Version classiqueVersion mobile

Pagus, castellum et civitas

 | 
Samir Aounallah

IV - Le pagus, subdivision de cité. Origines, naissance et typologie

Texte intégral

  • 1 CIL, 17218 = ILAlg, I, 883 (mention d’un pagus ? dans le municipe de Thagaste, sur un fragment d’un (...)
  • 2 Gascou 1983. On se contentera ici de reprendre rapidement les conclusions de J. Gascou qui nous sem (...)
  • 3 Beschaouch 1981.
  • 4 Beschaouch 1981, 121.

1À l’opposé des pagi qui contiennent plusieurs ciuitates, il y avait aussi des pagi attribués à une cité, le plus souvent à une colonie romaine, très rarement à un municipe1. Les mieux connus en Afrique, et qui nous intéressent ici, sont ceux qui relèvent des colonies romaines de Carthage, de Sicca et de Cirta. Le cas des pagi de Cirta est bien connu depuis que J. Gascou lui a consacré une longue étude2 dans laquelle il a finement démontré, contre l’avis de A. Beschaouch3, que le territoire de la colonie était subdivisé en pagi plus ou moins étendus et que les agglomérations qui s’y trouvaient, du moins les plus importantes, s’appelaient castella. Ici donc, et contrairement à ce que nous observons dans le pagus romain et la ciuitas pérégrine de Thugga, il n’y avait pas d’opposition juridique entre les pagi qui coexistaient avec ce que A. Beschaouch appelle des “agglomérations urbaines numides, de statut pérégrin, nommées castella4”.

2Si tout le monde s’accorde à définir le pagus de la catégorie que nous abordons, comme un district territorial d’une colonie, il reste encore beaucoup à dire à propos du statut juridique des habitants de celui-ci : étaient-ils tous de statut romain ? À quel moment les pagi ont-ils été créés ? Et pourquoi ? On connaît l’hypothèse qui a été proposée pour Cirta et pour Carthage ( ?) dont l’organisation débute sous Auguste, mais tout reste à dire au sujet de Sicca, nouvelle Cirta dont l’étendue fut certainement réduite au moment où naissait plus tard la colonie flavienne d’Ammaedara.

Origines et naissance

Les premiers pagi “augustéens5

  • 5 Ces notes s’inspirent pour l’essentiel de notre article paru dans les Actes du colloque de Bastia, (...)

3La naissance du pagus est étroitement liée à celle de la colonie dont il dépendait. Elle lui est donc contemporaine ou postérieure. Dans la plupart des cas, le pagus est né de l’officialisation d’une ancienne colonisation viritim qui remonte à l’époque des Gracques ( ?), de Marius et probablement aussi de César, et il s’agissait de colons vivant depuis longtemps sur le territoire des communautés pérégrines, comme à Uchi. Quelquefois, on voit s’opérer une déduction de vétérans citoyens romains sur le territoire d’une communauté pérégrine, comme à Sutunurca et probablement à Medeli. Dans tous les cas, la naissance du pagus s’accompagne d’une limitatio sur le terrain. On peut admettre, même si nous manquons de documents sur ce point, que c’est sous Octave-Auguste que cette institution a fait son apparition.

4Nous commençons notre démonstration par la fameuse inscription de Phileros, trouvée à Marmorano, à trois milles à l’est de Formiae :

CIL, X, 6104 ; ILS, 1945

  • 6 Lapis au sens de tesselles de mosaïques suivant TLL, 7.2, col. 249.

M(arcus) Caelius, M(arci) l(ibertus), Phileros, accens(us) / T(iti) Sexti imp(eratoris) in Africa, Carthag(ine) aed(ilis), praef(ectus) / i(ure) dicundo vectig(alibus) quinq(uennalibus) locand (is) in castell(is) LXXXIII, / aedem Tell(uris) s(ua) p(ecunia) fec(it), II vir Clupiae bis, Formis / August(talis), aedem Nept(uni) lapid(ibus) vari(is) s(ua) p(ecunia) ornav(it), Fresidiae, N(umerii) l(ibertae), Florae, uxori viro opseq(uentissimae), / Q(uinto) Octavio, (mulieris) l(iberto), Antimacho, karo amico : “Marcus Caelius Phileros, affranchi de Marcus, appariteur de Titus Sextius imperator en Afrique, édile à Carthage, préfet pour dire le droit, chargé d’affermer les impôts quinquennaux (pour une durée de cinq ans) dans les 83 castella, a fait construire à ses frais un temple de Tellus (à Carthage) ; (il a été) deux fois duumvir à Clipea, Augustal à Formiae (où il) a orné à ses frais le temple de Neptune de ‘pierres différentes6’. À Fresidia Flora, affranchie de Numerius, épouse très obéissante à son mari, et à son cher ami, Quintus Octavius Antimachus, affranchi d’une femme”.

  • 7 Gascou 1984a.

5L’inscription, qui détaille l’ensemble de la carrière municipale, africaine pour l’essentiel, de l’affranchi Marcus Caelius Phileros, fournit, avec celle des Uchitani, sans doute la plus ancienne mention épigraphique en Afrique du terme castellum. Il convient toujours de suivre les commentaires de J. Gascou7 sur l’ensemble de la carrière de ce personnage et sur la chronologie proposée, vraisemblable mais toujours incertaine, des charges et des magistratures qu’il a occupées à Carthage puis à Clipea : accensus de T. Sextius imperator, très probablement durant la période comprise entre 42 et 40, il fut par la suite édile à Carthage (vers 30 a.C. ?), préfet pour dire le droit (vers 26 a.C.) avant d’aller à Clipea, dans le Cap Bon, où il géra deux fois le duumvirat (vers 25 ou 24 et vers 18 a.C.).

  • 8 État de la question dans Gascou 1984a, 115 et discussion dans Jacques 1991.
  • 9 Sur le vectigal, “davantage assimilable à un loyer qu’à un impôt stricto censu”, prélevé sur l’ager (...)
  • 10 Fishwick 1996, surtout p. 33-34.
  • 11 Nous avouons être dans l’incapacité de trancher. Cf. aussi les critiques de J.-M. Roddaz 2003, 191, (...)

6Cette carrière pose encore des problèmes de chronologie difficiles à résoudre en l’état des connaissances8. Le moment qui nous intéresse le plus est celui de la préfecture pour dire le droit en vertu de laquelle Phileros avait pour mission d’affermer les impôts9 (vectigalia) quinquennaux dans 83 castella. Cette carrière, alternant fonctions et libéralités, est certainement rédigée dans un sens direct, de la charge la plus ancienne, accensus T. Sexti… in Africa, à la prêtrise la plus récente, Formis August(alis). Phileros a été bien précis en indiquant l’endroit où il a été en exercice : édile à Carthage, préfet pour dire le droit dans les 83 castella, puis donateur du temple de Tellus, certainement à Carthage. Dans un article consacré récemment à l’ère des Cereres, D. Fishwick10 estime que la fondation de ce culte doit se placer vers 40/39 a.C., plutôt qu’en 44, et que celle-ci serait selon lui en étroite relation avec la construction du temple de Tellus, étroitement associé à ces divinités. Or l’inscription nous apprend que Phileros a bien été le donateur du temple de Tellus comme le prouve le verbe employé (aedem Tell(uris) s(ua) p(ecunia) fec(it)). Si l’on suit D. Fishwick, l’opération aurait été accomplie vers 38/36 a.C. ; en conséquence, la préfecture pour dire le droit dans les 83 castella doit être de peu antérieure11.

  • 12 Gascou 1984a, 119 : “Il est tentant de supposer que ce furent [c’est-à-dire les castella] les local (...)

7Le problème qui demeure entier concerne ces 83 castella. D’abord que sont-ils et où se trouvent-ils ? Ensuite, qui a mandaté le préfet pour affermer les vectigalia dans ces castella ? Le texte ne répond pas à ces questions. Mais J. Gascou a proposé des réponses intéressantes en suggérant que ces localités pérégrines ont constitué, en partie, l’assise territoriale des pagi carthaginois, comme Uchi Maius et Thugga ; qu’en face, les pérégrins (constitués en castella ou en ciuitates) payaient désormais l’impôt provincial à Carthage, puisque le praefectus i.d. chargé de l’affaire représente Carthage. Par ailleurs, et en plus de l’adjudication des vectigalia, Phileros devait établir une rigoureuse séparation entre les terres des uns et des autres, celles qui étaient immunes de celles qui étaient imposables12.

8Il semble que c’est le même Phileros, probablement aussi au moment de sa préfecture, qui divisa le castellum des Uchitani entre ces derniers et des colons romains (fig. 1) :

  • 13 Nous retenons la relecture dans Uchi Maius 2, préférable à notre avis à celle de A. Beschaouch 2002 (...)

CIL, VIII, 26274 = ILTun, 1370 = Uchi Maius 2, p. 185-187, no 6213

E[x] aequ[itate imp(eratoris) / Aug(usti), M. C]ae[lius Ph]ileros / castellum diuisit / inter colonos / et Uchitanos termin(os)/que constituit : “De par l’équité de l’empereur Auguste, M. Caelius Phileros a divisé le castellum entre les colons et les Uchitains et a fixé les limites (entre les deux collectivités)”.

Date : période augustéenne.

  • 14 L’Aequitas figure à Dougga sur CIL VIII, 26487 : Mercurio [et] / Aequitati Aug(usti) [sacr(um)], / (...)
  • 15 CIL, VIII, 15450, 15455, 26270.
  • 16 Sur cette titulature, voir nos remarques dans Aounallah 1996, 1508-1510 et 2003, 259-260 ; divers t (...)
  • 17 Cf. toutefois Christol 2005, 163-166, qui pense que s’agissant d’un souvenir lointain, Augusta peut (...)

9Cette inscription, dont les deux premières lignes restent d’une lecture difficile, nous informe sur l’identité du commanditaire de l’opération de la diuisio comme sur celle de la personne qui l’a exécutée et sur la nature de la vertu invoquée pour la diuisio : l’aequitas14. Le rôle d’Auguste chez les Uchitani est indirectement, mais clairement, affiché par diverses inscriptions15 qui le désignent comme un des bienfaiteurs de la future communauté issue du partage, aux côtés de Marius et de Sévère Alexandre : Colonia Mariana Augusta Alexandriana Uchitanorum Maiorum16. Placée ainsi, entre Mariana et Alexandriana, l’épithète Augusta constitue une référence indiscutable à Auguste (et non à Octave, car en ce cas, on trouverait Iulia17).

  • 18 Appelé aussi Henchir el-Khima, le site se trouve à six km à vol d’oiseau au sud-ouest d’Uchi Maius,(...)

10Revenons à notre borne de délimitation : castellum diuisit inter colonos et Uchitanos. Que sont devenus nos coloni ? Ils ont aussi reçu des terres dans le territoire du Castellum Uchitanorum. Leur territoire doit donc se trouver dans les environs immédiats de celui des Uchitani. Or, dans cette région, nous ne voyons que l’oppidum ciuium Romanorum d’Uchi Minus qu’une inscription latine, récemment publiée par M. Khanoussi, permet de localiser au lieu-dit Henchir el Khima18, à environ six kilomètres au sud-ouest d’Uchi Maius. Le texte est gravé sur une plaque calcaire (59 x 83 x 8,5) incomplète en haut et à droite, mais sa restitution ne pose aucune difficulté majeure, sauf pour le chiffre des puissances tribuniciennes, ce qui interdit donc de proposer une datation précise :

AE, 2002, 1681

Frugifero Au[g(usto) sac(rum)] / pro salute Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli S[eueri Alexandri] / Pii, Felicis, Augusti, pont(ificis) max(imi), tr[ib(unicia) pot(estate) ? co(n)s(ulis) ? p(atris) p(atriae et] / Iuliae Mammaeae Aug(ustae) Matri[s Augusti] / et senatus et castror[um--- ?], / respublica/Uchiminensi[s uel-um, aedem] / vetustate dilapsam rest[ituit--- ?] : “Consacré à Frugifer Auguste, pour le salut de l’empereur César Marc-Aurèle Sévère Alexandre, pieux, heureux, Auguste, très grand pontife, en sa (Xe) puissance tribunicienne, consul pour la (x) fois, père de la patrie et de Iulia Mammaea, mère de l’Auguste, du sénat et des castra [---] la respublica d’Uchi Minus a restauré ce temple dégradé par la vétusté”.

Date : 222-235.

  • 19 Nat., 5.29.

11Nous apprenons par cette dédicace pour la sauvegarde de Sévère Alexandre et de sa mère que la respublica d’Uchi Minus a restauré à ses frais le temple (ou un de ses compartiments) vétuste de Frugifer. Le statut de cette respublica n’est pas précisé, mais nous savons que Pline l’Ancien dans sa description de l’Afrique19 qui constitue notre unique source littéraire sur cette localité, la range dans la catégorie des quinze villes de citoyens romains au même titre que son aînée et voisine Uchi Maius : oppida ciuium Romanorum XV… Uchitana duo, Minus et Maius. Cette précision plinienne autorise, en l’état actuel des connaissances fondé pour l’essentiel sur la documentation épigraphique, de classer Uchi Minus soit parmi les pagi (de citoyens romains), soit parmi les municipes de citoyens romains, soit enfin parmi les colonies romaines.

  • 20 Sur le rapport entre cités et évêchés africains, voir Lancel 1990, qui constate à la page 276, que (...)
  • 21 Voir notre carte, p. 74.
  • 22 Uchi Maius 2, p. 59-62, no 3 et p. 147-153, no 44 et ci-dessous, p. 151-153.

12Or nous devons observer, et cela a été remarqué par Serge Lancel (dans son intervention à la suite de la communication de M. Khanoussi), qu’à la différence d’Uchi Maius, Uchi Minus est absente des listes épiscopales : “Il n’y avait évidemment pas place pour une autre chaire épiscopale à si peu de distance”. Détail qui, de notre point de vue, prouve bien l’importance d’Uchi Maius par rapport à sa cadette qui n’a vraisemblablement jamais été une ciuitas romaine : il est donc fort possible que l’oppidum ciuium Romanorum des Uchitani minores ait toujours été un pagus qui n’a jamais accédé au rang de municipe ou de colonie20. Cette même remarque mise en avant par S. Lancel pour l’époque tardive, peut aussi prévaloir dès le moment de la constitution d’Uchi Minus et pendant toute la période impériale : à si peu de distance sur le territoire d’un castellum pérégrin, dans une région à forte densité urbaine21, il paraît peu probable qu’Auguste ait fondé une colonie romaine qui, de surcroît, aurait pris une bonne partie du territoire du castellum uchitain. La déduction des coloni sous forme de municipe romain est à exclure, car, à notre connaissance, elle n’est pas attestée dans les provinces africaines. La solution la plus logique en l’état des connaissances serait donc de considérer Uchi Minus comme un pagus qui n’est jamais parvenu à l’autonomie municipale. Il est même fort probable que ce pagus fut, à l’époque tardive, intégré à nouveau dans le territoire colonial d’Uchi Maius, celui du castellum primitif, ce qui, à notre avis, donne un sens à la nouvelle déduction à Uchi Maius au moment de sa transformation en colonie (colonia lata honorataque, colonia deducta)22.

13Revenons à la synonymie coloni = Uchitani minores que nous proposons. Celle-ci, on le sait, ne repose, à proprement parler, sur aucune preuve. Mais on doit noter qu’au moment du partage, Uchi Minus n’existait pas, car seuls les Uchitani sont évoqués par la borne de Phileros. Ce qui veut dire, qu’à ce moment, les Uchitani formaient une seule communauté, un seul populus : si Uchi Minus avait existé, on aurait évité la confusion en précisant que le partage avait lieu chez les Uchitani Maiores. Le résultat de ce partage nous semble donc le suivant :

  • En divisant le castellum Uchitain entre deux collectivités, d’un côté les coloni, de l’autre les Uchitani, Auguste créa deux communautés juridiquement distinctes et séparées.

  • La première, celle des Uchitani organisés au départ en castellum pérégrin peuplé d’Africains et de descendants des colons de Marius, transformée, en même temps ou peu de temps après, en pagus relevant de la colonie romaine de Carthage. Il s’agirait, si notre hypothèse est juste, d’une nouvelle forme de “promotion” juridique jusqu’ici inconnue.

  • La deuxième, celle des coloni, qui fait probablement suite à une déduction de colons citoyens romains : un oppidum ciuium Romanorum, suivant l’expression de Pline, sans doute un pagus.

  • Le nouvel oppidum, définitivement fixé sur le territoire uchitain, prit le même nom, Uchi. Mais pour des raisons administratives évidentes, il fallait distinguer les deux villes homonymes. La plus ancienne, celle des Uchitani, ajouta à son nom l’adjectif Maius : Uchi Maius ; la plus récente, celle des coloni, s’appela Uchi Minus.

14Avec leurs toponymes composés d’un nom africain, Uchi pour les deux, et d’un adjectif latin, Maius et Minus, nos deux communes apparaissent dès leur fondation, et donc dès le principat d’Auguste, comme des communautés parfaitement africo-romaines. Certaines questions demeurent toutefois sans réponse en l’état des connaissances : pourquoi Octave-Auguste a-t-il créé deux pagi à si peu de distance ? Pourquoi n’a-t-il pas déduit les coloni dans le même oppidum que celui des Uchitani Maiores ? Le manque de documents découverts sur le site d’Uchi Minus ne permet pas de répondre à ces questions ; mais à notre avis, on peut se demander dès à présent si nous n’avons pas affaire à différents types de pagi qui se distinguent entre eux soit par la nature des rapports avec Carthage, certains lui étant attribués, d’autres non ( ?), soit plutôt par des privilèges fiscaux qui auraient été accordés à certains pagi et non à d’autres ( ?).

15Cette fois, c’est bien sous l’empereur Auguste, que nous trouvons écho d’une semblable opération réalisée dans la petite localité de Ksar Mhijiba, à mi-chemin entre Cirta et Thibilis :

ILAlg., II, 4226

Imp(eratore) Caesare Augusto dei[ui f(ilio)] VII[I], / T(ito) Statilio Tauro iterum, co(n)s(ulibus), / L(cius) Iulius Arrenus II uir, / agros ex d(ecreto) d(ecurionum) / coloneis adsign(auit) : “L’empereur César Auguste, fils du divin, étant consul pour la huitième fois, Titus Statilius Taurus, étant consul pour la deuxième fois, L. Iulius Arrenus, duumvir, a, par décret des décurions, attribué des terres aux colons”.

Sur le haut, on lit : s(inistra) d(ecumanum) / d(extra) d(ecumanum) / ul(tra kardinem) : “À gauche du decumanus, à droite du decumanus, au-delà du kardo”.

Date : 26 a.C.

  • 23 En dernier lieu, Gascou 1983, 182, n. 46.

16L’inscription mentionne une distribution des terres aux colons (sans doute ciues Romani) par un certain L. Iulius Arrenus, qui était duumvir. La ville où il a géré cette magistrature était certainement un municipe ou une colonie. Or à cette date, et à peu de distance de Cirta, la petite localité de Ksar Mhidjiba ne pouvait être ni municipe ni colonie. Elle était sans doute, comme d’autres localités du voisinage (Thibilis essentiellement), considérée comme un castellum. L. Iulius Arrenus était selon toute vraisemblance le duumvir de Cirta qui a agi en exécution d’un décret de l’ordo Cirtensis (ex d. d.). Le magistrat cirtéen pouvait le faire parce que les terres à assigner faisaient partie du patrimoine de la colonie et qu’elles appartenaient à son ager publicus ; cette localité appartenait donc à la pertica de la colonia Iulia Iuvenalis Honoris et Virtutis Cirta, dont les débuts de l’organisation datent au plus tard de l’année 26 a.C.23, date de notre inscription.

17Le dernier document à verser encore à ce dossier provient des environs de la colonie julienne d’Uthina, du pagus Fortunalis, dans la vallée de l’oued Miliane, où Octave-Auguste dota ses vétérans de terres dans le territoire du castellum pérégrin de Sutunurca, aujourd’hui Aïn el-Asker :

  • 24 Cf. Maurin 1995, 111-112 et Beschaouch 1997, 102.

ILAfr. 30124

  • 25 Trois ou quatre lettres qui manquent ; L. Maurin, préfère restituer ciu(itate), mais A. Beschaouch (...)

Imp(eratori) Caes(ari), diui M(arci) Antonin[i] / Pii Germ(anici) Sarm(atici) f(ilio), diui Commod(i) / fratri, diui Pii nep(oti), diui Hadriani / pro(nepoti), diui Traiani Part(hici) abn(epoti), diui Neruae adn(epoti) / L. Septimio Seuero pio Pertinaci Aug(usto), Arab(ico), Adiab(enico), / Part(hico) max(imo), pont(ifici) max(imo), trib(unicia) pot(estate) <X> IIII, imp(eratori) XI, / co(n)s(uli) III, proco(n)s(uli), p(atri) p(atriae), / ciues Romani pagani ueter(ani) pagi Fortunalis/quorum parentes beneficio diui Aug(usti) / [[---25]] Sutunurca agros acceperunt p(ecunia) p(ublica) f(aciendum) c(urauerunt) : “À l’empereur César fils de Marc Antonin le Pieux divinisé vainqueur des Germains et des Sarmates, frère de Commode divinisé, petit-fils du Pieux divinisé, arrière-petit-fils d’Hadrien divinisé, descendant de Trajan le Parthique divinisé, descendant de Nerva divinisé, Lucius Septimius Severus Pieux, Pertinax, Auguste, vainqueur des Arabes et des Adiabènes, vainqueur suprême des Parthes, souverain pontife, en sa 4e puissance tribunicienne, acclamé 11 fois imperator, consul 3 fois, proconsul, père de la patrie. Les citoyens romains et paysans (descendants) des vétérans du pagus de la Fortune, dont les ancêtres ont reçu par un bienfait d’Auguste divinisé des terres à Sutunurca, ont pris soin d’élever (ce monument) aux frais publics”.

  • 26 CIL, 27568 = ILS, 6773 : Diuo Augusto / conditori, Siccenses.
  • 27 Gascou 1983, 176, n. 9.
  • 28 Sur cette colonie cf. désormais Ben Hassen & Maurin 2004, 15-36.

18L’inscription dit simplement que c’est Auguste qui accorda des terres à ses vétérans dans le territoire des Sutunurcenses. Or nous devons observer que le texte a été gravé plusieurs siècles après, sous Septime Sévère, et que la référence à Auguste ainsi indiquée (divus Augustus) ne doit pas être prise à la lettre. Il en est de même sur une inscription de Sicca Veneria, où le divin Auguste est qualifié de conditor (de la colonie)26, alors que, comme l’a souligné J. Gascou27, la création de la colonie eut lieu certainement dans la période comprise entre 36 et 27 a.C, puisqu’elle est toujours dite Iulia et jamais Iulia Augusta. L’attribution des terres aux pagani du pagus Fortunalis a donc pu se faire avant l’année 27 a.C., peut-être même en même temps que fut créée la colonia Iulia tertiadecimanorum Uthina28, à laquelle pouvait appartenir ce pagus, comme aussi le pagus Mercurialis.

  • 29 Nat., 5. 22, 24, 29.

19On voit par ces quelques textes que des opérations de division et d’attribution des terres aux colons ont eu lieu sous Octave-Auguste. Les inscriptions de Ksar Mhijiba, du castellum Uchitanorum et du pagus Fortunalis, conjuguées avec le témoignage fourni par l’inscription de Formiae montrent que ce partage s’inscrit dans le cadre d’un programme plus vaste, provincial d’abord, avec pour objectif l’organisation du statut des terres et des collectivités. L’intervention éloignée d’un magistrat carthaginois (dans les 83 castella et probablement dans le castellum Uchitanorum) et cirtéen (à Ksar Mhijiba) dénonce le poids des premières colonies africaines dans la future organisation provinciale : Carthage d’abord dont l’autorité s’étend à plus de 100 km à l’ouest, au-delà même de la Fossa Regia, Cirta ensuite qui était elle aussi à la tête d’une immense pertica. Entre les deux, Sicca Veneria, nouvelle Cirta, a elle aussi reçu la même organisation que Cirta. En revanche, rien n’est assuré pour les trois autres colonies africaines mentionnées par Pline l’Ancien : Maxula, Thuburbi et Uthina29.

20L’inscription de Formiae nous renseigne sèchement sur le statut des communautés africaines avant le partage des terres : c’étaient des castella. Celle du pagus Fortunalis nous apprend que la communauté bénéficiaire des distributions des terres s’appelle pagus et que ce pagus est peuplé exclusivement de citoyens romains, tous descendants de vétérans. À l’opposé, la partie pérégrine du castellum de Sutunurca devint ciuitas sans que l’on sache à quel moment cette évolution est intervenue.

  • 30 Ci-dessus, p. 37-40.
  • 31 ILAfr, 58 = DFH, 23, p. 59-62 ; ci-dessous, notice de Thugga, p. 105, no 2 : à cette date, on entre (...)
  • 32 Cf. la notice de Thugga, p. 101-105, n. 1 (révision du dossier épigraphique concernant M. Licinius (...)

21Nous avons vu que la création de la ciuitas Thuggensis a pu avoir lieu dans le courant de la période comprise entre le principat d’Auguste et l’année 48/4930. Nous pensons que le pagus Thuggensis est également augustéen. Contrairement à ce que l’on croit souvent, la plus ancienne attestation du pagus Thuggensis ne remonte pas à l’année 36/37, dernière année du principat de Tibère, date à laquelle une inscription énumère une série de travaux dans les environs du forum, dirigés par un duumvir de Carthage31. Une autre inscription dédiée à Tibère lui est certainement antérieure à cause de la modestie des intervenants : un simple curateur carthaginois, au lieu d’un duumvir, et un patronus pagi d’origine servile en la personne de M. Licinius Tyrranus affranchi de M. Licinius Rufus32.

  • 33 A. Beschaouch, c. r. de DFH in CRAI, 2000, 1327.
  • 34 Ces détails ont été également relevés par Poinssot 1969, 220-221.
  • 35 Ce sens apparaît clairement dans un passage de Str., Geog., 17.1.12. C. 797 (à propos de l’administ (...)
  • 36 C’est, semble-t-il, entre le principat d’Auguste et celui de Tibère que l’autel de la Gens Augusta (...)

22Partant de ces premières attestations, A. Beschaouch affirme “que ce n’est pas à l’empereur Auguste, mais plutôt à Tibère que nous devons la fondation du pagus romain, aux côtés de la ciuitas libyco-punique, dans la même enceinte urbaine33”, ce qui explique selon lui “l’absence de Thugga dans les listes pliniennes”. À priori, la mention d’un temple de Tibère sur l’inscription de 36/37 (le templum Caesaris), le titre d’imperator que le prince a pourtant refusé ainsi que la singularité de sacrum à la suite de son nom34, renforceraient son point de vue. Mais ce templum Caesaris, qui existait déjà, n’est-il pas avant tout le temple du prince au pouvoir35 ? C’est dans ce sens qu’il faut aussi interpréter l’ara Augusti qui ne peut en aucun cas concerner Auguste alors décédé, car en ce cas on aurait gravé aram diui Augusti. En fait, l’inscription illustre l’introduction du culte impérial à Thugga, celui du prince vivant et celui de sa famille en général, y compris bien sûr celui des divi36.

  • 37 Sur le municipium Iulium Aurelium Mustitanum, où des duumvirs sont connus dès Trajan, cf. Beschaouc (...)
  • 38 Ce qui, au même moment, ne pouvait être le cas des Chiniavenses peregrini, des étrangers, et non pa (...)

23Par ailleurs, nous ne pouvons tirer aucune conclusion du silence de Pline, puisque Thugga n’est pas le seul site absent de sa liste ; le plus célèbre dans la région est le municipe julien de Musti dont la création est antérieure à 27 a.C.37 Si Pline ne cite pas Thugga, c’est justement parce qu’elle n’entrait pas dans une catégorie juridique précise, pas plus que dans celle des oppida ciuium Romanorum, qui sont en principe des villes exclusivement peuplées de citoyens Romains. À cette époque, et pour de nombreuses décennies encore, Thugga, pagus et ciuitas réunis, était majoritairement peuplée de pérégrins. Le silence de Pline est plutôt à verser comme argument en faveur de l’existence d’une ciuitas Thuggensis à cette époque38.

24Au total, nous disposons d’indices assez convaincants pour conclure que c’est également sous Octave-Auguste que le pagus Thuggensis a été constitué lorsque eut lieu le partage des terres dans le castellum tout proche d’Uchi. Car en même temps que Phileros procéda à cette séparation entre les Uchitani et les coloni, il fallait aussi qu’il définisse les limites et naturellement le statut des communes voisines, dont Thugga qui n’est qu’à dix kilomètres à l’ouest ; dans l’intervalle qui les sépare, nous ne trouvons aucune agglomération de quelque importance.

Mais qu’en est-il des autres pagi ?

De l’utraque pars au pagus et ciuitas : l’exemple d’Agbia ?

  • 39 Ci-dessus, p. 46-47.
  • 40 CIL, 23127, en 129 : Imp(eratori) Caes(ari) diui/Traiani Parthici / f(ilio) diui Neruae / nepoti Tr (...)
  • 41 Beschaouch 1974, 227, no 4, entre 138 et 166 : Diuo Hadriano, / ex testamento / P(ublii) Sextili / (...)
  • 42 ILTun, 682, entre 4 et 20, mais L. Poinssot, CRAI, 1936, p. 281, pense que l’inscription “serait un (...)
  • 43 ILAfr, 306, ILS, 9495 ; ILPB, 190 : “Augusto deo / ciues romani / qui Thinissut / negotiantur ; / c (...)
  • 44 Beschaouch 1974, 221, no 1, en 166 : Frugifero Aug(usto) sacrum, / pro salute imp(eratoris) Cae(sar (...)
  • 45 CIL, 25850 : C(aio) Iulio Maeandro / socero / L(ucii) Popili Primi / Afri et ciues / Romani Suenses (...)
  • 46 Aounallah 2001, 181-183.

25À la fin de la République et au début de l’Empire, les communautés romaines d’Afrique étaient essentiellement organisées en colonies, municipes et pagi. Il a également existé deux autres catégories de groupements de citoyens romains dont l’origine pourrait remonter à cette période. D’abord celle, très connue et que nous ne ferons que mentionner, des ciues Romani en résidence qu’on retrouve principalement à Mactaris39, au vicus Haterianus40, à Ureu41, à Suo42, et à Thinissut43. Mais ailleurs, à Alma44 et à Sua45, ce ne sont pas des ciues Romani qui morantur, negotiantur, mais des ciues Romani Almenses et Suenses, c’est-à-dire également citoyens d’Alma et de Sua. Dans une étude récente46, nous avons proposé de rapprocher cette situation de celle que l’on retrouve à Thignica, ville à deux parties (utraque pars ciuitatis) :

CIL, VIII, 1419 = 15212

Ca(io) Memmio Felici / Flamini Aug(usti) perp(etuo) / utriusque partis civitatis Thignicen/-sis, C(aius) Memmius Fortunatus flam(en) / Aug(usti) perp(etuus) utrius/usque (sic) partis civi/tatis Thignicensis / propter eximiam / pietatem et affectio/nem fraternam quam cir/ca se et liber(ros) exhibet posuit : “A Caius Memmius Felix, flamine perpétuel d’Auguste des deux parties de la ciuitas de Thignica. Caius Memmius Fortunatus, flamine perpétuel d’Auguste des deux parties de la ciuitas de Thignica, lui a érigé (cette base) en raison de l’insigne pietas et affection fraternelle qu’il manifesta envers lui et ses enfants”.

  • 47 Également Gascou 2003, 241-242.
  • 48 Sur les Afri, cf. également Peyras 1993. On notera que dans la ville d’Uccula nous trouvons aussi l (...)

26Cette unique mention d’utraque pars en Afrique a été pendant longtemps considérée comme l’équivalent de pagus et ciuitas47. Mais le texte indique clairement que les deux parties sont comprises dans la ciuitas ; ces deux parties doivent avoir le même sens que la formule que nous rencontrons à Sua : Afri et ciues Romani Suenses48. À Thignica donc, il y avait aussi des Afri et des Romani ; et ces deux éléments sont aussi ciues Thignicenses. Mais qui sont ces Romains et pourquoi se distinguent-ils des autres, pourtant leurs concitoyens ? Sont-ils les descendants d’anciens vétérans ( ?), ou des pérégrins naturalisés romains ?

  • 49 Aounallah 2001, 182.
  • 50 ILAfr, 301 et ci-dessus, p. 65.
  • 51 CIL, 14981, 14985, 15111, 15112, 15224, 15225.
  • 52 ILTun, 312 ; CIL, 14968 à 14972 et 14974 à 14976.
  • 53 Ainsi Marcius Felix et L. Granius Pax (CIL, 15222, 15097).
  • 54 En fait, on peut avoir affaire à une colonisation semblable à celle que nous relevons à Sutunurca e (...)

27Nous répétons, dans un premier temps, ce que nous avions écrit, il y a quelques années49 : “on est certes tenté d’y voir un cas d’application du droit latin : l’élite locale, parvenant à la civitas Romana par la gestion du décurionat ou d’une magistrature, forme ainsi un corps de cives Romani suffisamment important en nombre au point de former une ‘institution’, un ‘quasi-ordo’”. Mais l’explication est assurément différente. Car une telle dualité ne s’observe pas dans les municipes latins d’Afrique. Ces Romains doivent avoir la même origine que les cives Romani pagani veter(ani) que nous rencontrons, sous Septime Sévère, dans le pagus Fortunalis et dont les ancêtres, anciens soldats, ont reçu des terres par un bienfait d’Auguste dans le castellum de Sutunurca (quorum parentes beneficio divi Augusti [[---]] Sutunurca agros acceperunt)50. Ils doivent aussi avoir la même origine que les habitants des pagi, installés par Marius et rattachés depuis Auguste à Carthage : à Thignica, comme à Dougga, à Uchi Maius et à Thibaris, on connaît aussi des Marii51 et des Iulii52. Il faut donc croire que les “Thignicenses inscrits dans la tribu Arnensis53, jouissaient aussi, et en plus, de la citoyenneté de Carthage, conclusion qu’il convient vraisemblablement d’appliquer à l’ensemble de ce que nous croyons être la pars Romana de Thignica. Nous aurions ainsi un schéma qui est, dans la pratique, proche de celui des communes doubles, pagi et civitates54 !”.

28Mais, cette fois, il faut aller un peu plus loin. Dans certains cas, mais pour des raisons inconnues en l’état des connaissances, ce type de communauté à deux parties a pu donner naissance à des communes doubles du type pagus et ciuitas. C’est-ce que nous essaierons de démontrer pour Agbia : un ancien castellum ( ?) devenu ciuitas à deux parties transformée au début du deuxième siècle en pagus et en ciuitas. Une belle inscription, l’unique qui nous renseigne sur le statut de la ville avant qu’elle ne devint municipe, mérite, à notre avis, un nouveau commentaire :

CIL, VIII, 1548 = 15550 = ILS, 6827

Pro salute imp(eratoris) Antonini Aug(usti) Pii / liberorumq(ue) eius. / [.] Cincius C(aii) f(ilius) Arn(ensi) Victor, cum ad tuendam / rempublic(am) suam ex consensu decurio/num omnium iampridem patronus / factus esset, porticum templi Cererum ve/tustate consumptam a solo restituit et / statuam Genii curiae ex HS IIII m(ilia) n(ummum) in curia po/suit, et die dedicationis decurionib(us) sportulas / asses octonos et universi civibus epulum / ded(it), cumq(ue) propter eiusdem Cinci Victoris / merita, quae circa r(em) p(ublicam) suam et universos / cives exhibuisset, M(arcum) Cincium Felicem Iulianum / fil(ium) eius ex consensu et favore patronum expostu / lassent et fecissent, Cincius Victor pater eius ad am/pliandam benignitatem suam statuam Fortunae, cum ex HS V m(ilia) promisisset, ampliata pec(unia) d(e) s(ua) p(osuit) ide[mq(ue)] / dedic(avit) et ea die decurionib(us) pagi et civitat(is) sportulas / a (sses) octonos et universis civibus [ep]ulum ded[it] : “Pour le salut de l’empereur Antonin Auguste Pieux et de ses enfants, [ ?] Cincius Victor, fils de Caius, inscrit dans la tribu Arnensis – ayant été, voici longtemps, élu patron avec l’accord de tous les décurions pour défendre (les affaires de) sa respublica – a restauré depuis les fondations le portique du temple de Cérès dégradé par le temps et a, avec la somme de 4000 sesterces, érigé dans la curie une statue du génie de la curie et, le jour de la dédicace, il a donné à chacun des décurions huit as et un repas à l’ensemble de ses concitoyens. Comme, en raison des mérites dont ce même Cincius Victor avait fait preuve envers sa respublica et tous ses concitoyens, ils (les décurions), unanimes et favorables, avaient demandé et pris comme patron Caius Cincius Felix Iulianus, son fils ; en retour, Cincius Victor, son père, pour manifester davantage sa générosité, a érigé et dédié à ses frais, en augmentant la somme, une statue de la Fortune qu’il avait promise pour une valeur de 5 000 sesterces, et, le jour de la dédicace, il a donné aux décurions du pagus et de la ciuitas 8 as en cadeaux et un repas à tous ses concitoyens”.

Date : 138-161.

  • 55 Sur la notion du concensus en général, cf. Hurlet 2002, 169-170.
  • 56 Peut-être en rapport avec l’immunité de la pertica des Carthaginois connue par une inscription de D (...)

29Le texte commémore dans le détail les libéralités de Cincius Victor. Celles-ci furent exécutées en deux temps, comme le suggère l’adverbe jampridem. D’abord lorsqu’il fut élu à l’unanimité des décurions55 patron pour défendre sa respublica dans une affaire qui n’est pas précisée56. À l’occasion de ce patronat, il assuma à ses frais la restauration du temple de Cérès, évergésie qu’il compléta par l’érection d’une statue du génie de la curie et, une fois les travaux achevés, par le don de huit as, soit deux sesterces, à chacun des décurions ainsi qu’un banquet pour ses concitoyens. Victor ne s’arrêta pas là, puisque, quelques années après, à l’occasion du patronat de son fils, il érigea une statue de la Fortune, offrit, comme auparavant, huit as aux décurions, cette fois, du pagus et de la ciuitas et un banquet à tous ses concitoyens.

  • 57 Poinssot 1907, 475, n. 1.
  • 58 Poinssot 1962, 72, n. 2 et 1969, 237 : “Le pagus et la ciuitas, dont les Cincii sont patrons, sont (...)
  • 59 Gascou 1972, 185, n. 2 : “On peut aussi supposer que le temple des Cereres aurait bien été dédié da (...)

30L. Poinssot57 et surtout Cl. Poinssot58, constatant, à juste titre, qu’il est impossible que le pagus d’Agbia possède à ce moment des institutions (decuriones, ciues, curia, respublica) que le pagus de Thugga n’avait pas encore, faisaient remarquer que notre inscription ne prouve pas qu’Agbia ait été sous Antonin pagus et ciuitas, les pagus et ciuitas dont il y est question pouvant être fort bien ceux de Thugga, Agbia n’était à ce moment qu’une simple bourgade attribuée à Dougga. De son côté, J. Gascou a eu raison de critiquer ces conclusions en relevant, à juste titre aussi, que ces institutions ne pouvaient être que locales, qu’elles appartiennent à Agbia59.

Comment trancher entre ces deux thèses ?

  • 60 Ce que suggère l’adverbe iampridem.

31En fait, il semble que le problème à traiter est double : il comporte un état présent, le moment de la gravure de la pierre, et un état passé60, lorsque Victor fut patron : cum ad tuendam rempublicam suam… iampridem patronus factus esset. L’inscription rappelle donc deux moments de la vie d’Agbia. Mais quelle Agbia est concernée par le terme respublica ? Le pagus ou la ciuitas ? Et dans ce dernier cas quel type de ciuitas était-ce ?

  • 61 Gascou 1979, 386-387 : “… le terme respublica, employé à deux reprises, désigne certainement le pag (...)
  • 62 La mention la plus précoce se retrouve à Uchi Maius, en 179, cf. CIL, 26253, et ci-dessus, p. 74-75
  • 63 Malheureusement, nous n’avons pas suffisamment de documents épigraphiques provenant d’Agbia pour ré (...)
  • 64 CIL, 26590 et ci-dessus, p. 110, no 27.

32Respublica Agbiensis = pagus Agbiensis. C’est le point de vue défendu par J. Gascou61 qui invoque comme argument l’origine de Cincius Victor, citoyen romain et inscrit dans la tribu Arnensis, ce qui laisse supposer qu’il est en plus citoyen de Carthage. En théorie, rien ne s’oppose à cette équation, puisque le terme respublica est fréquemment utilisé, mais dès la deuxième moitié du second siècle62, pour désigner les pagi/castella de la Cirtéenne, comme il l’est aussi dans les pagi d’Uchi Maius et de Thibaris… Toutefois ces localités ne constituent pas des communes doubles, comme Thugga, ville avec laquelle la comparaison s’impose63, mais dans laquelle, malgré sa richesse en épigraphie, nous ne trouvons qu’un seul texte qui pourrait se rapprocher de ce que nous enseigne l’inscription d’Agbia : la dédicace à Asicia Victoria par les Thuggenses ob munificientiam et singularem libertatem eius in rem publicam64. A priori, nous sommes dans une seule commune, le nouveau municipe de Thugga, mais la suite du texte (d. d. utriusque ordinis posuer.) montre que Thugga est encore pagus et ciuitas. Les Thuggenses et leur respublica sont donc le pagus et la ciuitas représentés ici par l’uterque ordo.

  • 65 Sur Asicia Victoria, cf. DFH, p. 186-192.
  • 66 Ci-dessus, p. 110, no 27 et 28…. uterque ordo decre[ue]rat, respubl. Mun. [T]hugg. posuit ; la même (...)
  • 67 Par exemple, on savait que Dougga deviendrait une seule respublica, mais on ignorait si elle serait (...)
  • 68 Cf. Lepelley 1981, 62-63 et notre notice, p. 111.

33Cependant, Asicia Victoria, véritable vedette à Thugga65, a été honorée plusieurs fois avec d’autres membres de sa famille par décret de l’uterque ordo, mais les hommages n’ont été exécutés que peu de temps après, lorsque le municipe se constitua66. Comme tout ce vocabulaire est à l’évidence contradictoire, force est de constater que nous sommes dans une ambiance institutionnelle confuse, c’est-à-dire, à un moment où les nouvelles de la fusion du pagus et de la ciuitas avaient filtré67, mais n’étaient pas encore officielles (ou non encore parvenues). Cette solution pourrait logiquement s’appliquer à Agbia, mais on doit la rejeter car la ville n’apparaît comme municipe que très tardivement sous Dioclétien et l’est encore à la fin du ive siècle, sous Gratien68. Si Agbia avait été promue municipe peu de temps après l’inscription de l’époque antonine, on devrait s’attendre à ce qu’elle devienne colonie au moins avant la promotion de Dougga à ce même statut en 261.

  • 69 Comme nous pouvons le proposer pour Chiniava, cf. ci-dessus, p. 40-41.
  • 70 AE, 1997, 1651 = Aounallah & Ben Abdallah 1997, 80-81 : Calpurnio Faustino, Faustini filio, flamini (...)
  • 71 La première mention de cette institution à Dougga se rencontre dans l’hommage à Asicia Victoria et (...)

34Jusque-là, on peut encore, et légitimement, penser que la respublica Agbiensis possédait le même statut que les pagi de la Cirtéenne ou Uchi Maius, qu’elle était un pagus, mais dans lequel se trouvait une population pérégrine importante qui se constitua plus tard en ciuitas69. Or cela nous paraît impossible eu égard au vocabulaire juridique utilisé dans la première partie du texte qui ne peut aucunement convenir à un pagus. D’abord, la mention de ciues (universis ciuibus), notion intimement liée à celle de ciuitas, quel que soit le statut de celle-ci, et contrastant avec celle de pagus, entité au sein de laquelle on ne peut être qu’un paganus ou un ciuis Romanus, à l’image de ce que l’on observe dans les pagi Fortunalis et Mercurialis. À Dougga, le terme est fortement associé à la ciuitas, comme le montre la dédicace à Calpurnius Faustinus faite par celle-ci70. On peut certes penser que les universi cives auxquels Cincius Victor distribua des cadeaux sont seulement les membres du pagus également ciues Carthaginienses, mais cette solution est difficile à admettre. Ensuite, la mention neutre de décurions (ex consensu decurionum omnium, puis decurionibus) qui laisse penser qu’un seul ordo existait71. Enfin, l’argument décisif se déduit de la mention de la curie : une seule curie (de l’ordo) pour une seule commune, sans que celle-ci soit désignée ou distinguée de l’autre (statuam Genii curiae… in curia posuit).

  • 72 Nul besoin en effet d’insister sur le lien entre le statut de cité et la naissance de la curie. Le (...)

35Comme l’institution de la curie ne se rencontre pas dans les agglomérations secondaires (pagus, vicus ou castellum)72, force est donc de conclure ceci : respublica ici ne peut pas désigner le pagus Agbiensis. Reste donc à envisager l’autre cas.

  • 73 À l’exception de l’hommage à Asicia Victoria qui s’explique facilement.

36Respublica Agbiensis = ciuitas Agbiensis. Là aussi nous ne trouvons aucun exemple désignant ainsi la ciuitas de Thugga lorsque les deux communes existaient encore73. Respublica ne se rencontre fréquemment que quand le municipe s’est constitué en même temps que le pagus et la ciuitas disparaissaient. En ce cas, il ne reste qu’une seule solution à envisager : Agbia était d’abord une ciuitas dotée d’une curie ; le pagus n’existait pas encore lorsque Cincius Victor a été patron de la respublica Agbiensis ; il a été créé après.

  • 74 Cf. notre chapitre 3, p. 36-40.
  • 75 Sur les définitions juridiques propres aux communes doubles, cf. notre dernier chapitre, p. 136-138

37Concluons par cette hypothèse : Agbia était d’abord comprise dans le territoire de la ciuitas de Thugga, comme on doit le déduire de la géographie des bornes de délimitation de cette dernière laissant Agbia au milieu, donc dans son territoire (fig. 2)74. À une date inconnue, elle devint ciuitas. Le vocabulaire utilisé dans la première partie de l’inscription de Cincius Victor, montre que nous sommes en présence d’une seule commune : une respublica, avec un seul corps de décurions et une curie. La comparaison avec le vocabulaire institutionnel utilisé à Thugga permet en outre d’écarter l’équation respublica = pagus Agbiensis, tout comme l’existence d’une commune double à ce moment75.

  • 76 Sur cette immunité, cf. notre dernier chapitre, p. 121-123.

38La seconde partie du texte montre que nous sommes en présence d’une commune double, un pagus et une ciuitas, créés peut-être après une ambassade conduite par Cincius Victor lors de laquelle il a eu à défendre sa respublica. Des citoyens romains, également carthaginois, existaient donc à Agbia, mais on ne peut dire sous quelle forme : sous forme de pars, ce que nous préférons, comme à Thignica, Alma et Sua, ou sous forme de conventus ciuium Romanorum, comme on le pense aujourd’hui pour Thuburbo Maius. On peut penser que cette diuisio, certes tardive (mais aucunement surprenante) par rapport à ce qui s’est passé à Uchi, à Ksar Mhijiba, à Sutunurca et à Thugga, fut motivée par l’obtention du privilège de l’immunité fiscale que le pagus Thugga avait et put maintenir encore sous Trajan76 !

