Desktop versionMobile version

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Quatrième partie. La guerre

XXX - La bataille de Notion dans la vie d’Alcibiade de Plutarque et dans les helléniques d’Oxyrhynchos*

Full text

  • * Sileno, 26, 2001, 189-192.

1En 407, Alcibiade est rentré à Athènes en triomphateur. Plutarque, dans la biographie qu’il consacre au célèbre stratège athénien insiste sur l’accueil que lui avait réservé la cité, et surtout sur le fait qu’il avait voulu marquer ce retour en permettant que pour la première fois depuis l’occupation de Décélie par les Lacédémoniens la procession des Mystères puisse se faire par voie de terre. Mais il évoque aussi le fait que certains auraient alors éprouvé “un désir passionné de l’avoir pour tyran” (34.7). Il s’agissait, précise Plutarque, “du bas peuple et des pauvres” (tous phortikous kai penetas). Aussi, les plus puissants des citoyens s’empressèrent-ils de hâter son départ. Or ici, Plutarque modifie le texte de Xénophon qui a fait allusion à ces divisions de l’opinion athénienne avant le retour d’Alcibiade. Dans les Helléniques (1.4.21), il rapporte seulement qu’Alcibiade partit d’Athènes avec cent navires pour Andros. Il avait lui-même veillé à lever un corps de 1 500 hoplites et de cent cavaliers. L’expédition avait pour but de faire rentrer Andros, une des îles où les Athéniens avaient établi des clérouquies, dans l’alliance. L’expédition fut couronnée des succès, dans la mesure où un engagement entre les Andriens et leurs alliés lacédémoniens contraignit ceux-ci à s’enfermer dans la ville. Mais Alcibiade ne s’empara pas d’Andros et préféra s’établir à Samos, traditionnelle base d’opérations de la flotte athénienne de l’Égée.

2Plutarque insiste sur le mécontentement que ce départ d’Andros aurait suscité à Athènes. Puis il enchaîne aussitôt sur les raisons d’un certain ralentissement des opérations, en évoquant la nécessité devant laquelle se trouvait placé Alcibiade de se procurer de l’argent “pour payer et nourrir ses troupes”.

3Or, la situation était particulièrement délicate du fait du rapprochement qui venait de s’esquisser entre Lysandre, le navarque spartiate, et Cyrus, le fils du Grand Roi. Celui-ci lui aurait, aux dires de Xénophon (1.5.6-7) fourni les moyens de donner à ses marins une obole de plus par jour, soit quatre oboles. Il y avait donc danger de désertion de la part des marins de la flotte athénienne, attirés par une solde plus élevée.

4Cependant, Lysandre avait rassemblé sa flotte à Éphèse. C’est sans doute la raison pour laquelle la flotte athénienne vient s’établir à Notion, d’où il était plus facile de surveiller le port d’Éphèse. C’est à ce moment qu’Alcibiade aurait commis une erreur, à savoir confier le commandement des navires basés à Notion à Antiochos, un de ses amis. Il lui avait recommandé de ne pas aller au-devant des navires de Lysandre. Le récit de Plutarque, qui ne mentionne même pas le nom de Notion, est dans l’ensemble conforme à celui de Xénophon. Il rapporte l’attitude irréfléchie d’Antiochos qui avec seulement deux navires vient provoquer Lysandre en passant le long des proues des navires ennemis, provoquant la réaction du navarque spartiate. Celui-ci attaque alors la flotte athénienne qui, dispersée, fut contrainte à la fuite. Xénophon dit dans les Helléniques (1.5.14) : “Le résultat fut une bataille navale où les Lacédémoniens combattirent en ordre, les Athéniens avec leurs vaisseaux en désordre, jusqu’au moment où ils s’enfuirent après avoir perdu quinze trières : les hommes purent s’échapper en grande partie, le reste fut pris. Lysandre prit possession des vaisseaux athéniens et dressa un trophée sur le promontoire de Notion ; puis il traversa le golfe pour rentrer à Éphèse, pendant que les Athéniens revenaient à Samos”.

