Version classiqueVersion mobile

Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien

 | 
Frédéric Hurlet

Introduction. Une contribution à l’histoire politique, institutionnelle et administrative de l’empire romain

Texte intégral

  • 1 On lira avec profit la thèse de Jacques 1984 sur les rapports entre la politique impériale et l’aut (...)
  • 2 On dispose de l’ouvrage de Millar sur l’Empereur dans le monde romain (Millar 1977, 275-361 où il e (...)
  • 3 Sur la notion de “centre-périphérie” et son application à l’histoire ancienne, cf. pour la Rome rép (...)

1L’histoire de l’Empire romain et de son administration est devenue un objet d’étude complexe qui entend utiliser les diverses données tirées d’un examen attentif de tous les types de sources à notre disposition. Elle associe désormais l’exploitation de l’outil prosopographique à une volonté de définir le mode de fonctionnement des structures dans lesquelles gouvernants et gouvernés évoluaient. À ce titre, elle se doit d’être dynamique, voire dialectique de manière à faire mieux comprendre les multiples interactions que l’on peut observer à différents niveaux et dans un sens ou dans un autre entre l’administration et les provinciaux, mais aussi entre les pôles mêmes de l’appareil administratif. La gestion d’un Empire aussi étendu représentait en effet une tâche de grande ampleur et de tous les instants qui reposait sur des échanges de toutes sortes entre différents acteurs regroupés au sein de quatre catégories principales : le pouvoir central, dominé à l’époque impériale par la figure du prince ; l’administration romaine en fonction dans les provinces, depuis le gouverneur jusqu’aux postes subalternes ; les communautés provinciales, qui constituaient les interlocuteurs privilégiés des autorités romaines ; les simples particuliers. Il va de soi que seule une étude des rapports qui se nouaient entre chacune de ces quatre composantes permettra de décrire les aspects les plus concrets de la pratique administrative en montrant comment une décision prise par le pouvoir romain était appliquée dans les provinces jusqu’à l’échelon local ou inversement en aidant à reconstituer le cheminement jusqu’à Rome d’une requête présentée par un provincial ou une communauté. Il faut convenir qu’en ce domaine, les progrès enregistrés par la recherche historique ont été inégaux. Une grande attention a été portée ces dernières décennies et jusqu’à ces dernières années aux relations multiformes que les cités entretenaient avec les autorités provinciales et le centre de l’Empire. Ces recherches ont eu pour résultat de (ré)concilier les deux réalités a priori antagonistes qu’étaient la toute puissance de l’État romain et l’autonomie de la cité en montrant dans quelle mesure et de quelle manière l’une et l’autre coexistaient et s’articulaient1. Un autre aspect aussi fondamental, mais moins bien connu, est le fonctionnement interne de l’administration, en particulier la manière dont les structures de la domination romaine s’organisaient pour contrôler depuis un centre unique un aussi vaste Empire2. C’est à un tel problème que cette étude est consacrée à partir du cas concret des rapports entre deux importants maillons du gouvernement de l’Empire : d’un côté le prince, qui dominait l’État romain depuis la création par Auguste d’un nouveau régime appelé principat ; de l’autre le proconsul, qui était le gouverneur d’un type de province bien déterminé. L’étude des relations entre gouvernants et gouvernés ne peut suffire si l’on veut chercher à comprendre la nature profonde du système administratif romain. Il faut lui ajouter une nouvelle dimension en recourant au modèle sociologique qui est celui des rapports entre le centre et la périphérie et dont l’efficacité a déjà été démontrée s’agissant de l’Empire romain3.

  • 4 C’est ce qu’a souligné Nicolet 1986, 169 ; on lira également avec profit les premières pages d’intr (...)
  • 5 Il faut s’entendre sur ce que signifie la formule “relative indépendance”. L’emploi de l’adjectif “ (...)
  • 6 Au ier siècle a.C., jusqu’à la réforme introduite par la lex Pompeia, les gouverneurs de rang préto (...)

