Version classiqueVersion mobile

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Chapitre I. Les sources et leurs apports respectifs

Texte intégral

1Les bénéficiaires apparaissent à travers plusieurs types de sources qui s’échelonnent de la fin de la République jusqu’au début de l’époque byzantine. C’est le cas, en particulier, pour les sources littéraires et papyrologiques, la plupart des sources épigraphiques se situant en général entre le milieu du ier et la première moitié du iiie s. p. C. Aux documents épigraphiques s’ajoute l’apport de l’archéologie, lorsque le contexte dans lequel ils se situent est identifié.

1. Les divers types de sources. Méthode et enseignements

2La majorité des documents des beneficiarii sont transmis de façon directe. Certains graffites, signatures ou papyrus ont même conservé les traces de leur écriture. C’est en effet sous leur titre officiel de beneficiarius que ces militaires se présentent lorsqu’ils érigent un monument, signent un document officiel, ou même lorsqu’ils agissent ou se trouvent dans un cadre strictement privé, comme le montrent les papyrus. Ce titre les situe aussi bien au sein de la communauté militaire que de la société civile.

  • 1 D’une manière générale sur les fonctions publiques des historiens et écrivains romains : Millar 19 (...)
  • 2 PIR, III, 24. Pour des bénéficiaires employés dans l’officium d’un préfet du prétoire au ier ou ii(...)
  • 3 Le nombre de bénéficiaires des préfets du prétoire est estimé à environ 35 à partir de comparaison (...)

3Dans les sources littéraires, les bénéficiaires apparaissent généralement de manière anonyme, que ce soit au cours d’une définition ou dans une mention ou description qui les place dans l’exercice de leurs fonctions. Certains des auteurs latins qui les évoquent ont eu eux-mêmes des beneficiarii employés à leur service, ou ont pu en côtoyer à un moment de leur carrière, lorsqu’ils assumaient une fonction d’officier militaire, de procurateur, de gouverneur ou de préfet du prétoire1. Ce fut le cas par exemple de Taruttienus Paternus2, connu comme juriste grâce à son traité d’affaires militaires, qui fut ab epistulis ou chef de la correspondance impériale, puis préfet du prétoire en 179 p. C. A ce titre, il avait à son service des bénéficiaires, des prétoriens chargés de l’organisation interne de son officium, dont la direction était assumée par un cornicularius3.

  • 4 Par ex. Annexes 11 à 13, avec CBI, 772-774. Voir aussi P 37.
  • 5 Voir Annexe 12 et Chap. II p. 77. Voir aussi par ex. CBI, 631 : Annexe 1.3.
  • 6 Pour une problématique sur la conception de la vérité et la place de la rhétorique dans l’historio (...)

4De telles rencontres entre un supérieur et ses beneficiarii ont pu avoir lieu à Rome ou dans les provinces (camps militaires, capitales, centres urbains, régions d’intérêt économique, points stratégiques au sens large etc.), partout où les bénéficiaires participaient, sous l’autorité de leurs supérieurs, à l’organisation et au maintien du pouvoir de Rome. Par leur statut de soldats employés dans l’état-major d’un officier ou d’un gouverneur, et par la nature de leurs fonctions, ils étaient amenés à entretenir des relations personnelles avec leur supérieur, qu’ils présentaient parfois comme leur patron ou protecteur, ou même avec la famille de ce dernier4. Plusieurs des gouverneurs ou procurateurs qui ont eu entre leurs mains le gouvernement d’une province romaine, ou la responsabilité de ses finances, nous seraient totalement inconnus sans la mention de leur nom par l’un de leurs bénéficiaires, sur une base érigée en leur honneur ou un autel consacré aux dieux5. Alors que les destins des uns et des autres se sont occasionnellement croisés, les bénéficiaires et leurs collègues n’ont que rarement retenu l’attention de ceux qui ont occupé une place importante dans la politique et l’administration de l’Empire et nous sont aussi connus par leur œuvre d’écrivain. Ceux-ci sont les porteurs d’une tradition littéraire dont ils suivent les conventions, même lorsqu’ils relatent les événements qui leur sont proches6. Ils n’ont guère manifesté d’intérêt à décrire les mécanismes inférieurs de la gestion et de l’administration de l’Empire. A dire vrai, des pans entiers des domaines de l’administration des provinces romaines restent encore dans l’ombre, alors que seules des zones relativement restreintes ont été mises en lumière. L’organisation et le fonctionnement des structures inférieures de l’administration échapperaient presque totalement à notre appréhension si les documents épigraphiques et papyrologiques ne venaient apporter çà et là quelques éclaircissements. Sans eux, c’est également une grande partie de la société antique qui se soustrairait à notre regard, dans ses activités, ses aspirations et ses ambitions, dans ses relations sociales et familiales, ainsi que dans l’expression de ses rapports avec les dieux et de ses responsabilités civiques.

5Le rassemblement, l’analyse et la confrontation des différentes sources entre elles sont indispensables à l’étude des beneficiarii, que l’on cherche à établir la place et le rôle qu’ils ont joué au sein de l’armée et l’administration de Rome, que l’on souhaite mettre en relief leur position dans la société, ou que l’on tente, à travers eux, de mieux comprendre, en tentant d’en dégager l’aspect évolutif, les mécanismes des structures administratives impériales et provinciales. Il importe d’aborder et d’analyser ces différents types de sources en tenant compte de leurs spécificités, du contexte, de la chronologie. En même temps, dans un souci de clarté, et pour une vision synthétique de la question, il est indispensable de considérer et d’étudier comme un ensemble cette grande masse hétérogène qui se compose de près de 1 300 documents.

2. Les sources littéraires et leurs limites

  • 7 L’auteur le plus tardif est Lydus (vie s. p. C.). Les bénéficiaires sont mentionnés dans le Code d (...)

6Beneficiarius apparaît en latin et grec ainsi que dans des transcriptions en hébreu et en palmyrénien, dans des textes qui vont de l’époque républicaine à l’époque byzantine7. Le nombre relativement restreint des textes littéraires qui font allusion aux beneficiarii – moins d’une vingtaine – contraste avec la masse des documents épigraphiques et papyrologiques où ils apparaissent. L’étendue de la fourchette chronologique et la diversité des contextes dans lesquels ils figurent – récits historiques, écrits d’auteurs chrétiens, commentaires bibliques, textes juridiques, traités de lexicographie et d’art militaire, glossaires etc. – ne facilitent guère la mise en place d’une définition claire et uniforme.

7La notion d’un lien direct entretenu entre le beneficiarius et son supérieur représente une constante dans les textes littéraires depuis la fin de la République jusqu’à l’époque impériale et même encore au ive s. Elle s’observe aussi bien lorsque le terme est employé dans un sens large que dans un sens technique. Les supérieurs évoqués sont des généraux ou des officiers militaires, des tribuns, des gouverneurs de province ou des procurateurs financiers. Jamais il n’est question de bénéficiaires d’un empereur. Dans les textes d’époque impériale, les beneficiarii n’apparaissent jamais comme des soldats de combat à proprement parler. Aucun texte ne mentionne un nom de troupe précis auquel ils seraient rattachés, ni ne les montre dans le contexte d’un camp militaire, au cours d’une marche, expédition ou bataille. Leurs activités les mettent régulièrement en contact avec la population civile. On les voit collaborer avec les autorités locales, en particulier dans les textes tardifs. Ils agissent seuls, avec d’autres bénéficiaires, ou avec d’autres militaires, des centurions le plus souvent.

8Chercher à passer en revue systématiquement tous les textes recensés sans les comparer aux autres sources se révélerait une entreprise stérile. Nous analyserons de façon plus détaillée chacun d’eux au cours de cet ouvrage. Dans le chapitre II en particulier, où nous présenterons les bénéficiaires, nous nous arrêterons sur les emplois du terme à l’époque républicaine, puis nous mettrons l’accent sur les quelques occurences qui présentent une définition des beneficiarii et constituent, par leur nature, un dossier à part. Nous soulignerons les ambiguïtés du terme, en relevant les contrastes entre les définitions générales et étymologiques de beneficiarius, l’usage qu’en ont fait les auteurs au début du iie s., et son emploi technique dans le sermo castrensis tel qu’il apparaît dans les documents épigraphiques, où il désigne un rang précis dans la hiérarchie militaire. Puis il faudra considérer l’impact et les incidences de ces observations sur l’analyse et l’interprétation des textes où apparaissent les bénéficiaires avant de lire les sources chrétiennes qui les décrivent dans l’exercice de leurs fonctions et de revenir sur les sources juridiques tardives pour tenter de savoir ce que représentaient encore les beneficiarii à l’époque où leurs traces dans les inscriptions ont presque totalement disparu, alors que les papyrus et quelques autres textes en ont conservé le souvenir.

3. Les sources épigraphiques

3.1. Généralités

  • 8 Pour une comparaison chiffrée, on estime que les sources épigraphiques représentent 92,3 % de la d (...)
  • 9 Cauer 1881 avait recensé environ 400 inscriptions de beneficiarii.
  • 10 Même s’il n’est pas possible de calculer avec précision le nombre exact de bénéficiaires connus à (...)
  • 11 Clauss 1973a, 4 et Introduction ; Le Bohec 1989a, 54, les estime à 3 000.

9Les sources épigraphiques représentent d’un point de vue numérique la partie la plus imposante de la masse des documents relatifs aux beneficiarii8. Depuis le premier inventaire de Cauer au siècle dernier9, leur nombre a presque triplé. Il correspond à l’heure actuelle à plus de 1160 inscriptions, le nombre des bénéficiaires connus par celles-ci s’élevant approximativement à 1370, si l’on ne tient pas compte des cas où le même bénéficiaire apparaît – ou pourrait apparaître – dans plusieurs documents épigraphiques10. Un peu plus de la moitié d’entre eux (approximativement estimés à 700) ont été employés au service d’un gouverneur de province de rang consulaire. Ces chiffres, appelés à se modifier et donnés ici à titre indicatif, s’entendent des textes complets, ceux qui ne sont que partiellement conservés, ainsi que des textes parfois très fragmentaires pour lesquels la lecture du grade est restituée, partiellement ou totalement. Une analyse nuancée des documents répertoriés permet toutefois de préciser que, malgré la diversité de l’état de conservation de l’ensemble du matériel recensé, la lecture du titre beneficiarius est certaine dans plus de 90 % des documents épigraphiques. Elle est considérée comme probable dans 7,8 % des cas, lorsque le titre doit être restitué. Les textes de caractère douteux, et qui ne sont retenus au dossier qu’à ce titre, n’atteignent par conséquent qu’un pourcentage très faible. Ce dossier épigraphique en comparaison avec d’autres séries d’inscriptions de militaires correspond à près du triple de la documentation mise ensemble des cornicularii, speculatores et frumentarii, dont le recensement remonte à un peu plus d’un quart de siècle, et dépasse largement le tiers des soldats de la légion africaine III Augusta qui sont à ce jour connus par leurs inscriptions11.

10Les inscriptions ainsi rassemblées représentent une vaste série dans laquelle se profile la totalité des beneficiarii, tous types confondus. Cette population, qui constitue une part non négligeable des sous-officiers ou principales de l’armée romaine du Haut-Empire, permet d’esquisser leur répartition géographique au sein des différentes provinces et dans l’Empire, ainsi qu’à l’intérieur des divers officia où ils sont attestés. Par son ampleur, sa diversité et son étendue géographique, cette série épigraphique ouvre la porte à plusieurs types d’interrogations et à divers domaines d’analyse. Dans une vision plus large et en confrontation avec les autres types de sources, on s’intéressera par exemple, à travers l’étude des bénéficiaires, à leur insertion dans les services administratifs des provinces, aux structures inférieures de l’administration militaire et provinciale, aux questions relatives à la communication des informations dans l’Empire et dans les provinces, au rôle de le religion dans l’expression du pouvoir officiel, à la place des soldats dans la société et aux relations entre le monde civil et le monde militaire, de l’époque républicaine à l’époque byzantine.

3.2. Répartition géographique, linguistique, chronologique

  • 12 Dans ces chiffres il n’est pas tenu compte des cas où le même bénéficiaire apparaît plusieurs fois (...)

11Les inscriptions des beneficiarii proviennent de presque toutes les régions de l’Empire. Leur représentation est nettement plus accentuée dans les provinces à caractère militaire, en particulier dans celles qui sont situées le long du Rhin, du Danube, dans les Balkans et en Numidie. Le tableau ci-dessous met en relief la distribution numérique des documents et des beneficiarii connus dans ces provinces avec, entre parenthèses, le pourcentage sur la totalité des documents répertoriés. On y trouve également par provinces le nombre de bénéficiaires apparaissant dans la documentation épigraphique12. Ces chiffres sont suivis de la distribution chiffrée, par provinces, des documents épigraphiques votifs, avec entre parenthèses leur pourcentage par rapport à la totalité des inscriptions votives du dossier.

  • 13 CBI, 861, 893, 895, 984, à quoi s’ajoute peut-être CBI, 880, qui contient un fragment de liste, de (...)

12La grande majorité des textes épigraphiques recensés figurent sur des monuments votifs érigés par les bénéficiaires eux-mêmes, en général pendant leur service, le plus souvent dans l’officium d’un gouverneur. Ces chiffres montrent que près de 90 % des inscriptions votives des bénéficiaires proviennent des provinces germaniques, danubiennes et balkaniques, ce qui permet de se faire une idée de leur distribution dans l’Empire en dépit des nuances qui peuvent ressortir des différentes pratiques épigraphiques régionales et provinciales. A titre comparatif, nous avons présenté les résultats obtenus dans d’autres provinces telles que la Bretagne, la Numidie, l’Espagne Citérieure, ainsi que l’Italie13 et Rome (voir tableau 1).

  • 14 CBI, 959 (iiie s. p. C.) ; CBI, 744 (iiie s.).
  • 15 CBI, 655 (iie-iiie s.), 641 (iiie s.), 621 (iie-iiie s.), 634 (iie s.), 678 (iie-iiie s.). En Syri (...)
  • 16 I 125 (189 p. C.).

13La plupart des textes recensés sont en latin. La langue grecque, représentée dans des proportions faibles, mais non négligeables (6,5 %), se limite aux provinces danubiennes et orientales, à deux exceptions : à Rome, l’inscription funéraire d’un bénéficiaire du préfet d’Égypte, et à Carthage, une inscription bilingue14. Les textes bilingues sont extrêmement rares (0,5 %) et se rencontrent essentiellement dans les provinces de Mésie Inférieure, d’Asie Mineure et de Syrie, le document de Carthage mis à part15. Aux textes en latin et en grec s’ajoute l’inscription funéraire qui figure sur la stèle du bénéficiaire Hauran, à Palmyre, en bordure de son portrait, datée selon le système local de l’année 189 p. C.16, et où le titre de bénéficiaire est transcrit dans sa propre langue.

Province

Nombre d’inscriptions ( % de la totalité)

Nombre de bénéficiaires

Nombre d’inscriptions votives ( % de la totalité)

Germanie Supérieure

120 (10,4)

122

111 (17,2)

Germanie Inférieure

63 (5,5)

69

51 (8)

1. Total des Germanies

183 (15,8)

162 (25,4)

Rhétie

5 (0,4)

5

2 (0,3)

Norique

64 (5,5)

64

50 (7,8)

Pannonie Supérieure

96 (8,3)

102

72 (11,3)

Pannonie Inférieure

149 (13)

162

122 (19,1)

Mésie Supérieure

46 (4)

54

22 (3,4)

Mésie Inférieure

59 (5,1)

70

31 (4,9)

Dacie

71 (6,1)

75

52 (8,2)

Thrace

7 (0,6)

7

4 (0,6)

Dalmatie

81 (7)

81

56 (8,8)

2. Total (Rhétie à Dalmatie)

578 (50)

411 (63,6)

Total 1 + 2

761 (65,6)

573 (88,7)

Bretagne

28 (2,4)

28

14 (2,2)

Numidie

81 (7)

137

17 (2,7)

Italie

41 (3,5)

56

4 (0,6)

Rome

74 (6,4)

79

7 (1)

Total Italie et Rome

115 (9,9)

135

11 (1,7)

Espagne Citérieure

25 (2,2)

25

6 (0,9)

Tableau 1 : Répartition géographique des inscriptions.

  • 17 Le document CBI, 869 : Annexe 1.2, considéré comme le plus ancien témoignage d’un bénéficiaire (40 (...)
  • 18 Sur les divers types de bénéficiaires, voir Chap. II p. 78 et Annexe 9.
  • 19 CBI, 652, 17.06.54 p. C., à Sarsânlar en Mésie Inférieure. Sur les beneficiarii dans la flotte : p (...)
  • 20 I 153 b et Chap. III p. 110-111.
  • 21 CBI, 881 : Annexe 1.3, en 66 p. C. à Rimini : le bénéficiaire du préfet du prétoire a participé à (...)
  • 22 CBI, 39, ier s. à Carouge près de Genève : le militaire a été promu bf du gouverneur de la Lyonnai (...)
  • 23 CBI, 751, vers 81-84 p. C., à Tebessa-Theueste en Afrique Proconsulaire : benef. Tetti Iuliani et (...)
  • 24 CBI, 21 : Annexe 1.3, 66-87 p. C. à Wroxeter.
  • 25 CBI, 450, milieu du ier s, à Burnum en Dalmatie : ce bénéficiaire d’un tribun légionnaire est décé (...)
  • 26 P 8a : la lecture bf a été proposée par Seymon de Ricci ; P 52.
  • 27 Par ex. MacMullen 1991, part. 19-21.
  • 28 Mann 1985.

14Les documents épigraphiques les plus anciens montrent des beneficiarii en service dès le milieu du ier s. p. C., les plus récents datent du ve s. p. C.17 Il n’est pas possible de déterminer l’antériorité d’un certain type de bénéficiaires sur un autre18, ni leur présence, à une époque haute, dans une région plutôt que dans une autre. Parmi les documents épigraphiques les plus anciens figure un diplôme militaire de Mésie Inférieure daté de 54 p. C., où deux ou trois bénéficiaires d’un tribun figurent en qualité de témoins, aux côtés du bénéficiaire d’un navarque19. Un second diplôme militaire de 70 p. C., de provenance indéterminée, fait mention de bénéficiaires de la flotte prétorienne de Ravenne récompensés par Vespasien20. Les autres témoignages épigraphiques de cette époque sont surtout des documents funéraires révélant des bénéficiaires en service à Rome, en Italie et dans les provinces, et cela auprès de divers types de supérieurs : préfets du prétoire21, légat d’Auguste propréteur22, légat d’Auguste23, légat de légion ou leg(atus) pr(aetorius)24, tribun légionnaire25. Dans la documentation papyrologique, les premiers témoignages d’un bénéficiaire à l’époque impériale remontent aux années 32-38 p. C. et 41-42 p. C. ; ils concernent le bénéficiaire d’un préfet d’Égypte, A. Avillius Flaccus, et celui d’un idiologue26. Un cinquième de l’ensemble des documents épigraphiques contient une date consulaire. Il s’agit principalement d’inscriptions votives comme nous le verrons plus loin. Un peu moins d’un dixième (7,8 %) des monuments épigraphiques se situe à l’intérieur d’une période chronologique établie en fonction de critères sûrs, confirmés par d’autres témoignages (les fastes provinciaux par exemple). Les documents qui restent et qui représentent les 3/4 du total ne sont datés que par une approximation plus ou moins précise. L’immense majorité d’entre eux (60 % de l’ensemble) se situe entre le milieu du iie et le milieu du iiie s. p. C., sans que l’on puisse resserrer la datation. Ceux dont on peut s’assurer qu’ils sont antérieurs à cette fourchette n’atteignent qu’un faible pourcentage de la documentation épigraphique (4 %), de même que ceux qui lui sont postérieurs (1,3 %). Cette répartition chronologique correspond dans ses grandes lignes à celle de l’ensemble de la documentation épigraphique du monde romain, provinces occidentales et orientales confondues, ce qui montre l’influence de la coutume et des habitudes épigraphiques27. Cela n’est pas sans incidence sur l’interprétation historique des données et ces observations nous invitent à rappeler combien l’enseignement que l’on peut tirer du matériel épigraphique, en particulier en dehors de son contexte, nécessite une approche nuancée et prudente28.

3.3. Les différents types d’inscriptions

3.3.1. Présentation chiffrée et considérations méthodologiques

15La documentation épigraphique se répartit en différents types d’inscriptions : les inscriptions votives, les épitaphes, les listes ou registres (latercules), les dédicaces ou inscriptions honorifiques, les varia. Un graphique permet de se faire rapidement une idée de leur répartition à l’intérieur du corpus.

3.3.2. Les monuments votifs

3.3.2.1. Leurs enseignements et leur importance documentaire

  • 29 Colonne : CBI, 219, I 21, CBI, 743 (autel de forme arrondie) ; plaque ou plaquette de bronze : CBI (...)

16Les inscriptions votives constituent à elles seules plus de la moitié de la totalité des sources épigraphiques. La grande majorité des supports sur lesquels elles figurent sont des autels votifs, érigés sur un espace sacré ou sanctuaire. A cela s’ajoutent d’autres types de supports : colonne, plaque ou plaquette de bronze, roue votive, coupe ou vase, socle de candélabre en bronze avec coupe votive ( ?) orné d’aigles et de dauphins, d’une facture très soignée et peu commune, gobelet en argent, bas-relief, base de statuette ou de statue29. La nature des divers supports rend leur déplacement plus ou moins aisé, un aspect qui doit être pris en considération lorsqu’on cherche à définir la relation entre l’endroit où fut découvert un monument ou document votif et son lieu d’origine, là où il a été consacré. Cela a toute son importance dans le dossier des bénéficiaires, en particulier lorsque le document est érigé en dehors d’un camp légionnaire ou d’une capitale provinciale et que le bénéficiaire est au service d’un gouverneur ou d’un procurateur. La provenance d’un monument votif consacré par un tel bénéficiaire pendant son service est en effet susceptible d’indiquer l’endroit où il exerçait ses fonctions, suggérant de ce fait la localisation possible d’une station de bénéficiaires. La situation géographique et chronologique de ces stations devrait nous aider à mieux comprendre les raisons de leur présence dans un lieu, et de ce fait, les fonctions dont ils étaient chargés.

  • 30 CBI, 176 ; sur ce gouverneur et sur la présence des bénéficiaires et l’occupation militaire de cet (...)
  • 31 Chap. IV p. 180-193.
  • 32 CBI, 444 (voir aussi 443 : Annexe 1.3) ; CBI, 49 ; au même endroit, voir CBI, 46 en 226 p. C. Pour (...)
  • 33 CBI, 316 ; voir aussi CBI, 315 : 227 p. C. ; pour les voyages des Augustes et Césars durant cette (...)

