Version classiqueVersion mobile

Pagus, castellum et civitas

 | 
Samir Aounallah

V - Du pagus, district colonial, à la cité

Texte intégral

Le pagus dans la colonie : quelques mises au point

1Il y a lieu d’emblée de discuter deux thèses étroitement liées, et souvent soutenues chaque fois qu’il est question du pagus, district d’une colonie romaine.

  • 1 Plin., Nat., 5.29 : oppida ciuium Romanorum XV.
  • 2 La seule occurrence proche de la formule plinienne se rencontre à Masculula, sur une dédicace au di (...)
  • 3 Ci-dessus, p. 65.
  • 4 Ci-dessus, p. 62-64.
  • 5 Pagus et ciuitas à : Agbia, Avensa, Numlulis, Siviri(s) et Thugga.

2La première considère que tous les membres du pagus sont citoyens romains à tel point qu’il paraissait normal de les appeler pagi ciuium romanorum, formule forgée par analogie à partir des oppida ciuium Romanorum de Pline l’Ancien1, mais qui ne se rencontre jamais dans le langage épigraphique2. Cette dénomination ne peut qualifier que quelques communautés dont essentiellement les deux pagi de vétérans, ceux de la Fortune et de Mercure. Ici et là, les membres du pagus se nomment ciues Romani pagani ueterani pagi Fortunalis et pagani pagi Mercurialis ueteranorum Medelitanorum3. C’est aussi le cas du “pagus” d’Uchi Minus constitué sous Auguste sur le territoire du castellum uchitain et dont les membres sont selon toute vraisemblance, et dès la création, des colons et ciues Romani4. La même solution pourrait être appliquée à l’ensemble des pagi jouxtant des communautés pérégrines5, juxtaposition plus connue en épigraphie par l’expression pagus et ciuitas, car, dans ce cas, rien ne justifiait la constitution de deux communautés dans le même oppidum si, à l’origine, elles n’étaient pas juridiquement opposées et naturellement séparées. Les pagani sont exclusivement romains, les autres sont des pérégrins et citoyens de leurs ciuitates.

  • 6 Si l’on suit H.-G. Pflaum 1970, 83, dans le même sens Beschaouch, BAC 1999, 106-107. Voir ci-dessus (...)
  • 7 Cf. Ben Abdallah et Sanna, dans Uchi Maius I, 283-326, en particulier p. 320-324.
  • 8 Edinia Nampapina (CIL, 26289 = Uchi Maius, 2, no 134, p. 292-293) ; Malltus Victorianus, (AE, 1997, (...)
  • 9 Cf. Notice de Thibaris, p. 79-81.

3En revanche, il n’est pas aisé de se prononcer sur Uchi Maius et Chiniava dont Pline nous apprend qu’elles étaient des oppida ciuium Romanorum, ce qui doit signifier, suivant la logique du même auteur et plus globalement de l’administration romaine, qu’elles étaient exclusivement peuplées de citoyens romains. À Chiniava, nous avons vu que l’oppidum de citoyens romains était peut-être un pagus6 comprenant une forte communauté pérégrine, étrangère au pagus mais résidant sur son territoire et devenue plus tard, à une date que nous ignorons, une ciuitas, comme on doit le comprendre de l’expression ordo peregrinorum Chiniavensium. À Uchi Maius, l’épigraphie fait connaître quelques pérégrins, certes très peu nombreux, mais à propos desquels un commentaire est nécessaire7. On les reconnaît soit parce qu’ils portent un nomen unicum, soit aussi lorsqu’il s’agit de citoyens, à leurs cognomina africains ou à leur filiation par le nom unique du père8. On peut penser que ces pérégrins sont les descendants de ceux que la borne de Phileros appelle Uchitani et qui s’opposent dans ce contexte aux coloni du futur “pagus” des Uchitani Minores. Octave-Auguste a pu verser, en même temps ou peu de temps après, un bon nombre d’entre eux dans la cité romaine, en respectant ainsi le passé marien de la localité et son engagement aux côtés de l’armée romaine dans le conflit qui l’opposa à Jugurtha à la fin du second siècle a.C. Certains, peu nombreux sans doute, furent exclus du bienfait et restèrent dans leur condition juridique antérieure, celle de pérégrins. La situation doit être identique à Thibaris, lui aussi un pagus dont l’origine remonte à Marius et où se rencontrent des pérégrins, toujours en petit nombre9. À Chiniava, Uchi Maius et Thibaris, à la différence de ce que nous observons à Thugga ou Numlulis, ces peregrini n’ont pas formé des ciuitates.

  • 10 Pflaum 1956, 134.
  • 11 Pflaum 1974/75, 25.
  • 12 À Aubuzza, on recense 40 citoyens romains pour deux pérégrins seulement : Ogulnia (ILTun, 1632) et (...)
  • 13 Ci-dessus, p. 89-90.

4Dans les pagi/castella de la Cirtéenne et de Sicca des pérégrins se rencontrent aussi, en assez grand nombre pour permettre d’affirmer que nous ne sommes pas en présence d’une organisation fondamentalement romaine. H.-G. Pflaum a étudié l’onomastique de deux de ces organismes et a relevé que pour 1271 noms, Celtianum a livré 42 attestations de pérégrins (3,3 %)10 ; à Tiddis, il a compté 16 pérégrins sur un total de 525 noms (3 %)11. Ce sont des taux à peu près comparables à ceux que nous rencontrons dans les environs de Sicca12 mais ici on doit en outre observer que sous Antonin, un des dignitaires, curateur et flamine perpétuel, du castellum Aubuzensium est pérégrin comme le montre sa dénomination et sa double filiation utilisant les noms du père et du grand-père :… curatore Severo Silvani Vindicis, flam. p.p13.

  • 14 Chastagnol 1990, 578.
  • 15 Ainsi à Dougga, Nampamo a donné naissance au gentilice Nampamonius…
  • 16 C’est le cas à Dougga d’un des premiers pérégrins naturalisés romain : Iulius Venustus, fils de Fau (...)
  • 17 Cf. surtout le cas de Dougga où la population pérégrine ne représente que 23 % du total des individ (...)
  • 18 Cf. Par exemple à Giufi, encore ciuitas en 228 (CIL, 23994… ciuitas Giufitana) ; elle devint munici (...)
  • 19 Voir nos remarques dans Mourir à Dougga, p. 78.

5Certes, ces proportions relevées ici et là sont très faibles par rapport au nombre des citoyens romains, mais les pérégrins devaient être plus nombreux au début de l’Empire et tout le long des deux premiers siècles. Ailleurs, dans la colonia Iulia Augusta Reiorum Apollinaris, A. Chastagnol a constaté “que les inscriptions relatives aux citoyens romains sont à la fois plus nombreuses, plus développées et plus explicites” phénomène qu’il explique par le fait que les “pérégrins étaient moins riches, moins influents, moins élevés socialement14”. Mais les spécialistes de l’onomastique doivent être toujours attentifs aux dénominations des ciues novi qui, une fois naturalisés, sont tenus de changer de nom en ajoutant, conformément aux réglementations de l’administration romaine, un gentilice à leur ancienne dénomination pérégrine composée d’un nomen unicum ou d’un double nomen suivi, selon les cas, du nom du père, du grand-père, voire de l’arrière-grand-père. Certes, en beaucoup de cas, on constate que ceux-ci forgent leurs nouveaux gentilices à partir d’un nomen unicum puisé dans le répertoire local, le plus souvent le leur, celui du père ou de l’un des ancêtres15. Mais d’autres adoptent volontiers un nomen impérial ou un autre gentilice latin16, généralement celui du gouverneur ou de la personne par l’entremise de laquelle ils sont devenus citoyens romains, ce qui empêche donc d’évaluer avec plus ou moins de précision l’importance numérique de l’élément pérégrin dans les sociétés de l’Empire17. À cela s’ajoute le fait que les inscriptions qui concernent les pérégrins sont en principe moins étalées dans le temps puisque, sauf rares exceptions18, elles furent gravées avant la constitution antonine de 212, ou, tout au plus, une génération après. De surcroît, dans les localités influencées par les premières colonies, comme Cirta, Sicca et Carthage, la romanisation des pérégrins fut plus précoce et plus rapide qu’ailleurs19.

6Ces constatations à propos du peuplement des pagi traduisent bien une réalité qui touche au statut des terres. C’est encore dans la Cirtéenne que nous sommes le mieux informés grâce à une série de bornes trouvées à Sigus. Elles montrent que les terres du pagus étaient réparties en quatre catégories différentes :

    • 20 Agri Cirt[ensium] publici de c(olonia ?) ; cf. notice de Sigus, p. 94-95.

    les terres publiques des Cirtéens20 ;

    • 21 A(ger) a(cceptus) C(irtensium) ou agri Cirtens(es) acceptari(i) ; cf. notice de Sigus, p. 94-95.

    les terres privées des Cirtéens21 ;

    • 22 A(ger) p(ublicus) Sig(uitanorum) ; cf. notice de Sigus, p. 94-95.

    les terres publiques des Siguitani22 ;

    • 23 A(ger) d(iuisus) S(iguitanis) ; cf. notice de Sigus, p. 94-95.

    et enfin les terres privées des Siguitani23.

  • 24 N’est-ce pas là une traduction de ce qu’une inscription de Thignica appelle utraque pars ciuitatis (...)
  • 25 Ci-dessus, p. 64. Sur cette borne, voir Pflaum 1953.
  • 26 Ci-dessus, p. 85 sq. Le témoignage de deux bornes qui font mention des Siccenses n’est pas explicit (...)
  • 27 Ci-dessus, p. 59-60.
  • 28 AE, 1950, 44 Diuo Augusto et Tiberio Caesari Aug(usti f(ilio) Aug(usto) sacrum, ueterani pagi Scuna (...)

7Nous ignorons si une telle répartition des terres prévalait dans tous les pagi de la confédération24. L’inscription de Ksar Mhijiba, qui date de l’année 26 a.C., mentionne sèchement une attribution de terres aux colons25 ; ces lots distribués doivent correspondre à ce que les bornes de Sigus appellent l’ager acceptus Cirtensium ou encore les agri Cirtenses acceptarii (les terres privées des Cirtenses). Cette nette distinction entre les propriétés relevant de la colonie et celles qui relèvent de Sigus doit avoir une signification fiscale. Les terres publiques de la colonie ou du pagus sont des biens communaux que les deux collectivités peuvent affermer. Nous ne disposons pas de témoignages épigraphiques suffisamment clairs au sujet des publica Siccensium26. En revanche, Carthage possédait des terres publiques sur lesquelles nous sommes renseignés par l’inscription de Formiae27. Ces terres se trouvaient dans les 83 castella qui étaient dans sa dépendance et dont elle pouvait affermer les vectigalia pour une durée de cinq ans. On peut hasarder qu’une partie de ces terres fut distribuée aux colons carthaginois par la colonie elle même, donc sur ses terres, comme cela est arrivé à Narone en Dalmatie où les vétérans du pagus Scunasticus reçurent des terres appartenant à la colonie28, détail qui pourrait bien expliquer le rattachement de nombreux pagi à la colonie de Carthage ainsi que le net retard de leur affranchissement.

8Revenons aux Siguitani. Si les terres privées ont, elles aussi, fait l’objet d’une limitation, c’est parce que les unes, celles des coloni Cirtenses, étaient exemptes, les autres, celles des Siguitani, ne l’étaient pas. C’est justement ce que nous apprend une belle inscription de Thugga (fig. 1), à propos des terres relevant de la pertica des Carthaginois. D’après cette inscription, la pertica jouissait de l’immunité et, à bien l’interpréter, le pagus de Thugga, situé à plus d’une centaine de kilomètres à l’ouest de Carthage, en faisait partie.

AE, 1963, 94 = DFH, 50, p. 145-147, base incomplète en haut et en bas —

---/XV uir(o) sacr(is) fac(iundis), leg(ato) pro pr(aetore) / Imp(eratoris) Neruae Traiani Caes(aris) Aug(usti) / Germ(anici) Dacici prouinciae Aquitanicae, / [de] fensori immunitatis perticae / Carthaginensium, / Q(uintus) Marius, Q(uinti) f(ilius), Arn(ensi), Faustinus, leg(atus) ob / eam causam ex d(ecreto) d(ecurionum) [---] / --- :“… À [un tel], quindecimuir
des rites sacrés, légat propréteur pour la province d’Aquitaine de l’empereur Nerva Trajan César Auguste, vainqueur des Germains et des Daces, défenseur de l’immunité de la pertica des Carthaginois. Quintus Marius Faustinus, fils de Quintus, de la tribu Arnensis, envoyé pour cette affaire par décret des décurions…”.

Date : entre 102 et 116.

  • 29 Cf. aussi Christol 2005, 186 : “Si l’hommage provient de Dougga et s’il révèle par la seule localis (...)
  • 30 Cl. Poinssot 1962, 61, retient deux possibiltés : FVNC[tus…] ou SVA IM[pensa…], tout en admettant l (...)
  • 31 À l’exception de l’hommage à M. Licinius Rufus par le pagus Thuggensis, ex d. d. (CIL, 15529 = AE, (...)
  • 32 Voir notre tableau et ci-dessus, p. 136-138.

9Le texte fait surgir une difficulté que la lacune de la fin empêche de résoudre : Q. Marius Faustianus a été envoyé à la suite d’un décret des décurions (ex d.d.), sans que l’on puisse dire si ce decretum est celui du pagus de Thugga ou celui de Carthage, puisque c’est elle, à travers sa pertica, qui est la principale concernée dans l’affaire29. À la suite de d.d., on voit le haut de quelques lettres qui ne peuvent en aucun cas appartenir au mot pagus30. À ce détail, s’ajoute le fait que durant tout le premier siècle, l’épigraphie du pagus n’a pas livré des mentions régulières31 de définitions juridiques propres au pagus qui ne commencent à apparaître de manière quasi systématique sur la majorité des inscriptions publiques qu’à partir d’Hadrien32.

  • 33 Particulièrement Pflaum 1970, 75-76, Gascou 1972, 172-187, 190 et 1982a, 201-202 et L. Maurin, dans(...)
  • 34 DFH, 50, p. 146-147.
  • 35 Voir aussi Gascou 1980, 140-141 qui pense que l’immunité (certainement foncière) fut accordée à Car (...)
  • 36 Jacques 1992, 149.
  • 37 Ou une autre tribu, telle la Papiria conférée aux Calpurnii, cf. la notice de Thugga, p. 122-123, n(...)
  • 38 DFH, p. 147.

10L’inscription, dédiée à un personnage de rang sénatorial mais dont le nom et l’origine sont inconnus, a été abondamment commentée33. Le débat, qui a été résumé par L. Maurin34, se devait de répondre à une question à la fois simple et compliquée : pourquoi y avait-t-il un defensor de l’immunité de la pertica ? Cela signifiait-il que cette immunité était menacée et mise en cause, bref qu’elle n’était accordée à la colonie qu’occasionnellement35 ? On doit constater à la suite de Fr. Jacques qu’un “bienfait consenti par un empereur ne liait pas ses successeurs et, normalement, les cités demandaient à tout nouvel empereur la confirmation de leurs privilèges36”. L’ambassade de Faustinus est peut-être une simple démarche administrative et non isolée. L’autre point qui mérite d’être débattu et qui a été aussi soulevé par L. Maurin concerne l’identité de cette pertica : à savoir si c’est l’ensemble de la pertica qui est concerné ici ou seulement une partie de celle-ci, ce que L. Maurin appelle la “pertica Carthaginiensium de Dougga”. On le suivra volontiers quand il préfère cette dernière solution en soutenant que Q. Marius Faustinus pourrait être le délégué du seul pagus Thuggensis dont l’immunitas aurait été menacée à la suite de l’intégration des notables les plus en vue de la ciuitas comme membres du pagus et du coup citoyens de Carthage où ils pouvaient devenir magistrats, étant inscrits dans la tribu Arnensis. De la sorte, ils pouvaient profiter d’un privilège qui ne les concernait pas à l’origine ; et c’est là justement qu’intervient l’administration impériale en excluant les nouveaux pagani de ce bienfait pour le réserver seulement aux membres du pagus inscrits dans l’Arnensis. Dès lors l’accès au pagus fut conditionné par l’inscription “au moins à titre transitoire, dans la tribu Quirina37 et non dans l’Arnensis, afin qu’ils ne fussent pas assimilés purement et simplement aux Carthaginienses, bénéficiaires de l’immunité de l’impôt foncier38”.

  • 39 CIL, 26524 = ILAfr, 521. Sur l’expression pago patriae et plus généralement sur la topographie urba (...)
  • 40 Nous avons là la réponse à la question que s’est posée Cl. Poinssot 1969, p. 234 : “Comment nier, d (...)

11Tout devient clair, en effet, si on admet que tous les membres des pagi ne sont pas nécessairement citoyens de la colonie à laquelle ils sont rattachés et que, par conséquent, ils ne peuvent pas tous bénéficier des privilèges concédés par l’empereur à la colonie. La preuve est fournie par Q. Gabinius Felix Faustianus demeuré à Thugga, comme l’atteste son inscription dans la tribu Quirina, et donc non carthaginois, qui offrit sous Antonin le portique du forum pour le pagus, sa patrie (pago patriae)39. C’est là l’autre thèse qu’il fallait nuancer40.

12Il semble même, et cela peut paraître curieux, que les pagi exclusivement romains et qui semblent avoir vécu dans une espèce d’autarcie loin des communautés indigènes, comme ceux de la Fortune et de Mercure et sans doute celui des Uchitani minores, ne soient jamais parvenus à la pleine autonomie et furent par la suite rattachés administrativement à la cité dans laquelle ils avaient été constitués.

13Comment cette évolution vers l’autonomie municipale ou vers le retour à la case de départ s’est-elle produite ?

Les débuts “difficiles” du pagus ou l’intervention constante de la colonie mère

  • 41 RGDA, 16-17.
  • 42 On sait par Tacite, Annales, 14.31 que les nouveaux colons, aidés par les soldats, pouvaient s’adon (...)
  • 43 Les objets archéologiques récoltés dans le forum romain : chapiteaux historiés, chapiteaux éoliques (...)
  • 44 Khanoussi 1993, 597-602.
  • 45 Voir nos remarques dans Aounallah 2001, 179-182.

