverneur où œuvraient, parmi d’autres officiales, leurs collègues beneficiarii restés dans la capitale107.

  • 108 P 63.
  • 109 P 77 ; voir aussi P 39 et peut-être P 50, avec MacMullen 1963, 52-53 n. 9. Pour des formules compa (...)

44Les bénéficiaires répondaient aux besoins de la population locale qui leur soumettait ses problèmes, querelles, conflits, plaintes de tout genre, voyant en eux les représentants, atteignables de manière directe et personnelle, des autorités supérieures. Dans certains papyrus, les plaignants demandent au bénéficiaire ou au centurion son aide ou son intervention, en vue d’obtenir justice. Ceux-ci représentent en effet souvent les seuls interlocuteurs auxquels ils peuvent accéder sur place de manière rapide, dans les villages en particulier, sans trop de difficultés, de perte de temps, ou de frais. L’intervention du bénéficiaire dans le cas de l’arrestation de Pachoumis par les kômarques de Terythis en est un exemple, comme nous venons de le voir, de même que la requête d’Aurelius Heraklès. Emprisonné par les décaprotes de la toparchie d’Oxyrhynchos, οι της ανω τοπαρχιας... δεκαπρωτοι à cause d’un retard dans ses impôts sur des terrains qui ne lui appartiennent pas, il adresse sa pétition à Aurelius Philantinous, bénéficiaire du préfet d’Égypte stationné localement, διακειμενω εν τω Οξυρυγχιτη, lui demandant de l’aider à retrouver sa liberté108. A Socnopaiou Nèsos en 167 p.C., c’est un prêtre, se considérant lésé lors d’un héritage, qui demande au bénéficiaire Hèrôn de punir les coupables, <α>ξιω αχθηνα[ι] αυτον επι σε και το ακολουθον γενεσθαι. Cette requête ne constitue évidemment pas la preuve que le bénéficiaire était habilité à juger lui-même les coupables, sur simple demande d’un plaignant. Ce genre de demande et les nombreux parallèles connus, notamment dans des pétitions adressées à des centurions, révèlent simplement la possibilité d’une intervention directe de la part des ces militaires dans les affaires qui leur étaient soumises109. Lorsque le plaignant s’adressait au bénéficiaire en service dans la région ou au commandant militaire, ce dernier tentait en premier lieu de concilier les deux parties, afin de rétablir l’ordre. Mais son intervention n’était pas toujours efficace comme le montrent plusieurs des exemples évoqués précédemment.

  • 110 Par ex. P 75.
  • 111 Sur la présentation des pétitions : Thomas 1982, 116 ; voir aussi les remarques de Bagnall 1996a, (...)

45Aussi le plaignant décidait-il parfois d’adresser sa pétition directement au préfet, ce qui pouvait nécessiter de sa part un engagement financier non négligeable. Il devait en effet la lui présenter en personne, ou par l’intermédiaire d’un représentant qu’il chargeait de la présenter au préfet. Il pouvait aussi adresser une pétition au bénéficiaire ou au responsable local en lui demandant expressément de la transmettre au préfet. Le bénéficiaire menait son enquête, interrogeait les deux parties et rédigeait son rapport, qu’il faisait parvenir aux bureaux du préfet, avec la pétition110. Si la pétition était considérée comme recevable, le préfet pouvait décider d’écouter lui-même les parties adverses au cours d’un procès, à Alexandrie ou lors de ses tournées conventuelles, avant d’émettre son jugement, en sa qualité de juge suprême111.

  • 112 CBI, 738. Le nom du préfet est inscrit au même endroit ; l’inscription dit qu’il a entendu Memnon (...)

46Certains bénéficiaires côtoyaient le préfet durant ses tournées conventuelles, tel Flavius Origenes par exemple, qui formule des vœux pour son supérieur le préfet M. Ulpius Primianus lors de leur visite commune à Thèbes, en février 196 p.C. Il grave son nom sur la jambe gauche du Colosse de Memnon, non loin de celui de son supérieur, en précisant son titre, beneficiarius eius. La date de cette visite à caractère touristique indique qu’elle a eu lieu lors de la tournée conventuelle du préfet, qui prenait place chaque année entre janvier et avril. Le passage à Thèbes se situait habituellement, selon l’itinéraire prévu, vers la fin février et durant le mois de mars. Le préfet était accompagné de son consilium, de ses assistants et de soldats, comme ceux qui accompagnaient Arrien dans son voyage d’inspection sur la côte du Pont-Euxin, au cours duquel il s’est chargé personnellement de verser la solde à ses troupes. On ne sait si Origenes accompagnait le préfet tout au long de sa tournée, ou seulement lors de son passage dans la région de Thèbes où il était détaché, comme Pathermouthis, Hèras et Athènodôros par exemple, qui ont gravé leur nom sur les tombeaux des rois. La présence de bénéficiaires est attestée dans plusieurs des étapes de la tournée conventuelle du préfet, à Antinooupolis, Coptos, et Thèbes, ou dans les villages voisins112.

  • 113 Haensch 1994, 487.
  • 114 Sur cette question, voir R. Haensch, Le pouvoir de décision des officiales (à paraître ; texte pro (...)
  • 115 Centurions et tribuns comme iudices : Brunt 1975, 134 (repr. Brunt 1990, 232) et Davies 1989, 184  (...)

47Pour se faire une idée de la lourdeur de la tâche des gouverneurs en matière de justice, il suffit de considérer l’exemple du préfet d’Égypte Tiberius Claudius Subatianus Aquila (206/211 p.C.) qui, au cours de l’une de ses tournées conventuelles, s’est vu recevoir 1 804 pétitions, en l’espace de trois jours113. Les affaires soumises à son jugement lui étaient présentées sous la forme d’un résumé rédigé par ses officiales, sur la base des pétitions et des rapports reçus des militaires ou magistrats locaux114. Il lui suffisait d’émettre sa décision, par oral et de manière expéditive, ses officiales se chargeant de prendre des notes sous forme de sténographie. Toutefois, même si l’on considère la rapidité avec laquelle il pouvait se prononcer sur les pétitions grâce à l’efficacité des mesures mises en place et au travail de ses officiales, le préfet ne pouvait pas se prononcer sur l’ensemble des causes qui lui étaient adressées. Il devait donc déléguer une partie des affaires à ses collaborateurs judiciaires – épistratèges, stratèges, iuridicus etc. – et faire appel, en particulier pour les affaires mineures, à des iudices delegati ou dati choisis parmi les magistrats locaux ou les responsables militaires détachés dans la région, centurions, praefecti cohortis ou tribuns. Il est possible que des beneficiarii aient été désignés dans des fonctions comparables, mais nous n’en avons aucun témoignage formel115.

  • 116 P 42, avec MacMullen 1963, 54 n. 15.

48Appelé à juger un conflit au sujet d’un héritage, à Oxyrhynchos en 304 p.C., le préfet demande aux deux parties de se présenter devant des logothètes, c’est-à-dire son bénéficiaire en poste localement et deux anciens magistrats locaux, απαντησαι ημας επι τους δοθεντας λογοθετας τον τε στατιζοντο βενεφικιαριον Μαρκελλινον και Βερενικιανον και Διοσκουριδην αμφοτερους αρξαντας βουλευτας της αυτης πολεως116. Les fonctions de ces logothètes ne sont pas clairement définies : jouissaient-ils d’un véritable pouvoir juridictionnel ou leur rôle se limitait-il à celui d’arbitres, de conciliateurs, de juges de paix ? Cela est d’autant plus difficile à déterminer que l’accusée en question a refusé de se présenter devant eux et que l’affaire a donc été renvoyée devant le logistès du nome d’Oxyrhynchos.

49Le fait que le préfet désigne explicitement son bénéficiaire comme logothète – soulignons l’absence du terme κριτης – indique-t-il qu’en dehors d’une délégation préfectorale spécifique, les bénéficiaires seraient démunis de ce type de pouvoir ? Ou la désignation de son bénéficiaire comme logothète s’explique-t-elle par le devoir du préfet de répondre personnellement à toute pétition qui lui était adressée en nom propre, qu’il décide de juger l’affaire lui-même ou de déléguer ses compétences aux instances locales ou à des iudices dati ou delegati, dans les affaires d’importance secondaire ? Le contexte ne permet pas de trancher. Mais il ne paraît pas totalement invraisemblable dans certains domaines précis de moindre importance (vols, conflits à propos d’héritages par exemple), les bénéficiaires du préfet, dont nous venons de souligner le rôle d’arbitrage, aient pu exercer un pouvoir sommaire, en pratique plus qu’en droit et sur un plan policier plus que judiciaire, par délégation du préfet, comme les commandants militaires cités plus haut, ou peut-être même de facto, en vertu de leur statut de représentants directs du gouverneur.

50Les collaborateurs directs du préfet dans l’exercice de la justice déléguaient probablement aux mêmes beneficiarii l’exécution de décisions et la supervision de leur application, comme le suggère l’affaire d’héritage déjà évoquée plus haut à propos d’Aurelia Taesis. Avant sa pétition au bénéficiaire Aurelius Gordianus, en 297 p.C., Taesis s’était adressée au prostatès du village, puis au stratège du nome, sans obtenir satisfaction. A la réception de la plainte, le stratège a pu soumettre le cas au bénéficiaire en activité localement, sous la forme habituelle d’un υπογραφη, comme l’ont présumé les éditeurs. C’est à la suite de cela que Taesis a adressé sa requête – pour la seconde fois, dit-elle, deÊteron – au bénéficiaire de la décadarchie. Selon les dires de la plaignante, ce dernier aurait ordonné à Chaeremon de lui rendre son dû, ordres auxquels Chaeremon a refusé de se plier και εκελευσεν αυτων αποδουναι απερ εν κολφοις εχει αλλ ουκ απεδοτο. La lenteur de la procédure explique que la plaignante ait dû ensuite contacter Gordianus, le bénéficiaire nouvellement détaché sur les lieux.

  • 117 A ce sujet, voir nos remarques p. 247 concernant CBI, 735 et 736, ainsi que CBI, 41 et Chap. II p. (...)
  • 118 P 13 ; voir aussi P. Giss., 11 (118 p.C.). Il est inhabituel, du moins à cette époque, qu’un strat (...)
  • 119 L’agenda du stratège : P 8 ; le texte est fragmentaire : le titre de centurion est restitué et une (...)
  • 120 P. Oxy., 1185.
  • 121 P 46 ; pour une liste d’articles du même genre adressés à un stratège au iie s., également en rela (...)
  • 122 Sur ces questions : Chap. I et VI ; sur les empereurs et les cultes locaux : Halfmann 1986, 114-11 (...)

51Ce document montre l’importance des bonnes relations entre les bénéficiaires du préfet avec les autorités romaines en place aux mêmes endroits – stratège, épistratège, préfet de la Montagne etc. –, en dehors de rapports hiérarchiques117. La lettre de recommandation qu’un certain Faberius Mundus adresse à l’un de ses amis stratège dans le nome Apollonopolite Parva au sujet d’Ulpius Malchus, un bénéficiaire du préfet d’Égypte Q. Rammius Martialis (117-119 p.C.), est intéressante de ce point de vue. Nous avons déjà évoqué plus haut ce militaire d’origine arabe ou syrienne qui a reçu la citoyenneté sous Trajan en entrant dans l’armée, et qui fut détaché des bureaux du gouverneur comme responsable d’un secteur επιμελομενον της υπο σε περιμετρου ανδρα, à Apollonopolis Parua (ou Heptakomia), ou dans les environs, au sud de la province118. Faberius Mundus précise qu’il a insisté auprès de Malchus pour qu’il se mette à l’entière disposition du stratège, espérant qu’en retour Apollonius saura “se l’attacher”, επιζευξης. Dans son dictrict, un stratège pouvait aussi compter sur la collaboration de plusieurs centurions comme le montre l’agenda d’un stratège en Éléphantine, en 232 p.C., où il est question de l’organisation d’une fête pour l’anniversaire de l’empereur rassemblant des civils et des militaires. Un bénéficiaire y figure aux côtés d’un tribun de cohorte, de centurions et d’énarques. Il n’est pas impossible que la victoire de Sévère Alexandre contre les Perses ait également été fêtée dans le cadre de la célébration du culte impérial119. Les stratèges servaient aussi de relais entre le préfet et les commandants de corps de troupes disséminés dans leur secteur comme l’indique une missive du préfet Crescentillianus (253-256 p.C.) adressée aux stratèges des nomes, leur demandant de verser les impôts et de rappeler aux centurions qu’ils doivent se rendre à Alexandrie pour participer aux fêtes données en l’honneur du culte impérial120. Un bénéficiaire directement impliqué dans l’organisation d’une cérémonie religieuse à Oxyhrynchos apparaît dans un papyrus du iiie ou du ive s. p.C. où il est question d’une liste d’aliments qui lui sont adressés pour être offerts au cours d’un sacrifice à Agathè Tychè. Une liste du même genre adressée au iie s. p.C. à un stratège laisse entendre que les cérémonies en question avaient sans doute un caractère officiel121. Ces documents, avec l’ensemble des monuments votifs du dossier, mettent une fois encore l’accent sur l’importance des pratiques religieuses dans l’armée et pour les autorités romaines122.

  • 123 Lettre de recommandation : P. Brem., 6 ; soutien d’une personnalité : par ex. CBI, 27 et Annexe 11 (...)

52La lettre de Mundus illustre le type de contacts noués entre les collaborateurs du gouverneur et ses bénéficiaires disséminés dans la province, dans un souci d’efficacité et d’intérêts réciproques. Le stratège ou le procurateur n’étaient pas à l’abri d’une éventuelle dénonciation au gouverneur de la part de l’un de ses bénéficiciaires, au cas où celui-ci observerait un quelconque signe de relâchement ou de malhonnêteté dans leurs activités, en particulier dans la gestion des ressources financières du nome ou du secteur placé sous sa responsabilité. De son côté, le bénéficiaire avait tout intérêt à entretenir de bonnes relations personnelles avec ces personnalités de première importance dans la région où il se trouvait. Un soutien de leur part pouvait lui être utile. Malchus ne néglige pas les appuis des autorités en place dans l’administration de la province puisqu’une seconde lettre de recommandation le concernant – le titre de bénéficiaire n’y figure pas cette fois – a été adressée au même stratège par une personnalité de toute première importance, en l’occurrence l’épistratège de Thébaïde, Flavius Philoxenus. Ce dernier le présente comme un ami personnel οτι Μαλ. Malchus a pu le côtoyer précédemment dans l’exercice de ses activités judiciaires ou policières, ou peut-être au cours de sa participation à l’organisation ou au contrôle des réquisitions destinées à l’armée, un autre domaine dans lequel l’épistratège pouvait aussi intervenir, avec l’aide des bénéficiaires du préfet ou peut-être même avec des bénéficiaires ou autres militaires mis à sa disposition123.

  • 124 A ce sujet : Épilogue.

53Pour conclure, si l’étendue des compétences judiciaires des bénéficiaires demeure difficile à cerner et à établir de manière précise, leur droit d’intervention auprès des civils dans le domaine de la police et du maintien de l’ordre se révèle incontestable. A partir du début du ive s. toutefois, alors qu’on connaît un nombre plus important de papyrus mentionnant des bénéficiaires, on observe une nette diminution des pétitions qui leur sont adressées. Les papyrus semblent donc confirmer sur ce point l’enseignement des textes juridiques qui évoquent les mesures prises à cette époque par le gouvernement à l’encontre de l’ensemble des stationarii, désormais frappés de l’interdiction de recevoir des pétitions et de pratiquer des arrestations et des incarcérations. Les secteurs dans lesquels se concentrent les activités des bénéficiaires sont mis en lumière dans la documentation papyrologique du ive s. où on voit ces derniers participer, avec d’autres officiales ou militaires, à l’encaissement de taxes, d’impôts ou de réquisitions, souvent en relation avec l’annone, ou exercer des contrôles dans ce domaine124.

3. La place des bénéficiaires dans les affaires financières des provinces

3.1. Les bénéficiaires et la question des taxes, des réquisitions et de l’annone

  • 125 Voir à ce sujet par ex. la présentation synthétique de Lintott 1993, 70-96.
  • 126 Sur les sources talmudiques et la question des perceptions effectuées par l’armée : Isaac 1991 et (...)
  • 127 Chap. II p. 73-74.

54L’encaissement de taxes ou de réquisitions par les soins de militaires s’observe dans un certain nombre de sources, de types et de datations variés, dès l’époque républicaine, où des cités conquises par Rome se voient contraintes à verser des indemnités en espèces ou en nature destinées à l’entretien et à l’approvisionnement des troupes romaines. Cela suscite les premières plaintes de la population conquise qui s’élève contre la corruption des représentants de Rome ; elle sont suivies des premiers décrets du sénat en réaction contre ces abus. Les traces de ces plaintes et des réponses ou tentatives de réponse du gouvernement s’observent sans relâche au fil des siècles. Ces versements que nous venons d’évoquer ainsi que les autres types de taxes qui s’y ajoutent (douanes, octrois, péages), et qui sont communément désignées sous le terme de portorium ou λιμεναιον, vont prendre dans plusieurs provinces la forme d’une taxe annuelle fixe au milieu du iie s. a. C.125. A l’époque impériale, les militaires continuent à encaisser auprès des populations soumises par Rome les taxes ou réquisitions destinées à l’armée. Tacite décrit par exemple les soldats en train de réquisitionner auprès des Frisons, un peuple de Germains d’outre-Rhin, les produits destinés à leur entretien. Il évoque dans ce contexte l’avidité du primipilaire Olennius, responsable des impôts, et mentionne la mise en croix par les Frisons en 28 p.C. de soldats préposés au tribut, tributo aderant milites126. Suétone signale pour sa part de nouveaux impôts indirects ou uectigalia que Caligula aurait exigés de la population de Rome, les faisant encaisser d’abord par les publicains puis par des militaires, des centurions et tribuns du prétoire. Des taxes étaient prélevées aussi bien sur les aliments que sur les procès et les jugements, ou encore sur les gains des prostituées, courtisanes et entremetteurs. Les témoignages des auteurs latins confirment en quelque sorte le regard de la population soumise à Rome tel qu’il s’exprimait nous l’avons vu dans les sources talmudiques, en particulier contre l’avidité des bénéficiaires, des centurions, tribuns et des gouverneurs romains127.

  • 128 Par ex. à Olympos en Lycie-Pamphylie, si le soldat chargé d’encaisser l’amende est bien un bénéfic (...)
  • 129 Voir aussi Ott 1995, 132-137 ; pour un (centurio) leg(ionis) XXI Rapac(is) praef(ectus) equit(um) (...)
  • 130 I 117 ; voir Chap. VII p. 308 et 323.
  • 131 P 3 ; sur la question de l’identification de Postumus avec l’idiologue du même nom, avec la biblio (...)
  • 132 P 52, ainsi que P 3.

55Le passage de Tertullien discuté plus haut atteste le rôle joué au iie s. p.C. par les beneficiarii dans l’encaissement de taxes auprès des personnes fichées dans leurs registres. Plusieurs témoignages épigraphiques suggèrent également la possibilité que des bénéficiaires de gouverneurs ou de procurateurs financiers aient été employés en relation avec ce type d’activités128. La fustis qui apparaît par exemple dans certaines représentations de divers types de bénéficiaires ou d’autres soldats devait sans doute les aider à convaincre les récalcitrants. Aucun argument ne permet toutefois d’affirmer que les beneficiarii aient été chargés eux-mêmes de l’encaissement d’impôts directs. Mais ils ont pu être amenés à participer à la mise en place ou au contrôle d’éléments ou d’activités liés plus ou moins directement à ces impôts, dont les cités devaient assumer la responsabilité129. Rappelons à ce propos les exemples de collaboration qui s’observent entre les magistrats locaux et les bénéficiaires détachés dans leur région, ainsi que les positions que ces derniers ont occupées au sein de certaines communautés, après leur service, ou à l’occasion même pendant leur service. Au iiie s., à Panemoteichos en Lycie-Pamphylie par exemple, c’est un ancien bénéficiaire, Sempronius Visellius, un prêtre du culte impérial issu apparemment d’une famille de notables locaux – il se dit parent de consulaires et de sénateurs, et fils de la cité –, qui assuma la fonction de décaprote, c’est-à-dire de responsable local envers les autorités romaines de la collecte et du payement des taxes130. Rappelons aussi que c’est un bénéficiaire qui va guider un certain Smaragdos, poursuivi par la justice pour une affaire d’impôts vieille de 12 ans, à rechercher les preuves de son innocence dans les archives de l’administration du service des taxations. Le bénéficiaire agit à la demande de son supérieur Postumus, qui pourrait bien être l’idiologue connu sous le même nom, au iie s.131. Ces officiales, employés vraisemblablement à contrôler les comptes et à les tenir à jour, pouvaient accéder aux dossiers conservés dans les archives et en fournir une copie si cela s’avérait nécessaire, avec l’autorisation de leur supérieur132.

  • 133 Kramer 1986 et Bagnall 1996a, 64-65 ; on compte 18 jours entre la première et la seconde visite à (...)

56Dans les campagnes, où les bénéficiaires sont parfois les rares sinon les seuls représentants officiels du pouvoir, il est possible, en dépit de l’absence de preuve concrète, qu’ils aient été amenés à contrôler l’état des listes officielles, censitaires ou autres, ou à s’occuper d’éventuels problèmes liés aux déclarations foncières et à l’encaissement de taxes fixées en relation avec elles. Un papyrus du ive s. nous permet de nous faire une idée de l’organisation des impositions et de la diffusion de l’information entre un gouverneur, le praeses de la Thébaïde, et les différentes cités de sa province, et notamment les cités d’Hypselis, Apollonopolis Parua et Ptolemaïs, au sud d’Hermoupolis. Le document en question a été retrouvé à Hermoupolis où il fut ramené par deux officiales du praeses en 372 p.C., Flavius Isidorus et Flavius Theodorus. Peut-on en déduire qu’Hermoupolis était le siège du gouverneur de la nouvelle province et de son officium, plutôt qu’Antinooupolis ? Les deux officiales portent, soulignons-le au passage, le gentilice de fonction Flavius communément attesté chez les fonctionnaires, depuis 324 p.C. Le premier, bien connu dans la documentation papyrologique, apparaît tantôt sous son titre général d’officialis, comme c’est le cas ici, tantôt sous celui de beneficiarius. Ces deux membres de l’officium du praeses sont chargés d’un message de sa part concernant des questions fiscales et destiné aux magistrats et responsables de l’administration dans chacune des cités visitées. A Apollonopolis Parua, ce sont deux exactores, un stationarius et un riparius qui figurent comme les représentants locaux. Le texte, qui se présente comme une sorte de circulaire, contient les noms des lieux et les dates de la visite. Les deux fonctionnaires devaient à l’aller faire confirmer la réception du document, et au retour, entre une et un peu plus de deux semaines plus tard, s’arrêter à nouveau dans chacune des cités pour prendre note de la réponse et la ramener au praeses et à ses bureaux. Le même Isidore est connu par un autre papyrus pour avoir été chargé par le praeses de transférer 238 solidi à un membre du comitatus impérial, une somme dont on lui aurait volé les 3/4 selon ses dires. Sans entrer dans les détails de l’affaire, ce dernier document illustre les contacts entre les officiales d’un gouverneur de province et les fonctionnaires impériaux, dans la capitale et dans la province, et met en relief le type de fonctions dont un gouverneur pouvait charger ses officiales133.

