Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le problème du baptême dans le schisme donatiste

 | 
Carlos G. García Mac Gaw

Chapitre IV. La situation politique sous Arcadius et Honorius

Texte intégral

I. Le gouvernement central

  • 1 Voir Matthews 1975, 238 et n. 3, qui présente les différentes positions des historiens recueillant (...)
  • 2 Sur Arbogastus, voir Baynes [1911] 1957, 243 sq., et aussi PLRE.
  • 3 Premier empereur qui réussit le coup douteux de devenir la marionnette d’une longue série de barba (...)

1En 392, la mort suspecte de Valentinien1 mit à nu, encore une fois, la faiblesse des alignements politiques dans l’Empire d’Occident. Elle ne prit pas au dépourvu le général franc Arbogast, qui était devenu à cette époque le personnage le plus puissant des Gaules2. D’origine barbare et ne pouvant se déclarer lui-même empereur, il en créa un à sa mesure et mit Eugène3 sur le trône.

  • 4 Matthews 1975, 240, signale que la restauration de l’autel de la Victoire au Sénat ne fut approuvé (...)
  • 5 Matthews 1975, 241, le signale comme l’architecte de l’association de la cause païenne avec la cau (...)
  • 6 Matthews 1975, 245, dit qu’en dépit de la compromission romaine avec Flavianus, apparemment, la vi (...)
  • 7 Apparemment, une tempête terrible qui s’abattit sur les troupes d’Eugène fut prise comme un signal (...)

2Le court règne du nouvel empereur, qui était chrétien, fut marqué par la tolérance, s’assurant ainsi l’appui des groupes païens sénatoriaux de Rome, encore puissants4. Cette politique fut approfondie par le maintien de Nicomachus Flavianus comme préfet du prétoire d’Italie5. La recherche de contacts diplomatiques auprès de Théodose, proposée par l’administration occidentale, ne fut soutenue que dans la mesure où elle permettait de gagner du temps, en attendant l’arrivée d’un conflit qui devenait pratiquement inévitable pour l’Orient. En avril 393, Eugène fut formellement reconnu à Rome, en réaction à l’intransigeance de Théodose, qui en janvier avait élevé son fils Honorius au rang d’Auguste. L’année suivante, Théodose marcha depuis Constantinople vers l’Italie6 et mit facilement en déroute les troupes commandées par Flavianus, qui protégeaient l’accès des Alpes. Bien que la victoire ne fut pas facile, il vainquit peu après le gros de l’armée de l’usurpateur7.

  • 8 Voir à présent Palanque 1933, 301 sq.
  • 9 Pour la personnalité de Stilichon, voir Mazzarino 1942. Cameron 1970, 39, signale que cette reconn (...)
  • 10 Quant à la prétention de Stilichon qui assurait avoir reçu de Théodose mourant la charge de deveni (...)

3Après cette dernière campagne, la santé de l’empereur fléchit, il tomba mortellement malade et décéda le 17 janvier 395. Ambroise fut chargé de dire l’homélie devant la chapelle ardente des restes de l’empereur, dans l’Église de Milan. L’évêque ne laissa pas échapper l’occasion d’apporter sa contribution à la situation politique. Il fit appel à la loyauté due par les soldats aux fils de l’empereur8 et donna une première justification à la position de Stilichon en tant que régent du jeune empereur Honorius, qui n’avait que neuf ans et qui héritait la partie occidentale de l’Empire. Ambroise cherchait à légitimer la régence de Stilichon, un général d’origine vandale qui avait peu à peu gagné de l’importance auprès de Théodose, et qui avait enfin obtenu le titre de magister utriusque militiae9. Il avait en outre épousé Serena, la nièce préférée de l’empereur10.

  • 11 Liebeschuetz 1990, 90, marque l’étroit rapport que Rufin avait préalablement entretenu avec Théodo (...)
  • 12 La reconquête de Justinien fut partielle et ne modifia en rien la tendance immanente à un clivage (...)
  • 13 Brooks [1911] 1957, 456-457. Liebeschuetz 1990, 57-59, signale que le principal objectif des Goths (...)
  • 14 Pour Mazzarino 1942, 257-258, si Alaric s’était détourné, c’est parce qu’il avait compris que cont (...)
  • 15 Demougeot 1950, 31, appuie cette thèse traditionnelle.
  • 16 Matthews 1975, 271. Mazzarino 1942, 258-259.

4Le jeune Arcadius, âgé de dix-huit ans, reçut la partie orientale sous la conduite de Rufin11, préfet du prétoire qui avait été chargé de la régence en 394, durant l’absence de Théodose. À partir de ce moment-là, la destinée de l’Orient et celle de l’Occident furent désormais séparées12. Alaric, proclamé roi des Wisigoths, tira aussitôt profit de la situation de faiblesse du gouvernement. Indigné parce qu’il n’avait pas reçu le grade de magister militum que Théodose lui avait promis, il envahit la Thrace et avança vers Constantinople13. Suite aux entretiens avec Rufin, qui ne disposait pas de troupes pour faire face aux Goths, Alaric quitta la Macédoine et se dirigea vers la Thessalie14. Stilichon trouva alors une justification pour intervenir, et se dirigea vers la Grèce avec des forces suffisantes pour faire face aux Goths. Rufin, à un moment crucial, envoya à Stilichon, au nom d’Arcadius, l’ordre de quitter les terres de la partie orientale et d’envoyer les troupes de l’est qui étaient encore sous ses ordres15. Stilichon, qui voyait pourtant s’ouvrir devant lui une porte qui lui permettrait de dominer l’ensemble de l’Empire, obéit finalement à l’ordre d’Arcadius et se retira. Les raisons de cette attitude divisent l’opinion des historiens. Matthews fait remarquer que, si le général avait toujours des aspirations sur la partie orientale de l’Empire, il ne pouvait pas pour autant affronter Arcadius dans une guerre civile, tout en se proclamant son gardien, si bien qu’il dut se contenter de conspirer contre Rufin, l’idéologue de la politique orientale. Pour Mazzarino, en revanche, cet acte résume autant sa loyauté militaire envers le descendant de Théodose, que sa préoccupation de père – en effet sa famille se trouvait à ce moment-là dans la capitale de l’Orient –. Les deux auteurs se rencontrent sur le fait que Stilichon avait encore des chances de mener à bien ses visées politiques : Mazzarino indique que la mort de Rufin, favorisée par Stilichon, fut l’occasion de la renaissance d’une idée vaine et éphémère de recomposition militaire et politique de l’Empire16.

  • 17 Cameron 1970, 30-62, passim.
  • 18 Cameron 1970, 76-85.
  • 19 Cameron 1970, 160 sq. Chez Zosime, il n’y a pas de récits sur la campagne de 395, la seule source (...)
  • 20 Ambros., De Ob. Theodosii, 2 et 8. Liebeschuetz 1990, 58, suggère que la cause du retrait du génér (...)

5La lecture de Cameron est différente. À partir de l’analyse de l’œuvre et de la position de Claudien dans la Cour occidentale, il arrive à la conclusion que la faute de Rufin, lorsqu’il ordonne le retrait au moment culminant qui précède la destruction des Goths, n’est qu’une nouvelle étape dans cette construction de l’image du régent de l’Orient comme étant un comble de méchanceté17. Comme il devenait impossible de résoudre de manière élégante le nouvel échec militaire de Stilichon face à Alaric en 397, le poète garda le silence et fit appel au passé récent pour rendre Rufin coupable de la défection du Vandale en 39518. Pour Cameron, même si nous estimons très peu Rufin, il est difficile de croire qu’il aurait empêché la destruction d’Alaric, lui qui, à peine quelques mois auparavant, avait assiégé les murailles de Constantinople et qui aurait bien pu le refaire si Stilichon l’avait laissé. En s’appuyant sur quelques traces présentes dans l’œuvre de Claudien, l’auteur considère qu’en fait, Stilichon ne fut pas capable d’obtenir la défaite des Goths à cause des dissensions internes, notamment à cause du conflit qui allait opposer les troupes orientales, d’origine romaine surtout, aux troupes occidentales, formées majoritairement par des fédérés d’origine barbare qui s’étaient disputés récemment en raison du soulèvement d’Eugène, réprimé par Théodose. Pour Cameron, Théodose avait enrôlé les Goths dans son armée, ainsi que d’autres barbares, “with more enthusiasm than judgement”, et dans des termes plus favorables que ceux qu’il réservait aux Romains19. Cette politique aurait naturellement déterminé un courant critique au sein même des factions les plus conservatrices de l’armée. Cette armée de l’empereur avait eu pendant plusieurs jours un affrontement très violent avec les troupes occidentales d’Eugène. Une fois le combat défini, il semblait difficile d’amalgamer toutes les factions de la troupe. Rappelons à ce sujet qu’Ambroise, dans l’oraison funèbre de Théodose, fit deux fois appel à la loyauté de l’armée, ce qui est significatif20.

  • 21 Matthews 1975, 249-250, signale que cet assassinat politique avait été vraisemblablement accordé e (...)
  • 22 Cameron 1970, 85, considère que le véritable coupable de ce désastre était Stilichon, qui avait fa (...)
  • 23 Avec l’accord tacite des fonctionnaires civils placés par Eutrope en Achaïe, comme le suggère Mazz (...)
  • 24 Matthews 1975, 271-272, qui critique la présentation de Claud., De IV Cons. Hon., 431 sq., comme é (...)
  • 25 Cameron 1970, 161 sq. L’auteur (p. 170-171), s’appuyant sur Claud., De Bello Gothico, 87-88, fait (...)
  • 26 Mazzarino 1942, 262. Cameron 1970, 174, considère que cet argument (la reconnaissance de la Cour o (...)
  • 27 Cameron 1970, 173, signale qu’en réalité la chronologie doit être différente, car autrement Claudi (...)
  • 28 Voir à présent Hagith 1995, passim. Il y met en évidence le fait que le gouvernement oriental ne c (...)

6Les troupes orientales se dirigèrent vers Constantinople sous le commandement de Gainas, un général d’origine gothique, et en arrivant, assassinèrent Rufin en présence d’Arcadius lui-même. Eutrope devint aussitôt la main droite de l’empereur21. Au cours de 396, les troupes des Goths se déplacèrent peu à peu vers le sud, traversèrent l’isthme de Corinthe et pillèrent de nombreuses villes du Péloponnèse, devant l’impuissance des troupes orientales dirigées par Gerontius. En 397, la situation devint irréversible22. Une expédition fut alors organisée qui partit par la mer depuis l’Italie et vainquit l’armée d’Alaric à Foloe23. Les conditions pour la victoire totale des Romains étaient acquises. Pourtant, comme dit Matthews, il faut essayer de s’expliquer pourquoi Stilichon ne tira pas profit et laissa échapper le Goth, alors qu’il l’avait de nouveau à sa merci24. D’après Eunapius, porte-parole de l’opinion orientale, et dont la position était hostile à Stilichon, ce fut le style de vie luxurieux de celui-ci qui permit aux Wisigoths de glisser à travers l’enceinte et de fuir vers l’Épire, où ils s’adonnèrent à de nouveaux pillages. Mais Cameron suggère que probablement la loyauté des troupes occidentales n’était pas assurée25. Mazzarino, pour sa part, croit qu’il n’est pas absurde de penser que Stilichon avait appris, alors que les troupes combattaient à Foloe, la décision péremptoire d’Eutrope qui voulait concéder le magisterium militum à Alaric, et empêchait ainsi automatiquement un affrontement entre deux généraux romains26. À côté de cette déclaration, on rendait publique celle qui transformait Stilichon en hostis publicus, pendant que la révolution de Gildon éclatait en Afrique27. L’accord passé entre l’Orient et Alaric impliquait en plus le permis de permanence des Wisigoths en Illyricum ainsi que le droit de perception des taxes sur les villes28. Cette situation politique imprévue motiva le retrait précipité de Stilichon, pour assurer sa position en Italie, dont la stabilité était sérieusement menacée par l’interruption du flux de céréales qui approvisionnait notamment Rome.

  • 29 Jones 1964, I, 173, signale que les successeurs de Théodose furent généralement de caractère faibl (...)
  • 30 Brooks [1911] 1957, 459. Voir aussi Brockley [1998] 2001, 116.
  • 31 Cesa 1994, 76-77, voit dans l’accord passé entre Eutrope et Alaric en 397 la cause du soulèvement, (...)
  • 32 Cameron 1970, 147. Gainas, une année plus tard, présida un coup d’état contre la politique d’Aurél (...)
  • 33 Voir les considérations de Cameron & Long 1993, 305-306, au sujet de l’œuvre De providentia, de Sy (...)
  • 34 Mazzarino 1942, 202, marque le contraste entre une politique occidentale philobarbare et révolutio (...)
  • 35 Jones 1964, I, 178, dit que l’opinion du sénat oriental visait unanimement la chute d’Eutrope, mai (...)
  • 36 Pour Mazzarino 1942, 206, le nouveau préfet soutenait des idéaux philogermaniques. Cameron & Long (...)
  • 37 Cette demande aurait été soutenue par Caesarius, mais l’empereur, s’appuyant sur le conseil de Jea (...)
  • 38 Mazzarino 1942, 208, insiste sur la conscience religieuse du peuple oriental, trop ferme et profon (...)
  • 39 Voir la description des événements de manière harmonieuse chez Cesa 1994, 84-90. L’auteur conteste (...)
  • 40 Liebeschuetz 1990, 117-118 ; voir l’énumération détaillée des événements p. 111-125, passim ; voir (...)
  • 41 Mentionné aussi par Cesa 1994, 89. Pourtant, cet auteur signale que, si le gouvernement ne fait pr (...)

7Vu la faiblesse évidente du suzerain, le pouvoir en Orient vacilla et passa de main en main29. La chute d’Eutrope eut lieu a posteriori, provoquée par un arrangement entre Eudoxe, l’épouse de l’empereur et Gainas, et fut directement liée au soulèvement de Tribigild30. À l’encontre de ceux qui voient Gainas comme un jouet des intérêts de Stilichon, Cameron propose une lecture plus dépouillée des événements. À partir de Zosime (5.17.4), il constate que la jalousie éprouvée par Gainas en raison des honneurs reçus par Eutrope joua un rôle déterminant31. Il signale que le Goth aurait devancé les mouvements de l’eunuque pour éliminer un adversaire en puissance. La meilleure preuve de cette situation, c’est que, après la déposition d’Eutrope, le gouvernement de l’Est ne fut plus réceptif aux intérêts de Stilichon32. Le gouvernement oriental fut contrôlé par Aurélien33, qui avait été élu consul en 400 (quoique non reconnu par le gouvernement occidental), et qui, généralement, a été identifié aux groupes constantinopolitains barbarophobes34. Cette politique, selon la perspective historiographique traditionnelle, aurait poussé Gainas à un coup militaire35, afin d’obliger l’empereur à déposer Aurélien, et de placer Caesarius36 à sa place. Les affrontements religieux survenus en raison des demandes de Gainas, qui voulait obtenir une Église pour les ariens entre les murs de la ville37, conduisirent à un massacre de Goths à Constantinople38. C’est à la suite de ce massacre que Gainas fut déclaré ennemi public par l’empereur39. Ces disputes montrèrent avec clarté la scission qui existait entre les groupes romains au sujet de la place qui, à leur avis, devait être occupée par les Goths dans la société romaine. Liebeschuetz40 rappelle que la tuerie de Goths à Constantinople ne fut pas faite sans discrimination : elle visa fondamentalement les partisans de Gainas, mais évita le risque d’un choc ethnique car une communauté gothique arienne continua de vivre à Constantinople. D’ailleurs, le commandement des troupes romaines orientales passa encore une fois entre les mains d’un Goth, Fravitta41. Pour l’auteur, l’épisode de Gainas prouva aux gouvernants orientaux le danger que représentaient les troupes fédérées. Ils essayèrent désormais, dans la mesure du possible, de ne pas faire appel aux Germains.

  • 42 Pour Mazzarino 1942, 68, ces mouvements s’expliquent parce que le parti antigermanique d’Aurélien (...)
  • 43 Mazzarino 1942, 272, n. 3, y voit plutôt une victoire de Stilichon, fondamentalement à partir du t (...)
  • 44 Sur la date de la bataille de Vérone, voir Liebeschuetz 1990, 63, n. 120. Voir l’analyse de Claudi (...)

8Après la défaite de Gildon, dont nous traiterons en particulier plus loin, Alaric et les Wisigoths représentaient le souci principal en Occident. Après leur chute dans le Péloponnèse, les Goths étaient restés en Épire quatre ans durant mais pendant l’été 401, ils commencèrent à bouger vers le Nord et, traversant les Alpes, descendirent vers l’Italie42. La présence des Goths fut inquiétante tout au long de l’année, et menaça même les murailles de Milan. En 402, à Pâques, les troupes de Stilichon s’affrontèrent à celles d’Alaric à Pollentia. En raisons des énormes pertes subies et malgré le dénouement incertain, ce combat détermina les Goths à négocier le retrait et ils quittèrent enfin l’Italie43. Du fait de ces actions, la Cour d’Occident put percevoir l’insécurité de la résidence à Milan. Dans l’hiver 402/403 Honorius établit sa résidence permanente à Ravenne, bien mieux protégée en cas d’invasion, l’accès par terre étant difficile. Dans l’été 402, les troupes gothiques d’Alaric et les troupes romaines s’affrontèrent de nouveau à Vérone, et là – encore ! – le résultat de la bataille ne fut pas clair. Alaric, et une bonne partie de son armée, saine et sauve, partirent vers le Nord, d’où il passa encore en Illyricum44.

  • 45 Quant aux capacités militaires de l’Empire sous le gouvernement d’Honorius par rapport au nombre e (...)
  • 46 Mazzarino 1942, 275-276, signale que Stilichon avait accordé à Alaric un magisterium fictif en Ill (...)
  • 47 Voir Jones 1964, I, 185-187.
  • 48 Une lettre de l’empereur lui-même, écrite sous l’influence de Serena, l’épouse du Vandale, aurait (...)

9Une nouvelle menace se présenta trois ans plus tard. Le roi goth Rhadagaisus envahit lui aussi l’Italie mais essuya une défaite totale lors de son affrontement aux troupes impériales. Il fut ensuite exécuté et une grande partie de ses troupes s’incorporèrent à l’armée romaine. Cette défaite des Goths démontra, d’un côté, qu’il était possible d’organiser la défense romaine en suivant les méthodes traditionnelles, et, de l’autre, éveilla de nouveaux espoirs sur le plan interne chez Stilichon45. En 405 il avait désigné Jovius, un membre de la Cour, comme préfet de l’Illyricum. Celui-ci devait collaborer avec Alaric afin d’obtenir pour l’Occident le contrôle de la zone orientale de la province46. Ce projet, interrompu par l’invasion gothique de Rhadagaisus, fut repris et ensuite abandonné au cours des années suivantes à cause des événements survenus en Gaule et en Bretagne, et qui finirent par affaiblir l’influence de Stilichon. L’incapacité des troupes italiennes à garantir la défense des provinces septentrionales47, détermina l’apparition de deux leaders locaux, Constantinus et son général Gerontius, qui s’occupèrent de l’organisation nécessaire et installèrent des pouvoirs locaux, opposés à Ravenne – en y incorporant même, plus tard, celui d’Hispanie –. Les troupes d’Alaric avancèrent encore une fois vers l’Italie, car une campagne, qui finalement ne fut pas réalisée, avait été projetée vers les provinces en conflit48.

  • 49 Mazzarino 1942, 283.
  • 50 Qui apparaît dans Mazzarino 1942, 288, comme l’expression du parti milanais chrétien, le courant l (...)
  • 51 Demougeot 1950, 29-30, dit que la guerre fratricide vers laquelle Stilichon se dirigea finalement (...)
  • 52 Mazzarino 1942, 284. Il dit aussi que Stilichon avait vraisemblablement songé à utiliser les troup (...)
  • 53 Matthews 1975, 278. Pour Mazzarino 1942, 288, les sénateurs, qu’ils fussent païens ou chrétiens, s (...)
  • 54 Voir Jones 1964, I, 199, qui observe que le gouvernement romain devait choisir entre deux solution (...)

10Pour Mazzarino, cette nouvelle de la modification des plans sur l’Illyricum signifiait, d’une part, que l’Empire condamnait la politique suivie jusqu’alors et annonçait, de l’autre – timidement encore, mais d’une manière quand même significative – la victoire du parti antibarbare pour qui l’accord passé avec Alaric était une trahison49. Les Goths exigèrent le prix convenu et s’installèrent menaçants dans la région de Vénétie. Stilichon essaya de respecter son pacte, et exigea des contributions exceptionnelles auprès des sénateurs romains. Ce fut le début d’un soulèvement contre le Vandale déclenché par Lampadius, frère de Manlius Theodorus50. La situation privilégiée qui avait été celle de Stilichon après la défaite de Rhadagaisus était encore une fois contestée, essentiellement en raison de la crise déclenchée à partir de l’occupation de Strasbourg et de Mayence. La situation dynastique était critique, un nouvel usurpateur apparaissait, et Stilichon privilégiait le pacte avec Alaric en fonction d’un affrontement avec l’Orient51, et, surtout, pour une préfecture qui depuis la mort de Théodose était considérée comme orientale52. Ce qui était en jeu, n’était pas seulement un conflit entre factions mais la perspective générale de la politique impériale au sujet du problème des Goths. La classe sénatoriale s’opposa en bloc au soutien monétaire de la politique de subventions répétées, non seulement à partir de sa condition de contribuable principal, mais aussi en fonction de ses préjugés anti-barbares53. À l’encontre de la politique plus flexible et plus réaliste de Stilichon, on proposait un choc militaire frontal54. Les conflits provoqués par la politique de recrutement et la politique financière ne furent pas l’apanage de l’aristocratie foncière, et s’étendirent jusqu’au cœur même de la Cour. Ces mêmes faits, produits par l’attitude de Stilichon, qui encourageait avec insistance une politique conflictuelle à l’égard de l’Empire oriental, sont à l’origine des premiers signes de mésentente entre l’empereur et son général en chef.

