Version classiqueVersion mobile

Le problème du baptême dans le schisme donatiste

 | 
Carlos G. García Mac Gaw

Chapitre V. Les Églises africaines

Texte intégral

I. L’église donatiste1

  • 1 Les œuvres les plus importantes sur le donatisme sont les suivantes : Monceaux 1912, t. IV, V et V (...)
  • 2 Selon Euseb., Hist. Eccl., 8.6.10, il y eut d’innombrables martyrs, “surtout en Afrique, en Maurét (...)
  • 3 Ce concile fut convoqué par le primat de Numidie, Secundus de Tigisis, afin de sacrer l’évêque Sil (...)
  • 4 Optat 1.14.
  • 5 Voir, par exemple Passio s. Felicis ep. Tubyzacensis, [Migne, PL, 8, 679B] (Maier 1987-1989, I, 3, (...)

1Les persécutions de Dioclétien, particulièrement violentes dans cette région, marquèrent l’apparition du donatisme2. En 305 apparaissent déjà des dissidences au cours d’un concile tenu à Cirta, en Numidie, le 4 ou le 5 du mois de mars3. Même avant la fin des persécutions, les évêques réunis s’accusaient mutuellement d’avoir manqué à leurs devoirs4. Ils se reprochaient de s’être laissés intimider et d’avoir obéi aux lois impériales promulguées en 303 ordonnant la démolition des églises et la remise aux magistrats des livres sacrés. Ces édits avaient été exécutés en mai 303 en Numidie, et en juin de la même année en Afrique Proconsulaire. Partout, les magistrats s’étaient rendus chez les évêques pour réclamer la remise des Écritures, ainsi que les objets de culte et les richesses qui appartenaient aux églises. Cependant, la réaction des évêques ne fut pas partout pareille. Plusieurs d’entre eux offrirent leurs vies afin de préserver sans souille les objets de culte5, tandis que d’autres les livrèrent. On appela ces derniers traditores, et leur manque de fermeté fut considéré comme un crime.

  • 6 La périodisation généralement acceptée est contestée par Barnes 1975, qui la fait avancer jusqu’en (...)
  • 7 Domitius Alexander se souleva contre l’usurpateur Maxentius au printemps 308, et reconnut la souve (...)
  • 8 Optat 1.17 et 18. Monceaux 1912, IV, 17, signale que le gouverneur ne viola pas le domicile épisco (...)
  • 9 Monceaux 1912, IV, 17, signale que sur cette liste d’aspirants se trouvaient aussi, probablement, (...)
  • 10 Optat 1.16.1 et aussi 18-19.

2Il y eut enfin des évêques qui sortirent indemnes en offrant des œuvres sans importance. Tel fut le cas de Mensurius, évêque de Carthage, qui cacha les Écritures et mit à leur place des œuvres hérétiques. Le proconsul fut averti de ce fait, mais n’inquiéta plus l’évêque. Ceci provoqua la réaction de bon nombre de chrétiens carthaginois. Plusieurs d’entre eux le critiquèrent pour un comportement jugé comme peu digne, tandis que d’autres considéraient que, en fait, il avait livré les Écritures sacrées. Peu à peu, les soupçons augmentèrent et finalement, on l’accusa de la mort des martyrs dans les prisons de Carthage. En 3116 un diacre appelé Félix fut recherché et poursuivi pour avoir publié une lettre contre l’empereur, l’accusant des massacres qui avaient eu lieu dans la province depuis que le soulèvement du vicaire d’Afrique avait été étouffé7. Il se cacha alors chez l’évêque Mensurius, qui refusa de le livrer au proconsul. Ayant appris ce fait, l’empereur envoya un rescrit ordonnant la comparution de Mensurius si celui-ci refusait de livrer le fugitif8. Comme l’Église de Carthage était riche, cet évêque confia les objets de valeur à quelques-uns des notables de la communauté − les seniores −, et fit un inventaire qu’il donna à une dame âgée, avant de partir rencontrer l’empereur. Il avait recommandé à cette dame de remettre la liste à l’évêque qui le remplacerait éventuellement. L’évêque mourut en route, après s’être excusé auprès de l’empereur. Lorsqu’on considéra l’élection de son successeur, il y eut quelques affrontements. Alors que certains ecclésiastiques comme Botrus et Celestius, qui ambitionnaient le siège épiscopal, essayaient d’assembler − pour être élus − les évêques voisins, le peuple de Carthage élut l’archidiacre Cécilien, qui fut ordonné par certains des évêques voisins. L’imposition des mains fut faite par Félix, d’Abthungi9. Après son élection, Cécilien tâcha de récupérer les trésors de l’Église confiés à quelques fidèles. Ces personnes essayèrent de les garder pour eux, et furent appuyées par Botrus et Celestius, et par une dame influente appelée Lucilla, qui ne pouvait pas pardonner à Cécilien de l’avoir réprimandée alors qu’il était diacre10. L’élection de Cécilien fut alors déclarée viciée, sous prétexte qu’il avait été ordonné par Félix, lequel passait pour un traditor. Secundus de Tigisis, primat de Numidie, fut ensuite appelé.

  • 11 Monceaux 1912, IV, 12 et 18.
  • 12 Optat 1.19.2. Apparemment, c’était un faux pas de Cécilien, qui avait argué que, si la faute était (...)
  • 13 Optat 1.19-20.
  • 14 August., Ep., 93.6. Voir De Veer 1968, 799-802. Pour une lecture critique de Lucilla comme déclenc (...)
  • 15 Optat 1.19.

3D’autres conflits régionaux étaient vraisemblablement en jeu, sur ce point, dans l’organisation ecclésiastique africaine. En particulier, une rivalité établie entre le primat de Numidie et le patriarche carthaginois11. Secundus convoqua un groupe d’évêques de sa province, et, accompagné de soixante-dix d’entre eux, il se présenta à Carthage afin de tenir un concile. Cécilien préféra ne pas y assister, car les conditions nécessaires à un procès juste n’étaient pas remplies, et il invita les évêques qui contestaient sa nomination à l’ordonner eux-mêmes12. Le concile déclara nulles l’élection et l’ordination de Cécilien, qui avait été consacré par Felix, considéré indigne, en l’absence du primat numide13. Son siège fut déclaré vacant. Peu après, avant de retourner dans leur province, les Numides se réunirent encore pour élire un successeur. Lucilla avait corrompu certains des évêques intervenant en leur offrant son argent14, si bien que son protégé, Majorinus, fut consacré. Celui-ci était lecteur de l’Église carthaginoise alors que Cécilien, de qui apparemment il avait été domestique, était diacre15.

  • 16 Majorinus décéda peu après et l’Église schismatique s’organisa rapidement autour de Donat. Voir de (...)
  • 17 Optat 1.22 et 26.

4Une lettre synodale, rédigée par les participants au concile et exprimant leurs points de vue sur la situation, fut envoyée à toutes les églises d’Afrique. À partir de ce moment-là, les conséquences de l’affrontement furent approfondies, car un grand nombre de fidèles fit foi aux lettres reçues et se sépara de Cécilien. Ainsi, les chrétiens d’Afrique furent vite divisés en deux groupes. Ceux qui appuyaient Majorinus furent appelés donatistes à cause, selon Saint Augustin, des l’évêque de Cases-Noires, Donat16. Cette explication du nom est soutenue même par les dissidents qui signèrent une note envoyée à Constantin comme étant “ceux du parti de Donat”17.

  • 18 Pour les relations entre l’Église et le nouvel empereur, voir à présent Barnes 1981, et pour son i (...)
  • 19 Euseb., Hist. Eccl., 10.6.1-5. Martroye 1904-1905, 367, met en doute le contenu de la lettre, quoi (...)
  • 20 Voir Maier 1987-1989, I, 14, 145-146.
  • 21 Optat 1.22.2 :… petimus ut de Gallia nobis judices dari praecipiat pietas tua. Voir Maier 1987-198 (...)
  • 22 Pour Frend 1952, 147, il s’agit de l’un des moments décisifs de l’histoire de la première Église. (...)
  • 23 Migne, PL, 8, 477.
  • 24 Voir la liste complète dans Pietri 1976, 162-163. Pour les caractéristiques du tribunal et la disc (...)
  • 25 Optat 1.23-24.

5Après la double élection de Cécilien et Majorinus, Constantin devint maître de l’Italie et de l’Afrique. Le nouvel empereur tâcha d’entretenir de bons rapports avec les Africains, autant païens que chrétiens. En particulier, il promulgua des édits qui ordonnaient de rendre à ces derniers les biens confisqués à l’église, et exempta en plus les ecclésiastiques des fonctions civiles18. En Afrique, il reconnut l’Église orthodoxe et envoya même une lettre à Cécilien lui expliquant sa décision d’accorder une subvention à divers ministres de l’Église catholique d’Afrique, de Numidie et de Maurétanie19. Peu après ces faits, quelques personnes, accompagnées d’une foule, se présentèrent par-devant Anullinus, proconsul d’Afrique, pour lui expliquer qu’ils avaient des accusations contre Cécilien, et lui remettre une pétition scellée avec un cahier de charges qui fut envoyé aussitôt à l’empereur20. Selon Optat, on y demandait à l’empereur de juger cette affaire dans les Gaules21. Constantin designa donc Maternus de Cologne, Rheticius d’Autun et Marinus d’Arles, trois évêques des Gaules qui avaient une grande autorité au sein de l’église22. Il leur ordonna de se présenter à Rome, auprès de Miltiade, évêque de cette ville à qui l’empereur fit remettre tous les papiers reçus d’Anullinus23. D’autre part, il fit chercher Cécilien, à qui il permettait de se présenter avec dix évêques de son choix et qui pourraient lui être utiles pour sa défense. Les accusateurs avaient aussi le droit d’envoyer dix évêques pour soutenir l’accusation. L’évêque romain ajouta quinze évêques italiens à la composition du tribunal trop étroit imposé par l’Empire, si bien qu’il devint un véritable synode24. Le concile se réunit en trois séances en octobre 313, au palais du Latran. Le résultat fut unanimement favorable à Cécilien, maintenu dans son poste comme évêque de Carthage25. Cette absolution signifiait que Majorinus était déchu, et par extension, tous ceux qui communiaient avec lui. L’évêque romain suggéra quelques formules de transaction pour résoudre les difficultés qui découleraient du réaménagement de ce parti dont les membres étaient nombreux. Il proposa d’écrire des lettres de communion à l’intention de ceux qui avaient été ordonnés par Majorinus. Il précisa que si à cause du schisme, deux évêques se trouvaient sur un même poste, celui qui avait été ordonné le premier devait y rester, alors que le deuxième serait affecté à un autre évêché.

  • 26 Optat 1.25.

6Pourtant, les donatistes n’acceptèrent pas ces conditions, et opposèrent au concile de Rome celui de Carthage qui avait condamné Cécilien et qui, au lieu de dix-neuf évêques, en avait réuni soixante. Ils demandèrent alors à l’empereur d’intercéder une nouvelle fois26. Ils arguaient d’une part que les évêques de Rome avaient été peu nombreux, et accusaient, d’autre part, Cécilien, qui était d’autant plus coupable qu’il avait été ordonné par un traditor comme Félix d’Abthungi. Puisque le concile de Rome n’avait pas analysé la situation de ce dernier, le cas n’avait pas été suffisamment approfondi.

  • 27 Optat 1.27. Sur les Acta o Gesta purgationis Felicis, voir maintenant Monceaux 1912, IV, 221-228, (...)
  • 28 L’instruction et la prise de décision de ce procès dépassa largement la date résolutoire des délib (...)
  • 29 Il reste peu de pièces du dossier de ce concile. Comme modèle de la convocation, voir l’épître adr (...)
  • 30 Pietri 1976, 168, dit que vers cette époque la politique ecclésiastique romaine “s’établit dans un (...)
  • 31 Les appréciations de Hefele 1907, 276-278, semblent trop optimistes.
  • 32 Hefele 1907, 289.
  • 33 Hefele 1907, 291.
  • 34 Canon 8 du concile. Voir Hefele 1907, 285.

7L’empereur essaya de résoudre l’affrontement en Afrique en épuisant tous les aspects de l’affaire. Il ordonna donc aux fonctionnaires impériaux africains en poste à l’époque des persécutions de présenter les actes municipaux conservés dans la ville d’Abthungi27. Le duumvir Alfius Caecilianus, le scribe Ingentius et les appariteurs furent alors assignés. Le proconsul Aelianus, chargé de l’enquête, déchargea l’évêque Félix de toute accusation. Dans ce même rapport Ingentius était accusé d’avoir commis un faux sur certains actes qui compromettaient l’évêque, si bien qu’un procès fut entamé à son encontre28. Pour que la question ne fût pas résolue par un mécanisme institutionnel étranger à l’orbite de l’église, Constantin convoqua un nouveau concile en envoyant des lettres à un nombre considérable d’évêques des provinces occidentales, pour réclamer leur présence à Arles le 1er août 31429. Il ordonna que Cécilien et quelques-uns de ses partisans y fussent présents, ainsi que tous les évêques des provinces d’Afrique. Il ordonna également la présence de quelques-uns des ennemis de Cécilien, et il mit à leur disposition le relais de poste impérial pour se rendre à Arles. Le nouveau Pape, Sylvestre, s’excusa de ne pas pouvoir y assister, et envoya des légats30. Le nombre d’évêques participant à ce concile ne peut pas être fixé, mais on peut très bien supposer qu’ils n’étaient pas nombreux car la lettre de renseignements remise au Pape ne mentionne que quarante-sept églises au maximum31. Les informations concernant le concile d’Arles sont obscures. Saint Augustin ne reconnaît jamais avoir lu ses conclusions et Saint Optat semble ignorer son existence. Les décisions sont connues à travers la lettre adressée au Pape Sylvestre. La cause de Cécilien fut examinée et jugée en sa faveur. En plus, le concile apporta quelques précisions qui allaient dans le sens de l’absolution et essayaient de prévenir de nouveaux affrontements. Le canon treize du concile ordonnait de dégrader de la cléricature ceux qui avaient été convaincus de livrer les saintes Écritures dans les cas où ces faits pouvaient être prouvés par la production d’actes authentiques et non par simple témoignage32. Si un évêque avait été ordonné par un traditor, mais que son comportement fut irréprochable, on considérait l’ordination comme valide. Le canon quatorze signalait que ceux qui accuseraient mensongèrement leurs frères ne seraient pas admis à la communion, sauf en mourant33. On régla également la question du baptême, en décidant que si la personne qui se présentait paraissait, en répondant aux questions qu’on lui posait, avoir été baptisée au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, ils se contenteraient de lui imposer les mains afin qu’elle puisse recevoir l’Esprit Saint. Celui qui ne confesserait pas du tout la sainte trinité, serait baptisé34.

