Version classiqueVersion mobile

Pagus, castellum et civitas

 | 
Samir Aounallah

III - La naissance des premières cités romano-africaines : Quelques remarques à propos de l’oppidum ciuium Romanorum chez Pline l’Ancien

Texte intégral

  • 1 Ci-dessus, p. 21-27.
  • 2 L’exception concerne Lepti(s) Minus ; populus liber d’après la Loi Agraire, Lepti est dite libera (...)

1À l’exception donc des sept peuples libres (populi liberi), il n’y avait du point de vue juridique aucune cité en Africa. Les communautés qui s’y trouvaient étaient organisées en vastes pagi de stipendiaires et soumises à l’autorité des responsables de l’administration romaine installés à Utique, alors capitale de la province1. À l’intérieur de ces pagi, chaque communauté était considérée comme une agglomération secondaire, un village, sans doute un castellum. Cette situation demeura sans changement notable vraisemblablement jusqu’au lendemain de la victoire de César à Thapsus et de la prise de Zama, en 46 a.C.2 Pour des motifs évidents liés à la guerre et à la colonisation des terres, nous assistons, sous l’impulsion de César et surtout de son fils adoptif, Octavien – dès 36 a.C. lorsqu’il devint le seul maître des deux provinces africaines, ou plus vraisemblablement dès 31, après sa victoire sur Antoine – à la naissance de plusieurs villes, en particulier en Africa uetus : soit sous forme de cités libres et naturellement pérégrines, soit sous forme de communes romaines créées ex nihilo, ou bien par simple “promotion” d’anciennes communautés pérégrines, promotion qui à l’époque, devait s’accompagner d’une déduction de colons citoyens romains. Le phénomène le plus marquant durant cette période est sans doute la création, dans les deux provinces africaines, de trois grandes colonies dotées chacune d’une vaste pertica comprenant plusieurs districts ruraux appelés eux aussi pagi : Cirta des Sittiani, Sicca Veneria et enfin Carthage. Par leur organisation territoriale, ces trois colonies ont marqué pendant plus de deux siècles, la topographie administrative de tout le nord de la Proconsulaire augustéenne.

  • 3 B. A., 20 ; ci-dessus, p. 20.
  • 4 L’auteur du B. A, 97-98, nous apprend que César, après avoir infligé des amendes à certains Uticée (...)
  • 5 Propter humilitatem ciuitatis, dit l’Anonyme de la Guerre d’Afrique (97).

2Les sources littéraires, essentiellement la Guerre d’Afrique et l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien sont difficilement exploitables pour notre propos. Le premier décrit dans l’ensemble une situation chaotique : villes détruites ou désertées et incapables de se défendre, terrains abandonnés et non cultivés (…)3 et n’apportent pas de renseignements clairs. À leur propos, en effet, l’auteur du Bellum Africum4 dit seulement qu’une fois ses ennemis définitivement vaincus, César récompensa les habitants de Zama en abolissant les impôts dont Juba les avait chargés, réduisit le royaume numide en province romaine, l’Africa nova, et y laissa Salluste comme proconsul. De Zama, il revint à Utique où il régla rapidement les affaires urgentes. Il imposa aux Thapsitani une contribution de deux millions de sesterces et trois millions à leur conventus, aux Hadrumétins trois millions de sesterces et à leur conventus cinq millions. Les Leptitains, vraisemblablement les habitants de Lepcis Magna, pour s’être alliés à Juba dans le commencement de la guerre, furent condamnés à fournir tous les ans trois cents mille livres pesant d’huile. Enfin, les Thysdritains, leur cité étant petite et donc peu riche5, furent seulement taxés d’une certaine quantité (non précisée) de blé.

  • 6 Le nombre des colons restés en Afrique est difficile à évaluer. Appien (B.C., 3.85.) nous apprend (...)
  • 7 Cf. Chastagnol 1995, 117 : “Cela peut en effet être vrai, mais on prendra garde à la recommandatio (...)
  • 8 B. A., 7… peruenit ad oppidum Leptin, liberam ciuitatem et immunem.

3En matière de colonisation des terres6 et surtout de fondations coloniales, son action demeure aussi difficile à évaluer du fait que les premières colonies et municipes africains portaient seulement le titre Iulia-Iulium ce qui astreint à les attribuer soit à César soit plutôt à Octavien7, dans la période comprise entre 46 et 27 a.C. À l’exception donc de Zama, l’auteur du Bellum Africum ne nous renseigne guère sur la nature des privilèges concédés aux communautés qui ont pris son parti lors des opérations militaires ; leur nombre et leurs noms sont aussi inconnus. Les privilèges reconnus à Lepti (Minus), ville ayant l’immunité en plus de la liberté8 qui lui était acquise depuis la chute de Carthage en 146 a.C., existaient certainement dès avant le commencement des hostilités.

  • 9 Sur le sens de populus, cf. Desanges 2004, 87 : “Populus dans le vocabulaire de la statistique off (...)
  • 10 Desanges 1980b, 14 : “La description du littoral, du moins en ce qui concerne sa partie africaine, (...)
  • 11 État de la question dans Desanges 1980b, 23-27.
  • 12 Contrairement aux colonies des Maurétanies (5.20 : Cartenna, colonia Augusti legione secunda, item (...)
  • 13 Nat., 5.30 : “Ex reliquo numero non ciuitates tantum, sed plerique etiam nationes iure dici possun (...)

4Pline, certes plus prolixe que l’auteur du Bellum Africum, est aussi peu explicite. Dans sa description de l’Afrique, c’est-à-dire de la Proconsulaire augustéenne, formée officiellement en 27 a.C. à la suite de la fusion des deux anciennes provinces, l’Africa vetus, conquise en 146 a.C., et l’Africa nova, annexée un siècle plus tard, en 46 a.C., Pline l’Ancien livre deux informations importantes. La première est un inventaire des communautés africaines, ce que le naturaliste appelle les populi9 : cinq cents seize peuples obéissant, dit-il, au pouvoir de Rome. Cette liste s’inspire de deux documents essentiels : une description du littoral, allant de la Numidie au Byzacium, postérieure à 44 a.C. et antérieure à la levée de la malédiction sur le sol de Carthage par Octavien en 29 a.C.10, et une formula prouinciae Africae établie après l’unification officielle de l’Africa noua et de l’Africa uetus, en 27 a.C., et, selon toute vraisemblance, avant la mort d’Auguste11. La seconde, la plus intéressante pour notre propos, est un classement de ces populi ; Pline les range en trois catégories majeures : les colonies d’abord12, puis les oppida et enfin le reste des communautés dont la majorité doit être tenue “non seulement pour des ciuitates, mais encore pour des nationes13”.