  • 55 Mazzarino 1942, 285. Cracco Ruggini 1968, 436, signale que le soulèvement postérieur d’Olympius ma (...)
  • 56 Voir Cracco Ruggini 1968, 433-436, sur l’accusation de affectatio regni, qui détermina le soulèvem (...)
  • 57 Suite à la chute de Stilichon, les Romains massacrèrent des veuves et des proches des soldats fédé (...)

11Mazzarino affirme que l’opposition réunit, à côté des chrétiens milanais, les traditionalistes exacerbés par la nouvelle politique, les amis de l’Orient, et même les païens55. Or, l’affrontement devint ouvert à partir de la réception des nouvelles de Constantinople, qui confirmaient la mort d’Arcadius, ainsi que la succession de Théodose II, son fils. Peu après, un soulèvement militaire se déclencha, provoqué par Olympius56, fonctionnaire de la Cour, en présence d’Honorius lui-même. Quelques-uns des principaux soutiens du gouvernement de Stilichon furent alors exécutés. Celui-ci, entouré à Bononia de ses supports les plus fidèles, évalua la possibilité de lancer ses troupes, notamment les barbares, pour punir le soulèvement des Romains, ce qui aurait déclenché un conflit d’une ampleur inimaginable. Il y eut des affrontements entre les rangs mêmes des Goths, provoqués par le général Sarus, et les Huns de la garde du corps de Stilichon. La chute du général d’origine vandale prit la forme finale d’un affrontement entre Romains et barbares. Il dut donner aux autorités des villes où se logeaient les familles d’origine barbare l’ordre d’empêcher l’entrée des soldats dans leurs murailles57. Alors qu’il allait rejoindre l’empereur, il apprit le mandat d’arrêt prononcé par celui-là contre lui. Il fut aussitôt arrêté et exécuté sans avoir pu le rencontrer.

  • 58 Mazzarino 1942, 250-254.
  • 59 La perspective des auteurs présentée par Mazzarino ne semble pas si clairement liée de manière exc (...)

12Pour Mazzarino58 l’historiographie contemporaine a accentué la nature étrange des deux hommes, Alaric et Stilichon. Elle a axé sur eux l’explication des faits politiques qui eurent lieu en 395. Ils sont devenus le symbole de la fin d’une ère et du commencement d’une autre. Cette manière de comprendre la révolution d’Alaric coïnciderait avec l’explication traditionnelle qui, tout en s’y opposant étrangement, est d’accord avec l’autre pour attribuer la révolution à “l’invitation” des fonctionnaires romains désireux d’appuyer une dictature plus ou moins larvée. Ainsi, à travers un tissu d’ententes divergentes, se formèrent peu à peu les deux traditions opposées qui sont représentées d’ailleurs par les deux grands poètes de l’époque : Claudien et Rutilius. Le premier, Claudien, attribuait à Rufin – dictateur de l’Orient et ministre tout puissant d’Arcadius – toute la responsabilité de la révolution d’Alaric ; tandis que le second, Rutilius, voyait le barbare Stilichon comme l’allié naturel du barbare Alaric. Toute la tradition historiographique s’est développée en suivant ces voies maîtresse : Eunapius – Zosime, d’un côté ; Orose, de l’autre59.

  • 60 Voir la critique de la théorie de l’“invitation” dans l’historiographie moderne dans Mazzarino 194 (...)

13Pour Mazzarino, il est évident que le substrat de ces accusations est purement politique et ne prend pas appui sur des narrations historiques précises. Si bien qu’il n’est pas possible d’accepter l’une des deux accusations. À son avis, ni Stilichon ni Rufin ne pouvaient avoir vraiment intérêt à inviter Alaric à cette révolution60.

  • 61 Matthews 1975, 282-283.

14Matthews dit que Stilichon n’avait pas mérité une telle chute. Dans une période où les difficultés et l’insolvabilité ne faisaient qu’augmenter, il poursuivit les politiques étrangères et militaires qui pouvaient entraîner, à son avis, les plus grandes chances de récupération et de stabilité à l’Ouest. Sa politique cherchait d’une part à éviter un affrontement final avec Alaric et, de l’autre, à préserver une position où lui-même aurait une capacité de négociation fondée sur un bilan visible du pouvoir. Or, cette politique partait de la reconnaissance de l’impuissance militaire du gouvernement romain. Si cette solution, dans une perspective traditionnelle, manquait de grandeur et ne satisfaisait pas les attentes et les suppositions qui étaient celles des cercles aristocratiques civils au sujet du pouvoir militaire de Rome, Stilichon était toutefois loin de mériter les soupçons de trahison qui le menaçaient. Finalement, si sa politique dure, qui affectait sûrement en termes financiers les ressources de ces classes, ne fut pas comprise, il n’en reste pas moins qu’il n’y avait pas d’autre projet, susceptible de réussite, aussi réaliste et cohérent que le sien, ce qui a été prouvé par les événements postérieurs61.

  • 62 Jones 1964, I, 177.
  • 63 Cameron & Longs 1993, 323-325.
  • 64 Ibid. Les auteurs signalent que tout en acceptant que, pour faire l’annonce, Aurélien avait tout s (...)

15L’élément ethnique fut un facteur d’un poids énorme. Jones signale que la propagande qui suivit la chute de Stilichon produisit des effets, car désormais le commandement en chef des troupes romaines ne fut plus laissé, pour autant qu’on sache, entre les mains d’un Germain62. Tous les commandants en chef ont des noms romains, et ceux dont on connaît l’origine étaient certainement romains. Même dans les rangs les plus bas, il est difficile de trouver des Germains au cours de cette période. D’autre part, en Orient, et surtout à partir de l’œuvre de Synesius, on a insisté sur le retournement anti-germanique qui colora les derniers événements dont les Goths de Gainas furent les protagonistes. Cameron et Long soutiennent, à l’encontre des perspectives de Seek et Demougeot, que loin de provoquer la révolte de Gainas et Tribigild, les premiers mouvements du gouvernement d’Aurélien cherchèrent à collaborer avec le Goth63. Ensuite, bien que Zosime n’explique pas pourquoi Gainas demandait la déposition d’Aurélien, de Saturninus et de Jean, les auteurs préfèrent supposer que ce fut à cause d’une promesse qu’Aurélien n’avait pas tenue. Pour eux, il n’est pas possible que le préfet eût proclamé à ce moment-là une politique anti-barbare, alors que les trois magistri militum orientaux étaient goths. Il est vrai qu’il pouvait être d’accord avec Synesius, qui voulait que l’armée restât nationale, mais, pour le moment, il était impossible d’éliminer le système préalable64.

  • 65 Cameron & Long 1993, 328.
  • 66 Cameron & Long 1993, 333 et 336.

16Les auteurs préfèrent ne pas insister sur une perception manichéenne des phénomènes de la Cour orientale, et mettent en évidence le fait que Fravitta fut magister militum pendant plusieurs années et accéda au consulat en 401, ce qui apparaît comme le symbole de la recherche d’un rapprochement avec la communauté gothique orientale65. Finalement, ils défendent l’idée de l’inexistence d’un parti anti-germanique, vu qu’il n’existait pas non plus de parti pro-germanique. Ils considèrent qu’en Orient, il n’y eut pas de purge chez les barbares de l’armée régulière, mais une modification du recrutement, qui se faisait désormais individuellement au lieu de massivement comme des fédérés. Le massacre aurait été la réponse donnée à la tyrannie de Gainas, plutôt que l’expression d’une haine profonde envers tous les Goths. Un bon nombre d’entre eux, autant catholiques qu’ariens, survécurent au massacre, et au cinquième siècle, il existait encore une communauté prospère de Goths ariens en Constantinople. La politique byzantine devrait plutôt être vue comme le résultat des rivalités nées du combat pour le pouvoir qui se tenait derrière le trône d’un empereur faible. Si Caesarius avait pu exécuter ses politiques, les accords passés avec Gainas auraient abouti à une rapide solution. En revanche, le refus d’Eutrope ou d’Aurélien, qui ne voulaient pas céder aux demandes de Gainas, devrait être interprété moins en termes de préjugés de race, que comme l’intention de laisser les autorités militaires dans une position de subordination par rapport aux autorités civiles (ce qui fut largement atteint dans la pratique)66.

II. Les révoltes de Firmus et Gildon

  • 67 Voir Pippidi 1976. Voir aussi le débat entre Thebert 1978, Benabou 1978 et Leveau 1978. Je ne peux (...)

17Les révoltes de Firmus et Gildon, deux frères d’origine indigène qui se soulevèrent successivement contre l’ordre romain au nord de l’Afrique au cours des trente dernières années du quatrième siècle, ont été largement étudiées, surtout à partir de leur étroite relation avec le schisme donatiste et la discussion sur la résistance africaine à la romanisation67. Elles sont reprises ici car leur analyse apporte des éléments importants pour le traitement de notre sujet. Ces soulèvements, et notamment celui de Gildon, si proche de l’époque que nous analyserons, colorent la vie politique et sociale de l’Afrique romaine, si bien que leur étude détaillée sert de cadre référentiel à la production d’Augustin.

18Chacune de ces rébellions a son référent, sa conjoncture propres. Elles ne s’expliquent pas forcément l’une en fonction de l’autre. Néanmoins, et même si l’une d’elles dépasse les limites temporelles que nous avons imposées à l’analyse de cette deuxième partie, elles sont étudiées ici ensemble dans la mesure où les approches historiographiques dont elles font l’objet suivent le même ordre explicatif. La progression de leur étude va apporter des arguments méthodologiques qui justifient la décision de les grouper. De surcroît, l’étude de la révolte de Firmus aide à mieux comprendre les particularités de la vie politique et religieuse de l’Afrique du Nord, ce qui représente un élément déterminant pour l’inclure.

1. La guerre de Firmus

  • 68 Cap. 13 (Cap. 13 (Cat. codd. hag. Paris., t. I, p. 351).

19Bien que comportant des lacunes chronologiques et géographiques, et qu’ignorant pratiquement les composantes religieuses en jeu, ainsi que les circonstances ayant précédé la révolte, la source principale pour étudier la guerre de Firmus est l’Histoire d’Ammien Marcellin (29.5). Nous disposons également de Zosime (4.16.3) et d’Orose (7.33.5), outre des allusions d’Aurelius Symmaque (Epist., 1.64 ; 10.1 ; Relat., 9.4 ; 43.2), Saint Augustin (C. epist. Parm., 1.10.16 et 11.17), Claudien (De bello Gildonico, 330 sq.) et la Passio Sanctae Salsae68.

  • 69 Voir Romanelli 1959, 580, au sujet de la date du débarquement de Théodose en Afrique.

20L’année du début de la révolte est incertaine : nous pouvons seulement fixer approximativement la date du débarquement de Théodose entre 372 et 37369. Ce début doit donc être situé au plus tard en 372, ou même un peu avant. La durée de la campagne, trois ans complets, marque bien la gravité de la révolte maurétanienne.

  • 70 Voir Desanges 1962. On peut également consulter Courtois 1955, 119-120, n. 4, qui situe cette trib (...)

21Firmus était le fils de Nubel, l’un des rois maurétaniens originaire de la tribu des Iubaleni70, qu’Ammien appelle potentissimus. Nubel avait laissé en mourant un grand nombre de fils légitimes et illégitimes. Outre Firmus et Gildon, les protagonistes des deux soulèvements survenus à la fin du siècle, il y avait Sammac, Dio, Salmaces, Mazuca, Mascezel et Kyria, une femme qui accompagna Firmus dans sa révolte contre Rome. La position de tous ces personnages face à Rome n’est pas uniforme : il suffit de savoir que Gildon avait d’abord réprimé son frère à côté des Romains, mais qu’ensuite, devenu fonctionnaire, il se souleva de son côté contre l’Empire, et fut à son tour réprimé par Mascezel.

  • 71 Selon Camps 1984, 183-218, Nubel serait mort en 370 environ, puisque, outre l’intervention de Roma (...)
  • 72 Pour d’autres informations sur le personnage, voir PLRE. Aussi voir “Romanus 1”, dans Mandouze 198 (...)
  • 73 Amm. Marc. 29.5.11, 17, 27, 33, 37, 40 et 44. Voir Desanges 1962, passim.
  • 74 Romanelli 1959, 582-582. Selon l’auteur, et à partir des informations fournies par Saint Augustin (...)
  • 75 Gsell 1903, 26-27, s’oppose à l’identification des diverses versions du nom de cette ville qui app (...)
  • 76 Cagnat 1913, 78 ; Kotula 1970, 140 ; et aussi Gebbia 1988, 118 et n. 24.

22Selon Ammien, il faut trouver la raison du soulèvement de Firmus dans son inimitié contre son frère Sammac qui fut finalement assassiné71, ce qui provoqua la colère du comes Romanus72. Celui-ci avait de bons rapports avec le défunt, qui, grâce à ses manœuvres habiles à la Cour et la complicité dans le palais du magister officiorum Remigius, avait commencé à influencer négativement l’empereur contre Firmus. Les recours portés par celui-ci devant la Cour n’eurent pas de réponse, l’obligeant finalement à se déclarer ouvertement rebelle contre l’Empire. Zosime signale que l’ambiance était à la révolte en raison du mécontentement suscité par l’avidité du comes Romanus. Un grand nombre de tribus indigènes de Maurétanie Césarienne et Sitifensis participèrent à la révolte, dont l’emplacement géographique ne peut pas être précisé dans bien des cas à partir des informations fournies par l’auteur73. Des troupes romaines restées en Césarienne s’étaient également ralliées à ces tribus. L’un des premiers épisodes de la révolte fut la prise de la capitale de la province, Césarée, ainsi que celle de la ville d’Icosium. En revanche, Tipasa, bien qu’assiégée pendant trois jours, avait résisté, ce qui ne fut pas le cas des villes voisines, qui avaient été incendiées. Selon certains auteurs, comme Romanelli, la révolte de Firmus avança vers l’est, et passa en Numidie, qui offrit d’autant plus de résistance qu’il s’agissait d’une région romanisée et comptait avec un plus grand nombre de villes74. Pour sa part, S. Gsell circonscrit la zone de la révolte à la Maurétanie75. D’ailleurs, cette position est en général acceptée par les auteurs qui ont repris le sujet76.

  • 77 Amm. Marc. 29.5.6 et 7.
  • 78 Id., 5.10 et 15.

23L’une des premières mesures prises par Théodose, en arrivant au port d’Igilgili, fut d’ordonner la détention de Vincentius, collaborateur de Romanus, associé aux violences et aux exactions de celui-ci. Peu après, il s’occupa directement de surveiller Romanus lui-même77. L’arrivée d’un rival aussi redoutable obligea Firmus à demander la paix, que le Romain ne refusa pas ; toutefois, il demanda en contrepartie au roi maurétanien de lui donner des otages. Théodose marcha ensuite vers Sitifis, où il établit sa base d’opérations. Après avoir refusé une deuxième ambassade du révolté parce que les conditions exigées n’avaient pas été exécutées, Théodose entreprit une action militaire. Les premiers chocs furent menés contre les tribus des Tyndenses et des Masinissenses, conduits par deux frères de Firmus, Mascezel et Dio, qui furent vaincus, et leurs territoires ravagés. Après une deuxième attaque, dont les résultats furent les mêmes, Firmus envoya des évêques ambassadeurs qui amenèrent également les otages promis78. De toutes manières ces premiers contacts ne furent pas suffisants pour rétablir la paix. Au bout d’une longue campagne semée de vicissitudes, le général romain l’emporta finalement sur le rebelle. Or, la bataille ne fut pas engagée, et le résultat fut atteint avec la trahison du roi de la tribu des Isaflenses, qui accepta de capturer Firmus et de le livrer au général romain. Se voyant perdu, Firmus finit par se suicider.

  • 79 Zos. 4.16.3.
  • 80 Dans la description du siège de Tipasa par Firmus, la révolte est considérée comme une tyrannie : (...)
  • 81 Amm. Marc. 29.5.20.
  • 82 Seek 1909, 2383 sq. ; Id. 1920, 26 sq.
  • 83 CIL VIII, 5338. L’élimination de cette hypothèse a été très importante pour déterminer quelle fut (...)
  • 84 Cagnat 1913, 80, n. 1.
  • 85 Romanelli 1959, 581-582.
  • 86 Kotula 1970, 142.
  • 87 Symmachus, Ep., I, 64. Position reprise par Gebbia 1984, 124.

24Pour certains historiens, si Firmus se révoltait, c’est parce qu’il aspirait à la couronne impériale. Ainsi, Zosime79 voit Firmus comme un tyran et un usurpateur à qui les Libyens avaient offert la pourpre impériale ; la Passio Sanctae Salsae y fait allusion aussi80. Ammien décrit également l’action d’un tribun qui met un diadème sur la tête du rebelle81. O. Seek82 a été l’un des premiers à soutenir cette hypothèse en identifiant le nom de Firmus à celui d’un Auguste effacé sur la dédicace d’une inscription de Calama83. Cette relation épigraphique douteuse a été questionnée par Cagnat, lequel a quand même défendu la thèse de l’usurpation84. De nos jours, cette lecture a été totalement rejetée. P. Romanelli marque l’ambiguïté de l’expression d’Ammien, et préfère s’appuyer sur Orose et Augustin qui donnent au rebelle le titre de rex, mais sans le séparer pour autant de son contexte tribal85. T. Kotula arrive à une conclusion également négative en évoquant la modestie évidente d’un tribun de cohorte qui ne pouvait pas prétendre à un tel droit et qui n’avait d’ailleurs pas la préparation requise pour une investiture solennelle86. Il s’en rapporte à Symmaque pour qui ces événements constituent une “rebellio barbarica87.

  • 88 Cagnat 1913, 79-80.
  • 89 C’est-à-dire qu’il faisait retomber la responsabilité de la révolte sur Romanus.
  • 90 Étonnamment Cagnat 1913, 79-80, n. 1, en déduit que la trahison des corps auxiliaires de l’armée a (...)
  • 91 Warmington 1954, 11 ; Romanelli 1959, 577 ; Kotula 1970, 146.
  • 92 Gebbia 1988, 121.

25Bon nombre d’historiens sont d’avis qu’aussi bien la révolte de Firmus que celle de son frère Gildon furent l’expression d’un particularisme berbère irréductible associé aux révoltes des Mauri du siècle précédent. Ainsi R. Cagnat88, tout en tenant compte des raisons exposées par Ammien89, signale une prédisposition à la révolte dont les causes seraient d’une part le clivage qui existait dans l’Église africaine, et d’autre part une revendication raciale recherchant la revanche des défaites du passé : la majorité des donatistes était indigène et les indigènes constituaient la majeure partie de l’armée nombreuse de Firmus90. L’hypothèse de la rébellion barbare, transmise par Symmaque, est défendue par B. H. Warmington, P. Romanelli et T. Kotula91. Ce dernier ajoute de nouveaux éléments en soulignant que c’est au sein de l’aristocratie tribale qu’il faut chercher les vraies raisons. En effet, le développement de ces groupes, leur richesse accrue, auraient créé chez les Romains le besoin de pouvoir compter sur eux, ainsi que l’envie de créer des liens étroits entre ces potentes et les Romains des provinces et la population des villes, auprès de qui eux aussi trouvaient leurs partisans. L’auteur croit que Firmus aspirait à entraîner à sa suite l’ensemble des habitants et même les groupes romanisés sans l’appui desquels il n’aurait pas été possible de prendre certaines villes – comme dans le cas de Césarée – car ils avaient, en effet, subi des échecs à plusieurs reprises. Pour Kotula, la victoire de Firmus aurait pu impliquer, vu la crise générale de l’Empire, la séparation de la Maurétanie d’avec Rome. Pourtant, l’analyse consciencieuse menée le long de l’article est brisée par l’imposition d’une lecture téléologique qui place le soulèvement de Firmus dans la perspective historique des aspirations de “l’éternel Jugurtha”, et dans le cadre d’une tradition de luttes contre Rome qui feraient, suite à l’invasion vandale, émerger une nouvelle Afrique berbère. En revanche C. Gebbia, à partir des défaillances de la documentation, trouve que cette thèse particulariste et nationaliste est inconsistante. Sans ignorer pour autant la validité des ferments nationaux sous les formes de la résistance indigène, elle relativise la lecture de ces groupes comme un bloc homogène. Même en limitant le concept de nation dans le monde ancien à celui de la langue, des traditions et des cultes, elle soutient qu’il manque d’éléments permettant de développer cette hypothèse sur la tendance nationaliste. Elle voit plutôt la révolte de Firmus comme le triomphe d’un opportunisme stratégique et militaire92.

  • 93 August., Epist., 87.10 : Memento quod de Rogatensibus non dixerim, qui vos Firmianos appellare dic (...)
  • 94 Voir des informations à ce sujet dans Mandouze 1982, 990.
  • 95 Cagnat 1913, 79.
  • 96 Frend 1952, 198.
  • 97 Tengström 1964, 79 sq.
  • 98 Kotula 1970, 145.

26D’autre part, pour comprendre les causes du soulèvement, on a toujours insisté sur la relation tissée entre Firmus et les donatistes. Augustin nous apprend cette union93 lorsqu’il appelle Firmianos ceux qui s’étaient appuyés sur les faveurs de Firmus pour persécuter les groupes dissidents du donatisme, commandés par Rogatus94, évêque de Cartennas. L’approche de certains auteurs95 qui ont vu dans les armées de Firmus des foules de donatistes, se heurte d’une certaine manière à l’idée d’une révolte barbare : quel genre de “barbares” ces groupes christianisés étaient-ils ? Pour Frend les donatistes avaient apporté leur appui au révolté comme étant “empereur légitime”, et avaient obtenu en contrepartie la répression des groupes rogatistes96. E. Tengström a présenté une lecture beaucoup plus nuancée en montrant l’ambiguïté des relations tissées entre Firmus et les donatistes97. Kotula relativise aussi la portée d’une telle “alliance”, et la fait encore rentrer dans le cadre des besoins politiques immédiats des groupes donatistes qui étaient obligés d’accepter les évidences de la réalité – soit la conquête de la Maurétanie par Firmus – et de profiter des circonstances pour en tirer le plus d’avantages possibles98. On ne peut ignorer que le surnom Firmiani donné par les chrétiens à leurs adversaires était en fait une manœuvre politique pour les engager vis-à-vis des autorités. Je préfère déduire avec Kotula, que l’Église donatiste était aussi trop fortement intégrée au système romain pour signer une alliance inconditionnelle avec Firmus.