14Nous ignorons comment Rome a accordé des terres à ses colons, par simple confiscation ou par achat, comme le prétend Auguste dans ses Res Gestae41. Nous ignorons aussi quelle a été l’attitude des communautés locales qui étaient déjà installées au moment des distributions de terres42. Le problème se pose en particulier pour les communautés du type de Dougga où des colons furent installés dans le même oppidum qu’il a fallu alors partager, quitte même à occuper des espaces sacrés et publics relevant auparavant de la communauté pérégrine43. Il y a donc lieu de ne pas retenir l’hypothèse de M. Khanoussi suivant laquelle, il n’y a jamais eu de commune double à Thugga44. Cette hypothèse, l’épigraphie plus que l’archéologie, nous le montre, convient parfaitement à Thignica, ciuitas à deux partes, dans laquelle vivaient citoyens romains (et peut-être également carthaginois ?) et pérégrins ; les deux éléments se distinguaient par l’origo et le statut juridique, mais tous les deux vivaient dans le même oppidum non divisé et étaient de plus citoyens Thignicenses45. Or, à Thugga, c’est le schéma opposé qui a existé : un pagus romain et une ciuitas pérégrine que tout séparait au départ.

  • 46 Nicolet 1988, 159-164 et Aounallah 2003, 256.
  • 47 État de la question par L. Maurin DFH, 29, p. 78-80.
  • 48 Au départ, cette rue a pu servir de “frontière” entre le pagus et la ciuitas.
  • 49 Ci-dessus, p. 107-108, no 13 : le temple, encore anonyme, a été construit in [amorem] ciuitatis sua (...)
  • 50 Ci-dessus, p. 109, no 20.

15On n’insistera pas trop sur les raisons fiscales qui ont motivé cette séparation46, mais d’autres raisons ont pu la commander. L. Poinssot a déjà relevé que la “ville” des colons s’étendait au sud, dans le quartier du forum et aux alentours de celui-ci, dans un secteur déjà occupé et qui de surcroît nécessitait d’importants travaux de nivellement47. Pourquoi ce choix et cette recherche de la difficulté ? On peut hasarder une hypothèse qui mériterait une recherche plus approfondie sur le terrain : les colons se sont installés non loin de la source de Aïn Mizeb qui devait leur appartenir dès leur installation et dont le point de départ se trouve au nord-est de la nécropole mégalithique. En revanche, la partie de l’oppidum relevant de la ciuitas doit être recherchée non pas au nord, autour de l’aire de Ba’al comme le disait L. Poinssot, mais plus au sud, peut-être à partir de la rue48 qui longe le temple de Dar Lachhab, monument de la ciuitas49, et de la maison de Vénus près de laquelle, à la fin du iie siècle, entre 184 et 187, la ciuitas Aurelia fait construire un nymphée recueillant les eaux depuis la source [M]occolitane50. L’appropriation de l’eau a pu donc au départ commander et peser sur le choix de la partie de l’oppidum qu’il fallait réserver à la communauté nouvellement installée, contrainte à vivre pour quelques années en campement et sans commodités et qu’on pouvait “légitimement” soustraire à l’ancienne communauté déjà confortablement établie.

16L’eau a donc pu au départ influer sur la topographie urbaine de Thugga et imposer une stricte séparation que les témoignages épigraphiques du début du premier siècle de notre ère ne font que fortement confirmer.

  • 51 Sur le pagus et la ciuitas de Thugga, cf. Aounallah 2003.

17On doit observer à propos des pagi du type de Dougga51 comme Agbia, Avensa, Numluli(s) et Siviri(s), qu’ils portent tous le même nom que celui de la ciuitas pérégrine et cela malgré la séparation juridique qu’on y constate. Comme si, dès leur constitution, les deux communautés étaient condamnées à vivre ensemble, à se rapprocher petit à petit et enfin à se fondre en une seule communauté ! Mais il s’agit là d’une situation d’aboutissement, au terme d’un processus assez long, durant lequel le pagus s’est détaché petit à petit de la colonie, pour se rapprocher de plus en plus de la ciuitas, et qui a vu en définitive les deux communautés s’unir, marquant ainsi la “fin” des pagi. C’est surtout à Dougga que nous pouvons saisir cette évolution et cela dès le début du premier siècle de notre ère, dès Tibère et Caligula.

  • 52 Cf. notre discussion ci-dessus, p. 100 sq., no 1.

18Quatre inscriptions gravées entre le principat de Tibère et 43 de notre ère présentent de nombreuses similitudes. Toutes célèbrent les premiers travaux publics dans le quartier du forum, propriété du pagus. La première, la plus ancienne sans doute52, signale la restauration de bâtiments (non identifiés), dont une aedes, détériorés par un incendie. On voit intervenir ici un Carthaginois pour superviser les travaux de restauration, en la personne de L. Vergilius, P. f., Arn., Rufus. Ce Carthaginois dont le nom est placé en tête des intervenants, est curateur des travaux ; c’est le patron du pagus, M. Licinius Tyrranus, affranchi du célèbre M. Licinius Rufus, qui en assume les frais. M. Licinius Tyrranus se distingue par le fait qu’il a été l’unique patron du pagus d’origine servile, détail qui doit signifier que le pagus était encore à ses débuts et qu’il manquait de personnel qualifié ou suffisamment fortuné, capable d’assumer les frais du chantier. Cela change dès la fin du règne de Tibère : désormais, ce sont des magistrats de Carthage, essentiellement des duumviri, qui présideront aux dédicaces et aucun affranchi n’est plus attesté par la suite dans les cérémonies dédicatoires.

  • 53 Ci-dessus, p. 105, no 2.
  • 54 Ci-dessus, p. 105, no 3 : C. Pomponius Restitutus intervient sans doute comme simple évergète.

19En effet, en 36/37, une autre inscription commémore les travaux de pavage du forum et de la cour devant le temple du prince au pouvoir (templum Caesaris), alors Tibère, la construction d’une ara Aug(usti), d’un sanctuaire de Saturne et d’un arc53. Cette fois, c’est un duumvir de Carthage qui dédie les monuments, mais c’est le patron du pagus qui paye les travaux avec ses deux fils. La troisième inscription, bien qu’incomplète en haut, célèbre peut-être la construction d’un temple aux frais d’un membre du pagus54, alors que le monument est dédié par un haut personnage, magistrat de Carthage et membre de l’ordre équestre.

  • 55 Ce que suggère le verbe dedicauit.
  • 56 Ci-dessus, p. 105, no 4 :… C. Caesetius, C. f. Arn., Perpetuus… patro[n] us pagi Thuggensis…

20Dans tous les cas, nous avons affaire à des Carthaginois qui célèbrent la dédicace et dont les noms sont toujours placés en tête, ce qui, en soi, est suffisant pour admettre la préséance de leur cité, Carthage55. Dans tous les cas aussi, c’est un membre du pagus qui, seul ou avec d’autres membres de sa famille, assume les frais de la construction. On notera au passage un détail, même si on le retrouve par la suite, dans le courant du IIe siècle, qui n’est peut-être pas dû au hasard à ce moment-là : le pagus, associé dans les trois premiers cas à la fonction de patronus, n’est pas qualifié de Thuggensis comme s’il était encore foncièrement carthaginois et non Thuggensis. La dénomination complète du pagus accompagnée de son ethnique Thuggensis56 apparaît pour la première fois dans l’inscription de l’arc de Caligula, martelée puis retouchée pour Claude en 43. Ce qui change aussi ici, c’est que le personnage qui construit le monument est pour la première fois formellement attesté comme magistrat de Carthage où il a été prêtre de Cérès de l’année 68, édile, préfet pour dire le droit de la colonie de Carthage et enfin patron du pagus, alors qu’auparavant les exécuteurs évergètes n’étaient que patroni pagi et sans doute simples membres. Sur cette inscription, le patronat apparaît deux fois : dans le cursus du dédicant (patronus pagi), puis (patronus pagi Thuggensis) dans le cursus du donateur et qui doit être un membre du pagus, puisque, à travers ses fils, sa famille est impliquée dans l’affaire.

  • 57 Dans le courant du second siècle, surtout dès Hadrien, le patronat conjoint devient presque une règ (...)
  • 58 Sur cette préfecture cf. toujours Gascou 1990, en particulier 376-380.

21Il ne peut y avoir que deux explications. La première est que le patronat du pagus était au départ un simple titre lié à la préséance du magistrat carthaginois, fonction dont il pouvait se prévaloir dans tous les pagi de la colonie57, comme l’est la préfecture pour dire le droit58 charge, qui s’exerce normalement sur l’ensemble de la pertica ou du moins sur quelques pagi. Ce qui explique sans doute le fait que la ciuitas n’est jamais patronnée à cette époque par des magistrats de Carthage. En effet Crassus, dont le cursus est rédigé dans l’ordre direct, était au moment de la dédicace patronus pagi, honneur qui lui donnait en outre le pouvoir juridictionnel de signer l’hommage : dedicauit. Au même moment, l’exécuteur de la dédicace était aussi patron du pagus Thuggensis. Or, à aucun moment, le patronat, comme le sont d’ailleurs le flaminat et la préfecture pour dire le droit, n’apparaît comme collégial.

22La seconde hypothèse se déduit de la première : le vrai nom du pagus complété par l’ethnique Thuggensis n’est apparu que dans un second temps, lorsque, après quelques générations, les membres du pagus se considéraient désormais de plus en plus Thuggenses et de moins en moins Carthaginienses, mais aussi lorsque les patrons se recrutaient désormais parmi les membres du pagus.

  • 59 CIL, 26580 : Passieno Rufo, tribuno mil(itum) legionis XII Fulminatae, Pas[sieni Rufifilio, [Thug]g (...)
  • 60 Bouard et al. 1977, 211.
  • 61 Notice de Thugga, no 1.
  • 62 DFH, 37, p. 109-110 = AE, 1966, 512 L(ucio) Terentio Romano patri carissimo, cui cum populus Thugg( (...)
  • 63 Notice de Thugga, no 20 et DFH, 36, p. 102-109.

23On doit sans doute tirer argument de la dédicace par les Thuggenses à Passienus Rufus (fig. 2), dont le père aurait été le consul de l’an 4 et le proconsul d’Afrique en exercice vers 5/7 ou 6/8 de notre ère59. L. Maurin, à la suite d’autres savants, a bien relevé que le style de l’écriture ne pouvait convenir à la période augustéenne60, qu’il pourrait donc s’agir d’un hommage tardif (hypothèse qui a sa préférence) ou d’une copie d’une ancienne inscription que l’incendie de l’époque de Tibère61 a pu, immédiatement ou avec le temps, rendre illisible. Dans les deux cas, comme on doit le penser, le vocabulaire choisi doit renvoyer à une réalité qui remonte à l’époque du proconsulat de Passienus Rufus, donc aux origines romaines de Thugga. Les rédacteurs font toujours attention au vocabulaire utilisé, comme nous le montre plus clairement encore la dédicace à L. Terrentius Romanus (fig. 3)62. Le texte a sans doute été gravé après sa mort, lorsque le municipe se constitua, mais se rapporte à une action antérieure qui concernait et impliquait la seule communauté pérégrine, en rapport avec la construction de l’aqueduc et du nymphée par et pour la ciuitas Aurelia Thugga63. Les références à l’ancien statut (de ciuitas) comme au nouveau statut (de municipe) ont été soigneusement omises pour être remplacées plus vaguement par populus Thugg(ensis) et respublica.

  • 64 Bouard et al. 1977, 222-223, préfèrent croire “que ce sont les seuls membres de la ciuitas qui sont (...)
  • 65 Ci-dessus, p. 61.
  • 66 Ci-dessus, p. 64.
  • 67 En théorie, rien n’interdit l’existence à Thugga d’un conventus ciuium Romanorum transformé au plus (...)

24Dans l’hommage à Passienus Rufus, les Thuggenses ne peuvent être que les gens de la communauté pérégrine64, tout comme le sont les Uchitani de la borne de Phileros. Cela ne veut-il pas dire aussi que les autres ne sont pas encore Thuggenses, mais encore des coloni, comme le sont les coloni de la borne de Phileros65 et ceux de Ksar Mhijiba66 ? Il se peut aussi qu’à ce moment, le pagus de Thugga n’existait pas encore officiellement ( ?)67.

  • 68 Voir Christol 2005-2006, 173.

25Cette nette distinction entre le donateur d’un côté et le dédicant de l’autre, toujours carthaginois et d’une position bien supérieure, traduit parfaitement le rattachement et l’attribution du pagus à la colonie. Cette situation s’explique certes par des contraintes de droit public68, mais elle éclaire parfaitement le statut du “jeune” pagus ne disposant visiblement d’aucune institution propre, donc non habilité à prendre des decreta et vivant jusque-là en totale rupture avec sa voisine toute proche, la ciuitas.

  • 69 Ci-dessus, p. 37 sq.
  • 70 Beschaouch 1997c, 62-67.
  • 71 Voir aussi Poinssot 1969, 236-237 : “On peut supposer qu’à l’origine, le pagus – circonscription te (...)

26Il convient dans ce cas de ne pas surinterpréter la fameuse dédicace au divin Auguste et à Claude qui fait apparaître pour la première fois, en 48/49, la ciuitas pérégrine. Car là aussi, c’est un magistrat carthaginois, également patron du pagus, qui dédie l’hommage, et ce sont les autorités de la ciuitas, des sufètes pour l’essentiel, qui payent le monument69, détail que A. Beschaouch interprète comme signe de subordination de la ciuitas à la colonie de Carthage70. Cette intervention du magistrat carthaginois doit s’expliquer différemment : à cette date, le “jeune” pagus, toujours dépourvu d’institutions propres, ne pouvait signer avec la ciuitas l’hommage officiel71. Le recours à C. Artorius Bassus, magistrat de Carthage, mais aussi patron du pagus et en mission dans les environs pour combattre les criquets, devient ordinaire dans ces conditions et doit signifier de plus un changement pour Thugga, pagus et ciuitas réunis. Désormais les deux communes vont se rapprocher, timidement au départ, puis de manière accentuée dès le principat d’Hadrien, au fur et à mesure que le pagus se dote d’institutions propres et devient ainsi presque une cité.

Le pagus face à la colonie : la naissance des institutions propres au pagus

  • 72 Ci-dessus, p. 101-103, no 1.
  • 73 Ci-dessus, p. 101, no 1.
  • 74 Ci-dessus, p. 100-101, no 1.

27En effet, à peu de temps de là, après 54, apparaît pour la première fois le patronat conjoint des deux communautés (patronus pagi et ciuitatis Thuggensis) détenu par le célèbre M. Licinius Rufus qui dédie et paye la construction du marché au profit du pagus (et peut-être aussi de la ciuitas)72. La même personne dédie le temple de Cérès, mais ce sont ses affranchis, M. Licinius Tyrranus et Licinia Prisca, qui payent la construction73. Pour la première fois aussi, le pagus est l’auteur d’un hommage public de reconnaissance envers ce personnage ; c’est toujours encore pour la première fois qu’apparaissent nettement les autorités du pagus, un collège de curateurs ou de magistri, sur la dédicace du marché, et un decretum decurionum74, sur l’hommage rendu à M. Licinius Rufus.

  • 75 Christol 2005, 173-174.
  • 76 Poinssot 1969, 237 et présent volume, p. 100-101, no 1.
  • 77 Ci-dessus, p. 105.
  • 78 Ci-dessus, p. 79 :… f. [A]rn, Celsus, ma[g. pagi…].
  • 79 Ci-dessus, p. 74, no 1.

28Constatant que cette mention de décurions apparaît comme un hapax institutionnel, M. Christol75, acceptant une remarque de Cl. Poinssot76 qui pense que l’inscription pourrait être la restitution ou la reproduction d’un texte plus ancien, admet que le pagus ne pouvait pas avoir à ce moment un conseil de décurions. Il n’y a pas lieu de le suivre ici, d’abord parce que les témoignages épigraphiques postérieurs sont presque absents et, dans le riche corpus Thuggense, on ne peut citer que la dédicace à Vespasien et à ses fils sur laquelle ne se lit aucune définition juridique, mais qui, de surcroît, concerne la ciuitas puisque c’est un pérégrin, Rufinus Rufi Nimlilis, qui a payé le monument77. Ensuite, même s’il s’agit d’une regravure d’un vieux texte ou d’un hommage tardif, rien ne dit que l’ancien contenu a été modifié. Le decretum decurionum doit donc être celui du pagus, comme le montre indéniablement la signature finale : pa]gus Thugg., ex d. d., [fe]cit. C’est à peu près en même temps, sous Claude, que nous relevons la plus ancienne mention, restituée avec certitude78, d’un magister pagi à Thibaris, fonction détenue par un Carthaginois et tribule de l’Arnensis qui assume les frais d’un arc. Vers la fin du premier siècle, le pagus d’Uchi Maius est lui aussi doté d’un conseil de décurions et probablement d’une caisse publique79.

Nom antique et réf.

Date

Institutions et définitions juridiques

Remarques

Thugga (1)

Sous Tibère, avant 36/37

Patronus pa[gi], curator ou magister ?

Patronat détenu par un affranchi privé.

Thugga (2)

36/37

Patronus pag.

Thugga (3)

36/42

Patronus pagi

Thugga (4)

43

Patronus pagi ; patronus pagi Thuggensis

Dédicace de l’arc de Caligula, regravée pour Claude.

Thugga (5)

48/49

Patronus pagi

Première apparition de la ciuitas et de ses institutions (sufètes…)

Thugga (1)

Après 54

[curatoribus…]o, P. f. Qui. Ge[--- et---]io, M. f., Arn. Severo

Construction du marché

Thugga (1)

Après 54.

Patronus pagi et ciuitatis, pagus Thugg. ex d. d.

Hommage du pagus à M. Licinius Rufus, premier patron de la double communauté. Cl. Poinssot pense que l’hommage est tardif (regravure du 2-3e s. ?)

Thibaris (CIL, 26177a, p.  80)

Claude (41-54)

Ma [g. pagi ?]

Fonction détenue par un tribule de l’Arnensis.

Uchi Maius (1)

96/98

d. d. p. p.

Tableau Durant tout le premier siècle, nos connaissances récapitulatif : le pagus durant le premier siècle.

29Durant tout le premier siècle, nos connaissances sur le pagus et son administration proviennent presque exclusivement de Thugga. Cette situation n’est pas seulement due au hasard des découvertes, car ailleurs, en particulier à Uchi Maius, les fouilles ont été suffisamment nombreuses pour permettre d’enquêter sur ce silence et de l’interpréter. En effet, nous constatons presque partout que les institutions propres au pagus n’apparaissent que tardivement.