  • 14 Nat., 5.1 : “…Populorum eius oppidorumque nomina uel maxima sunt ineffabilia praeterquam ipsorum l (...)
  • 15 Desanges 1980b, 78.
  • 16 C’est en effet l’unique attestation du mot castellum chez Pline.

5Différents problèmes s’imbriquent : que signifie d’abord populus ? Terme que le naturaliste applique à l’ensemble des communautés de l’Africa, puisque au commencement de sa description, il annonce que les noms des peuples et des oppida qui s’y trouvent sont difficilement prononçables, et qu’en général, les Africains habitent de simples castella14. Cette description montre bien “les insuffisances du témoignage des géographes anciens en matière de toponymie15” : en effet, ni le sens de populus, ni celui d’oppidum et de castellum ne sont clairs ici. On comprend seulement que le populus peut à la fois rassembler plusieurs oppida comme il peut se confondre avec l’oppidum. Les castella, majoritaires en nombre d’après le contexte, apparaissent nettement moins importants par leur urbanisme comme par leur population. De plus, Pline ne s’intéresse guère à ce type de communautés qu’il néglige tout au long de la description qui va suivre16.

  • 17 Voir notre tableau ci-dessus, p. 48-57 : Les peuples d’Afrique d’après Pline l’Ancien (livre 5).

6La définition du populus s’éclaircit un peu dans l’énumération des communautés de l’Africa proprement dite inspirée de la formula prouinciae de l’époque augustéenne, 516 populi rangés en gros en cinq, voire six ou sept, catégories juridiquement distinctes17.

  1. Les colonies d’abord, au nombre de six, toutes signalées : quatre (3 – Cirta, 4 – Sicca, 13 – Carthago et 14 – Maxula) empruntées à la description du littoral et deux 36-37 – (Vthina et Thuburbi) signalées par la formula prouinciae.
  2. Les oppida ciuium romanorum, au nombre de quinze, également tous signalés : deux sont mentionnés dans la description du littoral (8 – Thabraca et 11 – Utique) et treize, 38-50, dans la formula prouinciae.
  3. Un seul oppidum latinum (51 – Uzali).
  4. Un seul oppidum stipendiarium, les Castra Cornelia, signalé deux fois : comme locus dans la description du littoral (12 – locus Castra Cornelia) et comme oppidum dans la formula prouinciae, oppidum stipendiarium Castris Corneliis.
  5. Trente oppida libera, mais la liste est incomplète puisqu’en additionnant le nombre de ceux qui sont mentionnés par la formula, dix-huit (52-69), à celui qu’on peut tirer de la description du littoral, huit (5, 17-23) et enfin Cercina urbs (83), on arrive à un total de 27 oppida libera. Sur ce point, et, quoi qu’il ait été dit, nous sommes toujours en peine pour identifier les trois villes qui manquent18.
  • 19 Nat., 5.30 ; cf. la note 13.
  • 20 Desanges 1980b, 326.
  • 21 Shaw 1981, 454 et 466, considère ces ciuitates comme stipendiaires ; Desanges 1980b, 326-327, n. 4 (...)
  • 22 Ces nationes sont, suivant l’ordre adopté par Pline, les Nattabudes, les Capsitani, les Musulami, (...)

7Au total, donc, 53 villes (6 + 15 + 1 + 1 + 30) sont concernées par cette classification. Pline ajoute que les communautés qui restent peuvent être considérées comme cités ou encore comme des nationes19, ce qui signifie que les ciuitates sont moins importantes que les nationes, mais que toutes les deux sont de même nature20 et s’opposent, sans doute par leur statut, à la liste des colonies et des oppida qui a précédé21. En d’autres termes, la natio peut contenir plusieurs ciuitates (éventuellement des populi), sans doute quelques dizaines, puisque Pline ne dénombre que onze nationes22.

  • 23 Principalement Gascou 1971.
  • 24 Une nouvelle inscription découverte à El-Alia, non loin de Bizerte, mentionne la col(onia) Uz[alit (...)
  • 25 En effet, les colonies juliennes de Neapolis, Curubis et Clipea et d’autres sont dites oppida libe (...)

8En définitive, nous avons d’énormes difficultés à suivre Pline. La principale, à notre avis, concerne le sens exact du mot oppidum, quelle que soit la catégorie où il est rangé, et malgré sa place entre les coloniae d’un côté et les “[populi qui] non ciuitates tantum, sed plerique etiam nationes iure dici possunt”. Il s’avère en effet impossible de ranger les oppida dans une catégorie juridique précise. C’est ainsi que les oppida ciuium Romanorum pouvaient être soit des colonies romaines, soit des municipes romains, soit enfin des pagi de citoyens romains23. Suivant le même raisonnement qu’autorisent pour l’instant nos connaissances, l’oppidum Latinum (un seul cas, celui d’Uzali) pouvait être une cité pérégrine dotée du droit latin, un municipe latin et enfin, pourquoi pas, une colonie latine24. La liste des oppida stipendiaria pose une seule difficulté en rapport avec le nombre, un seul oppidum, les Castra Cornelia. Le problème est encore entier pour les trente oppida libera parmi lesquels on trouve notamment une série de colonies juliennes dont la date de création (plutôt l’origine), pourrait remonter à l’époque de César, au lendemain de la bataille de Thapsus, autour des années 46-45 a.C.25

  • 26 Essentiellement : Desanges 1972 et 1980b, 284-288 et Gascou 1982a, 142-143. État de la question da (...)

9Dans cette liste, ce sont les oppida ciuium Romanorum qui ont le plus souvent attiré l’attention. La plupart des recherches26, dues essentiellement à Th. Mommsen, Ch. Saumagne, J. Desanges et J. Gascou, ont cherché à trouver une définition, ou, plutôt, une synonymie à cette formule en interprétant les documents épigraphiques. Les inscriptions nous renseignent surtout sur le statut de ces collectivités sous l’Empire. Pour ainsi dire, l’accent a été rarement mis sur le décalage chronologique qui a pu exister, et qui a certainement existé dans certains cas, entre l’information plinienne et son origine, et l’information que nous livre la documentation épigraphique et qui a servi à établir l’équivalence oppidum ciuium Romanorum = pagus, municipium, colonia, tous de statut romain bien entendu.

