Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Chapitre II. Les bénéficiaires : essai de définition

Texte intégral

1. Les beneficiarii à lépoque républicaine

  • 1 César, Guerre civile, 1.75 : Petreius uero non deserit sese. Armat familiam ; cum hac et praetoria (...)

1La plus ancienne mention de beneficiarius dans la littérature remonte à César. Ce dernier évoque à deux reprises les beneficiarii, les deux fois à propos des forces ennemies, dans le contexte des guerres civiles. Dans le premier cas, il est question des affrontements qui ont eu lieu en Espagne. César décrit les troupes rassemblées par Pétréius, l’un des généraux de Pompée, et qui constituent sa garde1 :

“Pétréius, lui, ne se laissait pas aller. Il arme ses esclaves ; avec eux, sa cohorte prétorienne de caetrati et un petit nombre de cavaliers barbares, ses bénéficiaires, qu’il avait l’habitude d’utiliser pour sa garde personnelle, il bondit tout à coup au retranchement”.

  • 2 Speidel 1978, 5.
  • 3 César, Guerre civile, 3.88 : Haec erant milia XLV, euocatorum circiter duo, quae ex beneficiariis (...)

2Ce sont donc les quelques cavaliers barbares engagés par Pétréius à son service comme gardes du corps qui sont décrits par César comme ses beneficiarii. La garde montée de César se composait de 800 ou 900 cavaliers, qui étaient en quelque sorte les précurseurs des equites singulares de l’armée impériale2. Dans le second texte, César décrit l’effectif des troupes de Pompée en ces termes3 :

“Cela faisait 45 000 hommes, plus environ 2 000 rengagés, venus à lui des bénéficiaires des anciennes armées, qu’il avait répartis sur toute sa ligne”.

  • 4 Polybe, 6.31.2.
  • 5 Harmand 1967, 262 ; Rankov 1994, 220 ; Ott 1995, 64-65.
  • 6 Sur les plus anciennes attestations de bénéficiaires, voir Chap. I p. 24-25 et nos remarques conce (...)

3Dans ce contexte, ceux que César présente comme les beneficiarii de Pompée sont les 2 000 soldats rappelés ou euocati, c’est-à-dire des vétérans qui avaient déjà servi sous ses ordres et qui reprennent volontairement le service sous son commandement. L’emploi de soldats sélectionnés et de vétérans volontaires au service des généraux de l’armée républicaine ne constitue pas un phénomène nouveau ni une situation d’exception4. Les deux passages de César montrent qu’au terme beneficiarius est associée la notion d’une relation personnelle établie entre un subordonné et son supérieur militaire. On notera que dans les deux cas, les beneficiarii interviennent dans des circonstances spéciales, dans le cadre d’un arrangement individuel entre leur supérieur et eux-mêmes. Nous verrons plus loin que cette situation s’inscrit précisément dans les dispositions d’un beneficium. Il ne fait pas de doute que dans le contexte évoqué par César, le terme beneficiarius n’a pas une valeur institutionnelle précise qui renverrait au système hiérarchique de l’armée républicaine5. Beneficiarius apparaît dans les structures et dans la terminologie de l’armée impériale comme un titre précis, dans de nombreux témoignages épigraphiques dont les premiers exemples ne sont pas antérieurs à Claude6.

  • 7 P 73 : Annexe 2.
  • 8 Pline, Histoire Naturelle, 6.184. Selon Weinstein & Turner 1976, 125, la main trouverait un parall (...)
  • 9 Strabon 17.1.54, avec Lesquier 1918, 14-15.
  • 10 Yémen au pays de la reine Saba’, Institut du monde arabe, Paris 1997, 69 (photo) ; AE, 1995, 1608 (...)
  • 11 Strabon 17.1.53.
  • 12 CBI, 100, 827, 400 et 402 ; dans le même sens : Rankov 1994, 223.
  • 13 P. Oslo, II, 30 - Daris 1964, 72.
  • 14 Chap. IV p. 175-193.

4Nous ne connaissons qu’un seul témoignage non littéraire d’un beneficiarius dans l’armée d’époque républicaine. Il apparaît sur un fragment de papyrus de Qasr Ibrîm, l’antique Primis mentionnée par Pline l’Ancien. On lit :---β]ενεφικιαρ[---7. Le papyrus remonte au ier s. a. C., une datation proposée par les spécialistes sur la base de critères paléographiques et confirmée par le contexte archéologique dans lequel il fut mis au jour8. La présence d’un beneficiarius en ce lieu situé à 150 kilomètres au sud de la frontière romaine, non loin de la deuxième cataracte, où le stationnement d’une garnison de soldats est attesté jusque sous Néron, serait peut-être à mettre en relation avec la campagne de Pétronius contre les Nubiens. Strabon, qui en fait le récit, rapporte que Pétronius avait à ses côtés des soldats d’escorte ainsi que des ambassadeurs envoyés en reconnaissance pour espionner les tribus éthiopiennes9. Les troupes romaines ont organisé des expéditions jusqu’au Yémen et le cavalier P. Cornelius, l’un des soldats romains participant à l’une d’elles en 25 a. C. sous le commandement d’Aelius Gallus, est sorti de l’anonymat grâce à son épitaphe bilingue (grec-latin), retrouvée à Barâqish et conservée au musée national de San’â10. Il est regrettable que le caractère très fragmentaire de ce document papyrologique isolé ne permette pas d’en savoir plus sur ce bénéficiaire et sur son statut, à cette époque et dans un tel contexte. Était-il à l’image des beneficiarii de Pétréius et de Pompée mentionnés chez César l’un des soldats choisis par un supérieur pour être à sa disposition, selon les circonstances, faire partie de son entourage ou de sa garde, comme ceux qui, dans un épisode mis en scène par Strabon, auraient protégé Pétronius de jets de pierre au cours de son expédition égyptienne11 ? Ce militaire présent au sein d’une garnison établie dans une zone de frontière de l’Empire servait-il d’ordonnance au commandant du poste établi à Primis, comme les bénéficiaires d’époque impériale que l’on connaît au service d’un tribun ou d’un préfet, en garnison avec leur troupe, à Bad Wimpfen en Germanie Supérieure par exemple au tout début du début du iie s., à Auzia en Maurétanie Césarienne ou encore à Intercisa en Pannonie Inférieure12 ? Était-il détaché à Qasr Ibrîm sur les ordres d’un gouverneur, dans un rôle comparable par exemple à celui du centurion en poste à Sendrypaei en Égypte, en 20 avant notre ère, pour y représenter les autorités romaines auprès de la population locale et veiller à ce que l’ordre soit maintenu dans la région13 ? Nous verrons plus loin que les premiers exemples connus de bénéficiaires d’un gouverneur de province détachés dans une station remontent à l’époque de Trajan ou d’Hadrien14.

  • 15 Polybe 6.31.2 ; 6.24.2 ; 6.34.7 ; 6.24.6 ; le signifer est aussi attesté chez César, Guerre des Ga (...)
  • 16 Harmand 1967, 344-348.

5Ce fragment de papyrus permet de penser que beneficiarius, en plus de son emploi dans la littérature, où il recouvrait une signification générale, était déjà utilisé à l’époque républicaine comme un titre dans la terminologie militaire. L’armée républicaine, nous l’avons vu, connaissait déjà des soldats d’élite spécialement recrutés pour faire partie de l’entourage des officiers ; les titres de cornicularius, optio, tesserarius, signifer et speculator, par exemple nous sont connus à travers les sources littéraires de cette période15. La quasi absence de ces titres militaires dans les documents épigraphiques d’époque républicaine est à mettre au compte de la pratique épigraphique, dont le développement, en particulier dans le milieu qui nous intéresse, s’observe surtout à une époque plus tardive. Ces titres, conservés au delà des réformes militaires, vont continuer à être employés dans l’armée d’époque impériale16. Dans les sources épigraphiques, à partir de l’époque flavienne et surtout depuis Trajan et Hadrien, on verra apparaître, avec la spécialisation des grades militaires, la mise en place de carrières apparemment plus structurées, du moins dans certains corps de troupes, et l’emploi d’une véritable terminologie militaire.

2. Les beneficiarii dépoque impériale dans les sources littéraires

2.1. Beneficiarius ou les ambiguïtés du terme : les limites des définitions littéraires

2.1.1. Festus : beneficium et beneficiarius

  • 17 Festus, De la signification des mots, p. 30, éd. W. M. Lindsay, Hildesheim 1965 : Beneficiari dice (...)

6Le premier texte d’époque impériale où il est question d’une définition du terme beneficiarius les présente en ces termes17 :

“On appelait beneficiarii les soldats qui étaient libérés des corvées grâce à un bienfait ; on qualifiait au contraire de munifices ceux qui n’(en) étaient pas libérés, mais qui accomplissaient leur devoir pour l’État”.

  • 18 Cervani 1978.
  • 19 Davies 1974.
  • 20 Végèce 2.7 (voir infra p. 64 n. 35) :... reliqui munifices apellantur, quia munera facere coguntur(...)
  • 21 Dans le texte cité supra, muneris retenu par Lindsay a été corrigé en muneri<bu> s (cf. l’éd. de C (...)
  • 22 CBI, 880 : Annexe 1.3 et Chap. III p. 110.

7Cette définition remonte à Festus (iie s. p.C.), qui s’appuie lui-même sur des sources antérieures, vraisemblablement d’époque républicaine. Elle nous est parvenue à travers les Excerpta ex libris Pompei Festi de Significatione uerborum de Paul Diacre18. Festus privilégie la définition étymologique, rapprochant le titre de beneficiarius du terme beneficium, et celui de munifex, de munus et facere. Selon lui, le beneficium dont jouissent les beneficiarii correspond à l’exemption des corvées militaires, soit à la uacatio des munera19. Quant aux munifices qu’il oppose aux beneficiarii puisqu’ils n’ont pas la faveur de la uacatio, ils accompliraient selon lui leur munus, c’est-à-dire leur service (ou leur devoir, leur officium) pour l’État. On s’attendrait logiquement à ce que les munifices, par opposition aux bénéficiaires, soient simplement décrits comme ceux qui ne sont pas exempts des corvées ou munera et que la définition e contrario s’arrête là. C’est du reste ainsi que les définit Végèce, dans un passage sur lequel nous reviendrons plus tard20. La seconde partie de la définition de Festus paraît donc surprenante puisqu’il ne fait pas de doute qu’en qualité de soldats, aussi bien les beneficiarii que les munifices accomplissent leur munus pour la respublica. Festus – ou plutôt l’un des auteurs intervenus dans la transmission du texte – s’égare dans la définition des munifices à cause d’une confusion entre les diverses significations du terme munus, selon qu’il est employé dans le contexte de la vie militaire pour les corvées à accomplir, ou dans celui qui décrit la position juridique des citoyens face à leurs obligations civiques alors qu’ils sont en service comme militaires. La confusion, suggérée en outre par l’existence d’un problème textuel qui porte précisément sur ce point, permet de penser que le passage en question a pu être remanié au VIIIe s., comme c’est le cas d’autres passages pour lesquels la confrontation des fragments de Festus avec le texte transmis par Paul Diacre est possible, à la différence de celui-ci21. Les titres de beneficiarius et de munifex mis en opposition ici se retrouvent ensemble parmi d’autres militaires classés selon leur titre dans un catalogue de soldats de la flotte de Ravenne qui peut-être mentionnait les noms de l’équipage d’un bateau. Les munifices, des soldats sans qualification ou responsabilité particulière, et de ce fait astreints aux corvées, y figurent en queue de liste, après les fabri, beneficiarii, uexillarii, cornicines, tubicines, bucinatores et les suboptiones22.

  • 23 Tacite, Histoires, 4.48 : Aequatus inter duos beneficiorum numerus... L’abréviation -B-, caractéri (...)
  • 24 Par exemple Cagnat 1913, 27-28 ; Jones 1949, 44 ; Sherwin-White 1966, 587.
  • 25 Childer & Townend 1985, 60 : “Beneficiorum, a general term for patronage, rather than a reference (...)
  • 26 Benabou 1972, 129-136.
  • 27 Saller 1982, part. 149 sq. et Appendice 5.
  • 28 Apulée, Florides, 9.

8Selon Festus, c’est l’exemption des corvées, accordée comme un beneficium, qui constituerait étymologiquement la particularité des beneficiarii. Sur la base de cette définition, un rapprochement rapide entre les termes beneficium-beneficiarius a conduit à une interprétation contestable d’un passage de Tacite23. Lorsque Caligula enlève au proconsul d’Afrique le commandement de la légion III Augusta pour la confier à l’un de ses légats, il fait en sorte, nous dit Tacite, que les deux hommes aient le même nombre de beneficia à leur disposition. Les propos de Tacite ne sauraient se limiter à la nomination des beneficiarii par le proconsul, comme on l’a parfois pensé24. Nous ne connaissons du reste aucun témoignage explicite, ni dans les sources épigraphiques, ni ailleurs, de beneficiarii proconsulis. Il paraît donc préférable d’y voir l’expression générale d’une égale répartition des avantages du proconsul et du légat, précurseur du gouverneur de la future province de Numidie25, ou peut-être même, chez Tacite, celle d’une démonstration de la dégradation politique suite due réformes de Caligula et de la faiblesse de Pison, comme on l’a proposé26. Les gouverneurs représentent en effet dans leur province le centre du pouvoir et le principal distributeur de privilèges, comme le montrent la correspondance de Pline et de Trajan et les inscriptions qui évoquent des relations de patronage, en particulier en Afrique du Nord27. Apulée, le fils d’un duumuir de Madaure, dans un discours prononcé devant un proconsul d’Afrique, évoque l’estime que les gouverneurs reçoivent des provinciaux à cause des privilèges qu’ils leur accordent, propter beneficium28.

  • 29 Hellegouarch 1963, 163-169 ; Saller 1982, part. 195-199 ; MacMullen 1991, 162-165.
  • 30 Par ex. Pline 10.26 ; Alföldy 1991 ; Speidel 1992a, 126.
  • 31 Speidel 1992a, 335. Le but du congé doit être spécifié, et l’accord est lié à celui d’un beneficiu (...)
  • 32 TLL, s. v., 1887 ; par ex. Suétone, Tibère, 12 : per quosdam beneficii sui centuriones. Pour des e (...)

9Le concept de beneficium, lié à l’origine et dans la vie civile aux relations d’amicitia, garantit une relation cordiale entre deux personnes ou groupes de personnes. Elle n’est soumise à aucune contrainte sinon que ce lien proche du patronage implique par sa nature même une réciprocité dans les relations entre les deux parties. L’un des pôles, généralement inférieur à l’autre, se doit de manifester sa reconnaissance, au titre du beneficium dont il a été gratifié, à celui qui est en quelque sorte son protecteur29. La relation cesse lorsque l’une des parties impliquées le souhaite. Le beneficium peut s’appliquer aussi bien à des actes de protection et d’appui, dans un contexte moral, qu’à des largesses matérielles et concrètes. Les sources montrent de nombreux exemples de beneficia de l’empereur, en faveur de personnes, civiles ou militaires, ou de communautés30. Dans la vie militaire, le beneficium se manifeste à travers toutes les sortes de faveurs accordées à un subordonné militaire, qu’il s’agisse d’un congé, par exemple, d’un enrôlement ou d’un transfert dans une troupe d’élites31 ou d’une promotion ou nomination à un poste due à l’appui d’un supérieur32. Cela explique le climat de corruption qu’il engendre occasionnellement. Nous verrons que l’exemption des munera et la garantie d’un beneficium ne se limitent toutefois pas aux seuls militaires portant le grade précis de bénéficiaire.