  • 99 CIL, VIII, 9259.
  • 100 CIL, VIII, 9255.
  • 101 Gsell 1903. Question reprise in extenso par Camps 1984, pour qui Flavius Nuvel et Nubel sont une s (...)
  • 102 Mascezel est décrit comme un chrétien fervent par Oros. 7.36.4-7, et Paulin de Milan, Vita Ambrosi (...)
  • 103 Amm. Marc. 29.5.12. Il convient de voir ici Leveau 1975, 871, pour l’auteur, le succès de la mise (...)
  • 104 Ibid.

27Sur ce point, je voudrais reprendre certains éléments déjà soulignés il y a presque un siècle par Gsell dans son article Observations Géographiques sur la révolte de Firmus. L’auteur y lie Nubel, père de Firmus, à un certain Flavius Nuvel, commandant d’un corps d’equites armigeri juniores99, selon une inscription100, et responsable de la construction d’une basilique à Rusguniae, donc chrétien101. La Passio Sanctae Salsae nous apporte des précisions à partir desquelles on déduit que Firmus était lui aussi chrétien, de même que ses frères, Mascezel102 et Gildon. Il y construit aussi l’hypothèse selon laquelle Nubel possédait un château dans une zone stratégique de la Kabylie d’où l’on pouvait surveiller, d’une part, un pas important pour le pouvoir impérial, et d’autre part, assurer la paix romaine dans la région maurétanienne. À l’autre bout de la Kabylie se trouvait le château de Petra, la résidence de Sammac, fils de Nubel et frère de Firmus, dont les dimensions, selon Ammien étaient similaires à celles d’une ville103. Gsell nous renvoie à une inscription découverte sur le bord droit du oued Sahel, à environ vingt-cinq kilomètres au sud-ouest de l’ancien emplacement de Tubusuctu (aujourd’hui Tiklat)104. On y mentionne explicitement la construction de ce château et on y signale qu’il devait défendre la région que Sammac avait soumise, d’un commun accord avec les Romains et dans leur intérêt. Ces suppositions ne sont pas en contradiction avec la carrière brillante de Gildon que nous analyserons ci-dessous en détail. Le haut poste militaire qu’il avait obtenu, ainsi que les liens matrimoniaux qu’il réussit à tisser avec la maison impériale, sont le résultat d’une longue tradition d’alliance entre les groupes locaux puissants et le pouvoir romain, plutôt que le produit de son intervention du côté de la couronne impériale lors de la guerre de Firmus.

  • 105 Amm. Marc. 29.5.21 et 24.
  • 106 Leveau 1973, 182-186. Selon l’auteur, à la différence des autres tribus qui, au deuxième siècle, é (...)

28Les relations établies entre les groupes dirigeants indigènes et les Romains ne semblent pas avoir été superficielles. Désormais, le récit d’Ammien ne se borne pas aux actions de Firmus ou de ses proches : il mentionne aussi d’autres individus impliqués, comme Fericius – praefectus gentis de la tribu des Mazices – et Belles – princeps de la même tribu –, dont Théodose avait puni la trahison par la mort105. La préfecture de tribu est une ancienne institution qui selon Ph. Leveau, était exercée sous le Haut-Empire sur des populations qui avaient une forte unité et résistaient à la pénétration romaine ; en général, elle était confiée aux commandants d’une unité militaire voisine106. Les praefecti gentis étaient les agents du pouvoir romain dans les tribus. C’étaient des délégués de l’État qui dépendaient d’une autorité supérieure.

  • 107 Bénabou 1976, 448-479.

29Concernant l’importante question des fonctions des préfets, M. Bénabou souligne qu’il s’agissait d’administrateurs appartenant en général à l’ordre équestre, qui exerçaient des pouvoirs autant civils que militaires à la tête des tribus. Il signale aussi que le recrutement militaire faisait partie des fonctions essentielles du préfet, puisque deux de ces gentes sont bien connues car elles donnaient régulièrement des troupes (alae Gaetulorum, cohors Musulamiorum). Il observe en plus un changement survenu au Bas-Empire, au plus tôt depuis le troisième siècle, quand le praefectus cessa d’être un officier romain et devint indigène. Ce fait a été confirmé par divers indices dans d’autres domaines. En effet, au même siècle, on peut constater l’admission d’indigènes dans les cadres de l’armée impériale. D’autre part, les usages du mot princeps sont divers, et les contextes d’utilisation, différents. Ce mot/titre n’avait pas un sens strictement juridique et n’appartenait pas non plus au domaine du droit public, mais il déterminait, en général, un rang social élevé. Cette notion oligarchique fut appliquée par les Romains aux groupes sociaux analogues, en dehors de leur état. Selon Bénabou, il faut distinguer deux usages généraux de ce terme : au pluriel, il désigne un groupe social défini à l’intérieur d’une ville donnée (les premiers citoyens de la ville), mais il ne s’agit pas d’une magistrature ; au singulier, le sens est plus précis et indique un degré d’autorité sur les tribus. La plupart d’entre eux ont des noms typiquement indigènes, même chez ceux qui ont aussi un nom gentilice, généralement d’origine impériale. Le caractère indigène est prouvé par le cognomen ou par l’indication de la filiation. La nomenclature des chefs est semée d’éléments empruntés à Rome et montre bien que les liens de dépendance à l’égard de l’autorité romaine s’affirmèrent progressivement107. Sans pouvoir assurer pour autant que ces principes étaient nommés directement, comme les praefecti, on peut dire qu’ils étaient au moins élus avec l’accord des Romains. La série d’accords passés entre les Romains et les Baquatas donne bien une idée des fonctions qui leur étaient attribuées. Ils négociaient avec l’autorité romaine et s’occupaient de renouveler le contrat qui les liait à elle depuis leur entrée en fonctions. Ils avaient alors un rôle d’intermédiaire, de liaison, et devenaient parfois des agents d’exécution.

  • 108 Kotula 1965, 347-365.
  • 109 Bénabou 1976, 465.
  • 110 Amm. Marc. 29.5.35.

30T. Kotula souligne la participation accrue des principes à l’administration municipale dans les nouvelles conditions de vie urbaine atteintes par ces groupes lorsqu’ils passaient de la catégorie de gens à celle de civitas, ce fait étant confirmé par les inscriptions du Haut-Empire108. Bénabou signale également que le titre de rex doit être interprété comme une variante “emphatique” de celle de princeps et ne comporte vraisemblablement pas des pouvoirs accrus109. Finalement, pour compléter ce tableau, Ammien rapporte dans une partie de sa chronique que Théodose, après avoir battu et pillé une foule de tribus réunies par Firmus, mit à leur tête des “préfets dont la loyauté était éprouvée”110.

  • 111 Amm. Marc. 29.5.20.
  • 112 Voir ici le commentaire de Février 1981, au sujet de la présence d’une vexillatio de chevaliers ma (...)

31D’autre part, je voudrais insister encore une fois sur la participation au soulèvement d’unités de l’armée romaine111. Ces unités avaient beau être auxiliaires, c’est-à-dire formées, très probablement, par des individus qui appartenaient à la région, ces groupes étaient quand même hautement intégrés aux institutions romaines112.

2. Le soulèvement de Gildon

  • 113 Il y a aussi des allusions dans le De consulatu Stilichonis, In Eutropium ainsi que dans le Panégy (...)
  • 114 Oros. 7.36.2-13.
  • 115 Zos. 5.11, qui utilise une source contemporaine : Eunapius.
  • 116 Voir les commentaires de Seek 1883, 67 sq.

32Nous ne disposons pas sur le soulèvement de Gildon d’informations aussi détaillées que celles qu’Ammien fournit pour Firmus. Quant aux sources, nous nous référons fondamentalement à Claudien, De Bello Gildonico, écrit aussitôt après la défaite113, bien qu’il s’agisse d’une œuvre poétique dont le but spécifique était de glorifier Stilichon. Orose114, à peu près à la même époque, recueille aussi ses nouvelles dans l’environnement africain de Saint Augustin, et Zosime115, un peu plus tard, nous fournit une vision païenne. Il faut y ajouter des sources complémentaires : Symmaque116, qui fait état dans ses lettres des répercussions du soulèvement à Rome et en Italie ; Saint Augustin (Contra ep. Parm., 2.4.8 ; Contra litt. Pet., 1.24.26), qui insiste sur les relations de Gildon avec les donatistes ; ainsi que Paulin de Milan (Vita Ambr., 51) et Jérôme (Ep., 79.2 ; 123.17).

  • 117 Amm. Marc. 29.5.6 et 21.
  • 118 Cod. Theod. 9.7.9.
  • 119 Claud., De Bel. Gildon., 154. Voir à présent Cameron 1970, 103-104, sur la chronologie et la discu (...)
  • 120 August., C. litt. Pet., 1.24.26. Voir Mandouze 1982, 797.
  • 121 Romanelli 1959, 606.

33Comme il a été souligné, Gildon était intervenu dans la guerre contre Firmus à côté des troupes de Théodose. Le général lui avait confié la tâche d’arrêter Vicentius, l’adjoint de Romanus et complice des exactions de celui-ci, ainsi que d’autres complices de la révolte117. Après ces événements, ses traces sont perdues jusqu’en 393, lorsqu’il est nommé comes et magister utriusque militiae per Africam par une loi, ce qui signifie qu’il fut placé à la tête de toutes les forces militaires d’Afrique118. Les mentions de Claudien font remonter cette distinction jusqu’en 385119. Cette date est plus ou moins confirmée par Saint Augustin, qui fait allusion aux dix années d’oppression subies par l’Afrique à cause de l’évêque donatiste Optat, avec la complicité de Gildon120. Il convient de souligner l’importance de la charge exercée, sûrement supérieure à celle des gouverneurs civils de chaque province, et même du vicaire du diocèse. Il ne faut pas non plus s’étonner du fait qu’un poste d’une telle importance fût occupé par quelqu’un qui était d’origine barbare, puisque, comme le souligne Romanelli, d’autres que lui accédaient aussi au même moment aux plus hautes charges à Rome, à Constantinople et dans les provinces121.

  • 122 CIL VIII, Supl. 1, 11025. Voir aussi 23968-9.
  • 123 Romanelli 1959, 607. L’auteur s’appuie sur Pacatus, Paneg., 38.2, et sur la nouvelle trouvée dans (...)
  • 124 Jer., Ep., 79 et 123.18.
  • 125 Pour la discussion au sujet de la date du mariage voir Modéran 1989, 843, qui appuie le critère de (...)
  • 126 Romanelli 1959, 607-608, suggère que le mariage de la fille de l’Africain et le neveu de l’impérat (...)
  • 127 Cameron 1970, 103-105, est étonné de l’absence d’allusion à la trahison de l’Africain pendant le s (...)

34Il est difficile de déduire, à partir des informations fournies par les sources, quel était le degré de fidélité de Gildon aux autorités impériales avant sa rébellion de 397/398. Nous savons que l’Afrique appuya le soulèvement de Maximus, car son nom apparaît dans le texte d’une inscription, associé à ceux de Valentinien II, Théodose et Arcadius122, détenteurs légitimes de leurs postes face aux prétentions de Maximus. Romanelli en déduit que, autant à cause des relations entretenues auparavant par Maximus et Gildon que de la proximité entre l’Afrique et l’Italie, on peut supposer que ce dernier soutenait l’usurpateur123. À ce moment là, Théodose faisait déjà une guerre décidée à Maximus, et une armée égyptienne était prête à partir vers l’Afrique. La défaite de Maximus détermina que la province africaine fût encore une fois sous les ordres de Théodose. Les conséquences de cette soumission se manifestèrent, apparemment, à travers une alliance matrimoniale entre la fille de Gildon, Salvina, et Nebridius, neveu de la défunte femme de Théodose, que nous connaissons à travers les lettres de S. Jérôme124. Nous ne connaissons pas le moment précis de l’union125, mais on peut inférer que celle-ci marque, soit le degré de faiblesse de Théodose, soit le degré de soumission de Gildon. Dans le premier cas, l’empereur aurait cherché une alliance en raison de sa position instable, qui le poussait à un arrangement plutôt qu’à un affrontement aux résultats incertains126. Dans le deuxième cas, plus improbable, l’empereur aurait accordé une récompense à celui qui n’avait pas cessé d’appuyer fermement la Cour127.

  • 128 Claud., Bell. Gil., 246 sq.
  • 129 Voir Cameron 1970, 107-112 ; pour une analyse serrée des apparitions de Théodose, le père et le fi (...)
  • 130 Romanelli 1959, 608.
  • 131 Mazzarino 1942, 264.
  • 132 Matthews 1975, 245.
  • 133 Cameron 1970, 103.

35Peu de temps après, en 392, le soulèvement de l’usurpateur Eugène se produit en Italie. Les décrets impériaux envoyés par Théodose à Gildon et à d’autres magistrats africains entre 392 et 394 signalent que, formellement, la province est entre les mains de l’empereur. Mais le doute apparaît en lisant Claudien128, qui dans sa propagande de 398 parle de la “fluitante fide”, et présente l’esprit de Théodose reprochant sévèrement au prince maure le fait qu’il n’ait pas affronté ouvertement Eugène et qu’il ait continué d’envoyer des provisions à Rome129. Romanelli croit comprendre qu’il n’existe pas d’hostilité déclarée entre Gildon et les autorités soulevées à Rome, puisque la capitale, entre le mains de païens fervents, continue d’être approvisionnée en blé130. Il emprunte la ligne de Mazzarino131 et suggère une alliance entre les païens et les donatistes contre les autorités catholiques établies. De son côté, Matthews signale qu’il y eut peu de répercussions politiques à Rome, aussi bien pendant qu’après l’étouffement du soulèvement d’Eugène. La route maritime depuis l’Afrique resta ouverte et l’approvisionnement de grains fut meilleur pendant ces années-là qu’après l’écrasement de la rébellion. L’auteur pense, sous la lumière des faits survenus en 398, que Claudien avait des motifs pour offrir cette interprétation, mais qu’il n’existe aucune raison pour mettre en doute le fait que l’attitude de l’Africain, en 393/394, fût autorisé par l’empereur légitime132. La position de Cameron va dans le même sens. À partir de l’analyse du De Bell. Gil., il souligne que les propres paroles de Claudien permettent de déduire que Gildon n’avait pas été ouvertement déloyal, et qu’on ne lui reprochait qu’une position d’attente qui ne suffisait pas à le faire considérer comme un hostis133.

  • 134 Seek 1883 1883, 67 sq. Voir Symmachus., Ep., 6.1.
  • 135 Courtois 1955, 145-146. Position reprise par Gebbia 1988, 126.
  • 136 Romanelli 1959, 610. De toutes manières, l’auteur considère que l’affrontement était reconnu comme (...)

36La mort de Théodose, survenue peu après qu’il eut triomphé du soulèvement d’Eugène, laisse planer le doute sur l’attitude qu’il put prendre par rapport au chef militaire africain suite aux hésitations de celui-ci, et qui n’était pas clairement alignée sur sa politique. L’Empire divisé entre ses enfants, la province d’Afrique resta sous le pouvoir d’Honorius. Gildon exerça son pouvoir sur Rome en fournissant arbitrairement le blé envoyé depuis le port de Carthage. Seek signale que, dans l’hiver 394/395, les lettres de Symmaque font allusion aux problèmes de Rome au sujet de l’approvisionnement annonaire africain134. Les années 395/396 et 396/397 aggravent la situation. Les tumultes se succèdent et la tension se manifeste par les substitutions permanentes des préfets de la ville. En plus, depuis le passage de l’Illyrie à l’Orient, la capitale ne recevait plus le blé de Macédoine, qui avait toujours servi d’appoint pendant les moments difficiles. Courtois associe cette absence de blé à Rome à l’effet qu’aurait eu cet excédent sur le territoire africain. En effet, cette abondance aurait dû entraîner une baisse des prix, quel que fût le mécanisme employé pour l’intégrer dans le circuit économique. Il en déduit que cette politique lui aurait permis de s’attirer la sympathie des consommateurs135. De toutes manières, à cette époque – Romanelli le souligne – Gildon ne s’était pas encore soulevé ouvertement contre le pouvoir impérial. En effet, les sources sont d’accord pour fixer ce fait pendant l’hiver 397/398136.

  • 137 Cameron 1970, 94. L’auteur considère que si, d’après Claudien, tout le poids de la préparation de (...)
  • 138 Cameron 1970, 95, signale qu’au cours de la guerre africaine, le régent chercha, en plus, à consol (...)
  • 139 Jones 1964, I, 329, marque que les mesures prises par les deux sénats étaient vraiment exceptionne (...)
  • 140 Voir Mazzarino 1942, 237-240, comportant des détails.
  • 141 Matthews 1975, 262 et 268-269 ; Cameron 1970, 233-234. Voir aussi Seek 1883, 69-70.

37Le moment du soulèvement doit être compris à l’intérieur de la complexe trame politique tissée entre Orient et Occident. Apparemment, et selon toute vraisemblance en raison d’un accord préalable avec Eutrope, Gildon se soumit à cette occasion au gouvernement d’Arcadius. La situation de Stilichon était alors vraiment désespérée. Général en chef et gardien de l’un des empereurs, il était pourtant dans l’embarras d’avoir été déclaré ennemi public par l’autre. Comment pouvait-il commander une expédition contre Gildon au nom d’Honorius, alors que celui-là se déclarait le serviteur d’Arcadius ? Placer les deux empereurs sous son unique influence allait à l’encontre de ses intérêts137. D’autre part, l’histoire indiquait qu’une guerre en Afrique n’aurait pas d’issue rapide – le souvenir du soulèvement de Firmus devait être encore frais –. Afin de renforcer sa position à la Cour, Stilichon prit la précaution de marier sa fille Maria, âgée de douze ans seulement, à Honorius, qui en avait quatorze138. L’intervention du Sénat romain qui déclara Gildon hostis publicus fut, en fait, une manœuvre habile de Stilichon, réplique occidentale de celle qu’Eutrope avait encouragé en Orient au Sénat de Constantinople. De cette manière il réussit à engager les sénateurs dans une situation politique qui impliquait l’éventualité d’assumer les risques de pénurie à Rome. Suite à quoi, de nombreux sénateurs durent fuir la ville à cause des soulèvements de la plèbe139. Cette situation supposait un engagement plus effectif de la part de certains sénateurs, notamment de ceux qui avaient des propriétés foncières en Afrique. Stilichon profita de la situation pour entreprendre des levées importantes dans les terres des sénateurs. Ses mesures recontrèrent une forte résistance, et impliquèrent une ouverture des négociations entre Rome et Milan qui parvinrent à freiner momentanément ces levées en contrepartie du paiement de sommes d’argent140. Cependant, le gouvernement insista, lança une nouvelle conscription et remplaça même le prefectus urbi Florentinus, qui manquait de l’énergie nécessaire pour exécuter ses ordres. Le remplaçant fut Lampadius, dont la nomination pour ce poste visait à renforcer ces mesures impopulaires141.

  • 142 Cameron 1970, 117, dit qu’on peut déduire clairement du récit de Claudien que Mascezel n’amenait q (...)
  • 143 Cameron 1970, 108-109.

38Stilichon envoya une troupe assez modeste sous les ordres de Mascezel142. Celui-ci, qui avait combattu auparavant aux côtés de son frère Firmus, s’aligna cette fois sur la politique de l’empereur contre son autre frère, Gildon. En général, on évoque l’assassinat des deux enfants de Mascezel commis par Gildon pour expliquer le fait que Stilichon l’eût convoqué. Mascezel aurait répondu à cet appel afin de venger ces morts. Cameron signale que Claudien dénature les détails de la saga de Firmus, parce que Mascezel y avait participé contradictoirement143. Il néglige ainsi la trahison de 373 et se concentre sur l’avantage évident donné aux Romains, vu la haine personnelle éprouvée envers le frère. Mais il y a une logique en tout cela. Aux deux reprises où l’on demande des alignements à la famille africaine – qui descend, rappelons-le, de Nubel – les frères réagissent à partir de leur propres intérêts politiques. Firmus et Mascezel s’affrontent à Gildon, indépendamment de leurs positions vis-à-vis des intérêts romains. Il est vrai que du point de vue de ces derniers, l’affrontement entre frères était avantageux pour pouvoir organiser l’étouffement de la révolte.

  • 144 Voir à ce sujet l’article de Melani 1998, 1489-1502, dans lequel l’auteur souligne le rôle actif j (...)

39Mais pour les Africains, ces affrontements vont au-delà des conjonctures partielles. Plutôt que de penser que Gildon avait gardé en otages les héritiers de Mascezel parce qu’il craignait les conséquences de son alignement sur la politique des Romains, j’ai tendance à croire qu’il existait entre eux des conflits encore plus profonds, bien au-delà de leurs positions sur les politiques pro ou anti-romaines, et qui mettaient en péril leur leadership régional144. Il est ridicule de penser que Gildon, au bout de dix ans à la tête de l’armée militaire africaine et alors que sa propre fille était mariée à un membre de la maison de Théodose, ait pu être inquiet à cause des contacts de son frère à la Cour. Gildon a sans doute prévu les mouvements potentiels de son frère à la Cour, car celui-ci avait toujours nourri une politique africaine qui s’opposait à la sienne. La solution donnée au conflit s’explique dans cette même perspective. Comme il avait été le cas lors du soulèvement de Firmus, les troupes africaines changèrent de faction. Seulement, cette fois, tout était abrégé. Rome tira profit de l’emprise régionale des capitaines sur la gestion de la politique militaire africaine, bien que le bénéfice ne soit pas évident compte tenu de la succession de soulèvements subis par la région au cours de l’Empire. Malgré tout, dans ce cas le choix s’avéra correct. En dépit de toutes les prédictions, le conflit fut résolu rapidement. Mascezel triompha et Gildon mourut peu après (a. 398).

