Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Chapitre III. Les divers types de bénéficiaires : leurs aspirations et carrières

Texte intégral

  • 1 La répartition selon l’état de service des documents avec l’âge du bf décédé correspond globalemen (...)
  • 2 Respectivement 72,4 % et 40,7 %. Sur la mention de l’âge dans les inscriptions funéraires et sur l (...)
  • 3 Voir par ex. Speidel 1994a, 10 n. 114.

1L’âge et le nombre des années de service ou stipendia qui figurent dans les inscriptions funéraires de bénéficiaires permettent de se faire une idée de la progression et du déroulement de leur carrière. L’indication de l’âge du défunt est précisée dans un peu plus de la moitié de leurs inscriptions funéraires, quel que soit le type du bénéficiaire et son état de service1. Une fois sur quatre s’y ajoutent les années de service. Dans plus de la moitié des cas, l’âge du bénéficiaire décédé est donné par intervalle de 5 ans ou 10 ans. Cela concerne près des 3/4 des vétérans et 40 % des bénéficiaires morts en service2, l’âge d’un vétéran étant plus souvent estimé par approximation que celui d’un militaire décédé pendant le service, habituellement connu par la famille qui commémore le bénéficiaire décédé, ou par ses collègues ou amis militaires. Il était en effet plus facile aux uns comme aux autres de calculer l’âge du bénéficiaire en service, en tenant compte si nécessaire de la date de recrutement ou des années de service déjà accomplies ou à accomplir. De telles informations étaient en outre accessibles dans les registres militaires3.

1. Age et années de service des bénéficiaires

  • 4 Moyenne d’âge au moment du décès : 42 ans et 3 mois ; moyenne d’âge des bf décédés en service : 36 (...)
  • 5 CBI, 816.
  • 6 CBI, 871.
  • 7 CBI, 749 : Annnexe 1.3. Sur sa carrière : infra p. 127. Sur les praesides de Bretagne : Birley 198 (...)

2L’âge moyen des bénéficiaires décédés se situe autour de 42 ans. Cette moyenne ne varie que très peu selon les différents types de bénéficiaires. Si l’on ne tient compte que des bénéficiaires au service d’un gouverneur consulaire par exemple, les différences observées dans les résultats d’ensemble dépassent à peine quelques mois4. Nous ne connaissons que 14 bénéficiaires (il s’agit en fait plus souvent d’anciens bénéficiaires) qui ont dépassé cette moyenne d’âge. Parmi ceux-ci, deux ont atteint l’âge de 82 ans. Les carrières offrent des exemples contrastés. Le premier est resté employé jusqu’à sa retraite comme bénéficiaire au service d’un tribun légionnaire, à Lambèse, au cours du iie s. Son monument funéraire a été érigé par les soins de son beau-fils, lui aussi un vétéran5. Le second, un ancien bénéficiaire des préfets du prétoire, à Rome, a été rappelé comme évocat en 161 p.C., au terme de ses 16 années de service en qualité de prétorien. Il réussit à obtenir un poste de procurateur en fin de carrière, au début du iiie s.6 Un seul bénéficiaire les a dépassés en longévité. Il s’agit d’un Africain de Madaure qui a passé toute sa carrière militaire en Bretagne, au iiie s., et est décédé dans sa patrie à l’âge de 85 ans. Bénéficiaire dans l’officium du gouverneur (praeses), il fut promu centurion et mis à la tête de l’officium, un poste qu’il a conservé jusqu’à sa retraite7.

  • 8 I 167.
  • 9 I 143 et I 141 ; voir infra p. 108-109.
  • 10 CBI, 751.
  • 11 CBI, 620, à Constanta-Tomis, capitale de la Mésie Inférieure.
  • 12 CBI, 296 à Carnuntum, capitale de la Pannonie Supérieure. Voir aussi à Stockstadt I 168b, en 183 p (...)
  • 13 CBI, 484 : Annexe 1.3 à Salone, capitale de la Dalmatie, 2e moitié du IIe s. : le bf était au serv (...)
  • 14 Voir malgré son caractère fragmentaire I 176, à Carnuntum, iie s.
    — 18 ans de service : CBI, 101, à (...)

3Le bénéficiaire décédé le plus prématurément devait avoir 21 ans et 5 mois seulement, si la restitution proposée est correcte. Il s’agirait du bénéficiaire d’un gouverneur de Germanie Supérieure, décédé pendant son service, dans la capitale Mayence8. Deux autres sont décédés à l’âge de 22 ans. Ils sont tous deux rattachés à la flotte de Misène, au cours du iie s. L’un d’eux était le bénéficiaire d’un stolarchus9. Les plus jeunes bénéficiaires dont nous connaissons à la fois l’âge du décès et le nombre d’années de service sont morts à 25 ans. Le premier, Sextus Sulpicius Senilis, avait déjà servi en Numidie dans l’officium de deux légats d’Auguste successifs lorsqu’il est décédé vers 83 p.C., après six ans de service seulement. Il est commémoré par un collègue centurion rattaché à la même légion10. Le second, M. Sufena Titianus, était employé comme bénéficiaire d’un gouverneur consulaire de Mésie Inférieure au moment de sa mort, dans la première partie du iie s.11. On ignore à quel âge et après combien d’années de service il a été promu à ce poste, mais on sait que c’était au moins avant sa septième année de service. Nous connaissons un autre bénéficiaire dans l’officium du gouverneur de la Pannonie Supérieure, vers le fin du iie s. p.C., qui comme Titianus avait déjà atteint un tel poste après 7 ans de service12. Une fois cette position acquise, les chances de promotion ultérieure sont loin d’être garanties comme le montrent les exemples de bénéficiaires d’un gouverneur consulaire décédés avec ce titre après 11 ou 14 ans de service13, ou même davantage14.

  • 15 Par exemple, parmi d’autres, CBI, 576, 631. Pour l’ex. d’un bénéficiaire mis en retraite au bout d (...)
  • 16 Voir par ex. CBI, 276, 576, 590, 630, 656, 723, 732, 733, 777, 778 etc.
  • 17 Par ex. CBI, 402, 254.
  • 18 Par ex. CBI, 952, à Rome, iie s. : bf d’un préfet des vigiles décédé pendant son service à l’âge d (...)
  • 19 I 149 (2e moitié du iie s.). Le bénéficiaire C. Marius Aemilianus est décédé à l’âge de 30 ans apr (...)
  • 20 CBI, 945 (fin Ier-première moitié iie s.) : ce bf d’un tribun de cohorte des vigiles est décédé av (...)
  • 21 CBI, 21 : Annexe 1.3.

4La situation ne paraît guère différente dans les autres troupes et pour l’ensemble des autres types de bénéficiaires. Sur la base de ces chiffres, on observe que la plupart des bénéficiaires ont atteint leur position pendant les 10 premières années de service. Ils la conservent le plus souvent jusqu’à la fin de leur service obligatoire – 25 ou 26 ans pour la période qui nous concerne, dans les légions et troupes auxiliaires15 –, quel que soit le type de supérieur ou de troupe : légion16, auxiliaires17, cohortes de Rome, à l’exception des bénéficiaires des préfets du prétoire et de ceux du tribun des equites singulares18. Il fallait en principe un nombre plus ou moins égal d’années de service pour devenir bénéficiaire d’un gouverneur que pour obtenir une telle position dans l’officium d’un tribun de cohorte prétorienne19, d’un tribun des vigiles20 ou d’un préfet de légion. L’inscription funéraire du centurion M. Carantius Macrinus en apporte une bonne illustration. Il s’agit de l’un des rares exemples de carrière dont les étapes sont datées avec précision. Ce soldat recruté au ier s. p.C. dans la cohorte I Urbana de Lyon a atteint son poste de bénéficiaire dans l’officium du gouverneur après 6 ans de service. Pour la majorité de ces militaires, si l’on écarte les cas d’exception qui viennent d’être signalés, la longueur du temps de service n’augmente guère leurs perspectives de promotion. Signalons à ce propos l’exemple du légionnaire décédé en Bretagne sous les Flaviens dans le camp de la légion XX à Wroxeter, à l’âge de 52 ans, alors qu’il était encore en fonction comme bénéficiaire d’un légat de légion, après 31 ans de service. Ce document représente le nombre le plus élevé des années de service qui soit connu dans une inscription de bénéficiaire21.

2. Les beneficiarii dans les cohortes de rome (vigiles, urbaines et prétoriennes)

  • 22 Breeze 1971, 1974a et 1974b.

5Dans les cohortes de Rome, qu’il s’agisse des vigiles, des cohortes urbaines ou des cohortes prétoriennes, le soldat promu à un poste de sous-officier et plus particulièrement à celui de bénéficiaire dans l’officium d’un préfet suit un parcours relativement bien structuré. Il occupe habituellement un poste dans l’état-major d’un officier en début de carrière (un tribun en général), puis un ou plusieurs postes dans la centurie (tesserarius, optio, signifer ou uexillarius selon les troupes), avant d’être promu dans l’officium d’un officier plus élevé (un préfet le plus souvent). Suivant sa position hiérarchique, il appartient à la catégorie des simples soldats ou munifices, à celle des soldats libérés des charges et employés, sans augmentation de la solde, à des fonctions particulières peu élevées, les immunes, ou à celle des sous-officiers exemptés des corvées et jouissant d’augmentations de solde, les principales. Ces catégories, étudiées de manière approfondie voici une trentaine d’années, s’appliquent de manière générale à l’ensemble des soldats dont le rang est inférieur au centurionat, avec toutefois des variantes selon les troupes et selon les époques22.

  • 23 Voir par ex. CBI, 865 et 879, voir ci-dessous.
  • 24 CBI, 671 et 879.
  • 25 CBI, 865.
  • 26 CBI, 39.

6Le prestige de ces trois types de cohortes de Rome varie considérablement, des plus modestes, les cohortes des vigiles, en passant par les cohortes urbaines, de rang intermédiaire, aux troupes d’élite, les cohortes prétoriennes. L’énoncé des carrières de plusieurs prétoriens révèle que, dans cette troupe, le poste de bénéficiaire correspond souvent, mais pas systématiquement, à la première promotion obtenue par un soldat dans l’officium d’un tribun, soit à l’échelon inférieur de la hiérarchie. Les étapes successives de la carrière d’un bénéficiaire dans les cohortes de Rome le font passer dans l’officium de plusieurs supérieurs de rang différent, auprès desquels il assume diverses fonctions sous des titres différents23. La promotion d’un bénéficiaire à un grade supérieur pouvait occasionner son déplacement au service d’un supérieur de rang moins élevé. Ces observations générales se dégagent par exemple des carrières d’Octavius Secundus, un soldat recruté dans une cohorte urbaine puis transféré dans un cohorte prétorienne, et de T. Flavius Rufus, sur lesquelles nous nous arrêterons plus en détail plus loin24. Le phénomène contraire – la promotion dans un officium mieux placé dans la hiérarchie, mais à un grade inférieur – est également possible, comme l’atteste la carrière de C. Luccius Sabinus, dans la première moitié du IIe s. Après avoir assumé plusieurs postes, Sabinus est nommé comme bénéficiaire d’un tribun de cohorte urbaine. Mais il va devoir passer par un certain nombre d’étapes avant de terminer son service comme bénéficiaire du préfet de la Ville25. Il a porté à plusieurs reprises le titre de bénéficiaire durant sa carrière, au cours de laquelle il a été employé auprès de plusieurs supérieurs de rang différent. Un tel parcours diffère de celui qu’a suivi Carantius Macrinus, recruté comme nous venons de le voir près d’un demi siècle plus tôt, dans la même cohorte. Macrinus a d’abord été employé comme bénéficiaire puis comme corniculaire dans l’officium des gouverneurs qui se sont succédé à la tête de la Lyonnaise, avant de prolonger son service au delà du temps requis et de devenir centurion26.

  • 27 Par ex. I 115, ier s. Sur les étapes de la carrière de ce Macédonien recruté dans la cohorte IV du (...)
  • 28 CBI, 939 : Annexe 1.3 : un bf subpr. promu bf pr. Sur la carrière de cet anonyme, voir infra p. 92

7Ces transferts entre divers officia qui s’observent souvent dans les cohortes de Rome sont relativement rares dans les légions, même s’ils ne sont pas impossibles. Dans les cohortes de Rome et plus particulièrement chez les prétoriens, la promotion d’un bénéficiaire à un poste de bénéficiaire d’un supérieur de rang plus élevé est généralement entrecoupée par un ou plusieurs postes dans la centurie, auxquels s’ajoute parfois un poste intermédiaire dans un officium27. Il peut arriver dans les cohortes des vigiles que la promotion se fasse de manière directe entre l’officium du sous-préfet et celui du préfet28.

2.1. Les bénéficiaires dans les cohortes des vigiles

  • 29 Voir par exemple les centurions mentionnés dans CBI, 900, avec la mention de leur origine.

8Le soldat recruté dans les cohortes des vigiles ne peut qu’exceptionnellement aspirer à une position de commandement militaire. Nous verrons plus loin qu’un certain nombre de centurions employés dans cette troupe sont eux-mêmes issus des cohortes prétoriennes, dès le ier s. p.C. Plusieurs d’entre eux avaient rempli une fonction de bénéficiaire du préfet du prétoire. Au iiie s., il n’est pas rare que les centurions des cohortes des vigiles soient originaires des provinces balkaniques et danubiennes29.

  • 30 CBI, 899 et 900.
  • 31 CBI, 920 où il précise son appartenance à la centurie de Valens, © Valen(tis).

9Deux bases de statues érigées en l’honneur des empereurs, qui contiennent les noms des soldats de la 5e cohorte des vigiles, permettent de se faire une idée des promotions obtenues durant le laps de temps qui les séparent et qui est estimé à une période de 5 ou 10 ans, entre 200-205 et 210 p.C.30 La plupart des bénéficiaires connus dans la 1ère liste, qu’ils appartiennent à l’un ou à l’autre des officia – tribun, sous-préfet ou préfet – ne figurent plus dans le latercule de 210 p.C. Parmi les explications possibles, on peut penser à un transfert dans une autre cohorte, à la retraite ou à la mort. Quelques-uns des bénéficiaires conservent leur poste dans le même officium ; c’est le cas notamment de ceux qui ont atteint la position de bénéficiaire du préfet, comme M. Pontius Diodorus et Iulius Boatius Rusticus. Pour ces bénéficiaires, les chances d’une promotion au sein de l’officium se montrent très limitées. Plusieurs secutores du tribun, par exemple C. Audemius Iustus, L. Iulius Geminus et C. Vettius Primus, de la centurie de Valens, ont profité d’un avancement au poste de bénéficiaire dans le même officium. Le dernier, Vettius Primus, est également connu sous ce titre comme le dédicant d’un petit bloc de marbre inscrit de Rome31.

  • 32 CBI, 899 et 900. Pour le passage du poste de bf trib à un poste dans la centurie dans les vigiles, (...)
  • 33 CBI, 946 ; Domaszewski & Dobson 1981, 13 ; Sablayrolles 1996, 218-219.
  • 34 CBI, 862.

10La promotion du bénéficiaire du tribun C. Valerius Raeticus comme tesserarius dans la centurie32 est un exemple de progression ordinaire, souvent attestée. Elle rappelle celle de l’Africain Q. Iulius Galatus. Il a attendu sept ans avant d’être nommé comme secutor du tribun ; après deux ans dans cette fonction, le tribun en question en fit son bénéficiaire, beneficiarius eiusdem. Galatus devient ensuite uexillarius, une fonction qu’il conserva pendant trois ans, jusqu’au moment de sa mort survenue alors qu’il avait 37 ans. Dans les cohortes des vigiles, dont le caractère militaire est nettement moins prononcé que dans les autres troupes, c’est un uexillarius, et non pas un signifer, qui est chargé de porter les enseignes33. Si les chiffres qui figurent dans son inscription funéraire sont corrects, Galatus, recruté alors qu’il avait déjà 23 ans, n’avait pas réussi en 14 ans de service à atteindre une position dans l’officium du préfet des vigiles ni même dans celui du sous-préfet. Son cursus se distingue donc par sa lenteur de celui de T. Sextius Iulianus, décédé sans doute lors de son détachement à Ostie. A 28 ans au plus tard, Iulianus avait déjà atteint la position de bénéficiaire dans l’officium du préfet des vigiles34.

  • 35 Chap. VI p. 286 n. 82-288 et Speidel 1993a.
  • 36 Digeste, 1.15.2-4.

11La représentation sur le monument funéraire de Galatus figure un personnage portant dans sa main droite la fustis et dans sa main gauche des tablettes à écrire. De tels attributs se rencontrent aussi dans la même disposition sur des monuments de bénéficiaires ou de soldats prétoriens, en particulier lorsque ces derniers sont en service détaché hors de Rome35. Cette représentation pouvait-elle illustrer la fonction assumée précédemment par Galatus, lorsqu’il était le bénéficiaire du tribun, plutôt que celle de uexillarius, le titre qu’il portait au moment de sa mort ? Comme nous le verrons plus loin, il est possible qu’elle évoque d’une manière générale les fonctions des soldats des vigiles et en particulier celles des sous-officiers de ces cohortes employés au maintien de l’ordre et de la sécurité dans la capitale. Ces militaires étaient en effet autorisés par le préfet des vigiles à user du bâton ou même du fouet contre ceux qui mettaient en danger la vie d’autrui en utilisant du feu sans précaution, ou en le gardant dans leur maison36.

  • 37 CBI, 899 et 900.
  • 38 CBI, 912 ; dans CBI, 915 (203 p.C.), le premier des principales cités est également un bénéficiair (...)
  • 39 CBI, 939 : Annexe 1.3. L’identification du bénéficiaire du préfet des vigiles C. Valerius Iulianus (...)

12Ce dernier titre de uexillarius correspond en rang à celui d’optio, l’une des trois charges tactiques qui précèdent la nomination au poste de bénéficiaire d’un sous-préfet des vigiles, comme le signale la promotion de Ti. Claudius Speratianus37. Dès 113 p.C., une telle promotion entraîne le statut de principalis et la prééminence dans l’officium du sous-préfet ; le rang se situe juste en-dessous de celui des officiales du préfet38. La promotion de l’option Speratianus au poste de bénéficiaire du sous-préfet était peut-être le début d’une carrière prometteuse si l’on compare ses débuts avec ceux d’un anonyme dont la carrière est partiellement conservée sur le fragment de sa pierre funéraire. Ce dernier, qui accomplit toute sa carrière dans l’administration des vigiles, révèle à notre connaissance la promotion la plus élevée à laquelle un ancien bénéficiaire des cohortes des vigiles pouvait aspirer. Une fois nommé uexillarius dans la centurie, sans doute après un premier emploi dans l’officium d’un tribun, comme nous en avons vu des exemples, il est promu comme bénéficiaire du sous-préfet, puis passe dans l’officium du préfet où il accomplit les échelons successifs de bénéficiaire, tabularius puis commentariensis, avant d’obtenir le poste de corniculaire et la direction du bureau. Il termine son service avec le titre d’emeritus39.

  • 40 CBI, 958.
  • 41 CBI, 864 ; l’hypothèse d’un transfert ultérieur de ce militaire dans les cohortes urbaines, avec u (...)

13Comme Raeticus, Speratianus, Galatus et un anonyme devenu uexillarius puis imaginifer40, C. Aecius Similis, bénéficiaire dans l’officium d’un tribun de cohorte des vigiles, sans doute dans la première partie du iie s., a rempli par la suite un poste dans les charges tactiques, en qualité d’option. Similis, après avoir été recruté comme soldat dans les cohortes urbaines, a été promu comme bénéficiaire d’un tribun des vigiles. Une telle promotion avec rétrogradation du type de troupe rappelle les situations bien connues où la promotion à un titre supérieur entraîne un recul dans le rang du supérieur41.

  • 42 CBI, 861 : Annexe 1.3 ; option et bénéficiaire : Cébeillac-Gervasoni & Zevi 1976, puis CBI ; sur l (...)
  • 43 CBI, 899, où son nom prend place après celui de L. Metili(us) Festus, et non pas CBI, 900, la seco (...)
  • 44 Sur les questions d’homonymie et d’identification, voir Annexe 4.
  • 45 XI, 5693 avec 5694 à Albacina-Tuficum.

14Ces divers exemples qui révèlent les possibilités de carrière des bénéficiaires des cohortes des vigiles nous invitent à considérer avec un certain scepticisme l’hypothèse selon laquelle le bénéficiaire Anatellon aurait pu porter simultanément les titres d’optio de la centurie et de beneficiarius praefecti, dans une inscription d’Ostie. On peut se demander s’il n’a pas plutôt été promu comme bénéficiaire, puis désigné comme l’option des bénéficiaires, ce titre trouvant un parallèle direct et de lecture certaine dans un texte papyrologique42. Puisqu’il figure dans la première des deux listes mentionnées ci-dessus sous le titre d’ac(tarius) pr(aefecti), le même personnage occupait donc déjà aux alentours de 205 p.C. une place dans l’officium du préfet des vigiles, soit un rang vraisemblablement plus élevé que le poste d’optio dans la centurie43. La rareté de son nom et la proximité chronologique entre ce document et celui d’Ostie rendent l’identification fort probable44. En 205 p.C., Anatellon était rattaché à la centurie d’Aelius Torquatus, de même que deux bénéficiaires du tribun, un bénéficiaire du sous-préfet et un dernier, employé au service du préfet. On en déduira qu’il lui a fallu environ 5 ans pour être nommé comme bénéficiaire, avant d’être désigné comme leur option, dans l’attente d’une éventuelle promotion comme corniculaire. Au iie s., il fallait au moins avoir atteint le titre de corniculaire du préfet des vigiles pour pouvoir aspirer à un poste de commandement, comme le centurion légionnaire Sex. Aetrius Ferox dont la carrière per incrementa gradus militiae suae s’est déroulée à l’époque d’Antonin le Pieux45.

2.2. Les bénéficiaires dans les cohortes urbaines

  • 46 CBI, 672 ; selon Demougin 1992, 525 n. 1, ce cursus “pose bien des problèmes”.
  • 47 Birley 1953, 139 ; Dobson 1966.
  • 48 West 1931, 87-90.

15Parmi les militaires des cohortes urbaines qui ont exercé la fonction de bénéficiaire, l’exemple de C. Valerius Valens et le développement de sa carrière se révèlent comme un cas unique en son genre46. Ce soldat originaire d’Ulpianum en Mésie Supérieure a été recruté au IIe s. dans les cohortes urbaines, puis promu au rang de bénéficiaire, vraisemblablement dans l’officium d’un préfet de la Ville. Il assume par la suite des fonctions civiles à Philippes en Macédoine, où il est connu comme magistrat municipal. Il est possible qu’il ait porté son titre de praefectus fabrum dans un contexte civil et municipal47. A Corinthe au ier s. p.C., un tribun légionnaire issu de l’aristocratie locale et nommé comme curator annonae a été désigné comme praefectus fabrum pour la troisième fois48.

  • 49 Wuilleumier 1948, 20-22 ; sur la garnison de Lyon : Bérard 1993.

16La carrière de M. Carantius Macrinus à laquelle nous avons déjà fait allusion à plusieurs reprises présente, elle aussi, un profil peu commun puisqu’il s’agit du seul bénéficiaire connu issu des cohortes urbaines qui ait atteint le centurionat. Recruté comme soldat en 73 p.C. dans la cohorte I urbana établie à Lyon, Macrinus est nommé six ans plus tard, en 79 p.C., comme bénéficiaire de T. Tettienus Serenus, gouverneur de la Lyonnaise. Il occupe cette position pendant 4 ans, jusqu’à sa promotion dans le même officium, en 83 p.C., au poste de corniculaire du gouverneur C. Cornelius Gallicanus. Il reste employé comme corniculaire sous le gouverneur suivant, L. Minicius Rufus, puis est promu centurion en 90 p.C. Sa troupe se trouvant à Lyon et non pas à Rome, sa carrière s’est déroulée dans l’officium du gouverneur de la province, celui-ci recrutant ses officiales parmi les militaires en garnison dans la capitale des Gaules49. Macrinus, l’un des rares beneficiarii de l’officium du gouverneur à avoir atteint le centurionat, est le seul à notre connaissance qui soit issu des cohortes urbaines.

  • 50 CBI, 865.

17Après une imposante succession d’étapes, la carrière de C. Luccius Sabinus, dans la première moitié du iie s., s’arrête au poste de bénéficiaire du préfet de la Ville50. Recruté comme Macrinus dans la première cohorte urbaine de Lyon, il poursuit un parcours différent. Il remplit successivement les trois postes de secutor, optio ualetudinarii et optio carceris, est nommé singularis du tribun de la cohorte, puis bénéficiaire. Promu a quaestionib(us) par le préfet de la Ville Annius Verus entre 121-125 p.C. (a quaestionibus factus per Annium Verum), il assume ensuite les charges de tesserarius, optio, signifer, fisci curator (ou curator fisci), puis celle d’optio ab actis, avant d’être nommé corniculaire à la tête de l’officium d’un tribun de cohorte urbaine et bénéficiaire du préfet de la Ville Valerius Asiaticus (beneficiarius Valerii Asiatici praefecti urbi). Ce fut son dernier poste avant sa mise en retraite sous Hadrien, en 134 p.C.

2.3. Les bénéficiaires dans les cohortes prétoriennes

  • 51 CBI, 927 : inscription funéraire d’un bénéficiaire employé dans l’officium des préfets du prétoire (...)

