Version classiqueVersion mobile

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Troisième partie. Droit et politique

XVII - De l’ostracisme aux procès politiques : le fonctionnement de la vie politique à Athènes*

Texte intégral

  • * Archeologia e storia antica, 7, Naples 1985, 9-18.
  • 1 Finley 1985a.
  • 2 Finley 1976.
  • 3 Sur le fonctionnement de la justice athénienne, on consultera toujours Bonner & Smith également Ha (...)

1Parmi les travaux récents qui se sont efforcés de mettre en lumière le fonctionnement réel de la vie politique dans les cités antiques, le livre de Sir Moses Finley, Politics in Ancient World1, a mis l’accent sur un aspect essentiel de ce fonctionnement : le rapport qui s’établit entre la masse du dèmos et ceux qui dirigent effectivement les affaires de la cité, rapport fondé sur une certaine réciprocité dont les motivations ont pu varier au cours des deux siècles de l’histoire de la démocratie, mais était le fondement même de ce consensus indispensable au bon fonctionnement de la vie politique. Dans ce livre, comme il l’avait fait précédemment dans Democracy, Ancient and Modern2, Finley insiste sur le fait qu’un tel rapport n’impliquait pas, comme certains l’ont soutenu, une “apathie” du dèmos, puisque celui-ci conservait le pouvoir de contrôle sur l’activité des hommes politiques, pouvoir d’autant plus réel que la cité grecque était une cité du “face à face” qui rendait plus immédiates les relations entre dirigeants et dirigés. Parmi ces moyens de contrôle dont disposait le dèmos figuraient des pratiques judiciaires qui ont joué un rôle essentiel dans la vie politique athénienne, et à qui nous sommes redevables de notre connaissance de cette vie politique. Qu’on imagine ce que nous saurions du fonctionnement réel de la démocratie si nous n’avions pas cet ensemble de textes que constituent les plaidoyers des orateurs politiques de la fin du ve et du ive siècles3.

2Mais précisément ces plaidoyers ne remontent pas au-delà des dernières décennies du ve siècle. Et ce n’est pas là simple fait de hasard. Ce que je voudrais essayer de montrer dans cette brève étude, c’est que le remplacement de l’ostracisme à la fin du ve siècle par de nouvelles procédures traduit l’émergence de nouvelles conditions dans les rapports entre dirigeants et dirigés, qui, sans affecter le modèle défini par Finley, témoignent néanmoins de sa nécessaire adaptation aux réalités nouvelles.

  • 4 Il existe une importante bibliographie sur l’ostracisme, à commencer par l’étude de Carcopino Parm (...)
  • 5 Cf. Arist., Const. Ath., 22.4 (Hipparque) ; 5 (Mégaclès) ; 6 (Xanthippos) ; 7 (Aristide) ; Plut., (...)
  • 6 Sur les découvertes faites en 1937 par les archéologues américains, cf. Broneer 1938. Depuis, de n (...)

3Il n’est pas dans mon propos d’analyser, dans les limites de cet article, les nombreux problèmes que soulève l’ostracisme4. Son attribution à Clisthène, retenue par la tradition, me paraît significative, Clisthène étant posé comme le “père fondateur” – ou le restaurateur après Solon – de la démocratie athénienne, il était normal qu’on lui attribuât la paternité de l’institution qui paraissait la plus propre à assurer la souveraineté du dèmos, à savoir cette possibilité de se débarrasser d’un homme qui paraissait présenter une menace pour cette souveraineté. De fait, nous savons que dans les premières décennies du ve siècle, nombreux furent ceux qui furent frappés par cette procédure. Il suffit de rappeler les noms de ceux qui en furent victimes parmi les dirigeants de la cité : Aristide, Thémistocle, Xanthippos, Cimon, c’est-à-dire des hommes qui ont joué un rôle de premier plan dans l’histoire d’Athènes5. Que les ostraka retrouvés aient révélé aussi des noms plus obscurs ne change rien à l’affaire, non plus que le fait bien connu maintenant de ce qu’on pourrait appeler la préparation de ces ostraka dans l’entourage de tel ou tel leader politique6. Finley dans son livre souligne bien le lien entre cette pratique de l’ostracisme et la société du “face à face” que j’évoquais plus haut. Ce qu’on pourrait ajouter, c’est que cette personnalisation du débat politique, même si elle s’inscrivait dans un contexte de crainte du retour de la tyrannie, et par conséquent d’attachement au régime, n’impliquait pas un choix entre des options politiques divergentes. A cet égard, la “lecture politique” d’Aristote dans la Constitution d’Athènes doit être retenue avec prudence.

