Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Première partie. Les faits

Épigraphie et réception de l’identité impériale (transmission, interprétation et transformation) : Auguste en Narbonnaise

Michel Christol

Texte intégral

  • 1 Ferrary 1997, pour une approche dans le cadre de l’évergétisme.
  • 2 Millar 1984.
  • 3 Price 1984, 23-52 (chapitre intitulé “Hellenistic cities and their rulers”). On n’omettra pas les (...)

1Dans l’Occident des Romains, à l’époque républicaine on avait pu honorer les magistrats ou les promagistrats qui représentaient la puissance dominante. Mais en Transalpine les traces d’une telle pratique n’apparaissent pas encore. Elle n’était sûrement pas très répandue. En revanche dans le monde grec, où les traditions politiques se conjuguaient avec l’usage de l’écrit, les témoignages sont abondants1. Lorsque la nature du pouvoir se transforma dans la cité romaine et qu’au sommet de l’État, comme dans la vie politique plus généralement, s’imposa la personnalité d’Auguste, vainqueur des guerres civiles, l’épigraphie des diverses parties du monde grec enregistra cette évolution et même l’amplifia : en peu d’années les hommages adressés au prince se multiplièrent d’une façon remarquable, comme l’a souligné Fergus Millar2. Retenons une expression dans le titre de sa contribution : “The Impact of the Monarchy”. Elle illustre bien à la fois la transformation du régime politique et le bouleversement des pratiques politiques qui s’ensuivirent dans la vie des cités et des provinces. En somme, la formule souligne les effets de rupture. Cette révolution ne s’exprima pas seulement dans l’épigraphie, mais une révolution épigraphique avait été ainsi engagée. Cependant, en Orient les formes de l’hommage préexistaient3, de sorte que l’on peut souvent relever des éléments de continuité formelle. Les inscriptions ont dès lors traduit à leur façon les changements politiques qui se produisaient au centre du pouvoir, ainsi que les nouvelles relations qui engageaient les habitants de l’empire envers la personne qui dominait la vie politique ; elles sont non seulement un écho de ces transformations politiques qui ne se limitaient pas au cœur de la res publica, à Rome, la capitale, accessoirement à la vie politique des cités d’Italie, mais encore un témoignage sur l’ampleur qu’elles revêtaient.

  • 4 Étienne et al. 1987. En revanche, la position des patrons d’Ampurias, dans la seconde moitié du ie (...)
  • 5 D’une façon générale Badian 1958, 252-284, part. 263-265.

2Mais dans les provinces d’Occident, de telles traditions d’honneur ou d’hommage, passant par l’écrit, n’avaient pas été aussi largement répandues : première observation. On sait toutefois que dans la péninsule Ibérique les relations entre dominants et dominés s’étaient engagées suivant les formes du patronat et de l’hospitium, et que les usages de l’époque préromaine s’étaient prolongés en se coulant dans les formes d’expression romaine, issues d’Italie ; il est difficile d’aller au-delà4. Peut-on présumer qu’il en fut de même en Transalpine, puisque nous avons aussi des traces de relations entre puissants personnages de la vie politique romaine et aristocrates indigènes, voire communautés organisées : les témoignages provenant de Cicéron et de César apportent des renseignements sur les patronages exercés sur les Allobroges ou d’autres peuples de la province, ainsi que sur la diffusion du droit de cité au profit de notables indigènes5. Mais le fait épigraphique était embryonnaire à la fin de l’époque républicaine : seconde observation. C’est peut-être là que se trouvent les principales difficultés de l’enquête. Le manque de documents ne produit pas seulement une déficience objective, de nature quantitative. Il conduit à s’interroger. En premier sur l’expression politique de l’hommage au puissant, en se plaçant au-delà des mots contenus dans les tables qui sanctionnaient l’entrée en clientèle ou la conclusion de l’hospitium ; mais aussi en tentant d’observer au-delà des formes de relation qu’impliquent la clientèle et l’hospitium. Or, à l’époque augustéenne, non seulement les provinces d’Occident ont alors pleinement vécu à l’unisson de l’Italie et du reste de l’Empire, mais encore dans un temps assez restreint elles ont rattrapé une part de leur retard en matière de développement du fait épigraphique. La Transalpine, devenue Narbonnaise, n’échappe pas à l’essor de ce phénomène : l’époque augustéenne est le temps de cette mutation, la personne du prince est un facteur majeur qui en structure le développement politique. À l’occasion, sa présence, à plusieurs reprises, rendit plus manifeste encore son pouvoir.

3Certes la présence du prince est multiforme, mais la statuaire, la numismatique et l’épigraphie toutefois l’emportent comme formes d’expression. Cependant, dès qu’il convient de dénommer le prince pour l’honorer, le texte épigraphique passe au premier plan.

  • 6 Syme 1958 ; Millar 2000. Sur le titre d’imperator, on tiendra compte également des remarques de Bé (...)

4Nommer le prince : R. Syme puis, plus récemment, F. Millar ont mis en évidence l’intérêt qu’apportait une réflexion sur cette question ; ces auteurs ont montré aussi que les innovations qui apparaissaient n’étaient pas de pure forme6. Mais revenir sur le sujet impose aussi d’expliciter quelques réflexions préliminaires. Il faut tenir compte que le principat augustéen est une construction progressive, et que la dénomination de celui qui avait pris dans ses mains les destinées de la res publica s’était développée dans le temps, s’était construite par étapes, en même temps que se renforçait sa domination politique, certes un nouveau régime qui pouvait pour certains bouleverser les choses, mais qu’il semblait nécessaire ou inévitable d’accepter. Ne savons-nous pas que la présence ou l’absence de tel ou tel titre apporte en général un repère indiscutable pour dater les inscriptions ? Ces critères externes traduisent à leur façon des phénomènes plus profonds, qui ressortissent au domaine des institutions et de la vie politique ; ils éclairent aussi le développement des faits de mentalité. Leur richesse d’expression et d’évocation est donc importante. Tous ces éléments entrent enfin dans ce que l’on a peut-être rapidement appelé culte impérial.

  • 7 FIRA2, 1, p. 308, no 55 ; J. Mélèze-Modrzejewski, dans Les lois des Romains, Naples, 1977, documen (...)
  • 8 En rapport avec les développements du culte impérial, voir la mise au point d’ensemble de Demougeo (...)

5Il convient d’établir aussi une distinction. Tout acte collectif ou public, venant des sujets ou des provinciaux et faisant du prince le référent principal de la manifestation ou de l’hommage, entrait dans un contexte d’interactions de caractère politique, alors que tout acte de l’autorité romaine était naturellement un acte imposé, comme l’avaient été auparavant les injonctions des magistrats ou promagistrats républicains. L’édit, le décret, la réponse décisionnelle étaient toujours engagés ou introduits par l’affirmation de l’autorité normative, déclinant son identité : celle-ci s’exprimait dans l’exercice de ses fonctions, avec la force de l’autorité instituée. Les décisions du prince suivirent la même forme : “Imperator Caesar, fils du Divus, imperator pour la quatrième fois, consul pour la deuxième fois et désigné pour la troisième fois, aux magistrats, au conseil et au peuple de Rhosos… salut”, telle est la formule qui apparaît au début de la première pièce constituant le dossier de Rhosos ; dans les pièces de même nature qui se trouvent un peu plus loin au sein du même dossier épigraphique, ne changent que les éléments numéraux : variations mineures qui signifient toutefois que ces parties introductives étaient rigoureusement soumises à l’exigence de précision7. Mises en valeur par leur position même dans la composition du texte qui délivrait l’acte normatif, elles offraient désormais une image pleine et puissante de l’identité impériale, puisqu’elles présentaient le prince dans l’accomplissement de ses prérogatives. Nul doute que l’affichage des documents officiels, reprenant textuellement les documents originaux, n’ait ainsi offert aux populations provinciales des formes évidentes de l’identité impériale. De la même manière qu’en Orient, les séjours qu’à plusieurs reprises entreprit Auguste en Occident contribuèrent à répandre de tels documents et à rendre encore plus prégnante la présence impérieuse de l’identité impériale8.