2Une autre raison qui rend nécessaire et légitime une étude des relations entre le prince et le proconsul est la nature politique foncièrement ambivalente d’un Empire qui devint de fait sous Auguste une monarchie héréditaire tout en demeurant officiellement une cité-État, une Res publica4. Une telle singularité eut pour conséquence que le pouvoir impérial était entouré dans ses tâches administratives d’une série de dignitaires issus du Sénat qui exerçaient des fonctions héritées des institutions poliades de la République et ne furent jamais considérés à ce titre comme de simples subordonnés du prince. Il faut ranger dans cette catégorie les magistrats comme les consuls ou les préteurs, ainsi que les proconsuls en tant que promagistrats envoyés gouverner une province après avoir été consuls ou préteurs. Il existait donc au sein même du système administratif romain d’époque impériale une ambiguïté qui est à l’origine et au cœur même de l’ensemble de cette étude et que l’on peut définir dans les termes suivants : d’un point de vue hiérarchique, le prince était reconnu dès le principat d’Auguste comme l’autorité prééminente dont les décisions s’imposaient, mais il devait dans la pratique intervenir dans une série de provinces dont les gouverneurs avaient fièrement conservé dans leurs pouvoirs une tradition de relative indépendance par rapport au pouvoir central5. Une telle difficulté était d’autant plus délicate à régler, du moins au départ, que le proconsul d’époque impériale était l’héritier d’une des fonctions les plus importantes et les plus prestigieuses du cursus honorum républicain. Il faut en effet rappeler qu’à l’origine, le proconsul était le titulaire du plus élevé des pouvoirs civils et militaires, le consulare imperium, qu’on appelait le summum imperium. Il était un ancien consul ou un ancien préteur qui exerçait ses compétences à la tête d’une province et dont les pouvoirs étaient semblables d’un point de vue qualitatif à celui du plus haut magistrat ordinaire, le consul6. L’objet de cette étude est de comprendre comment le pouvoir impérial réussit à combiner la nécessité de contrôler sans limite et sans partage l’ensemble de l’Empire avec le maintien à la tête de plusieurs provinces – une dizaine – de dignitaires tels que les proconsuls tout au long des trois premiers siècles de notre ère. Si l’on devine sans peine qu’il fit preuve à ce sujet de la plus grande prudence, il reste à décrire dans le détail les étapes et les modalités d’un processus complexe qui conduisit à faire des proconsuls de simples représentants du prince et dont on verra qu’il ne fut jamais totalement achevé.

***

  • 7 Sur l’importance et la longue durée de la réforme provinciale de janvier 27 a.C. et le système admi (...)
  • 8 Le nom qu’il faut attribuer aux provinces continuant à relever du peuple Romain a fait et fait touj (...)
  • 9 Le témoignage le plus clair sur la désignation du proconsul et la durée du proconsulat est celui de (...)
  • 10 Dion 53.13.3.
  • 11 Il faut préciser qu’avant Ulpien, un autre juriste moins connu, Venuleius Saturninus, avait déjà éc (...)
  • 12 Sur le De officio proconsulis d’Ulpien et la haute considération dont ce manuel jouit à l’époque ta (...)
  • 13 Cf. sur cette question Spagnuolo-Vigorita 1990, 127-129, qui attire l’attention sur la volonté mani (...)