  • 35 Voir le détail de tous ces évènements dans Frend 1952, 154-156. Il est important de signaler qu’au (...)
  • 36 Optat 1.26.
  • 37 Constantin fut sur le point de voyager en Afrique pour y résoudre la dispute. C’est au moins ce qu (...)
  • 38 August., C. Cresc., 3.71, le mentionne, dans une brève citation de la lettre envoyée par Constanti (...)
  • 39 Voir Maier 1987-1989, I, 28, 198-211.
  • 40 Gesta coll. Carth., 3.543-547. C’est un moment où la tension politique entre Constantin et Liciniu (...)
  • 41 Lettre au vicaire d’Afrique Verinus. Voir Monceaux 1912, IV, 203.
  • 42 Migne, PL, 8, 491B.

8Constantin déclara le concile dissous, et ordonna à tous les participants de se retirer, sauf les schismatiques, et leur adversaire, Cécilien35. Deux évêques, Eunomius et Olimpius, furent alors envoyés en Afrique pour ordonner un seul titulaire à l’évêché de Carthage. Ils y restèrent quarante jours, au terme desquels ils se déclarèrent incapables d’exécuter leur mission en raison des désordres qui avaient lieu tous les jours. Simultanément, après la fuite de Donat et de Cécilien depuis leurs lieux de détention respectifs vers l’Afrique, Constantin accorda la liberté aux principaux chefs donatistes36. Ils allaient être embarqués vers l’Afrique depuis Arles, mais les donatistes s’étaient emparé d’une église dont Constantin avait fait donation à la ville et de nouveaux affrontements avaient eu lieu. Puisque les donatistes n’acceptaient pas non plus les canons du concile d’Arles, l’empereur décida de mettre fin à cette situation en se chargeant personnellement de l’affaire37. Or, pour ne pas intervenir directement dans les problèmes de l’église, il allait résoudre la question en jugeant l’affaire d’Ingentius, qui d’une certaine manière était le brandon de discorde, car elle lui permettait de prononcer l’innocence de Félix d’Abthungi. À travers cette innocence, la décision finale de l’empereur fut aussi, par extension, favorable à Cécilien38. Il ordonna la confiscation des biens de ceux qui avaient calomnié l’évêque d’Abthungi, ainsi que leur exil39. Si Constantin avait eu jusqu’alors l’intention de résoudre le problème pacifiquement, il changea d’avis à ce moment-là et fut obligé de recourir à la violence. À partir des incidents suscités quand sa décision fut connue, l’empereur décida de promulguer une loi ordonnant la confiscation, au profit du fisc, des basiliques et de tous les endroits où les dissidents tenaient leurs assemblées. Cette politique s’avéra pourtant peu efficace. Finalement, l’empereur se résigna et, sur la demande des donatistes40, promulgua un édit de tolérance41, qui mit fin aux persécutions, rappela les exilés et accorda la liberté de culte aux dissidents. Il envoya parallèlement une lettre aux chrétiens orthodoxes africains où il leur demandait non seulement de se résigner dans l’intérêt de la paix, mais aussi de s’armer de patience face aux provocations des schismatiques42.

  • 43 Frend 1952, 153-154.
  • 44 Le premier de ces évêques fut Victor de Garba, et cette communauté persista tout le long du ive si (...)
  • 45 Voir à présent Frend 1952, 164-165.

9Donat garda son siège pendant quarante ans − car on sait qu’il vivait encore en 358 − et fut l’âme de la secte. Même ses adversaires reconnaissaient la pureté et la dignité de ses habitudes et son adresse pour les lettres et l’éloquence43. Le parti des donatistes fut plus nombreux que celui des catholiques ; ces derniers devinrent minoritaires. Mais il faut signaler également qu’ils ne firent leur propagande qu’auprès des Africains, et que le schisme ne perdit jamais sa coloration locale. Ceux qui vivaient hors de l’Afrique étaient des évêques qui entretenaient la communion des Africains donatistes dans des pays lointains, par exemple à Rome, où la communauté africaine était importante44. Les titulaires de ces évêchés étaient africains, et ils étaient déjà ordonnés en arrivant ; sinon, des évêques africains s’y rendaient à cet effet45.

  • 46 Pour Frend 1952, 173, ce nom signalait ceux qui vivaient “autour des celliers” (circuit cellas)(...)
  • 47 Pour la caractérisation des circoncellions voir au-dessus “Introduction, 2. Les circumcelliones et (...)
  • 48 Optat 3.4.

10Les obligations impériales se détournèrent de l’Afrique, notamment en raison des affrontements avec Licinius, jusqu’à la prise de l’Orient en 324, et par la suite à cause des problèmes suscités par la dispute d’Arius. En conséquence, les donatistes bénéficièrent à partir de là d’une relative tranquillité pendant les dernières années de Constantin. Après la mort de l’empereur, les groupes de circoncellions46 firent leur apparition. Ceux-ci étaient des bandes de paysans aux origines multiples qui semaient la terreur dans la campagne africaine, notamment en Numidie et en Maurétanie, pour défendre l’Église poursuivie47. Les désordres furent si forts que, vers 340, les évêques donatistes numides demandèrent eux-mêmes l’intervention du comes Taurinus, qui envoya des troupes pour la répression. Les victimes mortes lors de cette intervention furent considérées comme des martyrs par la masse schismatique48.

  • 49 Au sujet des relations timides entre ariens et donatistes, qui ne se sont jamais consolidées, voir (...)
  • 50 Frend 1952, 177 (s’appuyant sur Seek, voir n. 2 dans Ibid.) considère que Donat lui-même demanda à (...)
  • 51 Optat 3.3.
  • 52 Selon Monceaux 1912, IV, 34-35, les envoyés de l’Empire auraient raconté au prince les maigres rés (...)
  • 53 Optat 4.
  • 54 Pour ces questions, voir “Introduction”, surtout le point “Les circumcelliones et le donatisme”.
  • 55 Optat 3.6. Voir la narration depuis l’optique donatiste dans la Passio Marculi Sacerdotis Donatist (...)
  • 56 Monceaux 1912, IV, 35-37. Voir la Passio Maximiani et Isaac Donatistarum auctore Macrobio, (Migne,(...)
  • 57 Optat 2.15. Voir Monceaux 1912, IV, 39. Frend 1952, 181, qui situe sa mort vraisemblablement en 35 (...)
  • 58 Frend 1952, 182. Pour l’auteur, c’est avec Donat de Carthage que commence les cycle des évènements (...)

11Alors que Constant était maître de l’Afrique, les problèmes recommencèrent. Comme les catholiques voyaient leur permanence en Afrique mise en danger par la croissance du nombre des donatistes, ils profitèrent du concile de Sardique, qui traitait de l’expulsion d’Athanase d’Alexandrie par les ariens49, pour présenter leurs inquiétudes domestiques face au suzerain. Les conditions politiques étaient favorables à une intervention de l’empereur. En effet, d’une part, celui-ci n’avait plus besoin d’un consensus général en Afrique car cette province avait été affirmée parmi ses domaines après la mort de Constantin II. D’autre part, depuis son intervention dans l’affaire donatiste, il pouvait démontrer qu’il était le protecteur de la foi chrétienne orthodoxe contestée en Orient par les ariens50. Deux personnes, Paul et Macarius, qui devaient expressément corrompre les donatistes, furent alors envoyées vers l’Afrique. Ils y apportaient des richesses pour distribuer aux pauvres et aux églises au nom de l’empereur, qui les avait enjoint de ne pas faire appel à la violence sous prétexte de parvenir à leurs objectifs51. On espérait persuader les dissidents d’abandonner le schisme en distribuant ces trésors car sans cet engagement, les richesses ne seraient pas données. En arrivant à Carthage, ils se présentèrent devant Donat, qui les reçut de mauvais gré, n’accepta pas leurs offres, et écrivit aussitôt à tous les endroits d’Afrique où ces personnages pouvaient se présenter, de ne pas accepter leurs aumônes52. Tant qu’ils circulèrent en Afrique Proconsulaire, il n’y eut pas de problèmes, encore qu’on ne soit pas au courant du résultat de leur gestion. Mais quand ils se rapprochèrent de la Numidie, les donatistes de cette province commencèrent à s’agiter. L’évêque de Bagaï, en Numidie, organisa les foules pour provoquer des désordres aux endroits où les envoyés impériaux se présentaient et fit même appel à des bandes armées de circoncellions. On voyait alors, selon le récit d’Optat, des troupes qui parcouraient tout le pays sous les ordres d’Axido et de Fasir, appelés les capitaines des saints. Personne n’était sûr de ses terres, les reconnaissances de dettes signées avaient perdu leur force probatoire et personne n’en pouvait exiger le paiement53. Ceux qui essayaient de faire prévaloir leurs titres recevaient une lettre contenant des menaces et envoyée par ceux qui se nommaient les chefs des saints. Si leurs désirs n’étaient pas satisfaits, une foule apparaissait alors dont la seule présence plongeait dans la terreur ceux qui avaient désobéi. Les patrons, arrachés à leurs voitures, étaient obligés de courir devant leurs propres esclaves assis à leurs places. Les bandes qui commettaient ces excès étaient apparemment composées de paysans chrétiens mobilisés par la misère ou par l’exaltation religieuse. La majorité ne parlait que le punique et ne comprenait pas le latin. Ils s’appelaient entre eux les soldats de Jésus-Christ en lutte contre le diable, ou également les agonistiques ou les combattants54. Voyant ces mouvements, les envoyés de l’Empire demandèrent que leurs troupes fussent gardées, ce qui donna lieu à un affrontement au cours duquel périrent les premiers martyrs donatistes : Donat et Marculus55, évêques tous les deux, le premier étant apparemment celui-là même qui avait organisé la foule à Bagaï, en Numidie. La répression se déclencha à partir de ces faits, et on fut même jusqu’à torturer les donatistes avec des fouets, ou à jeter certains d’entre eux dans la mer sans leur donner de sépulture chrétienne56. Optat raconte que les évêques donatistes furent obligés de fuir avec leurs clercs, et que ceux qui s’obstinèrent à rester dans leurs églises furent bannis. Même le chef des donatistes, Donat − l’évêque de Carthage −, fut banni et mourut finalement loin de l’Afrique57. Certains groupes embrassèrent la foi orthodoxe mais de nombreux donatistes restèrent fidèles à leurs principes en nourrissant des haines violentes contre les orthodoxes. Quoi qu’il en soit, le développement de l’Église schismatique en fut perturbé et le recul fut sévère. De son côté, à partir de là, l’Église orthodoxe africaine cessa d’exercer sur la pensée chrétienne latine l’influence qu’elle avait eue à l’époque de Tertullien et de Cyprien, et les évêques romains ne rencontrèrent plus en Afrique un pouvoir ecclésiastique rival comme pendant le iiie siècle58.

  • 59 Optat 2.16.
  • 60 Cod. Theod. 16.5.37.
  • 61 Par contre, Monceaux 1912, IV, 40, signale que “le nouvel empereur menait une campagne habile et p (...)
  • 62 Optat 2.17-21 et 6.1-8.

12Cette situation se poursuivit, sans modification, jusqu’en 362, lorsque Julien succéda à Constantius. Dans une lettre envoyée à l’empereur, les donatistes lui demandèrent le retour de tous les bannis, la restitution des basiliques qu’on leur avait confisquées à l’époque de Macarius, et enfin, que tout fut remis en l’état où les choses se trouvaient avant l’intervention du pouvoir impérial59. Julien répondit favorablement à ces demandes60, et les donatistes furent gravement accusés par les catholiques d’avoir demandé l’intervention d’un païen en leur faveur. L’initiative prise par l’empereur en Afrique ne semble pas avoir visé l’affrontement entre les chrétiens, car il avait déjà été démontré jusqu’à quel point ces conflits pouvaient se propager61. Il semble plutôt avoir songé à résoudre de cette manière ces problèmes qui réapparaissaient en permanence. En effet, comme les donatistes étaient pour la plupart des chrétiens africains, ils allaient essayer de conserver un statu quo à partir de cette situation favorable. Or, le retour des bannis en Afrique déclencha encore une fois des affrontements profonds62.

  • 63 Voir à présent Monceaux 1912, V, 221-240, avec des détails sur Parmenianus.
  • 64 Au sujet de Tyconius, voir Frend 1952, 201-207 (avec une bibliographie sur le sujet à la p. 201, n (...)
  • 65 August., Ep., 93. Le schisme, directement lié aux conséquences de la répression nouvellement entam (...)