  • 9 Millar 1984, 49-53. Il s’agit de l’expression de l’auctoritas. Ce fait institutionnel est à plusie (...)
  • 10 Par exemple CIL, XII, 5637 = CIL, XVII, 2, 256 : Imp(erator) Caesar Diui f(ilius) Aug(ustus), pont (...)

6Les actes administratifs des représentants du pouvoir romain, quels qu’ils soient, légats du prince ou proconsuls, contribuèrent aussi à cette diffusion, surtout lorsqu’ils plaçaient non sous leur propre responsabilité mais sous l’autorité du maître de l’État certaines réalisations. Ce phénomène a été mis en évidence par F. Millar à propos de quelques documents du monde grec : le représentant du prince savait s’effacer devant celui dont il détenait l’autorité comme legatus, ou bien le promagistrat du peuple romain à qui le prince s’autorisait à adresser des instructions devant celui-là même qui disposait d’une autorité éminente qu’il avait acceptée9. En Narbonnaise c’est le cas offert par les séries de bornes milliaires qui, à l’époque d’Auguste, jalonnent la uia Domitia, la uia Aurelia ou qui devaient se trouver sur la voie d’Agrippa. Sans même l’emploi du verbe fecit, elles se limitent à l’inscription de l’identité impériale : la dénomination du prince, suivie de l’énoncé de ses titres10. Ce n’est que peu à peu que cette identité deviendra une titulature, c’est-à-dire une formulation stéréotypée : à l’époque augustéenne cette dernière n’est encore qu’une formule en construction. Elle correspond à la première phase de l’expression d’un pouvoir dominant et exceptionnel dans la cité romaine, celle de sa mise en place et de son affermissement. Plus tardif sera le temps de l’acceptation de routine : on pourra dans ce nouveau contexte parler de titulature sans hésiter.

7Or, que révèlent ces textes ? Ils transposent de façon exacte la forme la plus canonique de l’identité impériale : la dénomination du prince et la suite des titres qui se référaient à son prestige ou à ses pouvoirs. Quel besoin particulier provoquait l’affichage répété de cette identité, sinon le souci d’établir partout, et en particulier sur le réseau routier qui innervait l’Italie et les provinces, une référence à cette toute-puissance, à ses capacités d’entreprendre, d’agir et d’intervenir sans rencontrer d’obstacle ?

  • 11 Ces termes apparaissent sur les milliaires de Tibère et de Claude. Viam refecit : CIL, XII, 5441 =(...)
  • 12 Voir ci-dessous n. 33.
  • 13 C’est un des résultats marquants de la composition des Res Gestae : les références à la position é (...)
  • 14 Ce caractère progressif semble évident lorsqu’il s’agit de la mise en place d’un pouvoir, peu à pe (...)
  • 15 CIL, XII, 5454 = CIL, XVII, 2, 35 = ILN, Fréjus, 177 et CIL, XII, 5455 = CIL, XVII, 2, 36 = ILN, F (...)
  • 16 CIL, XII, 5496 = CIL, XVII, 2, 82 = ILN, Apt, 150, sur lequel on a relevé une première rédaction e (...)

8Ce sont des textes longs, sans que l’on ait même à considérer les mots qui relataient l’œuvre entreprise : ce n’est que plus tard qu’apparaissent des verbes tels que fecit, refecit ou restituit11. Le milliaire augustéen se réduit au long énoncé de l’identité impériale. La partie la plus étonnante est peut-être celle que l’on sera tenté d’éliminer dans d’autres contextes ou dans d’autres circonstances, celle qui correspond aux titres de prestige et de pouvoir, dans la seconde partie des énoncés. C’est une partie dans laquelle on a procédé par addition sans que cette dernière soit une accumulation inutile. La filiation par rapport aux usages du temps de la république est réelle, surtout si l’on tient compte des premières inflexions de l’époque césarienne12. On y trouve les titres qui établissaient dans le cadre institutionnel de la res publica ses pouvoirs prédominants, et qui lui assuraient une place hors du commun dans la vie politique. Sans aucun doute, le besoin de montrer cette prééminence hors du commun, non seulement dans le temps présent, face à d’éventuels compétiteurs, mais encore dans le développement historique de la res publica13 fut fortement proclamé à Rome, puis officiellement répandu dans les provinces – mais pas seulement dans la Narbonnaise – par les réalisations d’administration, qui se plaçaient dans l’immédiat au-delà de l’acte normatif et qui correspondaient à la mise en place de son exécution. Ces documents qui en résultent permettent de savoir ce qu’était l’autorité du prince et de montrer comment elle évoluait constamment vers une extension, un renforcement et un épanouissement14 : les milliaires de la cité de Fréjus se répartissent ainsi en deux séries bien distinctes, l’une de 13-12 a.C., l’autre du premier semestre de 3 a.C.15 N’est-ce pas aussi l’explication qui éclaire l’expression originale qui apparaît sur divers milliaires de la cité d’Apt, sur la route de Cavaillon à Sisteron16 ? Le titre de pater patriae a été ajouté au sommet du texte, afin d’apporter une mise à jour du texte.

  • 17 Milliaires de la région de Nîmes, voir n. 10 ci-dessus. On se référera aussi aux documents cités d (...)
  • 18 Un exemple sur la place du gouverneur, le cas de l’Afrique : Hurlet & Roddaz 2001. Les analyses de (...)
  • 19 Mitchell 1976 (AE, 1976, 653) : est quidem omnium iniquissimum me edicto meo adstringere quod Augu (...)
  • 20 Béranger 1953, 186-217. ; sur les débats provoqués par l’idée selon laquelle la cura reipublicae s (...)

9Il faut reconnaître une certaine importance à ce type d’intervention, qui fait diffuser par l’intermédiaire des actes de ses représentants l’identité de celui qui exerce l’autorité dans l’État : le délégué du prince, son légat, ou bien le proconsul qui a reçu mandat, s’effacent pour laisser s’exprimer à leur place celui qui a pris les rênes du pouvoir. Aussi ne faut-il pas s’étonner que des textes fort semblables apparaissent dans des provinces très éloignées : à quelques nuances finales le texte des milliaires dans la cité de Nîmes, le long de la via Domitia, ressemble à celui des milliaires érigés sur la via Sébastè en Asie Mineure17. Les actes administratifs ont diffusé avec fidélité l’identité la plus canonique, celle qui apparaît au début des actes normatifs18. On n’a pas l’impression que les délégués de l’autorité romaine aient pris quelque initiative que ce soit afin de modifier cette image du prince, comme ils pouvaient le faire dans le texte de leurs propres édits, qui explicitaient et transmettaient la volonté du pouvoir. Sur ce point nous n’avons pas de document provenant de Narbonnaise, mais ailleurs l’édit du gouverneur de Galatie Sex(tus) Sotidius Strabo Libuscidianus, relatif au cursus publicus dans cette province, montre cette autre facette du discours officiel qui comporte une autre façon de définir l’identité du détenteur du pouvoir impérial19 : la manière est plus discursive, les termes ont davantage de connotations morales, le prince est certes lointain, mais en se référant aux modalités de la cura reipublicae, expression qui n’a pas de contenu juridique et qui n’est qu’un vêtement idéologique, son délégué le rend aussi présent, mais dans un autre registre20.