17La première attestation répertoriée d’un autel votif avec date consulaire est due à l’un des bénéficiaires du gouverneur de Germanie Supérieure Caesernius Statianus, en 150 p. C. Il érige un autel votif dans la région de Pontailler-sur-Saône où il était en service détaché30. Plusieurs documents votifs non datés sont antérieurs à cette date, comme nous le verrons plus loin avec les exemples de bénéficiaires détachés dans des stations, dès l’époque de Trajan et d’Hadrien31. Les deux derniers autels connus avec date consulaire remontent au 1er avril 261 p. C. et au 25 septembre 263 p. C., le premier provenant d’Halapic-Saluium en Dalmatie, où le bénéficiaire du gouverneur était en charge d’une station, le second, dont seule la partie inférieure nous est parvenue, de Bonn, camp légionnaire de la légion I Minervia en Germanie Inférieure, où il fut consacré par plusieurs militaires, notamment le bénéficiaire d’un légat (de légion) et l’immunis du gouverneur32. Mais l’autel le plus récent est au moins postérieur d’une trentaine d’années à ces derniers. Il provient de Sopron-Scarbantia en Pannonie Supérieure, et sa dédicace pour le salut des Augustes Dioclétien et de Maximien et des Césars Constance Chlore et Galère le situe entre le 1er mars 293 et le 1er mai 305 p. C. A une époque où la pratique d’ériger des pierres votives se fait de plus en plus rare, ce document se révèle comme un cas isolé. Il est possible que le bénéficiaire ait voulu célébrer ainsi un événement particulier, peut-être l’investiture de Galère, qui eut lieu le 1er mars 293 p. C. à Sirmium, en Pannonie Inférieure, où Dioclétien avait établi l’une de ses deux résidences principales33.

  • 34 Seul le cinquième des inscriptions – les votives sont les mieux représentées, entre 80 et 85 % – c (...)

18Un regard sur l’ensemble des inscriptions votives avec date consulaire met en évidence l’intensité des documents votifs des bénéficiaires dans la période qui se situe entre 160/180 et 230 p. C. L’idée selon laquelle le développement du réseau des stations de bénéficiaires aurait eu lieu au cours de cette période nécessite toutefois d’être examinée avec précaution dans la mesure où les inscriptions votives avec date consulaire, même si elles correspondent à plus de 80 % des documents datés, ne représentent en fait qu’une part limitée des inscriptions du dossier34. Par ailleurs, les pratiques épigraphiques, aussi bien le fait d’ériger des pierres inscrites que celui d’y marquer la date précise, répondent à des habitudes et usages qui varient selon les époques et les lieux. Les séries d’Osterburken et de Sirmium sont à ce sujet fort instructives. L’habitude observée chez les personnes privées de dater leurs inscriptions par les consuls s’est développée progressivement et s’observe particulièrement bien durant cette même période, avec des variations selon les différentes régions de l’Empire. Toutefois, si la majorité des inscriptions datées se situe précisément à partir de cette époque, il ne fait pas de doute qu’une proportion non négligeable des documents sans date consulaire leur est antérieure. La confrontation de l’ensemble de ce matériel avec les séries d’Osterburken et de Sirmium se montre particulièrement intéressante puisque, dans les deux sites, les critères de datation des monuments, trouvés en grande majorité in situ, dans des rangées successives et dans un contexte archéologique bien daté, notamment par la dendrochronologie, se révèlent plus sûrs qu’ailleurs, où il s’agit de monuments isolés à la fois de leur contexte archéologique et d’une série épigraphique.

3.3.2.2. La consécration d’un monument votif : circonstances, contexte, cadre

19La présentation des inscriptions votives des bénéficiaires et de leur enseignement dans le dossier nous amène obligatoirement à nous arrêter sur les relations entre les fonctions des bénéficiaires, leur lieu de service, et leurs pratiques cultuelles. Le cadre et les circonstances dans lesquels ils ont consacré les centaines de monuments votifs qui nous sont parvenus, ainsi que le choix des divinités auxquelles ils s’adressent, méritent une attention particulière. Ces questions sont en effet directement liées à la place et au rôle qu’ont joué ces militaires, en particulier dans les provinces et les lieux dans lesquels ils étaient détachés.

  • 35 Voir par ex. CBI, 5, 259, 584, I 111 etc., avec Annexes 5 et 8.
  • 36 Scheid 1985, part. 17-18, 117-118, et 129-139 ; sur la dédicace d’autels comme un acte officiel, v (...)
  • 37 Chez les militaires : Rüpke 1990 ; Alföldy 1989 ; Ankersdorfer 1973 ; Birley 1988, 397-432 ; en gé (...)
  • 38 Fishwick 1988 ; Herz 1975 et 1978. Sur le Feriale Duranum, voir aussi Fink et al. 1940.
  • 39 Beard et al. 1998, I, 251.
  • 40 Voir par ex. à Apamée, Balty & van Rengen 1993, 22 : Aquilae et signis leg(ionis) II Part(hicae) [ (...)
  • 41 Voir par ex. à Douch-Kysis, le dernier site habité de la piste du Soudan où, dès Domitien, la prés (...)
  • 42 Végèce 3.8 : Prima igitur signa locis suis intra castra ponuntur, quia nihil est uenerabilius eoru (...)
  • 43 CBI, 855-858 ; voir aussi Domaszewski 1895, 12-13 (= 1972, 92-93) ; sur la fresque : Chap. VII p.  (...)
  • 44 Par ex. XIII, 7693 (retuli).

20La consécration d’un autel ou autre objet votif répond habituellement à une intention ou à un vœu personnel, comme le montre la formule VSLM qui clôt l’inscription, et par laquelle le dédicant signifie qu’il “a accompli son vœu de bon gré, à juste titre”. Dans certains cas, l’abréviation habituelle fait place à une formulation plus élaborée où peuvent apparaître les mobiles, circonstances ou autres indications concernant la consécration35. Mais le fait que le bénéficiaire précise son titre militaire à côté de son nom met l’accent sur le cadre et sur le caractère officiel de son acte36. En dédiant un monument votif aux divinités, le bénéficiaire accomplit les rites traditionnels du citoyen et du soldat romain37. Les militaires doivent célébrer les fêtes officielles du calendrier militaire impérial fixées selon les principes de la religio castrensis, fidèles aux engagements qu’ils ont pris face à l’empereur au moment de leur recrutement et de leur serment38. Le calendrier militaire tel qu’il nous est connu par un document de Dura Europos nous apprend que les auxiliaires en garnison sur l’Euphrate au iiie s. p. C. consacraient leurs vœux et sacrifices aux mêmes empereurs divinisés que les frères Arvales à Rome39. Dans chacun des lieux où ils exercent leurs fonctions, les militaires remplissent leurs devoirs religieux face aux dieux de Rome et en particulier à Jupiter. Ils accomplissent les rites dans un endroit spécialement réservé à ces pratiques, un espace sacré, à proximité des signa militaria40, dans la chapelle des principia d’un camp, d’un castellum ou d’un poste de garde41, ou dans le praetorium du gouverneur, pour les soldats de son officium42. Les militaires détachés au sein d’une uexillatio ou en poste dans un castellum célébraient l’anniversaire des enseignes de leur troupe, ob natalem signorum, – aquilae, – aprunculorum etc. La cérémonie avait lieu sur l’espace sacré, vraisemblablement autour ou en présence des signa dont l’imaginifer ou le signifer du détachement avait la charge, comme le montre une fresque du temple de Bel à Dura décrivant une cérémonie religieuse au cours de laquelle les enseignes de la XXe cohorte des Palmyréniens sont bien mises en évidence43. Au retour dans le camp au terme du détachement, d’une expédition ou d’une mission spéciale, une occasion souvent célébrée par une dédicace aux dieux44, les enseignes emportées retrouvaient leur place dans le sanctuaire. Ce fut le cas, après leur récupération, de celles que Crassus avaient autrefois perdues dans les mains des Parthes.

  • 45 Chap. VI p. 285-288.
  • 46 Pour une étude sur ces miniatures, en particulier sur celles qui proviennent de Dacie : Petulescu (...)
  • 47 Tertullien, Aux Nations, 1.12 ; sur cette question, voir Domaszewski 1895, 12-13 (= Domaszewski 19 (...)
  • 48 CBI, 530 et 531 ; sur la station de Samum, voir infra p. 39 et Chap. IV p. 164 ; sur les signa dan (...)

21Les bénéficiaires des gouverneurs ainsi que d’autres officiales (speculatores et frumentarii) détachés dans la province ou à l’extérieur des camps emmenaient également dans leurs déplacements leur enseigne, une lance à deux yeux, sur laquelle nous reviendrons plus en détails plus loin45. Plusieurs d’entre eux ont tenu à la faire figurer sur leurs monuments votifs ou funéraires. Le fait qu’on en ait retrouvé une dans le contexte du sanctuaire d’Osterburken confirme sa place dans la statio et leurs pratiques religieuses. Le dispositif d’arrêt qui s’observe sur certains modèles prouve bien qu’elles pouvaient être fixées dans le sol, ce que vérifient des représentations figurées d’hastes ou d’enseignes placées au centre d’une aedicula. Ces dernières ne laissent plus de doute sur le contexte religieux dans lequel elles s’inscrivent. Des miniatures comparables au modèle original d’Osterburken ont été mises au jour dans plusieurs sites militaires et même, dans certains cas, là où l’existence d’une station de bénéficiaires est signalée par les inscriptions, à Cannstadt et Stockstadt par exemple, et peut-être aussi à Runoviç-Nouae en Dalmatie46. La haste dont certains types plus élaborés rappellent, par leur forme, celle des étendards était donc plus qu’un simple objet distinctif ou l’insigne du pouvoir que symbolisaient ceux qui la portent. Elle avait une valeur sacrée, à l’image de celle du signum dans les camps. La vénération que tous les soldats romains manifestaient à l’égard des enseignes, partout dans l’Empire, suscitait l’agacement d’un auteur chrétien comme Tertullien, selon lequel elle allait jusqu’à dépasser l’adoration manifestée à Jupiter : Signa adirat, signa deierat, signa ipsi Ioui praefert47. C’est peut-être ainsi qu’il convient de comprendre l’expression agens sub signo qui se rencontre sur les autels votifs des bénéficiaires M. Valerius Valentinus et P. Aelius Marcellinus à Càhei-Samum au nord de la Dacie, en 239 et en 243 p. C., où l’existence d’une station de bénéficiaires cum regione est bien attestée grâce à l’épigraphie. Ou le signum en question ferait-il allusion à une statue d’une divinité — ou de l’empereur divinisé ? — placée dans le sanctuaire de la station dans laquelle le bénéficiaire était détaché48 ? La valeur religieuse qui entoure les deux types d’objets sacrés, la statue d’un dieu d’une part, les enseignes de l’autre, pourrait expliquer que les Romains se soient servis du même terme pour décrire l’un et l’autre de ces objets porteurs d’une représentation sacrée.

3.3.2.3. Le contexte de la consécration : source d’information

  • 49 Annexe 8.
  • 50 Annexes 5 et 6.
  • 51 Par ex. CBI, 116, 117, 58, I 180b, 290, 316, 514 et 515 (vétéran), 517, 607, 722, I 11b ; voir aus (...)
  • 52 Annexes 10 et 7.
  • 53 CBI, 855 à 858 dans la région minière de Villalís en Espagne (entre 166 et 175 p. C.).
  • 54 Par ex. I 150a à Rome (1.1.197 p. C.) ; CBI, 912 (113 p. C.) et CBI, 911 (111 p. C., puis 156 p. C (...)
  • 55 CBI, 782 (219 p. C., à Lambèse) ; CBI, 917 (1er avril 200 p. C., à Rome) ; CBI, 918 (221-222 p. C. (...)
  • 56 Voir par ex. les grandes inscriptions de Lambèse en Numidie : CBI, 783 et 784 : Annexe 1.3 ; sur l (...)

22En consacrant un autel aux dieux, le bénéficiaire célèbre la réalisation d’événements survenus au cours de ses activités professionnelles, une promotion49, un détachement dans une station (fin de mission ou renouvellement)50, la fin d’une mission spéciale ou celle du service obligatoire, au moment de la mise en retraite. Il célèbre aussi à l’occasion des événements plus intimes, en réponse à un ordre imposé par une divinité, parfois à travers un rêve51. Lorsqu’il exprime des sentiments plus personnels, il est question de sa santé, souvent en relation avec sa carrière – les deux situations sont généralement associées chez les militaires – ou de celle de sa famille. Remercier les dieux d’avoir répondu à un vœu en assurant la protection attendue, au cours d’une mission ou au long d’une carrière, ou leur rendre grâce d’être intervenus lors d’une promotion par exemple, sont des actes typiques de la religio romaine, où la profession de véritables croyances religieuses demeure inconnue. Il arrive que des militaires de rangs différents, rassemblés dans l’exercice de leurs fonctions à Rome ou dans les provinces, consacrent ensemble un monument votif ou honorifique, de même que les bénéficiaires d’un même officium ou d’une même unité expriment leur gratitude de manière collective dans un camp, une capitale, ou une station52. Ensemble, ils célèbrent par exemple l’anniversaire d’une troupe53, le culte de l’empereur ou une autre fête du calendrier militaire, la consécration d’un édifice collectif54, leur retour d’une expédition militaire55, la fin du service. L’association prend dans certains cas la forme d’un collège ou d’une organisation de type collégial56.

  • 57 Dans chaque cas se pose la question de la provenance précise du document votif (ou d’un éventuel d (...)
  • 58 Sur l’importance de la religio en relation avec l’esprit de corps chez les beneficiarii, en partic (...)

23L’analyse de l’ensemble des documents montre que le bénéficiaire est presque toujours en service lorsqu’il consacre un monument votif (96 %) et que c’est généralement sur son lieu de service qu’a lieu la consécration (93,5 % des cas selon nos estimations)57. L’étude du matériel dans son contexte permet de savoir que le lieu en question était le plus souvent une statio (agens in munere stationis) dans laquelle le gouverneur détachait l’un de ses bénéficiaires. Elle révèle de ce fait la carte des endroits dans lesquels ils étaient postés, une carte certes lacunaire et marquée du hasard des découvertes. Là, loin de son camp et de ses collègues, dans un isolement temporaire et certes tout relatif – de nombreuses stations sont établies dans le contexte d’un castellum –, le bénéficiaire retrouve dans ses pratiques cultuelles le même état d’esprit que celui de ses collègues, détachés comme lui dans les autres stations de la province, ou en service dans la capitale58. Il arrive aussi, mais de manière moins fréquente, que des bénéficiaires consacrent un autel dans le camp ou castellum de leur troupe, où ils ont pu être employés au service de l’un ou l’autre des différents officiers militaires, ou dans une capitale provinciale.

  • 59 Voir Annexe 3. Sur la question d’identification ou non d’homonymes, voir Annexe 4 (introduction).
  • 60 CBI, 194.
  • 61 CBI, 783 et 784 : Annexe 1.3 ; sur les sacrifices des militaires : Beard et al. 1998, I, 326-327.

24Nous connaissons plusieurs exemples de bénéficiaires – plus d’une trentaine si l’on écarte les identifications onomastiques douteuses ou incertaines59 – qui ont érigé plus d’un autel votif, que ce soit au même endroit, dans la même station, ou dans différentes régions d’une même province. L’analyse de la provenance de leurs autels montre clairement que, chez ces militaires, la consécration d’un monument votif correspond à une pratique particulièrement bien attestée au cours d’un séjour dans une station. En consacrant un autel, le bénéficiaire célèbre généralement la fin d’un détachement, remerciant les dieux de leur soutien en réponse aux vœux qu’il avait émis en arrivant dans le poste. Les représentations d’objets sacrificiels, patères et couteaux par exemple, qui décorent un grand nombre de leurs autels, tels ceux de la série de Stockstadt en Germanie Supérieure, indiquent qu’un sacrifice devait souvent accompagner l’offrande du monument. A Stockstadt, l’une de faces latérales de l’un des deux autels consacrés par le bénéficiaire C. Iulius Petunnatius est ornée d’une représentation d’un autel sur lequel on distingue une poule, encore vivante, prête sans doute à être offerte en sacrifice à Mercure60. A Lambèse, un haruspex est présent parmi les militaires qui offrent leurs statues en or aux dieux, imagines sacras aureas, sans doute pour lire les présages dans les entrailles des animaux offerts en sacrifice61.

  • 62 Annexe 3 : Cl. Pompeianus (CBI, 102 et 107) ; P. Aelius Verinus (CBI, 268 et 218). Sur les détails (...)
  • 63 Annexe 8.

25Les détachements des bénéficiaires pouvaient avoir lieu tout au long de leur carrière du bénéficiaire, comme le montrent par exemple au iiie s. les autels que les bénéficiaires Cl. Pompeianus, au service du gouverneur de Germanie Supérieure, et P. Aelius Verinus, dans l’officium du gouverneur de Norique, ont consacrés au terme de deux détachements différents dans leur province, à des intervalles respectifs de 8 et de 13 ans62. Les inscriptions de Sirmium confirment que la charge d’une station pouvait être confiée à un bénéficiaire jusqu’à ses derniers jours de service, juste avant sa mise en retraite, et cela dès le moment où il avait été nommé comme bénéficiaire. C’était le cas notamment lorsqu’il jouissait déjà auparavant d’une solide expérience, acquise en particulier dans l’accomplissement des fonctions de frumentarius63, au cours de ses multiples déplacements entre Rome et les provinces. Le militaire avait ainsi pu développer son sens des responsabilités, de l’autonomie et de l’indépendance dans l’organisation de ses activités, des qualités non seulement fort appréciables, mais nécessaires pour celui qui allait devoir assumer plus tard la gestion d’une station de bénéficiaires et des diverses fonctions que le gouverneur attendait de lui.

3.3.2.4. Les divinités et les cultes des bénéficiaires : aspects officiels et personnels

  • 64 Par ex. à Lambèse, où le gouverneur L. Matuccius Fuscinus, son épouse et leur fille, se sont perso (...)
  • 65 Cf. Nelis-Clément 1994, 252. On soulignera que les nouvelles découvertes parmi lesquelles figurent (...)
  • 66 A Osterburken, on ne compte que deux autels qui ne sont pas consacrés à Jupiter ou IOM : CBI, 153 (...)
  • 67 Pour un aigle, par ex. CBI, 144, 146, ou 161 ; voir aussi par ex. un bas-relief de Sarmizegetusa e (...)

26Les divinités invoquées le plus souvent par les bénéficiaires et les cultes qu’ils affectionnent tout particulièrement sont le reflet de leur engagement officiel au service de Rome. Sans être fermés aux autres cultes ou divinités – locales ou orientales par exemple – auxquelles ils s’adressent à l’occasion, à l’image de leurs supérieurs64, les bénéficiaires réservent avant tout leur dévotion aux divinités traditionnelles de Rome et de l’armée, et en particulier à Jupiter, la divinité par excellence de l’état romain, auquel ils attribuent régulièrement les épithètes d’Optimus et de Maximus. Celui-ci, seul ou en association avec d’autres divinités, apparaît dans plus de la moitié des monuments votifs des bénéficiaires (56 %)65 répartis dans tout l’Empire, ces pourcentages s’élevant à 87,5 % à Osterburken66 et à 95,8 % à Sirmium. Ici, les rares autels non consacrés à Jupiter sont ceux de bénéficiaires qui ont offert plusieurs autels dont un au moins lui était dédié. Les attributs de Jupiter – l’aigle, le foudre – sont également très souvent présents dans le décor des autels des bénéficiaires, parfois avec des objets sacrificiels, en particulier en Germanie. Les séries des autels mis au jour à Osterburken, Stockstadt ou Obenburg en livrent plusieurs exemples67.

  • 68 I 117.
  • 69 CBI, 697 et 698 ; voir Chap. V p. 267 n. 214. Sur le temple d’Heliopolis, Beard et al. 1998, I, 28 (...)
  • 70 Pour le salut de l’empereur, voir par ex. CBI, p. 824, avec I 24, 30, 32, 36, 37, 40, 47, 138, 140 (...)

27Le culte impérial est également bien représenté parmi les bénéficiaires, qu’ils adressent leur vœux en l’honneur de la Domus Diuina, du Génie de l’empereur ou pour le salut de l’empereur et de sa famille. Une inscription récemment découverte à Bogazköy en Turquie – elle permet de localiser avec certitude le toponyme antique de Panemoteichos en Lycie-Pamphylie – fait connaître un ancien bénéficiaire, un homme issu d’une famille de l’élite locale et connu pour ses actes de générosité envers sa cité, qui fut lui-même au milieu du iiie s. un prêtre du culte impérial68. A Baalbek-Hieliopolis en Syrie, la présence de bénéficiaires est attestée dans le grand temple de Jupiter Héliopolitain, où l’on a retrouvé des dédicaces à l’empereur. La grandeur du temple et la richesse de son décor font penser à une intervention financière directe de la part de l’empereur dans ce sanctuaire provincial, qui abritait probablement le culte impérial69. A Sirmium, depuis Septime Sévère, le Génie de l’empereur, associé à IOM, prend occasionnellement la place occupée ailleurs par le Génie du lieu, en particulier en Germanie Supérieure. Nous connaissons en outre un nombre non négligeable de bénéficiaires qui ont consacré un monument votif au Génie du gouverneur de la province ou pour son salut et celui des siens70. D’autres, nous le verrons plus loin, ont érigé des statues ou des bases en l’honneur de leur supérieur et sa famille, ou parfois même d’une personnalité avec laquelle ils ont été appelés à collaborer dans l’exercice de leurs fonctions.

3.3.2.5. Le Genius loci et et les divinités locales

  • 71 Sur les dédicaces à Jupiter seul dans les dédicaces les plus anciennes : par ex. l’étude de Sasel- (...)
  • 72 Voir Chap. VI p. 269-272.
  • 73 CBI, 55, en 216 p. C.
  • 74 A Rome parmi les vigiles : CBI, 911 et CBI, 912.
  • 75 CBI, 130 à Mayence le 13 janvier 208 p. C. A ce propos : Chap. IV p. 156.
  • 76 CBI, 279.
  • 77 I 75 : IOM et Gen(io) col(oniae) Sirm(ii) ; I 61 : IOM, Iunoni Reg(inae), Miner(uae) ceteris deis (...)
  • 78 CBI, 466 et 468, avec peut-être I 181.
  • 79 CBI, 433, avec sur le même site CBI, 432 à 438.
  • 80 CBI, 451. La présence de bénéficiaires est également attestée au nord de cette zone, dans la régio (...)
  • 81 Noreia : CBI, 246, 249 et 229 ; il est possible que ce bénéficiaire ait séjourné successivement da (...)
  • 82 CBI, 821, à Aïn El-Kabira-Satafis, au iiie s. ; l’autel commémore l’ornementation d’un temple par (...)
  • 83 CBI, 754, avec CBI, 753 : Annexe 1.3.
  • 84 I 161, avec CBI, 125 et Annexe 3. Sur la promotion de bf leg leg à bf cos, voir CBI, 584 et Chap. (...)
  • 85 CBI, 420 à Transaquincum, au iiie s. : Chap. V p. 254.