  • 7 Arist., Const. Ath., 27.3-4 ; cf. également Plut., Périclès, 9.2 et la remarque de Finley 1985a, 3 (...)

4Il ne semble pas en effet qu’entre ces hommes qui s’ostracisent réciproquement, les oppositions aient été vraiment de nature politique, c’est-à-dire supposant des options fondamentales et non circonstancielles. Cela traduit plutôt le fait qu’en dépit de la réelle souveraineté du dèmos, la lutte politique se ramenait encore à des conflits de personnes, voire de familles, et se fondait en grande partie sur des rapports de “clientèle”, dont témoigne la fameuse anecdote sur la rivalité entre Cimon et Périclès et sur l’origine de l’institution du premier misthos par ce dernier7. Il me paraît significatif en revanche que, lorsque les choses prenaient un tour plus grave, la procédure de l’ostracisme n’ait pas été appliquée : quand Éphialte eut privé le vieux conseil aristocratique de l’Aréopage de ses prérogatives et définitivement mis en place la démocratie, ses adversaires ne le firent pas ostraciser, ils l’assassinèrent.

  • 8 Cf. Connor 1968.
  • 9 Sur l’oraison funèbre de Périclès et son contenu idéologique, je renvoie au livre de Loraux 1981 ; (...)

5L’assassinat d’Éphialte et la mise en place des institutions démocratiques dans les années qui suivirent marquent, me semble-t-il, un premier tournant dans le fonctionnement réel de la vie politique athénienne, qui se traduit d’abord par un recours beaucoup moins fréquent à la procédure d’ostracisme. On ne connaît en effet pour la période suivante que les noms de deux ostracisés célèbres : Thucydide d’Alopékè et Hyperbolos, qui fut semble-t-il la dernière victime de cette mesure. Sur Thucydide d’Alopékè, fils de Mélésias, on ne sait pas grand chose, en dehors de ce qu’en dit Plutarque dans la Vie de Périclès, où il s’inspire essentiellement de Théopompe, historien du ive siècle8. Plutarque évoque à trois reprises le conflit qui opposa Périclès à Thucydide. C’est en 11.2-3 qu’il donne de ce conflit une interprétation qui ne manque pas d’intérêt : il fait en effet de Thucydide celui qui le premier aurait rassemblé les kaloikagathoi qui auparavant étaient mêlés (συμμεμῖχθαι) au peuple, et désormais de ce fait une coupure (τομή) se serait établie entre le dèmos et les oligoi. L’ostracisme de Thucydide, bien que traduisant l’hostilité personnelle de Périclès contre un parent par alliance de Cimon, exprimerait aussi cette nouvelle coupure entre la majorité du dèmos et les kaloikagathoi. On ne peut pas ne pas être frappé par le fait c’est alors aussi que cette coupure commence à s’exprimer au niveau idéologique. Certes, on trouvait déjà auparavant, chez les poètes lyriques en particulier, l’affirmation d’une opposition entre kakoi et agathoi. Mais elle ne s’exprimait pas sur le plan politique. C’est au contraire sur ce plan que le fameux dialogue perse d’Hérodote, au livre III des Histoires situe l’opposition, et la critique de la démocratie à laquelle se livre Mégabyze pourrait bien faire écho à ce qui se disait alors dans l’entourage de Thucydide d’Alopékè. Quelques années plus tard, on retrouvera les mêmes griefs, mais beaucoup plus développés dans la Constitution d’Athènes du Vieil Oligarque, en quoi l’on peut voir comme une réplique à l’oraison funèbre de Périclès, telle que la présente Thucydide l’historien9.

