Version classiqueVersion mobile

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Troisième partie. Droit et politique

XV - Un aspect de la crise de la cité grecque au ive siècle. La recrudescence de la Tyrannie1

Texte intégral

  • 1 Revue Philosophique 1961, 1-20.

1Le ive siècle est le siècle d’or de la philosophie antique ; c’est aussi celui du déclin politique de l’hellénisme. Les philosophes ne pouvaient demeurer indifférents au spectacle de ce déclin : certes là n’est pas leur unique préoccupation ; on ne peut nier cependant que la politique ait tenu une place importante dans les œuvres de Platon, d’Aristote et de leurs élèves. Et parmi les phénomènes politiques contemporains qu’ils ont essayé d’analyser et de comprendre, celui de la renaissance de la tyrannie n’est pas un des moindres.

  • 1 Cf. en particulier Plat., Rép., 566a (le tyran est l’homme qui fomente la sédition contre les riche (...)

2Il ne saurait être ici question de reprendre tout ce que les écrivains du ive siècle ont dit de la tyrannie. Ils ont dressé du tyran cruel et sanguinaire, hostile aux hommes de bien, promoteur de révolution sociale, ennemi de toute liberté, un portrait qui devait être largement utilisé par des générations d’écrivains politiques, et derrière lequel se profilait la silhouette du plus célèbre des tyrans du début du ive siècle, Denys de Syracuse1. Nous voudrions dans cet article essayer, à partir de quelques exemples, de déterminer les caractères réels de la tyrannie du ive siècle et les circonstances qui ont fait renaître une forme de régime politique auquel devait s’attacher le mépris des hommes.

3Le monde grec avait en effet connu, aux viie et vie siècles, une floraison de tyrannies. Les tyrannies archaïques n’avaient pas eu partout la même origine, et la personnalité même des tyrans avait donné au règne de chacun d’entre eux, dans des cités de développement inégal, des caractères assez sensiblement différents. Pourtant, si la plupart de ces tyrans ne sont pour nous que des noms, s’il est donc difficile de formuler des conclusions qui fussent valables pour tous, il ne se dégage pas moins d’une confrontation des exemples les mieux connus, quelques traits communs qui méritent d’être retenus. La localisation géographique des cités où la tyrannie est d’abord apparue est révélatrice : ces cités se trouvaient placées sur les grandes routes du commerce grec naissant, ou dans des positions privilégiées au carrefour de plusieurs voies maritimes : telles les cités de l’isthme de Corinthe.

  • 2 Sur cette évolution du monde grec au cours du vii e siècle, cf. Andrewes 1958, 78 sq. Aymard-Auboye (...)

4Il paraît bien, en effet, que l’apparition de la tyrannie ne peut être séparée des transformations économiques qui s’accomplissent dans le monde grec au cours du viie siècle : développement des échanges, développement de la production marchande – la céramique corinthienne est dès le début du viie siècle une production de série, alimentant un important marché – progrès des techniques industrielles et agricoles, apparition de la monnaie. Ces transformations économiques apportaient de sensibles modifications dans l’organisation sociale primitive : elles étaient en effet rarement le fait des anciennes familles aristocratiques, détentrices de la terre et de l’autorité dans la cité, et contribuaient à donner naissance à une classe nouvelle d’hommes enrichis par les spéculations, sur lesquels reposait la prospérité de la cité, et prêts à revendiquer leur part du pouvoir politique, tandis que, en Grèce balkanique surtout, les petits paysans s’endettaient et que commençaient à se faire entendre les revendications de partage des terres et de remise des dettes2.

  • 3 Cf. Andrewes 1958, 31 sq. ; Aymard-Auboyer 1955, 261.

5Or – et c’est là le second point important – les modifications dans la technique militaire, l’adoption généralisée au début du viie siècle de la tactique d’hoplite3 avaient eu pour effet d’ôter à la vieille aristocratie le monopole de la défense de la cité. Il lui fallait désormais compter avec ces citoyens-soldats qui se recrutaient parmi les hommes de condition moyenne, capables d’assurer eux-mêmes leur équipement, et qui entendaient avoir le droit de contrôler la politique de la cité, d’en connaître les lois.

  • 4 Il importe toutefois de nuancer cette affirmation : tous les aristocrates ne sont pas exclus de la (...)
  • 5 . Sous des formes différentes : soit par une politique de grands travaux (Périandre à Corinthe, à A (...)

6C’est dans ce contexte historique général qu’apparaît la tyrannie : il importe certes de ne pas schématiser : nombre de cités ont fait l’économie de la tyrannie et le déséquilibre social et politique a parfois été partiellement résolu par l’arbitrage de législateurs dont Solon d’Athènes est le modèle le plus achevé. Il n’en reste pas moins qu’à Milet, à Corinthe, à Sicyone, le tyran est apparu à la faveur des troubles qui menaçaient de déchirer la cité et que son avènement a partout été suivi de mesures destinées à limiter la puissance de la vieille aristocratie familiale4, tandis que des faveurs étaient accordées aux petits paysans, que le commerce, l’artisanat étaient encouragés par le tyran lui-même5. Assurément, le but premier du tyran était d’assurer sa propre autorité, et, de ce fait, c’est à ceux qui avant lui détenaient le pouvoir dans la cité qu’il s’attaquait d’abord. Mais contraint, pour devenir le maître, de s’appuyer sur la masse du dèmos, il lui fallait bien, la victoire acquise, lui accorder quelques satisfactions, tandis que les coups portés à la vieille société aristocratique demeuraient définitifs. La tyrannie archaïque eut ainsi, quelles qu’aient été les circonstances particulières qui la firent naître, et les différentes personnalités des tyrans, un rôle historique considérable : elle contribua à la destruction de la société aristocratique, à l’avènement d’une société nouvelle fondée sur la relative égalité de ceux qui la composaient, et support de la cité et de la civilisation de type classique dont Athènes reste le modèle.

7Cela posé, il importe de se demander pourquoi la tyrannie, cette forme de politeia qui a joué un rôle déterminant dans l’évolution de la cité grecque à l’époque archaïque, réapparaît au ive siècle, et d’examiner si les circonstances qui l’ont fait renaître alors permettent de suivre les écrivains du ive siècle, qui ne voyaient aucune différence de nature entre la tyrannie archaïque et celle dont ils redoutaient, de leur temps, l’extension.

8Pour répondre à une telle question, une méthode s’impose : rappeler les conditions générales dans lesquelles se manifeste ce renouveau de la tyrannie au ive siècle, puis analyser quelques-unes de ces tyrannies et essayer d’en dégager les traits communs.

  • 6 Sur le lien entre le réveil de la tyrannie et les conditions générales du déséquilibre en Grèce et (...)
  • 7 Nous négligeons volontairement les deux révolutions oligarchiques de la fin du v e siècle : elles s (...)
  • 8 Cf. Xén., Hell., 3.3.2 et sq.
  • 9 Hell., 6.4.10 et sq. (Leuctres).
  • 10 C’est-à-dire tous les grands écrivains et orateurs du ive siècle, mais aussi Énée le Tacticien, don (...)

