Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Quatrième partie. La guerre

XXVI - Sur un passage de l’Archidamos d’Isocrate*

Texte intégral

  • * REA 55, 1953, 29-35.
  • 1 Ollier 1933 ; Cloché 1933.
  • 2 11.17 ; 12.153-154.
  • 3 12.83-98, 208-212.
  • 4 Ollier 1933, 360 sq. ; Cloché 1933, 134.

1Isocrate n’est généralement pas très élogieux pour la principale cité rivale d’Athènes au ive siècle : Sparte. Alors que toute son attitude politique, telle qu’elle s’exprime à travers ses principaux discours, particulièrement l’Aréopagitique, semblerait devoir le rapprocher du régime oligarchique spartiate, il ne cesse de multiplier à son égard les remarques désagréables ; la politique extérieure de Sparte, d’asservissement des cités grecques grâce à l’alliance du Grand Roi, ne peut que lui déplaire1 ; mais il n’épargne pas pour autant la constitution spartiate dont il nie l’originalité2, pas plus que l’éducation spartiate3 si dissemblable, il est vrai, de l’éducation telle que la conçoit Isocrate dans le discours Sur l’Échange. C’est en partant de ce principe qu’on a voulu isoler4 le discours intitulé Archidamos, discours dans lequel, faisant parler le futur roi de Sparte, Isocrate lui prête des propos évidemment élogieux pour sa cité.

  • 5 6.71 et sq.

2Il ne sera pas ici question du “laconisme” d’Isocrate, non plus que de la destination de l’Archidamos. Mais il paraît intéressant d’isoler dans ce discours un passage qui n’a pas suscité jusqu’à présent un intérêt particulier : celui5 où Archidamos invite ses concitoyens à envoyer au loin femmes, enfants et vieillards, à dissoudre la cité, pour ne plus laisser subsister qu’une bande de soldats de métier, assez semblable à toutes celles qui sillonnent le monde égéen au ive siècle, pourtant distincte, puisqu’elle grouperait des citoyens unis par une même foi, par un même amour de la patrie.

  • 6 Justin 2.12 : “patriam municipes esse non mœnia civitatemque non in redificiis, sed in civibus pos (...)
  • 7 La même idée se retrouve dans Thucydide l. 81.6, lorsqu’il fait dire au vieil Archidamos que les A (...)
  • 8 En fait, les Phocéens, fuyant l’invasion perse, se sont réfugiés à Alalia, en Corse. Mais Isocrate (...)

3L’idée de l’évacuation d’une cité devant le danger, pour en mieux assurer la défense, n’est pas faite pour nous surprendre. L’attitude des Athéniens à la veille de Salamine en est l’exemple type. Le recours à cette solution s’explique fondamentalement par le fait, constaté par Justin6, que “la cité ne réside pas dans les murailles ou dans les édifices, mais dans le corps des citoyens”7. Mais il ne s’agit pas ici, semble-t-il, d’une attitude exactement semblable. Le lieu de repli envisagé – l’Italie méridionale, Cyrène – est tout aussi lointain que celui dont Thémistocle menaçait les Grecs, de la part des Athéniens. Mais il n’est envisagé que pour les femmes, les enfants et les non-combattants ; et il n’est nullement question de transporter la cité en un autre lieu, la cité avec sa structure sociale et son armature politique. Archidamos se réfère bien à l’exemple des Athéniens ou à celui des Phocéens s’établissant à Massalia8, quand leur cité tombe aux mains du Grand Roi. Mais la proposition elle-même est différente des deux exemples cités.

  • 9 Traduction G. Mathieu.

4Par ailleurs, la transformation des citoyens-combattants en une armée “comparable aux armées de mercenaires” ne paraît pas pouvoir se référer au passage de Thucydide cité par G. Mathieu9. Thucydide rapportant le discours d’Archidamos, roi de Sparte et arrière grand-père du jeune prince ami d’Isocrate, prête à celui-ci des paroles qui rappellent de bien loin celles qui nous intéressent : s’opposant à une guerre immédiate et mal préparée, le roi de Sparte envisage, pour la rejeter immédiatement, la possibilité d’attaques multiples et répétées sur le territoire de l’ennemi, que préconise justement le jeune Archidamos comme tactique de lutte contre les adversaires de Sparte. À cela seul, qui est bien peu et contradictoire, se borne l’analogie.