6Il apparaît donc que, tout en prenant encore l’apparence de conflits personnels, les conflits politiques reposent désormais sur des options opposées quant à la forme du régime, et sur des antagonismes qui fondamentalement séparent la masse du dèmos attachée à la démocratie et les oligoi de plus en plus hostiles à un système politique qui les prive de la souveraineté.

  • 10 Sur le problème que pose l’ostracisme d’Hyperbolos, voir l’analyse de Connor 1971, 79-84.
  • 11 Connor 1971, 81 : “Hyperbolos, whatever his fauIts, was surely a man of considerable importance in (...)

7L’ostracisme d’Hyperbolos se situe dans un contexte un peu différent mais va dans la même sens. Le personnage nous est connu surtout par les attaques d’Aristophane et des autres comiques et apparaît comme un de ces démagogues de la fin du Vème siècle dont les sources soulignent à plaisir l’origine modeste : d’après un fragment d’Andocide cité dans une scholie d’Aristophane (Guêpes, v. 1007), il aurait eu pour père un esclave travaillant dans les ateliers monétaires et aurait été lui-même un potier. Les circonstances de son ostracisme sont assez complexes et nos sources sur ce point ne convergent pas toujours10. Thucydide se borne à rappeler qu’il avait été ostracisé “non par peur de son influence et de son prestige” (οὐ διὰ δυνάμεως καὶ αξιώματος φόβον), mais parce que c’était un malhonnête homme qui déshonorait la cité (διὰ πονηρίαν, καὶ αἰσχύνην 8.73.3). Plutarque en revanche insiste longuement sur les circonstances de l’ostracisme d’Hyperbolos. La cité aurait été alors dominée par la lutte qui opposait Nicias et Alcibiade, dans les années qui précédèrent l’expédition de Sicile, et que Plutarque résume en une lutte “entre jeunes gens belliqueux et aînés pacifiques” (Nicias, 9.3). Dans la Vie d’Alcibiade, il présente Hyperbolos comme le troisième larron qui espérait bien tirer tous les avantages de ce conflit de personnes, mais aussi comme celui qui jouissait de la confiance du dèmos, qui “se servait de lui” quand il voulait humilier les citoyens en vue (ἐν ἀξιώματι). C’est Hyperbolos qui aurait convaincu le peuple de recourir à la procédure d’ostracisme (Alcibiade, 13.6). Mais alors, les deux adversaires auraient contre lui réuni leurs forces et c’est Hyperbolos qui aurait été ostracisé et condamné à dix ans d’exil. Plutarque cite à deux reprises, dans la Vie d’Alcibiade et dans la Vie de Nicias un fragment de Platon le Comique qui n’est pas sans intérêt : οὐ γὰρ τοιούτων εἴνεκ’ ὄστραχ’ εὑρέθη (“ce n’est pas pour de tels gens que l’ostracisme a été inventé”). Commentant ce vers, Plutarque considère que pour Hyperbolos l’ostracisme était un “honneur” dont il n’était pas digne. Cela rejoint la remarque de Thucydide qu’Hyperbolos n’avait pas été ostracisé par crainte de son influence ou de son prestige. Ce qui implique que l’ostracisme s’inscrivait dans un contexte où les conflits politiques opposaient des hommes de même statut social et qui ne paraissaient menaçants qu’autant que leur rang et leur naissance pouvaient les amener à prétendre à une autorité plus grande. Un homme d’origine obscure comme Hyperbolos ne pouvait y prétendre. Mais en même temps comme le remarque justement Connor11, c’est parce qu’Hyperbolos jouissait d’un réel ascendant sur le dèmos que se constitua contre lui la coalition des kaloikagathoi, Alcibiade, Nicias et peut-être le stratège Phéax. Autrement dit, plus encore que dans le cas de l’ostracisme de Thucydide, où les questions de personnes demeuraient importantes tout en masquant des conflits essentiels quant à la forme du régime, l’ostracisme d’Hyperbolos en 416/415 témoignait que désormais la lutte politique était ouverte, et que les oppositions qui allaient se déchainer lors des deux révolutions oligarchiques de 411 et 404 étaient déjà bien réelles. Plutarque, dans la Vie de Nicias conclut son récit en soulignant la relation entre l’ostracisme d’Hyperbolos et la fin du recours à cette procédure. La basse origine du démagogue aurait en quelque sorte discrédité une mesure qui jusque là n’avait frappé que des hommes illustres.

