Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Chapitre IV. Les stations de bénéficiaires

Texte intégral

  • 1 von Petrikovits 1960, 74-76. L’absence de traces archéologiques trouve des explications diverses s (...)
  • 2 Les traces archéologiques d’une statio, station routière, mutatio ou mansio, burgus, villa fortifi (...)

1Avant de passer à l’étude des fonctions des bénéficiaires, il nous a semblé nécessaire de nous arrêter de manière détaillée sur le cadre spatial et chronologique dans lequel la plupart d’entre eux évoluaient dans l’exercice de leurs activités, en particulier ceux qui ont été employés dans l’officium des gouverneurs de provinces. Les découvertes d’Osterburken et de Sirmium nous donnent désormais la possibilité d’étudier les autels des bénéficiaires dans leur contexte propre, là où ils les ont érigés, et de les analyser à l’intérieur d’une série. Ces dédicaces révèlent deux types de stations qui s’inscrivent chacune dans un cadre différent. L’une était établie directement sur le limes germanique, l’autre, en retrait par rapport à la frontière danubienne, à l’entrée occidentale d’une importante colonie de Pannonie Inférieure. Elle se trouve sur un axe de communications fluviales et routières de grande importance, entre Aquilée et les camps légionnaires situés le long du Danube en direction de la mer Noire. L’extrême rareté de traces archéologiques identifiées jusqu’ici comme celles d’une éventuelle statio de bénéficiaires contraste avec la quantité de sites dans l’Empire où la présence de bénéficiaires est attestée ou du moins suggérée par leurs inscriptions votives1. L’absence de parallèles et de ce fait d’une typologie précise expliquent que même lorsque l’autel ou les autels étaient trouvés in situ, dans un bâtiment fouillé comme ce fut le cas en 1900 à Köngen-Grinario par exemple, la statio n’a pas été identifiée comme telle2.

1. Osterburken et Sirmium : deux stations types révélées par larchéologie et lépigraphie

  • 3 CBI, 152 ; voir aussi CBI, 159 : Annexe 1.3 et infra p. 139.
  • 4 Mirkoviç 1994a, 348. Pour un premier aperçu des fouilles : Popoviç 1989.
  • 5 La méthode et les conclusions de Dise 1996, 288 sur cette question nous paraissent de ce fait diff (...)

2La confrontation des deux séries épigraphiques avec leur contexte archéologique permet de préciser la chronologie de la station et de se rendre compte de sa durée d’occupation, ce qui n’est pas sans conséquences sur l’analyse des autres documents du dossier, en particulier lorsque nous ne connaissons qu’un seul autel provenant d’un site. A Osterburken, les documents avec date consulaire sont exceptionnellement nombreux et représentent approximativement la moitié de la série. La pratique de dater les inscriptions votives par les noms des consuls se répand surtout depuis les années 180 p.C. Près de 85 % des autels datés du dossier sont en effet postérieurs à cette date, et plus de la moitié de ceux-ci sont postérieurs au début du iiie s. Si l’on tient compte de l’ensemble des documents votifs, qu’ils soient datés par approximation, par le contexte ou par les consuls, on remarque effectivement que la répartition chronologique des bénéficiaires en poste à Osterburken suit une courbe qui va en s’accentuant vers la fin du iie s. et le début du iiie. Mais, comme nous le verrons plus en détails ci-dessous, les fouilles ont permis d’établir que la station d’Osterburken avait déjà été installée, dans sa première phase, une vingtaine d’années avant le premier autel daté connu sur le site3. On observe le même phénomène à Sirmium où la proportion des autels votifs datés par les consuls, moins élevée qu’à Osterburken, équivaut à un peu plus du quart de la série (29 %). Cette moyenne ne dépasse que de peu celle qui s’observe sur la totalité des monuments votifs du dossier répartis dans tout l’Empire, fragments compris. Alors que le premier autel daté de Sirmium ne remonte qu’à 157 p.C., on estime qu’au moins quatre autels non datés lui seraient antérieurs de plusieurs années4. Le contexte permet d’estimer que l’installation de la station de Sirmium a eu lieu sous le règne de Trajan déjà. Par ailleurs, les traces de martelage frappant le nom de Sévère Alexandre révèlent que la station était encore occupée pendant plusieurs années après 231 p.C., date du dernier autel daté connu sur le site. Au vu de ces observations, on admettra qu’il est difficile et même illusoire de déterminer la date ou la durée d’exploitation d’une station, sur la base d’un seul document votif, ou d’interpréter l’absence de documents – datés ou non – à l’intérieur d’une série comme un signe d’interruption du fonctionnement de la station5.

3Après l’étude détaillée des stations d’Osterburken et de Sirmium et des séries épigraphiques qu’elles ont livré, nous passerons en revue à titre d’exemple les différents lieux de Germanie Supérieure et des régions avoisinantes susceptibles d’avoir abrité un bénéficiaire ou une station de bénéficiaires, puis nous élargirons notre enquête à l’ensemble de l’Empire en suivant ses frontières extérieures, sur le modèle de la station d’Osterburken. Nous tenterons ensuite, après avoir distingué les divers emplois du terme statio, de préciser l’époque à laquelle remonte l’installation des premières stations de bénéficiaires dans l’Empire, cela tout en mettant en évidence l’écart chronologique qui s’observe entre les sources épigraphiques et archéologiques, dans les rares cas où celles-ci nous sont connues. Enfin, en tenant compte des nouveaux témoignages, en particulier de ceux de Sirmium, et à la lueur des informations nouvelles qui s’en dégagent, nous chercherons à mettre en relief l’organisation des stations de bénéficiaires et les conditions dans lesquelles le bénéficiaire y séjournait, ainsi que son contexte, afin de chercher à mieux comprendre le rôle dont ils étaient chargés.

1.1. Osterburken : une station du limes

  • 6 CBI, 114-116 (en 179, 181 et 186 p.C.) et aussi CBI, 111 et 112 ; Mainhardt : CBI, 117.
  • 7 XIII, 6578 et 6582 ; voir aussi Schönberger 1969, 172-173, avec Schönberger 1985 (carte E).
  • 8 Schallmayer 1994, 182.
  • 9 Schallmayer 1994, 181 et 184.

4Le castellum d’Osterburken dans le voisinage duquel a été mis au jour le sanctuaire de la station des beneficiarii est l’un des plus importants postes militaires de la ligne avancée du limes de Germanie Supérieure, sur le tronçon Miltenberg-Lorch, à l’est du Neckar et au nord du Jagst. Il se situe à l’est d’Heidelberg et au nord des castella de Jagsthausen et de Mainhardt dans la proximité desquels étaient établies d’autres stations de bénéficiaires6. L’emplacement de la statio se trouve entre le limes (tour 29) et le castellum principal occupé par la cohorte III Aquitanorum equitata c. R. et vraisemblablement établi sous Antonin le Pieux. Sous Commode, un second camp, construit avec le soutien des soldats de la légion VIII Augusta, est annexé au premier7. Les constructions militaires (castella, bains, statio-sanctuaire) se succèdent le long de la rive gauche de la rivière Kirnau, qui était navigable à l’époque romaine pour des embarcations de petite envergure8. Ceci facilitait l’approvisionnement du castellum et de son uicus, ainsi que les communications avec les autres castella du limes et avec l’arrière pays. Cette voie fluviale ouvrait en outre une porte sur les territoires d’outre-limes avec lesquels les Romains entretenaient des relations commerciales, comme l’attestent plusieurs découvertes sur le site d’Osterburken, ainsi qu’à Jagsthausen9.

  • 10 Schallmayer 1985 ; Schallmayer & Preuss 1994, 28-50. Pour une bibliographie complète sur les fouil (...)
  • 11 Huther 1994, 84-85. La fouille de ce bâtiment dont on attend le rapport final (p. 84 n. 32) n’a pa (...)
  • 12 Vers la Seedammstrasse. Voir à ce propos Schallmayer 1994, 184 et Huther 1994, part. 84-86.
  • 13 Schallmayer & Preuss 1994, 47 fig. 60 (plan d’Osterburken avec situation des endroits fouillés).

5Les fouilles menées entre 1982 et 1986 ont permis de dégager, sur une surface de 500 mètres carrés (env. 35 m de long sur 10 à 15 m de large), une partie du complexe statio - sanctuaire des bénéficiaires en poste à Osterburken. Il se situe à environ 300 mètres à l’est du castellum, non loin des deux thermes romains. Les autels étaients disposés en sept rangées, sur un espace situé devant le sanctuaire de la station et entouré d’une clôture10. Sous cet emplacement se trouvait dans une phase antérieure le bâtiment qui semble avoir été à l’origine du complexe. Abandonné relativement tôt, déjà vers la fin des années 170-180 p.C.11, il fut remplacé par d’autres édifices un plus loin vers le nord, comme l’indiquent les traces de constructions qui y furent relevées12, avant d’être recouvert par les autels, exposés devant le sanctuaire. La découverte de matériel en relation vraisemblablement avec la station à une distance relativement importante au nord et à l’est des fouilles permet de se faire une idée de son étendue à l’époque13.

  • 14 Domaszewski 1902, 205 n. 344, mais pas dans Domaszewski 1889, 98-99. L’autel, dont seule la partie (...)
  • 15 CBI, 170-174.
  • 16 Schallmayer & Preuss 1994, no 12 p. 52, 27 p. 53 (peut-être deux fragments d’une même inscription  (...)
  • 17 Schallmayer & Preuss 1994, 51-59 no 1-135 et pl. 1-14. La plupart des autels étaient placés sur un (...)

6Cette découverte due au hasard de constructions récentes vient confirmer la thèse de Domaszewski qui annonçait voici presque cent ans, sur la base du seul autel votif connu en son temps, l’existence d’une telle station à Osterburken14. Elle a révélé quelque 25 nouveaux monuments votifs de beneficiarii consularis conservés in situ, qui viennent s’ajouter au premier monument connu et aux 5 autels découverts en 1970-1971, en remploi dans la Kiliankirche, soit à proximité de leur emplacement d’origine15. Le site a livré en outre plusieurs fragments d’inscriptions et de statues, une lance du type dit “lance de bénéficiaire” qui s’ajoute aux miniatures découvertes précédemment ainsi qu’une soixantaine de bases d’autels, encore en place16, ce qui prouve qu’à l’origine le nombre d’autels dépassait largement celui des inscriptions conservées17.

  • 18 CBI, 152, 170 : Annexe 1.3 (151 p.C. ?), 156, 155, 169 : Annexe 1.3, 166, 163, 167, 160, 168, 158, (...)
  • 19 Schallmayer 1985, 390 ; Schallmayer & Preuss 1994, 26-7 ; Huther 1994, 81-92 (plans du complexe sa (...)
  • 20 Huther 1994, 86 n. 42.
  • 21 CBI, 170 : Annexe 1.3. Pour une comparaison avec Sirmium, voir infra p. 142, et pour l’autel de Ma (...)

7Les 15 autels datés d’après les consuls se répartissent à Osterburken de la manière suivante : 174, 180 (ou 151 ?), 13 janvier 182, 15 juillet 183, 13 janvier 200 au 13 janvier 201, 201, 202, 15 juillet 203, 26 décembre 203, 15 juillet 204, 15 juillet 205, 15 juillet 212, 13 janvier 213, ides ? 224 (ou 232 ?), 238 (ou 200 ?)18. L’analyse du matériel archéologique et les études de dendrochronologie permettent de faire remonter la date de l’établissement du complexe avant les années 160 p.C., soit à une époque proche de celle à laquelle fut installé le castellum19. Les premiers éléments datés sur le site remontent en fait à 156 p.C.20. La mise en place de la statio précéderait donc d’une quinzaine ou vingtaine d’années le premier autel trouvé in situ dont la datation consulaire de 174 p.C. est indiscutable. Cela incite à ne pas exclure a priori l’une des deux restitutions possibles des noms des consuls, sur un fragment d’autel retrouvé en remploi dans la Kilianskirche, soit [Maximo et Co]ndiano, en 151 p.C., – à Mayence, capitale de la province, un autel de bénéficiaire porte la date consulaire de 151 p.C. – pour lui préférer automatiquement et sans discussion l’alternative [Praesente II et Co]ndiano, qui renvoie à l’année 180 p.C.21.

8L’analyse des traces du complexe permet d’établir plusieurs phases successives dans la chronologie de la construction du sanctuaire.

  1. Quelques années avant 160 : construction d’un édifice avec exèdre en pierre ou nymphée22.
  2. Hiver 159-été 160 p.C. : construction dans la partie nord d’un édifice en bois dénommé statio ; sur l’emplacement du nymphée, mise en place d’un petit temple en bois, dans la même orientation que l’édifice dénommé statio.
  3. Vers 165 p.C. : démolition du petit temple en bois et construction du premier grand temple en bois (sur les traces de l’exèdre et du petit temple en bois). Les inscriptions datées qui se trouvent devant et à l’intérieur de cet édifice remontent au début du IIIe s. p.C.23
  4. Vers 180 p.C. : construction d’un petit temple dédié à Dea Candida, au sud-ouest de l’espace sacré sur lequel les autels étaient disposés en rangées, devant le grand temple. Le matériel épigraphique retrouvé dans ce temple ou dans les environs directs daterait des années 180-185 p.C.24
  5. Dès le début du iiie s. (207 p.C.) : traces de tranformations ou de rénovations qui s’observent encore au cours de l’année 226 p.C. C’est à partir de cette date que fut construite la palissade en bois clôturant l’édifice, soit vraisemblablement un peu plus d’une dizaine d’années avant la date probable de la dernière inscription. Il est possible que les bénéficiaires aient quitté la station quelques années avant l’abandon définitif du limes, qui se situe approximativement entre les années 254-260 p.C.
  • 25 Schallmayer & Preuss 1994, no þ73 p. 55-56 et p. 26-27 ; photo fig. 23 p. 27.

9Toutes les inscriptions conservées sur le site permettent de penser que le sanctuaire était réservé aux bénéficiaires en poste dans la station. Ils sont en effet les seuls dédicants connus dans ce contexte, à l’exception d’un décurion, peut-être l’un des responsables de la cohorte III Aquitanorum établie dans le castellum, dont le nom est conservé sur un fragment de l’autel qu’il y a consacré aux Nymphes. Ce monument, qui diffère nettement des autels des beneficiarii à la fois par son aspect extérieur et par ses dimensions a été retrouvé devant la 6e rangée, avec des autels datant de la fin du iie et du début du iiie25. Mais il est probable qu’il remonte à une époque antérieure qui coïnciderait plus ou moins avec l’arrivée des Romains dans le castellum. Sa dédicace le situe dans le contexte du nymphée, soit lors de la première phase d’occupation de ce secteur, les traces de l’exèdre en pierre en relation avec le nymphée appartenant comme nous l’avons vu aux couches stratigraphiques les plus anciennes de l’occupation du sol.

  • 26 Schönberger 1969, 168 et Schönberger 1985, carte E.
  • 27 XIII, 11757 (187 p.C.) et 11759 - ILS, 9179b (241 p.C.).

10La céramique retrouvée à Osterburken et dans d’autres sites du limes extérieur fait penser que la présence romaine dans le secteur a dû précéder d’une vingtaine ou trentaine d’années la construction des castella sous Antonin le Pieux26. Le décurion avait peut-être participé à l’installation de la station avec ses hommes. Plusieurs autres invocations aux Nymphes connues dans la région s’inscrivent dans un contexte de construction ou de restauration d’édifices militaires, en relation avec des travaux de conduite d’eau. C’est le cas par exemple dans la castellum d’Oehringen au sud d’Osterburken sur le même tronçon du limes, en 187 et en 241 p.C.27

  • 28 CBI, 184. Signalons néanmoins la découverte en 1963 dans les fouilles des thermes de Varazdin Topl (...)
  • 29 CBI, 178 (191 p.C. ; voir Annexe 1.3) et 179. A Mercure sur le même site : CBI, 193 (167 p.C.), 19 (...)
  • 30 CBI, 115 : Annexe 1.3 aux ides de mars 166 p.C. à Olnhausen-Jagsthausen, comme CBI, 111-114 ; sur (...)

11Le culte des Nymphes est presque inexistant chez les bénéficiaires. L’unique autre témoignage connu d’un bénéficiaire qui s’adresse aux Nymphes, Nymfae Apollinares, est daté de 166 p.C. et provient de la station de Stockstadt, où l’installation d’un castellum en bordure du Main remonte déjà à l’époque de Domitien ou Trajan28. Comme à Osterburken, il est question de la transformation ou de la rénovation d’un premier monument dédié aux Nymphes en un sanctuaire visité ou peut-être même réservé aux bénéficiaires. Cet autel de 166 p.C. apparaît comme l’un des premiers témoignages datés attestant la présence de bénéficiaires du gouverneur en poste dans cette partie du limes extérieur, si l’on écarte celui d’Osterburken dont la date remonte à 151 p.C. ou à 180 p.C. La station de Stockstadt pourrait être localisée par la découverte in situ de deux autels de bf cos dédiés à Mercure, dans un petit édifice situé à l’angle gauche du front du castellum. Cette divinité est associée à d’autres sur plusieurs des autels de bénéficiaires à Stockstadt29. Un autel contemporain (il date également de 166 p.C.) provient de Jagsthausen où le castellum, comme celui d’Osterburken, n’a vraisemblablement été installé qu’au milieu du iie s.30

  • 31 CBI, 154 ; CBI, 103 et 104. La date est suggérée par le contexte de découverte et la dédicace à De (...)
  • 32 CBI, 104 et 103 : Annexe 1.3. A l’origine, l’autel CBI, 104 était peut-être placé sur la base no 1 (...)
  • 33 CBI, 138 ; Annexe 7.

12Parmi tous les bénéficiaires d’Osterburken, un seul est connu pour avoir été détaché dans une autre station de la province. Il s’agit de C. Paulinius Iustus, en poste à Osterburken autour des années 180-185 p.C.31 Avant ou après son séjour à Osterburken, le même homme a stationné à Friedberg où il a consacré deux autels, l’un à Sol Inuictus (de l’empereur Commode ?), l’autre à la Virtus (de l’empereur Inuictus ?). Ce dernier fut retrouvé dans la cella du sanctuaire de Mithra, au sud-ouest du castellum32. A Osterburken, nous ne connaissons aucun témoignage attestant la présence simultanée de deux bénéficiaires, à la différence d’autres stations, celle d’Obernburg notamment, dans la même province, où en 181 p.C. deux bf cos détachés ensemble dans la station se sont associés pour y consacrer un autel33. On ne peut toutefois pas exclure que des bénéficiaires détachés ensemble aient choisi d’ériger séparément un autel votif.

  • 34 CBI, 169 : Annexe 1.3. L’heureux développement de ce texte qui nous a été suggéré par Hans Lieb – (...)
  • 35 Successivement ignoré par les éd. du CBI, 115, Ott 1995 et Dise 1997b, 289 et 295 à 297. Voir pour (...)
  • 36 CBI, 184. 51.33.
  • 37 CBI, 193 et 194 ; sur le gouvernement de la province durant cette période : Thomasson 1972-1990,

13Grâce à l’inscription de L. Titianius Titus, nous avons désormais la confirmation qu’à Osterburken, au début du iiie s., un stationnement durait 6 mois, des ides de janvier aux ides de juillet. Titus précise en effet qu’il y a accompli deux séjours ou stationes, des ides de janvier 200 aux ides de janvier suivantes, en 201 p.C., egit stat(iones) duas... ex idibus Jan. in seq(uentes)34. La durée semestrielle était déjà vivement suggérée pour les années 166 et 167 p.C., puisqu’à Stockstadt deux bf cos ont séjourné durant l’année 167 p.C., L. Fl. Paternus et C. Iulius Petunnatius. Le premier se trouvait au début de l’année précédente dans la station de Jagsthausen, comme le prouve la date des ides de mars 166 p.C. qui figure sur son autel, mais dont le déchiffrement complet continue d’être ignoré par la plupart des spécialistes qui se sont intéressés à la question35. Il a ensuite été déplacé à Stockstadt comme successeur de L. Memmius Iuvenis, celui qui, nous l’avons vu plus haut, avait rénové le sanctuaire des Nymphes en 166 p.C.36 Il est par conséquent possible de déduire que C. Iulius Petunnatius fut son successeur direct comme responsable de la station de Stockstadt, à moins que l’on ne retienne l’hypothèse du détachement simultané de deux bénéficiaires dans la même station, déjà à une telle époque. L’autel qu’il consacre en 167 p.C. à IOM, Junon et au Génie du lieu célébrait la fin de son premier séjour à Stockstadt, et le second autel qu’il consacre à Mercure, sans le dater, fait penser que son séjour à Stockstadt avait peut-être été renouvelé par le gouverneur37.

  • 38 Halfmann 1986, 212 ; Kienast 1990, 138.
  • 39 CBI, 197, 181, 180, et probablement I 168b.
  • 40 CBI, 152 ; voir aussi CBI, 159 : Annexe 1.3. Sur cette question, avec d’autres exemples : Chap. II (...)
  • 41 CBI, 197 et 181, avec Annexes 5 et 6.
  • 42 CBI, 138 et Annexe 7. Voir en Afrique CBI, 743, en 164-168.

14C’est précisément au début de cette même année 167, soit quelques mois seulement après que la paix s’est enfin établie en Orient – le triomphe fut célébré durant l’été 166 p.C. – qu’ont débuté les attaques des Marcomans, d’abord dirigées vers le Norique, puis en direction de la Pannonie. Elles conduisirent au Bellum Germanicum (169 et 174 p.C.) puis au Bellum Sarmaticum (174-175 p.C.). Les troubles continuèrent sur tout le secteur, non sans répercussions sur les provinces germaniques et en particulier sur leur frontière extérieure qui doit résister à de fortes pressions. Juste après le triomphe de Marc Aurèle en 176 p.C., c’est déjà le second Bellum Germanicum qui éclate, une guerre dont Marc Aurèle, décédé en mars 180 p.C. vraisemblablement dans les environs de Sirmium38, ne connaîtra pas la fin. La série de Stockstadt ne nous permet pas de dresser la suite de la liste nominative des bénéficiaires en poste puisque les premiers autels datés connus après ceux-ci ne remontent qu’aux années 181, 182 p.C. (février et juillet) et 183 p.C.39 L’absence de documents datés de cette période ne peut toutefois pas être interprétée a priori comme le signe d’une interruption dans l’occupation de la station. Sur la même frontière en direction du sud, à Osterburken, le premier autel daté de manière sûre et sans équivoque remonte nous l’avons vu à l’année 174 p.C. L’époque mouvementée dans laquelle il s’inscrit pourrait bien expliquer le caractère exceptionnel du détachement en Germanie Supérieure, une province pourtant dotée de deux légions, d’un bénéficiaire rattaché à la légion III Italica, unité récemment levée et stationnée dans la province voisine de Rhétie40. Les autres monuments d’Osterburken montrent que les bénéficiaires continuent à se succéder dans ce poste selon un rythme bien marqué. En 181/182 p.C., les deux bénéficiaires postés à Stockstadt, Iustus et L. Nobilius L[---]us, n’y sont restés que pour un séjour limité si l’on accepte l’idée que leurs autels, consacrés respectivement en septembre ou octobre 181 p.C. et le 20 février 182 p.C., célébraient la fin de leur détachement local. C’est ce que suggère l’expression statione prima qui figure ici pour la première fois dans le dossier avec une date précise, en 182 p.C.41 Peut-on déduire de la courte période qui sépare les deux autels – moins de 6 mois – que les deux bénéficiaires auraient séjourné pour un certain temps ensemble dans la station, le premier initiant le second dans sa nouvelle responsabilité ? Faut-il conclure que la périodicité des 6 mois avec les changements aux ides de janvier et de juillet était en train de se mettre en place à cette époque dans la province ? Les deux explications sont possibles, et peut-être même complémentaires. C’est précisément de 182 p.C. que date le premier autel connu dans la province avec la mention des ides (de janvier), et c’est en 181 p.C. que se situe le premier témoignage daté de deux bénéficiaires du gouverneur détachés ensemble dans une station42.

  • 43 A Adraha en Arabie par exemple, le même bénéficiaire Flavianus est resté dans ses fonctions pendan (...)
  • 44 CBI, 173 : la restitution des ides à la l. 12 est sûre, vu les nombreux parallèles parmi les bf co (...)
  • 45 Annexe 3.

15Nous verrons plus loin que le rythme qui s’observe dans la rotation des bf cos entre les différentes stations de la province variait selon les provinces et les époques, et peut-être selon les circonstances43. En 212 p.C., le jour des ides de juillet, C. Securius Domitianus célèbre son troisième séjour à Osterburken, comme il le précise avec l’expression jusqu’ici encore inédite de tertia statione44. Malgré la série épigraphique qu’a livrée le site d’Osterburken, nous n’avons pas connaissance d’autres autels qu’aurait pu consacrer Domitianus pour marquer la fin de ses deux premiers séjours. Par ailleurs, aucun de ses collègues à Osterburken n’est connu pour y avoir offert plusieurs autels, comme c’est le cas nous venons de le voir à Stockstadt, ainsi qu’à Sirmium ou dans d’autres sites45. Il est possible que le nom d’un dédicant déjà connu ait disparu dans la masse des fragments retrouvés sur le site, le grand nombre de bases conservées in situ – une soixantaine – étant un indicateur minimal de celui des autels que les bénéficiaires avaient successivement consacrés lors de leur détachement local.

  • 46 Parmi ceux-ci, voir l’autel CBI, 173 (ides de juillet 212).
  • 47 CBI, 145.
  • 48 CBI, 154 et 153 (avec son Numen).
  • 49 Schallmayer 1994, 169, citant le LIMC, III. 1, 179-80.
  • 50 CBI, 147 et 155 ; CBI, II no 81 p. 56.
  • 51 Aux inscriptions publiées dans CBI s’ajoute le fragment CBI, II, no 12, p. 52, de la rangée II.
  • 52 I 170, à Meclaria, où est attesté CBI, 269. Mais il ne subsiste de cet autel votif que la partie s (...)

16Les documents d’Osterburken nous permettent de mieux connaître les pratiques cultuelles des bénéficiaires sur le site. On retiendra en premier lieu que les bénéficiaires d’Osterburken ont généralement consacré leur autel à plusieurs types de divinités associées. C. Securius Domitianus mentionné plus haut, dont l’autel ne compte pas moins de 9 différentes dédicaces, l’emporte sur ce point face à ses collègues répartis dans tout l’Empire46. Seuls trois autels d’Osterburken ne sont dédiés qu’à une seule divinité, l’un à IOM, autour de 175 p.C. si l’on considère sa position sur le site47, et les autres à Dea Candida Regina, vers 180-185 p.C.48. Cette divinité représentée dans une niche sur l’un des autels n’est jamais invoquée ailleurs par des bénéficiaires. Le fait qu’une statue de cette déesse provienne de Francfort-Heddernheim, où la présence d’une station est également attestée dans l’épigraphie, pose la question des relations possibles entre les déplacements des bénéficiaires dans les différentes stations d’une la province et la propagation des cultes locaux dans cette province49. Deux bases d’autels dédiés l’un à IOM et à Iuno Regina, l’autre à l’association de IOM, Iuno Regina, tous les dieux et déesses et le Génie du lieu, mises au jour dans le contexte du petit sanctuaire de Dea Candida, dans la station d’Osterburken, mettent une fois de plus en lumière les liens existant entre les divinités locales et les cultes traditionnels et militaires, qui s’observent d’une manière soutenue dans les pratiques des bénéficiaires50. Tous les autres bénéficiaires en poste à Osterburken s’adressent à IOM, souvent avec le Génie du lieu (61,5 %) et avec Junon (46 %). L’association de ces trois divinités apparaît 13 fois sur les autels des bf cos à Osterburken51 et 7 fois à Stockstadt. Cette triade invoquée par le bénéficiaire de la légion III de Rhétie, détaché à Osterburken, n’est à notre connaissance jamais attestée chez les bénéficiaires, en dehors de la Germanie Supérieure. Le Génie du lieu, nous l’avons vu, est pour sa part très bien représenté dans le panthéon des bénéficiaires des provinces germaniques, en Norique, dans les deux Pannonies et en Dalmatie. Quant à la dédicace rassemblant IOM, Junon et tous les dieux et déesses, elle ne se rencontre chez les bénéficiaires qu’en Germanie Supérieure, avec peut-être une exception en Norique52.

1.2. Sirmium : une station à l’entrée de la cité

  • 53 Domaszewski 1902, 176, avec CBI, 424 ; il songeait également à la présence d’un poste de frumentar (...)
  • 54 CBI, 407, avec pour la localisation Mirkoviç 1971a, 22. Le gentilice Licinius (voir aussi I 74 et (...)
  • 55 CBI, 470.

17A Sremska Mitrovica-Sirmium, colonie flavienne de Pannonie Inférieure, une découverte fortuite en 1988 a révélé les vestiges d’une station de bénéficiaires. La fouille s’étend sur une surface approximative de 25 000 m2 qui, sans en représenter la totalité, correspond sans doute à la majeure partie d’un vaste complexe architectural, le reste étant recouvert par des habitations modernes et des jardins. Celui-ci a été dégagé à une centaine de mètres au nord-ouest des murs de la ville, à la limite d’une vaste nécropole qui longe la voie romaine avant que cette dernière n’entre dans la ville pour la traverser en direction de l’est. Au début du siècle, sur la base d’un fragment d’autel connu par une copie, Domaszewski avait pressenti, comme à Osterburken, l’existence d’une station à Sirmium, la tête orientale de la voie venant d’Emona par Siscia53. Sa thèse devait être renforcée, avant la découverte de 1988, par celle d’un autel près de Hrtkovci, au sud de Sirmium, sur l’élévation de Gomovala54. Ce lieu se situe le long de la voie qui se dirige vers le sud, en Dalmatie, en suivant la Drina en direction de Gradina, Skelani, Bajina Basta et Ljesçe, où la présence de nombreux bénéficiaires et d’un centurion peut-être chargé de superviser la région s’explique par l’exploitation des mines d’argent et de fer. Des bénéficiaires sont aussi établis plus au sud, dans le district minier de Supljastena, à Komine près de Plevlja-Municipium S(---).55

  • 56 Cf. Popoviç 1989, 121 fig. 5 : plan.
  • 57 Mirkoviç 1994a, 345 ; dans I 94, le titre est restitué.
  • 58 Mirkoviç 1994a, 346. Les autels placés plus profondément sont les plus anciens. Selon M., certains (...)

18Le complexe dégagé à Sirmium comprend deux édifices séparés par un étroit passage débouchant sur une cour56. Dans la partie nord-est de l’un d’eux (A) se trouvait un enclos ou un espace à ciel ouvert bordé de deux portiques. Il était consacré à Jupiter comme le révèlent les autels votifs, pour la plupart encore en place. On en compte 82 fragments, parmi lesquels 79 contiennent l’abréviation du titre de beneficiarius57. Il étaient disposés en U, en deux rangées, et le fait qu’ils se soient trouvés à des niveaux différents fait penser qu’ils ont été mis en place au cours d’étapes successives de construction ou de réorganisation58.

  • 59 Nous nous appuyons ici sur les conclusions publiées dans le premier rapport de Popoviç 1989.

19Les deux édifices semblent avoir suivi un développement parallèle qui se serait déroulé, si l’on en croit les premières conclusions des archéologues, en trois étapes de construction59 :

  1. Petit édifice en bois et pisé avec l’espace ou l’enclos sacré où se trouvaient les autels.
  2. Destruction de ce premier édifice (pendant la guerre des Marcomans) et réaménagement de tout l’ensemble60. Des murs en matière dure (mœllons en bas, briques en haut, avec mortier de chaux) remplacent les parois en bois.
  3. Élargissement de l’édifice A au nord et au sud, avec construction d’une cour (au sud de l’enclos sacré) dont la destination des pièces demeure inconnue. Aucune trace de mobilier d’une cella d’un sanctuaire n’y fut retrouvée. Il est possible qu’il s’agisse de l’amorce de baraquements qui occupaient l’ouest du complexe et dont la majeure partie du secteur n’est pas dégagée. Ces travaux révèlent une architecture modeste pour l’époque des Sévères (pas de traces d’enduit ; une charpente de toiture apparente ; une épaisseur des murs inférieure à 45 cm ; sols en terre battue).
  4. Destruction du complexe, qui a continué à être occupé au delà de 231 p.C., date du dernier autel daté par les consuls, puisque le nom de Sévère Alexandre (222-235 p.C.) a été érasé sur quelques autels. Mais on ne connaît aucun monument daté érigé après cette date ou au cours du séjour d’hiver de l’empereur Maximin à Sirmium, en 236/237 et 237/238 p.C.61
  • 62 I 17 : 157 p.C. ; I 18 : 23 août 185 p.C. ; I 23 : 231 p.C. La présence de la date de 157 p.C. sur (...)
  • 63 I 42 avec Mirkoviç 1994a, 374.
  • 64 Classen 1994, 167 ; voir par ex. VIII, 8812 - ILS, 5965 : terminac. [a]grorum defenicionis ( !)... (...)
  • 65 Rüpke 1990, 54 ; voir aussi Beard et al. 1998, I, 23.
  • 66 Sur cette question : Chap. V p. 263 n. 194.
  • 67 Pour la mention de metator dans les textes judaïques, en relation avec l’annone : Chap. II p. 74 ; (...)
  • 68 SB, III, 7181 - Daris 1964, 65. On retrouve ce terme de gevmetr¤a dans la taxe appelée gevmetr¤a f (...)
  • 69 Chap. V p. 239.

20Les 20 autels datés par les consuls s’échelonnent entre 157 et 231 p.C., avec un long intervalle entre l’inscription de 157 et celle de 185 p.C.62 Mais la station était occupée dès Trajan, comme l’indique notamment l’autel d’Annius Quietus, le seul parmi tous les bénéficiaires en poste à Sirmium qui précise son rattachement à la légion X Gemina, une troupe dans laquelle il a vraisemblablement été recruté lors de son stationnement à Aquincum entre 105 et 118 p.C.63 Il est possible qu’à une époque où se mettent en place les premières stations de bénéficiaires dans la province et dans l’Empire, le premier ou l’un des premiers bénéficiaires détachés à Sirmium ait tenu à préciser sur son autel le contexte dans lequel avait lieu son détachement, ou les fonctions qu’il était chargé d’accomplir localement. Le titre d’agri(mensor) qu’il fait inscrire sur son autel à IOM, inconnu jusqu’ici pour un bénéficiaire, pourrait être en relation avec l’activité du bénéficiaire au début de l’installation de la station à Sirmium, plus particulièrement dans la délimitation du territoire, ou peut-être dans l’orientation du sanctuaire64. Quietus a pu assumer un rôle comparable à celui du décurion venu apporter son assistance – et celle de ses soldats vraisemblablement – dans la construction du complexe d’Osterburken. Un espace sacré devait être orienté et délimité en vertu des principes établis par la tradition religieuse romaine. A l’époque républicaine déjà, on trouve des centurions employés à délimiter des territoires, un acte opéré dans des buts divers, militaires, religieux ou administratifs. A l’époque impériale, les mensores ou agrimensores sont employés dans des travaux de construction et sont chargés par le gouverneur de borner des territoires et de régler les conflits occasionnés à ce sujet65. La délimitation des territoires était directement en relation avec les questions de perception des taxes66, ce qui explique qu’elle soit la source de disputes. Le titre d’agrimensor pourrait aussi rappeler celui des mensores frumenti ou mensores frumentarii employés à mesurer les réquisitions ou les produits destinés à l’approvisionnement de l’armée et à l’acheminement du blé qui des provinces devait arriver à Rome, et plus précisément dans le port d’Ostie67. Rappelons à ce sujet les metatores qui apparaissent dans les sources judaïques en relation avec l’annone, comme c’est le cas dans le commentaire mentionné plus haut, où il était précisément question des bénéficiaires “qui ôtent même le pain de la bouche”. Un papyrus bilingue du Musée du Caire a conservé une quittance de ravitaillement militaire dans laquelle il est question de la quantité de vin et de blé versée à Oxyrhynchos à Valerius Valentinus, agrimensor du préfet d’Égypte dans le texte grec, geom°trhw. Le prélèvement devait servir à l’entretien de l’escorte du préfet68, la date du 4 mars suggérant que les réquisitions ont peut-être eu lieu pendant sa tournée conventuelle de 220 p.C.69

  • 70 Mirkoviç 1994a, n. 348, avec n. 6.
  • 71 I 54 (en grès) : 60 cm de haut ; I 42 (en grès) : 55 cm de haut, voir aussi I 63 (en grès) : 59 cm (...)
  • 72 I 54. Sur la mention du nom du supérieur et l’absence de l’abréviation habituelle bf cos, des argu (...)
  • 73 I 63 et I 66, avec Mirkoviç 1994a, 348 n. 6 ; Fl. Romanus bf proc. à Aquincum : CBI, 374 ; voir An (...)
  • 74 Halfmann 1986, 213 et 223.

21D’autres bénéficiaires étaient en service détaché à Sirmium avant 157 p.C.70 L’autel érigé par L. Cassius Praesens se distingue sous plusieurs aspects de l’ensemble des autels plus tardifs71, et l’énoncé du titre du bénéficiaire, benef. Caecili Faustini leg Aug pr pr, suggère une datation relativement haute, probablement dans la première moitié ou au milieu du iie s. Ce bénéficiaire a pu être détaché à Sirmium par A. Caecilius Faustinus, gouverneur de la Mésie Inférieure en 105 p.C., dans le contexte des expéditions de Trajan. Mais il est aussi possible qu’il ait été le subordonné d’un homonyme, un gouverneur de Pannonie Inférieure inconnu jusqu’ici dans les fastes de cette province, dans la première moitié du ier s., peut-être un parent du gouverneur de Mésie72. M. Egnatius Magnus pourrait lui aussi avoir stationné à Sirmium avant 157 p.C. – l’emploi du titre b. consu(laris) est probablement antérieur à la forme figée bf cos qui s’imposera partout –, de même que Fl. Romanus. Ce dernier est peut-être identifiable avec l’homonyme qui a consacré un autel à IOM à Aquincum, en qualité de bf proc., avant une promotion (avec le même titre) dans l’officium du gouverneur73. Soulignons enfin qu’on ne connaît aucun autel daté par les consuls durant les deux séjours de Marc Aurèle à Sirmium entre 173-175 et durant l’hiver 179/180 p.C. au terme duquel il trouva la mort, le 17 mars 180 p.C., ni durant le séjour possible de Caracalla à Sirmium, pendant l’hiver 213-214 p.C.74

  • 75 Chap. III p. 126.

22La série épigraphique de Sirmium permet de mieux comprendre le système de rotation des bénéficiaires dans la station. Comme à Osterburken et ailleurs, plusieurs des bénéficiaires ont prolongé leur séjour dans le poste et y ont consacré plusieurs monuments, seuls ou en compagnie d’un collègue. Pour l’un d’eux, T. Aelius Secundus, un seul autel daté de 199 p.C. a été retrouvé. L’expression iterata statione sub Claudio Claudiano confirme qu’il célébrait son second séjour sous le gouvernement de ce dernier. Cela porte à penser qu’il serait resté de 195 ( ?) à 199 p.C. et aurait succédé à son collègue Ulpius Frequentinus, lui-même en poste à Sirmium durant deux séjours ou stationes, le premier s’achevant en 191 p.C., le second, en 195 p.C. Quant à Iulius Secundianus, sa présence à Sirmium est attestée de 221 à 224 p.C.75 Ce militaire, peut-être promu speculator au terme de son détachement à Sirmium, fut l’un des responsables de la station de Sirmium durant les trois séjours qu’il y a accomplis. Leur rythme est suggéré par les trois autels qu’il a consacrés à IOM et au Génie de l’empereur (Sévère Alexandre), avec chacun des trois collègues successivement détachés avec lui à Sirmium.

  • 76 I 32 : P. Aelius Frequentianus érige son autel seul. Cela bien sûr n’exclut pas la présence d’un s (...)
  • 77 I 38, 39, 40 ; Mirkoviç 1994a, 349.
  • 78 CBI, 384.
  • 79 Titius Faustinus : I 39 et I 40 à Sirmium avec CBI, 376 à Aquincum, avec Annexe 3 ; Acceptius Maio (...)
  • 80 Chap. VI p. 269-272.

23A partir de 221 p.C., les beneficiarii stationnés à Sirmium prennent l’habitude d’élever leur autel avec leur collègue en poste dans la station. On peut en déduire qu’au moins depuis le début du iiie s. (au plus tard entre 20976 et 221 p.C.), le gouverneur de Pannonie Inférieure détachait à Sirmium simultanément deux de ses bénéficiaires. L’un y restait habituellement pendant plusieurs stationes, l’autre, le temps d’une seule statio. Durant l’année 230 p.C. qui précède la dernière attestation datée d’un bénéficiaire à Sirmium, pas moins de quatre beneficiarii y ont stationné, deux par deux, d’abord Domitianus et Florentinus, puis Ael. Dignianus et Titius Faustinus. Ce dernier a assuré la continuité dans la station puisqu’il s’y trouve encore en 231 p.C. en compagnie d’un autre bénéficiaire, Lautius Emeritus77. L’un de ses prédécesseurs avait fait de même. Domitianus fut en charge de la station en 229 p.C., en compagnie d’un collègue nommé Iulius Potentinus, puis en 230 p.C., avec un certain Florentinus. Ce dernier est peut-être identifiable à M. Aurelius Florentinus, un bénéficiaire du gouverneur décédé à l’âge de 33 ans, alors qu’il était en service dans la capitale Aquincum78. Si elle est correcte, cette hypothèse confirmerait, avec l’exemple de Iul. Secundianus, évoqué plus haut, qu’à un bénéficiaire expérimenté, employé dans le poste pendant une période prolongée et assumant en quelque sorte la responsabilité de la station, pouvait être associé un bénéficiaire plus jeune, susceptible de pouvoir profiter de l’expérience de son collègue, le temps d’un séjour au moins. Elle donnerait en outre la preuve que les bénéficiaires détachés dans les diverses stations de la province et ceux qui exerçaient leurs activités dans les bureaux du gouverneur appartenaient tous à un seul et unique corps de bénéficiaires. A cet exemple s’ajoutent celui de Titius Faustinus, connu par ses autels érigés dans la capitale de Pannonie Inférieure et à Sirmium, ainsi que celui d’Acceptius Maior, de retour à Cologne au terme d’un détachement dans une statio79. Certains bénéficiaires restaient dans la capitale, dans les bureaux du gouverneur, d’autres, selon un système de rotation, étaient détachés dans les stations de la province, le temps d’une mission, avec des possibilités de renouvellement. Au terme de leur détachement, ils étaient sans doute appelés à retourner dans la capitale pour y rendre des comptes et travailler dans les bureaux du gouverneur, jusqu’à la mission suivante. Il est probable aussi, vu les liens qu’ils conservaient avec leur troupe, qu’ils passaient à l’occasion par le camp de leur légion, en particulier lorsque celui-ci se trouvait à proximité de la station dans laquelle ils étaient détachés. L’existence d’un corps ou schola des bénéficiaires apparaît dans les dédicaces de certains d’entre eux, notamment en Numidie et en Dacie80.

  • 81 I 17 et I 76.
  • 82 I 19 et I 20, ainsi que I 78 et I 93.
  • 83 Par ex. VIII, 21047 : miles ex legione III. Ce légionnaire de Numidie qui érige à Caesarea en Maur (...)

24Plusieurs des bénéficiaires connus à Sirmium étaient des hommes d’expérience. Pour certains d’entre eux en effet, la fin du séjour dans ce poste coïncidait avec celle du service militaire obligatoire. Ainsi lorsqu’il érige son autel en 157 p.C., M. Ulpius Valens célèbre sa mise en retraite au terme de son stationnement local, bf cos miss(us) honest(a) mission(e), tout comme Lucius Magius Proculus, qui arbore pour l’occasion son tout nouveau titre de vétéran, uet. ex bf cos missus honesta missione Id. dec.81 On peut se demander si C. Aemilius Titianus et Ti. Claudius Apollinaris étaient dans la même situation en 187 et 189 p.C., de même que T. Publicius Martinus et un autre bénéficiaire anonyme82. L’expression relativement insolite bf cos ex leg(ione) sous laquelle ils se présentent pourrait se comprendre ou comme une formulation concise de mise en retraite, tel bf (missus) ex leg(ione), proche de uet(eranus) ex leg(ione), ou comme une expression de l’affectation militaire, par l’emploi de la préposition ex suivie de l’ablatif, en lieu et place du simple génitif bf leg(ionis). L’emploi de cette préposition dans ce contexte apparaît rarement dans l’épigraphie militaire en dehors des inscriptions funéraires ou de l’expression d’un transfert ou d’une promotion d’un titre (ex...) à un autre. On le rencontre toutefois occasionnellement dans des inscriptions votives de militaires en service, comme le montrent les inscriptions d’un légionnaire de Numidie et d’un marin de Germanie83.

  • 84 CBI, 455 : Annexe 1.3 et CBI, 493 : Annexe 1.3 ; l’un était en poste dans la station de Ljesçe prè (...)
  • 85 Cf. le commentaire des éd. du CBI, 455, mis en doute par Speidel jun. 1993. Dans l’inscription de (...)

25A la différence des bénéficiaires de Sirmium enrôlés dans la légion IV Flavia et des deux bf cos ex leg(ione) détachés de leur légion et de leur province dans l’officium du gouverneur de Dalmatie, le bf cos ex leg. anonyme de Sirmium était en service dans la province même où se trouvait sa légion, la II Adiutrix dans laquelle il avait été recruté comme soldat84. Cet exemple atteste qu’ex leg(ione) ne s’emploie pas – ou du moins pas uniquement – pour signaler le détachement d’un militaire d’une province dans une autre province, comme on a pu le penser sur la base des deux exemples de Dalmatie85.

  • 86 Voir par ex. Passion de Fructuosus, 1.4 (Chap. V p. 222-224) et Mitchell 1976, l. 23-24 (Chap. II (...)
  • 87 CBI, 745.

26On peut conclure sur la base du matériel de Sirmium récemment publié que l’expression ex leg(ione) au lieu de leg(ionis) exprime de manière occasionnelle, dans l’épigraphie militaire, la notion du détachement physique du militaire par rapport à la troupe, pour les soldats en mission ou en service détaché. Elle trouve des parallèles dans des expressions telles que ex officio beneficiarii ou ex comitatu nostro, une alternative du génitif officii ou comitatus habituellement attendu, qui peuvent s’appliquer aussi bien dans la littérature que dans l’épigraphie à des soldats vivants, en service et en dehors d’un contexte de promotion86. On comprend donc qu’elle se rencontre en particulier dans les inscriptions des bénéficiaires, et plus précisément à propos de ceux d’un gouverneur, en poste dans une station. Comme les bénéficiaires détachés à Sirmium, les deux militaires évoqués plus haut, le légionnaire de Numidie qui érige un monument funéraire en Maurétanie Césarienne et le marin qui adresse un autel aux Matres, à Andernach, étaient éloignés du siège de leur troupe lorsqu’ils érigent leur monument. C’est probablement cet éloignement qu’ils expriment par la formulation peu classique de leur affectation militaire. On retrouve un tel emploi de ex devant le nom de la province d’origine d’un soldat, en particulier dans les diplômes militaires, ou encore dans l’expression benefic(iarius) [---] leg(ionis) XX Val. [Vic.] ex prouincia Britannia Super(iore) qui figure sur le monument funéraire que le bénéficiaire Iulius Victor, en service en Bretagne, fait ériger pour sa soeur en Afrique Proconsulaire, où sa famille était établie87.

