Version classiqueVersion mobile

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Troisième partie. Droit et politique

XXII - L’amnistie de 403 : une illusion politique ?*

Texte intégral

  • * Amnistia, perdono et vendetta nel mondo antico, M. Sordi éd., Milan 1997, 53-58.
  • 1 Le récit de Thucydide s’achève avec l’établissement du régime des Cinq Mille. Quand débute celui d (...)
  • 2 Isocr. 16.13.

1La seconde révolution oligarchique a plus que la première profondément marqué la mentalité des Athéniens. D’abord, parce qu’elle s’est déroulée sous les yeux de l’ennemi spartiate qui occupait une partie de l’Attique. Ensuite, parce qu’elle a donné lieu à une véritable guerre civile, à une rupture de la communauté civique beaucoup plus grave que celle qui avait marqué la première tentative des oligarques. La révolte des marins et des soldats de Samos en effet ne s’était pas traduite par une action militaire contre la cité, et de ce fait la démocratie avait été rétablie sans trop de difficultés, même si l’adoption de certaines dispositions contenues dans le décret de Démophantos témoignait du souci de prévenir toute nouvelle atteinte au régime1. La survivance de la distinction entre “ceux de la ville” et “ceux du Pirée” est au contraire le signe de la profondeur de la rupture de 404/403. Il n’est pas sans intérêt de rappeler les propos qu’Isocrate dans le Sur l’Attelage prête au fils d’Alcibiade. Répondant à ceux qui accusaient son père d’avoir incité les Spartiates à occuper Décélie, celui-ci, s’adressant aux juges, souligne qu’eux-mêmes, placés dans une situation comparable, c’est-à-dire condamnés à l’exil sous les Trente, n’ont pas hésité à “occuper le Pirée, détruire les récoltes et ravager les terres, incendier les faubourgs et donner l’assaut aux remparts”2.

  • 3 Sur ce serment, voir Andoc. 1.81 (μὴ μνησικακεῖν ἀλλήλους τῶν γεγενημένων). Le terme ἀμνηστία est (...)

2C’est précisément le caractère exceptionnel de cette guerre civile, de cette rupture de la communauté, qui explique l’importance attachée aux conventions qui mirent fin à cette situation, en réglant en particulier le problème des biens confisqués, et plus encore aux serments par lesquels les Athéniens s’engageaient “à ne pas réveiller la mémoire des événements passés”, ce que, bien que le mot n’apparaisse pas dans nos sources, nous appelons l’amnistie3.

  • 4 Plat., Lettre VII, 325a-c ; sur le refus de Socrate de procéder à l’arrestation de Léon de Salamin (...)

3Andocide, à qui j’ai emprunté la formule, et qui récuse au nom de cette amnistie les accusations portées contre lui par ses adversaires, insiste sur la gloire qui retomba sur Athènes pour n’avoir pas tiré vengeance du passé et avoir mis en avant la sôteria tès poleôs et l’homonoia tôn politôn. Près d’un demi-siècle plus tard, l’auteur de la Lettre VII attribuée à Platon évoque encore la modération dont firent preuve les Athéniens, tout en rappelant cependant les vengeances excessives qu’entraîne toute révolution, et le procès de Socrate, victime de ceux-là mêmes qui étaient bannis au temps où le philosophe refusait de s’associer aux crimes des Trente – allusion à l’affaire bien connue de l’arrestation de Léon de Salamine4.

4Ces dernières remarques permettent de se demander si, en dépit des affirmations répétées de la réalité de cette amnistie, les griefs réciproques ont été aussi vite enterrés et s’il ne s’agit pas de ce que j’appellerai une “illusion politique”.

  • 5 Loening 1987.
  • 6 Sur l’action d’Archinos, Arist., Const. Ath., 40.2 ; sur l’institution de la paragraphè, Isocr. 18 (...)