28A côté de Jupiter, souvent invoqué seul et cela en particulier dans les inscriptions les plus anciennes, les divinités du lieu occupent une place de choix dans les cultes des bénéficiaires71. Elles se rencontrent le plus souvent sous la désignation commune de Genius loci qui par sa dimension universelle se retrouve partout dans l’Empire, dans chacun des lieux où la présence romaine est attestée, notamment là où sont détachés les bénéficiaires, en Germanie, Norique, Dalmatie et dans les deux Pannonies. Les bénéficiaires consacrent en moyenne plus d’un autel sur cinq à des Génies locaux, le Genius loci, le Génie de la station, du collège, ou de la schola72, du camp73, de la centurie74, et même à l’insolite Génie du catabulum du gouverneur, dans la capitale provinciale de Germanie Supérieure75. Ils s’adressent aussi au Génie d’un toponyme ou à celui de la cité (communauté civile, municipe, colonie) où ils sont en poste, en Pannonie, au Génie du municipe de Neuiodunum76 et à celui de la colonie de Sirmium77, en Dalmatie, à celui du municipe de Nouae78, du Municipium Magnum à Umljanoviç près de Balijina Glavica79 et d’un autre municipium dans la région minière de Komine près de Plevjla80. Ces dédicaces au Génie d’un municipe sont le reflet des relations que les représentants du gouverneur entretenaient avec la région dans laquelle ils étaient chargés d’exercer leurs fonctions, souvent en collaboration avec les autorités locales, lorsque de telles structures étaient en place. En Norique, plusieurs bénéficiaires du gouverneur consacrent leurs monuments à des divinités toponymiques telles que Noreia, Celeia, Bedaius81. En Maurétanie Césarienne, un bénéficiaire en poste à Aïn El-Kebira-Satafis associe les Génies locaux aux dii Mauri Conseruatores82, et en Numidie, dans la station de Aïn Zoui-Vazaiui, deux bénéficiaires invoquent séparément le Génie des habitants de Vazaiui et celui de la statio Vaza<iu>itana83. En Gaule Belgique, l’un des bénéficiaires du gouverneur de la province de Germanie Inférieure, vraisemblablement détaché dans une station établie à Naix-Nasium, au iiie s., s’adresse à la Dea Epona et au Génie des Leuci84. En Pannonie Inférieure, à Transaquincum, une zone dans laquelle se faisaient les échanges avec les peuplades situées au delà du limes, un bénéficiaire consacre son autel au Génie du commerce, auquel il associe, parmi d’autres divinités, le Genius Ciniaemus, d’origine locale85.

  • 86 Speidel 1994a, 28-32.
  • 87 Par ex. Le Bohec 1989a, 559 ; voir aussi Rüpke 1990, 196, 188-190.
  • 88 Par ex. à Trilj-Tilurium en Dalmatie, en 211 p. C., où la dédicace au [Genius] Luci Ang(itiae) doi (...)
  • 89 Sur la possibilité pour un bénéficiaire d’être détaché dans une station établie dans sa région d’o (...)
  • 90 CBI, 173 et 756.

29Le grand nombre d’autels votifs érigés par les bénéficiaires et la place prépondérante, dans leur cultes, des divinités locales et en particulier du Génie du lieu sont certainement en relation avec la nature des tâches de ces militaires, que les gouverneurs des provinces détachent dans une région où ils assument la responsabilité d’une statio. Si l’on compare le dossier épigraphique des beneficiarii avec les 761 documents épigraphiques des equites singulares connus à ce jour, on observe que le pourcentage des inscriptions votives chez les premiers dépasse la moitié de la totalité (cf. supra) alors qu’il n’atteint chez les seconds que 8 % de l’ensemble, avec 68 monuments. Chez les premiers, le culte du Génie du lieu est fortement implanté, alors qu’il est totalement inexistant chez les equites singulares qui, lorsqu’ils consacrent un autel au Génie, s’adressent au Genius imperatoris, au Genius singularium, au Genius turmae et une seule fois au Genius suus86. En vénérant le Génie du lieu les bénéficiaires s’adressent principalement aux divinités du lieu dans lequelles ils sont en poste. Ce Génie est également souvent invoqué par des centurions ou par des officiers responsables d’une garnison militaire établie dans un camp situé hors de la base légionnaire, ainsi que par des gouverneurs eux-mêmes, ou d’autres membres de leur officium87. Il peut arriver que le bénéficiaire consacre son autel au Génie du lieu d’où il est originaire. Cela demeure toutefois relativement exceptionnel88, à moins qu’il ne soit détaché pendant son service dans une station établie précisément dans sa région ou son lieu d’origine. Une telle situation est désormais confirmée par les nouveaux documents de Sirmium, en particulier dans la première décade du iiie s., où les expressions telles que bf cos in patria sua, iterata statione in patria sua ou la mention d’origine Sirmio ne laissent aucun doute sur la question89. Les deux bf cos en poste à Osterburken et à Vazaiui qui s’adressent au Deus Patrius se trouvaient eux aussi en service dans leur terre d’origine, à moins qu’ils n’aient voulu s’adresser aux divinités ancestrales90. En Germanie Supérieure, près d’un bénéficiaire sur quatre consacre un autel à Jupiter, Junon et au Génie du lieu associés, constituant ce que nous serions tentée de présenter dans cette province comme la triade des beneficiarii.

  • 91 CBI, 20 à Winchester-Venta Belgarum ; CBI, 3 à Binchester-Vinouia au iiie s, pro salute sua et suo (...)
  • 92 CBI, 120 à Mayence, le 15 juillet 211 p. C., pro salute et incolumitate sua suorumque omnium ; CBI (...)
  • 93 CBI, 94 à Zierikzee en 223 p. C.
  • 94 CBI, 106 à Germersheim, au IIe s.
  • 95 Dea Iseneucaega : I 8a. Il s’agirait d’une interpretatio romana de la déesse Diane, si l’on en cro (...)
  • 96 Matres : CBI, 95 (prov. inconnue vers 233 p. C.) et 92 à Xanten (bf praefecti) ; Aufaniae : CBI, 5 (...)
  • 97 CBI, 581 à Kacanik, entre Ulpianum et Scupi, en 195 p. C.
  • 98 CBI, 627 : la dédicace du bénéficiaire Claudius Maximus dans le sanctuaire d’Asklépios à Glava Pan (...)
  • 99 CBI, 202 et 206 à Stuttgart-Bad Cannstatt, le 13 décembre 221 p. C. et le 29 décembre 230 p. C., b (...)
  • 100 Le Rhin : CBI, 87 et 88, à Remagen, en 151-161 p. C. et en 190 p. C., * I 174 à Stein am Rhein-Tas (...)
  • 101 Voir à ce sujet notre Introduction à propos de Domaszewski 1902.

30Parallèlement à ces dédicaces au Génie du lieu – ou d’un lieu, d’une région, d’un peuple – les bénéficiaires invoquent régulièrement des divinités locales ou régionales, en particulier à partir de la seconde partie du iie siècle, ainsi que durant le iiie s. Citons par exemple en Bretagne les Matres Italiae, Germaniae, Galliae et Britanniae, les Matres Ollototae sive Transmarinae, le deus Mogons ou Mogonitus91, en Germanie la Tutela loci92, la dea Nehalennia93 et la dea Maia94, les Matres Vapthiae, les Matres Marsacae, Paternae siue Maternae, la dea Iseneucaega95, les Matres, Deae, ou Matronae Aufaniae96, en Mésie Supérieure le deus Andinus97. En Mésie Inférieure, plusieurs bénéficiaires s’adressent au Cavalier thrace ou Héros, peut-être en vertu de ses qualités de dieu protecteur des portes des villes et de ceux qui en assurent la surveillance98. Les divinités des routes ou carrefours, Biuiae, Triuiae, Quadriuiae ou le deus qui uias et semitas commentus est99 apparaissent chez plusieurs beneficiarii en Germanie et en Bretagne. Celles d’un fleuve ou d’une rivière sont invoquées par certains d’entre eux en Germanie et peut-être en Rhétie, avec des dédicaces au Rhin, ainsi qu’en Dalmatie, où l’un des bénéficiaires du gouverneur était détaché dans un poste établi à proximité d’un pont romain sur la Cetina-Hippius, comme le révèle la provenance de l’autel qu’il a adressé au n(umen) H(ippi) fl(uminis), à moins qu’il ne s’agisse de N(eptuno ?) H(ippio ?)100. Ces divinités des voies et carrefours sont moins invoquées dans les cultes des bénéficiaires que ne semblait le faire penser la thèse de Domaszewski, qui offrait une vision restrictive de leur champ d’activité. Même s’il est certain qu’à plusieurs endroits et dans plusieurs provinces, l’archéologie confirme la localisation de stations de bénéficiaires en relation avec des voies de communication, routières ou fluviales (route, carrefour, pont etc.), les fonctions confiées à ces derniers, nous le verrons plus loin, ne se limitaient pas à la surveillance ni au maintien de la sécurité le long des divers types de voies de communication, routières ou fluviales101. Elles étaient en réalité plus variées et plus complexes, à l’image de celles de leurs supérieurs.

  • 102 I 7a.
  • 103 CBI, 214 déc. à Stöttham, mais provient de Bedaium, 15 mai 226 p. C. (avec l’invocation à la Domus (...)
  • 104 CBI, 694 à Sulusaray-Sebastopolis, iie-iiie s., CBI, 689 prov. de Sebastopolis, vers 124/125-127/1 (...)
  • 105 CBI, 614 au iiie s. en grec à Balcik-Dionysopolis en Mésie Inférieure ; voir aussi CBI, p. 823. Su (...)
  • 106 CBI, 304, à Siscia, et I 128a à Rihab en Arabie. Sur ce culte à Baalbek-Heliopolis, en relation av (...)
  • 107 CBI, 210, à Bregenz en 238-244 p. C.
  • 108 I 160 (inédite) ; pour une dédicace à Apollon Phœbus ou à Apollon Domesticus : CBI, 647 et I 103b.
  • 109 CBI, 110 et 150, à Böckingen et Osterburken, dans la seconde moitié du iie s. ; CBI, 16, à Lancast (...)
  • 110 A Riaz près de Bulle, où son sanctuaire a récemment été mis au jour, à Orbe-Urba et à Yverdon-Ebur (...)
  • 111 Par ex. Liber ou Libera, en Pannonie (CBI, 301, 302, 336, 381, 395, 423) et en Dacie (CBI, 513 : v (...)
  • 112 Nelis-Clément 1994, 257. Sur l’ensemble des monuments votifs des bf, nous n’en comptons qu’une bon (...)
  • 113 Pour des ex. d’officiers ou de gouverneurs adeptes de tels cultes, locaux ou orientaux : Birley 19 (...)
  • 114 A ce propos, on notera par ex. que dans les rares cas où le culte d’Isis ou de Sérapis apparaît en (...)

31Les divinités locales, souvent sous la forme d’une interpretatio Romana, occupent avec Jupiter une place primordiale dans les pratiques cultuelles des bénéficiaires. Ceux-ci, même lorsqu’ils s’adressent à des divinités traditionnelles romaines, vénèrent souvent en fait une divinité indigène d’un culte local, comme le révèle le choix de l’épithète qu’ils lui attribuent. C’est le cas par exemple pour Jupiter Peoninus ( !) au sommet du Grand Saint-Bernard102, IOM Arubianus en Norique103, Zeus Πυλαιος en Cappadoce, en relation avec le dieu Pylon, qui assure la protection des fortifications et des routes et de ceux qui les contrôlent104, IOM Dolichenus ou Δολιχαιος105, en Germanie, Pannonie, Dacie et Mésie Inférieure, ou Heliopolitanus en Pannonie Supérieure et en Arabie106, Mercure Arcecius en Rhétie107, Apollon Grannus108, ou Mars Caturix, Exalbiovix et Cocidius, en Germanie Supérieure et en Bretagne109. Le choix de l’épithète Caturix que le bénéficiaire du gouverneur détaché dans le castellum de Böckingen attribue à Mars s’explique par la présence au même endroit de la cohorte I Helvetiorum. On peut y voir un signe des relations que le bénéficiaire du gouverneur entretenait avec les auxiliaires helvètes établis localement, le culte de Mars Caturix étant bien attesté dans leur région d’origine, en Suisse romande actuelle110. Souvent, les bénéficiaires qui vénèrent le culte d’une divinité bien établie dans la région où ils sont en poste ajoutent à son nom une épithète typiquement romaine comme Augustus, Sanctus ou Conseruator, selon une pratique bien connue111. Les cultes orientaux et en particulier celui de Mithra112 n’occupent qu’une place relativement limitée dans leurs dévotions. Bien que vénérées par des personnalités romaines de haut rang, et parfois même associées au culte impérial113, les divinités orientales ne supplantent jamais chez les beneficiarii les dieux traditionnels romains et les divinités locales, signes de la puissance de Rome et de la réussite de la romanisation ainsi que de l’intégration des provinces et des populations locales au sein l’Empire romain114. Les pratiques religieuses des bénéficiaires et en particulier le choix des divinités auxquelles ils s’adressent mettent en évidence sous divers aspects le rôle d’intermédiaires qu’ils assument entre les autorités de Rome – l’empereur, le gouverneur ou le procurateur, les officiers – et la population et les autorités locales.

3.3.2.6. Aspect personnel des invocations : l’exemple des divinités salutaires

  • 115 Voir en particulier CBI, 692 en Cappadoce, où le bf cos en service était le prêtre du culte d’Askl (...)
  • 116 CBI, 120, le 15 juillet 211 p. C.
  • 117 CBI, 644 sq. Sur ce sanctuaire : Chap. IV p. 189, 206-207 et Chap. V p. 260.

32Le contexte officiel dans lequel les bénéficiaires en service consacrent habituellement leurs monuments votifs ne s’oppose en rien à la manifestation d’intentions personnelles, comme nous l’avons déjà souligné plus haut. On trouve ici et là dans les inscriptions votives des bénéficiaires des allusions directes à la protection qu’ils attendent des dieux auxquels ils consacrent un monument. Lorsqu’il précise dans son inscription des sentiments personnels, le bénéficiaire choisit de s’adresser de préférence à des divinités salutaires comme Asklépios, souvent associé à Hygie, ou à des dieux de caractère moins officiel que ceux qui apparaissent habituellement dans leurs cultes, Némésis par exemple115. L’un d’eux à Mayence implore les deae Aufaniae et la Tutela loci pro salute et incolumitate sua suorumque116. Lors de leur stationnement dans la région de Mihajlovgrad-Montana, en Mésie Inférieure, dont le territoire s’étend sur l’ensemble d’un vaste secteur minier, les bénéficiaires du gouverneur s’adressent à Diane et Apollon, auxquels ils manifestent leur reconnaissance, conseruatus ab eis, ou formulent des vœux pour leur santé et celle des leurs, pro salute sua et... coniugis eius gratias agens117. Ils érigent leurs autels dans le sanctuaire local consacré principalement à ces deux divinités. Contrairement à ceux de Sirmium et d’Osterburken, ce sanctuaire était visité par l’ensemble des militaires et des agents du pouvoir détachés dans le district ou regio.

  • 118 CBI, 520, 689, et 731.
  • 119 CBI, 154 à Osterburken, c. 180-185 p. C. ; l’autre dédicace à cette divinité à Osterburken, CBI, 1 (...)
  • 120 I 111 (222-235 p. C.). Ce document est un exemple unique d’une promotion d’un bf cos au poste de c (...)

33Le caractère personnel d’une dédicace s’observe parfois simplement à travers le choix d’une épithète, par exemple celle d’επηκοος, qui signifie secourable, et que certains bénéficiaires emploient pour Asklépios et Hygie en Dacie, Pylon en Cappadoce et à Petra, et une divinité anonyme, en Arabie118. A Osterburken, c’est la divinité locale connue comme dea Candida Regina, dont le temple en bois est localisé sur le site, que le bénéficiaire C. Paulinius Iustus invoque pro se et suis, précisant sa reconnaissance à son égard, bene merens119. L’évocation de menaces extérieures dans l’énoncé de vœux se rencontre sur le fragment d’une colonne votive du iiie s. érigée pour remercier le numen d’une divinité inconnue de sa protection face aux multiples dangers encourus sur le sol barbare. Le militaire s’y était rendu dès son recrutement dans l’armée, dans le cadre d’une expédition militaire, quot tiro proficiscens in bello Bosporano uouerat et adiuuante numene ( !) [e] ius multis periculis in barbarico liberatus sit merito uotum posuit. La consécration est une manifestation de sa reconnaissance envers le dieu en question qui l’a gratifié de son soutien tout au long de sa carrière et a favorisé sa promotion du poste de bénéficiaire d’un gouverneur à celui de corniculaire d’un procurateur, c’est-à-dire à la tête de l’officium du procurateur financier120.

  • 121 CBI, 528 ; voir aussi CBI, 526 : Annexe 1.3 et CBI, 529, avec Annexe 3.
  • 122 Isac 1994, avec CBI, 528 sq. et Annexe 1.3.
  • 123 Si l’on tient compte des monuments fragmentaires : cf. Isac 1994.

34La responsabilité d’une station de bénéficiaires n’était pas toujours sans danger, en particulier lorsqu’elle se trouvait dans une zone de frontières extérieures, à une époque où celles-ci étaient soumises à de fortes pressions. L’allusion la plus claire aux menaces qu’un bénéficiaire pouvait ressentir au cours de son séjour dans une station figure sur l’un des trois autels érigés par Scantius Lucius, un bénéficiaire du gouverneur de Dacie détaché sur le limes nord de la Dacie, à Càhei-Samum. Sa dédicace illustre le caractère personnel de ses vœux lorsqu’en 224 p. C. il remercie Némésis et ses numina de l’avoir sauvé de nombreuses embuscades, alors qu’il était responsable de la station, agens curam stationis multis insidiis numinibus liberatus121. La localisation de la station, à un peu plus d’une soixantaine de km au nord de Cluj-Napoca, explique ce sentiment de danger. Elle s’inscrit comme l’un des éléments d’un vaste complexe du limes, encore en place sous Gordien : castellum, horreum, voie fluviale ou “ limes fluvial”, réseau routier, pont, et tours de garde (35 identifiées)122. Quatorze autels de bénéficiaires123, dont plusieurs consacrés à IOM, ont été découverts sur ce site où les premières traces d’occupation autour d’un castellum en bois remontent à 106 p. C., soit à la mise en place du système défensif de la province sous Trajan.

  • 124 CBI, 661 : Annexe 1.3 (sur la localisation) et CBI, 660.
  • 125 CBI, 487 (Stolac) et 475 (Skelani) ; cf. Annexe 3. Les bénéficiaires connus par les autels dispers (...)
  • 126 I 56 et 57, I 42 et 43, I 72 et 73, voir Chap. IV p. 148.

35Les dédicaces qui figurent sur les différents autels conservés et érigés par un même bénéficiaire révèlent particulièrement bien les deux aspects complémentaires de leurs vœux, l’un au caractère plus officiel, l’autre, plus personnel ou intime. Lors de son stationnement en Crimée vers 120 p. C., T. Flavius Celsinus érige deux autels pro salute sua et filiorum, l’un retrouvé à Charax, l’autre, à Chersonesos. Le premier est dédié à IOM Cons(eruator), le second à Némésis Conseruatrix124. En Dalmatie, Iulius Herculanus, consacre un autel à IOM dans la station de Stolac, près de Narona et de la côte dalmate, et un autre, à Asklépios et Hygie, lors de son détachement dans la station établie dans la région minière de Skelani-Ljesçe-Bajina Basta, au nord-est de la province. Dans les deux cas, le bénéficiaire précise son rattachement à la légion de Nouae en Mésie Inférieure d’où il était détaché auprès du gouverneur de Dalmatie, une province sans légion125. A Sirmium, les rares autels qui n’étaient pas consacrés à IOM ont tous été érigés par des bénéficiaires qui ont dédié plusieurs monuments dans le sanctuaire, dont l’un au moins lui était voué126.

  • 127 RIB, 2122 et 2124 ; RIB, 2123. Voir aussi RIB, 2174 à 2177, où le centurion M. Cocceius Firmus éri (...)
  • 128 Birley et al. 1998, 54-56, et Birley 1998.
  • 129 I 3a et 3b avec I 154a et Chap. IV p. 175.

36Ce phénomène, qui s’observe particulièrement bien chez les bénéficiaires en raison de leur organisation et de leurs pratiques, se retrouve aussi chez d’autres militaires, en particulier lorsqu’ils étaient comme eux en service détaché et qu’ils avaient les moyens financiers d’assumer le prix de plusieurs monuments. C’est le cas notamment de centurions ou d’autres officiers militaires à la tête d’un détachement militaire ou uexillatio. Ainsi, par exemple, lors de son séjour à Newstead en Écosse, au début de son occupation sous Antonin, à la tête d’une uexillatio de légionnaires et de cavaliers, le centurion G. Arrius Domitianus consacre trois autels à des divinités différentes. Sur les deux monuments qu’il dédie l’un à Diane Regina, l’autre à deus Siluanus, deux divinités en relation avec le caractère de la région où il se trouve, où les soldats chassaient dans les bois, il précise les vœux qu’il formule pour s’assurer la faveur des dieux, d’une part pour l’avenir, o[b] prospero[s] euentus, de l’autre, pour sa santé et celle des siens, pro salute sua et suorum. Sur le troisième, qu’il consacre à IOM, ne figure aucune intention personnelle ; il se contente d’y faire inscrire son nom, son grade et le nom de son unitée127. Ce centurion était conscient des dangers qu’il encourait, et son appel à la protection des dieux exprimait un sentiment bien réel. Quelques dizaines d’années plus tôt, vers 120-122 p. C., l’un de ses collègues centurions avait été tué in bello par des rebelles, comme nous l’apprend un fragment de sa pierre funéraire, qui vient d’être découvert à Vindolanda, dans le camp de sa cohorte. Elle fut érigée par les soins de sa famille et d’un affranchi, présents sans doute à ses côtés à Vindolanda, dans les environs du castellum128. Du même site proviennent plusieurs tablettes inscrites datant des premières années du iie s., sur lesquelles fut conservé le titre de bénéficiaire, celui de son supérieur n’étant pas connu. Il devait s’agir d’un bénéficiaire employé au service du commandant de la garnison locale, ou peut-être de l’un des bénéficiaires du gouverneur, en service détaché à Vindolanda129.

  • 130 CBI, 173. Les deux autres autels qu’il a peut-être offerts ( ?) dans le sanctuaire ne nous sont pa (...)

37L’association de plusieurs divinités, souvent de type différent, répond à une mode qui s’observe particulièrement bien en Germanie, et cela surtout à partir de Commode et des Sévères. Elle se retrouve aussi ailleurs avec une certaine insistance, dans les provinces balkano-danubiennes et en particulier en Pannonie. L’autel érigé par C. Securius Domitianus à Osterburken, le jour des ides 212 p. C., illustre particulièrement bien cette pratique. Domitianus le consacre pro se et suis en l’honneur de la Domus Diuina et à l’adresse de sept divinités, IOM, Junon Reine, Minerve, Bonus Euentus, Genius loci, Deus Patrius, Mars Conseruator, auxquelles il ajoute tous les dieux et déesses, pour s’assurer de n’en avoir omis aucune. C’était sa manière de célébrer la fin de son troisième stationnement dans ce poste130.

3.3.2.7. Le cadre des consécrations : Lieux de fonctions et espaces cultuels

  • 131 Chap. IV p. 137.

38L’étude des pratiques cultuelles des bénéficiaires a montré qu’ils avaient pour habitude d’ériger leurs monuments votifs sur leur lieu de service. Lorsque l’autel d’un bénéficiaire d’un gouverneur provient d’un lieu situé à l’extérieur d’un camp légionnaire ou d’une capitale, et que l’on est assuré de sa conservation in situ, son lieu de découverte permet généralement de localiser l’emplacement d’une station de bénéficiaires. A Osterburken et Sirmium, tous les autels rassemblés dans le sanctuaire sont ceux de bénéficiaires du gouverneur, à une exception près131. C’est dans le sanctuaire ou sur l’espace sacré de la station que les bénéficiaires successifs rassemblaient et exposaient leurs monuments votifs. Les stations étaient établies sur le territoire d’un municipe ou d’une colonie romaine, comme à Sirmium, ainsi que dans d’autres régions où aucune trace d’une vie municipale et urbaine ne nous sont parvenues. On les rencontre aussi sur le limes et de long des frontières extérieures, généralement à proximité d’un castellum militaire comme à Osterburken, dans une région dont le centre était formé par un camp et le territoire qui l’entourait, les canabae et le uicus. C’est là que s’étaient établies les familles des militaires et ceux qui gravitaient autour du castellum, notamment des marchands ou negotiatores, attirés par les possibilités économiques offertes au contact des officiers et des militaires d’une part, des populations établies au delà des frontières, de l’autre.