2.1.2. Taruttienus Paternus et Végèce : immunes et principales

  • 33 Digeste, 50.6.7 (Taruttienus Paternus, libro primo militarium) Quibusdam aliquam uacationem muneru (...)
  • 34 La rédaction du Traité de l’art militaire, postérieure à la mort de Gratien (383 p.C.) selon Chast (...)
  • 35 Végèce 2.7 : Hi sunt milites principales, qui priuilegiis muniuntur. Reliqui munifices appellantur (...)
  • 36 Breeze 1971 et Breeze 1974b.
  • 37 Breeze 1971. La classe des triplicarii n’est pas attestée au-delà du milieu du Ier s. p.C., et tou (...)
  • 38 Ces titres ne se rencontrent que rarement dans les inscriptions de légionnaires ; voir toutefois C (...)

10Taruttienus Paternus, connu comme juriste et comme préfet du prétoire, qualifie d’immunes les soldats exempts des munera. Il en énumère une longue liste dans laquelle toutefois ne figure pas le beneficiarius33. Pour Végèce (ive s. p.C.34), la uacatio munerum concerne des soldats privilégiés qu’il désigne sous l’appellation générale de principalis par opposition aux munifices, astreints aux corvées35. Les privilèges qu’il associe implicitement à l’exemption des corvées doivent être mis en relation avec une augmentation du salaire des principales. Les immunes se contentent pour leur part d’une exemption des corvées et d’un salaire de base, à la différence des munifices, qui ne reçoivent que le salaire de base, sans exemption des corvées36. La mention de la classe salariale justifie l’emploi de titres complémentaires pour les différents types de principales, qui se répartissent en simplares, sesquiplares et des duplares, comme le précise Végèce dans sa liste. Dans les papyrus et les inscriptions, les titres de sesquiplicarius et de duplicarius apparaissent parfois pour préciser à la fois le rang d’un sous-officier principalis37. Les inscriptions du dossier révèlent quelques exemples de bénéficiaires portant le titre de duplicarius ou de duplarius38.

  • 39 Voir par ex. CBI, 906, fin IIe-IIIe s., et CBI, 770, avec Chap. VI ; voir aussi CBI, 46 et 49 pour (...)
  • 40 Pour des beneficiarii principales, voir par ex. CBI, 874 (fin du ier s. -début du iie p.C.), CBI, (...)
  • 41 CBI, 772-774 ; I 42 ; CBI, 488 : Annexe 1.3 et CBI, 759 : Annexe 1.3 ; I 121, avec Rankov 1994, 22 (...)

11Il ressort de la confrontation de ces définitions que les soldats exempts des munera se présentent sous trois désignations différentes : les beneficiarii chez Festus le lexicographe, les immunes chez le juriste et préfet du prétoire Paternus, et les principales, chez Végèce, l’auteur d’un traité d’art militaire. Chez ces trois auteurs, chacun des termes – beneficiarius, immunis et principalis – recouvre une signification générale qui peut s’appliquer à plusieurs types de soldats. Ces mêmes termes apparaissent aussi dans les inscriptions, mais à la différence des autres, beneficiarius correspond à un grade précis dans les textes épigraphiques, et non pas, à notre connaissance, à une désignation générale. Immunis se rencontre dans les deux emplois, parfois pour des militaires associés à des bénéficiaires, ou employés dans des fonctions comparables39. Il arrive que dans les inscriptions la désignation générique de principalis s’ajoute au titre précis et technique de beneficiarius40, comme c’est le cas pour d’autres soldats de cette catégorie. La fonction assumée par un bénéficiaire, ou l’une des multiples fonctions qu’il peut se voir confier, est parfois explicitée par un second terme ou titre ajouté à celui de bénéficiaire, tel que domicurius, domicurator, agrimensor, adiutor principis, stationarius, ou dans certains cas, par une expression ou périphrase41.

  • 42 Beneficiarii ab eo appellati, quod promouentur beneficio tribunorum.

12Végèce, qui classe les beneficiarii dans sa liste des principales, en donne un peu plus haut dans le même chapitre la définition suivante42 :

“Les beneficiarii sont ainsi dénommés parce qu’ils sont promus grâce à un bienfait des tribuns”.

  • 43 Voir à ce sujet Annexes 12 à 14 ; voir aussi infra p. 76-78.

13Comme Festus – cela est déjà implicite chez César –, Végèce assied sa définition sur le lien entre beneficiarius et beneficium. Mais il introduit une nouvelle notion, celle de la promotion des beneficiarii, qu’ils doivent selon lui à un beneficium des tribuns. Si l’on regarde le passage dans son contexte, on observe que parmi tous les principales qu’il cite dans sa liste, les beneficiarii sont les seuls pour lesquels il est question d’une promotion et surtout pour lesquels est évoqué un supérieur, en l’occurrence les tribuns. Faut-il y voir une spécificité des bénéficiaires qui les distinguerait des autres principales par des conditions particulières de promotion, ou par des relations étroites avec un supérieur ? Les inscriptions montrent que les beneficiarii sont généralement plus enclins que la plupart des militaires à mentionner dans leurs inscriptions le titre – et parfois même le nom – de leur supérieur à côté des leurs43. Il est certain qu’ils entretiennent des relations directes avec leur supérieur, en particulier avec celui auquel ils doivent leur promotion comme bénéficiaire, et le caractère personnel de cette relation apparaît dans certains documents. Les bases ou statues qu’ils érigent à titre privé en l’honneur de leur supérieur en sont un reflet évident. Plusieurs documents épigraphiques et papyrologiques permettent en outre de se faire une idée du rôle qu’ils ont assumé comme les représentants de leur supérieur. Mais il serait infondé de déduire du texte de Végèce, comme nous le verrons, que les beneficiarii jouiraient, en vertu de leur statut, de promotions spéciales au sein de l’armée, qui les avantageraient par rapport à l’ensemble des autres principales.

  • 44 Strobel 1988, 235-236 à propos de X, 135 - ILS, 2719.
  • 45 P 37.
  • 46 Sur l’intervention des tribuns dans la promotion au poste de centurion : Speidel 1994c ; d’un avis (...)
  • 47 Sur le rôle du tribun dans l’armée d’époque tardive : Grosse 1920, 24 et 34-35.

14Végèce évoque l’intervention du tribun dans la promotion des bénéficiaires, alors que les inscriptions et papyrus révèlent la diversité des supérieurs, officiers, procurateurs, gouverneurs, au service desquels ils étaient employés. Cette diversité constitue l’une des raisons pour lesquelles ils mentionnent habituellement le titre de leur supérieur, une manière d’indiquer son rang, sa place dans la hiérarchie, et indirectement, sa classe salariale. Les tribuns ont certes leur mot à dire dans le recrutement, dans l’attribution des décorations militaires et dans le choix des soldats dignes d’une promotion, en premier lieu lorsqu’il y a une place à pourvoir dans leur propre bureau ou officium44. Le rôle qu’ils jouent dans la sélection des sous-officiers apparaît clairement dans les inscriptions, notamment dans les cohortes prétoriennes et dans celles des vigiles, comme nous le verrons au chapitre suivant. Dans les provinces, les tribuns légionnaires sont autorisés à choisir et à proposer ceux qu’ils jugent capables de devenir membre de leur officium ou d’y être promus à une fonction plus élevée. La lettre de recommandation que le bénéficiaire Aurelius Archelaus adresse au tribun Iulius Domitius dans la seconde moitié du iie s. p.C., en faveur de son ami Theon, en est une illustration45. Il n’est pas impossible même que les tribuns puissent s’exprimer d’une manière plus ou moins directe, sous la forme d’une recommandation adressée aux officiers supérieurs et au gouverneur par exemple, sur les promotions ultérieures des soldats qu’ils ont sélectionnés46. Mais les inscriptions, et en particulier les dédicaces honorifiques montrent que c’est généralement le gouverneur, en qualité de responsable des troupes armées dans sa province, qui décide des promotions des sous-officiers, lorsqu’une place se libère. C’est lui également qui s’adresse formellement à l’empereur pour lui demander de confirmer ses choix et propositions des futurs centurions. La mention du tribun chez Végèce peut donc se comprendre comme une réminiscence de l’armée républicaine, où il puise une partie de ses sources, ou peut-être comme une trace de l’armée de son époque47.

  • 48 Domaszewski, dans sa division tripartite des principales, utilise l’expression “Beneficiarchargen” (...)
  • 49 Watson 1985, 78-85, et 183 ; Clauss 1973a, 17.
  • 50 Voir Chap. III p. 115-122.
  • 51 Voir par ex. ILS, 9099 à Lambèse : officiales Aeli Saturnini praef. leg. III Aug. (règlement d’un (...)

15En d’autres termes, la définition de Végèce pourrait s’appliquer à d’autres sous-officiers qu’à ceux qui portent le titre technique et précis de beneficiarius dans la terminologie militaire. Elle n’évoque pas par conséquent les spécificités de ces derniers par rapport à l’ensemble des principales employés au service d’un supérieur, qui tous appartiennent à la classe des “Beneficiarchargen”48. Signalons à ce propos que sa liste des principales n’est pas exhaustive, pas plus que celle de Paternus, qui fut l’une de ses sources. Végèce n’y mentionne ni les cornicularii, les commentarienses, les speculatores ou les frumentarii, des militaires pour lesquels le titre de principalis est néanmoins attesté dans les sources épigraphiques49. Il omet en un mot la plupart des soldats qui, comme les bénéficiaires, sont libérés des corvées pour accomplir des fonctions administratives ou autres, généralement au service d’un supérieur, dans son bureau50. Ces différents sous-officiers, qui sont des principales, comme les beneficiarii, partagent avec eux leur condition de soldats libérés des charges et détachés dans l’officium d’un supérieur, dotés d’avantages financiers allant apparemment d’une fois et demie à deux fois le salaire de base. Le titre général d’officialis, qui s’emploie en particulier dans les papyrus d’époque tardive pour les membres de l’officium du préfet d’Égypte et des autres gouverneurs devenus des membres de l’administration civile, n’apparaît que de manière limitée dans les textes épigraphiques51. Nous nous servirons néanmoins de cette appellation au cours de notre étude pour qualifier l’ensemble des principales employés dans un officium, en les regroupant sous cette désignation commune.

16La confusion qui émane des différentes définitions discutées ici s’explique par la persistance dans la langue juridique du iie s. p.C. et chez des auteurs qui puisent leurs informations dans les textes d’époque républicaine, y compris chez Végèce, de l’emploi de beneficiarius dans le sens large et général qu’il avait chez César, et qui s’applique de manière globale à l’ensemble soldats appelés à accomplir leurs fonctions au service d’un supérieur. A l’inverse, dans la langue des soldats (sermo castrensis), ce même terme recouvre un sens restrictif et technique qui correspond à un titre précis de la terminologie militaire et apparaît dans les inscriptions. Il se limite aux seuls porteurs du titre beneficiarius qui sont de loin les officiales les plus nombreux, et qui sont employés au service du nombre le plus large de supérieurs. Cette constatation nous invite à examiner son emploi dans les textes littéraires, et en premier lieu dans ceux qui sont plus ou moins contemporains aux premières attestations épigraphiques du terme, afin de chercher à établir si beneficiarius y recouvre une signification générale ou s’il est employé dans un sens technique.

2.2. Les beneficiarii dans les sources littéraires à l’époque de Trajan et d’Hadrien : titre technique ou appellation générique ?

  • 52 Pline 10.27 : Maximus, libertus et procurator tuus, domine, praeter decem beneficiarios, quos adsi (...)

17Les beneficiarii sont évoqués à deux reprises dans la correspondance entre Pline et Trajan. Dans l’un des cas, il est question d’un certain Maximus, un affranchi impérial employé comme collaborateur du procurateur financier du Pont et Bithynie, parti en Paphlagonie pour y acheter du blé, avec des militaires comme escorte52 :

“Maître, Maximus ton affranchi et ton procurateur, outre les dix beneficiarii que tu m’as dit d’assigner à l’honorable Gemellinus, assure qu’il lui faut aussi des soldats”.

  • 53 Ibid. : Quin etiam tutelae causa, quia ita desiderabat, addidi duos equites.
  • 54 Pline 10.28 : Cum ad pristinum actum reuersus fuerit, sufficient illi duo a te dati milites et tot (...)

18Pour la durée de la mission, les dix beneficiarii assignés par Pline au procurateur financier Virdius Gemellinus, sur l’ordre de Trajan, vont l’accompagner. Mais Maximus demande un renforcement de l’escorte, ce qui lui sera accordé par Pline : “De plus, pour sa garde, j’ai selon son désir ajouté deux cavaliers”53. Pline, avec la circonspection qu’on lui connaît, s’enquiert auprès de Trajan pour savoir ce qu’il en pense et ce qu’il conviendra de faire par la suite. Trajan approuve la décision de Pline mais il insiste sur le fait qu’il s’agit d’une mission extraordinaire (extraordinarium munus), et que les choses devront changer à son retour54 :

“Quand il sera revenu à ses précédentes fonctions, il aura assez des deux soldats que tu lui as donnés et d’un nombre égal de ceux que lui a donnés mon procurateur Virdius Gemellinus”.

19Ce qui importe à l’empereur, et cela ressort avec clarté dans ce passage, c’est moins le titre ou le statut précis des soldats détachés que leur nombre, un principe qui apparaît à plusieurs reprises dans la correspondance qu’il échange avec Pline. Trajan qualifie en effet de milites aussi bien les deux cavaliers donnés par Pline que les deux des dix bénéficiaires de Gemellinus que Maximus pourra conserver à ses côtés, sans faire de distinction entre eux. Les huit autres retourneront par conséquent auprès de Gemellinus.

  • 55 Pline 10.21 : Cui ego notum feci praecepisse te ut ex cohortibus, quibus me praeesse uoluisti, con (...)

20Au cours de sa première année en Bithynie, en 111 p.C., Pline s’était déjà adressé à Trajan dans des circonstances comparables, à propos de l’effectif militaire assigné à Gavius Bassus, préfet de la côte pontique55 :

“Je lui ai notifié que d’après tes ordres il devait, sur les cohortes dont tu m’as donné le commandement, se contenter des dix bénéficiaires, de deux cavaliers, d’un seul centurion”.

  • 56 Sherwin-White 1966, 588-589 compare ce poste avec celui du praefectus orae maritimae des provinces (...)
  • 57 Pline 10.21 :... praecipisse te.... ; 10.22 :... mandatis meis...
  • 58 Sherwin-White 1966, 590-591.

21La nature des rapports entre le préfet de la côte pontique et le gouverneur de la province impériale du Pont et Bithynie n’est pas clairement définie. Si l’on considère le statut de Bassus, on peut s’étonner que ce soit Pline, et non pas le gouverneur de Cappadoce et de Galatie, son supérieur direct, qui lui fournisse des militaires. Le préfet de la côte pontique était vraisemblablement impliqué dans le contrôle militaire et économique de l’ensemble de cette région côtière56. Une surveillance de la sécurité des transports maritimes était d’autant plus importante que l’épisode décrit par Pline se situe dans le contexte de la préparation de la campagne parthique de Trajan. Le texte montre que le nombre de soldats assignés à Gavius Bassus était fixé par des mandata de Trajan57. Il s’agit d’une série d’instructions – sur les questions militaires, sur l’administration et sur les finances – qui sont données à chaque gouverneur, au moment de sa nomination. Ils rassemblent les règles et les lignes de conduite générales aussi bien que de nouvelles instructions qui correspondent à la situation d’une province à un moment donné, et se distinguent des rescrits, qui répondent à des cas particuliers58.