5Un ouvrage récent, celui de Thomas Clark Loening, reprend l’ensemble du dossier et s’efforce, après avoir défini la nature de l’accord et les conditions de l’amnistie, de démontrer sa mise en application et par voie de conséquence, sa réalité5. Sans nier qu’il ait pu y avoir des résistances, il met en avant les mesures prises par l’un de ceux qui présidaient alors aux affaires de la cité, Archinos, pour garantir le respect des serments : la mise à mort sans jugement d’un homme qui s’apprêtait à mnèsikakein et l’institution de la paragraphè, la procédure qui permettait d’opposer l’exception à quiconque voudrait détruire les conventions et violer les serments6. Et d’autre part, il analyse les différents discours qui, dans les années qui suivirent la fin de la guerre, font référence à ces événements – essentiellement les discours de Lysias – pour montrer qu’en dépit des apparences, ils ne constituent pas à proprement parler une remise en question de l’amnistie, soit qu’ils se fondent sur des arguments spécieux, soit qu’ils concernent des affaires échappant à l’amnistie (dokimasie) ou se rapportant à des événements antérieurs.

  • 7 Je n’évoquerai que pour mémoire le Contre Ératosthène étant donnée la situation particulière de Ly (...)

6Ce sont certains de ces discours que je voudrais reprendre pour, laissant de côté les questions proprement juridiques (ces accusations relèvent-elles ou non de l’amnistie ?), montrer qu’en fait les événements des années 404-403 demeurent constamment présents dans la mémoire des Athéniens, et que “l’oubli” n’est en ce qui les concerne que tout à fait relatif7.

7Je reprendrai ces textes dans l’ordre même adopté par Loening : accusations reposant sur des arguments spécieux, accusations à l’occasion de dokimasie, accusations portant sur des événements antérieurs.

  • 8 Sur la dénonciation par Agoratos des stratèges et des taxiarques, Lysias 13.18 sq. ; sur le rappel (...)

81. Parmi les arguments spécieux avancés pour justifier la violation de l’amnistie il y aurait le fait que les deux adversaires appartenaient au même “parti”. C’est en effet l’argument développé par l’adversaire d’Agoratos pour justifier l’accusation qu’il porte contre lui : puisque en effet Agoratos fut de “ceux du Pirée” et même de “ceux de Phylè”, son adversaire, lui-même démocrate, pouvait l’accuser sans violer les serments. Mais en fait, l’accusation porte sur le comportement d’Agoratos au début de la tyrannie des Trente, lequel dénonça alors des stratèges et des taxiarques qui furent mis à mort par les oligarques. Je laisse de côté les problèmes que pose le statut personnel d’Agoratos et le bien-fondé de cette accusation pour ne retenir que ce qui me paraît essentiel : le rappel par l’orateur des exactions auxquels se livrèrent les ennemis de la démocratie, ce qui, c’est le moins qu’on puisse dire, n’est pas propre à faire progresser “l’oubli” du passé8.

  • 9 Lysias 25.1 (ἀκούουσι τοιούτων λόγων καὶ ἀναμιμνῃσκομένοις τῶν γεγενημένων).
  • 10 Lysias 25.19 ; 24 ; 29 ; etc.

92. Pour ce qui est des discours portant sur une affaire de dokimasie, il est certain que, juridiquement parlant, il ne s’agit pas d’une violation de l’amnistie. Mais les arguments destinés à récuser l’adversaire portent toujours sur les événements de 404/403. Dès le début du discours XXV (Pour un citoyen accusé de menées contre la démocratie), l’orateur fait référence au discours de son adversaire et à la manière dont il évoque le passé pour susciter la colère des juges9 ; il l’accuse de traiter de manière semblable tous ceux qui sont demeurés dans la ville sans distinguer ceux qui, comme son client, se sont bien conduits et les autres. Il n’est donc pas douteux ici que sous prétexte de dokimasie, le passé de l’accusé était mis en cause. Et l’on ne s’étonne pas de trouver dans le discours de son défenseur des arguments contre la démocratie du passé et aussi contre les orateurs qui se livrent à des manoeuvres de sycophantes10.

  • 11 Arist., Const. Ath., 8.5 : “Celui qui dans une guerre civile ne prendra pas les armes avec un des (...)

10Le discours XXXI concerne de même une affaire de dokimasie. Certes, ce que l’on reproche à Philon ce n’est pas d’avoir été du “parti de la ville”, mais d’être demeuré “au-dessus de la mêlée”. On pense ici évidemment à la fameuse loi de Solon11. Mais, implicitement, le reproche de n’avoir pas pris parti suppose qu’il aurait fallu le faire en faveur des démocrates.