Fig. 2. Agbia entre Dougga et les bornes de la ciuitas Thuggensis.

Les différents types de pagi : Thugga et Uchi Maius, deux “laboratoires de la vie municipale” en Afrique

39La définition est la même pour tous les pagi de ce type : c’est un district d’une cité, généralement une colonie, et sa création est intimement liée à celle de la colonie mère. Cependant tous les pagi n’ont pas la même origine, la même organisation, ni non plus le même statut et les mêmes privilèges. Par ailleurs, le sort fait aux populations locales, organisées auparavant et pour l’essentiel en castella pérégrins, n’a pas été le même.

Du castellum pérégrin au pagus exclusif : Uchi Maius, un cas d’école

  • 77 Ci-dessus, p. 62.
  • 78 C’est Desanges 1980b, 297, qui a attiré l’attention sur l’importance de cette titulature en soulign (...)

40L’histoire d’Uchi Maius est, comme nous venons de le dire, retracée en abrégé par de nombreuses inscriptions tardives, toutes postérieures à la mort de Sévère Alexandre qui est le vrai conditor de la colonie Uchitaine : colonia Mariana Augusta Alexandriana. La nouvelle colonie est dite Mariana, ce qui signifie que Marius y installa des colons sans que cette installation se soit accompagnée d’un changement de statut77, puisque Uchi Maius est toujours castellum au moment où Phileros procéda à la divisio des terres. Pour Augusta78, épithète qui suit immédiatement Mariana dans la titulature coloniale, nous n’avons que la borne de Phileros pour expliquer ce titre. Comme pendant tout l’Empire, Uchi Maius est qualifié de pagus et seulement de pagus, nous devons conclure que c’est sous Auguste que ce pagus a été formé, et que la divisio opérée par Phileros constitue, en quelque sorte, son acte de naissance.

  • 79 Aounallah, 1996 et 2001, 169-172 ; Beschaouch 1997.
  • 80 Khanoussi & Mastino 1997.
  • 81 Khanoussi & Mastino 1999.
  • 82 Khanoussi & Ruggeri 2002.
  • 83 Ibba, A. (a cura di), 2006 : Uchi Maius 2. Colona diretta da M. Khanoussi et A. Mastino. Sassari.

41L’historien de l’Afrique antique, et particulièrement de la pertica de Carthage, a été souvent induit en erreur par le modèle si connu qui a prévalu à Dougga, pagus de citoyens romains et ciuitas pérégrine vivant côte à côte dans le même oppidum, mais séparés juridiquement. Le partage des terres entre les pérégrins et les coloni a donné naissance à cette forme particulière d’organisation municipale qu’on a pris coutume d’appeler “commune double”. C’est ainsi que nous avons été tenté dans un premier temps de proposer pour Uchi Maius, une évolution municipale comparable à celle de Thugga79. Les fouilles récentes conduites par une équipe tuniso-italienne dirigée par M. Khanoussi et par A. Mastino ont livré un lot important d’inscriptions latines d’un intérêt majeur pour la connaissance et la compréhension de l’histoire du site et plus généralement de la pertica de Carthage. Les premiers résultats sont parus dès 1997, dans un volume consacré à la publication des premières fouilles80, puis plus récemment dans deux articles fondamentaux publiés dans les Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres81 et dans les Actes du colloque de l’Africa Romana tenu à Sassari en décembre 200082. Un beau corpus épigraphique rassemblant l’ensemble des inscriptions latines uchitaines vient d’être publié83.

42Ces nouvelles recherches, fondées essentiellement sur l’apport des nouvelles inscriptions, permettent désormais de corriger ce qui a été dit auparavant : le partage des terres par Phileros n’a pas donné lieu à une commune double du type pagus et ciuitas, ou du type pagus et castellum, mais a entraîné la transformation du castellum en pagus. Juridiquement donc, la communauté pérégrine a disparu pour céder la place à un pagus de “citoyens romains”. L’existence d’une seule communauté à Uchi Maius est du reste confirmée par de nombreuses dédicaces portant la signature de la collectivité et datant de l’époque précédant la formation de la colonie et donc contemporaine du pagus ; en voici un choix révélateur.

AE, 1997, 1665, entre 137 et 141 —… Uchitani Maiores, patrono ob merita…

AE, 2000, 1732, en 179 —… res publica Uchitanorum Maiorum sua pecunia/fecit itemque dedicauit d(ecreto) d(ecurionum).

  • 84 Aounallah 2003, 258-260 et 2006, 30-31 et ci-dessus, p. 130-135.

Etc…84

  • 85 Sur l’emploi du terme respublica dans l’épigraphie latine d’Afrique, voir Gascou 1979.
  • 86 Sur le statut de Dougga, voir Aounallah 2003.

43Les mentions neutres mais datées d’avant la promotion coloniale d’un decretum decurionum, d’une pecunia publica, d’une respublica des Uchitani Maiores, ne laissent à notre avis aucun doute sur le fait que nous sommes en présence d’une seule communauté relevant de l’ensemble des Uchitani Maiores, c’est-à-dire le pagus, seule collectivité attestée jusqu’ici par l’épigraphie locale85. Il ne peut y avoir de confusion, comme le montre indéniablement l’exemple du pagus et de la ciuitas de Thugga : là, et bien avant la constitution du municipe en 205, les hommages publics sont signés soit par le pagus, soit par la ciuitas. Mais lorsque les deux collectivités sont impliquées, on rencontre des expressions comme pagus et ciuitas dedicauerunt…, uterque ordo, decuriones utriusque ordinis…, mais il n’est jamais question de la respublica des Thuggenses, qui n’apparaît que plus tard, lorsque le municipe a été créé86.

  • 87 Plin., Nat., 5.29.
  • 88 Desanges 1980b, 26.
  • 89 Sur la vie municipale à Thugga, voir Aounallah 2003.
  • 90 Sur les oppida ciuium Romanorum, voir nos remarques ci-dessus, p. 43-47.

44Pline l’Ancien apporte une preuve supplémentaire à notre conclusion, puisqu’il range Uchi Maius dans ce qu’il appelle les villes de citoyens Romains (oppida ciuium Romanorum87), terme qui doit s’appliquer aux seules agglomérations de statut romain (pagi, municipes et colonies) et donc exclusivement peuplées de ciues Romani, même si à côté de ceux-ci pouvaient cohabiter des pérégrins qui, toutefois, devaient se contenter du rang d’incolae. De cette liste officielle des oppida ciuium Romanorum, datant, comme on sait, du principat d’Auguste88, sont évidemment exclues les “communes doubles”, comme Thugga89, opposant pagi de citoyens Romains et ciuitates pérégrines (fig. 3)90.

45Si donc on suit ce raisonnement, les Uchitani, au lendemain du partage des terres, ne pouvaient former une future ciuitas ou un futur castellum pérégrin relevant des Uchitani Maiores. Ils constituèrent uniquement le pagus Uchitanorum Maiorum, seule communauté attestée jusqu’ici par l’épigraphie locale. Son passé marien, comme le montre indéniablement sa titulature (colonia Mariana…), aurait incité Auguste à accorder la cité romaine à l’ensemble (ou plutôt à la majorité) des Uchitani, pérégrins et descendants des colons de Marius, vivant ensemble depuis presque 80 ans. Le fondateur de l’Empire prenait ainsi acte d’une romanisation qui avait débuté dès 105 a.C., au lendemain de la victoire de Marius sur Jugurtha : c’est le sens qu’il convient d’appliquer à l’épithète Augusta dans la titulature uchitaine.

Fig. 3. Carte générale.

Le pagus Uchitanorum Maiorum (choix d’inscriptions)

  • 91 L’ensemble des inscriptions latines d’Uchi Maius viennent d’être publiées dans Uchi Maius 2. Un pet (...)

46Postérieurement au partage des terres entre les Uchitani et les coloni et la constitution du pagus, la vie municipale et institutionnelle est éclairée par de nombreux documents. En voici un choix91 :

  • 92 CIL, 26241 et CIL, 26242, sous Nerva = Merlin & Poinssot, p. 28, no 7 = Uchi Maius 2, p. 70-72, no  (...)

471 - Le premier, qui commémore la construction d’un temple à Saturne par l’affranchi Q. Urvinius Callistus, date du temps de Nerva, entre 96 et 98, et montre que la commune était dotée d’une organisation et possédait ses propres institutions : une assemblée de décurions et peut-être une caisse publique92. Les témoignages épigraphiques abondent particulièrement dans le courant du second siècle.

  • 93 AE, 1997, 1665 = Uchi Maius 2, p. 214-218, no 76 L(ucio) Tadio L(ucii) f(ilio) Hor(atia tribu) / Ve (...)

482 - Vers 140, les Uchitani Maiores élèvent une dédicace à Lucius Tadius Verus Caecilianus, magistrat et citoyen de Carthage, chevalier et patron du pagus93.

  • 94 CIL, 26245 = Merlin & Poinssot, p. 31, no 12 = Uchi Maius, 2, p. 80-84, no 16 — frise architravée, (...)

493 - Au milieu du second siècle, sans doute, une dédicace fragmentaire pour le salut d’un empereur (Antonin ?), fait état d’un decretum decurionum. La datation est donnée par l’ère de Cérès, entre 190 et 19994.

  • 95 CIL, 26252 = Merlin & Poinssot, p. 36, no 18, = Uchi Maius 2, p. 104-105, no 29, incomplète à droit (...)

504 - Entre 161 et 163, le pagus des Uchitani Maiores fait une dédicace à Faustine Auguste. L’inscription est datée par les deux magistri du pagus95.

  • 96 AE, 1997, 1666 = Uchi Maius 2, p. 107-110, no 30 [[Lucillae Aug(ustae)]] / Imperatoris / Antonini A (...)

515 - En 164 ( ?), c’est aussi le pagus Uchitanorum Maiorum qui fait une dédicace à Lucilla dont le nom a été martelé. L’hommage a été accompli par décret des décurions et aux frais publics. L’inscription est datée par les deux magistri de l’année96.

  • 97 Signalée par M. Khanoussi et A. Mastino.

525 bis - En 166-169, une dédicace inédite97 à Caelestis est signée par la respublica V. M. L’inscription se termine par la mention des deux magistri.

  • 98 CIL, 26249, AE, 1997, 1673 = Uchi Maius, 2, p. 94-100, no 25, corrigée par M. Khanoussi et A. Masti (...)
  • 99 Sur le déplacement concernant un monument religieux et nécessitant l’intervention du proconsul, cf. (...)

536- En 173, une inscription qui vient de faire l’objet de nombreuses corrections98, mentionne le déplacement d’un édifice religieux vieilli et menacé de ruines. S’agissant d’un monument religieux, l’entreprise a fait l’objet d’une demande, ce qui a nécessité l’intervention du proconsul99. Les travaux ont été dirigés par le patron du pagus ; le texte se termine par la mention des deux magistri du pagus.

  • 100 CIL, 26250 = Merlin & Poinssot, p. 34-35, no 16 = Uchi Maius 2, p. 100-102, no 26 Imp(eratori) Caes (...)

547 - En 177, une dédicace à Marc Aurèle est faite par un certain Fortunatus, après qu’il eut augmenté la somme honoraire (non précisée) du magisterium100.

  • 101 CIL, 26251 = Merlin & Poinssot, p. 35, no 17 = Uchi Maius 2, p. 102-103, no 27 ; ne subsiste que la (...)

558 - Entre 175 et 180, une dédicace est faite à Marc Aurèle à l’occasion de l’honneur du décurionat de Caius Marcius…101.

  • 102 CIL, 26253 = Merlin & Poinssot, p. 37, no 19 = Uchi Maius 2, p. 112-114, no 32 Imp. Caes. L. Aureli (...)
  • 103 CIL, 26261 = Merlin & Poinssot, p. 37, no 20 = Uchi Maius 2, p. 141-143, no 41. Une nouvelle dédica (...)
  • 104 CIL, 26254 = Merlin & Poinssot, p. 38, no 21= Uchi Maius 2, p. 114-116, no 33.
  • 105 AE, 2000, 1732 = Uchi Maius 2, p. 110-112, no 31.

569 - En 179/180 la Respublica Uchitanorum fait et dédie une base sua pecunia et par décret des décurions, à Commode102. La même année, trois autres dédicaces furent élevées à Commode ; elles sont également signées par la collectivité : l’une d’elles103, gravée sur le même support que la précédente est signée DDPP = decreto decurionum pecunia publica ; l’autre104 porte la signature Respub. Uchit. Maior. sua pec. fec. itemq. ded. d. d. ; la troisième105 est dédiée par la respublica Uchitanorum Maiorum sua pecunia fecit itemque dedicauit d(ecreto) d(ecurionum).

  • 106 CIL, 26255 = Merlin & Poinssot, p. 21, no 22 = Uchi Maius 2, p. 118-122, no 35 Imp(eratori) Caes(ar (...)
  • 107 CIL, 26256 = Merlin & Poinssot, p. 40, no 23 = Uchi Maius 2, p. 122-124, no 36.
  • 108 CIL, 26257 = Merlin & Poinssot, p. 40, no 24 = Uchi Maius 2, p. 124-125, no 37.
  • 109 CIL, 26260 = Merlin & Poinssot, p. 41, no 25 = Uchi Maius 2, p. 137-139, no 39.

5710 - En 197 (fig. 4), une base avec sa statue (basem cum ornamentis) fut érigée pour Septime Sévère par la respublica des Uchitani Maiores et aux frais publics (Resp. V. M. p. p. p.). L’argent public dépensé pour l’occasion provient de la somme honoraire de 12 000 sesterces du flaminat perpétuel de Caius Lucilius Athenaeus exercé sans doute à Uchi Maius. L’évergète a en outre donné de l’argent pour offrir un repas aux décurions uchitains. On remarque que c’est Athenaeus qui fait la dédicace et non pas la respublica (dedicauit d. d.)106. La même année, une inscription double fut gravée en l’honneur de Septime Sévère et de Julia Domna. La première, adressée à Septime Sévère, porte la formule simplifiée DDPP = decreto decurionum pecunia publica107, que l’on retrouve sur l’autre, adressée à Julia Domna : D[D]P[P]108. La même formule, DDPP, figure sur un fragment d’une dédicace à Caracalla César ( ?), peut-être contemporaine des deux inscriptions précédentes109.

  • 110 AE, 2000, 1733 = Uchi Maius 2, p. 139-141, no 40.

5811 - En 202, une dédicace à Caracalla est signée par la Respublica Uchitanorum Maiorum d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica)110.

  • 111 CIL, 26243 = Merlin & Poinssot, p. 29-30, no 9, Uchi Maius 2, p. 75-77, no 13 Victoriae Parthicae / (...)

5912 - En 214, une dédicace aux victoires Parthique, Britannique et Germanique de Caracalla est signée pecunia publica Ucitanorum Maiorum d(ecreto) d(ecurionum)111.

60Des inscriptions non datées avec précision mentionnent des institutions de la commune avant sa promotion au rang de colonie. Nous avons recensé pour notre propos les textes suivants :

  • 112 CIL, 26276 = Merlin & Poinssot, p. 62, no 45 = Uchi Maius 2, p. 231-235, no 83 C(aio) Mario, C(aii) (...)

6113 - Dédicace à Caius Marius Extricatus, décurion de Carthage et patron du pagus, érigée postérieurement sur décision du pagus, peut-être après sa mort, aux frais de la plèbe112.

  • 113 CIL, 26273 = Merlin & Poinssot, p. 63, no 46 = Uchi Maius 2, p. 197-199, no 68 [Va]leriae, P(ublii) (...)

6214 - Une dédicace à Valeria Marianilla, clarissime, par les Uchitani Maiores, d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica)113.

  • 114 AE, 2000, 1728 = Uchi Maius 2, p. 220-222, no 78 : ---/[[---]] sacerdoti / Urbis Romae Aeternae ob (...)
  • 115 Cette affaire, suivant l’analyse de M. Khanoussi (2000, 1277-1279), pourrait être mise en parallèle (...)
  • 116 Dans ce cas, il n’est pas difficile d’identifier l’empereur objet de ce martelage : le nom de Commo (...)
  • 117 Sur ce type de martelage, cf. Lefebvre 2002 ; à peu près, vers la même époque, un martelage identiq (...)
  • 118 Comme cela a pu advenir à Thugga sur une dédicace à Asicia Victoria faite par les Thuggenses qui fu (...)

6315 - Une dédicace à un prêtre de Rome Éternelle dont le nom a été peut-être martelé, est signée par la res publica Uchitanor(um) Maior(um) d(edit) d(ecreto) d(ecurionum)114. Ce prêtre est, selon toute apparence, un notable uchitain parvenu à la prêtrise de la ville de Rome à l’occasion de laquelle, peut-être, il a eu à défendre les affaires de sa patrie, raison pour laquelle la commune lui érigea cette base : ob eximiam in causis patriae fidem. Le texte ne dit rien sur ces causae patriae, mais l’affaire concerne certainement Uchi Maius (plutôt que Carthage)115, probablement en rapport avec la promotion coloniale. L’inscription comporte un martelage avant le sacerdoce de la ville de Rome. Ce martelage devait effacer le nom d’un empereur damnatus qui aurait accordé une distinction à notre personnage, probablement une adlectio in quinque decurias…116. C’est Géta qui a fait l’objet de martelage systématique sans que son nom soit regravé par la suite. Toutefois, on ne doit pas écarter un martelage lié plutôt à l’identité de la personne invoquée, survenu à la suite d’un crime dont on ignore la nature117. Le vocabulaire institutionnel : respublica, patria et surtout ciues qui implique une pleine citoyenneté locale, donc uchitaine, nous place dans la période très proche de la colonie, soit peu de temps avant118, soit après.

  • 119 AE, 2000, 1730 Uchi Maius 2, p. 228-231, no 82--- / [---] Hadria[no---]/ [---cui cum p]ro honorem m (...)

6416- Une dédicace à un Hadrianus, probablement un magister du pagus, porte la mention d(ecreto) [d(ecurionum)]119.

  • 120 CIL VIII, 26239 = ILS, 9398= Uchi Maius, 2, p. 64-66, no 5 Karthagini Aug(ustae) sac(rum), ex testa (...)
  • 121 Voir Ben Abdallah, dans Uchi Maius I, p. 110 et E. Ughi, Ibid, p. 231 qui datent le texte du début (...)
  • 122 Restitution retenue par P. Ruggeri et R. Zucca, dans L’Africa romana, 10, 1994, p. 669.

6517- Nous citons la dédicace incomplète d’une statue à Carthage Auguste (fig. 5)120 par C. Apronius Extricatus en exécution du testament de son frère, Quintus Apronius Vitalis sur laquelle la collectivité est désignée par le terme respublica. L’inscription n’est pas datée avec précision, mais la dédicace d’une base et d’une statue à Carthage implique un lien de dépendance et l’existence du pagus121. La somme consacrée à la base s’élève à 5000 sesterces ; Vitalis a en plus offert des repas à deux reprises. Si l’on accepte la restitution des auteurs du CIL, Vitalis aurait été magister du pagus122 et la somme de l’honneur serait de 2000 sesterces.

  • 123 AE, 1997, 1677 = Uchi Maius 2, p. 85-87, no 85 : [---] I A[ug. Sac(rum] / [---] C. f. Felix et Muci (...)

6618 - Enfin, une inscription incomplète fait allusion au décurionat, probablement aussi à une summa honoraria augmentée123.

  • 124 Cette titulature se rencontre sur des inscriptions datées : CIL, 15447 = Uchi Maius 2, p. 59-62, no(...)

67Sous le principat de Sévère Alexandre, en 230, le pagus disparaît pour donner naissance à une colonie que les inscriptions postérieures à Sévère Alexandre nomment colonia Mariana Augusta Alexandriana Uchitanorum Maiorum124.

68Dans cette catégorie de pagi non juxtaposés à une communauté indigène, il est possible de ranger d’autres collectivités. D’abord les pagi qui relèvent logiquement de la colonie julienne de Carthage : le pagus des Uchitani Minores, le pagus Suttuensis et le pagus Thibaritanus, et sans doute, au nord du Bagrada, le pagus des Belalitani Maiores et celui de Vaga avant sa constitution en municipe sous Septime Sévère.

Belalis Maior

  • 125 AAT, fe. Béja, no 131. Cf. Mahjoubi 1960, p. 382 suivi par Gascou 1982a, 212-213.
  • 126 Mahjoubi 1978, 100, AE, 1978, 855 : [Iou]i Iunoni [Mineruae, / pro salute Im]p(eratoris) Caesaris T (...)
  • 127 CIL, 14435 : Imp(eratori) Caes(ari) / M(arco) Aurelio / Antonin[o] / Aug(usto) Armeni/aco p(ontific (...)
  • 128 AE, 1978, 839, en 166.
  • 129 AE, 1978, 840.
  • 130 AE, 1978, 841.
  • 131 AE, 1978, 842.
  • 132 CIL, 14436. Cf. Gascou 1982a, 212-213.
  • 133 Ci-dessus, p. 72 sq. On peut aussi se demander si les Belalitani Minores ne sont pas au voisinage.
  • 134 AE, 1978, 849, 850, 851.

69Cette ville est localisée par l’épigraphie dans les ruines de Henchir el-Faouar, situées à environ 8 kilomètres au nord-est de Béja, l’antique Vaga125. C’était, selon A. Mahjoubi, une commune double du genre pagus et ciuitas. Si l’on accepte la restitution d’une inscription découverte par lui, on doit conclure que Belalis Maior était certainement un pagus126 qui apparaît pour la première fois sous Antonin. Mais il y a lieu de rejeter l’existence d’une ciuitas en ce lieu : en effet, trois dédicaces, sans doute, contemporaines (en 166) concernent Marc Aurèle127 et des membres de sa famille, Annius Verus128, Lucille129 et Sabine130 ; elles portent la même signature neutre d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica), ce qui montre que nous sommes en face d’une seule commune, un pagus. Une autre inscription dédiée à Élagabal en 221, dont le nom a été martelé, est aussi signée de façon neutre par les Belalitani Maiores d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica)131. Si l’on acceptait le schéma proposé par A. Mahjoubi, il faudrait conclure que sous Marc Aurèle Belalis était déjà municipe ou colonie, ce qui paraît peu probable. La meilleure solution serait de considérer Belalis comme une seule commune, sans doute un pagus. Nous n’avons aucune mention d’un municipe ; Belalis est attestée comme colonie entre 326 et 331132. Son cas serait proche de celui d’Uchi Maius133. La mention de l’Arnensis134 nous autorise à ranger momentanément ce pagus dans les dépendances de la colonie de Carthage.

Le pagus Suttuensis

  • 135 CIL, 26418.
  • 136 CIL, 26419 : [---Cae] cilian[us] / [---s]a[cerdos C]er(erum) An(ni) CLXX / [a]mpliata a se pecun[ia (...)

70Ce pagus est signalé par une seule inscription, une dédicace à Septime Sévère (193-211) signée par le pag(us) Suttuensis d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica)135. Une autre inscription136, plus ancienne et incomplète en haut et à gauche, fait connaître un prêtre de Cérès de l’année 170, datable donc des années 130-134, et qui a fait don d’un monument (de nature indéterminée) et d’un repas public :… [a]mpliata pecun[ia] / [p]osuit itemq. Epulo / dato dedicauit d(ecreto) d(ecurionum). Comme nous l’avons démontré pour Uchi Maius, la signature neutre decreto decurionum à la fin du texte est un argument suffisant pour conclure que Suttua était seulement un pagus et non une commune double, du type pagus-ciuitas. Nous concluons donc que Suttua était un pagus du type d’Uchi Maius.

Le pagus Thibaritanus

71La plus ancienne inscription trouvée sur le site se lit sur un bloc en calcaire blanc incomplet à gauche ; elle est datée du principat de Claude :

CIL, 26177a

[--- Claudio Caesar]i Aug(usto) Germ(anico), po[nt(ifici) max(imo--- ?] / [---f(ilius) A]rn(ensi tribu), Celsus, ma[.] / [---a]rcum d(e)s(ua) p(ecunia) f(ecit).

  • 137 Gascou 2003, 232-233.
  • 138 CIL, 26181, ILS, 6790.

72On est tenté de restituer à la fin de la ligne 2 et au début de la ligne 3 soit un deuxième cognomen de Celsus, soit plutôt, et c’est la solution que nous préférons, ma[g(ister) / pagi---]. Le pagus seul est clairement attesté sur trois autres inscriptions : la première dédiée à Septime Sévère et à ses fils Caracalla et Géta, en 198, la deuxième gravée sans doute au même moment, à Julia Domna, et enfin la troisième, mentionnant un décurion de la colonia Iulia Karthago, qu’il convient de dater antérieurement à la concession du ius Italicum à Carthage par Caracalla (211-217) et la prise des titres Aurelia Antoniniana par la métropole africaine137. Quatre autres inscriptions font état d’une respublica Thibaritanorum. L’une d’elles date exactement du 27 décembre de l’année 228, les autres ne sont pas datées. Nous ignorons à quel type de commune on doit rattacher cette respublica. Mais on peut tenir pour certain qu’en 228, Thibaris était une seule commune, un pagus ou un municipe qui apparaît pour la première fois à la fin du troisième siècle, entre 287 et 289138 : la mention d’une seule respublica suivie de la signature neutre d. d. p. p. suffit à conclure qu’il n’y avait à cette date qu’un seul ordo et une seule caisse publique.

Réf.

Statut

Date

C. 26180

Pag(us) Thibaritanus d. d. p. p.

195-198

C. 26179

Pag(us) Thib. d. d. p. p.

198

C. 26185,
ILTun., 1361

Pagus Thbarit (sic, ou lig. HI).

Avant Caracalla

ILAfr. 512

R(es) p(ublica) Thib... d. d. p. p.

27/12/228

C. 15435

R(es)p(ublica) Thib.

N. D.

C. 26188

[Respu]b. Thib.

N. D.

ILAfr. 511

R(es)p(ublica) Thibaritanor. p. p. p.

N. D.

C. 26181

Resp(ublica) munic[i]pi mariani Thibaritanorum

287-290

C. 26181a,
ILTun. 1360

Resp(ublica) munic[i]pi Thibarita[norum]

293-305

Mais y avait-il une ciuitas Thibaritana à côté du pagus ?

  • 139 CIL, 15435-15445 + 26175-26221, ILAfr, 510-512, ILTun, 1361-1366.
  • 140 Trouvée chez les Pères Blancs, l’inscription provient soit de Thibaris, soit de Thigibba Bure soit (...)

Le corpus de Thibaris139 ne contient aucune mention explicite d’une ciuitas pérégrine. Nous devons, en effet, rejeter la restitution très douteuse, à notre avis, de CIL 26176140 :

[---A] ug sacr. / [---ciui] tas tem. / [---] cus solo / [---] i in quo or[dinis / [---splendid] issimi [---] /---.

73Après ciuitas, on devrait logiquement lire le nom de la ville abrégé ou non (Thib…) et non les lettres tem… En outre, c’est à la fin du texte, après [splendid]issimi, que l’on doit restituer le nom ainsi que le statut de la ville, assurément municipe comme le suggère l’emploi du superlatif splendidissimus qui ne convient ni à un pagus ni à une ciuitas pérégrine. Nous préférons donc restituer ainsi le texte : le nom de la personne qui a fait la dédicace doit se placer immédiatement après le nom de la divinité placé en tête ; sans doute une femme : [---Felici]tas tem/ [plum et porti]cus solo / [suo fecit ?---]i in quo ob vel or-[---splendid- ?]issimi [---]/---.

  • 141 Les pérégrins sont rares à Thibaris ; CIL, 15442 ( ?) : D. M. s., Perp(etui). Veri…, 26196, épitaph (...)
  • 142 Mais il nous faudrait surmonter deux difficultés qui s’opposent, en apparence, à cette interprétati (...)

74Des points communs entre Thibaris et Uchi Maius sont à relever : l’origine marienne, l’absence de toute allusion à une ciuitas et une forte majorité de citoyens romains141. Ces ressemblances autorisent en l’état des connaissances à ranger cette localité dans la catégorie des pagi du type d’Uchi Maius : un castellum habité par des Africains et des descendants des colons citoyens romains installés par Marius en 105 a.C., au lendemain de sa victoire sur Jugurtha, transformé sous l’Empire en pagus relevant de la colonie romaine de Carthage142. Par ailleurs, si, comme à Thugga, une ciuitas pérégrine avait existé à côté du pagus, elle se serait certainement associée au pagus dans les hommages publics rendus à la famille impériale. La création de ce pagus est probablement postérieure à celle des deux Uchitana, ce qui pourrait expliquer le silence de Pline à son propos.

Uchi Minus

  • 143 Ci-dessus, p. 62-64.

75Sur ce pagus et sa naissance au début du principat d’Auguste, cf. le chapitre précédent143. Nous pensons que c’est un pagus créé en même temps qu’Uchi Maius.

Vaga144

  • 144 Sur Vaga, pagus de la pertica de Carthage, cf. Aounallah & Maurin 2008, 241-243.
  • 145 CIL, 14395 = 1217 ; 1222 ; 21995.
  • 146 Plin., Nat., 5.29 ; Sall., Jug., 42.1, nous apprend que de nombreux marchands italiens y résidaient (...)
  • 147 CIL, 14394 = 10569.
  • 148 CIL, 1217 = 14395, cf. aussi AE, 2002, 1679. Sur cette inscription cf. le juste commentaire de Gasc (...)
  • 149 Cette titulature se rencontre sur plusieurs inscriptions : CIL, 15447 = Uchi Maius 2, 59-62, no 3 s (...)
  • 150 La ville est désignée par Pline, 5.24, comme oppidum ciuium Romanorum ; selon Dion Cassius, 49.16.1 (...)

76Plusieurs inscriptions nomment colonia Septimia145 l’oppidum ciuium Romanorum Vagense plinien146. Elle est colonie sur une inscription147 de l’année 197 ce qui doit signifier que Septime Sévère l’a élevée à ce rang à une date comprise entre 193 et 197 au plus tard. Une autre inscription de 209 fait état d’une déduction (colonia deducta)148. Son cas est très proche de celui d’Uchi Maius, un oppidum ciuium Romanorum, transformé, lui aussi, au moyen d’une déduction, en colonie par Sévère Alexandre : colonia Mariana Augusta Alexandriana Uchitanorum Maiorum149. Son statut antérieur est inconnu, mais, s’agissant d’un oppidum ciuium romanorum, on peut hésiter entre le statut de pagus et le statut de municipe romain, comme il en est pour Uchi Maius et pour Utique150.

  • 151 CIL, 14392 = ILPB, 184 : Imp(eratore) Caesare{m} Aug(usto) X [II] I M(arco) Plautio Silvano co(n)s( (...)
  • 152 CIL, 1220 = ILTun, 1225 : [---] nobilissimi C[aes(ari)---] [---col(oniae) Con]c(ordiae) Iul(iae) Au (...)
  • 153 CIL, 1224 = 14388 : M(arco) Iul(io) M(arci) fil(io) trib(u) Fab(ia) Maximo, decurioni adlecto, aed[ (...)
  • 154 “Cette prêtrise est généralement confiée à un personnage en vue…, qui a accompli le cursus des magi (...)

77Une inscription gravée en l’année 2 avant notre ère signale un tribule de l’Arnensis qui construit à ses frais une aedes de Tellus151 ; la mention de l’Arnensis est importante puisqu’elle suggère un lien évident avec Carthage. Un fragment épigraphique signale Carthage après la constitution de la colonia Septimia Vaga152. Enfin, un dernier document mérite d’être versé à ce débat. C’est un hommage à M. Iulius Maximus qui a géré une carrière municipale complète à Vaga : adlecté parmi les décurions, il fut édile et prêtre de l’année 14, préfet pour dire le droit, duumvir, duumvir quinquennal puis enfin flamine153. Évidemment c’est l’année 14 qu’il convient d’expliquer. L’ère des Cereres nous renvoie à une date très précoce et impossible à proposer pour ce document ; il ne peut s’agir non plus de la prêtrise provinciale, inaugurée par les Flaviens, qui ne convient pas à un magistrat en début de carrière municipale154. Il y a lieu donc de se tourner vers une datation locale, en ce cas celle d’une prêtrise née à la suite d’un évènement concernant la commune, comme l’a été la prêtrise des Cereres en rapport évident avec la fondation de la colonia Iulia de Carthage.

  • 155 C’est aussi le point de vue de Ben Abdallah 2000, 1508.
  • 156 AE, 2000, 1739 : Saturno Aug(usto) sac(rum), Caecilius Salus sacerdos uotum sol(uit) lib(ens) ani(m (...)
  • 157 Sur ces deux inscriptions cf. Aounallah 2001, 293-294 et ci-dessus, p. 34.
  • 158 Renseignement oral de A. Beschaouch (d’après une inscription encore inédite). La datation par le du (...)

78L’année 14 peut donc rappeler la naissance de la colonie entre 193 et 197, ce qui nous situerait entre 207 et 211, ou encore la déduction de 209 qui s’en est suivie155, ce qui nous placerait en 223. Cette datation locale se rencontre sur deux ex-voto à Saturne découverts dans les environs de Béja et gravés en l’année 15 et 65156 ainsi que sur deux autres bases à Saturne trouvées à Chul, dans le Sud du Cap Bon, et dont il a déjà été question157 ; elles sont datées par un comput temporel dans une ère locale dont nous ignorons l’année d’origine, la première en 91 au moins et 94 au plus tard, la seconde en l’année 99. Cette datation par le sufétat annuel se retrouve aussi à l’époque du municipe, où se rencontre une datation par le duumvirat annuel158. On peut supposer qu’à Chul, l’annus primus est le jour anniversaire de la ciuitas autonome par opposition à son ancien rang de bourgade attribuée, sans doute un ancien castellum.

  • 159 C’est à notre avis le sens qu’il faudra appliquer à la deductio opérée à Uchi Maius au moment où el (...)
  • 160 Origines, 15.2.11, ci-dessus, p. 13-14.

79Le cas doit être identique à Vaga, un pagus augustéen ( ?) devenu colonie comme Uchi Maius, mais, d’emblée, il faut écarter une ère qui commencerait sous Auguste avec un hypothétique municipe augustéen ; certes, rien n’interdit qu’un municipe ait été créé à Vaga plus tard, sous les Flaviens ou plutôt sous les Antonins, mais l’inscription que nous venons de citer semble mieux convenir pour le début du iiie siècle. La titulature coloniale de Vaga, toujours colonia Septimia, est un argument qui renforce cette solution puisqu’elle ne signale aucun bienfait impérial antérieur comme le feraient, par exemple, les titres de Iulia Septimia ou Aelia Septimia etc. Enfin la déduction de 209, qui signifie bien un accroissement de la population civile et citoyenne, soit par le biais d’une déduction effective, soit plus logiquement par un agrandissement du territoire159, ce qui revient au même, cadre parfaitement avec notre raisonnement et avec la définition que donne Isidore de Séville des uici, des pagi et des castella160.

Pagi et castella : le castellum161, chef-lieu du pagus

Les pagi de C(i)rta Nova Sicca

  • 162 Voir l’annexe ci-dessous (pagi et castella de la Cirtéenne d’après Gascou 1983), p. 91-96. Sur le s (...)
  • 163 Gascou 1983 suivant en cela une ancienne hypothèse de St. Gsell (cf. l’article de Gascou, p. 176, n (...)
  • 164 Le castellum pouvait être subdivisé en quartiers appelés vici (cf. CIL, 6352, mais la lecture est p (...)
  • 165 Cf. annexe, p. 91.
  • 166 Cf. annexe, p. 104-105.
  • 167 Cf. annexe, p. 105-106.
  • 168 R. p. Tidditanor. Cf. annexe, p. 92-93.
  • 169 Respub[--- ?] Thibilita[---]. Cf. annexe, p. 93-94.
  • 170 Respublica Siguitanorum. Cf. annexe, p. 94-95.
  • 171 Respub. Silensium. Cf. annexe, p. 95.
  • 172 Resp. Saddaritanorum. Cf. annexe, p. 95.
  • 173 Resp. Arsacalitan[---]. Cf. annexe, p. 95.
  • 174 Resp. Phuensium. Cf. annexe, p. 95-96.
  • 175 Resp. Uzelitanorum. Cf. annexe, p. 96.
  • 176 Voir notre annexe, ci-dessus, p. 130-135.
  • 177 Ci-dessus, p. 64.

80Pareilles conclusions sont acquises pour les communautés qui vivaient dans la dépendance de la colonie de Cirta162. L’étude de Jacques Gascou163 nous dispense de revenir sur l’organisation juridique et municipale des dépendances de la confédération cirtéenne dans laquelle il a démontré que le territoire de cette colonie était lui aussi subdivisé en pagi et que l’agglomération principale du pagus s’appelait castellum164. La seule différence qui s’observe par rapport aux pagi précédents qui sont dans la mouvance de la colonie de Carthage est que le terme castellum ne s’y rencontre jamais et que pagus désigne à la fois le centre civique et le territoire. Ce sont les exemples de Celtianis165, Sigus166 et Phua167, où se rencontrent les deux termes qui permettent d’établir l’équation pagus = castellum et de rejeter l’hypothèse de l’existence d’une commune double, du moins dans ces trois localités. Par ailleurs, la référence à une seule communauté se lit sur différentes inscriptions désignant Tiddis168, Thibilis169, Sigus170, Sila171, Saddar172, Arsacal173, Phua174, Uzelis175 sous le terme respublica, sans qu’aucune mention de castellum ou de pagus ne s’ensuive176. L’origine de cette organisation doit aussi remonter au principat d’Auguste comme le confirme l’inscription de Ksar Mhijiba dont nous avons parlé177.

81Au total nous disposons d’assez de preuves qui montrent que la Cirtéenne était organisée en pagi et qu’il n’y a pas lieu d’y rechercher de doubles communautés, romaines d’un côté, qui seraient les pagi, et pérégrines de l’autre qui seraient les castella. Nous pensons que c’est une organisation semblable qui a prévalu autour de la colonie de Sicca Veneria appelée aussi Cirta Nova.

  • 178 AAT, fe. 44, site no 145.
  • 179 Salama 1964-65, 110-111.
  • 180 CIL, 27568 = ILS, 6773 : Diuo Augusto / conditori, Siccenses.
  • 181 CIL, 1632 (coloni col. Iul. Veneria Cirtae Nouae Sicca) ; CIL, 1648 (coloni coloniae Iuliae Cirtae (...)
  • 182 ILAlg, I, 1348. On doit observer que l’inscription ne vient pas du Kef.
  • 183 Kallala 2000, 94-95. J. Desanges nous dit que “dans Valère Maxime, II, 6, 15, contemporain de Tibèr (...)

82Sicca, aujourd’hui El-Kef178, se trouve dans le nord-ouest tunisien, à environ 170 km à l’ouest de Tunis, sur la voie unissant Carthage à la Numidie septentrionale179. C’est une colonia Iulia fondée par Octave, comme le montre sa titulature et surtout une inscription latine désignant Octave comme conditor des Siccenses180. Comme Cirta, également colonia Iulia, elle fut rangée dans la tribu Quirina. Sicca se distingue de toutes les communautés romano-africaines puisqu’elle est la seule à porter une double dénomination, un double ethnique. En effet, elle est tantôt appelée Sicca Veneria, tantôt, mais dans un ordre qui n’est pas toujours respecté, Chirta Nova Sicca Veneria181, et parfois même le vrai toponyme cède la place à la nouvelle dénomination, comme le montre une inscription de Thibursicum Numidarum, aujourd’hui Khamissa, où elle est dite simplement col. Iul. Cirta Noua182. Ajoutons qu’aucune tradition littéraire ne la désigne ainsi183.

  • 184 Pallu de Lessert 1911, 73 ; Berthier 1953, 191-195 ; Gsell, HAAN, 5, 273.
  • 185 En particulier Lassère 1972, 216 qui constate que plus des trois quarts des gentilices des Siccense (...)
  • 186 Salama 1964-1965 : “Le transfert de fonction aurait entraîné celui de son nom”.
  • 187 Desanges 1980, 199.

83Beaucoup ont tenté d’expliquer cette double dénomination184 : certains ont constaté l’existence de rapports très étroits entre les deux villes185 et supposé que Sicca pouvait avoir été une ancienne dépendance de Cirta. P. Salama, en étudiant un milliaire archaïque provenant de Lorbeus, non loin du Kef, où l’indication de la distance est indiquée depuis Sicca, pense que la ville a pu remplacer Cirta dans son rôle de capitale de la Numidie dès la formation de la province romaine de l’Africa nova ; elle aurait pris dès lors cette dénomination, signe de son nouveau rôle administratif186. Pour J. Desanges187, enfin, le surnom Cirta Noua doit être mis en parallèle avec l’expression Noumidia nçea employée par Ptolémée par opposition à l’ager Cirtensis.

  • 188 Kallala 2000, 89-96.
  • 189 D. C. 54.23, voir aussi 52.37.
  • 190 Kallala 2000, 95-96.

84Toutes ces hypothèses ont été résumées par N. Kallala188 qui constate à son tour que cette nouvelle dénomination “n’avait aucun caractère consacré et ne pouvait être rattachée à un événement officiel qu’était la transformation de Sicca en capitale”. Or puisque cette nouvelle dénomination n’est attestée que par l’épigraphie et qu’elle n’apparaît, en l’état des connaissances, qu’à partir de Commode, c’est-à-dire à une époque où, selon Dion Cassius, “sévit parmi les cités la passion des titres pompeux” et que “la municipalis aemulatio aidant, se généralisent la manie des épithètes honorifiques et le rappel des souvenirs historiques dans les titulatures189”, N. Kallala conclut que Sicca prit cette nouvelle dénomination à caractère purement local et non officiel, pour les raisons invoquées par Dion Cassius190.

85Constatons à notre tour que parmi toutes les hypothèses émises, il y en a une qui, à notre avis, n’a jamais été sérieusement envisagée et qui a l’avantage de concilier ce qui vient d’être résumé. Sicca est une nouvelle Cirta parce que c’est une copie de Cirta, son aînée ; elle l’est par son statut de colonia Iulia, par le fait que de nombreux Siccenses, sinon tous, sont aussi Cirtenses, mais surtout par son organisation territoriale qui, selon toute apparence, a été calquée sur celle de Cirta, avec une pertica plus ou moins étendue, et subdivisée en pagi. En proposant cette hypothèse, nous rejetons d’abord la thèse de A. Beschaouch qui affirme que la pertica de Sicca était organisée en pagi de citoyens romains opposés à des castella de statut pérégrin. Ensuite, son organisation en pagi fut tardive par rapport à celle de Cirta. C’est le sens qu’impose à notre avis l’adjectif nova qui qualifie aussi la nouvelle province africaine créée par César un siècle après la formation de l’autre province en 146 a.C., l’Africa, devenue vetus en 46 a.C.

  • 191 CIL, 1641 = ILS 6818 = ILPB, 367.
  • 192 À propos du sens de continentia, J. Desanges nous dit qu’il “doit s’agir de ceux qui demeurent dans (...)
  • 193 Jacques 1992, n. 124, 212.
  • 194 Dans le même sens Christol & Magionclada 1990. Voir également Lassère, Manuel, p. 517-519.

86Entre 175 et 180, une inscription de Sicca, la célèbre fondation alimentaire de P. Licinius Papirianus191, nous apprend que l’évergète consacra un capital de 1 300 000 sesterces pour qu’avec l’intérêt de 5/12e (5 % par an) on nourrisse 300 garçons et 300 filles. Une clause restrictive écarte du bienfait les incolae qui n’habitaient pas dans l’oppidum à proprement parler :… Legi autem debebunt municipes item incolae, dumtaxat incolae qui intra continentia coloniae nostrae aedificia morabantur : “on devra choisir des municipes et des résidents, à condition que ces résidents habitent dans les aedificia situés à l’intérieur de notre colonie192”. Fr. Jacques a relevé ce détail en précisant que “la clause de résidence dans la ville valant pour ces derniers vise peut-être à exclure des ruraux écartés de la pleine citoyenneté de Sicca193”. Nous dirons plus. Ces incolae, dont l’origine pouvait remonter à la création de la colonie julienne, doivent être les descendants des populations locales et libres auxquels on n’accorda pas la citoyenneté romaine, les privant du coup de la citoyenneté chez eux ; ce sont aussi les populations de même statut qui vivaient dans ce que nous appelons désormais les pagi/castella de la pertica de Sicca194.

  • 195 Celui-ci est localisé par l’épigraphie à el-Kodia Es-souda, à environ 7 km au nord-est d’Assuras, c (...)
  • 196 Poinssot 1913, 428 et Beschaouch 1981, 117.
  • 197 CIL, 15881.
  • 198 Poinssot 1913, 428.
  • 199 Beschaouch 1981, 117.

87Nous n’avons aucune mention d’une pertica des Siccenses. Néanmoins, les indices ne manquent pas pour tracer approximativement ses contours. Le premier indice est suggéré par la toponymie antique comme le laisse penser le nom porté par un pagus des environs, le pagus Veneriensis195. Le texte ne nous apprend rien sur les institutions de ce pagus ni à quelle colonie il doit appartenir. La proximité de Sicca (Assuras n’est pas très loin non plus), mais surtout le nom de ce pagus, Veneriensis, tiré de l’adjectif Venerius196, en rapport évident avec Veneria, surnom de Sicca, et avec Venerii, surnom des Siccenses197, sont des indices qui nous incitent à attribuer ce pagus à la colonie de Sicca, comme l’on fait L. Poinssot198 et après lui A. Beschaouch199. Ce pagus doit constituer le dernier écart du territoire de Sicca au-delà duquel, dans la direction du sud-ouest, se trouve le territoire autonome de la colonie julienne d’Assuras.

  • 200 Kallala 2004, 411-412 = AE, 2004, 1878.

88Ajouté à ce premier argument, nous disposons du témoignage essentiel d’une borne de délimitation nouvellement découverte par N. Kallala (fig. 6)200 :

AE, 2004, 1878 : Borne de délimitation inter Musulamios et Siccenses. Bloc en calcaire, 100 x 44 x 15 cm

Ex auctorit[ate] / Imp(eratoris) Neruae Trai[a]-/ni Caes(aris) Aug(usti), Ger(manici), Da-/cici, co(n)s(ulis) IV, imp(eratoris) XIIII/, L(ucius) Acilius Strabo Clo-/dius Nummus leg(atus) / Aug(usti) propr(aetore), inter/Musul(amios) [e]t Siccens-/es : “De par l’autorité de l’Empereur Nerva Trajan César Auguste, Germanique, Dacique, consul pour la 6e fois, salué imperator pour la 14e fois, Lucius Acilius Strabo Clodius Nummus, légat d’Auguste propréteur, (a élevé ce cippe) entre les Musulames et les Siccenses”.

Date 116-117.

  • 201 J. Desanges nous fait remarquer que “la mitoyenneté de Sicca et des Musulames, qui sont des Gétules (...)