18Le service au sein de l’officium du préfet du prétoire offre généralement un excellent tremplin pour la suite d’une carrière jusqu’au centurionat, primipilat et parfois même au delà vers la carrière équestre. Sur les 55 bénéficiaires connus dans les cohortes prétoriennes, 27, soit la moitié, ont atteint la position de bénéficiaire dans l’officium du préfet du prétoire, parmi lesquels on en compte encore une moitié (13) qui ont dépassé ce poste. Avant de devenir bénéficiaire d’un préfet du prétoire, le soldat d’élite accomplit en général plusieurs étapes au cours desquelles il accumule une expérience à la fois militaire et administrative. Il passe habituellement de l’officium d’un tribun du prétoire à celui du préfet du prétoire, en intercalant son service dans l’entourage d’un officier par le recouvrement d’un ou de plusieurs postes dans la centurie. Cela lui prend plusieurs années et explique que ce poste soit souvent revêtu par des prétoriens à la fin des 16 années de service obligatoire51. S’il est ambitieux et souhaite devenir un jour centurion ou même primipile, le bénéficiaire des préfets du prétoire accepte de prolonger son service au delà du temps requis. Il devient ainsi un euocatus ou un rappelé, et au cours de nouvelles étapes dans sa carrière, il se spécialise dans l’organisation et la gestion d’une troupe et dans l’exercice de commandements militaires. Celui qui persiste encore, soutenu par ses compétences personnelles, par l’appui d’excellentes relations sociales ou par la chance, peut espérer aborder la carrière équestre, s’il en a les moyens financiers, dans des circonstances qui demeurent exceptionnelles.

2.3.1. Les bénéficiaires des préfets du prétoire promus centurions et primipiles

19Dès le ier s., lorsque les bénéficiaires du préfet du prétoire se montrent prêts à reprendre le service comme euocati, ils sont généralement assurés d’une promotion au grade de centurion. Un tel parcours illustre la formation des militaires d’élite destinés à assumer plus tard des postes de commandement, notamment au sein des troupes légionnaires romaines. Une partie des centurions légionnaires était par ailleurs issue des troupes légionnaires elles-mêmes.

  • 52 I 115. La pierre a été découverte en bordure du forum de Philippes, devant le temple, en 1930-1931 (...)
  • 53 Ce sont ses anciens subordonnés dans les vigiles qui font ériger ce monument en son honneur, à Phi (...)
  • 54 Avant d’être promu comme centurion de la XIe cohorte urbaine, Tatinius Cnosus avait érigé un autel (...)
  • 55 CBI, 957.
  • 56 CBI, 875 ; l’indication de la tribu Clustumina suggère une origine locale. La dédicace d’Eutyches (...)

20La carrière de L. Tatinius Cnosus, l’un des nombreux macédoniens recrutés comme prétoriens, est de ce point de vue exemplaire. Ce militaire, originaire de Philippes, recruté comme prétorien durant le ier s., fut promu comme singularis puis comme bénéficiaire d’un tribun de cohorte prétorienne avant de remplir une seule fonction dans la centurie, celle d’option, et d’entrer dans l’officium des préfets du prétoire comme bénéficiaire52. Rappelé comme évocat, décoré de récompenses militaires par l’empereur Domitien, il obtint sa promotion comme centurion, d’abord à la tête d’une cohorte des vigiles53, puis des statores, et, enfin, d’une cohorte urbaine54. Un anonyme au iiie s. a suivi une carrière comparable, malgré quelques différences. Il occupa pour sa part trois postes successifs dans la centurie avant d’être nommé bénéficiaire d’un préfet du prétoire. Après son rappel, comme Cnosus, il fut nommé centurion d’une cohorte des vigiles, puis centurion des statores55. Il est probable que C. Ligustinius Disertus, un Italien originaire d’Acqualagna-Pitinum Mergens, ait suivi un parcours comparable, avant sa promotion comme bénéficiaire des préfets du prétoire sous Trajan ou Hadrien. Dans la dédicace qu’il plaça en son honneur, son affranchi Eutyches s’est contenté d’évoquer ses fonctions militaires supérieures, notamment son titre de bénéficiaire des préfets du prétoire et ses trois centurionats, dans le contexte de la guerre des Juifs, et à nouveau en Bretagne, dans la même légion XX Valeria56.

  • 57 CBI, 872 et 873.
  • 58 CBI, 938.
  • 59 CBI, 123.
  • 60 I 195.

21Dès la première moitié du iie s., ces anciens bénéficiaires des préfets du prétoire pouvaient même atteindre le primipilat lorsqu’ils acceptaient de reprendre du service, comme le montre la carrière de C. Oppius Bassus, patron en 137 p.C. de sa ville d’origine, la colonie d’Auximum. Ce soldat, transféré au début de sa carrière des cohortes urbaines dans les cohortes prétoriennes, revêtit les trois postes habituels dans la centurie avant de devenir bénéficiaire d’un préfet du prétoire, de prolonger son service comme évocat, d’obtenir le titre de centurion qui le conduisit en Mésie et en Égypte, puis celui de primipile57. Une inscription très fragmentaire de Rome fait connaître un autre prétorien, un anonyme, dont le parcours peut être comparé à celui de Bassus. Vraisemblablement recruté dans une cohorte urbaine, il a été transféré vers la fin du iie s. dans une cohorte prétorienne où il obtient un poste de bénéficiaire dans l’officium des préfets du prétoire, comme le suggère la suite de sa carrière. Rappelé au service comme euocatus, il est nommé centurion puis primipile, dans les premières décennies du iiie s.58. C’était sans doute pour fêter sa nomination comme primipile de la légion XXII Primigenia en 192 p.C. qu’un certain Sextilius, originaire de Vercellae en Italie, érigea un autel à Mayence, malheureusement partiellement conservé59. Ce militaire promu comme bénéficiaire des préfets du prétoire vers le milieu du iie s., transféré dans la légion de Mayence vraisemblablement avant son rappel comme évocat en 157 p.C., retrace avec minutie, en les datant, toutes les étapes de sa très longue carrière. Amblasius Secundus, un ancien bénéficiaire des préfets du prétoire aurait sans doute pu lui aussi prétendre au primipilat après son double centurionat dans les cohortes de Rome et dans la légion V Macedonica, si la mort ne l’avait pas frappé auparavant60.

  • 61 CBI, 671.
  • 62 L’inscription date approximativement de 135-150 p.C., mais on peut estimer qu’il fut nommé bénéfic (...)
  • 63 Secundus, à la différence de l’ensemble des soldats du prétoire qui remplissent généralement l’un (...)
  • 64 Maxfield 1981, 187.
  • 65 Dobson 1978, 123.
  • 66 Dans certains cas, les magistratures civiles ont été assumées parallèlement aux activités militair (...)

22Si, comme nous l’avons vu, le poste de bénéficiaire était un excellent tremplin pour les prétoriens qui visaient le centurionat, il n’était pas un passage obligé, comme le montre l’exemple d’Octavius Secundus, un soldat recruté lui aussi dans une cohorte urbaine, puis transféré dans une cohorte prétorienne61. Après son transfert, Secundus occupa trois postes auprès d’officiers du prétoire, celui de singularis au service d’un tribun, puis de bénéficiaire dans le même officium, sans doute dans les années 114-118 p.C.62, et de singularis du préfet du prétoire. Il revêtit ensuite trois fonctions dans la centurie – optio, signifer et fisci curator63 au terme desquelles, à la différence de ses collègues promus comme bénéficiaires dans l’officium des préfets du prétoire, il fut nommé à la tête de l’officium du tribun, comme cornicularius. Il décida de reprendre le service comme euocatus et atteignit le centurionat dans une légion en Palestine où, au cours du bellum Iudaicum d’Hadrien (132-135 p.C.), il gagna ses décorations militaires décernées par l’empereur64. Il fut ensuite envoyé à Nouae en Mésie Inférieure comme centurion de la légion I Italica et devient primipile65. Secundus s’engagea en outre dans la carrière municipale, probablement à la fin de son service66. Il fut décurion dans plusieurs colonies, notamment à Actium Nicopolis ainsi que dans une colonie portant le nom d’Ulpia (en Dacie ou en Mésie ?), où il fut décoré des ornements du duumvirat, ce qui impliquait de sa part des dépenses et largesses importantes.

  • 67 XI, 5358 - ILS, 1325 ; ILS, 2666 avec n. 1 ; III, 3846 - ILS, 2651 ; XI, 6055 - ILS, 2743 avec IX, (...)
  • 68 Domaszewski & Dobson 1981, 21 ; Breeze 1974b, 439.
  • 69 CBI, 133. On admettra que la restitution de l’abréviation © est correcte, vu la présence de promot (...)
  • 70 CBI, 936.

23Dès Trajan, il arrive que certains prétoriens puissent être directement nommés centurions pendant leurs 16 années de service obligatoire, sans avoir à passer par l’euocatio. De telles conditions sont généralement réservées à ceux qui, durant leur temps de service, ont atteint un rang supérieur à celui de bénéficiaire du préfet du prétoire, c’est-à-dire aux cornicularii des préfets du prétoire67. Au iiie s. p.C., lorsque ces derniers peuvent accéder directement aux postes équestres68, la promotion directe au centurionat semble s’ouvrir aux bénéficiaires des préfets du prétoire. Nous n’en connaissons toutefois qu’un seul exemple, ce qui permet de penser qu’une telle promotion resta limitée à des cas d’exception. Il s’agit d’un anonyme originaire de la région de Scupi en Mésie Supérieure, dont le parcours se révèle sensiblement différent de celui de l’ensemble de ses collègues recrutés directement dans une cohorte prétorienne. Il débuta dans la carrière militaire comme légionnaire, probitus ( !) in leg. VII Claudia puis, transféré dans les cohortes prétoriennes, lectus in praetorium et nommé eques, il entra comme bénéficiaire au service des préfets du prétoire, d’où il fut promu centurion69. C’est en qualité de centurion qu’il servit en Germanie, une fonction que cet ancien bénéficiaire a atteinte sans avoir auparavant reçu le titre d’euocatus. Le Pannonien Aurelius Tertius, également transféré d’une légion de Mésie dans les cohortes prétoriennes et promu bénéficiaire dans l’officium des préfets du prétoire, est décédé pendant son service à Rome, au iiie s. Agé de 45 ans, il n’avait accompli que 14 années de service au moment de son décès, survenu avant qu’il ait pu obtenir une éventuelle promotion au delà de son rang de bénéficiaire70.

  • 71 CBI, 879.
  • 72 Sur le cognomen : Kajanto 1965, 251. Les éditeurs du CBI proposent la lecture pientissima soror.

24Nous ne connaissons aucun exemple d’un bénéficiaire des préfets du prétoire qui aurait été promu comme corniculaire à la tête de cet officium. Le parcours suivi par T. Flavius Rufus au milieu du iie s. témoigne, néanmoins, d’une évolution des perspectives offertes à ces soldats d’élite71. Recruté dans les cohortes urbaines et transféré dans les cohortes prétoriennes, Rufus occupa deux postes dans la centurie, comme architectus puis tesserarius, avant d’être nommé bénéficiaire des préfets du prétoire, bf praefector. praetor. Sa promotion fut rapide puisqu’à la différence des prétoriens dont les carrières ont été examinées ci-dessus, il devint corniculaire du préfet de l’annone, cornicularius praef. anno., puis centurion, avant même d’avoir achevé son service obligatoire, si l’on en juge d’après l’absence de la mention de l’euocatio dans le texte. Ce commandement militaire qu’il exerça successivement dans quatre légions le fit voyager de Pannonie en Mésie puis en Bretagne, avant de l’entraîner en Espagne comme centurion de la légion VII Gemina. Selon ses vœux exprimés par voie testamentaire, ses deux héritières, sa soeur Ulpia Pientissima72 et celle qui fut sans doute sa compagne, Aelia Secundina, érigèrent un monument en son honneur, à Ravenne. Rufus n’était pourtant pas originaire de ce lieu comme le révèle son inscription dans la tribu Pupinia – les citoyens de Ravenne faisaient partie de la tribu Camilia –, ce qui porte à croire qu’il s’était peut-être installé dans cette région.

  • 73 Le corniculaire : XIV, 160 - ILS, 1428 ; Clauss 1973a, 18. Les bénéficiaires : CBI, 859 : Annexe 1 (...)

25Flavius Rufus est le seul corniculaire connu qui ait été employé au service du préfet de l’annone, le plus haut fonctionnaire chargé à Rome de l’approvisionnement en blé. Sa promotion de bénéficiaire à corniculaire alla de pair avec un recul dans le rang du supérieur et de l’officium. La préfecture de l’annone était un poste trecenarius qui se situait dans le cursus équestre avant la préfecture d’Égypte ou la préfecture du prétoire. L’existence de bénéficiaires dans l’officium du préfet de l’annone est difficilement contestable, par analogie aux autres officia, en particulier ceux des grandes préfectures, bien qu’aucun témoignage d’un tel sous-officier ne nous soit parvenu. On connaît en revanche un corniculaire employé au service du procurateur de l’annone à Ostie, ainsi que des bénéficiaires, qui sont réunis en association, autour d’un patron73.

2.3.1. Les bénéficiaires prétoriens promus dans l’ordre equestre

26Parmi les quelques militaires anciens bénéficiaires qui ont réussi à entrer dans l’ordre équestre, et sur les carrières desquels nous reviendrons plus loin, on en compte deux, M. Vettius Valens et L. Cominius Maximus, l’un au ier s., l’autre dans la seconde partie du IIe s., qui se distinguent par l’aboutissement de leur carrière. Dans les deux cas, ces soldats d’élite italiens ont obtenu un poste de procurateur équestre, au terme d’une longue carrière au cours de laquelle ils ont eu l’occasion de se perfectionner dans l’administration et dans le commandement de troupes, à Rome et dans les provinces.

  • 74 CBI, 881 : Annexe 1.3 ; pour les décorations : Maxfield 1981, 211.
  • 75 Clauss 1973a, 46-57.
  • 76 Autrement CBI et Clauss 1973a, 59-60 qui considère ces speculatores comme des légionnaires détaché (...)
  • 77 Voir par ex. CBI, 749 : Annexe 1.3 et infra p. 127.
  • 78 Pour la restitution, voir Dobson 1978, 69.
  • 79 Voir à ce sujet Dobson 1978, 69 et Birley 1981, 215.

27La carrière de M. Vettius Valens révèle un exemple parfait d’une promotion sociale gagnée par le métier des armes, durant le ier s. p.C. Cet italien originaire de Rimini, recruté dans les cohortes prétoriennes, participe en qualité de bénéficiaire du préfet du prétoire à la campagne de Bretagne sous Claude (43-44 p.C.), au cours de laquelle il obtient des décorations militaires74. A la fin de son service obligatoire, décoré d’une couronne d’or, il prolonge ses activités militaires comme euocatus et revêt divers centurionats à Rome, dans les trois types de cohortes ainsi qu’à la tête des statores. Il exerce ensuite la fonction d’exercitator des equites speculatores, des cavaliers rattachés aux cohortes prétoriennes, speculatores praetorii, et employés au ier s. comme gardes du corps de l’empereur75. Ce sont précisément ces speculatores qui se seraient associés quelques années plus tard pour ériger une statue en son honneur, à Rimini où il a reçu le titre de patron de la colonie, et faire graver l’inscription qui nous concerne76. Vettius Valens quitte ensuite Rome pour se rendre en Pannonie comme princeps praetorii. Il est peu probable qu’il ait été nommé comme princeps de l’officium du légat de la légion XIII Gemina, un poste de rang inférieur au centurionat occupé plus vraisemblablement par un corniculaire. Le grade de ce soldat d’élite et la longue expérience de commandement qu’il a déjà accumulée permettent plutôt de penser qu’il a été choisi pour devenir le chef du bureau du gouverneur, une fonction réservée à un centurion comme l’attestent plusieurs documents, certes de datation plus tardive77. Le choix d’un prétorien d’origine italienne, plutôt que d’un militaire issu de l’intérieur de la province, ou du sein même de l’officium, n’est certainement pas sans relation avec la datation haute du document, vers le milieu du ier s. Après son séjour en Pannonie, Valens se rend en Bretagne comme primipile de la légion VI Victrix. Il aborde la carrière équestre et revêt ensuite plusieurs tribunats dans les cohortes de Rome, en suivant la progression habituelle, du moins prestigieux au plus digne, et passe de la cinquième cohorte des vigiles à la douzième cohorte urbaine et enfin à la troisième cohorte prétorienne. Il obtient pour finir un primipilat bis de la légion XIV Gemina Martia Victrix en Bretagne78, avant d’être nommé sous Néron comme procurateur financier de la Lusitanie. C’est à ce poste qu’il se trouve lorsque la dédicace est érigée en son honneur en 66 p.C. par ses anciens subordonnés. De ce nouveau chevalier naîtra un sénateur en la personne de son petit-fils et homonyme M. Vettius Valens79.

  • 80 CBI, 871, où le second primipilat, généralement accompli après le tribunat dans une cohorte prétor (...)

28Plus d’un siècle plus tard, L. Cominius Maximus, un militaire originaire de Mantoue recruté comme prétorien et promu bénéficiaire du préfet du prétoire a suivi un parcours sensiblement comparable qui l’a mené à un poste de procurateur. Comme Valens, il prolonge son service comme euocatus Augustorum, – ce rappel a lieu sous le règne de deux empereurs, sans doute Marc Aurèle et Lucius Verus – puis accomplit trois centurionats dans les cohortes de Rome, en suivant la même progression que Vettius, des vigiles au prétoire. Il devient alors primipile, occupe trois postes de tribun, à nouveau dans les trois types de cohortes de Rome, obtient un primipilat bis et le commandement de la légion II Traiana Fortis en Égypte avec le titre de préfet de légion, puis un poste de procurateur80. Il est décédé à l’âge de 82 ans, dans la première décennie du iiie s.

  • 81 Pour un ex. de a comm(entariis) praeff. praet. devenu praeses et procurateur : ILS, 9490.
  • 82 CBI, 876 ; il est inscrit dans la tribu Oufentina de Tuficum. Voir aussi dans l’épigraphie locale (...)
  • 83 Maxfield 1981, 217.
  • 84 Sur les curatores uiarum et l’administration des routes d’Italie : Eck 1995, 281-293.
  • 85 CBI, 877 : Annexe 1.3. Sur la distinction entre les speculatores prétoriens et ceux des légions : (...)
  • 86 Domaszewski & Dobson 1981, 21 ; Ott 1995, 18. Pour d’autres exemples où une fonction est exprimée (...)
  • 87 CBI, 877 : Annexe 1.3 ; Tacite, Histoires, 1.31.

29Aucun de ces ambitieux prétoriens n’a joui d’une promotion directe du rang de bénéficiaire à une milice équestre, une promotion réservée dès le iiie s., nous l’avons vu, aux corniculaires des préfets du prétoire81. De la même manière, ce n’est qu’à la suite d’une longue carrière que le bénéficiaire C. Caesius Silvester, originaire de Tuficum en Italie82, a été promu préfet du camp. Ce prétorien qui termine ses 16 ans de service avec le rang de bénéficiaire du préfet du prétoire est rappelé comme évocat et nommé centurion, un poste qu’il tient dans cinq légions différentes, avant de devenir primipile et finalement préfet du camp de la légion IV Flavia en Mésie Supérieure, l’une des légions où il avait servi auparavant comme centurion. A deux reprises, il reçoit des décorations militaires lors de la guerre dacique de Trajan83. Après avoir mis un terme à sa carrière militaire, Silvester est désigné par Antonin le Pieux comme curator uiarum et pontium84. Il assume en outre d’autres responsabilités municipales dans sa ville d’origine de Tuficum, comme le montrent ses titres de pontifex et de patron, patronus municipii. A ces exemples de bénéficiaires des préfets du prétoire entrés dans la carrière équestre pourrait peut-être s’ajouter celui de Sex. Cetrius Severus, bien qu’il demeure incertain à nos yeux. Ce speculator prétorien du ier s. p.C. a été promu au rang de bénéficiaire du préfet du prétoire L. Lusius Geta (48-51 p.C.)85. C’est peut-être à ce titre qu’il a revêtu la fonction de ab commentariis custodiarum86. Son identification avec un homonyme tribun d’une cohorte prétorienne mentionné par Tacite semble compromise par l’absence du titre de tribun dans son inscription funéraire où il n’est présenté que sous son titre de bénéficiaire. Il n’est pas impossible que l’homonyme en question soit en fait le fils du bénéficiaire87.

  • 88 CBI, 123, 133, 881, 879, 876, 875, 872, 873, 871, 957, I 114, 115, 195 ; euocatus : CBI, 894.
  • 89 I 114, CBI, 947, 936, 927, 866.
  • 90 CBI, 74, 699, 875, 872, 918, 940, 908, 916, 913.

30Si l’on écarte les deux petitores sur lesquels nous reviendrons plus loin, ainsi que le légionnaire M. Valerius Speratus, promu comme préfet de cohorte, les bénéficiaires qui réussissent à aborder la carrière équestre remplissent les quatre conditions suivantes : le service dans les cohortes prétoriennes, l’obtention du titre de bénéficiaire dans l’officium du préfet du prétoire, un rappel comme évocat et enfin une succession de postes dans plusieurs corps de troupes à des fonctions diverses et auprès de plusieurs supérieurs, à Rome ainsi que dans les provinces. Les trois premières conditions garantissent habituellement une promotion au centurionat ou même au primipilat. Les centurions promus de la sorte avaient donc reçu une solide formation administrative et militaire. Les exemples connus d’anciens bénéficiaires des préfets du prétoire entrés dans l’ordre équestre ne sont pas suffisamment nombreux pour que l’on puisse conclure qu’il s’agissait pour eux d’une perspective ordinaire. A la différence de leurs collègues dans d’autres troupes ou d’autres officia, ces bénéficiaires sont habituellement en droit d’espérer une promotion ultérieure lorsqu’ils acceptent de prolonger leur service. Les documents ne révèlent à notre connaissance aucun prétorien dont la carrière s’est achevée avec le titre de bénéficiaire des préfets du prétoire sans qu’il ait repris le service comme euocatus. Tous ceux que nous connaissons ont été promus à une autre fonction88, sont décédés pendant le service89, ou sont encore vivants et employés comme tels, au moment où l’inscription est mise en place90.

2.3.2. Les bénéficiaires des préfets du prétoire hors de Rome

31La plupart des bénéficiaires au service des préfets du prétoire exercent à Rome ou en Italie. Quelques documents font toutefois penser que certains d’entre eux ont pu être détachés dans diverses régions de l’Empire. Le contexte précis dans lequel se situent ces documents nous échappe la plupart du temps, et les questions qu’ils suscitent restent malheureusement souvent sans réponse précise. Ces bénéficiaires prétoriens étaient-ils détachés dans des stations, à l’image des bénéficiaires des gouverneurs ou de certains prétoriens stationarii ? Participaient-ils à une expédition aux côtés des préfets ou avec un détachement des cohortes prétoriennes, s’adonnant aux tâches administratives effectuées d’ordinaire dans les bureaux des préfets du prétoire, à Rome ?

  • 91 CBI, 74.
  • 92 Entre ces deux déplacements, elles s’est rendue en Orient et a tenu ses quartiers d’hiver à Apamée (...)
  • 93 C’est l’explication proposée non sans hésitation par les éditeurs du CBI. Sur le séjour de l’emper (...)

32L’un d’eux, qui n’est connu que par son cognomen Severus, érige au iiie s. une plaque funéraire (conservée seulement partiellement) dans les environs de Cologne, capitale de la Germanie Inférieure. Il l’adresse à la mémoire d’un certain Victor, un assistant du chef du tabularium de la légion II Parthica, ad[iut(or) tabul(arii) prin]cipis91. Cette troupe levée par Septime Sévère, stationnée ordinairement à Alba près de Rome, s’est rendue à deux reprises en Germanie, avec la garde prétorienne, pour accompagner un empereur en déplacement, la première fois sous Caracalla, en 213/214 p.C., lors des campagnes contre les Alamans, et la seconde, sous Sévère Alexandre, en 234/235 p.C.92. La réunion à Cologne de ces deux militaires d’officium, l’un prétorien, l’autre légionnaire, pourrait s’inscrire dans le cadre de l’une de ces expéditions, ou lors du séjour d’un empereur dans la région93. Quel que soit le contexte exact dans lequel il se situe, ce document révèle les relations et sans doute la collaboration qui devaient exister entre les militaires de différentes troupes employés à des fonctions administratives.

  • 94 I 124 ; un rattachement au préfet de la cohorte IIII Lucensium n’est pas exclu, voir p. 358 n. 103
  • 95 CBI, 699 : Annexe 1.3. Le texte n’est connu que par des copies. Sur la construction de Laocidée dè (...)
  • 96 Vitruve 3.2.3.
  • 97 Annexe 15.
  • 98 Voir infra p. 103 et Chap. VII p. 315 n. 126 avec CBI, 706.
  • 99 CBI, 881 : Annexe 1.3 (voir supra p. 116 n. 168), avec Halfmann 1986, 104 et 172.

33Au iie s., l’épigraphie syrienne atteste la présence d’un bénéficiaire d’un préfet à Alep-Beroia, au nord de la province de Syrie, à l’est d’Antioche. Ce militaire, peut-être employé dans l’officium d’un préfet du prétoire, se trouvait dans la région en compagnie d’un speculator94. Mais l’établissement de ce texte est problématique, et son interprétation reste incertaine. La présence en Syrie d’un autre bénéficiaire rattaché celui-ci sans conteste à l’officium des préfets du prétoire est attestée dans une inscription gravée sur une colonne qui provient de Bendé, à 10-15 kilomètres au nord de Lattaquié, dans les environs de l’endroit où sera édifiée la future Laodicea ad mare, au sud d’Antioche et à l’ouest d’Apamée95. Ce bénéficiaire, Q. Minicius Honoratus, fait mention d’une construction qui consiste en un prostylos ou portique prostyle soutenu par dix-huit fulmenta, supports ou colonnes96. Ces détails ne permettent pas évidemment d’identifier un type de monument particulier. Précisons d’emblée que par son statut de prétorien, ce bénéficiaire se distingue de ceux des gouverneurs qui étaient en poste dans une station, où certains érigeaient à leur frais une construction à caractère religieux97. L’hypothèse d’une évergésie ou liturgie exercée par un notable local – nous en verrons un exemple plus loin dans la même province – ne s’impose pas davantage si l’on considère le nom typiquement latin de ce prétorien98. La construction pourrait peut-être s’inscrire dans le cadre des fonctions confiée par un préfet du prétoire à son bénéficiaire, au cours d’un séjour en Syrie, lors d’une participation à une expédition orientale par exemple. C’est en général dans ce type de contexte, nous l’avons vu avec l’inscription de Cologne, que s’explique la présence de prétoriens dans les provinces impériales. Lorsque l’empereur participait en personne à une expédition militaire, il était accompagné par ses gardes, les equites singulares, et par les cohortes prétoriennes. Le préfet du prétoire (ou l’un d’eux) l’accompagnait dans certaines occasions, avec à ses côtés quelques membres de son officium, parmi lesquels se trouvait au moins l’un ou l’autre de ses bénéficiaires comme nous venons de le voir dans plusieurs des inscriptions parcourues plus haut. La participation de bénéficiaires des préfets du prétoire dans des expéditions militaires aux côtés de l’empereur est déjà attestée au ier s. comme l’a montré la carrière de M. Vettius Valens. C’est en effet avec son supérieur le préfet du prétoire Rufrius Pollio, chargé d’accompagner l’empereur Claude en Bretagne, que le bénéficiaire Vettius a participé en 43 p.C. au bellum Britannicum au cours duquel il a reçu des décorations militaires99.