  • 21 Mise en place du cadre d’ensemble par Christol 1999.
  • 22 AE, 1952, 165 ; Seston 1954. Sur les vertus, voir aussi Lacey 1974, 181-184 et Lacey 1996, 94-98.
  • 23 Il s’agit des lignes 23-27 de la Tabula Siarensis, examinées en détail par Le Roux 1988. À propos (...)
  • 24 Un bon exemple provient dans la province d’Afrique de la cité de Lepcis Magna (AE, 1940, 68 = IRT,(...)

10Toutefois, aborder le domaine des cités modifiait fortement les perspectives du problème, car a priori c’était à leurs autorités que revenait l’initiative, y compris celle de la formulation. Si nous ne disposons pas en Narbonnaise de l’équivalent des décrets de Pise, décrets municipaux reproduisant les délibérations de l’ordo des cités provinciales, le texte de l’autel de Narbonne constitue toutefois, par son caractère solennel, un document de premier ordre. Il conviendra de l’examiner avec attention. Mais il existe aussi les inscriptions apposées sur les édifices publics. Or la période augustéenne est celle des premiers et importants développements de l’urbanisme gallo-romain : l’épigraphie impériale a accompagné l’urbanisation de la province, liée elle-même à sa municipalisation21. Enfin, par leur statut, un certain nombre des cités provinciales constituait un prolongement de l’Italie, et donc vivaient au rythme de l’Urbs, pour la diffusion de l’information officielle sur les grandes décisions honorifiques, désormais concentrées sur le prince et les membres de sa famille. Elles ont reçu certainement notification de toutes les étapes de la mise en place du principat augustéen. Sans aucun doute le zèle des représentants du pouvoir y pourvut aussi, à l’image de ce que révèle, à une date un peu plus tardive, l’édit de Sex. Sotidius Strabo Libuscidianus. Les affichages ont sûrement diffusé et vulgarisé l’identité impériale et relaté à leur façon l’accumulation des honneurs, des pouvoirs et des privilèges qui mettaient à part le prince. Sinon, comment comprendre la décision des colons d’Arles d’honorer Auguste d’une réplique du clipeus virtutis22, qui reprend avec une fidélité presque intégrale le texte des attendus officiels qui avaient justifié la décision du Sénat ? Or parmi les centres dans lesquels se développèrent les diverses formes d’exaltation du prince et manifestations du culte impérial, Arles, comme Narbonne, sont des colonies romaines. Quant à Vienne et Nîmes, colonies de droit latin, elles jouissaient aussi de liens privilégiés avec le maître du pouvoir et avec son entourage. Toutes furent le réceptacle de l’information officielle, en même temps qu’elles étaient attachées à mettre en valeur la personnalité du prince. Si l’on envisage les modalités de la diffusion des nouvelles, les informations fournies par la tabula Siarensis ne sont pas vraisemblablement une nouveauté : la mise en valeur de l’octroi des pouvoirs et des honneurs sur un large plan fut, sans aucun doute, une des formes d’établissement de l’autorité d’Auguste sur le monde entier, entraînant ainsi des manifestations d’exaltation de sa personne qui étaient aussi des manifestations d’acquiescement à son pouvoir23. Les rédacteurs s’exprimaient aussi à ce niveau, celui de la cité, comme celui de la province qui lui est rattaché, avec un incontestable souci de précision afin de définir la position du prince et celle des autres représentants de l’autorité publique24.

  • 25 Les travaux récents de Ramage 1987 et 1988 envisagent d’une façon un peu trop globalisante tous le (...)
  • 26 Quelques observations rapides : Christol 1996, 59 ; Id. 1993-1998, (à propos de CIL, XII, 3155).

11Les inscriptions apposées sur les monuments publics, ou destinées à apparaître dans des espaces publics, – y compris les lieux à vocation plus spécifiquement religieuse –, constituent une première catégorie. Elles sont bien moins nombreuses que les bornes milliaires précédemment évoquées, mais les bâtiments à prendre en considération, avaient dans la vie quotidienne une place qui n’était pas négligeable25. Les conditions de conservation de l’épigraphie urbaine, même plus difficiles, en ont préservé quelques-unes. La documentation fournie par l’épigraphie de Nîmes offre ainsi un échantillon convenable pour apprécier le problème, car, en raison de l’attachement du prince lui-même, de celui de son principal lieutenant Agrippa, puis de celui d’autres membres de l’entourage impérial, le développement urbain fut, de plus en ce lieu, étroitement lié à l’exercice des patronages et aux faveurs ou avantages qui l’accompagnaient. Les grands événements qui scandent le développement de ces relations ont reçu une traduction épigraphique, associée aux grands monuments qui venaient peu à peu structurer le paysage urbain. Les composantes d’un tel dossier méritent attention26.

  • 27 CIL, XII, 3148 et 3149 : Imp(eratori) Caesari Diui [f(ilio)] Augusto, co(n)s(uli) nonum, designato (...)
  • 28 Kienast 1990, 61-67.
  • 29 Sur la place du consulat dans le dispositif institutionnel des débuts du principat, Ferrary 2001, (...)
  • 30 L’exaltation du charisme victorieux et du rôle providentiel dans le fonctionnement de la res publi (...)
  • 31 Tac., Ann., 1.3.7 : domi res tranquillae, eadem magistratuum uocabula.
  • 32 Comme le soulignait déjà Haverfield 1912, 195-197.
  • 33 On ne saurait trop insister sur l’originalité du praenomen imperator, puis sur l’originalité tout (...)
  • 34 Le phénomène d’accumulation s’était précisé à l’époque césarienne, puis à l’époque triumvirale. Po (...)
  • 35 Problème posé par Millar 2000, 4-7, à propos de la période entre 31 et 27 a.C., à partir de l’arti (...)
  • 36 Price 1984, 51-52.
  • 37 Nous rappellerons que dans les débats sur les origines du principat, l’éventualité de l’octroi de (...)

12Les premiers éléments correspondent aux deux textes mis au jour lors des travaux entrepris à La Fontaine27. Ces inscriptions datent de l’année 25 a.C. ; elles ont été mises en rapport avec le retour du prince de péninsule Ibérique, où s’étaient déroulées les guerres de pacification du Nord-Ouest28. Dans ces deux textes, identiques, on a repris le modèle le plus officiel, en donnant autant de place à la dénomination originale du prince qu’à l’énoncé de ses prérogatives (le consulat) et de ses titres victorieux : par rapport aux premiers mots des diverses lettres constituant le dossier de Rhosos, on ne relèvera que l’inversion entre mention des consulats et mention des acclamations de victoire. Mais il convient de s’interroger sur l’origine de ces deux monuments. La localisation des blocs, en un lieu qui était dominé par le dieu Nemausus, pourrait s’expliquer par le souci de rapprocher le génie d’Auguste de la plus importante divinité de l’endroit, ou d’installer un hommage au grand personnage dans l’environnement le plus proche de la divinité. Outre la dénomination, dont le caractère exceptionnel était déjà perçu comme le reflet d’une position plus que remarquable dans la res publica, on a voulu mentionner ce qui, alors, assurait à son pouvoir un fondement stable (le consulat)29, et le charisme victorieux qui fondait d’une autre manière sa prééminence et la singularité de son génie (les acclamations de victoire)30. Eadem vocabula, pourrait-on dire en adaptant une expression de Tacite31 ; mais la combinaison qui apparaissait permettait à l’ensemble de la formule d’opérer un dépassement. Les Nîmois n’ont pas apporté de modification significative à l’identité impériale la plus canonique qui leur était proposée par les textes officiels : ils ont exalté le prince en tant que tel, dans sa dénomination la plus pure en termes de droit public32. Il ne fallait peut-être pas le désigner par le terme (princeps) qui offrait de sa puissance une définition trop unitaire et donc trop monarchique, mais le dénommer d’une façon plus conforme à la mise en place du nouveau régime et à l’esprit dans lequel le bénéficiaire de ce changement souhaitait qu’il soit perçu, c’est-à-dire par l’addition d’une dénomination, originale par elle-même et forte du sens de chacune de ses composantes33, et d’une série de titres dont le cumul était aussi plein de signification34. Mais, s’il devait être évident, l’effet de dépassement ne devait pas heurter l’opinion35. On ne peut manquer d’être tenté de transposer au commentaire de ce document une conclusion majeure que dégage S. Price du culte des souverains hellénistiques : ils ne sont pas honorés essentiellement comme bienfaiteurs ou protecteurs, ils sont honorés d’abord comme détenteurs du pouvoir36. Et à Nîmes, au sanctuaire de La Fontaine, la présence d’Auguste aux côtés de Nemausus est celle du détenteur d’un pouvoir exceptionnel, défini comme tel et, pourrait-on dire, de la manière la plus explicite et la plus véridique. Celle-ci reflète les conditions mêmes de l’installation de ce nouveau pouvoir ; elle se garde aussi de tous les excès par la fidélité à la terminologie froide des institutions héritées de l’époque précédente37.