8En fait, si l’ostracisme d’Hyperbolos est exemplaire, c’est plus par ce qu’il révèle des nouvelles conditions de la vie politique que par l’indignité de sa victime. Désormais aux conflits personnels se substituent des antagonismes politiques ou sociaux, portant sur des choix politiques et résolus par ces mêmes choix. Il est bien évident que dans ce contexte l’ostracisme était condamné à disparaître pour faire place à tout un arsenal de dispositions juridiques qui visaient non plus tel ou tel individu en tant que personne particulière, mais tel ou tel magistrat, en tant que détenteur d’une archè, et la manière dont il s’était acquitté de la tâche à lui confiée par le dèmos. Bien entendu, il n’y a pas eu un règlement pour remplacer l’ostracisme par des procédures qui sans doute avaient été élaborées dans le courant du ve siècle et qui allaient finir par s’imposer. Ce n’est que lorsque l’évidence des antagonismes se sera imposée – en fait, après la première révolution oligarchique – que les procès politiques deviendront pratique quotidienne de la démocratie.

  • 12 Xén., Hell., 1.7.
  • 13 Hyp., 3.7-8 : “Si un homme cherche à ruiner le gouvernement populaire à Athènes... ou bien si on s (...)

9Un procès célèbre, et que nous connaissons grâce au récit de Xénophon dans les Helléniques va nous permettre de mettre en évidence ces procédures nouvelles : il s’agit du célèbre procès des stratèges des Arginuses12. On en connaît les circonstances. Pour dégager la flotte athénienne bloquée dans le port de Mytilène par une escadre spartiate, les Athéniens décident l’envoi d’une expédition de secours de 110 navires, où, dit Xénophon, “ils firent monter tout ce qui était en âge de servir, esclaves et hommes libres”. La rencontre eut lieu au large des îles Arginuses, en face de Lesbos, et la flotte athénienne réussit à débloquer le port et à repousser les Spartiates. Mais les Athéniens avaient perdu un certain nombre de navires, et dans la nuit qui suivit la bataille, une tempête empêcha que soient recueillis les marins des navires coulés. Lorsque six des huit stratèges qui commandaient aux Arginuses rentrèrent à Athènes, ils apprirent qu’ils étaient destitués. L’un d’entre eux, Érasinidès, fut accusé par un certain Archédèmos d’avoir gardé par devers lui le montant des taxes prélevées sur les alliés dans la région de l’Hellespont et d’avoir pendant le combat failli à sa mission. Le premier chef d’accusation était lié à la reddition de comptes à laquelle était soumis tout détenteur d’une archè, le second pouvait relever de la procédure d’eisangélie. La tradition faisait remonter l’introduction de cette procédure à Solon, mais on sait ce qu’il faut penser de l’origine solonienne des lois athéniennes, telle qu’on l’imagine en cette fin du ve siècle où précisément l’eisangélie commence à entrer en vigueur. Nous connaissons les termes du nomos eisangeltikos par un plaidoyer d’Hypéride, le Pour Euxénippos13. La loi visait trois sortes de délits : d’une part les conspirations du type de celle qui avait précédé la révolution de 411 et visait à renverser le régime ; en second lieu, les fautes commises par les plus importants des magistrats, c’est-à-dire les stratèges, dans l’exercice de leurs fonctions ; enfin, les orateurs qui avaient induit le peuple en erreur. Le premier délit ne prêtait pas à confusion : c’était la tentative de renversement de la démocratie. Les deux autres délits en revanche pouvaient donner lieu à une très large interprétation et permettre tous les abus puisque l’accusateur, même désavoué par le tribunal, n’encourait aucune peine, alors que dans les autres actions, il lui fallait réunir au moins un cinquième des