  • 100 CBI, 631 : Annexe 1.3.
  • 101 I 118 et I 119 ; voir aussi I 156 et I 167.
  • 102 SHA, Verus, 7.1-7.3 et Halfmann 1986, 104, 210, 217-218 et 224-225.

34Au iiie s., la participation du préfet du prétoire aux expéditions impériales se fit régulière. Au cours des différentes expéditions orientales, des troupes prétoriennes et légionnaires ont eu l’occasion séjourner à Laodicée à plusieurs reprises. On sait grâce à des inscriptions que lorsque le préfet du prétoire T. Furius Victorinus a accompagné Lucius Verus dans son expédition parthique, de la fin 162 à l’été 166 p.C., le voyage s’est effectué le long de la côte sud de l’Asie Mineure. Si l’on en croit l’Histoire Auguste, Verus aurait passé tous ces hivers (de 163 à 166 p.C.) à Laodicée, l’été à Daphné, et le reste du temps à Antioche. C’est du reste à cette même expédition qu’a pris part le bénéficiaire T. Valerius Marcianus, un légionnaire de Mésie qui s’est rendu avec sa troupe en Cappadoce, où il fut employé dans l’officium de gouverneurs successifs100. Plusieurs de ses collègues bénéficiaires sont décédés pendant leur séjour dans la province, à Amasia. L’un d’eux, C. Valerius Secundus, était employé dans l’officium du gouverneur, de même sans doute que Tib. Claudius Crescens101. D’autres préfets du prétoire ont également séjourné à Laodicée alors qu’ils accompagnaient un empereur dans une expédition : C. Fulvius Plautianus par exemple, avec Septime Sévère, entre 197 et 202 p.C., ainsi que M. Oclatinius Adventus et M. Opellius Macrinus, avec Caracalla, en 215 ou 216 p.C.102.

  • 103 CBI, 918.
  • 104 Dès la fin du iie s. et au iiie s., plusieurs monuments viennent se greffer autour d’un praetorium(...)
  • 105 Voir à ce propos notre discussion : CBI, 699 : Annexe 1.3.
  • 106 CBI, 697. Sur un bénéficiaire du gouverneur d’Arabie employé dans la surveillance de travaux de co (...)

35La participation de prétoriens et en particulier de bénéficiaires des préfets du prétoire dans les expéditions militaires – plusieurs ont reçu des décorations militaires – se révèle à nouveau dans une inscription de 221-222 p.C., à Rome. Elle figure sur le monument votif que Masculinius Valens, l’un des bénéficiaires des préfets du prétoire, consacre à Hercule Invictus pour le salut d’Élagabal et de Sévère Alexandre, en compagnie d’un signifer et d’un option. Au nom de leurs compagnons de la Xe cohorte du prétoire, ces sous-officiers remercient les dieux de les avoir protégés au cours de l’expédition, quod proficiscentes expeditionibus sacris uouerant regressi cum commanipulis libentes uotum soluerunt103. Pour en revenir à l’inscription de Minicius Honoratus, si la présence de ce bénéficiaire des préfets du prétoire en Syrie, dans la région de Laodicée, est effectivement en relation avec le passage ou le séjour de l’empereur, de ses comites Augusti, des officiers et des troupes, on peut donc se demander à titre purement hypothétique si la construction évoquée ne pourrait pas être l’un des éléments d’un complexe destiné à loger les troupes et leurs officiers, peut-être même l’empereur et sa suite, et en relation avec les moyens mis en place pour leur fournir l’approvisionnement nécessaire au cours de lors de leur séjour104. Nous verrons plus loin d’autres exemples de bénéficiaires qui se sont vu confier la supervision de constructions ou qui ont été, d’une manière ou d’une autre, impliqués dans des questions d’intendance. Le texte indique qu’un euocatus anonyme était associé au bénéficiaire105. Les exemples de carrières de prétoriens passés en revue plus haut montrent qu’il est fort possible que cet évocat ait auparavant rempli la même fonction qu’Honoratus. Il a pu choisir de reprendre le service, dans l’attente d’être nommé centurion. On retrouve dans la même province, à Heliopolis, l’association d’un bénéficiaire et d’un vétéran ancien bénéficiaire, tous deux employés sans doute dans l’officium du gouverneur et engagés dans la supervision de travaux de construction106.

2.3.3. Les prétoriens dans les provinces proconsulaires et la question de l’officium du proconsul

  • 107 Zwicky 1944, 81.
  • 108 III, 586 cf. 12306 - ILS, 5947a.
  • 109 I 42. Voir Chap. IV p. 141-143.

36L’épigraphie livre plusieurs exemples de prétoriens stationnés dans les provinces, dont certains étaient détachés auprès de la population civile. C’est le cas en particulier dans les provinces proconsulaires, où l’on voit des prétoriens assumer des fonctions comparables à celles qui sont habituellement confiées, dans les autres provinces, à des centurions légionnaires ou aux bénéficiaires du gouverneur107. Parmi ces soldats prétoriens, certains ont déjà acquis une solide expérience, ceux notamment qui portent le titre d’euocatus Augusti et sont des candidats au centurionat. A l’époque d’Hadrien, l’un de ces évocats a été chargé par le proconsul de Macédoine, sur les ordres de l’empereur, d’arbitrer les conflits occasionnés par l’établissement des frontières entre les territoires de Lamia et d’Hypata, et de procéder à leur délimitation, ce qui lui vaut son titre de mensor108. Un autre en Afrique Proconsulaire est envoyé à Henchir Abd-es-Selam, dans une mission comparable. Peut-être G. Annius Quietus, l’un des premiers bénéficiaires en poste à Sirmium, dans la première moitié du iie s., était-il chargé d’une mission du même genre, comme le suggère son titre d’agri(mensor)109 ?

  • 110 I 114. Les lettres ME à la l. 3 mentionnent la tribu Maecia dans laquelle sont inscrits les citoye (...)
  • 111 La découverte à Athènes du monunent funéraire d’un bénéficiaire de Cornelius Dexter, procurateur d (...)

37Les circonstances dans lesquelles se situe la présence à Philippes en Macédoine de L. Iunius Maximus ne sont pas explicitées dans son inscription funéraire. Ce jeune prétorien originaire de Naples est mort en service à l’âge de 34 ans, vers le milieu du iie s., alors qu’il était employé comme bénéficiaire des préfets du prétoire, benef. praefectorum praetorio110. Ceux qui érigent son monument funéraire sont un militaire, probablement un collègue de Maximus, et un affranchi. Les raisons de sa présence en Macédoine demeurent incertaines. Peut-être était-il décédé au cours d’un voyage, lors de sa participation à une expédition militaire, ou dans le cadre d’un détachement sur place sur les ordres des préfets du prétoire111.

  • 112 Voir par ex. les documents suivants :
    – à Éphèse : III, 7136 - ILS, 2052 - I. Ephesos, 2319 (IK, 16 (...)
  • 113 VIII, 2532 - 18042 - ILS, 2487 ; voir aussi Digeste, 1.16.4 : Nemo proconsulum stratores suos habe (...)
  • 114 Digeste, 1.16.4 et 7 (légat et autorité la plus complète du proconsul en matière judiciaire) ; 1.1 (...)
  • 115 Digeste, 1.16.9 (affaires fiscales) ; 1.18.1 (sur l’aspect particulier du titre de proconsul).
  • 116 AE, 1965, 205 - AE, 1967, 444. Nous devons cette référence à R. Haensch, que nous remercions chale (...)
  • 117 CBI, 743 et VIII, 5230 - 17402 - ILAlg, I 30 ; voir aussi Ott 1995, 84-85 et Haensch 1997a, 85 et (...)
  • 118 CBI, 42 ; voir aussi CBI, 37 : Annexe 1.3 et CBI, 38 et 41 ; autrement : Eck 1986, 519-520 n. 7. P (...)
  • 119 Barnes 1982, 159 et 182, ainsi que p. 178, sur la composition du texte ; sur la conservation de pr (...)

38Nous connaissons un certain nombre d’exemples de stationarii prétoriens détachés dans des cités ou postes situés dans les provinces proconsulaires. C’est le cas par exemple en Asie, à Éphèse, Smyrne ou Iasos, ainsi qu’en Afrique, où l’un d’eux était en poste à Thibica alors que l’autre était chargé de contrôler la ripa Uticensis. Signalons en outre la présence de soldats prétoriens dans des provinces impériales, en Numidie par exemple, où le militaire précise dans une inscription votive érigée vers 268-270 p.C. qu’il était responsable de la station de Rusicade, [g]essi stationem Ven(eria) Rusic(ade), saluis et felicibus commanipulis112. L’existence d’un officium ou de soldats employés au service des proconsuls est confirmée par sa mention dans les sources juridiques et par le discours d’Hadrien, dont le texte est conservé sur une base découverte à Lambèse. Dans son allocution aux légionnaires africains, l’empereur précise qu’une cohorte détachée de la légion III Augusta est régulièrement mise à la disposition du proconsul d’Afrique Proconsulaire, quod cohors abest omnibus annis per uices in officium proconsulis mittitur113. Comme les autres gouverneurs, le proconsul jouissait de l’autorité judiciaire la plus complète dans sa province, assisté dans ses fonctions juridictionnelles par son légat et par des juges qu’il appointait, ainsi que par son officium. Il se devait de garantir le maintien de la justice et de poursuivre les éventuelles exactions, notamment celles des soldats114. En revanche, son statut différait de celui des autres gouverneurs, et dans sa province, les intérêts fiscaux ne relevaient pas de ses compétences, mais de celles du procurateur de l’empereur115. Une inscription découverte il y a une trentaine d’années à Samothrace, dans les fouilles du sanctuaire, donne la preuve de la présence de militaires auprès du proconsul de Macédoine P. Antius Orestes, en 165 p.C., à côté de serui, uiatores, lictores et amici116. Mais nous ne connaissons aucune attestation du titre de bf proconsulis. La date anno Acili(i) Glabrionis proco(n) sulis c. u. qui figure sur l’autel votif consacré en 166-167 p.C. par deux bénéficiaires à Annaba-Hippo Regius en Afrique Proconsulaire – un soldat de la XIVe cohorte urbaine y est décédé alors qu’il servait comme a [g]ens supra ripa(m) H[i]ppone re[g](io) – ne prouve pas que les bénéficiaires étaient rattachés à l’officium de ce proconsul117. La même observation s’applique aux quelques bénéficiaires mentionnés dans des inscriptions de Gaule Narbonnaise. Parmi ces inscriptions funéraires – dans la province, nous ne connaissons pas d’autels votifs érigés par des bénéficiaires en service – aucune ne laisse apparaître le titre de bénéficiaire du proconsul, ni même n’évoque, ne serait-ce qu’indirectement, le rattachement du bénéficiaire à un tel officium. La provenance des pierres à elle seule, en l’absence d’un autre indice précis dans la titulature du bénéficiaire, ne suffit pas à prouver leur rattachement à l’officium du proconsul de Narbonnaise118. Dans les Actes des Martyrs, il est certes question d’un bénéficiaire dans l’officium du gouverneur de Macédoine, en relation avec l’arrestation en 304 p.C. d’Agapê, d’Irênê et de Chionê à Thessalonique. Mais à cette époque, la situation était différente puisque la Macédoine faisait partie du diocèse de Mésie, comme le montre la Liste de Vérone, et le gouverneur Dulcitius n’était pas un proconsul. Par ailleurs, même si l’on admet l’idée que le récit du martyre d’Agapê, d’Irênê et de Chionê se serait développé directement à partir du procès-verbal, à quoi le rédacteur plus tardif aurait rajouté une introduction et une conclusion, la véracité des détails et de la terminologie dans ce genre de récit n’est pas garantie119. Quant au rescrit impérial adressé en 317-318 p.C. au proconsul d’Afrique Aco Catullinus, il fait bien mention de beneficiarii, en relation avec l’organisation du pastus primipili, mais il dit rien de leur statut administratif.

39L’absence de bénéficiaires des proconsuls dans les inscriptions répertoriées contraste avec la présence bien attestée de prétoriens en service détaché, ou stationarii, dans les provinces proconsulaires. Ces observations permettent-elles de penser que l’officium des proconsuls était organisé différemment de ceux des autres gouverneurs, en particulier lorsque ces derniers dirigeaient des provinces impériales ? Il n’est pas impossible que dans les provinces proconsulaires, les prétoriens aient revêtu une partie des fonctions habituellement confiées ailleurs aux bénéficiaires du gouverneur. En détachant des prétoriens dans les provinces proconsulaires, l’empereur et les préfets du prétoire, dans les mains desquels se concentrait le pouvoir centralisé à Rome, se donnaient les moyens d’intervenir directement dans les affaires des proconsuls et de contrôler leurs activités.

3. Les bénéficiaires dans les equites singulares augusti, les flottes et les troupes auxiliaires

3.1. Les bénéficiaires dans les equites singulares : un poste de passage

  • 120 CBI, 276 à Csaszar, fin iie - iiie s. : le bf du tribun légionnaire est décédé après 27 ans de ser (...)
  • 121 I 121, avec Chap. II p. 75.
  • 122 I 120 avec VI, 3216 : Annexe 1 ; voir aussi Speidel 1994a, 688c avec 732. L’identification entre c (...)
  • 123 CBI, 917 avec Speidel 1994a, 56. Sur cette inscription en relation avec la carrière de Plautien : (...)

40Les equites singulares forment un numerus à part au sein de l’armée qui constitue la garde montée des empereurs. Dans ce corps de troupe, dont la première caserne fut fondée par Trajan près du Latran à Rome, tous les militaires promus comme bénéficiaires occupent le même rang dans la hiérarchie puisque chacun d’eux est employé au service du même officier, le tribun. Cela explique, nous l’avons vu précédemment, qu’ils ne ressentent pas la nécessité de préciser le titre de leur supérieur – il n’apparaît que de manière sporadique dans leurs inscriptions –, se présentant plus volontiers sous le seul titre de beneficiarius. Sur la vingtaine de bénéficiaires connus dans les equites singulares, nous n’en comptons aucun qui ait rempli plus de 17 années de service et conservé ce titre ou se soit retiré avec le titre de bénéficiaire. Dans les troupes légionnaires et auxiliaires en revanche, bien qu’ils n’occupent qu’une position inférieure dans la hiérarchie, il est commun que les bénéficiaires d’un tribun – laticlave, sexmestris ou autre – restent dans cette position jusqu’à la fin de leur service, et cela même lorsqu’ils en prolongent la durée120. L’absence chez les equites singulares de vétérans anciens bénéficiaires et de bénéficiaires indiqués dans les listes de mise en retraite révèle que ce poste ne représentait qu’une simple étape dans leur carrière. Ces conclusions sont désormais confirmées grâce à la récente découverte à Anazarbos en Cilicie de plusieurs monuments des equites singulares chargés d’accompagner l’empereur au cours d’une expédition orientale. Le bénéficiaire thrace Iulius Valens – on lui connaît un homonyme en poste dans la même province, C. Iulius Valens, b(eneficiarius) stationarius, un fils de centurion121 – avait participé avec d’autres equites singulares à une expédition contre les Parthes, sous Septime Sévère et Caracalla, ou sous Macrin. Avec son compagnon et cohéritier Aurelius Mucianus, il érige un autel funéraire pour commémorer l’un de leurs amis communs. Les noms des deux dédicants sont à nouveau associés dans l’inscription funéraire de Mucianus, décédé comme vétéran, à Rome, ce qui renforce l’identification, malgré la banalité du nom du bénéficiaire. L’héritier de Mucianus n’est autre en effet que son ami et municeps, Iulius Valens, désormais centurion122. Cette découverte et l’identification qu’elle permet apportent la preuve s’il le faut que comme leurs collègues bénéficiaires dans l’officium des préfets du prétoire, les bénéficiaires equites singulares étaient promus à une position supérieure, parfois à un commandement militaire, un poste de centurion. Nous connaissons au moins deux autres bénéficiaires qui ont pris part à la campagne de Septime Sévère contre les Parthes. Leurs noms figurent sur le monument votif qu’un soldat de cette troupe resté à Rome, comme l’indique le terme remansor, érige le 1er avril 200 p.C. pour célébrer la victoire de ses compagnons, alors que les troupes sont encore en Orient. Il le consacre au Génie de la turme pour le salut de Septime Sévère, Caracalla, et Géta, ainsi que pour Iulia Domna et le préfet du prétoire Plautien, dont la fille Plautilla se fiancera peu de temps plus tard avec Caracalla, le mariage ayant eu lieu en avril 204 p.C.123. Il y fait graver les noms de ses 28 collègues – une turme en compte 30 –, parmi lesquels les premiers portent un titre militaire. On y trouve un décurion, un duplicarius et un sesquiplicarius, suivis des noms de deux militaires dont le titre a sans doute disparu, un signifer, un armorum custos, un curator, les deux beneficiarii et un librarius.

4. Les bénéficiaires dans les flottes

  • 124 CBI, 652, 54 p.C., près de Sarsânlar en Mésie Inférieure ; voir aussi infra I 113b avec Weiss 1997 (...)
  • 125 CBI, 24 avec Starr 1960, 164 n. 102 et Chap. V p. 258 n. 177 ; CBI, 327 ; Starr 1960, 43-44, et su (...)
  • 126 Pour des exemples de promotion d’un triérarque au poste de navarque ou de primipile : XI, 86 - ILS (...)

41Nous connaissons relativement peu d’inscriptions mentionnant des bénéficiaires rattachés à une flotte. On en compte à ce jour neuf, réparties de la manière suvante : cinq inscriptions funéraires, trois diplômes militaires124, et un catalogue de marins de la flotte de Ravenne (conservé seulement partiellement), qui livre pas moins de seize noms de bénéficiaires. Deux autres documents pourraient s’ajouter à cette liste : une inscription en provenance de Boulogne-sur-Mer-Gesoriacum, qui mentionne un bénéficiaire peut-être employé dans la flotte ou en relation avec le contrôle des transports dans le port, et l’inscription d’un ancien bénéficiaire du gouverneur de Pannonie, promu comme triérarque de la Flavia Pannonica, c’est-à-dire capitaine de bateau dans la flotte provinciale de cette province ou éventuellement responsable d’un petit détachement naval125. C’est le seul exemple d’une telle promotion parmi l’ensemble des bénéficiaires. S’il obtient une promotion, un triérarque peut espérer atteindre le poste de chef d’escadrille ou de navarque, et de là être promu au poste de nauarchus princeps ou même par la suite à celui de primipile126.

  • 127 I 142 et I 141. Sur la liburne : Reddé 1986, 104-110 ; Sander 1957, 355 n. 51 considère Silvanus c (...)
  • 128 Pour des bénéficiaires dans l’officium de ces deux derniers supérieurs au ier s. : CBI, 652.
  • 129 CBI, 951 ; Starr 1960, 37. A la tête de cet officium se trouvait un cornicularius : X, 3415 : voir (...)

42Dans plusieurs des inscriptions des bénéficiaires qui ont servi dans les flottes romaines, le titre de beneficiarius apparaît seul, sans le titre d’un supérieur, parfois avec le nom du bateau auquel il était rattaché. C’est le cas par exemple à Misène de l’inscription funéraire de Valerius Silvanus et de celle de Q. Naevius Marcianus, décédé à l’âge de 22 ans. Le premier était rattaché à une liburne de la flotte de Misène, un bateau léger et rapide doté de deux rangs de rameurs et équipé d’éperons127. Le type du bateau d’un côté, le jeune âge du bénéficiaire de l’autre, suggèrent que ces deux militaires ont peut-être été employés dans l’officium d’un officier de la marine dont le rang était inférieur à celui du préfet de la flotte128. Le seul exemple explicite d’un bénéficiaire au service d’un préfet de la flotte est celui de M. Marius Maximus, décédé au cours du iie s. p.C. à l’âge de 40 ans, après 18 ans de service dans la flotte de de Misène129.

  • 130 Domaszewski & Dobson 1981, 34. Sur le triérarque, voir aussi Starr 1960, 43-45.
  • 131 X, 3391 - ILS, 2845 : adiutor tr(ierarchi) III (= tetrere) Venere ; X, 3494 - ILS, 2895 : sec(utor (...)
  • 132 Starr 1960, 57.
  • 133 CBI, 652.
  • 134 I 143 ; Chapot 1896, 116.
  • 135 X, 3336 - ILS, 3756, où l’expression επαρχος Μεισηνων est employée pour traduire le titre de un pr (...)

43A la différence du centurion, dont le rang était pourtant comparable au sien130, le triérarque avait droit à un officium, dont l’existence est confirmée par deux témoignages épigraphiques, ceux d’un adiutor et d’un secutor131. Cela s’explique sans doute par l’organisation particulière de la flotte, où chaque capitaine devait être assisté dans ses fonctions, au sein même de son bateau ou de la flotille dont il était responsable. Dans la légion, c’est chacun des tribuns légionnaires placés à la tête d’une des cohortes qui jouissait de son propre officium, et non le centurion132. Par analogie avec les autres officia, celui du navarque par exemple, où ils sont connus dès le ier s.133, l’officium du triérarque devait vraisemblablement comprendre un certain nombre des bénéficiaires. Silvanus et Marcianus ont donc pu exercer leurs fonctions auprès d’un triérarque, d’un navarque ou tribun, ou encore d’un stolarque comme c’est le cas de C. Atinius Eutyches, un bénéficiaire de la flotte de Misène, au iie s., décédé lui aussi au cours de sa 22e année, avec le titre de beneficiarius stolarchi134. Ce document est le seul exemple connu d’un bénéficiaire du stolarque, et qui plus est, la seule attestation du titre de stolarchus. On ne sait pas exactement quel est le type d’officier de la marine qui se cache derrière ce titre. Peut-être s’agissait-il, comme le navarque, du responsable d’un groupe de navires, ce qui correspondrait bien au jeune âge du bénéficiaire employé à son service ? Ou de la traduction grecque du titre de préfet de la flotte, comme le laisserait entendre l’inscription bilingue qui figure sur le monument votif dédié par l’un des préfets de la flotte de Misène, Valerius Valens135 ? Dans un tel cas, il faudrait conclure qu’une telle position pouvait déjà être atteinte en début de carrière, ou du moins après quelques années de service, si l’on admet qu’Eutyches a été recruté très jeune.

  • 136 I 194 ; Reddé 1986, 110-115 et 541.
  • 137 CBI, 880 : Annexe 1.3 et Chap. II p. 62, où sont énumérés les titres des différents militaires de (...)

44Nous connaissons aussi plusieurs bénéficiaires dans la flotte prétorienne de Ravenne. L’un d’eux, C. Iulius Apolinaris, était rattaché au iie s. à la quadrirème Vesta, un type de vaisseau qui comptait environ 230 à 235 rameurs et qui était le bateau le plus ordinaire de la flotte, si l’on en croit les nombreux témoignages épigraphiques. Comme ses collègues de la flotte de Misène, Apolinaris ne précise pas le titre de son supérieur, mais se contente de mentionner le nom de son bateau, selon la pratique habituelle des marins136. La mention du supérieur est également absente pour les 16 bénéficiaires dont les noms ont été conservés dans un fragment de catalogue des marins de la flotte de Ravenne. L’état du document ne permet pas de définir précisément le contexte dans lequel se situe cette liste. Le nombre des beneficiarii est plus imposant que celui des autres soldats cités. A l’origine, il pouvait même s’élever aux alentours de 18. Ce nombre imposant incite à croire qu’il s’agissait peut-être des bénéficiaires employés dans l’officium du préfet de la flotte137.

  • 138 CBI, 652 ; au iiie s., les navarques sont remplacés par les tribuns équestres : cf. Kienast 1966, (...)
  • 139 I 153b ; sur la question, Roxan 1991, 254, avec une discussion sur les témoins dans les diplômes d (...)
  • 140 Voir par ex. Annexe 13 et Annexe 12 avec notes.
  • 141 Dans I 24 et I 25 par exemple, à Sirmium, la formule sub... est ajoutée au titre de bf cos.
  • 142 Roxan 1996, part. 253 ; sur la question de l’emploi du titre beneficiarius dans ce document dans u (...)
  • 143 Roxan 1996 ; Thomasson 1972-1990, 323.16 ; Saddington 1997.
  • 144 Roxan 1996, part. 252.

