Version classiqueVersion mobile

Pagus, castellum et civitas

 | 
Samir Aounallah

I - Les pagi dits de “stipendiaires” et la naissance du village stipendiaire

Texte intégral

1Lorsque, sous la république, en 146 a.C., la province romaine d’Afrique fut créée, les communautés qui s’y trouvaient furent rangées, selon leur attitude à l’égard de Rome pendant la troisième guerre punique, en deux catégories juridiquement opposées : les libres, constitués en ciuitates, et les non libres, désormais considérés comme des agglomérations secondaires, et regroupés dans des pagi plus ou moins vastes. Ces pagi sont connus par un petit nombre d’inscriptions, mais qui sont d’un grand intérêt historique puisqu’elles permettent de bien définir cette institution ainsi que ces origines, son évolution et, enfin, sa disparition progressive.

Généralités. La conquête de l’Africa et ses conséquences immédiates

  • 1 Voir les remarques de Nicolet 1991, 598.
  • 2 Pol. 3.24.1, 7.9.5, 7.9.7.

2Au moment où les Phéniciens de Tyr (aujourd’hui Sour, au sud de Beyrouth, dans le Liban) ont occupé en partie l’Afrique et ont imposé – leur langue et leurs institutions juridiques et politiques, essentiellement le sufétat –, nous ignorons presque tout de l’organisation des communautés africaines qui existaient. Par la suite, lorsque Carthage a consolidé sa domination, ce qui a demandé plusieurs siècles, elle eut des liens divers avec les peuples de son empire, sans qu’il soit possible de les préciser exactement1. Le Serment d’Hannibal transmis par Polybe (7.9), fait vaguement état de “ceux qui sont dans la dépendance des Carthaginois et qui possèdent les mêmes lois”, comme Utique qui figure comme la principale alliée de Carthage2 dans le deuxième traité entre Rome et Carthage et dans celui que contractèrent Hannibal et Philippe de Macédoine, et de “toutes les cités et tous les peuples sujets des Carthaginois”. La différence majeure qui se dégage entre les deux types de communautés réside vraisemblablement dans l’aspect juridique et institutionnel. Certaines cités ont adopté, peut-être en la modifiant sensiblement, comme ce fut le cas plus tard de nombreuses cités de l’Afrique romaine, la constitution carthaginoise ; alors que d’autres ont continué à s’administrer à la mode locale (africaine ou libyque) tout en restant dans la mouvance et dans la zone d’influence de la métropole punique.

  • 3 Str. 17.3.15 : “Quand commença cette guerre (c’est-à-dire la troisième guerre punique), en effet, (...)
  • 4 Desanges 1980b, 276-281.
  • 5 Plin. 5.29 : “Ad hunc finem Africa a fluuio Amsaga populos DXVI habet qui Romano pareant imperio”  (...)
  • 6 Paul Orose, Adv. paganos, 5.11.
  • 7 En 81 a.C. Cn. Domitius Ahenobarbus réussit à rassembler un contingent de 20 000 hommes dont la ma (...)
  • 8 Nous savons par exemple, grâce à l’auteur de la Guerre d’Afrique (Bell. Afr., 74), que dans le pri (...)
  • 9 Bell. Afr., 26 “(César) voyait brûler les fermes, dévaster les champs, piller et massacrer le bétai (...)

3À en croire les sources anciennes, le nombre des villes qui dépendaient de Carthage était important. Selon Strabon3, la métropole punique contenait 700 000 habitants et, avant sa chute en 146 a.C., elle dominait 300 villes toutes situées en Libye. Ces chiffres, même si on admet qu’ils sont exagérés ou arrondis, autorisent à penser que le territoire de Carthage ainsi que le pays qu’elle dominait, contenaient une population abondante et que ce pays était relativement urbanisé. Les assertions de Strabon sont confirmées par Pline l’Ancien qui recense, d’après les statistiques contenues dans la Formula prouinciae Africae4, 516 populi pour l’Afrique unifiée, la Vetus et la Nova, c’est-à-dire la Proconsulaire augustéenne5. Durant le siècle qui sépare les débuts de la présence romaine en Afrique et la formation de l’Africa nova en 46 a.C., le nombre de villes et le chiffre de la population n’ont pas réellement augmenté. Peut-être même faudrait-il les réviser à la baisse en raison des massacres ou des réductions en esclavage qui accompagnèrent la troisième guerre punique, des effets d’une épidémie de peste au début de la présence romaine qui aurait provoqué deux cent mille morts dans le seul voisinage de Carthage et d’Utique6, des effets immédiats et futurs7 de la guerre contre Jugurtha et enfin des effets de la guerre entre les Césariens et les Pompéiens8 dont les principaux dommages sont rappelés par l’historien de la Guerre d’Afrique9.

  • 10 Plin. 5.1 : “… et alias castella ferme inhabitant” : “… et du reste, ils habitent en général des c (...)
  • 11 La situation en Afrique est bien décrite par l’auteur du Bell. Afr., 20.4 : “Il (César) remarqua q (...)

4Parallèlement et inévitablement, l’économie a dû subir un effondrement général le long de ce siècle. La main d’œuvre masculine, souvent impliquée dans les opérations militaires, a chuté de manière considérable ; les opérations de pillage et de règlements de compte ont ruiné certains fermiers pour longtemps ou pour toujours ; la demande des produits de la terre et de l’élevage a elle aussi fortement baissé. Partout, la prairie a dû gagner du terrain sur les terres cultivées ; partout aussi les villes ont dû se replier sur elles-mêmes pour ne ressembler, en définitive, qu’à de simples villages, des castella, suivant une expression de Pline l’Ancien10. C’est ce paysage chaotique qui caractérisa l’Africa en son premier siècle romain11.

  • 12 Sur les guerres puniques, voir principalement Gsell, HAAN, III, 67-99, 140-296, Nicolet 1991 avec (...)
  • 13 Une commission de dix personnes arriva en Afrique et recommanda à Scipion Émilien de détruire ce q (...)
  • 14 17.3.16 : “(De Carthage, on monte) l’espace de 120 stades, jusqu’à Nepheris, ville forte, bâtie su (...)
  • 15 Dans cette liste, seule Clipea semble avoir fait l’objet d’une campagne punitive au lendemain de 1 (...)
  • 16 On retiendra en particulier les remarques de Mesnage 1913, 4 : “à l’égard des autres villes restée (...)

5Ce qui est valable pour la nouvelle province l’est aussi pour son ancienne capitale, détruite, au terme de la troisième guerre punique12 et interdite aux hommes dès 146 a.C.13 Les sources nous informent que d’autres villes, toutes situées non loin de Carthage et principalement dans le Cap Bon, furent détruites ou punies. La liste en est donnée par Strabon14 : Nepheris, Tunis, Neapolis et Clipea. Il faut comprendre qu’il s’agissait de campagnes préventives engagées préalablement à la prise de Carthage pour des raisons stratégiques évidentes15. Mais certaines questions restent sans réponses notamment pour ce qui est des punitions infligées aux populations locales : exécutions, amendes, réduction en esclavage16.

  • 17 Liv., Hist., 42.23 : Les Carthaginois se plaignaient de ce que, “outre la portion de territoire au (...)
  • 18 Le tracé de la fossa suivait à partir du nord le cours de l’oued el-Kbir, en Khroumirie (l’ancienn (...)
  • 19 Sall., Bell. Jug., 5.11.13 ; Str., 17.