  • 145 Cameron 1970, 112-113.
  • 146 Ce facteur est déterminant à l’heure de faire l’analyse exhaustive de la politique du Vandale ; Ca (...)

40Cameron fait remarquer qu’Honorius avait adressé un discours aux troupes prêtes à s’embarquer dans le port de Pise145. Il y invitait les soldats à lui prouver leur loyauté en oubliant les rancunes de la guerre civile. Il fit appel aux Gaulois et leur demanda de démontrer au gouvernement de l’est que ce n’était pas sous la force des armes qu’ils s’étaient rendus (les Gaulois avaient lutté pour Eugène, contre Théodose), mais devant la meilleure cause. L’auteur en déduit qu’Eutrope aurait vraisemblablement essayé de tirer profit de la désunion qui régnait entre les membres orientaux et occidentaux des troupes de Stilichon146.

  • 147 L’île de Capraîa, près de la Corse.
  • 148 Oros. 7.36.
  • 149 Romanelli 1959, 614. Mascezel s’installa sur le bord du fleuve Ardalio, et lorsqu’il essaya d’entr (...)

41Orose dit que Mascezel, avant d’entreprendre sa navigation vers l’Afrique, s’était arrêté à l’île de Capraria147, où il fit monter quelques moines dont les prières et les jeûnes furent à l’origine de la victoire de l’Africain. Certains de ces moines étaient liés à Saint Augustin et Mascezel devait assurément le savoir de façon directe. Orose signale que Mascezel se rapprocha de l’île de Capraria d’où il emmena quelques “serfs” de Dieu, émus de ses prières. Il passa avec eux des jours et des nuits à prier, à jeûner et à chanter des psaumes, et put ainsi obtenir une victoire qu’il avait méritée, sans lutte, et la vengeance, sans verser sang148. Selon Romanelli, Orose ne raconte ni les antécédents ni l’évolution de la bataille entre Mascezel et Gildon, car ce qui le préoccupe surtout, c’est de mettre en évidence le miracle de l’intervention divine, obtenue par l’intercession d’Ambroise149. L’évêque de Milan était mort peu auparavant, et c’est sans doute parce qu’Augustin, auprès duquel se trouvait Orose lorsqu’il écrivait, lui vouait une grande vénération, que le nom de celui-là est mêlé aux événements. D’autre part, Paulin de Milan, qui se trouvait également en Afrique à l’époque, écrivait aussi sur la vie de l’évêque récemment décédé.

  • 150 De toutes manières, il faut tenir compte que Mascezel, allié à Firmus auparavant, avait sans doute (...)
  • 151 Ep., 48.1. Pour la période d’Agustin à Cassiciacum, voir Brown 1970, 147-164 ; et aussi Marrou 193 (...)
  • 152 Mandouze 1982, 69.

42La volonté expresse et évidente d’Orose d’associer Mascezel à Ambroise est, à mon avis, un élément dont il faut tenir compte pour expliquer la présence de la figure de l’évêque. Cela conduit probablement à confirmer les liens politiques tissés entre le “groupe milanais” et l’entourage de Mascezel, dans le but de participer aux avantages qui se dégagèrent de la victoire militaire rapide en Afrique. Pourtant, de tels résultats revenaient aussi à l’entourage de Stilichon dont le droit à une telle revendication était plus justifié. La connexion entre le groupe milanais et Mascezel s’appuyait vraisemblablement sur les contacts entre ce général pieux et les personnalités les plus influentes de l’épiscopat africain, dont Augustin150. Nous avons une lettre envoyée à Saint Augustin par l’abbé de l’île de Capraria qui montre bien les liens qui existaient entre les deux hommes. Cette épître, qui date de l’an 398, laisse entrevoir la nostalgie de la vie contemplative qu’Augustin avait menée à Cassiciacum, et que les habitants de Capraria menaient effectivement151. L’Africain recommande à plusieurs reprises de veiller à la tentation de l’oisiveté et de l’inaction, miroitement d’une vie paradisiaque. Dans le dernier paragraphe de la lettre, il fait allusion à deux frères venus sur cette île, ce qui confirme les liens signalés ci-dessus. Mandouze considère qu’il s’agit probablement des moines (ou de certains des moines) que Mascezel avait emmenés pour se préparer à la bataille décisive contre Gildon152.

  • 153 Mazzarino 1942, 264.
  • 154 Romanelli 1959, 610. C’est une position identique à celle déjà assumée par Cagnat 1913, 92.
  • 155 Mazzarino 1942, 264 sq. L’auteur signale que “Donatismo e comitiva Africae erano così alleati per (...)
  • 156 Gebbia 1988, 126 et 129. Les causes qui poussent l’auteur à faire une différence entre les révolte (...)

43Pour S. Mazzarino, Eutrope aurait encouragé la séparation de Gildon dans le but d’attiser une révolte au sein de la population italienne et de compromettre encore plus la situation déjà délicate de Stilichon, déclaré hostis publicus par le gouvernement d’Orient en raison de son intention de s’affronter à Alaric dans un territoire qui ne relevait pas de son ressort153. Selon Romanelli, Claudien et Orose permettent de déduire qu’à un certain moment Gildon aurait déclaré qu’il ne reconnaissait plus l’autorité d’Honorius, et se plaçait sous celle d’Arcadius. Il imagine les raisons de cette attitude en supposant que dépendre de l’Orient était plus commode “per lo stato africano di cui egli vagheggiava divenir capo”154. Il reprend ici les arguments de Mazzarino sur Eutrope comme instigateur de l’action, et s’appuie sur l’impression de Zosime, qui explique cette attitude du général d’Arcadius par la haine éprouvée envers Honorius et Stilichon. Ici, nous entrons dans la discussion historiographique sur les conjectures des historiens pour expliquer les causes du soulèvement. Toujours pour Mazzarino, Gildon aspirait “per tradizione famigliare e per la situazione privilegiata del suo alto comando”, à l’autonomie de la région. L’auteur souligne, toutefois, qu’il existait une différence entre les deux frères. Il rappelle que même si Gildon essayait de mettre en place une politique analogue, sinon similaire, les systèmes proposés différaient155. Ces arguments sont repris par C. Gebbia, qui croit que Gildon, à la différence de Firmus, n’est désormais plus l’aventurier militaire stigmatisé, mais le véritable héritier de Jugurtha. Il fut le seul à choisir le moment favorable du lent processus de “déromanisation” pour entamer une action séparatiste d’avec Rome, et partir à la rencontre des exigences autant des “non romanisés” que de ceux qui étaient “partiellement romanisés”, c’est-à-dire, la plupart des Africains156.

  • 157 Modéran 1989, 823 sq., disqualifie la version de Claudien à partir d’une double argumentation. En (...)
  • 158 Oros. 7.36. Je reprends ici la traduction de Modéran 1989, 851.
  • 159 Modéran 1989, 853.
  • 160 Oros. 7.36.10.

44La vision de Y. Modéran, basée sur les premiers paragraphes d’Orose (7.36), est totalement opposée157. L’auteur considère que cette version est celle de l’Église catholique d’Afrique, puisque le prêtre espagnol écrit son histoire – bien que vingt ans après les événements – dans le cercle des gens qui entouraient Saint Augustin d’Hippone, dont certains avaient vécu personnellement la révolte de 397/398. Dans ce milieu, selon la version d’Orose, on doutait encore du vrai sens de la révolte : “il entreprit de rattacher l’Afrique à l’Empire d’Orient, selon l’opinion de certains. Selon une autre opinion, il estima qu’il y aurait très peu d’espoir pour les deux jeunes garçons (Arcadius et Honorius)... Pour cette raison, et d’après cette opinion, Gildon osa s’approprier l’Afrique, après l’avoir détachée de la communauté romaine, plus satisfait d’une liberté convenant à un barbare qu’exalté par l’ambition d’une prétention à l’Empire”158. Modéran récupère seulement le fait que la sincérité n’était peut-être pas totalement exclue de la décision de Gildon, ce qui rend très fragile la thèse sur le projet de l’État berbère ou africain attribuée à celui-ci. Il s’agit plutôt, dans les deux versions, de l’affrontement entre un homme et l’Empire : “(il) est d’abord un individu agissant pour son propre compte, sans véritable projet politique, par haine ou jalousie personnelles ou par volonté de s’approprier une province, de la diriger comme son bien propre”159. Si l’armée était composée de barbares, comme le signale Orose lui-même160, et des forces rebelles de milites – qui reprirent l’obéissance impériale par l’œuvre de Mascezel –, c’est parce que Gildon était un comes africain plutôt qu’un chef indigène : ces groupes lui devaient obéissance aux termes des traités traditionnels passés entre les chefs des tribus et les autorités militaires romaines. Le passage des troupes régulières sous les ordres de Mascezel aurait été la cause immédiate du démembrement de l’armée de Gildon, ce qui prouve pour Modéran, l’inexistence de tout autre genre de lien idéologique entre le comes africain et les chefs tribaux.

  • 161 August., C. Cresc., 4.24.31 ; 25.32 et 27.34 ; C. Litt. Pet., 2.28.65 ; 37.88 ; 83.184 ; 92.209 ; (...)
  • 162 Frend 1952, 208 sq. Voir aussi Mazzarino 1942, 264.

45Comme dans le cas de Firmus, il faut souligner les points de contact qui existent entre les intérêts de Gildon et ceux des donatistes, dont Saint Augustin161 nous informe encore une fois. W. H. C. Frend162 suggère l’existence d’une alliance qui rendait possible la formation d’un pouvoir à prédominance non-romaine, le donatisme apportant la force religieuse à l’organisation politique essayée par Gildon.

  • 163 Voir les notes ci-dessus.
  • 164 Mazzarino 1980, 438 sq.
  • 165 Pour les lois relatives au patrimoine de Gildon, voir Cod. Theod. 9.42.16 et 19 ; 7.8.7 et 9.
  • 166 Claud., Bell. Gild., 158.
  • 167 Courtois 1955, 146 ; voir aussi Gebbia 1988, 128.
  • 168 Cod. Theod. 7.8.7. Claud., Bell. Gild., 197-198.
  • 169 Modéran 1989, 860 sq.
  • 170 Voir les considérations sur la formation des grands domaines en Afrique de Kolendo 1976, chapitre (...)
  • 171 Cod. Theod. 14.15.3 et 6.
  • 172 Modéran 1989, 865.

46C. Gebbia reprend la thèse de Ch. Courtois sur les groupes qui bénéficièrent de l’excédent annonaire sur la terre africaine163, et les identifie à ceux qui étaient “partiellement romanisés”, c’est-à-dire aux masses qui faisaient partie du donatisme. Tout en nuançant les idées de nationalisme, les objectifs politiques et même ceux de révolution sociale, l’auteur situe la composante sociale du donatisme dans le cadre des actions des circoncellions : “sia pur irrazionalmente, i donatisti, i circoncellioni dovettero pur avere una qualche idea di rivendicazione sociale come fatto estremamente concreto e non ideologico”. S’appuyant sur une théorie de Mazzarino164, qui voit les circoncellions comme des chômeurs fanatiques qui n’étaient pas compris dans les règlements de la loi Manciana établis pour les colons, elle justifie leur alliance avec Gildon à partir de la revendication de la terre. Le patrimoine de Gildon était si grand que, après la confiscation, il fallut organiser une administration spéciale165. Pour Claudien, les possessions du comes africain étaient un tiers du monde166, mais l’origine de ces terres n’est pas claire. Courtois pense que cela était le résultat de la confiscation de propriétés de l’Empire faite par Gildon, car il serait autrement difficile d’expliquer pourquoi le liquidateur du patrimoine de Gildon dépendait du comes rerum privatarum, c’est-à-dire, pourquoi les biens étaient revenus à la couronne de l’empereur, au lieu de retourner automatiquement à leurs propriétaires légitimes167. Ces terres étaient occupées par des transeuntes, dont l’expulsion était sanctionnée par la même loi où ils sont nommés, et ils auraient remplacé les anciens colons168. Courtois croit y voir une “réforme agraire” au profit des circoncellions. Loin de ces suppositions, Y. Modéran169 affirme qu’aucun élément ne permet de soutenir la thèse de l’usurpation des terres impériales. Cet auteur souligne les éléments d’intégration au modèle culturel romain, et il en déduit que l’accroissement du patrimoine de Gildon est le résultat d’une accumulation lente et progressive de sa fortune, sans qu’il y ait eu de coup de force évident. Il est facile d’imaginer les pressions exercées sur des propriétaires pour faciliter les ventes de terres, ce comportement n’étant pas du tout incompatible avec la romanitas, bien au contraire170. Il critique également la lecture du Code Théodosien faite par Courtois et disqualifie l’association immédiate faite avec les groupes de circoncellions, tout en contestant la validité de la présupposition originelle de la thèse de Courtois, au sujet de l’effet du blé de l’annone sur les groupes populaires de l’Afrique du Nord. En s’appuyant sur deux lois de ce code, directement liées aux événements de 395-398, il observe que les cargaisons annonaires étaient évidemment soumises à un trafic illégal, dans lequel étaient impliqués tantôt les sénateurs romains, tantôt le préfet d’Italie en Afrique171. Tous ces intérêts économiques étaient en effet bien éloignés des sentiments d’appartenance berbère, ou de la protection des paysans pauvres. Pour l’auteur, la societas gildoniana, qu’Augustin appelait ainsi, avait l’air d’une “honorable société”, ou d’une “mafia gildonienne”172.

  • 173 Tengström 1964, 84-90.
  • 174 August., C. Litt. Pet., 2.83.184.
  • 175 De Veer 1968, 781.
  • 176 Ce fait a été souligné par Frend 1952, dans le chapitre sur Gildon et Optat, bien que ses conclusi (...)

47La relation entre le donatisme et Gildon a fait aussi l’objet d’interprétations plus nuancées, qui ont mis l’accent sur certains personnages donatistes mais qui n’en ont pas déduit de conséquences générales. E. Tengström propose une lecture dans laquelle l’engagement d’Optat aurait un caractère individuel173. En réalité, cette alliance refléterait plutôt un profit personnel, ce qui n’empêche pas l’alignement de Gildon sur le donatisme, même si les intérêts qui primeraient étaient plus politiques que religieux. Il s’appuie sur des textes de S. Augustin, notamment sur C. Litteras Petiliani, où il y a une allusion à Optat, l’évêque donatiste, considéré comme “un collègue qui fut un ami intime” de Gildon, cette situation ne s’étendant pas à l’ensemble des évêques donatistes174. A. C. De Veer interprète que la présence de bon nombre de ces évêques aux événements organisés par Optat, est liée à la position de force entretenue par celui-là en fonction de sa relation avec le pouvoir politique et avec les groupes violents de circoncellions175. Il signale également que S. Augustin, dans C. Cresconium, exploite le cas d’Optat comme un argument “ad hominem”, puisque ce personnage était reconnu comme étant délinquant même dans les cercles donatistes. Ce qui est indéniable, c’est que toutes les allusions d’Augustin à Gildon sont liées à Optat, mais aucunement aux donatistes en général. Si certains groupes étaient engagés avec Gildon, cela ne suffit pas à considérer le donatisme dans son ensemble comme le support idéologique et l’allié du comes africain. Il est évident que le donatisme n’était pas un corps monolithique qui agissait d’une seule manière, mais qu’il comprenait divers groupes, dont les intérêts étaient différents176.

  • 177 Mazzarino 1942, 251, voir ci-dessus.
  • 178 De toute façon, je ne peux pas négliger la différence établie par Saint Augustin : pour parler de (...)

48Tous les éléments indiqués jusqu’à présent visent à souligner le degré de relation et de proximité par rapport aux patrons culturels romains. C’est-à-dire que les indices appuyant la thèse d’un soulèvement “indigène” doivent nécessairement être nuancés par ces informations dont nous disposons. Comme le dit Mazzarino, Claudien attribuait à Rufin la responsabilité de la révolution d’Alaric, et Rutilius voyait Stilichon comme l’allié naturel du Goth177. C’est à partir de là que s’organise et s’explique le développement des lignes de force de toute la tradition historiographique : Eunapius-Zosime d’un côté, Orose de l’autre. C’est-à-dire que la fin du quatrième siècle présentait à ses historiens plus de problèmes pour préciser les champs socioculturels qu’il n’en présente apparemment de nos jours. Si pour Rutilius l’évidence de la révolte d’Alaric se trouve dans la barbarie de Stilichon, nous devrions pourtant être plus prudents lorsque nous tâchons d’interpréter la “barbarie” de Firmus. En principe, l’utilisation du mot “barbare” par les hommes des quatrième et cinquième siècles devait sans doute avoir une portée assez vague pour qu’il soit nécessaire de la préciser. Pour ma part, je considère que la notion de “barbarie” de Firmus transmise, par exemple, par Saint Augustin, peut être comparable à celle de Stilichon mentionnée par Rutilius. Il ne s’agit pas du degré de barbarie par rapport à la romanité, mais de l’investissement de valeurs politiques et sociales, qui dépassaient sûrement le champ sémantique du signifiant “barbare”178.

49À partir de la suggestion de S. Mazzarino, qui propose un peu de prudence pour considérer l’idée d’un nationalisme berbère, cette idée étant étrangère à l’époque, je risquerai une interprétation, tout en refusant la possibilité utopique de l’indépendance berbère comme alternative face à la domination impériale romaine. L’idée d’une “indépendance maurétanienne” est le produit du moule idéologique romain. La caractérisation de “berbère”, pour nous, ou de “Mauri” pour les Romains, implique la méconnaissance d’une série interminable de particularismes régionaux et tribaux jalousement gardés et auxquels nous pouvons donner la solution facile d’une lecture superficielle de “l’autre”. C’est pour cela que, autant le signifiant “Mauri” sert globalement aux Romains à désigner les indigènes, autant l’idée d’un soulèvement maurétanien est aussi le produit de cette lecture.

  • 179 “Ancora sulle…”, p. 124.
  • 180 Dans ce cas, l’auteur rattache aussi à Gildon les jugements d’Augustin sur Optat, lorsque les allu (...)

50Je ne tâche pas de retirer aux événements, par ces commentaires, la composante indigène latente. Bien au contraire, je souhaiterais contribuer à une lecture moins rigide des phénomènes historiques. Spécifiquement, dans cette circonstance, la mise en relief du caractère berbère des révoltés, donne aussitôt un caractère nationaliste au soulèvement. En revanche, si le personnage est acculturé, séduit par l’ordre romain, ce sont alors les intérêts personnels de ces individus qui priment sur tous les autres arguments, ce qui entraîne d’une certaine manière la disqualification historique des personnages. Symptomatiquement, les auteurs cités qui soulignent la fermeté des relations tissées entre les Romains et les deux frères maurétaniens finissent par tomber dans ce type d’argumentation. Ainsi C. Gebbia soutient que, des deux substrats culturels qui existaient en lui, Firmus laissa finalement prévaloir son “africanité”. Mais elle considère également que Firmus était trop romanisé, ce qui l’empêchait de construire une hypothèse liant les intérêts communs et des idéaux précis sur la base d’une alliance avec les tribus barbares. Elle entend finalement son action comme étant “una forma irrazionale e cruenta di protesta : una “rebellio barbarica”, et prend en charge une lecture romaine des événements en faisant une association peu heureuse : barbare-irrationnel179. Y. Modéran signale également dans son long article les liens tissés entre Gildon et la maison impériale théodosienne, et finit par refuser tout objectif nationaliste à la révolte qui n’aurait obéi qu’aux intérêts personnels : la “mafia” gildonienne180.

  • 181 Voir Thebert 1973, on y souligne les conditions de la naissance d’une romanité africaine. Voir aus (...)

51Je souhaiterais défendre l’idée selon laquelle il soit possible que les acteurs “peu romanisés”, les secteurs séduits par les Romains, aient joué un rôle actif, en dehors de la connotation nationaliste attribuée à la révolte. Ils auraient donc été capables d’intervenir dans la grande politique romaine, ne serait-ce que comme des convives secondaires, sans avoir visé expressément le séparatisme. Une autre variante est possible. Elle suggère que ces secteurs, pleinement pénétrés des valeurs culturelles romaines, ou au moins fermement intégrés, et notables au sein de leurs classes dirigeantes – ce qui semble évident dans le cas de Gildon et de ses alliances familiales, et assez probable chez Firmus – auraient joué un rôle actif dans la révolte dans le but évident de favoriser les intérêts sectoriels des groupes d’appartenance culturelle d’origine. Les intérêts purement personnels de ces individus ne peuvent pas expliquer les alliances réussies avec de vastes secteurs sociaux et même au sein de l’armée, même si je ne cherche pas à les nier. Je crois que toute action politique est étroitement liée à des desseins personnels sans être pour autant dénaturée. Ces avantages n’auraient pas dû nécessairement se manifester dans un royaume berbère indépendant. À mon avis, on peut penser que, vraisemblablement, les éléments fournis par la culture proprement romaine furent utilisés par les groupes indigènes au profit de leurs propres intérêts ou pour les valoriser dans le contexte global de cette société où l’élément romain apparaissait comme incontournable. Les actions entreprises auraient donc visé à intervenir sur cette structure sociale plutôt qu’à se lancer à la recherche d’un hypothétique royaume berbère pur. Il est difficile, dans ce cas, de parler de “nationalisme”, car l’objectif poursuivi n’est pas la naissance d’une nation indépendante, ou du moins la possibilité de cette naissance semble douteuse. On constate pourtant la présence d’éléments “nationaux” qui cherchent à obtenir des avantages matériels au profit de certains groupes spécifiques. Dans ce sens, il est licite de penser à une particularité culturelle africaine, résultant de l’interaction des modèles indigènes et romains181. Cette spécificité ne doit pas être pensée comme un bloc homogène, mais il n’est pas extravagant d’imaginer des intérêts locaux très forts derrière la succession de soulèvements africains qui vont de Firmus à Heraclianus.