13C’est à partir de ce moment que commence la période de splendeur des donatistes. Ce n’est qu’en 364 que les persécutions reprirent, sous Valentinien I. Quoi qu’il en soit, les schismatiques montrèrent à cette occasion qu’ils étaient mieux préparés à supporter la situation. Grâce à un leadership efficace, exercé par Parmenianus, successeur de Donat63, l’Église donatiste fut capable de supporter des moments critiques comme l’excommunication de Tyconius64 et le schisme rogatiste65. Le nouveau primat carthaginois dirigea son église en adoptant une position défensive à partir des interventions impériales déjà mentionnées et qui se poursuivirent sous Gratien et Théodose, jusqu’à sa mort au début des années 390.

14Le schisme s’étendit rapidement, de telle sorte qu’à l’époque de Saint Optat, vers 370, les donatistes constituaient la majorité des chrétiens d’Afrique et ce, notamment, jusqu’à l’arrivée de Saint Augustin.

II. L’époque d’Augustin

  • 66 Sur ce sujet en général, outre Pietri 1976, chapitre XI et sourtout chapitre XV. I et II ; voir au (...)
  • 67 Pietri 1976, 1151 sq.
  • 68 Voir l’opinion de Monceaux 1912, IV, 192, à ce sujet.
  • 69 Paul., Vita S. Ambrosii, 8. Voir Matthews 1975, 187 et n. 3.

15Des changements substantiels, qui ont marqué l’évolution de l’Église africaine, eurent lieu à la fin ive et au début du ve siècle. Ces changements se sont manifestés essentiellement sur deux plans, le premier étant celui des relations entre l’Église catholique et l’Église donatiste, et le deuxième, celui des relations entre les orthodoxes africains et l’Église de Rome66. Par rapport au premier, les auteurs considérèrent la période comprise entre les années 391 et 392 comme un point d’inflexion. L’arrivée d’hommes nouveaux est le témoignage de cette évolution, fondamentalement à Carthage, car les chefs des deux Églises africaines moururent au cours de ces années. Quant aux relations entre l’Afrique et Rome, Pietri souligne que la fin du ive siècle marque aussi la fin du splendide isolement dans lequel l’Église africaine s’était repliée pendant des décennies67. Les besoins liés à la lutte contre les donatistes, les nouveaux problèmes, politiques ou juridiques qui découlaient de la conversion des schismatiques, imposèrent les relations avec les grandes Églises d’occident. Parallèlement, le patriarcat romain s’établit progressivement, après Damase, de Sirice à Innocent, entre 397 et 40868. Jusqu’à ce moment-là, Milan avait été le cœur de la chrétienté occidentale, ainsi que le centre politique. Son évêque, Ambroise, dominait autant la ville que la Cour. Étroitement lié au puissant Petronius Probus, Ambroise parvint à l’évêché de Milan avec le consentement et l’appui de son parrain, et acclamé par le peuple, en octobre 37469.

  • 70 Baynes [1911] 1957, 239.
  • 71 Voir Palanque 1933, 122-129, avec des détails sur les causes de l’élection de l’évêque comme ambas (...)

16Lorsque Valentinien II commença à gouverner personnellement en Italie, Ambroise et Justine entamèrent un long duel pour décider lequel des deux, de la mère ou de l’évêque, dirigerait la politique du jeune empereur70. À l’instigation de Justine elle-même, l’évêque démontra qu’il était un diplomate habile dans ses négociations avec l’usurpateur Maximus pendant l’hiver 383-384. Grâce à ses manœuvres, il empêcha que Valentinien quittât Milan pour la sécurité douteuse qu’offrait la Cour de Trèves. En 386, il gagna le temps nécessaire pour prévenir une invasion probable depuis la Gaule en profitant de ses rencontres avec Victor, fils de Maximus, pour fortifier les cols des Alpes71.

  • 72 Matthews 1975, 181.
  • 73 Migne, PL, 13, 0591C.
  • 74 Migne, PL, 13, 0589.
  • 75 Matthews 1975, 181. Baynes [1911] 1957, 242, signale que l’arianisme de Justine, fut le prétexte i (...)
  • 76 Pour Pietri 1976, 967-970, Maximus essaya de garder son rôle de figure orthodoxe, tout en cherchan (...)

17Au cours de cette dernière année, les relations entre la Cour à Trèves et Milan se seraient relâchées suite à la reconnaissance passagère de Maximus par Théodose72. L’usurpateur écrivit à Valentinien pour se plaindre de la tolérance manifestée envers l’hérésie arienne, et pour souligner le respect scrupuleux qu’il portait toujours lui-même à la foi catholique73. Il s’adressa également à Sirice, évêque de Rome, pour défendre sa manière de procéder dans le cas d’un prêtre gaulois ayant fait l’objet d’un procès et pour le châtiment de Priscillien74. Pour Matthews, il s’agissait d’une tentative désespérée pour obtenir la reconnaissance formelle de Théodose. Cependant, une autre lecture est aussi possible selon laquelle on préparait déjà un affrontement ouvert avec le véritable détenteur du pouvoir et on cherchait donc à renforcer la position politique de l’usurpateur en raison des chocs religieux qu’il y avait eu entre les partisans de Valentinien75. Vu l’appui de Milan à l’empereur légitime, Maximus, à la recherche d’un rapprochement tacite avec Sirice, aurait bien essayé de briser l’unité du parti catholique en tirant parti du tiraillement qui existait entre Romains et Milanais76.

  • 77 Voir à présent Palanque 1933, 139-164.
  • 78 Matthews 1975, 189, n. 5, signale que selon la propre vision d’Ambroise, c’était le peuple catholi (...)
  • 79 Augustin marque dans Conf., 9.7, l’opportunité de la découverte de ces corps.

18Les affrontements entre Ambroise et Justine trouvent leur origine dans la ferme volonté manifestée par celle-ci d’assurer la reconnaissance officielle à la congrégation arienne survivante à Milan, soumise à l’intolérance violente du parti catholique. La tension de cet affrontement fut maximale lorsque Justine prétendit qu’une des églises de la ville fut donnée aux ariens, ce à quoi l’évêque s’opposa, en occupant celle-ci avec un groupe de partisans77. Les soldats de la garnison gothique entourèrent l’Église, et l’impératrice dut enfin renoncer à ses prétentions78. Le triomphe de l’évêque sur l’impératrice fut couronné par l’annonce immédiate de la “découverte” miraculeuse des restes des martyrs Gervasius et Protasius, suivis par une foule pour leur nouvel enterrement dans la basilique ambrosienne. Ceci contribua énormément à accroître le prestige de la ville de Milan et de son évêque79.

  • 80 Palanque 1936, 509 et n. 6, dit que cette réconciliation est insubstantielle et ne pouvait avoir a (...)
  • 81 Matthews 1975, 189-190. Signalé aussi par Palanque 1933, 161 ; voir en plus p. 143, où l’auteur so (...)
  • 82 Matthews 1975, 191 sq.

19Après la défaite de l’usurpateur, Valentinien fut restauré. Suite à la mort de sa mère et sous la pression de Théodose et Ambroise, sa conversion à l’orthodoxie fut complétée80. Matthews fait remarquer qu’Ambroise avait été capable d’exercer, en fonction de ses objectifs politiques et religieux, une modalité de patronage sur des groupes d’influence professionnels et sociaux de Milan. Il signale que, pendant les perturbations de 386, l’empereur avait imposé de lourdes amendes sur les negotiatores de Milan, et mit même certains d’entre eux en prison, tout en menaçant d’autres citoyens locaux importants du même traitement. Après la victoire d’Ambroise, ces amendes furent retournées. Il est évident que les rapporteurs de l’empereur étaient capables d’identifier au moins certains des partisans d’Ambroise engagés dans l’affrontement avec la Cour81. Il signale aussi, d’une manière précise, la modalité utilisée par Ambroise pour demander et recevoir des recommandations épistolaires, qui était celle de tous les grands seigneurs de l’époque. L’auteur s’arrête spécialement sur sa correspondance avec Symmaque, ainsi que sur ses relations avec d’importantes personnalités politiques du moment82. Pour l’auteur, ces relations nous permettent de mieux comprendre la nature de la vie courtisane et la position − sur les thèmes religieux − du gouvernement impérial de l’époque théodosienne. Cette position d’Ambroise à la Cour est très complexe. Pour certains, Ambroise apparaît comme un démagogue qui poursuit un seul objectif, capable d’utiliser n’importe quelles méthodes pour atteindre ses objectifs. Pour des personnages comme Symmaque, il se présente comme une figure typique avec des influences à la Cour, comme un patron potentiel ou un adversaire dans le patronat, digne, enfin, de s’adresser à lui, Symmaque, dans les termes courtois et aimables que l’amicitia proposait.

  • 83 McLynn 1994, 301, signale que ce deuxième épisode “has mistakenly been assumed to have been part o (...)
  • 84 Voir le traitement de la question chez Palanque 1933, 205 sq. Une lecture plus nuancée et convainc (...)
  • 85 Palanque 1933, 219.
  • 86 Matthews 1975, 234. Voir ci-dessus, chapitre 4.3.
  • 87 Voir aussi une présentation plus critique et méfiante des sources dans McLynn 1994, 315-330.
  • 88 McLynn 1994, 326, nie une menace d’excommunication de la part d’Ambroise ou de l’Église milanaise.
  • 89 McLynn 1994, 328-330, qui signale que “The penitence of Theodosius reveals Ambrose as the supreme (...)

20L’étendue du pouvoir que l’évêque de Milan avait réuni entre ses mains peut être mesuré à l’ampleur des affrontements avec Théodose. Au cours du premier d’entre eux, l’empereur, sous prétexte de l’incendie d’une synagogue à Callinicum et d’une chapelle de gnostiques par quelques moines, déclara coupable de ces évènements l’évêque de cette ville, considéré comme l’instigateur, et qui devait donc reconstruire la synagogue à ses dépens83. Ambroise lui adressa alors une lettre (Ep., 40) où il lui demandait de revoir ces mesures84. Mais le prince se refusa à une entrevue, et même s’en déroba. Finalement, l’évêque se disputa avec lui dans sa propre église, au cours d’un office religieux, et força la situation au point de persuader l’empereur de promettre de se désister des actions entreprises contre les catholiques de Callinicum85. Les relations entre les deux se détériorèrent et l’accès à la Cour en fut ouvertement réduit pour Ambroise, obligé de se limiter pendant cette période à des questions d’ordre pastoral. Peu après, en 390, il y eut un soulèvement en Thessalonique, au cours duquel mourut un commandant barbare de la ville. Selon Matthews, cette action aurait été provoquée, ostensiblement, par un commandant qui avait refusé de libérer pour les jeux, un cocher très populaire qui était en prison pour avoir commis une indécence grossière. Cependant, la haine raciale envers la garnison barbare fut un autre facteur qui joua aussi son rôle86. La réaction de l’empereur fut brutale et inattendue. Il trouva le peuple coupable de l’assassinat et ordonna un massacre punitif où tout contrôle fut perdu. Les soldats tuèrent des milliers de personnes réunies à l’hippodrome pour voir les courses87. À cause de cette tuerie, l’évêque de Milan s’excusa, sous prétexte de maladie, de ne pas être présent lors du retour de l’empereur à Milan depuis Vérone. Peu après, il lui envoya une lettre le menaçant de ne pas prendre la communion si Théodose était présent à l’église88. L’empereur fit pénitence humblement – comme le suggérait Ambroise – pour racheter ses péchés, et réussit de cette façon à franchir un moment critique de son gouvernement avec l’aide de l’évêque89.

  • 90 Matthews 1975, 249. Selon McLynn 1994, 358, “It seems clear that Honorius’claims upon Theodosius’a (...)

21Ambroise, finalement, fut chargé de l’homélie prononcée devant la chapelle ardente tenue à l’église de Milan pour les restes de l’empereur Théodose. Matthews souligne que l’évêque ne manqua pas l’occasion de faire sa contribution à la situation politique. Il fit appel à la loyauté que les soldats devaient aux enfants de l’empereur, et fournit en plus la plus ancienne justification relative à la position de Stilichon en tant que gardien du jeune empereur, pour légitimer sa régence effective90.

  • 91 Voir Mandouze 1982, 531-532 et Monceaux 1912, IV, 53, n. 1.
  • 92 Mandouze 1982, 105-127.
  • 93 Au sujet de la relation entre Aurelius et Augustin, voir Monceaux 1912, VII, 39-42.
  • 94 Parmenianus fut élu évêque de Carthage et primat donatiste après la mort dans l’exil de Donat le g (...)
  • 95 Voir Mandouze 1982, 905-913.
  • 96 Cod. Theod. 16.5.21. Monceaux 1912, IV, 55.

22Quelques années auparavant, l’évêque de Carthage, Genethlius91, avait été remplacé par Aurelius92. Cet évêque resta à son poste pendant plus de quarante ans, et il sut mener à bien une réorganisation de l’Église orthodoxe africaine s’appuyant sur des personnalités majeures, comme celle d’Augustin d’Hippone93. L’Église donatiste perdit en même temps son primat, Parmenianus94. Primianus, un chef violent et médiocre, Primianus95, fut élu à sa place. Ses mesures provoquèrent immédiatement le mécontentement de son groupe, conduisant à un mouvement de fracture commandé par le diacre Maximianus. Les donatistes furent donc progressivement affaiblis sur le plan interne. En même temps, l’Église orthodoxe se réorganisa. L’État appuyant résolument, le résultat en fut la Conférence de Carthage de 411 et la condamnation formelle de l’Église schismatique. La législation de Théodose prévoyait certes depuis 392 une amende de dix livres d’or pour les hérésiarques et ceux qui favoriseraient des assemblées illicites, outre la saisie des maisons où ces réunions auraient eu lieu. Pourtant, comme le signale Monceaux, ce ne fut qu’en 405 que les donatistes, légalement assimilés aux hérétiques, tombèrent résolument sous cet édit96.