  • 59 Un cornicularius (korniklãriow) est mentionné dans une inscription de Pruse de Bithynie : IGR, III (...)
  • 60 On connaît un autre exemple de centurion regionarius détaché des troupes légionnaires de Mésie Inf (...)
  • 61 Pline 10.22.

22La province n’étant pas dotée de troupes légionnaires, Pline prélève les beneficiarii et autres soldats détachés auprès de Bassus sur ses propres cohortes auxiliaires, ex cohortibus, quibus me praeesse uoluisti59. Mais ceux-ci ne suffisent pas à Bassus, et chacun des deux hommes s’adresse à l’empereur. Pline fait l’inventaire, comme on l’a vu, des soldats éloignés des enseignes, selon leur type : un centurion, deux cavaliers chargés d’escorter le détachement, dix beneficiarii. Le centurion était vraisemblablement responsable du détachement des soldats auprès de Bassus60. La réponse officielle de Trajan à Gavius Bassus, dont il a joint une copie à sa lettre adressée à Pline, ne nous est n’est pas parvenue. Mais dans sa réponse à Pline, on observe à nouveau que ce qui importe aux yeux de l’empereur, c’est le nombre limité des soldats détachés loin de leur corps de troupes, plutôt que leur statut précis61 :

“Il importe beaucoup de savoir s’il y a nécessité ou si les intéressés veulent abuser de leur droit. Pour nous, nous ne devons considérer que la nécessité et, autant que possible, veiller à ce que les soldats ne restent pas éloignés des enseignes”.

  • 62 Aelius Aristide, Discours sacrés, 26.67.
  • 63 AE, 1972, 573 (= 1969/1970, 595 b).
  • 64 La mention de 3 cornicularii étonne si l’on se réfère à l’officium du gouverneur d’une province co (...)
  • 65 Les éditeurs de l’AE, 1972, 573 ; Speidel 1978, 5 n. 12 ; Rankov 1994, 220. Déjà dans ce sens et a (...)

23Ce même principe énoncé par Trajan, curandum ne milites a signis absint, est mis en lumière quelques années plus tard sous Antonin le Pieux par Aelius Aristide qui félicite les autorités de son époque du fait qu’il n’y a pas trop de soldats dispersés dans les villes62. Il est intéressant de confronter ce passage de Pline à une inscription bilingue découverte à Éphèse63. Elle est dédiée à M. Gavius Bassus par huit membres de son praetorium, deux stratores, trois cornicularii, deux optiones et un tesserarius. Ce texte montre bien l’usage d’une terminologie militaire précise au début du iie s. p.C. La composition du praetorium de Gavius Bassus – le nombre de trois cornicularii notamment –64, paraît surprenante pour un homme de ce rang, qui n’est pas gouverneur d’une province. Il est possible qu’il s’agisse dans le cas précis d’une situation d’exception en relation avec le rôle joué par Gavius Bassus dans le contexte que nous venons d’évoquer. Ces dédicants ont été identifiés par certains historiens65 avec les soldats mentionnés par Pline : les stratores seraient les deux cavaliers évoqués par Pline, les autres six des dix beneficiarii.

  • 66 On pourrait s’attendre, en fonction de son activité de gouverneur et des réalités concrètes abordé (...)
  • 67 CBI, 855-858 avec Chap. V p. 263 ; voir aussi CBI, 643.
  • 68 Par ex. Fink 1971, 63 et 64 et Tab. Vindol., I, 154. Soulignons que les bf cos détachés dans des s (...)

24Une telle identification impliquerait évidemment un emploi de beneficiarius dans un sens large qui s’étend à l’ensemble des soldats d’état-major, comme c’est le cas nous l’avons vu chez Végèce. Ceci n’a en soi rien de surprenant. Sachant bien que seul le nombre des soldats détachés de leur troupe importait à Trajan, Pline n’allait pas énumérer les noms et le titre précis, s’il y a lieu, de chacun des soldats détachés au service de Bassus. Soulignons en outre que dans la langue de Pline, l’emploi de termes militaires techniques est extrêmement rare. En dehors des deux passages retenus ici, nous n’avons relevé aucune autre attestation d’un titre militaire concernant des soldats employés au service d’un officier ou d’un autre supérieur66. Ainsi, bien qu’elle soit séduisante et paraisse envisageable sur le principe, l’identification proposée entre les militaires du texte de Pline et ceux de l’inscription d’Éphèse demeure incertaine puisqu’elle n’explique pas pour quelle raison le centurion et les quatre derniers beneficiarii mentionnés par Pline n’apparaissent pas dans la dédicace. Par ailleurs, si l’on considère l’ensemble du dossier épigraphique des bénéficiaires, nous ne connaissons aucun document où les beneficiarii constitueraient à eux seuls comme chez Pline l’élément central d’un détachement, à côté du centurion et de deux cavaliers. Cela ressort clairement des inscriptions de Villalís67. Cela s’observe aussi dans les inventaires ou pridiana des unités militaires, où figurent la liste et l’emploi du temps des soldats, présents ou absents, en service, malades ou décédés, et où les beneficiarii ne se distinguent pas parmi leurs compagnons68.

  • 69 Par ex. P 13 ou CBI, 27 ; sur cette question, voir infra p. 83.

25Chez Pline, comme chez César et dans les textes passés en revue précédemment, le terme de beneficiarius semble donc recouvrir une signification générale plutôt que technique. Dans les deux passages analysés, qu’il s’agisse des soldats chargés d’accompagner Maximus en Paphlagonie, le temps de sa mission spéciale, ou de ceux qui ont été détachés auprès de Gavius Bassus, il est question de militaires libérés des corvées du camp et placés sous l’autorité d’un tiers, pour une durée limitée et dans des circonstances particulières. Au terme de la mission, les relations entre le supérieur et les beneficiarii cessent d’exister. Ce sont là exactement les principes d’une relation constituée en fonction d’un beneficium, comme nous l’avons vu plus haut. Plusieurs documents épigraphiques et papyrologiques semblent confirmer le témoignage de Pline, car ils indiquent que les bénéficiaires d’un supérieur peuvent être détachés de leur camp pour remplir une mission spéciale de durée limitée, et cela parfois même sous les ordres d’un supérieur qui n’est pas celui dont ils dépendent d’un point de vue hiérarchique69. Au contraire, les sources épigraphiques montrent que dans les provinces, une fois ce titre et cette position acquis dans la terminologie et dans la hiérarchie militaire, le bénéficiaire les conservait habituellement jusqu’à la fin de son service.

  • 70 SHA, Hadrien 2.5-6 : Traiano a Nerua adoptato ad gratulationem exercitus missus in Germaniam Super (...)

26Un épisode de l’Histoire Auguste plus ou moins contemporain des deux lettres de Pline, bien qu’il soit rédigé à une époque largement postérieure, met en scène un bénéficiaire qui lui aussi s’est vu confier une mission spéciale par son supérieur. L’événement prend place lors de la mort de Nerva, peu après l’adoption de Trajan, au moment précis où Hadrien se rendait à Mayence pour le féliciter de son adoption, au nom de l’armée. Nouvellement nommé à Cologne, comme gouverneur de la Germanie Inférieure, Trajan est remplacé à Mayence par Servianus70 :

“Lorsque Trajan fut adopté par Nerva, Hadrien fut chargé de lui transmettre les félicitations de l’armée [et pour cela] envoyé en Germanie Supérieure. C’est de là qu’il se dirigea en hâte vers Trajan pour être le premier à lui annoncer la mort de Nerva, mais il fut retenu longtemps par Servien, le mari de sa sœur – qui avait suscité la haine de Trajan à son endroit en lui faisant connaître ses dépenses et ses dettes ; retardé en outre par une mise hors d’usage intentionnelle de sa voiture, il fit le chemin à pied et n’en arriva pas moins avant le bénéficiaire envoyé [comme messager] par Servien”.

  • 71 Pour la date de l’Histoire Auguste et pour un commentaire concernant ce passage et son caractère o (...)
  • 72 Sur le gouvernement de Trajan et de son successeur, en Germanie Supérieure : Eck 1985, 45-48, no 2 (...)
  • 73 Cf. Chastagnol 1994, 19 n. 7.
  • 74 CBI, 41, I 7a ; CBI, 392 en 226 p.C. : voir infra p. 80.
  • 75 Clauss 1973a, 54 et 73 ; Rankov 1987, 243-249, part. 244. Voir aussi Chap. III p. 115-122.
  • 76 P. Mich., 472 et 469 ; Clauss 1973a, 86-93 et Rankov 1990, 167 et 180. Dans l’Histoire Auguste, le (...)

27Il faut se garder d’une manière générale d’accorder trop de crédit à l’auteur de l’Histoire Auguste et en particulier dans le cas précis où l’épisode a tout l’air d’être une pure une invention71. La question qui se pose est moins de savoir si les faits sont réels que d’établir s’ils sont plausibles, en fonction de ce que l’on sait des bénéficiaires. On ignore où se trouvait L. Iulius Ursus Servianus et quelle fonction il occupait au moment des événements, c’est-à-dire juste avant sa nomination à la tête de la Germanie Supérieure comme successeur de Trajan72. Était-il à Rome, d’où il fut envoyé vers Mayence afin de reprendre le poste de Trajan73 ? Si l’on admet qu’au moment des faits il était gouverneur d’une province impériale, il devait avoir à ce titre des beneficiarii à son service. Il est par conséquent plausible qu’il ait pu confier à l’un d’eux la mission décrite plus haut, de caractère privé. Les sources épigraphiques et papyrologiques montrent que les beneficiarii ont pu être appelés à se déplacer dans l’exercice de leurs fonctions, en général à l’intérieur de la province, mais aussi dans des cas particuliers en dehors des limites de celle-ci. Rappelons simplement à titre d’exemple le bénéficiaire du consulaire d’Espagne Citérieure dont le cippe funéraire est érigé à Nîmes par les soins du légat de sa légion, cantonnée à León, ou le bf cos qui s’adresse à Jupiter en traversant les Alpes, ou encore celui de Norique qui érige un autel près de la frontière du Danube, en Pannonie Inférieure74. Mais il est certain qu’en général, si l’on écarte la question des provinces sans troupes légionnaires ou inermes (procuratoriennes ou autres), les bénéficiaires d’un gouverneur se déplacent entre la capitale et les diverses stations où ils peuvent être détachés. Toutes sortes de soldats pouvaient se voir confier la fonction de porteurs de dépêches officielles, même si ce sont surtout les singulares, speculatores et frumentarii qui paraissent spécialisés dans les fonctions de messagers et dans la collecte d’informations, souvent en collaboration avec les bénéficiaires du gouverneur. Les uns opéraient avant tout à l’intérieur de la province75, alors que les frumentarii et speculatores voyageaient plus souvent entre Rome et les provinces76.

  • 77 Annexes 12 et 13. Sur Végèce comme source pour l’auteur de l’Histoire Auguste : Chastagnol 1995, X (...)

28En mettant en scène l’un des beneficiarii de Servianus, l’auteur de l’Histoire Auguste, lecteur de César et de Végèce, cherche avant tout à souligner le caractère privé de la mission du subordonné de Servianus, le lien établi entre les deux hommes étant illustré par l’expression Seruiani beneficiarius. Cette expression rappelle les nombreux témoignages épigraphiques – ils sont contemporains des événements décrits – où le bénéficiaire précise dans sa titulature le nom et le titre de son supérieur77. L’écrivain a pu employer ce terme dans son sens technique et précis. Mais il n’est pas exclu non plus que pour donner à cet épisode inventé un aspect réaliste, il se soit inspiré de la définition de Végèce évoquée plus haut, qui fut l’une de ses sources en matière militaire. Vu le contexte dans lequel se situe l’épisode, la mention d’un bénéficiaire s’avérait habilement trouvée puisqu’elle pouvait s’accompagner d’une connotation péjorative ou d’un reflet de corruption.

2.3. Le regard de la population locale sur les beneficiarii : un commentaire rabbinique

  • 78 Isaac 1991 et Isaac 1992, part. 115-118 et 282-304, où il est question du rôle de l’armée dans la (...)
  • 79 Deutéronome, Chap. 32.14 (trad. J. Bonsirven, Paris-Tournai 1960).
  • 80 Bietenhard 1984, 767 § 317 ; Isaac 1991, 458-461. La traduction présentée dans le texte tient comp (...)

29C’est sous un éclairage particulièrement vif, teinté de dégoût et de haine que les beneficiarii apparaissent dans les sources talmudiques du iie s. p.C. Elles reflètent le regard porté par la population de Judée sur les représentants de l’autorité de Rome. Les soldats y sont vus comme les oppresseurs de la population, occupés au cours de violentes patrouilles à encaisser des taxes ou à lui extorquer de l’argent, sans égard ni pour les habitants, ni même pour les autorités locales78. Dans le Sifré sur le Deutéronome, un commentaire rabbinique de la Bible postérieur à la révolte de Bar Kokhba (135 p.C.), il est question d’une présentation du Cantique de Moïse79, à la lumière des événements de la révolte et de leurs conséquences. Le texte qui nous concerne commente le passage où Yaweh transporte son peuple sur les hauteurs du pays pour le nourrir des produits des champs : “Il lui a fait sucer le miel du rocher, l’huile qui sort de la roche la plus dure, la crème de la vache et le lait des brebis, avec la graisse des agneaux, des béliers de Bashan et des boucs, avec la fine fleur du froment...”. Celui-ci reçoit les explications et l’interprétation suivantes : “La crème des vaches”. Ce sont leurs (i.e. des Romains) consulaires et gouverneurs. “Avec la graisse des agneaux”. Ce sont leurs tribuns.Et les béliers’. Ce sont leurs centurions. ‘Les troupeaux de Bashan’. Ce sont les beneficiarii qui font sortir d’entre les dents (c’est-à-dire qui, par cupidité, ôtent même le pain de la bouche). ‘Et les boucs’. Ce sont leurs sénateurs. ‘Et la fine fleur du froment’. Ce sont leurs femmes...”80.

  • 81 Sur les bénéficiaires et les chrétiens ainsi que sur la proximité des fonctions des bénéficiaires (...)
  • 82 Pour l’emploi de ces termes dans le Sifré : Bietenhard 1984, 900.

30Nul doute que, dans un tel contexte, beneficiarius corresponde au titre précis sous lequel les bénéficiaires apparaissent dans leurs contacts quotidiens avec la population civile. Ce titre imprégné d’une détestable réputation de cupidité est resté imprimé dans la mémoire locale, ce qui ne manque pas d’intérêt, en particulier lorsque l’on cherche à définir plus précisément le cadre et la teneur de leurs activités. Sur l’ensemble de ce commentaire hébraïque, les seuls autres titres militaires empruntés au latin à côté de ceux des officiers et du beneficiarius sont ceux de centurio et de decurio, que l’on retrouve précisément dans des fonctions comparables à celles des bénéficiaires, dans les documents papyrologiques et dans les sources chrétiennes81. A ces titres s’ajoute celui de metator. Dans ce contexte, il s’agissait probablement de celui qui mesurait les prélèvements et réquisitions en nature. On n’y connaît en revanche aucun des autres soldats du bureau tels que frumentarius, speculator, commentariensis ou cornicularius. L’emploi dans ce commentaire des transcriptions des mots latins annona et census est révélateur du climat dans lequel se situent les rapports entre Rome et la population de Judée ou d’ailleurs, notamment en Égypte comme l’attestent aussi les papyrus82.

