Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Troisième partie. Droit et politique

XXV - Classes sociales et régionalisme à Athènes au début du vie siècle1

Texte intégral

  • 1 AC 33, 1964, 401-413.
  • 1 Nous supposons dans les pages qui suivent qu’Aristote est l’auteur de l’Athenaiôn Politeia. Le prob (...)
  • 2 Fragments 2 et 3.
  • 3 Const. Ath., 7.3.
  • 4 Const. Ath., 13.4-5.
  • 5 Cf. Busolt 1920, 308-310 ; Ure 1922, 37 sq. ; Glotz 1925, 444.
  • 6 L’ouvrage le plus représentatif de ce nouveau courant est celui de Badian 1958.
  • 7 Cf. Hignett 1952, 103 sq.
  • 8 Andrewes 1958, 102 sq.
  • 9 Sealey 1960.
  • 10 Sealey 1956.
  • 11 Il faut noter cependant que Mégaclès n’apporte à Pisistrate que son appui personnel – et non celui (...)
  • 12 Thc. 1.126.5.
  • 13 Thc. 1.126.8 : ce sont les neuf archontes qui sont chargés de venir à bout de la révolte de Cylon ; (...)

1L’histoire d’Athènes dans la première moitié du vie siècle est mal connue. On ne dispose en effet que de sources littéraires postérieures d’un siècle au moins (Hérodote) aux événements, et qui souvent se contredisent l’une l’autre. Sans parler des problèmes de chronologie particulièrement difficiles à résoudre, les faits eux-mêmes et leur enchaînement demeurent obscurs. Le seul récit cohérent est celui d’Aristote. Mais on sait depuis longtemps que le grand philosophe du ive siècle, sans chercher comme on l’en a parfois accusé à reconstruire systématiquement l’histoire d’Athènes pour étayer sa démonstration de l’évolution d’une cité démocratique, n’en a pas moins utilisé des documents qui n’étaient pas tous authentiques, et surtout choisi dans les documents en sa possession ceux qui illustraient le mieux sa thèse1. De ce fait, on a tendance aujourd’hui à adopter à l’égard de l’Athenaiôn Politeia une attitude hypercritique qui va chez certains jusqu’à lui dénier la moindre valeur historique. Sur un point en particulier, on met en doute le témoignage d’Aristote : celui de la structure de la société athénienne pendant l’époque archaïque, et singulièrement dans la première moitié du vie siècle. À plusieurs reprises, en effet, au cours de son développement, l’auteur de l’Athenaiôn Politeia fait état de la division du corps social athénien en groupes dont la détermination n’est pas toujours très clairement exprimée : ainsi lorsqu’il prête au roi mythique d’Athènes, Thésée, la création des Eupatrides qui se seraient ajoutés aux deux groupes sociaux déjà existants des georgoi et des demiourgoi2 ; ensuite, quand il énumère les quatre classes censitaires entre lesquelles Solon répartit les charges publiques : pentacosiomédimnes, hippeis, zeugites et thètes3. Une troisième allusion aux divisions du corps social athénien est faite en XIII, 2 à propos du “compromis” de 580/579 où l’on décida d’élire 10 archontes, 5 eupatrides, 3 agroikoi et 2 demiourgoi. La dernière énumération que nous retiendrons ici concerne les partis qui s’affrontaient à la veille de la première prise du pouvoir par Pisistrate en 561/560 : les Pédiens de Lycurgue, les Paraliens de Mégaclès, les Diacriens de Pisistrate, qu’Aristote interprète dans le langage politique du ive siècle, faisant des Pédiens des partisans de l’oligarchie, des Paraliens les défenseurs d’une forme modérée de politeia, des Diacriens enfin des démocrates extrêmes (Pisistrate est qualifié de δημοτικώτατος) auxquels s’étaient joints les mécontents et les citoyens de fraîche date4. On sait comment les historiens du début du siècle concilièrent ces différentes indications, en les traduisant en termes socio-économiques, les Pédiens devenant les membres de la vieille aristocratie foncière ; les Paraliens, les gens de la côte, pêcheurs, marchands, artisans ; les Diacriens enfin les paysans pauvres, les mineurs, les chevriers, etc.5 Or, il est bien certain que les autres sources, et principalement la plus ancienne, c’est-à-dire Hérodote, ne laissent rien entendre de semblable et qu’Aristote lui-même n’en a pas tant dit. Aussi depuis quelques années, assiste-t-on à une réaction contre ces interprétations un peu trop arbitraires du texte