45L’un des plus anciens témoignages épigraphiques de bénéficiaires se présente sous la forme d’un diplôme militaire. Il s’agit du premier document épigraphique d’un bénéficiaire qui soit daté avec précision, soit en l’année en 54 de notre ère. Ce document provient de Sarsânlar en Mésie Inférieure. Comme les deux autres diplômes du dossier, publiés l’un en 1996, l’autre en 1997, il fait connaître des bénéficiaires de la marine. Sur les trois ou peutêtre quatre bénéficiaires mentionnés – ils figurent dans le diplôme en qualité de témoins –, l’un était employé au service d’un navarque, les autres, à celui d’un tribun138. Le premier des deux autres diplômes recensés, de provenance incertaine, a été décerné à un certain Dernaius Dacus fils de Derpilus, un bénéficiaire employé dans la flotte de Ravenne. L’un des témoins de ce diplôme, le vétéran C. Cassius Longinus, pourrait être le même homme que le bénéficiaire homonyme déjà cité comme témoin dans le diplôme de 54 p.C., seize ans plus tôt139. L’intérêt que présente ce document dans le dossier des bénéficiaires est remarquable à plusieurs points de vue. D’une part parce que les faveurs de l’empereur sont accordées aux beneficiarii de la flotte dirigée par Bassus, et non pas à l’un d’eux, à titre individuel. Ce nouveau document, le plus ancien diplôme connu du règne de Vespasien – il date du 26 février 70 p.C. – montre que l’empereur accorda la citoyenneté romaine à tous les beneficiari(i) qui militant in classe Rauennate sub Sex. Lucilio Basso. Le texte ne dit pas explicitement à quel supérieur ils étaient rattachés. L’expression sub suivi du nom d’un supérieur, régulièrement attestée dans les diplômes, trouve quelques parallèles dans les inscriptions des beneficiarii140, habituellement en relation avec un gouverneur au service duquel ils ont été employés141. Il est possible que Dernaius Dacus et ses collègues aient fait partie de l’officium de Bassus, même si un rattachement auprès d’autres officiers de la flotte, eux-mêmes sous les ordres de Bassus, ne saurait être totalement exclu. Dans ce contexte, on ne sait pas si le terme de beneficiarius est employé comme un titre précis et technique, comme cela semble être le cas dans le diplôme de 54 p. C, ou plutôt dans une signification générale. Précisons que nous ne connaissons aucun témoignage de beneficiarii de l’empereur. Seraient-ils des soldats de rangs divers qui auraient tous reçu un beneficium imperatoris, ou étaient-ils des beneficiarii rattachés à la flotte, considérés aux yeux de l’empereur en personne comme un ensemble au sein de cette troupe, et jouissant tous des faveurs accordées par l’empereur, dans des circonstances spéciales ? Ce diplôme présente une particularité qui mérite d’être soulignée. Alors que les diplômes militaires sont généralement destinés à des soldats mis en retraite, ce sont des militaires encore en service (qui militant) que Vespasien gratifie ici, leur accordant la citoyenneté et le droit du conubium. A cette faveur déjà particulière s’ajoute le fait que ces récompenses et privilèges, il ne les accorde pas seulement aux beneficiarii, mais aussi à leurs enfants et à leurs descendants142. La générosité de Vespasien à leur égard pourrait bien trouver une explication en relation avec les événements qui ont précédé son arrivée au pouvoir, comme on l’a proposé. Les beneficiarii, au contact de Bassus ou sous ses ordres, ont probablement accordé leur soutien et fait preuve de leur loyauté envers Vespasien, peut-être en organisant la transmission ou la diffusion d’informations par voie navale, d’une manière particulièrement efficace et rapide143. Cela pourrait indiquer que les bénéficiaires, dispersés dans les diverses unités de la flotte, avaient les moyens, par leur statut et dans le cadre de leurs fonctions, d’exercer une certaine influence sur leurs compagnons marins engagés comme eux au service de Rome144.

  • 145 I 113b. La provenance précise de ce diplôme demeure inconnue.

46Alors que ces deux diplômes remontent au Ier siècle, le troisième est daté de 221 p.C. Il provient d’un endroit indéterminé – les Balkans, Mésie ou Thrace ? – et fut accordé à un ancien bénéficiaire de la Classis praetoria Antoniniana de Ravenne145. Ce document, dont seul un petit fragment a été conservé, ne livre toutefois pas beaucoup de renseignements sur la situation des bénéficiaires dans la flotte.

5. Les bénéficiaires dans les unités auxiliaires

  • 146 Voir les exemples suivants, où le nom de la troupe est exprimé. Les références en gras indiquent u (...)
  • 147 Il figure approximativement dans 40 % des inscriptions votives et dans 50 % des inscriptions funér (...)
  • 148 Ces qualités, et en particulier la dernière citée, sont appréciables sinon requises, en particulie (...)

47Comme les autres officiers, les commandants des cohortes auxiliaires, préfets d’aile ou tribuns de cohorte, avaient droit à un officium, et de ce fait, à des bénéficiaires. Les documents qui l’attestent proviennent de toutes les régions de l’Empire. On peut toutefois s’étonner, alors que l’effectif des troupes auxiliaires était plus ou moins comparable à celui des légions, que le nombre de témoignages de bénéficiaires issus ou employés dans des troupes auxiliaires soit aussi limité146. Cela ne saurait s’expliquer seulement par la nature des documents et la coutume épigraphique, qui s’observerait avec plus d’insistance parmi les citoyens romains – et de ce fait avant tout parmi les légionnaires – que dans la population récemment intégrée à la société et à la culture romaines, au sein de laquelle se situent les auxiliaires. Jusqu’en 212 p.C., la majorité des auxiliaires ne reçoivent la citoyenneté qu’au terme de leurs années de service, avec comme attestation le diplôme qui leur est attribué personnellement. L’aspect financier peut entrer en ligne de compte, puisque pour des raisons de position hiérarchique et de statut, les bénéficiaires d’un officier de troupe auxiliaire ne reçoivent pas la même solde que ceux d’un gouverneur de province par exemple. Soulignons en outre que la titulature d’un bénéficiaire, en particulier celui d’un préfet ou d’un tribun des troupes auxiliaires, ne se distingue de celle d’un autre type de préfet ou de tribun que lorsque le nom de sa troupe est précisé, à moins que la provenance du document – un castellum d’auxiliaires par exemple – ne lève toute ambiguïté. Si l’on ne prend en compte que les inscriptions dans lesquelles est précisé le nom de la troupe, le dossier est au départ amputé de près de la moitiée des documents147, Enfin et surtout, nous avons vu précédemment qu’une grande partie des documents épigraphiques des bénéficiaires sont des autels votifs, et que ces monuments sont généralement érigés par des bénéficiaires pendant leur détachement dans une station, autrement dit par les bénéficiaires d’un gouverneur. Ceux-ci étaient presque toujours rattachés à une troupe légionnaire, si l’on en croit les inscriptions dans lesquelles le nom de la troupe est précisé, les gouverneurs privilégiant en effet la collaboration de bénéficiaires légionnaires – et citoyens romains – à celle d’auxiliaires. Cela à moins que les auxiliaires en question ne fassent preuve de connaissances suffisantes de la langue et de l’écriture latines pour être promus comme officiales, et qu’ils jouissent du statut de citoyen148.

  • 149 CBI, 691 : Annexe 1.3 et CBI, 488 : Annexe 1.3.
  • 150 CBI, 680 : Annexe 1.3.
  • 151 CBI, 887.

48Il est remarquable que sur les militaires qui précisent leur rattachement à une troupe auxiliaire, on n’en compte que trois qui ont été promus dans l’officium d’un gouverneur, en Dalmatie, en Cappadoce vraisemblablement, ainsi qu’en Lycie-Pamphylie. Deux d’entre eux au moins faisaient partie d’une troupe composée de citoyens romains. Claudius Torquatus, rattaché probablement à la cohorte I Lepidiana c. R., a été promu comme bénéficiaire dans l’officium de Cassius Apollinaris, gouverneur de la Cappadoce vers 151-154 p.C., et P. Bennius Egregius, incorporé dans la cohorte VIII Voluntariorum, est devenu bénéficiaire du gouverneur de Dalmatie149. Ce n’était pas le cas en revanche du bénéficiaire Philopatorus, un soldat recruté dans la cohorte I Musulamiorum et sélectionné pour faire partie de l’officium du gouverneur de Lycie-Pamphylie. Cette unité s’est installée dans la province dans la première partie du iie s., comme l’atteste un diplôme militaire récemment découvert, plus précisément entre 113 et 138 p.C.150. L’inscription de Aurelius Moca décédé à Aquilée à l’âge de 55 ans offre un exemple de bénéficiaire d’un tribun de cohorte auxiliaire transféré dans une troupe légionnaire, la III Augusta de Lambèse, où il est devenu signifer151. Précisons que ce transfert a eu lieu au cours iiie s., après la constitutio Antoniniana, lorsque l’entrée dans la légion ne pouvait plus être freinée par les questions liées à l’acquisition ou non de la citoyenneté.

  • 152 CBI, 15, I 3a et 3b, CBI, 4 ( ?), I 4, CBI, 100, CBI, 400 sq. (voir note préc.) : ces bf sont empl (...)
  • 153 On en connaît dans la plupart des sites qui ont abrité un castellum le long du Main et du limes ge (...)
  • 154 Annexes 5 et 6, avec CBI, 199 : Annexe 1.3.

49Les premiers documents (inscriptions, tablettes) qui font connaître un bénéficiaire employé au service d’un préfet d’aile ou d’un tribun de troupe auxiliaire remontent au début du IIe s. Ils proviennent de castella militaires situés aux frontières de l’Empire, en Bretagne sur le mur d’Hadrien, Housesteads, et peut-être Vindolanda, Birdoswald ou Catterick, au sud du mur. En Germanie Supérieure, la présence d’un tel bénéficiaire est attestée à Bad Wimpfen, sur la ligne de frontière du Main, et en Pannonie Inférieure, à Intercisa, sur le limes danubien152. A Bad Wimpfen, l’autel consacré par le bénéficiaire d’un préfet d’une cohorte auxiliaire rappelle, aussi bien par son style et sa forme que par sa localisation dans la topographie du site, ceux des nombreux bénéficiaires que le gouverneur va détacher, dans les années suivantes, dans l’une ou l’autre des nombreuses stations de bénéficiaires implantées dans cette région de frontière153. On observe le même phénomène à Dura-Europos, où les bénéficiaires au service du responsable de la garnison se trouvaient en poste à la Porte de Palmyre si l’on en croit les graffites qu’ils y ont laissés sur les murs, soit postés à la seule voie d’accès dans la ville. Cette localisation suggère qu’ils devaient contrôler des passages dans la cité. Mais une chose est certaine. Aucun des documents contenant la mention d’une statio, dans les formules de stationnement comme dans les dédicaces, n’apparaît de manière explicite en relation avec un bénéficiaire autre que celui d’un gouverneur154. Même si les beneficiarii au service d’un officier de troupe auxiliaire ont pu exercer des fonctions comparables à celles d’autres types de bénéficiaires, ils n’ont jamais, à notre connaissance, dirigé une station de bénéficiaires à proprement parler, une responsabilité réservée aux bénéficiaires du gouverneur.

6. Les bénéficiaires dans les légions

  • 155 Breeze 1974b, 435-436.
  • 156 Nombre de bf d’un tribun : CBI, 767 ; d’un légat de légion : Breeze 1974a, 274 ; d’un préfet des v (...)
  • 157 Tacite, Histoires, 4.48 : voir Chap. II p. 63.

50Au iie s., dans une légion qui comptait un peu plus de 5 000 légionnaires, il y avait 1 100 gradés autres que les centurions dont 620 immunes et 480 principales selon les estimations155. Les beneficiarii représentent à eux seuls une proportion importante des principales, d’une part parce qu’ils sont attestés auprès de chacun des différents officiers de la légion, ainsi qu’auprès du gouverneur et du procurateur financier de la province, et de l’autre, parce qu’ils constituent la majorité des membres de chacun des officia en question. Cela étant, leur nombre exact dans l’officium de chacun de ces officiers et autres supérieurs n’est pas clairement connu. On estime néanmoins à titre indicatif qu’un tribun sexmestris par exemple pouvait avoir 5 bénéficiaires dans son officium, un tribun laticlave, une douzaine, un légat de légion (ou préfet de légion en Égypte), probablement une vingtaine, le préfet des vigiles et ceux du prétoire, 35 ou davantage. Quant aux gouverneurs, le fait que celui d’une province à une seule légion en compte 30, comme le montrent deux documents de Numidie datant du iiie s., et la comparaison avec le nombre des speculatores, qui semble proportionnel à celui des légions d’une province, invitent à penser que le gouverneur d’une province à deux légions en avait peut-être le double, soit une soixantaine156. On a par ailleurs conclu du passage de Tacite sur lequel nous nous sommes arrêtée précédemment que la légion de Lambèse envoyait la moitié de ses bénéficiaires au proconsul d’Afrique, et de ce fait, que les 30 bénéficiaires connus par chacune des deux inscriptions de Lambèse ne représentaient que la moitié de l’ensemble de l’officium, dont le nombre complet devait s’élever à 60157. Si tel était le cas, et si l’on suit le même raisonnement, l’estimation du nombre total des bénéficiaires d’un gouverneur de provinces à deux légions s’élèverait à 120. Mais l’épigraphie ne nous donne pas les moyens de vérifier ces données. Elle ne livre en effet aucun exemple de beneficiarius proconsulis, nous venons de le voir, et l’interpétation du passage en question nous paraît plus que contestable.

  • 158 Voir par ex. le cas d’Aurelius Hermias (homonymie ou identification ?) CBI, 819 et 784, avec Annex (...)
  • 159 CBI, 724 avec Haensch 1995b, 814, et CBI, 725 à Bostra ; P. Mich., 466 avec les discussions de Wat (...)

51La question qui se pose dans une province à une seule légion et où le camp légionnaire se situe dans le même endroit que la capitale, comme en Numidie, est de savoir si le gouverneur, qui était à la fois en charge de la province et légat de la légion avait deux officia ou s’il n’en avait qu’un seul, chargé de l’assister simultanément dans l’administration de la légion et dans celle de la province. En Numidie, les bénéficiaires et autres officiales se présentent tantôt comme ceux du légat, tantôt comme ceux du gouverneur158. Mais les sources ne semblent pas pouvoir nous éclairer de manière certaine et satisfaisante sur ce point. Les documents en question ne sont que rarement datés avec précision, et le statut de la Numidie représente un cas particulier puisqu’elle ne fut constituée que tardivement comme une province indépendante, vers 198 p.C. Précisons en outre que nous ne connaissons à l’heure actuelle aucun document où apparaîtraient ensemble la mention d’un bénéficiaire de légat de légion et celle d’un bénéficiaire d’un gouverneur, dans une province à une légion et à une époque où l’on est certain que cette légion était la seule à y stationner. Ni l’exemple célèbre de Iulius Apollinaris, le principalis du papyrus de Michigan en 107 p.C., ni ceux, à Bostra, de son homonyme, bénéficiaire dans l’officium d’un gouverneur consulaire, ou de L. Cassius Longinus, dans celui du légat de la légion III Cyrénaïque, ne permettent de prouver de manière irréfutable l’existence, à la même époque, de deux officia différents rattachés à un gouverneur simultanément légat de légion159.

52Avant de chercher à établir la situation sociale et les perspectives des beneficiarii dans les provinces et de passer en revue les quelques exemples de promotion de bénéficiaires issus des légions à un poste de commandement, il nous paraît opportun de nous arrêter brièvement sur la composition de l’officium d’un gouverneur de province impériale, afin de mieux cerner le cadre dans lequel ses bénéficiaires exercent leurs fonctions.

6.1. L’organisation et la composition de l’officium d’un gouverneur de province impériale

  • 160 Sur la définition du concept d’officium, un terme employé pour désigner le personnel employé au se (...)
  • 161 Par exemple comme messagers : Chap. II p. 72 et Chap. V p. 238 n. 107. Signalons à ce propos que l (...)
  • 162 Pline 10.25.
  • 163 Digeste, 12.1.34.
  • 164 Pline 10.100.
  • 165 Comme nous l’avons vu précédemment (Chap. II p. 83-85), il n’y a pas de raison à notre sens de pen (...)

53La composition de l’officium d’un gouverneur varie selon le statut de la province et selon son importance militaire, même s’il existe une certaine uniformité structurelle à l’intérieur de ces différentes provinces, les provinces proconsulaires mises à part160. Les fonctions confiées à chacun des divers types d’officiales – c’est-à-dire à tout membre d’un officium, quel que soit son titre précis – ne sont que rarement explicitées dans les textes épigraphiques. Il n’est pas toujours aisé de distinguer avec netteté le champ d’activités réservé à chacun d’eux. Il arrive que des officiales portant des titres différents puissent être employés à des fonctions comparables161. Lorsqu’un gouverneur est nouvellement nommé à la tête d’une province, il n’est pas seul à se déplacer pour prendre ses fonctions. Les membres de sa famille proche l’accompagnent, ainsi ceux de sa familia, secrétaires, conseillers personnels et autres. Ceux-ci le suivent et l’assistent dans ses diverses fonctions et au cours de ses différentes affectations, dans chacune des étapes de son cursus. Arrivé dans la capitale de sa nouvelle province, où se trouvent son siège et les bureaux de son quartier général ou praetorium, il y rencontre ses nouveaux collaborateurs de rang sénatorial ou équestre déjà en poste dans la province (légats, procurateur financier), d’autres, entrés en service plus tard, le rejoignant ensuite dans la capitale162. Le gouverneur fait également connaissance avec les membres de son officium. Ces officiales représentent les éléments stables de l’administration de la province. C’est du reste la raison pour laquelle ils ont le droit légalement de prêter de l’argent avec intérêts, parce qu’à la différence du gouverneur lui-même, ses officiales sont permanents, praesidis prouinciae officiales quia perpetui sunt163. Ils assurent la continuité du traitement administratif des affaires provinciales, alors que les gouverneurs et les procurateurs financiers se succèdent dans la province. Comme l’ensemble des militaires engagés dans toutes les troupes impériales, tous les soldats rattachés à un officium réitèrent au début de chaque année, le 3 janvier plus précisément, leur serment de fidélité à l’empereur, s’engageant à le servir avec loyauté. De son côté, la population locale se doit de manifester ses vœux à l’empereur et de lui témoigner son attachement à travers la célébration du culte impérial164. Cette loyauté des militaires face à l’empereur, qui s’exprime aussi par leur fidélité aux dieux et aux rites de la religion romaine, engage implicitement les soldats dans un contrat tacite entre chacun d’eux et l’ensemble des officiers militaires et des autres supérieurs. Les membres de l’officium, bénéficiaires et autres, quel que soit le type de province dans laquelle ils se trouvent, ne semblent pas constituer une exception au principe165.

  • 166 L’effectif de Gavius Bassus préfet de la côte pontique est fixé par des mandats de Trajan (Pline 1 (...)
  • 167 Austin & Rankov 1995, 137-140.

54Lorsqu’une place se libère dans son officium, le gouverneur décide des nouvelles promotions et propose à l’empereur ceux qu’il entend faire nommer comme centurions, tenant compte dans certains cas des propositions internes. Les limites numériques de son effectif en général et des membres de son officium en particulier, en relation avec le statut de la province, lui étaient imposées par l’empereur et accessibles par ses mandats, au moment de son entrée dans une nouvelle fonction166. Ces mandata leur étaient adressés par l’ab epistulis, le chef des bureaux de l’empereur chargé du traitement et de la préparation de l’ensemble de la correspondance impériale, au départ de Rome167.

  • 168 Voir par ex. CBI, 730 et CBI, 749 : Annexe 1.3, au iiie s. Voir aussi III, 7549 - IGR, I, 629 à To (...)
  • 169 Voir les deux premiers exemples cités ci-dessus. Mais il faut bien relever que de tels exemples de (...)
  • 170 Sur les adiutores du princeps, voir par ex. II, 6111 - RIT, 62 à Tarragone ; VIII, 4332 à Lambèse (...)
  • 171 CBI, 749 : Annexe 1.3.
  • 172 CBI, 262 : Annexe 1.3.

55A la tête d’un officium d’un gouverneur de province impériale se trouve le princeps de l’officium, qui a rang de centurion168. Il s’agit généralement d’un militaire qui a passé une grande partie de son temps de service au sein de l’officium, occupant successivement divers emplois au cours desquels il a acquis une expérience axée principalement sur la gestion de sa province169. Il est assisté d’aides ou adiutores principis, une fonction assumée à l’occasion par l’un ou l’autre des bénéficiaires du gouverneur170. L’un d’eux, désigné comme optio praetorii, est nommé à la tête de l’officium, une fois promu comme centurion171. De jeunes militaires pouvaient également être employés comme assistants du princeps. Une inscription du iiie s. conservée sur une urne fragmentaire, découverte en Norique voici une vingtaine d’années, fait connaître un adiutor [pri]nc(ipis) cos décédé à l’âge de 22 ans, alors qu’il avait vraisemblablement déjà accompli 7 ans de service. Le frère de ce jeune officialis était rattaché au même officium, probablement en qualité de bénéficiaire du gouverneur172.

  • 173 Voir par ex. dans les listes de Lambèse (CBI, 783 et 784) et à Tarragone (II, 4122 + 4259) ; sur l (...)
  • 174 Par ex. AE, 1917/18, 74 et 75.
  • 175 Par ex. : CBI, 427 (iiie s. p.C.) : l’adiutor offici(i) corniculariorum cos est le fils d’un vétér (...)
  • 176 Digeste, 50.6.7 ; voir Chap. II p. 64 n. 33.

56Les officiales du gouverneur qui se situent juste en-dessous du princeps sont les cornicularii. Leur nombre s’élève à deux ou trois, selon les provinces173. La sélection parmi les officiales est donc grande puisque seul un très faible pourcentage (1-2 %) réussit à atteindre un tel poste. Il arrive que des bénéficiaires soient promus à cette position, dans le même officium. Les corniculaires des gouverneurs sont chargés de superviser la répartition des affaires administratives et de la correspondance traitée par les bureaux du gouverneur, en collaboration avec le princeps – ou en son absence – et dans le voisinage direct du gouverneur et de son siège, comme le montrent leurs inscriptions, principalement attestées dans les capitales provinciales. A la différence, les corniculaires des préfets du prétoire, de la Ville et des vigiles par exemple, ou dans les provinces, ceux des légats, préfets ou tribuns, assument seuls la direction de l’officium. Les corniculaires d’un gouverneur peuvent aspirer à une promotion au poste de centurion, avec l’appui du gouverneur174 dont le préavis nécessite généralement une confirmation de l’empereur. Une promotion comme décurion d’une troupe auxiliaire est également envisageable pour ces corniculaires. Comme le princeps, ils ont des assistants ou adiutores officii corniculariorum175. Il s’agirait de simples soldats de la classe des immunes, si l’on en croit la liste de Taruttienus Paternus mentionnée précédemment176.

  • 177 Voir par exemple Chap. V p. 224 avec le passage cité en relation avec le procès d’Agapê, d’Irênê e (...)
  • 178 Voir supra p. 99 ; ils portent occasionnellement le titre plus précis de speculator praetorii ou p (...)
  • 179 Clauss 1973a, 65 et 159 n. 113 ; voir aussi Chap. VI p. 282. Il peut arriver que de simples soldat (...)
  • 180 Voir par ex. Annexe 10. Pour une inscription honorifique érigée pour leur patronus par un speculat (...)
  • 181 Clauss 1973a, 59-77 ; Austin & Rankov 1995, 150. Ils sont parfois même employés comme bourreaux, l (...)
  • 182 Voir Chap. VI p. 274-275.
  • 183 Chap. IV ; Austin & Rankov 1995, 202-204 ; Ezov 1997.

57Inférieurs dans la hiérarchie, d’un nombre égal à celui des corniculaires, les commentarienses ou a commentariis sont responsables de l’archivage de la correspondance du gouverneur ainsi que des procès-verbaux en relation avec les affaires judiciaires qui lui sont soumises177. Ils sont suivis par un nombre plus imposant de speculatores, un titre également porté à Rome au ier s. et jusqu’au milieu du iie s. p.C. par des cavaliers prétoriens employés comme gardes du corps de l’empereur178. Dans certaines provinces, on compte une dizaine de speculatores par légion. La présence d’autels élevés par certains speculatores dans des stations de bénéficiaires – l’un d’eux est dédié au Génie de la station – fait penser que les speculatores pouvaient séjourner dans l’une ou l’autre des stationes, probablement lors d’un passage ou au cours de leurs déplacements dans la province, et pour une durée limitée179. Elle révèle la collaboration entre les speculatores et les beneficiarii du gouverneur en charge de tels postes, dont les traces s’observent aussi dans leurs dédicaces collectives180. Comme les beneficiarii avec lesquels ils collaborent dans l’organisation de la communication et de la transmission des nouvelles au sein de la province ainsi que dans le maintien de l’ordre et de la sécurité181, ces officiales sont regroupés en une schola et se choisissent un président ou optio182. Employés comme agents de liaison et d’information, ils circulent à l’intérieur de la province, servant de relais entre le siège du gouverneur dans la capitale et les diverses stations de bénéficiaires réparties sur l’ensemble le territoire de la province. Ils sont aussi en contact avec les unités d ‘exploratores établies principalement dans les régions frontalières183.

  • 184 Voir notamment I 61 et I 64 à Sirmium, ainsi que CBI, 483 : Annexe 1.3. L’attestation unique et ta (...)
  • 185 Clauss 1973a, part. 96-97 ; Rankov 1990a, 176-178.
  • 186 Par ex. IGR, IV, 1368 à Saettae en Asie Mineure : fragment d’un édit concernant leurs exactions ; (...)
  • 187 Pour les références à l’Histoire Auguste, voir infra p. 120 ; sur leur dissolution : Aurelius Vict (...)
  • 188 Dans les capitales, par ex. à Tarragone, Emerita en Lusitanie, Virunum, Carnuntum, Aquincum, Salon (...)
  • 189 Voir n. 191 ainsi que n. 188 (avec notamment les inscriptions de Salona et de Luna). Dans la régio (...)
  • 190 Annexe 8.
  • 191 Balty & van Rengen 1993, 29. On observera que Verecundinus, centurion hastatus prior de la légion (...)
  • 192 III, 2063 - ILS, 2370.
  • 193 Dion Cassius 79.14.1-4 avec Rankov 1987. Pour un speculator promu hastatus leg(ionis) puis princep (...)
  • 194 AE, 1991, 268.
  • 195 CBI, 851.
  • 196 II, 4179 - ILS, 2384 - RIT, 229. Pour d’autres exemples d’une promotion de speculator à commentari (...)

