Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les beneficiarii

 | 
Jocelyne Nelis-Clément

Introduction

Texte intégral

Les bénéficiaires : histoire et historiographie

1Pour les historiens de Rome, l'armée romaine n'a cessé d'être une source de fascination. Elle a élargi les limites de l'Empire et permis à Rome de conquérir un vaste territoire s'étendant de l'actuelle Grande-Bretagne jusqu'aux confins de l'Europe. Mais en même temps qu'elle menait sa marche spectaculaire, elle fournissait aussi une grande partie du personnel impliqué dans la gestion administrative et économique de l'Empire, à Rome comme dans les provinces. Elle contribuait au maintien de l'ordre et à l'organisation de la police et de la justice, dans les villes et les campagnes, participait à la construction d'ouvrages de caractère civil, supervisait la circulation de l'information et veillait au bon fonctionnement et à la sécurité des réseaux de communications, assurait le contrôle des ressources financières de l'État. Parmi les soldats qui étaient employés principalement au service des officiers militaires ou à celui des procurateurs et des gouverneurs de provinces, ainsi qu'auprès des personnalités à la tête des hautes préfectures, les plus nombreux portaient le titre de beneficiarii, bénéficiaires.

  • 1 Cauer 1881, 379-401.
  • 2 Marquardt 1891, part. 290-309.
  • 3 Hirschfeld 1891.
  • 4 Domaszewski 1895.
  • 5 Mommsen 1881 ; Hirschfeld 1913, 595-596.
  • 6 Domaszewski 1902.

2Le premier catalogue des inscriptions mentionnant les beneficiarii de l'armée romaine impériale remonte à la fin du siècle dernier. P. Cauer publia en 1881 un inventaire où il classe par catégories et par types tous les soldats de rang inférieur au centurionat (immunes et principales) qui assument des fonctions particulières au sein de l'armée impériale1. Selon les intentions exprimées par l'auteur au début de sa publication, ce catalogue était destiné à une recherche sur la promotion des sous-officiers dans la carrière militaire. Dans les années suivantes, les beneficiarii suscitèrent l'attention de plusieurs historiens : J. Marquardt, dans son étude des institutions2, O. Hirschfeld, dans un article consacré aux activités policières de l'armée romaine3 et surtout A. von Domaszewski4. Dans une recherche consacrée à la religion de l'armée romaine, ce dernier observa qu'une grande partie des autels votifs des beneficiarii des gouverneurs de province proviennent de régions souvent éloignées des camps militaires. Parti de cette constatation sur laquelle avant lui Mommsen et Hirschfeld avaient déjà eu l'occasion de mettre l'accent5, il s'attacha à établir le lien entre la localisation de ces autels et la configuration du réseau des voies de communications de l'Empire6. Il assit sa recherche principalement sur la confrontation des sources épigraphiques aux informations livrées par les itinéraires anciens. La nature de son étude et les présupposés qu'il érigea en système l'invitèrent à concentrer son attention sur les informations et le matériel entrant directement dans le cadre de sa démonstration. Tout autel élevé par un bénéficiaire hors d'un camp légionnaire indiquerait la présence d'une statio de bénéficiaires et selon lui la localisation d'un carrefour routier de quelque importance. Il entendait établir ainsi le réseau des voies de communication de l'Empire romain.

  • 7 Cette étude nécessite aujourd'hui d'être complétée et révisée, au vu du grand nombre des nouvelles (...)
  • 8 Domaszewski & Dobson 1981.

3L'importance de cette contribution pionnière se manifeste encore aujourd'hui, mais sa problématique l'a parfois conduit à restreindre l'étude des beneficiarii et de leurs fonctions au maintien de la sécurité des communications7. Dans le contexte de la synthèse sur la “Rangordnung” de l'armée romaine qu'il publia en 1908, et qui a largement profité de la révision critique, des mises à jour et du supplément épigraphique de B. Dobson8, Domaszewski s'intéressa à nouveau aux bénéficiaires ainsi qu'à tous les militaires dépassant le rang de simple soldat ou gregalis, en mettant l'accent sur leur position dans la hiérarchie militaire, dans les officia ou bureaux des divers types d'officiers, ainsi que sur leurs promotions et les possibilités de carrière qui leur étaient offertes.

  • 9 Voir par ex. le bilan de Speidel 1992, 16, dans un article intitulé “Work to be done on the organi (...)