d’Aristote, réaction qui d’ailleurs s’intègre dans tout un courant de l’historiographie moderne qu’on retrouve aussi bien en histoire romaine qu’en histoire grecque, et qui dans l’ensemble s’efforce de ramener les conflits politiques qu’ont connus les cités antiques à des luttes de factions opposant les uns aux autres les membres des vieilles familles appuyés sur une “clientèle” dont les intérêts propres n’intervenaient que secondairement, les conflits économiques et sociaux d’une part, idéologiques de l’autre ne jouant qu’un rôle minime6. Dans le cas précis de l’Attique du vie siècle, on s’est ainsi efforcé de démontrer, à partir des noms géographiques portés par les trois partis qui s’opposaient en 561/560, que ces factions avaient un caractère régional et traduisaient les antagonismes subsistant entre les différentes parties de l’Attique, dont l’unification était loin d’être encore une réalité. Dans son ouvrage paru en 1952, C. Hignett interprète les réformes de Solon, sur le plan politique, comme ayant consisté à placer sur un pied d’égalité les familles nobles d’Athènes et celles qui dominaient les régions plus tardivement annexées, Brauron, Marathon, Éleusis7. Plus récemment, A. Andrewes, dans son petit livre sur les tyrans grecs, s’efforce de démontrer que les noms des partis qui s’affrontaient à la veille de la prise du pouvoir par Pisistrate étaient déterminés par le fait que leurs chefs respectifs étaient originaires du Pedion, de la Paralia et de la région “au-delà des collines”, le terme d’Hyperakrioi employé par Hérodote étant préférable à Diakrioi8. Andrewes certes n’ignore pas les difficultés auxquelles peut se heurter une telle interprétation, et dont la moindre n’est pas de délimiter exactement le Pedion et la Paralia. Mais tout en maintenant certaines nuances, tout en admettant l’existence du “facteur économique”, il accepte néanmoins dans ses grandes lignes la thèse du régionalisme. Mais c’est avec un article paru en 1960 dans la revue Historia que le régionalisme comme facteur d’explication des conflits politiques de l’Attique du vie siècle s’est affirmé avec le plus de vigueur9. L’auteur, R. Sealey, commence par poser que tous les conflits politiques à Athènes, tant à l’époque classique qu’à l’époque archaïque, peuvent être ramenés à des luttes de factions, chacun des hommes qui aspiraient au pouvoir cherchant à se constituer une clientèle d’amis pour y mieux parvenir. À l’époque classique, des liens personnels, souvent matrimoniaux venaient fréquemment renforcer de telles alliances10. Ces liens personnels existent assurément déjà à l’époque archaïque : Sealey à l’appui de sa démonstration invoque le mariage de la fille de Mégaclès avec Pisistrate, qui scelle une union provisoire entre les deux hommes11. Mais alors ils sont généralement renforcés par une commune origine locale, ce qui donne aux partis en lutte un caractère nettement “régionaliste”, la survivance de ce régionalisme s’expliquant, nous l’avons déjà vu, par l’unification relativement tardive du territoire athénien. De ce fait, tous les conflits politiques de l’époque archaïque peuvent, pour Sealey, être ramenés à des tentatives faites par les aristocraties locales pour arracher à l’aristocratie urbaine le contrôle de l’archontat et par voie de conséquence de l’Aréopage. Ainsi au viie siècle la tentative de Cylon : de ce que les troupes envoyées par Théagenès de Mégare n’eurent aucune peine à le joindre12, Sealey conclut un peu vite que Cylon était originaire de la plaine d’Éleusis. Non moins arbitrairement, il place en face de lui un collège de neuf archontes formé exclusivement de partisans des Alcméonides13. La tentative de Cylon apparaît donc comme une entreprise de l’aristocratie d’Éleusis dont l’annexion au territoire athénien est relativement récente contre l’aristocratie de la ville dont les Alcméonides seraient les principaux représentants.

  • 14 Cf. Const. Ath., 22.5 ; Plut., Thémist., 23.1 ; IG, I2, 368, 1. 3-4 ; cf. Sealey 1960, 163, n. 41 e (...)
  • 15 Thc. 1.126.7 : πανδημε κ τν γρν π’ αὐτος κα προσκαθεζόμενοι πολιόρκουν. Il faut noter que (...)

