Version classiqueVersion mobile

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Cinquième partie. Lectures de l’histoire

XXXIV - Biographie “historique” ou roman “héroïque” ? La Vie de Pyrrhos de Plutarque1

Texte intégral

  • 1 Biographie des hommes, biographie des dieux. Recherches sur la philosophie et le langage, 21, 2000, (...)
  • 1 Sur le développement de l’historiographie et ses formes nouvelles, Will et al. 1976, 603-607.
  • 2 Sur la naissance du genre biographique, voir Momigliano 1991.

1Dans ses Vies parallèles, Plutarque n’a pas hésité à inclure des personnages plus ou moins mythiques (Thésée, Lycurgue, Romulus et les premiers Romains). On entre dans l’histoire proprement dite, du moins pour ce qui est des Grecs, avec Solon, et plus encore avec les Athéniens du ve et du ive siècles, les Spartiates, les Thébains, les Syracusains de ce même siècle (je laisse à part le cas d’Alexandre). Plutarque dispose pour composer son récit de sources contemporaines, Hérodote, Thucydide, Xénophon, les Comiques, les Atthidographes, Aristote, Éphore, Théopompe, Timée. On s’attendrait donc à ce qu’il en aille de même avec les grands hommes du iiie siècle. L’historiographie ne cesse alors de se développer, dans le milieu des écoles philosophiques athéniennes d’une part, dans le milieu alexandrin d’autre part1. L’apparition, au sein de l’école péripatéticienne, dans les dernières décennies du ive siècle, des premières biographies fournissait par ailleurs à Plutarque des modèles et une documentation particulièrement riche, qu’il a d’ailleurs amplement mise à profit dans les Vies de Démétrios et d’Eumène2.

  • 3 Sur les sources de la Vie de Pyrrhos, voir la Notice de Flacelière et Chambry 1971, 7-14.
  • 4 Sur les événements de la période qui sépare la mort d’Alexandre de celle de Pyrrhos, on se reporter (...)
  • 5 Sur cette première période de la vie de Pyrrhos, voir Will 1979, 89-93.

2Pourquoi alors ce caractère singulier de la Vie de Pyrrhos, où l’on peut déceler, à côté d’un récit “historique” un véritable roman “héroïque” ? Les commentateurs, toujours à la recherche des sources, ont mis en évidence plusieurs de celles qu’a utilisées Plutarque, et plus précisément le récit de Hiéronymos de Cardia, historien contemporain des événements qui marquèrent la période allant de 323 à 272, c’est-à-dire ce demi-siècle qui sépare la mort d’Alexandre de celle de Pyrrhos3. Hiéronymos prit part personnellement à ces événements et les relata dans son Histoire des diadoques. Il s’agit d’un moment particulièrement complexe, qui vit se dresser les uns contre les autres les principaux généraux d’Alexandre (les Diadoques) et certains de leurs fils (les Épigones). À l’exception du seul Ptolémée qui très vite allait faire de l’Égypte un puissant État, les autres rêvaient tous plus ou moins de se rendre maîtres du cœur de l’empire du Conquérant, c’est-à-dire la Macédoine4. Or, l’Épire, dont Pyrrhos allait devenir roi, était voisine de la Macédoine et présentait avec le royaume des Argéades de nombreux traits communs, sans parler d’unions dynastiques entre les deux dynasties royales. Tout naturellement donc, Pyrrhos allait se trouver mêlé à ces événements, soit comme comparse de tel ou tel : ainsi son amitié avec Ptolémée ou son alliance avec Démétrios Poliorcète, le fils d’Antigonos le Borgne, un temps le plus puissant des diadoques ; soit pour son propre compte lorsqu’il s’empara de la Macédoine et s’en fit proclamer roi5. Dans la biographie que lui consacre Plutarque, ces événements sont évoqués à partir du chapitre IV et jusqu’au début du chapitre XIII.