3Le point de départ chronologique est la réforme de janvier 27 a.C. qui conféra à Auguste pour dix années le gouvernement d’un groupe de provinces fortement militarisées (les Espagnes, les Gaules, la Syrie, l’Égypte). Si cette mesure est loin de constituer le seul acte de naissance d’un nouveau régime qui ne fut définitivement mis en forme qu’au terme de plusieurs étapes successives (en 23, 19, 12 et 2 a.C.), elle déboucha d’un point de vue administratif sur une réorganisation dont la portée fut considérable et qui perdura un peu plus de trois siècles, jusqu’à l’époque tétrarchique7. Il est en effet bien connu que les événements de janvier 27 a.C. étaient à l’origine du partage durable de l’Empire en deux types de provinces : d’un côté, les provinces dont le gouvernement fut confié à Auguste et qui sont d’ordinaires qualifiées d’impériales ; de l’autre, les provinces qui continuèrent à relever du peuple Romain et auxquelles sont données les appellations de “province du peuple Romain”, “province publique” ou “province proconsulaire” (par commodité, j’utiliserai désormais de manière uniforme la formule de “province publique”, qui me semble la moins mauvaise)8. Quoi qu’il en soit de cette question d’ordre terminologique, une telle subdivision provinciale conduisit à distinguer deux catégories de gouverneurs de province en fonction du statut de la province à la tête de laquelle ils étaient placés. Il y avait d’un côté les gouverneurs des provinces impériales, qui étaient des sénateurs ou des chevaliers et qui avaient en commun d’être nommés par le prince pour une durée laissée à la discrétion de ce dernier ; quant aux provinces publiques, elles continuaient d’être gouvernées par des sénateurs qui étaient d’ordinaire nommés pour une seule année et tirés au sort parmi d’anciens préteurs et d’anciens consuls dans le prolongement des pratiques républicaines9, si ce n’est que tout gouverneur d’une province publique portait le titre de proconsul quelle que fût la magistrature exercée précédemment10. La conséquence essentielle pour notre propos est que d’un point de vue proprement juridique, les liens entre le prince et le gouverneur étaient plus ou moins étroits selon le statut de la province en question. Les gouverneurs des provinces impériales étaient de simples délégués du prince, auquel ils devaient la totalité de leurs pouvoirs. Les proconsuls jouissaient en revanche d’une autonomie plus affirmée dont les marques les plus visibles étaient le mode de désignation, les insignes extérieurs (notamment six ou douze licteurs portant les faisceaux) ainsi que la nature de leurs pouvoirs et qui s’atténua au fil des règnes sans jamais disparaître totalement. Il est à cet égard remarquable qu’au début du iiie siècle p.C., le juriste Ulpien ait jugé bon d’écrire un manuel consacré aux fonctions du proconsul (De officio proconsulis)11, qui connut un grand succès dans les cercles de gouvernement jusqu’à l’époque tardo-antique12. L’existence de ce livre signifie qu’à l’époque sévérienne, le proconsul était considéré comme un gouverneur de province qui continuait à être investi de pouvoirs spécifiques et auquel était toujours reconnu un grand prestige13. C’est à la fois aux permanences et aux multiples évolutions de la fonction de proconsul dans ses relations avec le prince que ce livre est consacré. Le terme chronologique de l’enquête est fixé à la fin du iiie siècle ou au début du ive siècle p.C. avec la réforme provinciale de Dioclétien, connue pour avoir mis fin au système administratif institué par Auguste et réorganisé l’Empire selon d’autres critères que la distinction entre provinces impériales et provinces publiques.

  • 14 C’est une réalité que Millar 1966, 156-166 a mise en évidence et sur laquelle je reviendrai.
  • 15 Formule reprise à Magdelain 1947, 75.
  • 16 Sur cette problématique des “relations à inventer”, cf. Bonnefond-Coudry 1995, 225-254 à propos des (...)

4Si le gouvernement des provinces publiques avait été confié en théorie au peuple Romain et administré par le Sénat en vertu du partage des provinces de 27 a.C., le schéma d’un Empire divisé en deux zones de compétences distinctes constituait indéniablement une fiction issue du mythe de la Res publica restituta auquel Auguste avait donné naissance de manière à faire accepter le nouveau régime. On sait en effet que le prince fut amené dans la pratique à intervenir aussi bien dans l’administration des provinces publiques que dans celle des provinces impériales dès la mise en place de la nouvelle organisation administrative de l’Empire14 ; il ne fait pas non plus le moindre doute qu’il entretenait avec les proconsuls des rapports caractérisés par une entière subordination de ces derniers au pouvoir impérial. Il demeure qu’il est permis de dénoncer la fiction, non de la nier15. À ce titre, la volonté d’inscrire le nouveau régime dans une continuité historique et d’éviter toute rupture trop visible signifiait pour Auguste qu’il lui fallait “inventer” pour les proconsuls un mode de relations qui passait par d’autres critères que l’expression de la seule volonté impériale et qui était assujetti à des formes institutionnelles et administratives nécessairement complexes et ambivalentes16 ; quant à ses successeurs, ils eurent à gérer l’héritage augustéen en le modifiant au gré des circonstances par petites touches successives qui firent du programme officiel de la Res publica restituta une image de plus en plus vide de sens. Ce sont ces relations à inventer et à actualiser constamment que cette monographie voudrait analyser de manière aussi détaillée que possible.

