Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Quatrième partie. La guerre

XXVII - Armée et cité grecque (à propos de Thucydide 7.77.4-5)*

Texte intégral

  • * REA 65, 1963, 290-297.
  • 1 Mossé 1953, 29-35 (article XXV de ce volume).

1Il y a quelques années, j’avais ici même attiré l’attention sur un passage de l’Archidamos d’Isocrate dans lequel le rhéteur athénien prêtait au roi de Sparte, son contemporain, un projet qui ne laissait pas d’être surprenant : devant les exigences et les menaces thébaines, le jeune roi de Sparte invitait ses concitoyens à éloigner femmes et enfants de la Laconie, à les établir en Cyrénaïque ou dans le sud de l’Italie. Quant aux hommes, aux citoyens, ils constitueraient une armée permanente, libre de toute entrave constitutionnelle, de tout lien avec un territoire quelconque, puisque toute terre choisie pour le combat deviendrait la patrie, une patrie mouvante au gré des circonstances et des déplacements de l’ennemi1. J’avais alors tenté d’éclairer cette proposition, au premier abord surprenante, par le contexte historique en même temps que par la nature même de l’État militaire spartiate.

  • 2 Thc. 7.77.4-5 (trad. J. de Romilly).
  • 3 6.76 (trad. G. Mathieu - E. Brémond).

2Relisant récemment le livre VII de Thucydide, j’ai été frappée par une formule que le grand historien prête à Nicias et qui, dans un contexte tout différent, rejoint et annonce la formule d’Archidamos. La flotte athénienne vient d’être détruite par les Syracusains. Les Athéniens et leurs alliés, conduits par les deux stratèges, Nicias et Démosthène, entreprennent une retraite par voie de terre vers quelque cité ou quelque peuple ami qui les accueillera et leur fournira les moyens de rejoindre leur patrie. Mais le moral de l’armée est bas. Thucydide, dans une page saisissante, décrit, la honte, l’amertume, le désarroi des hommes, partis enthousiastes et sûrs de la victoire et maintenant contraints d’abandonner les blessés, de renoncer à ensevelir leurs morts (7.75.2 sq.). C’est alors que Nicias passant de rang en rang, entreprend de relever le moral de ses troupes, et, s’adressant aux Athéniens et aux alliés (ὧ Ἀθηναῖοι καὶ ξύμμαχοι), il les invite à espérer qu’après tant de malheurs abattus sur eux, la divinité va peut-être leur être favorable, et il ajoute ces mots : “Réfléchissez... qu’à vous seuls, sur quelque position que vous vous arrêtiez, vous devenez immédiatement une cité, et qu’il n’en est aucune autre en Sicile qui puisse ni soutenir facilement le choc si vous marchez contre elle, ni, si vous êtes fixés quelque part, vous en déloger”. Et un peu plus loin : “en quelque lieu qu’il (chacun d’entre vous) soit contraint de se battre, c’est là qu’il aura, s’il prend l’avantage, et une patrie, et un rempart”2. Isocrate s’est assurément souvenu de cette dernière phrase lorsqu’il fait dire à Archidamos : “Qui ne serait pas saisi d’étonnement et de frayeur en présence d’une armée... capable de faire de toutes les positions propices à la guerre la terre de la patrie”3. Les deux auteurs emploient le même terme, πατρίς, qui a bien le sens que nous donnons au mot patrie. Et, s’il y a une différence, elle est plutôt dans la situation respective des deux armées : l’armée des Athéniens et des alliés bat en retraite ; c’est la nécessité qui fera de telle ou telle place de combat une patrie (ἐν ᾧ ἂν ἀναγκασθῇ χωρίῳ), tandis que l’armée lacédémonienne aura, elle, le choix du lieu de combat (τοὺς δὲ τόπους ἅπαντας τοὺς πρὸς τὸν πόλεμον συμφέροντας).

3Mais, précisément, cette différence de situation, le fait aussi que dans l’un des cas elle est imaginaire, tandis que la retraite athénienne est bien réelle, donnent aux deux propositions une portée qui n’est pas absolument identique. Dans le cas de Sparte, c’est la cité qui délibérément renoncerait à son territoire propre pour se transformer en une armée mobile et insaisissable. Tandis que l’armée en retraite des Athéniens et des alliés devient une cité partout où elle s’arrête (αὐτοί τε πόλις ευθὐς ἐστε ὅποί ἂν καθέζησθε). Il y a là, assurément, une notion que l’esprit moderne peut difficilement admettre et qui va au-delà du problème de la “cité sans territoire”. Il vaut donc la peine de préciser un peu le sens de l’affirmation de Nicias.