2L’origine urbaine des Alcméonides ne fait aucun doute ; à l’époque classique, les biens patrimoniaux de ceux d’entre eux que nous connaissons sont situés dans les dèmes d’Alopekè, d’Agrylè, de Xypetè, peut-être aussi de Leukonoè14, c’est-à-dire dans la plaine au voisinage immédiat de la ville, essentiellement au S.-S.E. vers la mer. Néanmoins on peut être tenté d’opposer au raisonnement de Sealey le témoignage de Thucydide que les Athéniens vinrent en masse des campagnes (πανδημε κ τν ἀγρν) pour assiéger Cylon et ses partisans. Thucydide aurait-il employé le terme πανδημεί s’il s’était agi des seuls fermiers des Alcméonides15 ? On peut en douter. Quel que soit par conséquent le sens qu’on donne à la tentative de Cylon, il est difficile d’accepter l’explication proposée par Sealey.

  • 16 Const. Ath., 13.2.
  • 17 Sealey 1960, 179-180. Pour Sealey, le sens juridique n’apparaît que plus tard, à la fin du ve siècl (...)
  • 18 Sealey 1960, 180 ; cf. également 1961, 513-514.

3Mais plus encore est-on tenté de formuler des réserves à l’égard de son interprétation du “compromis” de 580/579. Notre source unique est l’Athenaiôn Politeia. Aristote après avoir longuement exposé les réformes de Solon et justifié, en citant Solon lui-même, leur caractère partiel, évoque les troubles qui suivirent le départ du réformateur, les années d’“anarchie”, le long archontat de Damasias, chassé par la force de sa charge. “Alors on décida, à cause des dissensions, d’élire dix archontes : cinq eupatrides, trois agroikoi, deux demiourgoi ; et ils gouvernèrent pendant l’année qui suivit Damasias”. Et l’auteur ajoute une remarque qui n’a pas fini de susciter des discussions : “cela montre que la plus grande autorité appartenait à l’archonte, car on voit que les partis se sont toujours fait la guerre pour cette magistrature”16. L’une des premières questions en effet que l’on peut se poser à ce propos, est de savoir si les dix archontes désignés en 580/579 formaient un collège destiné à remplacer l’archonte éponyme unique, cette charge qui aux dires d’Aristote était si âprement disputée ; ou si l’on s’est borné cette année-là à désigner 10 archontes au lieu des 9 habituels, afin de mieux respecter la représentation proportionnelle des différents groupes en présence. Disons tout de suite, sans qu’il soit possible d’apporter à ce choix de véritables raisons, que nous serions tentée plutôt d’adopter la première hypothèse, la seconde apparaissant trop “moderne” dans le contexte historique de l’époque, et surtout tendant à négliger les différentes encore sensibles qui existaient entre les “archontes”, celui que nous appelons l’archonte éponyme portant seul ce nom. Mais le problème essentiel n’est pas là : il est de savoir quels groupes sociaux bien précis désignaient les termes qu’emploie l’auteur de l’Athenaiôn Politeia, et de tenter de comprendre pourquoi et comment un compromis a pu s’établir entre eux. Or, la réponse qu’apporte Sealey à cette question ne laisse pas d’être surprenante : soucieux de ramener à des antagonismes régionaux les luttes politiques de l’Attique du vie siècle, il fait des Eupatrides les nobles d’Athènes, les “bien nés” au sens plus poétique que juridique du terme17 ; les demiourgoi seraient ainsi appelés en souvenir du nom que portaient les magistrats dans une région autrefois indépendante de l’Attique, c’est-à-dire représenteraient une fraction de l’aristocratie locale ; quant aux agroikoi, ils correspondraient au groupe qu’ailleurs (frg. 2-3) l’auteur de l’Athenaiôn Politeia appelle georgoi et que Sealey identifie à geomoroi, qui peut être également un titre local de magistrat. Sealey conclut : “any interpretation of the archon list of 580/579 must be a guess ; only it is important that the guess should not conflict with the known facts”18.

  • 19 Gernet 1938.
  • 20 Lévêque & Vidal-Naquet 1964, 74.
  • 21 Hignett 1952, 103 : l’essentiel des réformes politiques de Solon aurait consisté à donner aux arist (...)

