Version classiqueVersion mobile

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Quatrième partie. La guerre

XXIX - Les mercenaires dans les luttes internes de Syracuse au ive siècle. Le témoignage des vies de Dion et de Timoléon de Plutarque1

Texte intégral

  • 1 Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne. Hommages à Yvon Garlan, P. Brulé - J. Ouhlen éd., Re (...)
  • 1 Sur les sources de Plutarque, voir les Notices de R. Flacelière dans la Collection des Universités (...)

1Parmi les sources de l’histoire de Syracuse au ive siècle, les Vies de Dion et de Timoléon de Plutarque occupent une place de premier plan. Le biographe, en effet, a largement utilisé le récit de Timée, l’historien sicilien dont le père avait accueilli Timoléon lorsqu’il débarqua en Sicile répondant à l’appel des Syracusains. Pour la Vie de Dion, il a également emprunté au récit de Philistos et surtout aux Lettres attribuées à Platon, singulièrement la Lettre VII. Plutarque cite également parmi ses sources un certain Timonidès de Leucade, qui avait participé à l’expédition de Dion et entretenu une correspondance avec Speusippos, le neveu de Platon qui devait lui succéder à la tête de l’Académie. C’est dire que l’on peut à bon droit considérer ces deux Vies comme une source plus fiable que le récit de Diodore, du moins pour ce qui est de la façon dont les contemporains considéraient le rôle joué par les mercenaires dans les affaires internes de Syracuse1.

  • 2 Plut., Tim., 23.7.
  • 3 Xén., Hiéron, 5.2.
  • 4 Diod. 11.67.
  • 5 Thc. 6.17.2.
  • 6 Xén., Hell., 1.1.31.

2Avant d’aborder ces deux textes, il importe de rappeler dans quelles conditions les mercenaires firent leur apparition dans l’histoire de la cité. Il faut évidemment remonter jusqu’à l’époque des Deinoménides. Gélon paraît ne pas avoir eu recours à des xenoi pour sa garde personnelle, et c’est sans doute pour cela que sa statue échappa à la condamnation qui frappa celle des autres tyrans au lendemain de la victoire de Timoléon2. En revanche, Hiéron se serait entouré, si l’on en croit Xénophon, d’une garde de mercenaires auxquels il n’hésita pas à donner la citoyenneté syracusaine3. Diodore attribue au seul Thrasyboulos une garde de mercenaires, mais c’est pour mieux l’opposer à ses prédécesseurs4. Quelques inscriptions par ailleurs attestent la présence de xenoi qui reçurent la citoyenneté. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agissait de la Sicile, de ce monde “colonial” où la citoyenneté n’avait pas la rigueur qu’elle allait revêtir ailleurs, comme Alcibiade ne manquait pas de le souligner dans le célèbre discours que lui prête Thucydide. “Les cités, disait-il, y sont très peuplées, mais de masses hétérogènes, et changement ou nouvelles admissions de citoyens s’y opèrent très facilement”5. L’établissement de la démocratie allait donner à la vie politique syracusaine une forme plus traditionnelle, et si l’histoire de la cité demeura agitée, c’est seulement dans les dernières années de la guerre du Péloponnèse que l’on voit de nouveau le recours aux mercenaires intervenir dans la vie intérieure de la cité. Le point de départ se situe en Asie. L’armée péloponnésienne comprend alors des contingents syracusains, conduits par leurs propres stratèges. Ces contingents participent à la bataille de Cyzique (410) et vaincus, brûlent leurs vaisseaux. Mais, alors que les Syracusains assurent la défense de la place forte d’Antandros, mise à la disposition des Péloponnésiens par Pharnabaze, ils apprennent que le peuple de Syracuse a condamné leurs stratèges à l’exil. Sous la pression des soldats, ceux-ci conservent néanmoins leur commandement jusqu’à l’arrivée de leurs remplaçants. Parmi eux se trouvait Hermocratès, l’un des artisans de la victoire remportée sur les Athéniens. Il possédait, si l’on en croit Xénophon, une autorité particulière, qui tenait à son souci d’informer ses soldats, ou du moins les plus capables d’entre eux, de ses plans. Or, c’est ce stratège modèle qui n’éprouvait pas une sympathie très grande pour le régime démocratique de Syracuse qui allait, avec l’argent mis à sa disposition par Pharnabaze, recruter des xenoi “en vue de son retour à Syracuse”6.

  • 7 Voir dans Thc. (6.33-41) le débat opposant Hermocratès et Athénagoras à la veille de l’arrivée des (...)
  • 8 Mossé 1969, 107 sq. ; Diod. 14.8-9 ; 65 sq.