  • 134 Une telle hypothèse a été avancée Lopuszanski 1951, 13. Sur les relations difficiles entre un gouv (...)
  • 135 Sur la présence des deux types de bénéficiaires à Siscia, Mursa et Ampelum : Chap. IV p. 195-196 ; (...)

57L’hypothèse selon laquelle les bénéficiaires du gouverneur auraient été chargés de contrôler les activités d’autres bénéficiaires ou officiales employés au service du procurateur financier, ou réciproquement, que le procurateur ait pu utiliser ses beneficiarii pour surveiller les activités des bénéficiaires du gouverneur paraît peu vraisemblable, en dehors de situations d’exception (malversations éventuelles)134. Même s’il ne fait pas de doute qu’il existait des mesures de vérifications, en particulier dans le domaine des finances, la mise en place sur une base régulière et efficace d’un tel réseau de contrôle est peu probable. Que la double présence de bénéficiaires d’un gouverneur et de ceux d’un procurateur financier s’observe dans les capitales où les deux supérieurs ont leur siège n’a rien de surprenant et ne permet en aucun cas de soutenir ou de rejeter l’une ou l’autre des hypothèses. Dans les stations comme dans les secteurs miniers, les sites où les deux types de beneficiarii sont attestés se limitent nous l’avons vu à quelques cas isolés, Siscia et Mursa en Pannonie, Ampelum en Dacie. Par ailleurs, l’absence de date précise sur les documents en question ne permet pas de conclure à un détachement simultané et au même endroit des deux types de bénéficiaires. Si les bénéficiaires d’un gouverneur de province et ceux du procurateur financier ont pu être appelés à collaborer dans l’exercice de leurs fonctions, l’hypothèse d’un contrôle mutuel constant entre les membres de l’officium du gouverneur et du procurateur ne trouve pas de confirmation dans les sources épigraphiques. Signalons en outre que les transferts entre les deux officia ressemblent plus à des cas isolés qu’à un cursus régulier135.

  • 136 Sur la question des bénéficiaires propriétaires fonciers : Chap. VII p. 319-321.
  • 137 Sur la présence de stations de beneficiarii à proximité de stations thermales et le contrôle qu’il (...)
  • 138 P 9 ; cet officium est attesté ici pour la première fois dans la documentation papyrologique : Les (...)
  • 139 Devijver 1989, 14-15.
  • 140 Bernand 1984, 67 ; voir aussi Lesquier 1918, 153, 240, et 427-430 et de Laet 1975, 329-30 n. 3.

58En Égypte, vu le statut particulier du gouverneur, les beneficiarii du préfet cumulaient les fonctions assumées ailleurs par les bénéficiaires du gouverneur et par ceux du procurateur en charge des finances de la province. Le dossier papyrologique rassemble un certain nombre de papyrus (1/5 de l’ensemble approximativement) où des bénéficiaires figurent dans des comptabilités ou des documents comparables. Ils étaient dans l’ensemble rattachés à l’officium du préfet ou à celui du gouverneur de l’une ou l’autre des parties de cette province, après les remaniements administratifs du ive s. Une fois écartés les documents dont le contexte est incertain ou différent, tels ceux où il est question par exemple d’impôts versés par des bénéficiaires en service ou à la retraite, taxés sur les propriétés foncières qu’ils possèdent dans le nome Arsinoïte, à Hermoupolis, Oxyrhynchos, ou Antinooupolis, on évalue à environ un tiers de ces papyrus ceux dans lesquels des beneficiarii sont employés à des réquisitions ou à l’encaissement de divers types de taxes, ou aux contrôles opérés en relation avec ces activités136. La nature de ces dernières et le secteur auquel étaient destinées les sommes encaissées ou les réquisitions prélevées demeurent souvent difficiles à établir de manière précise : taxes en relation avec l’annone (civile et militaire ?), réquisitions destinées aux troupes, taxes liées à l’entretien du cursus publicus, en relation avec le recrutement, avec l’utilisation de l’eau ou des bains, avec les frais de transport ou pastus primipili, surtaxes douanières, péages routiers, rémunérations, pourboires ou exactions etc.137. L’exemple d’Ulpius Malchus évoqué plus haut a permis de mettre en relief la collaboration entre les bénéficiaires du préfet d’Égypte et les stratèges. Soulignons à ce sujet le rôle et les responsabilités des stratèges dans l’organisation de la collecte des taxes et réquisitions au sein du nome, un domaine dans lequel les bénéficiaires pouvaient être amenés à intervenir dans les cités ou régions où ils se trouvaient. Un papyrus de la fin du iie ou du début du iiie s. suggère aussi la présence possible d’un bénéficiaire aux côtés du préfet de la Montagne de Bérénikè, même si le titre de ce dernier n’est que partiellement conservé, l’επαρχος ορους Βενεφικιαριω138. Responsable du district s’étendant de Qift-Coptos à Bender el Kebir-Berenikè, il devait remplir, peut– être avec des compétences réduites, les fonctions assumées durant le ier s. par le préfet de Bérénikè ou επιτροπος των μεταλλων. Le praefectus montis Berenicidis comme ses successeurs assumait des responsabilités financières et judiciaires, en sa qualité d’assessor iuridici, et se chargeait aussi de l’organisation du recrutement dans ce secteur139. La dernière attestation datée de ce titre remonte à 90 p.C. lorsque le préfet de la Montagne L. Antistius Asiaticus fit graver la stèle du Tarif de Coptos, où son nom est associé à celui du préfet d’Égypte140.

  • 141 CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3.
  • 142 Sijpesteijn 1987, 25, avec la bibliographie ; l’aile : IGR, I, 1184 ; le greniers à Coptos : Casso (...)
  • 143 Périple de la mer Érythrée, 19 éd. Casson 1989, 60-63 ; sur le poste et la présence militaire : vo (...)
  • 144 IGR, I, 1254-1256 ; 1258 ; 1260 ; Bagnall 1977, 67-86 ; Bingen et al. 1992 avec le nombreux ostrac (...)
  • 145 P 8 et CBI, 737, avec Bernand 1969, 24 et 373-374, n ° 300 et 301. Sur les militaires – des bénéfi (...)

59Dans les deux inscriptions qu’il érige en 219 p.C. à Coptos pour commémorer ses travaux de restauration effectués à ses frais dans le cour d’un sanctuaire, lors de son séjour local, le bénéficiaire M. Aurelius Apollonis ne précise pas non plus clairement dans l’énoncé de son titre s’il était rattaché à l’officium du préfet d’Égypte Geminius Chrestos, ou à celui de Claudius et Valerius Apolinarius, επιτροποι de la Montagne Bérénice141. Comme Ulpius Malchus, Apollonis a pu être détaché de l’officium du préfet d’Égypte dans la région de Coptos et à ce titre être amené à collaborer avec l’επιτροπος. Sa présence en ce lieu n’est certainement pas étrangère à la situation et au rôle de Coptos comme importante place commerciale entre Rome, Alexandrie et le Moyen-Orient. La construction de la route de Coptos à Myos Hormos et à Bérénikè, à travers le désert, facilitait le trafic commercial en direction de la mer Rouge. En plus des péages perçus sur cette voie auprès des voyageurs, qui figurent dans le Tarif mentionné ci-dessus, des taxes sur les marchandises en provenance de l’Arabie par l’un des ports établis le long de la côte égyptienne de la mer Rouge étaient prélevées par les employés du bureau de douane en poste à Coptos. Le bénéficiaire et les militaires détachés sur les lieux – la présence d’une aile de cavaliers y est attestée en 165 p.C. – participaient au maintien de la sécurité et de l’ordre dans la région, prêtant main forte en cas de besoin au personnel des douanes ou des greniers, ou aux autres agents du fisc142. La situation était comparable de l’autre côté de la mer, à Leukè Kômè en Arabie où un percepteur était chargé d’encaisser la taxe de 25 % sur les marchandises d’orient et d’Afrique entrant dans l’Empire. La sécurité du poste, du trafic et de la région avoisinante était également assurée par un détachement militaire, sous les ordres d’un centurion. En plus de son commandement militaire, ce dernier assumait auprès de la population civile des fonctions comparables à celles des bénéficaires en poste dans des contextes similaires143. L’exploitation de mines et de carrières dans la région allant de Coptos à Berenikè et le long de la côte de la mer Rouge nécessitait aussi une présence militaire renforcée assurant, sous l’autorité d’un centurion, l’encaissement des péages et le contrôle de la sécurité sur ces routes du désert, comme le montrent de nombreux ostraca provenant de la Thébaïde et du Mons Claudianus144. C’était encore à des fonctions de contrôle et de représentation qu’étaient employés les bénéficiaires en poste au sud de la province et à l’ouest de Bérénikè, à Éléphantine, ainsi que dans la voisine Philae où l’acte d’adoration ou προσκυνημα du bénéficiaire G. Iulius Secundinus se distingue parmi les signatures des fonctionnaires et militaires inscrites sur la colonnade ouest. Ce membre de l’officium d’un préfet d’Égypte a dû être en poste dans la région à la haute époque impériale si l’on en croit l’écriture. Il est aussi possible qu’il ait été chargé d’accompagner ou d’escorter un haut fonctionnaire en déplacement dans la région – stratège, épistratège, préfet d’Égypte ? –, les deux hypothèses étant du reste parfaitement conciliables dans ce cas comme dans celui de Flavius Origines, à Thèbes145.

  • 146 P 53, au verso d’un contrat de prêt d’argent (P. Petaus, 31), sur lequel le remboursement de la de (...)
  • 147 Robert 1943.

60La plupart des papyrus qui ont conservé la trace de sommes versées à des bénéficiaires en service datent du ive s. p.C., mais nous en connaissons aussi quelques-uns qui sont antérieurs et remontent au iiie s. ou même à la fin du iie. Une comptabilité postérieure à 184 p.C., issue des archives de Petaus, l’écrivain du village de Ptolemaïs Hormou, fait mention des sommes versées par les habitants de ce village du Fayoum aux différents représentants de l’administration provinciale. Une grande partie des versements indiqués sont consacrés à l’achat de matériel ou à la rétribution de personnes εις θεραπειαν των ληστοπιστων.146. On apprend par exemple que 10 drachmes (ou sesterces) ont été versées pour le service de policiers, 2 drachmes à un serviteur, 15 à un bénéficiaire (μενεπικιαριου pour βενεφικιαριου), 20 à un charpentier, 2 à un portier, 12 au messager Harpakration etc. Parmi les personnes citées figurent aussi un envoyé de l’épistratège et des jurisconsultes qui reçoivent respectivement 15 et 40 drachmes. Les détails concernant la présence et le rôle du bénéficiaire ne sont évidemment pas explicités dans ce contexte. La somme qui lui a été versée devait probablement représenter une surtaxe ou un pourboire destiné à sa rétribution ; supérieure aux montants alloués à de simples assistants, elle correspond au versement effectué au représentant de l’épistratège. La nature des sommes demeure incertaine dans un grand nombre de documents de ce type, surtout lorsqu’ils sont fragmentaires. Il n’est par ailleurs pas exclu qu’il s’agisse dans certains cas d’exactions qui, à force d’être exigées, ont pris un caractère quasi-officiel147.

  • 148 P 40. Ce document en rappelle d’autres (P. Oxy., 1650 et 1650a ; cf. p. suivante n. 150), Sur la t (...)
  • 149 P 65a, part. ii 14 et 15-16, avec les remarques des éditeurs ; sur les soldats accompagnant les πο (...)
  • 150 P 40 (iiie s. p.C.) ; un stationarius reçoit 2 drachmes et 2 oboles, alors que le bf reçoit 4 drac (...)
  • 151 Chap. IV ; sur la circulation fluviale le long du limes de Rhétie et de Germanie par ex. : Baatz 1 (...)

61Une comptabilité d’Oxyrhynchos datée du iiie s., en relation avec le transport fluvial sur le Nil, montre qu’en plus des frais de douane du λιμην Μεμφεως, les transporteurs d’une cargaison de jarres de vin étaient soumis à des taxes servant à la rétribution des assistants des douaniers et des militaires présents dans les postes. A la taxe douanière de 4 oboles et demie par jarre – 1 800 oboles pour les 400 jarres – s’ajoutaient les rétributions des personnes, parmi lesquelles le versement d’une drachme et une obole à un inspecteur, du double à un stationarius et de 4 drachmes (soit l’équivalent d’un denier) au bénéficiaire ainsi qu’aux εραυνηται ou scrutatores148. Un autre papyrus du iiie s. récemment publié, également en relation avec le transport fluvial et sur les canaux d’une cargaison, entre Arsinoè et Alexandrie, révèle une somme comparable versée à un bénéficiaire. Ce document confirme le détachement d’un bénéficiaire à Ptolemaïs, comme le suggérait déjà la comptabilité de Petaus, ainsi qu’à Nikiou dans le delta et à Nikopolis, peu avant l’arrivée à Alexandrie. Des taxes, surtaxes ou pourboires étaient perçus au cours du transport des denrées, dans les différents postes établis le long de la voie navigable, comme l’indique le verbe ενγαρευειν, employé pour αγγαρευειν, et attesté plusieurs fois dans le papyrus. Ce terme rappelle celui d’angariae qui désigne les prélèvements ou réquisitionnements destinés au financement des transports et du cursus publicus et effectués auprès de la population établie en bordure ou à proximité des grandes voies de circulation. Le papyrus en question mentionne plusieurs types d’employés, des civils, des militaires ou des officiales de l’administration du préfet auxquels étaient destinées les rétributions ou taxes : inspecteurs des douanes ou εραυνηται, stationarii, beneficiarii. L’emploi de efiw devant plusieurs toponymes, en association avec des stationarii, suggère que certains d’entre eux pouvaient même accompagner la cargaison en qualité de soldats de la gendarmerie fluviale détachés sur la flotille avec les ποταμοφυλακες, exit cum potamofulacide149. Les sommes qu’ils encaissent correspondent ou dépassent celles qui sont versées aux stationarii. Elles se situent entre 4 et 5 drachmes plus une obole, mais elles peuvent aussi être plus importantes, comme à Nikiou où le bénéficiaire reçoit 10 drachmes et deux oboles, où à Nikopolis, où la somme atteint 26 drachmes et deux oboles. Les premiers chiffres se rapprochent de la somme versée au bénéficiaire en poste à Oxyrhynchos150. La localisation de nombreux postes de bénéficiaires à proximité d’une voie fluviale, d’un port, d’un pont ou d’un lieu de transbordement, dans l’ensemble de l’Empire, nous invitent à mettre l’accent sur le contrôle de la circulation fluviale en général et sur la surveillance effectuée dans ces secteurs, le long des voies de circulation151.

  • 152 P 43 ; sur les surtaxes en général et celle-ci en particulier : de Laet 1975, 317-320 et 460 ; sur (...)
  • 153 P 54. Pour des exemples de reçus attestant la livraison de nourriture à des militaires, depuis le (...)

62Les bénéficiaires prélevaient aussi des taxes, surtaxes ou réquisitions en nature. Ce sont 15 artabes de blé (environ 582 l ou 450 kg) qui ont été versées υπερ σθνηθειας au bénéficiaire Canopus en poste à Oxyrhynchos entre 274 et 280 p.C. par le πραγνατευτης Maximus, sur les ordres d’un certain Nemesammon152. Un autre bénéficiaire apparaît dans une comptabilité qu’Heroneimos de Théadelphie, l’administrateur d’une grande propriété, présente en 260 p.C. à Aurelius Apianus, bouleute d’Alexandrie, chargé d’en faire l’examen. Le texte est malheureusement très corrompu, et on ignore ce qui lui a été livré. Son nom et son titre figurent sous la rubrique des dépenses de vin, entre la mention du stratège, le responsable des taxations dans le nome, et celle d’un εργοσκεπτης chargé de contrôler les réquisitions ou l’encaissement de taxes dans la région de Théadelphie. Les produits transportés étaient acheminés vers Alexandrie pour distribution aux troupes établies dans la province, ou pour exportation vers Rome et l’Italie, ou vers d’autres provinces153.

  • 154 A ce sujet, voir aussi Épilogue. Sur la fiscalité militaire au Haut-Empire et dans l’Empire tardif (...)
  • 155 P 1 ; sur les différents οι απαιτηται της αννωνης et le personnel fiscal en général : Lallemand 19 (...)

63Au ive s., à l’époque où l’annone militaire a pris sa forme institutionnalisée au terme des réformes fiscales mises en place par Dioclétien et Constantin, les bénéficiaires apparaissent régulièrement dans les documents papyrologiques avec d’autres officiales, dans le contexte de l’ensemble des impositions et des réquisitions154. Celles-ci sont effectuées en nature ou converties en espèces pour des raisons de commodité notamment en relation avec leur transport. Ainsi par exemple dans une comptabilité soumise par le χρυσωνης au praepositus thesaurorum, à Alexandrie, figurent avec d’autres fonctionnaires les noms de trois officiales portant le titre de bénéficiaire, chacun d’eux suivi de l’indication du versement destiné à l’entretien de l’armée, effectué en espèces, sous forme d’évaluation ob adaerationem. Le bénéficiaire Paphnoutis a encaissé 12 parts de taxes δια την εκταγην, et ses collègues Bèsammôn et Copre, associés dans l’opération, 5 parts δια [τον] εξκουσατον. Parmi les autres fonctionnaires, mentionnons des singulares, qui perçoivent la taxe en relation avec le recrutement de soldats ou δια το χρυσιον των τιρωνων et plusieurs officiales employés à encaisser des taxes en relation avec la uestis militaris, δια τον σιτον ou δια την αισθητα. Cet impôt destiné à fournir les vêtements militaires peut également être perçu par des bénéficiaires comme le montre l’exemple du bénéficiaire Sarapiôn, dont le titre suivi de l’expression εσθητος υπερ κωόδιου figure dans une comptabilité mensuelle adressée le 14 août 340 p.C. par deux kômarques au praepositus du quinzième pagus d’Hermopolite. Ce bénéficiaire était vraisemblablement rattaché à l’officium du praeses de Thébaïde, comme son collègue Hermogenès mentionné dans le même document, également employé à l’encaissement de taxes annonaires, απαιτων τω[ν επι] βολων στιχαριων υπερ κωμο[δου]. La même comptabilité fait mention de légionnaires et d’autres fonctionnaires dans des fonctions comparables155.

  • 156 P 44 ; on ne sait si c’est dans un contexte comparable que le bénéficiaire Flavius Origenius, empl (...)

64L’autorité des bénéficiaires sur les magistrats locaux, dans les villages ne s’exerçait pas seulement dans le domaine de la justice, mais aussi dans celui des finances, en particulier à une époque tardive, lorsque leurs fonctions semblent se concentrer plus particulièrement sur ce secteur. Cela apparaît par exemple dans le décompte des liturgies adressé en 338 p.C. à Flavius Valerianus, bénéficiaire de l’officium du préfet d’Égypte, par un responsable du village de Kesmouchis, dans le nome d’Oxyrhynchos. La fonction du bénéficiaire Valerianus dans le cas précis consistait à s’assurer et à exiger επιζητουντι... λιτουργιαν que les responsables locaux chargés de la collecte des liturgies en effectuent le versement auprès du praepositus pagi, le responsable local de la supervision des liturgistes, dans les délais exigés. Dans le cas contraire, il devait les poursuivre et les dénoncer aux autorités supérieures. La liturgie en question, versée en nature et en espèces, correspondait à 570 livres de viande de porc et à une somme qui devait équivaloir à 30 livres de viande, estimée à 2 talents et 2 000 drachmes, soit à 14 000 drachmes156.

  • 157 P 5.
  • 158 P 71 et 72.
  • 159 P 51.
  • 160 P 16.

65L’ordre adressé par un certain Héron à l’exactor Canops donne un nouvel exemple de la collaboration entre un officialis bénéficiaire (ou plus précisément son assistant Isodore) et les autorités locales dans le contrôle des taxes et réquisitions. Canops devait en effet remettre à Isidore une artabe (40 l) de pois et une autre de haricots157. Deux autres fragments de papyrus du milieu du ive s. p.C. en provenance du nome Hermopolite ont conservé des décomptes mensuels dans lesquels un bénéficiaire du nom de Panesneus figure parmi d’autres représentants de l’administration ou de l’armée, un princeps et un a commentariensis ηγεμονος, un hastiarius, un praepositus legionis ou encore un annonarius. Ces divers employés étaient tous chargés d’encaisser des taxes, de manière directe ou par l’intermédiaire d’un de leurs assistants ou subordonnés. Panesneus encaisse pour sa part la somme de 9 talentsυπερ τιμης οινου158. La mention d’un assistant ou υπηρετης d’un bénéficiaire encaissant 24 talents pour des frais d’hébergement υπερ του ξενιου figure sous la rubrique des dépenses d’une comptabilité d’époque contemporaine vraisemblablement tenue par un employé d’administration d’Oxyrhynchos. Parmi les autres personnes connues pour avoir encaissé des taxes ou d’autres sommes, citons par exemple, sous la rubrique des dépenses, un épimélète, des banquiers, plusieurs officiales, un stationarius, un logistès, un homme de loi159. Il est également question de dépenses en faveur de l’administration et de l’armée dans la comptabilité privée d’un certain Armonius, conservée sur un papyrus de Haute-Égypte où il est possible de distinguer plusieurs mains. On y relève notamment les traces de 5 versements à un ou à plusieurs officiales, ainsi qu’un versement de 40 talents aux bénéficiaires du praeses de Thébaïde, au titre de la uestis militaris ou προφασει της εσθητος, et celui d’un talent au speculator Athènodôros160.

  • 161 P 74. Il nous paraît peu probable que les réquisitions en question aient été employées directement (...)
  • 162 P 4. Sur le rôle des épimélètes dans la perception et distribution de l’annone, voir par ex. Lalle (...)

66C’est à son assistant τω υπηρετη αυτου que sont versées les réquisitions exigées par Ploution, bénéficiaire du gouverneur ou του ηγεμονος, au nom de l’annone du gouverneur, απαιτων τας αννωνας του ηγεμονος. Il figure dans une comptabilité aux côtés d’autres percepteurs, parmi lesquels on compte plusieurs militaires. L’expression “annone du gouverneur”, qui se retrouve dans le même papyrus, associée avec d’autres fonctionnaires du préfet, devait probablement faire allusion aux réquisitions destinées à l’entretien du préfet et de son entourage, peut-être au cours d’un déplacement dans la province. Elles étaient prélevées par les fonctionnaires du Préfet, vraisemblablement sur la présentation d’un diplôma ou d’une autorisation. Dans ce cas, comme lors de la visite d’un empereur, c’était la population locale qui était tenue par l’imposition d’une taxe spéciale de fournir la subsistance et l’hébergement pour ce dernier ainsi que pour les membres de son entourage, et de contribuer au recouvrement des frais occasionnés durant leur séjour dans la région161. Une comptabilité d’époque tardive montre bien que les bénéficiaires vont continuer jusqu’à leur disparition à assumer des fonctions dans les domaine des finances de l’administration provinciale et en particulier dans le secteur des réquisitions annonaires. C’est en effet dans ce contexte qu’apparaît le bénéficiaire Theoninon, en relation avec l’épimélète Nailammon, dans ce document d’époque byzantino-arabe si l’on en croit les éditeurs162.