  • 6 Sur les problèmes que soulève cette campagne d’Occident, voir la discussion dans Will 1979, 121-134

3Alors commence une nouvelle étape de l’histoire de Pyrrhos : son expédition en Occident. On estime généralement que Plutarque a pour cette partie de son récit utilisé les Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse et peut-être les écrits de Pyrrhos lui-même. Ici encore, on est en pleine “réalité historique” : en répondant à l’appel des Tarentins, Pyrrhos ne fait que suivre l’exemple d’autres chefs militaires qui, à partir de la seconde moitié du ive siècle, sont intervenus en Occident pour venir à l’aide des cités grecques menacées par les populations italiques et de plus en plus par les ambitions de Rome. Les campagnes de Pyrrhos en Occident se situent entre 280 et 274, avec un premier affrontement avec les Romains, puis l’expédition de Sicile – Pyrrhos ayant pour seconde épouse Lanassa, fille du tyran de Syracuse Agathoclès, pouvait, en effet, penser qu’il avait des droits sur la Sicile – et un second affrontement avec les Romains sanctionné par la défaite du roi d’Épire à Bénévent (chapitres XV à XXV)6.

  • 7 Will 1979, 209-215. Sur l’ensemble de la politique menée par le roi d’Épire, voir Lévêque 1957.

4La troisième partie de la vie de Pyrrhos le ramène en Grèce (274-272). Il s’empare de nouveau de la Macédoine d’où il chasse le fils de Démétrios, Antigonos Gonatas. Puis, répondant à l’appel du Spartiate Cléonymos, qui désirait se venger du fils du roi Areus, amant de sa jeune épouse, il partit pour le Péloponnèse, présentant une fois de plus cette image d’un condottiere, avide d’en découdre partout où cela était possible et d’entretenir de cette façon son armée. Expédition qui devait mal s’achever. Ayant échoué devant Sparte, Pyrrhos vint attaquer Argos. Et c’est là qu’il trouva la mort, tué par une tuile jetée d’un toit par une vieille femme (chapitres XXVII à XXXIV)7.

5On a donc là, racontées par Plutarque avec force détails (sur les armées en présence, les pertes des adversaires, les combats eux-mêmes, etc.) les trois étapes de la vie relativement brève du roi d’Épire, une vie inscrite dans une réalité historique très concrète, même si d’une source à l’autre les témoignages divergent quant au nombre des pertes, à la réalité de telle ou telle alliance, voire à l’enchaînement chronologique des faits.

6Mais ce n’est là qu’un aspect de la biographie que Plutarque consacre au roi d’Épire. Sur ce récit historique se superpose en effet un véritable “roman” qui devait assurer à Pyrrhos une notoriété allant bien au-delà du rôle qu’il a réellement tenu pendant cette période troublée.

7Il y a d’abord le mythe de ses origines. Certes, comme nombre de ses contemporains, Pyrrhos se réclamait d’une ascendance héroïque, sinon divine. Mais ici, dans la biographie de Plutarque, elle prend un sens particulier. À l’origine, il y a un mythe très ancien, puisqu’il remonte au Déluge, celui de Phaéton, fils du Soleil, qui se serait établi en Épire et celui de Deucalion, fils de Prométhée et époux de sa cousine Pyrrha, fille d’Épiméthée et de Pandora.

8Deucalion est le Noé de la mythologie grecque, père de tous les hommes nés de la terre après le Déluge.

9“Longtemps après”, on trouve – et c’est là que cela devient intéressant – régnant sur le peuple des Molosses qui habitent l’Épire, Néoptolème, le fils d’Achille qui, après s’être emparé du pays, fonda la dynastie des Pyrrhides, lui-même ayant reçu le nom ou le surnom de Pyrrhos, le Roux.

  • 8 Sur la généalogie de Pyrrhos à partir de Tharrhypas (appelé aussi Tharyps) voir Paus. 1.11.1.

10Puis de nouveau une longue interruption marquée par la “barbarisation” des rois d’Épire, jusqu’à ce qu’un certain Tharrhypas initie son peuple à l’usage de l’écriture grecque et le fasse ainsi rentrer dans la civilisation8. Ce Tharrhypas était le grand-père d’Éacide, le père de Pyrrhos. Plutarque ne dit pas expressément que Pyrrhos était le descendant de Phaéton et de Deucalion. Mais le rappel de ces légendes et surtout du plus grand des héros de l’épopée, Achille, n’est évidemment pas indifférent. L’importance accordée à ce récit généalogique par ailleurs place d’emblée Pyrrhos lui-même au rang des héros de l’épopée.