voix sous peine d’être condamné à une amende de mille drachmes et à la privation partielle de ses droits politiques. En principe, c’était l’assemblée principale de chaque prytanie qui se prononçait sur la validité des procès d’eisangélie, après un rapport de la Boulè, et qui décidait, soit de prononcer elle-même la sentence, soit de renvoyer l’affaire devant un tribunal de l’Héliée. L’assemblée, dans l’affaire des Arginuses, aurait donc dû se prononcer sur le cas du seul Érasinidès, après un rapport de la Boulè. Après quoi, l’affaire aurait été instruite par les thesmothètes. Or, les choses se déroulèrent autrement. D’abord les six stratèges furent jugés en bloc, et appelés à se justifier devant l’assemblée, avant même que la Boulè ait pu se prononcer. Parmi les accusateurs se trouvait Théramène qui profita des circonstances, en l’occurrence la fête des Apatouria, pour faire venir en masse à l’assemblée des gens qui avaient revêtu la tenue de deuil du second jour de la fête et qu’il présenta comme des parents des morts. Un certain Callixénos proposa au nom de la Boulè que les stratèges soient jugés ensemble, ce qui était contraire à la loi. Les prytanes qui avaient d’abord refusé de mettre la proposition aux voix furent contraints de s’incliner. Seul Socrate qui était alors prytane refusa de céder à l’injustice. Et, lorsque Euryptolémos eut avancé une contre-proposition demandant que les généraux soient jugés individuellement, un certain Ménéclès eut recours à la procédure de l’hypomosia, par laquelle il se déclarait prêt par serment à intenter à Euryptolémos une graphè para nomôn, une action en illégalité. C’était là une autre procédure dont la tradition attribuait la paternité à Périclès bien qu’on n’en connaisse pas d’application avant l’affaire des Arginuses. Elle existait pourtant avant 411, puisque c’est précisément sa suppression qui permit aux conjurés de faire passer le décret abolissant les misthoi et supprimant la Boulè des Cinq-Cents. Elle permettait d’intenter une action contre quiconque ferait une proposition contraire aux nomoi. L’accusation était portée devant les thesmothètes pour instruction puis transmise au tribunal. La peine encourue pouvait être la mort, à tout le moins une amende considérable. On conçoit aisément que, face à cette menace, Euryptolémos ait retiré sa proposition. Celle de Callixénos en revanche fut adoptée. Après quoi, un second vote condamna à mort les stratèges.

10J’ai longuement insisté sur cette affaire, car elle permet de comprendre comment les procès vont s’intégrer étroitement au fonctionnement de la vie politique athénienne. Certes, le procès des Arginuses pouvait apparaître comme la manifestation de rancunes personnelles. Il faut remarquer cependant que Xénophon présente l’accusateur d’Érasinidès comme ὁτoῦ δήμoυ τóτε πρoεστηχώς. Même si les stratèges n’étaient pas nécessairement hostiles au régime (il y avait parmi eux Périclès le jeune et Thrasyllos, l’un des auteurs du soulèvement des marins en 411), on conçoit qu’un démagogue pouvait être tenté de faire de ces hommes les boucs émissaires de la colère du dèmos dans une période particulièrement troublée et dans un climat de tension qu’expliquent les difficultés matérielles et les échecs militaires. Xénophon rapporte que les Athéniens ne tardèrent pas à revenir sur leur vote, après l’exécution des stratèges, et qu’ils mirent en accusation Callixénos et ses amis. Ceux-ci réussirent néanmoins à s’échapper à la faveur d’une stasis au cours de laquelle Cléophon, l’un des démogogues les plus en vue, fut assassiné. Les adversaires de la démocratie étaient prêts à agir, et la défaite leur en procurerait bientôt l’occasion.