89L’intérêt de ce nouveau document est qu’il permet de fixer au sud le territoire Siccensis201, avec un tracé qui suit en partie le cours de l’oued Zerga (fig. 7), affluent de l’oued Mellègue, l’antique Muthul, où la pierre a été trouvée, à une trentaine de kilomètres au sud-sud-ouest de Sicca. À l’ouest, cette frontière devait également suivre le cours de l’oued Mellègue très probablement jusqu’au point de rencontre avec l’oued Medjerda, l’antique Bagrada, au nord. À l’est, c’est l’oued Tessa qui devait constituer les frontières de cette pertica au-delà de laquelle on trouve notamment le municipe julien de Mustis, et les dépendances de la colonie de Carthage, dont Thugga, Uchi Maius, Uchi Minus…

  • 202 Salama 1963, 144.

90Deux autres bornes, provenant de Lorbeus, l’antique Lares/Laribus, et de Mustis, confirment la place importante prise par Sicca dans la région, sans doute dès sa constitution en colonie. La première, étudiée par P. Salama, date d’après le support, le style de l’écriture et surtout le contenu d’une “extraordinaire concision202”, de la fin de l’époque républicaine ; en voici le texte :

ILTun. 1636

91• X/SICC.• / AD / CAR/THAG.

  • 203 Berthier 1981, 213-216 a critiqué les conclusions de P. Salama en observant que Lorbeus (p. 214) “n (...)
  • 204 Lares est sans doute l’oppidum Laris de Salluste (Bell. Jug., 90.2) que Marius occupa pendant la gu (...)

92Cette distance indiquant le 10e mille (milliarum decimum) depuis Sicca ((a) Sicc(a)) sur la voie conduisant vers Carthage (ad Carthag(inem)) correspond bien à l’intervalle entre Sicca et Lorbeus qui est d’environ 15 km203. La question est de savoir pourquoi la distance n’est pas affichée depuis Lares. Sans doute parce que Sicca était la principale agglomération de la région, le principal repère, mais aussi, et surtout, parce que Lares n’était pas une ciuitas autonome à cette époque, qu’elle était simplement un des nombreux castella dans la dépendance de la colonie, et que nous sommes toujours dans le territoire des Siccenses204.

93En revanche, il n’est pas aisé de tirer des conclusions assurées du témoignage de la borne des Siccenses trouvée dans le municipe de Musti. Depuis sa première publication par A. Beschaouch, le document a été souvent cité comme témoignage décisif de l’existence d’une pertica des Siccenses.

94AE, 1981, 867 = Beschaouch 1981, 112-113 – bloc parallélépipédique en calcaire grisâtre, trouvé en place non loin de la porte ouest de Mustis, sans doute, sur la route antique reliant Carthage à Sicca en passant par Mustis. Dans un cadre délimité par un double trait, et incomplet à droite, on lit :

Siccens[es]/m (ilia)• p(assuum)• XXIX• [ ?]/ p(assus)• DCCCXXV.

  • 205 Beschaouch 1981, 109.

95D’après A. Beschaouch, nous tenons grâce à cette inscription un “témoignage définitif en faveur de l’existence d’un vaste territoire rattaché à la colonie de Sicca. Avec la mention des Siccenses, rapprochés du cas similaire des Carthaginienses, il est permis, désormais, de parler d’une pertica des Siccenses” qui commence à la porte ouest de la ville. Du côté est, c’est également une autre porte, l’arc de Gordien III, qui servait de borne et après laquelle commence la pertica des Carthaginois : ici aussi, A. Beschaouch a trouvé une borne qui porte les sigles •C•I•K (colonia Iulia Karthago). Ces deux bornes constitueraient ainsi la preuve de l’extension du territoire de Carthage jusqu’à la porte est de Mustis d’un côté, et du territoire de Sicca jusqu’à la porte ouest, de l’autre côté : en d’autres termes, nous avons là deux “arcs-frontières”, limites pomériales de Mustis205 ? Ce qui fait difficulté ici est d’imaginer ce pays mustitain limité à l’est et à l’ouest au strict territoire urbain et comprenant seulement un appendice vers le sud !

  • 206 D’après un renseignement oral de S. Ben Baaziz, la borne des Carthaginois aurait été découverte à d (...)
  • 207 On la retrouve sur une borne indiquant la distance de 443 pieds des Chellenses Numidae ; CIL, 16352 (...)

96Peu importe en fait l’endroit où les pierres ont été trouvées206 ; ce qui étonne c’est la précision apportée par la borne des Siccenses, que l’on rencontre très rarement en Afrique207. Elle doit à notre avis indiquer la distance réelle entre l’oppidum de Mustis et celui de Sicca Veneria qui est de 41,111 km : à cette époque Carthage et Sicca devaient être les villes repères à partir desquelles les distances étaient indiquées. On doit enfin noter l’étrangeté du formulaire épigraphique de ces bornes : tout comme sur celle des Chellenses Numidae, on remarque l’absence du nom de l’empereur. Cela témoigne bien sûr de l’ancienneté de ces trois bornes, mais aussi, peut-être, du fait qu’elles ont été érigées aux frais de la communauté dont le nom est placé en tête.

97Du reste, cette pertica dont l’existence ne fait aucun doute, comprend les agglomérations suivantes où souvent se manifeste l’intervention des magistrats de la colonie, comme il en est pour commencer du castellum de Neber, à 12 km au nord-est de Sicca, où une inscription funéraire donne la carrière d’un magistrat de la colonie qui fut préfet du castellum de Neber ou plus probablement de l’ensemble des castella de la pertica.

• Nebber (Henchir Sidi Merzoug), castellum

  • 208 CIL, 15723, Cagnat, Rapport, II, p. 48 : [aureo atque flore ?]nti s<a>eculo [domini Augustique nostri </a> (...)

98Le statut de cette localité est connu par trois inscriptions. Attestée comme castellum sous Caracalla, Nebber devint peut-être autonome, ciuitas, municipe ou colonie. Une inscription tardive (350-361 ?) de lecture incertaine208 fait état d’un curateur suivi, selon la restitution des auteurs du CIL, de la mention reipublicae. Par ailleurs, et si l’on accepte cette restitution, rien n’indique si notre curateur intervient seulement dans la localité de Nebber ou dans l’ensemble de la pertica des Siccenses et des castella encore dans sa dépendance.

99Au départ, Il convient de revenir sur le texte d’une inscription funéraire souvent versé au dossier des castella siccéens.

CIL, 15726, d’après Cagnat 1882, p. 77

D(iis) M(anibus) s(acrum) / C(aius) Paccius Ro-/gatus fl(amen) p(er)p(etuus), / II uir col(oniae) Sic(censium), / pr<a>ef(ectus), caste / uixit a(nnis) LXXVI, h(ic) s(itus) e(st) : “Consacré aux Dieux Mânes. Caius Paccius Rogatus flamine perpétuel, duumvir de la colonie Sicca, préfet, caste ( ?) a vécu (honnêtement) 76 ans. Il repose ici”.

100À la ligne 5, il est préférable de comprendre pref., caste vixit annis (suivant Cagnat) meilleure à notre avis que pref. caste(lli/ -llorum), développement préféré par les auteurs du CIL et théoriquement envisageable. Caste serait l’équivalent de pius/pie que l’on rencontre aussi sur les inscriptions funéraires. Il est important de noter que dans l’usage épigraphique local, à Nebber, et dans les autres castella siccéens, castellum est toujours abrégé en K., KAST., jamais en C., CAST. ou en CASTE.

  • 209 Car seuls les citoyens sont habilités à gérer des magistratures.
  • 210 Nous ignorons exactement le sens de cette institution, ou disons de ce collège, mais il y a lieu de (...)
  • 211 CIL, 1615 = 15721 Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Aurelio/Antonino Pio Aug(usto) / Fel(ici), Part(hi (...)
  • 212 CIL, 1616 = 15722 Iuliae Aug(ustae) / piae, felici / matri Augus/ti et castr/orum et sena/tus et pa (...)

101Rogatus est un citoyen de Sicca209, mais il doit être originaire de Nebber où il a été enterré. L’inscription est sans doute gravée dans l’ordre inverse, puisque le flaminat apparaît souvent comme le couronnement de la carrière municipale. Il a été d’abord préfet, charge qui s’exerce normalement dans les dépendances d’une colonie, dans ce cas soit dans le castellum de Nebber ou plus vraisemblablement dans l’ensemble des communautés relevant de la pertica de Sicca ; on voit mal en effet un magistrat parvenu à la plus haute fonction dans la colonie débuter sa carrière par la préfecture d’un simple castellum, car, dans ce cas, l’expression magister (pagi) ou senior (castelli) aurait été plus appropriée. Comme Phileros, préfet des 83 castella dans la pertica de Carthage, Rogatus fut donc très probablement préfet de l’ensemble des castella de la pertica de Sicca. Le statut de la localité est attesté par deux inscriptions. La première est une dédicace à Caracalla offerte en 213 par les seniores210 K (astelli) dont il est dit : posuer(unt) et ded(icauerunt)211. Le développement ded(icauerunt) s’impose logiquement ; ded(erunt) théoriquement envisageable, ferait double emploi avec posuerunt. L’inscription gravée, sans doute en même temps, en hommage à Iulia Domna le montre bien212.

Ucubis-Kaussat, castellum

  • 213 CIL, 15666 = ILS, 6806 Imp(eratori) Caesari, / diui Hadria/ ni f(ilio), diui Traia/ni parthici ne/p (...)
  • 214 Quelques lettres courant sur 5 lignes, mais si la lecture ARMEN--- (pour Armeniacus ?) à la ligne 3 (...)

102L’intervention des magistrats Siccenses dans les agglomérations voisines est encore attestée dans le castellum d’Ucubi. Cette collectivité est signalée par trois inscriptions, toutes constituées d’hommages à la famille impériale. Une dédicace à Antonin, en 150, faite par les seniores Ucubitani avec l’argent d’une souscription (aere conlato posuerunt)213. Les mêmes formules se retrouvent sur une autre dédicace impériale, probablement à Marc-Aurèle (ou à Lucius Verus)214, si on accepte la lecture et les restitutions du CIL. Cette fois, des duumvirs quinquennaux de Sicca interviennent pour dédier le monument.

  • 215 CIL, 15669 = ILTun, 1580 = ILS, 6807 Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Aurelio/Antonino Pio Aug(usto) (...)

103La mention en tête des seniores qui se sont chargés d’élever le monument comme l’indique le verbe posuerunt, puis d’un autre côté des duumvirs quinquennaux qui ont dédié le monument ne peut avoir qu’une seule signification : les premiers, c’est-à-dire les seniores, et leur localité, c’est-à-dire Ucubi, sont subordonnés aux seconds, aux duumviri quinquennales et à la communauté où ils ont été magistrats. Le texte ne dit rien sur leur origine, mais il s’agit certainement de la colonie de Sicca, car en aucun cas ils ne peuvent être des magistrats d’Ucubi, puisque celle-ci est attestée plus tard, en 214215, comme castellum, statut incompatible avec les magistratures classiques romaines comme la questure, l’édilité et le duumvirat.

104On voit cette fois les decuriones Siccenses qui résident à Ucubi intervenir avec les seniores du castellum pour ériger un monument en l’honneur de Caracalla, détail qui renforce encore l’hypothèse de l’origine siccéenne des duumvirs figurant sur l’inscription précédente. À la fin de l’inscription, on préférera le développement d(ecreto) d(ecurionum) plutôt que d(e)d(icauerunt)… qui s’impose dans le texte précédent d’autant plus qu’après les verbes posuerunt d’un côté et dedicauerunt de l’autre et qui de surcroît sont gravés en toutes lettres. Nous ne voyons que le verbe d(e)d(erunt) qui soit théoriquement possible ; mais il s’accommode mal avec le statut des duumvirs qui ont fait la dédicace, conformément à une pratique courante constatée dans les localités qui dépendaient de la colonie de Carthage.

105Mais de quel decretum decurionum s’agit-il ? Celui de Sicca ou celui d’Ucubi ? Le texte ne dit rien et en théorie les deux hypothèses sont envisageables. Il faut toutefois observer que le terme seniores est en principe incompatible avec decuriones. On remarque par ailleurs que lorsque les seniores interviennent seuls, il n’est jamais fait mention de decretum decurionum, comme nous le montrent les deux dédicaces impériales de Nebber.

106Dans les deux cas, les seniores castelli interviennent pour ériger et dédier les deux bases en l’honneur de Caracalla et de sa mère. À Ucubi, la présence de magistrats et de décurions Siccenses, comme l’intervention de l’ordo Siccensis, dans les hommages publics rendus à la famille impériale, montre combien le castellum est dans la dépendance de la colonie. Mais observons que la situation n’est pas restée sans changement. Car sous Caracalla, ce ne sont pas les duumviri Siccenses qui interviennent, mais les decuriones Siccenses qui résident à Ucubi et qui forment avec les seniores le sujet du verbe fecerunt (ou posuerunt). Ils interviennent au même titre que les seniores castelli pour ériger le monument.

107A côté de ces castella, l’épigraphie dans les environs du Kef fait aussi état de pagi. Si l’appartenance du pagus Veneriensis à la pertica de Sicca est encore discutable, l’appartenance du pagus d’Aubuzza aux Siccenses est évidente, comme nous le montrent les témoignages épigraphiques.

Aubuzza – Henchir Zezza : pagus/castellum

  • 216 Rebuffat 1993, 1826.
  • 217 Une inscription récemment publiée par M. Khanoussi mentionne un personnage de rang équestre qui a é (...)
  • 218 CIL, 16368 Genio /Imp(eratoris) Caes(aris) Anto/nini Hadriani / Aug(usti vel-usto) / L(ucius) Annae (...)
  • 219 CIL, 16337 = ILTun, 1628 = ILS, 6783 Genio coloniae Iuliae Veneriae Chirtae Nouae [sacrum decurione (...)

108Une inscription inédite signalée par A. Beschaouch216 cite les seniores castelli Aubuzzensium217. Ici, l’identification du pagus repose seulement sur la mention d’un paganicum, monument public du pagus, peut-être le lieu de réunion des notables de la communauté, l’équivalent de la curia ordinis dans les cités. Une inscription qui concerne Antonin (138-161) mentionne la construction de plusieurs édifices dont un paganicum218. Une autre inscription qui lui est certainement postérieure relate la restauration du même édifice219.

  • 220 Meilleur en effet que [ciues Romani qui] Aubuzza… proposé par H. Dessau.

109La mention d’un paganicum, monument public du pagus, permet de classer Aubuzza dans la catégorie des pagi. Son appartenance à la colonie de Sicca est, elle aussi, évidente, à cause de l’incipit de la seconde inscription : Genio coloniae… qui renforce la restitution de la lacune proposée par A. Beschaouch [sac(rum), dec(uriones) Sicc(enses)220] suivant en cela la formule rencontrée à Ucubi : decuriones / Sicc(enses) Ucubi morantes. Observons que le curateur, malgré son flaminat, est un pérégrin comme l’indique clairement sa dénomination : un nom unique suivi des noms du père et du grand-père. Ce détail, à lui seul, montre que l’équation pagus = pagus ciuium Romanorum, souvent proposée, est erronée : le pagus peut contenir des ciues Romani, éventuellement Siccenses, et des pérégrins, membres du pagus, considérées comme des incolae Siccenses.

  • 221 Beschaouch 1981, 117-118 : “Mais dans le pays de Sicca, outre les pagi, nous constatons la présence (...)

110La pertica de Sicca comporte donc des pagi et des castella, et la question qui se pose à leur propos est de savoir si nous sommes en présence d’une organisation semblable à celle de Cirta, où d’organismes doubles opposant des pagi de citoyens romains à des castella pérégrins ? Rappelons que c’est le point de vue défendu par A. Beschaouch. Celui-ci s’appuie sur ce qu’il appelle “le témoignage éclatant” de l’inscription d’Ucubi qui prouve la coexistence de deux communautés à travers la formule decur(iones) Sic(censes) Ucubi morantes et seniores k(astelli) Ucubis221. Ainsi, si l’on suit A. Beschaouch, l’expression decuriones Siccenses Ucubi morantes serait l’équivalent du pagus et s’opposerait à seniores K (astelli). Or, il est à noter que les décurions de Sicca mentionnés ici sont seulement dits morantes à Ucubi, c’est-à-dire, simples résidents, des incolae. De ce fait, leur présence n’a aucun caractère officiel et ne peut être liée à une communauté organisée à Ucubi. Ce détail rappelant le lieu de résidence des décurions de Sicca (decuriones / Sicc(enses) Ucubi morantes) et l’origine des seniores (et senio-/res K(astelli) Ucubis) est suffisant pour démontrer qu’il n’y a qu’une seul Ucubi, ici le castellum. L’inscription ne montre donc aucune opposition entre deux communautés. La preuve est fournie par le texte d’une inscription trouvée à Mahjouba, l’antique Tituli, elle aussi un pagus.

• Tituli – Mahjouba, pagus ( ?) puis ciuitas

  • 222 Ici, la lecture de la dernière ligne est peu assurée. Deux lectures s’opposent : la première est du (...)
  • 223 Gascou 1983, 207, n. 267.

111L’existence d’un pagus Titulitanus repose sur le témoignage discuté, mais admis, d’une inscription qui célèbre la construction d’une fontaine en l’honneur de Neptune222. Admettons, quel que soit le doute qu’on puisse avoir sur la lecture et l’interprétation des deux dernières lettres, que nous sommes en présence d’un pagus. On aurait alors d’un côté les seniores et la plèbe (du castellum) qui font et dédient le monument à Neptune, de l’autre le magister pagi qui est mentionné à la fin soit comme curateur du monument soit plus simplement et plus logiquement pour dater l’événement : T(itus) V[---] C[---] f(ilio) Fel[ici], mag(istro) [pa]g(i) = un tel étant le magister du pagus. On suivra volontiers les remarques de J. Gascou223 qui constate qu’il est inconcevable “que sur cette inscription il y ait indication d’une dédicace faite par le sénat et la plèbe du castellum pérégrin accompagnée de la précision que cette dédicace a eu lieu sous le magister éponyme du pagus”. Tout s’explique en effet si l’on considère que les seniores et le magister appartiennent au même organisme qui est le pagus. Il faut également noter que ce sont les premiers qui font et dédient le monument à Neptune : c’est eux qui ont pris la décision, et le magister pagi n’est que le représentant de la collectivité impliquée, celle des seniores de la plebs Titulitan(orum). Ces derniers ont la préséance sur le magister pagi comme le montre incontestablement le verbe dedicauerunt.

  • 224 Cf. ci-dessus, notre annexe sur Ammaedara, p. 97-98.
  • 225 Kallala 1999, 90-91 ; AE, 1999, 1853--- [---]+ filio + [.] / [pat] rono perpetuo, / ciuitas Titulit (...)

112La mention de seniores autorise à penser que nous sommes en présence du même type d’organisation que celle que nous constatons dans les autres localités aux alentours de Sicca. Tituli devait donc appartenir au départ à cette colonie. Sous Trajan, elle devint une dépendance de la nouvelle colonie d’Ammaedara, comme le suggère l’emplacement de la borne inter Siccenses et Musulamios laissant Tituli au sud224. Elle devint autonome par la suite en tant que ciuitas, comme le confirme le texte d’une inscription récemment publiée par N. Kallala225.

113C’est une organisation comparable à celle de Tituli que l’on décèle dans la localité de Aïn Tella où a été trouvée une inscription tardive qui fait état de seniores et d’un magister.

Ma[…..]rensium – Aïn Tella : castellum ( ?)/pagus ( ?)

  • 226 CIL, 17327 Pro salute dddd(ominorum) nnnn(ostrorum) / Diocletiani et Maximiani perpetuorum / Augg(u (...)

114Non loin de Aïn Draham, dans le Nord-Ouest tunisien, cette localité est connue par une seule inscription gravée entre 293 et 305 qui fait part de la restauration du temple de Mercure délabré par la vétusté226, par les soins des seniores qui dédient aussi le monument ; le texte est daté par l’année du magister annuel. Nous ignorons à quelle cité on doit rattacher cette localité, mais l’ambiance institutionnelle comparable à celle des dépendances de Sicca incite, malgré les difficultés géographiques que cela implique, à la rattacher momentanément à celle-ci.

115Concluons : tout concorde à faire de Sicca une colonie organisée selon le modèle cirtéen, c’est-à-dire dotée d’une pertica plus ou moins étendue découpée en pagi ayant un castellum comme chef-lieu. C’est, à notre avis, la raison qui explique sa nouvelle dénomination Cirta Nova, une sorte de confédération organisée à la manière de son aînée. En plus de Sicca et de Cirta, il semble qu’Ammaedra était également organisée selon ce modèle.

Les pagi et les castella de Cirta

Celtianis – El-Meraba : pagus/castellum

  • 227 CIL, 19866 ; ILAlg II, 2086.
  • 228 ILAlg, II, 2240 L. Arrutius Ospes, uixit annis L, obitus in castello Celtiano. L’absence des formul (...)
  • 229 CIL, 19693 ; ILAlg, II, 2093.
  • 230 CIL, 19696 = ILAlg, II, 2096 [---] Q. Bottius, T. f., Quir., Senecio, mag(ister) p(agi) aed(iliciae (...)
  • 231 ILAlg, II, 2114 : D. M. s. C. H ( ?), C. f., Q., P[a]gan(us), mag(isterio) for(i) honor(e) bis func (...)

116Celtianis227 est signalée de manière neutre sur une dédicace au génie de la ville (Genio Celtianis Aug. sacr.). Elle est dite castellum sur l’épitaphe de L. Arrutius Ospes228. En 205, la ville rend hommage à Julia Domna : (resp(ublica) C(astelli) C(eltianis) d(ecreto) d(ecurionum) [p(ecunia) p(ublica)])229. Pagus et castellum ne se rencontrent jamais ensemble. Le pagus est attesté seulement comme déterminatif du titre de magister230 : magister pagi aediliciae iur(is) dic[tionis]. On trouve aussi mention du magisterium fori sur une inscription funéraire231.

  • 232 CIL, 19690 : d. d. p. p.
  • 233 CIL, 19689 = ILAlg II, 2088 : d. d. p. p.
  • 234 ILAlg II, 2085.
  • 235 Gascou 1983, 179.

117Les plus anciennes mentions de décurions datent de 163232 puis de 165233. La mention d’un aedilis designatus sur une dédicace à Diane234 pose problème car elle est incompatible avec le statut de pagus. Mais J. Gascou, suivant une hypothèse de St. Gsell, rapproche ce cas de celui de Thibilis où le collège magistral serait composé d’un édile et d’un magister235. On peut également penser qu’il s’agit d’un magistrat de Cirta ou encore qu’au moment de la gravure de la pierre, Celtianis était déjà municipe ( ?).

Cald(is) – Mechta Nahar : castellum

  • 236 Ce castellum est connu par une lettre de saint Augustin consacrée à l’affaire de l’évêque de Fussal (...)
  • 237 CIL, 6872 = 6932 = ILAlg II, 3445 = AE 1983, 980.
  • 238 CIL, 6857 = ILAlg II, 3442 : Genio / Cald(is) / Aug(usto) / sacr(um) / d(ecreto) [d(ecurionum)] / p (...)
  • 239 ILAlg II, 3446.

118Le toponyme complet n’apparaît sur aucun document. Il est abrégé sur une inscription incomplète et usée sur laquelle se lit peut-être le nom d’un autre castellum : Castel(l)a / [Fuss ?]alla236, / [C]ald(is) /---237. Une dédicace238 au génie de la ville est signée d.[d.]p. p. Q. Lollius Urbicus fut patron de Caldis vers la fin du règne d’Hadrien239 ; le même personnage a été aussi patron de Tiddis.

• Tiddis – El-Kheneg : castellum

  • 240 CIL, 6702 = ILAlg II, 3589 : Iuliae Aug(ustae) matri / castror(um) coniugi / Imp(eratoris) Caes(ari (...)
  • 241 ILAlg II, 3590.
  • 242 ILAlg II, 3571.
  • 243 AE, 1969-1970, 393.
  • 244 CIL, 6706 = ILAlg II, 3605 = ILS, 1065 : Q(uinto) Lollio, M(arci) fil(io), / Quir(ina), Urbico, co( (...)
  • 245 AE, 1962, 283, ILAlg II, 3607.
  • 246 ILAlg II, 3616, 3617, 3618 ; également AE, 1955, 159 d’après Gascou 1983, 181, n. 41.
  • 247 Gascou 1983, 181.
  • 248 ILAlg II, 3606.
  • 249 ILAlg II, 3574, 3613, 3608.
  • 250 CIL, 6712 = AE 1942-43, 8 = ILAlg II, 3612 : D(is) M(anibus), / Q(uintus) Sittius, / C(ai) fil(ius) (...)
  • 251 CIL, 6710 = ILAlg II, 3611 = ILS, 6863 : Q(uinto) Sittio, / Q(uinti) fil(io), Quir(ina), / Fausto, (...)
  • 252 N. A., 16.13.
  • 253 Gascou 1983, 181 : “ce terme… doit désigner ici les Tidditani qui, en raison de leur appartenance à (...)
  • 254 Mais le seul pagus de la confédération attesté avec certitude comme municipe est Thibilis, postérie (...)

119En l’état des connaissances, nous n’avons aucune mention d’un pagus de Tiddis. Plusieurs inscriptions de l’époque de Septime Sévère font état d’une respublica Tidditanorum : en 197240, puis sous Septime Sévère et Géta241 et enfin sur une dédicace à Caelestis Augusta242. Le castellum n’apparaît que sous Gordien III, en 238/239 : respub. Casteli Tidditanorum243. En 136/138, une dédicace à Q. Lollius Urbicus qualifié de patron est signée d. d. p. p244. Outre ce patron, nous ne connaissons que des prêtres : un flamine245 et des prêtres de Cérès246. Aucun magistrat local (magister) n’y est attesté, ce qui pourrait s’expliquer, d’après J. Gascou247, du fait que ce castellum était administré par des magistrats de la confédération cirtéenne, des praefecti pro IIIuiris248 assez nombreux à Tiddis. On y trouve aussi des questeurs, des édiles249 et des édiles avec pouvoir de questeur (quaestoriae potestatis)250. À une date inconnue, un hommage est rendu à un certain Q. Sittius Faustus par ses municipes251. Ce mot fait difficulté, puisque, comme nous l’apprend Aulu-Gelle252, il s’applique en principe aux citoyens d’une colonie ou d’un municipe. Mais J. Gascou pense qu’il doit désigner ici les Tidditani253 ; observons toutefois que Q. Sittius Faustus indique qu’il a été préfet pour dire le droit dans les colonies de Rusicade, de Milev et de Chullu, après quoi il est devenu édile sans que le lieu d’exercice soit indiqué. L’édilité pourrait donc avoir été gérée à Tiddis, ce qui implique que cette localité est devenue municipe (ou colonie ?)254.

• Dothense ( ?)

120Cette communauté, non encore localisée sur le terrain, est connue par une série de cinq inscriptions toutes gravées en l’honneur du dieu Bacax sur les parois de la vaste grotte de Jebel Taya. Son statut est inconnu.

  • 255 ILAlg II, 4530 : B. A. s., Sabi[ni] ano et Praetexto cos. Kal. Maias, P. Manilius Victor, f. p., ma (...)
  • 256 ILAlg II, 4549 : M. Claud. Tacito cos. k. ap., Se(ius ?) Victor, fl. pp. mag. Dot. v. s. l. m.
  • 257 ILAlg II, 4532 : B. A. s., Per(egrino) et Aemiliano c(onsilibus), Iul. Rutillius Augustalis magg. ( (...)
  • 258 ILAlg II, 4535 : B. A. s., Pres(ente) et Albino cos. kal. mai. Mag. Dothen, [Iu ?] l. Ianuarius.
  • 259 ILAlg II, 4534 : B. A. s., Imp. D. n. Philippo et Titiano cos., kal. mai., L. Gelius Rog., mag. qq. (...)

121Cette série d’inscriptions, qui datent toutes du milieu du iiie siècle, fait connaître seulement des magistrats Dothenses : des flamines perpétuels et des magistri en 242255 et 273256, des magistri en 244257 et 246258 et un magister quinquennalis en 245259.

Thibilis – Announa : pagus

  • 260 ILAlg II, 4689.
  • 261 ILAlg II, 4686.
  • 262 ILAlg II, 4692.

122Les rapports de Thibilis avec la confédération sont suggérés par plusieurs inscriptions. Une base260 fut élevée à M. Herennius [Victo]r, un magistrat des quatre colonies et préfet pour dire le droit de la colonie de Rusicade. Une autre base261 a été élevée pour Clodia Vitosa Tertulliana, flaminique des quatre colonies aux frais de son cousin P. Clodius Quadratus, décurion des quatre colonies, sur un emplacement donné par décret des décurions (l. d. d. d.) ; un autre décurion de Cirta est enterré à Thibilis262.

  • 263 ILAlg II, 4630 : dédicace à la Concorde par [ ?] Iulius Proba[tu]s, pagi m[ag…] ; ILAlg II, 4641 : (...)
  • 264 ILAlg II, 4642 : dédicace ob honorem [ma]gisteri à Mercure par P. Sittius Bland[us] et C. Modius Cl (...)
  • 265 ILAlg II, 4557 :… Maggg. Thib., mais Thibilis est municipe au plus tard en 268, comme l’atteste l’i (...)
  • 266 ILAlg II, 4705 : M. Marius Aemilianus aedilis, mensuras, sructor(ias) et fabril(es) curauit.
  • 267 Discussion dans Gascou 1983, 184.

123Thibilis n’est attestée que comme pagus, toujours associé à la fonction de magister, attestée par deux inscriptions dont aucune n’est datée263. Le magisterium se rencontre seul sur deux inscriptions de Thibilis également non datées264 ; il est attesté sur de nombreuses inscriptions de la grotte de Taya dès 210. La dernière mention de cette institution date de l’année 284, mais à une époque où Thibilis est déjà municipe265. Une inscription266 mentionne un édile qui avait placé une table de mesures dans le marché. St. Gsell et H.-G. Pflaum pensent que c’est un édile de Thibilis car s’il avait eu un collègue, le nom de ce dernier n’aurait pas été omis sur un document officiel. J. Gascou a rejeté cette hypothèse, car l’édilité est en principe incompatible avec le statut de pagus. Il pourrait s’agir donc soit d’un magistrat de la confédération soit d’un magistrat de Thibilis alors municipe267.

  • 268 ILAlg II, 4659 : dédicace à Hadrien, en 121, signée Thibilitani, s(umptu) p(ublico).
  • 269 ILAlg II, 4660 : dédicace à Faustine la Jeune entre 166-169, signée Thibilitani p. p. d. d.
  • 270 ILAlg II, 4661.
  • 271 ILAlg II, 4667, incomplète à droite :… Res p(ublica) [Thibilit---].
  • 272 ILAlg II, 4652 : Dédicace à la Victoire Auguste par la respublica Thiblita[norum].

124Un trésor public est probablement attesté dès 121268, mais son existence, comme celle de décurions, n’est assurée qu’à une date à fixer entre 166 et 169269. En 211/212, les Thibilitains élèvent une base de statue à Vibia Aurelia Sabina, fille de Marc-Aurèle et de Faustine la Jeune avec la signature patronae, Thibil(itani) p. [p. ?]270. Le terme respublica qualifiant la ville apparaît de manière assurée peu de temps avant la constitution du municipe, sur une dédicace à Philippe l’Arabe, en 245-246271. Respublica se lit également sur une autre inscription non datée272.

  • 273 Lepelley 1981, 478.
  • 274 Gascou 1983, 184 qui propose la fourchette 260-268 pour la transformation de Thibilis en municipe.

125La plus ancienne mention du municipe se lit sur une borne érigée par celui-ci en 270273 ; Thibilis est encore municipe entre 293 et 305. Cette promotion, selon J. Gascou274, doit être contemporaine ou très proche de la dissolution de la Confédération cirtéenne entre 253 et 268.

• ( ?) – Henchir Loulou : ( ?)

  • 275 CIL, 22273-22275a.
  • 276 Ces sigles sont à rapprocher des sigles RPCR lisibles sur une inscription d’Oum Kreckreche (cf. Gue (...)
  • 277 Cf. aussi Gascou 1983, 186.

126Nous ignorons le nom antique comme le statut de cette localité. Nous avons simplement, à la suite de J. Gascou, toutes les raisons de développer les sigles RPCRCM gravés sur trois bornes milliaires datant de 235-238 et 260-268275 en R(es)p(ublica) c(astelli) R ( ?) C ( ?) M ( ?)276. L’interprétation c(astelli) est préférable à c(iuitatis), car les autres petits centres autour de Cirta ne portent pas ce titre ; c(oloniae) est à exclure, car il est peu concevable que cette localité soit devenue colonie à une époque où Thibilis, centre plus important, était encore pagus277.

Tigisis – Aïn el-Borj : ( ?)

  • 278 ILAlg II, 6251 : A(ger) P(ublicus) C(irtensium) / A(ger) A(cceptus) C(irtensium) / (sur un côté) AA (...)
  • 279 ILAlg II, 6248.
  • 280 ILAlg II, 6250 : une dédicace à Constance Chlore César (293-305) est faite par l’ordo Tigisitanus e (...)
  • 281 Lepelley 1981, 486-487 (citant un témoignage de saint Augustin, Contra Cresconium, 3.27.30.).

127Le statut de cette localité est inconnu. Elle dépendait de Cirta comme semble le confirmer une borne séparant le domaine public et les propriétés privées des Cirtenses278. Une dédicace à Septime Sévère, en 195, est signée d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) ; une autre inscription de 198 mentionne le décurionat et le versement d’une somme honoraire :… arcu[m quem--- pollicitus est ? praeter] legiti[ma---hono ?] ris decurio[natus---]279… À la fin du iiie siècle, on ignore toujours le statut de la ville280. D’après Cl. Lepelley, en 305, Tigisis apparaît comme une commune autonome avec un ordo, un curateur et un évêque281, mais nous ignorons si elle devint municipe ou colonie.

Sigus : pagus/castellum

  • 282 ILAlg II, 4372 : fragment d’une inscription métrique trouvée dans les environs de Sigus : un certai (...)
  • 283 ILAlg II, 6519 : album des membres du conseil des décurions : [prafecto] pro IIIuir[is---] / d(ecre (...)
  • 284 ILAlg II, 6521 : P. Sittius, P. fil., Quir., Felix, mag. pag. desig., v. a. XL, h. s. e, o. t. b. q (...)
  • 285 ILAlg II, 6491 : Genio coloniae Cirtae s(acrum), r(es) p(ublica) Sigitanor(um). Une autre inscripti (...)
  • 286 ILAlg II, 6515, gravée à la fin du principat d’Hadrien : Ex auct(oritate) P. Cassi Secundi, leg. Au (...)

128Ce pagus de la Confédération cirtéenne est connu par trois inscriptions sur lesquelles il est toujours associé à la fonction du magister : pagique ma[gister]282, m(agister) p(agi)283 et mag(ister) pag(i) desig(natus)284. Ses rapports avec Cirta sont illustrés par une dédicace adressée au génie de la colonie285 et par une série de bornes de délimitation trouvées à Sigus et dans ses environs montrant qu’il y avait dans la région quatre types de terres : les terres publiques et privées des Cirtéens et les terres publiques et privées des Siguitani286 : les agri Cirtensium publici de c(olonia), l’ager accepetus Cirtensium ou agri Cirtenses acceptarii, l’ager publicus Siguitanorum et enfin l’ager divisus Siguitanorum.

  • 287 ILAlg, II, 6507 : l’inscription est sans doute contemporaine de la dédicace à Sabine Auguste morte (...)
  • 288 ILAlg, II, 6508.
  • 289 ILAlg, II, 6510.
  • 290 ILAlg, II, 6492 : Herculi / sac. / d. d. p. p. / Siguitanorum.

129Entre 126 et 138 (plutôt 136), une base érigée à Hadrien est signée d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica)287. La même signature (d. d. p. p.) se retrouve sur une dédicace, sans doute contemporaine, adressée à sa femme (Sabinae Augustae…)288 et plus tard, entre 139 et 161, sur une dédicace à Marc Aurèle César289. On trouve d’autres mentions identiques, mais aucune n’est datée ; une dédicace à Hercule précise que les décurions ainsi que la caisse publique appartiennent aux Siguitani290.

  • 291 ILAlg, II, 6486.

130Le castellum est mentionné par une inscription postérieure à la mort de Septime Sévère, dans le titre de flamonium diui Severi castelli Siguitani. Sur cette inscription, le flaminat apparaît comme un honneur pour lequel le titulaire a versé la somme de 450 deniers, soit 1800 sesterces ; lorsqu’il l’a revêtu, il a ajouté la somme de 1000 deniers pour l’érection d’une statue en bronze de Baliddir, c’est-à-dire Baal Addir, le maître puissant291.

Sila – Borj el-Ksar : ?

  • 292 ILAlg II, 6869, en 199, sur une dédicace à Julia Domna signée par la r(es) p(ublica) S(ilensium) d( (...)
  • 293 ILAlg II, 6865 : Gen[i]o numinis Caput (sic) Amsagae sacrum, C. Arruntius Faustus, Arrunti(i) Procu (...)
  • 294 ILAlg II, 6867 : Iovi Silvano Aug. sac., L. Herennius, L. fil., Quir., Urbanus, mag., aram suis pec (...)

131Le statut de cette localité est inconnu. Plusieurs inscriptions gravées entre 198/199 et 241 mentionnent la respublica Silensium292 et un decretum decurionum qui apparaît en même temps que le terme respublica. Il est question du trésor public pour la première fois en 223. Une dédicace au génie du numen du Caput Amsagae, la source divinisée de l’Amsaga, mentionne un citoyen romain, magistratus permissu ordinis293. Un mag(ister/ vel istratus), également citoyen romain, élève un temple de Jupiter Silvain294. Il semble que Sila est devenue autonome, municipe ou colonie, mais nous ignorons à quelle date.

Saddar – Aïn el Bey : ?

  • 295 CIL, 5934 : (…) res p. Saddaritanorum, ex decreto ordinis, s. p. f.
  • 296 CIL, 5939 : [---] / [---] ATO [---] ob honorem / fl(aminatus) p(er)p(etui) ex dec(reto) / ord(inis) (...)
  • 297 Voir aussi les remarques de Gascou 1983, 190, n. 148 : il n’y a aucune raison de penser que cet ord (...)

132La respublica Saddaritanorum est attestée une seule fois sur une dédicace à Caracalla gravée en 215295 où apparaît aussi un ordo et une pecunia publica. On n’y connaît aucun magistrat, mais une inscription fragmentaire mentionne l’honneur du flaminat perpétuel qui devait donner lieu au versement d’une somme honoraire296 ; la restitution sp[lend(idissimi)] qualifiant l’ordo proposée pour la fin du texte par G. Willmanns et T. Mommsen ne peut être retenue que si l’on considère qu’à ce moment Saddar est déjà ciuitas ( ?), municipe ou colonie297.

Subzuaritanum – Aïn Sjar : castellum

  • 298 CIL, 6002 = 19216 = ILS, 6866.

133Une dédicace à Caracalla et à Julia Domna de l’année 215 est signée par la respublica castelli Subzuaritani298. Aucun autre document ne fait connaître les institutions de cette localité.

Arsacalitanum – El-Goulia : castellum

  • 299 CIL, 6042 : Gen(io) col(oniae) [Cirtae---]---.
  • 300 CIL, 6046.
  • 301 CIL, 6048 :… [curante leg.] pr(o)pr(aetore) Q. Anicio Fausto, c. v., patron(o) [c]oloniarum.
  • 302 CIL, 6041 : Cereri Aug. sacr., Iulia Musiosa Kasariana ex consensu ordinis castelli Arsacalitani, s (...)
  • 303 CIL, 6048.
  • 304 CIL, 6044 = 19224 : Mercurio Aug. sacrum, L. Iulius, L. fil., Quir., Peregrinus Sardili[an]us, mag. (...)

134Plusieurs indices montrent que le castellum Arsacalitanum était dans la dépendance de Cirta : une dédicace au génie de la colonie299, l’intervention d’un édile et praefectus pro triumviris de la Cirtéenne dans la dédicace à la Victoire Auguste300 et d’un patron des quatre colonies dans une autre dédicace à Septime Sévère301. Ce castellum est connu par une dédicace à Cérès qui mentionne en plus un ordo302. En 197, la respub(lica) Arsacalitan[orum] élève une dédicace à Septime Sévère303. Nous trouvons une seule attestation d’un magister qui se lit sur une dédicace à Mercure304.

Phua – Ouled Rahmoun, Aïn Foua : pagus/castellum

  • 305 CIL, 6267-6298 et 12249-12281.
  • 306 Voir Gascou 1983, 192, n. 172.
  • 307 Sur CIL, 6272, la respublica est citée après le magister castelli ; elle est absente dans CIL, 6273 (...)
  • 308 CIL, 6272 (… m[ag.] castelli Phuensium RPP) ; 6292 (… cast. Phuens) ; 6298 (… mag. cast. Phue.).

135Plusieurs inscriptions mentionnent le pagus-castellum (également Kastellum) Phuensium. La majorité de ces attestations proviennent des inscriptions, le plus souvent peintes, de la grotte Ez-Zemma qui se trouve à 4 kilomètres de Phua305. Presque toutes les inscriptions sont dédiées à un dieu (GDA) dont l’identité demeure encore indéterminée306. Sauf exception307, toutes les inscriptions se présentent ainsi : GDA s(acrum) suivie de la mention de la respublica Phuensium, souvent abrégée en RPP, puis de celle du magister pagi/castelli au nominatif ou à l’ablatif. On rencontre aussi les termes magister, magister Phuensium, magister pagi ou magister pagi Phuensiusm. Mais chaque fois que le castellum est impliqué, il est toujours suivi de l’ethnique Phuensium308, ce qui signifie peut-être que ce pagus contient plus d’un castellum, mais que Phua en est le chef-lieu.

  • 309 CIL, 6307.
  • 310 CIL, 6306.
  • 311 CIL, 6303.
  • 312 Sauf peut-être sur CIL, 6303, signée RPPDD, les deux dernières lettres pouvant se développer aussi (...)
  • 313 Sauf peut-être sur CIL, 6272 révisée dans CIL 19252 : de sua ar. ( ?) M. Aem[il]ius Felix m[a]g. ka (...)
  • 314 Gascou 1983, 194.
  • 315 Gsell, BAC, 1917, no 64, p. 338-339.

136La respublica Phuensium est attestée en 200, en 205, puis en 213 sur trois dédicaces à Septime Sévère et Caracalla309, à Julia Domna310 et à la Fortuna Redux Augusta de Caracalla311. Nous ne trouvons aucune mention assurée de decuriones312 et de pecunia publica313. Enfin signalons, à la suite de J. Gascou, un certain Ti. Claudius… qui a été magister pagi, puis a géré des honneurs municipaux dans Mileu et Rusicade, où il a été préfet pour dire le droit314 ; l’inscription qui fait connaître ce personnage, mentionne en outre un magistrat de la confédération dont le nom a disparu, qui a été édile, questeur et prae[fectus pro III uiris---]315.

Vzelis – Oudjel : ?

  • 316 CIL, 6341 :… res. pub. Vzelitanorum.
  • 317 CIL, 6339 (cf. p. 1841) AE, 1917-1918, 44 : Iovi Optimo Maximo genio arae frumentariae Aug. sac., P (...)

137Vzelis est seulement attestée comme republica sur une dédicace à Caracalla de l’année 212316. Les institutions sont connues par une seule inscription, une dédicace à Jupiter, génie de l’ara frumentaria, par un certain P. Marcius Crescens qui a été décurion et magistratus, ce pour quoi il a versé une somme honoraire à sa respublica, destinée à l’érection d’une statue de Jupiter dans le capitole317. Vzelis était peut-être à ce moment une commune autonome.

Elefantum – ex-Rouffach : castellum

  • 318 ILS, 6865 : Genio kast. Elfant. sacrum, Clodia Donata, Proper[tii] Crescentis uxor, statuam genii p (...)
  • 319 CIL, 6352 : [.] Vibius Acia qui Nivalis, ara genio vici Quinas ( ?) Vost. Ucretiani fil. ( ?), Vit. (...)
  • 320 Gascou 1983, 196.

138Ce castellum est connu essentiellement par une belle inscription qui rappelle les évergésies de Clodia Donata au moment où elle dédie à sa patrie une statue du génie du castellum qui a coûté la somme de 8 000 sesterces. Donata offre en outre un denier à chacun (des habitants du castellum ?) et du vin aux collèges ( ?) pour banqueter318. Une inscription incomplète et qui paraît avoir été mal lue, mentionne un vicus319. J. Gascou n’exclut pas, si la pierre provient de Rouffach, que ce castellum “ait compris dans son territoire un ou plusieurs vici : ainsi, en Germanie, le castellum Mattiacorum avait sous sa dépendance le vicus vetus Mattiacorum et le vicus novus Meloniorum320”.

139Un decretum decurionum est signalé dans l’inscription de Donata. En revanche, le sens exact de collegia échappe.

Masterense, Douar Beni Ziad : castellum

  • 321 CIL, 6357 = 19337 : Nundinae ha[be] ntur hic in castello Masterensi die III Kal(endarum) Septemb(ri (...)
  • 322 CIL, 6356.

140Une inscription de l’année 211 mentionne ce castellum où devaient se tenir régulièrement les nundinae321. Une autre inscription incomplète de l’époque de Sévère Alexandre (222-235)322 évoque la Respublica Mastar. ; à la fin les lettres DD peuvent se développer en d(ecreto) d(ecurionum).

Les pagi et les castella autour d’Ammaedara

  • 323 Suivant une hypothèse de Z. Ben Abdallah, dans Baratte et al. 1999, 32.
  • 324 CIL, 308.
  • 325 Le territoire d’Ammaedara doit s’étendre jusqu’aux environs de Tituli, à environ 50 km à vol d’oise (...)
  • 326 Surtout, en raison des similitudes entre les institutions de Tituli et celles des pagi et des caste (...)
  • 327 Ci-dessus, la notice de Tituli, p. 90-91.

141Lieu de stationnement de la 3e légion dès la fin du principat d’Auguste, Ammaedara devint colonie vers 75 de notre ère ou au plus tard en 80323, à la suite du transfert à Théveste de la légion. La nouvelle colonie s’intitule alors colonia Flauia Augusta Aemerita Ammaedara324. Comme on doit s’y attendre, la création de cette colonie modifia profondément la géographie administrative de cette partie de la province, en particulier en rapport avec le territoire des tribus des Musulames et des Musunii325 et, selon toute vraisemblance, avec la pertica de la colonie de Sicca. En effet, nous avons de sérieuses raisons326 de croire que Tituli était à l’origine comprise dans la pertica des Siccenses, et qu’elle fut rattachée par la suite à la nouvelle colonie d’Ammaedara, peut-être au moment même de la création de la colonie, ou peut-être depuis 115-116, date de la borne entre les Siccenses et les Musulamii327. Outre Tituli, on relève les pagi suivants.

Pagus… ( ?), Sidi Mohammed Ech-Chaffaï, à mi-chemin entre Haïdra et Thala. Ici encore, l’existence d’un pagus repose sur la mention unique d’un paganicum :

  • 328 Aujourd’hui dans le jardin du musée de Sousse (Inv. M. XIX. Ro). Gravée sur une plaque de grès, inc (...)

AE, 1999, 1813 = CIL, 23326 = Ben Abdallah, in Baratte et alii, 51, no 2, avec Photo. Révisée (fig. 9)328

Pro salute{m} / domini nostri. Cultores Iouis / Optimi Maximi / paganicum su(u) m su-/a p<e>q <u>nia (vac.) fecerunt/a (nno) magistri (vac.) Atuci /--- ? : “Pour le salut de notre maître. Les cultores de Jupiter très grand et très bon ont construit à leur frais leur paganicum, en l’année du magister Atucus--- ?”