4Au cours du xxe s., tout particulièrement dans les dernières années, l'intérêt de la recherche moderne pour l'armée de la Rome impériale s'est considérablement développé, à la fois grâce à l'élargissement de la documentation et sous l'impulsion de savants éminents, dont l'un des plus fameux fut incontestablement E. Birley, autour duquel s'est constitué un véritable noyau de spécialistes. Ces travaux ont permis d'améliorer notre connaissance de la hiérarchie et des institutions militaires et ont ouvert de nouveaux champs d'investigation. On s'est par exemple attaché à étudier le caractère particulier des armées provinciales et de l'armée d'occupation en temps de paix, le recrutement et la formation des soldats, la vie militaire, les frontières, les relations entre le soldat et la société civile, l'intégration des vétérans et leur participation à la vie politique, la religion des militaires, l'armée comme facteur économique et comme agent de romanisation, etc.9

  • 10 Watson 1969 ; Webster 1969.
  • 11 MacMullen 1967 ; Zwicky 1944, 83-88 ; Davies 1989 passim.
  • 12 Pour des études ou inventaires utiles, mais limités géographiquement, voir par ex. en Bretagne : B (...)
  • 13 Chap. II p. 76-78 et Annexes 12 et 13.
  • 14 Van Berchem 1937, part. 69-71 et Van Berchem 1977, avec les remarques de M. Corbier et de J. -M. C (...)
  • 15 Stein 1932, 68-86 ; Boak 1937 ; Jones 1949, 38-55, part. 44-46 ; Clauss 1973a a abordé la question (...)
  • 16 Mitteis & Wilcken 1912, 413-414 ; récemment Rankov 1994 suivi par Ott 1995.
  • 17 Rankov 1986.

5Les beneficiarii ont attiré l'attention de nombreux chercheurs, que ce soit dans le cadre d'études générales sur l'armée10 ou dans celui de recherches portant sur la participation de cette dernière à l'administration11, dans celui de la recherche sur la Rangordnung, ou encore dans celui de l'étude d'une province ou d'un groupe de provinces12, dans des analyses prosopographiques (fastes de provinces), puisqu'il n'est pas rare que les beneficiarii mentionnent le nom et le titre de leur supérieur à côté du leur13, ou dans une problématique choisie, par exemple l'annone militaire14 ou l'officium des gouverneurs provinciaux15. La recension et l'analyse de sources papyrologiques, jusqu'à ces dernières années encore peu exploitées en ce qui concerne les beneficiarii16, apportent un éclairage particulier sur les divers types de fonctions qu'ils ont exercées, en particulier dans la province d'Égypte, ou sur certains aspects de leur vie privée. Il y a une quinzaine d'années, dans le cadre de sa thèse de doctorat, B. Rankov s'est concentré sur l'étude des beneficiarii employés dans l'officium des gouverneurs de provinces occidentales, accordant une place importante dans ses recherches non seulement aux inscriptions, mais également à la documentation papyrologique17.

6Durant les vingt dernières années, deux découvertes, exceptionnelles à la fois d'un point de vue épigraphique et archéologique, sont venues enrichir le dossier des bénéficiaires. La première, en 1982, a prouvé l'existence à Osterburken, sur la ligne du limes avancé de Germanie Supérieure, du sanctuaire des bénéficiaires détachés sur le site du milieu du iie au milieu du iiie s. p. C. Cette découverte représente l'un des rares témoignages archéologiques d'une statio de bénéficiaires, ce qui permet pour la première fois d'étudier dans une vision d'ensemble les nombreux monuments épigraphiques dans leur contexte archéologique précis. Une soixantaine de bases d'autels ainsi que de nombreux fragments, encore en place sur l'espace sacré de la station, indiquent que le nombre des monuments votifs dépassait à l'origine largement celui de ceux qui sont conservés, soit 31 dont 25 in situ.

  • 18 I 17-95 et Chap. IV p. 141-148.