4Les faits connus en l’occurrence sont rares. Mais l’hypothèse de Sealey nous paraît représenter le point ultime auquel on peut parvenir quand on cherche à faire entrer à tout prix la réalité dans un schéma préétabli. Assurément le compromis de 580/579 ne laisse pas d’être troublant au point que certains tels L. Gernet, dans un article déjà ancien19, y ont vu une reconstruction arbitraire de la fin du ve siècle, et ont cru même y déceler l’influence d’Hippodamos de Milet. Mais comme l’ont très bien montré dans un ouvrage récent P. Lévêque et P. Vidal Naquet20, le climat politique du vie siècle était profondément marqué par la pensée philosophique, et le caractère systématique du compromis, assurant aux trois groupes sociaux en présence une sorte de représentation proportionnelle à leur importance dans la Cité n’est pas a priori un argument contre sa réalité. Plus important nous paraît être le problème de la nature exacte de ces trois groupes, et, les deux choses sont liées, celui de la place de ce compromis dans le déroulement des événements politiques de cette première moitié du vie siècle. Sur ce dernier point, on sait que, contrairement à la thèse généralement admise et qui s’appuie sur le récit de l’Athenaiôn Politeia, certains ont voulu placer le compromis avant les réformes de Solon et non après celles-ci ; ou plutôt on a cru pouvoir dater les réformes de Solon de la période 580-570, c’est-à-dire de la période qui suit immédiatement le compromis. C’est en particulier la conclusion à laquelle parvient C. Hignett, après une démonstration que nous n’entreprendrons pas ici de discuter, mais qui n’est pas vraiment convaincante21.

  • 22 Sur ce problème des Eupatrides, il existe une bibliographie considérable. Nous renvoyons à la discu (...)

5Sealey adopte évidemment ces conclusions qui vont dans le sens de sa démonstration, puisqu’elles mettent l’accent sur les conflits régionaux. Mais sans entrer dans le détail des problèmes que posent les réformes de Solon, et dont le moindre n’est pas celui du régime foncier, on ne peut douter, les textes mêmes de Solon en font foi, que celui-ci a eu à résoudre une crise sociale et que c’est pour ne l’avoir résolue que partiellement qu’il a suscité contre lui les mécontentements des uns et des autres. Quant aux groupes qui alors s’opposaient, il suffit là encore de citer Solon pour, sinon les définir précisément, du moins les distinguer clairement : Δήμω μὲν γὰρ... οἷ δ’εἶχον δύναμιν κα χρήμασιν ἦσαν γητοί (Const. Ath., 12.1) ;... τοὺς δ’νθάδ’ αὐτο δουλίην εικέα ἔχοντας, ἦθη δεσποτν τρομευμένους (Const. Ath., 12.4). Par ailleurs, et toujours à travers les poèmes de Solon, il apparaît bien évidemment que ce dèmos auquel il est à plusieurs reprises fait allusion est essentiellement composé de paysans, de ces paysans que Solon a déçus en ne procédant pas au partage du sol de la patrie : οὐδὲ πιείρας χθονὸς πατρίδος κακοῖσιν σθλούς ἰσομοιρίαν ἔχειν (Const. Ath., 12.3) ; de ces paysans qui sont prêts à passer à l’action dès lors que la forte personnalité de Solon n’est plus là pour les retenir. Pourquoi dans ces conditions ne pas admettre que dans les années qui suivirent les réformes de Solon, et en l’absence de celui qui les avaient momentanément contenues, les deux principales forces en présence se soient de nouveau affrontées : c’est-à-dire d’un côté ceux qui détiennent la richesse, c’est-à-dire la terre – pourquoi ne pas les appeler Eupatrides22 – et de l’autre les paysans, ceux que le terme agroikoi désigne certainement.

  • 23 Cf. Richter 1946, 5-6 ; Metzger 1953, 13.

6Mais alors se pose un double problème : que représentent les demiourgoi qui n’apparaissent pas dans les textes de Solon ? Et par ailleurs comment concilier cette division de la société athénienne en trois groupes avec les classes censitaires dont Solon aurait lui-même fixé définitivement les cadres et le critère d’accès ? La réponse à la première question est relativement simple : il existait à Athènes au début du vie siècle un artisanat suffisamment développé pour qu’il y eut un terme spécifique pour désigner ceux des citoyens qui s’y adonnaient. Point n’est besoin d’imaginer à ce terme un sens politique précis. Assurément nous sommes très mal renseignés sur ce qu’était l’artisanat athénien et surtout sur la condition des artisans. Les noms de potiers attestent que l’industrie céramique, la plus importante, celle surtout qui travaillait pour la vente à l’extérieur, était en grande partie entre les mains d’étrangers23. Mais les charpentiers, les forgerons faisaient sans doute partie du dèmos. Il serait faux d’ailleurs de les imaginer concentrés à Athènes. Plus vraisemblablement constituaient-ils dans chaque dème (pris au sens de village) un groupe social qui, au sein du dèmos, se distinguait de ceux qui cultivaient la terre, des agroikoi. Par le nombre, ils leur étaient sans doute inférieurs ; et l’on peut penser aussi que déjà existait à leur encontre ce sentiment de dédain, sinon de mépris, qui renaîtra au ive siècle dans les milieux aristocratiques. Mais dans la lutte, ils pouvaient être utiles, puisqu’ils fabriquaient les armes et les outils. Et au sein de chaque village, ils devenaient tout naturellement les alliés du dèmos rural.