Ligne 5 : Gauckler, CRAI, 1905 : Magistri V---ptuci et id., BAC, 1905, CXCI-CXCII : Magistr. IV [---] Atuci ; Magistri V.--- Atuci d’après le CIL ; mmagistri (duo) d’après Ben Abdallah, mais il faut bien lire A. MAGISTRI.

Thala et ses environs

  • 329 Sall., Iug., 75.1. Sur Thala, cf. Courtois, 1955-56.
  • 330 Str. 17.3.12.
  • 331 Ann., 3.21.
  • 332 ILAfr, 195 Deae Caelesti Aug(ustae) sacrun (sic) [pro salute Imperatorum Caesarum]/L. Septimi Sever (...)
  • 333 CIL, 23291, plaque en calcaire AES / [[Impp (eratoribus) dd(ominis) nn(ostris) Dio/cletiano III et (...)

142La ville, s’il s’agit bien de notre Thala, est décrite par Salluste comme “un oppidum grand et riche, où se trouvaient la plupart des trésors (de Jugurtha) et la somptueuse maison des jeunes princes, ses fils329”. L’agglomération aurait été détruite pendant la guerre de César330, mais n’a pas été abandonnée, puisque, au dire de Tacite, qui rapporte les événements relatifs à la guerre de Tacfarinas, il y avait là un praesidium militare331 qui fut attaqué par des cavaliers numides et défendu par 500 vétérans. Son statut durant l’Empire est surtout connu par l’épigraphie. C’était peut-être un castellum à seniores332 qu’on retrouve au ive siècle comme municipe ou colonie, avec des édiles333.

• Henchir Kebet el-Chrig

  • 334 ILAfr, 180, reprise par Ben Abdallah, Baratte et alii, p. 52, no 4, avec photo. Brisée en haut, mai (...)
  • 335 M’charek 2003, 74, n. 62.
  • 336 ILAfr, 180 : “les coloni seraient les gens d’Haïdra ; les socii Talenses, les fermiers d’impôts per (...)

143À 6 km au sud-ouest de Thala et à 13 km au nord-est de Haïdra a été trouvée une borne334 séparant le territoire des coloni de celui des socii Thalenses. Les premiers pouvaient être un pagus peuplé de vétérans et vivant dans la dépendance de la colonie de Haïdra ; les seconds, suivant l’hypothèse de A. M’charek335, seraient les habitants de Thala, ce qui serait synonyme d’un statut de cité fédérée. Ce statut, si l’hypothèse est fondée, a été obtenu sans doute à la suite de la guerre de Tacfarinas ( ?), seul événement pouvant expliquer ce statut privilégié. Mais A. Merlin, dans son commentaire de l’inscription (ILAfr., 180), suppose que les socii seraient les membres d’une societas adjudicataire d’impôts installée à Thala, car Ammaedara ne pouvait administrer directement son territoire336.

Autres castella de Proconsulaire

• Biracsaccar : civitas – castellum ( ?)

  • 337 CIL, VIII, 23849 :… cur(ator) r(ei) p(ublicae) castelli Biracsaccarensium sum[ptu universorum] ciui (...)
  • 338 CIL, VIII, 23876 : Pro salutem Imp. Caesaris. Aeli Hadriani Antonini Pii liberisq. eius Ioui Iunoni (...)
  • 339 C’est l’avis de Lepelley 1981, 83-84 : le passage du statut de ciuitas à celui de castellum daterai (...)

144Une inscription de 374 mentionne un curateur reipublicae, du castellum Biracsaccarensium337. Mais Biracsaccar était une ciuitas à suffètes sous Antonin le Pieux338. Selon Cl. Lepelley, la ville fut probablement réduite au rang d’agglomération secondaire339, mais la mention d’un curator reipublicae dans une agglomération pré-municipale étonne. Nous pensons donc qu’il est plus prudent de rejeter cette possibilité, et d’admettre que ce castellum n’est autre que le chef-lieu de la ciuitas.

• (NI ?)Cituses ? : castellum

  • 340 CIL, 26585— ---/ [---] M. trib. leg. V Macedonicae [---] / [---] t. praeposito vexillationi [---] / (...)
  • 341 L. Maurin nous informe de l’incertitude de cette lecture et nous propose CHVSVM, CILVSVM OU CLIVSVM

145Ce castellum est connu par une inscription fragmentaire de Dougga340. La lecture Citusum est apparemment assurée341. Le nominatif pluriel qui doit en dériver serait Cituses, leçon préférable à Nicituses envisagée par les auteurs du CIL. D’après l’editio princeps, un net vacat sépare le N et Citusum.

Sufes – Sbiba : castellum ( ?)

  • 342 CIL, 11467 ; ILS, 6834 — M(arco) Gentio Quar/to ciui castelli / Suf(etani), M(arcus) Gentius Quarti (...)
  • 343 CIL, 11421 : [---] Augg[---] / [---] Aurelia [---] / [---Su] fetana[---] ; Gascou 1982, 197 et n. 3 (...)

146Ce castellum est attesté par une seule mention épigraphique, une dédicace à M. Gentius Quartus par son fils342. Le problème que pose cette inscription vient de la formule ciuis castelli, car en principe les deux notions sont incompatibles : la citoyenneté se marque toujours par rapport à la cité, quel que soit son statut municipal, et non par rapport au pagus, vicus ou castellum. Le manque de documents empêche de se faire une idée claire du statut de la ville. Un fragment d’une inscription indique que Sufes a été dotée de l’épithète Aurelia, ce qui montre qu’elle est devenue colonie343. Mais l’inscription est trop incomplète pour l’identification du conditor.

Sutunurca – Aïn el Asker : castellum ( ?) – civitas

  • 344 ILAfr, 302 : dédicace à Iulia Domna signée par la ciuitas Sutunurcensis d. d. p. p.
  • 345 ILAfr, 300 : Divo Hadriano, patri Imp. Caes. T. Aeli Hadriani Antonini Aug. pii, pontif. max., trib (...)

147L’identification de ce castellum repose sur la relecture due à A. Bechaouch de la célèbre inscription du pagus Fortunalis datée de l’année 209-210. L’auteur affirme que dans l’espace martelé qui précède Sutunurca, on doit lire cast(ello). Or quelques années auparavant, entre 199 et 202, Sutunurca apparaît comme ciuitas344. Une dédicace à Hadrien divinisé gravée en 146345 fait état d’un decretum decurionum, mais ne permet pas de préciser le statut de la ville à cette date. Sommes-nous devant une situation comparable à celle de Biracsaccar ? Nous ne le pensons pas, car le martelage ne peut s’expliquer que s’il était destiné à effacer une erreur commise dans le statut de Sutunurca. Sutunurca devait donc être un castellum au moment du partage (ce qui explique le mot cast.), et devint civitas par la suite, mais à une date indéterminée (ce qui explique le martelage).

Thiges – ( ?) : castellus – civitas

  • 346 CIL, 23165 révisée par P. Trousset 1990, 146-147, incomplète en haut et remployée dans une construc (...)
  • 347 CIL, 23166 Imp. Nerva Caes. Aug. / p. m., tr. pot., cos. III / Q. Fabio Barbaro Valerio Magno / Iul (...)

148Cette localité, dont le nom antique rappelle celui de Degache, aujourd’hui dans les environs de Gafsa, est connue par deux inscriptions. La première (au musée du Louvre) a été trouvée à Gourbata, à mi-chemin entre Gafsa et Kriz346 ; la deuxième inscription provient de Kriz même347. Outre le problème, encore non résolu, que pose la localisation sur le terrain de cette localité, P. Trousset a bien résumé le débat en relevant que dans un laps de temps assez court, entre 83 (date de la première inscription) et 99/100 (date de second texte), Thiges est dite ciuitas puis castellum. Cela veut-il dire que la ville a changé de statut ? Ou bien que le castellum n’est autre que le chef-lieu de la ciuitas ? En théorie, les deux solutions sont possibles.

Pagi et ciuitates : du castellum à la “commune double”, le pagus séparé de la communauté pérégrine

  • 348 Ci-dessus, p. 72 sq.

149À la différence de ce que nous avons observé à Uchi Maius, dans la confédération cirtéenne et aux alentours de Sicca, où le pagus constitua la subdivision de base du territoire colonial englobant à la fois citoyens romains et pérégrins du lieu348, nous assistons ici à une séparation juridique, quelquefois aussi géographique, stricte entre les premiers, organisés en pagus et les seconds organisés, en principe, en ciuitas pérégrine ; l’exemple le plus connu est sans conteste celui du pagus et de la ciuitas de Thugga. Nous ignorons les raisons pour lesquelles l’administration romaine a procédé de différentes manières, mais observons qu’aussi bien chez les Uchitani que dans la localité de Ksar Mhijiba colonisés à l‘époque d’Auguste, nous assistons à la création de pagi où les communautés pérégrines furent juridiquement dissoutes ou absorbées.

  • 349 Ci-dessus, p. 99-100.
  • 350 Ci-dessus, p. 62 sq.

150Le cas du pagus Fortunalis est différent, puisque Sutunurca, dont le territoire a été diminué pour servir d’assise aux colons romains, s’est maintenue en tant que communauté organisée, probablement dès le moment du partage, en ciuitas349. Cette situation est presque la même que celle que nous observons chez les Uchitani Minores350, communauté de coloni et anciens vétérans, constitués dans le castellum Uchitanorum. Nous l’avons vu, le résultat du partage des terres a été la constitution de deux pagi séparés. C’est assurément le passé marien qui explique la naissance du pagus d’Uchi Maius et l’octroi aux Uchitani, dans leur ensemble ou plutôt dans leur majorité ( ?), de la citoyenneté romaine. Ce passé n’a pas été le même pour les Sutunurcenses à qui la citoyenneté romaine ne pouvait être accordée à ce moment.

  • 351 Du souvenir de Marius à Thugga, nous ne pouvons invoquer que les rares témoignages que nous ont lai (...)

151Il est fort probable que les coloni Uchitani Minores ainsi que les vétérans du pagus Fortunalis jouissaient de certains privilèges fiscaux que l’administration romaine ne pouvait étendre aux autres, y compris ceux du futur pagus Uchitanorum Maiorum. D’où donc la séparation physique et bien sûr juridique. Cet argument peut expliquer le modèle appliqué à Thugga, commune double, un pagus et une ciuitas vivant pourtant dans le même oppidum. Ici, nous n’avons aucune preuve d’une éventuelle déduction de colons augustéens, mais il est probable que des descendants d’anciens colons mariens351, auxquels se sont ajoutés d’autres colons installés par César et peut-être encore par Octave, constituèrent l’assise sociale du pagus. Ceux-ci devaient être déjà installés dans l’oppidum Thuggense, peut-être sous forme d’un conventus ciuium Romanorum, lorsque le pouvoir impérial décida de les rattacher, sous forme de pagus, à Carthage. Peut-être aussi qu’au même moment, la communauté pérégrine se transforma en ciuitas.

  • 352 Voir le chapitre suivant, p. 119 sq.

152Sur ce point, nous ne pouvons que formuler des hypothèses, mais une conclusion paraît s’imposer : des raisons, d’ordre fiscal essentiellement, ont motivé cette séparation juridique352.

  • 353 Qui a bien voulu me communiquer les photos des deux inscriptions.
  • 354 Aounallah & Maurin 2008.

153Dans ce type d’organisation en commune double, on peut citer les exemples suivants auxquels on ajoutera le pagus et la ciuitas Siviritana, dans le pays de Béja, que deux nouvelles inscriptions découvertes par M. Benjeddou353 et récemment révisées et étudiées354 font connaître. Dougga, l’antique Thugga, est le site le plus connu et le plus documenté.

Thugga – Dougga : pagus et ciuitas (Choix d’inscriptions)

  • 355 Voir ci-dessus, p. 61 sq.

154Avec le pagus d’Uchi Maius, le pagus de Thugga, seul ou en compagnie de la ciuitas, est la localité qui a fourni le plus grand nombre d’inscriptions latines permettant de suivre l’évolution de son statut juridique des origines jusqu’à sa disparition en même temps que se produisait sa fusion avec la ciuitas voisine et homonyme et la naissance du nouveau municipium Thuggense. Nous pensons, sans toutefois disposer de preuves décisives, que le pagus et la ciuitas ont été créés ensemble, sous Auguste, en même temps que fut créé le pagus des Uchitani Maiores355. Comme Uchi Maius, Dougga était très probablement un castellum pérégrin. Des colons y ont été installés et furent organisés en pagus rattaché à la colonie de Carthage. En 205, les deux communes disparaissent officiellement. Dès cette date, Thugga est désormais municipe ; elle devint colonie en 261. Dans cette vie conduisant les deux communes vers le statut d’une seule commune, l’histoire de Thugga a été sans conteste rythmée et animée par les interventions de quelques grandes familles sous l’impulsion desquelles le pagus et la ciuitas, malgré certaines réticences, venant de Carthage ou du pouvoir impérial, verront vaincre le parti de la vraie patria, celui de Thugga dans son ensemble et des Thuggenses. Ces familles sont bien connues : celle de Marcus Licinius Rufus, les familles des Calpurnii, des Gabinii, des Marcii et enfin celle des Anicii, et enfin celle d’Asicia Victoria, contemporaine du changement et, selon toute vraisemblance, sa principale animatrice.

  • 356 Sur ce personnage, cf. toujours la belle monographie de Poinssot 1969.

1551 • En introduction à ce choix épigraphique, nous voudrions commencer par la série de témoignages se référant à M. Licinius Rufus356 et aux membres de sa famille, dont sa grand-mère Viria Rustica et ses affranchis principalement, Marcus Licinius Tyrranus et Licinia Prisca. Six inscriptions publiques les font connaître et révèlent en même temps deux particularités (peut-être aussi d’autres) uniques à Dougga. M. Licinius Rufus est, en l’état des connaissances, l’unique patron de la double communauté durant tout le premier siècle de notre ère. Comme lui, son affranchi, M. Licinius Tyrranus, se distingue aussi par le fait qu’il fut l’unique patron d’origine servile et, en l’état des connaissances, le plus ancien patron du pagus.

  • 357 ILAfr, 559 = ILTun, 1499 = Poinssot 1969, 223-225 (texte F. avec photo) = AE, 1969-1970, 653, incom (...)
  • 358 Ce style fait son apparition à partir des Flaviens et “s’affirme donc dès le dernier quart du ier s (...)
  • 359 Voir la photo dans Poinssot 1969, 224. Mais Bouard et al. 1997, 212 ne tiennent pas compte de ce dé (...)
  • 360 Ci-dessus, p. 126-127.
  • 361 On peut supposer que l’hommage post mortem, destiné certes à honorer un bienfaiteur, mais étranger (...)

156Nous commençons d’abord par le document le plus récent dans la série, celui qui donne l’ensemble de la carrière de notre personnage, restituée avec certitude, et qui, selon l’avis de Cl. Poinssot, est nettement plus tardif que les autres (fig. 10)357. En effet, sa gravure se distingue par ses capitales allongées358, dites africaines, alors que les cinq autres inscriptions le concernant sont gravées en belles lettres carrées, si caractéristiques du premier siècle359. On peut admettre avec Cl. Poinssot qu’il s’agit là d’une restitution tardive, mais, en ce cas, il n’y a aucune raison de croire que le vocabulaire restitué n’est pas une copie conforme de l’original comme nous sommes conduit à le penser pour la dédicace à Passienus Rufus par les Thuggenses360. D’un autre côté, on peut aussi penser que l’hommage à M. Licinius Rufus lui a été adressé post mortem, mais on ne sait combien d’années après sa mort361.

  • 362 Suivant ce texte, l’ala Bosphorana a été créée au plus tard en 54 p.C. ; cf. Poinssot 1969, 227-229
  • 363 Nous préférons Vénus parce que, comme celui-ci, l’autre texte qui mentionne cette divinité a été tr (...)
  • 364 Cérès est clairement indiquée sur une inscription du théâtre CIL, 26464 = AE, 1969-1970, 648 = Poin (...)
  • 365 CIL, 26603 = AE, 1969-1970, 649 = Cl. Poinssot, 1969, p. 223-225 (texte B avec photo) : [Cer vel Ve (...)
  • 366 ILAfr, 559 = AE, 1969/1970, 652, DFH, 69, p. 181-182 [Ti(berio) Claudio Caesari Aug(usto) Germa] ni (...)
  • 367 Suivant en cela les étapes de la dédicace à Cérès ou à Vénus et l’hommage (posthume ?) par le pagus
  • 368 M. Licinius Rufus n’a pas été magistrat à Carthage, ce qui semble indiquer qu’il n’était pas citoye (...)
  • 369 Commentaire de DFH, 69, p. 182 : “si, ce qui est fort vraisemblable, deux curateurs de l’exécution (...)
  • 370 On notera au passage que la ciuitas est impliquée dans la dédicace du temple de Mercure et de la pl (...)
  • 371 Ci-dessus, p. 107, no 12.
  • 372 Ci-dessus, p. 109, no 22.

157Cette carrière qui le qualifie, dans l’ordre reproduit par l’inscription, de praefectus alae Bosphoranae362, flamen perpetuus Augusti et patronus pagi et ciuitatisest aussi évoquée par une autre inscription dédiée à une divinité (fig. 11)363 : Cérès364 ou Vénus365 (ce que nous préférons). Mais la seule inscription datée avec précision de l’année 54, célèbre la construction du marché366. Elle donne aussi la carrière de M. Licinius Rufus à ce moment, mais l’inscription est incomplète à gauche et ne permet d’identifier clairement que deux étapes de son cursus : la préfecture de l’ala I Bosphorana et le flaminat d’Auguste perpétuel de la colonie de Carthage. Entre les deux, Cl. Poinssot place une longue restitution incluant le patronat du pagus et de la ciuitas Thuggensis367 et portant du coup, sans compter les espaces et les signes de séparation, le nombre des lettres de la ligne 4 à environ une soixantaine, alors que les lignes précédentes ne contiennent que 39 lettres pour la troisième, 29 pour la seconde et 30 pour la première. Évidemment, c’est une restitution qu’on ne peut accepter, d’autant plus que Cl. Poinssot admet que les lettres de la ligne 4 sont plus hautes (7 cm) que celles de la ligne précédente (6 cm). Par ailleurs, il paraît peu probable qu’au moment où M. Licinius Rufus était patron des deux communautés, il ait dédié un monument à une seule d’entre elles ! On peut certes penser qu’il le fait parce qu’il est membre du pagus, éventuellement carthaginois, mais, comme on peut le déduire de l’absence de la tribu (l’Arnensis) sur l’ensemble des inscriptions qui le concernent, cette appartenance n’apparaît nulle part368. Nous nous permettons de hasarder une restitution qui comporte de nombreuses difficultés : au lieu de restituer le patronat conjoint, on restituera plus économiquement [ciuitati et p]ago dedit… Tous les spécialistes, et nous sommes d’accord avec eux, diront que lorsque les deux collectivités sont impliquées, c’est toujours le pagus qui est mentionné en premier lieu. Mais le détail piquant dans cette inscription, et cela a été remarqué par Z. Ben Abdallah dans le commentaire qu’elle en a donné369, provient de la mention des deux curateurs (ou magistri ?) concluant l’inscription : tous les deux devaient porter les tria nomina comme le montre leur filiation par le praenomen du père. Le premier, inscrit dans la Quirina, est peut-être issu de la ciuitas, le second, inscrit dans l’Arnensis, doit être citoyen de Carthage. Cette préséance inhabituelle d’un tribule de la Quirina suffit-elle à expliquer, voire à admettre, la préséance, elle aussi inhabituelle, mais compréhensible pour l’époque, de la commune à laquelle il appartenait ? Peut-être aussi le monument fut-il construit sur un terrain appartenant à la ciuitas370 ? On peut penser que le premier curateur est membre de la ciuitas comme l’est très probablement Asicius Adiutor, connu par la dédicace du temple II de Minerve, dont le nom est placé avant l’autre curateur M. Terentio Gell[---]371. Dans tous les cas, il est difficile de donner un sens à cette préséance, mais force est de constater que la ciuitas est impliquée dans l’affaire, comme elle le sera plus tard, sous Commode372, mais on ne sait de quelle manière.

  • 373 CIL, 26519, ILAfr 519, DFH, 25, p. 65-67 Imp(eratori) Ti(berio) Caesari A[ugusto sacr] um / curator (...)

158Le dernier document373 mentionnant notre personnage date du règne de Tibère, mais nous ne savons pas à quelle date exactement il a été gravé. On voit l’affranchi M. Licinius Tyrranus, patron du pagus, assumer à ses frais la reconstruction et la restauration de bâtiments incendiés : il a refait le décor d’une aedes ( ?), a élevé des statues et a remplacé les boiseries.

159L’inscription demeure obscure sur quelques points : la date de sa gravure, le rôle de Viria Rustica et enfin le sens à donner à l’intervention en tête du curateur carthaginois comme au patronat détenu par l’affranchi M. Licinius Rufus.

  • 374 Voir Poinssot 1969, 221 qui, malgré les difficultés que cette hypothèse impose, croit qu’il est “pl (...)
  • 375 L. Maurin (DFH, 25), à son tour, retient cette date de 54 : “Le monument a été consacré à Tibère vi (...)
  • 376 C’est la date établie de la 38e puissance tribunicienne de Tibère ; cf. Lassère, Manuel, p. 1000.

160D’abord, la date de la gravure du texte que beaucoup374, y compris L. Maurin375, placent après l’inscription suivante (no 2) qui s’insère dans une étroite fourchette chronologique comprise entre le 1er juillet 36 et le 16 mars de l’année suivante, date de la mort de Tibère376. On s’accorde même à la dater du principat de Claude, en 54 ( ?). Or, nous devons observer que la présente dédicace ne donne que le flaminat, dont la restitution s’impose à cause de la fin de la troisième ligne, [C• C•] I• K• en complément indiquant le lieu d’exercice de la prêtrise. Mentionné seul, le flaminat doit être la première étape de la carrière de M. Licinius Rufus puisque la lacune ne peut pas contenir un autre honneur tel que patronus pagi et ciuitatis.

  • 377 Assez curieusement, Poinssot 1969, 228, fait remarquer que le double patronat de M. Licinius Rufus (...)

161Nous pouvons ainsi résumer ce cursus : la préfecture de l’ala Bosphorana a été mise en tête car elle fut la plus importante dans sa carrière et a dû être accomplie au plus tard en 54. Si on accepte notre restitution du cursus dans l’inscription du marché, on doit se résoudre à considérer le patronat du pagus et de la ciuitas comme la dernière étape dans la carrière de M. Licinius Rufus, patronat qu’il exerça après l’année 54. Au moment de la gravure de cette inscription, M. Licinius Rufus était donc seulement flamine de la colonie de Carthage et cette inscription doit être nettement antérieure à 54, date à laquelle (au plus tard) il devint préfet de l’ala Bosphorana, puis enfin patronus pagi et ciuitatis377.

  • 378 NAMS, 21, 226. cf. aussi Poinssot 1969, 221.
  • 379 Solution toutefois retenue par L. Maurin dans sa traduction de l’inscription (DFH, 25, p. 66).
  • 380 Car l’ablatif pluriel datis est plus correct. Cf. art. Datum, le Grand Gaffiot, dictionnaire latin- (...)
  • 381 Sur le passage de l’abstrait au concret des substantifs latins en-tia, -tus, tio etc. cf. A. Ernout (...)
  • 382 [---]G. dato… La lettre G. pouvant être une abréviation pour plusieurs mots : Aug., Thugg., mag. et (...)

162L’autre problème concerne le rôle de Viria Rustica qui n’est pas défini à cause de la lacune, longue de 15 à 20 lettres selon Cl. Poinssot. Rustica a certainement participé à la construction du monument : elle a pu en effet donner le terrain, comme le pense L. Poinssot378, ou payer le monument, objet de la présente rénovation. Observons d’abord que le groupe Viriae Rusticae… aviae est soit un datif, soit un génitif. Dans le premier cas379, c’est une solution de désespoir, comme le reconnaît L. Maurin, car “le sens donné à ce passage est ici peu convaincant”, voire incompréhensible. Il faut alors envisager l’autre solution, mais, en ce cas, il faut interpréter dato comme un ablatif de datum – solution qui, elle aussi comporte des difficultés380, mais qui nous paraît préférable – et non comme un participe du verbe dare : ce monument pouvait donc avoir été construit auparavant “avec une dation381 de Viria Rustica…”. Dans tous les cas, nous ne pouvons envisager aucune solution acceptable pour la lacune précédant dato Viriae Rusticae, comme, surtout, pour la fin du mot placé immédiatement avant382.

  • 383 Poinssot 1969, 220-221 et L. Maurin dans DFH, p. 66.

163L’implication dans l’affaire de M. Licinius Rufus s’explique doublement : le rôle de sa grand-mère dans la première construction, ensuite le caractère religieux du monument (une aedes) et son lien avec la famille impériale, comme semble le prouver l’incipit de l’inscription et la singularité de sacrum après le nom de Tibère383, qui nécessite l’intervention, directe ou indirecte, du prêtre du culte impérial de la colonie.

  • 384 DFH, p. 67 : “mais la colonie est représentée pour marquer de son sceau les actes publics du pagus(...)
  • 385 C’est le point de vue de Cl. Poinssot et plus récemment de L. Maurin, cf. le commentaire de DFH, 25

164Le dernier point enfin, concerne la présence du curateur L. Vergilius Rufus en tête qu’on explique par son origine carthaginoise et que l’on déduit de sa tribu l’Arnensis384. L’intervention d’un curateur carthaginois au lieu d’un duumvir pour la dédicace s’expliquerait par le fait qu’il s’agit de la restauration d’un ancien monument, le templum Caesaris, désigné ici par le terme aedes, qui a déjà fait l’objet d’une dédicace385. Mais cette particularité doit s’expliquer autrement à notre avis. L’intervention du premier magistrat de la colonie ne s’imposait peut-être pas, parce qu’elle n’était pas encore dans les usages et conforme aux rapports liant le “jeune” pagus à la colonie mère. Cette hypothèse se justifie, à notre avis, par la détention du patronat du pagus par un affranchi, une particularité que nous ne rencontrerons plus jamais à Dougga et pour laquelle une datation précoce s’impose ; Marcus Licinius Tyrranus est peut-être le premier patron du pagus. Le statut du pagus se déduit du statut de ses responsables !

  • 386 On peut aussi penser qu’elle est antérieure ou proche de l’année 24 date à laquelle la lex Visellia(...)
  • 387 Ce templum Caesaris existait déjà, puisque l’inscription suivante signale le dallage de la cour qui (...)

165Au total donc, cette inscription est forcément antérieure à 36/37386 ; l’aedes dont il est question pourrait avoir été construite dans les premières années du règne de Tibère, puis elle aura fait l’objet de restauration plus tard. L’équivalence de cette aedes et du templum Caesaris387 dans l’inscription suivante est possible, mais c’est là une simple hypothèse.

  • 388 ILAfr 558, DFH 23, p. 60-62 Imp(eratori) Ti(berio) Caesari, divi Aug(usti) f(ilio), Aug(usto), pont (...)
  • 389 Peut-être originaire de l’île de Chio (d’où Chius), nous dit J. Desanges.
  • 390 Cf. aussi Christol 2005, 171.

1662 • La première mention datée avec précision du pagus (Thuggensis) remonte à Tibère et se lit sur une inscription gravée en l’année 36/37 de notre ère388. L’hommage est dédié par un citoyen et magistrat de Carthage où il a été duumvir ; son exécution est revenue à un autre citoyen de Carthage389, patron et probablement membre du pagus qui a assumé les frais du pavage du forum et de la cour devant le temple du prince au pouvoir (templum Caesaris)390, la construction de l’autel de l’Auguste, du sanctuaire de Saturne et d’un arc. L’intervention du magistrat carthaginois pour dédier l’inscription montre l’appartenance du pagus à la colonie mère de Carthage.

  • 391 CIL, 26475 ; DFH, 68, p. 179-181 [---sac]rum / L(ucius) Iulius, L(ucii) f(ilius), Cor(nelia) Crassu (...)

1673 • En 36/41 ( ?), une inscription commémore la construction d’un temple ; on ignore à quelle divinité il a été voué. L’inscription est dédiée par un magistrat de Carthage et patron du pagus, L. Iulius Crassus. C. Pomponius Restitutus a assumé les frais de la construction391.

  • 392 CIL, 15503, ILAfr, 520, DFH, 24, p. 62-64 [[Imp (eratori) Ti(berio) C[l]audio Caesari A[ug(usto), [ (...)

1684 • On retrouve le même L. Iulius Crassus sur la dédicace de l’arc de Caligula [37-41], martelée puis regravée pour Claude en 43. Cette fois, c’est un magistrat de Carthage, également patron du pagus qui assume les frais de la construction392.

  • 393 CIL, VIII, 26517 ; ILPB, 224 ; DFH, 46, texte commenté et analysé ci-dessus, p. 37 sq.

1695 • Jusque-là, la communauté pérégrine n’apparaît de façon assurée sur aucun document. Elle est attestée explicitement et pour la première fois (avec le pagus) en l’année 48/49 dans la célèbre dédicace au divin Auguste et à Claude393 en 48/49.

  • 394 État de la question dans DFH, 3, p. 21-22.
  • 395 AE, 1997, 1655 Minervae Aug(ustae) Sacr(um) / ex testamento Q(uinti) Vinnici, Q(uinti) fili, Arn(en (...)

170Les témoignages épigraphiques deviennent très rares après Claude. Néron est absent et pour la période flavienne nous n’avons que la dédicace à Vespasien et à ses fils, Titus et Domitien, révisée par M. Christol394 mais qui ne nous renseigne guère sur les institutions de Dougga. Il faut attendre la fin du premier siècle ou le début du second siècle, qui voit la ville comme son épigraphie fleurir. À cette époque, on assiste à la construction du premier temple de Minerve (fig. 12)395. Le pagus n’est pas concerné, mais le texte est intéressant parce qu’il mentionne pour la première fois un patron de la ciuitas seule, en la personne de Q. Vinicius Genialis, citoyen et magistrat de Carthage. Genialis offre par testament à la cité la somme de 10 000 sesterces amputée du 20e du peuple Romain, taux conforme à l’impôt sur les héritages. Les dons testamentaires faits à la cité étaient donc imposables ce qui n’était pas le cas des dons de même nature qui profitaient au pagus. Un autre patron et curateur est mentionné à la fin, Q. Marius Perpetuus, mais il ne doit pas être carthaginois, comme on peut le déduire de l’absence de mention de sa tribu.

  • 396 AE, 1963, 94 = DFH, 50, p. 145-147 texte commenté dans notre dernier chapitre, p. 121 sq.

1716 • En effet, entre 102 et 112, une célèbre inscription rappelle que la pertica de Carthage et donc ses dépendances, comme Thugga, jouissait de l’immunité396.

  • 397 CIL, 1479 = DFH, 4, p. 23-24.

1726 bis• En 117, dans les premiers mois de son principat, Hadrien est honoré par la seule ciuitas :… ciuitas Thugge. d. d. p. p.397.

  • 398 CIL, 15520 = 26467 = 26469. = DFH, 27, p. 69-71 : Pro salute Imp(eratoris) Caesaris Traiani Hadrian (...)
  • 399 ILAfr, 568 ; DFH, 59, p. 159-160 A (ulo) Gabinio, Quir(ina), Dato p(atri), / flam(ini) Aug(usti) pe (...)
  • 400 ILAfr, 569 = DFH, 77. Une autre dédicace, ILTun, 1513, lui a été élevée par la suite ; elle détaill (...)
  • 401 ILTun, 1512 = DFH, 76, p. 195-196.
  • 402 DFH, 75, p. 194-195. Stemma de cette famille dans Brouquier-Reddé & Saint-Amans 1997, 180.

1737 • Entre 117 et 138, A. Gabinius, Quir., Datus, patronus pagi et ciuitatis et son fils M. Gabinius, Quir., Bassus, flam(en) Au[g(usti) perp(etuus), p]atronus pagi et ciuitatis, offrent les temples de la Concorde, de Frugifer et de Liber Pater sur un terrain leur appartenant. À la fin, on lit les noms des curateurs, sans doute quatre398. Il est encore honoré par les conductores des praedia de la regio Thuggensis399 ; c’est l’un de ses fils, M. Gabinius Bassus, qui fut curateur de l’hommage. Le pagus et la ciuitas honorent également les deux fils : A. Gabinius Datus, qui a été flamine du divin Titus et patronus pagi et ciuitatis400 et M. Gabinius Bassus, inscrit dans la Quirina, flamine d’Auguste perpétuel et patronus pagi et ciuitatis401. Gabinia Beata épouse du père, a été honorée par son petit-fils, Q. Marius Rufinus402 ; les curateurs de la dédicace portent les duo nomina : Gabinius Priscus et Gabinius Honoratus (curatoribus : Gabinis Prisco et Honorato).

  • 403 ILAfr, 521 ; DFH, 29, 73-80.

174Plus tard, sous Antonin (entre 138 et 161), Q. Gabinius, M. fil., Quir., Felix et ses fils offrent à leur patrie, le pagus, le portique du forum : des colonnes, des charpentes, plafonds et toute l’ornementation des parois ( ?) :… porticus fori [co]lumnis et contign[ati]one et lacunaribus omniq. cultu parietum sua [pecunia ornat]as, pago patriae ded403.

  • 404 CIL, 26471, cf. ILTun, 1392 = DFH, 136, p. 264-267 : Fortunae Aug(ustae), Veneri Con[cordiae], Merc (...)

1758 • Entre 119 et 138, Q. Maedius Severus, patronus pagi et ciuitatis, offre le temple de la Fortune, Vénus-Concorde et Mercure. Magnius Primus Seianus en a été curateur (cur[at]ore…)404.

  • 405 ILAfr, 556a.

1769 • En 138, le pagus et la ciuitas élèvent ensemble une base à Antonin (pagus et ciuitas Thugg., d. d. p. p.)405.

  • 406 CIL, 26615 Sex(to) Pullaieno, Sex(ti) f(ilio), / Arn(ensis), Floro Caeciliano,/ praefecto iur(e) di (...)

17710• Vers 140, Sextus Pullaienus Florus Caecilianus, citoyen et magistrat de Carthage et patron du pagus et de la civitas, a été honoré d’une base de statue. Deux curateurs sont mentionnés à la fin du texte : le premier porte les tria nomina, l’autre est porteur des duo nomina. On note la mention d’un decretum decurionum et d’une pecunia publica406.

  • 407 ILAfr, 560a = DFH, 24.

17811• Entre 145 et 147, le pagus et la ciuitas élèvent une base à Marc Aurèle César (pagus et ciuitas Thuggens., d. d. p. p.)407.

  • 408 CIL, 26525 et ILAfr, 522, complété par Saint-Amans 2004, 342 (lecture modifiée) Pro s[alute] Imp(er (...)

17912• Entre 138 et 161, Iulia Paula Laenatiana, offre pour l’honneur du flaminat le deuxième temple de Minerve sur un terrain lui appartenant (solo priuato). Sophie Saint-Amans, qui vient de publier ce texte avec de nouveaux compléments, propose la lecture suivante : [---et ob dedicatione]m pago et ciui[tati decu] rionibus sportulas et [universi populo] gimnasium et epulum dedit. Elle traduit ainsi cette séquence : “le jour de la dédicace, elle a offert des sportules aux décurions du pagus et de la ciuitas…”. Évidemment, il y a lieu d’expliquer différemment le couple pago et ciui[tati--- (au datif, et non pas au génitif), au profit du pagus et de la ciuitas et de comprendre, par conséquent, que les deux communautés sont les bénéficiaires du don, c’est-à-dire, du temple de Minerve408. Le jour de la dédicace, elle donne aux décurions du pagus et de la ciuitas des sportules, et au peuple ( ?) de l’huile pour le bain et un banquet.

180Le texte se termine par la mention des deux curateurs : Asicius Adiutor et M. Terentius Gell…. On remarque ici une pratique inhabituelle à Thugga, rappelant la dédicace du marché par M. Licinius Rufus : le premier curateur mentionné est porteur des duo nomina. Cette préséance doit s’expliquer par le fait que Iulia Paula Laenatiana ainsi que le premier curateur du monument sont originaires de la ciuitas.

  • 409 Aounallah & Ben Abdallah 1997.
  • 410 AE, 1997, 1650 [Faustino ?] Felicis Sidiathonis filio, flam(ini) Aug(usti) perp(etuo), ciuitas Thug (...)
  • 411 AE, 1997, 1651 = DFH, 74, 192-193 Calpurnio Faustino, Faustini filio, flamini Aug(usti) perp(etuo), (...)
  • 412 AE, 1997, 1653 M(arco) C[alpur]nio Fau[ustino, ci]uitas Th[ugg(ensis)] patrono, o[b] merita et ip[s (...)
  • 413 CIL, 26527 = ILTun, 1404 Pro sal[ute I]mperatoris Caesaris M(arci) Aurel[i Anto] nini Augusti Ar[me (...)
  • 414 CIL, 26594 Q(uinto) Calpurnio, Papiria,/Rogatiano, patrono pagi / [e]t ciuitatis Thuggensium / [p]r (...)

18113• Dans un article récent409, nous avons étudié l’ensemble de la documentation épigraphique relative à la famille des Calpurnii. D’origine pérégrine, donc citoyens de la ciuitas, ils ont pour ancêtre un certain Sidiatho(n). La majorité des descendants ont géré des charges dans la ciuitas qui les a honorés en retour : Faustinus410 (?) et son fils, Calpurnius Faustinus411, qui s’est distingué en vendant du blé au-dessous du cours de l’annone, furent seulement flamines (dans la ciuitas ?) ; le fils de ce dernier est connu comme patron de la seule ciuitas412. Deux autres membres se distinguent : un certain L. Calpurnius [---], donateur du temple de Dar Lachhab en 163-164 pour la ciuitas413, et Q. Calpurnius Rogatianus (166-169) qui a intégré l’ordre équestre et géré le double patronat du pagus et de la ciuitas414.

  • 415 CIL, 26526 = DFH, 6, p. 25-26.

18214• Entre 164 et 169, le pagus et la ciuitas élèvent une base à Antonin divinisé (pagus et ciuitas Thuggensis, d. d. p. p.)415.

  • 416 CIL, 26532 = DFH, 8, p. 28-29.

18315• Peut-être au même moment, Faustine la Jeune est honorée par le pagus et la ciuitas (pagus et ciuitas [T]hugg. d. d. p. p.)416.

  • 417 CIL VIII, 26528b, DFH, 51, p. 147-149 [Imp(eratori)] Caesari M(arco) Aurelio Anto/[nin]o Aug(usto), (...)

18416• Le principat de Marc Aurèle constitue une période importante pour les deux communes : en 168, le pagus obtient le droit de recevoir des legs417 et, peut-être au même moment, ou peu après, la ciuitas reçut un privilège du prince et s’appela désormais ciuitas Aurelia.

  • 418 CIL, 15513-4, DFH, 31-32, p. 87-90.
  • 419 CIL, 26606, ILS, 9364, ILTun, 1434, DFH, 33, p. 90-92 P(ublius) Marcius, Q(uinti) f(ilius), Arn(ens (...)
  • 420 C’est ainsi que nous préférons identifier le bénéficiaire du capitole de Numluli(s), le pagus et la(...)
  • 421 CIL, 26609 = DFH, 83, p. 207-209 [L(ucio] Marcio, Q(uinti) f(ilio), Arn(ensi) Simplici, [pa]trono p (...)
  • 422 CIL, 26605 = DFH, 81, p. 203-205 Q(uinto) Marcio, Quir(ina), Maximo, ob munificentiam L(uci) Marci (...)
  • 423 CIL, 26604 = DFH, 82, p. 205-207 C(aio) Marcio, Q(uinti) f(ilio), Arn(ensi), Clementi, flamini diui (...)

18517• Entre 166 et 169, deux gros chantiers animaient la vie quotidienne à Thugga : ceux du capitole et du théâtre. Le premier fut offert par un père et son fils, L. Marcius Simplex et L. Marcius Simplex Regillianus418 ; le second par P. Marcius, Q. f., Arn. Quadratus419. Dans le premier cas, le destinataire de l’acte évergétique n’a pas été précisé ; mais le théâtre a été construit pour la patrie du donateur, patriae, sans que celle-ci soit désignée. Il faut comprendre que, dans les deux cas, les évergésies sont destinées au pagus et à la ciuitas réunis420. Différents hommages furent adressés au même moment aux membres de cette famille : l’un à la vedette de sa lignée, le donateur du capitole, Lucius Marcius Simplex421, l’autre, au père alors décédé, Q. Marcius, Quir., Maximus422 ; le troisième, au troisième fils, Caius Marcius, Q. f., Arn., Clemens. Tous ces hommages furent effectués par le pagus et la ciuitas Thuggensis423 et par les soins des mêmes curateurs : C. Modius Rusticus, L. Nummius Honoratus, Iulius Macer, Sallustius Iulianus. À travers leur libellé, tous mentionnant le lien avec L. Marcius Simplex, à l’endroit où ils ont été déposés, le théâtre, ces hommages étaient destinés à honorer les principaux bienfaiteurs de Dougga : les donateurs du capitole et du théâtre.

  • 424 AE, 1999, 1843, CIL, 26610 :---/ [in sol]acium L. Marci / [Sim]plicis Regilli[ani princ]ipis et pat (...)
  • 425 L. Poinssot, NAMS, 21, p. 4-5.
  • 426 Car ce Macius Simplex Regillianus peut fort bien être patron de la ciuitas. Cf. Poinssot 1962, 70, (...)
  • 427 AE, 1966, 510 = DFH, 48, p. 143-144 : Iulio Felici Candidi f(ilio), principi ciuitatis, ciui bono [ (...)
  • 428 Gascou 1999.
  • 429 CIL, 6710 = ILAlg, II, 3611 = ILS, 6863, ci-dessus, p. 92-93.
  • 430 Ci-dessus, p. 134-135.

18618• Parmi ces Marcii, L. Marcius Simplex Regillianus, est dit, sur une inscription incomplète424 et restituée par L. Poinssot425, [---princ]ipis et patr[oni pagi] Si cette restitution est exacte426, on aurait là l’unique mention d’un princeps pagi, comme c’est le cas dans la ciuitas où nous ne trouvons qu’une seule attestation d’un princeps ciuitatis427. Observant que cette fonction “apparaît comme un hapax institutionnel”, J. Gascou428, en s’appuyant sur plusieurs parallèles, propose de restituer non pas [princ]ipis, mais [munic]ipis. Mais le seul exemple qu’il cite et qui est digne d’être rapproché du texte de Dougga provient du castellum Tidditanorum et se lit sur une dédicace429 à Q. Sittius Faustus, magistrat des colonies de Rusicade, Mileu et Chullu qui lui a été offerte par ses municipes, c’est-à-dire ses concitoyens à lui et non pas les municipes du castellum. Municeps, qui signifie bien citoyen (ciuis) d’un municipe ou d’une colonie, ne peut aucunement qualifier un membre du pagus430.

  • 431 CIL, 26579 ; DFH, 64, p. 171-172 M(arco) Paccio Sil-/vano Coredio / Gallo L(ucio) Pullaie/no Gargil (...)

18719• M. Paccius Silvanus Coredius Gallus L. Pullaienus Gargilius Antiquus, consul désigné en 161 ou au plus tard en 162, fut patron du seul pagus lequel l’a honoré d’une base de statue. L’inscription fut probablement gravée après la construction du théâtre où elle a été déposée (sans doute dès sa gravure). On note la mention d’un decretum decurionum et d’une pecunia publica ainsi que la mention d’un curateur431.

  • 432 DFH, 36, p. 102-109 = AE, 2000, 1726 [pro salute Imp(eratoris) Caesaris M(arci) Aureli Commodi Anto (...)

18820• Entre 184 et 187, la civitas Aurelia Thugga fait construire à ses frais un aqueduc qui aboutit aux citernes de Aïn el-Hammam et à un nymphée situé près du temple des victoires de Caracalla432. La dédicace du monument est faite par le proconsul d’Afrique, M. Antonius Zeno.

  • 433 ILAfr, 524 = DFH, 9 :… pagus et ciuitas [[Aurelia]] [Thugga, d. d. p. p. ?].
  • 434 DFH, 9 et photo p. 30. L. Maurin, dans le commentaire qu’il donne de l’inscription (p. 31), note qu (...)

18921• En 184, Commode est honoré par le pagus et la ciuitas433 ; après ciuitas, on voit nettement un martelage qui, pense-t-on434, ne peut affecter que le titre Aurelia qualifiant la ciuitas.

  • 435 Le temple de Mercure est connu par de nombreuses inscriptions : notamment ILAfr, 523 (complément à (...)
  • 436 ILAfr, 517 ; Saint-Amans 2004, 332, no 66.

19022• En même temps, on assiste à un autre gros chantier dans le quartier du forum : la construction du portique du marché et de la place de la Rose-des-Vents pour le pagus, entre 184 et 192435. Les frais ont été assumés par un couple : un magistrat de Carthage et son épouse à l’occasion de leur flaminat et en exécution d’une promesse faite par leur fils. Les monuments concernent le pagus (pago patriae), mais la ciuitas n’est pas ignorée, puisque les deux notables lui consacrent un revenu de 25 000 sesterces avec les intérêts duquel les décurions de la ciuitas recevront chaque année des sportules. Le jour de la dédicace, des jeux scéniques et des sportules furent offerts aux décurions des deux ordres (… decurionibus utriusque ordinis) et un banquet à tout le peuple (universo populo). En retour, le pagus et la ciuitas Aurelia Thugga leur érigent une base sur le forum où la pierre a été trouvée436. Le texte rappelle les évergésies de la famille gravées dans le cours du texte principal. Un seul curateur est nommé ; il est porteur des tria nomina : Sex. Egnatius Primus.

  • 437 CIL, 27374 corrigée par Gascou 1997, 100 [Diuo C ommodo fratr[i] / [imp. Caes. L. S]eptimi Seueri P (...)

19123• Commode est honoré après sa mort par les décurions du pagus le qualifiant de conservator pagi437. L’inscription est datée par le magister (du pagus) qui semble issu d’un milieu pérégrin, comme le montre sa filiation par le surnom du père.

  • 438 CIL, 26498 ; DFH, 38, p. 111-114 Pro salute imp(eratoris) Caesaris L(ucii) Septimi Seueri Pertinaci (...)

19224• L’année 194/195 est marquée par la construction du temple de Saturne avec une somme totale de 150 000 sesterces, à l’occasion d’un honneur qui n’est pas connu, mais sans doute le flaminat ou le patronat. La dédicace est signée par le pagus et la ciuitas (pagus et ciuitas Thuggensis, d. d. dedicauit)438.

  • 439 ILAfr, 564 = DFH, 12, p. 36-37.
  • 440 ILAfr, 565 = DFH, 13, p. 37-38.

19325• En 201/202, la ciuitas Aurelia honore Plautien439 et Fulvia Plautilla Augusta (ciuitas Aurelia Thugga d. d. p. p.)440.