6Le pays nouvellement conquis devint la première province romaine en Afrique, appelée provincia Africae, qui fut taillée dans le territoire proprement dit de Carthage ; non pas celui qui lui avait été reconnu par le traité de 201, mais tel qu’il se trouvait après les campagnes victorieuses de Massinissa qui, de 174 à 152, lui aurait enlevé plusieurs villes et villages, dont essentiellement Vaga (aujourd’hui Béja, dans le nord-ouest tunisien)17. À l’ouest, au sud et au sud-ouest, elle fut séparée par un fossé (fossa)18 du royaume numide des fils de Massinissa décédé en 148 a.C.19 (Micipsa, Mastanabal et Gulussa).

  • 20 Le toponyme composé, Fossa regia, fossé royal, n’apparaît en effet guère avant Vespasien. Auparava (...)
  • 21 On retiendra essentiellement les corrections basées sur l’analyse des documents épigraphiques dues (...)
  • 22 Nous nous contenterons de reproduire une seule copie de cette série de bornes épigraphiques – CIL, (...)
  • 23 Impression que renforce encore Pline l’Ancien : “Ea pars quam Africam appellauimus diuiditur in du (...)
  • 24 Un tronçon de six km de cette frontière, connu par une quinzaine de bornes gravées sur les deux fa (...)
  • 25 Chastagnol 1995, 37-47 l’a démontré pour la Gaule.

7Cette fossa pose encore des problèmes difficiles à résoudre concernant son nom même20 ainsi que son tracé exact pour lequel, et sur de longues distances encore dépourvues de bornes, de nombreuses hésitations subsistent (fig. 1)21. Mais la restauration du bornage22 sur ordre de Vespasien vers 73-74 indique qu’à cette époque subsistaient encore les vestiges et les souvenirs de l’ancienne limite entre les deux anciennes provinces, pourtant réunies dans la pratique depuis 40/39 a.C. et officiellement depuis 27 a.C. du fait de la formation de l’Africa Proconsularis sous Auguste23. On peut formuler une hypothèse qui n’est pas dénuée de vraisemblance : il est évident que cette fossa a perdu, depuis 27 au plus tard, sa vocation de frontière provinciale ; sa restauration sous Vespasien, avec une grande précision, signifie qu’elle fonctionnait encore, mais cette fois comme limite entre les cités et les domaines impériaux24, et non plus entre les deux provinces. La frontière provinciale serait devenue par la suite une frontière de cité25.

L’administration de l’Africa et la naissance des pagi stipendiariorum

  • 26 L’expression célèbre est de Mommsen, Histoire romaine, p. 936.
  • 27 On remarquera, à la suite de T. Live, que les colons romains eux-mêmes n’étaient pas toujours disp (...)

8Pendant tout un siècle, et, sur ce point, la tradition érudite est unanime, l’Africa a traversé une morte-saison. Rome se contenta, en effet, de “garder le cadavre26” sans y conduire une vraie politique de colonisation et de création communautaire, allant même jusqu’à abolir en 121 a.C. la colonia Iunonia Carthago fondée un an auparavant par C. Gracchus, pour n’autoriser en définitive qu’une présence viritim de ses ressortissants et cela même, semble-t-il, après la victoire de Marius sur Jugurtha en 105 a.C.27

  • 28 2.38.2 : P. Scipio Aemilianus… Africam in formulam redigit provinciae. J. Desanges nous dit “qu’il (...)

9Cette lecture de l’histoire est réductrice, quelque peu négative, car la colonisation officielle n’est pas le seul aspect à considérer ici. Après la conquête et la soumission de l’Africa, Rome s’est mise à explorer sa nouvelle province, à connaître son étendue et ses richesses, à fixer ses limites ; en un mot, à dresser un inventaire complet et précis de tout ce dont elle pouvait tirer profit par l’impôt ou par l’exploitation directe. Cet inventaire inclut bien sûr le nombre des hommes soumis au stipendium et à la capitatio, des terres exploitables, leur valeur et leur étendue, les carrières, les mines. Tous ces détails furent reportés sur un document officiel, une charte, que Velleius Paterculus appelle la Formula provinciae Africae28, qui devait de plus préciser et spécifier le statut des collectivités et du sol.

  • 29 Mise au point de ces questions par Picard 1990, 47.
  • 30 FIRA, I, p. 117-118. Voir aussi Girard & Senn 1977, no 8, 107-126.
  • 31 En Gaule, il semble que liberté et privilèges fiscaux étaient liés du moins au départ comme on doi (...)
  • 32 Il n’est pas aisé de définir clairement cette liberté et surtout de préciser quelles sont les obli (...)
  • 33 App., Pun., 135.
  • 34 Plin., 5.23. On ne voit en effet guère Theudalis obtenir l’immunité sous César et moins encore sou (...)

10À l’exception de la destruction de la métropole punique et de la consécration de son sol, la littérature ne livre aucune information sur les décisions prises par Scipion et par les dix commissaires sur le contenu de cette formula provinciae et donc sur l’organisation administrative des communautés de l’Africa. Les rares indices que nous possédons et qui sont peu explicites pour notre propos proviennent d’un document longuement commenté par les spécialistes29. Il s’agit de la Lex Thoria (ou Agraria) de 111 a.C.30 dont les prescriptions concernant l’Africa opposent deux groupes de communautés pérégrines juridiquement distinctes : les libres et les non libres (dites aussi stipendiaires). D’un côté, nous avons les peuples libres (populi liberi) d’Utique, d’Hadrumète, de Thapsus, de Lepti [Minus], d’Acholla, d’Uzali et de Theudalis. Ni la liberté, ni les privilèges qui en découlent ne sont définis par ce document31. On peut tout au plus penser que cette liberté signifiait une autonomie administrative, c’est-à-dire que ces populi conservaient leurs institutions antérieures et leurs propres magistrats et magistratures calquées soit sur le modèle punique, avec des suffètes à leur tête, soit sur un autre modèle relevant avant tout des traditions locales, avec des undecimprimi comme principaux “magistrats”32. Il semble que deux populi aient reçu des privilèges auxquels les autres n’ont vraisemblablement pas eu droit : celui d’Utique, la capitale de la nouvelle province, dont le territoire fut agrandi jusqu’aux abords de Carthage, d’un côté, et de Hippo Diarrhytus, de l’autre33 ; et probablement celui de Theudalis, seule ancienne ville libre à jouir de l’immunité d’après Pline l’Ancien34.

  • 35 La définition du stipendium est donnée par Gaius, Inst., 2.21 : “… Sont stipendiaires les biens-fo (...)
  • 36 Desanges 1991, 629.

11En face des peuples libres, se trouve le reste des Africains normalement inscrits sur la liste des non libres à cause de leur position hostile ou passive à l’égard de Rome lors de la troisième guerre punique. Leur condition juridique antérieure fut abolie et leur territoire devint ager publicus populi Romani. Mais après une assignation fictive, ils se virent reconnaître un droit d’usage moyennant le paiement d’un impôt foncier annuel (le stipendium)35 auquel s’ajoutait une capitation36 (le tributum capitis), signe indéniable d’un statut inférieur et humiliant.

