Version classiqueVersion mobile

Le problème du baptême dans le schisme donatiste

 | 
Carlos G. García Mac Gaw

Avant-propos

Texte intégral

1Je commence par solliciter l’indulgence des lecteurs quant à la qualité de mon style en français. Il y a sûrement des passages où il n’est pas aussi bon qu’on pourrait le souhaiter. J’ai beaucoup travaillé à le corriger, et j’ai été aidé, à ce sujet, par plusieurs amis que je remercie vivement. Cela contribue largement à expliquer qu’il ait fallu beaucoup de temps pour parvenir à la publication de ce livre. Malgré cela, je ne crois pas que nous ayons toujours atteint la qualité requise. Je prie les lecteurs de bien vouloir m’en excuser.

2Cet livre est issu de ma thèse de doctorat, “Le problème du baptême dans le schisme donatiste”. J’ai souhaité m’inscrire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, à Paris, et c’est ainsi que j’ai rencontré M. Jean Andreau. Quoiqu’il ne soit pas spécialiste de l’Antiquité tardive et de l’histoire du Christianisme, il a accepté d’être mon directeur de thèse. Sur mon travail de thèse, j’ai également profité des conseils de M. Jean-Michel Carrié, de M. Yves Modéran et de M. Carlos Astarita, mon collègue de l’Université de Buenos Aires. La soutenance a eu lieu à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, en novembre 2001. Le jury était constitué de MM. Andreau, Astarita, Carrié et Modéran.

3Pour la publication, j’ai dû abréger certaines parties de ma thèse, et j’ai essayé de tirer profit des suggestions qui m’ont été faites au cours de la soutenance et à la suite de la soutenance. Mais le sujet du livre, ses principales orientations et le cheminement de son argumentation restent tout à fait fidèles à l’esprit de ma thèse de doctorat.

4Je voudrais remercier tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, m’ont aidé à écrire ce livre. D’abord Jean Andreau, sans qui il n’aurait pas été publié. Il m’a toujours beaucoup soutenu, dès le moment où il a accepté de diriger ma thèse, puis au cours de mes séjours de recherche à Paris. Il a aussi travaillé sur le texte pour contribuer à en améliorer le style. La meilleure des choses qui restent, à la suite de tout cela, c’est sans aucun doute la très amicale relation que nous avons nouée ensemble. Je remercie ensuite Carlos Astarita, Directeur de l’“Instituto de Historia Antigua y Medieval” de l’Université de Buenos Aires, qui, chapitre après chapitre, et au fur et à mesure que je les rédigeais, a lu attentivement l’ensemble du texte de ma thèse et m’a adressé beaucoup de conseils. Je remercie aussi, très chaleureusement, Yves Modéran et Jean-Michel Carrié, dont la compétence et la disponibilité m’ont été précieuses ; ils m’ont amené à effectuer un bon nombre de corrections et m’ont beaucoup encouragé à mener à bien la rédaction du livre. Jean-Michel Carrié, qui, à plusieurs reprises pendant mes séjours à Paris, m’a fait profiter de ses conseils, a aussi facilité mon travail à la Bibliothèque des Sciences religieuses de l’École Pratique des Hautes Études. Malgré des problèmes de santé, Yves Modéran m’a aussi apporté une grande aide. Je remercie en outre Julian Gallego et I. Lewkowicz, malheureusement aujourd’hui disparu, avec qui j’ai beaucoup discuté pendant nos études. Ces conversations ont toujours jeté de la lumière sur nos pensées. Je remercie également Cécile Adoue et Béatrice Couteau, qui m’ont aidé à corriger le texte, ainsi que l’Universidad de Buenos Aires également, de laquelle j’ai reçu une aide financière.

5Et, pour finir (last but not least), je remercie Ariadna, Martina, Guillermo et Valentina, qui ont supporté mon travail !

6Tous m’ont aidé a publier ce livre. Mais je suis évidemment seul responsable de ce qui est écrit dans les pages qui vont suivre.

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search