  • 132 Chap. IV p. 207-208.
  • 133 I 7a ; sur les bénéficiaires dans cette région : Nelis-Clément & Wiblé 1996 et Chap. IV.

39Il arrive aussi que des bénéficiaires s’adressent aux dieux dans un sanctuaire ou espace sacré situé hors des camps et des capitales et cela sans qu’il s’agisse du sanctuaire de la statio. Nous en avons vu un exemple avec le sanctuaire de Diane et d’Apollon à Montana en Mésie Inférieure, ouvert à différentes catégories de dédicants. On en connaît d’autres ailleurs, en particulier dans des secteurs miniers, où le même sanctuaire était habituellement visité par des militaires et des civils, citoyens romains détachés dans la région et indigènes, parmi lesquels le bénéficiaire était chargé de représenter localement son supérieur, habituellement le gouverneur, ou un procurateur132. Dans de tels cas, à la différence d’Osterburken et Sirmium, le sanctuaire ne se présente pas comme l’élément central d’une statio de bénéficiaires. Il pouvait arriver, dans des cas qui semblent plus exceptionnels, qu’un gouverneur ressente le besoin d’envoyer l’un de ses beneficiarii en mission spéciale, à Rome ou dans une province voisine. Le sanctuaire de Jupiter situé à proximité de la mansio qui accueillait les voyageurs, au sommet du col du Grand St-Bernard, était visité, comme le montrent les tablettes en bronze qui y furent retrouvées, par un grand nombre de militaires – on y compte plusieurs officiales – et par quelques marchands, de passage entre Rome et le Nord, soit les provinces germaniques et la Bretagne. Comme l’atteste l’expression pro itu et reditu qui se retrouve sur plusieurs d’entre elles, les vœux étaient directement émis en relation avec la traversée des Alpes et les dangers encourus. Le bénéficiaire Iulius Fortunatus, employé dans l’officium d’un gouverneur consulaire, était certainement dans la même situation que les autres dédicants. Dans un tel contexte, la découverte de la plaque votive en bronze qu’il a offerte dans le sanctuaire de à Jupiter, comme l’ont fait les autres militaires ou dédicants de passage, ne permet pas de déduire l’existence d’une station au sommet du col. Les militaires et les agents du fisc contrôlaient effectivement les gens et des biens qui traversaient les Alpes, mais tout porte à croire que le contrôle et les encaissements de taxes se faisaient de part et d’autre du col, plutôt qu’au sommet133.

3.3.2.8. Constructions-réaménagements-restaurations d’espaces ou d’édifices cultuels

  • 134 Annexe 15. Pour une consécration dans un cadre collectif, voir CBI, 911 et I 150a déjà évoqués plu (...)

40L’inscription votive commémore à l’occasion les travaux que les bénéficiaires ont entrepris, à titre personnel, dans un sanctuaire ou un espace sacré. Nous en comptons une trentaine d’exemples qui proviennent de plusieurs provinces de l’Empire : Bretagne, Alpes Grées, Germanie Supérieure, Norique, Pannonie Supérieure et Pannonie Inférieure, Dacie, Mésie Supérieure, Égypte, Maurétanie Césarienne, Espagne Citérieure et Italie, ainsi que Rome et probablement la Syrie134. La majorité des bénéficiaires qui se sont chargés de construire ou de restaurer un monument sacré à leurs frais était généralement en service et sur le lieu du service. Le rang du supérieur varie selon les cas. En Germanie Inférieure et à Rome, la construction d’une aedes a été prise en charge par le bénéficiaire d’un tribun et celui d’un préfet des vigiles, et à Aquincum, camp légionnaire et capitale provinciale, c’est un be(neficiarius) legati qui s’est occupé de la reconstruction d’un templum, a solo. La restauration ou la construction par un bénéficiaire d’un édifice sacré s’observe à plusieurs reprises dans une capitale provinciale, par exemple à Aime en Tarentaise, Mayence, Aquincum et Apulum, ainsi que dans des sièges de camps légionnaires ou dans des endroits où des détachements militaires étaient en garnison, comme c’est le cas à Ostie par exemple. Mais la plupart des bénéficiaires connus dans une telle situation étaient employés dans l’officium d’un gouverneur, et le plus souvent, dans la moitié des cas au moins, ils étaient en service dans une station.

  • 135 CBI, 515 (l’autel consacré à Apollon, Diane, Léto et à tous les dieux salutaires était placé vrais (...)
  • 136 Voir Chap. V p. 267 à propos de CBI, 697 et 698, et la discussion concernant CBI, 699 ; voir aussi(...)

41Nous ne comptons que deux exemples où le bénéficiaire se charge des frais d’une construction à caractère sacré à la fin du service, ou pendant sa retraite : l’un à Apulum, l’autre, à Viminacium, soit dans les capitales provinciales des Trois Dacies et de la Mésie Supérieure. Dans les deux cas, il s’agit d’un ancien bénéficiaire d’un gouverneur qui, pour célébrer son entrée dans l’ordre des décurions, avait voulu manifester sa générosité envers la communauté135. D’autres bénéficiaires ou anciens bénéficiaires ont assumé le financement de constructions à caractère public, comme évergésie ou au titre des liturgies. Nous verrons plus loin que les bénéficiaires pouvaient être appelés, dans le cadre de leurs fonctions, à superviser des travaux de constructions publiques, sous l’autorité de leur supérieur. Il n’est pas exclu par conséquent que dans certains cas, un bénéficiaire ait été chargé par son supérieur de superviser également la construction d’un édifice sacré, un temple ou un sanctuaire par exemple, lorsque le culte impérial y était célébré ou lorsqu’il s’agissait du sanctuaire provincial de ce culte136.

  • 137 Voir par ex. Glinister 1997, 63-64 et Beard et al. 1998, I, 22.
  • 138 CBI, 861 : Annexe 1.3, et Chap. VI p. 276 n. 33 ; pour le préfet : Sablayrolles 1996, 500-503 et 6 (...)
  • 139 Annexe 15.
  • 140 CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3, et CBI, 821.

42L’ampleur des travaux et la valeur des sommes engagées sur leurs fonds propres dans des constructions à caractère religieux sont souvent difficiles à évaluer, même lorsque le bénéficiaire précise son geste. Les expressions telles que ara et tectum, ara cum cancellis, ou encore ara et columna font allusion à quelque chose d’un peu plus élaboré qu’un simple autel, ou plus imposant qu’un autel orné d’un bas-relief ou d’une niche. Les termes comme templum (ou tempulum), aedes, exedra cum basi, ou encore sacrarium sembleraient évoquer des travaux de plus grande envergure. Mais la même terminologie s’applique à des concepts et à des constructions architecturales très variables. Le terme templum par exemple peut signifier un espace sacré virtuel ou réel où l’augure lit les auspices, un emplacement sacré sur lequel est construit un monument pour les dieux, et de là l’édifice en question, consacré à une ou plusieurs divinités137. A Ostie, par exemple, dans la caserne de la cohorte des vigiles, l’aedes construite par l’option des bénéficiaires du préfet des vigiles pourrait être un édifice aux dimensions modestes138. A plusieurs reprises, il est précisé dans l’inscription que les travaux de rénovation d’un édifice sacré, aedes ou templum, étaient dus à la vétusté du bâtiment en question139. A Coptos en 219 p. C. et à Satafis en Maurétanie Césarienne, au cours du iiie s., le bénéficiaire a engagé son argent à des travaux de décoration d’un sanctuaire et de son jardin, plutôt qu’à sa construction proprement dite140.

  • 141 Par ex. CBI, 356 ; le bf cos M. Trebius Vitalis semble avoir été en poste dans la même station : C (...)
  • 142 Nelis-Clément 1994 ; Annexe 15.
  • 143 CBI, 109 et Annexe 15. A Heidelberg, où un mithraeum a été mis au jour en 1838, les cultes indigèn (...)

43Lorsqu’il prend en charge personnellement les frais de construction ou de rénovation de monuments sacrés, un geste auquel il lui arrive d’associer son épouse – c’est le cas par exemple à Tüskevar où devait se trouver la station de Mogentiana, en Pannonie Supérieure141 –, on constate que le bénéficiaire s’adresse de préférence à des divinités présentant un caractère plus intime ou aux résonnances locales bien marquées, en un mot le plus souvent à celles qui occupent une place de second rang dans la hiérarchie du divin, Némésis, Apollon, Diane et Léto, le déesse Maia, Mars et Mercure, les dieux Maures, les Nymphes et Mithra142. Le fait que l’on puisse y voir le signe d’un acte à caractère plus personnel n’exclut pas l’accent officiel que le bénéficiaire donne à son geste, en particulier lorsqu’il associe à ces divinités le Génie des bénéficiaires par exemple, avec la mention de la Domus Diuina ou du salut de l’empereur. Mais il est frappant que Jupiter, alors qu’il est de loin le dieu le plus souvent invoqué par les bénéficiaires dans leurs dédicaces, comme nous l’avons vu, n’apparaisse que rarement dans ce genre de situation plus intime, et jamais directement en relation, à notre connaissance, avec la construction ou la rénovation d’un édifice, temple ou sanctuaire, qui lui serait consacré. La mention de ce dieu apparaît bien dans quelques cas, lors de l’installation d’une clôture autour de son sanctuaire par exemple, dans la station de Dorchester en Bretagne, aram cum cancellis, ou de la remise en place de plusieurs autels sur l’espace sacré qui lui est réservé, dans la station de Mursa en Pannonie Inférieure, ou encore lorsqu’un bénéficiaire du gouverneur de Germanie Supérieure consacre une colonne à Jupiter avec son autel aram et columnam, dans la station d’Heidelberg. La découverte d’une tête de Jupiter dans le même contexte pourrait suggérer l’existence d’une colonne appartenant à un groupe de statues du type “Jupitergigantenreiter”143.

3.3.2.9. Les consécrations des vétérans

  • 144 CBI, 123 (à Mayence, en 192 p. C.) : recruté comme soldat dans les cohortes prétoriennes, promu bé (...)
  • 145 CBI, 94, 317, 355, 375, 378, 393, 503, 504, 513, 514, 515, 553, 603, 653, 698, 760, I 9, I 10b, I (...)
  • 146 CBI, 785.

44Les monuments consacrés par des bénéficiaires qui n’étaient pas en service comme tels ne constituent qu’une très faible minorité des documents votifs. On distingue parmi ceux-ci les rares bénéficiaires qui ont été promus à un poste supérieur144, ceux dont la situation de service demeure incertaine ou indéterminée, et les vétérans qui achèvent ou ont achevé leur service militaire obligatoire avec le rang de bénéficiaire. Ces derniers sont les plus nombreux, même s’ils constituent à peine 2 % de l’ensemble des dédicants de monuments votifs145. L’exemple du bénéficiaire qui a demandé à son exécuteur testamentaire d’ériger un autel au Génie de Lambèse, après sa mort, représente un cas particulier, unique dans le dossier146.

  • 147 Voir par ex. le vétéran – son ancien titre précis n’est pas mentionné – qui érige un autel à Mithr (...)
  • 148 Cette pratique, rarement attestée dans les inscription votives, s’observe avant tout dans les list (...)
  • 149 Par ex. à Genève, XII, 2587 - RIS, I, 5 (201 p. C.) : le simple soldat Firmidius Severinus détaché (...)

45L’offrande d’un autel au moment du congé est un geste que les militaires accomplissent, à titre privé ou avec leurs collègues, dans le cadre d’une cérémonie collective, en réponse aux vœux formulés au moment de leur recrutement. Ils remercient ainsi les dieux de l’aide et de la protection qu’ils leur ont témoignées tout au long de leur service147. Dans de telles circonstances, le militaire se présente sous le dernier grade militaire qu’il a obtenu, lorsqu’il avait dépassé le seuil de simple soldat, précisant parfois sa situation par une formule de retraite telle que missus honesta missione, ou par une expression comparable. Il pouvait aussi porter son nouveau titre de ueteranus, seul ou plus souvent suivi de ex et du dernier rang obtenu au cours de sa carrière, soit uet. ex. bf cos par exemple, lorsque le militaire avait quitté le service comme bénéficiaire d’un gouverneur de province impériale. Il lui arrive également, mais plus rarement, de se contenter de sa dernière fonction précédée de la préposition ex, vétéran148. Parfois, la seule mention des années de service pouvait suggérer que la consécration célébrait la fin du temps de service requis149.

  • 150 Dans les camps et capitales, il n’est pas toujours aisé ou même possible de déterminer s’il célèbr (...)
  • 151 Voir Chap. IV p. 145-146.
  • 152 CBI, 414 : acc(epta) missione indique ici vraisemblablement la fin du service, comme le suggère l’ (...)
  • 153 CBI, 504 : Annexe 1.3 : plutôt que dec(urio) Sarmis(egetusa), ex bf cos, une lecture qui repousse (...)
  • 154 Ides de décembre : CBI, 228 et CBI, 202 ; 23, 26 et 29 décembre : CBI, 98, 160 et 206, avec Annexe (...)
  • 155 Annexe 6, avec CBI, 160, 206, 98, et Fishwick 1988, 354.
  • 156 Speidel 1994a, p. 30.
  • 157 VIII, 2554-18048 ; voir Chap. VI p. 274.
  • 158 Fishwick 1988, 354 et Breeze 1997, 68 ; voir Chap. III p. 115-116.

46Les dédicaces collectives avaient lieu en général dans le camp ou la caserne de la troupe, les dédicaces privées, à l’endroit où le soldat se trouvait au moment de sa mise en retraite. Pour un bénéficiaire, cela pouvait être le camp légionnaire, comme pour l’ensemble de ses compagnons150, mais aussi une capitale provinciale, ou une station. A Sirmium par exemple, nous connaissons plusieurs bf cos dont la fin d’un stationnement local coïncide avec celle du service militaire, au terme des années de service requises151. Un autre exemple provient de la station voisine de Mursa, où Censorinius Maximus célébrait la fin de son service – acc(epta) missione – qui devait coïncider avec la fin de son séjour dans la station152. Dans la capitale Apulum, en Dacie, c’est vraisemblablement la fin de son activité dans l’officium du gouverneur et le début de sa retraite – il porte le titre de vétéran – que célébrait C. Iulius Valerius, lorsqu’il consacre un autel à Diane, au iiie s., uet(eranus) leg(ionis) XIII G(eminae) dec(urio) Sar(mizegetusa) mis(sus) ex bf cos, plutôt que son entrée dans l’ordre des décurions de Sarmizegetusa153. Il est probable que ce bénéficiaire du gouverneur, sans doute issu d’une famille de l’élite de Sarmizegetusa – peut-être des militaires ? – ait déjà porté le titre de décurion pendant son service, comme ce fut le cas de deux de ses fils. C’est à Sarmizegetusa où il est retourné vivre après sa mise en congé, pour y passer sa retraite, que ses enfants lui élèvent une statue dans la première moitié du iiie s., pour fêter et commémorer sa nomination comme duumuir de la colonie. La mention des ides de décembre qui suit la formule de mise en retraite sur l’autel de Lucius Magius Proculus à Sirmium suggère que sa mission et sa mise en retraite se sont achevées – ou du moins ont été célébrées – un 13 décembre. Cette même date du 13 décembre en relation avec la même formule de retraite se retrouve en 194 p. C. sur le monument votif du bf cos M. Montanius Celer qui vient d’être découvert à Augsbourg-Augusta Vindelicum, dans la capitale de la Rhétie. Le contexte de la célébration et les intentions du militaire qui prend sa retraite sont clairement exprimées, missus honesta missione ex b(ene)f(iciario) co(n)s(ularis), quod mil(es) susceperam. Le fait que cet ancien bénéficiaire du gouverneur n’ait pas mentionné le titre de vétéran auquel il a droit, lors de sa mise en retraite avec les honneurs, missio honesta, mérite d’être souligné. Ces deux exemples confirment que les légionnaires – ceux de Pannonie Inférieure et de Rhétie du moins à la fin du iie s. – étaient mis en retraite en décembre ou peut-être même plus précisément aux ides de décembre. Le dossier des bénéficiaires livre deux autres autels consacrés également un 13 décembre, l’un au salut de empereurs, à IOM et à Celeia Sancta, en 211 p. C. à Celeia en Norique, l’autre à la Domus Diuina et aux déesses Biuiae, Triuiae et Quadriuiae en 221 p. C. à Cannstatt, en Germanie Supérieure. Ils s’inscrivent peut-être dans des circonstances comparables, bien qu’aucune allusion à une retraite n’apparaisse dans le texte ou dans la titulature de ces deux bénéficiaires154. Comme nous le verrons plus en détails ultérieurement, la rotation dans les stations de bénéficiaires de Germanie Supérieure a lieu à cette époque aux ides de janvier, une date qui coïncide avec un anniversaire officiel célébré par l’ensemble des militaires, et aux ides de juillet. Une partie des mouvements pourrait toutefois avoir pris place dans cette province comme ailleurs entre décembre et janvier, au cours du IIIe s.155 Chez les equites singulares, au début du iie s., la mise en retraite avait lieu autour des 4, 5 ou 6 janvier156. En Numidie, le règlement d’un collège militaire prévoit que les soldats mis en retraite reçoivent, au 1er janvier, la somme de 6 000 sesterces157. C’est aussi au début de l’année que les soldats réitèrent leur serment de loyauté à l’empereur158.

  • 159 I 9. Sur la date, anniversaire de Claude (né à Lyon : Suétone, Claude, 2 ; la date du 1er août est (...)

47C’est peut-être au moment de son congé et sur son lieu de service que le vétéran Amatorius Peregrinus a fait une fondation sur ses fonds propres en faveur des bénéficiaires employés au service du légat de la légion XXII Primigenia, dont le camp était à Mayence. Il offre à cette occasion une statue de Mercure sur la base de laquelle il célèbre la Domus Diuina. Bien qu’il ne l’exprime pas de manière explicite dans son inscription, tout porte à croire qu’il était lui-même pendant son service l’un des bénéficiaires employés dans l’officium du légat de la légion. Sur les 1 000 deniers qu’il offre, les intérêts sont destinés à être régulièrement distribués à chacun de ses anciens collègues, une fois par année, aux kalendes d’août. Le choix de la date du 1er août demeure inexpliqué. Il célébrait peut-être l’anniversaire d’un empereur ou la fête du collège159.

  • 160 Annexe 15
  • 161 CBI, 603 et CBI, 514 et 515.
  • 162 Par ex. CBI, 548 et Chap. VII p. 305.
  • 163 Digeste, 49.18.5 ; voir aussi Digeste, 50.5.10.2 et 50.18.29.

48Plusieurs vétérans anciens bénéficiaires ont voulu marquer publiquement leur récente intégration parmi les notables municipaux en consacrant un monument votif ou en finançant une construction dans le cadre d’un sanctuaire160. Rappelons à ce titre l’exemple des deux anciens bénéficiaires, C. Iulius Valens en Mésie Supérieure, qui restaure a solo un temple à Mithra, lors de sa nomination comme décurion de Viminacium et C. Iulius Frontonianus en Dacie, qui commémore dans la capitale Apulum la construction d’un pont, pour fêter sa nomination comme décurion de la colonie161. Le lieu de découverte de son autel, consacré à Apollon, Diane, Léto et tous les autres dieux et déesses, semble indiquer que le pont en question était peut-être l’un des éléments du sanctuaire d’Asklépios et d’Hygie, divinités titulaires du sanctuaire, auxquelles il avait auparavant consacré un autel au même endroit, alors qu’il était déjà vétéran. Une fois leur service militaire terminé, les bénéficiaires d’un gouverneur pouvaient entrer dans la carrière municipale, une voie qu’ils étaient parfois vivement encouragés de suivre. Les honneurs leur revenaient dans certains cas par tradition familiale, lorsqu’ils étaient issus de familles de notables municipaux comme les trois fils de C. Iulius Valerius par exemple, mentionné plus haut. La famille avait pu gagner sa place dans la société locale à travers le métier des armes, comme dans ce cas précis162. Plusieurs bénéficiaires issus de l’élite locale ont conservé leurs liens avec leur cité durant leur temps de service, portant à l’occasion un titre municipal parallèlement à leur titre militaire. Mais on ne pouvait pas les y obliger, du moins pas à une date haute. S’ils en acceptaient les honneurs, ils étaient tenus, légalement, d’en assumer aussi les charges ou munera, en dépit des exemptions généralement accordées aux militaires163.

3.3.3. Les monuments funéraires

  • 164 Valette-Gagnac 1997, 73 et p. 73-109, sur les épitaphes en général ; voir aussi par ex. Meyer 1990
  • 165 Pour des exceptions, voir par ex. CBI, 39 (96 p. C.), CBI, 711 (15 octobre 243 p. C.), CBI, 865 (1 (...)

49Les épitaphes, qui constituent 70 % de l’ensemble des inscriptions publiées de l’Empire romaine, ne représentent qu’un tiers du dossier épigraphique des bénéficiaires164. Les textes, rarement porteurs d’une date consulaire165, répondent à des critères d’analyse différents et livrent d’autres types d’informations que les inscriptions votives, en dépit de leur caractère souvent laconique.

  • 166 20 % des bénéficiaires connus dans une épitaphe sont des vétérans. Les 10 % restants sont des sold (...)
  • 167 2,5 % correspondent aux cas où les conditions de service sont indéterminées. Sur la moyenne d’âge (...)
  • 168 Par ex. CBI, 36, 400, 621, 891, 892, 894, I 7b. Voir aussi par ex. CBI, 402 : la stèle est érigée (...)
  • 169 Voir par ex. CBI, 39 (96-98 p. C., à Carouge près de Genève). Sur la titulature des bénéficiaires  (...)

50La majorité des inscriptions funéraires (70 %) se situe durant la période de service actif du bénéficiaire, qu’il soit lui-même le défunt commémoré dans l’inscription, ce qui concerne près de deux cas sur trois, ou celui qui commémore la mémoire d’un défunt166. La plupart d’entre eux (65 %) ont trouvé la mort pendant leur service, les autres alors qu’ils étaient déjà des vétérans (25 %) ou, dans une faible proportion, après leur promotion à un poste supérieur (7,5 %)167. En faisant graver l’inscription funéraire d’un bénéficiaire, ceux qui le commémorent livrent à l’occasion des informations sur sa vie et sa carrière. De tels renseignements sont parfois transmis par le bénéficiaire lui-même lorsqu’il acquiert de son vivant son propre monument funéraire et qu’il choisit le texte à y inscrire ou lorsqu’il en fait la demande par voie testamentaire auprès de ses héritiers168. Les renseignements ou détails qui figurent dans les inscriptions funéraires sont souvent répétitifs, voire banals : formule onomastique plus ou moins complète, avec ou sans origo et tribu, rang militaire, parfois accompagné de la fonction du supérieur ou du nom de la troupe – les précisions de ce genre y sont toutefois plus rares que dans les inscriptions votives –, les étapes d’une carrière militaire dans certains cas, avec la mention de fonctions civiles ou religieuses s’il y a lieu, parfois de l’âge et des années de service, ou encore l’évocation de relations sociales ou familiales. Il peut arriver, mais cela demeure relativement exceptionnel, que le texte précise les noms des supérieurs ou le lieu de service169. Ces diverses indications, rarement cumulées dans un seul et unique document, permettent de se faire une idée des possibilités de promotion des bénéficiaires, d’en reconstituer le parcours, de dater les différentes étapes de leurs carrières et d’une manière générale, de cerner l’étendue de leurs aspirations. Elles nous éclairent sur leur milieu et leurs relations sociales (familiales, militaires, avec leurs supérieurs), leurs possibilités financières. En un mot, ces inscriptions sont en quelque sorte le reflet, bien que souvent imprécis, de la place qui fut celle des beneficiarii dans la société de leur temps. Parmi les bénéficiaires connus par les inscriptions funéraires, un tiers sont ceux qui se sont chargés d’ériger un monument à la mémoire d’un défunt ou de plusieurs défunts.