9Les conditions générales sont connues6 : la guerre du Péloponnèse a eu, pour l’ensemble des cités grecques, des conséquences désastreuses. Non seulement les pertes en vies humaines ont été lourdes, la famine et la peste étant au moins autant responsables que les combats ; mais surtout les terres ont été dévastées, laissées en friche durant de longues années, les constitutions politiques des cités ont été bouleversées, des haines sont nées, implacables. Athènes même, dont le régime politique avait été au ve siècle d’une remarquable stabilité7, dont la puissance économique et financière était considérable, sort meurtrie et diminuée de ce long duel, et les efforts de ses dirigeants, au ive siècle, ne réussiront jamais à la relever tout à fait. Sparte l’immuable, la victorieuse, est tout aussi atteinte : le complot de Cinadon, démasqué au début du règne d’Agésilas, révèle le profond déséquilibre social qui la mine8, et le combat de Leuctres témoignera, en 371, du déclin de sa puissance militaire9. À plus forte raison, les cités moins puissantes, moins stables, ont-elles été atteintes : les sources contemporaines, principalement les sources littéraires10 révèlent la profondeur et la généralité du mal.

  • 11 Plat., Rép., 422e ; 511d ; cf. Arist., Pol., 6.3.15 (1291 b 6-8). Sur la revendication du partage d (...)
  • 12 Lysias 19.28-29 ; 42-43 ; 28.7 ; 27.10 ; Xén., Écon., 20.26 ; Dém. 21.167 ; 23.208, etc.
  • 13 Plat., Alcibiade, 122d-e ; Arist., Pol., 2.6.10 (1270 a) ; Plut., Agis, 5.
  • 14 Diod. 15.58 ; Énée le Tacticien, 11.7 et sq. ; Isocr. 5.52.

10Partout “riches” et “pauvres” s’opposent, et l’on voit réapparaître le vieux mot d’ordre révolutionnaire d’abolition des dettes, de partage des terres11. La crise agraire, le manque de terre est en effet le mal le plus redoutable, et l’acharnement avec lequel les théoriciens politiques recherchent les solutions propres à le faire disparaître prouve assez la gravité du danger. À Athènes, tandis que les nouveaux riches spéculent et s’enrichissent à bon compte12, les pauvres ont, du moins, la ressource de vivre des diverses indemnités, des menues aumônes que leur offre la cité. Mais à Sparte, le nombre des homoioi diminue dangereusement, tandis que s’opère une concentration des terres entre les mains de quelques-uns13. Ailleurs, des révolutions éclatent, violentes, sans merci, comme à Argos où 1200 riches sont massacrés14. Ces révolutions appellent des contre-révolutions, et partout exils, proscriptions se multiplient, jetant sur le monde égéen des masses de misérables, sans terre, sans patrie, auxquels il ne reste qu’une seule ressource : s’engager comme mercenaires dans l’armée de quelque satrape oriental ou de quelque stratège grec.

  • 15 Isocr. 8.44, 48 ; 6.66.
  • 16 “Vous êtes pour moi ma patrie, mes amis, mes compagnons d’armes ; avec vous, j’en suis sûr, partout (...)
  • 17 Isocr. 15.103 sq. (Timothée) ; Dém. 21. 62-64 ; 23.126-133 (Iphicrate) ; Eschine 2.70-71 ; Dém. 23. (...)

11La plaie du mercenariat est ressentie par tous les contemporains. Isocrate dénonce vigoureusement le danger que font peser sur la Grèce ces bandes prêtes à se louer au plus offrant, mais aussi à se retourner contre ceux qui les paient, si elles entrevoient la possibilité d’avantages plus grands15. Certes, le développement des armées de mercenaires au ive siècle n’a pas que des côtés négatifs. Il correspond à un certain progrès de la technique militaire, qui fait préférer aux lourdes armées d’hoplites, ces armées de métier, bien entraînées et constituées en grande partie par des corps d’infanterie légère. Mais il est gros de dangers. Car entre le chef de mercenaires et ses hommes s’établit un lien de dépendance personnelle que la victoire contribue à renforcer16. Pour ces hommes chassés de leur patrie par la misère ou par le triomphe de leurs adversaires, le chef qui apparaît comme le protégé de la Fortune, est “l’homme providentiel” dont dépend leur sort. Ils le suivront partout où il les conduira pourvu du moins que la Fortune continue à le protéger en lui donnant victoire et butin. On rencontre de tels condottieri jusque parmi les stratèges athéniens, ces magistrats suprêmes de la cité qui, forts de l’ascendant qu’ils ont pris sur leurs hommes, mènent à leur guise une politique qui n’est pas toujours celle pour laquelle ils ont été investis de leur charge17. Ailleurs, ils constituent un redoutable danger pour leur cité et pour la cité d’autrui, car ils sont prêts à louer leurs services à l’une ou l’autre des factions qui s’opposent, quitte ensuite à s’emparer du pouvoir à leur profit, à établir une tyrannie.

  • 18 Cf. IG, II2, 360, l. 30 sq. qui révèle la piraterie à laquelle se livraient les gens d’Héraclée, pi (...)
  • 19 Cf. Bérard 1960, 101 ; sur la similitude de condition des hilotes et des Mariandyniens d’Héraclée, (...)
  • 20 Justin 16.4.4 ; Lenschau. Sur le régime politique à Héraclée, cf. Arist., Pol., 8.5.5 (1305 b 33-35 (...)

12Parmi les tyrans du ive siècle, il en est un dont l’histoire, pour autant que nous la puissions connaître, paraît être une illustration de ce rapide schéma ; il s’agit de Cléarchos, tyran d’Héraclée dans le Pont. Héraclée Pontique était une colonie mégarienne qui avait été fondée vers 560. Très vite, grâce à la possession d’un bon port, elle était devenue une cité commerçante18, mais la réduction en esclavage, dans une condition voisine de l’hilotie spartiate des indigènes mariandyniens permet de supposer que l’agriculture y tenait une place importante et que le parti des riches y était constitué pour une bonne part par de grands propriétaires fonciers19. Cléarchos, qui allait devenir tyran d’Héraclée en 363/362, appartenait très certainement à l’une des grandes familles de la cité. Nous savons en effet qu’il vint à Athènes suivre les leçons d’Isocrate. De retour dans sa patrie, il dut participer à quelque entreprise contre la cité puisqu’il fut contraint de s’exiler20. Le récit de Justin, qui est notre principale source, indique que Cléarchos tenta alors de louer ses services au dynaste Mithridate auquel il se proposait, si Mithridate l’aidait à rentrer dans sa patrie, de livrer la ville. Justin ne dit pas si Cléarchos était à la tête d’une bande d’exilés héracléotes, mais tout laisse supposer qu’il avait avec lui des hommes dévoués et qu’en tout cas Mithridate lui confia une armée de mercenaires sur laquelle il devait, par la suite, appuyer son autorité.

  • 21 Justin 16.4.2 : cum plebs et tabulas nouas et diuisionem agrorum diuitum impotenter flagitarent.
  • 22 Justin 16.4.10 et sq.
  • 23 Justin 16.5.1-2.
  • 24 Dém. 17.15.
  • 25 Xén., Hell., 3.3.6.
  • 26 Diod. 14.7.4-5.