  • 10 Cf. à ce propos les remarques judicieuses de A. W. Gomme, dans son commentaire du livre 1 de Thucy (...)

5Reprenons donc la proposition d’Archidamos. Ayant envoyé dans des terres lointaines et accueillantes les femmes, les enfants et les vieillards, les citoyens de Sparte, que plus rien ne rattache ni à leur terre ni à un quelconque régime organisé (nous reviendrons là-dessus), se rassembleront sous les ordres du jeune prince pour harceler l’ennemi par des incursions répétées, ravager son territoire tout au long de l’année, constituant une armée maniable et disponible comme une armée de mercenaires : une liberté de mouvement totale, pas de terres à défendre, pas de travaux agricoles à assurer, qui entravent le libre développement de la guerre10.

  • 11 Isocr. 5.120-121.
  • 12 Parke 1933.
  • 13 6.76 : ταῖς δ’ ἀρεταῖς καὶ τοῖς ἐπχτηδεύμασιν τοιῦτυν, οἶυν ἐξ ἁπάντων ἀνθρώπων οὐδεὶς ἂν συντάςει (...)

6Mais, avons-nous dit, une armée de métier distincte des autres armées du même genre au ive siècle. Les armées de mercenaires se recrutent principalement parmi les bannis, les exilés, les hommes privés de terres ou de biens par la guerre, les luttes civiles ou quelque autre cause d’origine économique ou sociale. Privés des moyens de subvenir à leurs besoins, ils errent à travers le monde égéen, pillant et brûlant tout sur leur passage11. De ces bandes de mercenaires, celle que Xénophon ramène depuis la Babylonie jusqu’en Thrace semble bien être le premier et le plus pittoresque exemple. Mais, au cours du ive siècle, ces bandes deviennent de véritables armées de métier dont la supériorité s’affirme bientôt si évidente qu’à Athènes même le peltaste tend de plus en plus à remplacer le citoyen hoplite12. N’ayant pas de terres à défendre, assurant leur subsistance par le butin et les pillages, ces armées n’ont qu’une seule loi, celle du chef qui les dirige, tant du moins que celui-ci les paye. Archidamos dit bien qu’il ne s’agit pas d’une semblable armée : ses hommes ne seront pas des mercenaires venus de tous les coins du monde, mais des Spartiates animés par l’ardent amour de la patrie. Et cette armée se distinguera par son entraînement et sa valeur militaire13.

  • 14 Ibid. : μηδεμιᾷ πολιτείᾳ τεταγμένῃ χρώμενον.
  • 15 Ibid. : τοὺς δὲ τόπους ἅπαντας τοὺς πρὸς τὸν πόλεμον συμφέροντας πατρίδας εἶναι νομίζον.
  • 16 6.78 : τὰς μὲν αὑτῶν πόλεις ... τὴν δ ’ἡμετέραν.

7Mais ce qui la rendrait également différente des armées citoyennes ordinaires, c’est qu’elle serait “indépendante de tout régime organisé”14, en même temps que “toute terre qu’elle choisirait pour le combat, elle l’appellerait terre de la patrie”15. Cela aurait pour principale conséquence qu’il n’y aurait plus à redouter de sièges, à pourvoir à l’entretien d’une population rassemblée derrière les murailles et inutile pour le combat. Néanmoins, cette armée demeurerait une cité16, mais organisée de telle manière qu’elle n’aurait plus à redouter ces inconvénients.

  • 17 6.85 : ἀνορθώσομεν τὴν πόλιν, κομιούμεθα δὲ τοὺς ἡμετέρους αὐτῶν.

8Bien entendu, le but final demeure la restauration de la cité et le retour des êtres chers17. Mais le moyen d’y parvenir mérite à tout le moins d’être signalé pour son caractère original.

9Avant de tenter une interprétation de cette proposition, il faut essayer de répondre aux différentes questions qui viennent immédiatement à l’esprit.

