Versione classicaVersione mobile

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Introduction

Testo integrale

1Il est toujours intéressant pour un historien de mesurer le chemin parcouru depuis ses premières recherches. C’est ce à quoi je peux me livrer grâce à la proposition que m’a faite Patrice Brun de publier aux Éditions Ausonius un ensemble d’articles dont certains datent de plus de quarante ans. Exercice périlleux, car il est bien évident qu’après une longue expérience de recherche et d’enseignement, on ne voit plus les choses de la même manière, on mesure mieux aussi comment un travail, si personnel soit-il, s’inscrit dans un moment particulier de la démarche historienne, et, sans employer le terme de “mode”, y sacrifie cependant plus ou moins. Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, les jeunes historiens se réclamaient, qui du marxisme, qui de l’École des Annales, et avaient tendance à privilégier l’histoire économique et sociale. Puis vint le temps du structuralisme qui allait marquer au moins pendant deux décennies les recherches les plus stimulantes, y compris dans le domaine de l’histoire de l’Antiquité. Dans le même temps, l’histoire des Mentalités faisait une percée importante, avec en particulier le souci de mettre en lumière l’imaginaire d’une société et la manière dont elle se pensait. Depuis quelques années enfin, on assiste à un retour du politique, cependant que se développent des travaux d’historiographie.

2Il va de soi que j’ai plus ou moins participé à ces démarches successives, et le plan même que j’ai adopté pour rassembler ces articles en est un témoignage éloquent : d’abord l’économie et la société – avec pour cette dernière la place grandissante des recherches sur les femmes, ces oubliées de l’histoire traditionnelle – puis la vie politique et les formes juridiques sur lesquelles elle repose, enfin les “lectures” de l’histoire, depuis l’Antiquité jusqu’au monde contemporain. Il me faut cependant apporter quelques nuances à ce tableau un peu schématique, évoquer en particulier les influences personnelles qui ont orienté certaines de mes recherches. Ainsi, si j’ai consacré quelques articles au problème de la guerre, ce fut en hommage à celui qui fut mon maître à la Sorbonne et mon directeur de thèse, André Aymard. Deux autres personnes ont tenu une place importante dans ma formation intellectuelle, Moses Finley et Jean-Pierre Vernant. Le premier, dont je fis la connaissance lors d’un colloque à Aix en 1962 me permit d’aborder les problèmes économiques et sociaux, mais aussi politiques, avec moins de “dogmatisme” que dans ma thèse, dont Finley fit faire une réimpression en 1979 dans la Collection qu’il dirigeait chez Arno Press à New York, mais à laquelle il avait joint un article dans lequel je nuançais mes conclusions un peu rigides sur le déclin d’Athènes au ive siècle. Avec Jean-Pierre Vernant, ce fut, outre une amitié très profonde, l’éblouissante clarté de sa pensée et ce compagnonnage au sein du Centre de Recherches comparées sur les Sociétés anciennes (aujourd’hui Centre Louis Gernet), qu’il avait créé avec quelques amis proches dont Pierre Vidal-Naquet. Même si je demeurais plus fidèle à une tradition qu’illustrait un historien comme Édouard Will qui m’associa à la rédaction du volume sur le ive siècle qu’il dirigeait aux PUF, je n’en trouvais pas moins au Centre une atmosphère de complicité amicale avec de jeunes chercheurs comme Annie et Alain Schnapp, Pauline Schmitt-Pantel, Nicole Loraux, François Hartog, François de Polignac, Françoise Frontisi-Ducroux, François Lissarague, Louise Bruit-Zaidmann et quelques autres qui m’apportèrent beaucoup par les orientations différentes des miennes qu’ils donnaient à leurs recherches. Un peu de tout cela, je pense, transparaît à travers les articles ici rassemblés.