  • 37 Duruy 1880, 165.
  • 38 Ainsi, à la demande des cités d’Achaïe, Polybe reçut du Sénat commission de régler la forme de leu (...)

12Ce nouveau statut de stipendiaires s’applique bien à l’individu. Mais qu’en est-il des communes auxquelles appartiennent ces individus ? Rome les a-t-elle maintenues dans le statut ou le rang qui était le leur avant la conquête ? Ou alors les a-t-elle réduites au grade de communautés secondaires et à n’être que des villages et de simples réunions d’hommes ? S’il est admis que la victoire donnait aux vainqueurs les biens, la terre, la vie et même les dieux des vaincus, mais qu’en général, Rome, restituait aux communautés soumises leurs dieux, leurs terres, leurs lois, leurs constitutions, leurs magistrats, leurs assemblées37; il n’est guère pensable de croire que la différence entre les cités libres, lorsqu’elles ne sont pas immunes, et les autres résidait dans le seul paiement de la capitatio. Si de plus, on admet que la liberté garantissait la sauvegarde du droit local, il faut admettre que l’assujettissement pouvait entraîner la disparition de ce même droit, du moins son rapprochement du droit romain, de la même manière qu’on ramenait peu à peu les lois des vaincus à celles des vainqueurs38.

13Sur ce point, c’est l’épigraphie qui, malgré son indigence, vient nous renseigner sur le statut de ces communautés et sur la définition que Rome leur a donnée. Partons d’une célèbre inscription qui fournit le premier et le plus ancien témoignage daté sur l’organisation de ces communautés dites “stipendiaires”. Il s’agit de la dédicace à Q. Numerius Rufus, questeur de la province en résidence à Utique, alors capitale de l’Africa (fig. 2) :

14ILS, 9482 = ILLRP, 388 = ILAfr., 422 = ILPBardo, 440

Q(uinto) Numerio Q(uinti) f(ilio) / Rufo, q(uaestori) ; / stipendiariei / pagorum Muxi, / Gususi, Zeugei. “À Quintus Numerius Rufus, fils de Quintus, questeur ; les stipendiaires des pagi Muxi, Gususi et Zeugei”.

15Date : autour de 60 a.C.

  • 39 Infra, p. 26-27.
  • 40 Rappelons que la dédicace est signée par les stipendiaires, ce qui laisse peut-être croire que d’a (...)

16Cette inscription, gravée sur une plaque de marbre noir (27 x 34 x 0,6 cm), constitue, à l’exception peut-être de la trilingue de Henchir Aouine non loin d’Uthina romaine, et sur laquelle nous reviendrons39, le plus ancien document épigraphique latin d’Afrique dont la date est habituellement fixée aux environs de l’année 60 a.C. Les circonstances exactes de la présente dédicace sont inconnues : peut-être a-t-elle été gravée à l’occasion d’opérations fiscales menées par l’administration romaine dans ces trois pagi et offerte à Q. Numerius Rufus en guise d’hommage et après une ambassade conduite par les représentants de ces pagi à Utique, lieu de résidence du questeur et où l’inscription en question a été trouvée. En plus de cette ancienneté, le document éclaire parfaitement la nature de l’organisation juridique des communautés africaines appliquée par Rome sans doute au lendemain de la chute de Carthage et la formation de l’Africa en 146. En effet, il vient confirmer les prescriptions de la Lex Thoria et montrer de manière concrète le nouveau statut des populations déchues : elles sont stipendiaires, c’est-à-dire que chacune d’elles est soumise à l’impôt foncier, le stipendium. Nous ignorons, en revanche, si ces stipendiaires formaient la totalité des populations des pagi et si, à leur côté, vivaient d’autres populations, par exemple des Romains en résidence40.

  • 41 Picard 1969/1970, 3.
  • 42 Sur ces pagi, voir infra, 82-99.
  • 43 Veyne 1958, 108 : “lors de la conquête de 146, Les Africains furent réduits, comme on sait à la co (...)

17L’autre information, la plus importante sans doute, qui se dégage de l’analyse de cette inscription, est que ces stipendiaires sont regroupés dans des pagi (stipendiariei pagorum Muxi, Gususi, Zeugei), terme désignant, dans la langue latine, une subdivision territoriale de la cité (ciuitas) qui possède une certaine autonomie administrative et dont les affaires sont directement gérées soit par des magistri élus, soit par un praefectus désigné par la cité mère41. Cette définition s’applique à de nombreux pagi carthaginois (comme Thugga, Uchi Maius…) ou à ceux que nous rencontrons dans d’autres colonies romaines comme Cirta, Sicca Veneria, Ammaedara42 et probablement d’autres… Cette même définition a conduit les premiers commentateurs à considérer ces pagi comme des circonscriptions de l’ager publicus substituées par Rome aux anciennes cités déchues de l’Africa43. Autrement dit, nous avons affaire à des “villages” pérégrins héritiers des anciennes cités puniques qui, jusqu’en 146 a.C., vivaient dans la dépendance de Carthage.

  • 44 Picard et al. 1963, 127.

18Or, l’un de ces trois pagi, le pagus Gususi, figure, avec une légère différence dans l’orthographe : Gunzuzi au lieu de Gususi, sur une inscription découverte à Mactar. Cette inscription a permis de comprendre la nature du type d’organisation à laquelle appartenaient les stipendiaires de l’Africa, sans doute dès sa formation en 146 a.C. L’épigraphe a été publiée et étudiée en 1963 dans les Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres par G.-Ch. Picard, A. Beschaouch et A. Mahjoubi44.

  • 45 Base en calcaire haute de 113 cm, large de 115 cm (épaisseur non mesurée) ; lettres mesurant 6 à 10 (...)

19AE, 1963, 9645

Imp(eratori) Caesari, divi Nervae / f(ilio), Nervae Traiano Aug(usto) Ger(manico), / Dacico, pont(ifici) max(imo), trib(unicia) pot(estate) XVII, / imp(eratori) VII, co(n)s(uli) VI, p(atri) p(atriae) ; civitates LXIIII pagi Thuscae et Gunzuzi pec(unia) sua fecerunt idemque dedicaveru(n)t ; curatore Victore Martialis praefecto earum e (centurione) : “À l’empereur César, Nerva Trajan Auguste, fils du divin Nerva, Germanique, Dacique, pontife suprême, en sa dix-septième puissance tribunicienne, salué imperator pour la septième fois, consul pour la sixième fois, père de la patrie. Les soixante-quatre cités du pagus Thuscae et (du pagus) Gunzuzi l’ont fait faire et l’ont dédié. Le curateur (du monument) étant Victor fils de Martialis, leur préfet et ancien centurion”.

20Date : 113.

  • 46 Picard et al. 1963, 129 qui soulignent qu’il doit être romain malgré cette dénomination inhabituel (...)

21Le texte de cette inscription a été longuement commenté par G.-Ch. Picard et ses co-auteurs mais certaines de leurs conclusions méritent d’être discutées. D’abord une remarque concernant la dénomination pérégrine composée d’un seul surnom suivi du patronyme : Victor Martialis. Étant centurion, on s’attendrait à ce qu’il affiche ses tria nomina ou du moins son gentilice, puisque seuls les citoyens romains pouvaient faire partie des légions romaines. On peut, mais difficilement, penser à une dénomination abrégée limitée au seul cognomen suivi du cognomen du père au génitif ; on peut aussi penser à une erreur concernant le centurionat46 !