3On sait comment l’affaire se termina. Maître de Sélinonte, Hermocratès réussit à chasser les Carthaginois des positions dont ils s’étaient rendus maîtres depuis 409. Mais lorsqu’il voulut entrer à Syracuse, il se heurta à l’opposition des Syracusains et fut tué avec une partie de ceux qui l’accompagnaient. Il ne s’agissait plus, comme dans le récit de Thucydide, de débats opposant les représentants de deux formes de démocratie, mais de guerre civile7. Cette guerre civile allait permettre à Denys, parent d’Hermocratès, de s’emparer du pouvoir à Syracuse. La tyrannie de Denys devait durer près de quarante ans, et s’il lui fallut à plusieurs reprises assurer son autorité menacée, il n’en réussit pas moins à imposer l’hégémonie syracusaine aux cités grecques de l’île. Lui aussi s’appuya sur une garde de mercenaires, si ce fut surtout à des libérations d’esclaves qu’il recourut chaque fois que son autorité se trouvait mise en question. Il avait sans doute repris à son service les mercenaires venus d’Asie avec Hermocratès. Il réussit également à débaucher les mercenaires campaniens qui servaient dans l’armée carthaginoise. Il avait également dans son armée des mercenaires lacédémoniens. Denys établit certains d’entre eux à Léontinoi et sur le territoire de Messine. D’autres auraient acquis la citoyenneté syracusaine. À Syracuse même, c’est leur intervention qui par deux fois avait sauvé le tyran : une première fois, lorsqu’il était assiégé dans Ortygie, il avait réussi à reprendre la ville grâce aux mercenaires campaniens ; une seconde fois, alors que Syracuse était assiégée par les Carthaginois, Phérécidas, chef des mercenaires lacédémoniens, avait refusé de s’associer aux adversaires du tyran et lui avait permis de reprendre en mains l’assemblée8.

  • 9 Messéniens (Diod. 14.34), Celtes et Ibères (Diod. 14.69), Péloponnésiens (Diod. 15.44). Dans la Let (...)
  • 10 Garlan 1989, 145-172.

4Ces mercenaires, au moment où Denys le jeune succède à son père en 357, ne formaient pas un groupe homogène. On trouvait parmi eux des Messéniens, des Celtes et des Ibères, des Campaniens, des Péloponnésiens, peut-être même des Athéniens9. Ces mercenaires allaient jouer un rôle de plus en plus important dans les luttes qui jalonnent l’histoire de Syracuse pendant les deux décennies qui suivent la mort de Denys. Mais ce que révèlent les Vies de Dion et de Timoléon, c’est que ce rôle fut souvent fonction de leur origine, plus complexe qu’on ne le pense généralement. Et cela confirme ce qu’Yvon Garlan avait souligné dans le chapitre consacré aux mercenaires dans son livre Guerre et Économie en Grèce ancienne, à savoir que ces mercenaires n’étaient pas seulement une masse de manœuvre “suppôts muets et dociles” de qui aspirait à la tyrannie, mais qu’ils pouvaient avoir des intérêts spécifiques qui les conduisaient à intervenir pour leur propre compte dans les luttes politiques10.

  • 11 Dion, 4.4-5.7. Plutarque rapporte même une tradition selon laquelle le Spartiate Pollis, sur la tri (...)
  • 12 Dion, 14.7 ; 15.3 ; Plat., Lettre VII, 329e ; Népos, Dio, 4.1.
  • 13 Dion, 17.2. Ce genre de don n’était pas exceptionnel. Il suffit de penser au domaine de Scillonte o (...)