5De 27 a.C. jusqu’à la fin du iiie siècle, chacun des proconsuls qui se succédèrent à la tête des provinces publiques entrait en relation avec le prince à partir du moment où il était en mesure de se porter candidat à une telle fonction. Il lui fallait tout d’abord être désigné au terme d’une procédure dont le pouvoir impérial ne pouvait être exclu étant donné la mainmise du prince sur l’État romain ; il était investi par la même occasion de pouvoirs qui étaient nécessairement subordonnés d’une manière ou d’une autre à une toute puissante autorité impériale étendue à l’ensemble de l’Empire ; une fois qu’il avait rejoint sa province, il était amené à y faire appliquer des consignes et des décisions impériales ou à consulter à distance le prince à tel ou tel propos en vertu d’un échange de correspondance qui allait aussi bien du centre vers la périphérie que de la périphérie vers le centre. C’est autour de chacun de ces trois aspects des rapports du proconsul avec le prince (nomination – définition de ses pouvoirs – exercice de ses compétences au sein de sa province) que s’organise le plan de ce livre. Il sera question dans la première partie de la désignation du proconsul et des modalités de l’intervention impériale dans une procédure complexe dont on a déjà vu qu’elle reposait sur le principe d’un tirage au sort. La seconde partie étudiera dans une perspective comparative les pouvoirs du prince et ceux du proconsul avec le souci d’examiner d’un point de vue institutionnel si le premier s’était fait reconnaître une supériorité sur le second et, si oui, sous quelle forme. La troisième partie analysera le mode de communication qui s’était établie à distance entre le prince et le proconsul en rassemblant à ce sujet toute la documentation disponible et en cherchant à déterminer pour quelles raisons ils restaient en contact et quelle forme revêtait un tel dialogue d’un point de vue juridique et terminologique. Chacune de ces trois parties thématiques suivra une progression chronologique. C’est là une nécessité dans le cadre d’une démarche historique qui se doit d’être sensible aux permanences, mais aussi aux multiples évolutions d’une telle interaction. À ce titre, une grande attention sera portée au début de chaque partie à l’époque augustéenne, dans la mesure où le fondateur du régime impérial mit en place avec les proconsuls des relations inédites promises à une longue postérité. Pour la période ultérieure qui va de Tibère jusqu’à la réforme de Dioclétien, l’accent sera mis sur les différentes étapes qui modifièrent les règles établies par Auguste en matière de désignation des proconsuls, de définition de leurs pouvoirs et d’intervention du prince dans le gouvernement des provinces publiques. On devine que le pouvoir impérial renforça progressivement son emprise dans chacun de ces trois domaines, mais il le fit au fur et à mesure d’un processus complexe.

***

  • 17 Il faut rappeler que les innombrables études prosopographiques de Syme (en particulier celles qui o (...)
  • 18 Sur les pouvoirs d’Auguste, cf. en dernier lieu Ferrary 2001, 101-154 où l’on trouve l’essentiel de (...)
  • 19 Il existe à ce sujet à ma connaissance une seule exception, un article de Konrad, dont on verra qu’ (...)
  • 20 Cf. Eck 1998d, 118-132 qui ajoute malgré tout en guise de nuance que “for the larger part of the po (...)