58A ces deux types de sous-officiers (speculatores et beneficiarii) se joignent les frumentarii, qui se situent juste en-dessous des bénéficiaires dans la hiérarchie, et qui peuvent être promus directement à l’une ou l’autre des fonctions. Comme les bénéficiaires et les speculatores, les frumentarii sont aussi des soldats du voyage, à la différence que leurs fonctions les entraînent constamment hors des limites de leur province, sur les routes de l’Empire. Les frumentarii font preuve d’une organisation particulière et unique parmi les officiales, qui prend la forme d’un numerus184. Recrutés dans les légions et promus comme frumentarii, ils sont envoyés à Rome dans les Castra Peregrina, d’où ils sont disséminés dans les diverses provinces de l’Empire, aussi bien dans celles qui sont inermes que dans les provinces militaires. Lorsqu’ils sont détachés de Rome dans une province militaire, les frumentarii vont de préférence dans leur province d’origine, là où est établie la légion dans laquelle ils ont été recrutés et avec laquelle ils conservent leurs liens administratifs tout au long de leurs pérégrinations entre Rome et les provinces durant leur carrière185. Les sources révèlent que comme l’ensemble des soldats qui jouissent d’une certaine mobilité et sont en contact avec la population civile dans l’exercice de leurs fonctions, les frumentarii abusent fréquemment de leurs droits, s’attirant la haine de la population qui doit supporter leur cupidité186. Dans l’Histoire Auguste, ils apparaissent souvent comme des espions ou des assassins. Leur réputation est si mauvaise que ce pestilens frumentariorum genus sera remplacé au ive s. par les agentes in rebus187. Hors de Rome, leur présence est attestée souvent dans des capitales provinciales, dans diverses cités où ils sont détachés en mission spéciale, parfois dans des stations188. Les missions plus importantes sont généralement confiées à des centuriones frumentarii qui jouissent d’une solide expérience à la fois de l’administration et du commandement militaire, comme le montre parmi d’autres l’épitaphe du centurion Aelius Verecundinus, décédé au début du iiie s. à Apamée189. Bien qu’il n’ait que 36 ans au moment de son décès, ce centurion d’origine dace avait déjà accompli 21 ans de service, ce qui montre qu’il avait été recruté dans l’armée à l’âge de 15 ans déjà. Promu comme exactus puis comme librarius, il est nommé frum(entarius) puis directement speculator, et non pas bénéficiaire comme plusieurs de ses collègues190. Avant même d’avoir achevé son temps de service obligatoire, il reçoit le titre d’euocatus et devient successivement centurio, centurio frum(entarius) et centurio hastatus prior de la légion IV Scythica191. L’expression qui cucurrit frum(entarius) ann. XL et © (centurio) frum(entarius) factus qui figure dans l’inscription funéraire de l’un de ses collègues de la légion III Cyrénaïque illustre bien sa carrière, interrompue trop tôt192. S’il avait survécu, Verecundinus aurait peut-être pu aspirer au poste de princeps peregrinorum comme son collègue Oclatinius Adventus par exemple, qui réussit même à atteindre la préfecture de la Ville puis celle du prétoire sous Caracalla193. La promotion directe d’un frumentarius au poste de speculator, sans passage par celui de bénéficiaire, se retrouve dans la carrière de Gargilius Rufus, recruté vers le milieu du iie s. dans la légion espagnole. Il est connu à Rome comme frumentarius, par un autel qu’il y érige dans le contexte de la caserne des frumentarii ou Castra Peregrina, la caserne des frumentarii194. Il est ensuite promu speculator et employé dans l’officium du gouverneur de l’Hispania Citerior, à Tarragone, capitale de la province, où il consacre le monument funéraire d’un compagnon et collègue officialis, le bénéficiaire L. Aufidius Felix195. Gargilius Rufus est enfin nommé com(mentariensis) ab actis ciuilib(us) dans le même officium, à Tarragone, où il va exercer cette fonction jusqu’à sa mort, qui l’emporte avant l’âge de la retraite196.

  • 197 Sur les speculatores Augusti etc., voir supra p. 99 et 100 n ; 85 ; sur les frumentarii Augusti da (...)
  • 198 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 6.40.2.
  • 199 Annexe 8.
  • 200 Voir à ce sujet Austin & Rankov 1995, 136, et surtout Rankov 1990a, Rankov 1990b, et Rankov 1987 ; (...)
  • 201 La participation des bénéficiaires du tribun sexmestris aux dédicaces collectives de Lambèse CBI, (...)
  • 202 Chap. VI p. 285-288.

59Si le nom de leur troupe est régulièrement précisé dans l’énoncé du titre des speculatores et des frumentarii, jamais en revanche n’apparaît explicitement celui d’un gouverneur ou d’un autre supérieur, à l’exception de l’empereur qui semble les employer en général dans des missions spéciales, comme des espions, messagers ou policiers197. Ils leur arrrive aussi de répondre aux ordres d’un gouverneur si l’on en croit le récit d’Eusèbe sur l’arrestation de l’évêque Denis d’Alexandrie. L’épisode, qui a lieu au moment de la proclamation de la persécution de Dèce, montre un frumentarius envoyé par le préfet d’Égypte Sabinus pour arrêter l’évêque. Ce dernier serait resté quatre jours chez lui à attendre l’arrivée du frumentarius, alors que le frumentarius fouillait les alentours, routes, rivières, champs, espérant arrêter un fugitif sans même trouver sa maison, comme le relève Eusèbe198. Cet exemple, de même que le déroulement des carrières de Verecundinus et de Rufus au sein de l’officium d’un gouverneur et les nombreux témoignages de frumentarii promus comme bf cos199 montrent que les relations des frumentarii avec Rome et avec l’empereur n’excluent pas pour autant qu’ils maintiennent des liens étroits avec leur unité, comme nous l’avons vu, et avec l’officium du gouverneur de la province dans laquelle elle est stationnée. Plusieurs documents laissent apparaître les signes de relations des frumentarii avec le gouverneur et avec son officium, à défaut de livrer des preuves évidentes de leur appartenance à l’officium du gouverneur200. Leur participation aux dédicaces collectives du bureau du gouverneur à Lambèse, avec d’autres officiales de l’officium, suggèrent qu’en dépit de leurs déplacements et de leur organisation particulière, les frumentarii conservent leurs liens avec le bureau du gouverneur201. Comme les bénéficiaires du gouverneur, les frumentarii et les speculatores portent l’insigne ou la haste dite lance des bénéficiaires, signe de l’autorité et du pouvoir dont ils sont chargés en particulier face à la population civile202.

  • 203 Sur la question des officiales des procurateurs gouverneurs : Chap. II p. 83-85.
  • 204 Mann 1988b.

60C’est peut-être l’ambiguïté de leur situation de militaires employés par les gouverneurs et par l’empereur comme des traits d’union entre les provinces et Rome qui expliquerait l’absence du titre du gouverneur, dans la titulature des frumentarii et des speculatores ? Ils se distinguent en cela des bénéficiaires qui mettent l’accent sur cet aspect, dans l’énoncé de leur titre203. L’organisation particulière des frumentarii explique qu’on ait pu les considérer comme des taupes chargées par l’empereur de lui rapporter des informations concernant les gouverneurs de province, même si une telle hypothèse demeure difficilement vérifiable204. Il est possible que l’empereur intervienne à l’occasion de manière directe dans les affaires du gouverneur afin de favoriser la promotion au sein de l’officium de ce dernier de certains frumentarii dont il avait fait ses candidati.

  • 205 En Numidie, où ils sont au nombre de 5 (voir CBI, 783 et 784 : Annexe 1.3), ils s’associent avec l (...)
  • 206 CBI, 752 : Annexe 1.
  • 207 Tab. Vindol., II, 310 - Bowman 1994, 28 et 30 ; voir aussi III, 13370. Sur cet equisio : Haensch 1 (...)
  • 208 CBI, 772-774, où dans les trois cas le supérieur est qualifié de patronus. Pour un ostiarius des p (...)
  • 209 Tab. Vindol., I, 154 et Bowman 1994, 52-53, avec Speidel jun. 1995b ; voir aussi Rankov 1990b et D (...)
  • 210 Sur les stratores : Speidel 1992a, 137-139 ; voir aussi Chap. VI p ; 282-284 ; sur l’absence de st (...)
  • 211 Domaszewski & Dobson 1981, 37, avec CBI, 783 et 784 (haruspex).

61En plus des officiales que nous venons de mentionner ici, l’officium d’un gouverneur de province compte des quaestionarii205, qui sont impliqués dans les activités judiciaires du gouverneur et qui exercent généralement leurs activités dans la capitale. Il comprend en outre divers subalternes occupés à des travaux de secrétariat, des librarii par exemple, des sténographes ou exceptores – certains d’entre eux auraient vraisemblablement été associés à l’un des bénéficiaires en charge de la station de Vazaiui en Numidie206 –, ou des copistes, les exacti. La documentation épigraphique montre, en particulier à partir du iiie s., un foisonnement de nouveaux titres précisant une fonction spécifique ou révélant le degré de spécialisation qui s’est développé au sein des bureaux des gouverneurs. Dans certains cas, il peut s’agir simplement de compléments ajoutés à la terminologie traditionnelle dans le but de préciser le type d’activités accomplies par un membre de l’officium, ou peut-être de donner un peu d’emphase à un titre jugé trop banal. Les tablettes de Vindolanda et les inscriptions récemment découvertes dans la capitale de Germanie Inférieure, par exemple, font connaître plusieurs titres de militaires employés dans l’officium des gouverneurs, jusqu’ici peu attestés. Mentionnons par exemple un equisio co(n)s(ularis) employé comme messager du gouverneur et chargé de transporter ses messages et les réponses, à cheval, entre Londres et le mur d’Hadrien, un batelier du gouverneur de Germanie Inférieure, ou barc(arius) co(n)s(ularis), recruté dans le n(umerus) des exp(loratores) Bat(auorum), ainsi qu’un ost(iarius) co(n)s(ularis), qui est en quelque sorte le portier du gouverneur207. De telles fonctions ont pu être confiées à des bénéficiaires du gouverneur, comme le suggère le titre de domicurius ou domicurator porté par certains d’entre eux à Lambèse, et qui rappelle celui d’ostiarius208. En plus des officiales que nous venons de présenter ici, le gouverneur d’une province impériale avait pour sa garde personnelle des singulares, des cavaliers recrutés dans les cohortes auxiliaires209, et des stratores, dont les proconsuls à la tête des provinces sénatoriales étaient privés210. L’officium du gouverneur d’une province impériale comprenait encore des militaires employés à des fonctions religieuses, tels l’haruspex211 ou le uictimarius.

6.2. La carrière interne des bénéficiaires légionnaires au sein d’un officium

  • 212 Voir infra p. 126-129 et dans le même sens, Speidel 1992b.
  • 213 Par ex. CBI, 820 ; Breeze 1997, 85 et n. 72 p. 88 qui sans mentionner l’empereur insiste sur le rô (...)

62Dans les provinces, les militaires promus comme bénéficiaires d’un officier ou d’un gouverneur ne peuvent que rarement aspirer à des promotions supérieures ou à un poste de commandement212, comme le montrent les listes de soldats mis en retraite et les inscriptions funéraires. Les postes de centurion sont rares, et les militaires sélectionnés sont choisis à la fois dans les troupes d’élite et dans les légions, ce qui accentue encore une concurrence déjà forte. On estime généralement que 90 postes de centurion sont à repourvoir chaque année, alors que nous évaluons à moins de 1,5 % le nombre des légionnaires ayant revêtu un poste de bénéficiaire et réussissant à obtenir une promotion au delà de ce poste. Dans les provinces et parmi les légionnaires, la nomination comme centurion s’obtient en général avec l’accord ou la confirmation de l’empereur, sur proposition du gouverneur, lui-même conseillé par ses subordonnés, ou parfois directement par le gouverneur213.

  • 214 Un frumentarius pouvait auparavant avoir été employé comme adiutor, sans doute en attendant qu’un (...)
  • 215 Voir Annexe 8. Pour une telle promotion observée dans une inscription funéraire : CBI, 841. A Sirm (...)
  • 216 Pour des exemples de frumentarii promus directement comme speculatores : supra p. 119-120. Sur un (...)
  • 217 CBI, 502.

63L’étude des carrières des bénéficiaires nous renseigne sur le type de formation ou sur les expériences requises pour être en mesure d’assumer ces fonctions. Il est certain que ces militaires devaient avoir des connaissances linguistiques de base, orales et écrites, en plus des exigences normales et habituellement attendues d’un soldat romain. Ils devaient en outre avoir été remarqués par l’un de leurs supérieurs pour leurs qualités personnelles. Mais si l’on se fie aux inscriptions qui les font connaître, et en particulier celles qui mentionnent une carrière ou un âge, la promotion d’un légionnaire à un poste de bénéficiaire, dans les provinces, semblerait souvent correspondre à une première (et même unique) étape de carrière. Cela s’observe à tous les niveaux, dans l’officium d’un tribun, d’un légat ou préfet de légion, d’un procurateur ou d’un gouverneur. Mais il est vrai que les documents épigraphiques peuvent toutefois être trompeurs sur ces questions dans la mesure où les étapes antérieures d’une carrière militaire ne sont que rarement évoquées214. C’est le cas en particulier dans les inscriptions votives qui, rappelons-le, correspondent à plus de la moitié des documents épigraphiques du dossier. Plusieurs d’entre elles confirment la promotion possible de frumentarii comme bénéficiaires d’un gouverneur, ou leur présence sur une liste d’attente215. Ces anciens frumentarii, comme leurs collègues désignés comme candidati, attendent à Lambèse qu’une place se libère parmi les bénéficiaires du gouverneur, ou peut-être, dans certains cas, un avancement comme speculator216. Ce même titre de candidatus se retrouve dans une liste fragmentaire de militaires d’Apulum, avant celui d’un bénéficiaire du gouverneur consulaire217.

  • 218 CBI, 821 : Annexe 1.3, à Aïn El-Kebira-Satafis.
  • 219 CBI, 846, à Tarragone.
  • 220 XIII, 7003 - ILS, 9092a avec CBI, 135, ii-iiie s., à Mayence : Quietius Secundus, lib(rarius) lega (...)
  • 221 * I 178 ; mais il s’agit d’un document fragmentaire dont la lecture est incertaine, le titre de bé (...)

64Nous connaissons quelques militaires qui avaient accompli comme ces frumentarii au moins une étape ou fonction antérieure à leur promotion comme bénéficiaire. Parmi ces exemples, qui demeurent isolés, signalons en premier lieu, durant le iiie s., celui d’un quaestionarius en Maurétanie Césarienne. Sa promotion comme bénéficiaire a probablement eu lieu au sein de l’officium du procurateur gouverneur218. De même, l’armicustos nommé comme bénéficiaire était probablement employé dans l’officium du gouverneur d’Espagne Citérieure, si l’on songe à la tradition des copies de l’inscription funéraire219. Nous connaissons aussi un librarius promu au poste de bénéficiaire à l’intérieur d’un même officium, celui d’un légat de la légion de Mayence220. Enfin, un document pourrait faire songer à la promotion d’un tesserarius au poste de bénéficiaire, puis à celui de corniculaire d’un gouverneur de Dalmatie et un autre à celle d’un option promu comme bénéficiaire du gouverneur de la même province221.

  • 222 CBI, 584.
  • 223 P. Mich., 466 avec Watson 1985, 77-78 et Speidel 1977, 689-692. La traduction française est inspir (...)

65L’expression bf leg(ati) uouit bf cos soluit montre qu’au iie s. p.C., un bénéficiaire pouvait être promu dans l’officium d’un supérieur de rang plus élevé222. D’abord employé comme bénéficiaire dans l’officium d’un légat de légion, Cocceius Cassius a été promu à une position comparable, mais dans l’officium du gouverneur de la province. Cette promotion rappelle d’une certaine manière la lettre de Iulius Apollinaris déjà évoquée plus haut qu’il adresse à son père le 26 mars 107 p.C.223 : “Les autres taillent des pierres toute la journée [---] tandis que moi, jusqu’à présent, je n’ai rien connu de cela. C’est que j’ai demandé au consulaire υπατικος Claudius Severus de me prendre comme librarius, με λιβρανιον εαυτου. Il n’y a pas de poste, me dit-il, mais je te nommerai néanmoins, en attendant, librarius de la légion, avec espoir de promotion. C’est ainsi que je me suis rendu du consulaire de la légion vers le corniculaire”.

  • 224 Iulius Iulianus : CBI, 410 avec I 16 et/ou I 70 ; Aelius Ingenuus : CBI, 636 avec I 106 ; Tib. Ius (...)
  • 225 T. Flavius Romanus bf proc. à Aquincum (CBI, 374, iie s.) avec Flavius Romanus bf cos à Sirmium (I (...)
  • 226 CBI, 565-566 et CBI, 567, avec I 186.

66Des avancements du même type de l’officium d’un légat de légion dans celui du gouverneur consulaire s’observent également ailleurs dans d’autres provinces, si l’on admet l’identification de certains bénéficiaires homonymes, dont les noms réapparaissent sur des monuments différents. Ce serait ainsi le cas par exemple de Iulius Iulianus, Aelius Ingenuus et Tib. Iustinius Titianus, ainsi que peut-être de Iulius Candidianus ou d’Aurelius Hermias en Numidie. Dans ce dernier cas toutefois, le bénéficiaire a pu exprimer sa soumission à son supérieur en le présentant une fois sous son titre de légat de légion et une autre fois sous celui de gouverneur consulaire224. Si l’identification du bf proc. T. Flavius Romanus à Aquincum avec le bf cos Flavius Romanus détaché à Sirmium se révèle correcte, nous sommes devant un exemple supplémentaire d’un bénéficiaire promu de l’officium d’un procurateur dans celui du gouverneur de la province, dans la première moitié du IIe s., en Pannonie Inférieure225. Dans cette même province, la présence sur le même site de bénéficiaires du procurateur et de bénéficiaires du gouverneur est attestée à Siscia et à Mursa, deux stations voisines de celle de Sirmium. On retrouve cette même situation à Ampelum, l’un des principaux centres d’exploitation des mines d’or de Dacie226.

  • 227 Voir à ce sujet CBI, 613 : Annexe 1.3.
  • 228 Sur la présence en particulier de stations dans le Bosphore, voir CBI, 658 à 661, avec notre comme (...)
  • 229 I 111, iiie s.
  • 230 La première ligne conservée suivait probablement le terme mil(es) ou uet(eranus), mais l’abréviati (...)

67La nomination d’un bénéficiaire d’un gouverneur consulaire comme corniculaire à la tête de l’officium d’un procurateur apparaît sans équivoque sur un fragment de colonne votive du iiie s. découvert en remploi à Preslav, en Bulgarie-Mésie Inférieure, bf cos et cornicul. proc., demeure à notre connaissance elle aussi sans parallèle. L’expression proficiscens in bello bosporano ( !) révèle le séjour du militaire dans le Bosphore, dans le cadre d’une expédition227. Il n’est pas exclu que par la suite il y ait été posté dans une station, en qualité de bénéficiaire du gouverneur. Dès le début du iie s., le gouverneur de Mésie détache successivement plusieurs de ses bénéficiaires dans le Bosphore, à Charax et à Chersonnèse228. Cette promotion d’un bénéficiaire du gouverneur à la tête de l’officium du procurateur s’explique peut-être par la période de troubles pendant laquelle elle se situe. Le gouverneur avait souhaité détacher auprès de son procurateur l’un de ses propres bénéficiaires, afin de s’assurer que soit maintenue une bonne coordination entre ses propres officiales et ceux du procurateur impérial, notamment en ce qui concernait le ravitaillement de ses troupes. Cet ancien bénéficiaire devait bien connaître la province et le Bosphore et ses fonctions de bénéficiaire dans l’officium du gouverneur l’avaient familiarisé avec les affaires placées sous la responsabilité du procurateur229. La lacune du début du texte nous empêche de savoir s’il a profité d’une nouvelle promotion après son poste de corniculaire du procurateur – peut-être comme centurion ? – ou si le texte débutait par la mention de l’affectation du militaire ou par un titre de vétéran230.

  • 231 Ainsi plusieurs des propositions d’Ott 1995, 29 notes 30 et 35 basées sur l’identification d’homon (...)
  • 232 Voir par ex. CBI, 882 (iie s.) : ce vétéran est resté pendant plus de 22 ans comme bénéficiaire da (...)
  • 233 Par ex. CBI, 867. Pour des exemples de promotions au sein de l’officium d’un gouverneur, voir supr (...)
  • 234 En Numidie : si l’on admet l’identification de Caecilius Felix, bf cos à Lambèse (CBI, 784 : Septi (...)

68Les quelques exemples connus de bénéficiaires promus hors de l’officium ou transférés d’un officium à un autre ne doivent pas voiler l’ensemble des documents qui révèlent au contraire de manière relativement constante l’attachement à un officium. Nos réserves face à l’identification de militaires sur l’unique base de leur homonymie ne soutiennent guère l’élaboration théorique de carrières organisées selon un schéma fortement structuré231. En dépit des remarques émises plus haut sur la nature des inscriptions et l’aspect parfois trompeur de leur enseignement, il semble néanmoins possible de conclure que les légionnaires employés comme officiales et plus précisément ceux qui nous concernent ici ne suivent pas dans l’ensemble un parcours bien structuré, avec une succession régulière de postes différents. Ils se distinguent en cela de ceux des cohortes prétoriennes en particulier, dont le profil de carrière est établi, nous l’avons vu, de manière à former les futurs centurions des cohortes romaines et légionnaires. Dans les provinces, une fois atteinte une position de bénéficiaire dans un officium, celui d’un tribun, d’un procurateur, d’un gouverneur, et sans doute aussi d’un légat de légion, la plupart de bénéficiaires légionnaires la conservent jusqu’à la retraite232. S’ils jouissent d’une promotion, celle-ci se fait en principe par voie interne au sein de l’officium, comme l’ont montré les exemples passés en revue précédemment233. Même si la promotion d’un bénéficiaire d’un gouverneur comme speculator n’est jamais attestée de façon claire à l’intérieur d’un seul et même document, elle n’est pas exclue au iiie s. Cela pourrait être le cas de Caecilius Felix, en Numidie, dont le nom est certes très commun, ou peut-être de Iulius Secundianus, en Pannonie Inférieure. Avant d’être promu comme speculator (son nom figure en 228 p.C. parmi les 20 speculatores qui s’associent pour restaurer leur schola à Aquincum), ce dernier aurait été détaché entre 221 et 224 p.C. comme bénéficiaire dans la station de Sirmium. Bien qu’il n’apparaisse qu’en seconde position sur les trois autels qu’il érige à Sirmium, chaque fois avec un collègue différent, il est probable qu’il ait été le responsable du poste, sinon en titre, du moins dans les faits. Ce sont les responsabilités qu’il a assumées à la tête de ce poste qui ont pu lui valoir sa promotion ultérieure234.

6.3. Les bénéficiaires légionnaires promus à un poste de commandement

  • 235 Nous ne retenons pas ici les documents CBI, 700 et 701 : Annexe 1.2, qui nous paraissent devoir êt (...)

69Sur l’ensemble des bénéficiaires légionnaires que nous connaissons, seul un nombre relativement restreint a réussi à atteindre la direction de l’officium d’un gouverneur de province ou à obtenir un poste de commandement. Nous montrerons plus loin que si elles existent, les promotions directes d’un bénéficiaire à un poste de commandement demeurent limitées et dépendent du mérite personnel mais aussi des appuis et de la disponibilité des postes235.

  • 236 CBI, 730.
  • 237 CBI, 783 et 784 et supra p. 117-118.

70Dans les deux cas relevés où il est question de la promotion d’un bénéficiaire comme centurion à la tête des bureaux du gouverneur, l’avancement s’est fait de manière progressive, par voie interne, au sein de l’officium. Le premier exemple est celui de Fl. Maximus, décédé en Arabie et enterré aux côtés de son épouse Thomdéchè, une ressortissante locale. Son centurionat, il l’a atteint après avoir revêtu successivement plusieurs postes dans l’officium du gouverneur, soit celui de bénéficiaire, d’a commentariis, et de corniculaire236. Il s’agissait d’une charge administrative puisqu’il dirigeait les bureaux du gouverneur et non pas d’un poste militaire au sens strict du terme. L’expression και εκατοντα γενομενος της ηγεμονιας remplace en quelque sorte le titre de princeps. Dans l’énoncé de sa carrière, aucune fonction n’est précisée avant celle de bénéficiaire, ce qui suggère qu’il s’agissait bien là, comme nous l’avons vu plus haut, d’une première promotion, soit du premier poste qui lui a été confié dans l’officium du gouverneur. Maximus n’a donc pas été détaché comme frumentarius à Rome, pas plus qu’il n’a assumé la fonction de speculator, qui se situe selon la hiérarchie de l’officium entre le poste de bénéficiaire et celui de commentariensis237.

  • 238 CBI, 749 : Annexe 1.3.

71Le second exemple d’un bénéficiaire devenu chef de l’officium du gouverneur est celui de Saturninus, un soldat d’origine africaine dont toute la carrière militaire s’est effectuée en Bretagne, depuis son recrutement jusqu’à se retraite. Promu comme bénéficiaire, il reste dans l’officium où il est désigné comme option, probablement dans l’attente de son ultime promotion à la position de princeps officii praesidis. Il est retourné en Afrique à la fin de son service où il s’est fait construire un mausolée à l’image de sa réussite238.

  • 239 CBI, 753 : Annexe 1.3. Sa promotion directe et peu commune au titre de centurion ainsi que son tra (...)
  • 240 CBI, 619 ; pour un exemple de promotion d’un bf cos comme centurion dans cette légion, voir ci-des (...)
  • 241 Speidel 1992a, 127 et Speidel 1992b.
  • 242 Birley 1965, 214 ; sur l’importance du patronage en Afrique : Saller 1982.