  • 441 DFH, 53, p. 150-151--- [[f]la[m(ini Diu]]i Aug(usti), i[[n quinque decur(ias) adlecto, sacerdoti Ae (...)
  • 442 DFH, 54, p. 151-153 : [[---o, Q(uinti) fil(io), Arn(ensi), Gabinio Octavio Festo Sufetiano, flamini (...)
  • 443 Sur la damnatio memoriae frappant les notables indignes, cf. Lefebvre 2002.
  • 444 DFH, 128---[[Aesc]]ulapi, ob eximiam eius liberalitatem, pagus et ciuitas Aurelia Thugga, d(ecreto) (...)

19426• Un [ ?] Gabinius Octavius Festus Sufetianus est attesté sous Commode par deux inscriptions martelées, l’une émanant du pagus441, l’autre de la ciuitas Aurelia442. Le martelage a concerné le nom de la personne comme celui de l’Empereur dont le nom a été regravé après la réhabilitation de Commode par Septime Sévère. Mais le nom du notable ainsi que l’ensemble de sa carrière n’ont pas été regravés au début de l’année 195. C’est qu’il a été, sans doute, frappé de damnatio, à la suite d’un crime dont on ignore la nature443. Sans doute, à la même époque, le nom d’un autre notable a lui aussi fait l’objet d’un martelage très soigné. L. Poinssot a démontré qu’il ne pouvait être identifié avec Gabinius Festus Sufetianus, mais compte tenu du martelage, il peut s’agir d’un proche parent de ce dernier dont le souvenir aurait été effacé à la suite de la même affaire. L’hommage à ce notable est signé par le pagus et la ciuitas Aurelia Thugga444.

  • 445 CIL, 26597, DFH, 52, 149-150 [---Ga]binio / [---] / [---] / [---ob merita---Gabini Cl]ementis Clodi (...)

195Un autre Gabinius est honoré pour les mérites d’un membre de sa famille, un certain Gabinius Clemens Clodianus445. Le texte est signé par les décurions du pagus et de la ciuitas ; Gabinius Clemens Clodianus est qualifié de patron et de défenseur de la cause publique, sans doute une cause commune aux deux collectivités, en rapport, selon toute vraisemblance, avec la fusion du pagus et de la ciuitas.

  • 446 CIL, 26592 ; DFH, 72, p. 187-188.
  • 447 CIL, 26589 ; DFH, 71, p. 186-187.
  • 448 CIL, 26590 Asiciae Victoriae / fl(aminicae), Thuggenses ob muni-/[f]icientiam et singula-/rem liber (...)
  • 449 ILTun, 1427 ; DFH, 73a, p. 188-189 Vibia[e Asicia] neti / fl(aminicae) perp[etuae] et / disciplin[e (...)

19627• Asicia Victoria est honorée par son petit-fils, un certain [---]tus Minervian[us, pa]tronus pagi [et ci]uitatis446. Avec son mari, M. Vibius Felix Marcianus, elle éleva une statue pour son père, qui ut l’objet d’un décret officiel : statuam publice decretam447. Elle fut également honorée par les Thuggenses peu avant la création du municipe448. Ici on note l’emploi abusif des termes Thuggenses, respublica et decuriones comme si Thugga n’était à ce moment qu’une seule commune ; ces termes sont en contradiction avec la signature finale : d. d. utriusque ordinis posuer. Le texte doit donc être de peu antérieur à la constitution du municipe. L’hommage le plus intéressant pour notre propos est apporté par une inscription double en l’honneur d’Asicia Victoria et de sa fille, Vibia Asicianes449. Les deux textes furent gravés l’année où Thugga devint municipe, comme le montre la mention de l’uterque ordo qui a décrété la pose des statues et l’intervention du nouveau municipe qui a exécuté l’ancienne décision.

  • 450 CIL, 26622 = DFH, p. 154-157, no 56 [---] Papir(ia ?) [---f]lamini p(erpetuo), ciui et patrono [exe (...)

19728• Vers la même période, un notable inscrit dans la tribu Papiria, qualifié de patron fut honoré d’une statue équestre décrétée dans un premier temps par l’uterque ordo et posée plus tard par le municipium Septimium Aurelium Liberum Thugg(ensium)450.

Agbia — Aïn Hejjaj : pagus et ciuitas

  • 451 AAT, fe. 35, Téboursouk, site no 190.
  • 452 Voir notre discussion supra, p. 68 sq. C’est l’hypothèse de Poinssot 1907, 465, n. 1 qui attire l’a (...)
  • 453 CIL, 15552 = 1550 : respubl[ica] municipi Agbiensium.
  • 454 CIL, 1552. Sa promotion à ce rang pourrait être contemporaine à celle de Thugga par Septime Sévère, (...)
  • 455 Cf. Lepelley 1981, 62-63 et Gascou 1972, 184-185.
  • 456 Ci-dessus, p. 68 sq.
  • 457 Aounallah 2001, 179-183 et Gascou 2003, 241-242.
  • 458 Gascou 1988 qui exclut la présence d’un pagus carthaginois dans cette localité.

198Situé à trois km au sud-est de Thugga451, Agbia était peut-être un castellum dans la dépendance de Thugga452. Sous Antonin le-Pieux, elle est attestée comme pagus et ciuitas. Elle devint municipe au plus tard sous Dioclétien (293-305)453 et l’était sous Gratien (367-383)454. Nous ne savons pas si après cette date elle devint colonie455. Nos connaissances sur le pagus et la ciuitas reposent sur le témoignage unique d’une très belle inscription, mais d’interprétation difficile456, gravée à l’époque d’Antonin le-Pieux (138-161). Nous pensons que ce pagus a été créé tardivement, sous Hadrien ou au plus tard sous Antonin ; avant la création du pagus, Agbia était probablement une ciuitas à deux partes, comme Thignica457, ou une cité pérégrine comprenant une forte communauté romaine, un conventus ciuium Romanorum, comme on est tenté de le penser pour Thuburbo Maius458.

199Quoi qu’il en soit, le statut de cette localité demeure, en l’état des connaissances, difficile à élucider.

Pagus et ciuitas Avense(n)sis

  • 459 CIL, 26157--- [---Aug.] / sac. / pagus et ciu/tas Auense/sis s(ua) p(ecunia) f(ecerunt).

200Le pagus et la ciuitas Avense(n)sis sont signalés par une seule inscription non datée459. C’est probablement une dédicace à une divinité, dont le nom a disparu, faite aux frais du pagus et de la ciuitas.

Numlulitana – Henchir el-Maatria : pagus et ciuitas

  • 460 CIL, 26121 (commentaire de Gascou 1972, 161-162).
  • 461 CIL, 26125 :---/[ ---Ge] rmanici, Sarm[attici---] / [---diui Traiani] Parthici Abnepo[tis---] / [-- (...)
  • 462 CIL, 26219.
  • 463 CIL, 26126 (en trois fragments qui se raccordent) : Pro salute imp. Cae[s. M. A]ureli Severi [… et (...)

201Le pagus et la ciuitas apparaissent en l’année 170 à l’occasion de la construction du capitole par les soins d’un notable local460. À cette époque, les deux communautés vivaient en parfaite symbiose, comme nous le montre l’inscription reproduite ici. Le pagus et la ciuitas existaient encore sous Commode comme le prouve la mention des deux ordines461. Numlulis devint municipe, mais on ne sait pas à quelle date exactement462. J. Gascou pense qu’elle fut promue au même moment que Thugga, sous Septime Sévère, au rang de municipe. Une dédicace à Sévère Alexandre et à Julia Mammea semble le confirmer puisqu’il n’est fait aucune distinction entre les décurions : sportulas decurionibus et univer[so] populo463… Aucune inscription ne fait état d’une colonia Numlulitana.

CIL, 26121

[I]oui optimo maximo, Iunoni Reginae, Minervae Augustae sacrum. / [P]ro salute Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli Antonini Aug(usti) Armeniaci Medici Part(hici) max(imi) pont(ificis) max(imi), trib(unicia) pot(estate) XXIIII, imp(eratoris) V, co(n)s(ulis) III, p(atris) p(atriae), liberorumque eius totiusque domus diuinae. / [L.] Memmius Pecuarius Marcellinus, cum suo et L(ucii) Memm[i] i Marcelli Pecuariani, decurionis c(oloniae) I(ulia) K(arthaginis), flaminis diui Neruae designati, filii sui nomine templum capitoli liberalitate sua / [f]aciendum ex sertertium XX mil(ibus) n(ummum) patriae suae pago et ciuitati Numlulitanae promisset, et ob honorem flamoni Iuniae Saturninae uxoris suae ex decreto utriusque ordinis sertertium IIII m(ilia) n(ummum) in id / opus [e]rogass[et], multiplicata pecunia solo suo extruxit et marmoribus et statuis omniq(ue) cultu exornauit itemq(ue) dedicauit ; ob quam dedicationem decurionibus utriusq(ue) ordinis sportulas / item populo epulum et gymnasium dedit, praeterea exigente annona frumenta quantacumq(ue) habuit populo multo minore pretio quam tunc erat benignissime praestitit ; item ludos scaenicos et gymnasia adsidue dedit : “Consacré à Jupiter très Bon très Grand, à Junon Reine et à Minerve Auguste, pour le salut de l’empereur César Marc Aurèle Antonin, Auguste, Arméniaque, Médique, très grand Parthique, grand pontife, en sa 23e puissance tribunice, salué imperator pour la 5e fois, consul pour la 3e fois, père de la patrie, de ses enfants et de toute la maison divine. Lucius Memmius Pecuarius Marcellinus, comme il avait promis de faire, en son nom et en celui de son fils, Lucius Memmius Marcellus Pecuarius, décurion de la colonia Iulia Carthago, flamine désigné du divin Nerva, le temple du Capitole pour sa patrie Numlulitaine, le pagus et la ciuitas, avec un don de 20 000 sesterces, et comme, à l’occasion de l’honneur du flaminat de son épouse Iunia Saturnina, il avait donné 4000 sesterces pour la même construction, la somme ayant été augmentée, il l’a élevé sur un terrain lui appartenant, l’a décoré de marbre et de statues de tous les cultes et l’a également dédié. À l’occasion de cette dédicace, il a donné des cadeaux aux décurions des deux ordres, de l’huile pour le bain et un repas pour le peuple ; de surcroît, chaque fois que les exigences de l’approvisionnement en blé l’ont réclamé, il a procuré généreusement au peuple autant de (froment) qu’il en avait à un prix bien moindre que le cours alors pratiqué ; en outre, il a constamment donné des jeux scéniques et des gymnasia.” Date : 170

  • 464 Pour le commentaire, voir aussi Gascou 1972, 161.
  • 465 C’est le point de vue de Gascou 1972, 161-162.

202Le texte de l’inscription est particulièrement intéressant464. Sur un point, il rappelle celui d’Agbia : un père célébrant les honneurs rendus aux membres de sa famille, son fils et son épouse, fait construire le Capitole. L’acte évergétique s’adresse patriae suae pago et ciuitati Numlulitanae. La formule pourrait être comprise de deux manières : “au pagus sa patrie et à la cité de Numluli465” ou, ce que nous préférons, “à sa patrie de Numluli, le pagus et la ciuitas”. L’acte évergétique semble en effet s’adresser aux deux communautés de Numluli.

Siviri – Smadih : pagus et civitas Siviritana/Siviritani

  • 466 Benjeddou 2007, I, 42-43 ; II, fig. 6 et 7. Une étude d’ensemble vient de paraître : Aounallah & Ma (...)
  • 467 AAT, Béja (fe. no 18), site no 46.
  • 468 Puisqu’on voit intervenir les mêmes personnages encore en fonction.
  • 469 Caelesti Aug(ustae) / sacr(um) / pagus et ciuitas / Siviritana sua pe/cunia solo publico / posuerun (...)
  • 470 Neptuno [Aug(usto)] / sac(rum) / pagus et ciui/tas Siviritana / sua pec(unia) s(olo) p(ublico) f(ec (...)
  • 471 Aounallah & Maurin 2008, 233-235 :--- [---dedicante L(ucio) Manilio] / L(ucii) f(ilio) Buccone, II/ (...)
  • 472 ILAfr, 558, DFH 23, p. 60-62 et ci-dessus, la notice de Thugga, no 2, p. 105.
  • 473 Ces aspects concernant les relations entre les pagi et la colonie mère sont étudiés ci-dessus, p. 1 (...)

203Cette nouvelle commune double vient d’être identifiée grâce à M. Benjeddou, auteur d’une récente étude comparative sur les régions de Béja et de Kélibia dans l’Antiquité466. Elle est recouverte aujourd’hui par le village moderne de Smadih467 situé à environ 25 km au nord-est de Béja, l’antique Vaga, et suivant la même direction, à environ 17 km de Hr. el-Faouar, l’antique Belalis Maior. Deux dédicaces religieuses contemporaines468, l’une à Caelestis (fig. 14)469, l’autre à Neptune (fig. 13)470, gravées la même année, font connaître le nom de cette localité ainsi que les autorités locales des deux communes, curateurs des deux dédicaces et magistri (du pagus) d’un côté et sufètes (de la ciuitas) de l’autre. Un troisième fragment épigraphique (fig. 15)471, qu’il convient de dater du principat de Tibère, en 36/37, mentionne un duumvir carthaginois, L. Manilius Bucco, personnage connu par une autre inscription provenant du pagus Thuggensis472, qui a dû intervenir dans les deux pagi et la même année pour dédier deux monuments publics. Cette intervention d’un magistrat de Carthage permet donc de rattacher le pagus de Siviri à la pertica de Carthage473.

Thibursicu Bure : pagus et ciuitas ( ?)

  • 474 CIL, 15260 :… lettres incompréhensibles/ [---] ara diui Aug(usti) pago (et non FAC. C. d’après le C (...)
  • 475 En effet, comme Thugga, elle est municipe septimien libre et J. Gascou (1982, 211-212) pense que la (...)

204Située non loin de Thugga, sur une petite voie antique conduisant vers Thibaris, Thibursicu Bure est attesté comme pagus sur une inscription révisée par Lassad Habaiel (fig. 14)474 qui mentionne un autel du divin Auguste construit pour le pagus ; le texte est incomplet et nous ignorons si la ciuitas est impliquée dans cette affaire. Thibursicu Bure pourrait bien être une commune double du type de Dougga, comme on devrait le déduire de l’évolution de son histoire municipale rigoureusement calquée sur celle de cette ville475.

Thigibba Bure

  • 476 Beschaouch, CRAI, 1999, 1042-1045.
  • 477 CIL, 26167. On ne peut tirer aucune conclusion des attestations neutres et non datées de la R. p. T (...)
  • 478 AE, 1999, 1845 : pro Salute… C. Caelius Felix, aedilis, libertatis statuam quam ob mis(s)iliorum ae (...)
  • 479 CIL, 26551, DFH, 57.
  • 480 État de la question dans Gascou 2003, 240-241.

205Pour Thigibba Bure, l’hypothèse a été proposée par A. Beschaouch476. Connue comme ciuitas477, elle apparaît, sous Sévère Alexandre, dotée d’institutions romaines : la questure et l’édilité478. À cette époque, un magistrat, C. Caelius Felix, promit à l’occasion de sa questure une statue de la liberté qu’il érigea plus tard lorsqu’il devint édile. Cette liberté ne peut avoir que deux significations : soit elle est le symbole de la promotion de la cité au rang de municipe ou de colonie, soit elle est en rapport avec l’immunité de la pertica des Carthaginois. C’est la solution qui a la préférence de A. Beschaouch : Thigibba Bure aurait donc pu être constitué d’une ciuitas et d’un pagus qui auraient fusionné à l’époque sévérienne. Ici, comme à Thugga479, la liberté aurait été affirmée par Sévère Alexandre. Ce parallélisme établi par A. Beschaouch, bien que très probable, demeure incertain480.

Vallis : pagus et ciuitas ( ?)

  • 481 CIL, 25827---/ [---] Aureli Antonini [---] / [---] Aug. filio [---] / [---] utriusque ordinis [---] (...)
  • 482 AAT, 27, no 160.
  • 483 AAT, 27, no 169.

206Les pagi et les ciuitates dont nous venons de parler ont en commun le fait qu’ils sont tous situés à l’extérieur de la Fossa Regia, avec une concentration remarquable entre l’oued Siliana à l’est, l’oued Tessa à l’ouest et la Medjerda au nord. La question, encore non résolue, est de savoir si une telle organisation a existé à l’intérieur de la Fossa Regia, en Africa Vetus. Ici, le débat est animé par Vallis où apparaît l’expression uterque ordo, signe évident de l’existence d’une double organisation municipale comme le suggère sans conteste l’exemple de Dougga. Cette expression est attestée sur un fragment d’une inscription481 qui concerne Commode, trouvée au lieu dit Ksar et-Tir, à environ 5 km à l’est de Vallis482 et à 3 km à l’ouest du municipe septimien de Henchir Debbik483.

  • 484 Tissot, Géog., II, p. 319-322, cf. AAT, fe. 27, no 54.
  • 485 Renseignement oral.

207Il paraît peu probable que les ruines de Ksar et-Tir appartiennent à une agglomération antique. Les pierres qui y ont été trouvées sont déposées dans une ancienne ferme coloniale. Certaines proviennent assurément de Vallis (CIL, 1280), d’autres pouvaient provenir des ruines de Henchir Debbik, comme également des ruines de Henchir Aouinia, emplacement probable de la station de Turris que la Tabula Peutingeriana place à 5 milles de Sicilibba et à 12 milles de Membressa484. Ces ruines sont, d’après notre collègue L. Rahmouni, d’une grande étendue et pourraient appartenir à une agglomération antique485.

Autres pagi de Proconsulaire

208On regroupera ici la liste des pagi où n’apparaît ni la mention de ciuitas, ni celle de castellum. Certains devaient appartenir à la pertica des Carthaginois, comme le pagus Assalitanus, non loin de Thugga ; pour d’autres, faute de documentation suffisante il est difficile de les attribuer à une colonie, mais Carthage reste la principale candidate. À l’exception du pagus Assalitanus, ces localités ne sont pas situées dans la zone où se concentre la majorité des pagi de Carthage.

Le pagus Assalitanus

  • 486 Poinssot 1920, 288 ; ILAfr, 501 Ioui Aug(usto) / sacrum / pagus Assalitan-/us u(otum) s(oluit).
  • 487 AAT, I, fe. 30, no 218.
  • 488 Aujourd’hui Aïn el-Babbouch où a été découverte une inscription latine (ILAfr, 500). Mais le site, (...)

209Ce pagus est signalé par une seule inscription découverte par L. Poinssot486 ; aucune autre inscription n’a été découverte sur le site487. Nous ne retenons pas ici l’hypothèse de L. Poinssot qui pense que ce pagus pourrait dépendre de la ciuitas Mizigitanorum localisée par erreur, à notre avis, à 3,5 km à l’est du notre pagus, au lieu dit Aïn el-Babbouch488 Ce serait, si l’on suit cette hypothèse, le district d’une ciuitas indigène, ce qui ne concorde pas avec ce que nous connaissons des pagi et de leur statut de district d’une colonie.

Pagus Di[---] ?

  • 489 CIL, 27398 --- MI…… M….B--- / statuamque [….] / PACIDI [……..].

210Ce pagus n’existe peut-être pas, car son identification repose sur la lecture incertaine d’une inscription incomplète trouvée à Aunobaris489. On doit faire remarquer, si nous sommes réellement en présence d’un pagus, que les lettres DI… ne doivent pas correspondre au début du toponyme. À peu de distance de Dougga, d’Agbia, de Numluli et d’Avensa, le pagus doit avoir le même nom que celui de la communauté près de laquelle il se trouve. Rien n’interdit l’existence d’une commune double à Aunobaris, mais celle-ci est, en l’état des connaissances, très incertaine.

Pagus Fortunalis

  • 490 ILAfr, 301 = Maurin 1995, 111-112 et Beschaouch 1997, 102 (texte ci-dessus, p. 65-66).
  • 491 ILAfr, 303 : Imp. Caes., diui Antonini Aug. Pii fil., diui Hadriani nep., diui Traiani Parthici pro (...)
  • 492 ILAfr, 304 : Fortuna[e Re] duci Au[g.], pro salute [---] / [---] is Aug. [---] / [---] uo enunc[--- (...)
  • 493 Maurin 1995, 124.

211Ce pagus est localisé par l’épigraphie au lieu-dit N’faied, à environ 5 km au nord-ouest de Sutunurca et à environ 20 km à l’ouest d’Uthina. L’acte de naissance de ce pagus est relaté par une inscription490 datant du principat de Septime Sévère qui apprend qu’il a été constitué aux dépens du territoire de Sutunurca, un simple castellum comme Uchi Maius au moment du partage. Les institutions de ce pagus sont connues par deux autres inscriptions. La première, une dédicace à L. Verus de l’année 162491, fait état d’une respublica et d’un decretum decurionum. L’autre, incomplète en haut, mentionne un flamine, père d’un décurion et un decretum decurionum492. Il semble que ce pagus n’a jamais été municipe ou colonie, de même qu’il est absent des listes d’évêchés. On doit constater, à la suite de L. Maurin493, que cinq inscriptions concernant la ciuitas Sutunurcensis ont été trouvées ici. Ce qui pourrait s’expliquer par le fait que le pagus fut rattaché plus tard à la cité qui retrouva alors son territoire d’autrefois.

Pagus Mercurialis

  • 494 Maurin 1995, 107-109.
  • 495 Kienast 152.
  • 496 Maurin 1995, 102-103, avec traduction et photo : Diuo [P(ublio)] Heluio Pertinaci Aug. Pio, p. p. / (...)
  • 497 Maurin 1995, 104-107, avec traduction et photo : Iuliae Domnae Aug. /matri castrorum / matri August (...)
  • 498 Dans Ben Hassen & Maurin 1998, 229.
  • 499 AAT, fe. 28, no 93 ; cf. Maurin 1995, 98-111 et 2003, 81-82.
  • 500 Appelé aussi Sidi Bechir ou Sidi Cherif : AAT, fe. 28, no 22, cf. Maurin 2003, 26-27.

212La plus ancienne mention de ce pagus se rencontre sur une dédicace incomplète à Antonin le Pieux dont ne subsiste que la partie droite494. Une dédicace à Pertinax divinisé, gravée donc après le 9 juin 193495, est dédiée par les pagani pagi Mercurial(is) ueterani Medelitan(i)496. Le pagus est encore attesté sur une dédicace à Julia Domna gravée, ex decreto paganorum pagi Mercurialis veteranorum Medelitanorum, entre 209 et 211497. D’après L. Maurin498, ce pagus doit être localisé au lieu dit Henchir el-Khima, ou à proximité, à moins de 2 km au nord-est, sur le site de Sidi Bou-Argoub499 (et non à Henchir el-Mengoub500) où de nombreuses inscriptions ont été découvertes.

  • 501 Discussion de L. Maurin, dans Ben Hassen & Maurin 1998, 229-231.

213Comme à Sutunurca, ce pagus a été installé, selon toute vraisemblance, sur le territoire d’une agglomération indigène, celle des Médélitains ( ?). Celle-ci, dont on ignore l’emplacement exact, devrait également être recherchée non loin du pagus : soit, tout près, à Sidi Bou-Argoub, soit plutôt à Henchir el-Mengoub501. Nous ignorons tout des origines de ce pagus ; mais la proximité de la colonie julienne d’Uthina d’une part, et du pagus augustéen de la Fortune d’autre part, incite à croire qu’il a également été constitué sous le principat d’Auguste. La dénomination de ces pagi (pagus Fortunalis et pagus Mercurialis) dénonce le caractère religieux et sacré de ces implantations de vétérans, puisque dans les deux cas, c’est une divinité qui en constitue l’élément essentiel.

Pagus Minervius – Bizerte (près de)

  • 502 CIL, 25423 (cf. BAC, 1894, p. 238, no 22 = CMA, p. 90, no 414 et p. 116 no 1 (avec photo)) : Tesser (...)

214Ce pagus est attesté sur une tessère en bronze502 dotée d’un anneau de suspension, trouvée dans un vase, lui aussi en bronze, dans le lac de Bizerte (14,5 x 7,7 x 0,5 cm). Cette tessère est gravée, d’après Gauckler, en caractères archaïques. Nous ignorons où se trouve ce pagus.

Pagus N…, Slouguia (près de)

  • 503 Gascou 1972, 175.
  • 504 Ciuitas en 195-196 (CIL, 1333), attestée comme municipe en 276-283 (CIL, 1329). La ville pérégrine (...)
  • 505 CIL, 25854---[---] M. [6 l.] diu[---] / [---ob honorem flaminatus] sui ? perp[e] tu[i ?---] / [---] (...)

215Un fragment d’une inscription trouvée près de Slouguia, légèrement à l’est, à l’endroit où l’oued Siliana rejoint le Bagrada, contient la mention unique de ce pagus. Selon J. Gascou503, nous avons peut-être affaire à un pagus juxtaposé à une ciuitas, probablement la ciuitas Chidibbiensis504, localisée par l’épigraphie à Slouguia (AAT, 29, no 82). On doit signaler que la lecture est très incertaine et que ce pagus n’existe peut-être pas505.

Pagus THAC(… ?)

  • 506 CIL, 27416 Cael[---] / arcum cu[m---] / pagus Thac[---] / fecit DD in qu[---] / contuli[---] s[---] (...)
  • 507 AAT, Téboursouk, no 33.
  • 508 ILTun, 1534 = BAC, 1928-1929, 688-693 : Ch. Saumagne suppose (p. 693) “qu’à Aïn-Téki, comme au pagu (...)
  • 509 CIL, 15644 : dédicace à Constantin, signée par le mun. Tac. et CIL, 27460 mentionnant la fin de l’e (...)
  • 510 Ci-dessus, p. 116.
  • 511 Voir le cas de l’oppidum ciuium Romanorum Aptuccensium (Henchir Semmech) et des Aquae Aptuccensium (...)

216Ce pagus est connu par une seule inscription incomplète à droite, trouvée au lieu-dit Aïn-Téki506. Il n’est pas certain que l’inscription provienne de l’endroit où elle a été trouvée et où L’Atlas Archéologique signale les “débris d’un fortin byzantin507”. À peu de distance, à 100 m au sud, on y a découvert, dans les ruines d’une villa, un fragment d’une dédicace à Minerve, pour le salut de Septime Sévère, de Caracalla et de Géta César, qui mentionne un dis[pensator], esclave impérial508. Rien n’indique donc que nous sommes en présence d’une agglomération de quelque importance. L’inscription du pagus pourrait, en effet, appartenir aux ruines de Borj Massoudi situées à environ 15 km au sud, dont le nom antique, Thac., est révélé par deux inscriptions latines509. Mais le nom moderne du lieu de la découverte, Téki, est sûrement l’héritier du toponyme antique Thac. Avec ces deux sites, apparemment homonymes, on peut se demander si nous ne sommes pas en présence d’un pagus installé sur le territoire d’une ciuitas pérégrine, mais loin de son oppidum, comme cela s’est produit avec le pagus Fortunalis510 installé sur le territoire de Sutunurca, mais à environ 5 km de la ville pérégrine. On peut aussi se demander, à cause de la présence d’une source, Aïn-Téki, et de la modicité des ruines qui s’y trouvent, si nous n’avons pas affaire aux Aquae Thac.511, le centre du pagus étant alors à rechercher dans les ruines de Borj Massoudi. Dans tous les cas, le manque de documents ici et là et la présence de Musti à mi-chemin entre les deux ruines empêchent de ranger ce pagus dans une catégorie précise.

Pagus Trisipensis

  • 512 AE, 1955, 127, d’après Quoniam 1953, 150-151.
  • 513 AAT, 19, Zaouiet Medien, no 110.
  • 514 AAT, 19, Zaouiet Medien, no 3 ; description du site par R. Cagnat, BAC, 1901, p. 111 : “ruines de m (...)
  • 515 Avec anticipation de la voyelle d’appui de la liquide *r comme dans Thabraca> Tabarca (nous dit J. (...)
  • 516 On doit toutefois noter que l’inscription de Henchir Terjba n’est visible qu’à partir du nom de Sep (...)
  • 517 Quoniam 1953, 150-151 : “Ce document fournit un second renseignement, non moins précieux : il montr (...)
  • 518 Sur les pagi stipendiariorum, cf. ci-dessus, p. 19 sq.

217Ce pagus est signalé par deux inscriptions trouvées dans deux endroits différents. La première512, incomplète, est gravée sur une base en calcaire trouvée au lieu-dit Kef Terjba, à environ 45 km au sud-est de Thabraca513. L’autre, presque complète et identique à la première par le contenu du texte, mais gravée sur une colonne, a été trouvée à Aïn el-Hammam, à environ 24 km au nord-ouest514. P. Quoniam a fait remarquer que c’est à Kef Terjba qu’il faut situer le centre de notre pagus et non pas à Aïn el-Hammam, ruines qui devaient correspondre à celles de thermes antiques. Cette constatation est, semble-t-il, confirmée par le fait que le toponyme Terjba, “qui ne signifie rien en arabe, semble bien être la déformation de Trisipa515”. On ne sait, pour le moment, expliquer ce double hommage516 rendu à Caracalla. S’agit-il d’un pagus qui n’était pas d’un seul tenant, comme le suggèrent P. Quoniam et J. Gascou517, ce qui laisse penser que différentes copies de l’hommage étaient affichées dans les principaux centres du pagus ? Il est possible aussi que l’inscription de Aïn el-Hammam ait été transportée à partir de Henchir Terjba, car la distance de 24 km entre les deux inscriptions, si elles sont réellement in situ, convient mieux à un pagus de stipendiaires518 qu’à un pagus district d’une colonie.

Pagus Thunigabensis

  • 519 CIL, 14445---/ [---Au]gustae / [s]acrum, [pa]gus Thuniga-/bensis.

218Ce pagus se trouve à 45 km à l’est-sud-est de Thabraca, au lieu dit Aïn-el-Abed, AAT, 18, no 13, à 18 km au nord de Vaga, et à peu près à égale distance à l’est du pagus Trisipensis ; il est connu par une seule inscription incomplète519. Nous ignorons à quelle ville appartient ce pagus.

Pagus… (les environs de Sidi Abd en-Nour, dans le jebel Mansour)

  • 520 Ferchiou 1977, 9 : Dis Caesarum / sacrum, / C. Firmius Heracla, / C. Iulius Tertius mag(istri ) /pa (...)

219Ce pagus est connu par une seule inscription publiée par N. Ferchiou520 qui fait connaître deux magistri pagi élevant aux frais de la collectivité une base aux dieux des Césars ( ?).

Chiniava, pagus puis pagus et ciuitas ?

220Sur Chiniava qui apparaît dans Pline l’Ancien comme un oppidum ciuium Romanorum dont une inscription latine montre qu’elle avait un statut pérégrin ( ?), cf. ci-dessous, p. 40-41.

Notes

1 CIL, 17218 = ILAlg, I, 883 (mention d’un pagus ? dans le municipe de Thagaste, sur un fragment d’une inscription funéraire). Cf. Gascou 1980, 139 et 159, n. 7.

2 Gascou 1983. On se contentera ici de reprendre rapidement les conclusions de J. Gascou qui nous semblent toujours valables et qui nous serviront surtout à proposer le même schéma pour les pagi/castella de Sicca, comme il l’a lui-même pressenti à la fin de son étude, p. 207, n. 267.

3 Beschaouch 1981.

4 Beschaouch 1981, 121.

5 Ces notes s’inspirent pour l’essentiel de notre article paru dans les Actes du colloque de Bastia, Aounallah 2006.

6 Lapis au sens de tesselles de mosaïques suivant TLL, 7.2, col. 249.

7 Gascou 1984a.

8 État de la question dans Gascou 1984a, 115 et discussion dans Jacques 1991.

9 Sur le vectigal, “davantage assimilable à un loyer qu’à un impôt stricto censu”, prélevé sur l’ager publicus lorsqu’il est occupé et exploité par des particuliers, cf. France 2005, 68.

10 Fishwick 1996, surtout p. 33-34.

11 Nous avouons être dans l’incapacité de trancher. Cf. aussi les critiques de J.-M. Roddaz 2003, 191, n. 31, qui fait remarquer qu’il “est difficile de croire qu’entre 42 et 27 a.C., notre homme (Phileros) n’a rien fait”.

12 Gascou 1984a, 119 : “Il est tentant de supposer que ce furent [c’est-à-dire les castella] les localités pérégrines dont le territoire fut en partie assigné à Carthage pour constituer les pagi où résidaient les vétérans italiens et gétules de Marius et où furent aussi, peut-être, installés une partie des nouveaux venus de 29 avant J.-C. Les terres des citoyens carthaginois, donc le territoire des pagi, bénéficièrent de l’immunitas. En revanche, les terres laissées aux ciuitates continuèrent d’être soumises à l’impôt provincial : mais au lieu d’être perçu par les autorités dépendant du proconsul, ce dernier le fut par des magistrats carthaginois, et sans nul doute pour le compte de Carthage elle-même, sans quoi l’intervention d’un prafectus iure dicundo de Carthage ne se comprendrait pas. Octave accorda donc à Carthage un avantage considérable : il transforma ces ciuitates (ou castella) avoisinantes en source de revenus pour la colonie, de la même façon qu’il fit un peu plus tard des deux peuplades des Carni et des Catali les tributaires de la colonie romaine de Tergeste. Le rôle de Phileros fut non seulement de procéder à l’adjudication des impôts dans ces ciuitates (ou castella), mais encore d’établir une rigoureuse séparation entre les terres relevant des ciuitates et celles qui relevaient des pagi”.

13 Nous retenons la relecture dans Uchi Maius 2, préférable à notre avis à celle de A. Beschaouch 2002, 1198 : Ex aequitate imp(eratoris)/Caes(aris) Aug(usti), Phileros/castellum diuisit/inter colonos/et Uchitanos termin(os)-/que constituit. Cette relecture ne résiste pas à la critique (Aounallah 2003, 258-260 et aussi 2006, 28-29). Car les corrections proposées qui portent sur les deux premières lignes dont on ne voyait auparavant que la fin de la seconde [---]ae[---]ileros ne sont guère assurées à cause de la forte usure de la pierre (la photo publiée par l’auteur, 1997, p. 104 ne permet toujours pas de trancher). En fait, la difficulté vient surtout de l’identité de Phileros et de la nouvelle lecture proposée pour la deuxième ligne. Car, depuis T.R.S. Broughton (1929, 64) et jusqu’à J. Gascou (1984a, particulièrement la page 106), on a souvent tendance à considérer comme une seule personne les deux Phileros attestés par notre inscription et par la célèbre inscription de Formiae qui donne l’ensemble de sa carrière (ci-dessus). Cette même inscription a justifié la restitution du nom complet de l’auteur du bornage d’Uchi Maius : [--C]ae[lius Ph]ileros. Or la nouvelle lecture de Beschaouch, si elle est exacte, n’en donne que le cognomen, ce qui nous incite à croire que le Phileros d’Uchi Maius n’est peut-être pas la même personne que celle de Formiae. Là aussi, curieusement, la difficulté n’a pas été relevée par l’auteur de la nouvelle lecture, laquelle, à notre avis, doit être encore une fois révisée. On peut, en effet, penser qu’au moment du bornage, Phileros était simple esclave. L’inscription de Formiae, qui est une dédicace (funéraire ?) à son épouse, Fresidia Flora, et à son ami également affranchi d’une femme, Q. Octavius Antimachus, est destinée à faire étalage de la carrière de Phileros. Elle fut probablement gravée au moment où il devint libertus. Mais il est difficile de croire qu’au moment de la gravure du texte, Phileros était simple esclave ( ?), sauf si on imagine une pénurie d’effectifs de “haut niveau”, obligeant les autorités carthaginoises ou impériales à recourir à des esclaves qualifiés ; Cf. par exemple dans CIL 12637, Carthage = Lassère, Manuel, 2, p. 933, no 506 Diis Manibus sacrum, Didymus, Aug(usti) ser(vus), mensor agrarius, pius uix(it) an(nis) XLVI, H(ic) s(itus) e(st), Iulia Primiginia uxor d(e) s(uo) f(ecit).

14 L’Aequitas figure à Dougga sur CIL VIII, 26487 : Mercurio [et] / Aequitati Aug(usti) [sacr(um)], / P(ublius) Selicius [---] (cf. Saint-Amans 2004, p. 96-98 et p. 338) et sur une inscription d’Oudhna, datable des premières décennies de l’empire, qui vient d’être publiée par A. Beschaouch 2004,15-18 et à propos de laquelle une remarque s’impose. La fin de la première ligne est constituée de la moitié gauche d’un rond que l’auteur interprète comme C. et qu’il fait suivre par F., en quoi il voit C(aii) f(ilius). Nous pensons qu’il n’y a pas de place pour une autre lettre vu leur taille dans la première ligne et le point séparatif qu’il faut placer si on doit inclure la lettre F. Ici il semble préférable de lire un Q. pour Q(uaestor), ce qui complète le cursus de C. Marius ; cf. la photo à la p. 16 qui montre que la fin des lignes 3 et 5 est en retrait à gauche par rapport aux lignes 2 et 4, ce qui pourrait être les cas de la ligne 1. Le texte est assurément ancien comme le montre la dénomination de notre personnage ignorant le cognomen et la tribu. La paléographie plaide aussi dans ce sens. Cependant rien ne justifie la datation proposée (44-27 a.C.) relativement haute. Par ailleurs, l’auteur surexploite la mention de l’aequitas sur cette inscription qu’il rapproche de l’inscription d’Uchi Maius (cf. Uchi Maius, I, et photo, p. 104).

15 CIL, VIII, 15450, 15455, 26270.

16 Sur cette titulature, voir nos remarques dans Aounallah 1996, 1508-1510 et 2003, 259-260 ; divers travaux de A. Beschaouch, en particulier 1997, 98-102 et 2002.

17 Cf. toutefois Christol 2005, 163-166, qui pense que s’agissant d’un souvenir lointain, Augusta peut aussi renvoyer à Octave, remplaçant ainsi Iulia. Sur CIL 25768, Sicca, colonie d’Octave, colonia Iulia…, rend hommage à son conditor en ces termes : divo Augusto conditori… et sur ILAfr, 301, on lit ciues Romani pagani ueter(ani) pagi Fortunalis quorum parentes beneficio diui Aug(usti) agros acceperunt. Ici, en effet, le bienfait peut renvoyer à Octave, mais le cas de Sicca, toujours colonia Iulia et jamais Augusta, comme celui de Thuburbo Maius, qui rappelle dès Septime Sévère qu’elle est colonia Iulia Aurelia Commoda (ILAfr, 267, ILT, 719…) suffisent à ne pas adhérer à cette hypothèse. Cf. aussi nos remarques, p. 151-153.

18 Appelé aussi Henchir el-Khima, le site se trouve à six km à vol d’oiseau au sud-ouest d’Uchi Maius, sur la rive droite de l’oued Akrou ; cf. AAT, 32, Souk el-Arba : “Ruines étendues”. Vestiges d’un temple de Cérès (CIL, 26400). Inscriptions. On trouve selon Carton, Découvertes, p. 277 “une église à triple nef, dont un certain nombre de colonnes sont encore debout et qui est l’édifice de ce genre le plus remarquable de la contrée”.

19 Nat., 5.29.

20 Sur le rapport entre cités et évêchés africains, voir Lancel 1990, qui constate à la page 276, que le nombre des cités excède celui des évêchés notamment en Proconsulaire. La naissance des évêchés s’explique, selon lui, par des facteurs complexes, en particulier par la rivalité des deux églises antagonistes, catholique et donatiste.

21 Voir notre carte, p. 74.

22 Uchi Maius 2, p. 59-62, no 3 et p. 147-153, no 44 et ci-dessous, p. 151-153.

23 En dernier lieu, Gascou 1983, 182, n. 46.

24 Cf. Maurin 1995, 111-112 et Beschaouch 1997, 102.

25 Trois ou quatre lettres qui manquent ; L. Maurin, préfère restituer ciu(itate), mais A. Beschaouch affirme avoir déchiffré les lettres cast(ello). Dans les deux cas, le martelage devait effacer une erreur dans le statut de Sutunurca commise par le lapicide.

26 CIL, 27568 = ILS, 6773 : Diuo Augusto / conditori, Siccenses.

27 Gascou 1983, 176, n. 9.

28 Sur cette colonie cf. désormais Ben Hassen & Maurin 2004, 15-36.

29 Nat., 5. 22, 24, 29.

30 Ci-dessus, p. 37-40.

31 ILAfr, 58 = DFH, 23, p. 59-62 ; ci-dessous, notice de Thugga, p. 105, no 2 : à cette date, on entreprit le pavage du forum et de la cour devant le temple du prince au pouvoir (templum Caesaris), la construction de l’autel de l’Auguste (aram Aug.), du sanctuaire de Saturne et d’un arc.

32 Cf. la notice de Thugga, p. 101-105, n. 1 (révision du dossier épigraphique concernant M. Licinius Rufus). Sur la modestie du pagus Thuggensis dans ses débuts comme sur celle de ses premiers “magistrats” cf. plus loin, p. 123 sq.

33 A. Beschaouch, c. r. de DFH in CRAI, 2000, 1327.

34 Ces détails ont été également relevés par Poinssot 1969, 220-221.

35 Ce sens apparaît clairement dans un passage de Str., Geog., 17.1.12. C. 797 (à propos de l’administration de l’Égypte) : “… Il y a aussi l’idéologue, officier spécialement chargé de rechercher les biens vacants et qui comme tels doivent échoir à César…”, cf. Loriot & Badel 1993, 778.

36 C’est, semble-t-il, entre le principat d’Auguste et celui de Tibère que l’autel de la Gens Augusta fut construit à Carthage ; cf. ILAfr, 353 = ILTun, 1046 et ILPB, 7 Genti Augustae / P. Perelius Hedulus, sac(erdos) perp(etuus) templum / solo priuato / primus pecunia sua fecit : “Publius Perelius Hedulus, sacerdoce perpétuel, le premier à faire construire à ses frais et sur un terrain lui appartenant ce temple pour la Gens Augusta”. Cf. aussi Sebaï 2005, no 59, 145-146 et notre commentaire ci-dessus, p. 104-105. Sur l’utilisation impropre de la formule Gens Augusta à la place de Domus Augusta, cf. Hurlet 1997, 417.

37 Sur le municipium Iulium Aurelium Mustitanum, où des duumvirs sont connus dès Trajan, cf. Beschaouch 1967/68, 149-150 ; voir aussi Gascou 1982a, 141.

38 Ce qui, au même moment, ne pouvait être le cas des Chiniavenses peregrini, des étrangers, et non pas des citoyens, dans l’oppidum ciuium Romanorum. Sur les chiniavenses peregrini, cf. ci-desssus, p. 40-41.

39 Ci-dessus, p. 46-47.

40 CIL, 23127, en 129 : Imp(eratori) Caes(ari) diui/Traiani Parthici / f(ilio) diui Neruae / nepoti Traiano / Hadriano Aug(usto) / pontifici max(imo) / trib(unicia) pot(estate) XIII, co(n)s(uli) III, p(atri) p(atriae) / ciues Romani qui / uico Hateriano morantur.

41 Beschaouch 1974, 227, no 4, entre 138 et 166 : Diuo Hadriano, / ex testamento / P(ublii) Sextili / Felicis Sulpiciani, / ciues Romani / [q]ui Ureu morantur.

42 ILTun, 682, entre 4 et 20, mais L. Poinssot, CRAI, 1936, p. 281, pense que l’inscription “serait une copie abrégée postérieure à la mort de Germanicus, du texte gravé du vivant de celui-ci” : Germanico / ciues Romani / qui Suo morantur / C(aius) Aufidius Macer / d(e) s(ua) p(ecunia) f(aciendum) c(urauit).

43 ILAfr, 306, ILS, 9495 ; ILPB, 190 : “Augusto deo / ciues romani / qui Thinissut / negotiantur ; / curatore L(ucio) Fabricio”.

44 Beschaouch 1974, 221, no 1, en 166 : Frugifero Aug(usto) sacrum, / pro salute imp(eratoris) Cae(saris) M(arci) Aureli An/tonini, Aug(usti), Armeniaci, Medici, Par/thici Maximi et imp(eratoris) Caes(aris) L(ucii) Aureli / Veri, Aug(usti), Armeniaci, Medici, par/thici Maximi, ciues Romani Al/menses aedem et porticus, s(ua) p(ecunia) f(ecerunt) ; / L(ucio) Volussenio Pastore et C(aio) Iulio Rogato / curatoribus.

45 CIL, 25850 : C(aio) Iulio Maeandro / socero / L(ucii) Popili Primi / Afri et ciues / Romani Suenses / ex aere collato / ob meritum / d(ecreto) d(eccurionum).

46 Aounallah 2001, 181-183.

47 Également Gascou 2003, 241-242.

48 Sur les Afri, cf. également Peyras 1993. On notera que dans la ville d’Uccula nous trouvons aussi l’expression decretum Afrorum sur une dédicace à un citoyen de Carthage : CIL, 14364, ILS, 6813 : C(aio) Annioleno, C(aii) f(ilio), / Arn(ensi), Karthaginensi, Galliano, / flam(ini) diui Titi, / ciuitas Uccula / decreto Afror(um) / posuit ; autre mention de decretum Afrorum, toujours à Uccula, dans AE, 1973, 616. Ici il pourrait s’agir plutôt d’une commune double, un pagus et une ciuitas, comme le suggère le decretum Afrorum qui laisse penser à l’existence d’un ordo Afrorum relevant de la ciuitas. Un ordo Romanorum, relevant d’un pagus, a donc pu exister à Uccula.

49 Aounallah 2001, 182.

50 ILAfr, 301 et ci-dessus, p. 65.

51 CIL, 14981, 14985, 15111, 15112, 15224, 15225.

52 ILTun, 312 ; CIL, 14968 à 14972 et 14974 à 14976.

53 Ainsi Marcius Felix et L. Granius Pax (CIL, 15222, 15097).

54 En fait, on peut avoir affaire à une colonisation semblable à celle que nous relevons à Sutunurca et à Uchi Maius, sans que Rome juge utile de séparer les deux éléments.

55 Sur la notion du concensus en général, cf. Hurlet 2002, 169-170.

56 Peut-être en rapport avec l’immunité de la pertica des Carthaginois connue par une inscription de Dougga (ci-dessus, p. 121-123).

57 Poinssot 1907, 475, n. 1.

58 Poinssot 1962, 72, n. 2 et 1969, 237 : “Le pagus et la ciuitas, dont les Cincii sont patrons, sont très certainement ceux Thugga, dont Agbia n’est qu’un vicus ; même s’il s’agit d’un autre pagus et d’une autre ciuitas, on ne peut concevoir que ceux-ci sont pourvus d’institutions qui n’existaient pas à Thugga : l’inscription d’Agbia est donc, de toute façon, intéressante du point de vue qui nous occupe ici”.

59 Gascou 1972, 185, n. 2 : “On peut aussi supposer que le temple des Cereres aurait bien été dédié dans le vicus même par les décurions du pagus et de la ciuitas de Thugga dont dépendait le vicus : mais cela est purement conjectural, et il y avait sans aucun doute à l’époque d’Antonin une distinction juridique très tranchée entre le territoire de la ciuitas et celui du pagus de Thugga. Alors qu’on peut admettre sans peine que dans la ville même de Thugga, où il y avait un brassage entre la population du pagus et celle de la ciuitas, il y avait eu des dédicaces communes du pagus et de la ciuitas, on conçoit mal en revanche une dédicace commune des décurions du pagus et de la ciuitas sur un territoire dépendant exclusivement de la ciuitas, ou du pagus”.