3.2. Les bénéficiaires, les douanes et les questions du ravitaillement et des transports

67La présence d’un bénéficiaire ou d’un autre militaire sur un site abritant un poste de douane est largement attestée partout dans l’Empire. La confrontation entre les sources littéraires, épigraphiques ou archéologiques en montre plusieurs exemples, et les témoignages papyrologiques le confirment, nous l’avons vu avec la pétition de Pabous. C’est le cas en particulier dans les capitales provinciales, dans les centres des districts de douane, dans des colonies, municipes, places commerciales ou dans les secteurs frontaliers, mais aussi dans les postes situés à l’intérieur des provinces ou dans les campagnes.

  • 163 I 125. Sur l’existence de revenus douaniers municipaux, à propos de Palmyre et d’autres cités : Fr (...)

68Comme le centurion en poste à Leukè Kômè, le bénéficiaire détaché à proximité d’un poste de douane se devait, dans le cadre de ses diverses fonctions, de contrôler le travail des douaniers, de faire en sorte d’une manière générale que la fraude et les détournements soient évités, et de faire régner l’ordre et la paix dans le secteur. A Doura par exemple, les bénéficiaires et les statores du tribun qui commandait la garnison locale, postés dans la Porte de Palmyre, devaient y côtoyer les membres du personnel des douanes établis à proximité des portes des villes ou des villages dans lesquels se trouvait un bureau de douane, et souvent décrits comme les οι προς τη πυλη ou δια πυλης.... Le bénéficiaire Hairan (fils de) Bôrrephâ, connu par son inscription funéraire en palmyrénien, en 189 p.C., a pu être employé dans des fonctions comparables dans la région de Palmyre, dont le territoire s’étend jusqu’à l’Euphrate163. Le recrutement de militaires et d’agents capables de communiquer avec la communauté locale et avec les marchands de passage était indispensable dans des places commerciales comme Palmyre. En sa qualité de gendarme et de gardien de la paix, le bénéficiaire – et en particulier celui d’un gouverneur – intervenait en cas de conflits, son rôle étant avant tout dissuasif. Dans les situations de troubles, il pouvait trouver du renfort si nécessaire auprès des commandants des troupes militaires établies dans le secteur. Si ses démarches et ses tentatives dans le maintien ou le rétablissement de l’ordre restaient vaines, ou si ses compétences était jugées trop limitées face à l’importance ou à l’étendue d’un problème, les plaignants pouvaient s’adresser eux-mêmes directement ou en second lieu aux autorités supérieures, comme le montre la pétition de l’arabotoxe Pabous à l’épistratège, à Socnopaiou Nèsos en 139 p.C. Il en allait de même lorsque les militaires et bénéficiaires, eux-mêmes soupçonnés ou accusés d’abus de pouvoir ou d’exactions, étaient dénoncés aux instances supérieures ou directement au gouverneur.

  • 164 P 10, avec la discussion supra p. 228 et 230 ; sur le poste de douane et la présence militaire à L (...)
  • 165 Sijpesteijn 1987, 91-101, qui étudie les reçus délivrés aux transporteurs par le personnel des dou (...)
  • 166 Sur l’organisation des douanes, on pourra sous peu se référer à l’ouvrage de Jérôme France sur la (...)

69Il ressort clairement de la documentation papyrologique, et nous venons d’en évoquer plusieurs exemples, que les bénéficiaires comme d’autres militaires ou officiales percevaient des versements en échange des services rendus, une sorte de rétribution venant s’ajouter comme surtaxe aux taxes douanières. S’ils participaient à l’encaissement de pourboires ou de taxes destinées principalement à leur entretien personnel ou à celui de l’armée, en relation avec l’annone militaire ou plus tard avec le pastus primipili, les bénéficiaires du gouverneur en charge d’une station n’étaient pas employés à l’encaissement de droits de douane164. Les douanes avaient leur propre personnel, des civils chargés d’encaisser les droits sur les produits importés et exportés, de tenir à jour les registres de comptabilités et de les faire parvenir régulièrement, pour contrôle, aux responsables supérieurs des douanes. En Égypte, nous connaissons plusieurs registres de ce genre, dont celui qui est mentionné précisément dans la pétition de Pabous, et qui constituait nous l’avons vu la preuve de la fraude qu’il voulait dénoncer165. Les revenus des douanes perçus dans les différents districts douaniers étaient versés au fisc impérial et servaient aussi à alimenter les finances provinciales, sur lesquelles le procurateur financier avait autorité166. Ils échappaient de ce point de vue à l’autorité directe des gouverneurs, qui intervenaient toutefois en cas de litiges ou de désordres, puisqu’ils étaient responsables de la paix dans leur province.

  • 167 Sur la répartition des deux types de stations : de Laet 1975, 120, 208-209 et 366 ; Wilckes 1969, (...)

70Le personnel des douanes et les militaires chargés de fonctions de police dans le secteur provenaient d’horizons différents et étaient rattachés à des structures différentes. Dans certains contextes, les stations de douane et les stations de bénéficiaires ont pris place non seulement dans un même site, mais à une certaine proximité l’une de l’autre, peut-être même dans un complexe unique à caractère multifonctionnel, susceptible d’accueillir divers types d’agents de l’État. Leur présence conjointe s’observe en particulier dans les secteurs sensibles là où se situaient les contacts entre Rome et les populations ultra fines, le long des frontières extérieures de l’Empire, où était postée une bonne partie des troupes romaines ainsi que la population civile qu’elles drainaient167.

  • 168 CBI, 420 et CBI, 379 avec Chap. IV p. 162 et de Laet 1975, 195 ; l’autel à Commode : Gudea 1994, 3 (...)

71La dédicace au Genius Commercii sur l’autel d’un bf cos en poste au début du IIIe s. à Rakospalota-Transaquincum, dans un secteur où l’établissement d’un poste de douane est confirmé dans les sources épigraphiques, est intéressante de ce point de vue. A cet endroit où un pont reliait le territoire romain et le pays des Sarmates, les autorités romaines, le gouverneur et le fisc contrôlaient par leurs agents locaux les échanges entre les Romains et les Sarmates. Le gouverneur cherchait à s’assurer, notamment par l’intermédiaire de ses beneficiarii, qu’ici comme partout aux frontières extérieures de l’Empire soient respectées les mesures concernant l’interdiction d’exportation des marchandises telles que le vin, l’huile, le fer, les armes ou l’or. Il devait en outre fixer les lieux dans lesquels les peuplades non romaines étaient autorisées à venir faire du commerce. Plus à l’est, de l’autre côté du territoire sarmate, à Porolissum, sur la frontière nord-ouest de la Dacie Porolissensis, un procurator Augusti et ses deux uilici du bureau de douane ont érigé un autel en l’honneur de Commode, le Restitutor commerciorum, célébrant ainsi la reprise des échanges commerciaux avec les Barbares, les Daces, Vandales, Buri et peut-être les Quades. Le monument en question a été mis au jour in situ dans un bâtiment considéré comme le bureau de douane de Porolissum. Ici comme ailleurs, le gouverneur devait fixer les jours de marché dans sa province, qui coïncidaient habituellement avec des fêtes religieuses, à proximité de sanctuaires. Il prenait sans doute soin de s’assurer, par l’intermédiaire de l’un de ses bénéficiaires, que ses ordres soient respectés168.

  • 169 CBI, 96 avec notre discussion Chap. IV et VI p. 157 et 278 ; dans le même sens et avec la littérat (...)

72Malgré ces associations, un doublement systématique de chacun des postes de douane par une station de bénéficiaires s’avère peu vraisemblable. Avec sa dédicace à la Concord(ia) uar(iarum) stat(ionum) (ou Concor(dia) duar(um) stat(ionum) selon certains spécialistes), associée au Génie des bénéficiaires de Germanie Supérieure et du lieu, le monument d’Altrip ne saurait à notre avis donner la preuve de l’existence de deux stations voisines, l’une de douane et l’autre tenue par un bénéficiaire. Cela d’autant plus que les documents de Partchins en Rhétie et de Mayence, susceptibles selon certains d’offrir des parallèles, ont tous deux souffert d’une lecture ou d’une interprétation erronée. Le premier, un monument votif consacré au Génie de la station du uectigal, n’a certainement pas été érigé par des bénéficiaires du procurateur, et la lecture c(um) uil(ico) p(osuit) de la l. 7 du second a été récemment et à juste titre écartée. A ce jour, nous ne connaissons aucun exemple de bénéficiaire qui aurait consacré un monument votif au Génie d’une station de douane, ou qui se serait associé à un uilicus dans une dédicace ou dans l’offrande d’un monument commun, ni dans une station ni ailleurs169.

  • 170 Sur le rôle du gouverneur et du préfet de l’annone dans le domaine de l’annone civile : Pavis d’Es (...)

73Dans les provinces, ce sont les commandants de chaque unité qui doivent s’assurer, avec la collaboration du procurateur (ou du Préfet d’Égypte, dans cette province) ainsi que de ses subordonnés, que leurs troupes reçoivent leur solde, versée en espèces trois fois par année, et le ravitaillement nécessaire à leur entretien. Ces autorités sont responsables dans la province de la collecte des taxes et des réquisitions. Le versement de la solde devait donner lieu à des convois monétaires importants, et cela même si l’on envisage la possibilité de mouvements monétaires locaux, si l’on admet que les militaires étaient payés partiellement en nature et en aurei, et si l’on considère qu’une fois les déductions faites, la solde réellement versée aux troupes s’élevait à un montant largement inférieur à la totalité. Les argentarii ou manieurs d’argent n’effectuaient que rarement des transports de fonds, les services des banques étant surtout utilisés par les commerçants et les privés. Dans les provinces reconnues comme grandes productrices du blé destiné à Rome et à l’Italie, soit l’Afrique et l’Égypte, le gouverneur et le procurateur devaient aussi s’assurer que les réquisitions et les blés achetés par l’État soient acheminés en sécurité et rassemblés dans les ports de Carthage et d’Alexandrie. De là, le préfet de l’annone (ou celui de l’Afrique dans cette province, dès le IIIe s.) les faisait transporter en Italie par voie maritime170.

  • 171 Le titre de mensor (cf. Arnaud 1995) apparaît en relation avec le mesurage des denrées à transport (...)
  • 172 CBI, 752 : Annexe 1.3 avec Chap. IV p. 208-209.

74En Égypte comme ailleurs, le gouverneur pouvait charger ses bénéficiaires de contrôler sur place que la perception de l’annone et son acheminement fussent effectués dans de bonnes conditions. Quelques documents épigraphiques également semblent mettre en relief leur participation possible dans des activités de ce type. Ainsi à Siscia, sur le tracé de l’importante voie routière et fluviale (un axe commercial jalonné d’amphores) qui relie Sirmium et le Norique en longeant la Save, il est probable que les bénéficiaires d’un procurateur qui ont consacré leurs autels à Cérès se soient occupés du ravitaillement des troupes, de la surveillance du transport de l’annone, ou peut-être de l’accès aux greniers. Le choix de cette divinité se conçoit en effet particulièrement bien dans un tel contexte. La présence au même endroit d’une station dirigée par l’un des bénéficiaires du gouverneur de Pannonie est confirmée dans l’épigraphie locale, et les deux types de beneficiarii ont pu être amenés à collaborer. Rappelons aussi à ce propos le titre d’agrimensor porté par l’un des premiers bénéficiaires à Sirmium, à l’époque de Trajan et des expéditions vers la Dacie et l’Orient171, et la possibilité, même si cela ne dépasse pas le seuil de l’hypothèse, que les exceptores, attestés aux côtés du bénéficiaire en charge de la station de Vazaiui en Numidie, aient été employés à tenir les comptes de réquisitions opérées dans la région et destinées à l’armée172.

  • 173 Van Berchem 1937, part. 69-81 (= 181-184 ; 167), et pour une discussion sur la nature et la datati (...)

75Il est possible que, dans certains contextes, la station de bénéficiaires ait pu servir, coïncider ou se situer à proximité du lieu de rassemblement des réquisitions ou du recouvrement d’impôts et de taxes dans une région173. On soulignera néanmoins que ces stations étaient dirigées par les beneficiarii du gouverneur, lui-même responsable avant tout, dans sa province, de la justice, de l’ordre et des forces militaires, les finances étant placées sous la responsabilité du procurateur. Les bénéficiaires du gouverneur devaient donc veiller sur place au maintien de l’ordre et régler, si nécessaire, d’éventuels problèmes ou conflits occasionnés dans ce contexte, ou du moins les signaler.

  • 174 Sur les sig(niferi) à Lambèse : VIII, 18224 - ILS, 2415 ; le tarif de Lambèse : CBI, 781 avec VIII (...)

76Comme les édiles dans les cités, dans les régions voisines des camps militaires ou des capitales, les centurions, les bénéficiaires ou les signiferi, responsables de la comptabilité de leur unité, pouvaient se charger du contrôle des produits livrés à l’armée. Ces derniers apparaissent notamment avec leurs assistants dans une inscription de Lambèse, agentes cura(m) macelli... cum azutoribis ( !) suis. Au même endroit, au iie s., on retrouve les signiferi, associés avec des bénéficiaires et des pecuarii, dans un tarif douanier ou lex porto[rii]. Ces militaires devaient effectuer des contrôles de la qualité, de la quantité (poids et mesures) et des prix des marchandises réquisitionnées ou achetées par le fisc pour l’armée. Il est possible qu’ils aient aussi été chargés de veiller à ce que les taxes ne soient pas prélevées de manière inconsidérée et que l’immunité fiscale des produits destinés aux troupes et de ceux qui provenaient des domaines impériaux soit respectée. L’ensemble des marchandises livrées à la population civile et aux armées étaient transportées dans des amphores (ou barriques, pour le vin) de type identique, par des entreprises et marchands privés. Les agents du fisc encaissaient les taxes de douane sur les premiers, mais ils n’étaient pas autorisés à taxer les produits destinés à l’armée, vu l’immunité dont ils bénéficiaient. Ces derniers devaient donc pouvoir se distinguer des autres ; cela se faisait par exemple, dans certains cas du moins, par une marque peinte ou inscrite sur les amphores et autres récipients, comme celles qui précisent leur contenu et leur destination, ou comme le signe – R –, pour r(ecognitum) ou r(ecensendum), inscrit par les douaniers sur les amphores qui avaient passé le contrôle fiscal174.

  • 175 CBI, 27 ; sur les plombs lyonnais et le procurateur responsable de ce district douanier : de Laet (...)

77Certains convois étaient scellés dans des stations de douane par des plombs fiscaux attestant que les taxes avaient déjà été encaissées, que les contrôles requis avaient été effectués, ou que les produits en question jouissaient d’exemption fiscale. L’usage de tels plombs facilitait le passage des douanes pour les ballots ou les caisses contenant des produits destinés à l’armée et à ses responsables. On en a découvert un grand nombre à Lyon, dans les environs de l’endroit où devait se trouver la statio de douane ou le centre administratif du district douanier de la Quadragesima Galliarum. Parmi les nombreux témoignages de bénéficiaires de types divers connus dans l’épigraphie de la capitale des Gaules, signalons la dédicace que l’un d’eux, employé dans l’officium du légat de la légion de Bonn en Germanie Inférieure, a érigée en l’honneur de son patronus le procurator ferrariarum C. Attius Alcimus Felicianus. Ce personnage d’origine africaine est connu pour avoir assumé au cours de sa carrière des responsabilités dans le domaine des impôts, et dans la région, la fonction de procurator de la Quadragesima Galliarum175.

  • 176 CBI, 885 : ce bénéficiaire d’un praefectus fabricensium – seul témoignage connu d’un tel bf – a pu (...)
  • 177 I 6 - RIB, II. 1, 2404.72a et 2404.72b ; voir aussi VII, 1218. Sur l’ensemble de ces masses de plo (...)

78Les métaux et en particulier les lingots appartenant à l’État qui échappaient aux taxes douanières étaient marqués d’une contremarque ou d’un graffite, généralement sur le lieu de production et par les agents de l’État. D’autres marques pouvaient être ajoutées ou cours au cours de leur acheminement. Des bénéficiaires étaient employés à la surveillance des exploitations de mines et des productions militaires176 ; il est possible qu’ils soient chargés de contrôler leur poids et de veiller à ce l’immunité fiscale leur soit garantie lors du déplacement, comme le suggère par exemple les estampillées en caractères inversés sur des lingots de plomb de plus de 86 kg retrouvés dans le lit de la Saône. En outre, les surnoms impériaux de Septime Sévère y sont imprimés en relief, lors de la fonte, au moyen de matrices gravées dans le moule. En provenance des mines impériales du Shropshire, ces lingots ont été transportés par Boulogne-Gesoriacum en Gaule, où leur acheminement s’est fait en grande partie par voie d’eau. Un bénéficiaire de la légion de Bonn, b(ene)f(iciarius) l(egionis) I M(ineruiae), étaient responsable d’en contrôler le transport comme le suggèrent les inscriptions estampillées, postérieures au moulage du métal. Cinq autres lingots d’un poids comparable, également coulés en Bretagne, ont été retrouvés dans le Chalonnais, à environ 20 km du port de Cabillonum177.

  • 178 Pour un exemple de plomb scellant un sac contenant des aurei, récemment découvert à Trèves, siège (...)

79Nous connaissons un certain nombre de plombs qui portent l’abréviation du titre de bénéficiaire (-B- ou BF, suivi ou non de c(onsularis)) ou d’autres militaires (equites singulares, pedites singulares, officiers etc.), avec ou sans la marque d’expédition ex(pedit). L’un de ces plombs, de 1,9 cm de diamètre et sur lequel se distingue la trace de la corde de suspension, a été découvert en 1989 à Piercebridge, sur le tracé de la Dere Street, entre York et le mur d’Hadrien, dans le lit de la Tees en aval du pont romain. Des plombs scellaient les par exemple les convois monétaires transportés vers les camps et castella pour être versés comme solde aux militaires, ou ceux qui résultaient de la collecte d’impôts dans les provinces et qui étaient acheminés vers la capitale ou le siège du procurateur financier de la province, ou vers Rome. Le sceau attestait que le contenu du sac avait été contrôlé et pesé ; il garantissait en outre son intégralité jusqu’au moment de l’ouverture. Certains plombs pouvaient aussi sceller des lettres, tablettes ou caissettes contenant de la correspondance officielle, par exemple entre un gouverneur et ses collaborateurs ou subordonnés, ou entre l’empereur et ses propres subordonnés178.

80Les contrôles des marchandises transportées vers l’armée et la garantie de leur immunité fiscale devaient être effectués par des personnes de confiance, compétentes sur les questions de l’organisation de l’approvisionnement militaire, et jouissant d’une solide expérience dans le domaine administratif et fiscal en général, dans leur province. Lorsqu’un problème se posait, le responsable devait pouvoir intervenir dans toutes les questions et dans diverses circonstances, s’imposer de manière relativement autonome en cas de conflit, d’abus ou de difficultés, ou s’adresser aux autorités supérieures. En sa qualité de représentant du gouverneur, le bénéficiaire était tout à fait indiqué pour assumer de telles fonctions. Il jouissait de la confiance du gouverneur, d’un certain statut ou d’une auctoritas aussi bien auprès de la population civile que des autorités locales et militaires, et présentait l’avantage d’avoir acquis ses compétences non seulement dans la capitale mais aussi ailleurs dans la province.

4. La présence de bénéficiaires dans les secteurs miniers, dans les carrières et lieux de production militaires

81Les militaires en général et les bénéficiaires des gouverneurs et des procurateurs étaient bien représentés dans les divers secteurs d’exploitation et de gestion des ressources naturelles, dans les mines ou les carrières notamment, comme nous venons de le souligner à propos des transports. Les militaires et les ouvriers civils offraient selon leurs compétences et les besoins un appui technique et logistique ainsi qu’une protection et un entretien du site et des exploitations. Les bénéficiaires se chargeaient principalement du maintien de l’ordre dans le secteur, assumant sans doute, parallèlement à leurs fonctions policières, des tâches administratives en relation avec la gestion des ressources et les contrôles financiers.

  • 179 CBI, 249 ; 264 (restitution) et 217 ; sur les objets manufacturés en fer dans le Magdalensberg : D (...)
  • 180 CBI, 439 et 442, avec Wilkes 1969, 266-269 ; CBI, 451, 452 et 460 ; CBI, 455, 456, 458 et 471-475, (...)
  • 181 I 183b.

82Au cours de ce chapitre et du chapitre précédent, nous avons eu l’occasion de relever à plusieurs reprises la présence de bénéficiaires dans des secteurs miniers, et cela dans différentes provinces, par exemple en Norique dans le secteur d’Hohenstein, Tiffen et de St Margarethen, de part et d’autre de Virunum179, en Dalmatie, au nord-est et au nord-ouest de Salona, à Banjaluka-Castra où l’on exploitait l’or et le cuivre, à Golubic près de Bihac, où il convient peut-être de localiser l’antique Raetinium ( ?), à Komine près de Plevjla-Municipium S., dans les mines du Supljastena ainsi que dans le secteur de Skelani, Ljesçe et Gradina-Municipium Domauianum, près de Srebrenica, le long de la Drina, où les mines d’argent et de fer ont été confiées dès Marc Aurèle à un procurator argentiarum (ou metallorum) Delmaticarum et Pannoniarum180. A l’est en direction de la frontière de Mésie, la récente découverte à Gradina-Jelica non loin de Cacak, sur le territoire de l’antique Municipium Maluesiatium, d’un autel consacré à Diane et d’un fragment d’autel érigé par le bénéficiaire d’un gouverneur consulaire, un militaire recruté dans la légion XI, pourrait aussi être en relation avec l’exploitation des mines dans ce secteur, et la volonté du gouverneur d’y être représenté par l’un des membres de son officium181.

  • 182 CBI, 569 ; 595-596 ; 602 ; 599 ; 605-608, avec CBI, 610 à Vucitrn (déplacement de la pierre ?) ; C (...)
  • 183 Voir à ce propos l’épitaphe du jeune Val. Marcus, décédé à l’âge de 19 ans, a latronibus interfect (...)

83La situation n’est pas différente dans les secteurs miniers de l’autre côté de la frontière, en Mésie Supérieure. Le gouverneur y avait détaché ses beneficiarii dans les environs de Novi Pazar, à Slatina non loin de Socanica-Municipium Dardanorum, où la dédicace au Genius stat(ionis) m(unicipii) Dard(anorum) ne laisse pas de doute sur l’existence d’une station (la présence d’un affranchi procurateur impérial y serait attestée en 181-182 p.C.), à Prokupjlje-Hammaeum, à l’ouest de Naissus, à Kosovska (Titova) Mitrovica au nord de Gracanica-Ulpianum où le nom d’un bf cos est gravé sur un fragment d’architrave placé par ses soins sur le forum, à Prizren-Theranda, à Kacanik et à Blace entre Scupi et Stobi, dans la zone frontalière entre la Dalmatie, la Macédoine et la Mésie Supérieure. Un autre se trouvait en service à Stojnik au nord de la province près du Danube et de Singidunum, dans les mines du Kosmaj, où se côtoient civils et militaires182. Les militaires, et en particulier les bénéficiaires du gouverneur en service détaché sur l’ensemble de ce secteur minier, exerçaient un contrôle sur l’exploitation des ressources naturelles de la région et sur le personnel engagé dans ces travaux, parmi lesquels se pouvaient se trouver des prisonniers ou damnati ad metalla. Ils devaient aussi veiller, avec l’aide de détachements militaires, au maintien de la sécurité troublée par la présence de latrones attirés dans la région, comme l’attestent plusieurs témoignages faisant allusion à leurs agressions contre les habitants du lieu, autour de Prizren et de Pec, ainsi qu’à Ravna183.