  • 18 6.81 : τὴν πολιτείαν ὁμοίαν ... στρατοπέδῳ καλῶς διοικουμένῳ.

10Et d’abord une telle proposition est-elle spécifiquement spartiate ? Le texte même semble nous donner la réponse : Archidamos fonde, en effet, sa proposition sur le caractère même du régime spartiate, “semblable à un camp militaire bien organisé”18.

11Mais il faut se rappeler que ce n’est pas Archidamos qui parle. Nous savons que, comme les autres discours d’Isocrate, celui-ci n’a pas été prononcé ; et par ailleurs il semble bien qu’Isocrate n’ait eu que peu d’informations sur la situation réelle du Péloponnèse, moins encore, à ce moment du moins, des relations personnelles avec Archidamos, qui lui aient permis d’exprimer les pensées profondes du jeune prince. Sans aller jusqu’à prétendre qu’il s’agit d’un pur exercice de rhétorique, il semble qu’on puisse, sans crainte de se tromper, attribuer au seul Isocrate la paternité d’une telle idée. Qu’elle lui ait été inspirée par la conception que se faisaient les Athéniens du régime militaire spartiate, cela ne fait pas de doute, et la justification même, placée dans la bouche d’Archidamos, le prouve. Peut-on en conclure qu’une telle proposition n’était valable que pour Sparte ? La réponse est plus délicate, car c’est Archidamos aussi qui rappelle l’exemple athénien. Isocrate ne fait donc pas de différence fondamentale entre les deux attitudes, alors qu’elle existe, nous l’avons vu. La question ne se pose pas pour Athènes au moment où est écrit l’Archidamos (366) et elle ne se posera pas avant Chéronée, moment où, il importe de le signaler, le parti populaire préconisera une autre solution, de résistance à outrance à l’intérieur des murs, en faisant appel à toute la population, y compris les métèques et les esclaves. Il n’est pas invraisemblable de penser que, si elle venait à se poser, Isocrate envisagerait la même solution pour Athènes. À cela, on peut opposer le “patriotisme”, pour ne pas dire le “chauvinisme”, d’Isocrate. Mais le but final reste la gloire de la cité, et ceci ne contredit pas cela.

  • 19 Ollier 1933, 356.

12Trouve-t-on par ailleurs une idée semblable dans le reste de l’œuvre d’Isocrate ? Comme le fait justement remarquer F. Ollier19, Isocrate n’apparaît jamais préoccupé par les questions de détail. Sa contribution est plus critique que constructive, à la différence des autres penseurs grecs du ive siècle, plus doctrinaires, plus attirés par les systèmes. Ce n’est donc ni dans la tradition spartiate ni dans l’œuvre d’Isocrate lui-même qu’il faut chercher l’origine d’une telle proposition. Doit-on alors la considérer comme un simple exercice de rhétorique, ne correspond-elle pas à une réalité qu’Isocrate a été amené à exprimer, peut-être sans en avoir pleinement conscience ?

13Deux éléments paraissent devoir être retenus, compte non tenu de l’élément tactique, qui découle d’ailleurs des autres et ne nous intéresse ici que médiocrement.

  • 20 Cf. l’Introduction de Mathieu 1929, XX-XXV. La variante se trouve dans deux manuscrits, le Laurent (...)
  • 21 Dém. 19.185.

14Tout d’abord, le fait qu’Archidamos insiste sur la supériorité pour cette armée d’être “indépendante de tout régime organisé”. Les différents manuscrits ne donnent pas le même texte. Certains20 portent πόλει τεταγμένυν au lieu de πολιτείᾳ τεταγμένῃ χρώμενον, ce qui amoindrirait notre démonstration, puisqu’il s’agirait de cité et non de constitution. Mais, par ailleurs, adopter cette variante, rejetée par la plupart des érudits, introduirait une contradiction dans le discours lui-même, puisque, ainsi que nous l’avons vu plus haut, la cité ne disparaît pas en tant que telle. Si l’on adopte donc le texte donné par les principaux manuscrits, on croit entendre à l’avance l’écho des paroles de Démosthène devant les juges21, reconnaissant que la supériorité de Philippe tient au caractère même de son pouvoir, qu’aucune constitution ne limite. Le retard qu’entraîne pour les décisions la nécessité de les soumettre à la ratification de l’assemblée, la lenteur des transmissions, des discussions, tout cela disparaît quand disparaît la πολιτεία, la constitution qui limite les droits des individus pour les soumettre à la loi commune pour tous.