  • 88 I 61 et I 64.
  • 89 Mirkoviç 1994a, 355, avec AE, 1976, 545 ; en Pannonie Inférieure, nous connaissons des bénéficiair (...)
  • 90 CBI, 410 ; I 16 avec I 70 ; l’identification paraît probable dans le cas précis, malgré nos réserv (...)
  • 91 I 78, déjà mentionné plus haut à propos de l’expression bf cos ex leg(ione) ; I 75 : la dédicace à(...)

27Ti. Cl (audius) Valentinus et T. Fl(avius) Aulus étaient des militaires expérimentés, capables d’assumer des responsabilités de manière autonome, comme leurs collègues qui ont passé leurs derniers mois de service militaire comme bénéficiaires à Sirmium88. Les deux militaires récemment promus à ces fonctions de bénéficiaires avaient en effet précédemment servi comme frumentarii. Le premier avait été recruté dans la légion IV Flavia Felix, une troupe installée en Mésie Supérieure, mais vraisemblablement placée pour une période limitée sous les ordres d’un gouverneur de Pannonie Inférieure89. Un autre bénéficiaire du gouverneur recruté dans cette même troupe, T. Flavius Iustus, était en service en 164 p.C. dans la station voisine de Mursa, au nord-ouest de Sirmium, sur l’axe de communication estouest longeant le cours de la Drave. Dans cette station, on connaît aussi la présence du bf cos C. Iulius Iulianus, également recruté dans cette légion. Il est probable qu’il s’agisse du même homme que l’homonyme (sans prénom) en poste à Sirmium, en compagnie d’Aelius Viator90. A Sirmium, deux autres bénéficiaires dont les autels sont comparables et sans doute contemporains ont aussi été recrutés dans la légion IV Flavia. L’un d’eux, T. Publicius Martinus, était originaire de Sirmium, nous l’avons vu91, de même que plusieurs de ses collègues en poste au même endroit au début du iiie s. C’était le cas en 202 p.C. de Ti. Cl.

  • 92 I 25, I 28, I 29 et I 30.

28Aeternalis, agens in stat(ione) sub Baebio Caeciliano, leg(ato) Augg(ustorum) pr(o) pr(aetore), bf cos in patria sua, en 205 p.C., d’A. Cassius Clemens, qui consacre son autel à IOM et au G(enius) h(uius) l(oci) patr(iae) suae, et de M. Valerius Reburrus, rattaché à la légion II Adiutrix, en service détaché à Sirmium en 206 ainsi qu’en 207 p.C., iterata statione in patria sua92.

  • 93 I 31.
  • 94 Voir I 48.
  • 95 I 47 et I 23 ; sur les dédicaces au collège ou à la schola des bénéficiaires : Chap. VI p. 269-276
  • 96 I 56 et 57, I 42 et 43, I 72 et 73.

29Tous les beneficiarii détachés à Sirmium faisaient partie de l’officium du gouverneur de Pannonie Inférieure, si l’on écarte la question du gouverneur Caecilius Faustinus évoquée plus haut. T. Aurelius Valentinus n’était pas dans une situation différente en 208 p.C., même s’il est le seul à avoir omis le titre de son supérieur après celui de bénéficiaire93. Les bénéficiaires détachés à Sirmium consacrent au moins un autel à Jupiter (IOM), seul ou associé à d’autres divinités, Junon, Minerve, Silvain, Liber Pater94 ou à tous les dieux et déesses. Ils y associent souvent le génie des empereurs ou une formule votive concernant leur salut, le génie du lieu, le Génie de Sirmium ou celui du collège, soit celui des bénéficiaires du gouverneur de la province95. Les seuls monuments votifs non consacrés à Jupiter sont ceux de bénéficiaires qui ont consacré plusieurs autels à Sirmium, l’un à IOM et l’autre à Mars, comme ce fut le cas de Ti. Claudius Fortis, Ti. Claudius Postuminus et C. Iulius Valens96.

2. Le détachement des bénéficiaires du gouverneur dans sa province : lexemple de la Germanie Supérieure

2.1. Topographie et localisation des stations du limes d’après les sources archéologiques et épigraphiques

30Les gouverneurs des provinces impériales avec légions détachaient leurs bénéficiaires sur l’ensemble du territoire de leur province. Lorsque celle-ci était bordée d’une frontière extérieure qui s’ouvrait sur le barbaricum, les stations étaient établies le long de la frontière, comme celle d’Osterburken dans le secteur du limes, ou en retrait, comme à Sirmium. Malgré son caractère fastidieux, l’étude systématique des documents épigraphiques dans le contexte de leur découverte et de leur provenance représente à nos yeux une étape nécessaire lorsque l’on cherche à définir les fonctions assumées par ces hommes. La première partie de ce survol, qui suit les frontières de la Germanie Supérieure, en s’appuyant sur le modèle d’Osterburken, montre clairement que dans la plupart des sites militaires où sa présence est suggérée (par une inscription au moins), la station était pratiquement toujours en relation avec un castellum. La protection militaire des frontières était assurée par des auxiliaires qui constituaient la part principale de la garnison militaire, auxquels se joignaient ici et là des vexillations composées d’éléments légionnaires. Ce n’est par conséquent pas à des fonctions de ce type qu’étaient destinées les différentes stations de bénéficiaires du limes ou de la zone de frontières. Ces postes étaient reliés entre eux et avec les stations de l’intérieur de la province en un véritable réseau. Ces stations, dont l’établissement n’a jamais précédé celui du castellum voisin, se trouvaient principalement le long des axes de communications routières et fluviales, comme celle de Sirmium par exemple, ou dans des secteurs sensibles sur lesquels le gouverneur devait exercer un contrôle particulier, notamment lorsque les intérêts économiques et politiques de la province et de l’Empire étaient concernés.

  • 97 CBI, 207. L’autel du bénéficiaire, orné d’une haste (Espérandieu 1910 –, VIII 2, 192 ; Ritterling (...)
  • 98 CBI, 84-90 avec I 146 ; Wiegels 1995 ; CBI, 87 et 86.
  • 99 Pour des bf cos en service à Cologne : CBI, 60-67, CBI, 73 et I 8 ; voir aussi CBI, 68-72, avec I (...)
  • 100 I 164 (avec note, à propos de Gelduba). A Neuss-Nouaesium, l’inscription funéraire que le bf Cassi (...)
  • 101 CBI, 45 et 91 ; sur les bf cos à Nettersheim : infra p. 180.
  • 102 A Naix : I 161 avec CBI, 125 ; à Boulogne : CBI, 24 : le supérieur du bf n’est pas connu : Chap. I (...)

31Au nord, la première station connue le long de la frontière extérieure de la Germanie Supérieure se situe à Vinxtbach-Ad Fines près de Sinzig, à la frontière entre les deux Germanies97. Au sud, la dernière station attestée sur l’axe du Neckar est celle de Köngen-Grinario, et sur le limes, celle de Mainhardt. L’absence de documents découverts plus au sud sur ce tronçon du limes n’exclut pas l’existence d’autres stations. au delà de la frontière nord, le gouverneur de Germanie Inférieure avait également détaché ses bénéficiaires dans des stations, le long du Rhin et à l’intérieur de la province. Le premier de ces postes depuis le sud était installé à Remagen-Rigomagus, un site déjà occupé militairement avant l’époque flavienne. En fonction au plus tard vers 151-161 p.C., comme le révèle l’autel consacré par l’un des bénéficiaires du gouverneur Salvius Iulianus, la station est restée occupée au moins pendant près d’un siècle, le dernier autel connu sur le site étant daté de 242 p.C.98 Outre la présence de ses beneficiarii dans la capitale Cologne et dans les environs des camps légionnaires de Bonn et de Xanten-Vetera-Colonia Ulpia Traiana, le gouverneur de Germanie Inférieure avait détaché ses bénéficiaires dans une station établie près de Moers-Asberg où se trouvait le castellum d’Asciburgium, soit à mi-distance entre la capitale et le camp légionnaire de Xanten. Cette station dont on ignore la date d’installation était encore en service en 230 p.C., alors que l’occupation du castellum a pratiquement cessé depuis le milieu du iie s. p.C.99 D’autres stations ont pu être établies au sud, le long de la voie qui de Cologne longe le Rhin en direction du nord, à Dormagen-Durnomagus et peut-être à Neuss-Nouaesium, ou encore à Krefeld-Gellep-Gelduba100. Le gouverneur de Germanie Inférieure avait également détaché ses bénéficiaires dans d’autres stations situées au centre de la province, à Aix-la-Chapelle-Aquae Granni, Rheder-Belgica, et Nettersheim près de Marcomagus101. L’un d’eux a pu consacrer un autel lors de son détachement à Naix-Nasium en Gaule Belgique, où la présence d’un bénéficiaire est attestée à Boulogne-Gesoriacum, le port qui permettait de gagner la Bretagne, et à Trèves-Augusta Treuerorum, le siège du procurateur de Gaule Belgique et des deux Germanies102.

  • 103 Voir à ce propos l’étude exemplaire de Filtzinger 1971, dont les conclusions sont désormais confir (...)

32Pour en revenir à la Germanie Supérieure, il ne fait pas de doute que la situation de la station d’Osterburken, à proximité d’un castellum, du limes et de voies de communication (croisement routier, pont permettant la traversée d’une voie de circulation fluviale), trouvait de nombreux parallèles dans le contexte du limes de Germanie. Ceci apparaît clairement lorsque l’on confronte l’emplacement des autels de bénéficiaires trouvés in situ à la topographie du site en question103. La protection militaire des frontières était assurée par la présence répétée de soldats des troupes auxiliaires en garnison dans les différents castella du limes. Aucune des stations de bénéficiaires n’a précédé l’installation du castellum et des troupes militaires sur le site, même lorsqu’une série confirme une durée d’occupation qui atteint ou dépasse le siècle. En revanche, certaines d’entre elles sont restées en fonction même lorsque le castellum établi sur le même site a perdu de son importance logistique ou qu’il a été abandonné.

  • 104 CBI, 200-206. Sur la station et le contexte : Filtzinger 1971, 184 et Römer/B-W, 1976, 210 et phot (...)
  • 105 CBI, 202 et 206 (29 décembre 230 p.C.) Sur les autels datés au jour et à l’année : Annexe 6. Pour (...)
  • 106 CBI, 205.
  • 107 CBI, 204.
  • 108 CBI, 118-135 ; I 9 ; I 167.
  • 109 CBI, 199 : Annexe 1.3.

33C’est le cas notamment à Bad Cannstatt dans les environs de Stuttgart, au nord de Köngen sur l’axe du Neckar : 4 des 7 inscriptions de bénéficiaires qui nous sont parvenues ont été trouvées à un endroit où, selon la tradition, des voies romaines se croisaient104. L’un d’eux a été consacré le jour des ides de décembre 221 p.C. aux divinités des routes, Biuiae, Triuiae et Quadriuiae, ces dernières étant à nouveau invoquées parmi d’autres sur le dernier autel connu d’un bénéficiaire en poste ici, daté du 29 décembre 230 p.C.105. Il a été dégagé avec un autre monument votif d’un bénéficiaire à deux mètres de profondeur, à l’endroit où une voie romaine croisait celle du Neckar, devant le castellum106. Le contexte de cette découverte suggère que la station de Bad Cannstatt devait se trouver près de la porte droite du castellum (porta principalis dextra). La première attestation d’un bénéficiaire en poste ici remonte à 182 p.C.107, et les sources ne nous permettent pas de situer plus précisément la date de l’installation de la station sur le site. Mais sa localisation la met en relation avec le castellum dont la fondation remonterait à Domitien ou Trajan. Tous les autres autels des bénéficiaires du gouverneur en poste à Bad Cannstatt se situent dans les 30 premières années du iiie s., ce qui montre que la station de bénéficiaires avait conservé sa raison d’être longtemps après que le site avait perdu sa situation sur la frontière extérieure de l’Empire. Suite à l’établissement sous Antonin le Pieux de la ligne avancée du limes, en particulier du tronçon Miltenberg-Lorch, la station de Bad Cannstatt devient un arrière poste du limes, entre le limes et la route fortifiée du Rhin qui relie au nord Mayence-Mogontiacum, siège de la légion XXII Primigenia et capitale de la province108, à Strasbourg-Argentorate, siège du camp de la légion VIII Augusta109, en passant par Altrip-Alta Ripa où se trouvait un poste de bénéficiaires.

  • 110 CBI, 116 : Annexe 1.3.
  • 111 Hörig & Schwertheim 1987, 338 no 540.
  • 112 XIII, 9084.
  • 113 Sur le site et le castellum : Römer/B-W, 1976, 333-338 et Schönberger 1985, 494.

34Au sud de Bad Cannstatt à Köngen-Grinario, la station devait aussi se trouver à proximité du castellum. Le seul autel de bénéficiaires connu ici110, aujourd’hui perdu, a été découvert en 1783/1784 dans un édifice situé devant la porta principalis dextra à l’ouest du castellum de Köngen. Selon la tradition111, les restes de l’édifice en question, d’où proviennent des fragments de sculptures, correspondraient à un sanctuaire de sept mètres sur dix. Dédié à Jupiter Dolichenus, il se trouvait en bordure de la route vers Rottenburg et le sud comme l’indique un milliaire daté de 129 p.C., retrouvé devant la porta principalis dextra112. Il est vraisemblable qu’il s’agissait du sanctuaire de la station établie dans ce lieu, près de l’entrée du castellum et de la route, mais qui n’a pas été reconnu comme tel lors des fouilles du tout début du siècle113.

  • 114 CBI, 208 ; Plank 1991 ; Schallmayer 1994, 170-173.
  • 115 CBI, 100.

35Plus au nord à Walheim, un autel de bénéficiaire a été découvert dans un édifice situé au sud du castellum II, sur le uicus qui s’étendait entre ce camp et le castellum I, non loin du tracé de la route reliant les deux castella. La grandeur et le type de bâtiment, de même que sa localisation sur le site, font penser qu’il devait se trouver au sein d’un vaste complexe à caractère économique établi à proximité du Neckar114. Le bénéficiaire occupait probablement une partie du bâtiment en question, qui pouvait avoir abrité plusieurs structures de caractère différent. Il omet de préciser le titre de son supérieur sur l’autel qu’il consacre à IOM. Il est probable qu’il représentait le gouverneur dans une station établie ici vers la fin du iie s. ou au iiie, mais un rattachement à l’état-major d’un commandant de la garnison en poste sur les lieux ne saurait être exclue. Preuve en est l’autel découvert à Bad Wimpfen, au nord sur le même tronçon, que le bénéficiaire Iulius Ibliomarus, employé dans l’officium d’un préfet, a consacré à IOM. Le monument est tout à fait semblable par son aspect extérieur et par son formulaire à l’ensemble des autels de bf cos. Il a été mis au jour dans un contexte qui rappellerait la localisation d’une statio par rapport à la topographie du site. Il provient en effet d’un édifice en pierre situé dans la partie occidentale du uicus, au bord de la voie romaine qui le traversait d’ouest en est, en passant vraisemblablement par le centre du castellum115. L’édifice en question était installé à proximité de la voie de circulation fluviale, à quelques centaines de mètres de l’endroit où les eaux du Jagst rejoignent celles du Neckar. Si la restitution du nom de la cohorte II Hispanorum est correcte, la datation de l’autel doit être antérieure à 121-122 p.C. et au départ de la cohorte. En qualité de bénéficiaire du préfet de la cohorte, Ibliomarus était rattaché à son unité militaire et à son responsable et, géographiquement, au castellum dans lequel ils se trouvaient. Son autel ne saurait être interprété comme un témoignage indiquant la présence d’une station de bénéficiaires à Bad Wimpfen, même s’il n’est pas impossible que le gouverneur ait détaché l’un de ces hommes sur le site, à une époque plus tardive. A Vindolanda, Housesteads et peut-être à Catterick, de même qu’à Intercisa sur le limes pannonien, on rencontre des témoignages attestant la présence de bénéficiaires du commandant de la garnison locale ainsi que de bénéficiaires du gouverneur.

  • 116 CBI, 110 : Annexe 1.3 et Filtzinger 1971, 203. Sur le site d’Heilbronn-Böckingen : Römer/B-W, 1976 (...)
  • 117 CBI, 102 (13.01.213 p.C.) et Filtzinger 1971, 186 et 188.
  • 118 CBI, 107 ; voir aussi CBI, 106, 16.01.223 p.C. Une comparaison entre les deux textes montre qu’il (...)
  • 119 Schönberger 1969, 165 et n. 151 et Schönberger 1985 carte D42.
  • 120 XIII, 7335.

36Entre Walheim et le castellum de Bad Wimpfen, la station de bénéficiaires attestée par l’épigraphie devait vraisemblablement se trouver dans les environs du castellum de Böckingen, non loin du Neckar, si l’on procède par analogie avec les stations localisées, soit au cœur du trafic fluvial et des deux routes se dirigeant dans un sens nord-sud et est-ouest, sur la voie reliant Jagsthausen, sur le limes avancé, à la route du Rhin116. A Heddernheim-Nida (près de Francfort), l’autel d’un bénéficiaire daté des ides de janvier 213 p.C. a été retrouvé devant la porta principalis dextra du castellum, là où convergent trois routes reliant le site à la capitale Mayence ainsi qu’au limes, vers l’est117. Ce lieu de découverte suggère une localisation de la station comparable à celle des stations de Bad Cannstatt et Köngen. L’autel a été dédié par M. Aurelius Claudius Pompeianus, un bénéficiaire qui, 8 ans plus tard, à nouveau aux ides de janvier, en dédia un autre à Grosskrotzenburg, plus à l’est, sur le tronçon nord du limes118. Ce document daté de 213 p.C. atteste que la station de Nida située dans la zone militaire entre le limes et le Rhin était encore en fonction au début du iiie s. p.C., alors que comme à Bad Cannstatt, depuis le milieu du iie s. p.C., le castellum n’avait plus une position de frontière. En fait, ce castellum avait lui aussi cessé d’être occupé à une date relativement haute, vraisemblablement dès la première moitié du iie s.119. Signalons encore la présence en 230 p.C., à Heddernheim, d’un immunis du gouverneur de la province120.

  • 121 CBI, 109, 150-200 p.C. p.C.
  • 122 CBI, 104 et 103 : Annexe 1.3. Sur les détails concernant l’autel CBI, 104 et sa découverte dans le(...)
  • 123 XIII, 9123.

37Dans la seconde moitié du iie s., deux autres stations de bénéficiaires sont connues dans cette zone militaire entre le limes avancé et le Rhin, au nord à Friedberg, et au sud, à Heidelberg121. Les deux stations étaient en relation avec les routes transversales reliant la route fortifiée du Rhin et celle du limes, comme l’indiquent les milliaires qui y ont été découverts. A Friedberg, les deux autels consacrés par le même bénéficiaire, détaché à Osterburken vers 180-185 p.C., ont été découverts dans la cella du sanctuaire de Mithra, au sud-ouest du castellum, où des milliaires ont été découverts122. Plusieurs routes se rencontraient au sud du castellum et au nord du mithraeum, comme l’indique la découverte d’un milliaire daté du milieu du iiie s.123. C’est peut-être dans cette zone qu’était établie la station.

  • 124 CBI, 109 ; Römer/B-W, 1976, fig. 69 ; Schallmayer 1994, 165-6.
  • 125 Schönberger 1969, 165.

38A Heidelberg, la présence d’une station de bénéficiaires résulte d’une inscription non datée, un autel consacré à IOM, qui devait être accompagné d’une colonne, aram et columnam124. Le lieu de découverte de l’autel permet de la localiser sur la rive gauche du Neckar, à l’aboutissement du pont sur lequel se trouvait un sanctuaire de Neptune, et où passait la voie provenant du castellum. Il est difficile de situer avec précision l’existence de cette statio en relation chronologique avec le castellum établi à proximité. Mais il est probable que comme dans d’autres cas déjà mentionnés, elle ait été en fonction au delà de la période d’occupation du castellum, soit après la seconde moitié du iie s.125 Cela confirme que ces représentants du gouverneur exerçaient leurs fonctions non seulement aux frontières, mais aussi à l’arrière des lignes de déploiement des forces militaires, le long du limes.

  • 126 CBI, 139-144 ; I 169.
  • 127 CBI, 138, avec Annexe 7 : cet autel en remploi dans un mur de l’église d’Eisenbach, à 3 km à l’oue (...)
  • 128 Sur la localisation d’une station de bénéficiaires à Obernburg : Schleiermacher 1956, 121, Filtzin (...)
  • 129 CBI, 139 : le nom de Commode a été martelé. D’autres dédicaces au Génie d’un empereur sont attesté (...)
  • 130 XIII, 6623 - ILS, 9119 ; voir à ce propos Speidel 1992, 67 et 1985, 191.
  • 131 Pour une station peut-être située ici : infra p. 154-155.

39La station de bénéficiaires d’Obernburg est localisée grâce à la découverte en 1954 de plusieurs inscriptions in situ126. Elle se trouvait à 110 m de la porta principalis dextra au sud du castellum, sur la terrasse où il fut installé, soit dans une position qui surplombait le Main. Ces autels viennent s’ajouter à plusieurs fragments ainsi qu’à un témoignage de bénéficiaires déjà connu auparavant et découvert en remploi sur le site. Daté de 181 p.C., il s’agit de la première mention avec date consulaire attestant la présence de deux bf cos à la tête d’une station127. Les autels trouvés in situ étaient disposés le long de la route romaine, à un endroit où les traces de pavement étaient encore visibles lors de leur découverte128. Il est probable que d’autres pierres aient été placées en face d’elles, de l’autre côté de la voie. Elles ont été recouvertes par un mur romain d’un mètre. Aucune trace de construction ou d’édifice n’a été retrouvée dans ce contexte. Sur les 8 autels de bénéficiaires que l’on connaît à Obernburg, 5 sont datés à l’année, entre 181 et 206 p.C., parmi lesquels 3 ont été consacrés aux ides de juillet : en 189 p.C. (l’autel est dédié à la triade capitoline et au Génie de l’empereur Commode129), en 201 et en 206 p.C. L’année suivante, en 207 p.C., une vexillation de la légion de Mayence était présente sur le site, sous la responsabilité d’un princeps et d’un optio130. La station d’Obernburg faisait partie d’une série de postes de bénéficiaires établis le long du limes du Main, à Grosskrotzenburg, Seligenstadt et Stockstadt. C’est juste au sud, près de Miltenberg131, que se séparent en direction du sud-est le tronçon du limes avancé le long duquel se suivent les stations d’Amorbach, Osterburken, Jagsthausen et Mainhardt, et l’axe longeant le Neckar qui aboutit à Bad Cannstatt près de Stuttgart et à Köngen-Grinario.

  • 132 CBI, 106-107. Sur le site : Römer/H, 325-328, plan fig. 263, 326 et Schönberger 1985, 494. Un sanc (...)
  • 133 CBI, 177.
  • 134 XIII, 6659 : ce centurion de la légion XXII Primigenia en poste à Seligenstadt y a élevé un autel (...)

40A Grosskrotzenburg, la station est localisée au sud-ouest du castellum grâce aux deux autels datés des ides de janvier 221 et du 16 janvier 223 p.C., découverts in situ au passage de la porte ouest du castellum en direction du pont romain sur le Main. On retrouve sur ce site les éléments déjà réunis à Heidelberg, à savoir un castellum, un sanctuaire-station, un pont, une voie132. La situation était probablement comparable à Seligenstadt où l’existence d’une station encore active sous Sévère Alexandre est confirmée par un autel en remploi récemment publié133. La topographie du site, confrontée aux témoignages examinés, permet de penser que la station devait se trouver ici comme ailleurs à proximité du castellum et du Main, près du pont romain. La présence d’un centurion est attestée sur le site en 204 p.C.134

  • 135 CBI, 178-198 et I 168 a et 168b : 23 documents, avec les fragments. Sur le site sont attestés en p (...)
  • 136 CBI, 178 et 179 (voir D. Conrardy, WdZ, 5, 1886, 345-350).
  • 137 Pour la Bretagne : Black 1995, dont les interprétations ne sont toutefois pas toujours bien étayée (...)

41Nous avons déjà évoqué précédemment la longue série d’autels de bénéficiaires datés entre 166 p.C. et 208 p.C. de la station de Stockstadt135. Celle-ci serait localisée grâce à la découverte in situ de deux autels – l’un d’eux porte la date de 191 p.C. – qui proviennent des fouilles d’un petit édifice situé à l’angle gauche du front du castellum du limes, non loin du cours du Main, près d’un espace sacré136. La présence d’un édifice en pierre entre le Main et la porte du camp, au sud-est de l’emplacement pressenti de la statio, et celle de thermes, dans son prolongement, ont fait penser à l’existence possible d’une mansio. La zone située entre le camp et la rivière était occupée par plusieurs édifices à caractère multifonctionnel (espace sacré, statio, mansio ( ?), thermes, zone de transbordement et de stockage des marchandises, port ?). Une telle disposition d’éléments à proximité d’une station de bénéficiaires semble se retrouver dans d’autres provinces137. Ces observations ont toute leur importance lorsque l’on cherche à cerner le type de fonctions confiées par le gouverneur aux bénéficiaires qu’il détachait régulièrement en ces lieux, au cours du iie et de la première partie du iiie s.

  • 138 CBI, 115 : Annexe 1.3, 114 et 113, datées respectivement du 13 mars 166, de 179 et de 186 p.C., av (...)
  • 139 CBI, 117.

42Sur la ligne du limes avancé, des bénéficiaires du gouverneur étaient en poste de part et d’autre d’Osterburken. Au sud, 5 inscriptions, sans doute toutes de la même station, ont été découvertes entre Olnhausen et Jagsthausen, 3 d’entre elles, datées entre 166 et 186 p.C., en remploi dans l’église d’Olnhausen, soit à 2,5 km à l’ouest du castellum de Jagsthausen138, les 2 autres fragments provenant des environs du castellum de Jagsthausen, l’un sur l’emplacement d’un hypocauste, l’autre, dans les thermes. La station se situait dans un contexte où l’on retrouve les éléments habituels : limes, castellum, et entre les deux, voie fluviale offrant comme à Osterburken, une ouverture vers les terres situées au delà du limes. On retrouve cela à Mainhardt, où la station dans laquelle était en poste Lucilius Avento ( !) en 181 p.C. est localisée par la découverte de son autel in situ, au sud-ouest du castellum, soit à l’ouest de la porta principalis dextra, comme à Bad Cannstatt, Köngen, Heddernheim-Francfort-Nida et Obernburg139.

  • 140 CBI, 98. Sur cette date dans le calendrier de Dura : Chap. I p. 46 ; l’autel CBI, 160 a été érigé (...)
  • 141 Schallmayer 1994, 179-8.
  • 142 A ce sujet : Chap. VI p. 178.

43Au sud d’Obernburg, près de l’église de l’abbaye d’Amorbach, dans une canalisation desséchée, a été mis au jour en 1912 l’autel consacré le 23 décembre 231 p.C. par le bénéficiaire Petronius Senilis, pour son salut et celui des siens140. Le contexte de la découverte et l’absence de toute trace de castellum dans les environs permettent deux hypothèses. Si la pierre n’a pas été déplacée, il faudrait songer à l’établissement d’une simple station routière établie dans les environs du limes, peut-être dans l’intention de surveiller les passages entre le limes et le Rhin. Mais ce serait là une exception à la règle observée partout ailleurs dans cette région, où toutes les stations étudiées s’inscrivent dans le contexte d’un castellum. L’autre hypothèse serait celle d’un déplacement de la pierre, dont la provenance pouvait peut-être coïncider, comme le montrent les parallèles topographiques, avec l’extrémité nord du tronçon que l’on vient de survoler sur le limes avancé, soit dans le contexte du castellum de Miltenberg, au sud du coude du Main, où se conjuguent à nouveau les éléments habituels141. La dédicace de cet autel est particulièrement intéressante, puisqu’à IOM, Junon Reine et le Génie du lieu, une triade particulièrement chère aux bf cos de la province, s’ajoute la Concorde des bénéficiaires de Germanie Supérieure142.

2.2. Les stations à l’intérieur de la Germanie Supérieure et dans les provinces inermes voisines

  • 143 CBI, 129 : Annexe 1.3, 128 et 139.
  • 144 CBI, 130 ; TLL s.v. ; Herz 1976, 165, 178 et 193 ; Schallmayer 1994, 188-189 ; Black 1995, 12 ; Ot (...)

44La présence des bénéficiaires du gouverneur est bien attestée le long de l’axe de communication qui longe le Rhin et relie Mayence à Strasbourg, conduisant au nord vers la Germanie Inférieure, sa capitale et ses camps, et au sud, vers la Gaule et la Méditerranée d’une part, vers Rome par Augst et le Col du Grand St-Bernard, Summus Poeninus, de l’autre. A Mayence, camp et capitale, trois autels de bf cos consacrés parmi d’autres divinités à la Domus Diuina et à Silvain ont été mis au jour voici une trentaine d’années. Provenant tous du même secteur, le Arnsburgerhof, au no 10 de la Grebenstrasse, ces monuments attestent que les bénéficiaires sont restés dans ce secteur en bordure du Rhin au moins de 151 p.C. à 208 p.C., entre le port, le camp légionnaire et plus loin les canabae143. C’était peut-être dans cette zone que se trouvait la schola des bénéficiaires et le catabulum du gouverneur dont le bénéficiaire T. Maximius Felix vénère le Génie en 208 p.C., en association avec d’autres divinités. Le terme catabulum, transcrit du grec καταβολος, rarement attesté en latin, serait utilisé pour désigner un entrepôt ou un équivalent de stabulum. Un rapprochement avec le grec καταβαλλειν pourrait suggérer un emploi en relation avec le transport des marchandises prélevées auprès de la population locale sur les ordres du gouverneur. C’est dans un domaine voisin qu’apparaissent les catabolenses, impliqués à une époque plus tardive dans le transport des céréales. Il est probable qu’à Mayence comme dans d’autres capitales, les bénéficiaires du gouverneur aient eu l’occasion de se réunir dans une schola, peut-être située dans ce secteur civil de Mayence, à proximité des bureaux du gouverneur144.

  • 145 CBI, 199 : Annexe 1.3 ; sur les fouilles : Hatt 1972 et Hatt - Will 1948, ainsi que Ternes 1976, 8 (...)
  • 146 CBI, 105. Pour une autre adresse à Maia dans la région, en association avec Mercure : XIII, 6157. (...)
  • 147 CBI, 96. Se fondant sur le rapprochement entre la dédicace à la Concorde et le toponyme Concordia,(...)
  • 148 Pour cette seconde interprétation qui indiquerait l’existence de deux stations : de Laet 1949, 140 (...)
  • 149 VIII, 2532 - 18042 - ILS, 2487 : dans ce contexte, il est question de l’ensemble des stations, et (...)
  • 150 CBI, 97. Selon Nesselhauf 1937, 74, ce fragment provient d’Altrip et de la même station que celle (...)
  • 151 CBI, 101 et 137. Le gentilice Pervincius est bien attesté dans les régions celtiques ou germanique (...)

45Le gouverneur avait sans doute également détaché ses bénéficiaires dans les environs de Strasbourg-Argentorate, comme le révèle un fragment de l’autel érigé pour célébrer la fin d’un séjour dans la station. L’emplacement de celle-ci aurait été localisé dans l’église St-Nicolas, où des fouilles auraient révélé les traces possibles d’un tel poste145. D’autres stations devaient se trouver le long de cet axe routier et fluvial, entre les deux camps légionnaires. A Germersheim-Vicus Iulius, entre Spire-Nouiomagus et Rheinzabern-Tabernae, on a découvert en remploi la table votive consacrée à la Dea Maia commémorant la construction d’une aedes par le bf cos G. Arrius Patruitus146. L’absence de traces d’établissement ou de castellum sur ce site, où le tracé de la voie romaine est connu grâce à la découverte de milliaires, fait penser que la pierre en question a pu être déplacée. Elle pouvait provenir à l’origine d’Altrip-Alta Ripa, ou éventuellement de Nouiomagus. Lors de son stationnement dans cette région, à Altrip probablement, en 181 p.C., le bf cos C. Iulius Adventus a lui aussi consacré un autel commémorant la restauration d’un temple. Le caractère incertain de la provenance de cet autel découvert en 1835 “in hortis Hook” – la tradition le classe parmi les documents d’Altrip –, ne permet pas de localiser la station de façon très précise147. Adventus s’adresse à la Domus Diuina, au Génie des bénéficiaires du gouverneur de la Germanie Supérieure et du lieu, ainsi qu’à la Concorde des diverses stations réparties dans la province, Concord(ia) uar(iarum) stat(ionum). A moins qu’il ne s’agisse, comme on l’a proposé, du Génie de la station, G(enio) s(tationis), et de la Concorde entre deux stations établies dans la région, Concor(dia) duar(um) stat(ionum), soit de deux stations de bénéficiaires, ou d’une station de douane doublée d’une station de bénéficiaires, les derniers exerçant un contrôle sur le personnel en charge de l’encaissement des droits de douanes ? Cette dernière hypothèse constituerait un exemple de collaboration harmonieuse entre les bénéficiaires du gouverneur en poste dans la région et le personnel des douanes, dont les activités respectives pouvaient donner lieu à des tensions148. Mais l’ensemble de la dédicace, et plus précisément l’évocation du Génie des beneficiarii du gouverneur, associé au Génie du lieu, inciterait plutôt à préférer la dédicace à la Concorde des uariae stationes autrement dit à privilégier la notion de la concorde entre les différentes stations du réseau constitué par tous les postes de bénéficiaires répartis dans la province. On retrouve dans un passage de Pline l’Ancien une signification comparable de l’adjectif uarius à propos des uaria portoria perçus dans les différentes stations de douane réparties le long des routes. La même idée de la répartition de stationes, tous types confondus, se retrouve dans le discours d’Hadrien devant les troupes de Lambèse avec l’expression diuersae stationes, en relation avec les membres de l’officium du proconsul d’Afrique149. Le fragment d’une seconde inscription de bénéficiaire découvert en remploi à Waldsee, entre Altrip et Nouiomagus, provenait peut-être de la même station que celle dans laquelle Adventus avait été détaché150. Quant aux deux inscriptions funéraires découvertes entre Altrip et Mayence, à Erpolzheim et plus au nord à Nierstein-Buconica, deux sites où aucun castellum n’est attesté, elles ne permettent ni de déduire ni d’exclure catégoriquement la possibilité d’un stationnement local. Dans le premier cas, il s’agit d’un bénéficiaire anonyme décédé pendant son temps de service, dans l’autre, du bf cos Pervincius Romulus qui commémore son épouse Lucania Victorina avec son fils Romanus151.

  • 152 CBI, 99. Les fragments proviennent de l’insula 17, non loin du théâtre romain et des thermes des f (...)
  • 153 Cf. Breeze 1997, 87 n. 25 ; à Lanchester-Longouicium en Bretagne, non loin de Binchester-Vinouia, (...)
  • 154 I 7a avec Chap. I p. 42. Sur la présence militaire et les stations de bénéficiaires dans la région (...)

46Au sud de Strasbourg, la voie routière et fluviale continuait vers Augst-Augusta Raurica où ont été découverts deux fragments d’une roue votive en bronze à 9 rayons portant une inscription de bénéficiaire152. D’autres fragments de roues ont été découverts la même année à Augst. La divinité ou les divinités auxquelles s’adressaient ces offrandes n’est pas connue, la roue pouvant être attribuée à plusieurs d’entre elles, notamment à Jupiter ou à la Fortune153. La situation d’Augst au croisement d’importantes voies romaines suffirait à justifier l’existence d’une station de bénéficiaires à Augst. Mais la petite roue votive, symbole du voyage par excellence, a aussi pu avoir été offerte et dédiée par un bénéficiaire de passage à Augst, comme cela semble avoir été le cas de la plaque de bronze qu’un bénéficiaire d’un consulaire a dédiée à Jupiter, probablement lors de sa traversée des Alpes. Elle a été retrouvée parmi une cinquantaine d’objets comparables dans le sanctuaire de Jupiter au sommet du Grand St-Bernard. Ces plaques ont été offertes par des militaires et des gens de passage comme l’indique la formule pro itu et reditu qui se rencontre sur certaines d’entre elles. Rien n’indique que le bénéficiaire à la différence des autres dédicants était en service ici. Parmi ces dédicants figurent aussi des commerçants, tel cet Helvète qui se présente comme un marchand d’esclaves ou mango. On ne saurait déduire, sur la base de ce seul témoignage, l’existence d’une station de bénéficiaires permanente au somment du col, alors que celui-ci n’était accessible aux voyageurs qu’une partie de l’année, de mai à septembre, et que les contrôles douaniers et administratifs se faisaient de chaque côté des versants du col. Lorsque le col était ouvert, un petit détachement militaire installé dans la tour de garde en bordure de de la route, à une centaine de mètres au sud-ouest du sanctuaire, et quelques hommes du cursus publicus chargés d’assurer l’hébergement des voyageurs dans les deux bâtiments ou mansiones voisins du temple, devaient suffire à garantir la protection des voyageurs et des lieux154.

  • 155 Même si la nouvelle lecture d’un texte de Vindonissa proposée par Scharf 1991 révèle la présence d (...)
  • 156 Lieb 1993, 159-160, 2 ; pour une autre dédicace à un cours d’eau : CBI, 489.
  • 157 XIII, 5170 - RIS, II, 130 : autel dédié à Dea Epona le 20.08.219 p.C.
  • 158 XIII, 5069 - RIS, I, 73 : la dédicace Biuis Triuis Quadruuis fait allusion à un carrefour routier  (...)
  • 159 Sur la présence d’une mansio à Yverdon : Van Berchem 1982, 266.
  • 160 CBI, 43. Cet important carrefour routier d’où proviennent plusieurs milliaires est mentionné dans (...)
  • 161 La station de douane : RIS, I, 32 ; la station militaire : XII, 2587 - RIS, I, 5 (201 p.C.) et XII (...)
  • 162 CBI, 39 : Annexe 1.3.

47D’Augst, on pouvait se rendre vers l’est en direction de Windisch-Vindonissa155 puis de la Rhétie. Il est possible qu’une station de bénéficiaires ait été établie dans la région de Stein am Rhein-Tasgaetium, à proximité du pont qui traversait le Rhin, si l’on en croit la dédicace conservée sur un fragment d’autel156. On pouvait aussi se diriger vers le sud en direction d’Avenches-Colonia Pia Flauia Constans Emerita Heluetiorum Foederata en passant par la station routière de Soleure-Salodurum, placée en 219 p.C. sous la responsabilité d’un immunis du gouverneur de Germanie157, puis par Studen-Petinesca où sont attestées les traces d’une station routière du ier s. p.C. D’Avenches, capitale régionale et important carrefour routier et fluvial – une association de bateliers y avait son siège158 –, on pouvait rejoindre Yverdon-Eburodunum159 vers le sud-ouest, ou Vevey-Viuiscus, à l’extrémité nord-est du lac Léman, sur le territoire des Alpes Pennines. Une station de bénéficiaires y était probablement installée comme le suggère l’inscription votive de L. Speratius Ursulus. Mais ce dernier, qui précise bien le nom de sa légion, la XXII Primigenia, omet le titre de son supérieur. Était-il détaché de Germanie Supérieure dans l’officium du procurateur de la province inermis des Alpes Pennines (plus tard de la double province des Alpes Grées et Pennines) ou dépendait-il directement du gouverneur de la Germanie Supérieure160 ? De Vevey, une route passant par Lausanne suivait le rivage du lac Léman et se dirigeait vers Genève en Gaule Narbonnaise, où était établie une station de douane doublée d’un poste militaire, dont l’un des soldats précise qu’il est en mission spéciale, a curis161. On y connaît en outre l’inscription funéraire, datée du ier s., du centurion M. Carantius Macrinus, auparavant bénéficiaire puis corniculaire de plusieurs gouverneurs successifs à la tête de la Gaule Lyonnaise162.

  • 163 CBI, 176 ; Reddé 1996, 191-207.
  • 164 XIII, 2596 : [---] miles leg(ionis) VIII Alexandrianae, candidatus d(omini) n(ostri) pro se et sui (...)
  • 165 I 6 et Chap. V p. 258.

48A Lausanne, une autre voie se dirigeait vers Besançon-Vesontio et Pontailler-sur-Saône d’où provient la première inscription votive datée d’un bf cos. La station de Pontailler, dont nous ne connaissons ni la date d’installation ni la durée de fonctionnement, se trouvait probablement en bordure de la voie fluviale de la Saône, entre Lyon et Strasbourg, le Rhin et le Rhône, au coeur de la Méditerrannée, de la Bretagne et des Germanies. Au nord-ouest, à Mirebeau, à quelque 25 km de Dijon, on a mis au jour le camp qui fut pendant une vingtaine d’années celui de la légion VIII Augusta, l’une des deux légions de la Germanie Supérieure. L’unité s’y est installée lors de son arrivée en Gaule, vers 70 p.C., et y est restée jusqu’à son déplacement à Strasbourg-Argentorate, en 90 p.C., où sa présence est encore attestée durant le iiie s. p.C.163 A cette période, le gouverneur de Germanie continuait à assurer le contrôle militaire de cette région de passage en bordure de la Saône, où l’archéologie et l’épigraphie révèlent des traces d’une présence militaire germanique au iiie s. Le détachement du bénéficiaire Saturninus n’a pas dû être un cas isolé. D’autres militaires, bénéficiaires ou soldats détachés de l’officium du gouverneur de Germanie Supérieure, l’avaient sinon précédé du moins certainement suivi dans ce poste ou dans la région comme l’atteste par exemple un fragment de cippe, en remploi dans l’église de Laisé, entre Chalon-sur-Saône et Mâcon, érigé au iiie par un candidatus d(omini) n(ostri) de la légion de Strasbourg164. L’importance des communications et des transports le long de cet axe justifiait la mise en place de contrôles dans ce contexte, comme dans la région entre le Grand St-Bernard et l’axe du Rhin. Signalons à ce propos les lingots de plomb britannique portant l’estampillage d’un bénéficiaire de Bonn retrouvés dans la Saône, près de Chalon165.

  • 166 RIS, III, 277 et XII, 144 - RIS, III, 258 ; Van Berchem 1982, 172-184, et pour une mise au point r (...)
  • 167 Cette station de douane de la Quadragesima Galliarum attestée par l’épigraphie (RIS, III, 274 et 2 (...)
  • 168 Walser 1994, 80-85. Cette station n’était pas connue à l’époque des travaux de de Laet.
  • 169 CBI, 44 : Annexe 1.3 ; l’indication de la tribu serait un indice d’une date assez haute ; sur la l (...)

49Au sud-est de Vevey, des militaires des légions de Germanie étaient en poste au début du iiie s. p.C., à Massongex-Tarnaiae. Les deux autels qui proviennent de ce lieu ont été érigés par de simples soldats, Cassius Carantinus et Virius Probus. Ce dernier consacre le sien au Genius stationis, sous Sévère Alexandre. Il n’est pas impossible que la station en question ait été placée sous la supervision d’un bénéficiaire ou d’un immunis, comme à Vevey et Soleure, ou d’un centurion en charge d’une regio. Elle se trouvait peut-être près du pont romain, là où la route du Grand St-Bernard franchissait le Rhône. D’ici, les marchandises étaient transbordées sur le Rhône puis acheminées en direction du Lac Léman, au sud duquel une route rejoignait Genève. Les fouilles récentes, qui n’ont pas montré de signes de destruction violente, révèlent que l’on a continué à traverser le Rhône en ce point à la fin du iiie et au ive s., même si le site a cessé – partiellement – d’être habité au cours de la première partie du iiie s.166 La voie suivait ensuite la vallée du Rhône vers St-Maurice-Acaunus où se trouvait un poste de douane de la Quarantième des Gaules (statio Acaunensis XL Galliarum), puis vers le centre régional de Martigny-Forum Claudii Vallensium, où l’on a récemment découvert le monument funéraire d’un ex benefici<ar>io167. Elle atteignait ensuite le Grand St-Bernard-Summus Poeninus, comme nous venons de le voir à propos de la plaque votive du bf cos Iulius Fortunatus, puis passait par Aoste-Augusta Praetoria, où se trouvait à nouveau une station de douane168. De là, par le col du Petit St-Bernard, il était possible de rejoindre Aime-en-Tarentaise-Forum Claudii Ceutronum (ou Axima), capitale de la province procuratorienne des Alpes Grées et siège de son gouverneur comme le révèle l’inscription votive de l’un de ses bénéficiaires, qui y a restauré un temple consacré à Mars, probablement à une date assez haute durant le iie s.169

3. Les stations de bénéficiaires le long des frontières de lEmpire

3.1. Frontières du Rhin et du Danube : Germanie Inférieure, Norique et Pannonies

  • 170 Voir p. 149-150. L’autel CBI, 63 : emerita statione{m}, a pu être érigé à Cologne lors du retour d (...)
  • 171 CBI, 75 ; Schönberger 1985, D 22 ; des fouilles archéologiques à l’ouest de la route romaine, ont (...)
  • 172 CBI, 272 ; la pierre, en remploi dans la sacristie de l’église de Wernstein, a pu être déplacée, m (...)

50La présence de stations de bénéficiaires du gouverneur à proximité d’un castellum ou d’un camp légionnaire à la frontière extérieure de l’Empire, ou légèrement en retrait de la frontière, comme nous en avons vu des exemples en Germanie Supérieure, se retrouve dans plusieurs autres provinces frontières. En Germanie Inférieure, l’autel érigé en 230 p.C. par l’un des bénéficiaires du gouverneur indique l’existence d’une station à Moers-Asberg-Asciburgium au nord de celle de Remagen, elle-même au nord de Bonn et de Cologne, la capitale provinciale, et au sud du camp de Xanten-Vetera. Des bf cos étaient en service dans chacun de ces sites170. Cette station était encore active, alors que le castellum autrefois installé en ce lieu semble resté inoccupé depuis le milieu du iie s.171 La même année 230 p.C., en Norique, l’un des bénéficiaires du gouverneur de cette province était en poste à Wernstein, à mi-distance entre le camp de Lauriacum, en bordure de la frontière extérieure de l’Empire, et celui de Regensburg-Castra Regina, en Rhétie172.

  • 173 CBI, 273 ; CBI, 286 : la découverte d’un fragment d’autel d’un bénéficiaire d’un procurateur à Nye (...)
  • 174 CBI, 429 ; il est possible qu’il s’agisse d’une inscription votive. Ce fragment n’est pas daté ave (...)
  • 175 CBI, 408 et 409 : bf cos ; la proximité d’Aquincum se fait toutefois sentir dans l’épigraphie de L (...)
  • 176 CBI, 390 ; peut-être * I 177 ( ?).
  • 177 Par ex. CBI, 381, 383, 389, 391, 422 (la pierre était en remploi dans l’église de Solymár, près d’ (...)
  • 178 CBI, 388 et I 14.
  • 179 Par ex. CBI, 368 à 374 ; ce dernier serait-il le même que l’homonyme en poste à Sirmium I 66 ?
  • 180 CBI, 382 ; 378 et 377 ; 365.
  • 181 CBI, 420, avec Chap. V p. 254 ; ce bf cos nommé M. Aur. Severinus est-il identifiable avec l’homon (...)