4Une première remarque s’impose d’abord : il ne s’agit pas pour les Athéniens et leurs alliés de fonder une cité en Sicile, comme ce fut le cas, en d’autres temps, pour les Phocéens fuyant les Perses jusqu’en Corse. Assurément, Thucydide le dit expressément, cette masse de 40 000 hommes se repliant évoquait assez bien une cité évacuée par ses habitants après un siège (οὐδὲν γὰρ ἄλλο ἢ πόλει ἐκπεπολιορκημένῃ ἐῴκεσαν ὑποψευγούσῃ 7.75.5). En réalité, cependant, Athènes et les cités alliées demeuraient intactes et le but de tous était de revoir leur patrie, de rentrer chez eux (7.77.7).

5Une seconde remarque, c’est que cette armée n’était pas, Thucydide le rappelle à chaque instant, composée exclusivement d’Athéniens. Quand Nicias s’adresse aux soldats, il souligne toujours la présence des alliés au côté des Athéniens (ἄνδρες στρατιῶται Ἀθηναίων τε καὶ τῶν ἄλλων ξυμμάχων, 61.1 ; cf. aussi 77.1), même si, parlant à ces mêmes alliés, il leur fait remarquer qu’on les tient souvent pour Athéniens (οἲτέως Ἀθηναῖοι νομιζόμενοι, καὶ μὴ ὄντες, 63.3) tant les a marqués l’arkhè athénienne. Thucydide se plaît d’ailleurs à énumérer la liste impressionnante des alliés d’Athènes devant Syracuse (7.57), auxquels s’ajoutaient des mercenaires, Argiens, Arcadiens, Grecs d’Italie du Sud et de Sicile, indigènes siciliens ou italiens. De ce point de vue aussi, la formule de Nicias diffère sensiblement de celle d’Archidamos.

  • 4 Cf. notre analyse, Mossé 1962, 3-8 sq.
  • 5 Cf., en particulier, Arist., Pol., 3.1280 b 30-35, où la κoινωνία τóπoυ, pour n’être pas suffisant (...)
  • 6 Cf. Arist., Pol., 3.1274 b 38 : ἡ δὲ πολιτεία τῶν τὴν πόλιν οἰκούντων ἐστὶ τάξις τις. Dans la Répu (...)

6Comment alors cette armée peut-elle constituer une cité, une πόλις ? Nous savons que le terme avait pour les Grecs de l’époque classique un sens extrêmement complexe. La polis, c’était à la fois un état territorial et un groupement humain, régi par une politeia et des nomoi4. La κοινωνία des citoyens constituait seule juridiquement la cité : les textes officiels en font foi qui parlent, par exemple, des Athéniens ou des Syracusains, jamais d’Athènes ou de Syracuse. Quand Thucydide dit que ce sont les hommes, non les remparts ou les vaisseaux vides d’hommes, qui sont la cité (7.77.7), il pense, certes, au sort tragique qui serait celui d’Athènes privée de ses meilleurs hoplites, mais sa remarque a une valeur plus générale et rejoint le sens profond de la cité grecque, cette κοινωνία τῶν ἐλευθέρων, pour reprendre la définition d’Aristote (Pol., 3.1279 a 21). Néanmoins, les écrivains politiques du ive siècle, lorsqu’ils s’interrogeaient sur les origines de la cité et sur sa nature profonde, ne faisaient pas abstraction du territoire sur lequel elle était établie, comme en témoignent leurs efforts pour déterminer les dimensions de la cité idéale et sa localisation géographique5. Et, par ailleurs, ils admettaient que la politeia, qui en réglementait l’organisation, valait non seulement pour les politai qui en étaient détenteurs, mais aussi pour tous ceux qui habitaient la cité6.

  • 7 J’adopte ici pour θεράποντες le sens précis que lui a donné M. le doyen Aymard dans une conférence (...)
  • 8 C’est le chiffre auquel on parvient par déduction du total de 5 100 hommes, des différents groupes (...)
  • 9 Thucydide donne cependant quelques indications sur les hommes recrutés par Démosthène en Italie du (...)
  • 10 C’est là une estimation minimum. Il y avait peut-être des hoplites sur les navires emmenés par Cha (...)
  • 11 Grundy 1948, 309 sq., évalue à 24 000 le nombre des marins qui participèrent à l’expédition de Sic (...)
  • 12 Cf. Gomme 1933, 26 : en 431, il y aurait eu 40 000 citoyens, dont 25 000 hoplites, sur une populat (...)