  • 38 CIL, XII, 3150.
  • 39 L’affectation de l’édifice sur la façade duquel se trouvait l’inscription est incertaine. Mais, s’ (...)
  • 40 Ferrary 2001, 108-111, 117-120, 123-124, 153-154 (qui nuance à plusieurs reprises les travaux de L (...)
  • 41 ILS, 6753. Pour la date de 20 a.C. comme terminus ante quem : Barnes 1974, 21 et 26, ainsi que Kie (...)

13Il en est de même dans un autre texte, malheureusement incomplet38. Les restes permettent toutefois d’établir la date avec précision. Il s’agit d’un fragment d’architrave dont la restitution pourrait a priori susciter l’hésitation, tant les lacunes sont importantes39. Mais il s’agit aussi d’Auguste, comme tous les éditeurs du texte l’ont indiqué fermement : [--- cos. XI, imp.] VIII trib(unicia) po[t(estate) ---]. En revanche, nous ignorons si le texte été rédigé au nominatif ou au datif, et donc si le prince agit ou bien s’il reçoit un hommage à l’occasion d’une construction. Mais, une fois de plus, c’est le princeps qui apparaît, défini par la somme de ses pouvoirs et attributions : on a toujours repris les éléments institutionnels qui apparaissaient dans la titulature la plus rigoureusement précise. Nous sommes à une date précoce, qui se place avant la neuvième acclamation de victoire, celle qui rappelait le rétablissement de la puissance de Rome face au royaume des Parthes, en 20 a.C., mais depuis 23 a.C. s’était produite l’attribution de la puissance tribunicienne40. Cette inscription peut être rapprochée de l’inscription d’Aoste, adressés par les Salasses maintenus dans la colonie à Auguste qualifié de patron, comme une des premières mentionnant la puissance tribunicienne41.

  • 42 CIL, XII, 3151 : Imp(erator) Caesar [D] iui f (ilius) Augustus, [c]o(n)s(ul) X[I], trib(unicia) po (...)

14Enfin on retrouve une solution identique aux précédentes dans le texte de l’inscription de la Porte d’Auguste42, dans laquelle Auguste se pose en bienfaiteur, puisqu’il donne l’enceinte et les portes (portas murosq(ue) col(oniae) dat) : dénombrement des consulats, dénombrement des puissances tribuniciennes constituent autre chose que des éléments de datation. Ils sont aussi l’accompagnement institutionnel de la dénomination du prince et ce qui établit sa position éminente, en rapport aux formes du pouvoir dans la res publica.

  • 43 Roddaz 1984, 416-417, à propos de l’inscription du théâtre de Mérida (CIL, II, 474 = ILS, 130).
  • 44 Ferrary 2001, 130-137.

15L’examen de ce dossier, certes mince mais significatif, montre que les sujets nîmois ont représenté le prince comme lui-même voulait être représenté, en détenteur d’un pouvoir qui dépassait tout ce que l’on avait déjà connu : les deux manières de décliner l’identité impériale apparaissent en tous points identiques. Ce souci de l’affirmation éminente de l’autorité impériale doit être mis en rapport avec ce que nous savons de la représentation d’Agrippa, pourtant détenteur de pouvoirs qu’Auguste, pour certains d’entre eux, prétendait équivalents des siens. Les inscriptions latines, y compris celles de la dernière période, adoptent des formulations qui ressemblent à celles que l’on attribuait au prince. Elles mettent en évidence la puissance du personnage, mais elles sont toujours moins riches de contenu, tant au plan quantitatif (les indications cumulatives) qu’au plan qualitatif (elles se réduisent au consulat et à la puissance tribunicienne)43 ; surtout, la dénomination ne comporte pas les éléments significatifs et uniques de la dénomination augustéenne. On retrouve ainsi la formule des Res Gestae : auctoritate omnibus praestiti. Mais cette notion, qui explique pourquoi, dans un certain nombre de cas, des responsables disposant en théorie de pouvoirs égaux cédaient à la volonté d’Auguste44, a un caractère politique bien défini, et elle est un des ressorts du fonctionnement des institutions romaines dans le nouveau régime qui était mis en place. Néanmoins, il nous semble qu’avec l’examen de l’identité impériale, cette notion a eu peut-être aussi une traduction dans les mots et les formules du pouvoir, si dénommer un détenteur de pouvoir c’est aussi définir un pouvoir.

  • 45 Yavetz 1984, particulièrement p. 5-6, 8, 13-14, et surtout p. 14-20.

16On doit relever que l’attitude des Nîmois n’est pas originale. Faisaient de même les cités d’Italie et les autres cités des provinces d’Occident. Apparaissent donc les caractéristiques du phénomène : répétition et généralisation. Mais il ne faudrait pas en conclure à une banalisation, synonyme d’affadissement et de perte de visibilité. On ne doit pas traiter comme une documentation de peu d’intérêt les nombreuses titulatures impériales, surtout au moment de leur genèse : la rigueur mise à reprendre les aspects les plus officiels de la dénomination du détenteur du pouvoir, cette fidélité au modèle canonique reflètent les exigences de la mise en place du nouveau régime. Il importait d’afficher de toutes les façons l’éminence du prince et la singularité de la position politique qu’il s’était donnée. Les provinciaux étaient ainsi pleinement en accord avec les préoccupations de présentation qui furent celles d’Auguste dans la rédaction des Res Gestae ; si cette autobiographie politique est, il est vrai, achevée un peu plus tard, elle reflète bien la continuité de la construction du nouveau régime45. Mais ce faisant, bien avant la rédaction du texte qui résume l’œuvre augustéenne, les habitants des provinces, entendons : leurs élites, participaient à l’établissement d’un pouvoir prédominant, celui du prince, en convenant de l’éminence de sa position, en l’affirmant et en l’acceptant, bref en participant de leur côté et dans leur position à sa mise en place.

  • 46 On partira de la distinction qui apparaît dans une inscription postérieure de presque un demi-sièc (...)
  • 47 Schilling 1979, 47-48 ; pour la dénomination du prince Magioncalda 1991, 8-10.
  • 48 Dans l’examen de ce document se superpose la problématique des développements du culte impérial : (...)
  • 49 On trouvera des parallèles dans les décrets de Pise (CIL, XI, 1420-1421 = ILS, 139-140).
  • 50 On trouvera un point de comparaison dans l’inscription de Lepcis mentionnées à la n. 24.
  • 51 Tac., Ann., 1.2.1, qui met en évidence le consulat et la puissance tribunicienne : Haverfield 1912 (...)
  • 52 RGDA, 10 et 35 ; Tac., Ann., 1.9 ; Magioncalda 1991, 11-13 ; Lacey 1996, 154-167, approuvé par Fer (...)
  • 53 On relèvera les rapprochements possibles avec CIL, XI, 1421 = ILS, 140 : Augusti patris patriae [p (...)