  • 27 Oppidum implique seulement un certain degré d’urbanisation, que l’on peut traduire par agglomérati (...)

10Placé ainsi entre les colonies d’un côté, les cités et les nationes de l’autre, l’oppidum27 plinien apparaît comme dénué de tout contenu juridique puisque le naturaliste reconnaît la notion de cité, c’est-à-dire un territoire bien défini avec un caput ciuitatis, un oppidum, depuis lequel sont gérées les affaires de ladite cité. À partir de ces deux difficultés exposées ainsi, se pose une question très simple : pourquoi Pline l’Ancien emploie-t-il une notion aussi vague ? Cela impliquerait-il que nos oppida en question n’étaient pas encore constitués en véritables cités lorsque fut établie la fameuse formula qu’il a partiellement recopiée.

11Tout devient clair et surtout logique si l’on admet qu’une vaste opération visant à l’organisation de la Proconsulaire ou de ce que sera la Proconsulaire était en cours au moment où la formula fut rédigée : déduction de colons et donc nouvelles créations communautaires, délimitation des fines entre les communautés anciennes et récemment créées, définition des statuts des unes et des autres et des rapports (attribution, contribution ou autonomie) entre elles… Ainsi on explique mieux le sens d’oppidum : une agglomération (stipendiaire, pérégrine, latine ou romaine) encore sans statut juridique particulier.

  • 28 49.16.1 : huit ans après la mort de César, Octavien “fit les Uticéens citoyens”.
  • 29 État de la question dans Desanges 1980b, 214-216.
  • 30 Elle l’est encore en 54, cf. Cic., Scaur., 44-45 : Utica… amica populo Romano ac libera ciuitas ; (...)

12Ici, le débat est surtout nourri par le cas d’Utique dont on sait par Dion Cassius28 que ses habitants reçurent d’Octavien, en 36 a.C., la citoyenneté romaine et que plus tard elle est nommée par l’épigraphie et les émissions monétaires [Municipium] Iulium29. Pourquoi n’est-elle pas rangée dans une catégorie plus digne, car son statut d’ancienne ville libre, alliée de Rome30 et capitale de l’Africa s’accommode mal de la médiocrité des oppida ciuium Romanorum, dont Uchi Maius et Uchi Minus, au nombre desquels elle figure comme ayant le même titre et donc la même importance administrative ?

  • 31 4.22.117.
  • 32 3.1.7.

13Beaucoup pensent que Pline répugne à employer le terme municipium, qu’il connaît pourtant puisqu’il l’utilise dans l’inventaire des villes de Lusitanie qui contient un unique (unum) municipium ciuium Romanorum31 et de Bétique où il recense dix municipia ciuium Romanorum32. Se peut-il donc que l’élévation des Uticéens au rang de citoyens romains ait précédé la constitution du municipe romain ? De la sorte, Octavien a pu promouvoir les Uticéens ciues Romani, sans pour autant transformer la collectivité en municipe, promotion qui a pu intervenir peu de temps après, avant 27 a.C. Ce retard, s’il a existé, s’explique par le remodelage, obligatoirement dans le sens du rétrécissement, du territoire de la ville. On sait en effet qu’Utique a reçu en récompense de son assistance à Rome d’énormes territoires au lendemain de la destruction de Carthage atteignant du côté nord, les abords d’Hippo Diarrhytus. Le rétrécissement de son territoire doit s’expliquer par la constitution des colonies de Carthage et de Thuburbi au sud et au sud-ouest, et probablement de celle très proche d’Hippo Diarrhytus, au nord-ouest.

  • 33 Cette hypothèse peut surprendre, mais elle doit être sérieusement envisagée, comme le montre clair (...)

14Le problème se pose aussi pour Simitthu qui détient un double privilège, comme le montre sa titulature, colonia Iulia Augusta Numidica. Ce double privilège très rapproché dans le temps doit s’expliquer pareillement : une première déduction ou privilège lié à la ciuitas Romana, comme pour Utique, suivie, peu de temps après, par la confirmation par Auguste de la colonie. Ce décalage entre la déduction et la confirmation de la colonie a dû jouer surtout pour Thuburnica (45)33 : fondée par Marius, la colonie n’a pas été ratifiée par le sénat. Thuburnica n’obtint officiellement son statut qu’avec César ou Octavien-Auguste, ce qui ne l’empêche par d’affirmer sur une célèbre inscription que c’est Marius qui en est le conditor.

  • 34 Christol 2005, 159-166, qui en partant du cas d’Uchi Maius, propose de faire coïncider la liberté (...)

15Ces observations nous autorisent à proposer l’hypothèse suivante : au moment de l’établissement de la liste des communautés africaines, il n’y avait du point de vue juridique que six colonies romaines, celles que Pline mentionne. Le statut des autres communautés, qualifiées d’oppida, attendait la fin des opérations d’arpentage et de délimitation de leurs territoires, opérations entamées dès 36, lorsque Octavien devint le seul maître de l’Afrique, ou plus vraisemblablement, dès 31, à la suite de la bataille navale d’Actium et de l’élimination définitive de son principal rival, Marc Antoine. Le nouveau maître se devait surtout de régulariser la situation des anciens colons, installés viritim par Marius et probablement aussi par César, et considérés jusque-là comme de simples résidents, sans véritable patrie. Une fois le territoire défini, l’oppidum, suivant son importance, donnera naissance à une cité autonome (pérégrine, latine ou romaine) ou à un village (essentiellement un pagus) attribué à l’une des trois colonies les plus importantes qui étaient à ce moment-là Carthage, Sicca et Cirta. C’est une solution qui nous paraît préférable à celle qu’a récemment défendue M. Christol en se fondant sur l’exemple d’Uchi Maius, qui suggère que certains oppida ciuium Romanorum, auraient été juridiquement déclassés puis rattachés à la colonie de Carthage dans un premier temps, avant de retrouver plus tard la dignité municipale34.

Inventaire des communautés de l’Africa selon Pline l’Ancien

16Numidie (Africa noua). H.N., 5.22 “Ab Ampsaga Numidia est… Oppida Chullu(1), Rusicade (2), et… colonia Cirta Sittianorum cognomine (3), et… [colonia] Sicca (4) liberumque oppidum Bulla Regia (5). At in ora Tacatua (6), Hippo Regius (7)… oppidum Thabraca ciuium Romanorum (8)…”.

Pline

Réf.

Autres témoignages

Réf.