51En Pannonie, des stations ont occupé une position comparable en relation avec un castellum, le long de la frontière du Danube, à Ács-Ad Statuas à l’ouest de Brigetio173, ainsi que de part et d’autre du fleuve, dans le secteur qui se situe depuis sa courbe vers le sud, à Visegrád174 et peut-être à Leányfalu175. Parmi la trentaine de bénéficiaires que nous connaissons sur le territoire d’Aquincum, camp légionnaire et capitale provinciale, divers types sont attestés : ceux d’un tribun, laticlave ou autre176, d’un légat de légion177, d’un préfet de légion178, d’un procurateur financier179 et d’un gouverneur de la province, dont les plus récents, datés par les consuls, remontent à 234, 240 et 243 p.C.180 La dédicace au Genius Commerci et au Genius Ciniaemus – par ailleurs inconnue – qui figure sur l’autel d’un bf cos mis au jour à Rákospalota-Transaquincum, mérite d’être soulignée181.

  • 182 Inscriptions funéraires de bf cos à Intercisa : CBI, 403, 404, 405 (père vétéran ancien duplicariu (...)
  • 183 Pour la localisation d’une station à Intercisa : Fitz 1972, 30, selon lequel CBI, 397 a été mis au (...)
  • 184 Fragment : CBI, 421 ; Fitz 1993 II, 385. Ce fragment rappelle étrangement la description du monume (...)
  • 185 CBI, 280 : Annexe 1.3 (après mars 220 p.C.). Si les restitutions de son nom sont correctes, l’un d (...)
  • 186 CBI, 394 ; pour d’autres autels votifs de bf cos retrouvés à Intercisa : CBI, 395 et 398.

52Les monuments votifs de bf cos en service, retrouvés à Dunaújváros-Intercisa le long de la frontière du Danube, au sud d’Aquincum, permettent d’envisager l’existence d’une station établie à proximité du castellum. Plusieurs des bénéficiaires du gouverneur connus dans l’épigraphie funéraire locale étaient issus des familles de militaires installées sur le site, à proximité du camp. C’est le cas notamment de M. Aurelius Silvanus, le fils d’un ancien bénéficiaire du tribun de la garnison locale, ainsi que d’Aelius Vitalis, dont le père était un ancien duplicarius de la même troupe182. La localisation d’une station à Intercisa dans le bâtiment situé près de l’angle nord-ouest du camp telle que le proposait J. Fitz voici un quart de siècle a été remise en cause récemment par le même spécialiste, car ces documents proviendraient en fait à l’origine de Gorsium, entre le Danube et l’extrémité nord-est du lac Balaton. Ils auraient servi, après 260 p.C. et la destruction de la ville, à la reconstruction du castellum d’Intercisa183. Ce serait selon J. Fitz à la station de Gorsium à la frontière entre les deux Pannonies qu’était rattaché le bf cos Valentinus, à moins que la station ait été installée à Ságvár-Tricciana ? C’est près de ce lieu, à Puszta-Jaba, que fut retrouvé le fragment d’autel qu’il érigea en 225 p.C., soit au sud-est du Lac Balaton, le long de la voie qui mène à Pécs-Sopianae où l’épigraphie suggère l’existence d’une station de bénéficiaires, active au moins à partir du milieu du iie s. jusqu’en 240 p.C.184 A la même époque, non loin de là au nord du Lac Balaton, en Pannonie Supérieure, deux bénéficiaires du gouverneur érigent ensemble un autel sur le lieu de leur détachement, dans la région de Kövágóörs. A une dizaine de km de ce lieu passait la route qui de Sauaria ou Poetouio menait vers Aquincum185. Malgré les doutes émis récemment par J. Fitz, il nous semble fort probable qu’une station ait été installée à Intercisa, cela non seulement à cause de sa position sur la frontière qui trouve des parallèles dans tous les exemples analysés plus haut, mais mais en raison d’une inscription du site. La dédicace au Génie de la cohorte milliaire des Hémésiens qui figure sur l’autel consacré en 213 p.C. par le légionnaire bf cos T. Claudius Procus, avec IOM et le salut de l’empereur, devait très probablement appartenir au contexte d’Intercisa où cette troupe avait son siège. L’hypothèse d’un déplacement des pierres de Gorsium à Intercisa – ou à Tricciana – ne semble pas suffisamment étayée par les sources pour nous amener à nier l’existence d’une station sur la frontière danubienne186.

  • 187 CBI, 392 ; TIR, L 32, 110-111 ; sur l’onomastique italique et non pannonienne : Barkóczi 1964, 302 (...)
  • 188 A Cornacum : CBI, 423. Contrairement à ce que montre la carte de CBI, Sotin se situe en bordure du (...)

53Au sud d’Intercisa le long du Danube se situe le castellum de Teutoburgium ; les traces d’un camp romain auraient été repérées à Dálj. La présence insolite en ce lieu, en 226 p.C., d’un bf cos de la légion II Italica stationnée en Norique s’explique sans doute par l’accomplissement d’une mission particulière à Teutoburgium, puisqu’il ne semble pas être question dans le cas précis d’une origine locale187. C’était le point d’aboutissement de la voie qui longe le cours de la Drave et relie la frontière du Danube avec le Norique, en particulier avec sa capitale Virunum et avec Celeia, où se trouvait une station de bénéficiaires. Une autre devait se trouver au sud de Teutoburgium, près du castellum de Sotin-Cornacum si l’on en croit le lieu de découverte de l’autel du bénéficiaire C. Antonius Sabinus. Le site a en outre livré des tuiles avec estampilles de la légion IV Flavia, ainsi qu’une inscription d’un soldat de cette troupe. Un déplacement de l’autel du site de Sirmium n’est certes pas impossible, mais le fait qu’il soit consacré à Liber Pater seul, sans autre divinité associée, le distingue des quelque 80 inscriptions découvertes in situ à Sirmium. Tous les autels de la série nous l’avons vu sont consacrés à Jupiter, à la seule exception de ceux qui sont dédiés par un bf cos auteur de plusieurs autels, l’un à IOM, l’autre à Mars188.

3.2. Les stations de bénéficiaires et les frontières de Dacie et de Mésie

  • 189 Porolissum : CBI, 540, voir aussi CBI, 541 ; deux castella sont attestés sur le site, le premier, (...)
  • 190 Opreanu 1994.
  • 191 A Napoca, au iie s., CBI, 537 ; l’édile de Napoca en service comme bf cos à Samum : CBI, 530 et Ch (...)
  • 192 CBI, 544-547, sur le lucus sacré d’Alburnus Maior, avec les autels des ouvriers ou indigènes emplo (...)
  • 193 CBI, 562 et 563 ; CBI, 549 ; CBI, 561, si l’on considère que le bf cos est décédé pendant son serv (...)

54En Dacie, la présence de stations de bénéficiaires à proximité de castella de la frontière extérieure, au nord de la province, est confirmée à Moigrad-Porolissum, Buciumi et Càhei-Samum, où la station se situe dans le contexte d’un castellum établi sur le limes, au nord de la rivière Somes-Samum, en Dacia Porolissensis189. Les bénéficiaires successivement détachés à Samum étaient chargés de superviser l’ensemble des questions de sécurité et d’administration du territoire ou de la regio qui s’étendait autour de la station, cum reg(ione) Ans(---). Selon une récente hypothèse, la région décrite sous les abréviations REG ANS serait peut-être la reg(io) ans(ae), c’est-à-dire la zone située dans le méandre de la rivière ou ansa, qui s’étend vers le nord jusqu’à la ligne des tours de garde romaines sur le sommet de la colline, près du pont romain de Dej et du castellum de Càheiu190. En retrait de la frontière, le gouverneur avait placé ses bénéficiaires à Cluj-Napoca, siège du procurateur financier de Dacia Porolissensis, ainsi que dans le camp de Turda-Potaissa. L’un des édiles de la colonie de Napoca fut lui-même détaché en 239 p.C. comme bénéficiaire à Samum191. A l’importance stratégique de la région du nord de la Dacie (et de la frontière orientale) s’ajoute celle des intérêts économiques qu’il fallait contrôler, en supervisant les échanges commerciaux et l’exploitation des richesses naturelles. Le détachement de bénéficiaires du gouverneur à Rohia Montànà-Alburnus Maior, par exemple, au sud de Buciumi, et à Ampelum plus au sud, à l’ouest de la capitale Apulum, s’explique principalement par la présence de mines d’or et d’autres ressources naturelles. Gérées par un procurateur équestre ou procurator aurariarum, assisté de bénéficiaires et de procurateurs affranchis, ces exploitations minières n’en étaient pas moins soumises à la responsabilité du gouverneur. Il se devait, en sa qualité de chef des armées, d’assurer la sécurité dans ces régions susceptibles d’attirer toutes sortes d’intérêts, d’autant qu’elles se trouvaient placées non loin de la frontière extérieure de la province192. La présence de bf cos en service est attestée à l’ouest de la province à Vetel-Micia, au iie s. et à Sarmizegetusa, ainsi peut-être qu’à Turnu Severin-Drobeta, à la frontière entre la Dacie et la Mésie Supérieure193.

  • 194 Mihailescu - Bîrliba 1997 ; Opreanu 1994 et 1997.
  • 195 Opreanu 1997, 249 (carte fig. 4.12 p. 248), qui renvoie respectivement à G. Bichir, Geto-Dacii din (...)
  • 196 A ce sujet, voir infra p. 174-175 la discussion sur la station d’Habitancum, certes au nord du mur (...)
  • 197 Petulescu 1993, part. 192, met l’accent sur l’aspect religieux de ces objets portés par divers typ (...)

55En Dacie, l’archéologie et l’épigraphie ont révélé les traces d’échanges commerciaux entre Rome et les tribus établies au delà des zones de frontières, notamment au nord et à l’est de la province194. La découverte de broches ou épingles en forme de lances miniatures du type dit des bénéficiaires, communément désignées, et de manière un peu trompeuse, comme “ beneficiarii badges”, à Matasaru au nord du limes, entre le cours nord de la Somes et celui de la Tisza, légèrement au sud de l’Ukraine, ainsi qu’à l’est de la Dacie, près de Mediesul Aurit, ne permet pas pour autant de déduire de l’établissement de stations dans ces régions195. Cela d’autant plus qu’elles seraient situées au delà des limites de l’Empire, une situation pour laquelle nous ne connaissons pas de parallèles directs certains196. Une étude récente sur l’ensemble des têtes de lances miniatures de Dacie, basée sur un matériel en grande partie inédit jusqu’ici, et dont on connaît des exemples comparables dans d’autres provinces (Rhétie, Germanies et même Bretagne) a mis l’accent sur le caractère religieux de l’ensemble de ces objets197.

  • 198 Bogdan Cataniciu 1997, 103 fig. 1.47. Tudor 1978, 561, estime qu’il y avait une soixantaine de cam (...)
  • 199 CBI, 539 ; Dobó 1978, 62.
  • 200 CBI, 538, avec Tudor 1978, 141. Les lettres PAC pourraient être les initiales des tria nomina du b (...)
  • 201 CBI, 543 ; Vladescu 1977 ; Tudor 1978, 359.
  • 202 III, 13795 et 13796 ; Tabula Peutingeriana, VIII. 1, avec Miller 1916, 553-554 ; Tudor 1978, 289 a (...)

56A l’est de la Dacie, bien que la présence romaine ait laissé de nombreuses traces d’occupation militaire198, un seul autel de bf cos a été mis au jour, à notre connaissance. Il provient de la région de Cràcuinel près de Homoród Karacsonfalva, légèrement au nord-est de Rupea, non loin de l’endroit où l’Homorodu Mic se déverse dans l’Olt. Une station devait être installée dans ce secteur du limes Transalutanus avant qu’il ait été abandonné vers 242-244 p.C. suite aux attaques des Carpes puis des Goths199. D’autres étaient peut-être en place près de Racovita-Praetorium et à Rehca-Romula, plus au sud sur le limes Alutanus. Mais dans les deux cas, le type de support – un bouton de bronze à Racovita, un fragment de céramique à Rehca – ne permet pas de l’affirmer avec certitude, d’autant que l’abréviation seule ne révèle pas le titre du supérieur du bénéficiaire (gouverneur, ou commandant de garnison locale ?). On ignore à quoi pouvait servir ou de quel objet pouvait faire partie le bouton de bronze en question, aujourd’hui perdu. S’agissait-il d’un fragment de haste à deux yeux, tel que celui de Lyon où les deux lettres B et F se situent à l’intérieur de chacun des yeux de la haste, d’un fragment de broche miniature de type comparable, d’un poids avec marque officielle servant à peser de petits objets de valeur – en or ou métal précieux – pour en contrôler le poids lors d’échanges commerciaux, au cours d’encaissements de taxations ou de réquisitions, ou d’un cachet personnel comparable aux plombs scellant des colis officiels (tablettes avec correspondance à caractère confidentiel, convois exempts de taxes etc.) ? Le fait que les lettres ne sont pas inversées pourrait affaiblir l’hypothèse d’un sceau ou d’une partie d’anneau employé comme marque de reconnaissance, tels ceux qui étaient utilisés par les membres de l’administration et par les officiales pour signer des documents officiels ou à caractère confidentiel. Quant à la marque du titre et du nom du bénéficiaire sur le morceau de céramique, il est difficile de savoir dans quel contexte elle s’inscrit ; serait-il possible d’y voir une marque de contrôle, peut-être en relation avec l’immunité des transports de marchandises destinées aux troupes200 ? Deux castella se situent de part et d’autre de la rivière Teslui, dans laquelle a été retrouvé le fragment de céramique qui nous intéresse. Des troupes auxiliaires y ont stationné en permanence et la présence locale d’un détachement de la légion XI Claudia paraît envisageable201. L’épigraphie locale nous apprend qu’une garnison de soldats chargés du service postal à cheval, le n(umerus) burg(ariorum) et ueredario(rum) Daciae inf(erioris) sub Fl(auio) Constante proc(uratore) Aug(usti), était en place en 138 p. C à Copàceni-Praetorium, le Pretorio de la Table de Peutinger, et qu’en 140 p.C., des tours ont renforcé la ligne de défense constituée de plusieurs castella. Les traces d’un bâtiment de forme rectangulaire (horreum, schola ?) ont été signalées dans le camp au nord du praetorium202. L’importance militaire de Romula, capitale de la Dacie Inférieure puis de la Dacie Maluensis, s’est renforcée durant le début du iiie s. p.C. face aux attaques des Carpes.

57Il ne fait pas de doute, et l’archéologie est là pour le confirmer, que Rome entretenait des relations d’ordre économique avec les peuplades établies en dehors de ses frontières, dans ces régions comme ailleurs. Ces dernières étaient souvent liées avec Rome par des alliances ou traités de paix, dont les dispositions variables étaient soigneusement calculées. Les jalousies ainsi suscitées devaient empêcher toute tentative d’une ligue contre Rome. Malgré l’existence de traces d’occupation au delà de la frontière et la découverte dans le barbaricum des hastes miniatures ou broches évoquées ci-dessus, comparables à celles que portaient les bénéficiaires et leurs collègues, aucun indice à notre connaissance n’autorise à déduire la présence de stations de bénéficiaires du gouverneur hors frontière, dans le secteur situé entre la frontière orientale de la Dacie et la limite de la Mésie Inférieure, au nord et à l’ouest du Danube.

  • 203 CBI, 642 : Annexe 1.3 ; la localisation de Mihai Bravu sur la carte 8 du CBI doit par conséquent ê (...)
  • 204 CBI, 616 ; la présence de uexillationes des légions V Macedonica et I Italica, ainsi que de la coh (...)
  • 205 CBI, 650 ; peut-être de même provenance : CBI, 632. Le fragment de plaque a été mis au jour dans l (...)
  • 206 CBI, 633-634 et peut-être I 188.
  • 207 CBI, 641 ; une origine locale est aussi possible.
  • 208 CBI, 614 ; le bf cos est bouleute de Dionysopolis, de Callatis et de Marcianopolis.
  • 209 CBI, 655.
  • 210 CBI, 618 et 620, mais une origine locale n’est pas exclue ; voir aussi CBI, 619, 621, 622. Pour un(...)
  • 211 I 108 ; I 110 avec I 109 ; CBI, 638, 651, 629.

58Contrairement à ce qu’on a pu affirmer, ce n’était pas en Valachie au nord du Danube, mais dans la partie septentrionale de la Dobroudja que le gouverneur de Mésie Inférieure Cosconius Gentianus avait dû détacher l’un de ses bénéficiaires, T. Caelius Catus, durant la dernière décennie du iie s. p.C.203. La découverte de son autel votif à Mihai Bravu suggère qu’il était en poste dans cette région située en bordure du Danube ou légèrement en retrait. Au sud-est de ce secteur, à Kalakiöi près de Topalu-Capidaua, où une base militaire fut installée dès Trajan, l’inscription funéraire d’un bf cos décédé quelques années avant la fin de son service pourrait peut-être également faire penser à l’existence d’une station204. On en connaît une autre au nord de la Mésie Inférieure, à Isaccea-Nouiodunum ou peut-être plus au sud à Nifon205. Une grande partie des bénéficiaires que nous connaissons en Mésie Inférieure étaient détachés à l’est de la province au bord de la mer Noire, à Istria-Histria206, Mangalia-Callatis207, Balcik-Dionysopolis208, peut-être à Varna-Odessos209, ainsi que dans la capitale Constanta-Tomis, où l’un d’eux est décédé pendant son service210. Leur présence est aussi attestée plus à l’ouest, au sud du camp de Svistov-Nouae, à Svestari et dans la région de Razgrad sur le territoire de l’antique Abrittus, ainsi qu’à Ljaskovec, Pavlikeni et Gradiseto près de Pleven-Storgosia211. Au centre de la province, les témoignages de bénéficiaires abondent dans la région située entre Sofia-Serdica et le Danube, en particulier le long de l’Iskâr-Oescus, dans le sanctuaire de Glava Panegra et dans les environs, à la frontière entre la Mésie Inférieure et la Thrace, ainsi que dans le secteur de Montana, une regio riche en mines d’argent et en sables aurifères où la présence d’un bénéficiaire et d’une vexillation légionnaire est attestée dès le milieu du iie s.

  • 212 Le bf cos qui érige le monument funéraire de son affranchie décédée à l’âge de 14 ans, découvert e (...)
  • 213 CBI, 604 (voir IMS, I, 109 et IMS, I, 160-165, avec carte p. 112 et 113).
  • 214 Sur la présence de bénéficiaires dans les secteurs miniers : Chap. V p. 260.

59En Mésie Supérieure, la rareté des témoignages le long de la frontière du Danube, en dehors des camps légionnaires, contraste avec la forte densité de leurs autels votifs au centre de la province212. La présence de bénéficiaires est certes attestée au nord à Stojnik dans la région du Kosmaj, un centre d’exploitation minière de plomb et d’argent où se côtoient civils et militaires (les soldats de la cohorte II Aurelia Nova milliaria equitata c. R. en particulier), et où l’on a découvert des lingots de plomb estampillés atteignant 250 à 300 kg213. Elle est surtout particulièrement renforcée dans la région de Novi Pazar et du vaste secteur minier de Dardanie, entre Naissus et la frontière avec la Dalmatie, ainsi que jusqu’au sud dans la région de Scupi, à la frontière avec la Macédoine214.

3.3. Frontières de Syrie et d’Arabie

  • 215 I 123, avec notes (pour le contexte) et Dunand 1933 ; voir aussi Isaac 1992, 134-136 et I 122 à Se (...)
  • 216 Dunand 1933, 538 no 1 - IGR, III, 1114. Le même centurion est en poste en 169 p.C. à Aerita sur la (...)
  • 217 IGR, III, 1119. Sur ce gouverneur : Thomasson 1972-1990, 313-314.65 ; sur le site : Isaac 1992, 13 (...)

60En Syrie du Sud, à l’époque du gouvernement d’Avidius Cassius (169-175 p.C.), des bénéficiaires étaient en poste le long de la voie fortifiée reliant Damas et Bostra, dans le Hauran, et en particulier à Mismiyeh-Phaena. La présence d’une garnison dans la région ne fait pas de doute, l’épigraphie locale révélant au moins trois types de militaires, tribun, centurion et bénéficiaire, qui rappellent l’énumération des militaires dans le commentaire rabbinique vu précédemment215. A la différence des zones frontières du Rhin et du Danube ainsi que de la Bretagne, ce secteur en bordure de la steppe n’était fermé ni par une palissade, ni par un rempart continu. La construction de forteresses flanquées de tours – peut-être utilisées pour la signalisation optique, comme cela pouvait avoir été le cas le long du mur d’Hadrien – permettait aux Romains et aux populations locales de surveiller les passages dans le désert et se protéger des nomades, en cas de besoin. Un bénéficiaire en poste dans la région de Phaena a consacré un monument votif retrouvé in situ dans un sanctuaire local construit de plain-pied avec la route, au lieu-dit manâra Henou, au Xe mille au sud de Mismiyeh-Phaena. Des fragments de reliefs avec des chevaux attelés à un chariot ont été découverts dans le même contexte. Par ses deux enceintes quadrangulaires concentriques, ce sanctuaire rappelle le plan des temples sémitiques, comme celui de Si’a. Le centurion de la légion IV Scythica, Aurelius Kyrinalius, en poste au même endroit et à la même période que le bénéficiaire, érigea un second autel en 169 p.C. dans un autre poste établi au sud, le long de la même voie contrôlée militairement, à Ahire-Aerita. Il fut l’un des nombreux centurions en service dans la région et plus précisément en bordure de cette voie, restaurée sous Marc Aurèle et Commode, ui[am] a Phaena Aeritta(m) restituit216. Une mansio (ou xenôn) avait été construite à Phaena comme le précise le gouverneur Iulius Saturninus (185-187 p.C.) dans une lettre à la population de cette cité, la “métropole de Trachôn”. Elle fit suite à leur plainte au sujet des abus exercés lors de réquisitions par des militaires et par des civils à titre privé. Le gouverneur donna raison aux habitants et les autorisa à refuser de recevoir les officiels dans leur maison privée puisqu’il existait désormais une mansio où ceux-ci pouvaient être hébergés217. Précisons que les plaintes des habitants sont postérieures d’une dizaine d’années seulement au stationnement du bénéficiaire en question. Ce dernier ou ses collègues dans le poste, ainsi que les centurions connus dans le même contexte, faisaient-ils partie de ceux qui auraient abusé de leur pouvoir auprès de la population de Phaena, ou auraient-ils agi dans l’affaire en question comme intermédiaires entre le gouverneur et les locaux ?

  • 218 I 189 avec IGR, III, 1195 (voir ci-dessus n. 216).
  • 219 CBI, 708 : voir Chap. III p. 130.

61Un autre bénéficiaire d’Avidius Cassius, ou du moins en fonction au moment où ce dernier exerçait son pouvoir en Orient, pourrait avoir stationné au sud-est de Phaena, à Shahba plus précisément, la future Philippopolis de l’empereur Philippe. La présence du centurion Petusius Eudêmôn, également connu à Phaena, y est attestée vers 176-178 p.C.218 C’est ici, dans la patrie de Philippe, qu’au milieu du iiie s., lors de sa récente nomination comme petitor, le bénéficiaire Cassius Timotheus célébra le neveu de l’empereur, le fils de son frère C. Iulius Priscus, préfet de Mésopotamie selon notre inscription, et gouverneur de la Syrie. Son titre de rector Orientis rappelle qu’il était à la tête de deux provinces, celle, équestre, de Mésopotamie, et celle de Syrie, une province impériale consulaire. En offrant son monument et célébrant la famille de son supérieur, Timotheus, devenu petitor, cherchait peut-être à le remercier lui et sa famille du soutien témoigné en relation avec sa promotion dans la carrière équestre219.

  • 220 I 122 ; sur le site et le contexte : supra p. 168 ; sur CBI, 700, ainsi que CBI, 707, qui nous par (...)
  • 221 On a mis au jour sur le site de Seia un temple important d’époque romaine avec des inscriptions en (...)

62Au nord de Bostra, à Si’a-Seia, la présence du monument votif à la forme et au décor très particuliers, érigé par un certain Luci[us---]onius, un bénéficiaire rattaché à la légion X Fretensis, pose la question d’un éventuel stationnement local, ainsi que celle de la date à laquelle il aurait eu lieu. Cette légion fut d’abord installée au nord de la Syrie, à Cyrrhus, puis en Judée à Jérusalem, depuis la prise de cette ville en 70 p.C. jusqu’à son déplacement à l’époque de Caracalla ou d’Élagabal à Aila en Arabie, près de la mer Rouge. L’installation d’une station de bénéficiaires – le titre de son supérieur n’est pas connu avec certitude – semble peu probable à une époque aussi élevée que les années précédant 70 p.C., soit lors du séjour de cette légion dans la province. Serait-elle en relation avec le pouvoir suprême d’Avidius Cassius en Orient ? La position particulière d’Avidius Cassius et son imperium suscitaient la collaboration militaire de plusieurs provinces orientales, ce qui pourrait expliquer le détachement à son service et dans son officium d’effectifs militaires supplémentaires220. La présence du bénéficiaire à Seia, si l’on admet qu’il s’agissait bien d’un bénéficiaire d’Avidius Cassius et non pas de celui d’un légat de légion, serait dans ce cas contemporaine du stationnement d’autres bénéficiaires et centurions dans la région et notamment à Phaena. Un détachement au cours du iiie s. pourrait aussi être envisagé puisqu’à cette époque la région de Seia était rattachée à l’Arabie, la province dans laquelle la légion X s’était établie221.

  • 222 CBI, 727 et 728 avec I 190 et Chap. V p. 265.
  • 223 CBI, 702 (le service local n’est pas certain) et 709 (autel votif plutôt que funéraire). Le villag (...)
  • 224 A Umm idj-Djimâl : CBI, 710 : la fin de son nom et son titre, suivi de εκοσμησα, figure sur un fra (...)
  • 225 IGLS, XXI, 20, p. 53 (commentaire de M. Sartre).
  • 226 CBI, 729 : Annexe 1.2, avec Graf 1988 et 1998 ; sur le site : Millar 1993, 139-140.

63C’est au milieu du iiie s. que le bénéficiaire Flavianus stationnait plus à l’ouest, à Dera’a-Adraha222. Un autre avait peut-être été envoyé à Nedjran, à l’ouest de Philippopolis et au nord-ouest de Seia, où il serait décédé pendant son service. Au nord-ouest de Damas, dans le prolongement de la voie qui, de Bostra, se dirigeait vers le nord, un bénéficiaire du gouverneur était posté à Souq Wâdi Barada, sur le territoire de l’antique Abila Lysaniae223. D’autres se trouvaient en service détaché le long de la route reliant Bostra et Aila, en direction du sud. L’un d’eux se trouvait dans la région d’Umm idj-Djimâl où il a pu assumer ou superviser des travaux de construction, un autre à Ammam-Philadelphia en Arabie, sous le gouvernement de Claudius Capitolinus, en 245-246 p.C., et un troisième plus au sud, à Petra. Ce bénéficiaire du nom de Victorinus n’a pas précisé le titre du supérieur sur son autel consacré à un dieu portant l’épithète επηκοος et mis au jour in situ à Al-Batra - Selah, dans le défilé du Sîq permettant d’accéder à la cité de Petra. L’autel se trouvait sur un chemin doté de niches cultuelles et considéré comme un passage de procession vers un sanctuaire ouvert à la fois aux cultes hellénistiques, nabatéens et romains224. Il était consacré vraisemblablement à Zeus Dusarès, dont le culte est également attesté dans les sanctuaires de Phaena et peut-être dans celui de Seia225. Bien que la présence romaine soit attestée au sud de l’Arabie jusque vers Mada’in Salih et Al Ula-Hegra, soit à quelque 900 km au sud de Bostra, siège de la légion III Cyrénaïque, le détachement de bénéficiaires dans cette région a été à juste titre sérieusement démenti226.

3.4. Frontières de Numidie et de Maurétanie Césarienne

  • 227 CBI, 752 à 757 auxquels s’ajoute probablement I 193. Plusieurs autels de bf sont dédiés pour fêter (...)
  • 228 CBI, 753 : Annexe 1.3 ; VIII, 17625 : la présence d’un corniculaire dans une station de bénéficiai (...)
  • 229 Le Bohec 1989a, 419 et 424.
  • 230 I 137. Sur le poste : Le Bohec 1989a, 170, 381, 425, 485 (fig. 9), 578 et Carcopino 1925 ; sur la (...)
  • 231 VIII, 2501 ; AE, 1933, 42 - AE, 1980, 953 : centurion ; Salama 1951, 122 ; voir aussi VIII, 2494 -(...)
  • 232 Morizot 1997.

64En Numidie, le gouverneur avait détaché certains de ses bénéficiaires sur les deux lignes de dispositif militaire établies de part et d’autre de l’Aurès. L’un de ces postes se trouvait à Zoui-Vazaiui, sur la voie reliant Lambèse à Tébessa-Theueste par le sud227. Son nom précis apparaît sur un monument dédié au Génie de la statio Vazaiuitana que l’un des bénéficiaires – son titre est restitué – avait érigé lors de sa promotion au centurionat, ainsi que sur celui d’un corniculaire du préfet de la légion228. Quoique très bien attestée dans les sources épigraphiques, la station n’a laissé aucune trace décelée jusqu’ici sur le sol d’Aïn Zoui229. Une autre station était active au début du iiie s. (ou déjà à la fin du iie ?) à El Kantara-Calceus Herculis, au sud-ouest de Lambèse, où le bf cos Aufustius Adiutor consacre un autel au deus Sol230. Ce poste se situe sur la ligne du limes de Numidie qui mène vers le Burgus Speculatorius Antoninianus et vers le Burgus Speculatorius Commodianus, en place depuis le milieu du iie s. et où une présence militaire est clairement attestée vers 176-177 p.C.231 El Kantara se présente comme un passage dans lequel il était difficilement envisageable d’installer un camp. L’emplacement d’un camp permettant d’abriter plusieurs centaines d’hommes a été récemment localisé à Bedoura, soit à 13 km au nord d’El Kantara232.

  • 233 CBI, 824 : Annexe 1.3. C’est donc bien sur le limes de Numidie – et sous l’autorité du légat de ce (...)
  • 234 Voir CBI, 824 : Annexe 1.3, avec les références aux inscriptions qui concernent ces deux militaire (...)
  • 235 Sur ce dernier, AE, 1992, 1856.
  • 236 Picard 1944, 49-50, fig. 5.

65Un autre bénéficiaire du gouverneur de Numidie avait été détaché plus loin, à El-Gahara dans l’Atlas saharien, sur la route jalonnée de forts datés à partir de l’époque de Septime Sévère qui mène de Lambèse à Aïn-Rich-Castellum Dimmidi233. A la différence de son collègue stationné à El Kantara, le bf cos Pomponius Maximus qui consacre à El-Gahara un autel à Sol Inuictus Mithra n’était pas le seul dédicant. Il s’associe aux vœux de plusieurs commandants des troupes en garnison locale, le centurion légionnaire Iulius Florus et le décurion C. Iulius Pastor, commandant de l’aile I des Pannoniens234. Ces troupes auxquelles s’ajoutent des militaires d’un numerus Palmyrenorum235 occupaient le camp entouré de plusieurs enceintes construit à El-Gahara, dans les environs duquel s’est développée une zone urbaine, sur une douzaine d’hectares. Une garnison composée des mêmes éléments militaires – on n’y connaît toutefois aucun bf cos – occupait l’avant-poste de Messad-Castellum Dimmidi, au sud-ouest d’El-Gahara236.

  • 237 CBI, 820 : Annexe 1.3. Était-ce là que Catulus a été informé de la décision impériale concernant s (...)
  • 238 Selon Le Bohec 1989a, 380-381, cette expédition serait destinée à “voir et se faire voir, pour déc (...)
  • 239 Si l’on tient compte de l’ordre hiérarchique dans lequel sont mentionnés les adiuuantes et de l’as (...)

66Dans le Djebel Amour, soit largement au sud du limes de Maurétanie Césarienne, a été mis au jour entre El Bayadh et Aflou un monument votif érigé en 174 p.C. pour le salut de l’empereur Marc Aurèle et du gouverneur de Numidie M. Aemilius Macer. Répondant aux voeux qu’il avait formulés avant son départ pour une expédition dont les mobiles exacts ne nous apparaissent pas clairement, le décurion Catulus célébrait sa promotion de décurion au grade de centurion légionnaire, associant dans sa dédicace ses compagnons d’armes : deux décurions de cohortes, un bénéficiaire, un dupl(icarius) d’aile auxiliaire et quatre sesq(uiplicarii), des militaires détachés de l’armée de Numidie et de l’aile Flavia, venus en Maurétanie par le sud, en suivant l’Atlas. Agueneb servait de base d’intervention et les militaires, une fois leur mission accomplie, y retournèrent. Cette expédition au terme de laquelle Catulus était rentré sain et sauf et fut récompensé par la promotion attendue demeure mal connue237. S’agissait-il d’une opération défensive destinée à repousser les assauts de tribus nomades venant du sud et à protéger les limites méridionales de la domination romaine en Maurétanie ? Une tentative de poussée vers le sud est possible, mais surprend si l’on tient compte de la situation topographique avec les montagnes et le désert. Il pourrait aussi s’agir d’une exploration, ou peut-être même d’une chasse aux lions destinés aux spectacles dans les amphithéâtres de la province, ou à l’exportation238. Dans un tel cas, une telle perspective était-elle suffisamment importante pour que soit garantie à Catulus une promotion au titre de centurion, une fois sa mission accomplie ? Le titre du supérieur du bénéficiaire qui faisait partie des adiuuantes de Catulus a malheureusement été perdu dans la lacune de la partie droite du monument. Il pouvait s’agir d’un bénéficiaire d’un tribun légionnaire ou de celui d’un commandant de troupe auxiliaire. Mais la dédicace et le fait que le détachement était placé sous l’autorité militaire du gouverneur de la Numidie pourraient aussi expliquer que ce dernier ait souhaité associer au détachement l’un de ses bénéficiaires, peut-être un homme qui connaissait bien la région pour y avoir stationné, comme ceux qui se trouvaient à El Kantara et à El Gahara, tout au plus quelques dizaines d’années plus tard. Soulignons qu’à la différence des deux décurions cités avant lui le bénéficiaire n’assumait pas de responsabilités dans le commandant militaire239.

3.5. Frontière au nord de la Bretagne

  • 240 I 154 : il s’agit d’une tablette encore inédite, avec mention d’un bénéficiaire (le titre du supér (...)
  • 241 CBI, 4 à Birdoswald : autel votif qui paraît être érigé par un bénéficiaire dont le titre du supér (...)
  • 242 CBI, 11 à Vindolanda : ce bf cos prouinciae Superioris leg. II Aug. a été détaché sur le mur, soit (...)
  • 243 CBI, 14. Pour un autre type de bf à Housesteads : CBI, 15. Le mithraeum, lieu de provenance de l’a (...)
  • 244 CBI, 22, iiie s. : dédicace au Génie du collège des bf du gouverneur Gordianus ( ?), et Chap. VI p (...)
  • 245 CBI, 17, iie-iiie s. La provenance précise de cette base de statue n’est pas connue sur le site de (...)
  • 246 CBI, 2 et 3, iiie s. : la provenance exacte sur le site de Binchester du premier autel n’est pas c (...)
  • 247 CBI, 7 : Annexe 1.3, en 191 p.C. ; I 4. Sur cette station : infra p. 198-200.
  • 248 I 2 ; sur ce site sont connus des centurions de Germanie Supérieure (RIB, 1022 en service, en 217  (...)
  • 249 Sur la mansio en ce lieu : Black 1995, 23-24 et fig 16b.
  • 250 CBI, 8 à 10 : il s’agit d’inscriptions funéraires de bénéficiaires employés dans l’état-major d’of (...)
  • 251 CBI, 21 : Annexe 1.3, avec Tomlin 1992.
  • 252 CBI, 5 : Annexe 1.3. On ne connaît pas la provenance précise de cet autel sur le site ; par ailleu (...)
  • 253 CBI, 16, iie-iiie s. : autel découvert en 1797 entre le côté nord de Lancaster Castle et le cimeti (...)
  • 254 CBI, 13 : l’autel dont la dédicace précise ne nous est pas parvenue a été mis au jour au début du (...)
  • 255 Black 1995, 12, mais les évidences archéologiques concernant ce type d’établissement, difficilemen (...)

67En Bretagne, plusieurs des documents mentionnant des beneficiarii proviennent des sites avec castellum qui se succèdent le long du mur d’Hadrien : Carlisle-Luguualium240, Birdoswald-Banna ( ?)241, Chesterholm-Vindolanda242, Housesteads-Vercouicium243. Le gouverneur avait détaché d’autres bénéficiaires le long de la Dere Street qui relie le mur à York-Eburacum, camp légionnaire et capitale provinciale de la Britannia Inferior244. Se dirigeant vers le sud, cette voie passe successivement par des castella où l’on connaît la présence d’un bénéficiaire en service, à Lanchester-Longouicium245, Binchester-Vinouia246 et Catterick-Cataractonium247. Des sceaux en plomb portant la marque d’un bénéficiaire ont été découverts le long de cette voie, à Piercebridge, à Aldborough-Isaurium Brigantium, ainsi qu’à Brough-under-Stainmore248. Le lieu de leur découverte ne saurait indiquer la localisation d’une station. Ces documents nous permettent toutefois de nous faire une idée de la circulation entre le mur et la capitale provinciale et du rôle joué par les bénéficiaires du gouverneur dans l’envoi, le contrôle et l’acheminement de missives confidentielles, de biens et d’autres types d’objets ou de marchandises. A l’ouest, une autre voie reliait le mur d’Hadrien de Carlisle en direction du sud249, rejoignant le camp de la légion XX à Chester-Deua250, autrefois établie à Wroxeter251, en passant par Brougham252 et Lancaster, où se trouvait un poste de bénéficiaires253. Un autre poste était établi sans doute le long de la voie transversale qui reliait les deux axes entre Carlisle et la Dere Street, au nord de Catterick et dans les environs de Rokeby près de Greta Bridge254. La densité des stations de bénéficiaires et des documents en relation avec ces militaires, dans cette région de frontières, contraste vivement avec la situation dans le sud de la province. Nous n’y connaissons que deux documents susceptibles d’indiquer la présence d’une station de bénéficiaires, à Winchester-Venta Belgarum et au nord de cette ville, à Dorchester. Une mansio serait attestée dans ce dernier site, comme ce serait apparemment le cas dans plusieurs des castella cités plus haut où le stationnement de bénéficiaires du gouverneur est connu, à Lancaster, Greta Bridge, Binchester, Lanchester, Risingham, Housesteads, Vindolanda et Catterick. Ce dernier site où était établi un poste de bénéficiaires pourrait avoir été l’une des bases de l’approvisionnement et de distribution de fournitures à destination des soldats en poste dans la région, entre York et le mur255.

  • 256 CBI, 19 ; sur la localisation de la station : Birley & Keeney 1935, 224 (= Birley 1953, 84-85) se (...)
  • 257 A High Rochester : RIB, 1262 (238-244 p.C.) et 1270 ; à Risingham : RIB, 1235 et CBI, 19 ; Rankov (...)
  • 258 Bowman & Thomas 1996, 314 : ---aduentu consu[laris---] in prandio..., le 1er mai 104 p.C. Cette ta (...)
  • 259 Voir I 3a et 3b et I 154a avec CBI, 11. Peut-être en allait-il de même à Carlisle : I 3c ? Mais là (...)

68L’existence d’une station à proximité du castellum de Risingham-Habitancum est confirmée par les termes mêmes de l’un des bénéficiaires du gouverneur qui célébrait en 213 p.C. la fin de son premier séjour local, prima statione. La présence de cet autel au nord du mur ne signifie pas pour autant que le poste était installé dans le barbaricum ou en dehors de la frontière de l’Empire, l’occupation romaine s’étant étendue largement au nord de ce secteur. Cela révèle une fois de plus la nature des régions de frontières, qui se présentent davantage comme une ligne de division entre le contrôle interne et le contrôle externe ou une zone d’échanges et de contacts entre le barbaricum et l’imperium que comme une coupure ou une barrière hermétique entre deux mondes256. La station et le castellum représentaient une base d’intervention, les bénéficiaires n’étant qu’indirectement impliqués dans la défense stratégique et militaire des frontières, un rôle assumé par les soldats de terrain, en particulier les auxiliaires déployés dans les nombreux castella. Le gouverneur avait les moyens d’être renseigné sur ce qui se passait ultra fines grâce à des unités spécialement prévues à cet effet, les numeri d’exploratores, qui se rendaient dans le barbaricum et rentraient au camp avec des informations. On en connaît par exemple à High Rochester-Bremenium et à Risingham-Habitancum257. D’autres troupes pouvaient également être employées à des fonctions comparables, détachées à diverses fins hors du castellum. A leur retour, le bénéficiaire du gouverneur en poste, libéré de toutes charges militaires à proprement parler afin de pouvoir accomplir ses fonctions particulières, mais en relation avec les commandants militaires détachés localement, était en mesure de rédiger un rapport sur la base des informations collectées. Il le faisait transmettre au gouverneur par les courriers sillonnant la province ou il l’informait de manière directe, lors de son retour dans la capitale, ou au cours d’une des visites du gouverneur dans la région. Il va de soi que les informations, ordres ou communications officielles du gouverneur fonctionnaient aussi dans l’autre sens. Une tablette de Vindolanda datée de 104 p.C. donne la preuve que le gouverneur en personne se rendait occasionnellement dans cette région258. On peut se demander si les bénéficiaires qui apparaissent à plusieurs reprises dans les tablettes de Vindolanda contemporaines de la visite du gouverneur étaient réellement employés au service du commandant de la garnison, ou s’ils n’étaient pas plutôt des membres de l’officium du gouverneur, en service détaché dans cette région où leur présence au iiie s. ou dans les dernières années du iie est clairement confirmée par l’épigraphie259. Comme nous le verrons plus loin, dans plusieurs provinces, les premiers témoignages de bénéficiaires d’un gouverneur en service détaché dans une station remontent déjà aux premières décades du iie s., soit aux règnes de Trajan et d’Hadrien.

4. Les premiers témoignages de stations de bénéficiaires

4.1. Statio et les différents types de stations

  • 260 Suétone, Auguste, 32.1 : Igitur grassaturas dispositis per oportuna loca stationibus inhibuit ; Ti (...)
  • 261 III, 6123 - ILS, 231 ; voir aussi infra ILBR, 211.
  • 262 Chap. II p. 74 et Mitchell 1976.

69Dans le cadre des mesures prises pour lutter contre le brigandage et en vue du maintien de la sécurité intérieure, Auguste, suivi en cela par Tibère, mit en place des postes de garde ou stationes militum à des endroits spécifiques, per oportuna loca260. Plusieurs témoignages concordent pour montrer qu’au premier siècle déjà, des soldats étaient détachés dans les provinces au sein de la population locale, en dehors de leurs forteresses militaires. Une inscription de 61 p.C. en Thrace mentionne par ailleurs la construction d’édifices destinés à recevoir les personnalités et les militaires en déplacement officiel dans l’Empire, tabernas et praetoria per uias militares. Elle fut ordonnée par le gouverneur de la province, Ti. Iulius Iustus, proc. prouinciae Thraciae261. Cette inscription rappelle celle de Pisidie, mentionnée plus haut, et l’organisation du cursus publicus, avec l’installation de relais le long des voies de communication, les mansiones et mutationes, à proximité des cités ou des uici, tels qu’ils sont indiqués dans les itinéraires anciens. Ces relais étaient ouverts aux dignitaires de haut rang ainsi qu’aux membres de l’officium du gouverneur au cours de leurs déplacements, mansionem omnibus qui erunt ex comitatu nostro et militantibus ex omnibus prouincis, lorsqu’ils étaient en possession d’une autorisation ou diplôme accordé par l’empereur et portant sa signature262.

  • 263 Chap. IV p. 133 n. 2, 154, 168-169, 174, avec des ex. de sites abritant une statio et une mansio, (...)
  • 264 Sur l’importance de la santé des finances municipales aux yeux des autorités romaines : Pline 10.1 (...)

70S’appuyant essentiellement à l’origine sur la population locale et sur la responsabilité des magistrats locaux, là où une structure municipale existait déjà, l’organisation du cursus publicus fut confiée à un praefectus uehiculorum, à l’époque d’Hadrien, avant d’être placée sous la supervision des préfets du prétoire, jusqu’au ive s. Si les constructions en relation avec le cursus publicus étaient en principe financées par le fiscus depuis Hadrien, les charges entraînées par le fonctionnement des relais, ou du moins une partie de ce financement, reposaient encore sur les habitants de la province, et en particulier sur la population locale établie en bordure du tracé des voies de communication, notamment par le biais des taxes qui leur étaient imposées. Cela pourrait expliquer que la structure des stations du cursus aient pu en quelque sorte coïncider avec des stations du fisc et peut-être aussi avec celles des bénéficiaires263. La parcimonie des témoignages mettant en relief le rôle assumé par le praefectus uehiculorum en dehors de l’Italie n’est pas fortuite. Dans les provinces, la responsabilité du bon fonctionnement du cursus publicus incombait au gouverneur, de même que l’entretien des voies de communication et la surveillance de l’acheminement des transports des hommes et des marchandises, comme l’ensemble des affaires concernant la province, le commandement militaire des troupes, la gestion harmonieuse des finances, l’exercice de la justice et le maintien de la sécurité sur l’ensemble de la province. Il y engageait l’ensemble de ses forces et de ses collaborateurs, parmi lesquels ses bénéficiaires, qui apparaissent partout dans la province, dans leurs contacts avec la population locale264.

  • 265 Pline 10.74, 77 et 78, avec Merkelbach 1999 (regionarius centurio et non legionarius centurio). Po (...)

71Le grade ou le type des militaires détachés dans les divers postes militaires établis aux endroits stratégiques et d’intérêt économique était adapté aux conditions locales, comme le montre clairement et en détail la correspondance de Pline avec l’empereur Trajan. Dans les petites cités, un simple soldat suffit, miles qui est in statione Nicomedensi scripsit mihi, tandis que la présence d’un centurion en charge d’une regio s’imposait dans celles qui jouissaient d’une importance particulière. C’était le cas notamment des cités importantes d’un point de vue économique par leur situation au carrefour des grandes voies de communication, praecepisti Calpurnio Macro clarissimo uiro ut regionarium centurionem Byzantium mitteret ;... ea condicio est civitatis Byzantiorum confluente in eam commeantium turba. Ces militaires étaient chargés, en collaboration avec les magistrats locaux, du maintien de l’ordre, de la justice et de la sécurité, d’aider les cités à organiser la gestion de leurs finances, et d’informer le gouverneur lorsque des troubles nécessitaient un renforcement militaire265. Dans les inscriptions contemporaines, surtout à partir de 150 p.C. et dans les provinces impériales en particulier, les militaires de rang inférieur au centurion, sans commandement de troupes et en service détaché, employés à ce genre de fonctions parmi les civils, apparaissaient le plus souvent comme des beneficiarii (du gouverneur), plus rarement comme des immunes, optiones ou candidati, lorsqu’ils ne figuraient pas sous la désignation commune de stationarius.