5Le début de la Vie de Dion de Plutarque s’inspire pour l’essentiel de la Lettre VII et ce sont les trois voyages de Platon à Syracuse qui sont au cœur du récit. Les liens qui unissaient Dion à la famille du tyran – sa sœur Aristomachè était l’une des épouses de Denys et lui-même avait épousé sa nièce Arétè, issue de ce mariage – expliquent que, Denys mort, il devint l’un des conseillers du jeune tyran qui avait succédé sans difficulté apparente à son père. Très vite cependant, le jeune homme allait se révéler un piètre politique, sensible aux flatteries de son entourage et prêt à se livrer à toutes les dépravations. C’est pour tenter de le ramener dans le droit chemin que Dion aurait appelé Platon, l’incitant à revenir à Syracuse, malgré les difficultés qu’il avait rencontrées lors de son premier séjour11. Ce second voyage du philosophe, même s’il sembla d’abord bénéfique, allait bientôt se révéler désastreux. Le retour de Philistos, l’historien de Denys l’Ancien exilé à la suite d’une affaire privée, les intrigues de ceux qui craignaient que l’influence de Platon sur le jeune tyran ne serve les intérêts de Dion, aboutirent au bannissement de celui-ci, qui se rendit d’abord en Italie, puis de là passa dans le Péloponnèse12. Platon peu après partit à son tour. Il allait retrouver Dion à l’Académie. Le Syracusain avait été accueilli chaleureusement à Athènes où il reçut peut-être la citoyenneté à titre honorifique, à coup sûr en tout cas le droit d’acquérir un domaine dans la chôra13. Il fut également “fait citoyen de Sparte” et commença à préparer son retour, d’autant qu’un troisième voyage de Platon allait se révéler encore plus désastreux. C’est alors que les mercenaires du tyran font leur apparition dans le récit de Plutarque. Denys en effet, mécontent des propos que tenait le philosophe, transféra Platon qui logeait dans le jardin voisin du Palais au milieu des mercenaires qui le haïssaient depuis longtemps et cherchaient à le tuer “parce qu’il conseillait à Denys d’abdiquer la tyrannie et de vivre sans gardes du corps” (19.8). Il est intéressant de comparer ce passage de la Vie de Dion avec la Lettre VII. Platon, évoquant cette même réclusion écrit : “J’habitais donc désormais à l’extérieur de la citadelle parmi les mercenaires. Or, des gens venaient me voir, entre autres des marins qui étaient d’Athènes, mes concitoyens, et ils m’apprirent que parmi les peltastes on me calomniait et que certains menaçaient, si je leur tombais sous la main, de me faire périr” (350 a). Pour désigner ces mercenaires, Plutarque emploie le terme misthophoroi. Platon précise que ces mercenaires étaient des peltastes, c’est-à-dire des fantassins légers. Mais, de l’un et l’autre témoignage, il ressort bien que le tyran subissait la pression de ces hommes dont il avait besoin à la fois pour assurer son pouvoir et pour défendre Syracuse contre la menace carthaginoise.

6Grâce à l’intervention d’Archytas de Tarente, Platon put rentrer à Athènes, et il disparaît du récit de Plutarque. Désormais, c’est de l’entreprise de Dion qu’il est question. Et c’est là que réapparaissent les mercenaires, mais cette fois au service de l’ami de Platon, du disciple de l’Académie. Et c’est là aussi que se révèle la contradiction entre l’image que Plutarque veut donner de son héros et les faits dont il lui faut bien tenir compte. Speusippos, qui avait été l’ami et l’hôte de Dion lors du séjour de celui-ci à Athènes (17.2-3), et qui avait accompagné Platon à Syracuse (22.2) se faisait le porte-parole des Syracusains qu’il avait pu rencontrer en conseillant à Dion “de revenir sans flotte, sans hoplites ni cavaliers ; il suffirait qu’il s’embarquât seul sur un navire de transport et prêtât sa personne et son nom aux Siciliens contre Denys” (22.3). Mais Dion ne l’entendait pas ainsi, et il fit recruter “secrètement” des mercenaires. En effet, les exilés syracusains, qui avaient été bannis par le tyran, n’étaient pas prêts à le suivre. Seuls vingt-cinq d’entre eux sur un millier participèrent à l’expédition. Dion rassembla donc à Zacynthe une armée de huit cents hommes selon Plutarque (22.8), mille selon Diodore (16.9.5). Pour désigner ces hommes, Plutarque emploie le terme de stratiôtai et vante leur expérience (empeiria) et leur audace (tolmè) qui s’étaient affirmées lors de nombreuses campagnes.

  • 14 Dion, 23.3-4. Après le sacrifice. Dion fit servit à ses soldats un repas au cours duquel ils purent (...)

7Dès le départ de l’expédition de Dion se révèle ainsi une opposition entre les mercenaires du tyran, ces peltastes qui à Syracuse font la loi, et les soldats recrutés par Dion. Pourtant, ces valeureux combattants n’étaient pas prêts à faire n’importe quoi. Apparemment, les recruteurs envoyés par Dion ne les avaient pas avertis du but de l’expédition. Il fallut donc toute l’éloquence de Dion et la promesse qu’ils seraient les hegemones des Syracusains et des autres Siciliens pour les convaincre (23.2). Dion fut aidé dans cette tâche par l’un de ses compagnons, un certain Alciménès qui était à la tête d’un contingent d’Achéens. Mais ce qui plus que tout emporta la décision des soldats fut la richesse dont Dion fit étalage après le magnifique sacrifice qu’il offrit à Apollon14. L’affaire s’annonçait prometteuse. Ce furent encore les soldats qui contraignirent Dion à attaquer Syracuse lorsque, après une traversée houleuse, ils débarquèrent en Sicile. Il n’était pas question de différer.