  • 12 Gernet & Bizos 1926, II. 7.
  • 13 Lysias 26.10.
  • 14 Xén., Hell., 3.1.4.
  • 15 Lysias 26.16-17 ; sur la date du discours, proposée par M. Bizos, Gernet & Bizos 1926, II, 138.

11Le discours XVI (Pour Mantithéos) qui doit dater selon L. Gernet des années 392-39012, soit plus de dix ans après la fin de la guerre civile, montre que l’on pouvait encore faire grief à un bouleute d’avoir été cavalier sous les Trente. Peu importe que les preuves de l’adversaire de Mantithéos soient faibles, le fait demeure qui révèle encore une fois que “l’oubli du passé” n’est que relatif. Bien plus, le discours XXVI (Sur l’examen d’Évandros) laisse entendre qu’une loi interdisait d’être membre du Conseil si l’on avait servi comme cavalier sous les Trente, puisque si Évandros avait été désigné pour être membre du Conseil, son éviction aurait été de soi sans qu’il soit nécessaire de porter l’affaire devant le tribunal13. L’orateur fait allusion au nomos peri tôn dokimasiôn qui interdisait à ceux qui avaient exercé des magistratures sous l’oligarchie de remplir quelque fonction que ce soit sous la démocratie. Or, rien de tel ne figure dans les conventions de 403. Faut-il supposer qu’une loi aurait été votée postérieurement, qui porterait à la fois sur les conditions d’accès à l’archontat, comme dans le cas d’Évandros, et sur l’accès à la Boulè pour ceux qui avaient servi comme cavaliers sous les Trente ? Xénophon, dans les Helléniques se fait l’écho de l’hostilité à l’encontre de ces derniers quand il évoque l’envoi au Lacédémonien Thibron de trois cents d’entre eux qu’on espérait ne jamais voir revenir14. Cela dit, on remarquera que l’orateur, tout en récusant le droit d’Évandros à accéder à l’archontat, prend néanmoins soin de distinguer parmi les “gens de la ville” les “bons”, ceux qui se sont laissé vaincre par les démocrates, et les autres. Reste que vingt ans après les événements, on continuait à les évoquer pour déstabiliser un adversaire15.

  • 16 Voir en particulier les discours 18 (Sur la confiscation des biens du frère de Nicias) et 30 (Cont (...)

123. Je ne m’étendrai pas outre mesure sur les discours du corpus qui font référence à des événements antérieurs à la révolution de 404/403, qui en principe n’étaient pas couverts par l’amnistie. Car les arguments utilisés montrent la constante référence aux vieilles querelles et aux positions prises durant la guerre civile16.

  • 17 Sur les aspects politiques du procès de Socrate, voir Mossé 1987b, 89-114.

13L’oubli que supposait le ou mnèsikakein n’a par conséquent pas vraiment fonctionné, et l’auteur de la Lettre VII, tout en rendant hommage à la modération des Athéniens en avait bien conscience : le cas de Socrate est en effet l’exemple le plus frappant de cette relativité de l’oubli et de la modération tant vantée. Certes, le procès de Socrate n’est pas un procès politique au sens propre, mais un procès d’impiété. Mais on ne pouvait oublier, même si le philosophe avait refusé d’être complice des Trente, que Critias et Charmide étaient de ses amis et l’accusation de corruption des esprits pouvait bien viser l’influence qu’il avait exercée sur des jeunes gens qui figuraient certainement parmi les cavaliers dénoncés par les démocrates. Anytos, l’accusateur principal, était de ceux qui étaient revenus du Pirée. Et ce n’est pas un hasard si les disciples de Socrate prirent après la mort du philosophe le chemin de l’exil17.

  • 18 Voir sur ce point, Lévy 1976, 209 sq.
  • 19 Isaac 1945.