Du pagus à la respublica

  • 80 Gascou 1983, 200.
  • 81 Gascou 1983, 200.
  • 82 Gascou 1983, 199.
  • 83 Gascou 1983, 200.
  • 84 Gascou 1983, 200.
  • 85 Gascou 1983, 201.

30Dans la Cirtéenne, les décurions apparaissent en 126-138, à Sigus, en même temps que le trésor public, à Thibilis ( ?), Tiddis et Sigus80. La fonction de magister pagi apparaît en 210, à Thibilis81. Le mot pagus, d’un emploi très rare, puisqu’on ne le retrouve que dans quatre localités, Celtianis, Thibilis, Sigus et Phua, n’est attesté sur aucune inscription datée de manière assurée82. À l’inverse, l’emploi des termes castellum et respublica est nettement plus fréquent et apparaît dès la fin du iie siècle. J. Gascou a relevé les incertitudes de cette chronologie, car comme il l’a lui-même indiqué, “on doit faire la part du hasard des découvertes et de la plus ou moins grande importance d’inscriptions (en particulier publiques) dans chaque site83”. En effet, certaines notions, comme le pagus et son magister, semblent avoir existé bien avant, dès le premier siècle. En revanche, ce savant admet que les mots castellum et respublica, qui semblent intimement liés et qui apparaissent presque en même temps, “ne paraissent avoir eu une valeur officielle qu’à partir de la période sévérienne84”. Cette terminologie, qui implique une idée d’autonomie ou de semi-autonomie, notamment par l’usage du terme respublica, a pu retarder la possibilité de l’utiliser officiellement85.

  • 86 Ci-dessus, p. 89.

31Le même retard dans l’apparition de ces définitions juridiques locales se constate dans les castella de la colonie de Sicca. Ici, même si on doit également tenir compte de l’état de la recherche archéologique, puisque aucun site n’a fait l’objet de fouilles systématiques et scientifiques, il n’y a aucune raison de croire que les localités de la pertica de Sicca ont connu une évolution plus précoce que celle que J. Gascou a observée dans les dépendances cirtéennes. Les plus anciennes inscriptions proviennent d’Ucubi et d’Aubuzza. À Ucubi, les seniores Ucubitani rendent hommage à Antonin, en 150, puis à Marc Aurèle ( ?) vers 164-169, avec l’argent d’une souscription (aere collato). À Aubuzza, sous Antonin, on construisit un paganicum qui fut sans doute restauré sous Marc Aurèle, aux frais des décurions de Sicca en résidence86 : [decuriones Siccenses qui] Aubuzza consistunt, paganicum pecunia sua a s[olo resti]tuer[unt]. Les autorités locales n’interviennent pas malgré le caractère officiel des inscriptions, sans doute parce qu’elles n’existaient pas encore officiellement. Jusque-là n’apparaît aucune définition claire : les seniores sont peut-être l’équivalent des decuriones de la Cirtéenne qui apparaissent aussi vers le début du second siècle. En revanche le terme de castellum, utilisé souvent en rapport avec les seniores (seniores kastelli), fait son apparition au début du troisième siècle, appliqué à Nebber et à Ucubi. Le terme respublica, assez fréquent dans la Cirtéenne, n’apparaît jamais dans la pertica de Sicca ; n’y figure non plus aucune mention de pecunia publica ni, selon toute vraisemblance, de decretum decurionum.

  • 87 Maurin 1995, 115-116 : “Ils ont été créés par Auguste et peuplés de vétérans qui conservent jusque (...)
  • 88 Maurin 1995, 117, puisque aucun document ne fait référence à une colonie “mère” (comme l’était Cart (...)

32C’est dans le pagus Fortunalis que nous relevons la plus ancienne mention de respublica, en 162. Bien que nous ne disposions pas de documents suffisamment explicites, la situation devait être identique dans le pagus Mercurialis, qui lui aussi se distingue de tous les autres pagi par l’institution des décuries, non attestée ailleurs. L. Maurin, relevant l’originalité de ces pagi qui se différencient de tous les autres pagi de l’Africa par l’homogénéité de leur peuplement, constitué de vétérans, et par leur épithète dérivée d’un nom d’une divinité, comme il en est du pagus Minervius dont on ignore l’emplacement87, se demandait, à la suite de H.-G. Pflaum, si ces pagi n’étaient pas indépendants88 ? Conclusion qui nous paraît peu probable, eu égard surtout à ce que nous savons des autres pagi, car cette impression d’autonomie ou de semi-autonomie que donnent ces deux pagi pourrait mieux s’expliquer par leur statut précoce de respublica. Par ailleurs, si ces pagi étaient réellement autonomes, on s’attendrait à ce qu’ils accèdent rapidement au grade de cité, ce qui, apparemment, n’a pas été leur cas puisqu’on ne les retrouve pas dans les listes épiscopales africaines de l’époque tardive. En revanche, on doit peut-être tirer profit de cette originalité pour rattacher ces deux pagi non pas à Carthage, mais à une autre colonie, très probablement celle d’Uthina ?

Nom antique et réf.

Date

Institutions et définitions juridiques

Remarques

Uchi Maius (2)

Vers 140

Uchitani Maiores ; patronus (pagi)

Prêtrise de Cérès pour l’année 180.

Suttua

130/140

d. d.

Prêtrise de Cérès pour l’année 170

Uchi Maius (3)

Sous Antonin

d. d.

Prêtrise de Cérès pour l’année 190 ou199.

Belalis Maior (AE, 1978, 855)

Sous Antonin

[ob honore]m m(agisterii) p(agi).

Uchi Maius (4)

161/163

Pag(us) Uchitan[orum] Maioru [m d. d. p. p. ?] ; mag(istri) [pagi]

Deux magistri

Pagus Mercurialis (p. 116).

Sous Antonin

[Pagani pagi Merc. Medel]tani

Pagus Fortunalis (p. 116)

162

Respublica, decretum decurionum ( ?) ; flamen p.[p.]

Uchi Maius (5)

164 ?

Pagus Uchitano[ru]m Maior(um), d. d. p. p. ; mag(istri) pag(i)

Deux magistri

Belalis Maior (CIL, 14435, AE, 1978, 839-841)

166

D. d. p. p.

Uchi Maius (6)

173

Respublica ; patronus et curator
M(agg. ?). p(agi).

Sans doute deux magistri ?

Uchi Maius (7)

177

Multi[plicata hono]ris magisteri sui [summa---]

Uchi Maius (8)

175/180

[Ob honore]m decurionatus… ; dec. dec.

Uchi Maius (9)

179

Respublica Uchitanorum Maiorum, sua pecunia fecit it(em)q(ue) dedicauit, d. d.

Série de quatre hommages à Commode

Pagus Mercurialis (p. 116)

Après 06/193)

Pagani pagi Mercurial. Medelitan. ; flamonium perpetuum ; magistri ; populus ; decuriae

Hommage à Pertinax divinisé.

Uchi Maius (10)

197

Resp. V. M. p. p. p(osuit) ; flam. pp. ; summa honoraria (flamonii ?) D. d. p. p. (cf. C. 26256, 26257, 26260).

Prêtrise de Cérès de l’année 235. Somme honoraire de 12 000 sesterces.

Thibaris (CIL, 26180)

195-198

Pag. Thibaritanus d. d. p. p.

Thibaris (CIL, 26179)

198

Pag. Thib. d. d. p. p.

Uchi Maius (11)

202

Respublica Uchitanorum Maiorum, d. d. p. p.

Pagus Fortunalis (p. 116)

S. Sévère

Ciues Romani pagani veter. Pagi Fortunalis ; p(ecunia) p(ublica)

Hommage à Septime Sévère.

Pagus Fortunalis (p. 116)

ii-iiie s.

Flam. p[erp.], decurio ; decretum decurionum.

Pagus Mercurialis (p. 116)

209/211

Ex decreto paganor. pagi Mercurialis ueteranorum Medelitanorum s. p. f.

Hommage à Julia Domna.

Suttua

193/211

Pag. Suttuensis d. d. p. p.

Uchi Maius (12)

214

Pecunia publica Uchitanorum Maiorum d. d.

Belalis Maior (AE, 1978, 842)

220/221

Belalitani Maiores d. d. p. p.

Thibaris (ILAfr, 512)

27/12/228

R. P. Thib… d. d. p. p.

Uchi Minus

Sous Sévère Alexandre

Respublica Uchiminensi[sum]

Tableau récapitulatif : pagus et respublica.

  • 89 Voir la notice de Thibaris, p. 79 sq., et le tableau des principales définitions juridiques attesté (...)

33Dans la pertica de Carthage, et dans ses environs, les pagi se sont développés à des rythmes différents. À Thibaris, où le pagus dispose, semble-t-il, d’institutions dès l’époque de Claude, le vocabulaire juridique ne devient clair qu’à partir de la fin du second siècle89. Le pagus Thibaritanus est alors doté de décurions et d’une caisse publique. Sur quatre inscriptions, dont l’une est parfaitement datée du 27 décembre 228, on lit la même formule avec de légères différences dans les abréviations : Respublica Thibaritanorum, accompagnée parfois d’un decretum decurionum et d’une pecunia publica, parfois non. Ici, l’impression qui se dégage est que le mot pagus cède officiellement la place à respublica qui implique un statut intermédiaire, une étape transitoire et nécessaire, précédant la promotion de la commune au rang de cité.

  • 90 Ci-dessus, p. 75, no 2. On retrouve aussi la même expression en 214, sur une dédicace à Caracalla ((...)
  • 91 Les Belalitani Maiores font une dédicace à Elagabal en 221 avec la signature d. d. p.p.(ci-dessus, (...)

34C’est à Uchi Maius que nous sommes en mesure de bien tracer cette évolution et cela dès le début du second siècle. Les mentions de decretum decurionum et de pecunia publica qui doivent se généraliser un peu partout dans tous les pagi montrent indéniablement un début d’autonomie puisqu’elles évoquent une décision prise par les notables de la collectivité et le financement des hommages et des constructions par la caisse communale. Mais le vocabulaire institutionnel change dès le second siècle et confirme ce détachement progressif vis-à-vis de la colonie. Il faut sans doute donner un sens fort aux références à la collectivité au moyen de l’ethnique pluriel, ainsi : les Uchitani Maiores, vers 14090, les Belalitani Maiores, vers 220/22191. On le sait, c’est une pratique qui se rencontre souvent, mais légitimement, dans les cités pleinement constituées où la population locale est d’abord citoyenne, désignée suivant le statut juridique par ciues ou municipes. Mais en s’affirmant de la sorte, les Uchitani Maiores et leurs semblables mettent en avant leur appartenance à la collectivité locale ; pourtant, en droit, ils sont d’abord et dans leur majorité (peut-être ?), ciues Carthaginienses… On le sait, il n’y a pas de citoyenneté locale propre au pagus.

  • 92 Sous Antonin, dans une année de l’ère de Cérès (entre 190 et 199), est attesté un decretum decurion (...)
  • 93 À Belalis, les hommages à M. Aurèle et sa famille, Annius Verus, Lucille et Sabine, en 166, portent (...)
  • 94 À Belalis, l’honneur du magisterium apparaît sur une dédicace à la triade capitoline pour le salut (...)
  • 95 Le texte est incomplet, mais on doit sans doute restituer [--- ob honore]m decurionatus qui fournit (...)
  • 96 La première mention datée de respublica apparaît dès 166-169, sur une dédicace inédite à Caelestis (...)
  • 97 Ci-dessus, p. 77, no 13. Sur cette inscription, cf. Christol 2005, 177-185.

35Le pagus d’Uchi Maius possédait, dès la fin du premier siècle, des institutions qui lui étaient propres, avec des décurions et des magistri qui interviennent souvent comme curateurs des dédicaces ou également pour dater les hommages publics92. Les mêmes institutions se rencontrent aussi à Belalis Maior93. Le magisterium apparaît quelquefois comme un véritable honneur pour lequel les magistri se devaient de payer une summa honoraria accompagnée même d’une ampliatio94. Il en est de même pour l’honneur du décurionat sur une dédicace à Marc Aurèle95. Des charges considérées dès Antonin et Marc Aurèle comme de véritables honneurs par leurs détenteurs justifient amplement la nouvelle dénomination du pagus, désormais respublica, fréquemment attestée à Uchi Maius96. C’est probablement de cette période de transition qu’il faut dater l’hommage rendu à C. Marius Extricatus, décurion de Carthage et patron du pagus. Ici, les mots pagus et respublica apparaissent ensemble, peut-être même pour la première et la dernière fois dans l’épigraphie uchitaine97.

  • 98 Christol 2005, 184.

36Cette situation évolutive qui conduit petit à petit le “jeune pagus” vers le statut de cité, en passant d’abord par celui de respublica, terme qui implique bien “une réelle autonomie financière, au moins pour l’exécution d’un certain nombre de décisions relevant de la compétence du conseil des décurions qui s’y trouvait en place98 ”, ruine toute tentative de chercher les traces d’une commune double dans les localités de ce type. Car le terme de respublica est “banni” du langage officiel employé dans les communes doubles où l’évolution du pagus ne pouvait se réaliser qu’avec la ciuitas avoisinante. Ici, l’exemple de Thugga nous le montre, l’équivalent de respublica, fréquent dans les localités du type d’Uchi Maius, est uterque ordo, “l’un et l’autre ordre”, mais en réalité un seul ordo, une seule assemblée de décurions commune aux deux communautés.

Le pagus et la ciuitas face à la colonie et la naissance de l’uterque ordo

  • 99 Ci-dessus, p. 68-69.
  • 100 CIL, 26580.
  • 101 CIL, 26590 et ci-dessus, p. 110, no 27.

37Ce sont bien ces mentions tardives de respublica qualifiant les pagi qui nous ont conduit à ne pas suivre l’interprétation que donne J. Gascou de la belle inscription antonine d’Agbia99. C’est la comparaison avec Dougga, ville voisine et qui doit servir de modèle, qui est éclatante. Car ici on ne peut citer que deux exceptions (que nous avons expliquées) dans la riche et précoce collection épigraphique, la fameuse dédicace au fils de Passienus Rufus100, contemporain d’Auguste, par les Thuggenses et la dédicace à Asicia Victoria également par les Thuggenses qui louent en elle ses munificences et ses libéralités envers sa respublica (in rem publicam) et cela peu de temps avant la formation du municipe101. En effet, l’examen des documents épigraphiques du pagus et de la ciuitas de Thugga durant tout le second siècle montre bien que la confusion dans le vocabulaire juridique et institutionnel qualifiant l’une et l’autre commune n’est pas permise : le pagus n’est jamais qualifié de respublica, la ciuitas non plus, même si, en droit, ils pouvaient en abuser. En théorie, les deux communes auraient pu s’appeler, l’une respublica pagi, l’autre respublica ciuitatis, mais elles ne l’ont jamais fait. Le tableau qui suit le montre clairement.

Localités et réf.

Date

Institutions et définitions juridiques

Remarques

Thugga (6)

102/112

Defensor immunitatis perticae Carthaginensium ; (ex) d. d. ?

À peu près en même temps ( ?), premier patronat de la ciuitas détenu par un Carthaginois ; mention d’un curateur et d’un patron de la ciuitas. (AE, 1997, 1655 – 1656).

Thugga (7)

117/161

Patronus pagi et ciuitatis ; flamen Aug. perp. ; pagus patria (sous Antonin) ; curatores (4).

Série d’hommages concernant les Gabinii donateurs des temples de la Concorde, Frugifer et Liber Pater et du portique du forum.

Thugga (8)

119/138

Patronus pagi et ciuitatis ; Curator (Magnius Primus Seianus).

Construction du temple de la Fortune, Vénus-Concorde et Mercure.

Thugga (9)

138

Pagus et ciuitas Thugg. d. d. p. p.

Thugga (10)

Après 140

Patronus pagi et ciuitatis ; curatores duo (L. Gallius Optatus, Sallustius Datus) ; d. d. p. p.

Prêtrise de Cérès de l’année 170.

Thugga (11)

145/147

Pagus et ciuitas Thuggens. ; d. d. p. p.

Thugga (12)

Sous Antonin

Pagus et ciuitas ; decuriones ; curatores duo (Asicius Adiutor et M. Terentius Gell[---])

Dédicace du temple de Minerve II, pour l’honneur du flaminat.

Agbia

Sous Antonin

Respublica, decuriones, patronus, (genius) curiae, cives, pagus, ciuitas.

Cf. notre discussion, p. 67-71).

Thugga (14-15)

164/169

Pagus et ciuitas Thuggensis, d. d. p. p.

Thugga (16)

168

d. d. p. p.

Droit de recevoir des legs concédé au pagus par Marc Aurèle.

Thugga (17)

166/169

Patria (= pagus et ciuitas) ; pagus et ciuitas Thuggensis, d. d. p. p. ; curatores quattuor (C. Modius Rusticus, L. Nummius Honoratus, Iulius Macer, Sallustius Iulianus.

Série d’inscriptions concernant les Marcii, donateurs du capitole et du théâtre.

Thugga (13)

Sous Marc Aurèle

Flamen (ciuitatis ?) ; patronus ciuitatis ; patronus pagi et ciuitatis

Série d’inscriptions concernant les Calpurnii.

Thugga (18)

Sous Marc Aurèle

[princ]eps et patr [onus pagi ?] ; d. d. p. p.

[Munic] eps selon Gascou.

Thugga (19)

168/169

Patronus pagi ; pagus Thuggensis, d. d. p. p. ; curator (L. Gabinius Clemens)

Numlulis (CIL, 26121)

170

Patria, pagus, ciuitas, uterque ordo, populus.

Construction du templum capitoli

Thugga (20)

184/187

Ciuitas Aurelia Thugga ; curator (L. Terentius Romanus ?]

Dédicace de l’aqueduc

Thugga (21)

184/192

Pagus et ciuitas ; d. d. p. p.

Peut-être [[Aurelia]] après ciuitas ?

Thugga (22)

184/192

Pagus patria ; ciuitas Aurelia ; decuriones utriusque ordinis ; universus populus ; flamen perpetuus ; curator (Sex. Egnatius Primus)

Construction du portique du marché et de la place de la Rose-des-Vents pour le pagus (pago patriae)

Vallis (p. 114)

Commode ( ?)