  • 47 Picard 1969/1970, 3-7. La question demeure encore sans solution pour ce qui est des origines de ce (...)
  • 48 App., Pun., 69.
  • 49 En voici la traduction telle qu’elle a été établie récemment par Sznycer 1997, 134, qui préfère tr (...)
  • 50 Picard 1969-1970.
  • 51 Manfredi 2003, 407-449.

22Mais l’intérêt du texte est ailleurs, puisqu’il permet de définir exactement le terme pagus dont le sens, circonscription territoriale groupant plusieurs cités, n’est plus discutable : civitates LXIIII pagi Thuscae et (pagi) Gunzuzi. G. Picard47 a identifié le pagus Thuscae avec la chora Tusca signalée par Appien48et enlevée par Massinissa à Carthage en 152 a.C., ainsi qu’avec le “ RST TSKT” déjà connu par une inscription punique gravée en 128-127 a.C. et qui a été trouvée au Jebel Messouj, à environ 25 km au nord de Mactar49. Il y a lieu, malgré l’autorité de G. Picard50 et de ses successeurs, en dernier lieu Lorenza-Ilia Manfredi51, de ne pas prendre à la lettre le chiffre rond indiqué par Appien et qui a permis, suivant la démonstration de ce savant, d’attribuer cinquante cités au seul pagus de la Thusca ; suivant le même raisonnement, les quatorze cités qui restent, relèveraient de l’autre pagus signalé par la même inscription, le pagus Gunzuzi.

  • 52 On y trouve un fort byzantin ; “les murs sont encore en partie conservés et sont bourrés d’inscrip (...)

23La question demeure en effet discutée car, d’une part, on ne peut établir avec certitude que la chora Tusca d’Appien est géographiquement la même que celle du RST évoqué par l’inscription du Jebel Messouj et, plus tard, par l’inscription de Mactar. Car Rome, au lendemain de la conquête de la Numidie en 46 a.C. et de la formation de la seconde province africaine, l’Africa nova, a pu procéder à un remodelage touchant aussi bien à la géographie de la Numidie comme au statut des communautés qui la forment. Une telle intervention est en effet suggérée sous le règne d’Antonin le Pieux par une inscription latine remployée dans la forteresse byzantine de Ksar Bou Fatah52, située à trois km au sud-est de Mactar.

24CIL, 23599

Imp(eratori) Caesari, divi Hadriani/fil(io), Divi Traiani Parthici n(epoti), / divi Nervae pron(epoti), T(ito) Aelio / Hadriano Antonino, Aug(usto), / pio, pont(ifici) max(imo), trib(unicia) pot(estate) XXI, imp(eratori) II, / co(n)s(uli) IIII, p(atri) p(atriae). P(ublius) I[ulius ? A]djectus, praef(ectus) LXII / civ[itatium --- II v]ir [q.q. ?], secun[dum p]ollicitationem [su]am, pecunia [s]ua posuit idemq(ue) dedic(auit) d(ecreto) d(ecurionum) : “À l’empereur César Titus Aelius Hadrianus Antoninus, fils du divin Hadrien, petitfils du divin Trajan, Parthique, descendant du divin Nerva, Auguste, pieux, très grand pontife, en sa 21e puissance tribunicienne, salué Imperator pour la 4e fois, consul pour la 4e fois, père de la patrie. Publius Iulius ( ?) Adjectus, préfet des 62 cités…, a, après l’avoir promis, fait ériger ceci à ses frais, de même qu’il l’a dédié. Par décret des décurions”.

25Date : 158.

26La mention d’un praefectus ajoutée au nombre des cités, LXII (62), ne laisse aucun doute sur le fait que nous sommes, encore une fois, en présence des deux pagi Thuscae et Gunzuzi. Mais on observe que le nombre des cités concernées n’est plus le même. Deux d’entre elles manquent en effet à l’appel, très probablement parce qu’elles ont obtenu des privilèges juridiques (la liberté, le droit latin ou le droit romain) permettant ainsi leur détachement du pagus et les plaçant de la sorte dans une position hiérarchiquement supérieure à celle des autres cités encore confinées dans le pagus et soumises à l’autorité d’un praefectus. Il y a lieu aussi de croire que les mêmes privilèges ont pu être accordés à d’autres communautés dès la conquête de la Numidie en 46 a.C., avant la rédaction du texte de l’inscription de Mactar. De la sorte, le nombre total des cités contenues dans les pagi Thuscae et Gunzuzi pouvait à l’origine avoir été nettement supérieur aux soixante-quatre cités attestées sous Trajan, en l’année 113.

27Nous touchons ici à un problème fondamental qui est celui de la définition du pagus et du statut des communautés qui le forment. Revenons à l’inscription d’Utique qui, en l’état des connaissances, constitue, avec la lex Thoria, l’unique témoignage épigraphique se rapportant au statut des communautés africaines non libres durant tout le premier siècle colonial. L’inscription est dédiée par les stipendiaires sans aucune référence à leur nombre et à leur statut. On ne peut guère, du moins en ce qui concerne les stipendiaires du pagus Gunzuzi, les assimiler totalement aux ciuitates (du même pagus) que l’on rencontre plus d’un siècle et demi après sur l’inscription mactaroise. L’expression ou la référence à leur statut, stipendiariei, laisse croire que ces communautés n’avaient aucune dignité au regard du droit public romain, et qu’elles étaient, du point de vue de Rome et donc de la formula provinciae Africae, considérées comme de simples villages, même si auparavant, c’est-à-dire au temps de la Carthage punique, certains pouvaient prétendre au rang de véritables villes.

  • 53 Deux détails nous intéressent au plus haut point. D’abord le praefectus pagi qui, à la différence (...)
  • 54 Pflaum, 1970, 88, suivant les auteurs de CIL VIII, p. 2429, propose de dater ce texte de l’année 9 (...)

28Sur le plan des institutions, nous ignorons comment ces pagi et les communautés dans leur dépendance étaient administrés53. L’inscription d’Utique laisse croire que Rome n’y autorisa aucun signe d’autonomie administrative (magistrats et assemblées propres). Nous devons donc reprendre partiellement notre commentaire du cas isolé de l’inscription trilingue de l’époque républicaine (latine, grecque et punique) de Henchir Aouine54, non loin d’Uthina (fig. 3).

29CIL, 24030 = CIL, I2, 707, gravée en trois versions sensiblement différentes

Traduction du punique (en bas) : (Ce monument) l’a offert Quintus Marcius Proto[macus, le] médecin, en l’année des sufètes Abdmelqart et Adoniba[al].
Traduction du grec (au milieu) : Quintus Marcius Protomacus, fils d’Héracléidès, médecin. Texte latin : Q. Marci[us---] / Protomacus [medicus ara ?] / facta L(ucio) M(arcio) co(n)s(ule) m [---].