51Il s’agit le plus souvent des membres de leur famille (épouse, enfants, parents ou membres de la famille plus éloignée, ou encore affranchis), parfois d’un militaire, le bénéficiaire étant à l’occasion l’héritier d’un compagnon militaire ou d’un collègue bénéficiaire. Dans les inscriptions funéraires où il est question d’une relation militaire, le bénéficiaire apparaît plus souvent comme celui qui se charge de l’élévation du monument que comme le défunt commémoré par l’un de ses compagnons.

52Quelle que soit la situation (service ou retraite), la place occupée par la famille chez les bénéficiaires se révèle d’une manière générale comparable à celle qui s’observe au sein de la population civile, malgré des différences ici et là, selon les provinces. Les beneficiarii dans leur ensemble se distinguent nettement de la population militaire. Sur ce plan, les bénéficiaires servant chez les equites singulares, un corps de troupe ou numerus relativement fermé, forment une exception en comparaison des autres troupes.

3.3.3.1. Inscription funéraire et lieu de service

  • 170 CBI, 870 ; pour d’autres exemples, voir parmi d’autres l’inscription funéraire d’un soldat de la l (...)
  • 171 A ce propos, voir Chap. III p. 87-88 sur l’âge des bénéficiaires et leur espérance de vie.
  • 172 I 141 à I 142 à Misène.
  • 173 Par ex. à Ostie : CBI, 862.
  • 174 Par ex. à Housesteads : CBI, 15 (début du iie s.) ; à Dunaújváros-Intercisa : CBI, 402, 403 ; pour (...)
  • 175 Par ex. CBI, 835, à Astorga-Asturica Augusta, siège du procurateur équestre d’Asturie-Galice en Es (...)
  • 176 Par ex. à Apamée : CBI, 703 et 705.
  • 177 CBI, 681.
  • 178 CBI, 310. Voir aussi Annexe 5. Pour un autre emploi du terme à Tarsus : IGR, III, 883.
  • 179 CBI, 682. L’emploi du terme κενοταφιον suggère que le bénéficiaire n’était pas un ressortissant lo (...)
  • 180 TAM, II, 953, avec Robert 1955, 175 n. 4. S’agit-il d’un bénéficiaire dont le titre précis n’est p (...)

53Lorsque le bénéficiaire est encore vivant et en service ou lorsqu’il est décédé pendant son service, il est indispensable de se demander, dans l’optique de notre recherche, si le bénéficiaire a pu ou non accomplir son service localement. Les textes des inscriptions funéraires ne livrent qu’exceptionnellement des informations directes à ce sujet. Il peut arriver à l’occasion que la famille commémore un proche décédé loin de chez elle, dans une autre province, érigeant à sa mémoire un monument funéraire à l’endroit même où elle est établie. C’est le cas par exemple des parents d’un jeune bénéficiaire italien originaire de Teruentum, décédé à l’âge de 23 ans alors qu’il exerçait ses fonctions en Norique, dans l’officium d’un tribun légionnaire, mil. legion. in Norico Ael(ia) Ouilau(a) b. trib.170 L’absence de précision semble suggérer que le monument funéraire était le plus souvent érigé à l’endroit où le décès était survenu, soit sur le lieu de service, la plupart des bénéficiaires décédés, nous venons de le voir, étant en service au moment de leur décès171. L’enseignement que l’on peut tirer de l’ensemble des documents funéraires des bénéficiaires va dans le sens de cette observation, et l’existence de cas particuliers ne saurait la mettre en doute. Ils proviennent en effet généralement d’un endroit dans lequel se trouvait la troupe du bénéficiaire – camp légionnaire, siège d’une flotte172, garnison militaire173, castellum d’auxiliaires174, capitale provinciale, siège d’un procurateur175 – ou d’un lieu où le bénéficiaire avait pu être détaché au cours d’un déplacement, dans le cadre d’une mission ponctuelle ou d’une expédition176, ou d’une station de bénéficiaires. L’inscription funéraire d’Aelius Telephon, décédé pendant son service dans une station, en Lycie-Pamphylie, en est un exemple incontestable177. Les détails de la vie de ce bénéficiaire d’origine isaurienne, recruté dans l’armée à l’époque d’Hadrien et décédé après une longue maladie alors qu’il était détaché dans la station d’Olympos, sont précisés sur son sarcophage, à l’instigation de son épouse. Il provient de la nécropole de Çirall et de l’antique Olympos, Αιλιω Τηλεφω Ισαυρω βενεφικιαριω εχοντι στατιωναν εν Ολυμπω ον πολλω χρονω νοσησαντα και τελευτησαντα κα[τ] ε [θ] εμην ενθαδε. L’expression en grec εχοντι στατιωναν trouve un parallèle direct en latin sur l’autel votif d’un bénéficiaire en poste à Siscia en Pannonie Supérieure, sans doute au iie s., iter(um) stat (ionem) hab(ens)178. Le site d’Olympos a livré d’autres inscriptions de militaires parmi lesquelles l’une au moins atteste la présence locale d’un second bénéficiaire en service à Olympos, Iulius Solon. Ce dernier a fait graver sur le linteau d’un hérôon ou κενοταφιον retrouvé dans la nécropole d’Olympos l’inscription funéraire d’un certain Hermaios, son θρεπτος ou alumnus179. Il se pourrait même qu’un troisième bénéficiaire soit connu à Olympos, comme le suggère l’expression τω στατιζοντι, à moins qu’il ne s’agisse d’un autre type de soldat en poste localement180.

  • 181 CBI, 41. Sur les liens avec l’unité et sur la titulature : Chap. II p. 81-83.

54Le monument funéraire du bénéficiaire Umidius Avitus, à Nîmes, représente un cas particulier. L’inscription fait connaître, en plus du nom du bénéficiaire, le nom et le titre de son supérieur, Iunius Omullus, qui était à la tête de l’Espagne Citérieure vers 133 p. C., et ceux du légat de la légion espagnole, T. Vitrasius Pollio181. C’est ce dernier qui s’est chargé de faire ériger le cippe funéraire du bénéficiaire, cura T. Vitrasii Pollion(is) legati Aug(usti). L’intervention personnelle du légat de la légion, qui constitue un cas sans parallèle dans le dossier. Elle s’explique sans doute par le fait que le bénéficiaire est décédé lors d’un déplacement de service hors de la province, probablement au cours d’un voyage vers l’Italie, dans le cadre d’une mission au cours de laquelle il était peut-être chargé par le gouverneur, son supérieur, d’escorter le légat de légion qui allait prendre son poste ou qui le quittait. Nemausus se trouve en effet sur le voie qui, de Tarragone, capitale de l’Espagne Citérieure et siège du gouverneur, mène vers l’Italie.

3.3.3.2. Les inscriptions funéraires des vétérans

  • 182 Mann 1983, passim ; voir CBI, 300 à Poetouio en Dalmatie. Sur le statut légal et les privilèges de (...)

55Les inscriptions funéraires des vétérans, généralement plus riches d’informations sur la carrière du bénéficiaire, ne donnent en revanche que peu d’indications sur les lieux où ils ont accompli leur fonction de bénéficiaires. L’épigraphie montre que les vétérans jouissent d’une certaine liberté dans le choix de leur installation et que dans l’ensemble, ils ont tendance, en particulier depuis le début du iie s., à rester dans la région dans laquelle ils ont accompli leur service, plus précisément à proximité des camps182. Ils s’installent habituellement dans des endroits où ils ont des attaches personnelles, d’ordre familial, social ou politique. Ce phénomène n’est pas sans relation avec le mode de recrutement qui prend place à cette période. Un peu partout dans l’Empire les militaires commencent à être de plus en plus souvent recrutés de manière provinciale ou même régionale, avec toutefois des variations selon les provinces et les circonstances.

  • 183 Virunum (CBI, 260) ; Augusta Vindelicum (CBI, 209) ; Tarragone (CBI, 839, originaire d’Afrique Pro (...)
  • 184 I 7b ; sur le statut possible de capitale régionale de Martigny et sur sa position lors de la fusi (...)
  • 185 CBI, 23.
  • 186 CBI, 959. Sur les bénéficiaires engagés dans la lutte contre les chrétiens, et ceux qui ont peut-ê (...)
  • 187 CBI, 888. Sa présence à Aquilée au iiie s. n’est vraisemblablement pas sans rapport avec le détach (...)

56D’une manière générale, les anciens bénéficiaires se comportent de ce point de vue comme l’ensemble des autres militaires, à la différence qu’il leur arrive plus souvent qu’aux militaires de terrain de passer leur retraite dans une capitale provinciale. C’était le cas du moins de ceux qui avaient servi dans l’officium d’un gouverneur ou d’un procurateur financier. Nous en connaissons des exemples à Virunum en Norique, Augusta Vindelicum, en Rhétie, Tarragone en Espagne Citérieure, Lyon dans les Trois Gaules, Salone en Dalmatie, Cologne et Mayence, capitales des deux Germanies en même temps que camps légionnaires, de même qu’à Brigetio et Aquincum dans les deux Pannonies, à Heliopolis ( ?) en Syrie-Phénicie et à Lambèse. La présence de vétérans à proximité de camps légionnaires s’observe également à Singidunum, Troesmis et Nouae, en Mésie Inférieure, à Potaissa, en Dacie ou encore à Bostra en Syrie183. A Martigny-Forum Claudii Vallensium, capitale de la Vallis Poenina, où il comptait sans doute vivre durant sa retraite, l’ancien bénéficiaire Aurelius Maximianus a fait ériger au iiie s. un monument funéraire pour son épouse et pour lui-même, de son vivant184. La proximité entre Arlon, en Gaule Belgique, et Trèves, siège du procurateur financier de Belgique et des Germanies, explique peut-être l’établissement local d’un ancien légionnaire de la légion VIII, employé comme bénéficiaire dans l’officium d’un procurateur185. Plusieurs documents révèlent par ailleurs l’existence de situations singulières. On signalera par exemple le cas d’un bénéficiaire – peut-être un adepte du christianisme ? – qui après avoir accompli ses fonctions en Égypte, dans l’officium du préfet, s’est installé à Rome au moment de sa retraite, au iiie ou ive s.186 Le décès à Aquilée d’Aurelius Domitianus, un bénéficiaire rattaché à la légion I Adiutrix, mort peu de temps après sa mise en congé alors qu’il n’avait accompli que 20 ans de service, constitue une autre illustration187.

  • 188 En plus des documents passés en revue ci-dessous, voir par exemple CBI, 831 à Mérida en Lusitanie (...)
  • 189 CBI, 749 : Annexe 1.3. Sur sa promotion : Chap. III p. 127 ; sur le prix du mausolée : Chap. VII p (...)
  • 190 CBI, 631 : Annexe 1.3. Son origine castris et son enrôlement dans la tribu Pollia nous amènent à u (...)

57Les documents montrent aussi quelques exemples d’anciens bénéficiaires qui ont préféré retourner dans leur cité d’origine pour y passer leur retraite188. Un certain Saturninus, au iiie s., est retourné s’installer à Madaure en Maurétanie Césarienne, au terme d’une belle carrière en Bretagne189. Comme lui, le bénéficiaire T. Valerius Marcianus est retourné dans sa patrie lors de sa retraite. Issu d’une famille de militaires établie à proximité du camp de la légion V Macedonica à Iglita-Troesmis en Mésie Inférieure, il a vécu une carrière mouvementée et non typique pour un bénéficiaire, entraîné avec sa troupe à travers plusieurs provinces de l’Empire. Déplacé en Cappadoce dans le contexte de l’expédition orientale de Lucius Verus, il y fut employé dans l’officium de plusieurs gouverneurs, avant de participer à l’expédition contre les Marcomans et contre les Sarmates, sous le commandement de Calpurnius Agricola et de Claudius Fronto, et de s’installer vers 167 p. C. dans le nouveau camp de sa légion, à Potaissa en Dacie. Il est probale que comme bénéficiaire, il fut alors intégré dans l’officium du gouverneur de la Dacie, jusqu’au moment de sa décharge en 170 p. C., soit après les 25 années réglementaires. Sans racines à Potaissa, il a décidé de quitter la Dacie pour rejoindre ses Lares à Troesmis, dans les environs du camp militaire où il était né, reuersus at lares suos. C’est là qu’avec son épouse, Marcia Basilissa, une citoyenne romaine d’origine orientale et prêtresse d’un collège de dendrophores dédié à Cybèle, et avec sa sœur Valeria Longa, il consacra un plaque votive (la dédicace n’est pas conservée) pour leur salut et celui des leurs190.

  • 191 CBI, 313 ; 334 ; 404 et peut-être aussi 406 ; 609 : le fils aîné du bénéficiaire décédé à l’âge de (...)

58Nous connaissons enfin quelques exemples d’anciens bénéficiaires qui, au moment de la retraite, étaient établis dans un lieu qui a abrité une station, dans plusieurs endroits en Pannonie, à Siscia et à Sauaria, où l’ancien bénéficiaire est décurion de la colonie, ou encore à Intercisa, ainsi qu’en Mésie Supérieure, à Vidin-Bononia au sud-ouest de Ratiaria qui a aussi abrité un camp d’auxiliaires, et à Scupi, où les deux anciens bénéficiaires deviennent des duumvirs, alors qu’aucun n’est originaire de cette colonie, ni même de la province, l’un provenant de Dalmatie, l’autre de Syrie191. Leur présence dans ces lieux trouve plusieurs types d’explications, parmi lesquels on ne saurait exclure un retour dans le lieu d’origine, par exemple. Ces documents n’impliquent pas en soi un détachement local, même si cela a pu être le cas dans certaines circonstances. Il n’est pas exclu en effet que certains bénéficiaires aient noué des liens familiaux ou autres au cours d’un long séjour ou de plusieurs séjours renouvelés dans une région. Cela dit, leur séjour limité à une période de 6 mois, dans certaines provinces et à certaines époques, ne devait guère favoriser ce type de situation.

3.3.4. Les listes et les latercules

  • 192 Il s’agit de deux latercules de la légion VII Claudia : CBI, 583 : cette liste, qui n’est pas repr (...)
  • 193 CBI, 630, 132-135 p. C.
  • 194 CBI, 551 : Annexe 1.3, probablement après à 212 p. C. : la nature de cette liste pourrait être dif (...)
  • 195 CBI, 501 et 502, iie -iiie s. p. C. Un nombre imposant de can(didati), des soldats en attente d’un (...)
  • 196 CBI, 732, 194 p. C. : fragment de latercule contenant la liste des soldats de la légion II Traiana (...)
  • 197 CBI, 779 : Annexe 1.3 ; CBI, 780 et I 192 : Annexe 1.3 ; CBI, 775 : signalons ici aussi la présenc (...)
  • 198 CBI, 880 (iie-iiie s. p. C.) : soldats de la flotte de Ravenne. Le caractère de cette liste fragme (...)
  • 199 CBI, 903 à 910 : mise en retraite de prétoriens et de soldats d’autres cohortes de Rome.
  • 200 Voir ci-dessus n. 198 à propos de l’inscription de Ravenne. Sur les divers types de listes : Le Bo (...)
  • 201 CBI, 733 : ces 3 militaires figurent au-dessus de la liste des soldats mis en retraite, dont les n (...)
  • 202 CBI, 551, 212-250 p. C. : Annexe 1.3 : aux côtés de plusieurs anciens c(ustodes) a(rmorum) et d’au (...)
  • 203 CBI, 903 : recrutés en 143-144 p. C., mis en retraite en 160 p. C. ; CBI, 908, en 204 p. C. : la n (...)
  • 204 CBI, 905, 158 p. C. ; CBI, 904, 168 p. C. ; CBI, 907, 218 p. C.
  • 205 CBI, 906, fin iie-iiie s. : Annexe 1.3.

59La troisième catégorie de documents épigraphiques dans le dossier des bénéficiaires (2,4 %) se compose de listes ou registres militaires (latercula) comprenant les noms des soldats rattachés à une troupe. Ces registres, souvent fragmentaires, proviennent tous de camps légionnaires ou de sièges d’autres types de troupes : Viminacium192 et Troesmis193 en Mésie Supérieure et Inférieure, Potaissa194 et Apulum195 en Dacie, Nicopolis196 en Égypte, Lambèse197 en Numidie, Ravenne198 et Rome199. Il s’agit dans la plupart des cas des registres officiels de soldats mis en retraite, auxquels s’ajoutent peut-être l’une ou l’autre dédicace ou inscription votive collective, les deux types de documents n’étant pas toujours aisés à distinguer lorsqu’ils sont fragmentaires200. Le nom est généralement suivi (parfois précédé) du dernier titre porté par le militaire, lorsqu’il a dépassé le seuil de simple soldat. Il est habituellement au nominatif, parfois à l’ablatif précédé de ex. L’origine du militaire figure dans certaines de ces listes, ce qui permet de se faire une idée du type de recrutement. Ces registres nous renseignent en outre sur les ultimes positions auxquelles ils pouvaient aspirer et au delà desquelles les chances de promotion se resserraient. Les conditions de la mise en retraite sont généralement précisées au début de l’inscription. Outre la date de congé et parfois celle du recrutement, ces inscriptions font connaître les noms des autorités en place, l’empereur, le gouverneur et le légat de la légion. En Égypte, province d’où sont exclus les sénateurs, la légion est commandée par un officier équestre, le préfet du camp. Son nom et ceux des hauts responsables qui figurent en tête du registre sont suivis par ceux d’un centurion, de l’un des corniculaires du préfet d’Égypte, et d’un euocatus ballistarum201. Dans la liste de Potaissa, siège du camp de la légion V Macedonica depuis son installation en Dacie vers 167-168 p. C., la mention d’un [sac] erdotalis Daciae apparaît sur l’un des fragments. S’agirait-il d’une association de type religieux rassemblant des vétérans légionnaires202 ? L’ancien bénéficiaire du légat, dont le nom est perdu, est le seul de la liste à porter le titre de ueteranus avant son titre de ex bf leg(ati). Ce sous-officier se distingue en outre des autres militaires puisque c’est lui qui a assumé à ses frais – ex suo posuit – la mise en place d’un monument, peut-être à caractère votif, m(onumentum) [cum ar] a ou [cum exedr] a. A Rome, les listes répertoriées concernent plusieurs types d’unité, des prétoriens203, des soldats des cohortes urbaines204, et des equites singulares205.

3.3.5. Les dédicaces ou inscriptions honorifiques

60Les dédicaces ou inscriptions honorifiques dans lesquelles apparaissent des beneficiarii n’atteignent qu’une proportion limitée de la documentation épigraphique (5,4 %). Elles s’ordonnent en deux groupes principaux, les inscriptions érigées par des bénéficiaires, et celles qui ont été placées en leur honneur, ces dernières ne représentant qu’une minorité de documents.

  • 206 Sur les collèges militaires, voir Chap. VI p. 273-276.
  • 207 Voir par ex. à Lyon CBI, 27 et à Apamée CBI, 704 ; voir aussi Annexe 11, avec les références souli (...)
  • 208 Chap. II p. 67 n. 51 et Annexe 11.

61Leurs inscriptions honorifiques, qu’ils dédient à titre privé, seuls ou avec un collègue, ou de manière collective, dans le cadre d’une vexillation ou de l’officium auquel ils sont rattachés, les bénéficiaires les adressent habituellement à l’empereur et à la famille impériale, ou les élèvent en l’honneur de leur supérieur hiérarchique, ou d’un membre de sa famille. Elles sont généralement gravées sur des bases destinées à supporter les statues des personnalités qu’ils célèbrent. Parmi les dédicaces collectives érigées dans le cadre d’associations de bénéficiaires ou de plusieurs types d’officiales, certaines laissent entrevoir les traces d’une organisation structurée, sous la forme d’un collège militaire vraisemblablement206. Il arrive aussi que des bénéficiaires célèbrent, seuls ou avec d’autres militaires, des personnalités avec lesquelles ils étaient en contact, dans le cadre de leurs fonctions ou dans leurs relations privées207. Ils cherchent ainsi à les remercier du soutien qui leur a été manifesté ou peut-être à s’attirer les faveurs d’un patronus. Une telle pratique s’observe aussi chez d’autres types de militaires, en particulier parmi ceux qui font partie de l’officium d’un officier ou d’un gouverneur de province208.

  • 209 CBI, 548, à Sarmizegetusa.
  • 210 Par ex. CBI, 671 ; I 115 à Philippes, en 84-88 p. C. ; I 191 ( ?) ; CBI, 881 : Annexe 1.3, 66 p. C (...)

62Quelques dédicaces célébraient à titre privé ou dans un contexte officiel (militaire ou civil) un ancien bénéficiaire à la retraite209 ou promu à une fonction supérieure dans la carrière militaire ou administrative210. Parmi ces documents qui se situent entre la fin du ier s. p. C. et la première moitié du iie s. p. C., plusieurs laissent entrevoir le déroulement de la carrière d’ancien bénéficiaire des préfets du prétoire. Certains d’entre eux ont assumé en outre des responsabilités civiles (magistratures, patronats), généralement dans leur cité d’origine.

3.3.6. Varia

  • 211 A Dura : CBI, 718 ; voir aussi CBI, 713-717 ; 719-720 ; à Thèbes sur les tombeaux des rois : CBI, (...)
  • 212 CBI, 580, 697, 706 avec I 128 ; CBI, 699, 727, 728 et I 190.
  • 213 CBI, 781 : Annexe 1.3 à Lambèse.
  • 214 CBI, 747 : Annexe 1.3 à Henchir Kasbat-Thuburbo Maius, en 317/318 p. C.
  • 215 CBI, 652 (54 p. C.) et I 153b (70 p. C.) et I 113b (221 p. C.).
  • 216 CBI, 543 près de Rehca-Romula en Dacie.
  • 217 I 132, à Lambèse ; sur les colliers d’esclaves : Thurmond 1994 et nos remarques p. 318 n. 40.
  • 218 CBI, 318, à Szöny-Brigetio, en Pannonie Supérieure. Sa longueur dépasse légèrement 5 cm et son dia (...)
  • 219 CBI, 538 : Annexe 1.3.
  • 220 CBI, 1, CBI, 6 et I 2, en Bretagne. Voir à ce propos I 154a mentionné ci-dessus p. 40.
  • 221 I 6 près de Chalon-sur-Saône ; voir Chap. V p. 258.
  • 222 I 3a et I 3b (104-120 p. C.). Pour un bf cos à Vindolanda au iiie s., voir CBI, 11.
  • 223 I 154.