17Mais il est une autre forme de l’identité impériale qui se réduit à la première partie seule des formulations que nous venons d’évoquer. Elle ne reprend que l’aspect personnel, exempté des références à des pouvoirs ou à des honneurs strictement définis. L’épigraphie juridique apporte aussi ses témoignages dans l’intitulatio des correspondances impériales, quand l’identité impériale était gravée sous une forme abrégée46 : Imperator Caesar Diui filius, puis Imperator Caesar Diui filius Augustus. C’est cette forme, plus personnelle, qui a abouti au seul cognomen Augustus, celui qui sert à équilibrer la formulation définissant les prêtres institués (flamines Romae et Augusti, sacerdotes Romae et Augusti). Tout finit par se condenser dans ce terme, dont le sens était très fort47, comme l’explicitait le gouverneur de Galatie que l’on a évoqué plus haut, lorsqu’il écrivait : id quod Augusti alter deorum alter principum maximus diligentissime cauerunt. L’autel de Narbonne (en 11 et 12 p.C.), qu’il faut placer en continuité avec l’autel consacré à Rome par Tibère en 9 p.C., reflète bien la manière dont l’identité impériale pouvait s’exprimer dans de larges milieux de la population des cités de l’empire, et apporte une riche palette de formules48. La forme la plus évidente, qui se trouvait en haut de l’autel, ara numinis Augusti, qui répond au numini Augusti votum susceptum, abrège à l’extrême l’énoncé relatif au prince, ce qui montre que, peu à peu, ce terme de dénomination, attribué en 27 a.C., avait acquis une valeur suffisante. Mais le texte explicatif du vœu contient d’autres formes d’identification plus larges, et peut-être aussi, à propos de la relation des circonstances de l’exécution du vœu, apporte-t-il les explicitations qui éclairent le terme isolément employé un peu plus haut. Toutes ces formulations reprennent en partie les éléments de dénomination et en partie les titres, honneurs ou pouvoirs. Quod bonum faustum felixque sit Imp(eratori) Caesari Diui f(ilio) Augusto p(atri) p(atriae) pontifici maximo, trib(unicia) potest(ate) XXXIIII : l’identité impériale a été dépouillée des éléments qui, quelques années plus tôt, constituaient l’ossature de sa seconde partie, consulat, acclamations de victoire49. À leur place s’installent des notions plus proprement religieuses (le grand pontificat) ou des notions aux résonances civiques, rappelant l’octroi du bouclier des vertus et redoublant le cognomen Augustus (père de la patrie)50. La puissance tribunicienne vient toutefois préciser la longue possession d’un pouvoir essentiel, même si elle ne fut pas pour Auguste le pouvoir initialement essentiel51 : elle revêt peut-être aussi une valeur de datation52. On retrouve cette identité, à une nuance près sur la filiation du prince, dans l’autre partie du texte, correspondant à l’exécution du vœu : hanc tibi aram pro imp(eratore) Caesare Aug(usto), p(atre) p(atriae), pontifice maximo, tribunicia potestate XXXV, coniuge liberis genteque eius senatu populoque R(omano)… doque dedicoque… Toutefois existent dans le texte de la formulation initiale du vœu des allusions à la puissance politique d’Auguste : il est orbis terrarum rectorem, et le jour de ses premiers auspices est ainsi appelé : qua die primum imperium orbis terrarum auspicatus est. Ces images du maître du monde sont l’illustration discursive des titres un peu froids qui avaient été auparavant déclinés pour identifier le prince. Elles sont les premières formules qui pouvaient venir à l’esprit de ceux qui avaient d’abord donné l’identité du prince53.

18On peut donc pressentir tout ce qui affleurait déjà quelques décennies plus tôt lorsque les Nîmois mettaient en évidence l’identité impériale. Il leur venait certainement à l’esprit un certain nombre de formules qu’ils auraient pu exprimer s’ils avaient souhaité donner à leur acte un aspect plus discursif. Les habitants de Narbonne le firent quelques années plus tard, en concordance avec l’esprit du moment. Aussi ne peut-on réduire l’examen des premières titulatures impériales à peu de choses sous prétexte qu’elles auraient un aspect très formel et très stéréotypé. Il vaut mieux adopter un point de vue contraire. Aux origines du principat les documents épigraphiques qui comportent l’expression de l’identité impériale sont un des vecteurs de l’affirmation d’une forme nouvelle de pouvoir. Par son originalité, l’identité impériale ne pouvait que frapper les esprits. La sèche majesté des formules, l’ampleur des résonances textuelles qu’elles pouvaient susciter, contribuaient à isoler au sommet de la scène politique celui qui peu à peu construisait un édifice politique nouveau. Sur les monuments, dans les lieux publics, où elles supplantaient par leur nombre celles des autres personnages de la vie politique locale ou de la vie politique provinciale, ces inscriptions créaient un monopole de la représentation de la res publica par des textes réservés au prince, à l’expression de sa volonté ou au souci de lui rendre hommage. Il faut ainsi relever qu’aux formules issues des milieux mêmes du pouvoir répondirent sans hésitation celles des sujets, qui les reproduisirent fidèlement au fur et à mesure qu’elles leur étaient soumises. C’était une des formes de l’unification du monde romain.

Bibliographie

Bibliographie

Badian, E. (1958) : Foreign Clientelae (264-70 B.C.), Oxford.

Barnes, T. D. (1974) : “The Victories of Augustus”, JRS, 64, 21-26.

Béranger, J. (1953) : Recherches sur l’aspect idéologique du principat, Bâle.

——— (1975a) : “Grandeur et servitude du souverain hellénistique”, in : Principatus. Études de notions et d’histoire politiques dans l’Antiquité gréco-romaine, Genève, 35-48.

——— (1975b) : “Cicéron précurseur politique”, in : Principatus, Études de notions et d’histoire politiques dans l’Antiquité gréco-romaine, Genève, 117-134.

Bonneville, J.-N. (1988) : “Les patrons du municipe d’Emporiae (Ampurias, Espagne)”, in : Hommage à Robert Étienne (REA, 88, 1986), Bordeaux, 181-200.

Christol, M. (1996) : “Nîmes dans les sources antiques”, in : Fiches & Veyrac 1996, 58-60.

——— (1993-1998) : “Un complexe ‘omni-sport’ à Nîmes”, École antique de Nîmes, Bulletin, 24, 73-83.

——— (1999) : “La municipalisation de la Gaule Narbonnaise”, in : Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier 1999, 1-27.

Christol, M. et O. Masson, éd. (1997) : Actes du Xe congrès international d’épigraphie grecque et latine (Nîmes, 1992), Publications de la Sorbonne. Série Histoire Ancienne et Médiévale 42, Paris.

Combès, R. (1966) : Imperator (Recherches sur l’emploi et la signification du titre d’imperator dans la Rome républicaine), Montpellier.

Demougeot, E. (1968) : “Remarques sur les débuts du culte impérial en Narbonnaise”, Provence Historique, 18 (71), 1968, 39-65 (= XLe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Orange, 1968).

Dondin-Payre, M. et M.-Th. Raepsaet-Charlier, éd. (1999) : Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire, Paris.

Eck, W. (1996) : “I sistemi di trasmissione delle communicazioni d’ufficio in età imperiale”, in : Pani 1996, 331-352.

Étienne, R., P. Le Roux et A. Tranoy (1987) : “La tessera hospitalis, instrument de sociabilité et de romanisation dans la Péninsule ibérique”, in : Sociabilité, pouvoirs et société, Actes du Colloque de Rouen (24/26 novembre 1983), Rouen, 323-336.