  • 14 Arist., Const. Ath., 38-39 ; Xén., Hell., 2.4.
  • 15 Cf. les discours de Lysias 12.36, 40, 82, 92 ; 13.5 sq. ; 14.33-34 ; 15 ; 29.12 ; etc.

11On sait ce qu’il advint de cette seconde révolution oligarchique et qu’elle s’acheva par la réconciliation des “gens de la ville” et des “gens du Pirée” et l’engagement des démocrates de ne pas tirer vengeance de leurs adversaires14. Et pourtant la période de vingt ans qui suit la restauration démocratique est, avec les vingt années de la lutte contre Philippe de Macédoine, la période qui a laissé le plus grand nombre de plaidoyers pour des procès dont le caractère politique, avoué ou non, est cependant bien réel. On ne saurait oublier, parmi ces procès, le procès de Socrate. Certes, ce n’était pas à proprement parler un procès politique, puisque l’action intentée par Mélétos était une graphè asebeias, une action d’impiété. Mais, derrière Mélétos, il y avait le politicien Anytos, l’un des restaurateurs de la démocratie, et derrière Socrate étaient visés ceux qui l’entouraient et dont certains comme Critias ou Charmide avaient été mêlés aux événements de 404 et avaient pris une part active au gouvernement oligarchique. Il est frappant de constater que durant ces vingt premières années du ive siècle, même les affaires privées sont l’occasion de régler des comptes politiques, que l’orateur n’omet jamais de mentionner la part prise par son adversaire à la révolution oligarchique ou au contraire son action en faveur des démocrates exilés. Les plaidoyers composés par Lysias pour des clients démocrates ou neutres, et bien entendu le Contre Ératosthène dirigé contre celui qu’il jugeait avoir été le complice des assassins de son frère, sont à cet égard révélateurs. Ces plaidoyers sont non seulement l’occasion de rappeler des événements encore proches, mais aussi de multiplier les professions de foi en faveur du régime restauré, le tribunal devenant ainsi le lieu privilégié des affrontements politiques15.

  • 16 Lysias 19.7, 22 ; 28.5-9 ; 29.2.

12Il est significatif cependant qu’à partir des années 80 le souvenir des événements de 404 commence à s’estomper. Une autre question semble dominer le débat politique, celle du réveil de l’impérialisme athénien. Certes, la période qui sépare la constitution de la seconde Confédération maritime du début de la lutte contre Philippe ne nous a pas laissé de nombreux discours politiques. Les grands orateurs du début du siècle sont morts et Démosthène, Eschine, Hypéride, Lycurgue n’ont pas encore fait leur entrée dans la vie politique. Le seul orateur dont les discours qui nous sont parvenus se placent pendant ces deux décennies est Isocrate, dont on sait qu’il ne prit jamais la parole devant l’assemblée ou les tribunaux. Mais les modèles qu’il proposait à ses élèves n’en suivent pas moins l’actualité politique et permettent de se faire une idée du climat qui régnait alors à Athènes, et aussi que les débats autour de la restauration de l’empire, des relations avec Sparte ou avec la cité dont la puissance grandissait et menaçait de plus en plus les positions d’Athènes dans l’Égée, c’est-à-dire Thèbes, se déroulaient autant devant l’assemblée que devant les tribunaux. On ne s’étonnera donc pas que, dans la mesure où il s’agissait de la politique maritime de la cité, les procès dont l’écho nous est parvenu, soit directement, soit par des allusions plus tardives, mettent en cause des stratèges. Deux des derniers plaidoyers composés par Lysias concernent de tels procès en eisangélie : le premier concernait un certain Nicophémos et son fils Aristophane, qui avaient subi un échec, vers 390, lors d’une expédition envoyée à Chypre ; le second avait été intenté par un client de Lysias à un certain Ergoclès, ami de Thrasybule, le restaurateur de la démocratie, procès qui donna lieu, dit Louis Gernet dans la Notice du discours “à un débat de grande envergure”, car il mettait en cause la politique menée par Thrasybule de retour aux pratiques qui avaient caractérisé l’empire au temps de la ligue de Délos. Le premier procès fut jugé par un tribunal de l’Héliée, le second par l’assemblée siégeant en haute cour de justice, et dans les deux cas les stratèges furent condamnés à mort16.