7Cette définition complexe et ambiguë pouvait-elle s’appliquer à l’armée athénienne en retraite ? Si nous en reprenons les trois termes, nous ne pouvons manquer de remarquer qu’ils sont présents de façon plus ou moins directe. Le territoire, Nicias prend bien soin de le préciser, c’est celui où l’armée est contrainte de combattre et de se maintenir et qui du même coup devient une patrie. Les habitants, ce sont les 40 000 hommes de l’armée qui bat en retraite et qui forment deux groupes bien distincts, les combattants, athéniens et alliés, d’une part, et, d’autre part, la masse des non-combattants, valets d’armes, rameurs qui ont dû abandonner leurs navires, et tous ceux qui constituent le train des équipages, boulangers, maçons, charpentiers, marchands (cf. 6.44.1). Peut-on évaluer de façon précise l’importance relative de ces deux groupes et celle des Athéniens par rapport à l’ensemble ? Le texte de Thucydide ne nous donne que des indications incomplètes : nous savons que les ἀκόλουθοι, du fait des multiples défections qui s’étaient produites dans leurs rangs, étaient peu nombreux (7.75.5). Défections aussi parmi les θεράποντες utilisés comme rameurs sur les navires7 et parmi l’ensemble des marins étrangers (7.13.2). Sur les combattants, quelques renseignements épars concernant des contingents de faible importance (120 exilés mégariens, 80 archers crétois, 250 Arcadiens pour la plupart de Mantinée, 500 Argiens ; cf. 6.43). Mais il fallait ajouter les sujets d’empire (οἱ ὑπήκοοι), qui auraient été au départ 2 1508, les insulaires amenés en renfort par Démosthène (7.20.2) et surtout les nombreuses troupes recrutées en Sicile et en Italie du sud, dont il est difficile d’évaluer exactement le nombre9. Quant aux Athéniens, ils étaient au départ de Corcyre 2 200, 1 500 hoplites du Catalogue et 700 thètes recrutés comme troupes de bord (ἐπιβάται τῶν νέων), auxquels il faut joindre les 1 200 Athéniens ἐκ καταλόγου qui figuraient parmi les renforts amenés par Démosthène, soit 3 400 soldats10. Mais il faudrait connaître le nombre des thètes athéniens enrôlés comme rameurs sur les navires pour estimer l’importance du groupe des Athéniens par rapport aux alliés, aux mercenaires étrangers, aux esclaves11. Dans l’état actuel de notre documentation, cela est impossible. Tout au plus peut-on établir le rapport entre le nombre des hoplites athéniens et celui des hommes qui battaient en retraite et que Thucydide évalue grosso modo à quatre fois 10 000 hommes. Il est sensiblement identique à celui que des calculs plus ou moins hypothétiques déterminent entre le nombre des hoplites athéniens en 431 et la population totale de l’Attique12. Il n’est donc pas incompatible avec l’image d’une cité ambulante.

  • 13 Thc. 7.48.1 (σφᾶς ψηφιζομένους μετὰ πολλῶν), qui implique que l’assentiment de l’armée était, sino (...)
  • 14 Et cette politeia peut être, comme celle d’une cité, oligarchique, démocratique ou tyrannique. L’a (...)

8Reste, enfin, le troisième terme : la politeia, qui régissait cette cité militaire. Elle avait une double origine : il y avait d’abord l’organisation militaire, dont les stratèges étaient les responsables. Mais, parce que ces stratèges étaient aussi des magistrats qui tenaient leur arkhè de la souveraineté populaire, cette organisation militaire se doublait d’une organisation politique, cependant que les soldats athéniens en armes représentaient l’ekklèsia, à laquelle les stratèges s’adressent, comme s’ils étaient à la tribune de l’Assemblée, avant de prendre une décision13. L’armée a donc son organisation, sa politeia14 ; elle peut prendre possession d’un territoire, elle constitue une κοινωνία τῶν ἐλευθέρων. Dès lors, rien ne s’oppose à ce qu’elle soit identifiée avec une polis, avec un État.

  • 15 Énée le Tacticien 10.11.
  • 16 Cf. Xén., Anabase, 1.3.6.
  • 17 L’exemple le plus caractéristique est celui d’Euphron, qui devint tyran de Sicyone en 366 (Xén., H (...)
  • 18 On ne peut manquer d’évoquer ici un passage de la Lettre III, 315e, de Platon, dans laquelle le ph (...)