7Au printemps 1988, une découverte encore plus spectaculaire a livré à Sremska Mitrovica-Sirmium, en Serbie actuelle et dans la province romaine de Pannonie Inférieure, les vestiges d'un autre complexe associant sanctuaire et station de bénéficiaires. En dépit du caractère différent du site – Sirmium n'est pas comme Osterburken un castellum situé dans une région limitrophe de l'Empire –, il convient de souligner le parallèle que représente la position de la station dans la topographie des deux localités. A Osterburken, la construction se situe à l'extérieur du castellum, plus précisément entre celui-ci et le limes. A Sirmium, il se trouve dans une situation comparable, à l'extérieur des remparts de la ville romaine, au nord-ouest, plus précisément à une centaine de mètres de l'endroit où devait se trouver la porte permettant d'entrer dans la ville. La nouvelle découverte de Sirmium vient apporter des éléments archéologiques et épigraphiques complémentaires qui élargissent nos connaissances sur l'installation et sur l'organisation des stations de bénéficiaires dans une autre province que la Germanie Supérieure, et dans un contexte différent. Elle enrichit de façon considérable le matériel épigraphique sur les beneficiarii, avec l'apport de 79 monuments votifs érigés par les bénéficiaires du gouverneur trouvés in situ, ce qui représente le nombre le plus élevé de documents épigraphiques concernant des beneficiarii jamais atteint sur un seul site18.

  • 19 Domaszewski 1902, 205 n. 344, et 176.

8Avant d'aborder cette étude, il ne nous paraît pas inutile de préciser que les deux découvertes qui nous ont livré une telle moisson de nouveaux documents, nous les devons au hasard des constructions modernes. Cela a son importance dans l'interprétation des documents épigraphiques qui nous sont parvenus et dans l'analyse et les conclusions qu'il est possible d'en tirer. Mais cette observation doit surtout nous mettre en garde face aux déductions hâtives en cas d'absence ou plus précisément d'inexistence supposée dans des régions ou provinces où ils restent peut-être à découvrir. A ce propos, on soulignera que la présence de telles stations avait déjà été pressentie par Domaszewski, sur la base de monuments votifs découverts dans ces secteurs19.

L'état de la recherche en 1999-2000

  • 20 Nelis-Clément 1990 (thèse soutenue à l'Université de Fribourg en Suisse en mai 1990) ; le CBI est (...)
  • 21 Cette base de données, constituée grâce à l'aide d'Alain Bresson et de Dominique Roux (Université (...)

9Il va sans dire que les inscriptions des bénéficiaires connues aujourd'hui ont considérablement augmenté – elles ont presque triplé – depuis la fin du siècle dernier et l'inventaire de Cauer. Une étude historique d'ensemble sur la question pouvait difficilement être envisagée sans qu'au préalable la totalité des sources et documents qui les concerne ne soient rassemblés, édités et analysés. C'est dans cet esprit qu'ont été constitués de manière indépendante deux corpus des bénéficiaires, achevés la même année (1990). Seul l'un d'eux (CBI) a été publié et transmis à la postérité. Il a été rédigé par une équipe de chercheurs sous la responsabilité d'E. Schallmayer, dont le nom est intimement lié à la découverte d'Osterburken. Au départ, les deux projets étaient différents et ne recouvraient pas totalement le même matériel. Le corpus que nous avons rédigé dans le cadre d'un thèse de doctorat rassemble et commente les documents papyrologiques, en plus des sources épigraphiques. Il réserve en outre une place importante au contexte (archéologique, épigraphique) dans lequel se situent les sources20. Il a été réalisé parallèlement à une base de données informatique qui compte à ce jour quelque 1460 entrées21.

  • 22 Ott 1995.
  • 23 Mirkoviç 1994a et 1994b.
  • 24 Voir par ex. la bibliographie dans Ott 1995 ; voir aussi Raepset-Charlier 1998.
  • 25 Dise 1996 et 1997a et b, Sasel-Kos 1995a et b, Roxan 1996 ; Salomies 1996.
  • 26 Austin & Rankov 1995, part. 149-155 ; Ezov 1997.
  • 27 Haensch 1997a. Nous remercions vivement R. Haensch de nous avoir amicalement transmis une copie de (...)

10Dans le sillage du projet allemand sont nés en décembre 1990 un colloque dont les Actes sont parus en 1994, ainsi que la thèse de doctorat de J. Ott, publiée en 199522. Comme son titre l'indique, cette étude met l'accent en premier lieu sur les questions de Rangordnung, mais consacre une part importante aux questions relatives aux fonctions des beneficiarii. Elle se fonde essentiellement, en ce qui concerne le matériel épigraphique, sur le CBI. D'une manière globale, et pour des raisons de délai sans doute, l'étude d'Ott ne tient pas compte de l'abondant matériel épigraphique de Sirmium publié par M. Mirkoviç en 199423, ni des publications postérieures au CBI, à part quelques exceptions, ni même des Actes du Colloque24. A la suite de cette publication et de quelques articles parus récemment25, signalons la place importante qui a été réservée aux bénéficiaires des gouverneurs de province ainsi qu'à certains de leurs collègues dans le cadre de l'étude de R. Alston et de B. Rankov sur les services de renseignements romains26. Ajoutons enfin l'importante et riche étude que R. Haensch a consacrée aux capitales des provinces et qui fait une part large à l'ensemble du personnel militaire et civil employé dans les bureaux des gouverneurs27.