  • 55 La même pratique se constate sur une inscription d’époque républicaine (base de colonne en bronze) (...)
  • 56 M’charek 2006.
  • 57 Sur Thimida Regia, ville proche d’Uthina et municipe avant le 31 mai 303, voir Lepelley 1999b et B (...)
  • 58 État de la question dans Gsell, HAAN, VII, 79-80. La loi de 111 (l. 81) atteste une concession fai (...)
  • 59 Ben Hassen & Maurin 1998, 220.
  • 60 À la question de savoir si le sufétat constituait une résurrection ou une survivance, nous avons c (...)

30Le sufétat, qui figure clairement dans la version punique pour fournir une datation locale, n’est pas reproduit dans les versions grecque et latine. Peut-être était-il proscrit dans le langage officiel de l’administration romaine55. La révision récente du dossier pré-romain de la colonie militaire d’Uthina due à A. M’charek56 fournit de sérieux arguments pour attribuer l’inscription trilingue à une autre cité, peut-être Thimida Regia57, que l’on s’accorde aujourd’hui à localiser à Mohammedia, et non pas dans la “couronne” d’Uthina, comme l’avaient pensé L. Maurin et ses co-auteurs58. Si l’inscription en question appartenait réellement à Thimida Regia, on admettra que la ville royale située sur des terres accordées en Africa par Rome aux rois et alliés numides59, jouissait à l’époque républicaine d’une certaine autonomie que les autres agglomérations non libres ne possédaient logiquement pas60.

  • 61 Supra, p. 30-31.
  • 62 État de la question dans Aounallah 2001, 32-38.
  • 63 Supra, 1969-1970.

31On voit par ces quelques textes que l’Africa fut, tout le long du premier siècle provincial, subdivisée en deux parties juridiquement opposées. D’une part, les sept cités libres et autonomes, auxquelles s’ajoutent peut-être les agglomérations situées sur les terres royales, comme cela devait être le cas de Thimida Regia ; de l’autre, des villages stipendiaires au nombre inconnu, groupés dans trois vastes districts, des pagi, que nous fait connaître l’inscription d’Utique. Nous ignorons si, dans la période qui nous occupe ici, leur nombre a augmenté. En effet, l’épigraphie fait état en l’an 12 a.C. d’un autre pagus, cette fois de cités de stipendiaires61, celui des Gurzenses, et beaucoup pensent que le Cap Bon et le Byzacium devaient former aussi des pagi du même genre62. Or, on doit observer que l’inscription d’Utique ne mentionne que trois pagi et que l’autorité du questeur provincial devait logiquement s’étendre à l’ensemble des circonscriptions stipendiaires qui existaient alors. Il est donc plus raisonnable de croire que la géographie administrative de l’Africa a été modifiée au lendemain de la bataille de Thapsus, ou un peu plus tard, sous l’Empereur Auguste63.

  • 64 Supra, p. 24-25.

32La définition du pagus et son contenu ont aussi changé. Les communautés qui le forment sont passées du statut de villages stipendiaires, probablement des castella, à celui de cités, des ciuitates. Ce changement dans le statut de ces communautés de l’Africa commença avec César, au lendemain de sa victoire à Thapsus, pour s’accélérer nettement sous l’Empire comme le suggère l’épigraphie mactaroise64.

Notes

1 Voir les remarques de Nicolet 1991, 598.

2 Pol. 3.24.1, 7.9.5, 7.9.7.

3 Str. 17.3.15 : “Quand commença cette guerre (c’est-à-dire la troisième guerre punique), en effet, ils (les Carthaginois) possédaient trois cents villes en Libye, et Carthage, leur capitale, ne comptait pas moins de sept cent mille habitants”.

4 Desanges 1980b, 276-281.

5 Plin. 5.29 : “Ad hunc finem Africa a fluuio Amsaga populos DXVI habet qui Romano pareant imperio” : “L’Afrique du fleuve Amsaga jusqu’à cette limite, contient 516 peuples obéissant au pouvoir de Rome”.

6 Paul Orose, Adv. paganos, 5.11.

7 En 81 a.C. Cn. Domitius Ahenobarbus réussit à rassembler un contingent de 20 000 hommes dont la majorité fut recrutée sur place, en Afrique, où les Marianistes avaient des alliés. Après les affrontements avec Pompée, seulement 3 000 hommes survécurent d’après Plut., Pomp., 12-13.

8 Nous savons par exemple, grâce à l’auteur de la Guerre d’Afrique (Bell. Afr., 74), que dans le printemps 46, une ville du Sahel, appelée Vaga, fut détruite et sa population entièrement anéantie sur décision de Juba. On peut également citer les représailles opérées à Parada, sans doute Pheradi Maius aujourd’hui Sidi Khlifa, par les cavaliers de Scipion au lendemain de leur défaite à Thapsus ; Bell. Afr., 87.1-2 : “La cavalerie de Scipion, au sortir de la bataille, s’était ainsi portée sur Utique, et était arrivée à la ville de Parada (oppidum Paradae). Les habitants, instruits par la victoire de César, refusèrent de la recevoir. Elle entra de force, dressa un bûcher sur la place, y entassa tous les biens des habitants, et après y avoir mis le feu, les saisit eux-mêmes, et les jeta vivants dans les flammes, liés et garrottés, sans distinction d’âge, ni de sexe…”.

9 Bell. Afr., 26 “(César) voyait brûler les fermes, dévaster les champs, piller et massacrer le bétail, détruire et évacuer les villes et les villages, exécuter ou enchaîner les notables des cités, emmener en servitude leurs enfants sous prétexte de les garder comme otages” ; Bell. Afr., 26.2 : “Des notables se mirent à fuir de leurs villes et à se rendre au camp de César, où ils racontèrent les cruautés et les duretés de l’adversaire…”.

10 Plin. 5.1 : “… et alias castella ferme inhabitant” : “… et du reste, ils habitent en général des castella”.

11 La situation en Afrique est bien décrite par l’auteur du Bell. Afr., 20.4 : “Il (César) remarqua qu’il serait obligé de faire venir du blé de dehors parce que les cultivateurs stipendiaires (stipendiarii aratores) ayant été enrôlés par l’ennemi l’année précédente, n’avaient pas fait de moissons… Les villes (oppida) à l’exception de quelques-unes qui pouvaient se défendre, avaient été détruites et saccagées, les habitants forcés de se renfermer dans les places fortifiées (præsidia), et la campagne entièrement ravagée”.

12 Sur les guerres puniques, voir principalement Gsell, HAAN, III, 67-99, 140-296, Nicolet 1991 avec bibliographie aux pages 482-486 et Lancel 1992, 379-446. On trouvera un bilan complet et critique des sources anciennes dans Gsell, HAAN, III, aux pages 75, n. 4, 146-150 et 336-340.

13 Une commission de dix personnes arriva en Afrique et recommanda à Scipion Émilien de détruire ce qui restait de la ville et de prononcer les formules religieuses qui consacraient son sol et en interdisaient l’usage aux hommes : personne ne devait désormais y établir sa demeure ; voir Gsell, HAAN, III, 403.

14 17.3.16 : “(De Carthage, on monte) l’espace de 120 stades, jusqu’à Nepheris, ville forte, bâtie sur un rocher. Sur les bords de ce même golfe de Carthage, on trouve Tunis, des bains chauds, des carrières ; puis le cap escarpé d’Hermaea, sur lequel est une ville de même nom ; ensuite Neapolis ; le Cap Taphitis, surmonté d’une colline nommée Aspis d’après sa forme, qui ressemble à celle d’un bouclier : Agathocle, tyran de Sicile, y réunit les habitants et y établit une colonie à l’époque où il fit son expédition maritime contre les Carthaginois. Toutes ces villes furent détruites par les Romains en même temps que Carthage”.