72Une inscription de Numidie (elle date vraisemblablement du iiie s.) révèle l’exemple possible d’une promotion directe au poste de centurion d’un autre Saturninus, également bénéficiaire d’un gouverneur, au terme de son séjour dans la station de Vazaiui. Certes les deux titres successifs de Saturninus – celui de bénéficiaire et celui de centurion – ne sont que des restitutions, l’autel n’étant conservé que partiellement, mais la promotion offre l’avantage de donner son sens au changement de légion mentionné dans le texte239. On connaît un cas comparable à Tomis où un militaire de la légion XIII Gemina, lui aussi probablement employé comme bf cos, a pu être nommé comme centurion si l’on considère qu’il a accompli ses nouvelles fonctions dans une légion différente, soit la légion I Italica, établie à Nouae en Mésie Inférieure240. La promotion de Saturninus montre-t-elle qu’au iiie s. les capacités et l’expérience d’un bénéficiaire capable de diriger de manière autonome une station sont susceptibles d’être prises en considération, et que le mérite savait être reconnu241 ? Cela est possible, comme l’est dans cette province en particulier l’hypothèse du soutien d’une personnalité ou d’un patronus. L’hypothèse selon laquelle cette promotion aurait été voulue par un gouverneur afin de permettre le transfert de l’un de ses bénéficiaires lors de sa nomination à la tête du Norique n’est certes pas impossible, mais elle demeure sans parallèle connu chez les bénéficiaires242.

  • 243 CBI, 784 avec I 138.
  • 244 III, 6154 et AE, 1954, 136 : décurion d’aile ; VIII, 21000 ; AE, 1917/1918, 50 : centurion ; AE, 1 (...)

73C’est dans la même province et à la même époque que se situe la carrière de Hostilius Iulianus. Dernier cité parmi des bf cos dans l’une des deux grandes dédicaces collectives des membres de l’officium du gouverneur, à Lambèse, il est également connu dans une autre inscription votive datant du règne de Sévère Alexandre243. Après avoir été frumentarius, il est candidatus, dans l’attente peut-être d’une uacatio et d’une promotion comme bf cos, à moins qu’il n’ait reçu le titre de candidat dans l’attente du centurionat, alors qu’il était bf cos, comme le montre l’exemple suivant. Nous avons vu que le titre de candidatus apparaît à plusieurs reprises dans la relation établie entre un gouverneur et un sous-officier en attente d’une quelconque promotion244.

  • 245 CBI, 822 : Annexe 1.3, avec Haensch 1998.

74A Cherchel-Caesarea en Maurétanie Césarienne, un bénéficiaire d’un gouverneur consulaire érige une base pour célébrer une personnalité influente originaire comme lui de Caesarea, municeps eius. Une récente révision du texte a montré que le dédicant devait être un certain Avidius Valens, un centurion nouvellement promu qui était auparavant l’ancien bénéficiaire et candidatus de Sextus Cornelius Clemens. Le sénateur, qui fut son protecteur et patron et qu’il désigne comme consularis et dux des trois Dacies, avait soutenu sa candidature et l’avait fait promouvoir comme centurion de la légion XIII Gemina établie en Dacie. Le rassemblement des deux fragments (le fragment supérieur de ce même monument avait été conservé séparément) permet donc de penser que ce sénateur était originaire de Césarée, ce qui explique le soutien manifesté à son subordonné245.

  • 246 I 136 ; Le Bohec 1989b, 218 no 22. Sur les retenti, voir Domaszewski & Dobson 1981, 41. Pour l’att (...)
  • 247 CBI, 327, avec Domaszewski & Dobson 1981, 106 ; Sander 1957, 364.
  • 248 CBI, 648 ; sur les décorations, voir Maxfield 1981, 191-193.
  • 249 CBI, 897 ; il est inscrit dans la tribu Stellatina, comme les citoyens de Turin.

75Les exemples rassemblés ici invitent à se demander si l’expression Lambaese retentus, à côté du titre de bénéficiaire de Modius Septimus était en relation avec l’attente à Lambèse d’un nouveau détachement, d’une nouvelle affectation ou peut-être même d’une promotion246. Parmi les bénéficiaires légionnaires promus à un poste de commandement, nous avons déjà évoqué plus haut l’exemple du bénéficiaire du gouverneur promu trierarchus de la flotte Fl(auia) Pann(onica). Cette promotion sans parallèle direct correspond à un avancement au centurionat si l’on considère que le centurion, le navarque et le triérarque sont des commandants de niveau équivalent247. Mentionnons aussi les quelques exemples connus de bénéficiaires d’un légat de légion promus comme centurion par étapes successives. C’est le cas notamment de L. Valerius Proclus, bénéficiaire d’un légat de la légion V Macedonica et désigné comme optio ad spem ordinis dans l’attente d’être nommé centurion dans sa propre légion. Pour sa bravoure lors d’une guerre dacique, ce militaire est décoré de torques, de bracelets et de phalères. L’obtention de ces décorations et sa promotion au centurionat se situeraient sous Domitien plutôt que sous Trajan248. Proclus va rester en Mésie comme centurion dans les deux autres légions de la province avant d’être transféré dans des troupes stationnées dans d’autres provinces. Au iie s. en Germanie Supérieure, un certain Peregrinus, bénéficiaire d’un légat de légion (de la légion XXII de Mayence) est connu pour avoir obtenu un poste de centurion dans sa propre légion. Sa promotion s’est déroulée par échelons successifs, en partie à l’intérieur de l’officium. Après sa nomination comme bénéficiaire, cet italien originaire de Turin249 est promu comme a commentariis, puis aquilifer, avant d’être désigné comme optio dans l’attente d’une nomination à centurion, qu’il a obtenue. Il est décédé à ce poste après 20 ans de service, à l’âge de 39 ans.

  • 250 CBI, 867.
  • 251 * I 191.

76D’autres bénéficiaires d’un légat ont profité d’une promotion interne avant de pouvoir prétendre à une position de commandement. Ce fut le cas au début du iie s. de Mommius Cattianus par exemple, un soldat italien comme le suggère la présence de son monument funéraire à Castelmadama, promu successivement comme bénéficiaire et corniculaire d’un légat de la légion XX Valeria Victrix en Bretagne, puis comme option de la première cohorte, dans l’attente d’une nomination comme centurion. Il ne réussit toutefois pas à atteindre ce dernier poste puisqu’il décéda avant cette ultime promotion250. A ces exemples pourrait s’ajouter celui, incertain, d’un citoyen et flamen perpetuus de Sbeitla-Sufetula en Afrique Proconsulaire. Après un premier poste dans l’officium d’un tribun sexsmen(stris), peut-être comme bénéficiaire, il va être promu librarius dans l’officium du légat de la légion II Adiutrix en Pannonie, puis centurion251.

  • 252 CBI, 858 avec II, 2554-ILS, 9126 - Le Roux 1982, 248.
  • 253 CBI, 854 à Tarragone avec CBI, 855 et 856 à Villalís, en 166 et 167 p.C. En l’absence des tria nom (...)

77Signalons enfin l’avancement incertain de Valerius Sempronianus de son poste de bénéficiaire d’un procurateur d’Auguste aux fonctions de commandant d’aile252. Ce militaire détaché en 175 p.C. dans la région minière de Villalís en Espagne serait peut-être retourné au même endroit onze ans plus tard comme responsable du détachement, en qualité de décurion d’aile. De même, une promotion au titre de centurion du bénéficiaire L. Valerius Flavus, en poste à Tarragone auprès d’un gouverneur consulaire, n’est pas totalement exclue. Comme pour Sempronianus, la promotion pressentie dépend d’une identification avec un homonyme, le centurion Valerius Flavus, à la tête de la cohorte I Gallicae à Villalís253.

6.4. Les bénéficiaires légionnaires et les aspirations à la carrière équestre

  • 254 Devijver 1989, 105, 119-120, 133.

78Au iiie s., deux anciens bénéficiaires désignés comme petitores et de ce fait pressentis pour aborder la carrière équestre offrent un intéressant contraste par rapport à la norme. Les deux militaires viennent s’ajouter à un petit dossier constitué de petitores militiae, parmi lesquels figurent surtout d’anciens prétoriens ou d’autres soldats eux-mêmes fils d’officiers254.

  • 255 CBI, 72.
  • 256 CBI, 95 et CBI, 53 avec Annexe 3. Sur la présence d’une station de bf cos à Bonn, voir Chap. IV p. (...)

79C. Tauricius Verus était déjà un vétéran lorsqu’il fut nommé equestris militiae petitor. Il avait achevé son cursus militaire avec le titre de bénéficiaire d’un gouverneur, en Germanie Inférieure255. A ce titre, il avait érigé au moins deux autels dans la province, l’un de provenance inconnue consacré en l’honneur de la maison impériale, à tous les dieux et déesses, aux Matres Vapthiae et au Génie du lieu, et l’autre consacré à Bonn en 233 p.C. aux Sanctae Aufaniae. Cet autel a été découvert avec d’autres monuments votifs de bf cos dans la crypte de la cathédrale de Bonn. Il est possible que Verus ait été en charge durant une période de l’année 233 p.C. d’une station de bénéficiaires établie dans les environs du camp légionnaire et dont la localisation a été pressentie sur l’emplacement actuel de la crypte de la cathédrale. Mais c’est à Cologne, dans la capitale de la province qu’il devait se trouver avec sa famille au moment de sa retraite et de sa mort256.

  • 257 CBI, 708, avec IGR, III, 1201 ; selon Zozime, Histoires, 1.19.2 et 1.20.2 Iulius Priscus fut doté (...)

80Le second exemple d’un bénéficiaire candidat à la carrière équestre ou petitor est celui de Cassius Timotheus, également vers le milieu du iiie s. Timotheus avait été employé comme bénéficiaire au service de C. Iulius Priscus, le frère de l’empereur (ou futur empereur) Philippe l’Arabe, vraisemblablement lorsqu’il était préfet de Mésopotamie et qu’il jouissait d’un pouvoir militaire suprême sur toute la région de Syrie-Mésopotamie. En offrant une statue en l’honneur du fils de Priscus (le neveu de Philippe l’Arabe) à Shehba, ville d’origine de Priscus et de Philippe, sur l’emplacement de laquelle le nouvel empereur érigera Philippopolis, Timotheus a voulu remercier Priscus d’avoir soutenu sa candidature d’entrée comme petitor dans l’ordre équestre257.

  • 258 CBI, 589. La datation se situerait entre 193 p.C. et 239 p.C., date à laquelle Viminacium devint c (...)
  • 259 III, 8261 - ILS, 2733 - IMS, III/2, 23.

81La nomination de l’ancien bénéficiaire M. Valerius Speratus comme préfet de cohorte vers la fin du iie ou le début du iiie s. présente un exemple de promotion unique en son genre. Ce bénéficiaire d’un gouverneur de Mésie Supérieure était déjà à la retraite et engagé dans la carrière municipale comme décurion de Viminacium lorsqu’il fut rappelé au service pour participer à une expédition en Bretagne comme préfet de la cohorte I Aquitanorum. Il y trouva la mort, à l’âge de 55 ans. A sa retraite, il semble être resté à Viminacium, la capitale provinciale et le siège de la légion la légion VII Claudia dans laquelle il avait été recruté, là où il avait passé une partie de sa carrière militaire, et où il fut nommé décurion. Sa désignation au décurionat pourrait s’expliquer par une origine locale ou une tradition familiale, de même que sa nomination suivante comme préfet de cohorte258. Si elle est exceptionnelle pour un bénéficiaire, une promotion comme officier équestre est en revanche bien attestée pour les soldats issus de l’élite municipale. Une inscription du ier s. découverte à Ravna, dans la même province, nous livre l’exemple d’un chevalier originaire d’Ombrie qui, après avoir exercé ses fonctions municipales dans sa ville d’origine, fut promu comme officier en Syrie puis en Mésie Supérieure, où il est célébré par les soldats de la cohorte qu’il commande, en qualité de préfet259.

  • 260 Voir les remarques de Devijver 1989, 356 au sujet de Cassius Timotheus.
  • 261 CBI, 37 : Annexe 1.3.
  • 262 CBI, 760 et 609. Sur la question : Chap. VII p. 304.

82Ces quelques exemples qui révèlent une promotion directe (ou du moins une aspiration) à la carrière équestre d’un bénéficiaire employé auprès du gouverneur d’une province se situent à une époque où les documents épigraphiques des bénéficiaires se font de plus en plus rares. Ils seraient les signes du déclin qui s’observe d’une manière générale dans le système des militiae260. Il en va de même au iiie s. pour le jeune fils du légionnaire T. Aelius Macrobius promu comme bénéficiaire d’un gouverneur de Germanie Supérieure. Les lettres EQR que l’enfant décédé à Antibes à l’âge de cinq ans seulement portait à côté de son nom, comme l’atteste une récente révision du texte, sont le signe de son appartenance à l’ordre équestre261. Les dossier épigraphique des beneficiarii livre au moins trois autres exemples de fils de bénéficiaires reçus dans l’ordre équestre, en Numidie et en Mésie262.

Notes

1 La répartition selon l’état de service des documents avec l’âge du bf décédé correspond globalement à celle de l’ensemble des bénéficiaires (65 % : bénéficiaires morts en service ; 23 % : vétérans ; 5,5 % : anciens bénéficiaires promus à un autre titre, le pourcentage restant représentant les cas indéterminés).

2 Respectivement 72,4 % et 40,7 %. Sur la mention de l’âge dans les inscriptions funéraires et sur la question des multiples de 5 en particulier : Clauss 1973c et Duncan-Jones 1990, 103-104.

3 Voir par ex. Speidel 1994a, 10 n. 114.

4 Moyenne d’âge au moment du décès : 42 ans et 3 mois ; moyenne d’âge des bf décédés en service : 36 ans et 4 mois ; des vétérans : 59 ans et deux mois. Dans ces moyennes n’ont pas été pris en considération les bénéficiaires promus à d’autres fonctions.

5 CBI, 816.

6 CBI, 871.

7 CBI, 749 : Annnexe 1.3. Sur sa carrière : infra p. 127. Sur les praesides de Bretagne : Birley 1981, 329-331.

8 I 167.

9 I 143 et I 141 ; voir infra p. 108-109.

10 CBI, 751.

11 CBI, 620, à Constanta-Tomis, capitale de la Mésie Inférieure.

12 CBI, 296 à Carnuntum, capitale de la Pannonie Supérieure. Voir aussi à Stockstadt I 168b, en 183 p.C., où les restitutions du titre et des années de service demeurent toutefois fragiles.

13 CBI, 484 : Annexe 1.3 à Salone, capitale de la Dalmatie, 2e moitié du IIe s. : le bf était au service du gouverneur consulaire de Dalmatie ; CBI, 579 à Viminiacum en Mésie Supérieure, vers le fin du IIe et le début du IIIe s. : le nombre des années de service n’est pas clairement établi (voir dessin de IMS, II, 109) ; il s’agissait au moins de 10, à quoi ne pouvaient pas s’ajouter beaucoup plus d’années si l’on songe à son âge de 28 ans.

14 Voir malgré son caractère fragmentaire I 176, à Carnuntum, iie s.
— 18 ans de service : CBI, 101, à Erpolzheim, iie s. ; CBI, 634 à Histria, iie s. ; voir aussi CBI, 680 : Annexe 1.3. Ce bf du gouverneur de Lycie-Pamphylie est décédé après 18 ans de service.
— 21 ans de service : CBI, 841, à Tarragone, capitale de l’Espagne Citérieure, fin IIe-iiie s.
— 22 ans de service : CBI, 28, à Lyon, capitale de la Lyonnaise, iiie s. ; CBI, 600, à Scupi, milieu iie s. : il a été mis en retraite après 22 ans de service et est mort à l’âge de 60 ans ; CBI, 295, à Carnuntum, iie s.
— 23 ans de service : CBI, 587, à Viminiacum, fin iie-début iiie s. ; CBI, 616, à Capidaua, fin iie-début iiie s.
— 24 ans de service : à Tarragone, au iiie s. : CBI, 840, 842 et 843 (peut-être dès 197 p.C.) ; CBI, 425, à Aquincum, capitale de la Pannonie Inférieure, iie-iiie s.
— 25 ans de service : CBI, 631 : Annexe 1.3, à Troesmis, milieu du iie s. : il était déjà vétéran lors de son décès ; voir aussi vraisemblablement CBI, 911, à Tarragone, iiie s.
— 26 ans de service : encore en service : CBI, 113, à Jagsthausen, 186 p.C. ; mis en retraite après 26 ans de service : CBI, 576, à Viminiacum, 195 p.C. Dans cette liste figurent divers types de bénéficiaires. Voir aussi peut-être CBI, 609, à Bononia en Mésie Supérieure, iiie s., où le bénéficiaire Aurelius Pistus dont le titre du supérieur n’est pas précisé a accompli 27 ans de service. Il est possible que le bénéficiaire, décédé à l’âge de 73 ans après avoir rempli 27 ans de service, ait servi dans l’officium du gouverneur de la Mésie Supérieure ; le titre de son supérieur n’est pas précisé dans le texte.

15 Par exemple, parmi d’autres, CBI, 576, 631. Pour l’ex. d’un bénéficiaire mis en retraite au bout de 20 ans de service comme l’indique l’expression acepit misionem ( !), et décédé à l’âge de 40 ans, voir CBI, 888, avec Chap. I p. 51.

16 Voir par ex. CBI, 276, 576, 590, 630, 656, 723, 732, 733, 777, 778 etc.

17 Par ex. CBI, 402, 254.

18 Par ex. CBI, 952, à Rome, iie s. : bf d’un préfet des vigiles décédé pendant son service à l’âge de 44 ans (presque 45) après 22 ans de service.

19 I 149 (2e moitié du iie s.). Le bénéficiaire C. Marius Aemilianus est décédé à l’âge de 30 ans après 7 ans et 8 mois de service ; voir aussi CBI, 878 (iie s.) : 8 stipendia ; CBI, 948 (fin ier -début iie s.) : 9 stipendia.

20 CBI, 945 (fin Ier-première moitié iie s.) : ce bf d’un tribun de cohorte des vigiles est décédé avec ce titre après 9 ans de service, à l’âge de 30 ans.

21 CBI, 21 : Annexe 1.3.

22 Breeze 1971, 1974a et 1974b.

23 Voir par ex. CBI, 865 et 879, voir ci-dessous.

24 CBI, 671 et 879.

25 CBI, 865.

26 CBI, 39.

27 Par ex. I 115, ier s. Sur les étapes de la carrière de ce Macédonien recruté dans la cohorte IV du prétoire, qui remplit le poste d’optio entre celui de bénéficiaire du tribun et celui de bénéficiaire du préfet du prétoire, voir Annexe 1 ; CBI, 865.

28 CBI, 939 : Annexe 1.3 : un bf subpr. promu bf pr. Sur la carrière de cet anonyme, voir infra p. 92.

29 Voir par exemple les centurions mentionnés dans CBI, 900, avec la mention de leur origine.

30 CBI, 899 et 900.

31 CBI, 920 où il précise son appartenance à la centurie de Valens, © Valen(tis).

32 CBI, 899 et 900. Pour le passage du poste de bf trib à un poste dans la centurie dans les vigiles, au iie s., voir aussi l’anonyme de CBI, 958 et ci-dessous Q. Iulius Galatus de CBI, 946.

33 CBI, 946 ; Domaszewski & Dobson 1981, 13 ; Sablayrolles 1996, 218-219.

34 CBI, 862.

35 Chap. VI p. 286 n. 82-288 et Speidel 1993a.

36 Digeste, 1.15.2-4.

37 CBI, 899 et 900.

38 CBI, 912 ; dans CBI, 915 (203 p.C.), le premier des principales cités est également un bénéficiaire, mais employé dans l’officium du préfet.

39 CBI, 939 : Annexe 1.3. L’identification du bénéficiaire du préfet des vigiles C. Valerius Iulianus avec l’évocat d’Auguste rattaché à une cohorte du prétoire (Ott 1995, 169) nous semble peu probable.

40 CBI, 958.

41 CBI, 864 ; l’hypothèse d’un transfert ultérieur de ce militaire dans les cohortes urbaines, avec une rétrogradation au rang de simple soldat, semble très peu probable, même si le statut des cohortes urbaines est plus élevé dans la hiérarchie militaire que celui des cohortes des vigiles. Sur sa carrière : Breeze 1974a, 259 ; autrement : les éd. de CBI, 864 et Ott 1995, 20.

42 CBI, 861 : Annexe 1.3 ; option et bénéficiaire : Cébeillac-Gervasoni & Zevi 1976, puis CBI ; sur le titre d’option des bénéficiaires : Chap. VI p. 276-277 et Ott 1995, 169.

43 CBI, 899, où son nom prend place après celui de L. Metili(us) Festus, et non pas CBI, 900, la seconde liste de 210 p.C. comme on l’a cru par erreur (CBI, p. 663). Voir CBI, 861 : Annexe 1.3. Dans la liste de 210 p.C. figure l’un des centurions dont il cite le nom dans sa dédicace d’Ostie, P. Aelius Romulus.

44 Sur les questions d’homonymie et d’identification, voir Annexe 4.

45 XI, 5693 avec 5694 à Albacina-Tuficum.

46 CBI, 672 ; selon Demougin 1992, 525 n. 1, ce cursus “pose bien des problèmes”.

47 Birley 1953, 139 ; Dobson 1966.

48 West 1931, 87-90.

49 Wuilleumier 1948, 20-22 ; sur la garnison de Lyon : Bérard 1993.

50 CBI, 865.

51 CBI, 927 : inscription funéraire d’un bénéficiaire employé dans l’officium des préfets du prétoire, incomplète (la partie inférieure de la dernière ligne conservée est tombée dans la brisure). Il est difficile d’établir avec certitude si le nombre des années de service est VI ou XI, mais si l’on considère les étapes qui précèdent habituellement ce poste, le chiffre XI est plus probable que celui de VI : cf. Breeze 1974a, 255 ; voir aussi CBI, 947 : ce bf pr pr est décédé à Rome au IIe s. à l’âge de 44 ans après 12 ans de service et 2 mois. Le soldat aurait été recruté dans les cohortes prétoriennes à un âge avancé, à moins d’une erreur du graveur dans les chiffres.

52 I 115. La pierre a été découverte en bordure du forum de Philippes, devant le temple, en 1930-1931. La mention de la tribu Voltinia indique une origine locale. Sur les Macédoniens recrutés dans les cohortes prétoriennes, voir Sarikakis 1977, 434 et 436, qui en compte 55 ; selon Rizakis 1995, 380-381, un tiers des militaires connus dans les inscriptions de Macédoine provient de Philippes. Pour un nouveau diplôme militaire de Thessalonique découvert en 1996, daté de 227 p.C. et attribué à un Macédonien recruté comme prétorien, voir Antonaras & Nigdelis 1998.

53 Ce sont ses anciens subordonnés dans les vigiles qui font ériger ce monument en son honneur, à Philippes, au moment de leur mise en retraite, lorsqu’ils reçoivent leur titre de vétéran.

54 Avant d’être promu comme centurion de la XIe cohorte urbaine, Tatinius Cnosus avait érigé un autel votif dédié à Quieti Aug. /col(oniae Philippiens(is) ; cf. BCH, 56, 1932, 220-221.

55 CBI, 957.

56 CBI, 875 ; l’indication de la tribu Clustumina suggère une origine locale. La dédicace d’Eutyches suit l’invitation à la dégustation de friandises et de moût à laquelle Disertus, en sa qualité de patron, avait convié les décurions et la plèbe de sa ville d’origine. Il est possible que cette collation soit une réponse à une invitation à prendre part parmi les décurions de Pitinum Mergens. Mais Disertus ne porte pas de titre de magistrat dans ce document, ce qui fait douter de son adlectio parmi les décurions de sa ville natale. Quant à son déplacement en Syrie, Birley 1965, 29-30, émet l’hypothèse qu’il se serait fait dans le cadre d’une uexillatio, envoyée en renfort en Syrie, lors de la guerre des Juifs. Un texte de Dion Cassius 69.13.2, nous apprend en effet que vers 132 p.C., Hadrien avait dépêché dans cette région insurgée le plus compétent de ses généraux, Sex. Iulius Severus, alors gouverneur de la Bretagne. Il est donc possible que celui-ci s’y soit rendu avec un détachement de troupes installées dans sa province, dans lequel se trouvait le centurion Disertus. Le service en qualité de bénéficiaire du préfet du prétoire se situe par conséquent avant la guerre juive d’Hadrien, soit sous le règne de Trajan ou d’Hadrien.

57 CBI, 872 et 873.

58 CBI, 938.

59 CBI, 123.

60 I 195.

61 CBI, 671.

62 L’inscription date approximativement de 135-150 p.C., mais on peut estimer qu’il fut nommé bénéficiaire du tribun du prétoire vers 114-118 p.C., après environ sept ou huit ans de service (Breeze 1974a, 255-256).

63 Secundus, à la différence de l’ensemble des soldats du prétoire qui remplissent généralement l’un ou les trois postes de la centurie, tesserarius, optio, et signifer, accomplit celui de fisci curator ; voir à ce propos Dobson 1978, 123, qui cite un autre cas inhabituel (XI, 5646 - ILS, 2081 add. - Dobson 1978, 121).

64 Maxfield 1981, 187.

65 Dobson 1978, 123.

66 Dans certains cas, les magistratures civiles ont été assumées parallèlement aux activités militaires. Voir Chap. VII p. 301-312.

67 XI, 5358 - ILS, 1325 ; ILS, 2666 avec n. 1 ; III, 3846 - ILS, 2651 ; XI, 6055 - ILS, 2743 avec IX, 5898 - ILS, 1386 etc. ; Breeze 1974a, 246 et 1974b, 439.