  • 184 CBI, 643, ainsi que 644 et 647 ; au même endroit et dans la même région : CBI, 645 et 646, avec CB (...)

84En Mésie Inférieure, le gouverneur était représenté par ses bénéficiaires à Mihajlovgrad-Montana et dans la regio Montanensium riche en mines d’argent et en sables aurifères. Leurs autels ont été retrouvés à Montana et à plusieurs endroits vers l’est en direction de Glava Panegra, notamment à Gradesnica et à une cinquantaine de km plus loin, à Altimir, où fut découvert le fragment d’un troisième autel consacré par Aelius Clemens, l’un des bénéficiaires connus comme dédicant dans le sanctuaire de Montana. Une inscription de 155 p.C. atteste qu’une vexillation de la légion XI Claudia, placée sous la responsabilité d’un centurion, avait été détachée à Montana ; le bénéficiaire Ulpius Alexander s’associe à leur dédicace184.

  • 185 CBI, 623-627 et Chap. IV p. 207 n. 418 ; CBI, 623 : selon Cagnat (IGR), il s’agirait du patronyme (...)
  • 186 ILBR, 211, à Balgarski Izvor, au sud-est de Glava Panegra (cf. supra p. 177-178) :... praesidia et (...)
  • 187 CBI, 668 : découvert en remploi à Sofia-Serdica.
  • 188 I 155, avec IGB, II, 587, découvert “loco, qui Zidjuvec vocatur, prope uicum Goljama Brestnica sit (...)
  • 189 I 113e, f, g.
  • 190 IGB, II, 496.
  • 191 CBI, 637 et 635 ; à cette époque, la région de Vicus Trullensium était rattachée à la Thrace comme (...)
  • 192 CBI, 663 et 664 ; sur les Besses : Strabon 7.5.12 ; l’inscription de Rome : VI, 2799 (= 32543) - I (...)
  • 193 CBI, 667 ; le stationarius : IGB, III, 1336 ; sur la présence d’officiales à Philippopolis et la p (...)
  • 194 CBI, 669 ; Hérodote 6.46 et Thucydide 1.100, avec Bresson 1993, 201-204 ; sur les mines dans la ré (...)

85Des beneficiarii se trouvaient détachés avec d’autres militaires dans le secteur minier de Glava Panegra, où la présence d’un bénéficiaire du procurateur ou φισκου βενεφικιαριος mérite d’être soulignée185. Un nombre important de documents épigraphiques de bénéficiaires provient de l’ensemble de cette région située à la frontière entre les provinces de Mésie Inférieure et de Thrace, et dont les limites ne sont pas toujours clairement établies. Antonin le Pieux a chargé son légat de mettre en place la construction de nombreux praesidia et burgi, en vue de la protection de la province de Thrace186. L’un des bénéficiaires en poste dans la région, Aurelius Tarsas fils de Bassos, a consacré un autel votif à Asklépios Koulkoussènos187. Un autre, Flavius Mestrianus était aussi posté dans ce secteur. Son nom et son titre figurent sur la poignée d’un gobelet en argent, encore inédit, qu’il dédia au Héros thrace. Il est peut-être identifiable avec l’homonyme sans titre connu par sa plaque votive dédiée à (Asklépios) Saldoboousénè et au Kyrios Hèrôs. On a découvert dans les environs 9 kg de pièces d’argent, ainsi que des sceaux marqués d’empreintes telles que SIG, PR, PRT ou VIV188. Non loin de là, à une quizaine de km seulement au nord-ouest de Glava Panegra et plus précisément à Karas au sud de Kunino-Vicus Trullensium, au bord de l’Oescus, deux autels en calcaire ont été consacrés l’un à Zeus Olympios et l’autre à Hera Olympia par Μαρτιαλης Βειθυος, un homme d’origine thrace comme l’indique son nom, bien attesté localement. L’abréviation B qui suit son nom indique sans doute son titre de bénéficiaire – plutôt que celui de bouleute –, comme celle qui figure après celui d’Heraclianus fils de Dèmophilos, sur son autel votif mis au jour loin de là, près de Mezdra au sud-ouest de Kunino, le long de l’Oescus189. D’autres militaires étaient en service dans cette même région, tel par exemple le strator consularis Aurelius Pudens, qui consacre un autel votif avec une inscription bilingue – seule la dédicace à Agathè Tychè est en grec – à quelques km de Mezdra en direction de l’est et du Vicus Trullensium190. Un autre bénéficiaire connu par l’épitaphe qu’il érige pour son beau-père, à Kunino-Vicus Trullensium, a également pu exercer ses fonctions dans les environs. L’inscription votive en latin, adressée pour le salut de l’empereur et mise au jour plus au nord, à Jenica, le long du cours de l’Oescus et en retrait vers l’ouest, révèle le détachement dans la région de Flavius Vitalis, l’un des bénéficiaires du gouverneur, à l’époque de Sévère Alexandre191. Un sanctuaire consacré principalement à Asklépios près de Batkoun, en Thrace, à environ 35 km au sud-ouest de Plovdiv-Philippopolis, a accueilli les monuments votifs de plusieurs bénéficiaires – ils ne précisent pas le titre de leur supérieur – avec ceux d’autres militaires et d’agents de recrutement. Tous ces dédicants attirés dans ce sanctuaire par les vertus thérapeutiques des divinités en question étaient en service dans la région. Signalons, parmi d’autres, le centurion ληστολογησας, à la tête d’un numerus chargé de veiller au maintien de la sécurité et de défendre les intérêts de Rome dans ce secteur où était établie la tribu thrace des Besses, bien connue pour ses brigandages. La forte densité de militaires et de bénéficiaires en poste sur les lieux s’explique aussi par le passage de voies importantes et par la présence de carrières de marbre exploitées de l’Antiquité jusqu’à nos jours, dont la plus proche se trouvait seulement à une vingtaine de kilomètres de Batkoun. Cette région, comme la Thrace d’une manière générale, a fourni de nombreux militaires engagés dans les forces romaines et en particulier dans les cohortes prétoriennes. Signalons à ce propos une inscription de Rome datée de 227 p.C. avec les noms de soldats d’origine thrace – il y est fait mention du nom de leur village d’origine, dans les environs de Philippopolis – qui continuent à vénérer à Rome le dieu Asklépios Zimidrenus, dont le culte était bien ancré dans cette partie de la province. Leur recrutement a dû être organisé de manière locale, sous l’autorité du gouverneur de la province, assisté dans ce rôle par les dilectatores, des personnes influentes, et vraisemblablement par ses représentants locaux. Il n’est pas exclu que les bénéficiaires du gouverneur aient participé d’une manière ou d’une autre au recrutement ainsi qu’aux efforts de recensement – le gouverneur en était responsable –, dans la région où ils se trouvaient, en collaboration avec les agents spéciaux et avec les autorités locales lorsqu’il y a lieu. Peut-être étaient-ils chargés de contrôler sur place et de transmettre au gouverneur et à ses bureaux les listes et informations nécessaires dans ces domaines, révisées, complétées et mises à jour, de sorte qu’une fois centralisées, elles puissent être transmises à Rome ? L’absence de preuves nous oblige toutefois à laisser cette hypothèse ouverte192. Le siège du gouverneur de Thrace a pu se trouver à Périnthe, et celui du procurateur financier, à Philippopolis, où se trouvaient un στατιωναρις et d’autres officiales ainsi que le bénéficiaire M. Ulpius Philippus, dont l’origine locale n’est pas exclue193. La découverte à Thasos du monument funéraire d’Aurelius Fortunatus décédé pendant son service pourrait s’expliquer par son détachement dans l’île, rattachée à la Thrace, où les mines d’or et d’argent étaient exploitées dans l’Antiquité comme le confirment notamment des témoignages d’Hérodote et de Thucydide. Son nom ne suggère pas a priori une origine locale. Ce militaire avait accompli 11 ans de service, dont 7 comme bénéficiaire – le titre de son supérieur n’est pas précisé – à une époque contemporaine ou postérieure à Marc Aurèle194.

  • 195 CBI, 855-858. Sur l’administration de ces mines : Le Roux 1995a, 73 et 74 (avec la bibliographie).
  • 196 Sur la condamnation aux metalla en général et en particulier pour les chrétiens, par ex. : Millar (...)
  • 197 P 58 ; sur le monopole de l’État et la taxe sur le sel : Wallace 1938, 183-184.

86Dans les mines d’or de Villalís en Espagne, le procurateur équestre d’Astorga prenait soin d’être représenté par l’un de ses bénéficiaires, comme l’atteste une série de documents datés entre 166 et 175 p.C. Ce dernier s’y trouvait au sein d’une vexillation composée de légionnaires et d’auxiliaires et placée sous la responsabilité d’un centurion ou d’un décurion, ainsi que du procurateur affranchi responsable du secteur195. En Égypte, comme nous l’avons souligné plus haut, le détachement d’un bénéficiaire dans la région entre Coptos et Bérénikè pourrait peut-être aussi être en relation avec l’exploitation de mines ou de carrières dans ce secteur. Mentionnons à ce propos un papyrus du iie -iiie s. p.C. d’origine incertaine, peut– être du nome Arsinoïte, qui a conservé le nom du bénéficiaire Sarapiôn avec une liste de personnes désignées pour accomplir divers types de travaux sur les lieux d’exploitation de carrières et dans des salines. Certains étaient occupés par exemple à des travaux de drainage, probablement en relation avec l’extraction du sel. La liste en question, établie selon les jours de travail, suggère la mise en place d’une rotation du personnel dans les différentes activités. A l’exception de Sarapiôn, aucun nom n’est suivi d’un titre ou d’une indication sur son statut ou sa fonction. Certains sont des citoyens romains, ce qui ne paraît pas le cas de Sarapiôn, qui n’a pas de gentilice. Peut-être dépendait-il d’une unité auxiliaire établie dans la région ? Ses fonctions ne sont pas clairement établies. Il est possible qu’il ait été chargé de s’occuper de l’organisation du travail des ouvriers, des militaires ou des civils assumant ces fonctions au titre des liturgies, à moins qu’il ne s’agisse de prisonniers condamnés à travailler dans des mines ou dans des carrières196 ? Le bénéficiaire a aussi pu être chargé de s’assurer qu’il n’y ait pas de dysfonctionnement de la part des employés. On rappellera à ce sujet que le commerce du sel étant un monopole de l’État, une taxe ou concession φορος devait être versée au gouvernement, qui exerçait en outre un contrôle des prix sur le sel197.

  • 198 Bf proc. : CBI, 565, 566 et I 104, I 186 ; bf cos : CBI, 567 (238-244 p.C.) ; sur les mines : Noes (...)
  • 199 CBI, 547, 545, et 544 avec 546. Sur le site et le matériel épigraphique : Wollmann 1985-86.

87En Dacie, le gouverneur se faisait représenter dans les mines d’or du district de Zlatna-Ampelum par l’un de ses beneficiarii. Celles-ci étaient placées sous l’autorité et le contrôle administratif du procurateur financier – ou d’un procurator aurariorum ?– qui avait lui aussi détaché ses bénéficiaires sur les lieux. Les recherches archéologiques ont montré que les zones d’exploitation minière étaient généralement pourvues d’une infrastructure particulièrement bien développée, avec une série de bâtiments administratifs réservés aux employés du bureau du procurateur responsable du district minier et à sa famille198. Les bénéficiaires du gouverneur de Dacie étaient également présents au cours du iie s. dans le district minier de Rohia Montànà-Alburnus Maior, au nord-ouest d’Ampelum199.

  • 200 Pour une discussion sur l’abréviation K ANS, K ANSIS ou K ANSI (Wollmann 1985-86, n. 10, 11, 23) q (...)

88Nous avons déjà souligné plus haut que, dans les sanctuaires des stations de bénéficiaires à proprement parler, les dédicants sont généralement tous des beneficarii, comme l’attestent les séries de Sirmium ou d’Osterburken, à une exception près. A la différence, dans les districts miniers, à St Margarethen, Montana, Skelani, Glava Panegra, Batkoun ou ailleurs, les sanctuaires sont ouverts à l’ensemble du personnel et des agents de l’État en poste dans le secteur, romains et indigènes, esclaves, affranchis et simples ouvriers non citoyens, militaires et officiers, responsables des mines ainsi que dans certains cas aux autorités provinciales, procurateurs et gouverneurs eux-mêmes. Il devait en aller de même à Villalís comme le suggèrent les dédicaces collectives des militaires et fonctionnaires impériaux rassemblés dans le secteur, consacrées peut-être dans la chapelle du fort dans lequel les militaires étaient installés. Le lucus ou sanctuaire d’Alburnus Maior, visité par les beneficiarii du gouverneur, recevait aussi d’autres dédicants, sans titre militaire ni mention de troupe. Leurs monuments votifs et les divinités qu’ils invoquent se distinguent nettement de ceux des bénéficiaires, tous conscrés à Juppiter Optimus Maximus. Il s’agissait d’indigènes employés comme ouvriers dans les mines, vraisemblablement sous le contrôle des bénéficiaires200.

5. La supervision de travaux ou constructions publics

  • 201 P. Oxy., 3088 avec Bowman & Rathbone 1992, 123.
  • 202 Pline 10.23-24 ; 39-40 ; 70 ; 90-91 ; 98 ; Garnsey & Saller 1987, 37.

89Dans une lettre qu’il adresse en 127/128 à la polis et à la population d’Oxyrhynchos, le préfet d’Égypte Flavius Titianus les félicite des travaux d’embellissement qu’ils ont effectués dans leur cité, et les autorise à commencer les travaux pour lesquels ils ont rassemblé le financement nécessaire201. Si la loi exige que les emprunts municipaux soient soumis à l’approbation du gouverneur, ce témoignage atteste clairement que, même lorsqu’ils en avaient les moyens et assumaient eux-mêmes les dépenses de travaux publics dans leur cité, les responsables locaux étaient soumis à l’accord du gouverneur et de l’empereur. Les témoignages de Pline confirment cette position des autorités romaines face aux cités de Bithynie et révèlent que l’empereur lui-même pouvait donner son veto s’il jugeait que les finances de l’État risquaient de souffrir de dépenses considérables, en particulier si cela devait avoir des retombées négatives sur les impôts que la cité devait verser dans les caisses de Rome202. Les relations entre les autorités des cités et le gouverneur se faisaient de manière directe ou par l’intermédiaire des divers représentants locaux du gouverneur.

  • 203 CBI, 727-728 et I 190 ; sur les gouverneurs : Thomasson 1972-1990, 333.31 et 32 et 335.45. La dédi (...)
  • 204 Pflaum 1952, 318 = Pflaum 1981, 220. Ce type d’édifice et la présence d’un bénéficiaire sur les li (...)
  • 205 IGR, III, 1287 ; IGR, III, 1326 : Χαρη Βοστρα/Γαλληνιανος υπα/τικος εκτισεν Αγριπ/πας ιππικος επεσ (...)

90Les beneficiarii pouvaient être chargés par leur supérieur de superviser le déroulement ou le financement de constructions, qu’il s’agisse de travaux en relation avec leur troupe ou de travaux de grande envergure ou d’importance générale, dans les provinces, qui pouvaient nécessiter un financement de l’État. Plusieurs documents nous en donnent la preuve, même si les dédicaces officielles des monuments publics ne mentionnent que les noms des personnalités de première importance. Ce fut le cas par exemple du bénéficiaire Flavianus, stationné à Dera’a-Adraha en Arabie, vers 260 p.C. Durant son séjour local, dont la durée s’est prolongée sur plusieurs années, Flavianus était chargé de représenter à Adraha plusieurs gouverneurs successifs de l’Arabie203. En plus de ses fonctions habituelles, il reçut pour mission de superviser l’évolution – et vraisemblablement l’état du financement – des travaux de construction d’une tour d’enceinte et d’une caserne ou décanie, ο πυργος μετα της δεκανιας, un bâtiment susceptible d’abriter une dizaine d’hommes chargés à tour de rôle de monter la garde à l’entrée de la ville204. D’autres militaires pouvaient être chargés de fonctions du même type comme le montre à Adraha même un autre inscription de la même période – elle est plus récente d’un ou de deux ans seulement –, qui révèle un strator, dans un rôle similaire. Le nom du gouverneur Gallonianus se retrouve à Bostra sur un monument comparable. Ici, c’est le chevalier romain Agrippa qui assume la surveillance des travaux205. Aussi bien à Bostra qu’à Adraha, les inscriptions célèbrent la générosité des empereurs envers ces cités.

  • 206 CBI, 706 et I 128 (avec Chap. VII p. 315) et pour la localisation, au sud-est de Tyr : Dussaud 192 (...)
  • 207 IGR, III, 113-118 avec I 123 (voir Chap. IV) et Millar 1993, 109 ; sur l’emploi de militaires dans (...)
  • 208 Épilogue ; sur le financement des dépenses publiques en Numidie et en Afrique Proconsulaire : Dunc (...)
  • 209 CBI, 710 et 580.

91A la même époque et dans la même province, à Hama, au sud-est de Tyr, deux inscriptions pratiquement identiques révèlent qu’un bénéficiaire du gouverneur dénommé Basiliscus et ses deux frères – l’un d’eux porte le titre de συνηγορος, qui correspond au latin aduocatus – se sont chargés de la construction d’une tour d’enceinte ou πυργος206. Les liens de parenté qui unissent les deux hommes font penser que dans ce cas, à la différence de l’exemple précédent, le geste du bénéficiaire ne s’inscrit pas directement dans le cadre de ses fonctions ; il s’agit plutôt ici d’un acte privé. Les deux soldats, probablement issus d’une famille aisée de Hama, ont assumé financièrement la construction de ce πυργος, dans l’intention d’assurer la sécurité et la protection de la ville et de ses habitants. Nous connaissons d’autres militaires qui ont financé la construction d’une tour d’enceinte ou d’un petit fort, notamment un vétéran à Aerita en 169/170 p.C., où les travaux ont été supervisés par le centurion en poste dans la région, également impliqué dans des constructions à Phaena. Il est possible que le bénéficiaire détaché là quelques années plus tard ait participé, avec l’un des centurions en charge de la garnison locale, à la surveillance de travaux en relation avec la construction de la mansio ou du bâtiment officiel destiné, comme le précise le gouverneur Iulius Saturninus en 185-187 p.C., à héberger les étrangers, militaires ou fonctionnaires de passage ou en poste en ce lieu207. Les élites locales, magistrats municipaux ou employés de l’administration provinciale, prennent régulièrement en charge le financement de dépenses publiques dans les cités208. L’emploi du verbe εκοσμησα gravé sur un fragment d’architrave, à Umm idj-Djimâl entre Bostra et Aila, pourrait suggérer un geste de ce genre de la part d’un bénéficiaire, de même que le fragment d’architrave inscrite, placée sur le forum d’Ulpianum en Mésie Supérieure par le bf cos C. Domitius Licinianus209.

  • 210 CBI, 704 ; sur Agrippa : Millar 1993, 261-261 ; ses affranchis d’Agrippa le présentent comme leur (...)

92On peut se demander dans quel contexte – privé ou fonctionnel – se situent les relations entre L. Iulius Agrippa et le bénéficiaire Q. Munatius Marinus, à Apamée, vers 116-117 p.C. Ce dernier élève une statue en l’honneur de Iulius Agrippa, une personnalité bien en vue à Apamée, présentée comme le bienfaiteur de la cité pour y avoir financé la construction d’un aqueduc et de thermes ornés de statues de bronze aux thèmes de la mythologie grecque, avec une basilique et un portique. La générosité d’Agrippa et l’intérêt qu’il porte à sa cité et à ses habitants se sont également manifestés par ses distributions de blé et d’huile et par ses missions d’ambassadeur auprès de gouverneurs et de l’empereur. Le bénéficiaire – le titre de son supérieur n’est pas précisé – le présente comme son évergète et comme un κτιστης. Ces titres pourraient évoquer le rôle d’Agrippa dans le financement des travaux de construction entrepris à Apamée, dans lesquels Marinus a pu être impliqué, peut-être en qualité de représentant du gouverneur sur place. Comme ses affranchis et clients qui le qualifient de patron et de bienfaiteur sur les bases de statues découvertes avec la sienne, le bénéficiaire a pu profiter à titre personnel de l’appui d’un puissant patronus local, un homme d’influence auprès des autorités romaines établies à Apamée, dans la province ou même au delà210.

  • 211 CBI, 709, avec III, 199-201 : allusion à des travaux effectués en 163-165 p.C. par Iulius Verus, l (...)
  • 212 CBI, 699, avec Chap. IV p. 101-102.
  • 213 VIII, 2728 - VIII, 18122 - ILS, 5795.
  • 214 CBI, 697 et 698, non retenus avec les documents des officiales du gouverneur rassemblés par Haensc (...)

93Il n’est pas impossible que la présence d’un bénéficiaire du gouverneur à Souq Wâdi Baraba, dans la région d’Abila Lysaniae, comme celle d’un centurion en poste au même endroit, soit en relation avec la décision du gouverneur d’organiser des travaux dans la région, dont l’épigraphie locale a conservé la trace211. Rappelons aussi dans ce contexte l’exemple de Q. Minicius Honoratus, un bénéficiaire des préfets du prétoire impliqué en Syrie dans la construction d’un bâtiment d’une certaine envergure, peut-être en relation avec le passage ou le séjour d’un empereur et de son comitatus dans la région212. Dans la même province, d’autres bénéficiaires ont pu assumer des fonctions comparables. A Baalbek-Heliopolis, un bénéficiaire et un ancien bénéficiaire ont marqué leur nom sur une dalle de pavement, au pied de l’escalier monumental du grand temple de Jupiter Héliopolitain. Il s’agissait peut-être du sanctuaire provincial du culte impérial, Heliopolis étant considérée comme la capitale possible de la Syrie-Phénicie et le siège de son gouverneur. Ce temple et son escalier sont représentés avec la légende IOMH sur des monnaies de l’époque de Septime Sévère, lorsqu’Heliopolis devient une colonie. Faustinus a vu s’achever les travaux que son prédécesseur avait peut-être supervisés jusqu’à sa mise en retraite, ou même au delà si l’on songe à l’exemple du vétéran Nonius Datus, appelé à prolonger ses activités afin de surveiller jusqu’au bout la construction de l’aqueduc et plus précisément du tunnel mis en chantier selon ses plans à Saldae-Bejaia en Maurétanie Césarienne, ut quod relicum est ex opere eius perficiat213. Il est possible les deux beneficiarii en question – le titre de leur supérieur n’est pas précisé – aient fait partie de l’officium du gouverneur, comme les autres officiales singulares et speculatores – connus à Heliopolis. Au même endroit, et peut-être dans le même contexte, un ancien bénéficiaire du gouverneur, originaire d’Apamée, a érigé un autel, avec les siens, pour le salut de Caracalla, Géta, et de leur mère. Cet autel fut découvert en remploi dans la basilique chrétienne de Heliopolis qui fut construite dans la grande cour du temple de Jupiter, soit dans le même secteur que les signatures mentionnées ci-dessus, peut-être non loin de son emplacement d’origine. Son geste se situe pendant sa retraite ou plus vraisemblablement à l’occasion de sa mise en retraite, comme pourraient le suggérer le contexte et le caractère officiel de la dédicace. Cet officialis avait dû passer une large partie de sa carrière dans la capitale provinciale214.