13À ce moment, Héraclée était le théâtre d’une violente agitation sociale : Justin rapporte que le peuple réclamait le partage des terres et l’abolition des dettes21, ce qui révèle un état de grave déséquilibre économique et social. Cléarchos offre alors au parti des “sénateurs”, c’est-à-dire aux riches qui avaient seuls accès à la Boulè, de les débarrasser du danger populaire : grâce à sa puissance militaire, il se fait fort de rétablir l’ordre à Héraclée. Mais à peine la Boulè d’Héraclée lui a-t-elle ouvert les portes de la citadelle et confié l’autorité suprême avec sans doute le titre de stratège autokratôr, que Cléarchos, qui s’était déjà débarrassé de sa promesse envers Mithridate en le faisant prisonnier, se tourne contre le parti qui l’a appelé au pouvoir et, dit Justin, se fait le “patron des pauvres”22. Alors commence une période de tyrannie à Héraclée. Cléarchos, maître tout puissant, protégé par sa garde de mercenaires, exile ou fait mettre à mort ses adversaires dont il partage les biens entre ses partisans. Pour accroître le nombre de ces derniers, et pour pouvoir résister victorieusement à une attaque des exilés, il libère les esclaves des riches héracléotes, les unit aux femmes et aux filles de leurs anciens maîtres23. Laissons de côté l’exaltation par Justin de la vertu des matrones d’Héraclée qui préférèrent la mort à de telles unions. Mais l’appel aux esclaves mérite d’être retenu. Dans le pacte constitutif de la ligue de Corinthe en 338/337, Philippe fera inscrire l’engagement pris par les Grecs de “ne procéder à aucune remise de dettes, à aucun partage de terres, à aucune libération d’esclaves en vue de révolution”24. C’est donc qu’il y avait là un danger possible et l’exemple de Cléarchos nous fournit une preuve importante de la réalité du fait. Une question demeure néanmoins : s’agissait-il d’esclaves du type mariandynien, c’est-à-dire d’indigènes dont la condition servile était assez différente de celle de l’esclave de type classique. Nous avons en effet au moins deux autres exemples de recours à des esclaves de cette sorte pour soutenir une révolution : Cinadon en 398 songe à soulever les hilotes contre leurs maîtres25 et Denys, devenu tyran de Syracuse, libère des Killyriens dont il fait des neopolitai26. En revanche, nous n’avons aucun exemple de recours à des esclaves domestiques ou ouvriers qui étaient nombreux dans les cités démocratiques. À Athènes par exemple, on n’imagine pas une révolution populaire faisant appel aux esclaves : tout au plus en cas de danger acceptait-on de les faire monter sur les navires de guerre. Mais on ne leur eût pas donné d’armes. Faut-il supposer que le recours aux esclaves n’était possible que dans ces régions où la soumission des peuples indigènes avait donné naissance à un type de servitude lié au régime de la grande propriété foncière ? Encore une fois, les lacunes de notre documentation interdisent toute conclusion affirmative. Du moins la question mérite-t-elle d’être posée.

  • 27 Diod. 15.81.5.
  • 28 Justin 16.5.8-10. D’autres aspects du règne de Cléarchos renforcent d’ailleurs cette opinion : il a (...)

14Cléarchos cependant réussit à maintenir son autorité pendant douze ans27. Justin rapporte que son ambition n’avait plus de borne, qu’il se faisait passer pour fils de Jupiter. Il avait donné à l’un de ses fils le surnom de Kéraunos et lui-même aimait à se vêtir comme un roi de tragédie28. Il y a là des indications qui ne manquent pas d’intérêt : car on sait combien les tyrans de l’époque archaïque s’efforçaient de paraître de simples particuliers, de ne se distinguer en rien, par la mise ou par le titre, de leurs concitoyens. Cléarchos au contraire se prend pour un roi, donne à son fils un surnom cultuel, se dit fils de Jupiter. C’est la preuve d’un état d’esprit nouveau qui distingue le tyran du ive siècle du tyran archaïque, qui annonce l’époque hellénistique.

  • 29 Diod. 20.77.1.

15Cléarchos devait périr assassiné : c’est le sort fréquent des tyrans de l’Antiquité. Mais sa mort ne mettait pas un terme à la tyrannie. Ses fils, Timothéos et Dionysios, allaient lui succéder, et il y avait encore des tyrans à Héraclée au début du iiie siècle29.

16L’exemple de la tyrannie de Cléarchos est instructif : il révèle à la fois les circonstances à la faveur desquelles le tyran a pu s’emparer du pouvoir et les méthodes qu’il a employées pour s’y maintenir. Il faut maintenant le confronter avec d’autres afin de savoir si le cas de Cléarchos est exceptionnel ou s’il a une valeur générale.

17Le choix est évidemment déterminé par les possibilités qu’offre la documentation. Le plus souvent, en effet, nos sources se bornent à citer des noms sans qu’il soit possible d’entrevoir quand et comment le tyran s’est emparé du pouvoir. Xénophon en particulier, dont le dessein est de retracer l’histoire des relations entre cités grecques dans leur lutte pour l’hégémonie, ne croit pas toujours bon d’éclairer son lecteur sur les comparses qui apparaissent à l’arrière-plan de son récit. Deux pourtant parmi les tyrans du ive siècle retiennent son attention : Jason de Phères et Euphron de Sicyone.

  • 30 Westlake 1935 ; Sordi 1958.
  • 31 Dém. 23.199.
  • 32 Xén., Hell., 2.3.36.
  • 33 Xén., Hell., 2.3.4. Sur Lycophron, cf. RE XIII, col. 2315.
  • 34 Hell., 6.2 et sq.
  • 35 Hell., 6.5. On remarquera la profession de foi de Xénophon, vantant la supériorité des armées de me (...)
  • 36 On peut évidemment se demander s’il s’agissait d’un projet réel de Jason ou d’une simple vantardise (...)
  • 37 Xén., Hell., 6.1.18-19.
  • 38 Diod. 15.54.
  • 39 Diod. 15.60 qui rapporte les deux traditions : celle d’Éphore, qui est aussi celle de Xénophon (Hel (...)
  • 40 Dém. 23.148, 166 ; Xén., Hell., 6.4.35. On suppose qu’Alexandros était le fils de Polydoros (cf. Xé (...)