60 Ce que suggère l’adverbe iampridem.

61 Gascou 1979, 386-387 : “… le terme respublica, employé à deux reprises, désigne certainement le pagus d’Agbia, circonscription de la pertica de la colonie de Carthage qui jouxtait une ciuitas pérégrine”.

62 La mention la plus précoce se retrouve à Uchi Maius, en 179, cf. CIL, 26253, et ci-dessus, p. 74-75.

63 Malheureusement, nous n’avons pas suffisamment de documents épigraphiques provenant d’Agbia pour résoudre ce problème.

64 CIL, 26590 et ci-dessus, p. 110, no 27.

65 Sur Asicia Victoria, cf. DFH, p. 186-192.

66 Ci-dessus, p. 110, no 27 et 28…. uterque ordo decre[ue]rat, respubl. Mun. [T]hugg. posuit ; la même construction se retrouve dans une autre inscription :… uterq. ordo decr[euerat], resp. mun. [Se]pt. Aur. Lib. Thugg. pos[uit…]. Sur le municipium liberum de Thugga, cf. ci-dessous, p. 150 sq.

67 Par exemple, on savait que Dougga deviendrait une seule respublica, mais on ignorait si elle serait un municipe ou une colonie ( ?).

68 Cf. Lepelley 1981, 62-63 et notre notice, p. 111.

69 Comme nous pouvons le proposer pour Chiniava, cf. ci-dessus, p. 40-41.

70 AE, 1997, 1651 = Aounallah & Ben Abdallah 1997, 80-81 : Calpurnio Faustino, Faustini filio, flamini Aug. perp., ciuitas Thug. ob eximiam eius in ciues suos liberalitatem… En 163/164, L. Calpurnius offre le temple de Dar Lachhab pour la ciuitas (in [amorem] ciuitatis), offre des cadeaux aux décurions, naturellement ceux de la ciuitas, mais lorsqu’il s’agit d’offrir le vin et le gymnase pour tout le monde, y compris les ressortissants du pagus ( ?), il n’a pas abusé du terme ciues : universis uinum et gymnasium dedit… Cf. CIL, 26527 = ILTun 1404 complétée par Aounallah & Ben Abdallah 1997, 84-86.

71 La première mention de cette institution à Dougga se rencontre dans l’hommage à Asicia Victoria et à sa fille, Vibia Asiciane, décrété par l’uterque ordo et exécuté par le nouveau municipe. Cf. DFH, 73 (curiis).

72 Nul besoin en effet d’insister sur le lien entre le statut de cité et la naissance de la curie. Le pagus, agglomération secondaire, ne possède pas de curie (voir notre introduction, p. 15), mais un paganicum.

73 À l’exception de l’hommage à Asicia Victoria qui s’explique facilement.

74 Cf. notre chapitre 3, p. 36-40.

75 Sur les définitions juridiques propres aux communes doubles, cf. notre dernier chapitre, p. 136-138.

76 Sur cette immunité, cf. notre dernier chapitre, p. 121-123.

77 Ci-dessus, p. 62.

78 C’est Desanges 1980b, 297, qui a attiré l’attention sur l’importance de cette titulature en soulignant qu’“il est possible que le surnom Augusta de la colonie ne provienne pas d’Alexandre Sévère et commémore le bienfait d’Auguste”.

79 Aounallah, 1996 et 2001, 169-172 ; Beschaouch 1997.

80 Khanoussi & Mastino 1997.

81 Khanoussi & Mastino 1999.

82 Khanoussi & Ruggeri 2002.

83 Ibba, A. (a cura di), 2006 : Uchi Maius 2. Colona diretta da M. Khanoussi et A. Mastino. Sassari.

84 Aounallah 2003, 258-260 et 2006, 30-31 et ci-dessus, p. 130-135.

85 Sur l’emploi du terme respublica dans l’épigraphie latine d’Afrique, voir Gascou 1979.

86 Sur le statut de Dougga, voir Aounallah 2003.

87 Plin., Nat., 5.29.

88 Desanges 1980b, 26.

89 Sur la vie municipale à Thugga, voir Aounallah 2003.

90 Sur les oppida ciuium Romanorum, voir nos remarques ci-dessus, p. 43-47.

91 L’ensemble des inscriptions latines d’Uchi Maius viennent d’être publiées dans Uchi Maius 2. Un petit nombre d’inscriptions a récemment fait l’objet de corrections dues à M. Khanoussi et A. Mastino qui ont bien voulu me les signaler.

92 CIL, 26241 et CIL, 26242, sous Nerva = Merlin & Poinssot, p. 28, no 7 = Uchi Maius 2, p. 70-72, no 9 Saturno Aug(usto), / pro salute Imp(eratoris) Neruae, / Q(uintus) Uruinius, Q(uinti) Lib(ertus), Callistus / templum a solo d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) f(ecit) : “à Saturne Auguste, pour le salut de l’empereur Nerva. Quintus Urvinius Callistus, affranchi de Quintus, a fait élever ce temple depuis les fondations. Par décret des décurions, aux frais publics ?”. On peut également développer les lettres PP en p(ropria) p(ecunia) ou p(ropriis) p(ecuniis).

93 AE, 1997, 1665 = Uchi Maius 2, p. 214-218, no 76 L(ucio) Tadio L(ucii) f(ilio) Hor(atia tribu) / Vero Caeciliano / praef(ecto) i(ure) d(icundo), aedili, q(uaestori), / eq(uo) pub(lico) et in quinq(ue) / decurias adlec(to), / sac(erdoti) ann(i) CLXXX / Uchitani Maio/res patrono / ob merita : “À Lucius Tadius Verus Caecilianus, fils de Lucius, inscrit dans la tribu Horatia, préfet pour dire le droit, édile, questeur, doté du cheval public et admis dans les cinq décuries, prêtre en l’année 180. Les Uchitani Maiores (ont élevé ceci) à leur patron en raison de ses mérites”. L’inscription est selon toute vraisemblance rédigée dans un ordre direct : le cursus de Verus Caecilianus commença par la préfecture, charge qu’il a dû exercer dans l’ensemble de la pertica des Carthaginois ; il a été édile, puis questeur à Carthage avant d’être admis au rang des chevaliers et iudex ex quinque decuriis. Caecilianus a été par la suite prêtre (sans doute de Cérès). Ses liens avec les Uchitani Maiores favorisèrent son élection au patronat du pagus, à l’occasion duquel ceux-ci lui élevèrent cette base (Sur les juges des cinq décuries, voir Pflaum 1968).

94 CIL, 26245 = Merlin & Poinssot, p. 31, no 12 = Uchi Maius, 2, p. 80-84, no 16 — frise architravée, complète en bas et en haut : [---Augusto sa]cru[m, pro] salute Imp. Ca[es--- A]ugu[sti---] / [---s]acerdos [Ce]rer(um) anni CLXXXX [---] RV+[…….]+ / [---]+[---] Pa]cuui Honorati am[pliata---pec] unia d(ecreto) d(ecurionum) fecerunt et dedicauerunt.

95 CIL, 26252 = Merlin & Poinssot, p. 36, no 18, = Uchi Maius 2, p. 104-105, no 29, incomplète à droite Faustinae Au[g(ustae)] / pag(us) Uchitan[orum] / Maioru[m d(ecreto) decurionum) p(ecunia) p(ublica f(ecit) ?] / Q(uinto) Memm[io---] / P(ublio) Muci[o---] / mag(istris) [pagi]. Des deux impératrices appelées Faustine, la femme d’Antonin, Augusta entre 138 et 140, et l’épouse de Marc Aurèle, Augusta entre 147 et 176, il est difficile de dire laquelle est concernée par cet hommage. Nous pencherions, suivant en cela A. Merlin et L. Poinssot, pour la seconde “dont le mari et le fils Commode ont été honorés à Uchi Maius plusieurs fois chacun et que le pagus Uchitanorum Maiorum a pu vouloir célébrer elle aussi”. Une dédicace à Lucilla gravée (note suivante) très probablement en même temps semble le confirmer. Elle a permis à Attilio Mastino de restituer la partie droite de l’inscription.

96 AE, 1997, 1666 = Uchi Maius 2, p. 107-110, no 30 [[Lucillae Aug(ustae)]] / Imperatoris / Antonini Aug(usti) / patris patriae f(iliae) / imp(eratoris) L(uci) Aurel(i) Veri / coniugi. Pagus Uchi/tano[ru]m Maior(um) d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) f(ecit), / C(aio) [M]ario Faustino, L(ucio) Pro/pertio Rog[a]to, mag(istris) pag(i).

97 Signalée par M. Khanoussi et A. Mastino.

98 CIL, 26249, AE, 1997, 1673 = Uchi Maius, 2, p. 94-100, no 25, corrigée par M. Khanoussi et A. Mastino Imp(eratori) Caes(ari) M. Aurelio Antonino Aug(usto), diui Veri fratri, Armeniaco, Parthico, Medico maximo, Germanico, [t]ribunicia p(otestate) XXVII, imp(eratori) VI, co(n)s(uli) III, p(atri) p(atriae) res publica U[chitanorum M]aiorum aedem [uetus]tate corrup[tam] / ex auctoritate Iuni Sabiniani proco(n)s(ulis) c(larissimi) u(iri), petente Sex(to) Iulio maximo patrono et curatore transtulit et a solo [fe]cit vac. [---] Faus[to ( ?) et] Fabio H[onor]ato m(agistris) p(agi) : “À l’empereur César Marc Aurèle Antonin Auguste, frère du divin Verus, Arméniaque, Parthique, très grand Médique, Germanique, en sa 17e puissance tribunicienne, 6 fois imperator, 3 fois consul, père de la patrie. De par l’autorité du proconsul Iunius Sabinianus, clarissime et après la requête de Sextus Iulius Maximus patron et curateur, le respublica des Uchitani Maiores a transféré et a reconstruit depuis les fondations […] cette aedes ruinée par la vieillesse. Étant magistri du pagus :… Faustus [et ?] Fabius Honoratus”.

99 Sur le déplacement concernant un monument religieux et nécessitant l’intervention du proconsul, cf. Christol 2005, 85-91.

100 CIL, 26250 = Merlin & Poinssot, p. 34-35, no 16 = Uchi Maius 2, p. 100-102, no 26 Imp(eratori) Caes(ari), diui Anton/ni fil(io), diui Veri Part(hici) / maximi fratri, diui Hadri/ani nepoti, diui Traiani part(hici) / [pro]nepoti, diui Neruae abnepoti, / [M(arco) Aur]elio Antonino Aug(usto) Germani/[co, Sarm]atico, pont(ifici) max(imo), tr(ibunicia) p(otestate) XXXI / [imp(eratori) VII] II, co(n)s(uli) III, p(atri) p(atriae) / [---] Fortunatus multi/[plicata hon] oris magisteri sui / [summa---]---.

101 CIL, 26251 = Merlin & Poinssot, p. 35, no 17 = Uchi Maius 2, p. 102-103, no 27 ; ne subsiste que la partie médiane, moulurée en haut et en bas [Imp. Caes. M. Aurelio Anton] nino Aug. Armen. Me[dico, Parthico] / [Maximo, Germanico, Sar]matico/pont. maxim[o---]/[---ob honore]m decurionatus C(aii] Marci +[---]/[---] posuit dec(reto) dec(urionum).

102 CIL, 26253 = Merlin & Poinssot, p. 37, no 19 = Uchi Maius 2, p. 112-114, no 32 Imp. Caes. L. Aureli Com/modi Aug. Germa/nici, Sarmatici, / pont. max., trib. pots (sic) IIII / imp. II[I] cos. II, P. P./ respublica Uchitano/rum Maiorum sua/pecunia fecit it(em) q(ue) dedicauit, d(ecreto) d(ecurionum). Le nom de l’empereur est gravé au génitif et non au datif, comme on doit s’y attendre. On peut penser à une omission de la formule introductive, pro salute, la pierre étant vraisemblablement complète.

103 CIL, 26261 = Merlin & Poinssot, p. 37, no 20 = Uchi Maius 2, p. 141-143, no 41. Une nouvelle dédicace à Géta porte la même formule (DDPP) cf. = Uchi Maius 2, p. 143-145, no 42.

104 CIL, 26254 = Merlin & Poinssot, p. 38, no 21= Uchi Maius 2, p. 114-116, no 33.

105 AE, 2000, 1732 = Uchi Maius 2, p. 110-112, no 31.

106 CIL, 26255 = Merlin & Poinssot, p. 21, no 22 = Uchi Maius 2, p. 118-122, no 35 Imp(eratori) Caes(ari) L(ucio) Septimio Severo / pio Pertenaci (sic), Aug(usto), Parthico Arabico, Part/hico Adiabenico, Trib(unicia) pot(estate) V, imp(eratori) VIIII, co(n)s(uli) II , /p(atri) p(atriae), diui M(arci) fil(io), diui Commodi fratri, diui Anto/nini nep(oti), diui Hadriani pronep(oti), diui Traiani/abnep(oti), diui Nervae adnep(oti). Resp(ublica) U(chitanorum) M(aiorum) p(ecunia) p(ublica) p(osuit) ; / in quam rem / C(aius) Lucilius, C(aii) f(ilius), Athenaeus sacer(dos) c(oloniae) I(uliae) K(arthaginis) / anni CCXXXV, flam(en) p(er)p(etuus), depensis in curam s(upra) s(criptam) quam ipse / gessit, HS XII mil(ibus) n(ummum) summae suae honorariae et am/plius pecunia publica erogata, basem cum orna/mentis suis sua pecunia fecit et epulo decurionib(us) / dato, dedicauit d(ecreto) d(ecurionum) : “La respublica des Uchtani Maiores l’a érigé aux frais publics pour l’empereur César Lucius Septime Sévère… Pour cette affaire, Caius Lucillius Athenaeus, fils de Caius, prêtre des Cereres de la colonie julienne de Carthage de l’année 235 et flamine perpétuel, (la somme prévue) ayant été dépensée pour la réalisation de la tâche ci-dessus indiquée, et qu’il a lui-même supervisée, il a fait à ses frais avec la somme honoraire de 12 000 sesterces, en supplément de l’argent public engagé (initialement), une base et ses décorations ; et, après avoir donné un repas aux décurions, il a fait la dédicace par décret des décurions”.

107 CIL, 26256 = Merlin & Poinssot, p. 40, no 23 = Uchi Maius 2, p. 122-124, no 36.

108 CIL, 26257 = Merlin & Poinssot, p. 40, no 24 = Uchi Maius 2, p. 124-125, no 37.

109 CIL, 26260 = Merlin & Poinssot, p. 41, no 25 = Uchi Maius 2, p. 137-139, no 39.

110 AE, 2000, 1733 = Uchi Maius 2, p. 139-141, no 40.

111 CIL, 26243 = Merlin & Poinssot, p. 29-30, no 9, Uchi Maius 2, p. 75-77, no 13 Victoriae Parthicae / [Br]itannicae Germani/cae maximae Augustae/imp(eratoris) Caes(aris) diui Septimi Severi / pii, Arabici, Adiabenici, Parthici / maximi, Britannici maximi, fili / diui M(arci) Antonini pii, Germanici, Sarma/tici nepotis, diui Antonini Pii pronepotis, / M(arci) Aureli Severi Antonini, pii, felicis, Aug(usti), / Parthici maximi, Britannici maxi/mi, Germanici maximi, pontificis / maximi, tribuniciae potestatis XVII, / imperatoris II, co(n)s(ulis) IIII, p(atris) p(atriae) / pecunia publica Ucitanorum Ma/iorum d(ecreto) d(ecurionum).

112 CIL, 26276 = Merlin & Poinssot, p. 62, no 45 = Uchi Maius 2, p. 231-235, no 83 C(aio) Mario, C(aii) f(ilio), Arn(ensi) / Extricato, dec(urio) c(oloniae) c(oncordiae) / i(uliae) K(arthaginis), patrono pagi / cui cum pagus ob / merita eius statuam / decreuisset, p[le]ps memor abstinentiae quam rei / p(ublicae) suae praestitit decreu[i]t / et [loc]o [d(ato) d(ecreto] d(ecurionum) [---] /--- : “À Caius Marius Extricatus, fils de Caius, inscrit dans la tribu Arnensis, décurion de la colonia Concordia Iulia Karthago, patron du pagus ; comme, en raison de ses mérites, le pagus lui avait décrété une statue, la plèbe, se souvenant du désintéressement dont il a fait preuve envers sa respublica, lui a décrété (cette statue) sur un emplacement concédé par décret des décurions…”. Sur cette inscription cf. Christol 2005, 177-185

113 CIL, 26273 = Merlin & Poinssot, p. 63, no 46 = Uchi Maius 2, p. 197-199, no 68 [Va]leriae, P(ublii) f(iliae), / Marianillae/ [c]larissimae fem(inae), /[Uc] hitani Maiore[s], / ob eximiam eius li-/beralitatem/ d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) : “À Valeria Marianilla, fille de Publius, femme clarissime, les Uchitani Maiores (lui ont élevé ce monument) en raison de sa libéralité insigne. Par décret des décurions, aux frais publics”.

114 AE, 2000, 1728 = Uchi Maius 2, p. 220-222, no 78 : ---/[[---]] sacerdoti / Urbis Romae Aeternae ob / eximiam in causis patri/ae fidem et in universos / ciues adfectionem res / publica Uchitanor(um) Maior(um) / d(edit) d(ecreto) d(ecurionum) : “la respublica des Uchitani Maiores a érigé cette base par décret des décurions à un tel---, prêtre de Rome Éternelle, en raison de son dévouement insigne pour les causes de sa patrie et son affection pour tous ses concitoyens”.

115 Cette affaire, suivant l’analyse de M. Khanoussi (2000, 1277-1279), pourrait être mise en parallèle avec la défense de l’immunité des pagi de la pertica des Carthaginois connue par une inscription de Dougga, ou encore le droit de recevoir des legs que le pagus de Dougga reçut de Marc Aurèle en 168 et que Commode confirma plus tard.

116 Dans ce cas, il n’est pas difficile d’identifier l’empereur objet de ce martelage : le nom de Commode n’a pas été martelé à Uchi Maius ; il nous faut donc trancher entre Géta, dont le nom a été systématiquement martelé (CIL, 26258 = Uchi Maius 2, p. 125-137, no 38 [Septime Sévère, Caracalla, Géta et Julia Domna] ; CIL, 26242 [Septime sévère, Caracalla et Géta] et Sévère Alexandre qui, lui aussi, a fait l’objet de martelage, mais dont le nom a été regravé sur toutes les inscriptions uchitaines (cf. Ruggeri 1997, dans Uchi Maius, 152-154).

117 Sur ce type de martelage, cf. Lefebvre 2002 ; à peu près, vers la même époque, un martelage identique a concerné des notables de Dougga, cf. notre notice, p. 110, no 26.

118 Comme cela a pu advenir à Thugga sur une dédicace à Asicia Victoria faite par les Thuggenses qui fut gravée peu de temps avant la formation du municipe ; ci-dessus, p. 110, no 27.

119 AE, 2000, 1730 Uchi Maius 2, p. 228-231, no 82--- / [---] Hadria[no---]/ [---cui cum p]ro honorem m[agisterii ?---] / [---opus horol ?]ogi promisisset, a[edem ?---] [---cum] pronao et cistern[a vel-is---] [---] idemque dedicauit d(ecreto) [d(ecurionum)---].

120 CIL VIII, 26239 = ILS, 9398= Uchi Maius, 2, p. 64-66, no 5 Karthagini Aug(ustae) sac(rum), ex testamento Q(uinti) Aproni, Q(uinti) f(ilii), Arn(ensis), Vitalis, honestae memoriae vir(i), qui rei p(ublicae) Uchitanorum Maiorum at statuam [dea ponendam promiserat---HS] mil(ibus) et in epu[lationem diei natali magisterii ?] sui HS II mil(ia) [n(ummum)--- ? ad explen]ndam adfectio[nem… a]mplificationem [---] M [---] L epulationis [conc]essit, et ex HS V mil(ibus) fieri curauit, C(aius) Apronius Extricatus ad exornendam mun[ifi]centiam fratris basem cum impensa perferendae et constituendae statuae suo sumptu et cura/ posuit, d(e)d(icavit) : “Consacré à Carthage Auguste. Suivant le testament de Quintus Apronius Vitalis, fils de Quintus, de la tribu Arnenis, homme d’estimable mémoire, pour la statue (de la déesse qu’il avait promis d’ériger) avec une somme de… mille sesterces, à sa respublica des Uchitani Maiores…, et à l’occasion d’une epulatio, il a versé la somme honoraire de 2 000 sesterces correspondant à l’honneur du magisterium ?, et pour manifester davantage son affection… par le don d’une autre epulatio qu’il a pris soin d’organiser avec la somme de 5 000 sesterces. Caius Apronius Extricatus, pour exalter la libéralité de son frère, a pris soin de faire poser une base et d’assumer à ses frais et par ses soins la dépense du transport (depuis l’atelier) et de la mise en place de la statue. Il l’a dédiée (ou par décret des décurions)”.

121 Voir Ben Abdallah, dans Uchi Maius I, p. 110 et E. Ughi, Ibid, p. 231 qui datent le texte du début du iiie siècle.

122 Restitution retenue par P. Ruggeri et R. Zucca, dans L’Africa romana, 10, 1994, p. 669.

123 AE, 1997, 1677 = Uchi Maius 2, p. 85-87, no 85 : [---] I A[ug. Sac(rum] / [---] C. f. Felix et Mucia [---]/ ins] tar decurionatu[---]/[am]plius pec(unia) a se adiec[ta---].

124 Cette titulature se rencontre sur des inscriptions datées : CIL, 15447 = Uchi Maius 2, p. 59-62, no 3 sur une dédicace à la Concorde par la ciuitas Bencennensis :… quod indulgen[tia] Augusti nostri colonia Alexan[d]riana Augusta Uchi Maius lata honorataque sit… CIL, 26262 = AE, 2001, 2086 = Uchi Maius 2, p. 147-153, no 44 (sur une dédicace à Sévère Alexandre, en l’année 230, célébrant la [colonia Alexandria] na Aug(usta) Uchi Ma[i]us sub eius nomine auspicioqu[e]deducta… ; AE, 1997, 1675 = Uchi Maius 2, p. 154-156, no 45, peut-être contemporaine de la précédente, une dédicace adressée à la colonie pour le salut du même empereur : col[on]iae Alex[a]ndriana Augus[tae Uchiotanorum Maio] rum ; CIL, 15450 = Uchi Maius 2, p. 166-169, no 52, sur une dédicace à Aurélien en 270 par la respublica col. Marianae Aug. Alexandrianae ; CIL, 15451 = Uchi Maius 2, p. 169-171, no 53, sur une dédicace à Constantin I, en 312 par la r.p. col. V. M. ; CIL, 26268 = Uchi Maius 2, p. 171-175, no 54, sur une dédicace d’époque constantinienne ( ?) par la respublica col. Uchitanorum Maiorum ; CIL, 15452 = Uchi Maius 2, p. 173-175, sur une dédicace à Valens en 364/367 par la r.p. col. Uchitanorum Maiorum.
On la retrouve aussi sur d’autres inscriptions non datées avec précision : AE, 2000, 1729 = Uchi Maius 2, p. 195-197, no 67, sur une dédicace à un notable local, patronus et alumnus, et clarissime, sans doute postérieure au principat de Sévère Alexandre, par l’ordo coloni[ae] Marianae Aug. Alexandrianae (patron et alumno suo) ; CIL, 26270 = Uchi Maius 2, p. 199-202, sur une dédicace à un personnage de rang équestre…, civis et patronus par la respublica coloniae Marianae Augustae Alexandrianae ; CIL, 26272 = Uchi Maius 2, p. 207-210, no 73 ; CIL 15455 = Uchi Maius 2, p. 210-211, no 74, sur une dédicace à un patron et alumnus, fils d’un chevalier et patron, par la resp. col. Uchitanor. Maiorum ; sur une dédicace à un notable local, chevalier romain, civis et patronus par la respublica coloniae Marianae Augustae Alexnadrianae ; CIL 26275 = Uchi Maius 2, p. 223-226, no 79, sur une dédicace à un notable local qui a légué rei publicae coloniae Marianae Aug. Alexandrianae un héritage de 10 000 sesterces ; CIL, 26281 = Uchi Maius 2, p. 235-237, no 84, sur une dédicace à un patron anonyme par l’ordo col. Marianae Aug. Uc[hit.] Maior. ; CIL, 26280 = Uchi Maius 2, p. 237-238, no 85, dédicace à un patron anonyme par la [r]es publica col. Uchit. Maio[r]um ; CIL, 26282 = Uchi Maius 2, p. 248-249, no 91, fragment [---M]arian[a---M]aior. ; AE, 1997, 1672 = Uchi Maius 2, p. 249, mention de la respub. Col. Uchi[---].

125 AAT, fe. Béja, no 131. Cf. Mahjoubi 1960, p. 382 suivi par Gascou 1982a, 212-213.

126 Mahjoubi 1978, 100, AE, 1978, 855 : [Iou]i Iunoni [Mineruae, / pro salute Im]p(eratoris) Caesaris T(iti) Aeli [H]adrian[i Antonini Aug(usti) Pi]i pa[tris] patriae / diui Hadriani Au]g(usti) fil(ii) [diui Traiani Parthici n(epotis---] Ianua[rius---/--- [ob honore]m m(agisterii) p(agi) templum c[apitolii--- ex---s]esterti(um) ampliata a [se pecunia---]. Voir aussi AE, 854 :---/[---]ius, L. Sc[antius ?---] / Ianuarius [---] / ob honorem ma[gisterii].

127 CIL, 14435 : Imp(eratori) Caes(ari) / M(arco) Aurelio / Antonin[o] / Aug(usto) Armeni/aco p(ontifici) m(aximo) tr(ibunicia) p(otestate) / XVIIII imp(eratori) III co(n)s(uli) III / d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica).

128 AE, 1978, 839, en 166.

129 AE, 1978, 840.

130 AE, 1978, 841.

131 AE, 1978, 842.

132 CIL, 14436. Cf. Gascou 1982a, 212-213.

133 Ci-dessus, p. 72 sq. On peut aussi se demander si les Belalitani Minores ne sont pas au voisinage.

134 AE, 1978, 849, 850, 851.

135 CIL, 26418.

136 CIL, 26419 : [---Cae] cilian[us] / [---s]a[cerdos C]er(erum) An(ni) CLXX / [a]mpliata a se pecun[ia] / [p]osuit itemq(ue) epulo / dato dedicauit d(ecreto) d(ecurionum).

137 Gascou 2003, 232-233.

138 CIL, 26181, ILS, 6790.

139 CIL, 15435-15445 + 26175-26221, ILAfr, 510-512, ILTun, 1361-1366.

140 Trouvée chez les Pères Blancs, l’inscription provient soit de Thibaris, soit de Thigibba Bure soit de Gillium (d’après les auteurs du CIL).

141 Les pérégrins sont rares à Thibaris ; CIL, 15442 ( ?) : D. M. s., Perp(etui). Veri…, 26196, épitaphe d’un citoyen romain d’origine pérégrine ( ?) : C. Caesulenius, Elegantis f., Messor… ; 26204 : D. M. s., Fortunata… ; 26207 : D. M. s., M[axi]ma Privata… ; 26210-11 : D. M. s., [---] Mustus…, mais ici il est possible de placer dans la lacune un gentilice abrégé ; 26212 : D. M. s., Primigenia…

142 Mais il nous faudrait surmonter deux difficultés qui s’opposent, en apparence, à cette interprétation. Le premier est l’absence de Thibaris de la liste des oppida ciuium romanorum. La même remarque concerne aussi le pagus Fortunalis (ci-dessus, p. 116) dont on sait qu’il a été créé par Octave-Auguste. Il est possible de penser que la statistique que Pline a consultée était incomplète ; on peut aussi admettre que certains pagi ont été créés plus tard, après l’action de Phileros. L’autre difficulté concerne le passage de Thibaris au rang de municipe, alors que l’on s’attendrait à ce qu’une communauté de pagani accédât directement au rang de colonie, comme à Uchi Maius.

143 Ci-dessus, p. 62-64.

144 Sur Vaga, pagus de la pertica de Carthage, cf. Aounallah & Maurin 2008, 241-243.

145 CIL, 14395 = 1217 ; 1222 ; 21995.

146 Plin., Nat., 5.29 ; Sall., Jug., 42.1, nous apprend que de nombreux marchands italiens y résidaient à une époque antérieure au règne de Jugurtha. Cf. Desanges 1980b, 298-299. Sur Vaga, et sa probable appartenance à l’Africa vetus, cf. Di Vita-Evrard 1985, 38-45 et ci-dessus, p. 20-21.

147 CIL, 14394 = 10569.

148 CIL, 1217 = 14395, cf. aussi AE, 2002, 1679. Sur cette inscription cf. le juste commentaire de Gascou 1972, 168-172.

149 Cette titulature se rencontre sur plusieurs inscriptions : CIL, 15447 = Uchi Maius 2, 59-62, no 3 sur une dédicace à la Concorde par la ciuitas Bencennensis :… quod indulgen[tia] Augusti nostri colonia Alexan[d] riana Augusta Uchi Maius lata honorataque sit… CIL, 26262 = AE 2001, 2086 = Uchi Maius 2, 147-153, no 44 (sur une dédicace à Sévère Alexandre, en l’année 230, célébrant la [colonia Alexandria]na Aug(usta) Uchi Ma[i]us sub eius nomine auspicioqu[e]deducta…

150 La ville est désignée par Pline, 5.24, comme oppidum ciuium Romanorum ; selon Dion Cassius, 49.16.1, huit ans après la mort de César, Octave “fit des Uticéens citoyens”. L’épigraphie et les émissions monétaires la nomment [municipium] Iulium (cf. Desanges 1980b, 214-216).

151 CIL, 14392 = ILPB, 184 : Imp(eratore) Caesare{m} Aug(usto) X [II] I M(arco) Plautio Silvano co(n)s(ulibus) M(arcus) Titurnius M(arci) f(ilius) Arn(ensi) Africanus aede(m) Telluris refec(it) HNC. Pour les trois dernières lettres, nous proposons le développement H(eredes) n(epotes) c(urauerunt).

152 CIL, 1220 = ILTun, 1225 : [---] nobilissimi C[aes(ari)---] [---col(oniae) Con]c(ordiae) Iul(iae) Aurel(iae) Ant(oninianae) Karthaginis [---].

153 CIL, 1224 = 14388 : M(arco) Iul(io) M(arci) fil(io) trib(u) Fab(ia) Maximo, decurioni adlecto, aed[ili ac] sac(erdoti) anni XIIII, praef(ecto) iur(e) dic(undo), IIvir(o), IIvir(o) q(uin) q(uennali) fl(amini) p(er)p(etuo), cui cum ordo splendidissimus ob merita eius statuam p(ecunia) p(ublica) fieri decrevisset, Q(uintus) Agrius Iulius Maximus Felix avonculo suo magno pro pietate sua dato sibi ab ordine loco s(ua) p(ecunia) fecit d(ecreto) d(ecurionum).

154 “Cette prêtrise est généralement confiée à un personnage en vue…, qui a accompli le cursus des magistratures, a souvent exercé le flaminat municipal et peut appartenir déjà à l’ordre équestre” (Lassère 2005, 628).

155 C’est aussi le point de vue de Ben Abdallah 2000, 1508.

156 AE, 2000, 1739 : Saturno Aug(usto) sac(rum), Caecilius Salus sacerdos uotum sol(uit) lib(ens) ani(mo), Ann(o) XV ; AE, 2000, 1740 : Saturno Aug(usto) sac(rum), L. Cornelius Verna, uotum soluit lib(ens) animo. Ann(o) LVI.

157 Sur ces deux inscriptions cf. Aounallah 2001, 293-294 et ci-dessus, p. 34.

158 Renseignement oral de A. Beschaouch (d’après une inscription encore inédite). La datation par le duumvirat tient compte de la première année du sufétat.

159 C’est à notre avis le sens qu’il faudra appliquer à la deductio opérée à Uchi Maius au moment où elle devint colonie, qui retrouva son territoire ancien, celui du castellum, avant la division opérée par Phileros entre les Uchitani et les coloni (CIL, 26274 = ILTun, 1370 et Ibba 2006).

160 Origines, 15.2.11, ci-dessus, p. 13-14.

161 La liste des castella d’Afrique a été dressée par R. Rebuffat, Castellum, Encyclopédie Berbère, XII, Capsa-Cheval, Aix-en-Provence, 1993, p. 1822-1833. Elle contient deux castella (non répertoriés ici) signalés par l’auteur (p. 1831) d’après un renseignement oral de A. Beschaouch : l’un près de Nebber, l’autre non loin de Thala.

162 Voir l’annexe ci-dessous (pagi et castella de la Cirtéenne d’après Gascou 1983), p. 91-96. Sur le statut de cette colonie romaine, “fondée selon toute apparence par Octave entre 36 et 27”, cf. désormais Gascou 2004-2005, 259-261.

163 Gascou 1983 suivant en cela une ancienne hypothèse de St. Gsell (cf. l’article de Gascou, p. 176, n. 10) et contre A. Beschaouch 1981.

164 Le castellum pouvait être subdivisé en quartiers appelés vici (cf. CIL, 6352, mais la lecture est peu assurée).

165 Cf. annexe, p. 91.

166 Cf. annexe, p. 104-105.

167 Cf. annexe, p. 105-106.

168 R. p. Tidditanor. Cf. annexe, p. 92-93.

169 Respub[--- ?] Thibilita[---]. Cf. annexe, p. 93-94.

170 Respublica Siguitanorum. Cf. annexe, p. 94-95.

171 Respub. Silensium. Cf. annexe, p. 95.

172 Resp. Saddaritanorum. Cf. annexe, p. 95.

173 Resp. Arsacalitan[---]. Cf. annexe, p. 95.

174 Resp. Phuensium. Cf. annexe, p. 95-96.

175 Resp. Uzelitanorum. Cf. annexe, p. 96.

176 Voir notre annexe, ci-dessus, p. 130-135.

177 Ci-dessus, p. 64.

178 AAT, fe. 44, site no 145.

179 Salama 1964-65, 110-111.

180 CIL, 27568 = ILS, 6773 : Diuo Augusto / conditori, Siccenses.

181 CIL, 1632 (coloni col. Iul. Veneria Cirtae Nouae Sicca) ; CIL, 1648 (coloni coloniae Iuliae Cirtae Nouae) ; CIL, 15868 (C. C. I. V. C. S. V.) ; CIL, 16258 (Col. Iul. Ven[eria] Cirt. Noua Sic[ca] ; CIL, 16367 (coloniae Iuliae Veneriae Chirtae novae)…

182 ILAlg, I, 1348. On doit observer que l’inscription ne vient pas du Kef.

183 Kallala 2000, 94-95. J. Desanges nous dit que “dans Valère Maxime, II, 6, 15, contemporain de Tibère, certains manuscrits présentent la leçon Siccae et d’autres Cirtae, ce qui s’expliquerait bien si la leçon d’origine était Cirtae Siccae… D’autre part c’est une confusion entre Sicca et Cirta qui doit expliquer que Ptolémée, IV, 3, 7 (cf. Müller, p. 643) ait rangé Lares parmi les villes des Cirtésiens, d’après une source qui ne saurait être postérieure à 110 de notre ère”.

184 Pallu de Lessert 1911, 73 ; Berthier 1953, 191-195 ; Gsell, HAAN, 5, 273.

185 En particulier Lassère 1972, 216 qui constate que plus des trois quarts des gentilices des Siccenses sont représentés à Cirta ; cela témoignerait d’un important mouvement de population entre Cirta et Sicca et ses environs “par une mesure d’Auguste renforçant le peuplement de Sicca Veneria à l’aide de citoyens venus de la Confédération Cirtéenne” (cf. aussi son Manuel, p. 519).

186 Salama 1964-1965 : “Le transfert de fonction aurait entraîné celui de son nom”.

187 Desanges 1980, 199.

188 Kallala 2000, 89-96.

189 D. C. 54.23, voir aussi 52.37.

190 Kallala 2000, 95-96.

191 CIL, 1641 = ILS 6818 = ILPB, 367.

192 À propos du sens de continentia, J. Desanges nous dit qu’il “doit s’agir de ceux qui demeurent dans l’habitat groupé – ou continu – de la colonie, par opposition à ceux qui demeurent dans un habitat dispersé sur le territoire de Sicca. Des continentia aedificia sont des bâtiments qui se touchent ou presque”. Il s’agit d’un “tissu urbain”.

193 Jacques 1992, n. 124, 212.

194 Dans le même sens Christol & Magionclada 1990. Voir également Lassère, Manuel, p. 517-519.

195 Celui-ci est localisé par l’épigraphie à el-Kodia Es-souda, à environ 7 km au nord-est d’Assuras, cf. AAT, 2e série, carte au 1/100 000 de Ksour (29), site no 77. Ce pagus est connu par une seule inscription qui évoque le sacrifice de sept animaux pour sept divinités : CIL, 27763 = ILTun, 1638 = ILPB, 374 “Ioui, Saturno, Siluano, Caelesti, / Plutoni, Mineruae, Veneri / Aug(ustis) sac(rum)./ Pagus Veneriensis, patrono L(ucio) Antonio Brittano, curatori/bus : P(ublio) Octauio Marcello sacerd(ote) Saturni, Six(to) Felice, / Q(uinto) Clodio Optato, Q(uinto) Vibio Saturnino, ex iis quai i(nfra) s(cripta) s(unt) / : uerbecem, agnum, caprum, gallum, aedillas duas, gallinam./ Cecilius Esequndus” : Consacré à Jupiter, Saturne, Silvain, Caelestis, Pluton, Minerve, Vénus (tous) Augustes. Le pagus Veneriensis – sous le patronat de Lucius Antonius Brittanus et par les soins de Publius Octauius Marcellus, prêtre de Saturne, de Sextus Octauius Felix, de Quintus Clodius Optatus et de Quintus Vibius Saturninus – (a donné en sacrifice) les bêtes énumérées ci-dessous : un bélier châtré, un agneau, un chevreau, un coq, deux chevrettes et une poule. Cecilius Esequndus (l’a…). On notera, à la suite de L. Poinssot (CRAI, 1913, p. 426), les leçons Six. pour Sex. ; ex iis quai sans doute pour ex ea quae ; verbecem pour ueruecem ; aedillas pour haedillas ; par contre, il est inutile de corriger Esequndus (en Secundus selon L.P.) qui doit dériver du verbe exsequor : poursuivre, faire escorte… Notons que I. Kajanto, Latin cognomina, ne signale pas Esequndus.

196 Poinssot 1913, 428 et Beschaouch 1981, 117.

197 CIL, 15881.

198 Poinssot 1913, 428.

199 Beschaouch 1981, 117.

200 Kallala 2004, 411-412 = AE, 2004, 1878.

201 J. Desanges nous fait remarquer que “la mitoyenneté de Sicca et des Musulames, qui sont des Gétules, peut expliquer que Columelle, De re rustica, X, 107, dise poétiquement de Sicca qu’elle est ‘enfouie’ dans les terres gétules : Sicca… Getulis obruta glebis”.

202 Salama 1963, 144.

203 Berthier 1981, 213-216 a critiqué les conclusions de P. Salama en observant que Lorbeus (p. 214) “n’est pas à 15 km, mais à 26 km du Kef, soit une différence de 11 km”. Partant de ce constat, Berthier (215-216), rejette l’identification de la pierre en milliaire et propose de l’identifier à une borne de délimitation ; le développement serait donc le suivant : X (a) Sicc(ensibus) ad Carthag(inienses). En réalité, la distance à vol d’oiseau est bien de 15 à 16 km, comme l’a souligné P. Salama.

204 Lares est sans doute l’oppidum Laris de Salluste (Bell. Jug., 90.2) que Marius occupa pendant la guerre de Jugurtha. La ville a pu connaître une évolution identique à celle d’Uchi Maius.

205 Beschaouch 1981, 109.

206 D’après un renseignement oral de S. Ben Baaziz, la borne des Carthaginois aurait été découverte à deux kilomètres plus au nord ; elle fut ensuite transportée à Mustis où elle est conservée.

207 On la retrouve sur une borne indiquant la distance de 443 pieds des Chellenses Numidae ; CIL, 16352 : Chellenses / Numidae / p. CCCCXLIII. Une inscription d’Igiligili mentionnant un bornage entre les Igilgilitains et les Zimizes, précise que le territoire de ces derniers s’arrête à 500 pas des murs du castellum de la Victoire compris dans le territoire d’Igilgili ; CIL, 8369 = ILS, 5961 : Termini positi inter / Igilgitanos, in quorum finibus Kas/tellum Victoriae / positum est, et Zimiz(es), / ut sciant Zimizes / non plus in usum / se haber(e), ex aucto/ritate M. Vetti La/tronis proc(uratoris) Aug(usti) / qua(m) in circuitu/a muro Kast(elli) p(assus) D ; (anno) pr(ouinciae) LXXXIX, Toraquato et Libone co(n) s (ulibus) : “bornes posées entre les Igilgilitains, sur le territoire desquels est placé le castellum de la Victoire, et les Zimizes, pour que les Zimizes sachent que, par l’autorité de M. Vettius Latro, procurateur impérial, leur droit d’usage s’arrête à cinq cents pas du rempart du castellum ; année provinciale 85, sous le consulat de (L. Nonius Calpurnius Asprenas) Torquatus et de (M. Annius) Libo (trad. Lassère, Manuel, p. 932, no 504)”. Date, 128. Quelques bornes relatives au territoire des Musulames donnent aussi des distances précises en pas (cf. par exemple, ILTun, 1653, entre le territoire des Musulames et le domaine privé de Valeria Atticilla)…

208 CIL, 15723, Cagnat, Rapport, II, p. 48 : [aureo atque flore ?]nti s<a>eculo [domini Augustique nostri Consta]nti victoris ac [triumfatoris] [---] us et curator [re]i [p(ublicae et] ordinis…

209 Car seuls les citoyens sont habilités à gérer des magistratures.

210 Nous ignorons exactement le sens de cette institution, ou disons de ce collège, mais il y a lieu de croire qu’ici comme ailleurs, seniores doit s’opposer à iuniores : ainsi le numerus Io(uiorum) Corn(utorum) sen(iorum) attesté à Nakolea, en Phrygie (AE, 1977, 806) et le [numerus] militum Cor[n]uto[ru]m iuniorum connu par une inscription de la porta aurea de Constantinople (ILS, 9216 et 9216a). Cf. Lassère, Manuel, p. 819-820… les curies municipales étaient également réparties en iuniores et seniores, cf. CIL, 22901 (Iuventus cur. Ulp.) et 2714 (curiae Sabinae seniores…).

211 CIL, 1615 = 15721 Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Aurelio/Antonino Pio Aug(usto) / Fel(ici), Part(hico) max(imo), Brit/an(ico) max(imo), German(ico) / max(imo), pont(ifici) max(imo), trib(unicia) / pot(estate) XVI, imp(eratori) II, co(n)s(uli) IIII, p(atri) [p(atriae) pr]oco(n)s(uli), opt/imo m[aximo]que / principi ; seniores K(astelli) posuer(unt) et ded(icauerunt) : “Les seniores du castellum ont érigé et ont dédié ce monument pour l’empereur César Marc Aurèle Antoninus, pieux, Auguste, heureux, très grand Parthique, très grand Britannique, très grand Germanique, très grand pontife, en sa 16e puissance tribunicienne, salué imperator pour la deuxième fois, consul pour la 4e fois, père de la patrie, très bon et très grand prince”.

212 CIL, 1616 = 15722 Iuliae Aug(ustae) / piae, felici / matri Augus/ti et castr/orum et sena/tus et patriae ; seniores kast(elli ) /pos(uerunt) et dedic(auerunt).

213 CIL, 15666 = ILS, 6806 Imp(eratori) Caesari, / diui Hadria/ ni f(ilio), diui Traia/ni parthici ne/poti, diui Neruae / pronepoti, T(ito) Ae/lio Hadriano / Antonino Aug(usto) / pio, pontif(ici) max(imo),/trib(unicia) pot(estate) XIII , /imp(eratori) II, co(n)s(uli) IIII, / p(atri) p(atriae), / seniores Ucu/bitani, aere / conlato, po/suerunt : “Les seniores Ucubitains ont érigé ce monument par souscription pour l’empereur César Titus Aelius Hadrien Antonin – fils du divin Hadrien, petit-fils du divin Trajan, arrière-petit-fils du divin Nerva – Auguste, Pieux, très grand pontife, en sa 13e puissance tribunicienne, salué imperator pour la 2e fois, consul pour la 4e fois”.

214 Quelques lettres courant sur 5 lignes, mais si la lecture ARMEN--- (pour Armeniacus ?) à la ligne 3 est assurée comme semble l’indiquer l’editio du CIL, l’inscription constituerait alors une dédicace soit à Marc Aurèle soit à L. Verus, entre 164 et 169, cf. Kienast, 139 ; CIL, 15667 [---]/ seniores Ucu/bitani aere con/lato posuerunt ; Mettius Secundus / Memmianus, P. Larci/us Numidicus II uir(i) / q(uin)q(uennales) dedicauerunt, d(ecreto) d(ecurionum) : “À l’empereur… Les seniores ucubitains l’ont érigé par souscription. Les duumvirs quinquennaux Mettius Secundus Memmianus et Publius Larcius Numidicus l’ont dédié par décret des décurions”.

215 CIL, 15669 = ILTun, 1580 = ILS, 6807 Imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Aurelio/Antonino Pio Aug(usto) Fe/lici Parth(ico) max(imo), Ger(manico) max(imo), pont(ifici) max(imo),/trib(unicia) pot(estate) XVII, imp(eratori) III, co(n)s(uli), IIII, / p(atri) p(atriae) proco(n)s(uli), optimo maxi/moque principi, diui / L(ucii) Septimi Seueri Arab(ici) / Adiab(enici), Parth(ici) max(imi), Brit(annici) / max(imi) fil(io), diui Antoni/ni Pii pronep(oti), diui Hadri/ani abnep(oti), diui Traiani et / diui Neuae adnep(oti), decuriones / Sicc(enses) Ucubi morantes et senio/res K (astelli) Ucubis, aere conlato I (= p(osuerunt) vel f(ecerunt))/ d(ecreto) d(ecurionum) vel d(e)d(icauerunt) ?

216 Rebuffat 1993, 1826.

217 Une inscription récemment publiée par M. Khanoussi mentionne un personnage de rang équestre qui a été duumvir quinquennal sans précision du lieu où il a exercé cet honneur ; mais tout laisse croire que ce notable est citoyen de la colonie de Sicca et qu’il avait des intérêts à Aubuzza ; AE, 2002, 1684 (texte avec photo et traduction de Khanoussi 2002, 2357-2361) : M. Herculanio, P. fil., / Quirina, Calvino Paconiano, praefecto co/hortis primae aequi/tate Hispanorum, tribuno aequitum / cohortis prim(a) e / milliariae Bathao/num, II vir(o) q. q.,/ Plotius Felix, Caeles/tis sacerdos patro/no optimo posuit. On remarque que le gentilice de l’affranchi diffère de celui du patron.