15 Dans cette liste, seule Clipea semble avoir fait l’objet d’une campagne punitive au lendemain de 146, très probablement parce qu’elle avait résisté aux Romains qui l’avaient assiégée vainement deux ans auparavant, en 148 ; voir Aounallah 2001, 256. Sur ces poches de résistance dans le Cap Bon, cf. aussi Lancel 1992, 443.

16 On retiendra en particulier les remarques de Mesnage 1913, 4 : “à l’égard des autres villes restées fidèles à Carthage, le Sénat se montra dur et cruel. Quatre d’entre elles, par l’entremise desquelles Carthage avait reçu les subsides et les vivres qui lui avaient permis de résister pendant trois ans, furent détruites… Les habitants de ces villes ne furent, il est vrai, ni massacrés ni déportés, mais leur territoire fut incorporé au domaine public, et, comme tel, loué à prix d’argent, aux fermiers de l’état.”

17 Liv., Hist., 42.23 : Les Carthaginois se plaignaient de ce que, “outre la portion de territoire au sujet de laquelle on avait envoyé antérieurement de Rome des commissaires pour régler le différend sur les lieux, Massinissa, depuis les deux dernières années, avait occupé par la force des armes plus de soixante-dix villes et villages du territoire carthaginois (oppida castellaque agri carthaginiensis)”. Massinissa mena d’autres campagnes aux termes desquelles il enleva à Carthage d’autres territoires : en 162-161, dans les villes du littoral de la petite Syrte (cf. Gsell, HAAN, III, 314 sq.) ; en 152, la région dite des Grandes Plaines et les villes de la Tusca (cf. Gsell, HAAN, III, 320 sq.).

18 Le tracé de la fossa suivait à partir du nord le cours de l’oued el-Kbir, en Khroumirie (l’ancienne Tusca), laissant à l’ouest les villes de Thabraca (Tabarca), Thibursicu Bure (Téboursouk) et Thugga (Dougga), continuait vers l’est jusqu’au Jebel Fkirine, au sudouest de Zaghouan, puis au sud-sud-est jusqu’à Thenae, à 12 km au sud de Sfax. Sur la Fossa Regia, voir Gsell, HAAN, III, 327-328 ; Saumagne 1928 ; Ferchiou 1977 et 1985 ; Di Vita-Évrard 1986 a corrigé partiellement le tracé jusqu’ici proposé en intégrant Thibursicu Bure dans le territoire du diocèse d’Hippone (donc dans l’Africa Noua) et en rattachant Vaga à celui de Carthage (donc dans l’Africa Vetus).

19 Sall., Bell. Jug., 5.11.13 ; Str., 17.

20 Le toponyme composé, Fossa regia, fossé royal, n’apparaît en effet guère avant Vespasien. Auparavant, Pline l’Ancien se contente de rappeler de la manière la plus neutre qu’une fossa séparait les deux provinces africaines, l’ancienne et la nouvelle et qu’elle fut tracée à la suite d’un accord entre Scipion et les rois : fossa inter Africanum sequentem et reges, ces derniers sont les fils de Massinissa, entre lesquels, à la mort de leur père, Scipion Émilien (le second Africain) partagea le royaume de Numidie. En raison de l’absence du toponyme complet chez Pline l’Ancien, il est sans doute plus opportun de croire que l’adjectif regia est apparu plus tard, longtemps après la constitution de l’Africa, précisément au lendemain de la bataille de Thapsus, comme pour célébrer la victoire sur Juba, roi de Numidie, et au moment même où apparaissent officiellement l’Africa Vetus et l’Africa Noua. Desanges 1980b, 241, fait remarquer que cette Fossa (comme les deux provinces) “n’a existé en droit qu’entre 46 (au lendemain de Thapsus) et 27 avant notre ère”. Le deuxième problème concerne le tracé de cette frontière qui a été maintenue et restaurée à l’époque impériale, sous Vespasien. À propos de ce rebornage, Ferchiou 1986, 362-363, constate que les seules bornes trouvées se situent dans le centre-nord de la Tunisie : entre henchir el-Barhala, au sud-ouest de Testour, tout le long de Jebel Cheid, traversant la vallée de la moyenne Siliana, puis, après une solution de continuité, dans la région de jebel Mansour ; la dernière connue est celle d’Abthugnos. Au nord et au sud aucune autre borne n’a pu être identifiée, “s’il s’était agi d’un travail d’ensemble, on aurait logiquement dû trouver d’autres témoignages”.

21 On retiendra essentiellement les corrections basées sur l’analyse des documents épigraphiques dues à Ginette Di Vita-Evrard 1986, 31-58. Voir supra, n. 18.

22 Nous nous contenterons de reproduire une seule copie de cette série de bornes épigraphiques – CIL, 25967 ; ILS, 5955 ; ILPB, 220, à Henchir Chetlou, AAT, fe. 35, Téboursouk, site no 229 – [Exa]uct(oritate) Imp(eratoris) Vesp[a]/siani Caes(aris) Aug(usti), p(atris) p(atriae), fi/nes prouinciae no/uae et ueter(is) de/creti qua Fossa / Regia fuit per Ru/tilium Gallicum / co(n)s(ulem), pont(ificem) et Sen/tium Caecilia/num praeto/rem, legatos / Aug(usti) pro pr(aetore) : “Sur l’ordre de l’empereur Vespasien César Auguste, père de la patrie, les limites entre la nouvelle et l’ancienne province furent tracées là où passait la Fossa Regia, par Rutilius Gallicus, consul, pontife et Sentius Caecilianus, préteur, (tous deux) légats d’Auguste propréteurs”. Voir aussi CIL, 23084, 25967 ; AE, 1912 : 148, 149, 150, 151 ; AE, 1939, 31 ; AE, 1936, 28 et au nord de Furnos Maius (L. Poinssot et Ch. Saumagne, BAC, 1938, p. XIII-XV). Sur ce point, la discussion est bien conduite par Ginette Di Vita-Evrard 1986, qui exclut (pages 34-35) goût nostalgique d’“antiquaire” de la part de Vespasien, connu pour son réalisme politique. Un lien avec une remise à jour des prélèvements fiscaux peut fournir un motif à l’opération (p. 35, dans le même sens Leglay 1968, 225-228) ; mais la nécessité du bornage dans la perspective d’une simple opération cadastrale, domaniale, pouvait-elle imposer une telle insistance, une telle solennité ? D’où l’hypothèse de l’auteur : si Vespasien, qui a connu l’Afrique comme proconsul, a eu le premier l’idée d’un découpage géographique de la province valable globalement à toutes fins administratives, alors on conçoit le choix d’une frontière qui s’était inscrite un siècle durant dans le sol et dans les mentalités et l’importance accordée à la fixer durablement. En d’autres termes, les diocèses d’Hippone et de Carthage pourraient avoir des origines flaviennes (p. 36).

