Version classiqueVersion mobile

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Introduction

Jean-Michel Roddaz

Texte intégral

1Ce colloque est né d’une discussion au sein de la section ‘Histoire et archéologie des civilisations antiques’ du CTHS, dans la perspective du 128e Congrès des Sociétés Historiques et Scientifiques qui s’est tenu à Bastia en avril 2003.

2Dans le cadre du programme retenu ‘Relations, échanges et coopération en Méditerranée’, il nous a paru intéressant de proposer une réflexion sur la transmission de l’idéologie impériale dans le monde occidental romain.

3L’histoire de la communication dans le monde romain a suscité de nombreuses recherches avec, comme centres d’intérêt, depuis plusieurs années, les rapports entre gouvernants et gouvernés ou les liens entre centre et périphérie. Dans cette perspective on a beaucoup étudié les centres monumentaux des principales cités provinciales, leur décoration : la présence des statues et des images des membres de la dynastie régnante a, notamment, souvent attiré l’attention. Ces études, parfois minutieuses, invitaient à un réexamen de la diffusion de l’idéologie impériale, de ses vecteurs ou de ses supports, des thèmes véhiculés, d’autant que les provinces occidentales du monde romain tournées vers la Méditerranée, mais aussi l’Italie offraient un champ d’étude suffisamment étendu pour alimenter un large débat, susceptible de prendre appui sur un matériel diversifié, architectural, iconographique, épigraphique ou numismatique.

4Un certain nombre de thématiques ont guidé notre réflexion : tout d’abord, les notions de concordia et de consensus. Le désir de stabilité politique et de cohésion sociale était un idéal civique partagé par les nombreuses communautés de l’Empire romain et la concordia garantie par l’Empereur reposait sur un consensus qui exprimait l’aspiration à l’unanimité de la communauté. Le consensus renforça, à partir d’Auguste, la position du gouvernant et le Prince déclare régulièrement en disposer. C’est sous ce double signe de la concordia garantie par le pouvoir et du consensus souhaité par les élites qu’a été assurée la paix de l’Empire : mais c’est aussi la connivence des intérêts de l’Empereur et de ceux des élites qui a permis la romanisation accélérée du monde indigène, le premier assurant la sécurité extérieure, les secondes garantissant la stabilité intérieure. L’un des intérêts du colloque fut de montrer comment les images furent utilisées dans cette association d’intérêts.

5Les notions de propagande et d’idéologie ont été largement galvaudées, y compris dans les communications scientifiques, et ont fini par ne plus vouloir rien signifier. De même, la notion d’image nous interpelle : relire le sens des images revient à pénétrer dans la pensée de leurs créateurs et ainsi de revisiter les espaces tels qu’ils étaient alors culturellement perçus, mais, surtout, le message ne pouvait être le même, ou, du moins, être reçu de la même manière quand on était dans la capitale ou que l’on vivait, ailleurs, dans l’Empire. Ceci étant précisé, on s’est interrogé sur les thèmes du message, celui de la Victoria Augusta qui est au cœur de la mystique impériale, sur la notion de Pax, plus discrète, ou celle de la Felicitas, omniprésente déjà chez Horace ; l’Empereur est pour les provinciaux le chef victorieux : il est aussi et surtout celui qui apporte le bonheur.

6L’espace urbain a été conçu dans l’Antiquité comme un espace de représentation du pouvoir et les transformations urbanistiques sous l’Empire ont souvent été dictées par la volonté de mettre en scène le pouvoir impérial. L’appréhender supposait aussi un réexamen de la documentation disponible : épigraphie, archéologie, numismatique et, à l’occasion, littéraire. Or, nos connaissances sont inégales selon les provinces et, par ailleurs, la part prise par la représentation du pouvoir impérial dans l’image de la ville n’a pu être mesurée que pour un petit nombre de cités : la focalisation s’est faite sur les capitales provinciales ou les grands centres urbains, souvent fondations coloniales dont la vitalité économique explique en partie la mise en œuvre d’un programme monumental de représentation du pouvoir impérial (Mérida en Espagne, Arles, Nîmes ou encore Saintes dans les Gaules, Timgad ou Lepcis Magna en Afrique par exemple). D’autres cités, dont l’étude reste à faire, présentaient cependant un intérêt pour mesurer le poids du pouvoir impérial dans une perspective et un espace plus larges. La multiplication des inventaires de sculpture et bas-reliefs, la révision des corpus épigraphiques, la publication d’un certain nombre de monographies de cités invitaient à soumettre le matériel déjà connu à un questionnement qui s’inscrivait dans la réflexion menée jusqu’alors pour Rome et certaines grandes cités.

7Deux journées de travaux particulièrement intenses ont permis d’aborder des questions aussi diverses que les motivations des communautés et de leurs élites à ériger statues et édifices en l’honneur des empereurs et de la domus impériale, la localisation des images célébrant la dynastie dans les espaces publics, mais aussi les sources de financement, ou encore la diffusion des modèles de la capitale et les agents de cette diffusion au sein desquels l’administration et notamment les gouverneurs jouaient un rôle essentiel. Mais on n’a pas perdu de vue non plus les traits caractéristiques et les principales étapes de la mise en scène du pouvoir impérial au travers de ses monuments les plus caractéristiques, ceux notamment qui exaltaient la victoire ou la conquête.

8J.-Ch. Balty, P. Gros et G. Sauron ont largement contribué à la définition des orientations de cette rencontre, Mila Navarro à la confection de ce livre en rassemblant les textes. Ils ont été les guides de notre réflexion et, en quelque sorte, les agents de la diffusion de nos messages. Le CTHS et le CNRS qui nous a permis d’accueillir un certain nombre de collègues étrangers ont assuré le financement de l’entreprise et les éditions Ausonius ont permis la publication des Actes. Nos remerciements vont à tous.

9Le colloque s’est tenu à Bastia ; l’accueil de nos amis corses a beaucoup contribué à sa réussite ; consacrer la dernière partie de cet ouvrage aux îles voulait être aussi un clin d’œil pour les remercier et le rappeler.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search