  • 182 Mazzarino 1942, 164.
  • 183 Mazzarino 1942, 167. Voir en particulier n. 1, p. 168.
  • 184 Romanelli 1959, 617 sq. Voir la p. 619 où l’on critique la thèse de la persistance des incursions (...)
  • 185 Cod. Theod. 7.19. Romanelli 1959, 617 sq., souligne la présence des Austuriani déjà dans les lettr (...)
  • 186 Cod. Theod. 7.15.1.

52Les conséquences de la défaite du soulèvement africain obligèrent le gouvernement impérial à une évaluation profonde de la situation de ces provinces. Mazzarino signale qu’à la différence des autres régions, la problématique de la défense relevait en Afrique du danger interne plutôt que du danger externe. Le problème concernait ici l’organisation romaine elle-même, plutôt que le phénomène des incursions barbares182. Cette action politique se fonda sur deux points. Elle cherchait à réduire d’un côté l’autorité évidente du comes africain et, de l’autre, l’insatisfaction et l’inquiétude africaines. Entre 398 et 401 le comes per Africam qui était vir spectabilis devint vir clarissimus, ce qui montre qu’on cherchait à abaisser ce poste, jugé trop haut, au niveau de celui des autres comites régionaux. En 401, Stilichon éprouva le besoin d’une réforme plus réaliste et personnelle, et donna la comitiva à un membre de sa famille, Bathanarius. Mazzarino associe également l’apparition du brigandage “politique” africain (Saturiani et Subafrenses) – à la différence de celui qui était présent dans d’autres régions de l’Empire – aux séquelles de la révolte gildonienne aux racines sociales profondes, tout en reconnaissant qu’il est impossible de démontrer le fait avec précision183. De son côté, Romanelli, quoique d’accord pour la caractérisation du problème africain, souligne l’impossibilité de soumettre les peuplades indigènes voisines184. Le Code Théodosien reflète, à travers ses différents décrets, la présence persistante et menaçante de ces Subafrenses, latroni qui sont identifiés aux tribus africaines dont la conjuration fut réprimée par les armes185. La législation se répète dans le décret de 409 dans lequel le gouvernement impérial confie le soin du limes et du fossatum aux gentiles qui cultivaient les terres situées le long des frontières, et qui avaient l’obligation de les défendre, en contrepartie de la concession leur permettant de les occuper186.

53La deuxième solution possible au “problème africain” concerne la lutte menée contre l’autonomisme donatiste et l’affirmation de la religion d’État, qui s’appuya sur les lois répressives de 405.

III. Contacts et relations

54Dans cette section, nous essayerons de mettre en évidence la manière dont certains courants d’opinion s’organisaient dans les cercles proches du pouvoir. Agustin n’échappera pas à ces influences.

  • 187 Matthews 1975, 149 et 169. L’article sur Rufin de Pernice 1936-1944, signale que Rufin était passé (...)
  • 188 Matthews 1975, 134-135 et 228.

55Certains auteurs ont signalé la proximité entre le lieu de naissance de Fl. Rufin, Elusa en Aquitaine, et les régions jusqu’où le priscillianisme était arrivé, ainsi que les relations étroites tissées entre ces groupes espagnols et les gens qui étaient proches de la Cour impériale de Théodose en Orient187. En Chalcédoine, sur la côte asiatique du Bosphore, le régent d’Arcadius avait un grand palais qu’il transforma en monument des goûts religieux de la Cour théodosienne. Il y fit construire un autel consacré aux martyrs – censé devenir son lieu d’enterrement – dans lequel il installa les reliques des saints Pierre et Paul reçues, lors de son séjour à Rome en 389, de l’évêque Sirice. Il fonda également à côté un site monastique où il installa une communauté d’hommes saints venus d’Égypte, en fonction de ses nécessités liturgiques. Le préfet aurait profité de la présence des évêques réunis pour un bref concile dans la capitale orientale, pour pourvoir l’apostoleion de Chalcédoine de sa dédicace, ainsi que pour recevoir son propre baptême188.

  • 189 Hist. Lausiaca, caput CXLII, Vita sanctae Silvaniae. Voir Hunt 1972, qui apporte des informations (...)
  • 190 Matthews 1975, 136. Pietri 1976, 435-436, signale que cette querelle avait divisé les cercles aris (...)

56La bru de Fl. Rufin, Sylvia, voyageant depuis l’Aelia jusqu’en Égypte, avait été accompagnée par Mélanie l’ancienne, et par son biographe Palladius189. Après la mort de Fl. Rufin, la veuve et la fille de celui-ci furent autorisées à résider à Jérusalem. Matthews souligne l’engagement actif de ces groupes aristocratiques composés par des membres de la Cour impériale, penchés vers la vie monastique, proches du cercle installé à Jérusalem qui entourait Mélanie l’ancienne. Dans certains cas, l’intervention de ces groupes en faveur ou contre des personnalités ecclésiastiques éminentes pouvait être déterminante. Comme par exemple, lorsque l’intérêt de ces secteurs se modifia au profit des rivaux de Jérôme, ce qui affaiblit fortement la position de celui-ci dans la controverse origéniste et le placèrent au bord d’un mandat impérial de bannissement190.

  • 191 Matthews 1975, 236.
  • 192 Theodoret 5.17 sq., in Cassiod., Hist. Eccl. ex tribus graecis auctoribus – Sozomeno, Socrate et T (...)

57Est-il vraisemblable de penser que l’assassinat de Rufin, et la propagande faite par Claudien pour que Stilichon soit reconnu comme l’auteur intellectuel de celui-là (sans tenir compte du manque de vraisemblance dans l’explication de ce fait plutôt attribué à l’entente Eutrope-Gainas), fut peut être un nouveau pas, voire le premier, visant à indisposer les chrétiens liés aux Milanais, contre Stilichon ? Ceci peut, tout en restant sur le plan des conjectures, constituer quand même un nouvel élément dont il faudra tenir compte et qui est en plus légèrement appuyé par la constatation des rapports que Rufin semble avoir établi très tôt avec Ambroise, peu après son arrivée en Italie. Le penchant vers une ferveur religieuse militante chez certains membres de la Cour théodosienne se manifesta notamment à travers les activités de persécution menées par Maternus Cinegius – aidé de l’appui d’officiers impériaux, de bandes de moines fanatiques et d’évêques conduisant des congrégations religieuses –. Ce contexte, bien qu’assurément altéré à force d’exagérations, sert à encadrer la personnalité de Rufin. Suite aux événements de Thessalonique, et au conflit postérieur avec Ambroise, l’empereur Théodose chercha à réaffirmer ses penchants chrétiens pour éloigner tout soupçon au sujet de son engagement religieux. De cette manière, Matthews interprète la loi interdisant tout sacrifice païen, autant public que privé, du 24 février 391, comme une conséquence de cette nécessité de réaffirmation191. Apparemment, les canaux ouverts entre la Cour et l’Église de Milan avaient un point de contact solide : Rufin. Comme par hasard, c’est Fl. Rufin qui est mentionné comme le mentor de la réconciliation entre Théodose et Ambroise, quoiqu’il soit investi de la responsabilité d’avoir déclenché la tuerie de Thessalonique. Cette accusation peut à son tour être attribuée à l’intérêt des historiens chrétiens de préserver sans tache le pieux empereur192.

  • 193 Mazzarino 1942, 203-205. Il signale qu’Eutrope fut l’envoyé de Théodose qui devait s’entretenir av (...)

58D’autre part, il convient de revaloriser le fait signalé par Mazzarino : par opposition à Fl. Rufin, Eutrope, son successeur, bien que très pieux à titre personnel – et qui favorisa même l’élection de Jean Chrysostome à l’épiscopat de Constantinople –, mena une politique ecclésiastique fortement “étatique”, et donna donc la priorité aux intérêts de l’État par-dessus tous les autres. Par conséquent, nous ne devons pas être étonnés de le voir décrit comme un ennemi de l’Église par l’évêque que lui-même avait contribué à introniser193.

  • 194 Demougeot 1952.
  • 195 Le même sénateur qui reçoit les éloges de Saint Augustin dans l’Ep., 58 parce qu’il a réussi à con (...)
  • 196 Demougeot 1952, 86.
  • 197 L’auteur cite F. Cavallera 1922 : Saint Jérôme, sa vie et son œuvre, I, Louvain, 282, pour qui T. (...)
  • 198 Jer, Ep., 123.17.

59Par rapport à Saint Jérôme, E. Demougeot analyse dans un article les conséquences de la publication de son commentaire sur le prophète Daniel (Commentariorum in Danielem Prophetam)194. L’évêque éclaircissait les aspects obscurs des prophéties du prophète par des allusions précises à la politique de Ravenne. Pour lui, la faiblesse mortelle de l’Empire avait son origine dans les demandes d’aide militaire aux barbares. Il rejoignait ainsi ceux qui réclamaient la “romanisation” de l’armée et voyaient le régent d’Occident comme un mercenaire indigne de gouverner et coupable de trahison, car il s’était allié au roi des Wisigoths pour faire la guerre aux Romains d’Orient. De cette manière, menacé de l’extérieur par l’antigermanisme de Constantinople, et de l’intérieur par l’antigermanisme des cercles romains et milanais, Stilichon fut sans doute irrité par les insinuations inopportunes du Commentariorum. L’auteur signale que Pammachius195, Marcella et d’autres chrétiens illustres de Rome, amis et correspondants de Jérôme, étaient peut-être liés au parti des dévots, mécontents du libéralisme religieux de Ravenne, et de l’alliance avec l’arien Alaric. Ceux-ci devenaient de plus en plus influents, non seulement au Sénat, avec Manlius Theodorus, mais aussi dans l’entourage direct d’Honorius, avec le pieux Olympius196. Dans ces conditions, le régent aurait vraisemblablement décidé de punir l’auteur de l’œuvre In Danielem. L’œuvre aurait suscité à l’époque d’âpres débats et ses allusions politiques non seulement auraient alarmé le préfet Fl. Macrobius Longinianus, mais elles auraient aussi été relevées par les détracteurs de la politique barbarophile, en particulier par les Anicii, amis et protecteurs de Tyrannius Rufin197. Jérôme aurait été pressé de se rétracter et, devenu suspect, il demanda l’appui de ses amis et surtout celui du sénateur Pammachius, pour qu’il intercédât pour lui auprès de l’empereur. Peu après, ce fut la chute de Stilichon et Jérôme garda contre lui une rancune si vive, qu’en 409 non seulement il le signala comme le responsable des malheurs de l’Empire, mais le traita aussi de proditor et semi barbarus198.

  • 199 Cracco Ruggini 1968, 436 et n. 17.
  • 200 Pour Demougeot 1979, 177, à partir de leur installation dans l’Illyricum, les Wisigoths étaient de (...)
  • 201 Cracco Ruggini 1968, 442. Mazzarino 1942, 231, dit que la politique religieuse de Stilichon était (...)
  • 202 Paulinus, Vita S. Ambrosii, 51.
  • 203 Oros. 7.36.4-12 et 37.
  • 204 Oros. 7.37 et 38.1-6.
  • 205 Oros. 7.37.2 et 9.
  • 206 Oros. 7.37.8.
  • 207 Quant au présumé caractère païen de Claudien, et pour ne pas insister sur une question qui est élo (...)

60Lellia Cracco Ruggini dit que les poèmes de Claudien laissent sous-entendre une polémique tacite avec un courant d’opinion qui était en désaccord avec Stilichon, et soutenait une politique fondée sur la force pure et dure et sur un primat militaire libéré de toute compromission, encore qu’utopique, ce que Zosime lui-même devait reconnaître plus tard199. S’appuyant sur la lecture que Demougeot a faite de Jérôme, et à travers Zosime, elle dit qu’il est possible de reconstruire assez nettement la physionomie de ces milieux sénatoriaux catholiques, hostiles, comme dans le cas de Lampadius et Manlius Theodorus, à la politique philogermanique de Stilichon200. C’était un courant étroitement lié au courant rigoriste auquel le régent, qui avait besoin de s’attirer ses sympathies, avait dû faire de larges concessions en favorisant une série de lois anti-hérétiques et anti-païennes, qui contredisaient la ligne d’ambivalente tolérance religieuse qu’il avait adoptée auparavant. L’auteur signale, d’autre part, que Stilichon avait eu conscience du besoin de garder un contact fluide avec Ambroise, puisqu’il était le continuateur naturel de la politique de Théodose, si bien qu’en 397, ayant appris que l’évêque était moribond, il avait pressé les nobiles viri, personnages du cercle d’Ambroise, de se rapprocher afin de prier Dieu pour sa santé, craignant les conséquences probables de sa mort. Néanmoins, Cracco Ruggiani signale qu’après tous les événements qui se conclurent par la mort du général, une nouvelle idée s’imposa peu à peu dans les milieux chrétiens, selon laquelle les actions entreprises pendant son gouvernement au profit du catholicisme auraient surtout été dues à l’initiative d’Honorius201. Ainsi, dans la Vita Ambrosii de Paulin de Milan, le succès de la campagne contre Gildon était attribué exclusivement à Mascezel, sous la protection miraculeuse de feu l’évêque de Milan202. Orose présentait la nouvelle de la même manière, de même que les victoires militaires de Stilichon sur Rhadagaisus, attribuées à Uldinus et Sarus203. On fut jusqu’à transformer Stilichon, à travers ces événements, en un crypto-païen, qui mérita la punition de sa mort tragique par son manque de piété. Eucherius apparaît ainsi comme persécutant les chrétiens, et Stilichon fait preuve de son impiété en attaquant Pollentia le jour de la fête de Pâques204. Par contre, il faut remarquer qu’Orose est souple lorsqu’il s’agit d’Alaric. En effet, Saul est décrit comme un général barbare et païen qu’il charge du commandement de la bataille de Pollentia ; Rhadagaisus, un païen barbare et un Scythe authentique à la cruauté insatiable, qui aime tuer pour le plaisir. En revanche, Alaric était chrétien, très proche de l’univers romain et, comme les faits devaient le démontrer, retenu par la crainte de Dieu à l’heure de donner la mort205. La revalorisation est double : Alaric est présenté, face à la peinture païenne de Stilichon, comme rival déjà proche “du Romain”, quoique barbare, et en tant qu’instrument de la vengeance divine. Orose laisse glisser un commentaire : d’après lui, Alaric est l’épée judicieuse chargée de châtier les païens lors du sac de Rome, et qui, “modéré à l’heure de donner la mort”, pardonne les chrétiens romains206. Ce fut également ce cercle qui accusa Claudien d’être païen207.

  • 208 Correspondant probable aussi de Rufin, voir Matthews 1975, 374.
  • 209 Cameron 1970, 30 sq.
  • 210 Paulin, Vita S. Ambrosii, 8. Voir aussi 21 et 25.
  • 211 Matthews 1975, 222.
  • 212 Identifié au consul de 408 plutot qu’à celui de 431, encore que ce dernier cas soit possible ; voi (...)

61Ces cercles influents avaient des relations d’un bout à l’autre de l’Empire. Saint Augustin, qui était un théologien brillant et une personne influente, établit des contacts avec certains de leurs membres. Nous avons une épître à Anicia Faltonia Proba, la lettre 130, datée de c. 412208. Anicia était veuve de Petronius Probus, dont les enfants, Olybrius et Probinus, avaient célébré ensemble leur consulat en 395 ; Claudien d’Alexandrie ayant écrit à cette occasion un panégyrique, qui lui avait été spécialement commandé209. Petronius avait été le protecteur d’Aurelius Ambroise, futur évêque de Milan, et avait obtenu pour son protégé le poste de consularis d’Émilie et de Ligurie pendant les dernières années du royaume de Valentinien210. Les relations entre Augustin et les Anicii remontent, au moins, à l’époque qui suivit immédiatement son séjour à Milan, et il est probable qu’elles se soient nouées grâce aux contacts entretenus par Ambroise. Après le séjour d’hiver à Cassiciacum, Augustin retourna à Milan et fut baptisé par Ambroise. Peu après, avec sa mère et un petit groupe d’amis, ils quittèrent Milan et se rendirent à Rome, puis, de nouveau en Afrique. Au port d’Ostie il logèrent probablement dans la maison du grand clan chrétien des Anicii211. C’est là que mourut Monique, et c’est là aussi que, quelques années plus tard, fut composée une épitaphe pour le consul Anicius Auchenius Bassus212, un membre dirigeant de cette famille sénatoriale.

  • 213 Lancel 1999, 468.
  • 214 Jérôme, à son tour, lui dédia son épître 130.

62En 414, Augustin envoya à Anicia Juliana un traité appelé De bono uiduitatis. Cette noble dame, qui avait récemment perdu son mari – Anicius Hermogenianus Olybrus, consul en 395 – était arrivée en Afrique suite aux événements militaires qui assombrissaient le panorama italien. Elle était accompagnée de sa fille, Demetrias, et de sa belle-mère, Anicia Faltonia Proba213. Demetrias avait décidé de prendre le voile et de prononcer le vœu de chasteté ; c’est pour cette raison qu’elle avait reçu les saints conseils des personnalités les plus importantes de l’Église. Augustin l’en félicita dans son épître 150, adressée à Proba et Juliana214.

  • 215 Voir Aug., Ep., 92 et 99.
  • 216 Brown 1961b, 5.
  • 217 Liebeschuetz 1990, 226. Cf. PLRE : Anicia Italica 2.

63Il y a des doutes quant à l’appartenance d’Italica, personnalité féminine influente de Rome, au clan des Anicii215. Cette femme, qui aurait joué un rôle important dans la vie religieuse romaine216, serait apparemment la même à qui Jean Chrysostome écrivait en 406 (Ep., 170). Elle semblerait être en condition d’intercéder auprès de l’évêque de Rome et probablement aussi auprès de l’empereur. Brown considère que cette lettre est située, significativement entre deux autres envoyées à des membres connus des Anicii, Proba et Juliana, à un moment où un proche parent, Anicius Probus, était consul. Liebeschuetz affirme qu’à travers Mélanie et ses amis, Chrysostome put obtenir l’appui de deux femmes de la grande famille Anicia, Proba et Italica217.

  • 218 Voir sa carrière en détail dans Matthews 1975, 74-75.
  • 219 Voir Brown 1970, 86-89, où l’auteur transmet l’atmosphère de l’entourage de la société de Milan ai (...)
  • 220 Sur son œuvre, voir Matthews 1975, 217-218.

64Parmi les relations d’Augustin qui s’affirmèrent pendant son séjour à Milan, il y avait une personnalité qui occupait une situation sociale dominante : Fl. Manlius Theodorus, dont l’origine et les connexions sont inconnues, et qui avait avancé politiquement sous le gouvernement de Gratien218. Étant arrivé à la préfecture du prétoire, Theodorus se retira, après la chute du régime de Gratien. Aux alentours de Milan, il devint la personnalité centrale d’un groupe choisi d’hommes qui étudiaient la philosophie et la littérature à la Cour de Valentinien II219. C’est vers cette époque, dans les années 80 du ive siècle, qu’Augustin le rencontra, et accéda à travers certaines de ses œuvres à la philosophie grecque, en particulier aux courants néoplatoniciens220. Après une longue période où il avait été éloigné de la fonction publique, Theodorus fut encore convoqué pendant le régime de Stilichon et nommé préfet d’Italie en 397-399, et consul en 399. Cet engagement s’étendit aussi à des membres de sa famille qui pendant la même période avaient tenu des fonctions à la Cour : son fils Theodorus fut préfet de la Gaule en 397, et son frère, Lampadius, préfet de Rome au début de 398. Ce fut ce même Lampadius qui, en 408 éleva d’abord la voix, depuis le sénat, pour la politique de subventions menée par Stilichon au bénéfice des Goths d’Alaric.

  • 221 Lancel 1999, 437.
  • 222 Descendant des Caeionii, son père était Ceionius Rufius Albinus, préfet de Rome en 389-391 ; son f (...)
  • 223 Lepelley 2002, en analysant l’en-tête de la lettre pense que Publicola ne peut être le célèbre sén (...)
  • 224 Lancel 1999, 439. L’auteur souligne la vente de terres faite par Pinianus en Maurétanie, Numidie, (...)
  • 225 Ep., 132 et 137.

65D’autre part, il faut signaler les relations tissées entre Augustin et l’entourage de la famille de Mélanie. Comme le signale Lancel, l’an 410 marque un point d’inflexion pour les relations d’Augustin221. Les côtes africaines étaient la première des destinations possibles des grandes familles nobles qui quittaient l’Italie. Et la personnalité d’Augustin, champion de la lutte contre le donatisme, dépassait déjà les frontières locales grâce à quelques-unes de ses œuvres, comme les Confessions. Il était donc naturel qu’il fît l’objet des sollicitations de certains nobles pieux. Ainsi, nous avons le témoignage de l’épître 124 adressée à Albina222, à Pinianus et à son épouse, Mélanie la jeune. Cependant, la date de l’épître ne coïncide pas avec l’ancienneté des contacts entre l’évêque d’Hippone et la famille. Les lettres 46 et 47 de la correspondance d’Augustin, datées c. 398, signalent la relation avec Valerius Publicola – peut-être descendant du côté de son père de l’ancienne famille des Valerii Maximi –, propriétaire foncier africain qui s’adresse à l’évêque en lui demandant son opinion au sujet de ce qui était survenu avec ses paysans de la région des Arzuges223. Valerius serait le mari d’Albina, et deux enfants, dont Mélanie la jeune, étaient nés de ce mariage. Cette dernière serait donc la petite fille de Mélanie l’ancienne. Pinianus et Mélanie étaient très jeunes lors de leur mariage, et avaient perdu leurs deux enfants. Ensuite, à vingt ans, Mélanie décida d’accéder au vœu de chasteté, appuyée par son époux, et les deux se vouèrent, à partir de là, à vivre dans l’ascèse. En 408, ils avaient quitté Rome, avec Albina et T. Rufin, l’exégète d’Origène qui était sous sa protection, à la recherche de la sécurité des côtes siciliennes où ils avaient des possessions. En 410, après le sac de Rome par Alaric, et face aux troupes des Goths qui avançaient vers le sud, ils abandonnèrent l’île et se dirigèrent vers les côtes africaines où ils possédaient aussi des biens224, pour passer l’hiver à Thagaste, accueillis par Alypius, ami de Paulin, qui était l’ami du couple. Entre 411 et 412, Augustin correspond aussi avec Rufius Antonius Agrypinus Volusianus, un riche païen frère d’Albina225.