23 Impression que renforce encore Pline l’Ancien : “Ea pars quam Africam appellauimus diuiditur in duas prouincias, ueterem ac nouam, discretas fossa inter Africanum sequentem et reges Thenas usque perducta, quod oppidum a Carthagine abest CCXVI ” ; comme si, en effet, au moment où il écrivait, une distinction et une séparation existaient encore entre les deux provinces ! La série des bornes de l’époque de Vespasien ne fait que confirmer cette impression puisque ni les deux provinces, la nouvelle et la vieille, ni la frontière qui les sépare, cette fameuse fossa, n’ont réellement disparu. Une séparation matérielle, sans doute pour des raisons juridiques et administratives, existait encore entre les deux vieilles provinces. Voir à juste titre les remarques de Le Glay 1968, 225 : “… malgré toutes ces modifications territoriales et administratives, la Fossa Regia a subsisté. Et pas seulement comme le souvenir d’un événement historique !” et de Desanges 1980a, 81 : “Peuton croire que cette œuvre de restauration n’ait eu d’autre justification qu’une opération cadastrale ? Nous en doutons fort et sommes persuadé qu’il reste à ce sujet beaucoup à découvrir”.

24 Un tronçon de six km de cette frontière, connu par une quinzaine de bornes gravées sur les deux faces (CIL, 25988, cf. ci-dessous, p. 37), devait correspondre aux limites entre la ciuitas Thuggensis et un domaine impérial (Caes. n.) désigné par les sigles SFRG et qu’on pourrait développer en s(altus) f(ossae) r(e)g(iae). Regia est en effet abrégée en FR sur une inscription gravée sur un collier d’une esclave prostituée : AE 1906, 148 = ILS, 9455 de Bulla Regia : Adultera meretrix ; tene quia fugiui de Bulla R(e)g(ia) : “(je ne suis qu’une) coureuse et une putain, arrête-moi car j’ai fuit de Bulla Regia”. Traduction de Lassère, Manuel, p. 150.

25 Chastagnol 1995, 37-47 l’a démontré pour la Gaule.

26 L’expression célèbre est de Mommsen, Histoire romaine, p. 936.

27 On remarquera, à la suite de T. Live, que les colons romains eux-mêmes n’étaient pas toujours disposés à accepter un exil au milieu des vaincus. Les dangers que courait le colon, exposé à être chassé ou massacré par les anciens habitants, rendaient ces attributions de terres, surtout lorsqu’elles sont lointaines, peu populaires et peu revendiquées. “Ils aimaient mieux, dit Liv. 3.4, demander des terres à Rome, qu’en posséder à Antium” où des colons furent en effet massacrés ainsi qu’à Sora (9.23), à Fidènes (4.17) et à Vélitres (8.3).

28 2.38.2 : P. Scipio Aemilianus… Africam in formulam redigit provinciae. J. Desanges nous dit “qu’il n’est pas certain que pour cet historien, formula ait un sens administratif technique. Formula me semble être chez lui un équivalent de forma, cf. Suet., Caes., 25.2 : Omnem Galliam… in prouinciae formam redegit ; cf. aussi Tacite, Agricola, 14.1. En Arabie, sur les milliaires de la uia noua Traiana, en 111 de notre ère, on lit Arabia redacta in forma prouinciae. Cf. aussi Liv. 43.6.10 : Lampsacenos in sociorum formulam referre Q. Maenius praetor iussus. Bref, Velleius Paterculus a-t-il en tête une charte ou une simple catégorie ?”.

29 Mise au point de ces questions par Picard 1990, 47.

30 FIRA, I, p. 117-118. Voir aussi Girard & Senn 1977, no 8, 107-126.

31 En Gaule, il semble que liberté et privilèges fiscaux étaient liés du moins au départ comme on doit le déduire d’un passage de Suet., Caes., 25 : “Toute la Gaule…, fut, à l’exception des cités alliées et de celles qui avaient bien mérité de Rome, réduite par lui (César) à l’état de province et il lui imposa un stipendium annuel de quarante millions de sesterces” ; cf. France 2005, 65, n. 1.

32 Il n’est pas aisé de définir clairement cette liberté et surtout de préciser quelles sont les obligations des villes libres envers Rome. Ainsi en 168, les Macédoniens sont déclarés libres mais furent soumis à un tribut (Liv. 45.29.32 : “… que les Macédoniens seraient libres, qu’ils conserveraient leurs villes, les territoires qui en dépendaient, et l’usage de leurs lois, sous des magistrats annuels qui seraient choisi par eux ; qu’ils paieraient au peuple romain la moitié des impôts qu’ils payaient auparavant à leurs rois…”). Voir aussi ci-dessous, nos remarques aux pages 142-155.

33 App., Pun., 135.

34 Plin., 5.23. On ne voit en effet guère Theudalis obtenir l’immunité sous César et moins encore sous Auguste.

35 La définition du stipendium est donnée par Gaius, Inst., 2.21 : “… Sont stipendiaires les biens-fonds situés dans les provinces que l’on considère comme la propriété du peuple romain, tributaires, ceux qu’on tient pour être la propriété de l’empereur”. Passage cité par France 2006, 2, pour qui (p. 10), “le stipendium traduisait durant la république une soumission militaire et politique à un État vainqueur” ; stipendium et stipendiarius sont des mots à forte connotation dépréciative, mais cette terminologie a évolué sous l’Empire : le mot stipendium remplacé par tributum/tributa pour désigner les impôts directs sur les biens et les personnes des communautés provinciales ; cf. France 2006, 12-14.

36 Desanges 1991, 629.

37 Duruy 1880, 165.

38 Ainsi, à la demande des cités d’Achaïe, Polybe reçut du Sénat commission de régler la forme de leur gouvernement (Paus. 8.30.5). Liv. 34.51 rapporte que Quinctius passa en Thessalie pour libérer ses villes et pour “substituer au désordre et à l’anarchie qui y régnaient une forme de gouvernement supportable” : “sed ex omni conluvione et confusione in aliquam tolerabilem formam redigendae”. La loi de Pompée pour la Bithynie et le Pont fixait à 30 ans l’âge minimum d’entrée au sénat, avec l’obligation d’avoir rempli préalablement une charge, considérait comme viagère la condition de sénateur et déterminait certainement un cens (cf. Plin., Epit., 10.83 et Athénée 5.51). Dans Volubilis pérégrine, M. Valerius Severus fut édile puis sufète, avant de devenir duumvir du nouveau municipe (cf. ILM, 116).

39 Infra, p. 26-27.

40 Rappelons que la dédicace est signée par les stipendiaires, ce qui laisse peut-être croire que d’autres individus, libres ou Romains, vivaient dans ces mêmes pagi.

41 Picard 1969/1970, 3.

42 Sur ces pagi, voir infra, 82-99.

43 Veyne 1958, 108 : “lors de la conquête de 146, Les Africains furent réduits, comme on sait à la condition de sujets ; l’organisation politique des cités puniques, à l’exception de sept d’entre elles, fut abolie ; les villes n’étaient plus que des pagi, c’est-à-dire qu’elles n’avaient plus la moindre existence comme corps et qu’elles dépendaient totalement du proconsul.”