9On voit aussitôt les conséquences de cette identification : elle éclaire d’abord la proposition d’Archidamos : puisqu’une armée peut s’ériger en polis, l’inverse est également possible ; une polis, en l’occurrence Sparte, peut se transformer en une armée permanente et mouvante. La nature même du régime spartiate, entièrement tourné vers la vie militaire, n’est pas le fait déterminant : elle rend seulement la chose plus facile. Cette identification rend compte, d’autre part, d’une réalité qui ira s’affirmant au ive siècle : le fait qu’une armée peut traiter d’égal à égal avec un État organisé, avec une cité. II faut rappeler ici ce passage du traité d’Énée le Tacticien15, dans lequel le stratège arcadien évoque les précautions à prendre en cas de visites d’ambassadeurs étrangers envoyés par des cités, des tyrans ou des armées (ἀπὸ πόλεων ἢ τυράννων ἢ στρατοπέδων). En fait, dans le Péloponnèse du ive siècle, tyrans et armées étaient généralement liés. Les armées qui sillonnaient le monde égéen étaient le plus souvent des armées formées de mercenaires apatrides, tout dévoués au chef qui les commandait16 tout prêts à aider celui-ci à se rendre maître d’une cité et à y établir à son profit la tyrannie17. Elles constituaient de véritables puissances politiques dont on ne pouvait pas ne pas tenir compte18.

10On peut alors se demander s’il y a là la trace d’une évolution née des circonstances, de ce grand bouleversement qu’opéra dans les institutions et dans les esprits la guerre du Péloponnèse, et si la formule que Thucydide prête à Nicias rend compte de ces circonstances nouvelles ou s’il s’agit, au contraire, d’un trait permanent de la civilisation politique du monde grec. Une réponse précise est presque impossible : je me bornerai seulement à suggérer quelques remarques, à formuler quelques hypothèses.

  • 19 Mossé 1962, 145-146 : en 323, 9 000 citoyens seulement possédaient le cens de zeugites (Diod. 18.1 (...)
  • 20 Dès la fin du ve siècle, on peut se faire remplacer, et les riches ne se font pas faute d’en profi (...)
  • 21 Il faut rappeler ici les reproches qu’Isocrate (8.44 : ἄρχειν μὲν ἁπάντων ζητοῦμεν, στρατεύεσθαι δ (...)

11Il est hors de doute que, dans la Grèce archaïque, le citoyen et le soldat ne font qu’un. Seul est pleinement citoyen celui qui a le droit de porter les armes, seul a le droit de porter les armes celui qui a un bien à défendre, ce bien étant d’abord sa terre et sa maison. À l’époque classique, l’assemblée de l’armée joue encore, dans certaines parties du monde parahellénique, en Macédoine principalement, le rôle délibérant que dans les cités grecques remplit l’Assemblée des citoyens. Et à Sparte, jusqu’à la fin de l’époque classique, les Homoioi sont essentiellement des soldats. Mais ailleurs, principalement dans les cités marchandes, dont Athènes est le plus typique exemple, l’évolution économique, la place de plus en plus importante tenue dans la cité par des hommes qui, pour ne posséder ni terre ni maison, n’en détiennent pas moins entre leurs mains une partie de la fortune publique détermine peu à peu un divorce entre le citoyen et le soldat. Ou, plutôt, accèdent à la pleine citoyenneté des hommes que l’on ne juge pas dignes de porter les armes, qui servent dans la flotte comme rameurs, mais qui, parce qu’ils sont la majorité, tiennent en fait entre leurs mains les destinées de la cité. Parce que les hoplites ne constituent plus que la moitié, moins encore au ive siècle, du corps civique, ils ne s’identifient plus avec lui19. Et quand la misère née de la guerre, le bouleversement des rapports sociaux traditionnels, la profonde transformation des esprits détournent de plus en plus les citoyens de la vie militaire20, tandis qu’on prend progressivement l’habitude de recourir au service des mercenaires21, le divorce achève de s’accomplir. Mais alors que la cité a cessé d’être une armée permanente, les armées de métier, composées de mercenaires que la misère a jetés sur toutes les routes du monde grec, tendent à se constituer en puissances politiques. Et partout où elles peuvent s’installer et faire la loi, elles deviennent de véritables États. Assurément, il ne faut pas schématiser. Nombre des armées de mercenaires du ive ou du iiie siècle ne sont que des bandes inorganisées, prêtes à se louer au plus offrant, prêtes aussi à se débander quand le sort est contraire. Mais celles qui ont la chance de posséder un chef énergique, ou de contrôler un territoire prospère, sont désormais des puissances avec lesquelles on doit compter.