[---] utriusque ordinis

Thugga (23)

Après 192

Decuriones ; magister (Q. Morasius, Hospitalis f., Cassianus)

Hommage au divin Commode, conservator pagi.

Thugga (24)

194/195

Pagus et ciuitas Thuggensis, d. d. dedicauit.

Construction du temple de Saturne

Thugga (25)

201/202

Ciuitas Aurelia Thugga d. d. p. p.

Hommage à Plautien

Thugga (26)

Avant 205

Patronus, defensor causae publicae, decuriones utriusq. ordinis

Hommage à un Gabinius

Thugga (27)

Autour de 205

Pa] tronus pagi [et ci] uitatis ; Thuggenses, respublica decuriones ; decuriones utriusque ordinis ; municipium Septimium Aurelium liberum

Série d’hommages à Asicia Victoria et aux membres de sa famille.

Thugga (28)

Autour de 205

Tableau récapitulatif : le pagus avec la ciuitas.

  • 102 AE, 1997, 1655 et ci-dessus, p. 105, no 5.
  • 103 Il y a lieu de croire qu’il n’avait aucun lien avec le pagus, mais c’était aussi le cas des autres (...)
  • 104 DFH, 30 : Pietati Aug(ustae) sacrum, [---Pompeius] Rogatus, testamento C(aii) Pompei(i) Nahani frat (...)
  • 105 Commentaire de DFH, 30, p. 83-86 et Saint-Amans 2004, 346-348.
  • 106 Qui même s’il donne une “première impression d’archaïsme”, convient plutôt à l’époque “qui va du rè (...)
  • 107 DFH, p. 86.
  • 108 C’est un monument qui a été construit sur un terrain privé. La mention de deux curateurs citoyens r (...)

38L’épigraphie de Dougga devient pauvre après Claude. Le pagus et la ciuitas sont presque absents jusqu’à la fin du premier siècle ou le début du second siècle qui voit le pagus conserver son immunitas et la ciuitas se doter de son premier temple, celui de Minerve I102. Ce dernier fut construit aux frais d’un magistrat de Carthage qui y a été questeur, préfet pour dire le droit et duumvir de la colonie avant de devenir patron de la ciuitas Thuggensis, puis enfin prêtre de Cérès pour l’année 126. Le monument fut érigé après sa mort, en exécution de son testament, sans doute par son héritier, un autre patron de la ciuitas et curateur du monument : curatore Q. Mario Perpetuo, patrono ciuitatis. C’est pour la première fois qu’un haut magistrat carthaginois est patron de la ciuitas seule103. On observera que la somme versée à la ciuitas a été diminuée du 20e du peuple romain, impôt qui apparemment n’était pas prélevé sur les dons testamentaires concédés au pagus, comme nous le montre la dédicace de la chapelle de la Piété Auguste104 dont la construction pourrait être antérieure au monument voisin qu’on identifie avec le temple de la Fortune, Vénus-Concorde et Mercure construit entre 119 et 138. Mais L. Maurin et S. Saint-Amans105, en s’appuyant surtout sur le style de l’écriture106 et le décor architectonique, contestent cette chronologie et proposent une datation tardive, vers 180-205107. Toutefois l’ambiance institutionnelle nous semble plutôt convenir au début du second siècle, c’est-à-dire, à un moment où le pagus et la ciuitas ne s’associaient que très rarement et occasionnellement dans les hommages publics et particulièrement dans les dédicaces de monuments. On doit faire remarquer que le texte ne signale pas la communauté bénéficiaire du monument108.

  • 109 AE, 1966, 509 ; DFH, 47, p. 142-143 Dis Aug(ustis) sac(rum), / Felix Dati Lega fil(ius), sufes maio (...)
  • 110 AE, 1966, 510 ; DFH 48, p. 143-144 Iulio Felici, Candidi f(ilius), / principi civitatis, / civi bo[ (...)
  • 111 AE, 1997, 1656 = DFH, 49, p. 144-145 Ioui Aug(usto) sacrum, L. Terrentius Adiutori, Rufinianus, sig (...)
  • 112 Aounallah 2003, 252-254.

39C’est probablement de cette période, précédant le principat d’Hadrien, qu’il convient de dater les mentions incidentes dans la ciuitas d’un sufes maior109 et d’un princeps ciuitatis110. Le premier est pérégrin, le second est citoyen romain, mais fraîchement naturalisé comme le montre sa filiation par le nom unique du père. Il est fort probable que cela soit aussi le cas d’un autre patronus ciuitatis, citoyen romain mais issu de la ciuitas, connu par une dédicace à Jupiter pour laquelle une datation haute semble s’imposer (fig. 4)111. Le sufétat, magistrature suprême dans la ciuitas, n’est plus signalé sur les inscriptions malgré leur abondance112. Non qu’il ait disparu, mais c’est comme si, dès cette époque, une pratique commune désignait de manière protocolaire les magistrats des deux collectivités lorsqu’elles sont impliquées (ensemble ou séparément) dans un acte public.

  • 113 Sur cette gens, cf. Aounallah & Ben Abdallah 1997 et ici, p. 107-108, no 13.

40L’étude de la gens Calpurnia et des carrières de ses membres les plus éminents nous le montre113. Cette gens est attestée dès le milieu du premier siècle jusqu’en 166/169, sur à peu près six générations, de l’ancêtre Sidiatho, un pérégrin de la ciuitas comme le montre sa dénomination, à Q. Calpurnius Rogatianus, de la tribu Papiria, patron du pagus et de la ciuitas, préfet des ouvriers avant d’être décoré du cheval public par Marc Aurèle et Lucius Verus. Dès la fin du premier siècle, les Calpurnii ont revêtu des honneurs apparemment dans la seule ciuitas dont ils sont originaires. D’abord le flaminat d’Auguste perpétuel exercé par deux membres de la troisième et de la quatrième génération, ensuite dès la génération suivante, vers le début du second siècle sans doute, le patronat de la ciuitas seule. Ce n’est qu’avec la sixième génération que certains membres de cette famille intègrent le pagus, et parmi eux Q. Calpurnius Rogatianus, patronus pagi et ciuitatis.

  • 114 Inscription commentée ci-dessus, p. 37 sq.
  • 115 La seule apparition du magisterium à Dougga se trouve sur la dédicace au divin Commode. Cf. notice (...)

41On observe ici deux détails qui ne sont certainement pas le fruit du hasard mais auxquels il est difficile de donner un sens pour le moment. En effet, nous avons l’impression que le cumul du flaminat et du patronat n’était pas dans les usages dans la ciuitas pérégrine. On peut se demander, à la lumière de ce que nous enseigne l’inscription au divin Auguste et à Claude où le sufétat et le flaminat apparaissent de manière régulière dans le cursus de la famille de Faustus Thinoba114, si certains Calpurnii n’ont pas été réellement sufètes. Les inscriptions ne disent rien, mais il semble que le sufétat est désormais considéré comme une “charge”, ou dirions-nous, comme une magistrature inférieure, à l’instar du magisterium dans le pagus115, et que le flaminat et le patronat étaient les seuls “honneurs” dignes d’être rappelés. Il semble en effet qu’un consensus a été très tôt établi entre les deux communautés dans la manière de désigner leurs “magistrats”.

42On peut de ce fait, dans cette série d’hommages comme dans d’autres, s’interroger sur l’identité des curateurs qui apparaissent souvent, en particulier dès Hadrien, sous forme de collège de deux ou de quatre. Dans la grande dédicace du complexe religieux des Gabinii, on remarque que le destinataire de l’acte évergétique n’a pas été indiqué. Est-ce la ciuitas, le pagus ou les deux ensembles (ce que nous préférons) ?

  • 116 Reddé & Saint-Amans 1997, 182 et n. 22.
  • 117 Cf. notice de Thugga, p. 107-108, no 13.
  • 118 Cf. notice de Thugga, p. 107, no 12.
  • 119 Cf. notice de Thugga, p. 107, no 10.
  • 120 Cf. notice de Thugga, p. 108, no 17.

43Le monument a été construit sur un terrain privé appartenant aux Gabinii qui, comme on sait, sont issus de la ciuitas. Le patronat conjoint montre qu’ils sont aussi membres du pagus. À travers leurs magistrats, le pagus et la ciuitas sont nécessairement impliqués dans l’affaire, comme on doit le déduire du nombre des curateurs mentionnés à la fin du texte, apparemment quatre : [---F]ortunato, L. Instani[o] Fortunato, M. Vibio Gemello, M. [---]. V. Brouquier-Reddé et S. Saint-Amans ont relevé cette particularité en faisant remarquer qu’il s’agit là d’une nouveauté, car les “dédicaces d’édifices publics à Dougga et dans les environs de la cité ont rarement été présidées par plus de deux curateurs116”. Ainsi, par exemple, deux curateurs à duo nomina sur deux hommages contemporains aux membres de la gens Calpurnia et patrons de la ciuitas : Iulius Rogatus et Mucius Kapito117 ; deux curateurs dans la dédicace du temple de Minerve : Asicius Adiutor et M. Terrentius Gell[---]118 ; deux sur la dédicace à Sextus Pullaienus Florus Caecilianus : L. Gallius Optatus, Sallustius Datus119 ; quatre sur une série d’hommages concernant les Marcii : C. Modius Rusticus, L. Nummius Honoratus, Iulius Macer, Sallustius Iulianus120.

  • 121 Di Vita-Évrard 1997, 75-76.
  • 122 Ci-dessus, p. 112. On doit se résoudre à la même équation pour nos quatre curateurs, représentants (...)
  • 123 À propos du pagus, Poinssot 1969, 236, constatait à son tour que “le nombre relativement important (...)

44G. Di Vita-Évrard a proposé une solution à ce problème en suggérant que ces “ curatores, représentants d’une communauté, ne sont autres que ses magistrats (le collège ou le titulaire en charge)” ; cette manière de se désigner ainsi peut s’expliquer par “une réticence à employer… des mots techniques pouvant prêter à confusion (magistri-magistratus) et de toute façon (magistri-sufetes…121 ”. L’équation curatores = magistri ou sufetes est désormais établie grâce aux deux inscriptions nouvellement découvertes dans le pagus et la ciuitas Siviritana sur lesquelles les curateurs indiquent bien qu’ils sont de plus magistri (pagi) pour les premiers et sufetes (ciuitatis) pour les seconds122. On peut penser que la prêtrise du flaminat, vouée aux empereurs romains, avait son correspondant dans les habitudes locales et pré-romaines, dans le culte jadis voué aux rois numides, ce qui explique qu’elle fut très rapidement adoptée. À l’inverse, le patronat n’avait pas de correspondant dans les institutions locales de la ciuitas, où le sufétat était la magistrature suprême et avec laquelle il ne pouvait cohabiter de manière officielle sur les hommages. En tout cas, force est de constater que la disparition (entendons par là fictive) du sufétat dans le langage épigraphique officiel semble coïncider avec l’apparition du patronat local de la ciuitas123.

  • 124 Poinssot 1969, 229-240.
  • 125 Cf. la notice de Thugga, p. 106-107, no 7.

45Parallèlement, nous relevons, à la suite de Cl. Poinssot124, un autre changement toujours dès Hadrien : c’est à la fois le caractère local du recrutement des patrons et l’exercice du patronat sur les deux communautés qui devient presque une règle. Ce sont encore les Gabinii qui ont inauguré ce changement attesté par une série d’hommage commémorant, dans un premier temps, la construction des temples de la Concorde, de Frugifer et de Liber Pater, puis l’ajout du temple de Neptune et la décoration de l’ensemble125. Nous connaissons en effet le père, A. Gabinius Datus inscrit dans tribu Quirina, et ses deux fils, M. Gabinius Bassus inscrit comme son père dans la Quirina, et A. Gabinius Datus filius, homonyme du père inscrit dans la tribu Arnensis. Les deux premiers sont restés à Dougga où ils n’ont été que flamines d’Auguste perpétuels et patrons des deux communautés. Mais le deuxième fils est parvenu à la citoyenneté de Carthage où il a été flamine du divin Titus, édile et augure, avant d’être agrégé parmi les juges des cinq décuries et intégré donc dans l’ordre équestre.

  • 126 Cf. la notice de Thugga, p. 108-109, no 17-18.

46Cette évolution conduisant le notable local issu de la ciuitas à devenir membre du pagus dans un premier temps, puis à voir son fils intégrer l’ordo et recevoir la citoyenneté de Carthage se retrouve aussi chez les Marcii, donateurs du capitole et du théâtre, qui fleurissent sous le principat de Marc Aurèle126. Le père, Q. Marcius Maximus, est lui aussi inscrit dans la tribu Quirina, mais ses trois fils sont tous tribules de l’Arnensis et sont allés jusqu’à gérer des charges et des honneurs à Carthage même : L. Marcius Simplex, flamine du divin Auguste et édile ; P. Marcius Quadratus, flamine du divin Auguste et pontife ; C. Marcius Clemens, flamine du divin Vespasien. À Thugga, seuls, le premier, patron du pagus et de la ciuitas puis flamine perpétuel, et le second, flamine perpétuel, ont géré des honneurs.

  • 127 Cf. la notice de Thugga, p. 107, no 9.
  • 128 Constatant que c’est à Numluli que nous rencontrons la plus ancienne mention de cette institution q (...)
  • 129 Poinssot 1969, 237.

47Cette collaboration quasi régulière entre les deux communes, inaugurée dès Hadrien, grâce aux familles les plus en vue de Thugga, se traduit par ailleurs dans les hommages impériaux où l’on voit souvent le pagus et la ciuitas signer la dédicace. Cela s’observe dès 138, sous Antonin, quand on voit le pagus et la ciuitas dédier ensemble une base à l’empereur par décret des décurions et à frais publics127, puis postérieurement de manière régulière. Nous avons là les origines de ce que les inscriptions appelleront dès Commode l’uterque ordo, l’un et l’autre ordo128, “avant-dernière étape de cette fusion progressive qui devait conduire, en 205, à la conversion en municipe du pagus et de la ciuitas129”.

Le pagus libéré de la tutelle de la colonie-mère et la question “épineuse” de la libertas

48À l’image de nombreux castella regroupés en nombre plus ou moins important dans les grands pagi comme le Zeugei, le Muxi, la Tusca… qui ont accédé dans un premier temps au rang de ciuitates stipendiaires puis autonomes, beaucoup de pagi, districts coloniaux, sont aussi parvenus au rang de communes autonomes. Ici, les schémas sont différents, même pour les pagi qui ont les mêmes origines, qui ont connu une évolution presque identique et qui, en plus, dépendaient de la même colonie et se trouvaient dans la même pertica.

Localités

Pagus/castellum

Ciuitas/municipe/colonie

Promotion/attestation

Aubuzza

Pagus/castellum

Kebet-el-Chrig

?

Ma….. rensium

Pagus ?/castellum ?

Nebber

Castellum

Sidi Mohammed Ech-Chaffaï

Pagus ?

Thala

Castellum ?

Municipe ou colonie

Attesté en 387

Tituli

Pagus

Ciuitas

Ucubi

Castellum

Pagi de Sicca et d’Ammaedara ( ?).

  • 130 Ci-dessus, p. 89-90.
  • 131 Ci-dessus, p. 88-89.
  • 132 Ci-dessus, p. 87-88.

49À Sicca, pour laquelle nous sommes trop peu renseignés, ni Aubuzza130, pagus/castellum, ni non plus Ucubis131, castellum, ni enfin Nebber132, castellum dont on ignore le nom antique, ne sont attestés comme communes autonomes. Seule, Tituli, ancien pagus de Sicca, puis, selon toute vraisemblance, attribuée à Ammaedara plus tard, probablement dès la fondation de la colonie flavienne, apparaît comme ciuitas, mais à une date que nous ignorons. En l’état des connaissances, ce schéma, conduisant le pagus vers le statut de ciuitas, est unique et peut s’expliquer par le fond pérégrin de cette localité.

Localités

Pagus/castellum

Municipe/colonie

Promotion/attestation

Aracsaccalitanum

Castellum

Cald(is)

Castellum

Celtianis

Pagus/Castellum

Dothense

?

Elefantum

Kastellum

Fabatianum

Castellum

Hir. Loulou

Castellum ?

Masterense

Castellum

Phua

Pagus/castellum

Sigus

Pagus/castellum

Sila

Saddar

?

Subzuaritanum

Castellum

Tiddis

Castellum

?

Thibilis

Pagus

Municipe

Attesté en 270.

Tigisis

?

Uzelis

?

Pagi de la confédération Cirtéenne.

  • 133 Gascou 1982b, 264-266 et Lepelley 1981, 478-479.

50Parmi les dépendances de Cirta, seule Thibilis apparaît comme municipe, mais à une date assez tardive. Cette promotion semble en rapport avec la dissolution de la confédération cirtéenne à une période que J. Gascou situe entre 253 et 268133.

51En revanche, c’est dans la pertica de Carthage que nous sommes en mesure de mieux écrire cette page de l’histoire du pagus. Ici aussi, il n’y a pas de schéma préétabli.

Localités

Pagus, pagus/ciuitas

Municipe/colonie

Promotion/attestation

Agbia

Pagus/ciuitas

Municipe

Attesté en 293-305

Assalitanus

Pagus

Avensa

Pagus/ciuitas

Bellalis Maior

Pagus

(?), colonie

Attestée en 326/331.

Fortunalis

Pagus

Mercurialis

Pagus

Numluli

Pagus/ciuitas

Municipe

Attesté sous Alexandre Sévère.

Siviritana

Pagus/ciuitas

Suttua

Pagus

?

Thac

Pagus

Thibaris

Pagus

Municipium Marianum

Attesté dès 287/290.

Thugga

Pagus/ciuitas

Municipium Septimium
Aurelium liberum
Municipium Septimium
Aurelium liberum

En 205

Alexandrianum Colonia
Licinia Septimia Aurelia
Alexandriana

En 261

Thunigabensis

Pagus

Trisipensis

Pagus

Uchi Maius

Pagus

Colonia Mariana
Augusta Alexandriana

En 235.

Uchi Minus

Pagus (?)

?

Vaga

Pagus (?)

Colonia Septimia

193-197.

Vallis

Pagus/ciuitas

Municipe
Colonie

Début du iiie s. Attestée en 317/324.

Pagi de Carthage ou pouvant appartenir à Carthage.