44 Picard et al. 1963, 127.

45 Base en calcaire haute de 113 cm, large de 115 cm (épaisseur non mesurée) ; lettres mesurant 6 à 10 cm.

46 Picard et al. 1963, 129 qui soulignent qu’il doit être romain malgré cette dénomination inhabituelle.

47 Picard 1969/1970, 3-7. La question demeure encore sans solution pour ce qui est des origines de cette institution. G.-Ch. Picard, dans ses différents travaux, tranche en faveur d’une origine punique ; cependant, il ne faut pas exclure l’idée que ce type de pagus pouvait être une création romaine : pour des raisons administratives et fiscales, Rome a pu diviser l’Africa de la sorte, comme elle l’avait fait en particulier en Illyrie, divisée en trois parties (Liv. 45.26 :… inde in tres partes Illyricum diuisit) et en Macédoine divisée également en quatre régions (Liv. 45.29 : Deinde in quatuor regiones diuidi Macedoniam). Sous Claude, une inscription gravée sur une plaque de cuivre trouvée à Iulium Carnicum (Zuglio) en Vénétie, regio X, fait connaître un préfet de cités de Mésie et de Tréballie et dans les Alpes maritimes : CIL, V, 1838 ; ILS, 1349 (cf. Lassère, Manuel, p. 674, no 390) : C(aio) Baebio, P(ublii) f(ilio), Cla(udia tribu), Attico, IIuir(o) i(ure) [d(icundo)], primopil(o) leg(ionis) V Macedonic(ae), praef(ecto) ciuitatium Moesiae et Treballia[e, pra]ef(ecto) [ci] uitat(ium) in Alpibus maritumis, t[r(ibuno)] mil(itum) coh(ortis) VIII pr(aetoriae), primopil(o) iter(um), procurator(i) Ti. Claudi Caesaris Aug(usti) Germanici in Norico, ciuitas Saeuatum et Laiancorum – À Caius Baebius Atticus, fils de Publius, de la tribu Claudia, duumvir pour dire le droit, centurion primipile de la 5e légion Macedonica, préfet des cités de Mésie et de Tréballie, préfet des cités dans les Alpes maritimes, tribun militaire de la 8e cohorte prétorienne, centurion primipile une seconde fois, procurateur de Tibère Claude César Auguste Germanicus dans le Norique, la cité des Saevates et des Laianci (l’ont fait faire)”. En plus, ces divisions devaient rester absolument étrangères les unes aux autres : Liv. 45.29 “neque connubium, neque commercium agrorum aedificiorumque inter se placere cuiquam extra fines regionis suae esse… : que personne ne pourrait se marier, vendre ou acheter des terres hors de sa contrée”. Il est donc fort probable que Rome a ainsi divisé l’Africa et a interdit le commercium et le conubium entre les habitants de ces différents pagi.

48 App., Pun., 69.

49 En voici la traduction telle qu’elle a été établie récemment par Sznycer 1997, 134, qui préfère traduire “monument” et non “tombeau” comme l’avait fait J.-G. Février : “à érigé cette pierre WLHB qui est préposé au(x) territoire(s) (RST) de Tiskat, fils de…, par ordre de Micipsa le Prince, dans l’année vingt et un de son règne. À partir de la pierre qui est auprès du monument et jusque vers ( ?) cette pierre-ci (il y a) deux cents stades”. Sur cette inscription voir aussi Chabot, BAC, 1943-1945, p. 64-67 et J.-G. Février, BAC, 1951-1952, p. 113-120.

50 Picard 1969-1970.

51 Manfredi 2003, 407-449.

52 On y trouve un fort byzantin ; “les murs sont encore en partie conservés et sont bourrés d’inscriptions, de fûts de colonnes, de débris… Aux alentours, vestiges de constructions peu importantes et traces d’un barrage”. Le commandant Toussaint (BAC, 1899, p. 189) à qui on doit cette description ajoute que ces matériaux, y compris surtout les inscriptions, proviennent de Mactar. Selon lui (p. 201, no 12), on lit à la l. 6, après PP. PA [---]ICTUS PRAEF. suivi d’une lettre indéterminé puis XII, aux l. 7-8, ont lit CIVITAT [---] SECUN/DVM POLLICITATIO [---] PECVNIA (lecture complétée par Merlin, NAM, 14, p. 152).

53 Deux détails nous intéressent au plus haut point. D’abord le praefectus pagi qui, à la différence du questeur provincial, Q. Numerius Rufus, doit être considéré comme un responsable, voire comme le magistrat suprême de ces deux pagi et originaire de l’une des cités formant ces deux pagi. L’onomastique à la mode pérégrine de Victor fils de Martialis ne peut être qu’un argument en faveur de cette hypothèse. L’autre détail concerne la mention à la dernière ligne d’un décret de décurions. De quels décurions s’agit-il ? Ceux de Carthage, capitale de la province, ceux de Mactaris, que l’on présente comme capitale des deux pagi ( ?), ou ceux des deux pagi réunis ? Dans ce dernier cas, on aurait une seule assemblée pour l’ensemble des cités du pagus. Nous ne saurions répondre avec précision à cette question, mais l’analyse que nous proposerons de la fameuse tessera hospitalis du pagus Gurzensis plaide pour cette dernière solution. Voir ci-dessous, p. 30-32.

54 Pflaum, 1970, 88, suivant les auteurs de CIL VIII, p. 2429, propose de dater ce texte de l’année 91, sous le consulat de L. Marcius Philippus, mais Ben Abdallah et alii, in Ben Hassen & Maurin 1998, 38-39, proposent une fourchette chronologique très large, entre 140 et 40 a.C., sans fournir une explication convaincante à cette proposition.

55 La même pratique se constate sur une inscription d’époque républicaine (base de colonne en bronze) de San Nicolo Gerrei en Sardaigne où le suffétat est ignoré dans les versions latine et grecque qui sont nettement plus courtes que la version punique (CIL, X, 7856, et I2, 2226 ; ILLRP, 41 ; reproduit dans Lassère, Manuel, p. 545, no 323).

56 M’charek 2006.

57 Sur Thimida Regia, ville proche d’Uthina et municipe avant le 31 mai 303, voir Lepelley 1999b et Ben Hassen & Maurin 1998, 38-39.

58 État de la question dans Gsell, HAAN, VII, 79-80. La loi de 111 (l. 81) atteste une concession faite par Scipion aux enfants de Massinissa sur l’ager publicus de l’Africa.

59 Ben Hassen & Maurin 1998, 220.

60 À la question de savoir si le sufétat constituait une résurrection ou une survivance, nous avons conclu à l’antériorité de l’institution par rapport au statut de civitas (Aounallah 2001, 192-195). C’est-à-dire, que les agglomérations stipendiaires contenues dans les pagi ont continué à s’administrer à la mode punique ou locale, avec essentiellement des sufètes. Notre argumentation s’appuyait surtout sur le cas de Henchir Aouine qui, de notre point de vue, faisait partie de ces nombreuses villes déchues au lendemain de la destruction de Carthage et donc intégrées dans l’un des trois pagi des stipendiaires, très probablement le pagus Zeugei. L’archéologie montre en fait que le site en question était un simple établissement rural dépendant d’une ville voisine : Uthina ou Thimida regia. L’institution du sufétat, signe indéniable d’une autonomie municipale, plaide en faveur de la deuxième solution.

61 Supra, p. 30-31.

62 État de la question dans Aounallah 2001, 32-38.

63 Supra, 1969-1970.

64 Supra, p. 24-25.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig.3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3879/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search