  • 215 CBI, 911 ; voir aussi CBI, 912.
  • 216 I 150a.

94A Rome aussi, les bénéficiaires ont pu être chargés par leur supérieur de superviser la construction de monuments à caractère religieux et corporatif destinés à leur troupe, ou du moins d’en présider la consécration, au nom de leur supérieur. Ainsi par exemple, en 111 p.C., c’est le bénéficiaire d’un tribun des cohortes des vigiles, Gresius Facundus, qui s’est chargé de la construction (ou du financement ?) d’une aedicula, dans la station de la cinquième cohorte des vigiles. Celui-ci sera restauré près d’un siècle plus tard215. C’est également un bénéficiaire, Apollonius Apollodorus, qui est responsable de la consécration, le 1er janvier 197 p.C., de la schola des curatores des equites singulares, située à proximité de leur caserne, et dont les traces ont été repérées, avec leur ex-voto, sous la nef centrale de la basilique constantinienne du Latran. L’expression cura agente se limite-t-elle au rôle clef qu’il a joué lors de la cérémonie inaugurale, ou s’étend-elle aussi aux dispositions qu’il a prises dans l’organisation, le financement et la supervision de la construction en question216 ?

  • 217 Annexe 15 et Chap. IV p. 193-202.

95Ces divers exemples révélant le rôle assumé par des bénéficiaires dans la supervision de constructions publiques nous invitent à rappeler les responsabilités comparables qu’ils ont exercées dans le cadre des stations dont ils avaient la charge, lorsque la nécessité l’exigeait. Lorsque les bénéficiaires font mention de travaux, dans leurs inscriptions votives, il s’agit toujours de monuments à caractère religieux, de tailles et d’envergure variables, réalisés habituellement à titre personnel, à leurs propres frais, comme certains se plaisent à le souligner217. Nous ne connaissons aucun témoignage révélant la responsabilité du gouverneur ou d’une unité militaire dans des travaux construction ou de rénovation de telles stations.

Notas

1 P 19 et infra. La proximité ou similitude de certaines des fonctions exercées par les différents types de beneficiarii s’observe aussi dans le choix de certains objets fonctionnels ou à caractère symbolique – fustis, tablettes etc. – qui ornent leurs monuments : Chap. VI p. 286-287.

2 CBI, 877 : Annexe 1.3. Il ne s’agit vraisemblablement pas d’une promotion à un nouveau poste mais de la description de la fonction ou de l’une des fonctions assumées en qualité de bénéficiaire du préfet du prétoire : Domaszewski & Dobson 1981, 21.

3 CBI, 426 et 379, avec Chap. IV p. 208 ; le développement agens c(uram) c(ustodiarum) proposé par Speidel 1984, 288 pour CBI, 426, pourrait aussi être envisageable, en dépit de la distinction qu’il établit ailleurs entre carcer (military jail) et custodiae (state jail) et qu’un passage du Digeste, 48.19.8.9, semble mettre en doute : Speidel 1977, 696 avec n. 31 ; sur les prisons romaines, désormais Krause 1996 ; en revanche, le développement agens c(uram) c(oloniae) proposé par Mócsy 1953, 198, convient moins facilement à un bénéficiaire d’un légat de légion, employé à des tâches comparables mais dans un secteur plus limité que les bf cos ou les centuriones ordinarii, même si la juridiction civile du légat de légion n’est pas exclue : Wilmanns 1981, 71-72 CBI, 199 : Annexe 1.3 ; pour des frumentarii dans des fonctions comparables : III, 433 (à Éphèse) : un frumentarius agens carceris ; AE, 1984, 838 (à Sardes) : [fru]menta[rius] [a]gens cu[ram] custod[ia]rum ; pour un centurion πραιποσιτος κουστωδιων à Bostra : AE, 1973, 556 - Speidel 1977, 696. Les textes littéraires et les documents papyrologiques montrent des bénéficiaires chargés d’arrêter des civils et de les accompagner durant leur procès ; pour l’emploi de militaires dans des fonctions similaires : Pline 10.19-20.

4 CBI, 738 et peut-être dans un contexte comparable CBI, 737 ( ?) : voir infra p. 239 ; P 3 ; CBI, 132 et 826 ; représentation lors de cérémonies officielles, par ex. I 150a à Rome le 1.1.197 p.C. et CBI, 911, en 111 p.C., puis 156 p.C. ; l’aedicula cum Genio a été consacrée par Gresius Facundus, le bf du tribun de la ve cohorte de vigiles ; reconnaissance envers le supérieur et sa famille : voir Annexes 11 et 13.

5 P 37.

6 CBI, 772 à 774 et Chap. III p. 122 ; le titre domicurius ou domicurator rappelle en quelque sorte celui d’ostiarius cos, peut-être porté dans la capitale de Germanie Inférieure par l’un des beneficiarii du gouverneur ; sur l’emploi de bénéficiaires dans la supervision de dossiers officiels, voir P 60 : la marque de contrôle, dans la marge supérieure d’une lettre au logistès et aux nikostratèges d’Antinoupolis, atteste que le bénéficiaire Sarapiôn et l’officialis Marmorios, employés dans les bureaux du praeses de Thébaïde, au ive s., ont pris connaissance du contenu du document ; les destinataires sont menacés d’une amende pour avoir manqué au remboursement d’un emprunt, sans doute suite à une pétition au praeses ; sur les marques de contrôle des officiales : Haensch 1994, 491.

7 La topographie du site était telle qu’il fallait faire le tour de la citadelle pour pouvoir y accéder lorsque l’on arrivait par voie fluviale. Pour des ex. de soldat stationnés à une porte du camp : Fink 1971, 9, 8b, 21h, 22c ou 33g. Sur les bf à Dura : Chap. VII p. 326-328 ; on rappellera que chez Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, 12.32, les termes d’ostiarius et de custos apparaissent ensemble en relation avec la perception de taxes à Gaza. La taxe équivalant sans doute à un taux de 25 %, comme celle qui était perçue sur les autres routes du commerce oriental. Sur le personnel des douanes : Sijpesteijn 1987, 91-101 et infra. Sur la localisation des stations à l’entrée des villes ou des castella et sur les divinités des portes ou fortifications invoquées par des bénéficiaires : Chap. IV p. 148-155.

8 Voir par ex. le préfet d’aile à Sala en Maurétanie Tingitane, qui s’est rendu indispendable aux yeux des décurions locaux : AE, 1931, 38 - IAM, 307, avec Jacques 1984, VII ; voir aussi nos remarques sur le bénéficiaire d’un officier militaire à Auzia : CBI, 827 avec Chap. VI p. 287 n. 90.

9 A ce propos : CBI, 199 : Annexe 1.3.

10 Parmi les récentes études qui ont abordé la question des fonctions des beneficiarii, voir par ex. : Ott 1995, part. 113-154 ; Dise 1995 ; Rankov 1994 et Austin & Rankov 1995, part. 195-204 ; Mirkoviç 1991 ; Schallmayer 1991.

11 Chap. VII p. 305-309.

12 Sur les quelque 700 documents épigraphiques répertoriés où il est question d’un bf cos, de la fin du ier ou du début du iie s. jusqu’en 243 p.C., nous en connaissons une cinquantaine où le bénéficiaire s’est retiré avec ce titre au moment de la retraite, ce qui représente 1/7 de l’ensemble (Breeze 1974a, 275 en comptait 25). La proportion est imposante, si l’on tient compte à la fois de la nature des documents épigraphiques du dossier – il se compose principalement d’autels votifs érigés pendant le service – et du nombre limité des militaires qui vivent jusqu’à l’âge de la retraite et apparaissent dans les sources épigraphiques comme tels (avec leur titre de vétéran). Sur les années de service, la durée moyenne de vie et le caractère limité des promotions des bénéficiaires d’un gouverneur : Chap. III p. 87-89 et p. 126. Sur le lien avec l’officium et le maintien des bénéficiaires dans leurs fonctions, même après le départ du supérieur qui les a nommés bénéficiaires : Chap. II p. 81-84 et Dise 1997b, 284-285.

13 Voir Épilogue. En général, sur le statut des fonctionnaires de la militia officialis au ive s., qui officiellement étaient des soldats, mais totalement séparés de la militia armata : Jones 1970, 190 et 200 ; voir aussi les remarques de Bagnall 1996a, 66 notes 130 et 135, sur la difficulté de distinguer dans certains cas les militaires et les fonctionnaires civils, la terminologie étant parfois identique.

14 Garnsey & Saller 1987, 31, y voient des explications d’ordre politique et fiscal.

15 Sur les expériences des personnalités chargées de l’administration de l’Égypte : Brunt 1975, part. 131 (= Brunt 1990, 215-254 et 514-515) ; sur le rôle de cette province dans l’approvisionnement de Rome : par ex. Geraci 1994 et infra p. 255.

16 Pline 10.20 : Trajan, en réponse à Pline : perseueremus in ea consuetudine quae isti prouinciae est. Sur le rôle des empereurs en matière de politique extérieure : Millar 1982 ; sur celui des gouverneurs dans les cités : Jacques 1984, 337-354.

17 Sur les ambassadeurs des cités auprès de l’empereur et les réponses de ce dernier aux pétitions : Millar 1983, 240-262 ; voir aussi par ex. Hahin & French 1987 (rescrit de Caracalla et lettre du proconsul d’Asie en réponse aux habitants de Takina en Asie Mineure contre les exactions des stationarii) et Malay 1988 (lettre de Pertinax et du proconsul aux habitants de l’antique Tabala), cités p. 75 n. 87 ; sur l’empereur justicier : Coriat 1997, 446-447 et 608-618 ; sur les curatores rei publicae (sénateurs, équestres ou notables locaux) souvent appelés à assumer des missions en relation avec les finances des cités, en Italie et dans les provinces : Eck 1979, 190-246 (Italie), Burton 1979 et Burton 1998, qui met en relief la continuité plutôt que le renforcement de l’autorité du pouvoir central sous les Sévères, Jacques 1984 passim, Jacques 1990, 168-179, Jacques & Scheid 1990, 264-269, et récemment Guerber & Sartre 1998 (à propos d’un tel curateur à Canatha en Syrie).

18 Millar 1982, 2 et 8, souligne l’absence de témoignages directs de correspondance entre les empereurs et leurs légats en matière de politique à suivre sur les frontières.

19 Voir aussi Dise 1997b.

20 Voir à ce sujet l’analyse synthétique de Bowman 1976, part. 161 : “If Egypt is in some respects atypical we must not only remember that other provinces also had peculiar features (which might induce us to regard them as atypical, if we knew as much about them)” ; sur les cités et l’administration municipale en Égypte : Bowman & Rathbone 1992, part. 115 ; voir aussi Drew-Bear 1997, à propos d’Hermoupolis et d’Oxyrhynchos. Sur les différences dans l’organisation des douanes entre l’Égypte, la Syrie, la Judée et le reste de l’Empire : de Laet 1975, 415-424 et Sijpesteijn 1987, 91.

21 P 80 - P. Bostra, 1, mai 260 p.C. Plusieurs types de bénéficiaires sont attestés à Bostra même, camp de la légion III Cyrenaica, l’un au service d’un tribun semen(stris) CBI, 723, un autre auprès d’un légat de légion CBI, 724 et un dernier employé dans l’officium d’un consulaire : CBI, 725 (iie s. p.C.). Sur les archives romaines du Moyen-Euphrate conservées sur papyrus : Feissel & Gascou 1995 (pétitions) et Feissel et al. 1997 (contrats de vente).

22 Arrien, Ordre de bataille contre les Alains, 1-10 ; voir aussi nos remarques Chap. I p. 21.

23 Chap IV p. 152-153 ; sur l’existence d’un service de renseignement, déjà mise en évidence par Birley 1953, 83, voir en dernier lieu, avec la bibliographie : Austin & Rankov 1995, part. 195-204, 149-153 et 171, et p. 155-161 sur les archives du gouverneur ; ils soulignent (p. 135-141) le manque d’évidences explicites d’un véritable service de renseignement centralisé dans l’histoire de Rome ; sur le mur d’Hadrien comme zone de contrôle et sur le rôle des exploratores : Breeze et Dobson 1987, 144-145 ; voir aussi Ezov 1997 (exploratores) ; sur l’empereur et les relations avec les populations étrangères au delà des frontières : Millar 1982.

24 Chap. VII p. 305-309.

25 Pour des exemples de bénéficiaires d’un tribun légionnaire engagés dans des expéditions avec leur légion, hors de leur province, voir à Lambèse CBI, 782, en 219 p.C. : 2 bf tr(ibuni) ; CBI, 631 : Annexe 1.3 (voir infra pour le déroulement de sa carrière) ; I 111, avec Chap. III p. 125 ; en Syrie : CBI, 703 et 711 ; voir aussi en Judée : I 127 et en Numidie : CBI, 782 : duplarii regressi de expeditione felicissima orientali ; à Rome : CBI, 917 : 1er avril 200 p.C., retour des equites singulares de l’expédition parthique de Septime Sévère ; CBI, 918, avec Chap. III p. 103 n. 103 ; voir aussi I 118, I 119 et I 120. Enfin, il n’est ni exclu ni certain que l’inscription CBI, 570 : Annexe 1.3 ait été consacrée lors du retour de la légion II Adiutrix de l’expédition parthique de Caracalla, en 217 p.C., au moment de son passage à Singidunum. Sur les bf des troupes prétoriennes et des equites singulares en déplacement hors de Rome : Chap. III p. 101-104, 107, 124, 130.

26 CBI, 881 : Annexe 1.3.

27 CBI, 820 : Annexe 1.3.

28 CBI, 742 ; la formule [curante] proposée comme restitution par les éditeurs rappellerait celle que l’on a rencontrée dans une inscription de Nîmes (CBI, 41) où il est question d’un bénéficiaire du gouverneur de la Tarraconensis, mort au cours d’un déplacement hors de sa province. Signalons la découverte en remploi à Ptolemaïs d’un bloc inscrit du iiie -ive s. p.C. (cf. Goodchild & Reynolds 1962, 40), avec le texte suivant : Ped(atura) uexil(lationis) leg(ionis) / [I] II Aug(ustae) curante / Aur(elio) Muciano duc(---). La pedatura est la construction sur un espace mesuré en pieds que la vexillation avait érigée pour se protéger.

29 CBI, 631 : Annexe 1.3.

30 I 111, avec Chap. III p. 125.

31 CBI, 589 ; son épouse n’a pas jugé bon de préciser les circonstances dans lesquelles la mort l’a frappé ; il a pu décéder de mort naturelle.

32 Cela n’exclut pas bien sûr que le détachement d’un bénéficiaire dans une station ait pu comporter quelques risques, en particulier comme nous l’avons vu dans une région de frontières de l’Empire (voir CBI, 528, avec Chap. I p. 39).

33 A Dertona : CBI, 884 : Annexe 1.3 ; pour un autre soldat peut-être décédé dans des circonstances comparables, voir aussi * I 177 ; à Aquilée : CBI, 889 : Annexe 1.3 ; à Arcisate : CBI, 895 : Annexe 1.3, avec Chap. II p. 78 n. 106 ; le princeps : V, 1110 - I. Ital., X X 4, 339 ; l’autel consacré à IOM cohortalis : CBI, 893 : Annexe 1.3 ; sur la praetentura Italiae et Alpium : Degrassi 1954, 113-125.

34 Mócsy 1966, 323 = Mócsy 1992, 117.

35 Sur la police en Égypte d’époque romaine impériale d’après les papyrus et la police de sécurité de l’Empire romain en général, suite aux études de Mitteis & Wilcken 1912, 413-415, Hirschfeld 1913, 613-623 et 576-612 et Lesquier 1918, 235-236, voir Zwicky 1944, 82-87 ; MacMullen 1963, 53-60 ; Davies 1973 = 1989, 175-185 ; Bagnall 1977 et Bagnall 1996a, 164-169 ; Aubert 1995 ; Alston 1995, 81-96 et en part. en relation avec les bf : Ott 1995, 113-120.

36 Apulée, Métamorphoses, 3 et 4 ; Achille Tatios, Le Roman de Leucippé et Clitophon, 4.12.2-8 ; sur la police contre les chrétiens, voir en part. Lopuszanski 1951 et infra p. 220-227 ; sur le brigandage et les moyens mis en place pour lutter contre lui, par ex. : MacMullen 1966, 255-268, Shaw 1984a et récemment Wolff 1997. Sur les activités policières des bénéficiaires, en dernier lieu Ott 1995, 113-129, qui fait la distinction entre la lutte contre la criminalité à une échelle locale et la poursuite des hostes et latrones ou ennemis de l’État dans un sens plus politique, dans laquelle interviennent plus directement les forces armées, parfois sous la forme d’une vexillation militaire. Sur les oppositions entre latrones et stationarii dans les inscriptions du secteur des mines de Dardanie en Mésie Inférieure, où la présence de beneficiarii est très bien attestée : Chap. IV p. 167-168 et Chap. V p. 260.

37 Exactions des stationarii : Robert 1943, 111-119 = OMS, I, p. 364-372 ; réponses des gouverneurs aux plaintes de la population locale : Mitchell 1976, 106-131, part. 114-115 ; Campbell 1984, 246-254 ; MacMullen 1991, 206-208 et 388-389 ; sur la vision critique de Dion Cassius face à la puissance des soldats et sur les difficultés de les contrôler : De Blois 1998, part. 365-367 et p. 363 n. 14 (bibliographie sur les pétitions à l’empereur au sujet des abus des soldats).

38 En Dalmatie à Salone : CBI, 480 - Diehl 396 ; à Rome : CBI, 940 - Diehl 1585 (iiie s.) :… unice castitatis <s>orori et comiti super finem amoris diligens maritum coniug(i) benigniss(imae) et inconparab(ili) matrone ( !)… ; CBI, 959, I 148 - Diehl 409 (iiie s.), I 197 - Diehl p. 89 (ve s.), et CBI, 483 - Diehl 851, et à Lambèse ; voir aussi peut-être à Éphèse CBI, 676 et I 132 et Chap. VII p. 318 n. 140 ; à propos de CBI, 940 : si l’on accepte l’idée proposée selon laquelle la scène de gauche serait une représentation de Jonas, cette allusion à l’ancien Testament nous invite à nous demander, à titre hypothétique, si la scène de droite, qui représente un banquet ou “Sigmamahl” comme on en connaît de nombreux exemples dans les cimetières chrétiens, ne pourrait pas être perçue dans ce contexte comme une évocation discrète et allusive, vu l’époque et le statut de Valentianus, d’une représentation de la Cène. Sur les représentations de repas funéraires dans les cimetières chrétiens : MacMullen 1998, 155-159 et Carrié & Rousselle 1999, 330-331. Sur l’absence de documents épigraphiques ou papyologiques faisant référence à des chrétiens, avant 250 p.C., et sur les chrétiens dans l’armée : Lane Fox 1986, 269 et 304.

39 Voir par ex. Millar 1981, 192.

40 Tertullien, Sur la fuite pendant la persécution, 13.5.38 : Nescio dolendum an erubescendum sit cum in matricibus beneficiariorum et curiosum inter tabernarios et ianeos et fures balnearum et aleones et lenones Christiani quoque uectigales continentur. Sur les curiosi : Suétone, Auguste, 27 : dans ce contexte, curiosus n’est pas encore employé comme un titre précis tel qu’il apparaît dans les textes juridiques du ive s. p.C., par ex. dans le Code Théodosien, 6.29.1 (355 p.C.) : (...) Memorati [ig] itur curiosi et stationarii uel quicumque funguntur (h) oc munere (...). Il n’est pas impossible que ce passage où il est question des stationarii en général concerne également les beneficiarii, dont les abus sont dénoncés dans des textes juridiques contemporains : Épilogue p. 333-335.

41 Selon Hirschfeld 1913, 582-583, il s’agirait du Préfet de la Ville ; sur les attributions judiciaires de ce dernier, chargé de poursuivre les délits criminels à Rome et en Italie en détachant des soldats pour le maintien de la paix, le contrôle des marchés, et pour rester informé de tout ce qui se passe : Digeste, 1.12.1.12 ; le préfet des vigiles peut ordonner à ses soldats de frapper ou de fouetter ceux qui mettent en cause la sécurité de la ville, en particulier ceux gardent le feu négligemment chez eux, mais pour les délits plus graves, il doit renvoyer les criminels devant le préfet de la Ville : Digeste, 1.15.2-4.

42 A ce sujet : Chap. III p. 106. Pour un bf probablement en poste à Carthage : CBI, 744. Dans le Digeste, 1.16.9, il est clairement notifié que les questions fiscales ne dépendent pas du proconsul mais bien du procurateur.

43 Ailleurs, Tertullien, Apologétique, 2.1-8, s’insurge à nouveau contre le fait que les chrétiens sont recherchés ; il mentionne à ce propos la réponse de Trajan à Pline sur la politique à suivre face au chrétiens, à savoir que ces derniers ne doivent pas êtres recherchés, mais qu’ils doivent en revanche être punis s’ils sont déférés au tribunal. Tertullien dénonce le manque de cohérence dans le système juridique et dans la politique impériale face aux chrétiens.

44 Rien dans le texte de Tertullien ne dit que les chrétiens refuseraient de payer leurs impôts et que c’est à ce titre qu’ils seraient poursuivis, comme semble le penser Ott 1995, 122. En revanche, il ressort clairement que certains chrétiens versaient un pourboire aux bénéficiaires et autres agents du gouverneur afin de ne pas figurer sur leurs registres. A ce propos, voir désormais Carrié & Rousselle 1999, 411.

45 Sur les beneficiarii et l’encaissement de taxes : infra p. 243-252.

46 Texte du Sifré cité et discuté Chap. II p. 73-74.

47 III, 13750 – IGR, I, 860, l. 36 : de capitulo lenocini. Les différents types de militaires – tribuns, centurions et beneficiarii – mentionnés dans le commentaire hébraïque cité plus haut sont tous présents dans l’épigraphie de Crimée : Chap. IV. A Palmyre, il est aussi question du uectigal meretricium ou t°low pornikÒn : IGR, III, 1056, III b 27 et 31 (p. 402), avec la bibliographie citée par Aubert 1994, 332 n. 32.