12Il faut revenir au texte de Thucydide qui a servi de point de départ à ces quelques réflexions. Son grand intérêt vient de ce qu’il est à la charnière des deux moments historiques : l’armée à laquelle Nicias s’adresse est une armée dans laquelle l’élément civique est encore, sinon numériquement, du moins politiquement, l’élément essentiel. C’est l’armée athénienne, dont il est le chef en tant que magistrat régulièrement élu par la cité, qu’il invite à se constituer en État. Et c’est dans une situation désespérée qu’une telle éventualité est évoquée par lui. Mais cette nécessité, précisément, qui prive momentanément les Athéniens du corps expéditionnaire en Sicile de leur patrie, ce sera celle qui au siècle suivant jettera sur les routes égéennes des milliers de mercenaires. Et l’exhortation de Nicias, si elle s’intègre dans une conception encore classique de la cité, n’en est pas moins déjà un témoignage de sa ruine prochaine.

13Comme pour l’article précédent, si l’ensemble de l’analyse du texte de Thucydide reste valable, la conclusion outrepasse ce que j’ai voulu démontrer. Si réel que soit le rôle des mercenaires dans le monde grec au ive siècle, les armées civiques n’en subsistent pas moins, singulièrement à Athènes. Je rejoins sur ce point les conclusions de P. Brun, “La guerre et la paix”, dans Le monde grec aux Temps classiques. T. II : le ive siècle (P. Brulé – R. Descat éd.), Paris 2004, 16-18. Sur les mercenaires, voir en dernier lieu le livre de M. Bettali, I mercenari nel mondo greco, Pise 1995.

Notes

1 Mossé 1953, 29-35 (article XXV de ce volume).

2 Thc. 7.77.4-5 (trad. J. de Romilly).

3 6.76 (trad. G. Mathieu - E. Brémond).

4 Cf. notre analyse, Mossé 1962, 3-8 sq.

5 Cf., en particulier, Arist., Pol., 3.1280 b 30-35, où la κoινωνία τóπoυ, pour n’être pas suffisante à faire une cité, n’en est pas moins une condition nécessaire.

6 Cf. Arist., Pol., 3.1274 b 38 : ἡ δὲ πολιτεία τῶν τὴν πόλιν οἰκούντων ἐστὶ τάξις τις. Dans la République de Platon, la politeia concerne non seulement les citoyens, mais aussi des μισθωτοί, “gens peu dignes par leur esprit d’être admis dans la communauté” (371e), c’est-à-dire des non-citoyens, et de nombreux serviteurs, pédagogues, nourrices, gouvernantes, etc. qui ne peuvent être que des esclaves (373c).

7 J’adopte ici pour θεράποντες le sens précis que lui a donné M. le doyen Aymard dans une conférence faite le 16 mars 1962 à la Faculté des Lettres de Clermont.

8 C’est le chiffre auquel on parvient par déduction du total de 5 100 hommes, des différents groupes énumérés en 6.43.

9 Thucydide donne cependant quelques indications sur les hommes recrutés par Démosthène en Italie du Sud : 150 Iapyges (7.33.4), 300 Métapontins (7.33.5), 700 hoplites et 300 akontistes de Thourioi (7.35.1).

10 C’est là une estimation minimum. Il y avait peut-être des hoplites sur les navires emmenés par Chariclès autour du Péloponnèse et qui rejoignirent quelque temps ceux de Démosthène (7.20.33), avant de regagner Athènes (7.26.1). Thucydide, en 7.42.1-2, dit que l’armée de Démosthène était sensiblement égale à celle qui avait quitté Athènes au début de l’expédition. Même si la proportion des Athéniens par rapport à l’ensemble des soldats était plus faible dans l’armée de secours, il se peut qu’elle ait été supérieure, néanmoins, au rapport que donnent les nombres indiqués par Thucydide (1 200 sur 5 000).