  • 266 Pline 10.77 et 78.
  • 267 Robert 1943 et Chap. II p. 74-75.
  • 268 Frend 1956, part. 47 l. 32-33 : Vale(n)s (dixit) : Ανοσσηνοι αξιουσιν στατιωναριον λαβειν Philocur (...)
  • 269 IGR, III, 301 = 1490 ; CBI, 614 avec Chap. VII p. 315 ; voir aussi I 121. Sur les fonctions et le (...)

72Sous le regard officiel de l’empereur et de ses gouverneurs, celui de Pline par exemple, dans des conditions certes singulières, le détachement d’un soldat (et celui d’un centurion en particulier) représentait un privilège accordé à une ville. Ainsi Trajan craignait de créer un précédent s’il accordait à une cité comme Iuliopolis la présence d’un praesidium dirigé par un centurion266. Ce point de vue des autorités romaines contraste certes avec celui des populations locales, nous l’avons vu précédemment avec le commentaire rabbinique, ces derniers ressentant souvent comme une charge la présence de militaires dont ils devaient assurer le logement et l’approvisionnement, et auxquels ils devaient verser différentes taxes ou surtaxes, sans parler des extorsions267. Mais il trouve aussi à l’occasion des confirmations dans l’épigraphie. Citons à titre d’exemple une inscription de la première moitié du IIIe s., découverte en Phrygie, où il est question d’une dispute entre villages au sujet de la contribution que chacun d’eux devait verser pour le cursus publicus. Insatisfait des réponses des procurateurs impériaux, parvenues par l’intermédiaire d’un optio, le représentant de l’un des villages leur demande l’aide d’un stationarius détaché sur place, une proposition qui sera acceptée par l’un des procurateurs268. Dans une inscription de Galatie, les autorités locales de la mhtrÒpoliw d’Antioche célébrèrent le centurion regionarius Aurelius Dionysius, évoquant son rôle dans le maintien de la justice et de la paix dans la région, § pieik¤ aw te ka‹ t×w efirÆnhw. C’était également en signe de reconnaissance pour les services rendus que les cités de Dionysopolis, Callatis et Marcianopolis en Mésie Inférieure ont accordé au bénéficiaire M. Pompeius Lucius le titre de bouleute, alors qu’il était encore en service militaire269.

  • 270 III, 6123 - ILBR, 211, en 151-152 p.C., à Bâlgarski Izvor en Bulgarie, non loin de Glava Panegra e (...)
  • 271 A Intercisa, III, 3385 - ILS, 395 ; près d’Auzia, ILS, 396 avec CBI, 827-830 ; le macellum : VIII, (...)

73Au milieu du iie s., un véritable programme de grands travaux de construction a été entrepris par le gouverneur de la Thrace, à l’instigation d’Antonin le Pieux, afin d’assurer la protection de la province, praesidia et burgos ob tutelam prouinci(ae) Thraciae. Le type et le nombre des postes per fines ciuitatis Serd(ic ?) ensium regione Dyptens(ium ?) sont précisés : 4 praesidia, 12 burgi et 109 phruri ; ces détails nous permettent de nous faire une idée de l’importance des travaux de type militaire dans un secteur où la présence de bénéficiaires est par ailleurs intensément attestée270. Sur l’initiative des gouverneurs et parfois de l’empereur, des ouvrages de ce genre se mettaient en place dans tout l’Empire, dans les agglomérations urbaines, les villages, le long des routes. Leur densité variait selon les circonstances et le caractère militaire ou économique plus ou moins marqué de la région. Ils nous sont connus par les documents épigraphiques et les textes, ainsi que l’archéologie, sans interruption, jusqu’au ive s. Le règne de Commode livre plusieurs exemples d’entreprises de ce genre destinées à la sécurité des provinces, sous l’instigation des gouverneurs. A Intercisa en Pannonie Inférieure par exemple, où la présence de bénéficiaires du préfet de la garnison et du gouverneur est bien attestée dans les sources épigraphiques, un programme de construction de burgi et de praesidia a été mis sur pied vers 185 p.C., ripam omnem bu[rgis] a solo extructis, item praes[i] dis per loca opportuna ad clandestinos latrunculorum transitus oppositis. En Afrique, Commode charge son procurateur Cl. Perpetuus de construire près d’Auzia en Maurétanie Césarienne de nouvelles tours et d’en restaurer d’anciennes, pour la sécurité des habitants de sa province, securitati prouincialium suorum consulens. Des troupes militaires étaient établies dans cet endroit, où nous connaissons le monument funéraire d’un bénéficiaire du commandant militaire, érigé de son vivant et pendant son service. En 230 p.C., les autorités d’Auzia et la population locale ont construit un [m]acellum cum porticibu[s et po]nderibus omnibusque o[rnam]entis271.

  • 272 Tertullien, Apologétique, 2.8. Sur le contexte : Carrié & Rousselle 1999, 117.
  • 273 Voir Chap. V p. 222.

74Vers la fin du iie s, selon les termes de Tertullien, des stations militaires étaient réparties dans toutes les provinces, latronibus inuestigandis per uniuersas prouincias militaris statio sortitur, destinées à lutter contre l’ensemble des ennemis de Rome, les latrones, voleurs, brigands et tous les types d’insoumis272. Le contexte dans lequel il évoque ces stationes militaires s’inscrit dans sa critique des principes juridiques qui ont abouti aux persécutions des chrétiens, en particulier dans l’attitude exprimée par Trajan dans sa correspondance avec Pline. C’est dans la même approche qu’il décrit ailleurs les activités policières des bénéficiaires, insistant précisément sur leur rôle dans la lutte contre les chrétiens273.

  • 274 Sur les divers sens et emplois du terme statio : OLD, s. v. 1918, et Giardina 1977, 77-79 ; de Lig (...)

75L’étendue sémantique du terme statio est considérable. Il peut s’employer en effet pour désigner un lieu de garnison, une base navale, un poste de garde ou de surveillance militaire dans le contexte d’un camp ou d’un castellum, un relais du cursus publicus, une station routière, une station de douane, une place de commerce, une station fiscale ou un poste de péage, un poste de police ou une station de bénéficiaires274. Chez Tertullien comme dans les sources chrétiennes en général, où les bénéficiaires et les centurions sont vus de manière répétée comme les militaires impliqués à rechercher et poursuivre les chrétiens, on peut admettre que les militares stationes puissent évoquer, parmi d’autres postes militaires, les stations de beneficiarii que les inscriptions et papyrus révèlent à notre attention, sinon per universas prouincias, du moins dans une grande majorité des provinces de l’Empire.

4.2. Les stations de bénéficiaires : statio et regio

76Lorsqu’il apparaît en relation avec des bénéficiaires, le terme statio possède plusieurs significations :

  1. L’idée du détachement dans le cadre d’une station ou d’un poste militaire, comme dans l’expression stationem habens (ou dans son équivalent grec εχων στατιωναν).
  2. La durée de ce détachement, par exemple egit stationes duas ou prima –, iterata –, tertia –, emerita ou expleta statione etc.
  3. La station en soi à savoir le complexe architectural avec le ou les bâtiments qui s’y trouvaient, le sanctuaire ou espace sacré sur lequel le bénéficiaire érigeait son autel275. C’est dans ce dernier sens que se comprennent les dédicaces au Génie de la station par exemple, les expressions agens curam stationis ou agens in munere stationis se référant aux fonctions remplies dans le cadre de la station par le bénéficiaire chargé d’en assumer la responsabilité et peut-être aussi à ses actions concrètes dans l’entretien de la station et des bâtiments qui s’y trouvaient.
  • 276 La seule exception connue est due en fait à une restitution contestable de CBI, 199 : Annexe 1.3.
  • 277 Voir Annexe 5 et l’exemple mentionné plus haut (p. 159) du légionnaire a curis à Genève. Pour un a (...)
  • 278 P 38 et Chap. V p. 233.

77L’évocation d’une statio par les bénéficiaires ou en relation avec eux ne se rencontre de manière explicite que pour les beneficiarii d’un gouverneur276. Cela n’exclut pas que d’autres types de bénéficiaires aient été détachés de leur camp ou du siège de leur supérieur, tels ceux d’un procurateur par exemple, en poste dans certains secteurs miniers placés sous la responsabilité de ce dernier. Le cadre des fonctions exercées par un bénéficiaire du gouverneur en poste dans une station pouvait s’étendre à l’ensemble du territoire d’une cité. Il en allait de même pour les bénéficiaires en poste dans une capitale, par exemple à Aquincum en 210 p.C., cum regione, agentes curam leg(ione) et colonia, ou pour l’ensemble des militaires (bénéficiaires et autres) en poste dans un district minier. Des formules comparables apparaissent dans l’énoncé de leur titre dans les documents officiels conservés dans la documentation papyrologique, en particulier dans les pétitions qui leur étaient adressées, επιμελομενον της υπο σε περιμετρου ανδρα επι των τοπων τω επι τοπων διακειμενω ενπεπιστευμενω την δεκαταρχιαν επισταθμος στατιζων277. Un papyrus sur lequel nous reviendrons plus loin montre clairement que l’autorité d’un bénéficiaire en poste à Oxyrhynchos s’étendait sur la région avoisinante et même au delà du Nil, à une vingtaine ou trentaine de km au moins de la cité278. Cela a son importance dans l’interprétation des documents épigraphiques en relation avec la question des stations, en particulier lorsque des monuments votifs érigés par des bénéficiaires en service proviennent de plusieurs lieux susceptibles d’appartenir à une même regio ou au territoire d’une même cité, municipe ou colonie.

4.3. Les premières attestations de bénéficiaires dans des stations

  • 279 CBI, 176. La localisation précise de la station n’est pas connue, l’autel étant en remploi dans l’ (...)
  • 280 CBI, 129 : Annexe 1.3 ; voir aussi CBI, 170 : Annexe 1.3 et supra p. 136.
  • 281 CBI, 170 : Annexe 1.3.
  • 282 CBI, 76-82 ; I 163 ; les inscriptions de Nettersheim datées avec précision se situent entre 196 et (...)

78Les premiers exemples de bénéficiaires en service détaché dans une station remontent à l’époque de Trajan ou aux premières années du règne d’Hadrien. Les sources archéologiques, papyrologiques et épigraphiques offrent sur ce point une vision cohérente, comme le montrent les exemples rassemblés ci-dessous. Ces témoignages précèdent toutefois de plusieurs années la toute première inscription votive datée d’un bénéficiaire. Elle remonte nous l’avons vu à 150 p.C. et provient de la région de Pontailler-sur-Saône, entre Besançon et Dijon, en Germanie Supérieure279. Ce document est antérieur d’un an à l’autel que l’un de ses collègues du même officium consacra à la Domus Diuina à Mayence, la capitale de la province280. En Germanie Inférieure, la station de Remagen en bordure du Rhin était déjà en fonction entre 151 p.C. et 161 p. C281 et celle de Nettersheim près de Marcomagus, peut-être déjà active depuis le milieu du iie s. si l’identification de Novius Priscus avec l’homonyme qui était consul suffect en 152 p.C. s’avère correcte. Que les documents avec date consulaire lui soient postérieurs de plusieurs dizaines d’années ne constitue pas un argument suffisant pour l’exclure282.

4.3.1. L’Égypte et les premiers témoignages de bénéficiaires en service détaché

  • 283 P 13.
  • 284 P 10 et 77 ; voir Chap. V p. 229-230. Pour les centurions : BGU, 36 - Chrest. Mitt, 125 - Daris 19 (...)

79Le premier témoignage d’un bénéficiaire du préfet d’Égypte détaché hors de la capitale Alexandrie remonte aux années 117-119 p.C., au début du règne d’Hadrien, sous le préfet Q. Rammius Martialis. Ulpius Malchus, l’un de ses bénéficiaires, d’origine arabe ou syrienne (il a dû recevoir la citoyenneté sous Trajan, en entrant dans l’armée), est mentionné dans une lettre de recommandation adressée au stratège de l’Heptakomie Apollonius par l’un de ses amis, un certain Faberius Mundus. On y apprend que Malchus était envoyé à Apollospolis, dans le district du stratège au sud de la province283. L’expression επιμελομενον της υπο σε περιμετρου ανδρα, qui ne se rencontre que dans ce dossier, évoque le poste ou le secteur où il allait exercer ses fonctions. D’autres, comparables, apparaissent quelques années plus tard dans deux pétitions officielles adressées à un bénéficiaire, l’une en 139 p.C., l’autre en 167 p.C. Ces deux documents attestent le détachement (probablement régulier) de bénéficiaires à Socnopaiou Nèsos, dans le Fayoum. Au premier siècle déjà un centurion s’y trouvait en poste, et d’autres y sont attestés en 193 p.C. et plus tard. En plus du poste de bénéficiaires, Socnopaiou Nèsos possédait une station douanière284. Plus au sud, à Philae, c’est dès le début du iie s. que le détachement d’un bénéficiaire d’un préfet d’Égypte semble envisageable, si l’on en croit l’écriture de son acte d’adoration ou προσκυνημα gravé sur la colonnade ouest de Philae, parmi plusieurs signatures de fonctionnaires et de militaires en service comme lui dans la région, à l’ouest de Bérénikè.

4.3.2. Les premiers témoignages de stations de bénéficiaires en Norique, Pannonie et Dalmatie

  • 285 CBI, 218-244, à quoi s’ajoute CBI, 245 (inscription funéraire érigée par un bf et son épouse pour (...)
  • 286 III, 5156a, découvert “prope hortos stallnerianos” ; pour un exemple de bf cos en service local à (...)
  • 287 Autrement : Dise 1997a, 276.

80L’une des plus imposantes séries épigraphiques de bénéficiaires (une trentaine d’inscriptions votives) connue en dehors d’Osterburken et de Sirmium provient de Celje-Celeia, en Norique285. Elle révèle la présence d’une station établie, dès le début du iie s., au passage des deux importants axes routiers et fluviaux menant vers la frontière orientale du Danube, en Pannonie Inférieure. La provenance des autels suggère que le lieu où ils ont été consacrés – le sanctuaire de la statio probablement – devait se trouver au nord-ouest de la ville antique, dans un secteur qui a également livré des inscriptions honorifiques et des statues. Précisons qu’un autel consacré à l’époque de Septime Sévère par un centurion de la légion X Gemina et dédié à la Fortuna Stabilis et au salut impérial fut retrouvé dans le même contexte que ceux des bénéficiaires286. Les premiers bénéficiaires (soit les 2/3 de l’ensemble) ont été détachés par une série de procurateurs qui se sont succédé à la tête de la province. L’occupation de la station s’est poursuivie après le changement du statut du gouverneur lors de l’installation d’une légion. Jusqu’en 217 p.C. au moins, les gouverneurs consulaires y détachaient l’un de leurs bénéficiaires (1/3 de l’ensemble des beneficiarii connus sur le site). Les années pendant lesquelles nous ne connaissons pas d’autels de bénéficiaires sur place ne permettent pas de conclure automatiquement à une interruption dans l’occupation de la station287.

  • 288 CBI, 261 et 248 (202 p.C. ; la pierre, en remploi dans le mur du cimetière, à Grödig, au sud-ouest (...)
  • 289 CBI, 257 (ides de mai 219 p.C. ; déc. en remploi dans le mur extérieur de l’église de Pittenhart) (...)

81C’est également dès la première partie du iie s. que l’un des bénéficiaires du procurateur Egnatius Priscus fut détaché dans la région de Salzburg-Iuuauum, au passage d’importantes voies de communication. Comme à Celeia, la station en question était encore occupée au cours du iiie s.288 Une autre station se trouvait non loin de là à Bedaium289, à l’ouest de Iuuauum, sur le tracé de la voie reliant la capitale de la Rhétie, Augsburg-Augusta Vindelicum, à celle du Norique, Virunum, ainsi qu’avec le camp légionnaire de Lauriacum. Sa présence est clairement attestée durant le iiie s., mais la date de son installation demeure inconnue.

  • 290 CBI, 249.
  • 291 CBI, 264.
  • 292 Annexe 15.
  • 293 CBI, 266 ; sur la station du Portorium, attestée dans les sources épigraphiques : III, 5121 ; voir (...)
  • 294 CBI, 267 à 269, découverts dans la rivière Gailitz, au pied du Hoischhügel, avec le fragment I 170 (...)
  • 295 AE, 1995, 1193-1197. Sur les découvertes dans ce contexte d’objets en fer, en part. d’armes : Dole (...)
  • 296 CBI, 267.

82Un document fragmentaire pourrait suggérer que le gouverneur procurateur Claudius Paternus avait détaché l’un de ses bénéficiaires (le titre est restitué) dans la région minière d’Hohenstein légèrement au nord de la capitale, et cela déjà vers 120-130 p.C. Ce bénéficiaire y aurait restauré le sanctuaire de Noreia (cella et portique) lors de son séjour dans la région290. Un autre bénéficiaire d’un procurateur (le titre est également restitué) semble avoir lui aussi restauré un temple lors de son stationnement dans la région, comme le fait penser un fragment de table de calcaire retrouvé à Tiffen, non loin d’Hohenstein291. La dépense occasionnée peut paraître surprenante de la part d’un militaire qui n’est qu’un sousofficier, et de ce fait la restitution de son titre a été mise en doute. Mais le nombre important d’exemples de constructions de ce genre de la part de bénéficiaires, à titre privé, dans la province et partout dans l’Empire, incite à ne pas négliger sous ce prétexte les restitutions proposées, surtout dans ce secteur où la présence de bénéficiaires du gouverneur est si bien attestée292. L’un d’eux provient de Troiane-Atrans, sur le passage de la route Celeia-Emona-Aquileia ; il commémore la restauration par un bf cos, à titre privé (sumpto suo), d’un temple tombé en ruines. Les itinéraires anciens signalent la présence d’une mansio sur ce site. Une station du Portorium est en outre attestée dans ce secteur, à la frontière de l’Italie, du Norique et de la Pannonie, le long de la voie qui d’Italie mène à Virunum et Wels-Ouilaua par Unterthörl-Arnoldstein-Meclaria, Villach-Santicum, avec Töschling sur le Wörthersee293. Cette région a livré plusieurs autels dispersés, souvent en remploi. Ils devaient provenir à l’origine d’une station établie probablement dans les environs de Maglern-Meclaria, entre les Alpes Iuliae (sud-est) et les Alpes Carnicae (nord-ouest), où les restes d’un établissement romain ont été dégagés, ou près de Villach-Santicum294. L’existence de deux ou plusieurs stations voisines n’est pas exclue dans ce secteur où la présence des mines du Norique nécessitait une surveillance particulièrement étroite de la part du gouvernement. La découverte dans le Magdalensberg de lingotières permettant de couler des lingots d’or de 5,6 et de 14,5 kg, de l’époque de Caligula représente l’un des témoignages concrets des richesses sur lesquelles les militaires et les hommes du gouverneur devaient veiller, avec les conductores ferrariarum et leurs uilici295. Le secteur qui se situe entre les cours de la Save au sud et de la Drave et du Gail au nord du Würzenpass, non loin de la frontière entre l’Italie et le Norique (à la frontière actuelle entre l’Italie et l’Autriche) a livré plusieurs autels ou fragments d’autels découverts dans le lit du Gail et dans celui de la Drave. Une station devait se trouver à proximité de cet axe fluvial. Dans cette région, la présence locale de bénéficiaires du gouverneur est attestée au moins dès 168 p. C, au moment où Claudius Priscianus était le procurateur gouverneur de la province296, jusqu’au début du IIIe s. p.C.

  • 297 CBI, 392 : Annexe 1.3.

83Comme en Norique, l’installation de la première station en Pannonie Inférieure dont la datation est connue, Sirmium, remonte au règne de Trajan. Elle se situait sur le tracé de l’un des deux axes de communication mentionnés plus haut entre l’Italie et la frontière orientale de la Pannonie. Au nord, une route longeait la voie fluviale de la Drave, reliant respectivement Celeia en Norique, Poetouio en Pannonie Supérieure, puis Mursa et le castellum de Dalj-Teutoburgium en Pannonie Inférieure sur la frontière danubienne où nous avons déjà évoqué la présence de l’un des bénéficiaires du gouverneur du Norique, en 226 p.C.297. Au sud, un second axe, longeant la Save non loin de la frontière avec le Dalmatie, reliait la région de Meclaria et Santicum en Norique, ainsi que Ljubljana-Emona, avec Trebnje-Praetorium Latobicorum, Drnovo-Neuiodunum, Sisak-Siscia et Sirmium en Pannonie Supérieure et Inférieure. Dans chacun de ces lieux se trouvait un poste de bénéficiaires. Cet axe assurait la liaison entre l’Italie et les camps légionnaires de Mésie Supérieure et de Mésie Inférieure, soit Belgrade-Singidunum et Kostolac-Viminacium, puis Svistov-Nouae, Silistria-Durostorum, Iglita-Troesmis et Nouiodunum, où se trouvait la statio de la Classis Moesica. A Celeia et à Sirmium, les deux pôles de ces deux axes de circulation jalonnés de témoignages d’importations commerciales, nous savons que des stations de bénéficiaires étaient déjà installées dès le début du iie s. Il est possible et même probable que les stations intermédiaires s’inscrivent dans un contexte chronologique comparable, même si les documents épigraphiques connus à l’heure actuelle ne permettent pas de remonter avant les années 160-170 p.C., soit à l’époque des pressions extérieures et de la mise en place de la praetentura, sous Marc Aurèle.

  • 298 I 175, si Iulius Bassus est en réalité la gouverneur M. Iallius Bassus Fabius Valerianus. Sur ce g (...)
  • 299 CBI, 274 ; 357 ; 298 ; I 175 ; Fitz 1993, II, 386 ; Ott 1995, 92 considère qu’il existait une stat (...)
  • 300 CBI, 413 à 416 ; voir infra p. 195-196.
  • 301 Aquae Iasae : III, 4121 (reconstruction vers 320-330 p.C. d’un marché détruit par le feu ; Mursa : (...)

84La station établie à Poetouio ou dans les environs était probablement déjà active vers 166 p.C., sous le gouvernement de Iallius Bassus, si l’on en croit une récente révision d’un texte298. Les bénéficiaires dont les autels ont été retrouvés au nord et au sud de Varazdin, dans le secteur thermal de Cakovec et de Varazdin Toplice-Aquae Iasae, étaient probablement rattachés à la même station, dans la regio ou sur le territoire de Poetouio299. C’était en effet la respublica Poetouiensium qui était impliquée dans la construction d’un nymphée en 161 p.C. à Varazdin Toplice. A Mursa, colonie romaine dotée d’un port et d’un pont sur la Drave, d’où proviennent de nombreux témoignages épigraphiques et archéologiques, la station de bénéficiaires était déjà installée avant 164 p.C. comme nous le verrons plus en détails plus loin300. L’épigraphie des deux sites d’Aquae Iasae et de Mursa indique l’existence d’un marché ou d’une importante activité commerciale301.

  • 302 CBI, 338 (158 p.C.) à 355, avec Sasel-Kos 1995a et Sasel-Kos 1997, 152-169 ; CBI, 342 : bf leg. co (...)
  • 303 Sasel-Kos 1995b, qui s’appuie sur les travaux de J. Sasel.

85La première inscription connue avec date consulaire sur les 18 autels de bénéficiaires provenant de Trebnje-Praetorium Latobicorum montre que la station était en place en 158 p.C. au moins. Le titre de bf leg(ati) cos sous lequel se présente L. Clodius Priscus pourrait même suggérer une datation antérieure, peut-être au cours de la première moitié du iie s. Si tel est le cas, l’installation de la station en ce lieu serait contemporaine ou légèrement postérieure à celle des stations de Sirmium et de Celeia. Par leur formulaire et leurs dédicaces, les autels de la série de Praetorium Latobicorum, qui viennent de faire l’objet d’une analyse minutieuse, se distinguent en deux groupes, l’un où se rassemblent autour de celui de 158 p.C. les 7 autels consacrés uniquement à IOM, l’autre étant constitué par les autels du iiie s. Le dernier témoignage daté attestant la présence locale d’un bf cos se situe en 257 p.C.302 Le sanctuaire de la station devait probablement se trouver “près de la maison de Zoré”, où furent mis au jour plusieurs autels, mais où aucune trace de station (ou de praetorium) n’a pu être décelée. Ce site, qui abritait aussi l’une des étapes du cursus publicus comme l’indique le toponyme Praetorium Latobicorum cité dans l’Itinéraire d’Antonin, se situait à proximité de la frontière avec la Dalmatie et avec l’Italie si l’on accepte la thèse, qui semble désormais s’imposer, selon laquelle Emona était déjà rattachée à l’Italie depuis Vespasien ou Hadrien303.

  • 304 CBI, 279, avec 275, 278, 281, 282, 283, et 358 à 360, avec Annexe 1.3 ; Sasel-Kos 1995b ; il n’est (...)
  • 305 CBI, 287.
  • 306 CBI, 302-312, avec l’épitaphe CBI, 313. Sur le rôle des bénéficiaires du procurateur à Siscia : in (...)
  • 307 Pour la localisation du toponyme Ad Fines à Petrinja et non à Topusko : TIR, L33.
  • 308 CBI, 336-337, avec III, 11043-11050 et Mócsy, RE, 1962, 617 ; Fitz 1993, II, 386 considère qu’ils (...)

86Sur le même axe en direction de Sirmium se trouvait la station établie sur le territoire de Drnovo-Neuiodunum, un municipe d’époque flavienne au génie duquel l’un des nombreux bf cos connus localement consacra son autel. Si les autels de bénéficiaires dispersés dans la région proviennent tous de la même station, comme cela est généralement admis, on assumera qu’il n’y avait pas de station à Catez, ni à Velike Malence, pas plus qu’à Krska Vas ou Mekinje304. Le bénéficiaire dont l’autel a été retrouvé à Petrinja305 pouvait être détaché par le gouverneur dans la station de Sisak-Siscia, où l’on connaît plus d’une dizaine de monuments de bénéficiaires du gouverneur, ainsi que quelques-uns offerts par des bénéficiaires du procurateur306. Une autre station de bénéficiaires a peut-être été établie à Topusko-Ad Fines307, une station thermale située à une cinquantaine de km au sud-ouest de Siscia, près de la frontière avec la Dalmatie. Plusieurs militaires y sont connus, parmi lesquels les deux bénéficiaires du gouverneur qui y ont consacré des autels vers le milieu du iie s., l’un à Liber et Libera, l’autre, à IOM308.

  • 309 Scheid 1998, 65 ; MacMullen 1998, 95-96 et 266-267.
  • 310 III, 12336 - AE, 1994, 1552.
  • 311 Chastagnol 1981a, 406-409.

87La présence de militaires (et de bénéficiaires en particulier) dans des régions riches en sources ou en eaux ruisselantes s’observe également ailleurs, notamment en Cappadoce comme nous le verrons plus loin. Les Anciens y construisaient des sanctuaires, jugeant que les dieux y avaient leur résidence309. Les dédicaces de beneficiarii dans de tels lieux n’autorisent pas systématiquement, en l’absence d’autres indices, à déduire l’existence d’une station à cet endroit précis. Celle-ci a pu se trouver dans les environs. Les régions dotées de sources d’eau chaude attiraient le monde et parmi les visiteurs, les gouverneurs et les procurateurs ainsi que les soldats en service détaché. C’était précisément des extorsions de soldats éloignés de leur poste et attirés par les bains d’eau chaude, qui exigeaient d’eux l’hospitalité et la nourriture sans verser aucune contribution, dont se plaignaient les habitants des villages de Scaptopara et de Griseia, en Thrace, dans une pétition transmise directement par l’un des leurs, un soldat prétorien, à l’empereur Gordien en 238 p.C.310 Par ailleurs, en dehors de leur intérêt vital, de leurs vertus thérapeutiques et salutaires et de la question des transports sur les voies navigables, les sources et l’eau en général présentaient des intérêts qui n’étaient pas sans impact sur l’économie. L’utilisation des moulins à eau pour moudre le blé en était un exemple. C’était précisément ces richesses naturelles, avec la présence locale d’un croisement de quatre routes et d’une mansio, qui constituaient l’argument de poids dans la requête que les habitants d’Orcistos en Phrygie adressèrent à Constantin, en 324-326 p.C., en vue de récupérer la liberté et les statuts perdus de leur cité311.

  • 312 Dion Chrysostome 46.9 ; Digeste, 1.18.13 : congruit bono et graui praesidi curare ut pacata atque (...)
  • 313 Pline 10.90 et 10.37 : pecunia curantibus nobis contracta non deerit ; voir aussi Eck 1995, 222-22 (...)
  • 314 Corbier 1991, 649.
  • 315 Wallace 1938, 155-159.

88Dans l’un des discours qu’il prononça à l’époque de Vespasien, Dion Chrysostome évoque la construction de boutiques et de portiques qu’il avait fait bâtir près des sources d’eau chaude à Pruse de l’Olympe, et qui devaient sans aucun doute être pour lui une source de profits. Il rappelle en outre le rôle du gouverneur et de ses subordonnés dans le maintien de la tranquillité dans la province, un rôle clairement défini dans les sources juridiques312. Le gouverneur devait s’assurer que les cités se donnaient les moyens financiers d’être bien fournies en eau sans que cela n’occasionne des dépenses excessives de leur part313. Il paraît raisonnable de penser que les bénéficiaires détachés dans une station par le gouverneur aient pu être chargés parmi leurs multiples fonctions de lui soumettre d’éventuels problèmes relatifs aux finances des cités. Ils pouvaient aussi exercer un contrôle dans les stations thermales de la région afin d’y maintenir l’ordre et la sécurité. On sait que les cités profitant de l’eau captée sur le territoire d’une cité voisine étaient tenues de lui verser un impôt ou uectigal, et que cela pouvait aisément engendrer des disputes entre cités ou villages. Nous en avons vu un exemple plus haut, à propos des contributions pour le cursus publicus314. L’utilisation des bains publics était aussi soumise à une taxe comme l’attestent en Égypte de nombreux papyrus et ostraca, l’encaissement du φορος βαλανευτης étant assuré par les préposés officiels, au ier s. par les πρακτορες puis au second par les πρακτορες αργυρικων315.

  • 316 CBI, 277 ; Fitz 1993, II, 386 (rattachement à Siscia) ; autrement : Ott 1995, 93 ; CBI, 439 : l’au (...)
  • 317 CBI, 418 ; pour les bf cos de cette légion : CBI, 413 (164 p.C.) et I 16, avec I 61, I 75 et I 78.

89La question du rattachement à la station de Siscia se pose également à propos du bénéficiaire Seius Ingenuus dont l’autel consacré à Siluanus et Siluana, en 208 p.C. a été découvert à Daruvár-Aquae Balissae, au nord du tronçon Siscia–Sirmium. Indiquée dans l’Itinéraire d’Antonin, cette station thermale se situe entre Pécs-Sopianae et Banja Luka-Castra en Dalmatie. Il s’agit d’une région de mines d’or et de cuivre où la présence d’une mansio est signalée dans la Table de Peutinger et où la découverte d’un autel de bf cos in situ suggère la présence d’une station316. Les documents ne nous permettent pas de préciser la période exacte à laquelle ont été installées les stations de Neuiodunum et de Siscia. Mais les connections avec celles de Celeia, Sirmium et Mursa autorisent à penser qu’elles étaient actives vers le milieu du iie s. La présence à Pécs-Sopianae d’un bénéficiaire recruté dans la légion IV Flavia, comme ceux de Sirmium et de Mursa, en 164 p.C., va dans le même sens317.

  • 318 CBI, 461 (de la légion I Adiutrix en Pannonie) et avec les mêmes divinités associées dans le même (...)
  • 319 CBI, 455, 456, 458 et 471-475, avec CBI, 431 et I 99. A deux km du village de Skelani sur la Driva (...)
  • 320 CBI, 468 : 194 p.C. ; CBI, 463, 6 juin 195 p.C. ; CBI, 464 : 239 p.C. ; CBI, 440 : 251 p.C. Le san (...)
  • 321 CBI, 493, 445, 442, 439, 443, 444, 446-449 et 462 ainsi que I 97 et * I 178 (voir aussi CBI, 450),(...)
  • 322 CBI, 489 et 490 (voir aussi CBI, 491) ; III, 3202 - ILS, 393 (déc. sur la rive droite de la même r (...)

90En Dalmatie, où la plupart des bénéficiaires et des autres membres de l’officium du gouverneur consulaire étaient tirés des légions établies dans les provinces voisines, le premier témoignage daté d’un bénéficiaire détaché dans une station remonte à 187 p.C. Il provient de Dukjia près de Podgorica-Doclea, où la présence d’autres bénéficiaires du gouverneur confirme l’existence du poste318. Plusieurs inscriptions votives datées permettent de s’assurer qu’une station était active en 194 p.C. dans le secteur minier situé dans les environs de Komine-Pljevla-Municipium S., dans la vallée de la Ceotina, au sud des mines de Municipium Domauianum et Skelani-Ljesçe exploitées dès Marc Aurèle et placées sous le contrôle d’un procurateur et des bénéficiaires du gouverneur. La station avec son sanctuaire pouvait y être située non loin du pont où la route romaine traversait la Drina. Une telle localisation d’une station de bénéficiaires à proximité d’un pont est en effet attestée dans plusieurs autres sites, notamment à Tilurium, dans la même province319. A Runoviç-Nouae, le long de la voie côtière entre la capitale Salone et Vid-Narona, la station, en fonction au moins depuis 194 p.C., l’était encore en 239 p.C. et en 251 p.C.320 Tous les bénéficiaires connus à Narona précisèrent la date de leur séjour dans la station, dans le courant du iiie s. Le gouverneur avait aussi détaché ses bénéficiaires dans plusieurs stations établies dans la partie occidentale de la province, à Velike Crkvine près de Brlog-Auendo, entre Tergeste et Salone, plus au nord près de la frontière avec la Pannonie, à Josipdol-Modrus-Metulum ( ?), à Golubic près de Bihac-Raetinium ( ?), à Banja Luka-Castra, à Halapiç près de Glamoc-Saluium, où la station était encore active en 261 p.C., et à l’ouest de Salone, dans les environs de l’antique Burnum qui fut le siège jusqu’en 69 p.C. de la légion XI Claudia, ainsi qu’à Balijina Glavica-Municipium Magnum321. Au nord-est de Salone, une station était installée le long de la voie qui se dirigeait vers le secteur minier de Domauia et Skelani, à Gardun près de Trilj-Tilurium. La découverte des autels dans la Cetina-Hippius et sur sa rive gauche, ainsi que la dédicace au N(umen) H(ippi) Fl(uminis), suggèrent que la station de Tilurium était établie près du pont romain sur la Cetina, qui fut restauré vers 183-184 p.C.322

91L’absence de documents datés antérieurs à 187 p.C. ne permet certes pas de conclure avec certitude qu’en Dalmatie, le réseau des stations de bénéficiaires n’aurait été mis en place qu’à partir de la fin du iie s. On peut néanmois relever que dans cette province laissée sans légion depuis le dernier tiers du ier s., sans frontières extérieures sinon sur la mer, l’installation de stations de bénéficiaires ne s’inscrivait pas dans le même schéma ou les mêmes conditions que dans d’autres régions de l’Empire, en particulier dans les provinces militaires avec frontières extérieures. En dehors de la voie qui longe la côte et des frontières inter-provinciales, le gouverneur de Dalmatie avait principalement déployé ses bénéficiaires dans les divers secteurs miniers de la province.

4.3.3. Les stations du début du iie s. dans le royaume du Bosphore et dans les provinces orientales

  • 323 III, 13750 - IGR, I, 860 avec Chap. V p. 223 n. 47.
  • 324 IGR, I, 870 à 925.

92C’est une fois encore aux premières années du règne d’Hadrien, vers 118-124 p.C., que remonte le premier témoignage attestant le détachement sur le territoire de Aï-Todor-Charax de l’un des bénéficiaires du gouverneur de Mésie Inférieure, responsable de la Crimée. L’autel consacré à IOM par un certain M. Geminius Fortis fut mis au jour à l’endroit où l’on a repéré les traces d’un sanctuaire du Cavalier thrace, avec plusieurs monuments mithraïques. Le sanctuaire en question se trouvait non loin de la route menant vers le castellum, une localisation qui rappelle celle des stations de bénéficiaires de Germanie Supérieure. Le fort militaire romain de Charax, entouré de deux murs de défense, s’étendait sur environ 1,5 hectare. Les troupes militaires de Rome étaient allées jusqu’en Crimée dès les guerres parthiques de Néron, puis sous Trajan. Un détachement de la flotte de Mésie stationnait dans cette région, en plus des différentes unités, et la découverte de briques inscrites semble indiquer qu’une uexillatio de la flotte de Ravenne y était installée, depuis une époque assez haute323. Les richesses agricoles de la Crimée, véritable grenier à blé, n’étaient pas sans intérêt aux yeux de Rome, particulièrement à une époque où les troupes étaient occupées sous Trajan à la conquête de la Dacie. Par ailleurs, l’avancée des armées romaines en Dacie et en Orient n’est pas restée sans écho du côté des tribus établies au nord de la Crimée, dont les réactions contraignirent les rois du Bosphore à demander le soutien militaire romain. La longue série d’inscriptions votives ou honorifiques célébrant les empereurs romains qu’érigèrent les rois du Bosphore ainsi que d’autres personnalités à Panticapée, Phanagoria ou Tanais, pendant plus de deux siècles, en sont des témoignages évidents, chacun des rois portant le titre de φιλοκαισαρ και φιλορωμαιος324.

  • 325 CBI, 658, avec 659 et 661 ; sur le sanctuaire : Latyschev 1965, 510 ; le site : Danoff 1962 ; la s (...)
  • 326 CBI, 661 : Annexe 1.3, avec Sarnowski 1991, 142 n. 21 ; l’autel était placé dans une niche du mur (...)
  • 327 Pour un parallèle, par ex. P. Aelius Clemens et son épouse dans le secteur minier de Mihailovgrad-(...)

93Parmi les autels de bénéficiaires qui proviennent de Charax, l’un d’eux, consacré au cours du iie s. à IOM Cons(eruator), a été érigé par T. Flavius Celsinus325. Le même bénéficiaire, rattaché à la légion XI de Mésie Inférieure, a consacré un second autel, à Némésis Conseruatrix. Il faut découvert à Sébastopol-Chersonesos lors des fouilles du théâtre, dans une couche du ive s. La ressemblance évidente entre les deux autels et la proximité des deux lieux suggèrent qu’ils provenaient du même atelier. L’existence d’une route entre les sites, dans la vallée du Bajdar, serait attestée dans les fouilles archéologiques. Un second document en relation avec un bf cos (un fragment de table de marbre) a été retrouvé également dans la citadelle de l’antique Chersonesos, à Sébastopol326. Il est difficile d’établir si Celsinus a accompli deux séjours dans deux stations voisines, à Charax sur la côte sud-est de la Crimée, et à Sebastopol sur la côte sud-ouest, ou si ses fonctions de bénéficiaire du gouverneur en poste en Crimée s’étendaient sur l’ensemble de la regio, de Chersonesos à Charax, de part et d’autre de la Crimée327.

  • 328 Arrien, Périple du Pont-Euxin, 19.4 avec Silberman 1995, 56.
  • 329 Arrien, Périple du Pont-Euxin, 9.5 et 10.3.
  • 330 Philipenko 1997 ; pour le sanctuaire en particulier, avec les inscriptions : Sarnowski et al. 1998 (...)

94La présence militaire est très bien attestée dans ce secteur où des fouilles récentes ont confirmé l’existence d’une base romaine s’étendant sur une superficie de 5 à 7 hectares, le long de la route qui relie les deux sites. Elle permettait ainsi de contrôler l’accès à la baie de Balaklawa où se trouvait la flotte romaine, à une dizaine de km au sud-est de Sebastopol. Arrien mentionne plusieurs sites de cette région, Lampas, aujourd’hui Malaja Lampada près d’Alusta, Port Symbolon et Cherronesos ( !), précisant les distances qui les séparent, respectivement 520 et 180 stades, ce qui correspond à un total de 126 km328. Dans son Périple, le gouverneur de Cappadoce ne fait pas allusion aux troupes romaines dans ce secteur, où leur présence est clairement attestée par l’archéologie et l’épigraphie. Cela s’explique par le fait que la région n’était pas placée sous sa responsabilité militaire, mais sous celle de son collègue le gouverneur de Mésie Inférieure, à la différence de la région côtière orientale du Pont-Euxin où il s’est rendu en personne en 131-132 p.C. pour y inspecter ses propres troupes et leur verser leur solde329. Dans la baie de Balaklawa a été mis au jour en 1992 un sanctuaire militaire consacré à Dolichenus. Les inscriptions trouvées in situ évoquent la présence d’une vexillation, entre 139 et 161 p.C. Elle était placée sous les ordres d’un tribun de la légion I stationnée à Nouae, en Mésie Inférieure. L’un des monuments votifs, consacré à Hercule et pour le salut des empereurs Antonin le Pieux et Marc Aurèle, célèbre la restauration du temple par le centurion Novius Ulpianus. Cela indique que la construction du temple en question remontait à une époque antérieure, sans doute dès le début de l’occupation. Les troupes romaines stationnées dans cette région ont dû répondre à une incursion de Barbares vers 173 p.C. ; elles participèrent en outre à la guerre du roi Sauromates II contre les Sarmates et les Scythes vers 193 p.C., ainsi qu’au Bellum Bosporanum, aux environs de 196 p.C.330

  • 331 CBI, 643. Il n’est pas clair si le bf cos Ulpius Alexander envoyé sur place comme représentant du (...)
  • 332 I 188 avec n. 181 p. 370 ; voir aussi Chap. VII p. 309.
  • 333 CBI, 633 : Annexe 1.3 ; voir aussi au même endroit CBI, 634.

95Alors que le gouverneur de Mésie Inférieure détachait ses bénéficiaires dans le Bosphore depuis le début du siècle, nous ne connaissons aucun témoignage sûr attestant l’existence d’une station de bénéficiaires en activité en Mésie Inférieure à une date aussi élevée. La première mention datée d’un bénéficiaire du gouverneur en service détaché dans cette province provient du district minier de la regio de Montana, et remonte à l’année 155 p.C.331 Par ailleurs, si l’on considère, en dépit des doutes émis par certains, que M. Iulius Moschos était effectivement un bénéficiaire, cela pourrait peut-être suggérer le détachement de bénéficiaires à Histria dès cette époque. Son nom figure dans une liste datée de 138 p.C. contenant les noms des 157 membres de la gérousie d’Histria. Sa présence dans la liste s’expliquerait moins aisément par une origine locale, vu son gentilice Iulius qui le distingue de tous les autres citoyens romains de la liste, dont la citoyenneté n’est pas antérieure aux Flaviens332. La présence d’une station à Histria est attestée au moins en 159/160 p.C. si l’on admet, ce qui paraît l’explication la plus plausible, que c’est au cours d’un stationnement local que le bénéficiaire Iulius Bassus a fait partie, avec son supérieur le gouverneur L. Iulius Severus, de l’association de fondation du premier temple dédié à Mithra333.

  • 334 CBI, 689 ; cf. Mitford 1967, et Mitford 1991 ; CBI, 694.
  • 335 CBI, 695 ; Mitford 1967, 472-473, et Mitford 1991, 187. Pour un autre bénéficiaire de ce gouverneu (...)
  • 336 CBI, 631 : Annexe 1.3.
  • 337 Tacite, Annales, 15.9 et 26.
  • 338 French 1992, 64.
  • 339 I 119 et I 118 avec le discussion sur le rattachement de ce dernier à l’officium du gouverneur plu (...)
  • 340 Pour une discussion sur la position d’Amasia comme capitale du Pont au iiie s. : Haensch 1997a, 28 (...)
  • 341 I 156.

96Comme à Charax, le premier témoignage attestant le détachement d’un bénéficiaire du gouverneur dans une station en Cappadoce remonte au règne d’Hadrien, avec l’autel consacré en 126-128 p.C. à Πυλωνι Επηκοω par Domitius Valens, bénéficiaire du gouverneur L. Statorius Secundus détaché dans la région de Sebastopolis. Il a été découvert à Cermik, une source thermale au sud-ouest de Sulusaray-Sebastopolis, où un deuxième bénéficiaire du gouverneur, Septimius Apollinaris était stationné à une date plus basse. Il y consacre un autel à Διι Πυλαιω334. La dédicace aux divinités protectrices des Portes ou fortifications (Pylon ou de Pulaios) par les bénéficiaires en poste à Sebastopolis pourrait être en relation avec la position de la station et de son sanctuaire à l’entrée d’une cité ou d’un castellum (Osterburken et le long du limes germanique, Charax, Sirmium, Petra ?), et peutêtre aussi avec les fonctions qu’ils devaient y assumer. Les bénéficiaires du chef de la garnison de Dura ont occupé une position comparable, puisque c’est près de la Porte de Palmyre qu’ils stationnaient, comme le montrent les graffites qu’ils y ont laissé. L’autel consacré par T. Iulius Tryphon, bénéficiaire du gouverneur C. Iulius Severus (164-166 p.C.), et conservé au Musée de Tokat, porte une dédicace comparable aux deux premiers, Θεω Πυλωνι. Tryphon a pu être détaché à son tour à Sebastopolis, ou peut-être même à Comana d’où provient une grande partie du matériel conservé dans le Musée de Tokat335. Nous connaissons l’un de ses collègues, T. Valerius Marcianus, employé dans l’officium du même gouverneur alors qu’il avait quitté la Mésie pour la Cappadoce, avec sa troupe, la légion V Macedonica, au cours de l’expédition parthique de Lucius Verus336. Avant son installation en Mésie, à l’époque de Néron, cette légion s’était déjà rendue dans ce secteur337. Un détachement de cette troupe était stationné dans la région d’Amasya-Amasia au milieu du iie s., comme le révèlent plusieurs inscriptions dont certaines font mention de bénéficiaires rattachés à cette même légion338. L’un d’eux, C. Valerius Secundus, y est décédé au milieu du iie s. pendant son service à Amasia ou dans les environs, de même que son collègue βενεφικιαριος ηγεμονος décédé à l’âge de 28 ans339. Leur présence locale pourrait s’expliquer par le rôle administratif d’Amasia comme centre du conventus ou peut-être comme capitale du Pont340. La situation du bénéficiaire L. Iulianus Akylas connu par un fragment de sa stèle funéraire à Demirseyh dans la zone de frontière entre la Galatie et la Cappadoce (le long de la voie Ancyre - Amasia) nous laisse dans l’incertitude, l’âge du militaire et le titre de son supérieur ne nous étant pas connus341.

  • 342 CBI, 692 ; Miller 1916, 733, localise le site antique d’Aquae Arauenae dans le lieu actuel de Kirh (...)
  • 343 I 157. Nous remercions D. French de nous avoir transmis ce texte et les renseignements le concerna (...)
  • 344 CBI, 691 : Annexe 1.3. L’inscription n’est connue que par une copie. S’agit-il d’une inscription v (...)

