Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’Homère à Plutarque. Itinéraires historiques

 | 
Claude Mossé

Avant-propos

Patrice Brun

Texte intégral

1La carrière universitaire de Claude Mossé s’est étendue sur quarante-deux ans, de 1950 à 1992, de Rennes à Vincennes en passant par Clermont-Ferrand ; elle a formé de nombreux “thésards” qui enseignent aujourd’hui dans les universités, françaises ou étrangères ; son œuvre scientifique, qui n’est pas achevée, s’étale sur plus d’un demi-siècle, avec comme point d’orgue des livres qui ont fait date comme La fin de la démocratie athénienne. Aspects sociaux et politiques du déclin de la cité grecque au ive siècle av. J.C. (1962) ou La tyrannie en Grèce ancienne (1969, réédition en 2004). Le nombre d’étudiants qui ont suivi ses cours ne se compte pas ; celui de ses lecteurs encore moins. À un point tel que Claude Mossé est l’un des auteurs les plus cités, y compris à l’étranger, parmi les historiens de l’antiquité grecque de langue française.

2Mais, outre ses ouvrages, en règle générale bien diffusés, Claude Mossé a écrit un grand nombre d’articles qui, pour certains, n’ont pas eu le même sort : qu’ils aient été publiés dans des revues étrangères assez mal distribuées en France ou dans des colloques encore plus mal connus, ils restent pour ainsi dire inédits dans notre pays. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé, il y a de cela quelques mois à Claude Mossé de faire un choix parmi ses nombreux articles et de présenter aux Éditions Ausonius ceux auxquels elle tient le plus et qui ont eu peu d’écho pour les raisons que je viens d’expliquer. Ce sont donc trente-six articles, s’étendant sur une période allant de 1953 à 2005 qui sont ici présentés.

3Cet éventail d’articles classés selon les thèmes de prédilection de Claude Mossé permettra de comprendre l’importance des pistes qu’elle aura ouvertes dans sa carrière. Il aura aussi un avantage, celui de voir une pensée en mouvement. Nos études ne sont pas figées : les questionnements évoluent, l’arrière-plan intellectuel se modifie. L’intelligence d’un chercheur se mesure aussi à sa capacité à prendre en compte de nouveaux documents, de nouvelles interprétations. Le raidissement sur des positions établies un demi-siècle auparavant ne fait pas partie de l’arsenal intellectuel de Claude Mossé et c’est tout à son honneur. Ces articles forment un socle ; il n’est peut-être pas établi εἰς ἀεί comme disait Thucydide de son œuvre – qui aurait la prétention aujourd’hui d’écrire cela ? – mais il l’est assurément pour longtemps.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540