Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Première partie. Économie et société

I - Les salariés à Athènes au ive siècle1

Texte intégral

  • 1 DHA 2, 1976, 97-101.
  • 1 Au ive siècle, τιµ a pris incontestablement un sens lié aux pratiques de l’échange : c’est le prix (...)
  • 2 Cf. Marx 1970, 224 : “La production de capitalistes et de travailleurs salariés est un des produits (...)
  • 3 On sait la vanité d’une telle démarche qui a nourri les polémiques à propos du caractère esclavagis (...)
  • 4 Dans l’édition critique qu’en a donné Louis Gernet (Les Belles Lettres, Paris 1954-1960), l’un des (...)

1Énumérant au livre II de la République (369d sq.) les différents “métiers” qui seraient présents dans la cité dont Socrate retrace la genèse, Platon, après avoir cité les paysans, les artisans et les indispensables commerçants, ajoute : “Il y a encore je crois d’autres gens à employer, gens peu dignes par leur esprit d’être admis dans la communauté, mais qui par leur vigueur physique sont propres aux gros travaux. Ils vendent l’emploi de leur force, et, comme ils appellent salaire le prix de leur peine, on leur donne, je crois, le nom de salarié” (371e). Trois termes doivent retenir notre attention : πωλoντες, τν τιµήν et enfin µισθóν. Le premier implique incontestablement l’idée d’une transaction, d’un échange, et le second d’une évaluation1. Quant au troisième, nous savons que son emploi dépasse largement le sens restreint que lui donne ici Platon, puisqu’il désigne dans l’Athènes du ive siècle la rétribution de toutes les fonctions publiques et même de la présence aux séances de l’ecclèsia. Mais ici il représente le prix (timè) qui est payé à ceux qui vendent (polountes) l’emploi de leur force physique. Ce texte de la République pose incontestablement un problème : il y aurait donc eu à Athènes au ive siècle un “marché du travail” et des prolétaires vendant contre un salaire leur force de travail ? On mesure la portée de la réponse à cette question. Car dans l’affirmative, cela voudrait dire que les sociétés grecques auraient connu, au moins à la fin de la période classique, un type de rapports sociaux caractéristiques de la société industrielle, puisqu’aussi bien à Athènes l’homme libre citoyen aurait la “liberté” de vendre sa force de travail2. Je voudrais essayer d’apporter ma contribution à ce débat, non pas en cherchant à définir l’importance numérique et le rôle économique des salariés à Athènes au ive siècle3, ce qui serait à la fois impossible et peu concluant, mais en tentant de cerner à partir de certains textes le contenu de cette notion de “salarié”. Il ne saurait en effet être question dans les limites d’un article de relever tous les emplois de misthos et de ses dérivés dans la littérature grecque du ive siècle. J’ai choisi de me limiter à un ensemble de textes particulièrement précieux pour la connaissance des réalités économiques et sociales du ive siècle athénien, la collection des plaidoyers civils attribués à Démosthène4. Fait remarquable, je ne trouve misthôtos employé qu’une seule fois, dans le discours généralement attribué à Apollodore, le fils du banquier Pasion, prononcé lors du procès qui l’opposa au stratège Timothée. Celui-ci prétendait que l’argent que lui réclamait Apollodore avait été en fait emprunté à Pasion par un amiral béotien, lequel avait fourni pour gage un chargement de cuivre. L’orateur nie la réalité de cette livraison de cuivre, et demande à son adversaire si le cuivre a été apporté par des salariés ou par des esclaves (µισθωτo oἰκται). Et il ajoute : “si ce sont des esclaves, il devrait les offrir pour la question, si ce sont des salariés, il devrait réclamer celui de nos esclaves à nous qui a reçu et pesé le cuivre” (C. Timothée, 51-52). Ce texte appelle deux remarques : d’une part ces salariés sont des hommes libres puisqu’on ne peut les soumettre à la question ; mais d’autre part ils sont au service d’un amiral béotien. Autrement dit, il ne s’agit pas de travailleurs au sens propre, mais de matelots engagés par un commandant de navire et qui recevaient une solde.

2Misthos – si nous laissons de côté l’emploi “politique” du terme – se rencontre huit fois :

  • C. Aphobos I, 46 : les tuteurs de Démosthène n’ont pas versé les salaires dus aux maîtres de l’adolescent.

  • C. Nicostratos, 20 : le salaire d’un esclave loué est perçu par le maître de celui-ci.