18L’exemple de Jason, tyran de Phères en Thessalie, est un peu particulier parce qu’il déborde l’histoire intérieure d’une cité grecque et concerne la Grèce tout entière. La Thessalie était encore, au début du ive siècle, une région dont l’évolution politique et sociale restait, par rapport aux autres parties de la Grèce, très en retard. Les grands propriétaires doriens tiraient de l’agriculture et surtout de l’élevage des chevaux leur puissance et leur richesse. Les cités y étaient peu nombreuses et de faible importance. Seules Phères et Pharsale, dans la partie méridionale du pays, pouvaient prétendre à jouer un rôle dans les affaires grecques30. La plus grande partie de la population était constituée par les pénestes, ces hommes de condition servile que les auteurs anciens assimilaient aux hilotes spartiates, et dont leurs maîtres, les grands seigneurs thessaliens, disposaient à leur gré31. Mais, vers la fin du ve siècle, la Thessalie avait été le théâtre de graves événements auxquels le sophiste athénien Critias, le futur tyran, se trouva curieusement mêlé32, et qui, aux dires de Xénophon, contribua à remplacer le régime féodal thessalien par la démocratie, une démocratie qui n’hésita pas à recourir contre les grands seigneurs, maîtres du sol, à l’aide des pénestes. Cette destruction de la vieille société aristocratique s’accompagna-t-elle, comme dans le reste de la Grèce à l’époque archaïque d’une floraison de tyrannies dans les cités thessaliennes ? En tout cas, c’est à la suite de ces événements, semble-t-il, que Lycophron s’empara du pouvoir à Phères et réussit peu après à soumettre une grande partie de la Thessalie33. Son successeur Jason allait avoir des ambitions plus grandes encore. Elles sont révélées par Xénophon dans les propos qu’il prête à un orateur venu de Pharsale, peu après 374, réclamer l’aide des Lacédémoniens contre les entreprises du tyran de Phères34. Celui-ci possède une puissance considérable (καί δύναιν ἒχει μεγάλην). Il a, à l’exclusion de Pharsale, soumis la quasi-totalité des cités thessaliennes. Sa puissance repose sur une armée de 6 000 mercenaires particulièrement bien entraînée35. En outre, il a soumis les peuples de la Grèce septentrionale, Maraques et Dolopes et le roi des Molosses, Alkétas, est son hyparque en Épire. Si Pharsale, en la personne de Polydamas qui parait exercer l’autorité suprême dans la cité, accepte de se joindre à lui, il deviendra le chef de la ligue thessalienne, le ταγóς, et dès lors, à la tête d’une puissante armée bien entraînée, il pourra rivaliser de puissance avec les Athéniens, et après avoir construit et équipé une flotte avec les bois de Macédoine, entreprendre la conquête de l’Empire perse36. C’était pour mettre un frein à cette puissance que Polydamas réclamait l’aide de Lacédémone. Cette aide lui fut refusée ; peu après, Jason, à l’unanimité, devenait le maître de toute la Thessalie, et il mettait sur pied, avec l’aide des villes thessaliennes et des peuples tributaires une force armée que Xénophon évalue à 8 000 cavaliers, 20 000 hoplites et un grand nombre de peltastes37. Sa puissance allait chaque jour grandissant38. Et peut-être aurait-il réalisé son grand dessein si la mort ne l’en avait empêché : il fut assassiné en 370 dans des circonstances qui demeurent obscures39. Après sa mort, son frère Polydoros lui succéda, qui ne régna qu’un an, puis le fils de celui-ci, Alexandros, dont la réputation de pirate allait s’établir très rapidement dans le monde grec40.

  • 41 Xén., Hell., 4.3.4-9.
  • 42 [Dém.] 49.10 ; 22-24.
  • 43 Diod. 15.60.

19Telles sont les quelques indications que nous ont laissées les auteurs anciens sur les tyrans de Phères. Qu’en pouvons-nous conclure sur la nature de la tyrannie en Thessalie au ive siècle ? Assurément peu de choses : nous ne savons pas dans quelles circonstances précises Lycophron s’est emparé du pouvoir, nous pouvons seulement retenir l’agitation démocratique et l’appel aux pénestes contre les grands seigneurs thessaliens. Mais rien ne nous prouve que Jason ou Lycophron aient été des adversaires de ces grands seigneurs. Nous devinons cependant un changement de nature de l’armée thessalienne : en 394, lorsqu’Agésilas revenu d’Asie parvient en Thessalie, c’est contre la seule cavalerie thessalienne qu’il lui faut livrer combat41 et après la victoire, il élève un trophée, témoignage de sa fierté d’avoir vaincu les “gens les plus fiers de leur cavalerie” (τι τος μέγιστον φρονοντας π ππικ νενικκει). Or, vingt ans plus tard, la puissance de Jason repose essentiellement sur une armée de 6 000 mercenaires, et, lorsqu’après l’échec de l’ambassade de Polydamas, Jason devient le maître incontesté de toute la Thessalie, il dispose d’une armée de 20 000 hoplites, sans compter les fantassins légers en nombre au moins égal, contre seulement 8 000 cavaliers. Il y a là assurément la preuve que des transformations profondes se sont opérées en Thessalie, et qu’à côté d’une garde personnelle de mercenaires qui rattache Jason au type du chef de mercenaires auquel nous faisions allusion au début de cette étude, il existe un fort contingent d’hoplites citoyens – ou peut-être recrutés parmi ces pénestes qui ont bien dû tirer quelque avantage des troubles auxquels ils ont participé. En tout cas, la cavalerie a cessé d’être l’arme exclusive, et cela traduit assurément la disparition du monopole militaire, et par voie de conséquence politique, de la féodalité thessalienne. L’exemple de Jason évoque donc à la fois celui des tyrans de l’époque archaïque par les transformations qu’il a fait subir à la Thessalie, et celui des tyrans chefs de mercenaires du ive siècle auxquels le rattachent également sa toute-puissance, l’attrait personnel qu’il exerce sur ses hommes, sa confiance inébranlable en sa fortune. Nous savons par ailleurs qu’il était lié au stratège athénien Timothée, et qu’il vint personnellement à Athènes, accompagné d’Alkétas, pour témoigner en sa faveur dans le procès qui lui était intenté sur l’initiative de Callistratos42. Quant à la façon dont il exerça son autorité dans sa propre cité, nous ne pouvons en juger que par la remarque de Diodore qu’il “paraissait gouverner avec douceur”43, ce qui ne l’empêcha pas d’ailleurs de périr assassiné, tout comme Cléarchos d’Héraclée et comme Euphron de Sicyone.

  • 44 Sur Euphron, cf. l’article de Meloni 1951.
  • 45 Hdt. 5.67.
  • 46 Xén., Hell., 7.1.44 : o πλουσιώτατοι γκρατες σοιντο το Σικυνος.
  • 47 Xén., Hell., 7.1.44 : παρ τοίς Λακεδαιμονίοις μέγιστος ν των πολιτν.
  • 48 Xén., Hell., 7.2.2, à propos de ces défections ; 7.2.3 ; 11 (où il cite plus particulièrement Sicyo (...)
  • 49 Xén., Hell., 7.1.22 et sq.
  • 50 Cf. Beloch 1927, 243. Euphron était-il déjà le maître de Sicyone quand a lieu la quatrième expéditi (...)
  • 51 Xén., Hell., 7.1.45.
  • 52 Xén., Hell., 7.1.46.
  • 53 Diod. 15.7.3.