Evers, C. et A. Tsingarida, éd. (2001) : Rome et ses provinces. Genèse et diffusion d'une image du pouvoir. Hommages à J.-Ch. Balty, Bruxelles.

Ferrary, J.-L. (1997) : “De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain”, in : Christol & Masson 1997, 199-225.

——— (2001) : “À propos des pouvoirs d’Auguste”, CCG, 12, 101-154.

Fiches, J.-L. et A. Veyrac, éd. (1996) : Carte archéologique de la Gaule, Nîmes, 30/1, Paris.

Fishwick, D. (1969) : “Genius and Numen”, HThR, 62, 356-367 (= Fishwick 1991, 375-387).

——— (1987) : The Imperial Cult in the Roman West, I, 1 et 2, Leyde-Copenhague-New York-Cologne.

——— (1991) : The Imperial Cult in the Roman West, II, 1, Leyde-Copenhague-New York-Cologne.

——— (1993) : The Imperial Cult in the Roman West, II, 2, Leyde-Copenhague-New York-Cologne.

Haverfield, F. (1912) : “Four Notes on Tacitus”, JRS, 2, 195-200.

Hurlet, Fr. (2000) : “Auspiciis Imperatoris Caesaris Augusti, ductu proconsulis. L’intervention impériale dans le choix et les compétences du proconsul d’Afrique sous les Julio-Claudiens”, in : Khanoussi et al. 2000, 1513-1541.

——— (2000b) : “Les auspices d’Octavien/Auguste”, CCG, 12, 155-180.

Hurlet, Fr. et J.-M. Roddaz (2001) : “Le gouverneur et l'image du pouvoir impérial. Recherches sur la diffusion de l'idéologie dynastique en Occident au ier siècle ap. J.-C.”, in : Evers & Tsingarida 2001, 153-166.

Khanoussi, M., P. Ruggeri et C. Vismara, éd. (2000) : L’Africa romana. Atti del XIII convegno di studio (Djerba, 10-13 dicembre 1998), Rome, 1513-1541.

Kienast, D. (1990) : Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt.

Lacey, W. K. (1979) : “Summi fastigii vocabulum : the Story of a Title”, JRS, 69, 28-38.

——— (1984) : “Octavian in the Senate, January 27 B.C.”, JRS, 64, 176-184.

——— (1996) : Augustus and the Principate. The Evolution of the System, Leeds.

Le Roux, P. (1988) : “Siarum et la Tabula Siarensis : statut politique et honneurs religieux en Bétique sous Tibère”, Estudios sobre la Tabula Siarensis, Anejos de AEspA 9, Madrid, 21-33.

Magioncalda, A. (1991) : Lo sviluppo della titolatura imperiale da Augusto a Giustiniano attraverso le testimonianze epigrafiche, Turin.

Millar, F. (1984) : “State and Subject : the Impact of Monarchy”, in : Millar & Segal 1984, 37-60.

——— (2000) : “The First Revolution : Imperator Caesar, 36-28 BC”, in : La révolution romaine après Ronald Syme. Bilans et perspectives, Entretiens sur l’Antiquité classique 46, Vandœuvres-Genève, 1-30.

Millar F. et E. Segal, éd. (1984) : Caesar Augustus, Seven Aspects, Oxford.

Mitchell, St. (1976) : “Requisitionned Transport in the Roman Empire : a New Inscription of Pisidia”, JRS, 66, 106-131.

Nicolet, C. (1988) : L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

Pani, M., éd. (1996) : Epigrafia e territorio, Politica e società, Temi di antichità romane IV, Bari, 1996.

Price, S. R. F. (1984) : Rituals and Power. The Roman imperial cult in Asia Minor, Cambridge.

Ramage, E. S. (1997) : “Augustus’Propaganda in Gaul”, Klio, 79, 117-160.

——— (1998) : “Augustus’Propaganda in Spain”, Klio, 80, 434-490.

Raubitschek, A. E. (1954) : “Epigraphic Notes on Julius Caesar”, JRS, 44, 65-75.

Reynolds, J. (1982) : Aphrodisias and Rome. Documents from the Excavation ot the theatre of Aphrodisias conducted by Professor Kenan T. Erim together with some related texts, Londres.

Rich, J. et J. Williams (1999) : “LEGES ET IURA P R RESTITUIT. A New aureus of Octavian and the Settlement of 28-27 B.C.”, NCx, 159, 169-214.

Richardson, J. S. (2002) : “The new augustan edicts from north-west Spain”, JRA, 15, 411-415.

Roddaz, J.-M. (1984) : Marcus Agrippa, Coll. EFR 253, Rome.

Scheid, J. et Fr. Jacques (1992) : Rome et l’intégration de l’Empire (44 av. J.-C. – 260 ap. J.-C.), Nouvelle Clio, Paris.

Schilling, R. (1979) : “L’originalité du vocabulaire religieux latin”, Rites, cultes, dieux de Rome, Paris, 41-64 (= Revue belge de philologie et d’histoire, 49, 1971, 31-54)

Seston, W. (1954) : “Le clipeus virtutis d’Arles et la composition des res gestae Divi Augusti”, CRAI, 286-297 (= Scripta Varia, Rome, 1980, 121-132).

Sillières, P. (1990) : Les voies de communication de l’Hispanie méridionale, Publications de Centre Pierre Paris 20, Paris.

Syme, R. (1958) : “Imperator Caesar : A Study in Nomenclature”, Historia, 7, 1958, 172-188 (= RP I, 361-377).

Volterra, E. (1971) : “Il problema del testo delle costituzioni imperiali”, La critica del testo, II, Florence, 821-1097.

Yavetz, Z. (1984) : “The Res Gestae and Augustus’ Public Image”, in : Millar & Segal 1984, 1-36.

Notes

1 Ferrary 1997, pour une approche dans le cadre de l’évergétisme.

2 Millar 1984.

3 Price 1984, 23-52 (chapitre intitulé “Hellenistic cities and their rulers”). On n’omettra pas les suggestions de Béranger 1975a, 40-41.

4 Étienne et al. 1987. En revanche, la position des patrons d’Ampurias, dans la seconde moitié du ier siècle a.C., entre parfaitement dans le contexte romain : Bonneville 1988, 181-200.

5 D’une façon générale Badian 1958, 252-284, part. 263-265.

6 Syme 1958 ; Millar 2000. Sur le titre d’imperator, on tiendra compte également des remarques de Béranger 1975b, 123-124 (mais l’article original est paru en 1959) et des analyses de Combès 1966, 132-150. Plus généralement, sur le développement des titulatures impériales, Magioncalda 1991, part. 3-18 ; sur les pouvoirs d’Auguste, en dernier Ferrary 2001 ; enfin, à propos du culte impérial, Fishwick 1987, 1991 et 1993.

7 FIRA2, 1, p. 308, no 55 ; J. Mélèze-Modrzejewski, dans Les lois des Romains, Naples, 1977, document no VII, 5, p. 352-352-366. Documents récemment réexaminés en détail par Millar 2000, 15-25.