  • C. Zénothémis, 8 : le commandant d’un navire pris dans une tempête promet à ses marins un salaire plus élevé si la cargaison est sauvée.

  • Sur la couronne triérarchique, 21 : le salaire versé par celui qui l’emploie à un orateur “vendu”.

  • C. Nééra, 19 ; 41 ; 108 : le salaire d’une prostituée.

  • C. Nééra, 43 : le salaire de l’orateur qui se loue comme accusateur, ou dénonciateur ou prête-nom pour les propositions de décrets.

3Enfin, misthoun à l’actif, misthousthai au moyen ou au passif se trouve employé assez souvent. Si nous laissons de côté les cas de location ou d’affermage de biens, nous trouvons avec le sens d’embaucher ou de louer (ou louer ses services au passif) :

  • C. Polyclès, 7, 10, 12, 18-19, 23, 25 : embauche de matelots par un triérarque.

  • Sur la couronne triérarchique, 6 : embauche de matelots avec indication du salaire (30 drachmes) mais non de la durée de l’embauche.

  • Sur la couronne triérarchique, 22 : embauche, contre un salaire, de défenseurs.

  • C. Nicostratos, 21 : des esclaves se louent pour la maison ou les travaux agricoles, le salaire étant versé au maître.

  • C. Nééra, 26-28 : Nééra est louée par deux hommes qui se partagent ses faveurs.

  • C. Nééra, 108 : rappel du temps où encore esclave de Nicarétè, Nééra était louée par celle-ci.

4De tous ces exemples, il ressort que misthos et ses dérivés sont employés par les orateurs du corpus démosthénien pour désigner quatre sortes de rétributions :

  • le salaire versé à un équipage qu’on a recruté pour une campagne.

  • le salaire versé à des orateurs dont on achète les services à l’assemblée ou au tribunal, ou à un maître de rhétorique.

  • le salaire d’une prostituée.

  • enfin le salaire ou le prix de location d’un esclave toujours versé au maître de l’esclave.

5Nous laisserons de côté ce dernier groupe qui n’intéresse pas directement notre sujet. Les trois autres, pour concerner des catégories sociales différentes, n’en présentent pas moins un élément d’unité : le misthos qui leur est versé se présente toujours comme la rétribution d’un “service”, ce qui justifie l’emploi du même terme que pour désigner le salaire versé aux juges et aux différents magistrats de la cité. Dans l’un et l’autre cas, il s’agit de la rétribution d’un service, non d’un travail producteur de biens susceptibles d’être évalués.

  • 5 On sait par les inscriptions de travaux publics, et singulièrement par les inscriptions de l’Érecht (...)
  • 6 Socrate en effet pour encourager Aristarque lui donne en exemple les noms de quelques Athéniens qui (...)
  • 7 Mém., 2.7.9 : τν δπρoγενoνυιν εεργεσιν ; 10 : ταῦτα εσηγεσθαι αταςσoί τε λυσιτελσει ; (...)
  • 8 Mém., 1.8.3 : l’intendant en effet est généralement un esclave (cf. Économique, 12.2 sq.). Là encor (...)

6Or, le texte de Platon dont nous sommes partis semblait faire référence à une autre catégorie de salariés, à ceux qui vendaient l’emploi de leur force physique pour accomplir des travaux pénibles. Il serait intéressant de pouvoir préciser à quelles sortes d’activités songeait Platon, et à quels “embaucheurs”. S’agissait-il de travaux de terrassement ou de construction au service de la cité5 ? Ou bien d’activités productives au service de particuliers ? Rien ne nous permet de répondre. Mais nous savons par ailleurs que la misère pouvait contraindre certains Athéniens à se livrer à des activités jugées par eux dégradantes, dans la mesure où il leur fallait se mettre au service d’un homme plus riche ou plus puissant. C’est du moins ce qui ressort de deux passages des Mémorables de Xénophon. Le premier concerne un certain Aristarque auquel Socrate conseille de transformer son oikos en atelier de tissage, en utilisant comme main d’œuvre les nombreuses femmes de sa “maison”, et en vendant, du moins on peut le supposer, le produit de leur travail6. Or par trois fois, pour désigner le rapport qui s’établit entre Aristarque et ses “ouvrières” qui sont des femmes libres, Xénophon invoque la notion de services réciproques7. La même notion se retrouve dans le second exemple, celui d’Euthéros, lui aussi tombé dans la misère et à qui Socrate conseille de se mettre au service d’un grand propriétaire pour occuper les fonctions d’intendant8. Dans l’un et l’autre cas, il s’agit, répétons-le, de situations exceptionnelles liées aux dévastations provoquées par la guerre : Aristarque impose à des femmes libres une condition quasi servile, mais leur assure en échange leur subsistance quotidienne. Euthéros, en devenant l’intendant d’un grand propriétaire, se place lui aussi dans une position de dépendance par rapport à celui qui, en échange des services qu’il lui rend, lui assure sa nourriture jusqu’à la fin de ses jours.