97Un bénéficiaire du gouverneur du nom de Phamainos a consacré un monument votif à Asklépios et d’Hygie dans la région de Kirhehir-Aquae Arauenae, un secteur riche en sources et en eau, entre Ancyre et Caesarea. On peut se demander ici encore si le sanctuaire dans lequel il l’a érigé était ouvert à l’ensemble de la population locale attirée ici par les vertus salutaires des divinités en question, ou s’il s’agissait du sanctuaire d’une station de bénéficiaires. Son titre de θεραπευθις semble indiquer qu’il était un membre d’une communauté religieuse en relation avec ce culte, mais il pourrait aussi mettre en relief le rôle de gardien du temple et du culte, qui revient d’office au bénéficiaire responsable d’une station et du sanctuaire qui en faisait partie342. Un document encore inédit, de provenance exacte inconnue mais conservé dans le musée de Kirhehir, fait connaître un second bénéficiaire dans la région, Iulius Diogenianus343. Les deux hommes ont pu être postés dans la même station, peut-être déjà active au milieu du iie s. comme celle dans laquelle le gouverneur Cassius Apollinaris, aux environs de 151-154 p.C., avait probablement détaché son bénéficiaire Claudius Torquatus, dans le sud de la province, non loin de sa frontière avec la Cilicie, à Tyana, entre Ancyra et Tarsus344.

  • 345 CBI, 688. Les lettres NI qui précèdent directement le titre de -B-COS doivent se rapporter à la fi (...)
  • 346 CBI, 681-682 et Chap. I p. 49-50.
  • 347 CBI, 675 (déd. au proc. et praeses Didius Marinus, vers 215-217 p.C., par ses corniculari(i), bene (...)
  • 348 CBI, 680 : Annexe 1.3. à Celemis-Patara. Ce bénéficiaire du gouverneur de Lycie-Pamphylie, origina (...)
  • 349 Haensch 1997a, 290-297 et Haensch 1998, 289-292.

98C’est également au milieu du iie s. que remonte le fragment du monument funéraire du bf cos [Valerius---] nus mis au jour à l’est de Tyana, à Gömse sur le territoire de l’antique Lystra, en Galatie. Celui qui fut le père ou plus vraisemblablement le frère du centurion et des deux autres vétérans associés pour ériger son monument funéraire est décédé pendant son service345. S’il était rattaché comme le centurion C. Valerius Clemens à la légion XV Apollinaris, on admettra qu’il a pu accomplir son service comme bénéficiaire dans l’officium du gouverneur de la Cappadoce, cette troupe étant stationnée depuis Trajan à Satala. Dans ce cas, la présence de son monument funéraire à Lystra en Galatie ne devrait pas s’expliquer par un stationnement local, à moins que ce bénéficiaire n’ait été mis au service du gouverneur de Galatie ? A l’époque d’Hadrien ou dans les années suivantes, au milieu du iie s., une station de bénéficiaires était active à Olympos sur la côte de la Lycie-Pamphylie346, le long de la route romaine qui d’Éphèse, capitale de la province d’Asie347, passait par Patara, Perge et Cibyra Minor, rattachée selon les époques à la Cilicie ou à la Lycie-Pamphylie. Chacun de ces trois sites a livré une inscription funéraire mentionnant un bénéficiaire348. La présence d’un bénéficiaire en service semble probable dans le centre administratif de Patara ainsi qu’à Perge, qui fut probablement la capitale de la province de Lycie-Pamphylie349.

99En Syrie, la présence à Apamée du bénéficiaire Q. Munatius Marinus remontait à 116 p.C. ou peut-être même à quelques années avant cette date (114-116 p.C. ?), comme le révèle sa base de statue en l’honneur de L. Iulius Agrippa, son évergète. Marinus faisait probablement partie de l’officium du gouverneur de la province. La base en question, trouvée avec 9 autres inscriptions honorifiques adressées au même personnage par ses clients, affranchis ou serviteurs, provient du secteur nord de la grande avenue à colonnes. Agrippa était connu à Apamée pour ses actes d’évergésie ; il y a construit des thermes, une basilique et un portique, et a offert des distributions de blé. Le bénéficiaire Marinus met l’accent sur les honneurs royaux d’Agrippa, sans doute accordés comme une marque de reconnaissance officielle de Rome suite aux services qu’il a rendus à la fin du règne de Trajan. Il se distingue en cela des autres personnages qui célébraient Agrippa. Ce document montre que comme le soldat de Pline stationné à Nicomédie ou le bénéficiaire Ulpius Malchus, détaché par le préfet d’Égypte auprès du stratège Apollonius, à Apollospolis, Marinus se devait d’entretenir des relations et de collaborer d’une part avec les membres l’élite locale de l’endroit où il était détaché, et de l’autre, avec les représentants du gouvernement romain en poste dans la région.

4.3.4. L’Espagne et le témoignage d’une station

  • 350 CBI, 855-858 ; sur l’administration de ces mines : Le Roux 1995, 73-75, avec la bibliographie réce (...)

100En Espagne, nous connaissons très peu de témoignages de bénéficiaires en service en dehors de Tarragone et de Mérida, capitales d’Espagne Citérieure et de Lusitanie. A Villalís dans le district minier de la Valduerna, le procurateur équestre d’Asturie-Galice envoyait régulièrement entre 166 et 175 p.C. l’un de ses bénéficiaires pour contrôler la gestion financière de l’exploitation des gisements aurifères et des carrières de marbre. Celui-ci faisait partie d’une uexillatio composée de légionnaires et d’auxiliaires détachés dans le secteur350. A ces militaires s’associait un procurateur affranchi de l’empereur.

  • 351 CBI, 834 : Annexe 1.3. Sur la route : Roldan Hervas 1975, 266. Pline, Histoire Naturelle, 3.3.26 m (...)
  • 352 CBI, 837 : Annexe 1.3 ; Le Roux 1982, 130 soutient la thèse de l’origine locale ; d’un avis différ (...)
  • 353 I 140b - AE, 1995, 961 (AE, 1994, 1068).

101Le seul témoignage connu qui nous soit parvenu et qui atteste l’existence en Espagne d’une station placée sous la surveillance d’un bénéficiaire est un autel votif découvert à Amaya près de Reynosa, à environ 20 ou 30 km au nord-ouest de Burgos. Il a été consacré au Génie de la station – la restitution de Genius stationis dans la dédicace s’impose sans hésitation, attestant de ce fait l’existence de la station – par Aelius Maritimus, bénéficiaire du gouverneur d’Espagne Citérieure. L’autel a dû être consacré dans le sanctuaire ou sur l’espace sacré de la station. L’expression exedra cum basi, sans parallèle dans le dossier, pourrait évoquer une construction comparable à l’éxèdre d’Osterburken dont les traces ont été repérées dans le sol comme nous l’avons vu plus haut, ou d’une petite salle de réception à l’entrée du sanctuaire de la station, comme celle qui est mentionnée dans une inscription de Tarragone, exhedra cum fronte templi Mineruae351. La station en question était établie dans les environs de Sasamón, sur le tracé de la route Pampelune-Léon reliant le camp de la légion VII Gemina (et les mines) avec le littoral. La station a pu être en fonction au cours du IIe s., à une période où les mines étaient encore exploitées. Une autre station se trouvait peutêtre établie à Figueras-Iuncaria sur la via Augusta, à 16 milles du passage des Pyrénées. Cela si l’on admet que c’est sur le lieu même de son service que le bf cos M. Val. Laevinus est commémoré par son frère au moment de son décès, et non pas sur leur lieu d’origine, ce qui serait aussi possible. La présence d’une mansio mentionnée dans les itinéraires anciens pourrait étayer l’hypothèse de l’existence d’une station en ce lieu352. On admettra en revanche qu’il est peu probable, sur la base de l’inscription qu’il fait figurer sur le monument funéraire de sa mère, matri dulcissimae, que le bf cos Val. Paternus ait pour sa part été détaché dans une station à Játiva-Saetabis, au sud de Valence, sur le tracé de la voie qui conduit à Carthagène-Noua Carthago353. Ce lieu en question devait plutôt être celui de la résidence de la mère du bénéficiaire, et peut-être même le lieu d’origine de ce dernier.

5. Le sanctuaire de la station à la lumière des témoignages archéologiques, épigraphiques et papyrologiques

5.1. La station : espace sacré et fonctionnel

  • 354 Annexe 15.

102Nous avons déjà évoqué plus haut les documents du dossier où il est question d’une construction ou d’une restauration d’un édifice que le bénéficiaire a pu effectuer à titre privé, à l’image des personnalités relativement bien placées dans l’échelle sociale, gouverneurs, procurateurs, membres de l’élite municipale, commandants de troupes (préfets ou tribuns) ou même centurions354. Les nouvelles découvertes d’Osterburken et de Sirmium ainsi que notre étude détaillée des stations et de leur environnement immédiat nous invitent à une relecture attentive des documents de ce type lorsqu’ils sont issus du contexte d’une station. Les signes d’une intervention, réorganisation ou transformation qui s’en dégagent et qui sont dus à un geste personnel du bénéficiaire concernent de ce fait le complexe de la station et plus précisément son espace sacré. Ils nous permettent de nous faire une idée plus précise de l’organisation concrète de la station et du cadre dans lequel les beneficiarii accomplissaient leurs fonctions.

  • 355 CBI, 184 (un poisson orne l’une des faces de l’autel consacré aux Nymphes ; voir aussi CBI, 149 à (...)
  • 356 Sur le site et les fouilles : Römer/H, 1987, 479-481 ; plan fig. 454, p. 480. Le dernier témoignag (...)
  • 357 CBI, 190.

103Les travaux relatifs à un espace sacré ou à un bâtiment à caractère sacré nécessitaient une nouvelle consécration comme le montre l’expression qui figure sur l’autel de L. Memmius Iuvenis, Nymfae Apollinares renouatae meritoque aris dedicandae quod utrumque a se factum gaudet pro se et suis. Iuvenis a consacré cet autel au cours de son stationnement à Stockstadt en 166 p.C., soit un an avant que L. Flavius Paternus puis C. Iulius Petunnatius ne soient détachés dans le poste355. Son autel, le premier témoignage daté de l’importante série épigraphique de Stockstadt, ne laisse pas de doute sur l’existence antérieure d’un sanctuaire ou espace sacré en ce lieu. La mention de plusieurs autels (aris) remis en place et consacrés par ses soins (renouatae / dedicandae / utrumque a se factum) confirme qu’il n’était pas le premier dédicant en 166 p.C.356 A Stockstadt comme à Osterburken, l’existence d’un sanctuaire aux Nymphes est par conséquent antérieure à 166 p.C. et au premier autel daté. Iuvenis n’explicite pas les circonstances qui ont suscité son geste, mais la chronologie coïncide avec le climat de pressions extérieures ressenties sur le Rhin et le long des frontières de l’Empire357. A Osterburken, comme nous l’avons vu, c’est précisément à cette période, vers 165 p.C. (phase 3), que les fouilles ont permis de dater les travaux de réaménagement de la station et la démolition du petit temple en bois.

  • 358 CBI, 304 : ne quis in hac ara porcos agi facere uelit. Ara pourrait être employé pour area (espace (...)
  • 359 CBI, 311 (222-235 p.C.) et CBI, 303 : 227 p.C. La même année à Sopron-Scarbantia (au nord, entre V (...)
  • 360 Bf proc. à Siscia : CBI, 307 et 308 ; voir aussi 309 : la dédicace à Cérès fait penser qu’il s’agi (...)

104Une fois consacrés, les autels et l’espace sacré sur lequel ils étaient érigés ne devaient pas être souillés. C’est de cela dont voulait s’assurer le bf cos L. Virilius Pupus en poste à Sisak-Siscia en Pannonie Supérieure, comme l’atteste l’interdiction qu’il fit graver sur son autel consacré à IOM Héliopolitain358. Comme ses collègues en poste à Siscia, Pupus avait dû ériger son autel sur l’espace sacré de la station dont l’existence est attestée dans l’épigraphie jusque dans les années 222-235 p.C., à une époque où deux bénéficiaires étaient postés ensemble dans la station359. Les bénéficiaires du procurateur en poste à Siscia étaient peut-être employés en relation avec des activités annonaires : réquisitions, acheminement de convois destinés au ravitaillement des troupes, perception de taxes. Certains d’entre eux (dont deux ensemble) consacrent en effet leur autel à Cérès. Ce culte, s’il n’est pas attesté ailleurs parmi les bénéficiaires, est en revanche bien représenté parmi les militaires ou les civils employés au service du ravitaillement. Leur présence locale pourrait s’expliquer par la localisation possible du siège du procurateur financier, dont on ignore encore s’il se trouvait à Siscia ou à Poetouio360.

  • 361 Dans le dossier, par ex. CBI, 681-682 à Olympos ; CBI, 674 à Apameia Cibotos ; voir aussi CBI, 655 (...)
  • 362 VII, 45 - ILS, 4920 - RIB, 152 : locum religiosum per insolentiam dirutum Virtuti et n(umini) Aug( (...)

105Un lieu sacré qui avait subi une violation ou pollution devait être purifié. La mise en garde contre toute tentative de souillure d’un lieu ou d’un monument consacré se rencontre surtout sur des monuments funéraires, en particulier dans les provinces orientales. Elle est généralement accompagnée d’une menace d’amende pour toute personne qui entraverait l’interdiction361. A Bath en Bretagne, la purification du locus religiosus per insolentiam dirutus a été assurée par un centurion reg(ionarius), c’est-à-dire un centurion en charge de la supervision d’une région ou d’un district. Il était d’ordinaire à la tête d’un détachement militaire ou d’une vexillation, comme les centurions regionarii et les praepositi en poste par exemple dans la regio minière de Montana, à Carlisle, ou dans le castellum de Ribchester. Le terme dirutus révèle qu’il était question dans le cas précis d’une destruction, et celui d’insolentia, qu’elle est mise au compte d’un acte volontaire362.

  • 363 CBI, 415. Les six autels de bénéficiaires connus sur le site sont tous consacrés à IOM.
  • 364 Sur le détachement à Sirmium d’autres bénéficiaires d’un gouverneur de Pannonie issus de cette tro (...)
  • 365 CBI, 414. Il s’agit bien dans le cas de Maximus d’une formule qui indiquerait la fin du service, a (...)
  • 366 Ils se trouvaient à une profondeur de 2 mètres sous la Place Vladimir-Nazor.
  • 367 I 16 et I 70, avec Annexe 3. Sur cette légion : voir supra p. 146-147 à propos de la station de Si (...)
  • 368 CBI, 416 et Chap. V p. 245-246, avec la discussion sur l’hypothèse d’un contrôle réciproque entre (...)

106Sur l’autel qu’il érigea à Osijek-Mursa, en Pannonie Inférieure, le bénéficiaire du gouverneur Iulius Salutaris précisait qu’il avait remis en place des autels, aras in hunc locum recollocauerit363. Le locus en question devait certainement être l’espace sacré de la station sur lequel il consacra à son tour son autel. Les autels auxquels il faisait allusion (ou du moins une partie d’entre eux) ont effectivement été découverts près du sien, en 1971, in situ et accompagnés de leur base. Il s’agit de celui T. Fl. Iustus de la légion IV Flavia, en poste à Mursa en 164 p.C.364, et de celui de Censorinius Maximus. Ce dernier célébrait ainsi la fin de son service militaire, acc(epta) missione, qui coïncidait avec la fin de son séjour à Mursa365. C’est donc à l’endroit précis où ces autels ont été mis au jour qu’il convient vraisemblablement de localiser le sanctuaire de la station des bénéficiaires366. Comme Iustus, le bf cos Iulius Iulianus, également détaché à Sirmium, avait lui aussi été recruté dans la légion IV Flavia367. On soulignera enfin que le procurateur financier de la province avait aussi ses bénéficiaires à Mursa, comme à Siscia et dans d’autres sites, par exemple dans le district des mines d’or d’Ampelum en Dacie368.

  • 369 Annexe 15, avec CBI, 131, 266 et 264, 533 dans la station de Càhei-Samum ou le sacrarium consacré (...)
  • 370 Sur le contexte historique : Fitz 1962, 33. Voir aussi CBI, p. 336.
  • 371 Popoviç 1989, 121.

107Les circonstances qui ont entraîné la remise en place des autels de la station de Mursa dans une période postérieure à l’année 164 p.C. ne sont pas explicitées dans l’inscription. S’agissait-il d’un simple réaménagement de l’espace et de la disposition des autels pour des raisons de place, suite à une dégradation naturelle, ou de travaux de transformation de l’aire sacrée, au cours d’une réorganisation de la station, ou à la suite de la reconstruction d’un édifice tombé en ruines, comme on en connaît des exemples à Mayence, en Norique, à Atrans et à Tiffen, ou en Dacie, dans la station de Càhei-Samum369 ? La station aurait-elle été endommagée au cours des événements marcomaniques et des troubles qui ont suivi, alors qu’une partie des forces militaires romaines était engagées en Orient dans la guerre parthique ? L’attaque du Norique par les Marcomans au début de 167 p.C. et leur avancée vers le sud, retenue par les troupes de Pannonie Supérieure, aboutit aux accords avec le roi Bellomar et la confédération marcomanique, soit les Quades et les Iazyges. A la même période, durant l’hiver 166-167 p.C., les Lombards et les Obii traversèrent le Danube et pénétrèrent jusqu’au coeur de la Pannonie Inférieure. Le premier traité de paix conclu avec les Marcomans se situe en 173 p.C.370 Les travaux de réaménagement ou reconstruction ne doivent certes pas systématiquement se comprendre dans un contexte ou un climat de violence et d’attaques, et il faut se garder d’une manière générale de tenter à tout prix de lier un événement particulier à la grande histoire. Signalons toutefois qu’à Osterburken, comme dans le poste voisin de Stockstadt, les signes d’un réaménagement des deux postes se situent vers 165-166 p.C., soit à une période où les pressions extérieures commencent à se faire ressentir avec force en Germanie et en Pannonie. Quant à la station de Sirmium, qui s’inscrivait dans un contexte géographique et chronologique proche de celui de la station de Mursa, les traces de destruction et de restauration qui s’observent dans l’archéologie ont été mises en relation directe avec les événements de la guerre des Marcomans et avec les pressions politiques portées contre le pouvoir romain371.

  • 372 CBI, 20 ; sur la situation de ce carrefour routier : Margary 1973, 90-100. La dédicace aux Matres (...)
  • 373 Voir à ce sujet le commentaire à I 6 : Annexe 1.3 où il est question du plomb britannique acheminé (...)
  • 374 CBI, 12 à Dorchester ; sur le réseau de communications : Margary 1973, 165-167.
  • 375 Par ex. VI, 5306 - ILS, 7930.
  • 376 Sur l’interprétation du relief dans ce sens : Domaszewski 1902, 158-159 n. 2, à propos du relief p (...)
  • 377 CBI, 734 avec Chap. VI p. 287.

108En Bretagne, à Winchester-Venta Belgarum, un carrefour routier situé dans la partie méridionale de la province, le bénéficiaire du gouverneur Antonius Lucretius a lui aussi fait allusion à une remise en place ou en état, rest(ituit), sur l’autel qu’il consacra aux Matres d’Italie, des Germanies, des Gaules et de Bretagne372. Il ne précisa ni la date ni la nature exacte de son geste sur son autel, consacré dans le sanctuaire d’une station installée dans la région, probablement déjà au cours du iie s. On ignore donc s’il s’agissait de la simple remise en place ou en état de son propre autel, ou de plusieurs autels consacrés par ses prédécesseurs dans le poste et rassemblés sur l’aire sacrée du sanctuaire. Le caractère cosmopolitain des divinités invoquées ici s’explique sans doute par la situation de la station le long de la voie qui se dirigeait vers le sud de la province et permettait d’accéder à la mer et au continent. La seule autre trace d’une station dans le sud de la Bretagne provient nous l’avons vu de Dorchester-on-Thames, au nord de Winchester. L’exploitation de carrières un peu plus au sud, dans la Studland Bay, n’était peut-être pas sans rapport avec la présence d’une station de bénéficiaires dans la région, au croisement des voies fluviales et routières, à un endroit de transbordement des marchandises acheminées vers la Manche, puis le port de Boulogne-Gesoriacum et la Gaule, les Germanies et l’Italie, ou en sens inverse373. Le bénéficiaire en poste à Dorchester a entouré son autel d’une clôture, aram cum cancellis374. Il est possible qu’il ne s’agisse dans le cas précis que d’un petit enclos dressé autour de son autel, comme on en connaît autour de monuments funéraires375. Mais l’évocation d’une telle barrière dans ce contexte rappelle la clôture qui entourait à Osterburken l’ensemble de l’espace sacré de la station, l’isolant du reste du territoire et limitant son accès aux seules personnes autorisées. Une violation de la règle sacrée constituerait un sacrilège. La chaîne enroulée au centre d’une haste du type dit de bénéficiaires sur un monument funéraire de Périnthe – celui d’un bénéficiaire ? – a pu avoir été utilisée d’une manière comparable. Sa présence à Périnthe pourrait s’expliquer par le statut de ce site, qui semble s’imposer parmi d’autres comme capitale provinciale de la Thrace376. On retrouve une haste entourée d’une telle chaîne sur le relief du monument funéraire du bénéficiaire G(---) Damianus, à Alexandrie, où il devait se trouver au moment de son décès. Ce bénéficiaire représenté avec un rouleau dans sa main faisait partie de l’officium du préfet d’Égypte377.

  • 378 A Catterick : CBI, 7 : Annexe 1.3 ; voir aussi I 4. La question de la localisation éventuelle d’un (...)
  • 379 Au iiie s., les échanges entre le continent et la Bretagne, et cette région en particulier, étaien (...)
  • 380 Singulares du gouverneur : Davies 1976, avec un accent particulier sur le document discuté ici ; l (...)
  • 381 Annexe 1.3 ad CBI, 7.

109A Catterick-Cataractonium, le bf cos Q. Varius Vitalis a lui aussi remis en place (ou en état ?) un autel dédié auparavant au deus qui uias et semitas commentus est. Cette dédicace est en relation directe avec la situation topographique du site mentionné dans les itinéraires anciens et établi dans une région de communications et de passage. C’est légèrement au nord de Cataractonium que se situait un croisement routier d’importance. Une voie bifurquait vers l’ouest en direction de Carlisle et de la partie occidentale du mur d’Hadrien (semita), alors que la route principale (uia) venant d’York, camp légionnaire et capitale de la Britannia Inferior, traversait la rivière Swale pour se rendre en direction du nord vers le mur d’Hadrien puis vers l’Écosse378. Cataractonium, qui abritait un castellum édifié sous les Flaviens, puis réoccupé vers 158 p.C., après une période d’abandon, se trouvait donc au cœur d’une région de circulation et d’échanges entre le nord de la province, York, et le continent379. Sur l’autel en question qu’il a réutilisé et consacré une nouvelle fois, Vitalis a simplement rajouté son nom et son titre à la suite de l’inscription se terminant alors par la formule votive VLLM, u(otum) l(ibens l(aetus) m(erito). Il a ensuite précisé son geste, aram sacram restituit, et l’a daté, soit en l’année 191 p.C. L’autel est aujourd’hui perdu et le texte qui y figurait ne nous est parvenu qu’à travers d’anciennes copies. Si l’on considère, comme cela semble s’imposer, que son prédécesseur se nommait T. Aur(elius) Dasso – et non pas T(itius) Irdas ( ?), insolite, suivi de l’abréviation SC comme le pensait le copiste –, le premier dédicant de l’autel n’était pas un s(ingularis) c(onsularis) ou un s(ummus) c(urator) comme on l’a pensé jusqu’ici. Signalons à ce propos que l’association entre un beneficiarius et un singularis d’un gouverneur demeure sans parallèle, que ce soit dans le cadre d’une dédicace commune ou dans le contexte d’un détachement conjoint dans la même station de bénéficiaires380. Le premier dédicant de l’autel était vraisemblablement le prédécesseur ou l’un des prédécesseurs de Vitalis dans la station, et l’abréviation de son titre-B-ou-BFdevait figurer à l’origine à sa place habituelle, entre son nom et les lettres d’abréviation de la formule votive VLLM. Cela permet en effet une compréhension plus satisfaisante des lettres copiées FVSLLM, interprétées jusqu’ici à tort comme f(ecit) u(otum) s(oluit) l(ibens) l(aetus) m(erito), au lieu de... -B-, VLLM381. Il est manifeste que les copistes n’avaient pas compris la signification de l’abréviation du titre de ce bénéficiaire, pas plus qu’ils n’avaient reconnu celle de bf cos qui suivait le nom Vitalis. Aurelius Dasso, dont le gentilice fait penser que sa famille (ou lui-même) avait reçu la citoyenneté sous Marc Aurèle, était probablement un légionnaire rattaché à l’officium d’un gouverneur, comme son collègue et successeur Vitalis, bien qu’il n’ait pas précisé le titre de son supérieur, à la différence de ce dernier. Il est possible que ce soit aussi le cas du troisième bénéficiaire connu sur le site, à moins qu’il n’ait été employé au service d’un commandant de la troupe auxiliaire installée dans le castellum.

  • 382 Par ex. ILS, 6367 à Pompéi en 62 p.C.
  • 383 Sur les destructions de sanctuaires comme un acte politique : Glinister 1997, 66, avec la bibliogr (...)
  • 384 Salway 1993, 156-157.
  • 385 Les efforts de Pertinax, bien reçus dans un premier temps, ont abouti à des séditions qui seront s (...)
  • 386 Black 1995, 38, 118-119. La mansio aurait été démolie vers la fin du iie s. ou le début du iie ; s (...)
  • 387 A ce sujet : Mann 1997a. Sur le gouvernement de Clodius Albinus dès 192-193 p.C. : Thomasson 1972- (...)

110A la différence de ses collègues de Stockstadt et de Mursa, Vitalis ne fit allusion qu’à un seul autel remis en place ou en état, en 191 p.C. L’expression aram sacram restituit peut en effet évoquer aussi bien une remise en état de l’autel suite à une détérioration normale (la pierre de la région, souvent du grès, est très friable), ou sa remise en place à la suite d’un déplacement, par exemple au terme de travaux de restructuration du complexe dans lequel il se trouvait ou dans d’autres circonstances. Il n’est fait mention ici ni d’une restauration d’un édifice tombé en ruines, ni d’une destruction due à une catastrophe naturelle, incendie ou tremblement de terre par exemple382. Aucune mention non plus d’un acte de violence comme dans l’exemple de Bath mentionné plus haut, où le centurion justifiait son acte de purification au nom de la uirtus et du numen impérial, la souillure en question étant vue comme un acte d’agression et un geste politique dirigé à la fois contre les dieux de Rome et contre le pouvoir romain383. Un certain nombre de sites en Bretagne montrent des traces de destruction vers la fin du iie s. Celles-ci se situeraient selon certains spécialistes dans les années qui ont précédé l’émission de monnaies de c. 184/185 p.C., avec la légende VICT. BRIT et la représentation d’une Victoire384. Nous savons que pour tenter de maîtriser une situation de troubles dans la province, Commode envoya en Bretagne un gouverneur expérimenté qui connaissait déjà bien la province et qui auparavant avait été détaché en Syrie pour y remettre de l’ordre à la suite des troubles causés par Avidius Cassius. Cet homme n’était autre que P. Helvius Pertinax, le futur empereur385. De récentes fouilles menées dans le secteur dans lequel devait se trouver une mansio, à Catterick, auraient révélé des traces de démolition que les archéologues situent vers la fin du iie ou le début du iiie386. La proximité et les relations possibles mises en évidence plus haut entre les stations de bénéficiaires et les mansiones établies le long des voies de circulation, ainsi que la position de Catterick le long de la voie d’accès au nord de la province permettent-elles de relier les deux événements, la destruction de la mansio de Catterick et le geste de Vitalis, dont la portée exacte nous échappe ? Si l’on admet que le geste de Vitalis correspondait à la remise en place en 191 p.C. de l’autel de Dasso, renversé lors de troubles ou déplacé au cours d’une réorganisation de la station, il pourrait coïncider avec une volonté réelle du gouverneur et de ses représentants de reprendre en main l’organisation de la province. Ce serait dans le prolongement de ces mesures que quelques années plus tard, vraisemblablement dès 197 p.C., la Bretagne fut divisée en deux provinces, la Britannia Inferior au nord et la Britannia Superior au sud, avec comme capitales respectives York et Londres387. Une fois encore, les données dont nous disposons ne nous permettent pas de prouver une telle interprétation. Dans tous les cas, et quelles que soient les raisons qui ont entraîné la remise en état de l’autel, la révision du texte autorise au moins à dire que la station de Catterick était certainement active avant 191 p.C., alors que les monuments votifs datés des bf cos de Bretagne se situent en principe au iiie s. On en conclura qu’en Bretagne comme ailleurs, l’établissement de stations de bénéficiaires n’a pas attendu le iiie s. pour se mettre en place. Il n’est pas exclu qu’ici aussi les premiers exemples de bénéficiaires d’un gouverneur en service détaché remontent au iie s., et peut-être même au début de ce siècle comme dans d’autres provinces, si l’on considère que les bénéficiaires mentionnés dans les tablettes, ou du moins l’un d’entre eux, était un membre de l’officium du gouverneur et non pas du commandant de camp.

  • 388 Tout citoyen et détenteur d’une quelconque autorité publique pouvait en effet exercer des fonction (...)
  • 389 Sur la conservation d’archives dans un temple : Beard 1998, 92-98, Williamson 1995, 242-243 et Hae (...)
  • 390 Par ex. Tacite, Annales, 14.32 : tutela templi freti...
  • 391 Code Théodosien, 48.13.6 ; 7 ; 11.

111Comme l’ensemble des temples anciens, à Rome et partout dans l’Empire, le sanctuaire d’une station de bénéficiaires a pu servir à divers usages pratiques, en relation avec les fonctions exercées par les bénéficiaires. C’était là, devant les statues et les autels exposés dans la cour de l’espace sacré que le bénéficiaire faisait les sacrifices aux dieux et célébrait les empereurs vivants ou divinisés, seul ou avec un collègue, parfois même avec un membre de sa famille388. Le caractère sacré et inviolable des sanctuaires permettait aux prêtres et à ceux qui avaient la charge du temple d’abriter des réunions à caractère confidentiel, des archives locales ou des documents officiels à diffuser dans la province aux autorités civiles ou militaires, des copies de dossiers de pétition, ou des dépôts scellés contenant par exemple des sommes d’argent mises en sécurité lors de transferts389. En cas d’urgence, le sanctuaire lui-même pouvait même servir de refuge face à des assaillants et devenir de ce fait la cible des attaques dirigées contre ceux qui s’y étaient réfugiés390. Placés dans un sanctuaire, les êtres et objets étaient en quelque sorte mis sous la protection des dieux et de ce fait protégés, rendus inviolables. La jurisprudence à ce sujet nous apprend que l’on punissait selon des critères différents les actes considérés comme du vol et ceux qui à l’intérieur d’un édifice sacré et dédié aux dieux étaient jugés sacrilèges, et de ce fait étaient passibles de la peine capitale391.

  • 392 A Cerveteri : ILS, 5918a, 113 p.C., avec Jacques 1990, 170 ; à Doura : P. Dur., 54 - Fink 1971, 11 (...)
  • 393 Corbier 1974, 674-682 ; Coarelli 1984, 74 ; sur les professiones concernant la naissance des enfan (...)

112A Cerveteri-Caere par exemple, c’est dans un temple que furent conservées les archives locales. A Dura, le dépôt des archives de la XXe cohorte des Palmyréniens se trouvait dans le temple d’Artémis Azzanathkona et en Asie, c’est encore dans le contexte d’un temple qu’étaient conservées les archives de la province392. A Rome, les archives, le trésor de l’État romain et les enseignes militaires étaient conservés dans le Tabularium annexé au temple de Saturne, sur le flanc du Capitole. C’était là, devant les praefecti aerarii, que les citoyens devaient déclarer officiellement le nom qu’ils souhaitaient donner à leurs enfants nés libres, dans les trente jours après leur naissance, et que devaient parvenir des provinces et plus précisément de l’officium de chacun des gouverneurs les listes de recensement avec les registres d’état-civil et les matricules cadastraux393. Cela impliquait bien entendu qu’à l’intérieur de chacune de ces provinces, le même effort de centralisation des informations en direction de la capitale fut mis en place par le gouverneur et ses officiales en poste dans ses bureaux ou en service détaché, comme les bénéficiaires. Dans les différentes régions de la province, ils devaient en collaboration avec les autorités locales s’assurer que soient envoyées dans la capitale les diverses informations d’intérêt général et autres prestations, pétitions, rapports, données censitaires sur la base desquelles était établie l’assiette fiscale, taxations, listes de recrutement, etc.

  • 394 Thomas 1982, 131.
  • 395 Arsinoïte : BGU, 362 (215 p.C.) ; Oxyrhynchos : P. Oxy., 2131 (207 p.C.) ; P 81 (267 p.C.).
  • 396 Annexe 5 et P 11.
  • 397 P. Oxy., 2130 - P 81 (267 p.C.) ; serait-ce peut-être de cette manière qu’il conviendrait de compr (...)
  • 398 P 46 (iiie ou du ive s. p.C.) : la liste des aliments en question comprend 4 poules, 1 porc, 8 œuf (...)

113Lors de leur visite dans une région, l’empereur, le gouverneur ou les autres autorités se rendaient dans les sanctuaires ; l’épistratège y présidait des séances de tribunal en Arsinoïte394. Les papyrus montrent clairement qu’à Arsinoè et à Oxyrhynchos par exemple, les métropoles de deux nomes, les archives et les documents officiels (rapports, pétitions, comptabilités etc.) étaient conservés et exposés dans les sanctuaires, celui de Jupiter Capitolin d’une part, et dans le Sebasteum de l’autre395. Dans les deux endroits, des documents papyrologiques contemporains attestent la présence de bénéficiaires en service détaché ou στατιζοντες396. A Oxyrhynchos, c’était précisément dans le Sebasteum devant la statue de l’empereur (i. e. Gallien) que se trouvait le représentant officiel en poste ici, στατιζων, chargé de recevoir les pétitions et de les transmettre aux autorités compétentes. Le στατιζων en question pouvait être un bénéficiaire ou peut-être un centurion ou un décurion, ces derniers étant connus pour avoir assumé des fonctions comparables à celles des bénéficiaires dans le domaine de la justice et en particulier dans la réception et la transmission de pétitions397. Plusieurs témoignages attestent la présence de bénéficiaires à Oxyrhynchos. Un papyrus du iiie ou du ive s. p.C. a conservé une liste d’aliments transmis à un bénéficiaire en poste sur les lieux pour être offerts lors d’un sacrifice, durant le mois d’Hathyr (28 octobre-26 novembre). Le bénéficiaire en question était vraisemblablement impliqué dans l’organisation d’une cérémonie religieuse lors de son service, tout comme le stratège qui apparaît dans un document comparable398.

  • 399 CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3, avec Chap. V p. 247. A ce sujet, alors qu’il évoque le culte du dieu (...)

114Les témoignages passés en revue précédemment nous invitent par exemple à reconsidérer les travaux de restauration et d’ornementation (peinture et aménagement d’un jardin avec des arbres fruitiers) de la cour d’un sanctuaire à Quft-Coptos en 219 p.C. Exécutés à ses propres frais par le bénéficiaire M. Aurelius Apollonis en poste dans la région, on peut se demander si ces aménagements n’étaient pas destinés, en plus d’une manifestion de sa religio et de son respect face aux dieux, à améliorer l’espace dans lequel il exerçait ses activités à Coptos, où le préfet d’Égypte pouvait se rendre personnellement lors de ses tournées conventuelles. En d’autres termes, ses travaux n’auraient-ils pas été effectués dans le sanctuaire de la station dont il avait la charge399 ?

5.2. Organisation de la station

  • 400 Annexe 6, avec l’évidence de CBI, 169 : Annexe 1.3 (cf. supra p. 138).

115Le rythme qui s’observe dans la rotation des bénéficiaires dans les différentes stations variait à la fois selon les provinces et selon les époques. En Germanie Supérieure, dans la seconde partie du iie et le début du iiie siècle au moins, le stationnement se limitait, nous l’avons vu dans les détails, à une période de six mois, renouvelable au moins une ou deux fois. Dans cette province, les premières traces de la mise en place d’un système de rotation des bénéficiaires s’observent depuis 167 p.C. Son fonctionnement basé sur des séjours limités à 6 mois, des ides de janvier aux ides de juillet, paraît coïncider avec le dédoublement des bénéficiaires dans la même station, du moins approximativement et dans certaines stations de la province400. Les observations soulignées précédemment sur l’organisation des stations en Germanie Supérieure permettent de mieux comprendre les moyens sur lesquels le gouverneur pouvait s’appuyer pour diriger au mieux cette importante province dont il avait la charge militaire et administrative. Soucieux de maintenir un contact permanent avec ses troupes aux frontières, il s’y rendait à l’occasion, lors de voyages d’inspection, et recevait des informations régulières de ses bénéficiaires, ses hommes de confiance, en poste dans le même officium durant de nombreuses années. Pendant les périodes difficiles et dans les zones délicates, notamment aux frontières extérieures de l’Empire, le rythme de rotation des bénéficiaires semble s’être accéléré, et plusieurs bénéficiaires furent détachés simultanément dans certains postes, l’un d’eux, plus expérimenté que l’autre, restant en fonction au même endroit pour une période plus longue.

  • 401 Mirkoviç 1994a, 348.
  • 402 Annexe 6 avec CBI, 352 et 347 et Sasel-Kos 1995a, 158-159, avec sa discussion à propos de CBI, 350 (...)
  • 403 L’autel CBI, 259, 23 juillet 238 p.C. provient de la capitale Virunum, et non d’une station. Voir (...)
  • 404 CBI, 268 et 218, avec Annexe 3.
  • 405 Chap. V p. 232.

116Les documents de Pannonie Inférieure et ceux de Sirmium en particulier suggèrent que dans ce poste, les changements avaient lieu tous les deux entre 185 et 191 p.C., tous les quatre ans pendant la décennie suivante, en 191, 195 et 199 p.C., puis chaque année entre 221 et 224, et enfin tous les 6 mois, dès 228 p.C., et certainement en 230 p.C.401 Comme en Germanie Supérieure, le détachement de deux bénéficiaires dans la même station paraît coïncider à Sirmium avec des séjours de durée limitée, au moins pour l’un des deux bénéficiaires, déplacé au terme d’un séjour, alors que l’autre était renouvelé dans ses fonctions une ou deux fois. Un indice d’une périodicité de 6 mois s’observe peut-être ailleurs dans la province de Pannonie Inférieure, à Praetorium Latobicorum, entre 224 et 225 p.C.402 En Norique, la rotation des bénéficiaires dans les stations pouvait avoir eu lieu aux ides de mai durant le iiie s., du moins entre 209 et 230 p.C.403 Il est possible qu’autour des années 230 p.C., les bénéficiaires soient restés en place dans la même station pour une durée d’un an. Une période de 6 mois comme en Germanie n’est pas exclue, avec des dates de rotation différentes, en mai et peut-être en novembre malgré l’absence de témoignages connus durant ce dernier mois. L’espacement entre deux détachements non successifs n’est pas clairement établi. Les deux autels érigés par P. Aelius Verinus révèlent un premier détachement en 200 p.C., dans la région d’Unterthörl, et un second 13 ans plus tard, à Celeia404. Verinus a pu entre temps retourner dans la capitale ou être détaché dans d’autres postes. Comme nous le montrerons dans les détails au cours du chapitre suivant, les documents papyrologiques laissent également paraître que les bénéficiaires du préfet d’Égypte, comme leurs collègues des autres provinces, ne restaient dans le même poste que pour une période limitée. Sa durée précise toutefois nous échappe, et il est possible qu’elle ait dépassé une période de 6 mois. La confrontation de plusieurs papyrus semble même révéler la présence simultanée de deux bénéficiaires à Karanis, dans la seconde partie de l’année 297 p.C.405

  • 406 Le premier exemple d’un autel votif daté élevé par deux beneficiarii remonte à 164-167 p.C. (Afriq (...)

117Le détachement de deux bénéficiaires simultanément dans le même poste est donc une pratique attestée dans des stations de plusieurs provinces, au moins depuis Marc Aurèle, sans que l’on puisse y déceler une règle générale s’appliquant à l’ensemble de l’Empire406. Ce système à deux têtes offrait l’avantage de permettre leur déplacement au sein de la regio et de garantir leur mobilité dans la province, entre la capitale et les différentes stations, tout en préservant la continuité des activités assumées dans le poste. Le gouverneur se donnait ainsi la possibilité d’être informé de ce qui se passait dans toutes les régions de sa province (et tout particulièrement aux frontières extérieures et dans les secteurs “chauds”) de manière rapide, régulière, directe et dynamique. Une telle organisation raffermissait les contacts et l’esprit de collaboration entre les divers officiales du gouverneur établis dans la capitale et en particulier au sein même de ses bénéficiaires, soit entre ceux qui travaillaient dans ses bureaux, dans la capitale, et ceux qui séjournaient temporairement dans une station. Elle donnait en outre la possibilité aux plus jeunes de se former au contact de collègues plus expérimentés, et cela non seulement dans l’exercice de fonctions administratives remplies dans la capitale, mais aussi dans celles qui devaient êtres assumées dans les stations. Enfin, comme dans toutes les structures de ce type, le dédoublement des bénéficiaires dans une même station permettait un contrôle réciproque de leurs activités. La durée limitée du séjour dans le même endroit et la présence d’un collègue à leurs côtés visaient à prévenir ou limiter les risques de corruption et d’exactions de ces fonctionnaires, que ce soit face à la population locale ou face à l’État romain. Il n’est pas impossible en outre que l’écourtement des séjours durant les périodes de crise ait pu contribuer à décourager le bénéficiaire d’emmener sa famille avec lui dans ses déplacements, comme cela se passait dans des provinces plus calmes, où le détachement pouvait s’étendre sur une période plus longue. Le système mis en place, qui s’adaptait aisément selon les circonstances et les lieux, permettait à l’administration provinciale de fonctionner de manière constante, sans trop de troubles, en dépit des changements répétés de gouverneurs à la tête des provinces.

5.3. La vie sociale dans la station : bénéficiaire, famille, personnel

  • 407 Tacite, Annales, 3.33.
  • 408 Une seconde lettre où il est question d’une visite possible de Severina à Vindolanda laisserait en (...)

118Dès le ier siècle, certains sénateurs prenaient l’habitude de se faire accompagner de leurs épouses là où les appelaient leurs fonctions provinciales. Cette pratique n’était guère du goût de quelques personnalités traditionalistes qui y voyaient un signe de décadence407. Les officiers équestres ont fait de même, faisant entrer dès la même époque leur épouse et leurs enfants dans un milieu jusqu’ici réservé aux hommes et aux armes. Les tablettes de Vindolanda offrent à ce sujet un regard évocateur, livrant un reflet de la vie sociale et familiale des officiers et de leur famille au début du iie s., grâce aux lettres et autres documents (chaussures d’enfants et objets typiquement féminins) conservés dans le sol du fort du mur d’Hadrien. Signalons par exemple la lettre qu’une certaine Claudia Severina (il s’agit de l’épouse d’Aelius Brocchus, l’un des correspondants de Flavius Cerialis, préfet de cohorte et commandant du camp de Vindolanda) envoya à Sulpicia Lepidina, l’épouse de Cerialis. Elle l’invitait à venir célébrer son anniversaire et lui transmettait les saluations de son époux et de son filiolus Aelius408.

  • 409 Sur les femmes à proximité des castella : Roxan 1991 et Chap. VII p. 294 ; sur le mariage des sold (...)
  • 410 Par ex. CBI, 35, première partie du iie s., et CBI, 36 ; voir aussi CBI, 30, où figurent les enfan (...)

119Suivant l’exemple des officiers, les centurions, sous-officiers et autres soldats ont également pris l’habitude de se faire accompagner dans leurs déplacements par leur famille, et cela bien avant que Septime Sévère n’autorise par la loi le mariage des soldats. Hadrien déjà avait fait preuve d’un certain esprit d’ouverture face à une situation qui lui paraissait difficile à éviter, sans pour autant légitimiser les unions des soldats en service ni le statut des enfants nés d’unions libres409. Il lui semblait qu’il valait mieux tolérer ce fait accompli en fermant les yeux sur les unions des soldats en service. Nous nous arrêterons plus loin de manière plus détaillée sur les relations sociales et familiales des bénéficiaires. Pour ces sousofficiers, en particulier lorsqu’ils étaient au service d’un gouverneur (ils jouissaient dans ce cas d’une situation financière relativement confortable et restaient en général dans leur province), il était plus facile de conserver des liens serrés avec leur famille. Les bénéficiaires, ou du moins une partie d’entre eux, avaient choisi de vivre en compagnie de leur famille, installée à leurs côtés, le plus souvent dans une capitale ou une métropole, ou dans les environs d’un camp. Cela s’observe aussi pour ceux qui étaient détachés dans la capitale d’une province voisine inermis. A Lyon par exemple, capitale des Trois Gaules où les bénéficiaires et autres militaires des légions du Rhin semblent en poste pour une période prolongée (certains d’entre eux ont choisi d’y rester au moment de leur retraite), nous en connaissons plusieurs qui vivaient en compagnie avec leur épouse, emmenée avec eux, ou parfois rencontrée sur place410.

  • 411 CBI, 145 à 153, 157 à 159, 162 à 164, 173 ; pro salute sua et suorum : CBI, 166 (201 p.C.).
  • 412 I 10, avec le commentaire sur la provenance de la pierre.
  • 413 CBI, 51 ; CBI, 53 et 95, avec CBI, 72.

120La situation familiale des bénéficiaires dans les stations n’est pas toujours aisée à cerner. A Osterburken par exemple, bien que les bénéficiaires aient émis à l’occasion des vœux pour leur famille, la présence d’une épouse ou d’un fils demeure inconnue, aucun d’eux n’apparaissant dans l’inscription, ni comme co-dédicant ni à un quelconque titre411. Sur l’ensemble des documents des deux Germanies, nous ne connaissons que deux exemples où l’épouse d’un bénéficiaire en service dans une station figurait comme co-dédicante aux côtés du bénéficiaire. L’un est daté de 207 p.C., et la station en question était probablement celle de Vinxtbach-Ad Fines, en Germanie Supérieure. Le couple émet des voeux pour leur propre santé, celle de leur père et beau-père, et pour celle de l’ensemble des membres de leur famille, pro salute (sua) et... patris sui et suorum412. L’autre est un autel consacré en 205 p.C. à Bonn (la légion I Minervia y avait son camp) par un bénéficiaire du gouverneur, pro se et suis, en compagnie de son épouse ou compagne Successinia Tita. Il est dédié aux Aufaniae Sanctae, des divinités mères invoquées par plusieurs des bf cos en service à cet endroit, et notamment C. Tauricius Verus, en 233 p.C. Aucun des deux autels que Tauricius Verus a consacrés pro se et suis ne contient les noms de son épouse ou de son fils. Ceux-ci nous sont connus uniquement par l’inscription funéraire qu’ils firent graver sur son sarcophage, à Cologne413. A Sirmium, aucune allusion à la famille ne figure sur les dizaines d’autels de bénéficiaires, ni de manière directe (cum suis par ex.), ni indirectement dans une formule de voeux (pro salute sua et suorum par ex.). Il est certain comme nous venons de le souligner que le déplacement de la famille et son installation dans la station devenaient plus difficiles à organiser dans les provinces et à l’époque où les séjours se limitaient à 6 mois. On constate toutefois que même lorsque le bénéficiaire était originaire de Sirmium, sa famille n’était pas davantage associée aux vœux du bénéficiaire. Ces observations nous invitent à ne pas négliger le cadre dans lequel les beneficiarii consacraient leur autel, sur lequel nous avons déjà longuement mis l’accent précédemment. Le caractère officiel de leurs inscriptions explique que l’interrogation des documents votifs des bénéficiaires se montre peu fructueuse sur ce type de questions et puisse même d’une certaine manière se révéler trompeuse.