66On ne peut pas passer sous silence les communications entre Augustin et le successeur immédiat de Stilichon, Olympius. Dans l’épître 96 l’évêque se réjouit de la charge obtenue, bien qu’aucune notification oficielle ne lui soit parvenue. Il est vrai que nous ne possédons que deux épîtres qui témoignent de cette relation, mais elles font état d’une proche connaissance.

  • 226 August., Ep., 96.1.
  • 227 La demande concerne un terrain légué à l’Église mais qui avait une dette fiscale importante, et on (...)
  • 228 August., Ep., 96.3. Il est vrai que ce caractère habituel peut bien être une formule générale pour (...)

67Alors que seulement des rumeurs sur la chute de Stilichon étaient arrivées en Afrique, l’évêque d’Hippone écrivait déjà au successeur du Vandale. Est-il aventureux de penser que ces rumeurs ne couraient pas qu’en Afrique, mais aussi dans certains cercles proches du pouvoir, et même avant le coup d’État au palais ? Augustin imagine la manière dont son correspondant recevra la lettre, avec modestie, comme d’habitude, malgré la haute charge récemment atteinte226. Une certaine familiarité plane dans la lettre et sert de soutien à la pétition qu’elle contient227. En achevant la lettre, Augustin fait encore allusion à la bénignité chrétienne d’Olympius, évidente pour ceux qui le connaissent déjà et qui ne sera pas modifiée par le poste obtenu228.

68La proximité d’Augustin par rapport à celui qui représente une politique opposée à celle que Stilichon avait menée jusqu’à ce moment-là est un élément à souligner. Le réseau de relations axé sur sa personne comprend des secteurs politiquement actifs dans la Cour occidentale, qui insistaient sur le besoin de mener une politique religieuse chrétienne orthodoxe active, politique ressentie comme nettement distincte de l’engagement établi auparavant avec les secteurs barbares, qui professaient la foi arienne. Comme nous l’avons vu, l’image de Stilichon, bien que chrétienne, est affaiblie dans les interprétations historiques orthodoxes, qui contestent même son penchant religieux. Pourquoi le modèle d’interprétation sur Stilichon qui a survécu est-il celui du barbare collaborateur ? Pourquoi, autant pour la vision païenne – Rutilius – que pour la vision chrétienne – Orose –, Stilichon est-il condamné comme coupable d’avoir trahi l’Empire par une politique philobarbare ? Et cela en dépit d’une évidence constatée par la suite car les alternatives politiques vécues a posteriori aboutirent à des échecs encore plus graves que ceux qu’on pourrait lui reprocher.

69Il faut réaliser que l’identification des barbares à des boucs émissaires fut sans doute très forte à l’époque. Depuis la tuerie de Thessalonique, en passant par celle de Constantinople (les fédérés de Gainas) et ensuite celle d’Italie (les fédérés de Stilichon), la masse, la plèbe romaine, voyait en eux la cause des problèmes de l’Empire, et je ne crois pas que les aristocraties gouvernantes fussent exemptes de ces visions. Je suis d’accord avec la perspective générale de la lecture des événements faite par Cameron et Long, mais à mon avis il faut la nuancer un peu. Il est vrai qu’on peut conclure que les élites du gouvernement furent enfin persuadées de l’impossibilité de mettre en pratique des politiques antigermaniques, puisqu’il n’était pas matériellement possible de se débarrasser des effectifs militaires barbares aussi rapidement. Et pourtant, comme ces mêmes auteurs le signalent, on apporta en Orient une modification à la modalité d’incorporation des barbares, ce qui est quand même important. Si les événements liés à la chute de Gainas évoquent un conflit d’intérêts entre civils et militaires à la Cour de Byzance, on ne peut pas mettre en doute pour autant l’existence de politiques antigermaniques, dont la mise en œuvre était matériellement difficile. Toute une série d’éléments signalent qu’il y avait dans certains secteurs, en Orient aussi bien qu’en Occident, de fortes résistances à une politique philogermanique. Cameron soutient que puisqu’il n’existe pas de parti progermanique, il n’en existe pas non plus d’anti-germanique. Je suis d’accord, du moment que le mot “parti” est un produit de nos idées politiques modernes. Mais on ne peut pas ignorer l’existence de courants d’opinion très forts favorables ou opposés aux politiques à suivre à l’égard des armées barbares. Après tout, c’était la survie du gouvernement romain qui était en jeu en fonction de ses politiques. Ces courants d’opinion pouvaient se cristalliser fortement, à certains moments, autour de groupes de pression très efficaces. C’est le cas, je le crois, au moment de la chute de Stilichon et de Gainas. Le résultat de ces mouvements de palais ne fut pas nécessairement la mise en place de politiques très actives en sens opposé. Tout se passa comme dans nos démocraties modernes, lorsqu’un gouvernement succède à un autre. En effet, les discours des campagnes politiques sont difficilement concrétisés par des actes, une fois que les nouveaux acteurs ont assumé effectivement le pouvoir et commencent à lutter contre les contraintes matérielles que la réalité leur impose. Dans le cas de l’Occident, la modification de la politique à l’égard des barbares atteignit des sommets “d’irréalisme” politique, et les conséquences en furent concluantes. La chute de Rome n’aurait peut-être pas eu lieu si les positions du gouvernement d’Honorius avaient été moins rigides à l’égard des Goths, s’il avait suivi une “realpolitik”.

70Un sentiment de haine envers les Germains était évidemment installé dans l’idéologie impériale tardive. Il colora de son éclat les actes de gouvernement de la dynastie théodosienne, que ce fût pour ou contre. D’ailleurs, s’il faut tenir compte de ces éléments, c’est justement parce que la réalité a démontré qu’ils exerçaient une forte influence. Cela ne veut pas dire qu’on puisse parler de gouvernements pro ou anti-germaniques tout court. En effet, le mot “gouvernements” est trop vague pour être opérationnel. Mais des mots comme “groupes” et “secteurs” d’opinion ou de pression, nous permettent d’approcher la forme à travers laquelle ces idées étaient matériellement canalisées. Il faut remarquer que la chute de Gainas, autant que celle de Stilichon, prirent la forme d’un conflit violent entre Goths et Romains, sous réserve de toutes les nuances qu’on puisse y apporter. D’ailleurs, ces événements n’étaient pas inhabituels dans la Cour théodosienne. L’affrontement entre Théodose et Ambroise fut déclenché par le soulèvement de Thessalonique, mêlé de sentiments antigermaniques. Les idées de Prudentius seraient-elles étrangères au lieu et à l’époque où il écrit ? En voici un fragment :

  • 229 Prudent., Contre Symmaque (Nous avons pris la traduction de Belles Lettres, Paris, 1948, T. III).

“Enfin le Romain, le Dahe, le Sarmate, le Vandale, le Saxon, le Galaulas, marchent tous sur la même terre, le ciel est le même pour tous ; le même pour tous, l’océan, qui enserre notre univers. J’ajoute autre chose : les animaux boivent à nos sources ; la même rosée fait pousser le blé pour moi et l’herbe pour les ânes sauvages ; le porc immonde nage dans notre fleuve, notre brise entre aussi dans les poumons des chiens eux-mêmes et anime de son souffle léger leur corps sauvages. Mais il y a la même distance entre le monde romain et le monde barbare, qu’entre le quadrupède et le bipède, qu’entre la brute muette et l’être doué de la parole ; il y a aussi la même distance entre les fidèles serviteurs de Dieu et les partisans des cultes absurdes et de leurs erreurs”229.

71Comme c’est toujours le cas, ces idées étaient mêlées à d’autres, et même aussi à des volontés, à des ambitions de pouvoir, à des aversions diverses. En ce sens, je crois que la relation d’Augustin avec ce courant général a été bien prouvée. Et même la relation avec une organisation plus structurée, dans ce même courant d’opinion barbarophobe, qui était une articulation entre des secteurs de l’Église occidentale agglutinés autour d’Ambroise de Milan – à partir de son influence décisive sous le gouvernement de Valentinien II – et d’autres membres de l’aristocratie chrétienne qui eurent un poids prépondérant sur la dynastie théodosienne. Cette “organisation”, comme je l’ai appelée, n’en est pas une organisation à strictement parler. Cependant, je la vois comme un réseau émetteur d’idées, solidement installé dans les cercles aristocratico-gouvernementaux, dont le rayonnement fut puissant et qui s’appuya sur les notables de l’intellectualité romaine tardive, comme Ambroise, Manlius Theodorus, Augustin, etc. Les connexions personnelles de ces hommes s’étendaient depuis le centre – la société romaine de Milan qui entourait la Cour – jusqu’à la périphérie. Augustin fut un noyau dur de ce réseau, autour duquel fut organisé un axe Carthage-Milan, et qui alimenta ces idées d’une base matérielle majeure, spécialement à travers les œuvres d’Orose et de Paulin.

Notes

1 Voir Matthews 1975, 238 et n. 3, qui présente les différentes positions des historiens recueillant la nouvelle de sa mort.

2 Sur Arbogastus, voir Baynes [1911] 1957, 243 sq., et aussi PLRE.

3 Premier empereur qui réussit le coup douteux de devenir la marionnette d’une longue série de barbares faiseurs de monarques. De famille noble, maître de rhétorique, il professait la religion chrétienne, tout en ayant d’excellents liens avec l’aristocratie romaine païenne. Voir Baynes [1911] 1957, 246.

4 Matthews 1975, 240, signale que la restauration de l’autel de la Victoire au Sénat ne fut approuvée par Eugenius qu’après le départ en Italie, comme une concession aux païens après avoir perdu toute possibilité d’accommodement avec Theodosius. Il rappelle aussi que l’influence de Nicomachus Flavianus grandissait à mesure que le mouvement vers le nord de l’Italie avançait.

5 Matthews 1975, 241, le signale comme l’architecte de l’association de la cause païenne avec la cause sénatoriale, et laisse au deuxième plan Eugène dans la question religieuse. Voir les détails de l’activité de Flavianus et de son groupe dans Ibid., p. 238-247.

6 Matthews 1975, 245, dit qu’en dépit de la compromission romaine avec Flavianus, apparemment, la ville n’a pas trop souffert pendant, ou peu après, l’usurpation. Les bateaux qui approvisionnaient de céréales la capitale continuèrent à affluer. Dans la propagande épique de Claudien (a. 398), De Bello Gildonico, l’esprit de Théodose fait des reproches à Gildon, magister utriusque militiae en Afrique depuis la fin de 393, car il n’avait pas déclaré ouvertement son opposition à Eugène et qu’il avait continué à approvisionner Rome. À la lumière de la déloyauté dont Gildon fit preuve a posteriori à l’égard de la Cour d’Occident, Claudien avait bien des raisons lorsqu’il lançait son interprétation, encore qu’il ne soit pas possible de mettre en doute le fait que, en 393 et 394, l’attitude du Maure était autorisée par l’empereur légitime. Voir chapitre. 4.21 : “Le soulèvement de Gildon”.

7 Apparemment, une tempête terrible qui s’abattit sur les troupes d’Eugène fut prise comme un signal divin et provoqua la débandade d’une armée qui, jusqu’à ce moment-là, avait le dessus dans le combat. Voir les détails de l’affrontement dans Baynes [1911] 1957, 247. Cesa 1994, 63, n. 67, signale spécialement la désertion du comes Arbitio, qui était passé dans le parti de Théodose le deuxième jour de la bataille selon Oros. 7.35.16.

8 Voir à présent Palanque 1933, 301 sq.

9 Pour la personnalité de Stilichon, voir Mazzarino 1942. Cameron 1970, 39, signale que cette reconnaissance par Ambroise était la seule action possible au risque d’une autre guerre civile à moins d’un an de la précédente, et de mettre en danger la vie d’Honorius. Liebeschuetz 1990, 52-53, dit que Stilichon remplaça Promotus dans le commandement des forces impériales de Thrace en 393. Lorsque Théodose s’était dirigé vers l’ouest pour faire face à Eugène, le Vandale était le deuxième au commandement de l’armée sous Timasius. Cameron 1970, 55, montre l’impuissance de Claudien à reconstruire une carrière militaire qui n’avait pas connu le succès.

10 Quant à la prétention de Stilichon qui assurait avoir reçu de Théodose mourant la charge de devenir le régent des deux empereurs, voir la discussion présentée par Cameron 1969, 247-280. L’auteur reconnaît que les réclamations du général vandale sont excessives, bien qu’il croie qu’il ne faut pas y voir simplement le produit de son ambition. Probablement, comme il était encore plus conscient que Théodose lui-même des faiblesses d’Arcadius, Stilichon était sans doute profondément intéressé à l’avenir de la partie orientale de l’Empire, qui en fait restait entre les mains de son ennemi si peu scrupuleux, Rufin. Baynes 1922, 217, dit que contrairement à Mommsen, il croit que Stilichon cherchait à gouverner les deux parties de l’Empire, mais refusait la guerre civile comme un moyen conduisant à cette fin. Matthews 1975, 258, signale également que la justification de la prétention de Stilichon était très fragile. Ceci devint aussitôt clair en Orient, mais en Occident personne ne pouvait lui faire face. Quant au rôle joué par Claudien, comme agent propagandiste de Stilichon, et engagé auprès de lui depuis la rédaction du Panegiricus de tertio consulatu Honorii Augusti, voir Cameron 1970, 42-45. Sur la continuité des membres de la Cour de Stilichon par rapport à celle de Théodose, voir Matthews 1975, 258 sq. Au sujet des noces du Vandale, Cameron 1970, 56, dit qu’apparemment ce n’est pas Théodose qui aurait choisi Stilichon pour mari de sa nièce, mais Serena elle-même (un de ces cas peu fréquents dans une famille royale : un mariage par amour). L’empereur aurait béni le mariage, mais le choix de Stilichon pour la régence aurait eu lieu quelques années après le mariage. En revanche, Liebeschuetz 1990, 24, considère que la maison de Théodose avait systématiquement employé la technique des alliances entre ses membres et les généraux importants, pour contrecarrer un peu l’énorme pouvoir exercé par le commandant en chef occidental, et qui était à son tour une conséquence partielle de la crise militaire que l’Empire avait dû affronter depuis le désastre de la bataille d’Adrianopolis. Cette dernière thèse me semble plus juste, d’autant plus qu’il s’agit de politiques matrimoniales de Cour, qui laissent peu de place à l’initiative personnelle de ses membres.

11 Liebeschuetz 1990, 90, marque l’étroit rapport que Rufin avait préalablement entretenu avec Théodose préalablement. Rufin était un chrétien consciencieux, et patron des ascètes. Ferme soutien de la politique de Théodose qui voulait l’alliance avec le christianisme orthodoxe, il avait accompagné l’empereur vers l’Italie sous le titre de magister officiorum, et était intervenu dans les négociations pour le réconcilier avec l’évêque de Milan, Ambroise, après le massacre de Thessalonique.

12 La reconquête de Justinien fut partielle et ne modifia en rien la tendance immanente à un clivage définitif entre les deux parties de l’Empire. Voir Christiansen 1970, où il traite la question de la division de l’Empire à travers la perception que Claudien en a dans son œuvre.

13 Brooks [1911] 1957, 456-457. Liebeschuetz 1990, 57-59, signale que le principal objectif des Goths était de faire pression sur le gouvernement pour obtenir les conditions les plus favorables afin de continuer à être des fédérés ; l’obtention à Rome du degré militaire impliquait aussi l’obtention de sinécures matérielles qui étaient utilisées pour entretenir les camarades. Pour la question du fonctionnement de ces groupes de foederati, voir Ibid., p. 32-47. Cesa 1994, 64-66, signale que la province était déjà ravagée, avant l’arrivée d’Alaric, par la présence de barbares d’origine hunnique, ou poly-ethnique.

14 Pour Mazzarino 1942, 257-258, si Alaric s’était détourné, c’est parce qu’il avait compris que continuer vers Constantinople était inutile et une expédition limitée aux confins de la préfecture orientale pouvait offrir de meilleurs résultats. Liebeschuetz 1990, 58, considère que Rufin avait offert l’hospitalitas et des subventions, mais pas de terres. Cesa 1994, 67-68, suppose – plus judicieusement, à mon avis – que le siège de la capitale orientale fut levé moyennant le paiement d’une rançon par Rufin. Contre l’idée de l’existence d’un “pacte secret” entre le Goth et le préfet, voir ibid., n. 82.

15 Demougeot 1950, 31, appuie cette thèse traditionnelle.

16 Matthews 1975, 271. Mazzarino 1942, 258-259.

17 Cameron 1970, 30-62, passim.

18 Cameron 1970, 76-85.

19 Cameron 1970, 160 sq. Chez Zosime, il n’y a pas de récits sur la campagne de 395, la seule source en étant donc Claudien. Pour l’évolution de l’armée depuis l’époque de Théodose et plus tard, voir Liebeschuetz 1990, 11-31, passim. Voir aussi l’énumération détaillée des troupes de Théodose faite par Cesa 1994, 62-64.

20 Ambros., De Ob. Theodosii, 2 et 8. Liebeschuetz 1990, 58, suggère que la cause du retrait du général d’Honorius avait été l’ordre d’Arcadius, parce qu’il considérait que le gouvernement de l’Orient avait établi la paix avec les Goths.

21 Matthews 1975, 249-250, signale que cet assassinat politique avait été vraisemblablement accordé entre Stilichon et l’eunuque Eutrope. Également Brooks [1911] 1957, 457. Pour Cameron 1970, 75, il y avait à Constantinople une puissante faction anti-Rufin. D’autre part, il signale qu’il n’y a pas d’éléments fermes pour affirmer que Gainas était un complice loyal de Stilichon, mais que, bien au contraire, lors du retour en Orient, il devint son rival décidé (p. 165). Cette dernière position est également soutenue par Demougeot 1950, 32-33. Selon Mazzarino 1942, 258-259 et 262-263, cette situation montre la continuité d’une politique orientale visant l’autarchie, indépendamment de son promoteur, que ce fût Rufin ou Eutrope.

22 Cameron 1970, 85, considère que le véritable coupable de ce désastre était Stilichon, qui avait fait une erreur de calcul grossière en ne détruisant pas les Goths définitivement en 395. L’auteur est moins indulgent avec le général vandale que le reste des historiens, et il le critique durement à cause de sa nouvelle imprévision de 397. Il considère, à juste raison, que c’était lui plutôt que Rufin qui pouvait être soupçonné de connivence avec les barbares (p. 86).

23 Avec l’accord tacite des fonctionnaires civils placés par Eutrope en Achaïe, comme le suggère Mazzarino 1942, 261. Pour l’auteur, l’accord passé entre les deux partes, rendait improbable – aux yeux de Stilichon – la répétition de la tragique situation de 395. Stilichon avait reconstitué l’armée occidentale à partir des levées réalisées dans la zone de la frontière rhénane au début de 396. Cesa 1994, 70, considère que ce voyage aurait servi à renouveler les traités passés avec Arbogast ; la conséquence en fut l’incorporation de nouveaux foederati aux rangs romains.

24 Matthews 1975, 271-272, qui critique la présentation de Claud., De IV Cons. Hon., 431 sq., comme étant ouvertement tendancieuse.

25 Cameron 1970, 161 sq. L’auteur (p. 170-171), s’appuyant sur Claud., De Bello Gothico, 87-88, fait allusion à l’or gothique, avec lequel on avait une fois déjà essayé de corrompre l’armée romaine.

26 Mazzarino 1942, 262. Cameron 1970, 174, considère que cet argument (la reconnaissance de la Cour orientale) n’avait pas suffi à empêcher la répression de Gildon, et n’est donc pas une cause suffisante pour expliquer l’attitude à l’égard d’Alaric. Baynes 1922, 215, dit que Stilichon essayait d’obtenir l’aide d’Alaric contre Eutrope, et signale avec clarté que la politique du Goth visait l’affrontement entre les deux parties de l’Empire. Demougeot 1950, 32, considère que la reconnaissance d’Alaric par Eutrope fut postérieure au moment où Stilichon renonça à détruire les Goths : le Vandale aurait préféré de ne pas approfondir l’affrontement avec l’Orient qui pouvait déboucher sur une inévitable guerre civile.

27 Cameron 1970, 173, signale qu’en réalité la chronologie doit être différente, car autrement Claudien aurait utilisé l’argument qui cherchait à éviter la guerre contre un barbare révolté afin de sauver Rome, menacée par l’interruption soudaine du flux d’aliments décidé par Gildon. Il croit donc que Stilichon était retourné en Italie avant le soulèvement en Afrique.

28 Voir à présent Hagith 1995, passim. Il y met en évidence le fait que le gouvernement oriental ne céda pas cédé aux Goths le contrôle des affaires relevant de la préfecture ; il veilla en particulier à éviter l’accès aux magasins de l’État pour les empêcher de gérer leur propre approvisionnent. À ce sujet, Liebeschuetz 1990, 72-73, insiste sur le fait que les Goths dépendaient habituellement des Romains pour l’approvisionnement d’aliments.

29 Jones 1964, I, 173, signale que les successeurs de Théodose furent généralement de caractère faible et qu’ils arrivèrent tous jeunes au pouvoir. Leurs longues minorités, à l’exception de celle d’Arcadius, dépendirent de l’influence de leurs puissants régents. En revanche, certaines femmes de la famille eurent plus de caractère, et jouèrent des rôles politiques importants comme Pulcheria et Galla Placidia.

30 Brooks [1911] 1957, 459. Voir aussi Brockley [1998] 2001, 116.

31 Cesa 1994, 76-77, voit dans l’accord passé entre Eutrope et Alaric en 397 la cause du soulèvement, Gainas et Tribigild – exacerbés par le succès du roi gothique – auraient profité de la première occasion pour tâcher d’imposer leurs prétentions.

