Version classiqueVersion mobile

Pagus, castellum et civitas

 | 
Samir Aounallah

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est né d’un mémoire d’habilitation à diriger les Recherches soutenu à l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux 3, le 25 Mars 2008 devant un jury composé de A. Mrabet, J. Desanges, A. Donati, A. Laronde (président) et J.-M. Roddaz. Ce travail est surtout redevable aux doctorants des universités de Tunis et de Sousse qui, il y a plus de deux ans, m’ont demandé d’organiser à Carthage des rencontres régulières d’épigraphie et d’histoire dont le but principal était d’animer des débats appuyés de documents de leur choix et susceptibles de les aider à progresser dans leurs recherches. Souvent, lorsqu’il le fallait, je me suis mis à leur place pour leur présenter les principaux documents utilisés pour l’établissement de mon mémoire. Leur curiosité, quelquefois naïve mais toujours bienvenue, m’a incontestablement conduit à mieux exposer les difficultés et à les résoudre plus simplement. La présence assidue de mes collègues et amies Z. Ben Abdallah et Leila Sebaï, qui m’ont aidé à animer ces séances, a contribué à enrichir les principaux résultats présentés ici.

2Ce travail n’aurait jamais pu voir le jour sans l’accueil des responsables, des chercheurs et de l’ensemble du personnel administratif du Centre Pierre Paris, aujourd’hui l’Institut Ausonius, près desquels, dès 1989, dans le cadre de mes études doctorales, j’ai toujours trouvé hospitalité et amitié. Je tiens enfin à remercier Jean-Michel Roddaz qui a bien voulu accepter de diriger cette recherche, Jehan Desanges, Jérôme France et Louis Maurin qui ont méticuleusement corrigé l’ensemble de ce dossier et contribué à l’améliorer considérablement.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search