  • 414 Annexe 6.
  • 415 CBI, 681 et 682, I 109 (avec I 110) : voir Chap. I p. 49-50 (sur Olympos) ; CBI, 645 - 647, CBI, 4 (...)

121Par contraste, les inscriptions funéraires, dont le caractère privé n’a pas besoin d’être souligné, suggèrent la présence de l’épouse et de la famille dans la station, et cela dès le iie s. L’épigraphie funéraire d’Olympos en Lycie-Pamphylie en livre au moins deux exemples, et cela avant que le mariage des militaires ne soit autorisé par Septime Sévère. Il est possible que dans cette province et à cette époque, la durée d’un séjour dans la station n’ait pas été de durée aussi limitée qu’en Germanie Supérieure dans la seconde partie du iie et au iiie s.414 Nous en connaissons d’autres, dans différentes provinces, notamment en Mésie Inférieure, à Abrittus et dans le district minier de Mihajlovgrad-Montana, en Dalmatie, à Trilj-Tilurium et à Halapiç près de Glamoc, en Pannonie Supérieure, à Trebnje-Praetorium Latobicorum et à Tüskevar-Mogentiana, en Pannonie Inférieure, à Neuiodunum, en Dacie, à Cràciunel, et en Numidie, à Vazaiui415.

  • 416 Par ex. CBI, 682, également à Olympos (voir ci-dessus) ; à St Margarethen : CBI, 217, avec Egger 1 (...)
  • 417 CBI, 644-647 avec CBI, 643 et I 112 a et b ; Bozilova 1987, 14, 17, 12, 25.
  • 418 CBI, 623-627 (CBI, 625 : βφ επιτροπικος ; 623. Μαρτεινος φισκο(υ) βφ ou Μαρτεινος Φισκο(υ) ; sur l (...)
  • 419 CBI, 451 : Annexe 1.3. Sur le nom du municipe S(---), S(iculotarum ?) ou S(plonum ?). De même prov (...)
  • 420 CBI, 452.
  • 421 CBI, 463-469, 440, 441 et peut-être I 181 ; le civil : III, 1908 : IOM et G(enio) m(unicipii) N(ou (...)
  • 422 CBI, 379, avec Chap. V p. 254 n. 168. Sur Aquincum comme capitale provinciale : Haensch 1997a, 98- (...)

122La présence de civils aux côtés de militaires était relativement habituelle dans les secteurs miniers ou dans les carrières. Ainsi par exemple dans la région de St Margarethen en Norique, vers la fin du iie s., l’un des dédicants connus dans le contexte du sanctuaire dédié à Latobius était l’affranchi du bénéficiaire du gouverneur et de son épouse. L’autel qu’il consacra à IOM pour le salut de ses patrons a été mis au jour in situ parmi d’autres monuments de civils. L’édifice adjacent au temple dont on a dégagé les traces et dans lequel on a découvert des tuiles de chauffage devait probablement constituer l’un des éléments d’habitation du personnel en poste dans cette région minière416. Dans la regio Montanensium, le sanctuaire de Diane et d’Apollon était ouvert à toutes sortes de dédicants romains employés dans le secteur, des bénéficiaires, des centurions, un affranchi impérial, un uilicus, un hastatus et un dédicant qui n’affiche aucun titre, ni civil ni militaire417. Le sanctuaire d’Asklépios et d’Hygie à Glava Panegra près de la frontière entre la Mésie et la Thrace était également visité par plusieurs bénéficiaires d’un procurateur ainsi que par d’autres types de soldats, des employés de l’administration et des civils, dont certains faisaient partie des autorités locales418. En Dalmatie, à Plevlja et Komine-Municipium S., dans la vallée de la Ceotina où de nos jours sont encore exploités le charbon, le plomb, le zinc, dans les mines de Supljastena, la dédicace I(oui) c(o)ho(rtali) sur un autel mis au jour dans ce contexte suggère la présence locale d’un détachement militaire d’une certaine importance, sous l’autorité d’un centurion dont l’épigraphie de Skelani confirme la présence locale. Cette dédicace – le dédicant ne porte pas de titre militaire – pourrait indiquer l’existence de relations étroites entre les civils et les bénéficiaires établis dans la région, et dont on trouve une confirmation sur l’autel du bénéficiaire Saturninus, avec la dédicace au Genius municipi(i) h(uius) l(oci)419. C’est au même endroit, à Komine dans la nécropole située au pied du mont Beli Breg, que fut mise au jour la stèle funéraire d’un certain Aulus Gablius Liberalis, un citoyen romain décédé à l’âge de 28 ans. Elle a été érigée par les soins de Fl(avius) Aper, l’un des nombreux bénéficiaires du gouverneur détachés dans le secteur420. Le défunt ne portait aucun titre, militaire ou autre, et l’inscription ne livre aucun indice sur le type de relation (familiale, militaire, professionnelle ?) entre les deux hommes. A Runoviç-Nouae, l’autel d’un civil fut découvert avec une partie de ceux des bénéficiaires en poste sur le site. Les dédicaces des bénéficiaires au Génie du municipe de Nouae sont aussi un signe des relations que ces derniers entretenaient avec la communauté civile locale. L’un des autels des bénéficiaires est daté par les duumvirs du municipe, éponymes. Le même site a livré le monument votif d’un centurion praepositus de la cohorte I Belgarum, une troupe connue ailleurs dans la province, ainsi que plusieurs monuments de vétérans421. L’existence de telles relations entre civils et militaires s’affirmait en 210 p.C. dans un contexte différent, à Aquincum, capitale de la Pannonie Inférieure, avec deux bf cos ... agentes curam leg(ione) et colonia Aq(uicensi)422.

  • 423 CBI, 752 : Annexe 1.3 et Haensch 1995b, 815 ; pour l’emploi de l’expression expleto tempore par un (...)
  • 424 P 68 : Επιδος τω δεσποτη μου τω τα παντα εναρετω και θαυμασιω Πιω βενεφικιαριω παρα Ποταμμωνος εξκ (...)
  • 425 XI, 6168 - ILS, 9075.
  • 426 PGenLat, 1 recto 3 A - Daris 1964, 10 p. 53 - Fink 1971, 10 ; P. Oxy., 43, 295 p.C.
  • 427 VIII, 17639 - AE, 1996, 1798 : (l. 2-3) : [---]m atq(ue) officialium exa[ctionibus]. Le texte du d (...)
  • 428 Haensch 1995b, 815 avec Annexe 1.3 ad CBI, 752.
  • 429 Sur les exceptores : Dobó 1968b et 1978, 62 ; Teitler 1985, 44-49 (avec la bibliographie précédent (...)

123Le dossier épigraphique n’a en revanche pas livré de témoignage explicite attestant la présence de subordonnés directement associés à un bénéficiaire dans le cadre d’une station, hormis un autel mis au jour dans la station de Vazaiui. Il révèle la présence d’un nombre indéterminé d’exceptores s’associant au bénéficiaire pour célébrer la fin de son stationnement, ou peut-être celle de leur stationnement commun. Plusieurs indices nous incitent à ne pas exclure a priori ce témoignage, malgré les doutes qui ont pu être émis à son sujet423. Un papyrus certes tardif (ve s.) et de provenance inconnue constitue un parallèle (le seul à notre connaissance) où l’on voit un exceptor associé à un bénéficiaire dans l’exercice de ses fonctions. La manière dont l’exceptor Potammos s’adressait au bénéficiaire Pius révèle sa position de subordonné par rapport au bénéficiaire424. La situation peu élevée des exceptores dans la hiérarchie militaire est confirmée avec l’exemple des deux frères prétoriens Valerii Florentius et Herodius, tous deux déjà qualifiés du titre d’ancien exceptor des préfets du prétoire après deux années de service seulement425. Le type de fonctions qu’ont pu exercer les exceptores dans une station se dégagent de deux documents papyrologiques où ils apparaissent. Dans l’un d’eux, il est question en Égypte et au ier s. d’un exceptor détaché de sa légion par le préfet du camp en vue d’accomplir plusieurs missions ad frumentum, dont la durée variait entre quelques jours et 10 mois. Le second est une comptabilité militaire datée de 295 p.C. où l’on voit deux exceptores occupés à encaisser des taxes426. A Vazaiui, les exceptores ont pu être chargés de participer à des travaux d’écriture (saisie ou copie des textes, rapports, pétitions, listes de recensement ou de recrutement local etc.), ou appelés à contrôler des comptes (finances locales, taxes, réquisitions etc.), en particulier lorsque la surcharge ou d’autres motifs empêchaient le bénéficiaire en poste de le faire personnellement. La copie d’un décret du gouverneur de Numidie L. Apronius Pius (c. 225-226 p.C.) découverte à Vazaiui nous apprend que la population locale s’était plainte au gouverneur des exactions des officiales détachés ici427. Les documents ne nous donnent pas les moyens de savoir si les officiales en question étaient ou non les exceptores, avec ou sans le bénéficiaire. Ils nous invitent néanmoins à ne pas exclure la possibilité de leur détachement auprès du bénéficiaire, peut-être pour une période limitée et dans des conditions particulières, en relation avec les problèmes qui viennent d’être évoqués ou avec des événements comparables428. Le caractère ponctuel ou exceptionnel d’une telle mission semble d’autant plus envisageable qu’il est question au moins de deux exceptores à Vazaiui, alors que leur nombre total au sein de l’officium d’un gouverneur consulaire semble relativement limité429.

  • 430 Voir les ex. cités précédemment, à Celeia, Nouae, Montana, Skelani, en Thrace, dans la région de B (...)
  • 431 CBI, 146 et 147, avec la discussion d’Ankersdorfer 1973, 190-191 sur l’emploi de pro se et suis : (...)

124Bien que les monuments votifs retrouvés in situ dans le contexte du sanctuaire d’une station soient presque exclusivement érigés par des bénéficiaires, il serait faux d’imaginer ces derniers comme des militaires isolés dans leur poste. Nous avons montré plus haut de nombreux exemples de stations établies à proximité d’un castellum, en particulier dans les secteurs frontaliers. Les bénéficiaires du gouverneur entretenaient des contacts réguliers avec les centurions ou autres commandants militaires en poste dans la région430. ll est donc probable que lorsqu’ils en ressentaient le besoin, ils aient pu faire appel à leur aide et à celle de leurs soldats, sans pour autant qu’il faille s’attendre à en trouver la trace ou la confirmation dans leurs dédicaces. La représentation de deux personnages jouant aux dés ou de quatre portraits dans des niches flanquant de part et d’autre celui du dédicant sur deux autels érigés vers 180 p.C. par des bf cos, à Osterburken, ne manque pas d’intérêt de ce point de vue, quel que soit le statut de ceux qui apparaissent dans l’expression pro se et suis, dans les deux inscriptions. On rappellera à ce sujet que c’est précisément à cette époque que remontent les premiers témoignages attestant le détachement de deux bf cos ensemble dans une station, dans la province de Germanie Supérieure431.

  • 432 Notre attention a été attirée sur ce point par J. C. Mann ; nous l’en remercions. Voir aussi Stoll (...)

125A Maryport sur la côte nord-ouest de la Bretagne, alors que la présence de simples soldats sur les lieux de la garnison est incontestable, aucun d’eux n’apparaît parmi les dédicants dans la série des nombreux autels qui y furent découverts et qui rappellent par leur disposition ceux des bénéficiaires. Les seuls militaires et dédicants mentionnés sur ces autels étaient les officiers de la garnison. Ils assumaient localement le rôle de responsables des cultes sur les lieux. C’est à ce titre, en leur propre nom et implicitement au nom de leur troupe ou de l’ensemble de la garnison, comme le suggère l’expression cui praeest figurant sur certains d’eux, qu’ils se chargeaient d’ériger leurs autels année après année432.

  • 433 ILS, 9073 (voir Chap. III p. 105 n. 112).
  • 434 CBI, 855-858. Pour des expressions comparables dans les vexillations : Saxer 1967, passim.
  • 435 P 5, P 38, P 74.
  • 436 Rappelons à ce sujet les dédicaces de simples soldats au Génie de la station cités plus haut à Mas (...)

126Comme le prétorien à la tête d’une station à Rusicade en Numidie vers 268-270 p.C., [g]essi stationem Ven(eria) Rusic(ade), saluis et felicibus commanipulis433, les bénéficiaires pouvaient sans doute être assistés par un ou plusieurs militaires, même s’ils n’exerçaient pas un commandement militaire à proprement parler. L’expression agens curam stationis devait impliquer la responsabilité de la station sous tous ses aspects, les fonctions qui y étaient accomplies, la supervision du complexe architectural, et celle du personnel qui pouvait s’y trouver. C’est ce que signifie l’expression sub cura suivie du nom d’un centurion (ou d’un officier) responsable d’une vexillation, comme c’est le cas à Villalís par exemple434. Le statut des quelques subordonnés (bohyÒw, Íphr°thw) qu’on leur connaît dans des papyrus à la fin du iiie ou au ive s. n’est jamais précisé435. Ces derniers, employés comme messagers ou dans d’autres fonctions subalternes, pouvaient être des militaires (stationarii, immunes) ou des civils, par exemple leurs affranchis ou esclaves436. Dans les chapitres suivants, nous nous arrêterons sur les fonctions exercées par les bénéficiaires, sur leur esprit de corps, puis sur leurs relations familiales et sociales.

Notes

1 von Petrikovits 1960, 74-76. L’absence de traces archéologiques trouve des explications diverses selon les régions et les situations : ignorance du contexte de la découverte, outre que dans les publications anciennes le texte était privilégié, souvent aux dépens du contexte et du support ; emploi du bois dans ce type de constructions qui n’a pas toujours trouvé dans le sol les conditions les meilleures pour sa conservation ; déplacement des pierres, souvent réutilisées comme matériau de construction et cela dès une époque avancée ; constructions anciennes ou modernes sur le site de la statio, en particulier sur l’emplacement d’un sanctuaire (de la statio) où il n’est pas rare qu’une église ait été construite (cf. Egger 1916, Grenier 1934, 146-149).

2 Les traces archéologiques d’une statio, station routière, mutatio ou mansio, burgus, villa fortifiée ou autres traces d’établissement romain sont difficiles à distinguer dans le sol, en l’absence d’inscriptions ou d’autres documents.

3 CBI, 152 ; voir aussi CBI, 159 : Annexe 1.3 et infra p. 139.

4 Mirkoviç 1994a, 348. Pour un premier aperçu des fouilles : Popoviç 1989.

5 La méthode et les conclusions de Dise 1996, 288 sur cette question nous paraissent de ce fait difficiles à suivre.

6 CBI, 114-116 (en 179, 181 et 186 p.C.) et aussi CBI, 111 et 112 ; Mainhardt : CBI, 117.

7 XIII, 6578 et 6582 ; voir aussi Schönberger 1969, 172-173, avec Schönberger 1985 (carte E).

8 Schallmayer 1994, 182.

9 Schallmayer 1994, 181 et 184.

10 Schallmayer 1985 ; Schallmayer & Preuss 1994, 28-50. Pour une bibliographie complète sur les fouilles : CBI, p. 7 n. 2 et 3.

11 Huther 1994, 84-85. La fouille de ce bâtiment dont on attend le rapport final (p. 84 n. 32) n’a pas été facilitée par la présence des nombreux autels.

12 Vers la Seedammstrasse. Voir à ce propos Schallmayer 1994, 184 et Huther 1994, part. 84-86.

13 Schallmayer & Preuss 1994, 47 fig. 60 (plan d’Osterburken avec situation des endroits fouillés).

14 Domaszewski 1902, 205 n. 344, mais pas dans Domaszewski 1889, 98-99. L’autel, dont seule la partie supérieure est conservée, est celui que le bf cos Calvinius Titus a consacré à IOM et au G(enius) l(oci) : CBI, 175.

15 CBI, 170-174.

16 Schallmayer & Preuss 1994, no 12 p. 52, 27 p. 53 (peut-être deux fragments d’une même inscription ?), 52, 53, 62, 63, 64 p. 55, 93 et 101 p. 57, 102, 111, 112, 113, 114, 116, 119, 120, 121 et 135 p. 57-59. Sur la lance : Eibl 1994 et Chap. VI p. 285-288.

17 Schallmayer & Preuss 1994, 51-59 no 1-135 et pl. 1-14. La plupart des autels étaient placés sur une base, mais pas tous, comme le montre l’autel CBI, 145, encore debout lors de sa découverte (cf. CBI, II p. 51).

18 CBI, 152, 170 : Annexe 1.3 (151 p.C. ?), 156, 155, 169 : Annexe 1.3, 166, 163, 167, 160, 168, 158, 173, 172, 171 : Annexe 1.3, 174. Voir Annexe 6.

19 Schallmayer 1985, 390 ; Schallmayer & Preuss 1994, 26-7 ; Huther 1994, 81-92 (plans du complexe sanctuaire-statio, fig. 77, 11, 12, 14, 16).

20 Huther 1994, 86 n. 42.

21 CBI, 170 : Annexe 1.3. Pour une comparaison avec Sirmium, voir infra p. 142, et pour l’autel de Mayence daté de 151 p.C., voir CBI, 129 : Annexe 1.3 et infra p. 180.

22 Pour une autre station avec une exedra cum basi : CBI, 834 : Annexe 1.3.

23 Schallmayer & Preuss 1994, 57-58.

24 Schallmayer & Preuss 1994, 56.

25 Schallmayer & Preuss 1994, no þ73 p. 55-56 et p. 26-27 ; photo fig. 23 p. 27.

26 Schönberger 1969, 168 et Schönberger 1985, carte E.

27 XIII, 11757 (187 p.C.) et 11759 - ILS, 9179b (241 p.C.).

28 CBI, 184. Signalons néanmoins la découverte en 1963 dans les fouilles des thermes de Varazdin Toplice-Aquae Iasae de trois autels dédiés aux Nymphes par des soldats : Sasel & Sasel 1978, 1171. Le bénéficiaire dont l’autel a été retrouvé sur ce site (CBI, 357) était probablement en charge de la station de Poetouio : voir infra p. 183-184. Sur les Nymphes et Apollon : Leunissen 1985, 188.

29 CBI, 178 (191 p.C. ; voir Annexe 1.3) et 179. A Mercure sur le même site : CBI, 193 (167 p.C.), 195 (vers 167 p.C.), CBI, 185. Le culte de Mercure est attesté dans la capitale Mayence, aussi bien auprès des bénéficiaires du légat de la légion (CBI, 125, en 210 p.C. et I 9 ; voir supra p. 46) que de ceux du gouverneur (CBI, 131 : il y a rénové le sanctuaire sans doute vers le milieu du iiie s. ; pour la datation, voir infra p. 378). Sur la rénovation du sanctuaire de Stockstadt, voir infra p. 194.

30 CBI, 115 : Annexe 1.3 aux ides de mars 166 p.C. à Olnhausen-Jagsthausen, comme CBI, 111-114 ; sur cet autel, voir infra p. 155. Sur le castellum : Schönberger 1985 carte E.

31 CBI, 154 ; CBI, 103 et 104. La date est suggérée par le contexte de découverte et la dédicace à Dea Candida Regina.

32 CBI, 104 et 103 : Annexe 1.3. A l’origine, l’autel CBI, 104 était peut-être placé sur la base no 1 au fond du mithraeum dans la direction nord ; sur le sanctuaire et l’autel : Schwertheim 1974, 47-53 et fig. 4 p. 46. Pour un autre bf cos qui consacre un autel à Mithra dans le mithraeum visité par des militaires dans une région de frontières, dans les environs du castellum d’Housesteads sur le mur d’Hadrien : CBI, 14.

33 CBI, 138 ; Annexe 7.

34 CBI, 169 : Annexe 1.3. L’heureux développement de ce texte qui nous a été suggéré par Hans Lieb – nous le remercions de nous avoir communiqué cette information (lettre du 19 juillet 1994) – vient confirmer la démonstration qu’il faisait voici plus d’une trentaine d’années sur la durée d’un séjour à 6 mois en Germanie Supérieure, vers la fin du iie s. et au iiie s. : Lieb 1966 et Annexe 6. Cela n’exclut pas que d’autres occasions que la fin d’une séjour aient pu inciter le bf cos à ériger un autel.

35 Successivement ignoré par les éd. du CBI, 115, Ott 1995 et Dise 1997b, 289 et 295 à 297. Voir pourtant Haensch 1995b et CBI, 115 : Annexe 1.3, avec Annexe 6.

36 CBI, 184. 51.33.

37 CBI, 193 et 194 ; sur le gouvernement de la province durant cette période : Thomasson 1972-1990,

38 Halfmann 1986, 212 ; Kienast 1990, 138.

39 CBI, 197, 181, 180, et probablement I 168b.

40 CBI, 152 ; voir aussi CBI, 159 : Annexe 1.3. Sur cette question, avec d’autres exemples : Chap. II p. 79-80.

41 CBI, 197 et 181, avec Annexes 5 et 6.

42 CBI, 138 et Annexe 7. Voir en Afrique CBI, 743, en 164-168.

43 A Adraha en Arabie par exemple, le même bénéficiaire Flavianus est resté dans ses fonctions pendant au moins trois ans au même endroit, entre 259/260 et 262/263 p.C. : CBI, 727 et 728 : Annexe 1.3, avec I 190.

44 CBI, 173 : la restitution des ides à la l. 12 est sûre, vu les nombreux parallèles parmi les bf cos de la province. Pour des exemples à Sirmium de bf cos dont les trois monuments votifs suggèrent trois séjours locaux, sans que se rencontre cette expression : I 33, I 34 et I 35 entre 221 et 224 p.C. et infra p. 144.

45 Annexe 3.

46 Parmi ceux-ci, voir l’autel CBI, 173 (ides de juillet 212).

47 CBI, 145.

48 CBI, 154 et 153 (avec son Numen).

49 Schallmayer 1994, 169, citant le LIMC, III. 1, 179-80.

50 CBI, 147 et 155 ; CBI, II no 81 p. 56.

51 Aux inscriptions publiées dans CBI s’ajoute le fragment CBI, II, no 12, p. 52, de la rangée II.

52 I 170, à Meclaria, où est attesté CBI, 269. Mais il ne subsiste de cet autel votif que la partie supérieure réservée aux dédicaces.

53 Domaszewski 1902, 176, avec CBI, 424 ; il songeait également à la présence d’un poste de frumentarius : III, 3241.

54 CBI, 407, avec pour la localisation Mirkoviç 1971a, 22. Le gentilice Licinius (voir aussi I 74 et I 75) pourrait peut-être faire penser à des descendants de militaires italiens établis à Sirmium et dans les environs dès le ier ou IIe s. : Mirkoviç 1971a, 23. Sur la localisation de CBI, 423 à Sotin-Cornacum : infra p. 164 n. 188.

55 CBI, 470.

56 Cf. Popoviç 1989, 121 fig. 5 : plan.

57 Mirkoviç 1994a, 345 ; dans I 94, le titre est restitué.

58 Mirkoviç 1994a, 346. Les autels placés plus profondément sont les plus anciens. Selon M., certains monuments votifs auraient peut-être été déplacés dès l’Antiquité pour faire de la place sur l’espace sacré. La plupart des autels successivement consacrés et érigés dans la station de Sirmium paraissent avoir été conservés ensemble, même s’il paraît peu probable qu’ils aient jamais été exposés tous ensemble, simultanément.

59 Nous nous appuyons ici sur les conclusions publiées dans le premier rapport de Popoviç 1989.

60 Popoviç 1989, 121 : “Tout semble indiquer qu’une première et modeste station de bénéficiaires, fondée aux abords de Sirmium sous Antonin le Pieux, détruite pendant la guerre des Marcomans et rénovée sous Commode, connut une fin brutale coïncidant à peu près avec le meurtre de Sévère Alexandre en 235 p.C.” Nous attendons le rapport final de la fouille pour savoir si cette première hypothèse s’est trouvée confirmée au cours des travaux.

61 Sur les érasures : Mirkoviç 1994a, 348 ; sur le séjour de Maximin à Sirmium : Halfmann 1986, 233 ; voir aussi Coriat 1997, 188.

62 I 17 : 157 p.C. ; I 18 : 23 août 185 p.C. ; I 23 : 231 p.C. La présence de la date de 157 p.C. sur l’autel du bf cos M. Ulpius Valens est peut-être en relation avec le fait qu’il célèbre sa mise en retraite, miss(us) honest(a) mission(e), qui coïncide sans doute avec la fin de son séjour dans la station. A ce sujet : Chap. I p. 44, avec I 17 et I 76 parmi d’autres, et à Mursa : CBI, 414.

63 I 42 avec Mirkoviç 1994a, 374.

64 Classen 1994, 167 ; voir par ex. VIII, 8812 - ILS, 5965 : terminac. [a]grorum defenicionis ( !).... per Cae. Martiale agrimesore ( !) ou VI, 3606 - ILS, 2422a :... mesor agrari[us], employés dans des travaux de constructions et chargés par le gouverneur de délimiter des territoires et de régler les conflits occasionnés à ce sujet : cf. Zwicky 1944, 80-81 ; Sherk 1974, 544-549 ; Eck 1995, 223-224 ; 361 ; Arnaud 1995. Sur les principes d’orientation des temples et des autels consacrés aux dieux : Vitruve 4.5 et 8.

65 Rüpke 1990, 54 ; voir aussi Beard et al. 1998, I, 23.

66 Sur cette question : Chap. V p. 263 n. 194.

67 Pour la mention de metator dans les textes judaïques, en relation avec l’annone : Chap. II p. 74 ; sur l’annone et les mensores frumenti (V, 936/7 - ILS, 2423) ou frumentarii : Mócsy 1966, 323 (repr. Mócsy 1992, 117), Pavis d’Escurac 1976, 231-239, Rickman 1980, 86, 229 et en dernier lieu Arnaud 1995. Les agrimensores étaient aussi employés à des réquisitions annonaires (cf. le papyrus cité ci-dessous). Une inscription de Viminacium datée de 228 p.C. fait mention de mensores, en relation avec le lustrum hastati : IMS, II, 58. Il s’agit peut-être d’une autre dénomination du lustrum primipili (voir Épilogue), comme dans une inscription d’Aquincum de 235 p.C., où il est question de mensores et du lustrum primipili (cf. IMS, II, p. 102). Sur le même site de Viminacium sont connus deux anciens mensores tritici (IMS, II, 45 et 126), et une base de colonne avec la dédicace Scholae Genio mensorum et leg. VII Cl(audiae) : IMS, II, 40a. A Ostie, Sentius Felix était à la fois le patron des bénéficiaires du procurateur de l’annone et celui des mensores frumentariorum Cereris Augustae : CBI, 859 : Annexe 1.3 avec Chap. VI p. 276.

68 SB, III, 7181 - Daris 1964, 65. On retrouve ce terme de gevmetr¤a dans la taxe appelée gevmetr¤a foinik« now genÆmatow : par ex. Nelson 1998.

69 Chap. V p. 239.

70 Mirkoviç 1994a, n. 348, avec n. 6.

71 I 54 (en grès) : 60 cm de haut ; I 42 (en grès) : 55 cm de haut, voir aussi I 63 (en grès) : 59 cm de haut, et I 66 : 57 cm de haut, en calcaire. La hauteur des autres autels varie généralement entre 77 et 100 cm.

72 I 54. Sur la mention du nom du supérieur et l’absence de l’abréviation habituelle bf cos, des arguments en faveur d’une datation haute : Chap. II p. 78. On notera la place de l’invocation à IOM sur cet autel, entre le nom et le titre du dédicant et la formule finale VSLM. Pour des exemples de bénéficiaires détachés dans une autre province que celle de leur troupe, alors que les deux sont munies de troupes légionnaires : Chap. II p. 79-80. Sur le gouverneur et les questions posées : Mirkoviç 1994a, 351 ; AE, 1994, 1436 soutient la seconde hypothèse, en proposant la fourchette 157 à 187 p.C., qui nous semble trop tardive par rapport à la forme du titre.

73 I 63 et I 66, avec Mirkoviç 1994a, 348 n. 6 ; Fl. Romanus bf proc. à Aquincum : CBI, 374 ; voir Annexe 3 et Chap. III p. 125 pour une discussion sur le passage possible entre l’officium d’un procurateur et celui du gouverneur consulaire et vice-versa, avec une promotion : I 111.

74 Halfmann 1986, 213 et 223.

75 Chap. III p. 126.

76 I 32 : P. Aelius Frequentianus érige son autel seul. Cela bien sûr n’exclut pas la présence d’un second bénéficiaire associé dans le poste.

77 I 38, 39, 40 ; Mirkoviç 1994a, 349.

78 CBI, 384.

79 Titius Faustinus : I 39 et I 40 à Sirmium avec CBI, 376 à Aquincum, avec Annexe 3 ; Acceptius Maior (CBI, 63) a pu consacrer son autel lors de son retour dans la capitale Cologne au terme d’un séjour dans une station, quelque part en Germanie Inférieure, si l’on considère l’expression emerita statione qui chez un bénéficiaire décrit son service dans une station plutôt que dans une capitale provinciale. A ce sujet, voir la discussion CBI, 199 : Annexe 1.3.

80 Chap. VI p. 269-272.

81 I 17 et I 76.

82 I 19 et I 20, ainsi que I 78 et I 93.

83 Par ex. VIII, 21047 : miles ex legione III. Ce légionnaire de Numidie qui érige à Caesarea en Maurétanie Césarienne le monument funéraire d’une jeune femme (sa compagne ?), décédée à l’âge de 28 ans, n’est ni promu ni décédé, à la différence des exemples mentionnés par Speidel jun. 1993, 193, selon lequel l’expression bf ex legione s’emploie par des bénéficiaires en fin de service. L’autre exemple nous est donné par l’inscription du marin qui consacre un autel votif aux Matres à Andernach sur lequel il se présente en précisant à la fois le nom de sa flotte et celui de son bateau (XIII, 7681) en qualité de miles ex c<l>asse Germanica Pia F(idelis) D(omitiana) pler(omate) Cresimi. Ce document pourrait être cité comme contre-exemple de la liste des marins établie par Speidel jun. 1993, 195 n. 38.

84 CBI, 455 : Annexe 1.3 et CBI, 493 : Annexe 1.3 ; l’un était en poste dans la station de Ljesçe près de Skelani, l’autre, dans celle d’Auendo, à Velike Crkvinje près de Brlog ; I 93.

85 Cf. le commentaire des éd. du CBI, 455, mis en doute par Speidel jun. 1993. Dans l’inscription de Publicius Martinus, un bénéficiaire originaire de Sirmium, ex leg(ione) ne saurait introduire une origo ex castris, en relation avec l’endroit où se trouve le camp légionnaire. Par ailleurs, le fait que la formule bf cos ex leg(ione) IIII Fl(auia) F. figure sur l’autel de Tib. Claudius Valentinus, un ancien frumentarius célébrant précisément sa promotion au poste de bénéficiaire, factus ex n(umero) frum(entariorum), est difficilement compatible avec l’explication proposée récemment (Speidel jun. 1993, 195-196) selon laquelle l’expression bf cos ex leg(ione) s’emploierait dans le sens de (missus) ex leg(ione) pour marquer le moment de la mise en congé. La promotion en question peut en effet difficilement coïncider avec la mise en retraite, à moins que Valentinus n’ait assumé qu’une seule mission de bénéficiaire durant 6 mois, entre sa promotion de frumentarius à bf cos et la fin de son service obligatoire. Dans une telle situation, il semblerait toutefois surprenant qu’en érigeant un seul autel votif il ait voulu célébrer à la fois sa mise en retraite et ses deux dernières promotions, comme frumentarius, puis comme comme bf cos. De telles circonstances auraient été explicitées de manière plus évidente. Valentinus était à notre avis dans la même situation que son collègue T. Flavius Aulus (I 64) sur l’autel duquel l’expression bf cos ex n(umero) fr(umentariorum) ne suggère aucune allusion à une mise en retraite.

86 Voir par ex. Passion de Fructuosus, 1.4 (Chap. V p. 222-224) et Mitchell 1976, l. 23-24 (Chap. II p. 74) ; voir aussi CBI, 691 : Annexe 1.3, où il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’une inscription votive d’un bf en service, sans dédicace ni formule de vœux ; pour l’emploi de ex officio dans une inscription funéraire, voir par ex. VI, 8473 - ILS, 1705 : le tabellarius était employé dans l’officium de l’annone lors de son décès à l’âge de 17 ans et demi.

87 CBI, 745.

88 I 61 et I 64.

89 Mirkoviç 1994a, 355, avec AE, 1976, 545 ; en Pannonie Inférieure, nous connaissons des bénéficiaires rattachés à cette légion à Mursa (l’un d’eux était stationné ici en 164 p.C.), à Sirmium et à Sopianae (voir infra).

90 CBI, 410 ; I 16 avec I 70 ; l’identification paraît probable dans le cas précis, malgré nos réserves en ce qui concerne l’identification d’homonymes (Annexe 4). Voir aussi Annexe 3. Mirkoviç 1994a, 388, qui semble ignorer l’inscription I 16, cite comme homonyme le uet. leg II ex c. connu à Aquincum par son inscription funéraire III, 13373. Si l’identification du bf cos de Sirmium et de celui de Mursa est correcte, elle rend impossible l’identification proposée par Mirkoviç avec l’homonyme d’Aquincum, ce dernier étant rattaché à une légion différente.

91 I 78, déjà mentionné plus haut à propos de l’expression bf cos ex leg(ione) ; I 75 : la dédicace à IOM et au Génie de la colonie de Sirmium qui figure sur l’autel de L. Licinius Valens ne permet pas à elle seule d’indiquer une origine locale ; celle-ci serait néanmoins possible si l’on songe au gentilice Licinius, porté par des ressortissants de Sirmium, sans doute des descendants de militaires italiens installés ici à une date élevée : CBI, 407 à Hrtkovci près de Sirmium et I 74 avec Mirkoviç 1994a, 390 et Mirkoviç 1971a, 23. Sur les deux autels, le champ épigraphique est entouré d’un cadre mouluré, qui ne se retrouve sur aucun des autres autels de la série.

92 I 25, I 28, I 29 et I 30.

93 I 31.

94 Voir I 48.

95 I 47 et I 23 ; sur les dédicaces au collège ou à la schola des bénéficiaires : Chap. VI p. 269-276.

96 I 56 et 57, I 42 et 43, I 72 et 73.

97 CBI, 207. L’autel du bénéficiaire, orné d’une haste (Espérandieu 1910 –, VIII 2, 192 ; Ritterling 1919, 12 ; Behrens 1941, 18 ; Alföldi 1959a, pl. 10.38 ; Faider-Feytmans 1980, 31-32) a été découvert à proximité du Pfingsbach, un affluent du Rhin, entre Koblenz-Confluentes et Andernach-Antunnacum. Dans le même contexte fut mis au jour un autre monument votif consacré aux Fines, au Génie du lieu et à IOM par deux soldats de la légion XXX U(lpia) V(ictrix), par conséquent détachés en ce lieu des troupes de la Germanie Inférieure : XIII, 7732. Il est probable que l’autel I 10 daté des ides de juillet 207 p.C., découvert en remploi à Neustadt/Weid, de l’autre côté du Rhin, mais érigé par un soldat de Germanie Supérieure, provienne à l’origine de cette même station.

98 CBI, 84-90 avec I 146 ; Wiegels 1995 ; CBI, 87 et 86.

99 Pour des bf cos en service à Cologne : CBI, 60-67, CBI, 73 et I 8 ; voir aussi CBI, 68-72, avec I 165 et 166 ; à Bonn : CBI, 47, 48, 51,52, 53, 58. Sur la localisation d’une station de bf cos à Bonn : Lehner 1929 et Lehner 1930 ; Haensch 1997a, 70, n’exclut pas cette hypothèse déjà proposée par Domaszewski 1902, 194 ; on pourrait certes penser que certains des bf cos avaient souhaité consacrer un autel dans le camp de la légion dans laquelle ils avaient été recrutés, mais pour au moins l’un d’eux, de la légion XXX (CBI, 58) la présence de son autel à Bonn doit s’expliquer par un détachement local ; voir aussi la question d’une station de bf cos près du camp de Strasbourg : Annexe 1.3 ad CBI, 199 ; bf cos à Xanten : CBI, 93 ; à Moers-Asberg : CBI, 75 ; les fouilles archéologiques, entreprises en 1898 par H. Boschheidgen non loin de l’entrée du camp près de la route ont révélé des ruines (murs et bases de piliers) datant du début du IIIe s. p.C. Des sondages complémentaires effectués dans les champs et les jardins situés à proximité de la courbure routière auraient permis de détecter les murs de fondation de la station de bénéficiaires. Sur le site et les fouilles : Römer/NR-W, 1987, 559-569, en part. 565.

100 I 164 (avec note, à propos de Gelduba). A Neuss-Nouaesium, l’inscription funéraire que le bf Cassius Victor (CBI, 83) a fait ériger pendant son service pour sa sœur et pour son épouse ne permet pas de conclure qu’il était détaché par le gouverneur – le titre du supérieur n’est pas précisé – dans une station établie non loin du castellum. Il en va de même à propos de l’autel de l’ancien bf cos C. Iul. Aprilis, découvert en 1970-71 dans la mer près de Zierikzee non loin de Colijnsplaat, dans l’Escaut oriental, qui porte la date de 223 p.C. (CBI, 94). Il a été retrouvé avec 121 autres autels votifs – une quarantaine complets – et trois statues. Parmi les autres dédicants, on connaît plusieurs negotiatores qui faisaient du commerce maritime entre la Bretagne et le continent : des negotiatores-salarii (no 1, 4, 25), des cretarii (no 6), un nauta séquane (no 13), un negotiator cretariu[s] Britannicianu[s] (no 11) et un negotiat(or) Britann(icianus) (no 45). Plusieurs inscriptions révèlent des allusions à la marine (13, 27 ?, 50). Le vétéran ex bf cos, peut-être le même homme que le bf cos C. [---] Aprilis connu par son autel à IOM, dans la capitale provinciale (CBI, 67 ; voir Annexe 3), se serait-il engagé dans des affaires commerciales durant sa retraite, comme les autres negotiatores dont les autels furent retrouvés avec le sien ? La variété des dédicants montre que le sanctuaire en question n’était pas celui d’une station de bénéficiaires. Peut-être s’agissait-il d’un sanctuaire comparable à celui de Domburg aux Pays-Bas, à 25 km de là, dédié à la dea Nehalennia ? Sur ce sanctuaire : Hondius-Crone 1955 ; sur les échanges entre la Bretagne et le continent : Chastagnol 1995, 221-224.

101 CBI, 45 et 91 ; sur les bf cos à Nettersheim : infra p. 180.

102 A Naix : I 161 avec CBI, 125 ; à Boulogne : CBI, 24 : le supérieur du bf n’est pas connu : Chap. III p. 108 ; à Trèves : CBI, 26. Les bf ne précisent pas s’ils sont au service d’un gouverneur cos ou du procurateur ; voir aussi à Arlon l’épitaphe d’un émérite bénéficiaire du procurateur : CBI, 23.

103 Voir à ce propos l’étude exemplaire de Filtzinger 1971, dont les conclusions sont désormais confirmées par la découverte d’Osterburken ; voir aussi Schallmayer 1994.

104 CBI, 200-206. Sur la station et le contexte : Filtzinger 1971, 184 et Römer/B-W, 1976, 210 et photo p. 522 ; sur le castellum : Schönberger 1985, 494.

105 CBI, 202 et 206 (29 décembre 230 p.C.) Sur les autels datés au jour et à l’année : Annexe 6. Pour d’autres invocations à de telles divinités par des bénéficiaires : CBI, 126 : Annexe 1.3 à Mayence, CBI, 54 à Bonn, et en Britannia à Catterick CBI, 7 : en 191 p.C. (infra p. 173 n. 247). Un autel qui leur est adressé a été retrouvé à Friedberg dans le mithraeum situé au sud du castellum, avec les deux autels de bénéficiaires attestés sur le site : Filtzinger 1971, 186.

106 CBI, 205.

107 CBI, 204.

108 CBI, 118-135 ; I 9 ; I 167.

109 CBI, 199 : Annexe 1.3.

110 CBI, 116 : Annexe 1.3.

111 Hörig & Schwertheim 1987, 338 no 540.

112 XIII, 9084.

113 Sur le site et le castellum : Römer/B-W, 1976, 333-338 et Schönberger 1985, 494.

114 CBI, 208 ; Plank 1991 ; Schallmayer 1994, 170-173.

115 CBI, 100.

116 CBI, 110 : Annexe 1.3 et Filtzinger 1971, 203. Sur le site d’Heilbronn-Böckingen : Römer/B-W, 1976, 298-302. Voir aussi en remploi à l’extérieur de la chapelle St. Michael à Böttingen près de Gundelsheim : CBI, 108.

117 CBI, 102 (13.01.213 p.C.) et Filtzinger 1971, 186 et 188.

118 CBI, 107 ; voir aussi CBI, 106, 16.01.223 p.C. Une comparaison entre les deux textes montre qu’il a adapté sa formule onomastique aux goûts du temps, l’autel de 213 montrant l’influence (éphémère) sur son nom des mesures encore toutes récentes de la constitutio Antoniniana. Il ne s’agit pas d’un cas isolé parmi les bénéficiaires : voir aussi par ex. CBI, 205, le 18.7. 219 p.C., et CBI, 59, en 214 p.C. ; au nord se trouvait la station de bénéficiaires de Seligenstadt : CBI, 177.

119 Schönberger 1969, 165 et n. 151 et Schönberger 1985 carte D42.

120 XIII, 7335.

121 CBI, 109, 150-200 p.C. p.C.

122 CBI, 104 et 103 : Annexe 1.3. Sur les détails concernant l’autel CBI, 104 et sa découverte dans le mithraeum, voir supra p. 138 n. 32. Un autre autel dédié aux Quadriuiae provient du même contexte : Filtzinger 1971, 186.

123 XIII, 9123.

124 CBI, 109 ; Römer/B-W, 1976, fig. 69 ; Schallmayer 1994, 165-6.

125 Schönberger 1969, 165.

126 CBI, 139-144 ; I 169.

127 CBI, 138, avec Annexe 7 : cet autel en remploi dans un mur de l’église d’Eisenbach, à 3 km à l’ouest d’Obernburg, provenait sans doute du même contexte que les autres, de même que le fragment I 169, découvert en 1892 en remploi dans le mur sud-ouest de la ville.

128 Sur la localisation d’une station de bénéficiaires à Obernburg : Schleiermacher 1956, 121, Filtzinger 1971, 204 et Römer/H, 1987, 457-59 ; sur le castellum : Schönberger 1985, 495.

129 CBI, 139 : le nom de Commode a été martelé. D’autres dédicaces au Génie d’un empereur sont attestées en Germanie et en Norique, pour Septime Sévère (CBI, 215, ides de mai 209 p.C.) et Caracalla (CBI, 269, 215 p.C. ; CBI, 55 en 216 p.C.), ainsi qu’à Sirmium, où l’on en connaît plusieurs exemples, de Septime Sévère à Sévère Alexandre. Pour une dédicace au Génie du gouverneur, voir CBI, 182 à Stockstadt.

130 XIII, 6623 - ILS, 9119 ; voir à ce propos Speidel 1992, 67 et 1985, 191.

131 Pour une station peut-être située ici : infra p. 154-155.

132 CBI, 106-107. Sur le site : Römer/H, 325-328, plan fig. 263, 326 et Schönberger 1985, 494. Un sanctuaire consacré à Mithra est attesté au nord-ouest du castellum.

133 CBI, 177.

134 XIII, 6659 : ce centurion de la légion XXII Primigenia en poste à Seligenstadt y a élevé un autel à Diane, aux deux Augustes et à Géta. Ce lieu abritait la cohorte I c. R. : Nesselhauf & Lieb 1969, 159.

135 CBI, 178-198 et I 168 a et 168b : 23 documents, avec les fragments. Sur le site sont attestés en plus du castellum deux petits camps annexes, des sanctuaires, des thermes et des traces de route romaine. On y a découvert, comme à Osterburken, une lance miniature rappelant par sa forme les lances à deux ouvertures du type dit lances de bénéficiaires : Behrens 1941, 20 fig. 22 avec Chap. VI p. 285 n. 77. Sur la station : Filtzinger 1971, 203 et Römer/H, 1987, 479-481 ; plan fig. 454 p. 480 et infra sur son installation.

136 CBI, 178 et 179 (voir D. Conrardy, WdZ, 5, 1886, 345-350).

137 Pour la Bretagne : Black 1995, dont les interprétations ne sont toutefois pas toujours bien étayées par les sources.

138 CBI, 115 : Annexe 1.3, 114 et 113, datées respectivement du 13 mars 166, de 179 et de 186 p.C., avec CBI, 111 et 112.

139 CBI, 117.

140 CBI, 98. Sur cette date dans le calendrier de Dura : Chap. I p. 46 ; l’autel CBI, 160 a été érigé à Osterburken le 26 décembre 203 p.C.

141 Schallmayer 1994, 179-8.

142 A ce sujet : Chap. VI p. 178.

143 CBI, 129 : Annexe 1.3, 128 et 139.

144 CBI, 130 ; TLL s.v. ; Herz 1976, 165, 178 et 193 ; Schallmayer 1994, 188-189 ; Black 1995, 12 ; Ott 1995, 150 ; sur Mayence comme capitale provinciale et sur le catabulum : Haensch 1997a, 149-153, part. 150. A Apulum, la schola des speculatores et celle des bf cos sont localisées à proximité de l’endroit pressenti pour avoir abrité le siège et les bureaux du gouverneur. Les écuries des chevaux des speculatores devaient se trouver apparemment dans le même secteur : Chap. VI p. 283.

145 CBI, 199 : Annexe 1.3 ; sur les fouilles : Hatt 1972 et Hatt - Will 1948, ainsi que Ternes 1976, 839 ; voir aussi Schallmayer 1994, 187 Plan 36. En l’absence de documents épigraphiques découverts in situ, la localisation de la station demeure incertaine. Il en va de même pour l’hypothétique localisation d’une station de bénéficiaires sur la base de la découverte d’une lance du type dit des bénéficiaires, comme on l’a proposé (cf. Hatt 1972) à Ehl-Hellenum au sud de Strasbourg, près de Benfeld, sur le tracé de la route qui longe le Rhin et mène à Augusta Raurica ; voir aussi de Laet 1975, 141-142, selon qui la découverte de nombreux plombs de douane suggère l’installation d’un bureau de douane à Ehl.