  • 97 La preuve en est la compilation canonique composée au début du ve siècle par les Africains, connue (...)

23L’arrivée de ces hommes nouveaux à l’Église catholique africaine donna un nouvel élan à l’activité conciliaire et détermina la renaissance de l’administration ecclésiastique97. C’est cette volonté d’établir un ensemble de règles pour fixer le droit des prêtres et la procédure des conciles, ou pour définir les conditions qui devaient encourager la réconciliation des schismatiques, qui explique sans doute pourquoi l’Afrique donna autant d’importance à la législation des autres Églises occidentales, et notamment à celle de Rome. Cette réorganisation, qui fut accompagnée d’une âpre discussion avec le donatisme, imposa un rapprochement avec l’Italie – Rome ou Milan, peu importe – puisque la base de la défense de l’Église orthodoxe africaine était la continuité de la tradition apostolique.

III. Le schisme maximianiste98

  • 98 Pour le récit des faits, je suis Monceaux 1912, IV, 57 sq et également p. 354-365.
  • 99 August., Ep., 43.9.26 ; Monceaux 1912, IV, 57-58. Frend 1952, 213, et n. 6, suggère un affrontemen (...)
  • 100 Sur l’histoire et les fonctions du corps de seniores laici dans l’Église africaine, voir Caron 195 (...)
  • 101 La lettre synodale est conservée par Augustin dans un sermon prononcé à Carthage (voir En. in Ps.,(...)
  • 102 Dont la sentence peut être reconstruite presque totalement par les citations d’Augustin. Voir Monc (...)
  • 103 Dont les procès les plus importants entamés contre des évêques maximianistes sont ceux de Felician (...)
  • 104 Frend 1952, 215, signale le caractère régional du conflit qui affrontait pour lui “the more conser (...)
  • 105 Monceaux 1912, IV, 360 ; Frend 1952, 217-218.
  • 106 Voir Monceaux 1912, IV, 363.
  • 107 Frend 1952, 217-218.
  • 108 Monceaux 1912, IV, 145-189 ; sur Emeritus p. 159.
  • 109 Pour l’intervention d’Emeritus à la Conférence de Carthage, voir Lancel 1972, I, 208-220. Lancel n (...)
  • 110 Mandouze 1982, 340.

24Une fois élu primat de son Église, Primianus dut s’affronter à Maximianus, l’un des diacres de son Église. Celui-ci était peut-être l’un de ses rivaux pour la succession de Parmenianus, et faisait en plus étalage d’une certaine relation parentale avec Donat99. Comme résultat de cet affrontement, Primianus excommunia Maximianus et trois autres diacres sans respecter aucune des formalités prescrites pour ces procédures. Ceci détermina la plainte du corps de seniores laïcs100, les notables de la communauté. L’évêque n’y donna pas de réponse. Ils convoquèrent alors une réunion d’évêques pour examiner la conduite du primat. Quarante-trois évêques, dont la majorité appartenait à la Byzacène, y répondirent et se réunirent à Carthage. Primianus, soutenu par les groupes populaires et par les officiers locaux, y compris le légat du proconsul, lança alors contre eux un groupe de fidèles qui les expulsa de la basilique où ils étaient réunis. Ils furent obligés ainsi de tenir le concile dans une maison des alentours de la ville. Primianus refusa de comparaître devant ce concile et fut donc condamné à l’unanimité. Or, la mesure n’étant pas mise en œuvre aussitôt, il ne fut pas déposé. On fixa une période de réflexion et la solution définitive fut remise à un concile postérieur. En juin 393 un nouveau concile se réunit à Cabarsussa, composé d’une centaine d’évêques, au cours duquel on décida de confirmer la condamnation de Primianus et l’on prononça sa destitution101. Peu après, à Carthage, Maximianus fut élu à sa place. La majorité des évêques donatistes resta, néanmoins, fidèle à Primianus. À l’instigation du primat, trois cent dix d’entre eux se réunirent dans un grand concile tenu à Bagaï en avril 394102. On y excommunia Maximianus et les douze évêques qui l’avaient ordonné, et l’on menaça du même châtiment ceux qui ne se seraient pas repentis dans un délai préétabli, ce qui confirma définitivement le schisme. Les primianistes entamèrent une lutte féroce pour forcer leurs adversaires à restituer les basiliques, avec l’intervention des magistrats et des tribunaux103. Le maximianisme fut réduit à la région de la Proconsulaire et de la Byzacène, tandis que le primianisme était surtout fort dans la région de la Numidie et de la Maurétanie104. Il est intéressant d’analyser le contraste fait par Monceaux, et repris par Frend, entre les procès verbaux des deux conciles105. Le langage de la sentence de Cabarsussa est mesuré, et posé en termes modérés et raisonnables, elle fonde l’argumentation sur la vérification des enquêtes menées à partir des plaintes mentionnées. En revanche, le décret de Bagaï part du présupposé que Maximianus et ceux qui l’appuient sont schismatiques, ce qui suffit à les condamner. Aucune preuve n’est produite et on fait appel à un message apocalyptique appuyé sur un texte biblique106. Frend signale que les contrastes entre les deux sentences montrent bien la différence entre les perspectives des Numides et celles des maximianistes, “plus cultivés”. Il explique que le procès de Bagaï fut rédigé par l’un des “plus fastidieux stylistes latins : Emeritus de Césarée”107. Ce qui est assez contradictoire. Monceaux s’arrête largement sur ce personnage, et en particulier sur la sentence de Bagaï. S’il considère cette œuvre comme une “monstrueuse élucubration”, il reconnaît pourtant Emeritus comme un “brave homme qui était, au fond, l’évêque éloquent et lettré de Césarée”108, et il juge son éloquence à partir des discours prononcés lors de la Conférence de Carthage de 411109. Mandouze soutient également qu’il appartient au genre d’évêques intelligents, instruits et éloquents capables de donner la réplique à Augustin et aux plus brillants de ses amis110. De fait, il n’est pas évident, comme le soutient Frend, que les Numides soient dans ce cas “moins cultivés”, sans porter atteinte pour autant à la thèse des affrontements régionaux. Rien ne justifie l’assertion selon laquelle nous sommes confrontés à des niveaux culturels différents, ce qui renverrait aussitôt à penser à différents degrés de romanisation. On y décèle plutôt des éléments qui peuvent être associés à des styles et à des pratiques différentes. La démesure du style d’Emeritus dans la condamnation du concile de Bagaï est en général celui des œuvres donatistes. Toutefois, il est difficile de soutenir la relation directe entre ce style et le caractère numide, ou, à l’inverse, la mesure du comportement maximianiste et le caractère des hommes provenant de la Byzacène, plus romain, peut-être. On aurait sans doute intérêt à penser plutôt que ce style était un effet recherché pour établir la communication avec certains niveaux et certains groupes sociaux qui étaient sensibles aux paraboles pleines d’effets, grandiloquentes, qu’un styliste comme Emeritus était dans les meilleures conditions de produire. Or, il faut préciser que ce style était aussi le produit d’un exercice quotidien, celui de la lecture, qui représentait une pratique en soi. En effet, les donatistes avaient un exercice de lecture qui dépendait de certains supports idéologiques déterminés et de conceptions ecclésiologiques qui différenciaient leurs critères d’interprétation de ceux de l’orthodoxie.

  • 111 Pièces de procès, par ex. dans C. Cresc., 3.6.62 et 4.4.5. Persécutions d’Optat : C. Litt. Pet., 2 (...)
  • 112 Monceaux 1912, IV, 66, reprenant les arguments de Saint Augustin, considère qu’il s’agissait d’une (...)

25Le groupe de Primianus fit appel aux magistrats pour revendiquer les basiliques des maximianistes, mais le conflit évolua bientôt en dehors des limites juridiques, vers des actes de violence. En particulier, Augustin se réfère fréquemment aux pièces des procès menés à l’encontre de trois des évêques qui avaient consacré Maximianus : Salvius de Membressa, Felicianus de Musti et Praetextatus d’Assuras, ainsi qu’au récit des persécutions dirigées par Optat de Timgad à la tête des groupes de circoncellions contre les maximianistes – qui réussirent finalement à obtenir l’intégration forcée de Felicianus et de Praetextatus – et contre les violences des habitantes d’Abitina à l’encontre de Salvius111. En 397 on parvint à une réconciliation partielle pendant le concile donatiste de Timgad, et on réintégra certains des évêques excommuniés au concile de Bagaï, auxquels on conserva la dignité ecclésiastique et dont on reconnut la validité des baptêmes administrés pendant le schisme, celui-ci était le principal argument utilisé par Augustin comme arme pour donner un coup de bélier contre la position donatiste par rapport au baptême112. Un petit groupe – dont Maximianus lui même – survivait encore en 405 et, lors de la Conférence de Carthage de 411, demanda infructueusement le droit de présence.

IV. L’Église d’Aurelius et Augustin

  • 113 Tenu le 8 octobre 393 ; voir Hefele 1907, II, 1ère partie, 82 sq.
  • 114 Monceaux 1912, IV, 367.
  • 115 Voir Lancel 1992. L’auteur explique que le besoin de recruter des prêtres en Afrique répondait à d (...)
  • 116 Pietri 1976, 1158, signale que les Africains étaient conscients de l’ambiguïté de ces canons. D’un (...)

26La date du concile plénier d’Hippone113 en 393, très proche des conflits récemment survenus entre les donatistes, marque le début de l’adoption d’une politique différente par l’Église catholique. Il s’agit du premier des conciles réalisés sous Aurelius, et aussi le premier où Saint Augustin eut une participation remarquable alors qu’il n’était que prêtre de cette ville. On y adopta deux canons importants destinés à assurer une propagande plus efficace en facilitant la conversion des prêtres schismatiques et le recrutement même des catholiques. Conforme à l’usage romain, les règlements ecclésiastiques établissaient qu’un prêtre hérétique ou schismatique, au cas où il retournerait à l’Église catholique, ne pourrait être admis que parmi les laïcs. Cette règle avait été souvent enfreinte en Afrique où, en 313 après le concile de Rome, en 314 après le concile d’Arles, et en 347 après l’édit d’union, certains évêques et clercs dissidents s’étaient rapprochés en conservant leur dignité114. Vers la fin du ive siècle, la situation était particulièrement délicate en raison de l’impossibilité de couvrir les postes ecclésiastiques. Le concile décida donc que les évêques donatistes seraient reçus, conformément à la tradition, entre les laïcs, c’est-à-dire dépourvus de leur dignité, sauf ceux, ajoutait-il, qui n’auraient pas été baptisés de nouveau, ou qui souhaiteraient passer à la communion catholique avec tous leurs fidèles115. C’est-à-dire que, dans la pratique, on mettait en place des conditions qui permettraient d’aller à l’encontre de cette tradition invoquée. D’autre part, on encourageait la possibilité d’ordonner clercs ceux qui avaient été baptisés pendant le schisme lorsqu’ils étaient enfants, car on ne les rendait pas coresponsables des décisions prises par leurs parents. Ces deux dispositions restaient assujetties à la confirmation des Églises transmarines, si bien que le concile devrait s’adresser aux évêques de Rome et de Milan116. Cette consultation ne dépassa pas le stade de projet car en 393 et 394 Eugenius occupa la péninsule italienne. Mais, comme le signale Pietri, ce projet qui souhaitait établir des contacts est en réalité le début de la construction d’une nouvelle politique à l’intention des Églises transmarines. L’ouverture proposée par les catholiques ne rencontra pas d’échos favorables chez les donatistes, et, si Augustin essaya de se servir au maximum des conflits entre les donatistes eux-mêmes, il est clair qu’en dépit de la persécution de la majorité primianiste, les maximianistes manifestèrent peu d’intérêt à faire cause commune avec les catholiques.

  • 117 Frend 1952, 212-213, dit que l’activité des donatistes ne doit pas être circonscrite au domaine d’ (...)
  • 118 Comme le signale Monceaux 1912, IV, 62. On pourrait contester la fixation pour l’activité donatist (...)
  • 119 August., Ep., 34 et 35.
  • 120 August., Ep., 29.12.
  • 121 Possidius, Vita S. August., 10 et 12 ; August., Ep., 35.4. Quant à ces attaques, et à la modalité (...)
  • 122 August., Ps. c. part. Donati, 90-92 ; 144-149 ; 154-163 ; Enarr. in Ps., 54.26 ; 132.6 ; Ep., 23.6 (...)
  • 123 Cod. Theod. 16.2.31 ; loi du 25 avril 398.
  • 124 Frend 1952, 225, n. 5.
  • 125 Voir l’analyse faite ci-dessus par rapport aux relations entre les donatistes et les deux frères r (...)
  • 126 C. Litt. Pet., 1.24.26.
  • 127 August., Ep., 43.8.24 ; C. Litt. Pet., 1.24.26 ; 2.23.53-55 ; 28.65 ; 33.78 ; 37.88 ; 39.94 ; 52.1 (...)
  • 128 Voir la description animée faite par Frend 1952, 223.
  • 129 August., C. Litt. Pet., 2.92.209 ; voir également Ep., 76.3.