7Avaient-ils les uns et les autres des ambitions politiques ? Il serait excessif de le penser. Au ve siècle, quand le dèmos dans sa totalité sera devenu l’autorité souveraine, il sera difficile de réunir 6 000 citoyens en assemblée. Néanmoins dans la période de troubles que traversait alors Athènes, il n’est pas impossible d’imaginer, sinon des ambitions politiques précises, du moins l’espoir d’un contrôle, fût-il temporaire, de la magistrature suprême. L’objectif du dèmos rural était clair : mener à bien la réforme agraire à laquelle Solon s’était opposé. Pour cela il était nécessaire de disposer de l’autorité, donc de s’en emparer par la force. Quant aux artisans, outre les liens qui, dans chaque village, les unissaient aux paysans, ils pouvaient espérer quelque avantage pour prix de leur aide. On peut aisément penser en effet que ce n’est pas de gaîté de cœur que les Eupatrides acceptèrent ce partage de l’archontat avec le dèmos, qu’il leur fut arraché par la force.

  • 24 Il faut noter d’ailleurs que cela subsistera jusqu’à la fin de l’époque classique. C’est seulement (...)

8Reste la seconde question, qui constitue un des arguments essentiels de Sealey : comment concilier la division du corps social athénien en eupatrides, agroikoi et demiourgoi avec l’établissement des classes censitaires ? En fait, il nous semble bien que c’est là un faux problème : il n’y a pas nécessairement contradiction entre l’existence de trois groupes sociaux réellement existant et la division des citoyens athéniens en classes censitaires en fonction desquelles étaient réparties les charges militaires et les fonctions publiques. Les conditions d’accès à l’archontat sont à cet égard significatives : les zeugites et les thètes en étaient écartés. Les deux premières classes du cens – en fait une seule et même catégorie sociale : celle qui pouvait servir à cheval et qui assurément se confondait avec les Eupatrides – avaient donc seules la possibilité de parvenir à la magistrature suprême. S’il y a vraiment eu en 580/579, au terme d’une période de troubles dont nous ignorons tout, un partage provisoire de l’archontat, ce ne pouvait être évidemment qu’avec ceux que normalement les lois de Solon en avaient écartés, c’est-à-dire les zeugites et les thètes, ou sans qu’il y ait équivalence absolue, les paysans et les artisans. Pourquoi cependant le “compromis” était-il formulé en termes de catégories socio-économiques, et non en utilisant la nouvelle terminologie établie par Solon ? Diverses explications sont possibles, dont aucune n’est totalement satisfaisante. Sans nécessairement nier que la répartition des citoyens en classes censitaires soit le fait de Solon, on peut penser qu’elle ne déterminait pas encore de façon aussi systématique que le prétend l’auteur de l’Athenaiôn Politeia l’accès aux diverses magistratures. On peut surtout penser qu’il s’agissait là d’un classement récent, et surtout de nature juridique qui ne recouvrait pas nécessairement un état de fait ancien et que c’est l’état de fait qui avait prévalu24.

9Quoi qu’il en soit, et sauf à rejeter complètement l’indication de l’Athenaiôn Politeia et à faire du compromis de 580/579 une invention de la fin du ve siècle, il faut bien admettre que les conflits qui déchiraient l’Attique au début du vie siècle n’étaient pas seulement des luttes opposant à l’aristocratie urbaine les aristocraties locales, mais intéressaient la totalité de la population civique, et en reflétaient les antagonismes.

  • 25 Il faut bien évoquer ici le problème des Philaïdes, alliés de Pisistrate. Si l’on compte Cimon comm (...)