146 CBI, 105. Pour une autre adresse à Maia dans la région, en association avec Mercure : XIII, 6157. C’est au sud, près de Rheinzabern-Tabernae, que fut mis au jour l’établissement de Neupotz d’où provient une lance à deux yeux du type de l’étendard de Flobecq, dans un contexte non militaire : Kuenzl 1993, I, 89-93, qui rappelle par sa forme celle qui est représentée sur le monument funéraire d’Aurelius Maximianus à Martigny : I 7b avec Nelis-Clément & Wiblé 1996.

147 CBI, 96. Se fondant sur le rapprochement entre la dédicace à la Concorde et le toponyme Concordia, Walser 1988, 73, suggère un déplacement de la pierre d’Altenstadt, où est localisé l’ancien Concordia, à Altrip, où elle fut retrouvée en remploi. Mais la situation d’Altenstadt dans une position de retrait, à l’ouest du Rhin, ne paraît pas supporter une telle hypothèse.

148 Pour cette seconde interprétation qui indiquerait l’existence de deux stations : de Laet 1949, 140-141 ; Schallmayer 1994, 163 ; Ott 1995, 138 ; autrement : Mommsen, puis Zangemeister au CIL, XIII, 6127 ; en dernier lieu, Jérôme France relève dans son étude consacrée à la Quadragesima Galliarum (à paraître) que cette question demeure sans issue. S’il ne fait pas de doute que le terme statio peut aussi s’appliquer à une station de douane et qu’une telle station a pu dans certains contextes être “doublée” par une station de bénéficiaires ou un poste militaire (voir par ex. infra p. 160, en Suisse, à Massongex et St-Maurice, ainsi que les nombreux exemples cités par de Laet 1975), on s’étonne qu’une dédicace à la Concorde de deux stations de type différent (de bénéficiaires et de douane) n’émane que d’un bénéficiaire, seul, en l’absence d’un représentant de la station de douane, et cela d’autant plus qu’il associe cette dédicace à celle qu’il adresse au Génie de l’ensemble des bénéficiaires du gouverneur. Sur les bénéficiaires et les postes de douane en général : Chap. V p. 252-259.

149 VIII, 2532 - 18042 - ILS, 2487 : dans ce contexte, il est question de l’ensemble des stations, et non pas uniquement de celles de bénéficiaires. Voir aussi, pour un parallèle d’un réseau ou plutôt dans le cas précis d’une chaîne de stations militaires : Tacite, Histoires, 4.26 : dispositae per omnem ripam stationes ; enfin, voir CBI, 747, où on lit stationu[m] ut uariae facia[---]. Dans le contexte précis, si l’on admet qu’il est question de uariae stationes, à l’idée du pluriel s’ajoute peut-être celle des divers types de stations attestées dans la province et dans les régions voisines (station du limes, près d’un castellum, station de l’arrière-limes, station routière, station dans une région de mines, station à proximité d’un poste de douane, à proximité d’un emplacement où se tenait un marché, près d’une mansio etc.) ; voir aussi Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, 12.32.

150 CBI, 97. Selon Nesselhauf 1937, 74, ce fragment provient d’Altrip et de la même station que celle où fut en poste Adventus. A Nouiomagus, où fut mis au jour un autel consacré par un civil aux Biuiae, Triuiae et Quadruuiae (XIII, 6096), des traces de poteaux d’un édifice en bois d’environ 5 mètres sur 10 mètres ont été repérées dans la “Stiftungskrankenhaus” : AKBl, 9, 1979, 101-113 (Pl. 5,1).

151 CBI, 101 et 137. Le gentilice Pervincius est bien attesté dans les régions celtiques ou germaniques : cf. Nelis-Clément & Wiblé 1996, 227, à propos du cognomen Pervinca de l’épouse du bénéficiaire ou ancien bénéficiaire de Martigny, I 7b.

152 CBI, 99. Les fragments proviennent de l’insula 17, non loin du théâtre romain et des thermes des femmes. D’autres roues votives ont été découvertes la même année en 1937 à Augst : Inv. 37. 658/59. 841, 842, 844, 865. Nous remercions C. Bossert des renseignements qu’elle nous a transmis à ce sujet (lettre du 18 août 1989).

153 Cf. Breeze 1997, 87 n. 25 ; à Lanchester-Longouicium en Bretagne, non loin de Binchester-Vinouia, on a mis au jour dans une pièce contiguë aux thermes, à l’extérieur du camp, un autel consacré à la Fortuna Augusta par le préfet P. Ael. Atticus. Du même site provient un fragment de figure représentant une Fortuna – sans la tête – avec une roue à 9 rayons, comme celle d’Augst, près de sa jambe ; un autre autel a été consacré à la même Fortuna Sancta par l’un de ses collègues dans le camp de Binchester (RIB, 1073 et 1029, avec la figure). Pour une représentation comparable sur le monument votif à la Fortuna S(ancta) d’un Palmyrénien eques singularis à Rome : Speidel 1994a, 41. Dans ces deux sites le long de la Dere Street, le gouverneur de la province avait détaché ses bénéficiaires : CBI, 17, 2 et 3.

154 I 7a avec Chap. I p. 42. Sur la présence militaire et les stations de bénéficiaires dans la région : Nelis-Clément & Wiblé 1996, part. 294-297, et infra p. 160-161. Sur les grands axes et le trafic transalpins : Van Berchem 1982, 197-209, et sur cette route en particulier : Hunt 1998.

155 Même si la nouvelle lecture d’un texte de Vindonissa proposée par Scharf 1991 révèle la présence d’un bénéficiaire, ce qui paraît peu probable, le titre du supérieur (un tribun) ne permet pas de déduire la présence d’une station dans le voisinage du camp de Vindonissa où furent découverts deux autels aux Quadriuiae : XIII, 5198 - RIS, II, 152 et 184. Celui-ci fut du reste abandonné très tôt, en 101 p.C., lors du déplacement de la légion XI : Fellmann 1992, 55.

156 Lieb 1993, 159-160, 2 ; pour une autre dédicace à un cours d’eau : CBI, 489.

157 XIII, 5170 - RIS, II, 130 : autel dédié à Dea Epona le 20.08.219 p.C.

158 XIII, 5069 - RIS, I, 73 : la dédicace Biuis Triuis Quadruuis fait allusion à un carrefour routier ; pour la schola des nautae Aruranci Aramici, XIII, 5096 - RIS, I, 88. Une dédicace à Septime Sévère, dit conseruat[or] orb[is], a été mise au jour en 1914 dans un grand édifice officiel en bordure du forum qui a été interprété comme un praetorium (RIS, I, 108 - Frei-Stolba & Bielman 1996, 8).

159 Sur la présence d’une mansio à Yverdon : Van Berchem 1982, 266.

160 CBI, 43. Cet important carrefour routier d’où proviennent plusieurs milliaires est mentionné dans les itinéraires anciens : Miller 1916, 126 ; voir aussi Staehelin 1948, 342-344, 350, 354 etc. et Fellmann 1992, 85, 87 et 197. Sur les bénéficiaires des procurateurs gouverneurs pour lesquels on ne connaît aucune mention à la fois du nom de la troupe et du titre du procurateur : Chap. II p. 82-85 et I 7b.

161 La station de douane : RIS, I, 32 ; la station militaire : XII, 2587 - RIS, I, 5 (201 p.C.) et XII, 5878 - RIS, I, 38 : inscr. vot. de soldats, l’un de la légion VIII Augusta ; l’autre, de la XXII Primigenia, a curis ; voir aussi XII, 2604 - de Laet 1975 150 ; sur la présence d’une mansio ou d’un praetorium à l’emplacement de la cathédrale St-Pierre : Van Berchem 1982, 266 n. 9 et 10, citant le Régeste genevois no 790 : illo loco ubi solebat esse pretorium. Sur l’emploi de agens curam ou d’une expression comparable en relation avec des bénéficiaires : Annexe 5.

162 CBI, 39 : Annexe 1.3.

163 CBI, 176 ; Reddé 1996, 191-207.

164 XIII, 2596 : [---] miles leg(ionis) VIII Alexandrianae, candidatus d(omini) n(ostri) pro se et suis ex uoto. Le fait qu’il soit candidatus d’un empereur fait penser que ce militaire était en attente d’une promotion au titre de centurion, ou de sa confirmation par l’empereur, sur proposition du gouverneur. Pour les candidati : Chap. III p. 123, avec CBI, 502 et 784 : Annexe 1.3, ainsi que I 138 en Numidie.

165 I 6 et Chap. V p. 258.

166 RIS, III, 277 et XII, 144 - RIS, III, 258 ; Van Berchem 1982, 172-184, et pour une mise au point récente qui tient compte des dernières fouilles : Wiblé 1994, part. 5 et 13. Sur la route du sud du lac : Fellmann 1992, 87.

167 Cette station de douane de la Quadragesima Galliarum attestée par l’épigraphie (RIS, III, 274 et 275) est localisée à St-Maurice : Van Berchem 1982, 180-181 et carte 173 ; de Laet 1975, 151 associe à tort les militaires en poste à Massongex avec la station de douane de Saint-Maurice, où leurs autels ont vraisemblablement été déplacés.

168 Walser 1994, 80-85. Cette station n’était pas connue à l’époque des travaux de de Laet.

169 CBI, 44 : Annexe 1.3 ; l’indication de la tribu serait un indice d’une date assez haute ; sur la liaison routière entre Aime et Martigny : Van Berchem 1982, 84 ; sur le statut de capitale provinciale et de capitale régionale (ou seconde capitale avant l’unification des deux provinces ?) de ces deux cités : Nelis-Clément & Wiblé 1996, 290-291 ; sur Aime comme capitale : Haensch 1997a, part. 144-145.

170 Voir p. 149-150. L’autel CBI, 63 : emerita statione{m}, a pu être érigé à Cologne lors du retour du bénéficiaire dans la capitale, au terme d’un séjour ou détachement dans l’une des stations de la province : voir Chap. VI p. 270. Pour une discussion sur l’existence peu probale d’une station de bénéficiaires à Cologne dans les fondations de l’église St. Georg : Haensch 1993b, 24 et Haensch 1997a, 68.

171 CBI, 75 ; Schönberger 1985, D 22 ; des fouilles archéologiques à l’ouest de la route romaine, ont révélé, non loin de l’entrée du camp, des ruines (murs et bases de piliers) datant du début du iiie s. p.C. Des sondages complémentaires effectués dans les champs et les jardins situés à proximité de la courbure de la route auraient permis de détecter les murs de fondation de ce qui serait une station de bénéficiaires. Sur le site et les fouilles : Römer/NR-W, 1987, 559-569, part. 565.

172 CBI, 272 ; la pierre, en remploi dans la sacristie de l’église de Wernstein, a pu être déplacée, mais même si tel était le cas, elle devait certainement provenir d’une station établie le long de la frontière nord.

173 CBI, 273 ; CBI, 286 : la découverte d’un fragment d’autel d’un bénéficiaire d’un procurateur à Nyergesújfalu-Crumerum ne saurait attester l’existence d’une station, même si la présence de tels bénéficiaires s’observe dans d’autres stations où le gouverneur avait détaché ses bf cos, à Siscia et Mursa ainsi qu’à Ampelum en Dacie (infra p. 196). On pourra faire la même observation à propos de l’autel du bf proc. retrouvé à Vienne en Autriche : CBI, 363.

174 CBI, 429 ; il est possible qu’il s’agisse d’une inscription votive. Ce fragment n’est pas daté avec précision, et l’on sait que ce secteur a été rattaché selon les époques à l’une ou à l’autre des Pannonies. La présence d’une station de bf cos sur ce site, dans la courbe du Danube où ont été mis au jour des traces d’établissement romain (camp, trois tours de garde, villa, burgus du ive s. : TIR, L 34, 120) n’est pas exclue, mais le document peut aussi provenir du territoire de Brigetio à l’ouest (cf. Fitz 1993, II, 386) ou d’Aquincum au sud. L’autel, érigé en 229 p.C. par un ancien bénéficiaire d’un tribun légionnaire (CBI, 393) dans le castellum de Dunabodgány-Cirpi, où se trouvait une mansio comme l’atteste l’Itinéraire d’Antonin, 266.11, ne permet pas de déduire de son service local, et certainement pas de la présence d’une station en ce lieu.

175 CBI, 408 et 409 : bf cos ; la proximité d’Aquincum se fait toutefois sentir dans l’épigraphie de Leányfalu. Ainsi, l’autel érigé en 217 p.C. par Iul. Iulianus, bf leg(ati), avec un optio spei (CBI, 410), et découvert lors de fouilles exécutées dans la tour de garde d’époque tardive, n’est évidemment pas à mettre au compte d’une statio établie localement. La présence d’une telle station sur le site a récemment été mise en doute par Fitz 1993, II, 386, qui rattache ces documents au territoire d’Aquincum.

176 CBI, 390 ; peut-être * I 177 ( ?).

177 Par ex. CBI, 381, 383, 389, 391, 422 (la pierre était en remploi dans l’église de Solymár, près d’Uröm, la banlieue nord-est de Budapest) ; il est probable que l’autel d’Aurelius Artemidorus (CBI, 426, 228 p.C.) retrouvé à Vác provienne du territoire d’Aquincum.

178 CBI, 388 et I 14.

179 Par ex. CBI, 368 à 374 ; ce dernier serait-il le même que l’homonyme en poste à Sirmium I 66 ?

180 CBI, 382 ; 378 et 377 ; 365.

181 CBI, 420, avec Chap. V p. 254 ; ce bf cos nommé M. Aur. Severinus est-il identifiable avec l’homonyme connu comme bénéficiaire à Singidunum en Mésie Supérieure en 217 p.C., lors du retour de la légion d’Orient et de son passage en ce lieu ? (CBI, 570, avec Annexe 3). Au même endroit a été découvert l’autel funéraire d’un speculator de la même légion II Adiutrix (III, 3615). Sur le contexte : Dobó 1968, 161 n. 718.

182 Inscriptions funéraires de bf cos à Intercisa : CBI, 403, 404, 405 (père vétéran ancien duplicarius de la cohorte des Hémésiens, fils, bf cos) et 406. Sur les familles de militaires : Chap. VII p. 298-305.

183 Pour la localisation d’une station à Intercisa : Fitz 1972, 30, selon lequel CBI, 397 a été mis au jour dans un petit édifice fermé par un mur de torchis d’une longueur de onze mètres ; “... les salles étaient ornées de peintures murales aux couleurs vives”. Fitz 1993 II, 385 (carte 387), a par la suite considéré que l’origine de ces monuments était Gorsium.

184 Fragment : CBI, 421 ; Fitz 1993 II, 385. Ce fragment rappelle étrangement la description du monument I 13 découvert en 1934 à Budakalasz ; considéré comme détruit, le texte exact n’a pas été repris dans la mention qu’en fait L. Nagy ; à Sopianae : CBI, 417 à 419 et I 15b (voir infra p. 186).

185 CBI, 280 : Annexe 1.3 (après mars 220 p.C.). Si les restitutions de son nom sont correctes, l’un des deux bf cos aurait érigé au même endroit un monument funéraire pour lui-même et pour sa mère ( ?) : III, 4131 - RIU, 2, 335 (cf. AE, 1996, 1241, comm. ; aurait-il été détaché dans son secteur d’origine ? voir aussi I 140b) ; au même endroit : RIU, 2, 331 : il s’agit d’un militaire de la légion X G P F avec le titre de k(ustos) a(rmorum).

186 CBI, 394 ; pour d’autres autels votifs de bf cos retrouvés à Intercisa : CBI, 395 et 398.

187 CBI, 392 ; TIR, L 32, 110-111 ; sur l’onomastique italique et non pannonienne : Barkóczi 1964, 302 et 307.

188 A Cornacum : CBI, 423. Contrairement à ce que montre la carte de CBI, Sotin se situe en bordure du Danube, au sud de Borovo Vukovar, plus ou moins à mi-distance entre Osijek-Mursa (à env. 45 km) et Sremska Mitrovica-Sirmium (à env. 60 km) ; sur le site : Mirkoviç 1971, no 90 p. 84-85 et no 91 p. 85 ; pour un autel in situ à Sirmium consacré à Liber Pater avec IOM, Silvain et le Génie de Sirmium, voir I 48. Pour un autre autel à Liber Pater par un bf cos à Intercisa : CBI, 395.

189 Porolissum : CBI, 540, voir aussi CBI, 541 ; deux castella sont attestés sur le site, le premier, en bois, construit en 106 p.C. On y trouve aussi des tours du limes, un poste de douane, un amphithéâtre, des sanctuaires, et les canabae etc. : TIR, L 34, 92-93 et Balla 1980 ; Buciumi : CBI, 524 (211-212 p.C.) ; Samum : CBI, 525-536 : Annexe 1.3, avec I 100 et I 184 et * I 185, et Isac 1994 et Opreanu 1994 et Opreanu 1997.

190 Opreanu 1994.

191 A Napoca, au iie s., CBI, 537 ; l’édile de Napoca en service comme bf cos à Samum : CBI, 530 et Chap. VII p. 307 n. 90 ; sur la place de cette colonie dans la Dacie Porolissenis : Haensch 1997, 347-348 ; à Potaissa : CBI, 554 et 552 avec Chap. VI p. 271-272.

192 CBI, 544-547, sur le lucus sacré d’Alburnus Maior, avec les autels des ouvriers ou indigènes employés dans les mines, voir aussi Wollmann 1985-1986 ; à Ampelum, CBI, 567, entre 238 et 244 p.C., nous connaissons davantage de bénéficiaires du procurateur que de bf cos, du moins à une époque haute : CBI, 565-566, avec I 104 et I 186. Sur l’administration de ces mines : Chap. V p. 263-264. Sur la place d’Apulum comme capitale des Trois Dacies et de Sarmizegetusa comme siège du procurateur financier et lieu de rassemblement du concilium : Haensch 1997a, 338-345 et Chap. VI p. 283 ; Le Roux 1998, 241, considère Sarmizegetusa comme la capitale de la Dacie, à une époque antérieure.

193 CBI, 562 et 563 ; CBI, 549 ; CBI, 561, si l’on considère que le bf cos est décédé pendant son service et sur son lieu de service.

194 Mihailescu - Bîrliba 1997 ; Opreanu 1994 et 1997.

195 Opreanu 1997, 249 (carte fig. 4.12 p. 248), qui renvoie respectivement à G. Bichir, Geto-Dacii din Muntenia în epoca romana, Bucarest 1984, 58 pl. LII/8 et à S. Dumitrascu et T. Bader, Asézarea dacilor liberi de la Mediesul Aurit, Satu Mare 1967, 40 fig. 20 (non uidi) sans préciser le contexte exact de la découverte ; sur la question Petulescu 1991, 41 et 57 n. 63 et Petulescu 1993.

196 A ce sujet, voir infra p. 174-175 la discussion sur la station d’Habitancum, certes au nord du mur d’Hadrien, mais dans une région sous occupation militaire romaine ; voir aussi nos remarques concernant la localisation de CBI, 642 : Annexe 1.3.

197 Petulescu 1993, part. 192, met l’accent sur l’aspect religieux de ces objets portés par divers types de militaires. Dans le même sens et de manière indépendante : Nelis-Clément & Wiblé 1996.

198 Bogdan Cataniciu 1997, 103 fig. 1.47. Tudor 1978, 561, estime qu’il y avait une soixantaine de camps dans la partie orientale de la Dacie.

199 CBI, 539 ; Dobó 1978, 62.

200 CBI, 538, avec Tudor 1978, 141. Les lettres PAC pourraient être les initiales des tria nomina du bénéficiaire, sa marque de reconnaissance ou signature officielle ; CBI, 543 ; pour une allusion à la bague cachet d’un beneficiarius : I 154a ; pour un exemple de bénéficiaire d’un praefectus fabricensium, peut-être employé au contrôle des productions militaires et de leur acheminement : CBI, 885 ; sur l’immunité des transports destinés à l’armée, les convois scellés de plombs et la participation des bénéficiaires à des envois ou contrôles de ce type : Chap. V p. 256-258.

201 CBI, 543 ; Vladescu 1977 ; Tudor 1978, 359.

202 III, 13795 et 13796 ; Tabula Peutingeriana, VIII. 1, avec Miller 1916, 553-554 ; Tudor 1978, 289 avec plan fig. 80.

203 CBI, 642 : Annexe 1.3 ; la localisation de Mihai Bravu sur la carte 8 du CBI doit par conséquent être modifiée. Bien que ce lieu ce trouve légèrement à l’ouest du Danube, il est permis de penser, la pierre n’ayant pas été trouvée in situ, que comme partout ailleurs, la station dont le bf cos assumait la responsabilité ne devait pas être installée au delà du Danube. Il en va de même pour l’autel mis au jour à Neustadt à l’est du Rhin, qui a certainement été déplacé depuis l’autre rive, peut-être de la station de Vinxtbach-Ad Fines (I 10). Pour la localisation du poste de Risingham-Habitancum légèrement au nord du mur d’Hadrien, voir infra p. 174-175.

204 CBI, 616 ; la présence de uexillationes des légions V Macedonica et I Italica, ainsi que de la cohorte I Germanorum, est attestée dans ce camp. Sur le site : ISM, V, p. 30-32.

205 CBI, 650 ; peut-être de même provenance : CBI, 632. Le fragment de plaque a été mis au jour dans les ruines du monastère à Taitza et transporté ensuite au monastère Cocos. Selon les éd. du CIL, la provenance de cette inscription serait à chercher du côté du camp romain de Troesmis, alors que selon E. Dorutiu-Boilà (ISM, V), elle proviendrait des environs de Nifon, comme la précédente, dédiée à Diane également ; voir aussi ISM, V, 246 à 248 et Aricescu 1980, 56.

206 CBI, 633-634 et peut-être I 188.

207 CBI, 641 ; une origine locale est aussi possible.

208 CBI, 614 ; le bf cos est bouleute de Dionysopolis, de Callatis et de Marcianopolis.

209 CBI, 655.

210 CBI, 618 et 620, mais une origine locale n’est pas exclue ; voir aussi CBI, 619, 621, 622. Pour un princeps offici presidis décédé à Tomis à l’âge de 45 ans : III, 7549 - IGR, I, 629.

211 I 108 ; I 110 avec I 109 ; CBI, 638, 651, 629.

212 Le bf cos qui érige le monument funéraire de son affranchie décédée à l’âge de 14 ans, découvert en remploi dans la forteresse de Smederevo-Vinceia, était probablement en service à Viminacium, capitale de Mésie Supérieure, plutôt que dans une station voisine (CBI, 601). Pour la localisation : IMS, II, p. 20 et 21.

213 CBI, 604 (voir IMS, I, 109 et IMS, I, 160-165, avec carte p. 112 et 113).

214 Sur la présence de bénéficiaires dans les secteurs miniers : Chap. V p. 260.

215 I 123, avec notes (pour le contexte) et Dunand 1933 ; voir aussi Isaac 1992, 134-136 et I 122 à Seia. Sur la question de l’existence de tours de signalisation sur le mur d’Hadrien et au nord-est de la Bretagne, le long de la côte : Woolliscroft 1991 et Wilson 1991 (avec les remarques d’Ottoway 1997).

216 Dunand 1933, 538 no 1 - IGR, III, 1114. Le même centurion est en poste en 169 p.C. à Aerita sur la même route : IGR, III, 1179. Pour d’autres inscriptions de centurions en poste à Phaena, voir IGR, III, 1113 et 1120 (avant 169 p.C.), 1116 (entre 185 et 192 p.C.), 1117, 1118, 1121 et 1122 : ce centurion Petusius Eudêmôn est honoré par les habitants de Phaena où il était stationné (IGR, III, 1121). Il en va de même pour l’un de ses collègues centurions, Iulius Germanus, en poste à Aera (IGR, III, 1128). Pour la présence d’un tribun à Phaena : IGR, III, 1123. Sur la restauration de la route : Dunand 1933, 543 a.

217 IGR, III, 1119. Sur ce gouverneur : Thomasson 1972-1990, 313-314.65 ; sur le site : Isaac 1992, 135-136 et 298 ; Sartre 1991, 331 ; Millar 1993, 109.

218 I 189 avec IGR, III, 1195 (voir ci-dessus n. 216).

219 CBI, 708 : voir Chap. III p. 130.

220 I 122 ; sur le site et le contexte : supra p. 168 ; sur CBI, 700, ainsi que CBI, 707, qui nous paraissent devoir être écartés : Annexe 1.2 ; à Phaena : I 123. Pour d’autres exemples de bénéficiaires détachés dans des provinces voisines, voir par ex. CBI, 152 et 159 : Annexe 1.3, et Chap. II p. 79-80.

221 On a mis au jour sur le site de Seia un temple important d’époque romaine avec des inscriptions en l’honneur d’Hérode Le Grand et d’Hérode Agrippa. Le temple était consacré à Ba’al Samin le maître des cieux, et d’autres divinités y étaient invoquées, notamment Dusarès, ainsi que la divinité topique ou éponyme de Seia, mentionnée dans une inscription bilingue, en grec et en nabatéen. Sur les fouilles entreprises par l’expédition de l’Université de Princeton : Dussaud 1927, 368-369. Sur le site : Sartre 1991, 329-330, et Millar 1993, 394-396 et 419, qui met en évidence le caractère de lieu de culte et le rattachement possible du site au territoire de Canatha, où un centurion de la légion IV était posté : IGR, III, 1230 ; sur la légion : Ritterling 1925, 1674.

222 CBI, 727 et 728 avec I 190 et Chap. V p. 265.

223 CBI, 702 (le service local n’est pas certain) et 709 (autel votif plutôt que funéraire). Le village de Souq Wâdi Barada a livré des ruines et quelques inscriptions datées de l’époque de Marc Aurèle et de Lucius Verus (III, 199-201). Elles font allusion à des travaux effectués en 163-165 p.C. par Iulius Verus, légat d’Auguste propréteur de Syrie. Le nom au génitif Abilenorum qui figure dans l’une d’elles suggère la localisation en ce lieu du toponyme Abila connu par les itinéraires anciens.

224 A Umm idj-Djimâl : CBI, 710 : la fin de son nom et son titre, suivi de εκοσμησα, figure sur un fragment d’architrave ; à Philadelphia : CBI, 722 et à Petra : CBI, 731 ; sur la voie Bostra-Aila, voir aussi Millar 1993, 138-139 ; sur le statut de Bostra comme capitale de la province, plutôt que sa rivale Petra : Bowersock 1983, 84-85, 91 et 100 et en dernier lieu Haensch 1997a, 238-243 et 556-563.

225 IGLS, XXI, 20, p. 53 (commentaire de M. Sartre).

226 CBI, 729 : Annexe 1.2, avec Graf 1988 et 1998 ; sur le site : Millar 1993, 139-140.

227 CBI, 752 à 757 auxquels s’ajoute probablement I 193. Plusieurs autels de bf sont dédiés pour fêter une promotion (CBI, 753, 756, I 193 : voir Annexe 8) ou une fin de stationnement (CBI, 752 : voir Annexe 1.3), 753, 755 (= schola) ; CBI, 758 : Annexe 1.2 en revanche ne doit pas être retenu comme un ancien bénéficiaire.

228 CBI, 753 : Annexe 1.3 ; VIII, 17625 : la présence d’un corniculaire dans une station de bénéficiaires, comme celle d’exceptores, n’est pas habituelle (voir infra p. 208-209). Il pourrait peut-être s’agir d’un bénéficiaire nouvellement promu corniculaire, comme c’est le cas dans le document I 193. Une dédicace à Mercurius Vazaiuitanus est attestée au même endroit : VIII, 17624.

229 Le Bohec 1989a, 419 et 424.

230 I 137. Sur le poste : Le Bohec 1989a, 170, 381, 425, 485 (fig. 9), 578 et Carcopino 1925 ; sur la localisation : Salama 1951, 122 (avec carte) et Morizot 1991, 337-346.

231 VIII, 2501 ; AE, 1933, 42 - AE, 1980, 953 : centurion ; Salama 1951, 122 ; voir aussi VIII, 2494 - ILS, 2636 et VIII, 2495 : burgum speculatorium (sic) inter duas uias ad salutem commeantium (sous Caracalla).

232 Morizot 1997.

233 CBI, 824 : Annexe 1.3. C’est donc bien sur le limes de Numidie – et sous l’autorité du légat de cette province – qu’était détaché ce bf cos, et non pas comme le pensent les éd. du CBI, sur le limes de Maurétanie Césarienne, qui se situe au nord de l’Hodna. Sur la localisation : Picard 1944, 51-53 ; Salama 1951, carte ; Le Bohec 1989, 435-436, 485-486 et 578 ; Le Bohec 1995b, 140.

234 Voir CBI, 824 : Annexe 1.3, avec les références aux inscriptions qui concernent ces deux militaires.

235 Sur ce dernier, AE, 1992, 1856.

236 Picard 1944, 49-50, fig. 5.

237 CBI, 820 : Annexe 1.3. Était-ce là que Catulus a été informé de la décision impériale concernant sa promotion comme centurion, dont la demande avait été transmise à l’empereur sur proposition du gouverneur ? La promotion lui aurait-elle été promise par avance, en fonction du résultat de l’opération ?

238 Selon Le Bohec 1989a, 380-381, cette expédition serait destinée à “voir et se faire voir, pour découvrir les révoltés et les effrayer en leur montrant qu’on peut les prendre à l’envers”. Il s’agirait selon lui d’une phase antérieure à l’intervention de 180-182 qui voit des légionnaires de la légion III Augusta s’opposer à des Maures, sous l’autorité d’un centurion (VIII, 2796 avec le texte cité par Le Bohec p, 170 n. 179) ; sur des explorations par des militaires : par ex. Nicolet 1988, 98-101 et 256-257. Sur la chasse aux lions en Tripolitaine : Rebuffat 1977, 402 ; à Dura : P. Dur., 100 et 102 (ad leones), avec Davies 1989, 170 qui souligne leur emploi dans les jeux ou la confection des uniformes des signiferi. Dans une situation différente, voir CBI, 641, où il est question d’un bénéficiaire d’un gouverneur à Callatis en Mésie Inférieure, en relation avec une association d’amateurs de chasse.

239 Si l’on tient compte de l’ordre hiérarchique dans lequel sont mentionnés les adiuuantes et de l’association des militaires dans CBI, 824 (ci-dessus), la restitution b[f cos] (Domaszewski & Dobson 1981, 249-250 ; Benseddik 1982, 197 no 13) se justifie mieux que celles de b[f tr(ibuni) ?] (CIL ; Cagnat 1913, 209 n. 1 ; CBI), ou de b[f coh(ortis)] (Le Bohec 1989a, 380). Pour des exemples de bénéficiaires participant à une expédition : Chap. III p. 101-104, 107, 124, 130 et V p. 218.

240 I 154 : il s’agit d’une tablette encore inédite, avec mention d’un bénéficiaire (le titre du supérieur n’est pas précisé). Pour une discussion sur la présence d’une mansio près de ce castellum, depuis le ier s. : Black 1995, 23-24 et fig. 16a et b.

241 CBI, 4 à Birdoswald : autel votif qui paraît être érigé par un bénéficiaire dont le titre du supérieur n’est pas précisé. S’agissait-il d’un bf du responsable de la cohorte d’auxiliaires, ou d’un bf cos ? La dédicace à IOM suivie du nom (incomplet) de la cohorte I Aelia, selon une pratique bien attestée localement, n’implique pas forcément la première hypothèse : voir par ex. CBI, 394 citée plus bas, et CBI, 893.

242 CBI, 11 à Vindolanda : ce bf cos prouinciae Superioris leg. II Aug. a été détaché sur le mur, soit en Britannia Inferior, par le gouverneur de Britannia Superior, comme CBI, 13 à Greta Bridge ; pour d’autres bénéficiaires à Vindolanda : I 3a et 3b, avec I 154a. Selon Black 1995, 49-50, une mansio serait attestée sur le site vers le milieu ou la seconde moitié du iie s.

243 CBI, 14. Pour un autre type de bf à Housesteads : CBI, 15. Le mithraeum, lieu de provenance de l’autel du bf cos, n’était pas le sanctuaire d’une station réservé aux seuls bénéficiaires. En revanche, les traces d’un bâtiment situé à l’extérieur du camp, légèrement au sud-ouest de la porta principalis sud, ont été identifiées, par E. Birley notamment, avec l’endroit où le bénéficiaire aurait exercé ses fonctions. L’identification proposée se basait sur une comparaison topographique avec la localisation des stations de Germanie Supérieure ainsi que sur le type de matériau et de construction du bâtiment en question. Il s’agit en effet de l’un des plus grands bâtiments parmi ceux qui ont été repérés sur le uicus. Il se distingue des autres constructions par son type de maçonnerie puisque, à la différence de ces derniers, il est construit de grands blocs de pierre, un matériau rarement employé ailleurs dans le uicus (cf. Birley & Keeney 1935, 254-255). Ce type de construction a incité les archéologues à le considérer comme un bâtiment officiel. L’angle angle sud-est de l’édifice en question – le numéro V sur le plan du uicus – a été tronqué, probablement pour permettre le passage d’une route dont la présence est suggérée par l’orientation d’autres bâtiments au sud de celui-ci, signe de son antériorité par rapport à eux. La localisation topographique d’une station en ce lieu trouve il est vrai de nombreux parallèles sur la frontière de Germanie Supérieure, comme nous venons de le voir. Mais les arguments invoqués, en dépit de leur consistance, ne sauraient faire acte de preuve, et l’identification de cet édifice comme celui de la maison du bénéficiaire, tel qu’elle est présentée encore actuellement sur le site, est aujourd’hui sérieusement mise en doute : cf. par ex. Crow 1995, 69.

244 CBI, 22, iiie s. : dédicace au Génie du collège des bf du gouverneur Gordianus ( ?), et Chap. VI p. 270-274.

245 CBI, 17, iie-iiie s. La provenance précise de cette base de statue n’est pas connue sur le site de Lanchester, où se trouvaient établis un castellum et un établissement civil.

246 CBI, 2 et 3, iiie s. : la provenance exacte sur le site de Binchester du premier autel n’est pas connue ; la dédicace indique qu’il devait avoir été érigé dans le même sanctuaire que le second autel, découvert selon la tradition à moins de 100 mètres au sud du castellum de Vinouia, soit dans le uicus. La route romaine en direction de Lanchester traversait la rivière Wear dans la direction opposée, au nord du castellum.

247 CBI, 7 : Annexe 1.3, en 191 p.C. ; I 4. Sur cette station : infra p. 198-200.

248 I 2 ; sur ce site sont connus des centurions de Germanie Supérieure (RIB, 1022 en service, en 217 p.C. et 1026) et un autre soldat originaire de Germanie Supérieure qui a pu être bf d’un tribun (CBI, 18), ainsi qu’un men(sor) euocatus (RIB, 1024) ; sur la présence possible d’une mansio à Pierbridge : Black 1995 ; CBI, 1 à Aldborough : sceau probablement utilisé par un bf d’un gouverneur ; CBI, 6. Sur ces plombs : Chap. V p. 258.

249 Sur la mansio en ce lieu : Black 1995, 23-24 et fig 16b.

250 CBI, 8 à 10 : il s’agit d’inscriptions funéraires de bénéficiaires employés dans l’état-major d’officiers (tribuns et légat) de cette légion, installée à Chester après le retrait des troupes du mur d’Antonin et de l’Écosse.

251 CBI, 21 : Annexe 1.3, avec Tomlin 1992.

252 CBI, 5 : Annexe 1.3. On ne connaît pas la provenance précise de cet autel sur le site ; par ailleurs, sa lecture est incertaine et il n’est donc pas possible d’affirmer qu’il s’agit à coup sûr d’un bénéficiaire.

253 CBI, 16, iie-iiie s. : autel découvert en 1797 entre le côté nord de Lancaster Castle et le cimetière. Il est consacré à Mars Cocidius, une épithète attestée pour diverses divinités en Bretagne, parfois à des endroits où se trouvent aussi des bf cos, notamment dans la région du mur d’Hadrien ainsi qu’au nord de celui-ci. Pour un schéma de répartition, voir Breeze & Dobson 1987, 263. La présence d’une station de bénéficiaires paraît ici tout indiquée, à mi-chemin le long de la voie reliant le camp légionnaire de Chester-Deua et Carlisle. Une mansio serait attestée à Lancaster depuis le milieu du iie s. et pendant une grande partie du iiie : Black 1995, 82-83.

254 CBI, 13 : l’autel dont la dédicace précise ne nous est pas parvenue a été mis au jour au début du xviiie s. à environ 1 ou 2 km à l’est de Rokeby et du confluent de la Greta et de la Tees, dans les ruines de ce qui semblait être un sanctuaire. La localisation du toponyme antique Maglona n’est pas du tout certaine. Le site a révélé la présence d’une forteresse édifiée vers la fin des Flaviens ou sous Trajan, et reconstruite au iiie s. p. C, et celle d’un grand établissement civil. Il n’est pas exclu qu’une mansio ait été établie près de la forteresse (TIR Britannia Septentrionalis 1987, 38). Le contexte de découverte pourrait suggérer que la station était établie non loin de l’endroit où la route traversait la rivière Greta, à proximité du pont. Sur cette route : Margary 1973, 434.

255 Black 1995, 12, mais les évidences archéologiques concernant ce type d’établissement, difficilement repérables et identifiables sur le sol, demeurent souvent incertaines. Catterick abritait un centre de production du cuir : Tab. Vindol., II, 343, ii 16 et Bowman 1994, 138.

256 CBI, 19 ; sur la localisation de la station : Birley & Keeney 1935, 224 (= Birley 1953, 84-85) se référant Shanks, Archaeologia Aeliana, 1st Ser. 4, 157 : “It may be that the building that Shanks recorded at Risingham ‘ on the embarked part of Watling Street, near where the road to the station turns off’” ; sur la praetensio ou praetentura : Speidel 1998. Sur le contrôle aux frontières, dans les deux sens : Whittaker 1994, en part. 43, 92, 120 ; Bowman 1995, 24 ; à propos de Risingham : Birley 1935, 223-224 = 1953, 84-85 ; voir aussi Schönberger 1969, 161. Cette question a suscité un très vif intérêt ces dernières années, en particulier à la suite de l’étude stimulante d’Isaac 1992, part. 102-103 ; pour un récent état de la question, avec la bibliographie : Carrié 1995.

257 A High Rochester : RIB, 1262 (238-244 p.C.) et 1270 ; à Risingham : RIB, 1235 et CBI, 19 ; Rankov 1987, 248 ; sur les vexillations en Bretagne : Saxer 1967, 65-74 ; sur les renseignements : Chap. V p. 218.

258 Bowman & Thomas 1996, 314 : ---aduentu consu[laris---] in prandio..., le 1er mai 104 p.C. Cette tablette découverte en 1993 nous apprend, pour le détail, qu’on lui a servi du poulet lors de sa visite à Vindolanda ; voir aussi Tab. Vindol., II 248 ii, 10-11.

259 Voir I 3a et 3b et I 154a avec CBI, 11. Peut-être en allait-il de même à Carlisle : I 3c ? Mais là non plus le titre du supérieur du bénéficiaire n’est pas clairement exprimé.

260 Suétone, Auguste, 32.1 : Igitur grassaturas dispositis per oportuna loca stationibus inhibuit ; Tibère, 37 : Stationes militum per Italiam solito frequentiores disposuit.

261 III, 6123 - ILS, 231 ; voir aussi infra ILBR, 211.

262 Chap. II p. 74 et Mitchell 1976.

263 Chap. IV p. 133 n. 2, 154, 168-169, 174, avec des ex. de sites abritant une statio et une mansio, en dépit de rares témoignages archéologiques sûrs ; sur le cursus publicus : Holmberg 1933, Pflaum 1940, ainsi que Van Berchem 1937 (suivi de Berchem 1977 et de la discussion sur des mansiones et de la date de l’annone militaire), avant les découvertes d’inscriptions importantes sur la question et les études de Frend 1956, Mitchell 1976 et Zawadzki 1960. Récemment et en particulier pour la Bretagne : Black 1995 ; sur les mesures prises et répétées selon la tradition par les “bons” empereurs pour soulager la population locale du fardeau du cursus : Kolb 1995. Pour une discussion sur les bénéficiaires et leurs relations controversées avec le cursus publicus : Épilogue p. 333-335.

264 Sur l’importance de la santé des finances municipales aux yeux des autorités romaines : Pline 10.18. Cet aspect y est mis en évidence vu le caractère de la mission spéciale de Pline : Rationes autem in primis tibi rerum publicarum excutiendae sunt ; sur la justice : Pline 10.117.

265 Pline 10.74, 77 et 78, avec Merkelbach 1999 (regionarius centurio et non legionarius centurio). Pour un inventaire général des soldats dans les villes : MacMullen 1991, 319-329.

266 Pline 10.77 et 78.

267 Robert 1943 et Chap. II p. 74-75.

268 Frend 1956, part. 47 l. 32-33 : Vale(n)s (dixit) : Ανοσσηνοι αξιουσιν στατιωναριον λαβειν Philocurius proc. (dixit) οπως τηρ( ?) ηται τα κεκριμενα δωσω στατιωναριον. Outre l’attitude positive des villageois par rapport à la présence d’un stationarius sur place, si rarement attestée dans les sources, ce document met en relief plusieurs détails intéressants. On retiendra par ex. l’existence d’un option dans l’officium du procurateur affranchi, dans une position et des fonctions qui rappellent ceux des beneficiarii, ainsi que la décision du procurateur affranchi d’envoyer un militaire stationarius sur place. On ignore s’il détenait lui-même ce pouvoir de décision ou s’il avait dû contacter les autorités supérieures. Sur les stationarii et en particulier les prétoriens dans les provinces proconsulaires : Chap. III p. 103-106.

269 IGR, III, 301 = 1490 ; CBI, 614 avec Chap. VII p. 315 ; voir aussi I 121. Sur les fonctions et le détachement de centurions et de beneficiarii : Chap. V p. 233-237.

270 III, 6123 - ILBR, 211, en 151-152 p.C., à Bâlgarski Izvor en Bulgarie, non loin de Glava Panegra et du secteur voisin, où la présence de nombreux bénéficiaires est attestée (cf. infra p. 261) ; voir aussi III, 3385 (n. suiv.).

271 A Intercisa, III, 3385 - ILS, 395 ; près d’Auzia, ILS, 396 avec CBI, 827-830 ; le macellum : VIII, 9062 - ILS, 5590.

272 Tertullien, Apologétique, 2.8. Sur le contexte : Carrié & Rousselle 1999, 117.

273 Voir Chap. V p. 222.

274 Sur les divers sens et emplois du terme statio : OLD, s. v. 1918, et Giardina 1977, 77-79 ; de Ligt 1993, 29 et 76 (place de commerce) ; pour l’expression stationem a[g]ens dans le sens général de monter la garde : Fink 1971, 58 II 14 - Daris 1964, 55 (c. 90 p.C.) ; la même signification, dans les camps ou castella : PGenLat, 1 5 : sta(tio) por(tae) ou sta(tio) principis, avec Lesquier 1918, 231 ; Tite Live 6.23.12 et César, Guerre des Gaules, 5.15.3 ; voir aussi les stationarii des ostraca du Mons Claudianus (Chap. V p. 235 et 247). Pour l’emploi en grec de στατιων dans le sens d’une station de douane, dans le nome Arsinoïte : BGU, 326 II 10 (194 p.C.) : εν τη στατιωνι της εικοστης (= statio uicesimae).

275 Annexe 5 et 6.

276 La seule exception connue est due en fait à une restitution contestable de CBI, 199 : Annexe 1.3.

277 Voir Annexe 5 et l’exemple mentionné plus haut (p. 159) du légionnaire a curis à Genève. Pour un autre papyrus où figure également le terme de περιμετρος : P. Yadin, 16, 13-14, auquel a été rapproché le terme de περιχωρος nouvellement attesté dans P. Euphr., 8.

278 P 38 et Chap. V p. 233.

279 CBI, 176. La localisation précise de la station n’est pas connue, l’autel étant en remploi dans l’église.

280 CBI, 129 : Annexe 1.3 ; voir aussi CBI, 170 : Annexe 1.3 et supra p. 136.

281 CBI, 170 : Annexe 1.3.

282 CBI, 76-82 ; I 163 ; les inscriptions de Nettersheim datées avec précision se situent entre 196 et 227 p.C. ; sur le gouverneur : Eck 1984, 111 et Eck 1985, 191-192 ; pour la datation : Raepset-Charlier 1993. Des uicani auraient participé à la fondation du sanctuaire des Matronae Aufaniae si l’on en croit une inscription (XIII, 11983) dont le texte est toutefois trop corrompu pour que l’on puisse s’en assurer. Le nombre des autels érigés dans ce contexte par des bénéficiaires du gouverneur et la présence de l’expression iterata statione attestent qu’il devait s’agir du sanctuaire d’une station de bénéficiaires. Il se situe à 4 km au nord-est de Marmagen-Marcomagus, une station routière citée dans la Tabula Peutingeriana. Dédié aux Matronae Aufaniae, il a été fouillé en 1919 et en 1976/1977. Au sud de l’édifice principal, de forme trapézoidale, les restes d’un petit monument carré (2,10 x 2,10 m) ont été dégagés. La plupart des inscriptions se trouvaient à proximité du temple principal, peut-être sur le palier (2,8 x 0,7 x 0,2 m) qui a été mis au jour à l’est de celui-ci. Sur le site et les découvertes : Römer/NR-W, 1987, 571-580, fig. 489 (plan) et 490 (photo de la reconstitution du sanctuaire), et en part. p. 574-575 sur les traces de constructions qui pourraient être en relation avec le poste des bénéficiaires.

283 P 13.

284 P 10 et 77 ; voir Chap. V p. 229-230. Pour les centurions : BGU, 36 - Chrest. Mitt, 125 - Daris 1964, 82 (101-102 p.C.) ; BGU, 52 ; P. Mich., 175. Pour la présence d’un centurion à Euhemeria, dans le Fayoum, en 37 p.C. déjà, voir P. Ryl., 141. Pour l’exemple d’un centurion en poste à Sendrypaei en 20 avant notre ère : P. Oslo, II, 30 - Daris 1964, 72 et Chap. II p. 61.

285 CBI, 218-244, à quoi s’ajoute CBI, 245 (inscription funéraire érigée par un bf et son épouse pour les parents de celle-ci) ; voir aussi I 172. Pour les autels où le nom du procurateur gouverneur est inclus dans la titulature du bf : Annexe 12.

286 III, 5156a, découvert “prope hortos stallnerianos” ; pour un exemple de bf cos en service local à cette même époque : CBI, 228.

287 Autrement : Dise 1997a, 276.

288 CBI, 261 et 248 (202 p.C. ; la pierre, en remploi dans le mur du cimetière, à Grödig, au sud-ouest de Salzbourg, provenait sans doute de la même station que la précédente ; la lecture [Valeriano] III et / [Gallie] no / [co]s. pourrait aussi être envisagée, cf. Egger, PAR, 5, 1955, 14).