  • 22 6.80 : ἀντιστρατοπεδεύοντας ἀνθρώπους ἀτάκτους καὶ μιγάδας καὶ πολλοῖς ἄρχουσι χρωμένους.

15La conclusion logique – et c’est le second élément que nous retiendrons – l’autorité remise aux mains d’un seul ou d’un petit groupe d’individus, Archidamos, c’est-à-dire Isocrate, la tire lorsqu’il oppose l’armée spartiate telle qu’il la conçoit, armée et cité tout à la fois, à celle des adversaires “des hommes indisciplinés, formés d’éléments de toute sorte et commandés par de nombreux chefs”22.

  • 23 6.65-66.
  • 24 5.120-121.

16Ainsi donc, à travers une proposition qui n’est que temporaire, que circonstancielle, perce une des préoccupations les plus constantes d’une partie de l’intelligentsia athénienne du ive siècle : résoudre le problème de l’autorité dans la cité, limiter l’exercice des droits politiques, afin de préserver le régime établi, face aux progrès d’une démocratie dont les intérêts se confondent de plus en plus avec ceux des éléments les plus pauvres du δῆμος, la masse des non-possédants qu’Athènes maintient dans un calme relatif grâce aux distributions gratuites, grâce aux différents μισθοί et à ce qui lui reste d’empire – mais qui partout ailleurs s’agitent et bouleversent la stabilité sociale et politique, comme nous le dit Isocrate dans ce même discours à propos des villes du Péloponnèse23, ou plus tard dans le Philippe24. Il ne faut pas oublier d’ailleurs que la proposition d’Archidamos a pour point de départ le refus d’accepter les conditions de Thèbes, au nombre desquelles figure la reconnaissance de l’indépendance de la Messénie, dont la soumission est précisément pour Sparte une condition déterminante de son équilibre social.

17Mais ce qui nous paraît faire l’originalité de ce texte, c’est qu’il énonce une proposition différente des simples tendances monarchiques ou oligarchiques qu’on a coutume de déceler chez Isocrate et les autres penseurs grecs du ive siècle : l’éclatement constitutionnel de la cité, son caractère militaire exclusif que la référence à la seule constitution spartiate ne suffit pas à expliquer – Sparte est toujours le système auquel se réfèrent dans leurs constructions théoriques, implicitement ou non, les philosophes grecs de l’époque ; et l’on sait aussi que la Sparte du ive siècle n’a plus rien de commun avec la cité à laquelle Lycurgue aurait donné des lois – tout cela annonce des tendances nouvelles que l’unification du monde méditerranéen par la conquête d’Alexandre ne fera qu’accentuer pour donner naissance à des formes d’États d’un type nouveau. Ce texte d’Isocrate serait donc, à notre avis, une pièce supplémentaire à porter au dossier des faits qui témoignent du déclin de la cité grecque au ive siècle.

18Je tiens toujours pour valable mon interprétation de la proposition d’Archidamos. Je serais moins catégorique aujourd’hui quant à la conclusion. Car, si l’on retrouve incontestablement l’idée de la supériorité du chef unique dans une situation militaire et politique grave, elle s’inscrit dans un courant de pensée qui, non seulement dénonce les lenteurs d’une action soumise à un débat préalable, mais valorise aussi la personne du “bon gouvernant”, celui dont les bienfaits lui assurent la confiance de ceux qui dépendent de lui. Voir V. Azoulay, Xénophon et les grâces du pouvoir, Paris 2004.

Notes

1 Ollier 1933 ; Cloché 1933.

2 11.17 ; 12.153-154.

3 12.83-98, 208-212.

4 Ollier 1933, 360 sq. ; Cloché 1933, 134.

5 6.71 et sq.