68 Domaszewski & Dobson 1981, 21 ; Breeze 1974b, 439.

69 CBI, 133. On admettra que la restitution de l’abréviation © est correcte, vu la présence de promotus, de ex devant le titre de bénéficiaire, du lieu de provenance du monument dans le camp de la légion XXII à Mayence, et de l’expression finale Dardania me genuit tenuit Germania, qui met en relief la présence de l’ancien prétorien en Germanie. En outre, si l’on en croit la description de ce document aujourd’hui perdu, le soldat tenait dans ses mains un uolumen et la uitis du centurion, ce qui ajoute une touche de crédibilité à la restitution.

70 CBI, 936.

71 CBI, 879.

72 Sur le cognomen : Kajanto 1965, 251. Les éditeurs du CBI proposent la lecture pientissima soror.

73 Le corniculaire : XIV, 160 - ILS, 1428 ; Clauss 1973a, 18. Les bénéficiaires : CBI, 859 : Annexe 1.3 ; voir Chap. VI p. 276. Rickman 1980, 222.

74 CBI, 881 : Annexe 1.3 ; pour les décorations : Maxfield 1981, 211.

75 Clauss 1973a, 46-57.

76 Autrement CBI et Clauss 1973a, 59-60 qui considère ces speculatores comme des légionnaires détachés d’H(ispania) C(iterior) au service du procurateur gouverneur de Lusitanie, province inermis. Voir notre commentaire à CBI, 881 dans Annexe 1.3.

77 Voir par ex. CBI, 749 : Annexe 1.3 et infra p. 127.

78 Pour la restitution, voir Dobson 1978, 69.

79 Voir à ce sujet Dobson 1978, 69 et Birley 1981, 215.

80 CBI, 871, où le second primipilat, généralement accompli après le tribunat dans une cohorte prétorienne (cf. Domaszewski & Dobson 1981, 113-114), est cité avant le titre de procurateur et le commandement de la légion, alors que l’ordre du cursus est indirect.

81 Pour un ex. de a comm(entariis) praeff. praet. devenu praeses et procurateur : ILS, 9490.

82 CBI, 876 ; il est inscrit dans la tribu Oufentina de Tuficum. Voir aussi dans l’épigraphie locale XI, 5687 et 5694 sq.

83 Maxfield 1981, 217.

84 Sur les curatores uiarum et l’administration des routes d’Italie : Eck 1995, 281-293.

85 CBI, 877 : Annexe 1.3. Sur la distinction entre les speculatores prétoriens et ceux des légions : Clauss 1973a, 46-58.

86 Domaszewski & Dobson 1981, 21 ; Ott 1995, 18. Pour d’autres exemples où une fonction est exprimée directement à côté du titre de bf, en juxtaposition voir aussi CBI, 488 et 759 : Annexe 1.3. A la différence, dans CBI, 939 : Annexe 1.3, l’expression fact(us) tab(ularius) marque une étape dans la carrière du bénéficiaire, comme nous l’avons vu plus haut.

87 CBI, 877 : Annexe 1.3 ; Tacite, Histoires, 1.31.

88 CBI, 123, 133, 881, 879, 876, 875, 872, 873, 871, 957, I 114, 115, 195 ; euocatus : CBI, 894.

89 I 114, CBI, 947, 936, 927, 866.

90 CBI, 74, 699, 875, 872, 918, 940, 908, 916, 913.

91 CBI, 74.

92 Entre ces deux déplacements, elles s’est rendue en Orient et a tenu ses quartiers d’hiver à Apamée, une première fois à la fin de la guerre de Macrin contre les Parthes, vers 215-218 p.C., puis à nouveau entre 231 et 233 p.C. Voir à ce propos CBI, 703 et 705, ainsi que I 158, avec Balty 1987, Balty 1988, Balty & van Rengen 1993. Sur la légion : Ritterling 1925, 1476-1483 ; sur ses déplacements aux côtés des empereurs : Halfmann 1986, 230-232.

93 C’est l’explication proposée non sans hésitation par les éditeurs du CBI. Sur le séjour de l’empereur : Halfmann 1986, 237.

94 I 124 ; un rattachement au préfet de la cohorte IIII Lucensium n’est pas exclu, voir p. 358 n. 103.

95 CBI, 699 : Annexe 1.3. Le texte n’est connu que par des copies. Sur la construction de Laocidée dès 300-301 p.C. : Sartre 1992, 33.

96 Vitruve 3.2.3.

97 Annexe 15.

98 Voir infra p. 103 et Chap. VII p. 315 n. 126 avec CBI, 706.

99 CBI, 881 : Annexe 1.3 (voir supra p. 116 n. 168), avec Halfmann 1986, 104 et 172.

100 CBI, 631 : Annexe 1.3.

101 I 118 et I 119 ; voir aussi I 156 et I 167.

102 SHA, Verus, 7.1-7.3 et Halfmann 1986, 104, 210, 217-218 et 224-225.

103 CBI, 918.

104 Dès la fin du iie s. et au iiie s., plusieurs monuments viennent se greffer autour d’un praetorium ou d’une mansio du cursus publicus : bains, horreum, forum avec cryptoportique, place de marché ou taberna et emporia : Black 1995, 63, 65, 86-88. Dans la même province, une mansio le long de la route reliant Damas et Bostra, et plus précisément à Phaena, à l’époque de Commode, libère les habitants locaux d’avoir à loger les autorités du gouvernement de passage dans la région, ainsi que les militaires en poste ici. Au même endroit, la présence d’un bénéficiaire est attestée par une inscription trouvée in situ. Elle remonte à l’époque où la région se trouvait entre les mains d’Avidius Cassius : IGR, III, 1119, avec I 123.

105 Voir à ce propos notre discussion : CBI, 699 : Annexe 1.3.

106 CBI, 697. Sur un bénéficiaire du gouverneur d’Arabie employé dans la surveillance de travaux de construction, voir Chap. V p. 265 avec CBI, 727-728 et I 190.

107 Zwicky 1944, 81.

108 III, 586 cf. 12306 - ILS, 5947a.

109 I 42. Voir Chap. IV p. 141-143.

110 I 114. Les lettres ME à la l. 3 mentionnent la tribu Maecia dans laquelle sont inscrits les citoyens de Naples : cf. Kubitschek 1889, 25. Pour l’inscription funéraire, à Philippes, d’un ancien prétorien originaire de Macédoine : I 115. Il n’est pas impossible en outre que le document CBI, 671 en remploi à Thessalonique ait été déplacé de Philippes (voir comm. du CBI).

111 La découverte à Athènes du monunent funéraire d’un bénéficiaire de Cornelius Dexter, procurateur des Gaules et des Germanies, ne peut que surprendre. Serait-elle en relation avec la promotion d’un procurateur en Asie au poste de procurateur financier dans les Gaules et Germanies ?

112 Voir par ex. les documents suivants :
– à Éphèse : III, 7136 - ILS, 2052 - I. Ephesos, 2319 (IK, 16) : détachement d’un prétorien de Ligurie mort à l’âge de 26 ans et demi, après 8 ans de service, stationarius Ephesi ; au même endroit était détaché un scriba de la flotte prétorienne de Misène, ILS, 2888 : scriba cl. pr. Mis. ; hic Epheso in munere missus defunctus est, ainsi que des frumentarii, au iiie s. : III, 433 - ILS, 2368 et III, 6084 - ILS, 8244 (voir infra p. 119 n. 188) ; le sarcophage de ce dernier a été acheté par son alumnus ;
à Smyrne : I. Smyrna, 382 (IK, 23) à Smyrne se trouvait posté le prétorien Aurelius Maximinus, stationarius Zmyr(nae), comme il l’explicite dans l’épitaphe qu’il érige à la mémoire de son épouse Iulia Marcella, qui réside en sa compagnie à Smyrne (à ce propos, sur le stationnement d’un bénéficiaire à Olympos, voir CBI, 681 : Annexe 1.3 avec TAM, II, 949 et Chap. I p. 50 n. 180) ;
à Kirili-Kabassa en Galatie : IGR, III, 242 ; au même endroit se trouvait aussi un proc. Augusti (IGR, III, 243) ;
à Apollonis : IGR, IV, 1184 ;
à Iasos : I. Iasos, 399 (IK, 28.2) : épitaphe de l’euocatus Aug. M. Papirius Carus, originaire de Bologne, ce qui fait penser que le prétorien est décédé dans ce lieu ou dans la région pendant son service local, ou lors d’un transit. La pierre a été érigée par les soins de son frère. Selon Dr J. Casey (Université de Durham) qui a vu la pierre et à qui nous devons cette référence, l’inscription ne présente qu’un seul G : il s’agirait donc d’un euocatus Augusti et non pas Augustorum comme il est dit dans les IK.
Voir aussi dans d’autres provinces, par exemple :
– en Afrique : à Thibica : VIII, 23120 : un stationarius d’une troupe indéterminée a érigé en ce lieu un monument funéraire pour son jeune fils ; à Abthugi, en 314 p.C. : Lepelley 1979-1981, 2, 265-277 ; à Henchir Techga près de Mateur : VIII 25438 ILS, 9072 : épitaphe du prétorien Tufienus Speratus, stationarius ripae Uticensis, décédé à l’âge de 35 ans après 15 ans de service ; au Col de Dras bou Joader : AE, 1954, 53 : inscription votive d’un stationarius, mil. cohortis I urbanae... stationarius ; près de Sullecthum : ILS, 2123 : épitaphe d’un miles cohortis XIII urbane ( !) stationis I---.
– en Numidie : à Rusicade : ILS, 9073, entre 268 et 270 p.C. : inscr. vot. du prétorien Aelius Dubitatus, 9 ans de service ; à Cirta, Passion de Marien et Jacques, 4.2 et 5.1, éd. Musurillo 1972, 98-199 : unus hoc aut alius stationarius miles agebat ; per stationarium militem... adhibitis in auxilium crudelitatis eius centurione et Cirtensium magistratibus... Le nom de la troupe n’est pas précisé.
– en Maurétanie Tingitane, près d’Azemmour : IAM, 339 - ILM, 38 : épitaphe l’épouse d’un statio[nar]ius, Egnatius Satu[rni] nus.
– en Mésie Supérieure, à Urbica : IMS, III/2, 108 : il est question d’une personne tuée par des stationarii, [---in] terfectus a [sta]tionaris... (voir infra p. 260 n. 183).
– en Gaule, à Rodez : XIII, 1549 (épitaphe) : stat(ionarius), et à Lyon : XIII, 1786 (inscr. vot. frag.) : stationari[us] ; aucun détail ne permet de préciser l’affiliation militaire de ces deux stationarii.
Sur les prétoriens stationarii, Durry 1938, 59, 98 et 279 ; sur les stationarii en Asie : Robert 1969, 113 (cf. Chap. II p. 75). Voir aussi Hahin & French 1987, 135 et la cohors praetoria des proconsuls. Sur les stationarii et autres soldats στατιζοντες en Égypte : Chap. V p. 230-231. Sur les forces militaires dans les provinces proconsulaires, voir la bibliographie dans Le Bohec 1993, 7 et 8.

113 VIII, 2532 - 18042 - ILS, 2487 ; voir aussi Digeste, 1.16.4 : Nemo proconsulum stratores suos habere potest, sed uice eorum milites ministerio in prouinciis fuguntur. Sur l’officium du proconsul issu de la cohorte urbaine détachée à Carthage (XIII, et ensuite I urbana) ou sous Hadrien au moins de la cohorte détachée de la légion de Lambèse, voir Duval 1993, part. 25-26 et en dernier lieu Haensch 1997a, 81-97.

114 Digeste, 1.16.4 et 7 (légat et autorité la plus complète du proconsul en matière judiciaire) ; 1.18.8-9 et 11 (juges et officium) ; 1.18.6.5-6 (exactions).

115 Digeste, 1.16.9 (affaires fiscales) ; 1.18.1 (sur l’aspect particulier du titre de proconsul).

116 AE, 1965, 205 - AE, 1967, 444. Nous devons cette référence à R. Haensch, que nous remercions chaleureusement ; sur la présence d’un option à Corinthe, capitale de l’Achaïe (cf. Haensch 1997a, 322-228 et 653-665), et sur le recrutement possible des membres de l’officium du proconsul dans les provinces voisines avec légion, notamment en Mésie : West 1931, 10 et Sasel-Kos 1978, 25 (cité Chap. IV p. 210 n. 436).

117 CBI, 743 et VIII, 5230 - 17402 - ILAlg, I 30 ; voir aussi Ott 1995, 84-85 et Haensch 1997a, 85 et 426. Sur la question du pouvoir des proconsuls et sur celle de leur officium : Eck 1986.

118 CBI, 42 ; voir aussi CBI, 37 : Annexe 1.3 et CBI, 38 et 41 ; autrement : Eck 1986, 519-520 n. 7. Pour un soldat a curis en poste à Genève en Gaule Narbonnaise, détaché de la légion XXII de Germanie Supérieure : Chap. IV p. 159.

119 Barnes 1982, 159 et 182, ainsi que p. 178, sur la composition du texte ; sur la conservation de procès-verbaux d’audiences judiciaires : Duval 1998, avec la bibliographie p. 193 n. 3. Sur ce récit et sur les bénéficiaires et les chrétiens : Chap. V p. 224-225.

120 CBI, 276 à Csaszar, fin iie - iiie s. : le bf du tribun légionnaire est décédé après 27 ans de service ; sa stèle est érigée par les soins notamment d’un bf du préfet de la même légion ; voir aussi CBI, 9, 254, 390, 402 ; 576, 723, 778, 656, 800, 816, 808 (sans titre de vétéran, mais âgé de 60 ans), 882 ( ?). A la différence, le bf d’un tribun de cohorte auxiliaire transféré ensuite dans la légion a été promu comme signifer, un poste de la centurie qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort, voir CBI, 887, milieu du iiie s.

121 I 121, avec Chap. II p. 75.

122 I 120 avec VI, 3216 : Annexe 1 ; voir aussi Speidel 1994a, 688c avec 732. L’identification entre ces deux compagnons, tous deux recrutés dans les equites singulares, paraît fort probable. Pour d’autres attestations d’equites singulares hors de Rome, en Italie et en Syrie : Speidel 1994a, 22 et 671-690.

123 CBI, 917 avec Speidel 1994a, 56. Sur cette inscription en relation avec la carrière de Plautien : Christol 1997a, 133-134.

124 CBI, 652, 54 p.C., près de Sarsânlar en Mésie Inférieure ; voir aussi infra I 113b avec Weiss 1997 et I 153b avec Roxan 1996 et Saddington 1997. Il s’agit dans les deux cas de la flotte de Ravenne. Ott 1995, 37-38, puis Weiss 1997, ignorent ces deux dernières inscriptions.

125 CBI, 24 avec Starr 1960, 164 n. 102 et Chap. V p. 258 n. 177 ; CBI, 327 ; Starr 1960, 43-44, et sur cette flotte, 138-141 ; Kienast 1966, 11. Pour un trierarchus factus ex signifero equitum singularium qui a accompli 34 années de service au moment de sa mort à l’âge de 51 ans : Speidel 1994a, 753.

126 Pour des exemples de promotion d’un triérarque au poste de navarque ou de primipile : XI, 86 - ILS, 2846 ; X, 3348 - ILS, 2847 ; voir aussi Starr 1960, 40-42.

127 I 142 et I 141. Sur la liburne : Reddé 1986, 104-110 ; Sander 1957, 355 n. 51 considère Silvanus comme le bénéficiaire d’un triérarque ou d’un navarque. L’existence d’un tribunus liburnarum est attestée à une époque plus tardive : Kienast 1966, 39.

128 Pour des bénéficiaires dans l’officium de ces deux derniers supérieurs au ier s. : CBI, 652.

129 CBI, 951 ; Starr 1960, 37. A la tête de cet officium se trouvait un cornicularius : X, 3415 : voir aussi AE, 1942/43, 62, à Sétif : il s’agit d’un corniculaire de M. Cornelius Octavianus décédé. Voir à ce sujet Le Bohec 1989a, 470 n. 197.

130 Domaszewski & Dobson 1981, 34. Sur le triérarque, voir aussi Starr 1960, 43-45.

131 X, 3391 - ILS, 2845 : adiutor tr(ierarchi) III (= tetrere) Venere ; X, 3494 - ILS, 2895 : sec(utor) tr(ierarchi), ou tr(ibuni) ? : ce syrien d’origine engagé dans la flotte de Misène est décédé à l’âge de 20 ans après 4 ans de service. Sur la question de l’officium et du rang du triérarque : Sander 1957, 355, même si l’existence d’un exceptor tr(ierarchi) ( ?) demeure incertaine dans XI, 343 ; voir à ce propos le commentaire de Dessau ad ILS, 2892.

132 Starr 1960, 57.

133 CBI, 652.

134 I 143 ; Chapot 1896, 116.

135 X, 3336 - ILS, 3756, où l’expression επαρχος Μεισηνων est employée pour traduire le titre de un praefect(us) classis Mis(enensis) ; cf. Chapot 1896, 116 et Starr 1960, 47 n. 30 ; voir aussi Dessau (ILS).

136 I 194 ; Reddé 1986, 110-115 et 541.

137 CBI, 880 : Annexe 1.3 et Chap. II p. 62, où sont énumérés les titres des différents militaires de la liste. Certains des noms perdus dans la partie supérieure de la deuxième colonne étaient sans doute ceux de bénéficiaires : cf. Susini 1968, 304-307.

138 CBI, 652 ; au iiie s., les navarques sont remplacés par les tribuns équestres : cf. Kienast 1966, 40.

139 I 153b ; sur la question, Roxan 1991, 254, avec une discussion sur les témoins dans les diplômes de haute époque.

140 Voir par ex. Annexe 13 et Annexe 12 avec notes.

141 Dans I 24 et I 25 par exemple, à Sirmium, la formule sub... est ajoutée au titre de bf cos.

142 Roxan 1996, part. 253 ; sur la question de l’emploi du titre beneficiarius dans ce document dans un sens général et non technique : Saddington 1997, part. 158-159.

143 Roxan 1996 ; Thomasson 1972-1990, 323.16 ; Saddington 1997.

144 Roxan 1996, part. 252.

145 I 113b. La provenance précise de ce diplôme demeure inconnue.

146 Voir les exemples suivants, où le nom de la troupe est exprimé. Les références en gras indiquent un rattachement du bénéficiaire à l’officium d’un gouverneur : Par ex. en Bretagne : CBI, 15, 4 ( ?), I 3a et 3b ( ?), I 4 ; Germanie Supérieure : CBI, 100 ; Norique : CBI, 254 et 256 ; Dalmatie : CBI, 491, 497, 488 : Annexe 1.3 (ils sont issus de la cohors Voluntariorum ; cf. Alföldy 1987a, 255-263 et 294-297) ; Pannonie Supérieure : CBI, 301 ; Pannonie Inférieure : CBI, 400, 402, 404, 405 ; Dacie : CBI, 558 ; Lycie-Pamphylie : CBI, 680 : Annexe 1.3 ; Cilicie : I 188a ( ?) ; Cappadoce : CBI, 691 : Annexe 1.3. ; Syrie, Doura : CBI, 712-720 (sans doute de la coh. XX Palm.) ; Égypte : I 129 ; Maurétanie Césarienne : CBI, 827-829 ; Italie, Aquilée : CBI, 887.

147 Il figure approximativement dans 40 % des inscriptions votives et dans 50 % des inscriptions funéraires : cf. Chap. II p. 82.

148 Ces qualités, et en particulier la dernière citée, sont appréciables sinon requises, en particulier pour ceux des officiales qui, en leur qualité de bénéficiaires d’un gouverneur, sont régulièrement employés à traiter avec la population civile dans les provinces, les citoyens et les autres, ainsi qu’avec leurs autorités. Sur cette question, voir Chap. II p. 84-85.

149 CBI, 691 : Annexe 1.3 et CBI, 488 : Annexe 1.3.

150 CBI, 680 : Annexe 1.3.

151 CBI, 887.

152 CBI, 15, I 3a et 3b, CBI, 4 ( ?), I 4, CBI, 100, CBI, 400 sq. (voir note préc.) : ces bf sont employés dans l’officium du tribun de la cohorte milliaire des Hémésiens stationnée dans le castellum. Pour une discussion sur l’existence controversée d’une station de bénéficiaires en ce lieu : Chap. IV p. 162-163.

153 On en connaît dans la plupart des sites qui ont abrité un castellum le long du Main et du limes germanique, notamment au nord de Bad Wimpfen, à Heilbronn-Böckingen, et à l’est, à Jagsthausen sur le limes : Chap. IV p. 152-155.

154 Annexes 5 et 6, avec CBI, 199 : Annexe 1.3.

155 Breeze 1974b, 435-436.

156 Nombre de bf d’un tribun : CBI, 767 ; d’un légat de légion : Breeze 1974a, 274 ; d’un préfet des vigiles et du prétoire : Domaszewski & Dobson 1981, 8-9 et Ott 1995, 25 et 15 ; d’un gouverneur : CBI, 783 et 784 : Annexe 1.3 ; dans ces deux documents, l’officium n’apparaît pas dans son intégralité : voir infra p. 117 et 123 et Chap. VI p. 280.

157 Tacite, Histoires, 4.48 : voir Chap. II p. 63.

158 Voir par ex. le cas d’Aurelius Hermias (homonymie ou identification ?) CBI, 819 et 784, avec Annexe 3 ; sur le statut de ce légat : Thomasson 1991.

159 CBI, 724 avec Haensch 1995b, 814, et CBI, 725 à Bostra ; P. Mich., 466 avec les discussions de Watson 1985, 77-78, Speidel 1977, 697 ; voir aussi Thomasson 1991, part. 50, qui étudie le statut de ces provinces à une légion et s’arrête sur cette question en particulier ; Ott 1995, 26-27 accepte l’idée des deux officia. On précisera qu’aucun bf cos ne figure dans les trois listes de décharge qu’il cite (CBI, 776, 777, 785 : textes non repris intégralement). Selon Thomasson, le Iulius Apollinaris du P. Mich., 466 (cf. aussi P. Mich., 562) serait un librarius rattaché à la légion VI Ferrata et non pas comme on le pensait à la légion III Cyrénaïque, encore à Alexandrie en 119 p.C. Sur la question d’un ou de deux officia, voir infra à propos d’Aurelius Hermias (CBI, 819 avec CBI, 784).

160 Sur la définition du concept d’officium, un terme employé pour désigner le personnel employé au service de divers types de responsables, civils et militaires : Boak 1937 ; pour l’officium d’un gouverneur et sa composition, en dernier lieu, avec la bibliographie antérieure : Haensch 1997a ; voir aussi Domaszewski & Dobson 1981, 29-29 ; Stein 1932, part. 75-86 ; Jones 1949, part. 44-45 et Jones 1964, 563-566 ; Clauss 1973a, passim ; Dobó 1978 ; Austin & Rankov 1995, 149-155.

161 Par exemple comme messagers : Chap. II p. 72 et Chap. V p. 238 n. 107. Signalons à ce propos que les récentes découvertes, celle des tablettes de Vindolanda en particulier, invitent à considérer le fonctionnement et l’organisation des armées sous un aspect moins rigide que certains modèles l’avaient laissé entendre.

162 Pline 10.25.

163 Digeste, 12.1.34.

164 Pline 10.100.

165 Comme nous l’avons vu précédemment (Chap. II p. 83-85), il n’y a pas de raison à notre sens de penser qu’il en allait différemment dans les provinces inermes que dans celles qui avaient des légions. Dans ces dernières comme dans les provinces dotées de troupes légionnaires, les officiales, généralement des légionnaires issus des provinces voisines, conservent un lien administratif avec la province de recrutement. Autrement : Ott 1995, 33 : “Wechselte der Statthalter, musste ein neues Detachierungsverhältnis begründet werden, das ein neues uotum des Beneficiariers nach sich ziehen konnte”.

166 L’effectif de Gavius Bassus préfet de la côte pontique est fixé par des mandats de Trajan (Pline 10.22). Il s’agit d’une pratique habituelle, et non pas d’une réponse particulière aux circonstances exceptionnelles du gouvernement de Pline en Bithynie. Voir Sherwin-White 1966, 590-591.

167 Austin & Rankov 1995, 137-140.

168 Voir par ex. CBI, 730 et CBI, 749 : Annexe 1.3, au iiie s. Voir aussi III, 7549 - IGR, I, 629 à Tomis en Mésie Inférieure : Val. Felix, princeps offici praesidis ; à une époque plus tardive, sur un collier d’esclave : AE, 1946, 227 - Thurmond 1994, 470 n. 16 : emeriti centurionis sum ex offic(io) presidi[s prou(inciae) Val(eriae) Byzacenae te]ne me sed bene. Voir aussi la carrière de Vettius Valens (CBI, 881 : Annexe 1.3) passée en revue plus haut. Le centurion C. Memmius Victor (CBI, 783) était peut-être le chef du bureau, sans que le titre de princeps ait été précisé à côté de son nom. Une telle position expliquerait qu’il se soit chargé de la mise en place du monument (cura(m) agente) érigé à Lambèse par les membres de l’officium du gouverneur, auxquels se sont joints pour la circonstance les bénéficiaires du tribun sexmestris. Ce serait peut-être aussi le cas du centurion Vibius Marcianus décédé à Londres dans la capitale de la Bretagne (RIB, 17), comme le propose Mann 1985, 205 n. 8. Sur le titre de princeps praetorii : Domaszewski & Dobson 1981, 97-98.

169 Voir les deux premiers exemples cités ci-dessus. Mais il faut bien relever que de tels exemples de carrière avec promotion interne jusqu’à la tête de l’officium demeurent peu nombreux. Rares en effet sont les officiales qui réussissent à atteindre une telle position, le nombre de postes de ce type se limitant à un seul par province.

170 Sur les adiutores du princeps, voir par ex. II, 6111 - RIT, 62 à Tarragone ; VIII, 4332 à Lambèse (le princeps est le fils d’un vétéran) ; Domaszewski & Dobson 1981, 34 et 44 ; dans les inscriptions CBI, 488 : Annexe 1.3 et CBI, 759 : Annexe 1.3, l’expression adiutor principis semble décrire une partie des fonctions des bénéficiaires plutôt qu’une nouvelle position à laquelle ils auraient été promus.