52À Thugga en particulier, mais aussi ailleurs, comme à Uchi Maius, on peut, à travers le jeu des institutions, résumer en gros les étapes de cette évolution qui a, pendant plus de deux siècles, conduit les deux communautés vers l’unification. À l’origine, un jeune pagus Thuggensis dont le patronat fut confié au départ à des affranchis, puis très rapidement à des ingénus, essentiellement des magistrats carthaginois. Jusqu’au milieu du ier siècle de notre ère, l’intervention de la colonie est alors systématique.

53Le dernier patron connu n’ayant aucune attache avec le pagus, est, en 48/49, C. Artorius Bassus qui apparaît sur la dédicace au divin Auguste et à Claude et qui fait connaître, en même temps, et pour la première fois, la communauté d’en face, la ciuitas pérégrine, disposant de ses propres institutions, le sufétat en particulier, et comprenant parmi ses membres des flamines du culte impérial.

  • 134 Dans les deux cas, l’hypothèse de l’attribution, due à Beschaouch 1997, 62-67, s’éloigne.
  • 135 Cf. ci-dessus, p. 21.

54Pendant tout le premier siècle (ou presque), l’unique patronat conjoint des deux communautés a été conféré, après 54, à M. Licinius Rufus qui, selon toute vraisemblance, n’était pas Carthaginois. Pour des raisons qui nous sont inconnues, les magistrats et citoyens de Carthage ne pouvaient, à ce moment-là, gérer le patronat de la ciuitas. Soit que ces magistrats ne le voulussent pas, soit que ce fût la ciuitas qui le refusât134 : avoir un patron magistrat de Carthage impliquait peut-être pour elle un statut inférieur, analogue à celui du pagus voisin et l’assimilant presque à un village ou à une semi-ciuitas, comme l’ont été pendant longtemps les cités confinées dans les grands pagi, essentiellement ceux de la Tusca et de Gurza135.

  • 136 Cf. la notice de Thugga, p. 105, no 5.
  • 137 L. Terrentius Rufinianus (AE, 1997, 1656 = DFH, 49) et M. Calpurnius Faustinus (notice de Thugga, n(...)

55On ne sait comment expliquer le cas unique, en l’état des connaissances, du patronat de la ciuitas détenu, mais plus tard, vers la fin du ier siècle ou vers le début du iie, par un magistrat de Carthage136. Il s’explique peut-être par les liens familiaux l’unissant à Q. Marius Perpetuus, curateur et patron de la ciuitas, et exécuteur du testament en vertu duquel le magistrat carthaginois offre à la cité une somme d’argent pour la construction du temple de Minerve I. Par ailleurs, sa générosité a pu favoriser son élection au patronat de la ciuitas. En règle générale, le recrutement des patrons de la ciuitas se fait localement et parmi les citoyens romains de celle-ci137. Même plus tard, avec les Gabinii et les Marcii, cette règle ne changea pas, puisque ceux-ci, sont d’abord Thuggenses. Le seul changement que l’on relève dès les Gabinii est à la fois le caractère local et conjoint du patronat. Désormais aucun notable étranger à Thugga n’est patron des deux communautés.

  • 138 À condition qu’ils soient citoyens romains !
  • 139 On peut en effet se demander si les magistri pagi et les sufetes ciuitatis pouvaient être membres d (...)

56C’est là le vrai changement qui marqua la vie politique à Dougga. En effet, d’Hadrien à Commode, pendant plus d’un demi siècle, ces nouveaux notables, patrons et flamines et peut être d’autres, des magistri et des sufètes138, vont, petit à petit, remplir entièrement (ou partiellement139 ?) ce que nous pourrons appeler la nouvelle “curia ordinis” dont les membres sont désormais décurions de l’une et de l’autre communautés. C’est l’uterque ordo qui est alors au complet, un seul ordo, mais toujours deux communautés et cela pour deux ou trois décennies encore.

  • 140 C’est l’impression que nous donnent en tout cas les témoignages épigraphiques. La même question doi (...)

57La question, même si elle peut paraître spéculative, sinon gratuite, et sans espoir de réponse satisfaisante, est dès lors simple : pourquoi Dougga n’est pas devenu municipe plus tôt, sous Marc Aurèle ou sous Commode, époque pendant laquelle toutes les conditions étaient apparemment réunies pour la fusion140 ?

  • 141 Notice de Thugga, p. 108, no 16.
  • 142 Poinssot 1969, 237.

58D’abord sous Marc Aurèle, en 168, le pagus reçoit le droit de recevoir des legs grâce auquel il est “auctus” et devenu une quasi-cité ou, mieux encore, une “respublica141. Cl. Poinssot faisait remarquer que cette faveur “ne faisait sans doute que consacrer un état de fait : la tendance autonomiste, inhérente à la situation de ce district de la pertica si éloigné de Carthage, devait nécessairement conduire, un jour où l’autre, à un statut quasi municipal, l’évolution passant par l’organisation, de facto puis de jure, d’un ‘collège’ réunissant l’ensemble des ciues romani de Thugga142”. Mais si cette mesure l’éloignait de Carthage, elle repoussait en même temps la fusion qui semblait alors acquise et consacrait du coup la séparation de jure entre les deux communes. Est-ce là une étape intermédiaire jugée nécessaire et devant précéder la fusion : détacher partiellement le pagus de Carthage dans un premier temps, le ramener en dignité au même grade que celui de la ciuitas, afin que la fusion puisse légalement et légitimement se produire ?

  • 143 Malgré quelques exceptions (Uchi Minus, pagus Fortunalis, pagus Mercurialis, et d’autres sans doute (...)
  • 144 1. En 184-187, sur la dédicace de l’aqueduc construit par la ciuitas Aurelia Thugga (notice de Thug (...)

59Tout cela coïncide bien avec ce que nous avons observé dans les pagi du type d’Uchi Maius, Thibaris… et dans la Cirtéenne, où le statut de respublica paraissait comme une étape transitoire et plus ou moins longue, précédant la transformation du pagus en cité143. Mais Marc Aurèle décida en même temps, ou peu de temps après, ce qui semble être le cas, d’accorder un privilège à la ciuitas, désormais ciuitas Aurelia, épithète que nous rencontrons sur des inscriptions, toutes postérieures à son principat144.

  • 145 Notice de Thugga, p. 109, no 21.
  • 146 Commoda par exemple, surtout si on admet que la ciuitas Aurelia est née dans le courant du principa (...)
  • 147 Cf. notre notice p. 116.

60Un mot de commentaire s’impose au sujet du martelage qui suit ciuitas dans la dédicace à Commode, gravée en l’année 184145. L. Poinssot a supposé qu’il y avait à cet endroit l’épithète Aurelia, ce qui lui a permis d’attribuer la “promotion” à Commode. Mais l’inscription a été regravée sous Septime Sévère sans que les rédacteurs en fassent de même à l’endroit où l’on suppose qu’il y avait cette épithète. La vraie question, en fait, est de savoir pourquoi il n’y a pas eu regravure ? Ce martelage à la suite de pagus et ciuitas, doit donc concerner une erreur commise dans le statut qualifiant la ciuitas146, comme cela s’est produit pour Sutunurca où, sur une dédicace du pagus Fortunalis adressée à Septime Sévère, le statut de la communauté pérégrine (castello ou ciuitate) a été soigneusement martelé mais jamais réinscrit et corrigé147. On peut également penser que ce martelage devait effacer une institution qui n’était pas encore admise ou autorisée à cette date ; on pense surtout à la mention de l’uterque ordo : pagus et ciuitas, [[d(ecreto) utriusque ordinis p. p. ?]]. Il semble, en effet, que l’institution a fait officiellement son apparition après le privilège concédé par Marc Aurèle au pagus et à la ciuitas.

  • 148 Aounallah 2003, 255-256. Cf. aussi Christol 2005, 188 qui préfère associer le titre Aurelia avec la (...)
  • 149 Beschaouch 1997, 3, 69 sq.
  • 150 Gascou 2003, 242.
  • 151 Puisque aucun document ne le prouve. Dans toute l’Afrique, en effet, nous ne voyons que deux exempl (...)

61D’où cette question toute simple : pourquoi ce privilège accordé à la ciuitas et en quoi consiste-t-il ? Nous avons, dans un premier temps, critiqué148 les conclusions de A. Beschaouch lorsqu’il affirmait que “cette épithète ne peut qu’être lié à des modifications juridiques du statut de la cité pérégrine149”. Plus récemment, J. Gascou s’est montré sensible à cette thèse150. L’octroi du droit latin, même s’il s’agit encore d’une hypothèse, car une autre interprétation, en rapport avec l’inauguration de l’Aqueduc de Aïn el-Hamman, mérite d’être mise en avant151, s’explique parfaitement par le contexte politique et social qui prévalait à Dougga à cette époque. Depuis quelques générations les deux communes s’associaient fréquemment en signant d’une manière ou d’une autre les hommages publics. Les formules comme pagus et ciuitas d. d. p. p. devenaient fréquentes et le futur uterque ordo naissait, mais sans apparaître officiellement car, vraisemblablement, il n’était pas entièrement composé de citoyens romains. Certains décurions de la ciuitas devaient être encore des pérégrins. La mesure de Marc Aurèle devait, dans un premier temps, favoriser l’accès de ceux-ci à la cité romaine, mais aussi l’octroi systématique de la citoyenneté romaine aux nouveaux décurions.

  • 152 Sur les hommages publics impliquant les deux communes, les curateurs du pagus se distinguent de ceu (...)
  • 153 Dans les hommages aux Marcii Cf. DFH, 81-83 : trois textes qui se terminent par la mention des cura (...)
  • 154 On peut aussi se demander si ce n’est le cas aussi de Q. Morasius [H]osp[italis ?] f(ilius), magist (...)

62Nous avons déjà signalé le caractère collégial de certains curateurs qui se distinguent entre eux par un type de dénomination à tria nomina pour les premiers, ceux du pagus, et à duo nomina pour les seconds, ceux de la ciuitas152. Cette dénomination avec les duo nomina laisse aussi penser que nous avons affaire à des ciues noui, fraîchement naturalisés. L’onomastique de l’un d’eux, Sallustius Iulianus, Q. f. (fig. 5)153, mérite d’être versée à ce dossier. Avec L. Maurin, nous avons remarqué la singularité de la filiation par le praenomen rejeté à la fin de la dénomination et gravée hors du champ épigraphique à proprement parler, entre le trait de délimitation et les rais de cœur, comme si, dans un premier temps, elle avait été oubliée. On peut certes penser que cette filiation, non prévue mais rajoutée, permettait de le distinguer d’un homonyme ; mais on peut plus logiquement croire qu’en se désignant de la sorte, Sallustius Iulianus voulait indiquer qu’il était aussi fils d’un nouveau citoyen romain. Si, Sallustius Iulianus est réellement ciuis nouus, son père aussi l’est devenu en même temps que lui, ce qui est conforme aux principes du droit latin majeur en vertu duquel les parents directs profitaient du bienfait concédé aux fils (et anciens décurions)154.

63La mesure de Marc Aurèle peut donc avoir cette signification : faire en sorte qu’avant la fusion, tous les décurions de Dougga soient citoyens romains et encourager en même temps leur recrutement parmi les pérégrins afin que l’ordo soit d’abord homogène puis numériquement au complet. Marc Aurèle aurait simplement ajourné une fusion qui lui paraissait prématurée ; mais, peut-être aussi, en satisfaisant en partie les demandes des Thuggenses, avait-il cédé en même temps à ceux qui s’opposaient à la fusion ? Comme à ce moment cette opposition ne pouvait provenir des Thuggenses et de leur ordo, force est de croire que c’est la colonie de Carthage qui refusait l’émancipation de ces pagi, dont Thugga, car, pour elle, cela signifiait purement et simplement le démantèlement de sa pertica éloignée et la disparition des avantages qui en découlaient et qui pouvaient encore s’ensuivre.

  • 155 Notice de Thugga, p. 107-108, no 13 et ILTun, 1514.
  • 156 Notice de Thugga, p. 110, no 26, et DFH, 149-150, no 52.
  • 157 Notice de Thugga, p. 109, no 23.
  • 158 Gascou 1997, 100-103.
  • 159 Christol 2005, 189-190.

64On peut intégrer dans cette ambiance institutionnelle, lorsque le désir d’émancipation et d’union animait les deux communautés, les mentions rares d’un advocatus eloquentissimus, entre 166 et 169155, et surtout d’un defensor causae publicae, à qui l’uterque ordo rendit hommage, sans doute vers la fin du second siècle156. Cette seule cause publique soutenue par l’uterque ordo ne peut que concerner le pagus et la ciuitas et doit être en rapport étroit avec la fusion. Or Commode décida autrement, comme nous le montre la dédicace qui lui a été adressée après sa mort, le qualifiant de conservator pagi157. J. Gascou d’abord, à qui nous devons un réexamen du texte158, et plus récemment M. Christol159 ont exprimé des points de vue presque identiques en mettant l’accent d’une part sur les convoitises de la ciuitas (ou mieux du parti favorable à la fusion) voulant absorber le pagus et sur la volonté opposée en faveur du statu quo, d’autre part. Pour ces deux savants, la conservatio du pagus apparaît alors comme étroitement liée à la notion de l’immunitas de la pertica de Carthage dont jouissait le pagus, et au risque de la perdre si la fusion venait à se produire.

  • 160 Comme l’ont souligné Poinssot 1962, 70, n. 4 et Christol 2005, 189.

65Or, cette inscription incomplète et d’interprétation toujours difficile160 ne fait pas allusion à l’immunité, mais insiste sur le maintien d’une commune menacée de disparition ; celle-ci existait de jure depuis que Marc Aurèle avait consacré son autonomie en lui accordant le droit de recevoir des legs. En conservant le pagus, Commode est allé dans le même sens que son père, confirmant ainsi une décision prise par lui en 168, peut-être même contre la volonté de l’ensemble des Thuggenses dont les ordines avaient commencé leur rapprochement dès Hadrien.

  • 161 Car c’est là l’unique attestation d’un magister à Thugga.

66On peut penser à l’existence à Thugga d’un parti minoritaire, mais encore influent, qui refusait la fusion. Il devait être représenté par les sacrati decuriones agissant, selon toute vraisemblance, à titre personnel, comme on doit le déduire de la formule ex pollicitatione sua fecerunt d. d. On le devine, l’uterque ordo, au complet et pleinement en fonction sous Septime Sévère, n’est pas impliqué dans cette affaire, non plus d’ailleurs que les membres les plus éminents de cet ordo, tels surtout les flamines du culte impérial et les patroni pagi et ciuitatis. La discrétion de ce parti minoritaire, et du coup de cette dédicace, est encore confirmée par l’intervention exceptionnelle et inattendue, mais de surcroît très modeste, d’un magister161 dont les origines pérégrines se dévoilent à travers sa filiation par le patronyme : magistro, Q. Mora[sio, H]osp[italis] f(ilio), Cassiano. On peut même se demander, si derrière cette portion de décurions ne se cache pas encore le véritable parti de l’opposition : celui de Carthage et de son ordo, qui, on doit le deviner, ne souhaitait aucunement la fusion, puisque celle-ci annonçait pour elle une rupture totale avec le pagus et avec Thugga plus généralement. Ces craintes, que pouvait légitimement avoir la colonie, se concrétiseront dès la formation, dans le courant de l’année 205, du municipium Septimium Aurelium liberum Thuggense dans lequel nous trouvons des réponses à nos questions.

67Avec la formation du municipium Thuggense, disparaissent, comme on doit s’y attendre, les vieilles institutions, ainsi : le magisterium, le sufétat et l’uterque ordo, correspondants juridiques des deux communautés antérieures, le pagus et la ciuitas, au sein desquelles, séparément ou ensemble, elles pouvaient légalement fonctionner. Dès sa constitution en 205, et jusqu’à la formation de la colonie sous Gallien, en 261, le nouveau municipe est alors désigné comme suit (suivant l’ordre chronologique des inscriptions) :

    • 162 Cf. la notice de Thugga, p. 110, no 27.
    • 163 Cf. la notice de Thugga, p. 110, no 28.

    Respublica municipii Thuggensis / Respublica municipii Septimi Aurelii liberi Thuggensis — Cette nouvelle dénomination se rencontre moins d’un an après la constitution du municipe, puisque l’uterque ordo est impliqué dans la série de documents ici répertoriés : sur un double hommage, gravé sur le même support, concernant Asicia Victoria et sa fille162, décrété dans les deux cas par l’uterque ordo, mais signé d’un côté par la respublica municipii Thuggensis et de l’autre par la respublica municipii Septimi Aurelii liberi Thuggensis (fig. 6). Et, dans les mêmes circonstances aussi, sur une dédicace à un notable, flamine perpétuel et patron, inscrit dans la tribu Papiria, honoré par l’uterque ordo d’une statue équestre érigée plus tard par la respublica municipii Septimii Aurelii liberi Thuggensis163.

    • 164 CIL, 1484 et 26552 = DFH, 57, p. 157-158, no 57 Imp(eratori) Caes(ari) diui Magni Pii [[fil(io)]], (...)

    Après la mort de Septime Sévère, cette liberté a été menacée, mais elle fut confirmée par Sévère Alexandre, comme le confirme le texte d’une inscription le qualifiant de conservator libertatis (fig. 7)164.

    • 165 Aulu Gelle, N. A., 16.13 : “… Ainsi, nous ignorons ce que sont les municipia, quel est leur droit, (...)
    • 166 CIL, 26561 = DFH, 63.

    Gallien transforma Thugga en colonie qui s’intitule désormais colonia Licinia Septimia Aurelia Alexandriana. On le voit, le mot liberum disparaît et cède la place à l’épithète Alexandriana dans la nouvelle titulature. C’est conforme avec ce nous enseigne Aulu-Gelle sur les contraintes du statut de colonie dans laquelle il n’y a pas de liberté (par rapport à Rome)165. Mais cette liberté n’a pas disparu puisqu’elle fut conservée sous Probus, qu’une inscription gravée en 276/282 qualifie conservator dignitatis et libertatis (fig. 8)166.

  • 167 En particulier Gascou 1997 et Lepelley 1997.
  • 168 Puisqu’en libérant les habitants d’Orcistus, l’Empereur leur accorda le privilège de ne plus payer (...)
  • 169 Lepelley 1997.