8Syracuse était alors sous la garde de Timocratès auquel Denys avait marié sa sœur Arétè qu’il avait forcée à renoncer à son époux. Timocratès gardait les Épipoles avec des gens de Léontinoi et les mercenaires campaniens du tyran. Face à lui, Dion avait rassemblé plus de cinq mille hommes au cours de sa marche depuis Minoa où il avait débarqué. Plutarque les décrit comme médiocrement armés, mais ne précise pas leur statut. En revanche, relatant l’entrée triomphale de Dion à Syracuse (28.3), il évoque sa garde de cent xenoi, suivis de soldats en bon ordre. Il s’agit à n’en pas douter de ces troupes d’élite qu’il avait recrutées en Grèce avant son départ. Plutarque dit qu’il fit distribuer des armes aux Syracusains. Quant à ceux qui s’étaient ralliés à lui mais n’appartenaient pas à la communauté des politai, ils s’équipèrent eux-mêmes. Mais tous manifestaient la même ardeur, propre aux hoplites (29.8).

9Cependant, Denys était rentré d’Italie et avait repris possession de la citadelle. Après que les négociations eurent échoué, ce fut l’affrontement entre l’armée du tyran et celle de Dion. De part et d’autre, il y avait des mercenaires, mais Plutarque – ou sa source – prend soin de marquer la différence entre les barbaroi au service de Denys (30.6) et les xenoi de Dion (30.7) qui combattent aux côtés des Syracusains et résistent victorieusement après la fuite de ces derniers. Un peu plus loin, parlant des soldats de Dion, Plutarque les appelle hellenoi (30.12). On retrouvera cette opposition à plusieurs reprises au cours du récit entre les barbaroi au service du tyran ou de ses généraux, et les xenoi de Dion dont l’origine est même précisée en 42.2 : ce sont des Péloponnésiens. On ne s’étonne donc pas qu’à ces Grecs, par deux fois, les Syracusains aient offert la citoyenneté, une première fois pour tenter de les détacher de Dion (38.4), ensuite lors du second retour de Dion à Syracuse (46.1).

  • 15 Sur les conflits politiques à Syracuse et le rôle des mercenaires dans ces conflits, voir Christien (...)

10Cependant, la première victoire remportée sur les barbaroi du tyran n’avait pas réglé la situation. Les Syracusains, qui n’avaient pas brillé dans le combat, avaient témoigné leur reconnaissance aux xenoi de Dion par un présent de cent mines (31.1). Mais très vite, ils en vinrent à se méfier de leur libérateur, d’autant que Dion faisait tout pour entretenir la suspicion à son égard. Les choses allaient s’aggraver avec l’arrivée d’Héraclide à la tête d’une flotte équipée par ses soins. Héraclide était un banni qui n’avait pas voulu se joindre à Dion pour des raisons que Plutarque ne précise pas. Il était arrivé à Syracuse avec une flotte de dix navires, sept trières et trois transports de troupes et il se posa aussitôt en défenseur du dèmos15. Dion se trouva donc contraint de partager avec lui le pouvoir en lui confiant la fonction de navarque. Les soupçons des Syracusains ne s’apaisèrent pas pour autant, et c’est à l’encontre des mercenaires de Dion que se manifesta d’abord leur hostilité. Plutarque fait intervenir dans son récit un nouvel élément d’explication. Il oppose aux soldats de Dion qui sont des hoplites les naubatai amenés par Héraclide, avec lesquels les Syracusains se sentaient solidaires (35.2). Auparavant, Plutarque avait évoqué la foule (ochlos) qui soutenait Héraclide, où se mêlaient le petit peuple syracusain et les marins recrutés en Grèce. C’est cette “foule” qu’un démagogue poussé par Héraclide dressa contre Dion et ses xenoi, en faisant miroiter la promesse d’un partage des terres (38.5-6) et en proposant que soit supprimé le misthos des mercenaires de Dion, auxquels par ailleurs, on l’a vu, ils proposèrent l’égalité des droits politiques. Les mercenaires refusèrent et face à des Syracusains piètres soldats, permirent à Dion de quitter la ville et de se réfugier à Léontinoi. Dans tout ce récit, Plutarque n’appelle jamais les mercenaires de Dion autrement que par le terme xenoi. Et ces xenoi se conduisent en soldats disciplinés, qui ne cherchent pas à tirer parti de la lâcheté des Syracusains pour les écraser, ne leur infligeant que de faibles pertes (39.4).