8 En rapport avec les développements du culte impérial, voir la mise au point d’ensemble de Demougeot 1968. Nous ne disposons pas pour la Narbonnaise, province rendue au peuple romain en 22, de l’équivalent de la plaque de bronze reproduisant l’édit de castellanis Pameiobrigensibus, daté de 15 a.C. (AE, 1999, 915). Il fut pris à Narbonne (actum Narbone Martio) par Auguste : Imp(erator) Caesar Diui fil(ius) Aug(ustus) trib(unicia) pot(estate) VIIII (sic) et pro co(n)s(ule) dicit. Voir Ferrary 2001, 115-116, ainsi que Richardson 2002, 413, qui rappelle à juste titre la belle remarque conclusive de Syme dans un passage aboutissant aux pouvoirs d’Auguste après 23 a.C. (mise au point de Ferrary 2001, 136-137) : “Similarly, the Res Gestae Divi Augusti do not reveal the vast provincia voted in 27 B.C. and carrying with a command over almost all the armed forces of the Republic, or the modification of the imperium in 23 B.C. which extended it to cover the public provinces in the form of imperium maius. After that date the ruler could (and, be it sait, should) borne ‘pro cos’ on his titulature” (Syme 1958, 184).

9 Millar 1984, 49-53. Il s’agit de l’expression de l’auctoritas. Ce fait institutionnel est à plusieurs reprises invoqué, analysé et illustré par Ferrary 2001, 113-114, 130-141. L’analyse de l’inscription de Kymè est dans cette optique très significative : Ferrary, 2001, 134-135. Mais on peut pressentir aisément combien important était le rôle du gouverneur (voir aussi ci-dessous n. 17-19). Dans une autre province occidentale, on peut illustrer ce phénomène par d’autres exemples. On évoquera le rôle joué par les légats P. Sestius Quirinalis et Paullus Fabius Maximus (Le Roux 1982, 56 et 76), ou par le rôle du légat P. Carisius, qui apparaît dans le monnayage d’Emerita (RIC, I, 1-25).

10 Par exemple CIL, XII, 5637 = CIL, XVII, 2, 256 : Imp(erator) Caesar Diui f(ilius) Aug(ustus), pontif(ex) maximus, co(n)s(ul) XII, co(n)s(ul) designat(us) XIII, imp(erator) XIIII, tribunicia potestate XX ; etc. Voir aussi, plus loin, les textes aux n. 15-16. Il en va de même en péninsule ibérique : CIL, II, 4936, 4937, etc., cf. Sillières 1990, 70 (n ° 3), 71-72 (n ° 5). Une série de milliaires augustéens, un peu postérieure, fait état de la portée de l’entreprise routière, ce qui donne au texte une plus grande force par l’expression d’une politique de maîtrise de l’espace (CIL, XII, 4704, etc.) : Imp(erator) Caesar Diui f(ilius) Augustus, co(n)s(ul) XIII, trib(unicia) potest(ate) XXI, pontif(ex) max(imus) a Baete et Iano Augusto ad Oceanum. LXXV ; Sillières 1990, 106 (n ° 46). Description de la voie par Sillières 1990, 290-316, et 580-586. On éclairera ces réalisations, datées du début de l’année 2 a.C., par les réflexions sur la symbolique de la conquête du monde : Nicolet 1988, 41-68.

11 Ces termes apparaissent sur les milliaires de Tibère et de Claude. Viam refecit : CIL, XII, 5441 = CIL, XVII, 2, 23 = ILN Antibes, 139 (Tibère) ; restituit et refecit : CIL, XII, 5446 = CIL, XVII, 2, 69 = ILN Fréjus, 182 (Tibère) ; refecit : CIL, XII, 5666 = CIL, XVII, 2, 288 (Claude).

12 Voir ci-dessous n. 33.

13 C’est un des résultats marquants de la composition des Res Gestae : les références à la position éminente d’Auguste (me principe : 13 ; 32.3 ; ante me principem : 30.1) n’apparaissent pas dans les chapitres à contenu institutionnel, mais dans les chapitres qui se réfèrent à la puissance du peuple romain, liés à la guerre et à la politique extérieure. Voir sur ces emplois Béranger 1953, 44-45, 47-49.

14 Ce caractère progressif semble évident lorsqu’il s’agit de la mise en place d’un pouvoir, peu à peu mis en place. On s’en tiendra aux remarques suggestives de Haverfield 1912, 195-197 sur Tac., Ann., 1.2.1 : posito triumuiri nomine, consulem se ferens et ad tuendam plebem tribunicio iure contentum. Voir aussi n. 51.

15 CIL, XII, 5454 = CIL, XVII, 2, 35 = ILN, Fréjus, 177 et CIL, XII, 5455 = CIL, XVII, 2, 36 = ILN, Fréjus, 178 pour la première série : Imp(erator) Caesar Augustus, imp(erator) X, tribunicia potestate X[I]. IIIII. ; CIL, XII, 5450 = CIL, XVII, 2, 72 = ILN, Fréjus, 179 et CIL, XII, 5444 et add. = CIL, XVII, 2, 26 = ILN, Fréjus, 180 pour la seconde série : [Imp(erator) Caesar Diui f(ilius) Aug(ustus), pontif(ex) maxumus, co(n)s(ul) XII, co(n)s(ul designat(us) XIII, imp(erator) XIIII], tribunicia potestate XX. VIIII.

16 CIL, XII, 5496 = CIL, XVII, 2, 82 = ILN, Apt, 150, sur lequel on a relevé une première rédaction entre le 1er juillet et le 31 décembre de l’an 3 a. C. et l’adjonction plus tardive du titre de père de la patrie, octroyé en 2 a. C. : pater [p]atria[e]. Im[p(erator)] Caesar Diui f(ilius) Augustus, pontifex maxumus, co(n)s(ul) XII, co(n)s(ul) designatus XIII, imp(erator) XIIII, tr[i]bunic(ia) [p]otestat[e]. XX[I].

17 Milliaires de la région de Nîmes, voir n. 10 ci-dessus. On se référera aussi aux documents cités dans les notes précédentes. Voici le texte modèle des milliaires érigés le long de la Via Sébastè en 6 a.C. (Waldmann 1981, 99-100, no 7 et pl. X, corrigé par Christol et Drew-Bear 1986, 51-53) : Imp(erator) Caesar D[iui f(ilius)] Augustu[s], pont(ifex) ma[xim(us)], [c]o(n)s(ul) X[I], desig(natus) XII, im[p(erator) XV], tri[b(unicia) po]test(tate) XIIX u[iam Seba]stem cura[nte] Cornuto A[qui]la [leg(ato)] suo pro pr(aetore) [f]ec[it]. XXIII. La mention du gouverneur de Galatie est l’élément caractéristique de ces textes, mais leur formulation montre de façon évidente comment s’exprime la décision et comment elle se réalise ensuite, le gouverneur n’étant que l’agent de l’empereur.

18 Un exemple sur la place du gouverneur, le cas de l’Afrique : Hurlet & Roddaz 2001. Les analyses de Lacey 1979 et 1996, notamment à propos de la diffusion des mentions de la puissance tribunicienne, ne tiennent pas compte suffisamment du rôle des représentants du pouvoir romain, quels qu’ils soient.

19 Mitchell 1976 (AE, 1976, 653) : est quidem omnium iniquissimum me edicto meo adstringere quod Augusti alter deorum alter principum maximus diligentissime cauerunt… ; plus loin le prince est qualifié de princeps optimus.

20 Béranger 1953, 186-217. ; sur les débats provoqués par l’idée selon laquelle la cura reipublicae serait une réalité institutionnelle, Ferrary 2001, 113-114 (avec présentation bibliographique, n. 53).

21 Mise en place du cadre d’ensemble par Christol 1999.

22 AE, 1952, 165 ; Seston 1954. Sur les vertus, voir aussi Lacey 1974, 181-184 et Lacey 1996, 94-98.

23 Il s’agit des lignes 23-27 de la Tabula Siarensis, examinées en détail par Le Roux 1988. À propos du monde grec, Millar cité ci-dessus. D’une façon plus générale, Eck 1996, 335-342.