218 CIL, 16368 Genio /Imp(eratoris) Caes(aris) Anto/nini Hadriani / Aug(usti vel-usto) / L(ucius) Annaeus Hermes flam(en) / et tribunus IAR ( ?) Gentis AI[.]IA / (centuria) Eron(is), paganicu[m] et portic(um) / et caldar(ium vel-a) et c(o)horte(m) cum om-/nibus ornamentis a solo / s(ua) p(ecunia) fec(it) id(em)q(ue) ded(icauit) / curatore Severo Sil-/vani Vindicis flam(ine) p(er)p(etuo) : “Au génie de l’empereur César Antonin Hadrien Auguste ; Lucius Annaeus Hermes flamine et tribun IAR ( ?) de la Gens des… dans la centurie d’Ero(n), a fait faire à ses frais et a dédié un paganicum, un portique, un (ou des) caldarium, une cohors avec toutes ses décorations, étant curateur Severus fils de Silvanus lui-même fils de Vindex, flamine perpétuel”.

219 CIL, 16337 = ILTun, 1628 = ILS, 6783 Genio coloniae Iuliae Veneriae Chirtae Nouae [sacrum decuriones Siccenses qui] / Aubuzza consistunt, paganicum pecunia sua a s[olo resti] tuer[unt].

220 Meilleur en effet que [ciues Romani qui] Aubuzza… proposé par H. Dessau.

221 Beschaouch 1981, 117-118 : “Mais dans le pays de Sicca, outre les pagi, nous constatons la présence de castella. Ainsi nous avons d’une part des districts urbains de la colonie : des PAGI où résidaient des décurions de Sicca et dont les citoyens, inscrits dans la tribu de Sicca, la tribu Quirina, étaient administrés par des duumvirs de cette métropole. D’autre part des habitats pérégrins : des CASTELLA où la population, restée foncièrement numide, était gouvernée par des conseils de notables âgés, sorte d’assemblées des anciens que les inscriptions, sous l’Empire, appellent seniores. Le témoignage le plus éclatant de la coexistence de ces deux communautés, de ces deux types de structure urbaine et d’organisation administrative, nous l’avons dans un texte de Henchir Kaoussât (Ucubi)”.

222 Ici, la lecture de la dernière ligne est peu assurée. Deux lectures s’opposent : la première est due au Lieutenant Hiliaire qui donne une copie prise “à la lueur d’une bougie” et où il lit à la fin les lettres P[.]G. ; la deuxième est celle du brigadier des douanes, qui lit à la fin les lettres F.G. Cf. Gauckler, BSAF, 1897, 301-302 : CIL, 27828 Neptuno Aug(usto) sacr(um) / seniores et plebs Titulitan(orum) / aere conlato, fontem c[um---] / opere a solo [fec] eru[nt] et dedi/[caueru] nt, / TV[---] C [---] F FEI[---] mag. [pa]g.

223 Gascou 1983, 207, n. 267.

224 Cf. ci-dessus, notre annexe sur Ammaedara, p. 97-98.

225 Kallala 1999, 90-91 ; AE, 1999, 1853--- [---]+ filio + [.] / [pat] rono perpetuo, / ciuitas Titulitana. L. 1, comprendre filio et qui serait équivalent d’alumnus qualifiant le patron de la ciuitas.

226 CIL, 17327 Pro salute dddd(ominorum) nnnn(ostrorum) / Diocletiani et Maximiani perpetuorum / Augg(ustorum) et Constanti et Maximiani nobilis/simorum Caess(arum), templum dei Mercuri / vetustate dilaps[um---cultu ? ampl]issimo / universi seni[o]res Ma[……] rensium / sumptibus suis restituerun[t et de]dicauerunt, / anno Fortunatiani mag(istri), curatores / Macidius Primus [et---]. Une nouvelle inscription de Tituli, récemment publiée par N. Kallala 2006, p. 31-32, mentionne un ethnique proche du nôtre : “Genio loci Aug., contubernales Magarensium qui colocauerunt” (suivi de douze noms de citoyens romains).

227 CIL, 19866 ; ILAlg II, 2086.

228 ILAlg, II, 2240 L. Arrutius Ospes, uixit annis L, obitus in castello Celtiano. L’absence des formules introductive et conclusive incite à attribuer une date haute pour notre inscription.

229 CIL, 19693 ; ILAlg, II, 2093.

230 CIL, 19696 = ILAlg, II, 2096 [---] Q. Bottius, T. f., Quir., Senecio, mag(ister) p(agi) aed(iliciae) iur(is) dic[t(ionis) suo nomine et---] / [---et] Crescentis filiorum suorum statuis columnis [---]. Cf. aussi CIL, 7946 = 19695 = ILAlg II, 2095 : [---] us Sex(ti) fil. Quir. Cicero arcum q[uem] [ob honore]m magisterii aediliciae iur(is) dicti[onis] [promiserat] ex HS III mil(ibus) fecit idemque dedic[avit].

231 ILAlg, II, 2114 : D. M. s. C. H ( ?), C. f., Q., P[a]gan(us), mag(isterio) for(i) honor(e) bis functus, u. a.C., h. s. e. Cf. Gascou 1983, 179 qui note que cette “fonction constitue un hapax et l’on peut se demander si forum a pu être à un certain moment une désignation juridique de Celtianis concurremment avec castellum et pagus ou si cette magistrature consistait en la surveillance du forum de Celtianis, où précisément l’on connaît un forum bordé du côté sud par une colonnade”. Elle est toutefois à rapprocher d’une inscription de Thubursicum Numidarum sur laquelle on lit (Agricola bonus), in foro iuris peritus (cf. ILAlg, I, 1362).

232 CIL, 19690 : d. d. p. p.

233 CIL, 19689 = ILAlg II, 2088 : d. d. p. p.

234 ILAlg II, 2085.

235 Gascou 1983, 179.

236 Ce castellum est connu par une lettre de saint Augustin consacrée à l’affaire de l’évêque de Fussala, au sud-est d’Hippone. Voir Lancel 1986, 1095 sq. et Rebuffat 1993, 1827.

237 CIL, 6872 = 6932 = ILAlg II, 3445 = AE 1983, 980.

238 CIL, 6857 = ILAlg II, 3442 : Genio / Cald(is) / Aug(usto) / sacr(um) / d(ecreto) [d(ecurionum)] / p(ecunia) p(ublica).

239 ILAlg II, 3446.

240 CIL, 6702 = ILAlg II, 3589 : Iuliae Aug(ustae) matri / castror(um) coniugi / Imp(eratoris) Caes(aris) divi M(arci) Anto/nini Pii Germ(anici) Sar(matici) fil(ii) / divi Commodi fratris / divi Antonii Pii nep(otis) divi / Hadr(iani) pron(epotis) divi Trai(ani) Part(hici) / abnep(otis) divi Nervae adnep(otis) / L(uci) Septimi Severi Pii Pertin(acis) / Aug(usti) Part(hici) Arab(ici) Part(hici) Adiab(enici) / propag(atoris) imp(erii) pont(ificis) max(imi) trib(unicia) / p(otestate) V, imp(eratoris) VIIII co(n)s(ulis) II p(atris) p(atriae) proco(n)s(ulis), / res pub(lica) / Tidditanor(um) / d(ecreto) d(ecurionum). Voir aussi ILAlg II, 3591.

241 ILAlg II, 3590.

242 ILAlg II, 3571.

243 AE, 1969-1970, 393.

244 CIL, 6706 = ILAlg II, 3605 = ILS, 1065 : Q(uinto) Lollio, M(arci) fil(io), / Quir(ina), Urbico, co(n)s(uli) / leg(ato) Aug(usti) provinc(iae) Germ(aniae) / inferioris, fetiali legato / Imp(eratoris) Hadriani in expedition(e) / Iudaica qua donatus est / hasta pura corona aurea, leg(ato) / leg(ionis) X Geminae, praet(ori) candidat(o) / Caes(aris), trib(uno) pleb(is) candidat(o) Caes(aris), leg(ato) / proco(n)s(ulis) Asiae, quaest(oris) urbis, trib(uno) / laticlauo leg(ionis) XXII Primigeniae, / IIIIviro viarum curand(arum), / patron / d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica). Sur la datation du texte, cf. Gascou 1983, 180, n. 31.

245 AE, 1962, 283, ILAlg II, 3607.

246 ILAlg II, 3616, 3617, 3618 ; également AE, 1955, 159 d’après Gascou 1983, 181, n. 41.

247 Gascou 1983, 181.

248 ILAlg II, 3606.

249 ILAlg II, 3574, 3613, 3608.

250 CIL, 6712 = AE 1942-43, 8 = ILAlg II, 3612 : D(is) M(anibus), / Q(uintus) Sittius, / C(ai) fil(ius), Quir(ina), / Urbanus, / aed(ilis), q(uaestoriae) p(otestatis), / quaestor, / v(ixit) a(nnis) LXXXXII / h(ic) s(itus) e(st).

251 CIL, 6710 = ILAlg II, 3611 = ILS, 6863 : Q(uinto) Sittio, / Q(uinti) fil(io), Quir(ina), / Fausto, IIIviro, / praef(ecto) i(ure) d(icundo) col(oniae) Ve/neriae Rusicade / et col(oniae) Sarn(iae) Mileu / et col(oniae) Minerviae / Ch(u)llu, aedili, / municipes ob / merita eius / aere conlato / d(ecreto) d(ecurionum).

252 N. A., 16.13.

253 Gascou 1983, 181 : “ce terme… doit désigner ici les Tidditani qui, en raison de leur appartenance à la confédération des quatre colonies cirtéennes et bien qu’ils fassent aussi partie d’une quasi-commune, le castellum Tidditanorum, peuvent revendiquer ce titre. C’est ce que suggère la mention d’un décret des décurions à la fin de l’inscription, car il ne peut s’agir en l’occurrence que des décurions du castellum : il eût été inconcevable d’employer dans la même localité le terme decuriones, sans plus de précision, pour désigner tantôt les décurions de la Confédération et tantôt ceux du castellum”.

254 Mais le seul pagus de la confédération attesté avec certitude comme municipe est Thibilis, postérieurement à la dissolution de la confédération cirtéenne, cf. Gascou 1982b, 264-266.

255 ILAlg II, 4530 : B. A. s., Sabi[ni] ano et Praetexto cos. Kal. Maias, P. Manilius Victor, f. p., mag. Dothen.

256 ILAlg II, 4549 : M. Claud. Tacito cos. k. ap., Se(ius ?) Victor, fl. pp. mag. Dot. v. s. l. m.

257 ILAlg II, 4532 : B. A. s., Per(egrino) et Aemiliano c(onsilibus), Iul. Rutillius Augustalis magg. (sic) Dothen. pr(idie) kal. Mai.

258 ILAlg II, 4535 : B. A. s., Pres(ente) et Albino cos. kal. mai. Mag. Dothen, [Iu ?] l. Ianuarius.

259 ILAlg II, 4534 : B. A. s., Imp. D. n. Philippo et Titiano cos., kal. mai., L. Gelius Rog., mag. qq. Dotensis.

260 ILAlg II, 4689.

261 ILAlg II, 4686.

262 ILAlg II, 4692.

263 ILAlg II, 4630 : dédicace à la Concorde par [ ?] Iulius Proba[tu]s, pagi m[ag…] ; ILAlg II, 4641 : dédicace ob honoribus (sic) à Mercure par M. Livius Felix, mag. pag., flam. Aug. ; ILAlg II, 4653 : dédicace à la Victoire Auguste (Victor[iae] Aug. sacrum, M. Coranius Successus, mag. pagi, flam. diui Aug., ob honor. mag. d. s. d.).

264 ILAlg II, 4642 : dédicace ob honorem [ma]gisteri à Mercure par P. Sittius Bland[us] et C. Modius Clemens ; ILAlg II, 4654 : dédicace religieuse mutilée ; à la ligne 6 on lit [ob ho] norem magisteri ---. On trouve aussi des magistri Thibilitanorum dans les inscriptions de la grotte de Taya (liste dans ILAlg II, p. 407-408).

265 ILAlg II, 4557 :… Maggg. Thib., mais Thibilis est municipe au plus tard en 268, comme l’atteste l’institution du duumvirat sur ILAlg 4548. Voir les remarques de Gascou 1983, 184.

266 ILAlg II, 4705 : M. Marius Aemilianus aedilis, mensuras, sructor(ias) et fabril(es) curauit.

267 Discussion dans Gascou 1983, 184.

268 ILAlg II, 4659 : dédicace à Hadrien, en 121, signée Thibilitani, s(umptu) p(ublico).

269 ILAlg II, 4660 : dédicace à Faustine la Jeune entre 166-169, signée Thibilitani p. p. d. d.

270 ILAlg II, 4661.

271 ILAlg II, 4667, incomplète à droite :… Res p(ublica) [Thibilit---].

272 ILAlg II, 4652 : Dédicace à la Victoire Auguste par la respublica Thiblita[norum].

273 Lepelley 1981, 478.

274 Gascou 1983, 184 qui propose la fourchette 260-268 pour la transformation de Thibilis en municipe.

275 CIL, 22273-22275a.

276 Ces sigles sont à rapprocher des sigles RPCR lisibles sur une inscription d’Oum Kreckreche (cf. Guery & Pflaum 1976) et des sigles RPCRO//A que l’on relève sur un milliaire d’Aïn Tamelouka (CIL, 10159 = 22270). Sur la probable correspondance de cette dernière avec Rotaria, cf. S. Lancel, Actes de la conf. de Carthage, IV, p. 1451-1452.

277 Cf. aussi Gascou 1983, 186.

278 ILAlg II, 6251 : A(ger) P(ublicus) C(irtensium) / A(ger) A(cceptus) C(irtensium) / (sur un côté) AAC.

279 ILAlg II, 6248.

280 ILAlg II, 6250 : une dédicace à Constance Chlore César (293-305) est faite par l’ordo Tigisitanus et aux frais des décurions : Flauio Valerio Constatio nobilissimo Caesari, ordo Tigisitanus [d]evotus numini [m]aiestatique eius, ex sua conlatione posuit idemque dedicauit.

281 Lepelley 1981, 486-487 (citant un témoignage de saint Augustin, Contra Cresconium, 3.27.30.).

282 ILAlg II, 4372 : fragment d’une inscription métrique trouvée dans les environs de Sigus : un certain [---]s C. f. Quir. Rogatus… Sigus fui pagique ma[gister]---

283 ILAlg II, 6519 : album des membres du conseil des décurions : [prafecto] pro IIIuir[is---] / d(ecreto) d(ecurionum) / P. Sittius Veloxs, m(agister) p(agi)… suite de la liste composée de 24 autres noms de personnes tous citoyens romains. L’ordo contenait donc 25 membres présidé par le magister pagi.

284 ILAlg II, 6521 : P. Sittius, P. fil., Quir., Felix, mag. pag. desig., v. a. XL, h. s. e, o. t. b. q. P. Sittius Felix, u. a. LI, H. s. h. (sic), o. t. b. q.

285 ILAlg II, 6491 : Genio coloniae Cirtae s(acrum), r(es) p(ublica) Sigitanor(um). Une autre inscription (ILAlg II, 6514), gravée sur un fût de colonne en l’honneur de Trébonien Galle et Volusien en 252 se termine par les lettres abrégées RPCEPS que Pflaum développe ainsi : r(es) p(ublica) C(irtensium) e p(ublicis) S(iguitanorum), c’est-à-dire la respublica de Cirta (l’a dédié) avec les revenus publics des terres de Sigus. Ce développement est peu assuré et on pourra lui préférer celui de Gascou 1983, 189, n. 135 : r(es) p(ublica) c(astelli) e p(ublicis) S(iguitanorum) ou s(uis).

286 ILAlg II, 6515, gravée à la fin du principat d’Hadrien : Ex auct(oritate) P. Cassi Secundi, leg. Aug. a(ger) p(ublicus) S(iguitanorum) ; sur le côté opposé, on lit : A(ger) a(cceptus) C(irtensium). ILAlg II, 6516 : Ex. auc. P. Cassi Secundi, leg. Aug. a(ger) p(ublicus) S(iguitanorum) ; sur l’autre face, on lit : a(ger) d(ivisus) S(iguitanis). ILAlg II, 6517 : agri Cirte(nsium) publici de c(olonia ?) ; sur l’autre côté : agri Cirtens(es) acceptari(i). ILAlg II, 6834, gravée sur un seul côté : ex auct. P. Cassi Secundi, leg. Aug., a(gri)) p(ublici) Sig(uitanorum). Le même texte dans ILAlg II, 6846. ILAlg II, 6857, face a : a(gri) p(ublici) C(irtensium) ; face b : ex auct. Imp. Caesaris Trajani Hadriani Aug., agri accept(i) Cirt(ensium) separati a publ(icis).

287 ILAlg, II, 6507 : l’inscription est sans doute contemporaine de la dédicace à Sabine Auguste morte en 136.

288 ILAlg, II, 6508.

289 ILAlg, II, 6510.

290 ILAlg, II, 6492 : Herculi / sac. / d. d. p. p. / Siguitanorum.

291 ILAlg, II, 6486.

292 ILAlg II, 6869, en 199, sur une dédicace à Julia Domna signée par la r(es) p(ublica) S(ilensium) d(ecreto) d(ecurionum) ; une dédicace à Caracalla, ILAlg II, 6870, de 198/199 est érigée par la r(es) p(ublica) Silensium ; un milliaire de l’époque d’Élagabal, en 220) mentionne la R. P. Silensium ; une dédicace à Sévère Alexandre, ILAlg II, 6871, en 222/223, porte la signature res publica Silensium deuota numini maiestatique eius d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) ; une dédicace à Gordien III, ILAlg II, 6872, en 241, est gravée par la resp. Silensium d. d. p. p. Enfin une dédicace (ILAlg II, 6866, non datée) à Jupiter Optimus Maximus est faite par la res pub. Silensium, decreto decur. sua p. f. idemq. dedicauit.

293 ILAlg II, 6865 : Gen[i]o numinis Caput (sic) Amsagae sacrum, C. Arruntius Faustus, Arrunti(i) Proculi filius, magistratus permisso ordinis, suis pecunis fecit itemque dedicauit, libens animo.

294 ILAlg II, 6867 : Iovi Silvano Aug. sac., L. Herennius, L. fil., Quir., Urbanus, mag., aram suis pecuniis fecit dedicauit, l. d. d. [d].

295 CIL, 5934 : (…) res p. Saddaritanorum, ex decreto ordinis, s. p. f.

296 CIL, 5939 : [---] / [---] ATO [---] ob honorem / fl(aminatus) p(er)p(etui) ex dec(reto) / ord(inis) sp[---] d.

297 Voir aussi les remarques de Gascou 1983, 190, n. 148 : il n’y a aucune raison de penser que cet ordo est celui de Cirta.

298 CIL, 6002 = 19216 = ILS, 6866.

299 CIL, 6042 : Gen(io) col(oniae) [Cirtae---]---.

300 CIL, 6046.

301 CIL, 6048 :… [curante leg.] pr(o)pr(aetore) Q. Anicio Fausto, c. v., patron(o) [c]oloniarum.

302 CIL, 6041 : Cereri Aug. sacr., Iulia Musiosa Kasariana ex consensu ordinis castelli Arsacalitani, sua pecunia fecit, l. d. d. d.

303 CIL, 6048.

304 CIL, 6044 = 19224 : Mercurio Aug. sacrum, L. Iulius, L. fil., Quir., Peregrinus Sardili[an]us, mag. [---]a, pec. s [ua] d. d.

305 CIL, 6267-6298 et 12249-12281.

306 Voir Gascou 1983, 192, n. 172.

307 Sur CIL, 6272, la respublica est citée après le magister castelli ; elle est absente dans CIL, 6273-4, 6279-81.

308 CIL, 6272 (… m[ag.] castelli Phuensium RPP) ; 6292 (… cast. Phuens) ; 6298 (… mag. cast. Phue.).

309 CIL, 6307.

310 CIL, 6306.

311 CIL, 6303.

312 Sauf peut-être sur CIL, 6303, signée RPPDD, les deux dernières lettres pouvant se développer aussi bien en d(ecreto) d(ecurionum), en d(e)d(icauit)…

313 Sauf peut-être sur CIL, 6272 révisée dans CIL 19252 : de sua ar. ( ?) M. Aem[il]ius Felix m[a]g. kastelli Phuensium f(ecit) p(ecunia) p(ublica).

314 Gascou 1983, 194.

315 Gsell, BAC, 1917, no 64, p. 338-339.

316 CIL, 6341 :… res. pub. Vzelitanorum.

317 CIL, 6339 (cf. p. 1841) AE, 1917-1918, 44 : Iovi Optimo Maximo genio arae frumentariae Aug. sac., P. Marcius, P. f., Q., Crescens, ob statuam quam ob honorem magistratus sui die III nonarum Ianuariarum in capitolio promiser(at), inlatis r. p. summis honoraris decurionatus et mag., s. p. f. et eodem anno die XIV k. octobr. dedicauit, l. d. d. d.

318 ILS, 6865 : Genio kast. Elfant. sacrum, Clodia Donata, Proper[tii] Crescentis uxor, statuam genii patriae ka. Elef. cum base, quam de sua liberalitate ad ornandum kastel. pollicita ex HS. VIII n. sua pecunia constituit, ad cuius dedicationem sportulas X singulo[s] et vinum per collegia ad aepulandum dedit, [l.] d. d. d.

319 CIL, 6352 : [.] Vibius Acia qui Nivalis, ara genio vici Quinas ( ?) Vost. Ucretiani fil. ( ?), Vit., v. s. l. a.

320 Gascou 1983, 196.

321 CIL, 6357 = 19337 : Nundinae ha[be] ntur hic in castello Masterensi die III Kal(endarum) Septemb(rium) primarum et die III idum Septembrium [s]ubsequentium et deinceps suo quoque mense, ex permissu M. Aureli Comini Cassiani, leg(ati) Aug[[g(ustorum)]] p(ro) pr(aetore), c (larissimi) v(iri).

322 CIL, 6356.

323 Suivant une hypothèse de Z. Ben Abdallah, dans Baratte et al. 1999, 32.

324 CIL, 308.

325 Le territoire d’Ammaedara doit s’étendre jusqu’aux environs de Tituli, à environ 50 km à vol d’oiseau dans la direction du nord-ouest. À environ 4 km au sud-est de Tituli, une nouvelle borne découverte par L. Naddari (2008) atteste d’une limitation inter colonos et Musulamios dans la dernière année du principat de Trajan (116-117) ; on ne sait pas sous quelle forme ils ont été installés, mais leur rattachement à la colonie d’Ammaedara semble s’imposer. Au sud et au sud-est, il devait même englober au départ les localités de Sufetula, de Cillium et probablement de Thélepte, dans le territoire d’une autre tribu, celle des Musunii. Le nom de cette tribu se lit en effet sur une série de bornes (CIL, 23220-23225, AE, 2004, 1672) ; l’une d’elles, la plus complète (AE, 2004, 1672), sépare la propriété privée d’une certaine Fulcinia Sabina des terres publiques de Sufetula : Pub. Munic. /Suf. Mus., que M. Khanoussi (2004, 1158-1165) développe en pub(lica) munic(ipii) Suf(etulensium) Mus(uniorum) et que l’on peut rapprocher du cas de Thubursicu Numidarum (suivant M. Khanoussi), de Digdida municipium Selorum et des Macomades Selorum de la Tab. Peut. VIII, 1, et VII, 5-VIII, 1. Cette solution est difficilement recevable puisque, contrairement à Thubursicum Numidarum toujours désignée ainsi sur les inscriptions, Sufetula n’est jamais signalée de cette manière (cf. Aounallah 2001, 2). À Mus(uniorum), on préférera l’ablatif-locatif Mus(uniis) et comprendre que Sufetula fut installée sur le territoire des Musunii, de même que la regio Beguensis est in territorio Musulamiorum (CIL, 23246 = ILPB, 26).

326 Surtout, en raison des similitudes entre les institutions de Tituli et celles des pagi et des castella siccéens.

327 Ci-dessus, la notice de Tituli, p. 90-91.

328 Aujourd’hui dans le jardin du musée de Sousse (Inv. M. XIX. Ro). Gravée sur une plaque de grès, incomplète en bas, 20,5 x 35,5 x 3,5, dans un cadre, 18 x 33. Lettres : 2,5. Écriture cursive, mais bien alignée. Le texte est peut-être incomplet en bas. Un défaut de la pierre affecte le milieu des lignes 4 et 5 obligeant le lapicide à décaler nettement à gauche la dernière ligne qui empiète sur le cadre mouluré.

329 Sall., Iug., 75.1. Sur Thala, cf. Courtois, 1955-56.

330 Str. 17.3.12.

331 Ann., 3.21.

332 ILAfr, 195 Deae Caelesti Aug(ustae) sacrun (sic) [pro salute Imperatorum Caesarum]/L. Septimi Severi pii, pertinacis [Aug(usti) et M. Aureli Antonini pii, felicis, Aug(usti) et] / [[P(ublii)]] Septimi Severi [[Getae]] Caes(aris) bis co(n)s(ulis) Au[g(usti)---] [cun]cti seniores sunpt(ibus) pub(licis) fecerunt e[t dedicauerunt---] : “Consacré à Céleste Auguste, pour le salut des empereurs Césars Lucius Septime Sévère, pieux, pertinax, Auguste et de Marcus Aurelius Antoninus… L’ensemble des seniores l’ont fait (et l’ont dédié ?) aux frais publics”. Date : 209-210.

333 CIL, 23291, plaque en calcaire AES / [[Impp (eratoribus) dd(ominis) nn(ostris) Dio/cletiano III et Ma/ximiano]] II co(n)ss(ulibus), / hh(eredes) Sulpicii Felicis istu/t (sic) opus plateae quam / Felix pater, eq(ues) r(omanus) <s> ob aedi/litatis suae honorem pr/omisit CN cum gradibus / III propriis sumptibus pe(r)/fecerunt per Sul(picium) Prim(um) tut(orem). Par CN, comprendre ciuitate nostrae, coloniae nostrae, ciuibus nostris… Date 387.

334 ILAfr, 180, reprise par Ben Abdallah, Baratte et alii, p. 52, no 4, avec photo. Brisée en haut, mais le texte est complet Inter / col(onos) et soc(ios) Tal(enses).

335 M’charek 2003, 74, n. 62.

336 ILAfr, 180 : “les coloni seraient les gens d’Haïdra ; les socii Talenses, les fermiers d’impôts perçus à Thala ou de propriétés communales de la ville”.

337 CIL, VIII, 23849 :… cur(ator) r(ei) p(ublicae) castelli Biracsaccarensium sum[ptu universorum] ciuium a fundamentis coeptum ex[truxit]---atque cum suo ordine dedica[uit] ; cf. Lepelley 1981, 83-84.

338 CIL, VIII, 23876 : Pro salutem Imp. Caesaris. Aeli Hadriani Antonini Pii liberisq. eius Ioui Iunoni Minervae ciuitas Biracsaccar voto fecerunt, anno sufetum Onorato Fortunati IMR (fil.) et Fl. Victoris Victori Similis ; magistratus Vetulenis Victor et Similis p. fratribus p. p. d. d. f. Nouvelle interprétation dans Beschaouch 2001, 216.

339 C’est l’avis de Lepelley 1981, 83-84 : le passage du statut de ciuitas à celui de castellum daterait de l’édit de Caracalla, donc à partir du moment où tous les citoyens sont devenus romains et le titre de ciuitas fut abandonné car il impliquait un droit public pérégrin.

340 CIL, 26585— ---/ [---] M. trib. leg. V Macedonicae [---] / [---] t. praeposito vexillationi [---] / [---] in Citusum castello [---] / [---donato] hasta pura [---]/---.

341 L. Maurin nous informe de l’incertitude de cette lecture et nous propose CHVSVM, CILVSVM OU CLIVSVM.

342 CIL, 11467 ; ILS, 6834 — M(arco) Gentio Quar/to ciui castelli / Suf(etani), M(arcus) Gentius Quartinus/veteranus fi-/lius fec(it).

343 CIL, 11421 : [---] Augg[---] / [---] Aurelia [---] / [---Su] fetana[---] ; Gascou 1982, 197 et n. 353.

344 ILAfr, 302 : dédicace à Iulia Domna signée par la ciuitas Sutunurcensis d. d. p. p.

345 ILAfr, 300 : Divo Hadriano, patri Imp. Caes. T. Aeli Hadriani Antonini Aug. pii, pontif. max., trib. potest. VIIII, cos. IIII, p. p., Germanus, Passi Germani f. Sutunurc(ensis), ob honorem flam. perp. Quintae f(iliae) suae, ex HS IIII mil. legitim., statuam divi Hadriani et L. Aeli Caes., adiectis a se HS DXXV n. d (ecreto) d (ecurionum) s. p. f (ecit), et ob dedicationem viscerationem et gymnasium populo dedit.

346 CIL, 23165 révisée par P. Trousset 1990, 146-147, incomplète en haut et remployée dans une construction tardive [Imp. Caes., diui] / [Vespasiani fil.] / Domitiano, Aug.]/, [pont. max.] / trib. pot.] II, c[os.] / [VIIII, de]sig. X, p. p. / [L. I]avoleno prisc(o) / leg. Aug. pro pr. / ciuitas Ti[g]ens.

347 CIL, 23166 Imp. Nerva Caes. Aug. / p. m., tr. pot., cos. III / Q. Fabio Barbaro Valerio Magno / Iuliano, leg. Aug. / pro pr., castellus Thi/gensium.

348 Ci-dessus, p. 72 sq.

349 Ci-dessus, p. 99-100.

350 Ci-dessus, p. 62 sq.

351 Du souvenir de Marius à Thugga, nous ne pouvons invoquer que les rares témoignages que nous ont laissés les épitaphes sur lesquelles sont gravés les noms des représentants, à peu près une dizaine de défunts, de la gens Mariana : Cf. MAD, nos. 755-762, p. 326-328.

352 Voir le chapitre suivant, p. 119 sq.

353 Qui a bien voulu me communiquer les photos des deux inscriptions.

354 Aounallah & Maurin 2008.

355 Voir ci-dessus, p. 61 sq.

356 Sur ce personnage, cf. toujours la belle monographie de Poinssot 1969.

357 ILAfr, 559 = ILTun, 1499 = Poinssot 1969, 223-225 (texte F. avec photo) = AE, 1969-1970, 653, incomplète à gauche : [M(arco) Licini]o Rufo, praefecto / [alae Bosphor] anae in Syria, / [flam(en) perp(etuus)] Aug(usti)] C(oloniae) C(oncordiae) I(uliae) K(arthaginis), patrono pagi /[et ciuitatis, pa] gus Thugg(ensis) ex d(ecreto) d(ecurionum) / [fe]cit. Poinssot 1969, 237 : “Même la création d’un ordo du pagus paraît relativement tardive, si l’on ne tient pas compte de la seule inscription qui en fait mention au ier siècle : la dédicace offerte à M. Licinius Rufus ex d. d. : or l’examen de ce texte nous a déjà fait soupçonner une restitution postérieure”.

358 Ce style fait son apparition à partir des Flaviens et “s’affirme donc dès le dernier quart du ier siècle et au début du iie” (Bouard et al. 1997, 215 et 217).

359 Voir la photo dans Poinssot 1969, 224. Mais Bouard et al. 1997, 212 ne tiennent pas compte de ce détail : “l’époque est assurée par une dédicace de M. Licinius Rufus à l’empereur Claude datée de 54 ; nous ne prenons pas en compte pour le style de l’écriture dans la recension ci-dessous ce dernier texte que nous n’avons pas revu”.

360 Ci-dessus, p. 126-127.

361 On peut supposer que l’hommage post mortem, destiné certes à honorer un bienfaiteur, mais étranger au pagus comme apparemment à la colonie de Carthage, car la tribu Arnensis n’apparaît jamais dans la dénomination de M. Licinius Rufus. Sur ce type d’hommages, cf. Christol 2005, 138-139 : “Ainsi, hormis l’invocation aux dieux mânes, qui n’a pas sa place dans la ville, la plupart des textes gravés à Volubilis sur les bases de statues s’apparentent à des textes funéraires…”.

362 Suivant ce texte, l’ala Bosphorana a été créée au plus tard en 54 p.C. ; cf. Poinssot 1969, 227-229.

363 Nous préférons Vénus parce que, comme celui-ci, l’autre texte qui mentionne cette divinité a été trouvé dans le capitole (DFH, 26, p. 67-68), alors que l’inscription qui concerne Cérès a été trouvée dans le théâtre, près duquel le temple de Cérès (s’il a existé) doit se trouver.

364 Cérès est clairement indiquée sur une inscription du théâtre CIL, 26464 = AE, 1969-1970, 648 = Poinssot 1969, 215-216 (texte A. avec photo) : Cereri [A]ug(ustae) sacrum / M (arcus) Licinius, M(arci) l(ibertus), Tyrran[u]s et Licinia Prisca, voto susc[e]pto pro salute M(arci) Licini Rufipatroni, cellam cum p[o]rticibu[s et….. C (uel G.)… deas posuerunt. À la ligne 4, sous le I et le C de Licini, Cl. Poinssot a identifié un C ou un G. ce qui rend impossible, comme il l’admet, les restitutions proposées auparavant par L. Poinssot (p[o]rticibu[s et columnas lapi]deas) et par lui-même (1969, p. 216 : p[o]rticibu[s et argenteas] deas…).

365 CIL, 26603 = AE, 1969-1970, 649 = Cl. Poinssot, 1969, p. 223-225 (texte B avec photo) : [Cer vel Ven]eri Aug(ustae) s[acrum] / [M(arcus) Licinius Rufus, pr]aefectus Alae Bosphoranae exe[ercitus qui est in Syria, / flam(en) pe]rpet(uus) Aug(usti) C(oloniae) C(oncordiae) I(uliae) [K(arthaginis)] patronus pagi et ciuitatis Th[ugg. dedit idemque ? dedicauit…] / [M(arcus) Licinius, M(arci) l(ibertus), T]yrranu[s et L]icinia Prisca [de sua pecunia fecerunt (vel) posuerunt].

366 ILAfr, 559 = AE, 1969/1970, 652, DFH, 69, p. 181-182 [Ti(berio) Claudio Caesari Aug(usto) Germa] nico, p(atri) p(atriae), / [pontifici maximo, tr]ib(unicia) p(otestate) XIIII, co(n)s(uli) V, / [M(arcus) Licinius Rufus, praef(ectus) alae] Bosphoran(ae), flam(en) Aug(usti)/[c(oloniae) Con(cordiae) I(uliae) K(arthaginis), patronus pagi et ciuitatis Thugg(ensis), p]ago dedit itemque dedicauit, / mac[ellum et---] sua pec(uni)a fec(it), / [curatoribus---]o, P(ublii) f(ilio), Qui(rina) Ge[---et---]io, M(arci) f(ilio) Arn(ensis) Sever[o] (lecture et restitution de Cl. Poinssot, 1969, p. 222-223, texte F, sans photo).

367 Suivant en cela les étapes de la dédicace à Cérès ou à Vénus et l’hommage (posthume ?) par le pagus.

368 M. Licinius Rufus n’a pas été magistrat à Carthage, ce qui semble indiquer qu’il n’était pas citoyen, mais résident.

369 Commentaire de DFH, 69, p. 182 : “si, ce qui est fort vraisemblable, deux curateurs de l’exécution sont bien nommés l. 6, les éléments de leur dénomination sont intéressants malgré les mutilations de la pierre… Nous supposons que le premier nommé, inscrit dans la Quirina, est originaire de la ciuitas ; sa filiation à la romaine fait supposer qu’il était doté d’un prénom. En raison de son inscription dans l’Arnensis, le second est Carthaginiensis ; notons cependant que, dans cette hypothèse nous n’avons aucun élément, d’après ce qui subsiste du texte pour expliquer que ce dernier vienne en seconde position”.

370 On notera au passage que la ciuitas est impliquée dans la dédicace du temple de Mercure et de la place de la rose des vents pour le pagus : DFH, 34 et cf. texte ci-dessus, p. 109, no 22.

371 Ci-dessus, p. 107, no 12.

372 Ci-dessus, p. 109, no 22.

373 CIL, 26519, ILAfr 519, DFH, 25, p. 65-67 Imp(eratori) Ti(berio) Caesari A[ugusto sacr] um / curatore L(ucio) Vergilio, P(ublii) f(ilio), Arn(ensis), Ru[fo---]+g. dato Viriae,/ P(ublii) f(iliae), Rusticae auiae M(arci) Licini [Rufi, flam(inis) perp(etui) Aug(usti) C(oloniae) C(oncordiae)] I(uliae) K(arthaginsis), / M(arcus) Licinius, M(arci) l(ibertus), Tyrranus, patronus pa[gi contignationes ? ign]e consumptas / restituit aedem et statu[a]s corruptas exornauit opus intestinu[m---refecit, curatore (vel magistro) --- P]riscillo f(ilio) : “Consacré à l’empereur Tibère César Auguste. Étant curateur Lucius Vergilius Rufus, fils de Publius, inscrit dans l’Arnensis, [cette aedes de ? construit pour le pagus ?] avec une dation de Viria Rustica, fille de Publius, aïeule de Marcus Licinius Rufus, fils de [ ?], inscrit dans l’Arnensis, flamine perpétuel d’Auguste de la colonie Concordia Iulia de Carthage, Marcus Licinius Tyrranus, affranchi de Marcus, patron du pagus, a rebâti les boiseries (ou les planchers ?) ravagées par l’incendie, a refait l’ornementation de l’aedes et des statues détériorées et a remplacé les boiseries. Étant [curateur ou magister ?], M. Licinius Priscillus, son fils”. La restitution curatore n’est pas la seule à envisager ; on pourrait penser aussi à une datation par le magister du pagus.

374 Voir Poinssot 1969, 221 qui, malgré les difficultés que cette hypothèse impose, croit qu’il est “plus vraisemblablement de penser que cette restauration fut, en fait, plus tardive. Si on remarque que la grand-mère de M. Licinius Rufus, Viria Rustica, semble être intervenue dans la construction du sanctuaire d’une manière qui demeure, du reste, obscure, en raison de la lacune qui subsiste à la ligne 2 du texte étudié ici, on laissera passer une génération avant que puisse s’exercer l’activité de son petit-fils, restaurateur du monument : on remarquera d’autre part que parmi les textes où figure M. Licinius Rufus, un seul est daté avec précision – de 54 après J.-C.”.

375 L. Maurin (DFH, 25), à son tour, retient cette date de 54 : “Le monument a été consacré à Tibère vivant, mais l’inscription peut être sensiblement plus tardive, puisqu’il est question ici de la reconstruction du sanctuaire. Si l’on croit que celui-ci est le templum Caesaris mentionné en 36/37… un certain laps de temps a dû s’écouler entre l’inauguration et le sinistre dont il semble être question ici. On préfèrera le règne de Claude…”. Cette hypothèse repose pour l’essentiel sur l’identification de l’aedes avec le templum Caesaris dans l’inscription de 36/37, mais celle-ci est loin d’être prouvée.

376 C’est la date établie de la 38e puissance tribunicienne de Tibère ; cf. Lassère, Manuel, p. 1000.

377 Assez curieusement, Poinssot 1969, 228, fait remarquer que le double patronat de M. Licinius Rufus “lui avait été probablement offert après qu’il soit devenu flamen à Carthage, puisque le texte D ne fait état que de ce seul sacerdoce, et avant, ou pendant, son séjour en Syrie”.

378 NAMS, 21, 226. cf. aussi Poinssot 1969, 221.

379 Solution toutefois retenue par L. Maurin dans sa traduction de l’inscription (DFH, 25, p. 66).

380 Car l’ablatif pluriel datis est plus correct. Cf. art. Datum, le Grand Gaffiot, dictionnaire latin-français, nouvelle édition, sous la direction de P. Flobert, p. 472.

381 Sur le passage de l’abstrait au concret des substantifs latins en-tia, -tus, tio etc. cf. A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris 1954, p. 179-183 [nous dit J. Desanges].

382 [---]G. dato… La lettre G. pouvant être une abréviation pour plusieurs mots : Aug., Thugg., mag. et pag.

383 Poinssot 1969, 220-221 et L. Maurin dans DFH, p. 66.

384 DFH, p. 67 : “mais la colonie est représentée pour marquer de son sceau les actes publics du pagus…”.

385 C’est le point de vue de Cl. Poinssot et plus récemment de L. Maurin, cf. le commentaire de DFH, 25.

386 On peut aussi penser qu’elle est antérieure ou proche de l’année 24 date à laquelle la lex Visellia interdit aux affranchis d’exercer des magistratures municipales ! Sur les affranchis et leur rôle dans la vie municipale, voir Le Glay 1990, 623-631.

387 Ce templum Caesaris existait déjà, puisque l’inscription suivante signale le dallage de la cour qui le précède et non sa construction à proprement parler. En fait rien n’interdit de placer une magistrature ou une prêtrise (questure, édilité ou duumvirat…) après la mention du cognomen Rufus.

388 ILAfr 558, DFH 23, p. 60-62 Imp(eratori) Ti(berio) Caesari, divi Aug(usti) f(ilio), Aug(usto), pontif(ici) maximo, tribunic(ia) potest(ate) XXXVIII, co(n)s(uli) V. / L(ucius) Manilius, L(ucii) f(ilius), Arn(ensi), Bucco, II vir, dedicavit. / L (ucius) Postumius, C(aii) f(ilius), Arn(ensi), Chius, patron(us) pag(i), nomine suo et Firmi et Rufifiliorum, forum et aream ante templum Caesaris stratuit, aram Aug(usti), aedem Saturn(i), arcum, d(e) s(ua) p(ecunia) f(aciundum) c(uravit) : “À l’empereur Tibère César Auguste, fils d’Auguste divinisé, grand pontife, en sa 38e puissance tribunicienne, consul pour la 5e fois. Le duumvir Lucius Manilius Bucco, fils de Lucius, inscrit dans la tribu Arnensis, l’a dédié. Lucius Postumius Chius, fils de Caius, inscrit dans la tribu Arnensis, patron du pagus, en son nom et au nom de ses fils Firmus et Rufus, a fait paver le forum et la cour située devant le temple de César et a pris soin de faire à ses frais l’autel de l’Auguste, le sanctuaire de Saturne et l’arc”.

389 Peut-être originaire de l’île de Chio (d’où Chius), nous dit J. Desanges.

390 Cf. aussi Christol 2005, 171.

391 CIL, 26475 ; DFH, 68, p. 179-181 [---sac]rum / L(ucius) Iulius, L(ucii) f(ilius), Cor(nelia) Crassus, aedi(iliciis) ornamentis, tr(ibunus) mil(itum) / leg(ionis) XXI Rapacis in Germ(ania), praef(ectus) fabr(um), / II vir, aug(ur), IIvir quinq(uennalis) des(ignatus), patronus pagi ded(icauit) / C(aius) Pomponius, L(ucii) f(ilius), Restitutus d(e) s(ua) p(ecunia) f(aciendum) c(urauit) : “Consacré à [---] Lucius Iulius Crassus, fils de Lucius, inscrit dans la tribu Cornelia, revêtu des ornements édiliciens, tribun militaire de la 21e légion Rapax en Germanie, préfet des ouvriers, duumvir, augure, duumvir quinquennal désigné, patron du pagus l’a dédié. Caius Pomponius Restitutus, fils de Lucius, a pris soin de le faire à ses frais”.

392 CIL, 15503, ILAfr, 520, DFH, 24, p. 62-64 [[Imp (eratori) Ti(berio) C[l]audio Caesari A[ug(usto), [Ger]manico, patri patriae]] / [[pontific[i] maximo, tribunicia pot[es]tate III, co(n)s(uli) i[t]er(um), co(n)s(uli) desig(nato) III]], / L(ucius) Iulius, L(ucii) f(ilius), C[o]r(nelia), Crassus, aedili(ciis) ornam(entis), tr(ibunus) mil(itum) leg(ionis) XXI Rapacis in Germania, / praef(ectus) fab[r(um)], I]Ivir, augur, IIvir quinque[n(nalis)], patronus pagi dedicauit, / C(aius) Caesetiu[s], C(aii) f(ilius), Arn(ensi), Perpetuus, sacerd(os) Cer(erum) anni LXIIX, aedilis, praef(ectus) iur(e) dic(undo) c(oloniae) C(oncordiae) I(uliae) K(arthaginis), / patro[n] us pagi Thuggensis, nom[i]ne suo et filiorum, Honorati et Perpetui, arcum et gradus d(e) s(ua) p(ecunia) f(ecit)[---] : “À l’empereur Claude, César Auguste Germanicus, père de la patrie, grand pontife, en sa 3e puissance tribunicienne, deux fois consul désigné une troisième, Lucius Iulius Crassus, fils de Lucius, inscrit dans la tribu Cornelia, revêtu des insignes de l’édilité, tribun militaire de la 21e légion Rapax stationnée en Germanie, préfet des ouvriers, duumvir, augure, duumvir quinquennal, patron du pagus Thuggensis, l’a dédié. Caius Caesetius Perpetuus, fils de Caius, inscrit dans l’Arnensis, prêtre des Cereres de l’an 68, édile, préfet juridique de la colonie Concordia Iulia de Carthage, patron du pagus Thuggensis, a fait construire à ses frais, en son nom et en celui de ses fils Honoratus et Perpetuus, cet arc et les degrés d’accès”.

393 CIL, VIII, 26517 ; ILPB, 224 ; DFH, 46, texte commenté et analysé ci-dessus, p. 37 sq.

394 État de la question dans DFH, 3, p. 21-22.

395 AE, 1997, 1655 Minervae Aug(ustae) Sacr(um) / ex testamento Q(uinti) Vinnici, Q(uinti) fili, Arn(ensis), Genialis, sacerdotis Cereris anni CXXVI, / quaestoris, praefecti iuris dic(undi), duum(viri) c(oloniae) I(uliae) K(arthaginis), / patroni ciuitatis Thuggensis, ex HS X mil(ibus), XX Pop(uli) R(omani) / minus ciuitati donum dedit, curatore Q(uinto) Mario Per/petuo, patrono ciuitatis : “Monument consacré à Minerve Auguste, suivant le testament de Quintus Vinicius Genialis, fils de Quintus, de la tribu Arnensis, prêtre des Cereres de l’année 126, questeur, préfet pour dire le droit, duumvir de la colonie Concordia Iulia de Carthage, patron de la cité de Thugga ; il a fait don à la cité (de ce monument) pour la somme de 10 000 sesterces, moins le 20e du peuple Romain. Le curateur : Caius Marius Perpetuus, patron de la cité”.