3Ces articles ont tous pour sujet la cité grecque. Et si Sparte n’est pas tout à fait oubliée, c’est évidemment Athènes qui est au cœur de cet ensemble. On pourra aisément m’accuser d’athénocentrisme. Cela tient essentiellement en premier lieu aux sources littéraires sur lesquelles j’appuie mes analyses. Je ne suis pas archéologue, et si j’accorde une grande importance aux travaux de ces derniers, je ne saurais tirer à leur place des conclusions sur les problèmes qui m’intéressent en premier lieu, c’est-à-dire les problèmes sociaux et politiques. Or, pour les comprendre, il est certain que l’exemple athénien reste privilégié. Quelle que soit la prudence avec laquelle il faut aborder les récits des historiens et les plaidoyers des orateurs, il n’en reste pas moins que c’est d’abord pour Athènes que l’on peut, à travers eux, essayer de voir comment fonctionnait une cité grecque. Car l’originalité de cette formation politique venait de ce que les décisions engageant la communauté étaient prises à l’issue d’un débat. On trouve déjà de tels débats dans les poèmes homériques. Mais ce qui distingue l’Athènes démocratique des autres cités grecques, du moins avant que le système ne se répande dans le monde égéen, c’est que ce débat avait lieu devant tous les membres de la communauté présents à l’assemblée, et que les décisions étaient prises à la majorité des votants, ce qui impliquait l’égalité politique des citoyens. Qu’il y ait eu sur le territoire de la cité des masses de gens exclus de ces débats, les non libres, les étrangers, les femmes n’enlève rien à l’exceptionnalité du fait. A cet égard, je tiens toujours pour valable l’article publié en 1964 dans la Revue Historique sur le rôle de l’armée dans la révolution de 411 à Athènes. Le refus des soldats et des marins athéniens cantonnés à Samos de ratifier les décisions prises à Athènes et qui avaient instauré un régime oligarchique, en affirmant qu’ils formaient la majorité et à ce titre détenaient la légitimité et le droit de désigner de nouveaux stratèges, me semble particulièrement significatif de ce qu’était aux yeux des Athéniens le régime démocratique. Alors, bien sûr, on peut, comme je l’ai fait, s’interroger sur la représentativité de ceux qui siégeaient sur les bancs de la Pnyx par rapport à l’ensemble du dèmos athénien, sur l’existence d’une “classe politique” qui monopolisait les débats à la tribune de l’assemblée, sur les relations de nature “clientélaire” qui subsistaient au sein de la société athénienne, il n’en demeure pas moins que le système fonctionnait, comme en témoignent les nombreux décrets parvenus jusqu’à nous, et que les débats portaient sur des choix essentiels pour la vie de la cité : les alliances, l’organisation des finances publiques, les manifestations de la vie religieuse. Ces articles centrés sur Athènes concernent l’ensemble de la période classique, mais le ive siècle y occupe une place prépondérante. C’est sur ce ive siècle que j’avais choisi de faire porter mon sujet de thèse. Et, comme la plupart des gens de ma génération, c’est dans l’œuvre de Gustave Glotz que j’avais acquis mes premières connaissances sur l’histoire d’Athènes. Or, Glotz, aussi bien dans ses manuels que dans son livre sur La cité grecque, mettait en avant le déclin d’Athènes au ive siècle, un déclin qui n’était pas seulement politique et militaire, mais également moral. Dans ma thèse, j’avais tenté d’analyser ce déclin en le mettant en relation avec une “crise” économique, conséquence des dévastations de la guerre du Péloponnèse. J’allais relativement vite abandonner cette notion de “crise” et son explication “économique”. Certes, l’Athènes du ive siècle n’avait plus la puissance maritime du siècle précédent, en dépit de la brève reconstitution d’une alliance égéenne en 378/377. Et de cela découlaient des difficultés financières qu’attestent les tentatives d’organisation de la perception des revenus de la cité par Callistratos, Eubule, Lycurgue et l’importance accrue des magistratures financières. Mais le fonctionnement des institutions demeurait plus stable au lendemain des deux tentatives oligarchiques et de leur échec, et si les procès politiques prenaient une place importante dans la vie de la cité, cela tenait d’abord au fait que s’était mis en place, au lendemain de la restauration démocratique, un système juridique plus structuré. La constante référence des orateurs aux lois en est le témoignage et apporte un démenti aux jugements péremptoires des adversaires de la démocratie qui enseignaient en toute liberté dans les écoles de philosophie ou de rhétorique, le cas de Socrate, au début du siècle, étant demeuré l’exception qui confirmait la règle.

4Et c’est peut-être cela, en fin de compte, qui donne du prix à l’expérience démocratique athénienne, une expérience sur laquelle historiens et politologues d’aujourd’hui s’interrogent pour la confronter aux problèmes que connaissent les démocraties modernes. Le dernier article de cet ensemble, le plus récent, a précisément pour sujet les lectures que proposent du “modèle” athénien des historiens et des politologues américains, en un moment où les États-Unis se posent en défenseurs de la démocratie dans le monde. La diversité même de ces lectures atteste la complexité du problème, la difficulté qu’il y a à faire coïncider des expériences aussi éloignées dans le temps et dans l’espace. Mais elles témoignent en même temps de la fascination qu’exerce toujours cette petite cité égéenne qui vit naître l’histoire, le théâtre, la philosophie et inventa un système politique à nul autre pareil. Une fois encore, on parlera d’athénocentrisme. Je ferai seulement une dernière remarque : Sparte, Syracuse sont aussi présentes dans ces pages. Mais, c’est une fois de plus à travers le regard des Athéniens ou de ces Grecs comme Plutarque, athénien de culture sinon de naissance. Regard partiel et partial, mais que l’historien(ne) se doit de prendre en compte pour comprendre ce que fut la Grèce ancienne.

© Ausonius Éditions, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search