Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Cinquième partie. Lectures de l’histoire

XXXIII - Plutarque et le déclin de Sparte dans les Vies de Lysandre et d’Agésilas*

Texte intégral

  • * Eirene 35, 1999, 41-46.
  • 1 Xén., Rép. Lac., 14.1-5 ; Plat., Rép., 8.548a-d ; Arist., Pol., 2.1269 a 30 - 1271 b 20.

1Dès le ive siècle, et en dépit de l’image flatteuse que donnent toujours de Sparte les admirateurs du régime institué par Lycurgue, s’affirme l’idée du déclin de la cité des Lacédémoniens. C’est le célèbre avant-dernier chapitre de la République des Lacédémoniens de Xénophon, c’est la description, dans la République de Platon de la dégénérescence de la cité “timocratique”, c’est enfin et surtout la critique d’Aristote au livre II de la Politique1. Développement des inégalités, introduction des métaux précieux et de “l’amour des richesses”, oliganthropie, tels sont les principaux aspects de ce déclin qui se manifeste au lendemain de la guerre du Péloponnèse. En revanche, ni la défaite subie à Leuctres devant les Thébains d’Épaminondas, ni la restauration de la Messénie indépendante ne sont évoquées par les contemporains comme ayant précipité ce déclin. Xénophon, qui mène son récit des Helléniques jusqu’à la bataille de Mantinée, se contente de conclure en disant qu’aucun des belligérants “ne fut visiblement plus riche ni en cités, ni en territoires, ni en autorité, qu’avant la bataille”. Il faut donc attendre l’époque où Plutarque rédige ses Vies Parallèles pour trouver une analyse plus approfondie et appuyée sur des exemples du déclin de Sparte au IVème siècle. Ce sont évidemment les deux biographies consacrées par lui à Lysandre et à Agésilas qui fournissent les éléments de cette analyse.

  • 2 Voir en particulier le premier chapitre de la Vie d’Alexandre dans lequel il précise bien ce qui, (...)

2Il importe d’abord de rappeler que Plutarque, en rédigeant ses Vies Parallèles, n’entendait pas faire œuvre d’historien, mais de moraliste2. Les grands hommes de l’Histoire grecque qu’il confrontait à ceux de l’Histoire de Rome, l’intéressaient d’abord par ce qu’ils révélaient de leur ethos, de leur caractère. Il reste néanmoins que, puisant ses informations, pour ce qui est des Grecs, chez les historiens du passé, il ne pouvait pas ne pas faire aussi œuvre d’historien. Ce n’est évidemment pas un hasard si les cinq Spartiates dont il a choisi de raconter la vie correspondaient à des moments qu’il jugeait essentiels dans l’histoire de la cité : le législateur Lycurgue, dont il contribua à parachever la figure mythique, Lysandre et Agésilas, acteurs de la grande époque de l’hégémonie spartiate, Agis et Cléomène, les rois réformateurs qui tentèrent au iiie siècle de restaurer la grandeur de la cité.

3Pour rédiger les Vies de Lysandre et d’Agésilas, Plutarque disposait en premier lieu du récit de Xénophon et de l’éloge du roi spartiate que l’historien athénien avait composé. Il n’est donc pas surprenant de retrouver dans les deux biographies, non seulement les événements politiques et militaires rapportés par Xénophon, mais aussi le jugement formulé par celui-ci sur le comportement des deux Spartiates, sur le rôle de Lysandre auprès d’Agésilas qu’il avait, alors encore tout auréolé de la gloire que lui valait sa victoire sur Athènes, imposé comme le successeur d’Agis aux dépens de Léotychidas. Plutarque connaît aussi le fameux avant-dernier chapitre de la République des Lacédémoniens, dans lequel Xénophon affirme que les lois de Lycurgue ne sont plus respectées, que le désir des Spartiates de contrôler le monde égéen est une des causes de cet abandon, de même que le goût pour l’or et les richesses qui en est la conséquence, et que l’ambition grandissante des chefs militaires.