396 AE, 1963, 94 = DFH, 50, p. 145-147 texte commenté dans notre dernier chapitre, p. 121 sq.

397 CIL, 1479 = DFH, 4, p. 23-24.

398 CIL, 15520 = 26467 = 26469. = DFH, 27, p. 69-71 : Pro salute Imp(eratoris) Caesaris Traiani Hadriani Aug(usti), A(ulus) Ga[binius] Quir(ina), Datus, patronus pagi et ciuitatis, M(arcus) Gabinius, Quir(ina), Bassus, flam(en) A[ug(usti) perp(etuus), p]atronus pagi et ciuitatis, templa Concordiae Frugiferi Liberi Patris cum [reliquis te]mplis et xystis solo suo a fundamentis sua pecunia struxerunt in [qu] od opus cum HS] L (milia nummum) promisissent, multiplicata pec(unia) consummauerunt itemq(ue) ded(icauerunt), cur[atoribus--- io F]ortunato, L(ucio) Instani[o] Fortunato, M(arco) Vibio Gemello, M(arco) [---] : “Pour le salut de l’empereur César Trajan Hadrien Auguste, Aulus Gabinius Datus incrit dans la tribu Quirina, patron du pagus et de la ciuitas, et Marcus Gabinius Bassus, inscrit dans la tribu Quirina, flamine d’Auguste perpétuel, patron du pagus et de la ciuitas, ont construit depuis les fondations, sur un terrain leur appartenant et à leurs frais, les temples de la Concorde, de Frugifer et de Liber Pater ainsi que les autres temples et xystes. Ayant promis de consacrer 50 000 sesterces pour cet ouvrage, ils l’ont mené à terme en multipliant la somme et ils en ont exécuté la dédicace. Curateurs : [---] Fortunatus, L. Instanius Fortunatus, Marcus Vibius Gemellus, Marcus[---]”. Textes à peu près identiques dans CIL, 26468 = ILTun, 1390 et AE, 1997, 1663b. ILTun, 1391 = DFH, 28, p. 71-73, mentionne en plus Neptune et, sans doute, une autre divinité dont le nom a disparu.

399 ILAfr, 568 ; DFH, 59, p. 159-160 A (ulo) Gabinio, Quir(ina), Dato p(atri), / flam(ini) Aug(usti) perp(etuo), patrono / pagi et ciuitatis Thuggen(sis), conductores praediorum regionis Thuggensis, ob me(rita), / curatore M(arco) Gabinio Basso, f(ilio) : “À Aulus Gabinius le Père, de la tribu Quirina, patron du pagus et de la ciuitas de Thugga, les fermiers des domaines de la regio de Thugga (lui ont élevé cette base) en raison de ses mérites ; étant curateur Marcus Gabinius Bassus, son fils”.

400 ILAfr, 569 = DFH, 77. Une autre dédicace, ILTun, 1513, lui a été élevée par la suite ; elle détaille l’ensemble de la carrière complétée par l’édilité et l’augurat à Carthage et l’admission dans les cinq décuries par Hadrien. La nouveauté ici est que notre personnage est inscrit dans l’Arnensis, sa nouvelle tribu acquise sans doute lorsqu’il a été magistrat à Carthage et donc citoyen de Carthage : A(ulo) Gabinio, A(uli) fil(io), Arnens(i), Da[to], patrono pagi et ciuitatis Th[ugg(ensis)], flamini diui Titi, aedil(i), augur[i] c(oloniae) I(uliae) C(oncordiae) K(arthaginis), equo publico in quinque [de]curiis ab imp(eratore) Caesare [Traiano] Hadriano Aug(usto) [adlecto] : “À Aulus Gabinius Datus, fils de Aulus, de la tribu Arnensis, patron du pagus et de la ciuitas, flamine du divin Titus, édile, augure de la colonie Iulia Concordia de Carthage, chevalier admis dans les cinq décuries par l’empereur César Trajan Hadrien”. Sur ce personnage, cf. également AE, 1977, 1663a et DFH, 28, p. 71-73.

401 ILTun, 1512 = DFH, 76, p. 195-196.

402 DFH, 75, p. 194-195. Stemma de cette famille dans Brouquier-Reddé & Saint-Amans 1997, 180.

403 ILAfr, 521 ; DFH, 29, 73-80.

404 CIL, 26471, cf. ILTun, 1392 = DFH, 136, p. 264-267 : Fortunae Aug(ustae), Veneri Con[cordiae], Mercurio Aug(usto) sacrum, pro salute imp(eratoris) Caesaris Traiani Had[riani] Aug(usti), pont(ificis) max(imi), trib(unicia) potest(ate), co(n)s(uli) III, p(atris) p(atriae), Q(uintus) Maedius Severus, patronus pagi et ciuitatis, nom[ine suo et M]aediae Lentulae, filiae suae, flam(inicae) perp(etuae), templum quod ex HS LXX [m(ilibus) n(ummum) fa] cturum se promiserat, ampliata pecunia a fundamen[tis extruxit---] opere exornauit idemque dedicauit, cura[t]ore [M]agnio Primo Seiano : “Consacré à la Fortune Auguste, à Vénus, à la Concorde et à Mercure Auguste, pour le salut de l’empereur César Trajan Hadrien Auguste, grand pontife, revêtu de la puissance tribunicienne, consul pour la 3e fois. Quintus Maedius Severus, patron du pagus et de la cité, en son nom et en celui de sa fille Maedia Lentula, flaminique perpétuelle, avec les 70 000 sesterces qu’il avait promis d’y consacrer, après avoir augmenté cette somme, a fait édifier ce temple depuis les fondations, lui a donné un décor approprié ( ?) et l’a dédié. Curateur : Magnius Primus Seianus”. Dans la lacune précédant opere, on peut penser aux qualificatifs [praeclaro, proprio…] (cf. DFH, p. 265), comme également à [solo suo extruxit…, suivant en cela la dédicace de la chapelle de la piété Auguste qui doit être voisine de ce temple (DFH, 30). Le domaine public du quartier du forum s’arrête, semble-t-il, à l’est, avec l’abside de la place de la Rose-des-Vents !

405 ILAfr, 556a.

406 CIL, 26615 Sex(to) Pullaieno, Sex(ti) f(ilio), / Arn(ensis), Floro Caeciliano,/ praefecto iur(e) dicun(do), / sac(erdoti) Cer(erum) anni CLXX, / II viro, flam(ini) perp(etuo) c(oloniae) C(oncordiae) I(uliae) K(arthaginis), / pagus et ciuitas Thug(gensis), / patrono d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica), curatori/bus L(ucio) Gallio Optato, Sallus/tio Dato : “À Sextus Pullaienus Florus Caecilianus, fils de Sextus, de la tribu Arnensis, préfet pour dire le droit, prêtre de Cérès pour l’année 170, duumvir, flamine perpétuel de la colonie Concordia Iulia de Carthage, le pagus et la ciuitas de Thugga (ont fait faire ceci) pour leur patron par décret des décurions, à frais publics. Curateurs Lucius Gallius Optatus et Sallustius Datus”. Il semble que le cursus est rédigé dans un ordre direct.

407 ILAfr, 560a = DFH, 24.

408 CIL, 26525 et ILAfr, 522, complété par Saint-Amans 2004, 342 (lecture modifiée) Pro s[alute] Imp(eratoris) Caes(aris) [T(iti)] Aeli Hadr[iani] Antonini [Aug(usti) Pii], liberorumq(ue) eius, Iulia Paula Laenatiana, ob honorem flaminatus sui perp[etui---], templum Minervae solo privato [---extructu]m pago et ciui[tati---, et ob dedicationem ? decu] rionibus sportulas et [universis (cf. CIL, 26527 = ILTun, 1404, ici, no 13.)---] gimnasium et epulum dedit, curatoribus, Asicio Adiutore et M(arco) Terrentio Gell[---]. À Numluli, le temple du capitole fut construit patriae suae, pago et ciuitati (ci-dessus, p. 111-112).

409 Aounallah & Ben Abdallah 1997.

410 AE, 1997, 1650 [Faustino ?] Felicis Sidiathonis filio, flam(ini) Aug(usti) perp(etuo), ciuitas Thuggensis ob meritum : “À Faustinus ( ?), fils de Felix, petit-fils de Sidiatho, flamine d’Auguste perpétuel, la cité de Thugga en raison de son mérite.”

411 AE, 1997, 1651 = DFH, 74, 192-193 Calpurnio Faustino, Faustini filio, flamini Aug(usti) perp(etuo), ciuitas Thug(gensis) ob eximiam eius in ciues suos liberalitatem qua siquando necessitas rei frumentariae postulauit frumentum populo quantumcumque habuit multo minore pretio quam [tunc er]at---- : “À Calpurnius Faustinus, fils de Faustinus, flamine d’Auguste perpétuel, la cité de Thugga en raison de sa générosité sans égale à l’égard de ses concitoyens, avec laquelle, chaque fois que les exigences de l’approvisionnement en blé l’ont réclamé, (il a procuré) au peuple autant de froment qu’il en avait, à un prix bien moindre que le cours pratiqué…”.

412 AE, 1997, 1653 M(arco) C[alpur]nio Fau[ustino, ci]uitas Th[ugg(ensis)] patrono, o[b] merita et ip[sius et pat]ris eius Faus[ini, curat]oribus Iulio R[ogato, Mu]cio Kapitone : “À Marcus Calpurnius Faustinus, la cité de Thugga à son patron, en raison de ses mérites et de ceux de son père Faustinus. Les curateurs : Julius Rogatus (et) Mucius Kapitonis”.

413 CIL, 26527 = ILTun, 1404 Pro sal[ute I]mperatoris Caesaris M(arci) Aurel[i Anto] nini Augusti Ar[meni] aci liberor[u]mque eius et Imperatoris Ca[e]sar[is L(ucii) Au]reli Veri Augu[s]ti [Armeni]aci L(ucius) Calpurniu[s--- nomine su]o et Faust[ini] patris et F[austi]ni fr[atris] ? et --- lib]erorum [suorum---, ex prom]issis HS C mil(ibus), a[diectis H]S L m[il(ibus)] in [amorem] ciuitatis su[ae--- sua pe]c(unia) fecit idemq(ue) edito s[pe]c[tacu]lo [lu]dor(rum) tri[duo, die muneris s]ui, dec[urioni]b(us) sportulas et universis vinum et gymnasium dedit et ded[ic]a[uit] : “Pour le salut de l’Empereur César Marc Aurèle Antonin Auguste, vainqueur des Arméniens et de ses enfants et de l’Empereur César Lucius Aurelius Verus, Auguste, vainqueur des Arméniens, Lucius Calpurnius---, en son nom et en celui de Faustinus son père et de celui de Faustinus son frère et de ses fils a fait élever à ses frais le temple (de ?) avec les 100 000 sesterces qu’il avait promis de verser auxquels il a ajouté 50 000 sesterces pour l’amour de sa ciuitas ; de même, après avoir offert un spectacle de jeux pendant trois jours, il a donné des sportules aux décurions, et à tous du vin et de l’huile pour le bain ; il l’a dédié”.

414 CIL, 26594 Q(uinto) Calpurnio, Papiria,/Rogatiano, patrono pagi / [e]t ciuitatis Thuggensium / [p]raefecto fabrum, equo publi/[co ex]ornato ab imperatoribus / [M(arco) Anto]nino [et L(ucio) V]ero, Augustis Arme[niacis, medic]is, Parthicis max(imis), statu/[am publice dec] retam ob merit[a], M(arcus) Cal/[purnius--- Vict]or pater eius, hono/[re con]tentus, de suo posuit d(ecreto) d(ecurionum) : “À Quintus Calpurnius Rogatianus, inscrit dans la tribu Papiria, patron du pagus et de la civitas de Thugga, préfet des ouvriers, orné du cheval public par les empereurs Marc Antonin et Lucius Verus vainqueurs des Arméniens et des Mèdes, vainqueurs suprêmes des Parthes, en raison de ses mérites, une statue (lui fut) décrétée officiellement. Son père, Marcus Calpurnius Victor ( ?), inscrit dans la tribu Papiria ( ?), comblé par l’honneur (rendu à son fils), l’a élevée à ses frais. Par décret des décurions”. C’est peut-être la même personne qui est concernée par ILTun, 1514 (cf. Poinssot, BAC, 1927, p. 85) --- [Aug(ustis), Armenia]cis, Me[dicis] / Parthicis maxim[is], / pagus et ciuitas Thugg(ensium) o[b merita] / patrono et advocato el[oquentis]/simo d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica).

415 CIL, 26526 = DFH, 6, p. 25-26.

416 CIL, 26532 = DFH, 8, p. 28-29.

417 CIL VIII, 26528b, DFH, 51, p. 147-149 [Imp(eratori)] Caesari M(arco) Aurelio Anto/[nin]o Aug(usto), Armeniaco, Medico, Par/[thi]co Max(imo) — Diui Pii fil(io), Diui Hadriani/nepoti, Diui Traiani Parthici prone-/poti, Diui Neruae abnepoti —, pontifici / maximo, Imp(eratori) V, co(n)s(uli) III, tribunicia / potestat(e) XXII, patri patriae / pagus Thugg(ensis) caelesti beneficio eor[um] auctus/iure capiendorum legat[oru]m d. d. p. [p] : “À l’empereur César Marc Aurèle Antonin Auguste, vainqueur des Arméniens et des Mèdes, vainqueur suprême des Parthes, fils du Pieux divinisé, petit-fils d’Hadrien divinisé, arrière-petit-fils de Trajan le Parthique divinisé, descendant de Nerva divinisé, grand pontife, acclamé 5 fois imperator, consul 3 fois, en sa 22e puissance tribunicienne, père de la patrie, le pagus Thuggensis (l’a fait) parce qu’il a été promu par leur céleste bienfait au droit de recevoir des legs”.

418 CIL, 15513-4, DFH, 31-32, p. 87-90.

419 CIL, 26606, ILS, 9364, ILTun, 1434, DFH, 33, p. 90-92 P(ublius) Marcius, Q(uinti) f(ilius), Arn(ensi), Quadratus, flamen diui Aug(usti), pontifex c(oloniae) I(uliae) K(arthaginis), in quinque decurias [adlectus ab imp(eratore) Anton]ino Aug(usto) Pio, ob honorem flaminatus sui perpe[tui] patriae suae theatrum cum basilicis et porticu et xystis et scaena cum siparis et ornamentis om[ni] bus [a solo extructum] sua pec(unia) fec(it), idemque ludis scaenis editis et sportulis datis et epulo et gymnasio ded(icauit) : “Publius Marcius Quadratus, fils de Quintus, inscrit dans la tribu Quirina, flamine d’Auguste divinisé, pontife de la colonie julienne de Carthage, admis dans les cinq décuries par l’empereur Antonin Auguste le Pieux, a fait construire pour sa patrie, à l’occasion de l’honneur du flaminat perpétuel, ce théâtre élevé depuis les fondations, avec les basiliques, le portique, les xystes, la scène avec ses rideaux, et son ornementation complète et il en fait la dédicace accompagnée de l’édition de jeux scéniques, du don de sportules, d’un banquet et de l’huile pour le bain”.

420 C’est ainsi que nous préférons identifier le bénéficiaire du capitole de Numluli(s), le pagus et la ciuitas réunis formant ensemble la patrie de l’évergète : patriae suae pago et ciuitati Numlulitanae, une seule patrie numlulitaine contenant le pagus et la ciuitas ; cf. ci-dessus, p. 111-112.

421 CIL, 26609 = DFH, 83, p. 207-209 [L(ucio] Marcio, Q(uinti) f(ilio), Arn(ensi) Simplici, [pa]trono pagi e[t ciuit]atis, flamini [perpe]tuo, flamin[i di]ui Aug(usti) C(oloniae) I(uliae) [K(arthaginis)], aedi[li, i]n quinque decur[ias ab I]mp(eratore) Antonino Au[g(usto) adl]ecto, ob egregiam ei[us munifi]centiam, pagus et [ciuitas] Thugg(ensis) d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica), curator[ib(us) C(aio) Mod]io Rustico, L(ucio) Num[mio, Hon]orato, Iulio Macro, Sallustio Iuliano, Q(uinti) f(ilio) : “À Lucius Marcius Simplex, fils de Quintus, inscrit dans l’Arnensis, patron du pagus et de la ciuitas, flamine perpétuel, flamine d’Auguste divinisé de la colonie julienne de Carthage, édile, admis dans les cinq décuries par l’empereur Antonin Auguste, le pagus et la ciuitas de Thugga (l’ont érigé) par décret des décurions, à frais publics, en reconnaissance de sa générosité insigne. Curateurs : Caius Modius Rusticus, Lucius Nummius Honoratus, Iulius Macer et Sallustius Iulianus, fils de Quintus”.

422 CIL, 26605 = DFH, 81, p. 203-205 Q(uinto) Marcio, Quir(ina), Maximo, ob munificentiam L(uci) Marci Simplicis, fili eius, et ob ipsius merita, pagus et ciuitas Thuggensis post mortem, d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica), curatoribus : C(aio) Modio Rustico, L. Nummio Honorato, Iulio Macro, Sallustio Iuliano : “À Quintus Marcius Clemens, inscrit dans la tribu Quirina, en raison de la munificence de son fils Lucius Marcius Simplex et pour reconnaître ses propres mérites, le pagus et la cité de Thugga (l’ont érigé) après sa mort par décret des décurions, aux frais publics. Curateurs : Caius Modius Rusticus, Lucius Nummius Honoratus, Iulius Macer et Sallustius Iulianus”.

423 CIL, 26604 = DFH, 82, p. 205-207 C(aio) Marcio, Q(uinti) f(ilio), Arn(ensi), Clementi, flamini diui Vespasiani C(oloniae) I(uliae) K(arthaginis), in quinque decurias adlecto ab imp(eratore) Antonino Aug(usto) Pio, ob munificentiam L. Marci Simplicis fratris eius, et honorem memoriae ipsius, pagus et ciuit(as) Thugg(ensis) d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica), [curato]rib(us) C(aio) Modio Rustico, [L(ucio) Nummio] Honorato, Iulio [Macro, Sallustio Iuliano] : “À Caius Marcius Clemens, fils de Quintus, inscrit dans la tribu Arnensis, flamine du divin Vespasien de la colonie julienne de Carthage, admis dans les cinq décuries par l’empereur Antonin Auguste le Pieux, en raison de la générosité de son frère, Lucius Marcius Simplex, et pour honorer sa propre mémoire, le pagus et la ciuitas de Thugga (l’ont érigé) par décret des décurions, à frais publics. Curateurs : Caius Modius Rusticus, Lucius Nummius Honoratus, Iulius Macer et Sallustius Iulianus”.

424 AE, 1999, 1843, CIL, 26610 :---/ [in sol]acium L. Marci / [Sim]plicis Regilli[ani princ]ipis et patr[oni / pagi], mariti eiu[s] / [d(ecreto)] d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) p(osuit).

425 L. Poinssot, NAMS, 21, p. 4-5.

426 Car ce Macius Simplex Regillianus peut fort bien être patron de la ciuitas. Cf. Poinssot 1962, 70, n. 4. L’institution est attestée dans celle-ci ; cf. note suivante.

427 AE, 1966, 510 = DFH, 48, p. 143-144 : Iulio Felici Candidi f(ilio), principi ciuitatis, ciui bono [---]---.

428 Gascou 1999.

429 CIL, 6710 = ILAlg, II, 3611 = ILS, 6863, ci-dessus, p. 92-93.

430 Ci-dessus, p. 134-135.

431 CIL, 26579 ; DFH, 64, p. 171-172 M(arco) Paccio Sil-/vano Coredio / Gallo L(ucio) Pullaie/no Gargilio An/tiquo co(n)s(uli), / pagus Thuggensis patrono d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica), / curatore L(ucio) Gabinio, L(ucii) fil(io), Clemente : “Le pagus de Thugga (l’a érigé) par décret des décurions et à frais publics, à son patron Marcus Paccius Silvanus Coredius Gallus Lucius Pullaienus Gargilius Antiquus. Étant curateur Lucius Gabinius Clemens, fils de Lucius”.

432 DFH, 36, p. 102-109 = AE, 2000, 1726 [pro salute Imp(eratoris) Caesaris M(arci) Aureli Commodi Antonini Aug(usti)] Pii, Sarm[atici Ge]rmanici Max[i]mi, Britannci, p(atris) p(atriae), ciuitas Aurelia Thugga [a]quam con[duxit e fonte M]occol[i]tano, a milliario septimo [sua] pecunia induxi[t et] lacum fecit, M(arcus) Antonius Zeno proc[o(n)s(u)l Africae dedic(auit), cur(atore) L(ucio) Terentio Romano] : “Pour la sauvegarde de l’empereur César Marc Aurèle Commode Antonin Auguste, Pieux, vainqueur des Sarmates, vainqueur suprême des Germains, vainqueur des Bretons, père de la patrie. La civitas Aurelia Thugga a amené l’aqueduc depuis la source Moccolitane ; elle l’a construit à ses frais depuis le 7e milliaire, a édifié un nymphée (avec son ornementation ?). Marcus Antonius Zeno, proconsul d’Afrique, l’a dédié, le curateur étant Lucius Terentius Romanus”. La restitution du M. à l’initial de [.]occol[i]tano est justifiée par le nom actuel de sainte Mokkhoula dans les ruines des citernes de Aïn el-Hammam ; on peut également restituer un B, puisque le M a remplacé le B dans le nom du Bagrada aujourd’hui Mejerda. Ce rapprochement est dû à A. Beschaouch à qui on doit aussi la restitution du nom du curateur (cf. Beschaouch 2000, 1173-1181). Ce personnage est connu par une inscription gravée après la constitution du municipe en 205 (AE, 1966, 512 = DFH, 37).

433 ILAfr, 524 = DFH, 9 :… pagus et ciuitas [[Aurelia]] [Thugga, d. d. p. p. ?].

434 DFH, 9 et photo p. 30. L. Maurin, dans le commentaire qu’il donne de l’inscription (p. 31), note que le martelage de la lettre initiale d’un mot suivant ciuitas est indéniable, comme l’avait bien établi L. Poinssot selon qui Aurelia s’imposait puisque aucune raison ne pourrait justifier l’érasure du toponyme Thugga. L. Poinssot pense que c’est Commode qui est visé par le martelage, mais, en ce cas, pourquoi Aurelia n’a pas été regravée comme l’ont été le nom et la titulature du prince ? L. Maurin suppose que “les auteurs de l’érasure… ont manifesté un zèle intempestif”. Il faut l’avouer, les deux explications ne sont pas convaincantes. Voir nos remarques, ci-dessus, p. 147-148.

435 Le temple de Mercure est connu par de nombreuses inscriptions : notamment ILAfr, 523 (complément à CIL, 26530 et 26533) et surtout ILAfr, 516 = DFH, 34 (complément à CIL, 26482) et ILAfr, 517 qui commémorent, en plus, la construction du portique du marché et de la place de la Rose-des-Vents ; ILAfr, 516 = DFH, 34, p. 93-98 (avec de nouvelles corrections de L. Maurin non encore publiées) : Q(uintus) Pacuvius Saturus, fl(amen) perp(etuus), augur c(oloniae) I(uliae) K(arthaginis), e[t] Nahania [Victor]ia, fl(aminica) p(er) p(etua), ad[opu]s templi Mercuri quot M(arcus) Pacuvius Felix Victorianus, filius eorum, codicillis suis ex HS L mil(ibus) fieri iussit, amplius ipsi, ob honorem f[lamoni] perpet(ui) HS LXX mil(ibus) pollicitis et [adiectis sum] mis, templum M[e]rcuri et cellas duas cum[s] tatuis et porticum et ab[sides---] / [[omnique cultu]] ampliata pecunia, fecerunt, item porticum e[t tholu]m macelli pago patriae extruxerunt et excoluerunt, item ciuitati Thugg[ensi] HS XXV mil(ia) Q(uintus) Pacuvius Saturus, fl(amen) perp(etuus), daturum se pollicitus est, ex cuius summae reditu quotannis decurionibu[s ciuitatis sport] ulae darentur, et ob diem [dedicationis totius op]eris ludos et sportul[as] decuri[o]nibus utriusque ordinis et un[i]verso populo [dedit---] : “Quintus Pacuvius Saturus, flamine perpétuel, augure de la colonie julienne de Carthage et Nahania Victoria, flaminique perpétuelle, ont édifié le temple de Mercure et les deux cellae avec les statues, le portique et les absides [---] et toute l’ornementation nécessaire, avec la somme de 50 000 sesterces que leur fils, Marcus Pacuvius Felix Victorianus avait ordonné de consacrer à la construction de ce temple dans ses codicilles, ayant eux-mêmes promis en outre la somme de 70 000 sesterces pour l’honneur de leur flaminat perpétuel, après avoir encore augmenté la somme. Ils ont aussi édifié et orné le portique et la tholos du marché pour leur patrie, le pagus. De même Quintus Pacuvius Saturus, flamine perpétuel, a promis de verser à la ciuitas de Thugga 25 000 sesterces afin qu’avec les intérêts de cette somme des cadeaux soient donnés chaque année aux décurions de la ciuitas et le jour de la dédicace de l’ensemble du monument, il a donné des jeux scéniques et des cadeaux aux décurions de l’uterque ordo et à l’ensemble du peuple…”.

436 ILAfr, 517 ; Saint-Amans 2004, 332, no 66.

437 CIL, 27374 corrigée par Gascou 1997, 100 [Diuo C ommodo fratr[i] / [imp. Caes. L. S]eptimi Seueri Pii, Per[tina/cis, Augusti, A]rabici, Adiabenici, Par[thici / numini eius] sacrati decurione[s] / [signum conse]ruatoris pagi Thugg[ens(is) / quod uoueran] t magistro Q. Mora[sio / H]osp[italis] f. Cassiano / ex pollicitatione sua fecerunt, d(e)d(icauerunt) : “Au divin Commode, frère de l’empereur Lucius Septime Sévère, Pieux, Pertinax, Auguste, vainqueurs des Arabes, des Adiabènes et des Parthes. Les décurions, qui se sont consacrés à sa divinité, avaient fait vœu d’une statue du conservator du pagus de Thugga et l’ont élevée et dédiée conformément à leur promesse. Étant magister, Quintus Morasius Cassianus, fils d’Hospitalis ( ?)”. Sur cette inscription, voir aussi Christol 2005, 189-190, et ci-dessus, p. 148 sq.

438 CIL, 26498 ; DFH, 38, p. 111-114 Pro salute imp(eratoris) Caesaris L(ucii) Septimi Seueri Pertinacis Aug(usti), Parthici, Arabic(i), Parthici, Adiaben[ici, pont(ificis) max(imi)], tri[b(unicia pote]st(ate) III, co(n)s(ulis) II, [p(atris) p(atriae), [[et D(ecimi) Clodii Septimi Albini Caes(aris)]], et Iuliae [Domnae Aug(ustae) matris castr]orum, opus templi Saturni quod L(ucius) Octavius Victor Roscianus [---] ex summa honoris [---faciendum promiserat] taxatis sestercium L milib(us) n(ummum), mu[umentum cum aedi] culis suis perficiendum id opus sestertium C mil(ibus) n(ummum) [legau] it, qua summa ab heredibu[s sol]uta et publice inlata, pagus et ciuitas Thuggensis, d(ecreto) d(ecurionum) dedicauit : “Pour le salut de l’empereur César Lucius Septimius Severus Pertinax Auguste, vainqueur des Parthes, des Arabes, des Partes et des Adiabènes, grand pontife, en sa 3e puissance tribunicienne, consul pour la 2e fois, père de la patrie, de Decimus Clodius Albinus César et de Iulia Domna Auguste, mère des camps ; le temple de Saturne que Lucius Octavius Victor Roscianus avait promis de réaliser avec les 50 000 sesterces de la somme qu’il devait en l’honneur de [---] les momuments et les exèdres ?] ont été achevés avec les 100 000 sesterces qu’il a légués ; cette somme a été payée par ses héritiers et versée à la caisse publique ( ?), le pagus et la ciuitas de Thugga l’a dédié”.

439 ILAfr, 564 = DFH, 12, p. 36-37.

440 ILAfr, 565 = DFH, 13, p. 37-38.

441 DFH, 53, p. 150-151--- [[f]la[m(ini Diu]]i Aug(usti), i[[n quinque decur(ias) adlecto, sacerdoti Aesculapii et Iovis, flam(ini) perp(etuo), II viro q(uin) q(uennali, patrono]], pagus Thuggens(is) d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) : “À…, flamine du divin Auguste, admis dans les cinq décuries, prêtre d’Esculape et de Jupiter, duumvir quinquennal, le pagus de Thugga à son patron, par décret des décurions, aux frais publics”.

442 DFH, 54, p. 151-153 : [[---o, Q(uinti) fil(io), Arn(ensi), Gabinio Octavio Festo Sufetiano, flamini]] diui Aug(usti), equo publico ornato]] ab imp(eratore) Caes(are) M(arco) Aurelio Commodo Antonino Pio Aug(usto), [[sacerdoti Aesulapi et Iouis, patrono ?]] [ci]uitas Aurelia Thugga, [d(ecreto)] d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica) : “À… Gabinius Octavius Festus Sufetianus, fils de Quintus, inscrit dans l’Arnensis, flamine du divin Auguste, décoré du cheval public par l’empereur César Marc Aurèle Commode Antonin, Pieux, Auguste, prêtre d’Esculape et de Jupiter, la ciuitas Aurelia Thugga, à son patron ( ?), par décret des décurions, à frais publics”.

443 Sur la damnatio memoriae frappant les notables indignes, cf. Lefebvre 2002.

444 DFH, 128---[[Aesc]]ulapi, ob eximiam eius liberalitatem, pagus et ciuitas Aurelia Thugga, d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) p(ublica).

445 CIL, 26597, DFH, 52, 149-150 [---Ga]binio / [---] / [---] / [---ob merita---Gabini Cl]ementis Clodi/ani patroni et de/fensoris causae / publicae, decurio/nes utriusq(ue) ordinis.

446 CIL, 26592 ; DFH, 72, p. 187-188.

447 CIL, 26589 ; DFH, 71, p. 186-187.

448 CIL, 26590 Asiciae Victoriae / fl(aminicae), Thuggenses ob muni-/[f]icientiam et singula-/rem liberalitatem eius / in rem p(ublicam) quae ob flamonium / [V]ibiae Asicianes fil(iae) suae HS C / mil(ia) n(ummum) pollicita [e]st ex quorum re/[d]itu ludi scaenici et sportulae/decurionibus darentur d(ecreto) d(ecurionum) / utriusque ordinis posuer(unt) : “Les Thuggenses ont érigé (cette base) pour Asicia Victoria, flaminique, par décret des décurions de l’uterque ordo, en reconnaissance de sa munificense et de sa libéralité unique envers la respublica à qui furent promis cent mille sesterces à l’occasion du flaminat de sa fille Vibia Asicianes ; du revenu de cette somme des jeux scéniques et des sportules seront donnés aux décurions”.

449 ILTun, 1427 ; DFH, 73a, p. 188-189 Vibia[e Asicia] neti / fl(aminicae) perp[etuae] et / disciplin[e singu]laris, / statuam qua[m u]terq(ue) / ordo decre[ue] rat, / respubl(ica) mun(icipii) [T]hugg(ensis) / posuit : “la république du municipe de Thugga a érigé cette statue que les deux ordres avaient décrétée (en hommage) à Vibia Asicianes, flaminique perpétuelle d’une éducation sans égale”. CIL, 26591 ; DFH, 73b, p. 189-192 Asiciae V[i]ctoriae coniugi [---] / ob munifi[c]entiam lib[er]a le]m et singular[em in---] / et patriam [su]am quae probo a[ni]mo et exim[io exemplo, prae/ter summa[m] flamonii perp(etui) sui honorar[iam ampliatam] / etiam filiae [suae] Asicianes singulari s[plendore ob flam(onium)] / HS C mil(ibus) n(ummum) patriae suae donauerit ex [quorum reditu dec(urionibus ) /utriusq(ue) [o]rdi[ni]s sportulae curiis [epulas et universo] / populo g[y]mnasia praestentur lu[dique scaenici dentur] / statuam q[u]am uterq(ue) ordo decr[euerat] / resp(ublica) mun(icipi) [Se]pt(imi) Aur(eli) lib(eri) Thugg(ensis) pos[uit dedicauit---] : “À Asicia Victoria, épouse (très…), en raison de sa générosité sans limite et inégalée envers ses (…) et sa patrie, elle qui, mue par sa loyauté et sa vertu exemplaire, outre qu’elle a augmenté la somme honoraire dde son flaminat perpétuel, a donné à sa patrie à l’occasion du flaminat de sa fille Asiciane, par une munificence hors pair, la somme de 100 000 sesterces, dont le revenu assurera des sportules pour les décurions des deux ordres, un banquet pour les curies, des distributions d’huile pour l’ensemble du peuple et le don de jeux scéniques. La république du municipe Septimium Aurelium libre de Thugga, lui a érigé (et dédié) cette statue que l’uterque ordo avait décrétée”.

450 CIL, 26622 = DFH, p. 154-157, no 56 [---] Papir(ia ?) [---f]lamini p(erpetuo), ciui et patrono [exemp]lario et h(onestae) m(emoriae) v(iro), [ob exi]mium amorem [in ci]ues et in patriam [bon]itatem, uterque ordo [rem]uneratus boni ciuis et [p]atroni merita qua decreti s[u]i [s]tatuam equestrem, respubl(ica) mun(icipii) Sep(timii) Aur(elii) lib(eri) Thugg(ensium) posuit ob amoris mutui memoriam sempiternam : “(À un tel) inscrit dans la tribu Papiria, flamine perpétuel citoyen et patron modèle, homme de mémoire honorable, en raison de son affection exceptionnelle envers ces concitoyens et de sa générosité à l’égard de sa patrie. Pour reconnaître les mérites de ce concitoyen et patron de qualité, l’uterque ordo l’avait honoré, par le vote d’un décret, d’une statue équestre. La république du municipe Septimien Aurélien libre de Thugga l’a érigée en souvenir éternel d’une affection réciproque”.

451 AAT, fe. 35, Téboursouk, site no 190.

452 Voir notre discussion supra, p. 68 sq. C’est l’hypothèse de Poinssot 1907, 465, n. 1 qui attire l’attention sur la grande étendue du territoire de Dougga, puisque “les bornes du Djebel-Khalled (15 au total) sont situées à 13-10 km au sud-ouest de la ville…”. Comme, entre Thugga et la ligne tracée par ces bornes, on trouve la ville d’Agbia, L. Poinssot conclut que celle-ci “n’était à l’origine qu’un simple vicus dépendant de Dougga”. Il ajoute que l’inscription (que nous avons commentée) ne prouve “en effet nullement qu’Agbia ait été sous Antonin pagus et ciuitas, les pagus et ciuitas dont il est question pouvant être fort bien ceux de Thugga”. Poinssot 1969, 237 va dans le même sens en notant que “le pagus et la ciuitas, dont les Cincii sont patrons, sont très certainement ceux de Thugga, dont Agbia n’est qu’un vicus ; même s’il s’agit d’un autre pagus et d’une autre ciuitas, on ne peut concevoir que ceux-ci soient pourvus d’institutions, qui n’existaient pas à Thugga”. Cette hypothèse a été rejetée par Gascou 1972, 184-185.

453 CIL, 15552 = 1550 : respubl[ica] municipi Agbiensium.

454 CIL, 1552. Sa promotion à ce rang pourrait être contemporaine à celle de Thugga par Septime Sévère, en 205.

455 Cf. Lepelley 1981, 62-63 et Gascou 1972, 184-185.

456 Ci-dessus, p. 68 sq.

457 Aounallah 2001, 179-183 et Gascou 2003, 241-242.

458 Gascou 1988 qui exclut la présence d’un pagus carthaginois dans cette localité.

459 CIL, 26157--- [---Aug.] / sac. / pagus et ciu/tas Auense/sis s(ua) p(ecunia) f(ecerunt).

460 CIL, 26121 (commentaire de Gascou 1972, 161-162).

461 CIL, 26125 :---/[ ---Ge] rmanici, Sarm[attici---] / [---diui Traiani] Parthici Abnepo[tis---] / [---] e suae et IVATA ( ?) Spatia[---] / [---ob quam dedicati] onem decurionibus utriusqu[e ordinis---].

462 CIL, 26219.

463 CIL, 26126 (en trois fragments qui se raccordent) : Pro salute imp. Cae[s. M. A]ureli Severi [… et Iuliae Mammaeae---] / castrorum et senatus patriae, ext[---]/omnibus ornamentis pro sua honestat[e---] / sportulas decurionibus et univer[so] populo [---].

464 Pour le commentaire, voir aussi Gascou 1972, 161.

465 C’est le point de vue de Gascou 1972, 161-162.

466 Benjeddou 2007, I, 42-43 ; II, fig. 6 et 7. Une étude d’ensemble vient de paraître : Aounallah & Maurin 2008.

467 AAT, Béja (fe. no 18), site no 46.

468 Puisqu’on voit intervenir les mêmes personnages encore en fonction.

469 Caelesti Aug(ustae) / sacr(um) / pagus et ciuitas / Siviritana sua pe/cunia solo publico / posuerunt/curatoribus C(aio) Lurio / Saturnino et Naevio / Felice mag(istris) et C(aio) Mem/mio et L(ucio) Piladis sufetib(us).

470 Neptuno [Aug(usto)] / sac(rum) / pagus et ciui/tas Siviritana / sua pec(unia) s(olo) p(ublico) f(ecerunt), cur/atoribus C(aio) Lurio / Saturnino et Nae/vio Felice mag(istris) et / C(aio) Memmio sufete. On remarque ici qu’un seul sufète est présent ; nous pensons qu’entre la dédicace à Caelestis et celle qui concerne Neptune, le deuxième sufète est décédé.

471 Aounallah & Maurin 2008, 233-235 :--- [---dedicante L(ucio) Manilio] / L(ucii) f(ilio) Buccone, II/vir(o), C(aius) Sossius / Bacchicus, mag(ister) / pagi d(e) s(ua) p(ecunia) f(ecit).

472 ILAfr, 558, DFH 23, p. 60-62 et ci-dessus, la notice de Thugga, no 2, p. 105.

473 Ces aspects concernant les relations entre les pagi et la colonie mère sont étudiés ci-dessus, p. 119 sq. et dans l’article signalé de Aounallah et Maurin.

474 CIL, 15260 :… lettres incompréhensibles/ [---] ara diui Aug(usti) pago (et non FAC. C. d’après le CIL) [---]/ [---] ut idemque ded. [---]. La photo, très claire, est donnée dans son mémoire de DEA sur l’occupation du sol dans le pays de Téboursouk soutenu à Bordeaux sous la direction de L. Maurin. L’inscription se trouvait dans l’antiquarium de Téboursouk en 2002.

475 En effet, comme Thugga, elle est municipe septimien libre et J. Gascou (1982, 211-212) pense que la ville a pu connaître une évolution semblable à celle de sa voisine.

476 Beschaouch, CRAI, 1999, 1042-1045.

477 CIL, 26167. On ne peut tirer aucune conclusion des attestations neutres et non datées de la R. p. Tig. Bur. sur CIL, 26168 et 26169.

478 AE, 1999, 1845 : pro Salute… C. Caelius Felix, aedilis, libertatis statuam quam ob mis(s)iliorum aeditionem et qu(a)esturae summam facturum se promiserat, ampliata pecunia, perfecit et dedicauit…

479 CIL, 26551, DFH, 57.

480 État de la question dans Gascou 2003, 240-241.

481 CIL, 25827---/ [---] Aureli Antonini [---] / [---] Aug. filio [---] / [---] utriusque ordinis [---]/--- ?

482 AAT, 27, no 160.

483 AAT, 27, no 169.

484 Tissot, Géog., II, p. 319-322, cf. AAT, fe. 27, no 54.

485 Renseignement oral.

486 Poinssot 1920, 288 ; ILAfr, 501 Ioui Aug(usto) / sacrum / pagus Assalitan-/us u(otum) s(oluit).

487 AAT, I, fe. 30, no 218.

488 Aujourd’hui Aïn el-Babbouch où a été découverte une inscription latine (ILAfr, 500). Mais le site, que j’ai récemment visité avec L. Maurin, ne comporte aucune ruine importante et ne peut être considéré comme une ville. La ciuitas Mizigitanorum doit donc être recherchée ailleurs.

489 CIL, 27398 --- MI…… M….B--- / statuamque [….] / PACIDI [……..].

490 ILAfr, 301 = Maurin 1995, 111-112 et Beschaouch 1997, 102 (texte ci-dessus, p. 65-66).

491 ILAfr, 303 : Imp. Caes., diui Antonini Aug. Pii fil., diui Hadriani nep., diui Traiani Parthici propnep., L. Aurelio Vero Aug., pontifici maximo, trib. po[t]est. II, cons. II. Coclius Saturninus Golicus, ob [hon]orem flamoni p[p]. Neri Moci Septimi, ex HS III mil. n. posuit, item reipubl. HS. I n. intulit, ob dedicacionem epulum et gimnasia et ludos scaenicos dedit, d. d.

492 ILAfr, 304 : Fortuna[e Re] duci Au[g.], pro salute [---] / [---] is Aug. [---] / [---] uo enunc[---] / [---Consius---]nanius Abonius, flam. / sui p[erp.] et decurionatus Consi F[e]/l[icis ? A]boniani fili sui, templum / [---]ce cum omni cultu, ex HS V / m[il. n. p]romissa, ampliata pecunia / so[lo p]rivato suo fecit et ampli/[us in z]othecis duabus patri/et matri statuas marmore/as posu[it] itemq. dedicauit, / et ob dedicationem uni/uersis epulum et gymna/sia dedit d(ecreto) d(ecurionum).

493 Maurin 1995, 124.

494 Maurin 1995, 107-109.

495 Kienast 152.

496 Maurin 1995, 102-103, avec traduction et photo : Diuo [P(ublio)] Heluio Pertinaci Aug. Pio, p. p. / pagani pagi Mercurial(is)/ ueterani Medelitan. / ponend(um) curauer(unt) ex HS. VCCC/XXXIII n. cum tertis summae/ flamoni perpet(ui)/ C(aii] Mithri Gemini et M. Vibi Fe/icis qui ob hon(orem) flam(amonii) sui perp(etui)/magg(istris) flaminib(us) sportul(as) et de/[curiis) singulis binos aureos / [e]t gymnas[ium] biduo populo de/der(unt), d(e[d(icauerunt)].

497 Maurin 1995, 104-107, avec traduction et photo : Iuliae Domnae Aug. /matri castrorum / matri August[orum], / imp. Caes. L. Septimi Severi Pii / Pertinacis Aug. coniugi, / Q. Silicius Victor et C. Tadius For/tunatus, ob honorem flam(onii) sui perpetui statuam cum / base ex HS. binis milib(us) n. legi/timis adiectis tertis ex de/creto paganor. pagi Mercurialis/ueteranorum Medelitanorum / s. p. f. idemque dedicauerunt. Dans ce texte, comme dans le précédent, les dédicaces sont faites pour l’honneur des deux flamines en exercice après ampliatio des sommes légitimes. Dans les deux cas sans doute, l’ampliatio additionnée aux sommes légitimes s’élève à 5333 sesterces, ce qui permet d’établir la somme honoraire du flaminat dans ce pagus à 2000 sesterces (2000 + 2000 + 4000/3 = 5333 sesterces).

498 Dans Ben Hassen & Maurin 1998, 229.

499 AAT, fe. 28, no 93 ; cf. Maurin 1995, 98-111 et 2003, 81-82.

500 Appelé aussi Sidi Bechir ou Sidi Cherif : AAT, fe. 28, no 22, cf. Maurin 2003, 26-27.

501 Discussion de L. Maurin, dans Ben Hassen & Maurin 1998, 229-231.

502 CIL, 25423 (cf. BAC, 1894, p. 238, no 22 = CMA, p. 90, no 414 et p. 116 no 1 (avec photo)) : Tessera pagi / Minervi, / M. Grattius / M(arci) f(ilius) Pap(iria vel-irius) / mag(ister) pagi, / d(e) s(ua) p(ecunia) d(edit).

503 Gascou 1972, 175.

504 Ciuitas en 195-196 (CIL, 1333), attestée comme municipe en 276-283 (CIL, 1329). La ville pérégrine était administrée par des undecimprimi (CIL, 1327 = 14875).

505 CIL, 25854---[---] M. [6 l.] diu[---] / [---ob honorem flaminatus] sui ? perp[e] tu[i ?---] / [---] crimine cu[---] / [---] pagi N [---] / [---] i. i. p. u. [---] / ---.

506 CIL, 27416 Cael[---] / arcum cu[m---] / pagus Thac[---] / fecit DD in qu[---] / contuli[---] s[---] / cum T. Orbi Cram[---].

507 AAT, Téboursouk, no 33.

508 ILTun, 1534 = BAC, 1928-1929, 688-693 : Ch. Saumagne suppose (p. 693) “qu’à Aïn-Téki, comme au pagus Assalitanus et peut-être au pagus Thibaritanus et au pagus Suttuensis, on est en présence d’une organisation quasi-municipale, la collectivité des colons, bénéficiaires de tenures dans un saltus impérial”.

509 CIL, 15644 : dédicace à Constantin, signée par le mun. Tac. et CIL, 27460 mentionnant la fin de l’ethnique [Thac]ensium / [Thaci]ensium. On doit signaler qu’une Thaca, cité sufétale, existe dans les environs de Zaghouan.

510 Ci-dessus, p. 116.

511 Voir le cas de l’oppidum ciuium Romanorum Aptuccensium (Henchir Semmech) et des Aquae Aptuccensium (Henchir Biada), à peu de distance au nord.

512 AE, 1955, 127, d’après Quoniam 1953, 150-151.

513 AAT, 19, Zaouiet Medien, no 110.

514 AAT, 19, Zaouiet Medien, no 3 ; description du site par R. Cagnat, BAC, 1901, p. 111 : “ruines de médiocre étendue, groupées auprès d’une source tiède légèrement sulfureuse” ; CIL, 25485 Imp(eratori) Ca[es(ari)] / M(arco) Aurelio Ant[onino] / [Aug(usto)] pontifici m[aximo] / [p]rincipi Iuven[tutis], / Imp(eratoris) Caes(aris) L(ucii) Septim[i Se-/ue]ri Pii Pertina[cis] / Aug(usti) Parthici A[ra]/bici Adiabeni[ci] / pontif(icis) Maxim[i f(ilio] / pagus Trisipen[sis] / d(ecreto) d(ecurionum) p(ecunia) [p(ublica)].

515 Avec anticipation de la voyelle d’appui de la liquide *r comme dans Thabraca> Tabarca (nous dit J. Desanges).

516 On doit toutefois noter que l’inscription de Henchir Terjba n’est visible qu’à partir du nom de Septime Sévère et que la restitution f(ilius) après Maximi n’est pas la seule hypothèse à envisager :---L. Sep[timi] S[e/veri] Pii… Perti[nacis] / A[u]g., Parthici, A[ra/bi]ci, Adiaben[ici] / pontif. maxi[mi f. ?] / pagus Trisipe[nsis] d. d. p. [p]. Rien n’indique donc que Caracalla est visé par le présent hommage.

517 Quoniam 1953, 150-151 : “Ce document fournit un second renseignement, non moins précieux : il montre que les terres d’un pagus… pouvaient, dans certains cas, être dispersées et séparées les unes des autres par de grandes distances. Il est peu probable, en effet, que, dans une région qui passe pour avoir été en majeure partie domaine impérial (saltus Burunitanus), le substratum territorial… des ciues romani de Tripasa ait été d’un seul tenant” ; voir ausi Gascou 1972, 175.

518 Sur les pagi stipendiariorum, cf. ci-dessus, p. 19 sq.

519 CIL, 14445---/ [---Au]gustae / [s]acrum, [pa]gus Thuniga-/bensis.

520 Ferchiou 1977, 9 : Dis Caesarum / sacrum, / C. Firmius Heracla, / C. Iulius Tertius mag(istri ) /pa[g]i, publica impensa / fecerunt.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 2. Agbia entre Dougga et les bornes de la ciuitas Thuggensis.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 3. Carte générale.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 4.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 5.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 6.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 7.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 8.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 9.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 10
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 11
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 12.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 13.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 14.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 15.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 16.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3888/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search