48 Charax : CBI, 658, 659, 661 ; Chersonesos : CBI, 660 : Annexe 1.3 ; voir Chap. IV p. 188-190.

49 Passion de Fructuosus, 1.2 éd. Musurillo 1972, 176-185 : Reposito autem Fructuoso episcopo in cubiculo direxerunt se beneficiarii in domo eiusdem, id est, Aurelius, Festucius, Aelius, Pollentius, Donatus, et Maximus. et cum sensisset pedibulum ipsorum, confestim surrexit et prodiuit foras ad eos in soleas. cui milites dixerunt : Veni : praeses te arcessit cum diaconibus tuis.

50 Certes Pline 10.27 fait mention de dix beneficiarii chargés d’escorter un procurateur d’Auguste, le temps d’une mission extraordinaire dans le but d’acheter du blé en Paphlagonie, une opération peut-être en relation avec la préparation des campagnes parthiques de Trajan. Mais il est probable que dans ce contexte (cf. Chap. II p. 68) ce terme s’applique de façon générale à l’ensemble des soldats libérés de leurs fonctions habituelles, au titre d’un beneficium, pour assister un officier ou un autre supérieur. Pour des exemples de soldats détachés de leur troupe dans des missions d’approvisionnement : Fink 1971, 10 et 63 et p. 217 sq. Sur la destination de ce blé et sur l’approvisionnement des troupes en général : Remesal Rodríguez 1986, part. 90-108 et Kissel 1995, 244, qui souligne la responsabilité des officiers militaires dans les questions d’approvisionnement des troupes.

51 Sur la question de la valeur historique de ce type de sources : Barnes 1982, 176-191, avec la liste (p. 185-191) des noms propres des personnalités à rejeter ; sur les arrestations des personnalités du milieu chrétien, en particulier des évêques : Lane Fox 1986, 552. Duval 1993, 26 met aussi l’accent sur le grand nombre de militaires impliqués dans l’arrestation de Marien et Jacques (voir infra), qu’il considère comme une “mention rhétorique”.

52 Passion de Fructuosus, 1.4 : ex officio beneficiariis ; sur ce gouverneur : Thomasson 1972-1990, 18.41.

53 CBI, 839-854.

54 Passion de Fructuosus, 2.2 : ex officio dictum est : Adstant. La suite du récit (ex officio beneficiariis) paraît évoquer les mêmes soldats. On retrouve exactement la même expression ex officio dictum est lorsque le vétéran Julius est arrêté en 304 p.C. par des officiales (peut-être des beneficiarii ?) du gouverneur de Mésie, devant lequel ils l’amènent et le présentent au début du procès : Passion de Iulius le Vétéran, 1.1-2 éd. Musurillo 1972, 260 sq. :... tunc comprehensus Iulius ab officialibus oblatus est Maximo praesidi. Maximus praeses dixit : Quis est hic ? ex officio dictum est : Hic Christianus est, et non uult oboedire praeceptis legalibus.

55 Passion de Fructuosus, 4.4 : Igitur in fore amphitheatri constitutus, prope iam cum esset ut ingrederetur ad coronam immarcescibilem potius quam ad poenam, obseruantibus licet ex officio beneficiariis quorum nomina supra memorauimus, ita ut et ipsi audirent et fratres nostri, momente pariter ac loquente Spiritu sancto, Fructuosus ait :...

56 Passion de Julius le Vétéran, 1-2, éd. Musurillo 1972, 261 n. 1. La même année en Égypte : P 42 (voir infra).

57 Passion des Saintes Agapê, Irênê et Chionê, 2-4 éd. Musurillo 1972, 280-293, part. 282-283. Sur ce praeses : Barnes 1982, 159 et 182 ; sur la présence et le rôle des commentarienses lors des procès : Lopuszanski 1951, 41. Pour une étude complète sur ces militaires, leurs fonctions et leurs titres : Haensch 1995b.

58 P 75.

59 Passion de Fructuosus, 4.3 éd. Musurillo 1972, 286. Les relations entre des beneficiarii et des magistrats locaux apparaissent aussi dans les documents épigraphiques et papyrologiques, par ex. p. 208, 238 et 250.

60 Passion de Marien et Jacques, 4-5, et 2.2, éd. Musurillo 1972, 198-199, avec Lane Fox 1986, 552.

61 Chap. III p. 103-106.

62 Augustin, Coll. contre les Donatistes, 17.32. Le bénéficiaire apparaît à deux reprises, dans la conférence du premier jour, et dans celle du troisième jour. Conférence du premier jour : (...) et ordo et curator et centurio et beneficiarius ad discrimen capitis peruenire, qui Secundum tradere nolentem impunitum dimisse prodebantur ; (...). Dans le second récit, les militaires sont présentés comme agissant sur les ordres des autorités civiles, le curator et l’ordo, qui les avaient envoyés avec la mission de perquisition : 15.27 (conférence du troisième jour) : (...) idem Secundus in litteris, quas Mensurio rescripserat, paene confessus est, ubi ait missum ad se fuisse a curatore et ordine centurionem et beneficiarium et a se scripturas petitas (...) Non enim centurioni et beneficiario dixit se scripturas non habere, sed respondit se omnini non tradere. quod illi auditum quomodo illo dimisso renuntiare potuerint sine suo exitio, non apparet (...). Sur la localisation et l’histoire du site de Aïn el-Bordj-Tigisis où une soixantaine d’inscriptions ont été découvertes : ILAlg, II 2, p. 585 ; Cagnat 1975, 644-645 et Lepelley 1979-1981, 2, 484-487. Cette commune autonome au début du ive s. p.C. “aurait fait partie de la ligne de défence qui paraît avoir protégé le pays de Cirta dans les premiers temps de l’occupation romaine” (ILAlg, p. 585). Sur la position de Cirta comme capitale provinciale au ive s. p.C., dès 314 p.C. vraisemblablement : Duval 1998, part. 199 n. 31.

63 En faveur de l’hypothèse : Lopuszanski 1951, 24-25, qui ne fait aucune allusion à la variante entre le récit du premier et celui du troisième jour ; en contraste : P 38 et infra p. 233 et 238.

64 Lepelley 1979-1982, 1, 192. Sur les curatores rei publicae, voir supra p. 215 n. 17.

65 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 9.9a. 7. Sur la datation : Mitchell 1988, part. 114-115 et infra.

66 Le terme σεισμος ou exaction se retrouve dans l’édit de tolérance de Maximin où il s’applique de façon générale aux officiales. Il rappelle celui de διασεισμος du papyrus du iie s. p.C. cité précédemment, en relation avec un stationarius (Robert 1943).

67 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 9.2 ; Lactance, Des morts des persécuteurs, 36.3.

68 Mitchell 1988, part. 106-115, et en général Millar 1993, 200-204. L’Asie sur laquelle il exerce son autorité fut la dernière région de l’Empire à cesser les persécutions.

69 En 28-29 p.C., c’est à un magistrat civil qui semble avoir joui d’un certain pouvoir judiciaire, un επιστατης φυλακειτων, qu’un notable du village d’Euhemeria adresse sa pétition : P. Ryl., 125.

70 Pétitions à un bf : P 14 et 15 ; 23 ; 36 ; 39 (sur la demande de transmettre la pétition au gouverneur, voir infra) ; 63, 77, 78 qui montre bien que la copie d’une pétition adressée à un bf pouvait figurer dans le dossier d’une pétition au préfet, 79 ; devant le bf du gouverneur de l’Augustamnica : P 50 : voir infra p. 228 et 231.

71 Documents où les bénéficiaires apparaissent dans leurs fonctions de police judiciaire de manière plus ou moins directe : P 10 (allusion indirecte à une pétition ou à une information au bf en poste au sujet d’une malversation) ; P 21 ; P 48 ; acte de caution ou garantie faite devant le bf du praeses de Thébaïde en sa qualité de témoin officiel ou de personne assermentée : P 32 et 39 (avec pétition) ; enquête, contrôle de documents ou d’actes officiels dans le cadre d’une enquête : P 66, 11, 60 (bf et officialis) ; en charge de l’enquête, ou arbitrage ? : P 42 ; rapport établi par le bf : P 42, 75.

72 I 3b - AE, 1994, 1133a ; voir aussi I 3a (peut-être écrite par le même homme) et I 154a ; sur le contexte, l’existence d’une station de bénéficiaires à Vindolanda et le statut du bénéficiaire : Chap. IV p. 175 ; sur la pétition et son destinataire : Tab. Vind., II, 344 I l. 10, et Bowman 1994, n ° 33.

73 L’absence du bénéficiaire pourrait peut-être aussi s’expliquer par un congé (sur les congés des militaires : Davies 1989, 67 et Speidel 1992a, 330-341) ; il n’est toutefois pas certain qu’un bénéficiaire ait droit à un congé pendant la durée d’un détachement. Il pouvait sans doute être appelé à quitter momentanément son poste, dans certaines occasions, lors d’un déplacement à l’intérieur du secteur ou de la région dont il avait la charge, ou pour assister par exemple à un procès auquel il était appelé en qualité de témoin. La présence d’un ou de plusieurs assistants à ses côtés dans le poste, ou d’un second bénéficiaire, devait permettre de garantir une présence continue dans les tâches quotidiennes, en cas d’absence du titulaire. Sur le déplacement du personnel des douanes : Wallace 1938, 260 ; de Laet 1975, 420 et Sijpesteijn 1987, 92-93. Sur les détachements et rotations des bénéficiaires à la lueur des inscriptions : Annexes 5 et 6 et Chap. IV p. 203-204, ainsi que Dise 1997b, part. 293, qui souligne avec raison l’absence de directives impériales et d’un système homogène ; son observation selon laquelle les rotations de ce type se limitaient aux provinces du Rhin et du Danube mérite cependant d’être nuancée, à la lumière des documents discutés ici.

74 P 10 ; de Laet 1975, 416-420, évoque la connivence des épitérètes ; sur le personnel des postes de douane en Égypte et sur les arabotoxes, qui pouvaient être chargés, une fois par mois, de convoyer les sommes perçues par les douaniers du poste dans la banque d’état : Sijpesteijn 1987, 91-101, part. 94. Sur les stations de bf et les postes de douane : infra p. 252-254. Sur le rôle de l’épistratège dans le domaine judiciaire et sur cette pétition en particulier : Thomas 1982, 114-183, part. 138-140 et 164 (voir aussi l’inventaire de l’ensemble des pétitions adressées à l’épistratège en premier lieu, ou renvoyées vers lui pour traitement, p. 143-156) ; sur l’ensemble des questions concernant les pétitions adressées au préfet d’Égypte, avec l’inventaire de ces pétitions : Haensch 1994.

75 P 77 ; SB, X, 10308 ; Daris 1964, 164-167 et Alston 1995, 88-90 ; sur le détachement de cavaliers de l’aile veterana Gallica : Lesquier 1918, 406.

76 Annexe 5, avec P 13.

77 Le participe επισταθμος se retrouve dans la fameuse inscription où il est question de la fondation en 202 p.C. de l’emporion de Pizos en Thrace (IGR, I, 766, l. 51 - IGB, III, 1260), à propos des soldats en poste sur les lieux pour contrôler, avec les toparques, que les ordres du gouverneurs étaient correctement exécutés (l. 51) : κελευω τους τοπαρχους και τους επισταθμους στρατιωτας.... Voir aussi P. Berl. Zill., 4 (349 p.C.), l. 18 et 22, où les deux participes sont employés comme synonymes : φυλαχαι των επισταθμων συνφροντιζοντων et βοηθεια του εξακτορος και των στατιζοντων.

78 P 42 (304 p.C.), avec Bagnall 1996a, 169 n. 112 ; pour l’exemple le plus tardif d’une pétition à un bénéficiaire, durant le dernier tiers du ive s. : P 50 (cf. Épilogue).

79 P 75. Voir aussi P 30 et Épilogue. Sur les propoliteuomènes, qui sont en quelque sorte les principales à l’intérieur de la curie : Bagnall 1996a, 61 et 337.

80 Le rapport en question était destiné au bureau du praeses ou des autorités compétentes (de même que la notaria de Cassandre à Thessalonique, p. 224-225), ce qui explique qu’il soit passé entre les mains d’Olympiodorus, désormais en charge du dossier, et que celui-ci ait pu en transmettre une copie à la plaignante.

81 L’expérience acquise dans les bureaux du gouverneur, sous forme de stage ou au fil des années passées au sein de l’officium, leur connaissance pratique des mécanismes de procédure judiciaire ainsi qu’un certain bon sens, constituaient sans doute le bagage principal de ces hommes amenés à transmettre aux autorités les cas qui leur étaient présentés dans les villages où ils se trouvaient en service. On peut se demander si, pour rédiger leurs rapports ou contrôler la recevabilité d’une pétition, ils avaient accès sur place, comme dans la capitale, aux manuels de droit tels que ceux que l’on connaît par exemple pour les juges ou les notaires. Pour un exemple de manuel de ce genre : P. Oxy., 3285 (p. 146 p.C.), avec Pestman 1990, 178-179 ; voir aussi Brunt 1975, 134 (= Brunt 1990, 232-233). Sur les connaissances des beneficiarii : Chap. VII p. 322-331.

82 Voir Épilogue, où il est question de l’interdiction aux stationarii de recevoir des pétitions.

83 P 14 et 15, avec Thomas 1977 qui restitue de manière convaincante la date de la révolte et du P 14 ; cf. Barnes 1982, 11-12.

84 P 79 ; dans les pétitions qui nous sont parvenues, lorsque le participe στατιωνιζων ou στατιζων est accompagné d’un substantif, il s’agit toujours à notre connaissance d’un bénéficiaire. Mais le terme στατιζων ou στατιωνιζων peut aussi s’employer seul comme substantif dans un sens proche de stationarius, comme dans l’épitaphe d’Olympos en Lycie-Pamphylie déjà mentionnée (TAM, II, 953) où l’amende prévue en cas de la violation d’un tombeau devait être versée au trésor public et au militaire stationné sur les lieux, τω ταμειω και τω στατιζοντι. Sur l’emploi générique de stationarius, attesté pour divers types de militaires en service détaché (centurions, décurions, options, bénéficiaires etc.) dans les textes, les inscriptions et aussi dans les papyrus, mais plus rarement, voir Lesquier 1918, 235-235 ; Robert 1943, part. 113 et Robert 1955, 175 n. 6 ; MacMullen 1963, 55-56 ; Ott 1995, 35 ; Kramer 1986, 37-38, voir aussi p. 75 et 225. Mommsen 1955, 307-308 n. 2, s’appuyant sur des témoignages épigraphiques et sur les sources juridiques, met l’accent sur l’emploi de stationarius pour des gardes civils, dans certains contextes, qu’il s’agisse d’esclaves ou de gardes municipaux. On ignore si Gordianus et Isidorus ont reçu leur promotion d’un favori de Domitianus l’usurpateur, ou s’ils étaient déjà employés auparavant comme bénéficiaires dans l’officium du préfet. Il est permis de penser, en particulier si l’on retient la première hypothèse, qu’à la fin du règne de l’usurpateur, soit au début de l’année 298 p.C., ces deux fonctionnaires ont pu être démis de leurs fonctions puisque les pétitions qui leur étaient adressées portaient comme date officielle celle du règne de Domitianus : cf. Thomas 1977, 234.

85 P. Cairo Boak, 21 et 22, avec Boak & Youtie 1971, 322.

86 Boak & Youtie 1951, 323 ; P. Cair. Isid., 63 Introd., p. 255-256.

87 Par exemple à Socnopaiou Nèsos : Annexe 5 ; P 10 et P 77 en 139 et 167 p.C., avec BGU, 52 ; pour le décurion : Stud. Pal. Pap., XXII, 54 ; voir aussi P. Tebt., 334 : la plainte est adressée à un centurion ; d’autres sont adressées directement au stratège : P. Tebt., 330. Voir aussi à Antioche le centurion επιεικιας τε και της ειρηνης (IGR, III, 301 = 1490), cité Chap. IV p. 177 ; pour une liste (non exhaustive) de pétitions : Alston 1995, 88-90, malgré l’ambiguïté de son titre “Petitions to centurions” (les bénéficiaires n’ont ni le titre ni le rang de centurion). Pour une pétition à un centurion dans le Moyen-Euphrate : Feissel & Gascou 1989, 558 n ° 5, avec sa souscription (acceptaui) ; ces militaires assumaient le commandement d’une troupe, ou du moins d’un détachement militaire ou uexillatio de troupes. Ils étaient aussi employés à exercer localement des fonctions dans le maintien de la paix, de l’ordre et de la sécurité, ainsi que dans le domaine judiciaire, en particulier en temps de paix et dans une province comme l’Égypte. L’absence du nom de la troupe qu’ils commandaient, après leur titre de centurion, mérite d’être soulignée.

88 P 38 et P. Oxy., 64.

89 P. Tebt., 304 (167-168 p.C.) : décadarque du nome Arsinoïte ; PSI, 3, 184 (292 p.C.) : décadarque chargé de maintenir la paix dans le nome Hermopolite ; avec P. Cair. Isid., 63 (introduction). Les sites de Phaena et d’Aerita où le même centurion érige deux monuments votifs (IGR, III, 1114 et 1179, en 169 p.C.) appartenaient sans doute au même secteur, sur lequel s’étendait sa responsabilité, et où la présence de bénéficiaires est confirmée : Chap. IV p. 168.

90 Chap. II p. 74 avec dans le même sens le texte de Pline 10.77 et 78, où il est question d’un centurion regionarius (cf. Merkelbach 1999).

91 Sur les promotions ex equite romano : Dobson 1972, part. 195 ; rappelons à ce propos l’exemple (cité p. 122 n. 13) du civil promu comme centurion par un préfet d’Égypte vers 154-159 p.C.

92 Si l’on en croit les chiffres récemment proposés (Speidel jun. 1992, part. 101 et 105), un centurion et un décurion de cohorte recevaient respectivement à l’époque de Sévère et de Caracalla 10 000 et 12 000, puis 15 000 et 18 000 sesterces par an, un centurion légionnaire, 36 000 puis 54 000, alors qu’un bénéficiaire duplicarius, comme ceux du préfet d’Égypte et des autres gouverneurs de province (par ex. CBI, 618), ne recevait que 4 800 puis 7 200 sesterces.

93 Voir à ce sujet P 80, qui apporte de nouvelles informations sur les relations fonctionnelles dans ce domaine entre un bf (ou son assistant) et le centurion dans le secteur duquel il était en service détaché. La plaignante en question, Aurelia Topheisè, du village d’Azzeira de l’Ananitide des confins de Bostra, demande au bénéficiaire (ou à son assistant) de lui venir en aide, de faire un constat des actes de violence dont elle a souffert, et de déférer les accusés auprès du centurion chargé du maintien de l’ordre, επι τον της ευταξιας εκατονταρχον. Voir aussi CBI, 90 : Annexe 1.3 et la nouvelle proposition de lecture de Wiegels 1995 : T. Farfenna Ianuar(ius) bf cos G(emaniae) I(nferioris) s(ub) Aur(elio) Calendino (centurione) leg(ionis) XXX U(lpiae). Le centurion en question commandait probablement les troupes en garnison dans la région, soit une vexillation de la légion XXX peut-être associée aux troupes auxiliaires établies dans le castellum (XIII, 7789 - ILS, 4634). La vexillation détachée dans le secteur minier de Montana en Mésie Inférieure, en 155 p.C. (CBI, 643 et Chap. IV p. 189) était également placée sous le commandement d’un centurion, sub cura Fl(auii) Maximi (centurionis). Le nom du bf cos Ulpius Alexander ne figure toutefois pas parmi ceux des autres principales cités ; il apparaît avant les leurs, en tête de liste.

94 Il en va de même pour les bénéficiaires qui, dans la capitale, n’ignoraient pas l’autorité du centurion princeps mis à la tête de l’officium.

95 Bingen et al. 1992, part. 76 et pour des attestations de stationarii sur la route du Porphyritès ou du Mons Claudianus : 61, 1 ; 62, 1 ; 67, 2 ; 80, 2 ou 64, 1 ; 66, 1 ; 68, 1 etc.

96 IGB, I, 277 où la restitution de υπερ devant le génitif κεντυριωνος semble s’imposer. La présence de bénéficiaires du gouverneur est également attestée au même endroit.

97 P 21.

98 P 19.

99 Ou le tribun en question serait-il rattaché au consilium du Préfet ? A ce propos : Humbert 1964, 102 : “Le consilium du Préfet (συμβουλιον) l’entoure, se déplace avec lui lors des tournées conventuelles, et le Préfet mentionne souvent qu’il a rendu une décision après avoir entendu ses conseillers, le iuridicus, l’idiologue, des tribuns militaires, un diocète peuvent former ce conseil. L’existence de ce conseil est d’autant plus utile que le Préfet n’est pas toujours un juriste et qu’en Égypte, il peut avoir à appliquer le droit grec ou le droit égyptien à côté du droit romain.” Sur les diverses attributions d’un tribun : Devijver 1989, 14.

100 Dans les litiges concernant des héritages : Digeste, 47.19.3 : extra ordinem apud praefectum urbi vel apud praesides agere... an... iure ordinario uindicare. Sur le pouvoir judiciaire sommaire des bf et sur la question du choix de la voie juridique présenté au plaignant, en cas de vol : Mommsen 1955, 314-315, citant le Digeste, 47.2.57.1 ; dans le même sens : Ott 1995, 128 ; sur les attributions judiciaires des gouverneurs, en particulier depuis Dioclétien : Carrié 1998a, part. 22-23.

101 Duumvirs et justice : cf. La Lex Irnitana, part. Chap. 86-92, avec González & Crawford 1986 ; sur les fonctions des cités, en général : Garnsey & Saller 1987, 32-34 ; irénarques : Mommsen 1955, 308-309 ; à Nyon : XIII, 5010 - ILS, 7007 - RIS, I, 47 et RIS, II, 247, avec en dernier lieu Frei-Stolba et al. 1999, 45-49 ; pour un praefectus stationib(us) XIII, 6211, avec Mommen 1955, 307 n. 2 : le préfet en question était un employé municipal (cf. J. France, à paraître) plutôt qu’un militaire chargé de surveiller une station douanière voisine de son poste, comme le pensait de Laet 1975, 140, s’appuyant, comme parallèle, sur CBI, 96 dont l’interprétation est douteuse (voir infra p. 254 n. 169) ; Pour d’autres exemples de policiers municipaux employés dans la lutte contre les brigands, en particulier en Orient : Wolff 1997.

102 Pline 10.77 et 78 (voir supra n. 90 et Chap. II p. 69 et 75) ; sur les relations fonctionnelles entre les militaires et les cités : Mann 1996, 101-122, part. 108.

103 CBI, 614 ; voir aussi I 121 ainsi que CBI, 530 avec la discussion Chap. VII p. 310-311 sur les liens entre les bénéficiaires et les autorités du lieu ou de la région où ils sont en service détaché.

104 Chap. IV, passim ; l’immu[n]is cos a[ge]ns uico Salod[ur(o)] à Soleure, en 219 p.C. (XIII, 5170 - ILS, 2411 - RIS, II, 130) devait sans doute accomplir dans ce uicus des fonctions comparables à celles des beneficiarii en poste dans des villages et ailleurs.

105 Pour un exemple d’affichage public : P 48. Sur la place de l’arbitrage en général : Bagnall 1996a, 163-164 ; voir aussi MacMullen 1963, 54 ; pour un exemple de bf employé comme arbitre et sur la lourdeur des plaintes au préfet, voir infra p. 239-240.