  • 83 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 4.442.
  • 84 Isaac 1991 ; voir aussi Speidel 1993a. La validité du diplôme en question était garantie par la si (...)
  • 85 Mitchell 1976, l. 23-24 ; l. 49-50 : σταθμον πασιν τοις τε μεθ ημων και τοις στρατευομενοις εν πασ (...)
  • 86 Voir à ce propos l’inscription de Pizos IGR, I, 766, où il est également question des επι[στα] θμο (...)

31Dans les années qui ont précédé la prise de Jérusalem, en 67-68 p.C., l’armée était présente partout en Judée. Si l’on en croit Flavius Josèphe, selon les dispositions de Vespasien, des centurions étaient détachés dans les villes et des décurions dans les villages, δεκαδαρχας μεν κωμαις εγκαθιστας εκατονταρχας δε πολεσι83. Les militaires décrits dans les sources talmudiques étaient chargés aussi bien du maintien de l’ordre que de l’encaissement de taxes de type divers (annone, tironia ou aurum tironicum, angaria) ou de réquisitions, que ce soit pour leur propre ravitaillement ou à d’autres fins, par exemple pour le fonctionnement du cursus publicus qui assurait le transport des personnes autorisées disposant d’un diplôme84. Comme les sénateurs et les représentants de l’ordre équestre, les militaires détachés auprès de la population civile, dans les provinces, ont le droit de recevoir ou de prélever sur les habitants les moyens de subvenir à leurs besoins. Ils sont autorisés à voyager gratuitement lors de leurs déplacements officiels, aux frais de la population locale, comme montre la fameuse inscription de Pisidie avec l’édit du gouverneur Sextus Sitidius Strabo Libuscidianus, sous le règne de Tibère. Il y est précisé quelles sont les personnes auxquelles le peuple de Sagalassos est tenu de fournir gratuitement les moyens de transport. Le titre de bénéficiaire n’apparaît pas explicitement dans ce texte, mais il est clairement fait mention, dans la version en latin comme dans celle qui est rédigée en grec, des membres rattachés au comitatus du gouverneur, soit à son entourage personnel et aux membres de son officium, ainsi que des soldats de toutes les provinces qui étaient en déplacement officiel : mansionem omnibus qui erunt ex comitatu nostro et militantibus ex omnibus prouincis85. Ces soldats ou employés ex comitatu attiraient de ce fait l’impopularité de la population locale, une haine pas toujours injustifiée si l’on considère les nombreuses mesures juridiques incessamment répétées contre eux. Une grande partie d’entre eux abusaient en effet de la situation, trouvant les moyens d’extorquer la population locale au sein de laquelle ils vivaient, exigeant de ces derniers des versements même lorsqu’ils en étaient dispensés par la loi86.

  • 87 Robert 1943, 111-119 ; Mitchell 1976, 106-131, part. 114-115 ; MacMullen 1963, 55-59 et Bagnall 19 (...)

32Les abus des fonctionnaires et des soldats sont un phénomène trop bien connu pour que l’on soit tenté de réduire cela à un phénomène limité à la Judée d’après Bar-Kokhba, ou aux relations tendues que les juifs entretenaient avec les autorités de Rome. En Égypte, la population est si habituée aux exactions ou διασεισμοι des stationarii que les sommes versées dans un tel contexte figurent dans les comptes au même titre que des versements normaux. En Asie Mineure, les stationarii apparaissent dès le ier s. p.C. dans les mesures impériales faisant écho aux plaintes adressées contre eux aux gouverneurs et aux empereurs87.

  • 88 Nous attendons avec intérêt la publication imminente de Madame Frederica Petraccia (Univ. de Gênes (...)
  • 89 Chap. III p. 104-105.
  • 90 Pline 10.74 ; voir aussi Pline 10.77 et 78 (cf. n. 60 p. 69).

33Les soldats détachés de leur troupe sont présentés tantôt sous leur titre précis – c’est le cas généralement dans les documents officiels où leur nom accompagne leur titre – tantôt sous la désignation générale de stationarius88. Ce terme s’emploie pour des soldats issus de divers types de troupes, aussi bien pour des légionnaires que pour des prétoriens en service détaché, comme on en connaît en particulier dans les provinces proconsulaires89. Dans sa correspondance avec Trajan, Pline évoque à plusieurs reprises la présence de soldats dans les villes. Il est question par exemple d’un miles qui est in statione Nicomedensi, ainsi que d’un centurion que Trajan, indépendamment de Pline, a envoyé à Byzance pour assumer la responsabilité d’un poste de garde ou praesidium dans ce lieu de passage des voies commerciales importantes. L’empereur l’a fait détacher des troupes légionnaires de Mésie Inférieure, à l’époque du gouvernement de Calpurnius Macer90. Cette intervention impériale s’explique par la situation exceptionnelle dans laquelle se trouvait Pline ainsi que la province dont il avait la charge.

  • 91 Pour les papyrus : Chap. V p. 230-231 et Annexe 5 ; l’inscription : I 121 déjà mentionnée plus hau (...)

34Dans les papyrus, comme nous le verrons en détails plus loin, les bénéficiaires sont régulièrement présentés comme des soldats en service détaché ou στατιζοντες. Dans les inscriptions, nous ne connaissons qu’un seul exemple où stationarius est employé avec le titre de beneficiarius. Il s’agit d’une dédicace en son honneur, le bénéficiaire ne se présentant jamais lui-même, à notre connaissance, comme un stationarius91. Lorsqu’il veut insister sur le fait qu’au moment où il consacre un monument, il n’était pas en service dans la capitale mais dans une station dont il avait la charge, il l’exprime au moyen d’une périphrase, comme nous l’avons vu dans les inscriptions. Cela dit, en dehors des capitales et des camps, le titre de bénéficiaire d’un gouverneur impliquait à lui seul la notion d’un détachement dans une station.

3. Titulature et statut des beneficiarii

3.1. Le rattachement au supérieur

  • 92 Dans l’inscription d’un bf d’un tribun de date haute de Chester en Bretagne, ce sont les lettres T (...)
  • 93 Du iiie s. par ex. : CBI, 675 ; CBI, 749 (partiellement restitué) ; CBI, 880 (le titre est placé e (...)
  • 94 Voir par exemple dans la liste CBI, 775, où l’abréviation -B-F côtoie elle de -BF-. Pour deux abré (...)

35Dans les inscriptions, le titre de beneficiarius apparaît parfois en entier, mais le plus souvent sous la forme d’une abréviation, les plus communément attestées étant BF, -B-, -BF-92. Les bénéficiaires à la retraite précisent leur statut en introduisant leur titre par la préposition ex (ou άπό en grec), souvent précédé par celui de ueteranus ou par une formule de mise en retraite. Il arrive dans les inscriptions funéraires que le titre de bénéficiaire suive simplement le verbe militauit. L’emploi du titre sans abréviation, sous sa forme complète, s’explique par des habitudes locales et des pratiques du moment, mais aussi par choix ou goût personnel. En dehors d’une série épigraphique, la manière dont est exprimé le titre de beneficiarius, en entier ou sous une forme abrégée, ne constitue donc pas toujours un critère de datation certain. Le titre en entier apparaît certes plus volontiers dans des inscriptions de datation haute, mais on le rencontre aussi sous cette forme dans des textes plus tardifs93. Il arrive même qu’il figure sous des abréviations différentes au sein d’un même document, aussi bien dans les inscriptions que dans les papyrus94.

  • 95 Dans les inscriptions funéraires, le pourcentage est plus faible, mais atteint tout de même 77,4 % (...)

36Le rang du supérieur figure fréquemment dans la titulature des bénéficiaires, en particulier dans les documents épigraphiques (dans 9 inscriptions sur 10). Lorsqu’on ne prend en compte que les monuments votifs, soit ceux qui ont été érigés par les bénéficiaires eux-mêmes, la proportion atteint le pourcentage de 95 %95.

  • 96 Le pourcentage est calculé pour chacun des types d’inscriptions. Dans certaines listes, le nom du (...)

Tableau 1 : Inscriptions (par type) où figure le titre du supérieur du bénéficiaire96

  • 97 Annexe 12.
  • 98 CBI, 132, 411, 642, 685 : b(ene)f(iciarii) et corniculari(i) eius ; 738 ; 762 ; 768 ; peut-être I (...)
  • 99 CBI, 738. Pour d’autres attestations de l’expression beneficiarius eius, voir Annexes 11 et 13, av (...)

37Il arrive qu’en plus du rang de son supérieur le bénéficiaire précise son nom, l’insérant entre leurs titres respectifs97. Cette pratique s’observe en particulier chez les bénéficiaires d’un gouverneur et dans des inscriptions votives ou funéraires du ier s. et de la première moitié du iie, avec quelques exemples du iiie s. Elle révèle la nature personnelle et directe des liens qui l’attachent à son supérieur. Ce type de relation apparaît aussi dans l’expression beneficiarius eius sous laquelle le bénéficiaire se présente dans les inscriptions qu’il érige en l’honneur de son supérieur, seul ou avec ses collègues98. C’est de cette manière par exemple que se présente le bénéficiaire Flavius Origenes lorsqu’il grave sa signature sur la jambe gauche du Colosse de Memnon à Thèbes-Diospolis Magna, lors de sa visite en compagnie du préfet d’Égypte99. Le rang du supérieur apparaît dans la titulature du bénéficiaire dans un peu plus d’un tiers des papyrus, quelle que soit leur date, le nom du supérieur se rencontrant dans moins d’un quart des documents papyrologiques.

  • 100 Cf. le classement de Cauer 1881, avec les remarques de Mommsen 1881, 532-536 et de Marquardt 1891, (...)
  • 101 Ces derniers se contentent de citer occasionnellement le nom de leur troupe : Chap. III p. 120-121
  • 102 Voir par ex. les officiales d’un préfet de la légion III Augusta : ILS, 9099, à Lambèse ; le centu (...)

38Bien que la mention du nom du supérieur s’observe de manière particulièrement accentuée dans la titulature des bénéficiaires, avec davantage d’insistance et de constance que chez les autres principales, cela ne constitue pas un trait spécifique des beneficiarii, ni un signe distinctif par rapport aux autres militaires. Nous connaissons en effet d’autres soldats qui se présentent occasionnellement de la même manière, des cornicularii, commentarienses, librarii (immunes), singulares, secutores, stratores ou statores100, en un mot, des militaires employés au service d’un officier ou d’un gouverneur, les frumentarii et les speculatores mis à part101. Il arrive aussi que certains de ces officiales, comme les beneficiarii, qualifient leur supérieur (ou les membres de sa famille) de patronus, qu’ils se présentent comme leurs propres subordonnés (eius), ou qu’ils insèrent le nom du supérieur dans leur titulature, dans des dédicaces privées ou collectives102. La mention du titre du supérieur permet à l’ensemble de ces militaires employés dans l’officium d’un supérieur de se situer dans la hiérarchie militaire, quel que soit leur titre ou leur fonction, puisque du rang du supérieur dépend directement celui de son subordonné.

  • 103 Pour une liste des différents types de supérieurs qui ont des bénéficiaires à leur service, voir A (...)

39Le fait que les bénéficiaires soient employés au service d’un très grand nombre de supérieurs différents103 justifie qu’ils insistent davantage que leurs collègues sur la qualité (ou le nom) de leur supérieur. Les seuls qui échappent à la règle sont les bénéficiaires des equites singulares, qui tous accomplissent leurs fonctions auprès du tribun. L’absence d’un autre type d’officier dans cette troupe explique qu’ils ne ressentent pas le même besoin que les autres beneficiarii de préciser leur rang. En outre, à la différence des bénéficiaires de gouverneurs, les bénéficiaires des equites singulares n’avaient pas à traiter avec la population civile. L’insistance avec laquelle les beneficiarii expriment leur lien avec leur supérieur s’explique aussi par le fait que dans l’exercice de leurs fonctions, ils agissaient comme leur représentant direct. Ceux du gouverneur, détachés dans la province, souvent parmi la population civile, se distinguent de cette manière des autres soldats en garnison avec leur troupe dans les villes et les campagnes. Leur titre suffit à rappeler que c’est au nom du gouverneur qu’ils agissent, ce qui leur assure l’auctoritas nécessaire dans l’exercice de leurs fonctions.

  • 104 I 42 ; le bénéficiaire s’y présente comme un agri(mensor), peut-être en relation avec le rôle qu’i (...)
  • 105 CBI, 21 : Annexe 1.3, avec Tomlin 1992.
  • 106 Par ex. I 11c à Carnuntum et dans la même province CBI, 342 : Annexe 1.3. Voir aussi CBI, 895 : An (...)
  • 107 Même en dehors des inscriptions des bénéficiaires, le titre de co(n)s(ularis) peut être porté avan (...)
  • 108 CBI, 118 (218-219 p.C.). Voir aussi par ex. I 25 (202 p.C.) : bf cos, agens in stat(ione) sub Baeb (...)

40Depuis le milieu du iie s., la titulature des bénéficiaires a tendance à se figer. A Sirmium, la seule inscription où le titre de bénéficiaire n’apparaît pas sous l’abréviation du type -B-, -BF- ou BF, mais sous celle de benef., est l’une des plus anciennes de la série, si ce n’est la plus ancienne104. Les formulations plus anciennes comme ben(eficiarius) leg(ati) pr(aetorii) par exemple, attesté dans une inscription de Bretagne du ier s., sont désormais remplacées par des titres relativement rigides tels bf leg ou bf leg leg suivi du nom de la légion, pour le bénéficiaire d’un légat de légion105. Les expressions comme bf legati consularis ou beneficiarius (nom du gouverneur) consular(is) employées pour désigner les bénéficiaires d’un gouverneur de provinces impériales106 le cèdent aux abréviations BF COS ou-B-COS, et cela quel que soit le statut ou le titre précis porté par le gouverneur au moment où il est mis à la tête de la province, en d’autres termes, qu’il ait assumé le consulat ou non107. Cela s’observe parmi d’autres exemples dans une dédicace collective des bénéficiaires du gouverneur de la Germanie Supérieure du début du iiie s. en l’honneur de leur supérieur Cl. Aelius Pollio. Alors que le gouverneur figure dans la même inscription sous le titre de légat d’Auguste pro préteur, suivi du nom de la province, G(ermaniae) S(uperioris) et sous celui de praeses integerrimus, ses bénéficiaires se présentent comme des bf cos108.

3.2. Rattachement à un officium

  • 109 Passion de Fructuose, 1.4, avec Chap. V p. 223-224 ; voir aussi p. 318 n. 140 ; dans l’officium du(...)
  • 110 CBI, 406 (fin iie ou iiie s. p.C.) et CBI, 889 (iiie s. p.C. ; en dehors de la province) ; CBI, 69 (...)
  • 111 Voir toutefois la promotion hypothétique de Saturninus : CBI, 753 : Annexe 1.3 avec Chap. III p. 1 (...)
  • 112 CBI, 360 : Annexe 1.3 : cf. Sasel-Kos 1995b, 274-278, à qui reviennent la révision de lecture et l (...)
  • 113 En Bretagne : CBI, 11 et 13, avec Mann 1997a sur la séparation en 197 p.C. et la suite de la réorg (...)