6Nombreux sont les travaux qui ont étudié tel ou tel aspect des relations entre le prince et le proconsul, mais aucun n’a encore jamais abordé à ma connaissance une telle question de manière globale et dans toute sa complexité pour l’ensemble des trois premiers siècles p.C. L’explication de cette lacune bibliographique est aisée à déterminer. La production scientifique s’est longtemps focalisée à ce sujet sur la seule figure du prince, en particulier sur sa capacité à contrôler le tirage au sort des proconsuls et sur l’étendue de pouvoirs impériaux qui le mettaient à tout moment en situation d’intervenir dans les provinces publiques. Pour ce qui est des proconsuls d’époque impériale, il faut admettre que la bibliographie est toujours dominée par les recherches prosopographiques, très utiles au demeurant17, mais qu’il existe tout compte fait peu d’études qui s’intéressent spécifiquement à leur mode de désignation, leurs pouvoirs et leurs compétences au sein de leur province dans une perspective institutionnelle. La conséquence de cette focalisation sur le pouvoir impérial est que l’on aboutit souvent pour la question des rapports entre le prince et le proconsul à une analyse simpliste qui se limite à rappeler le principe de la subordination du second par rapport au premier sans toujours comprendre que la réalité institutionnelle était plus compliquée. Les exemples qui illustrent cet état d’esprit sont nombreux. Il est ainsi significatif que pour ce qui est du tirage au sort des proconsuls qui avait lieu à Rome d’ordinaire chaque année, de nombreux spécialistes de l’administration romaine n’aillent en général pas au-delà de l’idée traditionnelle, sans aucun doute avérée, selon laquelle le prince exerçait un contrôle sur ce mode de désignation. Or il s’agissait là d’une procédure complexe qu’il faut dans un premier temps chercher à reconstituer aussi précisément que possible avec l’aide des progrès de la prosopographie de manière à pouvoir déterminer dans un second temps dans quelle mesure et comment le prince intervenait dans un processus de nomination pour laquelle la part du hasard reste à évaluer. Dans le même ordre d’idée, il faut ajouter que si l’on dispose de nombreux travaux qui ont contribué à mieux définir les fondements des pouvoirs d’Auguste sur les provinces publiques et de leur supériorité sur les proconsuls18, aucun ne s’intéresse directement et de manière détaillée aux pouvoirs des proconsuls et à leur évolution depuis l’époque tardo-républicaine jusqu’à la fin du iiie siècle19. C’est donc à un renversement de perspective que cette étude voudrait procéder en renonçant à étudier les relations multiformes entre le prince et le proconsul à partir de la pétition de principe que constitue la supériorité absolue du pouvoir impérial. Elle cherchera de préférence à montrer comment le prince opéra d’un point de vue technique pour peser sur une nomination qui passait par un tirage au sort et faire appliquer à distance ses décisions et ses consignes par un proconsul qui restait un haut dignitaire et le titulaire de l’une des fonctions les plus prestigieuses de l’époque républicaine ; elle comprendra à ce titre une dimension chronologique qui apparaît fondamentale étant entendu que les modalités d’intervention du prince dans ces domaines n’étaient pas les mêmes selon que la période envisagée est le début de l’époque impériale ou l’époque sévérienne. L’importance et la toute puissance du pouvoir impérial ne doivent pas faire oublier qu’il existait chaque année dans une dizaine de provinces autant de proconsuls qui représentaient la plus haute autorité romaine présente sur le sol provincial de manière théoriquement indépendante et dont la subordination au pouvoir impérial n’allait pas de soi, du moins au début de l’époque impériale. Pour les provinciaux, le prince apparaissait comme un souverain lointain et difficilement accessible étant donné l’immensité de l’Empire, ce qui a fait dire à Eck que le centre de la vie politique et administrative dans les provinces était de facto dans une grande mesure le gouverneur20.

  • 21 Burton 1973 dont le titre est révélateur : Powers and Functions of Proconsuls in the Roman Empire, (...)
  • 22 Il s’agit du chapitre VII, dont le titre est révélateur : “Proconsuls, emperors and senate” (p. 259 (...)
  • 23 Il faut ajouter que Burton s’est progressivement détaché de l’influence exercée par la théorie géné (...)
  • 24 Pour ce qui est de la désignation du proconsul d’époque impériale, Burton 1973, 2 se contente de la (...)
  • 25 Sur cette problématique, on lira avec profit les pages consacrées par Lintott à l’impact de la mona (...)
  • 26 Comme l’a souligné Lo Cascio 1991, 121, qui rappelle que “manca, nella realtà romana, quella rigida (...)

7La seule synthèse conçue selon la perspective qui vient d’être définie est à ce jour une thèse soutenue en 1973 à Oxford par Burton et consacrée aux pouvoirs et fonctions des proconsuls sous le Haut-Empire21. Elle ne répond toutefois pas à toutes les questions que nous nous sommes posées dans le cadre de cette introduction en dépit de la présence d’un chapitre qui traitait des relations entre les proconsuls, les empereurs et le Sénat22. Il faut tout d’abord préciser que Burton adopte comme stricte délimitation chronologique les années 70 à 260, soit des Flaviens à Gallien, ce qui présente l’inconvénient de ne pas prendre en compte les principats d’Auguste et de ses successeurs julio-claudiens ; ce choix apparaît trop restrictif et pour tout dire malheureux, dans la mesure où c’était précisément la phase de définition et de mise en place des relations entre le prince et le proconsul qu’il ne fallait pas négliger. La seconde particularité de la thèse de Burton est d’envisager l’étude des pouvoirs et des fonctions des proconsuls d’époque impériale dans une perspective administrative, dans la lignée des travaux de Millar, sans inclure de dimension institutionnelle. C’est ainsi que l’on y trouvera une liste de tous les documents qui témoignent des relations à distance du proconsul avec le prince et que Burton utilise de manière à conforter la théorie, chère à Millar, de la “passivité” ou de la “réactivité” d’un prince agissant sur requêtes sur le modèle de la pétition et de la réponse23. Il n’y est en revanche jamais question de l’imperium du proconsul d’époque impériale – de sa nature, de sa subordination ou non à celui du prince et de son évolution – et il est significatif que la difficile question du mode de désignation du proconsul soit traitée en une seule phrase24. Or avant d’être un administrateur, le proconsul était le titulaire de pouvoirs étendus dont il avait été investi au terme d’une procédure complexe et qui avaient été définis avec une grande précision. On aura compris que c’est une telle lacune bibliographique que ce livre voudrait combler. Il aura atteint son objectif s’il réussit à insérer la dimension administrative des relations qui s’étaient nouées entre le prince et le proconsul dans une perspective plus globale qui se doit d’inclure la dimension institutionnelle d’une telle question. L’enjeu n’est pas négligeable : il s’agit de (ré) concilier histoire politique du Haut-Empire et histoire de l’administration romaine25. Il s’agit là de deux domaines qui étaient étroitement complémentaires dans l’Antiquité26.