20Ce dernier va nous fournir un troisième exemple de tyran et la possibilité d’approfondir notre enquête44. Sicyone avait déjà, à l’époque archaïque, fait l’expérience de la tyrannie. Le règne de Clisthène, dont le petit-fils devait fonder la démocratie à Athènes, avait été particulièrement important : c’est lui qui avait mis fin à la domination des antiques phylai doriennes, les avait affublées de sobriquets ridicules, et pour leur ôter le monopole de la vie religieuse, avait favorisé l’introduction de cultes nouveaux, en particulier du culte de Dionysos45. Mais les successeurs de Clisthène n’avaient pu se maintenir au pouvoir, et depuis lors, entrée dans l’orbite de Sparte, Sicyone était restée fidèle à un régime oligarchique dans lequel le pouvoir politique appartenait aux plus riches, partisans résolus de l’alliance spartiate46. Euphron était de ceux-là puisque Xénophon dit qu’il était “le plus considérable des citoyens aux yeux des Lacédémoniens”47. Pour quelles raisons va-t-il changer de parti, et, exploitant les sentiments anti-laconiens du petit peuple de Sicyone, prendre appui sur les adversaires de Sparte, Arcadiens et Argiens, pour modifier à son profit la constitution de la cité ? Xénophon ne le dit pas, mais il n’est pas interdit de supposer que les échecs répétés subis par les Spartiates dans les années qui suivirent leur défaite de Leuctres contribuèrent à détacher d’eux la plupart de leurs alliés48. Par ailleurs, Sicyone avait reçu une garnison thébaine au cours de la campagne de 369/368, et malgré la victoire remportée par des contingents de mercenaires celtes et ibères envoyés par Denys de Syracuse49, les succès thébains et le réveil de la confédération arcadienne n’avaient pas manqué de modifier profondément le rapport des forces dans le Péloponnèse. La chronologie du dernier livre des Helléniques est très confuse et il n’est pas facile de suivre clairement le déroulement des événements50. Quoi qu’il en soit, fort de l’appui de ses nouveaux alliés, Euphron réunit l’assemblée du peuple et proclame que désormais la constitution sera fondée sur l’égalité51. Mais ce n’était là qu’un expédient provisoire. Ayant été élu stratège avec quatre collègues, il ne tarde pas à se débarrasser d’eux52. Désormais sa puissance reposait sur la seule force de ses mercenaires dont il avait accru le nombre grâce à l’argent pris dans les caisses publiques et sacrées. Il avait en outre procédé à la confiscation des biens des partisans de Sparte : Diodore précise que 40 d’entre les plus opulents furent condamnés à l’exil et que leurs biens furent vendus aux enchères53. Il était devenu seul maître de la cité.

  • 54 Si l’on adopte la chronologie de Diodore, c’est au cours de l’année 369/368 qu’Euphron se serait fa (...)
  • 55 Hell., 7.3.1 : τος κρατίστους τν Σικυωίνν. Sur Énée de Stymphale et son identification avec Énée (...)
  • 56 Ici encore, la chronologie est difficile à établir : si l’on suit J. Hatzfeld, tous ces événements (...)
  • 57 Hell., 7.3.4.
  • 58 Hell., 7.3.7.
  • 59 Hell., 7.3.7.

21Combien de temps exerça-t-il ce pouvoir absolu ? Il est extrêmement difficile de le préciser, étant donnée l’incertitude de la chronologie54. En tout cas, le pouvoir qu’il s’était arrogé avait dû mécontenter ses alliés puisqu’en 366/365 le nouveau stratège de la ligue arcadienne, Énée de Stymphale, réussit avec l’appui “des plus considérables parmi les Sicyoniens” à s’emparer de l’Acropole de la cité55. Euphron cependant resta maître du port pendant quelque temps56. Puis les Arcadiens auraient réussi à mettre aussi la main sur le port de Sicyone. Mais pour peu de temps : profitant des troubles qui avaient repris à Sicyone, et qui opposaient les aristocrates et le parti démocratique, Euphron réussit avec l’aide de mercenaires venus d’Athènes à reprendre la ville basse, les Thébains et leurs alliés restant maîtres de la citadelle57. Comme cette situation menaçait de s’éterniser, Euphron décide de se rendre à Thèbes pour convaincre les Thébains de l’aider à chasser définitivement les aristocrates sicyoniens. Mais ceux-ci avaient également dépêché des ambassadeurs à Thèbes, qui, craignant qu’Euphron ne parvienne à ses fins, l’égorgent devant le Conseil58. Un procès fut alors intenté par les magistrats thébains à l’assassin d’Euphron : le plaidoyer de l’accusé, tel que le rapporte Xénophon (Hell., 7.3.7-11), repose sur l’idée normalement admise qu’il est juste de se débarrasser d’un tyran et d’un traître. Or Euphron a été l’un et l’autre. Il est passé au gré de ses intérêts de l’alliance lacédémonienne à l’alliance thébaine. Il s’est emparé des trésors des temples, il a réduit en esclavage ses concitoyens, il a confisqué les biens des meilleurs. La conclusion du procès est intéressante : les Thébains acquittèrent le meurtrier. Mais les gens de Sicyone firent revenir la dépouille mortelle d’Euphron et lui rendirent les plus grands honneurs59.

22De ces faits, dont la chronologie est incertaine, et qui en tout cas se déroulèrent dans une période qui n’excéda pas trois ans, que faut-il retenir ?

  • 60 Ainsi, devant Phlious, il y a les Sicyoniens, les Argiens, etc., et Euphron et ses mercenaires (cf. (...)

23D’abord le contexte général qui ne laisse pas de favoriser les troubles à l’intérieur des cités : entre 369 et 365, le Péloponnèse est le théâtre de luttes acharnées, déterminées par les différentes expéditions d’Épaminondas et par la renaissance de la Confédération arcadienne. À la faveur de ces luttes, les partis qui s’opposent à l’intérieur des cités s’appuient tantôt sur l’un, tantôt sur l’autre des adversaires pour essayer de l’emporter. À Sicyone, les deux partis en présence sont d’abord ceux que Xénophon appelle ο βέλτιστοι et d’autre part le dèmos. Les βέλτιστοι, ce sont évidemment les riches (ο βέλτιστοι) dont Euphron confisque les biens, ceux qui sont par tradition alliés de Sparte. Quant au dèmos, il est constitué d’abord par le petit peuple du port et de la ville basse, celui qui reste fidèle à Euphron quand Énée de Stymphale s’empare de l’acropole. Quels avantages retire-t-il de la tyrannie ? Il est bien difficile de le dire. Des avantages politiques assurément : l’égalité avec les aristocrates, avec les riches. Mais que valent ces avantages quand le tyran est maître de toute décision ? Pourtant nous l’avons vu, le petit peuple lui reste favorable. Faut-il admettre qu’il avait reçu sa part des confiscations des biens privés et sacrés, ne fût-ce que sous la forme d’indemnités ou de distributions gratuites ? Et qu’à tout prendre l’autorité d’Euphron était plus douce que celle des riches ? En tout cas, les honneurs qui lui furent rendus après sa mort attestent que son gouvernement n’avait été dur que pour les riches et les partisans de Sparte. Il reste qu’Euphron, s’il est un tyran populaire, est aussi, à l’origine, un chef de mercenaires, un condottiere qui constitue, à lui seul, une puissance60.

  • 61 Xén., Hell., 7.3.8, à propos d’Euphron, et les outrances de Cléarchos qui s’habille comme un roi et (...)