1

Oppidum Chullu
Collo (Algérie)

22

Chulli municipium
Col. Minervia Chullu

It. Ant., 19.1.
CIL, 6710 = ILAlg. II, 3611 ; CIL, 6711 = 3610.

2

Oppidum Rusicade
Skikda (Algérie)

22

Colonie au plus tard en 117.
Colonia Veneria

ILAlg., II, 687.
CIL, 6710-11, 7124, 7960, 7969.

3

Colonia Cirta Sittianorum (cognomine)
Constantine (Algérie)

22

Colonia Iulia Iuvenalis
Honoris et Virtutis Cirta

CIL, 7041 = ILAlg. II, 626.

4

Sicca, [colonia]
El-Kef (Tunisie)

22

Colonia Iulia Cirta Nova
Colonia Iulia Veneria Cirta Nova
Colonia Siccensium et Veneris
Colonia [Augusta ?]

CIL, 1648 ; ILAlg. I, 1348.
CIL, 1632, 15868,16258.
CIL, 15881.
CIL, 25768 : (diuo Augusto / conditori, / Siccenses).

5

Liberum oppidum
Bulla Regia
Hammam ed-Darragi (Tunisie)

22

Municipe de Vespasien ?
Colonia Aelia Hadriana Augusta Bulla Regia

AE, 1964, 177 [en 110-112].
CIL, 25522 ; AE, 1949, 26.

6

Tacatua, sans statut ? (Algérie)

22

7

Hippo Regius, sans statut
Annaba (Algérie)

22

Municipium Augustum
Coloni[a] Augusta

ILAlg., I, 109 ; AE, 1949, 76.
AE, 1958, 141.

8

Oppidum Thabraca civ. Rom.
Tabarka (Tunisie)

22

Ex d(ecreto) d(ecurionum), en 37-36 a.C.
V. P. Iul. Thabracenorum

AE, 1959, 77.
ILAlg., I, 109.

17Zeugitane (Africa vetus). H. N., 5.23-24 “A Tusca Zeugitana regio et quae proprie uocatur Africa est… oppido quod Hipponem Dirutum uocant, Diarrhytum Graecis dictum (9)…Cui finitimum Theudalis immune oppidum (10)… Vtica ciuium Romanorum (11)…, locus Castra Cornelia (12), colonia Carthago Magnae in uestigiis Carthaginis (13), colonia et Maxula (14), oppida Carpi (15), Misua (16) et liberum Clypea (17)…, item libera Curubis (18), Neapolis (19)…”.

Pline

Autres témoignages

Réf.

9

Oppidum Hippo Diarrhytus
Bizerte (Tunisie)

23

Genio col. Iuliae Hipp.
Diarr. sacrum…
Hippone libera ?

CIL, 1206 = 25417.
Monnaies sous Auguste et Tibère, cf. Müller 1861, 167, no 376-378.

10

Theudalis, inmune oppidum,
Près de Bizerte ?, mais entre Thabraca et le Bagradas selon Ptolémée (Tunisie ?)

23

Populus liber

Lex Thoria, CIL, I2, 585 (= 200), 79.
Ptol. 4.3.8 (cf. Desanges 1980b, 214).
Peut-être l’oppidum liberum Theodense (pro Theod(al)ense) signalé au ch. 30 ?

11

Utica, civ. Rom.
Utique (Tunisie)

24

Populus liber
Cité romaine accordée aux Uticéens en 36 a.C.
Capitale de la province au moins jusqu’en 12 a.C. ?
Municipe sous Tibère
Col. Iul. Ael. Hadr. Aug.

Lex Thoria
D. Cass., 49.16.1.
CIL, 1180 = 14310.
Légendes monétaires, cf. Müller 1861, 159-162, no 344-373.
CIL, 1181.

12

Castra Cornelia, locus
oppidum stipendiarium (unum)
Près d’Utique (Tunisie)

24
29

13

Colonia Carthago
Carthage (Tunisie)

24

Colonia Iunonia
CCIK, CICK et CIK…

Solin, 27.11. p. 117.
Nombreuses inscriptions.

14

Colonia et Maxula
Radès (Tunisie)

24

Col. [Iul.] Ind. Ma[xula]

AE, 1949, 175.

15

Karpis, oppidum Sidi Raïs (Tunisie)

24

Coloni col. Iuliae Carpitanae

CIL, 1206 = 25417.

16

Missua, oppidum Sidi Daoud (Tunisie)

24

Ciuitas (sous le Bas-Empire)

CIL, 989.

17

Clypea, oppidum liberum
Kélibia (Tunisie)

24

Col. Iul.

Beschaouch, 1969, 204-205 (inscr. encore inédites).

18

Curubis, oppidumliberum
Korba (Tunisie)

24

Col. Iul.

CIL, 980 = ILS, 6817 ; CIL, 12452 + 24100.

19

Neapolis, oppidum liberum
Nabeul (Tunisie)

24

Col. Iul.

CIL, 968.

18Byzacium (Africa vetus-Tripolitaine). H.N., 5.24-28 “Mox Africae ipsius alia distinctio. Libyphoenices uocantur qui Byzacium incolunt… Hic oppida libera Leptis (20), Hadrumetum (21), Ruspina (22), Thapsus (23). Inde Thenae (24), Aves (25), Macomades (26), Tacape (27), Sabrata (28)… (mox deserta uasta ultraque) Garamantes (29), ab Augilis (30)… gens Psylli (31)… ciuitas Oeensis (32)…, oppida Neapolis (33), Taphra (34), Habrotonum (=28), Lepcis altera, quae cognominatur Magna (= 33)… [inde] accolit gens Cisippadum (35)…”.

Pline

Réf.

Autres témoinages

Réf

20

Leptis (Minus), oppidum liberum
Lamta (Tunisie)

25

Populus liber
Libera et immunis
Λέπτις Mιχρα χολωνια
COL. LEP. / C. LEPT. / LEPMI/BSCD.
Vlp(ia) Leptim(inus)

Lex Agr.
B. Afr., 7. 1.
Ptol., 4.3.2.
Zevi & Tchernia 1969 (en particulier 181-182 et 199-201).
Gascou 2003, 234-235 ; Le Bohec 1989, no 22 ; Beschaouch 1990, 10-11 ; Aounallah et alii 2006.