  • 3 Lysandre, 2.2-4 ; Agésilas, 1.2-5.
  • 4 Lysandre, 2.6 ; 17.2-10.
  • 5 Lysandre, 15.1-4.

4Et ce sont bien ces trois thèmes, mais illustrés par des exemples, que l’on retrouve dans les Vies des deux Spartiates. Parce qu’il est un philosophe et un admirateur de Platon, c’est l’amour des richesses que Plutarque place au premier rang des causes de l’abandon des lois de Lycurgue par les Spartiates. Certes, ni Lysandre, ni Agésilas n’ont personnellement renoncé au mode de vie laconien et à cette éducation reçue dans leur enfance et à laquelle ils demeurent fidèles jusqu’à leur mort3. Mais Lysandre est néanmoins le premier responsable de l’introduction de l’amour des richesses, puisque c’est lui qui reçut du Roi et de ses satrapes des subsides dont une partie demeura entre les mains des Spartiates, singulièrement de leurs généraux4. Et Plutarque de citer longuement l’anecdote concernant Gylippe, le général dont l’intervention avait été décisive dans l’échec de l’expédition de Sicile. Lysandre, après Aigos Potamoi, avait envoyé Gylippe à Sparte, chargé de tout l’argent encore en sa possession, argent provenant non seulement des subsides perses mais des dons que lui avaient faits à titre personnel des gens soucieux de se le concilier. Gylippe préleva sur le contenu des sacs où étaient enfermés les chremata, des sommes d’argent qu’il dissimula une fois rentré à Sparte sous les tuiles de sa maison. Or, les sacs contenaient des bordereaux qui en détaillaient le contenu et les éphores s’aperçurent de la disparition d’une partie de l’argent monnayé. Gylippe fut dénoncé pour avoir détourné à son profit des « chouettes » athéniennes et condamné5.

  • 6 Agésilas, 10.7.
  • 7 Agésilas, 20.1.

5La Vie d’Agésilas évoque également cet enrichissement d’un petit nombre de Spartiates, prêts à abandonner l’austérité traditionnelle. Et, de même que Lysandre, qui lui-même mourut pauvre, permit à ses lieutenants de s’enrichir, de même Agésilas, tout en conservant dans sa vie les habitudes de simplicité acquises dans son enfance, n’en facilita pas moins l’enrichissement de ses amis6. Plutarque revient à plusieurs reprises sur cette austérité d’Agésilas qui “respectait et chérissait les usages de sa patrie”, pour mieux l’opposer à ces Spartiates “qui se prenaient pour des personnages importants et se montraient très fiers parce qu’ils avaient une écurie de course”7.

  • 8 Lysandre, 13.5.
  • 9 Agésilas, 6.6-11 ; 9.2-4.
  • 10 Agésilas, 19.6.

6Mais, si ni Lysandre mort pauvre, ni Agésilas, contraint à la fin de sa vie de se louer comme mercenaire, ne participèrent à cet “amour des richesses”, ils n’en utilisèrent pas moins leur autorité et les moyens financiers dont ils disposaient pour développer l’hégémonie spartiate. Pour Lysandre, ce fut, au lendemain de sa victoire, sa main mise sur les cités grecques d’Asie et sur les îles, et l’installation d’harmostes à la tête de garnisons lacédémoniennes8. Pour Agésilas, ce furent les campagnes menées en 396 et 395, d’abord à l’instigation de Lysandre, puis pour satisfaire sa propre ambition9. Or, cette hégémonie exercée sur des cités corrompues par l’amour de l’argent et des richesses, si elle n’atteignit ni Lysandre, ni Agésilas, eut des conséquences néfastes pour leurs lieutenants. Plutarque se plaît à opposer Agésilas à ces généraux qui revenaient de l’étranger “avec un esprit nouveau, fascinés par les mœurs des autres peuples, maugréant contre celles de leur pays et refusant d’en subir le joug”. Lui, au contraire, demeurait semblable à “ceux qui n’avaient jamais traversé 1’Eurotas”10.