24Euphron de Sicyone n’a pas eu, il s’en faut, une importance comparable à celle de Jason dans l’histoire des cités grecques au ive siècle. Il ne semble pas avoir été d’une valeur comparable à celle de Cléarchos. Du moins, entre ces trois hommes dont l’activité se place en ce second quart du ive siècle où le monde grec paraît déjà prendre une physionomie nouvelle, il existe des traits communs qui sont ceux du tyran tel qu’il apparaît à travers la littérature contemporaine : hommes dénués de scrupule qui, forts de leur ascendant personnel sur une bande de mercenaires bien organisés, profitent de l’agitation sociale et politique qui règne dans leur cité et dans le monde grec tout entier, s’emparent du pouvoir pour eux-mêmes, mais en prenant toujours contre les riches ou les puissants le parti du dèmos. À la différence des tyrans de l’époque archaïque, ils s’embarrassent peu du respect des institutions, il ne leur répugne pas d’être appelés tyrans61. Mais surtout leur rôle historique est tout autre, car ils ne sont que l’expression d’un déséquilibre social, moral et politique, alors que la tyrannie archaïque avait été une étape nécessaire dans le passage de la polis aristocratique à la cité de l’époque classique.

  • 62 Cf. la remarque de Diodore (15.8.5), que Cléarchos prit Denys pour modèle.
  • 63 Diod. 14.58.1 ; 96.3. Il faut noter toutefois qu’à deux reprises, en 397 et en 392, les libérations (...)
  • 64 Diod. 14.7.4-5.

25Il est cependant bien d’autres tyrans au ive siècle dont l’exemple a pu servir de point de départ aux analyses des écrivains et des théoriciens politiques, ou les confirmer. Le plus important d’entre eux, le prototype du tyran de la République, c’est assurément Denys. Mais la tyrannie sicilienne constitue un cas un peu particulier dans la mesure où il faut faire intervenir avant toute autre considération la menace carthaginoise et la nécessité, pour y faire face, d’un pouvoir fort et efficace. La faiblesse de la démocratie syracusaine, l’instabilité des établissements humains en Sicile, les bouleversements que la tyrannie des Deinoménides avait opérés dans le régime de la propriété, autant de facteurs qui expliquent la tyrannie syracusaine et lui donnent son caractère particulier. Cependant, nous trouvons chez Denys certains des traits qui seront propres aux tyrans du ive siècle62. Denys est un chef de mercenaires. Maître de Syracuse avec l’appui du dèmos, il tourne ses coups contre les membres de l’aristocratie des gamoroi qu’il exile et dont il confisque les biens. Pour assurer son pouvoir, il n’hésite pas à faire appel aux esclaves killyriens qu’il dresse contre leurs maîtres, les riches propriétaires fonciers de Syracuse et dont il fait des citoyens ou plutôt des neopolitai63. Enfin il procède à un partage des terres confisquées entre ces nouveaux citoyens et ses partisans les plus proches, ces philoi qui annoncent les compagnons des souverains hellénistiques64.

  • 65 Dans l’inscription qui porte les clauses de l’alliance entre Athènes et Syracuse en 368/367 (Syll.3(...)
  • 66 Bien des aspects de la tyrannie de Denys contribuent à la distinguer des autres tyrannies du ive si (...)

26Mais tout en étant plus puissant qu’aucun autre tyran ne le fut jamais, Denys n’en avait pas moins le souci de laisser subsister certaines institutions politiques traditionnelles65. Par ailleurs, les circonstances de son avènement, la longue durée de son règne en font une figure à la fois plus imposante et plus complexe que les tyrans dont il a été précédemment question. Cependant si Denys par la puissance de sa personnalité, par l’ampleur de son action échappe à toute classification66, ses successeurs à Syracuse, et surtout les multiples tyranneaux siciliens qui apparaissent dans le récit de Diodore semblent au contraire aisément réductibles au schéma que nous avons dressé. Dans une Sicile en proie aux bouleversements sociaux et politiques, les mercenaires font la loi, et des hommes aussi éloignés de “l’esprit tyrannique” que Dion ou Timoléon ne peuvent échapper à cette réalité. Dans l’anarchie générale, celui qui dispose de la force militaire est le maître, et il est libre de partager les terres, d’émanciper les esclaves, s’appuyant sur tous ceux qui n’ont rien à perdre d’un bouleversement général. Le tyran du ive siècle s’inscrit donc sur la toile de fond des luttes sociales et politiques qui déchirent alors le monde grec. Il est aussi l’expression d’un nouvel état d’esprit qui, avec la disparition du sentiment civique traditionnel, voit dans l’homme fort, dans celui que la Fortune protège et qui dispose d’une force militaire qui lui est toute dévouée, le “sauveur” capable de résoudre les difficultés présentes, ou du moins d’en retarder l’échéance.

  • 67 Cf. Lenschau 1948, 1834 sq.

27Il serait toutefois téméraire de conclure que tous les tyrans dont les noms nous ont été transmis par les auteurs anciens relèvent d’un tel schéma. D’autres tyrannies au ive siècle ont eu une origine et un caractère différents. Il est certain par exemple que les tyrans installés par les Perses dans les cités grecques d’Asie mineure, à Éphèse, à Abydos, à Assos où régna l’ami d’Aristote, Hermias, étaient simplement des agents du pouvoir perse, dont l’autorité était fonction de la puissance du Roi ou de ses satrapes, ce qui par là même constituait un gage de leur docilité. Assurément, le Roi ou ses satrapes recrutaient de tels hommes parmi les chefs de mercenaires autant que parmi les citoyens les plus réputés des cités asservies. On sait même que le stratège athénien Charès gouverna Sestos au nom du Roi, au lendemain de la guerre des alliés67. On peut en dire autant des tyrans installés par Philippe dans les cités d’Eubée et dans le Péloponnèse. Ils l’assuraient de la docilité de leur cité, et il était plus aisé pour Philippe d’avoir à compter avec un seul homme, au demeurant son “client” qu’avec une assemblée ou un conseil plus ou moins divisé et indocile.

  • 68 Meritt 1952.
  • 69 Meritt 1952, 358-359 ; Ostwald 1955.
  • 70 Andoc. 1.96-98 ; cf. également Dém. 20.159 ; Lyc., Contre Léocratès, 124-126.
  • 71 Dém. 17.13 : τν παραυτίχ’ησυχίαν.