63Un certain nombre de documents ne correspondant pas à des catégories aussi bien définies viennent compléter le dossier épigraphique. Le titre de beneficiarius ou l’abréviation qui s’y rapporte apparaît dans des signatures peintes à l’encre ou sous la forme de graffites211, des inscriptions gravées sur différents monuments212, un fragment de tarif douanier du iie s. p. C.213, un rescrit impérial adressé au proconsul d’Afrique, Aco Catullinus, entre 317 et 319 p. C., dans lequel où il est question du pastus primipili214, trois diplômes militaires datés de 54, de 70 p. C. et de 221 p. C., tous en relation avec des bénéficiaires employés dans la flotte215, un morceau de céramique216, un collier d’esclave en cuivre d’époque tardive (ive s. ?) dont l’inscription au pointillé mentionne le nom du bénéficiaire Deuterius, le propiétaire de l’esclave217, un pendentif en or dont la forme évoque une massue d’Hercule218, un bouton ou poids en bronze219. L’abréviation B, BF ou-B-figure sur des sceaux en plomb qui devaient être utilisés pour sceller des documents officiels, des missives ou peut-être même des colis que le bénéficiaire envoyait, qui lui étaient destinés, ou dont il devait contrôler le contenu ou l’acheminement220. Elle se rencontre aussi sur des lingots de plomb de plus de 80 kg perdus dans la Saône221. Le titre de beneficiarius apparaît également parmi les tablettes en bois qui furent récemment découvertes en Bretagne dans le castellum de Vindolanda222 – elles datent des vingt premières années du iie s. – ainsi qu’à Carlisle-Luguualium, sur le mur d’Hadrien223. Enfin, les deux lettres B et F se distinguent nettement à l’intérieur des deux yeux représentés de part et d’autre d’une hasta du type des lances dites de bénéficiaires qui figure sur un bas-relief découvert à Lyon.

  • 224 La découverte du bouton en bronze CBI, 538 : Annexe 1.3 à Racovita près de Copàceni-Praetorium en (...)

64La mention de ce relief nous invite à évoquer ici les différents éléments figurés – haste, armes, fustis, rouleau, portraits de bénéficiaires et autres personnes, divinités etc. – qui sont représentés sur les monuments votifs ou funéraires des beneficiarii. A la différence des autels votifs offerts par les bénéficiaires d’un gouverneur pendant leur service et sur leur lieu de service, le lieu de découverte et de provenance d’une partie de ces objets inscrits ne saurait indiquer systématiquement la présence ou l’établissement d’une station, à moins que l’objet en question n’ait été découvert in situ, dans un contexte où d’autres indices suggèrent également l’existence d’un tel poste224.

4. Les sources papyrologiques

  • 225 Voir Annexe 2 p. 397-400 et nos remarques sur les renvois p. 18. Sur les bénéficiaires dans les so (...)
  • 226 P 4 ; P 44 ; P 68 (si la lecture βενεφικιαριω) est correcte) ; P 76.
  • 227 Latercules : CBI, 732 et 733 ; inscriptions funéraires, l’une à Alexandrie et l’autre à Thèbes, CB (...)

65Les quelque 85 documents papyrologiques recensés s’échelonnent de l’époque républicaine à l’époque byzantine, du ier a. C. au vie s. p. C.225 Plus de la moitié datent du ive s., soit d’une époque où les bénéficiaires ont pratiquement disparu des sources épigraphiques. Au cours du siècle suivant, les documents se raréfient, se concentrant principalement dans la première moitié du siècle226. Le nombre des papyrus contraste avec celui des rares documents épigraphiques qui nous sont parvenus de la province d’Égypte. Si l’on écarte les graffites, signatures ou actes d’adoration que les bénéficiaires ont tracés sur des constructions ou statues, les inscriptions gravées sur pierre se limitent dans cette province à six inscriptions, parmi lesquelles on compte deux latercules, deux inscriptions funéraires et deux inscriptions votives similaires rattachées au même contexte227.

  • 228 Chap. II p. 81-83 (titulature).
  • 229 Par ex. P 67 (359 p. C.) et P 20 (ive s. p. C.) : déclaration d’impôts de la fille et des héritier (...)

66Dans les papyrus, à la différence de ce qui s’observe dans les documents épigraphiques228, aucune allusion à un statut de militaire ou à leur troupe n’est mise en évidence dans l’énoncé de leur titre, même lorsqu’il s’agit de documents de haute époque impériale. Les documents conservés les montrent à l’œuvre dans l’exercice de leurs activités officielles, mais aussi dans la sphère de leur vie privée, les deux types de situation se répartissant respectivement selon un rapport de 2/3 et 1/3. Le titre de bénéficiaire apparaît souvent dans des pétitions qui leur sont adressées ou dans des listes ou comptabilités où ils figurent comme les représentants du pouvoir chargés de pratiquer des réquisitions ou d’encaisser divers types de taxes, en espèces et en nature, notamment auprès des propriétaires ou des administrateurs fonciers, dans les régions où ils sont stationnés. Il arrive aussi qu’ils y figurent comme des propriétaires fonciers, soumis à des impôts ou à des taxes. Dans leur vie privée, les textes les montrent occupés à gérer leurs biens – contrats de vente ou de location par exemple – ou impliqués dans des affaires judiciaires, en général pour des questions d’héritage, de disputes familiales ou de contrats. Ils se retrouvent ainsi eux-mêmes dans la situation de ceux qu’ils affrontent quotidiennement ou presque dans l’accomplissement de leurs fonctions. En dépit de la mauvaise réputation qui leur est attribuée dans plusieurs textes littéraires, en particulier dans la littérature chrétienne, et qui se voit confirmée par certains textes juridiques, les papyrus, comme les textes épigraphiques, suggèrent que les beneficiarii jouissent dans l’ensemble d’une certaine autorité et d’une position de marque dans la société locale. Leur situation personnelle – financière et sociale – se révèle en outre relativement confortable, une observation qui va dans le sens de ce que suggèrent aussi les sources épigraphiques. Ils conservent généralement leur titre au cours de leurs activités privées, et cela même lorsqu’ils ont quitté leurs fonctions. Il n’est pas rare que leurs enfants ou leurs hétitiers rappellent eux aussi le titre de bénéficiaire de leur parent ou ami, dans les documents officiels et privés229. En revanche, à la différence de ce que l’on observe dans les témoignages épigraphiques dans d’autres provinces, on ne connaît aucun exemple en Égypte d’un bénéficiaire ou d’un ancien bénéficiaire impliqué dans la carrière municipale.

  • 230 P 52.
  • 231 P 3 ; Thomas 1982, 162 n. 24 et Chap. V p. 244.
  • 232 P 9 et CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3. Cet officium est attesté ici pour la première fois dans la do (...)
  • 233 P 8c et P 19 (iiie s.), ainsi que P 37 (iie s.).
  • 234 Annexe 2 : SB, XIV, 11699 2 et Chap. V p. 242 n. 123.

67La majorité des bénéficiaires mentionnés dans un papyrus étaient employés au service du préfet d’Égypte ou de l’un ou l’autre de ses successeurs mis en place lors des réoganisations administratives de la province au ive s. On en connaît aussi quelques-uns au service d’autres personnalités ou chargés de collaborer avec elles. C’est le cas notamment de l’un des premiers bénéficiaires attestés dans les papyrus d’époque impériale, en 41-42 p. C., qui assiste le procurateur idiologue, vraisemblablement chargé du contrôle et de la révision des comptes230. Un autre bénéficiaire, dans un papyrus du Fayoum de la fin du iie s. p. C., pourrait avoir été employé lui aussi au service d’un idiologue si l’on accepte l’identification controversée du Postumus mentionné dans de ce document avec l’homonyme connu ailleurs comme un idiologue231. A la fin du iie ou du iiie s., il est possible que l’επιτροπος de Bérénikè – le titre n’est que partiellement conservé – ait eu lui aussi à son service un ou plusieurs bénéficiaires. Celui qui se trouvait à Coptos en 219 p. C. faisait peut-être aussi partie de cet officium à moins qu’il n’ait été détaché dans la région par le préfet et qu’à ce titre il ait été appelé à collaborer avec l’επιτροπος232. Les papyrus nous font en outre connaître trois bénéficiaires d’un tribun233, et un ostracon suggère peut-être la collaboration d’un bénéficiaire avec un épistratège234.

Notes

1 D’une manière générale sur les fonctions publiques des historiens et écrivains romains : Millar 1982, 1-3.

2 PIR, III, 24. Pour des bénéficiaires employés dans l’officium d’un préfet du prétoire au ier ou iie s. p. C., voir par ex. I 114 (milieu du iie s. p. C.) et I 115 (ier s. p. C.) ; CBI, 881 : M. Vettius Valens a participé aux guerres de conquête de la Bretagne en 43-44 p. C., alors qu’il était bénéficiaire du préfet du prétoire ; voir aussi CBI, 927 (ier s. p. C.), 894 (fin ier - début iie s.), 879 (iie s. p. C.), 875 (1ère moitié du iie s. p. C.), etc.

3 Le nombre de bénéficiaires des préfets du prétoire est estimé à environ 35 à partir de comparaisons avec d’autres officia : cf. Domaszewski & Dobson 1981, 8-9. Pour une liste de 30 bénéficiaires dans l’officium du gouverneur de la Numidie au iiie s. : CBI, 783 et 784 : Annexe 1.3 et Chap. III p. 113-114.

4 Par ex. Annexes 11 à 13, avec CBI, 772-774. Voir aussi P 37.

5 Voir Annexe 12 et Chap. II p. 77. Voir aussi par ex. CBI, 631 : Annexe 1.3.

6 Pour une problématique sur la conception de la vérité et la place de la rhétorique dans l’historiographie romaine : Woodman 1986. Voir aussi le point de vue de Auerbach 1968, par ex. 45-64.

7 L’auteur le plus tardif est Lydus (vie s. p. C.). Les bénéficiaires sont mentionnés dans le Code de Justinien, mais ne figurent pas dans la Notitia Dignitatum. Le terme apparaît encore dans un traité de tachygraphie d’époque tardive (voir infra p. 339 n. 36). Sur les bénéficiaires dans les sources littéraires et papyrologiques : Rankov 1994 et Ott 1995.

8 Pour une comparaison chiffrée, on estime que les sources épigraphiques représentent 92,3 % de la documentation, les papyrus 6,3 % et les sources littéraires 1,4 %.

9 Cauer 1881 avait recensé environ 400 inscriptions de beneficiarii.

10 Même s’il n’est pas possible de calculer avec précision le nombre exact de bénéficiaires connus à travers la documentation épigraphique, pour des raisons diverses : état de conservation, interprétation et restitutions, identifications d’un même personnage apparaissant dans plusieurs documents etc., il nous a paru utile de proposer des évaluations approximatives. Sur les incertitudes concernant l’identification de bénéficiaires homonymes : Annexe 4. Sur les quelque 1370 bénéficiaires, une centaine sont anonymes, 35 à 40 ont consacré plusieurs monuments votifs (voir Annexe 3), et 20 à 30 réapparaissent avec une certaine vraisemblance dans différents types d’inscriptions. A titre comparatif, Preuss 1994, 262, compte 1131 bénéficiaires dont le nom est connu, sur les 959 textes rassemblés dans le CBI.

11 Clauss 1973a, 4 et Introduction ; Le Bohec 1989a, 54, les estime à 3 000.

12 Dans ces chiffres il n’est pas tenu compte des cas où le même bénéficiaire apparaît plusieurs fois dans des documents différents.

13 CBI, 861, 893, 895, 984, à quoi s’ajoute peut-être CBI, 880, qui contient un fragment de liste, de soldats, de la flotte de Misène.

14 CBI, 959 (iiie s. p. C.) ; CBI, 744 (iiie s.).

15 CBI, 655 (iie-iiie s.), 641 (iiie s.), 621 (iie-iiie s.), 634 (iie s.), 678 (iie-iiie s.). En Syrie, voir peut-être I 189.

16 I 125 (189 p. C.).

17 Le document CBI, 869 : Annexe 1.2, considéré comme le plus ancien témoignage d’un bénéficiaire (40-50 p. C.), ne paraît pas évoquer à notre avis un beneficiarius dans le sens technique du terme ; pour les exemples les plus récents : I 197 dont la datation (l. 4) correspond vraisemblablement au consulat de Rufius Postumius Festus, soit à 439 p. C., et CBI, 747 (317-318 p. C.), seul document épigraphique datant du ive s. p. C. ; voir aussi p. 27.

18 Sur les divers types de bénéficiaires, voir Chap. II p. 78 et Annexe 9.

19 CBI, 652, 17.06.54 p. C., à Sarsânlar en Mésie Inférieure. Sur les beneficiarii dans la flotte : p. 108-111.

20 I 153 b et Chap. III p. 110-111.

21 CBI, 881 : Annexe 1.3, en 66 p. C. à Rimini : le bénéficiaire du préfet du prétoire a participé à ce titre aux campagnes de la conquête de la Bretagne et a reçu ses décorations militaires dans ce contexte, en 44 p. C. lors du triomphe britannique ; voir Maxfield 1981, 211 ; CBI, 927, ier s. p. C. à Rome ; CBI, 877 : Annexe 1.3, vers 48-51 p. C.( ?) à Pesaro ; I 115, 84-88 p. C. à Philippes : Tatinius Cnosus fut bénéficiaire du préfet du prétoire c. 75-80 p. C., sur sa carrière : Chap. III p. 95.

22 CBI, 39, ier s. à Carouge près de Genève : le militaire a été promu bf du gouverneur de la Lyonnaise à Lyon en 79 p. C.

23 CBI, 751, vers 81-84 p. C., à Tebessa-Theueste en Afrique Proconsulaire : benef. Tetti Iuliani et Iauoleni Prisci leg(atorum) Aug(usti).

24 CBI, 21 : Annexe 1.3, 66-87 p. C. à Wroxeter.

25 CBI, 450, milieu du ier s, à Burnum en Dalmatie : ce bénéficiaire d’un tribun légionnaire est décédé après 12 ans de service dans la légion XI Claudia, qui est restée à Burnum jusqu’à la mort de Néron ; de même provenance et de même datation, peut-être I * 178 ; voir aussi CBI, 750, fin du ier s. p. C. à Tebessa-Theueste : benef. tribuni.

26 P 8a : la lecture bf a été proposée par Seymon de Ricci ; P 52.

27 Par ex. MacMullen 1991, part. 19-21.

28 Mann 1985.

29 Colonne : CBI, 219, I 21, CBI, 743 (autel de forme arrondie) ; plaque ou plaquette de bronze : CBI, 915 ; I 7a et I 160 ; roue votive : CBI, 99 ; coupe ou vase : CBI, 638 ; socle de candélabre ( ?) : I 11b ; gobelet en argent : I 154a ; bas-relief ou base de statue ou de statuette : par ex. CBI, 17, 549, 556, 584, 625, 626 etc. ; I 9 ; CBI, 156, 13.1.182 p. C. : une statue d’un Génie a été découverte in situ à Osterburken, derrière la base sur laquelle elle se trouvait.

30 CBI, 176 ; sur ce gouverneur et sur la présence des bénéficiaires et l’occupation militaire de cette région : Chap. IV p. 160 et 180.

31 Chap. IV p. 180-193.

32 CBI, 444 (voir aussi 443 : Annexe 1.3) ; CBI, 49 ; au même endroit, voir CBI, 46 en 226 p. C. Pour des dédicaces de bénéficiaires associés à d’autres militaires : Annexe 10.

33 CBI, 316 ; voir aussi CBI, 315 : 227 p. C. ; pour les voyages des Augustes et Césars durant cette période : Barnes 1982, 49-64 avec Halfmann 1986, 242-243.

34 Seul le cinquième des inscriptions – les votives sont les mieux représentées, entre 80 et 85 % – contient une datation consulaire. Entre 150 et 270 p. C., la distribution des inscriptions datées, par tranches de 10 ans, est la suivante : 150-159 p. C. : 5 ; 160-169 p. C. : 6 ; 170-179 p. C. : 7 ; 180-189 p. C. : 20 (pour 21 bf) ; 190-199 p. C. : 15 ; 200-209 p. C. : 31 ; 210-219 p. C. : 29 (pour 32 bf) ; 220-229 p. C. : 31 (pour 37 bf) ; 230-239 p. C. : 25 (pour 28 bf) ; 240-249 p. C. : 12 ; 250-259 p. C. : 3 (pour 4 bf) ; 260-269 p. C. : 1. Quant aux inscriptions non datées par les consuls, mais dont la datation est suggérée par des critères sûrs, elles se répartissent ainsi, par tranches de 50 ans : avant 100 p. C. : 10 (pour 14 bf) þ ; 100-149 p. C. : 47 (pour 59 bf) þ ; 150-199. p. C. : 132 (pour 149 bf) þ ; 200-249 p. C. : 213 (pour 231 bf) þ ; þ250 p. C. : 19 doc. (pour 20 bf). Pour des documents présentant d’autres types de datation, en dehors de l’inscription palmyrénienne citée plus haut, voir CBI, 466 (IIuiri quinquennales) ; CBI, 727 et 728 (ère de Bostra) ; CBI, 743 (anno... proconsulis) ; CBI, 736 (iie année du règne d’Élagabal). Voir aussi Annexe 13 pour les documents qui renvoient à un gouvernement précis, avec sub ou §p¤ suivi du nom du gouverneur.

35 Voir par ex. CBI, 5, 259, 584, I 111 etc., avec Annexes 5 et 8.

36 Scheid 1985, part. 17-18, 117-118, et 129-139 ; sur la dédicace d’autels comme un acte officiel, voir Alföldy 1989, part. 72-73, 86, qui insiste sur le caractère généralement dénué de sentiment religieux, mais cite néanmoins des exemples d’expression de sentiments personnels (n. 96) ; sur ce point en particulier, voir MacMullen 1993.

37 Chez les militaires : Rüpke 1990 ; Alföldy 1989 ; Ankersdorfer 1973 ; Birley 1988, 397-432 ; en général : Scheid 1985, 12 ; Beard et al. 1998, I, 48-52, 215, 315-319 et 326-327 ; voir aussi Feeney 1998, 138.

38 Fishwick 1988 ; Herz 1975 et 1978. Sur le Feriale Duranum, voir aussi Fink et al. 1940.

39 Beard et al. 1998, I, 251.

40 Voir par ex. à Apamée, Balty & van Rengen 1993, 22 : Aquilae et signis leg(ionis) II Part(hicae) [Se]uer(ianae).

41 Voir par ex. à Douch-Kysis, le dernier site habité de la piste du Soudan où, dès Domitien, la présence d’un temple est attestée sur l’établissement, ainsi que sur d’autres postes ou stations le long de la piste qui relie Coptos à Quseir : Golvin & Reddé 1986, part. 182 et 191. Sur la présence d’un bénéficiaire à Coptos, au début du iiie s., voir CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3, avec Chap. V p. 247.

42 Végèce 3.8 : Prima igitur signa locis suis intra castra ponuntur, quia nihil est uenerabilius eorum maiestate militibus. Chaque camp, castellum ou même chaque statio, qui n’est qu’une forme réduite d’un camp, a son espace sacré : Rüpke 1990, 169-171 et 181-183 ; voir aussi Domaszewski 1972, passim et Ankersdorfer 1973, 157-193.

43 CBI, 855-858 ; voir aussi Domaszewski 1895, 12-13 (= 1972, 92-93) ; sur la fresque : Chap. VII p. 327 n. 178 ; à ce sujet P. Dur., 89 - Fink 1971, 50 (239 p. C.) : signum Iouis Dolicheni s(ancti) misit.

44 Par ex. XIII, 7693 (retuli).

45 Chap. VI p. 285-288.

46 Pour une étude sur ces miniatures, en particulier sur celles qui proviennent de Dacie : Petulescu 1993 qui met justement l’accent sur l’aspect religieux de ces objets ; pour les références aux représentations figurées d’une haste sur une aedicula, voir en particulier p. 192 n. 116.

47 Tertullien, Aux Nations, 1.12 ; sur cette question, voir Domaszewski 1895, 12-13 (= Domaszewski 1972, 92-93) ; voir aussi la publication récente de Rebuffat 1997 sur les signa figurant sur les monnaies d'Asie Mineure, avec une mise au point sur la terminologie p. 7 et 8. Ailleurs, Tertullien, Apologétique, 11.12.2 et 7, exprime la même position face aux statues, statuas et imagines, qu'il considère comme de la simple matière et que les chrétiens refusent d'adorer, ce qui leur attire les dénonciations aux autorités romaines, et leur condamnation. Sur l'emploi de statua et de signum pour une statue, voir n. suivante.

48 CBI, 530 et 531 ; sur la station de Samum, voir infra p. 39 et Chap. IV p. 164 ; sur les signa dans le sanctuaire du camp : Rüpke 1990, 175. Pour la représentation du signum d’une légion sur l’autel d’un bénéficiaire en service détaché, voir par ex. à Osterburken CBI, 146. Sur l’emploi de signum dans le sens de statue divine (cf. ILS, 5356, 5403, 5439, 5441, 5445, 5449, etc. ; autrement : ILTun, 1500) à la différence de statua qui peut s’appliquer chez Cicéron à la même statue, mais dans le sens d’œuvre d’art, voir Estienne 1997, 84, selon qui p. 91 “la statue de la divinité est un élément important mais non suffisant pour la définition des lieux de culte du type sacellum”.

49 Annexe 8.

50 Annexes 5 et 6.

51 Par ex. CBI, 116, 117, 58, I 180b, 290, 316, 514 et 515 (vétéran), 517, 607, 722, I 11b ; voir aussi Veyne 1986.

52 Annexes 10 et 7.

53 CBI, 855 à 858 dans la région minière de Villalís en Espagne (entre 166 et 175 p. C.).

54 Par ex. I 150a à Rome (1.1.197 p. C.) ; CBI, 912 (113 p. C.) et CBI, 911 (111 p. C., puis 156 p. C.).

55 CBI, 782 (219 p. C., à Lambèse) ; CBI, 917 (1er avril 200 p. C., à Rome) ; CBI, 918 (221-222 p. C.) ; CBI, 820 : Annexe 1.3 à Agueneb en Maurétanie Césarienne, en 174 p. C. Sur ces documents, voir Annexe 10. Voir aussi l’inscription honorifique CBI, 684, probablement élevée par les dédicants au cours d’une expédition, même si le contexte n’est pas explicité et demeure incertain.

56 Voir par ex. les grandes inscriptions de Lambèse en Numidie : CBI, 783 et 784 : Annexe 1.3 ; sur les associations dans le cadre d’une schola ou d’un collège : Chap. VI p. 269-288.

57 Dans chaque cas se pose la question de la provenance précise du document votif (ou d’un éventuel déplacement) en relation avec celle du service local du bénéficiaire. Ces chiffres correspondent au pourcentage des monuments provenant selon nos estimations d’un lieu où le bénéficiaire a pu accomplir son service.

58 Sur l’importance de la religio en relation avec l’esprit de corps chez les beneficiarii, en particulier chez ceux qui sont rattachés à l’officium du gouverneur et regroupés en un collège dans leur schola : Chap. VI. Sur les stations en relation avec un castellum : Chap. IV p. 148-155.

59 Voir Annexe 3. Sur la question d’identification ou non d’homonymes, voir Annexe 4 (introduction).

60 CBI, 194.

61 CBI, 783 et 784 : Annexe 1.3 ; sur les sacrifices des militaires : Beard et al. 1998, I, 326-327.

62 Annexe 3 : Cl. Pompeianus (CBI, 102 et 107) ; P. Aelius Verinus (CBI, 268 et 218). Sur les détails d’organisation de la station : Chap. IV p. 203-204.

63 Annexe 8.

64 Par ex. à Lambèse, où le gouverneur L. Matuccius Fuscinus, son épouse et leur fille, se sont personnellement engagés financièrement dans l’ornement de l’aedes consacrée à Isis et à Sérapis, avec l’aide de la légion III Augusta : VIII, 2630, en 158 p. C. ; voir aussi Birley 1988, 413-414.