21

Hadrumetum, oppidum liberum
Sousse (Tunisie)

25

Populus Liber
Col. Iulia ?
Colonia Concordia Ulpia Traiana Augusta Frugifera

Lex Agr.
CIL, p. 2319
CIL, VI, 1687

22

Ruspina, oppidum liberum
Environs de Monastir (Tunisie)

25

23

Thapsus, oppidum liberum
Bekalta (Tunisie)

25

Populus liber
(Natus in provincia) Africa col. Tapsi

Lex Agr.
CIL, IX, 5087

24

Thenae (sans statut)
Henchir Thina, près de Sfax (Tunisie)

25

Ville libre (en 46 ?)
Colonia Aelia Augusta Mercurialis Thaenit.

Desanges 1980b, 235.
CIL, VI, 1685.

25

Aves, sans statut, peut-être Auibus de la Tab Peut. 6.4, malgré l’avis contraire de J. Desange ? (Tunisie)

25

Desanges 1980b, 236 ; cf. aussi Shaw 1981, 467-471.

26

Macomades, sans statut, Yonga (Tunisie)

25

27

Tacape, sans statut, Gabès (Tunisie)

25

Colonie (au plus tard sous Caracalla).

Tab. Peut., VI, 5 ; It. Ant., 59, 6.

28

Sabrata, sans statut, Sabrata (Libye)

25

Colonie sous Trajan ou M.- Aurèle

IRT, 23.

29

Garamantes (Sahara libyen)

26

Desanges 1980b, 249-250

30

Augilae (Libye-Égypte)

26

Desanges 1980b, 250-251

31

Gens Psylli

27

Desanges 1980b, 252-253

32

Civitas Oeensis Tripoli (Libye)

27

Oppidum
II qq. (en 163-164)
Colonia (en 183-185)

Méla, 1.37
IRT, 232.
IRT, 230.

= 34

Oppidum Neapolis ?

27

C’est le nom grec de Lepcis (Magna) [cf. Str. 17.3.18 et Ptol., 6.3.3, p. 629 ; Desanges 1980b, 259

33

Taphra [oppidum] ? (Libye)

27

Statut et emplacement inconnu, peut-être Marset ed-Dzeira selon Desanges.

Desanges 1980b, 260.

= 29

Habrotonum [oppidum]

27

C’est le nom grec de Sabrata ; cf. Desanges 1980b, 260-261.

34

Lepcis (altera quae cognominatur) Magna, [oppidum]
Lebda (Libye)

27

Cité à sufètes
Municipe (à sufètes).
Colonia Ulpia Tr [aiana Fid]elis

IRT, 341 (en 61-62)
IRT, 342 (en 77-78), 346 (en 83), 349 (sous Domitien), 347 (en 92), 348 (en 93-94)…
IRT, 353.

35

Gens Cisippadum ? Sud tunisien

27-28

Desanges 1980b, 265-266 (qui propose de les localiser sur le littoral faisant face à Djerba).

19L’Africa [proconsularis, c’est-à-dire la Numidie, la Zeugitana et le Byzacium, du fleuve Ampsaga jusqu’au promontoire Borion, qui ferme la Grande Syrte]. H.N., 5.29-30 “… Africa… populos DXVI habet qui Romano pareant imperio ; in his colonias sex, praeter iam dictas Vthinam (36), Thuburbi (37) ; oppida ciuium Romanorum XV… : Absuritanum (38), Abutucense (39), Aboriense (40), Canophicum (41), Chiniauense (42), Simittuense (43), Thunusidiense (44), Thuburnicense (45), Thibidrumense (46), Thibigense (47), Vchitana duo, Maius (48) et Minus (49), Vagense (50) ; oppidum Latinum unum Vzalitanum (51) ; oppidum stipendiarium unum Castris Corneliis (= 12) ; oppida libera XXX… Acholitanum (52), Aggaritanum (53), Auittense (54), Abziritanum (55), Canopitanum (56), Melizitanum (57), Materense (58), Salaphitanum (59), Thusdritanum (60), Thisicense (61), Thunisense (62), Theodense (63, pro Theod[al] ense = 10 ?), Tagesense (64), Sigense (65), Vlusubburitanum (66), Vagense aliud (67)… ense (68) Zamense (69). Ex reliquo numero non ciuitates tantum sed plerique etiam nationes iure dici possunt, ut Nattabudes (70), Capsitani (71), Musulami (72), Sabarbares (73), Massili (74), Niciues (75), Vamacures (76), Cinithi (77), Musuni (78), Marchubi (79) et tota Gaetulia (80)…”.

Pline

Réf.

Autres témoignages

Réf.

36

Uthina, colonia
Oudhna (Tunisie)

—, 29

Colonia Iu [lia---] Tertiadecim[anorum] Uthina

CIL, VI, 36917

37

Thuburbi (minus), colonia
Tébourba (Tunisie)

—, 29

Col. VIII Thub.
C(oloni) c(oloniae) V(ictricis)
I(uliae) F(elicis) (Octavanorum) ?
Patronus municipii

ILAfr., 414
ILAfr. 416, Desanges 1980b, p. 283
CIL, 1174 (en 161-169, mais peut-être provenant d’une autre localité puisque remployée dans le pont).

38

Absuritanum (Assuras), opp. civ. Rom.
Henchir Zanfour (Tunisie)

—, 29

[---Coloniae] Iuliae Assuritanae

AE, 1913, 40 (dans le Samnium, en 16-17 ou 24-27)

39

Abutucense (Abutuca-Aptucca), opp. civ. Rom. Henchir Semmech ? (Tunisie)

—, 29

Statut inconnu.

Inscr. mentionnant les Aquae Aptuccensium à Henchir Biada, à peu de distance au nord de Henchir Semmech, qui doit être identifiée à l’opp. ciu. Rom. Aptuccensium (Beschaouch, BAC, 10-11, 1974-1975, B, p. 193-194).

40

Aboriense, opp. civ. Rom. ? (Tunisie)

—, 29

Non localisé par l’épigraphie.

41

Canophicum, opp. civ. Rom. ? (Tunisie)

—, 29

Non localisé par l’épigraphie. Une Kανώπισι est localisée par Ptolémée (4.3.8, p. 649) entre Tabraca et le Bagrada.

42

Chiniavense (Chiniava) opp. civ. Rom. Henchir Guenba (Tunisie)

—, 29

ordo Chini[a] vensium peregrin[orum]

CIL, 25450 (Beschaouch, BAC, 25, 1999, 106).

43

Simittuense (Simitt(h)us), opp. civ. Rom. Chimtou (Tunisie)

—, 29

colonia Iulia Augusta
Numidica Simitthus Iul. N.