28C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les accusations portées par Démosthène contre Philippe et contre Alexandre de favoriser partout le réveil de la tyrannie. Ce qui est manifestement faux : partout où cela était possible, Philippe préférait le maintien du gouvernement établi. Quant à Alexandre, il favorisa plutôt l’établissement de régimes démocratiques dans les cités grecques d’Asie : il est vrai qu’il s’agissait de détruire les tyrannies des agents du Roi. Et c’est en tenant compte de ces aspects divers que prend la tyrannie au ive siècle qu’il faut comprendre un texte dont la valeur documentaire est extrêmement importante, et qui est révélateur de l’état d’esprit des Grecs du ive siècle. Il s’agit du décret sur la tyrannie, voté à Athènes peu après Chéronée : il prévoyait les sanctions qui seraient prises contre quiconque tenterait de renverser la démocratie pour instaurer une tyrannie, des précautions spéciales étant prévues à l’égard des membres de l’Aréopage68. On a voulu voir dans ce décret une manifestation des éléments démocrates les plus extrémistes contre les oligarques athéniens, soupçonnés de vouloir avec l’appui de Philippe, établir la tyrannie à Athènes69. Or cette interprétation nous parait erronée, et nous voudrions, pour conclure, justifier notre opinion : d’abord, on voit mal pourquoi Philippe, qui avait tout fait pour ménager Athènes au cours des dix dernières années, aurait souhaité l’établissement d’une tyrannie qui ne se fût pas installée sans susciter des troubles dans la cité. Par ailleurs, tout ce que nous avons dit précédemment des caractères de la tyrannie au ive siècle nous l’a montrée plutôt comme un régime qui recherche l’appui des masses appauvries, en leur faisant entrevoir un partage des terres et l’abolition des dettes, que comme cette royauté bienveillante dont rêvaient les théoriciens et que le Macédonien incarnait aux yeux de certains d’entre eux. Dès lors, on voit mal pourquoi les partisans de Philippe eussent recouru à une telle extrémité. Bien plutôt, il faut voir dans ce décret, dont les termes rappellent d’autres décrets pris au ve siècle et au début du ive siècle70 une constante de la politique de la démocratie athénienne qui, née au lendemain de la chute des Pisistratides, avait toujours eu le souci de se préserver du danger de la tyrannie. Au spectacle de ce qui se passait dans certaines parties du monde grec, les plus modérés d’entre les dirigeants du parti démocratique ne pouvaient que souhaiter le renouvellement des précautions prises contre un éventuel tyran. Il faut enfin tenir compte de deux facteurs objectifs : au moment ou fut voté le décret d’Eucratès, le calme le plus complet régnait à Athènes comme en témoigne un passage du discours Sur le traité avec Alexandre, attribué à Démosthène71. Et par ailleurs, Philippe avait tenu à faire inscrire dans le pacte de la ligue de Corinthe, pacte qu’Alexandre devait renouveler à son avènement, l’engagement que les Grecs ne procéderaient à aucune révolution politique ou sociale.

29Il est significatif d’ailleurs que la mort d’Alexandre allait être suivie d’un brusque réveil de la tyrannie. Mais dès lors, c’en était fini de la polis grecque classique, et les nombreux tyrans qui, à la faveur des troubles qui accompagnaient les luttes des diadoques, réussissaient à s’emparer du pouvoir, n’étaient que les précurseurs modestes de ceux qui allaient être les fondateurs des grandes monarchies hellénistiques.

30Cet article était la première ébauche d’une étude d’ensemble sur la tyrannie publiée quelques années plus tard, Mossé 1969, qui a fait l’objet d’une réédition récente avec mise au point bibliographique et une Préface qui apporte quelques nuances à une analyse un peu trop systématique (Paris 2004). Voir également sur les tyrans de Syracuse le chapitre XXIX infra.

Notes

1 Cf. en particulier Plat., Rép., 566a (le tyran est l’homme qui fomente la sédition contre les riches) ; 566e - 567a (il accable le peuple d’impôts et l’entraîne dans des guerres interminables) ; 567d-e (il s’entoure d’une garde composée de mercenaires et d’esclaves affranchis). Cf. également Xén., Hiéron, 5.3 ; 6.5 ; Arist., Pol., 6.8.2 (1295 a 17) ; 8.8.7 (1311 a 12-14) ; 20 (1312 b 17-20) ; 9.5 (1313 b 28-29). Sur Denys, cf. l’ouvrage récent de Stroheker 1958, et infra, p. 249-258.

2 Sur cette évolution du monde grec au cours du vii e siècle, cf. Andrewes 1958, 78 sq. Aymard-Auboyer 1955, 261 sq. Dans sa thèse sur Corinthe, E. Will cependant met au premier plan le problème foncier qui lui paraît plus déterminant, même à Corinthe, que le développement d’une économie marchande, encore balbutiante à la fin du viie siècle (1955, 470).

3 Cf. Andrewes 1958, 31 sq. ; Aymard-Auboyer 1955, 261.

4 Il importe toutefois de nuancer cette affirmation : tous les aristocrates ne sont pas exclus de la cité. Parfois, comme à Sicyone, un sentiment “nationaliste” anti-dorien accompagne la disparition des anciennes philai ; parfois, comme à Athènes, l’évolution se fait selon un lent processus et ne s’achève qu’après la disparition du tyran : c’est Clisthène, non Pisistrate, qui détruit les phylai ioniennes pour les remplacer par les dix tribus territoriales.

5 . Sous des formes différentes : soit par une politique de grands travaux (Périandre à Corinthe, à Athènes), soit par l’établissement d’une monnaie saine (Pisistrate), soit par une véritable politique de piraterie (Polycratès à Samos).

6 Sur le lien entre le réveil de la tyrannie et les conditions générales du déséquilibre en Grèce et des intestines, cf. Lysias 33.4.

7 Nous négligeons volontairement les deux révolutions oligarchiques de la fin du v e siècle : elles sont déjà des conséquences de la guerre du Péloponnèse.

8 Cf. Xén., Hell., 3.3.2 et sq.

9 Hell., 6.4.10 et sq. (Leuctres).

10 C’est-à-dire tous les grands écrivains et orateurs du ive siècle, mais aussi Énée le Tacticien, dont le traité de Poliorcétique contient de précieux renseignements sur les dangers que couraient les cités grecques dans ce temps de trouble et d’agitation.

11 Plat., Rép., 422e ; 511d ; cf. Arist., Pol., 6.3.15 (1291 b 6-8). Sur la revendication du partage des terres et de l’abolition des dettes, cf. Andoc. 1.88 ; Isocr. 12.259 ; Plat., Rép., 556a ; Lois, 684e ; 736c ; Dém. 24.149 ; 17.15.

12 Lysias 19.28-29 ; 42-43 ; 28.7 ; 27.10 ; Xén., Écon., 20.26 ; Dém. 21.167 ; 23.208, etc.

13 Plat., Alcibiade, 122d-e ; Arist., Pol., 2.6.10 (1270 a) ; Plut., Agis, 5.

14 Diod. 15.58 ; Énée le Tacticien, 11.7 et sq. ; Isocr. 5.52.

15 Isocr. 8.44, 48 ; 6.66.

16 “Vous êtes pour moi ma patrie, mes amis, mes compagnons d’armes ; avec vous, j’en suis sûr, partout où j’irai, je serai honoré”, dit un des mercenaires de l’Anabase en s’adressant à ses hommes, et cela traduit bien une réalité lourde de conséquences (Anabase, 1.3.6).

17 Isocr. 15.103 sq. (Timothée) ; Dém. 21. 62-64 ; 23.126-133 (Iphicrate) ; Eschine 2.70-71 ; Dém. 23.173 (Charès), etc.

18 Cf. IG, II2, 360, l. 30 sq. qui révèle la piraterie à laquelle se livraient les gens d’Héraclée, piraterie qui allait souvent de pair avec l’activité commerçante.

19 Cf. Bérard 1960, 101 ; sur la similitude de condition des hilotes et des Mariandyniens d’Héraclée, cf. Plat., Lois, 776d ; Athénée, 6.263e (FHG IV, 355).

20 Justin 16.4.4 ; Lenschau. Sur le régime politique à Héraclée, cf. Arist., Pol., 8.5.5 (1305 b 33-35) ; Énée le Tacticien, 11.10 b-11.