27Le conflit entre les deux Églises africaines grandit à cette époque-là117, et on peut constater l’existence de phénomènes de violence surtout dans la région d’Hippone118. Augustin se plaignit du comportement violent des donatistes et de leur manière agressive de rebaptiser des membres de la communauté catholique par des moyens qui ne paraissaient pas convenables119. En 395, les donatistes pillèrent la basilique de Hasna, et un procès fut donc entamé120. Petilianus, jeune avocat catholique qui avait été obligé au nouveau baptême, fut séquestré au courant de la même année. Il allait désormais mettre son talent au service de la cause donatiste et deviendrait rapidement l’un de ses leaders. En 397, un prêtre donatiste incita publiquement la masse à attaquer l’évêque d’Hippone, et lui tendit même une embuscade en dehors de la ville121. Augustin dénonça la violente activité des circoncellions qui attaquaient les fermes et les hameaux, harcelaient les catholiques, frappant les prêtres et les aveuglant avec un mélange de chaux et de vinaigre122. C’est vers cette époque que la situation politique se complique en Afrique et que Gildon méconnaît l’autorité d’Honorius, et reconnaît celle d’Arcadius, en encourageant ainsi la sécession africaine. La violence contre les catholiques augmentait toujours, au point qu’Honorius édicta une loi ordonnant la peine de mort contre ceux qui seraient engagés dans les pillages des églises123. Apparemment, la police (stationarii) ne pouvait pas contrôler ces épisodes, ce qui détermina nécessairement l’intervention du Comes Africae124. Lorsque le contrôle politique fut entre les mains de Gildon, certains groupes donatistes alliés au rebelle purent maîtriser à volonté la situation religieuse125. Ces groupes furent manipulés par Optat de Timgad, stigmatisé par Augustin comme étant le fléau de l’Afrique126. L’évêque apparaît comme l’axe du groupement des bandes de circoncellions qui pendant dix ans terrorisèrent la Numidie. Ils imposèrent leur volonté, tyrannisèrent les villages, rebaptisèrent, s’immiscèrent dans des affaires particulières en réglant les contrats et en ordonnant des mariages127. Optat fut l’artisan du réaménagement donatiste de l’affaire maximianiste. Il étendit son influence vers la Proconsulaire et força les principaux évêques dissidents à rejoindre Primianus. Le parti primianiste maîtrisait la région de Numidie avec l’appui d’Optat, et à partir de là s’élabora une politique visant à recomposer les forces de son Église. En 397, sous la pression de la menace d’Optat, qui s’achemina vers la Byzacène à la tête d’une bande armée de circoncellions, Felicianus de Musti et Praetextatus d’Assuras se rendirent et ensuite se réconcilièrent avec Primianus. Pour Frend, ce fut le moment où Optat concentra entre ses mains le plus de pouvoir, et en outre, le moment culminant de l’histoire de l’Église donatiste128. Pourtant, cette situation dépendait directement du succès de Gildon. À la fin, lorsque Gildon fut vaincu et Optat emprisonné – il finit ses jours en prison129 –, les autorités impériales se manifestèrent fermement décidées à en finir avec l’affaire donatiste.

  • 130 August., C.., Litt. Pet., 2.83.184.

28Du côté catholique, les initiatives étaient étouffées par le pouvoir dont faisait preuve l’Église donatiste. On peut repérer une réponse timide opposée au pouvoir d’Optat par quelques évêques catholiques qui vers 395 intentèrent un procès à son encontre auprès Seranus, vicaire d’Afrique130. Les orthodoxes ne parvenaient pas encore à articuler des réponses globales. Le concile tenu à Carthage le 28 août 397 se limita à confirmer les canons d’Hippone relatifs au donatisme. On décida ensuite de soumettre de nouveau l’affaire aux Églises de Rome et de Milan, mais les communications avec l’Italie furent interrompues lorsque la révolte africaine éclata enfin.

  • 131 Alypius : August., Ep., 24. Augustin : Id., Ep., 32.2. Severus : Id., Ep., 31.9. Voir les considér (...)
  • 132 Frend 1952, 247. En réalité, cette énumération est incomplète, puisque ce ne fut pas seulement en (...)

29Des modifications d’importance se produisaient au sein de l’Église catholique. Quoique lentes au début, elles furent la base qui permit par la suite d’élaborer une politique plus offensive à l’encontre des schismatiques. L’arrivée d’Aurelius, secondé par Augustin, marqua l’avènement d’un renouvellement progressif de l’Église africaine. La fondation du séminaire d’Hippone, œuvre d’Augustin lorsqu’il était encore prêtre, eut une importance toute particulière. Les nouveaux évêques destinés à la zone de Numidie provinrent désormais de là. Ils étaient formés par une vie ascétique en communauté et une éducation qui les préparait à assumer leurs devoirs ecclésiastiques. En 394 Alypius, le camarade d’Augustin lors de sa traversée d’Italie, fut élu évêque de Thagaste. Au début de 396, Augustin devint coadjuteur de l’évêque Valerius, et fut l’année suivante seul évêque. En 397 Severus, son ami et élève, fut élu au siège de Milève. Un autre de ses élèves, Profuturus, fut élu évêque de Cirta ; et en 400 Possidius, son futur biographe, fut élu évêque de Calama131. À la fin de la révolte de Gildon, les sièges donatistes les plus importants de la Numidie Proconsulaire avaient été occupés par des évêques catholiques formés qui attendaient leur chance de s’affronter aux schismatiques132.

  • 133 Monceaux 1912, IV, 368.
  • 134 Pietri 1976, 1162-1163, souligne qu’Aurelius, soucieux de pourvoir aux besoins de son Église, reno (...)

30En avril 399, alors qu’on poursuivait les partisans de Gildon, un autre concile tenu à Carthage revendiquait pour les églises le droit d’asile, une mesure qui profitait sûrement à certains des schismatiques engagés dans la révolte du Maurétanien. À cet effet, les Africains envoyèrent une délégation à l’empereur133. Le concile reprit la problématique de la carence de prêtres et les solutions étudiées dans les synodes préalables, en faisant preuve de la même volonté de consulter Anastase et Venerius, respectivement évêques de Rome et de Milan. Pietri souligne que l’épiscopat africain, afin d’obtenir l’intervention des tribunaux, cherchait à faire tomber les donatistes sous le poids de la législation impériale qui réprimait les hérésies. Aurelius s’adressa à eux, à plusieurs reprises, comme à des haeretici134.

  • 135 Voir Concilii carthaginensis legatio ad consulendum Anastasium et Venerium, (Migne, PL, 11, 1195), (...)
  • 136 Le pape convoqua un synode romain pour traiter du sujet, qui trouva que les demandes des africains (...)
  • 137 Pietri 1976, 1165, suppose que le concile n’aurait pas pu s’adresser en septembre aux juges pour l (...)
  • 138 De Veer 1965, 219-237. L’auteur signale que c’est sans doute Augustin qui inspira aux évêques de c (...)

31Au cours de l’an 401, deux nouveaux conciles se réunirent à Carthage, pendant lesquels on reconsidéra ces sujets auxquels on n’avait pas encore trouvé de solution135. La réponse du Pape fut lue lors du concile de septembre : Anastase se prononçait contre les demandes des Africains136. Le primat africain redoubla d’un côté ses preuves de déférence à l’égard de Rome mais, de l’autre, se montra décidé à considérer les intérêts de l’Église africaine, si bien que finalement les deux canons votés en 393, 397 et 401, furent confirmés. En théorie, la sentence synodale signalait qu’on ne contestait pas les règles adoptées par les provinces transmarines, mais, dans la pratique, elle laissait à chaque évêque la possibilité d’accueillir les prêtres donatistes retournés à l’orthodoxie, et même de les garder à leurs postes. On observa également dans ce concile une disposition différente par rapport aux schismatiques. Deux de ses canons manifestent la volonté expresse de tirer profit de la situation politique favorable, produit du schisme entre les donatistes. L’un d’eux établit le besoin de faire des enquêtes sur le schisme maximianiste, et demande des renseignements officiels sur les juges séculaires137. L’autre prévoit l’envoi d’ambassadeurs chez les donatistes pour encourager leur retour à l’Église catholique, l’affaire maximianiste étant utilisée comme un axe autour duquel une critique fondée sur leurs propres erreurs pouvait être élaborée138.

  • 139 August., Ep., 44.12.
  • 140 Ep., 49.1. Sur Severinus, lié à Augustin par le sang : Ep., 52.1.
  • 141 Ep., 51.1 et 66.2.
  • 142 Lancel 1972, I, 12-13.

32L’idée de faire appel à la confrontation pour résoudre les problèmes qui les séparaient fut présente dès le début dans les initiatives prises par Saint Augustin par rapport aux donatistes. Alors qu’il était évêque auxiliaire, entre 395 et 396, Augustin essaya infructueusement d’établir une communication avec Proculeianus, l’évêque donatiste d’Hippone. Au cours de 395, alors qu’il se rendait à Constantina pour ordonner Profuturus, il prit comme prétexte son passage par Thubursicu Numidarum pour rencontrer Fortunius, l’évêque donatiste de la ville, à qui il proposa d’organiser une rencontre entre les deux Églises, avec une représentation de dix évêques pour chacune d’entre elles139. En 396, il correspond avec Honoratus pour discuter de certains points relatifs au schisme, et vers la même époque il adresse une lettre au donatiste Severinus140. En 399-400, Augustin proposa à Crispinus de Calama de discuter avec lui de manière épistolaire et, peu après que Crispinus eut baptisé de nouveau les colons du fundus Mappaliensis, de le rencontrer personnellement, ces mêmes colons ayant le rôle d’arbitres141. Mais finalement Crispinus s’y refusa. Comme Lancel le signale, sous ces démarches personnelles il y a toute une argumentation sous-jacente qui préfigure, dans ses grandes lignes, celle des grands traités anti-donatistes et qui annonce les thèmes majeurs de l’action des catholiques lors de la Conférence de 411142. Pour l’auteur, on peut trouver une continuité dans le traitement du problème du schisme fait par Augustin, qui conduit depuis ses premières tentatives faillies jusqu’à la Conférence qui réunit enfin les deux Églises. Cette conférence apparaissait comme une solution logique, d’autant plus qu’Augustin affirmait sa conviction selon laquelle une confrontation entre les deux parties était la meilleure manière de résoudre le conflit.

33En réalité, il est étonnant d’observer comment les deux aspects de la construction historique confluent vers un seul point. D’un côté, l’intervention croissante d’Augustin dans la politique dirigée par l’orthodoxie envers les donatistes. De l’autre, l’activité déployée par l’Église africaine dans la même direction. Évidemment, si les choses en sont là, c’est parce que l’évêque d’Hippone allait de l’avant dans l’élaboration de réponses et d’actions contre les schismatiques, au point qu’on ne peut pas séparer sa propre initiative de celle de l’Église catholique africaine.

  • 143 Voir Monceaux 1912, IV, 373 sq., où figure la liste exhaustive des pièces qui faisaient partie du (...)
  • 144 Lancel 1972, I, 15. Dans la n. 1, il dit également que la brutalité de ce parti pris annonçait l’i (...)

34Si le projet d’envoyer des ambassadeurs itinérants semble ne pas avoir eu de succès, il constitua toutefois une nouvelle étape pour l’élaboration de propositions capables de résoudre une situation qui, quoique politiquement favorable aux catholiques, n’avait pas encore été exploitée dans toute son ampleur possible. Lors du concile tenu dans la ville de Carthage en 403, l’église africaine prit l’initiative d’organiser une rencontre entre les deux Églises, où l’unité religieuse fut finalement rétablie à partir d’un débat libre entre leurs représentants. On ne prévoyait pas la possibilité d’un arbitrage, comme cela allait se passer lors de la Conférence de 411. On y décida que dans tous les diocèses où il y aurait des évêques des deux groupes, le catholique devrait notifier le donatiste de la convocation à une conférence en présence des magistrats municipaux. On devait dresser dans chaque ville un procès-verbal public des négociations, avec mention de la réponse des donatistes. Pour y parvenir, le concile s’adressait aux gouverneurs qui devaient donner les instructions nécessaires aux administrations municipales143. La demande tenait à présenter la convocation comme un acte pacifique, dont le seul but était la discussion. Pourtant, il est résolument précisé qu’il ne s’agissait pas d’un acte délibéré de volonté, même s’ils avaient le droit de “demander l’interdiction et la répression en vertu des lois impériales, anciennes ou récentes”. On demanda alors aux autorités “d’ordonner qu’on nous donne la possibilité de faire dresser des procès-verbaux et qu’on les fasse comparaître honorablement sur notre requête écrite”. C’est-à-dire que même s’il s’agissait, apparemment, d’un acte qui dépendait de la volonté des donatistes, c’était à l’administration impériale de garantir cette présence, désignée comme une comparution “honorable”. Le discours ecclésiastique cherche à cacher, sous les subterfuges des considérations, la véritable allure qui colorait la convocation, même si l’idée selon laquelle l’initiative était prise en fonction de mesures purement coercitives n’était pas encore manifeste. La publication de l’édit de Septiminus, le proconsul africain, à l’encontre des prévisions catholiques, montrait clairement l’exercice du pouvoir auquel étaient habitués les hommes de l’administration. On signalait les évêques donatistes comme les “chefs d’une foule égarée”, à qui on ferait comprendre qu’ils devaient rendre compte de leurs propres croyances afin que, après l’audience publique, fût respectée une “règle de conduite amie de la loi”. En deux mots, quoi qu’on discutât dans cette audience, leurs avis allaient à l’encontre de la loi. Pour Lancel, les considérations partisanes du proconsul, même si elles donnaient satisfaction aux catholiques, allaient difficilement obtenir le consentement des adversaires144.

  • 145 Gesta Coll. Carth., 3.116.

35En effet, les donatistes n’acceptèrent pas de comparaître devant les catholiques. Selon Augustin, la réponse de Primianus à ces démarches catholiques fut qu’il était indigne de réunir les enfants des martyrs avec les descendants des traîtres145. Primianus envoya alors une lettre générale à ses collègues où il avançait une opinion négative au sujet des démarches des catholiques, et ensuite il convoqua un concile qui refusa de tenir cette confrontation. Ces tentatives furent donc vaines, mais elles établirent des paramètres et des procédures qui seraient repris plus tard par la Conférence de 411.