  • 11 Il souligne cependant que l’émancipation de la Messénie a entraîné pour les Spartiates la perte d’ (...)
  • 12 Agésilas, 33.4.

7Mais cette hégémonie spartiate, dangereuse par l’atteinte aux mœurs traditionnelles de la cité, fut aussi cause de son déclin. Ici intervient le problème de la politique anti-thébaine d’Agésilas, conséquence directe de cette ambition hégémonique, et qui devait s’avérer désastreuse pour la cité. Car si Agésilas ne fut pas personnellement responsable du désastre de Leuctres, ce désastre n’en était pas moins la conséquence de sa politique. Plutarque accorde à Leuctres, et surtout à l’émancipation de la Messénie par Épaminondas, une place importante dans son récit de la Vie d’Agésilas. Certes, il ne lie pas directement cette perte de la Messénie à la crise sociale qu’il décrit dans la Vie d’Agis11. Mais il en mesure les conséquences immédiates : la Laconie directement menacée et Sparte même courant le risque de tomber aux mains de l’ennemi. Comme il le redit dans les derniers chapitres de la Vie d’Agésilas : “L’État spartiate avait été parfaitement réglé par la vertu, la paix et la concorde ; en y ajoutant la domination d’un empire acquis par la force, les Spartiates s’égarèrent”12.

  • 13 Agésilas, 4.3 (au moins au début du ive siècle).
  • 14 Agésilas, 15.5 sq.
  • 15 Lysandre, 24.3 ; 26.6 ; Agésilas, 20.3-5.
  • 16 Agésilas, 20.7-9.
  • 17 Agésilas, 10.11 (pour Pisandre) ; 21.1 (pour Téleutias).
  • 18 Agésilas, 23.6-11.
  • 19 Agésilas, 24.4 - 26.1.

8Car, et c’est là le troisième thème que développe Plutarque dans ses deux biographies : l’amour des richesses, d’une part, l’ambition hégémonique de l’autre ont, en effet, détruit l’équilibre de l’État spartiate. Certes, les éphores et la gérousia jouissent toujours d’une grande autorité13. Certes, Agésilas obéira aux ordres reçus de mettre fin à sa campagne asiatique et interrompra son expédition pour participer à la guerre en Europe14. Mais le comportement de l’un comme de l’autre des deux grands chefs spartiates n’en est pas moins révélateur de la gravité de la crise politique. Pour Lysandre, ce sont les projets de transformation de la royauté qu’il aurait élaborés et qu’on aurait découverts après sa mort, projets qui visaient en fait à retirer aux deux familles des Agiades et des Eurypontides l’autorité royale pour l’ouvrir soit à l’ensemble des Héraclides, soit plus vraisemblablement à l’ensemble des Spartiates15. Pour Agésilas, c’est la transformation de sa royauté en un pouvoir personnel, à la faveur de la jeunesse de son collègue Agésipolis, dont, en véritable entremetteur, il favorisait la passion pour les beaux garçons16 ; c’est aussi la création d’une véritable clientèle, en Asie d’abord, où il se heurte à Lysandre qui, depuis Aigos Potamoi, avait placé à la tête des cités des hommes à sa dévotion, à Sparte ensuite, où il place à la tête de la flotte son frère Téleutias, comme il avait auparavant donné le commandement de la flotte à son beau-frère Pisandre, bien qu’il fût notoirement incapable17. Il couvre l’attentat de Phoibidas qui allait marquer le début des hostilités contre Thèbes18. Il couvre également la tentative de Sphodrias pour s’emparer du Pirée, en un moment où pourtant, face à la menace thébaine, il aurait fallu ménager Athènes19.