106 Pour un exemple de souscription latine peut-être due au bénéficiaire à qui la pétition a été adressée, avec la mention, au verso de la pétition, du lieu et de l’officier de police en question, en vue de l’archivage : P 80 ; voir aussi P 81 (voir infra p. 239 n. 111).

107 Par ex. P 38 ; P 42 : την νομην παραδοθηναι δια Μαρκελλινου τοτε επισταθμου ; P 48 ; P 10 ; bf messagers : P 7 ; P 47 : εκομισαμην δια Ερμαισκου βενεφικιαριου et P 29 : χειρογραφειαις ανεστειλα δια Ισιεδωρου βενεφικιαριου της σης του εμου κυριου ταξεως υποκολλησας ; sur le contrôle de la correspondance officielle : P 60.

108 P 63.

109 P 77 ; voir aussi P 39 et peut-être P 50, avec MacMullen 1963, 52-53 n. 9. Pour des formules comparables adressées à un centurion : P. Gen., 16, à Socnopaiou Nèsos, en 207 p.C. ; BGU, 515 en 193 p.C. ; P. Graux 4, ainsi qu’à un magistrat civil, à une date élevée : P. Ryl., 125, en 28-29 a. C. cité plus haut. A ce sujet, pour une discussion concernant les pétitions ou demandes de protection à un centurion, avec de nombreux exemples commentés : Davies 1989, 175-185 ; voir aussi Jacques & Scheid 1990, 183 et Campbell 1984 (cité infra n. 115).

110 Par ex. P 75.

111 Sur la présentation des pétitions : Thomas 1982, 116 ; voir aussi les remarques de Bagnall 1996a, 64. En relation avec ce qui vient d’être dit plus haut sur le choix de la voie judiciaire, laissé au plaignant dans les affaires mineures, on ne sait si les bénéficiaires transmettaient systématiquement au préfet toutes les pétitions, ou seulement celles dans lesquelles le plaignant en avait fait expressément la demande (par ex. P 39 : τουτων δε τα ισα δια της σης εμμελιας ανυσθηναι τη ηγεμονια), les autres étant traitées comme des accusations écrites destinées au jugement devant un magistrat ou juge local. Pour un ex. d’une copie d’une pétition à un bf dans un dossier annexé à une pétition au préfet : P 78. Le passage du Digeste, 47.2.73, où il est question de la transmission par un centurion d’une pétition à l’officium – celui d’un gouverneur vraisemblablement –, Sempronia libellos composuit quasi datura centurioni, ut ad officium transmitterentur, sed non dedit, n’est pas décisif à notre avis pour prouver la transmission systématique aux bureaux du préfet de l’ensemble des pétitions adressées à un responsable local, centurion ou bénéficiaire. Dans le P 81, il est question d’une pétition au préfet d’Égypte déposée par le plaignant, un bouleute d’Antinoe, dans le Sebasteum d’Oxyrhynchos, au pied de la statue de l’empereur (Chap. IV p. 202), de sorte que le στατιζων en poste sur les lieux – un bénéficiaire ? – la fasse parvenir aux autorités compétentes. Pour un autre exemple d’une pétition à un centurion dans laquelle la plaignante précise qu’elle en a remis une copie au stratège, pour que sa plainte soit enregistrée : P. Tebt., 334 ; dans une pétition au stratège, un plaignant demande son enregistrement, afin d’être sûr de recevoir satisfaction si l’accusé est reconnu coupable : P Tebt., 330.

112 CBI, 738. Le nom du préfet est inscrit au même endroit ; l’inscription dit qu’il a entendu Memnon pour la seconde fois, à la deuxième heure du jour. L’expression επι των τοπων, employée pour les bénéficiaires ou d’autres fonctionnaires en service détaché dans un district, se rencontre déjà chez Strabon 17.1.47 lorsqu’il décrit la visite du Colosse en 26 a. C. Hadrien lui-même s’est rendu au même endroit en 130 p.C. A Thèbes, sur les tombeaux des rois : CBI, 741, 740, 739 ; voir aussi l’inscription funéraire d’un bénéficiaire rattaché à la cohorte II Thracum, installée en Égypte depuis le milieu de la seconde moitié du iie s. p.C. : I 129 (la mention de la centurie est précisée, mais pas le titre du supérieur). Pour le προσκυνημα d’un bénéficiaire d’un préfet d’Égypte à Philae : CBI, 737 (infra). Sur les tournées conventuelles en Égypte et dans les autres provinces, après l’étude de van der Leest 1985, en dernier lieu : Haensch 1997b, part. 332, 368 et 343 ; il n’est pas exclu que parmi les soldats qui accompagnaient Arrien au cours de sa tournée d’inspection se trouvent quelques-uns de ses beneficiarii, bien que cela ne soit explicité : Arrien, Périple du Pont-Euxin, 9.5 et 10.3.

113 Haensch 1994, 487.

114 Sur cette question, voir R. Haensch, Le pouvoir de décision des officiales (à paraître ; texte prononcé à Paris le 19 juin 1999 lors de la réunion de la SFER tenue sur le thème suivant : les Personnels administratifs subalternes dans l’Empire romain).

115 Centurions et tribuns comme iudices : Brunt 1975, 134 (repr. Brunt 1990, 232) et Davies 1989, 184 ; sur les centurions en part. : Campbell 1984, 431-435 ; pour l’exemple d’un praefectus cohortis employé comme juge par délégation préfectorale, en 126 p.C. : CPR, I, 18 avec Meyer 1976, 89 et Mélèze-Modrzejewski 1989, 106 ; voir aussi Haensch 1997b.

116 P 42, avec MacMullen 1963, 54 n. 15.

117 A ce sujet, voir nos remarques p. 247 concernant CBI, 735 et 736, ainsi que CBI, 41 et Chap. II p. 83 ; voir aussi CBI, 712 ; sur les relations possibles entre bénéficiaires et épistratège : infra p. 242 n. 123.

118 P 13 ; voir aussi P. Giss., 11 (118 p.C.). Il est inhabituel, du moins à cette époque, qu’un stratège soit nommé dans son propre nome : Pestman 1990, 143 et 211. Sur le stratège, dont l’origine remonte aux institutions du iiie s. a. C. : Bagnall 1996a, 57 et 162 ; sur la localisation de ce nome et d’Apollonopolis Parua : Bagnall 1996a, 334.

119 L’agenda du stratège : P 8 ; le texte est fragmentaire : le titre de centurion est restitué et une lacune suit celui d’énarque ; il pouvait s’agir de magistrats municipaux : P. Oxy., 56 et Pestman 1990, 217 n. 1. Un monument votif contemporain d’Antinoupolis célèbre la victoire en question : IGR, I, 1143. Pour un document contemporain mentionnant l’un de ses collègues bénéficiaires au service du préfet d’Égypte Mevius Honoratianus, en poste dans le nome Arsinoïte : P 11 ; plusieurs inscriptions votives sont également datées de 232 p.C., en Germanie et Pannonie : CBI, 65, 171 : Annexe 1.3 ( ?), 354, 359 : Annexe 1. 3, avec Sasel-Kos 1995a et 1995b.

120 P. Oxy., 1185.

121 P 46 ; pour une liste d’articles du même genre adressés à un stratège au iie s., également en relation avec l’organisation d’un sacrifice dans un contexte officiel : P. Oxy., 1211.

122 Sur ces questions : Chap. I et VI ; sur les empereurs et les cultes locaux : Halfmann 1986, 114-117.

123 Lettre de recommandation : P. Brem., 6 ; soutien d’une personnalité : par ex. CBI, 27 et Annexe 11 ; pour les relations possibles entre un bf et un épistratège, malgré son caractère incertain : l’ostracon SB, XIV, 11699 : Annexe 2 avec Thomas 1982, 160 et sa discussion sur l’officium de l’épistratège et les militaires qui y sont attestés. Dans l’ostracon cité, il est question d’un message adressé par un tribun à un certain Iulius Eupolemus, peut-être un bénéficiaire, l’informant de l’arrivée à Latopolis de l’épistratège. Rien dans le texte ne précise de quel supérieur dépendait Eupolemus : d’un tribun rattaché au consilium du préfet, de l’épistratège, du préfet d’Égypte ? Sur les fonctions de l’épistratège, dans le domaine judiciaire et dans d’autres secteurs, notamment la police et les réquisitions destinées à l’armée : Thomas 1982, 111-183.

124 A ce sujet : Épilogue.

125 Voir à ce sujet par ex. la présentation synthétique de Lintott 1993, 70-96.

126 Sur les sources talmudiques et la question des perceptions effectuées par l’armée : Isaac 1991 et Isaac 1992, 282-304, avec Chap. II p. 73 n. 78 ; Tacite, Annales, 4.72 ; Suétone, Caligula, 40-41 ; sur le fiscus et les uectigalia, voir par ex. Brunt 1990, 324-353 et les remarques de Millar 1993, 623-624 ; voir aussi Duncan-Jones 1990, 187-198, sur les différents types d’impôts directs et indirects, en espèce et en nature.

127 Chap. II p. 73-74.

128 Par ex. à Olympos en Lycie-Pamphylie, si le soldat chargé d’encaisser l’amende est bien un bénéficiaire ou l’un de ses subordonnés : TAM, II, 953 (voir la discussion p. 50, ainsi que p. 208 et 232) et à Glava Panegra : CBI, 623.

129 Voir aussi Ott 1995, 132-137 ; pour un (centurio) leg(ionis) XXI Rapac(is) praef(ectus) equit(um) exactor tributorum ciuitatum Galliarum : XI, 707 – ILS, 2705, à Bologne (haute époque impériale). Sur la fustis : Chap. VI p. 287-288.

130 I 117 ; voir Chap. VII p. 308 et 323.

131 P 3 ; sur la question de l’identification de Postumus avec l’idiologue du même nom, avec la bibliographie : Thomas 1982, 162 n. 24 ; sur les archives du gouverneur : Haensch 1992. Pour un autre bf d’un idiologue, P 52 (cité n. suivante).

132 P 52, ainsi que P 3.

133 Kramer 1986 et Bagnall 1996a, 64-65 ; on compte 18 jours entre la première et la seconde visite à Hypselis ; pour les documents relatifs à Flavius Isidorus lorsqu’il porte le titre de bénéficiaire, et qui sont postérieurs à 372 p.C. : Annexe 2, P 24 sq., et Chap. VII p. 320-321 n. 152 ; sur ce personnage bien connu comme officialis : Bagnall 1996a, 65 ; sur le gentilice Flavius : Keenan 1973 et Keenan 1974 ; sur l’hypothèse selon laquelle la capitale de la Thébaïde serait Antinoupolis plutôt qu’Hermoupolis (moins d’une dizaine de kilomètres séparent ces deux localités) : Palme 1998, 124 n. 5, Bagnall 1996a, 64, 66 et 334, et Lallemand 1964, 45-47 ; voir aussi Chap. VII p. 320 n. 147.

134 Une telle hypothèse a été avancée Lopuszanski 1951, 13. Sur les relations difficiles entre un gouverneur et un procurateur : Suétone, Galba, 9 et Tacite, Histoires, 1.7 et Annales, 14.39 ; en opposition à Tacite, Agricola, 9 ; à ce sujet, voir les remarques de Mann 1998, 336-337. Si les témoignages de Tacite et de Suétone révèlent effectivement l’existence de tensions entre un gouverneur et le procurateur en charge des finances de sa province, ils ne sauraient être interprétés comme le reflet d’une situation habituelle, constante et générale étendue à l’ensemble des provinces de l’Empire et des personnalités qui les dirigent.

135 Sur la présence des deux types de bénéficiaires à Siscia, Mursa et Ampelum : Chap. IV p. 195-196 ; sur les promotions ou transferts entre les deux officia : I 111 (voir supra p. 125) et peut-être ( ?) CBI, 374 avec I 66 et Chap. III p. 124.

136 Sur la question des bénéficiaires propriétaires fonciers : Chap. VII p. 319-321.

137 Sur la présence de stations de beneficiarii à proximité de stations thermales et le contrôle qu’ils ont pu exercer dans la région et sur les préposés chargés d’encaisser les taxes : Chap. IV p. 183-185.

138 P 9 ; cet officium est attesté ici pour la première fois dans la documentation papyrologique : Lesquier 1918, 153.

139 Devijver 1989, 14-15.

140 Bernand 1984, 67 ; voir aussi Lesquier 1918, 153, 240, et 427-430 et de Laet 1975, 329-30 n. 3.

141 CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3.

142 Sijpesteijn 1987, 25, avec la bibliographie ; l’aile : IGR, I, 1184 ; le greniers à Coptos : Casson 1990 ; sur les communications routières : Golvin & Reddé 1986.

143 Périple de la mer Érythrée, 19 éd. Casson 1989, 60-63 ; sur le poste et la présence militaire : voir infra p. 253 n. 164.

144 IGR, I, 1254-1256 ; 1258 ; 1260 ; Bagnall 1977, 67-86 ; Bingen et al. 1992 avec le nombreux ostraca ou laissez-passer (par ex. p. 57 sq.) délivrés par les centurions aux stationarii.

145 P 8 et CBI, 737, avec Bernand 1969, 24 et 373-374, n ° 300 et 301. Sur les militaires – des bénéficiaires peut-être – qui accompagnaient le gouverneur dans ses tournées ou voyages d’inspection : supra p. 239.

146 P 53, au verso d’un contrat de prêt d’argent (P. Petaus, 31), sur lequel le remboursement de la dette est fixé au mois d’Hathyr (28 oct. /26 nov.) 184 p.C. ; la présence d’un centurion est attestée dans l’épigraphie locale : IGR, I, 1153 ; voir aussi P 65a (infra p. 249 n. 149).

147 Robert 1943.

148 P 40. Ce document en rappelle d’autres (P. Oxy., 1650 et 1650a ; cf. p. suivante n. 150), Sur la taxe douanière de Memphis : Wallace 1938, 263-265 ; de Laet 1975, 313 et 317 ; Sijpesteijn 1987, 23 ; sur le personnel des douanes, les responsables et les assistants ainsi que les militaires présents dans le poste ou dans les environs : Sijpesteijn 1987, 91-101 (les militaires : p. 97).

149 P 65a, part. ii 14 et 15-16, avec les remarques des éditeurs ; sur les soldats accompagnant les ποταμοφυλακες : Lesquier 1918, 236 n. 9 et 237. Pour un barcarius cos à Cologne : Galsterer 1987, 3 (239 p.C.) et Chap. III p. 121. Sur les ποταμοφυλακιδες de l’époque lagide : Van’t Dack 1977, 96-97.

150 P 40 (iiie s. p.C.) ; un stationarius reçoit 2 drachmes et 2 oboles, alors que le bf reçoit 4 drachmes. Voir aussi P. Oxy., 1650 et 1650a, où il est fort probable qu’il s’agisse aussi de bénéficiaires, même si le terme n’y apparaît pas.

151 Chap. IV ; sur la circulation fluviale le long du limes de Rhétie et de Germanie par ex. : Baatz 1991 ; sur le concept d’une “open frontier” : Isaac 1993 et Whittaker 1993.

152 P 43 ; sur les surtaxes en général et celle-ci en particulier : de Laet 1975, 317-320 et 460 ; sur les taxations opérées en espèces ou en nature : Howgego 1992, 22-24 ; voir aussi Wallace 1938, 11-46 ; Chastagnol 1980, part. 230, rassemble des exemples de salaires versés en nature en Égypte.

153 P 54. Pour des exemples de reçus attestant la livraison de nourriture à des militaires, depuis le milieu du iie ou au début du iiie s. : Fink 1971, 78.

154 A ce sujet, voir aussi Épilogue. Sur la fiscalité militaire au Haut-Empire et dans l’Empire tardif : Carrié 1977, part. 375-381 et p. 380 : “Le terme d’annona, dans les reçus d’impôts, n’indique pas un impôt particulier, mais précise la destination militaire de la contribution”. Sur la taxation en Égypte, au ive s. p.C. : Bagnall 1996a, 153-160.

155 P 1 ; sur les différents οι απαιτηται της αννωνης et le personnel fiscal en général : Lallemand 1964, 131 n. 5 et 188-220 et Bagnall 1996a, 157-160.

156 P 44 ; on ne sait si c’est dans un contexte comparable que le bénéficiaire Flavius Origenius, employé en 411 p.C. dans l’officium du gouverneur de l’Arcadie, figure dans un papyrus aux côtés d’un praepositus pagi : P 76. Les liturgies (voir Lewis 1982, passim) constituent une source de revenus devenus indispensables dans les ressources financières de la province. Elles suscitent de ce fait un intérêt particulier auprès du préfet qui va participer de façon plus directe qu’il ne l’a fait auparavant à la gestion de cet impôt supplémentaire, à travers ses représentants locaux. Sur le système en place pour collecter les liturgies, par ex. : Bagnall 1996a, 133-134 et 157-15. Pour un bf nommé Flavius Origenes à Thèbes : CBI, 738.

157 P 5.

158 P 71 et 72.

159 P 51.

160 P 16.

161 P 74. Il nous paraît peu probable que les réquisitions en question aient été employées directement comme “salaire” du préfet, comme le proposent les éditeurs des P. Oxy., 2571, p. 121. Pour des réquisitions occasionnées par la visite d’un empereur, par ex. SB, 6, 9617 (129 p.C.) et en général, Halfmann 1986, 84-85.

162 P 4. Sur le rôle des épimélètes dans la perception et distribution de l’annone, voir par ex. Lallemand 1964, 216 n. 3.

163 I 125. Sur l’existence de revenus douaniers municipaux, à propos de Palmyre et d’autres cités : France 1999, part. 100-102.

164 P 10, avec la discussion supra p. 228 et 230 ; sur le poste de douane et la présence militaire à Leukè Kômè : Périple de la mer Érythrée, 19 éd. Casson 1989, 60-63, avec de Laet 1975, 307 et 209 ; Sijpesteijn 1987, 4-6 ; Bresson 1993, 190-191 ; Young 1997. Le texte du Périple n’autorise pas à dire que les militaires encaissaient la taxe de douane, contrairement à ce qu’affirme Davies 1974, 327 (= Davies 1989, 62) : “A centurion and an armed force are dispatched there to act as receiver of the 25 per cent duty on imported marchandises and also as guard”. Ce rôle était assigné au παραληπτης auquel était associé un centurion à la tête d’un détachement de soldats en charge de la région et du poste, εκατονταρχος μετα στρατευματος. Pour d’autres exemples de surveillance militaire dans les places de commerce ou d’échange, par ex. MacMullen 1963, 59, qui contre de Laet soutient l’idée de l’encaissement des portoria par l’armée, et cela non seulement dans des situations d’exception ; autrement, par ex. : Wilckes 1969, 126 et récemment Nelis-Clément & Wiblé 1996, part. 294-297 ; voir aussi J. France (à paraître ; voir infra n. 166).

165 Sijpesteijn 1987, 91-101, qui étudie les reçus délivrés aux transporteurs par le personnel des douanes sur lesquels figurent les montants encaissés.

166 Sur l’organisation des douanes, on pourra sous peu se référer à l’ouvrage de Jérôme France sur la Quadragesima Galliarum, dont la parution dans les MEFR est annoncée pour 2001 ; nous le remercions de nous avons permis de consulter les pages de son manuscrit qui nous concernaient de près, et de nous avoir aidée à éclaircir plusieurs aspects de l’organisation douanière.

167 Sur la répartition des deux types de stations : de Laet 1975, 120, 208-209 et 366 ; Wilckes 1969, 126 ; Alföldy 1974, 252-254 et 164-165 ; Dobó 1968a, 187-188 souligne bien la distinction entre les deux types de stations et entre les employés qui en assumaient la responsabilité ; sur l’existence possible de complexes multifonctionnels, malgré la difficulté d’interprétation des sources archéologiques : Chap. IV p. 154.

168 CBI, 420 et CBI, 379 avec Chap. IV p. 162 et de Laet 1975, 195 ; l’autel à Commode : Gudea 1994, 381 ; le bf cos à Porolissum : CBI, 540. Il n’est pas exclu que le bf cos Cassius Martialis (CBI, 541) ait été lui aussi détaché à Porolissum, où son épouse est décédée. Si les époux avaient plus ou moins le même âge, Martialis n’était sans doute pas loin de sa retraite au moment du décès de sa femme. Sur les mesures de Marc Aurèle, interdisant aux Quades de venir dans les marchés romains, en 169-170 p.C., et aux Marcomans, de s’installer à moins de 38 stades (env. 5 milles) de la frontière, en 175 p.C. ( ?), après avoir fixé les lieux et les jours où se tiendraient les marchés : Dion Cassius, 72.11 et 15. Sur la surveillance des marchés et commercia, voir par ex. : Carrié 1994 ; Davies 1989, 61-62 ; de Ligt 1993, passim, Nollé 1982, citant VIII, 6375 - 19337 - ILS, 6868 : nundinae... ex permissu M. Aureli Comini Cassiani leg. Augg. pr. pr. c. u. ; voir aussi Le Roux 1998, 222 ; MacMullen 1963, 58-59 et 92 ; Birley 1953, 84-85.

169 CBI, 96 avec notre discussion Chap. IV et VI p. 157 et 278 ; dans le même sens et avec la littérature antérieure sur la question : France (à paraître ; voir n. 101 supra) ; CBI, 211 : Annexe 1.2 (à rejeter du dossier) ; CBI, 126 : Annexe 1.3 ; la lecture des éditeurs du CBI s’impose par rapport aux leçons antérieures (XIII, 11816 = 6731) ; autrement, par ex. Aubert 1994, 330 et 384, qui ignore cette lecture et conserve l’interprétation du CIL.

170 Sur le rôle du gouverneur et du préfet de l’annone dans le domaine de l’annone civile : Pavis d’Escurac 1976, 143 ; 160-164 ; Remesal Rodríguez 1986 ; Kissel 1995 ; pour l’exemple du gouverneur de Mésie impliqué dans son organisation, vers 60-67 p.C. : ILS, 986 avec Millar 1982, 8 : primus ex ea prouincia magno tritici modo annonam p(opuli) R(omani) adleuauit ; en ce qui concerne le caractère provincial de l’approvisionnement des troupes : Le Roux 1995b, part. 416 et Le Roux 1998, 417-418 ; Breeze 1993 ; sur le frumentum emptum ou les réquisitions et achats effectués par l’armée contre paiement à un prix fixe : Breeze 1993 et Garnsey & Saller 1987, 92 ; même si une partie des impôts provinciaux restent dans la province et sont directement reversés aux troupes, on ne saurait écarter la question de la nécessité des transports de l’argent et de leur organisation, de leur coût, du maintien de la sécurité : à ce propos, par exemple : Pekary 1980, 109-111, Millar 1991, 146-153 et Howgego 1992, 11-12 qui met l’accent sur le paiement de la solde en or et sur les avantages que cela représentait pour les transports ; voir aussi Wigg 1997 ; sur la circulation monétaire (commerce, impôts, solde) et le paiement de la solde partiellement en nature, en particulier à l’époque de Dioclétien : Duncan-Jones 1990, 38-47 et 105-117, et Carrié & Rousselle 1999, part. 195-207 et 570 sq. ; sur l’usage parallèle de la monnaie de nécessité dans les provinces rhénanes et danubiennes, dans la première moitié du iiie s. : Kunisz 1980 ; en général sur les banques et les métiers de manieurs d’argent : Andreau 1987, 16 ; sur les bénéficiaires et la question du pastus primipili : Épilogue. Sur la participation des bénéficiaires du procurateur de l’annone dans l’organisation de la distribution des blés arrivés à Ostie : Chap. VI p. 276.