11À Léontinoi, les xenoi de Dion reçurent soldes et droit de cité. Et Dion fut conforté dans ses positions par l’appui des autres Grecs de l’île, hostiles au dèmos de Syracuse et aux stratèges qu’il avait élus. Les circonstances allaient le servir. Denys, reparti en Italie, avait envoyé Nypsios de Néapolis avec des trières, du ravitaillement et de l’argent. Celui-ci n’eut pas de peine à s’emparer de la ville. Il la livra à ses barbaroi qui la mirent à feu et à sang. On ne peut manquer une fois de plus d’être frappé par le soin que prend Plutarque à opposer le comportement des mercenaires du tyran à celui des soldats de Dion. D’un côté, des barbaroi qui ne respectent rien, de l’autre des Grecs, des xenoi, attachés à celui qui les commande et respectueux de la vie des Syracusains qui les avaient pourtant si mal accueillis. On ne peut douter que Plutarque ait trouvé cette opposition dans ses sources, Timée sans doute et aussi ce Timonidès de Leucade, ami de Speusippos. Elle est révélatrice du regard que les Grecs du ive siècle portaient sur les mercenaires, un regard différent selon leur origine et selon la cause qu’ils servaient. On remarquera aussi que si Plutarque ne peut dissimuler l’intérêt des mercenaires grecs pour les avantages matériels qu’ils attendaient de leur participation à l’expédition de Dion, il réserve néanmoins le terme de misthophoroi aux mercenaires du tyran et de ses généraux.

12Les Syracusains rappelèrent donc Dion et ses Péloponnésiens. Parmi eux, il y avait des fantassins légèrement armés et surtout des hoplites (45.6). Lorsqu’ils eurent repris la ville, contraint les démagogues à s’enfuir et repoussé les partisans du tyran à l’intérieur de la citadelle, les Syracusains les acclamèrent, les appelant “frères et concitoyens” (46.1). Ce furent eux qui durant la nuit qui suivit leur entrée dans la ville reconstruisirent la palissade qui l’isolait de la citadelle toujours aux mains des partisans du tyran.

13Mais la situation allait de nouveau basculer du fait de l’hostilité des marins qui exigèrent qu’Héraclide fût maintenu à la tête de la flotte. Les intrigues de ce dernier, mais aussi celles d’un certain Pharax de Sparte auprès des soldats de Dion, l’arrivée inopinée d’un autre Spartiate, Gaysilos, qui prétendait jouer le rôle autrefois confié à Gylippe, rendirent la situation particulièrement confuse. Y eut-il alors des désordres dans l’armée de Dion, une partie de ses soldats l’abandonnant pour passer au service de ces Spartiates apparus subitement ? On ne saurait se prononcer de façon catégorique. Mais la réplique de Dion aux envoyés d’Héraclide invitant les Syracusains à se rallier à Gaysilos, qu’il était lui aussi un Spartiate, permet de le supposer. Pour ces mercenaires grecs, se placer sous le commandement d’un Spartiate était certainement gratifiant.

  • 16 Les chapitres 52 et 53 sont étroitement inspirés des Lettres attribuées à Platon. Plutarque se plaî (...)
  • 17 Il est intéressant de retrouver dans ce récit la traditionnelle opposition entre Sparte et Athènes, (...)

14Quoi qu’il en soit, Dion non seulement conserva le pouvoir, mais obtint la reddition du fils de Denys qui lui livra l’Acropole. Dion put ainsi retrouver son épouse, sa sœur et son fils. Il récompensa ses amis et ses xenoi et entreprit de faire régner à Syracuse l’austérité de l’Académie platonicienne. Il fit appel à des Corinthiens pour l’aider à établir un régime modéré16. Et, redoutant à juste titre l’opposition d’Héraclide à un tel projet, il laissa ses partisans l’assassiner. Tout ce développement consacré à la politique menée par Dion mêle le souvenir de l’image entretenue dans le milieu de l’Académie en faveur de Dion à quelques faits réels. Et c’est la réalité qui va revenir au premier plan dans le récit de Plutarque avec l’entrée en scène de l’Athénien Callipos. Celui-ci réussit ce que n’avaient pu faire les deux Spartiates, détacher de Dion ses soldats qui l’avaient accompagné depuis le début et avaient été associés à ses victoires, comme Callipos lui-même. Il n’est pas sans intérêt que, parmi les arguments avancés par l’Athénien pour les convaincre, ait figuré l’accusation contre Dion de préparer le retour d’Apollocratès, le fils du tyran qui était aussi le neveu de Dion (56.1). Même alors, les mercenaires s’affirmaient comme des Grecs, désormais au service d’un représentant de cette cité qui, dit Plutarque, “donne naissance aux hommes de bien qui sont les meilleurs de tous comme aux méchants qui sont les pires, de même que son terroir produit le miel le plus délicieux et la ciguë la plus rapidement mortelle” (58.2), cette Athènes qui donna à la Grèce Thésée et Solon, Aristide et Thémistocle, Cimon et Périclès, Alcibiade et Nicias, Démosthène et Phocion, tous héros de Plutarque, et qui fit mourir Socrate17.