10Pourquoi alors entre 580/579 et 561/560, dans cette période de dix-neuf ans sur laquelle nos sources sont muettes, qui connut peut-être un moment de calme relatif, les partis qui s’opposaient prirent-ils des noms géographiques ? Allons-nous en revenir aux interprétations largement imaginées de Busolt ou de Glotz ? Ce serait à la fois choisir la facilité et méconnaître la réalité de l’apport constructif des recherches faites depuis plus de dix ans en ce domaine. Ces recherches ont eu le mérite de mettre l’accent sur le lien qui existait entre les différents hommes qui alors s’affrontaient et le nom de leur parti. Certes, en ce qui concerne Lycurgue, toute réflexion se heurte à une inconnue quasi insurmontable. Quand on aura dit que peut-être comme l’orateur du ive siècle, il était un Étéoboutade, que par là même ses biens patrimoniaux devaient se trouver dans la plaine au nord-ouest d’Athènes et que cette seule plaine sans doute portait le nom de Pedion, on n’aura pas avancé beaucoup. En revanche, montrer les liens de Mégaclès avec la Paralia c’est-à-dire la plaine côtière au sud-est d’Athènes, où seront plus tard inscrits les Alcméonides, et surtout de Pisistrate avec la région d’au-delà des collines où se trouve Brauron, le lieu d’origine de sa famille, est une démarche assurément essentielle. Elle suffit à expliquer les noms donnés par la voix populaire aux différents partis, sans que cela implique – d’une part que ces partis se recrutaient exclusivement dans une région déterminée25 et par là même défendaient des intérêts régionaux – d’autre part que l’origine géographique des chefs de parti correspondaient à une répartition géographique des différentes groupes sociaux, marchands de la côte, grands propriétaires de la plaine, petits paysans et mineurs des collines.

  • 26 Cf. Solon : οὐδέ μοι τυραννίδος ἁνδάνει βίᾳ τι ῥέζειν (Const. Ath., 12.3).

11Une chose demeure certaine : Pisistrate, parce qu’il choisit d’être tyran, avec le sens que déjà ce mot avait pris26, parce que – et là-dessus la tradition dont Hérodote et Thucydide se font l’écho rejoint le témoignage de l’auteur de l’Athenaiôn Politeia – il gouverne contre les nobles et en faveur des paysans, apparaît évidemment comme le chef du dèmos, comme celui qui a su, non sans peine, s’imposer pour lui assurer une partie de ce que Solon s’était refusé à faire. Nous n’entendons pas, dans les limites de ce court article, entreprendre une étude de la tyrannie de Pisistrate qui mérite de faire l’objet d’un travail plus complet. Nous voulons seulement mettre l’accent sur ce qui ne fait aucun doute : l’alliance du tyran avec tous ceux qu’avait mécontenté le caractère inachevé des réformes de Solon.

  • 27 Il ne faut pas oublier que le voyage d’Alcméon en Lydie (Hdt. 6.125), la direction du contingent at (...)
  • 28 Sealey 1960, 172, reconnaît cette similitude, mais l’explique par le fait que Isagoras, l’adversair (...)

12Il importe cependant de faire aussitôt une réserve : le “parti” de Pisistrate n’existait pas d’abord. Il l’a constitué à la faveur de la lutte qui opposait gens de la Plaine et gens de la Paralia, autrement dit partisans de Lycurgue et partisans de Mégaclès. Sur ce point, le témoignage d’Hérodote est préférable à celui de l’Athenaiôn Politeia parce que moins fabriqué pour les besoins d’une démonstration. Quelles pouvaient être les raisons du conflit qui opposait les deux hommes et les deux factions qu’ils avaient constituées ? Assurément pas des raisons “régionales”. Les Étéoboutades comme les Alcméonides appartenaient aux plus anciennes familles d’Athènes, et leurs biens patrimoniaux se trouvaient situés au voisinage de la ville. Les intérêts locaux ne pouvaient ici intervenir. S’agissait-il alors d’intérêts économiques divergents entre une vieille aristocratie foncière traditionnelle, et une aristocratie plus étroitement liée aux nouvelles formes d’enrichissement ? C’est peut-être là encore trop “moderniser”, et l’alliance que concluront contre Pisistrate, Mégaclès et Lycurgue prouve assez qu’il n’y avait pas entre eux réelle divergence d’intérêts. Bien plutôt il faut penser à la fameuse “impureté”. Riches, influents grâce aux alliances qu’ils avaient nouées un peu partout (Crésus ou Alyatte, Delphes, Clisthène de Sicyone), les Alcméonides pouvaient être tentés de transformer l’exercice des magistratures en un monopole familial. Hippocleidès mis à part, nous savons peu de chose des archontes des années 580-560. Combien d’entre eux étaient-ils clients des Alcméonides ? On peut imaginer la résistance des vieilles familles traditionnelles contre cette mainmise qui s’appesantissait27. Il y a là comme une préfiguration de l’hostilité qui dressera l’un contre l’autre Isagoras et Clisthène un demi-siècle plus tard28. Mais alors, pour vaincre, Clisthène choisira de s’appuyer sur le dèmos, tandis qu’en 560, Mégaclès n’a pas su ou pas voulu utiliser cette force : peut-être était-elle alors plus inquiétante qu’elle ne le sera cinquante ans plus tard, quand aura été satisfaite une partie de ses revendications. Mais un autre a profité du conflit qui divisait les Eupatrides, en même temps que du mécontentement toujours latent du dèmos, pour s’imposer. Si ce n’est pas le lieu d’étudier ici la tyrannie de Pisistrate, du moins peut-on faire un bref portrait de l’homme. Il appartenait certes au groupe de ceux qui pouvaient accéder à l’archontat puisqu’il s’était illustré comme polémarque dans une des premières guerres importantes qu’Athènes ait eu à mener. Mais sa famille ne devait être ni bien riche, ni bien puissante. Et c’est plus sans doute par le lien qu’il avait dû contracter comme chef de guerre avec le dèmos des hoplites que par l’influence qu’il exerçait dans le district de Brauron qu’il avait acquis sa popularité. Les hommes ambitieux et sans trop de scrupules avaient alors la partie belle. Un peu partout les désordres nés de la crise agraire leur permettaient de s’imposer. Solon aurait pu être l’un d’eux : il n’avait ni le tempérament, ni le courage d’être un tyran. Pisistrate n’aura pas ses scrupules. Les divers moyens par lesquels il s’empara du pouvoir en sont la preuve, et après bien des avatars, il finira par s’imposer.