68À travers la titulature de Thugga, l’épithète liberum apparaît en étroite liaison avec le nouveau statut de municipe. Ce titre ne se rencontre en effet jamais dans les inscriptions africaines concernant les ciuitates pérégrines et les colonies. Beaucoup de savants ont essayé de donner un sens à cette libertas à laquelle, constamment, on a appliqué une signification proche de l’immunitas dont jouissait auparavant la pertica de Carthage167. Cette liberté peut en effet avoir un contenu fiscal168 comme l’a montré Cl. Lepelley, car à le suivre, on conçoit mal pourquoi elle fut constamment défendue et donc menacée169. Mais là n’est pas l’unique explication. La réponse est donnée par une inscription d’Uchi Maius nouvellement complétée et qui célèbre la promotion du pagus au rang de colonie par Sévère Alexandre (fig. 9) :

Uchi Maius 2, p. 147-153, no 44

  • 170 Traduction d’après Christol 2005, 160.

[Ex indulgenti]a “domini no[st]r[i] Imp(eratoris) Caes(aris)”, Diui Severi Pii “n[ep(otis)”, Di]ui Magni Ant[on]ini P]ii “fili(i) /, [M(arci) Aureli Severi] Alexandri Pii Felicis Aug(usti), pont(ificis) max(imi), trib(unicia) potest(ate) [VIIII], co(n)s(ulis) III, patris p[atriae, pr]oco(n) s(ulis). / [Colonia Alexandria]na Aug(usta) Uchi Ma[i]us su[b] eius nomine auspicioqu[e]” deducta per Caesonium Luc[illum] c(larissimum) v(irum) partes pronco(n)s(ulis) pont[ificis ? legatu]m ? v(ices) adm(inistrantem ?) / [arcumnovu ?]m ad[aeter]num testimonium reciperat[ae l]ibertatis er[ex]it, d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) : “De par l’indulgentia de notre maître l’empereur César, petit-fils du divin Sévère, Pieux, fils du divin Antoninus Magnus, Marc Aurèle Sévère Alexandre, Pieux, Heureux, Auguste, pontife suprême, en sa 9e puissance tribunicienne, en son 3e consulat, père de la patrie, proconsul. La colonie Alexandriana Augusta Uchi Maius, qui, en son nom et sous ses auspices, fut déduite par l’intermédiaire de Caesonius Lucillus, clarissime, légat assumant les responsabilités du proconsul et pontife à la place de celui-ci, a érigé à ses frais et par décret des décurions, ce nouvel arc (?) témoignage pour l’éternité de la liberté recouvrée170”.

  • 171 Christol 2005, 159-166.
  • 172 Christol 2005, 162.
  • 173 Sur cette titulature, cf. Aounallah 2003, 258-260.

69L’intérêt du texte, en particulier de l’expression ad [aeter]num testimonium reciperat[ae l]ibertatis, n’a pas échappé à M. Christol171. Étroitement liée au nouveau statut d’Uchi Maius, cette “liberté recouvrée” existait auparavant, mais elle avait été perdue dans des circonstances qu’il faudra élucider. M. Christol a bien soulevé le double problème que fait ressortir cette inscription et qui “comporte un état présent, et, puisque les retrouvailles avec la liberté introduisent une visée rétrospective, il s’impose aussi de revenir sur un état passé, difficile à appréhender172 ”. C’est toujours dans l’épigraphie locale qu’il convient de chercher une réponse à cette question. En effet, sur de nombreuses inscriptions postérieures à Sévère Alexandre, la nouvelle colonie affiche sa nouvelle identité en la complétant de deux épithètes se référant, suivant un ordre chronologique ascendant, à Marius puis à Auguste : colonia Mariana Augusta Alexandriana173.

  • 174 Christol 2005, 163 : “en raisonnant de manière rétrospective on peut établir une telle continuité e (...)

70Par une démonstration très habile, M. Christol a tenté de placer cette liberté à un moment où Uchi Maius était, comme nous l’apprend Pline l’Ancien, un oppidum ciuium Romanorum. Mais pour cela il lui fallait démontrer que cet oppidum ciuium Romanorum n’était pas le pagus, que ce dernier avait pris la suite du premier174. Mais à quel moment ? Sous Marius, sous Auguste, ou entre les deux ?

  • 175 Aounallah 2006, 27-32.
  • 176 Christol 2005, 164.
  • 177 C’est le point de vue défendu par M. Christol.

71À la suite de A. Beschaouch, nous avons établi un lien entre la référence à Auguste et l’action de Phileros après laquelle Uchi Maius devint un pagus rattaché à Carthage175. C’est donc, selon M. Christol, à ce moment seulement que cette reciperata libertas a été perdue. Or, en exhibant l’épithète Augusta dans sa nouvelle titulature, la colonie reconnaît un bienfait augustéen qui s’accommode mal avec le statut de commune attribuée. M. Christol a suggéré une réponse intéressante à ce problème en soulignant que “la mention d’Auguste, à une telle distance de l’événement, puisque nous sommes à Uchi Maius après le premier tiers du iiie siècle, pourrait ne pas se référer de façon exclusive à la période succédant à l’année 27 a.C.176”, et il propose d’insérer entre la phase marienne et l’intégration du pagus dans la pertica de Carthage, un autre moment correspondant au statut d’oppidum ciuium Romanorum. Cela suppose, si on le suit, une rétrogradation de l’oppidum ciuium Romanorum au statut de castellum dans un premier temps, puis la création du pagus à la suite de la diuisio entreprise par Phileros. Cela suppose aussi que l’on fasse remonter la rédaction de la formula prouinciae à la période triumvirale, voire à la période césarienne177.

  • 178 L’exemple de Thuburbo Maius nous incite à rejeter l’argument de Michel Christol : ciuitas pérégrine (...)

72Vu sous cet angle, il faudra également supposer qu’Auguste est revenu sur une décision prise par lui-même ou par son père adoptif. Nous ne voyons aucune raison à cela. Au contraire, et plus simplement, cette liberté s’insère mieux et plus logiquement dans la phase marienne qui va jusqu’à la formation de l’Africa nova dans laquelle, dès 46 a.C., se trouva Uchi Maius. C’est ce contexte qu’il faudra également invoquer, s’agissant du municipium Marianum de Thibaris ou de la colonie de Tuburnica qui rappelle que Marius en est le conditor. En revanche, Augusta, et non Iulia178, doit signifier un bienfait du prince qui mit fin à une situation confuse dans laquelle les descendants des vétérans de Marius étaient toujours considérés comme des incolae, sans véritable patrie. En les rattachant à Carthage, en élevant en grand nombre les Uchitani au rang de citoyens romains, Auguste leur ouvrit aussi les portes de la citoyenneté de Carthage.

  • 179 Cf. nos remarques dans Aounallah 2003, 260 : “… le pagus étant une agglomération non autonome, ne p (...)
  • 180 Poinssot 1969, 238 et n. 85, mais ni Aulus Vitellius Honoratus (cf. DFH, p. 182-186, no 70), ni le (...)
  • 181 Notice de Thugga, p. 110, no 28.

73Le rappel des antécédents historiques, impliqués par les épithètes Mariana et Augusta, qu’Uchi Maius ne pouvait exhiber du temps où elle était pagus179, éclaire mieux cette libertas reciperata : le détachement de Carthage et des correspondants institutionnels qu’impliquait l’attribution. Le municipium liberum Thuggense nous fournit encore une preuve. Cl. Poinssot avait déjà constaté que le patronat, après avoir connu une si grande fortune à l’époque du pagus et de la ciuitas, disparaît avec la naissance du municipe et l’émancipation vis-à-vis de Carthage180. En effet, le dernier patron Thuggensis, tant du pagus que de la ciuitas, est attesté dans l’année du changement, puisque c’est l’uterque ordo qui lui décrète l’honneur d’une statue, et le nouveau municipe qui exécute le décret181. Le patronat local disparaît ensuite, car il rappelait la situation antérieure, celle du pagus et de la ciuitas.

  • 182 Dans les dédicaces de la meta nord-ouest et sud-ouest du cirque (CIL, 26549, 26550), nous trouvons (...)
  • 183 Cf. la notice de Thibursicu Bure, p. 112-114.
  • 184 Choix de rescrits impériaux et de textes de lois concernant les obligations des citoyens et des rés (...)

74Nous proposons, pour clore ce chapitre, l’interprétation suivante : l’épigraphie de Dougga montre que, dès la constitution du municipe, aucun notable de Thugga n’a exercé une charge ou une magistrature à Carthage182. Cela doit être aussi le cas dans Thibursicu Bure, lui aussi municipe septimien libre et ancien pagus de Carthage183. Dès ce moment donc, Carthage perd au moins deux de ses anciens pagi, et avec eux, bien sûr, leurs membres les plus influents et, sans doute, les plus riches, qui siégeaient auparavant dans la curie carthaginoise et qui étaient tenus d’y accomplir des charges et des magistratures. De ce fait, nous devons avoir toutes les raisons de croire que Carthage a exigé que ces membres continuassent, comme ils l’avaient toujours fait à l’époque du pagus et de la ciuitas, de s’acquitter de leurs obligations conformément à leur statut de citoyens carthaginois et conformément aussi aux prescriptions des lois impériales184.

  • 185 CIL, 1484 et 26552 = DFH, p. 157-158, n° 57.
  • 186 CIL, 26561 = DFH, 63.
  • 187 Lepelley 1997, 108 : “Le mot conservator à un sens fort, plus que le mot français conservateur. Des (...)
  • 188 Ci-dessus, p. 148-150.

75Nous invoquons pour cela deux inscriptions de Thugga qui désignent, postérieurement à 205, le prince au pouvoir comme conservator libertatis. La première, date du temps du municipe et décerne, en 232, à Sévère Alexandre le titre de conservator libertatis185 ; l’autre, qui date de l’époque de la colonie, qualifie Probus de conservator dignitatis et libertatis186. CL. Lepelley a bien souligné que le mot conservator a un sens fort de sauveur187. La liberté de Dougga a été donc menacée à deux reprises (au moins). Et s’il y a conseruatio, il faut bien admettre qu’il y avait menace, danger, contestation…, mais, en ce cas, qui en est l’animateur ? On ne peut, encore une fois, que penser à Carthage et à son ordo qui, comme nous l’avons démontré188, ont, pendant longtemps, retardé l’émancipation de leurs pagi. La colonie n’abdiqua (officiellement) à aucun moment.

  • 189 Ci-dessus, notice d’Uchi Maius, p. 78.
  • 190 Surtout parce que Carthage a reçu, en compensation de cette perte, le droit italique. La promotion (...)

76La première fois, très probablement, à la suite de l’élévation d’Uchi Maius au rang de colonie, en 230189, promotion que Carthage devait désapprouver, du moins négocier au moyen d’une ambassade, pour les mêmes raisons et toujours en rapport avec son ordo et au risque d’être une nouvelle fois diminué. L’occasion était alors propice pour négocier le nouveau cas d’Uchi Maius et pour renégocier les anciens cas de ses possessions, dont Thugga et Thibursicu Bure. Il est évident que la promotion d’Uchi Maius allait l’affaiblir encore doublement, territorialement et politiquement, mais Sévère Alexandre jugea la requête irrecevable190 et conserva la liberté que Septime Sévère avait accordée à Thugga en 205 et, peut-être, au même moment à Thibursicu Bure.

  • 191 Thibaris est attesté comme municipe pour la première fois entre 287 et 289 ; cf. notice ci-dessus, (...)

77La même démarche diplomatique a dû être encore engagée par Carthage auprès de Probus. Nous pensons que cette démarche est consécutive à la promotion d’un autre pagus carthaginois (très probablement Thibaris191 ?) ; mais elle échoua aussi, puisque, encore une fois, l’Empereur conserva la dignité et la liberté de Thugga.

78En libérant Thugga et d’autres pagi, l’Empereur supprima toutes les manifestations qu’impliquait l’ancien régime de l’attribution et dans lequel étaient maintenus tous les pagi de la pertica Carthaginensium. En même temps, il accorda aux citoyens carthaginois et membres de l’ancien ordo du pagus (et de la ciuitas) le droit de ne plus siéger à Carthage, de ne plus y assumer les charges et les magistratures et de ne plus s’acquitter des obligations financières qui en découlaient. Désormais, ils furent “libres” d’accomplir leurs devoirs de citoyens uniquement dans leur patrie d’origine et non plus dans leur cité “d’adoption”. C’est le sens qu’il faudra appliquer à la libertas publica de Thugga défendue par A. Vitellius Honoratus (DFH, 70) et conservée, en même temps que la dignitas, par l’empereur Probus : conservator libertatis et dignitatis. N’est-il pas plus sensé de substituer, dans la célèbre formule d’Y. Debbasch, dignitas à immunitas : libertas id est dignitas.

  • 192 Lepelley 1997, 110 : “… la libertas de Thugga avait un contenu réel, et n’était nullement la ‘liber (...)

79C’est cette rupture avec le passé carthaginois qu’exprime, à travers l’exemple du municipium liberum de Thugga, la notion de libertas. Malgré les considérations toujours éloquentes de Cl. Lepelley192, cette libertas, que Thugga conserva lorsqu’elle devint colonie, apparaît, à notre avis, comme synonyme de l’affranchissement par rapport à Carthage, l’ancienne maîtresse, toujours pleine de convoitise.

Notes

1 Plin., Nat., 5.29 : oppida ciuium Romanorum XV.

2 La seule occurrence proche de la formule plinienne se rencontre à Masculula, sur une dédicace au divin Auguste, pour qualifier les membres du conventus CIL, 15775 = ILS, 6774/5 = ILTun 1668 – Divo Augusto / sacrum / conventus/civium Romanor(um) / et Numidarum qui / Mascululae habitant : « Consacré au divin Auguste, le conventus des citoyens Romains et des Numides qui habitent à Masculula ».

3 Ci-dessus, p. 65.

4 Ci-dessus, p. 62-64.

5 Pagus et ciuitas à : Agbia, Avensa, Numlulis, Siviri(s) et Thugga.

6 Si l’on suit H.-G. Pflaum 1970, 83, dans le même sens Beschaouch, BAC 1999, 106-107. Voir ci-dessus, p. 40-41.

7 Cf. Ben Abdallah et Sanna, dans Uchi Maius I, 283-326, en particulier p. 320-324.

8 Edinia Nampapina (CIL, 26289 = Uchi Maius, 2, no 134, p. 292-293) ; Malltus Victorianus, (AE, 1997, 1678 = Uchi Maius, 2, no 142, p. 301-302 qui lit, malgré la netteté de la photo M. Allius Victorianus) ; Ceserus (AE, 1978, 1714 = Uchi Maius, 2, no 325, p. 515-516) ; Femuleius ? (CIL, 26390 = Uchi Maius, 2, no 329, p. 521-524) ; Maior (CIL, 26335 = Uchi Maius, 2, no 341, p. 535) ; Martialis (Uchi Maius, 2, no 342, p. 537) ; Nampamina (CIL, 26355 = Uchi Maius, 2, no 344) ;… Q. Pacuvius Felix, Salubriani fil. (CIL, 15325 = 16435)…

9 Cf. Notice de Thibaris, p. 79-81.

10 Pflaum 1956, 134.

11 Pflaum 1974/75, 25.

12 À Aubuzza, on recense 40 citoyens romains pour deux pérégrins seulement : Ogulnia (ILTun, 1632) et Seuerus Siluani Vindicis (f.) ; CIL, 16368 (fl. pp.). À Nebber, nous avons 4 pérégrins pour une cinquantaine de citoyens romains : C. Birict. ( ?) (CIL, 15733) ; M. C. Marcellus (CIL, 15734) ; Quinta Iuba(e filia ?) ; CIL, 15763 et Secu(n) dus, fil. Bal. (CIL, 27474a). À Ucubi, une cinquantaine de Romains pour seulement un seul pérégrin : Peculiaris (CIL, 15701). Enfin à Tituli, une trentaine de citoyens pour deux pérégrins : Faustus [---]stiabi fil. (CIL, 27837), et Mgera Saturnin. (CIL, 11755 = 601).

13 Ci-dessus, p. 89-90.

14 Chastagnol 1990, 578.

15 Ainsi à Dougga, Nampamo a donné naissance au gentilice Nampamonius…

16 C’est le cas à Dougga d’un des premiers pérégrins naturalisés romain : Iulius Venustus, fils de Faustus Thinoba (ci-dessus, p. 37 sq.).

17 Cf. surtout le cas de Dougga où la population pérégrine ne représente que 23 % du total des individus connus par l’épigraphie, alors que logiquement celle-ci devait être beaucoup plus nombreuse, voir Aounallah et Ben Abdallah, dans MAD, 78, n. 6.

18 Cf. Par exemple à Giufi, encore ciuitas en 228 (CIL, 23994… ciuitas Giufitana) ; elle devint municipe sous Sévère Alexandre au plus tard en 235 (CIL, 886,… municeps municipii Aureli Alexandriani Augusti Magni Giufitani.). Une inscription qu’il faut attribuer au municipe en raison de la mention du duumvirat révèle une dénomination de type pérégrin : CIL, 12377 — Deo Mercurio Aug(usto) sacrum, C. Imbrius Saturus manceps et Q. Gemnius et C. Calpurnius Optatus et Baegius Secundus et Rufinus Coini f. et Primus Idil. et Primus Curuni et Felix C. Gemini. et Primus Bunos et Fabius Honoratus et Secundus Deana et Sempronius Severianus et Cerius Felix, socci nitiones ( ?), sua liberalitate fecerunt ; anno IIvirr(atus) P. Iuli Mai Primiani et C. Annaei Namphonis. Sur le statut de Giufi, cf. Gascou, 1982b, 283-284.

19 Voir nos remarques dans Mourir à Dougga, p. 78.

20 Agri Cirt[ensium] publici de c(olonia ?) ; cf. notice de Sigus, p. 94-95.

21 A(ger) a(cceptus) C(irtensium) ou agri Cirtens(es) acceptari(i) ; cf. notice de Sigus, p. 94-95.

22 A(ger) p(ublicus) Sig(uitanorum) ; cf. notice de Sigus, p. 94-95.

23 A(ger) d(iuisus) S(iguitanis) ; cf. notice de Sigus, p. 94-95.

24 N’est-ce pas là une traduction de ce qu’une inscription de Thignica appelle utraque pars ciuitatis Thignicensis ? Sur cette expression, ci-dessus, p. 67.

25 Ci-dessus, p. 64. Sur cette borne, voir Pflaum 1953.

26 Ci-dessus, p. 85 sq. Le témoignage de deux bornes qui font mention des Siccenses n’est pas explicite ; de ce fait les (agri) Siccenses peuvent correspondre aux terres publiques comme aussi aux terres privées des Siccenses.