41L’appartenance à un officium apparaît clairement dans les sources. Dans la littérature chrétienne par exemple, les bénéficiaires de l’officium du gouverneur de l’Espagne Citérieure, en 257 p.C., sont présentés comme des ex officio beneficiarii et, dans les papyrus du ive s., il est régulièrement question des bénéficiaires de l’officium d’un gouverneur ou bf ταξεως, même dans des contextes privés109. Dans les inscriptions, le lien avec l’officium s’exprime de manière explicite dès le milieu du iie s., mais les documents montrent qu’au ier siècle déjà, dans les provinces, les légionnaires promus comme bénéficiaires restent généralement attachés à un officium et à une province, plutôt qu’à la personne même qui les a nommés110. Sur la masse des documents étudiés, nous ne connaissons aucun exemple sûr d’un bénéficiaire qui aurait suivi son supérieur dans un autre poste ou une autre province, au cours du déroulement de sa carrière111. Plusieurs documents du dossier font penser que la situation inattendue dans laquelle se sont trouvés certains bénéficiaires s’inscrivait dans le cadre d’événements particuliers ou d’une mission spécifique. Ainsi par exemple la présence en Pannonie Supérieure dans la station de Neuiodunum, en 235 p.C. l’année de la proclamation de Maximin, d’un bf cos d’origine thrace recruté dans la légion XI de Mésie Inférieure – et non pas XIIII comme on l’avait pensé jusqu’ici – pourrait être mise en relation avec la situation mouvementée dans laquelle l’empereur a été nommé. Maximin a pu vouloir mettre en place à la tête de la Pannonie Supérieure l’un de ses partisans, qui aurait manifesté à son tour le désir d’emmener avec lui l’un de ses hommes de confiance. L’interprétation, si elle s’avère correcte, s’inscrit dans le contexte particulier de 235 p.C.112 Nous connaissons quelques exemples d’un bf cos recruté dans une province avec légion, mais qui érige un autel dans une province voisine – lors d’un stationnement, d’une mission spéciale ? – alors que celle-ci n’est pas démunie de troupes légionnaires. Les cas de ce genre demeurent exceptionnels, puisque les gouverneurs de provinces à une ou plusieurs légions recrutent normalement les membres de leur officium parmi leurs propres légionnaires. Ils s’inscrivent dans des circonstances particulières : changement administratif dans une province, déplacement d’une troupe légionnaire d’une province à l’autre, pression extérieure exigeant une collaboration intense entre gouverneurs de provinces différentes, non seulement d’un point de vue militaire, mais aussi dans le domaine des communications et du transfert de l’information. C’est le cas notamment en Bretagne après la division de la province, ou en Germanie Supérieure et Rhétie autour de 174 p.C., pendant les guerres marcomaniques, lorsque le gouvernement de deux provinces voisines a dû être confié, pour une période limitée, à un seul homme. La présence à Teutoburgium, en 226 p.C., d’un bf cos recruté dans la légion de Norique s’explique par les circonstances et non par l’origine du soldat. Il en va de même pour les bénéficiaires de la légion IV Flavia en poste en Pannonie Inférieure, à Mursa et à Sirmium. Il n’est pas impossible que, dans le contexte des expéditions de Trajan dans les premières années du iie s., l’un des bénéficiaires en poste à Sirmium ait été détaché par le gouverneur de Mésie Inférieure113.

  • 114 Par ex. CBI, 918 : Annexe 10 (221-222 p.C.) : BF PR PR [E]EM[M] V[V]. Le titre de préfet au plurie (...)

42Comme nous le verrons en détail dans le chapitre suivant, la documentation épigraphique ne permet pas de dire que les perspectives de carrière des bénéficiaires étaient meilleures que celles des autres principales. Le poste de bénéficiaire, en particulier chez les légionnaires, n’est ni un passage obligé, ni la garantie d’une carrière prometteuse. Au cours de son service, un bénéficiaire est habituellement employé auprès de plusieurs supérieurs. Il s’agit le plus souvent de personnes qui se suivent dans le même poste. C’est le cas par exemple dans l’officium des gouverneurs qui se succèdent à la tête d’une province. Il peut aussi s’agir, plus rarement, de supérieurs de rang différent auprès desquels le militaire a pu servir comme bénéficiaire, au cours des diverses étapes de sa carrière. De tels exemples de carrière se rencontrent en particulier dans les cohortes de Rome, et plus précisément dans les cohortes prétoriennes. Les seuls bénéficiaires qui dépendent simultanément et de manière égale de plusieurs supérieurs sont ceux des préfets du prétoire, lorsque ceux-ci forment un collège. Ils étaient en fait rattachés davantage à l’officium qu’à une personne114.

  • 115 CBI, 690 : Annexe 1.3. (iie s.).
  • 116 CBI, 631 : Annexe 1.3. Voir aussi Chap. I p. 52.
  • 117 CBI, 751 ; voir aussi Annexe 12.

43Une fois nommé à son poste auprès d’un gouverneur de province, le bénéficiaire reste en général en fonction sous les gouverneurs successifs, le plus souvent sous le même titre et dans les mêmes fonctions, au sein même de l’officium. Cela apparaît de manière explicite dans un document de Cappadoce du iie s. Le vétéran M. Antonius Longus se présente lui-même comme un benef(iciarius) consularium115. L’exemple de T. Valerius Marcianus qui, lors de son séjour en Cappadoce, reste dans le même officium sous plusieurs gouverneurs, confirme cette situation pour la même province et à la même époque116, et celui de Sextus Sulpicius Senilis montre qu’il n’en allait pas autrement en Afrique, au ier siècle. Ce jeune militaire mort à l’âge de 25 ans est présenté comme le bénéficiaire de Tettius Iulianus et de Iavolenus Priscus, qui se sont succédé comme légats d’Auguste vers les années 80-83 p.C.117 Si l’on considère que Senilis n’avait accompli que 6 années de service au moment de son décès, c’est certainement à Tettius Iulianus qu’il doit sa promotion au poste de bénéficiaire, Iavolenus Priscus l’ayant simplement maintenu ou reconduit dans ses fonctions, selon un processus qui semble normal dès cette époque. Ce document montre que le fait de citer le nom du supérieur ne signifie pas que le bénéficiaire lui devait systématiquement sa promotion. Il suggère en outre que le maintien dans ses fonctions sous le successeur de son supérieur devait se faire de manière automatique, pour les bénéficiaires comme pour l’ensemble des autres officiales. Le titre de bénéficiaire, nous l’avons vu plus haut, s’il conserve la notion d’une relation personnelle entre un supérieur et son subordonné, a perdu dans son emploi technique la connotation d’un contrat de durée limitée entre deux personnes ou deux parties dans le cadre d’un beneficium.

  • 118 CBI, 39.

44Le rattachement des beneficiarii à un officium s’observe dans d’autres types de provinces, à différentes époques. La carrière de Carantius Maximus, dont les étapes se sont déroulées durant le ier s. au sein de l’officium du gouverneur de Gaule Lyonnaise, est de ce point de vue exemplaire118. Recruté dans la garnison de Lyon – la première cohorte urbaine – en 73 p.C., Macrinus a été promu comme bénéficiaire en 79 p.C., par le gouverneur de Gaule Lyonnaise T. Tettienus Serenus. Quelques années plus tard, il est promu comme corniculaire dans le même officium par C. Cornelius Gallicanus, le successeur de Serenus à la tête de la Lyonnaise. Il conserve cette position sous le gouverneur suivant, L. Minicius Rufus, et reste dans l’officium de la Lyonnaise jusqu’à ce qu’il reçoive le titre d’euocatus, en 88 p.C.

  • 119 CBI, 728-729 : Annexe 1.3 et I 190, à Adraha en Arabie entre 259/260 et 262/263 p.C., avec Pflaum (...)

45En Arabie, suite aux réformes de Gallien, le bénéficiaire Flavianus est resté en poste à Adraha de 259/260 p.C à 262/263 p.C. au moins. Il a servi sous plusieurs gouverneurs, de statut différent. Celui qui gouvernait la province en 259/260 p.C., Gallonianus, était en effet un sénateur, alors que Iunius Olympus fut le premier gouverneur connu de rang équestre à la tête de la province, en 262/263119.

3.3. Le rattachement à la troupe

  • 120 Voir CBI, 5 : Annexe 1.3 (l’établissement du texte est toutefois très incertain). La situation éta (...)
  • 121 Voir par ex. CBI, 41, avec notre commentaire Chap. I p. 50.

46La présence de bénéficiaires est attestée dans tous les types de troupe, aussi bien à Rome que dans les provinces. La promotion d’un militaire au titre de bénéficiaire et son affectation au service d’un officier ou d’un autre supérieur n’entraîne habituellement pas de changement d’unité120. Les rares cas de transferts chez les bénéficiaires apparaissent en principe avant la promotion à ce titre. Le bénéficiaire reste inscrit dans les registres de son corps, même lorsque ses fonctions de bénéficiaire l’entraînent hors du siège de la troupe ou hors des limites de la province121.

  • 122 Dans les inscriptions funéraires, le pourcentage n’atteint pas 8 %, et dans les inscriptions votiv (...)
  • 123 Sur la question : Rémy 1986, dont nous ne suivons toutefois pas toutes les conclusions (p. 324-326 (...)
  • 124 I 129. Ce document omis dans le CBI devrait aussi être rajouté à la liste d’Alston 1995, 184. Il e (...)
  • 125 CBI, 843 et 846, malgré les problèmes de transcription, et peut-être CBI, 853 et 854, CBI, 832 et (...)
  • 126 Voir aussi à ce propos CBI, 199 : Annexe 1.3, avec Annexe 5.

47Dans les provinces avec une ou plusieurs légions, les bénéficiaires sont généralement tirés des troupes légionnaires stationnées dans la province, le gouverneur d’une province à plusieurs légions recrutant ses officiales dans chacune d’elles. La mention de l’unité apparaît dans près de 40 % des inscriptions votives et dans 50 % des inscriptions funéraires, alors qu’elle n’est jamais précisée avec le titre de bénéficiaire dans les sources littéraires, ni dans les papyrus, même lorsqu’il s’agit d’un papyrus officiel du Haut-Empire, c’est-à-dire antérieur aux réformes militaires et administratives. Alors les bénéficiaires, tout en conservant leur titre militaire, deviennent des employés civils de l’administration provinciale. Il peut arriver, même si cela demeure relativement peu courant, que le bénéficiaire – ou ceux qui le commémorent – omette de préciser le titre de son supérieur, alors qu’il mentionne le nom de sa troupe122. C’est le cas par exemple dans un énoncé du type bf leg(ionis) VIII Aug(ustae), soit la mention du titre de bénéficiaire et de son affectation légionnaire, sans précision du titre du supérieur. Ce type d’énoncé ne saurait correspondre, ou du moins pas systématiquement, à celui de bf leg(ati legionis)..., soit au titre de bénéficiaire d’un légat de légion, et cela même dans les provinces à une seule légion, contrairement à ce qu’on a pu le penser123. On lui connaît un parallèle dans l’expression benef. coh(ortis) II Thrac(um) rencontrée dans une inscription provenant de Thèbes, dont le développement ne suscite aucune ambiguïté124. A Sirmium, le bf leg. II Adi. T. Aurelius Valentinus devait certainement dépendre de l’officium du gouverneur de la Pannonie Inférieure, comme tous ses collègues bf cos en poste dans la station. Il en va sans doute de même à Tarragone, capitale provinciale et siège du gouverneur de l’Espagne Citérieure, ou à Mérida, capitale de la Lusitanie, ainsi que dans la station de Celeia en Norique125, où l’abréviation bf leg suivie du nom de la légion concerne plus vraisemblablement le bénéficiaire d’un gouverneur que celui d’un légat de légion126.

  • 127 Par ex. CBI, 23, 29, 31, 32, 34, 35.
  • 128 Voir à ce sujet Chap. III p. 111-113, avec Nelis-Clément & Wiblé 1996, part. 291-292 et Ott 1995, (...)
  • 129 Par ex. VIII, 2755 - ILS, 2428 à Lambèse, iiie s. : P. Aelius Crescentianus, notarius legati in of (...)
  • 130 CBI, 41 ; voir aussi CBI, 27 : le bf était sans doute chargé par le légat de la légion de Bonn de (...)

48Bien que le nom de l’unité troupe apparaisse régulièrement dans les inscriptions, il est frappant de constater qu’il ne figure jamais en même temps que le titre du supérieur lorsqu’il est question d’un bénéficiaire employé dans l’officium d’un procurateur gouverneur. La même observation vaut semble-t-il aussi pour les autres militaires de cet officium. A l’inverse, le nom de la troupe apparaît dans l’énoncé du titre de plusieurs des bénéficiaires employés dans l’officium d’un procurateur non gouverneur127. Nous avons toutes les raisons de penser, que dans les provinces procuratoriennes comme dans les autres provinces inermes, la majorité des membres de l’officium du procurateur gouverneur devaient être fournis par les légats et les gouverneurs des provinces voisines, même s’il arrive que le procurateur choisisse certains de ses officiales directement dans les troupes auxiliaires – ou autres – mises à sa disposition dans sa province128. La situation administrative des légionnaires placés dans l’officium du gouverneur d’une province inermis voisine demeure ambiguë puisqu’ils sont d’une certaine manière rattachés à deux provinces, celle de la troupe dans laquelle ils ont été enrôlés, et celle du gouverneur auprès duquel ils ont été détachés. Serait-ce la raison pour laquelle ils n’insistent pas sur les détails de leur rattachement ? Les conditions précises dans lesquelles sont organisés leur sélection, leur détachement, le mode de leur financement et leurs éventuelles possibilités d’avancement ne sont pas clairement établies. Il en va de même en ce qui concerne les autres militaires placés dans une situation comparable129. Leurs inscriptions montrent néanmoins que jusqu’à leur mise en congé ou leur décès, ces militaires conservent leurs liens avec la troupe dans laquelle ils ont été recrutés et dont le commandant demeure leur responsable administratif130, à moins qu’ils n’aient été transférés définitivement dans un autre corps de troupe, ou dans une autre province. Sur la base des documents connus jusqu’ici, il nous semble difficile de conclure que les beneficiarii d’un procurateur gouverneur étaient traités de manière différente que ceux qui étaient détachés auprès des autres gouverneurs de provinces inermes.

3.4. L’officium des provinces inermes : des conditions particulières ?

  • 131 Chap. III p. 115.
  • 132 CBI, 220 et 221 ; Annexe 12. Les deux autels sont de forme relativement simple et de facture compa (...)
  • 133 CBI, 242, où le gentilice du gouverneur figure sous la forme Usienius. Voir aussi CBI, 234, avec A (...)

49Le caractère prédominant du lien qui attachait les bénéficiaires à un officium et ses supérieurs successifs explique qu’ils constituaient l’un des éléments de stabilité dans l’administration d’une province. L’étude des carrières des bénéficiaires en service dans les provinces nous porte à la même observation131. L’exemple du bénéficiaire Adnamius Flavinus montre qu’il en allait de même dans une province inermis – en Norique – et au milieu du iie s. Lors de son détachement à Celeia, à deux reprises, Flavinus consacre un autel votif à IOM. La première fois, il se présente comme le bénéficiaire du procurateur gouverneur Ulpius Victor, la seconde, comme celui d’Usenius Secundus, son successeur132. Les noms de ces deux procurateurs réapparaissent à Celeia sur deux autres autels érigés par deux bénéficiaires, C. Fuscinius Catullus et Q. Kaninius Lucanus. Le premier exprime son rattachement à Ulpius Victor, le gouverneur qui l’avait détaché à Celeia, le second, dont l’autel porte la date de 158 p.C., à Usenius Secundus133.

  • 134 Voir CBI, 690, 631, 751, 39, 728-729 et I 190 ; autrement, Dise 1997a, 275.
  • 135 CBI, 240 et 237, avec Annexes 3 et 12.