  • 29 Au terme de cette analyse, il nous vient cependant un scrupule : si nous nous refusons à suivre R. (...)

13Plus que leur origine locale, c’est donc la personnalité des hommes en présence qui explique, dans un contexte social et politique défini, les conflits qui aboutirent en 561/560 à l’établissement de la tyrannie. Certes nous n’ignorons pas la part d’hypothèse qu’il y a dans notre raisonnement. L’imprécision de nos sources nous y contraint. Du moins les hypothèses auxquelles nous avons cru pouvoir nous arrêter, ne contredisent-elles pas les indications des sources anciennes. Il faut soigneusement se garder en histoire ancienne de “moderniser”, de plaquer sur la réalité antique les données de la sociologie contemporaine. Mais l’effort pour dégager les faits des reconstructions a priori (fussent-elles le fait des écrivains de l’Antiquité) ne doit pas aboutir à l’excès inverse. Ramener les luttes politiques de l’Attique du vie siècle à de simples querelles régionales, revient à amoindrir la valeur de “l’expérience politique grecque”. C’est elle que, dans une certaine mesure, nous avons tenue ici à sauvegarder29.

14J’ai repris la question dans Mossé 1969 et dans La Grèce archaïque d’Homère à Eschyle, Paris 1983, 141-142. Sur l’aristocratie grecque, on consultera maintenant le livre particulièrement stimulant d’A. Duplouy, Le prestige des élites, Paris 2006.

Notes

1 Nous supposons dans les pages qui suivent qu’Aristote est l’auteur de l’Athenaiôn Politeia. Le problème ici importe peu, car le texte reflète évidemment les préoccupations de l’auteur de la Politique. Sur Aristote historien, nous renvoyons à la thèse de Weil 1960, et à l’ouvrage critique de Day et Chambers 1962.

2 Fragments 2 et 3.

3 Const. Ath., 7.3.

4 Const. Ath., 13.4-5.

5 Cf. Busolt 1920, 308-310 ; Ure 1922, 37 sq. ; Glotz 1925, 444.

6 L’ouvrage le plus représentatif de ce nouveau courant est celui de Badian 1958.

7 Cf. Hignett 1952, 103 sq.

8 Andrewes 1958, 102 sq.

9 Sealey 1960.

10 Sealey 1956.

11 Il faut noter cependant que Mégaclès n’apporte à Pisistrate que son appui personnel – et non celui de sa faction avec laquelle il a provisoirement rompu (περιελαυνόμενος δὲ τῇ στάσι : Hdt. 1.60).

12 Thc. 1.126.5.

13 Thc. 1.126.8 : ce sont les neuf archontes qui sont chargés de venir à bout de la révolte de Cylon ; Hdt. 5.70.2 : l’impureté retombe sur les Alcméonides et leurs partisans.

14 Cf. Const. Ath., 22.5 ; Plut., Thémist., 23.1 ; IG, I2, 368, 1. 3-4 ; cf. Sealey 1960, 163, n. 41 et Lewis 1963, 23. Au ve siècle, le démotique est encore un indice d’origine certain. C’est seulement au ive siècle avec la plus grande mobilité de la fortune foncière que les démotiques cesseront de correspondre au lieu de résidence.