11Après cette évocation d’une généalogie mythique et héroïque, vient le récit d’une enfance miraculeuse. Éacide, en effet, ayant été chassé par son oncle Néoptolème, le jeune Pyrrhos ne fut sauvé que grâce au dévouement de gens du pays (dont un nommé... Achille) qui permirent à l’enfant de franchir la rivière séparant l’Épire de l’Illyrie où régnait le roi Glaucos, qui le recueillit, l’éleva et l’aida à reconquérir son royaume (chapitres II-III).

  • 9 Ce pouce miraculeux aurait été conservé dans le sanctuaire de Zeus à Dodone. Voir Lévêque 1957, 270 (...)

12Enfin, tout en ne s’arrêtant que très brièvement sur le caractère du jeune roi, Plutarque souligne - nouveau miracle - qu’il possédait un don particulier : il guérissait les malades de la rate en appuyant son pied droit sur l’organe malade. C’est le gros orteil de ce pied droit qui possédait ce don divin, et qui, lorsque la dépouille de Pyrrhos fut brûlée, résista au feu9.

13Ainsi, dès le début de son récit, Plutarque met-il en lumière non seulement la généalogie divine du jeune prince, mais également son sauvetage miraculeux, ses dons de guérisseur, et plus que tout la référence au plus grand héros de l’épopée, Achille.

  • 10 “Pantauchos qui était sans contredit le meilleur des généraux de Démétrios par le courage, l’adress (...)
  • 11 “L’un d’eux, même, courant loin en avant des autres, espèce de géant splendidement armé, défia le r (...)
  • 12 “Le lendemain, il envoya par un héraut à Antigone un message le traitant de fléau et le défiant de (...)

14C’est cette référence à Achille qu’on retrouve dans les récits de bataille, où Pyrrhos se comporte plus en héros d’Homère qu’en roi hellénistique. Ainsi, lorsqu’après sa rupture avec Démétrios, il livre au lieutenant de celui-ci un combat singulier (7.6-9)10, ou lorsque, guerroyant en Sicile contre les Mamertins, il fend en deux un géant (24.3-6)11, ou encore lorsqu’il provoque en duel Antigonos Gonatas (31.3)12. Le refus de celui-ci souligne bien la différence entre le roi conscient de ses responsabilités et le héros fougueux et irresponsable qui va d’ailleurs effectivement aller au-devant de la mort inutilement. Et, s’il ne s’agit plus d’Achille, c’est à un autre héros de l’épopée, Ulysse, que fait penser le récit de la tempête à laquelle Pyrrhos échappe miraculeusement (chapitre XV).

15Il y a enfin chez le Pyrrhos de Plutarque cette hubris, cette démesure, qui l’apparente non seulement à certains héros de l’épopée, mais aussi au héros tragique, même si l’épisode s’achève sur une note ironique. Je fais ici référence au célèbre dialogue entre Pyrrhos et son conseiller, le Thessalien Cinéas (chapitre XIV). Peu importe que le dialogue soit authentique ou qu’il s’agisse d’un exercice d’école. L’essentiel est qu’il introduit dans le récit de la Vie du roi d’Épire une dimension nouvelle, une réflexion philosophique sur la démesure, mais aussi le rappel de l’opposition entre la vie du sage, celle que défend Cinéas, et la vie de Pyrrhos qui s’achève de façon à la fois tragique et misérable, pour avoir cédé à ses “espérances” sans limites.

16On le voit, la Vie de Pyrrhos de Plutarque témoigne de la complexité du genre biographique. Plutarque ne s’est pas contenté de faire œuvre d’historien et de moraliste. Les Vies qu’il offre en exemple à son ou ses lecteurs, les comparaisons auxquelles il se livre entre vies grecques et vies romaines, répondent à des objectifs divers : montrer la continuité entre la civilisation grecque et la civilisation romaine, fournir à ses contemporains des modèles de comportements politiques, militaires, individuels aussi. Mais en même temps, construire une biographie comme un récit complet qui, à la différence du récit de l’historien ne s’organise pas autour d’un temps linéaire et politique, mais privilégie les moments dramatiques qui ne répondent pas à un schéma unique mais varient en fonction du personnage. Tantôt c’est la formation qui importe (Périclès, Alcibiade, les Gracques), tantôt une activité militaire dont les moindres épisodes sont développés (Agésilas, César), tantôt la mort et les présages qui l’ont annoncée (Alexandre, Antoine). Dans la Vie de Pyrrhos, si l’articulation autour des grandes étapes de son action militaire et politique est respectée et forme la trame même du récit, le rappel des origines mythiques d’une part, l’évocation des actes héroïques de l’autre, prennent tout leur sens avec le dialogue entre Pyrrhos et Cinéas. Plutarque, il ne faut pas l’oublier, était d’abord un élève des philosophes et un philosophe lui-même, et l’usage que la postérité a fait de ses Vies Parallèles, interprétées comme des “sources” de l’histoire de l’Antiquité doit être appréciée à sa juste valeur. Parce qu’il a lu des auteurs qui ne nous sont pas parvenus, il est pour l’historien un outil précieux. Mais il importe de bien préciser la manière dont il les utilisait et de mesurer les enjeux de son entreprise. La Vie de Pyrrhos, de ce point de vue, est particulièrement exemplaire.