  • 9 Contre Euboulidès, 35 ; 45. On remarquera toutefois que le procès en question tourne autour de l’ac (...)
  • 10 Ménandre, Diskolos, v. 330 ; Georgos, v. 70 sq.

7On peut confronter ces deux exemples tires des Mémorables à d’autres du même ordre tirés des plaidoyers démosthéniens. Le Contre Euboulidès contient l’indication que des femmes libres, filles de citoyens, pouvaient être contraintes par la misère à se louer comme nourrices ou vendangeuses9. Le théâtre de Ménandre, à la fin du siècle, met également en scène des hommes que la misère a contraints à travailler au service d’autrui10.

8Mais qu’il s’agisse d’une situation exceptionnelle est un fait, que cette situation exceptionnelle crée entre celui qui donne le salaire, ou la nourriture, et celui qui le reçoit un état de dépendance du second par rapport au premier en est un autre ; l’essentiel demeure un échange de services qui justifie, malgré l’incontestable dégradation sociale de celui qui se met au service d’un autre pour s’assurer sa subsistance, que l’homme libre, le citoyen, puisse sous la contrainte de la misère, s’y résigner : à Euthéros, qui renâcle devant l’idée de se “soumettre à cette servitude”, Socrate oppose l’exemple de ceux qui dirigent les affaires de la cité, qui sont au service de la communauté dont ils reçoivent aussi un salaire et qui ne sont pas pour cela regardés “comme plus esclaves que les autres hommes” (2.8.5).

  • 11 Je renvoie sur ce point aux articles de Vernant 1959, 1-29 et 1965, 197 sq.

9Il est temps de revenir au texte de Platon. En apparence, il y a entre tous les exemples que nous avons cités et ces gens qui vendent leur force physique contre un salaire, une différence fondamentale. Dans le premier cas, qu’il s’agisse de services de toute nature (les exemples tirés du corpus démosthénien), ou de travail productif (les exemples tirés des Mémorables), on pourrait dire en schématisant quelque peu que nous sommes dans le domaine du don contre-don, dans le second cas dans le domaine de l’échange mercantile, de l’économie de marché. Mais est-ce bien exact ? Car si nous relisons bien le texte, nous voyons que ce qui caractérise ces gens dont parle Platon, c’est qu’en eux la part du nous est faible, et celle du sôma au contraire forte. Ce qu’ils vendent contre un salaire, ce n’est pas leur travail, concept abstrait qui ne peut être valorisé que dans un système dominé par la marchandise11, mais leur corps, ou plutôt la force physique que ce corps représente. Autrement dit, hommes libres, ils vendent une partie d’eux-mêmes, se plaçant de ce fait dans cette position de dépendance que crée, nous l’avons vu, la relation de service.

10Le texte de Platon ne saurait donc être tenu pour une preuve de l’existence d’un “marché du travail” à Athènes au ive siècle. Platon, certes, utilise le vocabulaire de l’échange, mais la transaction qu’il évoque relève de rapports qui ne sont pas ceux du “marché” au sens abstrait du terme. En fait, ce que ce texte révèle, c’est la contradiction entre une structure sociale qui est celle de la cité grecque, communauté d’hommes libres, et les conséquences de l’irruption dans cette structure de l’échange et de la marchandise.

11Cet article, publié dans les Dialogues d’Histoire Ancienne, revue animée par les chercheurs du centre de recherches sur l’esclavage de Besançon, s’inscrit dans une problématique, celle du caractère esclavagiste de la civilisation grecque antique : la réalité de l’esclavage, singulièrement à Athènes, aurait dû, dans une vision marxiste “orthodoxe”, entraîner l’absence de travailleurs salariés. Il s’agissait donc pour moi de montrer que l’existence de ces salariés n’impliquait pas l’existence d’un “marché du travail”. D’où une conclusion un peu rapide, alors qu’il s’agissait en fait d’un faux problème : de nombreuses sociétés ont connu le travail salarié, sans qu’il y ait eu pour autant un “marché du travail”.