  • 18 Sur Timoléon, voir Sordi 1961 et la mise au point plus récente de Talbert 1974.

15La Vie de Timoléon permet de compléter sur certains points le jugement sur le rôle des mercenaires dans les troubles internes de Syracuse. La mort de Dion fut suivie d’une période de désordres, la cité passant des mains d’un tyran à un autre, qui ne devaient pas manquer d’utiliser les soldats expérimentés rassemblés par ses soins, Le dernier en date fut Denys lui-même, qui reprit le contrôle sur les xenoi de Dion, devenant comme le dit Plutarque, “le maître de ceux qui l’avaient chassé” (1.4). Les notables syracusains se tournèrent alors vers Hikétas qui s’était emparé de Léontinoi et sans doute aussi avait pris à son service ceux des mercenaires de Dion qui y avaient été accueillis lorsque ce dernier s’y était réfugié. Plutarque évoque en effet la présence à ses côtés d’une armée capable de combattre le tyran (l. 6). Mais l’irruption des Carthaginois sur la scène sicilienne allait modifier la situation. Les Syracusains en effet firent appel à leur métropole Corinthe. Les Corinthiens répondirent à cet appel en désignant Timoléon18. C’était un homme qui n’était plus tout jeune. Il s’était éloigné de la vie politique après l’assassinat, qu’il n’avait pas empêché, de son frère Timophanès, lequel s’était emparé du pouvoir avec l’aide de quatre cents mercenaires étrangers (4.4). Selon Diodore (16.65), les Syracusains avaient seulement demandé l’envoi d’un stratège. Mais Timoléon, une fois désigné, rassembla des soldats (stratiôtai). Plutarque ne précise pas le statut de ces soldats. Il dit seulement que la flotte sur laquelle ils embarquèrent comportait sept navires corinthiens, deux corcyréens et un dixième navire fourni par Leucade. Aucune mention n’est faite de mercenaires. En revanche, il est question du débarquement des “Corinthiens” à Rhégion (9.7), des trières “des Corinthiens” (10.7), de l’appel d’Andromachos, le dynaste de Tauroménion (et le père de Timée, la principale source de Plutarque) à ses concitoyens, les invitant à combattre “aux côtés des Corinthiens” (10.8). Ces trois mentions ainsi répétées ne sont pas innocentes. Il s’agit de montrer que Timoléon est à la tête d’une armée civique et non d’une troupe de mercenaires, et qu’il ne saurait en aucune manière être comparé à l’Athénien Callippos ou au Spartiate Pharax, qui ne songeaient qu’à établir la tyrannie à leur profit (11.6). La victoire remportée sur l’armée d’Hikétas à Adranon permit à Timoléon de se rendre maître de Syracuse. Denys en effet consentit à se livrer “à Timoléon et aux Corinthiens” (13.3). Il lui livrait en même temps sa citadelle, un grand nombre d’armes et de machines et deux mille stratiôtai dont le statut n’est pas précisé, mais dont il est permis de penser qu’il s’agissait de mercenaires. Cette imprécision n’est peut-être pas innocente : elle suggère que, passés au service de Timoléon, ces soldats avaient en quelque sorte perdu leur qualité de misthophoroi, voire de barbaroi. Timoléon par ailleurs reçut de Corinthe un renfort de deux mille hoplites et deux cents cavaliers qui, immobilisés à Thourioi, gardèrent la cité, “comme s’il s’agissait de leur patrie” (16.4). Une fois de plus, on est ici dans le registre civique qui colore toute l’action de Timoléon, à commencer par la recolonisation de Syracuse.