CIL, 1261 = 14612
CIL, 22197

44

Thunusidiense (Thunusida-Thunusuda), opp. civ. Rom.
Borj Hlal ? (Tunisie)

—, 29

CIL, 22194 (près de Sidi Meskine) ; 22193 (près de Simitthus-Chimtou)

45

Thuburniciense (Thuburnica-e, opp. civ. Rom.
Henchir Sidi Ali Belgacem (Tunisie)

—, 29

Colonie de Marius ?
II vir Thuburn.

AE, 1951, 81 : C. Mario, C. f., cos. VII, conditori coloniae…
CIL, 14697

46

Thibidrumense (Thibidruma), opp. civ. Rom.
Menzel el-Gorchi ? (Tunisie)

—, 29

[---I]ul. Thub[---]

CIL, 14452.

47

Thibigense (Thibiga, opp. civ. Rom.
Peut-être, mais peu probable, Thigibba = Hammam Zouakra (Tunisie)

—, 29

Ptolémée (4.3.7, p. 645) place une colonia Yfigiba entre Tucca (Thugga ?) et Thuburnica

48

Uchi Maius, opp. civ. Rom. Henchir Douamis (Tunisie)

—, 29

Uchitani Maiores, en 137-141.
Respublica Uchitanor. Maior.
Res publica Uchitanorum Maiorum sua pecunia fecit itemque dedicauit d. d., en 178-179.
Res publica Uchitanorum Maiorum d. d. p. p., en 202.
Ordo coloni[ae] Marianae Aug. Alexandrianae…

Khanoussi, 1997, 105-106.
CRAI, 2000, 1277, no 2 (AE, 2000, 1728).
CRAI, 2000, 1293-1294, no 6 (AE, 2000, 1732) ; formule analogue dans CIL, 26254.
CRAI, 2000, 1296-1297, no 7 (AE, 2000, 1733).
CRAI, 2000, 1279-1280, no 3 (AE, 2000, no 1729).

49

Uchi Minus, opp. civ. Rom.
Henchir el-Khima (près d’Uchi Maius, Tunisie)

—, 29

Respublica Uchiminensi [s uel–um

AE, 2001, 1681.

50

Vagense (Vaga), opp. civ. Rom.
Béja (Tunisie)

—, 29

Colonie (au plus tard en 197).

CIL, 10569 = 14394 (gravée en 197).

51

Uzalitanum (Uzali), opp. Latinum unum El-Alia (Tunisie)

—, 29

Populus Liber
[mun. / col.] Iul. Uz
Col. Vzal ?

Lex Thoria.
Inscription récente.
CIL, 1204 = 14331 et AE, 2001, 2078.

= 12

Castris Cornelis, oppidum stipendiarium unum

—, 29

52

Achollitanum (Acholla), opp. Liberum
Henchir Botria (Tunisie)

—, 30

Populus liber

Lex Thoria ; Bell. Afr. 33, 1 ; Strabon, 17.3.12.
Cf. AE, 1948, 116.

53

Aggaritanum (Aggar ?), opp. Liberum
Henchir Maklouba ( ?), plutôt que Henchir Sidi Amara (Agger) (Tunisie)

—, 30

54

Avinense (probablement pro Auittense (= Avitta… ?), opp. liberum ? (Tunisie)

—, 30

On connaît une Auitta surnommée Bibba, ciuitas à sufètes (cf. CIL, 797) et municipe sous Hadrien (CIL, 799). Mais, compte tenu de l’épithète Bibba, une autre Auitta, au moins, devait exister.

55

Abziritanum (Abzir(i)), opp. liberum ? (Tunisie)

—, 30

Peut-être, une des trois Abbir (Maius, Cella ou Germaniciana) ?

56

Canopitanum, opp. liberum
Henchir Sidi Bennour ? (Tunisie)

—, 30

(Colonia Canopitana) près de Mornag ?

AE, 1979, 658 ; cf. Aounallah 2001, 301-305.

57

Melizitanum, opp. liberum ? près d’Uzali Sar ? (Tunisie)

—, 30

Cf. AE, 1973, 584.

58

Materense (Matera), opp. Liberum
Mateur (Tunisie)

—, 30

Resp. municipi. Liberi Materensis

BAC, 1974-75 B., p. 193

59

Salaphitanum, opp. liberum ? au sud de Sousse (Tunisie)

—, 30

C’est peut-être la Zάλαπα de Ptolémée (4.3.10, p. 657).

60

Thusdritanum (Thysdrus), opp. liberum
El-Jem (Tunisie)

—, 30

Municipe sous Septime Sévère, colonie au plus tard sous Caracalla

CIL, XII, 686 ; Tab. Peut., 4.3 et It. Ant., 59.1. (p. 9).

61

Thisicense (Thizica), opp. Liberum
Henchir Techga (Tunisie)

—, 30

Municipium Aelium

ILAfr. 432.

62

Thunisense (Thunisa), opp. liberum ?
Ras Jebel ou Ras Zebib (Tunisie)

—, 30

63

Theodense, opp. liberum ? Tunisie

—, 30

Peut-être Theudalis d’après Desanges 1980b, 315-316.

64

Tagesense, opp. liberum ? (Tunisie)

—, 30

65

Sigense, opp. liberum

—, 30

Siagu, aujourd’hui Bir Bouregba, est sans doute la solution la plus probable en l’état des connaissances (Aounallah 2001, 231-239).

66

Ulusubburitanum (Uluzubbira), opp. liberum
Henchir Zembra ( ?), (Tunisie)

—, 30

duovir Aeliae Uluzibbirae Africae

AE, 1947, 64 (Ostie).

67

Vaga (aliud), opp. liberum ? (Tunisie)

—, 30

68

ense, opp. liberum ? (Tunisie)

—, 30

69

Zamense (Zama Regia ?), oppidum liberum
Henchir Jama (Tunisie)

—, 30

Colonia Aelia
Hadriana Augusta

ILS, 6111c.
Ptolémée, 4.3.8, p. 651, mentionne une grande Zama.

70

Nattabudes (natio)

—, 30

g(ens) Nattabutum (en 209) c(ivitas) N(attabutum) princeps civitatis

CIL, 4826
CIL, 4836
AE, 1895, 82

71

Capsitani (natio)

—, 30

oppidum magnum atque valens
Civitas Capsensium (suffètes) sous Trajan

Sall., Jug., 89, 4.
CIL, 22796.