15 Thc. 1.126.7 : πανδημε κ τν γρν π’ αὐτος κα προσκαθεζόμενοι πολιόρκουν. Il faut noter que Thucydide n’utilise pas une source favorable aux Alcméonides. C’est donc la preuve de la réalité de l’action du dèmos tout entier.

16 Const. Ath., 13.2.

17 Sealey 1960, 179-180. Pour Sealey, le sens juridique n’apparaît que plus tard, à la fin du ve siècle, et est alors l’expression d’un certain snobisme.

18 Sealey 1960, 180 ; cf. également 1961, 513-514.

19 Gernet 1938.

20 Lévêque & Vidal-Naquet 1964, 74.

21 Hignett 1952, 103 : l’essentiel des réformes politiques de Solon aurait consisté à donner aux aristocraties locales les droits que possédait déjà la vieille aristocratie urbaine. D’où l’établissement des classes censitaires.

22 Sur ce problème des Eupatrides, il existe une bibliographie considérable. Nous renvoyons à la discussion qui a opposé dans Historia, Sealey 1960, 178 sq. ; 506-7 et Oliver 1961. L’interprétation de Sealey est intéressante et confirme notre analyse.

23 Cf. Richter 1946, 5-6 ; Metzger 1953, 13.

24 Il faut noter d’ailleurs que cela subsistera jusqu’à la fin de l’époque classique. C’est seulement dans les dernières années du ive siècle qu’on détermine par un cens évalué en drachmes les conditions d’accès à la politeia. Au début du siècle, on voit encore, dans les constructions des théoriciens, comme dans les propositions réelles (cf. le décret de Phormisios) le critère professionnel et le critère de fortune utilisés conjointement. Pour ce problème, nous renvoyons à notre analyse dans Mossé 1962, 247 sq., 291 sq., 368 sq.

25 Il faut bien évoquer ici le problème des Philaïdes, alliés de Pisistrate. Si l’on compte Cimon comme l’un d’entre eux, on ne peut manquer de remarquer qu’il était inscrit dans un dème urbain, celui de Lakiades (Plut., Cimon, 4 ; Alcibiade, 22.4). On sait les efforts qui ont été faits pour distinguer un genos des Philaïdes et un genos des Cimonides (cf. en particulier Wade-Gery 1958, 164 n. 3), mais ils n’ont pas entraîné l’adhésion générale (cf. Hammond 1956 ; Davison 1958, 29 n. 10). En tout cas le problème demeure posé. Le soutien accordé par les gens de la ville à Pisistrate (οἱ ν στει, Hdt. 1.60) est un autre argument à l’encontre d’un recrutement uniquement régional du parti de Pisistrate. Enfin l’histoire de la Révolution Française offre un exemple particulièrement remarquable de la non-concordance entre un parti “régional” et son recrutement : les Girondins avaient pour chef un Normand, et les Montagnards un Picard !

26 Cf. Solon : οὐδέ μοι τυραννίδος ἁνδάνει βίᾳ τι ῥέζειν (Const. Ath., 12.3).

27 Il ne faut pas oublier que le voyage d’Alcméon en Lydie (Hdt. 6.125), la direction du contingent athénien lors de la première guerre sacrée (Plut., Solon, 11.3), le mariage de Mégaclès avec la fille de Clisthène de Sicyone (Hdt. 6.128) se placent dans les années qui précèdent la première tentative de Pisistrate.

28 Sealey 1960, 172, reconnaît cette similitude, mais l’explique par le fait que Isagoras, l’adversaire de Clisthène, serait un Philaïde, et par conséquent, originaire de Brauron : “Presumably Isagoras was a Philaid from the Brauron district and his opposition to Cleisthenes followed the regionalist pattern”.

29 Au terme de cette analyse, il nous vient cependant un scrupule : si nous nous refusons à suivre R. Sealey dans certaines de ses conclusions, nous ne les rejetons pas pour autant en totalité. Il est évident en particulier qu’une vie régionale a longtemps subsisté en Attique : c’est seulement la guerre du Péloponnèse qui fera de la ville le centre de toute la vie politique (cf. à ce sujet les remarques de Lévêque & Vidal-Naquet 1964, 36 n. 5). Mais s’il est juste de tenir compte des intérêts régionaux, il demeure excessif de faire du régionalisme le seul facteur d’évolution dans l’histoire politique de l’Athènes archaïque.

Notes de fin

1 AC 33, 1964, 401-413.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540