50Même s’il se présente comme un cas unique dans la série de Celeia, le maintien d’Adnamius Flavinus dans ses fonctions, sous le gouvernement de deux gouverneurs successifs, ne saurait être compris comme un cas d’exception. Les exemples passés en revue plus haut montrent qu’une telle continuité dans le service au sein d’un officium s’observe déjà au ier ou au début du iie s. Il n’y a donc pas lieu de penser à notre avis qu’à cette époque la nomination d’un soldat comme bénéficiaire était limitée à la durée de fonction de son supérieur ou patron134. Si Flavinus érige deux autels à Celeia, c’est parce qu’il y a accompli deux stationes. Cette pratique est bien connue chez les bénéficiaires, lorsqu’ils sont en service détaché. Nous connaissons des exemples comparables dans d’autres stations et dans d’autres provinces, et les documents épigraphiques et papyrologiques montrent clairement que le détachement des bénéficiaires d’un gouverneur dans un poste était d’une durée limitée qui variait selon les provinces et les époques. C. Mustius Tettianus avait fait de même, à la différence que son second séjour à Celeia s’était passé durant le gouvernement d’un seul et unique procurateur, Lisinius Sabinus135. Le fait que Flavinus cite les noms de ses supérieurs successifs correspond à une mode de l’époque et à une pratique locale qui s’estompe, nous l’avons vu, à partir des années 160 p.C. En Norique, cela coïncide approximativement avec les premières attestations de dates consulaires sur les autels et avec le changement administratif à la suite duquel la province, désormais dotée d’une légion, sera gouvernée par un consularis, et non plus par un procurateur équestre.

  • 136 Sur les provinces proconsulaires et l’officium des proconsuls, voir Chap. III p. 103-106.
  • 137 Voir toutefois en Norique, à une date élevée, les deux bénéficiaires Surus et Augustanus, employés (...)

51Dans les provinces impériales inermes136, les bénéficiaires du gouverneur, comme la plupart des autres membres de l’officium, étaient recrutés dans les légions des provinces voisines. Il arrive occasionnellement qu’ils soient tirés des troupes auxiliaires, en particulier lorsque celles-ci étaient composées de citoyens romains137. Les fonctions auxquelles étaient employés ces militaires d’administration justifiaient vraisemblablement que le gouverneur choisisse de préférence des citoyens romains, et cela surtout lorsque la population locale de sa province était constituée en majorité de citoyens. C’est le cas notamment pour les beneficiarii des gouverneurs, qui plus que les autres officiales vivaient et travaillaient en relation constante avec le monde civil et les autorités locales comme nous le verrons.

  • 138 CBI, 464, 480, 475, pour le commentariensis : III, 2015 - ILS, 2379. Pour un auxiliaire citoyen ro (...)

52L’exemple de la Dalmatie complète le dossier. La plupart des bénéficiaires du gouverneur consulaire précisent dans leur titulature le nom de leur légion, stationnée dans une province voisine, ou le nom de la province dans laquelle se trouvait leur troupe. C’est ainsi que doivent se comprendre les expressions comme bf cos leg(ionis) XIIII Gem(inae), bf cos Pannon(iae) Super(ioris) ou encore bf cos leg I Ital(icae) Moes(iae) Inf(erioris) qui indiquent l’origine militaire des bénéficiaires. Comme l’un de leurs collègues qui le précise sans ambiguïté, spec(ulator) leg. XIIII G., comm(entariensis) cos. prou. Delm. ( !), stip. XIII, ils ont eux aussi été détachés de leur province et placés dans l’officium du gouverneur de Dalmatie138. Parmi ces bénéficiaires du gouverneur, on en connaît trois, Iulius Herculanus, C. Billianius Severus et C. Aemilius Ingenuus, dont nous sont parvenus au moins deux des autels qu’ils ont érigés dans différentes stations de Dalmatie. Malgré l’absence de dates précises, ces exemples permettent de penser que leur détachement en Dalmatie, auprès du gouverneur, dans son officium, était de durée relativement prolongée puisqu’il dépassait le cadre d’une simple mission ; il est même probable que le détachement se soit poursuivi sous le gouvernement de plusieurs consulaires.

  • 139 CBI, 832 et 833, avec Le Roux 1995a, 125, autrement Haensch 1997a, 490 n. 70. Le second, qui n’est (...)
  • 140 CBI, 831, avec Le Roux 1982, 223.

53Les gouverneurs de la province inermis de Lusitanie ont dû également puiser leurs officiales parmi les légionnaires de la province voisine. Deux bénéficiaires détachés de la légion VII Gemina stationnée à León, en Espagne Citérieure, sont connus par leurs noms et titres qui apparaissent sur deux monuments funéraires de Mérida-Emerita Augusta, capitale de Lusitanie. Les deux bénéficiaires semblent s’être établis à Mérida. L’un d’eux y commémore son épouse, l’autre, un italien de naissance décédé pendant son service, étant commémoré par son épouse. Dans les deux cas, le nom de la légion est spécifié dans l’énoncé du titre, alors que l’absence du titre du gouverneur mérite d’être soulignée. Elle pourrait également s’expliquer, comme nous l’avons vu plus haut à propos de bénéficiaires de procurateurs gouverneurs, par la situation administrative dans laquelle se trouvaient peut-être les deux bénéficiaires. Ils étaient en effet rattachés à l’Espagne Citérieure par leur affectation militaire et vraisemblablement à la Lusitanie par leur intégration dans l’officium de son gouverneur si l’on considère que c’est bien pour des raisons professionnelles qu’ils se sont établis dans la région139. Nous connaissons aussi à Mérida l’inscription funéraire d’un troisième bénéficiaire, un militaire retourné dans sa région d’origine au moment de sa retraite. A l’inverse, ses affranchis précisent le nom de sa troupe, la légion britannique VI Victrix, ainsi que le titre de son supérieur, un consularis, qui ne pouvait être que l’un des gouverneurs de la Bretagne140.

Notes

1 César, Guerre civile, 1.75 : Petreius uero non deserit sese. Armat familiam ; cum hac et praetoria cohorte caetratorum barbarisque equitibus paucis, beneficiariis suis, quos suae custodiae causa habere consuerat, improuiso ad uallum aduolat. Les traductions des deux passages de César sont inspirées de celle de P. Fabre (CUF).

2 Speidel 1978, 5.

3 César, Guerre civile, 3.88 : Haec erant milia XLV, euocatorum circiter duo, quae ex beneficiariis superiorum exercituum ad eum conuenerant ; quae tota acie dispertierat.

4 Polybe, 6.31.2.

5 Harmand 1967, 262 ; Rankov 1994, 220 ; Ott 1995, 64-65.

6 Sur les plus anciennes attestations de bénéficiaires, voir Chap. I p. 24-25 et nos remarques concernant CBI, 869 : Annexe 1.2 ; voir aussi P 8a : bf Flacci, bénéficiaire d’un préfet d’Égypte (33-38 p.C.) et P 52 : bénéficiaire employé au service d’un idiologue (41-42 p.C.).

7 P 73 : Annexe 2.

8 Pline, Histoire Naturelle, 6.184. Selon Weinstein & Turner 1976, 125, la main trouverait un parallèle dans P. Amh. II, 55 qui date de 88 a. C. Les détails concernant la mise au jour du papyrus nous ont été précisés par Dr. M. C. Horton (Université de Bristol ; lettre du 21 novembre 1993), que nous remercions vivement : “it came out of the legionary deposit of 23 BC, found in the area of S. Rampart Street”. Sur le site : Adams 1988.

9 Strabon 17.1.54, avec Lesquier 1918, 14-15.

10 Yémen au pays de la reine Saba’, Institut du monde arabe, Paris 1997, 69 (photo) ; AE, 1995, 1608 (AE, 1980, 890 - SEG, 31, 1479-1480).

11 Strabon 17.1.53.

12 CBI, 100, 827, 400 et 402 ; dans le même sens : Rankov 1994, 223.

13 P. Oslo, II, 30 - Daris 1964, 72.

14 Chap. IV p. 175-193.

15 Polybe 6.31.2 ; 6.24.2 ; 6.34.7 ; 6.24.6 ; le signifer est aussi attesté chez César, Guerre des Gaules, 2.25.1. Frontin 3.14, dans un épisode de la guerre civile entre Pompée et César, évoque un tribuni cornicularius prétendant appartenir au parti de César. Pour d’autres exemples, Clauss 1973a, 8-13 et 125-127. La première attestation épigraphique d’un speculator remonterait à la première moitié du Ier s. a. C. selon Solin 1991, 375-377 no 115 : A. Marei T. f. Cam(ilia) ex spe(culatore) A. Mari A. f. Maxs(imi) fi(li) T. Mari T. f. Pol(lia) fra(tris).

16 Harmand 1967, 344-348.

17 Festus, De la signification des mots, p. 30, éd. W. M. Lindsay, Hildesheim 1965 : Beneficiari dicebantur milites, qui uacabant muneri<bu>s beneficio ; e contrario munifices uocabantur, qui non uacabant, sed munus reipublicae faciebant.

18 Cervani 1978.

19 Davies 1974.

20 Végèce 2.7 (voir infra p. 64 n. 35) :... reliqui munifices apellantur, quia munera facere coguntur évoque les munera auxquels les munifices sont astreints.

21 Dans le texte cité supra, muneris retenu par Lindsay a été corrigé en muneri<bu> s (cf. l’éd. de C. O. Mueller, Hildesheim 1975, 33), ceci avec raison puisque c’est bien de la uacatio munerum dont il est question ici. La variante muneris (gén. sing. ou forme erronée d’un dat.-abl. plur. ?)-muneribus rappelle celle de munerum-munerorum, qui se rencontre par erreur dans l’un des manuscrits de Taruttienus Paternus cité plus bas, dans un contexte similaire. Dans les textes juridiques, le terme de munus est souvent évoqué à propos des militaires lorsqu’il est question pour les soldats en service de l’exemption du munus municipale : Digeste, 50.4.3. C’est ce qui nous fait penser que la phrase sed munus reipublicae faciebant introduite par l’opposition e contrario, qui n’a pas de sens dans le contexte de la définition de Festus puisque tous les soldats accomplissent leur devoir pour l’État, a peut-être été rajoutée suite à un remaniement du texte par Paul Diacre. Sur ces questions d’immunité : Jacques 1984, passim.

22 CBI, 880 : Annexe 1.3 et Chap. III p. 110.

23 Tacite, Histoires, 4.48 : Aequatus inter duos beneficiorum numerus... L’abréviation -B-, caractéristique de beneficiarius, est employée pour beneficiorum dans le titre d’adiutor a commentariis beneficiorum (VI, 33770 - ILS, 9030), et celle de -BE-, pour beneficium dans CBI, 448 : Annexe 1.2 ; voir aussi CBI, 401 : Annexe 1.2.

24 Par exemple Cagnat 1913, 27-28 ; Jones 1949, 44 ; Sherwin-White 1966, 587.

25 Childer & Townend 1985, 60 : “Beneficiorum, a general term for patronage, rather than a reference to the creation of beneficiarii”. Sur l’officium des proconsuls, voir Chap. III p. 103-106.

26 Benabou 1972, 129-136.

27 Saller 1982, part. 149 sq. et Appendice 5.

28 Apulée, Florides, 9.

29 Hellegouarch 1963, 163-169 ; Saller 1982, part. 195-199 ; MacMullen 1991, 162-165.

30 Par ex. Pline 10.26 ; Alföldy 1991 ; Speidel 1992a, 126.

31 Speidel 1992a, 335. Le but du congé doit être spécifié, et l’accord est lié à celui d’un beneficium. Voir aussi PGenLat, 1 verso V - Fink 1971, 9, p. 112 : b(eneficio) pref(ecti) com(meatus), où il est question d’un congé accordé grâce au beneficium du préfet, plutôt que d’un bénéficiaire. Dans ce sens aussi : Lesquier 1918, 247 et Watson 1985, 230.

32 TLL, s. v., 1887 ; par ex. Suétone, Tibère, 12 : per quosdam beneficii sui centuriones. Pour des exemples comparables dans les inscriptions : VI, 2442 : l. 4 et sq. : militi praetoriano coh(ortis) I (centuria) Rufelli beneficio Otacili Fusci tribuni... : il paraît peu certain qu’il s’agisse ici d’un beneficiarius tribuni au sens technique du terme, malgré Domaszewski & Dobson 1981, 5 n. 2 ; de même en ce qui concerne CBI, 869 : Annexe 1.2 où le texte évoque à notre sens un enrôlement dans les cohortes prétoriennes suite à un beneficium de Drusus, Drusi Caesaris benefici(o) militauit coh(ortis) VI pr(aetoriae), plutôt qu’un bénéficiaire de Drusus Caesar, Drusi Caesaris benefic(iario) (Domaszewski & Dobson 1981, 27, puis CBI) ; voir aussi CBI, 677 : Annexe 1.2, où l’idée d’une promotion à cornicularius du tribun grâce à un beneficium de ce dernier (Domaszewski & Dobson 1981, 203 : Celer mil(es) c[oh(ortis)---] pr(aetoriae) cornic[l]ar(ius) [bene]fici(o) trib(uni) nous paraît plus convaincante que le développement [bene]fic(iarius) trib(uni) qui a pu être proposé (CIL, puis CBI), mais qui n’est pas possible si l’on considère l’ordre direct dans lequel serait énoncée la carrière. Dans la documentation papyrologique, on connaît l’exemple d’une recrue demandant au préfet d’Égypte (113-117 p.C.) d’être enrôlée (l. 5/6) beneficio tuo dans une cohorte auxiliaire : Speidel 1992a, 306-309. Pour un emploi du terme dans un sens général, par ex. Tab. Vind. I, 37 l. 22-24 : ... ita instrue ut beneficio tuo militiam [po] ssim iucundam experiri.

33 Digeste, 50.6.7 (Taruttienus Paternus, libro primo militarium) Quibusdam aliquam uacationem munerum grauiorum condicio tribuit, ut sunt (suit une longue liste). Hi igitur omnes inter immunes habentur. Un des manuscrits (voir supra p. 62 n. 21) donne la leçon munerorum au lieu de munerum. Comme l’a montré Watson 1965, 46, les fonctions particulières confiées à ces immunes les éloignent de la centurie et du programme d’entraînement normalement accompli dans ce cadre, ce qui explique qu’ils ne puissent pas être astreints aux munera.

34 La rédaction du Traité de l’art militaire, postérieure à la mort de Gratien (383 p.C.) selon Chastagnol 1994, XCI-XCIII, se situerait entre 386 et 388 p.C et non au ve s. comme on l’a parfois pensé.

35 Végèce 2.7 : Hi sunt milites principales, qui priuilegiis muniuntur. Reliqui munifices appellantur, quia munera facere coguntur. Ce passage clôt le chapitre intitulé nomina et gradus principiorum legionis où il cite et présente les principales suivants : les ordinarii, les Augustales, les Flauiales, les imaginarii, les optiones, les signiferi, les tesserarii, les campigeni, les metatores, les beneficiarii, les librarii, les tubicines, les cornicines, les bucinatores, les armaturae duplares et simplares, les mensores, les torquati duplares et simplares, les duplares et les sesquiplares, les candidati duplares et simplares.

36 Breeze 1971 et Breeze 1974b.

37 Breeze 1971. La classe des triplicarii n’est pas attestée au-delà du milieu du Ier s. p.C., et tout porte à croire qu’elle n’existait plus. cf. Speidel jun. 1992, 101. Nous ne connaissons qu’une seule attestation d’un triplicarius : AE, 1976, 495, un cavalier recruté sous Auguste et mort sous Tibère (cf. Holder 1980, 287 n. 671) désigné comme euocatus triplicarius.