32 Cameron 1970, 147. Gainas, une année plus tard, présida un coup d’état contre la politique d’Aurélien. Il est intéressant d’observer la figure de Fravitta, le vainqueur de Gainas, dont le sort fut tout autre : comme il avait cherché à favoriser une reconciliation avec Stilichon, il fut immédiatement supprimé. De toutes manières Cameron & Long 1993, 318-319, soupçonnent des intérêts en collusion entre Gainas et Aurélien, au moins au cours de la première phase de son gouvernement, en prenant appui sur les informations données par Philostorgius, chez qui Aurélien devient le président du tribunal qui condamna peu après Eutrope, sous la pression de Gainas.

33 Voir les considérations de Cameron & Long 1993, 305-306, au sujet de l’œuvre De providentia, de Synesius, qui, selon les auteurs, peut être entendue comme étant un panégyrique du consul. Voir aussi Liebeschuetz 1990, 253-272, où l’auteur prend une position différente.

34 Mazzarino 1942, 202, marque le contraste entre une politique occidentale philobarbare et révolutionnaire, continuant celle de Théodose, et une politique orientale anti-barbare et citadine. La dictature d’Eutrope aurait marqué un point critique dans cette évolution, et le passage de sa politique à celle du parti “antibarbarico e cittadino” d’Aurélien est facilement compréhensible. Liebeschuetz 1990, 105-107, signale Aurélien comme le candidat du sénat oriental. D’autre part, il signale que la principale évidence de son attitude publique, c’est le De Regno, de Synesius, présenté probablement peu après l’arrivée de Synesius à Constantinople, en automne 397 ; il représenterait le programme, ou peut être le préjugé commun du groupe qui souhaitait conduire Aurélien au pouvoir. Cependant, Aurélien avait sans doute essayé de se séparer de cette perspective, au cas où elle serait devenue publique par les relations qu’il établit plus tard avec Gainas. Finalement, le soulèvement de Gainas se produisit parce que le Goth accusa Aurélien de mettre en pratique la politique exposée par Synesius, que ce soit vrai ou faux. Brockley [1998] 2001, 117, critique “the application to the history of the late empire of the anachronistic notion of parties with ideologically motivated programmes” et suggère que “the politics of the period were mainly driven by the ambitions and manoeuvres of individuals”. Je ne vois aucune raison pour conclure l’existence d’une tendance plus forte vers l’individualisme dans cette période. On peut penser aussi en termes de courants d’opinion sans parler des partis.

35 Jones 1964, I, 178, dit que l’opinion du sénat oriental visait unanimement la chute d’Eutrope, mais que par rapport à Gainas – qui fut utilisé pour forcer la destitution de l’eunuque – les volontés étaient divisées. Il y avait un groupe mené par Caesarius qui était préparé à utiliser les Germains afin de parvenir au pouvoir, tandis qu’un autre groupe commandé par le frère de Caesarius – Aurélien – voyait chez les Germains la plus grande menace pour l’intégrité de l’Empire. Finalement, ce fut ce dernier groupe qui accéda au pouvoir, lorsque Aurélien fut nommé prétoire du préfet.

36 Pour Mazzarino 1942, 206, le nouveau préfet soutenait des idéaux philogermaniques. Cameron & Long 1993, 319, s’opposent à cette perspective.

37 Cette demande aurait été soutenue par Caesarius, mais l’empereur, s’appuyant sur le conseil de Jean Chrysostome, refusa. Pour Mazzarino 1942, 219, la révolution antibarbare inachevée par le parti politique d’Aurélien explosa lorsque le même drapeau fut agité par un chef religieux, Jean Chrysostome. Ce parti aurait été formé par les secteurs chrétiens poussés par l’évêque de Constantinople, et la résistance des classes moyennes de la ville dont la voix s’exprimait à travers Synesius, et dont le représentant au sénat aurait été Aurélien (Ibid., p. 225-226).

38 Mazzarino 1942, 208, insiste sur la conscience religieuse du peuple oriental, trop ferme et profonde pour pouvoir adhérer, sans restrictions, à l’idée d’un culte arien au cœur de l’Empire, et à des soldats ariens dans le rang de son armée. Quoique d’accord avec l’idée de l’auteur selon laquelle l’expression du conflit politique est aussi religieuse, la ligne d’appartenance religieuse à laquelle elle est affectée me paraît trop tranchante ; comme si l’arianisme n’avait pas été une variante de l’expression religieuse propre du tempérament hellénique.

39 Voir la description des événements de manière harmonieuse chez Cesa 1994, 84-90. L’auteur conteste l’idée “d’occupation” de Constantinople par les troupes de Gainas, trop inspirée par la lecture des événements en fonction du sac de Rome fait par Alaric.

40 Liebeschuetz 1990, 117-118 ; voir l’énumération détaillée des événements p. 111-125, passim ; voir aussi p. 189-194, au sujet du rôle joué par Chrysostome dans la crise.

41 Mentionné aussi par Cesa 1994, 89. Pourtant, cet auteur signale que, si le gouvernement ne fait preuve d’aucune réaction xénophobe, l’antibarbarisme du peuple a été largement prouvé (voir ibid., n. 151).

42 Pour Mazzarino 1942, 68, ces mouvements s’expliquent parce que le parti antigermanique d’Aurélien avait épuré de barbares l’Illyricum. En revanche, Cameron & Long 1993, 331-332, interprètent ce mouvement par la présence des troupes des Huns commandées par Uldinus, qui en 401 avaient envahi la Thrace et scellé un pacte avec l’empereur, vraisemblablement, pour lutter comme des fédérés.

43 Mazzarino 1942, 272, n. 3, y voit plutôt une victoire de Stilichon, fondamentalement à partir du témoignage d’Orose, lequel, bien que carrément anti-stilichonian, le reconnaît vainqueur. Les sources contemporaines au fait, Orose, Claudien et Prudentius, reconnaissent la victoire romaine, tandis que les sources postérieures, Cassiodore et Jordanes, attribuent la victoire aux Goths. Voir à présent Christiansen 1966, 45-54, où l’auteur recherche la preuve de l’apparition d’un mouvement d’opposition à la politique de Stilichon après cette bataille. Il allègue que le poème De Bello Gothico, n’est pas la défense de sa position face aux sénateurs romains, mais celle du général par rapport à sa défaite au combat et à sa politique. Pour Cameron 1970, 180-188, le poème a comme objectif, également, le renforcement de la position contestée du Vandale.

44 Sur la date de la bataille de Vérone, voir Liebeschuetz 1990, 63, n. 120. Voir l’analyse de Claudien faite par Cameron 1970, 185-187, où il signale les difficultés que rencontre le poète lorsqu’il veut encore justifier l’impuissance de Stilichon à en finir avec les Goths, et l’utilisation de l’excuse de la trahison des Alains. Pour l’auteur, encore une fois, l’origine de cette impuissance à décider les batailles se trouve dans les conflits internes de l’armée elle-même. Brockley [1998] 2001, 120, signale que le mouvement de la Cour conduisit au désengagement des événements au delà des Alpes, en Gaule et Germanie, où on avait recruté la majeure partie des soldats jusqu’à ce moment.

45 Quant aux capacités militaires de l’Empire sous le gouvernement d’Honorius par rapport au nombre et à l’organisation des barbares, voir Jones 1964, I, 194-199, qui signale l’efficacité dont le commandement de Stilichon fit preuve, à l’inverse de ses successeurs, et qui critique d’autre part Honorius qui avait distribué l’armée romaine d’Italie en garnisons qui rendaient inefficace leur capacité opérationnelle face à l’armée d’Alaric au cours de la campagne 408-410 (p. 198). Mazzarino 1942, 272-273, marque les dénouements différents des affrontements militaires, celui d’Alaric et celui de Rhadagaisus, contre Stilichon. Pour l’auteur, le Vandale avait une idée différente de l’utilité que chacun d’entre eux pouvait avoir pour les intérêts du gouvernement romain.

46 Mazzarino 1942, 275-276, signale que Stilichon avait accordé à Alaric un magisterium fictif en Illyricum, en considérant, d’une manière aussi fictive, cette province comme occidentale. Il réussit de cette manière une première réunification militaire entre les deux partes. Hagith 1995, 81-86, récupère l’idée de Mommsen au sujet d’un intérêt permanent à la possession de l’Illyricum par Stilichon. Il développe l’idée d’un accord d’intérêts entre la papauté et Stilichon – qui cherchait à annexer la province –, qui expliquerait le voyage de l’évêque de Remesiana, Nicetas, à la recherche d’appuis dans les communautés parlant le latin dans les Balkans, en particulier en Thrace danubienne, Dacie et Scythie, des régions où l’influence romaine était encore solide, même en dépit de certaines initiatives de l’évêque de Constantinople qui voulait avoir une influence plus décisive sur elles. Au sujet de l’intérêt de Jean Chrysostome dans les régions du Danube, et de son travail de missionnaire sur les Goths, voir Liebeschuetz 1990, 170. Le conflit pour l’Illyricum est présenté dans le détail par Demougeot 1979, 162-165.

47 Voir Jones 1964, I, 185-187.

48 Une lettre de l’empereur lui-même, écrite sous l’influence de Serena, l’épouse du Vandale, aurait annoncé à Alaric la rupture de ces plans à l’égard de l’Illyricum. Voir Mazzarino 1942, 282-283 et Demougeot 1950, 36-37. Quant aux intentions d’invasion vers l’est, en utilisant les troupes gothiques, voir Cesa 1994, 101-105.

49 Mazzarino 1942, 283.

50 Qui apparaît dans Mazzarino 1942, 288, comme l’expression du parti milanais chrétien, le courant le plus décidé et âpre de l’opposition

51 Demougeot 1950, 29-30, dit que la guerre fratricide vers laquelle Stilichon se dirigea finalement fut en réalité la conséquence des initiatives prises par les Orientaux, surtout celles d’Anthemius. L’hostilité entre les deux partes s’était aggravée, parce que les ministres d’Arcadius voyaient chez le Vandale non seulement l’autorité d’un rival, mais aussi un barbare mécontent à cause de l’épuration nationaliste de l’armée et du gouvernement oriental. L’auteur, qui a un jugement plutôt favorable à la figure du régent, considère l’alliance avec Alaric comme le produit de la résignation.

52 Mazzarino 1942, 284. Il dit aussi que Stilichon avait vraisemblablement songé à utiliser les troupes des Goths contre l’usurpateur et préférait la paix avec le barbare plutôt que la reconnaissance du nouveau Constantinide, p. 287. Jones 1964, I, 183, analyse l’origine de cette dispute sur la province. Voir aussi Matthews 1975, 274, n. 7.

53 Matthews 1975, 278. Pour Mazzarino 1942, 288, les sénateurs, qu’ils fussent païens ou chrétiens, s’opposaient à toute politique nouvelle affectant leur propre patrimoine latifundiaire. Le sénateur Lampadius, frère de l’influent Manlius Theodorus, dénonça ouvertement au Sénat la politique du général vandale, et demanda ensuite asile dans une église. M. Theodorus était l’un des membres du cercle d’Ambroise et correspondant de Symmaque, à travers les œuvres duquel Augustin put accéder – vers le milieu de 380 – à la connaissance des néoplatoniciens. Préfet d’Italie entre 397 et 399, et consul cette même année, sa défection en 408 illustre clairement l’effondrement subi par la politique et le gouvernement du Vandale. Voir Matthews 1975, 216-217 et 268.

54 Voir Jones 1964, I, 199, qui observe que le gouvernement romain devait choisir entre deux solutions : soit il détruisait totalement les groupes tribaux admis dans l’Empire, soit il les prenait à son service. Mazzarino 1942, 287, dit que les adversaires de Stilichon, qui voyaient la paix avec Alaric comme une trahison, agirent sans tenir compte de la responsabilité dévolue à celui qui détient le pouvoir, ni des difficultés qui y sont liées.

55 Mazzarino 1942, 285. Cracco Ruggini 1968, 436, signale que le soulèvement postérieur d’Olympius marque le sommet du triomphe du courant aristocratique barbarophobe en Italie.

56 Voir Cracco Ruggini 1968, 433-436, sur l’accusation de affectatio regni, qui détermina le soulèvement militaire contre le régent d’Occident.

57 Suite à la chute de Stilichon, les Romains massacrèrent des veuves et des proches des soldats fédérés affectés à la région, dont beaucoup (environ 30 000, dit-on) cherchèrent un refuge auprès des troupes d’Alaric.

58 Mazzarino 1942, 250-254.

59 La perspective des auteurs présentée par Mazzarino ne semble pas si clairement liée de manière exclusive aux intérêts de chacune des parties de l’Empire qui s’affrontaient. Au moins ici, il y a deux omissions : d’un côté, le but propagandiste pro-chrétien évident d’Orose, et de l’autre, le but non moins évidemment antichrétien d’Eunapius et Zosime. Voir Paschoud 1979, passim, pour qui l’œuvre de Zosime n’est pas de l’histoire, mais un pamphlet anti-chrétien. Pour une analyse exhaustive de la considération négative de Zosime à l’égard de Théodose, voir Escribano 1998, 526-539. Au sujet de la relation d’Orose avec les cercles s’opposant à Stilichon, cela vaut la peine de se référer à son œuvre, notamment 7.36.1, 38.1 et 40.3. La relation d’Orose avec Augustin ne peut pas être négligée : ces jugements négatifs, ainsi que la relation favorable des faits en fonction de la figure de Mascezel, devront donc être agréés par l’Hipponense. Voir à présent l’article de Frend 1989.

60 Voir la critique de la théorie de l’“invitation” dans l’historiographie moderne dans Mazzarino 1942, 252, n. 2, avec bibliographie. Il attribue l’origine de la révolution d’Alaric au foedus fait entre les barbares et Théodose en 378/380, p. 254-255. Pour l’auteur, ce n’est pas seulement l’ambition personnelle du chef qu’il faut voir ici, mais la première affirmation, encore inconsciente, du principe dominant selon lequel une administration romaine va de pair avec une organisation militaire germanique. Liebeschuetz 1990, 59, caractérise Alaric comme le chef d’un groupe de mercenaires plutôt que comme le leader d’une nation de paysans marchant à la recherche de terres. Son but était d’obtenir la paie la plus élevée possible pour ses hommes, ainsi qu’un poste de prestige très bien rémunéré pour lui.

61 Matthews 1975, 282-283.

62 Jones 1964, I, 177.

63 Cameron & Longs 1993, 323-325.

64 Ibid. Les auteurs signalent que tout en acceptant que, pour faire l’annonce, Aurélien avait tout simplement choisi un “malheureux moment”, Seek le considérait quand même comme un fanatique dont l’intransigeance provoqua les rebellions de Gainas et Alaric.

65 Cameron & Long 1993, 328.

66 Cameron & Long 1993, 333 et 336.

67 Voir Pippidi 1976. Voir aussi le débat entre Thebert 1978, Benabou 1978 et Leveau 1978. Je ne peux pas m’empêcher de citer Benabou 1976. Pour le donatisme, voir la bibliographie ci-dessous.

68 Cap. 13 (Cap. 13 (Cat. codd. hag. Paris., t. I, p. 351).

69 Voir Romanelli 1959, 580, au sujet de la date du débarquement de Théodose en Afrique.

70 Voir Desanges 1962. On peut également consulter Courtois 1955, 119-120, n. 4, qui situe cette tribu dans les massifs proches de la ville d’Auzia.

71 Selon Camps 1984, 183-218, Nubel serait mort en 370 environ, puisque, outre l’intervention de Romanus, l’affrontement entre les deux frères serait dû aux luttes pour sa succession.

72 Pour d’autres informations sur le personnage, voir PLRE. Aussi voir “Romanus 1”, dans Mandouze 1982, 997-998. Voir à présent Warmington 1956, 55-64.

73 Amm. Marc. 29.5.11, 17, 27, 33, 37, 40 et 44. Voir Desanges 1962, passim.

74 Romanelli 1959, 582-582. Selon l’auteur, et à partir des informations fournies par Saint Augustin (Ep., 87.10), Firmus s’était emparé de la ville de Rusicade grâce à la trahison de l’évêque donatiste.

75 Gsell 1903, 26-27, s’oppose à l’identification des diverses versions du nom de cette ville qui apparaît dans les manuscrits (Rucatensi, Rusicazensi, Rusicatensi), et celui de la ville de Rusicade.

76 Cagnat 1913, 78 ; Kotula 1970, 140 ; et aussi Gebbia 1988, 118 et n. 24.

77 Amm. Marc. 29.5.6 et 7.

78 Id., 5.10 et 15.

79 Zos. 4.16.3.

80 Dans la description du siège de Tipasa par Firmus, la révolte est considérée comme une tyrannie : “labes Firminianae tyrannidis” ; le Maurétanien “vellet… sibi imperii dominatum contra ius fasque degener vindicare gentilis”.

81 Amm. Marc. 29.5.20.

82 Seek 1909, 2383 sq. ; Id. 1920, 26 sq.

83 CIL VIII, 5338. L’élimination de cette hypothèse a été très importante pour déterminer quelle fut l’aire d’influence de la révolte, pour autant que les chercheurs s’étaient déjà appuyés sur cette inscription pour imaginer que la révolte s’était étendue jusqu’à une partie de la Numidie.

84 Cagnat 1913, 80, n. 1.

85 Romanelli 1959, 581-582.

86 Kotula 1970, 142.

87 Symmachus, Ep., I, 64. Position reprise par Gebbia 1984, 124.

88 Cagnat 1913, 79-80.

89 C’est-à-dire qu’il faisait retomber la responsabilité de la révolte sur Romanus.

90 Étonnamment Cagnat 1913, 79-80, n. 1, en déduit que la trahison des corps auxiliaires de l’armée africaine, recrutés donc parmi les indigènes, et qui suivirent Firmus, doit être sans doute attribuée à des motifs religieux, l’emphase dans l’affirmation en étant la seule preuve.

91 Warmington 1954, 11 ; Romanelli 1959, 577 ; Kotula 1970, 146.

92 Gebbia 1988, 121.

93 August., Epist., 87.10 : Memento quod de Rogatensibus non dixerim, qui vos Firmianos appellare dicuntur, sicut nos Macarianos appellatis. C. epist. Parm., 1.10.16 :… quae ab eis Rogatus ille Maurus per regem barbarum Firmum quam saeva et quam acerba perpessus sit… ; aussi dans 11.17.

94 Voir des informations à ce sujet dans Mandouze 1982, 990.

95 Cagnat 1913, 79.

96 Frend 1952, 198.

97 Tengström 1964, 79 sq.

98 Kotula 1970, 145.

99 CIL, VIII, 9259.

100 CIL, VIII, 9255.

101 Gsell 1903. Question reprise in extenso par Camps 1984, pour qui Flavius Nuvel et Nubel sont une seule personne.

102 Mascezel est décrit comme un chrétien fervent par Oros. 7.36.4-7, et Paulin de Milan, Vita Ambrosii, (Migne PL 14.41). Voir ci-dessous.

103 Amm. Marc. 29.5.12. Il convient de voir ici Leveau 1975, 871, pour l’auteur, le succès de la mise en valeur de la région de Cesarée dans l’antiquité romaine “ne s’explique pas par la richesse particulière des plaines, mais par la précocité relative de l’adoption de techniques romaines dans un milieu indigène en voie d’urbanisation”.

104 Ibid.

105 Amm. Marc. 29.5.21 et 24.

106 Leveau 1973, 182-186. Selon l’auteur, à la différence des autres tribus qui, au deuxième siècle, étaient déjà administrées par un princeps gentis, l’existence d’un préfet indigène, encore à ce moment-là, s’expliquerait par l’hostilité de cette tribu contre Rome. Voir aussi Lepelley 1974.

107 Bénabou 1976, 448-479.

108 Kotula 1965, 347-365.

109 Bénabou 1976, 465.

110 Amm. Marc. 29.5.35.

111 Amm. Marc. 29.5.20.

112 Voir ici le commentaire de Février 1981, au sujet de la présence d’une vexillatio de chevaliers maurétaniens sur le territoire d’Auzia (c. 260). Cet article relativise en général la portée des approches simplificatrices : “la vision des indigènes révoltés participe d’une image héritée de la vision du barbare, chez Tacite ou Salluste”. Frezouls 1980, 65-93, traite la vision des Autololes voleurs qu’avaient les habitants de Sala. Voir aussi l’article de Fentress 1983, 161-175. On y conteste les lectures unidirectionnelles des phénomènes historiques : “While operating as an instrument of social control, how much was it used by the controlled ? The effects of an army in relation to a local population may be quite different if viewed from the point of view of that population rather than merely as an adjunct to someone’s imperialism” (p. 168).

113 Il y a aussi des allusions dans le De consulatu Stilichonis, In Eutropium ainsi que dans le Panégyrique fait pour le sixième consulat d’Honorius. Voir spécialement Cameron 1970, 93-123 93-123. Il y a aussi l’analyse exhaustive de Modéran 1989. Pour Cameron, il est très important d’observer que De Bell. Gil. parle très peu des antécédents, et encore moins des causes de la révolte de Gildon. En effet, s’il l’avait fait, il aurait révélé l’étendue de l’opposition soulevée par Stilichon à l’est de l’Empire.

114 Oros. 7.36.2-13.

115 Zos. 5.11, qui utilise une source contemporaine : Eunapius.

116 Voir les commentaires de Seek 1883, 67 sq.

117 Amm. Marc. 29.5.6 et 21.

118 Cod. Theod. 9.7.9.

119 Claud., De Bel. Gildon., 154. Voir à présent Cameron 1970, 103-104, sur la chronologie et la discussion avec S. I. Oost.

120 August., C. litt. Pet., 1.24.26. Voir Mandouze 1982, 797.

121 Romanelli 1959, 606.

122 CIL VIII, Supl. 1, 11025. Voir aussi 23968-9.

123 Romanelli 1959, 607. L’auteur s’appuie sur Pacatus, Paneg., 38.2, et sur la nouvelle trouvée dans un document égyptien du 14 juin 388 (Mitteis, Griech. Urkund. d. Papyrussamm. zu Leipzig, I, p. 199). Dans Amm. Marc. 29.5.6 et 21, un certain Maximus est nommé à côté de Gildon. Certains auteurs voient en lui le futur usurpateur de l’Empire.