65 Cf. Nelis-Clément 1994, 252. On soulignera que les nouvelles découvertes parmi lesquelles figurent notamment les quelque 80 textes de Sirmium viennent confirmer nos conclusions sur les pratiques cultuelles de beneficiarii, et qu’elles ne modifient qu’insensiblement les chiffres observés. Ainsi, le pourcentage des monuments dédiés à Jupiter par ex. est passé de 53,58 % à 56 % et celui des divinités d’un lieu, de 21,8 à 23 %, le Genius loci restant à 1,5 %.

66 A Osterburken, on ne compte que deux autels qui ne sont pas consacrés à Jupiter ou IOM : CBI, 153 et 154, à Candida dont le temple en bois se trouvait à une certaine période sur l’espace sacré : CBI, II, 51 et Chap. IV p. 140-141. On ajoutera aux témoignages rassemblés dans l’index du CBI, la dédicace à IOM, Junon Reine et au Genius loci, conservée sur deux fragments rassemblés : CBI, II, 52.12.

67 Pour un aigle, par ex. CBI, 144, 146, ou 161 ; voir aussi par ex. un bas-relief de Sarmizegetusa en Dacie, où la représentation d’un aigle accompagnait la statuette de Jupiter qui n’a pas été conservée : CBI, 549.

68 I 117.

69 CBI, 697 et 698 ; voir Chap. V p. 267 n. 214. Sur le temple d’Heliopolis, Beard et al. 1998, I, 283 (avec la bibliographie) et 334 et sur ce sanctuaire comme lieu de culte impérial : IGLS, 6. pour un autre autel à IOM Héliopolitain récemment mis au jour à Rihab en Arabie : I 128a.

70 Pour le salut de l’empereur, voir par ex. CBI, p. 824, avec I 24, 30, 32, 36, 37, 40, 47, 138, 140a, 150a ; pour le Génie d’un empereur : CBI, 139, à Obernburg, 15 juillet en 189 p. C. (avec la triade capitoline), et à Sirmium, depuis Septime Sévère : I 22, 23, 33, 34, 35, 38, 49. Pour les vœux concernant le Génie d’un supérieur : CBI, 182 à Stockstadt : ... Genio Iuni Victorini cos... ; pour le salut des supérieurs, voir Annexes 13 et 14.

71 Sur les dédicaces à Jupiter seul dans les dédicaces les plus anciennes : par ex. l’étude de Sasel-Kos 1995a sur la série de Treffen-Praetorium Latobicorum en Pannonie Inférieure ; sur le Génie du lieu qui prend la place de l’ensemble des divinités locales : Ankersdorfer 1973, 185.

72 Voir Chap. VI p. 269-272.

73 CBI, 55, en 216 p. C.

74 A Rome parmi les vigiles : CBI, 911 et CBI, 912.

75 CBI, 130 à Mayence le 13 janvier 208 p. C. A ce propos : Chap. IV p. 156.

76 CBI, 279.

77 I 75 : IOM et Gen(io) col(oniae) Sirm(ii) ; I 61 : IOM, Iunoni Reg(inae), Miner(uae) ceteris deis deabusque et G(enio) Fl(auiae) Sirmi ; I 28, en 205 p. C. : IOM et G(enio) h(uius) l(oci) patr(iae) suae ; voir aussi pour une expression similaire : I 31, en 208 p. C. : IOM et G(enio) h(uius) l(oci) patriae suae (pour une expression comparable au Genius huius loci, voir à Vienne, CBI, 362, et de la part d’autres soldats détachés : RIB, 1538 - ILS, 2556). Certains des bf cos de Sirmium précisent qu’ils sont originaires de Sirmium et qu’ils y sont détachés : voir infra p. 147-148.

78 CBI, 466 et 468, avec peut-être I 181.

79 CBI, 433, avec sur le même site CBI, 432 à 438.

80 CBI, 451. La présence de bénéficiaires est également attestée au nord de cette zone, dans la région minière de Skelani et de Gradina-Municipium Domauianum : Chap. IV p. 186.

81 Noreia : CBI, 246, 249 et 229 ; il est possible que ce bénéficiaire ait séjourné successivement dans les deux stations de Celeia et de Noreia ; Celeia : CBI, 218 en 213 p. C., CBI, 228 et 227, le 13 décembre 211 p. C. et en 215 p. C., CBI, 229 ; Bedaius Bedaium) : CBI, 257, le 15 mai 219 p. C. et CBI, 214, le 15 mai 226 p. C. Sur les stations établies en ces lieux : Chap. IV p. 181-182.

82 CBI, 821, à Aïn El-Kabira-Satafis, au iiie s. ; l’autel commémore l’ornementation d’un temple par un ancien quaestionarius promu bf dup(licarius). Sur les constructions ou restaurations de temples ou autres monuments sacrés, voir Annexe 15. Au même endroit, un autel est érigé à Diana Aug. Maurorum par deux IIuiri (VIII, 8436 - ILS, 4500) et un autre, aux di[is] patris et hospitibus, diis Mauricis et Genio loci (VIII, 8435 - ILS, 4498) par un préfet de la flotte prétorienne de Misène, connu par une inscription de Bisica, où il est patron du municipe (VIII, 12296 - ILS, 2774). Pour un autre autel consacré aux dieux Maures parmi d’autres divinités par un praeses de la province de Maurétanie Césarienne, à Affreville : ILS, 4495.

83 CBI, 754, avec CBI, 753 : Annexe 1.3.

84 I 161, avec CBI, 125 et Annexe 3. Sur la promotion de bf leg leg à bf cos, voir CBI, 584 et Chap. III p. 124. Pour d’autres dédicaces à Epona de la part d’un bf, voir CBI, 132, 237 (Ière moitié du iie s.), 253, 434, 461, 488 et I 110.

85 CBI, 420 à Transaquincum, au iiie s. : Chap. V p. 254.

86 Speidel 1994a, 28-32.

87 Par ex. Le Bohec 1989a, 559 ; voir aussi Rüpke 1990, 196, 188-190.

88 Par ex. à Trilj-Tilurium en Dalmatie, en 211 p. C., où la dédicace au [Genius] Luci Ang(itiae) doit faire allusion à l’origine italienne du bf cos (CBI, 490) ; au même lieu, voir CBI, 489 cité infra p. 36 n. 100. En revanche on ne peut déduire a priori de leurs dédicaces que les bénéficiaires qui s’adressent à Asklépios avec l’épithète Saldooussènos, Saldouissènos ou Saltousènos, à Glava Panegra, étaient originaires ou déplacés de Saldes, comme le montrent les dédicaces comparables de la part de plusieurs autres dédicants dans le même sanctuaire (CBI, 624 et 625 : Annexe 1.3, avec IGB, II, 510, 511 : un bouleute, 512, 516, etc.). Autrement : CBI. Sur les bénéficiaires dans ce sanctuaire et dans la région : Chap. IV p. 260-261.

89 Sur la possibilité pour un bénéficiaire d’être détaché dans une station établie dans sa région d’origine : Nelis-Clément 1989, à propos de CBI, 484 : Annexe 1.3, et dans la même perspective, CBI, 530. A Sirmium : la dédicace de I 28 en 205 p. C. (voir supra n. 77) atteste que le lieu en question h(uius) au Génie duquel il s’adresse était celui de sa patrie d’origine. Plusieurs de ses collègues se trouvaient dans une situation comparable, à la même période (I 25, 30, 31, 78, en 202, 207, 208, et sans doute vers la seconde partie du iie s. p. C.).

90 CBI, 173 et 756.

91 CBI, 20 à Winchester-Venta Belgarum ; CBI, 3 à Binchester-Vinouia au iiie s, pro salute sua et suorum ; de même provenance, également par un bf cos, aux Deae Matres Olot(otae) : CBI, 2 ; CBI, 19 à Risingham-Habitancum ; voir aussi, à la dea Suria : I 4 à Catterick-Cataractonium.

92 CBI, 120 à Mayence, le 15 juillet 211 p. C., pro salute et incolumitate sua suorumque omnium ; CBI, 46 à Bonn, en 226 p. C. : Tutela. La dédicace émane de plusieurs soldats associés.

93 CBI, 94 à Zierikzee en 223 p. C.

94 CBI, 106 à Germersheim, au IIe s.

95 Dea Iseneucaega : I 8a. Il s’agirait d’une interpretatio romana de la déesse Diane, si l’on en croit la représentation qui figure sur le monument, dans une niche.

96 Matres : CBI, 95 (prov. inconnue vers 233 p. C.) et 92 à Xanten (bf praefecti) ; Aufaniae : CBI, 51-53 à Bonn, CBI, 76-82, à Nettersheim.

97 CBI, 581 à Kacanik, entre Ulpianum et Scupi, en 195 p. C.

98 CBI, 627 : la dédicace du bénéficiaire Claudius Maximus dans le sanctuaire d’Asklépios à Glava Panegra κοιριω θεω εφιπιω (ou επικιω ?) figure sur une table avec représentation du Cavalier thrace. Au même endroit, CBI, 624 comporte aussi une représentation du Cavalier thrace. Le rôle joué par le Cavalier thrace comme protecteur des portes et le lien entre ce culte et les fonctions des bénéficiaires ont été mis en relief par Mitford 1966, 480 qui s’appuie notamment sur Callimaque, Épigrammes, 24 [éd. Pfeiffer] où le Héros ou cavalier est représenté sous la forme d’une petite statue placée à la porte en signe de protection. Le terme grec επισταθμος, employé par de Callimaque pour le cavalier, avec... επι προθυρω, se retrouve dans les papyrus et inscriptions en relation avec un soldat (parfois bénéficiaire ou centurion) détaché ou stationné dans un poste (P 42 : δια Μαρκελλινου τοτε επισταθμου, avec Annexe 5). Plusieurs autres documents révèlent l’attrait du culte du Cavalier thrace auprès de certains bénéficiaires, par ex. I 108, 113 d ; voir aussi l’épitaphe I 106 ; pour une dédicace à Héros : CBI, 638, à Ljaskovec, en Mésie Inférieure. Sur la localisation de stations de bénéficiaires à l’entrée des villes ou des castella : Chap. IV p. 148-155.

99 CBI, 202 et 206 à Stuttgart-Bad Cannstatt, le 13 décembre 221 p. C. et le 29 décembre 230 p. C., bf cos ; les quatre déesses sont représentées sur la face principale du monument de Serenius Atticus en 230 p. C. ; CBI, 54 à Bonn, fin du ier-1ère partie du iie s. : bf leg leg ; deus qui uias... ; CBI, 7 : Annexe 1.3, à Catterick, en 191 p. C., bf cos. Sur cet autel et la station de Catterick : Chap. IV p. 198-200.

100 Le Rhin : CBI, 87 et 88, à Remagen, en 151-161 p. C. et en 190 p. C., * I 174 à Stein am Rhein-Tasgaetium en Rhétie, c. 181-185 p. C. ; CBI, 489 à Tilurium (voir aussi CBI, 490 cité ci-dessus) : n(umen) H(ippi) fl(uminis), Hippius étant le nom latin de la Cetina : Chap. IV p. 187.

101 Voir à ce sujet notre Introduction à propos de Domaszewski 1902.

102 I 7a.

103 CBI, 214 déc. à Stöttham, mais provient de Bedaium, 15 mai 226 p. C. (avec l’invocation à la Domus Diuina et à Bedaius) ; CBI, 227 à Celeia en 215 p. C. et CBI, 257 déc. à Pittenhart mais provient de Bedaium, 15 mai 219 p. C. (avec Bedaius Sanctus).

104 CBI, 694 à Sulusaray-Sebastopolis, iie-iiie s., CBI, 689 prov. de Sebastopolis, vers 124/125-127/128 p. C., et CBI, 695 prov. de Comana ( ?), vers 163/164 - 165/166 p. C. Sur ces stations : Chap. IV p. 190.

105 CBI, 614 au iiie s. en grec à Balcik-Dionysopolis en Mésie Inférieure ; voir aussi CBI, p. 823. Sur ce culte : Turcan 1989, 156-166.

106 CBI, 304, à Siscia, et I 128a à Rihab en Arabie. Sur ce culte à Baalbek-Heliopolis, en relation avec des bénéficiaires (voir Chap. V p. 267), à Carnuntum où Jupiter Héliopolitain avait un temple, ainsi que dans l’Empire en général : Turcan 1989, 146-156.

107 CBI, 210, à Bregenz en 238-244 p. C.

108 I 160 (inédite) ; pour une dédicace à Apollon Phœbus ou à Apollon Domesticus : CBI, 647 et I 103b.

109 CBI, 110 et 150, à Böckingen et Osterburken, dans la seconde moitié du iie s. ; CBI, 16, à Lancaster.

110 A Riaz près de Bulle, où son sanctuaire a récemment été mis au jour, à Orbe-Urba et à Yverdon-Eburodunum, chef-lieu des Caturiges : XIII, 5035, 5046, 5054, ainsi qu’à Avenches, de la part d’un tailleur de pierre ou lapidarius : RIS, I, 110 - Frei-Stolba & Bielman 1996, 29.

111 Par ex. Liber ou Libera, en Pannonie (CBI, 301, 302, 336, 381, 395, 423) et en Dacie (CBI, 513 : vétéran et CBI, 540, à Porolissum Liber avait son sanctuaire) ; Leto, avec Diane et Apollon en Dacie (CBI, 515 : vétéran, avec CBI, 514), Latone (CBI, 556, en Dacie, mais par un dédicant d’origine africaine, qui s’adresse en même temps à Saturne Rex Pater Deorum), Caelestis en Afrique et en Pannonie, par un Africain (CBI, 758 ; CBI, 359), etc. Pour les épithètes romaines, par ex. Aug(ustus, a) pour Mars, Mercure ou Hercule mais aussi pour Candida (CBI, 153 et 154, avec dea et Regina), Aesculapius et Hygia (CBI, 426 et 475), Diane (CBI, 470, 504, 646, avec Regina : CBI, 647 ou Sancta : CBI, 130 et 644), Ceres (CBI, 308), Epona (CBI, 237, 253) ou Liber et Libera (CBI, 381), Némésis (CBI, 419, 639), Siluanus (CBI, 464) etc. A ce sujet Mac Mullen 1981, 103-104. Sanctus ou Regina s’emploient également avec la plupart de ces divinités. Voir aussi CBI, 821 : Dis Mauris Conseruatoribus.

112 Nelis-Clément 1994, 257. Sur l’ensemble des monuments votifs des bf, nous n’en comptons qu’une bonne douzaine qui ont été consacrés à Mithra ou Sol (soit moins de 2 %), parmi lesquels 3 ont été érigés alors que le bénéficiaire était à la retraite. Les bénéficiaires le célèbrent à Housesteads-Vercouicium en Bretagne (CBI, 14 - Clauss 1992, 82, bf cos), à Narona en Dalmatie (CBI, 495 - Clauss 1992, 146), Carnuntum en Pannonie Supérieure (I 11a - Clauss 1992, 157), Aquincum en Pannonie Inférieure (CBI, 378 - Clauss 1992, 179 : vétéran ; signalons que pendant son service comme bf cos, Florianus consacrait au même endroit son autel à IOM : CBI, 377 ; Annexe 3), Apulum en Dacie (I 102 - Clauss 1992,194, bf cos), Viminacium en Mésie Supérieure (CBI, 603 - Clauss 1992, 215, vet. ex bf cos, décurion), Histria en Mésie Inférieure (CBI, 633 - Clauss 1992, 222 ; le bf cos Iulius Bassus figure en 159/160 p. C. parmi les dédicants d’un mithraeum alors que son supérieur le gouverneur de Mésie Inférieure Iulius Severus était le prêtre de ce culte), El-Gahara en Maurétanie Césarienne (CBI, 824 - Clauss 1992, 250, bf cos), El Kantara-Calceus Herculis en Numidie (I 137), Rome (I 144 - Clauss 1992, 22, uet. ex bf). Voir aussi à Friedberg en Germanie Supérieure (CBI, 104, avec dans le même contexte, CBI, 103 ; les documents auraient été retrouvés dans la cella du mithraeum, à la Grosse Klostergasse, au sud-ouest du castellum).

113 Pour des ex. d’officiers ou de gouverneurs adeptes de tels cultes, locaux ou orientaux : Birley 1988, 423-426 et Clauss 1992, passim. Pour des ex. de monuments consacrés à Mithra et au salut de l’empereur : Clauss 1992, 10.

114 A ce propos, on notera par ex. que dans les rares cas où le culte d’Isis ou de Sérapis apparaît en relation avec un bf cos, c’est toujours en association avec des divinités traditionnelles de Rome : en Germanie Supérieure, CBI, 182, sous Marc Aurèle, avec, parmi d’autres dédicaces, celle au Génie du gouverneur ; voir aussi peut-être CBI, 113 en 186 p. C. En Germanie Inférieure, dans la capitale, CBI, 61, en 179 p. C., Sérapis est associé à IOM et au Génie du lieu.

115 Voir en particulier CBI, 692 en Cappadoce, où le bf cos en service était le prêtre du culte d’Asklépios et d’Hygie. Voir aussi CBI, 623-625 à Glava Panegra en Mésie Inférieure et CBI, 426 en Pannonie Inférieure.

116 CBI, 120, le 15 juillet 211 p. C.

117 CBI, 644 sq. Sur ce sanctuaire : Chap. IV p. 189, 206-207 et Chap. V p. 260.

118 CBI, 520, 689, et 731.

119 CBI, 154 à Osterburken, c. 180-185 p. C. ; l’autre dédicace à cette divinité à Osterburken, CBI, 153, figure sur un autel avec une niche qui contient un bas-relief représentant la déesse. Lors de son stationnement à Friedberg, le même bénéficiaire consacre deux autres autels dans le mithraeum, l’un dédié à la Virtus impériale, l’autre, à Sol Inuictus : CBI, 103 et 104 ; cf. Annexe 3.

120 I 111 (222-235 p. C.). Ce document est un exemple unique d’une promotion d’un bf cos au poste de corniculaire d’un procurateur : Chap. III p. 125.

121 CBI, 528 ; voir aussi CBI, 526 : Annexe 1.3 et CBI, 529, avec Annexe 3.

122 Isac 1994, avec CBI, 528 sq. et Annexe 1.3.

123 Si l’on tient compte des monuments fragmentaires : cf. Isac 1994.

124 CBI, 661 : Annexe 1.3 (sur la localisation) et CBI, 660.

125 CBI, 487 (Stolac) et 475 (Skelani) ; cf. Annexe 3. Les bénéficiaires connus par les autels dispersés dans la région, souvent en remploi, étaient sans doute rattachés à la même station, établie dans ce secteur minier. Voir Chap. IV p. 186-187.

126 I 56 et 57, I 42 et 43, I 72 et 73, voir Chap. IV p. 148.

127 RIB, 2122 et 2124 ; RIB, 2123. Voir aussi RIB, 2174 à 2177, où le centurion M. Cocceius Firmus érige 4 autels parmi lesquels l’un d’eux, légèrement plus grand que les autres (2176) est consacré à IOM et à la victoire, pour le salut de l’empereur.

128 Birley et al. 1998, 54-56, et Birley 1998.

129 I 3a et 3b avec I 154a et Chap. IV p. 175.

130 CBI, 173. Les deux autres autels qu’il a peut-être offerts ( ?) dans le sanctuaire ne nous sont pas connus. Il n’est pas impossible qu’ils aient été détruits et que seuls des fragments de ces monuments soient conservés. A ce propos, voir Schallmayer & Preuss 1994, qui ont soigneusement publié les fragments retrouvés à Osterburken, en tenant compte de leur place sur le site.

131 Chap. IV p. 137.

132 Chap. IV p. 207-208.

133 I 7a ; sur les bénéficiaires dans cette région : Nelis-Clément & Wiblé 1996 et Chap. IV.

134 Annexe 15. Pour une consécration dans un cadre collectif, voir CBI, 911 et I 150a déjà évoqués plus haut.

135 CBI, 515 (l’autel consacré à Apollon, Diane, Léto et à tous les dieux salutaires était placé vraisemblablement dans le sanctuaire d’Asklépios ; voir aussi CBI, 514) et CBI, 603. Sur le statut de capitales de ces cités : Haensch 1997a, 336-345.

136 Voir Chap. V p. 267 à propos de CBI, 697 et 698, et la discussion concernant CBI, 699 ; voir aussi CBI, 273, ou 264 ( ?).

137 Voir par ex. Glinister 1997, 63-64 et Beard et al. 1998, I, 22.

138 CBI, 861 : Annexe 1.3, et Chap. VI p. 276 n. 33 ; pour le préfet : Sablayrolles 1996, 500-503 et 653-654 no 169.

139 Annexe 15.

140 CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3, et CBI, 821.

141 Par ex. CBI, 356 ; le bf cos M. Trebius Vitalis semble avoir été en poste dans la même station : CBI, 314. La dédicace est adressée à Némésis Regina pour le salut de deux empereurs, peut-être Septime Sévère et Caracalla, lors de leur voyage depuis le delta du Danube vers Vindobona, au cours duquel ils visitent et inspectent les camps du limes : Fitz 1962, 96. Le seul autre exemple d’un bénéficiaire en Pannonie qui s’adresse à Némésis Augusta est celui de P. Nigrius Quintilianus en poste dans la station de Sopianae, en Pannonie Inférieure, vers la fin du iie ou la première moitié du iiie s. p. C. : CBI, 419.

142 Nelis-Clément 1994 ; Annexe 15.

143 CBI, 109 et Annexe 15. A Heidelberg, où un mithraeum a été mis au jour en 1838, les cultes indigènes et romains trouvaient leur emplacement sur le Heiligenberg. La station serait localisée sur la rive gauche du Neckar, à l’aboutissement du pont que traversait la voie provenant du castellum, et sur lequel était établi le sanctuaire de Neptune. Sur la localisation des stations en général, et en particulier en Germanie Supérieure, et sur les travaux effectués par les bénéficiaires dans le cadre de la station : Chap. IV p. 193-202.

144 CBI, 123 (à Mayence, en 192 p. C.) : recruté comme soldat dans les cohortes prétoriennes, promu bénéficiaire du préfet du prétoire, quelques années avant la fin de son service obligatoire, puis primipile, après avoir repris le service comme évocat en 157 p. C ; I 111 : ancien bénéficiaire d’un gouverneur consulaire promu corniculaire d’un procurateur ; CBI, 753 : Annexe 1.3 : bf cos vraisemblablement promu centurion légionnaire ( ?) ; sur les carrières des bénéficiaires : Chap. III.

145 CBI, 94, 317, 355, 375, 378, 393, 503, 504, 513, 514, 515, 553, 603, 653, 698, 760, I 9, I 10b, I 76, I 179.

146 CBI, 785.

147 Voir par ex. le vétéran – son ancien titre précis n’est pas mentionné – qui érige un autel à Mithra pour fêter sa retraite, en 297 p. C. à Szentendre-Ulcisia Castra, en Pannonie Inférieure : AE, 1926, 72, avec Clauss 1992, 188 : quod miles uouit uet(eranus) soluit.

148 Cette pratique, rarement attestée dans les inscription votives, s’observe avant tout dans les listes de décharge (voir infra p. 53) et dans les diplômes militaires, ainsi que dans des papyrus, dès la première partie du IIe s. A ce sujet : Nelis-Clément & Wiblé 1996, part. 285-287.

149 Par ex. à Genève, XII, 2587 - RIS, I, 5 (201 p. C.) : le simple soldat Firmidius Severinus détaché de sa légion VIII établie à Strasbourg précise simplement qu’il a accompli 26 ans de service.