24 Un bon exemple provient dans la province d’Afrique de la cité de Lepcis Magna (AE, 1940, 68 = IRT, 301) : Marti Augusto sacrum, auspiciis Imp(eratoris) Caesaris Aug(usti), pontificis maxumi, patris patriae, ductu Cossi Lentuli co(n)s(ulis), (quindecem) uiri sacris faciundis, proco(n)s(ulis), prouincia Africa bello Gaetulico liberata, ciuitas Lepcitana. Le rédacteur a dissocié, de façon explicite et avec la plus grande exactitude dans les termes, le pouvoir éminent d’Auguste en matière d’auspices et le rôle d’exécutant attribué au proconsul de la province. Sur ce texte voir Hurlet 2000, et sur les auspices d’Auguste en général Hurlet 2000b (pour ce texte de Lepcis 176-179).

25 Les travaux récents de Ramage 1987 et 1988 envisagent d’une façon un peu trop globalisante tous les éléments relatifs à ce qui est appelé la propagande impériale. Les inscriptions ne sont pas traitées de façon particulière. La mise en valeur de la victoire impériale est toutefois un aspect important à retenir.

26 Quelques observations rapides : Christol 1996, 59 ; Id. 1993-1998, (à propos de CIL, XII, 3155).

27 CIL, XII, 3148 et 3149 : Imp(eratori) Caesari Diui [f(ilio)] Augusto, co(n)s(uli) nonum, designato decimum, imp(eratori) octavom.

28 Kienast 1990, 61-67.

29 Sur la place du consulat dans le dispositif institutionnel des débuts du principat, Ferrary 2001, 101-115. Voir aussi les remarques de Béranger 1975b, 122-123.

30 L’exaltation du charisme victorieux et du rôle providentiel dans le fonctionnement de la res publica a été très tôt mis en évidence : par ex. Vitr. 1.1.

31 Tac., Ann., 1.3.7 : domi res tranquillae, eadem magistratuum uocabula.

32 Comme le soulignait déjà Haverfield 1912, 195-197.

33 On ne saurait trop insister sur l’originalité du praenomen imperator, puis sur l’originalité tout aussi forte du cognomen Augustus. Sur le premier point, Syme 1958, 172-188 ; voir aussi Millar 2000 et Combès 1966, cités ci-dessus, n. 6.

34 Le phénomène d’accumulation s’était précisé à l’époque césarienne, puis à l’époque triumvirale. Pour les inscriptions de César, Raubitschek 1954, pour le contexte des cités grecques. Du côté italien, CIL, XI, 2653 = ILS, 70 : [C(aio) Iul[io Caesari im[p(eratori)], dictat(ori) iteru[m, pont]ufici max[umo, aug(uri), c]o(n)s(uli) patrono mu[nicipi], d(ecurionum) c(onsulto). On retiendra aussi les remarques de Combès 1966, 101-110, avec les tableaux récapitulatifs sur les emplois d’imperator.

35 Problème posé par Millar 2000, 4-7, à propos de la période entre 31 et 27 a.C., à partir de l’article de Rich et Williams1999. Cette attitude dans le domaine politique rejoint celle adoptée dans le domaine religieux : Fishwick 1987, 72-93. Voir aussi les remarques de Béranger 1975b, 124-131.

36 Price 1984, 51-52.

37 Nous rappellerons que dans les débats sur les origines du principat, l’éventualité de l’octroi de ce titre de princeps à Auguste, dans le cadre institutionnel le plus strict, avait rebondi à propos de l’étude de Seston 1954 sur le clipeus uirtutis, avec l’intervention d’André Piganiol à la suite. On prendra appui sur la mise au point de J. Scheid dans Jacques et Scheid 1992, 1-46, part. 38-42.

38 CIL, XII, 3150.

39 L’affectation de l’édifice sur la façade duquel se trouvait l’inscription est incertaine. Mais, s’il s’agissait d’un édifice du culte impérial, il faudrait suivre l’avis exprimé par D. Fishwick sur des inscriptions analogues : “… the wording of these various epigraphical texts makes clear that the emperor is adressed in his ‘menschliche Wesenheit’”, cf. Fishwick, 1991, 439.

40 Ferrary 2001, 108-111, 117-120, 123-124, 153-154 (qui nuance à plusieurs reprises les travaux de Lacey cités à la note suivante).

41 ILS, 6753. Pour la date de 20 a.C. comme terminus ante quem : Barnes 1974, 21 et 26, ainsi que Kienast 1991, 63 et 66. Sur les premières mentions de la puissance tribunicienne, Lacey 1979, 29-30 et Lacey 1996, 159-160.

42 CIL, XII, 3151 : Imp(erator) Caesar [D] iui f (ilius) Augustus, [c]o(n)s(ul) X[I], trib(unicia) pot(estate) VIII portas muros[q(ue)] col(oniae) dat.

43 Roddaz 1984, 416-417, à propos de l’inscription du théâtre de Mérida (CIL, II, 474 = ILS, 130).

44 Ferrary 2001, 130-137.

45 Yavetz 1984, particulièrement p. 5-6, 8, 13-14, et surtout p. 14-20.

46 On partira de la distinction qui apparaît dans une inscription postérieure de presque un demi-siècle à l’époque d’Auguste. Il s’agit de l’inscription qui se rapporte à l’affichage et à la reproduction de l’édit de l’empereur Claude de ciuitate Anaunorum (CIL, V, 5050 = ILS, 206 = FIRA2, 1, p. 417-419, no 71). On trouve d’abord, dans les lignes consacrées à l’annonce de l’affichage :… edictum Ti. Claudi Caesaris Augusti Germanici propositum fuit id quod infra scriptum est. Puis vient le texte de l’édit reproduit intégralement, avec l’inscriptio (ou praescriptio ou intitulatio) originale : Ti. Claudius Caesar Augustus Germanicus, pont(ifex) maxim(us), trib(unicia) potest(ate) VI, imp(erator) XI, p(ater) p(atriae), co(n)s(ul) designatus IIII, dicit. E. Volterra a attiré l’attention sur ce phénomène de contraction des textes officiels, qui est bien vérifié dans la partie initiale, ce qui n’a pas suscité les mêmes polémiques que les points de vue de ce savant sur la partie normative : Volterra 1971, 925-937. Dès l’époque augustéenne on trouve les deux types d’inscription : soit l’énoncé complet, comme dans les inscriptions de Rhosos (ci-dessus n. 7), soit l’énoncé réduit, comme dans une inscription d’Aphrodisias (Reynolds 1982, 104-113, no 13), qui est toutefois d’une interprétation délicate, comme le montre le commentaire. Ces formes abrégées, dont la gravure suit incontestablement d’autres intentions, apparaissent surtout dans la documentation numismatique : RPC, I, 2, 769-770 (indices).

47 Schilling 1979, 47-48 ; pour la dénomination du prince Magioncalda 1991, 8-10.

48 Dans l’examen de ce document se superpose la problématique des développements du culte impérial : Demougeot 1968, 61-62 ; Fishwick 1969.

49 On trouvera des parallèles dans les décrets de Pise (CIL, XI, 1420-1421 = ILS, 139-140).

50 On trouvera un point de comparaison dans l’inscription de Lepcis mentionnées à la n. 24.

51 Tac., Ann., 1.2.1, qui met en évidence le consulat et la puissance tribunicienne : Haverfield 1912 ; Lacey 1996, 3-4 (avec n. 8), 63, 113. Voir aussi ci-dessus n. 40-41.

52 RGDA, 10 et 35 ; Tac., Ann., 1.9 ; Magioncalda 1991, 11-13 ; Lacey 1996, 154-167, approuvé par Ferrary 2002, 117 n. 69.

53 On relèvera les rapprochements possibles avec CIL, XI, 1421 = ILS, 140 : Augusti patris patriae [po]ntif(icis) masxumi custodis imperi Romani totiusque orbis terrarum praesi[dis f]ilium

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540