16Pourtant, les mercenaires vont bien apparaître dans l’armée de Timoléon, mais en relation avec la lutte contre Carthage, c’est-à-dire à l’extérieur de la cité. Le premier engagement contre le chef carthaginois Magon a lieu après que Timoléon s’était emparé de la citadelle et de l’Achradine, et alors que la ville était toujours entre les mains d’Hikétas. Se déroule alors une scène que Plutarque se plaît à raconter. Les mercenaires des deux armées fraternisent, “étant tous grecs” et ceux qui servaient aux côtés des Corinthiens s’efforcent de convaincre les mercenaires au service des Carthaginois qu’ils agissaient contre leurs intérêts en croyant soutenir Hikétas, car ils préparaient l’asservissement de la ville aux barbares (20.7-8). Magon, averti de ces conciliabules, préféra renoncer au combat et s’embarqua pour la Libye. Hikétas, livré à lui-même, ne put résister à l’assaut mené par Timoléon sur Syracuse. Maître de la ville, celui-ci se débarrassa des mercenaires en les établissant sur les terres conquises sur les Carthaginois, cependant qu’il appelait à la recolonisation du territoire syracusain (24.3).

  • 19 La chronologie des événements est très floue et a suscité diverses tentatives pour concilier le réc (...)
  • 20 Il s’agit de la troisième “guerre sacrée” qui s’acheva en 346 par la défaite des Phocidiens et l’en (...)
  • 21 La Lettre VII (351a sq.) contient quelques critiques à l’encontre de Dion, qui expliquent le jugeme (...)
  • 22 Il faut ici prendre “démocratie” au sens le plus large. Timoléon, présenté encore une fois comme le (...)

17Pourtant, c’est encore avec des mercenaires que Timoléon allait affronter de nouveau les Carthaginois débarqués à Lilybée avec une armée considérable. Syracuse n’avait pu fournir que trois mille hommes19. Les mercenaires (misthophoroi) étaient au nombre de quatre mille, mais mille d’entre eux désertèrent avant le combat qui se déroula auprès du fleuve Crimisos. Malgré l’infériorité du nombre de ses soldats, Timoléon l’emporta grâce à la Fortune qui n’avait cessé de se prononcer en sa faveur. Un butin considérable fut rassemblé, et les plus belles armes envoyées à Corinthe et dédiées aux dieux par “les Corinthiens et Timoléon, leur stratège” (29.6). Une nouvelle fois, les mercenaires, dont Plutarque avait précisé qu’ils étaient des Grecs (28.3), furent établis sur les possessions carthaginoises, libres de les ravager. La Sicile fut interdite aux mille qui avaient désertés et qui, passés en Italie, périrent peu après en luttant contre les Bruttiens (30.3). Et c’est alors seulement que Plutarque mentionne l’origine des mercenaires de Timoléon, ces mercenaires dont il n’avait été question que lors des deux engagements contre les Carthaginois. Ils étaient de ceux qui avec Philomélos et Onomarchos s’étaient emparés du sanctuaire de Delphes et l’avaient pillé20. Rejetés par tous, ils erraient à travers le Péloponnèse lorsque Timoléon les avait engagés “faute d’autres soldats” (30.7-8). Plutarque ajoute qu’ils furent vainqueurs dans toutes les batailles qu’ils livrèrent sous les ordres de Timoléon, sauf la dernière où ils périrent victimes de la justice divine (30.9). C’est donc dès le départ de Corinthe que des mercenaires figuraient dans l’armée de Timoléon. Pourtant, le récit de Plutarque (ou de Timée) les occulte jusqu’au moment où le Corinthien affronte l’ennemi barbare. Il ne fallait évidemment pas faire de Timoléon l’équivalent de ces chefs de mercenaires qui aspiraient seulement à se rendre maîtres de la cité. Timoléon représentait le citoyen grec respectueux des lois. Dans le parallèle implicite que Plutarque établissait entre les deux héros de l’histoire de Syracuse, le Corinthien, élu de la Fortune, était supérieur au Syracusain, disciple infidèle de Platon21. Et s’il y avait des mercenaires dans son armée, ils n’intervenaient pas dans les luttes internes de la cité, auxquelles d’ailleurs il avait mis fin en rétablissant la “démocratie”22. On sait ce qu’il en fut dans la réalité. Mais c’est là une autre histoire, qui ne concerne plus l’auteur des Vies parallèles.

18Sur la Sicile au ive siècle et les deux Denys, voir le chapitre de J.-L. Lamboley, “L’Occident grec” dans Le monde grec aux Temps classiques. T. II : le ive siècle (P. Brulé – R. Descat éd.), Paris 2004, 105-130 ; L. Braccesi, I tiranni di Sicilia, Bari 1998.