  • 20 Sur cet aspect du déclin de Sparte au ive siècle, voir l’article de Hodkinson 1995, 146-176.
  • 21 Agésilas, 32.12.
  • 22 Agésilas, 32.7.
  • 23 Agésilas, 32.11

9Lysandre et Agésilas, en dépit de l’éducation qu’ils avaient reçue, et en dépit du respect montré pour les lois de la cité, n’en étaient pas moins exemplaires de ces chefs militaires spartiates qui s’émancipaient de plus en plus de la tutelle des éphores et de la Gérousia et, placés à la tête d’armées de mercenaires, tendaient à former, au sein de la société spartiate une sorte d’oligarchie20. Parallèlement à cette indépendance accrue des chefs militaires, la perte de la Messénie, la menace pesant sur la Laconie favorisaient ce qui avait toujours été la hantise des Spartiates : la crainte d’un soulèvement des hilotes, à tout le moins leur désertion ainsi que celle de certains périèques prêts à passer à l’ennemi21. Mais Plutarque évoque aussi des complots : ainsi ces deux cents hommes – Plutarque ne précise pas s’ils étaient lacédémoniens – qui s’emparèrent du sanctuaire d’Artémis à l’Issorion. Agésilas réussit à déjouer cette tentative et, après avoir réinvesti 1’Issorion, fit mettre à mort quinze des conjurés22. Une autre conspiration ayant en vue le déclenchement d’une révolution, et préparée cette fois par des Spartiates, fut également découverte, et une fois encore, les conjurés furent mis à mort sans jugement, “bien que jusque-là aucun Spartiate n’eût été exécuté sans avoir comparu en justice”23.

  • 24 Agésilas, 36.1 - 40.2.

10Dégradation des mœurs, dégradation des institutions, menaces révolutionnaires, c’était déjà beaucoup. Mais le pire peut-être aux yeux de Plutarque, ce fut la fin d’Agésilas, ce grand roi spartiate se mettant à la tête d’une armée de mercenaires au service d’un barbare, n’hésitant pas, tel un chef de bande, à passer de l’un à l’autre des Égyptiens révoltés, et après la victoire du second, s’empressant de rentrer à Sparte, “sachant que la ville avait besoin d’argent et devait entretenir ses mercenaires”24.

11Plutarque, certes, n’est pas un historien, et il aime illustrer son propos par des anecdotes qui ne sont pas toujours authentiques. Par ailleurs, il s’attache à mettre en valeur les qualités de ses héros, même s’il blâme certains de leurs comportements. Mais, ici, à travers l’éloge et le blâme, c’est une analyse lucide du déclin de Sparte au ive siècle qu’il propose à ses lecteurs.

Notes

1 Xén., Rép. Lac., 14.1-5 ; Plat., Rép., 8.548a-d ; Arist., Pol., 2.1269 a 30 - 1271 b 20.

2 Voir en particulier le premier chapitre de la Vie d’Alexandre dans lequel il précise bien ce qui, à ses yeux, distingue l’œuvre de l’historien de celle du biographe.

3 Lysandre, 2.2-4 ; Agésilas, 1.2-5.

4 Lysandre, 2.6 ; 17.2-10.

5 Lysandre, 15.1-4.

6 Agésilas, 10.7.

7 Agésilas, 20.1.

8 Lysandre, 13.5.

9 Agésilas, 6.6-11 ; 9.2-4.

10 Agésilas, 19.6.

11 Il souligne cependant que l’émancipation de la Messénie a entraîné pour les Spartiates la perte d’un territoire “peuplé et riche” (Agésilas, 34.1).

12 Agésilas, 33.4.

13 Agésilas, 4.3 (au moins au début du ive siècle).

14 Agésilas, 15.5 sq.

15 Lysandre, 24.3 ; 26.6 ; Agésilas, 20.3-5.

16 Agésilas, 20.7-9.

17 Agésilas, 10.11 (pour Pisandre) ; 21.1 (pour Téleutias).

18 Agésilas, 23.6-11.

19 Agésilas, 24.4 - 26.1.

20 Sur cet aspect du déclin de Sparte au ive siècle, voir l’article de Hodkinson 1995, 146-176.

21 Agésilas, 32.12.

22 Agésilas, 32.7.

23 Agésilas, 32.11

24 Agésilas, 36.1 - 40.2.

Notes de fin

* Eirene 35, 1999, 41-46.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540