  • 28 Haensch 1995b, 801 (cité plus haut) ; ce compte rendu est un véritable article qui apporte de nomb (...)

11Comme ce dernier l'a relevé dans son compte rendu article du CBI, il n'était plus question après la publication du CBI de publier un second corpus des bénéficiaires28. Cependant, dès sa parution, le CBI était en quel sorte déjà amputé (si l'on peut dire) des 79 textes de Sirmium, déjà découverts à l'époque mais encore inédits. Par ailleurs, le projet de collaboration que nous avions envisagé de mener – E. Schallmayer et l'équipe allemande, B. Rankov et nous-même – à l'issue du colloque d'Osterburken, c'est-à-dire de publier ensemble un supplément au premier volume du CBI, qui aurait inclus les documents papyrologiques, n'a malheureusement pas pu aboutir. En outre, en établissant les tables de concordance entre notre corpus et le CBI, nous avons rapidement réalisé qu'un certain nombre de documents déjà connus n'avaient pas été intégrés dans le CBI. A ceux-ci s'ajoutent les inscriptions publiées après la parution du corpus. Ce complément, nous le présentons aujourd'hui sous la forme d'un inventaire, avec références et commentaires, de sorte que nous puissions y renvoyer le lecteur sans alourdir les notes. Il se compose de deux annexes, la première, épigraphique, la seconde, papyrologique. Ces annexes sont suivies de plusieurs tables (Annexes 3 à 15) destinées à illustrer les diverses questions abordées au cours de notre étude.

12L'inventaire épigraphique (Annexe 1) est constitué de trois sections, la première rassemblant les documents où la lecture du titre de bénéficiaire est sûre, la deuxième, ceux où le titre est dû à une restitution qui nous semble probable, et la dernière, où sont mentionnés les documents de caractère incertain, mais qui méritent néanmoins d'être retenus comme tels au dossier, à titre hypothétique. Nous avons en outre signalé plusieurs documents encore inédits, lorsque les auteurs chargés de les publier nous ont autorisée à le faire, ou lorsqu'une allusion à leur existence était déjà mentionnée dans une publication scientifique. La seconde partie de cette Annexe (Annexe 1.2) se compose de documents retenus par les éditeurs du CBI, mais qui nous paraissent incertains (dans ce cas, le numéro de référence est précédé d'un *) ou qui méritent d'être écartés du corpus (le numéro de référence est précédé de deux **). Dans la troisième partie (Annexe 1.3) sont rassemblés les compléments, remarques ou corrections que nous avons apportés à certains documents du CBI. Dans les notes, le système de renvoi se fait de la manière suivante : I XXX pour l'Annexe 1, CBI, XXX : Annexe 1.2 ou CBI, XXX : Annexe 1.3.

  • 29 Pour une approche différente : Ott 1995, 183-184 et 35, avec nos remarques à propos de I 121.

13Dans l'inventaire des papyrus (Annexe 2), par principe méthodologique et dans un souci de clarté et d'harmonie avec la documentation épigraphique, nous nous sommes volontairement limitée aux documents où le titre de bénéficiaire figure de manière explicite dans le texte et à ceux où il est restitué avec vraisemblance. Nous n'avons pas retenu les papyrus qui mentionnent les termes généraux de stationarius ou d'officialis, de même qu'ils ne figurent pas dans le corpus épigraphique29. Dans les quelques documents où la prise de position n'est pas claire, nous l'avons précisé. Les renvois aux documents papyrologiques se font par l'emploi de P suivi du numéro de référence du document de l'Annexe 2, soit P XXX.

14Avant de passer à l'étude proprement dite des différents types de sous-officiers et d' officiales qui sont connus pendant plus de six siècles sous le nom de beneficiarius, il paraît indispensable de présenter les diverses sources du large dossier qui les font connaître et surtout de mettre en relief les problèmes méthodologiques qui se posent au cours de leur exploitation dans le cadre de cette recherche.