  • 146 August., Ep., 105.3 ; 88.6.
  • 147 August., C. Cresc., 3.43.47.
  • 148 Lancel 1972, I, 17-18.
  • 149 August., C. Cresc., 3.46.50. Voir la reconstruction détaillée chez Monceaux 1912, IV, 291-293.
  • 150 Et pourtant, Possidius et Augustin intercédèrent pour éviter l’acquittement de l’amende par Crispi (...)
  • 151 Pietri 1976, 1168, signale que tout ce mouvement des Africains vers l’Italie, des légats conciliai (...)
  • 152 Cod. Theod. 16.5.38 ; 6.3-5 ; 11.2.

36Vers cette époque on constate encore une intensification des actions directes contre les biens et les personnes de l’Église catholique par des prêtres et des circoncellions donatistes. Restitutus, qui était passé dans lʼEglise catholique, fut enlevé pendant plus de dix jours après avoir été humilié publiquement146. Maximianus de Bagaï, brutalement frappé dans sa propre basilique − alors qu’il avait obtenu celle-ci des mains des donatistes par un procès légal – se rendit peu après en Italie pour que la Cour fût témoin des marques des blessures qu’on lui avait infligées, de même que Servus Dei, évêque de Thubursicum Bure, de la province Proconsulaire147. Lancel signale que ces plaintes avaient conduit à un raidissement des positions de la Cour, qui annonçaient déjà l’attitude postérieure du proconsul Septiminus148. On a aussi le cas de l’évêque catholique Possidius, attaqué par une tourbe donatiste menée par un prêtre, et qui faillit être brûlé149. On entama alors un procès contre les attaquants, et contre Crispinus, l’évêque donatiste qui refusait de livrer le prêtre ayant participé aux désordres. Au bout d’un long procès, Crispinus fut finalement condamné à payer une amende de dix livres d’or. L’évêque en appela à l’empereur qui confirma la peine et l’étendit aussi aux magistrats qui avaient accordé auparavant une exemption de celle-ci, ce qui prouve que les positions s’étaient raidies. Pour la première fois, on appliquait aux donatistes la loi de Théodose de 392 contre les hérétiques150. Les évêques catholiques réclamèrent une application plus poussée de ces normes. Après le concile du 16 juin 404 deux représentants furent envoyés auprès de l’empereur pour demander une application rigoureuse des lois déjà adoptées contre les hérétiques151. Honorius avait déjà manifesté une prédisposition dans ce sens, et il ne tarda pas à lancer l’édit de février de 405 qui proclamait l’unité religieuse au profit des catholiques. C’est au bénéfice de ceux-ci que seraient saisies les basiliques des donatistes considérés désormais comme des hérétiques en raison de leur pratique du double baptême152.

Notes

1 Les œuvres les plus importantes sur le donatisme sont les suivantes : Monceaux 1912, t. IV, V et VI ; Frend 1952 ; Tengstrôm 1964 ; Brisson 1958. Voir aussi Congar 1962, 9-133. Voir l’état de la question sur les différentes tendances historiographiques que présente Mandouze 1976. Pour la reconstruction historique de la naissance et le développement du schisme, la critique s’est d’abord fondée sur l’œuvre d’Optat, complétée par l’œuvre d’Augustin et par les actes de la Conférence de Carthage de 411. L’authenticité de ce dossier fut établie par Duchesne 1890, 589-650. Voir aussi Monceaux 1912, IV, 193 sq. ; et Maier 1987-1989. L’œuvre de Maier a été critiquée sous certains aspects, notamment à partir des interventions de Lancel 1988 et Duval 1989. Des comptes rendus critiques ont été faits également par Frend 1991 et Barnes 1991. Au sujet des discussions concernant l’œuvre d’Optat et les interpolations, voir Monceaux, 1912, V, 247 sq. Plus récemment, et critiquant la position de Monceaux voir Labrousse 1995, 32-56 ; sur les interpolations : p. 40. Pour l’analyse du dossier qui accompagne l’œuvre d’Optat, voir Ibid., 57-72.

2 Selon Euseb., Hist. Eccl., 8.6.10, il y eut d’innombrables martyrs, “surtout en Afrique, en Maurétanie, en Thébaïde et en Égypte”.

3 Ce concile fut convoqué par le primat de Numidie, Secundus de Tigisis, afin de sacrer l’évêque Silvanus de Cirta. Silvanus avait été élu pour cette charge lors d’une assemblée scandaleuse. Traditor avoué, l’élu se vantait d’avoir remis les calices d’argent au curator, Munatius Felix (voir sur ce point les actes insérés dans les Gesta apud Zenophilum consularem, 3 [Maier 1987-1989, I, 29, 217 sq.], qui sont les actes du procès de Silvanus dressés par son diacre, Nundinarius). Apparemment Silvanus se serait concilié l’opinion populaire en pillant les temples païens de la région. Au cours de cette assemblée, Silvanus fut élu contre la volonté des personnes distinguées de la ville et avec l’appui des groupes les plus bas du peuple, paysans, tailleurs de pierres, etc. Cet évêque accusa plus tard de traditio Cécilien, au début du schisme. Au sujet des Gesta voir Monceaux 1912, IV, 228-239 et spécialement le livre récent de Duval 2000. Sur la caractérisation des groupes sociaux qui prirent part à cette élection, voir Lancel 1968. Duval 2000, 101-117, conteste la vision traditionnelle concernant les groupes y intervenant. L’auteur critique également l’interprétation des campenses, faite par Lancel dans l’article mentionné ci-dessus. Sur Nundinarius voir Barnes 1975, 14, qui a contesté certaines questions cruciales pour comprendre le donatisme. L’une d’elles, l’imputation lancée contre les schismatiques eux-mêmes – traditores – a été l’axe de la défense orthodoxe pour démonter l’inexistence de vraies causes pour entamer le schisme. De cette manière, le procès introduit par Nundinarius contre Silvanus, dans ce que l’on connaît comme le Protocole de Cirta, est un point central dans l’argumentation rédigée par Optat dans ses livres contre Parmenianus. Barnes conteste l’unanimité du consensus des historiens pour considérer comme certains ces actes, qui ne se fondent que sur le document produit par Nundinarius “whom his change of side and role in investigating Silvanus indicate as less than impartial” (p. 15) ; il souligne la note de scepticisme lancée par A. H. M. Jones (Constantine and the Conversion of Europe, 1949, p. 123), qui mettait en doute la vraisemblance du registre des minutes de cette petite reunion d’évêques (August., Ad don. p. coll., 14.18 : in aliquam domum illos undecim vel duodecim episcopos congregari). Au-delà de la reflexion de Barnes qui désarticule toutes les présuppositions considérées comme valables par la plupart des historiens, cela vaut la peine de se poser encore une question : est-il vraiment important de savoir si les donatistes étaient coupables – ou non – de trahison ? Une réponse affirmative donnée à cette question implique une prise de parti pour ceux qui analysent la problématique dans la perspective de la foi. Franchement, je crois qu’en fait, dans le champ de l’histoire, cela n’ajoute rien de savoir si Silvanus avait vraiment été un traditor (Duval 2000, 201-209, est ferme au moment de trouver Silvanus coupable de traditio de la même manière que les évêques de la Numidie qui participèrent à ce petit concile). Ce qu’il faut vraiment comprendre c’est pourquoi ce doute au sujet de Félix et de Cécilien déchaîna la tourmente.

4 Optat 1.14.

5 Voir, par exemple Passio s. Felicis ep. Tubyzacensis, [Migne, PL, 8, 679B] (Maier 1987-1989, I, 3, 46 sq., qui prend l’édition de Delehaye) ; et aussi les Acta martyrum Saturnini presb., [Migne, PL, 8, 689B]).

6 La périodisation généralement acceptée est contestée par Barnes 1975, qui la fait avancer jusqu’en 304, puisque l’empereur mentionné dans le pamphlet de Félix aurait été Maximianus et non Maxentius. Ces réflexions sont confirmées par Birley 1987. Frend 1977, insiste sur sa position dans une réponse adressée à Barnes, et ses arguments sont assez frappants. Pour sa part, Lancel 1979, conteste l’interprétation historiographique traditionnelle de la datation, autant celle du “Protocole de Cirta” que celle de l’“affaire Félix”, situées entre le début de 305 et l’automne 306. Duval 2000, 216-227, a une position plus équilibrée à ce sujet, et la solution reste ouverte. De toutes façons, comme je considère que la date du début du schisme n’affecte pas le point central de cette thèse, je maintiens la perspective traditionnelle.

7 Domitius Alexander se souleva contre l’usurpateur Maxentius au printemps 308, et reconnut la souveraineté de Galerius. En 311 Rufius Volusianus passa d’Italie en Afrique et le battit, en pillant Cirta et Carthage. Frend 1952, 15.

8 Optat 1.17 et 18. Monceaux 1912, IV, 17, signale que le gouverneur ne viola pas le domicile épiscopal parce que on tendait à ce moment-là à chercher l’appui des chrétiens ; un édit de tolérance fut promulgué, motivé par la présence menaçante de Constantin. Duval 2000, 219-221, met en doute “l’affaire Félix” présentée par Optat.

9 Monceaux 1912, IV, 17, signale que sur cette liste d’aspirants se trouvaient aussi, probablement, Majorinus et Donat des Cases-Noires, qui ne figurent pas sur le texte d’Optat 1.18.

10 Optat 1.16.1 et aussi 18-19.

11 Monceaux 1912, IV, 12 et 18.

12 Optat 1.19.2. Apparemment, c’était un faux pas de Cécilien, qui avait argué que, si la faute était à Félix, les Numides pouvaient bien l’ordonner, comme s’il était encore un diacre. Dans la pratique, cela revenait à accepter tacitement l’indisponibilité de Félix pour l’ordonner. Pour Augustin, cette phrase introduisait simplement un sarcasme (Brev. Coll., 3.16.29). Voir Frend 1952, 19.

13 Optat 1.19-20.

14 August., Ep., 93.6. Voir De Veer 1968, 799-802. Pour une lecture critique de Lucilla comme déclencheur du schisme voir à présent Lockwood 1989. L’auteur observe un milieu social vague dans lequel les rôles de la femme dans l’Église constituent un camp de bataille idéologique. Des femmes comme Lucilla s’engageaient directement dans des batailles sur la hiérarchie et la discipline ecclésiastique (p. 168). L’attitude de cette dame correspond avec le culte des martyrs qui précède largement l’apparition du donatisme, lequel s’y engage profondément, alors que l’Église catholique garde une position ambivalente à leur égard, notamment à l’égard des martyrs de la persécution de 303-305 (p. 170). Quant aux appréciations sur la simonie, voir les considérations générales de Wipszycka 2000, 34-39.

15 Optat 1.19.

16 Majorinus décéda peu après et l’Église schismatique s’organisa rapidement autour de Donat. Voir des informations dans Monceaux 1912, IV, 20, n. 1. Sur l’identification de Donat des Cases-Noires et Donat de Carthage voir Ibid., V, 99-105 ; voir la bibliographie concernée dans Congar 1962, 14, n. 3. Barnes 1975, 16-17, disqualifie totalement l’existence d’un Donat provenant de Casae Nigrae. Voir Frend 1977, 108-109, contre cette lecture. Voir aussi Monceaux 1912, V, 99-139, sur la vie et l’œuvre de Donat, qui reprend Optat 3.3 ; le portrait du personnage est très péjoratif.

17 Optat 1.22 et 26.

18 Pour les relations entre l’Église et le nouvel empereur, voir à présent Barnes 1981, et pour son intervention dans la problématique africaine, voir chapitre IV, spécialement 54-61. La deuxième épître de Constantin transcrite par Euseb., Hist. Eccl., 10.7.1-2, contient des allusions expresses aux exemptions de charges publiques pour les clercs de l’Église de Cécilien.

19 Euseb., Hist. Eccl., 10.6.1-5. Martroye 1904-1905, 367, met en doute le contenu de la lettre, quoiqu’il la considère comme originale. Il critique également le langage de l’épître de Constantin transcrite par Optat 1.25 : Ibid., p. 381.

20 Voir Maier 1987-1989, I, 14, 145-146.

21 Optat 1.22.2 :… petimus ut de Gallia nobis judices dari praecipiat pietas tua. Voir Maier 1987-1989, I, 146, n. 1. La lettre, il faut le signaler, exige des juges, et non des évêques, pour juger la question : il s’agit d’un appel civil, comme le signale Maier 1987-1989, I, 147, n. 6. Brisson 1958, 248, soutient que, limitée à son aspect purement juridique, l’intervention de l’empereur n’est pas un acte de politique religieuse, mais prend cette valeur parce que les personnes jugées sont des évêques. Ce qui était en jeu là, c’était sa politique vis-à-vis de l’ensemble de l’Empire, si bien que, dans ces termes, la cause donatiste − considérée comme une atteinte à la sécurité de l’État – était perdue d’avance (Ibid., 249-258). Schindler 1982, analyse le recours des donatistes à la justice séculière sous un double aspect : le questionnement des droits de Cécilien à recevoir les biens de l’Église rendus par Constantin, et aussi l’affaire maximianiste. En effet, il considère que les donatistes n’avaient pas réprimé leurs propres schismatiques, mais qu’ils avaient fait appel à la justice séculière pour récupérer les biens qui appartenaient à leur Église, et qu’ils avaient toujours refusé l’intervention de l’empereur ou d’autres fonctionnaires civils dans leurs affaires internes (p. 1308-1310). D’autre part, à son avis, les donatistes n’auraient jamais accepté la décision d’un synode non africain, puisque pour eux, le concile africain était la plus haute autorité ecclésiastique. Contre cette lecture de l’appel donatiste, voir Barnes 1975, 20-22, qui réinterprète le passage cité ci-dessus et en déduit que les donatistes envisageaient spécifiquement les évêques gaulois comme arbitres. Labrousse 1995, 222, n. 2, reprend les argumentations de ce dernier. Il est difficile de mettre un point à ces digressions. En effet, on va jusqu’à se demander si la lettre transmise par Optat est citée par cœur ou si c’est la transposition d’un fragment… Je préfère donc en rester à l’interprétation traditionnelle.