72

Musulami (natio)

—, 30

Musulam[ios civ] itatesque

CIL, 20863.

73

Sabarbares (natio)

—, 30

Princeps
Sub(urburum)
Regi(anorum)

AE, 1917-1918, 41

74

Massili (natio)

—, 30

75

Nicives (natio)

—, 30

76

Vamacures (natio)

—, 30

Siège épiscopal a Bamaccora.

Desanges 1980b, p. 338.

77

Cinithi (natio)

—, 30

78

Musuni (natio)

—, 30

79

Marchubi (natio)

—, 30

80

(tota) Gaetulia

—, 30

20H. N. 5.41 — “Insulas non ita multas… clarissima est Meninx… oppida habet duo, Meningen (81) ab Africae latere et altero Phoar (82)… Cercina (83) cum urbe eiusdem nominis libera”.

Pline

Réf.

Autres témoignages

Réf.

81

Oppidum Meninge Borj el-Kantara, Djerba (Tunisie)

—, 41

Mention des Meningitani

CIL, 22785 (inscription remployée, trouvée dans une mosquée à Houmet Cedouikech), cf. Desanges 1980b, 430-432.

82

Oppidum Phoar Guellala ?, Djerba (Tunisie)

— 41

cf. Desanges 1980b, 432-434.

83

Cercina, urbs libera Borj el-Marsa ? ou Borj el-Hsar ?, Kerkenna (Tunisie)

— 41

Déduction (uiritim) de Mariani ?

Plutarque, Mar., 40.14, cf. Desanges 1980b, 436.

Notes

1 Ci-dessus, p. 21-27.

2 L’exception concerne Lepti(s) Minus ; populus liber d’après la Loi Agraire, Lepti est dite libera et immunis par l’anonyme de la Guerre d’Afrique (7). Ce privilège lui était donc acquis avant le début des hostilités entre les Césariens et les Pompéiens, mais on ne sait à quel moment elle l’obtint. Sur ce site et son épigraphie, cf. Aounallah et al., 2006.

3 B. A., 20 ; ci-dessus, p. 20.

4 L’auteur du B. A, 97-98, nous apprend que César, après avoir infligé des amendes à certains Uticéens et aux villes de Thapsus, d’Hadrumète, de Lepcis et de Thysdrus, partit pour la Sardaigne où il condamna les Sulcitains à une lourde amende. Il arriva à Rome vingt-huit jours après son départ d’Utique, le 13 juin (le 15 avril du calendrier rectifié) ; voir Gsell, HAAN, VIII, 154.

5 Propter humilitatem ciuitatis, dit l’Anonyme de la Guerre d’Afrique (97).

6 Le nombre des colons restés en Afrique est difficile à évaluer. Appien (B.C., 3.85.) nous apprend que César laissa trois légions de vieux soldats en Afrique, mais que deux d’entre elles furent appelées en Italie et incorporées dans l’armée d’Octavien. D’après J.-M. Lassère, le nombre de vétérans restés n’a pas été supérieur à 5 ou 6 000 colons auxquels il faudrait peut-être ajouter un nombre indéterminé d’auxiliaires et d’autres colons romains (80 000 selon Suétone, Diuus Iulius, 42.1) que César envoya dans les colonies d’outremer. On doit donc observer, à la suite de St. Gsell, qu’on ne sait quel effectif a été injecté en Afrique, et que toute spéculation sur ce point est vaine (état de la question dans Lassère 1977, 147-149).

7 Cf. Chastagnol 1995, 117 : “Cela peut en effet être vrai, mais on prendra garde à la recommandation de J. Gascou, qui fait remarquer qu’Aix, fondée après 27, est appelée tantôt, de son nom complet colonia Iulia Augusta, tantôt, par simplification, colonia Iulia”. Par ailleurs, les colonies qui ont été fondées par César se distinguent quelquefois de celles d’Octavien par le surnom Paterna : ainsi Narbonne (colonia Iulia Paterna Narbo Martius) et Arles (colonia Iulia Paterna Arelate), cf. Chastagnol 1995, 115.

8 B. A., 7… peruenit ad oppidum Leptin, liberam ciuitatem et immunem.

9 Sur le sens de populus, cf. Desanges 2004, 87 : “Populus dans le vocabulaire de la statistique officielle utilisée par Pline désigne un moule administratif de base ; c’est la communauté humaine reconnue par le pouvoir romain et dès lors imposable. La tribu, gens ou natio, ne se coule pas nécessairement dans ce moule : elle peut se répartir entre plusieurs populi et peupler plusieurs oppida”.

10 Desanges 1980b, 14 : “La description du littoral, du moins en ce qui concerne sa partie africaine, nous paraît donc avoir été rédigée dans la quinzaine d’années qui suivit la mort de César, par un admirateur de Caton d’Utique qui n’a pas craint d’afficher cette admiration”.

11 État de la question dans Desanges 1980b, 23-27.

12 Contrairement aux colonies des Maurétanies (5.20 : Cartenna, colonia Augusti legione secunda, item colonia eiusdem deducta cohorte praetoria Gunugu… Caesarea… a diuo Claudio coloniae iure donata…), Pline ne donne aucun détail concernant les conditores des colonies africaines. La seule précision se rapporte à Cirta, dite colonie des Sittiani (colonia Cirta Sittianorum cognomine), expression qui, de surcroît, n’a aucune valeur juridique, puisqu’elle n’intéresse que la période brève de la principauté de P. Sittius. L’information plinienne doit donc faire allusion à la période qui a précédé l’officialisation de la colonie par Octavien (sans doute dès 36) et la prise des titres Iulia Iuvenalis Honoris et Virtutis par la nouvelle colonie (CIL, 7041…). Pour le reste, l’unanimité est acquise sur l’identité de leur conditor et donc sur la période de création de ces colonies. Quatre d’entre elles – Cirta, Sicca (CIL, 1632, 16258…), Carthage et Uthina (CIL, 36917 et AE, 1948, 91 corrigée par AE, 1949, 175) – sont clairement désignées par l’épigraphie comme Iuliae. On doit cependant faire remarquer que Iulia est restituée sur une inscription de Rome attribuée à Maxula (AE, 1949, 175). Par ailleurs, malgré l’absence d’une titulature explicite, l’accord est établi pour attribuer la fondation de la colonie de Thuburbo Minus à Octavien à la suite d’une déduction de vétérans d’une légion portant le numéro huit (col. VIII Thub. sur ILAfr, 414) appartenant à l’armée césarienne et reconstituée par Octavien. Sur cette colonie cf. Desanges 1980b, 283. Des vétérans de la même légion sont à l’origine de trois autres colonies : Fréjus (Forum Iulii), en Narbonnaise, Fano (Fanum Fortunae), en Italie, et Beyrouth (Berytus), en Syrie.