Notes

1 Cauer 1881, 379-401.

2 Marquardt 1891, part. 290-309.

3 Hirschfeld 1891.

4 Domaszewski 1895.

5 Mommsen 1881 ; Hirschfeld 1913, 595-596.

6 Domaszewski 1902.

7 Cette étude nécessite aujourd'hui d'être complétée et révisée, au vu du grand nombre des nouvelles découvertes épigraphiques et archéologiques, mais également pour des questions d'interprétation des textes et de leur contexte.

8 Domaszewski & Dobson 1981.

9 Voir par ex. le bilan de Speidel 1992, 16, dans un article intitulé “Work to be done on the organisation of the Roman Army”, avec la mise au point sur ce qui est fait et ce qui reste à faire : “The beneficiarii (function ; careers ; income ; shape of altars ; gods)” ; voir aussi Dobson 1995.

10 Watson 1969 ; Webster 1969.

11 MacMullen 1967 ; Zwicky 1944, 83-88 ; Davies 1989 passim.

12 Pour des études ou inventaires utiles, mais limités géographiquement, voir par ex. en Bretagne : Birley 1953, 83-6 ; Norique : Alföldy 1974, 252-253 et 162-163 ; Villach et les environs : Piccottini 1985, 7-16. Germanie Supérieure : Schallmayer 1994 ; Territoire de la Suisse : Nelis-Clément & Wiblé 1996. Norique et Pannonie : Fitz 1977, 169-270. Pannonies : Dobó 1968, 159-165 et 164-166 ; Fitz 1993, II 384-7 ; Pannonie et Mésie Supérieure : Mócsy 1974, 235 fig. 39. Dalmatie : Wilkes 1969, 122-127 ; Zaninoviç 1982 (nous remercions M. Zaninoviç de nous avoir fait parvenir la version dactylographiée de sa communication). Dacie : Dobó 1978, 59-62.

13 Chap. II p. 76-78 et Annexes 12 et 13.

14 Van Berchem 1937, part. 69-71 et Van Berchem 1977, avec les remarques de M. Corbier et de J. -M. Carrié.

15 Stein 1932, 68-86 ; Boak 1937 ; Jones 1949, 38-55, part. 44-46 ; Clauss 1973a a abordé la question des beneficiarii à travers leurs relations avec trois types de principales qu'il étudie, appuyant ses recherches sur un matériel épigraphique rassemblé voici un quart de siècle et qui comptait alors environ 420 inscriptions réparties de la façon suivante (p. 4) : 150 inscriptions mentionnant des cornicularii, 150, des speculatores, et 120, des frumentarii.

16 Mitteis & Wilcken 1912, 413-414 ; récemment Rankov 1994 suivi par Ott 1995.

17 Rankov 1986.

18 I 17-95 et Chap. IV p. 141-148.

19 Domaszewski 1902, 205 n. 344, et 176.

20 Nelis-Clément 1990 (thèse soutenue à l'Université de Fribourg en Suisse en mai 1990) ; le CBI est sorti de presse lors du Colloque d'Osterburken (voir infra) en décembre 1990 ; à ce sujet : Haensch 1995b, 801.

21 Cette base de données, constituée grâce à l'aide d'Alain Bresson et de Dominique Roux (Université Michel de Montaigne, Bordeaux III) et tenue à jour, rassemble toutes les inscriptions et tous les papyrus concernant des beneficiarii.

22 Ott 1995.

23 Mirkoviç 1994a et 1994b.

24 Voir par ex. la bibliographie dans Ott 1995 ; voir aussi Raepset-Charlier 1998.

25 Dise 1996 et 1997a et b, Sasel-Kos 1995a et b, Roxan 1996 ; Salomies 1996.

26 Austin & Rankov 1995, part. 149-155 ; Ezov 1997.

27 Haensch 1997a. Nous remercions vivement R. Haensch de nous avoir amicalement transmis une copie de son manuscrit sur le personnel de l'administration provinciale (à paraître).

28 Haensch 1995b, 801 (cité plus haut) ; ce compte rendu est un véritable article qui apporte de nombreux commentaires et compléments au CBI ; sur la question des retombées du CBI pour une étude de synthèse : Raepset-Charlier 1993.

29 Pour une approche différente : Ott 1995, 183-184 et 35, avec nos remarques à propos de I 121.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540