27 Ci-dessus, p. 59-60.

28 AE, 1950, 44 Diuo Augusto et Tiberio Caesari Aug(usti f(ilio) Aug(usto) sacrum, ueterani pagi Scunastic(i) quibus colonia Naronit(ana) agros dederat : “consacré au divin Auguste et à Tibère César Auguste, fils d’Auguste, les vétérans du pagus Scunasticus, à qui la colonia Naronitana avait donné des terres, l’ont fait”.

29 Cf. aussi Christol 2005, 186 : “Si l’hommage provient de Dougga et s’il révèle par la seule localisation où se trouvaient immédiatement les intérêts des responsables de l’éloge, il n’omettait pas de souligner avec la force de l’évidence qu’il fallait aussi, en vue de préserver l’essentiel, ne pas s’isoler du foyer colonial”.

30 Cl. Poinssot 1962, 61, retient deux possibiltés : FVNC[tus…] ou SVA IM[pensa…], tout en admettant les difficultés que posent ces deux lectures.

31 À l’exception de l’hommage à M. Licinius Rufus par le pagus Thuggensis, ex d. d. (CIL, 15529 = AE, 1969/70, 653).

32 Voir notre tableau et ci-dessus, p. 136-138.

33 Particulièrement Pflaum 1970, 75-76, Gascou 1972, 172-187, 190 et 1982a, 201-202 et L. Maurin, dans DFH, p. 145-147.

34 DFH, 50, p. 146-147.

35 Voir aussi Gascou 1980, 140-141 qui pense que l’immunité (certainement foncière) fut accordée à Carthage soit dès sa fondation en 44, soit plutôt dès 29, suivant en cela une hypothèse d’Y. Debbasch. Deux inscriptions latines de Dougga gravées à peu près vers la même période, peuvent être versées à ce dossier et montrent clairement que les pagani, contrairement à la ciuitas, étaient dispensés de certains impôts : en l’occurrence, celui du 1/20e sur les héritages. Dans le premier cas (AE, 1997, 1655 ; ci-dessus, p. 208) le capital de 10 000 sesterces laissé en héritage à la ciuitas, à l’occasion de la construction du temple de Minerve I, fut amputé de l’impôt, alors que dans l’autre cas, le capital, qui doit concerner le pagus, ne fut pas diminué : CIL, 26493 = DFH, 30 Pietati Aug(ustae) sacrum, / [---Pompeius] Rogatus testamento C(aii) Pompei Nahani fratris sui ex HS XXX m(ilibus) n(ummum) so[lo s]uo/[extruxit itemqu] e dedicauit, curatoribus M(arco) Morasio Donato, C(aio) Pompeio Cossu[---] : “Consacré à la Piété Auguste, [ ?] Pompeius Rogatus a, suivant le testament de son frère Caius Pompeius Nahanus, avec la somme de 30 000 sesterces, élevé ce temple sur un terrain lui appartenant et il en a fait la dédicace. Les curateurs : Marcus Morasius Donatus et Caius Pomponius Cossutus”.

36 Jacques 1992, 149.

37 Ou une autre tribu, telle la Papiria conférée aux Calpurnii, cf. la notice de Thugga, p. 122-123, no 13.

38 DFH, p. 147.

39 CIL, 26524 = ILAfr, 521. Sur l’expression pago patriae et plus généralement sur la topographie urbaine de Thugga, cf. Maurin et Saint-Amans, DFH, 34, p. 96-98.

40 Nous avons là la réponse à la question que s’est posée Cl. Poinssot 1969, p. 234 : “Comment nier, dans ces conditions, que, au iie siècle du moins, on pouvait entrer dans le pagus sans devenir, pour autant, citoyen de Carthage ‘de plein droit’, c’est-à-dire sans être inscrit dans l’Arnensis, ce qui impliquait probablement d’avoir sa résidence dans la ville elle-même ?”. Mais, si ce Gabinius est membre du pagus, sans être citoyen de Carthage, n’est-il pas aussi et d’abord citoyen de la ciuitas dont il est originaire, même si son acte évergétique s’adresse à une autre patria qui, en droit, n’existe pas ? En tout cas, il convient de ne pas suivre Pflaum 1968, 161-162, lorsqu’il affirme que les Romains de la ciuitas “n’ont pas été admis à faire partie du pagus – la preuve que les Marcii et les Gabinii de la Quirina ne revêtent ni magistratures ni sacerdoces à Carthage, prérogatives qui sont celles des fils, citoyens de Carthage de plein droit”. Cf. encore Poinssot 1969, 235 : “Ces ciues noui qui venaient de rejoindre le pagus des Carthaginienses de ‘souche’ pouvaient soit devenir des Carthaginienses inscrits dans l’Arnensis, en se fixant dans la métropole, comme A. Gabinius Datus filius, L. Marcius Simplex ou Gabinius Octavius Festus Sufetianus, soit ce qui devait être le cas le plus fréquent, rester des Thuggenses, comme les Gabinii de la branche aînée…”.

41 RGDA, 16-17.

42 On sait par Tacite, Annales, 14.31 que les nouveaux colons, aidés par les soldats, pouvaient s’adonner à des actions violentes contre les populations locales (confiscation de maisons, de terres…).

43 Les objets archéologiques récoltés dans le forum romain : chapiteaux historiés, chapiteaux éoliques, corniches à gorge égyptienne et cinq inscriptions bilingues, écrites en punique et en libyque, dont une (RIL, 2) gravée pour commémorer la construction d’un “temple” à Massinissa à l’initiative de son fils Micipsa ; à ces éléments épars, s’ajoute la découverte de niveaux d’occupation préromaine par l’équipe de l’université de Fribourg aux angles sud-ouest et nord-est de la place. Il y a là assez d’indices qui montrent que nous sommes indéniablement dans la place publique numide. État de la question dans Saint-Amans 2004, 44-49.

44 Khanoussi 1993, 597-602.

45 Voir nos remarques dans Aounallah 2001, 179-182.

46 Nicolet 1988, 159-164 et Aounallah 2003, 256.

47 État de la question par L. Maurin DFH, 29, p. 78-80.

48 Au départ, cette rue a pu servir de “frontière” entre le pagus et la ciuitas.

49 Ci-dessus, p. 107-108, no 13 : le temple, encore anonyme, a été construit in [amorem] ciuitatis suae.

50 Ci-dessus, p. 109, no 20.

51 Sur le pagus et la ciuitas de Thugga, cf. Aounallah 2003.

52 Cf. notre discussion ci-dessus, p. 100 sq., no 1.

53 Ci-dessus, p. 105, no 2.

54 Ci-dessus, p. 105, no 3 : C. Pomponius Restitutus intervient sans doute comme simple évergète.

55 Ce que suggère le verbe dedicauit.

56 Ci-dessus, p. 105, no 4 :… C. Caesetius, C. f. Arn., Perpetuus… patro[n] us pagi Thuggensis…

57 Dans le courant du second siècle, surtout dès Hadrien, le patronat conjoint devient presque une règle à Dougga. Quelques exceptions apparaissent toutefois notamment le consul M. Paccius Silvanus Coredius Gallus L. Pullaienus Gagilius Antiquus, qui, entre 163 et 180, fut patron du seul pagus (CIL, 26579 = DFH, 64) et, peut-être, Gabinius Octavius Festus Sufetianus qui fut l’objet d’un double hommage, l’un émanant du pagus à son patron, (ILTun, 1438 = DFH, 53), l’autre de la ciuitas Aurelia, sur laquelle il n’est pas impossible de restituer le patronat dans les lignes martelées (ILTun, 1429 = DFH, 54). Cl. Poinssot 1969, 236, n’écarte pas l’hypothèse selon laquelle le premier “n’est pas un quelconque notable et son patronat s’exerçait vraisemblablement sur tout le territoire de la colonie de Carthage”.

58 Sur cette préfecture cf. toujours Gascou 1990, en particulier 376-380.

59 CIL, 26580 : Passieno Rufo, tribuno mil(itum) legionis XII Fulminatae, Pas[sieni Rufifilio, [Thug]genses pro [ami]citia quae iis [cum] patre est libentes dederunt : “À Passienus Rufus, tribun de la 12e légion Fulminata, fils de Passienus Rufus, les Thuggenses, en raison de l’amitié qui les lie à son père, ont élevé (cette base) de bon cœur”. Sur Passienus Rufus, cf. Thomasson 1996, 25.

60 Bouard et al. 1977, 211.

61 Notice de Thugga, no 1.

62 DFH, 37, p. 109-110 = AE, 1966, 512 L(ucio) Terentio Romano patri carissimo, cui cum populus Thugg(ensis) ob aquae curam pro meritis eius ex aere conlato tunc statuam ponendam obtulisset, C(aius) Terrentius, Pap(iria), Iulianus Sabinianus, fl(amen) perp(etuus), u(ir) e(gregius) de suo posuit, loco a rep(ublica) d(ato) : “À Lucius Terentius Romanus, son père bien aimé, à qui le peuple de Thugga a offert une statue par souscription en raison de ses mérites pour la gestion de l’eau, Caius Terrentius Iulianus Sabinianus, inscrit dans la Papiria, flamine perpétuel, chevalier, l’a érigée à ses frais sur un emplacement donné par la république”.

63 Notice de Thugga, no 20 et DFH, 36, p. 102-109.

64 Bouard et al. 1977, 222-223, préfèrent croire “que ce sont les seuls membres de la ciuitas qui sont en cause sous l’appellation des Thuggenses ; dans ce texte, il n’est pas question du municipe, et l’on ne trouve plus jamais, dans la suite, l’emploi de l’ethnique seul pour qualifier la communauté des membres du municipe et de la colonie… Quoi qu’il en soit, et même si l’on devait refuser de dater CIL, VIII, 26580 d’avant 205, nous continuerions de croire que les Thuggenses comme responsables d’une décision de la communauté étaient les membres de la ciuitas”.

65 Ci-dessus, p. 61.

66 Ci-dessus, p. 64.

67 En théorie, rien n’interdit l’existence à Thugga d’un conventus ciuium Romanorum transformé au plus tard sous Tibère, en pagus carthaginois. Sur ce point, voir les remarques de Poinssot, 1969, 234-235, qu’il faudrait toutefois nuancer : “En mettant trop l’accent sur la situation privilégiée du pagus par rapport à la ciuitas, on risque d’oublier ses autres caractéristiques et d’abord sa dépendance à l’égard de la colonie. La présence des praefecti jure dicundo, comme le fait que l’immunitas accordée aux Carthaginienses de la pertica ait pu être un moment contestée, montre bien que… (le) pagus avait un statut… de territoire ‘contribué’ ou ‘attribué’. Ce pagus n’est pas une respublica : les ciues romani installés à Thugga s’organisèrent simplement en une sorte de conventus qui s’identifia avec le territoire affecté à ses membres jusqu’à en prendre son nom ; ce ‘collège’ n’obtiendra que sous Marc-Aurèle le jus legatorum capiendorum, ce qui prouve, de façon incontestable, qu’il ne s’était pas encore mué en cité”.

68 Voir Christol 2005-2006, 173.

69 Ci-dessus, p. 37 sq.

70 Beschaouch 1997c, 62-67.

71 Voir aussi Poinssot 1969, 236-237 : “On peut supposer qu’à l’origine, le pagus – circonscription territoriale de la pertica – était entièrement dépourvu d’organisation autonome vis-à-vis de la métropole et de son représentant le praefectus jure dicundo. Tout juste doit-on penser que tous les pagani pouvaient se réunir pour prendre une décision collective…”.

72 Ci-dessus, p. 101-103, no 1.

73 Ci-dessus, p. 101, no 1.

74 Ci-dessus, p. 100-101, no 1.

75 Christol 2005, 173-174.

76 Poinssot 1969, 237 et présent volume, p. 100-101, no 1.

77 Ci-dessus, p. 105.

78 Ci-dessus, p. 79 :… f. [A]rn, Celsus, ma[g. pagi…].

79 Ci-dessus, p. 74, no 1.

80 Gascou 1983, 200.

81 Gascou 1983, 200.

82 Gascou 1983, 199.

83 Gascou 1983, 200.

84 Gascou 1983, 200.

85 Gascou 1983, 201.

86 Ci-dessus, p. 89.

87 Maurin 1995, 115-116 : “Ils ont été créés par Auguste et peuplés de vétérans qui conservent jusque sous les Sévères, après plus de deux siècles de vie civile, l’identité de leurs origines et l’appellation de pagi de vétérans, dont les membres jouissaient d’un droit particulier”.

88 Maurin 1995, 117, puisque aucun document ne fait référence à une colonie “mère” (comme l’était Carthage pour Dougga, par exemple), on a pu parler dans ce sens de pagi “indépendants”.

89 Voir la notice de Thibaris, p. 79 sq., et le tableau des principales définitions juridiques attestées dans le pagus.

90 Ci-dessus, p. 75, no 2. On retrouve aussi la même expression en 214, sur une dédicace à Caracalla (pecunia publica Uchitanorum Maiorum, d. d., ci-dessus, p. 76, no 12.) et sur une autre dédicace non datée à Valeria Marianilla (Uchitani Maiores d. d. p. p., ci-dessus, p. 77, no 14).

91 Les Belalitani Maiores font une dédicace à Elagabal en 221 avec la signature d. d. p.p.(ci-dessus, p. 78-79).

92 Sous Antonin, dans une année de l’ère de Cérès (entre 190 et 199), est attesté un decretum decurionum (ci-dessus, p. 75, no 3). La première apparition du pagus V. M. se rencontre sur une dédicace à Faustine gravée entre 161 et 163 ; le texte, endommagé à la fin, mentionne les deux magistri du pagus. C’est aussi la première mention de magistri (ci-dessus, p. 75, no 4). Les mêmes institutions se rencontrent en 164 sur une dédicace à Lucille, plus complète : pagus Uchitanorum Maior. d. d. p. p. f. Les deux magistri, porteurs des tria nomina, sont mentionnés pour fournir une datation (ci-dessus, p. 75, no 5). C’est aussi un ou deux magistri du pagus qui sont mentionnés dans l’inscription relative au déplacement d’un temple et son remplacement par un aqueduc en 173 (ci-dessus, p. 75, no 6).

93 À Belalis, les hommages à M. Aurèle et sa famille, Annius Verus, Lucille et Sabine, en 166, portent la signature neutre d. d. p. p. (ci-dessus, p. 78-79).

94 À Belalis, l’honneur du magisterium apparaît sur une dédicace à la triade capitoline pour le salut d’Antonin ; le texte fait peut-être allusion à la construction du capitole avec la somme honoraire du magisterium et après ampliatio (ci-dessus, p. 78-79). À Uchi Maius, en 177, le magister intervient pour payer un monument à Marc-Aurèle à l’occasion de l’honneur de son magisterium et après avoir multiplié la somme de son honneur (ci-dessus, p. 75, no 7). L’honneur du magisterium figure aussi sur une dédicace incomplète à un certain Hadrianus qui, à l’occasion de cet honneur, a promis d’édifier des monuments (ci-dessus, p. 77, no 16).

95 Le texte est incomplet, mais on doit sans doute restituer [--- ob honore]m decurionatus qui fournit une justification à l’hommage (ci-dessus, p. 75, no 8).

96 La première mention datée de respublica apparaît dès 166-169, sur une dédicace inédite à Caelestis (Khanoussi et Mastino) ; on la retrouve en 173 puis en 179 sur trois dédicaces contemporaines à Commode. Dans les trois cas, c’est la respublica V. M. qui érigea les bases à ses frais (sua pecunia, ou pecunia publica, ce qui revient au même) et par décret des décurions (ci-dessus, p. 75, no 9). En 197, également pour la première fois, apparaît le flaminat perpétuel ainsi que la somme honoraire de la prêtrise, 12 000 sesterces. Le détenteur, C. Lucillius Athenaeus, fut prêtre de Cérès pour l’année 235, mais son flaminat perpétuel fut sans doute accompli à Uchi Maius. La respublica V. M. a érigé le monument, le magistrat a fait la dédicace (ci-dessus, p. 76, no 10). En 202, Caracalla est honoré également par la respublica Uchitanorum Maiorum (ci-dessus, p. 76, no 11).

97 Ci-dessus, p. 77, no 13. Sur cette inscription, cf. Christol 2005, 177-185.

98 Christol 2005, 184.

99 Ci-dessus, p. 68-69.

100 CIL, 26580.

101 CIL, 26590 et ci-dessus, p. 110, no 27.

102 AE, 1997, 1655 et ci-dessus, p. 105, no 5.

103 Il y a lieu de croire qu’il n’avait aucun lien avec le pagus, mais c’était aussi le cas des autres patrons du pagus attestés sous Tibère et sous Claude, qui interviennent seulement pour dédier les monuments, illustrant ainsi la mainmise de la colonie sur le pagus.

104 DFH, 30 : Pietati Aug(ustae) sacrum, [---Pompeius] Rogatus, testamento C(aii) Pompei(i) Nahani fratris sui ex HS XXX m(ilibus) n(ummum) so[lo s]uo [extruxit itemqu]e dedicauit, curatoribus M(arco) Morasio Donato, C(aio) Pompeio Cossu[tus---] : “Consacré à la Piété Auguste, [ ?] Pompeius Rogatus a, suivant le testament de son frère Caius Pompeius Nahanus, avec la somme de 30 000 sesterces, élevé ce temple sur un terrain lui appartenant et il en a fait la dédicace. Les curateurs : Marcus Morasius Donatus et Caius Pomponius Cossutus…”

105 Commentaire de DFH, 30, p. 83-86 et Saint-Amans 2004, 346-348.

106 Qui même s’il donne une “première impression d’archaïsme”, convient plutôt à l’époque “qui va du règne de Commode au milieu du iiie siècle”, cf. DFH, p. 85.

107 DFH, p. 86.

108 C’est un monument qui a été construit sur un terrain privé. La mention de deux curateurs citoyens romains et porteurs des tria nomina, laisse penser qu’ils ont le même statut et la même origine, très probablement le pagus ( ?), mais cela est aussi le cas des quatre curateurs (représentant nécessairement la ciuitas et le pagus) du complexe religieux des Gabinii.