6 Justin 2.12 : “patriam municipes esse non mœnia civitatemque non in redificiis, sed in civibus positam”.

7 La même idée se retrouve dans Thucydide l. 81.6, lorsqu’il fait dire au vieil Archidamos que les Athéniens sont trop fiers pour se rendre “esclaves de leurs terres” (τῇ γῇ δουλεῦσαι) usai). Il faut rappeler à ce propos l’article de Hampl 1939, où, à l’appui d’une thèse selon laquelle la cité est constituée avant tout par le corps des citoyens, l’auteur examine le cas extrême d’une cité séparée de tout territoire. Il faut noter que Hampl, qui prend ses exemples dans le monde grec du ve siècle et s’attache surtout au problème des cités annexées et des clérouquies athéniennes, ne fait pas mention du texte d’Isocrate, qui irait cependant à l’appui de sa thèse. Le même problème a été repris par E. Meyer dans un article publié en 1947 et dans son livre intitulé Römischer Staat und Staatsgedanke, (Meyer 1948), où il oppose la conception romaine de l’État, liée intimement à la notion de territoire, à la conception grecque d’un État constitué essentiellement par le groupe humain des citoyens, indépendamment de tout territoire. Le texte d’Isocrate que nous nous proposons d’analyser apporte une nouvelle preuve à cela ; mais il ajoute quelque chose de plus : la possibilité d’existence d’une cité sans constitution, sans politeia (cf. n. 14).

8 En fait, les Phocéens, fuyant l’invasion perse, se sont réfugiés à Alalia, en Corse. Mais Isocrate préfère citer Massalia, la plus fameuse des colonies phocéennes de la Méditerranée occidentale, dont la fondation était antérieure à la chute de Phocée (fin du viie siècle).

9 Traduction G. Mathieu.

10 Cf. à ce propos les remarques judicieuses de A. W. Gomme, dans son commentaire du livre 1 de Thucydide, sur le rôle des considérations économiques dans la conduite même de la guerre (Gomme 1950, 11-12).

11 Isocr. 5.120-121.

12 Parke 1933.

13 6.76 : ταῖς δ’ ἀρεταῖς καὶ τοῖς ἐπχτηδεύμασιν τοιῦτυν, οἶυν ἐξ ἁπάντων ἀνθρώπων οὐδεὶς ἂν συντάςειεν.

14 Ibid. : μηδεμιᾷ πολιτείᾳ τεταγμένῃ χρώμενον.

15 Ibid. : τοὺς δὲ τόπους ἅπαντας τοὺς πρὸς τὸν πόλεμον συμφέροντας πατρίδας εἶναι νομίζον.

16 6.78 : τὰς μὲν αὑτῶν πόλεις ... τὴν δ ’ἡμετέραν.

17 6.85 : ἀνορθώσομεν τὴν πόλιν, κομιούμεθα δὲ τοὺς ἡμετέρους αὐτῶν.

18 6.81 : τὴν πολιτείαν ὁμοίαν ... στρατοπέδῳ καλῶς διοικουμένῳ.

19 Ollier 1933, 356.

20 Cf. l’Introduction de Mathieu 1929, XX-XXV. La variante se trouve dans deux manuscrits, le Laurentianus LXXXVII 14, du xiiie siècle, et le Vaticanus 65, de 1063, qui ont constitué l’essentiel de la tradition dite de la Vulgate et ont été utilisés jusqu’à la découverte par Bekker, en 1823, des manuscrits dérivant de l’Urbinas III, qui se trouve à la Bibliothèque Vaticane, date du ixe siècle et reproduit un manuscrit du début de l’ère chrétienne. Il est considéré comme le plus sûr et suivi par les éditions les plus récentes d’Isocrate.

21 Dém. 19.185.

22 6.80 : ἀντιστρατοπεδεύοντας ἀνθρώπους ἀτάκτους καὶ μιγάδας καὶ πολλοῖς ἄρχουσι χρωμένους.

23 6.65-66.

24 5.120-121.

Notes de fin

* REA 55, 1953, 29-35.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540