171 CBI, 749 : Annexe 1.3.

172 CBI, 262 : Annexe 1.3.

173 Voir par ex. dans les listes de Lambèse (CBI, 783 et 784) et à Tarragone (II, 4122 + 4259) ; sur le nombre de 2 ou 3 cornicularii : Domaszewski & Dobson 1981, 29-30 ; Clauss 1973a, 18-20 et Haensch 1997a.

174 Par ex. AE, 1917/18, 74 et 75.

175 Par ex. : CBI, 427 (iiie s. p.C.) : l’adiutor offici(i) corniculariorum cos est le fils d’un vétéran ancien bf cos ; voir non loin de là, ILS, 2390 : officium corniculariorum ; ILS, 9170 - AE, 1904, 10 (iie s. p.C.) : l’adiutor corniculariorum est promu actarius coh. VIII ; VI, 2569 - ILS, 2067 ; ILAlg, I, 3113 ; III, 1471 et III, 894 - ILS, 3035 ; à Lambèse, dans une inscription récemment publiée : I 140, l. 2 : un anonyme ad(iutor) off(icii) cornicul(ariorum). Sur ces assistants : Domaszewski & Dobson 1981, 29 et 37 ; Clauss 1973a, 17-18 et n. 4 ; 131. Ces adiutores diffèrent de ceux du princeps : voir Jones 1949, 54. Voir aussi l’ad[iutor tabul(arii) prin]cipis décédé à Cologne au iiie s. (CBI, 74).

176 Digeste, 50.6.7 ; voir Chap. II p. 64 n. 33.

177 Voir par exemple Chap. V p. 224 avec le passage cité en relation avec le procès d’Agapê, d’Irênê et de Chionê qui a lieu en 304 p.C. à Thessalonique. Sur ces principales – les deux titres sont équivalents – : Haensch 1995a.

178 Voir supra p. 99 ; ils portent occasionnellement le titre plus précis de speculator praetorii ou praetorianus, ou encore speculator Augusti ou Caesaris : Clauss 1973a, 47

179 Clauss 1973a, 65 et 159 n. 113 ; voir aussi Chap. VI p. 282. Il peut arriver que de simples soldats, des stationarii, un immunis cos, un optio ou un frumentarius soient en poste dans un lieu ou une région où est attestée la présence d’une station militaire. Mais les récentes découvertes d’Osterburken et de Sirmium montrent que le sanctuaire de la statio de beneficiarii était en principe réservé aux bénéficiaires en poste dans la station. A l’exception du seul l’autel d’un décurion parmi ceux des bénéficiaires à Osterburken, aucun militaire autre que bénéficiaire n’est attesté parmi les dédicants, dans ces deux séries. Sur le personnel dans la statio : Chap. IV p. 206-210.

180 Voir par ex. Annexe 10. Pour une inscription honorifique érigée pour leur patronus par un speculator et un bf leg leg, voir CBI, 684.

181 Clauss 1973a, 59-77 ; Austin & Rankov 1995, 150. Ils sont parfois même employés comme bourreaux, lors des exécutions.

182 Voir Chap. VI p. 274-275.

183 Chap. IV ; Austin & Rankov 1995, 202-204 ; Ezov 1997.

184 Voir notamment I 61 et I 64 à Sirmium, ainsi que CBI, 483 : Annexe 1.3. L’attestation unique et tardive (seconde moitié du iiie s.) à Intercisa d’un n(umerus) eq(uitum), en relation avec un bénéficiaire, doit être écartée : voir CBI, 401 : Annexe 1.2.

185 Clauss 1973a, part. 96-97 ; Rankov 1990a, 176-178.

186 Par ex. IGR, IV, 1368 à Saettae en Asie Mineure : fragment d’un édit concernant leurs exactions ; sur la question, voir aussi Clauss 1973a, 103-108.

187 Pour les références à l’Histoire Auguste, voir infra p. 120 ; sur leur dissolution : Aurelius Victor, Les Césars, 39.44, avec Clauss 1973a, 104 et en particulier sur leurs “successeurs”, les agentes in rebus : Clauss 1980, 27-32 ; Sinningen 1959 ; Hirschfeld 1913, 624-645.

188 Dans les capitales, par ex. à Tarragone, Emerita en Lusitanie, Virunum, Carnuntum, Aquincum, Salonae, Éphèse et Lugdunum, comme l’apprend une épitaphe d’Héraclée du Pont, AE, 1927, 84 - IGR, III, 80 - ILS, 9476 : Βικτωριω Σαβινω... λεγιωνος πρωτης Μεινερβας φρουμενταρις Αυγουστος χωρας Λουγδουνου. Pour des missions spéciales de frumentarii, voir par exemple III, 433 (dans la capitale Éphèse) : un frumentarius agens carceris ; AE, 1984, 838 - Speidel 1984, 288 (à Sardes) : un [fru]menta[rius] [a]gens cu[ram] custod[ia]rum ; XI, 1322 (à Luna, 200 p.C.) : sub cura Fl. Muciani © (centurionis) fr(umentarii) M Firmidius Spectatus fr(umentarius) leg(ionis) II Ital(icae) P. F. optio consacrauit item dedicauit ; ILS, 9773 (à Delphes sous Hadrien) : Ιουλιος Πουδενς φρουμενταριος λεγιωνος πρωτης Ιταλικης στρατιωτης επι των εργων ων των κατασκευαζομενων υπο του κυριου Καισαρος Τραιανου Αδριανου Σεβαστου ; III, 1890 - ILS, 2287 (à Salona, 170 p.C.) : constructions par des vexillations sub cura P. Aeli Amyntiani © (centurionis) frumentari leg(ionis) II Traian(ae) ; III, 3524 - ILS, 2375 (à Aquincum, en 228 p.C. : le frumentarius Aurelius Pertinax est chargé de la restauration de la schola (scola) des speculatores ; voir à ce propos Chap. VI p. 271. Un frumentarius de la légion III Italica dédie une plaque votive lors de son passage au sommet du col du Grand St-Bernard (V, 6869 - ILS, 4850 - I. Ital., XI 1 63) ; un bf cos et un commentariensis se sont arrêtés au même endroit : I 7a et V, 6867 et Chap. IV p. 158-159.

189 Voir n. 191 ainsi que n. 188 (avec notamment les inscriptions de Salona et de Luna). Dans la région de Tiffen en Norique est attestée la présence du centurion frumentarius C. Masculinius Masculus : III 4787 et III, 4861 ; il est possible qu’un bf d’un procurateur financier ait été détaché dans cette région minière située non loin de la capitale Virunum (CBI, 264 ; Alföldy 1974, 253 et 334 n. 4 rejette la restitution du titre bf) où la présence de bf cos est largement attestée, voir Chap. IV p. 182. Sur la présence de bf proc. dans une région minière, voir par ex. CBI, 565, 566 et I 104 à Ampelum en Dacie – un bf cos y est connu vers 238-244 p.C. : CBI, 567 – ainsi que CBI, 855-858 à Villalís en Espagne.

190 Annexe 8.

191 Balty & van Rengen 1993, 29. On observera que Verecundinus, centurion hastatus prior de la légion IV Scythica, avait assumé successivement, au début de sa carrière, les fonctions d’exactus et de librarius, à la différence d’Aurelius Hermodorus (Balty & van Rengen 1993, 41), qui était pour sa part employé comme exactus d’un librarius du légat de la légion, au même endroit, au moment de son décès, à l’âge de 18 ans. Ce dernier n’avait accompli que 6 mois de service. Sur sa nomination rapide, voir Chap. VII p. 323.

192 III, 2063 - ILS, 2370.

193 Dion Cassius 79.14.1-4 avec Rankov 1987. Pour un speculator promu hastatus leg(ionis) puis princeps peregrinorum, VI, 36775 - ILS, 484.

194 AE, 1991, 268.

195 CBI, 851.

196 II, 4179 - ILS, 2384 - RIT, 229. Pour d’autres exemples d’une promotion de speculator à commentariensis : XIII, 1732 et III, 2015 - ILS, 2379, et à cornicularius puis à centurion, VIII, 12128 - ILS, 2380.

197 Sur les speculatores Augusti etc., voir supra p. 99 et 100 n ; 85 ; sur les frumentarii Augusti dans les inscriptions, par ex. : AE, 1975, 60 ; voir aussi ILS, 9473 et AE, 1927, 84 - IGR, III, 80 - ILS 9476 (cité n. 188) ; voir Clauss 1973a, 101 et 186 n. 134. Le lien entre les frumentarii et l’empereur apparaît fréquemment dans l’Histoire Auguste, par ex. : SHA, Hadrien 11.4-6 ; Macrin, 12.4 ; Claude le Gothique, 17.1 (il y est question des frumentarii de Gallien). Il leur arrive aussi d’être employés par les préfets du prétoire contre l’empereur : SHA, Commode, 4.5.

198 Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 6.40.2.

199 Annexe 8.

200 Voir à ce sujet Austin & Rankov 1995, 136, et surtout Rankov 1990a, Rankov 1990b, et Rankov 1987 ; déjà Clauss 1973a, 97 ; pour un avis différent, Mann 1998b.

201 La participation des bénéficiaires du tribun sexmestris aux dédicaces collectives de Lambèse CBI, 783 et 784 ne s’oppose pas à l’argument selon lequel la présence des frumentarii (ou ex frumentariis) et de speculatores parmi les officiales indique leur intégration à l’officium du gouverneur.

202 Chap. VI p. 285-288.

203 Sur la question des officiales des procurateurs gouverneurs : Chap. II p. 83-85.

204 Mann 1988b.

205 En Numidie, où ils sont au nombre de 5 (voir CBI, 783 et 784 : Annexe 1.3), ils s’associent avec les beneficiarii et les speculatores pour célébrer la nomination de leur supérieur le gouverneur de Numidie M. Valerius Senecio au gouvernement de la Germanie Inférieure (CBI, 764, c. 217 p.C.). En Maurétanie Césarienne, un quaestionarius est promu comme bénéficiaire dup(licarius) sans doute dans l’officium du procurateur gouverneur (CBI, 821 : Annexe 1.3). Un ancien bénéficiaire d’un tribun des cohortes urbaines est promu comme a quaestionibus par le Préfet de la Ville et va achever sa carrière avec la position de bénéficiaire du préfet de la Ville, au début du iie s. (CBI, 865).

206 CBI, 752 : Annexe 1.

207 Tab. Vindol., II, 310 - Bowman 1994, 28 et 30 ; voir aussi III, 13370. Sur cet equisio : Haensch 1997a, 120-129, part. 124 et pour une discussion sur Londres et York comme capitales provinciales : Chap. VI p. 270 n. 6. A Cologne : Galsterer 1987, 3 (239 p.C.) et 17 : le barcarius cos Audacius Qu(i)etus recruté dans le n(umerus) exp(loratorum) a consacré son autel la même année que le bénéficiaire M. Ingenuius Ingenuinus employé dans le même officium (CBI, 64). Pour deux nouveaux bf cos anonymes rattachés à cet officium : I 8.

208 CBI, 772-774, où dans les trois cas le supérieur est qualifié de patronus. Pour un ostiarius des préfets du prétoire promu en fin de carrière comme centurio frumentarius puis primipile : ILS, 9074 et Domaszewski & Dobson 1981, X. Sur leurs fonctions : Chap. V P. 212. La charge de custos domi figure parmi les opera vacantes de la légion III Cyrenaica, en 90 p.C. (PGenLat, 1, I verso, part IV, col. II - Fink 1971, 210-212, 58. A cette époque et dans ce contexte, il peut s’agir d’un immunis “attaché au logement d’un officier” : cf. Lesquier 1918, 230. Pour un autre exemple de soldat employé comme portier ou θυρωρος dans la maison d’un gouverneur de Pannonie : Dion Cassius 79.13 : ce soldat nommé Aelius Deccius Triccianus deviendra sous Macrin le gouverneur de la Pannonie. Les deux termes d’ostiarius et de custos apparaissent ensemble chez Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, 12.32, en relation avec la perception de taxes à Gaza.

209 Tab. Vindol., I, 154 et Bowman 1994, 52-53, avec Speidel jun. 1995b ; voir aussi Rankov 1990b et Davies 1976.

210 Sur les stratores : Speidel 1992a, 137-139 ; voir aussi Chap. VI p ; 282-284 ; sur l’absence de stratores auprès des proconsuls : Digeste, 1.16.4 (cité supra p. 105 n. 113).

211 Domaszewski & Dobson 1981, 37, avec CBI, 783 et 784 (haruspex).

212 Voir infra p. 126-129 et dans le même sens, Speidel 1992b.

213 Par ex. CBI, 820 ; Breeze 1997, 85 et n. 72 p. 88 qui sans mentionner l’empereur insiste sur le rôle du gouverneur dans la décision ; en contraste, voir l’exemple en Égypte (154-158/9 p.C.) du centurion factus ex pagano a Sempronio Liberale, praef. Aegupt(i) ( !) : BGU, 696 - Daris 1964, 50.9 I. 17.

214 Un frumentarius pouvait auparavant avoir été employé comme adiutor, sans doute en attendant qu’un poste se libère, ou peut-être comme librarius IMS, II, 36 : D(eae) R(eginae) N(emesi) Ael. Pompeianus quod adiutor pomisi ( !) fr(umentarius) posui ; voir aussi CBI, 585 : Annexe 1.2, avec Haensch 1995b, ainsi que l’inscription funéraire du centurion Verecundinus (supra n. 191) : ce militaire avait déjà revêtu deux postes avant sa promotion comme frumentarius, détail qui nous aurait échappé si l’on ne le connaissait que par une inscription votive.

215 Voir Annexe 8. Pour une telle promotion observée dans une inscription funéraire : CBI, 841. A Sirmium, plusieurs des bénéficiaires étaient auparavant des frumentarii. Liste d’attente : CBI, 784 : Annexe 1, avec les noms de 6 candidati et de 5 ex frumentariis, à la suite de ceux des 30 bénéficiaires du gouverneur. Le ex qui précède le titre de frumentarius indique que les soldats en question, sans avoir terminé leur service obligatoire, ne sont plus en fonction en qualité de frumentarii. Aucune trace de frumentarii ou d’ex frumentariis n’apparaît en revanche dans la liste pourtant complète CBI, 783.

216 Pour des exemples de frumentarii promus directement comme speculatores : supra p. 119-120. Sur un hypothétique candidat speculator : Dupuis 1992b, 155.

217 CBI, 502.

218 CBI, 821 : Annexe 1.3, à Aïn El-Kebira-Satafis.

219 CBI, 846, à Tarragone.

220 XIII, 7003 - ILS, 9092a avec CBI, 135, ii-iiie s., à Mayence : Quietius Secundus, lib(rarius) legati promu bf legati. Dans le cas précis, l’identification ne fait pas de doute, et cela pour deux raisons : les deux monuments proviennent du même site et du même contexte et les noms des parents se retrouvent dans les deux inscriptions.

221 * I 178 ; mais il s’agit d’un document fragmentaire dont la lecture est incertaine, le titre de bénéficiaire étant restitué ; voir aussi CBI, 495, au iie s.

222 CBI, 584.

223 P. Mich., 466 avec Watson 1985, 77-78 et Speidel 1977, 689-692. La traduction française est inspirée de celle de Cl. Préaux, Phoibos, 5, 1950-1951, avec toutefois une interprétation différente du passage κληρω ουν εγενομεν απο του υπατικου της λεγεωνος προς τον κορνικουλαριον, que Mme Préaux traduit : “Et c’est ainsi qu’il m’échut de devenir délégué (corniculaire) du consulaire de la légion”.

224 Iulius Iulianus : CBI, 410 avec I 16 et/ou I 70 ; Aelius Ingenuus : CBI, 636 avec I 106 ; Tib. Iustinius Titianus : CBI, 125 avec I 161 : restitution ; Iulius Candidianus : CBI, 328 avec I 15 ( ?). Voir Annexe 3. Aurelius Hermias : CBI, 819 avec CBI, 784. Il s’avère peu probable que le légat gouverneur ait deux officia, l’un en sa qualité de légat de la légion III Augusta, l’autre, comme gouverneur de la Numidie, et que son bénéficiaire Hermias ait été promu de l’un à l’autre. Sur la question de l’existence d’un seul ou de deux officia dans les provinces impériales à une légion : Chap. III p. 114.

225 T. Flavius Romanus bf proc. à Aquincum (CBI, 374, iie s.) avec Flavius Romanus bf cos à Sirmium (I 66, IIe s.). Toutefois, sur les risques d’identification d’homonymes et en général sur les dangers d’appliquer la méthode prosopographique à une telle couche sociale et professionnelle, voir Annexe 4.

226 CBI, 565-566 et CBI, 567, avec I 186.

227 Voir à ce sujet CBI, 613 : Annexe 1.3.

228 Sur la présence en particulier de stations dans le Bosphore, voir CBI, 658 à 661, avec notre commentaire dans Annexe 1.3 ; voir aussi Sarnowski 1991, 142 n. 21. Nous ne le suivons pas en revanche losqu’il localise une station de bénéficiaires à Mihai Bravu en Valachie, suivant en cela les éd. du CBI. C’est en Dobroudja que devait se situer la station dans laquelle se trouvait le bénéficiaire T. Caelius Catus, vers 191-194 p.C., si l’on en croit la provenance de la pierre. A ce sujet, voir CBI, 642 : Annexe 1.3 et Chap. IV p. 167.

229 I 111, iiie s.

230 La première ligne conservée suivait probablement le terme mil(es) ou uet(eranus), mais l’abréviation © ne paraît pas exclue.

231 Ainsi plusieurs des propositions d’Ott 1995, 29 notes 30 et 35 basées sur l’identification d’homonymes nous semblent difficiles à soutenir, par ex. celle du bf proc Surus en Norique (CBI, 222) avec C. Aprilius Surus bf leg leg en Pannonie Supérieure (CBI, 294) ou même totalement impossibles, comme celle de C. Iulius Clarus uet. ex bf latic(lauii) mort à 55 ans (CBI, 800) avec l’homonyme Iulius Clarus bf cos (CBI, 784), ou encore celle de M. Aurelius Marcianus, bf cos en 230 en Mésie Supérieure, avec l’homonyme sta(tor) leg leg (IMS, II, 115) décédé pendant sa 26e année de service, en 270 p.C. Voir aussi Aurelius Hermias (CBI, 784 et 819 ; cf. ci-dessus et Annexe 8). Sur les questions posées par l’identification de militaires homonymes mentionnés dans des monuments différents en relation avec les carrières des principales : Annexe 4.

232 Voir par ex. CBI, 882 (iie s.) : ce vétéran est resté pendant plus de 22 ans comme bénéficiaire dans l’officium d’un tribun laticlave, ce qui signifie qu’il avait déjà obtenu cette promotion, conservée jusqu’à sa retraite, après une courte durée de service ; voir aussi CBI, 800 (iie s.) : uet. ex bf latic(auii) et CBI, 891 (iie s.) : ueteranus ---ex beneficiario tribuni ; CBI, 723 (ii-iiie s.) : bf tribuni semen(stris) avec 25 ans de service ; CBI, 23 (iiie s.) : emeritus... beneficiarius procuratoris (h)onesta missione missus ; CBI, 590 (iie s. ; formule HSE) : b. proc. stip. XXV ; CBI, 649 (iiie s.) : uet. ex bf leg leg. ; CBI, 8 (iiie s.) et CBI, 324 (ii-iiie s.) : bf leg leg avec 22 ans de service.

233 Par ex. CBI, 867. Pour des exemples de promotions au sein de l’officium d’un gouverneur, voir supra p. 122-124 et Annexe 8, avec les exemples de promotion du poste de frumentarius à celui de bf cos.

234 En Numidie : si l’on admet l’identification de Caecilius Felix, bf cos à Lambèse (CBI, 784 : Septime Sévère-début de Sévère Alexandre : il est le 4e cité de la liste des 30 bf cos) avec le speculator C. Caecilius Felix mentionné dans une liste comparable et postérieure (CBI, 783 : Élagabal-Sévère Alexandre : il est le 2e de la liste des 4 speculatores rattachés à l’officium) ; voir Annexe 4. Sur cette promotion, voir aussi Rankov 1987, 244 n. 10, qui la considère comme certaine bien qu’il cite par erreur le nom de P. Gargilius Felix, qui est l’un des quatre speculatores de la liste CBI, 784. En Pannonie Inférieure, Iulius Secundianus : I 33, I 34 et I 35 avec III, 3524 - ILS, 2375.

235 Nous ne retenons pas ici les documents CBI, 700 et 701 : Annexe 1.2, qui nous paraissent devoir être exclus du dossier, ni CBI, 705 : Annexe 1.3, la lecture des éd. du CBI étant incorrecte. Cf. Speidel 1992b.

236 CBI, 730.

237 CBI, 783 et 784 et supra p. 117-118.

238 CBI, 749 : Annexe 1.3.

239 CBI, 753 : Annexe 1.3. Sa promotion directe et peu commune au titre de centurion ainsi que son transfert dans la légion II Italica stationnée en Norique ont été mis en relation avec le déplacement d’un gouverneur de Numidie en Norique, et avec son intention d’y emmener l’un de ses anciens bénéficiaires : Birley 1965, 214. Il est donc permis de penser que cette promotion a dû s’inscrire dans des circonstances particulières, comme cela a pu être le cas d’un ancien hastatus de la légion X Gemina promu strator du gouverneur de l’Espagne Citérieure, en l’honneur duquel il érige une dédicace, à Tarragone (II, 4114 - ILS, 1140). Les deux hommes ont pu être en contact dans le contexte de l’exercitus Illyricus, le subordonné ayant par la suite suivi son supérieur, lors de sa nomination à la tête de la province d’Hispania Citerior, pour devenir son strator. La situation était différente pour L. Octavius Felix (CBI, 758 : Annexe 1.2) dont l’autel érigé à Vazaiui célébrait vraisemblablement la fin de séjour dans le poste, expleto tempore.

240 CBI, 619 ; pour un exemple de promotion d’un bf cos comme centurion dans cette légion, voir ci-dessous CBI, 822 : Annexe 1.3.

241 Speidel 1992a, 127 et Speidel 1992b.

242 Birley 1965, 214 ; sur l’importance du patronage en Afrique : Saller 1982.

243 CBI, 784 avec I 138.

244 III, 6154 et AE, 1954, 136 : décurion d’aile ; VIII, 21000 ; AE, 1917/1918, 50 : centurion ; AE, 1917/1918, 85. Il s’emploie aussi pour des candidati au service d’autres supérieurs : VI, 1410 : un a militiis, candidat du préfet de la Ville ; VIII, 25382. Pour une liste plus complète des candidati : de Ruggiero 1886 –, II. 1, 78-79. Pour un vétéran mis en retraite avec ce titre : VIII, 2618 et 18096 - Le Bohec 1989, 249 et un candidatus d(omini) n(ostri) de la légion VIII était en poste dans le Mâconnais : XIII, 2596 (voir n. 164 p. 160).

245 CBI, 822 : Annexe 1.3, avec Haensch 1998.

246 I 136 ; Le Bohec 1989b, 218 no 22. Sur les retenti, voir Domaszewski & Dobson 1981, 41. Pour l’attestation du terme de remansor en 200 p.C., voir CBI, 917 - Speidel 1994a, 56 ; Aurelius Maximianus (I 7b) se trouvait-il lui aussi dans une situation d’attente lorsqu’il fit graver l’inscription funéraire de son épouse à Martigny-Forum Claudii Vallensium, centre administratif de la Vallis Poenina ?

247 CBI, 327, avec Domaszewski & Dobson 1981, 106 ; Sander 1957, 364.

248 CBI, 648 ; sur les décorations, voir Maxfield 1981, 191-193.

249 CBI, 897 ; il est inscrit dans la tribu Stellatina, comme les citoyens de Turin.

250 CBI, 867.

251 * I 191.

252 CBI, 858 avec II, 2554-ILS, 9126 - Le Roux 1982, 248.

253 CBI, 854 à Tarragone avec CBI, 855 et 856 à Villalís, en 166 et 167 p.C. En l’absence des tria nomina, l’identification demeure incertaine comme le montre l’existence d’un troisième Valerius Flavus – le prénom est Marcus – décédé à Tarragone comme bénéficiaire, lui aussi, dans la première moitié du IIe s., CBI, 846.

254 Devijver 1989, 105, 119-120, 133.

255 CBI, 72.

256 CBI, 95 et CBI, 53 avec Annexe 3. Sur la présence d’une station de bf cos à Bonn, voir Chap. IV p. 149 n. 99.

257 CBI, 708, avec IGR, III, 1201 ; selon Zozime, Histoires, 1.19.2 et 1.20.2 Iulius Priscus fut doté du pouvoir suprême dans la région ; voir Thomasson 1972-1990, 340, 5 et Christol 1997b, 99-100.

258 CBI, 589. La datation se situerait entre 193 p.C. et 239 p.C., date à laquelle Viminacium devint colonie romaine, ou au milieu du iie s. si l’on en croit Devijver 1976-1993, V, 38 ; voir aussi Haensch 1997a, 682, n. 162. Devijver 1989, 407 et 410 évoque ailleurs le recrutement des officiers équestres dans la noblesse municipale ainsi que parmi les simples soldats, vétérans et sous-officiers, s’interrogeant sur les relations entre ce phénomène et la crise économique du début du iiie s. Sur cette promotion : Chap. VII p. 312. La cohorte I Aquitanorum est attestée à Brough-on-Noe en Bretagne (RIB, 283) puis probablement à Brancaster au début du iiie s., peut-être jusqu’à l’arrivée des equites Dalmatae Branodunenses : Holder 1982, 112 et 130.

259 III, 8261 - ILS, 2733 - IMS, III/2, 23.

260 Voir les remarques de Devijver 1989, 356 au sujet de Cassius Timotheus.

261 CBI, 37 : Annexe 1.3.

262 CBI, 760 et 609. Sur la question : Chap. VII p. 304.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540