109 AE, 1966, 509 ; DFH, 47, p. 142-143 Dis Aug(ustis) sac(rum), / Felix Dati Lega fil(ius), sufes maior / civitatis dedicauit : “consacré aux dieux Augustes, Felix, fils de Datus luimême fils de Lega, sufes Maior de la ciuitas, l’a dédié”.

110 AE, 1966, 510 ; DFH 48, p. 143-144 Iulio Felici, Candidi f(ilius), / principi civitatis, / civi bo[no---]--- : “À Iulius Felix, fils de Candidus, prince de la ciuitas, citoyen de bien…”.

111 AE, 1997, 1656 = DFH, 49, p. 144-145 Ioui Aug(usto) sacrum, L. Terrentius Adiutori, Rufinianus, signum Iouis Victoris conseruatoris et candelabra cum lucernis, ob honorem patronatus ciuitatis suae Thugg(ensis) in se decreto ordinis conlato donum dedit et ob dedicationem decurionib(us) den(arios) ternos dedit : “Consacré à Jupiter Auguste, Lucius Terrentius Rufinianus, fils d’Adiutor, a offert une statue de Jupiter Victor Conservator avec des candélabres et leurs lampes à l’occasion de l’honneur du patronat de la ciuitas qui lui a été conféré par décret de l’ordo. À l’occasion de la dédicace, il a distribué trois deniers à chacun des décurions”.

112 Aounallah 2003, 252-254.

113 Sur cette gens, cf. Aounallah & Ben Abdallah 1997 et ici, p. 107-108, no 13.

114 Inscription commentée ci-dessus, p. 37 sq.

115 La seule apparition du magisterium à Dougga se trouve sur la dédicace au divin Commode. Cf. notice de Dougga, p. 109, no 23.

116 Reddé & Saint-Amans 1997, 182 et n. 22.

117 Cf. notice de Thugga, p. 107-108, no 13.

118 Cf. notice de Thugga, p. 107, no 12.

119 Cf. notice de Thugga, p. 107, no 10.

120 Cf. notice de Thugga, p. 108, no 17.

121 Di Vita-Évrard 1997, 75-76.

122 Ci-dessus, p. 112. On doit se résoudre à la même équation pour nos quatre curateurs, représentants du pagus et de la ciuitas dans le complexe religieux des Gabinii, et également pour les curateurs des hommages aux Marcii… Par ailleurs, le monument, construit sur un terrain privé, impliquant des notables et des magistrats agissant dans les deux communautés doit, dans ce cas, concerner aussi bien le pagus que la ciuitas.

123 À propos du pagus, Poinssot 1969, 236, constatait à son tour que “le nombre relativement important des patroni pagi contraste singulièrement avec l’absence complète de magistratures locales”.

124 Poinssot 1969, 229-240.

125 Cf. la notice de Thugga, p. 106-107, no 7.

126 Cf. la notice de Thugga, p. 108-109, no 17-18.

127 Cf. la notice de Thugga, p. 107, no 9.

128 Constatant que c’est à Numluli que nous rencontrons la plus ancienne mention de cette institution qui se lit sur la dédicace du capitole construit en 170 ; ci-dessus, p. 111-112.

129 Poinssot 1969, 237.

130 Ci-dessus, p. 89-90.

131 Ci-dessus, p. 88-89.

132 Ci-dessus, p. 87-88.

133 Gascou 1982b, 264-266 et Lepelley 1981, 478-479.

134 Dans les deux cas, l’hypothèse de l’attribution, due à Beschaouch 1997, 62-67, s’éloigne.

135 Cf. ci-dessus, p. 21.

136 Cf. la notice de Thugga, p. 105, no 5.

137 L. Terrentius Rufinianus (AE, 1997, 1656 = DFH, 49) et M. Calpurnius Faustinus (notice de Thugga, no 13 ; ci-dessus, p. 107-108).

138 À condition qu’ils soient citoyens romains !

139 On peut en effet se demander si les magistri pagi et les sufetes ciuitatis pouvaient être membres de l’uterque ordo.

140 C’est l’impression que nous donnent en tout cas les témoignages épigraphiques. La même question doit se poser pour Agbia où, si son cas s’explique comme nous l’avons imaginé, (mais l’épigraphie manque), on s’attendrait que la ville devint municipe sous Antonin, ou peu de temps après, et non plus d’un siècle plus tard (ci-dessus, p. 67 sq. et 111).

141 Notice de Thugga, p. 108, no 16.

142 Poinssot 1969, 237.

143 Malgré quelques exceptions (Uchi Minus, pagus Fortunalis, pagus Mercurialis, et d’autres sans doute) qu’on ne saurait expliquer.

144 1. En 184-187, sur la dédicace de l’aqueduc construit par la ciuitas Aurelia Thugga (notice de Thugga, p. 110, no 26 et DFH 36, p. 102-109).
2-3. En 180-192, sur l’hommage martelé à Gabinius Octavius Festus Sufetianus, signé par la ciuitas Aurelia Thugga (notice de Thugga, p. 110, no 26 et DFH 54, p. 151-153) et sur une dédicace faite par le pagus et la ciuitas Aurelia Thugga à un autre notable, un prêtre d’Esculape, dont le nom et le cursus ont eux aussi été soigneusement effacés (notice de Thugga, p. 110, no 26 et DFH 128, p. 255). Le martelage, apparemment contemporain et concernant deux notables de Thugga, doit viser un proche parent ou une autre personne impliquée dans l’affaire, cause du martelage.
4. En 180/192, sur la dédicace à M. Pacuvius Felix Victorianus par le pagus et [civitas Aureli]a Thugga (notice de Thugga, p. 109, no 22 et ILAfr, 517 ; Saint-Amans, 2004, 332, no 66).
5. En 201/202, sur deux dédicaces contemporaines, à Plautien (notice de Thugga, p. 128, no 25 et ILAfr, 564 = DFH, 12) et à Fulvia Plautilla (notice de Thugga, p. 110, no 25 et ILAfr, 565 = DFH, 13) signées par la ciuitas Aurelia Thugga.
6. En 198/205, sur une dédicace encore inédite à Julia Domna, signée par la ciuitas Aurelia Thugga. Observons qu’aucune de ces inscriptions ne date du principat de Marc Aurèle, ce qui nous incite à dater la “promotion” de la fin de son règne, très probablement même dans le courant du principat conjoint de Marc Aurèle et de Commode, entre novembre 176 et mars 180.

145 Notice de Thugga, p. 109, no 21.

146 Commoda par exemple, surtout si on admet que la ciuitas Aurelia est née dans le courant du principat conjoint de Marc Aurèle et de Commode ; la confusion concernant l’identité du prince bienfaiteur a pu alors se produire.

147 Cf. notre notice p. 116.

148 Aounallah 2003, 255-256. Cf. aussi Christol 2005, 188 qui préfère associer le titre Aurelia avec la rupture du lien de subordination avec Carthage plutôt qu’avec l’octroi du droit latin.

149 Beschaouch 1997, 3, 69 sq.

150 Gascou 2003, 242.

151 Puisque aucun document ne le prouve. Dans toute l’Afrique, en effet, nous ne voyons que deux exemples assez significatifs pouvant être cités comme cas d’application du droit latin. Une inscription de Thignica, ILTun, 1318 : Q. Caecilius, Q. f., Qui., Latro, civitate don(atus) cum liberis suis, pius vix. ann. LXXX, h. s. e., o. t. b. q., t. t. l. Latro, probablement un parent de Caecilia, mère des Memmi (cf. CIL, VIII, 15205 = 1413), a reçu le droit de cité pour lui et pour ses enfants. Nous remarquons, comme il ressort de la filiation indiquée par le praenomen, Q (uinti) f (iulius), que la promotion a bénéficié en même temps au père. La transmission de la citoyenneté du fils au père ne peut s’opérer que dans le cadre du droit latin. L’autre exemple est fourni par une série d’inscriptions de Guelaat Bou Atfan (A. A. Alg., f. 18, Souk Ahras, site no 200), seule exemple africain signalé par les ILS de H. Dessau (cf. ILS, 1983 = CIL, 16919) et où souvent se rencontre l’expression caractéristique de l’acquisition de la citoyenneté romaine par le biais du droit latin ciuitatem romanan consectus : cf. par exemple, CIL, 16916 = ILAlg, I, 572, épitaphe triple Iuliae Ro/mullae piis/simae con/iugi raris/simae, v(ixit) a(nnis) / L, H(ic) s(ita) e(st) / M(arcus) Novellus Mar(i)t(us). Iuliae Victo/riae Iuli No/velli filiae / piisimae feminae ra/rissimae, v (ixit) a (nnis) / XXXI, H(ic) s(ita) e(st). M(arco) Iulio Nov/ello c(ivitate) r(omana) consecu/to, decuri/oni, aedilic(io), / praef(ecto) i(ure) d(icundo), / II viral(icio), p(ius) v(ixit) a(nnis) / LXX, h(ic) s(itus) e(st). Sur ce site et son épigraphie, cf. Reboud 1885. De ce fait, on peut se demander si ce privilège n’est pas en rapport avec un autre événement important pour la ciuitas : la construction de l’aqueduc par et pour la ciuitas. On peut avancer pour cela des arguments non négligeables. L’aqueduc a été inauguré entre 184 et 187, mais les travaux ont certainement démarré bien avant, sous Marc Aurèle ; son point de départ se trouve à l’extérieur du territoire de la cité de Thugga et traverse d’autres cités, ce qui explique l’intervention inattendue du proconsul. Ce point de départ pouvait théoriquement appartenir à une autre cité, et qu’il fut confisqué au profit de Thugga, mais cela est difficilement acceptable sous Marc Aurèle. Il ne reste donc que l’autre solution, la seule envisageable à notre avis, est que cette source appartenait à la famille impériale et que cela a été perçu comme un privilège par la ciuitas et justifia du coup son nouveau “statut” de ciuitas Aurelia, titre qu’elle ne porta que lorsque les travaux furent achevés sous Commode (cf. ci-dessus, la note 144). Marc Aurèle aurait accordé à la ciuitas le droit d’utiliser cette source.

152 Sur les hommages publics impliquant les deux communes, les curateurs du pagus se distinguent de ceux de la ciuitas par le fait que les premiers sont porteurs des tria nomina, les autres ne portent que les duo nomina. Les premiers sont du pagus, les derniers sont de la ciuitas. Sur cette pratique, voir Di Vita-Évrard 1997. Le cas des curateurs du complexe religieux des Gabinii fait toutefois exception.

153 Dans les hommages aux Marcii Cf. DFH, 81-83 : trois textes qui se terminent par la mention des curateurs :… curatoribus C. Modio Rustico, L. Numissio Honorato, Iulio Macro, Sallustio Iuliano Q. f.

154 On peut aussi se demander si ce n’est le cas aussi de Q. Morasius [H]osp[italis ?] f(ilius), magister du pagus qui semble issu de la ciuitas ; notice de Thugga, p. 109, no 23.

155 Notice de Thugga, p. 107-108, no 13 et ILTun, 1514.

156 Notice de Thugga, p. 110, no 26, et DFH, 149-150, no 52.

157 Notice de Thugga, p. 109, no 23.

158 Gascou 1997, 100-103.

159 Christol 2005, 189-190.

160 Comme l’ont souligné Poinssot 1962, 70, n. 4 et Christol 2005, 189.

161 Car c’est là l’unique attestation d’un magister à Thugga.

162 Cf. la notice de Thugga, p. 110, no 27.

163 Cf. la notice de Thugga, p. 110, no 28.

164 CIL, 1484 et 26552 = DFH, 57, p. 157-158, no 57 Imp(eratori) Caes(ari) diui Magni Pii [[fil(io)]], diui Septimi Severi Pi[i nep(oti)], [[M(arco) Aurelio Aurelio Seuero Alexandro Pio Felici Aug(usto), patri pat[ri]ae, pontifici maximo, tribunicia potestate XI, consuli III---]] et castrorum et senatus et patriae, municipium Septimium Aurelium liberum Thugga [c] onservatori libertati[s d.] d. p. p.

165 Aulu Gelle, N. A., 16.13 : “… Ainsi, nous ignorons ce que sont les municipia, quel est leur droit, en quoi ils diffèrent d’une colonie, et nous pensons que les colonies possèdent une meilleure condition que les municipes. Sur les erreurs liées à cette opinion si répandue, le divin Hadrien a disserté fort savamment dans le discours qu’il a prononcé au Sénat ‘sur les habitants d’Italica’, ville dont il était originaire. Il s’y étonne que les habitants d’Italica, tout comme ceux d’autres antiques municipes (parmi lesquels il cite Utique), aient brûlé d’obtenir le droit des colonies alors qu’ils pouvaient jouir de leurs lois et propres coutumes. Il rapporte aussi que les habitants de Praeneste insistèrent au plus haut point auprès de Tibère… pour qu’il les ramène du statut de colonie à celui de municipe…”, texte traduit dans Jacques 1992, 32-33.

166 CIL, 26561 = DFH, 63.

167 En particulier Gascou 1997 et Lepelley 1997.

168 Puisqu’en libérant les habitants d’Orcistus, l’Empereur leur accorda le privilège de ne plus payer désormais la somme qu’ils avaient coutume de verser auparavant pour les cultes ; cf. notre introduction, p. 15.

169 Lepelley 1997.

170 Traduction d’après Christol 2005, 160.

171 Christol 2005, 159-166.

172 Christol 2005, 162.

173 Sur cette titulature, cf. Aounallah 2003, 258-260.

174 Christol 2005, 163 : “en raisonnant de manière rétrospective on peut établir une telle continuité entre le pagus Uchitanorum Maiorum et l’oppidum ciuium Romanorum”.

175 Aounallah 2006, 27-32.

176 Christol 2005, 164.

177 C’est le point de vue défendu par M. Christol.

178 L’exemple de Thuburbo Maius nous incite à rejeter l’argument de Michel Christol : ciuitas pérégrine, elle devint municipe sous Hadrien (municipium Aelium Hadrianum Augustum), puis colonie sous Commode durant le règne duquel, elle se nomme colonia Aurelia Commoda ; ce n’est qu’après sa mort, dès Septime Sévère, qu’elle ajouta l’épithète Iulia à sa nomenclature : colonia Iulia Aurelia Commoda. Iulia rappelle donc un bienfait d’Octave, peut-être l’installation viritim de colons citoyens romains, ou mieux encore, le statut de ciuitas autonome accordé à la communauté pérégrine ? Sur la titulature de Thuburbo Maius, voir en dernier lieu Gascou 1988.

179 Cf. nos remarques dans Aounallah 2003, 260 : “… le pagus étant une agglomération non autonome, ne pouvait, à l’image de l’esclave n’ayant pas le droit de porter un gentilice, se prévaloir d’une titulature impériale (pagus Marianus Augustus) qui l’assimilerait à une commune de plein droit. Cette même titulature, rappelant Marius et Auguste, ne pouvait être également affichée du vivant de Sévère Alexandre puisqu’il est le vrai conditor coloniae, et qu’il était alors impensable de placer d’autres surnoms avant le sien. Il fallait donc attendre sa mort pour que la colonie puisse enfin exhiber librement son vrai état-civil et ses antécédents historiques”.

180 Poinssot 1969, 238 et n. 85, mais ni Aulus Vitellius Honoratus (cf. DFH, p. 182-186, no 70), ni le consul ordinaire de 262, Mummius Faustianus (DFH, p. 178-179, no 67) ne sont attestés comme patron de Thugga.

181 Notice de Thugga, p. 110, no 28.

182 Dans les dédicaces de la meta nord-ouest et sud-ouest du cirque (CIL, 26549, 26550), nous trouvons mention de deux duumvirs et de deux édiles (de Thugga) ; dans la dédicace à Gallien et à Cornelia Salolina, un certain Felix Iulianus est dit duumviralicius et flamine (ILTun, 1416) ; sur la dédicace du temple de Caelestis se lit le (duumvirat) quinquennal (ILAfr, 514) ; sur une dédicace pour le salut de Gratien, Valentinien et de Théodose, Napotius Felix est duumvir (CIL, 26569) ; L. Instanius Commodus Asicius fut duumvir et édile (AE, 1993, 1754) ; enfin, […Ti] tisenius Felicissimus Cornelianus est [---] édile…

183 Cf. la notice de Thibursicu Bure, p. 112-114.

184 Choix de rescrits impériaux et de textes de lois concernant les obligations des citoyens et des résidents dans Jacques 1992, 81-86 ; cf. aussi Aounallah 2001, 179-183.

185 CIL, 1484 et 26552 = DFH, p. 157-158, n° 57.

186 CIL, 26561 = DFH, 63.

187 Lepelley 1997, 108 : “Le mot conservator à un sens fort, plus que le mot français conservateur. Des inscriptions romaines qualifient Octave après Actium de conservator rei publicae, ce qui doit se traduire par ‘sauveur de la république’”.

188 Ci-dessus, p. 148-150.

189 Ci-dessus, notice d’Uchi Maius, p. 78.

190 Surtout parce que Carthage a reçu, en compensation de cette perte, le droit italique. La promotion des pagi au rang de municipia ou de coloniae semble coïncider avec la promotion de la colonia Iulia Karthago au rang de colonie Italique. À la suite de X. Dupuis, Gascou 2003, 232-233, pense que le ius Italicum fut concédé à Carthage uniquement par Caracalla. Contre cet avis, voir Khanoussi & Mastino 2000, 1317-1318, qui pensent que l’auteur du bienfait est Septime Sévère qui lui aurait accordé ce droit en 202, comme semble l’indiquer la légende monétaire Indulgentia Augg. in Carthaginem.

191 Thibaris est attesté comme municipe pour la première fois entre 287 et 289 ; cf. notice ci-dessus, p. 79-81.

192 Lepelley 1997, 110 : “… la libertas de Thugga avait un contenu réel, et n’était nullement la ‘liberté idéale’ de toute commune romaine, au sens purement affectif et symbolique naguère défini par Paul Veyne : pourquoi envoyer, même grâce à de généreux legati voyageant à leurs frais, de coûteuses ambassades pour défendre une notion idéale sans contenu pratique ? D’autre part, il ne pouvait s’agir de la liberté acquise par rapport à Carthage : par quels moyens les Carthaginois auraient-il pu, maintenant que la pertica était démantelée, intervenir dans les affaires d’une cité qui était devenue une autre colonie ?”.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3891/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 4.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3891/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 5.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3891/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 6.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3891/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 7.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3891/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 8.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3891/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 9.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3891/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search