  • 17 Sur Eubule, personnage important mais mal connu, je renvoie à l’article de Cawkwell 1963.
  • 18 Cf. les accusations d’Eschine contre les misthophoroi qui défendaient la politique du stratège Cha (...)
  • 19 Sur les conséquences pour la cité de ce développement du mercenariat, je renvoie à mon chapitre de (...)

13Une nouvelle série de procès contre des stratèges prend place entre 373 et 360, c’est-à-dire dans les années qui suivent la constitution de la seconde Confédération maritime, et alors qu’Athènes, en dépit des engagements pris, rétablit les clérouquies et se livre à des exactions à l’égard des alliés. Là encore, il n’est pas douteux que le tribunal autant que l’assemblée, sont le lieu d’antagonismes qui opposent partisans et adversaires d’un retour à l’impérialisme, les premiers mettant l’accent sur la nécessité d’assurer le ravitaillement de la cité, mais aussi de lui procurer les revenus qui lui faisaient cruellement défaut, les seconds leur opposant le prix qu’il leur fallait payer pour des avantages souvent ruineux et éphémères. Ces derniers finiront par l’emporter, lorsque la direction des affaires de la cité passera, après l’effondrement de la seconde Confédération maritime, entre les mains d’Eubule et de ses amis. Ce n’est pas ici le lieu d’analyser ce que fut la politique menée par ce groupe17. Elle n’allait pas tarder à se heurter à une difficulté nouvelle, la menace que la politique du roi de Macédoine, Philippe II, faisait peser sur la Grèce, et singulièrement sur ce qui restait des positions égéennes d’Athènes. Il est frappant cependant que dans cette dernière période les stratèges passent un peu à l’arrière-plan, le débat opposant à l’assemblée comme devant les tribunaux, des orateurs dont les stratèges achètent les services ou avec lesquels ils sont liés18. C’est que, depuis la fin des années soixante du siècle s’est opérée une séparation croissante entre les fonctions civiles, essentiellement financières, et les fonctions militaires, et que les stratèges tendent de plus en plus à n’être que des généraux, à la tête d’armées composées essentiellement de mercenaires19. Après 356, date où un grand procès fut intenté aux trois stratèges responsables de la défaite d’Embata, ce sont donc surtout des orateurs qui sont mis en cause dans les grands procès des dernières décennies de l’indépendance d’Athènes, procès sur l’Ambassade, procès sur la Couronne, procès sur l’affaire d’Harpale, etc.

14Ainsi, l’étude des pratiques judiciaires athéniennes permet-elle de mettre en lumière le fonctionnement réel de la vie politique athénienne et d’analyser la nature des rapports entre dirigeants et dirigés dans la cité. Révélateurs des antagonismes qui la déchirent, les procès politiques qui à partir de la fin du ve siècle se substituent au recours à l’ostracisme témoignent de l’évolution de ces rapports, en même temps que des transformations qui affectent la société athénienne. L’ostracisme correspondait à une société encore dominée par les liens de “clientèle” unissant les membres des grandes familles à leur entourage, et par les luttes qui opposaient entre eux les représentants de ces grandes familles. Les procès en revanche s’inscrivaient dans le cadre d’une société plus égalitaire, où étaient visés d’abord les détenteurs d’une archè, puis de plus en plus ces hommes qui, souvent sans fonctions officielles, déterminaient par leur art de la “persuasion” les votes des assemblées ou les sentences des tribunaux, ces politeuomenoi comme on prend de plus en plus l’habitude de les appeler, qui, face au dèmos, constituent désormais une véritable “classe politique”.