Notes

1 Au ive siècle, τιµ a pris incontestablement un sens lié aux pratiques de l’échange : c’est le prix qu’on paie l’acquisition d’un objet, la “valeur” de cet objet. Ce qui n’exclut pas l’usage ancien tel que le définit Benveniste 1969, 67 : “honneur reconnu aux dieux, accordé aussi par les dieux aux hommes en récompense de leur mérite, sous la forme d’égards et aussi de dons”.

2 Cf. Marx 1970, 224 : “La production de capitalistes et de travailleurs salariés est un des produits principaux du procès de mise en valeur du capital. L’économie ordinaire qui n’a d’yeux que pour les choses produites l’oublie complètement [...] Cependant, cette erreur n’est en aucune façon plus grande que par exemple celle de tous les philologues qui parlent de capital dans l’Antiquité, de capitalistes romains et grecs. Cela ne peut vouloir dire qu’une chose : que le travail était libre à Rome et en Grèce, ce que ces messieurs auraient bien du mal à soutenir. Si aujourd’hui non seulement nous appelons les planteurs d’Amérique des capitalistes, mais s’ils le sont, cela est dû au fait qu’ils existent comme anomalies au sein d’un marché mondial fonde sur le travail libre”. Cf. également Finley 1973b, 22-23, qui n’hésite pas à écrire que parler dans le monde antique d’un marché du travail “is immediately to falsify the situation”.

3 On sait la vanité d’une telle démarche qui a nourri les polémiques à propos du caractère esclavagiste des sociétés antiques. Ce caractère en effet ne tient pas au nombre plus ou moins grand des esclaves (impossible à établir sur des bases sérieuses), non plus qu’à la place que tiennent les esclaves dans les différentes activités économiques (puisqu’aussi bien les hommes libres y sont également présents), mais à une structure économique et sociale qu’il faut tenter de cerner.

4 Dans l’édition critique qu’en a donné Louis Gernet (Les Belles Lettres, Paris 1954-1960), l’un des premiers à avoir tenté de replacer l’économie grecque dans une structure d’ensemble.

5 On sait par les inscriptions de travaux publics, et singulièrement par les inscriptions de l’Érechthéion (cf. Randall Jr. 1953, 199-210) que les ouvriers travaillant sur les chantiers recevaient un salaire, à la tâche ou à la journée. Mais les différences de conditions juridiques des travailleurs, le fait aussi qu’il s’agissait de contractants au service de la communauté civique, suggère des rapports plus complexes que ceux du salariat moderne. Cf. également Birford 1965, 21.

6 Socrate en effet pour encourager Aristarque lui donne en exemple les noms de quelques Athéniens qui vivent dans l’aisance, l’un en fabriquant du pain, un autre des chlamydes, un troisième des vêtements de laine fine. Il s’agit bien évidemment d’une fabrication pour la vente, non pour satisfaire aux besoins de la maison.

7 Mém., 2.7.9 : τν δπρoγενoνυιν εεργεσιν ; 10 : ταῦτα εσηγεσθαι αταςσoί τε λυσιτελσει ; 12 : αἱ µὲν ὡς κηδεµνα ἐφίλoυν, δὲ ὡςφελίµoις ἠγάπα.

8 Mém., 1.8.3 : l’intendant en effet est généralement un esclave (cf. Économique, 12.2 sq.). Là encore, il s’agit de réciprocité : Euthéros aidera le grand propriétaire qui l’emploie à prendre soin de son domaine, celui-ci en échange lui assurera sa subsistance.

9 Contre Euboulidès, 35 ; 45. On remarquera toutefois que le procès en question tourne autour de l’accusation portée par Euboulidès contre le plaideur de s’être immiscé frauduleusement dans le corps civique, la profession de nourrice de sa mère était avancée comme un argument pour prouver son origine servile. Sur la nécessité pour les pauvres de devenir salariés, cf. également Isée, 5.39 : τoς δπεριεώρα ες τoς µισθωτoς ντας δι’ἔνδειαν τν ἐπιτηδείων.

10 Ménandre, Diskolos, v. 330 ; Georgos, v. 70 sq.

11 Je renvoie sur ce point aux articles de Vernant 1959, 1-29 et 1965, 197 sq.

Notes de fin

1 DHA 2, 1976, 97-101.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540