Notes

1 Sur le développement de l’historiographie et ses formes nouvelles, Will et al. 1976, 603-607.

2 Sur la naissance du genre biographique, voir Momigliano 1991.

3 Sur les sources de la Vie de Pyrrhos, voir la Notice de Flacelière et Chambry 1971, 7-14.

4 Sur les événements de la période qui sépare la mort d’Alexandre de celle de Pyrrhos, on se reportera à Will 1979, 19-134.

5 Sur cette première période de la vie de Pyrrhos, voir Will 1979, 89-93.

6 Sur les problèmes que soulève cette campagne d’Occident, voir la discussion dans Will 1979, 121-134.

7 Will 1979, 209-215. Sur l’ensemble de la politique menée par le roi d’Épire, voir Lévêque 1957.

8 Sur la généalogie de Pyrrhos à partir de Tharrhypas (appelé aussi Tharyps) voir Paus. 1.11.1.

9 Ce pouce miraculeux aurait été conservé dans le sanctuaire de Zeus à Dodone. Voir Lévêque 1957, 270-271.

10 “Pantauchos qui était sans contredit le meilleur des généraux de Démétrios par le courage, l’adresse et la force physique, et qui joignait à ces qualités l’audace et la fierté, provoqua Pyrrhos à un combat singulier, et Pyrrhos qui ne le cédait à aucun roi en vigueur et en bravoure et qui voulait s’approprier la gloire d’Achille par la valeur plutôt que par la naissance, s’avança à travers les premiers rangs à la rencontre de Pantauchos” (7.7, trad. Chambry-Flacelière).

11 “L’un d’eux, même, courant loin en avant des autres, espèce de géant splendidement armé, défia le roi d’une voix arrogante, de venir à lui s’il était encore vivant. Pyrrhos, exaspéré, revint sur ses pas, malgré ses écuyers. Plein de colère, le visage barbouillé de sang, terrible à voir, il se précipita à travers les siens, il devança le barbare et lui asséna sur la tête un coup d’épée d’un bras si vigoureux et avec un fer d’une si bonne trempe que l’arme, descendant jusqu’en bas trancha le corps en deux parties, qui tombèrent en même temps de chaque côté” (24.4-5). On trouve même ici non seulement l’invitation au combat de la part du barbare (en quelle langue ?) mais encore la colère (orgè) du nouvel Achille.

12 “Le lendemain, il envoya par un héraut à Antigone un message le traitant de fléau et le défiant de descendre dans la plaine pour décider par un combat à qui appartiendrait la royauté” (31). Cela correspond certes au caractère personnel de la monarchie hellénistique. Mais on a pu comparer cette invitation de Pyrrhos à Antigone de régler par un combat singulier le sort de la monarchie macédonienne à l’invitation de Pâris à Ménélas au chant III de l’Iliade (vers 70 sq.) : “Mettez-nous tous les deux aux prises, Ménélas chéri d’Arès et moi. Hélène et tous les trésors seront l’enjeu de ce combat. Celui qui l’emportera et se montrera le plus fort prendra, comme il est juste, pour l’emmener chez lui, la femme et tous les trésors” (trad. P. Mazon). L’enjeu de ce duel était aussi la fin de la guerre.

Notes de fin

1 Biographie des hommes, biographie des dieux. Recherches sur la philosophie et le langage, 21, 2000, 167-172.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search