38 Ces titres ne se rencontrent que rarement dans les inscriptions de légionnaires ; voir toutefois CBI, 618, 501 et 502, 782, I 140 ; voir aussi CBI, 821.

39 Voir par ex. CBI, 906, fin IIe-IIIe s., et CBI, 770, avec Chap. VI ; voir aussi CBI, 46 et 49 pour des immunes. L’immunis cos serait un équivalent du plus traditionnel librarius cos, en particulier dans l’épigraphie de la région du Rhin et au IIIe s. : cf. Watson 1966, part. 53-55. Il est parfois détaché dans les stations, comme les bénéficiaires : par ex. : XIII, 5170 - ILS, 2411, en 219 p.C. à Soleure, avec une dédicace à Epona : immu[ni] s cos curas a[ge]ns uico Salod(uro) et XIII, 5621 à Til-le-Châtel, en 226 p.C., avec la dédicace aux Biuiae, Triuiae et Quadriuiae ; XIII, 7277, en 183 p.C. à Castellum Mattiacorum et XIII, 7335 - ILS, 7096, en 230 à Heddernheim-Francfort-sur-le Main (avec sa famille), avec CBI, 102 ; voir aussi à Lyon par ex. XIII, 1903 - ILS, 2407 (épitaphe). A Lambèse, les i[mmunes] (les librarii ?) et les beneficiarii forment un collège commun : CBI, 770 (197 p.C.) : Chap. VI p. 281. L’emploi d’immunis pour le beneficiarius de CBI, 611 doit certainement être employé en relation avec son titre civil de decurio ; il évoque l’immunité des militaires, qui ne sont pas astreints à assumer les charges municipales ou munus municipale (voir supra p. 62). Pour une discussion sur l’emploi d’immunis et de principalis : Watson 1985, 78-85 et 183 et Breeze 1971 et Breeze 1974a.

40 Pour des beneficiarii principales, voir par ex. CBI, 874 (fin du ier s. -début du iie p.C.), CBI, 912 (113 p.C.) ; CBI, 915 (203 p.C.) ; voir aussi CBI, 123 (vers 146 p.C.) où la restitution de principalis est communément admise ; CBI, 643 en 155 p.C. à Montana en Mésie Inférieure.

41 CBI, 772-774 ; I 42 ; CBI, 488 : Annexe 1.3 et CBI, 759 : Annexe 1.3 ; I 121, avec Rankov 1994, 228 n. 97 et Haensch 1995b, 814. Ott 1995, 34-35 exclut la juxtaposition de ces deux titres. Sur stationarius et beneficiarius, voir aussi la discussion de Kramer 1996 et p. 75. Si ce terme peut s’appliquer à un beneficiarius, il peut aussi être associé à tout type de soldat en poste dans une station, comme l’attestent l’exemple de Ζωτικος, un eques singularis stationarius à Vasada en Galatie : AE, 1937, 250 κηρυξ ιππευς σινηλαριος στα[τιωνα]ριος ou celui de l’αρμορκουστορ Αυρηλιος Ερμεινιανος dans un papyrus : SB, V, 7979. Voir aussi Haensch 1997a, 413 et 590-591.

42 Beneficiarii ab eo appellati, quod promouentur beneficio tribunorum.

43 Voir à ce sujet Annexes 12 à 14 ; voir aussi infra p. 76-78.

44 Strobel 1988, 235-236 à propos de X, 135 - ILS, 2719.

45 P 37.

46 Sur l’intervention des tribuns dans la promotion au poste de centurion : Speidel 1994c ; d’un avis différent : Sarnowski 1996.

47 Sur le rôle du tribun dans l’armée d’époque tardive : Grosse 1920, 24 et 34-35.

48 Domaszewski, dans sa division tripartite des principales, utilise l’expression “Beneficiarchargen” à propos de cette catégorie des soldats supérieurs en rang aux immunes et aux soldats en poste dans la centurie : Domaszewski & Dobson 1981, 4-5 et 71 ; voir aussi Clauss 1973a, 2.

49 Watson 1985, 78-85, et 183 ; Clauss 1973a, 17.

50 Voir Chap. III p. 115-122.

51 Voir par ex. ILS, 9099 à Lambèse : officiales Aeli Saturnini praef. leg. III Aug. (règlement d’un collège ; cf. Chap. VI p. 280 n. 56) ; AE, 1936, 54 - Saxer 1967, no 103, à Poetouio, c. 260-268 p.C. : pro sal. officialium Apri praepositi leg. V M. et XIII Gem. Galli(enianarum) ; voir aussi, dans un autre contexte sans doute, ILS, 9184 à Walldürn en 232 p.C. : officiales Brit(tonum). Sur l’emploi des titres d’officialis et de beneficiarius pour un même personnage, Flavius Isidorus, membre de l’officium du praeses de la Thébaïde au ive s. : Chap. VII p. 152-153 n. 152, avec Annexe 2. On connaît des papyrus du ive s. p.C. où des bénéficiaires sont associés à des officiales, en général dans la perception de taxes (annone, uestis militaris), ce qui porte à penser à l’existence d’une distinction entre ces deux titres, le second étant plus spécifique. Voir aussi P 60, ainsi que P 16, P 12, P 1, P 61 (contexte privé).

52 Pline 10.27 : Maximus, libertus et procurator tuus, domine, praeter decem beneficiarios, quos adsignari a me Gemellino, optimo uiro, iussisti, sibi quoque confirmat necessarios esse milites. Signalons un problème d’établissement de la suite du texte : milites + ex his + interim... que Mommsen a restitué ainsi : milites sex. Tris interim... Mais dans sa réponse, Trajan fait allusion aux deux soldats de Gemellinus placés au service de Maximus, et non pas aux trois que Pline y aurait trouvés. Aussi semble-t-il préférable de lire, comme le propose Sherwin-White 1966, 597, milites. sex interim ou milites sex. hos interim.

53 Ibid. : Quin etiam tutelae causa, quia ita desiderabat, addidi duos equites.

54 Pline 10.28 : Cum ad pristinum actum reuersus fuerit, sufficient illi duo a te dati milites et totidem a Virdio Gemellino, procuratore meo...

55 Pline 10.21 : Cui ego notum feci praecepisse te ut ex cohortibus, quibus me praeesse uoluisti, contentus esset beneficiariis decem, equitibus duobus, centurione uno. Respondit non sufficere sibi hunc numerum, idque se scripturum tibi. Hoc in causa fuit quo minus statim reuocandos putarem, quos habet supra numerum.

56 Sherwin-White 1966, 588-589 compare ce poste avec celui du praefectus orae maritimae des provinces hispaniques ; voir à ce propos Le Roux 1982, 153-157.

57 Pline 10.21 :... praecipisse te.... ; 10.22 :... mandatis meis...

58 Sherwin-White 1966, 590-591.

59 Un cornicularius (korniklãriow) est mentionné dans une inscription de Pruse de Bithynie : IGR, III, 59.

60 On connaît un autre exemple de centurion regionarius détaché des troupes légionnaires de Mésie Inférieure, sur les ordres de Trajan, pour assumer la responsabilité d’un poste de garde (praesidium) à Byzance : Pline 10.77 et 78 (cf. Merkelbach 1999). Sur les praesidia : Isaac 1992, 174-175 ; sur les divers emplois de centurions, notamment à des fonctions administratives : Zwicky 1944, 84-86 ; pour des documents épigraphiques montrant un ou plusieurs bénéficiaires associés à un centurion, voir Annexe 10 ; sur les relations entre les deux types de militaires : Chap. V p. 233-238.

61 Pline 10.22.

62 Aelius Aristide, Discours sacrés, 26.67.

63 AE, 1972, 573 (= 1969/1970, 595 b).

64 La mention de 3 cornicularii étonne si l’on se réfère à l’officium du gouverneur d’une province comme la Numidie, par exemple (CBI, 783), ainsi qu’avec d’autres officia. Sur ces questions, voir désormais Haensch 1997.

65 Les éditeurs de l’AE, 1972, 573 ; Speidel 1978, 5 n. 12 ; Rankov 1994, 220. Déjà dans ce sens et avant la découverte de l’inscription d’Éphèse citée plus haut : Jones 1949, 44 n. 59.

66 On pourrait s’attendre, en fonction de son activité de gouverneur et des réalités concrètes abordées dans le cadre de sa correspondance avec l’empereur – un ancien militaire –, que Pline utilise la terminologie précise, mais on observe au contraire que cela demeure exceptionnel (un mensor, 10.17 ; un aquilex, 10.37 (voir plus haut la liste de Paternus), un architectus, 10.37 et 40). Les titres militaires des sous-officiers habituellement employés dans les bureaux des gouverneurs, tels le cornicularius, commentariensis, speculator (la leçon speculator du manuscrit b pour Pline 2.17.4 ne peut pas être retenue) frumentarius ou strator etc. n’apparaissent jamais dans sa correspondance, pas plus que les titres tactiques tels que uexillarius, tesserarius, signifer, optio etc.

67 CBI, 855-858 avec Chap. V p. 263 ; voir aussi CBI, 643.

68 Par ex. Fink 1971, 63 et 64 et Tab. Vindol., I, 154. Soulignons que les bf cos détachés dans des stations dans les provinces (Chap. IV, passim) étaient en général des légionnaires alors que les pridiana cités ici (qui nous sont parvenus) sont ceux d’auxiliaires, comme les troupes que Pline avait sous ses ordres.

69 Par ex. P 13 ou CBI, 27 ; sur cette question, voir infra p. 83.

70 SHA, Hadrien 2.5-6 : Traiano a Nerua adoptato ad gratulationem exercitus missus in Germaniam Superiorem translatus est. ex qua festinans ad Traianum, ut primus nuntiaret excessum Neruae, a Seruiano, sororis uiro, (qui et sumptibus et aere alieno eius prodito Traiani odium in eum mouit) diu detentus fractoque consulte uehiculo tardatus, pedibus iter faciens eiusdem Seruiani beneficiarium anteuenit. Trad. de Chastagnol 1994.

71 Pour la date de l’Histoire Auguste et pour un commentaire concernant ce passage et son caractère obscur : Chastagnol 1994, XXXIV et 19 ; voir aussi Callu 1992, 19 et 90, qui traduit beneficiarius par “ordonnance”.

72 Sur le gouvernement de Trajan et de son successeur, en Germanie Supérieure : Eck 1985, 45-48, no 21 et 22.

73 Cf. Chastagnol 1994, 19 n. 7.

74 CBI, 41, I 7a ; CBI, 392 en 226 p.C. : voir infra p. 80.

75 Clauss 1973a, 54 et 73 ; Rankov 1987, 243-249, part. 244. Voir aussi Chap. III p. 115-122.

76 P. Mich., 472 et 469 ; Clauss 1973a, 86-93 et Rankov 1990, 167 et 180. Dans l’Histoire Auguste, les frumentarii apparaissent comme des messagers ou des espions employés la plupart du temps au service de l’empereur plutôt que par des gouverneurs. Pour un exemple de frumentarius employé comme espion d’un préfet d’Égypte : Eusèbe, Histoire ecclésiastique, 6.40.2. Sur la question controversée de l’appartenance des frumentarii à l’officium des gouverneurs et sur celle des fonctions qu’ils partagent avec les beneficiarii, voir Chap. III p. 120-121.

77 Annexes 12 et 13. Sur Végèce comme source pour l’auteur de l’Histoire Auguste : Chastagnol 1995, XCI-XCIII.

78 Isaac 1991 et Isaac 1992, part. 115-118 et 282-304, où il est question du rôle de l’armée dans la perception de taxes. Celles-ci sont diverses et ne se limitent pas à l’annona militaris.

79 Deutéronome, Chap. 32.14 (trad. J. Bonsirven, Paris-Tournai 1960).

80 Bietenhard 1984, 767 § 317 ; Isaac 1991, 458-461. La traduction présentée dans le texte tient compte à la fois de la traduction allemande de Bietenhard et de la traduction anglaise d’Isaac, les deux se basant sur l’édition de Louis Finkelstein. Pour une interprétation sensiblement différente, voir Applebaum 1977, 390-391. Pour les consulaires et gouverneurs, Bietenhard traduit : “Das sind ihre Konsuln und Prokuratoren” (= pluriel de ηγεμων). Les tribuns : pluriel de χιλιαρχος ; le titre de beneficiarius transcrit en hébreu : rqypynb ; les sénateurs : pluriel de συγκλητος. Sur les vices de la noblesse et la cupidité des gouverneurs, et en particulier de leurs épouses : Juvénal 8.88 sq., part. 127-130, avec Courtney 1980, 404.

81 Sur les bénéficiaires et les chrétiens ainsi que sur la proximité des fonctions des bénéficiaires et des centurions face à la population civile : Chap. V p. 220-227.

82 Pour l’emploi de ces termes dans le Sifré : Bietenhard 1984, 900.

83 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, 4.442.

84 Isaac 1991 ; voir aussi Speidel 1993a. La validité du diplôme en question était garantie par la signature de l’empereur.

85 Mitchell 1976, l. 23-24 ; l. 49-50 : σταθμον πασιν τοις τε μεθ ημων και τοις στρατευομενοις εν πασαις επαρχειαις.

86 Voir à ce propos l’inscription de Pizos IGR, I, 766, où il est également question des επι[στα] θμοι στρατιωται.

87 Robert 1943, 111-119 ; Mitchell 1976, 106-131, part. 114-115 ; MacMullen 1963, 55-59 et Bagnall 1977, part. 70-71 ; MacMullen 1991, 206-208 ; pour le rescrit de Caracalla et la lettre du proconsul d’Asie en réponse aux plaintes des habitants de l’antique Takina en Asie Mineure contre les exactions des stationarii : Hahin & French 1987, 133-142, et Malay 1988, 47-52 (à propos d’une lettre de Pertinax et du proconsul en réponse aux plaintes des habitants de l’antique Tabala, suite à des exactions).

88 Nous attendons avec intérêt la publication imminente de Madame Frederica Petraccia (Univ. de Gênes) sur les stationarii.

89 Chap. III p. 104-105.

90 Pline 10.74 ; voir aussi Pline 10.77 et 78 (cf. n. 60 p. 69).

91 Pour les papyrus : Chap. V p. 230-231 et Annexe 5 ; l’inscription : I 121 déjà mentionnée plus haut, où il s’agit d’un bf stationarius, avec Annexe 5. Si l’interprétation de ce texte est correcte, cet exemple dément l’affirmation d’Ott 1995, 34-35, selon laquelle stationarius et beneficiarius n’apparaîtraient jamais ensemble, à la différence d’αρμοκουστορ, par exemple, ou de σινγλαριος (voir supra p. 65 n. 41) ; sur stationarius et beneficiarius, voir aussi Chap. V p. 224-225.

92 Dans l’inscription d’un bf d’un tribun de date haute de Chester en Bretagne, ce sont les lettres TR de l’abréviation BTR qui sont barrées : CBI, 9 ; dans CBI, 451 apparaît l’abréviation BBFCOS pour un seul bf.

93 Du iiie s. par ex. : CBI, 675 ; CBI, 749 (partiellement restitué) ; CBI, 880 (le titre est placé en tête de liste) ; CBI, 956 ; du ive s. : CBI, 747 ; I 132.