11 Grundy 1948, 309 sq., évalue à 24 000 le nombre des marins qui participèrent à l’expédition de Sicile et pense que les Athéniens étaient encore sensiblement nombreux parmi eux, au côté des étrangers et des θεράποντες. Leur présence, en tout cas, est attestée en 7.13.2 (Thucydide distingue parmi les marins trois groupes ; les deux derniers sont nommément désignés : οἱ δὲ θεράποντες ... καὶ οἱ ξένοι ; on peut donc penser que le premier membre de la phrase τῶν ναυτῶν τῶν μὲν... τῶν ἱππέων ἀπολλυμένων désigne les Athéniens) et plus clairement en 7.64.1, où Nicias, après avoir adressé la première partie de son discours aux στρατιῶται (7.61), se tourne ensuite vers les marins (τοῖς δὲ ναύταις παραινῶ) w 7.63.3) et distingue parmi eux les alliés et les Athéniens (τούς τε Ἀθηναίους ὑμῶν).

12 Cf. Gomme 1933, 26 : en 431, il y aurait eu 40 000 citoyens, dont 25 000 hoplites, sur une population totale de 315 000 hommes.

13 Thc. 7.48.1 (σφᾶς ψηφιζομένους μετὰ πολλῶν), qui implique que l’assentiment de l’armée était, sinon indispensable, du moins fréquemment demandé. Cf. également 7.50.3 : Nicias, pour éviter que l’ennemi ne soit informé par ses espions, demande qu’il n’y ait pas de vote sur la décision de battre en retraite : μὴ φανερῶς γε… ψηφίζεσθαι. Au livre VIII, le rôle politique des soldats est encore plus clairement démontré au moment des événements de Samos. Cf. en particulier le paragraphe 76, où l’on voit les soldats, réunis en assemblée, relever de leur commandement les anciens stratèges et tous les triérarques qu’ils soupçonnaient d’avoir des opinions oligarchiques et en élire de nouveaux. Dans la République (492b), Platon, dénonçant les méfaits de la démocratie, met sur le même plan les assemblées, les tribunaux, les réunions théâtrales et les camps, comme lieux où elle s’exerce de façon anarchique et tumultueuse.

14 Et cette politeia peut être, comme celle d’une cité, oligarchique, démocratique ou tyrannique. L’armée d’Archidamos, en se passant de toute politeia, révélait son caractère exceptionnel en liaison avec la situation anarchique du Péloponnèse. Cf. également Thc. 8.73.5, à propos de la propagande démocratique auprès de la flotte athénienne à Samos, et surtout Lysias 12.42, accusant Ératosthène d’avoir cherché à établir le régime oligarchique dans l’armée (ἐν τῷ στραποπέδῳ ὀλιγαρχίαν καθιστάς). Il est intéressant, pour conclure, de retenir la remarque que Thucydide prête aux soldats de Samos qui ont refusé d’accepter l’établissement de l’oligarchie à Athènes et ont par là même rompu toute relation avec la cité : “La perte qu’on avait faite de ce côté ne comptait pas, puisque les Athéniens ne leur envoyaient ni argent – les soldats s’en procuraient eux-mêmes – ni bons conseils, seul avantage d’une cité sur une armée” (8.76).

15 Énée le Tacticien 10.11.

16 Cf. Xén., Anabase, 1.3.6.

17 L’exemple le plus caractéristique est celui d’Euphron, qui devint tyran de Sicyone en 366 (Xén., Hell., 7.1.45 sq.).

18 On ne peut manquer d’évoquer ici un passage de la Lettre III, 315e, de Platon, dans laquelle le philosophe se plaint d’avoir été calomnié par les amis de Denys “auprès des mercenaires et du peuple syracusain”. On ne saurait mieux démontrer l’importance politique des mercenaires.

19 Mossé 1962, 145-146 : en 323, 9 000 citoyens seulement possédaient le cens de zeugites (Diod. 18.18.4 ; Plut., Phocion, 28). Il y avait alors 31 000 citoyens selon Diodore, 21 000 seulement au témoignage de Plutarque. Même si l’on ne retient que cette dernière indication, notre affirmation reste justifiée.

20 Dès la fin du ve siècle, on peut se faire remplacer, et les riches ne se font pas faute d’en profiter : cf. Lysias 31.15.

21 Il faut rappeler ici les reproches qu’Isocrate (8.44 : ἄρχειν μὲν ἁπάντων ζητοῦμεν, στρατεύεσθαι δ’οὐκ ἐθέλομεν) et Démosthène (8.21 : ἡμεῖς οὔτε γρήματ’εἰσφέρειν βυυλόμεθα) adressaient à leurs concitoyens.

Notes de fin

* REA 65, 1963, 290-297.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540