14Il faut donc se garder d’être trop confiant dans l’affirmation du respect de l’amnistie par les Athéniens. Certes, le fait même de s’y être engagé tranchait sur le comportement habituel des vainqueurs dans une lutte civile. Et l’on sait que l’idée de concorde, d’homonoia devient un des thèmes du discours politique au ive siècle18. Mais ce discours ne doit pas dissimuler la réalité des oppositions politiques, partie intégrante du fonctionnement de la démocratie. Quant au thème du pardon et de l’oubli, on sait combien il peut être fragile. Les événements de 404/403 firent l’objet en 1943 d’un livre publié dans la clandestinité par l’historien Jules Isaac sous le pseudonyme de Junius19. Il y comparait les oligarques d’Athènes aux “collaborateurs” de la France de Vichy. Cinquante ans plus tard, dans la France d’aujourd’hui, la mémoire de ces événements est toujours aussi sensible. Et si certains ont pardonné, d’autres se refusent à oublier.

15Voir N. Loraux, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris 1997 ; A. Natalicchio, “Me mnèsikakein : l’amnistie”, I Greci. Storia, Cultura Arte, Societa (S. Settis éd.), 2-II, Turin 1997, 1305-1322 ; A. Wolpert, Remembering Defeat. Civil War and Civic Memory in Ancient Athens, Baltimore 2002.

Notes

1 Le récit de Thucydide s’achève avec l’établissement du régime des Cinq Mille. Quand débute celui de Xénophon, la démocratie est rétablie. On ne sait donc comment s’opéra le retour à la démocratie, mais on peut supposer que l’évolution se fit insensiblement. Sur la révolte des soldats et des marins de Samos, voir Mossé 1964.

2 Isocr. 16.13.

3 Sur ce serment, voir Andoc. 1.81 (μὴ μνησικακεῖν ἀλλήλους τῶν γεγενημένων). Le terme ἀμνηστία est d’un emploi tardif et ne se rencontre avec ce sens que chez Plut., Cicéron, 42, et Antoine, 14. C’est d’ailleurs dans la Vie de Cicéron que, faisant allusion à l’amnistie décrétée, au lendemain de l’assassinat de César, par Antoine, Plutarque dit que ce dernier invita le Sénat à “imiter les Athéniens” (Ἀθηναίους μιμησαμένην ἀμνηστία).

4 Plat., Lettre VII, 325a-c ; sur le refus de Socrate de procéder à l’arrestation de Léon de Salamine, Plat., Apologie, 32c.

5 Loening 1987.

6 Sur l’action d’Archinos, Arist., Const. Ath., 40.2 ; sur l’institution de la paragraphè, Isocr. 18.2.

7 Je n’évoquerai que pour mémoire le Contre Ératosthène étant donnée la situation particulière de Lysias. Il s’agit bien néanmoins, sous le prétexte d’une accusation de meurtre (mais Ératosthène n’a pas tué Polémarque de ses mains) d’une mise en cause non seulement des Trente dont Ératosthène fit partie, mais de l’ensemble des “gens de la ville”. Voir 1.55 où Lysias dénonce ceux qui après avoir chassé les Trente, provoquèrent entre “gens de la ville” et “gens du Pirée”, στάσις καί πόλεμος.

8 Sur la dénonciation par Agoratos des stratèges et des taxiarques, Lysias 13.18 sq. ; sur le rappel des exactions des Trente, 13.43-48 ; sur l’incertitude du statut d’Agoratos, 13.70 et les remarques de Gernet & Bizos 1926, 183-184).

9 Lysias 25.1 (ἀκούουσι τοιούτων λόγων καὶ ἀναμιμνῃσκομένοις τῶν γεγενημένων).

10 Lysias 25.19 ; 24 ; 29 ; etc.

11 Arist., Const. Ath., 8.5 : “Celui qui dans une guerre civile ne prendra pas les armes avec un des partis sera frappé d’atimie et n’aura aucun droit politique”.

12 Gernet & Bizos 1926, II. 7.

13 Lysias 26.10.

14 Xén., Hell., 3.1.4.

15 Lysias 26.16-17 ; sur la date du discours, proposée par M. Bizos, Gernet & Bizos 1926, II, 138.

16 Voir en particulier les discours 18 (Sur la confiscation des biens du frère de Nicias) et 30 (Contre Nicomachos).

17 Sur les aspects politiques du procès de Socrate, voir Mossé 1987b, 89-114.

18 Voir sur ce point, Lévy 1976, 209 sq.

19 Isaac 1945.

Notes de fin

* Amnistia, perdono et vendetta nel mondo antico, M. Sordi éd., Milan 1997, 53-58.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search