94 Voir par exemple dans la liste CBI, 775, où l’abréviation -B-F côtoie elle de -BF-. Pour deux abréviations différentes dans un papyrus, voir P 37.

95 Dans les inscriptions funéraires, le pourcentage est plus faible, mais atteint tout de même 77,4 %. Il arrive exceptionnellement que le rang du supérieur figure avant celui de bénéficiaire : CBI, 941 et CBI, 652 (diplôme militaire), CBI, 702 (inscription métrique, à l’exception de la 3e ligne, à cause du titre ηγεμονος βενεφικιαριος ; voir p. 330). Le titre de tribuni cornicularius apparaît chez Frontin 3.14.1 (cf. supra n. 15).

96 Le pourcentage est calculé pour chacun des types d’inscriptions. Dans certaines listes, le nom du supérieur apparaît une seule fois, en en-tête, mais n’est pas repris ensuite.

97 Annexe 12.

98 CBI, 132, 411, 642, 685 : b(ene)f(iciarii) et corniculari(i) eius ; 738 ; 762 ; 768 ; peut-être I 196 (restitution) ; I 107 : bene[fi]ci[arii] officii e[ius] ; voir aussi Annexe 11.

99 CBI, 738. Pour d’autres attestations de l’expression beneficiarius eius, voir Annexes 11 et 13, avec CBI, 132, 642, 685, peut-être I 195, ainsi que CBI, 762 et 768 où il est question de l’ensemble des beneficiarii d’un gouverneur.

100 Cf. le classement de Cauer 1881, avec les remarques de Mommsen 1881, 532-536 et de Marquardt 1891, 290-292.

101 Ces derniers se contentent de citer occasionnellement le nom de leur troupe : Chap. III p. 120-121.

102 Voir par ex. les officiales d’un préfet de la légion III Augusta : ILS, 9099, à Lambèse ; le centurion strator d’un leg Aug pr pr à Bostra : AE, 1947, 164 (voir aussi Speidel 1977, 695) ; le strator d’un légat à Mayence : XIII, 6746, en 217 p.C. et le stator d’un praefectus equitum à Cologne (à St Gereon) : Galsterer 1987, 1, iie -iiie s. Voir aussi le commentariensis d’un gouverneur de Numidie : VIII, 2613 - Le Bohec 1989a, 215, en 151-152 p.C. : [a co]mmenta[r. ( ?) M. Val]erii Etru[sci leg] Aug. pr. p[r] ; le cornicularius de deux gouverneurs successifs en Gaule Lyonnaise : CBI, 39, au ier s. : voir infra p. 81 et Annexe 12. Pour d’autres exemples, voir le titre d’un corniculaire d’un préfet du camp en Égypte, dans son inscription funéraire : III, 6608 - ILS, 2394 (sous Domitien) :... corniculario Castrici Proculi, praef(ecti) castror(um), celui d’un préfet d’Égypte (CBI, 733, 157 p.C.), celui d’un tribun de cohorte urbaine à Rome : VI, 2869 - ILS, 2114 : cornicularius Iuli Proculi trib. coh. X urb. ou d’un tribun militaire à Altenburg près de Windisch-Vindonissa : RIS, II, 180 : --- Ve]recundu[s co] rnucla[ri]us ( !) Satrieni Venalis tr[ib]uni militum leg. XI C. P. F. Voir aussi par ex. IX, 5358 - ILS, 1325 : dédicace en l’honneur du préfet du prétoire M. Gavius Maximus lorsqu’il reçoit les ornements consulaires, érigée par Ti. Claudius Firmus, son ancien corniculaire (p. p. ex cornicular(io) ipsius).

103 Pour une liste des différents types de supérieurs qui ont des bénéficiaires à leur service, voir Annexe 9 ; pour l’importance numérique des bf au sein d’un officium, voir par ex. CBI, 783 et 784 : Annexe 1.3.

104 I 42 ; le bénéficiaire s’y présente comme un agri(mensor), peut-être en relation avec le rôle qu’il a pu assumer dans l’installation de la station. Son rôle serait donc comparable à celui du décurion dans la station d’Osterburken (Chap. IV p. 142-143).

105 CBI, 21 : Annexe 1.3, avec Tomlin 1992.

106 Par ex. I 11c à Carnuntum et dans la même province CBI, 342 : Annexe 1.3. Voir aussi CBI, 895 : Annexe 1.3 et CBI, 600. Dans la série de Sirmium on relève quelques exemples où les bénéficiaires ne portent pas comme leurs collègues le titre bf cos : I 54 : benef. Caecili Faustini leg Aug pr pr (Ière moitié du iie s.) et I 63 bf consu(laris) de la même époque. Voir aussi beneficiarius (nom du gouverneur) consular(is) : CBI, 41, c. 133 p.C.

107 Même en dehors des inscriptions des bénéficiaires, le titre de co(n)s(ularis) peut être porté avant que le gouverneur n’ait rempli le consulat, voir par ex. P. Mich., 466 avec Thomasson 1972-1990, 327.1 et Speidel 1977, 689.

108 CBI, 118 (218-219 p.C.). Voir aussi par ex. I 25 (202 p.C.) : bf cos, agens in stat(ione) sub Baebio Caeciliano, leg(ato) Augg(ustorum) pr(o) pr(aetore) ; CBI, 643 (155 p.C.) et 650 (176-177 p.C.) : bf cos, le titre du gouverneur étant celui de leg Aug pr pr. Dans les exemples suivants, suite à l’introduction du titre de praeses : CBI, 685 (198 p.C.) : leg Aug pr pr, praeses ; CBI, 675 (215 p.C.) : proc. Augusti, praeses. Voir aussi CBI, 749 : le beneficiarius consularis devient princeps de l’officium du praeses de Bretagne. Dans CBI, 325, le contraste est frappant puisque le titre de bf cos côtoie celui d’exactus off(icii) pr(a)esidis, alors que les deux frères sont rattachés à la même légion, donc vraisemblablement au même officium.

109 Passion de Fructuose, 1.4, avec Chap. V p. 223-224 ; voir aussi p. 318 n. 140 ; dans l’officium du praeses de Thébaïde (P 24, 29, 25, 26, 30, 7, 32), du praeses Augustamnicae (P 50, en 360-390 p.C.) et du préfet d’Arcadie (P 76, en 411 p.C.) ; voir aussi P 44, ainsi que P 31 où il est question des problèmes entre un ancien bf “du vénérable officium” et sa jeune femme, qu’il vient de quitter, notamment des cadeaux de mariage donnés à l’avance. Sur les divers découpages administratifs de l’Égypte au ive s. : Bagnall 1993, 63-64.

110 CBI, 406 (fin iie ou iiie s. p.C.) et CBI, 889 (iiie s. p.C. ; en dehors de la province) ; CBI, 691 (entre 151 et 154 p.C.) : Κλ(αύδιος) Τορκυάτος β(ενε)φ(ικχάρχος) χώρτης πρώτης έξ όφικίου Κασσίου Άπολλειναρίου ; en Mésie Inférieure, I 107 : entre 222 et 229 p.C. : il pourrait s’agir des beneficiarii de l’officium d’un légat de légion. Les inscriptions CBI, 749 et 730 montrent que la carrière du bénéficiaire se passe le plus souvent au sein du même officium ; voir infra p. 84 et Chap. III p. 122-126. Au ier s. : CBI, 39, discuté infra p. 81.

111 Voir toutefois la promotion hypothétique de Saturninus : CBI, 753 : Annexe 1.3 avec Chap. III p. 127 et Birley 1965, 214.

112 CBI, 360 : Annexe 1.3 : cf. Sasel-Kos 1995b, 274-278, à qui reviennent la révision de lecture et l’interprétation énoncée ci-dessus.

113 En Bretagne : CBI, 11 et 13, avec Mann 1997a sur la séparation en 197 p.C. et la suite de la réorganisation administrative et militaire au iiie s. ; en Germanie Supérieure à Osterburken : CBI, 152 et 159 : Annexe 1.3, avec Dietz 1989, part. 420-424 ; en Pannonie Inférieure : CBI, 392 à Teutoburgium en 226 p.C. ; à Mursa : I 16 ; à Sirmium : I 61, 75, 78, ainsi que I 54, avec Chap. IV p. 139.

114 Par ex. CBI, 918 : Annexe 10 (221-222 p.C.) : BF PR PR [E]EM[M] V[V]. Le titre de préfet au pluriel peut correspondre soit à la succession, soit à la collégialité ; CBI, 866 (iie s.) : bf p(raefectorum) e(minentissimorum) u(irorum) ; I 114 (iie s.) : benef(iciarius) pr(a) efectorum pr(aetorio) ; CBI, 133 (iiie s.) : promo[tus ©] ex bf praefectorum [pr(aetorio)]. Sur la collégialité des préfets du prétoire instaurée sous Auguste en 2 a. C. : Passerini 1969, 214-220, part. 217-218 ; Durry 1938, 163-165 ; voir aussi Suétone, Néron, 21.

115 CBI, 690 : Annexe 1.3. (iie s.).

116 CBI, 631 : Annexe 1.3. Voir aussi Chap. I p. 52.

117 CBI, 751 ; voir aussi Annexe 12.

118 CBI, 39.

119 CBI, 728-729 : Annexe 1.3 et I 190, à Adraha en Arabie entre 259/260 et 262/263 p.C., avec Pflaum 1952, 307-330 = Pflaum 1981, 209-232 ; Thomasson 1972-1990, 333.

120 Voir CBI, 5 : Annexe 1.3 (l’établissement du texte est toutefois très incertain). La situation était différente pour les frumentarii, à cause de leur organisation particulière en un numerus, centralisée à Rome : CBI, 841, avec notre commentaire en note de Annexe 1.3. (sous CBI, 5).

121 Voir par ex. CBI, 41, avec notre commentaire Chap. I p. 50.

122 Dans les inscriptions funéraires, le pourcentage n’atteint pas 8 %, et dans les inscriptions votives, érigées par les bf en personne, nous n’en avons relevé que 6 exemples : CBI, 26 à Trèves-Augusta Treuerorum, CBI, 43 à Vevey non loin de Martigny (le nom de la troupe, la légion XXII Primigenia, est en partie restitué), CBI, 228 à Celeia, 13.12.211 p.C., CBI, 753 : Annexe 1.3 à Vazaiui : [bf] leg III Augustae, vraisemblablement promu centurion, CBI, 854 à Tarragone, I 31 à Sirmium, en 208 p.C.

123 Sur la question : Rémy 1986, dont nous ne suivons toutefois pas toutes les conclusions (p. 324-326).

124 I 129. Ce document omis dans le CBI devrait aussi être rajouté à la liste d’Alston 1995, 184. Il est possible vu le contexte de la provenance et le type de troupe que le bénéficiaire ait été employé au service de l’officier à la tête de cette cohorte stationnée dans la région.

125 CBI, 843 et 846, malgré les problèmes de transcription, et peut-être CBI, 853 et 854, CBI, 832 et 833 (voir infra p. 85), CBI, 228, etc.

126 Voir aussi à ce propos CBI, 199 : Annexe 1.3, avec Annexe 5.

127 Par ex. CBI, 23, 29, 31, 32, 34, 35.

128 Voir à ce sujet Chap. III p. 111-113, avec Nelis-Clément & Wiblé 1996, part. 291-292 et Ott 1995, 32-34, voir aussi Clauss 1973a, 21. A Lyon, le gouverneur pouvait les recruter dans la cohorte urbaine en garnison dans la ville.

129 Par ex. VIII, 2755 - ILS, 2428 à Lambèse, iiie s. : P. Aelius Crescentianus, notarius legati in officio Iuuenalis praef(ecti) praetori(o), mort à l’âge de 22 ans. Selon Teitler 1985, 50, ce militaire décédé à Lambèse appartenait à l’officium du préfet du prétoire, mais aurait été assigné au légat. Le texte fait plutôt penser que c’est en fait le contraire qui se serait passé, que ce légionnaire aurait été mis à la disposition du préfet du prétoire. Si tel est le cas, faut-il en déduire le préfet du prétoire était représenté à Lambèse par un officium dans lequel auraient été intégrés des légionnaires africains ? Pour l’exemple d’un prétorien à Rusicade en Numidie, entre 268 et 270 p.C. : ILS, 9073, et sur la question des prétoriens stationarii dans les provinces, en particulier dans les provinces proconsulaires, voir Chap. III p. 104-105.

130 CBI, 41 ; voir aussi CBI, 27 : le bf était sans doute chargé par le légat de la légion de Bonn de collaborer avec le procurator ferriarum. Dans l’inscription, aucun signe ne permet de penser qu’il faisait partie de l’officium de ce dernier. Pour d’autres exemples de collaboration avec un procurateur : CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3 à Coptos ; P 13 : bf du préfet d’Égypte détaché dans une station, où ses fonctions l’amènent à collaborer avec le stratège en poste dans le district, mais sans que les deux hommes soient liés dans un rapport hiérarchique, voir aussi Chap. V p. 241.

131 Chap. III p. 115.

132 CBI, 220 et 221 ; Annexe 12. Les deux autels sont de forme relativement simple et de facture comparable, en dépit de légères différences de taille. L’ordination est la même à l’exception de la place de la formule VSLM ; dans les deux cas, l’abréviation du titre de bénéficiaire est identique, -B-.

133 CBI, 242, où le gentilice du gouverneur figure sous la forme Usienius. Voir aussi CBI, 234, avec Annexes 3 et 12.

134 Voir CBI, 690, 631, 751, 39, 728-729 et I 190 ; autrement, Dise 1997a, 275.

135 CBI, 240 et 237, avec Annexes 3 et 12.

136 Sur les provinces proconsulaires et l’officium des proconsuls, voir Chap. III p. 103-106.

137 Voir toutefois en Norique, à une date élevée, les deux bénéficiaires Surus et Augustanus, employés dans l’officium du gouverneur procurateur : CBI, 222 et 226. Si l’on en croit leur formule onomastique limitée au seul cognomen, ils pourraient être de statut pérégrin.

138 CBI, 464, 480, 475, pour le commentariensis : III, 2015 - ILS, 2379. Pour un auxiliaire citoyen romain employé dans l’officium du gouverneur consulaire de Dalmatie, voir CBI, 488 : Annexe 1.3. D’autres bénéficiaires du gouverneur de Dalmatie sont tirés de la cohorte VIII Vol., une troupe attestée dans la province du ier s. à 275 p.C. : CBI, 491 (épitaphe d’un bénéficiaire du préfet de la cohorte) et CBI, 497 : Annexe 1.3. Ces trois documents représentent les seuls témoignages de bénéficiaires non légionnaires en Dalmatie, les autres provenant tous des légions des provinces voisines. Il s’agissait vraisemblablement de citoyens romains. D’un avis différent : Le Glay 1972, 220-221, selon lequel cette troupe, depuis le iie s. du moins serait constituée non plus de citoyens romains mais de pérégrins qui portent les tria nomina parfois déjà avant de recevoir la citoyenneté romaine, à la fin de leur service. Pour d’autres auxiliaires promus comme bénéficiaires dans l’officium d’un gouverneur, voir CBI, 680 : Annexe 1.3 en Lycie-Pamphylie et sans doute CBI, 691 en Cappadoce.

139 CBI, 832 et 833, avec Le Roux 1995a, 125, autrement Haensch 1997a, 490 n. 70. Le second, qui n’est pas originaire de la province, devait donc certainement être en poste en Lusitanie.

140 CBI, 831, avec Le Roux 1982, 223.

Table des illustrations

Légende Tableau 1 : Inscriptions (par type) où figure le titre du supérieur du bénéficiaire96
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540