150 Dans les camps et capitales, il n’est pas toujours aisé ou même possible de déterminer s’il célèbre sa mise à la retraite ou s’il est établi localement et déjà à la retraite depuis plusieurs années (voir par ex. CBI, 514 et 515, 513 à Apulum, avec CBI, 504 : dans ce cas, on peut penser que C. Iulius Valerius célèbre simplement sa mise en retraite, si l’on tient compte de CBI, 548). Il en va de même par ex. à Aquincum, capitale et camp, avec le vétéran qui célèbre Mithra en 240 p. C. et celui qui consacre son autel à IOM en 243 p. C. (CBI, 378 et 375).

151 Voir Chap. IV p. 145-146.

152 CBI, 414 : acc(epta) missione indique ici vraisemblablement la fin du service, comme le suggère l’expression missus honesta missione, et même si missus peut s’employer aussi à l’occasion dans le sens de “envoyé en mission” ; cette expression se distingue en cela de acc(epta) statione qui marque la fin d’un séjour dans la station (cf. Annexe 5 : la fin d’un détachement (statio) dans un poste s’exprime habituellement par des formules comme expleta, emerita ou exacta statione). Dans le cas précis, les deux événements, la fin du service et la mise en retraite, ont pu avoir lieu en même temps et être célébrés simultanément. Autrement : Sasel-Kos 1995a, 159.

153 CBI, 504 : Annexe 1.3 : plutôt que dec(urio) Sarmis(egetusa), ex bf cos, une lecture qui repousse ex bf cos loin de ueteranus. Sur ses liens avec Sarmizegetusa, voir CBI, 548. Sur ce point et sur la question de Sarmizegetusa ou Apulum comme capitale des Trois Dacies : Chap. IV p. 165.

154 Ides de décembre : CBI, 228 et CBI, 202 ; 23, 26 et 29 décembre : CBI, 98, 160 et 206, avec Annexe 6. L’état de conservation du Feriale Duranum, le calendrier officiel (223-227 p. C.), ne permet pas de conclure à l’existence d’une célébration officielle particulière chez les militaires aux ides de décembre ; il révèle toutefois que la date du 23 décembre (CBI, 98) marquait la fin d’une supplicatio dans : Fink 1971, 117. Sur les célébrations officielles et les inscriptions : Fishwick 1988.

155 Annexe 6, avec CBI, 160, 206, 98, et Fishwick 1988, 354.

156 Speidel 1994a, p. 30.

157 VIII, 2554-18048 ; voir Chap. VI p. 274.

158 Fishwick 1988, 354 et Breeze 1997, 68 ; voir Chap. III p. 115-116.

159 I 9. Sur la date, anniversaire de Claude (né à Lyon : Suétone, Claude, 2 ; la date du 1er août est aussi celle de la fondation du Concile des Gaules) et de Pertinax : CBI, 64 (en l’honneur de la Domus Diuina), avec Annexe 6 et Fishwick 1988, 358. Dans le cas de Peregrinus, la célébration d’un événement personnel, son propre anniversaire ou celui d’un proche, comme on en connaît des exemples (à Sarsina-Sassina ; fondation privée, le jour. de l’anniversaire de la fille du donateur : XIV, 2793 ILS, 5449 ; fondation testamentaire célébrant l’anniversaire de la dédicante, une prêtresse : XI, 6520 - ILS, 6647), semble assez peu probable, en l’absence d’une précision. Sur les fondations en général : Laum 1914.

160 Annexe 15

161 CBI, 603 et CBI, 514 et 515.

162 Par ex. CBI, 548 et Chap. VII p. 305.

163 Digeste, 49.18.5 ; voir aussi Digeste, 50.5.10.2 et 50.18.29.

164 Valette-Gagnac 1997, 73 et p. 73-109, sur les épitaphes en général ; voir aussi par ex. Meyer 1990.

165 Pour des exceptions, voir par ex. CBI, 39 (96 p. C.), CBI, 711 (15 octobre 243 p. C.), CBI, 865 (146 p. C.), CBI, 935 (198 p. C. ; le bf est l’un des dédicants), CBI, 938 (231 p. C.), I 197 (439 p. C. ?). Pour une datation précise mais exprimée selon d’autres manières que la date consulaire : CBI, 670, la 152e année selon l’ère augustéenne, soit en 120-121 p. C. (121 p. C. selon CBI) ; I 125 (en janvier 189 p. C., la date étant indiquée selon le système palmyrénien).

166 20 % des bénéficiaires connus dans une épitaphe sont des vétérans. Les 10 % restants sont des soldats promus à d’autres fonctions et ceux dont l’état de service demeure indéterminé.

167 2,5 % correspondent aux cas où les conditions de service sont indéterminées. Sur la moyenne d’âge de bénéficiaires : Chap. VII p. 87-88.

168 Par ex. CBI, 36, 400, 621, 891, 892, 894, I 7b. Voir aussi par ex. CBI, 402 : la stèle est érigée à Intercisa par un librarius, à la mémoire d’Aurelius Monimus, bf du tribun de la cohorte des Hémésiens, ex ipsius praecepto.

169 Voir par ex. CBI, 39 (96-98 p. C., à Carouge près de Genève). Sur la titulature des bénéficiaires : Chap. II p. 76-83.

170 CBI, 870 ; pour d’autres exemples, voir parmi d’autres l’inscription funéraire d’un soldat de la légion XI, Aurel. Dizo, d’origine thrace, décédé après 5 ans de service en Maurétanie Césarienne. Elle a été érigée à Aquilée par des compagnons d’armes et concitoyens (V, 893). A Apamée, le cippe funéraire d’un simple soldat de la légion II Parthica décédé en 215 p. C. au cours de la campagne orientale de Caracalla livre un rare exemple des pratiques funéraires militaires lors d’un déplacement de troupes, grâce aux nombreux détails mentionnés (Balty & van Rengen 1993, 23). Le légionnaire Vibius Batao, âgé de 40 ans (19 ans de service), est décédé pendant la nuit dans le port d’Aegeae, alors qu’il faisait route vers la Syrie avec sa troupe. Son corps a été transporté jusqu’à Catabolum, où les soldats ont fait une halte et où il a été enterré. Mais c’est à Apamée, où la légion s’installe, que son héritier Aurelius Mucazanus érige à sa mémoire le cénotaphe sur lequel figure l’inscription funéraire. Le toponyme Catabolum, où les troupes ont fait halte – l’itinéraire de Bordeaux y indique la présence d’une mansio (cf. Cuntz 1929, 21 (146) et 93 (580)) – rappelle le terme catabulum (hangard, entrepôt, écurie ?). Bien que rarement attesté en latin, il apparaît dans la dédicace au Génie du catabulum sur l’autel d’un bénéficiaire du gouverneur de Germanie Supérieure, à Mayence, capitale de la province, aux ides de janvier 208 p. C. : CBI, 130. A ce propos : Chap. IV p. 156.

171 A ce propos, voir Chap. III p. 87-88 sur l’âge des bénéficiaires et leur espérance de vie.

172 I 141 à I 142 à Misène.

173 Par ex. à Ostie : CBI, 862.

174 Par ex. à Housesteads : CBI, 15 (début du iie s.) ; à Dunaújváros-Intercisa : CBI, 402, 403 ; pour des vétérans restés à Intercisa : CBI, 400. Annexe 1.3. et 404. Sur la présence d’une station de bf cos à Intercisa : Chap. IV p. 162-163.

175 Par ex. CBI, 835, à Astorga-Asturica Augusta, siège du procurateur équestre d’Asturie-Galice en Espagne Citérieure, responsable de la bonne gestion des mines de la région dont il supervisait l’exploitation avec l’aide des bénéficiaires qu’il détachait sur les lieux (CBI, 855 à 858, à Villalís) et ceux qui restaient dans les bureaux d’Asturica.

176 Par ex. à Apamée : CBI, 703 et 705.

177 CBI, 681.

178 CBI, 310. Voir aussi Annexe 5. Pour un autre emploi du terme à Tarsus : IGR, III, 883.

179 CBI, 682. L’emploi du terme κενοταφιον suggère que le bénéficiaire n’était pas un ressortissant local. Sa présence à Olympos s’explique donc vraisemblablement par un détachement dans la région : Robert 1955, 176.

180 TAM, II, 953, avec Robert 1955, 175 n. 4. S’agit-il d’un bénéficiaire dont le titre précis n’est pas exprimé (cf. Annexe 5), comme cela pourrait être le cas dans le P 79 (Annexe 2 et Chap. V p. 232 n. 84), d’un autre militaire en poste en ce lieu, peut-être associé ou subordonné au bénéficiaire responsable de la station, ou encore d’un prétorien en service local comme l’était sans doute au iiie s. le πραιτωριανος Aurelius Mucianus, connu par l’inscription figurant sur l’autel funéraire qu’il érige pour lui et sa famille à Olympos (TAM, II, 949) ? La présence de prétoriens stationarii est attestée dans plusieurs provinces, en particulier dans les provinces proconsulaires : Chap. III p. 101-106. Bien que l’on connaisse des assistants aux bénéficiaires dans les documents papyrologiques, la présence de subordonnés militaires à leur côtés, dans les stations, demeure rarement attestée de manière explicite dans l’épigraphie : Chap. IV p. 208-210.

181 CBI, 41. Sur les liens avec l’unité et sur la titulature : Chap. II p. 81-83.

182 Mann 1983, passim ; voir CBI, 300 à Poetouio en Dalmatie. Sur le statut légal et les privilèges des vétérans : Renz 1972 et Wolff 1986.

183 Virunum (CBI, 260) ; Augusta Vindelicum (CBI, 209) ; Tarragone (CBI, 839, originaire d’Afrique Proc., 844, 845, 846 : sans titre de vétéran, mais âgé 62 ans) ; Lyon (CBI, 31 : bf originaire de Thrace ; 32 : bf originaire de Germanie Supérieure ; CBI, 43 ; CBI, 29 : recruté dans la XIIIe cohorte urbaine de Lyon ; sur l’ensemble des vétérans à Lyon, voir l’étude de Bérard 1992) ; Salone (CBI, 477 ; sans doute aussi I 180a) ; Cologne (CBI, 69) ; Mayence (I 9, voir supra p. 46 n. 159), Brigetio (CBI, 322 et 320) ; Aquincum (CBI, 385, 388, 389, I 15a ; voir aussi CBI, 375 et 378, avec 377) ; Baalbek-Heliopolis (CBI, 697 et 698 ; voir Chap. V p. 267 n. 214) ; Lambèse (CBI, 790, 791, 797, 800, ancien bf trib. laticl. ; 816, ancien bf trib. ; 808, bf trib. sans titre de vétéran, mais âgé de 60 ans) ; Singidunum (CBI, 571), Troesmis (CBI, 631) et Nouae (CBI, 653) ; Potaissa (CBI, 553 et 557) ; Bostra (CBI, 726 : vétéran et bouleute).

184 I 7b ; sur le statut possible de capitale régionale de Martigny et sur sa position lors de la fusion des deux districts alpins : Nelis-Clément & Wiblé 1996, part. 289-291.

185 CBI, 23.

186 CBI, 959. Sur les bénéficiaires engagés dans la lutte contre les chrétiens, et ceux qui ont peut-être été eux-mêmes des adeptes du christianisme : Chap. V p. 220-227.

187 CBI, 888. Sa présence à Aquilée au iiie s. n’est vraisemblablement pas sans rapport avec le détachement, dans ce lieu de passage, de vexillations des légions I et II Adiutrix attestées dans l’épigraphie locale. Une uexillatio de cette légion et de la légion II Adiutrix était détachée à Aquilée (V, 954 et 892) vraisemblablement dans le courant du iiie s. p. C. : cf. Ritterling 1925, 1399-1400. Soulignons l’absence de honestam et du titre de vétéran dans la formule acepit misionem ( !). L’un de ses collègues, un bf offici(i) praesid(is) Pann(oniae) Inferiori(s), était également en service à Aquileia, où il est connu comme l’héritier d’un centurion de la légion II Adiutrix, décédé pendant son service dans ce lieu.

188 En plus des documents passés en revue ci-dessous, voir par exemple CBI, 831 à Mérida en Lusitanie et CBI, 674 à Apameia Cibotos en Asie Mineure.

189 CBI, 749 : Annexe 1.3. Sur sa promotion : Chap. III p. 127 ; sur le prix du mausolée : Chap. VII p. 316.

190 CBI, 631 : Annexe 1.3. Son origine castris et son enrôlement dans la tribu Pollia nous amènent à une telle conclusion ; sur le culte de Cybèle : Cumont 1963, 52-57.

191 CBI, 313 ; 334 ; 404 et peut-être aussi 406 ; 609 : le fils aîné du bénéficiaire décédé à l’âge de 83 ans (il ne porte pas le titre de vétéran, comme CBI, 888 par ex.) est un tribun légionnaire ; 600 et 611 : Annexe 1.3, avec Dusaniç 1996b. Il est peu probable que le vétéran qui apparaît dans un fragment d’inscription dans la station de Samum soit un ancien bénéficiaire du gouverneur, ce qui nous incite à ne pas retenir la restitution proposée et de ce fait à rejeter ce document du dossier (CBI, 536 : Annexe 1.2).

192 Il s’agit de deux latercules de la légion VII Claudia : CBI, 583 : cette liste, qui n’est pas reprise intégralement dans le CBI, contient les noms des soldats recrutés en 134 et 135 p. C. et mis en retraite en 159 p. C. Ils ont par conséquent servi pendant 25 ou selon les cas 26 ans ; CBI, 576 : liste comparables, avec les noms des soldats recrutés en 169 p. C. et mis en retraite en 195 p. C. Les militaires sont généralement originaires de Mésie et des provinces voisines (Dacie, Dalmatie, Pannonie, Thrace, Macédoine) ainsi que d’Asie Mineure, mais de manière moins soutenue. Aucun d’entre eux n’a été recruté en Occident ou en Italie.

193 CBI, 630, 132-135 p. C.

194 CBI, 551 : Annexe 1.3, probablement après à 212 p. C. : la nature de cette liste pourrait être différente des autres, voir infra p. 54. L’abréviation ex IMLB concerne vraisemblablement un ancien immunis librarius plutôt qu’un bénéficiaire : Annexe 1.3.

195 CBI, 501 et 502, iie -iiie s. p. C. Un nombre imposant de can(didati), des soldats en attente d’une promotion, figure dans le second fragment ; s’agit-il réellement d’un registre de mise en retraite ?

196 CBI, 732, 194 p. C. : fragment de latercule contenant la liste des soldats de la légion II Traiana Fortis recrutés en 168 p. C. et mis en retraite en 194 p. C. Les noms sont classés par cohorte et à l’intérieur des cohortes, par centuries. La formule onomastique est souvent complète (prénom, gentilice, filiation, tribu, cognomen, origine) ; CBI, 733, 157 p. C. : liste des soldats de la légion II Traiana Fortis recrutés en 132 ou 133 p. C. et mis en retraite, après 25 ou 26 ans de service, en 157 p. C. La base est dédiée à Antonin le Pieux. Sur la face principale apparaissent les noms du préfet d’Égypte M. Sempronius Liberalis et celui du préfet du camp L. Iulius Crescens. Les noms des vétérans cités sont classés par cohorte et par centurie. Contrairement au document précédent, la filiation n’est pas précisée. L’un des intérêts majeurs de cette inscription réside dans le fait que pour la presque totalité des vétérans cités (133 sur 136), l’origine est mentionnée.

197 CBI, 779 : Annexe 1.3 ; CBI, 780 et I 192 : Annexe 1.3 ; CBI, 775 : signalons ici aussi la présence de candidati (voir à ce propos nos remarques ci-dessus concernant CBI, 502) ; CBI, 776 ; CBI, 777, 166 p. C. : liste (trois fragments) de mise en retraite de soldats recrutés en 140 et 141 p. C. ; CBI, 778 : Annexe 1.3 ; I 136 et I 140.

198 CBI, 880 (iie-iiie s. p. C.) : soldats de la flotte de Ravenne. Le caractère de cette liste fragmentaire demeure incertain (registre officiel, dédicace collective ?).

199 CBI, 903 à 910 : mise en retraite de prétoriens et de soldats d’autres cohortes de Rome.

200 Voir ci-dessus n. 198 à propos de l’inscription de Ravenne. Sur les divers types de listes : Le Bohec 1989a, 55. Nous n’avons pas retenu ici les inscriptions collectives dont la nature votive ou dédicatoire ne fait pas de doute, par ex. CBI, 900 : deuota numini et maiestati eius... dedicata non(is) Iul(is)..., CBI, 898 et 901.

201 CBI, 733 : ces 3 militaires figurent au-dessus de la liste des soldats mis en retraite, dont les noms sont classés par cohorte, comme c’était souvent le cas. Sur la mention du nom du supérieur au sein de la titulature du corniculaire, comme cela s’observe chez les bénéficiaires : Chap. II p. 77, 83-84 et Annexe 12.

202 CBI, 551, 212-250 p. C. : Annexe 1.3 : aux côtés de plusieurs anciens c(ustodes) a(rmorum) et d’autres militaires, simples soldats ou sous-officiers, figure un ancien bénéficiaire d’un tribun, ainsi qu’un ancien bénéficiaire d’un légat. A Lambèse, deux anciens bf semblent rattachés à un collège : I 133 et 134, avec Chap. VI p. 281.

203 CBI, 903 : recrutés en 143-144 p. C., mis en retraite en 160 p. C. ; CBI, 908, en 204 p. C. : la nature de la troupe n’est toutefois pas certaine ; CBI, 909, en 209 p. C. ; le type des soldats (prétoriens ou des vigiles ?) de la liste CBI, 910, iie-iiie s., demeure incertain.

204 CBI, 905, 158 p. C. ; CBI, 904, 168 p. C. ; CBI, 907, 218 p. C.

205 CBI, 906, fin iie-iiie s. : Annexe 1.3.

206 Sur les collèges militaires, voir Chap. VI p. 273-276.

207 Voir par ex. à Lyon CBI, 27 et à Apamée CBI, 704 ; voir aussi Annexe 11, avec les références soulignées. Les deux situations (relations privées ou de travail) ne s’excluent pas, au contraire, et cela en particulier lorsque les militaires sont employés, comme les bénéficiaires et d’autres officiales, au service d’un supérieur qui intervient dans sa promotion.

208 Chap. II p. 67 n. 51 et Annexe 11.

209 CBI, 548, à Sarmizegetusa.

210 Par ex. CBI, 671 ; I 115 à Philippes, en 84-88 p. C. ; I 191 ( ?) ; CBI, 881 : Annexe 1.3, 66 p. C. ; CBI, 876, milieu du IIe s. après 142 p. C. ; CBI, 875, 1ère moitié du iie s. ; CBI, 872 et 873 à Osimo-Auximum, 137 p. C. Pour l’analyse des carrières des bénéficiaires en général : Chap. III.

211 A Dura : CBI, 718 ; voir aussi CBI, 713-717 ; 719-720 ; à Thèbes sur les tombeaux des rois : CBI, 739 et 741 ; voir aussi au même endroit : CBI, 740 et sur la jambe du Colosse : CBI, 738 ; pour une inscription sur pierre provenant de Thèbes, actuellement au Musée du Louvre : I 129. Sur les graffites CBI, 729 dans le Hedjaz au sud de la province d’Arabie, entre Mada’in Salih et Al Ula-Hegra, ainsi que CBI, 863 à Pompéi, qui nous paraissent devoir être écartés du dossier, voir Annexe 1.2 et p. 326 n. 176.

212 CBI, 580, 697, 706 avec I 128 ; CBI, 699, 727, 728 et I 190.

213 CBI, 781 : Annexe 1.3 à Lambèse.

214 CBI, 747 : Annexe 1.3 à Henchir Kasbat-Thuburbo Maius, en 317/318 p. C.

215 CBI, 652 (54 p. C.) et I 153b (70 p. C.) et I 113b (221 p. C.).

216 CBI, 543 près de Rehca-Romula en Dacie.

217 I 132, à Lambèse ; sur les colliers d’esclaves : Thurmond 1994 et nos remarques p. 318 n. 40.

218 CBI, 318, à Szöny-Brigetio, en Pannonie Supérieure. Sa longueur dépasse légèrement 5 cm et son diamètre maximal correspond à 1,3 cm. Le culte d’Hercule, qui n’est guère répand parmi les bénéficiaires, se limite à Rome et aux provinces rhénanes et danubiennes : CBI, 57 à Bonn, 84 et 85 dans la station de Remagen, 357 à Aquae Iasae en Pannonie Supérieure (Chap. IV p. 137 n. 28), 550 à Apulum et 554 à Turda-Potaissa en Dacie, 597 à Prizren-Theranda en Mésie Supérieure (pour une dédicace sur ce même lieu à Asklépios et au Génie de la cohorte : Spomenik, 71, 322), 584 peut-être à Viminacium (si l’on considère le décor), 615 à Braca en Mésie Inférieure, et 918 et 919 à Rome.

219 CBI, 538 : Annexe 1.3.

220 CBI, 1, CBI, 6 et I 2, en Bretagne. Voir à ce propos I 154a mentionné ci-dessus p. 40.

221 I 6 près de Chalon-sur-Saône ; voir Chap. V p. 258.

222 I 3a et I 3b (104-120 p. C.). Pour un bf cos à Vindolanda au iiie s., voir CBI, 11.

223 I 154.

224 La découverte du bouton en bronze CBI, 538 : Annexe 1.3 à Racovita près de Copàceni-Praetorium en Dacie, en l’absence d’informations sur le contexte précis de la mise au jour, ne permet pas de conclure de manière décisive qu’une station de bénéficiaires se trouvait établie à Praetorium, malgré ce que pense Ott 1995, 217, suivi sur ce point par Sasel-Kos 1995a, 151.

225 Voir Annexe 2 p. 397-400 et nos remarques sur les renvois p. 18. Sur les bénéficiaires dans les sources papyrologiques : Rankov 1994 ainsi que Ott 1995, avec son inventaire p. 183-184, dans lequel il intègre les documents de stationarii.

226 P 4 ; P 44 ; P 68 (si la lecture βενεφικιαριω) est correcte) ; P 76.

227 Latercules : CBI, 732 et 733 ; inscriptions funéraires, l’une à Alexandrie et l’autre à Thèbes, CBI, 734 et I 129 ; inscriptions votives : CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3 à Coptos, 219 p. C. Sur les bénéficiaires du procurateur de la Montagne, voir P 9 (cité infra p. 57 n. 232) ; sur le site et le poste de Coptos : Chap. V p. 246-247.

228 Chap. II p. 81-83 (titulature).

229 Par ex. P 67 (359 p. C.) et P 20 (ive s. p. C.) : déclaration d’impôts de la fille et des héritiers d’un ancien bénéficiaire. La mention du titre du bénéficiaire dans de tels contextes, qui peut se comprendre comme un signe de reconnaissance, peut aussi trouver une explication possible en relation avec des questions fiscales et plus précisément de certaines exonérations fiscales dont jouissent les vétérans. Sur les impôts payés par les soldats et les vétérans au ive s. : Chastagnol 1977.

230 P 52.

231 P 3 ; Thomas 1982, 162 n. 24 et Chap. V p. 244.

232 P 9 et CBI, 735 et 736 : Annexe 1.3. Cet officium est attesté ici pour la première fois dans la documentation papyrologique. cf. Lesquier 1918, 153 ; Thomas 1982, 56 n. 43 mentionne deux praefecti montis qui sont devenus par la suite épistratèges de Thébaïde.

233 P 8c et P 19 (iiie s.), ainsi que P 37 (iie s.).

234 Annexe 2 : SB, XIV, 11699 2 et Chap. V p. 242 n. 123.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search