13 Nat., 5.30 : “Ex reliquo numero non ciuitates tantum, sed plerique etiam nationes iure dici possunt”.

14 Nat., 5.1 : “…Populorum eius oppidorumque nomina uel maxima sunt ineffabilia praeterquam ipsorum linguis ; et alias castella ferme inhabitant”.

15 Desanges 1980b, 78.

16 C’est en effet l’unique attestation du mot castellum chez Pline.

17 Voir notre tableau ci-dessus, p. 48-57 : Les peuples d’Afrique d’après Pline l’Ancien (livre 5).

18 État de la question dans Desanges 1980b, 303-305, qui complète, mais sans nous convaincre, cette liste en incluant les villes d’Hippo Regius, Hippo Diarrhytus et Carpi, alors qu’il était plus logique d’inclure dans cette catégorie le groupe de villes du Byzacium mentionnées immédiatement à la suite des oppida libera de Leptis, Hadrumetum, Ruspina, Thapsus : (5.25 : Hic oppida libera Leptis, Hadrumetum, Ruspina, Thapsus. Inde Thenae, Aues, Macomades, Tacape, Sabrata…). Quoi qu’il en soit, nous demeurons toujours dans l’incertitude au sujet de l’identité de ces villes.

19 Nat., 5.30 ; cf. la note 13.

20 Desanges 1980b, 326.

21 Shaw 1981, 454 et 466, considère ces ciuitates comme stipendiaires ; Desanges 1980b, 326-327, n. 4 souligne l’ambiguïté du terme tout en considérant que ces cités devaient être le plus souvent “des relais de nomades ou de marchés, où le nombre de tentes l’emportait sur celui des bâtiments… Néanmoins, il est fort possible que natio ait été parfois un simple synonyme de gens…”.

22 Ces nationes sont, suivant l’ordre adopté par Pline, les Nattabudes, les Capsitani, les Musulami, les Sabarbares, les Massilii, les Niciues, les Vamacures, les Cinithi, les Musuni, les Marchubi et l’ensemble de la Gétulie (tota Gaetulia).

23 Principalement Gascou 1971.

24 Une nouvelle inscription découverte à El-Alia, non loin de Bizerte, mentionne la col(onia) Uz[alitana ?---] ; cf. Beschaouch 2001a, 1532 avec photo à la page 1530 et AE, 2001, 2078 :---col. Uz[---]…

25 En effet, les colonies juliennes de Neapolis, Curubis et Clipea et d’autres sont dites oppida libera par Pline ; cf. Aounallah 2001, 158-169.

26 Essentiellement : Desanges 1972 et 1980b, 284-288 et Gascou 1982a, 142-143. État de la question dans Christol 2005, 159-166.

27 Oppidum implique seulement un certain degré d’urbanisation, que l’on peut traduire par agglomération, mais qui n’a aucune valeur juridique et ne signifie guère chef-lieu de ciuitas quel qu’en soit le statut. Cf. Desanges 1972, 359 : “Il faut en conclure que le terme oppidum est pour Pline un terme indifférencié qui peut désigner n’importe quelle agglomération urbaine”.

28 49.16.1 : huit ans après la mort de César, Octavien “fit les Uticéens citoyens”.

29 État de la question dans Desanges 1980b, 214-216.

30 Elle l’est encore en 54, cf. Cic., Scaur., 44-45 : Utica… amica populo Romano ac libera ciuitas ; cité par Desanges 1972, 358, n. 36.

31 4.22.117.

32 3.1.7.

33 Cette hypothèse peut surprendre, mais elle doit être sérieusement envisagée, comme le montre clairement l’épisode de la fondation de la colonie de Carteia, en Espagne au sujet de laquelle Tite Live (43.8) évoque qu’une délégation d’Espagne représentative d’une nouvelle catégorie d’individus, “plus de quatre mille, nés de soldats romains et de femmes espagnoles avec lesquelles ces militaires n’avaient pas eu le droit de contracter des mariages légitimes (cum quibus connubium non esset). Ils demandaient qu’on leur donnât en propre un oppidum dans lequel ils établiraient leurs habitations”. Le Sénat décréta que ceux qui seraient affranchis par le préteur-gouverneur Canuleius (eorumque si quos manumisset), feraient l’objet d’une deductio à Carteia sur la mer et que les Cartéiens qui veulent demeurer chez eux, “auraient le droit d’exiger leur inscription au nombre des coloni, et une fois que le territoire aurait été assigné, la colonie serait latine, et serait dénommée (colonie) des libertini (…agro assignato, latinam esse coloniam, libertinorumque appellari). Tout cela résume bien les mécanismes et les étapes, plus ou moins longues, des créations communautaires chez les Romains : deductio ordonnée par un sénatus-consulte, lequel était aussitôt confirmé par un vote populaire (lex colonia ou agraria) ; une lex colonica déterminait, en même temps que le nombre de colons, la quantité des jugera assignés à chacun d’eux. Une commission était chargée de l’organisation intérieure. Avec le concours des agrimensores, on procédait à la mensuration des terres labourables, à la formation des lots et enfin au tirage au sort. La lenteur de l’organisation de la pertica de Carthage a pu en effet freiner momentanément l’organisation en cité de plusieurs communautés voisines.

34 Christol 2005, 159-166, qui en partant du cas d’Uchi Maius, propose de faire coïncider la liberté (recouvrée, donc perdue) avec le statut d’oppidum ciuium Romanorum. Cette liberté aurait été perdue lorsque se constitua le pagus Uchitanorum Maiorum puis recouvrée en même temps que celui-ci devint colonie sous Sévère Alexandre. C’est, à peu près, le même schéma qu’il a déjà proposé pour les oppida ignobilia rattachés à Nîmes (Christol 1999, 20) : “…ces oppida avaient été un moment des oppida Latina, mais qui ne méritaient plus d’être cités, lorsque Pline écrivait. La glose de Pline révélait une histoire institutionnelle partagée entre deux dates : celle de leur établissement comme communautés de droit latin, et celle de leur déclassement…”. Cf. notre discussion ci-dessus, p. 151-154.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search