22 Pour Frend 1952, 147, il s’agit de l’un des moments décisifs de l’histoire de la première Église. Pour la première fois, le “bras séculier” de l’État se mettait à la disposition de celui qui prouverait être orthodoxe. C’est l’un des pas majeurs de l’alliance entre l’Église catholique et l’État romain.

23 Migne, PL, 8, 477.

24 Voir la liste complète dans Pietri 1976, 162-163. Pour les caractéristiques du tribunal et la discussion bibliographique à ce sujet, voir Ibid., p. 161, n. 2. Quant à la modalité de travail du tribunal, soit sous forme de cognitio, soit en synode ecclésiastique, voir les commentaires dans Ibid., p. 163-165. Optat 1.24, fait savoir que l’évêque romain tâche de trancher la question baptismale déjà à cette première occasion, car il y questionne la pratique anabaptiste de Donat.

25 Optat 1.23-24.

26 Optat 1.25.

27 Optat 1.27. Sur les Acta o Gesta purgationis Felicis, voir maintenant Monceaux 1912, IV, 221-228, et plus récemment Duval 2000, 215-288, qui analyse de manière exhaustive le processus.

28 L’instruction et la prise de décision de ce procès dépassa largement la date résolutoire des délibérations du concile d’Arles. Voir le rescrit du 25 février 315, envoyé par Constantin au proconsul, Cod. Theod. 9.34.2. Pour Frend 1952, 155, cette décision de l’enquête sur la culpabilité de Félix devint lettre morte, car l’opinion africaine penchait résolument du côté de Donat et contre Cécilien. Sur la date des audiences successives du procès contre Félix voir à présent Duval 2000, 228-230, sur le rôle d’Ingentius et l’analyse exhaustive de la lettre fausse, voir p. 247-288.

29 Il reste peu de pièces du dossier de ce concile. Comme modèle de la convocation, voir l’épître adressée par l’empereur à un évêque de Syracuse, Chrestus, transcrite par Euseb., Hist. Eccl., 10.5.21. Pour le concile, voir Hefele 1907, I, 275 sq.

30 Pietri 1976, 168, dit que vers cette époque la politique ecclésiastique romaine “s’établit dans une paisible obscurité”. Pour l’auteur, l’échec de l’intervention du pontife au concile romain sous Miltiade détermina Constantin à ne pas chercher de collaboration particulière avec le siège romain (p. 167). D’autre part, il signale que l’abstention reflète une pratique établie depuis le iiie siècle, selon laquelle le pasteur ne réservait sa participation qu’aux assemblées réunies dans sa ville (p. 168). Il se dit que cette attitude peut bien refléter un certain manque d’expérience (Ibid., n. 3).

31 Les appréciations de Hefele 1907, 276-278, semblent trop optimistes.

32 Hefele 1907, 289.

33 Hefele 1907, 291.

34 Canon 8 du concile. Voir Hefele 1907, 285.

35 Voir le détail de tous ces évènements dans Frend 1952, 154-156. Il est important de signaler qu’au moment crucial de la définition de l’empereur, Cécilien fut absent, ce qui éveilla ses soupçons et le fit faire marche arrière quant à ses convictions. Les conflits militaires détournaient l’attention de l’empereur, qui remettait à plus tard la décision, ce dont profitèrent les donatistes, qui réussirent à obtenir l’appui de certains hauts officiers de la Cour. Voir Optat 1.26.

36 Optat 1.26.

37 Constantin fut sur le point de voyager en Afrique pour y résoudre la dispute. C’est au moins ce qu’il manifeste dans une lettre qu’il envoie au vicaire Domitius Celsus, en automne 315 :…cum favente pietate divina Africam venero… (Maier 1987-1989, I, 26, 195). Il s’abstint pourtant de le faire. Son tact politique le préservait vraisemblablement de s’engager personnellement dans une affaire aussi complexe et difficile à résoudre, qui devait exciter le moral populaire.

38 August., C. Cresc., 3.71, le mentionne, dans une brève citation de la lettre envoyée par Constantin au vicaire Eumalius le 10 novembre.

39 Voir Maier 1987-1989, I, 28, 198-211.

40 Gesta coll. Carth., 3.543-547. C’est un moment où la tension politique entre Constantin et Licinius est très forte, si forte que l’empereur d’occident tâche que la situation religieuse interne soit stabilisée.

41 Lettre au vicaire d’Afrique Verinus. Voir Monceaux 1912, IV, 203.

42 Migne, PL, 8, 491B.

43 Frend 1952, 153-154.

44 Le premier de ces évêques fut Victor de Garba, et cette communauté persista tout le long du ive siècle. Voir Monceaux 1912, IV, 32-33.

45 Voir à présent Frend 1952, 164-165.

46 Pour Frend 1952, 173, ce nom signalait ceux qui vivaient “autour des celliers” (circuit cellas) où ils obtenaient leurs aliments, et il trouve des information archéologiques à l’appui. Augustin le signale dans C. Gaud., 1.28.32. Quant à la date possible de l’apparition des circoncellions voir la discussion présentée dans Lancel 1968, 183-185, contre la position de Monceaux 1912, IV, 179, qui la situe aux environs de 316, en forçant l’interprétation de la documentation. De toutes manières, cette possibilité de circoncellions “avant la lettre” (Lancel 1968, 185) ne devrait être prise que comme un élément significatif (c’est ce que l’auteur dit à la p. 188), pour éviter le risque de faire de la téléologie historique.

47 Pour la caractérisation des circoncellions voir au-dessus “Introduction, 2. Les circumcelliones et le donatisme”.

48 Optat 3.4.

49 Au sujet des relations timides entre ariens et donatistes, qui ne se sont jamais consolidées, voir Monceaux 1912, IV, 33.

50 Frend 1952, 177 (s’appuyant sur Seek, voir n. 2 dans Ibid.) considère que Donat lui-même demanda à l’empereur de le reconnaître comme étant le primat de Carthage, ce qui déclencha les actions postérieures.

51 Optat 3.3.

52 Selon Monceaux 1912, IV, 34-35, les envoyés de l’Empire auraient raconté au prince les maigres résultats de cette entrevue et celui-ci décida enfin de promulguer un édit d’union, vers le milieu de 347, dans lequel il ordonnait la fusion des deux Églises par la dissolution des communautés schismatiques, et attribuait aux orthodoxes les basiliques donatistes et le reste de leurs biens.

53 Optat 4.

54 Pour ces questions, voir “Introduction”, surtout le point “Les circumcelliones et le donatisme”.

55 Optat 3.6. Voir la narration depuis l’optique donatiste dans la Passio Marculi Sacerdotis Donatistae, (Migne, PL, 8, 758B), polémique par rapport aux perspectives d’Optat et d’Augustin.

56 Monceaux 1912, IV, 35-37. Voir la Passio Maximiani et Isaac Donatistarum auctore Macrobio, (Migne, PL, 8, 767A).

57 Optat 2.15. Voir Monceaux 1912, IV, 39. Frend 1952, 181, qui situe sa mort vraisemblablement en 355.

58 Frend 1952, 182. Pour l’auteur, c’est avec Donat de Carthage que commence les cycle des évènements qui conduisirent à la division de la Méditerranée entre des croyances rivales, représentées par le Pape et le Prophète. Quant au respect dû aux catholiques pendant cette période de paix, les perceptions sont différentes. Dans les p. 182-187, Frend souligne la médiocrité de la direction orthodoxe, le manque d’organisation et l’affaiblissement de la discipline dont elle fait preuve : pour lui, ce sont les causes qui expliquent l’impuissance à profiter des circonstances politiques favorables à une croissance. De son côté, Monceaux 1912, IV, 39-40, fait une lecture plus positive et soutient que l’Église catholique avait fait de grands progrès dans la contrée. Si l’on tient compte de la dynamique démontrée par les orthodoxes à l’époque d’Augustin et d’Aurelius, il faudra probablement être d’accord, dans ce cas, avec les affirmations de Frend plutôt qu’avec celles de Monceaux.

59 Optat 2.16.

60 Cod. Theod. 16.5.37.

61 Par contre, Monceaux 1912, IV, 40, signale que “le nouvel empereur menait une campagne habile et perfide contre le christianisme : (…) sous prétexte de tolérance, il déchaînait partout la Guerre religieuse en rappelant les bannis, en proclamant la liberté de toutes les sectes, en accordant toute licence aux hérésies”.

62 Optat 2.17-21 et 6.1-8.

63 Voir à présent Monceaux 1912, V, 221-240, avec des détails sur Parmenianus.

64 Au sujet de Tyconius, voir Frend 1952, 201-207 (avec une bibliographie sur le sujet à la p. 201, n. 7) ; Monceaux 1912, V, 165-219.

65 August., Ep., 93. Le schisme, directement lié aux conséquences de la répression nouvellement entamée par le comes Africae Romanus, assigné pendant le gouvernement de Valentinien et Valens, fut une mesure prise contre les agitations des circoncellions qui recommençaient dans l’arrière pays africain. Augustin (C. Ep., Parm., 1.10 et C. Litt. Pet., 2.83) nous apprend la répression subie par les rogatistes lors du soulèvement de Firmus.

66 Sur ce sujet en général, outre Pietri 1976, chapitre XI et sourtout chapitre XV. I et II ; voir aussi Monachino 1964.

67 Pietri 1976, 1151 sq.

68 Voir l’opinion de Monceaux 1912, IV, 192, à ce sujet.

69 Paul., Vita S. Ambrosii, 8. Voir Matthews 1975, 187 et n. 3.

70 Baynes [1911] 1957, 239.

71 Voir Palanque 1933, 122-129, avec des détails sur les causes de l’élection de l’évêque comme ambassadeur de la Cour, et les négociations entre Maximus et Ambroise.

72 Matthews 1975, 181.

73 Migne, PL, 13, 0591C.

74 Migne, PL, 13, 0589.

75 Matthews 1975, 181. Baynes [1911] 1957, 242, signale que l’arianisme de Justine, fut le prétexte invoqué par Maximus pour se présenter comme le champion de l’orthodoxie opprimée. Palanque 1933, 170-172, signale que Maximus pouvait utiliser les événements survenus à Milan comme une excuse pour l’intervention qu’il préparait ; pour cette raison, la Cour désigna encore Ambroise comme ambassadeur “avec mission de redresser une situation dont il est tenu pour responsable” (p. 172).

76 Pour Pietri 1976, 967-970, Maximus essaya de garder son rôle de figure orthodoxe, tout en cherchant à entretenir des rapports avec l’évêque de la ville où il espérait pouvoir s’installer un jour. Notamment, l’empereur soulignait son attachement à l’Église et sa volonté manifeste de s’opposer à la menace de l’hérésie, ce qui justifiait sa hâte lors du procès et l’exécution de Priscillien. La chancellerie de Trèves transmit à Rome les gesta de l’affaire comme un acte de courtoisie, mais – selon Pietri –, sans demander l’approbation de l’évêque. Finalement Sirice fit connaître son ordre d’excommunication de Félix, évêque de Trèves et de tous ceux qui avaient condamné Priscillien. Palanque 1933, 173-174, pense que la position qu’adopte l’évêque de Milan dans ses entrevues avec la Cour de Trèves ont en arrière-pensée la ferme volonté de ne pas se laisser compromettre par la possibilité d’une complicité, fondée sur le fait qu’il partage la foi nicéenne de l’usurpateur.

77 Voir à présent Palanque 1933, 139-164.

78 Matthews 1975, 189, n. 5, signale que selon la propre vision d’Ambroise, c’était le peuple catholique de Milan qui avait battu Justine, suite au mécontentement provoqué par une garnison arienne, et en partie gothique. Ce préjugé serait manifeste dans l’Ep., 20.9-12. Il est intéressant de signaler cette relation arienne-gothique, ce qui marquerait l’un des éléments constituants de la construction d’un parti catholique antibarbare, signalé par Mazzarino.

79 Augustin marque dans Conf., 9.7, l’opportunité de la découverte de ces corps.

80 Palanque 1936, 509 et n. 6, dit que cette réconciliation est insubstantielle et ne pouvait avoir aucun effet politique, dans la mesure où Théodose s’était attribué le gouvernement d’Occident et Valentinien n’apparaissait que comme un empereur subordonné.

81 Matthews 1975, 189-190. Signalé aussi par Palanque 1933, 161 ; voir en plus p. 143, où l’auteur souligne une politique spécifique de l’évêque envers les secteurs les plus riches de la communauté milanaise.

82 Matthews 1975, 191 sq.

83 McLynn 1994, 301, signale que ce deuxième épisode “has mistakenly been assumed to have been part of the rioting at Callinicum”.

84 Voir le traitement de la question chez Palanque 1933, 205 sq. Une lecture plus nuancée et convaincante dans McLynn 1994, 298-315, avec une analyse exhaustive de cette lettre : p. 300-303. Pour l’auteur l’intervention d’Ambroise s’explique par son besoin d’ouvrir un canal de communication avec l’empereur (p. 302).