Notes

1 On lira avec profit la thèse de Jacques 1984 sur les rapports entre la politique impériale et l’autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain de 161 à 244, en particulier les pages de l’introduction où il est précisé que “la cité ne peut être envisagée qu’intégrée à l’Empire, comme l’élément constitutif d’un ensemble” et qui ajoute que “l’autonomie n’est pas une réalité en soi, mais relative ; elle ne se définit que par rapport au pouvoir central” (p. XV). Cf. plus récemment l’ouvrage collectif publié par Eck (éd.) 1999 dont l’objet est l’étude des rapports entre l’autonomie locale et ce que Eck appelle la “römische Ordnungsmacht” dans les provinces de l’Empire du ier au iiie siècle p.C. ; cf. aussi Meyer-Zwiffelhoffer 2002 qui analyse le “style de gouvernement” des gouverneurs sénatoriaux dans les provinces de l’Orient romain d’époque impériale et étudie en détail les relations entre les gouverneurs et les élites locales.

2 On dispose de l’ouvrage de Millar sur l’Empereur dans le monde romain (Millar 1977, 275-361 où il est question des rapports entre l’empereur et le personnel administratif, sénateurs et chevaliers), mais cette synthèse a fait l’objet d’un débat scientifique sur lequel je reviendrai. On consultera aussi la synthèse de Eck dans la réédition de la C.A.H. (Eck 1998d, 107-118) ainsi que Meyer-Zwiffelhoffer 2002, 17-43 pour une mise au point historiographique sur le gouvernement provincial à l’époque romaine.

3 Sur la notion de “centre-périphérie” et son application à l’histoire ancienne, cf. pour la Rome républicaine Hermon 1996, 26-27 qui rappelle ce que ce modèle sociologique doit aux réflexions théoriques de certains archéologues et qui fournit à ce sujet quelques indications bibliographiques. Sur le thème de Roma caput mundi, cf. Nicolet 1988, 7-8 et surtout 201-223 où il est précisé à propos de l’époque augustéenne que “l’espace impérial romain est un espace… où les notions de centre et de périphérie sont extrêmement conscientes” (p. 206) ; cf. aussi Lo Cascio 1991, 123-125 et 181-191.

4 C’est ce qu’a souligné Nicolet 1986, 169 ; on lira également avec profit les premières pages d’introduction de L’inventaire du monde (Nicolet 1988, 7-8 et 215-217).

5 Il faut s’entendre sur ce que signifie la formule “relative indépendance”. L’emploi de l’adjectif “relatif” est là pour rappeler qu’à l’époque républicaine, le gouverneur de province restait en relation d’une manière ou d’une autre avec le centre du pouvoir et pouvait recevoir du Sénat et du peuple Romain des instructions pour appliquer ou respecter des décisions prises à Rome. Mais le gouverneur restait tout de même “indépendant”, dans le sens où il était la plus haute autorité romaine présente sur le sol de sa province. Les autres magistrats ou promagistrats restaient à Rome ou dans leur province respective sans intervenir dans une autre province que celle qui leur avait été attribuée ; quant aux consuls, ils n’empiétaient pas de leur propre initiative sur le domaine des compétences des gouverneurs provinciaux à moins d’y avoir été autorisés par le Sénat ou le peuple et ne pénétraient pas non plus dans une province déjà attribuée sans en avoir reçu au préalable l’autorisation. Sur l’“indépendance” du gouverneur d’époque républicaine, mais aussi sur les limites de cette “indépendance”, cf. Nicolet 1978, 914-919.