289 CBI, 257 (ides de mai 219 p.C. ; déc. en remploi dans le mur extérieur de l’église de Pittenhart) et CBI, 214 : Annexe 1.3, en date des ides de mai 226 p.C. ; déc. dans la chapelle St-Jean de Stöttham. Les deux autels sont dédiés à Bedaius Sanctus parmi d’autres divinités, et ont tous deux été consacrés le jour des ides de mai, à quelque 7 ans d’intervalle. Ils provenaient certainement de la même station, établie à Bedaium : Alföldy 1974, 211-207, 253.

290 CBI, 249.

291 CBI, 264.

292 Annexe 15.

293 CBI, 266 ; sur la station du Portorium, attestée dans les sources épigraphiques : III, 5121 ; voir aussi de Laet 1975, 188-190. A 6 milles de là se trouve le poste de douane de Gradisce-Ad Publicanos. Aucune trace d’une station n’a été repérée sur le site, où des traces de constructions civiles et funéraires ont été dégagées.

294 CBI, 267 à 269, découverts dans la rivière Gailitz, au pied du Hoischhügel, avec le fragment I 170, en marbre de Gummern (comme CBI, 268), retrouvé à proximité de Thörl ; CBI, 215-216 en remploi dans l’église de St-Leonhard et dans celle de Seltschach ; CBI, 270 découvert dans le lit de la Drave près de Villach-Santicum ; voir aussi I 10c ; peut-être l’inscription CBI, 253 “ inter Carinthiana in loco non adnoto” (CIL) provenait-elle du même poste ? Selon Jabornegg, la pierre se trouvait en 1870 dans le château de Landskron (III p. 1046 ad 4776) ; CBI, 265 : à Töschlin à l’est de Landskron.

295 AE, 1995, 1193-1197. Sur les découvertes dans ce contexte d’objets en fer, en part. d’armes : Dolenz 1998, part. 114 sq.

296 CBI, 267.

297 CBI, 392 : Annexe 1.3.

298 I 175, si Iulius Bassus est en réalité la gouverneur M. Iallius Bassus Fabius Valerianus. Sur ce gouverneur : Thomasson 1972-1990, 105.38

299 CBI, 274 ; 357 ; 298 ; I 175 ; Fitz 1993, II, 386 ; Ott 1995, 92 considère qu’il existait une station dans chacun des lieux de découverte, malgré sa n. 33. On soulignera que la voie nord-sud qui reliait Carnuntum, Scarbantia, Siscia et Burnum passait par ces sites, ou du moins non loin d’eux. Pour un autre autel de bf cos retrouvé dans une station thermale, à Daruvár-Aquae Balissae (CBI, 277), au sud-est d’Aquae Iasae, voir infra p. 186.

300 CBI, 413 à 416 ; voir infra p. 195-196.

301 Aquae Iasae : III, 4121 (reconstruction vers 320-330 p.C. d’un marché détruit par le feu ; Mursa : III, 3288 (tabernae et mercatus), avec de Ligt 1993, 118 et 225.

302 CBI, 338 (158 p.C.) à 355, avec Sasel-Kos 1995a et Sasel-Kos 1997, 152-169 ; CBI, 342 : bf leg. cos et CBI, 895 : Annexe 1.3 : beneficiarius legati consularis, avec nos remarques Chap. II p. 78. Il ne paraît pas exclu que l’installation de la station remonte à la première moitié du iie siècle, même si cela n’est pas explicité dans l’analyse de Sasel-Kos. Les arguments qu’elle avance permettent d’aller dans cette direction (p. 153).

303 Sasel-Kos 1995b, qui s’appuie sur les travaux de J. Sasel.

304 CBI, 279, avec 275, 278, 281, 282, 283, et 358 à 360, avec Annexe 1.3 ; Sasel-Kos 1995b ; il n’est pas exclu que certains des bénéficiaires en poste à Neuiodunum aient consacré un autel dans les environs directs du lieu de service, peut-être même dans une station thermale située sur territoire ou la regio de Neuiodunum : pour une approche restrictive de la localisation des stations de bénéficiaires en Pannonies : Fitz 1993, II, 384-387, qui ramène plusieurs témoignages dispersés à une même statio cum regione ; autrement : Ott 1995, 92-93.

305 CBI, 287.

306 CBI, 302-312, avec l’épitaphe CBI, 313. Sur le rôle des bénéficiaires du procurateur à Siscia : infra p. 194-195.

307 Pour la localisation du toponyme Ad Fines à Petrinja et non à Topusko : TIR, L33.

308 CBI, 336-337, avec III, 11043-11050 et Mócsy, RE, 1962, 617 ; Fitz 1993, II, 386 considère qu’ils étaient en poste à Siscia ; autrement : Ott 1995, 93 selon lequel une station de bénéficiaires était établie dans chacun des lieux cités ici. Sur cette question et celle de la regio attenante à la station : supra p. 179-180.

309 Scheid 1998, 65 ; MacMullen 1998, 95-96 et 266-267.

310 III, 12336 - AE, 1994, 1552.

311 Chastagnol 1981a, 406-409.

312 Dion Chrysostome 46.9 ; Digeste, 1.18.13 : congruit bono et graui praesidi curare ut pacata atque quieta prouincia sit quam regit. Sur la présence d’un cornicularius à cet endroit, voir supra p. 69 n. 59.

313 Pline 10.90 et 10.37 : pecunia curantibus nobis contracta non deerit ; voir aussi Eck 1995, 222-223.

314 Corbier 1991, 649.

315 Wallace 1938, 155-159.

316 CBI, 277 ; Fitz 1993, II, 386 (rattachement à Siscia) ; autrement : Ott 1995, 93 ; CBI, 439 : l’autel a été mis au jour lors de la réparation d’un pont sur la Crkvina.

317 CBI, 418 ; pour les bf cos de cette légion : CBI, 413 (164 p.C.) et I 16, avec I 61, I 75 et I 78.

318 CBI, 461 (de la légion I Adiutrix en Pannonie) et avec les mêmes divinités associées dans le même ordre (IOM, Epona Regina et le Genius loci), CBI, 488 : Annexe 1.3, de la cohorte Voluntariorum, formée de citoyens romains (cf. aussi CBI, 491 et 497). A Doclea, voir peut-être aussi I 182.

319 CBI, 455, 456, 458 et 471-475, avec CBI, 431 et I 99. A deux km du village de Skelani sur la Driva, on a découvert à la fin du siècle dernier, dans les ruines d’une basilique, dix autels votifs consacrés par des bénéficiaires du gouverneur, en poste dans ce lieu. Les monuments épigraphiques ont été dispersés au Moyen-Age et réutilisés par la suite dans le cimetière de Ljesçe et dans les deux églises de Skelani. Ce secteur se situe non loin de la frontière entre la Dalmatie et la Mésie Supérieure, mais encore sur le territoire de la Dalmatie si l’on admet avec Zaninoviç 1980, 91-94, que c’est le cours de la Drina qui marque la limite entre la Dalmatie et la Mésie. Sur la localisation d’une station près d’un pont : Wilkes 1969, 125, 273 et 280-281 et par ex. en Dalmatie à Banjaluka-Castra (CBI, 439), Dukljia-Doclea (CBI, 460, 461, 488 etc.) et Gardun près de Trilj-Tilurium (CBI, 489-491) ; en Germanie : à Heidelberg (CBI, 109) ou Grosskrotenburg (CBI, 106-107), en Pannonie à Transaquincum (CBI, 420) et Mursa (CBI, 413-416 etc.) ; en Bretagne à Rokeby près de Greta Bridge ( ?) (CBI, 13), et peut– être en Rhétie à à Stein am Rhein-Eschenz-Tasgaetium (*I 174). Sur la station de Skelani, outre l’article de Zaninoviç cité ci-dessus : Alföldy 1987a, 272 n. 162.

320 CBI, 468 : 194 p.C. ; CBI, 463, 6 juin 195 p.C. ; CBI, 464 : 239 p.C. ; CBI, 440 : 251 p.C. Le sanctuaire dédié à Jupiter serait localisé selon Patsch 1902, 96-101 au nord de l’église de Runoviç ; il pourrait s’agir de celui de la station ; pour l’autel du civil : III, 1908.

321 CBI, 493, 445, 442, 439, 443, 444, 446-449 et 462 ainsi que I 97 et * I 178 (voir aussi CBI, 450), CBI, 432-438.

322 CBI, 489 et 490 (voir aussi CBI, 491) ; III, 3202 - ILS, 393 (déc. sur la rive droite de la même rivière).

323 III, 13750 - IGR, I, 860 avec Chap. V p. 223 n. 47.

324 IGR, I, 870 à 925.

325 CBI, 658, avec 659 et 661 ; sur le sanctuaire : Latyschev 1965, 510 ; le site : Danoff 1962 ; la statio : Vermaseren 1956-1960, II, 11 ; le mur : Firsov 1975 ; la uexillatio : Saxer 1967, 91-92 ; Reddé 1986, 262 n. 55 et 263-264 ; Philipenko 1997 ; Sarnowski et al. 1998, 338-341.

326 CBI, 661 : Annexe 1.3, avec Sarnowski 1991, 142 n. 21 ; l’autel était placé dans une niche du mur sudest du théâtre : cf. Solomonik 1964, l ; CBI, 662.

327 Pour un parallèle, par ex. P. Aelius Clemens et son épouse dans le secteur minier de Mihailovgrad-Montana : CBI, 645 et 646 ; 613.

328 Arrien, Périple du Pont-Euxin, 19.4 avec Silberman 1995, 56.

329 Arrien, Périple du Pont-Euxin, 9.5 et 10.3.

330 Philipenko 1997 ; pour le sanctuaire en particulier, avec les inscriptions : Sarnowski et al. 1998 ; sur les troubles dans la région et le sanctuaire des bénéficiaires, en part. p. 338-340 ; voir aussi I 111.

331 CBI, 643. Il n’est pas clair si le bf cos Ulpius Alexander envoyé sur place comme représentant du gouverneur faisait ou non partie de la vexillation placée sous la responsabilité, sub cura, d’un centurion. Pour la première hypothèse : Haensch 1997a, 674. Son nom et le titre de bf cos figurent après le nom du centurion suivi de la date consulaire, mais avant la liste des 4 principales (tesserarius, tubicen, cornicen, medicus), dont il se distingue, et des immunes. Si la révision de Wiegels à propos de CBI, 90 : Annexe 1.3 s’avère correcte, nous aurions un exemple dans un site où la présence d’une station de bénéficiaires est bien attestée, de la subordination d’un bf cos à un centurion, peut-être responsable d’une vexillation détachée à Remagen (infra p. 209). Parmi les nombreux monuments de centurions et regionarii retrouvés in situ dans le sanctuaire de Diane et d’Apollon à Montana, signalons les deux autels votifs érigés sans doute au iiie s. par un centurion praep(ositus) NCR, soit d’un n(umerus) c(iuium) R(omanorum) : Bozilova 1987, no 20 p. 31 et no 30 p. 33 ; photos pl. 19 et 29, ou comme le propose Speidel 1992a, 144, d’un n(umerus) c(ollectus) R(omanorum). Voir aussi à ce propos les remarques sous I 112a.

332 I 188 avec n. 181 p. 370 ; voir aussi Chap. VII p. 309.

333 CBI, 633 : Annexe 1.3 ; voir aussi au même endroit CBI, 634.

334 CBI, 689 ; cf. Mitford 1967, et Mitford 1991 ; CBI, 694.

335 CBI, 695 ; Mitford 1967, 472-473, et Mitford 1991, 187. Pour un autre bénéficiaire de ce gouverneur, au cours de l’expeditio orientalis, voir n. suivante.

336 CBI, 631 : Annexe 1.3.

337 Tacite, Annales, 15.9 et 26.

338 French 1992, 64.

339 I 119 et I 118 avec le discussion sur le rattachement de ce dernier à l’officium du gouverneur plutôt qu’à celui du légat de légion.

340 Pour une discussion sur la position d’Amasia comme capitale du Pont au iiie s. : Haensch 1997a, 281-282.

341 I 156.

342 CBI, 692 ; Miller 1916, 733, localise le site antique d’Aquae Arauenae dans le lieu actuel de Kirhehir, à l’est du lac Tuz Gölü. Sur le titre de θεραπευθις et pour d’autres exemples de bénéficiaires au sein d’une communauté religieuse : Chap. VII p. 308-310 ; sur le rôle du bénéficiaire dans l’organisation de cérémonies religieuses et des sacrifices dans le sanctuaire de la station : infra et Chap. V p. 242.

343 I 157. Nous remercions D. French de nous avoir transmis ce texte et les renseignements le concernant.

344 CBI, 691 : Annexe 1.3. L’inscription n’est connue que par une copie. S’agit-il d’une inscription votive dont la dédicace aurait été omise, ou peut-être perdue ? Serait-ce plutôt l’inscription funéraire d’un bénéficiaire mort en service ? Dans les deux cas, un service local est possible. L’expression βενεφικιαριος χωρτης κρωπης εξ οφικιου Κασσιου Απολλειναριου demeure sans parallèle direct ; voir toutefois nos remarques ci-dessus à propos de ex officio, et CBI, 680 et CBI, 867 pour la cohors I ; sur le gouverneur : Thomasson 1972-1990, 270.28.

345 CBI, 688. Les lettres NI qui précèdent directement le titre de -B-COS doivent se rapporter à la fin de son cognomen (cf. MAMA, VIII, 9), et non pas comme le pense Ramsay 1967, 188-189, au génitif de ueteranus, qui serait suivi du titre de bf, sans ex (comme par ex. CBI, 690). Au nord de Lystra, près de Laodicea sur le lieu actuel de Kadinhani a été mis au jour un bloc inscrit (cf. MAMA, I, 230 (photo) - CIG, 9269 - SEG, 34, 1984, 1360. Selon la révision de lecture par G. Laminger-Parscher (SEG), l’inscription en grec ferait connaître un nouveau bénéficiaire qui aurait reçu la citoyenneté et le gentilice Calpurnius de C. Arrius Calpurnius Frontinus Honoratus, à une époque située entre le règne de Septime Sévère et celui de Sévère Alexandre. L’abréviation grecque BER soit BER en latin ne se rencontre toutefois jamais à notre connaissance pour le titre de bénéficiaire, ce qui nous incite à ne pas retenir ce document dans le dossier.

346 CBI, 681-682 et Chap. I p. 49-50.

347 CBI, 675 (déd. au proc. et praeses Didius Marinus, vers 215-217 p.C., par ses corniculari(i), beneficiari(i) et exacti) ; CBI, 676.

348 CBI, 680 : Annexe 1.3. à Celemis-Patara. Ce bénéficiaire du gouverneur de Lycie-Pamphylie, originaire de Claudiopolis, recruté dans la cohorte I Musulamiorum qui constituait la garnison militaire de la province de Lycie-Pamphylie vers le milieu du iie s. p.C. (cf. Russel 1991) est décédé pendant sa 18e année de service. Un stationnement local est envisageable ; CBI, 683 à Murtana-Perge : le bénéficiaire érige l’autel funéraire d’un patronus, un jeune équestre, peut-être un membre de la famille d’un supérieur (Annexe 11) ; CBI, 696, déc. en remploi dans le village de Kobuhlar, pourrait peut-être provenir de Cibyra Minor ; sur le site et sa localisation : Bean & Mitford 1979, 68-69. Un détachement local du bénéficiaire décédé pendant son service demeure incertain ; la famille, originaire de Samothrace, se serait installée dans la voisine Sidé où la mère du bénéficiaire était prêtresse à vie de Déméter.

349 Haensch 1997a, 290-297 et Haensch 1998, 289-292.

350 CBI, 855-858 ; sur l’administration de ces mines : Le Roux 1995, 73-75, avec la bibliographie récente.

351 CBI, 834 : Annexe 1.3. Sur la route : Roldan Hervas 1975, 266. Pline, Histoire Naturelle, 3.3.26 mentionne les deux toponymes antiques Segisama Iulia et Segisamo, sans doute proches l’un de l’autre. A Tarragone : II, 4085 - ILS, 5405 - RIT, 39 ; sur l’exèdre dégagée à Osterburken dans les fouilles du sanctuaire : supra p. 136.

352 CBI, 837 : Annexe 1.3 ; Le Roux 1982, 130 soutient la thèse de l’origine locale ; d’un avis différent, Alföldy 1987, 496 ; sur la route : Roldan Hervas 1975, 266 et Palli Aguilera 1985, 68-70. Un poste de douane se trouvait au nord des Pyrénées, sur le versant gaulois à la Cluse-Haute, comme le suggère une inscription découverte dans l’église de Théza : cf Grau 1985, selon lequel une présence militaire a pu prendre place dans l’enceinte établie sur la rive droite de la Rom.

353 I 140b - AE, 1995, 961 (AE, 1994, 1068).

354 Annexe 15.

355 CBI, 184 (un poisson orne l’une des faces de l’autel consacré aux Nymphes ; voir aussi CBI, 149 à Osterburken) avec CBI, 193, 167 p.C., CBI, 194 et 195, 167 p.C., et peu après cette date. Sur ces bf cos, voir supra p. 138-139. Le premier consacre son autel à IOM, Junon Reine, Mercure et le Génie du lieu, divinités que le second invoque aussi mais séparément, sur les deux autels qu’il érige à Stockstadt, l’un dédié à la triade des bénéficiaires (IOM, Junon et le Génie du lieu), l’autre, à Mercure. Quant aux Nymphes, nous avons vu précédemment que les bénéficiaires ne les mentionnent jamais ailleurs, même si leur culte est attesté dans le contexte même de la station d’Osterburken.

356 Sur le site et les fouilles : Römer/H, 1987, 479-481 ; plan fig. 454, p. 480. Le dernier témoignage d’un bénéficiaire en poste à Stockstadt se situe en 208 p.C. (CBI, 190) ce qui n’exclut pas que la station ait été occupée après cette date.

357 CBI, 190.

358 CBI, 304 : ne quis in hac ara porcos agi facere uelit. Ara pourrait être employé pour area (espace, soit l’espace sacré sur lequels les autels étaient érigés) plutôt que pour ara (autel) ou hara (étable), dans cette défense relative à la protection de l’aire sacrée. Pour des parallèles, par ex. à Rome : VI, 826 - 30937b - ILS, 4914, ou XI, 944 - ILS, 4909.

359 CBI, 311 (222-235 p.C.) et CBI, 303 : 227 p.C. La même année à Sopron-Scarbantia (au nord, entre Vienne et Szombathely-Sauaria) : CBI, 315. Parmi les bénéficiaires connus à Siscia, C. Iulius Flav(us) célèbre le renouvellement de son séjour dans le poste en consacrant un autel à IOM : CBI, 310. On ne lui en connaît pas d’autre en ce lieu. Sur le même site : CBI, 313, épitaphe d’un vétéran, ainsi que la n. suivante.

360 Bf proc. à Siscia : CBI, 307 et 308 ; voir aussi 309 : la dédicace à Cérès fait penser qu’il s’agissait de deux bf pr[oc(uratoris)] – plutôt que de ceux d’un pr[aeses]. Pour le culte de Cérès et l’annone : CBI, 859, à Ostie, avec la mention du titre de patronus mensor(um) frumentatior(um) Cereris Aug(ustae). Ce patron était aussi celui des beneficiarii proc(uratoris) Aug(usti). Pour une dédicace à Cérès et à d’autres divinités en 194 p.C. de la part d’un tesserarius ou d’un quaestionarius, dans la capitale Carnuntum : Haensch 1997a, 694. L’ensemble des documents épigraphiques évoquant le procurateur financier de Pannonie Supérieure proviennent essentiellement de Poetouio et de Siscia (avec les exceptions de Crumerum et Vienne : CBI, 286 et 363) : Haensch 1997a, 698-699, avec une discussion sur la localisation à Poetouio ou à Siscia du siège du procurateur financier, p. 352-353.

361 Dans le dossier, par ex. CBI, 681-682 à Olympos ; CBI, 674 à Apameia Cibotos ; voir aussi CBI, 655 à Odessos.

362 VII, 45 - ILS, 4920 - RIB, 152 : locum religiosum per insolentiam dirutum Virtuti et n(umini) Aug(usti) repurgatum reddidit C. Seuerius Emeritus © reg(ionarius) ; sur la question : Glinister 1997, 65-66 avec Tacite, Histoires, 4.53. Sur les regionarii, par exemple à Ribchester au IIIe s : RIB, 583 et 587 : un centurion praepositus n(umeri) et regi[onis] ; un centurion regionarius en poste à Carlisle au tout début du IIe s., connu par une tablette de Vindolanda : Tab. Vindol., II, 250.8 - Bowman 1994, 19 et p. 28 : Annius Equester, © regionarius Luguualio. Il pouvait avoir été chargé de superviser l’organisation du census sur toute la regio ; voir aussi IGR, III, 301 = 1490 (cité plus haut, à Antioche) ; AE, 1950, 105 - AE, 1944, 103 : à Környe en Pannonie Supérieure ; ides d’octobre 210 p.C. : reg(ionarius) sub cura Ful(uii) Maximi cos ; AE, 1953, 129 ; XIII, 2958 : à Sens-Agedincum en Gaule Lyonnaise ; AE, 1985, 724 et 738 ; voir aussi Alston 1995, 86-96, part. 93 et Davies 1989, 249, 176, 281. La présence de regionarii est également connue dans le district minier de Montana en Mésie Inférieure où le sanctuaire à Diane et Apollon était visité par l’ensemble des agents du pouvoir et des militaires détachés dans la région, centurions, bénéficiaires et autres : Bozilova 1987 ; Velkov 1988, 101-108 ; Speidel 1992a, 140-144.

363 CBI, 415. Les six autels de bénéficiaires connus sur le site sont tous consacrés à IOM.

364 Sur le détachement à Sirmium d’autres bénéficiaires d’un gouverneur de Pannonie issus de cette troupe, et sur le rattachement de cette légion à cette époque à la Pannonie Inférieure et non pas à la Mésie : Mirkoviç 1994a, 354-356.

365 CBI, 414. Il s’agit bien dans le cas de Maximus d’une formule qui indiquerait la fin du service, acc(epta) missione, de préférence à la fin d’un séjour dans une station comme le pense Sasel-Kos 1995a, 159 ; voir à ce sujet l’emploi comparable de missus dans l’expression missus honesta missione et CBI, 888. A la différence, la fin d’une mission (munus) ou d’un stationnement (statio) dans un lieu s’exprime habituellement par des formules comme expleta, emerita ou exacta statione : Annexe 5.

366 Ils se trouvaient à une profondeur de 2 mètres sous la Place Vladimir-Nazor.

367 I 16 et I 70, avec Annexe 3. Sur cette légion : voir supra p. 146-147 à propos de la station de Sirmium, ainsi que Mirkoviç 1994a, 355.

368 CBI, 416 et Chap. V p. 245-246, avec la discussion sur l’hypothèse d’un contrôle réciproque entre les deux types de beneficiarii.

369 Annexe 15, avec CBI, 131, 266 et 264, 533 dans la station de Càhei-Samum ou le sacrarium consacré à Némésis, tombé en ruines, a été reconstruit complètement par l’un des bénéficiaires en charge de la station, sacrarium uetustate dilapsum a solo restituit Cass(ius) Erotianus, bf cos agens in m[u]nere stat(ionis).

370 Sur le contexte historique : Fitz 1962, 33. Voir aussi CBI, p. 336.

371 Popoviç 1989, 121.

372 CBI, 20 ; sur la situation de ce carrefour routier : Margary 1973, 90-100. La dédicace aux Matres de diverses régions ou de différentes ethnies est attestée ailleurs en Britannia, dans un contexte militaire : VII, 238 - RIB, 653 à York-Eburacum : le dédicant est un gubernator légionnaire ; voir aussi VII, 887 - RIB, 1988 à Castlesteads-Uxellodunum : [Deabu]s [Mat]ribu[s] omnium gentium templum olim uetustate conlabsum G (aius) Iul(ius) Cupitianus © p(rae) p(ositus) restituit.

373 Voir à ce sujet le commentaire à I 6 : Annexe 1.3 où il est question du plomb britannique acheminé en Gaule ; ainsi par ex. un plomb fiscal de la st(atio) Arel(atensis) qui scellait des marchandises a-t-il été retrouvé à Londres : RIB, II. 1, 2411.39 ; sur ces plombs : Chap. V p. 258 ; les transports maritimes avec le continent se faisaient aussi depuis le nord de la Bretagne, notamment depuis South Shields, en direction de la vallée du Rhin (à ce propos, voir supra le commentaire à CBI, 94, p. 150).

374 CBI, 12 à Dorchester ; sur le réseau de communications : Margary 1973, 165-167.

375 Par ex. VI, 5306 - ILS, 7930.

376 Sur l’interprétation du relief dans ce sens : Domaszewski 1902, 158-159 n. 2, à propos du relief publié par Kalinka dans JÖAZW, 1, 1898, 117 dessin fig. 28 ; désormais : Sayar 1998, 84 (avec dessin ; nous devons cette référence à R. Haensch), selon lequel il s’agirait d’un bénéficiaire, malgré la conservation des seules lettres D(is) M(anibus) de l’inscription ; voir aussi Sayar 1998, 85 : ne pourrait-il pas s’agir d’une fustis ? Sur le statut de Périnthe comme capitale de la Thrace : Haensch 1997a, part. 329-332 et 665-671.

377 CBI, 734 avec Chap. VI p. 287.

378 A Catterick : CBI, 7 : Annexe 1.3 ; voir aussi I 4. La question de la localisation éventuelle d’une station de bénéficiaires à proximité ou dans le complexe de la mansio qui a été fouillée reste ouverte ; sur le site : Frere & Joseph 1983, 180-181 (photo fig. 110, p. 179) ; TIR Britannia Septentrionalis 1987, 21 ; sur le réseau routier : Margary 1973, 428-430. Sur les stations le long du Dere Street, du mur d’Hadrien et de la voie romaine qui se dirige de Carlisle vers le sud en direction du camp légionnaire de Deua, voir supra p. 270. Pour une discussion sur la position d’York comme capitale provinciale de la Britannia, déjà avant la séparation : Haensch 1997a, 120-130 et 457-460 ; Mann 1998 soutient la thèse de Londres, mettant en particulier l’accent sur le fait qu’à la différence du gouverneur d’une province militaire qui passait la moitié de son temps avec ses troupes, hors de la capitale, le procurateur financier restait dans ses bureaux toute l’année ; ce serait donc selon M. à l’endroit où ce dernier exerçait ses activités et où étaient installés ses subordonnés que devait se trouver le centre du pouvoir provincial ; voir aussi Chap. VI p. 270 n. 6.

379 Au iiie s., les échanges entre le continent et la Bretagne, et cette région en particulier, étaient très denses : Chastagnol 1995, 221-225. Une plaque votive de 221 p.C. dédiée au Génie du lieu et mise au jour en 1976 à Clementhorpe, soit à moins d’un km au sud est de la forteresse d’York, au bord de l’Ouse, commémorait la construction d’un arc et d’un passage, peut-être dans le complexe d’un lieu de culte, par un negotiator originaire de la région de Rouen. Signalons en outre l’autel consacré à Bordeaux en 237 p.C. par un marchand de la région de York, un sévir augustale des colonies d’York et de Lincoln. Il indique l’existence d’un commerce entre la Bretagne et Bordeaux, dont le port se situe à l’embouchure de la Garonne. Sur ces documents : Ottoway 1993, 84-86 et 64-65, avec plan p. 12, et AE, 1922, 116, avec Mann 1997b, 91 selon lequel l’autel en grès typique du Yorkshire aurait été transporté à Bordeaux par le negotiator et consacré sur place lors de l’arrivée du marchand. D’un autre avis : Courteault, REA, 24, 1922, 238, n. 3, qui soulignait aussi la différence avec les autres monuments du même contexte, tous en calcaire, mais proposait comme provenance les carrières du Quercy et un transport par le Lot vers Bordeaux. Sur les contacts entre la Gaule et York, voir aussi Tab. Vindol., II, 255 :... [V]alentinum n(ostrum) a Gallia reuersum... ; à York : CBI, 22.

380 Singulares du gouverneur : Davies 1976, avec un accent particulier sur le document discuté ici ; la révision proposée modifie son interprétation ; récemment Tab. Vind., II, 145 suivi des remarques de Speidel jun. 1995b ; pour un singularis employé comme messager : P. Oxy., 1022 - Daris 1964, 4 - Fink 1971, 87 ; sur CBI, 506, qu’il convient d’écarter du corpus : Annexe 1.2 ; voir aussi Haensch 1997a, 457.

381 Annexe 1.3 ad CBI, 7.

382 Par ex. ILS, 6367 à Pompéi en 62 p.C.

383 Sur les destructions de sanctuaires comme un acte politique : Glinister 1997, 66, avec la bibliographie récente.

384 Salway 1993, 156-157.

385 Les efforts de Pertinax, bien reçus dans un premier temps, ont abouti à des séditions qui seront suivies par son abdication, aux environs de 187 p.C. A ce sujet : Salway 1993, 157-160 ; Thomasson 1972-1990, 72.31.

386 Black 1995, 38, 118-119. La mansio aurait été démolie vers la fin du iie s. ou le début du iie ; sur les relations entre statio et mansio : Black 1995, 12 et Wacher 1998, 169-170. Il faut toutefois souligner la difficulté de l’exploitation et de l’interprétation des sources archéologiques sur ces questions, vu l’absence d’éléments typiques permettant de déterminer de manière décisive les structures de tels bâtiments, en particulier dans des contextes sans inscriptions.

387 A ce sujet : Mann 1997a. Sur le gouvernement de Clodius Albinus dès 192-193 p.C. : Thomasson 1972-1990, 72.32.

388 Tout citoyen et détenteur d’une quelconque autorité publique pouvait en effet exercer des fonctions sacerdotales, ces dernières étant compatibles avec les fonctions publiques, sans que les deux rôles se confondent : Scheid 1998, 110-111.

389 Sur la conservation d’archives dans un temple : Beard 1998, 92-98, Williamson 1995, 242-243 et Haensch 1992, 222 ; voir aussi infra p. 329. Sur les réunions à l’intérieur des temples, sous protection divine, et sur les votes qui pouvaient y être effectués : Hérodien, 7.10.1-3 ; Glinister 1997, 78, met en évidence la relation entre le sanctuaire et les voies commerciales ; sur la question du stockage de fonds dans les temples, par exemple : Andreau 1987, 661 ; déjà Mommsen 1955 [1899], 311 n. 1, soulignait la présence de postes de militaires à proximité des temples et le fait qu’on y déposait de l’argent, s’appuyant notamment sur deux passages de Tertullien, Apologétique, 29 ; de la couronne, 11. A ce titre, on signalera que c’est dans le secteur du temple d’Asklépios à Trèves, siège du procurateur des Gaules et des Germanies, que l’on a mis au jour in situ en septembre 1993 un trésor monétaire de plus de 2500 aurei de Néron à Septime Sévère : Gilles 1994 ; c’est également dans les déblais de fouilles d’un temple que vient d’être découverte en 1996, à Avenches, une petite balance monétaire à tare fixe servant au contrôle des deniers d’après 63 p.C. par un nummularius : Hochuli-Gysel 1997.

390 Par ex. Tacite, Annales, 14.32 : tutela templi freti...

391 Code Théodosien, 48.13.6 ; 7 ; 11.

392 A Cerveteri : ILS, 5918a, 113 p.C., avec Jacques 1990, 170 ; à Doura : P. Dur., 54 - Fink 1971, 117 ; Haensch 1992, 222.

393 Corbier 1974, 674-682 ; Coarelli 1984, 74 ; sur les professiones concernant la naissance des enfants de citoyens romains et sur les archives des gouverneurs dans ce contexte : SHA, Marc Aurèle, 9.7-8 et Haensch 1992, 283-290.

394 Thomas 1982, 131.

395 Arsinoïte : BGU, 362 (215 p.C.) ; Oxyrhynchos : P. Oxy., 2131 (207 p.C.) ; P 81 (267 p.C.).

396 Annexe 5 et P 11.

397 P. Oxy., 2130 - P 81 (267 p.C.) ; serait-ce peut-être de cette manière qu’il conviendrait de comprendre comme nous l’avons déjà évoqué précédemment l’expression agens sub signo, dans le sens de “en poste sous la statue”, celle d’un dieu ou d’un empereur, divinisé ou non, plutôt que “sous les enseignes” ? Elle se rencontre sur plusieurs des autels érigés par les bénéficiaires en service détaché dans la station de Samum, au nord de la Dacie, où la présence d’une station et d’un sacrarium est clairement précisée dans les inscriptions du site, par ex. CBI, 530 et 531, ainsi que CBI, 533 (sacrarium) ; sur l’emploi de signum pour une statue d’un dieu : Chap. I p. 30 n. 48. Pour la statue de Caracalla et d’autres statues sacrées dans le temple de Jupiter Capitolin à Arsinoè : BGU, 362 (cité plus haut) ; voir aussi P. Oxy., 1449. Sur la place des statues impériales dans les sanctuaires : Price 1987, part. 179.

398 P 46 (iiie ou du ive s. p.C.) : la liste des aliments en question comprend 4 poules, 1 porc, 8 œufs, 8 cônes, 2 pichets de vin, une petite mesure de miel, de lait, d’huile de sésame, et des guirlandes de fleurs. Voir aussi P. Oxy., 1211. Sur le titre de θεραπευθις porté par un bénéficiaire, voir supra et Chap. VII p. 309 ; sur l’organisation des sacrifices et du banquet sacrificiel : Scheid 1998, 72-93. Les tablettes de Vindolanda ont conservé des fragments de comptabilités dans lesquelles il est question de versements ad sacrum : par ex. Tab. Vindol., II, 190.

399 CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3, avec Chap. V p. 247. A ce sujet, alors qu’il évoque le culte du dieu national des Palmyréniens à Coptos et la “maison des Palmyréniens” ornée de murs peints, retrouvée dans les ruines de Coptos, Lesquier 1928, 283 n. 7, s’interroge : “On ignore quel temple faisait décorer en 219 le beneficiarius M. Aurelius Se[...] Apollonius”. Selon la spéculation de Reinach et de Weill, le jardin en question serait le même que celui qui est évoqué dans Bernand 1984, 74, trois quarts de siècle plus tôt : à ce sujet, Bagnall 1996b, 152 n. 30. La consécration, qui a lieu en août, était donc postérieure de plusieurs mois au passage du préfet lors de ses tournées. Sur celles-ci : Haensch 1997b, part. 358 et 360.

400 Annexe 6, avec l’évidence de CBI, 169 : Annexe 1.3 (cf. supra p. 138).

401 Mirkoviç 1994a, 348.

402 Annexe 6 avec CBI, 352 et 347 et Sasel-Kos 1995a, 158-159, avec sa discussion à propos de CBI, 350 et 351.

403 L’autel CBI, 259, 23 juillet 238 p.C. provient de la capitale Virunum, et non d’une station. Voir aussi Annexe 6.

404 CBI, 268 et 218, avec Annexe 3.

405 Chap. V p. 232.

406 Le premier exemple d’un autel votif daté élevé par deux beneficiarii remonte à 164-167 p.C. (Afrique Proconsulaire, Hippone-Hippo Regius) : CBI, 743. Pour les autres exemples d’autels érigés par plusieurs bf : Annexe 7 ainsi qu’Annexes 6 et 10, où sont rassemblées les diverses inscriptions collectives dans lesquelles des bénéficiaires figurent comme dédicants ou co-dédicants.

407 Tacite, Annales, 3.33.

408 Une seconde lettre où il est question d’une visite possible de Severina à Vindolanda laisserait entendre que celle-ci était peut-être établie à Briga, un toponyme antique non localisé, sans doute dans les environs de Vindolanda : Tab. Vindol., II, 291 et 292 ; Bowman 1994, 55 et 75 ; les deux femmes entretenaient une correspondance relativement régulière.

409 Sur les femmes à proximité des castella : Roxan 1991 et Chap. VII p. 294 ; sur le mariage des soldats, par ex : Campbell 1978, 155-159.

410 Par ex. CBI, 35, première partie du iie s., et CBI, 36 ; voir aussi CBI, 30, où figurent les enfants et l’épouse du bénéficiaire d’un tribun sexmestris. Il est difficile de savoir si le bénéficiaire était en service à Strasbourg alors que sa femme et son fils, tous deux décédés à 24 ans et 5 ans, vivaient à Lyon, ou s’il était luimême détaché à Lyon. Pour des vétérans : CBI, 33 et 34, où l’ancien bf proc(uratoris) M. Pontius Gemellus avait épousé son affranchie Pontia Martina. Voir aussi CBI, 32 : les héritiers du vétéran (sa sœur et celui qui était probablement son beau-frère) résidaient en Germanie Supérieure ; ce sont eux qui ont fait ériger à sa mémoire son monument funéraire. D’autres, qu’il s’agisse de bénéficiaires issus des légions ou des cohortes urbaines de Lyon, semblaient avoir préféré la compagnie des militaires comme le suggèrent leurs inscriptions funéraires, érigées par les soins de collègues ou amis militaires, par ex. CBI, 28, 29.

411 CBI, 145 à 153, 157 à 159, 162 à 164, 173 ; pro salute sua et suorum : CBI, 166 (201 p.C.).

412 I 10, avec le commentaire sur la provenance de la pierre.

413 CBI, 51 ; CBI, 53 et 95, avec CBI, 72.

414 Annexe 6.

415 CBI, 681 et 682, I 109 (avec I 110) : voir Chap. I p. 49-50 (sur Olympos) ; CBI, 645 - 647, CBI, 490 en 211 p.C., CBI, 443 : Annexe 1.3 (avec son fils), CBI, 347 en 225 p.C., CBI, 356, 282, 539 (cum Valeriano filio), 755 (cum suis). La mention de la famille dans les vœux des bf cos à Charax et Chersonnèse ne prouve pas explicitement leur présence locale : CBI, 659, 660, et 661 : Annexe 1.3. Signalons à l’inverse que la famille de T. Aelius Macrobius, bénéficiaire d’un gouverneur de Germanie Supérieure, était vraisemblablement restée en Narbonnaise, dans sa province d’origine : CBI, 37 : Annexe 1.3 ; voir aussi CBI, 42 à Vienne. Sur ces questions : Chap. I et Chap. VII p. 289-292.

416 Par ex. CBI, 682, également à Olympos (voir ci-dessus) ; à St Margarethen : CBI, 217, avec Egger 1927, 10 et 11, Alföldy 1974, 253 et Piccottini 1985, 11.1 ; sur les affranchis des bf et leurs subordonnés : Chap. VII p. 318 et V p. 295-296.

417 CBI, 644-647 avec CBI, 643 et I 112 a et b ; Bozilova 1987, 14, 17, 12, 25.

418 CBI, 623-627 (CBI, 625 : βφ επιτροπικος ; 623. Μαρτεινος φισκο(υ) βφ ou Μαρτεινος Φισκο(υ) ; sur l’abréviation βφ dans l’inscription CBI, 627 : L. Robert, Bull. Ép., 1960, 231, avec IGB, II, 516, 517, 544 (phylarques et agents du recrutement), 518, 512, 541 (soldats), 520 (sesquiplicarius), 530 (circitor) et 528 (bouleute) ; voir aussi les plaques votives avec inscription en latin, consacrées à Glava Panegra à Silvain mais décorées par une représentation du Cavalier thrace, dont certaines sont dédiées par des militaires (ILBR, 199, 200, 203, 205, 206, 207, 208). La localisation de Glava Panegra sur la carte 8 de CBI à proximité de Jenica ou Enica diffère de celle des cartes de IGB, II et ILBR ; peut-être y a-t-il eu confusion avec Glava ; sur la limite entre la Mésie Inférieure et la Thrace fixée près de Roman sous l’autorité d’Hadrien : ILBR, 184.

419 CBI, 451 : Annexe 1.3. Sur le nom du municipe S(---), S(iculotarum ?) ou S(plonum ?). De même provenance : CBI, 460, en remploi dans une maison de Plevjla, et CBI, 452. La dédicace I(oui) c(o)ho(rtali) (III, 8299) est comparable à celle d’un bf consul. à Ad Pirum-Summas Alpes : CBI, 893 ; le centurion à Skelani : III, 14219.15, avec Patsch 1909, no 43.

420 CBI, 452.

421 CBI, 463-469, 440, 441 et peut-être I 181 ; le civil : III, 1908 : IOM et G(enio) m(unicipii) N(ouensium) saluis ciuibus Nouensibus Aurelius Donatus uotum posuit ; l’autel daté par les duumvirs : CBI, 466 ; le centurion : III, 1918 (sur la cohorte en question, voir aussi III, 2067 et 8376b à Salone et Sarajevo) ; les vétérans : III, 1914 (speculator), 1915. Le lieu précis de découverte fait penser que le sanctuaire à IOM dans lequels les bénéficiaires ont érigé leurs autels – celui de la station ? –, devait se trouver au nord de l’église de Runoviç. Pour la localisation : Patsch 1902, 97. Un petit objet de bronze trouvé sur le site, considéré par Patsch, 97 (avec fig. 34) comme un un “Feuerstahl”, pourrait faire penser par sa forme à une haste à deux yeux du type de Flobecq : cf. Chap. VI p. 286.

422 CBI, 379, avec Chap. V p. 254 n. 168. Sur Aquincum comme capitale provinciale : Haensch 1997a, 98-103 et 443-446.

423 CBI, 752 : Annexe 1.3 et Haensch 1995b, 815 ; pour l’emploi de l’expression expleto tempore par un décurion à la fin de son séjour ici : CBI, 758 : Annexe 1.2. Le site dans lequel se trouvait cette station fait preuve d’une occupation militaire relativement importante si l’on songe aux autels de divers militaires qu’on y a mis au jour, centurion, décurion, duplarius et corniculaire du préfet de la légion de Lambèse, ce dernier étant consacré au Génie de la station : CBI, 752-757 ; I 193 ; VIII, 17631 (centurion) ; CBI, 758 : Annexe 1.2 (décurion) ; VIII, 17633 (duplarius) ; VIII 17625 - ILS, 2399 - Le Bohec 1989a, 229 n. 355 (corniculaire). On ne sait si le stat¤ zvn mentionné dans une épitaphe d’Olympos en Lycie-Pamphylie à propos de l’amende que devait lui verser le violateur de tombeau (à lui et au trésor public ?) était lui-même un bénéficiaire ou simplement un soldat stationarius placé sous les ordres d’un bénéficiaire en poste en ce lieu (TAM, II, 953, avec la discussion Chap. I p. 50 n. 180). Pour des exemples d’associations : Annexe 10. Sur le collega Priscinus que le bf cos Cl. Saecularis, en poste à Micia associe à ses vœux (CBI, 563) et qui est sans doute aussi un bf cos : Chap. VI p. 272 n. 12.

424 P 68 : Επιδος τω δεσποτη μου τω τα παντα εναρετω και θαυμασιω Πιω βενεφικιαριω παρα Ποταμμωνος εξκεπτορος.

425 XI, 6168 - ILS, 9075.

426 PGenLat, 1 recto 3 A - Daris 1964, 10 p. 53 - Fink 1971, 10 ; P. Oxy., 43, 295 p.C.

427 VIII, 17639 - AE, 1996, 1798 : (l. 2-3) : [---]m atq(ue) officialium exa[ctionibus]. Le texte du décret est malheureusement incomplet. La restitution [exceptoru]m – atq(ue) officialium exa[ctionibus] a été proposée de manière hypothétique (CIL). Sur la datation : Thomasson 1972-1990, 404.66. Pour la dénonciation d’exactions d’officiales par des provinciaux au gouverneur, dans un autre site où la présence d’un bf est attestée, à Phaena en Syrie : supra p. 168-169. Sur les fonctions hypothétiques de recensement et de recrutement : Chap. V p. 262.

428 Haensch 1995b, 815 avec Annexe 1.3 ad CBI, 752.

429 Sur les exceptores : Dobó 1968b et 1978, 62 ; Teitler 1985, 44-49 (avec la bibliographie précédente), et Haensch (à paraître). Voir aussi, à Cirta au ive s. p.C. : Duval 1998, part. 201-206.

430 Voir les ex. cités précédemment, à Celeia, Nouae, Montana, Skelani, en Thrace, dans la région de Batkoun et Glava Panegra, en Syrie, à Phaena et dans tout le secteur ; voir aussi à titre de complément, à Aquilée : CBI, 889 ; à Housesteads : CBI, 14 avec RIB, 1600 (même mithraeum, même époque) ; sur le limes de Numidie, à El Gahara et à Aflou : CBI, 824 : Annexe 1.3 et CBI, 820 : Annexe 1.3 ; à Remagen : CBI, 90 : Annexe 1.3, et discussion Chap. V p. 235 n. 93 à propos des compétences judiciaires. Sur la présence occasionnelle de speculatores ou frumentarii dans un site où se trouvait une statio : Chap. VI p. 282 n. 65. En général, pour des associations de bénéficiaires avec d’autres soldats : Annexe 10. Autrement : Dise 1997a, 276.

431 CBI, 146 et 147, avec la discussion d’Ankersdorfer 1973, 190-191 sur l’emploi de pro se et suis : famille, affranchis, subordonnés, militaires ? Cette expression concerne probablement la famille proche et au sens large, avec les affranchis, plutôt que des militaires. Quant aux personnages du relief, que l’on accepte ou non l’idée que ce dernier décrive une scène réaliste de la vie sociale du bénéficiaire dans la station, il n’est pas certain qu’ils représentent ceux qui apparaissent sous la formulation générale pro se et suis.

432 Notre attention a été attirée sur ce point par J. C. Mann ; nous l’en remercions. Voir aussi Stoll 1998, part. 159. L’ensemble des soldats étaient peut-être invités à participer financièrement ou par des dons aux sacrifices ou aux cérémonies qui devaient avoir lieu sur place, comme à Vindolanda (voir supra p. 200-202 n. 398).

433 ILS, 9073 (voir Chap. III p. 105 n. 112).

434 CBI, 855-858. Pour des expressions comparables dans les vexillations : Saxer 1967, passim.

435 P 5, P 38, P 74.

436 Rappelons à ce sujet les dédicaces de simples soldats au Génie de la station cités plus haut à Massongex en Suisse : XII, 144 - RIS, III, 258 (iiie s.) avec RIS, III, 277 : supra p. 160 n. 166. Étaient-ils eux-mêmes placés sous le contrôle d’un bénéficiaire – ou d’un centurion ? – qui n’apparaît pas directement dans l’épigraphie locale, mais dans celle de la regio, par ex. à Vevey et à Martigny ? Dans le même sens, voir aussi l’im. cos Ger[m(aniae)] Super[i]oris, et les autres militaires en poste dans la regio de Pontailler où se trouvait une station de bénéficiaires : à Til-le-Châtel-Tilena : XIII, 5621 (226 p.C.) ; voir aussi dans ce lieu au iiie s. : XIII, 5622 à 5625 ; à Soleure : un immu[n]is cos consacre un autel à Epona : XIII, 5170 en 219 p.C. Pour un optio dans dans une station ou district minier, voir par ex. ci-dessus dans la regio de Montana ; pour un optio age(n)s sacru comitatu (fin iiie ?- ive) à Oescus : ILBR, 36 ; les optiones sont aussi connus dans une capitale, à Corinthe par ex. : West 1931, 10 et Sasel-Kos 1978, 25, avec Chap. III p. 106 n. 116.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540