Notes

1 Sur les sources de Plutarque, voir les Notices de R. Flacelière dans la Collection des Universités de France, t. IV (Timoléon), t. XIV (Dion). Sur le problème de l’authenticité des Lettres attribuées à Platon, voir l’Introduction de L. Brisson dans l’édition G. F., Paris 1987, 10-21. Voir également, à propos des voyages du philosophe à Syracuse les remarques de Finley 1985b, 100-102. Sur la place des mercenaires dans les armées des cités grecques, voir Marinovic 1988 et Ducrey 1985.

2 Plut., Tim., 23.7.

3 Xén., Hiéron, 5.2.

4 Diod. 11.67.

5 Thc. 6.17.2.

6 Xén., Hell., 1.1.31.

7 Voir dans Thc. (6.33-41) le débat opposant Hermocratès et Athénagoras à la veille de l’arrivée des Athéniens en Sicile. Sur les événements qui précédèrent la prise du pouvoir par Denys, voir Mossé 1969, 99-105.

8 Mossé 1969, 107 sq. ; Diod. 14.8-9 ; 65 sq.

9 Messéniens (Diod. 14.34), Celtes et Ibères (Diod. 14.69), Péloponnésiens (Diod. 15.44). Dans la Lettre VII, Platon évoque les marins athéniens venus lui rapporter les propos hostiles des peltastes à son encontre.

10 Garlan 1989, 145-172.

11 Dion, 4.4-5.7. Plutarque rapporte même une tradition selon laquelle le Spartiate Pollis, sur la trière duquel Platon s’était embarqué après l’échec de sa tentative pour convertir Denys à la philosophie, l’aurait fait vendre comme esclave à Égine sur ordre du tyran. Aucune allusion n’est faite à cet incident dans la Lettre VII.

12 Dion, 14.7 ; 15.3 ; Plat., Lettre VII, 329e ; Népos, Dio, 4.1.

13 Dion, 17.2. Ce genre de don n’était pas exceptionnel. Il suffit de penser au domaine de Scillonte offert à Xénophon par les Spartiates.

14 Dion, 23.3-4. Après le sacrifice. Dion fit servit à ses soldats un repas au cours duquel ils purent admirer “les coupes d’argent et d’or et les tables dont la splendeur dépassait la richesse d’un simple particulier”.

15 Sur les conflits politiques à Syracuse et le rôle des mercenaires dans ces conflits, voir Christien 1975.

16 Les chapitres 52 et 53 sont étroitement inspirés des Lettres attribuées à Platon. Plutarque se plaît à représenter Dion sous les traits du philosophe-roi et lui prête l’intention d’instituer “une forme d’État apparentée aux systèmes laconien et crétois, mélange de démocratie et de royauté où l’aristocratie surveillerait et arbitrerait les affaires les plus importantes” (53.4). On est ici en plein ce que Finley appelle un “conte”.

17 Il est intéressant de retrouver dans ce récit la traditionnelle opposition entre Sparte et Athènes, même si elle s’exprime entre deux chefs de mercenaires.

18 Sur Timoléon, voir Sordi 1961 et la mise au point plus récente de Talbert 1974.

19 La chronologie des événements est très floue et a suscité diverses tentatives pour concilier le récit de Plutarque et celui de Diodore. Mais cela importe peu pour ce qui est de la question examinée ici. On peut supposer, pour expliquer la faible participation syracusaine, que la recolonisation de la cité ne faisait que commencer.

20 Il s’agit de la troisième “guerre sacrée” qui s’acheva en 346 par la défaite des Phocidiens et l’entrée de Philippe de Macédoine au Conseil amphictyonique de Delphes.

21 La Lettre VII (351a sq.) contient quelques critiques à l’encontre de Dion, qui expliquent le jugement mitigé de Plutarque sur son action. Ces critiques se sont sans doute développées dans le milieu de l’Académie, dont Timée fit partie lorsqu’il se réfugia à Athènes après l’établissement de la tyrannie d’Agathoclès en 317.

22 Il faut ici prendre “démocratie” au sens le plus large. Timoléon, présenté encore une fois comme le modèle du citoyen grec, a rétabli à Syracuse le régime antérieur à l’établissement de la tyrannie. En cela aussi, il s’oppose à Dion.

Notes de fin

1 Esclavage, guerre, économie en Grèce ancienne. Hommages à Yvon Garlan, P. Brulé - J. Ouhlen éd., Rennes 1997, 165-175.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search