6 Au ier siècle a.C., jusqu’à la réforme introduite par la lex Pompeia, les gouverneurs de rang prétorien étaient d’ordinaire envoyés pro consule et jouissaient donc en droit d’un consulare imperium (le cas des plus petites provinces comme la Sicile reste débattu). Sur cette question, cf. Ferrary 2000, 345-350 qui a montré à partir de la publication d’une base équestre en l’honneur du proconsul L. Valerius Flaccus (62 a.C.) que même si plusieurs gouverneurs de rang prétorien d’Asie nommés entre la dictature de Sylla et la réforme provinciale de Pompée de 52 étaient qualifiés de praetor dans les sources littéraires (en particulier par Cicéron), ils portaient officiellement le titre de proconsul (ἀνθύπατος en grec) ; à ce titre, on conviendra avec Ferrary qu’ils possédaient tous un consulare imperium (cf. aussi Ferrary 2001, 103, n. 9).

7 Sur l’importance et la longue durée de la réforme provinciale de janvier 27 a.C. et le système administratif original qui en résulta, cf. Lo Cascio 1991, 119-125 et 137-139.

8 Le nom qu’il faut attribuer aux provinces continuant à relever du peuple Romain a fait et fait toujours l’objet d’un débat. La seule certitude est que la formule traditionnelle de “province sénatoriale” ne convient pas à la fois parce qu’elle n’est attestée par aucune source ancienne et qu’elle contribue à surestimer l’importance du Sénat au détriment du rôle dévolu au peuple à l’époque impériale (comme l’a montré Millar 1966, 156 ; Millar 1984, 47-48 ; Millar 1988, 15 et Millar 1989, 93-97 ; cf. aussi Fabbrini 1974, 253-256). Les seules expressions attestées par les sources sont prouinciae populi Romani (Gaius, Inst., 1.6 ; 2.7 et 21), provinciae publicae (Tac., Ann., 13.4.2), ainsi qu’en grec ἐπαρχαι το δήµου (Strab. 17.3.25 ; cf. aussi 3.4.20) et ἔθνη το δήµου (Dion 53.15.1 et 3 ; 54.7.5 et 55.28.2 ; cf. aussi 53.14.5 où de telles provinces sont qualifiées de ττο δήµου τῆς τε βουλῆς λεγóµενα ἔθνη ; 54.4.1 où il est précisé que Chypre et la Narbonnaise furent rendues au d∞mow ; 56.40.2) – formules qui sont autant de transcriptions de prouinciae populi Romani. Adoptées par Millar, les appellations de “province publique” ou de “province du peuple Romain” ont été critiquées notamment parce que le contexte augustéen de restauration de la Res publica faisait de toute province une province publique ou une province du peuple Romain, l’Égypte incluse (comme l’ont fait remarquer Costabile & Licandro 2000, 228-229 notamment à partir du témoignage des RGDA 26.1 et 27.1). La formule de “province proconsulaire” a pu apparaître plus satisfaisante, dans la mesure où le titre de proconsul était réservé aux seuls gouverneurs des provinces remises par le prince au peuple en janvier 27 a.C. (Ferrary 2001, 109, n. 35 ; cf. aussi dans ce sens Le Roux 1988, 32-33, n. 51 à partir de l’idée fausse que le terme prouincia publica n’existe pas), mais elle présente l’inconvénient de n’être attestée par aucune source (Le Roux 1988, 32-33, n. 51 avait vu cette difficulté, mais il l’avait esquivée en affirmant qu’Auguste évita de fournir une appellation claire pour les provinces autres que les prouinciae Caesaris). Pour ma part, il me semble préférable de n’utiliser que des expressions effectivement utilisées à l’époque impériale, en l’occurrence “provinces du peuple Romain” ou “provinces publiques”, et c’est par pure commodité que j’utiliserai désormais de manière uniforme cette dernière formule plutôt que la première.

9 Le témoignage le plus clair sur la désignation du proconsul et la durée du proconsulat est celui de Dion 53.13.2 (je reviendrai en détail sur ce passage).

10 Dion 53.13.3.

11 Il faut préciser qu’avant Ulpien, un autre juriste moins connu, Venuleius Saturninus, avait déjà écrit sous Marc Aurèle un ouvrage sur les fonctions du proconsul.