171 Le titre de mensor (cf. Arnaud 1995) apparaît en relation avec le mesurage des denrées à transporter ou à réquisitionner, notamment dans le contexte de l’approvisionnement des troupes. Sur les titres de agrimensor et de mensor : Chap. IV p. 142-143. Peut-on voir une relation entre ce titre, qui s’emploie dans le contexte du mesurage de la terre (cf. Moatti 1993, passim), et l’établissement de l’assiette fiscale ou le recensement des contribuables et des propriétaires fonciers, des domaines susceptibles d’être concernés par l’intervention du gouverneur à travers ses représentants détachés sur place ? Sur le contrôle de l’espace fiscal : Nicolet 1988, 159-179, part. 162 ; voir aussi Brunt 1990, part. 325-346, et Corbier 1991, qui mettent l’accent sur la diversité et les inégalités maintenues par le système romain.

172 CBI, 752 : Annexe 1.3 avec Chap. IV p. 208-209.

173 Van Berchem 1937, part. 69-81 (= 181-184 ; 167), et pour une discussion sur la nature et la datation de l’annone militaire : Van Berchem 1977, avec les remarques de Carrié et de Corbier (p. 337-339) ; voir aussi Carrié 1977 et l’étude de Remesal Rodríguez 1986 ; Bagnall 1977, 70 et 84 n. 35, s’interroge sur l’existence d’un lien entre les stationes ou stationarii et les uectigaliones ; sur les taxations au titre de l’annone : Wallace 1938, 23-24 et Lallemand 1964, 131 n. 5, et p. 188-205, sur les différentes taxes en Égypte ; sur les bénéficiaires et l’annone : Ott 1995, 142-149.

174 Sur les sig(niferi) à Lambèse : VIII, 18224 - ILS, 2415 ; le tarif de Lambèse : CBI, 781 avec VIII, 18352 : Annexe 1.3 ; à Mayence, un soldat de la légion XXII était en charge de la basilica, cus. basil. : ILS, 2414 ; sur les édiles et le contrôle des marchandises : Pétrone, Satyricon, 44 ; dans la station de Samum en Dacie, on connaît l’exemple d’un bf cos qui était simultanément édile de Napoca : CBI, 530 en 239 p.C. ; sur l’immunité fiscale des produits destinés à l’armée ou aux besoins personnels des soldats : Tacite, Annales, 13.51 : militibus immunitas seruatur, nisi in iis quae ueno exercerent ; voir aussi Lex portorii Asiae - EA, 14, 1989, sect. 65 ; Digeste, 39.4.9.7 ; Rougé 1966, 446 ; sur les amphores, leur type et le contrôle fiscal en relation avec l’approvisionnement militaire : Remesal Rodríguez 1986, 20-22, 95-108 et part. p. 97 sur les prix fixés ; voir aussi : Le Roux 1998, 218-223, Brenot et al. 1999, 117-129 et Carrié & Rousselle 1999, 580-582 ; l’inscription [fisci rat(ionis) pa]trimon[i (i) pro]uinc(iae) Baeticae [CCCX] VI figure sur une amphore Dressel 20 à Chester-Deva : RIB, II. 6, 2492.44 et p. 1-2 ; pour un exemple de barrique de bois marquée qui aurait contenu du vin transporté sans taxe pour le compte d’un hôpital de la légion à Aquincum : AE, 1995, 1259a-e et Bezeczky 1996, 334 ; à Carnuntum : AE, 1995, 1264-1266a-b ; la marque [---] LEG [---] / [---] EG XX[---] figure sur le bouchon d’une barrique en bois, découvert à Carlisle : RIB, II. 4, 2442.11 ; voir aussi AE, 1996, 1340a-b : leg(ionis) I Ital. ou legi(onis) I Ital., ou encore AE, 1996, 1136.

175 CBI, 27 ; sur les plombs lyonnais et le procurateur responsable de ce district douanier : de Laet 1975, 165 et 410.

176 CBI, 885 : ce bénéficiaire d’un praefectus fabricensium – seul témoignage connu d’un tel bf – a pu être employé à des contrôles sur les lieux de production militaire ; quant au signe-B-(graffite) sur un morceau de céramique (tuile ou amphore ? voir par ex. RIB, II. 5, 2491, part. 2191.152 : IM+, et RIB, II. 6, 2494, part. 2494.129 : IM), découvert à Romula en Dacie, on ne sait pas s’il s’agit d’une marque de contrôle fiscal, de contrôle de fabrication militaire, ou un signe de propriété : CBI, 543 et Chap. IV p. 166.

177 I 6 - RIB, II. 1, 2404.72a et 2404.72b ; voir aussi VII, 1218. Sur l’ensemble de ces masses de plomb dans la région, non loin de la Saône : Armand-Calliat 1936-1937 et Armand-Calliat 1960-1961 ; voir aussi G. C. Boon, Britannia, 22, 1991, 319 ; sur le transport des métaux et les marques qui y sont inscrites : Domergue 1994, part. 105 (et n. suivante) ; pour la présence possible d’un bénéficiaire à Boulogne-sur-Mer-Gesoriacum ou Bononia, principal port d’embarquement pour la Britannia, où se trouvait un poste de douane : CBI, 24, avec Chap. III p. 108 et Chap. IV p. 150, avec Strabon 4.5.3.

178 Pour un exemple de plomb scellant un sac contenant des aurei, récemment découvert à Trèves, siège du procurateur des Gaules et des Germanies : Gilles 1994 et Chap. IV p. 201 n. 389, avec Andreau 1987, 486-506, sur les sacs de monnaies cachetés ; sur la présence de bénéficiaires dans ce lieu, peut-être détachés auprès de ce procurateur, comme celui dont le monument funéraire a été retrouvé à Athènes : CBI, 26 et 673. Pour un exemple de colis ( ?) à remettre à un bf en personne, chargé d’accuser réception en signant de son anneau : I 154a, avec notes (à Vindolanda). Sur l’usage des sceaux pour les documents de l’administration romaine : Pline 10.74 et Hérodien 7.6.5 et 3.5.4, et pour une synthèse récente sur l’emploi de plombs dans l’administration romaine : Haensch 1996, qui signale notamment p. 450 n. 6 la découverte d’un anneau cachet à Housesteads non loin de Vindolanda ; voir aussi Vandorpe 1996, en part. p. 247, à propos des objets et bâtiments scellés. Rappelons que les diplômes du cursus publicus émis par l’empereur portaient son sceau et sa signature, afin d’éviter les détournements et abus. Sur le plomb de Pierbridge et d’autres documents comparables, avec le titre de bf : I 2 et CBI, 1 et CBI, 6 : Annexe 1 : 3 et Chap. IV p. 173. Un certain nombre de plombs provenant de zones d’exploitation minières portent l’abréviation met(alla) : RIB, II. 1, 2411.123-127 ; pour une telle abréviation sur un sceau de Brough-under-Stainmore, où fut mis au jour CBI, 6 : RIB, II. 1, 2411.289. Voir aussi RIB, II. 1, 2411.267 : [B]FC. L’utilisation du bouton de bronze aujourd’hui perdu, découvert en Dacie (CBI, 538 ; Chap. IV p. 166 n. 200), demeure incertaine.

179 CBI, 249 ; 264 (restitution) et 217 ; sur les objets manufacturés en fer dans le Magdalensberg : Dolenz 1998.

180 CBI, 439 et 442, avec Wilkes 1969, 266-269 ; CBI, 451, 452 et 460 ; CBI, 455, 456, 458 et 471-475, I 183a, avec CBI, 431 et I 99 ; l’autel d’un centurion provient du même contexte : III, 14219.15 et Chap. IV p. 207 n. 419 ; CBI, 470, avec Wilkes 1969, 279.

181 I 183b.

182 CBI, 569 ; 595-596 ; 602 ; 599 ; 605-608, avec CBI, 610 à Vucitrn (déplacement de la pierre ?) ; CBI, 580 avec III, 8173 et Spomenik, 71, 513 : speculatores) ; CBI, 597-598 ; CBI, 581 ; CBI, 575 ; CBI, 604 avec IMS, I, p. 95-120 ; sur les bénéficiaires dans ce secteur : Mirkovic 1971b ; sur l’affranchi procurateur impérial à Socanica : Dusanic 1996a ; sur la présence de soldats de Mésie Inférieure détachés dans les mines de Dardanie : Fink 1971, 63 (105 p.C.). Signalons de l’autre côté de la frontière, le long de la voie qui mène à Thessalonique, la découverte dans les environs de Titov Veles et de l’antique Bylazova Paeoniae du monument funéraire – l’inscription est en grec – que Posidonius, un ancien légionnaire autrefois bénéficiaire, a érigé au iie s. pour lui et pour ses enfants. Le titre de son supérieur et la province ainsi que le lieu où il accomplit son service nous demeurent inconnus : I 116.

183 Voir à ce propos l’épitaphe du jeune Val. Marcus, décédé à l’âge de 19 ans, a latronibus interfectus : IMS, III/2, 93 ; voir aussi à Prizren et à Pec : Spomenik, 71, 254 (… interfectus a latronibus) et Spomenik, 77, 47 (a latronibus atrocissima(m) mortem [per]pessus est). Il n’est pas impossible que les stationarii mentionnés dans une inscription d’Urbica, entre Naissus et Vidin-Bononia, en Mésie Inférieure, aient été chargés d’assister les bénéficiaires en poste dans la région : IMS, III/2, 108 (… [in] terfectus a [stat]tionaris). A Bononia, castellum en bordure du Danube, l’épitaphe d’un ancien bf érigée ici par ses enfants ne nous apprend rien sur le lieu de son service : CBI, 609.

184 CBI, 643, ainsi que 644 et 647 ; au même endroit et dans la même région : CBI, 645 et 646, avec CBI, 613. Voir aussi à Montana I 112a : [conse] ruatu[s ab] eis [---], s.l.m. Pour les autels dans le contexte de ce sanctuaire : Bozilova 1987, part. 1, 2, 30, 14, 7, 12, 25. Dans le même sanctuaire ont été mis au jour des autels dédiés à Latone (26), à Héros (28), à Asklépios et Hygie (27), ainsi qu’un fragment de dédicace à IOM (33) ; à Gradesnica : CBI, 628 ; pour un bf d’un tribun à Braca : CBI, 615. Sur le rôle des bénéficiaires à Montana : Rankov 1983.

185 CBI, 623-627 et Chap. IV p. 207 n. 418 ; CBI, 623 : selon Cagnat (IGR), il s’agirait du patronyme Fiscus, un nom attesté toutefois très rarement attesté (dans une seule inscription latine, tardive et chrétienne : Kajanto 1965, 344), et selon Mihailov (IBR), du titre de procurateur financier ; on soulignera l’absence du titre grec επιτροπος ; sur la place du titre du supérieur devant celui de bénéficiaire : Chap. II p. 76. Nous ne connaissons pas de parallèle direct en latin de l’emploi de fiscus seul pour désigner un procurateur ; fiscus apparaît souvent dans les épitaphes grecques, en Asie Mineure notamment, dans le contexte des amendes qui doivent être versées à la caisse impériale (fiscus Caesaris) ou trésor public, το ταμειον, ou à son représentant local, en cas de violation de tombeaux, par ex. à Nicomédie, Olympos, à Attalea, Sinabich ou Iconium IGR, III, 11, 750, 786, 787, 819, 1480. Ce terme peut aussi s’employer pour la caisse provinciale : Brunt 1990, 347. A Olympos, l’amende doit être versée au fisc et au chef de police en place sur les lieux, dont deux au moins étaient des bénéficiaires (voir p. 128 n. 244).

186 ILBR, 211, à Balgarski Izvor, au sud-est de Glava Panegra (cf. supra p. 177-178) :... praesidia et burgi ob tutelam prouinci(ae) Thraciae,... per fines ciuitatis Serd(ic ?) ensium regione Dyptens(ium ?).

187 CBI, 668 : découvert en remploi à Sofia-Serdica.

188 I 155, avec IGB, II, 587, découvert “loco, qui Zidjuvec vocatur, prope uicum Goljama Brestnica sito (in regione oppidi Lukovit), ubi sanctuarium Thracium fuisse uidetur”. Sur les monnaies et les sceaux (pour des comparaisons, voir RIB, II. 1, 2411) dans ce secteur : Gerov 1988, 111.

189 I 113e, f, g.

190 IGB, II, 496.

191 CBI, 637 et 635 ; à cette époque, la région de Vicus Trullensium était rattachée à la Thrace comme le montre l’inscription IGB, II, 488. Pour un homonyme de ce bf dans la même province : CBI, 656 où il est question d’un Flavius Vitalis connu au iie s. comme l’un des fils d’un bf d’un tribun semestris.

192 CBI, 663 et 664 ; sur les Besses : Strabon 7.5.12 ; l’inscription de Rome : VI, 2799 (= 32543) - ILS, 2094. Les fouilles du sanctuaire d’Asklépios à Batkoun, publiées par Tsontchev 1941, ont mis au jour des vestiges de bâtiments romains autour du sanctuaire, ainsi que des vestiges de l’épaisse muraille thrace (environ 3 m d’épaisseur). Les plaques votives et les statues sont en marbre de la région. Tous les autels ont été trouvés sur la deuxième terrasse du sanctuaire ; seuls des fragments ont été découverts à l’intérieur ; sur le centurion : Tsontchev 1941, 22-23, 5 ; sur l’organisation locale de l’enrôlement d’indigènes ou brigands de ce secteur dans la lutte contre le brigandage : IGB, III, 1126, avec Wolff 1997, 172 ; sur la présence de phylarques et d’agents du recrutement également à Glava Panegra : Robert, Bull. Ép., 1960, 230 qui lit teirvlog«n dans IGB, II, 517 ; sur le recrutement des soldats : Végèce 1.2-7 ; Davies 1989, 3-30 ; sur ceux qui en sont chargés : Forni 1953, 22-2, qui souligne l’absence de dilectatores dans les inscriptions et rassemble un peu moins d’une dizaine de documents épigraphiques où il est question de personnes missi ad dilectum ou ad iuniores legendos. La probatio des soldats nouvellement recrutés était assurée par le gouverneur de la province : par ex. Fink 1971, 50, pour des recrues à Doura approuvées par le consularis en charge de la Syrie Creuse en 239 p.C. ; en Égypte en 156 p.C., le recrutement d’auxiliaires est approuvé par le préfet : Fink 1971, 64 ; au ive s. à Dionysias, un notarius impérial vient spécialement pour enrôler des recrues : P. Abinn., 17 ; sur le rôle du gouverneur ou des officiers qu’il désigne (P. Lond., 904, en 104 p.C.) dans le recensement : Code Théodosien, 14.9.1 (370 p.C.) ; AE, 1931, 36 ; voir aussi Brunt 1990, 329-346 et 532-536.

193 CBI, 667 ; le stationarius : IGB, III, 1336 ; sur la présence d’officiales à Philippopolis et la position de cette cité comme siège du procurateur financier et lieu de rassemblement du concilium : Haensch 1997a, 329-332 et 665-671 ; sur le statut de Périnthe : voir Chap. IV p. 197 n. 376.

194 CBI, 669 ; Hérodote 6.46 et Thucydide 1.100, avec Bresson 1993, 201-204 ; sur les mines dans la région de Thasos à l’époque romaine : Koukouli-Chryssanthaki 1990, avec en part. p. 504 ; il est question des inscriptions en relation avec les limites territoriales entre les Thraces et les habitants de Thasos, définies sous l’autorité de Trajan. Nous devons cette référence à Patrick Counillon, que nous remercions bien amicalement. Sur les relations entre l’île de Thasos et la Thrace : Danov 1979, part. 231-233.

195 CBI, 855-858. Sur l’administration de ces mines : Le Roux 1995a, 73 et 74 (avec la bibliographie).

196 Sur la condamnation aux metalla en général et en particulier pour les chrétiens, par ex. : Millar 1983, 182-183.

197 P 58 ; sur le monopole de l’État et la taxe sur le sel : Wallace 1938, 183-184.

198 Bf proc. : CBI, 565, 566 et I 104, I 186 ; bf cos : CBI, 567 (238-244 p.C.) ; sur les mines : Noeske 1977, part. 312-315 et 358-359 et Mrozek 1968, 307-326.

199 CBI, 547, 545, et 544 avec 546. Sur le site et le matériel épigraphique : Wollmann 1985-86.

200 Pour une discussion sur l’abréviation K ANS, K ANSIS ou K ANSI (Wollmann 1985-86, n. 10, 11, 23) qui évoquerait peut-être les k(astellani) ou civils d’origine indigène de l’établissement romain, et sur le lien proposé entre les lettres ANS et le terme ansa : Chap. IV p. 164. Jupiter n’apparaît qu’une seule fois sur la vingtaine des autels érigés dans le même lieu par ces employés des mines. Les deux autels du bénéficiaire C. Calpurnius Priscinus, bien que différents par le décor et les dimensions, sont tous deux consacrés à IOM : CBI, 544 et 546. Pour le contexte et l’ensemble du matériel épigraphique : Wollmann 1985-86, part. 19, sur la question discutée ici.

201 P. Oxy., 3088 avec Bowman & Rathbone 1992, 123.

202 Pline 10.23-24 ; 39-40 ; 70 ; 90-91 ; 98 ; Garnsey & Saller 1987, 37.

203 CBI, 727-728 et I 190 ; sur les gouverneurs : Thomasson 1972-1990, 333.31 et 32 et 335.45. La dédicace à Gallien en 262/263 p.C. dans le contexte des travaux entrepris à Adraha s’inscrit bien dans la progagande qui s’observe dans les programmes monétaires de 262 à 264 p.C. : cf. Christol 1997b, 151. Sur les constructions de protection ou de défense : Isaac 1992, part. 161-186, et sur l’activité des gouverneurs et des militaires dans ce domaine : déjà Zwicky 1944, 76-80 ; voir aussi Reuter 1997 ; Black 1995 ; Rémy 1991 pour la Cappadoce.

204 Pflaum 1952, 318 = Pflaum 1981, 220. Ce type d’édifice et la présence d’un bénéficiaire sur les lieux nous ramènent une fois encore vers le site de Dura et plus précisément vers la Porte de Palmyre où les bénéficiaires du tribun étaient chargés de contrôler les mouvements à l’entrée de la ville ; il rappelle aussi la localisation des stations de bénéficiaires à l’entrée d’un castellum ou d’une cité, ainsi que les invocations aux divinités liées aux enceintes de villes et dont certains beneficiarii attendaient la protection, telles Pylon ou les épithètes Pylaios ou peut-être aussi §pÆkoow, attestées sur leurs autels en Cappadoce ou en Syrie : par ex. CBI, 689, 694 et 695, 731 et ainsi que Chap. I p. 37-38.

205 IGR, III, 1287 ; IGR, III, 1326 : Χαρη Βοστρα/Γαλληνιανος υπα/τικος εκτισεν Αγριπ/πας ιππικος επεσκοπει. Le nom du gouverneur est suivi de υπατικος εκτισεν, un verbe qui correspond dans l’inscription d’Adraha au substantif κτιστης. La fonction de l’υπατικος, c’est-à-dire du chevalier romain Agrippa, était de surveiller επεσκοπει les travaux à Bostra, comme le bénéficiaire Flavianus à Adraha, avec le terme εφεστωτος ; sur le titre de συνηγορος : Mason 1974, 88 et Millar 1981, 58.

206 CBI, 706 et I 128 (avec Chap. VII p. 315) et pour la localisation, au sud-est de Tyr : Dussaud 1927, carte Ib 6. A l’époque de la construction du πυργος (sur le caractère militaire d’une telle construction, souvent assimilée au burgus : Isaac 1992, 177 et 180), cette région n’était plus rattachée à la province de Syrie, mais à celle d’Arabie : Sartre 1982, part. 124 sq. ; sur le titre de συνηγορος - aduocatus : Mason 1974, 88.

207 IGR, III, 113-118 avec I 123 (voir Chap. IV) et Millar 1993, 109 ; sur l’emploi de militaires dans l’organisation, la supervision ou la réalisation de constructions : Zwicky 1944 et Eck 1995, part. 223-224 (avec l’exemple de Nonius Datus cité p. suivante).

208 Épilogue ; sur le financement des dépenses publiques en Numidie et en Afrique Proconsulaire : Duncan-Jones 1990, 174-184 ; sur les dépenses publiques assumées par des notables locaux en Espagne Citérieure : Navarro Caballero 1997.

209 CBI, 710 et 580.

210 CBI, 704 ; sur Agrippa : Millar 1993, 261-261 ; ses affranchis d’Agrippa le présentent comme leur patron (Rey-Coquais 1973, 3, 4, 5, 7, 8), sans évoquer ses attributs royaux. Les quatre autres bénéficiaires connus à Apamée (cf. les trois inscriptions de bénéficiaires employés au service d’un tribun légionnaire, CBI, 703, 705 et I 157, encore inédite) datent toutes du iiie s. et s’inscrivent dans le cadre des séjours de la légion II Parthica à Apamée.

211 CBI, 709, avec III, 199-201 : allusion à des travaux effectués en 163-165 p.C. par Iulius Verus, légat d’Auguste pro préteur de Syrie, pour réparer la route à la suite de chutes de pierres dues au débordement d’une rivière, uiam fluminis ui abruptam interciso monte restituerunt. Le gouverneur avait détaché un centurion pour diriger ces travaux, M. Volusius Maximus, de la légion XVI Flavia, stationnée en Syrie, à Samosata (à ce sujet, voir Ritterling 1925, 1765-1766). On connaît plusieurs inscriptions mentionnant la participation de détachements de cette légion à des travaux de construction ou de réfaction. Sous Antonin le Pieux, vers 149 p.C. (AE, 1902, 252 ILS, 9115), des détachements des deux légions établies en Syrie ont effectué les travaux de canalisation à Seleucia Pieriae. Un autre détachement de la légion XVI Flavia est envoyé sous Septime Sévère, sur l’ordre du légat de la légion et du légat d’Auguste pro préteur, le gouverneur de la Syrie, construire un pont sur le Chabinas (III, 6709 et 6710).

212 CBI, 699, avec Chap. IV p. 101-102.

213 VIII, 2728 - VIII, 18122 - ILS, 5795.

214 CBI, 697 et 698, non retenus avec les documents des officiales du gouverneur rassemblés par Haensch 1997a, 574, qui considère Heliopolis comme la capitale possible de la province de Syrie-Phénicie (p. 259-260) ; sur le sanctuaire : IGLS, VI, p. 37-38 ; voir aussi Millar 1993, 281-283.

215 CBI, 911 ; voir aussi CBI, 912.

216 I 150a.

217 Annexe 15 et Chap. IV p. 193-202.

© Ausonius Éditions, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540