85 Palanque 1933, 219.

86 Matthews 1975, 234. Voir ci-dessus, chapitre 4.3.

87 Voir aussi une présentation plus critique et méfiante des sources dans McLynn 1994, 315-330.

88 McLynn 1994, 326, nie une menace d’excommunication de la part d’Ambroise ou de l’Église milanaise.

89 McLynn 1994, 328-330, qui signale que “The penitence of Theodosius reveals Ambrose as the supreme impresario of the court”, p. 330. Palanque 1933, 227 sq., ne fait état d’aucune considération raciale en décrivant les évènements ; il ne la fait pas non plus dans Id. 1935-1938, 510-512. Quant à la date de leur réconciliation après l’affaire de Thessalonique, voir Id. 1933, 246 sq.

90 Matthews 1975, 249. Selon McLynn 1994, 358, “It seems clear that Honorius’claims upon Theodosius’army could not be taken for granted”.

91 Voir Mandouze 1982, 531-532 et Monceaux 1912, IV, 53, n. 1.

92 Mandouze 1982, 105-127.

93 Au sujet de la relation entre Aurelius et Augustin, voir Monceaux 1912, VII, 39-42.

94 Parmenianus fut élu évêque de Carthage et primat donatiste après la mort dans l’exil de Donat le grand, survenue en 355. Suite à la libéralisation de la politique religieuse favorisée par l’empereur Julien, en 362, il gagna l’Afrique pour se mettre à la tête de l’Église donatiste. Voir Monceaux 1912, IV, 41 sq. ; Mandouze 1982, 816-821 et Frend 1952, 193-207.

95 Voir Mandouze 1982, 905-913.

96 Cod. Theod. 16.5.21. Monceaux 1912, IV, 55.

97 La preuve en est la compilation canonique composée au début du ve siècle par les Africains, connue sous le nom de Codex Canonum Ecclesiae Africanae. Signalé par Pietri 1976, 1152.

98 Pour le récit des faits, je suis Monceaux 1912, IV, 57 sq et également p. 354-365.

99 August., Ep., 43.9.26 ; Monceaux 1912, IV, 57-58. Frend 1952, 213, et n. 6, suggère un affrontement intervenu entre donatistes “orthodoxes” conduits par des descendants du “prophète” et Numides, représentés par le primat récemment ordonné.

100 Sur l’histoire et les fonctions du corps de seniores laici dans l’Église africaine, voir Caron 1951, qui situe ce corps à un niveau intermédiaire entre le clergé et les simples fidèles. L’auteur tâche de prouver, en essayant de se fonder sur plusieurs sources, que ce corps appartient à une période primitive de l’Église. Toutefois, les inférences tirées hors de la région d’Afrique semblent forcées. Frend 1961, reprend la question, encouragé par certaines des idées traitées par Caron. Voir une position critique sur l’article de Caron soutenue par Shaw [1982] 1995, qui associe cette institution et certains traits structuraux de la société méditerranéenne africaine (ce qui avait déjà été suggéré par Monceaux 1912, III, 83, n. 10, et critiqué par Frend 1961, 282, qui considère les seniores comme une expression du milieu urbain et donc contraire à l’organisation rurale primitive). Shaw relève la présence des seniores comme conseillers dans les villages repérés souvent dans les inscriptions nord-africaines (traité dans Shaw 1995), et souligne ensuite que les sources ne constatent la présence des seniores de l’Église chrétienne que dans le Nord de l’Afrique. L’auteur trouve que le poids de ce conseil est déterminant dans les villages alors qu’il perd de son importance au fur et à mesure que nous nous situons dans des villes plus grandes, le niveau le plus atténué étant la ville de Carthage.

101 La lettre synodale est conservée par Augustin dans un sermon prononcé à Carthage (voir En. in Ps., 36.20) en 403 ; résumé par Monceaux 1912, IV, 356-360.

102 Dont la sentence peut être reconstruite presque totalement par les citations d’Augustin. Voir Monceaux 1912, IV, 363-364, où se trouve la totalité des citations dispersées.

103 Dont les procès les plus importants entamés contre des évêques maximianistes sont ceux de Felicianus de Musti, Praetextatus d’Assuras et Salvius de Membressa – les trois se trouvant parmi ceux qui avaient ordonné Maximianus –. Voir Mandouze 1982, 400-402 ; 901-903 et 1025-1026.

104 Frend 1952, 215, signale le caractère régional du conflit qui affrontait pour lui “the more conservative and tolerant Donatists of the Romano-Punic cities of the coast and the Tunisian coastal plain protesting against the violence and brutality of the numidian nominee in Carthage”. Voir également Lancel 1964, qui souligne une lente affirmation de l’originalité de la province face à la Proconsulaire et à la Numidie, et marque comme l’une des caractéristiques l’existence d’une forme modérée de donatisme. L’auteur élabore un panorama plus fin des caractéristiques de la province, qui conteste d’une certaine manière la lecture de Frend, en particulier par rapport au profil plutôt rural de la Byzacène par rapport à celui, largement urbain, de la Proconsulaire – bien que les caractéristiques en soient différentes quant au milieu géographique et, spécialement, au milieu social, ce qui définit des caractéristiques propres, comme l’absence de travailleurs ruraux identifiables aux circumcelliones –.

105 Monceaux 1912, IV, 360 ; Frend 1952, 217-218.

106 Voir Monceaux 1912, IV, 363.

107 Frend 1952, 217-218.

108 Monceaux 1912, IV, 145-189 ; sur Emeritus p. 159.

109 Pour l’intervention d’Emeritus à la Conférence de Carthage, voir Lancel 1972, I, 208-220. Lancel n’est pas d’accord pour le style de l’évêque ; à son avis les longues variations sont parfois incertaines et problématiques pour le traducteur, comme elles l’avaient été pour les scribes de 411 et pour les copistes postérieurs. Selon l’auteur, Emeritus improvisait sans avoir fait de schéma de base, ce qui lui permet d’expliquer les incohérences, les impropriétés et même la pauvreté de son matériel verbal.

110 Mandouze 1982, 340.

111 Pièces de procès, par ex. dans C. Cresc., 3.6.62 et 4.4.5. Persécutions d’Optat : C. Litt. Pet., 2.83.184. Sur Salvius voir Monceaux 1912, IV, 66 ; August., C. Ep., Parm., 3.6.29 ; C. Cresc., 4.46.55.

112 Monceaux 1912, IV, 66, reprenant les arguments de Saint Augustin, considère qu’il s’agissait d’une concession politique contraire aux principes de Donat, ce qui permit dorénavant aux catholiques la possibilité d’opposer un “argument irréfutable” à la thèse donatiste qui s’opposait à la validité du baptême administré hors de leur Église.

113 Tenu le 8 octobre 393 ; voir Hefele 1907, II, 1ère partie, 82 sq.

114 Monceaux 1912, IV, 367.

115 Voir Lancel 1992. L’auteur explique que le besoin de recruter des prêtres en Afrique répondait à deux raisons : la crise de vocations et le déficit culturel global, et l’existence du schisme donatiste – suites auxquels il aurait fallu au moins doubler le nombre des ordonnés, en fonction des besoins des deux Églises –. Les limites matérielles de ces politiques sont clairement manifestées dans la nouvelle épître 20* (CSEL 57) de Saint Augustin, dans le cas d’Antoninus de Fussala, signalé par l’auteur. Voir aussi Crespin 1965, 53-60.

116 Pietri 1976, 1158, signale que les Africains étaient conscients de l’ambiguïté de ces canons. D’un côté, les sentences pouvaient paraître contradictoires par rapport à celles du concile de Capua (en particulier, en ce qui concerne le nouveau baptême : voir Hefele 1907, II, 80-82 ; ils n’étaient pas non plus conformes à la loi civile qui condamnait les clercs hérétiques.

117 Frend 1952, 212-213, dit que l’activité des donatistes ne doit pas être circonscrite au domaine d’influence d’Optat de Timgad, et il signale l’existence d’une différence entre ce qu’Augustin écrit pendant la période de Gildon et après sa chute. Il marque l’existence d’une harmonie entre les deux communautés qui se manifeste surtout dans la correspondance de cette période 392-397.

118 Comme le signale Monceaux 1912, IV, 62. On pourrait contester la fixation pour l’activité donatiste de cet épicentre, dont Saint Augustin nous renseigne en détail, ce qui fait que son incidence se manifeste logiquement, aux alentours d’Hippone surtout.

119 August., Ep., 34 et 35.

120 August., Ep., 29.12.

121 Possidius, Vita S. August., 10 et 12 ; August., Ep., 35.4. Quant à ces attaques, et à la modalité d’utilisation de cette information par Augustin, voir l’introduction, spécialement “Les circumcellions et le donatisme”.

122 August., Ps. c. part. Donati, 90-92 ; 144-149 ; 154-163 ; Enarr. in Ps., 54.26 ; 132.6 ; Ep., 23.6-7 ; 29.12 ; 35.2 ; 108.5.14 ; 185.4.15 ; C. Ep., Parm., 1.11.17-18 ; C. Litt. Pet., 1.2.26 ; 2.83.184 ; 88.195 ; 96.222 ; C. Cresc., 3.42.46 ; 45.49.

123 Cod. Theod. 16.2.31 ; loi du 25 avril 398.

124 Frend 1952, 225, n. 5.

125 Voir l’analyse faite ci-dessus par rapport aux relations entre les donatistes et les deux frères révoltés, Firmus et Gildon.

126 C. Litt. Pet., 1.24.26.

127 August., Ep., 43.8.24 ; C. Litt. Pet., 1.24.26 ; 2.23.53-55 ; 28.65 ; 33.78 ; 37.88 ; 39.94 ; 52.120 ; 103.237.

128 Voir la description animée faite par Frend 1952, 223.

129 August., C. Litt. Pet., 2.92.209 ; voir également Ep., 76.3.

130 August., C.., Litt. Pet., 2.83.184.

131 Alypius : August., Ep., 24. Augustin : Id., Ep., 32.2. Severus : Id., Ep., 31.9. Voir les considérations faites par Mandouze 1982, 929, au sujet de l’identification de Profuturus au membre homonyme des laïcs d’Hippone. Augustin se déplaça vers Cirta pour ordonner son disciple, et au cours du voyage il rencontra Fortunius, évêque donatiste de Thubursicu Numidarum. Voir Perler 1969, 205-212.

132 Frend 1952, 247. En réalité, cette énumération est incomplète, puisque ce ne fut pas seulement en Numidie que furent nommés des évêques provenant de l’entourage d’Augustin. C’est le cas par exemple d’Evodius, évêque d’Uzali dans la Proconsulaire ; voir Mandouze 1982, 366-373.

133 Monceaux 1912, IV, 368.

134 Pietri 1976, 1162-1163, souligne qu’Aurelius, soucieux de pourvoir aux besoins de son Église, renonce pratiquement à accueillir les prêtres donatistes prêts à passer à l’Église catholique avec leurs fidèles, mais tient au contraire, et c’est pour lui très important, à ne pas empêcher le clergé à ceux qui avaient reçu le baptême donatiste dans leur enfance. Voir Ibid., p. 1163, n. 1. Haeretici : Ibid., 1163-1164, et spécialement n. 1 et 2, p. 1164.

135 Voir Concilii carthaginensis legatio ad consulendum Anastasium et Venerium, (Migne, PL, 11, 1195), où l’on signale la carence de prêtres.

136 Le pape convoqua un synode romain pour traiter du sujet, qui trouva que les demandes des africains contrariaient la discipline ; voir Monceaux 1912, IV, 370.

137 Pietri 1976, 1165, suppose que le concile n’aurait pas pu s’adresser en septembre aux juges pour leur demander la divulgation des minutes officielles, sans avoir au préalable obtenu l’autorisation du pouvoir central. Ces contacts avec la Cour se seraient établis à Milan, suite au renvoi d’ambassadeurs survenu aussitôt après le premier concile de cette même année.

138 De Veer 1965, 219-237. L’auteur signale que c’est sans doute Augustin qui inspira aux évêques de ce concile la décision d’établir un dossier le plus complet possible sur le schisme maximianiste.

139 August., Ep., 44.12.

140 Ep., 49.1. Sur Severinus, lié à Augustin par le sang : Ep., 52.1.

141 Ep., 51.1 et 66.2.

142 Lancel 1972, I, 12-13.

143 Voir Monceaux 1912, IV, 373 sq., où figure la liste exhaustive des pièces qui faisaient partie du volumineux dossier conciliaire. La demande adressée au proconsul d’Afrique, écrite par Aurelius au nom des signataires au concile figure dans les Actes de 411 : Gesta Coll. Carth., 3.174.

144 Lancel 1972, I, 15. Dans la n. 1, il dit également que la brutalité de ce parti pris annonçait l’imminence d’une intervention directe du pouvoir consulaire sur la réglementation des affaires religieuses africaines.

145 Gesta Coll. Carth., 3.116.

146 August., Ep., 105.3 ; 88.6.

147 August., C. Cresc., 3.43.47.

148 Lancel 1972, I, 17-18.

149 August., C. Cresc., 3.46.50. Voir la reconstruction détaillée chez Monceaux 1912, IV, 291-293.

150 Et pourtant, Possidius et Augustin intercédèrent pour éviter l’acquittement de l’amende par Crispinus : August., C. Cresc., 3.47.51. Voir aussi Id., Ep., 88.7.

151 Pietri 1976, 1168, signale que tout ce mouvement des Africains vers l’Italie, des légats conciliaires et en plus des évêques qui s’y étaient rendus à titre personnel, fâchèrent le pape Inocentius qui s’en plaignit à Carthage. Le concile africain lui donna raison, mais ne méconnut pas sa légitimité à en appeler directement à la Cour : on n’autorisa alors que des démarches officielles.

152 Cod. Theod. 16.5.38 ; 6.3-5 ; 11.2.

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search