5Alcibiade n’avait pas pris part à la bataille. Selon Plutarque, il était parti pour la Carie, afin d’y ramasser de l’argent (35.5). Xénophon donne une indication différente : Alcibiade serait allé rejoindre les navires avec lesquels Thrasybule, venant de l’Hellespont, aurait entrepris le siège de Phocée. Mais les deux s’accordent pour souligner son absence du combat naval, et l’insuccès de sa tentative pour attaquer les navires de Lysandre, celui-ci se refusant à engager le combat. Tous deux également s’accordent pour évoquer le mécontentement des Athéniens à l’annonce de la défaite. Mais, alors que Xénophon se contente de rappeler que les Athéniens désignèrent de nouveaux stratèges, ce qui incita Alcibiade à s’enfuir en Thrace, Plutarque, quant à lui, fait intervenir un certain Thrasybule de Collytos, qui était l’ennemi personnel d’Alcibiade, et se rendit à Athènes pour l’accuser. “Pour exciter le peuple, il déclara dans l’assemblée qu’Alcibiade avait gâté les affaires et perdu la flotte parce que, négligeant ses devoirs de chef, il abandonnait le commandement aux mains d’hommes devenus très influents auprès de lui par leur ivrognerie et leurs bouffonneries de matelots ; ainsi lui-même pouvait-il tranquillement naviguer partout pour amasser de l’argent et se livrer à la boisson et à la débauche avec des courtisanes d’Abydos et d’Ionie, alors que les navires ennemis étaient mouillés à une faible distance” (36.1-2).

6S’il y a donc une convergence relativement étroite entre le récit de Xénophon et celui de Plutarque, il y a aussi des divergences qui ne tiennent pas seulement au genre biographique, mais impliquent le recours à d’autres sources. Parmi celles-ci, peut-on faire figurer le passage des Helléniques d’Oxyrhynchos sur la bataille de Notion révélé par le papyrus de Florence ? La découverte de ce papyrus où le récit de la bataille occupe une place importante (IV, fragment B, colonne II) a suscité de nombreux commentaires. De ces commentaires, il ressort que les Helléniques d’Oxyrhynchos seraient la principale source du récit de Diodore (13.71), et que les divergences constatées entre le récit de l’historien sicilien et celui de Xénophon (le nombre des navires avec lesquels Antiochos avait croisé devant Éphèse, le nombre des pertes athéniennes) s’expliqueraient par là. On aurait donc deux comptes-rendus différents de la bataille, celui des Helléniques d’Oxyrhynchos et de Diodore d’une part, celui de Xénophon et de Plutarque de l’autre. Cependant, s’il n’est pas douteux que les Helléniques de Xénophon sont la principale source de Plutarque, les divergences auxquelles je faisais allusion plus haut me semble attester que Plutarque a également lu les Helléniques d’Oxyrhynchos. Il y a d’abord cette mention de la mort d’Antiochos, formulée pratiquement dans les mêmes termes (colonne II, 9-18 et Alcibiade, 35.7), alors que Xénophon n’y fait aucune allusion (1.5.13-14). Mais il y a surtout cette digression pour expliquer la raison de la désignation de nouveaux stratèges : on l’a vu, alors que Xénophon se contente de faire allusion au mécontentement des Athéniens, Plutarque mentionne l’intervention devant l’assemblée de Thrasybule de Collytos.

7On a souvent insisté sur le fait que ce qui distinguait l’auteur des Helléniques d’Oxyrhynchos de Xénophon, c’était précisément le recours à de telles digressions pour mettre en évidence l’arrière-plan politique des événements. On a dénoté également chez lui la présence d’une “tradition athénienne” qui s’opposerait à la “tradition spartiate” dont Xénophon se ferait l’écho (De Sanctis). Or il semble bien que la source dont s’inspirait ici Plutarque était en possession d’informations d’origine athénienne.

8Je voudrais donc formuler prudemment une hypothèse : parmi les auteurs possibles des Helléniques d’Oxyrhynchos, on a proposé le nom de Daïmachos de Platées. Il ne figure pas parmi les auteurs que cite Plutarque dans la Vie d’Alcibiade. En revanche, il est cité dans la Vie de Lysandre (12.6-8), à propos des présages qui annoncèrent la bataille d’Aigos Potamoi, donc durant l’année qui suivit la bataille de Notion. On connait le “patriotisme béotien” de Plutarque. On sait aussi que les Helléniques d’Oxyrhynchos sont une des principales sources de notre connaissance des institutions béotiennes. Il n’est donc pas impossible que, bien qu’utilisant en priorité les historiens les plus lus de son temps qu’étaient Thucydide et Xénophon pour écrire sa Vie d’Alcibiade, Plutarque ait également utilisé une source béotienne, s’il s’agit bien de Daïmachos de Platées, à laquelle il aurait emprunté quelques informations complémentaires. ]’y vois en tout cas une preuve que, contrairement à ce qu’on se plait quelquefois à dire, Plutarque, au moins lorsqu’il s’agissait des Grecs, avait recours à des sources multiples, auxquelles il avait un accès direct.

Endnotes

* Sileno, 26, 2001, 189-192.

© Ausonius Éditions, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search