21 Justin 16.4.2 : cum plebs et tabulas nouas et diuisionem agrorum diuitum impotenter flagitarent.

22 Justin 16.4.10 et sq.

23 Justin 16.5.1-2.

24 Dém. 17.15.

25 Xén., Hell., 3.3.6.

26 Diod. 14.7.4-5.

27 Diod. 15.81.5.

28 Justin 16.5.8-10. D’autres aspects du règne de Cléarchos renforcent d’ailleurs cette opinion : il aurait été le premier souverain fondateur d’une bibliothèque (Memnon, frg. 222 = FHG III, 526). On peut remarquer aussi que ses meurtriers furent admis auprès de lui jure familiaritis (Justin 16.5.15). Comme plus tard les souverains hellénistiques, Cléarchos aimait donc à s’entourer d’un groupe d’“amis”.

29 Diod. 20.77.1.

30 Westlake 1935 ; Sordi 1958.

31 Dém. 23.199.

32 Xén., Hell., 2.3.36.

33 Xén., Hell., 2.3.4. Sur Lycophron, cf. RE XIII, col. 2315.

34 Hell., 6.2 et sq.

35 Hell., 6.5. On remarquera la profession de foi de Xénophon, vantant la supériorité des armées de mercenaires sur les armées civiques (τὰ μν κ τν πóλεων στρατεύματα) ainsi que la reprise du thème du “bon chef” qui récompense ses hommes selon leurs mérites.

36 On peut évidemment se demander s’il s’agissait d’un projet réel de Jason ou d’une simple vantardise de sa part. On sait qu’Isocrate avait accordé une certaine importance politique au tyran de Phères et qu’il avait entretenu des relations avec lui (cf. Mathieu 1925, 100-101 et la Lettre VI attribuée à Isocrate). Cf. cependant le passage du Philippe (§ 119), où il semble opposer les actes de Philippe aux paroles de Jason.

37 Xén., Hell., 6.1.18-19.

38 Diod. 15.54.

39 Diod. 15.60 qui rapporte les deux traditions : celle d’Éphore, qui est aussi celle de Xénophon (Hell., 6.4.31) selon laquelle les meurtriers auraient été sept jeunes gens, celle d’autres historiens qui attribuent le meurtre de Jason à son frère Polydoros.

40 Dém. 23.148, 166 ; Xén., Hell., 6.4.35. On suppose qu’Alexandros était le fils de Polydoros (cf. Xén., Hell., 6.4.34 ; Beloch 1927, 81.

41 Xén., Hell., 4.3.4-9.

42 [Dém.] 49.10 ; 22-24.

43 Diod. 15.60.

44 Sur Euphron, cf. l’article de Meloni 1951.

45 Hdt. 5.67.

46 Xén., Hell., 7.1.44 : o πλουσιώτατοι γκρατες σοιντο το Σικυνος.

47 Xén., Hell., 7.1.44 : παρ τοίς Λακεδαιμονίοις μέγιστος ν των πολιτν.

48 Xén., Hell., 7.2.2, à propos de ces défections ; 7.2.3 ; 11 (où il cite plus particulièrement Sicyone).

49 Xén., Hell., 7.1.22 et sq.

50 Cf. Beloch 1927, 243. Euphron était-il déjà le maître de Sicyone quand a lieu la quatrième expédition thébaine contre Phlious (Hell., 7.2.11) ? En tout cas, il combat avec ses propres mercenaires, au nombre de 2 000, tandis que Xénophon prend par ailleurs bien soin de préciser que les Sicyoniens, alliés des Thébains, ont envoyé leur propre contingent.

51 Xén., Hell., 7.1.45.

52 Xén., Hell., 7.1.46.

53 Diod. 15.7.3.

54 Si l’on adopte la chronologie de Diodore, c’est au cours de l’année 369/368 qu’Euphron se serait fait élire stratège et aurait modifié la constitution avec l’aide des Argiens. La chronologie de Xénophon est plus incertaine. J. Hatzfeld (CUF, 183, 229), place le coup d’État d’Euphron en 366, c’est-à-dire au moment des expéditions d’Épaminondas en Achaie. Son règne aurait été de très courte durée, quelques mois à peine.

55 Hell., 7.3.1 : τος κρατίστους τν Σικυωίνν. Sur Énée de Stymphale et son identification avec Énée le Tacticien, cf. Oldfather 1948, 7.

56 Ici encore, la chronologie est difficile à établir : si l’on suit J. Hatzfeld, tous ces événements ont dû se passer entre l’été 366 et le début de l’hiver 366/365.

57 Hell., 7.3.4.

58 Hell., 7.3.7.

59 Hell., 7.3.7.

60 Ainsi, devant Phlious, il y a les Sicyoniens, les Argiens, etc., et Euphron et ses mercenaires (cf. supra, n. 50). Cf, également le passage du traité d’Énée le Tacticien où il est fait allusion aux ambassadeurs envoyés par les cités et par les armées, considérées comme de véritables puissances politiques (10.11).

61 Xén., Hell., 7.3.8, à propos d’Euphron, et les outrances de Cléarchos qui s’habille comme un roi et se dit fils de Jupiter.

62 Cf. la remarque de Diodore (15.8.5), que Cléarchos prit Denys pour modèle.

63 Diod. 14.58.1 ; 96.3. Il faut noter toutefois qu’à deux reprises, en 397 et en 392, les libérations d’esclaves sont destinées à fournir des soldats qui arrêtent la première fois Himilco, la seconde fois Magon.

64 Diod. 14.7.4-5.

65 Dans l’inscription qui porte les clauses de l’alliance entre Athènes et Syracuse en 368/367 (Syll.3, 163, 1. 36-37), Denys figure aux côtés des archontes, de la Boulè des Syracusains, des stratèges et des triérarques. Cf. Stroheker 1958, 339.

66 Bien des aspects de la tyrannie de Denys contribuent à la distinguer des autres tyrannies du ive siècle. En particulier, il semble avoir réalisé un nouveau type de monarchie territoriale qui annonce les grandes monarchies hellénistiques. Platon, dans la Lettre VII, lui attribue l’intention d’avoir voulu faire de la Sicile une seule polis (332c). Par ailleurs, les termes employés pour désigner Denys, tant par les actes officiels que par les écrivains contemporains ou postérieurs, s’ils n’impliquent pas l’adoption d’une titulature nouvelle, n’en indiquent pas moins le caractère nouveau d’une autorité qui ne s’exerçait plus dans les limites d’une seule polis, mais sur un vaste territoire : Denys est appelé & ὁ Σικελίας ρχων dans trois inscriptions athéniennes (Syll.3, 128, 1. 6 : 394/393 ; Syll.3, 159, 1. 19 sq. : 369/368 ; Syll.3, 173, 1. 7 : 368/367), ὁ Σικελίας τύραννος par Lysias, 33.5 (388) et par Isocr. 4.126 (380), ὁ Σικελίας δυνάστης par Diodore 15.23.5. Cf. Stroheker 1958, 168 sq.

67 Cf. Lenschau 1948, 1834 sq.

68 Meritt 1952.

69 Meritt 1952, 358-359 ; Ostwald 1955.

70 Andoc. 1.96-98 ; cf. également Dém. 20.159 ; Lyc., Contre Léocratès, 124-126.

71 Dém. 17.13 : τν παραυτίχ’ησυχίαν.

Notes de fin

1 Revue Philosophique 1961, 1-20.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search