12 Sur le De officio proconsulis d’Ulpien et la haute considération dont ce manuel jouit à l’époque tardo-antique, cf. en dernier lieu Marotta 2000, 184-198 (on songe à IK, 12-Ephesos, 2.217 où référence est faite explicitement au De officio proconsulis d’Ulpien dans une lettre envoyée durant les premières années du ive siècle par le proconsul d’Asie à la cité d’Éphèse).

13 Cf. sur cette question Spagnuolo-Vigorita 1990, 127-129, qui attire l’attention sur la volonté manifeste des juristes d’époque sévérienne de lier l’exercice de certains pouvoirs juridictionnels par des gouverneurs de province de rang sénatorial (les proconsuls en priorité, mais peut-être aussi les légats impériaux) à d’anciennes pratiques, lois ou sénatus-consultes plus ou moins imaginaires et qui explique cette attitude par le souci de continuer à réserver à ces gouverneurs un minimum d’autonomie par rapport à l’emprise de plus en plus forte du pouvoir impérial ; cf. aussi Spagnuolo-Vigorita 1991, 163-164.

14 C’est une réalité que Millar 1966, 156-166 a mise en évidence et sur laquelle je reviendrai.

15 Formule reprise à Magdelain 1947, 75.

16 Sur cette problématique des “relations à inventer”, cf. Bonnefond-Coudry 1995, 225-254 à propos des rapports que les Julio-Claudiens ont entretenus avec le Sénat.

17 Il faut rappeler que les innombrables études prosopographiques de Syme (en particulier celles qui ont été publiées dans les Roman Papers et la monographie consacrée à l’aristocratie augustéenne) constituent une mine d’informations que cette étude a essayé d’exploiter autant que possible.

18 Sur les pouvoirs d’Auguste, cf. en dernier lieu Ferrary 2001, 101-154 où l’on trouve l’essentiel des références bibliographiques sur le sujet et qui traite à part entière de la question des rapports entre Auguste et les proconsuls à partir de la réforme provinciale de 27 et de leur évolution tout au long du principat ; cf. aussi Girardet 2000, 202-216 pour une étude des relations entre Auguste et les proconsuls.

19 Il existe à ce sujet à ma connaissance une seule exception, un article de Konrad, dont on verra qu’il pose au sujet de l’imperium militiae et des auspices du proconsul sous les Julio-Claudiens les bonnes questions sans y apporter de mon point de vue les bonnes réponses (Konrad 1994, 151-162).

20 Cf. Eck 1998d, 118-132 qui ajoute malgré tout en guise de nuance que “for the larger part of the population he remained, principally on account of the distance between governor and local communities, a very distant and hence not always particulary concrete source of power”.

21 Burton 1973 dont le titre est révélateur : Powers and Functions of Proconsuls in the Roman Empire, 70-260 A.D. (uidi).

22 Il s’agit du chapitre VII, dont le titre est révélateur : “Proconsuls, emperors and senate” (p. 259-298).

23 Il faut ajouter que Burton s’est progressivement détaché de l’influence exercée par la théorie générale de Millar pour défendre maintenant un point de vue plus nuancé sur le système administratif d’époque impériale et en tout cas différent de ce qu’il avait défendu dans son travail de thèse (Burton 2002, 249-280 où l’évolution de sa pensée est perceptible).

24 Pour ce qui est de la désignation du proconsul d’époque impériale, Burton 1973, 2 se contente de la phrase suivante sans aller au-delà de ce principe d’ordre général : “with a very few exceptions each proconsul, wether praetorian or consular in status, was selected by lot and limited to a tenure of one year’s duration”.

25 Sur cette problématique, on lira avec profit les pages consacrées par Lintott à l’impact de la monarchie sur l’Empire dans le cadre d’une monographie dont le titre est à lui seul tout un programme : Imperium Romanum. Politics and Administration (Lintott 1993, 111-127). On y trouve, sous une forme succincte qui tient à la nature même de ce qui doit être considéré comme un essai, une série d’analyses intéressantes sur les relations entre le prince et le proconsul (notamment p. 114-117 et 121-122), mais l’objet de cette monographie dépasse de loin le cadre plus restreint de mon enquête. Lintott étudie l’Empire romain dans son ensemble et depuis l’époque républicaine.

26 Comme l’a souligné Lo Cascio 1991, 121, qui rappelle que “manca, nella realtà romana, quella rigida distinzione, con la divisione dei poteri, tra iniziativa politica e attuazione amministrativa”.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search