15Les études sur le droit grec se sont multipliées durant la dernière décennie, singulièrement dans les pays anglophones. Voir l’article de A. Maffi, “Gli studi di diritto greco oggi”, Nomos. Direito e Sociedade na Antiguidade classica, Coimbra 2004, 33-50. On retiendra quelques titres : P. Cartledge – P. Millet – S. Von Reden (éds.), Kosmos. Essays in Order, Conflict and Community in Classical Athens, Cambridge 1998 ; D. Cohen, Law, Violence and Community in Classical Athens, Cambridge 1995 ; M. P. Christ, The litigious Athenian, Baltimore-Londres 1998 ; F. Johnstone, Dispute and democracy. The consequence of litigation in Ancient Athens, Austin 1999 ; E. M. Harris – L. Rubinstein, Law and the Courts in Ancient Greece, Londres 2004.

Notes

1 Finley 1985a.

2 Finley 1976.

3 Sur le fonctionnement de la justice athénienne, on consultera toujours Bonner & Smith également Hansen 1974. Sur l’importance des procès politiques dans la vie de la cité, je renvoie à mon article, Mossé 1973 et à celui de von Wedel 1971.

4 Il existe une importante bibliographie sur l’ostracisme, à commencer par l’étude de Carcopino Parmi les travaux plus récents, on retiendra l’article de Raubitschek 1953 et le livre de Vanderpool 1970.

5 Cf. Arist., Const. Ath., 22.4 (Hipparque) ; 5 (Mégaclès) ; 6 (Xanthippos) ; 7 (Aristide) ; Plut., Thémistocle, 22.4 (Thémistocle).

6 Sur les découvertes faites en 1937 par les archéologues américains, cf. Broneer 1938. Depuis, de nombreux nouveaux ostraka ont été trouvés : cf. Meiggs & Lewis 1969, 40-47.

7 Arist., Const. Ath., 27.3-4 ; cf. également Plut., Périclès, 9.2 et la remarque de Finley 1985a, 39-40.

8 Cf. Connor 1968.

9 Sur l’oraison funèbre de Périclès et son contenu idéologique, je renvoie au livre de Loraux 1981 ; sur la Constitution d’Athènes du Vieil Oligarque, voir le commentaire de Leduc 1976.

10 Sur le problème que pose l’ostracisme d’Hyperbolos, voir l’analyse de Connor 1971, 79-84.

11 Connor 1971, 81 : “Hyperbolos, whatever his fauIts, was surely a man of considerable importance in Athens”.

12 Xén., Hell., 1.7.

13 Hyp., 3.7-8 : “Si un homme cherche à ruiner le gouvernement populaire à Athènes... ou bien si on se rend n’importe où à des réunions en vue de renverser la démocratie ; si on a constitué pour ce but une association politique ; si on a livré à l’ennemi une ville, des vaisseaux, une force de terre ou de mer en campagne ; si, étant orateur, on ne tient pas le langage le plus conforme aux intérêts du peuple d’Athènes, parce qu’on reçoit de l’argent pour cela” (traduction G. Colin).

14 Arist., Const. Ath., 38-39 ; Xén., Hell., 2.4.

15 Cf. les discours de Lysias 12.36, 40, 82, 92 ; 13.5 sq. ; 14.33-34 ; 15 ; 29.12 ; etc.

16 Lysias 19.7, 22 ; 28.5-9 ; 29.2.

17 Sur Eubule, personnage important mais mal connu, je renvoie à l’article de Cawkwell 1963.

18 Cf. les accusations d’Eschine contre les misthophoroi qui défendaient la politique du stratège Charès à la tribune (2.71) ou contre la collusion entre orateurs et stratèges (3.7) et les griefs de Démosthène contre l’irresponsabilité des stratèges (2.28 sq.).

19 Sur les conséquences pour la cité de ce développement du mercenariat, je renvoie à mon chapitre de Mossé 1962, 313-319.

Notes de fin

* Archeologia e storia antica, 7, Naples 1985, 9-18.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search