124 Jer., Ep., 79 et 123.18.

125 Pour la discussion au sujet de la date du mariage voir Modéran 1989, 843, qui appuie le critère de Romanelli, selon lequel il faudrait retenir une date récente – contemporaine du soulèvement d’Eugène – au lieu de le placer aussitôt après la défaite de Maximus. Matthews 1975, 109, le fixe carrément en 392 et ne mentionne pas de discussion sur cette datation.

126 Romanelli 1959, 607-608, suggère que le mariage de la fille de l’Africain et le neveu de l’impératrice s’explique d’une part par le besoin qu’avait Théodose de consolider les relations avec une province dont l’alignement était imprévisible, et d’autre part, à partir notamment des doutes manifestés par Gildon, qui n’avait cessé d’envoyer le blé africain à Rome au cours du soulèvement de Maximus.

127 Cameron 1970, 103-105, est étonné de l’absence d’allusion à la trahison de l’Africain pendant le soulèvement de Maximus ; en effet, cette trahison venait confirmer un enchaînement d’attitudes qui contrariaient les intérêts de la maison de Théodose et contribuaient à tracer le profil tyrannique du rebelle. Évidemment la permanence du Maurétanien au poste après ces événements aurait constitué une maladresse politique de la part de Théodose. Son héritier politique, Stilichon, ne pouvait pas donner la prééminence à ces faits, ni à l’union entre un membre de la maison impériale et la fille de Gildon. S’il avait pu, Claudien aurait tiré de ces événements un remarquable avantage, mais ce n’était pas possible sans entacher la mémoire de Théodose. La solution retenue est évidente : le poète négligea toute allusion à la question de la déloyauté de l’Africain en 387-388.

128 Claud., Bell. Gil., 246 sq.

129 Voir Cameron 1970, 107-112 ; pour une analyse serrée des apparitions de Théodose, le père et le fils, aux empereurs Honorius et Arcadius.

130 Romanelli 1959, 608.

131 Mazzarino 1942, 264.

132 Matthews 1975, 245.

133 Cameron 1970, 103.

134 Seek 1883 1883, 67 sq. Voir Symmachus., Ep., 6.1.

135 Courtois 1955, 145-146. Position reprise par Gebbia 1988, 126.

136 Romanelli 1959, 610. De toutes manières, l’auteur considère que l’affrontement était reconnu comme inévitable : il y a des décrets en juin et en septembre de la même année qui ordonnent la levée de soldats, Cod. Theod. 7.13.12 et 13. Courtois 1955, 145, n. 5, date cette action en 396, en fonction de la Chron. Gall. a. CCCCLII, 36, dans MGH, AA, IX, 54 ; il considère que l’interprétation de Mommsen, qui la situait en 397, était incorrecte. Pourtant, il faut préciser que, pour Courtois, le début du soulèvement coïncide avec l’interruption des envois de grains, et non avec la déclaration de Stilichon.

137 Cameron 1970, 94. L’auteur considère que si, d’après Claudien, tout le poids de la préparation de la campagne africaine était entre les mains d’Honorius, c’était pour éviter que le régent fût compromis en raison de la situation délicate dans laquelle il se trouvait par rapport à la Cour d’Arcadius. Cette analyse s’adapte mieux au développement général de la politique occidentale, et va à l’encontre des suppositions de Demougeot 1979, 113-115, qui voyait dans cette intervention décisive d’Honorius la première manifestation chez l’empereur d’une volonté d’indépendance à l’encontre de la domination de Stilichon.

138 Cameron 1970, 95, signale qu’au cours de la guerre africaine, le régent chercha, en plus, à consolider sa position par une succession de poèmes rédigés par Claudien, qui offrent l’occasion unique d’observer la transformation de la situation politique de la Cour mois après mois : Paneg. de IV cons. Honorii Augusti, Epithalamium de Nuptiis Honorii Augusti et De Bello Gildonico.

139 Jones 1964, I, 329, marque que les mesures prises par les deux sénats étaient vraiment exceptionnelles. Quant à la position délicate des sénateurs en raison de désapprovisionnement de grains, nous avons l’exemple de Symmaque : voir Seek 1883, 70 ; voir aussi les pages de Matthews 1975, 269 sq., sur Symmaque, dans lesquelles il s’arrête sur cet événement ; et aussi Cameron 1970, 230-231.

140 Voir Mazzarino 1942, 237-240, comportant des détails.

141 Matthews 1975, 262 et 268-269 ; Cameron 1970, 233-234. Voir aussi Seek 1883, 69-70.

142 Cameron 1970, 117, dit qu’on peut déduire clairement du récit de Claudien que Mascezel n’amenait que cinq mille hommes, et qu’il n’était pas accompagné de la chevalerie. Il faut en déduire que Mascezel comptait aussi sur des troupes africaines de chevalerie qui s’étaient ajoutées à son armée.

143 Cameron 1970, 108-109.

144 Voir à ce sujet l’article de Melani 1998, 1489-1502, dans lequel l’auteur souligne le rôle actif joué par Mascezel, volontairement rapetissé dans les sources. Selon l’article, essentiellement, Mascezel et ses enfants n’approuvaient pas la révolte de Gildon, et s’ils avancèrent, ce fut pour l’empêcher ; c’est pour cette raison que les enfants, membres de l’armée aux ordres du comes africain, furent assassinés, leur intervention préalable ayant préparé les défections qui eurent lieu plus tard dans l’armée africaine (p. 1498). D’autre part, l’auteur soutient qu’il est possible que Mascezel occupât à l’époque un poste officiel, ce qui justifierait ses voyages fréquents en Italie (p. 1495). Cependant, elle n’associe pas ce conflit de 397 à la position contradictoire de Mascezel pendant le soulèvement de Firmus.

145 Cameron 1970, 112-113.

146 Ce facteur est déterminant à l’heure de faire l’analyse exhaustive de la politique du Vandale ; Cameron y trouve la cause évidente qui explique pourquoi Stilichon n’avait pas pu battre Alaric à deux reprises.

147 L’île de Capraîa, près de la Corse.

148 Oros. 7.36.

149 Romanelli 1959, 614. Mascezel s’installa sur le bord du fleuve Ardalio, et lorsqu’il essaya d’entreprendre certaines manœuvres, il vit en rêve Ambroise. Le spectre de l’évêque lui faisait un signe de ses mains, et frappait par terre avec son bâton, pendant qu’il répétait trois fois le mot “ici”. L’Africain interpréta qu’on lui annonçait le lieu de la victoire et, par le chiffre, le jour. Il y resta donc, et au bout de trois jours, il lança l’attaque (Oros. 7.36).

150 De toutes manières, il faut tenir compte que Mascezel, allié à Firmus auparavant, avait sans doute eu une certaine relation avec l’Église donatiste, du moment que celle-ci, plus ou moins volontairement, avait appuyé les prétentions du “tyran”. Je le signale bien que je voie clairement que le surnom donné par Augustin aux donatistes – firmianos – visait plutôt à un effet de propagande (comme je l’ai souligné ci-dessus). Mais je tiens à souligner que s’il est possible que Mascezel ait modifié sa perspective religieuse, c’est plutôt en vue de l’affirmation de ses intérêts politiques locaux et de l’accommodement qu’il mettait en œuvre dans la Cour et non en raison de ses convictions théologiques profondes (que je ne négligerais pas comme cause probable, mais auxquelles j’attribuerais un rôle plutôt modeste).

151 Ep., 48.1. Pour la période d’Agustin à Cassiciacum, voir Brown 1970, 147-164 ; et aussi Marrou 1938, 161-327, spécialement p. 161-186.

152 Mandouze 1982, 69.

153 Mazzarino 1942, 264.

154 Romanelli 1959, 610. C’est une position identique à celle déjà assumée par Cagnat 1913, 92.

155 Mazzarino 1942, 264 sq. L’auteur signale que “Donatismo e comitiva Africae erano così alleati per une via, che, se non portava all’autonomismo (questo concetto, nell’accezione piena che noi gli damo, è estraneo alla mentalità di quel tempo), astraeva però dagli interessi generali dell’impero, e dal suo centro italiano”.

156 Gebbia 1988, 126 et 129. Les causes qui poussent l’auteur à faire une différence entre les révoltes des deux frères ne sont pas claires. Elle dit de Firmus : “la sua, molto più semplicemente, è da intendersi come una forma irrazionale e cruenta di protesta : una ‘rebellio barbarica’, appunto” (p. 124). Cela vaut la peine de préciser que la position de l’auteur est subsidiaire par rapport aux opinions de Courtois 1955, 145. Cet auteur voit Gildon comme un grand “caïd kabyle” qui s’était proposé de reconstruire un État africain, à la manière de Postumus en Gaule.

157 Modéran 1989, 823 sq., disqualifie la version de Claudien à partir d’une double argumentation. En premier lieu, l’hostilité manifeste du poète à l’égard du comes africain, qui peut s’expliquer par son engagement personnel auprès de Stilichon. En deuxième lieu, la construction artificielle du profil littéraire de Gildon, qui reprend les topiques classiques des tyrans qui étaient déjà présents chez Suétone et Tacite. Il disqualifie même la véracité de la transcription des groupes indigènes participant à la rébellion, repris presque identiquement des vers de Lucain (Belli Ciuilis, 4), ainsi que la validité des informations ethnographiques qui s’y trouvent, et qui coïncident avec celles qui apparaissent chez Salluste (Bellum Iugurthinum, 80.6-7 et 97.4-5).

158 Oros. 7.36. Je reprends ici la traduction de Modéran 1989, 851.

159 Modéran 1989, 853.

160 Oros. 7.36.10.

161 August., C. Cresc., 4.24.31 ; 25.32 et 27.34 ; C. Litt. Pet., 2.28.65 ; 37.88 ; 83.184 ; 92.209 ; 103.237 ; C. Ep., Parm., 2.15.34.

162 Frend 1952, 208 sq. Voir aussi Mazzarino 1942, 264.

163 Voir les notes ci-dessus.

164 Mazzarino 1980, 438 sq.

165 Pour les lois relatives au patrimoine de Gildon, voir Cod. Theod. 9.42.16 et 19 ; 7.8.7 et 9.

166 Claud., Bell. Gild., 158.

167 Courtois 1955, 146 ; voir aussi Gebbia 1988, 128.

168 Cod. Theod. 7.8.7. Claud., Bell. Gild., 197-198.

169 Modéran 1989, 860 sq.

170 Voir les considérations sur la formation des grands domaines en Afrique de Kolendo 1976, chapitre I, passim.

171 Cod. Theod. 14.15.3 et 6.

172 Modéran 1989, 865.

173 Tengström 1964, 84-90.

174 August., C. Litt. Pet., 2.83.184.

175 De Veer 1968, 781.

176 Ce fait a été souligné par Frend 1952, dans le chapitre sur Gildon et Optat, bien que ses conclusions généralisent les conséquences.

177 Mazzarino 1942, 251, voir ci-dessus.

178 De toute façon, je ne peux pas négliger la différence établie par Saint Augustin : pour parler de Firmus il utilise le signifiant barbarus, mais pour parler de son frère Gildon, il dit comes. La caractérisation est donc différente pour les deux hommes.

179 “Ancora sulle…”, p. 124.

180 Dans ce cas, l’auteur rattache aussi à Gildon les jugements d’Augustin sur Optat, lorsque les allusions de l’évêque au comes africain sont délicates.

181 Voir Thebert 1973, on y souligne les conditions de la naissance d’une romanité africaine. Voir aussi García Mac Gaw 1994. Il est intéressant de signaler que Camps 1984, 193, marque certaines continuités culturelles présentes dans les royaumes berbères des siècles suivants : “On notera qu’à Volubilis au viie s. la classe dominante qui passe encore commande d’épitaphes porte des noms latins alors que trois siècles plus tôt on voyait alterner dans une même famille princière de Maurétanie Césarienne, noms africains et noms latins : Firmus était frère d’un Sammac ou d’un Gildon et fils d’un Nubel. Flavius Nuvel était fils de Flavius Saturnius et petit-fils d’un Flavius Florus. Cette épigraphie maurétanienne postérieure au débarquement vandale de 429 a le mérite de révéler l’étrange fidélité de ces Africains à la langue de Rome et à ses principes calendaires de l’ère provinciale”.

182 Mazzarino 1942, 164.

183 Mazzarino 1942, 167. Voir en particulier n. 1, p. 168.

184 Romanelli 1959, 617 sq. Voir la p. 619 où l’on critique la thèse de la persistance des incursions africaines comme “traînant” depuis la guerre de Gildon.

185 Cod. Theod. 7.19. Romanelli 1959, 617 sq., souligne la présence des Austuriani déjà dans les lettres de Synesius. L’identification de ces Subafrenses à cette tribu vient de loin. Modéran 1989a, donne une autre interprétation sur les Subafrenses.

186 Cod. Theod. 7.15.1.

187 Matthews 1975, 149 et 169. L’article sur Rufin de Pernice 1936-1944, signale que Rufin était passé en Italie pour chercher fortune, et qu’il y avait connu Saint Ambroise et Symmaque, cette relation étant signalée par Zos. 4.51. Au sujet de l’existence d’un groupe hispanique, voir à présent Bravo 1996, où l’auteur disqualifie l’idée d’un tel “clan hispanique”, – à l’encontre des positions de Matthews à ce sujet – et donne la priorité aux relations entre les membres de ces cercles par des liens familiaux.

188 Matthews 1975, 134-135 et 228.

189 Hist. Lausiaca, caput CXLII, Vita sanctae Silvaniae. Voir Hunt 1972, qui apporte des informations sur Sylvia et sur la date du voyage.

190 Matthews 1975, 136. Pietri 1976, 435-436, signale que cette querelle avait divisé les cercles aristocratiques chrétiens romains, d’un côté les Caeionii, Pammachius et Marcella penchent pour Jérôme ; Mélanie, peut-être Pinianus et les Turcii penchent pour T. Rufin. L’évêque Sirice résiste aux avances de Marcella, vraisemblablement parce qu’il ne trouve pas Jérôme sympathique et surtout, parce que la querelle n’agite pas les secteurs populaires. Voir aussi, p. 448-452, où sont mentionnés les liens entre aristocrates, hommes de l’Église et hommes de Cour.

191 Matthews 1975, 236.

192 Theodoret 5.17 sq., in Cassiod., Hist. Eccl. ex tribus graecis auctoribus – Sozomeno, Socrate et Theodoreto –, 9.30 (Migne PL 69, 1145D). Dans le récit de Théodoret, c’est Rufin qui tâche de dévier la volonté de l’évêque pour qu’il lève la punition imposée à l’empereur, en dépit de la volonté de ce dernier qui veut faire sa pénitence. Il est évident que toute la conversation recueillie par Théodoret est une fiction. Or, pourquoi l’intercession de Rufin par-devant l’évêque au nom de l’empereur devrait-elle aussi être une fiction ? Pour Oros. 7.37, Rufin a bien mérité sa fin, “car il cherchait le pouvoir royal pour lui-même”. Voir Palanque 1933, 242, “Rufin a dû être de ceux-là”, lorsqu’il fait allusion aux “courtisans qui avaient poussé leur prince à la sévérité contre les Thessaloniciens”. Il le trouve également coupable d’avoir favorisé des lois “anticléricales” dans l’été 390.

193 Mazzarino 1942, 203-205. Il signale qu’Eutrope fut l’envoyé de Théodose qui devait s’entretenir avec le prophète égyptien Jean, pour que lui fût révélé le secret du succès de son expédition contre Eugène.

194 Demougeot 1952.

195 Le même sénateur qui reçoit les éloges de Saint Augustin dans l’Ep., 58 parce qu’il a réussi à convertir des colons schismatiques de ses domaines numides. Voir Monceaux 1912, VII, 65.

196 Demougeot 1952, 86.

197 L’auteur cite F. Cavallera 1922 : Saint Jérôme, sa vie et son œuvre, I, Louvain, 282, pour qui T. Rufin avait correspondu avec Anicia Faltonia Proba. T. Rufin, pour sa part, était étroitement lié à Mélanie l’ancienne, avec qui il voyagea en Égypte entre 371 et 372. Plus tard, vers 378, il s’établit dans son monastère de Jérusalem au Mont des Oliviers. Enfin, il se réfugia avec Mélanie et ses proches en Sicile, pendant l’invasion des Wisigoths.

198 Jer, Ep., 123.17.

199 Cracco Ruggini 1968, 436 et n. 17.

200 Pour Demougeot 1979, 177, à partir de leur installation dans l’Illyricum, les Wisigoths étaient devenus des barbares encore plus dangereux que les barbares extérieurs, puisqu’ils étaient plus proches des centres névralgiques du pouvoir, qu’ils avaient menacés à plusieurs reprises. En conséquence, à cause des Goths d’Alaric, fussent-ils ou pas révoltés, il y eut dans la politique romaine des deux partes imperii des antigermaniques qui s’opposèrent aux progermaniques.

201 Cracco Ruggini 1968, 442. Mazzarino 1942, 231, dit que la politique religieuse de Stilichon était dominée par le désir d’associer les éléments sénatoriaux païens à ses intérêts, par l’octroi d’une tolérance religieuse. Pour Pietri 1976, 442, la terreur éveillée par l’arrivée des barbares d’Alaric et Rhadagaisus conduit au reverdissement des cultes païens. Au moment de la victoire, Honorius et Stilichon sont même entourés d’un faste et d’un cérémonial de jeux propres plutôt aux anciennes traditions.

202 Paulinus, Vita S. Ambrosii, 51.

203 Oros. 7.36.4-12 et 37.

204 Oros. 7.37 et 38.1-6.

205 Oros. 7.37.2 et 9.

206 Oros. 7.37.8.

207 Quant au présumé caractère païen de Claudien, et pour ne pas insister sur une question qui est éloignée de notre sujet spécifique, précisons simplement que nous sommes d’accord sur la perspective générale posée par Cameron 1970, 189-227, au sujet du poète. Pour l’auteur, Claudien ne peut pas être lu comme le représentant de la clase païenne sénatoriale, même s’il est évident qu’il ne s’agit pas d’un auteur religieux. Cameron différencie le “caractère païen” de sa poésie, de la profession de paganisme par l’auteur. À son avis, Honorius ne lui aurait pas permis d’écrire un hymne de Pâques en sachant qu’il ne professait pas le christianisme. Cracco Ruggini 1968, 446, soutenait déjà cette position, contre la perception de Mazzarino (voir supra).

208 Correspondant probable aussi de Rufin, voir Matthews 1975, 374.

209 Cameron 1970, 30 sq.

210 Paulin, Vita S. Ambrosii, 8. Voir aussi 21 et 25.

211 Matthews 1975, 222.

212 Identifié au consul de 408 plutot qu’à celui de 431, encore que ce dernier cas soit possible ; voir Matthews 1975, 367, n. 6.

213 Lancel 1999, 468.

214 Jérôme, à son tour, lui dédia son épître 130.

215 Voir Aug., Ep., 92 et 99.

216 Brown 1961b, 5.

217 Liebeschuetz 1990, 226. Cf. PLRE : Anicia Italica 2.

218 Voir sa carrière en détail dans Matthews 1975, 74-75.

219 Voir Brown 1970, 86-89, où l’auteur transmet l’atmosphère de l’entourage de la société de Milan ainsi que le lien entre Symmaque, un personnage central, et Augustin. Aussi ibid., p. 110-127, qui fournit des informations précises sur le groupe d’auteurs milanais ayant influé sur cette perspective philosophique de la formation d’Augustin. Sur la Cour de Milan, voir Matthews 1975, 183 sq., passim.

220 Sur son œuvre, voir Matthews 1975, 217-218.

221 Lancel 1999, 437.

222 Descendant des Caeionii, son père était Ceionius Rufius Albinus, préfet de Rome en 389-391 ; son frère était Volusianus, et son époux Valerius Publicola, qui descendait du côté de son père de l’ancienne famille des Valerii Maximi.

223 Lepelley 2002, en analysant l’en-tête de la lettre pense que Publicola ne peut être le célèbre sénateur romain, mais plutôt un notable africain. Mandouze 1982, 932, n. 4, dit que la lettre confirme l’impression générale que Publicola ne réside pas dans cette région, contre Thouvenot 1964. Dans PLRE on identifie, probablement, les deux Publicola (1 et 2). Dans le même sens voir Moreau 1982, et aussi Moine 1980. L’article de Lepelley m’a paru le plus convaincant, mais sans arriver à résoudre la question.

224 Lancel 1999, 439. L’auteur souligne la vente de terres faite par Pinianus en Maurétanie, Numidie, et la Proconsulaire. Ainsi que le conseil d’Alypius, Augustin et Aurelius de Carthage pour qu’il plaçât le produit de ces ventes dans des fondations de bienfaisance. Ils établirent ainsi deux monastères à Thagaste, richement parés, qui réunissaient cent trente et quatre-vingt moines, respectivement. La nouvelle de cet étalage de bonté évergétique parvint sans doute promptement à Hippone, avant la famille, ce qui explique les événements postérieurs de cette communauté chrétienne dont les membres essayèrent que le noble fût ordonné prêtre afin d’en assurer l’héritage à l’Église. Voir Ibid., p. 440 sq., et aussi August., Ep., 125 et 126.

225 Ep., 132 et 137.

226 August., Ep., 96.1.

227 La demande concerne un terrain légué à l’Église mais qui avait une dette fiscale importante, et on espère que l’empereur va accorder une remise de dette.

228 August., Ep., 96.3. Il est vrai que ce caractère habituel peut bien être une formule générale pour quelqu’un qui est connu dans un cercle d’amitiés, même s’il n’a pas de rapports étroits avec l’Africain. Même dans ce cas, c’est toujours un bon point d’appui pour notre idée.

229 Prudent., Contre Symmaque (Nous avons pris la traduction de Belles Lettres, Paris, 1948, T. III).

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540